CH1 : LA CONVERGENCE LITHOSPHÉRIQUE

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CH1 : LA CONVERGENCE LITHOSPHÉRIQUE"

Transcription

1 INTRODUCTION : CH1 : LA CONVERGENCE LITHOSPHÉRIQUE La lithosphère océanique se crée aux dorsales, limites divergentes des plaques tectoniques, évolue en s éloignant de la dorsale puis disparaît au niveau des fosses marines. Les failles normales localisées dans les dorsales attestent d une extension. Les marges océaniques passives contenant ces failles normales témoignent de l expansion de la lithosphère à partir de la dorsale. Dans les zones convergentes, les limites de plaques sont très actives. Quels indices témoignent d une subduction? Quel mécanisme est à l origine de la subduction? Quelle est la conséquence de la subduction sur l activité interne de la lithosphère? Comment la subduction est à l origine de la collision de continents? Plan I. LES MARQUEURS DE LA SUBDUCTION A. Reliefs et déformations B. Volcanisme C. Séismes D. Anomalies thermiques II. MÉCANISME DE SUBDUCTION A. La lithosphère s alourdit B. La lithosphère casse disparaît C. Mécanisme thermique III. ACTIVITÉ INTERNE DÉCLENCHÉE PAR LA SUBDUCTION A. Nature de la croûte : Granite, Rhyolite, Diorite, Andésite B. Formation et refroidissement des magmas C. Origine de l eau dans la plaque chevauchante: Hydratation ; Déshydratation IV. LA COLLISION CONTINENTALE A. Traces d ouverture de l océan Alpin : rift ; océan ; lithosphère océanique B. Traces de fermeture de l océan alpin : Schistes bleus, éclogites, répartition C. Traces de collision continentale : en surface, en profondeur, évolution tardive CONCLUSION

2 I LES MARQUEURS DE LA SUBDUCTION La subduction est l enfoncement et la disparition d une plaque lithosphérique sous une autre plaque. Quels indices révèlent l existence d une subduction? A. RELIEFS ET DÉFORMATIONS CARACTÉRISTIQUES 1. Reliefs négatifs Fosses (Japon, Tonga) : témoin d enfoncement de la plaque Bassin arrière-arc (mer du Japon) : témoin d amincissement de la lithosphère près d un arc volcanique. 2. Reliefs positifs Cordillère (Andes) : témoin de compression de deux plaques arc volcanique (Japon Antilles) : témoin d activité magmatique 3. Déformations des sédiments Les sédiments de la marge océanique sont plissés et cassés par des failles inverses : ils forment un prisme d accrétion : témoin du passage de la plaque océanique sous la plaque chevauchante (effet rabot). B. VOLCANISME PARTICULIER Les volcans de type explosif s alignent parallèlement au bord de l océan : témoins d activité interne et de modification des conditions géophysiques. C. SÉISMES CARACTÉRISTIQUES D UN ENFONCEMENT Des séismes compressifs, alignés parallèlement au bord de l océan et répartis en profondeur suivant un plan dit de Bénioff : témoin de l existence d une lithosphère rigide à grande profondeur (100km / 700 km ; profondeur supérieure à l épaisseur de la lithosphère (10km/80km) D. LES ANOMALIES THERMIQUES CONFIRMENT LA SUBDUCTION 1) Fosse : Anomalie - : témoin de l existence d une plaque froide profonde 2) Arcs et cordillères : Anomalie + : témoin de remontée de magma 3) Bassins arrière-arc : Anomalie + : témoin de remontée d asthénosphère BILAN : Les zones de subduction sont marquées par des reliefs positifs et négatifs, des séismes explosifs alignées suivant le plan de Bénioff, des anomalies thermiques négatives et positives et du magmatisme. Retour plan

3 II MÉCANISME DE SUBDUCTION Quel mécanisme est à l origine de l enfoncement de la lithosphère océanique sous une autre plaque lithosphérique? A. LA LITHOSPHÈRE OCÉANIQUE S ALOURDIT Lors de l expansion, le refroidissement de la lithosphère provoque : son épaississement : la partie supérieure du manteau asthénosphérique se refroidit aussi et adhère au manteau lithosphérique son augmentation de densité jusqu à dépasser celle de l asthénosphère Densité du manteau lithosphérique près de dorsale = 3.24 Densité du manteau lithosphérique loin de dorsale = 3.3 Densité de l asthénosphère = 3.25 B. LA LITHOSPHÈRE CASSE ET DISPARAÎT Refroidie, elle devient rigide et cassante à partir de 30 MA, mais elle peut résister à la cassure jusqu à 150/180 MA. A l occasion de fissures dues aux mouvements de la plaque, la partie la plus dense s enfonce dans l asthénosphère. A 700 Km, la plaque lithosphérique entre en fusion et disparaît en se mêlant au manteau. (parfois, elle descend à 3.000Km) C. MÉCANISME THERMIQUE La subduction, enfoncement et disparition de la lithosphère océanique sous une autre lithosphère (océanique / Guadeloupe ou continentale Chili), résulte de la traction de plaque plongeante sous l effet du refroidissement, et secondairement des mouvements horizontaux de convection mantellique. BILAN : l enfoncement de la lithosphère résulte de son augmentation d épaisseur et de densité, conséquence de son refroidissement. RETOUR PLAN

4 III ACTIVITÉ MAMGATIQUE DÉCLENCHÉE PAR LA SUBDUCTION Les reliefs sont constitués d arcs volcaniques et de cordillères ayant un magmatisme très actifs. D où provient le magma puisque la lithosphère subduite est froide? Comment peut-il se former? A. NATURE DE LA CROÛTE AUX ZONES DE SUBDUCTION Type de roche magmatique : Roche plutonique de structure cristalline, car refroidie en profondeur. Granite = beaucoup de Q et F (PL+OR), peu de Mica et Amphibole Diorite granite mais plus forte proportion d Amphibole Roche volcanique de structure hémicristalline, car refroidie en surface Rhyolite = même minéraux que le granite, englobés dans du verre. Andésite = mêmes minéraux que la diorite, englobés dans du verre. Composition chimique Leur grande proportion de quartz et de feldspath signifie qu elles sont riches en silice (andésite et diorite) ou très riche en silice (granite et rhyolite), contrairement au gabbro et au basalte La silice visqueuse rend explosive l éruption volcanique, caractéristique des volcans des zones de subduction. Leur composition chimique diffère aussi par la présence d eau (amphibole et mica) et la faible quantité de ferro-magnésiens.

5 B. FORMATION ET REFROIDISSEMENT DES MAGMAS 1) Fusion dans les zones de subduction Position géographique de la fusion : Les roches volcaniques ou plutoniques viennent des profondeurs, dérivent d un magma : ce magma de faible densité remonte à la verticale : la zone de fusion se situe donc à l aplomb des volcans et des montagnes. Conditions géophysiques de la fusion : le géotherme de subduction est toujours inférieur au solidus de la péridotite sèche : elle ne peut pas fondre. Mais le solidus de la péridotite hydratée recoupe le géotherme de subduction vers 100 km/1000 C. elle entre en fusion partielle. La présence de micas et d amphiboles indique que le magma contient de l eau. Lieu de fusion : Seule, la lithosphère chevauchante peut entrer en fusion : Température supérieure à 1000 C à l aplomb des volcans et montagnes Hydratation possible apportée par la lithosphère plongeante Résultat de la fusion : La fusion partielle de la péridotite asthénosphérique hydratée fournit un magma andésitique, riche en eau et en silice. 2) Cristallisation lors de la remontée dans la plaque chevauchante Le magma chaud, moins dense, remonte en surface soit rapidement par des failles, soit lentement par diapirs volumineux. Dans une lithosphère océanique La remontée rapide aboutit à la formation d andésite hémicristalline. Si le magma andésitique est bloqué en profondeur, le refroidissement lent aboutit à la formation de diorite cristalline. Dans une lithosphère continentale : Le magma andésitique traverse une croûte continentale épaisse qui le refroidit et le contamine Ce magma refroidit plus longtemps et devient très siliceux et se transforme en magma granitique cristallin. La croûte continentale, déjà siliceuse, enrichit le magma en silice. La fraction encore liquide de ce magma peut remonter en surface et former de la rhyolite hémicristalline. La cristallisation profonde aboutit à la formation des plutons de granite cristallins

6 C. ORIGINE DE L EAU DANS LA PLAQUE CHEVAUCHANTE 1) hydratation de la lithosphère océanique Lors de son expansion océanique, la lithosphère s hydrate : en présence d eau, à basse température et basse pression (BT/BP), basaltes et gabbros se transforment en métabasaltes et métagabbros de type schiste vert. BP/BT : Basalte / Gabbro + H2O schiste vert Plagioclase + pyroxène augite + péridot olivine + H 2 O plagioclase + pyroxène augite + amphibole hornblende 2) déshydratation de la lithosphère Dans la lithosphère subduite, pression et température augmentent : les schistes verts perdent leur eau et se transforment en métabasaltes et métagabbros de type schistes bleus puis en éclogite : MP/MT: schiste vert schiste bleu + H 2 O Plagioclase + pyroxène augite + amphibole brune Hornblende Plagioclase + pyroxène jadéite + amphibole glaucophane + H 2 O HP/MT : schiste bleu éclogite + H 2 O Plagioclase + pyroxène jadéite + amphibole glaucophane Plagioclase + pyroxène jadéite + GRENAT L eau sort des minéraux hydratés de la plaque plongeante, remonte dans la l asthénosphère et lithosphère chevauchantes. BILAN : Lorsque la plaque plongeante hydratée entre en subduction, elle perd son eau vers la plaque chevauchante. La péridotite asthénosphérique hydratée entre en fusion partielle vers 100 KM malgré le géotherme bas 1000 C. Le magma andésitique cristallise en andésite ou en diorite suivant sa vitesse de remontée. L épaisse croûte continentale ralentit la remontée du magma et le transforme en magma granitique à l origine de granite ou de rhyolite. RETOUR PLAN

7 IV : COLLISION DE CONTINENTS INTRODUCTION : Si les plaques lithosphériques possèdent une croûte continentale, la subduction entraîne la collision des continents plus légers. Comment retrouver les traces de subduction et de collision dans les chaînes de montagne actuelles? A. TRACES D OUVERTURE DE L OCÉAN ALPIN 1) Témoins d un rift : Failles normales et blocs basculés dans des roches granitiques ou métamorphiques = témoin de mouvements d écartement dans un continent 2) Témoins d océanisation : Evaporite, gypse = témoin de l inondation d un ancien continent Calcaire avec ammonite : témoin de la présence d une ancienne mer Radiolarite = sédiment à radiolaires siliceux : témoin de mer profonde > 3km Sédiments sur failles normales : témoins d une ancienne marge passive Le rift s inonde et devient un océan de plus en plus profond, les marges s écartent et reçoivent des sédiments 3) Témoins d une lithosphère océanique : Ophiolites = basalte sur gabbro sur péridotite : témoin de la présence d une lithosphère océanique Serpentinite = olivine hydratée ; Méta-gabbros : hornblende, actinote, chlorite : témoin d expansion et d hydratation d une lithosphère océanique L océan recouvre la lithosphère océanique.

8 B. TRACES DE FERMETURE DE L OCÉAN ALPIN a. Schistes bleus : le schiste bleu provient de la transformation en MP/MT de schistes verts : témoin d une subduction commençante. b. Eclogites : les éclogite proviennent de la transformation des schistes bleus en HP/MT : témoin d une subduction en profondeur. c. Répartition des roches : elles se localisent en zones parallèles d est en ouest : éclogite, schiste bleu, schiste vert : cette répartition correspond à la transformation progressive de la lithosphère en subduction : témoin du plan de subduction, reconstitué horizontalement, plongeant vers l ouest. La plaque européenne est subduite sous la plaque africaine C. TRACES DE COLLISION CONTINENTALE Les plaques océaniques en subduction entraînent les croûtes continentales, qui, moins denses, restent en surface et se compriment. 1) Traces de collision en surface : prisme d accrétion remonté en surface Les roches sédimentaires souples se plissent, les dures se cassent et présentent des failles inverses. Les roches plastiques comme le gypse s étalent sur de grandes nappes de charriage. Plis, failles inverses et nappes de charriage témoignent d une compression. 2) Traces de collision en profondeur : Plis et écailles Les roches sédimentaires profondes sont réchauffées et se déforment sans casser. Les minéraux se transforment et migrent dans les charnières des plis. La racine de la crustale compression provoque la formation d une en écailles, révélée par le profil sismique. Les plis anisopaques associés aux transformations minéralogiques témoignent d une compression en profondeur. 3) Evolution tardive : L érosion (eau, glace, vent ) rabote le relief ; la croûte continentale s allège ; la racine de la lithosphère, avec granite et roches métamorphiques, remonte Bilan : dans les alpes, les traces d ouverture d un océan, de sa fermeture par subduction et de collision témoignent de la convergence existant entre les lithosphères européenne et africaine. Retour plan

9 CONCLUSION CONVERGENCE : SUBDUCTION ET COLLISION La subduction est marquée par des «marges actives» animés de séismes répartis selon le plan de Bénioff, et de volcanisme explosif, par des reliefs positifs et négatifs contenant des prismes d accrétion ainsi que des anomalies de répartition de chaleur correspondant aux zones d enfoncement de plaque froide ou aux zones de remontée de magma. La subduction a pour origine la différence de densité entre la lithosphère âgée, épaisse et froide et l asthénosphère plus chaude. L augmentation de pression et de température en profondeur transforme les métagabbros ou métabasaltes en schiste bleu puis en éclogite. Cette transformation déshydrate la plaque plongeante et expulse l eau dans la plaque chevauchante, abaissant ainsi le solidus de la péridotite du manteau. Le magma issu de la fusion partielle, de nature andésitique remonte grâce à sa densité plus faible, soit dans une croûte océanique fine où il cristallise en diorite en profondeur et andésite en surface, soit dans une croûte continentale épaisse où il cristallise en granite en profondeur et en rhyolite en surface. Plus légers, les continents entraînés par les plaques lithosphériques convergentes, entrent en collision sans entrer en subduction. Les traces de rift, d océanisation, de subduction et de collision retrouvées dans les reliefs alpins, signent le mécanisme et les étapes de leur formation.

Thème Le domaine continental et sa dynamique

Thème Le domaine continental et sa dynamique Thème Le domaine continental et sa dynamique 1 Chapitre I Caractérisation du domaine continental - I - Les caractéristiques de la lithosphère continentale 1) La nature de la croûte continentale Rappels

Plus en détail

continents et leur dynamique

continents et leur dynamique 100 104 114 125 133 101 2 Les continents et leur dynamique Les objectifs généraux de cette partie En classe de Première S, l attention s est portée principalement sur le domaine océanique. En classe de

Plus en détail

1ère partie de l épreuve Dossier. DORSALE ET LITHOSPHERE OCEANIQUE

1ère partie de l épreuve Dossier. DORSALE ET LITHOSPHERE OCEANIQUE 1ère partie de l épreuve Dossier. DORSALE ET LITHOSPHERE OCEANIQUE DORSALE ET LITHOSPHERE OCEANIQUE Niveau : 1 ère S - TS Extrait du programme : Divergence et phénomènes liés (durée indicative : 3 semaines)

Plus en détail

Géothermie et propriétés thermiques de la Terre

Géothermie et propriétés thermiques de la Terre Géothermie et propriétés thermiques de la Terre 1 Lac de la station thermale du Blue Lagoon en Islande (eau chauffée par l énergie géothermique) 2 - I - Gradient géothermique et flux géothermique 1) Des

Plus en détail

Correction de la géothermie

Correction de la géothermie Correction de la géothermie Les ondes issues d un séisme survenu en Alsace sont enregistrées dans différentes stations (Doc. 1). On dispose ainsi du temps de parcours des ondes P réfléchies sur le Moho

Plus en détail

Le magmatisme à la Réunion

Le magmatisme à la Réunion GEOLOGIE 15 avril 2009 Durée : 2 heures L usage de la calculatrice est autorisé pour cette épreuve (1pt) Le magmatisme à la Réunion L île de la Réunion est située dans l océan Indien. Elle constitue la

Plus en détail

PHENOTYPE - GENOTYPE Le phénotype d un individu : - peut être observé uniquement à l échelle moléculaire et à l échelle cellulaire PROTEINES ENZYMES

PHENOTYPE - GENOTYPE Le phénotype d un individu : - peut être observé uniquement à l échelle moléculaire et à l échelle cellulaire PROTEINES ENZYMES REVISIONS DE 1 S. Vous devez indiquer pour chaque proposition si celle-ci est vraie (V) ou fausse (F) en cochant la case correspondante ; une abstention ou une réponse trop peu lisible seront considérées

Plus en détail

La tectonique des plaques: histoire d un modèle. Progression pédagogique en 1 e S David Bard - APBG

La tectonique des plaques: histoire d un modèle. Progression pédagogique en 1 e S David Bard - APBG La tectonique des plaques: histoire d un modèle Progression pédagogique en 1 e S David Bard - APBG Temps approximatif: 10 semaines Rappel des acquis de 4 e et motivation Tableau d Hokusai montrant le tsunami

Plus en détail

Séquence 4. Comment expliquer la localisation des séismes et des volcans à la surface du globe?

Séquence 4. Comment expliquer la localisation des séismes et des volcans à la surface du globe? Sommaire Séquence 4 Tu as constaté que les séismes et les éruptions volcaniques se déroulaient toujours aux mêmes endroits. Tu vas maintenant chercher à expliquer ce phénomène. Problématique : Comment

Plus en détail

Activité 54 : Modélisation des phénomènes associés à la convergence au niveau d une fosse océanique

Activité 54 : Modélisation des phénomènes associés à la convergence au niveau d une fosse océanique Fiche professeur - 4 e Activité 54 : Modélisation des phénomènes associés à la convergence au niveau d une fosse océanique 1. EXTRAITS REFERENTIELS DU BO Partie : L activité interne du globe Connaissances

Plus en détail

Fig. 2 : Structure en couches de la Terre

Fig. 2 : Structure en couches de la Terre Cours de Tectonique globale/fb/module M12/ S3 de licence "STU/ Figures/ ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

Sciences de la vie et de la terre

Sciences de la vie et de la terre Sciences de la vie et de la terre Terminale S Corrigés des exercices Rédaction : Sylvie Bouton Michel Aguelon Marie-Laure Gueuné Yannick Gaudin Coordination : Yannick Gaudin Ce cours est la propriété du

Plus en détail

Quelques notions de géologie

Quelques notions de géologie Quelques notions de géologie Qu est-ce qu une roche? Par définition, on nomme roche tout matériau constitutif de l écorce terrestre. Les matières qui composent les roches sont qualifiées de matières minérales,

Plus en détail

CHAPITRE 6 : LE RENFORCEMENT DU MODELE PAR SON EFFICACITE PREDICTIVE

CHAPITRE 6 : LE RENFORCEMENT DU MODELE PAR SON EFFICACITE PREDICTIVE 1 CHAPITRE 6 : LE RENFORCEMENT DU MODELE PAR SON EFFICACITE PREDICTIVE Quels sont les arguments qui permettent de renforcer le modèle? 2 3 I. UNE CONFIRMATION DE L EXPANSION DU PLANCHER OCÉANIQUE A.LES

Plus en détail

Séquence 4. De la dérive des continents à la tectonique des plaques, la naissance d une théorie

Séquence 4. De la dérive des continents à la tectonique des plaques, la naissance d une théorie Séquence 4 De la dérive des continents à la tectonique des plaques, la naissance d une théorie Sommaire 1. Dérive des continents : la naissance de l idée 2. L interprétation actuelle des différences d

Plus en détail

Ressources pour la classe de terminale générale et technologique

Ressources pour la classe de terminale générale et technologique Ressources pour la classe de terminale générale et technologique Thème 1-B - Le domaine continental et sa dynamique Table des matières Quelques éléments de réflexion.. Activités envisageables.. Thème 1-B-1

Plus en détail

L E BILAN DES ACTIVITÉS

L E BILAN DES ACTIVITÉS L E BILAN DES ACTIVITÉS Activité 1 Des volcans en éruption Mots-clés Il existe deux types d éruptions volcaniques : les éruptions explosives, caractérisées par des explosions plus ou moins importantes,

Plus en détail

Séquence 1. Le domaine continental et sa dynamique : caractéristiques et évolution de la lithosphère continentale. Sommaire. Chapitre 1.

Séquence 1. Le domaine continental et sa dynamique : caractéristiques et évolution de la lithosphère continentale. Sommaire. Chapitre 1. Séquence 1 Le domaine continental et sa dynamique : caractéristiques et évolution de la lithosphère continentale Objectifs Cette séquence permettra de caractériser la croûte continentale du point de vue

Plus en détail

Au Grand Canyon du fleuve Colorado l érosion détruit les roches sédimentaires qu elle a contribué à créer autrefois.

Au Grand Canyon du fleuve Colorado l érosion détruit les roches sédimentaires qu elle a contribué à créer autrefois. Au Grand Canyon du fleuve Colorado l érosion détruit les roches sédimentaires qu elle a contribué à créer autrefois. La météorisation Les roches se dégradent au contact de l atmosphère (les gaz), de l

Plus en détail

Séquence 3. Enjeux planétaires contemporains : géothermie et propriétés thermiques de la Terre. Sommaire. Chapitre 1. Prérequis

Séquence 3. Enjeux planétaires contemporains : géothermie et propriétés thermiques de la Terre. Sommaire. Chapitre 1. Prérequis Séquence 3 Enjeux planétaires contemporains : géothermie et propriétés thermiques de la Terre Objectifs L étude du flux thermique d origine interne permettra de comprendre le fonctionnement de la planète

Plus en détail

Géodynamique. Unité d introduction et de socle commun aux 5 UE optionnelles choisies au second semestre de l'année de Master 1

Géodynamique. Unité d introduction et de socle commun aux 5 UE optionnelles choisies au second semestre de l'année de Master 1 Géodynamique 2014 Unité d introduction et de socle commun aux 5 UE optionnelles choisies au second semestre de l'année de Master 1 Pré-requis: Bases en cinématique des plaques, géophysique, géologie sédimentaire,

Plus en détail

Un modèle pour expliquer la genèse des magmas : exemple de la fusion partielle dans une classe du secondaire

Un modèle pour expliquer la genèse des magmas : exemple de la fusion partielle dans une classe du secondaire Un modèle pour expliquer la genèse des magmas : exemple de la fusion partielle dans une classe du secondaire Patricia Schneeberger Marcelle Goix Hervé Goix Laboratoire LACES Université Bordeaux 4 IUFM

Plus en détail

S.C.T. 4003 INTRODUCTION A LA GEODYNAMIQUE

S.C.T. 4003 INTRODUCTION A LA GEODYNAMIQUE S.C.T. 4003 INTRODUCTION A LA GEODYNAMIQUE Hiver 2013 Jean-Claude Mareschal PK7612 tel: 6864 mareschal.jean-claude@uqam.ca L utilisation d ordinateurs portatifs ou de téléphones cellulaires n est pas autorisée

Plus en détail

Les réservoirs géothermaux de haute énergie: de l exploration à l exploitation. (l exemple de Bouillante)

Les réservoirs géothermaux de haute énergie: de l exploration à l exploitation. (l exemple de Bouillante) EnSciTerre, Cycles de conférences de l OSUC Les réservoirs géothermaux de haute énergie: de l exploration à l exploitation. (l exemple de Bouillante) E. Bourdon Sommaire - Qu est-ce qu un réservoir géothermal

Plus en détail

Projet Pédagogique Conférence interactive HUBERT REEVES Vendredi 13 mars 2015-14 H

Projet Pédagogique Conférence interactive HUBERT REEVES Vendredi 13 mars 2015-14 H Projet Pédagogique Conférence interactive HUBERT REEVES Vendredi 13 mars 2015-14 H Page 1 DES CONFERENCES QUI ENRICHISSENT LES PROGRAMMES SCOLAIRES : Objectifs principaux : Acquérir et approfondir des

Plus en détail

THEME 1B La tectonique des plaques : l histoire d un modèle TP1 La naissance d une idée

THEME 1B La tectonique des plaques : l histoire d un modèle TP1 La naissance d une idée THEME 1B La tectonique des plaques : l histoire d un modèle TP1 La naissance d une idée Dès 1858, on dispose de cartes géographiques relativement précises qui ont permis à Antonio Snider- Pellegrini d

Plus en détail

La Géothermie D.Madet

La Géothermie D.Madet La Géothermie D.Madet La chaleur de la terre augmente avec la profondeur. Les mesures récentes de l accroissement de la température avec la profondeur, appelée gradient géothermique, ont montré que cette

Plus en détail

GUIDE DE LECTURE DES CARTES GEOLOGIQUES DE LA FRANCE A 1/50 000

GUIDE DE LECTURE DES CARTES GEOLOGIQUES DE LA FRANCE A 1/50 000 GUIDE DE LECTURE DES CARTES GEOLOGIQUES DE LA FRANCE A 1/50 000 Service Géologique National SOMMAIRE INTRODUCTION... 4 LE FOND TOPOGRAPHIQUE... 4 SYMBOLOGIE DES ÉLÉMENTS TOPOGRAPHIQUES... 5 ÉTABLISSEMENT

Plus en détail

CORRIGÉS SCIENCES NATURELLES 2

CORRIGÉS SCIENCES NATURELLES 2 CORRIGÉS SCIENCES NATURELLES 2 LA MATIÈRE ET L ÉNERGIE /page 5/ Le mouvement Position initiale Position finale Déplacement 280 m 0 m - 280 m 25 m 525 m 500 m 125 m 150 m 25 m 200 m 125 m - 75 m 175 m 75

Plus en détail

LES LIANTS HYDRAULIQUES. Hamdi Boualem ENSSMAL

LES LIANTS HYDRAULIQUES. Hamdi Boualem ENSSMAL LES LIANTS HYDRAULIQUES Hamdi Boualem ENSSMAL Le ciment Le ciment est une matière pulvérulente, formant avec l eau ou avec une solution saline une pâte plastique liante, capable d agglomérer, en durcissant,

Plus en détail

Les points chauds et la convection du manteau terrestre

Les points chauds et la convection du manteau terrestre Les points chauds et la convection du manteau terrestre Sommaire 1. LOCALISATION DE QUELQUES STRUCTURES NON EXPLIQUÉES PAR LA THÉORIE DE LA TECTONIQUE DES PLAQUES 2. FORMULATION DE LA THÉORIE DES POINTS

Plus en détail

1 / Un phénomène naturel et un risque sérieux pour les habitations

1 / Un phénomène naturel et un risque sérieux pour les habitations LE RETR AIT-GON FLEMENT DES ARGI LES / 1 1 / Un phénomène naturel et un risque sérieux pour les habitations On qualifie de risque géologique tout incident catastrophique engendré suite à des phénomènes

Plus en détail

ÉNERGIES RENOUVELABLES

ÉNERGIES RENOUVELABLES ÉNERGIE HYDRAULIQUE ÉNERGIE ÉOLIENNE ÉNERGIE SOLAIRE LA BIOMASSE LA GÉOTHERMIE ÉNERGIES MARINES ÉNERGIE HYDRAULIQUE L énergie hydraulique provient de la force de l eau en mouvement, c est-à-dire l énergie

Plus en détail

LES MATÉRIAUX EN PIERRE SÈCHE À L ÉPIRE

LES MATÉRIAUX EN PIERRE SÈCHE À L ÉPIRE LES MATÉRIAUX EN PIERRE SÈCHE À L ÉPIRE Nom commun Pierre blanche MATIÈRE PREMIÈRE (matériau) Calcaire Type de matériau de construction : Pierre de revêtement des sols Epire, Albanie Pierre de faible épaisseur

Plus en détail

La fonte des glaces fait-elle monter le niveau de la mer?

La fonte des glaces fait-elle monter le niveau de la mer? La fonte des glaces fait-elle monter le niveau de la mer? L effet de la fonte des glaces sur la variation du niveau de la mer est parfois source d erreur et de confusion. Certains prétendent qu elle est

Plus en détail

Séquence 5. Modéliser la surface de la Terre : frontières et déplacement des plaques lithosphériques

Séquence 5. Modéliser la surface de la Terre : frontières et déplacement des plaques lithosphériques Séquence 5 Modéliser la surface de la Terre : frontières et déplacement des plaques lithosphériques Sommaire 1. Le recyclage de la lithosphère océanique 2. Le premier modèle de la tectonique des plaques

Plus en détail

CATHEDRAL WINDOW. Réalisation d une corbeille de 12 cm x 12 cm x 6 cm

CATHEDRAL WINDOW. Réalisation d une corbeille de 12 cm x 12 cm x 6 cm CATHEDRAL WINDOW Réalisation d une corbeille de 12 cm x 12 cm x 6 cm Important : la copie de ces pages est libre de droit pour tout usage privé. En cas d'utilisation à des fins commerciales vous devez

Plus en détail

La fabrication des cellules photovoltaïques

La fabrication des cellules photovoltaïques La fabrication des cellules photovoltaïques L'énergie solaire photovoltaïque provient de la transformation directe d'une partie du rayonnement solaire en énergie électrique. Cette conversion d'énergie

Plus en détail

La classification des roches sédimentaires

La classification des roches sédimentaires H. LES ROCHES Détritiques ou SILICICLASTIQUES (argiles, silts, sables, graviers) Classification de base de Udden (1914) et Wentworth (1922) Echelle métrique (x2) Mud --> Mudstone Silt --> Siltstone Sand

Plus en détail

TP de cartographie Les cartes géologiques au 1/50000 Jeudi 20 septembre 2012

TP de cartographie Les cartes géologiques au 1/50000 Jeudi 20 septembre 2012 TP de cartographie Les cartes géologiques au 1/50000 Jeudi 20 septembre 2012 Partie I) TP de cartographie, la carte de France au 1/1000000 Voir le cours de l année dernière avec Jérôme. Partie II) TP de

Plus en détail

crustales de l îl île de Tahiti Subsidence et érosion Déformations Lydie Sichoix Dr. Géophysique interne Labo GEPASUD - UPF Carte bathymétrique

crustales de l îl île de Tahiti Subsidence et érosion Déformations Lydie Sichoix Dr. Géophysique interne Labo GEPASUD - UPF Carte bathymétrique Déformations crustales de l îl île de Tahiti Subsidence et érosion Carte bathymétrique Lydie Sichoix Dr. Géophysique interne Labo GEPASUD - UPF Séminaire du 21 nov 2008 17/11/2009 1 Phénom nomènes nes

Plus en détail

Relier expérimentalement la vitesse de propagation des ondes sismiques à la présence de roches réservoirs.

Relier expérimentalement la vitesse de propagation des ondes sismiques à la présence de roches réservoirs. Relier expérimentalement la vitesse de propagation des ondes sismiques à la présence de roches réservoirs. Niveaux : quatrième, troisième, seconde et première S. Matériel : 2 capteurs piézométriques, Logiciel

Plus en détail

OLYMPIADES DES GEOSCIENCES

OLYMPIADES DES GEOSCIENCES SESSION 2008 OLYMPIADES DES GEOSCIENCES Sud-Est Durée de l épreuve : 4h. Le sujet se compose de quatre exercices notés sur dix points chacun. Il comporte de nombreux documents mais leur exploitation et

Plus en détail

Sciences de la vie et de la Terre 4 e

Sciences de la vie et de la Terre 4 e Sciences de la vie et de la Terre 4 e Livret de corrigés Rédaction Benjamon Tello Ce cours est la propriété du Cned. Les images et textes intégrés à ce cours sont la propriété de leurs auteurs et/ou ayants

Plus en détail

SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE

SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 2015 SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE Série S ÉPREUVE DU MERCREDI 24 JUIN 2015 Durée de l'épreuve : 3h30 Coefficient : 6 ENSEIGNEMENT OBLIGATOIRE L'usage de la calculatrice

Plus en détail

Documents sur la patrie tectonique de Madagascar Clé USB avec logiciel Audacity et base de données sismiques en ligne : Sismos à l Ecole

Documents sur la patrie tectonique de Madagascar Clé USB avec logiciel Audacity et base de données sismiques en ligne : Sismos à l Ecole Laboratoire de Sciences de la Vie et de la Terre Mise à l épreuve de l idée d une dérive des continents Première S Au début du XXe siècle, les premières idées évoquant une mobilité horizontale des continents

Plus en détail

Géothermie et propriétés thermiques de la Terre

Géothermie et propriétés thermiques de la Terre Géothermie et propriétés thermiques de la Terre Marc Fournier Institut des Sciences de la Terre de Paris (istep) marc.fournier@upmc.fr Géothermal : dont la température est due à un séjour en profondeur

Plus en détail

REPUBLIQUE DU BENIN ----------------- MINISTERE DES MINES, DE L ENERGIE ET DE L EAU ----------------- LES POTENTIALITES MINIERES

REPUBLIQUE DU BENIN ----------------- MINISTERE DES MINES, DE L ENERGIE ET DE L EAU ----------------- LES POTENTIALITES MINIERES REPUBLIQUE DU BENIN ----------------- MINISTERE DES MINES, DE L ENERGIE ET DE L EAU ----------------- LES POTENTIALITES MINIERES DIRECTION GENERALE DES MINES 04 B. P. 1412 TEL : 21 30 30 33 FAX : 21 30

Plus en détail

La technique en 7 étapes. Déroulement du mouvement. ASTA Association Suisse de Tir à l Arc. Conseil des entraîneurs

La technique en 7 étapes. Déroulement du mouvement. ASTA Association Suisse de Tir à l Arc. Conseil des entraîneurs Déroulement du mouvement 1. Position Position des pieds Jambes Hanches Buste Tête 2. Bras d arc Main d arc Point de pression Coude Bras de l arc Epaule 3. Bras de corde Prise de corde Position des doigts

Plus en détail

L eau, sa pollution, et son traitement. René Moletta

L eau, sa pollution, et son traitement. René Moletta L eau, sa pollution, et son traitement René Moletta «Moletta Méthanisation» 1504 Route des Bottières 73470 Novalaise (France) e mail : rene.moletta@yahoo.fr nota bene : Toute mise en œuvre de ce qui est

Plus en détail

Le sous-sol. Séismes Formations géologiques de surface Matériaux des carrières Mines Actions menées en Bretagne En savoir plus

Le sous-sol. Séismes Formations géologiques de surface Matériaux des carrières Mines Actions menées en Bretagne En savoir plus Le sous-sol Séismes Formations géologiques de surface Matériaux des carrières Mines Actions menées en Bretagne En savoir plus 98 Ci-contre : Granite orbiculaire de Ploumanac h zarmel - www.geodiversite.net

Plus en détail

Principes de fonctionnement et usages de la géothermie

Principes de fonctionnement et usages de la géothermie Principes de fonctionnement et usages de la géothermie (source : ADEME-BRGM) La géothermie désigne le processus permettant de capter en profondeur la chaleur terrestre, et l exploiter via un système de

Plus en détail

LA GÉOTHERMIE EN ALSACE

LA GÉOTHERMIE EN ALSACE www.es-geothermie.fr www.es-groupe.fr LA GÉOTHERMIE EN ALSACE GÉOTHERMIE PROFONDE, L HISTOIRE 2 LA GÉOTHERMIE EN ALSACE Il y a les nuages, il y a la pluie. Et il y a cette petite goutte d eau qui tombe

Plus en détail

Géothermie et propriétés thermiques de la Terre Objectif : le fonctionnement de la planète et une application (géothermie) - EXAO, tableur

Géothermie et propriétés thermiques de la Terre Objectif : le fonctionnement de la planète et une application (géothermie) - EXAO, tableur Objectif : le fonctionnement de la planète et une application (géothermie) - EXAO, tableur Observation : Quelle est la température moyenne au sol sur la terre? Comparer avec les données des documents suivants

Plus en détail

SOMMAIRE 1. LA PROSPECTION 2. LA TERRE : UNE CHAUDIERE NATURELLE HISTOIRE DE LA GEOTHERMIE 3. COMMENT CELA FONCTIONNE?

SOMMAIRE 1. LA PROSPECTION 2. LA TERRE : UNE CHAUDIERE NATURELLE HISTOIRE DE LA GEOTHERMIE 3. COMMENT CELA FONCTIONNE? Fiches ressources Dossier n 2 Activités 1 à 4 SOMMAIRE 1. LA PROSPECTION 2. LA TERRE : UNE CHAUDIERE NATURELLE HISTOIRE DE LA GEOTHERMIE 3. COMMENT CELA FONCTIONNE? 4. DES ATOUTS POUR L'ENVIRONNEMENT APPLICATIONS

Plus en détail

La problématique de l assurance visà-vis des risques naturels majeurs. Approche

La problématique de l assurance visà-vis des risques naturels majeurs. Approche La problématique de l assurance visà-vis des risques naturels majeurs Approche principe Les assurances sont souvent très frileuses des qu il s agit d assurer un risque à la Martinique qui pour eux cumule

Plus en détail

L ÉNERGIE C EST QUOI?

L ÉNERGIE C EST QUOI? L ÉNERGIE C EST QUOI? L énergie c est la vie! Pourquoi à chaque fois qu on fait quelque chose on dit qu on a besoin d énergie? Parce que l énergie est à l origine de tout! Rien ne peut se faire sans elle.

Plus en détail

Rifting Oligocène en Languedoc: Un modèle d extension de couverture

Rifting Oligocène en Languedoc: Un modèle d extension de couverture Rifting Oligocène en Languedoc: Un modèle d extension de couverture Michel Séranne, Géosciences Montpellier A. Benedicto, E. Sanchis, P.Labaume, M.Séguret «Tectonique récente de la Provence- Rôle des couches

Plus en détail

La gestion à long terme des déchets de haute activité et/ou de longue durée de vie. Options

La gestion à long terme des déchets de haute activité et/ou de longue durée de vie. Options La gestion à des déchets de haute activité et/ou de longue durée de vie Options Options possibles pour la gestion à 2 Option zéro ou statu quo : maintien de la situation actuelle Mise en forages profonds

Plus en détail

Chapitre 7 : l évolution des paysages

Chapitre 7 : l évolution des paysages Chapitre 7 : l évolution des paysages Où que l on soit sur Terre, sous le sol, se trouvent des roches du sous-sol. DEFINITION : Erosion = dégradation, usure des roches. Qu est-ce qui peut éroder les roches

Plus en détail

Chapitre I : Étude des minéraux

Chapitre I : Étude des minéraux Chapitre I : Étude des minéraux L'étude des minéraux et des roches fait l'objet de la minéralogie et de la pétrographie. I. Reconnaissances macroscopiques des minéraux La forme d'un minéral dépend de son

Plus en détail

Questionnaire Lycée SALLE DES EAUX DU MONDE

Questionnaire Lycée SALLE DES EAUX DU MONDE Questionnaire Lycée Ce musée vous offre une approche de l Eau dans toute sa grandeur. A vous de faire connaissance avec cet élément naturel. 1) Origine de l eau SALLE DES EAUX DU MONDE Vous vous aiderez

Plus en détail

L océan, un Eldorado pour les ressources du futur?

L océan, un Eldorado pour les ressources du futur? Les ressources minérales du futur sont-elles au fond des mers? «Il existe au fond des mers des mines de zinc, de fer, d argent, d or, dont l exploitation serait très certainement praticable.» Jules Verne

Plus en détail

La géothermie: ou comment utiliser les «chauds-froids» de la Terre sans s enrhumer

La géothermie: ou comment utiliser les «chauds-froids» de la Terre sans s enrhumer Cours de géologie de l environnement Prof. A. Parriaux La géothermie: ou comment utiliser les «chauds-froids» de la Terre sans s enrhumer Table des matières - Bases géologiques de la géothermie - Principaux

Plus en détail

Quel est le lien entre toutes ces énergies????

Quel est le lien entre toutes ces énergies???? Quel est le lien entre toutes ces énergies???? Comment l Homme utilise l énergie lumineuse? A. Une inégale répartition de l énergie solaire en fonction de la latitude Manuel Nathan seconde Répartition

Plus en détail

Interprétation de l'affleurement 3: a: argilites compactes, b: niveaux oxydés, a: argilites shistées, riches en charbon (bitumineuses)

Interprétation de l'affleurement 3: a: argilites compactes, b: niveaux oxydés, a: argilites shistées, riches en charbon (bitumineuses) L' approche de la complexité; Un exemple de démarche en classe de seconde. Bulletin officiel spécial n 4 du 29 avril 2010 L approche de la complexité et le travail de terrain Le travail de terrain est

Plus en détail

[24] Le chronomètre lutetium-hafnium. [1] Le processus de la fusion nucléaire primordiale (le Big Bang)

[24] Le chronomètre lutetium-hafnium. [1] Le processus de la fusion nucléaire primordiale (le Big Bang) [1] Le processus de la fusion nucléaire primordiale (le Big Bang) [2] La quantité de mouvement et le moment angulaire [3] Calcul de l énergie de liaison des nucléons dans le noyau d un élément [4] Les

Plus en détail

Caractéristiques générales des systèmes et des régions géothermiques de Madagascar

Caractéristiques générales des systèmes et des régions géothermiques de Madagascar Caractéristiques générales des systèmes et des régions géothermiques de Madagascar Lala Andrianaivo Ecole Supérieure Polytechnique, Université d Antananarivo, BP 1500, Antananarivo 101, Madagascar andrianaivo@univ-antananarivo.mg

Plus en détail

OUVRAGES EN PLAQUES DE PLATRE ORIGINES ET TRAITEMENT DES FISSURES

OUVRAGES EN PLAQUES DE PLATRE ORIGINES ET TRAITEMENT DES FISSURES FICHE CONSEIL N 8 OUVRAGES EN PLAQUES DE PLATRE ORIGINES ET TRAITEMENT DES FISSURES (Plaques, carreaux, enduits) Cette fiche a pour objet d informer les intervenants sur des méthodes simples visant à déterminer

Plus en détail

TP16 : de l élaboration de la théorie aux mouvements absolus.

TP16 : de l élaboration de la théorie aux mouvements absolus. TP16 : de l élaboration de la théorie aux mouvements absolus. Matériel : - logiciels informatiques( le fichier Hawai.kmz ; le dossier TP GPS 1S) - Du papier calque - Un globe terrestre ( activité 1) Objectif

Plus en détail

Introduction. Henri Poincaré

Introduction. Henri Poincaré Introduction «On fait la science avec des faits comme une maison avec des pierres, mais une accumulation de faits n est pas plus une science qu un tas de pierres n est une maison.» Henri Poincaré Après

Plus en détail

L inégale répartition de l énergie solaire est à l origine des courants atmosphériques

L inégale répartition de l énergie solaire est à l origine des courants atmosphériques L inégale répartition de l énergie solaire est à l origine des courants atmosphériques I/ Objectif : Dans la partie 2 du programme de seconde «enjeux planétaires contemporains : énergie et sol», sous partie

Plus en détail

Que savons-nous de notre planète?

Que savons-nous de notre planète? Que savons-nous de notre planète? par Jacques Deferne et Nora Engel Née en même temps que le Soleil de la contraction d'un immense nuage d'hydrogène, d'hélium et de poussière, la Terre est la seule planète

Plus en détail

première S 1S7 Géothermie

première S 1S7 Géothermie FICHE 1 Fiche à destination des enseignants Type d'activité Activité documentaire Notions et contenus du programme de première S Radioactivité naturelle et artificielle. Activité. Lois de conservation

Plus en détail

Exploitation de bases de données scientifiques en ligne : utilisation des données des forages océaniques profonds (DSDP, ODP, IODP)

Exploitation de bases de données scientifiques en ligne : utilisation des données des forages océaniques profonds (DSDP, ODP, IODP) Exploitation de bases de données scientifiques en ligne : utilisation des données des forages océaniques profonds (DSDP, ODP, IODP) Les premières campagnes de forages océaniques profonds (1968) avaient

Plus en détail

GOOGLE EARTH Quelques méthodes d utilisation et pistes d activités

GOOGLE EARTH Quelques méthodes d utilisation et pistes d activités GOOGLE EARTH Quelques méthodes d utilisation et pistes d activités Google Earth est un logiciel, permettant une visualisation de la Terre (et d autres astres!) avec un assemblage de photographies aériennes

Plus en détail

TRANSPORT. Prendre toutes dispositions pour éviter que le reste du chargement vienne heurter l appareil au cours du transport.

TRANSPORT. Prendre toutes dispositions pour éviter que le reste du chargement vienne heurter l appareil au cours du transport. TRANSPORT L appareil est disposé dans le sens de la longueur dans le véhicule. Les galets doivent être démontés et peuvent être fixés à l envers sur les soubassements ou emballés dans un carton à l intérieur

Plus en détail

Chape sèche FERMACELL

Chape sèche FERMACELL Chape sèche Des systèmes reconnus dans la construction sèche présentant des qualités coupefeu et d isolation phonique. Descriptif : Chape sèche de haute qualité adaptée à divers domaines d utilisation,

Plus en détail

Modélisation analogique de la convection

Modélisation analogique de la convection Modélisation analogique de la convection Problème : «Le transfert de chaleur de la profondeur vers la surface se produit selon deux mécanismes : la convection et la conduction. Le transfert par convection

Plus en détail

Poser un carrelage mural

Poser un carrelage mural Thierry Gallauziaux - David Fedullo Poser un carrelage mural Deuxième édition 2012 Groupe Eyrolles, 2012, 978-2-212-13490-2 Poser un carrelage mural Le carrelage est un revêtement de sol ou mural indémodable.

Plus en détail

Où sont les Hommes sur la Terre

Où sont les Hommes sur la Terre Où sont les Hommes sur la Terre Introduction : Notre planète est constituée de régions peuplées et d autres qui sont presque vides, ainsi 90% de la population vit dans l hémisphère nord. Dans certains

Plus en détail

SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE

SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 2014 SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE Série S OBLIGATOIRE + SPÉCIALITÉ 1/9 Corrigé partie I - 8 points : étude d un caryotype Outil de détermination de note pour une question

Plus en détail

Tome Évolution phénoménologique du stockage géologique

Tome Évolution phénoménologique du stockage géologique Collection Les Rapports Tome Évolution phénoménologique du stockage géologique Juin 2005 Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs Sommaire Sommaire Sommaire...3 Table des illustrations...6

Plus en détail

Bouillante. A propos de Bouillante. Il y avait 7 556 Bouillantais et Bouillantaises dans la commune en 2008

Bouillante. A propos de Bouillante. Il y avait 7 556 Bouillantais et Bouillantaises dans la commune en 2008 Bouillante Cette commune aux multiples fontaines d eau bouillantes se situe en Basse Terre, au centre de la côte sous le vent. Commune rurale, elle a vu s y développer la culture de la canne à sucre mais

Plus en détail

Les Forages de Puits d Eau

Les Forages de Puits d Eau 1 8 Journée de l APRONA Les Forages de Puits d Eau Intervenant : M Claude Maurutto 2 Les Forages de puits d eau De la réalisation à la réception de l ouvrage Un Forage : Pourquoi? Un peu d Histoire Les

Plus en détail

- Objectifs méthodologiques et/ou technologiques

- Objectifs méthodologiques et/ou technologiques Activité 42 : Découvrir des facteurs d érosion de la roche 1. EXTRAITS REFERENTIELS DU BO Partie du programme : Géologie externe ; évolution des paysages Notions. contenus Compétences Exemples d activités

Plus en détail

Consommation. Poids brut (transport)

Consommation. Poids brut (transport) Manuel d utilisation Laminateurs à froid EM 1200 Spécifications Largeur maximum de plastification Epaisseur maximum de plastification Vitesse maximum Vitesse minimum (en ajustant la pression des rouleaux

Plus en détail

Comment les Alpes se sont-elles formées? Jacques Deferne et Nora Engel

Comment les Alpes se sont-elles formées? Jacques Deferne et Nora Engel Comment les Alpes se sont-elles formées? Jacques Deferne et Nora Engel Jacques Deferne & Nora Engel, 7 mai 2014 2 Avant-propos Ce petit ouvrage sur les événements géologiques qui ont modelé les paysages

Plus en détail

H Y G R O B A E t u d e d e l a r é h a b i l i t a t i o n h y g r o t h e r m i q u e d e s p a r o i s a n c i e n n e s

H Y G R O B A E t u d e d e l a r é h a b i l i t a t i o n h y g r o t h e r m i q u e d e s p a r o i s a n c i e n n e s Etude de la réhabilitation hygro des parois anciennes CAHIER N 4 : MURS EN PIERRE DURE Sommaire 1. Caractéristiques principales des murs en pierre... 4 1.1. Répartition géographique... 4 1.2. Matériau

Plus en détail

Défauts dan les sachets souples état date stérilisables en autoclave nouveau 31/05/2002 Caractérisation et classification

Défauts dan les sachets souples état date stérilisables en autoclave nouveau 31/05/2002 Caractérisation et classification chapitre page 7 Index CHAPITRE 7 CATÉGORIES DES DÉFAUTS 7.1 Abrasion 7.2 Cloque 7.3 Canal de fuite 7.4 Joint comprimé (ou séparation des couches dans la zone de scellage) 7.5 Joint contaminé 7.6 Joint

Plus en détail

Projet de l enseignement médiatisé au palier élémentaire

Projet de l enseignement médiatisé au palier élémentaire CFORP-SAMFO CFORP-SAMFO Téléphone : (613) 747-8000 435, rue Donald Télécopieur : (613) 747-2808 Ottawa (Ontario) K1K 4X5 Projet de l enseignement médiatisé au palier élémentaire Guide d accompagnement

Plus en détail

Remi Enjolvy. To cite this version: HAL Id: tel-00441743 https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00441743

Remi Enjolvy. To cite this version: HAL Id: tel-00441743 https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00441743 Processus d accrétion crustale et régimes thermiques dans le bouclier des Guyanes : signatures géochimiques et thermochronologiques au transamazonien (2250-1950Ma) Remi Enjolvy To cite this version: Remi

Plus en détail

Equilibres binaires. Exercices d entraînement. Thermodynamique 2 : 1. Tracé d un diagramme binaire LV. 2. Alliages or-argent

Equilibres binaires. Exercices d entraînement. Thermodynamique 2 : 1. Tracé d un diagramme binaire LV. 2. Alliages or-argent Thermodynamique 2 : Equilibres binaires Exercices d entraînement 1. Tracé d un diagramme binaire LV On considère un mélange de deux constituants A et B (A plus volatil que B). On précise que A et B sont

Plus en détail

Académies des Antilles et de la Guyane et AEFE

Académies des Antilles et de la Guyane et AEFE Académies des Antilles et de la Guyane et AEFE Durée de l épreuve : 4h Le sujet se compose de trois exercices notés sur dix points chacun. Il comporte de nombreux documents, mais leur exploitation et les

Plus en détail

IFFO-RME. Informations. Si la France est un pays de. LLa terre a tremblé le 21 novembre 2004 en Guadeloupe et aux Saintes, www.iffo-rme.

IFFO-RME. Informations. Si la France est un pays de. LLa terre a tremblé le 21 novembre 2004 en Guadeloupe et aux Saintes, www.iffo-rme. 4 Informations Brèves L y était En partenariat avec l, l association Prévention 2000 organise une grande commémoration de la crue de la Loire de 1856 sous la forme d une rencontre francophone des «Ambassadeurs

Plus en détail

Savoir lire une carte, se situer et s orienter en randonnée

Savoir lire une carte, se situer et s orienter en randonnée Savoir lire une carte, se situer et s orienter en randonnée Le b.a.-ba du randonneur Fiche 2 Lire une carte topographique Mais c est où le nord? Quel Nord Le magnétisme terrestre attire systématiquement

Plus en détail

RAPPORT DE VISITE DE CHANTIER. Nicolas LACHAIZE Kévin MOITY Kévin PAGNIEZ Jean-Baptiste PELLETIER Antoine PIQUEMAL Guillaume RIBEYRE

RAPPORT DE VISITE DE CHANTIER. Nicolas LACHAIZE Kévin MOITY Kévin PAGNIEZ Jean-Baptiste PELLETIER Antoine PIQUEMAL Guillaume RIBEYRE RAPPORT DE VISITE DE CHANTIER Nicolas LACHAIZE Kévin MOITY Kévin PAGNIEZ Jean-Baptiste PELLETIER Antoine PIQUEMAL Guillaume RIBEYRE TS1TP 10 Novembre 2011 Sommaire SOMMAIRE... 1 INTRODUCTION... 2 01- GENERALITES...

Plus en détail

Température du four trop basse Utiliser la bonne température: 370 F à 380 F (187 C à 193 C). Sur-mélangée Mélanger moins dans la première phase.

Température du four trop basse Utiliser la bonne température: 370 F à 380 F (187 C à 193 C). Sur-mélangée Mélanger moins dans la première phase. Guide de dépannage pour gâteaux GÂTEAUX AIDE-MÉMOIRE Un excès de graisse dans les moules provoque un affaisement du pourtour du gâteau. Plus haute est la température de cuisson, plus haut le gâteau bombera.

Plus en détail

La modélisation en sciences de la terre L. Arbaret

La modélisation en sciences de la terre L. Arbaret La modélisation en sciences de la terre L. Arbaret Master SVT 2011/2012 sommaire I La modélisation: pour quoi faire? Petite histoire et Définitions II Je simule: démarche scientifique par l exemple en

Plus en détail