CHAPITRE 3: MÉTHODES DE FORMULATION DES BÉTONS

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CHAPITRE 3: MÉTHODES DE FORMULATION DES BÉTONS"

Transcription

1 CHAPITRE 3: MÉTHODES DE FORMULATION DES BÉTONS Fait par: SAFI Brahim

2 1. Introduction : L étude de la composition d un béton, consiste à définir le mélange optimal des différents granulats dont on dispose ainsi que le dosage en ciment et en eau, afin de réaliser un béton dont les qualités soient celles recherchées pour la construction de l ouvrage ou de partie d ouvrage en cause. Les méthodes de composition se subdivisent en deux types : Les méthodes à «granularité continue», si la courbe sur le graphique granulométrique s élevant d une façon continue ; autrement dit du plus petit grain de ciment de dimension d c 6.3µm au plus gros grain D des graviers. Toutes les grosseurs intermédiaires sont représentées. Exemple : béton constitué d un sable 0/5 mm et deux graviers 5/20 mm et 20/50 mm.

3 Les méthodes à «granularité discontinue», lorsque la courbe granulométrique correspondante présente un palier qui équivaut à un manque d élément intermédiaire Exemple : béton constitué d un sable 0/5 mm et d un gravier 20/50. La granularité continus permet d obtenir des bétons plus plastiques et de bonne ouvrabilité ; Par contre la granularité discontinus conduit à des bétons présentant en général, des résistances en compression un peu supérieures mais au détriment de l ouvrabilité ; il semble toute fois que la plus part des bétons actuellement utilisés sont à granularité continue.

4 2. Différentes méthodes : 2.1. Méthode de Bolomey Par une formule appropriée, on trace une courbe granulométrique de référence et d où s efforce de réaliser avec des granulats dont on dispose une composition granulaire totale (ciment compris), dont la courbe soit aussi proche que possible de la courbe de référence théorique. La formule de base est la suivante. P A ( 100 A) d D P : est le pourcentage de grains passant à la passoire de diamètre D : est le diamètre des plus gros grains. A : la valeur de A dépendra de - la consistance souhaité de béton - la provenance des granulats. Elle varie de 6 à 16, étant d autant plus élevée que le dosage en ciment est plus fort. Cette méthode aboutit théoriquement tout au moins à une granularité continue.

5 2.2. Méthode de Faury : La particularité de cette méthode est qu elle est : - Applicable à tous les granulats, qu elle que soit la masse volumique Faury à distingué des grains fins et moyens des celles gros et la pente de la droite n est pas la même pour chacune de ces deux courbes, il adopta aussi une échelle des abscisses graduée en 5 d L abscisse du point de rencontre de ces deux droites est fixée D/2 et son ordonnée par la formule : Où: B Y A 17 5 D R 0,75 D A : constante, traduisant la maniabilité du béton. B : constant traduisant l importance du serrage du béton. D : plus grande dimension de tamis. R : rayon moyen démoule.

6 2.3. Méthode d Abrams C est une règle de mélange basée sur l obtention d un certain module de finesse global pour le mélange de granulats à partir de la connaissance des modules de finesse des granulats à employer. Le module de finesse du mélange est choisi de manière que les vides dans ce mélange soient en principe, réduits au minimum ; les modules optimaux pour béton de granulat roulés, détermines expérimentalement par Abrams, sont indiqués dans le tableau (1). En fonction du dosage en ciment et de la dimension D du granulat le plus gros.

7 Tableau (1) : Valeurs optimales d après ABRAMS du module de finesse des compositions granulaire des bétons courants Dosage en ciment Dimension maximale D des granulats kg/m La règle de mélange d ABRAMS, permet de de calculer les pourcentages relatifs des granulats de module de finesse Mf1 et Mf2, choisi pour obtenir un module de finesse Mf choisi pour le mélange

8 2.4. Méthode de Vallette : Vallette à mis au point une méthode essentiellement expérimentale. Mais qui nécessite cependant un certain nombre de calcul préparatoire dans les cas les plus courants, on partira en général de deux granulats (béton binaire) : un sable 0/5mm et un graviers présentant le plus souvent une certaine discontinuité avec le sable. On calcul d abord le dosage de sable et ciment devant donner en principe le mortier plein à minimum de ciment, ce dosage s obtient en mesurant les vides du sable mouillé et ou calculant le dosage en ciment permettant de remplir le volume des vides du sable par un volume égale de pâte pure de ciment. On ajoute ensuite le maximum de gravier mouillé compatible avec une ouvrabilité permettant un moulage correct et une mise en œuvre facile dans les conditions du chantier.

9 On obtient alors le béton plein à minimum de sable et le moins dosé (en ciment). Les dosages en ciment auxquels on abouti ainsi sont presque toujours très nettement au-dessous des dosages nécessaires pour obtenir les résistances souhaitées et la plasticité nécessaire l étanchéité ou autres qualités pour déterminer la composition du béton de dosage en ciment suffisant pour la résistance à obtenir ou fixe à priori dans certains cas ou on évalue par un calcul approprié, le volume de pâte pure compensatrice à substituer à un égal volume plein mouillé de sable.

10 2.5. Méthode de Joisel : S inspirant comme Faury de la théorie de caquot mais en la généralisant, A.joisel propose de considérer que la loi de granulation conduisant à la compacité maximale est fonction de m d, m dépendant de la compacité avec laquelle se serre un granulat de dimension uniforme selon les moyens de serrage, m peut alors varier de 3 à 10.Comme dans la théorie de Faury, on aboutit donc en principe à une granularité continue sauf, bien entendu, si les granulats dont on dispose en pratique présentent une discontinuité. Comme pour les méthodes de Faury et Valette, le dosage en ciment déterminé par cette méthode est le dosage minimal correspondant théoriquement sur le plan granulométrique, à la compacité maximale, ce dosage est en général nettement inférieur (150 à 200Kg/m 3 ) au dosage nécessaire ou exigé (250 à 400Kg/m 3 dans la plus part des cas). Une correction doit être apportée dans ce sens.

11 3. METHODES DE CALCUL DE LA COMPOSITION DU BETON SELON G. DREUX 3.1. Données de base A) Nature de l ouvrage La connaissance de la nature de l ouvrage est nécessaire : ouvrage massif ou au contraire élancé et de faible épaisseur, faiblement ou très ferraillé. Il sera nécessaire de connaître l épaisseur minimale et les dispositions des armatures dans les zones les plus ferraillées : distance minimale entre elles et couvertures par rapport au coffrage. B) Résistance souhaité On demandera en général, une résistance nominale n à la compression à 28 jours et compte tenu des dispersions et de l écart quadratique, il foudra viser une résistance moyenne à 28 jours :

12 C) Ouvrabilité désirée : Elle en fonction de la nature de l ouvrage ( plus ou moins massifs ou plus ou moins ferraillé), de la difficulté du bétonnage, des moyens de serrage, etc, elle peut se définir en général par la plasticité désirée mesurée par affaissement au cône comme indiqué le tableau suivant : Tableau ( 2) : Evaluation de l ouvrabilité par référence à l affaissement au cône ou au test d ouvrabilité Affaissement A Nombre de chocs Plasticité Serrage en cm test Béton très ferme Vibration puissante 0 à 2 >60 Béton ferme Bonne vibration 3 à 5 30 à 50 Béton plastique Vibration courante 6 à 9 15 à 25 Béton mou Piquage 10 à à 15 Béton liquide Léger piquage 14 < 10

13 3.2. Dimension maximale des granulats : La dimension maximale des granulats ( D max ) est choisie suivant les spécificité de l ouvrage à bâtir. Le tableau suivant montre les règles à suivre, en général ces valeurs sont valables pour une granularité continue, tandis que une granularité discontinue, ces valeurs devront être diminuer de 20% environ. Tableau ( 3) : Dimension maximale du granulat. Caractéristiques de la pièce à béton Dimension D des granulats Roulés Concassés e- espacement entre armatures horizontales c- couverture entre armatures et coffrages r- rayon moyen des mailles de ferraillage r - rayon moyen du moule ( volume à remplir de béton par rapport à la surface totale des parois et armatures. hm = épaisseur minimale D e D 0.9 e D 0.8 c D 0.7 c D 1.85 r D 1.65 r D 1.2 r D r D 0.25 hm

14 3.3. Dosage en ciment : On commencera par évaluer approximativement le rapport C/E en fonction de la résistance moyenne désirée f C28j Avec : f C28j : Résistance moyenne en compression désirée ( à 28 jours) en bars, R C28j : Classe vraie du ciment ( à 28 jours) en bars, C : Dosage en ciment ( en kg/m 3 ), E : Dosage en eau totale sur matériau secs ( en litre), G : Coefficient granulaire.

15 Tableau ( 4) : Valeurs approximatives du coefficient granulaire ( G) Qualité des granulats Fins ( D ) Dimension D des granulats Moyen (25 D ) Gros ( D Excellente Bonne, courante Passable Le dosage en ciment est en fonction de C/E, mais également du dosage en eau E nécessaire pour une ouvrabilité satisfaisante. L abaque de la figure n 1 permet d évaluer approximativement C en fonction de C/E et de l ouvrabilité désirée qui doit être considérée comme une donnée au problème.

16 Figure ( 1) : Abaque permettant d évaluer approximativement le dosage en ciment à prévoir en fonction du rapport C/E et de l ouvrabilité désirée ( affaissement au cône).

17 3.4. Dosage en eau : L abaque de la figure (2), donne l allure générale de la variation du dosage en eau en fonction de l affaissement au cône et du test d ouvrabilité. Il ne s agit bien entendu que d ordre de grandeur pour des bétons courants et permettant de dégrossir rapidement une formule de composition mais comme pour tous les facteurs de cette composition c est à notre avis par des essais sur des éprouvettes que les divers éléments constitutifs, et l eau tout particulièrement, peuvent être définitivement dosés.

18 Figure ( 2) : Variation relatives moyennes du dosage en eau E et du nombre de chocs du test d ouvrabilité. en fonction de l affaissement, dans le cas des bétons composés selon la présente méthode ( le dosage en sable augmente quand le dosage en ciment diminue).

19 Correction du dosage en eau en fonction de Dmax Les données précédents sont plus particulièrement applicables aux bétons dont la dimension maximale des granulats est d environ D = 25 mm ( dimension la plus courante). Si l on a D < 25 mm, la surface spécifique des granulats augmente et à plasticité équivalente, il foudra légèrement majorer le dosage en eau, et vice- versa. La correction sur le dosage en eau correspond à D = 25 mm, peut être approximativement évaluée d après les valeurs du tableau ( I.5) en fonction de D. Tableau ( 5) : Correction en pourcentage sur le dosage en eau en fonction de la dimension maximale des granulats Dimension maximale des granulats D en mm Correction du dosage en eau ( %)

20 Dosage en eau réelle : La quantité d eau totale (sur matériau supposés secs) étant ainsi approximativement déterminée, en obtiendra la quantité d eau à ajouter sur les granulats humides en déduisant l eau d apport ( contenue dans les granulats).

21 3.5. Dosage des granulats Analyses granulométriques des granulats Sur un graphique d analyse granulométrique, on trace la courbe granulaire de référence OAB. Point B à l ordonnée 100% correspond à la dimension D du plus gros granulats. Point de brisure A à pour coordonnées : En abscisse Si D 25 mm X = D/2. Si D > 25 mm X est située au milieu du segment limité par le Module 38 ( 5mm) et le module correspond à D ; En ordonnée : Y = 50 (D max ) 1/2 + K. Avec K : est un terme correcteur qui dépend du dosage en ciment, de l'efficacité de serrage, de la forme des granulats ( roulés ou concassés) et également de module de finesse du sable. Les valeurs de K est donnée sur le tableau (6) :

22

23 Tableau (6) : Valeurs de K Vibration Faible normale Puissante Forme des granulats Roulé Concassé Roulé Concassé Roulé Concassé Dosage 400+fluidif en ciment

24 Note 1 : Si le module de finesse du sable est fort ( sable grossier), une correction supplémentaire sera effectué de façon à relever le point A, ce qui correspond à augmenter le dosage en sable et vice versa. La correction supplémentaire ( sur K ) peut être effectuée en ajoutant la valeur Ks = 6Mf 15. Note 2 : Si la quantité du béton est précisée «pompable», il conviendra de conférer au béton le maximum de plasticité et de l enrichir en sable par rapport à un béton de qualité «courante». On pourra pour cela majorer le terme correcteur K de la valeur Kp = +5 à +10 environ, selon le degré de plasticité désiré Coefficient de compacité ( ) : C est le rapport à un mètre cube du volume absolu des matériaux solides ( ciment et granulats) réellement contenus dans un mètre cube de béton frais en œuvre. On choisira une valeur approximative de dans le tableau (7) :

25 Tableau (7) : Valeurs du coefficient de compacité Consistance Compactage ( serrage) Coefficient de compacité D=5 D=10 D=16 D=25 D=40 D=63 D=100 Piquage Molle Vibration faible Vibration normale Piquage Plastique Vibration faible Vibration normale Vibration puissante Vibration faible Ferme Vibration normale Vibration puissante

26 Note : Ces valeurs sont convenables pour des granulats roulés sinon il conviendra d apporter les corrections suivantes : sable roulé et gravier concassé = ; sable et gravier = pour les granulats légers, on pourra diminuer de 0.03 les valeurs de qui correspondant ici à des granulats denses ordinaires Détermination du dosage des granulats : La courbe granulaire de référence OAB doit être tracée sur la même graphique que les courbes granulométriques des granulats composants. On trace alors les lignes de partage entre chacun en joignant le point à 95% de la courbe granulaire du premier, au point à 5% de la courbe du granulat suivant, et ainsi de suite. On lira alors sur la courbe de référence au point de croisement avec la ou les droites de partage le pourcentage en volume absolu de chacun des granulats g1, g2, g3,par exemple. Si C est le dosage en ciment, le volume absolue des grains de ciment est

27 Si C est le dosage en ciment, le volume absolue du ciment est : V c = C / c..vc = C /3,1 en admettant une masse spécifique de c = 3.1 pour les grains de ciment,valeur moyenne habituellement admise) On choisira dans le tableau ( I.6), une valeur convenable du coefficient de compacité en fonction de D, de la consistance et de l efficacité du serrage. Le volume absolue des granulats sera: V g = V c Et V g = V g1 +V g2 + V g3 Si g1, g2, g3 sont les pourcentages en volume absolu des granulats. Les volumes absolus de chacun des granulats sont par suite : V g1 = g 1 V g V g2 = g 2 V g V g3 = g 3 V g

28 Si les masses spécifiques de chacun de ces granulats sont g1, g2, g3 les masses de chacun deux sont : G 1 = V 1 g1 G 2 = V 2 g2 G 3 = V 3 g3 G 1 + G 2 + G 3 = G (masse totale du granulat) Apres avoir obtenu les résultats du calcul on ferra les essais d études en préparant des gâchées d essais et en fonctionnant des éprouvettes afin de vérifier la consistance et la résistance du béton.

29 4. Correction (d après DREUX) 4.1. Résistance insuffisante : Si la résistance mécanique est insuffisante on peut : Augmenter le dosage en ciment. Diminuer le dosage en eau mais il est impératif de maintenir une plasticité suffisante, faire appel à un adjuvant fluidifiant. On peut également augmenter la résistance en diminuant le dosage en élément fin du sable au profit des éléments plus gros (augmenter du module de finesse ) ; mais dans ce cas, il faut faire attention à la diminution de l ouvrabilité. On peut également augmenter le rapport G/S en diminuant un peu de la qualité de sable au profit du gravier, il suffit d abaisser un peu le point A de la courbe de référence. Si l on retenu par le temps, on pourra effectuer quelques écrasements d éprouvettes à 7 jours en adoptant R 28 /R 7 =1.45.

30 4.2. Ouvrabilité insuffisante, ségrégabilité Soit ajouter un sable ( ou faire appel à un adjuvant plastifiant). Soit augmenter le dosage en eau ( mais on risque des chutes de résistance). Soit augmenter le dosage des éléments fins, il suffit de relever le point A de la courbe de référence Ajustement de la formule au m3 : Pour ajuster la formule au m 3, on pèse plusieurs éprouvettes de béton frais en œuvre. Soit la densité réelle ainsi mesurée. Si 0 est la densité théorique, la correction X à apporter sur la masse totale des granulats est : X = 1000 ( - 0 ) kg Sur la masse de chacun des granulats, la correction à apporter est : X P1/G, X P2/G, X P3/G. Avec P1, P2, P3 : Masses déterminées précédemment, G : Masse totale des granulats.

31 Essai de gâchage Béton frais : mesure Δ (contrôle des dosages effectifs) mesure plasticité (contrôle de la consistance) mesure teneur en air (contrôle des vides) Fabrication éprouvette (contrôle de β moyen) Béton durci: mesure Δ, mesure β cube, évolution scléromètre, évolution essai gel, perméabilité, essais spéciaux... Corrections En fonction des observations, des mesures faites lors de l essai de gâchage et des résistances mécaniques obtenues, il sera nécessaire d effectuer des corrections.

Formulation et détermination du type de liants hydrocarbonés et mixte à froid et en centrale. Alan Carter, ÉTS

Formulation et détermination du type de liants hydrocarbonés et mixte à froid et en centrale. Alan Carter, ÉTS et détermination du type de liants hydrocarbonés et mixte à froid et en centrale Formation sur le retraitement à froid des chaussées souples Montréal, 4-6 décembre 2007 Plan de la présentation Méthode

Plus en détail

Ministère des Travaux Publics Transports et Communications (MTPTC) Conception et réalisation QUELQUES REGLES POUR CONSTRUIRE DES MAISONS PLUS SOLIDES

Ministère des Travaux Publics Transports et Communications (MTPTC) Conception et réalisation QUELQUES REGLES POUR CONSTRUIRE DES MAISONS PLUS SOLIDES (MTPTC) Validation Conception et réalisation QUELQUES REGLES POUR CONSTRUIRE DES MAISONS PLUS SOLIDES où peut-on construire une maison? 2 NON NON NON ne pas construire sous une falaise ne pas construire

Plus en détail

Le béton léger prêt à l emploi, la solution idéale pour les applications intérieures et extérieures

Le béton léger prêt à l emploi, la solution idéale pour les applications intérieures et extérieures TZ-fert_franz.QXD 20.09.2006 13:52 Uhr Seite 1 Le béton léger prêt à l emploi, la solution idéale pour les applications intérieures et extérieures Préparation: Ajouter la quantité d eau requise (voir indications

Plus en détail

2.5 Les bétons : fabrication et transport

2.5 Les bétons : fabrication et transport .5 Les bétons : fabrication et transport.5.1 - La fabrication du béton Avant d aborder la fabrication du béton, il n est pas inutile de rappeler qu il s agit d un matériau obtenu en mélangeant un ensemble

Plus en détail

Programme d Assurance Qualité (PAQ) pour les bétons des ouvrages d art Canton du Valais

Programme d Assurance Qualité (PAQ) pour les bétons des ouvrages d art Canton du Valais Programme d Assurance Qualité (PAQ) pour les bétons des ouvrages d art Canton du Valais Guide d utilisation Version abrégée Table des matières 1 OBJECTIFS... 2 2 VERSION... 2 3 SPÉCIFICATION DU BÉTON À

Plus en détail

NORME BETON AUTOPLAÇANT LA NORME BETON AUTOPLAÇANT

NORME BETON AUTOPLAÇANT LA NORME BETON AUTOPLAÇANT LA NORME BETON AUTOPLAÇANT 1 Le BETON AUTOPLAÇANT fait l objet de règles complémentaires dans la norme NF EN 206-9 Cette norme précise les règles qui s appliquent au BAP en complément des règles communes

Plus en détail

Cahier des Charges Béton Imprimé : 10 cm à couler sur une fondation en béton

Cahier des Charges Béton Imprimé : 10 cm à couler sur une fondation en béton 1. Béton Cahier des Charges Béton Imprimé : 10 cm à couler sur une fondation en béton 1.1 Définition Le béton imprimé est principalement caractérisé par un traitement de surface spécifique qui est une

Plus en détail

PROJET DE FIN D ETUDES La nouvelle norme des bétons NF EN 206-1 Application pratique sur un chantier de bâtiment

PROJET DE FIN D ETUDES La nouvelle norme des bétons NF EN 206-1 Application pratique sur un chantier de bâtiment LEUVREY Jean-Pascal Elève Ingénieur de 5 ème année INSA Strasbourg GENIE CIVIL PROJET DE FIN D ETUDES La nouvelle norme des bétons NF EN 206-1 Application pratique sur un chantier de bâtiment Enseignant

Plus en détail

Le chantier compte 4 étapes :

Le chantier compte 4 étapes : 02 Bien mettre en place le 03 béton désactivé La technique du béton désactivé consiste à mettre en valeur les granulats en éliminant la couche superficielle du mortier en surface. Un chantier de béton

Plus en détail

PRESCRIPTION DES BETONS SELON LES NORMES NBN EN 206-1:2001 & NBN B 15-001:2004

PRESCRIPTION DES BETONS SELON LES NORMES NBN EN 206-1:2001 & NBN B 15-001:2004 PRESCRIPTION DES BETONS SELON LES NORMES NBN EN 206-1:2001 & NBN B 15-001:2004 Avec exemples de spécifications de bétons et cahier des charges-type DOSSIER CIMENT 34 avril 2005 béton norme q4 (Ajp) BBSfB

Plus en détail

CATALOGUE AKTA Chaux-Chanvre : Pôle Habitat Ecologique 2013

CATALOGUE AKTA Chaux-Chanvre : Pôle Habitat Ecologique 2013 CATALOGUE AKTA Chaux-Chanvre : Pôle Habitat Ecologique 2013 AKTA - Chanvre Chènevotte calibrée pour le béton de chanvre et enduits isolants Domaine d emploi AKTA Chanvre est issu d un chanvre non-roui.

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE SikaLatex

FICHE TECHNIQUE SikaLatex FICHE TECHNIQUE SikaLatex RÉSINE À MÉLANGER À L'EAU DE GÂCHAGE DES MORTIERS DESCRIPTION DU PRODUIT Le SikaLatex est une dispersion aqueuse de résine synthétique qui se présente sous la forme d un liquide

Plus en détail

Document Technique d Application

Document Technique d Application Document Technique d Application Référence Avis Technique 13/15-1273 Annule et remplace le Document Technique d Application 13/12-1140*V1 Chape non destinée à l enrobage de planchers chauffants Chape fluide

Plus en détail

Norme NF EN 206-1 et DTU 21

Norme NF EN 206-1 et DTU 21 Norme NF EN 206-1 et DTU 21 La norme NF EN 206-1, avec son annexe nationale, devient la base normative pour tous les bétons de structure. Introduction La norme européenne NF EN 206-1 remplace la norme

Plus en détail

FOYER - INSERT - POÊLE - CUISINIÈRE ÉVACUER LES FUMÉES EN TOUTE SÉCURITÉ GUIDE POUJOULAT RACCORDER CRÉER TUBER

FOYER - INSERT - POÊLE - CUISINIÈRE ÉVACUER LES FUMÉES EN TOUTE SÉCURITÉ GUIDE POUJOULAT RACCORDER CRÉER TUBER FOYER - INSERT - POÊLE - CUISINIÈRE GUIDE POUJOULAT RACCORDER CRÉER TUBER ÉVACUER LES FUMÉES EN TOUTE SÉCURITÉ CHOISIR POUJOULAT POUR PLUS DE PERFORMANCE POUR L AVENIR > Les conduits Poujoulat sont ronds,

Plus en détail

GEOSYNTHETIQUES MURS DE SOUTENEMENT

GEOSYNTHETIQUES MURS DE SOUTENEMENT 06 GEOSYNTHETIQUES MURS DE SOUTENEMENT information général & applications FR GEOSYNTHETIQUES En appliquant les constructions de soutènement Emoblock avec la géogrille Fortrac, nous créons une solution

Plus en détail

Guide de mise en œuvre. Liant ProKalK

Guide de mise en œuvre. Liant ProKalK Guide de mise en œuvre Liant ProKalK Applications Confort Caractéristiques du produit Caractéristiques physiques Dosage et conseil d utilisation Isolation du sol en béton de chanvre ProKalK Isolation pour

Plus en détail

2.7 Le bétonnage par temps chaud par temps froid

2.7 Le bétonnage par temps chaud par temps froid Chapitre Les bétons courants.7 Le bétonnage par temps chaud par temps froid.7.1 - Le bétonnage par temps chaud 3 Granulats Les conditions climatiques lors de la mise en œuvre ont une grande influence sur

Plus en détail

CATALOGUE GENERALE. Technologie de pompage pour le bâtiment. Technologie de pompage pour le bâtiment le bâtiment. Technologie de pompage pour le bâtim

CATALOGUE GENERALE. Technologie de pompage pour le bâtiment. Technologie de pompage pour le bâtiment le bâtiment. Technologie de pompage pour le bâtim technologie de pompage pour le batiment le bâtiment Technologie de pompage pour le bâtim Technologie de pompage pour le batiment Technologie de pompage pour Technologie de pompage pour le batiment CATALOGUE

Plus en détail

Utilisation des tabelles de dimensionnement

Utilisation des tabelles de dimensionnement ponctuelle Tabelle A - Sans tuyaux de chauffage sol Tabelle B - Avec tuyaux de chauffage sol répartie Tabelle C - Résistance à la compression de l'isolation thermique par m 2 Utilisation des tabelles de

Plus en détail

Catalogue des bandes BFL-Mastix

Catalogue des bandes BFL-Mastix Catalogue des bandes BFL-Mastix pour l étanchéité durable des joints type N type R NOUVEAU Profils spéciaux pour joints soumis à des mouvements et à des pressions élevées type R4 type RB Propriétés des

Plus en détail

CHRYSO Serenis. Agent réducteur de retrait

CHRYSO Serenis. Agent réducteur de retrait CHRYSO Serenis Agent réducteur de retrait C H RY S O S e re n i s A g e n t r é d u c t e u r d e re t r a i t Le béton est un matériau vivant, siège de réactions chimiques lentes et par ailleurs soumis

Plus en détail

FOYER- INSERT - POÊLE - CHAUDIÈRE - CUISINIÈRE ÉVACUER LES FUMÉES EN TOUTE SÉCURITÉ GUIDE POUJOULAT RACCORDER CRÉER TUBER

FOYER- INSERT - POÊLE - CHAUDIÈRE - CUISINIÈRE ÉVACUER LES FUMÉES EN TOUTE SÉCURITÉ GUIDE POUJOULAT RACCORDER CRÉER TUBER FOYER- INSERT - POÊLE - CHAUDIÈRE - CUISINIÈRE GUIDE POUJOULAT RACCORDER CRÉER TUBER ÉVACUER LES FUMÉES EN TOUTE SÉCURITÉ CHOISIR CHEMINÉES POUR PLUS DE PERFORMANCE > Les conduits Poujoulat sont ronds,

Plus en détail

UTILISATION DES SÉDIMENTS VALORISÉS : exemple de la plate-forme expérimentale SOLINDUS pour le pré-traitement des produits de dragage

UTILISATION DES SÉDIMENTS VALORISÉS : exemple de la plate-forme expérimentale SOLINDUS pour le pré-traitement des produits de dragage UTILISATION DES SÉDIMENTS VALORISÉS : exemple de la plate-forme expérimentale SOLINDUS pour le pré-traitement des produits de dragage Dr H. Bréquel, Responsable département Recherche 1 1 /20 CONTEXTE ET

Plus en détail

Document Technique d Application. Agilia sols A

Document Technique d Application. Agilia sols A Document Technique d Application Référence Avis Technique 12/09-1553*V2 Annule et remplace le Document Technique d Application 12/09-1553*V1 Intègre le modificatif 12/09-1553*02 Mod Chape fluide à base

Plus en détail

SOMMAIRE : POSE DE PARQUET A COLLER. 1 - Matériel nécessaire

SOMMAIRE : POSE DE PARQUET A COLLER. 1 - Matériel nécessaire POSE DE PARQUET A COLLER SOMMAIRE : 1 - Matériel nécessaire 2 - Préparer la pose 3 - La pose - Les deux premiers rangs - Les rangs suivants 4 - Les plinthes 1 - Matériel nécessaire Mètre Crayon Scie sauteuse

Plus en détail

accessibilité des maisons individuelles neuves

accessibilité des maisons individuelles neuves accessibilité des maisons individuelles neuves Conseil d Architecture, d urbanisme et de l environnement du Gard 2012 Depuis la loi de Février 2005, toutes les constructions neuves de type logement individuel

Plus en détail

Nombre de colis / palette. Nombre de pièces/ palette

Nombre de colis / palette. Nombre de pièces/ palette mb rock Panneau rigide avec un bord flexible et disponible en 4 largeurs qui s adapte parfaitement aux espaces courants entre montants sans découpe Echelle de densité + le + produit : bord flexible, largeur

Plus en détail

Fiche Technique d Évaluation sismique : Construction basse en Maçonnerie Non-armée, Chaînée, ou de Remplissage en Haïti

Fiche Technique d Évaluation sismique : Construction basse en Maçonnerie Non-armée, Chaînée, ou de Remplissage en Haïti .0 RISQUES GEOLOGIQUES DU SITE NOTES. LIQUÉFACTION : On ne doit pas trouver de sols granulaires liquéfiables, lâches, saturés, ou qui pourraient compromettre la performance sismique du bâtiment, dans des

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN EN ETUDE ET ECONOMIE DE LA CONSTRUCTION. 1 ère PARTIE :

BREVET DE TECHNICIEN EN ETUDE ET ECONOMIE DE LA CONSTRUCTION. 1 ère PARTIE : 1 ère PARTIE : ETUDE PREVISIONNELLE A - OBJET DE L ÉTUDE : Technicien économiste de la construction dans une entreprise de gros œuvre, vous êtes chargé d établir le devis estimatif de l infrastructure

Plus en détail

Pompe pneumatique de remplissage de trémie PERMET D EVITER LE PORT DE CHARGES ET L UTILISATION D UNE ECHELLE

Pompe pneumatique de remplissage de trémie PERMET D EVITER LE PORT DE CHARGES ET L UTILISATION D UNE ECHELLE Pompe pneumatique de remplissage de trémie PERMET D EVITER LE PORT DE CHARGES ET L UTILISATION D UNE ECHELLE email : ventes@alpha-automatismescom - Tél : 02 31 21 07 85 - Fax : 02 31 21 07 88 wwwalpha-automatismescom

Plus en détail

etanchéité des joints dans les ouvrages en béton collage des bandes bfl-mastix avec mastix ms-polymer noir MASTIX MS-Polymer noir

etanchéité des joints dans les ouvrages en béton collage des bandes bfl-mastix avec mastix ms-polymer noir MASTIX MS-Polymer noir etanchéité des joints dans les ouvrages en béton collage des bandes bfl-mastix avec Bande BFL-Mastix type R revêtue de gravillons sur trois faces Cordon de sécurité Plan de collage MASTIX MS-Polymer noir

Plus en détail

Liste minimale des éléments habituellement demandés par le Groupe Spécialisé

Liste minimale des éléments habituellement demandés par le Groupe Spécialisé Document entériné par le Groupe Spécialisé n 3 le 15 janvier 2013 Liste minimale des éléments habituellement demandés par le Groupe Spécialisé Groupe Spécialisé n 3 «Structures, planchers et autres composants

Plus en détail

Chape sèche FERMACELL

Chape sèche FERMACELL Chape sèche Des systèmes reconnus dans la construction sèche présentant des qualités coupefeu et d isolation phonique. Descriptif : Chape sèche de haute qualité adaptée à divers domaines d utilisation,

Plus en détail

RÈGLES DE DIMENSIONNEMENT ET DE CONSTRUCTION POUR LES LOGEMENTS EN MAÇONNERIE CHAÎNEE

RÈGLES DE DIMENSIONNEMENT ET DE CONSTRUCTION POUR LES LOGEMENTS EN MAÇONNERIE CHAÎNEE Guy Nordenson and Associates RÈGLES DE DIMENSIONNEMENT ET DE CONSTRUCTION POUR LES LOGEMENTS EN MAÇONNERIE CHAÎNEE Build Change, Programme d Assistance Technique à la Reconstruction de Logements suite

Plus en détail

PROCEDURE DE POSE ET D ENTRETIEN DES SEPARATEURS D HYDROCARBURES COALISATOR-GG. Table des matières

PROCEDURE DE POSE ET D ENTRETIEN DES SEPARATEURS D HYDROCARBURES COALISATOR-GG. Table des matières Table des matières 1 Identification et description des séparateurs... 1 2 Conditions d utilisation... 4 3 Installation... 4 4 Mise en service... 6 5 Maintenance et exploitation... 6 1 Identification et

Plus en détail

ANNEXE 1 REGLEMENT 894-14 CAHIER DES NORMES DE CONSTRUCTION ROUTIÈRE CHEMINS MUNICIPAUX

ANNEXE 1 REGLEMENT 894-14 CAHIER DES NORMES DE CONSTRUCTION ROUTIÈRE CHEMINS MUNICIPAUX ANNEXE 1 REGLEMENT 894-14 MUNICIPALITÉ DE CHELSEA 100, chemin Old Chelsea, Chelsea (Québec) J9B 1C1 Tél.: (819) 827-1124 Télécopieur : (819) 827-2672 Courriel : info@chelsea.ca CAHIER DES NORMES DE CONSTRUCTION

Plus en détail

TARIF 2015. (Prix entreprises)

TARIF 2015. (Prix entreprises) TARIF 2015 (Prix entreprises) 1- Graves et Graviers chargement départ gravière du Rhône/Chamoson chargement au Silo en mode automatique 24h/24h (faire les bons en journée) chargement au Trax (selon horaire

Plus en détail

Béton ciré sols & murs

Béton ciré sols & murs Béton ciré sols & murs FICHE PRATIQUE BÉTON CIRÉ SOLS & MURS 1 Les nouveautés apportées par Cirex System Face à la demande croissante et à l engouement des médias pour le béton ciré, Cirex System a décidé

Plus en détail

FILTRATION à SABLE A/G

FILTRATION à SABLE A/G FILTRATION à SABLE A/G Le média filtrant A/G Le sable A/G est unanimement reconnu pour ses excellentes qualités de filtration, bien supérieures à celles d un traditionnel sable de Loire par exemple. Cela

Plus en détail

PRODUITS ROUTE. DENSO France 45 rue Jean Jaurès 92300 Levallois-Perret Tél. : 01.41.40.00.88 Fax : 01.47.31.76.67 Internet: www.denso-france.

PRODUITS ROUTE. DENSO France 45 rue Jean Jaurès 92300 Levallois-Perret Tél. : 01.41.40.00.88 Fax : 01.47.31.76.67 Internet: www.denso-france. PRODUITS ROUTE DENSO France 45 rue Jean Jaurès 92300 Levallois-Perret Tél. : 01.41.40.00.88 Fax : 01.47.31.76.67 Internet: Contact : Stéphan FIX : 06.81.779.807 E-Mail : stephan.fix@denso-france.fr TOK

Plus en détail

Chapitre 4 Statique des fluides

Chapitre 4 Statique des fluides Chapitre 4 Statique des fluides Un fluide est corps liquide (état compact et désordonné) ou gazeux (état dispersé et désordonné). On ne s intéresse ici qu à une partie de la statique des fluides : la notion

Plus en détail

Façades en béton apparent

Façades en béton apparent FICHE TECHNIQUE Façades en béton apparent 2 3 4 5 CONNAÎTRE > Le matériau > Mise en œuvre REGARDER > Fissures > Éclatement du béton > Corrosion des armatures ENTRETENIR > Réparation du béton > Nettoyage

Plus en détail

Aires industrielles. Bain-de-Bretagne (35) Chelles (77) Lumbres (62) Marseille (13)

Aires industrielles. Bain-de-Bretagne (35) Chelles (77) Lumbres (62) Marseille (13) Aires industrielles Bain-de-Bretagne (35) Chelles (77) Lumbres (62) Marseille (13) 19 20 Plateforme logistique de Bain-de-Bretagne (35) Identification Lieu : ZI de Bain-de-Bretagne (35) Maître d ouvrage

Plus en détail

POLITERM BILLES DE POLYSTYRÈNE POUR MORTIER LÉGER ET BÉTON THERMO-ACOUSTIQUE

POLITERM BILLES DE POLYSTYRÈNE POUR MORTIER LÉGER ET BÉTON THERMO-ACOUSTIQUE POLITERM BILLES DE POLYSTYRÈNE POUR MORTIER LÉGER ET BÉTON THERMO-ACOUSTIQUE Le granulat POLITERM est l élément essentiel de toute notre gamme sols, c est une bille de polystyrène vierge expansée à granulométrie

Plus en détail

B1 Cahiers des charges

B1 Cahiers des charges B1 Cahiers des charges B1 cahiers des charges 35 B.1 Cahiers des charges Ce chapitre contient les cahiers des charges. Pour plus d informations, nous réfèrons au paragraphe B.3. Mise en oeuvre et B.4 Détails

Plus en détail

La finition de l enduit Tadelakt, ne sera pas influencée par la nature du support existant.

La finition de l enduit Tadelakt, ne sera pas influencée par la nature du support existant. Tadelakt TEXTE DE BASE POUR CAHIER DES CHARGES Le Tadelakt, un mot d origine Arabe, est un enduit imperméable à la chaux hydraulique naturelle, souvent utilisé pour la construction des hammams et maisons

Plus en détail

Avis Technique non valide

Avis Technique non valide Procédé de mur en béton léger Wall with insulating light concrete Wand auf Basis von isolierenden leichten Betons Constat de Traditionalité n 20/10-170 Edition corrigée du 1 er décembre 210 Procédé de

Plus en détail

PROGRAMME D HABILETÉS EN FAUTEUIL ROULANT (WSP-F)

PROGRAMME D HABILETÉS EN FAUTEUIL ROULANT (WSP-F) PROGRAMME D HABILETÉS EN FAUTEUIL ROULANT (WSP-F) LIGNES DIRECTRICES POUR LE PARCOURS À OBSTACLES VERSION 4.1 CANADIENNE-FRANÇAISE Les activités d entraînement et d évaluation du WSP-F 4.1 peuvent se dérouler

Plus en détail

Etude Annuelle. Analyse expérimentale et données constructeur. Comportement «durable» Contenu. Citroën C4-Coupé, Entreprise.

Etude Annuelle. Analyse expérimentale et données constructeur. Comportement «durable» Contenu. Citroën C4-Coupé, Entreprise. décembre 8 Yann DUCHEMIN Citroën C4-Coupé, Entreprise Etude Annuelle Analyse expérimentale et données constructeur Au terme d une année d utilisation d un véhicule de marque Citroën, et de type C4- coupé

Plus en détail

>I Maçonnerie I Escaliers

>I Maçonnerie I Escaliers ESCALIERS >I Maçonnerie I Sommaire Terminologie Textes de référence Mise en œuvre Conception Finition Produits Cahier des Clauses Techniques Particulières g Terminologie n Ouvrage de circulation verticale

Plus en détail

BRANCHEMENTS A L EGOUT REALISES SOUS MAITRISE D OUVRAGE PRIVEE

BRANCHEMENTS A L EGOUT REALISES SOUS MAITRISE D OUVRAGE PRIVEE BRANCHEMENTS A L EGOUT REALISES SOUS MAITRISE D OUVRAGE PRIVEE ANNEXE 7 AU REGLEMENT DU SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT PRESCRIPTIONS RELATIVES A LA CONCEPTION, A LA REALISATION ET AUX CONDITIONS DE LA

Plus en détail

>I En savoir plus I Thermique

>I En savoir plus I Thermique g Un peu d histoire n Choc pétrolier en 1973 Prise de conscience de notre totale dépendance au pétrole Nécessité de maîtrise de la consommation énergétique dans le secteur du bâtiment n Protocole de Kyoto

Plus en détail

= RÉALISATION DE QUALITÉ DURABLE

= RÉALISATION DE QUALITÉ DURABLE PAVÉS EN BETON CONCEPTION APPROPRIÉE + MISE EN OEUVRE PROFESSIONNELLE = RÉALISATION DE QUALITÉ DURABLE 10 règles de base pour une mise en œuvre correcte de revêtements de pavés en béton 1 2 3 4 5 6 7 8

Plus en détail

Sécurité antichute Technique de levage Technique d arrimage Safety Management. permanents

Sécurité antichute Technique de levage Technique d arrimage Safety Management. permanents 01 Sécurité antichute Technique de levage Technique d arrimage Safety Management systèmes de sécurité permanents 2 SpanSet - Compétence et passion pour votre sécurité Des mesures de sécurité s imposent

Plus en détail

Kit Douche à l italienne. La solution pour votre. douche plain-pied

Kit Douche à l italienne. La solution pour votre. douche plain-pied Kit Douche à l italienne La solution pour votre douche plain-pied Le Kit comprend Un caniveau inox et ses accessoires Une membrane d étanchéité Caniveau avec forme de pente intégrée Grille de protection

Plus en détail

COURS D ACOUSTIQUE DU DU BATIMENT. Chapitre 4 : ACOUSTIQUE DES LOCAUX CORRECTION ACOUSTIQUE

COURS D ACOUSTIQUE DU DU BATIMENT. Chapitre 4 : ACOUSTIQUE DES LOCAUX CORRECTION ACOUSTIQUE COURS D ACOUSTIQUE DU DU BATIMENT Chapitre 1 : NOTIONS DE BASE Chapitre 2 : LES SOURCES DE BRUIT Chapitre 3 : ISOLATION ACOUSTIQUE DES PAROIS Chapitre 4 : ACOUSTIQUE DES LOCAUX CORRECTION ACOUSTIQUE Chapitre

Plus en détail

GUIDE TECHNIQUE PANNEAUX BOIS MASSIFS TOURILLONNES

GUIDE TECHNIQUE PANNEAUX BOIS MASSIFS TOURILLONNES GUIDE TECHNIQUE PANNEAUX BOIS MASSIFS TOURILLONNES 1 INTRODUCTION AU PRODUIT 3 QUALITE PROFILS 4 CARACTERISTIQUES TECHNIQUES 9 TABLEAU DE PRE-DIMENSIONNEMENT 10 2 INTRODUCTION AU PRODUIT DESCRIPTION Les

Plus en détail

ISOLATION FONDATIONS DES. La rénovation domiciliaire éconergétique CONSIDÉRATIONS GÉNÉRALES

ISOLATION FONDATIONS DES. La rénovation domiciliaire éconergétique CONSIDÉRATIONS GÉNÉRALES La rénovation domiciliaire éconergétique ISOLATION DES FONDATIONS CONSIDÉRATIONS GÉNÉRALES AVANT DE COMMENCER Déterminez la nature des fondations : matériaux utilisés (béton, blocs de béton, pierres) ;

Plus en détail

LES TERRASSEMENTS ET LES FONDATIONS

LES TERRASSEMENTS ET LES FONDATIONS Les terrassements Le terrassement : désigne l ensemble des opérations de mise en forme d un terrain liées à l édification d une construction (nivellement du sol, fouille pour l exécution des fondations,

Plus en détail

Foyer 800 CHAUDIERE Référence 6281 44

Foyer 800 CHAUDIERE Référence 6281 44 Foyer 800 CHAUDIERE Référence 6281 44 LC 2/06/2008 Fiche technique AD628144 page 1/6 540 575 1044.5 Fiche technique AD 6281 44 Foyer 800 CHAUDIERE Référence : 6281 44 Notice particulière d utilisation

Plus en détail

Béton. Fig. 1- Essai d'étalement sur table

Béton. Fig. 1- Essai d'étalement sur table Béton TD 1- Essai d'étalement sur table ou Flow-table test (Norme ISO 9812) Cet essai est particulièrement adapté au béton très fluide, fortement dosé en superplastifiant. Le diamètre du plus gros granulat

Plus en détail

SOS traitement des surfaces

SOS traitement des surfaces COMMUNIQUÉ DE PRESSE Nouveauté bâtiment 2012 Service de Presse : CAROLINE LANDAIS E-mail : caroline.landais@c-l-consulting.fr Port. 06 63 95 19 77 SOS traitement des surfaces endommagées par l humidité

Plus en détail

La protection des infrastructures et les drainages

La protection des infrastructures et les drainages La protection des infrastructures et les drainages SOMMAIRE 1- Migration de l eau dans le sol.... 2 2- Protection contre les remontées capillaires.... 2 a) Phénomène de capillarité.... 2 b) Protection

Plus en détail

CIMENT NATUREL UNIQUE ET DURABLE. Eau & assainissement

CIMENT NATUREL UNIQUE ET DURABLE. Eau & assainissement LE PROMPT VICAT CIMENT NATUREL Eau & assainissement Le prompt Vicat POUR L EAU et L ASSAINISSEMENT Imperméabilisez et réparez vos ouvrages! LE PROMPT VICAT est un ciment naturel, de couleur ocre clair,

Plus en détail

Mesures et incertitudes

Mesures et incertitudes En physique et en chimie, toute grandeur, mesurée ou calculée, est entachée d erreur, ce qui ne l empêche pas d être exploitée pour prendre des décisions. Aujourd hui, la notion d erreur a son vocabulaire

Plus en détail

Le traitement de sol.

Le traitement de sol. Le traitement de sol. 1 ) Intro : Pourquoi un traitement à la chaux? Les sols fins ont naturellement une qualité médiocre qui empêche de les utiliser en l état. Ils peuvent gonfler, devenir plastique en

Plus en détail

Procédés barrières adhérents pour sol sur support humide ou exposé à des reprises d humidité

Procédés barrières adhérents pour sol sur support humide ou exposé à des reprises d humidité Commission chargée de formuler des Avis Techniques --------------------------------------------------------------- Groupe Spécialisé n 12 Revêtements de sol et produits connexes Procédés barrières adhérents

Plus en détail

Le recouvrement des chaussées en béton de ciment par l utilisation d enrobés bitumineux : Concepts et solutions

Le recouvrement des chaussées en béton de ciment par l utilisation d enrobés bitumineux : Concepts et solutions Le recouvrement des chaussées en béton de ciment par l utilisation d enrobés bitumineux : Concepts et solutions Yvan Paquin, ing. Marc Proteau, ing. Construction DJL inc. Au nom de Bitume Québec 30 mars

Plus en détail

Dépollution des eaux pluviales des routes et parkings : Problématique et solution

Dépollution des eaux pluviales des routes et parkings : Problématique et solution Dépollution des eaux pluviales des routes et parkings : Problématique et solution POLLUTEC Lyon, le 1 er décembre 2010 Plan de la présentation Présentation du syndicat ISGH Pollution des eaux pluviales

Plus en détail

Global Construct - www.globalconstruct.be. global construct. Fabriquez vous-même vos propres blocs de béton!

Global Construct - www.globalconstruct.be. global construct. Fabriquez vous-même vos propres blocs de béton! global construct Fabriquez vous-même vos propres blocs de béton! Nos produits Bloc Global Construct Bloc de coffrage (Bloc de mur) K=0,111! Le Bloc Global Construct est le résultat d années d expériences

Plus en détail

4. Indices de précipitations

4. Indices de précipitations 4. Indices de précipitations Cette partie présente les évolutions prévues de cinq indices de précipitations. Il s agit de moyennes annuelles (voir annexes 1 à 4 pour les valeurs saisonnières). Il est à

Plus en détail

Dénomination Aspect et parement Façon de joint Faces lits et joints

Dénomination Aspect et parement Façon de joint Faces lits et joints MURS Cette fiche s'applique à la fourniture et à la mise en œuvre des éléments en granit destinés à la construction des murs massifs, des murs composites et des murs doubles. 1. FOURNITURE 1.1 DEFINITION

Plus en détail

PRINCIPE DE POSE D UN SEPARATEUR OLEOPUR H &G

PRINCIPE DE POSE D UN SEPARATEUR OLEOPUR H &G 1 Précautions à prendre avant installation. 2 Réaliser la fouille et aménager le fond de fouille. 3 Mettre en place la cuve dans la fouille. 4 Effectuer le remblaiement. 5 Raccorder les différentes canalisations

Plus en détail

Justification des traitements anti-liquéfaction

Justification des traitements anti-liquéfaction GUIDE AFPS/CFMS «Procédés d amélioration et de renforcement de sols sous actions sismiques» Justification des traitements anti-liquéfaction Serge LAMBERT Keller Fondations Spéciales Journée Technique AFPS-CFMS

Plus en détail

Veillez à la structure adéquate du plancher. Choisissez le système de chauffage adéquat

Veillez à la structure adéquate du plancher. Choisissez le système de chauffage adéquat La structure et la composition d un parquet multicouche Lalegno le rendent plus adéquat qu un parquet massif pour le chauffage par le sol. Un parquet constitué de deux ou plusieurs couches est, en effet,

Plus en détail

Colonne cylindrique à paroi

Colonne cylindrique à paroi Colonnes cylindriques Paroi Des coffrages sont conçus spécialement pour les colonnes de forme cylindrique; ils sont fabriqués de plusieurs couches de papier fibre de haute qualité. Ces couches sont enroulées

Plus en détail

SCHÉMA COMPARATIF DE RÉSISTANCES

SCHÉMA COMPARATIF DE RÉSISTANCES TROIS ÉTAPES POUR OBTENIR LA MEILLEURE PROTECTION ET FINITION DE SOLS 1º- DÉFINIR LE BESOIN CONCRET DE CHAQUE SURFACE Ce graphique montre très simplement dans quels cas est le mieux indiqué l emploi d

Plus en détail

Systèmes d ancres à corps mort autoportants

Systèmes d ancres à corps mort autoportants L A S E C U R I T E A U P L U S H A U T N I V E A U Systèmes d ancres à corps mort autoportants Acier galvanisé conforme à ISO 1461 TOTALEMENT AUTOPORTANT AUCUNE FIXATION STRUCTURALE OU PENETRATION DE

Plus en détail

FERMACELL contre-cloisons (doublages) Parement simple

FERMACELL contre-cloisons (doublages) Parement simple Des systèmes reconnus dans la construction sèche présentant des qualités coupefeu et d isolation phonique. La cloison de doublage, aussi appelée contre-cloison ou doublage, FERMACELL est destinée à être

Plus en détail

Enduit Extérieur sur Panneaux Isolants en Liège

Enduit Extérieur sur Panneaux Isolants en Liège Enduit Extérieur sur Panneaux Isolants en Liège TEXTE DE BASE POUR CAHIER DES CHARGES Ce texte de base pour cahier des charges décrit l application d un enduit extérieur à base de chaux hydraulique naturelle

Plus en détail

Comment spécifier le béton prêt à l emploi dans les devis de construction

Comment spécifier le béton prêt à l emploi dans les devis de construction Comment spécifier le béton prêt à l emploi dans les devis de construction Présenté par : Catherine Lavoie ing. M.Sc. Agente technique Comment spécifier le béton prêt à l emploi dans les devis de construction

Plus en détail

Branchements : eau potable & assainissement

Branchements : eau potable & assainissement Branchements : eau potable & assainissement Henri RENAUD Nouvelle édition 2012 Groupe Eyrolles, 2012, ISBN : 978-2-212-13296-0 1. Assainissement autonome 1.1. Désignation usuelle L assainissement autonome,

Plus en détail

A commande pneumatique Pince angulaire à 2 doigts Pince angulaire pour petites pièces. Couple de serrage 0.014 Nm

A commande pneumatique Pince angulaire à 2 doigts Pince angulaire pour petites pièces. Couple de serrage 0.014 Nm Tailles RHL 0 Poids 0.0085 kg Couple de serrage 0.014 Nm Angle d ouverture par mors 10 Poids de pièce recommandé 0.018 kg Exemple d application Unité de transfert pour petites pièces dans la production

Plus en détail

P. VALLON - Retraitement en place à froid - Juillet 2009

P. VALLON - Retraitement en place à froid - Juillet 2009 à é Ministère de l'écologie, de l'énergie, du Développement durable et de l'aménagement du territoire P. VALLON - Retraitement en place à froid - Juillet 2009 WWW.developpement-durable.gouv.fr Constitution

Plus en détail

Extrait : DTU 26-1 Travaux d enduits de mortiers Avril 2008

Extrait : DTU 26-1 Travaux d enduits de mortiers Avril 2008 3 Liants 3.1 Ciments Les ciments Portland (CEM I) et ciments Portland composés (CEM II) doivent être conformes à la norme NF EN 197-1. NOTE 1 La marque NF-Liants hydrauliques, ou son équivalent dans les

Plus en détail

Sommaire. Conseils pratiques 4-5 La gamme ciments 6-7 La gamme chaux 8-9 Fondations Béton de propreté et semelle 10-11

Sommaire. Conseils pratiques 4-5 La gamme ciments 6-7 La gamme chaux 8-9 Fondations Béton de propreté et semelle 10-11 Sommaire 03 pratiques 4-5 La gamme ciments 6-7 La gamme chaux 8-9 Fondations Béton de propreté et semelle 10-11 Murs Montage blocs béton 12-13 Montage de pierres 14-15 Rejointoiement 16-17 Montage de briques

Plus en détail

Assour Chape 19 NOTICE DE POSE POUR CHAPE FLOTTANTE OU DALLE INSONORISATION DES PLANCHERS AUX BRUITS D'IMPACTS

Assour Chape 19 NOTICE DE POSE POUR CHAPE FLOTTANTE OU DALLE INSONORISATION DES PLANCHERS AUX BRUITS D'IMPACTS Assour Chape 19 POUR CHAPE FLOTTANTE OU DALLE INSONORISATION DES PLANCHERS AUX BRUITS D'IMPACTS NOTICE DE POSE ÉDITION JUILLET 2002 1 - Support des sols flottants - Surfaçage A/ Pas de tuyauterie sur le

Plus en détail

NF DTU 64.1. version. L essentiel à connaître et à appliquer

NF DTU 64.1. version. L essentiel à connaître et à appliquer L essentiel à connaître et à appliquer version 2013 Dispositifs d assainissement non collectif (dit autonome) pour les maisons d habitation individuelle jusqu à 20 pièces principales Qu est-ce qu un DTU?

Plus en détail

MISAPOR verre cellulaire

MISAPOR verre cellulaire MISAPOR verre cellulaire Remblai allégé pour ouvrage en génie civile 2015-03 Suisse: Allemagne: France: MISAPOR AG Löserstrasse 2 CH-7302 Landquart Téléphone +41 81 300 08 08 Fax +41 81 300 08 09 info@misapor.ch

Plus en détail

INBTP-TECHNOBAT-LECON_011

INBTP-TECHNOBAT-LECON_011 CIRCULATIONS VERTICALES INBTP-TECHNOBAT-LECON_011 1 PROGRAMME LECONS LECON_001 [T] Présentation Notions de Technobat LECON_002 [T] Technobat Tropicale Les classes énergétiques LECON_003 [T] Les matériaux

Plus en détail

Devoir maison SSI Support d étude : BORNE ESCAMOTABLE

Devoir maison SSI Support d étude : BORNE ESCAMOTABLE Devoir maison SSI Support d étude : BORNE ESCAMOTABLE PRESENTATION DEFINITION DU BESOIN A SATISFAIRE Déplacer une masse de m = 36 Kg à une vitesse V = 0,33 m/s, hauteur déployée 1m. SOLUTION MECANIQUE

Plus en détail

LA MESURE DE PRESSION PRINCIPE DE BASE

LA MESURE DE PRESSION PRINCIPE DE BASE Page 1 / 6 LA MESURE DE PRESSION PRINCIPE DE BASE 1) Qu est-ce qu un sensor de pression? Tout type de sensor est composé de 2 éléments distincts : Un corps d épreuve soumit au Paramètre Physique φ à mesurer

Plus en détail

Notice. d installation Guide à conserver par l utilisateur. Domocâble. Plancher rayonnant électrique. Un monde plus chaleureux

Notice. d installation Guide à conserver par l utilisateur. Domocâble. Plancher rayonnant électrique. Un monde plus chaleureux Notice d installation Guide à conserver par l utilisateur Domocâble Plancher rayonnant électrique Un monde plus chaleureux CARACTÉRISTIQUES DES ÉLÉMENTS CHAUFFANTS Cet élément chauffant est conforme à

Plus en détail

CONTRE L HUMIDITE ASCENSIONNELLE!

CONTRE L HUMIDITE ASCENSIONNELLE! CONTRE L HUMIDITE ASCENSIONNELLE! SUPER RAPIDE FACILE EFFICACE SUPER RAPIDE & FACILE Forer, injecter et ça y est RESPECTE LA NATURE Sans solvants, non-toxique & inodore PROPRE Aucun risque de perte de

Plus en détail

Vis à billes de précision à filets rectifiés

Vis à billes de précision à filets rectifiés sommaire Calculs : - Capacités de charges / Durée de vie - Vitesse et charges moyennes 26 - Rendement / Puissance motrice - Vitesse critique / Flambage 27 - Précharge / Rigidité 28 Exemples de calcul 29

Plus en détail

Solutions de toitures-terrasses en maçonnerie avec étanchéité sur support isolant rigide

Solutions de toitures-terrasses en maçonnerie avec étanchéité sur support isolant rigide F-a5 4 e édition Octobre 2011 Solutions de toitures-terrasses en maçonnerie avec étanchéité sur support isolant rigide Fesco, Fesco S, Kooltherm K4, Retrofit, Retrofit S, sous-couches PUR, PSE 1b 2b 2c

Plus en détail

Muret Laurentien MC. Classique et Versatile

Muret Laurentien MC. Classique et Versatile Muret Laurentien MC Classique et Versatile Le muret Laurentien par son look classique s agence à toutes nos gammes de pavé. Qualités et caractéristiques Intégration particulièrement harmonieuse du muret

Plus en détail

fermacell Newsletter Des sols robustes et faciles à poser. 2/2015 I Fermacell Sàrl Suisse

fermacell Newsletter Des sols robustes et faciles à poser. 2/2015 I Fermacell Sàrl Suisse fermacell Newsletter 2/2015 I Fermacell Sàrl Suisse Des sols robustes et faciles à poser. Systèmes de sol fermacell adaptés à tous les supports p. 3 fermacell Therm38 Les tout derniers systèmes de chauffage

Plus en détail

w w w. p i e r r e b l e u e b e l g e. b e

w w w. p i e r r e b l e u e b e l g e. b e annexe 2 Techniques de pose Les informations relatives aux techniques de pose sont livrées ici à titre indicatif - chaque cas de pose est un cas particulier. Elles s appuient sur la littérature technique

Plus en détail