Leucémies aiguës. Leucémies aiguës. Signes cliniques possibles 03/10/2013

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Leucémies aiguës. Leucémies aiguës. Signes cliniques possibles 03/10/2013"

Transcription

1 Leucémies aiguës Leucémies aiguës = expansion clonale dans la moelle osseuse de précurseurs des cellules sanguines : les Blastes Leucémies aiguës Lymphoblastiques : enfants ++ Leucémies aiguës Myéloblastiques : âge médian : 65ans Fréquence : 4 à 5 cas pour hab/an Signes cliniques possibles Signes généraux : AEG, sueurs nocturnes, fièvre Liés à l insuffisance médullaire : Anémie Neutropénie : Signes infectieux Thrombopénie : Syndrome hémorragique, Signes tumoraux: Adénopathies, Splénomégalie Localisations particulières : Méningées, Cutanées (leucémide), osseuses (LAL), testiculaires (LAL) 1

2 Examens complémentaires Hémogramme : Anémie non régenerative Thrombopénie Leucocytose variable, neutropénie fréquente (PNN<1,5G/l) Blastes circulants : Peuvent représenter l essentiel des leucocytes (formes hyperleucocytaires), Parfois peu nombreux Examens complémentaires Myélogramme : Affirme le diagnostic : > 20% de blastes médullaires Typage de la leucémie : Etude morphologique des blastes Etude cytochimique (myeloperoxydase) Cytogénétique : Intérêt diagnostique et pronostique Biologie moléculaire: Intérêt pronostique, suivi de la maladie résiduelle Examens complémentaires Bilan d hémostase: Recherche d une CIVD Bilan métabolique: Syndrome de lyse cellulaire : hyperuricémie, hyperkaliémie, insuffisance rénale, augmentation des LDH Ponction lombaire: Recherche une localisation méningée Administration intrathécale de chimiothérapie 2

3 Bilan pré thérapeutique Bilan infectieux si fièvre Bilan virologique : Sérologies HSV, EBV, CMV, HBV, HCV, VIH Bilan pré transfusionnel : Groupe, Rh, RAI Bilan pré chimiothérapie : ECG, échographie cardiaque Typage HLA patient + Fratrie Conservation gamètes (CECOS) Facteurs Pronostiques Liés au patient : Age, comorbidités Liés aux caractéristiques de la maladie : LAM secondaire Hyperleucocytose Anomalies cytogénétiques et moléculaires Liés à la réponse au traitement: Plusieurs cures nécessaires pour obtenir la rémission complète Traitement : Premiers soins Hospitalisation avec isolement protecteur (Chambre seule, masque, lavage des mains ) Pose d une voie veineuse centrale Prévention du syndrome de lyse : Hyperhydratation, contrôle diurèse TT hypo uricémiant Correction des troubles de la coagulation TT des complications : infectieuses (antibiothérapie à large spectre en cas de fièvre (avec ou sans documentation), hémorragiques, anémiques: transfusions de plaquettes et de CGR 3

4 Leucémies Aiguës Myéloblastiques (LAM) Classification FAB : 8 groupes ( LAM 0 à LAM 7), selon le type et le degré de différenciation Leucémies Aiguës Myéloblastiques (LAM) LAM 3 : LA Promyélocytaire Translocation t(15;17) Pancytopénie, peu de blastes dans le sang périphérique CIVD TT spécifique: Acide tout-trans-rétinoïque ATRA + Chimiothérapie --> survie sans rechute : 80% à 5 ans Leucémies Aiguës Myéloblastiques (LAM) LAM 5 : Leucémie aiguë monoblastique Formes fréquemment hyperleucocytaires Localisations extra-médullaires fréquentes : Méningées, cutanées, gingivales TT : Prophylaxie méningée` LAM secondaires à une chimiothérapie Caryotype complexe, mauvais pronostic 4

5 Traitement d induction But : obtenir une rémission : - < 5% de blastes médullaires - Normalisation de la NFS et de l examen clinique Chimiothérapie Réduction blastique Aplasie Régénération Rémission Echec : blastes > 5% Réinduction Traitement d induction Chimiothérapie intensive : Anthracycline + Cytarabine entraîne une aplasie de 2-3 semaines + / - TT intrathécal : LAM 4, LAM5, LAM hyperleucocytaire + / - LAM3 : Vesanoïde (acide tout-trans-retinoïque) Traitement de consolidation En fonction des facteurs pronostiques, de l état général des patients, et de leur âge : 3 à 4 cures de chimiothérapie de consolidation de 3 jours Allogreffe : si facteurs de mauvais pronostic et donneur HLA identique Allogreffe = réinjection de cellules souches hématopoïétique d un donneur compatible dans le système HLA, après conditionnement du receveur par chimiothérapie 5

6 Résultats, suivi > 70% de rémissions complètes 30 à 40% de rémissions prolongées Suivi : clinique : complications du traitement, signes de rechute Biologique : surveillance hémogramme Myélogramme si anomalies de la NFS Leucémies aigues lymphoblastiques de l adulte Epidémiologie (1) 20% des Leucémies aigues de l adulte 3 à 5 cas par an pour hbts 3 grands sous types: LAL T: 15 à 20% LAL B: 75% LAL B mature (type Burkitt): 5% 6

7 Traitement Prise en charge dans un centre spécialisé d hématologie, selon des protocoles de traitement 4 grandes phases Traitement d induction Traitement de «post-induction» Traitement d entretien Prévention des rechutes dans le système nerveux central Traitement d induction Objectif: obtention d une rémission complète= moelle de richesse normale avec moins de 5% blastes, avec hémogramme normal et examen clinique normal Polychimiothérapie comprenant: Préphase de corticothérapie de 5 à 7j Administration séquentielle de chimiothérapies Durée: environ 1 mois Principales chimiothérapies utilisées L-aspariginase: action spécifique sur les cellules blastiques. Risque d allergie sévère et de troubles de l hémostase Méthotrexate: Contrôle de l élimination. Toxicité rénale et hépatique. Utilisé à plus faible dose avec le Purinethol en PO en traitement d entretien Autres: vincristine, aracytine, anthracycline, cyclophosphamide, etoposide 7

8 Traitement de «post induction» Objectif: réduire au maximum la masse résiduelle tumorale- prévenir les récidives Principes Cures de consolidation: traitement moins intensif que l induction, sur une durée de 1 à 3 mois Intensification retardée: chimiothérapie lourde similaire à l induction Traitement d entretien Chimiothérapie à faible dose en continu, par Methotrexate Durée: généralement 24 mois Associé à des cures de réinductions légères pendant la 1 e année Prévention des rechutes dans le système nerveux central Système nerveux central= site sanctuaire pour les cellules blastiques Ponctions lombaires avec injection intrathécales de chimiothérapie Radiothérapie neuroméningée chez l adulte 8

9 Pronostic Critères cliniques: âge, état général, atteinte neurologique Phénotype (B ou T, absence du marqueur CD 10) Cytogénétique (chromosome Philadelphie) Réponse au traitement: corticosensibilitéchimiosensibilité Leucémie aigue lymphoblastique de l enfant Epidémiologie 1 e pathologie maligne de l enfant 80% des Leucémies aigues chez l enfant Pic de fréquence entre 2 et 5 ans Fréquence augmentée chez les enfants atteints de pathologies génétiques (trisomie 21, maladie de Fanconi ) 9

10 Diagnostic Les signes cliniques sont identiques à ceux de l adulte Les mêmes examens complémentaires sont nécessaires au diagnostic Traitement Le traitement comprend les mêmes phases que chez l adulte Pas d irradiation encéphalique chez l enfant Une option thérapeutique: l allogreffe de moëlle osseuse Remplacement de l hématopoièse malade par un greffon de Cellules souches saines provenant d un donneur HLA compatible Double action: Conditionnement= chimiothérapie pré-greffe myelo-ablative Effet GVL: activité immunologique du greffon contre la pathologie maligne 10

11 Indication de l allogreffe de moelle En 1 e intention en cas de pronostic défavorable En cas de rechute, après obtention d une 2 e rémission complète 11

Leucémies aiguës. = expansion clonale dans la moelle osseuse de précurseurs des cellules sanguines : les Blastes

Leucémies aiguës. = expansion clonale dans la moelle osseuse de précurseurs des cellules sanguines : les Blastes Leucémies aiguës Leucémies aiguës = expansion clonale dans la moelle osseuse de précurseurs des cellules sanguines : les Blastes Leucémies aiguës Lymphoblastiques : enfants ++ Leucémies aiguës Myéloblastiques

Plus en détail

Leucémies aiguës (162) Docteur Frédéric GARBAN Novembre 2002 (Mise à jour Janvier 2005)

Leucémies aiguës (162) Docteur Frédéric GARBAN Novembre 2002 (Mise à jour Janvier 2005) Leucémies aiguës (162) Docteur Frédéric GARBAN Novembre 2002 (Mise à jour Janvier 2005) Pré-Requis : Hématopoïèse Mode d'action et toxicité de la chimiothérapie Résumé : Les leucémies aiguës sont des affections

Plus en détail

Leucémies aiguës. Item n 162 : Diagnostiquer une leucémie aiguë

Leucémies aiguës. Item n 162 : Diagnostiquer une leucémie aiguë 1 Leucémies aiguës Item n 162 : Diagnostiquer une leucémie aiguë Hémopathies malignes caractérisées par l expansion clonale de précurseurs hématopoïétiques bloqués à un stade précoce de leur maturation.

Plus en détail

11/ Leucémies aiguës et myélodysplasies

11/ Leucémies aiguës et myélodysplasies SEMESTRE 5 UE 2.9.S5 Processus tumoraux 11/ Leucémies aiguës et myélodysplasies I. Leucémies aigues myéloïdes (LAM) Epidémiologie Incidence Maladie rare Age médian: 64 ans Etiologie LAM de novo: cause

Plus en détail

LEUCEMIE AIGUE - TRAITEMENT. Principes généraux

LEUCEMIE AIGUE - TRAITEMENT. Principes généraux LEUCEMIE AIGUE - TRAITEMENT Principes généraux Survie spontanée :quelques semaines But: obtenir la rémission complète définie par: une NFS normale et < 5% blastes dans la moelle Risques: décès à l induction

Plus en détail

Les leucémies aigues : LAL & LAM

Les leucémies aigues : LAL & LAM 1 Définition Les leucémies aigues : LAL & LAM Hémopathie maligne avec prolifération monoclonale de cellules immatures: les Blastes, qui représentent plus de 20% des cellules de la moelle (OMS) (impossibilité

Plus en détail

Leucémies aiguës lymphoblastiques

Leucémies aiguës lymphoblastiques Leucémies aiguës lymphoblastiques I. Définitions Hémopathies malignes aiguës correspondant à une prolifération monoclonale, à point de départ médullaire, de lymphoblastes, s accompagnant constamment d

Plus en détail

Généralités HEMATOLOGIE. Cellules sanguines. Pierre FAURIE

Généralités HEMATOLOGIE. Cellules sanguines. Pierre FAURIE Généralités HEMATOLOGIE Pierre FAURIE Hématologie: étude des maladies du sang, et, par extension, des maladies de la moelle osseuse et des organes hématopoïétiques secondaires (rate, ganglions) Cellules

Plus en détail

PRISES EN CHARGE HÉMATOLOGIQUES PÉDIATRIQUES À DOMICILE. HAD IHOPe. Marie Cervos Véronique Veyet Anna Marcault-Derouard

PRISES EN CHARGE HÉMATOLOGIQUES PÉDIATRIQUES À DOMICILE. HAD IHOPe. Marie Cervos Véronique Veyet Anna Marcault-Derouard PRISES EN CHARGE HÉMATOLOGIQUES PÉDIATRIQUES À DOMICILE HAD IHOPe Marie Cervos Véronique Veyet Anna Marcault-Derouard PATHOLOGIES HÉMATOLOGIQUES EN PÉDIATRIE GÉNÉRALITÉS SUR LES LEUCÉMIES Les leucémies

Plus en détail

II. PHYSIOPATHOLOGIE DES LEUCEMIES AIGUE:

II. PHYSIOPATHOLOGIE DES LEUCEMIES AIGUE: LEUCEMIES AIGUES I: INTRODUCTION: 1- Définition: Les leucémies aigues sont un groupe hétérogène d'hémopathies malignes, caractérisé par la prolifération clonale des cellules immatures, avec blocage de

Plus en détail

LEUCEMIES AIGUES. Simona Lapusan Service d hématologie et de thérapie cellulaire Hôpital Saint Antoine

LEUCEMIES AIGUES. Simona Lapusan Service d hématologie et de thérapie cellulaire Hôpital Saint Antoine LEUCEMIES AIGUES Simona Lapusan Service d hématologie et de thérapie cellulaire Hôpital Saint Antoine LEUCEMIES AIGUES Définition : prolifération maligne monoclonale de cellules hématopoïétiques immatures

Plus en détail

LYMPHOMES NON HODGKINIENS. UE Processus tumoraux Année

LYMPHOMES NON HODGKINIENS. UE Processus tumoraux Année LYMPHOMES NON HODGKINIENS UE Processus tumoraux Année 2013-2014 DEFINITION Cancer du système lymphatique Prolifération tumorale aux dépends des lymphocytes dans les organes lymphoïdes secondaires ETIOLOGIE

Plus en détail

LEUCEMIE LYMPHOIDE CHRONIQUE

LEUCEMIE LYMPHOIDE CHRONIQUE LEUCEMIE LYMPHOIDE CHRONIQUE GENERALITES Définition Syndrome lymphoprolifératif Prolifération monoclonale maligne de lymphocytes B matures Infiltration médullaire, gg et sanguine Evolution lente Etiologie

Plus en détail

4. la cytogénétique moléculaire permet de

4. la cytogénétique moléculaire permet de les LAL sont les cancers de l'enfant les plus fréquents (30 % du total). Il s'agit de proliférations clonales de cellules lymphoïdes immatures. Si les enfants atteints sont majoritairement guéris (75%

Plus en détail

CLASSIFICATION ET PRONOSTIC DES HEMOPATHIES MALIGNES. Dr BEN NEJI Hend

CLASSIFICATION ET PRONOSTIC DES HEMOPATHIES MALIGNES. Dr BEN NEJI Hend CLASSIFICATION ET PRONOSTIC DES HEMOPATHIES MALIGNES Dr BEN NEJI Hend Collège de réanimation médicale Juin 2013 Progrès en onco-hématologie: Nouvelles molécules (inhibiteurs de tyrosine kinase, Ac monoclonaux,

Plus en détail

LES LEUCEMIES AIGUËS

LES LEUCEMIES AIGUËS ONCOLOGIE - HEMATOLOGIE LES LEUCEMIES AIGUËS Prolifération avec envahissement de la moelle osseuse par des cellules médullaires immatures. Maladie de la cellule souche. Trouble de la différenciation des

Plus en détail

Leucémie lymphoïde chronique. Introduction. Clinique 03/10/2013

Leucémie lymphoïde chronique. Introduction. Clinique 03/10/2013 Leucémie lymphoïde chronique Introduction Définition: Prolifération lymphoïde monoclonale, responsable d'une infiltration médullaire, sanguine, parfois ganglionnaire, constituée de lymphocytes matures

Plus en détail

Lymphomes malins non hodgkiniens

Lymphomes malins non hodgkiniens Lymphomes malins non hodgkiniens La classification REAL, 1995 Lymphomes B : I - Lymphomes des précurseurs B : Lymphome/leucémie lymphoblastique B. II - Lymphomes des cellules B «périphériques» : 1 - Leucémie

Plus en détail

A quoi correspond une myélodysplasie?

A quoi correspond une myélodysplasie? Je comprends ce que sont les myélodysplasies ou syndromes myélodysplasiques La moelle osseuse produit les cellules du sang (globules rouges, globules blancs et plaquettes) à partir de cellules progénitrices

Plus en détail

VOLET 1/4. Les différents types de leucémies. Il existe quatre grands types de leucémies répartis en deux groupes :

VOLET 1/4. Les différents types de leucémies. Il existe quatre grands types de leucémies répartis en deux groupes : Les leucémies VOLET 1/4 Souvent, nous parlons de leucémie au singulier. Pourtant, cette affection hématologique est bien plurielle. Les leucémies sont communément appelées cancers du sang. Elles se caractérisent

Plus en détail

SYNDROMES MYELODYSPLASIQUES

SYNDROMES MYELODYSPLASIQUES SYNDROMES MYELODYSPLASIQUES REFERENTIEL (mise à jour ; V. 3) RHECOM AG Bagnoles de l orne, 09/06/2012 Dr S. CHEZE cheze-s@chu-caen.fr Service Hématologie Clinique - CHU Caen (( V1 06/2008 V2 06/2009 Réseau

Plus en détail

L hématologie Adulte Part2

L hématologie Adulte Part2 L hématologie Adulte Part2 Myelodysplasie Physiopathologie mutation génique d une cellule souche myéloïde ou totipotente (lymphoïde + myéloïde). > maladie clonale ( cancéreuse ) toutes les lignées médullaires

Plus en détail

Allogreffe de CSH géno-identiques chez des patients de moins de 18 ans présentant une leucémie aiguë myéloblastique (LAM)

Allogreffe de CSH géno-identiques chez des patients de moins de 18 ans présentant une leucémie aiguë myéloblastique (LAM) Allogreffe de CSH géno-identiques chez des patients de moins de 18 ans présentant une leucémie aiguë myéloblastique (LAM) M. Benakli, R. Ahmed Nacer, A. Talbi, M.Baazizi, N. Rahmoune, R. Belhadj, F. Mehdid,

Plus en détail

Item 315 (ex item 163) Leucémies lymphoïdes chroniques Collège Français des Pathologistes (CoPath)

Item 315 (ex item 163) Leucémies lymphoïdes chroniques Collège Français des Pathologistes (CoPath) Item 315 (ex item 163) Leucémies lymphoïdes chroniques Collège Français des Pathologistes (CoPath) 2013 1 Table des matières 1. Définition et nosologie... 3 2. Épidémiologie... 3 3. Présentations et manifestations

Plus en détail

UE N 9 Cancéro-onco hématologie Objectif ECN: N 162

UE N 9 Cancéro-onco hématologie Objectif ECN: N 162 UE N 9 Cancéro-onco hématologie Objectif ECN: N 162 Diagnostiquer une LEUCEMIE AIGUE (2) Lymphoblastique D. Bordessoule DIFFERENTES LEUCÉMIES LMC LAM LAL 2 LEUCÉMIE AIGUE LYMPHOBLASTIQUE INTRODUCTION ET

Plus en détail

URGENCES en Hématologie Leucémies Aigues. Journée du 01 Decembre 2012

URGENCES en Hématologie Leucémies Aigues. Journée du 01 Decembre 2012 URGENCES en Hématologie Leucémies Aigues Journée du 01 Decembre 2012 Les leucémies aiguës constituent une urgence à la fois diagnostique et thérapeutique. Elles nécessitent d effectuer, en parallèle et

Plus en détail

Leucémies de l enfant et de l adolescent

Leucémies de l enfant et de l adolescent Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Leucémies de l enfant et de l adolescent GENERALITES COMMENT DIAGNOSTIQUE-T-ON UNE LEUCEMIE AIGUË? COMMENT TRAITE-T-ON UNE LEUCEMIE

Plus en détail

PLAN DE FORMATION Approfondir ses connaissances en hémato-oncologie et en greffe de cellules souches. Préparé par :

PLAN DE FORMATION Approfondir ses connaissances en hémato-oncologie et en greffe de cellules souches. Préparé par : PLAN DE FORMATION Approfondir ses connaissances en hémato-oncologie et en greffe de cellules souches Préparé par : Ann Longchamps, AIC hémato-oncologie HEJ, CSIO (C) ann.longchamps.cha@ssss.gouv.qc.ca

Plus en détail

Rappels physiologiques

Rappels physiologiques Rappels physiologiques Les cellules du sang : Globules rouges Plaquettes Globules blancs Polynucléaires Monocytes Lymphocytes Deux lignées : Lignée e lymphoïde : lymphocytes T et B Lignée e myélo loïde

Plus en détail

ROBIN 10 ans mars 2008 DES pédiatrie Clermot Ferrand 1

ROBIN 10 ans mars 2008 DES pédiatrie Clermot Ferrand 1 ROBIN 10 ans 14-15 mars 2008 DES pédiatrie Clermot Ferrand 1 ANTECEDENTS Né à terme 2003: Adénoidectomie avec paracentèse (bilan préoperatoire normal) sans complication Absence d antécédents familiaux

Plus en détail

LLC. Leucémie Lymphoïde Chronique

LLC. Leucémie Lymphoïde Chronique LLC Leucémie Lymphoïde Chronique Définition La Leucémie Lymphoïde Chronique est une hémopathie chronique, définie par l accumulation dans le sang de lymphocytes Le taux de lymphocytes doit être supérieur

Plus en détail

LEUCEMIE AIGUE MYELOBLASTIQUE. * Définition :

LEUCEMIE AIGUE MYELOBLASTIQUE. * Définition : LEUCEMIE AIGUE MYELOBLASTIQUE * Définition : LEUCEMIE AIGUE MYELOBLASTIQUE Définition I - DIAGNOSTIC POSITIF A - Circonstances Révélatrices B - Diagnostic Clinique C - Diagnostic biologique II - FORMES

Plus en détail

Confrontations en Hématologie Cellulaire. (Pr Marc ZANDECKI Dr Franck GENEVIEVE) Mai 2016 (n )

Confrontations en Hématologie Cellulaire. (Pr Marc ZANDECKI Dr Franck GENEVIEVE) Mai 2016 (n ) Association de Biologie Praticienne 70 avenue des Gobelins 75013 PARIS - Tél : 01 43 31 94 87 - Fax : 01 43 37 39 92 Email : secretariatabp@orange.fr Enregistrée à la Préfecture Région Ile de France, délégation

Plus en détail

Je m'informe sur les leucémies aiguës

Je m'informe sur les leucémies aiguës Je m'informe sur les leucémies aiguës Le cabinet du Docteur Jean-Marie CHOQUET Adresse du site : www.docvadis.fr/jean-marie-choquet Validé par le Comité Scientifique Hématologie Les leucémies aigües sont

Plus en détail

Greffes de cellules souches hématopoïétiques : généralités. Pr Jacques-Olivier BAY Service de Thérapie Cellulaire et Hématologie Clinique Adultes

Greffes de cellules souches hématopoïétiques : généralités. Pr Jacques-Olivier BAY Service de Thérapie Cellulaire et Hématologie Clinique Adultes Greffes de cellules souches hématopoïétiques : généralités Pr Jacques-Olivier BAY Service de Thérapie Cellulaire et Hématologie Clinique Adultes 1 Conception théorique des traitements GREFFE DE CSH nombre

Plus en détail

!!! !!! Généralités sur les hémopathies malignes. UE10 Tissus sanguins Dr. AGAPE. I. Oncogenèse. Classification onco-hématologique

!!! !!! Généralités sur les hémopathies malignes. UE10 Tissus sanguins Dr. AGAPE. I. Oncogenèse. Classification onco-hématologique Date : 23/03/2015 Promo : PCEM2 2014-2015 Ronéistes : PATEL Aimane GERBANDIER Estelle UE10 Tissus sanguins Dr. AGAPE Plage horaire : 16h - 18h Enseignant : Dr. AGAPE Généralités sur les hémopathies malignes

Plus en détail

Déjeuner-débat, JNMG 2009, samedi 10 octobre, Paris. Journée Mondiale du Lymphome 2009

Déjeuner-débat, JNMG 2009, samedi 10 octobre, Paris. Journée Mondiale du Lymphome 2009 Initiation du diagnostic des cancers Rôle du MG, exemple du lymphome Déjeuner-débat, JNMG 2009, samedi 10 octobre, Paris Journée Mondiale du Lymphome 2009 Le Lymphome, une pathologie complexe Pr Pierre

Plus en détail

SYNDROME MYELOPROLIFERATIFS 2010

SYNDROME MYELOPROLIFERATIFS 2010 SYNDROME MYELOPROLIFERATIFS 2010 Syndromes myeloproliferatifs Introduction Les SMP Sont des hémopathies myéloïdes chroniques caractérisées par une prolifération portant sur l une ou plusieurs lignées myéloïdes

Plus en détail

Évaluation de la fréquence et de la prise en charge du syndrome de lyse en hématologie

Évaluation de la fréquence et de la prise en charge du syndrome de lyse en hématologie Évaluation de la fréquence et de la prise en charge du syndrome de lyse en hématologie A.Talbi, S.Akhrouf, F.Belhadri, H.Moussaoui, RM. Hamladji Service Hématologie-Greffe de Moelle osseuse, Centre Pierre

Plus en détail

LYMPHOMES et MYELOME du sujet âgé

LYMPHOMES et MYELOME du sujet âgé LYMPHOMES et MYELOME du sujet âgé Pr Eric DECONINCK INSERM U-645 Université de Franche-Comté / IFR 133 Service d hématologie CHU BESANÇON DEFINITION Hémopathie maligne: cancer du système hématopoïétique,

Plus en détail

SYNOPSIS PROTOCOLE BIG-1

SYNOPSIS PROTOCOLE BIG-1 SYNOPSIS PROTOCOLE BIG-1 A) IDENTIFICATION DE L ESSAI CLINIQUE NUMERO DE CODE PROMOTEUR DU PROTOCOLE : VERSION ET DATE : V01 xx/xx/2013 TITRE DE L ESSAI : Essai de phase 3 visant à améliorer la survie

Plus en détail

HEMOPATHIES MALIGNES. - classifications (diagnostiques et pronostiques) - épidémiologie - mécanismes de la cancérogénèse P. FENAUX

HEMOPATHIES MALIGNES. - classifications (diagnostiques et pronostiques) - épidémiologie - mécanismes de la cancérogénèse P. FENAUX HEMOPATHIES MALIGNES - classifications (diagnostiques et pronostiques) - épidémiologie - mécanismes de la cancérogénèse P. FENAUX Hôpital Avicenne - Université Paris 13 (items n 138 139) HEMOPATHIES MALIGNES

Plus en détail

DIPLOME D UNIVERSITE «ALLOGREFFE DE CELLULES SOUCHES HEMATOPOÏETIQUES»

DIPLOME D UNIVERSITE «ALLOGREFFE DE CELLULES SOUCHES HEMATOPOÏETIQUES» DIPLOME D UNIVERSITE «ALLOGREFFE DE CELLULES SOUCHES HEMATOPOÏETIQUES».. 1 Analyse des besoins, justification de l action : L incidence des hémopathies malignes continue à augmenter principalement en raison

Plus en détail

Essais cliniques : LAM

Essais cliniques : LAM Essais cliniques : LAM Investigateur : Dr Edouard RANDRIAMALALA Oncologie Hématologique CHU de Poitiers - Tél : 05 49 44 44 72 - Fax : 05 49 44 43 80 Mail : e.randriamalala@chu-poitiers.fr LAM 2006 IR

Plus en détail

LEUCEMIE AIGUE MYELOBLASTIQUE. * Définition :

LEUCEMIE AIGUE MYELOBLASTIQUE. * Définition : LEUCEMIE AIGUE MYELOBLASTIQUE * Définition : LEUCEMIE AIGUE MYELOBLASTIQUE Définition I II - DIAGNOSTIC POSITIF A - Circonstances Révélatrices B - Diagnostic Clinique C - Diagnostic biologique - FORMES

Plus en détail

Vincent Ribrag DU hématologie 2016

Vincent Ribrag DU hématologie 2016 Lymphomes folliculaires Les lymphomes folliculaires (FL pour follicular lymphoma) représentent 20 à 25 % de l ensemble des lymphomes. Les FL sont composés de cellules centrofolliculaires du centre germinatif

Plus en détail

Leucémie myélomonocytaire chronique

Leucémie myélomonocytaire chronique Leucémie myélomonocytaire chronique = Syndrome MMC = leucémie MM subaiguë (forme particulière : + évolutive et + blastique) Existence de maladies myélodysplasiques/ myéloprolifératives : - Hypercellularité

Plus en détail

Hyperplaquettose. 1. Hémogramme frottis de sang natif coloré au MGG

Hyperplaquettose. 1. Hémogramme frottis de sang natif coloré au MGG Hyperplaquettose I. Définition = thrombocytose ou thrombocytémie Plaquettes > 400 G/L sur plusieurs prélèvements. - Le plus souvent secondaire : réactionnelle, transitoire, modérée - Plus rarement primitive

Plus en détail

EXAMEN D HEMATOLOGIE

EXAMEN D HEMATOLOGIE EXAMEN D HEMATOLOGIE PCEM2 UFR médecine : Première session du mardi 11 janvier 2011 Recommandations : 1-Vous disposez d une heure pour rédiger les réponses. 2-Lisez d abord les dossiers attentivement et

Plus en détail

POINTS CLES EN HEMATOLOGIE MALIGNE. Camille Golfier interne Dr M.N. CERTAIN Dr G.RAICHON-PATRU CH Macon Unité 12 GMM 16 avril 2015

POINTS CLES EN HEMATOLOGIE MALIGNE. Camille Golfier interne Dr M.N. CERTAIN Dr G.RAICHON-PATRU CH Macon Unité 12 GMM 16 avril 2015 POINTS CLES EN HEMATOLOGIE MALIGNE Camille Golfier interne Dr M.N. CERTAIN Dr G.RAICHON-PATRU CH Macon Unité 12 GMM 16 avril 2015 LES URGENCES!!! Thrombopénie < 15 000 et/ou Sd hémorragique (bulles en

Plus en détail

Chimiothérapie. I. Généralités. 1. Symptomatologie. 2. Retentissements du cancer

Chimiothérapie. I. Généralités. 1. Symptomatologie. 2. Retentissements du cancer Chimiothérapie I. Généralités Cancer = ensemble de cellules qui échappent au contrôle de l organisme et multiplient indéfiniment, envahissant les tissus voisins et distants et les détruisant Trois caractéristiques

Plus en détail

Myélome multiple. (maladie de Kahler)

Myélome multiple. (maladie de Kahler) Myélome multiple! (maladie de Kahler) Clone plasmocytaire malin Myélome multiple Plan - Définition - Physiopathologie - Diagnostic - Manifestations cliniques et biologiques - Pronostic et traitement Myélome

Plus en détail

LEUCEMIES AIGUES EPIDEMIOLOGIE. Stéphane de BOTTON

LEUCEMIES AIGUES EPIDEMIOLOGIE. Stéphane de BOTTON LEUCEMIES AIGUES Département de Médecine, Institut Gustave Roussy, VILLEJUIF Stéphane de BOTTON Les leucémies aiguës (LA) sont des proliférations malignes de précurseurs médullaires des cellules sanguines

Plus en détail

Leucémies aiguës 1 re partie Leucémies aiguës myéloblastiques : diagnostic, évolution

Leucémies aiguës 1 re partie Leucémies aiguës myéloblastiques : diagnostic, évolution ref1_dombret... 6/01/06 9:36 Page 71 I-10-Q162 I-00-Q000 Leucémies aiguës 1 re partie Leucémies aiguës myéloblastiques : diagnostic, évolution D r Nicolas Boissel, P r Hervé Dombret Service des maladies

Plus en détail

Leucémie myéloïde chronique

Leucémie myéloïde chronique Leucémie myéloïde chronique Syndrome myéloprolifératif chronique, caractérisé par : - une prolifération prédominante de la lignée granuleuse, - la présence d une anomalie chromosomique quasi-spécifique,

Plus en détail

Myélome multiple. Hôpital Saint Antoine, Paris, Service d hématologie Dr L Garderet Septembre 2013

Myélome multiple. Hôpital Saint Antoine, Paris, Service d hématologie Dr L Garderet Septembre 2013 Myélome multiple Hôpital Saint Antoine, Paris, Service d hématologie Dr L Garderet Septembre 2013 Epidémiologie Epidémiologie 2 ième hémopathie maligne après les lymphomes, Incidence en France: 3000 cas/an

Plus en détail

HEMATOLOGIE ONCO-HEMATOLOGIE

HEMATOLOGIE ONCO-HEMATOLOGIE Les «200 questions isolées QCM» incontournables Les fiches flash QCM essentielles Les dernières conférences de consensus et recommandations en QCM 200 QUESTIONS ISOLEES QCM EN HEMATOLOGIE ONCO-HEMATOLOGIE

Plus en détail

LA GREFFE DE MOELLE OSSEUSE

LA GREFFE DE MOELLE OSSEUSE LA GREFFE DE MOELLE OSSEUSE Table des matières 1 - Qu'est-ce que le cancer? 2 - Qu'est-ce que la moelle osseuse? 3 - Qu'est-ce que la greffe de moelle? 4 - L'allogreffe de moelle osseuse 5 - L'autogreffe

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 4 octobre 2006 CELLTOP 25 mg, capsule B/ 40 (CIP: 365 759-7) CELLTOP 50 mg, capsule B/ 20 (CIP: 365 758-0) CELLTOP 100 mg, capsule B/ 10 (CIP: 365 754-5) Laboratoire

Plus en détail

Syndrome de lyse tumorale

Syndrome de lyse tumorale Syndrome de lyse tumorale Item 265. Troubles de l'équilibre acido-basique et désordres hydro-électrolytiques Prescrire et interpréter un examen des gaz du sang et un ionogramme sanguin en fonction d'une

Plus en détail

Phase de dissémination sanguine des LMNH à petites cellules

Phase de dissémination sanguine des LMNH à petites cellules Phase de dissémination sanguine des LMNH à petites cellules LMNH = proliférations malignes du tissu lymphoïde, pouvant disséminer dans le sang. Observation à tout âge avec un pic vers 55-60 ans, plus souvent

Plus en détail

Leucémie lymphoïde chronique (LLC)

Leucémie lymphoïde chronique (LLC) Leucémie lymphoïde chronique (LLC) Sommaire : 1 - Diagnostic positif 2 - Diagnostic différentiel 3 - Pronostic et évolution 5 - Complications 6 Notions de Traitement Module 10 item 163 Objectif ECN : Diagnostiquer

Plus en détail

DEFINITION Prolifération monoclonale de plasmocytes dystrophiques Syndrome tumoral

DEFINITION Prolifération monoclonale de plasmocytes dystrophiques Syndrome tumoral Myélome Multiple DEFINITION Prolifération monoclonale de plasmocytes dystrophiques Syndrome tumoral Lésions osseuses Sécrétion Ig monoclonale Cytopénies Hypercalcémie Syndromes au diagnostic Douleurs osseuses

Plus en détail

SYNDROMES FRONTIERES SMD/SMP. Dr Gérard Buchonnet, Vincent Camus Laboratoire d Hématologie C.H.U. Rouen

SYNDROMES FRONTIERES SMD/SMP. Dr Gérard Buchonnet, Vincent Camus Laboratoire d Hématologie C.H.U. Rouen SYNDROMES FRONTIERES SMD/SMP Dr Gérard Buchonnet, Vincent Camus Laboratoire d Hématologie C.H.U. Rouen CLASSIFICATION OMS DES SMD ET LES SYNDROMES FRONTIERES? CORRESPONDANCE ENTRE LES DEUX CLASSIFICATIONS

Plus en détail

ANNEXE 1 : PARCOURS DE SOINS EN FONCTION DES TUMEURS

ANNEXE 1 : PARCOURS DE SOINS EN FONCTION DES TUMEURS ANNEXE 1 : PARCOURS DE SOINS EN FONCTION DES TUMEURS I PROCEDURE GENERALE L enfant et sa famille seront d emblée informés que la prise en charge de la maladie est organisée dans un réseau de soins et que

Plus en détail

Allogreffes de CSH et transfusion. Dr AC Leprêtre EFS Saint Louis

Allogreffes de CSH et transfusion. Dr AC Leprêtre EFS Saint Louis Allogreffes de CSH et transfusion Dr AC Leprêtre EFS Saint Louis Recommandations HAS novembre 2014 PSL irradiés: à partir de 7 jours avant un prélèvement de cellules souches hématopoïétiques. Si greffe:

Plus en détail

Hémopathies lymphoïdes «matures»

Hémopathies lymphoïdes «matures» Hémopathies lymphoïdes «matures» Définition Proliférations monoclonales de lymphocytes B, T ou NK Classification OMS 2008 Classification en 4 types histologiques : - Type 1 : à prédominance lymphocytaire,

Plus en détail

Cas du mois. Pancytopénie aux urgences. Démarche diagnostique. Diagnostic différentiel

Cas du mois. Pancytopénie aux urgences. Démarche diagnostique. Diagnostic différentiel Cas du mois Pancytopénie aux urgences Une dame de 59 ans se présente aux urgences pour asthénie et dyspnée, il n y a pas de saignements. Elle n a pas d antécédents médicaux particuliers. Voici sa formule

Plus en détail

Le myélome multiple. Violette DELARUELLE Gisèle HOARAU Nicole MOREL. Dr Madalina UZUNOV. Dr Sylvain CHOQUET. Membres du CA de l AFITCH-OR.

Le myélome multiple. Violette DELARUELLE Gisèle HOARAU Nicole MOREL. Dr Madalina UZUNOV. Dr Sylvain CHOQUET. Membres du CA de l AFITCH-OR. Le myélome multiple Violette DELARUELLE Gisèle HOARAU Nicole MOREL Membres du CA de l AFITCH-OR Dr Madalina UZUNOV Hématologue Dr Sylvain CHOQUET Hématologue Qu est-ce que le myélome multiple? (1) Une

Plus en détail

ANEMIES ET HEMOPATHIES MALIGNES

ANEMIES ET HEMOPATHIES MALIGNES ANEMIES ET HEMOPATHIES MALIGNES N. BOUDJERRA 6 ème Forum National de l Omnipraticien 7 et 8 Avril 2010 INTRODUCTION Anémie : modification hématologique la plus fréquente rencontrée en pratique clinique.

Plus en détail

MALADIE DE WALDENSTRÖM

MALADIE DE WALDENSTRÖM MALADIE DE WALDENSTRÖM DEFINITION I - DIAGNOSTIC CLINIQUE A - Signes Hematologiques B - Syndrome d' Hyperviscosite Sanguine C - Autres II - DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE III- DIAGNOSTIC DIFFERENTIEL IV - EVOLUTION

Plus en détail

Cas Clinique n 1. DU Cas Concret. Cas 1- Description. Cas 1 - Description. Cas 1- Description. Cas 1 - Questions.

Cas Clinique n 1. DU Cas Concret. Cas 1- Description. Cas 1 - Description. Cas 1- Description. Cas 1 - Questions. DU Cas Concret Cas Clinique n 1 Dr Anne Mercadier EFS Ile de France 1 2 Cas 1 - Description Patient sexe féminin né en 1949 Antécédents : 3 grossesses, sans antécédent transfusionnel connu. Hospitalisée

Plus en détail

Hématologie et sujet âgé : les enjeux

Hématologie et sujet âgé : les enjeux Hématologie et sujet âgé : les enjeux DIU 2011 Sujet âgé? Point de vue des gériatres: Caractéristiques sujet âgé * Modifications physiologiques liées au vieillissement -état de base / stress * Polypathologie;

Plus en détail

LES LEUCEMIES AIGUËS DIAGNOSTIC ET EVOLUTION

LES LEUCEMIES AIGUËS DIAGNOSTIC ET EVOLUTION LES LEUCEMIES AIGUËS DIAGNOSTIC ET EVOLUTION Les leucémies aiguës (LA) sont des proliférations malignes du tissu hématopoïétique. Elles se caractérisent par l'accumulation dans la moelle et le sang de

Plus en détail

Descriptif d une séquence de formation. Plan du cours : «Hématologie clinique Maladies de système Cancérologie générale»

Descriptif d une séquence de formation. Plan du cours : «Hématologie clinique Maladies de système Cancérologie générale» Descriptif d une séquence de formation Plan du cours : 2013 2014 «Hématologie clinique Maladies de système Cancérologie générale» 1. Informations de base - Matière d enseignement: Hématologie clinique

Plus en détail

UE N 9 Cancéro-onco hématologie Objectif ECN: N

UE N 9 Cancéro-onco hématologie Objectif ECN: N UE N 9 Cancéro-onco hématologie Objectif ECN: N Diagnostiquer une LEUCEMIE AIGUE. (1) Myéloblastique D. Bordessoule LEUCEMIE AIGUE MYELOBLASTIQUE * Définition : LEUCÉMIE AIGUE MYÉLOBLASTIQUE INTRODUCTION

Plus en détail

INFORMATIONS AUX PATIENTS ATTEINTS DE LEUCEMIE AIGUE MYELOBLASTIQUE

INFORMATIONS AUX PATIENTS ATTEINTS DE LEUCEMIE AIGUE MYELOBLASTIQUE Livret LAM page 1 INFORMATIONS AUX PATIENTS ATTEINTS DE LEUCEMIE AIGUE MYELOBLASTIQUE Dans certains cas les symptômes et le traitement peuvent différer de ce que y est présenté dans ce livret. A tout moment

Plus en détail

TEP/TDM au FDG et lymphome de l enfant. F. Montravers Service de Médecine Nucléaire Hôpital TENON, PARIS

TEP/TDM au FDG et lymphome de l enfant. F. Montravers Service de Médecine Nucléaire Hôpital TENON, PARIS TEP/TDM au FDG et lymphome de l enfant F. Montravers Service de Médecine Nucléaire Hôpital TENON, PARIS Lymphomes de l enfant 10 à 15% des cancers de l enfant 3 ème cause de cancer après les leucémies

Plus en détail

Pré-requis et objectifs

Pré-requis et objectifs DFGSM - UE Tissu sanguin. Exercices d'interprétation de la numération formule leucocytaire (versant lignée leucocytaire et mégacaryocytaire) Enseignement dirigé Pré-requis et objectifs Pré-requis = Données

Plus en détail

(1) Services de Réanimation Purpan / IUCT, CHU Toulouse (2) Service d Epidémiologie, CHU Toulouse (3) Service d Hématologie, IUCT, CHU Toulouse

(1) Services de Réanimation Purpan / IUCT, CHU Toulouse (2) Service d Epidémiologie, CHU Toulouse (3) Service d Hématologie, IUCT, CHU Toulouse Caractéristiques et devenir des patients atteints de leucémies aiguës myéloïdes admis en réanimation à la phase inaugurale au CHU de Toulouse M. Picard (1), E. Yon (2), E. Bérard (2), S. Bertoli (3), S.

Plus en détail

Table des matières CHAPITRE 1. HÉMATOPOÏÈSE CELLULES CIRCULANTES 5

Table des matières CHAPITRE 1. HÉMATOPOÏÈSE CELLULES CIRCULANTES 5 Table des matières AVANT-PROPOS 3 CHAPITRE 1. HÉMATOPOÏÈSE CELLULES CIRCULANTES 5 I. HÉMATOPOÏÈSE...5 A. Définitions...5 B. Localisation...6 C. Organisation...6 D. Érythropoïèse...6 E. Maturation granulocytaire

Plus en détail

Informations générales sur le patient. Contexte de la RCP

Informations générales sur le patient. Contexte de la RCP Informations générales sur le patient Consentement : OUI NON Identifiant patient INSC visible :................. NOM D USAGE :.............................. NOM DE NAISSANCE :.................................

Plus en détail

Pourquoi reconnaître un syndrome d activation macrophagique?

Pourquoi reconnaître un syndrome d activation macrophagique? Pourquoi reconnaître un syndrome d activation macrophagique? Dr Emmanuelle Tavernier-Tardy MCUPH Hématologie ICLN Saint Etienne Printemps 2014 de la médecine d urgence Lyon, 13/05/2014 SAM = Hemophagocytic

Plus en détail

Pronostic des patients d onco-hématologie en réanimation

Pronostic des patients d onco-hématologie en réanimation Pronostic des patients d onco-hématologie en réanimation Rébecca Hamidfar-Roy Réanimation Médicale CHU de Grenoble Actualités En Réanimation 14 Novembre 2013 Oncohématologie/Réanimation Facteurs liés à

Plus en détail

640 La Revue de Santé de la Méditerranée orientale, Vol. 10, N o 4/5, 2004

640 La Revue de Santé de la Méditerranée orientale, Vol. 10, N o 4/5, 2004 640 La Revue de Santé de la Méditerranée orientale, Vol. 10, N o 4/5, 2004 Aspects cytologiques des leucémies aiguës : à propos de 193 cas colligés dans la région centrale de la Tunisie N. Braham Jmili,

Plus en détail

Lymphomes et infection HIV

Lymphomes et infection HIV Lymphomes et infection HIV Eric Oksenhendler Hôpital Saint-Louis, Paris La part croissante des Tumeurs dans la prise en charge Pré cart Post cart Infections opportunistes Cachexie Encéphalite VIH Kaposi

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 01 février 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 01 février 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 01 février 2006 Examen du dossier de la spécialité inscrite, pour une durée limitée, conformément au décret du 27 octobre 1999 (JO du 30 octobre 1999) et à l arrêté du

Plus en détail

Leucémie lymphoïde chronique

Leucémie lymphoïde chronique Leucémie lymphoïde chronique Syndrôme lymphoprolifératif (SLP) caractérisé par une prolifération monoclonale chronique de lymphocytes B, matures morphologiquement mais immatures d un point de vue immunologique.

Plus en détail

Aplasie Medullaire Une petite histoire

Aplasie Medullaire Une petite histoire Aplasie Medullaire Une petite histoire Maladie initalement décrite par le Dr Paul Erhlich en 1888 Le cas décrit était celui d une jeune femme décédée abruptement de saignement, d anémie et de fièvre ;

Plus en détail

SYNTHÈSE DES ATELIERS

SYNTHÈSE DES ATELIERS Rédigé par le Docteur Tristan CUDENNEC (Boulogne Billancourt) SYNTHÈSE DES ATELIERS Myélodysplasies (P.Chaibi, G.Albrand) Transfusion, hémovigilance (I.Devie, M.Cartier, P.Chevalet) Syndromes myéloprolifératifs

Plus en détail

LEUCEMIE LYMPHOIDE CHRONIQUE

LEUCEMIE LYMPHOIDE CHRONIQUE LEUCEMIE LYMPHOIDE CHRONIQUE DEFINITION I - FORME TYPIQUE A - Circonstances révélatrices B - Signes cliniques C - Signes biologiques II - FORMES CLINIQUES A - f. cytologiques B - f. myélo-sanguines C -

Plus en détail

Les leucémies aigues lymphoïdes chez l enfant. Soins infirmiers.

Les leucémies aigues lymphoïdes chez l enfant. Soins infirmiers. Les leucémies aigues lymphoïdes chez l enfant. Soins infirmiers. Plan. Introduction. Définition succinte. Diagnostic. 1- Diagnostic médical d annonce; 2- Entretien infirmier. Pose d une voie centrale.

Plus en détail

Laura R. Née le mars 2008 DES pédiatrie Clermont Ferrand 1

Laura R. Née le mars 2008 DES pédiatrie Clermont Ferrand 1 Laura R. Née le 30.11.88 14-15 mars 2008 DES pédiatrie Clermont Ferrand 1 Antécédents Personnels : -fracture du coude gauche ostéosynthésée en déc 2006. -Pas d allergie -Contraception orale oestro-progestative

Plus en détail

HEMATOLOGIE MALIGNE. Dr E Voog Centre Jean Bernard Le Mans

HEMATOLOGIE MALIGNE. Dr E Voog Centre Jean Bernard Le Mans + HEMATOLOGIE MALIGNE Dr E Voog Centre Jean Bernard Le Mans + Plan (1) n Rappel: Hématopoïèse n Syndromes myélo-prolifératifs chroniques n Leucémie myéloïde chronique n Maladie de Vaquez n Thrombocytémie

Plus en détail

Leucémie myéloïde chronique BCR-ABL1 positive (LMC)

Leucémie myéloïde chronique BCR-ABL1 positive (LMC) 3.2 Prédominance de cellules polynucléaires (à noyau segmenté) Leucémie myéloïde chronique BCR-ABL1 positive (LMC) La LMC est caractérisée par la présence du chromosome Philadelphie t(9;22) (q34;q11.2)

Plus en détail

Coagulopathie de Consommation (CC) et Coagulation Intra-Vasculaire Disséminée (CIVD) des états de choc. P Sié, Laboratoire d Hématologie CHU Toulouse

Coagulopathie de Consommation (CC) et Coagulation Intra-Vasculaire Disséminée (CIVD) des états de choc. P Sié, Laboratoire d Hématologie CHU Toulouse Coagulopathie de Consommation (CC) et Coagulation Intra-Vasculaire Disséminée (CIVD) des états de choc P Sié, Laboratoire d Hématologie CHU Toulouse Coagulation intravasculaire disséminée (CIVD) Situation

Plus en détail

SYNTHÈSE DE LA RECOMMANDATION DE BONNE PRATIQUE

SYNTHÈSE DE LA RECOMMANDATION DE BONNE PRATIQUE SYNTHÈSE DE LA RECOMMANDATION DE BONNE PRATIQUE Transfusions de globules rouges homologues : produits indications, alternatives Hématologie, oncologie Novembre 2014 HÉMOGLOBINOPATHIES Adultes drépanocytaires

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 29 avril 2009

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 29 avril 2009 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 29 avril 2009 VIDAZA 25 mg/ml, poudre pour suspension injectable B/1, flacon de 100 mg, code CIP : 391 265-8 Laboratoire CELGENE azacitidine Code ATC (2008) : L01BC07

Plus en détail

Allogreffe. de moelle osseuse ou de cellules souches hématopoïétiques. Glossaire à l usage du patient. Greffe de Moelle. et de thérapie cellulaire

Allogreffe. de moelle osseuse ou de cellules souches hématopoïétiques. Glossaire à l usage du patient. Greffe de Moelle. et de thérapie cellulaire Allogreffe de moelle osseuse ou de cellules souches hématopoïétiques Glossaire à l usage du patient Société Française de Greffe de Moelle et de thérapie cellulaire Hémato-transplant éditorial Madame, Mademoiselle,

Plus en détail

Mise à jour concernant la prise en charge des lymphomes de l adulte. Serge Bologna le 18 novembre 2003

Mise à jour concernant la prise en charge des lymphomes de l adulte. Serge Bologna le 18 novembre 2003 Mise à jour concernant la prise en charge des lymphomes de l adulte. Serge Bologna le 18 novembre 2003 LMNH agressifs Résultats histologiques doivent être donnés dans la classification OMS 2001 par l anatomo-pathologiste

Plus en détail