Prof. N. Midoun Enseignement post-gradué d Epidémiologie - Oran le 11 Mars 2014

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Prof. N. Midoun Enseignement post-gradué d Epidémiologie - Oran le 11 Mars 2014"

Transcription

1 Prof. N. Midoun Enseignement post-gradué d Epidémiologie - Oran le 11 Mars 2014

2 Prof. N. Midoun Enseignement post-gradué Faculté de Médecine d Oran, Mars 2014

3 Prof. N. Midoun Enseignement post-gradué Faculté de Médecine d Oran, Mars 2014

4 COMPARAISON DES MÉTHODES ACTUARIELLE ET DE KAPLAN-MEIER Méthode Actuarielle Dans les études de type populationnel, la méthode actuarielle est souvent préférée à la méthode de KM, même si les estimations de S(t) produites par ces deux méthodes sont semblables. Méthode actuarielle utilise des données groupées, alors que laméthodedekm nes appuiesuraucunregroupementde données. Puisque les données issues d études de type populationnel sont souvent groupées, le calcul de la survie observée repose généralement sur la méthode actuarielle. Prof. N. Midoun Enseignement post-gradué Faculté de Médecine d Oran, Mars 2014

5 . COMPARAISON DES MÉTHODES ACTUARIELLE ET DE KAPLAN-MEIER Méthode de Kaplan-Meïer Taux de survie sont estimés par un calcul de probabilités conditionnelles. Le temps est découpé en intervalles inégaux débutant à l instant d un décès et s arrêtant juste avant le décès suivant. Pour chaque intervalle la probabilité de survie conditionnelle est égale à la probabilité de survivre jusqu à la fin de l intervalle sachant qu on était vivant au début. Estiméecommelerapportdunombredesujetsvivantsàlafin de l intervalle(nbre de sujets à risque au début de l intervalle le nombre de décès dans l intervalle)/nbre de sujets exposés au risque au début de l intervalle. Prof. N. Midoun Enseignement post-gradué Faculté de Médecine d Oran, Mars 2014

6

7 Termes D é f i n i t i o n s Date de Point C est la date à laquelle on décide d analyser les résultats Date d origine C est le point de départ à partir duquel le sujet est observé : - Date de diagnostic, date de début du traitement, la date de randomisation. La date de départ doit être la même pour tous les sujets, mais la date varie d un sujet à un autre. Date des dernières nouvelles État aux dernières nouvelles) C est la date à laquelle on a eu pour la dernière fois des nouvelles du sujet : - Date du décès ou date de survenue de l évènement étudié (guérison ou rechute, 1 ère apparition d un évènement indésirable). - Date de la dernière consultation, si le sujet n a pas présenté d évènement étudié (décès, guérison) ou si le sujet est perdu de vue. Le sujet décédé/vivant, rechute O/N Recul C est le délai écoulé entre la date d origine et la date de point. Temps de participation Temps écoulé entre la date d origine est : - La survenue de l évènement - La date des dernières nouvelles si le sujet et perdu de vue - La date de point si le sujet est présent pendant toute la durée de l observation sans que l événement se soit produit pendant cette période ; dans le cas, les données sont dites censurées à droite.

8

9

10

11 Prof. N. Midoun Enseignement post-gradué Faculté de Médecine d Oran, Mars 2014

12 Prof. N. Midoun Enseignement post-gradué Faculté de Médecine d Oran, Mars 2014

13 Prof. N. Midoun Enseignement post-gradué Faculté de Médecine d Oran, Mars 2014

14 Prof. N. Midoun Enseignement post-gradué Faculté de Médecine d Oran, Mars 2014

15 Prof. N. Midoun Enseignement post-gradué Faculté de Médecine d Oran, Mars 2014

16 Prof. N. Midoun Enseignement post-gradué Faculté de Médecine d Oran, Mars 2014

17 Prof. N. Midoun Enseignement post-gradué Faculté de Médecine d Oran, Mars 2014

18 Prof. N. Midoun Enseignement post-gradué Faculté de Médecine d Oran, Mars 2014

19 Prof. N. Midoun Enseignement post-gradué Faculté de Médecine d Oran, Mars 2014

20 Prof. N. Midoun Enseignement post-gradué Faculté de Médecine d Oran, Mars 2014

21 Prof. N. Midoun Enseignement post-gradué Faculté de Médecine d Oran, Mars 2014

22 Prof. N. Midoun Enseignement post-gradué Faculté de Médecine d Oran, Mars 2014

23

24

25 Prof. N. Midoun Enseignement post-gradué Faculté de Médecine d Oran, Mars 2014

26 Prof. N. Midoun Enseignement post-gradué Faculté de Médecine d Oran, Mars 2014

27

28 Prof. N. Midoun Enseignement post-gradué Faculté de Médecine d Oran, Mars 2014

29

30

31

32 Prof. N. Midoun Enseignement post-gradué Faculté de Médecine d Oran, Mars 2014

33 Prof. N. Midoun Enseignement post-gradué Faculté de Médecine d Oran, Mars 2014

34

35

36 Prof. N. Midoun Enseignement post-gradué Faculté de Médecine d Oran, Mars 2014

37 Prof. N. Midoun Enseignement post-gradué Faculté de Médecine d Oran, Mars 2014

38 Prof. N. Midoun Enseignement post-gradué Faculté de Médecine d Oran, Mars 2014

39

40

41

42 Prof. N. Midoun Enseignement post-gradué Faculté de Médecine d Oran, Mars 2014

43

44

45

46 Prof. N. Midoun Enseignement post-gradué Faculté de Médecine d Oran, Mars 2014

47 Prof. N. Midoun Enseignement post-gradué Faculté de Médecine d Oran, Mars 2014

48

49

50

51

52

53

54

55

56 Prof. N. Midoun Enseignement post-gradué Faculté de Médecine d Oran, Mars 2014

57

58

59 Prof. N. Midoun Enseignement post-gradué Faculté de Médecine d Oran, Mars 2014

60

61

62

63

64

65

66

67

ANALYSE DE LA SURVIE

ANALYSE DE LA SURVIE ANALYSE DE LA SURVIE L analyse de la survie est l estimation de la probabilité de survenue d un événement (décès*, complication post opératoire, rechute, guérison) dans le temps, en fonction de facteurs

Plus en détail

Analyse de Survie. Dr Julien Mancini Laboratoire d Enseignement et de Recherche sur le Traitement de l Information Médicale

Analyse de Survie. Dr Julien Mancini Laboratoire d Enseignement et de Recherche sur le Traitement de l Information Médicale Analyse de Survie Dr Julien Mancini julien.mancini@univmed.fr Laboratoire d Enseignement et de Recherche sur le Traitement de l Information Médicale Faculté de Médecine de Marseille, Université de la Méditerranée

Plus en détail

Estimation d un. Taux de Survie

Estimation d un. Taux de Survie Estimation d un Taux de Survie Pr Roch Giorgi roch.giorgi@univ-amu.fr SESSTIM, Faculté de Médecine, Aix-Marseille Université, Marseille, France http://sesstim-orspaca.org Objectifs (1) Médical Quantifier

Plus en détail

Introduction à l analyse de survie

Introduction à l analyse de survie Introduction à l analyse de survie Michaël Genin Université de Lille 2 EA 2694 - Santé Publique : Epidémiologie et Qualité des soins michaelgenin@univ-lille2fr Plan 1 Introduction 2 Définitions 3 Modèle

Plus en détail

Dr Julien Mancini, LERTIM, Faculté de Médecine, Université de la Méditerranée

Dr Julien Mancini, LERTIM, Faculté de Médecine, Université de la Méditerranée Modèle de Cox Dr Julien Mancini julien.mancini@univmed.fr Laboratoire d Enseignement et de Recherche sur le Traitement de l Information Médicale Faculté de Médecine de Marseille, Université de la Méditerranée

Plus en détail

UERC M1 P5-P11 DU-SSV STARC/CESAM Correction

UERC M1 P5-P11 DU-SSV STARC/CESAM Correction UERC M1 P5-P11 DU-SSV STARC/CESAM Correction Exercice 1 Soit une étude de cohorte multicentrique de patients atteints d'une pathologie tumorale, répartis en 2 groupes selon le stade de la maladie, le groupe

Plus en détail

Méthode actuarielle d estimation des courbes de survie : principe, différences avec la méthode de Kaplan-Meier

Méthode actuarielle d estimation des courbes de survie : principe, différences avec la méthode de Kaplan-Meier Méthode actuarielle d estimation des courbes de survie : principe, différences avec la méthode de Kaplan-Meier Kankoé SALLAH DELBIM Université de Lomé Abstract L analyse des données de survie est fréquente

Plus en détail

Compléments de statistiques

Compléments de statistiques 2 e cycle EM2 & 3 LCA Complément de statistique. Compléments de statistiques Analyse de données de survie Analyse univariée D. Neveu compléments statistiques EM2 EM3 : 2006-2007 2 Objectifs pédagogiques

Plus en détail

Caroline Elie URC Paris Centre Hôpital Necker

Caroline Elie URC Paris Centre Hôpital Necker Qu est-ce qu un pronostic? Principes des études pronostiques Caroline Elie URC Paris Centre Hôpital Necker Chez un homme de 50 ans, fumeur, traité pour une hypercholestérolémie, et à 15 jours d un infarctus

Plus en détail

Pierre GILLOIS, Jean François TIMSIT UJF CHUG Themas TIMC. Connaître la définition d une donnée censurée

Pierre GILLOIS, Jean François TIMSIT UJF CHUG Themas TIMC. Connaître la définition d une donnée censurée Analyse de Survie (données censurées, courbes de survies, comparaisons) Pierre GILLOIS, Jean François TIMSIT UJF CHUG Themas TIMC Objectifs pédagogiques Connaître la définition d une donnée censurée Comprendre

Plus en détail

Journée Annuelle 2013 du Groupe Biopharmacie & Santé. Alexandra Cochinaire ISUP 3 ème Année Filière Biostatistique

Journée Annuelle 2013 du Groupe Biopharmacie & Santé. Alexandra Cochinaire ISUP 3 ème Année Filière Biostatistique Incidence des complications cardiovasculaires du diabète de type 2 entrainant une hospitalisation en France. Une analyse des risques concurrents dans une cohorte rétrospective reconstituée à partir de

Plus en détail

Evaluation des outils pronostiques

Evaluation des outils pronostiques Evaluation des outils pronostiques Combescure Christophe Centre de recherche clinique, Université de Genève Service d épidémiologie clinique, HUG 1 Evaluation des outils diagnostiques Particularité des

Plus en détail

Modélisation et Inférence Probabiliste du Sur-diagnostic

Modélisation et Inférence Probabiliste du Sur-diagnostic Modélisation et Inférence Probabiliste du Sur-diagnostic Mehdi Bahri Grenoble INP - Ensimag 21 mai 2015 Équipe d accueil Laboratoire TIMC-IMAG (Techniques de l Ingénierie Médicale et de la Complexité -

Plus en détail

Julien Mancini, Stéphane Robitail

Julien Mancini, Stéphane Robitail COURS 7 : ETUDES DE SURVIE ETUDES PRONOSTIQUES & LECTURE CRITIQUE Julien Mancini, Stéphane Robitail A- Les études de survie Les études de survie ne constituent pas un type d enquête au même titre que,

Plus en détail

Analyse de survie : comment gérer les données censurées?

Analyse de survie : comment gérer les données censurées? Mémento biostatistique Analyse de survie : comment gérer les données censurées? Méthode de Kaplan-Meier C. Alberti 1, J.-F. Timsit 2, S. Chevret 3 1 Centre d Epidémiologie Clinique, Hôpital Robert Debré,

Plus en détail

Etude du risque de réintervention à long terme après traitement chirurgical d une sténose lombaire

Etude du risque de réintervention à long terme après traitement chirurgical d une sténose lombaire Etude du risque de réintervention à long terme après traitement chirurgical d une sténose lombaire Introduction Matériels et méthodes Toutes les sténose opérées entre 1989 et 1992 Exclus: reprises chirurgicales,

Plus en détail

FORD C-MAX + FORD GRAND C-MAX CMAX_Main_Cover_2013_V3.indd 1-3 22/08/2012 15:12

FORD C-MAX + FORD GRAND C-MAX CMAX_Main_Cover_2013_V3.indd 1-3 22/08/2012 15:12 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 12,999,976 km 9,136,765 km 1,276,765 km 499,892 km 245,066 km 112,907 km 36,765 km 24,159 km 7899 km 2408 km 76 km 12 14 16 1 12 7 3 1 6 2 5 4 3 11 9 10 8 18 20 21 22 23 24 26 28 30

Plus en détail

2 3 4 5 6 7 8 9 10 12,999,976 km 9,136,765 km 1,276,765 km 499,892 km 245,066 km 112,907 km 36,765 km 24,159 km 7899 km 2408 km 76 km 12 14 16 3 6 11 1 3 7 1 2 5 12 4 9 10 8 18 20 21 22 23 24 25 26 28

Plus en détail

Probabilités et Biostatistique. PCEM1 Pitié-Salpêtrière A. Mallet et V. Morice Cours 11 et 12

Probabilités et Biostatistique. PCEM1 Pitié-Salpêtrière A. Mallet et V. Morice Cours 11 et 12 Probabilités et Biostatistique PCEM Pitié-Salpêtrière A. Mallet et V. Morice Cours et 2 Tests d indépendance entre deux variables aléatoires - qualitatives - quantitatives (ch.3-4) Test d indépendance

Plus en détail

On considère que la variable «taux de sucre» suit une loi normale et on choisit un risque de 5%.

On considère que la variable «taux de sucre» suit une loi normale et on choisit un risque de 5%. Question 1 (1050) Suite à une grande étude épidémiologique sur les infections opportunistes chez le sidéen sur un échantillon de 400 000 patients observés en structure hospitalière, on observe 100 000

Plus en détail

Données longitudinales et modèles de survie

Données longitudinales et modèles de survie Données longitudinales et modèles de survie 2. Concepts de base André Berchtold Département des sciences économiques, Université de Genève Cours de Master Plan du cours DONNÉES LONGITUDINALES 1 DONNÉES

Plus en détail

SERVICE D EPIDÉMIOLOGIE ET DE MÉDECINE PRÉVENTIVE LA STANDARDISATION. 21 février 2013 Prof. N. MIDOUN Epidémiologie et Médecine Préventive 1

SERVICE D EPIDÉMIOLOGIE ET DE MÉDECINE PRÉVENTIVE LA STANDARDISATION. 21 février 2013 Prof. N. MIDOUN Epidémiologie et Médecine Préventive 1 SERVICE D EPIDÉMIOLOGIE ET DE MÉDECINE PRÉVENTIVE LA STANDARDISATION 21 février 2013 Prof. N. MIDOUN Epidémiologie et Médecine Préventive 1 Position du problème Principe et objectifs Méthodes de standardisation

Plus en détail

Comment lire une courbe de survie?

Comment lire une courbe de survie? Comment lire une courbe de survie? Silvy Laporte Unité de pharmacologie clinique, Groupe de recherche sur la thrombose (EA3065), CHU de Saint-Étienne, Hôpital Bellevue, 42055 Saint-Étienne cedex 02

Plus en détail

A.- SONDAGE ÉLÉMENTAIRE SIMPLE

A.- SONDAGE ÉLÉMENTAIRE SIMPLE Prof. N. Midoun Enseignement post-gradué d Epidémiologie - Faculté de Médecine d Oran Etablissement Hospitalier et Universitaire d Oran, Mars 2014 A.- SONDAGE ÉLÉMENTAIRE SIMPLE Tirage direct dans la base

Plus en détail

Population et Échantillon. Principes des Tests et Tests

Population et Échantillon. Principes des Tests et Tests Population et Échantillon Principes des Tests et Tests Pr Roch Giorgi LERTIM, Faculté de Médecine, Université de la Méditerranée, Marseille, France http://cybertim.timone.univ-mrs.fr Population et Échantillon

Plus en détail

Probabilités. maths-cfm.fr

Probabilités. maths-cfm.fr 3e Table des matières 1 I. Vocabulaire 2 3 4 5 I. Vocabulaire Définitions et exemples Une expérience est dite aléatoire lorsqu on ne peut pas en prévoir avec certitude le résultat. On appelle issue d une

Plus en détail

12 ANALYSER DES DONNEES DE SURVIE. Introduction aux méthodes d analyse de la survie

12 ANALYSER DES DONNEES DE SURVIE. Introduction aux méthodes d analyse de la survie 12 ANALYSER DES DONNEES DE SURVIE Merci à Nadine Bossard et à Pascal Roy pour la rédaction de la partie statistique de ce chapitre. Introduction aux méthodes d analyse de la survie Nous allons nous intéresser

Plus en détail

Méthodologie et outils statistiques : indicateurs

Méthodologie et outils statistiques : indicateurs Méthodologie et outils statistiques : indicateurs Dr Roch Giorgi roch.giorgi@ap-hm.fr LERTIM, Faculté de Médecine, Université de la Méditerranée, Marseille, France http://cybertim.timone.univ-mrs.fr Préambule

Plus en détail

Volume 1 : Epidémiologie - Etudes des facteurs de risques

Volume 1 : Epidémiologie - Etudes des facteurs de risques 3 V o l u m e Volume 1 : Epidémiologie - Etudes des facteurs de risques Volume 2 : Epidémiologie - Situation et actions Volume 3 : Prise en charge Etude des stades de diagnostic et des résultats des traitements

Plus en détail

Journée de communication de la SFMG 14 octobre 2004 Nantes Olivier Kandel & Philippe Boisnault. Un site Internet

Journée de communication de la SFMG 14 octobre 2004 Nantes Olivier Kandel & Philippe Boisnault. Un site Internet Journée de communication de la SFMG 14 octobre 2004 Nantes Olivier Kandel & Philippe Boisnault Observatoire de la Médecine Générale Informations épidémiologiques sur les pathologies et leur prise en charge

Plus en détail

Rappels. Notions de Bases en Biostatistiques. Dr Roch Giorgi.

Rappels. Notions de Bases en Biostatistiques. Dr Roch Giorgi. Rappels Notions de Bases en Biostatistiques Dr Roch Giorgi roch.giorgi@ap-hm.fr Laboratoire d Enseignement et de Recherche sur le Traitement de l Information Médicale Faculté de Médecine de Marseille,

Plus en détail

Les Indicateurs de Santé

Les Indicateurs de Santé RÉPUBLIQUE ALGÉRIENNE DÉMOCRATIQUE ET POPULAIRE INSTITUT NATIONAL D ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR EN SCIENCES MÉDICALES D ORAN ETABLISSEMENT HOSPITALIER ET UNIVERSITAIRE D ORAN Faculté de médecine SERVICE D EPIDÉMIOLOGIE

Plus en détail

Démographie = "Etude quantitative des populations, de leur mouvement, de leur renouvellement "

Démographie = Etude quantitative des populations, de leur mouvement, de leur renouvellement Table des matières Table des matières 1 Propos introductif2 La mortalité 3 Tables de mortalité (ou tables de survie) 3 Présentation française 3 Les survivants3 Les décès 4 Le quotient de mortalité 4 La

Plus en détail

Analyse d une étude : essai clinique. Geneviève Chêne

Analyse d une étude : essai clinique. Geneviève Chêne Analyse d une étude : essai clinique Geneviève Chêne 18 mars 2009 Abidjan Atelier de formation à la recherche clinique Avec la contribution de l ANRS et Esther Plan du cours Rappel du schéma et plan d

Plus en détail

Epidémiologie et Histoire Naturelle du Cancer de la Prostate en 2011

Epidémiologie et Histoire Naturelle du Cancer de la Prostate en 2011 Le cancer de la prostate en chiffres 71 186 nouveaux cas en 2009 Epidémiologie et Histoire Naturelle du Cancer de la Prostate en 2011 Pierre COSTA - Nîmes Laurent CABANIOLS - Montpellier 33,9% des cancers

Plus en détail

Essais thérapeutiques. Compléments d épidémiologie. Essais de différence ou de supériorité (rappel)

Essais thérapeutiques. Compléments d épidémiologie. Essais de différence ou de supériorité (rappel) Essais thérapeutiques Compléments d épidémiologie Plan : Essais d équivalence clinique ou essais de non infériorité Essais en cross over ou essais croisés D. Neveu Compléments épidémiologie DCEM2 DCEM3

Plus en détail

Tests Non Paramétriques

Tests Non Paramétriques Tests Non Paramétriques Prof J Gaudart, SESSTIM UMR912, Aix Marseille Univ, Faculté de Médecine 1 Plan 1. Paramétriques ou non? 2. Test d'une distribution de probabilité 3. Comparaison de moyennes 4. Comparaison

Plus en détail

Exercice 3 (6 points) Un service de cancérologie d un grand hôpital souhaite valider l efficacité des traitements du cancer du sein chez les

Exercice 3 (6 points) Un service de cancérologie d un grand hôpital souhaite valider l efficacité des traitements du cancer du sein chez les Exercice 3 (6 points) Un service de cancérologie d un grand hôpital souhaite valider l efficacité des traitements du cancer du sein chez les patientes qu ils suivent. L institut veut juger de l efficacité

Plus en détail

Epidémiologie de la dépendance des sujets âgés Paquid, 3C, AMI

Epidémiologie de la dépendance des sujets âgés Paquid, 3C, AMI Epidémiologie de la dépendance des sujets âgés Paquid, 3C, AMI Jean François Dartigues, Karine Péres, Fanny Matharan Unité INSERM 897 Université Bordeaux Ségalen CMRR Aquitaine CHU Bordeaux Objectifs Objectif

Plus en détail

Les indicateurs de santé La mesure de la santé

Les indicateurs de santé La mesure de la santé Les indicateurs de santé La mesure de la santé Dr. L. ZEMOUR Site Web : www.semepehuo.com Email : semepehuo@gmail.com OBJECTIFS DU COURS Comprendre la définition et l intêret de chaque indicateur de santé.

Plus en détail

Données censurées, survie : tests statistiques et modélisation

Données censurées, survie : tests statistiques et modélisation Chapitre 19 Introduction à la statistique avec R Données censurées, survie : tests statistiques et modélisation Comparaison de deux groupes Courbe de maintien dans l'abstinence 0.0 0.2 0.4 0.6 0.8 1.0

Plus en détail

LES RECHUTES DE LYMPHOMES B DE L ENFANT DANS LES PROTOCOLES LMB 89, 96 ET Anne Jourdain Réunion Oncocentre Le 13 Octobre 2009

LES RECHUTES DE LYMPHOMES B DE L ENFANT DANS LES PROTOCOLES LMB 89, 96 ET Anne Jourdain Réunion Oncocentre Le 13 Octobre 2009 LES RECHUTES DE LYMPHOMES B DE L ENFANT DANS LES PROTOCOLES LMB 89, 9 ET 2001 Anne Jourdain Réunion Oncocentre Le 13 Octobre 2009 INTRODUCTION Amélioration du pronostic des lymphomes B de l enfant grâce

Plus en détail

RÉPLICATION VIRALE À BAS BRUIT: QUELLES. Spot-Info 04/12/15 CONSÉQUENCES?

RÉPLICATION VIRALE À BAS BRUIT: QUELLES. Spot-Info 04/12/15 CONSÉQUENCES? RÉPLICATION VIRALE À BAS BRUIT: QUELLES Spot-Info 04/12/15 CONSÉQUENCES? QUELQUE DÉFINITION Seuil de détectabilité: selon technique Seuil d échec: selon recommandations entre 50 copies (EU) et 1000 copies

Plus en détail

PAOLA-1. peritoneal cancer

PAOLA-1. peritoneal cancer PAOLA-1 Platine, Avastin and OLAparib in 1 st line of advanced high grade epithelial ovarian, fallopian tube, or primary peritoneal cancer Randomized, Double-blind, Phase III Trial of olaparib vs. placebo

Plus en détail

Données censurées, survie : vocabulaire et approches descriptives

Données censurées, survie : vocabulaire et approches descriptives Chapitre 18 Introduction à la statistique avec R Données censurées, survie : vocabulaire et approches descriptives Qu est-ce qu une donnée censurée? La durée jusqu à survenue d un évènement Qu est-ce qu

Plus en détail

FACULTE DE MEDECINE DE CONSTANTINE. DEPARTEMENT DE MEDECINE ENSEIGNEMENT GRADUE Année Universitaire Thème : EPIDEMIOLOGIE ANALYTIQUE

FACULTE DE MEDECINE DE CONSTANTINE. DEPARTEMENT DE MEDECINE ENSEIGNEMENT GRADUE Année Universitaire Thème : EPIDEMIOLOGIE ANALYTIQUE FACULTE DE MEDECINE DE CONSTANTINE DEPARTEMENT DE MEDECINE ENSEIGNEMENT GRADUE Année Universitaire 2013-2014 Module d Epidémiologie Thème : EPIDEMIOLOGIE ANALYTIQUE Enseignant : LEMDAOUI MOHAMED CHERIF

Plus en détail

atelier 1 : estimation des retombées à long terme des traitements

atelier 1 : estimation des retombées à long terme des traitements JEM SFES atelier 1 : estimation des retombées à long terme des traitements, comment s y prendre? Sanofi, département G-HEOR Paris, 22 Jan 2015 1 Agenda Contexte et Objectif I. Analyse de survie II. Pour

Plus en détail

Les stratégies d utilisation de l information pronostique pour prescrire une chimiothérapie dans le cancer du sein sont-elles coût-efficaces?

Les stratégies d utilisation de l information pronostique pour prescrire une chimiothérapie dans le cancer du sein sont-elles coût-efficaces? Les stratégies d utilisation de l information pronostique pour prescrire une chimiothérapie dans le cancer du sein sont-elles coût-efficaces? Julia Bonastre et Serge Koscielny Introduction Le taux de rechute

Plus en détail

Delva Fleur. Delva et Petit-Monéger ; Salmi et Berdaï 03/11/2016

Delva Fleur. Delva et Petit-Monéger ; Salmi et Berdaï 03/11/2016 Fiche signalétique de l épreuve LCA Année : D4 Date séminaire : 30 novembre 2015 Faculté Nom et prénom du rédacteur Spécialité du rédacteur Nom et prénom des relecteurs version Bordeaux Delva Fleur Santé

Plus en détail

Baccalauréat ST2S Antilles Guyane 13 septembre 2013

Baccalauréat ST2S Antilles Guyane 13 septembre 2013 Baccalauréat ST2S Antilles Guyane 13 septembre 2013 EXERCICE 1 5 points On donne les informations suivantes sur les infirmiers (hommes ou femmes) exerçant en France, au 1 er janvier 2010 : 516 000 infirmiers

Plus en détail

Carcinomes intracanalaires. l expérience de Saint Louis

Carcinomes intracanalaires. l expérience de Saint Louis Carcinomes intracanalaires du sein : l expérience de Saint Louis S. Frank, C. Cuvier 21 septembre 2012 Généralités sur les CCIS Epidémiologie : Diagnostic rare avant 1980 ; actuellement 15.4% des cancers

Plus en détail

de leur transmission

de leur transmission Décision n 07-281 du portant fixation des modèles type de déclaration à l Agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail, d un effet indésirable survenu chez

Plus en détail

Enoncé commun aux QCM 1 à 6

Enoncé commun aux QCM 1 à 6 Enoncé commun aux QCM 1 à 6 Le risque de développer une hyperuricémie (élévation du taux sanguin d acide urique) pour l homme adulte japonais est de 0,15. Une importante étude a permis de montrer que ce

Plus en détail

Étude de l ostéosarcome chez le patient de plus de 50 ans

Étude de l ostéosarcome chez le patient de plus de 50 ans Étude de l ostéosarcome chez le patient de plus de 50 ans Christine TEMPELAERE Pr Anract, Dr Babinet, Dr Biau, Dr Larousserie Samedi 18 octobre 2014 Introduction Localisation: 90% métaphyse des os longs

Plus en détail

Comparaison du modèle "sain-malade-mort" et du modèle de Cox pour données censurées par intervalle : simulations et application à la démence

Comparaison du modèle sain-malade-mort et du modèle de Cox pour données censurées par intervalle : simulations et application à la démence Comparaison du modèle "sain-malade-mort" et du modèle de Cox pour données censurées par intervalle : simulations et application à la démence Karen Leffondré 1,2,3 en collaboration avec : Pierre Joly 1,2

Plus en détail

FÉCONDITÉ NIVEAUX ET TENDANCES DE LA FÉCONDITÉ. Nicaise Kodjogbé

FÉCONDITÉ NIVEAUX ET TENDANCES DE LA FÉCONDITÉ. Nicaise Kodjogbé FÉCONDITÉ 4 Nicaise Kodjogbé L un des objectifs de l EDSB-II est de fournir les indicateurs de niveaux et de tendances de la fécondité au Bénin, et d étudier leurs variations selon les caractéristiques

Plus en détail

Rappels. Probabilités et Variables Aléatoires. Pr Roch Giorgi.

Rappels. Probabilités et Variables Aléatoires. Pr Roch Giorgi. Rappels Probabilités et Variables Aléatoires Pr Roch Giorgi roch.giorgi@univ-amu.fr SESSTIM, Faculté de Médecine, Aix-Marseille Université, Marseille, France http://sesstim.univ-amu.fr Introduction Probabilité

Plus en détail

Faculté de Médecine Comité des thèses Année Lecture critique d un article médical

Faculté de Médecine Comité des thèses Année Lecture critique d un article médical Faculté de Médecine Comité des thèses Année 2012 Lecture critique d un article médical Pourquoi une lecture critique? La lecture critique est indispensable: Abondance de la littérature scientifique Lecture

Plus en détail

Outils méthodologiques et astuces pour la thèse de médecine Les principes de base en épidémiologie

Outils méthodologiques et astuces pour la thèse de médecine Les principes de base en épidémiologie Outils méthodologiques et astuces pour la thèse de médecine Les principes de base en épidémiologie Juliana Ramiandrisoa, Interne de Santé Publique Dr Laetitia Huiart, USM, CHU Mais, quelle est la question??

Plus en détail

Suites et probabilités Exercices corrigés

Suites et probabilités Exercices corrigés Suites et probabilités Exercices corrigés Sont abordés dans cette fiche : Exercice 1 : probabilités définies par les termes d une suite arithmétique et d une suite géométrique Exercice 2 : étude d une

Plus en détail

Cire Languedoc Roussillon

Cire Languedoc Roussillon Cire Languedoc Roussillon Etude de la mortalité dans les communes potentiellement exposées à l'activité d'une entreprise de fabrication de mousse polyuréthane. Département de l'aude. Point au 10 juillet

Plus en détail

TRAITEMENT PREVENTIF DES MYCOSES SYSTEMIQUES. Anne Thiébaut HEH Hospices Civils de Lyon

TRAITEMENT PREVENTIF DES MYCOSES SYSTEMIQUES. Anne Thiébaut HEH Hospices Civils de Lyon TRAITEMENT PREVENTIF DES MYCOSES SYSTEMIQUES Anne Thiébaut HEH Hospices Civils de Lyon ECIL : 1st European Conference on Infections in Leukemia sept 2005, Juan les Pins, France Chimioprophylaxie antifongique

Plus en détail

Fiche signalétique de l épreuve LCA Année D4 CSCT rattrapage (2 mars 2016) Nom et prénom du Boyer Alexandre. Spécialité du. clinicien.

Fiche signalétique de l épreuve LCA Année D4 CSCT rattrapage (2 mars 2016) Nom et prénom du Boyer Alexandre. Spécialité du. clinicien. Fiche signalétique de l épreuve LCA Année D4 CSCT rattrapage (2 mars 2016) Faculté Bordeaux Nom et prénom du Boyer Alexandre rédacteur Spécialité du clinicien rédacteur Nom et prénom des Salmi Rachid relecteurs

Plus en détail

Cette fiche doit être remplie pour toute grossesse débutante diagnostiquée à l échographie avec activité cardiaque (sauf si GEU isolée)

Cette fiche doit être remplie pour toute grossesse débutante diagnostiquée à l échographie avec activité cardiaque (sauf si GEU isolée) A compléter lors de chaque grossesse FICHE GROSSESSE Cette fiche doit être remplie pour toute grossesse débutante diagnostiquée à l échographie avec activité cardiaque Identification N DU CENTRE CLINIQUE

Plus en détail

Cahiers Recherche et Méthodes

Cahiers Recherche et Méthodes Numéro 2 Février 2013 Cahiers Recherche et Méthodes Méthodes non-paramétriques de l analyse des événements du parcours de vie (Event history Analysis) Estimations avec SPSS Méthode de Kaplan-Meier et méthode

Plus en détail

Survie Sans Progression et Cancer du Colon Métastatique

Survie Sans Progression et Cancer du Colon Métastatique Survie Sans Progression et Cancer du Colon Métastatique Franck Bonnetain Fédération Francophone de Cancérologie Digestive & CGFL Contact : fbonnetain@cgfl.fr Journées scientifiques FFCD, Paris le 15 janvier

Plus en détail

COMMISSION D EVALUATION DES PRODUITS ET PRESTATIONS AVIS DE LA COMMISSION. 11 octobre 2006

COMMISSION D EVALUATION DES PRODUITS ET PRESTATIONS AVIS DE LA COMMISSION. 11 octobre 2006 COMMISSION D EVALUATION DES PRODUITS ET PRESTATIONS AVIS DE LA COMMISSION 11 octobre 2006 Nom : Modèles et références retenus : Fabricant Demandeur Indications : Données disponibles : Service Attendu (SA)

Plus en détail

CHAPITRE 4 : Le modèle de Cox 1. Approche par la régression

CHAPITRE 4 : Le modèle de Cox 1. Approche par la régression CHAPITRE 4 : Le modèle de Cox 1. Approche par la régression Le modèle de Cox est un modèle à hasards proportionnels de la forme: t Z 0 t. expz où la fonction 0 t n est pas spécifiée paramétriquement Lorsque

Plus en détail

Durée de vie des Motorettes (analyse de survie)

Durée de vie des Motorettes (analyse de survie) Durée de vie des Motorettes (analyse de survie) GMMA 106 GMMA 106 2014 2015 1 / 26 Cas d étude Motorette No. 0 10 20 30 40 Temperature ( F) 220 190 170 150 0 2000 4000 6000 8000 Duree de survie (heures)

Plus en détail

Lois de probabilité continues

Lois de probabilité continues Lois de probabilité continues Lois à densité sur un intervalle fini muni d une loi de probabilit P qui attribuait chaque issue sa Toute variable al atoire d finie sur Ω ne prenait qu un nombre fini de

Plus en détail

Les types d études en épidémiologie

Les types d études en épidémiologie Faculté de médecine Les types d études en épidémiologie Dr. L. ZEMOUR Maître assistant en épidémiologie et médecine préventive Site Web : www.semepehuo.com Email : semepehuo@gmail.com Toute étude est :

Plus en détail

Cryptococcose neuroméningée. Pr Vincent Le Moing Maladies Infectieuses et Tropicales CHU de Montpellier

Cryptococcose neuroméningée. Pr Vincent Le Moing Maladies Infectieuses et Tropicales CHU de Montpellier Cryptococcose neuroméningée Pr Vincent Le Moing Maladies Infectieuses et Tropicales CHU de Montpellier Diagnostic difficile Pas de syndrome méningé dans 2 cas sur 3 Signes d HTIC surtout: céphalées intenses,

Plus en détail

Les fondements de l assurance sur la vie

Les fondements de l assurance sur la vie Table des matières Préface XIII Introduction 1 Première partie Les fondements de l assurance sur la vie Dunod. Toute reproduction non autorisée est un délit. 1. Les conditions de fonctionnement de l assurance

Plus en détail

La méta-analyse en oncologie

La méta-analyse en oncologie La méta-analyse en oncologie Emmanuelle Paris Staff santé publique 25 janvier 2012 Introduction 1904 (Pearson) : Manque de puissance des échantillons de petite taille 1955 : Méta-analyse (MA) sur traitement

Plus en détail

L E C O U R R I E R D E S P R I S O N N I E R S D E G U E R R E F R A N Ç A I S D A N S L E S S T A L A G ( 1 ére p a r t i e )

L E C O U R R I E R D E S P R I S O N N I E R S D E G U E R R E F R A N Ç A I S D A N S L E S S T A L A G ( 1 ére p a r t i e ) 1 L E C O U R R I E R D E S P R I S O N N I E R S D E G U E R R E F R A N Ç A I S D A N S L E S S T A L A G 1940 1945( 1 ére p a r t i e ) A p r è s u n s é j o u r s o u v e n t t r è s c o u r t d a

Plus en détail

Probabilités Conditionnement et Indépendance Cours Terminale S 2. Indépendance. Formule des probabilités totale

Probabilités Conditionnement et Indépendance Cours Terminale S 2. Indépendance. Formule des probabilités totale Page d accueil Terminale S Cours Calculatrices ROC ROC Conditionnement Indépendance Probabilités Conditionnement et Indépendance Cours Terminale S 2 Indépendance Formule des probabilités totale 1 Indépendance

Plus en détail

Le cancer du sein : Anatomie

Le cancer du sein : Anatomie Le cancer du sein : Anatomie - Page 1 Cancer du sein : données épidémiologiques 2010 1er cancer chez les femmes en France* 52.500 nouveaux cas** ( 34 % de l ensemble des nouveaux cas chez la femme) 11.500

Plus en détail

S. Beldjillali, H. Boukhari, F. Agag, S. Ouhadj, R. Tedjani, A. Betteyeb, N. Boumansour, L. Zemour, A. Dali Ali, N. Midoun Epidémiologie et Médecine

S. Beldjillali, H. Boukhari, F. Agag, S. Ouhadj, R. Tedjani, A. Betteyeb, N. Boumansour, L. Zemour, A. Dali Ali, N. Midoun Epidémiologie et Médecine S. Beldjillali, H. Boukhari, F. Agag, S. Ouhadj, R. Tedjani, A. Betteyeb, N. Boumansour, L. Zemour, A. Dali Ali, N. Midoun Epidémiologie et Médecine Préventive EHUOran Satisfaire, les besoins de l Administration

Plus en détail

Points. forts. AU 1 er JANVIER 2014, PERSONNES RÉSIDENT EN POLYNÉSIE FRANÇAISE BILAN DÉMOGRAPHIQUE De la Polynésie française

Points. forts. AU 1 er JANVIER 2014, PERSONNES RÉSIDENT EN POLYNÉSIE FRANÇAISE BILAN DÉMOGRAPHIQUE De la Polynésie française Points 08 forts BILAN DÉMOGRAPHIQUE 2013 AU 1 er JANVIER 2014, 270 500 PERSONNES RÉSIDENT EN POLYNÉSIE FRANÇAISE INSTITUT DE LA STATISTIQUE DE LA POLYNÉSIE FRANÇAISE Par rapport au 1 er janvier 2013, la

Plus en détail

TUTORAT UE Biostatistiques Séance n 6 Semaine du 19/11/2012

TUTORAT UE Biostatistiques Séance n 6 Semaine du 19/11/2012 TUTORAT UE 4 2012-2013 Biostatistiques Séance n 6 Semaine du 19/11/2012 Correction d'annales Séance préparée par l'équipe du TSN QCM n 1 : La randomisation dans un essai thérapeutique (comparaison de deux

Plus en détail

L épidémiologie Analytique

L épidémiologie Analytique L épidémiologie Analytique I. INTRODUCTION : Dr Z.LAIB L Epidémiologie étudie la distribution temporelle et spatiale des états de santé dans des populations humaines, des facteurs qui déterminent cette

Plus en détail

TES IE2 probabilités conditionnelles S

TES IE2 probabilités conditionnelles S T IE2 probabilités conditionnelles S1 3-4 a) Le salarié choisi est un administratif. Calculer de deux façons la probabilité que ce salarié ait moins de 40 ans. b) Le salarié choisi a moins de 40 ans. Calculer

Plus en détail

comparaison sans mesure

comparaison sans mesure MATHEMATIQUES CM1 SEQUENCE AIRES ET MESURES Progression des 6 séances comparaison sans mesure SEANCES TITRE OBJECTIFS Comparaison de rectangles SEANCES 1, 2, 3 et 4 SEANCE 5 SEANCE 6 Comparaison de polygones

Plus en détail

Probabilités Variables Aléatoires Lois de Distribution

Probabilités Variables Aléatoires Lois de Distribution Probabilités Variables Aléatoires Lois de Distribution Pr Roch Giorgi roch.giorgi@univ-amu.fr SESSTIM, Faculté de Médecine, Aix-Marseille Université, Marseille, France http://sesstim.univ-amu.fr Introduction

Plus en détail

Weighted CART algorithm for censored data

Weighted CART algorithm for censored data Weighted CART algorithm for censored data Résultats et mise en oeuvre pour le provisionnement Xavier Milhaud α Pierre Thérond α,β Joint Work with Olivier Lopez (UPMC) α β Contents 1 Deux logiques de provisionnement

Plus en détail

Chapitre 3 MORTALITE

Chapitre 3 MORTALITE Licence de Géographie (L2) 54EEG8GO Démographie appliquée aux sciences sociales (I) Mécanismes Fondamentaux Claude GRASLAND, Professeur de Géographie, Université Paris Diderot, 2016 Plan de cours Chapitre

Plus en détail

Prise en charge des métastases hépatiques de cancer colo-rectal

Prise en charge des métastases hépatiques de cancer colo-rectal Prise en charge des métastases hépatiques de cancer colo-rectal Dr Frédéric Meaux Jeudi 12 Avril 2012 Clinique Ambroise Paré Beuvry Rappel épidémiologique : En France, le cancer colo-rectal: 36.000 nouveaux

Plus en détail

Points. forts AU 31 DÉCEMBRE 2015, PERSONNES RÉSIDENT EN POLYNÉSIE FRANÇAISE BILAN DÉMOGRAPHIQUE De la Polynésie française

Points. forts AU 31 DÉCEMBRE 2015, PERSONNES RÉSIDENT EN POLYNÉSIE FRANÇAISE BILAN DÉMOGRAPHIQUE De la Polynésie française Points 02 forts BILAN DÉMOGRAPHIQUE 2015 AU 31 DÉCEMBRE 2015, 272 800 PERSONNES RÉSIDENT EN POLYNÉSIE FRANÇAISE INSTITUT DE LA STATISTIQUE DE LA POLYNÉSIE FRANÇAISE Par rapport au 31 décembre 2014, la

Plus en détail

Gestion du signalement de GALE et du risque collectif Cas groupés de gale dans un EMS Journée du risque infectieux en EMS en Aquitaine

Gestion du signalement de GALE et du risque collectif Cas groupés de gale dans un EMS Journée du risque infectieux en EMS en Aquitaine Gestion du signalement de GALE et du risque collectif --------- Cas groupés de gale dans un EMS Journée du risque infectieux en EMS en Aquitaine Cellule de Veille Alerte et Gestion sanitaire / VSS Docteur

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SESSION 2012

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SESSION 2012 BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SESSION 2012 Epreuve : MATHÉMATIQUES Série : Sciences et Technologies de la Santé et du Social (ST2S) Durée de l épreuve : 2 heures Coefficient : 3 L usage d une calculatrice

Plus en détail

Relation entre exposition aux antibiotiques et résistance bactérienne

Relation entre exposition aux antibiotiques et résistance bactérienne Relation entre exposition aux antibiotiques et résistance bactérienne Exemple de Pseudomonas aeruginosa en réanimation II e journée nationale REA-RAISIN LYON, 28 mai 2008 Dr Didier LEPELLETIER 1 Introduction

Plus en détail

La problématique du suicide en Chaudière-Appalaches

La problématique du suicide en Chaudière-Appalaches La problématique du suicide en Chaudière-Appalaches Février 2013 Faits saillants En Chaudière-Appalaches, 3 % de la population de 15 ans et plus a songé sérieusement au suicide au cours des 12 derniers

Plus en détail

Lecture Critique d'un article médical scientifique : Préparation ECN 2015

Lecture Critique d'un article médical scientifique : Préparation ECN 2015 CONFERENCE CONDENSEE THEMATIQUE DU 25/09/2014 Lecture Critique d'un article médical scientifique : Préparation ECN 2015 P François, J Labarère, A Seigneurin TD 1 (25/09/2014) 1. Article 1 : Accès à une

Plus en détail

Tendance de la mortalité chez les retraités

Tendance de la mortalité chez les retraités Tendance de la mortalité chez les retraités Louis Adam, f.s.a., f.i.c.a. Professeur, Université Laval Québec, 25 septembre 2003 Contexte Perspectives démographiques, économiques et financières 2003-2030

Plus en détail

Etude rétrospective d'une cohorte de 426 cas d'endocardites infectieuses Evaluation du relais per os des antibiotiques

Etude rétrospective d'une cohorte de 426 cas d'endocardites infectieuses Evaluation du relais per os des antibiotiques Etude rétrospective d'une cohorte de 426 cas d'endocardites infectieuses Evaluation du relais per os des antibiotiques Alexandre Mzabi, Solen Kernéis, Jean-Luc Mainardi Hôpital Européen Georges Pompidou,

Plus en détail

Evaluation de la prise en charge des stades disséminés du lymphome Hodgkinien

Evaluation de la prise en charge des stades disséminés du lymphome Hodgkinien Evaluation de la prise en charge des stades disséminés du lymphome Hodgkinien Expérience du service d hématologie CHU ANNABA Boucheloukh N, Mehnnaoui H, benalioua M, Bentorki S, Bouras M, El Kouti N, Guemriche

Plus en détail

Études d observation : cas-témoins et cohorte

Études d observation : cas-témoins et cohorte Études d observation : cas-témoins et cohorte Emmanuel Nowak, Emmanuel Oger, Dominique Mottier Inserm CIC 0502 EA 3878, Hôpital de la Cavale Blanche, 29609 Brest cedex

Plus en détail

SURVIMUS. Une étude multicentrique française de la mortalité dans la sclérose en plaques. ADELF, Bruxelles, 12 septembre 2012

SURVIMUS. Une étude multicentrique française de la mortalité dans la sclérose en plaques. ADELF, Bruxelles, 12 septembre 2012 SURVIMUS Une étude multicentrique française de la mortalité dans la sclérose en plaques E. Leray, Département EPI-BIOSTAT,, Rennes G. Edan, Service de neurologie, CHU Pontchaillou, Rennes INSERM CIC-P

Plus en détail