Le fait que le praticien consulté ne

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le fait que le praticien consulté ne"

Transcription

1 - N ISSN SOMMAIRE BREF SOCIAL (p. 1-6) Mutuelles : consultations «hors réseau» et remboursement minoré Baisse de 23 % des contrats aidés en 2008 Trois quarts des salariés couverts par un accord salarial sur la période Salaires des gardiens et employés d immeubles au 1 er mai 2010 Points de repère et Express JURISPRUDENCE THÉMA n 69/2010 (p. 1-16) Prise d acte de la rupture et résiliation judiciaire du contrat de travail Ce numéro comporte 24pages dont 2pages de publicité (Actualité et formation) et un Dépliant Matinées-Débats LJA «Droit social début juin 2010» [if_msoc_de_15-10] BREF SOCIAL JURISPRUDENCE Mutuelles : consultations «hors réseau» et remboursement minoré Le fait que le praticien consulté ne soit pas adhérent du réseau de soins mis en place par une mutuelle ne permet pas à cette dernière de minorer le niveau de remboursement des prestations versées à l assuré. Un arrêt de la 2 e chambre civile de la Cour de cassation en date du 18 mars rappelle en effet que les mutuelles et leurs unions ne peuvent instaurer de différences dans le niveau des prestations qu elles servent qu en fonction des cotisations payées ou de la situation de famille des intéressés. Remboursements différenciés hors réseau mutualiste L affaire concerne un assuré de la Mutuelle générale de l Éducation nationale (MGEN), qui s adresse, pour la réalisation de soins dentaires, à un praticien n ayant pas adhéré au protocole d accord conclu entre la mutuelle et la Confédération nationale des syndicats dentaires. Ayant bénéficié d un remboursement de sa mutuelle inférieur à celui applicable aux soins délivrés par les praticiens adhérents, l assuré saisit la juridiction de proximité du 15 e arrondissement de Paris d une demande de remboursement du différentiel, évalué à 976. Il est débouté par jugement du 19 février Le juge de proximité retient que la mise en œuvre de ces deux systèmes de remboursement un système de remboursement plus élevé lorsque le dentiste a adhéré au protocole et un système de moindre remboursement dans le cas contraire n est nullement discriminatoire, dès lors que chacun des deux systèmes peut être librement choisi par le patient et qu il y a égalité entre tous les adhérents à la mutuelle qui choisissent de s adresser soit à un dentiste conventionné, soit à un dentiste non conventionné. Critères légaux de fixation des niveaux de prestations Le jugement est censuré par la 2 e chambre civile de la Cour de cassation, qui applique à la lettre le principe posé à l article L du Code de la mutualité, en vertu duquel les mutuelles et leurs unions ne peuvent instaurer de différences dans le niveau des prestations qu elles servent qu en fonction des cotisations payées ou de la situation de famille des intéressés. Et d en conclure que l application d un protocole d accord fixant des tarifs de remboursement distincts pour un même acte, et dont il résulte une différence dans le niveau des prestations, qui n est fonction ni des cotisations payées ni de la situation de famille des adhérents, est parfaitement contraire à la loi. Solution circonscrite aux mutuelles et leurs unions Cette solution intervient alors que l Autorité de la concurrence a rendu, il y a quelques mois, un avis positif sur le développement des réseaux de soins agréés par les complémentaires santé, en ce qu ils conduisent les praticiens à s engager sur la qualité des services rendus aux assurés, à mettre en place le tiers payant et à respecter une certaine modération tarifaire (Avis du 9 septembre 2009 relatif aux effets sur la concurrence du développement de réseaux de soins agréés). Le principe retenu par la Cour de cassation bouleversera à n en pas douter les pratiques tarifaires des mutuelles dont les partenariats avec les professionnels de santé sont de plus en plus nombreux, notamment par l intermédiaire de sociétés tierces agissant en qualité de plateformes (Santéclair, Itélis, etc.). En revanche, ne sont pas concernés par cette interdiction de moduler les niveaux de remboursement en fonction de l appartenance du praticien au réseau les organismes assureurs qui ne sont pas soumis au Code de la mutualité, à savoir : les sociétés d assurances relevant du Code des assurances; les institutions de prévoyance (IP) relevant du Code de la sécurité sociale. C est pourquoi, dans cette affaire, l avocat de la MGEN avait présenté une question prioritaire de constitutionnalité dans le but de faire déclarer l article L du Code de la mutualité contraire au principe d égalité devant la loi et à l article 6 de la Déclaration des droits de l homme et du citoyen, «en ce que ce texte interdit aux mutuelles d instaurer des différences dans le niveau des prestations en fonction du choix de l assuré de recourir ou non à un praticien adhérent à un protocole de fournitures de soins ou membre d un réseau de soins, dès lors que d autres organismes complémentaires d assurance-maladie ne sont pas soumis à une telle prohibition». Mais, la Cour de cassation n a pas estimé nécessaire d ordonner la réouverture des débats pour qu il soit procédé à l examen de cette question. Cass. civ. 2, 18 mars 2010, n FS-PBR MALADIE Les mutuelles ne peuvent pratiquer des tarifs de remboursement différents, pour un même acte, en fonction du choix de l assuré de recourir ou non à un praticien adhérent du réseau de soins qu elles ont mis en place LIAISONS SOCIALES Quotidien 1

2 EMPLOI ET CHÔMAGE En 2008, la part des jeunes de moins de 26 ans a augmenté de 36 % dans les entrées initiales en CIE RÉMUNÉRATION L Insee dresse le bilan des accords salariaux de 1994 à 2005 ÉTUDES ET RAPPORTS Baisse de 23 % des contrats aidés en 2008 En 2008, le nombre de conventions signées sous l un des quatre contrats aidés du plan de cohésion sociale contrat d accompagnement dans l emploi (CAE) et contrats d avenir (CAV) dans le secteur non marchand, contrat initiative emploi (CIE) et contrat insertion-revenu minimum d activité (CI-RMA) dans le secteur marchand a baissé d environ , soit 23 % par rapport à l année précédente, selon une étude de la Dares. Seulement personnes (embauches initiales et reconductions) ont accédé à un contrat de ce type (contre en 2007), dont en CAE ( 30 %), en CAV ( 12 %), en CIE ( 6 %) et en CI-RMA ( 26 %). Publics concernés En 2008, dans le secteur marchand, les jeunes (moins de 26 ans) représentaient 24,4 % des nouveaux bénéficiaires en contrat aidé. Leur part dans les entrées initiales en CIE s est accrue de 36 % (contre 9 % en 2007) du fait de la suppression, au 1 er janvier 2008, du SEJE, contrat du secteur marchand spécifiquement destiné aux jeunes pas ou peu qualifiés. Ce rajeunissement massif s est effectué aux dépens des personnes d âge médian (entre 26 et 49 ans), dont la part dans les flux d embauche en CIE a été divisée par deux (30 % en 2008 après 60 % en 2007). En revanche, la part dans les entrées initiales des seniors (50 ans et plus) a légèrement progressé, passant de 31,4 % en 2007 à 34,7 % en Les CI-RMA, quant à eux, sont nettement plus fréquents chez les ans (77,5 %) que chez les seniors (16,7 %) et les jeunes (5,8 %). En France, les accords de salaire ont couvert près de 75 % des salariés chaque année au cours de la période allant de 1994 à 2005,selon une étude de l Insee publiée le 31 mars. Les accords de branche ont concerné environ les 2/3 des salariés, Dans le secteur non marchand, la part des seniors embauchés en entrées initiales progresse aussi bien en CAE (20,6 %, contre 15,6 % l an dernier) qu en CAV (14,9 %, contre 13,8 %). Cette hausse s est principalement accomplie au détriment des jeunes, dont la part dans les embauches en CAE est passée de 36 % en 2007 à 32 % en La forte augmentation de la part des jeunes dans les entrées en CIE, rarement éligibles à l allocation de solidarité active (ASS) et souvent exclus du RMI en raison de la limite d âge, a fait passer la part des bénéficiaires de minima sociaux dans les embauches du secteur marchand de 50,7 % en 2007 à 41,8 % en Dans le secteur non marchand,en revanche, les bénéficiaires de minima sociaux ont légèrement augmenté, passant de 40,2 % en 2007 à 42,8 % en S agissant de l accès des personnes handicapées aux contrats aidés, leur proportion dans les entrées en CIE diminue fortement (6 %, contre 16 % en 2007), tandis que dans le secteur non marchand elle progresse légèrement tant pour le CAV (9,5 %, contre 8,4 % en 2007) que pour le CAE (9,4 %, contre 8,2 %). Du recrutement à l accompagnement La Dares analyse le profil des employeurs, la durée des contrats et la formation dispensée. Employeurs. Les associations et les fondations sont restées en 2008 les principaux employeurs du secteur non marchand, avec 47 % des entrées initiales en CAE et 63 % en CAV. Ces derniers ont en revanche alors que les accords d entreprise n en ont couvert que moins du quart. Les facteurs déterminants de la conclusion d accords Si globalement les salariés ont bénéficié sur la période de l étude d une diminué dans l Éducation nationale (14 % en 2008, contre 18 % en 2007). Les recrutements en CAE, quant à eux, ont légèrement baissé chez tous les employeurs, à l exception des autres collectivités territoriales qui ont effectué 3 % des recrutements initiaux (contre 2,5 % en 2007) et des établissements publics d enseignements avec 18,3 % des recrutements (contre 17,3 % en 2007). Au sein du secteur marchand, le secteur tertiaire demeure le principal employeur, avec 70 % des entrées en CI-RMA et 67 % en en CIE. Durée des contrats. Dans le secteur non marchand, la durée moyenne diminue légèrement, à 8,2 mois pour le CAE (contre 8,8 mois en 2007) et 10,8 mois pour le CAV (contre 12,3 mois en 2007). En revanche, la durée des contrats augmente dans le secteur marchand, de 13,7 mois à 17,1 mois pour le CIE et de 47,6 mois à 48 mois pour le CI- RMA. Cependant, 82,9 % des CIE et 52 % des CI-RMA sont des CDI. Formation. Dans le secteur non marchand, 60,1 % des CAE et 87,3 % des CAV prévoient un accompagnement vers l emploi, le plus souvent réalisé en interne (tuteur) et 71,9 % des CAE (contre 65,2 % en 2007) et 87,1 % des CAV (contre 86,6 % en 2007) envisagent une formation, généralement d adaptation au poste. En revanche, dans le secteur marchand, seulement 20,9 % des CIE et 30,1 % des CI-RMA prévoient un accompagnement et respectivement 39 % et 48,1 % une formation. DARES, Premières informations, n 016, mars 2010 Trois quarts des salariés couverts par un accord salarial sur la période large «couverture salariale», l Insee relativise ce constat, en analysant les facteurs «déterminants» de celle-ci. Le secteur. Au niveau de la branche, ce facteur n impacte que faiblement le taux de couverture. En effet, hors l agriculture et la 2 LIAISONS SOCIALES Quotidien

3 pêche, l énergie et les services aux particuliers, secteurs dans lesquels les taux étaient de l ordre de 45 %, le pourcentage de salariés couverts a été très souvent supérieur à 50 % ; les taux de couverture les plus élevés étant observés dans l industrie agroalimentaire (84,1 %), les transports (83,7 %), la construction automobile (82,4 %), les biens d équipement (74,5 %) et l immobilier (72,9 %). Au niveau de l entreprise, si les différences sectorielles ont été plus marquées, la plupart des secteurs où les taux de couverture des accords salariaux de branche se sont révélés élevés ont aussi été ceux où les accords salariaux d entreprise ont été fréquents : automobile (87,2 %), biens d équipement (55,1 %) et biens intermédiaires (50,2 %). L Insee souligne deux exceptions à ce lien de corrélation : la construction et les transports. La taille de l entreprise. Ce facteur est «le déterminant majeur» de la signature d un accord salarial, un effet «pouvant être relié à la présence syndicale dans les entreprises». Ainsi, le taux de couverture est élevé dans les grandes entreprises (40,8 % dans les entreprises de plus de 500 salariés), contre 0,8 % pour les entreprises entre 20 et 50 salariés et 0,1 % pour celles de moins de 20 salariés. Au niveau de la branche, l effet «taille» est moins fort, les taux de couverture étant situés entre 66,4 % pour les entreprises entre 20 et 50 salariés et 66,9 % pour celles de plus de 500. Évolution du smic. L Insee observe également que le pourcentage de salariés employés au voisinage du smic accroît la probabilité que soit signé un accord de salaire au sein des branches mais la réduit dans l entreprise. Plus la proportion de salariés au smic était importante, moins les entreprises ont négocié, les augmentations de salaires étant définies au niveau national pour un grand nombre de leurs salariés. Les autres caractéristiques L étude de l Insee détaille trois autres aspects des négociations salariales. Durée moyenne entre deux accords. Cette donnée, note l Insee, «reflète l obligation pour les entreprises et les branches de négocier chaque année, et il est rare d observer des accords dont les effets perdurent depuis plusieurs années». Ainsi, au sein des branches,la durée moyenne entre deux accords a été de 16 mois. Dans la métallurgie et dans le bâtiment, les intervalles ont respectivement été de 14,5 et 15,5 mois, car, dans ces secteurs, les négociations annuelles de salaire ont été plus régulières. Au niveau des entreprises, cette durée moyenne, supérieure à 18 mois, présente cependant de grandes disparités, qui dépendent notamment de la taille de l entreprise. Dans les entreprises de moins de 100 salariés, cette durée varie entre 36 et 60 mois, «ceci illustrant le fait que les négociations sont conduites de façon plus irrégulière dans ce type d entreprises». Mise en application de l accord. Dans les branches, la durée séparant la date de l accord de sa date effective de mise en place est quasiment toujours inférieure à un an. De ce fait, les accords prennent la plupart du temps effet au cours de l année qui suit leur signature. Pour les entreprises (période couvrant les années 1994 à 2001), plus de 75 % des accords de salaire concernent une seule année, la plupart du temps l année de la signature de l accord. Hausses de salaire négociées. Celles-ci ont été plus fortes dans les branches que dans les entreprises. Ainsi, en moyenne, la progression annuelle des salaires négociés dans les branches a été de l ordre de 2,6 %. Pour les entreprises, si l on prend en compte la moyenne des hausses générales, qui représentent la plus grande partie des accords de salaire négociés, celle-ci a été d environ 1,6 %. INSEE, Économie et statistique n 426, 2009 CONVENTIONS ET ACCORDS DE BRANCHE Salaires des gardiens et employés d immeubles au 1 er mai 2010 Un arrêté, publié au JO du 3 avril, rend obligatoires les montants de salaires minimaux, qui résultent de l avenant 75 à la convention collective nationale des gardiens, concierges et employés d immeubles, à compter du 1 er mai Début de grille à 1365 L avenant, conclu par la partie patronale, la CFDT et la CFTC, le 16 novembre 2009, revalorise au 1 er mai 2010 les deux grilles de salaires minimaux conventionnels. Il augmente aussi le montant de la prime de «tri sélectif». Il est rendu obligatoire par le ministre du Travail, avec une réserve. Celle-ci rappelle les dispositions de l article L du Code du travail, qui prévoient que la négociation annuelle sur les salaires vise également à définir et programmer les mesures permettant de supprimer les écarts entre femmes et hommes avant le 31 décembre Personnel de catégorie A : les six montants de salaires conventionnels passent à 1365 (coefficient 235), (coefficient 255), (coefficient 275), 1412 (coefficient 340), (coefficient 395) et 1630 (coefficient 410). Ces montants correspondent à une durée du travail de 151,57 heures. Personnel de catégorie B : les cinq montants de salaires minimaux conventionnels, en absence de coefficient 235, passent à 1540 (coefficient 255), 1552 (coefficient 275), (coefficient 340), (coefficient 395) et (coefficient 410). Ces montants correspondent à une charge de travail de UV (unités de valeur). Par ailleurs, l avenant 75 actualise les dispositions sur la prime mensuelle due pour la sortie des «poubelles sélectives». Le personnel de catégorie B, chargé d assurer la sortie et la rentrée des poubelles sélectives, perçoit une prime de 0,80 par lot principal, avec un minimum de 16 et un maximum de 128. Avenant 75 étendu du 16 novembre 2009 sur les salaires des gardiens, concierges et employés d immeubles RÉMUNÉRATION Revalorisation des salaires minimaux des gardiens d immeubles LIAISONS SOCIALES Quotidien 3

4 EXPRESS Désindustrialisation de la France : à la demande du groupe socialiste, le Sénat a annoncé, le 1 er avril, la mise en place début mai d une mission d information sur la désindustrialisation des territoires. Cette mission doit «établir un diagnostic précis de l état de la désindustrialisation en France» et «examiner les moyens» d y remédier. Bouclier fiscal : le Sénat examinera, le 20 mai, une proposition de loi du groupe communiste et du parti de gauche (CRC-SPG) visant à abroger le bouclier fiscal, dans le cadre d une séance d initiative parlementaire réservée à ce groupe. Ce même jour, l Assemblée nationale débattra d une proposition de loi identique mais d initiative socialiste dans le cadre d une «niche» du groupe. Régime général : le déficit du régime général s est établi à 20,2 milliards d en 2009, soit 3,2 milliards de moins que prévu dans le dernier budget de la Sécurité sociale, selon des chiffres «quasi définitifs» communiqués le 2 avril par le ministère du Budget. Retraite : 93 % des Français se déclarent défavorables à une diminution du niveau des retraites, selon un sondage Ifop pour Dimanche Ouest-France. 67 % se déclarent également hostiles au recul de l âge de la retraite au-delà de 60 ans et 62 % à un allongement de la durée de cotisation. Les Français sont également largement opposés (74 %) à une augmentation des cotisations sociales. Sécurité sociale : la CFDT a annoncé être favorable à un projet d accord sur le dialogue social avec l Ucanss, comportant la création d observatoires interrégionaux, qui, pour la CFDT, sont «le premier pas d un dialogue social au niveau régional» dans le régime général. Banque : l accord du 16 décembre 2009, relatif à la prévention des incivilités et des violences à l occasion des relations commerciales avec la clientèle, est en cours d extension, l avis préalable étant publié au JO du 3 avril. Points de repère Actualité sociale Réforme du paritarisme : la 3 e séance de la délibération sociale sur la modernisation du paritarisme et son fonctionnement s est tenue le 2 avril, une rencontre qui «a permis d avancer sur la méthode de négociation», a indiqué le Medef. Concernant la préparation d un état des lieux du paritarisme en France, les partenaires sociaux ont convenu de privilégier un travail par domaine et non par institution, Danièle Karniewicz et Bernard Valette (CFE-CGC) ayant toutefois émis quelques réserves. Cinq domaines ont été retenus : l emploi, les conditions de travail, la formation, le logement et la protection sociale. Cinq groupes de travail doivent se réunir avant la prochaine séance de délibération sociale, prévue le 4 mai, pour identifier dans chaque domaine «qui crée le droit applicable et qui gère». La protection sociale pourrait être abordée suivant plusieurs sous-domaines (santé, retraite, dépendance, famille). Selon Pierre Mencès (CFTC), au rythme prévu d une réunion mensuelle, l état des lieux pourrait être achevé au mois de juin, et la négociation proprement dite s engagerait «à l automne». Heures supplémentaires : dans les entreprises de dix salariés ou plus des secteurs concurrentiels, le nombre moyen d heures supplémentaires par salarié à temps complet est de 10,5 heures au 4 e trimestre 2009, en hausse de 5,7 % par rapport au 4 e trimestre 2008 et de 16,7 % par rapport au trimestre précédent, selon une étude de la Dares. Sur un an, ce nombre augmente dans les entreprises de plus de 250 salariés, stagne dans celles de 100 à 249 salariés et diminue dans les entreprises de moins de 100 salariés. Les évolutions diffèrent également selon le secteur d activité des entreprises. Ainsi, le nombre moyen d heures supplémentaires sur un an est marqué par une forte hausse dans le secteur des activités scientifiques et techniques (+ 19,3 %), alors qu il enregistre une baisse d ampleur similaire dans celui de la fabrication d équipements électriques, électroniques, informatiques ( 22,6 %). Incidents de paiement des allocations de chômage : un «incident de procédure de paiement» à BNP Paribas a entraîné le décalage du versement des allocations chômage de quelque demandeurs d emploi dans neuf régions (Ile-de-France, Paca, Bourgogne, Corse, Aquitaine, Centre, Franche-Comté, Limousin et Poitou-Charentes), a annoncé, le 2 avril, Pôle emploi. Ce versement sera effectué le 6 avril au lieu du 1 er, «avec effet rétroactif». «Les personnes concernées ne seront pas considérées à découvert et tenues de payer des agios», a ajouté l institution. Inégalités de salaires : suite à l étude de l Insee, publiée le 2 avril, montrant que les très hauts salaires ont crû en moyenne plus vite que l ensemble des salaires de 2002 à 2007, FO a réclamé dans un communiqué une hausse du pouvoir d achat face à l augmentation des inégalités salariales «au bénéfice des plus riches». «Le creusement de ces inégalités et la crise toujours en vigueur montrent qu il faut changer de modèle», souligne la confédération, qui réclame «une véritable politique de relance de la consommation par l augmentation générale des salaires, des retraites, des pensions et de la valeur du point d indice dans la Fonction publique». Fonction publique Agents des finances : dans un communiqué du 2 avril, les cinq fédérations des Finances (FO, CFDT, CGT, Unsa et Solidaires) ont dénoncé les suppressions d emplois au sein des ministres de l Économie et du Budget et la hausse d un «malaise général» des agents lié à la détérioration des conditions de travail, à la politique de résultats et à des «réorganisations incessantes» de service, synonymes de «désorganisation». «Il y a réellement une situation conflictuelle à Bercy», note FO, qui souligne que, «depuis longtemps, c est ici que l on constate les plus forts taux de mobilisation lors des journées de grève». Les syndicats demandent aussi que «des réponses soient apportées» en matière de pouvoir d achat et exigent «le maintien du calcul de la retraite sur les six derniers mois et de l âge légal à 60 ans». Ils appellent tous les agents des Finances «à poursuivre et renforcer la mobilisation par tous les moyens», notamment sous forme d actions délocalisées jusqu au 13 avril, date à laquelle devrait se tenir une réunion avec les directeurs de cabinets. Secteurs Cafés, hôtels et restaurants : le secteur a créé 5300 emplois nets au second semestre 2009, c est-à-dire après la mise en place de la TVA à 5,5 %. Selon la Dares, le secteur a perdu 400 emplois au deuxième trimestre de l année, mais gagné emplois au dernier trimestre. «L hôtellerie-restauration est ainsi le premier secteur créateur d emplois marchands sur le deuxième semestre 2009, tous secteurs confondus», s est félicité Hervé Novelli, le secrétaire d État au commerce, chargé de la restauration, le 31 mars. Il souligne que sur la même période, le nombre de défaillance d entreprises a augmenté de 1,95 % dans les CHR, contre 8 % tous secteurs confondus, estimant que «le bilan global de la baisse de TVA en matière d emploi doit être également jugé à l aune des emplois préservés grâce à la mesure». - Fédération des cafés, hôtels et restaurants indépendants : «Ces résultats en matière d emploi seront amplifiés par les dispositions de l accord social», estime la Fédération, qui 4 LIAISONS SOCIALES Quotidien

5 regroupe trois syndicats de restaurateurs indépendants (CPIH, Fagiht et Synhorcat). «L amélioration des conditions de travail et des salaires [ ] va jouer en faveur du recrutement et de la fidélisation des salariés par une plus grande attractivité et une meilleure image de nos métiers», souligne la Fédération. Cet accord, signé à la mi-décembre par les cinq syndicats de salariés et trois des cinq organisations patronales, prévoit une revalorisation des salaires. Accords de branche Contrat de travail, négociation dans la BJO : un avis paru au JO du 3 avril signale la procédure d extension d un avenant et d un accord, signés dans le cadre de la CCN de la bijouterie, joaillerie et orfèvrerie. Le premier, du 30 novembre 2009, ratifié par les partenaires sociaux, sauf la CFDT et la CFE-CGC, porte sur la période d essai, le préavis et le délai de prévenance en cas de départ en retraite. La période d essai est fixée à un mois, renouvelable une fois pour un mois pour les salariés de niveau I à II, à deux mois renouvelables une fois pour un mois pour les salariés de niveau III, à deux mois renouvelables une fois pour deux mois pour les salariés de niveau IV. S agissant des cadres, elle est fixée à trois mois renouvelables une fois pour trois mois pour les salariés de niveaux V et VI et à quatre mois renouvelables une fois pour quatre mois pour les salariés de niveau VII. Le second accord porte sur le financement et développement du paritarisme. Conclu le 11 décembre 2009 par les partenaires sociaux, sauf la CFE- CGC, ce texte ne concerne pas les entreprises artisanales, déjà couvertes par un accord consacré au paritarisme. Il prévoit notamment une contribution financière des autres entreprises de la BJO, fixée annuellement et de façon forfaitaire de 300 à 1200 en fonction des effectifs. Prévoyance chez les détaillants en chaussure : un avis publié au JO du 3 avril signale la procédure d extension d un avenant 66 à la CCN du 27 juin 1973 relatif à la portabilité des droits à prévoyance et au maintien du taux de la cotisation finançant le régime. Conclu le 12 octobre 2009 par la fédération patronale FDCF et les syndicats de salariés, sauf FO, il organise le maintien des garanties de prévoyance pour une durée comprise entre un et neuf mois, selon la durée du contrat de travail, au profit des salariés dont le contrat et qui bénéficient du versement d allocations pour perte d emploi. Il précise que ce maintien des garanties après la rupture du contrat est financé par une cotisation des salariés en activité (part patronale et part salariale). Entreprises Sodimatex : après avoir menacé pendant deux jours de faire exploser leur usine, les salariés ont décidé, le 3 avril, de «désamorcer» la citerne de gaz qu ils menaçaient d incendier, satisfaits des garanties obtenues suite à l accord de méthode signé le 2 avril sous l égide du préfet de l Oise. Les négociations sur le fond doivent débuter le 10 avril. Celles-ci porteront notamment sur les conditions de départ des 92 salariés. Deux commissaires aux comptes désignés par la direction et le comité d entreprise doivent éplucher les comptes du groupe et se prononcer sur les demandes des salariés qui réclament notamment une prime extralégale de licenciement de Christian Estrosi, ministre de l Industrie, s est dit «soulagé» et «heureux que la raison et le dialogue l aient emporté», affirmant qu il sera «très attentif» au processus de conciliation. SNCF : la CFDT/Fgaac a décidé, le 2 avril, de lever ses préavis de grève reconductibles à partir du 6 avril au soir après avoir obtenu des garanties de la direction. «Nos préavis ont permis de débloquer des choses qui étaient déjà dans les tuyaux», a déclaré la CFDT-Cheminots. Pour les contrôleurs, le syndicat a négocié notamment des garanties sur les parcours professionnels. Pour les conducteurs, des promotions supplémentaires ainsi que des compensations seront accordées à ceux roulant à l étranger et la rémunération des heures de nuit sera augmentée. Dans un communiqué, la CGT, qui maintient avec SUD-Rail son mouvement de grève, a estimé que la CFDT «tente d affaiblir le mouvement de grève» et appelle les conducteurs «à ne pas se laisser abuser par ces basses manœuvres». De son côté, SUD-Rail se dit «déterminé dans sa campagne pour sensibiliser les cheminots et le public sur le démantèlement de l entreprise». - Dominique Bussereau : sur RMC, le secrétaire d État aux transports a jugé, le 6 avril, la grève «incompréhensible et affligeante». «J observe d ailleurs que ça se déroule dans une sorte de course à l échalote et de cacophonie syndicale, puisque la CFDT n appelle pas à la grève». - Guillaume Pepy : «On ne peut pas, tout en faisant grève, vouloir négocier et penser obtenir plus», a déclaré le PDG de la SNCF, sur RTL le 6 avril. «Ma méthode, c est on négocie avant. La négo rapporte plus que la grève, parce que c est ça qui permet de protéger les usagers et la SNCF. Une grève ça coûte 20 millions d par jour». «Les négociations ont eu lieu pendant 18 heures en fin de semaine dernière, dans sept métiers, et des résultats tout à fait tangibles ont été obtenus, plus de 500 recrutements supplémentaires en 2010, soit plus de 2300 nouveaux cheminots», a-t-il ajouté. EXPRESS Air France : suite à une information publiée dans le Bref social n du 23 mars 2010, le SNPNC indique que, contrairement à ce qui a été écrit, l accord sur les rémunérations et les conditions de travail des hôtesses et des stewards d Air France dont la validité court jusqu au 31 mars 2013, «ne sera pas renégocié par anticipation, les signataires, regroupés dans l intersyndicale s y opposent afin d en respecter les dispositions». Desserte de la Corse : les liaisons maritimes entre la Corse et Marseille ont repris le 2 avril au soir, suite à un «accord verbal» trouvé entre les marins CGT et la direction de la SNCM et de la CMN. «Nous avons obtenu des engagements précis sur la délégation de service public», a déclaré la CGT. SeaFrance : la compagnie de ferries «peut mourir», a mis en garde le 6 avril le secrétaire d État aux Transports Dominique Bussereau, suite au mouvement social qui bloque le trafic à Calais depuis le 2 avril. Les salariés protestent contre des mesures du plan de redressement et le manque d effectifs. Jacob Delafon : les salariés ont bloqué, le 2 avril, l usine située à Brive-la-Gaillarde (Corrèze) pour dénoncer la décision du groupe Kohler France de fermer cet été ce site qui emploie 139 salariés. France Champignon : le premier industriel français du champignon va fermer d ici à octobre 2011 sa conserverie de Beaufort-en-Vallée (Maine-et- Loire) et y supprimer 150 postes. Le projet, annoncé aux représentants des salariés, devrait être présenté au comité d entreprise le 8 avril. Il devrait se traduire par une première vague de suppression de 90 emplois entre mai et juin prochains. Puis par une seconde vague à la fermeture de l usine en octobre L activité sera rapatriée sur les deux autres sites de conditionnement situés à Doué-la-Fontaine (Maine-et- Loire) et Thouars (Deux-Sèvres). Président, directeur de la publication : Xavier Gandillot Directrice générale du Pôle droit et réglementation : Isabelle Bussel Directrice de la presse sociale : Hélène Morel. Rédactrice en chef : Isabelle Gervais. Rédactrice en chef adjointe : Rachel Brunet. Rédaction : Emmanuelle Couprie (chef de rubrique protection sociale), Aude Courmont (chef de service actualités, chef de rubrique travail-emploi), Michel Eicher (chef de rubrique conventions), Pierre-David Labani (chef de rubrique économie), Sandra Laporte (chef de rubrique jurisprudence), Anne Buis, Catherine Leroy, Sandra Limou, Vincent Szpyt. Secrétaires de rédaction : Frédéric Siméon (correcteur), Annick Fichard, Michèle Manoury (maquettistes). Premier rédacteur graphiste : Yvon Larguier. Webmestre : Fabien Hervé. Infographiste : François Le Quellec. Directeur de production : J.-M. Eucheloup. Liaisons sociales est édité par WOLTERS KLUWER FRANCE, SAS au capital de , rue Eugène et Armand Peugeot, Rueil-Malmaison Cedex RCS Nanterre Associé unique : Holding Wolters Kluwer France - N Commission paritaire 1111 T Abonnement : 1 019,98 TTC/an. Prix du numéro dans le cadre de l abonnement : 3,71 TTC. Impression routage : BRI, ZI des Vignes, 61-79, rue Saint-André, Bobigny. Dépôt légal : avril ISSN Abonnements : (Fax : ) Service lecteurs : (Fax : ) Internet : Rédaction : (Fax : ) Internet : LIAISONS SOCIALES Quotidien 5

NEGOCIATIONS EN COURS...2 EVOLUTIONS LEGISLATIVES ET REGLEMENTAIRES...2 A RETENIR...3 CONTACTS...4 SITE CFTC...5

NEGOCIATIONS EN COURS...2 EVOLUTIONS LEGISLATIVES ET REGLEMENTAIRES...2 A RETENIR...3 CONTACTS...4 SITE CFTC...5 Tous les mois, l actualité en bref de la Confédération sur l emploi et le chômage SOMMAIRE NEGOCIATIONS EN COURS...2 Signature Convention tripartite triennale 2012/2014: abstention de la CFTC... 2 Auditions

Plus en détail

AVENANT N 6 A LA CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES HOTELS, CAFES, RESTAURANTS

AVENANT N 6 A LA CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES HOTELS, CAFES, RESTAURANTS AVENANT N 6 A LA CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES HOTELS, CAFES, RESTAURANTS PREAMBULE Les organisations patronales et syndicales de salariés signataires : - Souhaitent renforcer l attractivité de la

Plus en détail

CHAPITRE I ER NÉGOCIATION DE BRANCHE

CHAPITRE I ER NÉGOCIATION DE BRANCHE MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Convention collective IDCC : 1468. CRÉDIT MUTUEL (29 juin 1987) AVENANT DU 24 SEPTEMBRE

Plus en détail

LES REPONSES À VOS QUESTIONS. ZOOM Qu est-ce que la contribution au FNCIP-HT ACTUALITÉ AGENDA

LES REPONSES À VOS QUESTIONS. ZOOM Qu est-ce que la contribution au FNCIP-HT ACTUALITÉ AGENDA Le magazine des informations sociales de la Fédération Nationale de l Habillement LES REPONSES À VOS QUESTIONS Complémentaire santé : une nouvelle obligation pour les employeurs janvier février mars 2015

Plus en détail

le syndicat CGT représenté par [à compléter] en sa qualité de délégué syndical,

le syndicat CGT représenté par [à compléter] en sa qualité de délégué syndical, Projet d accord collectif mettant en place un régime de remboursement de «frais de santé» au bénéfice du personnel de l EPIC SNCF relevant du régime général de ENTRE LES SOUSSIGNEES : SOCIETE NATIONALE

Plus en détail

Proposition de loi pour le développement de l alternance, la sécurisation des parcours professionnels et le partage de la valeur ajoutée

Proposition de loi pour le développement de l alternance, la sécurisation des parcours professionnels et le partage de la valeur ajoutée Proposition de loi pour le développement de l alternance, la sécurisation des parcours professionnels et le partage de la valeur ajoutée Présentée par Gérard Cherpion, Bernard Perrut, Jean -Charles Taugourdeau

Plus en détail

Dans une délibération du 16 avril

Dans une délibération du 16 avril - N 15451 ISSN 0294-8168 SOMMAIRE BREF SOCIAL (p. 1-6) Une vidéosurveillance doit être proportionnée Taux de l usure au 1 er octobre Emploi des seniors dans le commerce de matériel agricole Maintien des

Plus en détail

AVENANT N 18-2014 DU 29 OCTOBRE 2014

AVENANT N 18-2014 DU 29 OCTOBRE 2014 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3381 Convention collective nationale IDCC : 2941. AIDE, ACCOMPAGNEMENT, SOINS

Plus en détail

Al issue de la réunion paritaire du

Al issue de la réunion paritaire du - N 15367 ISSN 0294-8168 SOMMAIRE BREF SOCIAL (p. 1-6) Les chômeurs pourront bénéficier du maintien de leur ancienne mutuelle Un avenant à l ANI sur les indemnités de rupture Droits d auteur des journalistes

Plus en détail

Le Pacte de responsabilité et de solidarité

Le Pacte de responsabilité et de solidarité Le Pacte de responsabilité et de solidarité La France est à un moment décisif. Depuis plus de dix ans, l appareil de production s est affaibli, la compétitivité s est détériorée et le niveau de chômage

Plus en détail

CONVENTION COLLECTIVE DU PERSONNEL DES CABINETS MEDICAUX. Avenant n 68 - - - -

CONVENTION COLLECTIVE DU PERSONNEL DES CABINETS MEDICAUX. Avenant n 68 - - - - CONVENTION COLLECTIVE DU PERSONNEL DES CABINETS MEDICAUX Le 15 Janvier 2015, entre : Avenant n 68 - - - - - La CONFEDERATION DES SYNDICATS MEDICAUX FRANCAIS (C.S.M.F.) - La FEDERATION DES MEDECINS DE FRANCE

Plus en détail

Tous les mois, l actualité en bref de Pôle emploi

Tous les mois, l actualité en bref de Pôle emploi Tous les mois, l actualité en bref de Pôle emploi SOMMAIRE INFORMATIONS RESEAU CFTC... 2 Rencontre nationale des mandatés chômage à la Confédération... 2 Suite des réunions de suivi des formations prioritaires

Plus en détail

Sommaire. L entrée en vigueur de l avenant n 21 sur les salaires minima au 1 er novembre 2013

Sommaire. L entrée en vigueur de l avenant n 21 sur les salaires minima au 1 er novembre 2013 informations sociales octobre novembre décembre 2013 Dans le cadre du mandat qu elle reçoit du FNCIP-HT, la Fédération Nationale de l Habillement informe chaque trimestre les entreprises à jour de paiement

Plus en détail

publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques

publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques Dares Analyses FÉVRIER 2014 N 016 publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques L EMPLOI DANS LES TRÈS PETITES ENTREPRISES EN DÉCEMBRE 2012 Les entreprises

Plus en détail

«2.2. Couverture facultative

«2.2. Couverture facultative MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT CONVENTIONS COLLECTIVES Convention collective départementale IDCC : 9811. EXPLOITATIONS AGRICOLES (Tarn) (6 mai 2002) (Etendue par arrêté

Plus en détail

Accord collectif relatif au Compte Epargne Temps

Accord collectif relatif au Compte Epargne Temps Accord collectif relatif au Compte Epargne Temps Entre les soussignés La Caisse d'epargne LOIRE CENTRE dont le siège social est situé à ORLEANS, 7 rue d'escures, représentée par adame Dominique LANGUILLAT,

Plus en détail

ACCORD DU 24 MAI 2011

ACCORD DU 24 MAI 2011 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3085 Convention collective nationale IDCC : 16. TRANSPORTS ROUTIERS ET ACTIVITÉS AUXILIAIRES DU TRANSPORT ACCORD DU 24

Plus en détail

Convention Collective du Golf du 13 juillet 1998

Convention Collective du Golf du 13 juillet 1998 Convention Collective du Golf du 13 juillet 1998 Avenant n 51 du 22 juin 2010 portant modification de l article 11.1 «Prévoyance» du Chapitre 11 «Prévoyance Mutuelle Retraite» de la Convention Collective

Plus en détail

Convention d assurance chômage

Convention d assurance chômage Aux Union Départementales Aux Fédérations Nationales Paris, le 28 mars 2014 Secteur Formation Professionnelle Emploi/Assurance chômage Réf. : JCM/SL/DD Circ. : n 058-2014 Convention d assurance chômage

Plus en détail

Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation

Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation Attention : Ce document a été établit en juin 2015. Les informations qu il contient peuvent avoir évoluées en fonction des lois

Plus en détail

ACCORD DU 9 DECEMBRE 2014 PORTANT MODIFICATION DE L ACCORD RELATIF A L EGALITE PROFESSIONNELLE DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUEL DU 21 MARS 2007

ACCORD DU 9 DECEMBRE 2014 PORTANT MODIFICATION DE L ACCORD RELATIF A L EGALITE PROFESSIONNELLE DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUEL DU 21 MARS 2007 ACCORD DU 9 DECEMBRE 2014 PORTANT MODIFICATION DE L ACCORD RELATIF A L EGALITE PROFESSIONNELLE DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUEL DU 21 MARS 2007 Préambule Dans le prolongement de la loi du 9 mai 2001 relative

Plus en détail

Accord National Interprofessionnel du 11 janvier 2013

Accord National Interprofessionnel du 11 janvier 2013 Accord National Interprofessionnel du 11 janvier 2013 Le point sur l élargissement de la complémentaire santé Benjamin JOUSSE Mars 2013 L ANI du 11 janvier 2013 en bref L Accord National Interprofessionnel

Plus en détail

DIRECTION GENERALE DE LA COHESION SOCIALE

DIRECTION GENERALE DE LA COHESION SOCIALE DIRECTION GENERALE DE LA COHESION SOCIALE RAPPORT RELATIF AUX AGREMENTS DES CONVENTIONS ET ACCORDS APPLICABLES AUX SALARIES DES ETABLISSEMENTS SOCIAUX ET MEDICO-SOCIAUX PRIVES A BUT NON LUCRATIF POUR 2010

Plus en détail

Comment appliquer l obligation d assurance santé en entreprise?

Comment appliquer l obligation d assurance santé en entreprise? L accord National Interprofessionnel (ANI) du 11 janvier 2013 La loi de sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 Comment appliquer l obligation d assurance santé en entreprise? Le 1er janvier 2016 au

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Convention collective nationale IDCC : 1468. CRÉDIT MUTUEL (29 juin 1987) ACCORD DU 9 DÉCEMBRE

Plus en détail

enmodesocial LES REPONSES À VOS QUESTIONS Régime de prévoyance : les impacts de la loi du 14 juin 2013

enmodesocial LES REPONSES À VOS QUESTIONS Régime de prévoyance : les impacts de la loi du 14 juin 2013 enmodesocial Le magazine des informations sociales de la Fédération Nationale de l Habillement LES REPONSES À VOS QUESTIONS Régime de prévoyance : les impacts de la loi du 14 juin 2013 octobre novembre

Plus en détail

RENCONTRE TRIPARTITE DU 18 FEVRIER 2009 : 30 MESURES URGENTES POUR FAIRE FACE A LA CRISE

RENCONTRE TRIPARTITE DU 18 FEVRIER 2009 : 30 MESURES URGENTES POUR FAIRE FACE A LA CRISE RENCONTRE TRIPARTITE DU 18 FEVRIER 2009 : 30 MESURES URGENTES POUR FAIRE FACE A LA CRISE La CFTC demande l organisation d un marathon social. Il s agira d élaborer une liste lors de cette réunion du 18

Plus en détail

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE LA MUTUALITE ACCORD DE BRANCHE SUR L EGALITE PROFESSIONNELLE

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE LA MUTUALITE ACCORD DE BRANCHE SUR L EGALITE PROFESSIONNELLE CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE LA MUTUALITE ACCORD DE BRANCHE SUR L EGALITE PROFESSIONNELLE PREAMBULE L égalité professionnelle doit être un axe fort de la politique des ressources humaines au sein

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE PROTECTION SOCIALE MUTUELLES

FICHE TECHNIQUE PROTECTION SOCIALE MUTUELLES PROTECTION SOCIALE MUTUELLES FICHE TECHNIQUE Références Loi n 83-634 du 13 juillet 1983 portant droits et obligations des fonctionnaires, article 22 bis Loi n 84-53 du 26 janvier 1984 portant dispositions

Plus en détail

Les ressources humaines

Les ressources humaines Avec une masse salariale s élevant à 4,3 milliards d euros en 2003, le secteur de l assurance est une «industrie de main-d œuvre» qui offre un produit en grande partie immatériel : la couverture d un risque.

Plus en détail

AVENANT PORTANT SUR LES NOUVELLES DISPOSITIONS EN MATIERE DE FRAIS DE SANTE GROUPE CASINO DU 5 MAI 2008

AVENANT PORTANT SUR LES NOUVELLES DISPOSITIONS EN MATIERE DE FRAIS DE SANTE GROUPE CASINO DU 5 MAI 2008 AVENANT PORTANT SUR LES NOUVELLES DISPOSITIONS EN MATIERE DE FRAIS DE SANTE GROUPE CASINO DU 5 MAI 2008 ENTRE LES SOUSSIGNES : Le Groupe CASINO représenté par M. Yves DESJACQUES, Directeur des Ressources

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3381 Convention collective nationale IDCC : 2941. AIDE, ACCOMPAGNEMENT, SOINS

Plus en détail

ACCORD DU 24 JUIN 2010

ACCORD DU 24 JUIN 2010 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA FONCTION PUBLIQUE CONVENTIONS COLLECTIVES Accord professionnel MODERNISATION DU MARCHÉ DU TRAVAIL (Portage salarial) ACCORD DU 24 JUIN 2010 RELATIF AU PORTAGE

Plus en détail

ACCORD NATIONAL RELATIF AUX FRAIS DE SANTE DANS LA BRANCHE FLEURISTES, VENTE ET SERVICES DES ANIMAUX FAMILIERS

ACCORD NATIONAL RELATIF AUX FRAIS DE SANTE DANS LA BRANCHE FLEURISTES, VENTE ET SERVICES DES ANIMAUX FAMILIERS CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE ETENDUE FLEURISTES, VENTE ET SERVICES DES ANIMAUX FAMILIERS IDCC 1978 - BROCHURE JO 3010 ACCORD NATIONAL RELATIF AUX FRAIS DE SANTE DANS LA BRANCHE FLEURISTES, VENTE ET

Plus en détail

Accord portant sur les mesures d accompagnement de la mobilité au sein de la Caisse d Epargne Loire-Centre

Accord portant sur les mesures d accompagnement de la mobilité au sein de la Caisse d Epargne Loire-Centre Accord portant sur les mesures d accompagnement de la mobilité au sein de la Caisse d Epargne Loire-Centre Entre les soussignés La Caisse d'epargne Loire-Centre dont le siège social est situé à ORLEANS,

Plus en détail

ÉDITO. Regards croisés. s u r l a p r o t e c t i o n s o c i a l e

ÉDITO. Regards croisés. s u r l a p r o t e c t i o n s o c i a l e Regards croisés s u r l a p r o t e c t i o n s o c i a l e N 49-25 juillet 2014 Serge Lavagna Secrétaire national de la CFE-CGC Protection sociale ÉDITO Contact : Mireille Dispot Expert protection sociale

Plus en détail

Complémentaire santé PQSR (Pas de Question Sans Réponse) Questions sur la négociation de l accord :

Complémentaire santé PQSR (Pas de Question Sans Réponse) Questions sur la négociation de l accord : Complémentaire santé PQSR (Pas de Question Sans Réponse) Date de création : 31/03/2014 Date de mise à jour : 25/09/2014 SOMMAIRE : Questions sur la négociation de l accord : LEGENDE : rouge : question

Plus en détail

Pacte de responsabilité : le point sur les négociations Les accords signés, les négociations en cours, les échecs

Pacte de responsabilité : le point sur les négociations Les accords signés, les négociations en cours, les échecs ------------------------------------------ Page 1 Source : Liaisons Sociales Quotidien 12 février 2015 Pacte de responsabilité : le point sur les négociations Les accords signés, les négociations en cours,

Plus en détail

Article 1 : LA GÉNÉRALISATION DE LA COUVERTURE COMPLÉMENTAIRE SANTÉ

Article 1 : LA GÉNÉRALISATION DE LA COUVERTURE COMPLÉMENTAIRE SANTÉ ANI du 11 janvier 2013 pour un nouveau modèle économique et social au service de la compétitivité des entreprises et de la sécurisation de l'emploi et des parcours professionnels des salariés Etude des

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE. Les obligations des entreprises en faveur de l emploi vis-à-vis des salariés âgés : plan senior/contrat de génération

FICHE TECHNIQUE. Les obligations des entreprises en faveur de l emploi vis-à-vis des salariés âgés : plan senior/contrat de génération FICHE TECHNIQUE Les obligations des entreprises en faveur de l emploi vis-à-vis des salariés âgés : plan senior/contrat de génération SOMMAIRE : I) LES ACCORDS ET PLANS D ACTION EN FAVEUR DES SALARIES

Plus en détail

Portage salarial : effets de l ordonnance n 2015-380 du 2 avril 2015

Portage salarial : effets de l ordonnance n 2015-380 du 2 avril 2015 CIRCULAIRE N 2015-10 DU 11 JUIN 2015 Direction des Affaires Juridiques INSX011-ACE Titre Portage salarial : effets de l ordonnance n 2015-380 du 2 avril 2015 Objet Suppression de l attestation spécifique

Plus en détail

Généralités Le contrat Financement du contrat

Généralités Le contrat Financement du contrat Le Contrat d Avenir Sommaire 2 7 10 Généralités Le contrat Financement du contrat Généralités A qui s adresse le contrat d avenir? Le contrat d avenir s adresse aux personnes sans emploi qui bénéficient

Plus en détail

Cet accord est la première illustration de l application de la loi du 31 janvier 2007 de modernisation du dialogue social.

Cet accord est la première illustration de l application de la loi du 31 janvier 2007 de modernisation du dialogue social. Ministère du travail, des relations sociales, de la famille, de la solidarité et de la ville Direction générale du travail Sous-direction des relations individuelles du travail Bureau des relations individuelles

Plus en détail

Le Contrat à Durée Déterminée d Insertion (CDDI)

Le Contrat à Durée Déterminée d Insertion (CDDI) Le Contrat à Durée Déterminée d Insertion (CDDI) 1 Définition du CDDI un contrat de travail à durée déterminée dont le motif de recours est spécifique : favoriser le recrutement de certaines catégories

Plus en détail

MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT CONVENTIONS COLLECTIVES. Accord collectif

MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT CONVENTIONS COLLECTIVES. Accord collectif MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT CONVENTIONS COLLECTIVES Accord collectif PROTECTION SOCIALE COMPLÉMENTAIRE FRAIS DE SANTÉ DES SALARIÉS NON CADRES (Gers) (17 septembre 2009)

Plus en détail

ACCORD CADRE RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUEL

ACCORD CADRE RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUEL ACCORD CADRE RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUEL PREAMBULE Le présent accord-cadre s inscrit dans la continuité des nombreux dispositifs légaux et conventionnels touchant directement

Plus en détail

Veille sociale au 12 septembre 2014

Veille sociale au 12 septembre 2014 ( Veille sociale au 12 septembre 2014 La veille sociale présentée dans cette revue actualise la veille présentée le mois dernier. Les sujets qui n ont pas évolué ne sont pas repris. ( I ) Projets sociaux

Plus en détail

SEQUENCE 06 THEME 1 : LES REPONSES DU DROIT DU TRAVAIL AU PROBLEME DE L EMPLOI... 292 I. EMPLOI : PERCEPTION DE LA SITUATION...

SEQUENCE 06 THEME 1 : LES REPONSES DU DROIT DU TRAVAIL AU PROBLEME DE L EMPLOI... 292 I. EMPLOI : PERCEPTION DE LA SITUATION... P9703-F1/2 291 SEQUENCE 06 THEME 1 : LES REPONSES DU DROIT DU TRAVAIL AU PROBLEME DE L EMPLOI... 292 I. EMPLOI : PERCEPTION DE LA SITUATION... 292 II. L URGENCE : LEGIFERER PAR ORDONNANCES... 295 III.

Plus en détail

Des Pharmacies et des Laboratoires d Analyses Médicales

Des Pharmacies et des Laboratoires d Analyses Médicales L ÉCHO Des Pharmacies et des Laboratoires d Analyses Médicales édito SAVOIR DIRE NON AU RECUL SOCIAL! EDITO : Savoir dire non au recul social! P. 1 OFFICINES : Compte rendu de la paritaire mixte du 2 juillet

Plus en détail

LOI n 2013-504 du 14 juin 2013 relative à la sécurisation de l emploi (1) Version consolidée au 4 avril 2015

LOI n 2013-504 du 14 juin 2013 relative à la sécurisation de l emploi (1) Version consolidée au 4 avril 2015 LOI n 2013-504 du 14 juin 2013 relative à la sécurisation de l emploi (1) Version consolidée au 4 avril 2015 Chapitre Ier : Créer de nouveaux droits pour les salariés Section 1 : De nouveaux droits individuels

Plus en détail

I. Les dates clés à connaître

I. Les dates clés à connaître NOTE D INFORMATION 2013/27 du 23 décembre 2013 SOCIAL : Protection sociale complémentaire : les modifications à venir en 2014 Il est urgent de s en occuper I. Les dates clés à connaître Les employeurs

Plus en détail

ACCORD PROFESSIONNEL SUR LE REGIME COMPLEMENTAIRE DE REMBOURSEMENT DES FRAIS DE SANTE PREAMBULE

ACCORD PROFESSIONNEL SUR LE REGIME COMPLEMENTAIRE DE REMBOURSEMENT DES FRAIS DE SANTE PREAMBULE ACCORD PROFESSIONNEL SUR LE REGIME COMPLEMENTAIRE DE REMBOURSEMENT DES FRAIS DE SANTE PREAMBULE Le présent accord a pour objet de mettre en place un régime conventionnel complémentaire relatif au remboursement

Plus en détail

Votre dossier Frais de santé. Le régime Frais de santé professionnel. de vos salariés

Votre dossier Frais de santé. Le régime Frais de santé professionnel. de vos salariés H ô t e l s C a f é s R e s ta u r a n t s Votre dossier Frais de santé Le régime Frais de santé professionnel de vos salariés Quelques définitions pour mieux comprendre Assuré Salarié appartenant à une

Plus en détail

Accord relatif à l activité de portage salarial

Accord relatif à l activité de portage salarial Accord relatif à l activité de portage salarial Préambule Le présent accord a pour finalité d organiser l activité de portage salarial. Les personnes portées sont titulaires d un contrat de travail conclu

Plus en détail

Contrat unique d insertion Le contrat d accompagnement dans l emploi (CAE)

Contrat unique d insertion Le contrat d accompagnement dans l emploi (CAE) DIRECCTE de Bretagne Contrat unique d insertion Le contrat d accompagnement dans l emploi (CAE) Fiche pratique A qui s adresse le contrat d accompagnement dans l emploi? Quels employeurs? Quel type de

Plus en détail

Conférence Débat AFTA. Conférence

Conférence Débat AFTA. Conférence Conférence Conférence Débat AFTA PRÉVOYANCE SANTÉ DES SALARIES DES ORGANISMES SANS BUT LUCRATIF Vos interlocuteurs : Alexandra REPIQUET Jean-Philippe FERRANDIS : 01 49 64 45 15 : 01 49 64 12 88 : 01 49

Plus en détail

ACCORD DU 3 DÉCEMBRE 2009

ACCORD DU 3 DÉCEMBRE 2009 MINISTÈRE DE L ALIMENTATION, DE L AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE CONVENTIONS COLLECTIVES Accord collectif national PROTECTION SOCIALE COMPLÉMENTAIRE FRAIS DE SANTÉ DANS LA COOPÉRATION BÉTAIL ET VIANDE ACCORD

Plus en détail

LES PREMIÈRES ÉTAPES DU PACTE DE RESPONSABILITÉ ET DE SOLIDARITÉ EN SEINE-SAINT-DENIS

LES PREMIÈRES ÉTAPES DU PACTE DE RESPONSABILITÉ ET DE SOLIDARITÉ EN SEINE-SAINT-DENIS LES PREMIÈRES ÉTAPES DU PACTE DE RESPONSABILITÉ ET DE SOLIDARITÉ EN SEINE-SAINT-DENIS Edition 2014 SOMMAIRE Editorial de Monsieur le préfet. 1 Le pacte est au service des entreprises et des ménages 2-3

Plus en détail

Mobilisation en faveur de l emploi des seniors

Mobilisation en faveur de l emploi des seniors Mobilisation en faveur de l emploi des seniors Mesures retenues par le Gouvernement à l issue de la concertation avec les partenaires sociaux dans le cadre du rendez-vous 2008 sur les retraites Dès la

Plus en détail

La lettre du. Les évolutions du régime de prévoyance

La lettre du. Les évolutions du régime de prévoyance La lettre du N 12 Novembre 2011 Les évolutions du régime de prévoyance Depuis l accord initial du 19 mars 2003 qui a mis en place un régime de prévoyance pour la branche du commerce de détail de l habillement

Plus en détail

La loi du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du travail

La loi du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du travail Le point sur ALLER PLUS LOIN DANS VOTRE ACTUALITÉ SOCIALE SOCIAL Juillet 2008 La loi du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du travail Les partenaires sociaux ont signé un accord national interprofessionnel

Plus en détail

Le Bulletin de salaire

Le Bulletin de salaire Le Bulletin de salaire Mentions obligatoires : Le bulletin de salaire doit mentionner les éléments suivants : - Les coordonnés du Syndicat de copropriétaires dont dépend le salarié - Le numéro de SIRET

Plus en détail

LES THÉMATIQUES - UE 35 RENNES -10 mars 2015 LES THÉMATIQUES UE 35 RENNES - 10 MARS 2015 - LA PROTECTION SOCIALE

LES THÉMATIQUES - UE 35 RENNES -10 mars 2015 LES THÉMATIQUES UE 35 RENNES - 10 MARS 2015 - LA PROTECTION SOCIALE LES THÉMATIQUES - UE 35 RENNES -10 mars 2015 Evolution des dépenses de santé IMPORTANCE DU RESTE A CHARGE DES MENAGES ET DES ORGANISMES COMPLEMENTAIRES - Déficit persistant du régime général - Augmentation

Plus en détail

Le pacte de responsabilité et de solidarité

Le pacte de responsabilité et de solidarité Le pacte de responsabilité et de solidarité Direccte CENTRE Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l emploi Qu est ce que le pacte de responsabilité

Plus en détail

NOTRE PRIORITÉ : LA CATÉGORIE C

NOTRE PRIORITÉ : LA CATÉGORIE C FILIÈRE ADMINISTRATIVE DE LA FONCTION PUBLIQUE D ÉTAT PERSONNELS ADMINISTRATIFS DU PÔLE ÉDUCATIF Éducation Nationale - Enseignement Supérieur - Jeunesse et Sports NOTRE PRIORITÉ : LA CATÉGORIE C Une revalorisation

Plus en détail

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective IDCC : 2622. CRÉDIT MARITIME MUTUEL

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective IDCC : 2622. CRÉDIT MARITIME MUTUEL MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3342 Convention collective IDCC : 2622. CRÉDIT MARITIME MUTUEL ACCORD DU 23 JUIN 2005 RELATIF À LA COUVERTURE

Plus en détail

L ANI du 11 janvier 2013 : une petite révolution!

L ANI du 11 janvier 2013 : une petite révolution! L ANI du 11 janvier : une petite révolution! Que prévoit l accord? L article 1 er de l Accord National Interprofessionnel du 11 janvier, prévoit, dans le cadre de la sécurisation de l emploi, la généralisation

Plus en détail

MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT CONVENTIONS COLLECTIVES Accord collectif national GROUPEMENTS D EMPLOYEURS AGRICOLES ET RURAUX ACCORD DU 13 JUIN 2012 RELATIF AUX GROUPEMENTS

Plus en détail

Présenté par Michel Sapin, Ministre des finances et des comptes publics. Christian Eckert, Secrétaire d État chargé du budget

Présenté par Michel Sapin, Ministre des finances et des comptes publics. Christian Eckert, Secrétaire d État chargé du budget Présenté par Michel Sapin, Ministre des finances et des comptes publics Christian Eckert, Secrétaire d État chargé du budget 1 Une reprise de l activité qu il faut conforter La reprise est en cours : +1,0%

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3034 Convention collective nationale IDCC : 1090. SERVICES DE L AUTOMOBILE (Commerce

Plus en détail

AVENANT n 300 A LA CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DU 15 MARS 1966 RELATIF AUX REGIMES DE PREVOYANCE COLLECTIFS

AVENANT n 300 A LA CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DU 15 MARS 1966 RELATIF AUX REGIMES DE PREVOYANCE COLLECTIFS AVENANT n 300 A LA CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DU 15 MARS 1966 RELATIF AUX REGIMES DE PREVOYANCE COLLECTIFS Entre les organisations patronales signataires : Le syndicat général des organismes privés

Plus en détail

Quelles sont les conditions de travail de l apprenti?

Quelles sont les conditions de travail de l apprenti? Quelles sont les conditions de travail de l apprenti? L apprenti est un salarié à part entière. À ce titre, les lois, les règlements et la convention collective de la branche professionnelle ou de l entreprise

Plus en détail

ACCORD SUR LA FORMATION PROFESSIONNELLE DU PERSONNEL DES ENTREPRISES DE COURTAGE D ASSURANCES ET/OU DE RÉASSURANCES

ACCORD SUR LA FORMATION PROFESSIONNELLE DU PERSONNEL DES ENTREPRISES DE COURTAGE D ASSURANCES ET/OU DE RÉASSURANCES ACCORD SUR LA FORMATION PROFESSIONNELLE DU PERSONNEL DES ENTREPRISES DE COURTAGE D ASSURANCES ET/OU DE RÉASSURANCES Depuis la Convention Collective de la branche professionnelle du 18 janvier 2002, les

Plus en détail

L impact du projet de loi relatif à la sécurisation de l emploi dans les SIAE

L impact du projet de loi relatif à la sécurisation de l emploi dans les SIAE L impact du projet de loi relatif à la sécurisation de l emploi dans les SIAE Le projet de loi sur la sécurisation de l emploi, transposant l accord national interprofessionnel du 11 janvier 2013 1, comporte

Plus en détail

ACCORD RELATIF A L'INSTAURATION D'UN REGIME DE FRAIS MEDICAUX OBLIGATOIRE. Pour le personnel de la

ACCORD RELATIF A L'INSTAURATION D'UN REGIME DE FRAIS MEDICAUX OBLIGATOIRE. Pour le personnel de la BANQUE POPULAIRE BOURGOGNE FRANCHE-COMTE ACCORD RELATIF A L'INSTAURATION D'UN REGIME DE FRAIS MEDICAUX OBLIGATOIRE Pour le personnel de la BANQUE POPULAIRE BOURGOGNE FRANCHE-COMTE Entre La BANQUE POPULAIRE

Plus en détail

Le guide. juridique. www.menages-prevoyants.fr LA MUTUELLE QUI VA BIEN!

Le guide. juridique. www.menages-prevoyants.fr LA MUTUELLE QUI VA BIEN! Le guide juridique www.menages-prevoyants.fr LA MUTUELLE QUI VA BIEN! sommaire Contexte de l évolution de la «Loi Fillon»... 3 Comment bénéficier des avantages de la «Loi Fillon»?... La participation de

Plus en détail

La nouvelle convention relative au contrat de sécurisation professionnelle

La nouvelle convention relative au contrat de sécurisation professionnelle les infos DAS - n 035 12 février 2015 La nouvelle convention relative au contrat de sécurisation professionnelle Le 26 janvier 2015, les partenaires sociaux ont conclu une nouvelle convention relative

Plus en détail

Le contrat de professionnalisation

Le contrat de professionnalisation Le contrat de professionnalisation Objectif Le contrat de professionnalisation est un contrat de travail conclu entre un employeur et un salarié. Son objectif est l insertion ou le retour à l emploi des

Plus en détail

CONSEIL DES MINISTRES

CONSEIL DES MINISTRES CONSEIL DES MINISTRES LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE A REUNI LE CONSEIL DES MINISTRES AU PALAIS DE L ÉLYSEE LE MERCREDI 1 ER AVRIL 2015 À L ISSUE DU CONSEIL, LE SERVICE DE PRESSE DE LA PRESIDENCE DE LA

Plus en détail

Présentation des structures «d Œuvres Sociales» rencontrées

Présentation des structures «d Œuvres Sociales» rencontrées Présentation des structures «d Œuvres Sociales» rencontrées Constat commun : «fuite de la main d œuvre artisanale vers les grandes entreprises» Volonté des acteurs de : Création de COS ou assimilé -«renforcer

Plus en détail

ACCORD INSTITUANT UN REGIME OBLIGATOIRE DE REMBOURSEMENT DE FRAIS DE SOINS DE SANTE AU PROFIT DES SALARIES DE RENAULT

ACCORD INSTITUANT UN REGIME OBLIGATOIRE DE REMBOURSEMENT DE FRAIS DE SOINS DE SANTE AU PROFIT DES SALARIES DE RENAULT ACCORD INSTITUANT UN REGIME OBLIGATOIRE DE REMBOURSEMENT DE FRAIS DE SOINS DE SANTE AU PROFIT DES SALARIES DE RENAULT ENTRE : RENAULT s.a.s représentée par Mme Marie Françoise DAMESIN Directeur des Ressources

Plus en détail

OUTIL EXPLICATIF CCN 66. Mars 2015. Avenant 328 Complémentaire frais de santé. Cfdt-sante-sociaux.fr

OUTIL EXPLICATIF CCN 66. Mars 2015. Avenant 328 Complémentaire frais de santé. Cfdt-sante-sociaux.fr OUTIL EXPLICATIF CCN 66 Mars 2015 Avenant 328 Complémentaire frais de santé Cfdt-sante-sociaux.fr Généralisation de la complémentaire santé L accord national interprofessionnel (Ani) du 11 janvier 2013,

Plus en détail

Avenant 328 Complémentaire frais de santé

Avenant 328 Complémentaire frais de santé OUTIL EXPLICATIF CCN 66 Mars 2015 Lien pour télécharger le Guide Confédéral du négociateur sur la Généralisation de la complémentaire santé : http://www.cfdt.fr/upload/docs/application/pdf/2014802/guide_ps_23_01_2014_.pdf

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES IMPÔTS 5 F-16-01 N 136 du 27 JUILLET 2001 5 F.P. / 58 - F 114 INSTRUCTION DU 18 JUILLET 2001 TRAITEMENTS ET SALAIRES. ASSIETTE. REGIME D IMPOSITION DES

Plus en détail

Avis relatif au projet de loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014

Avis relatif au projet de loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014 Paris, le 12 juin 2014 Avis relatif au projet de loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014 Délibération n CONS. 13 12 juin 2014 Projet de loi de financement rectificative de la

Plus en détail

Questions générales sur le Pacte

Questions générales sur le Pacte QUESTIONS-RÉPONSES Questions/réponses sur le pacte de responsabilité et de solidarité Questions générales sur le Pacte QUAND CES MESURES SERONT-ELLES TRADUITES DANS LA LOI? Certaines mesures entrent en

Plus en détail

SALAIRES : UN ACCORD ARRACHE AUX FORCEPS

SALAIRES : UN ACCORD ARRACHE AUX FORCEPS SALAIRES : UN ACCORD ARRACHE AUX FORCEPS Ordre du jour : Ouverture de la négociation sur les salaires, Projet de mutuelle santé du réseau, Bilan de formation 2010, orientations 2012. Présents : Marcel

Plus en détail

Guide Pratique. chef d entreprise. Salarié. Entreprise. Droit. Employeur. Délégués du Personnel. Législation. Congés Payés. Obligation...

Guide Pratique. chef d entreprise. Salarié. Entreprise. Droit. Employeur. Délégués du Personnel. Législation. Congés Payés. Obligation... Le Guide Pratique du SOCIAL chef d entreprise Délégués du Personnel Faut il faire une visite d embauche? Droit Quel contrat pour mon salarié? Entreprise La journée de solidarité, c est quand? Obligation...

Plus en détail

A - LOI DE SECURISATION DE L EMPLOI (n 2013-504 du 14 Juin 2013) (Les principales mesures)

A - LOI DE SECURISATION DE L EMPLOI (n 2013-504 du 14 Juin 2013) (Les principales mesures) EC CABIINET PESCE - LEBOUCHER 1. SOCIETE 2. D EXPERTISE COMPTABLE www.cabinetpesceleboucher.fr Le 25/09/2013 ACTUALITES SOCIALES 2013/2 EN BREF (quelques chiffres) valeurs inchangées : SMIC Horaire au

Plus en détail

DIRECCTE de Bretagne Contrat unique d insertion Le contrat d accompagnement dans l emploi (CAE)

DIRECCTE de Bretagne Contrat unique d insertion Le contrat d accompagnement dans l emploi (CAE) DIRECCTE de Bretagne Contrat unique d insertion Le contrat d accompagnement dans l emploi (CAE) Fiche pratique A qui s adresse le contrat d accompagnement dans l emploi? Quels employeurs? Quel type de

Plus en détail

ACCORD DU 8 DECEMBRE 2014 RELATIF AU PACTE DE RESPONSABILITE ET DE SOLIDARITE DANS LES SOCIETES D ASSURANCES

ACCORD DU 8 DECEMBRE 2014 RELATIF AU PACTE DE RESPONSABILITE ET DE SOLIDARITE DANS LES SOCIETES D ASSURANCES ACCORD DU 8 DECEMBRE 2014 RELATIF AU PACTE DE RESPONSABILITE ET DE SOLIDARITE DANS LES SOCIETES D ASSURANCES ACCORD DU 8 DECEMBRE 2014 RELATIF AU PACTE DE RESPONSABILITE ET DE SOLIDARITE DANS LES SOCIETES

Plus en détail

Lettre d'information SOMMAIRE. Petit rappel des nouveautés en matière de portabilité de la prévoyance depuis le 1 er juin 2015 : I.

Lettre d'information SOMMAIRE. Petit rappel des nouveautés en matière de portabilité de la prévoyance depuis le 1 er juin 2015 : I. Lettre d'information en JUILLET droit 2015 social SOMMAIRE I LES REFORMES - Portabilité de la prévoyance : Nouvelles règles applicables depuis le 1 er juin 2015 - Le portage salarial II EN BREF - Charge

Plus en détail

Les retraités non salariés agricoles

Les retraités non salariés agricoles Les retraités non salariés agricoles Patrick Le Bourhis et Céline Perraud* Au 1 er janvier 25, 1,9 million de personnes bénéficient d un avantage vieillesse auprès du régime des non-salariés agricoles,

Plus en détail

Les évolutions de vos régimes au cours des prochaines années

Les évolutions de vos régimes au cours des prochaines années Les évolutions de vos régimes au cours des prochaines années La généralisation de la couverture complémentaire santé à tous les salariés La loi relative à la sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 prévoit

Plus en détail

I ADAPTATION DU TEMPS DE TRAVAIL A LA DUREE LEGALE DE 35 HEURES. Les alinéas 6 à 9 inclus de l article 5 de l accord national sont supprimés.

I ADAPTATION DU TEMPS DE TRAVAIL A LA DUREE LEGALE DE 35 HEURES. Les alinéas 6 à 9 inclus de l article 5 de l accord national sont supprimés. ACCORD NATIONAL DU 3 MARS 2006 PORTANT AVENANT A L ACCORD NATIONAL DU 28 JUILLET 1998 MODIFIE SUR L ORGANISATION DU TRAVAIL DANS LA METALLURGIE, A LA CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES INGENIEURS ET CADRES

Plus en détail

Portabilité des couvertures «prévoyance et santé» Art. 14 de l ANI du 11 janvier 2008 et avenant du 18 mai 2009

Portabilité des couvertures «prévoyance et santé» Art. 14 de l ANI du 11 janvier 2008 et avenant du 18 mai 2009 Portabilité des couvertures «prévoyance et santé» Art. 14 de l ANI du 11 janvier 2008 et avenant du 18 mai 2009 30 juin 2009 SOMMAIRE 1. Bénéficiaires de la portabilité 2. Renonciation à la portabilité

Plus en détail

LES SALAIRES DANS LES FONCTIONS CADRES

LES SALAIRES DANS LES FONCTIONS CADRES LES ÉTUDES DE L EMPLOI CADRE N 2015-68 septembre 2015 Les composantes de la rémunération des cadres Les salaires des cadres en poste Les salaires proposés dans les offres d emploi Les fiches salaires par

Plus en détail

ATELIERS ET CHANTIERS D INSERTION ET CONVENTIONS COLLECTIVES

ATELIERS ET CHANTIERS D INSERTION ET CONVENTIONS COLLECTIVES ATELIERS ET CHANTIERS D INSERTION ET CONVENTIONS COLLECTIVES Fiche technique à destination des SIAE Août 2013 SOMMAIRE 1 2 3 4 5 Introduction Éclairages sur les conventions collectives Panorama des conventions

Plus en détail

NEWSLETTER DU SOCIAL

NEWSLETTER DU SOCIAL NEWSLETTER DU SOCIAL Les chiffres clés La Garantie Minimale de Points 2014 : Les cotisations minimales annuelles de retraite complémentaire AGIRC sont fixées à 796,08. Ces cotisations correspondent à un

Plus en détail