Education populaire et pratiques de professionnalisation

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Education populaire et pratiques de professionnalisation"

Transcription

1 Florence TARDIF BOURGOIN CNAM-Cestes-Promo 20 Diplôme de manager des organismes à vocation sociale et culturelle Document de restitution Education populaire et pratiques de professionnalisation L accompagnement des parcours bénévoles en centre social L exemple de l activité accueil social Responsable d atelier : Christophe Vandernotte 19 septembre 2012 Florence TARDIF BOURGOIN Page 1 12/10/2012

2 INTRODUCTION...P 4 I-De la sociologie du don au métier de bénévole ; les enjeux de la gouvernance dans un contexte social en recomposition...p 11 A-Sociologie du don et engagement bénévole B- Logiques individuelles d engagement et modes de gouvernance C-Le bénévolat comme travail ; la dimension professionnelle de l engagement II-Les logiques de professionnalisation entre reconnaissance individuelle et management institutionnel...p 26 A-Professionnalisation et compétences : des enjeux de définitions B-Voies de professionnalisation et cultures de formation C-Professionnalisation du bénévolat : management et formation III-Le management des bénévoles dans un contexte d éducation populaire ; les pratiques des centres sociaux...p 39 A- Professionnalisation des centres sociaux et éducation populaire (histoire et définitions) B- Education populaire et formation des bénévoles ; le projet de la fédération parisienne (monographie institutionnelle) C- Problématique, hypothèse et finalités de la recherche IV-Professionnalisation et modes de gouvernance : la dialectique Activité/valeurs et ses effets sur les pratiques de l accueil....p 59 A- Le projet centre social entre organisation et mobilisation ; les effets sur les bénévoles B- Professionnalisation des activités et démarche participative ; les mutations de l éducation populaire C- Les pratiques de l accueil social : professionnalisme, lien social et diffusion des valeurs Florence TARDIF BOURGOIN Page 2 12/10/2012

3 V- Les compétences bénévoles dans un contexte de professionnalisation : les dimensions individuelles et collectives de l accompagnement.p 86 A-De la professionnalisation de l accueil à la professionnalisation des bénévoles? B- Accompagnement et intégration des bénévoles : des voies de professionnalisation aux cultures de formation C- La formation au-delà de la professionnalisation ; du projet professionnel au projet de vie VI- Engagements bénévoles et logiques de professionnalisation: du projet institutionnel à la construction d un projet personnel...p 110 A- Motivations et rapports à l engagement : parcours bénévoles à l accueil social B- Les compétences de l accueil : entre logiques institutionnelles et personnelles C- Attentes en terme d accompagnement et de formation : l appui nécessaire de l équipe salariée pour faire évoluer les projets personnels d engagement CONCLUSION GENERALE Du bilan de la recherche à l évolution d un projet personnel de formation P 122 REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES....P 125 ANNEXE I: Le diagramme de l engagement en centre social ANNEXE II : Un cadre légal qui pose les prémisses d une reconnaissance ANNEXE III : La politique de formation professionnelle ANNEXE IV : Histoire des centres sociaux et de leur organisation fédérale ANNEXE V: La charte de la Fédération des Centres sociaux et Socioculturels de France ANNEXE VI : Le dispositif parisien des centres sociaux et socio-culturels ANNEXE VII : L accueil du public en centre social ; fiche formation des bénévoles ANNEXE VIII : Guide d entretien Directeurs ANNEXE IX : Guide d entretien Référents ANNEXE X et Xbis: Guide d entretien et questionnaires Bénévoles Florence TARDIF BOURGOIN Page 3 12/10/2012

4 Les évolutions du bénévolat Alors que les politiques sociales ne répondent pas toujours aux objectifs qu elles s étaient fixées (augmentation des situations de grande exclusion), les associations se font le relais des politiques publiques (animation des quartiers, création de lien social) dans un contexte de désengagement de l Etat. Les pratiques associatives ont l avantage d autoriser plus de liberté et l adhésion à des valeurs qui permet l apprentissage de la solidarité et de la communauté : «L action bénévole produit des valeurs et multiplie les effets de la solidarité nationale, elle lutte contre les fractures sociales et les désaffiliations» 1. Aujourd hui, on dénombre plus de 11 millions de bénévoles associatifs 2. Depuis les dames patronnesses ou les élans de solidarité au sein de la communauté ouvrière, les bénévoles forment aujourd hui un groupe très diversifié tant du point de vue de l âge, du sexe ou de l origine sociale ; le bénévolat des jeunes et des seniors fait l objet d une attention particulière 3. Les actifs et les demandeurs d emploi ont un taux d engagement quasiment identique; le facteur de disponibilité n est donc pas le facteur explicatif dominant. 80% des bénévoles donnent du temps toute l année ; ce sont des bénévoles réguliers. 31% d entre eux le font dans le secteur social. La nouvelle organisation du travail qui incite des citoyens de tous âges et de tous milieux à entrer en bénévolat (retraite, chômage) modifient profondément les profils bénévoles. Le bénévolat est passé dans les mœurs, entre travail, loisir, thérapeutique et engagement. L engagement bénévole répond donc à une pluralité de motivations ; l enquête Insee consacrée à la vie associative 4 montre ainsi que l engagement bénévole repose souvent sur deux motifs principaux, le premier exprime l intérêt tourné vers autrui : faire quelque chose pour les autres ; le second un intérêt porté à soi même : se faire des amis, acquérir des connaissances. Les motivations altruistes cohabitent aujourd hui avec des motivations plus personnelles. Les associations font face aujourd hui à de nouvelles formes d engagement parfois plus distanciées 5 ou plus éphémères (jeunes, chômeurs ). 1 FERRAND-BECHMANN D. Le métier de bénévole Anthropos, P La situation du bénévolat en France en 2010-Enquête France Bénévolat-IFOP-Crédit mutuel-sept Ibid 2. Le taux d engagement augmente très sensiblement dans la tranche d âge des ans alors que l âge du passage à la retraite se situe plutôt vers 58 ans. Le taux d engagement des retraités et préretraités s établit à 51%. Les jeunes qui font du bénévolat recherchent parfois une expérience pour prétendre ensuite à une insertion professionnelle ; ils assument des responsabilités, apprennent d autres modes d organisation. Les jeunes s engagent aussi dans le bénévolat en fonction des usages de leur groupe social. 4 La vie associative en 2002, 12 millions de bénévoles, Insee Première-n 946, février 2004, Michèle Febvre et Lara Muller. 5 Entretien avec J.ION. La news des livres, n 57-juillet Idée développée dans La fin des militants? Editions de l atelier, Florence TARDIF BOURGOIN Page 4 12/10/2012

5 Dans un contexte associatif confronté aux exigences de professionnalisation Les évolutions à l œuvre dans l action publique (révision générale des politiques publiques) modifient l environnement du travail social. Dans un contexte de rationalisation des dépenses publiques, de réduction des financements et face à un cadre réglementaire exigeant (contrôle, évaluation, démarche qualité), les professionnels sont soumis aux contraintes du management et des impératifs gestionnaires. Les acteurs sociaux sont parfois pris entre des logiques institutionnelles (où la commande publique est devenue prégnante) et le système de valeurs qui les porte dans les réponses à apporter aux publics. Les exigences professionnelles auxquelles sont attachées les questions de qualité et d évaluation, préoccupent les structures associatives dans un contexte de concurrence: «un facteur de précarisation plus grande des associations, qui se trouvent en concurrence entre elles pour l accès à toutes les formes de ressources publiques ou privées, au travail bénévole ou à l emploi salarié» 6. Aujourd hui, les bénévoles s engagent dans des actions qui s organisent autour de compétences spécifiques identifiées dans des référentiels ; ces référentiels participent d une logique de professionnalisation à partir de l analyse des activités : déclinaison de compétences attendues à partir desquelles les objectifs de la formation (permettant de les acquérir) se construiront 7. L ajustement des compétences professionnelles aux nouvelles exigences de l action sanitaire et sociale correspond à deux nécessités : «d une part la clarification des fonctions dont peuvent bénéficier les usagers, d autre part la clarification du positionnement des professionnels dans des équipes pluridisciplinaires. Puisque la loi du 2 janvier 2002 a prévu des outils administrant la preuve d une recherche effective du consentement éclairé des usagers, les référentiels sont censés contribuer à l information donnée» 8. Ainsi le rapprochement des dates entre la loi rénovant l action sociale et médico-sociale du 2 janvier et la loi de modernisation sociale du 17 janvier montre une convergence dans les politiques publiques entre la valorisation des droits des usagers et la qualification des professionnels qui apparaît comme l élément majeur de la 6 TCHERNONOG V. «Les grandes évolutions du secteur associatif français» in Recma, n 309, juillet P Orientations nationales pour les formations sociales ; orientations_csts_mars 2011, Ministère des solidarités et de la cohésion sociale. Les politiques sociales se sont développées dans de nouveaux domaines (parentalité, immigration, développement social local) ; pour répondre à ces nouvelles problématiques, les professions sociales traditionnelles se sont entourées d intervenants sociaux aux compétences complémentaires. Cette diversité des acteurs dans le champ du travail social a conduit à repenser les formations sociales afin que les choix s organisent autour d une vision commune et des qualifications pour y répondre ; ainsi s est engagée une réflexion continue sur l adéquation des certifications (Diplômes d Etat) aux besoins sociaux, aux politiques sociales et aux modes d organisation de l action sociale. 8 JAEGER M. «Les référentiels pour la formation des travailleurs sociaux : une affaire d import-export» in Vie sociale n 2/2006. P La loi du 2 janvier 2002 (rénovation de l action sociale) a renforcé les modalités de participation des parties prenantes aux projets d établissements/services et conféré une place très importante aux droits des usagers. Le contexte législatif a renforcé la démocratie participative dans les institutions et structures de l action sociale (notamment par la mise en place des conseils de la vie sociale). 10 La loi de modernisation sociale du 17 janvier 2002 (art ) vient à travers la VAE, reconnaître l association comme une organisation apprenante. L exercice du bénévolat permet ainsi d acquérir des compétences, des savoirs, et de mettre en œuvre des parcours de formation à travers des formes de validation des acquis de l expérience. Florence TARDIF BOURGOIN Page 5 12/10/2012

6 qualité des services rendus aux bénéficiaires. Les exigences de professionnalisation, qui s accroissent pour répondre aux transformations socio-économiques, formalisent donc des compétences sur lesquelles les bénévoles sont attendus et les associations contractualisent de plus en plus. La sélection sur les motivations est souvent très rigoureuse ; sont formulés par ailleurs des objectifs en vue de la qualification des bénévoles. Mais les associations déplorent aussi l absence d une stratégie politique du bénévolat: supervision, formation, partenariat, ainsi qu un déficit de reconnaissance de statut et de couverture sociale 11 ; les lourdeurs administratives et les contraintes réglementaires peuvent impacter les ressorts de l engagement. Ainsi, les associations font régulièrement état d une crise du bénévolat qui correspond en fait à la difficulté de trouver des bénévoles : «Les difficultés tiennent surtout à un problème de formation et de qualification les associations ne parviennent pas à trouver des bénévoles ayant les qualifications et compétences dont elles ont besoin» 12. Les objectifs de qualification vis-à-vis des acteurs associatifs constituent parfois une source de contrainte qui pèse sur la démarche bénévole : «La professionnalisation est partout un processus de différenciation qualitative elle conduit à disqualifier d autres modes d action comme la philanthropie, le militantisme politique, syndical, associatif ou le bénévolat» 13. Comment mesurer alors les risques générés par la professionnalisation sur «la démotivation et la déresponsabilisation qui guettent les bénévoles qui préfèreront parfois réduire leur engagement pour laisser faire ceux qui savent faire et surtout qui sont payés pour le faire» 14. Si les valeurs fondent les motivations des bénévoles à prendre part à un projet collectif, les passerelles entre travail et bénévolat se développent. Dans un contexte économique où l évolution des parcours professionnels et de formation reconnaît l acquisition de compétences hors situation de travail, la VAE 15 rend possible la valorisation d expériences sociales acquises dans des contextes non lucratifs. Ainsi, le bénévolat entre dans le champ du travail dans la mesure où il est perçu comme une expérience professionnelle valorisable dans un contexte salarié. Cette évolution s accompagne d une consolidation du cadre d exercice du bénévolat. 11 FERRAND-BECHMANN D. Le métier de bénévole Anthropos, TCHERNONOG V. «Les grandes évolutions du secteur associatif français» in Recma, n 309, juillet P CHAUVIERE M. Problématiques pour comprendre la transformation des enjeux professionnels dans l action sociale, 2 ème congrès de l AFS- Réseau thématiques : protection sociale, politiques sociales et solidarité. Bordeaux septembre SOUSI G. «La professionnalisation des associations en questions» in Cahier Millénaire 3, n 26-tome1. P Valorisation des Acquis de l Expérience. En 2002, la loi de modernisation sociale concrétise la promotion du bénévolat par la capitalisation de l expérience bénévole sur le marché du travail. Dans le secteur sanitaire et social, la gestion de la VAE a été posée par la circulaire du 9 mars Florence TARDIF BOURGOIN Page 6 12/10/2012

7 Dans un contexte associatif qui s est profondément transformé : évolution des formations sociales, modification des sources de financement, diversification des formes d engagement des enjeux se développent autour de la formation des bénévoles et des liens sous-jacents entretenus avec l idée d une professionnalisation : «La professionnalisation des bénévoles est un des thèmes à l ordre du jour de la formation, en écho à l engagement de la société civile dans la gestion des problèmes de société, en relation avec la place prise par les formations non formelles et la réflexion sur les plus-values éducatives et formatives» 16. Les associations sont confrontées à la problématique du renouvellement de leurs membres dans un contexte où la construction partagée d un projet solide est devenu un critère majeur de reconduction des financements. Le projet associatif devient alors un enjeu de positionnement dans l espace public et se pose la question de la professionnalisation des bénévoles entre défense des valeurs et institutionnalisation des pratiques. Dès lors comment organiser le bénévolat pour l articuler aux logiques professionnelles tout en préservant l engagement libre et l exercice de la démocratie? Comment la dimension technique et professionnalisante peut-elle s articuler à la dimension politique et militante? 17 La professionnalisation des centres sociaux Les centres sociaux sont des associations qui s articulent à l action publique 18 par leurs financements, leurs missions, leurs actions auprès des populations en difficulté (action sociale, insertion ). La qualification des bénévoles répond parfois à des exigences en lien avec le renouvellement du contrat CNAF 19 ; les financeurs attendent parfois que les bénévoles soient formés (mise en place du RSA par exemple). Les centres sociaux visent la promotion sociale ainsi que la capacité de s appuyer sur les savoir-faire de chacun. L Animation globale, principe de référence, permet de comprendre en quoi la formation des bénévoles préoccupe l avenir des centres. Si les centres sociaux ne relèvent pas de la loi , les enjeux de la participation sont l occasion de ré interroger la place des bénévoles «Les centres sociaux reposent sur l idée que les habitants sont compétents 16 SOREL M. Transmission, professionnalisation, identités professionnelles. 17 Étude sur la formation des bénévoles CDVA Avril TCHERNONOG V. «Les grandes évolutions du secteur associatif français» in Recma, n 309, juillet P Caisse Nationale d Allocations Familiales. Le projet centre social est un projet pluriannuel ; il doit préciser les objectifs et les moyens des actions menées ; il stipule aussi les modalités de versement du financement et les modalités de suivi de la mise en œuvre du projet et son évaluation. L agrément repose sur un projet présenté à la commission familles enfance jeunesse de la CAF ; la commission statue sur le projet sur la base des critères retenus pour l attribution de la prestation de service Animation globale. Florence TARDIF BOURGOIN Page 7 12/10/2012

8 pour traiter eux-mêmes les questions relatives à leur vie quotidienne En conséquence, la promotion de l exercice de la citoyenneté locale suppose que la formation et la qualification des acteurs bénévoles soient pensées à la base» 20. J ai choisi de positionner ma recherche sur ces structures de l action sociale qui occupent, depuis leurs origines, une place particulière dans le paysage de l action publique 21, avec une professionnalisation précoce des acteurs en lien avec les premiers diplômes des travailleurs sociaux 22 (notamment celui des assistants sociaux). Face aux valeurs de l éducation populaire Le projet centre social est un projet de développement social qui s appuie sur les valeurs de l éducation populaire (dignité humaine, solidarité, démocratie) définies par la charte fédérale des centres sociaux et socio-culturels de France 23. Dans une logique d éducation populaire, la formation des bénévoles a été pensée très tôt (fin des années 60) en lien avec les mouvements de développement culturel en milieu populaire 24 ; elle est confrontée aujourd hui aux exigences de professionnalisation. L éducation populaire se définit principalement par ses pratiques qui prennent le contre-pied d une culture définie par la classe dominante : «Dans l éducation populaire, éducation veut dire socialisation et apprentissage de la citoyenneté transmission de connaissances et de savoirs, mais ces connaissances-là et ces savoirs-là sont choisis par les personnes qui veulent s éduquer, s élever ou améliorer leurs capacités» 25. Si la place des bénévoles dans les centres sociaux est globalement reconnue et mise en valeur, il subsiste parfois des tensions entre bénévoles et salariés sur la répartition des activités, les modalités d intervention auprès de publics fragilisés, le travail en équipe. Les enjeux de la professionnalisation se posent dans ce contexte : «L éducation populaire a probablement été obligée de sacrifier ses idéaux, justement à cause de ses besoins de professionnalisation. En se professionnalisant, elle a, dans une majorité des cas, accès à des financements, mais cela implique un contrôle Extraits du préambule du texte FOSFORA. voté à l Assemblée générale de juin 1996 au Mans (72). 21 TCHERNONOG V. «Les grandes évolutions du secteur associatif français» in Recma, n 309, juillet P ELOY J. (ss la dir. de) Les centres sociaux : une résolution locale de la question sociale P.U. du Septentrion, P Charte fédérale des centres sociaux et socioculturels de France : Texte adopté par l assemblée générale de la FCSF, juin Ibid 22 ; P FERRAND-BECHMANN D. Education populaire ou éducation impopulaire 26 FERRAND-BECHMANN D. Education populaire ou éducation impopulaire Florence TARDIF BOURGOIN Page 8 12/10/2012

9 Les centres sociaux ont développé une formalisation de l engagement bénévole qui permet de donner un cadre aux questions de formation et de professionnalisation. Par ailleurs, leur organisation fédérale permet de réfléchir aussi à la place des spécificités locales autour d enjeux communs. Plusieurs fédérations ont fait de la question de la qualification des bénévoles leur priorité au cours de ces dernières années, notamment la fédération parisienne sur laquelle va se porter la recherche. Question de départ A partir de l analyse du discours de la fédération parisienne 27 sur la place de la formation des bénévoles, j ai pu identifier un certain nombre de questionnements tant sur les finalités (acquisitions de compétences ou appropriation du projet associatif), qu au niveau des effets sur les relations salariés/bénévoles, des liens formation/professionnalisation, et enfin la place du sujet en formation (motivations, intérêts). Si la formation professionnelle vise l acquisition de compétences en lien avec une activité donnée; l éducation populaire prône plus largement la promotion sociale des individus et leur participation à la vie citoyenne. L articulation formation/professionnalisation est donc au cœur du questionnement retenu; la professionnalisation au stade de la question de départ est entendue au sens le plus large compte-tenu des premiers éléments introductifs : ajustement des compétences professionnelles aux référentiels de l action sociale (logique politique), attentes des associations en matière de recrutement (logique institutionnelle), processus de qualification en vue d une insertion professionnelle (logique individuelle) Comment les centres sociaux accompagnent-ils la professionnalisation de leurs bénévoles au regard des valeurs d éducation populaire qui fondent l origine de leur démarche? 27 Les bénévoles dans les centres sociaux de Paris : de l accueil à la formation- Sept Florence TARDIF BOURGOIN Page 9 12/10/2012

10 Problématique : Les logiques institutionnelles des centres sociaux interrogent la place des bénévoles quant à la reconnaissance de leur implication et des compétences mises en œuvre dans le projet. Si la professionnalisation est d abord une logique politique de gouvernance associative, comment les logiques institutionnelles (dispositifs d accompagnement et de formation) s articulent-elles avec les logiques individuelles d engagement? Hypothèse : Les centres sociaux sont engagés dans des pratiques de professionnalisation diversifiées qui les positionnent de façon différente vis-à-vis de l éducation populaire ; il découle de ces modes de gouvernance différents dispositifs d accueil et de formation. Ces modalités d accompagnement déterminent la place du bénévole dans le projet social ainsi que la reconnaissance de ses compétences. La présentation du public des bénévoles (I) m a d abord permis de comprendre les nouveaux enjeux qui accompagnent la sociologie du don au regard de l évolution des rapports à l engagement ; ainsi que la dimension professionnelle des nouvelles formes du bénévolat. L appréhension des définitions de la professionnalisation (II) m a ensuite permis de constater l importance d une logique institutionnelle qui nécessite de développer une certaine forme de management des ressources bénévoles ; et d en identifier les enjeux dans la démarche des centres sociaux. De cette exploration théorique, articulée avec les premiers constats issus de la pré-enquête (monographie) s est élaborée la problématique permettant de délimiter l objet et la question de recherche. Une fois l hypothèse posée, j ai choisi de centrer la recherche sur l activité accueil en centre social dans trois centres parisiens (III). L analyse des éléments recueillis auprès des directeurs et référents accueil dans les trois centres choisis, au regard de l hypothèse retenue, présente les enjeux et les attentes des structures en matière de professionnalisation en référence aux valeurs de l éducation populaire (IV) ; puis l identification des cultures de formation qui y sont déployées (V). L exploitation des données recueillies auprès des bénévoles (VI) s est ensuite réalisée dans l objectif d identifier les effets des dispositifs sur la reconnaissance de leurs compétences, et plus largement de leur participation. Florence TARDIF BOURGOIN Page 10 12/10/2012

11 I- De la sociologie du don au métier de bénévole ; les enjeux de la gouvernance dans un contexte social en recomposition De l altruisme à la satisfaction personnelle, les raisons d être bénévole sont nombreuses. Les valeurs récurrentes 28 qui accompagnent l engagement bénévole sont le besoin d utilité, d efficacité et de proximité. Mais derrière chaque bénévole, se trouve un désir de reconnaissance (A) qui peut s inscrire dans des stratégies identitaires en lien avec les mutations socio-économiques (insertion, lien social). L évolution des formes d engagement interroge les modes de coopération et de gouvernance associative, dans un cadre légal qui pose les prémisses d une reconnaissance (B) et qui nécessite d identifier les enjeux de la dimension professionnelle du bénévolat (C). A-Sociologie du don et engagement bénévole Socialisation, quête de sens, prise de responsabilité ; ces motivations tiennent souvent aux normes sociales qui influent sur le comportement des acteurs. Le classement des activités bénévoles peut se faire dans le rapport aux services rendus par les professionnels : tantôt complémentaires, alternatifs ou supplémentaires ; mais l engagement des bénévoles varie surtout en intensité selon la revendication politique ou sociale qu ils donnent à leurs actions. 1-Don, altruisme et solidarité La sociologie du don accompagne l acte bénévole. La théorie du don/contre don 29 en restituant la dimension affective des échanges sociaux (fierté, sympathie, gratitude) suppose trois actions indissociables : donner, recevoir et rendre, qui ensemble créent des liens, qui eux-mêmes permettent la circulation des biens 30. Pour D.F. BECHMANN 31, le don est une action normalisée et socialisatrice qui peut perdre son caractère volontaire quand il est encouragé (vision de société). En effet, si le don s oppose à l échange marchand, on le calcule et on le mesure ; il n est pas obligatoire mais il est intrinsèque à notre fonctionnement social. Si l acte bénévole s inscrit dans une forme de don, ses caractéristiques multiples nécessitent 28 La situation du bénévolat en France en 2010-Enquête France Bénévolat-IFOP-Crédit mutuel-sept Théorie développée par M.MAUSS dans «Essai sur le don. Forme et raison de l'échange dans les sociétés archaïques», in Année sociologique BASTIEN J. «Donner et prendre. La coopération en entreprise», Revue du MAUSS permanente, 9 octobre 2009 [en ligne]. 31 FERRAND-BECHMANN D. Le métier de bénévole Anthropos, Florence TARDIF BOURGOIN Page 11 12/10/2012

12 de l inscrire dans une vision plus globale du lien social. Ainsi, le bénévolat n est pas toujours associé à un engagement fort : «Certains bénévoles donnent du temps sans vraiment choisir le lieu ni l objectif de leurs actions Beaucoup rentrent progressivement dans l engagement associatif Ils commencent par agir sur un problème particulier et ponctuel avant d avoir une démarche plus globale et visant le changement social» 32. L auteur distingue par ailleurs le bénévolat des dons privés (spontanés et volontaires) qui ont parfois des caractéristiques identiques à celles de la solidarité nationale. Le bénévolat se distingue de ces pratiques par son caractère solidaire et altruiste. Si le bénévole reçoit une contrepartie symbolique de l ordre de la satisfaction personnelle, à la différence du don privé, le don de temps bénévole contribue efficacement à l action sociale en la dynamisant. Le rôle des associations est ainsi devenue incontournable dans une société démocratique à la fois pour les bénéficiaires et les donataires. Le bénévolat est ainsi souvent valorisé par les sociétés qui en ont compris les effets positifs sur les personnes aidées, mais aussi sur les associations et les administrations qui ne peuvent plus faire face à toutes les demandes sociales. Les bénéfices pour les qualités de la vie et le lien social se font autant sur les bénéficiaires que les bénévoles eux-mêmes. Ainsi J. BOURRIEAU distingue le bénévole celui qui veut bien, qui fait quelque chose sans y être obligé (Dictionnaire Littré 1929) du militant «qui au-delà de la démarche bénévole dans lequel il s inscrit, s engage avec d autres pour une cause. Il y a là à la fois une notion de sens et une notion de collectif» Les logiques d engagement face au désengagement de l Etat : Bénévoles et exclusion Face à l explosion des problèmes sociaux, le bénévole trouve sa place et une citoyenneté ; peu nombreux sont les bénévoles qui agissent sans s intéresser aux motifs ou aux effets de leurs actions. Les bénévoles travaillent pour des valeurs et des idées ; ils deviennent militants quand ils défendent une cause ou partagent le projet social sur lequel ils s engagent : «Agir et revendiquer vont de pair parce que le bénévolat est un lieu où beaucoup de citoyens découvrent l exclusion et la stigmatisation des personnes qu ils essaient d aider Des bénévoles ont une action politique sans le savoir et sans le dire» 34. Pour D.F. BECHMANN, les bénévoles vont prioritairement vers les secteurs laissés vacants par l Etat et auprès de publics dont les besoins sont bien identifiés (grande exclusion, handicap ) ou non reconnus (sans recours auprès de 32 FERRAND-BECHMANN D. Les bénévoles et leurs associations L Harmattan, P BOURRIEAU J. L éducation populaire réinterrogée L Harmattan, P Ibid 32 ; P 69. Florence TARDIF BOURGOIN Page 12 12/10/2012

13 la solidarité nationale) ; les bénévoles sont donc souvent au service de publics en difficulté. Il s agit alors souvent de donner le maximum dans des secteurs non encore inscrits dans les priorités publiques. Les bénévoles font alors face à des situations de grande exclusion et les rapports entre bénévoles et exclus peuvent s avérer parfois complexes. La connaissance de la situation d exclusion peut aider à avoir une attitude plus empathique qu une trop grande distance. En participant à un nouveau réseau d entraide et d insertion, ils retrouvent aussi une identité par rapport à ceux qui travaillent : «Les bénévoles sont dans plusieurs systèmes d action à la fois, partenaires et acteurs d eux-mêmes et des organisations qui les accueillent» 35. Le bénévolat reste un secteur libre et peu réglementé et l absence de contraintes donne aux bénévoles une capacité d innovation parfois à l origine de leur engagement ; mais la liberté des bénévoles contrarie aussi la vie des associations dont les projets nécessitent des engagements réguliers pour renouveler les financements. Ainsi, les logiques individuelles d engagement s articulent aux logiques de gouvernance associative. B-Logiques individuelles d engagement et modes de gouvernance Les futurs bénévoles deviennent des bénévoles opérationnels qui manifestent aujourd hui des exigences croissantes: «Ils réclament participation et autonomie. Ils souhaitent aussi plus de flexibilité dans le temps qu ils consacrent à l association. Ils négocient les conditions d exercice de leur bénévolat» L engagement distancié et l identité bénévole J. ION propose un modèle actuel d implication: l engagement distancié, un engagement réversible et limité, qui représente une adhésion légère au contraire d une adhésion totale et d un renoncement comme il était de mise dans le militantisme traditionnel. L évolution des formes d engagement nécessite donc de repenser les modalités de la coopération dans la théorie classique du don. La nouvelle figure du militant repose donc sur un investissement (dans une association ou un projet d action sociale) qui ne constitue plus le seul et unique but de sa vie ; l engagement individuel peut prendre plusieurs formes simultanément, au service de causes multiples. L engagement ne s inscrit plus forcément dans un processus 35 FERRAND-BECHMANN D. Le métier de bénévole Anthropos, P HALBA B. Gestion du bénévolat et du volontariat Editions De Boeck Université, P 89. Florence TARDIF BOURGOIN Page 13 12/10/2012

14 d affiliation ; le milieu familial et la tradition idéo-politique sont moins déterminants aujourd hui dans l entrée en engagement. Les collectifs ont moins d emprise sur les individus : «Dans un monde où les identités collectives sont moins affirmées, où les statuts perdent de leur force, l action apparaît davantage qu auparavant comme un moyen important dans les luttes pour la reconnaissance» 37. Ces nouvelles formes de participation sociale donnent au bénévolat des connotations différentes du militant classique. Les motivations personnelles (participation, efficacité, développement personnel) accompagnent aujourd hui les parcours bénévoles, notamment dans la perspective des bénéfices du bénévolat pour l emploi : bénévolat passage obligé pour postuler dans le secteur associatif, acquisition plus générale de compétences utiles pour un emploi, actualisation de qualifications ou accès à des formations 38 Plusieurs typologies de l engagement ont été développées ; elles identifient communément trois positionnements principaux : - Le militant professionnel 39 ou rapport total à l engagement 40 ; - Le militant libéral 41 ou rapport individualiste à l engagement 42 ; - Le bénévole pragmatique 43 ou rapport pragmatiste à l engagement 44. Le premier modèle est marqué par un engagement fidèle à une organisation ; c est l engagement militant traditionnel (syndicalisme notamment). Le deuxième modèle est celui de l individu qui consomme du bénévolat et fait son choix dans une offre multiple avec le désir de développer ses potentialités. Le troisième modèle est celui qui s engage à partir d une expérience personnelle, il place l action en premier en se mobilisant (réseau) autour d une cause qu il cherche à comprendre puis à défendre. Dans une étude menée sur la gouvernance collective en centre social 45, il se détache cinq profils d engagement en fonction des parcours bénévoles (On y retrouve les trois grands modèles identifiés ci-dessus : militant, individuel et pragmatique) : 37 Entretien avec J. ION. La news des livres, n 57-juillet Idée développée dans La fin des militants? Editions de l atelier, HALBA B. Gestion du bénévolat et du volontariat Editions De Boeck Université, P MARTINOT-LAGARDE P. et HERIARD DUBREUIL B. «De nouvelles formes d engagement» in Ceras, revue Projet n 305, juillet PEREIRA I. «Individualité et rapports à l engagement militant» in Interrogations? Revue pluridisciplinaire en sciences de l homme et de la société. N 5. Déc Ibid Ibid Ibid Ibid Les conditions de la coopération bénévoles/salariés pour une gouvernance collective, Fédération des centres sociaux et socioculturels de Bretagne et CDVA, janvier Florence TARDIF BOURGOIN Page 14 12/10/2012

15 - Une logique militante axée sur la promotion des valeurs ; - Une logique du don: prendre part à une cause et s enrichir au contact des autres ; - Une logique individuelle de relation : échapper à la solitude; - Une logique d action : pallier à une organisation sociale défaillante ; - Une logique d action sociale : satisfaire les demandes d une population. Dans une perspective qui s intéresse à la question de l identité du bénévole qui s engage, on peut croiser la nature de l engagement vis-à-vis de l histoire personnelle (continuité ou rupture) avec la cause sur laquelle porte l engagement (personnelle ou vis-à-vis de la communauté) 46. Quatre types d engagement ressortent permettant de comprendre comment le bénévolat s inscrit dans l identité des personnes. Cette typologie met en évidence la diversité des modes de relation entre bénévoles et publics : d une relation individualisée avec un bénéficiaire (accompagnement scolaire ), à celle plus anonyme s adressant à un autrui généralisé (public inconnu : les réfugiés par exemple). Pour D. FERRAND BECHMANN 47, la pratique bénévole se fait donc en fonction des motivations et des valeurs qui animent les bénévoles : combler un vide, acquérir une expérience professionnelle, se rendre utile. L engagement s inscrit alors dans la trajectoire personnelle, dans une dimension de répétition ou de nouveauté au regard des parcours individuels. De la répétition à la réparation, le bon vouloir peut parfois aller à l encontre des objectifs d autonomie/ de soutien poursuivis vis-àvis des publics. Les associations renforcent leurs modalités de recrutement et s attachent à connaître les motivations de ceux qui proposent de s impliquer, notamment lorsqu il s agit de publics en difficulté. 2-Don et coopération; la place des bénévoles dans les modes de gouvernance L évolution des formes d engagement nécessite d identifier les besoins et de prendre en compte les souhaits des personnes qui s engagent. La connaissance des motivations permet d identifier les trajectoires personnelles et d articuler les formes d engagement aux spécificités du projet associatif :«Connaître les motivations, c est, pour l organisation, être en capacité de satisfaire les termes de l échange. En cela, cette connaissance est un acte de gestion» FORTIN A. et GAGNON E. «Les temps du soi. Bénévolat, Identité et éthique» in Recherches sociologiques, XLVIII, FERRAND-BECHMANN D. Le métier de bénévole Anthropos, PUJOL L. Management du bénévolat Ed. Vuibert, P 18. Florence TARDIF BOURGOIN Page 15 12/10/2012

16 N. ALTER 49 retient les enjeux de la coopération dans son analyse des profils en entreprise ; il donne à la sociologie du don de nouvelles perspectives qui s avèrent pertinentes dans le cadre du bénévolat. Il propose de croiser la cible du don (par affinité ou par altruisme) avec la logique dans laquelle il s effectue (don gratuit ou don équilibré). Si la cible du don (individuelle ou altruiste) se rapproche de la typologie précédente, l introduction du contredon (à la place des trajectoires personnelles) permet de mesurer les attentes du bénévole. L attente de coopération (implication) devient le contre-don dans les logiques classiques des échanges sociaux. Les enjeux de coopération salariés/bénévoles occupent une place importante dans l analyse des dynamiques professionnelles en centre social. La fédération des centres sociaux de Bretagne s est penchée sur ces enjeux de coopération entre salariés et bénévoles 50 et a dressé le diagramme de l engagement en centre social 51. Ce schéma croise les éléments de trajectoires personnelles (centrées sur les activités ou le projet) avec les modalités de management collectif qui y répondent. Il permet d évaluer les dynamiques présentes en centre social : «Il restitue les incontournables de l espace centre social ouvert à la diversité et piloté selon des variables d engagement». D un côté les éléments issus des trajectoires personnelles permettent de comprendre les motivations individuelles positionnées entre les activités et le projet ; ces éléments font appel à la diversité des postures d engagement. En face, on trouve les modalités de management correspondantes, permettant un cheminement vers la compréhension du projet, sur un mode plus collectif. Sur les deux portes d entrée possibles dans l action collective: activité et valeurs, les bénévoles comme les salariés s engagent pour des raisons diverses et attendent en contrepartie des modalités d accueil, d accompagnement et d encadrement qui différent selon leurs motivations personnelles. Les enjeux de coopération permettent d interroger la place des bénévoles dans le projet associatif pour lequel ils s engagent. La connaissance des portes d entrée des bénévoles dans l action collective permet d adapter les réponses d accompagnement qui en découlent. Elle encourage aussi à redéfinir le sens de l action et les règles de fonctionnement. En effet, à travers la pratique qu elle propose, une structure produit son contre-don à l égard du bénévole qui donne ; les modes de gouvernance sont donc à identifier : «Pour revenir au mouvement de professionnalisation et à ses évolutions, appelé à produire de nouvelles formes de gouvernance, les structures et les modes de gestion des organisations sont questionnés : comment, dans les associations, concilier le rôle d autorité au travers de la fonction employeur alors que s affirme une 49 ALTER N. Donner et prendre : la coopération en entreprise La Découverte, P Les conditions de la coopération bénévoles/salariés pour une gouvernance collective, Fédération des centres sociaux et socioculturels de Bretagne et CDVA, janvier Voir Annexe I: Le diagramme de l engagement en centre social. Florence TARDIF BOURGOIN Page 16 12/10/2012

17 fonction d ouverture, d accompagnement dans les projets, la prise en compte d une autonomie des groupes pour proposer et agir?» 52. Mais la définition même de la gouvernance est difficile à circonscrire car elle revêt des logiques différentes selon les auteurs et les contextes de sa mise en œuvre. Y. CARIOU 53 distingue une définition classique (R. PEREZ) : «Il est convenu d'appeler gouvernance de l'entreprise l'ensemble du dispositif institutionnel et comportemental concernant ses dirigeants, depuis la structuration de leurs missions et leurs nominations, jusqu'au contrôle de leurs actions et aux décisions de régulation les concernant, au point que l'on a pu définir la gouvernance comme le management du management» 54 ; d une définition humaniste (P. CALAME) : «Le premier objectif de la gouvernance est d apprendre à vivre ensemble et de gérer pacifiquement la maison commune ; d y assurer les conditions de la survie, de la paix de l épanouissement et de l équilibre entre l humanité et la biosphère». Ainsi, à une vision traditionnelle de la gouvernance (caractérisée par une répartition des compétences, par des institutions sectorisées et par des règles) vient se substituer une vision nouvelle où la gouvernance se définit par des objectifs, des principes éthiques et des dispositifs concrets de travail 55. Ces deux modèles qui semblent s opposer s inscrivent pourtant dans une logique commune de négociation/régulation qui vise les modes de coopération et la discussion des modes de management 56. Pour F. ROSTAING, la gouvernance est un processus de coordination d acteurs, de groupes sociaux, d institutions ; en vue d atteindre des buts discutés et définis collectivement 57. La gouvernance permet donc d orienter les conduites ; le management qui en découle est le reflet des modes de coopération construits au préalable. Si la gouvernance est difficile à trouver, l identification des modèles qui structurent son cadre d intervention est nécessaire pour envisager une compréhension des pratiques bénévoles : «Les structures dans leur organisation et leur management proposent des cadres d action et de relations inspirés de modèles qui induisent le développement de comportements, de postures personnelles et relationnelles, de rôles» Les conditions de la coopération bénévoles/salariés pour une gouvernance collective, Fédération des centres sociaux et socioculturels de Bretagne et CDVA, janvier Cours de Y.CARIOU-CNAM- 21 Octobre PEREZ R. «La gouvernance de l entreprise» in Décider, Gérer, Réformer ; les voies de la gouvernance, Sciences Humaines HS n 44 ; Mars, avril mai Idée développé dans La Démocratie en miettes de Pierre Calame. Ed. Charles Léopold Mayer, Descartes. Paris Ibid Cours de F.ROSTAING-CNAM- 14 Mars Ibid 52. Florence TARDIF BOURGOIN Page 17 12/10/2012

18 Les différents modèles d analyse des structures développés par la sociologie des organisations concernent majoritairement l organisation des entreprises 59. Parmi ces méthodes d analyse, R. SAINSAULIEU retient, pour identifier les logiques d organisation à l œuvre dans les associations 60 une complémentarité entre l analyse stratégique (rapports de pouvoir autour des questions d organisation) et l analyse culturelle qui s attache à comprendre la construction des identités collectives en fonction du rapport au travail (investissement, attachement, implication). Dans cette approche, la cartographie des mondes sociaux de l entreprise 61 permet notamment d identifier les logiques d intégration à l œuvre entre la règle fonctionnement bureaucratique et la culture identités/interactions ; et de l équilibre subtil à trouver pour assurer à la structure l accompagnement de sa transformation. «Si l analyse stratégique est reliée à la dimension identitaire du vécu associatif, l organisation pour autrui est confrontée à la recherche de l adhésion de l ensemble de ses acteurs elle est donc amenée à envisager les moyens d entretien d une régulation identitaire, c'est-à-dire une exigence de réalisation personnelle de tous ses membres dans un parcours de cohérence et de maîtrise de leur expérience» 62. Le quadrilatère de H. DESROCHE 63 s inscrit dans cette logique complémentaire en présentant l intérêt d identifier les enjeux organisationnels dans un environnement associatif qui s appuie sur une démarche d adhésion et de participation à un projet commun : «Il faut reconnaître la double spécificité des associations. Elles doivent être pensées par rapport à leur ancrage dans l espace public et en référence au projet commun qui lie leurs membres» 64. Ce modèle d analyse met en évidence un équilibre (Fig. 1) entre le pôle décisionnel (adhérents et administrateurs) et le pôle d exécution (dirigeants et salariés) ; le clivage le plus courant se situant entre ces deux parties (fracture verticale en Fig. 2). La place prise par les nouveaux bénévoles au cours de ces dernières années auraient tendance à réduire l opposition salariés/bénévoles (à la base) : les bénévoles opérationnels se confondent avec les salariés professionnels. La nouvelle ligne de fracture, compte-tenu des évolutions managériales et des contraintes gestionnaires, se situerait plus horizontalement ; entre la base (salariés et bénévoles d activité) et les dirigeants (administrateurs et direction). En Figure 3, la place des 59 L analyse sociotechnique, en s appuyant sur les paramètres de conception de l organisation, permet par exemple d identifier les systèmes de prise de décision. MINTZBERG (1982) montre notamment les degrés de décentralisation qui mettent en évidence les enjeux de pouvoir dans une organisation (logiques verticales et horizontales). L analyse stratégique de CROZIER et FRIEDBERG (1977) permet d identifier les relations entre acteurs basées sur des stratégies déterminées par le système de l organisation (entente, négociation, opposition). 60 LAVILLE J.L. et SAINSAULIEU R. Sociologie de l association, des organisations à l épreuve du changement social Sociologie économique Desclée de Brouwer, Paris, P Développé en 1995 dans Les mondes sociaux de l entreprise. 62 Ibid 60 ; P DESROCHE H. Le projet coopératif Paris, Éditions Ouvrières, KOULYTCHIZKY S. «Le quadrilatère d Henri Desroche revisité» in Recma, n P Cours de Y.CARIOU-CNAM- 21 Octobre ALTER N. et LAVILLE J.L. «La construction des identités au travail» in Sciences humaines n 49, mai 2004 ; rubrique Classiques Renaud Sainsaulieu ( ). Florence TARDIF BOURGOIN Page 18 12/10/2012

19 bénévoles est interrogée quand le projet associatif s appuie davantage sur les activités que sur la vie de la structure. De ce quadrilatère, il est possible de dresser une autre typologie des profils bénévoles à partir d une grille de positionnement 65 qui permet de croiser le lien à la tâche (compétences) et le lien à la structure (engagement); la relation à la tâche permet de distinguer deux profils : le bénévole amateur et le bénévole professionnel. La relation à la structure permet d identifier la nature de l engagement (bénévole citoyen motivé par les valeurs du projet ou bénévole centré sur l activité). Si les définitions de la gouvernance sont multiples, l analyse des moyens de sa mise en œuvre doit permettre d articuler les logiques institutionnelles et individuelles autour des questions de participation et de reconnaissance ; c est ce que préconise l étude de la fédération de Bretagne (voir p14) : «La gouvernance collective se reconnaît par le portage participatif du pouvoir à tous les niveaux d exercice du centre social et des fédérations ; la diversité des modèles en restant cohérent avec les finalités du projet ; des processus qui permettent l élaboration collective de la décision et de l évaluation ; la fondation de l autorité dans une construction démocratique, d intérêt général pour favoriser la gestion collective du pouvoir et de l autorité». Les logiques de coopération doivent par ailleurs s inscrire dans une dimension professionnelle qui se développe aujourd hui autour du bénévolat : «La coopération comme forme renouvelée de gouvernance doit permettre d identifier les conditions du travail assuré entre bénévoles et salariés, administrateurs et dirigeants, dans des politiques d ajustement mutuel et de clarification des places et des rôles» 66. En effet, la diversité des profils bénévoles et notamment le développement d un bénévolat de compétences 65 Cours de Y.CARIOU-CNAM- 21 Octobre Les conditions de la coopération bénévoles/salariés pour une gouvernance collective, Fédération des centres sociaux et socioculturels de Bretagne et CDVA, janvier Florence TARDIF BOURGOIN Page 19 12/10/2012

20 nécessite d articuler les logiques individuelles à la dimension professionnelle dans laquelle le bénévolat s exerce : «les associations attendent des bénévoles un engagement sur des compétences techniques assorti d une capacité à collaborer et à respecter des échéances et des contraintes; les bénévoles sont en droit d attendre un accueil, un soutien, une formation ; les salariés doivent développer des compétences pour apprendre à travailler avec des bénévoles qui attendent aussi parfois de l association de leur faire une place dans le fonctionnement des instances» 67. C-Le bénévolat comme travail : la dimension professionnelle de l engagement Même si le cadre légal pose des éléments de reconnaissance 68 : «La reconnaissance d un statut pour les bénévoles figure au nombre des principales revendications du secteur associatif» 69, la professionnalisation du bénévolat renvoie au développement d une revendication du secteur associatif qui appelle à une reconnaissance de cette pratique sociale ; la dimension professionnelle du bénévolat s inscrit aussi dans ce contexte. 1-Le bénévolat comme travail M. SIMONET-CUSSET montre que les activités bénévoles, qui impliquent le contact étroit avec un public ou des salariés (inscrits dans une division du travail institutionnalisée), leur imposent d inscrire leur engagement dans un cadre formel au sein duquel ils vont chercher leur place : «Les dispositifs d encadrement de la pratique bénévole visent un double objectif : ajuster la distance entre le bénévole et son public et inscrire le bénévole dans une division du travail préétablie» 70. Cette notion d institutionnalisation, qui renvoie à une construction politique, formalise (notamment par le biais des référentiels de compétences) les activités sociales et confère au néo-bénévolat 71 un cadre de fonctionnement qui lui permet de s autonomiser : «Le néobénévolat se dote d un ensemble de prescriptions le gestionnaire du travail bénévole doit être formé à la gestion des ressources humaines ; le bénévole est recruté, sélectionné, soumis à un contrat, voire congédié nous voilà en face d éléments de similitude avec le type bureaucratique moderne dont la configuration d ensemble donne l image d une totalité qui ne dépend que d elle-même». 67 D ELLOY G. «Profession bénévole» in La tribune fonda 186, août P Voir annexe II: Un cadre légal qui pose les prémisses d une reconnaissance. 69 SOUSI G. «La professionnalisation des associations en questions» in Cahier Millénaire 3, n 26-tome1. P SIMONET CUSSET M. «Penser le bénévolat comme travail pour repenser la sociologie du travail» in Revue de l IRES, n 44, 2004/1. P REDJEB B. «Du bénévolat au néo-bénévolat» in Nouvelles pratiques sociales, vol.4, n 2, P Florence TARDIF BOURGOIN Page 20 12/10/2012

Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS

Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS Institut du Travail Social de Tours Cellule VAE Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS Annexe I de l arrêté du 2 août 2006 relatif au Diplôme d État d Ingénierie Sociale

Plus en détail

SAINT JULIEN EN GENEVOIS

SAINT JULIEN EN GENEVOIS SAINT JULIEN EN GENEVOIS PROJET EDUCATIF ENFANCE-JEUNESSE Préambule Le service enfant jeunesse a une mission éducative et de prévention sociale auprès des enfants et des jeunes. (3-18 et jeunes adultes).

Plus en détail

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L éducateur spécialisé, dans le cadre des politiques partenariales de prévention, de protection et d insertion, aide au développement de

Plus en détail

Définir et consolider son projet associatif

Définir et consolider son projet associatif FICHE PRATI QUE Définir et consolider son projet associatif L association se place sous le signe de la liberté : celle de se regrouper pour prendre collectivement une initiative. De l idée à la conception,

Plus en détail

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité 1 Le droit à l éducation est un droit fondamental dans notre société. Cette exigence démocratique d une meilleure formation générale et d un haut niveau de qualification pour tous correspond aux besoins

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DU DIPLÔME D ETAT D INGENIERIE SOCIALE (DEIS) Contexte de l intervention

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DU DIPLÔME D ETAT D INGENIERIE SOCIALE (DEIS) Contexte de l intervention REFERENTIEL PROFESSIONNEL DU DIPLÔME D ETAT D INGENIERIE SOCIALE (DEIS) Contexte de l intervention Les transformations sociales, la territorialisation et la complexité croissante des dispositifs liés aux

Plus en détail

LES PRINCIPES DE LA FORMATION

LES PRINCIPES DE LA FORMATION LES PRINCIPES DE LA FORMATION 1 SOMMAIRE I.L évolution de la législation p 3 II. La formation, un élément essentiel de la mise en œuvre des missions de service public p 3 III. La formation répond à de

Plus en détail

Contrat de ville 2015-2020 - Métropole Rouen Normandie - Contribution écrite de la Caisse d Allocations familiales de Seine martitime

Contrat de ville 2015-2020 - Métropole Rouen Normandie - Contribution écrite de la Caisse d Allocations familiales de Seine martitime Contribution écrite de la Caisse d Allocations Familiales de Seine Maritime La loi n 2014-173 du 21 février 2014 de programmation pour la ville et la cohésion urbaine fixe les principes de la nouvelle

Plus en détail

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES SEILLER EMPLOIV CONSEILLER EMPLOI FORMATION INSERTION REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES FONCTION 1 : INTERVENTION AUPRÈS DES PERSONNES ÉLABORATION DE PROJETS ET ACCOMPAGNEMENT DE PARCOURS D INSERTION

Plus en détail

LE PROJET EDUCATIF GLOBAL D UN CFA DU BTP

LE PROJET EDUCATIF GLOBAL D UN CFA DU BTP Réf. document : AT.PEG.22 LE PROJET EDUCATIF GLOBAL D UN CFA DU BTP Définition d un «Projet éducatif global» Les objectifs du Projet éducatif global d un établissement de formation du BTP représentent

Plus en détail

Glossaire GRH. Il vise à proposer un langage commun, et permet d éviter d éventuels risques de malentendus ou de confusions.

Glossaire GRH. Il vise à proposer un langage commun, et permet d éviter d éventuels risques de malentendus ou de confusions. Ce glossaire a été élaboré dans un souci de clarification des notions et concepts clés communément utilisés en Gestion des Ressources Humaines, et notamment dans le champ de la gestion prévisionnelle des

Plus en détail

L ORIENTATION PROFESSIONNELLE

L ORIENTATION PROFESSIONNELLE Guide pratique MDPH Partie 1 Fiche n IV-2 CNSA - DGEFP Version 1 sept/2008 L ORIENTATION PROFESSIONNELLE Plan : 1. Les principes de l orientation professionnelle... 1 2. Vers quels lieux peut se faire

Plus en détail

Dossier de lecture Fiche de lecture d un site web dédié à la communication sociale : Fédération des Centres Sociaux et socioculturels de France

Dossier de lecture Fiche de lecture d un site web dédié à la communication sociale : Fédération des Centres Sociaux et socioculturels de France Dossier de lecture Fiche de lecture d un site web dédié à la communication sociale : Fédération des Centres Sociaux et socioculturels de France Auteurs : Christelle FOURASTIE Marion GUILLOIS Cours ICL

Plus en détail

S5 - MANAGEMENT. 511 L organisation notion d organisation modèles organisationnels

S5 - MANAGEMENT. 511 L organisation notion d organisation modèles organisationnels S5 - MANAGEMENT Le Management est un élément central de la formation. C est d ailleurs la fonction n 1 du référentiel des activités professionnelles. Il mobilise non seulement des savoirs issus de la psychologie,

Plus en détail

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE 22 mai 2013 Préambule La fédération COORACE a pris connaissance du rapport IGAS-IGF relatif au financement du secteur de l insertion par

Plus en détail

Annexe 1 : Tableau récapitulatif des appels à projets et types d actions par axes, mesures et sous-mesures (Document «Critères de sélection FSE 2012»)

Annexe 1 : Tableau récapitulatif des appels à projets et types d actions par axes, mesures et sous-mesures (Document «Critères de sélection FSE 2012») Annexe 1 : Tableau récapitulatif des appels à projets et types d actions par axes, mesures et sous-mesures (Document «Critères de sélection FSE 2012») Axes / Mesures / Sous-mesures Axe 1 : Contribuer à

Plus en détail

CHARTE ASSOCIATIVE DES MAISONS DE QUARTIER DE REIMS Validée par Assemblée Générale Extraordinaire du jeudi 17 novembre 2011

CHARTE ASSOCIATIVE DES MAISONS DE QUARTIER DE REIMS Validée par Assemblée Générale Extraordinaire du jeudi 17 novembre 2011 CHARTE ASSOCIATIVE DES MAISONS DE QUARTIER DE REIMS Validée par Assemblée Générale Extraordinaire du jeudi 7 novembre 20 «L Association des Maisons de quartier de Reims a pour objet le développement, le

Plus en détail

ANNEXE I Référentiel des activités professionnelles Référentiel de certification

ANNEXE I Référentiel des activités professionnelles Référentiel de certification ANNEXE I Référentiel des activités professionnelles Référentiel de certification Référentiel des activités professionnelles Dans le cadre de l exercice et de la promotion des droits des publics, le titulaire

Plus en détail

Public cible : DRH et Responsables RH. Objectifs visés : jurisprudentielles les plus significatives, impactant la relation au travail.

Public cible : DRH et Responsables RH. Objectifs visés : jurisprudentielles les plus significatives, impactant la relation au travail. Public cible : DRH et Responsables RH. Objectifs visés : Identifier les apports des réformes législatives, règlementaires ainsi que les évolutions jurisprudentielles les plus significatives, impactant

Plus en détail

Contribution du CRFB à la professionnalisation de la fonction RH

Contribution du CRFB à la professionnalisation de la fonction RH Contribution du CRFB à la professionnalisation de la fonction RH 1 Levier essentiel dans le pilotage des grands changements que conduit l Institution, la fonction RH doit, du fait de ce positionnement

Plus en détail

la taille des entreprises

la taille des entreprises 1 Contrat de génération : une mise en œuvre adaptée à la taille des entreprises Si le contrat de génération concerne toutes les entreprises, elles n ont pas toutes les mêmes leviers en matière d emploi,

Plus en détail

ELABORER SON PLAN DE FORMATION GUIDE METHODOLOGIQUE

ELABORER SON PLAN DE FORMATION GUIDE METHODOLOGIQUE ELABORER SON PLAN DE FORMATION GUIDE METHODOLOGIQUE LE PLAN DE FORMATION 2 CONTEXTE L article 7 de la loi de 1984 modifié par l article 7 de la loi du 19 février 2007 stipule que : «Les régions, les départements,

Plus en détail

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat de Technicien de l Intervention Sociale et Familiale

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat de Technicien de l Intervention Sociale et Familiale A R D E Q A F Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat de Technicien de l Intervention Sociale et Familiale 1.1 Définition de la profession et du contexte de l intervention p. 2 1.2 Le référentiel

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AU CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AU CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AU CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL DES DIRECTEURS D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE

Plus en détail

Accompagnement des managers

Accompagnement des managers DIRECTEURS CHEFS DE SERVICE CADRES INTERMÉDIAIRES CADRES DE PROXIMITÉ Accompagnement des managers UN NOUVEAU CONCEPT : LE BINÔME COACH / CONSULTANT RESTONS Z E N Une circulaire du Ministère des Affaires

Plus en détail

ACCORD CADRE DE PARTENARIAT

ACCORD CADRE DE PARTENARIAT ACCORD CADRE DE PARTENARIAT Entre L Association pour la formation professionnelle des adultes ( AFPA) 13 place du Général de Gaulle - 93108 Montreuil Cedex Représentée par : Son directeur général, Philippe

Plus en détail

Formation - VAE TITRES PROFESSIONNELS VAE. Trois nouveaux titres professionnels accessibles par la VAE sont créés

Formation - VAE TITRES PROFESSIONNELS VAE. Trois nouveaux titres professionnels accessibles par la VAE sont créés Formation - VAE TITRES PROFESSIONNELS VAE Trois nouveaux titres professionnels accessibles par la VAE sont créés Arrêtés du 21 et 22 octobre 2003, JO du 08/11/03 Pour rappel les titres professionnels constituent

Plus en détail

DIRECCTE. Édito. La VAE pour les titres professionnels du ministère chargé de l emploi : Enquête sur les retombées professionnelles et personnelles

DIRECCTE. Édito. La VAE pour les titres professionnels du ministère chargé de l emploi : Enquête sur les retombées professionnelles et personnelles aria DIRECCTE A Q U I T A I N E Collection «Études» N 09 Juin 2011 DIRECTION RÉGIONALE DES ENTREPRISES, DE LA CONCURRENCE, DE LA CONSOMMATION, DU TRAVAIL ET DE L EMPLOI SERVICE ÉTUDES, STATISTIQUES, ÉVALUATION

Plus en détail

REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS

REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS Référentiel d activités Le référentiel d activités décline les activités rattachées aux six fonctions exercées par l encadrement

Plus en détail

de formation cycles de formation professionnelle quand les talents grandissent, les collectivités progressent

de formation cycles de formation professionnelle quand les talents grandissent, les collectivités progressent Offre 2013 de formation cycles de formation professionnelle quand les talents grandissent, les collectivités progressent citoyenneté, culture et action éducative cycle de formation professionnelle restauration

Plus en détail

Formation complémentaire à la pédagogie professionnelle destinée aux personnes autorisées à enseigner au Gymnase Selon l art. 46, al.3, let.

Formation complémentaire à la pédagogie professionnelle destinée aux personnes autorisées à enseigner au Gymnase Selon l art. 46, al.3, let. Formation complémentaire à la pédagogie professionnelle destinée aux personnes autorisées à enseigner au Gymnase Selon l art. 46, al.3, let. b, OFPr Filière d études Certificat complémentaire pour la maturité

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX TECHNICIENS DE L INTERVENTION SOCIALE ET FAMILIALE

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX TECHNICIENS DE L INTERVENTION SOCIALE ET FAMILIALE LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX TECHNICIENS DE L INTERVENTION SOCIALE ET FAMILIALE 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL DE TECHNICIEN DE L INTERVENTION SOCIALE ET FAMILIALE 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL

Plus en détail

PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE

PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE Préambule PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE La réussite éducative se définit comme la recherche du développement harmonieux de l enfant et du jeune. Elle est plus large

Plus en détail

PREALABLE : ARCHITECTURE DE LA FORMATION : RESPIRE

PREALABLE : ARCHITECTURE DE LA FORMATION : RESPIRE DE JEPS Animation socio éducative ou culturelle Développement de s, territoires et réseaux Blois 2014 2016 PREALABLE : Cette formation concerne principalement des professionnels occupant des postes de

Plus en détail

REFERENTIEL STRATEGIQUE DES COMPETENCES DU RESPONSABLE DE FORMATION EN ENTREPRISE INTERVENTION DU 13 OCTOBRE DE VERONIQUE RADIGUET GARF (*) FRANCE

REFERENTIEL STRATEGIQUE DES COMPETENCES DU RESPONSABLE DE FORMATION EN ENTREPRISE INTERVENTION DU 13 OCTOBRE DE VERONIQUE RADIGUET GARF (*) FRANCE REFERENTIEL STRATEGIQUE DES COMPETENCES DU RESPONSABLE DE FORMATION EN ENTREPRISE INTERVENTION DU 13 OCTOBRE DE VERONIQUE RADIGUET GARF (*) FRANCE Le monde de la formation est en plein bouleversement,

Plus en détail

Gouvernance et pilotage du Plan Autisme 2013-2016 Suivi de la mise en œuvre du Plan. Proposition commune des associations d usagers

Gouvernance et pilotage du Plan Autisme 2013-2016 Suivi de la mise en œuvre du Plan. Proposition commune des associations d usagers 1 Gouvernance et pilotage du Plan Autisme 2013-2016 Suivi de la mise en œuvre du Plan Proposition commune des associations d usagers (document élaboré sur la base de la note publique rédigée par Saïd Acef)

Plus en détail

L évaluation au CRDI. Version de juillet 2013. Division de la stratégie générale et de l évaluation

L évaluation au CRDI. Version de juillet 2013. Division de la stratégie générale et de l évaluation L évaluation au CRDI Version de juillet 2013 Division de la stratégie générale et de l évaluation La démarche du CRDI en matière d évaluation Le CRDI appuie le recours à la recherche, par les pays en développement,

Plus en détail

Livret de formation. Diplôme d Etat d éducateur spécialisé. Ministère chargé des affaires sociales. Etablissement de formation.

Livret de formation. Diplôme d Etat d éducateur spécialisé. Ministère chargé des affaires sociales. Etablissement de formation. Ministère chargé des affaires sociales Etablissement de formation Nom du candidat Prénoms du candidat Livret de formation Diplôme d Etat d éducateur spécialisé LE PRESENT LIVRET COMPREND 1 Présentation

Plus en détail

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés h fiche pratique des repères pour agir #10 Préparer un accord GPEC dans les entreprises de plus de 50 salariés Octobre 2008 Le souci de se mettre en conformité avec la loi pousse un certain nombre d entreprises

Plus en détail

28.06.2011 Communication Congrès AFS 2011 Grenoble RT 20 Philip Aïdan, Cnam Paris. Une démarche de recherche action dans un service associatif

28.06.2011 Communication Congrès AFS 2011 Grenoble RT 20 Philip Aïdan, Cnam Paris. Une démarche de recherche action dans un service associatif 28.06.2011 Communication Congrès AFS 2011 Grenoble RT 20 Philip Aïdan, Cnam Paris Une démarche de recherche action dans un service associatif 1 I. Le contexte institutionnel du processus d évaluation et

Plus en détail

Par conséquent, l année 2010 a été la dernière année d organisation du dispositif Accompagnement +.

Par conséquent, l année 2010 a été la dernière année d organisation du dispositif Accompagnement +. CIRCULAIRE Agirc 2011-04- DAS Objet : Nouveau partenariat Apec - Agirc Madame, Monsieur le directeur, Depuis 2003, le partenariat Apec - Agirc avait pour objet la mise en place de sessions d accompagnement

Plus en détail

Enjeux et problématiques du soutien à l emploi associatif

Enjeux et problématiques du soutien à l emploi associatif Enjeux et problématiques du soutien à l emploi associatif Support de présentation - Animation n 1 Guide «Structurer une offre territoriale d accompagnement des petites et moyennes associations employeuses»

Plus en détail

Signature du Contrat Enfance Jeunesse. Départemental. Dossier de presse

Signature du Contrat Enfance Jeunesse. Départemental. Dossier de presse M e r c r e d i 1 e r O c t o b r e 2 0 1 4 Dossier de presse Signature du Contrat Enfance Jeunesse Départemental par Solange BERLIER, Vice- Présidente du Conseil général, chargée de la petite enfance,

Plus en détail

La qualité de l emploi dans l économie sociale et solidaire: analyse et enjeux. une enquête en Alsace et en Lorraine

La qualité de l emploi dans l économie sociale et solidaire: analyse et enjeux. une enquête en Alsace et en Lorraine La qualité de l emploi dans l économie sociale et solidaire: analyse et enjeux Les associations et la question de la qualité de l emploi: une enquête en Alsace et en Lorraine Etude réalisée pour la DIIESES

Plus en détail

vendredi 17 et samedi 18 octobre 2014 niort / salle de l acclameur Rendez-vous national innover et entreprendre créer son emploi

vendredi 17 et samedi 18 octobre 2014 niort / salle de l acclameur Rendez-vous national innover et entreprendre créer son emploi vendredi 17 et samedi 18 octobre 2014 niort / salle de l acclameur Rendez-vous national de S l économie ociale & olidaire entrée libre innover et entreprendre créer son emploi FondeR son association epargner

Plus en détail

LETTRE de MISSION d EXPERT sur le PROJET XXXXXXX XXXXX DREIC

LETTRE de MISSION d EXPERT sur le PROJET XXXXXXX XXXXX DREIC o CONVENTION DE PARTENARIAT POUR LA CREATION D UN CENTRE D'EXCELLENCE FRANCO xxxxxxxxxxxx DE FORMATION AUX METIERS DE XXXXXXXXXX LETTRE de MISSION d EXPERT sur le PROJET XXXXXXX XXXXX DREIC A) MISSION

Plus en détail

LA PERFORMANCE DANS LE MEDICO-SOCIAL, ENJEUX, OUTILS, RÔLE DE L ANAP

LA PERFORMANCE DANS LE MEDICO-SOCIAL, ENJEUX, OUTILS, RÔLE DE L ANAP LA PERFORMANCE DANS LE MEDICO-SOCIAL, ENJEUX, OUTILS, RÔLE DE L ANAP Assises de l autonomie 10/06/10 PARIS Agence Nationale d Appui à la Performance des établissements de santé et médico-sociaux L Agence

Plus en détail

Éducation nationale ÉDUCATION NATIONALE 1/8

Éducation nationale ÉDUCATION NATIONALE 1/8 Éducation nationale ÉDUCATION NATIONALE 1/8 ACTION DE LUTTE CONTRE LA DÉSCOLARISATION ET L EXCLUSION Objectifs de l action Accompagner les dispositifs de prévention de la déscolarisation. Mettre en place

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Master SCIENCES DE L EDUCATION STRATÉGIE ET INGÉNIERIE DE FORMATION D ADULTES (SIFA) SCIENCES HUMAINES

Master SCIENCES DE L EDUCATION STRATÉGIE ET INGÉNIERIE DE FORMATION D ADULTES (SIFA) SCIENCES HUMAINES SCIENCES HUMAINES Master SCIENCES DE L EDUCATION STRATÉGIE ET INGÉNIERIE DE FORMATION D ADULTES (SIFA) Objectifs former des spécialistes en ingénierie de formation dans les trois niveaux de cette ingénierie

Plus en détail

SOMMAIRE 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES

SOMMAIRE 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES SOMMAIRE PAGE 5 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE PAGE 6 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES PAGE 7 3. DES AMBITIONS PARTAGEES ET DES OBJECTIFS COMMUNS PAGE 8 4.UN

Plus en détail

Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social CAHIER DES CHARGES DU CONSULTANT

Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social CAHIER DES CHARGES DU CONSULTANT Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social CAHIER DES CHARGES DU CONSULTANT APPUI CONSEIL «GESTION DES AGES» dans le cadre du Contrat de génération Le présent

Plus en détail

CONSEIL INGENIERIE FORMATION MANAGEMENT

CONSEIL INGENIERIE FORMATION MANAGEMENT CONSEIL MANAGEMENT Assurer la responsabilité opérationnelle d une équipe Développer son leadership au sein d une équipe Pratiquer la délégation Conduire une réunion Conduire un entretien individuel-professionnel

Plus en détail

L ENTRETIEN 4PROFESSIONNEL

L ENTRETIEN 4PROFESSIONNEL L ENTRETIEN 4PROFESSIONNEL Décembre 2008 Sommaire 4 4 5 1. Qu est ce que l entretien professionnel? 1.1 L entretien professionnel : un dispositif conventionnel 1.2 Un outil au service de l évolution professionnelle

Plus en détail

PLAN D ACTION RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS

PLAN D ACTION RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS PLAN D ACTION RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS becret OGER INTERNATIONAL [Sélectionnez la date] Service Ressources Humaines OGER INTERNATIONAL Avril 2012 PREAMBULE Constatant que le taux d emploi des 55-64

Plus en détail

L entretien professionnel annuel

L entretien professionnel annuel L entretien professionnel annuel Informations-repères pour la mise en œuvre du décret du 17 septembre 2007 et de l arrêté du 10 avril 2008 portant sur l appréciation de la valeur professionnelle des fonctionnaires

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

CHARTE DES BONNES PRATIQUES

CHARTE DES BONNES PRATIQUES COMITE DES COMITES D ENTREPRISE DU CONSEIL SUPERIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES CHARTE DES BONNES PRATIQUES ETABLIE au nom du Conseil supérieur de l Ordre des Experts-comptables dans le cadre des

Plus en détail

Le système documentaire

Le système documentaire Le système documentaire Sommaire : 3. PRESTATION DE SERVICE A DOMICILE... 4 3.1 : Principes et cadre d intervention... 6 Exemple 1 : Projet de service type d une entité adhérent à ADESSA.... 7 Exemple

Plus en détail

Évaluer pour progresser

Évaluer pour progresser REFERENTIEL Février 2012 FONCTIONNEMENT ASSOCIATIF Évaluer pour progresser LE RÉFÉRENTIEL ASSOCIATIF : MODE D EMPLOI Présentation Pourquoi un référentiel? Le référentiel associatif est destiné aux associations

Plus en détail

Le management du travail

Le management du travail Le management du travail Un modèle de compréhension et d action!! Eléments de cadrage! Actions engagées par le réseau! Et du côtés de la formation des managers (FI et FC)? qui concerne l ensemble de la

Plus en détail

PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011

PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011 H114-8-3 PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011 Adaptation du document La formation à la gestion d un établissement d enseignement, Les orientations et les compétences

Plus en détail

par le Réseau Anact avec le département d ergonomie de l université de Bordeaux

par le Réseau Anact avec le département d ergonomie de l université de Bordeaux Des difficultés à investir le champ des conditions de travail L évolution du monde du travail montre la prégnance des conditions et de l organisation du travail dans le de nouveaux risques. Ces questions

Plus en détail

La fonction communication en collectivité locale

La fonction communication en collectivité locale Enquête Métiers Cap Com - Occurrence 2011 en partenariat avec le 2 ème partie La fonction communication en collectivité locale Organisation, missions, moyens et outils Introduction. Les quelques 4000 communes

Plus en détail

- Référentiel de formation CHSCT -

- Référentiel de formation CHSCT - - Référentiel de formation CHSCT - On peut distinguer quatre grands types de fonctions assurées par les membres des CHSCT : 1) Implication dans la démarche globale de prévention des risques : a) Comprendre

Plus en détail

LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Les dispositifs statutaires de mobilité interne

LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Les dispositifs statutaires de mobilité interne LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE La loi n 2009-972 du 3 août 2009 relative à la mobilité et aux parcours professionnels dans la fonction publique

Plus en détail

Commission des Outils d évaluation pour les Humanités générales et technologiques. Présentation générale des outils

Commission des Outils d évaluation pour les Humanités générales et technologiques. Présentation générale des outils Commission des Outils d évaluation pour les Humanités générales et technologiques Présentation générale des outils 1. Généralités 1.1. Cadre institutionnel Le décret du 24 juillet 1997 sur les missions

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

Présentation des PARTENARIATS possibles entre. L Education Nationale et le Monde Professionnel

Présentation des PARTENARIATS possibles entre. L Education Nationale et le Monde Professionnel 1 G MADELIN 25 Mai 05 Présentation des PARTENARIATS possibles entre L Education Nationale et le Monde Professionnel Les grands débats autour de l école et de la formation professionnelle. La récente loi

Plus en détail

Politique d emploi. des personnes. handicapées : le diagnosticconseil

Politique d emploi. des personnes. handicapées : le diagnosticconseil Politique d emploi des personnes handicapées : le diagnosticconseil Ce document s adresse particulièrement aux établissements, entreprises et groupes de plus de 250 salariés qui souhaitent s engager dans

Plus en détail

Politique de gestion des ressources humaines

Politique de gestion des ressources humaines Politique de gestion des ressources humaines Adopté au conseil d administration le 18 octobre 2005 Résolution numéro 2068 Amendé le 16 avril 2013 par le conseil d administration Résolution numéro 2592

Plus en détail

REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU DE LA MAIRIE DE PARIS

REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU DE LA MAIRIE DE PARIS REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU DE LA MAIRIE DE PARIS V2. 3/23/2011 1 / 7 SOMMAIRE DU REFERENTIEL INTRODUCTION PREAMBULE POURQUOI UN REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU? P.

Plus en détail

DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques

DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques 2328 DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques I ENJEU SOCIAL : UN DEBAT DANS LE CHAMP PROFESSIONNEL Il existe un débat récurrent

Plus en détail

Le projet associatif. Quelques éléments d histoire

Le projet associatif. Quelques éléments d histoire Le projet associatif Quelques éléments d histoire «UNE ASSOCIATION NATIONALE NEE DE LA COOPERATION DE DEUX RESEAUX» Créée le 1 er janvier 2011, la Fédération Addiction est née de la volonté conjointe de

Plus en détail

ENSEIGNEMENT ET FORMATION PROFESSIONNELLE AGRICOLES : ENTRE RÉPONSES AUX BESOINS LOCAUX ET ADAPTATIONS AUX ÉVOLUTIONS INTERNATIONALES

ENSEIGNEMENT ET FORMATION PROFESSIONNELLE AGRICOLES : ENTRE RÉPONSES AUX BESOINS LOCAUX ET ADAPTATIONS AUX ÉVOLUTIONS INTERNATIONALES IX e JOURNÉES D ÉTUDES INGÉNIERIE DES DISPOSITIFS DE FORMATION A L INTERNATIONAL «ENSEIGNEMENT ET FORMATION PROFESSIONNELLE AGRICOLES : ENTRE RÉPONSES AUX BESOINS LOCAUX ET ADAPTATIONS AUX ÉVOLUTIONS INTERNATIONALES»

Plus en détail

Professionnalisation des responsables de secteur 25 jours

Professionnalisation des responsables de secteur 25 jours Professionnalisation des responsables de secteur 25 jours Les responsables occupent un «poste clé» autant dans l organisation et la gestion des activités que dans l animation de leur équipe et la qualité

Plus en détail

Note technique d orientation n 2 : Élaboration d un plan de travail ITIE

Note technique d orientation n 2 : Élaboration d un plan de travail ITIE Cette note technique a été publiée par le Secrétariat international de l ITIE en collaboration avec GIZ (Coopération internationale allemande). L'objectif de cette note est de prodiguer des conseils aux

Plus en détail

POLITIQUE : 5-12 TITRE: POLITIQUE RELATIVE À LA VALORISATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE À LA COMMISSION SCOLAIRE DU LAC-SAINT-JEAN

POLITIQUE : 5-12 TITRE: POLITIQUE RELATIVE À LA VALORISATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE À LA COMMISSION SCOLAIRE DU LAC-SAINT-JEAN POLITIQUE : 5-12 Services éducatifs Entrée en vigueur : 19 avril 2011 (CC110419-10) TITRE: POLITIQUE RELATIVE À LA VALORISATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE À LA COMMISSION SCOLAIRE DU LAC-SAINT-JEAN

Plus en détail

Développer son expertise en tant que Responsable Formation

Développer son expertise en tant que Responsable Formation 1 Développer son expertise en tant que Responsable Formation Environnement et fondamentaux de la formation professionnelle L environnement de la formation professionnelle revêt un caractère de plus en

Plus en détail

La GPEC dans les ARS Un enjeu pour la CFDT Santé-Sociaux

La GPEC dans les ARS Un enjeu pour la CFDT Santé-Sociaux La GPEC dans les ARS Un enjeu pour la CFDT Santé-Sociaux ASSEMBLÉE NATIONALE Suite à l Audition du 20 juillet 2010 de la FÉDÉRATION CFDT SANTÉ-SOCIAUX Représentée par Nathalie CANIEUX, Secrétaire générale

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur :

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur : COMMISION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DE LE METALLURGIE Qualification : Catégorie : C* Dernière modification : 11/09/2008 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Management d équipe(s) autonome(s) I OBJECTIF

Plus en détail

La Qualité de Vie au Travail, Pourquoi aujourd hui? C est quoi? Pour faire quoi? Comment? Jeudi 5 février 2015 Rencontre Prévention - STSM

La Qualité de Vie au Travail, Pourquoi aujourd hui? C est quoi? Pour faire quoi? Comment? Jeudi 5 février 2015 Rencontre Prévention - STSM La Qualité de Vie au Travail, Pourquoi aujourd hui? C est quoi? Pour faire quoi? Comment? Jeudi 5 février 2015 Rencontre Prévention - STSM Organisation générale Une association paritaire Un conseil d administration

Plus en détail

Première édition du Prix Chorum «MUSIQUE ET HANDICAP»

Première édition du Prix Chorum «MUSIQUE ET HANDICAP» Appel à prix - Dépôt des candidatures jusqu au 25 février 2011 «Développer et favoriser des initiatives en vue de faciliter l ouverture des pratiques musicales aux personnes en situation de handicap» «Toute

Plus en détail

Intitulé recruteur : Université Paris Sorbonne Paris 4

Intitulé recruteur : Université Paris Sorbonne Paris 4 Intitulé recruteur : Université Paris Sorbonne Paris 4 Organisme de rattachement : Ministère de l'éducation nationale/ministère de l'enseignement supérieur et de la recherche Date de disponibilité Catégorie

Plus en détail

Pour accompagner vos collaborateurs quittant l entreprise, Apostrof vous propose un mode

Pour accompagner vos collaborateurs quittant l entreprise, Apostrof vous propose un mode Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur L Outplacement Pour accompagner vos collaborateurs quittant l entreprise, Apostrof vous propose un mode d emploi pratique et opérationnel sur l Outplacement

Plus en détail

L'usine du futur : quel travail dans quel modèle économique?

L'usine du futur : quel travail dans quel modèle économique? Conférences ATEMIS L'usine du futur : quel travail dans quel modèle économique? Tommaso Pardi sociologue GERPISA, ENS-Cachan Sandro De Gasparo ergonome ATEMIS ESCP - Paris, le 2 avril 2015 L'usine du futur

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Arrêté du 17 septembre 2012 fixant le cahier des charges du dispositif de formation des personnels de direction

Plus en détail

L éthique en E.M.S. Centre de formation spécialisé dans les secteurs médico-social et sanitaire

L éthique en E.M.S. Centre de formation spécialisé dans les secteurs médico-social et sanitaire L éthique en E.M.S. Centre de formation spécialisé dans les secteurs médico-social et sanitaire Pourquoi l éthique et l exigence éthique dans les établissements? La question de l éthique et de la réflexion

Plus en détail

CYCLE MANAGEMENT DE L INET

CYCLE MANAGEMENT DE L INET CYCLE MANAGEMENT DE L INET Conseiller formation : Anne GERARD Contact inscription : Delphine Marcangeli 03 83 19 22 05 Delphine.marcangeli@cnfpt.fr 1 CYCLE MANAGEMENT DE L INET OBJECTIFS DU CYCLE Ce cycle

Plus en détail

Formation statutaire des personnels d encadrement pédagogique promotion 2015

Formation statutaire des personnels d encadrement pédagogique promotion 2015 Formation statutaire des personnels d encadrement pédagogique promotion 2015 Les 3 objectifs de la formation 1 - La construction des compétences et des capacités qui relèvent du : cœur de métier ; cadre

Plus en détail

Loi d orientation sur les activités physiques et sportives Contribution du Cnajep

Loi d orientation sur les activités physiques et sportives Contribution du Cnajep Loi d orientation sur les activités physiques et sportives Contribution du Le 24 février 2014 Le 5 juillet 2013, Valérie FOURNEYRON, Ministre chargée des Sports, de la Jeunesse, de l Education Populaire

Plus en détail

Expérience des centres de formation de. l U.R.M.A Région Martinique. Chambre de Métiers et de l Artisanat

Expérience des centres de formation de. l U.R.M.A Région Martinique. Chambre de Métiers et de l Artisanat Favoriser l insertion des publics les plus fragilisés Expérience des centres de formation de l U.R.M.A Région Martinique Chambre de Métiers et de l Artisanat Le concept de l URMA des Chambres de Métiers

Plus en détail

SERVICES DE L ÉDUCATION DES ADULTES ET DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE VALORISATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE

SERVICES DE L ÉDUCATION DES ADULTES ET DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE VALORISATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE SERVICES DE L ÉDUCATION DES ADULTES ET DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE VALORISATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE Numéro du document : 0608-14 Adoptée par la résolution : 347 0608 En date du : 17 juin

Plus en détail

Le Formateur en Institut de Formation en Soins Infirmiers

Le Formateur en Institut de Formation en Soins Infirmiers INSTITUT DE FORMATION EN SOINS INFIRMIERS Mission du formateur I.F.S.I. REDACTEUR : Christine BELOEIL : Directeur IFSI DATE : le 21 JANVIER 2005 MIS A JOUR LE 15 SEPTEMBRE 2005 MIS A JOUR LE 31 AOUT 2007

Plus en détail

TABLE RONDE AUEG du 6 FEVRIER 2014 - Vieillissement et Habitat - Comprendre, décider, changer INTERVENTION CARSAT RHONE-ALPES

TABLE RONDE AUEG du 6 FEVRIER 2014 - Vieillissement et Habitat - Comprendre, décider, changer INTERVENTION CARSAT RHONE-ALPES Sous-Direction de l Action Sociale Le 30 janvier 2014 Département PREVENTION, PREPARATION A LA RETRAITE, ETUDES ET PROSPECTIVE MPP/NC G:\DAR\SDAS_DBVRP\3_Etudes_Prospectives\Etudes\Charge_Etude\TABLE RONDE

Plus en détail

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Avertissement Ce référentiel couvre les fonctions des directeurs exerçant dans les établissements du secteur médico-social et social

Plus en détail

FORMATIONS. Europe. Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation

FORMATIONS. Europe. Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation FORMATIONS Europe Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation 1. Démocratie locale, participation des citoyens : enjeux et réponses européens NOUVEAU p.2 2. Europe : actualité et

Plus en détail

PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE

PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE Août 2003 80, rue Paradis 13006 Marseille 04 91 33 39 86 : 04 91 54 15 09 v.c.m@wanadoo.fr CONTEXTE DU DEBAT En premier lieu, il faut procéder à un certain nombres de rappels

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE AU DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES À L INTENTION DES PROFESSEURS ET DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DE SOUTIEN

POLITIQUE RELATIVE AU DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES À L INTENTION DES PROFESSEURS ET DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DE SOUTIEN Recueil de gestion POLITIQUE Code : 1361-00-16 Nombre de pages : 8 POLITIQUE RELATIVE AU DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES À L INTENTION DES PROFESSEURS ET DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DE SOUTIEN

Plus en détail

L achat de formation en 3 étapes :

L achat de formation en 3 étapes : L achat de formation en 3 étapes : 1- La définition du besoin de formation L origine du besoin en formation peut avoir 4 sources : Une évolution des choix stratégiques de l entreprise (nouveau métier,

Plus en détail