1. DIAGNOSTIC POSITIF

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "1. DIAGNOSTIC POSITIF"

Transcription

1 Module 7 - Edition Item 95 version 01 du page 1 ITEM N 95 : MALADIES SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES : GONOCOCCIE, CHLAMYDIOSE, SYPHILIS. OBJECTIFS TERMINAUX I. Diagnostiquer une gonococcie, une chlamydiose, une syphilis II. Argumenter l attitude thérapeutique et planifier le suivi du patient INTRODUCTION Clinique - La clinique permet de reconnaître les formes symptomatiques (maladies sexuellement transmissibles ou MST) : ulcération génitale, écoulement génital masculin (uréthrite) ou féminin (leucorrhées des vaginites, cervicites et cervicovaginites), bubon inguinal. - Les formes asymptomatiques (d ou le nom d infections sexuellement transmissibles=ist) font toute la gravité de ces infections par le risque de transmission et d évolution à bas bruit, source de complications dont la stérilité est la plus commune - Le diagnostic est orienté par la présentation clinique et confirmé par les prélèvements microbiologiques adaptés (examen microbiologique direct, culture, PCR, sérodiagnostic). Traitement - Le traitement est adapté en fonction du diagnostic mais doit prendre en compte systématiquement Chlamydia trachomatis (fréquemment associé à nombre de MST), la recherche d une autre IST associée et inclure le(s) partenaire(s) qui sont à dépister systématiquement. DIAGNOSTIQUER UNE GONOCOCCIE, UNE CHLAMYDIOSE, UNE SYPHILIS 1. DIAGNOSTIC POSITIF I. DIAGNOSTIQUER UNE GONOCOCCIE 1-1. CLINIQUE - Incubation courte - Chez l homme : urétrite aiguë avec écoulement purulent et vives brûlures mictionnelles. Rechercher une extension ou des complications loco régionales. - Chez la femme : cervicovaginite avec leucorrhées jaunâtres abondantes. L infection est le plus souvent asymptomatique. Rechercher une extension (haut appareil génital). - Dans les deux sexes : o Atteintes anorectales et pharyngées à rechercher systématiquement. o Conjonctivites : exceptionnelles chez l adulte (prévenues systématiquement à la naissance chez le nouveau né par un collyre antibiotique). o Gonococcémie : fièvre, signes cutanés et/ou articulaires BIOLOGIQUE - Prélèvements : méat et urètre chez l homme, urètre, endocol et orifices glandulaires (Skene, Bartholin ) chez la femme ; - Si rapports anogénitaux et buccogénitaux : prélèvement anal et pharyngé. - Examen direct et coloration de Gram - Culture et antibiogramme indispensables 2. DIAGNOSTIC DIFFERENTIEL - Chez l homme : autres causes d urétrite. - Chez la femme : autres causes de leucorrhées

2 Module 7 - Edition Item 95 version 01 du page 2 II. ARGUMENTER L ATTITUDE THERAPEUTIQUE ET PLANIFIER LE SUIVI DU PATIENT PRESENTANT UNE GONOCOCCIE 1. TRAITEMENT ANTIBIOTIQUE - Traitement minute : interrompt rapidement la contagiosité mais inactif sur une syphilis en incubation, ou d autres MST associées, dans les gonococcies généralisées et extra génitales. - Association systématique à un traitement contre une infection à C. trachomatis potentiellement associée. - Antibiothérapie (cf T4, chap 29, E. PILLY, 2004) - Durée de traitement (variable selon la forme clinique) : o uréthrites et cervicovaginites isolées et non compliquées : traitement minute par une dose unique o gonococcie oropharyngée ou rectale : 5 jours. o gonococcémie : ceftriaxone, 1 g par jour, IM ou IV pendant 15 jours. o femmes enceintes : ceftriaxone. 2. TRAITEMENT PROPHYLACTIQUE. - Rapports sexuels protégés jusqu à guérison - Dépistage systématique des autres maladies sexuellement transmissibles (VIH, VHB, Syphilis). - Traitement systématique du(des) partenaire(s). 1. DIAGNOSTIC POSITIF I. DIAGNOSTIQUER UNE CHLAMYDIOSE UROGENITALE 1-1. EPIDEMIOLOGIQUE - personne sexuellement active - forme associée à une autre MST (gonococcie) - partenaire sexuel d une personne avec chlamydiose ou autre MST 1-2. CLINIQUE - Incubation > 8 jours - Chez l homme : urétrite subaiguë le plus souvent. Possibles complications locorégionales. - Chez la femme : cervicite le plus souvent asymptomatique, de découverte systématique, fréquence des complications inaugurales : salpingite, endométrite, douleurs pelviennes chroniques, formes néonatales (femmes enceintes), périhépatite. - Dans les deux sexes : o atteinte pharyngée, anale, conjonctivale. o lymphogranulomatose vénérienne (LGV) : lésion papulo-vésiculeuse unique se transformant en ulcération génitale, superficielle, indolore, non indurée, avec adénopathies inguinales douloureuses évoluant vers la fistulisation. Possibilité de signes généraux associés BIOLOGIQUE - Mise en évidence du germe : o Prélèvements : urètre chez l homme ; urètre, endocol chez la femme ; anus, gorge systématiques si rapports ano-génitaux ou bucco-génitaux ; pus ganglionnaire ou sérosité ulcération génitale dans LGV. o Identification de C. trachomatis : culture cellulaire, ELISA, IF directe, biologie moléculaire. La PCR est réalisable sur les urines du 1 er jet chez l homme. - Sérologie : aucun intérêt dans les infections génitales basses à C. trachomatis. Positive dans la LGV DIAGNOSTIC DIFFERENTIEL - Chez l homme : autres causes d urétrite - Chez la femme : autres causes de leucorrhées. - LGV : autres causes d ulcération génitale

3 Module 7 - Edition Item 95 version 01 du page 3 II. ARGUMENTER L ATTITUDE THERAPEUTIQUE ET PLANIFIER LE SUIVI DU PATIENT PRESENTANT UNE CHLAMYDIOSE UROGENITALE 1. TRAITEMENT ANTIBIOTIQUE - Antibiothérapie efficace : (cf T4, chap 29, E. PILLY, 2004) - durée du traitement (variable selon la forme clinique) : o Urétrite ou cervicovaginite isolée et non compliquée : traitement minute par azithromycine ou traitement d au moins 7 jours par les autres antibiotiques o Formes compliquées ou extragénitales, ou LGV : 3 semaines 2. TRAITEMENT PROPHYLACTIQUE - traitement simultané du(des) partenaire(s). - relations sexuelles protégées jusqu à guérison - dépistage autres IST

4 Module 7 - Edition Item 95 version 01 du page 4 I. DIAGNOSTIQUER UNE SYPHILIS INTRODUCTION - Contamination directe par contact vénérien (chancre, plaques muqueuses, syphilides) sauf : o Syphilis transfusionnelle, exceptionnelle. o Syphilis congénitale o Evolution chronique en quatre phases : primaire (chancre), secondaire (multiviscérale), latente (phase asymptomatique pendant laquelle seul le diagnostic sérologique est possible) et tertiaire (polarisation viscérale). - Neurosyphilis et autres complications viscérales ± tardives font toute la gravité. - Diagnostic microbiologique à la phase précoce et sérologique tout au long de la maladie des le 10 éme jour du chancre. - Traitement par pénicilline ou cyclines (modalités varient selon la forme clinique et le stade évolutif). 1. DIAGNOSTIC POSITIF 1-1. CLINIQUE - Incubation moyenne : trois semaines Syphilis primaire : - ulcération génitale superficielle, indolore, unique, bien limitée, à la surface propre, reposant sur une base indurée. - adénopathie inguinale, uni ou bilatérale, indolore sans péri-adénite Syphilis secondaire - Manifestations cutanées précoces : La roséole - Manifestations cutanées tardives : Les syphilides. - Manifestations muqueuses : plaques muqueuses. - Autres signes cliniques (inconstants) Syphilis tertiaire - En cas de traitement incorrect ou inexistant. - «Gommes» - Localisations viscérales : o Cardiovasculaire o Neurosyphilis 1-2. Biologique Diagnostic direct. - mise en évidence au microscope à fond noir de T. pallidum (sérosité ulcération génitale ou ponction ganglion ou lésions secondaires cutanéo-muqueuses) Serodiagnostic des tréponématoses (cf T1, chap 67, E. PILLY, 2004) - VDRL et TPHA positifs : syphilis ou tréponématose non vénérienne. - VDRL positif et TPHA négatif : réaction faussement positive. - VDRL négatif et TPHA positif : cicatrice sérologique d une tréponématose, syphilis débutante. 2. DIAGNOSTIC DIFFERENTIEL Il varie selon la forme clinique - Syphilis primaire : autres causes d ulcération génitale, d origine infectieuse ou non - Syphilis secondaire : autres causes d exanthème.

5 Module 7 - Edition Item 95 version 01 du page 5 II. ARGUMENTER L ATTITUDE THERAPEUTIQUE ET PLANIFIER LE SUIVI DU PATIENT PRESENTANT UNE SYPHILIS 1. TRAITEMENT ETIOLOGIQUE 1-1. ANTIBIOTIQUES UTILISES : - Pénicilline G retard - Si allergie à la pénicilline : cyclines MODALITES DE TRAITEMENT (cf T2, chap 67, E. PILLY 2004) 1-3. SURVEILLANCE DU TRAITEMENT - Réaction d Herxheimer - Surveillance de la sérologie : VDRL quantitatif 2. TRAITEMENT PROPHYLACTIQUE - Faire l enquête épidémiologique à la recherche de sujets contacts, - Traitement systématique du (des) partenaire(s) - Dépistage des autres IST - Relations sexuelles protégées

6 Module 7 - Edition Item 95 version 01 du page 6 QUIZZ 1. Chez l homme le gonocoque est responsable essentiellement d uréthrites paucisymptomatiques? 2. Le traitement de l uréthrite gonococcique repose essentiellement sur les cyclines en traitement court? 3. Chez la femme l infection uro-génitale à C. trachomatis est le plus souvent asymptomatique? 4. Les formes extragénitales de chlamydiose urogénitale nécessitent un traitement prolongé de plusieurs mois? 5. Le chancre de la syphilis primaire se traduit par une ulcération superficielle, douloureuse, à la surface propre? 6. Les manifestations muqueusesde la syphilis secondaire ne sont pas contagieuses? 7. C est la mise en culture de Treponema pallidum après prélèvement de la lésion qui apporte l argument diagnostic formel? 8. Le traitement de la syphilis primaire repose sur la benzathine-benzyl pénicilline (Extencilline R ), à raison de une IM de 2,4 M UI tous les 14 jours pendant 6 semaines? Se reporter aux items 88 et 89 DOSSIER CLINIQUES POUR EN SAVOIR PLUS E. PILLY 2004 Chapitre 29, p Chapitre 60, p Chapitre 67, p

Item n 95 : Infections sexuellement transmissible

Item n 95 : Infections sexuellement transmissible Généralité Item n 95 : Infections sexuellement transmissible Épidémiologie Les IST : VIH, syphilis, gonococcie, chlamydiose, herpès génitale, VHB, HPV,... FDR : femme, PD, 1 er rapport précoce, partenaires

Plus en détail

Module 7 - Edition Item 95 page 1 Copyright CMIT ITEM N 95 : INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES : GONOCOCCIE, CHLAMYDIOSE, SYPHILIS.

Module 7 - Edition Item 95 page 1 Copyright CMIT ITEM N 95 : INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES : GONOCOCCIE, CHLAMYDIOSE, SYPHILIS. Module 7 - Edition 2008 - Item 95 page 1 ITEM N 95 : INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES : GONOCOCCIE, CHLAMYDIOSE, SYPHILIS. OBJECTIFS TERMINAUX I. Diagnostiquer une gonococcie, une IST à Chlamydia

Plus en détail

Module 7 - Edition Item 89 page 1 Copyright CMIT ITEM N 89 : INFECTIONS GENITALES DE L HOMME. ECOULEMENT URETRAL OBJECTIFS INTRODUCTION

Module 7 - Edition Item 89 page 1 Copyright CMIT ITEM N 89 : INFECTIONS GENITALES DE L HOMME. ECOULEMENT URETRAL OBJECTIFS INTRODUCTION Module 7 - Edition 2006 - Item 89 page 1 ITEM N 89 : INFECTIONS GENITALES DE L HOMME. ECOULEMENT URETRAL OBJECTIFS I. Diagnostiquer une infection génitale de l homme II. Argumenter l attitude thérapeutique

Plus en détail

Item n 95 : Infections sexuellement transmissibles (IST) : gonococcie, chlamydiose, syphilis et Item n 343 : Érosions et ulcérations muqueuses

Item n 95 : Infections sexuellement transmissibles (IST) : gonococcie, chlamydiose, syphilis et Item n 343 : Érosions et ulcérations muqueuses Item n 95 : Infections sexuellement transmissibles (IST) : gonococcie, chlamydiose, syphilis et Item n 343 : Érosions et ulcérations muqueuses Item n 95 : Objectifs terminaux I. Diagnostiquer une gonococcie,

Plus en détail

N. Gonorrhoeae. Françoise Jauréguy Service de Bactériologie, Virologie, Hygiène Hôpital Avicenne, UFR SMBH Paris 13

N. Gonorrhoeae. Françoise Jauréguy Service de Bactériologie, Virologie, Hygiène Hôpital Avicenne, UFR SMBH Paris 13 N. Gonorrhoeae Françoise Jauréguy Service de Bactériologie, Virologie, Hygiène Hôpital Avicenne, UFR SMBH Paris 13 Introduction Agent de la blennorragie, de la gonoccie ou encore gonorrhée Cocci à Gram

Plus en détail

INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES

INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES 18/09/09 Mlle Daumas Infectieux I. Syphilis A. Syphilis primaire B. Syphilis secondaire 1. Manifestations générales C. Syphilis tertiaire 1. Examen direct : 2. Diagnostic

Plus en détail

AEMIP Association des Enseignants de Microbiologie et d Immunologie des Facultés de Pharmacie (www.aemip.fr)

AEMIP Association des Enseignants de Microbiologie et d Immunologie des Facultés de Pharmacie (www.aemip.fr) Fiche SYNDROME AEMIP 2015 Infections sexuellement transmissibles bactériennes Auteurs : Matthieu Eveillard, Anne Doléans-Jordheim, Alban Le Monnier, Nadège Bourgeois-Nicolaos Présentations cliniques et

Plus en détail

Item 95 Maladies sexuellement transmissibles : infections urogénitales à gonocoque et Chlamydia trachomatis (en dehors de la maladie de Nicolas-Favre)

Item 95 Maladies sexuellement transmissibles : infections urogénitales à gonocoque et Chlamydia trachomatis (en dehors de la maladie de Nicolas-Favre) Annales de dermatologie et de vénéréologie (2008) 135S, F59 F63 Disponible en ligne sur www.sciencedirect.com Module 7 : Santé et environnement, maladies transmissibles Item 95 Maladies sexuellement transmissibles

Plus en détail

Dépistage des IST : qui, quand, comment? Dr David Zucman Hôpital Foch

Dépistage des IST : qui, quand, comment? Dr David Zucman Hôpital Foch Dépistage des IST : qui, quand, comment? Dr David Zucman Hôpital Foch Pourquoi dépister les IST? C est quoi les IST, quels sont leurs risques? Les IST sont des infections sexuellement transmissibles Virus:

Plus en détail

Unité Enseignement Mère Enfant Gynéco Uro

Unité Enseignement Mère Enfant Gynéco Uro Unité Enseignement Mère Enfant Gynéco Uro N 158.Infections sexuellement transmissibles (IST) : gonococcies, chlamydioses - Diagnostiquer et traiter une gonococcie, une chlamydiose, - Connaître les principes

Plus en détail

Bulletins des réseaux de surveillance

Bulletins des réseaux de surveillance Données au 31 décembre 2012 L organisation de la surveillance (IST) et les contacts des personnes en charge de cette surveillance sont consultables sur le site de l Institut de veille sanitaire : http://www.invs.sante.fr/dossiers-thematiques/maladies-infectieuses/vih-sida-ist/infectionssexuellement-transmissibles-ist/comment-surveiller-les-ist.

Plus en détail

Recommandations diagnostiques et thérapeutiques pour les Maladies Sexuellement transmissibles

Recommandations diagnostiques et thérapeutiques pour les Maladies Sexuellement transmissibles Recommandations diagnostiques et thérapeutiques pour les Maladies Sexuellement transmissibles Section MST/SIDA de la Société Française de Dermatologie URÉTRITE MASCULINE Ph. Gerhardt, N. Dupin, M. Janier,

Plus en détail

Hospitalier. hors VIH Gonococcie, syphilis, chlamydioses, papillomavirus

Hospitalier. hors VIH Gonococcie, syphilis, chlamydioses, papillomavirus De Sambre Centre Avesnois Hospitalier Infections sexuellement transmissibles ibl (IST) hors VIH Gonococcie, syphilis, chlamydioses, papillomavirus Bibbliographie Maladies infectieuses et tropicales. E.PILLY

Plus en détail

Les IST bactériennes

Les IST bactériennes Les IST bactériennes Pr Ag Med Selim ASLI Service de Microbiologie Hôpital militaire principal d instruction de Tunis Faculté de Pharmacie de Monastir Cas clinique N 1 Femme de 28 ans. Consulte pour leucorrhées

Plus en détail

Généralités. Bactéries à développement intracellulaire obligatoire

Généralités. Bactéries à développement intracellulaire obligatoire Chlamydia Généralités Bactéries à développement intracellulaire obligatoire = > Importance de l hypersensibilité retardée => Nécessité de cultures cellulaires pour les cultiver => Utilisation d antibiotiques

Plus en détail

CAS CLINIQUE. Dr. A. Berriche, Pr. Ag A. Ghoubantini 13/06/2011. Cours du collège de Maladies Infectieuses, Microbiologie et Parasitologie-Mycologie

CAS CLINIQUE. Dr. A. Berriche, Pr. Ag A. Ghoubantini 13/06/2011. Cours du collège de Maladies Infectieuses, Microbiologie et Parasitologie-Mycologie CAS CLINIQUE Dr. A. Berriche, Pr. Ag A. Ghoubantini 13/06/2011 Jeune homme, 33 ans Marié depuis un an Sans antécédents pathologiques Rapports sexuels extraconjugaux non protégés avec des partenaires multiples

Plus en détail

INFECTIONS VAGINALES ET GROSSESSE

INFECTIONS VAGINALES ET GROSSESSE INFECTIONS VAGINALES ET GROSSESSE DIAGNOSTIC DIFFÉRENTIEL leucorrhée physiologique de la femme enceinte: Modifications vaginales PH plus acide Muqueuses violacées Augmentation la sécrétion vaginale et

Plus en détail

VIH/SIDA et autres IST

VIH/SIDA et autres IST VIH/SIDA et autres IST Christine JACOMET Jean Marc ROYE RéIVHAPS www.corevih-auvergne-loire.org VIH/SIDA- Synthèse récente 1/3 des patients non dépistés (soit 50 000 sur 150 000) Environ 7000-8000 nouveaux

Plus en détail

Dépistage des IST chez la femme. Enseignement optionnel «Mère- Enfant» Pr. C. Mathieu Université de Bordeaux Octobre 2016

Dépistage des IST chez la femme. Enseignement optionnel «Mère- Enfant» Pr. C. Mathieu Université de Bordeaux Octobre 2016 Dépistage des IST chez la femme Enseignement optionnel «Mère- Enfant» Pr. C. Mathieu Université de Bordeaux Octobre 2016 IST Chlamydia Trachomatis Gonocoque Mycoplasma genitalium Syphilis Herpès génital

Plus en détail

Actualités sur les infections sexuellement transmissibles

Actualités sur les infections sexuellement transmissibles Actualités sur les infections sexuellement transmissibles Séminaire de formation SFLS - 1 er octobre 2015 Dr Fatima YASSIR-ORIA CIDDIST HEH & Croix Rousse Lyon - Pr Christian CHIDIAC Service de Dermatologie

Plus en détail

TREPONEMA I. LE GENRE TREPONEMA

TREPONEMA I. LE GENRE TREPONEMA SPIROCHÈTES Bactéries de forme hélicoïdale, flexibles et mobiles (flagelles), NON visibles à la coloration de Gram 3 genres principaux - Leptospira : agents de la leptospirose - Treponema : agents de la

Plus en détail

Recommandations diagnostiques et thérapeutiques pour les Maladies Sexuellement transmissibles

Recommandations diagnostiques et thérapeutiques pour les Maladies Sexuellement transmissibles Recommandations diagnostiques et thérapeutiques pour les Maladies Sexuellement transmissibles Section MST/SIDA de la Société Française de Dermatologie INFECTION A CHLAMYDIA TRACHOMATIS N. Dupin, M. Janier,

Plus en détail

Pathologie anale quand évoquer une IST? 7 juin 2012 V Baclet Service universitaire de maladies infectieuses CH DRON CIDDIST Tourcoing

Pathologie anale quand évoquer une IST? 7 juin 2012 V Baclet Service universitaire de maladies infectieuses CH DRON CIDDIST Tourcoing Pathologie anale quand évoquer une IST? 7 juin 2012 V Baclet Service universitaire de maladies infectieuses CH DRON CIDDIST Tourcoing Mr Y 45 ans ATCD d urétrite gonococcique Décrit un prurit anal glaires

Plus en détail

Je me protège contre les infections sexuellement transmissibles

Je me protège contre les infections sexuellement transmissibles Je me protège contre les infections sexuellement transmissibles Docteur Carlo Quarenghi Adresse du site : www.docvadis.fr/carlo-quarenghi Validé par le Comité Scientifique Infectiologie Ces maladies sont

Plus en détail

Le rôle de l IDE dans la prise en charge des IST

Le rôle de l IDE dans la prise en charge des IST Le rôle de l IDE dans la prise en charge des IST (INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES) S. Decock IDE, S. Maesen IDE, Dr V. Baclet Service Universitaire des Maladies Infectieuses et du Voyageur (SUMIV)

Plus en détail

Mises à jour et nouveau contenu prévus pour 2014

Mises à jour et nouveau contenu prévus pour 2014 Mises à jour et nouveau contenu prévus pour 2014 octobre 2014 Lignes directrices canadiennes sur les infections transmissibles Le présent document décrit les principales modifications qui seront apportées

Plus en détail

La syphilis à la Réunion. Ramiandrisoa J, Aubert L, Boidin E, Renault P, D Ortenzio E, Filleul L et toute l équipe de la CIRE

La syphilis à la Réunion. Ramiandrisoa J, Aubert L, Boidin E, Renault P, D Ortenzio E, Filleul L et toute l équipe de la CIRE La syphilis à la Réunion Ramiandrisoa J, Aubert L, Boidin E, Renault P, D Ortenzio E, Filleul L et toute l équipe de la CIRE LA SYPHILIS EN QUELQUES MOTS Infection sexuellement transmissible (IST) due

Plus en détail

Recommandations diagnostiques et thérapeutiques pour les Maladies Sexuellement transmissibles

Recommandations diagnostiques et thérapeutiques pour les Maladies Sexuellement transmissibles Recommandations diagnostiques et thérapeutiques pour les Maladies Sexuellement transmissibles Section MST/SIDA de la Société Française de Dermatologie MST ANORECTALES M. Janier, N. Dupin, C. Derancourt,

Plus en détail

c/. Recherche de Mycoplasma hominis Le diagnostic se fait par culture et titrage de germe A. Ecouvillon pour prélèvement au niveau de l endocol (à

c/. Recherche de Mycoplasma hominis Le diagnostic se fait par culture et titrage de germe A. Ecouvillon pour prélèvement au niveau de l endocol (à c/. Recherche de Mycoplasma hominis Le diagnostic se fait par culture et titrage de germe A. Ecouvillon pour prélèvement au niveau de l endocol (à privilégier) En rouge : extrémité détachable à conserver

Plus en détail

Actualités 2016 sur les recommandations de prise en charge des IST

Actualités 2016 sur les recommandations de prise en charge des IST Actualités 2016 sur les recommandations de prise en charge des IST Isabelle Alcaraz-Morelle Service Universitaire des Maladies Infectieuses et du Voyageur CH Tourcoing 12 mai 2016 Gr IDIST de la SFD Taper

Plus en détail

Quel bilan proposer chez les patients asymptomatiques? 11 avril 2013 V Baclet SUMIV CH Tourcoing

Quel bilan proposer chez les patients asymptomatiques? 11 avril 2013 V Baclet SUMIV CH Tourcoing Quel bilan proposer chez les patients asymptomatiques? 11 avril 2013 V Baclet SUMIV CH Tourcoing Valérie 18 ans Vie sexuelle depuis 1 an et demi Pas de préservatif car «avait confiance» Son nouveau partenaire

Plus en détail

Infections génitales. 24 septembre 2009

Infections génitales. 24 septembre 2009 Infections génitales Infections génitales chez l homme symptomatiques Bas appareil : urétrite Haut appareil prostatite, orchiépididymite Infections / agents Signes cliniques : Urétrite (IST) forme aigue

Plus en détail

Item ECN.PILLY destiné à la consultation, uniquement à usage personnel et pédagogique. Toute reproduction à usage collective est interdite.

Item ECN.PILLY destiné à la consultation, uniquement à usage personnel et pédagogique. Toute reproduction à usage collective est interdite. Item ECN.PILLY destiné à la consultation, uniquement à usage personnel et pédagogique. Toute reproduction à usage collective est interdite. L ouvrage original couleur E.PILLY.ECN 2018 est disponible en

Plus en détail

Recommandations de bonnes pratiques cliniques. Diagnostic, traitement et suivi des uréthrites aiguës de l homme

Recommandations de bonnes pratiques cliniques. Diagnostic, traitement et suivi des uréthrites aiguës de l homme Recommandations de bonnes pratiques cliniques Diagnostic, traitement et suivi des uréthrites aiguës de l homme Comité d Infectiologie de l Association Française d Urologie Cliquez pour modifier le style

Plus en détail

Dr Hervé MAHOUN - Biologiste BIOSAGA d après la présentation du Dr Anne EBEL- Biomnis du 28 janvier 2016

Dr Hervé MAHOUN - Biologiste BIOSAGA d après la présentation du Dr Anne EBEL- Biomnis du 28 janvier 2016 Dr Hervé MAHOUN - Biologiste BIOSAGA d après la présentation du Dr Anne EBEL- Biomnis du 28 janvier 2016 Virus Papillomavirus HPV Herpes simplex virus 1 et 2 HSV Virus de l hépatite B et C Virus de l

Plus en détail

INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES

INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES Cas clinique 1 Mr X, 46 ans Adressé pour bilan de cholestase et cytolyse hépatique inexpliquée + Sd inflammatoire Antécédents = o Traitements = o Alcool = o SF: -

Plus en détail

Table des matières. Introduction 3. - Le patient 4. - Exercice : le germe 5. - Prélèvements biologiques 6. - Exercice 7. - Analyses biologiques 8

Table des matières. Introduction 3. - Le patient 4. - Exercice : le germe 5. - Prélèvements biologiques 6. - Exercice 7. - Analyses biologiques 8 Gonococcie Table des matières Introduction 3 - Le patient 4 - Exercice : le germe 5 - Prélèvements biologiques 6 - Exercice 7 - Analyses biologiques 8 - Exercice 9 - Analyses biologiques 10 - Exercice

Plus en détail

INFECTIONS SEXELLEMENT TRANSMISSIBLES (IST)

INFECTIONS SEXELLEMENT TRANSMISSIBLES (IST) INFECTIONS SEXELLEMENT TRANSMISSIBLES (IST) PLAN Introduction I Etiologies et classification des IST II Mode de contamination III Facteurs favorisants IV Etude clinique : = > TDD : Gonococcie a) - Etiologie

Plus en détail

Données actualisées sur les IST

Données actualisées sur les IST Données actualisées sur les IST Guy La Ruche, Alice Bouyssou, Gilles Delmas, Betty Basselier InVS/DMI/VIC 25 novembre 2 Syphilis récente Réseau de cliniciens (RésIST) Syphilis primaire, secondaire et latente

Plus en détail

Epidémiologie des infections sexuellement transmissibles

Epidémiologie des infections sexuellement transmissibles Epidémiologie des infections sexuellement transmissibles Delphine VIRIOT, Nelly FOURNET, Ndeindo NDEIKOUNDAM, Florence LOT Institut de veille sanitaire, Département des maladies infectieuses 8ème journée

Plus en détail

DU suivi de la femme et régulation des naissances. Dr Rocher-Escriva 107 bis, Avenue Jean Jaurès PESSAC Praticien attaché Service Pr Hocké

DU suivi de la femme et régulation des naissances. Dr Rocher-Escriva 107 bis, Avenue Jean Jaurès PESSAC Praticien attaché Service Pr Hocké DU suivi de la femme et régulation des naissances Dr Rocher-Escriva 107 bis, Avenue Jean Jaurès 33600 PESSAC Praticien attaché Service Pr Hocké Bulletin de Surveillance JANVIER 2011 Neisseria Gonorrhea

Plus en détail

Epidémiologie des infections sexuellement transmissibles (IST) en France

Epidémiologie des infections sexuellement transmissibles (IST) en France Epidémiologie des infections sexuellement transmissibles (IST) en France Anne Gallay, Alice Bouyssou, Betty Basselier, Véronique Goulet Département des maladies infectieuses Unité VIH IST - VHC 19 novembre

Plus en détail

Actualités dans les IST

Actualités dans les IST Actualités dans les IST Nouvelles recommandations thérapeutiques - 22 juin 2017 - Charles CAZANAVE Service des Maladies Infectieuses et Tropicales CHU Bordeaux USC-EA 18 es JNI, 3671 Saint-Malo, Infections

Plus en détail

Epidémiologie des IST en France et en Europe

Epidémiologie des IST en France et en Europe Epidémiologie des IST en France et en Europe Delphine VIRIOT, Nelly FOURNET, Ndeindo NDEIKOUNDAM, Florence LOT Institut de veille sanitaire, Département des maladies infectieuses Journée de lutte contre

Plus en détail

Actualités 2016 sur les recommandations de prise en charge des Infections Sexuellement Transmissibles

Actualités 2016 sur les recommandations de prise en charge des Infections Sexuellement Transmissibles Actualités 2016 sur les recommandations de prise en charge des Infections Sexuellement Transmissibles T Isabelle Alcaraz-Morelle Service Universitaire des Maladies Infectieuses et du Voyageur CH Tourcoing

Plus en détail

Cas cliniques IST adolescents. JM BOHBOT Institut FOURNIER - PARIS

Cas cliniques IST adolescents. JM BOHBOT Institut FOURNIER - PARIS Cas cliniques IST adolescents JM BOHBOT Institut FOURNIER - PARIS Qques chiffres! Nb de partenaires déclarés par les adolescentes de moins de 19 ans : 2.2! En 2010, 90 % des 15-24 ans déclarent avoir utilisé

Plus en détail

CHLAMYDIA Infection bactérienne causée par Chlamydia trachomatis

CHLAMYDIA Infection bactérienne causée par Chlamydia trachomatis CHLAMYDIA Infection bactérienne causée par Chlamydia trachomatis écoulement de l'urètre avec prurit ou douleur urinaire qui apparaît de 2 à 14 jours après le contact infectant. Un important pourcentage

Plus en détail

LA SYPHILIS: QUOI DE NEUF. J.Pouaha, Praticien Hospitalier, Dermatologie, CHR de Metz-Thionville

LA SYPHILIS: QUOI DE NEUF. J.Pouaha, Praticien Hospitalier, Dermatologie, CHR de Metz-Thionville LA SYPHILIS: QUOI DE NEUF J.Pouaha, Praticien Hospitalier, Dermatologie, CHR de Metz-Thionville Syphilis: quoi de neuf? Recommandations de la prise en charge de la syphilis en France Epidémiologie dans

Plus en détail

Recommandations diagnostiques et thérapeutiques pour les Maladies Sexuellement transmissibles

Recommandations diagnostiques et thérapeutiques pour les Maladies Sexuellement transmissibles Recommandations diagnostiques et thérapeutiques pour les Maladies Sexuellement transmissibles Section MST/SIDA de la Société Française de Dermatologie ULCÉRATION GÉNITALE C. Derancourt, M. Janier, N. Dupin,

Plus en détail

GUIDE QUÉBÉCOIS DE DÉPISTAGE DES ITSS, ÉDITION 2006 MISE À JOUR DE JUIN 2017

GUIDE QUÉBÉCOIS DE DÉPISTAGE DES ITSS, ÉDITION 2006 MISE À JOUR DE JUIN 2017 GUIDE QUÉBÉCOIS DE DÉPISTAGE DES ITSS, ÉDITION 2006 MISE À JOUR DE JUIN 2017 PRINCIPALES MODIFICATIONS IMPLIQUANT UN DE PRATIQUE Prélèvements et analyses recommandés en fonction de l infection recherchée

Plus en détail

Item 95 Maladies sexuellement transmissibles : infections urogénitales à gonocoque et Chlamydia trachomatis (en dehors de la maladie de Nicolas-Favre)

Item 95 Maladies sexuellement transmissibles : infections urogénitales à gonocoque et Chlamydia trachomatis (en dehors de la maladie de Nicolas-Favre) Annales de dermatologie et de vénéréologie (2012) 139, A57 A61 Disponible en ligne sur www.sciencedirect.com I. MODULES TRANSDISCIPLINAIRES Module 7 : Santé et environnement, maladies transmissibles Item

Plus en détail

Cocci à Gram négatif. Neisseria meningitidis (méningocoque) Neisseria gonorrhoeae (gonocoque)

Cocci à Gram négatif. Neisseria meningitidis (méningocoque) Neisseria gonorrhoeae (gonocoque) Cocci à Gram négatif Neisseria meningitidis (méningocoque) Neisseria gonorrhoeae (gonocoque) Neisseria meningitidis I Habitat Strictement humain Fragile Gorge «porteurs sains» 1000 cas/france/an 35 %

Plus en détail

LES AUTRES INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES N A T H A L I E A U S S E L E T 1 9 F É V R I E R C H U D I N A N T G O D I N N E

LES AUTRES INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES N A T H A L I E A U S S E L E T 1 9 F É V R I E R C H U D I N A N T G O D I N N E LES AUTRES INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES N A T H A L I E A U S S E L E T 1 9 F É V R I E R 2 0 1 5 C H U D I N A N T G O D I N N E BEAUCOUP D AUTRES PLAN Epidémiologie des IST en Belgique Chlamydia

Plus en détail

Fédération des médecins omnipraticiens du Québec

Fédération des médecins omnipraticiens du Québec Fédération des médecins omnipraticiens du Québec 6 avril 2017 16h15 Plénière Quoi de neuf en ITSS Dr Lucie Deshaies Omnipraticienne CLSC de la Haute-Ville 09 D re Lucie Deshaies Lucie Deshaies, md CIUSSS

Plus en détail

Guide 2013 du Nouveau-Brunswick à l intention des cliniciens pour diagnostiquer et traiter la syphilis

Guide 2013 du Nouveau-Brunswick à l intention des cliniciens pour diagnostiquer et traiter la syphilis Guide 2013 du Nouveau-Brunswick à l intention des cliniciens pour diagnostiquer et traiter la syphilis Ce guide s inspire des Lignes directrices canadiennes sur les infections transmissibles sexuellement

Plus en détail

Dr Hervé MAHOUN - Biologiste BIOSAGA d après la présentation du Dr Anne EBEL-Biomnis du 28 janvier 2016

Dr Hervé MAHOUN - Biologiste BIOSAGA d après la présentation du Dr Anne EBEL-Biomnis du 28 janvier 2016 Dr Hervé MAHOUN - Biologiste BIOSAGA d après la présentation du Dr Anne EBEL-Biomnis du 28 janvier 2016 Virus Papillomavirus : HPV Herpes simplex virus : HSV Virus de l hépatite B : VHB Virus de l immunodéficience

Plus en détail

Situation épidémiologique des infections sexuellement transmissibles en France (Gonoccocies, infection à Chlamydia, syphilis, LGV)

Situation épidémiologique des infections sexuellement transmissibles en France (Gonoccocies, infection à Chlamydia, syphilis, LGV) Situation épidémiologique des infections sexuellement transmissibles en France (Gonoccocies, infection à Chlamydia, syphilis, LGV) Anne Gallay 1, Pascal Chaud 2 1 Unité VIH IST Hépatites (B, C), DMI, Institut

Plus en détail

SYPHILIS En toute bonne «foie»

SYPHILIS En toute bonne «foie» SYPHILIS En toute bonne «foie» B. KUBLER, E. CURLIER, M. ALLIBE, N. BERTRAND, F. BOZON, JF. FAUCHER, L. HUSTACHE MATHIEU, J. LEROY, C. CHIROUZE Service des Maladies Infectieuses CHU Besançon Société de

Plus en détail

INFECTIONS GENITALES HAUTES

INFECTIONS GENITALES HAUTES Rédacteurs : L. GERMAIN, H. GUEYE CHU MARTINIQUE MFME Service Gynécologie Obstétrique INFECTIONS GENITALES HAUTES Vérificateurs : B. SCHAUB Ref : Créé le : 12/03/2015 Version du 29/05/15 Approbateurs :

Plus en détail

«Traité, un séropositif n est plus contagieux» Fin de DO

«Traité, un séropositif n est plus contagieux» Fin de DO Lien VIH-IST IST 2 Syphilis et VIH «La grande vérole» «La flèche empoisonnée de Cupidon» La transmission du VIH est avant tout sexuelle et pas forcément seule Période 1985-1995 : la peur du SIDA Modification

Plus en détail

LES URETRITES SOMMAIRE 1. INTRODUCTION 2. ETIOLOGIE 3. CLINIQUE ET DIAGNOSTIC 4. STRATÉGIE DE PRISE EN CHARGE 5. PRÉVENTION

LES URETRITES SOMMAIRE 1. INTRODUCTION 2. ETIOLOGIE 3. CLINIQUE ET DIAGNOSTIC 4. STRATÉGIE DE PRISE EN CHARGE 5. PRÉVENTION Département de médecine communautaire de premier recours et des urgences Service de médecine de premier recours LES URETRITES SOMMAIRE 1. INTRODUCTION 2. ETIOLOGIE 3. CLINIQUE ET DIAGNOSTIC 4. STRATÉGIE

Plus en détail

Epidémiologie des IST et réseaux de surveillance

Epidémiologie des IST et réseaux de surveillance Epidémiologie des IST et réseaux de surveillance Charles CAZANAVE Service des Maladies Infectieuses et Tropicales CHU de Bordeaux Introduction - IST = problème majeur de Santé publique. Fréquence en augmentation.

Plus en détail

Les IST en 2014 : diagnostic, suivi, prévention de la transmission et des complications à long terme

Les IST en 2014 : diagnostic, suivi, prévention de la transmission et des complications à long terme Les IST en 2014 : diagnostic, suivi, prévention de la transmission et des complications à long terme Marseille 05 Novembre 2014 Anne Ebel-Biomnis Ivry sur Seine ACNBH 43 ème Colloque National des Biologistes

Plus en détail

séminaire IST-Swissfamilydocs

séminaire IST-Swissfamilydocs séminaire IST State of the ART L Toutous Trellu* & Anca Paschoud** 1 *Service de dermatologie et service des maladies infectieuses ** Chargée d enseignement à la faculté de médecine de Genève 2 Cas 1 Jeune

Plus en détail

VIH. et infections sexuellement transmissibles (IST)

VIH. et infections sexuellement transmissibles (IST) VIH et infections sexuellement transmissibles (IST) Les IST se transmettent principalement lors de rapports sexuels (1). Certaines IST sont répandues dans la population générale et ces dernières années

Plus en détail

UNE DIVISION DE VIH e t i n f e c t i o n s s e x u e l l e m e n t t r a n s m i s s i b l e s ( I S T )

UNE DIVISION DE VIH e t i n f e c t i o n s s e x u e l l e m e n t t r a n s m i s s i b l e s ( I S T ) UNE DIVISION DE VIH e t i n f e c t i o n s s e x u e l l e m e n t t r a n s m i s s i b l e s ( I S T ) Ces dernières années ont été marquées par une recrudescence des IST comme la syphilis, les gonococcies

Plus en détail

JANVIER 2012 TRAITEMENT PHARMACOLOGIQUE SYPHILIS

JANVIER 2012 TRAITEMENT PHARMACOLOGIQUE SYPHILIS JANVIER 2012 TRAITEMENT PHARMACOLOGIQUE ITSS Ce guide d usage optimal est présenté à titre indicatif et ne remplace pas le jugement du praticien. Les recommandations contenues dans ce guide s appliquent

Plus en détail

Item n 89 : Infections génitales de lʼhomme. Uréthrite aiguë

Item n 89 : Infections génitales de lʼhomme. Uréthrite aiguë Item n 89 : Infections génitales de lʼhomme Epidémiologie, physiopathologie Uréthrite aiguë Souvent lié à une IST Germes les plus fréquents : Chlamydia Trachomatis et le Gonocoque Peut se compliquer de

Plus en détail

Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH)

Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH) Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH) * Qu est ce qu une IST? Infection Sexuellement Transmissible

Plus en détail

TRACHOMATIS. Dr VEXIAU-ROBERT Gynécologue

TRACHOMATIS. Dr VEXIAU-ROBERT Gynécologue INFECTIONS àchlamydia TRACHOMATIS Dr VEXIAU-ROBERT Gynécologue EPIDEMIOLOGIE des INFECTIONS à CHLAMYDIAE TRACHOMATIS EN FRANCE Infection àchlamydiae trachomatis urogénitale : La plus fréquente en France

Plus en détail

Recommandations diagnostiques et thérapeutiques pour les Maladies Sexuellement transmissibles

Recommandations diagnostiques et thérapeutiques pour les Maladies Sexuellement transmissibles Recommandations diagnostiques et thérapeutiques pour les Maladies Sexuellement transmissibles Section MST/SIDA de la Société Française de Dermatologie GONOCOCCIE M. Janier, F. Lassau, N. Dupin, F. Bouscarat,

Plus en détail

La syphilis : une MTS «oubliée» mais pas disparue

La syphilis : une MTS «oubliée» mais pas disparue Bulletin de l unité Maladies infectieuses DIRECTION DE LA SANTÉ PUBLIQUE Garder notre monde en santé La syphilis : une MTS «bliée» mais pas disparue L A SYPHILIS, dans ses formes contagieuses, est une

Plus en détail

J'ai peut être une IST,

J'ai peut être une IST, J'ai peut être une IST, Infection Sexuellement Transmissible : que faire? Ces maladies correspondent à des infections transmises au moment des rapports sexuels. Lorsqu elles sont traitées à temps, elles

Plus en détail

La a d onne e c hange g Novembre 2014

La a d onne e c hange g Novembre 2014 Novembre 2014 La donne change IST -Chaque année 500 millions de personnes dans le monde contractent une IST parmi chlamydia, gonocoque, syphilis, trichomonase - 530 millions de personnes atteintes de HSV2-290

Plus en détail

IST. Chaque jour : > 1 million de nouvelle infection. La plupart des IST ne donnent aucun signe

IST. Chaque jour : > 1 million de nouvelle infection. La plupart des IST ne donnent aucun signe NGUYEN NL 06/12/16 IST En 2013 l OMS estimait à 500 millions de personnes infectées par les 4 IST curables (gono, chlam, syp, trich). Si on y ajoute les infection virales : 1,5 milliard personnes infectées

Plus en détail

Maladies Sexuellement. Gretchen Volpe, MD Le 9 Novembre, 2011 Milot, Haiti

Maladies Sexuellement. Gretchen Volpe, MD Le 9 Novembre, 2011 Milot, Haiti Maladies Sexuellement Transmissibles Gretchen Volpe, MD Le 9 Novembre, 2011 Milot, Haiti Esquisse du Cours Urétrite La vaginose bactérienne Approche de l'ulcère génital o VHS o La Syphilis Virus du papillome

Plus en détail

40% Mortalité in utero 20% Mortalité périnatale 20% Séquelles graves Dr Nadjet Benhaddou-Mihoubi

40% Mortalité in utero 20% Mortalité périnatale 20% Séquelles graves Dr Nadjet Benhaddou-Mihoubi la Syphilis congénitale 40% Mortalité in utero 20% Mortalité périnatale 20% Séquelles graves Dr Nadjet Benhaddou-Mihoubi Transmission SYPHILIS ET GROSSESSE Elle est soit directe => par contact cutané ou

Plus en détail

Mise à jour Janvier 2014 Traitement pharmacologique

Mise à jour Janvier 2014 Traitement pharmacologique Mise à jour Janvier 2014 Traitement pharmacologique ITSS Ce guide d usage optimal est présenté à titre indicatif et ne remplace pas le jugement du praticien. Les recommandations contenues dans ce guide

Plus en détail

Ex-Aequo, Sid Aids Migrants et la Plate-Forme Prévention Sida se mobilisent contre la recrudescence des IST. Focus sur la syphilis.

Ex-Aequo, Sid Aids Migrants et la Plate-Forme Prévention Sida se mobilisent contre la recrudescence des IST. Focus sur la syphilis. Communiqué de presse, 30 octobre 2013 Une nouvelle campagne de sensibilisation sur la syphilis ; portée par plusieurs associations de prévention des IST/sida. Création d un nouveau site sur les IST : www.preventionist.org

Plus en détail

Prise en charge précoce IST et VIH Vaccin HPV. Santé sexuelle. F.J.Timsit CeGIDD Hôpital St Louis Paris

Prise en charge précoce IST et VIH Vaccin HPV. Santé sexuelle. F.J.Timsit CeGIDD Hôpital St Louis Paris Prise en charge précoce IST et VIH Vaccin HPV Santé sexuelle F.J.Timsit CeGIDD Hôpital St Louis Paris Prise en charge précoce VIH et IST Double objectif Traiter tôt dans l intérêt du patient Rompre la

Plus en détail

La gonorrhée résistante aux antimicrobiens est présente à l échelle mondiale; on doit s attaquer à cette nouvelle menace pour la santé publique.

La gonorrhée résistante aux antimicrobiens est présente à l échelle mondiale; on doit s attaquer à cette nouvelle menace pour la santé publique. La gonorrhée résistante aux antimicrobiens est présente à l échelle mondiale; on doit s attaquer à cette nouvelle menace pour la santé publique. Neisseria gonorrhoeae peut rapidement acquérir une résistance

Plus en détail

STI réalités. Chlamydia. fsdfs

STI réalités. Chlamydia. fsdfs Chlamydia Par quoi c est causé? La chlamydia est une infection transmissible sexuellement (ITS); elle est causée par une bactérie : la chlamydia trachomatis. Cette ITS est très répandue parmi les adolescent(e)

Plus en détail

DANS LES CeGIDD : MIEUX CIBLER, MIEUX TRAITER

DANS LES CeGIDD : MIEUX CIBLER, MIEUX TRAITER DU DÉPISTAGE AUX TRAITEMENTS DANS LES CeGIDD : MIEUX CIBLER, MIEUX TRAITER Sommaire Recommandations des dépistages p 3 Dépistage du VIH et de la Syphilis p 4 Traitement de la Syphilis p 6 Hépatite B :

Plus en détail

Infection Sexuellement Transmissible en proctologie. Sylvie RAJCA Milad TAOUK DES du 11 Février 2011

Infection Sexuellement Transmissible en proctologie. Sylvie RAJCA Milad TAOUK DES du 11 Février 2011 Infection Sexuellement Transmissible en proctologie Sylvie RAJCA Milad TAOUK DES du 11 Février 2011 Syphilis Primaire: - Chancre anal (ulcération de la marge, latérale, rosée, indurée, peu douloureuse)

Plus en détail

IST : un risque pour le nouveau-né?

IST : un risque pour le nouveau-né? Centre d appui pour la prévention des infections associées aux soins Auvergne Rhône Alpes IST : un risque pour le nouveau-né? 2 ème journée nouveau-né 19 octobre 2017 Dr Pascal FASCIA Introduction Données

Plus en détail

Pr Ag. W. Achour Centre National de greffe de Moelle Osseuse INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES EN DEHORS DU SIDA : CAS CLINIQUE

Pr Ag. W. Achour Centre National de greffe de Moelle Osseuse INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES EN DEHORS DU SIDA : CAS CLINIQUE Pr Ag. W. Achour Centre National de greffe de Moelle Osseuse INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES EN DEHORS DU SIDA : CAS CLINIQUE A la fin juillet 2010, un jeune homme hétérosexuel, d une vingtaine

Plus en détail

Dépistage de l infection à Chlamydia trachomatis

Dépistage de l infection à Chlamydia trachomatis Dépistage de l infection à Chlamydia trachomatis Bertille de Barbeyrac CNR des infections à Chlamydia Laboratoire de Bactériologie Professeur Christiane Bébéar CHU - Bordeaux Caractéristiques de l infection

Plus en détail

Item 158 (Item 89) Infections génitales de l homme. Écoulement urétral EVALUATIONS

Item 158 (Item 89) Infections génitales de l homme. Écoulement urétral EVALUATIONS Item 158 (Item 89) Infections génitales de l homme. Écoulement urétral EVALUATIONS 2014 1 QUESTION 1/5 : Concernant l orchi-épididymite : A - C est une affection souvent sexuellement transmissible chez

Plus en détail

Dr N. AKOUM CHI Elbeuf- Louviers-Val de Reuil Service des Urgences

Dr N. AKOUM CHI Elbeuf- Louviers-Val de Reuil Service des Urgences PREVENTION/DEPISTAGE VIH, HEPATITES VHB VHC, IST LA DONNE CHANGE! Point épidémiologique en France et en Région Mardi 4 Novembre 2014 Dr N. AKOUM CHI Elbeuf- Louviers-Val de Reuil Service des Urgences 1

Plus en détail

Herpès génital et grossesse Faisabilité/intérêt des prélèvements «à l aveugle»

Herpès génital et grossesse Faisabilité/intérêt des prélèvements «à l aveugle» Herpès génital et grossesse Faisabilité/intérêt des prélèvements «à l aveugle» Point de vue du Virologue Marianne COSTE-BUREL, Service de Virologie, CHU NANTES Quelques Chiffres (rapport HAS mai 2016)

Plus en détail

Introduction :qu'est ce qu'une I.S.T? Deuxième partie:pendant l'infection. Troisième partie: ist dans le monde

Introduction :qu'est ce qu'une I.S.T? Deuxième partie:pendant l'infection. Troisième partie: ist dans le monde SOMMAIRE Introduction :qu'est ce qu'une I.S.T? source Première partie: Avant l'infection Deuxième partie:pendant l'infection Troisième partie: ist dans le monde Conclusion Lexique Introduction Une I.S.T

Plus en détail

La gonorrhée résistante aux antimicrobiens est présente à l échelle mondiale; on doit s attaquer à cette nouvelle menace pour la santé publique.

La gonorrhée résistante aux antimicrobiens est présente à l échelle mondiale; on doit s attaquer à cette nouvelle menace pour la santé publique. La gonorrhée résistante aux antimicrobiens est présente à l échelle mondiale; on doit s attaquer à cette nouvelle menace pour la santé publique. Neisseria gonorrhoeae peut rapidement acquérir une résistance

Plus en détail

Dépistage. Nouvelles recommandations Coordination Régionale de lutte contre l infection due au Virus de l Immunodéficience Humaine

Dépistage. Nouvelles recommandations Coordination Régionale de lutte contre l infection due au Virus de l Immunodéficience Humaine Dépistage Nouvelles recommandations 2010 Pr Jean-Marie LANG Président COREVIH Alsace 8 mars 2011 Coordination Régionale de lutte contre l infection due au Virus de l Immunodéficience Humaine Enjeux du

Plus en détail

Les Infections Sexuellement Transmissibles (IST)

Les Infections Sexuellement Transmissibles (IST) Les Infections Sexuellement Transmissibles (IST) Dr Denis FERON CIDDIST (Centre d Information de Dépistage et de Diagnostic des IST) CH Eure-Seine (Vernon) MST-IST même combat La blennorragie gonococcique

Plus en détail