SALUTAIR Rapport intermédiaire LMD "Comparaisons des simulations LMDz CMIP5 et WRF sur l'europe de l'ouest" Juin 2011

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "SALUTAIR Rapport intermédiaire LMD "Comparaisons des simulations LMDz CMIP5 et WRF sur l'europe de l'ouest" Juin 2011"

Transcription

1 SALUTAIR Rapport intermédiaire LMD "Comparaisons des simulations LMDz CMIP5 et WRF sur l'europe de l'ouest" Juin 2011 Contributeurs: Om Tripathi (LMD), Augustin Colette (INERIS), Laurent Menut (LMD) 1. Introduction Afin de simuler le climat régional futur le plus réaliste possible, les simulations globales de LMDz ont été utilisées pour forcer le modèle régional WRF. Ces simulations globales LMDz ont été réalisées dans le cadre de l'exercice CMIP5 d'inter-comparaison des modèles pour l'évaluation du changement climatique (IPCC). Afin d'évaluer la pertinence de ce forcage pour les périodes futures, il est utile de réaliser ce même forcage mais sur une période présente. On a alors à disposition plus de contraintes: des simulations équivalentes mais avec d'autres forcages globaux ainsi que des observations. Le principe est présenté sur la Figure 1 ci-dessous. Pour la période future, les simulations qui pourront être utilisées pour forcer CHIMERE et calculer des concentrations de polluants sont: - Le forcage météorologique direct avec le modèle LMDz - Le forcage météorologique avec le modèle WRF lui-même forcé avec LMDz. Avant de réaliser des simulations avec CHIMERE, les deux simulations météorologiques pourront être comparées. Pour la période présente, on peut analyser les mêmes jeux de données météorologiques, en y ajoutant des simulations WRF forcées par ERA-Interim. Cette dernière simulation (cadre bleu sur la Figure 1) représente dans ce cas la configuration la plus réaliste possible puisque le forcage est constitué de champs globaux analysés, donc incluant l'assimilation des données météorologiques.

2 2. Les données disponibles Les simulations sont comparées avec les données de surface de la base de données E-OBS. Ces données sont disponibles à l'adresse Le principe de construction de ces données est présenté dans [Haylock et al., 2008]. Deux variables sont disponibles: le taux de précipitation, la température de surface Les données sont pour la période et uniquement sur les terres. On notera que récemment un jeu de données a été ajouté et est constitué de valeurs de pression de surface. Ces données sont décrites dans [vandenbesselaar et al., 2011]. Les résolutions sont 0.25 degrés x 0.25 degrés ou 0.5 degrés x 0.5 degrés sur des grilles régulières en longitude et latitude. La Figure (extraite de [Haylock et al., 2008]) montre les stations disponibles sur la période d'étude et ayant permis de regridder ces données (ici pour la température de surface). La méthode d'interpolation utilisée consiste en trois étapes différentes (interpolation des moyennes mensuelles, krigeage sur les moyennes, min et max mensuels, interpolation des données journalières par recombinaison des moyennes mensuelles et des anomalies journalières).on peut voir que le réseau est particulièrement dense au Royaume Uni, aux Pays-bas, en Allemagne et Italie. Puis la densité décroit pour les pays alentours (y compris la France) pour devenir de faible densité en Afrique du Nord et en Europe de l'est. Ces différences de densité devront être gardées en mémoire lors de l'interprétation des biais observés entre modèles et mesures. Illustration 1: Carte des stations de surface utilisées par [Haylock et al., 2008] pour regridder les données de température de surface sur l'europe de l'ouest Références pour la base de données E-OBS: Haylock, M. R., N. Hofstra, A. M. G. Klein Tank, E. J. Klok, P. D. Jones, and M. New (2008), A European daily highresolution gridded data set of surface temperature and precipitation for , J. Geophys. Res., 113, D20119, doi: /2008jd van den Besselaar, E. J. M., M. R. Haylock, G. van der Schrier, and A. M. G. Klein Tank (2011), A European daily high-resolution observational gridded data set of sea level pressure, J. Geophys. Res., 116, D11110, doi: /2010jd

3 3. Les simulations pour la période 1989 à 2005 Pour le 'présent', des simulations sont réalisées en parallèle pour toute l'europe et la même période, de 1989 à Les Figures ci-dessous présentent des cartes de température à la surface (i.e le premier niveau vertical du modèle WRF est entre la surface et 40m AGL). Ces valeurs correspondent à la moyenne des valeurs sur l'ensemble des 17 années simulées. Cette représentation permet de quantifier des biais systématiques et de voir si ces biais une localisation particulière ou non. 3.1 Températures de surface moyennes Les premiers résultats montrent que les observations (Figure E-OBS) présentent des températures de surface avec un gradient Nord-Sud plus modéré que les différents modèles, sauf WRF-ERAI. Cela reste assez quantitatif et pour la suite de l'étude des séries chronologiques annuelles seront réalisées afin de quantifier ces différences entre modèles et observations. Sur la carte E-OBS, certaines valeurs semblent très faibles par rapport au reste du continent. Ces valeurs sont en "bordure" de domaine tel qu'il a ete défini et correspondent à des régions ou peu de stations existent. Pour la suite de l'analyse, ces valeurs de bors de devront pas être considérées. La carte WRF-ERAI montre des valeurs et gradients horizontaux proches de la carte E-OBS, puisque le forcage utilisé est ici les réanalyses utilisant ces mêmes valeurs de surface. Les températures sont légèrement plus importantes dans le Sud de l'europe: cet effet peut être du à un domaine qui inclut plus de régions au Sud (et donc un biais modèle transporté?) ou simplement les problèmes de bord de l'interpolation des données E-OBS. On peut donc considérer ces simulations WRF-ERAI comme de référence par rapport aux autres simulations. Les deux figures suivantes présentent aussi la moyenne des températures de surface pour la période mais avec les configurations modèle LMDz et WRF-LMDz. Les températures dans le Sud de l'europe sont plus faibles que E-OBS dans les deux cas. De plus, le modèle WRF semble générer un biais froid par rapport à son forcage LMDz. On notera cependant que des valeurs de bord avec WRF-LMDz sont aussi à considérer avec attention (cela était aussi le cas avec WRF-ERAI). Cela peut être uniquement un problème 'graphique' et ce point devra être plus finement analysé à partir des valeurs directement simulées.

4 3.2 Biais entre simulations et observations A partir de ces cartes de différences moyennes sur la température de surface, les Figures ci-dessous présentent les biais moyens. Les résultats sont exprimés sous la forme "modèle moins observation" et en degrés Celsius. La Figure ci-dessus présente le biais entre LMDz et les données E-OBS. Les biais sont assez contrastés spatialement: un biais chaud dépassant les 5 degrés Celsius est observé au Sud, principalement sur le pourtour Méditerranéen ou sur les reliefs. Ici aussi, on ne tiendra pas compte des valeurs en Afrique du Nord et en bordure des valeurs comparées, cela pouvant être du à un problème d'estimation des valeurs respatialisées dans E-OBS. Le biais est très faible en Europe de l'est puis devient négatif et peut atteindre -5 degrés en Scandinavie.

5 Le biais (WRF-ERAI - E-OBS) est présenté sur la Figure ci-dessous. Les valeurs sont plus faibles et moins contrastées que pour la configuration (LMDz-E-OBS), ce qui peut marquer le bénéfice lié à l'utilisation du modèle régional par rapport au modèle climatique global LMDz utilisé seul. Le biais (WRF-LMDz - E-OBS) est présenté sur la Figure ci-dessous et montre des valeurs globalement plus fortes et plus négatives que pour les autres configurations. Comparé à la simulation directe de LMDz, on voit clairement que WRF va avoir tendance à creuser ce biais négatif et donc à générer des températures de surface plus froides que ce que LMDz donnait comme forcage. Enfin, ces scores ont aussi été estimés saison par saison. Les premiers résultats montrent que WRF-ERAI montre un biais plus chaud sur l'ensemble de l'année mais que cela est dû en grande partie à la période estivale Juin, Juillet et Aout. Ce biais estival est aussi notable pour les simulations WRF-LMDz, avec les plus fortes valeurs relevées sur les régions Scandinaves et au Nord-Est du domaine de simulation. L'ensemble de ces simulations va faire l'objet d'analyse plus poussées et quantitatives par la suite. On ajoutera à ces analyses de température de surface des analyses sur les précipitations.

Etudes des nuages et de la convection autour des dépressions intenses des moyennes latitudes

Etudes des nuages et de la convection autour des dépressions intenses des moyennes latitudes Etudes des nuages et de la convection autour des dépressions intenses des moyennes latitudes Jérôme DREANO 28 Février 2014 1 Introduction Dans le modèle LMDZ, les paramétrisations physiques des nuages

Plus en détail

Transport et pollution à l'échelle régionale: Apport des données satellites

Transport et pollution à l'échelle régionale: Apport des données satellites Journées Physique de l'atmosphère et télédétection - 8 et 9 Octobre 2009 Transport et pollution à l'échelle régionale: Apport des données satellites Laurent Menut (LMD) [menut@lmd.polytechnique.fr] IPSL/LMD/SIRTA:

Plus en détail

Rôle des nuages dans l'anomalie de température de l'hiver 2007 en Europe

Rôle des nuages dans l'anomalie de température de l'hiver 2007 en Europe Rôle des nuages dans l'anomalie de température de l'hiver 2007 en Europe Meriem Chakroun Marjolaine Chiriaco (1) Sophie Bastin (1) Hélène Chepfer (2) Grégory Césana (2) Pascal Yiou (3) (1): LATMOS (2):

Plus en détail

Une approche régionale pour l'analyse du changement climatique : le climat ne connaît pas de frontière

Une approche régionale pour l'analyse du changement climatique : le climat ne connaît pas de frontière Une approche régionale pour l'analyse du changement climatique : le climat ne connaît pas de frontière Par Lucie Vincent 1 et Enric Aguilar 2 1 Climate Research Division, Environment Canada, Toronto, Canada

Plus en détail

Le projet DRIAS : premières études et documents

Le projet DRIAS : premières études et documents Le projet DRIAS : premières études et documents Julien Lémond CNRM / GAME, Météo-France, CNRS Direction de la Climatologie Réunion Comité Utilisateurs, le 29 juin 2010 Plan de la présentation 1 ) Les services

Plus en détail

PROJET ACCLIMATE ETUDE SIM-CLIM THEME 3 Etude bilan des possibilités d une simulation climatique régionale

PROJET ACCLIMATE ETUDE SIM-CLIM THEME 3 Etude bilan des possibilités d une simulation climatique régionale Commission de l Océan Indien Projet ACCLIMATE 1 PROJET ACCLIMATE ETUDE SIM-CLIM THEME 3 Etude bilan des possibilités d une simulation climatique régionale Résumé Commission de l Océan Indien Projet ACCLIMATE

Plus en détail

NOTE DE PRÉSENTATION DU SYSTÈME DE PRÉVISION DES RÉCOLTES CÉRÉALIÈRES DU MAROC

NOTE DE PRÉSENTATION DU SYSTÈME DE PRÉVISION DES RÉCOLTES CÉRÉALIÈRES DU MAROC NOTE DE PRÉSENTATION DU SYSTÈME DE PRÉVISION DES RÉCOLTES CÉRÉALIÈRES DU MAROC Riad BALAGHI riad.balaghi@gmail.com Institut National de la Recherche Agronomique 17 mai 2012 1. ORIGINE DU SYSTEME DE PREVISION

Plus en détail

Cartographie de l'humidité du sol en Afrique de l'ouest par télédétection spatiale

Cartographie de l'humidité du sol en Afrique de l'ouest par télédétection spatiale UMR 5564-INPG-UJF/CNRS/IRD Cartographie de l'humidité du sol en Afrique de l'ouest par télédétection spatiale Présenté par TRAN Xuan Truong Sous la direction de Thierry PELLARIN et Jean-Paul LAURENT 1

Plus en détail

Variabilité interne et forcée aux échelles décennales: analyse des modèles CMIP5

Variabilité interne et forcée aux échelles décennales: analyse des modèles CMIP5 Variabilité interne et forcée aux échelles décennales: analyse des modèles CMIP5 Laurent Terray SUC, URA1875,CERFACS/CNRS Ateliers de Modélisation de l Atmosphère 23-26 Janvier 2012,Toulouse CNRSfr-grand.j...

Plus en détail

Contrôle de la convection profonde par les processus sous-nuageux dans LMDZ5B

Contrôle de la convection profonde par les processus sous-nuageux dans LMDZ5B Contrôle de la convection profonde par les processus sous-nuageux dans LMDZ5B C. Rio, J.-Y. Grandpeix, F. Hourdin, F. Guichard, F. Couvreux, J.-P. Lafore, A. Fridlind, A. Mrowiec, S. Bony, N. Rochetin,

Plus en détail

VI.1) Description de la QBO Observation du vent zonal en moyenne zonale à l'équateur Données UARS (Swinbak et Orland)

VI.1) Description de la QBO Observation du vent zonal en moyenne zonale à l'équateur Données UARS (Swinbak et Orland) Z(km)= 112 96 80 64 48 32 16 0 VI.1) Description de la QBO Observation du vent zonal en moyenne zonale à l'équateur Données UARS (Swinbak et Orland) Thermosphère Mésosphère Stratosphère Troposphère Dans

Plus en détail

The Tropical Warm Pool-International Cloud Experiment TWP-ICE

The Tropical Warm Pool-International Cloud Experiment TWP-ICE The Tropical Warm Pool-International Cloud Experiment TWP-ICE Darwin, Australie Du 20 janvier au 13 fevrier 2006 radiosondages Flux radiatifs de surface Flux turbulents de surface Radar CPOL Forçages déduits

Plus en détail

La modélisation, un outil pour reconstituer (et prédire) climat et végétation

La modélisation, un outil pour reconstituer (et prédire) climat et végétation La modélisation, un outil pour reconstituer (et prédire) climat et végétation Quels rôles jouent les surfaces continentales dans le système climatique? Nathalie de Noblet-Ducoudré nathalie.de-noblet@lsce.ipsl.fr

Plus en détail

Latitude 49.37 N Longitude 06.13 E Altitude 376 m RÉSUMÉ MENSUEL DU TEMPS DE JANVIER 2014

Latitude 49.37 N Longitude 06.13 E Altitude 376 m RÉSUMÉ MENSUEL DU TEMPS DE JANVIER 2014 RÉSUMÉ MENSUEL DU TEMPS DE JANVIER 2014 Valeurs moyennes: Valeur Jour Valeur (en C) (en C) (en C) gazon (en C) 11,4 7 13,9 1975 3,6 0,8 4,9 2007-6,3 1963-3,0 29-17,8 1979-2,8 12-24,6 1985 37,1 50,3 95,5

Plus en détail

4. Indices de précipitations

4. Indices de précipitations 4. Indices de précipitations Cette partie présente les évolutions prévues de cinq indices de précipitations. Il s agit de moyennes annuelles (voir annexes 1 à 4 pour les valeurs saisonnières). Il est à

Plus en détail

Evaluation des performances du modèle de prévision à haute résolution AROME sur l Afrique de l Ouest

Evaluation des performances du modèle de prévision à haute résolution AROME sur l Afrique de l Ouest CENTRE NATIONAL Evaluation des performances du modèle de prévision à haute résolution AROME sur l Afrique de l Ouest F. Beucher, J.-P. Lafore,F. Karbou, R. Roca, F. CNRM-GAME, Météo-France and CNRS, LEGOS

Plus en détail

Chapitre 4. La circulation océanique

Chapitre 4. La circulation océanique Chapitre 4 La circulation océanique Equations du mouvement Force et contraintes agissant sur l'océan Equilibre géostrophique Circulation et transport d'ekman Upwelling Les cellules de circulation subtropicales

Plus en détail

Degré de confiance pour les indicateurs de performance : degré de fiabilité du processus de production et écart significatif 1

Degré de confiance pour les indicateurs de performance : degré de fiabilité du processus de production et écart significatif 1 Degré de confiance pour les indicateurs de performance : degré de fiabilité du processus de production et écart significatif 1 L utilisation des indicateurs de performance ne peut se faire de manière pertinente

Plus en détail

L association Infoclimat et l open-data

L association Infoclimat et l open-data L association Infoclimat et l open-data Séminaire Open Data en Agriculture (2 nd édition) Paris, le 7 janvier 2015 Serge Zaka - Ruffec (16)) Laurent Garcelon l.garcelon@infoclimat.fr Serge Zaka serge.zaka@infoclimat.fr

Plus en détail

Impact of the deep chlorophyll maximum on the Mediterranean phytoplankton phenology and bioregions.

Impact of the deep chlorophyll maximum on the Mediterranean phytoplankton phenology and bioregions. AMA-2015 Impact of the deep chlorophyll maximum on the Mediterranean phytoplankton phenology and bioregions. Julien Palmiéri, Fabrizio D'Ortenzio, Jean-Claude Dutay, Laurent Bopp Contact : julien.palmieri@noc.soton.ac.uk

Plus en détail

Synthèse des travaux réalisés par la DMN dans le cadre du projet ACCMA

Synthèse des travaux réalisés par la DMN dans le cadre du projet ACCMA Synthèse des travaux réalisés par la DMN dans le cadre du projet ACCMA Fatima Driouech et Atika Kasmi Le travail effectué par l équipe de la DMN, dans le cadre du projet et durant cette première période,

Plus en détail

Principes généraux de la modélisation de la dispersion atmosphérique

Principes généraux de la modélisation de la dispersion atmosphérique Principes généraux de la modélisation de la dispersion atmosphérique Rémy BOUET- DRA/PHDS/EDIS remy.bouet@ineris.fr //--12-05-2009 1 La modélisation : Les principes Modélisation en trois étapes : Caractériser

Plus en détail

Modélisation couplée des processus de surface et souterrains pour prédire la distribution spatiale de l'évapotranspiration.

Modélisation couplée des processus de surface et souterrains pour prédire la distribution spatiale de l'évapotranspiration. Contacts : jean-martial.cohard@ujf-grenoble.fr AMA Fall Meeting 2013 Toulouse, 22-24 janvier Modélisation couplée des processus de surface et souterrains pour prédire la distribution spatiale de l'évapotranspiration.

Plus en détail

Royaume du Maroc Secrétariat d État auprès du Ministère de l Énergie, des Mines, de l Eau et de l Environnement, Chargé de l Eau et de l Environnement Direction de la Météorologie Nationale Variabilité

Plus en détail

Prévision décennale: Réflexions dans le cadre de COMBINE (FP7) et l AR5. Christophe Cassou (CNRS-Cerfacs) MISSTERRE Mai 2009

Prévision décennale: Réflexions dans le cadre de COMBINE (FP7) et l AR5. Christophe Cassou (CNRS-Cerfacs) MISSTERRE Mai 2009 Prévision décennale: Réflexions dans le cadre de COMBINE (FP7) et l AR5 Christophe Cassou (CNRS-Cerfacs) MISSTERRE Mai 2009 Le protocole expérimental de l AR5 Motivation Evaluer le réalisme des modèles

Plus en détail

Appréhender le changement climatique et ses incidences pour l eau

Appréhender le changement climatique et ses incidences pour l eau Appréhender le changement climatique et ses incidences pour l eau Méthodes d étude et projections Serge Planton Météo-France, CNRM/GAME Projections climatiques à l échelle planétaire Projections climatiques

Plus en détail

p.2 p.6 ... Exposé des motifs Texte du projet de règlement grand-ducal Commentaire des articles Fiche financière Fiche d'évaluation d'impact p.

p.2 p.6 ... Exposé des motifs Texte du projet de règlement grand-ducal Commentaire des articles Fiche financière Fiche d'évaluation d'impact p. ... LE GOUVERNEMENT Projet de règlement grand-ducal déterminant les conditions d'accès du public et des administrations aux informations conservées par la Centrale des bilans et le tarif applicable. 1.

Plus en détail

Développement et Evaluation PHYsiques des modèles atmosphériques

Développement et Evaluation PHYsiques des modèles atmosphériques Développement et Evaluation PHYsiques des modèles atmosphériques Motivations : Augmenter la confiance dans les prévision du changement climatique. 1. nécessite d'utiliser les modèles le plus "physiques"

Plus en détail

Amélioration de la Carte des Vents à Partir des Données Interpolées

Amélioration de la Carte des Vents à Partir des Données Interpolées Rev. Energ. Ren.: ICPWE (2003)119-124 Amélioration de la Carte des Vents à Partir des Données Interpolées H. Nedjari Daaou, S. Haddouche et N. Kasbadji Merzouk Laboratoire d Evaluation du Potentiel Energétique

Plus en détail

Modèle de Climat de Titan

Modèle de Climat de Titan Planétologie - GSMA - Université de Reims Champagne-Ardenne Modèle de Climat de Titan Le contexte général : Titan, le plus gros satellite de Saturne, possède une atmosphère dense de 1.4 bar essentiellement

Plus en détail

ATILLAH (CRTS, MAROC)

ATILLAH (CRTS, MAROC) United Nations/Morocco/European Space Agency International Workshop on the Use of Space Technology for Sustainable Development 25 27 April 2006, Rabat, Morocco Génération d indices d upwelling à partir

Plus en détail

RELATIONS ENTRE RELIEF, SYSTEMES CONVECTIFS ET PRECIPITATION DANS LE FOUTA DJALLON EN GUINEE

RELATIONS ENTRE RELIEF, SYSTEMES CONVECTIFS ET PRECIPITATION DANS LE FOUTA DJALLON EN GUINEE Publication de l'association Internationale de Climatologie, Vol. 15, 2003 341 RELATIONS ENTRE RELIEF, SYSTEMES CONVECTIFS ET PRECIPITATION DANS LE FOUTA DJALLON EN GUINEE Résumé S.M. SALL, A.T. GAYE Laboratoire

Plus en détail

Efficacité énergétique des logements à haute performance énergétique, HPE : Application au site de Béchar

Efficacité énergétique des logements à haute performance énergétique, HPE : Application au site de Béchar Revue des Energies Renouvelables Vol. 15 N 2 (2012) 357-364 Efficacité énergétique des logements à haute performance énergétique, HPE : Application au site de Béchar S. Sami-Mécheri 1*, D. Semmar 2 et

Plus en détail

Profils verticaux de la couverture nuageuse, de ses propriétés et des aérosols: données du lidar CALIOP et du radar CLOUDSAT (DARDAR) de 2006 à 2012

Profils verticaux de la couverture nuageuse, de ses propriétés et des aérosols: données du lidar CALIOP et du radar CLOUDSAT (DARDAR) de 2006 à 2012 T1.3 (Tropics) Diurnal cycle of cloud cover in the tropical regions: combined use of geostationary satellite, A-Train measurements and lidar/radar ground station measurements. Coordination : G. Sèze (LMD)

Plus en détail

Comment les cartes annuelles de la qualité de l air sont-elles réalisées?

Comment les cartes annuelles de la qualité de l air sont-elles réalisées? Comment les cartes annuelles de la qualité de l air sont-elles réalisées? Les cartes «annual air quality» montrent le résultat du couplage de deux méthodes d évaluation de la qualité de l air : l interpolation

Plus en détail

Aperçu des rapports QuadTech Data Central

Aperçu des rapports QuadTech Data Central Data Central Secteur commercial Aperçu des rapports QuadTech Data Central Présentation : Le QuadTech Data Central Performance Reporting Module offre des informations et des statistiques inclusives extrêmement

Plus en détail

Institut d Informatique FUNDP - Namur

Institut d Informatique FUNDP - Namur Institut d Informatique FUNDP - Namur Bilan-micro-01 v1.01.doc, version du 28/01/1999 Table des matières INTRODUCTION... 3 L'ÉCHANTILLON... 3 TECHNIQUE UTILISÉE... 4 ANALYSE DES RÉSULTATS... 5 EN FONCTION

Plus en détail

Bilan électrique français ÉDITION 2014

Bilan électrique français ÉDITION 2014 Bilan électrique français ÉDITION 2014 Dossier de presse Sommaire 1. La baisse de la consommation 6 2. Le développement des ENR 8 3. Le recul de la production thermique fossile 9 4. La baisse des émissions

Plus en détail

Colloque des arbitres et des commissaires aux résultats Moulin mer

Colloque des arbitres et des commissaires aux résultats Moulin mer Colloque des arbitres et des commissaires aux résultats Moulin mer Bernard Simon- janvier 2015 Météorologie Web : Attention aux modèles utilisés dans les prévisions: (maillage / relief pris en compte/

Plus en détail

SOMMAIRE CHOIX DE LA METHODE D INTERPOLATION SPATIALE 3

SOMMAIRE CHOIX DE LA METHODE D INTERPOLATION SPATIALE 3 SOMMAIRE CHOIX DE LA METHODE D INTERPOLATION SPATIALE 3 CARTOGRAPHIE DES CHAMPS DE CONCENTRATION EN DIOXYDE D AZOTE (NO 2 ) ET EN BENZENE (C 6 H 6 ) - INTERPOLATION PAR KRIGEAGE ORDINAIRE MONOVARIABLE

Plus en détail

Mesures d humidité du sol au Gourma. Patricia de Rosnay et Fréderic Baup 7 octobre 2004

Mesures d humidité du sol au Gourma. Patricia de Rosnay et Fréderic Baup 7 octobre 2004 Mesures d humidité du sol au Gourma Patricia de Rosnay et Fréderic Baup 7 octobre Campagne du 1 août au 1 er septembre Table des matières 1 Objectifs 1 Outils utilisés 1.1 Les mesures gravimétriques...................................

Plus en détail

La suite de TELERIEG

La suite de TELERIEG Objectif : diagnostic thermique de villes et lien ville/campagne autour de l eau et du climat : Séville: une ville Méditerranéenne Agglo d Agen: ville Continentale et Bordeaux: ville Océanique Novembre

Plus en détail

Quel est le lien entre toutes ces énergies????

Quel est le lien entre toutes ces énergies???? Quel est le lien entre toutes ces énergies???? Comment l Homme utilise l énergie lumineuse? A. Une inégale répartition de l énergie solaire en fonction de la latitude Manuel Nathan seconde Répartition

Plus en détail

Réunion de lancement du projet LEFE DEPHY2

Réunion de lancement du projet LEFE DEPHY2 Réunion de lancement du projet LEFE DEPHY2 Développement et Evaluation des PHYsiques des modèles atmosphériques BILAN 45 participants 25 CNRM, 12 LMD, 4 LGGE, 2LA, 1 LSCE, 1 GET 8-9-10 septembre 2014 Observatoire

Plus en détail

1. L'été le plus chaud que la France ait connu ces cinquante dernières années.

1. L'été le plus chaud que la France ait connu ces cinquante dernières années. 1. L'été le plus chaud que la France ait connu ces cinquante dernières années. La figure ci-dessous présente la moyenne sur la France des températures minimales et maximales de l'été (période du 1 er juin

Plus en détail

Application de modèles grande échelle à la problématique régionale : cartographie de l ozone et du dioxyde d azote

Application de modèles grande échelle à la problématique régionale : cartographie de l ozone et du dioxyde d azote Etude n 11- Plate-forme nationale de modélisation Application de modèles grande échelle à la problématique régionale : cartographie de l ozone et du dioxyde d azote Novembre 2004 Convention : 04000087

Plus en détail

Rapport de dimensionnement de système photovoltaïque

Rapport de dimensionnement de système photovoltaïque CYTHELIA Adresse: La maison Zen Le Chef Lieu 73000 Montagnole Rapport de dimensionnement de système photovoltaïque La maison ZEN Projet : Client : Adresse : Maison Zen Cythelia Le Chef Lieu 73 000 Montagnole

Plus en détail

Thèse de Doctorat. l École Polytechnique

Thèse de Doctorat. l École Polytechnique Thèse de Doctorat de l École Polytechnique Présentée par Tamara Salameh Laboratoire de Météorologie Dynamique Sujet de la thèse MODÉLISATION MULTI-ÉCHELLES DE LA CIRCULATION ATMOSPHÉRIQUE HIVERNALE SUR

Plus en détail

FAITS SAILLANTS : 1. CONDITIONS CLIMATIQUES ET ENVIRONNEMENTALES EN AFRIQUE

FAITS SAILLANTS : 1. CONDITIONS CLIMATIQUES ET ENVIRONNEMENTALES EN AFRIQUE African Centre of Meteorological Application for Development Centre Africain pour les Applications de la Météorologie au Développement N 5, Mai 2015 FAITS SAILLANTS : Les zones favorables à une vigilance

Plus en détail

"BADOIE, LA BANQUE DE DONNÉES INTER-ETATS DU PROGRAMME FRIEND AOC." 1 INTRODUCTION 2 DONNEES ET FONCTIONS

BADOIE, LA BANQUE DE DONNÉES INTER-ETATS DU PROGRAMME FRIEND AOC. 1 INTRODUCTION 2 DONNEES ET FONCTIONS "BADOIE, LA BANQUE DE DONNÉES INTER-ETATS DU PROGRAMME FRIEND AOC." J.F. BOYER, C. BERKHOFF, SERVAT E. ORSTOM 06 BP 1203 Cidex 1 Abidjan 06 Côte d Ivoire 1 INTRODUCTION La base de données des projets FRIEND

Plus en détail

TP2 Opérations et filtres

TP2 Opérations et filtres TP2 Opérations et filtres 1. Opérations arithmétiques Mettre en place les fonctions Min et Max sur 2 images en niveaux de gris. Min() conserve entre 2 images les pixels de luminance minimum, Max() conserve

Plus en détail

IV.1 Descente d échelle dynamique... 11 IV.2 Descente d échelle statistique... 14

IV.1 Descente d échelle dynamique... 11 IV.2 Descente d échelle statistique... 14 Table des matières Rapport de l étude «Evaluation des changements climatiques futurs au niveau des zones oasiennes marocaines»... 1 élaborée pour le projet... 1 «Adaptation aux changements climatiques

Plus en détail

Copropriété: 31, rue des Abondances 92100 Boulogne-Billancourt

Copropriété: 31, rue des Abondances 92100 Boulogne-Billancourt Eléments utilisés: Copropriété: 31, rue des Abondances 92100 Boulogne-Billancourt Notice explicative sur la ventilation de la facture EDF annuelle entre les différents postes de consommation à répartir

Plus en détail

C. Soci, E. Bazile, F. Besson, J.F. Mahfouf, Y. Durand, E. Martin, S. Morin, et J.M. Soubeyroux

C. Soci, E. Bazile, F. Besson, J.F. Mahfouf, Y. Durand, E. Martin, S. Morin, et J.M. Soubeyroux Description de l'analyse de précipitations MESCAN et premières évaluations sur la France: comparaison à SAFRAN et des débits à l'aide du modèle hydrologique ISBA- MODCOU C. Soci, E. Bazile, F. Besson,

Plus en détail

ACTIVITÉ. Configuration de la pression en surface. Matériel. Pointage et analyse de la pression aux stations sur cartes météorologiques.

ACTIVITÉ. Configuration de la pression en surface. Matériel. Pointage et analyse de la pression aux stations sur cartes météorologiques. ACTIVITÉ Configuration de la pression en surface Lorsque vous aurez complété cette activité, vous devriez être en mesure de : Dessiner des lignes d'égale pression (isobares) pour présenter la configuration

Plus en détail

Synthèse SYNTHESE - 1 - DIRECTION GENERALE DE L ENERGIE ET DU CLIMAT. Service du climat et de l efficacité énergétique

Synthèse SYNTHESE - 1 - DIRECTION GENERALE DE L ENERGIE ET DU CLIMAT. Service du climat et de l efficacité énergétique DIRECTION GENERALE DE L ENERGIE ET DU CLIMAT Service du climat et de l efficacité énergétique Observatoire national sur les effets du réchauffement climatique Synthèse SYNTHESE Prise en compte de l'élévation

Plus en détail

Aménagement et Nature - N 137

Aménagement et Nature - N 137 66 Tempêtes et changement climatique Serge Planton La violence des tempêtes Martin et Lothar qui se sont abattues sur notre pays les 26 et 27 décembre 1999 ont laissé la France et les Français en état

Plus en détail

Guide d utilisation de l indice de précipitations normalisé

Guide d utilisation de l indice de précipitations normalisé Guide d utilisation de l indice de précipitations normalisé OMM-N 1090 Guide d utilisation de l indice de précipitations normalisé 2012 OMM-N 1090 NOTE DE L ÉDITEUR La base de données terminologique de

Plus en détail

Cartes de bruit stratégiques

Cartes de bruit stratégiques RAPPORTS CETE Normandie Centre LRB Laboratoire Régional de Blois Affaire 131550 Cartes de bruit stratégiques Réseau routier national de l'eure Résumé non technique Article 3 du décret du 24 mars 2006 Novembre

Plus en détail

Baccalauréat technologique

Baccalauréat technologique Baccalauréat technologique Épreuve relative aux enseignements technologiques transversaux, épreuve de projet en enseignement spécifique à la spécialité et épreuve d'enseignement technologique en langue

Plus en détail

Mobilité de l enseignement supérieur

Mobilité de l enseignement supérieur Mobilité de l enseignement supérieur Guide financier 2014 1 SOMMAIRE Introduction... 3 Le calcul de la subvention par l agence... 4 Utilisation de la subvention par l établissement... 7 Exemple d allocation

Plus en détail

METEORES VISUMETEORES

METEORES VISUMETEORES QUALITÉ DE L AIR Modélisation et informatique METEORES VISUMETEORES Fonctionnement opérationnel Statistiques des performances - 1 - METEORES VISUMETEORES Fonctionnement opérationnel Statistiques des performances

Plus en détail

Automatisation de la Mesure sur un Stand d Essai pour les Chauffe - Eau Solaires

Automatisation de la Mesure sur un Stand d Essai pour les Chauffe - Eau Solaires Rev. Energ. Ren. : Journées de Thermique (2001) 47-52 Automatisation de la Mesure sur un Stand d Essai pour les Chauffe - Eau Solaires C. Bouden et N. Ghrab-Morcos Laboratoire d Energie Solaire, Ecole

Plus en détail

Le projet SIG n'est pas seulement un projet informatique

Le projet SIG n'est pas seulement un projet informatique Le projet SIG n'est pas seulement un projet informatique Nadine POLOMBO Ecole polytechnique de l'université de Tours Département Aménagement npolombo@univ-tours.fr Le projet SIG n'est pas seulement un

Plus en détail

Le test s'est déroulé en trois étapes successives

Le test s'est déroulé en trois étapes successives TEST SUR LES BASES BIBLIOGRAPHIQUES Rapport* du bureau Marcel van Dijk L'étude qui suit présente les résultats du test quantitatif et qualitatif de 5 bases bibliographiques disponibles en France : BNOPALE

Plus en détail

Influence de l'irrigation goutte a goutte par des eaux chargées sur un sol leger

Influence de l'irrigation goutte a goutte par des eaux chargées sur un sol leger Influence de l'irrigation goutte a goutte par des eaux chargées sur un sol leger Ghrab M., Gargour K., Benthaer H. in Camarda D. (ed.), Grassini L. (ed.). Local resources and global trades: Environments

Plus en détail

Pourquoi étudier l aérosol atmosphérique?

Pourquoi étudier l aérosol atmosphérique? Pourquoi étudier l aérosol atmosphérique? Impact Climatique Impact sanitaire Les particules atmosphériques sont avant tout étudiées pour leurs impacts sur le climat et sur la santé humaine. 39 Réchauffement

Plus en détail

Fonction Publique Territoriale

Fonction Publique Territoriale Fonction Publique Territoriale CONCOURS D'ADJOINT TECHNIQUE TERRITORIAL PRINCIPAL DE 2EME CLASSE DES ETABLISSEMENTS D'ENSEIGNEMENT SPECIALITE: INSTALLATIONS ELECTRIQUES, SANITAIRES ET THERMIQUES MERCREDI

Plus en détail

Exemple de projet. «Gestion de contacts»

Exemple de projet. «Gestion de contacts» Université Paul Valéry Montpellier 3 Antenne universitaire de Béziers L3 AES parcours MISASHS ECUE «Logiciels spécialisés» Exemple de projet «Gestion de contacts» G. Richomme Table des matières 1. Introduction...

Plus en détail

2. METHODE ET LIMITES DE L EVALUATION

2. METHODE ET LIMITES DE L EVALUATION 2. METHODE ET LIMITES DE L EVALUATION 2.1. Méthode et outils d analyse 2.1.1. Méthode générale L'étude a été organisée en quatre phases, structuration de l'étude, observation, analyse et évaluation, décrites

Plus en détail

L'ANALYSE D'IMPACT BUDGETAIRE ET L'EVALUATION ECONOMIQUE : DES APPROCHES SUBSTITUABLES OU COMPLEMENTAIRES?

L'ANALYSE D'IMPACT BUDGETAIRE ET L'EVALUATION ECONOMIQUE : DES APPROCHES SUBSTITUABLES OU COMPLEMENTAIRES? L'ANALYSE D'IMPACT BUDGETAIRE ET L'EVALUATION ECONOMIQUE : DES APPROCHES SUBSTITUABLES OU COMPLEMENTAIRES? Pierre LEVY LEGOS, Université Paris-Dauphine pierre.levy@dauphine.fr L'analyse d'impact budgétaire

Plus en détail

GRAND TOURMALET TABLEAU DE BORD ECONOMIQUE BILAN ÉTÉ 2012

GRAND TOURMALET TABLEAU DE BORD ECONOMIQUE BILAN ÉTÉ 2012 GRAND TOURMALET TABLEAU DE BORD ECONOMIQUE BILAN ÉTÉ 2012 COMETE - 14/12/2012 258 RUE PERRIER GUSTIN - 73 000 BASSENS Tel : 04 79 62 77 62 - Fax : 01 57 67 95 98 - Email : infos@comete-conseils.fr Bilan

Plus en détail

ANNEXE N 1 PRESENTATION DU PROJET EN VUE DE. 1. Contexte (figures 1 et 2) L OBTENTION D UNE SUBVENTION FEDER

ANNEXE N 1 PRESENTATION DU PROJET EN VUE DE. 1. Contexte (figures 1 et 2) L OBTENTION D UNE SUBVENTION FEDER ANNEXE N 1 PRESENTATION DU PROJET EN VUE DE L OBTENTION D UNE SUBVENTION FEDER PORTEUR DU PROJET : Christophe Drénou INTITULE DU PROJET : Les conséquences du changement climatique sur les chênaies en Midi-Pyrénées.

Plus en détail

MORILLON TABLEAU DE BORD ECONOMIQUE BILAN ÉTÉ 2012

MORILLON TABLEAU DE BORD ECONOMIQUE BILAN ÉTÉ 2012 MORILLON TABLEAU DE BORD ECONOMIQUE BILAN ÉTÉ 2012 COMETE - 05/10/2012 258 RUE PERRIER GUSTIN - 73 000 BASSENS Tel : 04 79 62 77 62 - Fax : 01 57 67 95 98 - Email : infos@comete-conseils.fr Bilan 1/22

Plus en détail

Validation of LMDZ CMIP5 simulations: Comparison with EI reanalyses

Validation of LMDZ CMIP5 simulations: Comparison with EI reanalyses Validation of LMDZ CMIP5 simulations: Comparison with EI reanalyses Validation of LMDZ CMIP5 simulations: Comparison with EI reanalyses Methode de comparaison Proprietes nuageuses LMDZ Donnees AIRS Differentes

Plus en détail

Conseil Supérieur de la Météorologie

Conseil Supérieur de la Météorologie Conseil Supérieur de la Météorologie Que peut-on dire du changement climatique proche dans le temps (25-30 ans)? La prévision décennale: Un défi pour les climatologues Christophe Cassou (CNRS-Cerfacs)

Plus en détail

Nous avons soumis la question au (( Bureau sur les changements climatiques du ministère de l'environnement D qui nous a fait la réponse suivante :

Nous avons soumis la question au (( Bureau sur les changements climatiques du ministère de l'environnement D qui nous a fait la réponse suivante : Première question de la Commission 180 DB26 Dragage d'entretien du chenal entre Hudson et Oka Lac des Deux-Montagnes 6211.02-104 c Est-ce que vous savez si les gouvernements, provincial et fédéral, ont

Plus en détail

Carte des Vents de l Algérie - Résultats Préliminaires -

Carte des Vents de l Algérie - Résultats Préliminaires - Rev. Energ. Ren. : Valorisation (1999) 209-214 Carte des Vents de l Algérie - Résultats Préliminaires - Laboratoire dévaluation du Potentiel Energétique, Centre de Développement des Energies Renouvelables

Plus en détail

Performances énergétiques de capteurs solaires hybrides PV-T pour la production d eau chaude sanitaire.

Performances énergétiques de capteurs solaires hybrides PV-T pour la production d eau chaude sanitaire. Performances énergétiques de capteurs solaires hybrides PV-T pour la production d eau chaude sanitaire. Patrick DUPEYRAT 1,2*, Yu BAI 3,4, Gérald KWIATKOWSKI 5, Gilles FRAISSE 3 Christophe MENEZO 2,3 et

Plus en détail

kçìîéä=áåçáåé=çé=åáêåìä~íáçå=ëìê== äé=ê ëé~ì=êçìíáéê=å~íáçå~ä o ëìäí~íë=çé=ommu=

kçìîéä=áåçáåé=çé=åáêåìä~íáçå=ëìê== äé=ê ëé~ì=êçìíáéê=å~íáçå~ä o ëìäí~íë=çé=ommu= = Note d'information ^ìíéìê=w=p íê~= ã~á=ommv= = kçìîéä=áåçáåé=çé=åáêåìä~íáçå=ëìê== äé=ê ëé~ì=êçìíáéê=å~íáçå~ä o ëìäí~íë=çé=ommu= = qê~åëéçêíë= MP= L'Indice National de Circulation est le baromètre de

Plus en détail

LICENCE SCIENCE POLITIQUE

LICENCE SCIENCE POLITIQUE LICENCE SCIENCE POLITIQUE RÉSUMÉ DE LA FORMATION Type de diplôme : Licence (LMD) Domaine ministériel : Droit, Economie, Gestion Présentation La Licence mention Science Politique présente une formation

Plus en détail

GÉNIE CLIMATIQUE ET ENERGÉTIQUE FICHE DE LECTURE MISE EN PLACE D UNE METHODOLOGIE D AUDIT ENERGETIQUE

GÉNIE CLIMATIQUE ET ENERGÉTIQUE FICHE DE LECTURE MISE EN PLACE D UNE METHODOLOGIE D AUDIT ENERGETIQUE GÉNIE CLIMATIQUE ET ENERGÉTIQUE FICHE DE LECTURE MISE EN PLACE D UNE METHODOLOGIE D AUDIT ENERGETIQUE Projet de Fin d Etudes réalisé à Apave Liban Par Corentin Demolder Encadré par Bassam Habre Tuteur

Plus en détail

Observation des modalités et performances d'accès à Internet

Observation des modalités et performances d'accès à Internet Observation des modalités et performances d'accès à Internet Avant-propos La base de cette étude est constituée par les informations collectées par l'outil Cloud Observer d'iplabel (chargement des différents

Plus en détail

MNG360 Rapport 360. de M. John DOE

MNG360 Rapport 360. de M. John DOE MNG360 Rapport 360 de M. John DOE Evaluation réalisée MNG360 Date de création vendredi 19 juin 2009 12:23 Date de début vendredi 19 juin 2009 12:31 Date de fin vendredi 19 juin 2009 12:45 Temps de passation

Plus en détail

Séminaire final du projet Climaster Caen 28/11/2011

Séminaire final du projet Climaster Caen 28/11/2011 Impact du changement climatique sur l'organisation du travail dans les exploitations agricoles : une analyse des jours agronomiquement disponibles (JAD) A. Joannon, C. Barbeau, G. Barbeau, V. Hallaire,

Plus en détail

Les extrêmes thermiques dans les Préalpes françaises : évolutions présentes (1961-90) et futures (de 2021 à 2100)

Les extrêmes thermiques dans les Préalpes françaises : évolutions présentes (1961-90) et futures (de 2021 à 2100) Les extrêmes thermiques dans les Préalpes françaises : évolutions présentes (1961-90) et futures (de 2021 à 2100) Sandra Rome, Shan Li, Sylvain Bigot To cite this version: Sandra Rome, Shan Li, Sylvain

Plus en détail

Faire un semi variograme et une carte krigée avec surfer

Faire un semi variograme et une carte krigée avec surfer Faire un semi variograme et une carte krigée avec surfer Jérôme Mathieu http://www.jerome.mathieu.freesurf.fr avril 2004 Fichier de données Faire un fichier excel avec les données organisée en colonnes:

Plus en détail

Généralités. Front froid

Généralités. Front froid Apprendre : Les masses d'air, les fronts Tester : Les dictons Pratiquer : Prévoir le temps Prévoir : Les dictons mois par mois Généralités Deux masses d'air de température différente qui se rencontrent,

Plus en détail

Comment aborder l Optimisation énergétique de salles anciennes et hétérogènes?

Comment aborder l Optimisation énergétique de salles anciennes et hétérogènes? Comment aborder l Optimisation énergétique de salles anciennes et hétérogènes? Témoignage de Hervé MAGNIER Aéroports de Paris Membre du CRIP Groupe de travail Data center Un environnement technique peu

Plus en détail

Transposition de l article 8 de la directive européenne 2012/27 relative à l efficacité énergétique

Transposition de l article 8 de la directive européenne 2012/27 relative à l efficacité énergétique Pollutec 2013 Atelier ATEE AUDIT ENERGETIQUE EN ENTREPRISE Transposition de l article 8 de la directive européenne 2012/27 relative à l efficacité énergétique Laurent Cadiou DGEC/SCEE Bureau Économies

Plus en détail

Prévoir les bonnes journées : Les prévisions d'émagramme NOAA

Prévoir les bonnes journées : Les prévisions d'émagramme NOAA Prévoir les bonnes journées : Les prévisions d'émagramme NOAA Pour commencer Ce que je veux savoir pour aller voler Emagramme : définition, altitude, température, trucs et vocabulaire, humidité, rapport

Plus en détail

Rappel du Plan du cours

Rappel du Plan du cours Rappel du Plan du cours 1. Généralités et données climatiques 3. Rappels sur les transferts de chaleur 4. Capteur Solaire Plan 5. Application à la production d eau chaude sanitaire (ECS) 6. Bibliographie

Plus en détail

LA MAIN A LA PATE L air Cycle 2 L air.

LA MAIN A LA PATE L air Cycle 2 L air. LA MAIN A LA PATE L air Cycle 2 L air.? L air cycle 2 - doc Ecole des Mines de Nantes 1 LA MAIN A LA PATE L air Cycle 2 L'air. PROGRESSION GENERALE Séance n 1 : Questionnement initial à propos de l air

Plus en détail

Lutte contre l étalement urbain

Lutte contre l étalement urbain Lutte contre l étalement urbain L étalement urbain et la consommation d espace résultent de plusieurs causes cumulatives. Ces phénomènes s expliquent notamment par l insuffisance et l inadaptation de l

Plus en détail

Assises Européennes du Bâtiment Basse Consommations. Frédéric ric FRUSTA. Président Directeur Général. ENERGIVIE 25 Juin 2010

Assises Européennes du Bâtiment Basse Consommations. Frédéric ric FRUSTA. Président Directeur Général. ENERGIVIE 25 Juin 2010 c1 Assises Européennes du Bâtiment Basse Consommations Frédéric ric FRUSTA Président Directeur Général ENERGIVIE 25 Juin 2010 Diapositive 1 c1 Merci de me fournir le texte complet de la page de titre cql;

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

Simuler le cumul pour valider

Simuler le cumul pour valider Énergies renouvelables et eau chaude Simuler le cumul pour valider Est-il opportun de cumuler les énergies pour améliorer les installations de production d eau chaude sanitaire? Quelles sont les interactions

Plus en détail

Modèles transport-urbanisme Fiches synthétiques MOBISIM. Modèle multi-agents de prévision quasidynamique

Modèles transport-urbanisme Fiches synthétiques MOBISIM. Modèle multi-agents de prévision quasidynamique Modèles transport-urbanisme Fiches synthétiques MOBISIM Identité du modèle : Nature Voyageurs / Marchandises Sur quoi porte le modèle d'urbanisme? Modes de transports Agrégé/désagrégé Modèle d'occupation

Plus en détail

L inégale répartition de l énergie solaire est à l origine des courants atmosphériques

L inégale répartition de l énergie solaire est à l origine des courants atmosphériques L inégale répartition de l énergie solaire est à l origine des courants atmosphériques I/ Objectif : Dans la partie 2 du programme de seconde «enjeux planétaires contemporains : énergie et sol», sous partie

Plus en détail