Atelier 1 - Circuit économique et comptabilité nationale

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Atelier 1 - Circuit économique et comptabilité nationale"

Transcription

1 Atelier 1 - Circuit économique et comptabilité nationale Fabio Panzera, MA in Economics Université de Fribourg,

2 Question 1 Les macroéconomistes étudient toutes les questions suivantes, à l exception : 1. des déterminants de l inflation ; 2. des parts de marché relatives de Carrefour et de Migros ; 3. du taux de croissance du niveau de production suisse ; 4. de la quantité des importations et exportations entre la Suisse et la France.

3 Question 1 La macroéconomie analyse des données qui permettent de mesurer la performance globale d un pays. Carrefour et Migros sont des entreprises particulières; leur comportement fait l objet d une analyse microéconomique.

4 Question 1 Les macroéconomistes étudient toutes les questions suivantes, à l exception : 1. des déterminants de l inflation ; 2. despatsde parts marché ac relatives eat esdeca Carrefour eou etde Migros ; 3. du taux de croissance du niveau de production suisse ; 4. de la quantité des importations et exportations entre la Suisse et la France.

5 Question 2 La composante la plus importante du PIB d un pays est : a) la consommation ; b) l investissement ; c) les dépenses publiques ; d) les exportations ti nettes.

6 Question 2 Données en CH (2009) : Consommation = 58% PIB Investissements = 21% PIB Dép. publique = 12% PIB Exp. nettes = 9% PIB

7 Question 2 Source : SECO (2009)

8 Question 2 La composante la plus importante du PIB d un pays est : a) la consommation ; b) l investissement ; c) les dépenses publiques ; d) les exportations nettes.

9 Question 3 Produit Intérieur Brut (PIB) Le PIB mesure le revenu total gagné sur le territoire d'un pays. Il comprend donc le revenu gagné sur ce territoire par des nonrésidents, mais non celui que gagnent à l'étranger des résidents du pays considéré. é Produit National Brut (PNB) Le PNB mesure le revenu total gagné par les résidents d'un pays. Il comprend donc le revenu gagné à l'étranger par les résidents de ce pays, mais non celui que gagnent sur le territoire de celui-ci des non-résidents.

10 1 Question 3 Événement PNB PIB Madonna donne un concert de rock à New York. Oui Oui Madonna donne un concert de rock à Londres. Oui Non Toyota perçoit des profits de sa filiale de voitures sise en Non Oui Californie. Ford perçoit des profits de sa filiale de voitures sise en Oui Non Angleterre. Un groupe rock des Etats-Unis qui réside à Londres donne Non Oui un concert à New York. Un groupe rock des Etats-Unis qui réside à Londres donne un concert à Londres. Non Non

11 Question 4a Supposez que Smart achète de l acier pour une valeur de francs à l entreprise suisse AcierSuisse, afin de produire une voiture que Smart vendra par la suite à Amag pour une valeur de francs. Amag, à son tour, vend cette même voiture à une famille pour francs. Les salaires suivants ont été versés : AcierSuisse 2'000, Smart 4'000, Amag 1'000. a) Quelle est la variation du PIB de cette économie selon la méthode de la production des biens finaux? Selon la méthode de la production des biens finaux, le PIB n inclut que la valeur des biens finaux qui ont été produits au cours de la période à laquelle il se réfère. La valeur des biens intermédiaires n est pas recensée afin d éviter des doubles comptages. Le bien final dans notre exemple est la voiture vendue par Amag. Par conséquent, le PIB de la Suisse augmente de francs, ce qui correspond au prix de vente de la voiture.

12 Question 4b b) Quelle est la valeur ajoutée à chaque stade de la production? Méthode de la valeur ajoutée La valeur ajoutée d une entreprise est égale à la valeur de sa production diminuée de la valeur des biens intermédiaires qu elle achète. Le tableau suivant nous aide à calculer le PIB avec la méthode de la valeur ajoutée : Acteur économique Achat Vente Valeur ajoutée AcierSuisse Smart Amag Variation du PIB

13 Question 4c c) Calculez la variation du PIB à l aide des revenus distribués (salaires & profits). Revenus distribués Les revenus distribués ib correspondent à la somme des salaires et des profits. À l aide de ces revenus, nous pouvons calculer la variation du PIB de la manière suivante : Acteur économique Salaires Profits Revenus distribué AcierSuisse Smart Amag Variation du PIB

14 Question 5 Si le déflateur du PIB augmente de 4% d une année à l autre et si le PIB réel augmente de 3%, le PIB nominal va : a) augmenter approximativement de 1% ; b) diminuer approximativement de 1% ; c) augmenter approximativement t de 7% ; d) augmenter entre 1% et 7%. Cela dépend du niveau initial du PIB.

15 Question 5 La variation en pourcentage du produit de deux variables est approximativement égale à la somme de la variation en pourcent de chacune de ces variables. Par ailleurs : PIBnom déflateur PIB = d où : PIBréel déflateur PIB PIBréel =PIBnom On peut donc écrire : déflateur PIB + PIBréel PIBnom 0.07 Le PIB nominal va augmenter approximativement de 7%.

16 Question 5 Si le déflateur du PIB augmente de 4% d une année à l autre et si le PIB réel augmente de 3%, le PIB nominal va : a) augmenter approximativement de 1% ; b) diminuer approximativement de 1% ; c) augmenter approximativement t de 7% ; d) augmenter entre 1% et 7%. Cela dépend du niveau initial du PIB.

17 Question 6 Indice des prix à la consommation (Laspeyres ; biens importés) L IPC mesure le niveau des prix à partir d un panier de biens et services achetés par le consommateur moyen. Il tend à surestimer le taux d inflation. Étant t basé sur un panier constant de biens et services, il ne considère ni la possibilité de substitution entre les biens, ni la possibilité d amélioration de la qualité des biens, ni la possibilité d apparition de nouveaux produits sur les marchés. Or, ces éléments contribuent à améliorer le bien-être du consommateur. l IPC surestime le 2% effectif du taux d inflation ; pour cela les banques centrales visent une augmentation ti du taux d inflation entre 0 et 2%! Déflateur du PIB (Paasche ; pas bien importés) Contrairement à l IPC, le déflateur du PIB sous-estime le taux d inflation car il ne tient compte que des biens et services produits dans le territoire national. Une augmentation du prix des biens importés ne sera pas considérée dans le calcul du déflateur du PIB, alors que cette augmentation frappe directement le consommateur et contribue à la réduction de son bien-être économique.

18 Question 6 Faut-il mesurer le taux d inflation à travers le déflateur du PIB? Quel indicateur choisiriez-vous et pourquoi? Il vaut mieux surestimer le niveau des prix que le sous-estimer, notamment lorsqu on doit décider des interventions de politique monétaire. En effet : Sur-estimation : réelle des allocations, dépenses, demande, prix = inflation Sous-estimation : réelle des allocations, dépenses, demande, prix = déflation et chômage l IPC tient compte des prix des biens et services importés qui sont consommés par les agents qui résident dans le pays. Il reflète mieux les comportements de consommation des agents économiques d un pays.

19 Question 7 Si le gouvernement désire augmenter les allocations de sécurité sociale pour les personnes âgées d une certaine somme afin de pouvoir maintenir constant le niveau de vie de ces agents, le pourcentage de variation doit être : a) égal à la variation en pourcentage de l IPC ; b) inférieur à la variation en pourcentage de l IPC ; c) supérieur à la variation en pourcentage de l IPC ; d) égal à la variation en pourcentage du déflateur du PIB

20 Question 7 Mesurer l inflation L inflation représente la perte de pouvoir d achat de la monnaie. Afin de maintenir le pouvoir d achat constant, il est donc important d indexer les revenus au taux d inflation annoncé par la banque centrale. Comment la banque centrale mesure-t-elle elle l inflation? Elle utilise les indices de prix qui comparent les prix (pondérés) d un panier représentatif de biens ou services dans l année courante par rapport au prix du même panier dans l année de base. Les économistes utilisent différents indices qui mesurent l évolution lévolution des prix : l Indice des Prix à la Consommation (IPC), l Indice des Prix à la Production (IPP), le déflateur du Produit Intérieur Brut, et ainsi de suite.

21 Question 7 Si le gouvernement désire augmenter les allocations de sécurité sociale pour les personnes âgées d une certaine somme afin de pouvoir maintenir constant le niveau de vie de ces agents, le pourcentage de variation doit être : a) égal à la variation en pourcentage de l IPC ; b) inférieur à la variation en pourcentage de l IPC ; inférieur, mais pas excessivement inférieur, au taux d inflation mesuré par l IPC c) supérieur à la variation en pourcentage de l IPC ; d) égal à la variation en pourcentage du déflateur du PIB.

22 Question 8 Supposez une économie produisant seulement deux types de biens : les ordinateurs et les voitures. Le tableau suivant indique les prix en francs et les quantités vendues pour ces deux produits durant deux années consécutives : Année Q Ordinateurs P Ordinateurs Q Voitures P Voitures a) Calculez le PIB nominal pour les deux années indiquées dans le tableau plus haut : PIBnom (1) = ' '000 6'000 = 8'000'000 PIBnom (2) = 1'500 2' '500 10' = 18'000'000

23 Question 8b Année Q Ordinateurs P Ordinateurs Q Voitures P Voitures b) Calculez le PIB réel pour les deux années en utilisant l année 1 comme année de base. PIBréel (1) = PIBnom (1) = 8'000'000 PIBréel (2) = 1'500 10' '500 6'000 = 24'000'000

24 Question 8c Année Q Ordinateurs P Ordinateurs Q Voitures P Voitures c) Calculez le taux de croissance du PIB réel entre ces deux années en utilisant l année 1 comme année de base. PIBréel (2) PIBréel (1) = = 2 PIBréel (1) Le PIB réel a augmenté de 200%.

25 Question 8d Année Q Ordinateurs P Ordinateurs Q Voitures P Voitures d) Calculez le PIB réel pour chaque année en considérant l année 2 comme année de base. PIBréel (1) = 200 2' '000 10'000 = 10'400'000 PIBréel (2) = PIBnom (2) = 18'000'000

26 Question 8e Année Q Ordinateurs P Ordinateurs Q Voitures P Voitures e) Calculez le taux de croissance du PIB réel entre ces deux années en utilisant l année 2 comme année de base. PIBréel (2) PIBréel (1) = = 0.73 PIBréel (1) Le PIB réel a augmenté de 73%.

27 Question 8f f) Expliquez pourquoi les réponses aux points c) et e) ne sont pas les mêmes. Point c): le PIB réel augmente de 200% Point e): le PIB réel augmente de 73% Lorsqu on utilise l année 1 comme année de base (point c), l augmentation drastique de la quantité d ordinateurs produits entre ces deux années est multipliée par un prix élevé (10'000) 000), ce qui conduit à une augmentation importante du PIB réel. Dans l année 2, le prix des ordinateurs est inférieur à celui des voitures. Lorsqu on utilise l année 2 comme année de base (point e), la quantité considérable d ordinateurs produits durant cette période est multipliée par un prix relativement faible (2'000), ce qui conduit à une augmentation bien inférieure du PIB réel.

28 Question 9 Utilisez les données suivantes (exprimées en milliards de dollars) pour calculer le PIB, l investissement net, les exportations nettes, le revenu disponible et l épargne du pays considéré. Consommation (C) 600 Impôts (T) 400 Transferts (TR) 250 Exportations (X) 240 Importations (M) 220 Dépenses publiques (G) 200 Investissement brut (1) 150 Dépréciation (Dpr) 60

29 Question 9 a) PIB = C + I + G + (X M) = 970 Consommation (C) 600 b) Inet = Ibrut Dpr = 90 c) NX = X M = 20 d) Ydisp = PIB Dpr + Tr T = 760 e) S = Ydisp C = 160 Impôts (T) 400 Transferts (TR) 250 Exportations (X) 240 Importations (M) 220 Dépenses publiques (G) 200 Investissement brut (I) 150 Dépréciation (Dpr) 60

30 Question 10 Année PIB nominal Déflateur (2005) a) Quel était le taux de croissance du PIB nominal entre 2009 et 2010? tx croiss. PIBnom = = = 6.22% b) Quel était le taux de croissance du déflateur entre 2009 et 2010? tx croiss. déflateur = = = 1.61% 124

31 Question 10c-10d c) Quel était le PIB réel en 2009 mesuré en termes de prix de 2005? PIBnom 2009 PIBnom 2009 Déflateur 2009 = => PIBréel 2009 = = PIBréel 2009 Déflateur 2009 d) Quel était le PIB réel en 2010 mesuré en termes de prix de 2005? PIBnom 2010 PIBnom 2010 Déflateur 2010 = => PIBréel 2010 = = PIBréel 2010 Déflateur 2010

32 Question 10e-10f e) Quel était le taux de croissance du PIB réel entre 2009 et 2010? tx croiss. PIBréel = = = 4.555% e) Le taux de croissance du PIB nominal a-t-il été supérieur ou inférieur au taux de croissance du PIB réel? Qu est-ce que cela signifie économiquement? tx croiss. PIBnom = 6.22% question a) tx croiss. PIBréel = 4.555% question e) Economiquement cela signifie qu une partie de l augmentation du PIB nominal entre 2009 et 2010 ( ¼) est due à une augmentation des prix ( 1.61%, cf. question b)), tandis que les restants ¾ de l augmentation du PIB nominal sont dus à une effective augmentation de la production ( 4.55%, cf. question e)).

33 Question 11 Les donnés suivantes sont disponibles pour le pays A : PNB nominal 2009 = 150 ; PNB nominal 2010 = 160. En 2010, le taux de croissance du PNB en termes réels a été de 1.5%. Le taux d inflation attendu pour 2011 correspond au taux d inflation observé pendant la période précédente. éd Un taux de croissance de 2% du PIB réel est attendu pour Estimez le PNB nominal de Etapes: 1) On prend 2009 comme année de base. Le PNB nominal en 2009 (=150) est donc égal au PNB réel de ) PNBréel 2010 = PNBréel 2009 (1 + r) = 150 ( ) = PNBnom ) Déflateur 2010 = = = 1.05 PNBréel Le taux d inflation sur la période est donc 5%.

34 Question 11 4) Grace au taux de croissance attendu pour 2011, on calcule le PNBréel 2011 : PNBréel 2011 = ( ) = ) Enfin PNBnom 2011 : Déflateur 2011 = PNBnom 2011 / PNBréel 2011 PNBnom = =

Chapitre 6. Le calcul du PIB, de l inflation et de la croissance économique. Objectifs d apprentissage. Objectifs d apprentissage (suite)

Chapitre 6. Le calcul du PIB, de l inflation et de la croissance économique. Objectifs d apprentissage. Objectifs d apprentissage (suite) Chapitre 6 Le calcul du PIB, de l inflation et de la croissance économique 1 Objectifs d apprentissage Faire la distinction entre le stock de capital et de la richesse et le flux de production, de revenu,

Plus en détail

INTRODUCTION / CHAPITRE I : LES AGREGATS MACROECONOMIQUES

INTRODUCTION / CHAPITRE I : LES AGREGATS MACROECONOMIQUES INTRODUCTION / CHAPITRE I : LES AGREGATS MACROECONOMIQUES Introduction : la macroéconomie Les objectifs de la macroéconomie Les agrégats macroéconomiques 1 INTRODUCTION: LA MACROECONOMIE La macroéconomie

Plus en détail

LES DONNÉES MACROÉCONOMIQUES

LES DONNÉES MACROÉCONOMIQUES LES DONNÉES MACROÉCONOMIQUES L'observation scientifique des mécanismes économiques a conduit à l'identification de certaines informations qui reviennent systématiquement et qui apparaissent ainsi, essentielles

Plus en détail

5 Les données macroéconomiques

5 Les données macroéconomiques 5 Les données macroéconomiques Jean Magnan de Bornier Table des matières 1 La mesure des variables macroéconomiques 2 1.1 prix, valeurs, quantités et autres............ 2 1.1.1 Les prix....................

Plus en détail

L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte

L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte Partie 3: L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte On abandonne l hypothèse d économie fermée Les échanges économiques entre pays: importants, en

Plus en détail

Etude de quelques grandeurs et leur calcul 1 Les principaux secteurs institutionnels

Etude de quelques grandeurs et leur calcul 1 Les principaux secteurs institutionnels Etude de quelques grandeurs et leur calcul 1 Les principaux secteurs institutionnels 1.3 Le PIB 1.3.1 L'approche en termes de circuit Le PIB permet de synthétiser en un seul chiffre la valeur d'ensemble

Plus en détail

Dépenses nationales totales 3.0 3.4 2.3

Dépenses nationales totales 3.0 3.4 2.3 Chiffres clés pour l'économie belge Pourcentages de variation en volume - sauf indications contraires Dépenses de consommation finale des particuliers 2.0 2.6 1.4 Dépenses de consommation finale des pouvoirs

Plus en détail

11. Données Macroéconomiques

11. Données Macroéconomiques 11. Données Macroéconomiques 1. Une entreprise agricole produit du blé et des tomates. Elle vend pour 3 de blé à un moulin qui, par la suite, le revend sous forme de farine pour 6 à un fabricant de tagliatelles.

Plus en détail

TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD

TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD 1. Balance des paiements 1.1. Bases comptable ˆ Transactions internationales entre résident et non-résident

Plus en détail

Revue des grandes tendances macroéconomiques pour le secteur de l'assurance au Québec en 2013

Revue des grandes tendances macroéconomiques pour le secteur de l'assurance au Québec en 2013 Revue des grandes tendances macroéconomiques pour le secteur de l'assurance au Québec en 2013 Daniel Denis kpmg.ca L environnement externe ÉCONOMIE CONSOMMATEUR TECHNOLOGIE DÉMOGRAPHIE Secteur de l assurance

Plus en détail

Présentation des termes et ratios financiers utilisés

Présentation des termes et ratios financiers utilisés [ annexe 3 Présentation des termes et ratios financiers utilisés Nous présentons et commentons brièvement, dans cette annexe, les différents termes et ratios financiers utilisés aux chapitres 5, 6 et 7.

Plus en détail

L équilibre Ressources Emplois de biens et services schématisé par une balance

L équilibre Ressources Emplois de biens et services schématisé par une balance IV) l équilibre ressources - emplois et son interprétation Cet article fait suite à ceux du 19 janvier et du 18 février 2013. Il en est le complément logique sur les fondamentaux macro- économiques d un

Plus en détail

13. L inflation, ses causes et ses coûts

13. L inflation, ses causes et ses coûts 13. L inflation, ses causes et ses coûts Qu est-ce que l inflation? - L inflation est une augmentation soutenue du niveau «général» des prix. - L inflation concerne une augmentation durable du niveau moyen

Plus en détail

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale?

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN 18 décembre 2014 à 14:22 Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? Ce chapitre ne fait plus partie du programme, mais il est conseillé de

Plus en détail

Examen d Introduction à la Macroéconomie Cours des Prof. Federica Sbergami et Nicolas Maystre Juin 2015

Examen d Introduction à la Macroéconomie Cours des Prof. Federica Sbergami et Nicolas Maystre Juin 2015 Nom: Prénom: N étudiant : A Examen d Introduction à la Macroéconomie Cours des Prof. Federica Sbergami et Nicolas Maystre Juin 2015 Nombre de pages au total: 13 pages + 1 grille réponse Durée de l examen:

Plus en détail

Rappel mathématique Germain Belzile

Rappel mathématique Germain Belzile Rappel mathématique Germain Belzile Note : à chaque fois qu il est question de taux dans ce texte, il sera exprimé en décimales et non pas en pourcentage. Par exemple, 2 % sera exprimé comme 0,02. 1) Les

Plus en détail

Documentation sur les indices des prix de transaction

Documentation sur les indices des prix de transaction Documentation Indice des prix de transaction 1/7 Wüest & Partner AG Gotthardstrasse 6 CH-8002 Zürich Telefon +41 44 289 90 00 Fax +41 44 289 90 01 www.wuestundpartner.com 1 Etat Décembre 2012 Documentation

Plus en détail

Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien

Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien Janone Ong, département des Marchés financiers La Banque du Canada a créé un nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien,

Plus en détail

CHAPITRE VI - LES SOLDES COMPTABLES ET LES INDICATEURS DE REVENU

CHAPITRE VI - LES SOLDES COMPTABLES ET LES INDICATEURS DE REVENU CHAPITRE VI - LES SOLDES COMPTABLES ET LES INDICATEURS DE REVENU 1. Le compte de production... 129 2. Le compte d exploitation... 129 3. Le compte de revenu d entreprise... 130 4. Les indicateurs de revenu

Plus en détail

METHODOLOGIES DE CALCUL DU TAUX DE CHANGE EFFECTIF NOMINAL ET REEL DU BENIN

METHODOLOGIES DE CALCUL DU TAUX DE CHANGE EFFECTIF NOMINAL ET REEL DU BENIN 45 METHODOLOGIES DE CALCUL DU TAUX DE CHANGE EFFECTIF NOMINAL ET REEL DU BENIN Le Taux de Change Effectif Nominal (EN) d une monnaie se mesure généralement par l évolution moyenne pondérée des cours de

Plus en détail

Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada

Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada Chambre de commerce du Grand Moncton Moncton (Nouveau-Brunswick) 21 novembre 2012 Tim Lane Sous-gouverneur Banque du Canada

Plus en détail

Concepts abordés. Inflation, désinflation, déflation, stagflation, hyperinflation. Monnaie et financement de l activité économique IPC, IPCH, PCE

Concepts abordés. Inflation, désinflation, déflation, stagflation, hyperinflation. Monnaie et financement de l activité économique IPC, IPCH, PCE 2. Inflation Concepts abordés Inflation, désinflation, déflation, stagflation, hyperinflation Monnaie et financement de l activité économique IPC, IPCH, PCE Effets de l inflation Sources de l inflation

Plus en détail

REMARQUES QUESTIONS. 7. Smith 8. Lavoisier 9. Condorcet

REMARQUES QUESTIONS. 7. Smith 8. Lavoisier 9. Condorcet UNIVERSITE PARIS II PANTHEON ASSAS Droit Economie Sciences sociales Licence deuxième année Sciences économiques AES SESSION : Septembre 2010 Matière : Comptabilité nationale (UEC1) G. Grangeas REMARQUES

Plus en détail

La dette des particuliers

La dette des particuliers L EMPLOI ET LE REVENU EN La dette des particuliers Si l économie et la population des États-Unis sont presque dix fois supérieures à celles du, les deux pays comportent plusieurs similitudes. Les deux

Plus en détail

Chiffres-clés relatifs à la place financière suisse Mis à jour en décembre 2008

Chiffres-clés relatifs à la place financière suisse Mis à jour en décembre 2008 Chiffres-clés relatifs à la place financière suisse Mis à jour en décembre 2008 O:\Ifw-daten\IFW-FF\14 FinMaerkte_FinPlatzPolitik\143.2 FM CH Statistik\Publ Kennzahlen\Kennzahlen_Dezember08\Internet\Kennzahlen_CD-

Plus en détail

TD 3 : Monnaie, inflation, taux d intérêt et prix des actifs financiers

TD 3 : Monnaie, inflation, taux d intérêt et prix des actifs financiers Cours de Olivier Cardi Université de Tours L1 ECO Cours d Introduction à la Macroéconomie Année universitaire 2015-2016 TD 3 : Monnaie, inflation, taux d intérêt et prix des actifs financiers 1 Questions

Plus en détail

La révision des indices du cours du franc suisse, nominaux et réels, pondérés par les exportations

La révision des indices du cours du franc suisse, nominaux et réels, pondérés par les exportations La révision des indices du cours du franc suisse, nominaux et réels, pondérés par les exportations par Robert Fluri et Robert Müller, Direction de la statistique, Banque nationale suisse, Zurich BNS 42

Plus en détail

IFFP Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle. La monnaie

IFFP Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle. La monnaie IFFP Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle La monnaie : INTRODUCTION 22.01.2010, Lausanne 8h45 12h 12h45 16h David Maradan, chargé de cours UNIGE et HEG-Genève; Directeur Ecosys

Plus en détail

TD n 1 : la Balance des Paiements

TD n 1 : la Balance des Paiements TD n 1 : la Balance des Paiements 1 - Principes d enregistrement L objet de la Balance des Paiements est de comptabiliser les différentes transactions entre résidents et non-résidents au cours d une année.

Plus en détail

Université du Québec en Outaouais

Université du Québec en Outaouais Nom : Numéro d étudiant : Université du Québec en Outaouais Prénom ECN1473 : Analyse macroéconomique Examen intra Date : lundi 21 octobre 2002 Durée : 2h30 (9h00 11h30) Professeur : Dimitri Sanga DIRECTIVES

Plus en détail

Chapitre Troisième : MACROECONOMIE OUVERTE

Chapitre Troisième : MACROECONOMIE OUVERTE Chapitre Troisième : MACROECONOMIE OUVERTE I] PERSPECTIVE HISTORIQUE QUANT A L EVOLUTION DU CAPITALISME 1. L ère du Gold-index : en quoi l or permet-il un rééquilibrage automatique de la BP? 2. Les accords

Plus en détail

75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-2010

75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-2010 75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-21 L économie canadienne depuis la fondation de la Banque du Canada Première édition : le 11 mars 21 Mise à jour : le 16 decembre 21 1 La Banque du Canada, fondée en

Plus en détail

L évolution du pouvoir d achat des ménages : mesure et perception

L évolution du pouvoir d achat des ménages : mesure et perception Service des Études économiques et de la Prospective Délégation pour la planification Décembre 2006 L évolution du pouvoir d achat des ménages : mesure et perception La mesure du pouvoir d achat des ménages

Plus en détail

Module de Formation N 4 NOTIONS COMPLÉMENTAIRES : LES INDICES

Module de Formation N 4 NOTIONS COMPLÉMENTAIRES : LES INDICES Module de Formation N 4 NOTIONS COMPLÉMENTAIRES : LES INDICES INTRODUCTION Cette présentation est consacrée aux indices statistiques. Elle s adresse à des non statisticiens travaillant dans les services

Plus en détail

La comptabilité nationale en économie ouverte (rappels) et la balance des paiements

La comptabilité nationale en économie ouverte (rappels) et la balance des paiements La comptabilité nationale en économie ouverte (rappels) et la balance des paiements Identité fondamentale: Y= C + I + G + EX - IM Y: PIB (Produit Intérieur Brut) C: Consommation I: Investissement G: Dépenses

Plus en détail

RAPPORT TECHNIQUE CCE 2014-2415

RAPPORT TECHNIQUE CCE 2014-2415 RAPPORT TECHNIQUE CCE 2014-2415 CCE 2014-2415 Rapport technique 2014 22 décembre 2014 2 CCE 2014-2415 3 CCE 2014-2415 Le tableau 1 présente les principaux indicateurs du contexte macro-économique belge

Plus en détail

FIN-INTER-01 LE CONTEXTE

FIN-INTER-01 LE CONTEXTE FIN-INTER-01 LE CONTEXTE Public concerné : Etudiants niveau Bac + 2. Durée indicative : 2 heures Objectifs : Positionner le domaine de la finance internationale dans son contexte. Pré requis : Néant. Modalités

Plus en détail

Solde Courant et Choix Intertemporel

Solde Courant et Choix Intertemporel Solde Courant et Choix Intertemporel Grégory Corcos et Isabelle Méjean ECO 434: Economie Internationale Ecole Polytechnique, 2ème Année http://isabellemejean.com/eco434 InternationalEconomics.html Plan

Plus en détail

Table des matières. Le long terme... 45. Partie II. Introduction... 1. Liste des figures... Liste des tableaux...

Table des matières. Le long terme... 45. Partie II. Introduction... 1. Liste des figures... Liste des tableaux... Liste des figures... Liste des tableaux... XI XV Liste des encadrés.... XVII Préface à l édition française... XIX Partie I Introduction... 1 Chapitre 1 Un tour du monde.... 1 1.1 La crise.... 1 1.2 Les

Plus en détail

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010 Initiation à l économie ENSAE, 1A Maths Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr Septembre 2010 Les ménages (1/2) Les ressources des ménages La consommation L épargne Les ménages comme agents économiques

Plus en détail

Banque de la République d Haïti. Bulletin Statistique 36 Juillet - Septembre 2000

Banque de la République d Haïti. Bulletin Statistique 36 Juillet - Septembre 2000 Banque de la République d Haïti Bulletin Statistique 36 Juillet - Septembre 2000 Table des matières Avertissement...5 I- Statistiques monétaires et financières Tableau 1.1 Principaux indicateurs monétaires...10

Plus en détail

Chapitre IX : Le taux de change : marché et politique

Chapitre IX : Le taux de change : marché et politique Chapitre IX : Le taux de change : marché et politique I. Marché des changes et balance des paiements = marché où s'échangent les monnaies nationales. Grand A : impact du taux de change E sur les exportations

Plus en détail

Macroéconomie. Monnaie et taux de change

Macroéconomie. Monnaie et taux de change Macroéconomie Monnaie et taux de change Marché des changes Le taux de change de en $ correspond au nombre de $ que l on peut acheter avec un exemple: 1 = 1,25 $ Une appréciation/dépréciation du taux de

Plus en détail

La productivité du travail et le salaire moyen par tête à l horizon 2050

La productivité du travail et le salaire moyen par tête à l horizon 2050 CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du mercredi 26 septembre 2007 à 9 h 30 «Actualisation des projections à long terme : les hypothèses» Document N 04 Document de travail, n engage pas

Plus en détail

ELEMENTS DE COMPTABILITE NATIONALE

ELEMENTS DE COMPTABILITE NATIONALE ELEMENTS DE COMPTABILITE NATIONALE Cours de M. Di Roberto Université Victor Segalen Bordeaux 2 Bibliographie Ce cours s inspire largement des ouvrages essentiels suivants. Merci à leurs auteurs. BOSSERELLE

Plus en détail

Deux exemples de l impact d un choc exogène sur l évolution des prix : le prix du pétrole et la déréglementation

Deux exemples de l impact d un choc exogène sur l évolution des prix : le prix du pétrole et la déréglementation Deux exemples de l impact d un choc exogène sur l évolution des prix : le prix du pétrole et la déréglementation Deux chocs importants ont affecté le comportement des prix de détail des principaux pays

Plus en détail

Les perspectives économiques

Les perspectives économiques Les perspectives économiques Les petits-déjeuners du maire Chambre de commerce d Ottawa / Ottawa Business Journal Ottawa (Ontario) Le 27 avril 2012 Mark Carney Mark Carney Gouverneur Ordre du jour Trois

Plus en détail

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Les échanges de marchandises (biens et services), de titres et de monnaie d un pays avec l étranger sont enregistrés dans un document comptable

Plus en détail

Selon les prévisions actuelles,

Selon les prévisions actuelles, Qui épargne pour la retraite? Karen Maser Selon les prévisions actuelles, près de 23 % de la population aura 65 ans ou plus en 2031, ce qui représente une nette progression par rapport au pourcentage de

Plus en détail

ECONOMIE GENERALE ET STATISTIQUE. 2ème Bac Sciences Economiques

ECONOMIE GENERALE ET STATISTIQUE. 2ème Bac Sciences Economiques Economie Générale et Statistique ECONOMIE GENERALE ET STATISTIQUE 2ème Bac Sciences Economiques Première partie: Les concepts économiques de base 3- Les agrégats de la comptabilité nationale 27/10/2014

Plus en détail

Indice des prix à la production et à l importation

Indice des prix à la production et à l importation 05 Prix 982-1100 Indice des prix à la production et à l importation Neuchâtel, 2011 Qu est-ce que l indice des prix à la production et à l importation? L indice des prix à la production (IPP) mesure l

Plus en détail

Adaptation à la hausse du niveau du Produit intérieur brut suite à la révision des comptes nationaux

Adaptation à la hausse du niveau du Produit intérieur brut suite à la révision des comptes nationaux Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la statistique OFS Communiqué de presse Embargo: 30.09.2014, 11:00 4 Economie nationale N 0351-1408-90 Comptes nationaux de la Suisse 1995-2013

Plus en détail

Indices des prix à la consommation

Indices des prix à la consommation ICLS/17/2003/3 ORGANISATION INTERNATIONALE DU TRAVAIL Rapport III Indices des prix à la consommation Dix-septième Conférence internationale des statisticiens du travail Genève, 24 novembre - 3 décembre

Plus en détail

Tendances financières et monétaires au premier semestre 2015

Tendances financières et monétaires au premier semestre 2015 Septembre 2015 Tendances financières et monétaires au premier semestre 2015 L objet de cette revue est de présenter les principaux éléments qui caractérisent l évolution de la situation de la position

Plus en détail

L économie ouverte. Un modèle de petite économie ouverte. V2.0 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile. Quelques définitions

L économie ouverte. Un modèle de petite économie ouverte. V2.0 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile. Quelques définitions L économie ouverte Un modèle de petite économie ouverte V2.0 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile Quelques définitions Économie fermée Économie ouverte Exportations et importations Exportations nettes

Plus en détail

FILIÈRE L1 AES, TAMPON TRAVAUX DIRIGÉS D ÉCONOMIE POLITIQUE 1 Cours de M. HUET Année universitaire 2012-2013

FILIÈRE L1 AES, TAMPON TRAVAUX DIRIGÉS D ÉCONOMIE POLITIQUE 1 Cours de M. HUET Année universitaire 2012-2013 UNIVERSITÉ DE LA RÉUNION FACULTÉ DE DROIT & D ÉCONOMIE FILIÈRE L1 AES, TAMPON TRAVAUX DIRIGÉS D ÉCONOMIE POLITIQUE 1 Cours de M. HUET Année universitaire 2012-2013 18h en 9 TD : I- Courants de pensée en

Plus en détail

La monnaie, les banques et les taux d intérêt

La monnaie, les banques et les taux d intérêt Chapitre 10 La monnaie, les banques et les taux d intérêt 1 Objectifs Définir ce qu est la monnaie et décrire ses fonctions Expliquer les fonctions économiques des banques canadiennes et des autres intermédiaires

Plus en détail

INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC ÉCONOMIE. Comptes économiques des revenus et dépenses du Québec

INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC ÉCONOMIE. Comptes économiques des revenus et dépenses du Québec INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC ÉCONOMIE Comptes économiques des revenus et dépenses du Québec Édition 2013 Pour tout renseignement concernant l ISQ et les données statistiques dont il dispose, s

Plus en détail

Dépenses et personnel de recherche et développement des entreprises privées en Suisse 2012

Dépenses et personnel de recherche et développement des entreprises privées en Suisse 2012 Département fédéral de l intérieur DFI Office fédéral de la statistique OFS Actualités OFS Embargo: 19.12.2013, 9:15 4 Economie nationale Neuchâtel, décembre 2013 Dépenses et personnel de recherche et

Plus en détail

COMPRENDRE LA BOURSE

COMPRENDRE LA BOURSE COMPRENDRE LA BOURSE Les principaux indicateurs économiques Ce document pédagogique n est pas un document de conseils pour investir en bourse. Les informations données dans ce document sont à titre informatif.

Plus en détail

Chapitre 3. La répartition

Chapitre 3. La répartition Chapitre 3. La répartition 1. La répartition de la valeur ajoutée La valeur ajoutée (1) Valeur ajoutée : solde du compte de production = > VA = P CI = > Richesse effectivement créée par les organisations

Plus en détail

Indices des prix à la consommation

Indices des prix à la consommation MELS/2001/II MENFM/2001 ORGANISATION INTERNATIONALE DU TRAVAIL Rapport II Indices des prix à la consommation Réunion d experts sur les statistiques du travail Genève, 22-31 octobre 2001 BUREAU INTERNATIONAL

Plus en détail

«Tout savoir sur l indice des prix à la consommation et l inflation au Luxembourg»

«Tout savoir sur l indice des prix à la consommation et l inflation au Luxembourg» «Tout savoir sur l indice des prix à la consommation et l inflation au Luxembourg» Version septembre 2008 Pourquoi améliorer l information sur l IPC? Sujet d actualité le retour de l inflation zone Euro:

Plus en détail

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER Chapitre 25 Mankiw 08/02/2015 B. Poirine 1 I. Le système financier A. Les marchés financiers B. Les intermédiaires financiers 08/02/2015 B. Poirine 2 Le système

Plus en détail

LA BALANCE DES PAIEMENTS ET SON

LA BALANCE DES PAIEMENTS ET SON COMMENT S OPÈRE LE FINANCEMENT de L ÉCONOMIE MONDIALE? LA BALANCE DES PAIEMENTS ET SON INTERPRÉTATION ÉCONOMIQUE A. QU EST-CE QU UNE BALANCE DES PAIEMENTS B. LA BALANCE DES TRANSACTIONS COURANTES C. LA

Plus en détail

Nobody s Unpredictable

Nobody s Unpredictable Connaissance qu a le public de la Banque du Canada (Comparaison des résultats de l enquête téléphonique et de l enquête en ligne) Enquête de décembre 2010 commandée par la Banque du Canada Nobody s Unpredictable

Plus en détail

Prévisions économiques 2011. Yanick Desnoyers

Prévisions économiques 2011. Yanick Desnoyers Prévisions économiques 2011 Yanick Desnoyers ÀNOTER ÀVOTRE AGENDA 16 novembre 2010 8 mars 2011 POUR ALLER PLUS LOIN Consultez le dossier complet sur la rémunération à l adresse suivante : www.portailrh.org/previsions

Plus en détail

10. L épargne, l investissement et le système financier

10. L épargne, l investissement et le système financier 10. L épargne, l investissement et le système financier 1. Le système financier Un système financier = ensemble des institutions financières qui ont pour objet de mettre en relation les besoins de financement

Plus en détail

EXEMPLES DE CORRECTION D UNE SERIE DE QUESTIONS TIREES DES PRECEDENTES EPREUVES (LES 20 PREMIERES QUESTIONS ONT ETE CORRIGEES EN COURS)

EXEMPLES DE CORRECTION D UNE SERIE DE QUESTIONS TIREES DES PRECEDENTES EPREUVES (LES 20 PREMIERES QUESTIONS ONT ETE CORRIGEES EN COURS) EXEMPLES DE CORRECTION D UNE SERIE DE QUESTIONS TIREES DES PRECEDENTES EPREUVES (LES 20 PREMIERES QUESTIONS ONT ETE CORRIGEES EN COURS) 01. La macroéconomie est l'étude de l'ensemble des phénomènes suivants

Plus en détail

Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech

Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech Stéphane Gallon Caisse des Dépôts stephane.gallon@caissedesdepots.fr https://educnet.enpc.fr/course/view.php?id=2 1 Macroéconomie : croissance à

Plus en détail

La retraite: Un équilibre à trouver

La retraite: Un équilibre à trouver La retraite: Un équilibre à trouver Préparé par Aon Hewitt Présentée par Mélanie Beauvais Le 31 mai 2013 Aon Hewitt inc., 2013. Tous droits réservés. Ordre du jour Les grandes questions Le ratio de remplacement

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 08/91 POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Le 23 juillet 2008 Fonds monétaire international 700 19 e rue, NW Washington, D. C. 20431 USA Le FMI conclut les consultations de 2008

Plus en détail

Perspectives économiques régionales du Moyen-Orient et de l Afrique du Nord

Perspectives économiques régionales du Moyen-Orient et de l Afrique du Nord Perspectives économiques régionales du Moyen-Orient et de l Afrique du Nord Mise à jour - Janvier 2015 Giorgia Albertin Représentante Résidente pour la Tunisie Fonds Monétaire International Plan de l exposé

Plus en détail

CONSOMMATION FINALE. Matérialité de l usage. Productivité de l usage. Effet de l usage. Satisfaction. Usage d un bien SANS effet productif ultérieur

CONSOMMATION FINALE. Matérialité de l usage. Productivité de l usage. Effet de l usage. Satisfaction. Usage d un bien SANS effet productif ultérieur CONSOMMATION FINALE Matérialité de l usage Productivité de l usage Effet de l usage Usure d un bien Usage d un bien SANS effet productif ultérieur Satisfaction Gaspillage Champagne School of Management

Plus en détail

L austérité budgétaire: définition, calcul et conséquences.

L austérité budgétaire: définition, calcul et conséquences. L austérité budgétaire: définition, calcul et conséquences. Pour mener un char quelque part, on a trois décisions à prendre: 1. La destination.. 2. La route qu on va suivre.. 3. La vitesse à laquelle on

Plus en détail

T.D. 1. Licence 2, 2014 15 - Université Paris 8

T.D. 1. Licence 2, 2014 15 - Université Paris 8 Mathématiques Financières Licence 2, 2014 15 - Université Paris 8 C. FISCHLER & S. GOUTTE T.D. 1 Exercice 1. Pour chacune des suites ci-dessous, répondre aux questions suivantes : Est-ce une suite monotone?

Plus en détail

L euro : huit ans après

L euro : huit ans après L euro : huit ans après Gilbert Koenig Au cours de ses huit années d existence, l euro s est imposé au sein de l union monétaire en tant que monnaie supranationale et dans le système monétaire international

Plus en détail

Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010. Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC

Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010. Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010 Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC 1. Présentation... 328 2. Méthodologie... 328 3. Définitions... 328 4. Sources de

Plus en détail

A Comment passe-t-on des revenus primaires au revenu disponible?

A Comment passe-t-on des revenus primaires au revenu disponible? 32 LES FACTEURS ECONOMIQUES DE LA CONSOMMATION A Comment passe-t-on des revenus primaires au revenu disponible? 1 De la production aux revenus primaires 1. Une fois la richesse produite dans les entreprises

Plus en détail

L impact des opérations avec l extérieur sur la création monétaire dans la zone euro

L impact des opérations avec l extérieur sur la création monétaire dans la zone euro L impact des opérations avec l extérieur sur la création monétaire dans la zone euro Les données disponibles pour 1998 et le premier semestre 1999 indiquent, pour l agrégat monétaire M3 de la zone euro,

Plus en détail

1 re partie. Introduction et définitions

1 re partie. Introduction et définitions 1 re partie Introduction et définitions 7 Fiche 1 : Définition et objectifs de la comptabilité analytique Définition de la comptabilité analytique La comptabilité analytique est un outil d aide à la prise

Plus en détail

Dix ans d expérience de la gestion des taux d intérêt

Dix ans d expérience de la gestion des taux d intérêt 1 Dix ans d expérience de la gestion des taux d intérêt Bilan du concept de politique monétaire de la BNS Jean-Pierre Roth Président de la Direction générale de la Banque nationale suisse Université de

Plus en détail

Quels sont les grands déséquilibres macroéconomiques? Durée : maximum 4h30

Quels sont les grands déséquilibres macroéconomiques? Durée : maximum 4h30 Quels sont les grands déséquilibres macroéconomiques? Durée : maximum 4h30 Raphaël Pradeau (Académie de Nice) et Julien Scolaro (Académie de Poitiers) Programme : NOTIONS : Demande globale, inflation,

Plus en détail

Royaume du Maroc. Calcul du taux de change effectif nominal et réel du dirham

Royaume du Maroc. Calcul du taux de change effectif nominal et réel du dirham Royaume du Maroc Calcul du taux de change effectif nominal et réel du dirham Constituant une sélection mensuelle des travaux menés par les cadres de la Direction de la Politique Economique Générale, les

Plus en détail

DEVOIR N 1 économie générale

DEVOIR N 1 économie générale PROGRAMME : DEVOIR N 1 économie générale L économie et son domaine Le circuit économique comme méthode d'analyse La production marchande et non marchande Le travail Le capital et le progrès technique Le

Plus en détail

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 Mars 2015 1/12 D ANS une conjoncture internationale marquée par une reprise globale fragile, une divergence accrue de croissance

Plus en détail

Finance internationale : 04 Analyse d un cas concret : EADS Romain BAYLE Page n 2 / 10

Finance internationale : 04 Analyse d un cas concret : EADS Romain BAYLE Page n 2 / 10 FIN-INTER-05 ANALYSE D UN CAS CONCRET : EADS Public concerné : Etudiants niveau Bac + 2. Durée indicative : 8 heures. Objectifs : o Utiliser les acquis des cours précédents sur un cas concret. Pré requis

Plus en détail

2. Présentation de la comptabilité nationale

2. Présentation de la comptabilité nationale 2. Présentation de la comptabilité nationale Introduction (1) Comptabilité nationale : Système Européen des Comptes (SEC 95) => Technique de synthèse statistique représentation quantifiée de l économie

Plus en détail

Politiques monétaire et budgétaire en économie ouverte

Politiques monétaire et budgétaire en économie ouverte Chapitre 4 Politiques monétaire et budgétaire en économie ouverte Introduction modèle keynésien : on suppose que les prix sont fixes quand la production augmente, tant que l on ne dépasse pas le revenu

Plus en détail

Comptabilité nationale

Comptabilité nationale Comptabilité nationale Récession : Pour pouvoir déclarer que l'économie est en récession (technique) selon la définition standard, il faut que le PIB réel diminue pendant 2 trimestres consécutifs. Définition

Plus en détail

Tendances conjoncturelles Été 2015

Tendances conjoncturelles Été 2015 Tendances conjoncturelles Été 2015 Les illustrations et les tableaux du présent jeu de transparents sont issus de la publication du SECO «Tendances conjoncturelles, été 2015» Pour toute question technique

Plus en détail

2014 Renseignements sur l impôt et les gains en capital

2014 Renseignements sur l impôt et les gains en capital 2014 Renseignements sur l impôt et les gains en capital VOS FONDS COMMUNS DE PLACEMENT SPC La présente brochure renferme des renseignements fi scaux afférents à vos investissements et gains en capital

Plus en détail

PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES FRANCE

PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES FRANCE PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES FRANCE Juin 5 Selon les projections macroéconomiques pour la France effectuées dans le cadre de l Eurosystème, après trois années de croissance atone, le PIB croîtrait en moyenne

Plus en détail

Les politiques de réduction du coût salarial en Belgique

Les politiques de réduction du coût salarial en Belgique Les politiques de réduction du coût salarial en Belgique Mars 2015 Luc Masure Plan de la présentation 1. Le Bureau fédéral du Plan 2. Cadre historique de la politique salariale et des dispositifs d exonération

Plus en détail

En termes de taille relative, le Canada occupe la 15 ème place parmi les économies mondiales

En termes de taille relative, le Canada occupe la 15 ème place parmi les économies mondiales Le Programme de comparaison internationale de la Banque mondiale du pouvoir d'achat : classement général des pays, 2011 Diffusé à 8 h 30, heure de l'est dans Le Quotidien, le vendredi 9 mai 2014 Le 30

Plus en détail

EXERCICES - ANALYSE GÉNÉRALE

EXERCICES - ANALYSE GÉNÉRALE EXERCICES - ANALYSE GÉNÉRALE OLIVIER COLLIER Exercice 1 (2012) Une entreprise veut faire un prêt de S euros auprès d une banque au taux annuel composé r. Le remboursement sera effectué en n années par

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies E/ESCAP/CST(2)/4 Conseil économique et social Distr. : Générale 7 octobre 2010 Français Original : Anglais Commission économique et sociale pour l Asie et le Pacifique Comité de statistique

Plus en détail

1.2.3. La balance des paiements, outil d'analyse

1.2.3. La balance des paiements, outil d'analyse 1.2.3. La balance des paiements, outil d'analyse Introduction La balance des paiements est un moyen d'analyse économique de premier plan. Elle permet d'appréhender la totalité des échanges de la France

Plus en détail

REGLEMENTATION DU TAUX DE RENDEMENT

REGLEMENTATION DU TAUX DE RENDEMENT REGLEMENTATION DU TAUX DE RENDEMENT J. M. Mwenechanya ATELIER ERERA/ AGAO SUR LA REGLEMENTATION Du 21 au 23 juin 2011, Abuja, Nigeria jorry@zamnet.zm Besoin en Revenus Le Besoin en Revenus est P Q = B

Plus en détail

2.1.2. La fixation du taux de change sur le marché

2.1.2. La fixation du taux de change sur le marché 2.1.2. La fixation du taux de change sur le marché La loi de l'offre et de la demande Comme tout marché concurrentiel, le marché des changes est régi par la loi de l'offre et de la demande. Les offres

Plus en détail