Biographies d'objets. Thierry BONNOT

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Biographies d'objets. Thierry BONNOT"

Transcription

1 Thierry BONNOT

2 La perspective biographique appliquée à l étude des objets n est pas une théorie révolutionnaire, mais une option méthodologique qui présente un grand intérêt pour les sciences sociales et pour les musées. Question de vocabulaire Parler de biographie d objet pose d emblée un problème de vocabulaire : les objets matériels ontils une «vie»? Peut-on dès lors écrire leur «biographie»? Selon le dictionnaire historique de la langue française, l emploi métaphorique du terme vie est grammaticalement accepté par les sciences sociales : «La métaphore de la vie et de la mort est très courante vers la fin du XIXè et le début du XXè siècle dans les sciences sociales : elle s applique aux institutions, au langage 1» etc... D autre part, l usage du terme «vie» peut aussi être admis en science et technique, ce qui nous concerne au premier chef s agissant des objets matériels : le mot vie «se dit (1880 ) de l existence de ce qui se transforme dans le temps, d où au XXè siècle l emploi pour "durée d existence (d une chose)", spécialement en sciences (la vie d un radio élément), aussi durée de vie, en sciences et en technique)» 2. C est donc faire preuve d un purisme excessif que de limiter l utilisation du mot «vie» à son aspect biologique et l utiliser exclusivement pour les êtres vivants. Un objet matériel, du moment qu il subit une ou plusieurs transformations (techniques, physiques, usuelles ou symboliques) peut donc dans ce sens être gratifié d une vie. En admettant ces arguments, le terme biographie (récit de la vie d une personne dans son acception la plus courante) peut donc s appliquer aux objets : s ils se transforment, ils ont une vie ; s ils ont une vie, on doit pouvoir la narrer, donc rédiger leur biographie. Toutefois, les réticences à l égard de ce vocabulaire peuvent se comprendre et il ne s agit pas de jouer sur les mots pour contourner l obstacle. La meilleure façon d exprimer ce que l on souhaite faire en s intéressant aux parcours des objets en société est de compléter ces termes d adjectifs explicitant la démarche de recherche : ainsi parle-t-on de vie sociale des choses ou des objets (Appadurai 1986) et de biographie culturelle des choses (Kopytoff 1986). L approche biographique consiste à réfuter la vision strictement matérialiste des objets dans la société pour prendre en compte la variété des statuts, des rapports sujets/objets, des goûts esthétiques, des techniques, des valeurs et les changements de perception subies par les objets matériels au cours de leur existence. Ces multiples variations, que chacun peut constater dans son propre milieu et sa propre vie, nous apprennent quelque chose sur les sociétés, sur les rapports des hommes avec leur environnement matériel, mais aussi sur le rapport des collectifs à leur passé et sur leur gestion de la mémoire. Autant d éléments auxquels nous ne pouvons accéder qu en suivant les choses elles-mêmes, au plus près, dans le continuum de leur parcours parfois sinueux. Cette approche est nécessairement interdisciplinaire (archéologie, ethnologie, sociologie, histoire, histoire de l art et des techniques ). 1 A. Darmesteter, La Vie des mots, Le Robert, dictionnaire historique de la langue française, 1998, p

3 Humains et non humains Les objets sont omniprésents dans la vie sociale, dans toutes les sociétés et depuis que les hominidés produisent des artefacts. Cette co-présence est souvent négligée par les sciences sociales, qui tendent à séparer strictement matériel objets, structures, équipements et immatériel discours, symbole, mémoire Pourtant de nombreuses recherches montrent que l objet n est pas qu un médiateur ayant «incorporé» du social, mais un véritable acteur des relations sociales, ce qui apparaît très nettement dans les études de sociologie des techniques conception, design - mais aussi de l échange et du don ou dans le domaine du patrimoine ; c est également l une des pierres de touche de la sociologie de Bruno Latour. L idée maîtresse de Latour, appelant à refonder la sociologie autour de la théorie de l acteur-réseau (Latour 2007), est d «accueillir comme des acteurs de plein droit des entités que plus d un siècle d explications sociales ont explicitement exclues de l existence collective» (p.99). Car les objets aussi participent à l action dans la vie quotidienne ; ils jouent un rôle social et parfois politique indéniable. Selon la théorie de Latour, «toute chose qui vient modifier une situation donnée en y introduisant une différence devient un acteur» (p.103). Même dénués d intentions, les objets provoquent du changement dans la vie sociale ; s ils ne déterminent pas l action, ils la rendent possible. C est pourquoi Latour défend la position selon laquelle «aucune science du social ne saurait exister si l on ne commence pas par examiner avec sérieux la question des entités participant à l action, même si cela doit nous amener à admettre des éléments que nous appellerons, faute de mieux, des non humains» (p.104). Nous savons tous empiriquement que la vie sociale est constituée de relations entre humains, mais également entre humains et non humains, les uns influençant de facto les relations entre les autres. La distinction entre monde matériel et monde social n a donc pas de sens, les deux étant étroitement enchevêtrés. L action des objets en société est variée, leurs effets sont imprévisibles et difficiles à saisir ; la connaissance de ce rôle social passe obligatoirement par une prise en compte des relations permanentes entre humains et non humains. Inversant une célèbre proposition durkheimienne 3, Latour (en 1994) appelle à «traiter les choses comme des faits sociaux», puisque les objets «ne sont pas seulement les écrans ou les rétroprojecteurs de notre vie sociale». Perspectives théoriques Si les travaux de Bruno Latour sont ceux qui synthétisent le mieux ce champ théorique, de nombreux autres chercheurs ont adopté une perspective très semblable. L anthropologue de l art Alfred Gell a adopté à peu près le même point de vue en décrivant ce qu il appelle l agency des objets d art, c'est-à-dire leur capacité à agir en société au sens de capacité à influencer les rapports sociaux 4. Les anthropologues africanistes, confrontés au phénomène du fétichisme, ont intégré à leur schéma la notion d objet-personne. Marc Augé par exemple, a étudié en Afrique de l Ouest le «dieu-objet», dont «les récits qui parlent de sa naissance, de ses exploits et de ses inventions élaborent une réflexion très littéralement problématique sur la matière et sur la vie» (Augé 1988, p.27). Car «s il n y a pas de symbole qui ne soit chargé de matérialité et par là doué d une existence propre, il n y a pas non plus de fétiche, d objet dit fétiche, qui ne soit doué de vie, c est-à-dire d une certaine puissance de relation» (Ibid.140). 3 «Et cependant les faits sociaux sont des choses et doivent être traités comme des choses». E. Durkheim, Les règles de la méthode sociologique, Paris, Champs Flammarion, 1988 [1894] ; p Gell Alfred, Art and Agency, Oxford University Press, 1998, [Traduction: L art et ses agents, une théorie anthropologique, Dijon, Les Presses du Réel, 2009]. 2

4 Jean Bazin, confronté aux même type d objet au Mali, a étendu ses réflexions aux objets dotés d une force simplement parce qu ils ont été donnés : «Il suffit que d un objet usuel et ordinaire je fasse don pour le transformer en une chose unique qui est, dans certaines conditions, le témoin de ma personne. Ce qui "anime" la chose, c est le don. Voilà pourquoi il n est pas nécessaire de croire que les choses ont de l esprit pour avoir l idée de les donner» (p.554). Il s inscrivait dans la lignée du célèbre Essai sur le don de Marcel Mauss, qui mettait en évidence la capacité qu ont certains objets à «vivre» en passant de mains en mains 5. Le don s inscrit dans l histoire de l objet et lui apporte un surcroît d identité : «Le jour où Oncle Victor a honoré mon baptême d une timbale en métal argenté de chez Christofle et Tante Agathe mon anniversaire d un vase en céramique style néo-moustiers, ils ont, par leur action, transformé un objet quelconque, substituable à une infinité d autres, en une chose singulière désormais désignée, dans un monde donné, par un nom propre : la timbale d Oncle Victor, le vase de Tante Agathe» (Bazin 2008, p.552). Mais l objet ne conserve ce statut singulier que tant que la mémoire du don est vivace : «La timbale d Oncle Victor a quelque chance après ma mort, faute de narrateur, de disparaître en tant que telle, de redevenir, dans la boutique d un brocanteur, l objet d un possible nouveau don, et donc de changer d identité, quoique, la célébrité aidant, les identités des donateurs et des donataires successifs puissent se cumuler (le vase de la tante Agathe de Jackie Kennedy ) et éventuellement se perpétuer (la timbale de l oncle Victor de Napoléon que j imagine au musée d Ajaccio)» (Ibid ). La succession des dons et l association du nom du donateur au nom de la chose nous interdit de réduire les choses à l état de signes ou de valeurs, de témoins ou d accessoires. Écrire la biographie d un objet, c est donc étudier la succession de ses propriétaires et des transmissions qu ils effectuent. Le célèbre anthropologue Bronislaw Malinowski avait déjà proposé une telle perspective à propos d un objet ordinaire sur son terrain, mais qu il élevait au niveau d un objet sacré : «Un canoë est un élément de la culture matérielle, et comme tel, on peut le décrire, le photographier, et même l exposer dans un musée. Mais et c est une vérité trop souvent négligéela réalité ethnographique du canoë demeure fort étrangère à qui l étudie hors de son cadre naturel, même s il a sous les yeux un parfait spécimen. [ ] Des données sociologiques complémentaires, par exemple, sur qui possède, qui fabrique et qui emploie la pirogue ; des renseignements sur les cérémonies et les pratiques qui accompagnent cette construction, une sorte de vie type et d histoire d un canoë toutes ces précisions permettent de mieux saisir encore ce que sa pirogue représente vraiment pour l indigène. [Car] pour un marin, son bateau est bien plus qu un simple morceau de matière façonnée. Pour l indigène comme pour le matelot blanc, toute embarcation est auréolée d une légende, faite de traditions et d aventures personnelles. C est un objet de culte et d admiration, une chose vivante, qui a son individualité propre» (Malinowski 1989 [1922], p.164). Vie type, histoire d un canoë et non du canoë générique, objet d admiration, chose vivante ayant son individualité propre, voici des notions bien novatrices pour une ethnologie fonctionnaliste revendiquant la constitution d un savoir scientifique. Le terme de biographie n est pas utilisé, mais la réflexion de Malinowski sur cet objet va bien au-delà de sa matérialité et de sa fonction. Dans un tout autre registre, le philosophe des techniques Gilbert Simondon s est penché sur le «mode d existence» des objets, entérinant par ses travaux précurseurs l imbrication humains/non humains théorisée ensuite par Latour : «Loin d être le surveillant d une troupe d esclaves, l homme est l organisateur permanent d une société d objets techniques qui ont besoin de lui comme les musiciens ont besoin du chef d orchestre» 6. 5 Mauss Marcel, 2007, [ ]. Essai sur le don, introduction de Florence Weber, Paris PUF. 6 Gilbert Simondon, Du mode d existence des objets techniques, Paris Aubier, 1969, p.11. 3

5 Les historiens de l art ont pris en compte plus franchement ces données évolutives concernant les propriétaires et les statuts successifs d une œuvre. Donnons seulement l exemple de L origine du monde de Courbet, dont le récit du riche parcours biographique supplante souvent l interprétation esthétique 7. Walter Benjamin avait déjà soulevé la question de la variabilité des regards portés sur les œuvres : «Une statue antique de Vénus, par exemple, appartenait à une autre tradition chez les Grecs, qui en faisaient l objet d un culte, et chez les Pères de l Église du Moyen-âge, qui y voient une malfaisante idole.» (Benjamin 2000, p.76). Krzysztof Pomian, dans ses nombreux travaux, a considérablement développé cette problématique. Par exemple, à propos des vases des Médicis, il a dressé un bref inventaire «des différents changements qui se sont produits non pas dans l apparence physique des vases eux-mêmes, mais dans leurs rapports avec d autres objets et avec les hommes» (Pomian 2003, p.153) ; ces changements sont d ordre juridique, symbolique, physique et correspondent à la succession de propriétaires à qui les vases ont appartenu. Tour à tour objets de collection privée, reliquaires, propriétés familiales puis papales, puis propriétés de l Etat de Toscane, pour se retrouver de nos jours au musée en tant que sémiophores 8, objets porteurs de signification, les vases des Médicis sont comme des «particules qui, sautant d un partenaire à un autre, maintient le lien entre les deux» (Ibid.154). Situations concrètes Ces théories nous invitent à observer les objets au plus près, dans leur quotidien, dans l usage qui en est fait, leur appropriation par les individus, leur valorisation par les collectifs, l attachement qu ils suscitent. Dès lors, il convient de les considérer dans la durée et dans toute la complexité des évolutions de leur statut au fil du temps et des épisodes de leur parcours. Il est surtout très important de s attacher aux situations concrètes et de refuser tout déterminisme quant à une quelconque «destinée» des objets. Un des principaux théoriciens de la biographie des choses, Igor Kopytoff, établit un pertinent parallèle entre l esclavage et la marchandisation des choses. Il démontre ainsi qu il n existe par de marchandisation ultime, de statut de marchandise définitif et irréversible. Dans le cas de l esclave, «le fait qu une personne ait été achetée ne nous dit rien en lui-même sur l usage qui pourrait alors être fait de cette personne. Certaines personnes achetées ont fini dans des mines, dans des plantations, ou aux galères ; d autres devinrent Grand Vizir ou amiral de l Empire Romain. De la même façon, le fait qu un objet soit acheté ou échangé ne présage en rien de son statut ultérieur, et ne dit pas s il va rester marchandise ou non.» (Kopytoff 1986, pp.75-76) Ce point est central dans l approche biographique des objets, qui s attache à explorer leur devenir permanent et effectif. Car il ne suffit pas de dire qu un objet connaît plusieurs étapes dans sa vie, passant de la marchandise à l utilité, puis de la désuétude au déchet ou au patrimoine privé ou public. On peut dire cela de nombreux objets en général, et élaborer à peu de frais un modèle biographique avec ses passages obligés. Mais on manque alors l essentiel de ce qui fait l intérêt de cette méthode, à savoir les situations d échanges humains/non humains, les actions effectuées, les récits, les manipulations, les pratiques que seule une enquête empirique peut permettre de prendre en compte. Les recherches que j ai menées à l écomusée du Creusot-Montceau s inscrivaient initialement dans un cadre problématique classique, c est-à-dire dans un questionnement articulé autour de deux grandes questions sur les objets : comment c était fabriqué? A quoi ça servait? Mon enquête a d abord cherché à répondre à ces questions concernant en l occurrence des produits céramiques utilitaires produits industriellement aux 19 e et 20 e siècles dans le bassin industriel de Montceau-les-Mines, en Saône-et-Loire 9. 7 Thierry Savatier, L origine du monde : histoire d un tableau de Gustave Courbet, édition Bartillat, Ce terme a été forgé par Pomian dans un article ancien : «Entre l invisible et le visible : la collection», Libre, vol. 340, n 3, 1978, pp Il a souvent réutilisé et développé cette notion. 9, La vie des objets, Paris, éditions de la MSH et Mission du Patrimoine Ethnologique,

6 En bonne méthode, c est le travail que les ethnologues appellent «de terrain» qui a fourni à ma réflexion des pistes pour dépasser les limites traditionnelles d une enquête d ethnologue de musée consacrée à un ensemble d objets et a permis l émergence de thématiques qui n étaient pas initialement lisibles. Il ne s agissait plus seulement pour moi de collecter des céramiques solliciter des dons ou des prêts, acheter, repérer, photographier, etc.- mais de mener des entretiens avec leurs propriétaires, des anciens ouvriers ou industriels céramistes, des collectionneurs, des habitants de la région ayant eu ou ayant encore affaire à ces poteries de grès, des pots, des cruches et cruchons, des vases. Il me fallait donc avoir accès aux objets dans leur contexte, installés dans le décor domestique, rangés dans un placard, ou même relégués à la cave, voire abandonnés dans un coin de friche du jardin. Et les questions que m inspiraient mes interlocuteurs ne relevaient pas seulement de la construction symbolique de l objet-témoin, mais plus simplement du rapport social aux accessoires les plus quelconques : qu est ce qui fait qu on achète un objet dont on n a pas besoin ou qu on l utilise alors que d autres possibilités existent, plus «modernes»? Comment se déroule la rencontre avec un objet? Comment se met-on à collectionner tel ou tel type d objets? Pourquoi s attache-t-on à tel objet plutôt qu à tel autre? Comment se construit l histoire d un objet et comment est-elle narrée par son détenteur? Au-delà d un ensemble de produits industriels et d ustensiles quotidiens des populations locales, je me trouvais confronté aux liens individuels entre sujets et objets. Ainsi, l identité de l objet est faite à la fois de son parcours de chose singulière et de ses positions successives au cœur d un système de représentations collectives. En partant de cette idée, j ai recueilli des biographies de pots à tabacs, de bouteilles de cidre, de cruchons à liqueurs ou de théières, histoires d objets que le musée a tendance à noyer dans une approche globalisante, et je me suis efforcé de les prendre au sérieux, pour en faire la matière d une réflexion anthropologique sur le rapport à l environnement matériel de la vie sociale et saisir le plus finement possible la façon dont se construit un patrimoine collectif. Par exemple, une poterie de grès fabriquée au début du 20 e siècle pour contenir un alcool peut avoir un «destin» classique : on pourrait écrire le récit imaginaire de sa vie. Ce serait une sorte de parcours biographique idéal typique qui mènerait inéluctablement la bouteille de liqueur ou de cidre de l atelier du potier au musée en passant par le magasin d alimentation, la cuisine ou le salon, le grenier et la boutique du brocanteur. Souvent, les musées s amusent à ce genre d exercice purement théorique. Mais il ne s agit là que d une ébauche virtuelle rapide de la situation des objets, la description d une well-lived-life (vie bien vécue) pour reprendre la formule de Kopytoff. Je me suis attaché à décrire le parcours effectif d objets pris individuellement, en m entretenant avec leurs détenteurs actuels, ceux qui les ont fabriqués ou les ont vu fabriquer, ceux qui les ont utilisés ou les utilisent encore ; car bien qu objet de musée ou de patrimoine, ces objets sont encore fonctionnels dans certaines situations, y compris dans le musée. Quand une interlocutrice me montre fièrement sa collection céramique, elle peut me restituer le parcours de chaque objet pris individuellement et aucun ne correspond au modèle. Ainsi de ce petit vase, acheté dans un bazar dans les années 1940 : «Je me souviens bien de la date, parce que c était Pétain qui avait instauré la fête des mères et que c est le premier cadeau de fête des mères que j ai fait à Maman». Elle l a retrouvé chez sa mère à son décès, puis l a intégré à sa collection alors que ni sa forme, ni sa provenance ne le prédestinaient à cela. Quand un archéologue normand contacte un peu par hasard l écomusée du Creusot-Montceau au sujet d une bouteille de grès cassée et incomplète retrouvée dans la maçonnerie d une chapelle, c est le recoupement des témoignages et des archives qui permet de retracer le parcours de cette bouteille de cidre, aujourd hui intégrée au patrimoine local de Comblot dans l Orne alors qu elle fut fabriquée à Palinges ou Ciry-le-Noble, en Saône-et-Loire 10. Dans le cadre d une autre enquête, qui aurait pu prédire qu un tiroir métallique de classeur de bureau, appartenant à l administration des usines Schneider du Creusot, ait pu devenir un objet de mémoire? Ce tiroir contenait plus de 350 fiches de travailleurs étrangers, Marocains «embauchés» -ou enrôlés de force?- par Schneider en 1939 et Abandonné à la fermeture de l usine dans les années 1980, il fut récupéré par un artiste plasticien qui utilisa quelques fiches pour une exposition sur l exploitation des immigrés par la 10 Bonnot Thierry, «Itinéraire biographique d une bouteille de cidre», L Homme, n 170, «Espèces d objets», 2004, pp

7 France. En 2000, l artiste fit don à l écomusée de ce tiroir et de l ensemble de son exposition. Le tiroir et ses fiches furent archivés comme documents tandis que l exposition intégrait les collections d objets. Reste aujourd hui une boîte métallique contenant la mémoire jamais écrite de 350 personnes exilées du travail, dont on ignore le destin. Reste un objet dont seule une recherche minutieuse peut permettre de rédiger la biographie 11. Les exemples de ce genre sont nombreux. La méthode biographique vise précisément à tenir compte de ces détails réels, à prendre au sérieux ces rebondissements effectifs dans les parcours des objets, ce afin de comprendre ce qui se trame entre les individus et les artefacts avec lesquels ils vivent en société. Fétichisme méthodologique et vie-bien-vécue L objectif d Appadurai et Kopytoff, lorsque fut publié The social life of things (1986), était d ouvrir une nouvelle perspective pour l étude de la circulation des marchandises commodities, les biens marchands- dans la société. Appadurai défendait une anthropologie économique qui prenne en compte les choses comme acteurs à part entière de l échange. S appuyant sur deux postulats interdépendants les échanges économiques génèrent de la valeur. La valeur est incorporée dans les biens qui sont échangés 12 - il affirme que les marchandises, comme les personnes, ont des vies sociales. Arjun Appadurai propose une interprétation de la théorie de la valeur tournée non plus vers l échange en lui-même, mais vers les choses échangées : il s agit «d étudier les conditions dans lesquelles les objets marchands circulent parmi différents régimes de valeur dans le temps et dans l espace». L auteur précise toutefois que, selon la perspective adoptée, les choses n ont pas de significations en dehors de celles dont les dotent les transactions, les attributions et les motivations des hommes. Mais ce constat ne doit pas empêcher d éclairer la circulation historique concrète des choses. Pour ce faire, nous devons suivre les choses elles-mêmes, car leurs significations sont inscrites dans leurs formes, leurs utilisations, leurs trajectoires. On pourrait partir d une phrase clé d Appadurai, qui est à mon avis le fil rouge de toutes les approches originales de la culture matérielle par les anthropologues ces dernières années : «Ainsi, même si d un point de vue théorique ce sont les acteurs humains qui chargent les choses de sens, d un point de vue méthodologique, ce sont les choses-en-mouvement qui éclairent leur contexte humain et social» 13. Donc, si d un point de vue théorique, les objets n ont pas de vie propre, puisque ce sont les actions des hommes qui font sens autour d eux, d un point de vue méthodologique, Appadurai appelle à une forme de fétichisme, renvoyant indirectement au «fétichisme de la marchandise» de Karl Marx, qui donne accès à ce que les acteurs sociaux investissent dans les choses. Ce fétichisme méthodologique, consistant à en revenir aux choses elles-mêmes, est indispensable à toute discipline qui s attache à une analyse des conditions matérielles de la vie sociale. Quant à Igor Kopytoff, s il s intéresse lui aussi à la marchandisation comme processus, son propos se veut interculturel. Son concept de vie-bien-vécue permet de comparer le statut des choses et les relations humains/non humains dans différentes sociétés et différentes cultures. «En faisant la biographie d une chose, on peut poser des questions similaires à celles qu on pose au sujet des gens : quelles sont, sociologiquement, les possibilités biographiques inhérentes à tels statuts et dans telle période et telle culture, et comment ces possibilités se réalisent-elles? D où vient la chose et qui l a fabriquée? Qu a été sa trajectoire jusqu ici, et qu est-ce que les gens considèrent comme une carrière idéale pour une telle chose? Quels sont les "âges" ou périodes reconnus 11 Bonnot Thierry, «Immigration et mémoire industrielle au Creusot. Un parcours d objets, entre 1939 et 2007», Hommes et migrations n 1271, 2008, pp «Economic exchanges creates value. Value is embodied in commodities that are exchanged», p C est ma traduction de : «Thus, even though from a theoretical point of view human actors encode things with significance, from a methodological point of view it is the things-in-motion that illuminate their human and social context.» (Appadurai, 1986 : 5). 6

8 dans la "vie" de la chose, et quels sont les repères culturels pour ces périodes? Comment change l utilisation de la chose avec son âge, et que lui arrive-t-il lorsqu elle atteint le terme de sa pleine utilité?» (Kopytoff,1986, pp.66-67). Toutes ces questions concernent les chercheurs et les musées qui s intéressent aux objets, qu ils travaillent en Bourgogne ou au Togo, en Asie ou en Amérique du Sud. Pour rendre plus claire sa théorie, Kopytoff donne l exemple d un tableau de Renoir : «Pour nous, la biographie d un tableau de Renoir qui s achève dans un incinérateur est aussi tragique, à sa façon, que la biographie d une personne qui finit assassinée. [ ] Qu en est-il d un Renoir qui finit dans une collection privée et inaccessible? D une pièce en réserve négligée dans les soubassements d un musée? Que pourrions-nous ressentir à propos d un autre Renoir quittant la France pour les USA? Ou pour le Nigeria? La réponse culturelle à autant de détails biographiques révèle un ensemble de jugements esthétiques, historiques et souvent politiques enchevêtrés, des convictions et des valeurs qui déterminent notre attitude vis-à-vis des objets labellisés "art". Les biographies de choses peuvent rendre saillant ce qui resterait obscur autrement.» (Kopytoff, 1986, p.67). C est bien là l apport fondamental de cette méthode : mettre au jour ce qui resterait caché par nos a priori catégoriels si l on se limitait aux points de vue habituels, c est-à-dire si l on se contentait d étudier de façon compartimentée la production, puis la commercialisation, puis l utilisation, puis la désuétude, puis la valorisation patrimoniale, etc. Le devenir et l attachement Pour un ethnologue, un sociologue ou un historien, s intéresser à un objet, c est s intéresser à ce qu il est censé représenter et souvent, à ce qu il est censé dire dans un musée : des activités humaines, des modes de production, des classes d objets, des modes de vie ; mais chaque chercheur connaît aussi ces histoires particulières dont les gens habillent leurs objets : l option biographique permet de prendre au sérieux ces histoires, de prendre en compte la singularité de chaque objet, de son parcours individuel qui constitue une part non négligeable de sa réalité, de sa fiche d identification. Par exemple, pour les collectionneurs que j ai rencontrés, la valeur d un objet réside aussi bien dans la connaissance que lui ont permis d engranger ses éventuelles recherches -datations, mode de fabrication, fonction «première»- que dans l effet esthétique produit par l objet une fois restauré et mis en valeur, ou encore dans les circonstances de son acquisition : lieu d achat, personnalité d un donateur, moment de la trouvaille. Ces éléments enrichissent considérablement la signification qu on peut attribuer à l objet de collection. Pour pouvoir saisir le plus complètement possible ce qui se passe dans les relations entre individus et objets, il faut se tourner vers les objets eux-mêmes et ne pas seulement considérer leurs propriétaires ou leurs usagers. C est l interprétation que nous pouvons faire du fétichisme méthodologique d Appadurai : la relation sujet/objet est certes tributaire du statut social et professionnel du sujet, mais aussi du statut et de l histoire de l objet. Cette construction est réciproque : «Les objets font quelque chose, et d abord ils nous font» 14. C est l objet relationnel qui doit retenir l attention des sciences humaines et sociales. 14 Antoine Hennion et Bruno Latour : «Objet d art objet de science, note sur les limites de l antifétichisme», Sociologie de l art, n 6, 1993 ; pp

9 Mais que faire des objets de musée dont on ignore la biographie détaillée et les usages successifs qu'ont pu en avoir leurs propriétaires respectifs, que ces usages soient ceux de la destination fonctionnelle initiale de l'objet telle que la définit l'archéologie, ou des usages dérivés? Il est indispensable d enrichir le savoir lacunaire sur certains objets de musée par la comparaison avec d'autres objets, éventuellement par des recherches sur la découverte archéologique des objets en questions et sur les étapes franchies avant l'entrée au musée, voire le parcours biographique depuis l'entrée au musée (utilisé pour telle exposition avec tel cartel d identification). Il s'agit seulement de ne pas se contenter de données informatives fonctionnelles : par exemple, pour les produits céramiques que j ai étudiés, plutôt que d'écrire «cette bouteille était une bouteille d'encre» expliquer «cette bouteille était commandée à l'usine untel en vue de contenir de l'encre. Elle fut aussi utilisée pour conserver de l'alcool et cet exemplaire a été retrouvé à tel endroit, tel jour, dans le cadre de telle recherche archéologique». On retrouve par exemple des petites bouteilles de grès sans doute initialement destinées à l'encre dans la vitrine de la boutique de souvenirs Place Royale (Québec), où elle est censée contenir du sirop d'érable. Une photographie de cette vitrine, et de l'objet en situation dans le monde contemporain pourrait utilement enrichir la vitrine du musée. Là où l objet-témoin risque d imposer une mise en contexte figée, la biographie des choses offre de tenir compte d une multiplicité de contextes successifs, restituant ainsi la polysémie de l objet dans son historicité complète et non dans une histoire sélective. Cette option méthodologique, outre qu elle permet d obtenir des éléments d information sur l attachement des individus aux objets, a de nombreuses implications, notamment politiques, comme le montre la question de la restitution des objets culturels aux pays anciennement colonisés. Mais peut-on assimiler choses et personnes dans le cas d objets dénués de cette aura dont parlait Walter Benjamin (2000), de ces objets communs, triviaux, qui constituent entre autre l essentiel des collections des écomusées et musées de société? J aurais tendance à répondre par l affirmative. Car chaque objet, y compris le plus négligeable, le plus banal, le plus informe, peut avoir un intérêt pour un ou plusieurs individus, chaque objet peut avoir une histoire riche en rebondissements et être chargé de valeurs variées et polysémiques ; et chacun sait que les catégories, parfois indispensables aux systèmes de classification des musées, sont toujours imparfaites et trop restrictives. Si l on admet la logique biographique et ce qu elle implique d imprédictibilité, nous pouvons parfaitement effectuer cette transposition : tout objet, si négligeable soit-il dans un contexte donné, peut, si les rebondissements de son parcours biographique le permettent, devenir un objet-personne, de par le désir et l attachement qu il suscite. On pourrait, là encore, multiplier les exemples, les plus connus étant ces objets reliques atteignant aux enchères des sommes considérables. Le point de vue biographique est un moyen de questionner la construction des valeurs accordées aux objets, dont Simmel nous rappelle qu «il faut toujours des circonstances particulières pour attacher à un objet un sentiment de valeur, car tout sentiment de cet ordre est porté par tout le complexe multiforme de notre affectivité, pris dans un flot ininterrompu d adaptations et de transformations» (Simmel, 1999 [1901], p.61) Sur cette question de la valeur Bonnot, Thierry, «Qu est-ce qu un objet précieux? Au sujet d un roman de Louise de Vilmorin», Ethnologie Française, XXXVI, 4, 2006, pp

10 Il y a deux conditions, corrélatives, nécessaires pour que l on puisse appliquer la méthode biographique à l étude des objets matériels : il faut que l objet étudié ait une histoire, un devenir fait d évolutions et de mutations de statuts ; pour cela, il faut qu il ait à un moment donné de son parcours suscité l attachement d un individu ou d un groupe d individus et les ressorts de cet attachement sont à la fois collectifs et individuels. S il y a attachement, il y a devenir de l objet qui de simple produit devient, par exemple, objet de décor- ; et s il y a devenir de l objet, c est qu il y a eu attachement. La biographie d objets n est pas une fin en soi, mais un modèle intellectuel qui ouvre sur une option méthodologique permettant de dépasser les catégories habituelles, souvent figées, imposées par le langage et la norme culturelle, dans lesquelles sont engoncés les objets. Sans vouloir déconstruire totalement ces catégories, cette approche permet au moins de mettre en évidence leur porosité, et le caractère transitoire du statut social de l objet, qui ne peut correspondre qu à un contexte donné. «Aucun objet n a de statut définitif. Personne ne peut décréter s il relève du document ethnographique ou de l art contemporain. La vie de l objet échappe à ses fabricants comme à ses acheteurs, aux guerriers papous comme aux galéristes, à l ethnologue comme au commissaire d exposition» (Bensa, 2006, p.156). L ethnologie au musée se doit d interroger les objets dans la société et dans leur devenir, et pas seulement en tant qu ustensiles, ou en tant que produits, ou encore en tant qu œuvres. La perspective biographique a pour les sciences sociales plus d avantages que d inconvénients en ce qu elle permet de dépasser les habituels systèmes de catégorisation du monde matériel, enfermant les objets dans des cases hermétiques souvent peu adaptées à la réalité des situations dans lesquelles les objets sont effectivement impliqués. Sources bibliographiques - Appadurai A. (ed), The Social Life of Things. Commodities in Cultural Perspective, Cambridge University Press, Cambridge, Augé Marc, Le dieu objet, Paris, Flammarion, Benjamin Walter, «L œuvre d art à l ère de sa reproductibilité technique», Œuvres, tome III, Paris, Gallimard Folio, 2000 [1 ère éd. 1935], pp Bensa Alban, «La fin des mondes ou le cénotaphe des cultures», La fin de l exotisme, essais d anthropologie critique, Toulouse, éditions Anacharsis, 2006, pp Kopytoff Igor, «The cultural biography of things : commoditization as process», in Appadurai, A. (éd.), The social life of things. Commodities in cultural perspective, Cambridge, Cambridge University Press, 1986, pp Latour Bruno, «Une sociologie sans objets? Remarques sur l interobjectivité», Sociologie du travail, vol. XXXIV, n 4, 1994, Malinowski Bronislaw, Les argonautes du Pacifique occidental, Paris, Gallimard, collection Tel, 1989 [1 ère édition 1922]. - Pomian Krzysztof, «A propos des vases des Médicis», Des Saintes reliques à l art moderne. Venise-Chicago XIIIe XXe siècles, Paris, Gallimard, 2003, pp Simmel, Georg, Philosophie de l argent, Paris, Quadrige/PUF, 1999 [1901]. Dans le salon de lecture de cette exposition A votre disposition : - Bazin Jean, Des clous dans la Joconde, Toulouse, Anacharsis, Latour Bruno, Changer de société, refaire de la sociologie, Paris, La Découverte/Poche,

MILLER, Daniel; SLATER, Don. The internet: an ethnographic approach. Oxford: Berg, 2000. 217 p.

MILLER, Daniel; SLATER, Don. The internet: an ethnographic approach. Oxford: Berg, 2000. 217 p. 315 MILLER, Daniel; SLATER, Don. The internet: an ethnographic approach. Oxford: Berg, 2000. 217 p. Sophie Chevalier Université de Franche-Comté France Voici un ouvrage qui débute par ses conclusions!

Plus en détail

Lire pour préparer un travail

Lire pour préparer un travail Leçon LA LECTURE 5 Choisir ses sources documentaires 1 EFFICACE Lire pour préparer un travail Leçon 5 Choisir ses sources documentaires Avertissement Dans la présente leçon, on se préoccupe du choix adéquat

Plus en détail

LA BASE DE DONNÉES PATRIMOINE IMMOBILIER, MOBILIER ET

LA BASE DE DONNÉES PATRIMOINE IMMOBILIER, MOBILIER ET LA BASE DE DONNÉES PATRIMOINE IMMOBILIER, MOBILIER ET IMMATÉRIEL DU QUÉBEC ET LE RÉPERTOIRE DU PATRIMOINE CULTUREL DU QUÉBEC. ÉTAT DES LIEUX ET PERSPECTIVES POUR L INVENTAIRE DU PATRIMOINE IMMATÉRIEL.

Plus en détail

Un écrivain dans la classe : pour quoi faire?

Un écrivain dans la classe : pour quoi faire? Un écrivain dans la classe : pour quoi faire? Entretien avec Philippe Meirieu réalisé pour l ARALD - Quel est votre sentiment sur la présence des écrivains dans les classes? Il me semble que ce n est pas

Plus en détail

La musique au service du marketing

La musique au service du marketing Laurent DELASSUS La musique au service du marketing L impact de la musique dans la relation client, 2012 ISBN : 978-2-212-55263-8 Introduction La musique est-elle un langage? S il est évident qu elle est

Plus en détail

Qu est-ce qu une problématique?

Qu est-ce qu une problématique? Fiche méthodologique préparée par Cécile Vigour octobre 2006 1 Qu est-ce qu une problématique? Trois étapes : 1. Définition de la problématique 2. Qu est-ce qu une bonne problématique? 3. Comment problématiser?

Plus en détail

Présentation de la démarche et méthodologie qualitative Claire Boileau Anthropologue

Présentation de la démarche et méthodologie qualitative Claire Boileau Anthropologue Santé Communautaire et accès aux soins en contexte tropical Présentation de la démarche et méthodologie qualitative Claire Boileau Anthropologue Introduction Principes des recherches qualitatives Les étapes

Plus en détail

Stage du PAF de l académie de Versailles : «Une cité, des sites»

Stage du PAF de l académie de Versailles : «Une cité, des sites» Stage du PAF de l académie de Versailles : «Une cité, des sites» Etudier le patrimoine urbain et architectural avec des élèves du secondaire, en relation avec les ressources de la CAPA 1. Sensibiliser

Plus en détail

L histoire en photos : Analyse photographique Plan de leçon

L histoire en photos : Analyse photographique Plan de leçon L histoire en photos : Analyse photographique Description : Les élèves apprennent à analyser des photos de la Première Guerre mondiale. Ils choisissent une photo dans la collection officielle de photos

Plus en détail

PATRIMOINE MONDIAL DE L UNESCO SALINE ROYALE ARC ET SENANS CENTRE CULTUREL DE RENCONTRE

PATRIMOINE MONDIAL DE L UNESCO SALINE ROYALE ARC ET SENANS CENTRE CULTUREL DE RENCONTRE PATRIMOINE MONDIAL DE L UNESCO SALINE ROYALE ARC ET SENANS CENTRE CULTUREL DE RENCONTRE La 1ère architecture industrielle distinguée par l UNESCO Inscrite au Patrimoine Mondial par l UNESCO depuis 1982,

Plus en détail

Il y a trois types principaux d analyse des résultats : l analyse descriptive, l analyse explicative et l analyse compréhensive.

Il y a trois types principaux d analyse des résultats : l analyse descriptive, l analyse explicative et l analyse compréhensive. L ANALYSE ET L INTERPRÉTATION DES RÉSULTATS Une fois les résultats d une investigation recueillis, on doit les mettre en perspective en les reliant au problème étudié et à l hypothèse formulée au départ:

Plus en détail

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie)

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Commentaire du film d introduction de l intervention de Garth Larcen et son fils Max, entrepreneur aux U.S.A. Garth Larcen

Plus en détail

Musées et paysages culturels

Musées et paysages culturels La Charte de Sienne Musées et paysages culturels Proposée par l ICOM Italie le 7 juillet 2014 à la Conférence internationale de Sienne 1. Le paysage italien Le paysage italien est le pays que nous habitons,

Plus en détail

ISSN 2284-3531 Ordine internazionale e diritti umani, (2015), pp. 389-393.

ISSN 2284-3531 Ordine internazionale e diritti umani, (2015), pp. 389-393. OBSERVATOIRE SUR LE CONTENTIEUX EUROPÉEN DES DROITS DE L HOMME N. 2/2015 1. ARRET DU 3 OCTOBRE 2014, JEUNESSE C. PAYS-BAS Faits 1. L affaire concerne le refus des autorités néerlandaises d octroyer à la

Plus en détail

Commentaires de. l Association québécoise pour le patrimoine industriel (Aqpi) sur le document. Un regard neuf sur le patrimoine culturel

Commentaires de. l Association québécoise pour le patrimoine industriel (Aqpi) sur le document. Un regard neuf sur le patrimoine culturel Commentaires de l Association québécoise pour le patrimoine industriel (Aqpi) sur le document Un regard neuf sur le patrimoine culturel Dans le cadre de la consultation publique pour une révision de la

Plus en détail

MASTER 2 PROFESSIONNEL

MASTER 2 PROFESSIONNEL UNIVERSITE DE NICE - SOPHIA ANTIPOLIS Faculté des Lettres, Arts et Sciences Humaines Département «SCIENCES DE LA COMMUNICATION» MASTER 2 PROFESSIONNEL Ingénierie de la Création Multimédia et Direction

Plus en détail

Compte-rendu de Hamma B., La préposition en français

Compte-rendu de Hamma B., La préposition en français Compte-rendu de Hamma B., La préposition en français Badreddine Hamma To cite this version: Badreddine Hamma. Compte-rendu de Hamma B., La préposition en français. Revue française de linguistique appliquée,

Plus en détail

Comment parler de sa pratique pour la faire partager?

Comment parler de sa pratique pour la faire partager? pour la faire partager? 1. Profiter de l expérience des autres 2. Comment raconter son expérience? 2.1. Théoriser sous forme de récit 2.2. Les ingrédients de la théorisation de pratique 3. Élargir le récit

Plus en détail

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel eduscol Ressources pour la voie professionnelle Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel Français Présentation des programmes 2009 du baccalauréat professionnel Ces documents

Plus en détail

PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ?

PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ? PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ? à propos de : D Aristote à Darwin et retour. Essai sur quelques constantes de la biophilosophie. par Étienne GILSON Vrin (Essais d art et de philosophie), 1971.

Plus en détail

Collection Au Quotidien

Collection Au Quotidien Collection Au Quotidien Toutes nos publications sont disponibles : - en téléchargement, depuis l adresse internet de notre ASBL dans la rubrique Publications : http://www.cpcp.be/etudes-et-prospectives

Plus en détail

APPEL À CANDIDATURES. Recrutement pour une thèse en histoire contemporaine. Intitulé du sujet :

APPEL À CANDIDATURES. Recrutement pour une thèse en histoire contemporaine. Intitulé du sujet : APPEL À CANDIDATURES Recrutement pour une thèse en histoire contemporaine Intitulé du sujet : Expressions et organisation des personnes adoptées d origine étrangère en France (enfants, jeunes, adultes)

Plus en détail

Nous avons besoin de passeurs

Nous avons besoin de passeurs 1 Nous avons besoin de passeurs «Lier pratiques culturelles et artistiques, formation tout au long de la vie et citoyenneté» François Vercoutère Du point de vue où je parle, militant d éducation populaire

Plus en détail

MÉMOIRES DU XXe SIÈCLE EN RÉGION RHÔNE-ALPES APPEL À PROJETS 2015

MÉMOIRES DU XXe SIÈCLE EN RÉGION RHÔNE-ALPES APPEL À PROJETS 2015 MÉMOIRES DU XXe SIÈCLE EN RÉGION RHÔNE-ALPES APPEL À PROJETS 2015 ATTENTION : UNE SEULE SESSION EN 2015 La Région Rhône-Alpes et l État, DRAC Rhône-Alpes, ont souhaité mettre conjointement en place le

Plus en détail

Archivage électronique et valeur probatoire

Archivage électronique et valeur probatoire Archivage électronique et valeur probatoire Livre blanc Archivage électronique et valeur probatoire Livre blanc 2 Sommaire 1 Introduction 3 2 Archive et archivage 5 2.1 Qu est-ce qu une archive? 5 2.2

Plus en détail

Intervention de M. de Lamotte, président de la section sur l école et son interdépendance avec le marché

Intervention de M. de Lamotte, président de la section sur l école et son interdépendance avec le marché XXIII ème Assemblée régionale Europe Erevan, Arménie 3 au 7 mai 2010 Intervention de M. de Lamotte, président de la section sur l école et son interdépendance avec le marché Section Belgique/Communauté

Plus en détail

Une nouvelle muséologie pour le musée moderne

Une nouvelle muséologie pour le musée moderne Une nouvelle muséologie pour le musée moderne André Desvallées, dir., Vagues, une anthologie de la nouvelle muséologie André Desvallées, dans cet extrait de Vagues, une anthologie de la nouvelle muséologie

Plus en détail

Formation à la systémique pour consultants et personnels RH

Formation à la systémique pour consultants et personnels RH J.A. Malarewicz Conseil Conseil, Formation, Supervision, Coaching S.A.S. au capital de 8OOO TVA : FR 36478450471 SIRET : 478 450471 00014 N formateur 11921445592 Région IdF 11 rue du Professeur Leroux

Plus en détail

Le programme éducatif «Graffitis cacher l histoire?» s adresse aux élèves du deuxième et troisième cycle du primaire (3 e, 4 e, 5 e et 6 e années).

Le programme éducatif «Graffitis cacher l histoire?» s adresse aux élèves du deuxième et troisième cycle du primaire (3 e, 4 e, 5 e et 6 e années). Graffitis Cacher l histoire? Créé par Mélissa Duquette, chargée de projet à l animation au Musée de société des Deux-Rives, en lien avec le Programme du ministère de l Éducation du Québec. PRÉSENTATION

Plus en détail

Formation Août 2013 Michèle Garello, IEN économie gestion Caroline Natta, professeur

Formation Août 2013 Michèle Garello, IEN économie gestion Caroline Natta, professeur Formation Août 2013 Michèle Garello, IEN économie gestion Caroline Natta, professeur Déroulement des deux journées Mardi 26 Matin : Intervention des IEN Jeudi 29 Matin : Production en binôme. Après-midi

Plus en détail

BÂTIR UNE STRATÉGIE DE RÉMUNÉRATION

BÂTIR UNE STRATÉGIE DE RÉMUNÉRATION Introduction L a question de la rémunération se situe, par nature, au fondement même des pratiques de gestion du personnel. Aussi peu développée soit-elle, toute gestion des ressources humaines s organise

Plus en détail

LE DON : UN MODELE DE MANAGEMENT AU SERVICE DE LA COOPERATION

LE DON : UN MODELE DE MANAGEMENT AU SERVICE DE LA COOPERATION LE DON : UN MODELE DE MANAGEMENT AU SERVICE DE LA COOPERATION Face à une rationalisation croissante du secteur social et médico-social, accentuée par les effets de crise, comment un directeur de structure

Plus en détail

DOSSIER FLASH «ASK.FM»

DOSSIER FLASH «ASK.FM» DOSSIER FLASH «ASK.FM» Les élèves nous parlent de plus en plus de ce réseau social qui se nomme «Ask.fm», à ne pas confondre avec le moteur de recherche «Ask». Selon les dires des jeunes que nous rencontrons,

Plus en détail

Comment répondre aux questions d un examen en droit qui sont basées sur des faits

Comment répondre aux questions d un examen en droit qui sont basées sur des faits Comment répondre aux questions d un examen en droit qui sont basées sur des faits Types de questions d examen Un examen en droit peut comporter plusieurs types de questions : à réponse courte, à développement,

Plus en détail

Le Crédit-bail mobilier dans les procédures collectives

Le Crédit-bail mobilier dans les procédures collectives Aimé Diaka Le Crédit-bail mobilier dans les procédures collectives Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions Publibook

Plus en détail

Pour une stratégie de produits dérivés : compte rendu de la recherche effectuée par la SMQ

Pour une stratégie de produits dérivés : compte rendu de la recherche effectuée par la SMQ Pour une stratégie de produits dérivés : compte rendu de la recherche effectuée par la SMQ Katy Tari, Orange Kiwi Chargée de projet 1. Mise en contexte La Société des musées québécois (SMQ) s intéresse

Plus en détail

FICHES DE REVISIONS LITTERATURE

FICHES DE REVISIONS LITTERATURE Fiche n 1 : Les 4 types de texte Fiche n 2 : La situation d énonciation 1- Le texte narratif qui sert à raconter 2- Le texte descriptif qui sert à faire voir 3- Le texte explicatif qui sert à faire comprendre

Plus en détail

Les murs ont des voix PROJET NUMERIQUE D IMMERSION DANS LE PATRIMOINE INDUSTRIEL PAR LA LITTERATURE

Les murs ont des voix PROJET NUMERIQUE D IMMERSION DANS LE PATRIMOINE INDUSTRIEL PAR LA LITTERATURE Les murs ont des voix PROJET NUMERIQUE D IMMERSION DANS LE PATRIMOINE INDUSTRIEL PAR LA LITTERATURE Un endroit unique à faire parler Notre projet est né d une frustration : l impossibilité de pénétrer

Plus en détail

S organiser autrement

S organiser autrement S organiser autrement Dominique Tibéri enseignant en cycle 3 et formateur à l IUFM Nancy (54) propose ici une alternative à la préparation de classe telle qu elle est demandée par l Institution. Préparer

Plus en détail

Module 1 LES ARCHIVES ET LEUR IMPORTANCE

Module 1 LES ARCHIVES ET LEUR IMPORTANCE Module 1 LES ARCHIVES ET LEUR IMPORTANCE 1. Qu est-ce que les archives? 1.1 Une question à poser 1.2 Les archives, là où les choses commencent 2. L objet de l archivistique 2.1 Information et archives

Plus en détail

Que peut nous apporter une réflexion sur nos désirs?

Que peut nous apporter une réflexion sur nos désirs? Que peut nous apporter une réflexion sur nos désirs? Problématique : La difficulté lorsque vous vous trouvez face à un tel sujet est de confondre le thème avec le problème du sujet. Ici le thème était

Plus en détail

P Y R É N É E S. des Pyrénées - Pau Tarbes. Établissement public d enseignement supérieur artistique. Art Art-céramique Design graphique multimedia

P Y R É N É E S. des Pyrénées - Pau Tarbes. Établissement public d enseignement supérieur artistique. Art Art-céramique Design graphique multimedia É S École supérieure d art des Pyrénées Pau Tarbes École supérieure d art des Pyrénées - Pau Tarbes Établissement public d enseignement supérieur artistique P Y R É N É E S Des formations d excellence,

Plus en détail

OLIVIER BOBINEAU : L APPROCHE SOCIOLOGIQUE DES RELIGIONS

OLIVIER BOBINEAU : L APPROCHE SOCIOLOGIQUE DES RELIGIONS OLIVIERBOBINEAU:L APPROCHESOCIOLOGIQUEDESRELIGIONS Nousestimerionsquenosrecherchesneméritentpasune heuredepeinesiellesnedevaientavoirqu unintérêt spéculatif Durkheim,LaDivisionduTravailSocial,Introduction(1895).

Plus en détail

Langue Française. Syllabus A1. Description globale du niveau A1 utilisateur élémentaire

Langue Française. Syllabus A1. Description globale du niveau A1 utilisateur élémentaire Langue Française Redatto da Dott.ssa Annie Roncin Syllabus A1 Description globale du niveau A1 utilisateur élémentaire L étudiant peut : -comprendre et utiliser des expressions familières et quotidiennes

Plus en détail

Les sculptures égarées de Jean-Pierre Duprey : épaves terrestres et trésors

Les sculptures égarées de Jean-Pierre Duprey : épaves terrestres et trésors Bruno Pompili Les sculptures égarées de Jean-Pierre Duprey : épaves terrestres et trésors Nous avions cru que c était vrai, et que les sculptures de Jean-Pierre Duprey étaient définitivement perdues. Un

Plus en détail

DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO

DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO SUR LA DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO SUR LA DIVERSITE CULTURELLE CULTURELLE Adoptée par la 31 e session de la Conférence Générale de l UNESCO PARIS, 2 NOVEMBRE

Plus en détail

Les «devoirs à la maison», une question au cœur des pratiques pédagogiques

Les «devoirs à la maison», une question au cœur des pratiques pédagogiques Les «devoirs à la maison», une question au cœur des pratiques pédagogiques Parmi les trois domaines d activités proposés aux élèves volontaires dans le cadre de l accompagnement éducatif, «l aide aux devoirs

Plus en détail

Séquence inaugurale qui conduira les étudiants à soulever les problématiques essentielles.

Séquence inaugurale qui conduira les étudiants à soulever les problématiques essentielles. 1 Thèmes, problématiques Objectifs méthodologiques Activités Supports Compléments, soutien, Séquence inaugurale qui conduira les étudiants à soulever les problématiques essentielles. S 1 Le livre, un objet

Plus en détail

majuscu lettres accent voyelles paragraphe L orthographe verbe >>>, mémoire préfixe et son enseignement singulier usage écrire temps copier mot

majuscu lettres accent voyelles paragraphe L orthographe verbe >>>, mémoire préfixe et son enseignement singulier usage écrire temps copier mot majuscu conjugaison >>>, L orthographe singulier syllabe virgule mémoire lettres et son enseignement graphie suffixe usage accent ; écrire féminin temps voyelles mot point Renforcer l enseignement de l

Plus en détail

Organiser l espace dans une classe de maternelle : Quelques idées. I - Les textes officiels : II - Les coins jeux : III - L enfant et le jeu :

Organiser l espace dans une classe de maternelle : Quelques idées. I - Les textes officiels : II - Les coins jeux : III - L enfant et le jeu : Organiser l espace dans une classe de maternelle : I - Les textes officiels : Quelques idées «L aménagement des salles de classe doit offrir de multiples occasions d expériences sensorielles et motrices.

Plus en détail

Les géosciences et les enfants de 3 à 6 ans : découvrir les cinq sens avec les pierres

Les géosciences et les enfants de 3 à 6 ans : découvrir les cinq sens avec les pierres Les géosciences et les enfants de 3 à 6 ans : découvrir les cinq sens avec les pierres Daniel Thurre Joëlle Vaval Muséum d histoire naturelle de la Ville de Genève 1 route de Malagnou CP 6434 CH 1211 Genève

Plus en détail

PARTICIPER À UNE VENTE AUX ENCHÈRES D ŒUVRES D ART

PARTICIPER À UNE VENTE AUX ENCHÈRES D ŒUVRES D ART Activités éducatives pour les élèves de 10 à 11 ans PARTICIPER À UNE VENTE AUX ENCHÈRES D ŒUVRES D ART NIVEAU : PRIMAIRE GROUPE D ÂGE : ÉLÈVES DE 10 À 11 ANS SOMMAIRE DE L ACTIVITÉ Les élèves observent

Plus en détail

OBJECTIFS DE CE GUIDE... 5 QU EST-CE QU UN DOCUMENT ACCESSIBLE... 5 LA STRUCTURE D UN DOCUMENT... 6 LES TITRES ET LES SOUS-TITRES...

OBJECTIFS DE CE GUIDE... 5 QU EST-CE QU UN DOCUMENT ACCESSIBLE... 5 LA STRUCTURE D UN DOCUMENT... 6 LES TITRES ET LES SOUS-TITRES... Diffusion de l information dans Internet Guide de création de documents Word accessibles 5 novembre 2009 OBJECTIFS DE CE GUIDE... 5 QU EST-CE QU UN DOCUMENT ACCESSIBLE... 5 LA STRUCTURE D UN DOCUMENT...

Plus en détail

Notes de lecture : Dan SPERBER & Deirdre WILSON, La pertinence

Notes de lecture : Dan SPERBER & Deirdre WILSON, La pertinence Notes de lecture : Dan SPERBER & Deirdre WILSON, La pertinence Gwenole Fortin To cite this version: Gwenole Fortin. Notes de lecture : Dan SPERBER & Deirdre WILSON, La pertinence. 2006.

Plus en détail

Retrouver l état signalétique ou le passé militaire d un combattant des armées françaises nés en France

Retrouver l état signalétique ou le passé militaire d un combattant des armées françaises nés en France Retrouver l état signalétique ou le passé militaire d un combattant des armées françaises nés en France Origine, composition des fonds d archives C est la loi Jourdan du 15 septembre 1798 qui substitue

Plus en détail

Le travail de maturité (TM) au Gymnase français

Le travail de maturité (TM) au Gymnase français Plan d'études Gymnase français de Bienne 9 Le (TM) au Gymnase français 2. Objectifs 3. Dispositif 3. Cadre du 3.. Choix du domaine et du sujet du 3..2 Organisation du 3..3 Déroulement du 3..4 Forme du

Plus en détail

HANS SEGERS LA VIGIE ART CONTEMPORAIN

HANS SEGERS LA VIGIE ART CONTEMPORAIN HANS SEGERS DOSSIER SUR «LES RENCONTRES 40» AVEC CAROLE MANARANCHE ET MARIE-PIERRE BUFFLIER LA VIGIE ART CONTEMPORAIN NÎMES NOVEMBRE 2012 photo M.P.Bufflier Vue d installation dans «les Rencontres 40»

Plus en détail

I. L étude Usages & Attitudes

I. L étude Usages & Attitudes I. L étude Usages & Attitudes 1. Historique En 1997, entreprise leader de la distribution de boissons sur le marché hors domicile, France Boissons souhaite réaliser un état des lieux de son secteur d activité

Plus en détail

Présentation ED portable le 10 septembre 2014

Présentation ED portable le 10 septembre 2014 1 Présentation ED portable le 10 septembre 2014 Je vais m appuyer sur une séquence pour le cycle d orientation qui entre dans les thèmes de géographie du PER au 10 ème degré «De la production à la consommation

Plus en détail

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle I. Communiquer avec efficacité A. Intégrer les processus d influence sociale 1. La personnalité Les métaprogrammes sont les traits de personnalité qui, gravés

Plus en détail

FAST RETAILING WAY (Philosophie d entreprise du groupe FR)

FAST RETAILING WAY (Philosophie d entreprise du groupe FR) FAST RETAILING WAY (Philosophie d entreprise du groupe FR) Profession de foi Changer la façon de s habiller, sortir des sentiers battus, et proposer une autre vision du monde. Notre mission Le groupe FAST

Plus en détail

Que fait l Église pour le monde?

Que fait l Église pour le monde? Leçon 7 Que fait l Église pour le monde? Dans notre dernière leçon, nous avons vu que les croyants ont des responsabilités vis-à-vis des autres croyants. Tous font partie de la famille de Dieu. Les chrétiens

Plus en détail

Ressources APIE. La comptabilisation des frais de R&D. de l immatériel. Pour agir. En bref. Agence du patrimoine immatériel de l État

Ressources APIE. La comptabilisation des frais de R&D. de l immatériel. Pour agir. En bref. Agence du patrimoine immatériel de l État Ressources de l immatériel APIE Agence du patrimoine immatériel de l État La comptabilisation des frais de R&D En bref Des moyens considérables sont alloués par les autorités publiques aux efforts de recherche

Plus en détail

e-commerce : Guide à l intention des Petites et Moyennes Entreprises

e-commerce : Guide à l intention des Petites et Moyennes Entreprises Livre Blanc e-commerce : Guide à l intention des Petites et Moyennes Entreprises Optimisation des opportunités en ligne pour les PME Opportunités en ligne La conjoncture n a jamais été aussi favorable

Plus en détail

French 3200 Public Examination SECTION A TOTAL VALUE: 25%

French 3200 Public Examination SECTION A TOTAL VALUE: 25% French 3200 Public Examination SECTION A TOTAL VALUE: 25% Tâche 1 5 Vous allez entendre deux fois une série d annonces. Examinez les séries d images cidessous, puis, écoutez bien. Choisissez l image de

Plus en détail

SCIENCES DE L ÉDUCATION

SCIENCES DE L ÉDUCATION UniDistance 1 Centre d Etudes Suisse Romande Formation universitaire SCIENCES DE L ÉDUCATION En collaboration avec L Université de Bourgogne à Dijon Centre de Formation Ouverte et A Distance CFOAD UniDistance

Plus en détail

Circulaire du 7 juillet 2009

Circulaire du 7 juillet 2009 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l économie, de l industrie et de l emploi NOR : ECEC0907743C Circulaire du 7 juillet 2009 concernant les conditions d application de l arrêté du 31 décembre 2008 relatif

Plus en détail

Analyse comparative d un corpus de sites web : Les musées historiques 2) LE CORPUS

Analyse comparative d un corpus de sites web : Les musées historiques 2) LE CORPUS Alexandre GRIVEAU Mathieu GROLEAU IUP 2 Analyse comparative d un corpus de sites web : Les musées historiques 2) LE CORPUS 2.1) brève présentation- description des trois sites 2.1.1) musée de la révolution

Plus en détail

Ci-après, la liste des masters proposés par les universités françaises pour se former, en 2 ans après la licence, à l un des métiers de la culture.

Ci-après, la liste des masters proposés par les universités françaises pour se former, en 2 ans après la licence, à l un des métiers de la culture. Masters culture Ci-après, la liste des masters proposés par les universités françaises pour se former, en 2 ans après la licence, à l un des métiers de la culture. activités culturelles anthropologie métiers

Plus en détail

LE PROGRAMME DES CLASSES DE BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL EN FRANÇAIS

LE PROGRAMME DES CLASSES DE BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL EN FRANÇAIS A. Armand IGEN lettres avril 2009-1 LE PROGRAMME DES CLASSES DE BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL EN FRANÇAIS Cette présentation du programme de français pour les classes de seconde, première, et terminale du

Plus en détail

Planifier avec les expériences clés pour les enfants de 3 à 5 ans

Planifier avec les expériences clés pour les enfants de 3 à 5 ans Planifier avec les expériences clés pour les enfants de 3 à 5 ans Ginette Hébert formatrice en petite enfance AFÉSÉO FORUM 2012 Cette formation s appuie sur mon expérience d accompagnement d éducatrices

Plus en détail

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 24

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 24 Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 24 Commentaire de la décision n 2007-557 DC du 15 novembre 2007 Loi relative à la maîtrise de l immigration, à l intégration et à l asile Déposé sur le bureau

Plus en détail

Introduction à la méthodologie de la recherche

Introduction à la méthodologie de la recherche MASTER DE RECHERCHE Relations Économiques Internationales 2006-2007 Introduction à la méthodologie de la recherche geraldine.kutas@sciences-po.org Les Etapes de la Recherche Les étapes de la démarche Etape

Plus en détail

Psychologie Sociale. La psychosociologie étudie les situations sur le terrain.

Psychologie Sociale. La psychosociologie étudie les situations sur le terrain. Psychologie Sociale Nous confondons souvent la psychologie sociale et la psychosociologie. La psychologie sociale et la psychosociologie sont différenciées par la méthode. La psychologie sociale exerce,

Plus en détail

Les sciences de l éducation et les sciences de la. en dialogue : à propos des médias et des technologies éducatives. L université En Ligne : du

Les sciences de l éducation et les sciences de la. en dialogue : à propos des médias et des technologies éducatives. L université En Ligne : du Les sciences de l éducation et les sciences de la communication en dialogue : à propos des médias et des technologies éducatives. L université En Ligne : du dispositif empirique à l objet de recherche,

Plus en détail

1. ARTS, VILLES, POLITIQUES ET SOCIÉTÉS _arts et villes au XX e siècle. _les artistes et l'architecture

1. ARTS, VILLES, POLITIQUES ET SOCIÉTÉS _arts et villes au XX e siècle. _les artistes et l'architecture histoire des arts au lycée option de détermination option facultative sitographie _1 SITOGRAPHIE 1. DES SITES EN LIEN AVEC LE PROGRAMME DE TERMINALE [OPTION DE DÉTERMINATION] 1. ARTS, VILLES, POLITIQUES

Plus en détail

C était la guerre des tranchées

C était la guerre des tranchées C était la guerre des tranchées Jacques Tardi Format 23,2 x 30,5 cm 128 pages C et album consacré, comme son titre l indique, à la vie dans les tranchées pendant la Première Guerre mondiale est constitué

Plus en détail

Master Etudes françaises et francophones

Master Etudes françaises et francophones Master Etudes françaises et francophones 1. modèle scientifique et profilage des contenus de la filière / Présentation et spécificités de la filière Les études romanes à Leipzig sont considérées comme

Plus en détail

Méthode universitaire du commentaire de texte

Méthode universitaire du commentaire de texte Méthode universitaire du commentaire de texte Baptiste Mélès Novembre 2014 L objectif du commentaire de texte est de décrire la structure argumentative et de mettre au jour les concepts qui permettent

Plus en détail

La Chronique des matières premières

La Chronique des matières premières La Chronique des matières premières Céréales, minerais ou pétrole, les ressources naturelles sont au cœur de l économie. Chaque jour de la semaine, Dominique Baillard informe du cours des matières premières

Plus en détail

Découvrir le monde à l école maternelle

Découvrir le monde à l école maternelle Découvrir le monde à l école maternelle Faire des sciences à l école en se questionnant et se confrontant au réel en mettant en œuvre une démarche d investigation en ayant un regard critique en travaillant

Plus en détail

Partie 2 : Des leçons pour l entrepreneur

Partie 2 : Des leçons pour l entrepreneur Partie 2 : Des leçons pour l entrepreneur 5.6 De nouveaux métiers Le développement des communautés et des univers virtuels a favorisé la création de nouveaux métiers «online», spécifiques à la gestion

Plus en détail

Discours d ouverture de Michèle Bourque présidente et première dirigeante Société d assurance-dépôts du Canada Ottawa mercredi 6 février 2013

Discours d ouverture de Michèle Bourque présidente et première dirigeante Société d assurance-dépôts du Canada Ottawa mercredi 6 février 2013 1 Première conférence du Comité régional de l AIAD (Association internationale des assureurs-dépôts) pour l Amérique du Nord sur les règlements transfrontières et les institutions-relais Discours d ouverture

Plus en détail

Utilisation d une tablette numérique dans le développement des compétences et réflexives d enseignant-e-s en formation

Utilisation d une tablette numérique dans le développement des compétences et réflexives d enseignant-e-s en formation Utilisation d une tablette numérique dans le développement des compétences et réflexives d enseignant-e-s en formation Maud Foerster 1, Pierre-François Coen 1 1 Service Recherche & Développement, Haute

Plus en détail

Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49

Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49 Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49 Fiche pédagogique Le thème du 49 e épisode dirige l attention sur une question fondamentale lorsqu il s agit de développer la pensée des enfants,

Plus en détail

MASTER Les pensées du projet

MASTER Les pensées du projet MASTER Les pensées du projet L ARCHITECTURE COMME DISCIPLINE EQUIPE ENSEIGNANTE Christian Blachot ingénieur, responsable de l équipe Patrick Chedal-Anglay Charles Chifflet Anne Coste -historienne Guy Depollier

Plus en détail

MON LIVRET DE COMPETENCES EN LANGUE (Socle commun) Niveau A1/A2 / B1

MON LIVRET DE COMPETENCES EN LANGUE (Socle commun) Niveau A1/A2 / B1 Nom : Prénom :.. MON LIVRET DE COMPETENCES EN LANGUE (Socle commun) Niveau A1/A2 / B1 Récapitulatif pour la validation du Diplôme National du Brevet (Attestation du Niveau A2 en Langue Vivante) : ACTIVITES

Plus en détail

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin Apprendre, oui... mais à ma manière Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin La motivation scolaire prend son origine dans les perceptions qu un étudiant a de lui-même, et celui-ci doit jouer

Plus en détail

Norme canadienne 23-101 Règles de négociation

Norme canadienne 23-101 Règles de négociation Norme canadienne 23-101 Règles de négociation PARTIE 1 DÉFINITION ET INTERPRÉTATION 1.1 Définition 1.2 Interprétation PARTIE 2 LE CHAMP D APPLICATION DE LA RÈGLE 2.1 Le champ d application de la règle

Plus en détail

CANADA BAGAGES NON ACCOMPAGNÉS À DESTINATION DU. En cas de doute, consultez-nous!

CANADA BAGAGES NON ACCOMPAGNÉS À DESTINATION DU. En cas de doute, consultez-nous! BAGAGES NON ACCOMPAGNÉS À DESTINATION DU CANADA En cas de doute, consultez-nous! En tout temps vous pouvez communiquer avec nous pour connaitre les dispositions précises au sujet des exigences et règlements

Plus en détail

15. Protection de la propriété intellectuelle au Canada. Brevets

15. Protection de la propriété intellectuelle au Canada. Brevets Protection de la propriété intellectuelle au Canada En cette période où la recherche scientifique, le domaine technique et les activités commerciales évoluent rapidement, il devient de plus en plus important

Plus en détail

Code d'éthique de la recherche

Code d'éthique de la recherche Code d'éthique de la recherche Ce texte reprend le code d'éthique de la FPSE de l'université de Genève, avec une adaptation des références aux instances académiques. Cette version est plus particulièrement

Plus en détail

QU EST-CE QUE L EAU BIEN COMMUN?

QU EST-CE QUE L EAU BIEN COMMUN? QU EST-CE QUE L EAU BIEN COMMUN? Si je vous posais la question suivante: Etes-vous partisans de l Eau Bien Commun? J obtiendrais une réponse positive unanime. Mais si je vous posais ensuite la question

Plus en détail

DEVENIR INTERVENANT CERTIFIE WELLSCAN

DEVENIR INTERVENANT CERTIFIE WELLSCAN DEVENIR INTERVENANT CERTIFIE WELLSCAN Vous êtes un professionnel consultant, coach, formateur et vous accompagnez les individus ou les entreprises dans leurs enjeux de performance sociale, managériale

Plus en détail

LA REPARATION INTEGRALE DU DOMMAGE CORPOREL ET L ACCIDENT DU TRAVAIL. I Le droit positif avant l arrêt du Conseil Constitutionnel du 18 juin 2010

LA REPARATION INTEGRALE DU DOMMAGE CORPOREL ET L ACCIDENT DU TRAVAIL. I Le droit positif avant l arrêt du Conseil Constitutionnel du 18 juin 2010 LA REPARATION INTEGRALE DU DOMMAGE CORPOREL ET L ACCIDENT DU TRAVAIL En 1896, un arrêt de la Chambre Civile de la Cour de Cassation, l arrêt TEFFAINE, a retenu le principe d une responsabilité directe

Plus en détail

LE PROBLÈME DE RECHERCHE ET LA PROBLÉMATIQUE

LE PROBLÈME DE RECHERCHE ET LA PROBLÉMATIQUE LE PROBLÈME DE RECHERCHE ET LA PROBLÉMATIQUE Un problème de recherche est l écart qui existe entre ce que nous savons et ce que nous voudrions savoir à propos d un phénomène donné. Tout problème de recherche

Plus en détail

Lucile Cognard. S identifier à son symptôme

Lucile Cognard. S identifier à son symptôme Lucile Cognard S identifier à son symptôme Dans notre milieu analytique, l expression est connue : «s identifier à son symptôme». D où vient-elle, que recouvre-t-elle? C est la question que je me suis

Plus en détail

Rencontres au Castelnau ou.. quand les auteurs s en vont au champ. Sandrine Trochet. Enseignante Castelnau Barbarens.

Rencontres au Castelnau ou.. quand les auteurs s en vont au champ. Sandrine Trochet. Enseignante Castelnau Barbarens. Rencontres au Castelnau ou.. quand les auteurs s en vont au champ Sandrine Trochet. Enseignante Castelnau Barbarens. 1,Un constat : Il existe de fortes inégalités entre les écoles quant à l accès à la

Plus en détail

La lutte contre le trafic illicite de biens culturels sur Internet : L UNESCO et la réponse de ses partenaires

La lutte contre le trafic illicite de biens culturels sur Internet : L UNESCO et la réponse de ses partenaires La lutte contre le trafic illicite de biens culturels sur Internet : L UNESCO et la réponse de ses partenaires Introduction L'UNESCO est un acteur majeur dans la lutte contre le trafic illicite d objets

Plus en détail

Guide du RDAQ. Comment saisir des descriptions de fonds et collections dans le Réseau de diffusion des archives du Québec (RDAQ)

Guide du RDAQ. Comment saisir des descriptions de fonds et collections dans le Réseau de diffusion des archives du Québec (RDAQ) Guide du RDAQ Comment saisir des descriptions de fonds et collections dans le Réseau de diffusion des archives du Québec (RDAQ) Table des matières Qu est-ce que le Réseau de diffusion des archives du Québec?

Plus en détail