KOUROU. Juillet 2013 ARIANE 5. Données relatives au Vol VA214 ALPHASAT INSAT-3D

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "KOUROU. Juillet 2013 ARIANE 5. Données relatives au Vol VA214 ALPHASAT INSAT-3D"

Transcription

1 KOUROU Juillet 2013 ARIANE 5 Données relatives au Vol VA214 ALPHASAT INSAT-3D

2 Vol 214 Ariane 5 Satellites : ALPHASAT INSAT 3D Sommaire 1. Introduction Le Lanceur L La mission VA Les charges utiles La campagne de lancement La fenêtre de lancement La chronologie finale Le séquentiel vol ASTRIUM et les programmes ARIANE

3 1. Introduction Le Vol 214 est le 70 ème lancement Ariane 5 et le troisième lancement de l'année Il intervient après une série de 55 succès consécutifs du lanceur Ariane 5. C est un lanceur de type ARIANE 5 ECA (Evolution Cryotechnique type A), le plus puissant de la gamme ARIANE 5. Le vol 214 est une mission commerciale du lanceur Ariane 5. Le lanceur L569 est le treizième de la famille A5ECA livré par ASTRIUM ST à Arianespace au titre du lot PB. Le contrat de production PB a été signé en mars 2009 pour garantir une continuité de service de lancement après le lot PA constitué de 30 lanceurs. Le lot de production PB est constitué de 35 lanceurs A5ECA et couvre la période Ce lanceur est donc le quarante-quatrième lanceur complet livré à Arianespace, intégré et contrôlé sous la responsabilité d ASTRIUM au Bâtiment d Intégration Lanceur (BIL). Dans une configuration lancement double avec l utilisation d'un SYLDA5 famille D sous coiffe longue (d une hauteur totale de 17 m), il emporte le satellite de télécommunications ALPHASAT en position haute, et le satellite météorologique INSAT 3D en position basse. Placé sous la coiffe longue RUAG Aerospace AG ALPHASAT construit par : ASTRIUM est sanglé sur un adaptateur PAS 1666S de : placé à l intérieur du SYLDA 5 D de : RUAG Aerospace AB ASTRIUM ST INSAT 3D construit par est sanglé sur un adaptateur PAS 937S de : placé sur un atténuateur de choc MFD-D de I.S.R.O. RUAG Aerospace AB EADS-CASA La conduite des opérations au Bâtiment d Assemblage Final (BAF) où sont mis en place les satellites - et des opérations de lancement depuis le pas de tir dédié à ARIANE5 (ELA3) est assurée par Arianespace. 3

4 2. Le Lanceur L569 Description du lanceur Il est constitué d un composite supérieur fixé sur l EPC, comprenant : la Coiffe, la structure porteuse de charges utiles SYLDA 5, l Upper Composite constitué de l Etage à ergols cryotechniques ESCA, la Case à équipements, le Cône 3936, et d un composite inférieur comprenant : l Etage Principal Cryotechnique EPC (H175), équipé du moteur Vulcain 2, deux Etages d Accélération à Poudre EAP (P240), soutenant le corps central L Etage Principal Cryotechnique de type C : Haut de plus de 30 mètres, avec un diamètre de 5,4 m et une masse à vide de seulement 14,1 t, l EPC est essentiellement constitué de : un grand réservoir en alliage d aluminium, un bâti moteur transmettant la poussée du moteur à l étage, une jupe avant assurant la liaison avec le composite supérieur et transmettant la poussée des deux étages à poudre. Capacité du sous-système Hélium liquide ASTRIUM ST 4

5 Par rapport à la version Ariane 5 générique de l étage, les principales évolutions concernent l intégration du moteur Vulcain 2 (dont la poussée est supérieure de 20% à celle du Vulcain 1) accompagnée d un abaissement du fond commun du réservoir et d un renforcement des structures jupe avant et bâti moteur. Comme pour les lanceurs A5ECA depuis L521 (vol 164), le Vulcain 2 a été modifié principalement au niveau du divergent (raccourci et renforcé) et de son système de refroidissement (dump-cooling). Le réservoir est doté de deux compartiments contenant les 175 tonnes d ergols (environ 25 t d hydrogène liquide et 149,5 t d oxygène liquide). Son moteur, le Vulcain 2, délivre une poussée de l ordre de 136 t ; il est articulé pour le pilotage, suivant deux axes au moyen du Groupe d Activation Moteur (G.A.M). Sa mise à feu est faite au sol, ce qui permet un contrôle de bon fonctionnement moteur pour autoriser le décollage. L étage fonctionne de façon continue pendant environ 533 s et fournit l essentiel de l énergie cinétique nécessaire à la mise en orbite des charges utiles L étage assure également le contrôle en roulis du lanceur pendant la phase propulsée par l intermédiaire du SCR (Système de Contrôle en Roulis). A son extinction, vers 169 km d altitude pour cette mission, l étage se désolidarise du composite supérieur et retombe dans l océan Atlantique. Les Etages d Accélération à Poudre de type C : Hauts de plus de 31 mètres, avec un diamètre de 3 m, une masse à vide de 38 t chacun, contenant chacun 240 t de propergol solide, ils sont essentiellement constitués de : une enveloppe de 7 viroles d acier, une tuyère à butée flexible (de rapport de détente Σ = 11), orientable au moyen d un Groupe d Activation Tuyère (G.A.T.), le propergol réparti en 3 segments. Matériel exposé au Bourget en 2001 Les EAP sont mis à feu 6,05 s après le début de la séquence d allumage du moteur Vulcain, soit 7,05 s par rapport à H 0 ; ils délivrent une poussée variable dans le temps (environ 600 t chacun au décollage, soit plus de 90 % de la poussée totale du lanceur au décollage; la valeur maximale en vol est de l ordre de 650 t). Leur combustion dure environ 135 s, ils sont ensuite séparés de l EPC par découpe pyrotechnique et retombent en mer. 5

6 Par rapport à la version Ariane 5 générique de l étage, les évolutions principales concernent la suppression d une bouteille GAT, le sur-chargement du segment S1 augmentant la poussée au décollage et l utilisation d une tuyère allégée (allègement total d environ 1,8 t de la structure). L Etage Supérieur Cryotechnique de type A : Le 3 ème étage ESCA a été développé pour la version A5ECA du lanceur Ariane 5 Plus, autour du moteur HM7B repris du 3 ème étage Ariane 4. Il est constitué de : deux réservoirs contenant 14,7 t d ergols (hydrogène et d oxygène liquide), du moteur HM7B, dont la durée de fonctionnement pour ce vol, est d environ 957 s, qui délivre une poussée dans le vide de 6,5 t ; sa tuyère est articulée suivant deux axes pour permettre le pilotage. Sur cette mission, l ESCA ne comporte qu une seule sphère Hélium pour les besoins de pressurisation des réservoirs de l étage et de commande des électrovannes. L'ESCA et son système SCAR La mission de l ESCA est d apporter le complément d énergie nécessaire à la satellisation des charges utiles sur l orbite visée. L étage assure également par l intermédiaire du SCAR (Système de Contrôle d Attitude et de Roulis) le contrôle en roulis du composite supérieur pendant la phase propulsée et son orientation au profit des charges utiles avant leur séparation durant la phase balistique. 6

7 Le bâti-moteur de l'esc-a EADS ST Lanceur Ariane 5 ECA en transfert vers le pas de tir ZL3 au moment de la RSL ESA/CNES/ARIANESPACE/Service optique CSG La Case à Equipements de type C-Fiber Placement : Elle est constituée d une structure cylindrique en carbone située au-dessus de l ESCA, et abritant une partie des équipements électriques nécessaires à la mission (2 calculateurs, 2 centrales inertielles, électroniques séquentielles, alimentations électriques, unités centrales pour la télémesure, ). Pour la 16 ème fois, le cylindre et le cône de la case sont issus d un nouveau procédé de dépôt des fibres de carbone sur un moule avant cuisson de la structure. Pour la 29 ème fois, l'upper Composite {ESC-A + Case à équipement + Cône 3936} a été assemblé sur le site d'astrium ST de Brême, ceci pour répondre aux nécessités imposées par l'augmentation des cadences de productions pour les prochaines années. Assemblage de l'upper Composite sur le site de Brême EADS Astrium 7

8 La Coiffe : De forme ogivale, elle assure la protection des charges utiles pendant le vol atmosphérique (acoustique au décollage et transsonique, flux aérothermiques). Pour cette mission, c est une coiffe longue, d une hauteur de 17 m et d un diamètre de 5,4 m qui sera utilisée. Elle est constituée de deux demi-coiffes formées à partir de 10 panneaux. Ces panneaux ont une structure sandwich avec une âme en «NIDA» d aluminium perforé et expansé, et recouvert de peaux en fibre de carbone/résine. La séparation de la coiffe est assurée par le fonctionnement de deux dispositifs pyrotechniques, l un horizontal (HSS), l autre vertical (VSS), ce dernier communiquant aux deux demi coiffes l impulsion nécessaire à leur dégagement latéral. Depuis le vol 175-L534, la coiffe est revêtue d une FAP (Fairing Acoustic Protection) plus légère. Coiffes en cours de fabrication RUAG Aerospace AG 8

9 Le SYLDA 5 (SYstème de Lancement Double Ariane 5) : Ce système permet l emport d une seconde charge utile principale à l intérieur d un des trois modèles de coiffe. Il existait 6 versions de cette structure interne de diamètre 4,6 m. Les hauteurs de ces structures varient entre 4,9 m et 6,4 m (échelonnées tous les 0,3 m) pour des volumes utiles allant de 50 m 3 à 65 m 3. Pour cette mission, c est la version SYLDA 5 D d une hauteur de 5,50 m qui sera utilisée, pour la première fois, permettant l'emport de la charge utile basse INSAT 3D. Pour la cinquième fois, la structure aura été fabriquée suivant un nouveau procédé de «co-cuisson» qui permet de rationaliser le processus industriel. SYLDA 5 n 56-D du lanceur L569 aux Mureaux ASTRIUM ST 9

10 3. La mission VA214 La mission Charge Utile La mission principale du vol 214 est d'injecter sur une orbite GTO standard à inclinaison réduite les charges utiles commerciales ALPHASAT et INSAT 3D : Altitude de l'apogée Altitude du périgée km 248,1 km Inclinaison 3,5 Argument du périgée 178 Longitude du nœud ascendant -122,975(*) (*) par rapport à un axe fixe, figé à H 0 3 s et passant par le pas de tir ELA3 à Kourou Les masses d ALPHASAT et d INSAT 3D sont respectivement de 6649 kg et de 2061 kg. Compte tenu des masses des adaptateurs et du SYLDA 5, ceci conduit à une performance totale de 9 674,1 kg demandée au lanceur sur l'orbite décrite précédemment. Pour rappel, la performance maximale offerte par le lanceur Ariane 5 ESC-A, pour une orbite standard inclinée à 6, est supérieure à kg (performance atteinte lors du lancement VA212 le 7 février 2013 par le lanceur L568 On notera qu une partie de la marge de performance est utilisée pour réduire l inclinaison de l orbite visée. Cela montre aussi l'adaptabilité du lanceur en termes de masse de charge utile. 10

11 Description des différentes phases du vol La référence des temps étant H 0 (1 s avant la date d ouverture de la vanne hydrogène de la chambre du moteur Vulcain de l EPC), l'allumage du Vulcain est effectué à H 0 +2,7s, la vérification de son bon fonctionnement autorise la mise à feu des deux Etages d Accélération à Poudre (EAP) (à H 0 +7,05s) qui entraîne le décollage du lanceur. La masse au décollage est d environ 775 tonnes et la poussée initiale de kn (dont 90% communiqués par les EAP). Après une montée verticale de 5 secondes, pour se dégager de l ELA3, en particulier des pylônes anti-foudre, le lanceur effectue un basculement dans le plan de la trajectoire, puis 5 secondes plus tard une manœuvre en roulis pour placer le plan des EAP perpendiculairement à celui de la trajectoire. L azimut de tir pour cette mission est de 93 par rapport au Nord. Le vol «EAP» se poursuit à incidence nulle durant toute la phase atmosphérique, jusqu à la séparation des EAP. Les manœuvres ont pour but : d optimiser la trajectoire pour maximiser la performance, d assurer un bilan de liaison radioélectrique satisfaisant avec les stations au sol, de respecter les contraintes liées aux charges admissibles en vol par les structures et le pilotage. L enclenchement de la séquence de séparation des EAP s effectue sur détection d un seuil d accélération lors de la chute de poussée des propulseurs à poudre. La séparation effective s exécute dans la seconde qui suit cet événement. 11

12 Cet instant est référencé H 1. Il intervient à environ H s, l altitude atteinte alors est de 66,7 km, la vitesse relative est de 2013 m/s. Pour la poursuite du vol (vol «EPC») le lanceur suit une loi d attitude commandée en temps réel par l ordinateur de bord sur information de la centrale de navigation, qui optimise la trajectoire en minimisant le temps de combustion donc la consommation d ergols. La coiffe est larguée pendant le vol «EPC» dès que les flux aérothermiques sont suffisamment faibles pour être supportés par la charge utile. Pour cette mission, le largage coiffe intervient vers 198 s, à une altitude de 107,2 km. Le vol guidé EPC vise une orbite prédéterminée, fixée par les objectifs de performances et la nécessité de maîtriser la retombée de l EPC dans l Atlantique. L arrêt du moteur Vulcain est commandé lorsque les caractéristiques de l orbite atteinte sont : Altitude de l apogée Altitude du périgée 168,9 km ,1 km Inclinaison 6,038 Argument du périgée -42,53 Longitude du nœud ascendant -121,53 Cet instant est référencé H 2. Il intervient à H ,7 s. L Etage Principal Cryotechnique (EPC) retombe naturellement après sa séparation, dans l océan Atlantique. Sa rupture intervient entre 80 et 60 km d altitude sous les charges dues à la rentrée atmosphérique. Pour éviter une explosion de l étage due à l échauffement de l hydrogène résiduel, il faut dépressuriser l étage, c est la passivation. Ceci est fait au moyen d une tuyère latérale du réservoir hydrogène, tuyère actionnée par un relais retard initié à la séparation de l EPC. Cette poussée latérale permet en outre de mettre l étage en rotation, donc de limiter les dispersions à la rentrée. La rentrée de l Etage Principal Cryotechnique (EPC) se fait avec un angle de -2,50, et la longitude du point d'impact est de 5,74 W. La phase de vol propulsé «ESCA» qui suit, dure plus de 16 minutes. Elle se termine sur ordre du calculateur de bord quand il estime, à partir des calculs élaborés sur la base des informations de la centrale inertielle, que l orbite visée est atteinte. Cet instant est référencé H 3. Il intervient à H0+1501,3 s. 12

13 La phase balistique qui suit, a pour objectifs d'assurer : le pointage du composite supérieur dans les directions requises pour ALPHASAT et INSAT 3D, ainsi que dans la direction déterminée pour le SYLDA 5, la mise en spin longitudinal du lanceur avant la séparation d ALPHASAT, la stabilisation 3 axes du lanceur avant les séparations du SYLDA 5 et d INSAT 3D, les séparations d ALPHASAT, du SYLDA 5 et d INSAT 3D, la mise en spin finale du composite à 45 /s, la passivation du réservoir pressurisé LOX puis celle du réservoir LH2 de l ESCA précédée d une phase de pré-passivation par ouverture simultanée des 8 tuyères SCAR, tout en gérant à court et moyen termes l espacement des corps en orbite. La phase balistique de cette mission se décompose en 21 phases élémentaires, présentées ciaprès. On notera la séparation d ALPHASAT en phase 5, celle du SYLDA 5 en phase 8 et celle d INSAT 3D en phase

14 14

15 15

16 16

17 La planche suivante présente l étagement relatif des différents corps créé par la phase balistique Le suivi télémesure pendant la mission est assuré par les stations de Kourou, Galliot, Natal, Ascension, Libreville et Malindi. Compte tenu de la trajectoire retenue pour cette mission, la trajectoire présente deux trous de visibilité : de l ordre de 85 secondes entre Natal et Ascension et de l ordre de 26 secondes entre Ascension et Libreville. 17

18 Les planches suivantes présentent : la situation des principaux événements du vol, l évolution de l altitude et de la vitesse du lanceur pendant le vol propulsé 18

19 4. Les charges utiles INMARSAT INMARSAT (pour INternational MARitime SATellite organization) est une compagnie de télécommunication Britannique. INMARSAT était au départ une organisation internationale fondée en 1979, pour établir des communications satellite pour l ensemble de la communauté maritime. Elle a été privatisée en avril INMARSAT exploite aujourd hui 37 stations terrestres et une flotte de 11 satellites, issus de trois générations, assurant les fonctions téléphonie, données, télex et télécopie. La dernière génération, composée de 3 satellites INMARSAT IV lancés entre 2005 et 2008, devrait être opérationnelle jusqu en ALPHASAT en orbite [vue d artiste] ASTRIUM - ESA INMARSAT développe actuellement, sur son nouveau réseau mondial à large bande BGAN (Broadband Global Area Network), un vaste éventail d applications à haut débit destinées aux terminaux mobiles utilisateurs des marchés terrestre, aéronautique et maritime. Le lancement de la génération INMARSAT V est prévu vers ALPHASAT ALPHASAT est le premier satellite à utiliser la capacité élevée de la nouvelle plateforme ALPHABUS. Plate-forme la plus puissante du marché, ALPHABUS constitue la réponse européenne à la demande accrue de charges utiles de communication plus volumineuses permettant de fournir des services à la fois meilleurs et plus rapides de télédiffusion directe, radiodiffusion sonore numérique, accès au haut débit et mobiles. D envergure résolument européenne, le programme ALPHASAT est une véritable référence en matière de coopération : le satellite a été conçu et fabriqué dans le cadre d un partenariat public privé (PPP) entre INMARSAT et l ESA, à travers un contrat industriel conclu entre INMARSAT et Astrium. De nombreux partenaires de toute l Europe ont contribué au programme, soutenu par l ESA et les agences spatiales nationales. ALPHABUS a été co-développée par ASTRIUM, en tant que partenaire principal, et Thales Alenia Space (TAS), avec une vaste équipe de collaborateurs industriels présents dans toute l Europe. 19

20 Le satellite Conçu et fabriqué par ASTRIUM, ALPHASAT incarne trois réalisations exceptionnelles en une. Non seulement il compte plus de 200 faisceaux étroits et possède des capacités de formation numérique de faisceaux, mais il est également le premier satellite à utiliser la capacité élevée de la nouvelle plate-forme satellitaire européenne ALPHABUS. Enfin, il sera équipé de quatre charges utiles hébergées de démonstration technologique pour le compte de l Agence spatiale européenne (ESA). C est en fait le nombre de faisceaux et la capacité de formation numérique de faisceaux qui marquent son niveau de raffinement technologique. La charge utile tire le meilleur profit du spectre restreint disponible en bande L pour gérer efficacement un large volume de communications avec un maximum de flexibilité à la fois en termes de fréquence et de répartition de la puissance des faisceaux selon les besoins en débit des usagers. Les huit processeurs intégrés (IP), mis au point par Astrium, constituent les éléments clés de cette charge utile. Etrennée par ALPHASAT, la toute nouvelle plate-forme ALPHABUS est la plus puissante du marché. Elle est qualifiée pour couvrir des missions emportant un satellite d une masse au lancement atteignant 8800 kg, d une puissance et d une masse de charge utile allant respectivement jusqu à 22 kw et 2000 kg. Réalisés sous la maîtrise d œuvre d ASTRIUM, le satellite et la charge utile d ALPHASAT abritent un nombre impressionnant d innovations mises au point en Europe. Les huit processeurs numériques intégrés d ASTRIUM constituent un élément central de la charge utile de communications géomobiles de nouvelle génération en bande L : ils permettent en effet une répartition de la capacité avec une flexibilité sans précédent, grâce au «découpage» des canaux et à la formation de faisceaux. Le processeur intégré (IP) développé pour la mission ALPHASAT marque la dernière évolution en date de la gamme de processeurs de signaux numériques (DSP) d Astrium. Il repose sur la technologie modulaire du processeur de nouvelle génération d ASTRIUM, déclinable à d autres applications, telles que les missions à large bande et militaires. La principale fonction des processeurs intégrés d ALPHASAT porte sur le routage et la combinaison de canaux vers le faisceau souhaité - des éléments essentiels pour la génération de faisceaux étroits et le gain associé au niveau des canaux. Les processeurs intégrés offrent ainsi à ALPHASAT une flexibilité maximum, à la fois en termes de fréquence et de répartition de la puissance aux faisceaux, afin de répondre aux exigences du trafic. Les huit grands processeurs pèsent environ 250 kg et fonctionnent en parallèle à bord d AL- PHASAT, qui se dote ainsi d une capacité de traitement embarquée, permettant de réaliser plus de mille milliards d opérations par seconde Ces nouvelles technologies permettront à ALPHASAT de faciliter les communications à travers l Europe, l Asie, l Afrique et le Moyen-Orient, et d offrir un surcroît de capacité pour traiter plus de 750 canaux en bande L avec une qualité supérieure, en particulier au profit des usagers de téléphones satellite. Grâce à une utilisation plus efficace du spectre, le satellite desservira des régions dépourvues d infrastructures terrestres, en particulier en situation de crise et d urgence humanitaire. Les autorités gouvernementales pourront ainsi maintenir le contact avec les populations dispersées et assurer une transmission voix-données absolument cruciale pour des secteurs comme la presse, le transport maritime et l industrie pétrolière et gazière, par exemple. 20

21 Charges utiles de démonstration technologique L ESA a décidé de choisir quatre charges utiles de démonstration technologique (Technological Demonstration Payload), embarquées sur ALPHASAT, après plusieurs études et une série d activités d installation préliminaires : Un terminal de télécommunications laser de pointe, permettant de faire la démonstration de liaisons de télécommunications GEO/LEO à 1064 nm (TDP 1) Une expérience de télécommunications en bande Q/V destinée à évaluer la compatibilité de cette bande de fréquence avec de futures applications commerciales (TDP 5) Un suiveur stellaire de technologie avancée équipé de capteurs à pixels actifs (TDP 6) Un moniteur environnemental permettant de surveiller l environnement radiatif GEO et ses effets sur les composants électroniques et les capteurs (TDP 8) 8 ième satellite d INMARSAT confié à Arianespace, ALPHASAT présente les principales caractéristiques suivantes * Dimensions 7,15 x 4,30 x 3,10 m envergure des panneaux solaires 40 m * Masse au décollage 6 648,7 kg * Puissance * Propulsion * Stabilisation * Capacité de transmission * Position orbitale 25 Est Puissance Charge Utile : > 12 kw 1 batterie Li-Ion Réservoirs à ergols bi-liquides (MMH & NTO) Moteur d apogée 400 N et tuyères 10 N pour le contrôle d orbite Spinné en transverse à la séparation Stabilisation 3-axes en orbite Communications mobiles en bande L & C 750 canaux en bande L 400 Narrow spots * Couverture Europe, Afrique et Moyen-Orient / Asie La durée de vie attendue est supérieure à 15 ans 21

22 Zone de Couverture globale du réseau INMARSAT IV INMARSAT 22

23 ALPHASAT après ses tests en chambre anéchoïque ESA- S.Corvaja 23

24 ALPHASAT lors de son entrée dans la chambre à vide. ASTRIUM 24

25 INSAT 3D I.S.R.O. Le programme spatial Indien a été lancé avec l objectif de développer une technologie spatiale indépendante pour l appliquer à la réalisation d un ensemble de projets nationaux. Dans cet esprit, I.S.R.O. (Indian Space Research Organisation) a développé avec succès: Deux systèmes majeurs de satellites: INSAT (Indian National SATellites) pour les communications, IRS (Indian Remote Sensing) pour la gestion des ressources naturelles Deux familles de lanceurs: PSLV (Polar Satellite Launch Vehicle) pour lancer des satellites de type IRS, GSLV (Geostationary Satellite Launch Vehicle) pour les satellites de type INSAT I.S.R.O. exploite aujourd hui une constellation de 9 satellites de Télécommunications, un satellite de Navigation, un satellite Météorologique, 11 satellites d Observation Terrestre et un satellite Scientifique. I.S.R.O. a, aujourd hui, conduit de nombreux projets notamment la réalisation de 66 satellites et 38 lancements, avec 35 Charges Utiles non-indiennes. INSAT 3D INSAT 3D est un satellite météorologique de très haute technologie, conçu, réalisé et intégré par I.S.R.O., destiné à remplacer à terme les satellites KALPANA-1 et INSAT 3A, lancé il y a 10 ans par Ariane 5 (L514, V160 avec GALAXY XII). Equipé de 6 canaux Imageur et de 19 canaux Sounder, il fournira un ensemble données relatives au sol, à la mer, aux nuages, aux vents, à l atmosphère et aux échanges d énergie entre ces différents milieux. Le satellite est aussi équipé de répéteurs pour la transmission de données, et d une charge utile de recherche et de sauvetage en cas de catastrophe naturelle. INSAT 3D (Vue d artiste). I.S.R.O. 25

26 16 ième satellite confié par I.S.R.O. à Arianespace, INSAT 3D, basé sur la plateforme I-2K bus, présente les principales caractéristiques suivantes : * Dimensions 2,40 x 1,65 x 1,55 m * Masse au décollage kg * Puissance Puissance Charge Utile : > 1200 W 2 batteries Ni - Cd * Propulsion Réservoirs à ergols bi-liquides (MMH & MON3) * Stabilisation * Capacité de transmission Stabilisé 3 axes à la séparation Stabilisation 3-axes en orbite 6 Imagers 19 Sounders * Position orbitale 82 Est Data Relay Transponder & Satellite-Aided Search and Rescue * Couverture Sous continent Indien La durée de vie attendue est supérieure à 7 ans INSAT 3D à Kourou lors de test de déploiement de panneau solaire. I.S.R.O. 26

27 INSAT 3D lors d essais à Bangalore. I.S.R.O. 27

28 INSAT 3D sur son PAS 937S ESA-CNES-ARIANESPACE-Optique du CSG-JM Guillon. 28

29 5. La campagne de lancement ESCA en cours d intégration chez ASTRIUM Brême EADS ST Opération de sortie de dock d'intégration, de basculement et de mise en container de transport de l'etage Cryotechnique Ariane 5 aux Mureaux EADS ST photo : Studio Bernot L'Etage Principal Cryotechnique (EPC) est chargé au Havre sur le Toucan en direction la Guyane EADS ST photo : JL 29

30 Les principales étapes de la campagne du vol 214 sont résumées ci-après : Déstockage et érection de l'étage EPC dans le Bâtiment d Intégration Lanceur (BIL) les 24 & 25 avril 2013 Transfert des Etages d Accélération à Poudre (EAP) les 25 & 26 avril 2013 Accostage de l EPC sur les EAP le 26 avril 2013 Déstockage et érection de l'upper Composite le 13 mai 2013 Contrôle de synthèse Lanceur le 28 mai 2013 Réception lanceur par Arianespace le 3 juin 2013 Lancement réussi mission VA213 L592 ATV # 4 Albert EINSTEIN le 5 juin 2013 Arrivée d INSAT 3D à Kourou le 11 juin 2013 Arrivée d ALPHASAT à Kourou le 18 juin 2013 Transfert BIL BAF le 26 juin 2013 Remplissage d ALPHASAT Assemblage sur son adaptateur Transfert au BAF Intégration sur le SYLDA Remplissage d INSAT 3D Assemblage sur son adaptateur Transfert au BAF Intégration sur le lanceur du 5 au 8 juillet 2013 le 11 juillet 2013 le 11 juillet 2013 le 12 juillet 2013 du 5 au 9 juillet 2013 le 12 juillet 2013 le 15 juillet 2013 le 16 juillet 2013 Intégration de la Coiffe sur le SYLDA le 15 juillet 2013 Intégration du composite (ALPHASAT + PAS 1666S + SYLDA + Coiffe) sur le lanceur les 17 & 18 juillet 2013 Répétition Générale le 19 juillet 2013 Armements lanceur Revue d'aptitude au Lancement Transfert du lanceur du BAF vers la Zone de Lancement (ZL3) Remplissage de la sphère Hélium de l EPC les 22 & 23 juillet 2013 le 23 juillet 2013 le 24 juillet 2013 Chronologie finale de lancement le 25 juillet

31 Kourou : transfert du lanceur du Bâtiment d'intégration Lanceur (BIL) au Bâtiment d'assemblage Final (BAF) Kourou : érection d un Upper Composite dans le Bâtiment d'intégration Lanceur (BIL) ESA/ARIANESPACE/Service optique CSG Kourou : transfert du Bâtiment d'assemblage Final (BAF) en zone de lancement pour la Répétition de la Séquence de Lancement (RSL). ESA/ARIANESPACE/Service optique CSG 31

32 6. La fenêtre de lancement Pour un lancement le 25 juillet 2013, avec un H 0 à 19 h 53 min en T.U., la fermeture de la fenêtre intervient à 21 h 11 min en T.U. La fenêtre de lancement a donc une durée totale de1 heure 18 minutes : Heure de Londres, Stevenage et Portsmouth le 25 juillet 2013 de 20h53 à 22h11 Heure de Paris, et Toulouse le 25 juillet 2013 de 21h53 à 23h11 Heure de Bengalore le 26 juillet 2013 de 01h23 à 02h41 Heure de Washington le 25 juillet2013 de 15h53 à 17h11 Heure de Kourou le 25 juillet 2013 de 16h53 à 18h11 TEMPS UNIVERSEL le 25 juillet 2013 de 19h53 à 21h11 Rappelons que la fenêtre de lancement résulte d un compromis entre les contraintes lanceur et les contraintes des charges utiles. La fenêtre de tir est inchangée en cas de report de tir les 26, 27 et 28 juillet. Au delà, elle évolue légèrement. Elle passe : - de 19h55 à 21h11 du 29 juillet au 1 er août, - de 19h55 à 21h10 le 2 août, - de 19h57 à 21h10 du 3 au 7 août. 32

33 7. La chronologie finale Sont rassemblées sous ce vocable toutes les opérations de préparation du lanceur, des satellites et de la base de lancement dont le bon déroulement autorise l allumage du moteur Vulcain, puis des EAP à l heure de lancement choisie, le plus tôt possible dans la fenêtre de lancement autorisée par les satellites. La chronologie se termine par une séquence synchronisée gérée par les calculateurs du banc de contrôle Ariane à partir de H 0-7 mn. Dans certains cas, une phase pré-séquence synchronisée peut être nécessaire pour optimiser les remplissages en Ergols de l EPC (*). Si la durée d un arrêt de chronologie détermine H 0 au-delà de la fenêtre de lancement, le lancement est reporté à J+1 ou J+2 suivant la cause du problème et la solution apportée. H 0-7h 30 H 0-6h H 0-5h H 0-5h H 0-4h H 0-3h H 0-30mn Contrôle des chaînes électriques Assainissements et mise en configuration de l EPC et du Vulcain pour le remplissage et la mise en froid Préparation finale de la Zone de lancement : fermetures des portes, retrait des sécurités, mise en configuration de remplissage des circuits fluides Chargement du Programme de Vol Essais des liaisons hertziennes entre lanceur et BLA Alignement des centrales inertielles Evacuation de la zone de lancement Remplissage de l EPC en quatre phases : pressurisation des stockages sol (durée 30 mn) mise en froid des lignes sol (durée 30 mn) remplissage des réservoirs de l étage (durée 2 h) compléments de pleins (jusqu à la séquence synchro) Pressurisation des systèmes de pilotage et de commande : (GAT pour les EAP et GAM pour l EPC) Remplissage de l ESCA en quatre phases : pressurisation des stockages sol (durée 30 mn) mise en froid des lignes sol (durée 30 mn) remplissage des réservoirs de l étage (durée 1 h) compléments de pleins (jusqu à la séquence synchro) Mise en froid du moteur Vulcain Préparation de la Séquence Synchronisée H 0-7mn Début de la séquence synchronisée (*) (*) Pour une séquence standard, elle démarre à H 0-7mn et regroupe l ensemble des opérations lanceur conduisant au décollage. Pour le vol 173, par exemple, compte tenu du chargement LOX EPC requis pour les besoins de performances, la séquence synchronisée avait débuté à H 0-12mn. 33

KOUROU. Mars 2014 ARIANE 5. Données relatives au Vol VA216 ASTRA 5B AMAZONAS 4A

KOUROU. Mars 2014 ARIANE 5. Données relatives au Vol VA216 ASTRA 5B AMAZONAS 4A KOUROU Mars 2014 ARIANE 5 Données relatives au Vol VA216 ASTRA 5B AMAZONAS 4A Vol VA216 Ariane 5 Satellites : ASTRA 5B AMAZONAS 4A Sommaire 1. Introduction... 3 2. Le Lanceur L571... 4 3. La mission VA216...

Plus en détail

UN LANCEMENT POUR L INTERNET ET POUR LA METEOROLOGIE

UN LANCEMENT POUR L INTERNET ET POUR LA METEOROLOGIE UN LANCEMENT POUR L INTERNET ET POUR LA METEOROLOGIE Pour son troisième lancement Ariane 5 de l année, Arianespace mettra en orbite deux satellites : le satellite dédié à l Internet EchoStar XVII pour

Plus en détail

Un lancement pour des clients prestigieux

Un lancement pour des clients prestigieux Un lancement pour des clients prestigieux Pour son premier lancement de l année, Arianespace mettra en orbite deux satellites de t é l é c o m m u n i c a t i o n s : HOT BIRD T M 10 pour l opérateur européen

Plus en détail

Un lancement pour Intelsat et pour Optus

Un lancement pour Intelsat et pour Optus Un lancement pour Intelsat et pour Optus Pour son 4ème lancement de l année, Arianespace mettra en orbite deux satellites de télécommunications : INTELSAT 11 pour l opérateur international Intelsat et

Plus en détail

CENTRE SPATIAL DE GUYANE «Le Port spatial de l Europe» Missions et opérations par Philippe Noël, ISSAT

CENTRE SPATIAL DE GUYANE «Le Port spatial de l Europe» Missions et opérations par Philippe Noël, ISSAT CENTRE SPATIAL DE GUYANE «Le Port spatial de l Europe» Missions et opérations par Philippe Noël, ISSAT 1 Sommaire La Base de lancement - définition - caractéristiques - les principales bases Les phases

Plus en détail

Maquette papier à monter éch. 1/100 e

Maquette papier à monter éch. 1/100 e Maquette papier à monter éch. 1/100 e ESA/CNES/Arianespace/CSG Service Optique, 2005 liste prestigieuse : EADS Space Transportation, la Snecma, Alcatel, Air Liquide, Volvo, Sabca, Contraves, Man, Avio,

Plus en détail

ARIANESPACE VOL 126. PREMIER LANCEMENT DE L ANNEE 15 ème lancement pour PanAmSat

ARIANESPACE VOL 126. PREMIER LANCEMENT DE L ANNEE 15 ème lancement pour PanAmSat ARIANESPACE VOL 126 PREMIER LANCEMENT DE L ANNEE 15 ème lancement pour PanAmSat ARIANESPACE Vol 126 mettra en orbite de transfert géostationnaire le satellite de communications GALAXY XR, pour le premier

Plus en détail

Un accueil de qualité :

Un accueil de qualité : Un accueil de qualité : Mercredi 08 Juin 2011, dans l après-midi, notre classe de 3 ème de Découverte Professionnelle s est rendue sur le site de THALES ALENIA SPACE à CANNES LA BOCCA. Nous étions accompagnés

Plus en détail

Economie du satellite: Conception de Satellite, Fabrication de Satellite, Lancement, Assurance, Performance en orbite, Stations de surveillance

Economie du satellite: Conception de Satellite, Fabrication de Satellite, Lancement, Assurance, Performance en orbite, Stations de surveillance Cours jour 2 Economie du satellite: Conception de Satellite, Fabrication de Satellite, Lancement, Assurance, Performance en orbite, Stations de surveillance Acquisition de satellite, Bail, Joint-Ventures,

Plus en détail

Propulsion COLLÈGE. 1. Le moteur vulcain. > Expositions > Niveau 0 > CENTRE DE LANCEMENT

Propulsion COLLÈGE. 1. Le moteur vulcain. > Expositions > Niveau 0 > CENTRE DE LANCEMENT 1. Le moteur vulcain C. Expliquer le principe d action réaction aussi appelé le principe des actions réciproques qui s applique dans le moteur Vulcain. Vous pouvez-vous aider du schéma ci-dessous. A. Quels

Plus en détail

Les fusées Ariane. Par Jennifer MOULLET, 3 3

Les fusées Ariane. Par Jennifer MOULLET, 3 3 Les fusées Ariane Par Jennifer MOULLET, 3 3 Sommaire: I) le contexte A: recommencer après un échec B: de nombreux enjeux internationaux et un grand succès II) présentation des fusées A: Généralités B:

Plus en détail

3 - Description et orbite d'un satellite d'observation

3 - Description et orbite d'un satellite d'observation Introduction à la télédétection 3 - Description et orbite d'un satellite d'observation OLIVIER DE JOINVILLE Table des matières I - Description d'un satellite d'observation 5 A. Schéma d'un satellite...5

Plus en détail

Glossaire 3D OU IMAGE STÉRÉOSCOPIQUE Dans la vision naturelle, les yeux saisissent un objet sous deux angles légèrement différents du fait de l écartement oculaire. C est cette différence d angle qui fait

Plus en détail

Le satellite Gaia en mission d exploration

Le satellite Gaia en mission d exploration Département fédéral de l économie, de la formation et de la recherche DEFR Secrétariat d Etat à la formation, à la recherche et à l innovation SEFRI Division Affaires spatiales Fiche thématique (16.12.2013)

Plus en détail

TS Physique Satellite à la recherche de sa planète Exercice résolu

TS Physique Satellite à la recherche de sa planète Exercice résolu P a g e 1 Phsique atellite à la recherche de sa planète Exercice résolu Enoncé Le centre spatial de Kourou a lancé le 1 décembre 005, avec une fusée Ariane 5, un satellite de météorologie de seconde génération

Plus en détail

Les très grandes souffleries de l ONERA 2014

Les très grandes souffleries de l ONERA 2014 La grande soufflerie S1 de Modane, et les autres Avant de comprendre comment fonctionne une soufflerie, il est nécessaire de rappeler qu il n existe pas une, mais des souffleries. En effet, il est essentiel

Plus en détail

Jeunes en Apprentissage pour la réalisation de Nanosatellites au sein des Universités et des écoles de l enseignement Supérieur

Jeunes en Apprentissage pour la réalisation de Nanosatellites au sein des Universités et des écoles de l enseignement Supérieur PROJET JANUS Jeunes en Apprentissage pour la réalisation de Nanosatellites au sein des Universités et des écoles de l enseignement Supérieur Contact : alain.gaboriaud@cnes.fr OBJECTIFS Satellites Etudiants

Plus en détail

Assemblée générale. Nations Unies A/AC.105/C.1/L.320

Assemblée générale. Nations Unies A/AC.105/C.1/L.320 Nations Unies A/AC.105/C.1/L.320 Assemblée générale Distr. limitée 30 octobre 2012 Français Original: anglais et russe Comité des utilisations pacifiques de l espace extra-atmosphérique Sous-Comité scientifique

Plus en détail

Cours IV Mise en orbite

Cours IV Mise en orbite Introduction au vol spatial Cours IV Mise en orbite If you don t know where you re going, you ll probably end up somewhere else. Yogi Berra, NY Yankees catcher v1.2.8 by-sa Olivier Cleynen Introduction

Plus en détail

DAHER-SOCATA dévoile le TBM 900, son nouveau TBM

DAHER-SOCATA dévoile le TBM 900, son nouveau TBM Aéronautique & Défense DAHER-SOCATA dévoile le TBM 900, son nouveau TBM Après plus de 3 ans de développement, le TBM 900 vole plus vite et plus loin Certifié, l avion est déjà en production, commandé et

Plus en détail

European Space Laboratory

European Space Laboratory European Space Laboratory LA MISSION DE COLUMBUS Columbus est la principale contribution de l'agence Spatiale Européenne au projet de l'international Space Station conçu conjointement entre la NASA (USA),

Plus en détail

À TOI DE JOUER! VIVRE EN FRANCE L EXPLORATION DE L ESPACE. 1. Observez ces documents et cochez la bonne réponse.

À TOI DE JOUER! VIVRE EN FRANCE L EXPLORATION DE L ESPACE. 1. Observez ces documents et cochez la bonne réponse. A B C 1. Observez ces documents et cochez la bonne réponse. 1. Quel est l argument de tous ces documents? 4. Helios est un film L espace traditionnel La Terre en relief Les avions en noir et blanc 2. Dans

Plus en détail

Le drone de cartographie professionnelle

Le drone de cartographie professionnelle Le drone de cartographie professionnelle 4 raisons de choisir l'ebee 01. Réalisez plus de cartes, d'une plus grande précision L'eBee peut couvrir jusqu'à 12 km² au cours d'un seul vol. Quand il survole

Plus en détail

2 Le transport spatial : une ambition stratégique, une priorité à la baisse des coûts

2 Le transport spatial : une ambition stratégique, une priorité à la baisse des coûts 2 Le transport spatial : une ambition stratégique, une priorité à la baisse des coûts PRÉSENTATION L accès de l Europe à l espace, pour l essentiel organisé dans le cadre de l Agence spatiale européenne

Plus en détail

RAPPORT D ENQUÊTE AÉRONAUTIQUE A06C0204 OUVERTURE D UNE PORTE DE SOUTE AU DÉCOLLAGE

RAPPORT D ENQUÊTE AÉRONAUTIQUE A06C0204 OUVERTURE D UNE PORTE DE SOUTE AU DÉCOLLAGE RAPPORT D ENQUÊTE AÉRONAUTIQUE A06C0204 OUVERTURE D UNE PORTE DE SOUTE AU DÉCOLLAGE DU BOEING 727-227 C-GJKF EXPLOITÉ PAR KELOWNA FLIGHTCRAFT AIR CHARTER LTD. À REGINA (SASKATCHEWAN) LE 13 DÉCEMBRE 2006

Plus en détail

Centre de tournage. et de fraisage CNC TNX65/42

Centre de tournage. et de fraisage CNC TNX65/42 Centre de tournage et de fraisage CNC TNX65/42 Le tour TRAUB TNX65/42 pose de nouveaux jalons dans l'usinage à haute performance. Le concept de machine futuriste avec l'incomparable nouvelle unité de fraisage

Plus en détail

VOTRE PARTENAIRE POUR L EQUIPEMENT DES CHAUFFERIES ET DES SOUS STATIONS

VOTRE PARTENAIRE POUR L EQUIPEMENT DES CHAUFFERIES ET DES SOUS STATIONS VOTRE PARTENAIRE POUR L EQUIPEMENT DES CHAUFFERIES ET DES SOUS STATIONS Réchauffage de l eau d un circuit de chauffage Chaudières gaz à condensation PRESTIGAZ Chaudières gaz basse température EFFIGAZ Echangeurs

Plus en détail

LP CONDORCET. Q3. De quand date le premier lancement de satellite de communication? Q4. Quelle fut la première application de ce satellite?

LP CONDORCET. Q3. De quand date le premier lancement de satellite de communication? Q4. Quelle fut la première application de ce satellite? TD1 GENloc31e Étude du système de Gestion de flotte de véhicule par GSM et GPS Champ professionnel Électronique Industrielle Embarquée Activité F4 Organisation A4-2 S'informer et se documenter Compétence

Plus en détail

N 1470 ASSEMBLÉE NATIONALE

N 1470 ASSEMBLÉE NATIONALE N 1470 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 17 février 2009. RAPPORT FAIT AU NOM DE LA COMMISSION DES AFFAIRES

Plus en détail

Question 1- Quelle doit être à ton avis la force avec laquelle il faudrait jeter une pierre pour qu'elle tourne autour de la Terre?

Question 1- Quelle doit être à ton avis la force avec laquelle il faudrait jeter une pierre pour qu'elle tourne autour de la Terre? Les Satellites Introduction En astronomie, un satellite est décrit comme un corps céleste qui gravite autour d'une planète; ainsi la Lune est le satellite naturel de la Terre. En astronautique, il s'agit

Plus en détail

lancent la Chaire SIRIUS :

lancent la Chaire SIRIUS : COMMUNIQUE DE PRESSE Toulouse, le 21 octobre 2013 Le CNES, Astrium, Thales Alenia Space, Toulouse Business School, & l Université Toulouse I Capitole, lancent la Chaire SIRIUS : La première Chaire internationale

Plus en détail

Les satellites météorologiques et leurs apports scientifiques. Copyright EUMETSAT

Les satellites météorologiques et leurs apports scientifiques. Copyright EUMETSAT Les satellites météorologiques et leurs apports scientifiques Copyright EUMETSAT Les satellites météorologiques et leurs apports scientifiques Introduction ; contexte historique 1 - Présentation générale

Plus en détail

INJECTION DIESEL. Page : Savoir S 3.3 1 DATE : CLASSE : Electronique. L injection à rampe commune :

INJECTION DIESEL. Page : Savoir S 3.3 1 DATE : CLASSE : Electronique. L injection à rampe commune : 1 L injection à rampe commune : 1.Mise en situation : 2. Définition : - On entend par système «common rail», un système d injection Diesel dont les injecteurs sont alimentés par une rampe commune et pilotés

Plus en détail

PROJET TOSA INFORMATIONS GÉNÉRALES

PROJET TOSA INFORMATIONS GÉNÉRALES PROJET TOSA INFORMATIONS GÉNÉRALES 1 LE BUS DU FUTUR EST SUISSE Grande première suisse et même mondiale, TOSA est un bus articulé à batterie rechargeable pour la desserte des villes. L'énergie de propulsion

Plus en détail

KASTO, le programme complet : Rentabilité dans le sciage et le stockage des métaux.

KASTO, le programme complet : Rentabilité dans le sciage et le stockage des métaux. KASTO, le programme complet : Rentabilité dans le sciage et le stockage des métaux. Compétence sur toute la ligne Depuis plus de 160 ans, KASTO, synonyme de qualité et d innovation, propose le programme

Plus en détail

Solutions complètes de vidéosurveillance. au secteur pétrolier et gazier

Solutions complètes de vidéosurveillance. au secteur pétrolier et gazier Solutions complètes de vidéosurveillance sur IP destinées au secteur pétrolier et gazier La solution vidéo sur IP d IndigoVision a révolutionné les opérations. Elle nous permet de couvrir des zones éloignées

Plus en détail

Fiche d application Thermique. Ventilation naturelle de confort thermique BÂTIMENTS D HABITATION NEUFS. Réglementations Thermique Acoustique Aération

Fiche d application Thermique. Ventilation naturelle de confort thermique BÂTIMENTS D HABITATION NEUFS. Réglementations Thermique Acoustique Aération Réglementations Thermique Acoustique Aération Départements d Outre-Mer Version 1.1 Fiche d application Thermique Ventilation naturelle de confort thermique BÂTIMENTS D HABITATION NEUFS www.territoires.gouv.fr

Plus en détail

SYSTÈMES DE ROQUETTES À INDUCTION Lance-roquettes Roquettes. www.tda-armements.com

SYSTÈMES DE ROQUETTES À INDUCTION Lance-roquettes Roquettes. www.tda-armements.com SYSTÈMES DE ROQUETTES À INDUCTION Lance-roquettes Roquettes www.tda-armements.com Intégration : un précieux savoir-faire Dialogue avec les roquettes Conforme à toutes les normes OTAN Intégré sur LH10 ELLIPSE

Plus en détail

Commutateur statique de transfert Liebert La solution incontournable pour vos systèmes d alimentation à haute disponibilité

Commutateur statique de transfert Liebert La solution incontournable pour vos systèmes d alimentation à haute disponibilité Commutateur statique de transfert Liebert La solution incontournable pour vos systèmes d alimentation à haute disponibilité AC Power Systems for Business-Critical Continuity Emerson Network Power est une

Plus en détail

Présentation du projet SMOS et du CATDS

Présentation du projet SMOS et du CATDS Présentation du projet SMOS et du CATDS François Bermudo Chef de projet SMOS CNES pied de page 1/ 1 LE PROGRAMME SMOS La mission SMOS a été sélectionnée comme «Mission d Opportunité» du programme Earth

Plus en détail

Directives pour l évaluation des participations d astrophilatélie

Directives pour l évaluation des participations d astrophilatélie FEDERATION INTERNATIONALE DE PHILATELIE SECTION FOR ASTROPHILATELY Directives pour l évaluation des participations d astrophilatélie Article 1 : Exposition en compétition Principe fondamental (réf. GREV

Plus en détail

lancent la Chaire SIRIUS :

lancent la Chaire SIRIUS : COMMUNIQUE DE PRESSE Toulouse, le 23 octobre 2013 Le CNES, Astrium, Thales Alenia Space, Toulouse Business School & l Université Toulouse I Capitole, lancent la Chaire SIRIUS : La première Chaire internationale

Plus en détail

Projets proposés par le Laboratoire de Physique de l'université de Bourgogne

Projets proposés par le Laboratoire de Physique de l'université de Bourgogne Projets proposés par le Laboratoire de Physique de l'université de Bourgogne Titre : «Comprendre la couleur» Public : Collégiens, Lycéens. Nombre de participants : 5 à 10 (10 Maxi ) Lieu : Campus Universitaire

Plus en détail

Swire Oilfield Services propose les meilleures solutions aux différents acteurs de l industrie pétrolière. Etant membre du Groupe Swire, notre offre

Swire Oilfield Services propose les meilleures solutions aux différents acteurs de l industrie pétrolière. Etant membre du Groupe Swire, notre offre Nos services Swire Oilfield Services propose les meilleures solutions aux différents acteurs de l industrie pétrolière. Etant membre du Groupe Swire, notre offre de services est à la fois internationale

Plus en détail

Caractéristiques Techniques au 01 janvier 2014. Le Crafter Combi

Caractéristiques Techniques au 01 janvier 2014. Le Crafter Combi Caractéristiques Techniques au 01 janvier 2014 Le Crafter Combi Les caractéristiques techniques, motorisations et consommations du Crafter Combi. Norme antipollution EU5+. 2,0 l TDI 109 BVM6 2,0 l TDI

Plus en détail

1 445 M 20 M 5 085 M. l efficacité énergétique. la durabilité. l innovation QUI SOMMES-NOUS? CHIFFRES 2013 PAYS : CLIENTS : RÉSULTAT NET : EBITDA :

1 445 M 20 M 5 085 M. l efficacité énergétique. la durabilité. l innovation QUI SOMMES-NOUS? CHIFFRES 2013 PAYS : CLIENTS : RÉSULTAT NET : EBITDA : QUI SOMMES-NOUS? Gas Natural Fenosa est une entreprise du secteur de l énergie, créée il y a plus de 170 ans et dont la renommée a dépassé les frontières. GAS NATURAL FENOSA Pionnière dans l approvisionnement

Plus en détail

Plus efficace que jamais : le logiciel de test CEM R&S EMC 32 avec de nouvelles extensions

Plus efficace que jamais : le logiciel de test CEM R&S EMC 32 avec de nouvelles extensions Plus efficace que jamais : le logiciel de test CEM R&S EMC 32 avec de nouvelles extensions Le logiciel de test CEM R&S EMC 32 voit sa polyvalence considérablement renforcée grâce à de nouvelles options

Plus en détail

APPAREILS DE SOUDAGE DE CONTACTS. D1Q, D2Q, D3Q Quickchange Appareil de soudage de contacts argent-graphite

APPAREILS DE SOUDAGE DE CONTACTS. D1Q, D2Q, D3Q Quickchange Appareil de soudage de contacts argent-graphite APPAREILS DE SOUDAGE DE CONTACTS D1Q, D2Q, D3Q Quickchange Appareil de soudage de contacts argent-graphite Appareils de soudage de contacts pour l industrie des circuits imprimés Modules de processus à

Plus en détail

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section Audioprothésiste / stage i-prépa intensif -

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section Audioprothésiste / stage i-prépa intensif - POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux - Section Audioprothésiste / stage i-prépa intensif - 70 Chapitre 8 : Champ de gravitation - Satellites I. Loi de gravitation universelle : (

Plus en détail

LE MARCHE DE L ESPACE AUJOURD HUI...

LE MARCHE DE L ESPACE AUJOURD HUI... Sommaire CHAPITRE 1 LE MARCHE DE L ESPACE AUJOURD HUI... 5 1.1 QUELQUES CHIFFRES... 5 1.2 LA CONQUETE N EST PLUS LE SEUL MOTEUR DE L ACCES A L ESPACE... 5 1.3 QUI SE PARTAGE LE MARCHE DU SPATIAL?... 7

Plus en détail

LE SERVICE PAR L EXCELLENCE BOURBONOFFSHORE.COM

LE SERVICE PAR L EXCELLENCE BOURBONOFFSHORE.COM LE SERVICE PAR L EXCELLENCE BOURBONOFFSHORE.COM UNE PRÉSENCE GLOBALE, UNE EXPERTISE LOCALE EUROPE MEDITERRANEE MOYEN-ORIENT 83% d effectifs locaux AMERIQUES 89% d effectifs locaux ASIE 79% d effectifs

Plus en détail

DOCUMENT RESSOURCE SONDES PRESENTATION

DOCUMENT RESSOURCE SONDES PRESENTATION Documentation technique DOCUMENT RESSOURCE SONDES PRESENTATION SEP du LPo N-J Cugnot 93 Neuilly/Marne LE CALCULATEUR Il est placé dans le boîtier à calculateurs, sur le passage de roue avant droit. Les

Plus en détail

Le polissage par laser

Le polissage par laser B U L L E T I N T E C H N I Q U E N 4 1 B U L L E T I N T E C H N I Q U E N 4 1 Le polissage par laser Contexte Un traitement de surface est généralement réalisé dans le but d améliorer les caractéristiques

Plus en détail

Traçant le chemin vers l Electrification de l Automobile - Les Véhicules à Pile à Combustible de GM

Traçant le chemin vers l Electrification de l Automobile - Les Véhicules à Pile à Combustible de GM Traçant le chemin vers l Electrification de l Automobile - Les Véhicules à Pile à Combustible de GM Congrès SATW, Yverdon 29-30 août 2008 G. Planche Directeur Déploiement HydroGen4, Berlin 1 Agenda La

Plus en détail

Bateau à moteur PROPULSEURS. Comment choisir le propulseur adapté à vos besoins. Bateau 1 Tableau 1. Bateau 2. Bateau 4. Bateau 1. Bateau 3.

Bateau à moteur PROPULSEURS. Comment choisir le propulseur adapté à vos besoins. Bateau 1 Tableau 1. Bateau 2. Bateau 4. Bateau 1. Bateau 3. PROPULSEURS Comment choisir le propulseur adapté à vos besoins En tunnel ou rétractable? Les propulseurs en tunnel représentent une solution simple et efficace pour les bateaux à moteur et voiliers à fort

Plus en détail

TAP-PAR. Test d aptitudes physiques pour paramédics. Description du test et programme préparatoire

TAP-PAR. Test d aptitudes physiques pour paramédics. Description du test et programme préparatoire TAP-PAR Test d aptitudes physiques pour paramédics Description du test et programme préparatoire INTRODUCTION 3 DIRECTIVES PRÉLIMINAIRES 3 TESTS PRÉLIMINAIRES 3 PROTOCOLE DU TEST TAP-PAR 4 STATION 1 4

Plus en détail

V112-3,0 MW. Un monde, une éolienne. vestas.com

V112-3,0 MW. Un monde, une éolienne. vestas.com V112-3,0 MW Un monde, une éolienne vestas.com NOUS TENONS LES PROMESSES DE L ÉNERGIE ÉOLIENNE UNE ÉOLIENNE FIABLE ET PERFORMANTE POUR LE MONDE ENTIER Fiabilité et performances La V112-3,0 MW est une

Plus en détail

Bus hybrides Scania : un concept novateur qui améliore le rendement de 25 %

Bus hybrides Scania : un concept novateur qui améliore le rendement de 25 % PRESS info P09601FR / Per-Erik Nordström Mai 2009 Bus hybrides Scania : un concept novateur qui améliore le rendement de 25 % Scania lance un vaste programme d essais en service réel d une chaîne cinématique

Plus en détail

Page : 1 de 6 MAJ: 01.03.2010. 2-10_Chaudieresbuches_serie VX_FR_010310.odt. Gamme de chaudières VX avec régulation GEFIcontrol :

Page : 1 de 6 MAJ: 01.03.2010. 2-10_Chaudieresbuches_serie VX_FR_010310.odt. Gamme de chaudières VX avec régulation GEFIcontrol : Page : 1 de 6 Gamme de chaudières VX avec régulation GEFIcontrol : Référence article 058.01.250: VX18 Référence article 058.01.251: VX20 Référence article 058.01.252: VX30 Chaudière spéciale à gazéification

Plus en détail

SUIVEUR SOLAIRE : Informations complémentaires

SUIVEUR SOLAIRE : Informations complémentaires SUIVEUR SOLAIRE : Informations complémentaires IMPORTANT : L objectif de la présente note technique n est pas de se substituer à l ouvrage «Alimentation électrique de sites isolés» mais de fournir des

Plus en détail

systèmes d étagères Ergonomique, flexible, sûr. Le système modulaire pour pharmacies hospitalières et services d hôpitaux.

systèmes d étagères Ergonomique, flexible, sûr. Le système modulaire pour pharmacies hospitalières et services d hôpitaux. systèmes d étagères Ergonomique, flexible, sûr. Le système modulaire pour pharmacies hospitalières et services d hôpitaux. Système d étagères FAMA : une flexibilité optimale pour un rendement maximal.

Plus en détail

SYSTEMES MODULAIRES POMPE A CHALEUR SOLAIRE THERMIQUE GEOTHERMIE CHAUFFAGE

SYSTEMES MODULAIRES POMPE A CHALEUR SOLAIRE THERMIQUE GEOTHERMIE CHAUFFAGE Notre partenaire constructeur Créez votre configuration technique en ligne et recevez automatiquement votre devis! SYSTEMES MODULAIRES POMPE A CHALEUR SOLAIRE THERMIQUE GEOTHERMIE CHAUFFAGE Configuration

Plus en détail

RAPPORT N 308. Par M. Bertrand AUBAN, Sénateur SESSION ORDINAIRE DE 2012-2013 FAIT. Enregistré à la Présidence du Sénat le 29 janvier 2013

RAPPORT N 308. Par M. Bertrand AUBAN, Sénateur SESSION ORDINAIRE DE 2012-2013 FAIT. Enregistré à la Présidence du Sénat le 29 janvier 2013 N 308 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2012-2013 Enregistré à la Présidence du Sénat le 29 janvier 2013 RAPPORT FAIT au nom de la commission des affaires étrangères, de la défense et des forces armées (1) sur

Plus en détail

Celestia. 1. Introduction à Celestia (2/7) 1. Introduction à Celestia (1/7) Université du Temps Libre - 08 avril 2008

Celestia. 1. Introduction à Celestia (2/7) 1. Introduction à Celestia (1/7) Université du Temps Libre - 08 avril 2008 GMPI*EZVI0EFSVEXSMVIH%WXVSTL]WMUYIHI&SVHIEY\ 1. Introduction à Celestia Celestia 1.1 Généralités 1.2 Ecran d Ouverture 2. Commandes Principales du Menu 3. Exemples d Applications 3.1 Effet de l atmosphère

Plus en détail

Datacenter nouvelle génération : SDMO sécurise l alimentation électrique du site

Datacenter nouvelle génération : SDMO sécurise l alimentation électrique du site Datacenter nouvelle génération : SDMO sécurise l alimentation électrique du site Le nouveau datacenter d Interxion, à Saint-Denis, en région parisienne Le leader européen en matière de colocation, de data

Plus en détail

par Jacques DURANDEAU Ingénieur de l École Nationale Supérieure d Arts et Métiers Directeur de SETRADEX Conseil

par Jacques DURANDEAU Ingénieur de l École Nationale Supérieure d Arts et Métiers Directeur de SETRADEX Conseil Escaliers mécaniques Trottoirs roulants par Jacques DURANDEAU Ingénieur de l École Nationale Supérieure d Arts et Métiers Directeur de SETRADEX Conseil 1. Définitions... C 3 726-2 2. Constitution... 3

Plus en détail

CHALLENGE FORMULA CLASSIC

CHALLENGE FORMULA CLASSIC REGLEMENT TECHNIQUE 2013 CHALLENGE FORMULA CLASSIC ARTICLE 1 : définition Les monoplaces acceptées dans les épreuves de Formula Classic doivent être dans leur configuration d origine. La cylindrée sera

Plus en détail

Introduction à l informatique temps réel Pierre-Yves Duval (cppm)

Introduction à l informatique temps réel Pierre-Yves Duval (cppm) Introduction à l informatique temps réel Pierre-Yves Duval (cppm) Ecole d informatique temps réel - La Londes les Maures 7-11 Octobre 2002 -Définition et problématique - Illustration par des exemples -Automatisme:

Plus en détail

Réunion du Comité des Programmes 23 novembre 2009

Réunion du Comité des Programmes 23 novembre 2009 Réunion du Comité des Programmes 23 novembre 2009 J.P. Rivet, représentant du département Cassiopée, OCA, UMR 6202 Le projet «ASTEP400» (Fresnel, Cassiopée) Le projet «Imageur de Fresnel» (LATT, Cassiopée)

Plus en détail

Small-Satellite Engineering and Applications

Small-Satellite Engineering and Applications Amandine DENIS Satellite Engineering Mai 2008 Aperçu de la présentation 1. De Spoutnik aux CubeSats 2. Caractéristiques-clés des petits satellites 3. Plateformes développées par le SSTL 4. Opportunités

Plus en détail

702 012 956 RCS Nanterre TVA FR 03 702 012 956 Certifiée ISO 9001 par l AFAQ

702 012 956 RCS Nanterre TVA FR 03 702 012 956 Certifiée ISO 9001 par l AFAQ MCC et incertitude 10 mars 2015 Par Christophe Béesau et Christian Leliepvre Avec Altran, Solar Impulse s attaque au défi du tour du monde à l énergie solaire. Depuis 2010, Solar Impulse vole à l énergie

Plus en détail

étend votre VUE du monde *Des solutions polymères à l infini www.rehau.com Construction Automobile Industrie

étend votre VUE du monde *Des solutions polymères à l infini www.rehau.com Construction Automobile Industrie étend votre VUE du monde DES PORTES DE BEAUTé, de HAUTE PERFORMANCE et de durabilité *Des solutions polymères à l infini www.rehau.com Construction Automobile Industrie CONCEPTION DE PORTE À CHARNIÈRES

Plus en détail

RECOMMANDATION UIT-R F.1332* UTILISATION DE FIBRES OPTIQUES POUR LE TRANSPORT DE SIGNAUX À FRÉQUENCE RADIOÉLECTRIQUE (Question UIT-R 204/9)

RECOMMANDATION UIT-R F.1332* UTILISATION DE FIBRES OPTIQUES POUR LE TRANSPORT DE SIGNAUX À FRÉQUENCE RADIOÉLECTRIQUE (Question UIT-R 204/9) Rec. UIT-R F.1332 1 RECOMMANDATION UIT-R F.1332* UTILISATION DE FIBRES OPTIQUES POUR LE TRANSPORT DE SIGNAUX À FRÉQUENCE RADIOÉLECTRIQUE (Question UIT-R 204/9) Rec. UIT-R F.1332 (1997) L'Assemblée des

Plus en détail

APERÇU EDC 16 C T O U R I N G T R A I N I N G C E N T E R 2 0 1 5 B O S C H E D C 1 6 C. p.1

APERÇU EDC 16 C T O U R I N G T R A I N I N G C E N T E R 2 0 1 5 B O S C H E D C 1 6 C. p.1 APERÇU EDC 16 C p.1 p.2 SONDE DE TEMPÉRATURE DE LIQUIDE DE REFROIDISSEMENT Tâche: Le capteur de température du liquide de refroidissement mesure la température dans le boîtier du thermostat L ECU utilise

Plus en détail

Etude Annuelle. Analyse expérimentale et données constructeur. Comportement «durable» Contenu. Citroën C4-Coupé, Entreprise.

Etude Annuelle. Analyse expérimentale et données constructeur. Comportement «durable» Contenu. Citroën C4-Coupé, Entreprise. décembre 8 Yann DUCHEMIN Citroën C4-Coupé, Entreprise Etude Annuelle Analyse expérimentale et données constructeur Au terme d une année d utilisation d un véhicule de marque Citroën, et de type C4- coupé

Plus en détail

Vers le Green Datacenter. du contrôle á la réduction des coûts l innovation au service de l environnement

Vers le Green Datacenter. du contrôle á la réduction des coûts l innovation au service de l environnement Vers le Green Datacenter du contrôle á la réduction des coûts l innovation au service de l environnement G r e e n D a t a C e n t e r S o l u t i o n s C est une marque identifiant la ligne de produits,

Plus en détail

O v e r a l l e x p e r t i s e i n t h e m a i n t e n a n c e o f p l a t e s h e a t e x c h a n g e r s

O v e r a l l e x p e r t i s e i n t h e m a i n t e n a n c e o f p l a t e s h e a t e x c h a n g e r s Expertise globale de la maintenance des échangeurs thermiques à plaques O v e r a l l e x p e r t i s e i n t h e m a i n t e n a n c e o f p l a t e s h e a t e x c h a n g e r s LE CENTRE DE MAINTENANCE

Plus en détail

SOMMAIRE SECTEURS SCHEMA DIRECTEUR PRESENTATION DU PRODUIT AVANTAGES CONCURRENTIELS. Secteurs p. 7

SOMMAIRE SECTEURS SCHEMA DIRECTEUR PRESENTATION DU PRODUIT AVANTAGES CONCURRENTIELS. Secteurs p. 7 Le livre bla nc d e la eàc mp po haleur SOMMAIRE PRESENTATION DU PRODUIT Présentation du produit...p. 1 AVANTAGES CONCURRENTIELS Tansfert d énergie p. 5 Une plage de fonctionnement tout terrain p. 5 Une

Plus en détail

La terre comme source de chaleur: des solutions fiables.

La terre comme source de chaleur: des solutions fiables. ÉNERGIES RENOUVELABLES La terre comme source de chaleur: des solutions fiables. Pompes À chaleur SAUMURE eau pompes à chaleur eau eau Source d énergie inépuisable et efficace Rendement élevé et constant

Plus en détail

GUIDE BÂTIMENTS D HABITATION

GUIDE BÂTIMENTS D HABITATION GUIDE BÂTIMENTS D HABITATION sécurité incendie Réglementation et mise en sécurité incendie des bâtiments d habitation > Bâtiments d habitation > Parcs de stationnement > s - foyers Sécurité incendie dans

Plus en détail

FAG Detector II le collecteur et l analyseur de données portatif. Information Technique Produit

FAG Detector II le collecteur et l analyseur de données portatif. Information Technique Produit FAG II le collecteur et l analyseur de données portatif Information Technique Produit Application La maintenance conditionnelle Principe de fonctionnement Application Le FAG II est, à la fois, un appareil

Plus en détail

Table des matières. PARTIE 1 Contexte des activités spatiales

Table des matières. PARTIE 1 Contexte des activités spatiales Table des matières Biographie des auteurs... 5 PARTIE 1 Contexte des activités spatiales Le droit international de l espace... 13 SECTION 1 Règles relatives au statut de l espace extra-atmosphérique...

Plus en détail

A KEE SAFETY PRODUCT A C C È S E N H A U T E U R. Plateforme d'accès. ASSEMBLAGE SANS OUTILS ALTERNATIVE ÉCONOMIQUE à UN ÉCHAFAUDAGE

A KEE SAFETY PRODUCT A C C È S E N H A U T E U R. Plateforme d'accès. ASSEMBLAGE SANS OUTILS ALTERNATIVE ÉCONOMIQUE à UN ÉCHAFAUDAGE A KEE SAFETY PRODUCT A C C È S E N H A U T E U R Plateforme d'accès ASSEMBLAGE SANS OUTILS ALTERNATIVE ÉCONOMIQUE à UN ÉCHAFAUDAGE Montage SImple et Rapide Conforme Aux Normes EN 13374 Classe A et EN 12811

Plus en détail

«La solution» DESCRIPTION TECHNIQUE

«La solution» DESCRIPTION TECHNIQUE «La solution» DESCRIPTION TECHNIQUE P2-f & P4-f - 185/180 - Standard P2-f & P4-f - 170/165 - Compact P2-f & P4-f - 200/195 - Confort MODELE H DH P2f-4f - 185/180 - Standard 340 171 P2f-4f - 170/165 - Compact

Plus en détail

Science et technologie : Le truc de Newton

Science et technologie : Le truc de Newton Science et technologie : Le truc de Newton Une caractéristique fondamentale de la science c est le lien étroit qui l unit à la technologie. La science cherche les règles du monde matériel et la technologie

Plus en détail

Lindab Poutres climatiques. Terminaux à eau. Avantages Larges gammes de poutres certifiées EUROVENT

Lindab Poutres climatiques. Terminaux à eau. Avantages Larges gammes de poutres certifiées EUROVENT lindab poutres Avantages Larges gammes de poutres certifiées EUROVENT Eco-énergétique Applications Tertiaires (bureaux, hôpitaux, hôtels...) Modularité et design Neuf et rénovation Simplicité de montage

Plus en détail

MOTO ELECTRIQUE. CPGE / Sciences Industrielles pour l Ingénieur TD06_08 Moto électrique DIAGRAMME DES INTER-ACTEURS UTILISATEUR ENVIRONNEMENT HUMAIN

MOTO ELECTRIQUE. CPGE / Sciences Industrielles pour l Ingénieur TD06_08 Moto électrique DIAGRAMME DES INTER-ACTEURS UTILISATEUR ENVIRONNEMENT HUMAIN MOTO ELECTRIQUE MISE EN SITUATION La moto électrique STRADA EVO 1 est fabriquée par une société SUISSE, située à LUGANO. Moyen de transport alternatif, peut-être la solution pour concilier contraintes

Plus en détail

TAP-PAR. Test d aptitudes physiques pour paramédics. Description du test

TAP-PAR. Test d aptitudes physiques pour paramédics. Description du test TAP-PAR Test d aptitudes physiques pour paramédics Description du test INTRODUCTION Le travail de paramédic nécessite une capacité physique supérieure à celle de la population moyenne. En effet, ceux-ci

Plus en détail

Standards et spéciaux. Casiers. et armoires

Standards et spéciaux. Casiers. et armoires Standards et spéciaux et armoires Série C Série Delta E Les casiers Série C au Petits compartiments, design fonctionnel répondent parfaits pour l entreposage à la majorité des besoins. d effets personnels.

Plus en détail

Sécurité antichute Technique de levage Technique d arrimage Safety Management. permanents

Sécurité antichute Technique de levage Technique d arrimage Safety Management. permanents 01 Sécurité antichute Technique de levage Technique d arrimage Safety Management systèmes de sécurité permanents 2 SpanSet - Compétence et passion pour votre sécurité Des mesures de sécurité s imposent

Plus en détail

1- Durant votre vol, vous entrez dans un thermique. Décrivez, par un schéma simple, l incidence sur votre voile.

1- Durant votre vol, vous entrez dans un thermique. Décrivez, par un schéma simple, l incidence sur votre voile. QUESTIONS OUVERTES POUR LE BREVET DE PILOTE CONFIRME, SUR LES THEMES «Mécanique de vol/aérodynamique», «réglementation/espace aérien», «météo/aérologie», «pilotage». Les questions liées au brevet de pilote

Plus en détail

kst ag Module thermoactif klima system technologie klima system technologie

kst ag Module thermoactif klima system technologie klima system technologie kst ag Module thermoactif system klima technologie klima system technologie 2 Confort climatique et bien-être Le module thermoactif de KST AG intègre la masse du bâtiment dans la gestion énergétique du

Plus en détail

LES DÉBRIS SPATIAUX. Fleurance, le 6 août 2014. Présenté par Sylvain MICHEL (Centre National d'etudes Spatiales, Toulouse)

LES DÉBRIS SPATIAUX. Fleurance, le 6 août 2014. Présenté par Sylvain MICHEL (Centre National d'etudes Spatiales, Toulouse) LES DÉBRIS SPATIAUX Fleurance, le 6 août 2014 Présenté par Sylvain MICHEL (Centre National d'etudes Spatiales, Toulouse) Merci à Fernand ALBY (CNES, Toulouse) et Christophe BONNAL (CNES, Paris) pour leurs

Plus en détail

Expert en technologies de pointe pour applications en gaz industriel, énergie propre, GNL et hydrocarbures. www.cryostar.com

Expert en technologies de pointe pour applications en gaz industriel, énergie propre, GNL et hydrocarbures. www.cryostar.com Expert en technologies de pointe pour applications en gaz industriel, énergie propre, GNL et hydrocarbures www.cryostar.com L esprit Cryostar Leader commercial et technologique Cryostar est à la pointe

Plus en détail

LE CARBURANT POUR BOEING 737-700

LE CARBURANT POUR BOEING 737-700 Cours de formation Par Michel Schopfer LE CARBURANT POUR BOEING 737-700 Il s agit de déterminer l emport de carburant retenu pour l étape. Le calcul du pétrole final pour la mission intègre des variables

Plus en détail

Comment déployer rapidement et à moindre coût des caméras de vidéosurveillance?

Comment déployer rapidement et à moindre coût des caméras de vidéosurveillance? Comment déployer rapidement et à moindre coût des caméras de vidéosurveillance? Olivier Maillard Responsable d Activité Hélène Depardé Chargée de Mission Marketing AnyMAX, Une Société une société du du

Plus en détail

NOUVEAU. Les plus puissants chariots télescopiques Kramer jamais conçus. Chariots Télescopiques

NOUVEAU. Les plus puissants chariots télescopiques Kramer jamais conçus. Chariots Télescopiques 407 507 509 Chariots Télescopiques NOUVEAU Les plus puissants chariots télescopiques Kramer jamais conçus. Charge utile de 4,3 t à 5,5 t et hauteur de levage de 7 à 9 m. Les nouveaux chariots télescopiques

Plus en détail

Avis de l IRSN sur la tenue en service des cuves des réacteurs de 900 MWe, aspect neutronique et thermohydraulique

Avis de l IRSN sur la tenue en service des cuves des réacteurs de 900 MWe, aspect neutronique et thermohydraulique Avis DSR/2010-065 26 février 2010 Avis de l IRSN sur la tenue en service des cuves des réacteurs de 900 MWe, aspect neutronique et thermohydraulique Par lettre du 19 février 2009, l Autorité de sûreté

Plus en détail

Modules de processus à CN. Des modules de processus haute performance pour les tâches de fabrication, d assemblage et d usinage

Modules de processus à CN. Des modules de processus haute performance pour les tâches de fabrication, d assemblage et d usinage Modules de processus à CN Des modules de processus haute performance pour les tâches de fabrication, d assemblage et d usinage Une parfaite interaction Amenage du produit, taraudage par déformation, assemblage

Plus en détail

PROJET D ELECTRIFICATION PAR CENTRALE HYBRIDE SOLAIRE-DIESEL A DJENNE ------ TERMES DE REFERENCE

PROJET D ELECTRIFICATION PAR CENTRALE HYBRIDE SOLAIRE-DIESEL A DJENNE ------ TERMES DE REFERENCE MINISTERE DE L ENERGIE ET REPUBLIQUE DU MALI DE L HYDRAULIQUE Un Peuple Un But Une Foi ***** ***** DIRECTION NATIONALE DE L ENERGIE ***** PROJET D ELECTRIFICATION PAR CENTRALE HYBRIDE SOLAIRE-DIESEL A

Plus en détail