Médicaments en Situation d Urgence

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Médicaments en Situation d Urgence"

Transcription

1 LA TROUSSE D'URGENCE DU MEDECIN GENERALISTE (exemple) 1-Nom Présentation Indication Posologie. Médicaments en Situation i d Urgence 23/11/2009 P.BEFORT CCA - RMAR Primperan inj (Métoclopramide),amp 10 mg anti-émétique, 1 amp. IVD. Vogalène Lyoc (Métopimazine) cp 7,5 mg, anti-émétique,1 cp sub-lingual. Tanganil inj (Acétyl-leucine) amp 500 mg, anti-vertigineux,1 amp IVD lente. Bricanyl inj (Terbutaline), amp 0,5 mg asthme, A: 1 amp/sc-e: 1/4 amp/15 kg. Ventoline (Salbutamol), flac 50 mg asthme, A: 1 ml/4cc CINa-E: 0,03 ml/kg. Ventoline, spray, asthme 1 à 8 bouffées. Célestènel (Bétaméthasone), amp 4 mg asthme/allergie, 4 à 8 mg. Solupred (Prednisolone), cp 20 mg asthme/allergie, fonction du poids. Aspegic 500 (A.a.salicylique scht 500 mg, cardio,1 sachet. Lopril 50 mg (Captopril), cp 50 mg cardio: HTA, 1/2 cp sublingual. Natispray 40 (Trinitrine), 0,40 mg/bouffée, cardio angor, 2 bouffées (cf. TA). Adrénaline inj (Epinéphrine),amp 1 mg cardio arrêt, 1 à 3 mg IVD. Atropine inj (Atropine), amp 0,5 mg cardio bradycardie, > 0,5 mg IVD. Lasilix 40 (Furosémide), cp 40 mg, cardio: OAP, 1 mg/kg. Lasilix inj, amp20mg, cardio: OAP,1 mg/kg. Fraxiparine (Nadroparine cal.),amp amp 0,8 ml cardio: thrombose, 1 ml/10 kg. Atarax (Hydoxyzine), amp 100 mg cardio: TSV, 1 amp IVD/diluée 10 ml eau. Aspégic 1000 (A.a.salicylique) amp 1g, douleur, 1 amp IVD Prescription et surveillance des antithrombotiques Prescription et surveillance des diurétiques Prescription et surveillance des psychotropes. LA TROUSSE D'URGENCE DU MEDECIN GENERALISTE (exemple) 2. Di-Antalvic (Dextropropoxyphène + paracétamol) Gélule, douleur, 2 gélules. Morphine (Chlor. morphine), amp 10 mg 1 cc, douleur 0,01 mg/kg = 0,1 ml/kg. Paralyoc (Paracétamol), cp 500 mg, douleur,fonction du poids. Pro-Dafalgan, flac 2 g, douleur, 1 flac IVD Profénid inj (Kétoprofène), flac 100 mg douleur, 1 amp IVD/solvan. Spasfonl inj (Phloroglucinol), amp 40mg, douleur 2 amp IVD. Spasfon Lyoc, cp,douleur. Novésine collyre (Procaïne),douleur cornéenne. Exacyl inj (Acide tranéxamique), hémorragie usage local. Xylocain 1 % (Lidocaïne),10 mg/cc matériel,usage local. G 30 %, amp 10 cc (3 g/ar), métabolique (hyp) 1 à 2ampIVD. Valium inj (Diazépam),amp 10 mg,neurologie (épilepsie),1/2 amp à ren. si persiste. Tercian 50 (Cianémazine),amp 50 mg,psy agitation, 1/2 à 1 amp IM. Tercian 25 (Cianémazine), cp 25 mg psy agitation,1 cp. Tranxène inj (Clorazépate), amp 50 mg, psy agitation, 1 amp IM. Xanax (Alprazolam), cp 0,50 mg, psy anxiété, 1 à 2 cp Imovane (Zopiclone), cp, psy: insomnie,1 à 2 cp. Gélofusine, flac 500 ml, remplissage, fonction de la clinique. Amoxycilline (Amoxicilline),amp 1 g, s. infectieux, fonction clinique. Amoxycilline (Amoxicilline), cp 500 mg, s, infectieux, fonction clinique. ; Imodium (Lopéramide), gtes/gélules, s. infectieux:diarrhée aigüe) A: 2 gél/e : 10 gtes/kg>2 ans Oflocet (Ofloxacine), cp 200 mg, s. infectieux Rocéphine (Ceftriaxone), amp 1 g,s. infectieux Sérum physio, amp 10 ml, sol. istonique Les situations d urgences que l on peut rencontrer? -Arrêt cardiaque -Arrêt cardiaque. -Syndrome coronarien. -Malaise- secondaire bradycardie sinusale. -OAP. -Crise Asthme. -Crise Agitation. -Hypotension secondaire à un Etat de Choc.

2 Arrêt Cardiaque par Asystolie Inconscient. Absence de pouls carotidien et fémoral. ECG: Asystolie, tracé plat. Massage cardiaque externe et ventilation (30/2). Adrénaline IV 1mg a renouveler. Adrénaline Adrénaline = épinéphrine Description: Hormone surrénalienne de synthèse. Classe: Sympathomimétique Actions: Le mécanisme d action est dose dépendant Vasoconstricteur (alpha +) tachycardisant, INOTROPE + (béta 1+) bronchodilatateur (béta2+). mydriatique, hyperglycémiant, veinoconstricteur, ralentisseur du transit digestif. Effet béta + prépondérant aux faibles doses Effet Alpha + prédominant aux hautes doses. Adrénaline Adrénaline Utilisation: Titré à 0,1 mg / ml (1 / ) pur à 1 mg / ml (1 / 1 000) dans l ACR. Administration: IV (éviter les voies SC et IM moins efficaces voire dangereuses : nécroses locales) IT (Intra trachéale) dans l ACR pédiatrique Nébulisation (1 mg/5 ml). Indications: -tous les états de chocs et collapsus de gravité majeure -asthme grave -certaines décompensations bronchospastiques de BPCO, -bronchiolite (aérosol) -anaphylaxie -oédème majeur des voies aériennes supérieures. CI absolues: Aucune contre indication en situation de détresse vitale. CI relatives: Cardiopathies, arythmies, hypertension non contrôlée, grossesse. Précautions d emploi: À protéger de la lumière (stockage). Surveillance continue de l ECG, PA et FC. Inactivation par certains solutés alcalins et tampons. Effets Indésirables: HTA, Syndrome coronarien. Tachycardie, troubles du rythme ventriculaire. Palpitations ti Dyspnée Angoisse Tremblements.

3 Bradycardie sinusale. État «vagal», rasage ou col serré (stimulant le glomus carotidien), douleur. Symptômes: Syncopes, lipothymies, faux vertiges. Traitement: Mise en décubitus, Atropine IV 0.5 MG. Atropine Description: L atropine s oppose, de façon compétitive aux effets muscariniques de l acétylcholine. C est un spasmolytique et un antidote des anticholinestérasiques (prostigmine). Classe: Parasympatholytique. Actions (effet dose dépendant): Bloque les récepteurs de l acétylcholine Augmente la fréquence du noeud AV Diminue les sécrétions gastro-intestinales Diminue les sécrétions bronchiques (moindre) Mydriatique. Posologie: bradycardie : 0,5mg / 5 min sans dépasser 0,04 mg/kg asystolie : 1 mg sans dépasser 4 mg Administration: i ti IV (éviter les voies SC et IM moins efficaces). Indications: Bradycardies mal tolérées sur le plan hémodynamique Troubles de la conduction auriculo-ventriculaire Asystolie Intoxication aux organo-phosphorés Intoxication par les champignons muscariniques. CI relatives: Hypertension intra-occulaire par fermeture de l angle Adénome prostatique (rétention aigüe d urine), megacolon toxique, ileus. Précautions d emploi: Surveillance continue de l ECG, PA et FC surveiller la température corporelle des enfants en période de canicule. Effets Indésirables: Palpitations, tachycardie, arythmie sécheresse buccale mydriase, glaucome, trouble de l accommodation rétention d urine (prostate) constipation, aggravation d un iléus Confusion (personne âgée). Associations à éviter: majoration effet anticholinergique des autres molécules (antiparkinsoniens, antispasmodiques ). Précaution: Angor, Grossesse (possibilité ileus méconial chez l enfant).

4 Crise Agitation Loxapac = Loxapine Hyperactivité motrice associée à une perte de contrôle des actes, de la parole et de la pensée, peut s accompagner d une violence verbale et comportementale t avec auto- ou hétéro-agressivité. La pathologie psychotique (70 %) et la maladie maniacodépressive (13 %) constituent la majorité des diagnostics. Les causes toxiques sont rapportées comme représentant 15 à 20 % des étiologies. CAT: Conduite calme mais ferme, contention mécanique et /ou chimique ( Benzodiazépine et ou Neuroleptique.), Hospitalisation en milieu psychiatrique. neuroleptiques: dibenzo-oxazépines. délai d'action de 15 minutes et demi-vie de huit heures. Posologie: (1amp=50 mg). 50MG fois 2 /J. Neuroleptique polyvalent ayant effet anti-psychotiques (hallucinations) et anticholinergiques. Indication: Etat psychotiques aigue ou chronique, état anxieux, état d agitation. Valium Effets indésirables: -Asthénie -Somnolence. -Dyskinésie et syndrome parkinsonien. -Endocrinien: aménorhée-galactorrhée, gynecomastie, hyperprolactinémie, impuissance. -Hypotension orthostatique. -Syndrome malin des neuroleptiques. Précautions: Suspendre en cas de fièvre inexpliqué. Associations déconseillées: Alcool, neuroleptique apparentés, anticholinergique. Valium = diazépam Description: Antiépileptique Classe: Benzodiazépine Actions: anxiolytique sédatif hypnotique anticonvulsivant myorelaxant amnésiant Utilisation: Ampoules de 2ml = 10mg Administration: IVD lente (sur 1min) : 0,2 à 0,4 mg/kg (soit 1 à 2 ampoules) Nourrisson : Intra rectal (canule) à dose équivalente Indications: Adulte : crise d angoisse paroxystique crise d agitation délirium tremens état de mal épileptique (2mg/min jusqu à 20mg puis IVL 100mg/500ml) tétanos

5 CI absolues: allergie, insuffisance respiratoire sévère CI relatives: myasthénie alcool allaitement Précautions d emploi: Sujet âgé, insuffisant rénal ou hépatique : réduire la posologie de moitié Insuffisant cardiaque ou respiratoire : risques d apnée et d arrêt cardiaque Insuffisant respiratoire : effet dépresseur Myasthénie : aggravation des symptômes Effets Indésirables: Risque d apnée en cas d injection intraveineuse rapide. risque de toxicité grave chez l enfant de moins de 3 ans si IV Asthénie, somnolence (particulièrement chez le sujet âgé). Réactions paradoxales Dépendance physique et psychique, avec syndrome de sevrage ou de rebond à l arrêt du traitement. Éruptions cutanées, prurigineuses ou non. Associations à surveiller: Cimétidine >= 800 mg/j : risque accru de somnolence. Phénytoïne : variations imprévisibles des concentrations plasmatiques Autres dépresseurs du système nerveux central : risque majoré de dépression respiratoire pouvant être fatale en cas de surdosage. Crise Asthme grave Ci Crise Asthme Ath intense avec signes de détresse respiratoire, i résistance au traitement bronchodilatateur inhalé usuel, (DEP < 30% théorique). CAT: - O2 nasal, pose VVP, -Nébulisation i de Bronchodilatateur (Bricanyl et Atrovent) -+/- Salbutamol IV. -Corticoides IV +/- Adrenaline, Hospitalisation et en fonction transfert en réanimation. bricanyl = terbutaline Bricanyl nébulisation Description: agoniste sélectif des récepteurs bêta-2 adrénergique des muscles lisses. Classe: Bronchodilatateur bêta-2-mimétique à action rapide et de durée d action courte par voie inhalée. Actions: action stimulante sur les récepteurs bêta-2 du muscle lisse bronchique, assurant ainsi une bronchodilatation rapide, significative en quelques minutes, persistant pendant 4 à 6 heures. Utilisation: Unidoses 5mg/2ml A diluer : dans du sérum physiologique pour dose totale de 5 ou 10 ml. 5 à 10 mg, soit 1 à 2 doses de 2 ml par nébulisation. Administration: nébulisation propulsée sur air ou Oxygène. Indications: - Traitement symptomatique des asthmes aigus graves. - Traitement des poussées aiguës des BPCO spastique de l adulte. Précautions d emploi: surveillance de la kaliémie : surtout si association avec des thérapeutiques hypokaliémiantes, en cas d hypoxie ou chez les sujets chez qui le risque de survenue de torsades de pointes est majoré (QT long ou traitements susceptibles d augmenter le QTc). prudence en cas de : hyperthyroïdie (coronaropathie), affection cardiovasculaire. Effets indésirables: tremblements des extrémités, crampes musculaires, troubles du rythme cardiaque, tachycardie sinusale. Associations à éviter: Halothane : risque de survenue de troubles du rythme ventriculaire graves, par augmentation de la réactivité cardiaque. Associations à surveiller: Antidiabétiques : élévation de la glycémie par effet bêta-stimulant. Contre-Indications:Intolérance à ce médicament (survenue de toux ou de bronchospasme après inhalation du produit) exceptionnelle.

6 Bricanyl injectable Bricanyl = terbutaline Description: Agoniste des récepteurs Bêta2 sélectifs Classe: Bêta2 mimétique d action rapide Actions: Bronchodilatateur Tocolytique Vasodilatateur Utilisation:Ampoules de 1 ml = 0,5mg Non dilué Administration: IVSE : débuter à 0,25 mg/heure à 0,5 mg/heure. IVD : 1 µg/kg/min IV lent sur 5 à 10 minutes. Indications:IVSE : asthme aigu grave chez l adulte CI: Cardiopathie sévère. Thyréotoxicose. HTA sévère ou non contrôlée Précautions d emploi: surveillance de la kaliémie : surtout si association avec des thérapeutiques hypokaliémiantes, en cas d hypoxie ou chez les sujets chez qui le risque de survenue de torsades de pointes est majoré (QT long ou traitements susceptibles d augmenter le QTc) prudence en cas de : hyperthyroïdie, affection cardiovasculaire diabète sucrémajoration du risque de décompensation. Effets Indésirables: tachycardie sinusale, palpitations, érythème, sueurs, céphalées, vertiges, tremblements des extrémités, crampes d origine musculaire, troubles digestifs (nausées, vomissements), hypokaliémie et augmentation de la glycémie. Associations à éviter: Halothane : risque de survenue de troubles du rythme ventriculaire graves, par augmentation de la réactivité cardiaque. Associations à surveiller: Antidiabétiques : élévation de la glycémie par effet bêta-stimulant. Bromure d ipratropium Bromure d ipratropium = Atrovent. Description: Bronchodilatateur par voie ihnalée Classe: Bronchodilatateur anticholinergique. Actions: inhibiteur compétitif et sélectif des récepteurs cholinergiques du muscle lisse des grosses bronches induisant une bronchodilatation effet moins puissant que celui des bêta-2-mimétiques par voie inhalée l action apparaît rapidement (3 minutes) et persiste pendant 4 à 6 heures. Utilisation: Récipients unidoses de 1 ml : 0,5mg/ml Récipients unidoses de 2 ml : 0,5 mg/2 ml Diluée dans du sérum physiologique pour un volume de 5 ml. Administration: nébulisation propulsée par débit d air ou d oxygène (6 à 8 litres/minute),pendant environ 10 à 15 minutes, 0,5 mg par nébulisation (1 dose de 1 ml ou de 2 ml) répétées toutes les 15 à 20 minutes si besoin. Indications: en association avec un bêta-2-mimétique d action rapide Atrovent adulte : asthmes aigus graves,poussées aiguës des BPCO Contre indications: Grossesse, Allaitement. Précautions d emploi: Projection oculaire : mydriase, aggravation possible d un glaucome à angle fermé. L hypersécrétions et l infections des bronches peuvent réduire l effet du produit. Effets Indésirables: sécheresse buccale, irritation des voies aériennes.

7 HSHC : hydrocortisone hydrocortisone = hémisuccinate d hydrocortisone. Description: corticoïde naturel. Classe: Hormone glucocorticoïde. Actions: Effet glucocorticoïde prédominant / Action anti inflammatoire. i Utilisation: Flacon de 500 mg, A diluer dans 10 ml de G5% ou de sérum Phy. Administration: IVD : 100 à 200 mg renouvelable une fois. Quand indiqué en cas d état de choc : 10 à 20 mg/kg renouvelable à la demande. Indications: Détresse ventilatoire : asthme aigu grave, œdème laryngé Choc anaphylactique en complément de l adrénaline Supplémentation de l Insuffisance surrénalienne aigüe Réactions allergiques et inflammatoires sévères. Contre indications: Aucune en urgence. Prudence en cas de pathologie gastroduodénale ou d infection évolutives. Précautions d emploi: Aucune en urgence. Effets Indésirables: Aucun à dose normale en traitement de courte durée Ceux de la corticothérapie générale Surdosage : excitation, agitation, délire, douleurs épigastriques, vomissements, Hypertension artérielle. Associations à surveiller: inducteurs enzymatiques ( carbamazépine, phénobarbital, phénytoïne, rifampicine ) : diminuent les taux plasmatiques et l efficacité de l hydrocortisone. Syndrome Coronarien Douleur thoracique?: évocatrice (constrictive en étau,retro sternal, medio thoracique, en barre, irradiant dans le bras et la mâchoire, a l effort. Terrain vasculaire?: (HTA, cholestérol, l tabac, DNID). ECG évocateur?: Sus ou sous décalage ST, Anomalie onde T négative ou ample, territoire?. Angor- CAT Angor Effort: Tenormine 100mg 1J Kardegic 75 mg j Natispray fort, 1 bouffée sublinguale si douleur Angor Instable (= douleur ne cédant pas en qlq min): Perfusion avec sérum Glucosé. Tenormine 100 mg ½ cp matin et soir. ASPEGIC 100 MG un sachet /J. Risordan IVSE (si TA conservée) 2-4MG/H. LOVENOX (HBPM) 60 ou 80 MG SC / 12H

8 Aspirine Description: Acétylsalicylate de lysine acide acétylsalicylique. Classe: Salicylé. Actions: Le mécanisme d action est dose dépendant: *Antiagrégant plaquettaire (par inhibition de la formation de thromboxane A2 en agissant sur la COX 1 plaquettaire) *Analgésique (inhibition de la synthèse de prostaglandine et de bradykinine) *Anti-inflammatoire (inhibition des médiateurs de l inflammation) *Antipyrétique (origine hypothalamique). Utilisation: Syndrome coronaire aigu : 100 mg IVD (1000mg dans 10ml d eau PPI ou de NaCl 0,9% ou de G5%). Administration: IV ou PO. Indication principale en urgence: Syndrome coronaire aigu : effet antiagrégant, autre: AVC ischémique. Contre-Indications: Hypersensibilité aux salicylés, Ulcère gastro-duodénal évolutif Syndrome hémorragique acquis ou congénital Grossesse (surtout 3ème trimestre). Précautions d emploi: Allongement du Temps de Saignement jusqu à 10 jours Insuffisance rénale sévère Syndrome de Reye (chez l enfant) Surdosage : hyperpnée avec alcalose respiratoire, puis épuisement ventilatoire, acidose métabolique, coma, convulsions et décès Effets indésirables: Hémorragie, Nausées / vomissements/ épigastralgie (rares et surtout per os) Allergie. Associations à éviter: Méthotrexate AVK AINS Corticoides Héparine Uricosuriques. Amiodarone Description: Antiarythmique. (2-butyl-3 -benzofuranyl)[4-[2-(diéthylamino)éthoxy]-3,5-diiodophényl]méthanone chlorhydrate Classe: Anti arythmique de classe III Actions:- Anti arythmique (diminue conduction sino auriculaire, auriculaire et nodale) -Anti angoreux et coronaro dilatateur -Alpha et Béta bloquant -Bradycardisant. Utilisation: IV : Ampoule 150mg/3ml soient 50mg/ml. Administration - Dose de charge : 2 ampoules en IVSE sur 30 minutes. Dose d entretien: 450 à 900 mg sur 24h (3-6 amp/24h). Amiodarone Indications: Traitement curatif des troubles du rythme auriculaires, jonctionnels et ventriculaires. FV récidivante et TV sans pouls. Contre-indications: Maladie du sinus non appareillé. BAV II et III. Bloc sino auriculaire. Allongement de QT. Hypotension artérielle sévère. Dysthyroidie. Grossesse (risque thyroïdien fœtal). Allergie à l iode. Association aux IMAO.

9 Amiodarone Précautions d emploi: Conservation à température ambiante et à l abri de la lumière Ne pas associer à un autre produit dans la même seringue. Monitorage ECG (onde U = imprégnation). Bilan thyroïdien préalable. Effets indésirables: Risque de collapsus cardiovasculaire mortel si injection IVD rapide, veinite locale, bouffées de chaleur,dysfonction du nœud sinoauriculaire, hypotension, bradycardie. Allongement QT, torsades de pointes. Dépôts cornéens réversible à l arrêt du traitement. Troubles thyroïdien (hypo ou hyperthyroïdie). Fibrose pulmonaire dose dépendante. Hépatite. Photosensibilsation fréquente. Associations à éviter: Dérivés quinidiniques Médicaments hypokaliémiants => risque de torsade de pointe Bêtabloquants, diltiazem => trouble de l automatisme et de la conduction, risque de bradycardie, de BAV, et d ACR Associations à surveiller: AVK : augmentation du risque hémorragique. Isoprénaline Description: Agoniste Béta-adrénergique pur non sélectif (pas d effet alpha). Classe: Sympathomimétique B1 et B2. Action: B1+ : inotrope et chronotrope positif ( augmente la consommation myocardique en O2 et du débit cardiaque) B2+ : vasodilatateur artériel et systémique, bronchodilatateur. Utilisation: IV : Ampoule de 0,2mg/ml ou 1mg/5ml. Administration: 5 Amp dans 205 cc de G5 à administrer goutte à goutte, à augmenter au besoin en fonction de la tolérance et de la réponse hémodynamique. Indications: Bradycardies par BAV, BSA ou Sinusales (en attente d un EES). Intoxications aux B-Bloquants. Contre-Indications: Tachycardie sinusale Hyperexcitabilité auriculaire ou ventriculaire Insuffisance Coronaire aiguë Hyperthyroïdie Cardiomyopathie Obstructive. Rétrécissement aortique serré Intoxication digitalique. Allergie aux sulfites. Précautions d emploi: A conserver à l abri de la lumière et au réfrigérateur Administrer seul en IV sous monitorage cardio-tensionnel Dilution dans du G5% (5 Amp dans 250 cc G5). Effets indésirables: Palpitations, tachycardie, troubles du rythme ventriculaire, hypotension artérielle. Tremblements, céphalées, nausées, vomissements. Angor (par augmentation du travail cardiaque et demande d en O2). Associations à éviter: Catécholamine, digitaliques -> risque de trouble du rythme si administration simultanée. Bloquant -> antagonisme pharmacologique. Kétamine ->possible inhibition de l effet inotrope de l isoprénaline. Description: Inhibiteur calcique lent Classe: Anti-arythmique de classe IV Diltiazem Actions: Action anti-angoreuse par coronarodilatation et réduction des besoins en oxygène. Action anti-arythmique au niveau supra-ventriculaire. Action anti-hypertensive par diminution de l inotropisme cardiaque. Chronotrope - / Inotrope - Utilisation: Lyophilisat de 25 ou 100mg Administration: IVL de 2 min Dilution dans du G5% ou NaCl 0,9% : 0,3mg/kg Indications: TSV Syndrome de menace, HTA post-infarctus en cas de CI aux bêtabloquants

10 CI: Bradycardie, BAV II et III, dysfonctionnement sinusal. AC/FA, flutter avec syndrome de préexcitation ventriculaire. Hypotension artérielle. Association à l amiodarone, au dantrolène. Insuf ventriculaire G avec stase pulmonaire. Grossesse/allaitement. Précautions d emploi: Monitorage ECG et TA. En cas de surdosage : bradycardie, hypotension artérielle => atropine, voire EES, glucagon, adrénaline. Pas d antidote. Réduire dose chez le sujet âgé. Effets indésirables: Hypotension artérielle, bradycardie ou BAV à l étage nodal. Céphalées, insomnies, confusion Nausées, vomissements. Éruptions cutanées, prurit. Œdème angio-neurotique. i OAP Clinique: Dyspnée, polypnée, orthopnée parfois asthmatiforme, crachats abondants mousseux, recherche signes insuffisance cardiaque droite. Hypoxie. Auscultation pulmonaire crépitants bilatéraux. Recherche facteurs déclenchant (cardiopathie, angor, fièvre, anémie, prise sels) Traitement: O2 Diurétique Dérivé nitré- position ½ assise. Associations à éviter: Dantrolène (Dantrium) : FV mortelle Amiodarone : risque de BAV et bradycardie OAP -CAT Diurétique de l anse: Lasilix Natispray 2 bouffées sub-linguales et lasilix 60MG IVD. En l absence d amelioration: Risordan IVSE 2-4 MG/H (si TA conservée) et nouvelle dose de lasilix. Si pas d amélioration inotrope + et +/- ventilation mécanique en réanimation. Mécanisme: Diurétique sulfamidé, blocage de la réabsorption du sodium et du chlore au niveau de la branche ascendante de l anse de Henlé (Natriurèse). A fortes doses inhibe la réabsorption du Calcium (Calciurie). Effet diurétique puissant. Utilisation: Po cp de 20 ou 40 MG; IV dose test de 20MG puis en fonction posologie de 20 MG à 250 mg. Indication: HTA, OAP, Œdème (rénaux- hépatique cardiaque). Hypercalcémie.

11 Contre indication: -Allergie sulfamides. -Obstacle sur les voies urinaires. -Encéphalopathie hépatique. -Troubles hydro-électrolytiques non corrigés (hyponatrémie, hypokaliémie) Effets secondaires: -Déshydratation, hypovolémie. -Hypokaliémie. -Alcalose métabolique. -Augmentation de l uricémie (+/- crise de goutte) -Encéphalopathie hépatique chez cirrhotique. -Leucopénie, thrombopénie. -Ototoxicité à fortes doses. Dérivé Nitré isosorbide dinitrate = risordan Description: Anti-angoreux à effets vasodilatateurs. Classe: Dérivé nitré- Anti angineux. Actions: Vasodilatateur veineux Vasodilatateur artériel à fortes doses Vasodilatateur coronaire, effet antispastique. Utilisation: Ampoule 10mg/10ml, Dilution non obligatoire : 1mg/ml IVDLent et PSE. Administration: Perfusion continue, en cas d œdème aigu pulmonaire sévère sans hypotension artérielle (STOP si TA inférieure à 100mmHg): posologie initiale de 2 à 4 mg/h entretien 2 à 15 mg/h. Indications:-Angor. -Syndrome coronaire aigu. -Œdème aigu pulmonaire cardiogénique. Contre indications:- hypotension artérielle, choc hypovolémique -hypertension intracranienne -cardiomyopathie obstructive - infarctus du myocarde de siège inférieur avec extension au ventricule droit à la phase aigüe. Précautions d emploi: Contrôle de la pression artérielle systémique assis ou couché avant et pendant tle traitement. t Effets Indésirables: Céphalées Hypotension orthostatique, syncope vasovagale Vasodilatation cutanée transitoire Troubles digestifs. Intoxication Médicamenteuse Gravité fonction du type, de la dose et du délais par rapport à l IMV. Surdosage: Méthémoglobinémie (cyanose sans hypoxie). Associations à éviter: Majoration de l hypotension avec : antihypertenseurs et autres vasodilatateurs, diurétiques. Autres produits méthémoglobinisants Associations à surveiller: Diurétiques IV (majoration de l effet hypotenseur)

12 Naloxone naloxone = narcan Description: morphinane Classe: Antagoniste pur des morphiniques, sans activité morphinique intrinsèque. Actions: Antagoniste pur et spécifique des morphinomimétiques directs. Utilisation: Ampoule 0,4mg/ml Dilution : 0,04mg/ml, 1 ampoule de narcan (0,4 mg) dans 9 ml d eau PPi (0,04 mg/ml). Administration: Intra-Veineuse exclusive dose initiale 0,08 mg (2 ml) IV renouveler toutes les deux minutes par injections de 0,04 mg IV jusqu à obtention d une fréquence respiratoire de 7 ou d une ETCO2 de 56. Naloxone Indications: traitement des intoxications aux morphinomimétiques directs. épreuve diagnostique dans certains comas toxiques. Précautions d emploi: Risque de syndrome de sevrage aigu brutal (é (réveil ilbrutal, agitation i, tachycardie, tachypnée, HTA)donc intérêt éê de la méthode de titration +++ Surveillance de la fonction respiratoire (FR, SpO2 et EtCO2) et de l état pupillaire. Durée d action brève 30 à 45 mn IV (2 heures IM) donc surveillance continue tant que l intoxication morphinique persiste +++ Méfiance en cas d intoxication médicamenteuse associée : benzodiazépines, barbituriques, alcool. Effets Indésirables: Frissons. Sevrage aigu brutal, Hyperventilation, Vomissements. Excitation psychomotrice, Anxiété. Hypertension artérielle, Œdème pulmonaire (rare). N-acétylcystéine Antidote de l intoxication au paracétamol Description: N Acétyl Cystéine (NAC) Classe: Aid Acide aminé iédéié dérivé, précurseur du glutathion. Action: Neutralise le métabolite hépatotoxique du paracétamol Utilisation: Flacon de 25ml (5g) à diluer dans du sérum glucosé à 5%. Administration: si la dose supposée ingéré est supérieure à 8 grammes, l administration est immédiate, sans attendre les résultats de la paracétamolémie. si la dose supposée ingéré est inférieure à 8 grammes, l administration est guidée par la paracétomolémie et le délai écoulé depuis la prise de paracétamol (Courbe de Prescott). Perfusion IVL de 150 mg/kg (dans 250 ml de G5%) en 60 min puis 50 mg/kg (dans 500ml de G5%) en 4 heures puis 100 mg/kg (dans 1000 ml de G5%) en 16 heures. Indications: Intoxication par le paracétamol Contre-Indications absolues: Hypersensibilité à acetylcystéine. Précautions d emploi: En fonction du dosage de la paracetamolémie, et en milieu hospitalier. Effets indésirables: Stomatite, épigastralgies, nausées, diarrhée. Hypersensibilité, urticaire, œdème angioneurotique, bronchospasme, choc anaphylactique. Réactions inflammatoires locales en cas d extravasation.

13 Flumazénil Description: Antidote de l intoxication aux benzodiazépines. Classe: Imidazo-benzodiazépine. Action: Antagoniste compétitif au niveau des récepteurs centraux des benzodiazépines Effet rapide <1 minute,demi vie de 30 min, durée d action : 1 à 2 heures. Utilisation: Ampoules 1mg /10ml ou 0,5mg/5ml soit 0,1mg/ml. Administration: Dose de charge : 0,3 mg IVD puis 0,1mg toutes les minutes jusqu à obtention du niveau de conscience ou de ventilation souhaité (max : 2mg ). Dose d entretien : 0,1 à 0,4 mg/h (durée de vie flumazénil inférieure aux benzodiazépines). Contre-Indications absolues: Hypersensibilité aux benzodiazépines ou Hypersensibilité au flumazénil. Contre-Indications relatives: Intoxication polymédicamenteuse (tricycliques en particulier) Epilepsie (abaissement du seuil épileptogène) Précautions d emploi: Risque de convulsions chez les patients traités au long cours par antidépresseurs tricycliques. Levée de l effet antiépileptogène des benzodiazépines (syndrome de sevrage chez les patients traités au long cours par benzodiazépines :épileptiques en particulier). Effets indésirables (rares): nausées, vomissements, palpitations, anxiété, hypersudation, excitation psychomotrice, crise convulsive, angor. Indications: Intoxication par les benzodiazépines Test diagnostic éventuel dans les comas médicamenteux ou inexpliqués. Morphine = Chlorhydrate de morphine Description: Opiacé de synthèse. Classe: Analgésique opioïde. Morphine Action: Sur le système nerveux central : Analgésie dose dépendante. Sur les centres respiratoires : dépression et inhibe la toux. Sur le muscle lisse : spasme des sphincters. Bronchostriction, myosis Effet antalgique dose dépendant sans plafonnement de l action antalgique. Utilisation: Ampoules de 1ml = 10mg Dilué dans 10ml => 1mg/ml Administration: IV par méthode de titration : posologie de départ 1 à 3 mg jusqu à analgésie satisfaisante i t ou apparition d effets secondaires. entretien au plus à la même dose toutes les 10 minutes. Indications: Douleurs intenses et/ou rebelles aux antalgiques de palier II. CI absolues: - Insuffisance respiratoire décompensée. -Insuffisance hépatocellulaire sévère (avec encéphalopathie). -traumatisme crânien, hypertension intracrânienne. -épilepsie non contrôlée agonistes/antagonistes morphiniques Précautions d emploi: insuffisance respiratoire décompensée insuffisance hépatocellulaire sévère sujet âgé : réduire la posologie initiale de moitié. hypertension intracrânienne : en cas d augmentation de la pression intracrânienne, l utilisation de la morphine au cours des douleurs chroniques devra être prudente. troubles mictionnels : risque de dysurie ou de rétention aiguë d urine. insuffisant rénal : débuter le traitement à posologie réduite. Effets Indésirables: nausées et vomissements. Constipation. somnolence. confusion, sédation, excitation, cauchemars. dépression respiratoire avec au maximum apnée. Dépendance physique et psychique avec accoutumance en 1 à 2 semaines. Associations contre-indiquées: agonistes-antagonistes morphiniques autres opioïdes ( antalgiques, antitussifs ) antidépresseurs sédatifs, anxiolytiques, neuroleptiques.

14 État de Choc Etat de Choc Choc Cardiogenique Choc Hémorragique- Hypovolémique Choc Anaphylactique Choc Septique Noradrénaline = Norépinéphrine. Description: Catécholamine. Classe: Sympathomimétique Noradrénaline Actions: Vasoconstricteur (alpha 1 +) (augmentation des résistances vasculaires périphériques et pulmonaires) Faible action ß1+ Métabolisme par desamination oxydative. Utilisation: Ampoule de 8mg/4ml, En PSE (dans du G5%) de 0,02 à 0,1 µg/kg/min à adapter en fonction de la réponse hémodynamique et de la tolérance tlé clinique. lii Inactivation par NaCl NCl09%d 0,9% donc àdiluer dans du G5% Administration: IVSE. Indications: Collapsus cardiovasculaire. Choc Septique.

15 Dobutamine CI : Troubles du rythme cardiaque, IDM, OAP. Précaution d emploi: Conservation à température ambiante et à l abri de la lumière Monitorage ECG / PA / FC +++ Effets indésirables: Nausées / vomissements. Douleur rétrosternale. Palpitations / troubles du rythme +++ (diminuer les doses si ESV) bradycardie / HTA. Nécrose cutanée si extravasation. (préférer VVC pour administration). Associations à éviter: Anesthésique halogénés, IMAO Description: Catécholamine. Classe: Sympathomimétique. Actions: bêta 1+ : inotrope positif légèrement bêta 2 + : bronchodilatateur. Elévation du débit cardiaque avec réduction des pressions de remplissage ventriculaire et des résistances vasculaires systémiques et pulmonaires. Faible augmentation de la consommation en O2 du myocarde. Utilisation: 5 à 20 µg/kg/min. A diluer dans 50ml de sérum physio isotonique ou sérum glucosé 5% ou eau PPI (jamais serum alcalin). Seringue de 50 ml : diluer 1 ampoule de 250mg (20ml) dans 30 ml d eau PPI/G5/NaCl 0,9% : dilution à 5 mg/ml (250mg dans 50 ml) Administration: IVSE (arret progressif). Indications: Choc cardiogénique Choc septique hypokinétique, IDM sévère. Contre indications: Allergie à la dobutamine. Rétrécissement aortique. Cardiomyopathies obstructives. Tamponnade. Précautions d emploi: Interdit chez les sportifs. Conservation à température ambiante. Monitorage: ECG/PA/FC. Diminuer progressivement les doses. Effets indésirables: Hypokaliémie. Tachycardie, extrasystoles, angor, palpitations, Nausées, céphalées, Prurit. Diminution de l efficacité après 96 heures de traitement (down régulation des bêta récepteurs). Association à surveiller: Bêta-bloquants = antagonisme compétitif et réversible. Dérivés nitrés. Description: Catécholamine Classe: Sympathomimétique Dopamine Actions: Le mécanisme d action est dose dépendant < 5 µg/kg/min : action dopaminergique : vasodilatation coronaire, rénale et mésentérique, augmentation du débit sanguin rénale et de l élimination sodique. 5 à 10 µg/kg/min : effet béta 1+ : inotrope + > 10 µg/kg/min : effet alpha + : vasoconstriction : augmentation des résistances périphériques et de la PA. Utilisation: Ampoules 200mg/5ml ; 50mg/5ml ; 50mg/10ml A diluer avec du sérum physio isotonique ou du sérum glucosé 5% ou eau PPI Administration: IVSE. Indications: Choc septique Choc cardiogénique, Chirurgie cardiaque.

16 Contre indications: Allergies aux sulfites (excipient) Arythmie Ventriculaire, Tachycardie Ventriculaire Cardiomyopathie obstructive Phéochromocytome. Etat de Choc Précautions d emploi: Inactivation par solutés alcalins. Interdit chez les sportifs. Conservation à l abri de la lumière et à température ambiante Surveillance continue de l ECG, PA et FC Effets indésirables: DOWN régulation effet épuisement APRES PLUS DE 3 jours d administration. Nausées, vomissements Tachycardie, arythmies, HTA, angor. Thrombose au point d injection (si veine périphérique et forte dose employée) avec nécrose cutanée Associations à surveiller: IMAO, Dilantin.

S o m m a i r e 1. Sémiologie 2. Thérapeutique

S o m m a i r e 1. Sémiologie 2. Thérapeutique Sommaire 1. Sémiologie... 1 Auscultation cardiaque... 1 Foyers d auscultation cardiaque... 1 Bruits du cœur... 1 Souffles fonctionnels... 2 Souffles organiques... 2 Souffle cardiaque chez l enfant... 3

Plus en détail

LES ANXIOLYTIQUES (OU TRANQUILLISANTS)

LES ANXIOLYTIQUES (OU TRANQUILLISANTS) LES ANXIOLYTIQUES (OU TRANQUILLISANTS) Définition : Médicaments de l anxiété, de l hyperémotivité, et des situations de stress. Les plus utilisés sont les benzodiazépines qui ont 5 propriétés : - myorelaxantes,

Plus en détail

PROTOCOLE DE SEVRAGE EN AMBULATOIRE

PROTOCOLE DE SEVRAGE EN AMBULATOIRE PROTOCOLE DE SEVRAGE EN AMBULATOIRE Objet : Sevrage d une dépendance physique aux opiacés ou apparentés Ce protocole tient compte de la sécurité du patient qui doit être optimale à son domicile comme en

Plus en détail

COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE

COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE N de version: 01 Date d'application : 13/09/2012 Réf.: CMUB-040 Pagination : 1 de 7 COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE Protocole N 040 Rédacteurs Dr Minerva Faddoul (Chalon sur Saone) Date 13/09/2012

Plus en détail

TRAITEMENT DE LA CRISE D ASTHME DU NOURRISSON. Caroline Thumerelle Hôpital Jeanne de Flandre CHRU Lille

TRAITEMENT DE LA CRISE D ASTHME DU NOURRISSON. Caroline Thumerelle Hôpital Jeanne de Flandre CHRU Lille TRAITEMENT DE LA CRISE D ASTHME DU NOURRISSON Caroline Thumerelle Hôpital Jeanne de Flandre CHRU Lille FACTEURS D ÉXACERBATION DE L ASTHME VIRUS ++++ Allergènes Stress, hypersécrétion Pollution atmosphérique

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES PRE ECLAMPSIES. Jérôme KOUTSOULIS. IADE DAR CHU Kremlin-Bicêtre. 94 Gérard CORSIA. PH DAR CHU Pitié-Salpétrière.

PRISE EN CHARGE DES PRE ECLAMPSIES. Jérôme KOUTSOULIS. IADE DAR CHU Kremlin-Bicêtre. 94 Gérard CORSIA. PH DAR CHU Pitié-Salpétrière. PRISE EN CHARGE DES PRE ECLAMPSIES Jérôme KOUTSOULIS. IADE DAR CHU Kremlin-Bicêtre. 94 Gérard CORSIA. PH DAR CHU Pitié-Salpétrière. 75 Pas de conflits d intérêts. Définitions Pré éclampsie Définitions

Plus en détail

Protocole d Utilisation des Opioïdes Par PCA en HAD

Protocole d Utilisation des Opioïdes Par PCA en HAD Protocole d Utilisation des Opioïdes Par PCA en HAD 1) Objet. Ce protocole a pour objet de décrire les modalités d utilisation des opioïdes injectables en PCA, en traitement symptomatique d une douleur,

Plus en détail

Observation. Merci à l équipe de pharmaciens FormUtip iatro pour ce cas

Observation. Merci à l équipe de pharmaciens FormUtip iatro pour ce cas Cas clinique M. ZAC Observation Mr ZAC ans, 76 ans, 52 kg, est admis aux urgences pour des algies fessières invalidantes, résistantes au AINS. Ses principaux antécédents sont les suivants : une thrombopénie

Plus en détail

PRISE EN CHARGE EN VILLE DES PERSONNES DÉPENDANTES AUX OPIACÉS

PRISE EN CHARGE EN VILLE DES PERSONNES DÉPENDANTES AUX OPIACÉS PRISE EN CHARGE EN VILLE DES PERSONNES DÉPENDANTES AUX OPIACÉS Constance Legroux (DCEM3) QUELQUES CHIFFRES 150 000 toxicomanes en France, dont moins de Diminution de la mortalité grâce à la mise sur le

Plus en détail

DEFINITION. Douleur aigüe Douleur chronique Titration de la morphine PCA. Composantes de la douleur. Sensation. Emotion Cognition.

DEFINITION. Douleur aigüe Douleur chronique Titration de la morphine PCA. Composantes de la douleur. Sensation. Emotion Cognition. Douleur aigüe Douleur chronique Titration de la morphine PCA DR C. Waintrop Service d anesthésie -Réanimation Hôpital Saint-Louis, Paris 10è DEFINITION Douleur: «Expérience sensorielle et émotionnelle

Plus en détail

PROTOCOLE d utilisation de la MORPHINE en PCA, hors traitement postopératoire

PROTOCOLE d utilisation de la MORPHINE en PCA, hors traitement postopératoire Comité de lutte contre la douleur PROTOCOLE d utilisation de la MORPHINE en PCA, hors traitement postopératoire Référence : CLUD 18 Version : 2 Date de diffusion Intranet : 23-10-2007 Objet Ce protocole

Plus en détail

E04a - Héparines de bas poids moléculaire

E04a - Héparines de bas poids moléculaire E04a - 1 E04a - Héparines de bas poids moléculaire Les héparines de bas poids moléculaire (HBPM) sont un mélange inhomogène de chaînes polysaccharidiques obtenues par fractionnement chimique ou enzymatique

Plus en détail

SECRELUX. 100 U poudre et solvant pour solution injectable. Information aux patients Notice

SECRELUX. 100 U poudre et solvant pour solution injectable. Information aux patients Notice SECRELUX 100 U poudre et solvant pour solution injectable Information aux patients Notice SECRELUX Nom du médicament SECRELUX Substance active : penta chlorhydrate de sécrétine Statut réglementaire Sur

Plus en détail

NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR MS Direct 10 mg comprimé enrobé MS Direct 20 mg comprimé enrobé sulfate de morphine

NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR MS Direct 10 mg comprimé enrobé MS Direct 20 mg comprimé enrobé sulfate de morphine NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR MS Direct 10 mg comprimé enrobé MS Direct 20 mg comprimé enrobé sulfate de morphine Veuillez lire attentivement l intégralité de cette notice avant de prendre ce médicament.

Plus en détail

Bien vous soigner. avec des médicaments disponibles sans ordonnance. juin 2008. Douleur. de l adulte

Bien vous soigner. avec des médicaments disponibles sans ordonnance. juin 2008. Douleur. de l adulte Bien vous soigner avec des médicaments disponibles sans ordonnance juin 2008 Douleur de l adulte Douleur de l adulte Ce qu il faut savoir La douleur est une expérience sensorielle et émotionnelle désagréable,

Plus en détail

Item 226 : Asthme de l enfant et de l adulte. Maladies et grands syndromes

Item 226 : Asthme de l enfant et de l adulte. Maladies et grands syndromes Item 226 : Asthme de l enfant et de l adulte. Maladies et grands syndromes Collège National des Enseignants de Réanimation Médicale Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE

Plus en détail

Dossier d information sur les bêtabloquants

Dossier d information sur les bêtabloquants Dossier d information sur les bêtabloquants Septembre 2014 I. Rappel sur les récepteurs bêta-adrénergiques Il y a actuellement 3 sortes de récepteurs bêta-adrénergiques connus: - Les récepteurs 1 qui sont

Plus en détail

Cas clinique n 1. Y-a-t-il plusieurs diagnostics possibles? Son HTA a t elle favorisé ce problème?

Cas clinique n 1. Y-a-t-il plusieurs diagnostics possibles? Son HTA a t elle favorisé ce problème? Cas clinique n 1 Michel que vous suivez de longue date a l impression depuis quelques jours, d entendre des battements irréguliers le soir en se couchant ; il va parfaitement bien par ailleurs et rapporte

Plus en détail

Asthme de l enfant Dr FERNANE. A Pédiatre hôpital André GREGOIRE Montreuil

Asthme de l enfant Dr FERNANE. A Pédiatre hôpital André GREGOIRE Montreuil Asthme de l enfant Dr FERNANE. A Pédiatre hôpital André GREGOIRE Montreuil Introduction L asthme est un inflammation chronique des voies aériennes associées à une hyperréactivité bronchique responsable

Plus en détail

Solution Pr VENTOLIN pour respirateur

Solution Pr VENTOLIN pour respirateur MONOGRAPHIE DE PRODUIT Solution Pr VENTOLIN pour respirateur solution de sulfate de salbutamol 5 mg/ml Pr VENTOLIN NEBULES P.F. solution de sulfate de salbutamol ampoules de 2,5 mg/2,5 ml et de 5 mg/2,5

Plus en détail

Définition PCA = ACP

Définition PCA = ACP 2012 Définition PCA = ACP Technique moderne de traitement de la douleur au cours de laquelle le patient relié à une pompe, s administre lui-même ses antalgiques à la demande Historique PCA 1968 - Variabilité

Plus en détail

Cardiopathies ischémiques

Cardiopathies ischémiques AU PROGRAMME Cardiopathies ischémiques Processus obstructif Notions essentielles 1. Définition Les cardiopathies sont des malformations du cœur : soit acquises, survenant au cours de la vie (cardiopathies

Plus en détail

Épreuve d effort électrocardiographique

Épreuve d effort électrocardiographique Épreuve d effort électrocardiographique J. Valty Diagnostic des coronaropathies. Pronostic après infarctus du myocarde. Indications particulières. Risques de l épreuve d effort? 1- Épreuve positive : segment

Plus en détail

Annuaire des consultations spécialisées de médecine d altitude : http://www.ffme.fr/uploads/medical/documents/liste-cs-medecine-montagne.

Annuaire des consultations spécialisées de médecine d altitude : http://www.ffme.fr/uploads/medical/documents/liste-cs-medecine-montagne. Pathologies chroniques et séjour en altitude : Recommandations pour le médecin généraliste D après la thèse du Dr Gilles de Taffin Les recommandations d usage à rappeler : Éviter l arrivée directe à des

Plus en détail

La prise en charge en ville d un enfant présentant une crise d asthme par les bronchodilatateurs

La prise en charge en ville d un enfant présentant une crise d asthme par les bronchodilatateurs La prise en charge en ville d un enfant présentant une crise d asthme par les bronchodilatateurs JL. HERMIL / C. MARGUET G.R.A.P.P. 2004 Quoi de neuf en médecine générale 2005 (DUMG/CHNGE) 1ère étape :

Plus en détail

Atrovent HFA 20 mcg/bouffée solution pour inhalation en flacon pressurisé (bromure d'ipratropium)

Atrovent HFA 20 mcg/bouffée solution pour inhalation en flacon pressurisé (bromure d'ipratropium) NOTICE ATROVENT HFA 20 MCG/BOUFFEE SOLUTION POUR INHALATION EN FLACON PRESSURISE (BPI n 0250-03 du 27.07.2005) Veuillez lire attentivement l'intégralité de cette notice avant d'utiliser ce médicament.

Plus en détail

INSUFFISANCE CARDIAQUE DROITE Dr Dassier HEGP

INSUFFISANCE CARDIAQUE DROITE Dr Dassier HEGP INSUFFISANCE CARDIAQUE DROITE Dr Dassier HEGP I Définition L'insuffisance cardiaque droite (IVD) se traduit par une augmentation des pressions de remplissage télédiastolique du ventricule droit (VD). Le

Plus en détail

Fibrillation atriale chez le sujet âgé

Fibrillation atriale chez le sujet âgé Dr Benoit Blanchard LE HAVRE Le 18 MARS 2014 Fibrillation atriale chez le sujet âgé Le plus fréquent des trouble du rythme cardiaque, 750,000 personnes atteintes de FA en France, 100,000 nouveaux cas chaque

Plus en détail

Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence

Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence Dominique GENDREL Necker-Enfants Malades Traiter en urgence en présence de trophozoïtes Plus de 80% des paludismes d importation en

Plus en détail

Carte de soins et d urgence

Carte de soins et d urgence Direction Générale de la Santé Carte de soins et d urgence Emergency and Healthcare Card Porphyries Aiguës Hépatiques Acute Hepatic Porphyrias Type de Porphyrie* Déficit en Ala déhydrase Ala Dehydrase

Plus en détail

Les anticoagulants. 22 février 2011 B. LORTAL-CANGUILHEM Pharmacien Institut Bergonié Bordeaux

Les anticoagulants. 22 février 2011 B. LORTAL-CANGUILHEM Pharmacien Institut Bergonié Bordeaux Les anticoagulants 22 février 2011 B. LORTAL-CANGUILHEM Pharmacien Institut Bergonié Bordeaux Traitements I. Héparine et HBPM II. Antivitamines K (AVK) III. Hirudines recombinantes IV. Inhibiteurs sélectifs

Plus en détail

Les différentes maladies du coeur

Les différentes maladies du coeur Auteur : Dr Pascal AMEDRO Les différentes maladies du coeur 1. Le cœur normal L oxygène capté dans l air va dans les poumons, où le sang «bleu» est alors oxygéné et devient «rouge». Il est conduit par

Plus en détail

TRAITEMENT DE L ASTHME. dr U de Pontbriand, Nantes le 3/12/2011

TRAITEMENT DE L ASTHME. dr U de Pontbriand, Nantes le 3/12/2011 TRAITEMENT DE L ASTHME DEFINITION du GINA (global initiative for asthma) «Maladie inflammatoire chronique des voies aériennes dans laquelle de nombreuses cellules jouent un rôle, notamment les mastocytes,

Plus en détail

Normolipémiants. Les raisons de leur prescription - Risque lipidique (épidémiologie) - Baisse du cholestérol (LDL) - Efficacité du traitement

Normolipémiants. Les raisons de leur prescription - Risque lipidique (épidémiologie) - Baisse du cholestérol (LDL) - Efficacité du traitement Normolipémiants Les raisons de leur prescription - Risque lipidique (épidémiologie) - Baisse du cholestérol (LDL) - Efficacité du traitement Avant le traitement : que faire? - Détermination des facteurs

Plus en détail

Point d Information. Le PRAC a recommandé que le RCP soit modifié afin d inclure les informations suivantes:

Point d Information. Le PRAC a recommandé que le RCP soit modifié afin d inclure les informations suivantes: Point d Information Médicaments à base d ivabradine, de codéine, médicaments contenant du diméthyl fumarate, du mycophénolate mofétil/acide mycophénolique, de l octocog alpha, spécialité Eligard (contenant

Plus en détail

Anticoagulants. Hémostase primaire Coagulation Fibrinolyse Vasoconstriction localisée + agrégation plaquettaire = formation d un thrombus plaquettaire

Anticoagulants. Hémostase primaire Coagulation Fibrinolyse Vasoconstriction localisée + agrégation plaquettaire = formation d un thrombus plaquettaire Anticoagulants I. Antiagrégants plaquettaires 1. Rappel Hémostase primaire Coagulation Fibrinolyse Vasoconstriction localisée + agrégation plaquettaire = formation d un thrombus plaquettaire Formation

Plus en détail

La conduite automobile est considérée comme un droit acquis lors de

La conduite automobile est considérée comme un droit acquis lors de D O S S I E R Cœur et accidents de la voie publique M. LERECOUVREUX, F. REVEL Hôpital d Instruction des Armées de Percy, CLAMART. Contre-indications cardiovasculaires temporaires ou définitives à la conduite

Plus en détail

L'épreuve d'effort. Date de création du document : - Université Médicale Virtuelle Francophone -

L'épreuve d'effort. Date de création du document : - Université Médicale Virtuelle Francophone - L'épreuve d'effort Date de création du document : 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Modalités de réalisation... 1 2 Indications...2 3 Contre-indications...3 4 Interprétation... 4 PRÉ-REQUIS

Plus en détail

Colette Franssen Département d Anesthésie Réanimation CHU Sart Tilman LIEGE

Colette Franssen Département d Anesthésie Réanimation CHU Sart Tilman LIEGE Colette Franssen Département d Anesthésie Réanimation CHU Sart Tilman LIEGE La mise au point préopératoire par un anesthésiste permet de mieux planifier l organisation de la salle d opération, d éviter

Plus en détail

oblitération partielle ou complète d une veine par un caillot

oblitération partielle ou complète d une veine par un caillot Plan du cours Phlébite Définition Rappel anatomique Physiopathologie de la thrombose veineuse Diagnostic Complications des phlébites Embolie pulmonaire Maladie veineuse post-phlébitique Traitement Traitement

Plus en détail

Accidents hémorragiques des anticoagulants, thrombopénie induite par l héparine

Accidents hémorragiques des anticoagulants, thrombopénie induite par l héparine Accidents hémorragiques des anticoagulants, thrombopénie induite par l héparine Item 326. Prescription et surveillance des classes de médicaments les plus courantes chez l'adulte et chez l'enfant. Connaître

Plus en détail

Le traitement de l'insuffisance cardiaque chez le chien

Le traitement de l'insuffisance cardiaque chez le chien Folia veterinaria Le traitement de l'insuffisance cardiaque chez le chien Les principaux traitements à instaurer chez le chien insuffisant cardiaque sont passés en revue en insistant sur les critères de

Plus en détail

SPES / NEPALE. Date : Protocole validé et réactualisé le 13/12/2013 ETAPES PRELIMINAIRES A LA PRESCRIPTION

SPES / NEPALE. Date : Protocole validé et réactualisé le 13/12/2013 ETAPES PRELIMINAIRES A LA PRESCRIPTION RECOMMANDATION POUR LA PRESCRIPTION DE MORPHINE EN PERFUSION CONTINUE MODE PCA SPES / NEPALE Date : Protocole validé et réactualisé le 13/12/2013 N hésitez pas à utiliser les modèles d ordonnances, Pour

Plus en détail

L ANALGESIE AUTOCONTROLEE PAR LE PATIENT (PCA)

L ANALGESIE AUTOCONTROLEE PAR LE PATIENT (PCA) L ANALGESIE AUTOCONTROLEE PAR LE PATIENT (PCA) METHODE DE CONTROLE DE LA DOULEUR AIGUE EFFICACE ET SURE. OSWALT KE 1990 OBJECTIF : METTRE EN PLACE LA PCA CHEZ LE PLUS GRAND NOMBRE DE PATIENTS SANS AUGMENTER

Plus en détail

Pertes de connaissance brèves de l adulte : prise en charge diagnostique et thérapeutique des syncopes

Pertes de connaissance brèves de l adulte : prise en charge diagnostique et thérapeutique des syncopes engendrer, des conséquences physiques engendrées par la chute et de l entourage familial (classe 1). Il est recommandé d évaluer l intérêt de mettre en place une téléalarme, surtout après une chute. 5.3

Plus en détail

1 - Que faut-il retenir sur les anticoagulants oraux?

1 - Que faut-il retenir sur les anticoagulants oraux? La nouvelle convention pharmaceutique offre l opportunité aux pharmaciens d accompagner les patients traités par anticoagulants oraux au long cours afin de prévenir les risques iatrogéniques. Les anticoagulants

Plus en détail

EXEMPLE DE METHODOLOGIE POUR L ELABORATION D UN PROTOCOLE DOULEUR Marie AUBRY Infirmière référente douleur Hôpital TENON AP-HP Paris XX e SOMMAIRE

EXEMPLE DE METHODOLOGIE POUR L ELABORATION D UN PROTOCOLE DOULEUR Marie AUBRY Infirmière référente douleur Hôpital TENON AP-HP Paris XX e SOMMAIRE EXEMPLE DE METHODOLOGIE POUR L ELABORATION D UN PROTOCOLE DOULEUR Marie AUBRY Infirmière référente douleur Hôpital TENON AP-HP Paris XX e SOMMAIRE Etape n 1 : Faire l état des lieux Identifier la situation

Plus en détail

Carnet de suivi Lithium

Carnet de suivi Lithium Carnet de suivi Lithium Brochure d information sur les troubles bipolaires et leur traitement par lithium Nom : Ce carnet est important Si vous le trouvez, merci de le faire parvenir à l adresse cidessous

Plus en détail

Meloxidolor 5 mg/ml solution injectable pour chiens, chats, bovins et porcins

Meloxidolor 5 mg/ml solution injectable pour chiens, chats, bovins et porcins 1. DÉNOMINATION DU MÉDICAMENT VÉTÉRINAIRE Meloxidolor 5 mg/ml solution injectable pour chiens, chats, bovins et porcins 2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE Un ml contient: Principe actif: Méloxicam

Plus en détail

QUI PEUT CONTRACTER LA FA?

QUI PEUT CONTRACTER LA FA? MODULE 1 : COMPRENDRE LA FIBRILLATION AURICULAIRE 16 QUI PEUT CONTRACTER LA FA? La FA est plus fréquente chez les personnes âgées. Par contre, la FA dite «isolée» (c.-à-d. sans qu il y ait de maladie du

Plus en détail

RÉSUMÉ DES CARACTÉRISTIQUES DU PRODUIT. Bisolax 5 mg comprimés enrobés contient 5 mg de bisacodyl par comprimé enrobé.

RÉSUMÉ DES CARACTÉRISTIQUES DU PRODUIT. Bisolax 5 mg comprimés enrobés contient 5 mg de bisacodyl par comprimé enrobé. RÉSUMÉ DES CARACTÉRISTIQUES DU PRODUIT 1. Dé nomination du mé dicame nt Bisolax 5 mg comprimés enrobés. 2. Composition qualitative e t quantitative Bisolax 5 mg comprimés enrobés contient 5 mg de bisacodyl

Plus en détail

B06 - CAT devant une ischémie aiguë des membres inférieurs

B06 - CAT devant une ischémie aiguë des membres inférieurs B06-1 B06 - CAT devant une ischémie aiguë des membres inférieurs L ischémie aiguë est une interruption brutale du flux artériel au niveau d un membre entraînant une ischémie tissulaire. Elle constitue

Plus en détail

Céphalées. 1- Mise au point sur la migraine 2- Quand s inquiéter face à une céphalée. APP du DENAISIS

Céphalées. 1- Mise au point sur la migraine 2- Quand s inquiéter face à une céphalée. APP du DENAISIS Céphalées 1- Mise au point sur la migraine 2- Quand s inquiéter face à une céphalée EPU DENAIN -14 novembre 2006 Dr Kubat-Majid14 novembre 2006 Dr KUBAT-MAJID Céphalées 1 Mise au point sur la migraine

Plus en détail

LES ANTIMIGRAINEUX. Médicaments de la crise et médicaments de fond

LES ANTIMIGRAINEUX. Médicaments de la crise et médicaments de fond LES ANTIMIGRAINEUX Migraine : maladie qui peut être handicapante selon fréquence, durée, intensité des crises, signes d accompagnement (digestifs), retentissement sur la vie quotidienne, professionnelle,

Plus en détail

Thérapeutique anti-vhc et travail maritime. O. Farret HIA Bégin

Thérapeutique anti-vhc et travail maritime. O. Farret HIA Bégin Thérapeutique anti-vhc et travail maritime O. Farret HIA Bégin Introduction «L hépatite C est une maladie le plus souvent mineure, mais potentiellement cancérigène, qu on peut ne pas traiter et surveiller

Plus en détail

La migraine ANEPF ANEPF ANEPF. Chapitre 5. ANEPF Migraine 23/10/02 15:47 Page 1 NEPF ANEPF ANEPF ANEPF ANEPF ANEPF ANEPF ANEPF ANEPF ANEPF AN

La migraine ANEPF ANEPF ANEPF. Chapitre 5. ANEPF Migraine 23/10/02 15:47 Page 1 NEPF ANEPF ANEPF ANEPF ANEPF ANEPF ANEPF ANEPF ANEPF ANEPF AN Migraine 23/10/02 15:47 Page 1 Chapitre 5 N N F La migraine 1 AN PF PF Migraine 23/10/02 15:47 Page 2 Chapitre 5 : La migraine Deuxième Partie AN ANE F La migraine est une affection très fréquente, souvent

Plus en détail

RESEAU REGIONAL DOULEUR EN BASSE NORMANDIE. PCA d'opioïde fort en douleur cancéreuse

RESEAU REGIONAL DOULEUR EN BASSE NORMANDIE. PCA d'opioïde fort en douleur cancéreuse PCA en douleur cancéreuse Page 1/16 PCA d'opioïde fort en douleur cancéreuse 1. DÉFINITION DE LA PCA : C'est une technique d'auto administration basée sur le principe du contrôle par le patient lui-même

Plus en détail

Les anticoagulants. PM Garcia Sam Hamati. sofomec 2008

Les anticoagulants. PM Garcia Sam Hamati. sofomec 2008 Les anticoagulants PM Garcia Sam Hamati sofomec 2008 1 Les anticoagulants sofomec 2008 point de vue HAS AVK = 13% des hospitalisations pour accidents iatrogènes 17 000 hospitalisations / an /France pas

Plus en détail

PROCEDURE. Plan canicule

PROCEDURE. Plan canicule PROCEDURE Plan canicule Codification : QGR-RISK-PRC-03 Date d application : 30/06/2015 Date de modification : Version : 1.0 Nombre de pages : 7 Objet : - Prévenir les risques liés à l exposition de la

Plus en détail

MIGRAINE - TRAITEMENT

MIGRAINE - TRAITEMENT MIGRAINE - TRAITEMENT Restauration d une bonne qualité de vie Adapté à chaque patient Reposant sur trois axes : éviction des facteurs déclenchants traitement de crise traitement prophylactique ANAES 2002

Plus en détail

E03 - Héparines non fractionnées (HNF)

E03 - Héparines non fractionnées (HNF) E03-1 E03 - Héparines non fractionnées (HNF) Les héparines sont des anticoagulants agissant par voie parentérale. 1. Modalités d u tilisation Mode d action : l héparine est un cofacteur de l antithrombine

Plus en détail

PLAC E DE L AN ALYS E TOXIC OLOG IQUE EN URGE NCE HOSP ITALI ERE

PLAC E DE L AN ALYS E TOXIC OLOG IQUE EN URGE NCE HOSP ITALI ERE PLAC E DE L AN ALYS E TOXIC OLOG IQUE EN URGE NCE HOSP ITALI ERE CHEFIRAT B. Les intoxications aiguës constituent un réel problème de santé publique dont l impact reste encore à évaluer. Le nombre total

Plus en détail

Endoscopie et traitement anticoagulant ou anti-aggrégant plaquettaire

Endoscopie et traitement anticoagulant ou anti-aggrégant plaquettaire Endoscopie et traitement anticoagulant ou anti-aggrégant plaquettaire Recommandations en 2007 Yann le baleur DES Introduction 1 million de patients sous aspirine 300.000 patients sous anti-vitamine K (AVK)

Plus en détail

Questions / Réponses. Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées

Questions / Réponses. Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées Questions / Réponses Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées Quelques chiffres sur les troubles du sommeil et la consommation de benzodiazépines

Plus en détail

TRONC COMMUN SOINS CRITIQUES : Cardiologie - Document du participant Module 2 DIRECTION DES SOINS INFIRMIERS ET DES REGROUPEMENTS CLIENTÈLES

TRONC COMMUN SOINS CRITIQUES : Cardiologie - Document du participant Module 2 DIRECTION DES SOINS INFIRMIERS ET DES REGROUPEMENTS CLIENTÈLES TRONC COMMUN SOINS CRITIQUES : Cardiologie - Document du participant Module 2 DIRECTION DES SOINS INFIRMIERS ET DES REGROUPEMENTS CLIENTÈLES Tous droits réservés, CHUM, août 2014 1 Situation infirmière

Plus en détail

Les Nouveaux Anticoagulants Oraux

Les Nouveaux Anticoagulants Oraux Les Nouveaux Anticoagulants Oraux EPU AMEDYG 15 mai 2013 Dr Benjamin MANEGLIA 20 Bd Jean PAIN 38000 GRENOBLE bmaneglia@orange.fr Plan * Rappels sur les AVK * Hémostase Cascade de la coagulation * Le rivaroxaban

Plus en détail

Nouveaux anti-thrombotiques. Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1

Nouveaux anti-thrombotiques. Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1 Nouveaux anti-thrombotiques Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1 Classification Antithrombines directes o Lépirudine REFLUDAN o Désirudine

Plus en détail

Les opioïdes. Aude Ferran. Avril 2010

Les opioïdes. Aude Ferran. Avril 2010 Les opioïdes Aude Ferran Avril 2010 Introduction Analgésiques centraux = diminuent ou suppriment la douleur par un effet au niveau du système nerveux central (moelle épinière ou cerveau) Introduction Opioïdes

Plus en détail

Recommandations après le retrait des associations dextropropoxyphène/paracétamol et dextropropoxyphène/paracétamol/caféine

Recommandations après le retrait des associations dextropropoxyphène/paracétamol et dextropropoxyphène/paracétamol/caféine Groupe Référent Médecins Généralistes de l Afssaps Mise au point Prise en charge des douleurs de l adulte modérées à intenses Recommandations après le retrait des associations dextropropoxyphène/paracétamol

Plus en détail

Perfusions de corticoïdes à domicile

Perfusions de corticoïdes à domicile Perfusions de corticoïdes à domicile Livret Infirmier Copyright France 2009 Physiopathologie de la SEP La sclérose en plaques (SEP) est une maladie neurologique inflammatoire, caractérisée par la destruction

Plus en détail

Vous intervenez en équipage SMUR sur un accident de la voie publique : à votre arrivée sur les lieux, vous trouvez un homme d environ 30 ans au sol à

Vous intervenez en équipage SMUR sur un accident de la voie publique : à votre arrivée sur les lieux, vous trouvez un homme d environ 30 ans au sol à Vous intervenez en équipage SMUR sur un accident de la voie publique : à votre arrivée sur les lieux, vous trouvez un homme d environ 30 ans au sol à plat dos, inconscient Glasgow 3, à 20 mètres d une

Plus en détail

Atelier Prise en Charge Médicamenteuse

Atelier Prise en Charge Médicamenteuse Premières journées communes Lyon Avril 2013 Atelier Prise en Charge Médicamenteuse Traitements anticoagulants De la théorie à la pratique P. Fagnoni-2013 1 Accidents thrombotiques Artériels & Veineux Artériels

Plus en détail

La pompe cardiaque, le débit cardiaque et son contrôle

La pompe cardiaque, le débit cardiaque et son contrôle UEMPSfO - Physiologie Chapitre 4 : La pompe cardiaque, le débit cardiaque et son contrôle Professeur Christophe RIBUOT Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits

Plus en détail

La Dysplasie Ventriculaire Droite Arythmogène

La Dysplasie Ventriculaire Droite Arythmogène 1 La Dysplasie Ventriculaire Droite Arythmogène Document rédigé par l équipe pluridisciplinaire du centre de référence pour les maladies cardiaques héréditaires (Paris), en collaboration avec des patients

Plus en détail

MESO-STRESS. Dr B. Pasquini

MESO-STRESS. Dr B. Pasquini 1 MESO-STRESS Dr B. Pasquini Définitions : «D un point de vue biologique, le stress est l interaction entre dommages et défenses, au même titre qu en physique, la tension représente l interface entre une

Plus en détail

I Rappels sur l organisation et le fonctionnement du système nerveux autonome :

I Rappels sur l organisation et le fonctionnement du système nerveux autonome : Chapitre 15 : LES MEDICAMENTS DU SYSTEME NERVEUX AUTONOME ET DE LA PLAQUE MOTRICE : rappels sur l organisation et le fonctionnement général les substances sympathomimétiques Plan Introduction I. Rappels

Plus en détail

L asthme Dr Sophie Figon & Pr Jean-Pierre DUBOIS Département de Médecine Générale Université Claude Bernard LYON I

L asthme Dr Sophie Figon & Pr Jean-Pierre DUBOIS Département de Médecine Générale Université Claude Bernard LYON I L Dr Sophie Figon & Pr Jean-Pierre DUBOIS Département de Médecine Générale Université Claude Bernard LYON I Définition. Caractéristiques. Prévalence Dyspnée sifflante due à une obstruction bronchique,

Plus en détail

1- Parmi les affirmations suivantes, quelles sont les réponses vraies :

1- Parmi les affirmations suivantes, quelles sont les réponses vraies : 1- Parmi les affirmations suivantes, quelles sont les réponses vraies : a. Les troubles fonctionnels digestifs sont définis par les critères de Paris b. En France, le syndrome de l intestin irritable touche

Plus en détail

RELPAX. hydrobromure d élétriptan

RELPAX. hydrobromure d élétriptan RELPAX hydrobromure d élétriptan * Pharmacocinétique * Toxicologie * Formulation galénique * Essais cliniques * Conclusion * Pharmacocinétique * Toxicologie * Formulation galénique * Essais cliniques *

Plus en détail

Item 182 : Accidents des anticoagulants

Item 182 : Accidents des anticoagulants Item 182 : Accidents des anticoagulants COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Cruralgie par hématome

Plus en détail

Atelier N 2. Consultation de patientes porteuses d une maladie générale

Atelier N 2. Consultation de patientes porteuses d une maladie générale Atelier N 2 Consultation de patientes porteuses d une maladie générale Contre indica,ons à la grossesse Hypertension artérielle pulmonaire >30mmHg Maladie de Marfan (dilatation aortique>4 cm) Rétrécissement

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR A DOMICILE. PAR les infirmières libérales

PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR A DOMICILE. PAR les infirmières libérales PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR A DOMICILE PAR les infirmières libérales Pour un suivi bien orchestré de l hôpital à la ville Prise de conscience par les équipes que tout ne s arrête pas à la porte de l

Plus en détail

URGENCES MEDICO- CHIRURGICALES. Dr Aline SANTIN S.A.U. Henri Mondor

URGENCES MEDICO- CHIRURGICALES. Dr Aline SANTIN S.A.U. Henri Mondor URGENCES MEDICO- CHIRURGICALES Dr Aline SANTIN S.A.U. Henri Mondor Coup d envoi Définition de l urgence Fonction des personnes : Pour les patients : «ça ne va pas», «il n est pas comme d habitude», «il

Plus en détail

Actualité sur la prise en charge de l arrêt cardiaque

Actualité sur la prise en charge de l arrêt cardiaque Actualité sur la prise en charge de l arrêt cardiaque 24 ème Congrès de la Coordination des Infirmiers Anesthésistes et de Réanimation de Caen et sa Région Dr Buléon Clément Pôle Réanimation-Anesthésie-SAMU,

Plus en détail

MÉDICAMENTS DE L HÉMOSTASE

MÉDICAMENTS DE L HÉMOSTASE MÉDICAMENTS DE L HÉMOSTASE Dr HAFIDI POLE ANESTHESIE RENAIMATION CHU DE NICE Antiagrégants gants plaquettaires Ticlopidine (TICLID) clopidogrel (PLAVIX) S opposent à l ag. Plaq. Effets indésirables: hémorragies,

Plus en détail

DIAMICRON MR (Gliclazide) Monographie de produit Page 1 de 5

DIAMICRON MR (Gliclazide) Monographie de produit Page 1 de 5 PARTIE III : RENSEIGNEMENTS POUR LE CONSOMMATEUR Pr DIAMICRON MR Gliclazide Comprimés à libération modifiée de 30 mg Comprimés sécables à libération modifiée de 60 mg Le présent dépliant constitue la troisième

Plus en détail

7- Les Antiépileptiques

7- Les Antiépileptiques 7- Les Antiépileptiques 1 Définition L épilepsie est un trouble neurologique chronique caractérisé par la survenue périodique et imprévisible de crises convulsives dues à l émission de décharges électriques

Plus en détail

Notions de base Gestion du patient au bloc opératoire

Notions de base Gestion du patient au bloc opératoire Notions de base Gestion du patient au bloc opératoire Vieillissement de la population Augmentation du nombre de patients porteurs de stimulateurs cardiaques et défibrillateurs implantables Augmentation

Plus en détail

INSUFFISANCE CARDIAQUE «AU FIL DES ANNEES»

INSUFFISANCE CARDIAQUE «AU FIL DES ANNEES» INSUFFISANCE CARDIAQUE «AU FIL DES ANNEES» v On ne guérit pas ( en général ) d une insuffisance cardiaque, mais on peut la stabiliser longtemps, très longtemps à condition v Le patient insuffisant cardiaque

Plus en détail

Migraine et Abus de Médicaments

Migraine et Abus de Médicaments Migraine et Abus de Médicaments Approches diagnostiques et thérapeutiques des Céphalées Chroniques Quotidiennes Pr D. DEPLANQUE Département de Pharmacologie médicale EA 1046, Institut de Médecine Prédictive

Plus en détail

LES CONDUITES ADDICTIVES

LES CONDUITES ADDICTIVES EOM N.I LES CONDUITES ADDICTIVES I. introduction : - addiction : assuétude, asservissement, dépendance, toxicomanie. - Problème majeur de la santé publique. - Mortalité et morbidité élevées. pertes de

Plus en détail

Les toxiques les plus courants et les plus dangereux

Les toxiques les plus courants et les plus dangereux Chapitre83 Les toxiques les plus courants et les plus dangereux L. CORDIER, V. LAPLAZA 1. Introduction Les intoxications sont devenues la première cause d admission à l hôpital des sujets jeunes dans les

Plus en détail

Agitation et Violence

Agitation et Violence Agitation et Violence Cadre général Objectif Examen Un patient agité n'est pas forcément violent. Un patient violent peut être dangereux Faire la part entre : un problème médical sous-jacent un problème

Plus en détail

neurogénétique Structures sensibles du crâne 11/02/10 Classification internationale des céphalées:2004

neurogénétique Structures sensibles du crâne 11/02/10 Classification internationale des céphalées:2004 11/02/10 Structures sensibles du crâne neurogénétique Cheveux Cuir chevelu Tissu sous cutané Périoste Os Dure mère Méninges molles Cerveau vaisseaux MIGRAINE:PHYSIOPATHOLOGIE MIGRAINE:PHYSIOPATHOLOGIE

Plus en détail

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE SOURCES : ligues reins et santé A LA BASE, TOUT PART DES REINS Organes majeurs de l appareil urinaire, les reins permettent d extraire les

Plus en détail

ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT

ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT 1. DENOMINATION DU MEDICAMENT 2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE 3. FORME PHARMACEUTIQUE 4. DONNEES CLINIQUES 4.1. Indications thérapeutiques 4.2.

Plus en détail

Migraine : traitement de la crise. Comment utiliser les triptans?

Migraine : traitement de la crise. Comment utiliser les triptans? Migraine : traitement de la crise Comment utiliser les triptans? 6 ème congrès national de lutte contre la douleur 19-20 Mars Alger Alain Serrie Service de Médecine de la douleur, médecine palliative et

Plus en détail

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX (NOAC)

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX (NOAC) LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX (NOAC) Introduction Cette brochure est destinée à toute personne dont le traitement nécessite la prise d un médicament de la classe «nouveaux anticoagulants oraux». Elle

Plus en détail

mid-regional atrial (or A-type) natriuretic peptide (MR-proANP),

mid-regional atrial (or A-type) natriuretic peptide (MR-proANP), mid-regional atrial (or A-type) natriuretic peptide (MR-proANP), Troubles du rythme atrial ou ventriculaire Embolie pulmonaire BPCO sévère avec pressions droites élevées Insuffisance rénale Syndrome infectieux

Plus en détail

:: Atrésie de l œsophage

:: Atrésie de l œsophage :: Atrésie de l œsophage Définition : L atrésie de l œsophage est une malformation congénitale caractérisée par une interruption de continuité de l œsophage. Dans 50 % des cas, elle est associée à d autres

Plus en détail