Droit Bancaire. M hamed BEN SASSI

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Droit Bancaire. M hamed BEN SASSI"

Transcription

1 Droit Bancaire M hamed BEN SASSI 1

2 Cette présentation intitulée «introduction générale au droit et éléments de droit bancaire» vise à mettre à la disposition des étudiants des notions et des concepts de base dans le domaine du Droit d une façon générale et du Droit bancaire d une façon particulière. Au niveau de l introduction, la présentation porte sommairement sur les fondements et les caractéristiques de la règle de droit ainsi que la notion du contrat et ses conséquences. Cette présentation préliminaire est essentielle pour faciliter la perception des éléments de droit bancaire qui s appuie sur le droit commun à l image de toute autre matière juridique. De ce fait, elle est d une utilité indéniable en ce qu elle permet d édifier sur les fondements essentiels du droit bancaire notamment pour ce qui concerne les contrats, les conditions de leur validité et leurs effets. A ce dernier titre, l importance du contrat dans le cadre des activités bancaires et financières n est pas à démontrer puisque la plupart des opérations bancaires sont à caractère relationnel. Dès l ouverture du compte, le client est en relation contractuelle avec la banque et l établissement financier Au niveau des éléments du droit bancaire, la présentation se limite à la mise en exergue des fondements et des caractéristiques du droit bancaire et du métier de banque en axant sur les opérations de banque, les garanties et le recouvrement des créances. Cette présentation est peu suffisante pour rendre compte de l exhaustivité des aspects juridiques afférents au métier et aux activités bancaires et financières qui sont de portée multidimensionnelle et qui de surcroît ne cessent de se développer en fonction de l évolution des activités économiques et sociales. En effet, l établissement bancaire et financier a pour mission fondamentale d accompagner les entreprises et les particuliers, de satisfaire à leurs attentes spécifiques et de répondre aux besoins du marché. Parmi ces besoins, le crédit est le service le plus sollicité ; il représente la raison d être de l établissement bancaire et financier qualifié à juste titre «d établissement de crédit» et constitue une des plus importante opérations de banque et un des piliers de la politique économique et monétaire. Mais le crédit comporte des risques de non payement pour une raison ou une autre. La survenance de ce risque qualifié dans le jargon bancaire de risque de contrepartie, peut coûter très cher à l établissement et lui faire encourir d énormes pertes. Pour s en prémunir, l établissement prend suffisamment de précautions lors de la prise du risque (octroi du crédit) parmi lesquelles il se fait constituer des garanties sérieuses et d une valeur appréciable. Seulement, la garantie ne protège pas tout à fait contre le risque de non payement qui peut se produire suite à des difficultés économiques et financières, à l insolvabilité déclarée du débiteur ou sa mauvaise foi. Dans ces hypothèses, l établissement n a de choix que dans le recours à des actions de recouvrement pour récupérer sa créance. Tel est en substance le contenu de cette présentation axée sur les volets suivants : Introduction générale au droit Le contrat Eléments de droit bancaire tunisien Les obligations déontologiques fondamentales Les Garanties Le recouvrement des créances bancaires. 2

3 Introduction générale au droit 3

4 Introduction générale au Droit Introduction : La société fonctionne sur la base d un certain nombre de règles générales, abstraites et impersonnelles qui ont différentes origines et sont de différentes natures. En fonction des domaines auxquels elles s apparentent, elles représentent des règles de bonne conduite, des règles de savoirvivre en société, des valeurs culturelles et éthiques. Et lorsqu elles sont prescrites par l autorité publique (le législateur), elles sont qualifiées de normes juridiques. Ces différentes règles ont les mêmes caractéristiques Elles s appliquent à l ensemble du groupe et doivent être respectées par tous ses membres sans réserve ni exclusive. Cependant, alors que le non respect des règles de bonne conduite et des valeurs éthiques expose ceux qui ne s y soumettent pas à la réprobation, à l indignation et aux critiques, la non conformité à la norme juridique donne lieu à des sanctions à l encontre du contrevenant qui se traduisent par des peines pénales, corporelles et pécuniaires, des responsabilités civiles et contractuelles ( dommages et intérêts ) ainsi que des déchéances et des interdictions ( retrait de l autorisation, interdiction de séjour ) D où alors, la norme juridique se spécifie par rapport aux autres règles en société par le fait qu elle est obligatoire en ce sens qu elle implique l obligation de conformité et génère le risque d exposition à la sanction en cas de non-conformité. La norme juridique découle généralement de la loi dont la conception et la teneur doivent être en adéquation avec les valeurs immuables et universelles de la société qui sont édictées dans la Constitution du pays. Cette contrainte démontre l importance du contrôle de la constitutionnalité assurée par des organes juridictionnels indépendants ou par des instances institutionnelles dédiées Seulement, la loi ne peut pas tout prévoir et le juge chargé de trancher des litiges et de se prononcer sur les actes et faits qui lui sont soumis est parfois confronté à des situations et des affaires où il n existe pas de réponses claires dans la loi. Dans ces cas, le juge pourra faire appel à des sources supplétives qui sont la coutume et la jurisprudence. La loi et les autres sources de Droit intervient dans tous les domaines et dans toutes les activités. Les activités publiques sont régies par les dispositions de droit public et les activités privées sont régies par les dispositions de droit privé. I- La règle de droit est une norme obligatoire La règle de droit est un norme générale, abstraite, impersonnelle et à caractère obligatoire. Les sujets de droit parmi les individus vivant dans une même société sont tenus de s y conformer. Tout manquement de leur part est qualifié de faute pouvant entraîner une sanction. A- La faute au sens de la loi : La faute au sens de la loi est définie dans les articles 82 et 83 du code des obligations et des contrats. Suivant l article 82 du code, la faute est tout fait de l homme qui sans autorité de la loi cause à autrui un dommage matériel ou moral.et en vertu de l article 83 du code, il s agit de tout acte consistant à faire ce que loi interdit de faire et à ne pas faire ce que la loi prescrit de faire. Etant précisé que le terme «Loi» dans l esprit de ces deux articles inclut toute norme applicable par les juges en tant que source de Droit.. 4

5 La faute, compte tenu des dispositions qui précèdent, présente plusieurs formes : 1-La faute par commission et la faute par omission : La faute par commission est celle qui consiste à faire ce que la loi interdite de faire tels l atteinte à la propriété d autrui, l agression, la fraude, l abus de droit. La faute par omission est celle qui consiste à ne pas faire ce que la loi prescrit de faire tels la non assistance d une personne en danger, le refus d exécution d un ordre de la loi, l inexécution d un engagement.. 2- La faute intentionnelle et la faute non intentionnelle : Lorsque la faute est commise sciemment en connaissance de cause, dans l intention de nuire à autrui et de préjudicier à ses droits, elle est qualifiée de faute délictuelle. Cette appellation malgré le sens qu elle évoque (délit) ne signifie pas pour autant que la faute délictuelle s attache à la commission d un délit. Elle peut être une infraction à une disposition de droit pénal tels le vol ou l escroquerie comme elle peut être une violation d une disposition de droit civil tels le non respect d un règlement intérieur d une organisation professionnelle ou des dispositions d un contrat. Ainsi, l unique élément permettant l identification de la faute délictuelle est l intention qui réside dans la mauvaise fois de celui qui commet la faute ou se soustrait à une obligation légale. A l inverse, lorsque la faute est commise par simple négligence ou par inadvertance tels le fait de ne pas prendre les précautions d usage pour empêcher la survenance du préjudice ou l omission de prendre une mesure prescrite pas les lois et règlements, elle est qualifiée de faute quasi-délictuelle. La faute quasi-délictuelle est celle qui est commise sans intention de porter préjudice à autrui ou d attenter à ses droits. La distinction entre faute délictuelle et faute quasi-délictuelle n est pas sans intérêt sur le plan pratique. Elle permet d apprécier l étendue de la responsabilité de celui qui en est l auteur et de sévir au niveau de la sanction lorsqu elle est commise de mauvaise foi. B- La sanction légale La faute qu elle soit par omission ou par commission, qu elle soit ou non délictuelle, entraîne un risque de sanction à l encontre du contrevenant. La sanction diffère selon la nature et la gravité de la faute. Elle est civile, pénale ou administrative. 1-La faute civile entraîne une responsabilité civile (dommages &intérêts) Le non respect d une disposition de la loi entraîne la mise en jeu de la responsabilité civile de celui qui a commis la faute. Cette responsabilité consiste à réparer le préjudice occasionné à autrui. L auteur de la faute s expose ainsi au risque d être condamné par le juge à verser à la victime des dommages et intérêts. 2-La faute en matière de contrat entraîne une responsabilité contractuelle Lorsque la faute s attache à l exécution du contrat, elle implique l exposition de son auteur à des dédommagements.. Ce risque consiste en sa condamnation à verser des dommages et intérêts au cocontractant en compensation de la perte subie et du gain manqué en conséquence de la faute commise A côté de la responsabilité de la personne fautive, l inexécution du contrat engendre sa résiliation. 5

6 3-Le non respect des conditions en matière contractuelle entraîne la nullité de l acte : Dans le cas où le contrat établi n est pas en conformité avec une ou plusieurs conditions requises par la loi, la sanction consiste en son annulation par décision du tribunal qui constate l anomalie et statue en conséquence. 4-La faute pénale entraîne une sanction corporelle et /ou pécuniaire Il y a faute pénale lorsque la règle de droit à laquelle il a été enfreint touche à la sécurité publique en l occurrence la sécurité de la société, des biens et des personnes (vol, violence, escroquerie...). La sanction en cas d infraction à la loi pénale peut être une peine corporelle (prison) et/ ou une sanction pécuniaire (amende). La sanction pénale peut être aggravée par des peines secondaires telles l interdiction de séjour, l assignation à résidence, le privation de certains droit civiques, l interdiction d exercer certaines activités ou l interdiction d accès à la fonction publique. 5- Le non respect d un règlement administratif entraîne une sanction administrative La faute administrative est celle qui consiste en un manquement à la réglementation régissant la profession (loi sur les établissements de crédit) ou édicté par un groupement interprofessionnel dûment constitué. Ainsi, la banque qui ne se conforme pas aux exigences de la loi sur les établissements de crédit s expose à des mesures disciplinaires de la part de la Banque Centrale en sa qualité d autorité de supervision. La sanction administrative est de différents degrés. Elle varie entre le rappel à l ordre, l avertissement et le blâme et la suspension ou le retrait de l agrément d exercice de l activité. Elle est infligée par l autorité assurant la tutelle ou la supervision dans les conditions prévues par la loi et sous le contrôle du juge. 6-Le non respect d une obligation professionnelle entraîne une sanction disciplinaire L employé qui ne se conforme pas à ses obligations vis à de l employeur s expose à une sanction disciplinaire dont la nature et la portée diffère selon la gravité de la faute. Elle peut être de premier degré pour les fautes mineures ( avertissement, blâme ) et peut être de second degré pour les fautes graves ( mise à pied, licenciement). Lorsque la faute est commise par l employeur par rapport à ses propres obligations, l employé peut le poursuivre en justice pour obtenir réparation du préjudice et se rétablir dans ses droits. Une même faute peut engendrer plusieurs sanctions et exposer son auteur à des responsabilités de diverses natures. Ainsi, la violation du secret professionnel par un employé de banque est de nature à entraîner sa condamnation pénale, à mettre en jeu sa responsabilité et à déclencher des mesures disciplinaires à son encontre pour faute professionnelle. La prononciation de la sanction est en principe du ressort du juge sauf pour le cas des sanctions disciplinaires et administratives. Mais la loi peut déléguer à l Autorité administrative de prononcer des sanctions dans certains domaines tels les amendes infligées par les contrôleurs de prix et les mesures d interdiction et de démolition des constructions anarchiques par l autorité municipale. 6

7 La faute et la Sanction en Droit (Tableau récapitulatif) Acte Domaine Faute Loi Sanction Manquement à la loi Obligations Fait dommageable COC Dommage et intérêts Contrat Contrats Irrespect des conditions COC Nullité de l acte Non validité de l acte Contrat Contrats Inexécution du contrat COC Résiliation dédommagement Délit Sécurité Publique Atteinte à la sécurité de la société, des biens ou des Code pénal Peine corporelle Peine pécuniaire Organisation, instruction de service, consignes Illustrations Administratif Professionnel 1- Nullité de contrat pour non validité : personnes Manquement aux Règlements Règlement Spécifique Interdiction Administrative Disciplinaire Un contrat de vente d un logement établi entre une personne adulte (l acheteur) et un mineur (le vendeur). Ce dernier est représenté par son tuteur légal mais la vente n a pas été autorisée par le juge des tutelles ainsi que le prescrit l article 15 du code des obligations et des contrats. Le contrat est annulable par le juge. 2- Responsabilité contractuelle pour inexécution d un engagement : Malgré son engagement formel dans le cadre d une promesse de vente d un logement, le promettant se désiste. Le bénéficiaire peut l assigner en justice pour l obliger à exécuter son engagement et le cas échéant le faire condamner par le juge à des dommages et intérêts. 3 Résiliation du contrat pour inexécution : Le non règlement des loyers donne droit au propriétaire de demander en justice la résiliation du contrat de bail, le règlement des arrières et les intérêts de retard. 4-Responsabilité pénale et civile en cas d atteinte à la sécurité publique : Suite à une agression physique, la victime est atteinte d une incapacité partielle permanente qui l a empêché d exercer son activité professionnelle. L agresseur est passible d une peine d emprisonnement pour violence et de condamnation à des dommages et intérêt en faveur de la victime en compensation de la perte subie et du gain manqué. II Sources de Droit : Dans tous les pays et dans tous les systèmes institutionnels, l application de la loi est de la seule compétence des tribunaux qui veillent à son respect par les membres de la société et prennent les décisions de leur ressort pour rétablir dans leurs droits légitimes les justiciables lésés et faire assumer aux contrevenants leurs responsabilités. Les tribunaux forment le pouvoir judiciaire qui dans le cadre d un régime républicain est les garants des droits et des libertés des citoyens. Leur mission est de statuer conformément aux dispositions de la loi. 7

8 La loi au sens générique du terme est toute norme juridique applicable par le juge. Il peut s agir d une norme écrite ( loi parlementaire, règlement administratif) comme il peut s agir d une norme informelle ( coutume, jurisprudence ). La loi parlementaire ne doit pas être arbitraire. Elle doit être compatible avec les valeurs républicaines et les principes universelles contenus dans la constitution. Cette exigence indique que la loi est une norme inférieure à la constitution à laquelle elle doit être en parfaite conformité. A leur tour les règlements administratifs doivent conformes à la loi. Quant au recours aux normes informelles ( coutume, jurisprudence ), il se justifie lorsqu il n existe pas de texte écrit ( loi, règlement). La constitution qui représente une,norme juridique suprême, la loi qui est une émanation de l autorité législative, les règlements administratifs qui sont du ressort de l autorité administrative habilitée, la coutume et la jurisprudence auxquelles le juge fait recours à défaut de norme écrite, sont des sources de droit dont ci-après une présentation détaillée. A Les normes formelles ( les règles écrites ) Il s agit essentiellement de la loi et des règlements administratifs. La loi au sens générique du terme désigne les lois proprement parlé dites aussi loi parlementaire et les règlements administratifs. La loi ne peut pas être en contradiction avec la constitution qui est le texte fondamental de l Etat et qui représente de ce fait une norme juridique suprême à laquelle tout autre norme doit être en conformité. Les conventions et traités internationaux dûment ratifiés ont une valeur supérieure à la loi. 1-La constitution La constitution est à la fois la loi fondamentale de l Etat est une source fondamentale de Droit. En tant que loi fondamentale de l Etat, elle définit les droits et les libertés, règlemente les relations entre gouvernants et gouvernés et fixe l organisation politique de l Etat. En tant que source fondamentale de Droit, elle constitue une norme juridique suprême à laquelle toute autre norme (la loi, les règlements, les usages) doit être en conformité. Dans plusieurs systèmes politiques, il est institué des mécanismes de contrôle de la conformité de la loi à la constitution. Ces contrôles sont confiés à des organes institutionnels ou juridiques qui les exercent sous forme de contrôle a priori ou a posteriori. 2-Les traités et les conventions internationales : Dans la plupart des constitutions, les traités internationaux dûment ratifiés ont une autorité supérieure à la loi. Selon cet article, les traités visés sont ceux qui concernent les frontières du territoire, les échanges bilatéraux et multilatéraux avec l extérieur, les engagements financiers de l Etat Tunisien et les traités comportant des dispositions législatives. La ratification est du ressort du Président de la République après approbation du traité par le Parlement. 3- La loi parlementaire La loi parlementaire est celle qui émane du Parlement représentant le pouvoir législatif. La Procédure d élaboration de la loi passe par trois étapes : 8

9 1 ère étape : Initiative des lois L initiative des lois appartient au Président de la République en sa qualité de chef du pouvoir exécutif ou des députés. Dans la première hypothèse qui est la plus courante, les lois sont initiées sous forme de projet et dans la seconde hypothèse, l initiative prend la forme d une proposition de loi. 2 ème étape : L adoption de la loi par le Parlement : Le projet de loi et la proposition de loi sont soumis à l approbation au Parlement qui examine le projet et le passe au vote en séance plénière.. 3 ème étape : Promulgation de la loi Après adoption, la loi est transmise au Président de la République pour promulgation. La promulgation est l acte par lequel le Président de la République en sa qualité de chef de l exécutif met en vigueur un texte de loi et autorise sa publication au journal officiel de la république tunisienne. 4- Les règlements administratifs Les règlements administratifs sont de 3 types : Le décret présidentiel qui est pris par le Président de la République dans Les domaines relevant de son pouvoir réglementaire. En vertu de la constitution, le pouvoir réglementaire du Président de la République comprend toutes les questions qui ne sont pas expressément citées dans le domaine d intervention de la loi. L arrêté ministériel qui concerne toutes les questions relatives à l organisation Et à la gestion du département ministériel et les relations avec les usagers. L arrêté municipal qui intervient dans les domaines de la sécurité, de la Salubrité et de l hygiène publique dans le périmètre communal et dans tous les autres domaines où la loi reconnaît à l autorité municipale un pouvoir réglementaire. A ces règlements s ajoutent les circulaires et les décisions qui en vertu de la loi sont du ressort d organismes publics telles que les circulaires de la Banque Centrale de Tunisie établies dans le cadre du pouvoir réglementaire qui lui déléguer par le législateur. Les règlements administratifs doivent être conformes à la loi et à l ordre public. En cas de nonconformité, ils sont susceptibles d annulation par le tribunal administratif pour les textes réglementaires émanant d une autorité administrative et les tribunaux de l ordre judiciaire pour les Etablissements intervenant dans les domaines socio-économiques ( BCT). B Les normes informelles ( règles non écrites) Les normes informelles admises en tant que sources de droit sont la coutume et la jurisprudence. Les auteurs droit citent également la doctrine en tant que source d inspiration. 1-La coutume La coutume (et usages) représente une source de droit lorsqu il n existe pas un texte écrit prévoyant la solution appropriée (loi lacunaire) ou lorsque le texte de loi est ambigu (loi ambiguë).cependant pour que la coutume soit admise en tant que source de droit, elle doit répondre aux caractère suivants : 9

10 Elle doit être une pratique communément admise ( une pratique isolée n est pas un usage) Elle doit être répétitive( une fois n est pas coutume) Elle ne doit pas être contraire à l ordre public ( l usage ne doit prévaloir contre la loi). 2-La jurisprudence Le juge peut aussi faire référence à la jurisprudence pour appliquer la solution appropriée. La jurisprudence est l ensemble des décisions rendues par les tribunaux. Elle n est significative que dès lors où la décision traduit un effort d interprétation de la part des juges. Exemple : A partir d un arrêté rendu par la cour d appel de Tunis le 21 mai 2001 pris en application de l article 672 du code de commerce, les tribunaux considèrent que la banque qui ne réclame pas la régularisation de la situation d un compte de dépôt rendu débiteur suite à l exécution d opérations qui auraient rendu le compte débiteur perd la faculté de réclamer le payement du solde débiteur. Selon cet article, le compte de dépôt de fonds ne comporte pas la faculté de découvert et que le cas échéant, la banque doit réclamer au client la régularisation de la situation du compte sans préciser les conséquences de la non réclamation par la banque de la régularisation. Il a fallu l intervention de La jurisprudence pour combler cette lacune. 3-La doctrine La doctrine juridique est composée des travaux de recherche, des commentaires, des chroniques et des ouvrages bibliographiques émanant des professeurs et des spécialistes de droit. Certains l incluent dans la hiérarchie des normes juridiques en tant que source d inspiration et non que norme à part entière. Le juge tient compte de l analyse et des opinions qui apportent des éclairages au niveau de l application de la loi et des réponses aux questions qui se posent. Mais le juge n est pas tenu de s inspirer de la doctrine et peut valablement statuer en fonction d une interprétation bien propre à lui. Pyramide des normes juridiques La constitution III Domaines et branches de droit : Les traités internationaux Les lois et règlements Les coutumes et usages La jurisprudence La loi intervient dans tous les domaines de la vie sociale et économique et dans toutes les relations publiques et privées Elle intervient dans le domaine des relations politiques entre gouvernants et gouvernés, des relations transfrontalières et des relations sociales et économiques, dans le domaine des affaires et des finances. Le Droit se trouve ainsi divisé et subdivisé en branches en spécialités et en matières. A la base de la ramification, le Droit est divisé en deux grandes catégories : le Droit Public et le Droit Privé. 1- Le Droit Public : Le Droit public est l ensemble des règles juridiques applicables aux relations entre et avec des personnes de droit public (Administration, Etat, organisations publiques nationales et internationales). Parmi les matières de droit public, on peut citer le droit constitutionnel, le droit international public, le droit administratif et le droit fiscal. 2- Le Droit Privé : Le Droit privé concerne les matières régissant les relations entre personnes physiques et morales dans les domaines social et économique dont on peut citer le droit civil, le droit commercial,le droit de travail et le droit bancaire qui fait partie du droit des affaire etc..). 10

11 Le contrat 11

12 Notion de contrat L homme dans le cadre de ses activités courantes et tout au long de sa vie accomplit des actes de différentes natures et portées, entre en relation avec autrui, réalise des affaires et conclut des opérations. Chaque acte lui procure des droits et lui fait impartir des obligations. Les circonstances de ces actes, leur origine et la nature des obligations qu ils génèrent peuvent découler soit de la loi soit d un accord volontaire, librement négocié et librement conclu. Lorsque l obligation découle d un accord, l acte qui en est l objet est qualifié de contrat. Partant de cette qualification, le contrat prend naissance en vertu du consentement des parties contractantes et leur volonté. Il représente de ce fait un acte consensuel qui se forme à partir d une rencontre de volontés. Ainsi tout accord sur une opération ou une affaire déterminée est par définition un contrat indépendamment de l objet et de la forme. En vertu du principe de la liberté contractuelle, aucune personne physique ou morale ne peut imposer le contrat à autrui. Mais ce principe n est pas absolu en ce sens que la loi prévoit des exceptions en vertu desquelles, la conclusion du contrat est obligatoire. Seulement, le principe de la liberté contractuelle n exclut pas des restrictions et des conditions auxquelles les parties doivent s astreindre au moment de l établissement du contrat. La validité du contrat est subordonnée à la satisfaction à l ensemble de ces conditions qui sont prescrites par la loi. Les conventions valablement formées obligent les parties qui les ont faîte à s y conformer. Selon l article 242 du code des obligations et des contrats, «elles tiennent lieu de loi» I- Conditions de validité des contrats La validité du contrat est subordonnée à la réunion des conditions de fond et de forme. Les conditions de fond s attachent à l essence du contrat en tant qu acte consensuel, à la personne des contractants et à l objet de l opération contractée. Les conditions de forme résident dans les formalités exigées par la loi. A - Les conditions de fond : Ces conditions peuvent être regroupées en trois grandes catégories : le consentement, les conditions relatives à la personne des contractants et les conditions relatives à l objet du contrat. 1- Le consentement : Le contrat n a d existence valable que si à la base les parties ont librement donné leur consentement. A défaut de consentement ou dans le cas où le consentement est affecté par un vice quelconque, le contrat est susceptible de nullité. Cette condition est le corollaire du principe de la liberté contractuelle en ce sens que les parties doivent exprimer librement leur consentement et ne doivent pas être victimes d erreurs ou de violence qui les aurait amenées à conclure le contrat. En outre, leur engagement doit être donné en connaissance de cause. Application du principe de la liberté contractuelle : En vertu de ce principe, la conclusion du contraire doit découler de la libre volonté des parties contractantes tant au niveau de la négociation qu au niveau de la concrétisation. Ainsi, aucune personne ne peut imposer à autrui l établissement du contrat et aucune personne ne peut l exiger. 12

13 Mais ce principe n est pas absolue. La loi prévoit quelques exceptions parmi lesquelles on peut citer : - l obligation pour le commerçant de vendre la marchandise exposée à la vente ( article 24 de la loi du 19 juillet 1991 sur la concurrence et la liberté des prix ) «Il est interdit de refuser à un consommateur la vente de biens ou de produits ou la prestation d un service dés lors que ses demandes ne présentent pas de caractère anormal» - L obligation de souscrire une assurance véhicule ( article 110 du code des assurances) «Toute personne physique ou toute personne morale, dont la responsabilité civile peut être engagée à l'occasion de la circulation d'un véhicule terrestre à moteur et ses remorques, doit conclure un contrat d'assurance - l obligation pour la banque d ouvrir le compte de chèques à tout client qui le lui demande( article 410 du code de commerce ) «la banque est obligée d ouvrir le compte de chèques à tout client qui le lui demande». La liberté du consentement suppose à la base la négociation du contrat. Mais dans la pratique, les contrats types offerts par les entreprises commerciales et financières se rapportant à leur relation professionnelle avec le public, le client n a pas la faculté de négocier le contrat. L entrée en relation implique l acceptation de toutes les conditions de l offre. Ainsi, le demandeur d un crédit bancaire doit accepter les conditions financières et de mise en place du financement. La seule marge de manœuvre admise est l application de taux de faveur aux clients privilégiés en vertu de l importance de leurs activités et des flux financiers qu elle génère. A côté des contrats types, le principe de la liberté consensuelle est altéré par des pratiques déloyales et répréhensibles consistant en les ventes forcées et les ventes liées. La vente forcée consiste à faire souscrire au client un contrat ou un abonnement à son insu, profitant de son ignorance ou de ces circonstances de la vente. L exemple le plus cité est celui du client qui se présente à l agence bancaire pour l ouverture du compte qui se voit signataire malgré lui d un contrat d acquisition d une carte bancaire qu il n a pas sollicité. La vente ou les services liés est une pratique très fréquente dans certains milieux et dans certaines entreprises où le client est obligé d acquérir des services et des produits pour pouvoir bénéficier du service ou du produit qu il sollicite. On peut citer à ce titre l exemple la vente de la carte bancaire comme condition pour l ouverture du compte. Ces pratiques strictement interdites par la loi sur la liberté des prix et la concurrence constituent par ailleurs des fautes professionnelles graves qui peuvent affecter dangereusement l image de marque de l établissement. Le consentement ne doit pas être vicié Le consentement doit être une manifestation sincère de la volonté du contractant qui doit s engager en connaissance de cause. son consentement ne doit pas être affecté par l un des vices suivantes : - l erreur : Le contractant ne doit pas être victime d une erreur substantielle et déterminante sur l objet du contrat ou la qualité du co-contractant 13

14 - le dol : Le contractant ne doit par être induit en erreur qui l amènerait à conclure le contrat à son détriment. - La violence : Le contractant ne doit pas subir des pressions pour le contraindre à s engager. En cas de vice de consentement, le contrat est susceptible de nullité. 2 -Conditions relatives à la personne des contractants : Les conditions qui s attachent à la personne des contractants sont : La capacité d exercice La nationalité La résidence La capacité d exercice : La capacité d exercice est celle en vertu de laquelle la personne peut librement exercer ses droits, s engager et obliger autrui. Elle est requise aussi bien pour les personnes physiques que pour les personnes morales. Capacité d exercice pour les personnes physiques : En matière contractuelle et d obligations d une façon générale, la personne physique acquiert la capacité d exercice à l âge de la majorité. L âge de majorité est fixé à : 18 ans pour les personnes de nationalité tunisienne et ce, conformément à l article 7 du code des obligations et des contrats. Selon la loi du pays d origine pour les personnes de nationalité étrangère et ce, en application de l article 40 du code de droit international privé. Les mineurs n ayant pas atteint l âge de la majorité doivent êtres assistés ou représentés par le tuteur légal. Le tuteur légal est : Le père ou la mère après décès du père ou son incapacité ou la mère après divorce et attribution de la garde de l enfant mineur à son profit. Dans cette hypothèse, la tutelle qui lui est reconnue est limitée aux études, voyages et gestion des comptes financiers. ou toute autre personne désignée par le juge même du vivant des parents. La tutelle consiste à assister ou à représenter l enfant mineur dans tout ce qu à trait à la gestion et l administration des ses affaires et pour tout ce qui peut être une source d obligation. Le principe en vertu duquel la capacité d exercice s acquiert à l âge de la majorité, connaît les exceptions suivantes : émancipation du mineur par décision du juge par laquelle il peut valablement s engager, conclure des contrats et des affaires dans la limite du dispositif du jugement. émancipation du mineur âgé de 17 ans et plus par le mariage. Le mineur émancipé en vertu du mariage acquiert ainsi les attributs de la majorité quant à la gestion de ses affaires civiles et commerciales. 14

15 interdiction par décision du juge en vertu de laquelle le juge interdit au majeur d accomplir des actes sans le concours ou sans se faire représenter par la personne désignée par le juge (le curateur). Elle est prononcée en cas d aliénation mentale, de faiblesse d esprit, d insolvabilité ou de prodigalité. Capacité d exercice pour les personnes morales : Par rapport aux personnes morales, l article 5 du code des obligations et des Contrats prévoit qu elles doivent être représentées par leur représentant légal. Le représentant légal de la personne morale est : Le Président Directeur Général, le Directeur Général ou le Président du Directoire pour les sociétés anonymes Le Gérant pour les autres formes de sociétés (SARL, SUARL, Sociétés de personnes) Le Président ou le Secrétaire Général pour le cas des associations. La nationalité : La nationalité est une condition particulière pour l exercice de certaines activités ou la réalisation de certaines opérations. A ce titre, les personnes de nationalité étrangère ne peuvent exercer le commerce qu après obtention d une autorisation spéciale (la carte de commerçant ou agrément) ainsi qu il requis en vertu de l article 24 du décret-loi du 30 août De même, il est strictement interdit aux personnes étrangères d acquérir une propriété agricole sauf par décret les autorisant à s approprier une résidence sur une terre agricole (décret du 12 mai 1964 amendé en 1969). Pour l acquisition d un immeuble autre qu agricole, il leur est requis l obtention d une autorisation du gouverneur conformément aux dispositions de la loi les personnes de nationalité étrangère, ne peuvent se porter acquéreur d immeubles que sur autorisation du gouverneur dans les conditions fixées pas la loi de juin 1957 telle que modifiée en La résidence : La résidence dont les critères par rapport au régime de droit commun sont définis en vertu de l avis de change n 3 du Ministre des Finances, est une condition fondamentale prévue dans la réglementation des changes pour l exercice de certaines activités et la réalisation de certaines opérations. Parmi ces opérations, les personnes résidentes ne sont pas admises à se faire ouvrir des comptes en devises ou en dinars convertibles sauf dans certaines conditions. De même, les non résidents ne peuvent pas se faire ouvrir des comptes en dinars. La notion de résidence s appuie sur le domicile. Elle n a rien à voir avec la nationalité. Ainsi, une personne de nationalité étrangère peut être résidente si elle dispose d un domicile en Tunisie et y est installée régulièrement (carte de séjour) et une personne de nationalité tunisienne installée à l étranger a le statut de non résident. Deux critères sont prévus pour acquérir le statut de résident : un critère objectif consistant en le fait d être domicilié en Tunisie pour les personnes de nationalité tunisienne ou d avoir séjourné en Tunisie pour une durée supérieure à deux ans pour les étrangers et un critère subjectif consistant en l existence d un centre d intérêt en Tunisie pour les personnes étrangères temporairement établies en Tunisie pour la durée précitée. L avis de change n 3 définit clairement ces critères. 15

16 Pour les personnes physiques Conditions relatives au statut de résident : - Les personnes physiques de nationalité tunisienne domiciliées en Tunisie. - Les personnes physiques de nationalité tunisienne domiciliées hors de Tunisie depuis moins de 2 ans, pour lesquelles la qualité de non-résident n'est pas formellement reconnue par la BCT - Les personnes physiques de nationalité tunisienne, fonctionnaires tunisiens en poste à l'étranger ou y exerçant pour le compte d'organismes internationaux, quelle que soit la durée de leur séjour à l'étranger. - Les personnes physiques de nationalité étrangère, domiciliées en Tunisie depuis deux ans au moins, qui y possèdent le centre de leurs activités et pour lesquelles la qualité de non-résident n'a pas été formellement reconnue par la Banque Centrale de Tunisie. - Le conjoint d'un résident, ainsi que les enfants mineurs d'un résident qui sont à sa charge, sauf décision contraire de la Banque Centrale de Tunisie. Conditions relatives au statut de non résident : - Les personnes physiques de nationalité étrangère domiciliées hors de Tunisie. - Les personnes physiques de nationalité étrangère domiciliées en Tunisie depuis moins de deux ans, pour lesquelles la qualité de résident n'est formellement reconnue par la BCT. - Les personnes physiques de nationalité étrangère quelle que soit la durée de leur séjour en Tunisie, fonctionnaires d'etats étrangers en poste en Tunisie. Il en est de même pour celles de ces personnes exerçant un emploi en Tunisie dans le cadre d'une convention de coopération. - Les personnes physiques de nationalité tunisienne, domiciliées hors de Tunisie depuis deux ans au moins et qui y possèdent le centre normal et non provisoire de leurs activités. Pour les personnes morales : Sont considérées comme "résidents" les personnes morales ayant leur siège en Tunisie et les personnes morales, quel que soit le lieu de leur siège social, pour leurs établissements en Tunisie. 3- Conditions relatives à l objet L objet L objet du contrat est l opération sur laquelle il porte. Il doit être licite et ne doit pas être contraire aux bonnes mœurs et à l ordre public..en outre, l objet doit porter sur une obligation faisable et ne doit pas porter sur une chose impossible. Il doit être effectif et réel. Généralement, porte sur des obligations qui prennent naissance au moment de la conclusion du contrat mais la loi permet qu il porte sur des obligations incertaines et futures pourvu qu elles soient déterminables. A titre d exemple et en matière de crédit, l objet du contrat peut porter sur un engagement futur et aléatoire telle l ouverture de crédit (facilité de caisse, découvert) qui au moment de la conclusion du contrat n est pas déterminée dans son montant mais qui est susceptible de détermination à la date du payement. La cause La cause du contrat est la raison pour laquelle le contrat est conclu. Elle est perceptible in concreto (cause concrète dite cause objective) et in abstracto (cause abstraite cause subjective). La cause objective représente l objet de l engagement du co-contractant. Ainsi en matière de vente, la cause du vendeur est de se faire remettre le prix convenu et celle de l acheteur est d entrer en possession de la chose vendue. En matière de crédit, la cause pour la banque est de percevoir la 16

17 rémunération (intérêts et commissions) et celle du client est de satisfaire à un besoin en financement. Sur ce plan, la cause est pratiquement la même pour tous les contractants agissant en la même qualité (vendeur, prestataire de service, consommateur). Elle doit exister sinon le contrat est qualifié de fictif (contrat sans cause). Dans la pratique, les contrevenants recourent au contrat fictif pour frauder le fisc, déjouer la règle successorale ou escamoter une opération irrégulière. La cause subjective est celle qui représente les intentions et les mobiles des contractants telle l obtention d un crédit pour financer l activité, promouvoir un projet, développer une affaire ou satisfaire à un besoin de consommation alors que sur le plan objectif, le mobile du client est d avoir à disposition les fonds sollicités. La cause sur le plan subjectif doit être licite, conforme à l ordre public et aux bonnes mœurs. La capacité d exercice, la validité du consentement, l existence d un objet et d une cause licites et conformes à l ordre public sont des conditions de fond exigés pour tout contrat quel que soit son objet. D autres conditions de fond particulières peuvent être exigées par la loi telle notamment la nationalité ou la résidence. B - Conditions de forme A la différence des conditions de fond précitées (capacité, consentement, objet et cause), les conditions de forme ne sont requises que si elles sont prescrites par la loi. Les conditions de forme sont les formalités exigées par la loi et que l on peut résumer en les formalités suivantes : 1- L écrit (la convention écrite) 2- La publicité de l acte 3- L autorisation administrative 1- L écrit (la convention écrite) L écrit en tant que condition de forme désigne la convention écrite qui peut être matérialisé soit par un acte sous seing privé soit par un acte authentique. L acte sous seing privé est celui qui comporte la signature des contractants. Il n est pas nécessaire que cette signature soit légalisée sauf dans les cas où la loi l exige tel par exemple le contrat de vente d un immeuble destiné à être inscrit sur le titre foncier. Dans la pratique, le recours à la formalité de légalisation de signature protège contre le risque d escroquerie et de fraude. Elle garantit la qualité du signataire et réduit le risque de contestation.. L acte authentique est celui qui est établi par un officier public tels le notaire et l officier de l état civil pour les actes civils et le juge pour les actes judiciaires. La loi exige l écrit dans la plupart des contrats ayant pour objet une opération immobilière (vente d un immeuble, hypothèque, usufruit, apport d un immeuble en société) dans les contrats financiers (leasing, convention de gestion de compte) et dans certains contrats de prestation de services (timeshare acquisition de semaines de vacance à temps partagé-) Dans les contrats de mariage et les actes de donation immobilière, la loi prescrit l établissement d un acte authentique établi par notaire ou par officier de l état civil. Dans les contrats ayant pour objet une opération immobilière autre que les hypothèques consenties en couverture d un crédit bancaire, l acte doivent être rédigé par un rédacteur agrée de la Conservation de la Propriété Foncière, un avocat non stagiaire ou un notaire. Et dans les contrats portant sur un fonds de commerce, la rédaction doit être assurée par un avocat non stagiaire. Dans les cas où la loi n exige pas l écrit, l établissement de la convention est facultatif. Il présente l intérêt de faciliter la preuve de la relation contractuelle et des engagements particuliers 17

18 2- La publicité de l acte La formalité consiste à inscrire l opération sur un registre officiel pour informer le public de la conclusion de l acte et faire en sorte qui leur soit opposable. A partir de l inscription, les tiers ne peuvent méconnaître les droits régulièrement acquis. Cette inscription s effectue différemment selon la nature de l opération. Pour les opérations immobilières, l inscription s effectue sur le livre foncier au niveau de la Conservation de la Propriété Foncière lorsque l immeuble est pourvu d un titre foncier et pour les opérations portant sur un fonds de commerce, l inscription doit avoir lieu sur le registre de commerce tenu auprès du greffe du tribunal compétent. Pour les opérations contractuelles précitées (opérations immobilières et opérations sur fonds de commerce) l inscription est une condition de l acte en ce sens que le contrat n est valable et ne produit ses effets qu en vertu et à dater de son inscription. A côté de l inscription, la loi exige pour certains contrats l insertion d une annonce légale tel le cas de la vente du fonds de commerce ou la constitution d une société dont l acte constitutif doit faire l objet d une annoncé légale dans les journaux. 3- Les autorisations : Certains contrats sont soumettre à une autorisation spéciale et à ce titre on peut citer : l autorisation du gouverneur pour les acquisitions d immeubles par des personnes de nationalité étrangère, l autorisation de la Banque Centrale de Tunisie pour les immeubles acquis par les personnes non résidentes etc.. Le contrat doit réunir l ensemble des conditions requises pour être valables. Sur le plan du fond, les conditions obligatoirement requises sont la capacité, le consentement, l objet et la cause. D autres conditions de fond particulières peuvent être exigées par la loi. Sur le plan de la forme, les conditions requises résident dans les formalités expressément prescrites par la loi. Le contrat ne réunissant pas les conditions requises est annulable par le juge. II - L exécution des contrats Aux termes de l article 242 du code des obligations et des contrats, les conventions valablement formées tiennent lieu de loi entre les parties qui les ont faîtes. Elles n engagement pas les tiers sauf à leur opposer les droits valablement acquis. Ainsi le contrat réunissant les conditions requises a l effet d une loi en ce qui concerne la force obligatoire qui s y attache. En vertu de cette force obligatoire, les contractants sont soumis à une obligation de conformité faute de quoi ils s exposent à des responsabilités. A- Respect des clauses du contrat Les contractants sont tenus d exécuter leurs engagements et de respecter les clauses du contrat. L exécution consiste à accomplir de bonne foi et en toute loyauté les obligations convenues. Les obligations contractuelles sont de deux natures : 18

19 1-obligation de résultat : L obligation de résultat est celle qui consiste pour le contactant à réaliser un acte, une activité ou une opération déterminée tels la remise de la chose, le versement du prix, l exécution d un travail, le contrat de transport 2-obligation de moyens : Cette obligation consiste à déployer des diligences et à prendre les mesures qu il faut Dans le cadre des obligations prescrites en vertu du contrat. L obligation de moyens est notamment requise dans les prestations de service, les opérations financières et les actes de gestion. Ces opérations consistent le plus souvent à accomplir des actes et à réaliser des faits sans garantir les résultats. L exemple le plus couramment cité pour illustrer une obligation de moyens est le conseil dispensé par un professionnel dans le cadre d un contrat de service. Selon l article 89 du code des obligations et des contrats, le simple conseil fourni par un professionnel n entraîne pas un engagement à garantir les résultats sauf en cas de mauvaise foi ou de faute lourde de sa part. Certaines prestations allient obligations de moyens et obligations de résultat. Ainsi la prestation du banquier en matière de gestion du patrimoine et des actifs implique une obligation de résultat au niveau de la prise en charge et du suivi une obligation de moyens au niveau du revenu et des produits. B- La sanction de l inexécution des contrats : Il y a inexécution du contrat lorsque le contractant refuse sans raison qui le justifie d accomplir son obligation ou l accomplit défectueusement ou ne respecte pas les délais convenus. La faute contractuelle entraîne la résiliation du contrat et /ou la responsabilité de la partie fautive. 1-Résiliation du contrat : La résiliation du contrat peut être volontaire (résiliation volontaire) comme elle peut Être unilatérale (résiliation unilatérale). La résiliation volontaire Elle est volontaire dans l hypothèse où les contractants d un commun accord entre eux décident de ne pas exécuter le contrat et renoncent à tous les droits qu il leur procure. Dans cette hypothèse, la résiliation volontaire doit être formellement constatée pour les actes obligatoirement soumis à la formalité de l écrit. Ainsi, la renonciation par les deux parties à une vente immobilière dûment établie doit être constatée par un acte de résiliation de la vente conçu dans les mêmes conditions et formes. Pour les actes où la loi n exige pas de formalité particulière, la résiliation amiable peut être expresse ou tacite. Elle est prouvable par tous les moyens. La résiliation unilatérale : La résiliation unilatérale est prononcée par le juge en cas de manquement de l une des parties à ses obligations contractuelles. Le juge est saisi par la partie lésée. La résiliation est d un effet qui diffère selon qu il s agisse d un contrat à exécution instantanée ou d un contrat à exécution échelonnée. Dans la première hypothèse, la résiliation du contrat dite aussi résolution du contrat entraîne la restitution des sommes versées et la reprise des choses délivrées. A titre d exemple, la résiliation d un contrat de vente immobilière engendre pour le vendeur l obligation de restituer les avances et les sommes reçues et pour l acheteur, l obligation de lui remettre la chose vendue. 19

20 Dans l hypothèse de résiliation d un contrat à exécution échelonnée, la rupture de l acte entraîne la cessation immédiate de ses effets. C est ainsi que la résiliation d un contrat de location entraîne pour le locataire l obligation de quitter les lieux. 3-Responsabilité contractuelle : Outre la résiliation du contrat, le juge peut condamner la partie fautive à dédommager l autre partie en réparation du préjudice subi. La responsabilité contractuelle consiste en la condamnation de la partie fautive à verser une indemnité à l autre partie en réparation du préjudice occasionné qui réside dans les pertes subies et le gain manqué. Lorsque l obligation inexécutée se rapporte à un payement d une somme d argent, le dédommagement consiste en le versement des intérêts légaux calculés à dater de l exigibilité de la dette et de la mise en demeure du débiteur jusqu à parfait payement. Dans certains contrats, les parties prévoient à l avance le montant du dédommagement en incluant dans le contrat au moment de son établissement une clause pénale. La clause pénale est efficace en cas de retard d exécution en ce sens qu elle prévoit une pénalité de retard calculé par jour, mois ou fraction de mois de retard. Seulement, en cas de refus d exécution ou d exécution défectueuse, le juge détermine la responsabilité du débiteur défaillant à la lumière du préjudice qu il apprécie souverainement nonobstant les clauses du contrat. Lorsque l inexécution est justifiée par un cas de force majeure, un cas fortuit ou un fait du prince, le contractant n est tenu d aucune responsabilité. Il y a force majeure en cas d événement extérieur, imprévisible et irrésistible tels un tremblement de terre, l invasion ennemie, l incendie, le tremblement de terre. Le cas fortuit est un empêchement majeur engendré par un incident ou un accident rendant impossible l exécution de l obligation. Le fait du prince est toute décision prise par les autorités empêchant l exécution du contrat telle la nationalisation, l expropriation, l interdiction administrative.. L effet exonératoire attaché à la force majeure, au cas fortuit et au fait du prince n est pas absolu en ce sens qu après cessation de l événement et de ses conséquences, le contractant est tenu d exécuter ou de reprendre l exécution de sa prestation sauf en cas d impossibilité matérielle ou juridique. <<<***>>> 20

LE DROIT BANCAIRE LES CONTRATS BANCAIRES

LE DROIT BANCAIRE LES CONTRATS BANCAIRES LE DROIT BANCAIRE LES CONTRATS BANCAIRES Objectif: Examiner la réglementation des rapports entre le client et le banquier à travers l étude des contrats bancaires. LES CONTRATS BANCAIRES : La banque, comme

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES RELATIF A LA CREATION ET AU FONCTIONNEMENT DES BUREAUX D ENCADREMENT ET D ASSISTANCE FISCALES (1)

CAHIER DES CHARGES RELATIF A LA CREATION ET AU FONCTIONNEMENT DES BUREAUX D ENCADREMENT ET D ASSISTANCE FISCALES (1) CAHIER DES CHARGES RELATIF A LA CREATION ET AU FONCTIONNEMENT DES BUREAUX D ENCADREMENT ET D ASSISTANCE FISCALES (1) Ce cahier des charges se compose de : - 7 pages comportant 6 chapitres et 19 articles,

Plus en détail

L'AGENT COMMERCIAL I. DEFINITION ET STATUT II. CONTRAT D AGENCE COMMERCIALE III. CESSATION DU CONTRAT 30/07/2015

L'AGENT COMMERCIAL I. DEFINITION ET STATUT II. CONTRAT D AGENCE COMMERCIALE III. CESSATION DU CONTRAT 30/07/2015 L'AGENT COMMERCIAL 30/07/2015 L agent commercial est un intermédiaire de commerce indépendant et qui agit au nom et pour le compte d une autre entité. Son statut est régi par les articles L134-1 et suivants

Plus en détail

Droit Commercial. Notes personnelles. La Responsabilité. Responsabilité civile. La Responsabilité. Page : 1

Droit Commercial. Notes personnelles. La Responsabilité. Responsabilité civile. La Responsabilité. Page : 1 Responsabilité civile Art 1382 du Code Civil : «Tout fait quelconque de l homme, qui cause à autrui un dommage, oblige celui par la faute duquel il est arrivé, à le réparer». La responsabilité civile entraîne

Plus en détail

CONVENTION DE GESTION ET DE REGLEMENT (CORRESPONDANT)

CONVENTION DE GESTION ET DE REGLEMENT (CORRESPONDANT) CONVENTION DE GESTION ET DE REGLEMENT (CORRESPONDANT) à partir du 1 er août 2014 Entre le BCF des sociétés d assurances contre les accidents d automobile, 1 Rue Jules Lefebvre, 75431 PARIS CEDEX 09, et,

Plus en détail

MANDAT DE GESTION ET DE REGLEMENT POUR LE COMPTE DU BCF (Mandataire)

MANDAT DE GESTION ET DE REGLEMENT POUR LE COMPTE DU BCF (Mandataire) (Mandataire 2014) MANDAT DE GESTION ET DE REGLEMENT POUR LE COMPTE DU BCF (Mandataire) Entre le BCF des sociétés d assurances contre les accidents d automobile, 1, Rue Jules Lefebvre, 75431 PARIS CEDEX

Plus en détail

LOGO. BENNANI Mohammed. Réalisé par: Sous l encadrement de M. LARHZAL Redouan

LOGO. BENNANI Mohammed. Réalisé par: Sous l encadrement de M. LARHZAL Redouan Réalisé par: BENNANI Mohammed Sous l encadrement de M. LARHZAL Redouan Introduction LOGO Notion et les éléments du fonds de commerce La vente du FdC L apport du FdC Le nantissement du FdC Le contrat de

Plus en détail

TITRE 2 L ACCÈS À LA PROFESSION ET LE TITRE D AGENT IMMOBILIER 19

TITRE 2 L ACCÈS À LA PROFESSION ET LE TITRE D AGENT IMMOBILIER 19 Table des matières PRÉFACE 5 INTRODUCTION 7 PREMIÈRE PARTIE Une profession réglementée TITRE 1 LE CADRE LÉGAL ET RÉGLEMENTAIRE 15 La loi-cadre du 1 er mars 1976 15 L arrêté royal du 6 septembre 1993 17

Plus en détail

CONVENTION CADRE DE LA COMMERCIALISATION DES SERVICES D ASSURANCE PAR LE RESEAU POSTAL CONDITIONS GENERALES

CONVENTION CADRE DE LA COMMERCIALISATION DES SERVICES D ASSURANCE PAR LE RESEAU POSTAL CONDITIONS GENERALES CONVENTION CADRE DE LA COMMERCIALISATION DES SERVICES D ASSURANCE PAR LE RESEAU POSTAL CONDITIONS GENERALES En vertu de la présente convention, conclue entre l Office National des Postes, établissement

Plus en détail

Avis n 2011-01 du 15 septembre 2011

Avis n 2011-01 du 15 septembre 2011 Avis n 2011-01 du 15 septembre 2011 relatif à l exigence d une assurance de responsabilité civile pour dommages directs ou indirects sous peine de résiliation du contrat La Commission interprofessionnelle

Plus en détail

Continuité d activité. Enjeux juridiques et responsabilités

Continuité d activité. Enjeux juridiques et responsabilités Continuité d activité Enjeux juridiques et responsabilités Introduction Pourquoi le droit? - Contrainte - Outil de gestion Droit et management de la continuité d activité : 3 niveaux d intervention Dans

Plus en détail

Projet du Code de l Investissement

Projet du Code de l Investissement République Tunisienne Ministère du Développement, de l Investissement et de la Coopération Internationale Projet du Code de l Investissement Version préliminaire 22 mai 2015 Article1premier. TITRE PREMIER.

Plus en détail

LA PROFESSION D AGENT IMMOBILIER

LA PROFESSION D AGENT IMMOBILIER 1 LA PROFESSION D AGENT IMMOBILIER La profession d agent immobilier est réglementée par : la loi modifiée n 70-9 du 2 janvier 1970 modifiée par l ordonnance n 2004-634 du 1 er juillet 2004 réglementant

Plus en détail

Ministère de la Justice Ministère de l Intérieur Ministère des Affaires CIRCULAIRE CONJOINTE A MESSIEURS :

Ministère de la Justice Ministère de l Intérieur Ministère des Affaires CIRCULAIRE CONJOINTE A MESSIEURS : Royaume du Maroc Rabat, le 14 juin 2007 Ministère de la Justice Ministère de l Intérieur Ministère des Affaires 178 س 2 77 Etrangères et de la Coopération 11/ /08 CIRCULAIRE CONJOINTE A MESSIEURS : - Les

Plus en détail

DEVOIRS ET RESPONSABILITE DES EXPERTS AMIABLES ET JUDICIAIRES. Gildas Rostain. September 2007

DEVOIRS ET RESPONSABILITE DES EXPERTS AMIABLES ET JUDICIAIRES. Gildas Rostain. September 2007 DEVOIRS ET RESPONSABILITE DES EXPERTS AMIABLES ET JUDICIAIRES Gildas Rostain September 2007 INTRODUCTION Le rôle de l expert Les différentes missions d expertise La définition de l expertise judiciaire

Plus en détail

Droit des baux commerciaux

Droit des baux commerciaux SAS ECS Le droit des baux commerciaux - NA 49 - Chapitre 2 Paragraphe 2 Obligation relative à la chose louée L immeuble A USAGE DE LA CHOSE Le preneur doit user de la chose en bon père de famille. L abus

Plus en détail

Convention réglant les rapports judiciaires en matière civile et commerciale entre la Suisse et la Turquie

Convention réglant les rapports judiciaires en matière civile et commerciale entre la Suisse et la Turquie Texte original Convention réglant les rapports judiciaires en matière civile et commerciale entre la Suisse et la Turquie 0.274.187.631 Conclue le 1 er juin 1933 Approuvée par l Assemblée fédérale le 12

Plus en détail

Loi n 98-38 du 2 juin 1998 relative au Code de la Poste

Loi n 98-38 du 2 juin 1998 relative au Code de la Poste Loi n 98-38 du 2 juin 1998 relative au Code de la Poste Au nom du peuple, La chambre des députés ayant adopté. Le Président de la République promulgue la loi dont la teneur suit : Titre Premier : Dispositions

Plus en détail

1ERE PARTIE : CADRE JURIDIQUE DES ENTREPRISES DE PROMOTION IMMOBILIERE

1ERE PARTIE : CADRE JURIDIQUE DES ENTREPRISES DE PROMOTION IMMOBILIERE 1ERE PARTIE : CADRE JURIDIQUE DES ENTREPRISES DE PROMOTION IMMOBILIERE Références juridiques : La promotion immobilière est régie par la loi n 90-17 du 26 février 1990, portant refonte de la législation

Plus en détail

Erpyleva Natalia La contrariété d une sentence arbitrale étrangère a l ordre public comme motif de refus de l exequatur

Erpyleva Natalia La contrariété d une sentence arbitrale étrangère a l ordre public comme motif de refus de l exequatur Erpyleva Natalia La contrariété d une sentence arbitrale étrangère a l ordre public comme motif de refus de l exequatur L une des questions les plus importantes de l arbitrage commercial international

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES SOMMAIRE... 5 PRINCIPALES ABRÉVIATIONS... 7 BIBLIOGRAPHIE GÉNÉRALE... 11

TABLE DES MATIÈRES SOMMAIRE... 5 PRINCIPALES ABRÉVIATIONS... 7 BIBLIOGRAPHIE GÉNÉRALE... 11 TABLE DES MATIÈRES SOMMAIRE... 5 PRINCIPALES ABRÉVIATIONS... 7 BIBLIOGRAPHIE GÉNÉRALE... 11 PREMIÈRES VUES... 13 I. Mécanisme... 15 II. Rôle... 18 III. Évolution... 20 PREMIÈRE PARTIE SÛRETÉS PERSONNELLES

Plus en détail

LOI N 2001 / 020 DU 18 DECEMBRE 2001 PORTANT ORGANISATION DE LA PROFESSION D AGENT IMMOBILIER

LOI N 2001 / 020 DU 18 DECEMBRE 2001 PORTANT ORGANISATION DE LA PROFESSION D AGENT IMMOBILIER REPUBLIQUE DU CAMEROUN PAIX TRAVAIL PATRIE LOI N 2001 / 020 DU 18 DECEMBRE 2001 PORTANT ORGANISATION DE LA PROFESSION D AGENT IMMOBILIER L Assemblée Nationale a délibéré et adopté, Le Président de la République

Plus en détail

Article 6 Article 7 Article 8

Article 6 Article 7 Article 8 Loi n 98-4 du 2 février 1998, relative aux sociétés de recouvrement des créances telle que modifiée par les textes subséquents et notamment la loi n 2003-42 du 9 juin 2003. Article premier- La présente

Plus en détail

C. N. E. E. TRANSCRIPTION DES DIRECTIVES 92/49/CEE 92/96/CEE et 92/50/CEE. Titre II Article 6

C. N. E. E. TRANSCRIPTION DES DIRECTIVES 92/49/CEE 92/96/CEE et 92/50/CEE. Titre II Article 6 C. N. E. E. TRANSCRIPTION DES DIRECTIVES 92/49/CEE 92/96/CEE et 92/50/CEE Assurances vie et non vie. La Directive 92/49/CEE du Conseil du 18 juin 1992 porte coordination des dispositions législatives,

Plus en détail

On vous doit de l argent en Europe... Deux procédures judiciaires simplifiées à portée de main!

On vous doit de l argent en Europe... Deux procédures judiciaires simplifiées à portée de main! Finances Achats e-commerce Santé Tourisme Véhicules Shutterstock Immobilier énergie Justice On vous doit de l argent en Europe... Deux procédures judiciaires simplifiées à portée de main! brochure réalisée

Plus en détail

Convention des Nations Unies sur la cession de créances dans le commerce international

Convention des Nations Unies sur la cession de créances dans le commerce international Convention des Nations Unies sur la cession de créances dans le commerce international NATIONS UNIES CONVENTION DES NATIONS UNIES SUR LA CESSION DE CRÉANCES DANS LE COMMERCE INTERNATIONAL NATIONS UNIES

Plus en détail

RISQUE SPORTIF ET ASSURANCE

RISQUE SPORTIF ET ASSURANCE RISQUE SPORTIF ET ASSURANCE 1 SOMMAIRE I. NOTION DE RESPONSABILITES A. La responsabilité civile 1. La responsabilité civile délictuelle 2. La responsabilité civile contractuelle B. La responsabilité pénale

Plus en détail

Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme

Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme 2012-R-02 du 12 octobre 2012 1 Contexte Dans le cadre de son action de veille sur la publicité et les nouveaux produits, l ACP a constaté sur

Plus en détail

LOI N 2002-30 PORTANT CODE DE LA ROUTE (PARTIE LEGISLATIVE) TITRE PREMIER INFRACTION AUX REGLES CONCERNANT LA CONDUITE DES VEHICULES

LOI N 2002-30 PORTANT CODE DE LA ROUTE (PARTIE LEGISLATIVE) TITRE PREMIER INFRACTION AUX REGLES CONCERNANT LA CONDUITE DES VEHICULES République du Sénégal Un Peuple - Un but - Une Foi LOI N 2002-30 PORTANT CODE DE LA ROUTE (PARTIE LEGISLATIVE) L Assemblée nationale a adopté, en sa séance du Jeudi 12 Décembre 2002 Le Président de la

Plus en détail

Au nom du peuple, La Chambre des Députés ayant adopté, Le Président de la République promulgue la loi dont la teneur suit :

Au nom du peuple, La Chambre des Députés ayant adopté, Le Président de la République promulgue la loi dont la teneur suit : Loi n 90-17 du 26 Février 1990, portant Refonte de la Législation Relative à La Promotion Immobilière modifiée et complétée par: Loi n 91-76 du 2 Août 1991 Loi n 91-98 du 31 Décembre 1991 portant Loi de

Plus en détail

Aperçu sur le contrat d assurance

Aperçu sur le contrat d assurance Aperçu sur le contrat d assurance I. Les caractéristiques du contrat d assurance L article 1 de la loi 17-99 portant code des assurances définit le contrat d assurance comme la convention passée entre

Plus en détail

Académie d Orléans-Tours Février 2007. Proposition de situation d enseignement Christine Fillâtre et Marie-Line Zanon

Académie d Orléans-Tours Février 2007. Proposition de situation d enseignement Christine Fillâtre et Marie-Line Zanon Académie d Orléans-Tours Février 2007 Proposition de situation d enseignement Christine Fillâtre et Marie-Line Zanon Partie 2 : L activité économique DROIT BTS 1 ère année Durée : 4 heures et les mécanismes

Plus en détail

Table des matières. A. La «vente»... 10 B. Le bien de consommation... 12 C. Le vendeur professionnel... 14 D. Le consommateur...

Table des matières. A. La «vente»... 10 B. Le bien de consommation... 12 C. Le vendeur professionnel... 14 D. Le consommateur... 1 Les droits de l acheteur confronté à un défaut de la chose vendue................ 7 Julie DEWEZ assistante à l U.C.L., collaboratrice notariale CHAPITRE 1 L obligation légale de délivrance d un bien

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25

TABLE DES MATIÈRES. CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25 TABLE DES MATIÈRES REMERCIEMENTS... 7 SOMMAIRE... 9 PRÉFACE... 11 LISTE DES ABRÉVIATIONS... 15 INTRODUCTION... 19 CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25 Naissance de

Plus en détail

Formation des formateurs relais 3RB. Paris, 2 et 3 avril 2009

Formation des formateurs relais 3RB. Paris, 2 et 3 avril 2009 Formation des formateurs relais 3RB Paris, 2 et 3 avril 2009 Cadre juridique Formation 3RB -2 et 3 avril 2009 2 Sommaire 1. Introduction: prévention et textes juridiques 2. Hiérarchie des textes 3. Sélection

Plus en détail

Décret n 2008-355 du 11 Février 2008, relatif à l organisation et au fonctionnement de la caisse de prévoyance Et de retraite des avocats

Décret n 2008-355 du 11 Février 2008, relatif à l organisation et au fonctionnement de la caisse de prévoyance Et de retraite des avocats Décret n 2008-355 du 11 Février 2008, relatif à l organisation et au fonctionnement de la caisse de prévoyance Et de retraite des avocats Le Président de la République; Sur proposition du ministre des

Plus en détail

Convention de cotraitance pour groupement solidaire

Convention de cotraitance pour groupement solidaire Convention de cotraitance pour groupement solidaire Ce modèle peut être modifié, complété en fonction des souhaits émis par les membres du groupement. Il est souhaitable que le maître d ouvrage soit informé

Plus en détail

SOLUTIONS POUR ENTREPRISE EN DIFFICULTE

SOLUTIONS POUR ENTREPRISE EN DIFFICULTE SOLUTIONS POUR ENTREPRISE EN DIFFICULTE 23/07/2012 Lorsqu une entreprise éprouve des difficultés pour régler ses dettes et ainsi respecter ponctuellement ses échéances, elle peut tenter de rechercher avec

Plus en détail

RESPONSABILITES ET ASSURANCE DANS LE DOMAINE ASSOCIATIF

RESPONSABILITES ET ASSURANCE DANS LE DOMAINE ASSOCIATIF RESPONSABILITES ET ASSURANCE DANS LE DOMAINE ASSOCIATIF L ASSOCIATION : Construction humaine, Construction juridique. RAPPEL Un cadre législatif fondamental - article 1 loi du 1 juillet 1901 : «l association

Plus en détail

Loi relative à l exercice et à l organisation de la profession de médecin

Loi relative à l exercice et à l organisation de la profession de médecin République du Cameroun /p.48/ /p.49/ Loi relative à l exercice et à l organisation de la profession de médecin Loi N 90-36 du 10 août 1990 Loi N 90-36 du 10 août 1990 Relative à l exercice et à l organisation

Plus en détail

LE MINISTRE DE L INTERIEUR MESDAMES ET MESSIEURS LES PREFETS. MONSIEUR LE PREFET DE POLICE Direction de la police générale

LE MINISTRE DE L INTERIEUR MESDAMES ET MESSIEURS LES PREFETS. MONSIEUR LE PREFET DE POLICE Direction de la police générale DIRECTION DES LIBERTES PUBLIQUES ET DES AFFAIRES JURIDIQUES DLPAJ / ECT/ 4 B/ SEJOUR N NOR : Paris, le LE MINISTRE DE L INTERIEUR A MESDAMES ET MESSIEURS LES PREFETS MONSIEUR LE PREFET DE POLICE Direction

Plus en détail

Le régime de la responsabilité civile des enseignants

Le régime de la responsabilité civile des enseignants Le régime de la responsabilité civile des enseignants Document réalisé par le SE-UNSA 94 Octobre 2014 Complexité : tel est le maître mot du régime de la responsabilité des enseignants. Ses grands principes

Plus en détail

Manuel des directives - Indemnisation des dommages corporels 1. CHAMP D'APPLICATION

Manuel des directives - Indemnisation des dommages corporels 1. CHAMP D'APPLICATION 1. CHAMP D'APPLICATION Cette directive traite du paiement d intérêts par la Société de l assurance automobile du Québec (la Société). 2. CADRE LÉGAL ET RÉGLEMENTAIRE Cette directive découle de la Loi sur

Plus en détail

Présentation du cours de Droit & Réglementation bancaire

Présentation du cours de Droit & Réglementation bancaire Présentation du cours de Droit & Réglementation bancaire (Janvier 2012) 1 Avant propos Cette présentation du cours de droit et réglementation bancaire proposée dans le cadre du programme du Mastère Professionnel

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE ET D UTILISATION A DISTANCE

CONDITIONS GENERALES DE VENTE ET D UTILISATION A DISTANCE CONDITIONS GENERALES DE VENTE ET D UTILISATION A DISTANCE ARTICLE 1 Champ d application En préliminaire, il est stipulé que la réglementation de la vente et d utilisation à distance s applique «à toute

Plus en détail

L'exécution des peines correctionnelles

L'exécution des peines correctionnelles L'exécution des peines correctionnelles I) L application des peines Le juge de l application des peines est chargé de déterminer les modalités d exécution des peines prononcées par les juridictions pénales

Plus en détail

LES FONDS LIES AU SECTEUR DES ASSURANCES. Création d'un Fonds de Garantie des Assurés

LES FONDS LIES AU SECTEUR DES ASSURANCES. Création d'un Fonds de Garantie des Assurés LES FONDS LIES AU SECTEUR DES ASSURANCES Création d'un Fonds de Garantie des Assurés Loi n 2000-98 du 31 décembre 2000 portant loi de finances pour l année 2001 (1). Article 35 Est crée un fonds intitulé

Plus en détail

RISQUE SPORTIF ET ASSURANCE

RISQUE SPORTIF ET ASSURANCE RISQUE SPORTIF ET ASSURANCE LE RISQUE SPORTIF Facteurs aggravants de risques Le lieu de l activité L âge des participants à l activité La nature de l activité LE RISQUE SPORTIF LA RESPONSABILITE CIVILE

Plus en détail

Notions générales INTRODUCTION. 1 Sources du droit des assurances Historique

Notions générales INTRODUCTION. 1 Sources du droit des assurances Historique Notions générales INTRODUCTION L assurance fait partie de notre quotidien. Technique de protection contre les aléas de la vie (incendie, vol, dégât des eaux...) elle répond à un besoin viscéral de sécurité.

Plus en détail

Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection à CASTRES

Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection à CASTRES Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection à CASTRES Souhaitant améliorer la sécurité des personnes et des biens, lutter contre le sentiment d insécurité, la ville de CASTRES a décidé de

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre Commentaire Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre (Renvoi au décret pour fixer certaines dispositions relatives à l exercice de la profession d avocat) Le Conseil constitutionnel

Plus en détail

RÉGIME JURIDIQUE DU CRÉDIT À LA CLIENTÈLE TABLE DES MATIÈRES 1.00 INTRODUCTION... 3 2.00 UTILITÉ D UNE POLITIQUE DE CRÉDIT... 3

RÉGIME JURIDIQUE DU CRÉDIT À LA CLIENTÈLE TABLE DES MATIÈRES 1.00 INTRODUCTION... 3 2.00 UTILITÉ D UNE POLITIQUE DE CRÉDIT... 3 RÉGIME JURIDIQUE DU CRÉDIT À LA CLIENTÈLE TABLE DES MATIÈRES PAGE 1.00 INTRODUCTION... 3 2.00 UTILITÉ D UNE POLITIQUE DE CRÉDIT... 3 3.00 ÉVALUATION DU RISQUE... 3 3.01 Demande d ouverture de crédit...

Plus en détail

Les attributions des délégués du personnel

Les attributions des délégués du personnel Les attributions des délégués du personnel Le délégué du personnel a pour rôle de faciliter les relations entre l employeur et l ensemble du personnel. Sa mission principale est de présenter à l employeur

Plus en détail

LETTRE DE MISSION EN VUE DE LA VENTE D UN IMMEUBLE«MANDAT EXCLUSIF»

LETTRE DE MISSION EN VUE DE LA VENTE D UN IMMEUBLE«MANDAT EXCLUSIF» LETTRE DE MISSION EN VUE DE LA VENTE D UN IMMEUBLE«MANDAT EXCLUSIF» ENTRE. Agissant en qualité de cédants des biens et des droits immobiliers ci-après énoncés ET MAÎTRE AVOCAT au Barreau de Domicilié au

Plus en détail

PROTECTION JURIDIQUE GENERALE CONDITIONS PARTICULIERES

PROTECTION JURIDIQUE GENERALE CONDITIONS PARTICULIERES PROTECTION JURIDIQUE GENERALE CONDITIONS PARTICULIERES ASSURANCES : - PREVENTION ET INFORMATION JURIDIQUES - DEFENSE AMIABLE DES INTERETS - DEFENSE JUDICIAIRE DES INTERETS Les présentes conditions particulières

Plus en détail

Fiche conseil. Acquisition de titres : la garantie d actif et de passif. La garantie d actif et de passif : définition et illustrations

Fiche conseil. Acquisition de titres : la garantie d actif et de passif. La garantie d actif et de passif : définition et illustrations ACQUISITION DE TITRES : LA GARANTIE D ACTIF ET DE PASSIF Fiche conseil Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : Certifié ISO 9001 Comptables Fiscales Juridiques,

Plus en détail

Conditions générales de livraison et de paiement des traductrices et interprètes membres de l Association Vertalersforum (Stichting Vertalersforum)

Conditions générales de livraison et de paiement des traductrices et interprètes membres de l Association Vertalersforum (Stichting Vertalersforum) Conditions générales de livraison et de paiement des traductrices et interprètes membres de l Association Vertalersforum (Stichting Vertalersforum) En cas de litige découlant de l'interprétation des présentes

Plus en détail

Cession de droits sociaux : quels sont les risques encourus au cours de la période de négociation?

Cession de droits sociaux : quels sont les risques encourus au cours de la période de négociation? Cession de droits sociaux : quels sont les risques encourus au cours de la période de négociation? La période des pourparlers : de la responsabilité délictuelle aux aménagements contractuels Introduction

Plus en détail

Jurisanimation.fr 2012 - Tous droits réservés. Les docs de LA RESPONSABILITE DU DIRECTEUR D ACM

Jurisanimation.fr 2012 - Tous droits réservés. Les docs de LA RESPONSABILITE DU DIRECTEUR D ACM 2012 - Tous droits réservés Les docs de LA RESPONSABILITE DU DIRECTEUR D ACM LA RESPONSABILITE DU DIRECTEUR D ACM En principe, on qualifie la responsabilité comme le fait d assumer la conséquence de ses

Plus en détail

PROGRAMME DE DROIT CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT)

PROGRAMME DE DROIT CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT) PROGRAMME DE DROIT CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT) 1. Les orientations générales L enseignement de droit est centré sur la maîtrise des mécanismes juridiques fondamentaux et

Plus en détail

COURTIER EN ASSURANCE I. CONDITIONS REQUISES. A. Age et nationalité 23/07/2012

COURTIER EN ASSURANCE I. CONDITIONS REQUISES. A. Age et nationalité 23/07/2012 COURTIER EN ASSURANCE 23/07/2012 Le courtier d assurance est un commerçant qui fait à titre principal des actes d entremise dont le caractère est commercial. A ce titre, il doit s inscrire au Registre

Plus en détail

RESPONSABILITÉ DGA SG

RESPONSABILITÉ DGA SG RÈGLEMENT DE LÉGATION DE FONCTIONS ET DE POUVOIRS GÉNÉRAL - DROITS, POUVOIRS ET OBLIGATIONS 1. Adoption de toute mesure jugée appropriée pour pallier temporairement toute situation d urgence et rapport

Plus en détail

Charte déontologique de la vidéoprotection de l OPH de Saint-Dizier

Charte déontologique de la vidéoprotection de l OPH de Saint-Dizier Préambule Charte déontologique de la vidéoprotection de l OPH de Saint-Dizier Validé par le Conseil d Administration du 28 juin 2013. Souhaitant améliorer la sécurité des personnes et des biens, répondre

Plus en détail

LES BRANCHES DU DROIT

LES BRANCHES DU DROIT Ressources pour les enseignants et les formateurs en français juridique Fiche notion avec activités Crédit : Michel SOIGNET LES BRANCHES DU DROIT A. DROIT OBJECTIF ET DROITS SUBJECTIFS On distingue : 1.

Plus en détail

Filets paragrêle usagés Conditions d enlèvement

Filets paragrêle usagés Conditions d enlèvement Filets paragrêle usagés Conditions d enlèvement Préparation : filets roulés, sans mandrin Le CAT SUD - 68 cours Albert Thomas 69371 LYON CEDEX 08-04 72 68 93 80 1 Minimum de 2,5 tonnes Comment calculer

Plus en détail

(Règles agréées par arrêté ministériel du 7 septembre 2010 applicables à partir du 12 septembre 2010) SOMMAIRE INTRODUCTION 1-3 DÉFINITIONS 4

(Règles agréées par arrêté ministériel du 7 septembre 2010 applicables à partir du 12 septembre 2010) SOMMAIRE INTRODUCTION 1-3 DÉFINITIONS 4 RÈGLES PROFESSIONNELLES RELATIVES AUX OBLIGATIONS DES PROFESSIONNELS DE L EXPERTISE COMPTABLE POUR LA PRÉVENTION DE L UTILISATION DU SYSTÈME FINANCIER AUX FINS DE BLANCHIMENT DE CAPITAUX ET DE FINANCEMENT

Plus en détail

Actualité Juridique Épargne Salariale

Actualité Juridique Épargne Salariale Actualité Juridique Épargne Salariale PRIME DE PARTAGE DES PROFITS - ACCORDS D INTÉRESSEMENT D UN AN La loi n 2011-894 du 28 juillet 2011 de financement rectificative de la Sécurité sociale pour 2011 a

Plus en détail

Conditions générales de prestation de services, de vente et de location.

Conditions générales de prestation de services, de vente et de location. Conditions générales de prestation de services, de vente et de location. Article 1. Généralité. 1.1. Sauf dérogation expresse écrite convenue entre parties, les relations entre la Sprl SON EXCENTRIQUE,

Plus en détail

LE DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION

LE DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION LE DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION 1 Document Unique de Délégation Un document qui permet de définir les responsabilités : civiles - pénales Des dirigeants pleinement conscients de leur périmètre de responsabilité,

Plus en détail

FICHE N V. L application de l article L. 991-6 alinéa 1 et les restitutions de l indu

FICHE N V. L application de l article L. 991-6 alinéa 1 et les restitutions de l indu FICHE N V L application de l article L. 991-6 alinéa 1 et les restitutions de l indu L article 15 II de l ordonnance n 2004-602 du 24 juin 2004 relative à la simplification du droit dans les domaines du

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L INTÉRIEUR, DE L OUTRE-MER, DES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES ET DE L IMMIGRATION Arrêté du 12 janvier 2012 fixant les conditions de reconnaissance

Plus en détail

RISQUE SPORTIF, RESPONSABILITES ET ASSURANCE. MONTPELLIER 27 mai 2013

RISQUE SPORTIF, RESPONSABILITES ET ASSURANCE. MONTPELLIER 27 mai 2013 RISQUE SPORTIF, RESPONSABILITES ET ASSURANCE MONTPELLIER 27 mai 2013 LE RISQUE SPORTIF Facteurs aggravants de risques Le lieu de l activité L âge des participants à l activité La nature de l activité Les

Plus en détail

Transparence du patrimoine : réponses belges au questionnaire

Transparence du patrimoine : réponses belges au questionnaire Transparence du patrimoine : réponses belges au questionnaire (Frédéric Georges, assistant et maître de conférences à l Université de Liège, avocat) 1. La localisation du débiteur 1.1. Les personnes physiques

Plus en détail

Le droit. à la protection des droits économiques

Le droit. à la protection des droits économiques Le droit à la protection des droits économiques Le droit à la protection des droits économiques La loi 31-08 édictant des mesures de protection du consommateur comprend des dispositions permettant de protéger

Plus en détail

Session de formation de Matadi sur le droit OHADA

Session de formation de Matadi sur le droit OHADA Session de formation de Matadi sur le droit OHADA I. Notions du fonds de commerce II. Contenu du fonds de commerce III. Les opérations portant sur le fonds de commerce 1. La location-gérance 2. La cession

Plus en détail

On vous doit de l argent en Europe...

On vous doit de l argent en Europe... On vous doit de l argent en Europe... Deux procédures judiciaires simplifiées à portée de main! Centre Européen des Consommateurs France Réseau européen ECC-Net en coopération avec le Ministère de la Justice,

Plus en détail

2006-04 LA REFORME DU REGIME DES SÛRETES

2006-04 LA REFORME DU REGIME DES SÛRETES 2006-04 LA REFORME DU REGIME DES SÛRETES La loi du 26 juillet 2005 pour la confiance et la modernisation de l économie a habilité le gouvernement à réformer le régime des sûretés et les procédures d exécution

Plus en détail

PROGRAMME DE DROIT CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT)

PROGRAMME DE DROIT CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT) PROGRAMME DE DROIT CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT) 1. Les orientations générales L enseignement de droit est centré sur la maîtrise des mécanismes juridiques fondamentaux et

Plus en détail

Note d orientation n 3 du T-CY Accès transfrontalier aux données (article 32)

Note d orientation n 3 du T-CY Accès transfrontalier aux données (article 32) www.coe.int/tcy Strasbourg, 19 février 2013 (projet pour examen) T-CY (2013) 7 F Comité de la Convention sur la Cybercriminalité (T-CY) Note d orientation n 3 du T-CY Accès transfrontalier aux données

Plus en détail

Les contrats immobiliers

Les contrats immobiliers Chroniques notariales vol. 50 Table des matières Les contrats immobiliers Chapitre 1. Le bail......................................... 136 Section 1. Législation...................................... 136

Plus en détail

943.1. Loi fédérale sur le commerce itinérant. du 23 mars 2001 (Etat le 1 er janvier 2007)

943.1. Loi fédérale sur le commerce itinérant. du 23 mars 2001 (Etat le 1 er janvier 2007) Loi fédérale sur le commerce itinérant 943.1 du 23 mars 2001 (Etat le 1 er janvier 2007) L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu les art. 95 et 97 de la Constitution 1, vu le ch. II, al. 2,

Plus en détail

Nous constatons de nos jours

Nous constatons de nos jours LA RESPONSABILITE DES DIRIGEANTS DE SOCIETES par Me Jean Brucher Nous constatons de nos jours que l internationalisation et la globalisation des problèmes relatifs à l activité des entreprises ainsi que

Plus en détail

Introduction 5. larcier 347

Introduction 5. larcier 347 TABLE DES MATIÈRES Introduction 5 Chapitre I L accès à la profession : l autorisation d établissement 7 Section 1. Le champ d application de la loi d établissement 8 A. Les personnes nécessitant une autorisation

Plus en détail

La Protection des majeurs

La Protection des majeurs La Protection des majeurs Les mesures de protection juridique des majeurs Les mesures de protection juridique des majeurs sont définies dans le cadre de la loi du 5/03/2007 portant réforme de la protection

Plus en détail

ACTIVITE DE CONSULTATION JURIDIQUE ET DE REDACTION D ACTES SOUS SEING PRIVE

ACTIVITE DE CONSULTATION JURIDIQUE ET DE REDACTION D ACTES SOUS SEING PRIVE ACTIVITE DE CONSULTATION JURIDIQUE ET DE REDACTION D ACTES SOUS SEING PRIVE REGLEMENTATION DE FOND DELIBERATION n 2002-162 APF du 5 décembre 2002 portant réglementation de la consultation juridique et

Plus en détail

Quelles sont les obligations en matière d assurance pour les structures sportives?

Quelles sont les obligations en matière d assurance pour les structures sportives? Quelles sont les obligations en matière d assurance pour les structures sportives? La pratique sportive est génératrice de risque et d accident matériel ou corporel. C est pourquoi il existe de nombreuses

Plus en détail

MODÈLE DE CONTRAT POUR LES INTERMÉDIAIRES

MODÈLE DE CONTRAT POUR LES INTERMÉDIAIRES MODÈLE DE CONTRAT PR LES INTERMÉDIAIRES (mars 2014) 1 LE PRÉSENT CONTRAT est conclu ENTRE : La Cour pénale internationale, organisation internationale permanente ayant son siège à l adresse suivante :

Plus en détail

REFORME DES SUCCESSIONS

REFORME DES SUCCESSIONS REFORME DES SUCCESSIONS Le projet de loi sur les successions a été adopté le 22 février 2006 par l assemblée nationale. Il sera évoqué par le Sénat dans le courant de la semaine prochaine. De manière assez

Plus en détail

De nouvelles règles relatives aux contrats à exécution successive de service fourni à distance

De nouvelles règles relatives aux contrats à exécution successive de service fourni à distance De nouvelles règles relatives aux contrats à exécution successive de service fourni à distance Le 2 décembre 2009, l Assemblée nationale du Québec a adopté le projet de loi 60, intitulé Loi modifiant la

Plus en détail

Le droit à l exécution du créancier

Le droit à l exécution du créancier Le droit à l exécution du créancier INTRODUCTION Le droit des voies d exécution, ou des procédures civiles d exécution, regroupe l ensemble des procédés légaux coercitifs auxquels un créancier peut avoir

Plus en détail

Table des matières. CHAPITRE I Introduction générale... 11

Table des matières. CHAPITRE I Introduction générale... 11 Table des matières CHAPITRE I Introduction générale... 11 1. Caractère d ordre public... 13 1.1. Application territoriale... 13 1.2. Principe de faveur... 14 1.2.1 Types de clauses... 15 1.2.2 Institution

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 29/05/2013 Cour Administrative d Appel de Nancy N 12NC00126 Inédit au recueil Lebon 4ème chambre - formation à 3 M. LAPOUZADE, président Mme Pascale ROUSSELLE, rapporteur M. WIERNASZ, rapporteur public

Plus en détail

09/04/14. Antibes, le 22 mars 2014. Conférence. Le mandat de protection future pour autrui. Adapei des AlpesMaritimes

09/04/14. Antibes, le 22 mars 2014. Conférence. Le mandat de protection future pour autrui. Adapei des AlpesMaritimes 09/04/14 Antibes, le 22 mars 2014 Conférence Adapei des AlpesMaritimes AFTC Adapei AM Le mandat de protection future pour autrui 1. Définition et périmètre d application 1. 2. 2. 3. 3. Dans quel cas faut-il

Plus en détail

II. LE CONTRAT DE TRAVAIL, CONSEQUENCE DU LIEN DE SUBORDINATION

II. LE CONTRAT DE TRAVAIL, CONSEQUENCE DU LIEN DE SUBORDINATION CHAPITRE 8 LE LIEN DE SUBORDINATION : LE CONTRAT DE TRAVAIL ET LES POUVOIRS DE L EMPLOYEUR I. LA DISTINCTION ENTRE LE TRAVAIL SUBORDONNE ET LE TRAVAIL INDEPENDANT La loi n a pas défini la notion de salarié.

Plus en détail

PARTIE I. L accès à l arbitre international pour le règlement des différends relatifs aux contrats de joint ventures sino-étrangères

PARTIE I. L accès à l arbitre international pour le règlement des différends relatifs aux contrats de joint ventures sino-étrangères Table des matières Remerciements.................................................................. 7 Préface........................................................................ 9 Principales abréviations..........................................................

Plus en détail

LA VIE DE L ENTREPRISE, ASPECTS JURIDIQUES

LA VIE DE L ENTREPRISE, ASPECTS JURIDIQUES LA VIE DE L ENTREPRISE, ASPECTS JURIDIQUES SOMMAIRE I. Le contrat de travail II. Le bail à loyer III. Le contrat de prestation de services IV. Le recouvrement de créances V. La protection du contenu d

Plus en détail

BANQUE EUROPÉENNE D INVESTISSEMENT Août 2004 CONSEIL DES GOUVERNEURS. Procès-verbal de la décision du 27 juillet 2004 suscitée par procédure écrite

BANQUE EUROPÉENNE D INVESTISSEMENT Août 2004 CONSEIL DES GOUVERNEURS. Procès-verbal de la décision du 27 juillet 2004 suscitée par procédure écrite BANQUE EUROPÉENNE D INVESTISSEMENT Août 2004 PV/04/11 CONSEIL DES GOUVERNEURS Procès-verbal de la décision du 27 juillet 2004 suscitée par procédure écrite OLAF : DÉCISION EN MATIÈRE DE LUTTE CONTRE LA

Plus en détail

CONDITIONS GÉNÉRALES. Référence : 12008

CONDITIONS GÉNÉRALES. Référence : 12008 Assurance PROSPECTION CONDITIONS GÉNÉRALES SOMMAIRE Préambule 3 Article 1 Objet du contrat 4 Article 2 Dépenses garanties 4 Article 3 Durée du contrat 4 Article 4 Etablissement du compte d amortissement

Plus en détail

Le mémo du délégué du personnel.

Le mémo du délégué du personnel. Le mémo du délégué du personnel. le sommaire. 1. Champ d application 2. Ses attributions et ses rôles 3. Ses moyens d action 4. Protection Légale Préambule Afin de permettre la représentation des salariés

Plus en détail

Position de la FSMA en ce qui concerne les éléments essentiels du contrat d assurance

Position de la FSMA en ce qui concerne les éléments essentiels du contrat d assurance Communication FSMA_2015_13 du 26/08/2015 Position de la FSMA en ce qui concerne les éléments essentiels du contrat d assurance Résumé/Objectifs: Par le biais de cette position, la FSMA souhaite tout d

Plus en détail