LA LUMIERE COMME MATÉRIAU : ANTHONY McCALL

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LA LUMIERE COMME MATÉRIAU : ANTHONY McCALL"

Transcription

1 LA LUMIERE COMME MATÉRIAU : ANTHONY McCALL 21 février 5 mai 2013 Commissaire d exposition : Olivier Michelon DOSSIER PÉDAGOGIQUE ENSEIGNANTS SÉRIE À LA CROISÉE DES CHEMINS

2 2 SOMMAIRE L EXPOSITION... 4 PROPOS... 4 L ARTISTE ET SA DEMARCHE... 4 IMPLANTATION DES ŒUVRES... 6 PISTES DE REFLEXION... 7 UN MAITRE-MOT : «PASSAGE(S)»... 7 Approche bidimensionnelle : dessiner avec la lumière... 7 Approche tridimensionnelle : la lumière construit l espace Corps à corps Les mains en émoi Eloge de la lenteur Le sujet Le lieu Le son Les titres La portée symbolique Répétition / Variation / Série. 18 LA LUMIERE COMME MATERIAU PLASTIQUE (Histoire de l art) LIMINAIRE LUMIERE NATURELLE WALTER DE MARIA LUMIERE ELECTRIQUE MARTIAL RAYSSE MARIO MERZ DAN FLAVIN FRANÇOIS MORELLET ROBERT IRWIN JAMES TURRELL OLAFUR ELIASSON... 34

3 3 ANN VERONICA JANSSENS CLAUDE LEVEQUE YANN KERSALE MICHEL VERJUX AUTRES ŒUVRES DIGNES D INTERET LUMIERE ET CINEMA BEN RUSSELL LUMIERE ET ECRANS ANGELA BULLOCH LAB[au] MISE EN RESEAU (Histoire des arts) LUMIERE ET SCIENCES SVT PHYSIQUE TECHNOLOGIE PRINCIPES DE LA PROJECTION CINEMATOGRAPHIQUE LA VIDEOPROJECTION INCIDENCES DU SMARTPHONE LUMIERE ET ESPACE LITTERAIRE : PHILOSOPHIE : «Perception» LITTERATURE : Tanizaki Junichiro LUMIERE ET ARTS DU SPECTACLE SCENOGRAPHIE CHOREGRAPHIE : Maguy Marin, Salves LUMIERE ET CINEMA : Henri Alekan LUMIERE ET ARCHITECTURE : Tadao Ando EVENEMENTS EN LIEN BIBLIOGRAPHIE... 60

4 4 L EXPOSITION Programmes Arts plastiques, Collège Le choix des œuvres et la fréquentation des lieux artistiques sont déterminants pour la pratique et la culture de l élève : Le professeur d Arts Plastiques donne sens à son enseignement en privilégiant la référence à des œuvres significatives, contemporaines ou non, reconnues pour leur intérêt artistique et leur incidence sur les modes de pensée. Ces œuvres particulièrement représentatives des grandes questions artistiques de l histoire des arts assurent le fondement des problématiques que les élèves aborderont dans la pratique. L enseignant doit favoriser les contacts directs avec l Art sous des formes variées en privilégiant ceux qui permettent une rencontre réelle avec les œuvres PROPOS Une pièce de cet artiste a récemment été présentée au musée dans le cadre de l exposition inaugurale d Olivier Michelon «La Vie des Formes». Ce regroupement plus conséquent d œuvres constitue, pour le public, une occasion jubilatoire de mettre ses expériences sensorielles à l épreuve. L effet intriguant - issu de mises en scène apparemment très sobres - alimentera, une fois de plus, son plaisir. Ce principe d économie de moyens pose les bases d un nouveau " cinéma géométrique " et inaugure une création expérimentale se nourrissant à la fois de la scène artistique et de la création cinématographique. Invité à investir les Abattoirs, Anthony McCall y a installé une série de "films de lumière solide". C'est par un cheminement inhabituel le conduisant au sous-sol que le spectateur est convié à s introduire dans cette exposition comportant six travaux récents entretenant un dialogue entre horizontalité et verticalité. L ARTISTE ET SA DEMARCHE Né en Angleterre en 1946, ce cinéaste britannique installé à New York, a développé, dès le début des années 1970, un travail au croisement de l'art minimal, de l'art conceptuel, de la performance et du cinéma expérimental travail aujourd'hui considéré comme fondamental dans le développement de l'art de ces trois dernières décennies. C'est d'abord à partir de recherches sur le paysage et d'interventions in situ que l artiste entreprit un travail de performer (cf. Earthwork, en 1972 et les Fire cycles), rapidement supplanté par son intérêt pour le cinéma. Le film, d'abord utilisé pour enregistrer ses actions et installations éphémères, devint l'objet même de ses recherches. En 1973, année de son départ pour les Etats-Unis, Anthony McCall réalisa une série d œuvres à partir de figures géométriques simples - tracées directement sur la surface de la pellicule 16 mm, au moyen d un stylo à bille, d un compas et d un peu de gouache blanche : le premier film de la série, qui est aussi le plus célèbre, Line Describing a Cone (Ligne

5 5 décrivant un cône), donne à voir, vingt minutes durant, la progression du tracé d un simple cercle initialement dessiné image par image sur le support. Ces films sont destinés à être projetés non dans un cinéma, mais dans un espace de galerie, sans fauteuils, sans cabine, sans déclivité et sans écran. Un fumigène est répandu dans l espace de projection : ce que le spectateur voit se former n est plus seulement la ligne géométrique bidimensionnelle venant s inscrire sur la paroi où aboutit le faisceau lumineux mais la constitution progressive du cône de lumière qui sort de l objectif du projecteur. Ainsi se crée, dans l espace d exposition, une «sculpture» de lumière autour et à l intérieur de laquelle les visiteurs sont appelés à circuler. Là où le cinéma traitait traditionnellement d'un espace-temps déplacé (un autre lieu, un temps révolu), les installations lumineuses d'anthony McCall s inscrivent, à la manière des sculptures de l'art minimal, dans l " ici et maintenant " (l œuvre s énonce telle qu elle est et s expose telle qu elle devient), renvoyant à elles-mêmes et à leur perception par le spectateur. L événement cinématographique ne tient plus aux images projetées ou à la narration qui en découle. Se concentrant sur les composants premiers du cinéma (la lumière, la durée), ces films en proposent un renversement complet : leur intérêt ne réside plus dans ce que dévoile la surface de réception (l écran) mais dans l'espace tridimensionnel dans lequel se déploie la projection. La présence du fumigène révèle le phénomène lumineux qui prend, du coup, un aspect «solide». C'est à partir de ce bouleversement que l'artiste élaborera, pendant une dizaine d'années, une série de variations sur ce motif originel du cône (Conical Solid, Partial Cone, Cone of a Variable Volume) - œuvres pour projecteurs uniques ou multiples, véritables environnements lumineux où la rigueur conceptuelle n'a pour équivalent que le sentiment d'émerveillement provoqué par l'expérience sensorielle. En 1975, il créera une installation pour quatre projecteurs, d une durée de six heures, fondée sur le même principe de projection. S étant détourné du monde artistique à l orée des années 80 pour se consacrer à son métier de graphiste et à la réalisation de sites internet, il y revient, début 2000, ayant trouvé dans l'outil numérique la possibilité de poursuivre ses recherches dans des dimensions jusque-là inusitées - tout en conservant les fondements de sa démarche. Le projecteur et la pellicule font place à un vidéoprojecteur qui diffuse une image numérique, contrôlée par ordinateur et créée via un logiciel de design. L adoption d un nouveau mode de projection - dont la dimension numérique autorise une plus grande précision s accompagne d un changement de motifs. Il en résulte aussi, à partir de 2005, une nouvelle série d'œuvres verticales monumentales, rompant définitivement avec l axe conventionnel horizontal du cinéma. Ainsi surgissent de nouvelles interrogations concernant la porosité entre cinéma expérimental des années 1960 / 1970 et sculpture. Programmes Arts plastiques, Collège A la fin de la classe de troisième, et au regard d œuvres d art clairement identifiées, les élèves sont capables de connaître quelques-unes des conditions matérielles, techniques, économiques et idéologiques qui ont participé à leur réalisation. Ils doivent également pouvoir les situer dans leur contexte historique et culturel, comme éventuellement établir des corrélations pertinentes avec d autres formes d expressions artistiques. A travers la fréquentation régulière d œuvres et de lieux artistiques, de documents (revues, catalogues, Internet) les élèves auront appris à exprimer leurs émotions et à émettre un jugement argumenté.

6 6 IMPLANTATION DES OEUVRES Conçue en étroite relation avec l'artiste, l exposition propose une série de projections assimilables à une mise en tension de l'espace, entre sols et murs. À la différence des premiers Solid Films, ces installations récentes ne sont plus réalisées à partir d une unique forme géométrique simple, mais en combinant lignes droites et sinusoïdes oscillantes. Ces films, à travers des formes mouvantes plus complexes, impliquent un processus de réception plus subtil que celui qu engendraient ses toute premières réalisations : ils convoquent notamment la mémorisation de ce qui vient de se passer et l anticipation de ce qui va se produire. Dans la lignée de son intervention du printemps dernier à la Hamburger Bahnhof de Berlin, Anthony McCall a choisi, ici, de créer un parcours se déployant dans près de 1000 m2. Anthony McCALL Croquis préparatoire d implantation Septembre 2012 Programmes Arts plastiques, Collège Classe de 3 e - L espace, l œuvre et le spectateur Traditionnellement, les arts plastiques sont considérés comme les arts de l espace et de la forme. Ces données sont inséparables dans une dialectique du plein et du vide, de l intérieur et de l extérieur. La forme se déploie dans l espace et en même temps, elle le génère. C est ainsi que tout objet occupe, d une manière ou d une autre, un certain volume et manifeste l espace. Différentes qualités de l espace nous affectent en fonction de son échelle et de ses mesures.

7 7 PISTES DE REFLEXION «Les Solid light films (films de lumière solide) d'anthony McCall plongent qui les frôle dans un faisceau de suggestions : réduction abrupte du médium cinématographique, résurgence des croyances spirites du XIX e siècle, abstractions pures, sculptures de lumière, plans prolongés dans l'espace, volutes psychédéliques, murs franchissables, praticables éphémères, cadre pour une expérience collective... Longtemps, la fugacité de leur apparition n a fait qu'accentuer ce sentiment. Comme tout film, les productions de McCall n'étaient que des souvenirs de spectateur, visibles seulement le temps d'une séance. [...] Désormais, [ils] s'approchent comme d'autres œuvres, montrées dans le temps du musée, au même titre que sculptures, installations et peintures. Les séances se prolongent de jour en jour, pendant la durée de leur exposition : on peut sortir et revenir, tenter de fixer davantage ses souvenirs.» Olivier Michelon 1 UN MAITRE-MOT : «PASSAGE(S)» 1- Approche bidimensionnelle : dessiner avec la lumière Tout part du dessin, celui qui est projeté, celui que le spectateur, dans un premier temps, s obstine à regarder, dubitatif. Qu y a-t-il à comprendre si l on s en tient à cette attitude d observateur captif et passif? Attachons-nous donc, dans un premier temps, à ce que révèle le pan de mur ou de sol faisant office d écran. La teneur très mathématique des croquis préparatoires ci-dessous pourrait laisser supposer des réalisations plastiques rigoureuses et austères - donc, pour tout dire, assez rébarbatives... Se donner comme point de départ des figures géométriques, n est-ce pas prendre le risque d amoindrir la portée esthétique d une œuvre? Les pages suivantes vont démontrer qu il n en est rien. Etudes pour les projections horizontales : You and I, Horizontal, 2006 Leaving (with two minutes silence), 2009 Meeting You Halfway II, In Anthony McCall. Eléments pour une rétrospective, / 2003-, Olivier Michelon, Julia Peyton- Jones, Hans Ulrich Obrist : catalogue publié à l'occasion de l'exposition qui eut lieu en 2007 au musée départemental d'art contemporain de Rochechouart et, ensuite, à la Serpentine Gallery (Londres)

8 8 Etudes pour les projections verticales : Breath (III), 2005 Skirt, 2010 You and I (II), 2011 La projection combine le déplacement simultané de deux ou trois lignes. Les tracés se déploient donc à la fois dans l espace bidimensionnel et dans le temps, ce qui conduit à parler, au sens propre, de dessin animé. Chaque ligne, droite ou elliptique, se contracte ou/et s'étend, se déplace, en suivant généralement un axe de rotation. Ces formes, projetées de concert, sont souvent inversement corrélées aux mêmes métamorphoses : par exemple, une forme elliptique peut progressivement devenir une vague mouvante, tandis que sa voisine procède en sens contraire (la vague devenant une ellipse). Un autre procédé utilisé par McCall repose sur un moyen cinématographique conventionnel de transition : les «volets» (autrement dénommé wipes : une ligne parcourt horizontalement ou verticalement le champ tandis qu une image se substitue progressivement à l autre). L intérêt de ce passage d une image à l autre réside dans le fait de présenter simultanément chacune d elle de manière partielle : l une s étend pendant que l autre se retire dans un mouvement synchrone. Deux lignes se croisent puis l une d elle disparaît complètement, avant de réapparaître sur le côté, sous forme de segment minuscule. Le wipe présuppose donc la coprésence de deux actions parallèles dont il détermine la proportion (l étendue) visible. Par conséquent, ces formes complexes en perpétuelle mutation posent également la question du «hors-champ». Meeting you halfway minutes You and I (Horizontal) minutes

9 9 Breath minutes Skirt minutes You and I, II (Vertical) minutes Leaving minutes Le regardeur est également soumis à l épreuve de la durée : McCall distend celle du wipe - procédé ne durant qu une seconde dans le cinéma traditionnel - en la calant sur la longueur de ses films. Parallèlement, il ralentit à l extrême la migration des motifs. Ainsi, à tout moment, se trame un subtil processus de révélation et de dissimulation. La lente progression des figures - tenant malgré tout de l impermanence, de l instant impossible à figer - conduit le spectateur à constater que quelque chose se dérobe, échappe à son regard... Pourtant, rien ne lui est dissimulé puisque l évolution d une ligne se retrouvera dans la ligne adjacente un peu plus tard... S il reste cinq ou six minutes, il reconnaitra une forme préalablement vue et prendra conscience de la réciprocité entre les deux figures ; s il s attarde plus longtemps, il pourra intégralement repérer les effets de symétrie, de répétition, d inversion et de dédoublement qui structurent l ensemble. Programmes Arts plastiques, Collège Les Arts plastiques apportent les moyens de comprendre la nature des faits artistiques repérables dans la création en arts plastiques, dans les domaines des images fixes et animées et des productions numériques. A minima, l observation de ces lignes peut conduire à convoquer le registre lexical suivant : Relatif au tracé : Droite, rectiligne, courbe, sinueuse, serpentine, ondulation, enroulement, ellipse, sinusoïde, divergence, oblique, horizontale, verticale, fine, souple, raide, nette, gracieuse, claire, légère, Continue, discontinue, fragmentée, Longue, courte, Sécantes, entrelacs, arabesque, Contour, Limite, frontière, bordure,...

10 10 Relatif aux opérations plastiques : Tracer, tordre, étirer, contracter, allonger, rétrécir, Aligner, ordonner, disposer, juxtaposer, superposer, entourer, cerner, répéter, rythmer, séquencer Relatif à l'occupation de l'espace : Vide / plein, éparpillement, dispersion, densité Directions, axes, alignement, organisation, emboîtement, Etroit, large Ouvert, fermé, intérieur, extérieur,... Géométrie Premier degré Cycle 2 Les élèves consolident leurs connaissances en matière d orientation et de repérage. Ils apprennent à reconnaître et à décrire des figures planes et des solides. Cycle 3 Cet enseignement permet d énoncer les relations et propriétés géométriques : alignement, perpendicularité, parallélisme, égalité de longueurs, symétrie axiale, milieu d un segment. 2- Approche tridimensionnelle : la lumière construit l espace Si le rapport au dessin reste une constante, si le rayon lumineux se fait crayon, l œuvre, contrairement à un film traditionnel, ne peut exclusivement se limiter à ce qui apparait sur l écran. D ordinaire, on voit les objets touchés par la lumière et la source d où elle provient, son existence se manifeste donc aux deux extrémités de son parcours. Ce qui confère à l œuvre toute sa magie, ici, c est que ce parcours, d ordinaire invisible, prend forme. Les lignes blanches projetées au mur ou au sol sont générées par des faisceaux lumineux qui traversent l espace. Ainsi, dès l entrée dans la salle de projection, le regard du spectateur, attiré par la blancheur des dessins, discerne-t-il aussi et sans doute, surtout des «voiles» évanescents qui se découpent dans l obscurité ambiante et traversent la pièce. Ces «voiles», constitutifs de l ensemble, sont donc essentiels à la lecture de l œuvre. Tantôt plans, tantôt courbes, révélés par de la brume provenant de machines à brouillard, leur association génère une forme volumétrique. Le phénomène lumineux donne donc naissance à un objet visuel s apparentant à une sculpture abstraite. L image cinématographique s érige alors en objet tridimensionnel que le visiteur, comme vis-à-vis d une ronde-bosse, est invité à effleurer en lui tournant autour. Débute alors pour lui l expérience de la lumière une expérience matérielle assez déroutante. Tout d abord, la largeur de la ligne détermine l épaisseur maximale du pan de lumière qui traverse l espace ; s il est logique et vérifiable que la superposition de deux plans aboutisse à une zone d intersection plus blanche, il devient paradoxal, dans le cas de l accumulation de trois couches, que ce soit la plus éloignée qui apparaisse comme étant la plus «brillante». D autre part, la brume constitue l agent révélateur essentiel. Or, le brouillard est amorphe, comment peut-il sembler prendre forme? Sa présence est révélée par une nappe mouvante. Mc Call, ne souhaitant pas que l attention du public se focalise exclusivement sur cet élément, évite l effet spectaculaire d un épais et inopportun bouillonnement de fumée en utilisant les récentes machines à brouillard Hazer qui distribuent une brume de même densité dans l'espace. Malgré ces précautions, un mouvement local sensuel capte le regard : la «paroi» perçue par l œil devient le terrain d évolution de délicates volutes. Aussitôt,

11 11 l imagination est mobilisée par cette vision volatile et entraine le regardeur dans une autre dimension : celle de mouvements atmosphériques ou celle d un vortex, invitant à des voyages infinis et renouvelés. Comme par magie, cette retranscription fictionnelle, entre apparition et disparition, conduit à entrelacer microcosme et macrocosme. Crédit photographique : E. Goupy Enfin, les formes volumétriques évoluent lentement : à mi-chemin entre statisme et dynamisme, elles se dilatent, se cloisonnent, se contractent, se séparent, s associent... tout en se combinant aux propres déplacements du spectateur, à ses différents points de vue. Chaque moment et chaque emplacement conditionnent une vision autre d un même objet artistique. Programmes Arts plastiques, Collège L espace, l œuvre et le spectateur : Les élèves de troisième poursuivent leur investigation des moyens plastiques et leur réflexion artistique en approfondissant la question de l espace. Ils se sensibilisent à la réalité spatiale de certaines œuvres : sculpture, environnement, installation, œuvre in situ, scénographie, chorégraphie, cinéma, vidéo. Autant de domaines d expression qui peuvent être explorés dans des séquences d'apprentissage afin de conduire les élèves à concevoir et à projeter l espace, à l'expérimenter physiquement par la perception et la sensation. Jamais l œuvre ne peut être saisie de manière permanente, figée. Cette instabilité perpétuelle détermine une perception fluente. Une mise en tension se joue dans la contradiction qui lie constance et dissipation. L œuvre est toujours bien là mais ce n est jamais la même! La rencontre physique avec ces installations est donc incontournable pour en appréhender la teneur phénoménologique variable teneur qu une photographie ne pourra jamais transcrire. Meeting You Halfway II, 2009

12 12 3- Corps à corps Pour que l expérience soit totale, elle doit être à la fois extérieure et intérieure : le spectateur peut, certes, observer l œuvre en la contournant mais aller se glisser en son sein réserve de nouvelles surprises. En regardant vers le faisceau lumineux - et non plus vers la surface de projection, l expérience ordinaire du film est déconstruite, elle inverse l attitude communément attendue dans les salles de cinéma. De cet emplacement, les pans lumineux apparaissent alors comme des parois plus consistantes - ce qui explique la dénomination «films de lumière solide». La limite qui se crée alors entre «dedans» et «dehors» confère aux faisceaux un aspect plus architectural que sculptural. A l instant de la traversée, sur le seuil lumineux, le corps du curieux se fait écran, déformant et occultant ainsi, pour le reste de l assistance, la forme globale de la projection. Ayant intégré l œuvre, il en devient aussi, par ailleurs, un des constituants plastiques. Crédit photographique : E. Goupy Les œuvres horizontales donnent alors à voir un surprenant spectacle : dans ce «tunnel» conique, des silhouettes tronquées se meuvent en ombres chinoises. Le corps est comme morcelé : tout ce qui dépasse de la membrane lumineuse semble ne plus exister. Cette part manquante est engloutie par les ténèbres environnantes. Lors de cette expérience, alors que des informations contradictoires lui parviennent, le regardeur est contraint de momentanément scinder sa vision et son corps. Il se sent bouger, cependant, les membres qui le portent sont visuellement absents. Conjuguer vision de l objet artistique et vision de son propre corps est impossible : ses membres «fantômes» se meuvent dans un lieu où ils ne sont plus perceptibles. Ayant conscience de lui-même, le corps ne se voit pourtant plus... Crédit photographique : E. Goupy

13 13 La différence d appréhension entre projections horizontales et verticales est manifeste. Ces dernières semblent souligner de façon plus évidente la limite entre intérieur et extérieur. La source lumineuse de ces «figures debout», hors de portée, engendre des faisceaux qui apparaissent plus comme des tentes ou des «chambres» (regarder vers le haut nécessite un effort qu on ne peut tenir très longtemps : certains n hésitent pas à s allonger par terre). Les passages deviennent corridors, couloirs. En englobant le visiteur, la lumière se fait environnement, poche d espace mouvante. Cependant, cette forme mobile et traversable se retourne sur elle-même. Le mouvement de la structure s ajoute à celui du visiteur, ce qui entraîne une topologie singulière : l envers pourrait tout aussi bien être l endroit, le dehors se trouver dedans et inversement. Ces données spatiales, à un instant donné, n existent que du point de vue des spectateurs ; chacun ayant sa propre perception de ce qu est l «autre côté», lui donne sens et direction. Ceci se vérifie d autant plus que saisir globalement l installation s avère tout simplement impossible (échelle de l œuvre, mouvement, temporalité). Par conséquent, le corps, bien qu inséré dans cette enveloppe, est emporté dans un devenir (spatial) imprévisible. Programmes Arts plastiques, Collège Classe de 3 e - L espace, l œuvre et le spectateur Les situations d enseignement ouvriront aussi sur de nouvelles études : l espace comme matériau de l architecture et des œuvres environnementales, l espace comme dimension de la réalité à expérimenter physiquement, l espace comme dimension de dialogue et d interaction entre l œuvre et le spectateur. L expérience sensible de l espace permet d interroger les rapports entre l espace perçu et l espace représenté, entre le corps du spectateur et l œuvre (être devant, dedans, déambuler, interagir) et la question du point de vue (fixe et mobile). 4- Les mains en émoi La vue est le principal protagoniste d une stupéfiante interversion. En effet, la «lumière solide», à l instar d une «fourmi de dix-huit mètres» : ça n existe pas! Tout cerveau adulte sait cela! Pourtant, elle est bien là : nous la voyons tous, cette paroi - en apparence consistante. Et malgré cette «solidité», notre corps la traverse «comme un rien» : aucune pression, aucune poussée à exercer. Cette contradiction entre sensation de solidité et évanescence effective conduit, au final, chacun à jouer les Saint-Thomas 2, à y mettre les mains - puisque de telles sensations (d épaisseur, de masse, de poids, de volume) relèvent naturellement du toucher. Le spectateur, par un geste récurrent de palpation, redouble l expérience de l immatérialité - de l absence de substance - que son corps lui avait déjà signalée au moment de la traversée du pan. La main ne fait que confirmer le vide ; ces parois s avèrent immatérielles, fuyantes (tout autant qu en contrepoint, ses membres fantômes demeurent, bien qu existants, imperceptibles, invisibles, non-vus). Or, dans l exposition, la vue prédomine : l effet de «réalité» (restituée dans toutes ses dimensions concrètes) est si prégnant qu on en oublie momentanément qu il émane d un film. En tendant la main pour vérifier physiquement sa teneur, nous ne déplaçons qu une masse d air impalpable. Du même coup, nous contribuons à transformer une forme qui se ) Cf. «Si je ne mets pas la main dans son côté, non, je ne croirais pas!», in Evangile selon saint Jean (XX

14 14 recomposera - sitôt cet écran étranger ôté du parcours des photons - et poursuivra sa lente progression. Cette vaine tentative d exploration tactile tend à déstabiliser le «sentiment de la puissance d effort» mentionné par Maine De Biran 3 comme étant à l origine de notre sentiment d être. Elle vient, par ailleurs, fortement démentir les assertions de Lucrèce : «Quand nous manions un objet dans les ténèbres, nous l identifions à celui que nous voyons à la lumière éclatante du jour ; c est donc nécessairement la même cause qui émeut le toucher et la vue.» 4 Crédit photographique : E. Goupy Le spectateur se déplace au sein de lumières sans lieu ni temps qui lui apparaissent comme des masses tangibles. Or, ces Solid lights ne sont que le fruit de son imagination, ne sont que des objets fictionnels défectifs : tout n y est qu air, lumière et fumée. La netteté insaisissable de cette «présence absente» détermine un dédoublement perceptif troublant. La vue, en excès, nous trompe, le toucher est infructueux. Cela conduit à évoquer ce que Gaston Bachelard appelait l «imagination matérielle» : aussi impalpables tactilement qu elles sont préhensibles optiquement, les «images de l air sont sur le chemin des images de dématérialisation. [...] Les images de l imagination aérienne, ou bien elles s évaporent ou bien elles se cristallisent.» 5 Arts plastiques Lycée - Enseignement de spécialité, série L, Terminale L'espace du sensible Ce point du programme est à aborder sous l'angle de la relation de l'œuvre au spectateur. Comment réfléchir la mise en situation de l'œuvre dans les espaces de monstration, prendre en compte les conditions les plus ouvertes, de la projection à l'installation ou tous autres dispositifs. Les conditions de la perception sensible (regard, sensation, lecture, etc.) sont à anticiper dans l'élaboration formelle du projet plastique. Si les adultes identifient et expliquent ces phénomènes grâce à leurs connaissances optiques et haptiques préalables, qu en est-il de jeunes enfants? De quelle manière ces œuvres peuvent-elles être appréhendées par de petits élèves de maternelle? Quelles incidences découlent de cette expérience concernant la conscience qu ils peuvent avoir de leur propre corps? Comment se saisissent-ils de cette non-coïncidence entre sentant et senti, perçu et vécu? En les écoutant et en les regardant évoluer, ces volumes leur 3 Philosophe français né en 1766, auteur du Mémoire de Berlin, connu sous le titre De l'aperception immédiate (1807) 4 In De rerum natura, Livre IV, Gaston Bachelard, L air et les songes. Essai sur l imagination du mouvement (1943), cité par Jacinto Lageira, in «La lumière dans l art depuis 1950», Figures de l art, n 17, Pupa, 2009, p. 185

15 15 apparaissent bien souvent comme des tunnels dans lesquels ils retrouvent des sensations visuelles similaires à ce qu ils vivent en milieu aquatique : ils «nagent», plongent, se dérobent volontairement à la vue des autres Eloge de la lenteur Si la lumière est à la base de l œuvre, si elle est, peut-être, ce que nous pensons regarder, en réalité, ce n est pas elle seule qui fait l œuvre : elle intervient en tant que constituant interagissant avec une donnée temporelle. Imaginons, par exemple, que les Solid light films évoluent rapidement : on aboutirait à une installation dont les effets seraient tout autres. Le visiteur cesserait de se déplacer et resterait immobile, campé pour observer les rapides mutations de l œuvre. Seuls ses yeux seraient actifs. A contrario, une œuvre statique le convierait certainement à une attitude plus active, mais les éléments en jeu ne le déconcerteraient pas tant. La lenteur devient donc une stratégie invitant le spectateur à se mouvoir, établissant la coexistence de deux déplacements - celui du public étant supposé demeurer le plus rapide des deux qui, combinés, occasionnent un état de trouble. Programmes Arts plastiques, Collège FORME, ESPACE, COULEUR, MATIERE, LUMIERE et TEMPS sont des notions continuellement travaillées dans les pratiques d'expressions plastiques et visuelles où le CORPS participe intrinsèquement du travail. C est en s appuyant sur ces champs notionnels que l'enseignement des arts plastiques permet l'acquisition de connaissances, de savoirs. 6- Le sujet On peut, du coup, se demander quel est le sujet de ces œuvres : est-ce la lumière? La lenteur? Le mouvement? «Ces dernières années, j ai pensé mes œuvres de «lumière solide» comme [se] référant au corps, ou plutôt, comme suggérant l idée de réciprocité entre des corps. J imagine que c est ce que j entends par «sujet». Mais le sujet est exprimé à travers une structure, et non par le biais d images. Parmi les dispositifs structurels qui touchent au corporel, il y a : l organisation de l œuvre en cycle temporels récurrents, la structure de l échange par laquelle une forme cède sa place à une autre ; des formes qui croissent, enflent comme une houle ou s interpénètrent ; et puis, bien sûr, la lente absorption du spectateur et ce processus quasi tactile d enveloppement dans l obscurité qu engendre l observation de ces membranes de lumière, un processus à la fois intime et partagé avec les autres spectateurs. [...] J ai toujours choisi des médiums éphémères comme la lumière, la brume ou le feu. Les objets que je conçois occupent l espace tridimensionnel, mais ils sont fondamentalement temporaires. [...] L objet est la transition» 6 Programmes Arts plastiques, Collège Classe de 3 e - L espace, l œuvre et le spectateur La prise en compte et la compréhension de l espace de l œuvre : Il s agit, pour en comprendre la portée artistique, d affiner la perception des dimensions de l espace et du temps comme éléments constitutifs de l œuvre : œuvre in situ, installation, environnement et les différentes temporalités de celles-ci : durée, pérennité, instantanéité. 6 Entretien avec Charlotte Beaufort et Bertrand Rougé, ibid., pp. 58 et 61

Techniques Artistiques

Techniques Artistiques Enseignement technique Section de qualification 2 ème degré Techniques Artistiques Institut Saint-Joseph (Ecole Technique) Deuxième degré de qualification Techniques artistiques Grille Horaire A. FORMATION

Plus en détail

STAGE. La place du dessin dans le cours d'arts plastiques SALLE 306

STAGE. La place du dessin dans le cours d'arts plastiques SALLE 306 STAGE La place du dessin dans le cours d'arts plastiques SALLE 306 Les évolutions en arts plastiques - Académie de Nice année 2012/2013 La place du dessin dans le cours d'arts plastiques Les évolutions

Plus en détail

Enseignements artistiques

Enseignements artistiques Cycle 3 Enseignements artistiques Arts PLASTIQUES Après la sensibilisation aux activités et à la perception des langages artistiques conduite en maternelle, le cycle 2 a fait découvrir aux élèves quelques

Plus en détail

HISTOIRE DE ARTS Au Lycée professionnel

HISTOIRE DE ARTS Au Lycée professionnel 1 HISTOIRE DE ARTS Au Lycée professionnel Documents d aide pour débuter Synthèse de la réflexion du groupe d experts -----------------oooooooooooooooooo----------------- Emmanuelle Kalonji professeure

Plus en détail

DOCUMENT PEDAGOGIQUE

DOCUMENT PEDAGOGIQUE Musée national Marc Chagall Avenue Docteur Ménard 06000 Nice www.musee-chagall.fr Direction du développement culturel Service des visites-conférences Dossier suivi par : Cédric Scherer Tel.04 93 53 87

Plus en détail

Pourquoi une formation en Arts Plastiques?

Pourquoi une formation en Arts Plastiques? Pourquoi une formation en Arts Plastiques? Votre enfant termine sa classe de Troisième, et sera en seconde générale l an prochain. Un certain nombre de disciplines, jusqu à présent obligatoires, deviennent

Plus en détail

Dossier artistique Rebecca Bowring

Dossier artistique Rebecca Bowring Dossier artistique Rebecca Bowring Mon travail est non seulement un travail de photographie, mais également un travail qui traite de photographie. De la photographie comme technique et technologie et les

Plus en détail

Si nous nous contentions d un champ de vision de 40, il faudrait quatre ou cinq perspectives pour représenter un espace d habitation.

Si nous nous contentions d un champ de vision de 40, il faudrait quatre ou cinq perspectives pour représenter un espace d habitation. Avant-propos La vue en perspective correspond bien à une perception humaine de l espace. La représentation d une perspective à l aide de la géométrie traduit, elle, avec précision les phénomènes optiques

Plus en détail

Lexique du langage plastique F3.7

Lexique du langage plastique F3.7 1 La nature de la forme Définition Exemple Le point Le point est la plus petite marque qui soit; il a la même dimension qu une piqûre. La ligne La ligne est soit une suite de petites marques, soit un trait

Plus en détail

Deuxième partie : Optique

Deuxième partie : Optique Deuxième partie : Optique Introduction Exemples de questions Comment fonctionne un projecteur de dias? Qu est-ce que la mise au point d un appareil photo? Comment la lumière peut-elle être guidée dans

Plus en détail

Lentilles Détermination de distances focales

Lentilles Détermination de distances focales Lentilles Détermination de distances focales Résumé Les lentilles sont capables de faire converger ou diverger un faisceau lumineux. La distance focale f d une lentille caractérise cette convergence ou

Plus en détail

«Le parcours artistique et culturel de l'enfant à l'école en lien avec l'histoire des arts»

«Le parcours artistique et culturel de l'enfant à l'école en lien avec l'histoire des arts» «Le parcours artistique et culturel de l'enfant à l'école en lien avec l'histoire des arts» Objectifs généraux : - favoriser les liens entre la connaissance et la sensibilité - développer le dialogue entre

Plus en détail

Une grandeur électrique : la tension

Une grandeur électrique : la tension Chapitre 7 Une grandeur électrique : la tension Programme officiel Connaissances La tension électrique aux bornes d un dipôle se mesure avec un voltmètre branché en dérivation à ses bornes. Unité de tension

Plus en détail

L ANALYSE D ŒUVRES (peintures, sculptures) Stratégies pour une rencontre sensible Mme Viviane Motard CPAIEN histoire des Arts.

L ANALYSE D ŒUVRES (peintures, sculptures) Stratégies pour une rencontre sensible Mme Viviane Motard CPAIEN histoire des Arts. L ANALYSE D ŒUVRES (peintures, sculptures) Stratégies pour une rencontre sensible Mme Viviane Motard CPAIEN histoire des Arts. I - Avec des œuvres originales : Quelques attitudes permettant de diversifier

Plus en détail

OMBRES ET LUMIÈRES. Références aux instructions officielles : CYCLE 1

OMBRES ET LUMIÈRES. Références aux instructions officielles : CYCLE 1 OMBRES ET LUMIÈRES Ecole primaire «LES MURIERS», Alignan du Vent GS - CP période 5 - DDM vendredi après-midi du 27/04 au 01/06 Références aux instructions officielles : CYCLE 1 Enjeux d apprentissage :

Plus en détail

admissions Bachelor 2010 Devenir artiste devenir designer

admissions Bachelor 2010 Devenir artiste devenir designer admissions Bachelor 2010 Devenir artiste devenir designer Devenir artiste / Devenir Designer Engager une aventure de création dans l art ou le design contemporains. Bénéficier d une solide formation théorique

Plus en détail

Composition et couleur en photographie

Composition et couleur en photographie Harald Mante Composition et couleur en photographie Adapté de l allemand par Volker Gilbert Groupe Eyrolles, 2012, pour la présente édition, ISBN 978-2-212-13460-5 1. Contraste tonal, demi-cercle, rectangle

Plus en détail

Organiser les domaines d apprentissage en Moyenne Section

Organiser les domaines d apprentissage en Moyenne Section Organiser les domaines d apprentissage en Moyenne Section 1- L oral et l écrit La langue Orale La langue Ecrite Produire un texte 2- Agir dans le monde 3- Découvrir le monde Le monde des objets Le monde

Plus en détail

Le problème C est le problème. Sommaire. Des problèmes Quels problèmes? 24/01/11 RÉSOUDRE UN PROBLÈME DE PHYSIQUE UN VRAI CASSE- TÊTE?

Le problème C est le problème. Sommaire. Des problèmes Quels problèmes? 24/01/11 RÉSOUDRE UN PROBLÈME DE PHYSIQUE UN VRAI CASSE- TÊTE? Le problème C est le problème 2 RÉSOUDRE UN PROBLÈME DE PHYSIQUE UN VRAI CASSE- TÊTE? «Ne me dite pas que ce problème est difficile. S il n était pas difficile, ce ne serait pas un problème!» Ferdinand

Plus en détail

EXERCICES. 5 1. Chez le tritanope, les cônes sensibles au bleu sont déficients.

EXERCICES. 5 1. Chez le tritanope, les cônes sensibles au bleu sont déficients. 3. Les filtres utilisés permettent de soustraire «une couleur à une autre», c est-à-dire certaines radiations lumineuses à la colorée incidente. Leur rôle est de ne transmettre, à un œil, que les informations

Plus en détail

ESPACE ET TEMPS AU CYCLE 2

ESPACE ET TEMPS AU CYCLE 2 ESPACE ET TEMPS AU CYCLE 2 Animation pédagogique. Circonscription de Brest Nord 10 Avril 2013 Pierrick FRIQUET- Yann TY COZ «Les montres molles doivent s adapter au temps qui passe!» Dali. xemples de séquences

Plus en détail

Maine de Biran : mémoire et intériorité 1

Maine de Biran : mémoire et intériorité 1 http://www.unicaen.fr/services/puc/revues/thl/questionsdestyle/print.php?dossier=seminaires&file=04devarieux.xml Maine de Biran : mémoire et intériorité 1 Anne Devarieux Université de Caen Basse-Normandie

Plus en détail

INTERFÉROMÈTRE DE MICHELSON

INTERFÉROMÈTRE DE MICHELSON INTERFÉROMÈTRE DE MICHELSON ATTENTION! LASER ET LAMPE À MERCURE : DANGER! - Ne jamais regarder directement le faisceau Laser, sous peine de brûlures irréversibles de la rétine. - Ne jamais regarder directement

Plus en détail

Charles Neubach Expositions

Charles Neubach Expositions Charles Neubach Expositions Sommaire L'artiste 3 Le concept 4 Les détails des expositions 5 Visuel des expositions 6 Texte 9 Revue de Presse 11 Tarifs 13 Contact 14 L'artiste Né à Paris en 1986, Charles

Plus en détail

GREGORY MARKOVIC Dessins

GREGORY MARKOVIC Dessins Dossier de presse GREGORY MARKOVIC Dessins Exposition du 5 février au 28 mars 2010 Vernissage le 4 février à partir de 18h30 La Galerie Particulière 16 rue du Perche 75003 Paris +33.(0)1.48.74.28.40 www.lagalerieparticuliere.com

Plus en détail

Le compas dans l œil! Jean-François Maheux 1

Le compas dans l œil! Jean-François Maheux 1 Le compas dans l œil! Jean-François Maheux 1 Qui n a pas déjà essayé de dessiner une table ou une chaise? Si vous ne vous souvenez plus très bien du résultat, prenez tout de suite un bout de papier et

Plus en détail

LIVRET DU CANDIDAT LES DEUX OPTIONS FACULTATIVES DANSE AU BACCALAURÉAT

LIVRET DU CANDIDAT LES DEUX OPTIONS FACULTATIVES DANSE AU BACCALAURÉAT LIVRET DU CANDIDAT LES DEUX OPTIONS FACULTATIVES DANSE AU BACCALAURÉAT EPS / DANSE ART / DANSE Elèves du lycée Bréquigny à Rennes, Avril 2014 1 Les deux options facultatives danse au BAC Ce livret a été

Plus en détail

Arts plastiques LICENCE

Arts plastiques LICENCE Arts plastiques LICENCE Objectifs de la formation Présentant un équilibre entre enseignements pratiques et cours théoriques, la formation en Arts plastiques a pour visée principale la maîtrise par l étudiant

Plus en détail

EPREUVE ORALE D ENTRETIEN DOMAINE DES ARTS VISUELS

EPREUVE ORALE D ENTRETIEN DOMAINE DES ARTS VISUELS EPREUVE ORALE D ENTRETIEN DOMAINE DES ARTS VISUELS Concours concernés : - Concours externe de recrutement de professeurs des écoles - Concours externe spécial de recrutement de professeurs des écoles -

Plus en détail

DOSSIER ACTIVITÉS DES GROUPES MATERNELLES ET PRIMAIRES

DOSSIER ACTIVITÉS DES GROUPES MATERNELLES ET PRIMAIRES DOSSIER ACTIVITÉS DES GROUPES MATERNELLES ET PRIMAIRES SEPTEMBRE 2015 /AVRIL 2016 Dossier activités des groupes scolaires Maternelles et Élémentaires Ce dossier présente les visites et activités destinées

Plus en détail

INSTITUT. d'archi DESIGN. et de. à CAEN! www.imad-caen.com

INSTITUT. d'archi DESIGN. et de. à CAEN! www.imad-caen.com INSTITUT et de d'archi www.imad-caen.com à CAEN! ARCHI L IMAD est un Institut de formation spécialisé dans les métiers de l Architecture, de l Aménagement de l Espace et du Design. Il a été créé par l

Plus en détail

série sciences et technologies du management et de la gestion STMG Livret scolaire pour l examen du baccalauréat technologique

série sciences et technologies du management et de la gestion STMG Livret scolaire pour l examen du baccalauréat technologique Livret scolaire pour l examen du baccalauréat technologique arrêté du 6 décembre 2012 série sciences et technologies du management et de la gestion STMG nom de l'élève prénoms date de naissance nom et

Plus en détail

OPTIQUE GEOMETRIQUE II.- THEORIE. Définition : L indice de réfraction n caractérise le milieu dans lequel se propage la lumière.

OPTIQUE GEOMETRIQUE II.- THEORIE. Définition : L indice de réfraction n caractérise le milieu dans lequel se propage la lumière. 31 O1 OPTIQUE GEOMETRIQUE I.- INTRODUCTION L optique est une partie de la physique qui étudie la propagation de la lumière. La lumière visible est une onde électromagnétique (EM) dans le domaine de longueur

Plus en détail

EXPOSITION ITINÉRANTE

EXPOSITION ITINÉRANTE jeune public DÉTOURS D OBJETS DÉTOURS D OBJETS UNE EXPOSITION ITINÉRANTE DESTINÉE AUX ENFANTS DE 5 À 12 ANS AUTOUR DES ŒUVRES DE CLAUDE COURTECUISSE Direction de l action éducative et des publics Service

Plus en détail

David CLAERBOUT. DOSSIER PEDAGOGIQUE Exposition du 31 janvier au 10 mai 2015. Partenaire des actions éducatives du FRAC Auvergne

David CLAERBOUT. DOSSIER PEDAGOGIQUE Exposition du 31 janvier au 10 mai 2015. Partenaire des actions éducatives du FRAC Auvergne David CLAERBOUT DOSSIER PEDAGOGIQUE Exposition du 31 janvier au 10 mai 2015 Partenaire des actions éducatives du FRAC Auvergne David CLAERBOUT Salué internationalement, exposé par les plus grandes institutions,

Plus en détail

Les illusions d optiques

Les illusions d optiques Les illusions d optiques Informations et illusions tirées du site : http://ophtasurf.free.fr/illusion.htm La plupart des illusions classiques dites «optico-géométriques» ont été découvertes dans les années

Plus en détail

Projet départemental «EAU» le Site http://cpd67.site2.ac-strasbourg.fr/ Projet départemental «EAU» le Site http://cpd67.site2.ac-strasbourg.

Projet départemental «EAU» le Site http://cpd67.site2.ac-strasbourg.fr/ Projet départemental «EAU» le Site http://cpd67.site2.ac-strasbourg. Projet départemental «EAU» le Site http://cpd67.site2.ac-strasbourg.fr/ Projet départemental «EAU» le Site http://cpd67.site2.ac-strasbourg.fr/ 1 Projet départemental «EAU» le Site http://cpd67.site2.ac-strasbourg.fr/

Plus en détail

MATHÉMATIQUES CYCLE TERMINAL DE LA SÉRIE ÉCONOMIQUE ET SOCIALE ET DE LA SÉRIE LITTERAIRE CLASSE DE PREMIÈRE

MATHÉMATIQUES CYCLE TERMINAL DE LA SÉRIE ÉCONOMIQUE ET SOCIALE ET DE LA SÉRIE LITTERAIRE CLASSE DE PREMIÈRE Annexe MATHÉMATIQUES CYCLE TERMINAL DE LA SÉRIE ÉCONOMIQUE ET SOCIALE ET DE LA SÉRIE LITTERAIRE CLASSE DE PREMIÈRE L enseignement des mathématiques au collège et au lycée a pour but de donner à chaque

Plus en détail

Les Gares au Miroir de l'urbain. Individus et expériences de l urbanité

Les Gares au Miroir de l'urbain. Individus et expériences de l urbanité Séminaire Doctoral, Ecole des Ponts ParisTech, 2013-2014 Organisé par Nacima Baron-Yellès (LVMT) et Nathalie Roseau (LATTS) Les Gares au Miroir de l'urbain Individus et expériences de l urbanité Séance

Plus en détail

Olivier BERNEX : Es-tu d accord avec cette remarque : de nombreux peintres construisent une image à partir de la peinture, alors que pour toi l image

Olivier BERNEX : Es-tu d accord avec cette remarque : de nombreux peintres construisent une image à partir de la peinture, alors que pour toi l image Olivier BERNEX : Es-tu d accord avec cette remarque : de nombreux peintres construisent une image à partir de la peinture, alors que pour toi l image construit la peinture? C est-à-dire que devant une

Plus en détail

Sujet : J entre dans l image pour y voler la vedette

Sujet : J entre dans l image pour y voler la vedette Sujet : J entre dans l image pour y voler la vedette niveau : 4ème Le dispositif pédagogique 1 ère séance : Les élèves ont amené l image de leur choix. Verbalisation autour des types d image trouvées.

Plus en détail

Parallèles critiques Thèse d Etat Ecole Doctorante Paris I Indirat Cruz 2002

Parallèles critiques Thèse d Etat Ecole Doctorante Paris I Indirat Cruz 2002 Parallèles critiques Thèse d Etat Ecole Doctorante Paris I Indirat Cruz 2002 I Christian Gattinoni : travail personnel A Travail plastique L œuvre créatrice de Christian Gattinoni se voit dirigée vers

Plus en détail

Proposition pour une sculpture monumentale : des pierres défiant les lois de la gravité

Proposition pour une sculpture monumentale : des pierres défiant les lois de la gravité Les égyptiens ont inventés de savantes méthodes pour élever un obélisque. Allongé, le bloc de pierre est soulevé à la verticale et maintenu dans ce nouvel état d équilibre. Le but des architectes égyptiens

Plus en détail

1. ARTS, VILLES, POLITIQUES ET SOCIÉTÉS _arts et villes au XX e siècle. _les artistes et l'architecture

1. ARTS, VILLES, POLITIQUES ET SOCIÉTÉS _arts et villes au XX e siècle. _les artistes et l'architecture histoire des arts au lycée option de détermination option facultative sitographie _1 SITOGRAPHIE 1. DES SITES EN LIEN AVEC LE PROGRAMME DE TERMINALE [OPTION DE DÉTERMINATION] 1. ARTS, VILLES, POLITIQUES

Plus en détail

OPÉRATIONALISATIONS Liste non exhaustive. Cadrer Retrait ou ajout d éléments Empreinte Creusement Neutralisation par ratissage

OPÉRATIONALISATIONS Liste non exhaustive. Cadrer Retrait ou ajout d éléments Empreinte Creusement Neutralisation par ratissage OBJECTIFS : 1. Appréhender de façon sensible et esthétique un espace naturel vivant : le bord de Loire de Nevers 2. Mise en œuvre d acquisitions de formes de base et leurs déclinaisons complexes en situation

Plus en détail

VIDEO FADA. un projet du Cinéma Numérique Ambulant dans les cités françaises

VIDEO FADA. un projet du Cinéma Numérique Ambulant dans les cités françaises VIDEO FADA un projet du Cinéma Numérique Ambulant dans les cités françaises Le Cinéma Numérique Ambulant (CNA) est un réseau d associations, basées en Afrique et en Europe, qui a pour objectif d organiser

Plus en détail

- Mobiliser les résultats sur le second degré dans le cadre de la résolution d un problème.

- Mobiliser les résultats sur le second degré dans le cadre de la résolution d un problème. Mathématiques - classe de 1ère des séries STI2D et STL. 1. Analyse On dote les élèves d outils mathématiques permettant de traiter des problèmes relevant de la modélisation de phénomènes continus ou discrets.

Plus en détail

CHRISTIAN BOLTANSKI. Ressusciter. la mémoire. collective

CHRISTIAN BOLTANSKI. Ressusciter. la mémoire. collective CHRISTIAN BOLTANSKI Ressusciter CHRISTIAN BOLTANSKI la mémoire collective Ce que je vois Titre : Autel du Lycée Chases, Date :1988 Format : 1/2 x 86 1/2 Nature de l œuvre : Installation de photographies,

Plus en détail

Danseur / Danseuse. Les métiers du spectacle vivant

Danseur / Danseuse. Les métiers du spectacle vivant Les métiers du spectacle vivant Filière : artistique Domaine : art chorégraphique Appellations voisines : artiste chorégraphique Autres métiers du domaine : chorégraphe, maître de ballet, notateur Danseur

Plus en détail

Destruction / Reconstruction

Destruction / Reconstruction Séquence de cours Lycée Niveau : 1L Option obligatoire Référence au programme : Le lieu imaginé et/ou construit Enseignant : Olivier Cornu Lieu : Lycée expérimental d Oléron (CEPMO) Destruction / Reconstruction

Plus en détail

PHYSIQUE. 5 e secondaire. Optique PHY-5041-2 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN

PHYSIQUE. 5 e secondaire. Optique PHY-5041-2 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN PHYSIQUE 5 e secondaire Optique PHY-5041-2 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN MAI 1999 Quebec PHYSIQUE 5 e secondaire Optique PHY-5041-2 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN MAI 1999 Direction de la formation générale

Plus en détail

Programme des activités pour les scolaires 2015 2016

Programme des activités pour les scolaires 2015 2016 MUSEE DES BEAUX-ARTS Programme des activités pour les scolaires 2015 2016 Découvrir le musée en s amusant, apprendre à regarder les œuvres d art et les objets, créer en toute liberté dans l atelier toutes

Plus en détail

ATELIER EN ARTS PLASTIQUES

ATELIER EN ARTS PLASTIQUES ACTUALITES Ateliers de sensibilisation artistique à partir de l œuvre de V. Vasarely, encadré par une médiatrice culturelle et une historienne de l art. du 6 au 8 avril 2010 de 14hà16h Public: enfants

Plus en détail

Corrigés de la séance 13 Chap 25-26: La lumière, l optique géométrique

Corrigés de la séance 13 Chap 25-26: La lumière, l optique géométrique Corrigés de la séance 13 Chap 25-26: La lumière, l optique géométrique Questions pour réfléchir chap. 26 Q3. Expliquez pourquoi la distance focale d une lentille dépend en réalité de la couleur de la lumière

Plus en détail

incandescence exposition des photographies d alexis pichot

incandescence exposition des photographies d alexis pichot l i t t l e b i g g a l e r i e incandescence exposition des photographies d alexis pichot Installation Photo/Vidéo réalisée en collaboration avec Alexandre Liebert Du 10 novembre au 13 décembre 2015 Rencontre

Plus en détail

d'archi DESIGN à CAEN! INSTITUT et de PRÉPA ARCHITECTURE BTS AGENCEMENT DE l ENVIRONNEMENT ARCHITECTURAL PRÉPA ART-DESIGN BTS DESIGN D'ESPACE

d'archi DESIGN à CAEN! INSTITUT et de PRÉPA ARCHITECTURE BTS AGENCEMENT DE l ENVIRONNEMENT ARCHITECTURAL PRÉPA ART-DESIGN BTS DESIGN D'ESPACE et de INSTITUT d'archi DESIGN www.imad-caen.com à CAEN! PRÉPA ARCHITECTURE BTS AGENCEMENT DE l ENVIRONNEMENT ARCHITECTURAL PRÉPA ART-DESIGN BTS DESIGN D'ESPACE ARCHI DESIGN L IMAD est un Institut de formation

Plus en détail

L'EPS à l'école primaire aucune modification des programmes

L'EPS à l'école primaire aucune modification des programmes L'EPS à l'école primaire aucune modification des programmes Les 3 objectifs sont poursuivis aussi bien à l'école maternelle, qu'à l école primaire MATERNELLE * Favoriser la construction des actions motrices

Plus en détail

OLYMPIADES DE PHYSIQUE 2005 A LA RECHERCHE DU RAYON VERT

OLYMPIADES DE PHYSIQUE 2005 A LA RECHERCHE DU RAYON VERT OLYMPIADES DE PHYSIQUE 2005 A LA RECHERCHE DU RAYON VERT Louis Veyrat, Christophe Tassot Lycée Bellevue, Toulouse 2005 a été l'année de Jules Verne, le grand romancier du 20me siècle. Dans toutes ses œuvres,

Plus en détail

Au-delà du flux. «Lean Management» et risques psycho-sociaux. Pour une politique de civilisation du travail 1. Interview de Marcel Lepetit

Au-delà du flux. «Lean Management» et risques psycho-sociaux. Pour une politique de civilisation du travail 1. Interview de Marcel Lepetit Au-delà du flux. «Lean Management» et risques psycho-sociaux. Pour une politique de civilisation du travail 1 Interview de Marcel Lepetit Fondateur de DSetO, Marcel Lepetit est un observateur attentif

Plus en détail

Piet MONDRIAN Broadway Boogie-Woogie

Piet MONDRIAN Broadway Boogie-Woogie Piet MONDRIAN Broadway Boogie-Woogie Piet MONDRIAN / Broadway Boogie Woogie / 1942 1943 / Huile sur toile (127 x 127cm) Piet MONDRIAN Biographie Pieter Cornelis Mondriaan, dit Piet Mondrian Amersfoort,

Plus en détail

Le numérique dans les Programmes 2015

Le numérique dans les Programmes 2015 Le numérique dans les Programmes 2015 Nouveaux programmes cycle 2 Nouveaux programmes Cycle 3 Comprendre, s'exprimer en utilisant les langages mathématiques, scientifiques et informatiques Domaine 2 Les

Plus en détail

ACADÉMIE D ORLÉANS-TOURS NOTE D INFORMATION n 21

ACADÉMIE D ORLÉANS-TOURS NOTE D INFORMATION n 21 ACADÉMIE D ORLÉANS-TOURS NOTE D INFORMATION n 21 HYGIENE ET SÉCURITÉ JUIN 2001 Francis MINIER Inspecteur d Hygiène et de Sécurité Correspondant académique à la sécurité Tel : 02 38 79 46 64 Secrétariat

Plus en détail

NOM : Prénom : Date de naissance : Ecole : CM2 Palier 2

NOM : Prénom : Date de naissance : Ecole : CM2 Palier 2 NOM : Prénom : Date de naissance : Ecole : CM2 Palier 2 Résultats aux évaluations nationales CM2 Annexe 1 Résultats de l élève Compétence validée Lire / Ecrire / Vocabulaire / Grammaire / Orthographe /

Plus en détail

TYPE D OEUVRE. Peinture (huile sur toile) ; dimensions : 202 sur 138,5 cm. LIEN INTERNET VERS LA PHOTO DE L ŒUVRE.

TYPE D OEUVRE. Peinture (huile sur toile) ; dimensions : 202 sur 138,5 cm. LIEN INTERNET VERS LA PHOTO DE L ŒUVRE. SEQUENCE «VISIONS MODERNES. SEANCE 5. ZOOM SUR UNE VIEILLE DAME. Dominante. Histoire des Arts. Support. Tour Eiffel rouge, 1911 (1910), Robert Delaunay, Solomon R. Guggenheim Museum, New York. TYPE D OEUVRE.

Plus en détail

plasticien revalorisateur Electronic music producer

plasticien revalorisateur Electronic music producer plasticien revalorisateur Electronic music producer EgzoArtiste Ensuite, grâce à un QR code placé a l intérieur de chaque «box», un «beat» unique (musique instrumentale) est téléchargeable via l application

Plus en détail

ARCHITECTURE. Inscrire l habitat au cœur d une réalité existentielle, à mi-chemin entre le fonctionnel et le symbolique

ARCHITECTURE. Inscrire l habitat au cœur d une réalité existentielle, à mi-chemin entre le fonctionnel et le symbolique DOSSIER PRESSE 2013 DOSSIER DE PRESSE UNE DE ARCHITECTURE L EXISTENCE Dirigeé par Christophe Veille, Ze Design Agency est un cabinet d architecture qui conc oit, propose et reálise les projets des professionnels

Plus en détail

Qui sommes-nous? Le déroulement de l atelier. Les objectifs pédagogiques. Les thèmes abordés dans cette exposition. Les intervenants.

Qui sommes-nous? Le déroulement de l atelier. Les objectifs pédagogiques. Les thèmes abordés dans cette exposition. Les intervenants. Qui sommes-nous? Le déroulement de l atelier Les objectifs pédagogiques Les thèmes abordés dans cette exposition Les intervenants Notre plus-value Tarifs Infos pratiques La Folie des Arts est une galerie

Plus en détail

Gildas. Lightpainting

Gildas. Lightpainting Gildas Lightpainting Calligraphie de Lumière/Lightpainting Le travail des recettes calligraphiques a contribué à la naissance d une nouvelle forme d expression artistique. Les signes de lumières sont exécutés

Plus en détail

«Lalangue qui, cette jouissance, la civilise si j ose dire *»?

«Lalangue qui, cette jouissance, la civilise si j ose dire *»? Carlos Guevara «Lalangue qui, cette jouissance, la civilise si j ose dire *»? La phrase du titre de mon exposé est de Lacan, le signe d interrogation est de moi. Cette phrase, vous pouvez la trouver dans

Plus en détail

Programmes du collège

Programmes du collège Bulletin officiel spécial n 6 du 28 août 2008 Programmes du collège Programmes de l enseignement d arts plastiques Ministère de l Éducation nationale Arts plastiques Présentation générale L enseignement

Plus en détail

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel eduscol Ressources pour la voie professionnelle Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel Français Présentation des programmes 2009 du baccalauréat professionnel Ces documents

Plus en détail

SUR LES TRACES DE CLÉMENT BÉRINI, un des nôtres

SUR LES TRACES DE CLÉMENT BÉRINI, un des nôtres SUR LES TRACES DE CLÉMENT BÉRINI, un des nôtres Activités de 3 e année adaptables à d autres niveaux d'études dessin crayons de couleur Au regard du programme-cadre Éducation artistique, Le curriculum

Plus en détail

L ANALYSE DE L IMAGE COMME SOURCE DE CREATION EN DANSE POUR L ELEVE

L ANALYSE DE L IMAGE COMME SOURCE DE CREATION EN DANSE POUR L ELEVE L ANALYSE DE L IMAGE COMME SOURCE DE CREATION EN DANSE POUR L ELEVE SOMMAIRE Le propos page 2 Situation Contextes Intention La démarche du point de vue de l enseignant..page 4 -le cadre de la démarche..p.5

Plus en détail

! # % & ( ))))))))))))))))))))))))))))) +,!! #! #

! # % & ( ))))))))))))))))))))))))))))) +,!! #! # ,!! #! #! % & () + ! # % & ( ))))))))))))))))))))))))))))) +,!!#!#!!!. %&%& ( )! +, %. / 0 12 12 %& # ( &!(!& (! & (!(! ( ) +,!. + )(, & (!(! /0.!# 1! # %& # %& ( & ) # % #!#!!!! & & & /0.!# 1! # %& (

Plus en détail

Expérimentation Pédagogique

Expérimentation Pédagogique Expérimentation Pédagogique L'UTILISATION DE TABLETTES EN RÉSOLUTION DE PROBLÈMES POUR DÉVELOPPER LE PLAISIR DE CHERCHER Circonscription de Lunéville Ecole primaire d'hériménil Expérimentation tablette

Plus en détail

Chapitre 2. Les mécanismes optiques de l œil

Chapitre 2. Les mécanismes optiques de l œil Manuel pages 19 à 34 Choix pédagogiques Les conditions de visibilité d un objet étant posées et la présentation de l œil réalisée, il s agit d étudier maintenant les mécanismes optiques de fonctionnement

Plus en détail

Séquence 10 : «Un port, des industries et des hommes : Marseille au XIX ème siècle»

Séquence 10 : «Un port, des industries et des hommes : Marseille au XIX ème siècle» Plan-relief de Marseille, dit Plan Lavastre, 1848 1850, musée d'histoire de Marseille photo W. Govaert Séquence 10 : «Un port, des industries et des hommes : Marseille au XIX ème siècle» Les lendemains

Plus en détail

ARTS PLASTIQUES. «La relation entre la forme et l idée» "Le talent, c est avoir l envie de faire quelque chose" Jacques Brel

ARTS PLASTIQUES. «La relation entre la forme et l idée» Le talent, c est avoir l envie de faire quelque chose Jacques Brel ARTS PLASTIQUES Programmation des classes de 2 nde : année scolaire 2014-2015 «La relation entre la forme et l idée» "Le talent, c est avoir l envie de faire quelque chose" Jacques Brel Nature morte d

Plus en détail

M entends-tu? Qui me parle?

M entends-tu? Qui me parle? M entends-tu? Qui me parle? 3 :20 à 5 :56 M entends-tu? Qui me parle? A. La voix là : 4 :41 Procédé narratif consistant à faire commenter l'action d'un film par un narrateur, qui peut être ou non l'un

Plus en détail

Attestation de maîtrise des connaissances et compétences au cours moyen deuxième année

Attestation de maîtrise des connaissances et compétences au cours moyen deuxième année Attestation de maîtrise des connaissances et compétences au cours moyen deuxième année PALIER 2 CM2 La maîtrise de la langue française DIRE S'exprimer à l'oral comme à l'écrit dans un vocabulaire approprié

Plus en détail

LES CARTES À POINTS : POUR UNE MEILLEURE PERCEPTION

LES CARTES À POINTS : POUR UNE MEILLEURE PERCEPTION LES CARTES À POINTS : POUR UNE MEILLEURE PERCEPTION DES NOMBRES par Jean-Luc BREGEON professeur formateur à l IUFM d Auvergne LE PROBLÈME DE LA REPRÉSENTATION DES NOMBRES On ne conçoit pas un premier enseignement

Plus en détail

cycle 3 Pierre-Jérôme Jehel, photographe avec la collaboration d Alice Guillard, directrice d école primaire et de Corinne Feïss-Jehel, enseignante

cycle 3 Pierre-Jérôme Jehel, photographe avec la collaboration d Alice Guillard, directrice d école primaire et de Corinne Feïss-Jehel, enseignante cycle 3 Pierre-Jérôme Jehel, photographe avec la collaboration d Alice Guillard, directrice d école primaire et de Corinne Feïss-Jehel, enseignante Sommaire Présentation Le monde en photo... 3 Les ateliers...

Plus en détail

Art Vidéo Lecture d œuvres vidéo

Art Vidéo Lecture d œuvres vidéo Art Vidéo Lecture d œuvres vidéo Démarche Démarche globale Identifier et qualifier Les composants plastiques de la vidéo Les impressions et les sensations subjectives Coordonner les deux types d informations

Plus en détail

IN SITU : ONDES ET VIBRATIONS 1 LUMIÈRE COLORÉE

IN SITU : ONDES ET VIBRATIONS 1 LUMIÈRE COLORÉE IN SITU : ONDES ET VIBRATIONS 1 LUMIÈRE COLORÉE Réalisation : Pierre Bischoff, sous la direction de François Mangenot CNDP d Alsace, 1997 Durée : 04 min 07 s À l aide d expériences filmées et d animations

Plus en détail

PROGRAMME DE COURS. Pouvoir organisateur : Ville de Verviers. Etablissement : Académie des Beaux-Arts

PROGRAMME DE COURS. Pouvoir organisateur : Ville de Verviers. Etablissement : Académie des Beaux-Arts PROGRAMME DE COURS Pouvoir organisateur : Ville de Verviers Etablissement : Académie des Beaux-Arts Domaine des arts plastiques, visuels et d l espace Cours : Formation pluridisciplinaire Filière : formation

Plus en détail

Inspection Académique des Pyrénées-Atlantiques Mission pour l'éducation artistique et l'action culturelle Bilan des projets culturels 2007-2008

Inspection Académique des Pyrénées-Atlantiques Mission pour l'éducation artistique et l'action culturelle Bilan des projets culturels 2007-2008 Inspection Académique des Pyrénées-Atlantiques Mission pour l'éducation artistique et l'action culturelle Bilan des projets culturels 2007-2008 Titre du projet : Nom de l'école : Classe concernée : Nom

Plus en détail

Les espaces urbains comme ressource artistique

Les espaces urbains comme ressource artistique Café-débat «L art et la ville» 5 décembre 2013 L art est acteur de la fabrication de la ville. Quel rôle joue-t-il exactement? Pour la fabrication de quelle ville? Les intervenants Vincent Prieur et Clara

Plus en détail

laboratoire artistique transdisciplinaire

laboratoire artistique transdisciplinaire laboratoire artistique transdisciplinaire «Insula Prod, spécialiste du Mapping Vidéo et des immersions interactives» L ART D AUGMENTER LA RÉALITÉ Une expérience sensorielle unique De plus en plus présent

Plus en détail

Le chorégraphe - Niveau 1

Le chorégraphe - Niveau 1 Le chorégraphe - iveau 1 Composer et présenter une chorégraphie collective structurée en enrichissant des formes corporelles et des gestes simples, en jouant sur les composantes du mouvement : l espace,

Plus en détail

LE RÔLE DU CERVEAU DANS LA VISION

LE RÔLE DU CERVEAU DANS LA VISION 1 LE RÔLE DU CERVEAU DANS LA VISION 2 3 L œil est un organe sensoriel du corps humain qui reçoit 80% des informations extérieures. Il sert uniquement à voir. Il n interprète pas les images qu il voit.

Plus en détail

ÉCOLE DES ARTS VISUELS ET MÉDIATIQUES UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL DOCUMENT SYNTHÈSE PAR ANONYME PRÉSENTÉ Á MONIQUES RICHARD

ÉCOLE DES ARTS VISUELS ET MÉDIATIQUES UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL DOCUMENT SYNTHÈSE PAR ANONYME PRÉSENTÉ Á MONIQUES RICHARD ÉCOLE DES ARTS VISUELS ET MÉDIATIQUES UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL DOCUMENT SYNTHÈSE PAR ANONYME PRÉSENTÉ Á MONIQUES RICHARD DANS LE CADRE DU COURS AVM4000 GROUPE : 40 CRÉATION ET ENSEIGNEMENT DES ARTS

Plus en détail

Direction Générale des Études Technologiques Institut Supérieur des Etudes Technologiques de Djerba Département Technologies de l informatique

Direction Générale des Études Technologiques Institut Supérieur des Etudes Technologiques de Djerba Département Technologies de l informatique Direction Générale des Études Technologiques Institut Supérieur des Etudes Technologiques de Djerba Département Technologies de l informatique Design graphique Mejdi BLAGHGI m.blaghgi@gmail.com Introduction

Plus en détail

Le pouvoir des couleurs. Monochrome. L art contemporain. L art abstrait. Démarche. «Expérience monochrome» Fiche technique

Le pouvoir des couleurs. Monochrome. L art contemporain. L art abstrait. Démarche. «Expérience monochrome» Fiche technique «Expérience monochrome» Fiche technique Monochrome Le pouvoir des couleurs Monochrome (Définition issue du «vocabulaire d Esthétique» d Etienne Souriau) : Qui est d une seule couleur. On ne qualifie guère

Plus en détail

FORMATION DES IMAGES ET STIGMATISME

FORMATION DES IMAGES ET STIGMATISME OPTIQUE GEOMETRIQUE R.DUPERRAY Lycée F.BUISSON PTSI FORMATION DES IMAGES ET STIGMATISME «Qui voit la figure humaine correctement? Le photographe, le miroir ou le peintre?» Pablo Picasso I Les objets et

Plus en détail

Titre de la séquence : Danse contemporaine Nombre de séances prévues : 6 Séance 1

Titre de la séquence : Danse contemporaine Nombre de séances prévues : 6 Séance 1 Cycle 3 Niveau : CM Champ disciplinaire : EPS Titre de la séquence : Danse contemporaine Nombre de séances prévues : 6 Séance 1 Compétences disciplinaires pour la séquence : Concevoir et réaliser des actions

Plus en détail

La Joconde. (1503-1506, 0,77x 0,53 m) de Léonard de Vinci TEMPS MODERNES

La Joconde. (1503-1506, 0,77x 0,53 m) de Léonard de Vinci TEMPS MODERNES La Joconde (1503-1506, 0,77x 0,53 m) de Léonard de Vinci TEMPS MODERNES La Joconde de Léonard de Vinci est incontestablement le tableau le plus célèbre. Il est conservé au musée du Louvre à Paris et a

Plus en détail

Le livre Interpréter / Imaginer / Raconter

Le livre Interpréter / Imaginer / Raconter Fénautrigues/Fiche atelier N 4 Le livre Interpréter / Imaginer / Raconter Objectif de l'atelier : Produire, sélectionner et organiser des images afin de constituer un récit Fénautrigues / Fiche Livre 1

Plus en détail

Cycle 2 GS à CE1 Dossier pédagogique 1 Préparer la séance + méthodologie de travail

Cycle 2 GS à CE1 Dossier pédagogique 1 Préparer la séance + méthodologie de travail Ernest et Célestine Benjamin Renner,Vincent Patar et Stéphane Aubier 2012 France, Belgique, Luxembourg, 76 minutes, dessin animé, couleur Cycle 2 GS à CE1 Dossier pédagogique 1 Préparer la séance + méthodologie

Plus en détail

SÉQUENCE D APPRENTISSAGE OU ACTIVITÉ

SÉQUENCE D APPRENTISSAGE OU ACTIVITÉ FICHE PÉDAGOGIQUE CYCLE 3 N 143 Mai-Juin 2012 RUBRIQUE - Les genres musicaux DOMAINES D ACTIVITÉS - Éducation musicale et histoire des arts OBJECTIFS ET COMPÉTENCES Objectifs : En privilégiant le recours

Plus en détail

Propriétés ondulatoires du son

Propriétés ondulatoires du son Propriétés ondulatoires du son But de la manipulation : Illustrer le caractère ondulatoire du son. Introduction : Pour se convaincre que le son est une onde, il suffit de montrer que son comportement est

Plus en détail