Les moyens du SANTÉ AU TRAVAIL GUIDE. LAMY HYGIÈNE ET SÉCURITÉ La référence des experts en droit de la santé et de la sécurité au travail!

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les moyens du SANTÉ AU TRAVAIL GUIDE. LAMY HYGIÈNE ET SÉCURITÉ La référence des experts en droit de la santé et de la sécurité au travail!"

Transcription

1 SANTÉ AU TRAVAIL PRÉVENIR ET ÉVITER LES RISQUES LAMY HYGIÈNE ET SÉCURITÉ La référence des experts en droit de la santé et de la sécurité au travail! GUIDE Les moyens du Maîtrisez tous les aspects de la règlementation. SANTÉ, SÉCURITÉ ET CONDITIONS DE TRAVAIL AU QUOTIDIEN À questions précises, réponses précises! Plus de 400 fiches questions/réponses pour faire face aux problématiques quotidiennes. FORMULAIRE COMMENTÉ SANTÉ, SÉCURITÉ AU TRAVAIL La boîte à outils du préventeur et du CHSCT! Bénéficiez de conseils opérationnels et + de 200 modèles prêts à l emploi. Pour plus d informations :

2 Les moyens du CHSCT Extrait du formulaire Commenté Santé-sécurité au travail sous la direction de : Aurélia Dejean de la Bâtie, Directrice de Collections Lamy & Liaisons-sociales en santé au travail

3 SOMMAIRE Introduction Moyens matériels mis à la disposition du CHSCT 1 Moyens nécessaires à la préparation et à l organisation des réunions Local mis à la disposition du CHSCT Utilisation d Internet par le CHSCT Utilisation de panneaux d affichage par le CHSCT Moyens financiers alloués au CHSCT Moyens de déplacement pour l exercice du mandat 1 Liberté de déplacement des membres du CHSCT Horaire du déplacement Paiement des frais de déplacement Documents et informations mis à la disposition du CHSCT 1 Obligation générale d information de l employeur Obligations particulières d information Documents obligatoirement soumis pour avis au CHSCT Documents obligatoirement transmis au CHSCT Possibilité pour le CHSCT de consulter un certain nombre de documents Informations demandées par le CHSCT dans le cadre de sa mission d analyse et d enquête Action en justice du CHSCT 1 Qualité pour agir juridiquement Capacité à agir en justice Frais de justice Moyens mobilisables par le CHSCT 1 Recours à une personne qualifiée Pluridisciplinarité et CHSCT Annexe Testez vos connaisssances!

4 INTRODUCTION En entreprise, le CHSCT est le 1 er acteur de prévention des risques professionnels. Son rôle est de contribuer à la protection de la santé physique et mentale des salariés de l entreprise et de ceux qui sont amenés à y travailler (travailleurs mis à disposition par une entreprise extérieure). Depuis sa création, il y a plus de trente ans, les missions du CHSCT n ont cessé de se diversifier. Le législateur a étendu les attributions et les compétences du CHSCT au fur et à mesure que les préoccupations sociales relatives à la santé au travail ont émergé en entreprise. Parallèlement les juges élargissent le rôle consultatif du CHSCT. Ce qui conduit en pratique, de plus en plus fréquemment, à la nécessité d une double consultation CE-CHSCT. Néanmoins, le CHSCT n est pas uniquement une instance de consultation. Pour mener à bien ses missions, il dispose de moyens d action permanents et/ou ponctuels non négligeables que les représentants du personnel ont tout intérêt à bien savoir utiliser. Ainsi, connaître précisément les moyens d action du CHSCT est devenu indispensable pour les élus afin que le CHSCT soit, dans chaque établissement de travail, une instance représentative incontournable pour l employeur, au même titre que le CE. Ce guide a pour finalité de répondre aux questions que les élus du CHSCT se posent lorsqu ils veulent mener à bien une action : De quels moyens dispose réellement le CHSCT? Quelles sont les règles du jeu encadrant son financement? Comment peut-il agir sur les conditions de travail et faire connaitre ses actions auprès des salariés? Comment faire respecter ses prérogatives? Etc. Avertissement Ce guide ne peut prétendre à l exhaustivité. Nous avons ainsi volontairement exclu, le recours à l expertise qui est «un moyen» si important du CHSCT qu il mérite une étude dédiée (sur cette thématique, nous vous renvoyons donc au Formulaire commenté Lamy Santé sécurité au travail qui inclut une étude spécifique sur l expertise). 4 5

5 Chapitre 1 Moyens matériels mis à la disposition du CHSCT 1 Moyens nécessaires à la préparation et à l organisation des réunions Le Code du travail fait obligation au chef d établissement d allouer au CHSCT «les moyens nécessaires à la préparation et à l organisation des réunions» (C. trav., art. L ). Selon la circulaire DRT n o 93/15 du 25 mars 1993, ces moyens doivent comprendre au minimum les moyens de dactylographie nécessaires, de reproduction, de transmission et de diffusion des procès-verbaux. Le matériel doit aussi comprendre des ouvrages et une documentation juridique et technique en matière de santé et de sécurité au travail adaptés aux risques particuliers de l établissement. La justice a posé que «pour l accomplissement de leur mission légale et la préservation de la confidentialité qui s y attache les salariés investis d un mandat électif ou syndical dans l entreprise doivent pouvoir y disposer d un matériel ou procédé excluant l interception de leurs communications téléphoniques et l identification de leurs correspondants» (Cass. soc., 6 avr. 2004, n o ). Dès lors le CHSCT doit pouvoir disposer d une ligne téléphonique propre qui garantisse le secret de ses communications. Cette ligne privée peut être installée dans le local du CHSCT si ce dernier dispose d un local propre. Elle peut aussi être commune au Comité d entreprise et au CHSCT si le CHSCT utilise le local du Comité d entreprise. Moyens matériels mis à la disposition du CHSCT 6 7

6 Par ailleurs, le CHSCT pourra demander au chef d établissement tous les moyens qui lui paraissent nécessaires à la préparation et à l organisation des réunions. Ces moyens sont très divers et varieront d un CHSCT à l autre, il peut s agir par exemple, d un appareil photos (pour les enquêtes et inspections), d un véhicule, d un téléphone portable, etc. Une clause du règlement intérieur du CHSCT peut utilement rappeler le principe et préciser que la direction veille à mettre à la disposition du CHSCT les moyens, notamment matériels et documentaires permettant au CHSCT d exercer sa mission. Exemple de clause pouvant figurer dans le règlement intérieur du CHSCT Le comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail dispose d une salle équipée mise à sa disposition. Il dispose notamment d une armoire pour pouvoir entreposer ses documentations et d un ordinateur portable pour effectuer ses travaux de secrétariat (rédaction des procèsverbaux, courriers, etc.) et accéder à l intranet. Une documentation technique et juridique, en rapport avec l activité de l entreprise, est attribuée au comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail et tenue à jour. Le secrétaire du comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail la tient à la disposition des représentants du personnel. Éventuellement Le comité reçoit notamment : < indiquer les livres de référence, ouvrages techniques auxquels le comité souhaite être abonné > 2 Local mis à la disposition du CHSCT Le Code dutravail impose au chef d établissement de mettre à disposition du CHSCT «un local approprié» afin de pouvoir se réunir, entreposer sa documentation et conserver ses archives. Toutefois, il ne s agit pas obligatoirement d un local propre. Si un local est attribué au CHSCT Si un local lui est attribué, sa localisation et son aménagement relèvent du choix de l employeur. La dimension de la salle peut varier en fonction de l importance de l entreprise et du comité. Le local doit, en principe, être situé à l intérieur de l entreprise afin que les salariés, membres du CHSCT et les visiteurs éventuels puissent y accéder facilement. Si un système de badge a été mis en place pour accéder aux locaux, le comité doit disposer d un accès au local entièrement libre de tout contrôle. En effet, la libre circulation du personnel et des représentants du personnel doit être garantie. Le local reste la propriété de l entreprise et l employeur doit donc en assurer l entretien. Si les représentants du personnel ne sont pas satisfaits du local proposé par l employeur (trop petit, mal isolé, mal équipé, mal situé, etc.), ils peuvent saisir en urgence, en la forme des référés, le tribunal de grande instance. Le juge apprécie alors le bien fondé de cette contestation en fonction des moyens et des motivations de l employeur, ainsi que des besoins effectifs du CHSCT. Si l employeur est libre dans le choix du local, il ne peut transférer le local sans l accord des représentants. À défaut d accord, pour maintenir son choix de déménagement, l employeur doit obtenir une autorisation préalable du tribunal. Si aucun local spécifique n est attribué au CHSCT Si un local propre ne lui est pas attribué, le CHSCT doit au moins disposer d une armoire sous clé, pour pouvoir archiver la documentation et le matériel destiné au comité. L employeur devra ensuite veiller à ce que les membres du CHSCT puissent se réunir et travailler ensemble facilement et en toute confidentialité. Le Comité d entreprise ou d établissement dispose d un local pour mener à bien sa mission. Le CHSCT peut donc aussi partager ce local, si les autres représentants du personnel y sont favorables. Il suffira alors de s entendre sur la répartition du temps pendant lequel chacun peut Moyens matériels mis à la disposition du CHSCT 8 9

7 utiliser le local. L employeur remettra une clé du local au secrétaire du CHSCT afin que ce dernier puisse y accéder selon son gré. Les autres membres du comité doivent aussi pouvoir y accéder et les modalités de cet accès seront donc à organiser. 3 Utilisation d Internet par le CHSCT Des moyens bureautiques adaptés à la mission du CHSCT doivent lui être fournis par l employeur (microordinateur, imprimante, accès à l intranet). Pour l utilisation d Internet par le CHSCT, la loi ne dit rien. L employeur n est donc tenu à aucune obligation légale à l égard du CHSCT. Cependant, les droits du CHSCT peuvent se calquer sur les règles qui ont été fixées pour les organisations syndicales. Sur Internet tout est possible mais attention, au niveau juridique tout n est pas permis : on ne peut pas tout écrire ou tout divulguer sur la toile. Usage des messageries électroniques par le CHSCT La diffusion de tracts et de publications à caractère syndical sur la messagerie électronique mise à la disposition des salariés par l entreprise n est pas possible, sauf autorisation de l employeur ou accord d entreprise le prévoyant (Cass. soc., 25 janv. 2005, n o ). Ce principe peut être transposé au CHSCT en ce qui concerne le droit des élus d utiliser la messagerie électronique de l entreprise pour communiquer avec les salariés. Une charte d entreprise ou un accord d entreprise relative à l utilisation de l intranet par les représentants du personnel peut parfaitement imposer que la messagerie du CHSCT ne soit pas utilisée pour envoyer des messages individuels ou collectifs aux salariés sur leur poste de travail. En effet, la direction peut décider que la boite du CHSCT doit être réservée aux échanges entre le comité et la direction, et/ou aux communications internes des représentants du personnel au CHSCT. Dans cette dernière hypothèse, une «adresse invisible» peut être créée : il s agit d une adresse qui n apparaît pas dans la messagerie générale de l entreprise et qui est donc réservée au CHSCT (représentants du personnel et président). Utilisation de l intranet Une charte ou un accord d entreprise portant sur la diffusion de l information syndicale et sociale peut aussi prévoir que le CHSCT dispose d un espace Internet dédié permettant ainsi au CHSCT de communiquer avec les salariés. Cet espace, créé et géré sous la responsabilité de la Direction des Ressources Humaines, assure la mise en ligne des informations que le CHSCT veut porter à la connaissance des salariés. Le contenu de cet espace sera limité par les règles qui régissent l intranet de l entreprise. Pour prévenir les éventuels litiges, il est souhaitable qu un accord d entreprise soit passé sur la diffusion de l information sociale et syndicale ou tout au moins, lorsque l employeur s engage unilatéralement sur ce point, qu une annexe au règlement intérieur du CHSCT apporte des précisions. Moyens matériels mis à la disposition du CHSCT 10 11

8 Exemple d annexe au règlement intérieur du CHSCT sur l utilisation de l intranet Le CHSCT dispose d un espace dédié sur l intranet qui lui permet de communiquer avec les salariés. La durée de présence sur le site des informations qui y sont portées, est de 6 mois. Après cette durée, les informations seront accessibles sur un site d archivage. Le site est créé et géré sous la responsabilité de la DRH qui assure la mise en ligne des informations diffusées par le CHSCT. Tout collaborateur dispose d une adresse , ce qui lui permet de consulter sur son temps de travail l espace CHSCT. Cette consultation peut se faire à partir, soit des bureaux de l établissement soit de sites extérieurs avec les moyens de sécurisation appropriés fournis par le Groupe pour accéder au réseau interne. Seront mis en ligne : Le calendrier et l ordre du jour des réunions des CHSCT. Les comptes rendus des réunions des CHSCT, approuvés par la direction. La liste et les coordonnées professionnelles des membres des CHSCT. Les autres informations que les élus veulent porter sur l espace dédié au CHSCT sont transmises au président avant le 10 du mois par le secrétaire du CHSCT. Elles respecteront les obligations légales en matière de confidentialité, d interdiction d actions diffamatoires, de droit au respect de la vie privée et de droit à l image. Une annexe technique précise les caractéristiques des documents à remettre. Création d un site Internet sur le réseau par le CHSCT Le CHSCT peut recourir à un prestataire extérieur pour créer son propre site Internet sur le réseau. Le réseau Internet est un espace de communication considéré comme extérieur à la société. Le choix du prestataire et de la prestation fournie doivent faire l objet d un vote lors d une réunion du CHSCT. Seule limite à la liberté du CHSCT : il doit être «possible de connaître les animateurs de ce site, et de situer, sans ambiguïté leurs messages dans le cadre d une situation sociale existante, la diffusion de ces messages s inscrivant dans l exercice du droit à l expression directe et collective des salariés reconnue par l article L du Code du travail» (TGI Paris, réf., 17 nov. 1997, n o 64146/97). L employeur n a pas l obligation de financer la création d un site sur le réseau pour le CHSCT. Le CHSCT doit donc trouver les moyens pour faire fonctionner le site et en assurer la maintenance. Si le CHSCT a créé son propre site Internet externe, il peut parfaitement expédier des messages sur les adresses personnelles des salariés. Par le biais de ce site, il peut aussi leur envoyer une «newsletter» sur l activité du CHSCT. Un membre du CHSCT devra être désigné pour alimenter le site et l actualiser. Il est aussi prudent de prévoir, par exemple dans le règlement intérieur du CHSCT, qu aucun message ne pourra être envoyé aux salariés, sans avoir été relu et validé par le secrétaire et cosigné par lui. En effet, la rapidité propre à l informatique peut plus facilement faire oublier que le CHSCT est tenu d une obligation de discrétion et de secret. Or, les informations diffusées par mail doivent elles aussi respecter ce principe. Il conviendra notamment de mettre en place un système de mot de passe et/ou d identifiants afin d éviter que des tiers à l entreprise, notamment des concurrents, puissent avoir accès à toutes les informations publiées sur le site L employeur ne peut, sans qu il y ait violation du secret de la correspondance, prendre connaissance des messages personnels émis ou reçus par un salarié grâce à un outil informatique mis à sa disposition pour son travail (Cass. soc., 2 oct. 2001, n o ). Responsabilité du CHSCT concernant l usage d Internet Qu il s agisse d un site Internet ou intranet, il est important de rappeler que le CHSCT est responsable des écrits diffusés sur le site. Dès lors, par exemple, si un forum de discussions est instauré, il convient de nommer un représentant du personnel du CHSCT comme modérateur afin de filtrer les messages envoyés par les salariés et d éviter notamment que ne soient Moyens matériels mis à la disposition du CHSCT 12 13

9 publiés des propos fallacieux, diffamatoires, injurieux, etc. De même, toute diffusion de logos, sigles, photos doit respecter le droit à l image, le droit des marques, ainsi que la confidentialité des informations présentées comme telles par l employeur au CHSCT, ou confidentielles par nature, etc. Si un membre du CHSCT utilise les réseaux sociaux pour s exprimer sur le CHSCT. Il est considéré comme un éditeur du contenu de sa page personnelle et engage sa responsabilité si les informations transmises sont susceptibles de porter préjudice à l entreprise, sur le fondement de l article 1382 du Code civil (Cass. com., 8 avr. 2008, n o ). 4 Utilisation de panneaux d affichage par le CHSCT Comme les autres instances représentatives du personnel, le CHSCT dispose d un droit d affichage. La loi n a pas prévu les modalités de mise en œuvre de cette obligation, et notamment l octroi de panneaux d affichage réservés au CHSCT. Néanmoins, pour le bon fonctionnement de l institution, le CHSCT doit pouvoir en disposer. Pour éviter tout litige, il est souhaitable de prévoir dans le règlement intérieur du CHSCT le nombre, les emplacements et les règles d utilisation de ces panneaux. De nombreux accords collectifs règlent la question, en fixant l obligation pour les employeurs de mettre à la disposition du CHSCT des panneaux d affichages distincts des autres instances représentatives du personnel. Si l employeur ne concède pas au CHSCT des panneaux propres, le CHSCT peut demander aux organisations syndicales de faire usage de leurs panneaux. Clause du règlement intérieur du CHSCT sur les panneaux d affichage du CHSCT Panneaux d affichage Le comité d hygiène et de sécurité disposera de ses propres panneaux d affichage sécurisés pour afficher les informations et documents qu il a pour rôle de porter à la connaissance du personnel. Les modalités d affichage seront fixées par l employeur en accord avec les membres du comité. Ces panneaux sont situés dans des lieux facilement accessibles aux salariés pour leur permettre d être lus sans difficulté. Il convient, avant de procéder à l affichage, d envoyer un exemplaire de ce qui va être affiché à l employeur (C. trav., art. L ). Toutefois, l employeur n a pas de contrôle sur ce qui est affiché. L employeur qui retire une communication du CHSCT sur un panneau dédié à cet effet, sans y avoir été autorisé préalablement par une décision de justice, commet un délit d entrave susceptible de poursuite pénale. Si la diffusion des procès-verbaux par voie d affichage est autorisée, celle-ci n est possible qu à la condition que soit respectée l obligation de discrétion et que le procès-verbal ne contienne «ni inexactitude, ni propos injurieux, ni allégations diffamatoires» (Cass. soc., 17 juin 1982, n o ). De plus, en raison de la longueur de certains procès-verbaux, il est préférable de privilégier la diffusion du procès-verbal par un autre moyen (site intranet par exemple) afin que le panneau du CHSCT reste lisible et permette plutôt de sensibiliser les salariés sur un point particulier qui entre dans les attributions du comité. 5 Moyens financiers alloués au CHSCT Le CHSCT ne dispose pas de budget de fonctionnement. Toutefois, un accord ou usage d entreprise peut prévoir que l employeur verse une contribution au CHSCT pour faciliter l exercice de ses missions. Moyens matériels mis à la disposition du CHSCT 14 15

10 Le fait que le CHSCT dispose de la personnalité civile lui confère les moyens de gérer les sommes ainsi mises à sa disposition. Le CHSCT peut aussi recevoir des fonds de la part du Comité d entreprise pour réaliser des travaux pour le compte de ce dernier. Le fait que les deux institutions aient des compétences communes permet, en effet, au Comité d entreprise de confier au CHSCT le soin de procéder à des études pour le compte du Comité d entreprise. Bien évidemment, les ressources destinées au fonctionnement du Comité d entreprise peuvent être allouées au CHSCT dans la mesure où la mission qui lui est confiée touche directement son domaine d intervention, à savoir la santé et la sécurité des salariés. Même si aucun budget de fonctionnement n a encore été accordé par le législateur au CHSCT, l employeur est tenu de prendre en charge les frais contractés par le CHSCT dans l exercice de sa mission. La jurisprudence considère en effet que, sauf abus du CHSCT, l employeur doit donner au CHSCT les moyens de fonctionner et, en conséquence, doit assumer les frais légitimement engagés par le comité : frais d expertise et de justice notamment. Comment obtenir des moyens pour le CHSCT? En l absence d accord ou de règlement intérieur permettant de définir les moyens de fonctionnement du CHSCT, les membres du comité peuvent demander au chef d établissement de leur fournir les moyens dont ils ont besoin soit par le vote d une résolution lors d une réunion du CHSCT soit par le biais d un courrier adressé au président du CHSCT. Attention Pour que la résolution puisse être votée lors de la séance, il faut que l ordre du jour mentionne le thème ou le document qui est à l origine de la résolution. Modèle de courrier du secrétaire du CHSCT en vue d obtenir les moyens nécessaires à son fonctionnement À < lieu >, le < date > Le secrétaire du comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail < adresse > Entreprise < à renseigner > Monsieur (ou Madame) le président du comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail < nom et prénom > < adresse > Monsieur (ou Madame) le président, En application de l article L du Code du travail, nous demandons, par la présente, que nous soient alloués les moyens nécessaires pour assurer le bon fonctionnement du comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail. Plus précisément, il s agit : < indiquer la nature des moyens demandés : salle de réunion, armoires, ligne téléphonique, ordinateurs, moyens documentaires : ouvrages, revues, etc. >. Cette demande est tout particulièrement motivée dans le cadre des travaux que le comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail est actuellement en train de mener : < indiquer les enquêtes ou les travaux en cours >. OU Cette demande nous semble en effet nécessaire pour permettre au comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail de mener plus efficacement son action en vue de prévenir les risques professionnels au sein de notre établissement. Dans l attente de votre réponse, veuillez agréer, Monsieur (ou Madame) le président, nos salutations distinguées. Le secrétaire du comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail < nom et prénom < signature> Moyens matériels mis à la disposition du CHSCT 16 17

11 Chapitre 2 Moyens de déplacement pour l exercice du mandat 1 Liberté de déplacement des membres du CHSCT La liberté de déplacement des membres du CHSCT est nécessaire à l exercice de leur mission. Cette liberté de déplacement est «d ordre public», c est-à-dire qu elle ne peut pas être entravée ou restreinte par l employeur, sous peine de sanctions pénales pour délit d entrave. Ainsi, constitue un délit d entrave, le fait pour un employeur d interdire à un représentant du personnel tout déplacement dans l entreprise durant les heures de travail. Rappelons que pour exercer son mandat chaque membre du CHSCT dispose d heures de délégation, le plus souvent appelé «crédit d heures» Rappel sur les heures de délégation du CHSCT Effectif de l établissement Volume d heures de délégation par Représentant Nombre de représentants du personnel Volume global mensuel d heures de délégation pour le comité Au plus et plus Si le calcul auquel il est procédé est individuel, l attribution des heures est collective, puisque les représentants du personnel peuvent répartir entre eux le temps dont ils disposent. Il suffit juste, chaque mois, d informer l employeur de comment se fait la répartition. De plus, il est toujours possible d augmenter, par voie conventionnelle, ou par usage, le nombre d heures de délégation prévu légalement. Les heures de délégations sont payées comme du temps de travail. Le crédit d heures peut être dépassé en cas de circonstances exceptionnelles : voir en complément le Formulaire Lamy santé sécurité au travail. Information de l employeur sur l exercice du mandat Aucune autorisation ni délai de préavis n est requis pour quitter son poste de travail et exercer son mandat de représentant au CHSCT. Le représentant peut se contenter d informer son supérieur hiérarchique qu il quitte son poste pour exercer son mandat. Si ce dernier est luimême absent, l information peut se faire par mail. Cette information est nécessaire car elle permet le bon déroulement du travail et le remplacement éventuel du représentant qui n est plus à son poste. Cela permet aussi de comptabiliser les heures de délégation. En ce qui concerne la teneur de l information fournie, elle peut être très succincte car le représentant n est pas obligé de préciser le motif de son absence, ni le lieu où il se rend. En cas d urgence, le représentant qui s absente sans en avoir informé son supérieur hiérarchique ne commet pas de faute, sauf si cette absence met en danger autrui ou la sécurité des personnes ou des biens. À noter que cette information n est pas obligatoire quand le représentant se rend à une réunion du CHSCT convoquée par l employeur, dans la mesure où le supérieur hiérarchique est censé être tenu au courant de cette convocation par l employeur lui-même. Moyens de déplacement pour l exercice du mandat 18 19

12 De plus, le représentant du personnel n a pas à subordonner l exécution de son mandat au fait de trouver quelqu un pour le remplacer à son poste. Ce remplacement relève, en effet, du seul pouvoir de direction et d organisation de l employeur. Afin de faciliter la comptabilisation des crédits d heures, il est possible pour l entreprise de mettre en place un système d information préalable sur l utilisation des heures de délégation. Mais attention, le système ne doit pas permettre à l employeur de se faire juge de l opportunité des activités d un membre du CHSCT et il doit résulter d un accord collectif sur les moyens attribués aux représentants du personnel. Dans la plupart des entreprises, l information se fait par le biais de bons de délégation qui sont souvent prévus par accord collectif signé avec les syndicats. Les bons de délégation ne peuvent pas être introduits dans l entreprise par décision unilatérale de l employeur. Une concertation avec les représentants du personnel est toujours nécessaire. Toutefois, si l entreprise est constituée de plusieurs établissements et que des CHSCT dans chaque établissement ont été mis en place, les représentants du personnel de ces comités ne peuvent circuler que dans l établissement où ils ont été élus. Cependant, tout représentant d un établissement peut se rendre au siège de l entreprise pour les besoins de son mandat. Si un CHSCT central a été institué de manière conventionnelle, les élus de ce comité peuvent accéder à toute l entreprise, tous les établissements étant compris. L employeur doit fournir aux représentants du CHSCT la liste des différents lieux de travail des salariés et la liste des salariés en télétravail avec leur adresse électronique afin que le CHSCT puisse les contacter. Déplacement hors de l entreprise Les membres du CHSCT peuvent librement se déplacer hors de l entreprise pendant les heures de délégation. Ces déplacements extérieurs sont, par exemple, prévus : - pour rencontrer l inspection du travail, les organisations syndicales, le médecin du travail, un expert, un avocat, un prestataire extérieur, etc. ; - pour visiter les autres entreprises du groupe ; - pour réaliser une inspection ou une enquête sur un chantier. Un accord collectif d entreprise peut préciser les modalités pratiques de ces déplacements. Déplacement dans l entreprise Tout membre du CHSCT peut circuler dans l ensemble des sites de l entreprise : ateliers, services, usines, unités de production, dépôts, magasins, agences, chantiers, etc. L employeur ne peut pas limiter cette liberté de circulation. Au niveau géographique, la liberté de déplacement doit pouvoir s exercer sur toute l entreprise. Les membres du comité peuvent ainsi visiter les unités de travail dispersées sur plusieurs sites géographiques (ateliers, agences, chantiers, bureau, etc.). Accès aux zones à risque L employeur en tant que responsable de la sécurité peut limiter la liberté de déplacement des membres du comité pour des impératifs de sécurité. Le représentant doit bien évidemment se conformer aux règles d hygiène et de sécurité applicables dans l entreprise, notamment en : - observant les consignes qui ont été fixées ; - utilisant les équipements de protection individuelle ; - respectant les règles de signalisation, etc. L employeur peut prévoir, lors des déplacements des représentants en zones à risque, que l intéressé : - se fasse reconnaître auprès de la hiérarchie du service concerné ; - soit accompagné d une personne habilitée ; - justifie de son identité et de sa qualité de représentant du personnel auprès du personnel de surveillance ; - etc. Dans les entreprises présentant de forts risques (usines du secteur chimique ou nucléaire, etc.), il est envisageable d instaurer un système de contrôle et de suivi des déplacements des Moyens de déplacement pour l exercice du mandat 20 21

13 salariés sur le site, afin d identifier les personnes pouvant être en danger en cas d incident ou d accident. Toutefois, ces contrôles ne doivent pas avoir pour but, ou pour conséquence, d entraver les fonctions des représentants du personnel en neutralisant leur liberté de circulation. Dans ce cas, la rencontre peut avoir lieu en dehors de l horaire de travail de ces salariés pour éviter tout litige avec l entreprise concernée (pause de midi, par exemple). La liberté de déplacement est aussi octroyée aux représentants syndicaux (RS) au CHSCT. Contacts avec les salariés Les représentants du personnel peuvent librement prendre contact avec les salariés. Des discussions informelles avec le personnel leur permettent, en effet, d avoir les remontées d information nécessaires à l exercice de leur mandat. Dès lors, l employeur ne peut empêcher un représentant de discuter avec un salarié présent à son poste de travail. Toutefois, le représentant doit veiller à ne pas perturber de manière importante le travail des équipes. Ainsi, la durée de l entretien doit être réduite lorsque, par exemple, le salarié est en contact avec la clientèle ou avec le public à une heure d affluence, ou lorsque l intervention du représentant du personnel a, nécessairement, pour conséquence une baisse notable de la production. On l aura compris, l exercice du mandat doit s exercer avec bon sens. Les membres du CHSCT peuvent aussi contacter les salariés détachés dans une entreprise cliente : l employeur ne peut s opposer au déplacement de membres de CHSCT dans une société dans laquelle des salariés sont ainsi mis à disposition. En effet, les conditions de fonctionnement des CHSCT doivent permettre une prise en compte effective des intérêts des salariés exerçant leur activité hors de l entreprise ou dans des unités dispersées. Néanmoins, cette liberté s exerce sous réserve de l accord des personnes ayant autorité dans l entreprise d accueil, qui peuvent légitimement refuser l accès à leur entreprise aux représentants du personnel de la société titulaire du marché. Les représentants au CHSCT peuvent alors demander à leur employeur de faire revenir temporairement les salariés détachés dans leur entreprise d origine afin de leur permettre de s entretenir avec les représentants du personnel. En cas d activités ou de structures inter-entreprises, les membres du CHSCT peuvent souhaiter rencontrer des salariés travaillant dans une entreprise sans lien avec la leur, par exemple au sujet d une cantine commune, de structures sportives utilisées en commun 2 Horaire du déplacement Le déplacement peut avoir lieu : - durant le temps de travail, le représentant utilise alors ses heures de délégation ; - en dehors des heures habituelles de travail si cela est nécessaire à l exercice du mandat. Le représentant ne peut pas circuler pendant son temps de travail en dehors du crédit d heures, sauf si le déplacement est demandé par l employeur pour une question relevant bien de l exercice du mandat. De manière souple et informelle, les heures alors utilisées à la demande de l employeur peuvent, par tolérance, être considérées comme du travail effectif. Le représentant peut aussi, lorsque c est nécessaire, prendre ses heures de délégation en dehors de son temps de travail. La liberté de circulation ne se justifie pas, en revanche, pendant les heures de fermeture de l entreprise lorsqu aucun travail ne s y effectue. Les heures de délégation sont payées comme du temps de travail à l échéance normale de la paye. Si les heures de délégation sont prises en dehors du temps de travail, le représentant peut demander le paiement majoré de ces heures au titre des heures supplémentaires (Cass. soc., 11 juin 2008, n o ). Toutefois, l employeur après lui avoir payé, peut contester l utilisation des heures de délégation (par exemple, il peut avancer qu il n était pas nécessaire pour le représentant d aller voir un expert en dehors du temps de travail). Lorsque l employeur fait valoir son droit de contestation, le représentant devra rapporter la preuve de la nécessité pour lui d exercer son mandat en dehors de son temps de travail (par exemple, il était en formation toute la semaine Moyens de déplacement pour l exercice du mandat 22 23

14 et ne pouvait donc rencontrer l expert qu après sa journée de formation, il devait rencontrer des travailleurs en horaires décalés, ou de nuit, ect.). Attention Un membre du CHSCT qui prendrait toutes ses heures de délégation en dehors de son temps de travail dans le seul but d augmenter sa rémunération, risque de voir l employeur contester cette pratique. 3 Paiement des frais de déplacement Déplacement à l initiative des représentants Pour les autres déplacements (réunion préparatoire, rencontre avec l inspecteur du travail ou un expert), le membre du CHSCT ne peut prétendre à la prise en charge de ses frais de déplacement par l employeur que s il justifie de leur utilité (Cass. soc., 21 juill. 1993, n o ). Pour prévenir d éventuelles contestations, le plus simple est de régler par avance la question par voie d accord d entreprise ou d une clause du règlement intérieur du CHSCT. Déplacement sur convocation de l employeur L employeur doit prendre en charge les frais de déplacement des membres du CHSCT lorsque ceux-ci leur sont imposés pour assister aux réunions obligatoires organisées à l initiative de l employeur (réunions périodiques) ou à la demande d au moins deux membres du CHSCT ou en cas d enquêtes et d inspection diligentées par le Comité (Cass. soc., 5 oct. 1999, n o ; Cass. soc., 22 mai 2002, n o ). Le remboursement des frais doit être intégral (sur la base de barèmes fixés à l avance avec l employeur), sauf abus démontré de la part du salarié. Il doit inclure, par exemple, les frais de restauration, voire la nuit d hôtel pour une réunion au siège de l entreprise en début de matinée alors que le représentant a de longs déplacements pour se rendre au siège où il ne travaille pas habituellement. Cette obligation peut prendre la forme de remboursement ou de fourniture de moyens de déplacement (Circ. DRT n o 93/15, 25 mars 1993). Le refus par l employeur de prendre en charge les frais engagés par les membres du CHSCT est constitutif du délit d entrave (Cass. crim., 22 nov. 2005, n o ). Le temps nécessaire au déplacement est imputé sur le crédit d heures. Le temps de réunion proprement dit ne s impute pas en revanche sur le crédit d heures. Moyens de déplacement pour l exercice du mandat 24 25

15 Clause du règlement intérieur du CHSCT sur les frais de déplacement des représentants (exemple) Frais de déplacement et temps de déplacement pour se rendre aux réunions a) Les frais de déplacement des membres du comité d hygiène et de sécurité et des conditions de travail pour se rendre aux réunions ordinaires ou extraordinaires, organisées à l initiative de l employeur ou à la demande de deux représentants du CHSCT, sont à la charge de l employeur sur présentation de note de frais, accompagnées des justificatifs correspondants, conformément à la procédure en vigueur dans l entreprise. Dans le cadre de situations exceptionnelles, telles que des enquêtes suite à des événements majeurs mettant en cause la sécurité des salariés, la même règle s appliquera selon les mêmes modalités. Le temps de trajet pour se rendre à ces réunions : - est rémunéré comme du temps de travail, lorsqu il se déroule pendant le temps de travail ; - est pris en charge par l employeur pour la partie excédant le temps de trajet habituel du salarié pour se rendre sur son lieu de travail, s il est effectué en dehors du temps de travail. b) Pour les autres déplacements, chaque membre du CHSCT, y compris le représentant syndical, dispose d un jour et demi de préparation et de bilan à répartir autour de chaque réunion avec prise en charge des frais de déplacement et de repas sur la base des barèmes applicables à l ensemble des salariés de l établissement. Éventuellement : Si le CHSCT est doté d un budget de fonctionnement b) Les frais de déplacement des membres du comité pour toutes les missions autres que les réunions légales ou circonstances exceptionnelles, comme par exemple les frais engagés pour se rendre aux réunions préparatoires du CHSCT doivent s imputer sur les budgets du comité. Éventuellement : Il en va de même pour les frais de déplacement des salariés non élus conviés à ces réunions. Le temps de trajet pour se rendre à ces réunions est imputé sur les heures de délégation des représentants du personnel qui en disposent. Éventuellement : Pour faciliter la venue en réunion des personnes ne disposant pas d heures de délégation, il est prévu de tenir les réunions préparatoires et les réunions des commissions en dehors du temps de travail

16 Chapitre 3 Documents et informations mis à la disposition du CHSCT 1 Obligation générale d information de l employeur Le CHSCT doit être en mesure de connaître l état de l hygiène et de la sécurité dans l établissement. Il doit aussi connaître les conditions de travail dans l établissement pour voir les répercussions qu elles peuvent entraîner sur la santé des travailleurs. Dès lors, le Code du travail a prévu que le CHSCT «reçoit de l employeur les informations qui lui sont nécessaires pour l exercice de ses missions» (C. trav., art. L ). Le chef d établissement ne pourrait mettre en avant la confidentialité de certains documents pour se soustraire à son obligation générale d information. Les membres du CHSCT sont, en effet, tenus à une obligation de discrétion et de secret (C. trav., art. L ). Notons que l obligation de l employeur est large et vise à permettre au CHSCT de pouvoir obtenir toutes les informations lui permettant d exercer efficacement sa mission. 2 Obligations particulières d information Divers textes prévoient une information spécifique du CHSCT par l employeur ainsi que les modalités et les délais de cette obligation. L obligation d information concerne ainsi : - les attestations, consignes, résultats et rapports transmis par les organismes de vérification ou de contrôle (C. trav., art. L ). À propos de ces documents, l employeur est soumis à une double obligation : dès la réunion qui suit la réception du document établi par l organisme de contrôle, l employeur doit présenter ce document au CHSCT. De plus, à tout moment, chaque membre du CHSCT peut en demander communication (C. trav., art. R ) ; - les observations et mises en demeure notifiées par l inspecteur du travail (C. trav., art. R ) ; - les observations faites par le médecin du travail et l agent des services de prévention des Carsat (C. trav., art. L ; C. trav., art. R ; CSS, art. L ) ; - les études et les rapports qui lui sont communiqués par le service de santé au travail (C. trav., art. R ) ; - l ensemble des documents qui se rattachent à la mission du CHSCT et qui doivent être soumis à son avis (document unique d évaluation, bilan annuel HSCT, programme annuel de prévention, rapport annuel du médecin du travail, données sur les accidents du travail et les maladies professionnels, bilan social, projet de modifications importantes des conditions de travail, etc.) (C. trav., art. L ) ; - les documents concernant certains risques particuliers pour lesquels la réglementation prévoit explicitement une obligation d information du CHSCT (risque chimique, établissement SEVESO). 3 Documents obligatoirement soumis pour avis au CHSCT Type de documents L employeur doit obligatoirement soumettre au CHSCT un certain nombre de documents sur lequel le CHSCT doit rendre un avis, il s agit notamment : - du règlement intérieur (le CHSCT se prononcera sur les points relevant de sa compétence) ; - du rapport annuel ; Documents et informations mis à la disposition du CHSCT 28 29

17 - du programme annuel de prévention ; - du dossier d installations classées (quand l établissement comprend des installations classées pour la protection de l environnement) ; - des documents se rapportant à des modifications importantes touchant la santé et la sécurité au travail (aménagements importants des postes, des conditions de travail, plan d adaptation suite à l introduction de nouvelles technologies, etc.). Délais de communication Les documents qui sont examinés lors d une réunion du CHSCT doivent parvenir aux représentants du personnel suffisamment à l avance pour qu ils puissent les étudier. En pratique, une copie des documents sera jointe à la convocation de réunion soit 15 jours avant la réunion. Le délai de transmission des documents doit être respecté afin de permettre au représentant du personnel de pouvoir travailler ces documents avant la réunion du CHSCT. Cette obligation ne fait toutefois pas obstacle à ce que des documents complémentaires soient transmis ultérieurement, sous réserve qu ils ne soient pas d une importance telle, que le retard de transmission empêche le comité de donner son avis lors de la réunion. En tout état de cause, il ne peut pas y avoir de document communiqué au dernier moment ou lors de la réunion sauf circonstances graves et urgentes. Information incomplète Si le CHSCT estime que les documents qui lui sont communiqués sont incomplets et ne lui permettent pas de donner son avis, il peut demander la communication de documents complémentaires. Il le fait par une résolution lors d une réunion du CHSCT ou par lettre adressée à l employeur. Attention Pour qu une résolution soit adoptée, il faut que l ordre du jour de la réunion du CHSCT mentionne ce thème, par exemple en indiquant : «Commencement ou suivi de la mission concernant < à préciser >. Modèle de résolution du CHSCT portant sur une demande d information (en cas de travaux initiés par le comité) Résolution proposée au vote à la réunion du comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail du < date > Dans le cadre de la mission du comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail a été initié une enquête sur < indiquer le thème de l enquête : par exemple, l analyse d un accident du travail, les conditions de travail dans un service donné, la prévention des troubles musculosquelettiques dans un atelier, l adaptation du poste de travail des salariés handicapés >. Dans ce contexte, le comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail souhaite pouvoir recevoir les informations suivantes : < par exemple, déclaration d accident de travail, notes de service dans un service donné, plannings du personnel >. Ces informations nous sont nécessaires pour assurer correctement notre mission d analyse et de conseil pour une meilleure évaluation et prévention des risques professionnels dans l établissement. Vote Nombre de votants : < à renseigner Le CHSCT peut préciser, en complément du nombre de votants, leur appartenance syndicale > Pour Nombre de voix : < à renseigner > Contre Nombre de voix : < à renseigner > Abstentions Nombre : < à renseigner > Documents et informations mis à la disposition du CHSCT 30 31

18 4 Documents obligatoirement transmis au CHSCT L employeur est tenu de communiquer au CHSCT un certain nombre de documents, il s agit notamment : - du document unique d évaluation des risques ; - des observations et mises en demeure de l inspection du travail ; - des demandes et recommandations écrites des agents de la Carsat ; - du rapport annuel du médecin du travail. 5 Possibilité pour le CHSCT de consulter un certain nombre de documents La réglementation n impose pas, dans tous les cas, à l employeur de prendre l initiative d informer le CHSCT. Il est ainsi prévu que le chef d établissement tienne à la disposition du CHSCT : - les instructions et les documents concernant les équipements de protection individuelle et les équipements de travail (consignes, fiches de machine, etc.) ; - le registre de sécurité où sont consignés les contrôles et les vérifications périodiques obligatoires ; - le registre de sécurité incendie et les consignes générales incendie ; - le carnet de maintenance consignant différentes opérations de maintenance ; - le document établi lors de l intervention d une entreprise extérieure intervenante (plan de prévention, protocole de sécurité) ; - le registre des accidents bénins et celui permettant le signalement d un danger grave et imminent ; - les fiches de postes, les fiches de traçabilité des expositions à la pénibilité, etc. Le CHSCT doit aussi pouvoir prendre connaissance des demandes, avis et propositions émanant des groupes d expression qui ont pu être mis en place dans l établissement, ainsi que des suites qui leur sont réservées. 6 Le document unique d évaluation doit être l instrument de travail «phare» du CHSCT. Informations demandées par le CHSCT dans le cadre de sa mission d analyse et d enquête Dans le cadre de sa mission d analyse et d enquête, le CHSCT peut légitimement avoir besoin de connaître un certain nombre d informations. Dans cette hypothèse, il lui revient de demander la communication des documents qu il estime nécessaires. Le CHSCT peut demander la communication de ces informations soit par une résolution prise en réunion du CHSCT, soit par un courrier adressé à son président. Si l employeur refuse sans justification légitime de faire droit à la demande du CHSCT il s expose à un délit d entrave. Documents et informations mis à la disposition du CHSCT 32 33

19 À < lieu >, le < date > <nom(s) et prénom(s) du/des membre(s) du CHSCT expéditeur(s) > Entreprise < dénomination sociale > Monsieur (ou Madame) le président du comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail < nom et prénom > <adresse > Monsieur (ou Madame) le président, Nous avons bien reçu communication des documents relatifs à < par exemple : l aménagement des locaux de l entreprise, la modification des conditions de travail, un plan de prévention dans le cadre de travaux effectués dans l entreprise, le bilan social ou le plan annuel de prévention des risques professionnels dans l entreprise >. Cependant, cette communication nous paraît incomplète et ne va pas nous permettre de rendre un avis suffisamment éclairé sur le sujet. Nous aimerions donc recevoir les informations suivantes : < par exemple : détail de l exécution du plan de prévention de l entreprise, précisions sur certains indicateurs du bilan social ou les données sources, association des salariés pour la construction du projet présenté, plans relatifs à des travaux prévus >. Ces informations complémentaires nous sont indispensables et nous ne pourrons rendre un avis sur le projet qui nous est soumis que lorsque nous pourrons en disposer. Nous souhaiterions donc que vous nous les fassiez parvenir par < indiquer la voie choisie, par exemple : retour de courrier > avant la prochaine réunion du comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail. Dans l attente de votre réponse, nous vous prions d agréer, Monsieur (ou Madame) le président, nos salutations distinguées. Le(ou Les) membre(s) du comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail Élément répétable autant que de besoin Monsieur(ou Madame) < nom et prénom > <signature> Chapitre 4 Action en justice du CHSCT 1 Qualité pour agir juridiquement Le CHSCT est doté de la personnalité morale, et à ce titre, il peut disposer de biens matériels, acquérir, posséder, contracter et agir en justice pour défendre ses intérêts. Ainsi, la capacité d agir en justice découle de la qualité de personne morale qui est octroyée au CHSCT. Toutefois, pour le CHSCT deux questions se posent : la première liée à sa capacité à agir et la seconde sur le financement de cette action en justice. 2 Capacité à agir en justice Le CHSCT peut donc agir devant les juridictions judiciaires, civiles, pénales, et administratives. Type d actions possibles En application de l article 31 du Code de procédure civile, le CHSCT peut agir pour défendre ses intérêts personnels (intérêt d ordre patrimonial ou extra patrimonial). Le CHSCT peut ainsi demander l annulation d une décision irrégulière de son président qui lèserait ses intérêts (Cass. crim., 12 avr. 2005, n ). Action en justice du CHSCT 34 35

20 Il peut aussi obliger l employeur à respecter les engagements qu il avait pris lors d une réunion du CHSCT, par exemple (TGI Nanterre, 27 mai 1999, CHSCT Schindeler Ile de France ; TGI Paris, 30 mars 2004, CHSCT SNCF Exploitation de paris Est et a/sncf). Il peut demander réparation d un préjudice personnel notamment si l employeur entrave le fonctionnement régulier du CHSCT. Il peut également agir contre une décision administrative qui léserait ses intérêts (décision de l inspecteur concernant le nombre de CHSCT, par exemple). En revanche, tout comme le comité d entreprise, il n est en principe pas recevable à invoquer le préjudice susceptible d être subi par les salariés car il n a pas «pour mission de représenter les différentes catégories du personnel ni les intérêts généraux de la profession» tous deux à propos des Comités d entreprise) (Cass. soc., 6 févr. 1980, n o ; Cass. soc., 23 oct. 1985, n o ). De même, si le CHSCT a pour mission de contribuer à la protection de la santé et de la sécurité des salariés ainsi qu à l amélioration de leurs conditions de travail, et s il est doté, dans ce but, d une faculté d expression collective pour la défense les intérêts dont il a la charge, il n en demeure pas moins que pour se constituer partie civile en cours d instruction, les juges estiment qu il doit justifier de la possibilité d un préjudice direct et personnel découlant des infractions poursuivies. Par exemple, suite à un accident du travail survenu à un salarié de l établissement, il ne pourrait pas se constituer partie civile au pénal, dans le cadre d une poursuite pour homicides ou blessures involontaires (Cass. crim., 11 oct. 2005, n o ). Seul un syndicat peut exercer tous les droits réservés à la partie civile relativement aux faits portant un préjudice direct ou indirect à l intérêt collectif de la profession qu il représente (C. trav., art. L ). Il n est donc pas nécessaire qu un des salariés représentés par le syndicat ait subi un préjudice direct et personnel. Le syndicat peut se constituer partie civile dès lors que les manquements constitutifs des infractions poursuivies ont pu compromettre la sécurité des salariés et causer ainsi un préjudice aux intérêts collectifs des professions représentées par les syndicats (Cass. crim., 11 oct. 2005, n o ). Cependant, les tribunaux tendent à étendre le droit d action en justice du CHSCT (CA Paris, pôle 6, ch. 2, 13 déc. 2012, n 12/00303). La Cour de cassation a pour sa part déjà admit que le Comité d entreprise est recevable à contester, devant le juge des référés, la régularité de la procédure d information-consultation menée devant lui lorsqu il ne dispose pas d un avis régulier émis préalablement par le CHSCT (Cass. soc. 3 juill. 2012, n o ). Action en justice du CHSCT 36 37

Le fonctionnement du CHSCT

Le fonctionnement du CHSCT Le fonctionnement du CHSCT La personnalité civile du CHSCT La qualité à agir du CHSCT La capacité d ester en justice La prise en charge des frais de justice La capacité d acquérir et de contracter La responsabilité

Plus en détail

Communication : de quels droits disposez - vous?

Communication : de quels droits disposez - vous? FORMATION ASSISTANCE EXPERTISE CONSEIL Communication : de quels droits disposez - vous? Siège social : 20, rue Martin Bernard 75647 Paris Cedex 13 Tel : 01 55 56 62 18 Fax : 01 55 56 62 11 Introduction

Plus en détail

CE : comment obtenir vos budgets

CE : comment obtenir vos budgets Droit en du pratique CE Pour fonctionner ou proposer des ASC aux salariés, le CE a forcément besoin de moyens financiers! Or sa principale ressource en la matière, c est l employeur, puisque c est lui

Plus en détail

23 Secrétaire du comité d entreprise

23 Secrétaire du comité d entreprise 23 Secrétaire du comité d entreprise L E S S E N T I E L Le secrétaire, élu lors de la réunion constitutive, est obligatoirement choisi parmi les membres titulaires. Il occupe une place essentielle au

Plus en détail

Le comité d entreprise

Le comité d entreprise Le comité d entreprise En bref Dans les entreprises de 50 salariés et plus, le chef d entreprise est tenu d organiser la mise en place d un comité d entreprise (CE) composé de représentants élus du personnel

Plus en détail

Responsabilité pénale de l association

Responsabilité pénale de l association Responsabilité pénale de l association Infractions limitativement définies : Le code pénal prévoit la responsabilité pénale des personnes morales à raison des infractions réalisées pour leur compte et

Plus en détail

Pôle Conditions de travail - Handicap - Santé au travail

Pôle Conditions de travail - Handicap - Santé au travail 2 du 1 Le guide CHSCT Rédaction conception : Dr Bernard Salengro (bernard.salengro@cfecgc.fr) Avec l appui des services Economie et Protection sociale (Étienne Leblond) et Communication (Valérie Bouret)

Plus en détail

ACCORD SUR LE DROIT DES INSTANCES REPRESENTATIVES DU PERSONNEL ET DES ORGANISATIONS SYNDICALES DE LA CAISSE D EPARGNE AQUITAINE POITOU-CHARENTES

ACCORD SUR LE DROIT DES INSTANCES REPRESENTATIVES DU PERSONNEL ET DES ORGANISATIONS SYNDICALES DE LA CAISSE D EPARGNE AQUITAINE POITOU-CHARENTES ACCORD SUR LE DROIT DES INSTANCES REPRESENTATIVES DU PERSONNEL ET DES ORGANISATIONS SYNDICALES DE LA CAISSE D EPARGNE AQUITAINE POITOU-CHARENTES ENTRE LES SOUSSIGNES : La Caisse d Epargne Aquitaine Poitou-Charentes,

Plus en détail

LOI ALUR : Quoi de nouveau dans les copropriétés?

LOI ALUR : Quoi de nouveau dans les copropriétés? LOI ALUR : Quoi de nouveau dans les copropriétés? La loi du 24 Mars 2014 dite «loi ALUR», publiée au J.O. du 26/03/2014 a apporté quelques modifications notables dans le domaine du droit de la copropriété.

Plus en détail

Siège national. L'UNSA et internet. Les délégués du personnel. UNSA 21, rue Jules Ferry 93177 Bagnolet Cedex Tél : 01 48 18 88 00 Fax : 01 48 18 88 99

Siège national. L'UNSA et internet. Les délégués du personnel. UNSA 21, rue Jules Ferry 93177 Bagnolet Cedex Tél : 01 48 18 88 00 Fax : 01 48 18 88 99 Siège national UNSA 21, rue Jules Ferry 93177 Bagnolet Cedex Tél : 01 48 18 88 00 Fax : 01 48 18 88 99 L'UNSA et internet Le site web www.unsa.org Le courriel unsa@unsa.org page 2 les délégués du personnel

Plus en détail

Règlement intérieur de l Université Sorbonne Paris Cité

Règlement intérieur de l Université Sorbonne Paris Cité Règlement intérieur de l Université Sorbonne Paris Cité (adopté par le Conseil d administration du 8 octobre 2014) * Chapitre 1. Dispositions électorales communes aux instances de gouvernance Article 1.

Plus en détail

A LA UNE. Elle apporte des précisions à ce principe dans un arrêt du 7 janvier 2015.

A LA UNE. Elle apporte des précisions à ce principe dans un arrêt du 7 janvier 2015. FÉVRIER 2015 A LA UNE Un accord collectif ne peut suppléer le règlement intérieur dans la détermination de la durée maximale de la mise à pied disciplinaire Depuis 2010, la Chambre sociale de la Cour de

Plus en détail

S I E T SYNDICAT DES INDUSTRIELS DES EQUIPEMENTS DU TRAITEMENT DE L EAU S T A T U T S C H A P I T R E P R E M I E R

S I E T SYNDICAT DES INDUSTRIELS DES EQUIPEMENTS DU TRAITEMENT DE L EAU S T A T U T S C H A P I T R E P R E M I E R S I E T SYNDICAT DES INDUSTRIELS DES EQUIPEMENTS DU TRAITEMENT DE L EAU S T A T U T S C H A P I T R E P R E M I E R ARTICLE PREMIER CONSTITUTION Conformément au chapitre premier du titre premier du Livre

Plus en détail

La délégation de pouvoirs

La délégation de pouvoirs La délégation de pouvoirs DELEGATIONS DE POUVOIR Secteur Pharmaceutique Paris, 27 septembre 2006 Introduction: définition, contexte et rappel des principes généraux Délégation de pouvoirs et notions voisines

Plus en détail

ACCORD SUR LE TELE TRAVAIL. Préambule : Page 2. Article 1 : Principes généraux Page 3. Article 2 : Critères d éligilibilité Page 3

ACCORD SUR LE TELE TRAVAIL. Préambule : Page 2. Article 1 : Principes généraux Page 3. Article 2 : Critères d éligilibilité Page 3 ACCORD SUR LE TELE TRAVAIL Préambule : Page 2 Article 1 : Principes généraux Page 3 Article 2 : Critères d éligilibilité Page 3 Article 3 : Mise en œuvre du télétravail Page 4 - Article 3.1 : formulation

Plus en détail

RÉSIDENCE RANGUEIL MARTI CONSEIL SYNDICAL

RÉSIDENCE RANGUEIL MARTI CONSEIL SYNDICAL RÉSIDENCE RANGUEIL MARTI RÈGLES DE FONCTIONNEMENT DU CONSEIL SYNDICAL - 1/8 RÉSIDENCE RANGUEIL MARTI CONSEIL SYNDICAL 14 / 06 / 2010 RÈGLES DE FONCTIONNEMENT DU CONSEIL SYNDICAL SOMMAIRE : Article 1 :

Plus en détail

UCANSS PROTOCOLE D ACCORD SUR LE TRAVAIL A DISTANCE

UCANSS PROTOCOLE D ACCORD SUR LE TRAVAIL A DISTANCE UCANSS PROTOCOLE D ACCORD SUR LE TRAVAIL A DISTANCE 1 Entre, d'une part : - l'union des Caisses Nationales de Sécurité Sociale, représentée par son Directeur, Didier Malric, dûment mandaté par le Comité

Plus en détail

A LA UNE. L indemnisation due en cas de licenciement nul pour violation du statut protecteur est plafonnée à trente mois

A LA UNE. L indemnisation due en cas de licenciement nul pour violation du statut protecteur est plafonnée à trente mois NEWSLETTER SOCIALE M A I 2 0 1 5 A LA UNE L indemnisation due en cas de licenciement nul pour violation du statut protecteur est plafonnée à trente mois La loi du 2 août 2005 a porté la durée des mandats

Plus en détail

Envoi et réception des documents sociaux par voie électronique

Envoi et réception des documents sociaux par voie électronique 2008 Envoi et réception des documents sociaux par voie électronique EASYPAY GROUP Juli 2008 Table des matières Introduction... 3 Simplification administrative... 3 Participation au développement durable...

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR. Association régie par les dispositions de la loi du 1 er juillet 1901 SIÈGE SOCIAL ZA LE BOIS ARDENT 50000 SAINT LO ARTICLE 4

REGLEMENT INTERIEUR. Association régie par les dispositions de la loi du 1 er juillet 1901 SIÈGE SOCIAL ZA LE BOIS ARDENT 50000 SAINT LO ARTICLE 4 REGLEMENT INTERIEUR «SERVICE INTERPROFESSIONNEL DE SANTÉ AU TRAVAIL DE LA MANCHE» Association régie par les dispositions de la loi du 1 er juillet 1901 SIÈGE SOCIAL ZA LE BOIS ARDENT 50000 SAINT LO PREAMBULE

Plus en détail

L EVALUATION PROFESSIONNELLE

L EVALUATION PROFESSIONNELLE INFODROIT- 22 mars 2011 L EVALUATION PROFESSIONNELLE Dossier préparé et présenté par Lamiel TURLOT, juriste à l UD CFDT Paris SOMMAIRE L évaluation professionnelle, une obligation pour l employeur?...3

Plus en détail

La délégation de pouvoirs

La délégation de pouvoirs La délégation de pouvoirs, est un acte juridique par lequel une personne/autorité (le délégant) se dessaisit d'une fraction des pouvoirs qui lui sont conférés et les transfère à une personne/autorité subordonnée

Plus en détail

pratiques Salarié mis à disposition d une filiale étrangère :

pratiques Salarié mis à disposition d une filiale étrangère : pratiques [mise à disposition de salariés] Salarié mis à disposition d une filiale étrangère : quelles sont les obligations de l employeur? Dans les groupes de dimension internationale, il n est pas rare

Plus en détail

CONVENTION DE STAGE OBLIGATOIRE EN FRANCE

CONVENTION DE STAGE OBLIGATOIRE EN FRANCE CONVENTION DE STAGE OBLIGATOIRE EN FRANCE Entre : L Université Jean Moulin Lyon 3, Etablissement public à caractère scientifique, culturel et professionnel, Représentée par son Président,Monsieur Jacques

Plus en détail

CHARTE DU CORRESPONDANT MODELE TYPE

CHARTE DU CORRESPONDANT MODELE TYPE CHARTE DU CORRESPONDANT MODELE TYPE CHAPITRE 1: CONDITIONS DANS LESQUELLES LE BUREAU LUXEMBOURGEOIS ACCORDE, REFUSE OU RETIRE SON AGREMENT A UN CORRESPONDANT 1.1 Comment remplir la fonction de correspondant

Plus en détail

inaptitude quelles sont les obligations?

inaptitude quelles sont les obligations? inaptitude quelles sont les obligations? L inaptitude d un salarié est lourde de conséquences, et impose à l employeur d être très vigilant, qu elle soit ou non d origine professionnelle. La procédure

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À RIMOUSKI

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À RIMOUSKI NOTE : Le texte que vous consultez est une codification administrative des Règlements de l'uqar. La version officielle est contenue dans les résolutions adoptées par le Conseil d'administration. RÈGLEMENT

Plus en détail

10.B. Les obligations légales et réglementaires. 1. Gestion des documents de l entreprise. A. Les affichages obligatoires

10.B. Les obligations légales et réglementaires. 1. Gestion des documents de l entreprise. A. Les affichages obligatoires Les obligations légales et réglementaires 1. Gestion des documents de l entreprise A. Les affichages obligatoires L affichage est un élément essentiel de la communication dans l entreprise et cela peut

Plus en détail

Continuité d activité. Enjeux juridiques et responsabilités

Continuité d activité. Enjeux juridiques et responsabilités Continuité d activité Enjeux juridiques et responsabilités Introduction Pourquoi le droit? - Contrainte - Outil de gestion Droit et management de la continuité d activité : 3 niveaux d intervention Dans

Plus en détail

LA COMMUNICATION DU COMITE D ENTREPRISE

LA COMMUNICATION DU COMITE D ENTREPRISE Fiche Express LA COMMUNICATION DU COMITE D ENTREPRISE Fiche express L'info pratique en droit du travail. AVERTISSEMENT : Ce document ne dispense en rien de consulter un spécialiste pour adapter au besoin

Plus en détail

MUTUELLE DENTAIRE RENAULT

MUTUELLE DENTAIRE RENAULT MUTUELLE DENTAIRE RENAULT 9, rue de Clamart 92772 Boulogne Billancourt Cedex Tél. : 01.46.94.29.50 CHAPITRE 1 FORMATION, OBJET ET COMPOSITION DE LA MUTUELLE DENTAIRE RENAULT Article 1 Dénomination... 3

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES REGLEMENTANT LE PRET DE MAIN- D ŒUVRE ENTRE ENTREPRISES

CONDITIONS GENERALES REGLEMENTANT LE PRET DE MAIN- D ŒUVRE ENTRE ENTREPRISES CONDITIONS GENERALES REGLEMENTANT LE PRET DE MAIN- D ŒUVRE ENTRE ENTREPRISES Le prêt de main d œuvre est pratiqué de longue date dans le secteur du Bâtiment. Il consiste, de la part d un entrepreneur,

Plus en détail

UCANSS PROTOCOLE D ACCORD SUR LE TRAVAIL A DISTANCE

UCANSS PROTOCOLE D ACCORD SUR LE TRAVAIL A DISTANCE UCANSS PROTOCOLE D ACCORD SUR LE TRAVAIL A DISTANCE 1 Entre, d'une part : - l'union des Caisses Nationales de Sécurité Sociale, représentée par son Directeur, Didier Malric, dûment mandaté par le Comité

Plus en détail

pratiques Quelles sont les limites de la vidéosurv e i l l a n c e?

pratiques Quelles sont les limites de la vidéosurv e i l l a n c e? pratiques [pouvoir disciplinaire de l employeur] Quelles sont les limites de la vidéosurv e i l l a n c e? La mise en place d un système de vidéosurveillance, qui permet d enregistrer les faits et gestes

Plus en détail

STATUTS GRAND PARIS SEINE OUEST ENERGIE, AGENCE LOCALE DE L ENERGIE

STATUTS GRAND PARIS SEINE OUEST ENERGIE, AGENCE LOCALE DE L ENERGIE STATUTS GRAND PARIS SEINE OUEST ENERGIE, AGENCE LOCALE DE L ENERGIE Article 1 - Constitution La présente association est une association régie par la loi du 1 er juillet 1901 et le décret du 16 août 1901.

Plus en détail

Les déplacements du salarié

Les déplacements du salarié Les déplacements du salarié Aller d un lieu à un autre. Action bien anodine de la vie professionnelle source pourtant de situations génératrices de nombreux problèmes. Sait- on que près de 19 500 accidents

Plus en détail

CHARTE D UTILISATION DU SYSTÈME D INFORMATION ET EN PARTICULIER DES RESSOURCES INFORMATIQUES.

CHARTE D UTILISATION DU SYSTÈME D INFORMATION ET EN PARTICULIER DES RESSOURCES INFORMATIQUES. DQ- Version 1 SSR Saint-Christophe CHARTE D UTILISATION DU SYSTÈME D INFORMATION ET EN PARTICULIER DES RESSOURCES INFORMATIQUES. I] INTRODUCTION L emploi des nouvelles technologies nécessite l application

Plus en détail

Le régime de la requalification d un temps partiel en un temps complet

Le régime de la requalification d un temps partiel en un temps complet 1501231 IRP Le régime de la requalification d un temps partiel en un temps complet L absence d écrit mentionnant la durée du travail et sa répartition fait présumer que l emploi est à temps complet. Et,

Plus en détail

Statuts de Paris Region Entreprises

Statuts de Paris Region Entreprises Statuts de Paris Region Entreprises Article 1. Forme et dénomination TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES Il est institué entre les adhérents aux présents statuts et ceux qui y adhéreront, une Association

Plus en détail

Ociane Professionnels Indépendants

Ociane Professionnels Indépendants JUIN 2012 Ociane Professionnels Indépendants Statuts approuvés par l Assemblée Générale du 11 septembre 2012 OCIANE PROFESSIONNELS INDÉPENDANTS Association régie par la Loi du 1 er juillet 1901 Siège social

Plus en détail

Mise en place des élections des Délégués du Personnel

Mise en place des élections des Délégués du Personnel Les fiches pratiques de législation Mise en place des élections des Délégués du Personnel Chambre de Commerce et d Industrie de Rouen Espace Emploi Compétences Quai de la Bourse BP 641 76007 ROUEN Cedex

Plus en détail

Association Bou de nature Statuts association loi 1901

Association Bou de nature Statuts association loi 1901 Association Bou de nature Statuts association loi 1901 1. Constitution-objet-siège social-durée de l association Art 1 : Forme Il est créé sous la forme d une association, régie par les principes généraux

Plus en détail

LES OUTILS. Connaître et appliquer la loi Informatique et Libertés

LES OUTILS. Connaître et appliquer la loi Informatique et Libertés LES OUTILS Connaître et appliquer la loi Informatique et Libertés SEPTEMBRE 2011 QUE FAUT-IL DÉCLARER? Tous les fichiers informatiques contenant des données à caractère personnel sont soumis à la Loi Informatique

Plus en détail

INFOS N 5. Veille Jurisprudentielle IRP :

INFOS N 5. Veille Jurisprudentielle IRP : 1 INFOS N 5 Information du CE sur la déclaration du nombre de travailleurs handicapés «L'employeur porte à la connaissance du comité d'entreprise ou, à défaut, des délégués du personnel la déclaration

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE

CONDITIONS GENERALES DE VENTE CONDITIONS GENERALES DE VENTE 1. Objet Champ d application Hungry Minds Un pas plus loin SA offre à ses clients un éventail complet de services en matière de communication (stratégie conseil création production).

Plus en détail

CENTRE DE RECHERCHE GRENOBLE RHÔNE-ALPES

CENTRE DE RECHERCHE GRENOBLE RHÔNE-ALPES informatiques d Inria CENTRE DE RECHERCHE GRENOBLE RHÔNE-ALPES Table des matières 1. Préambule...3 2. Définitions...3 3. Domaine d application...4 4. Autorisation d accès aux ressources informatiques...5

Plus en détail

Infractions au code de la route commises par le salarié à l occasion du travail

Infractions au code de la route commises par le salarié à l occasion du travail les infos DAS - n 051 7 avril 2015 Infractions au code de la route commises par le salarié à l occasion du travail Les entreprises se trouvant régulièrement confrontées à des cas d infraction routières

Plus en détail

Editorial Elus de CE, délégués du personnel, membres

Editorial Elus de CE, délégués du personnel, membres Sommaire Le droit à formation 1 - Droit à la formation 2 des représentants du personnel Des élus titulaires du CE................................ 2 Des membres du CHSCT............................... 2

Plus en détail

7.2 - Le traitement administratif des accidents de service, de travail et des maladies professionnelles

7.2 - Le traitement administratif des accidents de service, de travail et des maladies professionnelles CHAPITRE 7 Les accidents et les maladies professionnelles 7.2 - Le traitement administratif des accidents de service, de travail et des maladies professionnelles 7.2.1 Méthodologie Définitions L accident

Plus en détail

Conditions d'utilisation de la plateforme Défi papiers

Conditions d'utilisation de la plateforme Défi papiers Conditions d'utilisation de la plateforme Défi papiers Préambule : La lecture et l acceptation des présentes conditions d utilisation, ci-après les «Conditions d Utilisation», sont requises avant toute

Plus en détail

Tribunal des Conflits n 3807 Conflit sur renvoi du tribunal administratif de la Polynésie française

Tribunal des Conflits n 3807 Conflit sur renvoi du tribunal administratif de la Polynésie française Tribunal des Conflits n 3807 Conflit sur renvoi du tribunal administratif de la Polynésie française Mlle C c/ Polynésie française Séance du 30 janvier 2012 Rapporteur : M. Christian Vigouroux Commissaire

Plus en détail

RÈGLEMENT INTÉRIEUR RÈGLEMENT INTÉRIEUR DE LA CROIX-ROUGE FRANÇAISE

RÈGLEMENT INTÉRIEUR RÈGLEMENT INTÉRIEUR DE LA CROIX-ROUGE FRANÇAISE RÈGLEMENT INTÉRIEUR Règlement intérieur de la Croix-Rouge française adopté par l assemblée générale extraordinaire du 20 janvier 2012 et approuvé par le ministre de l Intérieur RÈGLEMENT INTÉRIEUR DE LA

Plus en détail

Les commissions antistress sont-elles légales?

Les commissions antistress sont-elles légales? Les commissions antistress sont-elles légales? Face aux risques psychosociaux, le Ministère du travail préconise une démarche concertée pour concevoir un plan de prévention adapté mais surtout accepté.

Plus en détail

LE DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION

LE DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION LE DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION 1 Document Unique de Délégation Un document qui permet de définir les responsabilités : civiles - pénales Des dirigeants pleinement conscients de leur périmètre de responsabilité,

Plus en détail

Association SYNADEC. Association Loi 1901 Siège social : Association SYNADEC

Association SYNADEC. Association Loi 1901 Siège social : Association SYNADEC Association SYNADEC Association Loi 1901 Siège social : Association SYNADEC Il est fondé, entre les adhérents aux présents statuts, une association régie par la loi du 1er juillet 1901, le décret du 16

Plus en détail

STATUTS TYPE D UDCCAS. Union départementale des Centres Communaux et Intercommunaux d Action Sociale (UDCCAS)

STATUTS TYPE D UDCCAS. Union départementale des Centres Communaux et Intercommunaux d Action Sociale (UDCCAS) STATUTS TYPE D UDCCAS Union départementale des Centres Communaux et Intercommunaux d Action Sociale (UDCCAS) PREAMBULE Les statuts de l UNCCAS prévoient en leur article 5 la possibilité de constituer des

Plus en détail

L Assemblée Nationale a délibéré et adopté en sa séance du 14 décembre 1996 1995 ;

L Assemblée Nationale a délibéré et adopté en sa séance du 14 décembre 1996 1995 ; Loi n 96-022/ Régissant la mutualité en République du Mali. L Assemblée Nationale a délibéré et adopté en sa séance du 14 décembre 1996 1995 ; Le Président de la République promulgue la loi dont la teneur

Plus en détail

GMS-Santé 2008 La Responsabilité du médecin du travail

GMS-Santé 2008 La Responsabilité du médecin du travail 1 La responsabilité du médecin du travail Les conséquences juridiques d un statut particulier 2 Intervenante Jocelyne CAYRON Docteur en Droit Maitre de Conférence en Droit Privé Responsable de Master Professionnel

Plus en détail

Les locaux des professionnels de santé : réussir l accessibilité

Les locaux des professionnels de santé : réussir l accessibilité Les locaux des professionnels de santé : réussir l accessibilité Être prêt pour le 1 er janvier 2015 II. Procédures administratives La loi du 11 février 2005 relative aux personnes handicapées a prévu

Plus en détail

CONVENTION CADRE SUR LE TELETRAVAIL DANS LES SERVICES DECONCENTRES DE L ACADEMIE DE CRETEIL

CONVENTION CADRE SUR LE TELETRAVAIL DANS LES SERVICES DECONCENTRES DE L ACADEMIE DE CRETEIL CONVENTION CADRE SUR LE TELETRAVAIL DANS LES SERVICES DECONCENTRES DE L ACADEMIE DE CRETEIL Préambule : Le télétravail constitue une opportunité de moderniser l organisation du travail pour l administration

Plus en détail

CIRCULAIRE N 01/02 (annule et remplace la circulaire n 01/00)

CIRCULAIRE N 01/02 (annule et remplace la circulaire n 01/00) Rabat, le 11 mars 2002 CIRCULAIRE N 01/02 (annule et remplace la circulaire n 01/00) RELATIVE A LA RELATION ENTRE LES SOCIETES DE BOURSE ET LEUR CLIENTELE DANS LE CADRE DE L ACTIVITE D INTERMEDIATION Aux

Plus en détail

Actu Juridique & Sociale Dynamique Entreprise Avril 2015

Actu Juridique & Sociale Dynamique Entreprise Avril 2015 LE POINT SUR La base de données unique (BDU) dans les entreprises de moins de 300 salariés Afin de renforcer l information des instances représentatives du personnel, la loi du 14 juin 2013 a créé un nouveau

Plus en détail

STATUTS TITRE PREMIER CONSTITUTION ET OBJET DE LA SOCIÉTÉ

STATUTS TITRE PREMIER CONSTITUTION ET OBJET DE LA SOCIÉTÉ Société de Réassurance mutuelle régie par le Code des Assurances Siège Social : 65, rue de Monceau - 75008 PARIS STATUTS TITRE PREMIER CONSTITUTION ET OBJET DE LA SOCIÉTÉ ARTICLE PREMIER - FORMATION -

Plus en détail

LA DÉCISION D'URGENCE PROPOS INTRODUCTIFS

LA DÉCISION D'URGENCE PROPOS INTRODUCTIFS LA DÉCISION D'URGENCE PROPOS INTRODUCTIFS L exécution d un chantier ou d une prestation de service sur une période relativement longue conduit quasi-inévitablement à des divergences de points de vue entre

Plus en détail

Association Suisse des Sophrologues Caycédiens (SOPHROLOGIE SUISSE ) du 9 mai 2015

Association Suisse des Sophrologues Caycédiens (SOPHROLOGIE SUISSE ) du 9 mai 2015 Association Suisse des Sophrologues Caycédiens (SOPHROLOGIE SUISSE ) du 9 mai 2015 SOPHROLOGIE SUISSE Statuts du 09.05.15 1/12 Dénomination, siège Article 1 Buts Article 2 L Association dénommée Association

Plus en détail

Lettre d information sur un projet d accord référendaire ayant pour objet la mise en place d un régime de protection sociale complémentaire

Lettre d information sur un projet d accord référendaire ayant pour objet la mise en place d un régime de protection sociale complémentaire DOCUMENT 1 Lettre d information sur un projet d accord référendaire ayant pour objet la mise en place d un régime de protection sociale complémentaire «RAISON SOCIALE EMPLOYEUR» «COORDONNEES DU SALARIE»

Plus en détail

II. LE CONTRAT DE TRAVAIL, CONSEQUENCE DU LIEN DE SUBORDINATION

II. LE CONTRAT DE TRAVAIL, CONSEQUENCE DU LIEN DE SUBORDINATION CHAPITRE 8 LE LIEN DE SUBORDINATION : LE CONTRAT DE TRAVAIL ET LES POUVOIRS DE L EMPLOYEUR I. LA DISTINCTION ENTRE LE TRAVAIL SUBORDONNE ET LE TRAVAIL INDEPENDANT La loi n a pas défini la notion de salarié.

Plus en détail

Dispositions à prendre en cas d accident et d incident

Dispositions à prendre en cas d accident et d incident Dispositions à prendre en cas d accident et d incident En cas d accident ou d incident, les Chefs de Corps et les Commandants d Unité doivent veiller à appliquer certaines procédures, comme la rédaction

Plus en détail

CHAPITRE I ER NÉGOCIATION DE BRANCHE

CHAPITRE I ER NÉGOCIATION DE BRANCHE MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Convention collective IDCC : 1468. CRÉDIT MUTUEL (29 juin 1987) AVENANT DU 24 SEPTEMBRE

Plus en détail

La Justice et vous. Les acteurs de la Justice. Les institutions. S informer. Justice pratique. Vous êtes victime. Ministère de la Justice

La Justice et vous. Les acteurs de la Justice. Les institutions. S informer. Justice pratique. Vous êtes victime. Ministère de la Justice La Justice et vous Les acteurs de la Justice Les institutions S informer Justice pratique Ministère de la Justice Vous êtes victime Vous pouvez, en tant que victime d une infraction, déposer une plainte

Plus en détail

Loi fédérale contre la concurrence déloyale (LCD) du 19 décembre 1986

Loi fédérale contre la concurrence déloyale (LCD) du 19 décembre 1986 Loi fédérale contre la concurrence déloyale (LCD) du 19 décembre 1986 (État le 10 décembre 2002) 241 TABLE DES MATIÈRES Articles Chapitre premier : But... 1 er Chapitre 2 : Section 1 : Section 2 : Section

Plus en détail

Extrait n 2 du guide «Les relations CE/Employeurs»

Extrait n 2 du guide «Les relations CE/Employeurs» Extrait n 2 du guide «Les relations CE/Employeurs» L absence des élus à une réunion peut-elle mettre fin à la consultation en cours? Voir la réponse Faire face aux situations difficiles Boycotter les réunions

Plus en détail

AUX MAISONS DE TRANSFERT AUX AGENTS DE CHANGE

AUX MAISONS DE TRANSFERT AUX AGENTS DE CHANGE AUX MAISONS DE TRANSFERT ET AUX AGENTS DE CHANGE Les présentes lignes directrices résument les principales obligations légales auxquelles sont assujetties les maisons de transfert et les agents de change,

Plus en détail

A Nancy 14 novembre 2012 n 12/00388, Ch. soc., M. c/ Sté Lorraine Environnement

A Nancy 14 novembre 2012 n 12/00388, Ch. soc., M. c/ Sté Lorraine Environnement A Nancy 14 novembre 2012 n 12/00388, Ch. soc., M. c/ Sté Lorraine Environnement (Extraits) Sur le licenciement : Attendu que la lettre de licenciement, qui fixe les limites du litige, doit être suffisamment

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE Circulaire du 11 mars 2015 relative à la communication aux administrations publiques et aux organismes exerçant une prérogative de puissance publique d informations ou copies de pièces issues des procédures

Plus en détail

Procès-verbal de l Assemblée Générale Extraordinaire du 4 février 2012

Procès-verbal de l Assemblée Générale Extraordinaire du 4 février 2012 Procès-verbal de l Assemblée Générale Extraordinaire du 4 février 2012 Le 4 février 2012, à l Isle-Adam (95290), Maison de l Amitié, 44, avenue de Paris, les membres de l association «Initiatives et Actions

Plus en détail

ASSOCIATION AXIVA STATUTS

ASSOCIATION AXIVA STATUTS ASSOCIATION AXIVA Association déclarée, régie par la loi du 1 er juillet 1901 103-105, rue des Trois Fontanot 92000 Nanterre STATUTS mis à jour au 7 juin 2012 Copie certifiée conforme Le président 1 ARTICLE

Plus en détail

Guide Pratique. chef d entreprise. Salarié. Entreprise. Droit. Employeur. Délégués du Personnel. Législation. Congés Payés. Obligation...

Guide Pratique. chef d entreprise. Salarié. Entreprise. Droit. Employeur. Délégués du Personnel. Législation. Congés Payés. Obligation... Le Guide Pratique du SOCIAL chef d entreprise Délégués du Personnel Faut il faire une visite d embauche? Droit Quel contrat pour mon salarié? Entreprise La journée de solidarité, c est quand? Obligation...

Plus en détail

SECTION 1. Statut juridique du syndic 5 1. Organe ou mandataire 5 2. Statut professionnel du syndic 7

SECTION 1. Statut juridique du syndic 5 1. Organe ou mandataire 5 2. Statut professionnel du syndic 7 TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE 1. STATUT JURIDIQUE ET RESPONSABILITÉ DU SYNDIC 3 SECTION 1. Statut juridique du syndic 5 1. Organe ou mandataire 5 2. Statut professionnel du syndic 7 SECTION 2. Responsabilité

Plus en détail

Vu la loi n 83-634 du 13 juillet 1983 modifiée portant droits et obligations des fonctionnaires.

Vu la loi n 83-634 du 13 juillet 1983 modifiée portant droits et obligations des fonctionnaires. CONVENTION DE MISE A DISPOSITION DE PERSONNEL POUR ASSURER LES SECRETARIATS DU COMITÉ MÉDICAL DÉPARTEMENTAL ET DE LA COMMISSION DÉPARTEMENTALE DE RÉFORME Entre : Mme ESTELLE GRELIER, Présidente du Centre

Plus en détail

REGLEMENT D'ORDRE INTERIEUR DU CONSEIL ACADEMIQUE

REGLEMENT D'ORDRE INTERIEUR DU CONSEIL ACADEMIQUE REGLEMENT D'ORDRE INTERIEUR DU CONSEIL ACADEMIQUE (Adopté par le Conseil académique du 20 janvier 2014, PV n 1, p. 5 ; modifié par le Conseil académique du 30 juin 2014, PV n 9, p. 1100.). Conditions de

Plus en détail

Responsabilité Civile et Pénale du chef d entreprise. Association Sécurité Routière en Entreprises de Maine et Loire.

Responsabilité Civile et Pénale du chef d entreprise. Association Sécurité Routière en Entreprises de Maine et Loire. Association Sécurité Routière en Entreprises de Maine et Loire Sensibilisation Responsabilité Civile et Pénale du chef d entreprise ou du délégataire 1N 2N Sommaire 1- La réglementation 1-1- La responsabilité

Plus en détail

CONTRAT DE SOUS-TRAITANCE Maison Individuelle CONDITIONS PARTICULIèRES de SOUS-TRAITANCE édition 2014

CONTRAT DE SOUS-TRAITANCE Maison Individuelle CONDITIONS PARTICULIèRES de SOUS-TRAITANCE édition 2014 CONTRAT DE SOUS-TRAITANCE Maison Individuelle CONDITIONS PARTICULIèRES de SOUS-TRAITANCE édition 2014 Sur la base desconditions générales du contrat de sous-traitance Maison Idividuelle L entreprise (raison

Plus en détail

Réponses aux questions de la page 2 du questionnaire RESPONS sur la responsabilité sociale des cadres

Réponses aux questions de la page 2 du questionnaire RESPONS sur la responsabilité sociale des cadres Réponses aux questions de la page 2 du questionnaire RESPONS sur la responsabilité sociale des cadres Question 1 : «En France, la rédaction d un rapport sur la responsabilité sociale et environnementale

Plus en détail

Recours aux entreprises extérieures

Recours aux entreprises extérieures RECOMMANDATION R429 Recommandations adoptées par le Comité technique national de la chimie, du caoutchouc et de la plasturgie le 21 novembre 2006. Cette recommandation annule et remplace la recommandation

Plus en détail

ACCORD-CADRE RELATIF AU TELETRAVAIL

ACCORD-CADRE RELATIF AU TELETRAVAIL ACCORD-CADRE RELATIF AU TELETRAVAIL Article 1 : Définition, introduction du télétravail, éligibilité Le télétravail est une forme d organisation et/ou de réalisation du travail utilisant les technologies

Plus en détail

LOI N 2006-01 portant Code des Postes

LOI N 2006-01 portant Code des Postes REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi LOI N 2006-01 portant Code des Postes EXPOSE DES MOTIFS Le secteur postal connaît actuellement des mutations liées notamment aux avancées technologiques,

Plus en détail

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur.

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur. DCG - UE03 DROIT SOCIAL - session 2013 Proposition de CORRIGÉ Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur. I ÉTUDE DE SITUATIONS PRATIQUES (13 points) Dossier 1 Rappeler les

Plus en détail

Responsabilités juridiques et sécurité dans les accueils collectifs de mineurs

Responsabilités juridiques et sécurité dans les accueils collectifs de mineurs Responsabilités juridiques et sécurité dans les accueils collectifs de mineurs La responsabilité d une personne est toujours définie par le juge sur la base de faits précis et circonstanciés. Direction

Plus en détail

DISPOSITIONS GENERALES D ACCES ET D UTILISATION ACCES SECURISE A L ESPACE ADHERENT AGPM AGPM FAMILLES. Mise en ligne Octobre 2010 version 01

DISPOSITIONS GENERALES D ACCES ET D UTILISATION ACCES SECURISE A L ESPACE ADHERENT AGPM AGPM FAMILLES. Mise en ligne Octobre 2010 version 01 DISPOSITIONS GENERALES D ACCES ET D UTILISATION ACCES SECURISE A L ESPACE ADHERENT AGPM AGPM FAMILLES Mise en ligne Octobre 2010 version 01 TABLE DES MATIERES 1. PREAMBULE... 3 2. DEFINITIONS... 3 3. OBJET...

Plus en détail

Amis du Chant Lyrique Associés en Europe. Association loi 1901

Amis du Chant Lyrique Associés en Europe. Association loi 1901 Amis du Chant Lyrique Associés en Europe. Association loi 1901 Statuts TITRE PREMIER ARTICLE 1 : CONSTITUTION ET DENOMINATION Il est fondé, entre les adhérents aux présents statuts, une association régie

Plus en détail

LE METIER DE SYNDIC. I) - Le cadre légal :

LE METIER DE SYNDIC. I) - Le cadre légal : 1 LE METIER DE SYNDIC Avec près de 8 millions de logements en Copropriété, la plupart des Français sont en relation avec un Syndic qui administre les parties communes de leur habitat collectif. Ils payent

Plus en détail

Statuts d Endo-Help, association suisse d aide aux femmes souffrant d endométriose

Statuts d Endo-Help, association suisse d aide aux femmes souffrant d endométriose Statuts d Endo-Help, association suisse d aide aux femmes souffrant d endométriose Article 1. Dénomination, siège et domaine d activité L association a pour dénomination «Endo-Help». Son siège est situé

Plus en détail

LE CONTENU DES MODALITÉS DE SERVICE

LE CONTENU DES MODALITÉS DE SERVICE LE CONTENU DES MODALITÉS DE SERVICE Suite à l examen des modalités de service élaborées par différentes entreprises offrant des services de téléphonie cellulaire, l Union des consommateurs a constaté que

Plus en détail

1. Décret exécutif n 09-18 du 20 Janvier 2009, modifié et complété, fixant la réglementation relative à l'exercice de la profession d'agent

1. Décret exécutif n 09-18 du 20 Janvier 2009, modifié et complété, fixant la réglementation relative à l'exercice de la profession d'agent Ministère de l Habitat et de l Urbanisme Direction Générale de l Habitat et de la Construction Direction de la Gestion Immobilière Sous Direction de la Préservation du Patrimoine Immobilier Synthèse des

Plus en détail

Arrondissement judiciaire de LIEGE VADE-MECUM DE L EXPERTISE JUDICIAIRE. Préambule : portée du vade-mecum

Arrondissement judiciaire de LIEGE VADE-MECUM DE L EXPERTISE JUDICIAIRE. Préambule : portée du vade-mecum VADE-MECUM DE L EXPERTISE JUDICIAIRE (Document réalisé par une commission composée de magistrats, d avocats et d experts spécialisés en matière de construction). Préambule : portée du vade-mecum Le but

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES

REGLEMENT INTERIEUR TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES RÉPUBLIQUE DU BÉNIN COUR CONSTITUTIONNELLE REGLEMENT INTERIEUR TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES Article 1 er : Le présent Règlement Intérieur est pris en application des dispositions de la Loi n 90-032

Plus en détail

ASCOMADE Association des Collectivités pour la Maîtrise des Déchets et de l Environnement LES STATUTS. Article 1 - CONSTITUTION ET TITRE

ASCOMADE Association des Collectivités pour la Maîtrise des Déchets et de l Environnement LES STATUTS. Article 1 - CONSTITUTION ET TITRE ASCOMADE Association des Collectivités pour la Maîtrise des Déchets et de l Environnement LES STATUTS Les soussignés Article 1 - CONSTITUTION ET TITRE Membres ayant adhéré aux présents statuts de l association

Plus en détail

ÉLABORER ET FAIRE APPLIQUER UNE CHARTE DE SÉCURITÉ INFORMATIQUE

ÉLABORER ET FAIRE APPLIQUER UNE CHARTE DE SÉCURITÉ INFORMATIQUE Lorraine ÉLABORER ET FAIRE APPLIQUER UNE CHARTE DE SÉCURITÉ INFORMATIQUE Une charte informatique définit les règles d utilisation du système d information (équipements, logiciels, messagerie, fichiers

Plus en détail

CIRCULAIRE AUX ETABLISSEMENTS DE CREDIT N 2011-06. Objet : Renforcement des règles de bonne gouvernance dans les établissements de crédit.

CIRCULAIRE AUX ETABLISSEMENTS DE CREDIT N 2011-06. Objet : Renforcement des règles de bonne gouvernance dans les établissements de crédit. Tunis, le 20 mai 2011 CIRCULAIRE AUX ETABLISSEMENTS DE CREDIT N 2011-06 Objet : Renforcement des règles de bonne gouvernance dans les établissements de crédit. Le Gouverneur de la Banque Centrale de Tunisie,

Plus en détail