Lettre d information des sociétés coopératives et participatives

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Lettre d information des sociétés coopératives et participatives"

Transcription

1 n 17 > 8 novembre 2013 JURIDIQUE Page 5 à page 11 Institutions représentatives du personnel : rappel des obligations Portage salarial Erreur dans le bulletin de paie CDD successifs : calcul de la période d essai Lettre d information des sociétés coopératives et participatives ESS > Les Scop à l Élysée! Une délégation de coopératives ont été reçues le 31 octobre dernier à l Élysée par le président de la République, François Hollande, et le ministre en charge de l ESS, Benoît Hamon, pour une réunion sur l économie sociale et solidaire. L objectif de cette rencontre? Écouter les témoignages d acteurs concernés par les principaux aspects du projet de loi ESS, en l occurrence : les groupes coopératifs, la valorisation des Scic, le statut de Scop d amorçage, le droit d information des salariés, la sécurisation des CAE et le commerce équitable. Plusieurs Scop et Scic étaient présentes pour cette audition : 3BIS et Cabestan (38), Ethiquable (32), Replic (34), SET corporation (74), Syndex (75) et UTB (93). Le président François Hollande a réaffirmé son soutien au projet de loi examiné au Sénat depuis le 6 novembre et appelé les acteurs à soutenir activement le projet élaboré en concertation avec le secteur. Invité à témoigner sur son expérience de Scop industrielle, reprise à la barre par ses salariés en 2012, Pascal Metzger, dirigeant de SET, a apprécié la forte écoute du président et du ministre : «Les mesures prévues sont emprises de bon sens : elles sont en cohérence avec notre réalité et visent l efficacité, notamment la notion d amorçage, intervenant à un moment crucial pour le (re) démarrage d une activité, moment que nous avons vécu.» Presse > Coopération et enseignement dans le nouveau Participer «Coopération et enseignement : les enjeux», tel est le thème du nouveau numéro du magazine Participer qui sort ce mois-ci. La présence du modèle coopératif dans l enseignement était l un des thèmes abordés au Congrès national des Scop à Marseille en novembre La signature en juin dernier d une convention entre le ministre de l ESS et le ministre de l Éducation nationale pour promouvoir l ESS dans l enseignement témoigne de la volonté des pouvoirs publics de diversifier les modèles entrepreneuriaux dans l enseignement. L occasion pour la CG Scop d amorcer une démarche volontariste en ce sens avec la réalisation de nouveaux outils à destination des enseignants (voir encadré ci-dessous). Participer fait aussi le point sur les emplois d avenir et contrats de génération, échange sur le sens du travail avec l universitaire Pierre-Yves Gomez, présente le modèle des coopératives d habitants et celui des coopératives au Royaume-Uni. Participer, c est aussi l actualité de nombreuses Scop parmi lesquelles ECF- Cerca en Poitou-Charentes qui illustre le projet émancipateur et éducatif des coopératives par son métier de formation à l éducation routière. Mois de l ESS > Découvrez le premier film d animation sur les Scop! Lancée à l occasion du Mois de l ESS, cette vidéo présente de façon ludique et créative le fonctionnement et les grands principes des Scop mais aussi des Scic, des CAE, ainsi que le rôle du réseau qui accompagne, dans toutes les régions, les porteurs de projet qui souhaitent entreprendre en coopérative. À l occasion du Salon de l éducation les novembre prochains, une interface pédagogique, spécialement conçue pour les enseignants et étudiants, permettra d aller plus loin dans les connaissances sur les Sociétés coopératives et participatives : définitions, repères historiques, jargonnette, infographie, présentation du Mouvement coopératif et de l ESS, quiz Ces nouveaux outils, premiers d une série de supports pratiques à destination du monde éducatif, s inscrivent dans la politique de développement que le réseau des Scop a engagée auprès des jeunes pour leur transmettre les clés de l entrepreneuriat coopératif. Ces outils ont été scénarisés et conçus par la Scop francilienne Possum interactive, spécialisée dans la vidéo, le motion design et les outils pédagogiques interactifs. Partagez et suivez les Scop sur les scop info est édité par Scop Édit 37, rue Jean-Leclaire, Paris Tél Fax Rédaction : Corinne Lefaucheux, Carine Dieu-Romastin, Marie Lefebvre, Fanny Dive ISSN Réalisation :

2 ACTUALITÉ International > Cape Town accueille la conférence annuelle de l ACI La Conférence mondiale de l Alliance coopérative internationale et son assemblée générale se sont tenues à Cape Town, en Afrique du Sud, du 1 er au 5 novembre dernier. Cicopa, l organisation internationale des coopératives dans l industrie et les services, et IHCO, l organisation internationale des coopératives de santé en Afrique du Sud, y organisaient entre autres une session intitulée «Accès aux services communautaires» qui a réuni plus de 200 personnes, dont Paul Singer, secrétaire d État de l économie solidaire du Brésil, et Roberto Rodrigues, ex-présidente de l Alliance coopérative internationale (ACI). Le président de la CG Scop, Patrick Lenancker, y a partagé l expertise des Scop et Scic françaises. Photographie > Ceux qui aiment les lundis s exposent pour le Mois de l ESS Un an après la publication du livre Ceux qui aiment les lundis qui rassemble 40 tableaux de Scop, l exposition du même nom, qui en regroupe pour sa part 15, continue d attirer les regards En effet, à l occasion du Mois de l ESS, le conseil général de l Essonne et la Maif exposent dans leurs locaux l art d entreprendre en Scop : Évry Conseil général de l Essonne (91) > du 4 au 15 novembre à l Hôtel du département, boulevard de France > du 18 au 29 novembre à la tour Malte, rue Prométhée Niort Siège de la Maif (79) > du 4 au 22 décembre au 200, avenue Salvador-Allende Parallèlement, d autres tableaux continuent d être exposés à la Fnac de Bordeaux jusqu au 30 novembre. - Découvrez l histoire du livre Ceux qui aiment les lundis en anglais sur Poitou-Charentes > L AG de l Union régionale réunit 80 coopérateurs L assemblée générale des Scop de Poitou-Charentes a été organisée le 25 octobre dernier au Pôle universitaire niortais. Plus de 80 personnes ont répondu présent : coopérateurs, partenaires mais aussi élus locaux avec Pierre Lambert, préfet des Deux Sèvres, Geneviève Gaillard, députée-maire de Niort, et Pascal Duforestel, vice-président de la région Poitou-Charentes. Après une première partie statutaire (rapport d activité, validation des comptes ), l assemblée générale a été l occasion de présenter aux participants les trois actions fortes menées au niveau régional et national : > sensibilisation des plus jeunes à l entrepreneuriat coopératif avec Campus coopératives, dont la seconde édition se tiendra en juillet 2014 à l université de Poitiers ; > accompagnement à la création d entreprise dès l idée avec Alter Incub, qui abrite actuellement quatre projets sur les thématiques de la transition énergétique, la promotion de l agriculture durable, l éco-tourisme et le renforcement du lien social ; > transmission des entreprises aux salariés : une démarche spécifique vis-à-vis des cédants mais aussi des salariés repreneurs est portée par l UR Scop, comme dans les autres Unions régionales du Mouvement. Le président de l Union régionale des Scop, Fernando Almeida, a profité de cet événement pour remercier chaleureusement son prédécesseur, Bernard Morin, qui a conduit durant vingt ans la politique régionale de l UR. Il a rappelé le doublement du nombre de coopératives sous sa présidence et indiqué envier cet objectif La région Poitou-Charentes compte à ce jour 125 Scop et Scic, qui emploient plus de salariés, dont plus de 80 % sont également associés. Île-de-France > Françoise Fagois est nommée directrice de l Union régionale Françoise Fagois prend la direction de l UR Scop Îlede-France, Haute- Normandie, Centre Orléanais, Dom- Tom. Sylvie Nourry, directrice de l Union régionale depuis 2006, vient d être nommée au Groupe Françoise Fagois Chèque Déjeuner en tant que directrice de la stratégie et du développement. Elle prend les rênes de cette nouvelle direction à un moment charnière du développement de l entreprise : expansion géo graphique, intégration de nouvelles technologies, évolution du business model C est Françoise Fagois, responsable du développement de l UR depuis 2007, qui prend sa succession. Après avoir créé et développé plusieurs entreprises pendant plus de 15 ans dans le Sud-Ouest, Françoise Fagois a rejoint la région parisienne. Elle devient responsable du développement de l UR en 2007 au moment où celle-ci choisit de s organiser en pôle de compétences (développement et suivi). Françoise Fagois se spécialise alors dans la transmission d entreprise en Scop. 2

3 ACTUALITÉ > CitéCréation remporte le Trophée national de l entreprise citoyenne CitéCréation joue dans la cour des grands! La Scop rhônalpine spécialiste de la pein ture en trom pe-l œil et dont nous vous présentions récemment le portrait dans Participer (n 648) vient de remporter le Trophée national de l entreprise citoyenne, dans la catégorie «PME». Le lauréat du second Trophée national, dans la catégorie «Grandes entreprises», n est autre que le groupe automobile Renault! «Le jury a retenu la démarche de la coopérative CitéCréation qui réussit à embellir des quartiers d habitations sociales en apportant de nouvelles fiertés et dignités aux habitants» L ouverture par CitéCréation d ÉCohlCité, première école en art mural, a été saluée pour sa participation à la valorisation d un savoirfaire régional et à la création de nombreux emplois en France et à l international. La remise de ce prix a eu lieu le 6 novembre dernier dans les salons d honneur de la présidence du Sénat au palais du Luxembourg à Paris. Il est organisé chaque année par l association Cidan, qui valorise des actions contribuant à la cohésion nationale et au «vouloir vivre ensemble». À découvrir sur - Prix > Finance solidaire : deux Scop et une Scic primées Le Monde et Finansol, l observatoire de la finance solidaire, ont décerné le 4 novembre les quatrièmes Grands Prix de la finance solidaire, marquant le coup d envoi de la 6 e édition de la Semaine de la finance solidaire. Ces distinctions récompensent des entreprises à forte utilité sociale et/ou environnementale qui ont bénéficié de prêts de financeurs solidaires. Le prix «Coup de cœur», désormais décerné par les internautes à l issue d un vote sur le site internet du Monde, a été remis au Court-circuit, un café-restaurant implanté dans un quartier populaire de Lyon (69). La Scop, créée en 2010, déborde de projets, comme par exemple celui de lancer un «food truck» pour vendre ses produits dans d autres quartiers de la ville. La Scic Enercoop (75) s est vu remettre également une dotation de euros dans la catégorie «de 10 à 50 salariés». S appuyant sur six coopératives régionales, AGENDA 25 novembre Bayonne (64) 1 er Forum départemental des Scop et des Scic, organisé par le département des Pyrénées-Atlantiques, qui entend ainsi promouvoir la politique active qu il mène pour le développement de l ESS. Y interviendront des représentants de l UR Scop, des coopératives de la région ainsi que Philippe Frémeaux, éditorialiste et président d Alternatives économiques. elle fournit de l électricité verte à près de clients et vise les consommateurs à l horizon Enfin, Juratri, qui est devenue un acteur de poids dans la filière du tri sélectif, a été récompensée dans la catégorie «plus de 50 salariés». Passée en Scop en 2006 après le désengagement de son actionnaire majoritaire, l entreprise, implantée dans les locaux de l ancienne usine Smoby à Lons-le-Saunier (39), compte désormais 130 salariés, dont la moitié en insertion. Management participatif > Les Scop au Parlement des Entrepreneurs d avenir Les 5 et 6 novembre dernier se tenait au sein du Conseil économique, social et environnemental (Cese) la troisième édition du Parlement des Entrepreneurs d avenir. Cette communauté de dirigeants engagés dans l émergence d une économie innovante et responsable entendait promouvoir les solutions que proposent aujourd hui les entreprises sur des sujets aussi variés que la gestion du changement, la révolution énergétique, la diversité, l innovation Amélie Rafaël, dirigeante d une Scop, secrétaire au bureau de la Direction nationale des Scop et également membre du groupe de la coopération au Cese, a participé au débat intitulé «Quelle gouvernance pour faire grandir le capital humain?». Tandis que des pratiques de management participatif étaient illustrées par différentes organisations, ce fut aussi l occasion de mettre en exergue la gouvernance au sein des Sociétés coopératives et participatives. Club des anciens coopérateurs > Un beau voyage et un nouvel ouvrage à venir Les adhérents du CAC reviennent d un voyagerencontre d une semaine en Croatie, qui a réuni 42 3

4 ACTUALITÉ participants. Ils ont profité de cette rencontre pour peaufiner les bases de la construction de leur second ouvrage sur des témoignages coopératifs. Les coauteurs du premier livre Les Scop, nous en sommes fiers sont reconduits et un comité de rédaction a été mis en place. Une délégation du CAC a par ailleurs rencontré des élus de la municipalité de Caen le 22 octobre afin de promouvoir ce livre et de réfléchir à des actions pour mieux faire connaître le statut Scop. Des pistes très concrètes d actions ont été évoquées, notamment une demi-journée de rencontre-débat en mai Enfin, le bureau du CAC s est réuni le 30 octobre et a confirmé l adhésion de 4 nouveaux membres, ce qui porte à 120 le nombre des adhérents. La rédaction d une charte permettant de positiver le fonctionnement du CAC avec les instances du Mouvement est également prévue. rubrique Le réseau/cac Représentativité patronale > Rapport Combrexelle : l UDES salue un rapport réaliste et clarifiant Le directeur général du travail, Jean-Denis Combrexelle, a remis le 24 octobre au ministre du Travail son rapport sur la réforme de la représentativité patronale suite à la mission qui lui avait été confiée par le Premier ministre à l issue de la grande conférence sociale de juin dernier. Dans un communiqué de presse, l Union des employeurs de l économie sociale et solidaire (Udes), auditionnée dans ce cadre, a salué des propositions pragmatiques et réalistes, susceptibles de renforcer le dialogue social à tous les niveaux et de contribuer à la clarification du paysage patronal dans ce pays. «Ce rapport, par les propositions qu il avance, est une pierre importante à l édifice de la représentation des employeurs de l économie sociale et solidaire dans le dialogue social national. Nous restons tout à fait ouverts à poursuivre les concertations avec nos homologues patronaux afin de parvenir à un accord prenant appui sur les propositions de ce rapport, avant l édification du projet de loi sur la démocratie sociale», a souligné Alain Cordesse, président de l Udes. L Udes réunit 25 groupements et syndicats d employeurs (associations, mutuelles, coopératives) et 14 branches professionnelles. Avec plus de entreprises, employant plus d un million de salariés, l UDES est la seule organisation multiprofessionnelle de l économie sociale et solidaire. DANS LES MÉDIAS L Express - HS (novembre-décembre) - L Express a publié une interview de Patrick Lenancker, parmi plusieurs acteurs du secteur qui livrent leur analyse des mutations en cours, dans son hors-série consacré à l ESS. France Inter (6 novembre) - «Les Scop peuvent-elles apporter une réponse à la crise?», tel était le thème de l émission L Éco du matin, à l occasion de la discussion au Sénat du projet de loi ESS. France Culture (5 novembre) - Stéphane Veyer, directeur général de la CAE Coopaname, était «l invité des Matins» dans le cadre d un sujet autour du projet de loi économie sociale et solidaire. Euronews (du 2 au 6 novembre) - Le magazine Business Planet a diffusé un beau reportage sur Besné Mécanique de précision (Loire-Atlantique) sous l angle de la transmission d entreprise en Scop, avec également un témoignage de Marie Brentot sur l accompagnement de l UR Scop. fr.euronews.com/2013/11/01/pme-passer-la-main-en-toute-serenite Paris Normandie (2 novembre) - Trois questions à Gaëtan Cerveau, responsable de l antenne haut-normande de l UR Scop Île-de-France, dans le cadre d un article sur le projet de reprise en Scop de la boulangerie Osmont. France 3 Alpes (1 er novembre) - Mise en ligne d un reportage sur SET, spécialisée dans l assemblage de composants électroniques de très haute précision, un an après sa reprise en Scop par les salariés. Batiactu (25 octobre) - Le portail d information des professionnels de la contruction retrace la success story de la Scop Bouyer Leroux, implantée dans le Maine-et-Loire et spécialiste de la terre cuite. France 5 (22 octobre) - L émission Dr CAC, «Monsieur-je-sais-toutde-l économie», donne un coup de projecteur sur la reprise d entreprise par les salariés en Scop, avec un ton décalé et humoristique. La Tribune (18-24 octobre) - Dans son numéro consacré aux entrepreneurs sociaux, l hebdomadaire a proposé plusieurs portraits de dirigeants de Scop et Scic : Gescop, Hisa, Titi Floris, A Cappella, Websourd, Le Relais, Laballery, Scopelec, ainsi qu un article à la une titré «Innovation : les Scop, un terreau fertile de solidarité et de créativité». Le Monde - supplément (24 octobre) - Gros plan sur la Scic Chauffeur & Go, spécialisée dans les services de chauffeurs sans voiture, cofinancée par Renault Mobiliz. Libération - Ecofutur (21 octobre) - Les coopératives d activités et d emploi sont présentées sous le titre «Entrepreneurs-salariés : comme des poussins, mais sereins». Les Échos - L Observatoire (21 octobre) - Le supplément spécial économie sociale et solidaire a publié des interviews de Jacques Landriot, PDG du Groupe Chèque Déjeuner, et de Patrick Lenancker. La Provence (21 octobre) - Atem, spécialisée dans la maintenance industrielle depuis 36 ans, a fait l objet d un article sous le titre «Les Scop, un modèle qui séduit de plus en plus». L Essor du Rhône (11 octobre) - L hebdomadaire consacre sa une et son dossier aux Scop, «L entreprise du XXI e siècle?», avec notamment les exemples d Avenir Solutions et de Talents croisés. Le magazine de Coop de France (octobre) - Patrick Lenancker est l invité de la rubrique Rencontre du magazine trimestriel des coopératives agricoles. Auvergne Eco (septembre-octobre) - Focus sur les chiffres clés des Scop en région Auvergne. 4

5 droit social Institutions représentatives du personnel Rappel des obligations Dès lors qu elles remplissent les conditions énumérées ci-après, les Scop et les Scic ont l obligation de mettre en place certaines institutions représentatives du personnel, leur fonctionnement coopératif n étant pas exonératoire. n Définition et conditions de mise en place Les délégués du personnel (DP) La présence des DP est obligatoire dans les entreprises ayant un effectif d au moins 11 salariés. Dans les sociétés de moins de 200 salariés, ils peuvent constituer la délégation du personnel au comité d entreprise. Les DP sont élus par les salariés en leur sein pour quatre ans. Ils ont pour mission de présenter à la direction les revendications individuelles ou collectives relatives aux conditions de travail des salariés. Le nombre de DP à élire est fonction de l effectif de l entreprise de l établissement. Nombre de salariés Nombre de DP titulaires Nombre de DP suppléants 11 à à à à à à à à à > supplémentaire par tranche de 250 salariés 1 supplémentaire par tranche de 250 salariés Le comité d entreprise (CE) Un CE doit être mis en place dans les entreprises d au moins 50 salariés. Les membres du CE sont élus pour quatre ans par et parmi les salariés. Leur nombre est fixé en fonction de l effectif de la société. Nombre de salariés Nombre de titulaires Nombre de suppléants 50 à à à à à à à à à à à et plus Le CE est doté d attributions économiques, sociales et culturelles. 5

6 Les délégués syndicaux et représentants de section syndicale Leur désignation dépend de la volonté des syndicats qui souhaitent être représentés au sein de la société. Elle est possible dans les entreprises d au moins de 50 salariés. Les règles relatives à ces institutions ne seront pas détaillées davantage dans la présente lettre d information. n Appréciation de l effectif L effectif doit s apprécier au niveau de l entreprise ou de chaque établissement. L effectif doit être atteint pendant douze mois, consécutifs ou non, au cours des trois années précédant la date des élections. Il se calcule mois par mois. Salariés pris en compte dans l effectif Les salariés pris en compte dans l effectif sont ceux liés par un contrat de travail et les salariés temporaires. Toutefois, les salariés en CDD ou en contrat temporaire sont exclus du décompte lorsqu ils remplacent un salarié absent ou dont le contrat de travail est suspendu (congé maternité par exemple). Les salariés mis à disposition sont pris en compte dans l entreprise utilisatrice s ils sont présents de manière constante dans ses locaux et y travaillent depuis au moins un an, sauf s ils remplacent un salarié absent ou dont le contrat est suspendu ou s ils travaillent dans une entreprise cliente de leur employeur (entreprise de nettoyage par exemple). Les salariés en CDI à temps plein et les travailleurs à domicile sont pris en compte intégralement. En revanche, les salariés en CDD, intermittents, temporaires ou mis à disposition sont pris en compte au prorata de leur temps de présence au cours des douze derniers mois précédents. Pour les salariés à temps partiel, leur temps de travail doit être pris en compte par rapport à la durée légale du travail. Conséquences de la variation de l effectif Pour le DP, si l effectif est resté inférieur à onze salariés pendant au moins douze mois à l expiration du mandat, l institution n a pas à être renouvelée. Pour le CE, la baisse de l effectif en dessous de cinquante salariés n entraîne pas sa disparition qui ne pourra résulter que d un accord entre le chef d entreprise et les organisations syndicales représentatives, ou, à défaut, de l autorisation de la Direccte. n Organisation des élections et PV de carence L initiative des élections revient à l employeur. Les modalités de l élection ne seront pas détaillées dans cet article. Lorsque l institution n a pas été mise en place ou renouvelée, un procès-verbal de carence doit être établi par l employeur. En pratique, la carence résulte, au premier tour, du défaut de candidature par les syndicats ou du défaut de quorum, et, au second tour, de l absence de candidat. Le PV s établit à l issue du second tour. Il est toutefois recommandé d en établir également un à l issue du premier tour. Le PV de carence doit faire état de l échec des démarches effectuées par l employeur pour la mise en place ou le renouvellement des institutions représentatives du personnel. Doit y être mentionné l ensemble des démarches effectuées par l employeur pour l organisation des élections. L employeur doit afficher le procès-verbal dans l entreprise et le transmettre par lettre recommandée avec accusé de réception dans les quinze jours à l inspecteur du travail qui en envoie copie aux organisations syndicales de salariés du département concerné. Le défaut d établissement du PV est sanctionné dans certains cas abordés ci-après. 6

7 n Sanctions Le défaut de mise en place de ces institutions ou l atteinte à leur bon fonctionnement Appelé délit d entrave, ce manquement est sanctionné pénalement. En effet, la loi prévoit que le fait de porter atteinte à la libre désignation des DP ou à l exercice régulier de leurs fonctions, d entraver la constitution d un CE, la libre désignation de ses membres ou son fonctionnement régulier est puni d une peine d emprisonnement d un an et d une amende de 3750 euros. La responsabilité pénale incombe au dirigeant de la coopérative. Le défaut d établissement du procès-verbal de carence Pour l élection du CE, la loi prévoit expressément que le non-respect de l obligation d établir, d afficher et de transmettre le PV constitue un délit d entrave. Pour les DP, en tant qu atteinte à leur libre désignation, cela constitue également un délit d entrave. Le fait de ne pouvoir justifier que les démarches électorales ont été effectuées mais n ont pas abouti par l établissement du PV de carence peut avoir de lourdes conséquences sur d autres opérations. Par exemple : une procédure de licenciement pour motif économique dans une coopérative où les institutions représentatives du personnel (IRP) n ont pas été mises en place sans qu un PV de carence n ait été établi sera considérée comme irrégulière. Le salarié pourra obtenir une indemnité sur ce fondement ; les exonérations fiscales et sociales liées à un accord d intéressement, qui ne peut être mis en place que par un employeur respectant ses obligations en matière de représentation du personnel, pourraient être remises en cause ; la dénonciation d un usage, qui suppose l information des représentants du personnel, sera inopposable aux salariés si cette information ne s est pas faite faute d élection ou de PV de carence. Portage salarial L accord national professionnel du 24 juin 2010 sur le portage salarial a été étendu par un arrêté du 24 mai 2013 applicable dès le 8 juin 2013, date de sa publication au Journal officiel. De ce fait, l accord s impose à toutes les entreprises de portage salarial et les entreprises clientes. Pour rappel, institué en 2008, le portage salarial est défini par la loi comme un ensemble de relations contractuelles organisées entre une entreprise de portage, une personne portée et des entreprises clientes. La personne portée relève du régime du salariat et sa prestation effectuée chez le client est rémunérée par l entreprise de portage. L avantage pour l entreprise cliente est de recourir à de la main-d œuvre sans être l employeur direct avec toutes les obligations que cela implique. Concrètement, la personne portée est liée par un contrat de travail avec l entreprise de portage, laquelle est en relation avec une entreprise cliente par le biais d un contrat de prestation de services. Le dispositif a été précisé dans l accord national du 24 juin 2010 qui ne s appliquait jusqu alors qu aux seuls signataires de l accord. L arrêté d extension du 24 mai 2013 l a rendu obligatoire à toutes les entreprises ayant cette activité. 7

8 n Obligations incombant à l entreprise de portage salarial Activité exclusive L activité de portage salarial doit être exercée par l entreprise de manière exclusive (code NAF Z). L entreprise de portage ne devient pas propriétaire de la clientèle apportée par le salarié porté. Qualité d employeur En tant qu employeur, l entreprise de portage salarial doit procéder à toutes les démarches liées à cette qualité. L entreprise peut recruter des salariés portés en contrat à durée indéterminée qui exécuteraient simultanément et/ou successivement des prestations de portage. Elle doit accompagner le salarié pour lui permettre de développer ses prestations et assurer la pérennité de la relation contractuelle. Un avenant doit être conclu pour chaque prestation indiquant les modalités de réalisation de la prestation, le temps de travail et la rémunération. Le recours au contrat à durée déterminée est possible mais seulement dans les cas de recours légaux. En effet, l arrêté d extension n a pas étendu la disposition de l accord qui crée un cas de recours spécifique permettant l embauche d un salarié en CDD pour lui confier une mission de portage salarial. Garantie financière L accord prévoit l obligation pour l entreprise de portage de souscrire une garantie financière auprès d un établissement habilité à délivrer des cautions, et ce afin de garantir le paiement des sommes dues au salarié porté ainsi que le versement des cotisations sociales en cas de défaillance de l entreprise de portage salarial. Souscription d une assurance L entreprise de portage salarial doit souscrire pour le compte du salarié porté une assurance garantissant la responsabilité civile professionnelle pour les dommages que le salarié porté pourrait provoquer chez le client pendant l exécution de la prestation. n Obligations incombant à l entreprise cliente Toute entreprise peut recourir au portage salarial en tant que cliente à condition que cela soit pour la réalisation de tâches occasionnelles ne relevant pas de son activité normale et permanente ou de tâches ponctuelles nécessitant une expertise dont elle ne dispose pas en interne, telles que des missions d audit ou de consulting. L entreprise cliente doit conclure un contrat de prestation de services avec l entreprise de portage. Ce contrat doit contenir certaines mentions, à savoir : l identité du salarié porté ; le descriptif de la prestation à réaliser ; la durée prévisible de la prestation ; le coût de la réalisation de la prestation tel que négocié par le salarié porté ; la nature des équipements de protection individuelle mis à disposition par le client lorsqu ils sont nécessaires à la réalisation de la prestation ; le nom du garant financier de l entreprise de portage salarial ; les modalités de facturation de la prestation entre l entreprise de portage et le client ; les responsabilités respectives de l entreprise de portage salarial et du client dans l éven- 8

9 tualité de la cessation de la prestation, sans qu il y ait une cause à cette interruption, avant la réalisation de l objet pour lequel le contrat est conclu. La durée de la prestation effectuée par le salarié porté ne doit pas excéder trois ans (dérogation possible pour les salariés en âge de partir à la retraite pour leur permettre d acquérir les trimestres nécessaires pour bénéficier d une retraite à taux plein). Les salariés portés sont pris en compte dans l effectif de l entreprise cliente comme les intérimaires, c est-àdire au prorata de leur temps de présence au cours des douze mois précédents. Le client assure le contrôle de l exécution de la prestation. Il est responsable des conditions d exécution du travail des salariés portés et en particulier les questions liées à leur santé et à leur sécurité pendant la durée de leur prestation dans ses locaux ou sur son site de travail. n Obligations et statut de la personne portée Prospection Il revient à la personne portée de procéder à la prospection du client. Elle négocie également le prix de la prestation et met en contact le client avec l entreprise de portage. Le contrat de travail de portage salarial pourrait être requalifié en contrat à durée indéterminée s il apparaissait que la personne portée n était pas à l origine de la prestation. Toutefois, la société de portage, en tant qu employeur, est tenue de fournir du travail à son salarié et ne peut le licencier au motif qu il est resté sans activité pendant deux mois. Statut et durée du travail Le contrat de travail du salarié porté est soumis aux règles d ordre public du droit du travail. Il a le statut de cadre et dispose d un niveau d expertise et de qualification tel qu il s accompagne nécessairement d une autonomie dans la négociation de la prestation avec le client et dans l exécution de cette prestation. Du fait de cette autonomie, le salarié peut être soumis à une convention de forfait en heures ou en jours. Rémunération La rémunération du salarié porté est encadrée par l accord du 24 juin Elle correspond au temps consacré à l exécution de la prestation et se distingue du coût de la prestation de portage supporté par l entreprise cliente et qui englobe les frais de gestion de l entreprise de portage. La rémunération doit être au minimum de euros bruts mensuels pour un emploi à temps plein. S ajoute une indemnité d apport d affaires de 5 % incluant notamment les temps de préparation et de prospection. Assurance chômage Dans une circulaire du 7 novembre 2011, l Unedic a précisé que la personne portée a droit à l assurance chômage dès lors qu elle est titulaire d un contrat qui remplit les critères de l accord du 24 juin 2010, à savoir : l entreprise de portage a une activité dédiée exclusivement au portage salarial ; l entreprise de portage a la responsabilité des obligations relatives au suivi médical de travail, à l embauche et au suivi périodique du salarié porté ; les modalités d acquisition, de prise et de paiement des congés payés sont conformes aux dispositions légales ; 9

10 l entreprise de portage a souscrit une garantie financière auprès d un établissement habilité à délivrer des cautions ; le salarié porté bénéficiait du statut cadre ; le salarié porté bénéficiait d une rémunération, hors indemnité d apport d affaires, d au minimum euros bruts mensuels pour un emploi à plein-temps ; l activité exercée en portage salarial n était pas une prestation de services à la personne ; l entreprise de portage salarial procédait au contrôle de la conformité des éléments transmis par le salarié porté sur la base d un compte rendu d activité, d une périodicité au moins mensuelle ; l entreprise de portage salarial s est acquittée du versement des contributions d assurance chômage et des cotisations AGS dues au titre de l emploi des salariés portés. L Unedic précise que l entreprise de portage salarial doit délivrer une attestation spécifique disponible auprès de Pôle emploi, qui vient compléter l attestation employeur habituellement remise au salarié en fin de contrat. n Période transitoire Les entreprises de portage créées avant le 25 juin 2008 bénéficient d un délai de deux ans pour se conformer aux dispositions de l accord. > Article L du Code du travail > Loi n du 25 juin 2008 > Arrêté du 24 mai 2013, JO du 8 juin, p > Circulaire Unedic n du 7 novembre 2011 Erreur dans le bulletin de paie Le bulletin de paie doit faire mention de la convention collective applicable dans l entreprise. En cas d erreur sur la convention applicable, le délai de prescription des éventuelles réclamations des salariés court à compter du moment où ces derniers ont eu connaissance, de façon certaine, de la convention qui leur est réellement applicable. La Cour de cassation l a affirmé dans un arrêt du 25 septembre Dans cette affaire, un litige portant sur la convention collective applicable avait abouti à une décision de justice du 7 avril 2004 qui reconnaissait que la convention collective appliquée dans l entreprise depuis plus de cinquante ans n était pas la bonne. Cette décision a été contestée en appel puis en cassation par un arrêt du 5 mai 2009 sans être remise en cause. Par la suite, les salariés ont saisi en 2009 la juridiction prud homale aux fins d obtenir le paiement d une prime prévue par la convention collective réellement applicable. L employeur a alors fait valoir que leur action était prescrite considérant que la connaissance des faits datait de la date de la décision de 2004, soit plus de cinq ans avant la saisine du Conseil de prud hommes. La Cour de cassation n a pas suivi ce raisonnement et a considéré que le point de départ de la prescription date du jour où la procédure judiciaire est devenue définitive, soit le 5 mai Ainsi, en cas de doute sur la convention collective applicable, le délai de prescription ne saurait courir. Pour rappel, l action en paiement de salaires se prescrit depuis le 14 juin 2013 par trois ans et non plus cinq ans. > Cass. soc., 25 septembre 2013, n

11 CDD successifs : calcul de la période d essai Le Code du travail prévoit que lorsqu un CDD se poursuit en CDI la durée du CDD doit être déduite de la période d essai éventuellement prévue dans le nouveau contrat. En cas de CDD successifs, la question se pose de savoir quelle durée doit être prise en compte, dernier CDD ou durée globale. La Cour de cassation vient d indiquer qu il y avait lieu de déduire la durée du ou des CDD antérieurs de la période d essai du nouveau contrat, peu importe que le salarié ait occupé le même emploi. > Cass. soc., 9 octobre 2013, n

ACCORD DU 24 JUIN 2010

ACCORD DU 24 JUIN 2010 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA FONCTION PUBLIQUE CONVENTIONS COLLECTIVES Accord professionnel MODERNISATION DU MARCHÉ DU TRAVAIL (Portage salarial) ACCORD DU 24 JUIN 2010 RELATIF AU PORTAGE

Plus en détail

Accord relatif à l activité de portage salarial

Accord relatif à l activité de portage salarial Accord relatif à l activité de portage salarial Préambule Le présent accord a pour finalité d organiser l activité de portage salarial. Les personnes portées sont titulaires d un contrat de travail conclu

Plus en détail

Accord relatif à l activité de portage salarial

Accord relatif à l activité de portage salarial Accord relatif à l activité de portage salarial Préambule Le présent accord a pour finalité d organiser l activité du portage salarial et s applique aux personnes titulaires d un contrat de travail en

Plus en détail

Le Contrat à Durée Déterminée d Insertion (CDDI)

Le Contrat à Durée Déterminée d Insertion (CDDI) Le Contrat à Durée Déterminée d Insertion (CDDI) 1 Définition du CDDI un contrat de travail à durée déterminée dont le motif de recours est spécifique : favoriser le recrutement de certaines catégories

Plus en détail

Extension de l accord du 24 juin 2010 relatif à l activité de portage salarial

Extension de l accord du 24 juin 2010 relatif à l activité de portage salarial CIRCULAIRE N 2013-15 DU 18 JUILLET 2013 Direction des Affaires Juridiques INSV0014-ACE Titre Portage salarial Objet Extension de l accord du 24 juin 2010 relatif à l activité de portage salarial Unédic

Plus en détail

Portage salarial : effets de l ordonnance n 2015-380 du 2 avril 2015

Portage salarial : effets de l ordonnance n 2015-380 du 2 avril 2015 CIRCULAIRE N 2015-10 DU 11 JUIN 2015 Direction des Affaires Juridiques INSX011-ACE Titre Portage salarial : effets de l ordonnance n 2015-380 du 2 avril 2015 Objet Suppression de l attestation spécifique

Plus en détail

FICHE OBLIGATIONS LEGALES

FICHE OBLIGATIONS LEGALES FICHE OBLIGATIONS LEGALES L article 99 de la loi n 2010-1330 du 9 novembre 2 010 portant réforme des retraites a instauré, à compter du 1 er janvier 2012, pour les entreprises dont l effectif est au moins

Plus en détail

CONSULTATION DU COMITÉ D ENTREPRISE ET DES DÉLÉGUÉS DU PERSONNEL

CONSULTATION DU COMITÉ D ENTREPRISE ET DES DÉLÉGUÉS DU PERSONNEL LES OBLIGATIONS VIS-À-VIS DU CE OU DES DP LES S SUR LES ORIENTATIONS Pour les délégués du personnel Toutes les ETT ayant atteint un effectif d au moins 11 salariés pendant 12 mois, consécutifs ou non,

Plus en détail

ORDONNANCE. relative au portage salarial. NOR : ETST1503259R/Bleue-1 ------ RAPPORT AU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE

ORDONNANCE. relative au portage salarial. NOR : ETST1503259R/Bleue-1 ------ RAPPORT AU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social TEXTE SOUMIS A LA DELIBERATION DU CONSEIL DES MINISTRES ORDONNANCE relative au portage salarial

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL Ordonnance n o 2015-380 du 2 avril 2015 relative au portage salarial

Plus en détail

Cet accord est la première illustration de l application de la loi du 31 janvier 2007 de modernisation du dialogue social.

Cet accord est la première illustration de l application de la loi du 31 janvier 2007 de modernisation du dialogue social. Ministère du travail, des relations sociales, de la famille, de la solidarité et de la ville Direction générale du travail Sous-direction des relations individuelles du travail Bureau des relations individuelles

Plus en détail

SALMON et Associés Avocats à la Cour

SALMON et Associés Avocats à la Cour SALMON et Associés Avocats à la Cour Philippe SALMON Avocat DESS Droit des Affaires DJCE Certificat de Spécialisation en droit du Travail Et droit de la distribution REUNION D INFORMATION CGPME 5 Juin

Plus en détail

Mise en place des élections des Délégués du Personnel

Mise en place des élections des Délégués du Personnel Les fiches pratiques de législation Mise en place des élections des Délégués du Personnel Chambre de Commerce et d Industrie de Rouen Espace Emploi Compétences Quai de la Bourse BP 641 76007 ROUEN Cedex

Plus en détail

PROJET. Accord cadre relatif à l activité de portage salarial

PROJET. Accord cadre relatif à l activité de portage salarial PROJET Accord cadre relatif à l activité de portage salarial Préambule Le présent accord cadre a pour finalité de fixer un cadre général de l activité du portage salarial et sera complété, en tant que

Plus en détail

Le comité d entreprise

Le comité d entreprise Le comité d entreprise En bref Dans les entreprises de 50 salariés et plus, le chef d entreprise est tenu d organiser la mise en place d un comité d entreprise (CE) composé de représentants élus du personnel

Plus en détail

Juin. Modernisation du Marché du Travail

Juin. Modernisation du Marché du Travail Juin Modernisation du Marché du Travail 2008 les fiches argumentaires du medef Les dispositions de l accord national interprofessionnel du 11 janvier 2008, dont la mise en œuvre requiert un support législatif,

Plus en détail

Titre. Portage salarial : mesures transitoires. Objet CIRCULAIRE N 2014-31 DU 22 DECEMBRE 2014. Direction des Affaires Juridiques INSW0031-ACE

Titre. Portage salarial : mesures transitoires. Objet CIRCULAIRE N 2014-31 DU 22 DECEMBRE 2014. Direction des Affaires Juridiques INSW0031-ACE CIRCULAIRE N 2014-31 DU 22 DECEMBRE 2014 Direction des Affaires Juridiques INSW0031-ACE Titre Portage salarial : mesures transitoires Objet Décision du Bureau de l Unédic du 16 décembre 2014 relative aux

Plus en détail

Titre. Attestation relative au portage salarial. Objet CIRCULAIRE N 2011-33 DU 7 NOVEMBRE 2011. Direction des Affaires Juridiques INST0026-ACE/JBB

Titre. Attestation relative au portage salarial. Objet CIRCULAIRE N 2011-33 DU 7 NOVEMBRE 2011. Direction des Affaires Juridiques INST0026-ACE/JBB CIRCULAIRE N 2011-33 DU 7 NOVEMBRE 2011 Direction des Affaires Juridiques INST0026-ACE/JBB Titre Attestation relative au portage salarial Objet Transmission de l attestation relative au portage salarial

Plus en détail

La loi du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du travail

La loi du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du travail Le point sur ALLER PLUS LOIN DANS VOTRE ACTUALITÉ SOCIALE SOCIAL Juillet 2008 La loi du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du travail Les partenaires sociaux ont signé un accord national interprofessionnel

Plus en détail

Sommaire. L entrée en vigueur de l avenant n 21 sur les salaires minima au 1 er novembre 2013

Sommaire. L entrée en vigueur de l avenant n 21 sur les salaires minima au 1 er novembre 2013 informations sociales octobre novembre décembre 2013 Dans le cadre du mandat qu elle reçoit du FNCIP-HT, la Fédération Nationale de l Habillement informe chaque trimestre les entreprises à jour de paiement

Plus en détail

La loi n 2015-990 du 6 août 2015 pour la croissance, l activité et l égalité des chances économiques

La loi n 2015-990 du 6 août 2015 pour la croissance, l activité et l égalité des chances économiques NEWSLETTER SOCIALE S E P T E M B R E 2 0 1 5 L actualité en matière sociale a été riche au cours de la période estivale avec notamment la publication le 6 août dernier de la loi pour la croissance, l activité

Plus en détail

CE : comment obtenir vos budgets

CE : comment obtenir vos budgets Droit en du pratique CE Pour fonctionner ou proposer des ASC aux salariés, le CE a forcément besoin de moyens financiers! Or sa principale ressource en la matière, c est l employeur, puisque c est lui

Plus en détail

Guide Pratique. chef d entreprise. Salarié. Entreprise. Droit. Employeur. Délégués du Personnel. Législation. Congés Payés. Obligation...

Guide Pratique. chef d entreprise. Salarié. Entreprise. Droit. Employeur. Délégués du Personnel. Législation. Congés Payés. Obligation... Le Guide Pratique du SOCIAL chef d entreprise Délégués du Personnel Faut il faire une visite d embauche? Droit Quel contrat pour mon salarié? Entreprise La journée de solidarité, c est quand? Obligation...

Plus en détail

L écosystème de l ESS en Languedoc-Roussillon

L écosystème de l ESS en Languedoc-Roussillon L écosystème de l ESS en Languedoc-Roussillon Debate 7. Muriel Nivert-Boudou DG Cress LR www.cresslr.org www.coventis.org Bref historique de l ESS en France L Economie sociale est née et a pris son essor

Plus en détail

- 29 - TABLEAU COMPARATIF

- 29 - TABLEAU COMPARATIF - 29 - TABLEAU COMPARATIF Projet de loi portant modernisation du marché du travail Article 1 er I. - L article L. 1221-2 du code du travail est ainsi modifié : 1 Le premier alinéa est ainsi rédigé : «Le

Plus en détail

Pratique. Égalité professionnelle entre les femmes et les hommes. Guide destiné aux entreprises

Pratique. Égalité professionnelle entre les femmes et les hommes. Guide destiné aux entreprises UIDE Pratique Égalité professionnelle entre les femmes et les hommes Guide destiné aux entreprises P GUIDE Pratique p.2 - Égalité professionnelle entre les femmes et les hommes RÉAMBULE L égalité professionnelle

Plus en détail

CIRCULAIRE CDG90 COMITE TECHNIQUE COMITE D HYGIENE, DE SECURITE ET DES CONDITIONS DE TRAVAIL COMMISSION ADMINISTRATIVE PARITAIRE

CIRCULAIRE CDG90 COMITE TECHNIQUE COMITE D HYGIENE, DE SECURITE ET DES CONDITIONS DE TRAVAIL COMMISSION ADMINISTRATIVE PARITAIRE CIRCULAIRE CDG90 11/12 COMITE TECHNIQUE COMITE D HYGIENE, DE SECURITE ET DES CONDITIONS DE TRAVAIL COMMISSION ADMINISTRATIVE PARITAIRE Loi n 83-634 du 13 juillet 1983 modifiée, portant droits et obligations

Plus en détail

Suggestion d ordre du jour de Janvier

Suggestion d ordre du jour de Janvier Suggestion d ordre du jour de Janvier Entreprise de moins de 300 salariés * Commandes, situation financière et exécution des programmes de production Information trimestrielle portant sur : - l évolution

Plus en détail

L IMPACT DE LA LOI DE SECURISATION DE L EMPLOI SUR LES ENTREPRISES DE

L IMPACT DE LA LOI DE SECURISATION DE L EMPLOI SUR LES ENTREPRISES DE L IMPACT DE LA LOI DE SECURISATION DE L EMPLOI SUR LES ENTREPRISES DE L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE La Loi n 2013-504 du 14 juin 2013 relative à la sécurisation de l'emploi a été publiée au Journal officiel

Plus en détail

LE CONTRAT DE TRAVAIL

LE CONTRAT DE TRAVAIL LE CONTRAT DE TRAVAIL 1.).DEFINITION ET INTERET DU CONTRAT DE TRAVAIL Qu est qu un contrat de travail? Un contrat de travail est un accord par lequel une personne (le salarié) s engage à travailler pour

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale IDCC : 1619. CABINETS DENTAIRES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale IDCC : 1619. CABINETS DENTAIRES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3255 Convention collective nationale IDCC : 1619. CABINETS DENTAIRES ACCORD DU 28 FÉVRIER 2014 RELATIF AU TEMPS

Plus en détail

Résumé de l ouvrage : Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes

Résumé de l ouvrage : Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes Résumé de l ouvrage : Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes L égalité professionnelle entre hommes et femmes est un enjeu historique. En effet, il fait l objet de toutes les attentions

Plus en détail

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur.

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur. DCG - UE03 DROIT SOCIAL - session 2013 Proposition de CORRIGÉ Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur. I ÉTUDE DE SITUATIONS PRATIQUES (13 points) Dossier 1 Rappeler les

Plus en détail

Editorial Elus de CE, délégués du personnel, membres

Editorial Elus de CE, délégués du personnel, membres Sommaire Le droit à formation 1 - Droit à la formation 2 des représentants du personnel Des élus titulaires du CE................................ 2 Des membres du CHSCT............................... 2

Plus en détail

PROJET DE LOI ------ Article 1 er. I. - L article L. 1221-2 du code du travail est ainsi modifié :

PROJET DE LOI ------ Article 1 er. I. - L article L. 1221-2 du code du travail est ainsi modifié : RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du travail, des relations sociales, de la famille et de la solidarité NOR : MTSX0805954L/Bleue-1 PROJET DE LOI portant modernisation du marché du travail ------ Article 1

Plus en détail

LMD. Expertise comptable COLLECTION. Le meilleur. du DCG 3. Droit social. 2 e ÉDITION. Marie-Paule Schneider Maryse Ravat.

LMD. Expertise comptable COLLECTION. Le meilleur. du DCG 3. Droit social. 2 e ÉDITION. Marie-Paule Schneider Maryse Ravat. LMD COLLECTION Expertise comptable Le meilleur du DCG 3 Droit social 2 e ÉDITION Marie-Paule Schneider Maryse Ravat Sup FOUCHER «Le photocopillage, c est l usage abusif et collectif de la photocopie sans

Plus en détail

Guide de création d une entreprise de travail temporaire

Guide de création d une entreprise de travail temporaire Guide de création d une entreprise de travail temporaire I préambule... p.3 II L objet d une entreprise de travail temporaire... p.4 Une définition contractuelle Une définition légale Modèle d objet social

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2008-081

LETTRE CIRCULAIRE N 2008-081 Montreuil, le 16/10/2008 ACOSS DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE DIRRES LETTRE CIRCULAIRE N 2008-081 OBJET : Loi n 2008-596 du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du

Plus en détail

LETTRE D INFO SOCIAL

LETTRE D INFO SOCIAL & Salmon & Associés AVOCATS Droit immobilier Droit de la construction Droit commercial Droit de la famille Droit du travail Jean-Jacques SALMON Philippe SALMON Christine BAUGE David ALEXANDRE AUDIT EXPERTISE

Plus en détail

Effectif de l entreprise TA et FPC

Effectif de l entreprise TA et FPC Décompte des effectifs de l entreprise Contribution supplémentaire à l apprentissage et Formation Professionnelle continue Les effectifs des entreprise déterminent des obligations pour les entreprises

Plus en détail

Le fonctionnement du CHSCT

Le fonctionnement du CHSCT Le fonctionnement du CHSCT La personnalité civile du CHSCT La qualité à agir du CHSCT La capacité d ester en justice La prise en charge des frais de justice La capacité d acquérir et de contracter La responsabilité

Plus en détail

MODE D EMPLOI LOI POUR LE POUVOIR D ACHAT : Rachat de jours de repos, déblocage anticipé de la participation, prime exceptionnelle...

MODE D EMPLOI LOI POUR LE POUVOIR D ACHAT : Rachat de jours de repos, déblocage anticipé de la participation, prime exceptionnelle... MODE D EMPLOI Valérie Coutteron LOI POUR LE POUVOIR D ACHAT : Rachat de jours de repos, déblocage anticipé de la participation, prime exceptionnelle... LA LOI N 2008-111 DU 8 FÉVRIER 2008 pour le pouvoir

Plus en détail

- Les établissements publics à caractère industriel et commercial

- Les établissements publics à caractère industriel et commercial Dois-je organiser des élections? Quelles entreprises Délégué du personnel - Les employeurs de droit privé Comité d entreprise Délégation unique du personnel - Les établissements publics à caractère industriel

Plus en détail

Siège national. L'UNSA et internet. Les délégués du personnel. UNSA 21, rue Jules Ferry 93177 Bagnolet Cedex Tél : 01 48 18 88 00 Fax : 01 48 18 88 99

Siège national. L'UNSA et internet. Les délégués du personnel. UNSA 21, rue Jules Ferry 93177 Bagnolet Cedex Tél : 01 48 18 88 00 Fax : 01 48 18 88 99 Siège national UNSA 21, rue Jules Ferry 93177 Bagnolet Cedex Tél : 01 48 18 88 00 Fax : 01 48 18 88 99 L'UNSA et internet Le site web www.unsa.org Le courriel unsa@unsa.org page 2 les délégués du personnel

Plus en détail

Aide au calcul de votre contribution formation 2014 (exercice 2013)

Aide au calcul de votre contribution formation 2014 (exercice 2013) Aide au calcul de votre contribution formation 2014 (exercice 2013) I. Calcul de l effectif Salariés pris en compte dans l effectif Est considérée comme salariée, toute personne ayant reçu une rémunération,

Plus en détail

>Contrat de travail des professeurs de danse

>Contrat de travail des professeurs de danse DROIT >Contrat de travail des professeurs de danse Juillet 2011 > DÉPARTEMENT RESSOURCES PROFESSIONNELLES 1 rue Victor-Hugo 93507 Pantin cedex T 01 41 839 839 (accueil) F 01 41 839 841 ressources@cnd.fr

Plus en détail

SÉCURISATION DE L EMPLOI

SÉCURISATION DE L EMPLOI Accompagner les dirigeants de l ess dans la gestion des ressources humaines DOSSIER JURIDIQUE SÉCURISATION DE L EMPLOI Réalisé par : La Loi sur la sécurisation de l emploi La loi de sécurisation de l emploi

Plus en détail

Proposition de loi pour le développement de l alternance, la sécurisation des parcours professionnels et le partage de la valeur ajoutée

Proposition de loi pour le développement de l alternance, la sécurisation des parcours professionnels et le partage de la valeur ajoutée Proposition de loi pour le développement de l alternance, la sécurisation des parcours professionnels et le partage de la valeur ajoutée Présentée par Gérard Cherpion, Bernard Perrut, Jean -Charles Taugourdeau

Plus en détail

Pour calculer les effectifs d une entreprise, il faut tenir compte de 3 paramètres.

Pour calculer les effectifs d une entreprise, il faut tenir compte de 3 paramètres. «Effectif de l entreprise CSA et FPC» Décompte des effectifs de l entreprise pour le calcul du taux de la Contribution supplémentaire à l apprentissage et de contribution Formation Professionnelle continue

Plus en détail

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 23 MARS 2012 4 L-2-12

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 23 MARS 2012 4 L-2-12 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 23 MARS 2012 4 L-2-12 FISCALITE DIRECTE DES ENTREPRISES. TAXES DIVERSES DUES PAR LES ENTREPRISES. CONTRIBUTION SUPPLEMENTAIRE A L APPRENTISSAGE

Plus en détail

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3257 Convention collective nationale IDCC : 1601. BOURSE (3 e édition. Juin 2004) ACCORD DU 8 JUILLET 2005

Plus en détail

TOUT SAVOIR SUR LE COMPTE ÉPARGNE TEMPS

TOUT SAVOIR SUR LE COMPTE ÉPARGNE TEMPS CET épargne salariale TOUT SAVOIR SUR LE COMPTE ÉPARGNE TEMPS Sommaire Compte épargne temps 3 Historique 4 Mise en place 6 Alimentation 8 Utilisation 10 Optimiser le CET 14 COMPTE ÉPAR- GNE TEMPS Le Compte

Plus en détail

mode d emploi(s) , source de ressources twitter.com/dtalents

mode d emploi(s) , source de ressources twitter.com/dtalents mode d emploi(s) twitter.com/dtalents, source de ressources 2 MODES D EMPLOI(S) 1. Sans Dtalents 2. Avec Dtalents Les 4 atouts principaux de Dtalents : Un engagement social total : garantie et paiement

Plus en détail

le syndicat CGT représenté par [à compléter] en sa qualité de délégué syndical,

le syndicat CGT représenté par [à compléter] en sa qualité de délégué syndical, Projet d accord collectif mettant en place un régime de remboursement de «frais de santé» au bénéfice du personnel de l EPIC SNCF relevant du régime général de ENTRE LES SOUSSIGNEES : SOCIETE NATIONALE

Plus en détail

BIENVENUE À LA On a tous une bonne raison de rejoindre la CFDT

BIENVENUE À LA On a tous une bonne raison de rejoindre la CFDT BIENVENUE À LA On a tous une bonne raison de rejoindre la CFDT www.cfdt.fr SOMMAIRE 4 5 6 7 8 9 10 11 ADHÉRER ME REPRÉSENTER ME DÉFENDRE COTISER / VOTER Rédaction, création et réalisation graphiques :

Plus en détail

CIRCULAIRE CDG90 LES EMPLOIS D AVENIR. Loi n 2012-1189 du 26 octobre 2012 portant création des emplois d avenir,

CIRCULAIRE CDG90 LES EMPLOIS D AVENIR. Loi n 2012-1189 du 26 octobre 2012 portant création des emplois d avenir, CIRCULAIRE CDG90 16/2013 LES EMPLOIS D AVENIR Loi n 2012-1189 du 26 octobre 2012 portant création des emplois d avenir, Décret n 2012-1207 du 31 octobre 2012 relatif à l entrée en vigueur de décrets et

Plus en détail

Règlement du prix OCTOBRE 2014

Règlement du prix OCTOBRE 2014 Règlement du prix OCTOBRE 2014 Avec l'ambition de faire progresser la qualité de l emploi associatif et dans le cadre de la Grande cause nationale 2014, Le Mouvement associatif en partenariat avec l UDES,

Plus en détail

N 3038 ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI

N 3038 ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI N 3038 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 19 août 2015. PROJET DE LOI ratifiant l ordonnance n 2015-380 du

Plus en détail

NEWSLETTER DU SOCIAL

NEWSLETTER DU SOCIAL NEWSLETTER DU SOCIAL Les chiffres clés La Garantie Minimale de Points 2014 : Les cotisations minimales annuelles de retraite complémentaire AGIRC sont fixées à 796,08. Ces cotisations correspondent à un

Plus en détail

LOI n 2013-504 du 14 juin 2013 relative à la sécurisation de l emploi (1) Version consolidée au 4 avril 2015

LOI n 2013-504 du 14 juin 2013 relative à la sécurisation de l emploi (1) Version consolidée au 4 avril 2015 LOI n 2013-504 du 14 juin 2013 relative à la sécurisation de l emploi (1) Version consolidée au 4 avril 2015 Chapitre Ier : Créer de nouveaux droits pour les salariés Section 1 : De nouveaux droits individuels

Plus en détail

Evolution des formes d emploi et politiques publiques. Emmanuelle Wargon. Conseil d Orientation pour l Emploi. Jeudi 23 janvier 2014

Evolution des formes d emploi et politiques publiques. Emmanuelle Wargon. Conseil d Orientation pour l Emploi. Jeudi 23 janvier 2014 Evolution des formes d emploi et politiques publiques Emmanuelle Wargon Déléguée Générale à l Emploi et à la Formation Professionnelle Conseil d Orientation pour l Emploi Jeudi 23 janvier 2014 Plan de

Plus en détail

NOUVEAUXSTATUTS MAI 2015. Éditions de l Union

NOUVEAUXSTATUTS MAI 2015. Éditions de l Union NOUVEAUXSTATUTS Éditions de l Union TITRE I DISPOSITIONS GÉNÉRALES ARTICLE 1 ER CONSTITUTION Il est fondé entre les personnes physiques adhérant aux présents statuts un parti politique dénommé «Les Républicains»,

Plus en détail

L économie sociale et solidaire

L économie sociale et solidaire L économie sociale et solidaire Traditionnellement le mois de novembre est le mois de l Economie Sociale et Solidaire. Cette année comme les années précédentes de nombreuses actions et rencontres ont eu

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES REGLEMENTANT LE PRET DE MAIN- D ŒUVRE ENTRE ENTREPRISES

CONDITIONS GENERALES REGLEMENTANT LE PRET DE MAIN- D ŒUVRE ENTRE ENTREPRISES CONDITIONS GENERALES REGLEMENTANT LE PRET DE MAIN- D ŒUVRE ENTRE ENTREPRISES Le prêt de main d œuvre est pratiqué de longue date dans le secteur du Bâtiment. Il consiste, de la part d un entrepreneur,

Plus en détail

LES PREMIÈRES ÉTAPES DU PACTE DE RESPONSABILITÉ ET DE SOLIDARITÉ EN SEINE-SAINT-DENIS

LES PREMIÈRES ÉTAPES DU PACTE DE RESPONSABILITÉ ET DE SOLIDARITÉ EN SEINE-SAINT-DENIS LES PREMIÈRES ÉTAPES DU PACTE DE RESPONSABILITÉ ET DE SOLIDARITÉ EN SEINE-SAINT-DENIS Edition 2014 SOMMAIRE Editorial de Monsieur le préfet. 1 Le pacte est au service des entreprises et des ménages 2-3

Plus en détail

LISTE DES MOTS DU DICTIONNAIRE

LISTE DES MOTS DU DICTIONNAIRE LISTE DES MOTS DU DICTIONNAIRE Les numéros indiqués sont ceux des pages Les mots suivis d un astérisque renvoient à des définitions synonymes Une table thématique figure aux pages 13 à 20 et une table

Plus en détail

ADOPTEE A L ASSEMBLEE GENERALE EXTRAORDINAIRE DU 24 FEVRIER

ADOPTEE A L ASSEMBLEE GENERALE EXTRAORDINAIRE DU 24 FEVRIER AUTOMOBILE CLUB D AIX-EN-PROVENCE ET DU PAYS D AIX MODIFICATION DES STATUTS ADOPTEE A L ASSEMBLEE GENERALE EXTRAORDINAIRE DU 24 FEVRIER 2015 ART. 1 : Il est fondé entre les personnes qui ont adhéré ou

Plus en détail

Édito. Bonne lecture! Catherine DI FOLCO, Présidente du Centre de gestion de la fonction publique territoriale du Rhône et de la Métropole de Lyon

Édito. Bonne lecture! Catherine DI FOLCO, Présidente du Centre de gestion de la fonction publique territoriale du Rhône et de la Métropole de Lyon Édito L année 2014 a constitué pour le Centre de gestion du Rhône et de la Métropole de Lyon une année forte d évolutions et de renouvellement avec en parallèle la poursuite des nombreuses activités qui

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION

REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION Tél. 02.32.95.11.49 Fax : 02.32.95.11.70 Mutuelle du Personnel Centre Hospitalier du Rouvray 4 rue Paul Eluard 76300 Sotteville-lès-Rouen REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION Ce règlement intérieur

Plus en détail

A LA UNE JANVIER 2015

A LA UNE JANVIER 2015 JANVIER 2015 Toute notre équipe vous souhaite une belle et heureuse année 2015 et vous remercie, toutes et tous, pour votre fidélité sans laquelle nous ne serions pas là. Nous voici donc repartis pour

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3255 Convention collective nationale IDCC : 1619. CABINETS DENTAIRES ACCORD DU

Plus en détail

Délégués du personnel

Délégués du personnel Mise à jour octobre 2009 Délégués du personnel un guide pour vous aider dans vos missions DIRECTION RÉGIONALE DU TRAVAIL, DE L'EMPLOI ET DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE DU CENTRE Site internet du ministère

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE. Les obligations des entreprises en faveur de l emploi vis-à-vis des salariés âgés : plan senior/contrat de génération

FICHE TECHNIQUE. Les obligations des entreprises en faveur de l emploi vis-à-vis des salariés âgés : plan senior/contrat de génération FICHE TECHNIQUE Les obligations des entreprises en faveur de l emploi vis-à-vis des salariés âgés : plan senior/contrat de génération SOMMAIRE : I) LES ACCORDS ET PLANS D ACTION EN FAVEUR DES SALARIES

Plus en détail

VOTRE PROGRAMME DE FORMATION SYNDICALE. WWW.CFTC-SANTESOCIAUX.FR facebook/cftcsantesoc - twitter :@CFTCsantesoc SYNDICAT

VOTRE PROGRAMME DE FORMATION SYNDICALE. WWW.CFTC-SANTESOCIAUX.FR facebook/cftcsantesoc - twitter :@CFTCsantesoc SYNDICAT SYNDICAT SANTÉ SOCIAUX Pour améliorer la vie, défendons la vôtre VOTRE PROGRAMME DE FORMATION SYNDICALE 2014 WWW.CFTC-SANTESOCIAUX.FR facebook/cftcsantesoc - twitter :@CFTCsantesoc formation syndicale

Plus en détail

GUIDE DE L EMPLOYEUR

GUIDE DE L EMPLOYEUR Unité Territoriale de Paris GUIDE DE L EMPLOYEUR Actualisé le 07 août 2013 CONTRAT UNIQUE D INSERTION(CUI) : 1. CONTRAT D ACCOMPAGNEMENT DANS L EMPLOI (CAE) 2. CONTRAT INITIATIVE EMPLOI (CIE) 3. EMPLOIS

Plus en détail

M2S. Formation Gestion des Ressources Humaines. formation. Découvrir les techniques de base pour recruter

M2S. Formation Gestion des Ressources Humaines. formation. Découvrir les techniques de base pour recruter Formation Gestion des Ressources Humaines M2S formation Découvrir les techniques de base pour recruter Décrire les fonctions et les emplois Définir un dispositif de formation Formation de tuteur La Gestion

Plus en détail

Loi sur la sécurisation de l emploi

Loi sur la sécurisation de l emploi Dossier de presse JUIN 2013 Loi sur la sécurisation de l emploi contact presse : cab-tef-presse@cab.travail.gouv.fr Tél. 01 49 55 31 02 1 Sommaire Les origines du texte page 3 De la grande conférence à

Plus en détail

MBA Spécialisé en Alternance

MBA Spécialisé en Alternance MBA Spécialisé en Alternance "Stratégie du Développement Durable" Diplôme d'etat de Niveau I enregistré au Registre National des Certifications Professionnelles JO du 14 Avril 2012 2 2013 / 2014 Groupe

Plus en détail

Fin du contrat : quelles sont vos obligations administratives?

Fin du contrat : quelles sont vos obligations administratives? 1 sur 5 29/09/2014 09:21 Fin du contrat : quelles sont vos obligations administratives? Fiche rédigée par l équipe éditoriale de WebLex En collaboration avec Cécile Gilbert, Avocat au Barreau de l'eure,

Plus en détail

La loi sur l économie sociale et solidaire. Les principales dispositions et quelques angles de vue

La loi sur l économie sociale et solidaire. Les principales dispositions et quelques angles de vue La loi sur l économie sociale et solidaire Les principales dispositions et quelques angles de vue La loi ESS du 31 juillet 2014 les racines de l ESS Un peu d histoire: Des lois sur les coopératives, les

Plus en détail

ACCORD SUR LE DROIT DES INSTANCES REPRESENTATIVES DU PERSONNEL ET DES ORGANISATIONS SYNDICALES DE LA CAISSE D EPARGNE AQUITAINE POITOU-CHARENTES

ACCORD SUR LE DROIT DES INSTANCES REPRESENTATIVES DU PERSONNEL ET DES ORGANISATIONS SYNDICALES DE LA CAISSE D EPARGNE AQUITAINE POITOU-CHARENTES ACCORD SUR LE DROIT DES INSTANCES REPRESENTATIVES DU PERSONNEL ET DES ORGANISATIONS SYNDICALES DE LA CAISSE D EPARGNE AQUITAINE POITOU-CHARENTES ENTRE LES SOUSSIGNES : La Caisse d Epargne Aquitaine Poitou-Charentes,

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL Arrêté du 16 avril 2015 relatif à l agrément de la convention du 26

Plus en détail

M. Gosselin (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

M. Gosselin (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 30 mai 2012 N de pourvoi: 11-12274 Non publié au bulletin Rejet M. Gosselin (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président SCP

Plus en détail

mode d emploi Représentativité des syndicats

mode d emploi Représentativité des syndicats mode d emploi Représentativité des syndicats LA LOI DU 20 AOUT 2008 transpose dans le Code du travail les règles sur la représentativité et la négociation collective, telles que définies par les partenaires

Plus en détail

LES STAGIAIRES. 1. Qui sont les «stagiaires» au sens de la réglementation?

LES STAGIAIRES. 1. Qui sont les «stagiaires» au sens de la réglementation? LES STAGIAIRES 1. Qui sont les «stagiaires» au sens de la réglementation? La loi relative à l enseignement supérieur a défini enfin ce qu est un stage en milieu professionnel: il s agit d une «période

Plus en détail

Heures supplémentaires

Heures supplémentaires Heures supplémentaires Présentation et évolutions des allégements Tepa La loi du 21 août 2007 en faveur du travail, de l emploi et du pouvoir d achat a créé au 1er octobre 2007, une exonération d impôt

Plus en détail

Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente

Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente 1 Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente TOUT SAVOIR SUR LE CONTRAT D APPRENTISSAGE 2 TOUT SAVOIR SUR LE CONTRAT D APPRENTISSAGE SOMMAIRE Qui peut embaucher un apprenti et quelles

Plus en détail

DIRECCTE de Bretagne Contrat unique d insertion Le contrat d accompagnement dans l emploi (CAE)

DIRECCTE de Bretagne Contrat unique d insertion Le contrat d accompagnement dans l emploi (CAE) DIRECCTE de Bretagne Contrat unique d insertion Le contrat d accompagnement dans l emploi (CAE) Fiche pratique A qui s adresse le contrat d accompagnement dans l emploi? Quels employeurs? Quel type de

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3034 Convention collective nationale IDCC : 1090. SERVICES DE L AUTOMOBILE (Commerce

Plus en détail

PARTIE I : LES RELATIONS INDIVIDUELLES DE TRAVAIL

PARTIE I : LES RELATIONS INDIVIDUELLES DE TRAVAIL FIL D ACTUALITE MAI 2015 PARTIE I : LES RELATIONS INDIVIDUELLES DE TRAVAIL Rupture conventionnelle : de nouvelles précisions Dans deux arrêts du 25 mars 2015, la Cour de cassation considère d une part

Plus en détail

Les étapes des élections des délégués du personnel

Les étapes des élections des délégués du personnel C est à l employeur qu il appartient, lorsque le seuil d effectif est dépassé puis une fois tous les 4 ans, d organiser les élections des délégués du personnel. Il doit alors préparer les élections en

Plus en détail

Le compte épargne-temps (CET)

Le compte épargne-temps (CET) Le compte épargne-temps (CET) Comment mettre en place le compte épargne-temps? Le compte épargne temps est mis en place par convention ou accord collectif de branche, de groupe, d'entreprise ou d'établissement

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DES FINANCES ET DE L INDUSTRIE Décret n o 2010-1463 du 1 er décembre 2010 mettant en œuvre la réforme du réseau des chambres de commerce

Plus en détail

TITRE I DISPOSITIONS GÉNÉRALES

TITRE I DISPOSITIONS GÉNÉRALES TITRE I DISPOSITIONS GÉNÉRALES Article 1 er CONSTITUTION Il est fondé entre les personnes physiques adhérant aux présents statuts un parti politique dénommé «L Union pour un Mouvement Populaire» (UMP),

Plus en détail

LE PROTOCOLE D ACCORD PREELECTORAL (PAP)

LE PROTOCOLE D ACCORD PREELECTORAL (PAP) LE PROTOCOLE D ACCORD PREELECTORAL (PAP) Le protocole d accord se négocie entre le chef d entreprise ou son représentant (dument mandaté à cet effet) et les organisations syndicales (OS) représentatives.

Plus en détail

TOUTE L ACTUALITE DE LA PAIE

TOUTE L ACTUALITE DE LA PAIE PAIE COTISATIONS TAXES COMPTABILITE DECLARATION ET MODELES Mensuel - 17 e année - Abonnement 144 - Ed. Francis Lefebvre - ISSN 1252-9095 TOUTE L ACTUALITE DE LA PAIE Supplément au N 3 Février 2012 Ce supplément

Plus en détail

LICENCIEMENT D UN AGENT NON TITULAIRE DE DROIT PUBLIC

LICENCIEMENT D UN AGENT NON TITULAIRE DE DROIT PUBLIC F I C H E P R A T I Q U E C D G 5 0 LICENCIEMENT D UN AGENT NON TITULAIRE DE DROIT PUBLIC Les fiches consacrées aux agents non titulaires de droit public ne concernent que les actes de recrutement (contrats

Plus en détail

Cette sur-taxation ne vise pas les CDD qui ont pour finalité les remplacements maladie, maternité, congés payés et les contrats saisonniers.

Cette sur-taxation ne vise pas les CDD qui ont pour finalité les remplacements maladie, maternité, congés payés et les contrats saisonniers. LETTRE D INFORMATION SOCIALE AOÛT 2013 La loi sur la Sécurisation de l Emploi n 2013-504 du 14 juin 2013 amène plusieurs modifications juridiques et techniques sur la gestion du personnel. Il nous semble

Plus en détail

Le contrat de professionnalisation à l Université Paul Sabatier GUIDE DES STAGIAIRES DE LA FORMATION CONTINUE MISSION FORMATION «POLE ALTERNANCE»

Le contrat de professionnalisation à l Université Paul Sabatier GUIDE DES STAGIAIRES DE LA FORMATION CONTINUE MISSION FORMATION «POLE ALTERNANCE» GUIDE DES STAGIAIRES DE LA FORMATION CONTINUE Le contrat de professionnalisation à l Université Paul Sabatier MISSION FORMATION CONTINUE ET APPRENTISSAGE «POLE ALTERNANCE» LE CONTRAT DE PROFESSIONNALISATION

Plus en détail