INFECTIONS GENITALES HAUTES

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "INFECTIONS GENITALES HAUTES"

Transcription

1 Rédacteurs : L. GERMAIN, H. GUEYE CHU MARTINIQUE MFME Service Gynécologie Obstétrique INFECTIONS GENITALES HAUTES Vérificateurs : B. SCHAUB Ref : Créé le : 12/03/2015 Version du 29/05/15 Approbateurs : JL VOLUMENIE 1. Définition Les IGH regroupent toutes infections utéro- annexielles compliquées ou non : endométrites, salpingites, abcès tubo- ovariens et pelvipéritonite d origine génitale. 2. Diagnostic positif d une IGH Le diagnostic repose sur un faisceau d arguments cliniques, biologiques et radiologiques 2.1 Arguments cliniques Douleur pelvienne spontanée, aigue Métrorragies Fièvre ou fébricule (inconstant) Douleur à la mobilisation utérine ou dans les culs de sac vaginaux Masse latero uterine douloureuse palpée Métrorragies ou leucorrhées louches Contexte : antécédent d'igh, post opératoire, post abortum, post partum, DIU, geste endo utérin récent 2.2 Arguments biologiques Hyperleucocytose Elevation de la CRP, inconstante au départ, elle n infirme pas le diagnostic d IGH non compliquée 2.3 Arguments radiologiques Echographie : Indispensable pour faire le diagnostic d IGH, et surtout d éliminer une forme compliquée d IGH ( Abcès tubo ovarien) ou une autre pathologie En cas de doute diagnostique clinique et échographique, il faut réaliser un scanner (TDM) abdomino pelvien car il permet de préciser les anomalies et de faire certains diagnostics différentiels. L IRM peut être discutée en seconde intention. 2.4 Arguments coelioscopiques En cas d IGH non compliquée, la coelioscopie diagnostique n est pas recommandée en première intention (grade B)

2 Les signes de salpingite non compliquées en coelio : œdème tubaire, érythème tubaire, exsudat fimbrial au niveau du pavillon 3. Diagnostic microbiologique d une IGH A coté de la NFS et de la CRP il convient de réaliser des prélèvements bactériologiques a. Bilan bactériologique à faire en cas d IGH Après nettoyage du col au sérum physiologique Prélèvement vaginal 1 écouvillon rouge qu il faut étaler sur 2 lames : une pour la recherche des Trichomonas, une pour l examen direct avec la coloration de Gram 1 écouvillon bleu pour la culture 1 prélèvement spécifique à la recherche de Chamydiae (Ecouvillon + milieu de transport spécifique) En cas d IGH survenant sur DIU, il est recommandé de retirer le DIU et de l analyser en bactériologie. Si coelioscopie indiquée : prélèvements tubo péritoneaux b. Sérologie Sérologie Chlamydiae Trachomatis n a aucun intérêt pour le diagnostic d IGH en phase aiguë, ni pour la surveillance de la maladie. Un bilan sérologique complémentaire pour le dépistage des autres IST (sérologie VIH, Ag Hbs, sérologie VHC, TPHA VDRL) 4. Prise en charge des IGH non compliquées Elles regroupent les salpingites, les endométrites, les collections < 3cm o Traitement probabiliste En cas de suspicion d IGH, une antibiothérapie probabiliste doit être mise en place précocement sans attendre les résultats bactériologiques de façon à préserver au mieux la fertilité. Le traitement en hospitalisation et/ou par voie intraveineuse n offre aucun avantage par rapport au traitement en externe et ne modifie pas le pronostic ultérieur de ces

3 patientes. Dans ce cadre, l utilisation de la voie orale (et/ouim) en externe, lorsqu elle est possible, est recommandée. Le choix entre hospitalisation et prise en charge en externe dépend du contexte. On préféra l'hospitalisation en cas de : o Nullipare o Doute diagnostique avec une autre pathologie chirurgicale : appendicite, torsion d'annexe. o Formes sévères avec sepsis o Terrain fragile o Traitement oral impossible : vomissement o Signes d'irritation péritonéale marqués o Non observance probable L association ofloxacine (OFLOCET 200 mg) 400 mg x 2/j + métronidazole (FLAGYL 500) 500 mg x 2/j pendant 14 jours doit être proposée en première intention, en l'absence de contre- indications. Une injection IM complémentaire de ceftriaxone 500 mg doit être associée secondairement en cas de découverte de gonocoque, ou d emblée en fonction du contexte (haute prévalence, facteurs de risque, suivi aléatoire ). IGH Non compliquée 14j traitement PO oflocet flagyl /-Rocéphine 500mg Une injection o Surveillance Les patientes doivent être revues dans un délai bref (3 à 5 jours) afin de s assurer de l observance, de l efficacité clinique et microbiologique, ainsi que de la bonne tolérance du traitement. o Prise en charge du partenaire

4 En cas d IGH liée à une IST, il faut recommander un dépistage des autres IST chez le partenaire et lui proposer systématiquement un traitement en fonction du germe en cause (azithromycine pour C. trachomatis, ceftriaxone pour N. gonorrhoeae). 5. Prise en charge des infections génitales hautes compliquées : l abcès tubo ovarien (ATO) o Prise en charge chirurgicale! Indication - En cas de collection tubo ovarienne > 3 cm - Forme grave (rupture, péritonite généralisée, choc septique)! Geste a) La ponction transvaginale sous écho La ponction par voie transvaginale est à préférer au drainage chirurgical (grade C) car elle a une très bonne faisabilité, peut se faire d emblée sous simple sédation et être éventuellement répétée. b) Si une chirurgie est réalisée, le drainage par coelioscopie est préférable à l exérèse sauf cas particuliers. La coelioscopie permet en outre d apprécier l état tubaire controlatéral La laparotomie reste indiquée en cas de péritonite généralisée o Traitement médical associé L'antibiothérapie des ATO doit couvrir l'origine poly microbienne fréquente de ces infections (entérobactéries, streptocoques, anaérobies, et bactéries responsables des IST). 6. Conseils après IGH Nécessité d une information complète sur la prévention des IST et sur la nécessité d un suivi pour diminuer le risque de récidive. Il n y a pas lieu de répéter les examens bactériologiques à distance de l IGH sauf en cas d infection initiale par Chlamydiae trachomatis ou Neisseiria gonorrhoeae (dépistage des recontaminations à 3-6 mois). La réalisation d une échographie 3 mois après l épisode infectieux initial peut dépister les séquelles d IGH à type d hydrosalpinx ou de faux kyste péritonéal. Cependant sa réalisation n est pas recommandée en l absence de symptômes dûment avérés (douleurs, infertilité).

5 La coelioscopie de contrôle ne doit être envisagée qu en cas d infertilité ou de douleurs pelviennes chroniques, plus particulièrement si l IGH était sévère (grade C). L utilisation des préservatifs dans les suites d une IGH liée à une IST doit être recommandée car elle réduit le risque de séquelles futures par une diminution des épisodes récurrents (grade B). La contraception orale diminue les risques d'igh et doit donc être proposée en l'absence de contre- indications, parallèlement aux mesures préventives concernant les IST (utilisation du préservatif) (grade C). Avant la pose de DIU, la recherche d une IST est préconisée en présence de facteurs de risque (jeune âge, comportement sexuel à risque, antécédent d IST) (grade C). L utilisation des DIU peut s envisager chez les patientes aux antécédents d IGH et en particulier si elles ont déjà mené une grossesse après l épisode infectieux, en l absence d hydrosalpinx et de facteurs de risque d IST (grade C). Une échographie pelvienne précoce est recommandée en cas de grossesse survenant chez des patientes aux antécédents d IGH afin de s assurer de sa localisation intra- utérine (grade B).

TRACHOMATIS. Dr VEXIAU-ROBERT Gynécologue

TRACHOMATIS. Dr VEXIAU-ROBERT Gynécologue INFECTIONS àchlamydia TRACHOMATIS Dr VEXIAU-ROBERT Gynécologue EPIDEMIOLOGIE des INFECTIONS à CHLAMYDIAE TRACHOMATIS EN FRANCE Infection àchlamydiae trachomatis urogénitale : La plus fréquente en France

Plus en détail

Infections utéro-annexielles

Infections utéro-annexielles Cours de DES 18/05/2007 Epidémiologie : En augmentation depuis 20 ans car augmentation de IST 100 000 cas par an en France Incidence : 10 à 13/1000 femmes de 15 à 39 ans Facteurs de risques Notions générales

Plus en détail

Dr Benjamin JULLIAC. Urgences gynéco - obstétriques

Dr Benjamin JULLIAC. Urgences gynéco - obstétriques Dr Benjamin JULLIAC Urgences gynéco - obstétriques Urgences Possibles gynécologique Torsion d annexe Salpingite Kyste hémorragique Grossesse extra utérine Fausse couche spontanée obstétrique : Accouchement

Plus en détail

c/. Recherche de Mycoplasma hominis Le diagnostic se fait par culture et titrage de germe A. Ecouvillon pour prélèvement au niveau de l endocol (à

c/. Recherche de Mycoplasma hominis Le diagnostic se fait par culture et titrage de germe A. Ecouvillon pour prélèvement au niveau de l endocol (à c/. Recherche de Mycoplasma hominis Le diagnostic se fait par culture et titrage de germe A. Ecouvillon pour prélèvement au niveau de l endocol (à privilégier) En rouge : extrémité détachable à conserver

Plus en détail

Objectifs. Objectif n 1 : Présenter les avantages, limites et inconvénients des différents examens d imagerie abdominale.

Objectifs. Objectif n 1 : Présenter les avantages, limites et inconvénients des différents examens d imagerie abdominale. Objectifs Objectif n 1 : Présenter les avantages, limites et inconvénients des différents examens d imagerie abdominale. Objectif n 2 : Préciser les stratégies d imagerie abdomino-pelvienne en urgence

Plus en détail

DISPOSITIF INTRA UTERIN. TD UE Hormonologie-Reproduction L3 médecine, L2 maïeutique

DISPOSITIF INTRA UTERIN. TD UE Hormonologie-Reproduction L3 médecine, L2 maïeutique DISPOSITIF INTRA UTERIN TD UE Hormonologie-Reproduction L3 médecine, L2 maïeutique 2016 2017 2 dispositifs DIU au cuivre DIU Hormonal Mode d action DIU au cuivre Altération de la fonction et de la viabilité

Plus en détail

CCO Urgences Chirurgicales Cours n 2 Gynécologie. Dossier n 1 :

CCO Urgences Chirurgicales Cours n 2 Gynécologie. Dossier n 1 : CCO Urgences Chirurgicales Cours n 2 Gynécologie Dossier n 1 : 1. Rappels Métrorragie = Saignement en dehors des règles, d origine endo-utérine Microval = Micro-progestatif Pas d oestrogene dedans 2. Quelles

Plus en détail

Infection précoce sur prothèse de hanche et de genou

Infection précoce sur prothèse de hanche et de genou Infection précoce sur prothèse de hanche et de genou Jean-Yves JENNY Service de Chirurgie Orthopédique Septique Hôpitaux Universitaires de Strasbourg 1 Conflits d intérêt ( potentiels ) Déclaration d intérêts

Plus en détail

INFECTION URINAIRE ET GROSSESSE NOVEMBRE 2016 HAS 2016 SPILF Dr ASMA CHEBIL Gynécologue Obstétricien Centre hospitalier de Mayotte

INFECTION URINAIRE ET GROSSESSE NOVEMBRE 2016 HAS 2016 SPILF Dr ASMA CHEBIL Gynécologue Obstétricien Centre hospitalier de Mayotte INFECTION URINAIRE ET GROSSESSE Dr ASMA CHEBIL Gynécologue Obstétricien Centre hospitalier de Mayotte NOVEMBRE 2016 HAS 2016 SPILF 2015 INTRODUCTION L infection urinaire (IU) peut avoir des conséquences

Plus en détail

Dr Hervé MAHOUN - Biologiste BIOSAGA d après la présentation du Dr Anne EBEL- Biomnis du 28 janvier 2016

Dr Hervé MAHOUN - Biologiste BIOSAGA d après la présentation du Dr Anne EBEL- Biomnis du 28 janvier 2016 Dr Hervé MAHOUN - Biologiste BIOSAGA d après la présentation du Dr Anne EBEL- Biomnis du 28 janvier 2016 Virus Papillomavirus HPV Herpes simplex virus 1 et 2 HSV Virus de l hépatite B et C Virus de l

Plus en détail

Module 7 - Edition Item 89 page 1 Copyright CMIT ITEM N 89 : INFECTIONS GENITALES DE L HOMME. ECOULEMENT URETRAL OBJECTIFS INTRODUCTION

Module 7 - Edition Item 89 page 1 Copyright CMIT ITEM N 89 : INFECTIONS GENITALES DE L HOMME. ECOULEMENT URETRAL OBJECTIFS INTRODUCTION Module 7 - Edition 2006 - Item 89 page 1 ITEM N 89 : INFECTIONS GENITALES DE L HOMME. ECOULEMENT URETRAL OBJECTIFS I. Diagnostiquer une infection génitale de l homme II. Argumenter l attitude thérapeutique

Plus en détail

Actinomycose pelvienne: comment l évoquer pour une meilleure prise en charge?

Actinomycose pelvienne: comment l évoquer pour une meilleure prise en charge? Actinomycose pelvienne: comment l évoquer pour une meilleure prise en charge? C H A P E L L E E, D E L A P P A R E N T T, J O L L Y M, B A E Z A C, G O V Y A D O W S K I Y A, T E R Z I B A C H I A N J

Plus en détail

ABCES ACTINOMYCOSIQUE SECONDAIRE DU PSOAS ET DISPOSITIF INTRA-UTERIN SOCIETE DE MEDECINE DE FRANCHE-COMTE. Jeudi 14 avril 2011

ABCES ACTINOMYCOSIQUE SECONDAIRE DU PSOAS ET DISPOSITIF INTRA-UTERIN SOCIETE DE MEDECINE DE FRANCHE-COMTE. Jeudi 14 avril 2011 ABCES ACTINOMYCOSIQUE SECONDAIRE DU PSOAS ET DISPOSITIF INTRA-UTERIN SOCIETE DE MEDECINE DE FRANCHE-COMTE Jeudi 14 avril 2011 AS THOLOZAN, A BOURTEMBOURG, N MOTTET, A ATASSI, C MEZHER, F LEUNG, JJ TERZIBACHIAN,

Plus en détail

Apport de l IRM dans la maladie inflammatoire du pelvis

Apport de l IRM dans la maladie inflammatoire du pelvis Apport de l IRM dans la maladie inflammatoire du pelvis E. Cervantes, M. Chassang, G. Baudin, F. Germain, P. Chevallier Service d Imagerie Médicale, Hôpital Archet 2 CHU Nice - France Maladie inflammatoire

Plus en détail

Dr. Souha Hannachi Service de médecine interne HMPIT

Dr. Souha Hannachi Service de médecine interne HMPIT Rappel sur la clinique de l infection urinaire et des prostatites et place de la biologie dans le diagnostic de ces infections Dr. Souha Hannachi Service de médecine interne HMPIT Epidémiologie Infections

Plus en détail

Abcès du foie à germes pyogènes : à propos de 19 cas et revue de la littérature

Abcès du foie à germes pyogènes : à propos de 19 cas et revue de la littérature Abcès du foie à germes pyogènes : à propos de 19 cas et revue de la littérature Dr L. BADAOUI,G.DABO,M.SODQI,L.MARIH,A.OULED LAHSEN,R.BENSGHIR,A.CHAKIB,K.MARHOUM EL FILLALI Service des Maladies Infectieuses

Plus en détail

Prise en charge des infections de prothèse articulaire (PA) A. Riché P. Tattevin

Prise en charge des infections de prothèse articulaire (PA) A. Riché P. Tattevin Prise en charge des infections de prothèse articulaire (PA) F. Roblot A. Riché P. Tattevin Définitions des infections de Prothèses articulaires (PA) Les infections de PA sont définies en fonction de leur

Plus en détail

L IVG chirurgicale : quel protocole? Annick LAFFITTE CHU Sud Réunion

L IVG chirurgicale : quel protocole? Annick LAFFITTE CHU Sud Réunion L IVG chirurgicale : quel protocole? Annick LAFFITTE CHU Sud Réunion Références HAS 2001 et décembre 2010 Prise en charge de l IVG jusqu à 14 sa CNGOF 2012 Prise en charge des IGH Diagnostic et modalités

Plus en détail

TUMÉFACTION PELVIENNE DE LA FEMME. Fibrome utérin. Types FDR. Compression : DCPC, PKU, dysurie, constipation, pesanteur, OMI localisés

TUMÉFACTION PELVIENNE DE LA FEMME. Fibrome utérin. Types FDR. Compression : DCPC, PKU, dysurie, constipation, pesanteur, OMI localisés TUMÉFACTION PELVIENNE DE LA FEMME Fibrome utérin Épidémio Fréquent Rarement unique Asymptomatique (50%) Types Interstitiel Sous-muqueux Intra-cavitaire Sous-séreux => PAS de ménorragie Circonstances de

Plus en détail

DIVERTICULITE SIGMOÏDIENNE

DIVERTICULITE SIGMOÏDIENNE DIVERTICULITE SIGMOÏDIENNE Dr Anware Maftouh Chirurgie viscérale Hôpital St Camille Mars 2016 Introduction La diverticulose colique est une anomalie fréquente dans les pays occidentaux, son incidence augmente

Plus en détail

N. Gonorrhoeae. Françoise Jauréguy Service de Bactériologie, Virologie, Hygiène Hôpital Avicenne, UFR SMBH Paris 13

N. Gonorrhoeae. Françoise Jauréguy Service de Bactériologie, Virologie, Hygiène Hôpital Avicenne, UFR SMBH Paris 13 N. Gonorrhoeae Françoise Jauréguy Service de Bactériologie, Virologie, Hygiène Hôpital Avicenne, UFR SMBH Paris 13 Introduction Agent de la blennorragie, de la gonoccie ou encore gonorrhée Cocci à Gram

Plus en détail

Table de matières ANTIBIOTHERAPIE EMPIRIQUE DES INFECTIONS URO-GENITALES 2

Table de matières ANTIBIOTHERAPIE EMPIRIQUE DES INFECTIONS URO-GENITALES 2 GGA : Antibiothérapie empirique des infections uro-génitales ab10 Infections uro-génitales 08-12-16.doc Table de matières ANTIBIOTHERAPIE EMPIRIQUE DES INFECTIONS URO-GENITALES 2 Prostatite aiguë, épididymite

Plus en détail

Pathologies de rencontre Emmanuelle ANGLADE ICO Angers

Pathologies de rencontre Emmanuelle ANGLADE ICO Angers Initiation à l échographie pelvienne Pathologies de rencontre Emmanuelle ANGLADE ICO Angers Rappels anatomiques L excavation pelvienne est à l état normal située en dessous d un plan passant par le promontoire

Plus en détail

PTH INFECTEE : DEMARCHE DIAGNOSTIQUE CLINIQUE ET PARACLINIQUE J. GAUDIAS CCOM CHU STRASBOURG

PTH INFECTEE : DEMARCHE DIAGNOSTIQUE CLINIQUE ET PARACLINIQUE J. GAUDIAS CCOM CHU STRASBOURG PTH INFECTEE : DEMARCHE DIAGNOSTIQUE CLINIQUE ET PARACLINIQUE J. GAUDIAS CCOM CHU STRASBOURG FORMES CLINIQUES Précoce Tardive Aiguë Chronique Par contamination péri-opératoire Secondaire : inoculation

Plus en détail

FACULTE DE MEDECINE HENRI WAREMBOURG

FACULTE DE MEDECINE HENRI WAREMBOURG UNIVERSITE LILLE 2 DROIT ET SANTE FACULTE DE MEDECINE HENRI WAREMBOURG Année : 2016 THESE POUR LE DIPLOME D'ETAT DE DOCTEUR EN MEDECINE Evaluation des pratiques de prise en charge des infections génitales

Plus en détail

Item 18 : Grossesse Extra- Utérine (GEU) (Évaluations)

Item 18 : Grossesse Extra- Utérine (GEU) (Évaluations) Item 18 : Grossesse Extra- Utérine (GEU) (Évaluations) Collège National des Gynécologues et Obstétriciens Français (CNGOF) Date de création du document 2010-2011 QCM DE PRE-REQUIS QUESTION 1/3 : Quant

Plus en détail

Infection intra-abdominale aiguë et antibiothérapie

Infection intra-abdominale aiguë et antibiothérapie 6 ème réunion régionale des référents en antibiothérapie Infection intra-abdominale aiguë et antibiothérapie Docteur Elise Fiaux Service des Maladies Infectieuses CHU de Rouen Laboratoire GRAM EA2656 Mr

Plus en détail

Item n 95 : Infections sexuellement transmissible

Item n 95 : Infections sexuellement transmissible Généralité Item n 95 : Infections sexuellement transmissible Épidémiologie Les IST : VIH, syphilis, gonococcie, chlamydiose, herpès génitale, VHB, HPV,... FDR : femme, PD, 1 er rapport précoce, partenaires

Plus en détail

1. DIAGNOSTIC POSITIF

1. DIAGNOSTIC POSITIF Module 7 - Edition 2004 - Item 95 version 01 du 02 01 2004 page 1 ITEM N 95 : MALADIES SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES : GONOCOCCIE, CHLAMYDIOSE, SYPHILIS. OBJECTIFS TERMINAUX I. Diagnostiquer une gonococcie,

Plus en détail

Nouveautés dans la prise en charge des pertes de grossesse

Nouveautés dans la prise en charge des pertes de grossesse Nouveautés dans la prise en charge des pertes de grossesse Dr Sophie Desurmont Praticien hospitalier Gynécologie-obstétrique Hôpital St Vincent de Paul Lille Entretiens de médecine générale Samedi 7 novembre

Plus en détail

Echographie : masse de l ovaire gauche de 20 cm.

Echographie : masse de l ovaire gauche de 20 cm. 22 ans. Nullipare Ballonnements abdominaux & douleurs. Echographie : masse de l ovaire gauche de 20 cm. Laparotomie : Aspiration du kyste puis annexectomie. Pas d extension macroscopique hors de l ovaire.

Plus en détail

Dépistage des IST chez la femme. Enseignement optionnel «Mère- Enfant» Pr. C. Mathieu Université de Bordeaux Octobre 2016

Dépistage des IST chez la femme. Enseignement optionnel «Mère- Enfant» Pr. C. Mathieu Université de Bordeaux Octobre 2016 Dépistage des IST chez la femme Enseignement optionnel «Mère- Enfant» Pr. C. Mathieu Université de Bordeaux Octobre 2016 IST Chlamydia Trachomatis Gonocoque Mycoplasma genitalium Syphilis Herpès génital

Plus en détail

INFECTIONS GENITALES CHEZ L HOMME

INFECTIONS GENITALES CHEZ L HOMME INFECTIONS GENITALES CHEZ L HOMME P. MASSIP Janvier 2002 1 L ORCHI-EPIDIDYMITE L infection des testicules et/ou de l épididyme se rencontre à l occasion d une maladie sexuellement transmissible ou plus

Plus en détail

Selon les recommandation de la HAS 2012 Dr Azizi Fatima Staff MG 04/12/2014

Selon les recommandation de la HAS 2012 Dr Azizi Fatima Staff MG 04/12/2014 Selon les recommandation de la HAS 2012 Dr Azizi Fatima Staff MG 04/12/2014 Introduction La salpingite correspond à une infection tubaire secondaire à l'ascension de germes du vagin à travers le col vers

Plus en détail

Douleurs pelviennes aiguës chez la femme A vous de jouer! A Jalaguier-Coudray, N Perrot, F Medina, A Sarran, I Thomassin-Naggara, Pr M Bazot

Douleurs pelviennes aiguës chez la femme A vous de jouer! A Jalaguier-Coudray, N Perrot, F Medina, A Sarran, I Thomassin-Naggara, Pr M Bazot Douleurs pelviennes aiguës chez la femme A vous de jouer! A Jalaguier-Coudray, N Perrot, F Medina, A Sarran, I Thomassin-Naggara, Pr M Bazot Introduction Ce poster illustre les principales étiologies des

Plus en détail

Diverticulite sigmoïdienne

Diverticulite sigmoïdienne Diverticulite sigmoïdienne Place de la chirurgie Frédéric BRETAGNOL Service de Chirurgie Colorectale Pôle des Maladies de l Appareil Digestif (PMAD) - Hôpital Beaujon Université Paris 7 - Clichy Diverticulite

Plus en détail

VIH/SIDA et autres IST

VIH/SIDA et autres IST VIH/SIDA et autres IST Christine JACOMET Jean Marc ROYE RéIVHAPS www.corevih-auvergne-loire.org VIH/SIDA- Synthèse récente 1/3 des patients non dépistés (soit 50 000 sur 150 000) Environ 7000-8000 nouveaux

Plus en détail

C est une tumeur bénigne définie comme une collection liquidienne à paroi propre qui se développe au dépens de l ovaire. Intérêt de la question : est

C est une tumeur bénigne définie comme une collection liquidienne à paroi propre qui se développe au dépens de l ovaire. Intérêt de la question : est C est une tumeur bénigne définie comme une collection liquidienne à paroi propre qui se développe au dépens de l ovaire. Intérêt de la question : est du à la fréquence de la pathologie annexielle, c est

Plus en détail

Tuméfaction pelvienne chez la femme (342) Professeur Pierre BERNARD Août 2002 (Mise à jour avril 2005)

Tuméfaction pelvienne chez la femme (342) Professeur Pierre BERNARD Août 2002 (Mise à jour avril 2005) Tuméfaction pelvienne chez la femme (342) Professeur Pierre BERNARD Août 2002 (Mise à jour avril 2005) Pré-Requis : L examen clinique gynécologique L imagerie pelvienne Les marqueurs tumoraux L endoscopie

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DE L HYDROSALPINX

PRISE EN CHARGE DE L HYDROSALPINX PRISE EN CHARGE DE F.ARBOUZ Clinque Ahlem F.DJENDER Ain-Taya INTRODUCTION Obstruction complète du pavillons avec disparition des franges et distension liquidienne distale Pathologie fréquente 30 à 40 %

Plus en détail

DYSTROPHIE DES OVAIRES RESTANTS : DONNEES ANATOMO-CLINIQUES ET MODALITES THERAPEUTIQUES. Société de Médecine de Franche-Comté Jeudi 16 décembre 2010

DYSTROPHIE DES OVAIRES RESTANTS : DONNEES ANATOMO-CLINIQUES ET MODALITES THERAPEUTIQUES. Société de Médecine de Franche-Comté Jeudi 16 décembre 2010 DYSTROPHIE DES OVAIRES RESTANTS : DONNEES ANATOMO-CLINIQUES ET MODALITES THERAPEUTIQUES Société de Médecine de Franche-Comté Jeudi 16 décembre 2010 AS THOLOZAN, B CHUNG FAT,F LEUNG, N MOTTET, J MALVESTITI,

Plus en détail

Recommandations pour la pratique clinique

Recommandations pour la pratique clinique COLLÈGE NATIONAL DES GYNÉCOLOGUES ET OBSTÉTRICIENS FRANÇAIS Président : Professeur F. Puech Cinquième partie Recommandations pour la pratique clinique 36 ES JOURNÉES NATIONALES Paris, 2012 591 Niveaux

Plus en détail

«DECODER» UNE DOULEUR PELVIENNE AIGUE CHEZ UNE FEMME

«DECODER» UNE DOULEUR PELVIENNE AIGUE CHEZ UNE FEMME «DECODER» UNE DOULEUR PELVIENNE AIGUE CHEZ UNE FEMME Pr M. BIBI Introduction : Les syndromes douloureux pelviens constituent un motif de consultation fréquent aux services d urgence. Leur prise en charge

Plus en détail

au temps veineux, on confirme la thrombose de la veine ovarienne droite qui est augmentée de calibre et non rehaussée prise de contraste de la paroi

au temps veineux, on confirme la thrombose de la veine ovarienne droite qui est augmentée de calibre et non rehaussée prise de contraste de la paroi Femme de 25 ans; accouchement il y a 5 jours ; douleurs abdominales depuis deux jours, syndrome inflammatoire biologique, fièvre. Quels sont les éléments sémiologiques à retenir images CH Metz - Scanner

Plus en détail

INFECTION MATERNO-FŒTALE BACTERIENNE EXTRAIT DES TEXTES HA (2002)

INFECTION MATERNO-FŒTALE BACTERIENNE EXTRAIT DES TEXTES HA (2002) INFECTION MATERNO-FŒTALE BACTERIENNE EXTRAIT DES TEXTES HA (2002) INTRODUCTION Incidence des sepsis 1 à 4 / naissances vivantes Incidence des infections probables 3 à 8 / naissances Mortalité 10% Séquelles

Plus en détail

LES URETRITES SOMMAIRE 1. INTRODUCTION 2. ETIOLOGIE 3. CLINIQUE ET DIAGNOSTIC 4. STRATÉGIE DE PRISE EN CHARGE 5. PRÉVENTION

LES URETRITES SOMMAIRE 1. INTRODUCTION 2. ETIOLOGIE 3. CLINIQUE ET DIAGNOSTIC 4. STRATÉGIE DE PRISE EN CHARGE 5. PRÉVENTION Département de médecine communautaire de premier recours et des urgences Service de médecine de premier recours LES URETRITES SOMMAIRE 1. INTRODUCTION 2. ETIOLOGIE 3. CLINIQUE ET DIAGNOSTIC 4. STRATÉGIE

Plus en détail

Synthèse du module «Infections urinaires chez la personne âgée»

Synthèse du module «Infections urinaires chez la personne âgée» Synthèse du module «Infections urinaires chez la personne âgée» Ce document s appui sur les recommandations de la société de pathologie infectieuse de langue française (SPILF) : «Diagnostic et antibiothérapie

Plus en détail

Infections en Gynécologie- Obstétrique

Infections en Gynécologie- Obstétrique Version 2 - Septembre 2015 Document élaboré en partenariat avec le réseau PERINATALITE en Franche-Comté Infections en Gynécologie- Obstétrique Juste usage de l antibiothérapie en Franche-Comté Dans ce

Plus en détail

Traitement de la FCS hémorragique ou hyperalgique

Traitement de la FCS hémorragique ou hyperalgique MATERNITE Procédure n : GYN P 0005 Responsable : Dr A.NAVEAU Approbateur : Dr P.PANEL Fonction : Assistant Hospitalier Fonction : Chef de Service Mise à jour : Date de création : 13/6/2102 signature signature

Plus en détail

Conduite à tenir en cas d avortements spontanés. Pr Henri-Jean Philippe Hôpital Cochin Faculté de médecine Paris Descartes CNGOF

Conduite à tenir en cas d avortements spontanés. Pr Henri-Jean Philippe Hôpital Cochin Faculté de médecine Paris Descartes CNGOF Conduite à tenir en cas d avortements spontanés Pr Henri-Jean Philippe Hôpital Cochin Faculté de médecine Paris Descartes CNGOF Avortement spontané O Synonymes : O fausse couche spontanée = FCS O Définition

Plus en détail

DIU Gynécologie Obstétrique Dr T. Labes Centre Hospitalier de la Côte Basque

DIU Gynécologie Obstétrique Dr T. Labes Centre Hospitalier de la Côte Basque METRORRAGIES DU 1 TRIMESTRE/ FAUSSE COUCHE SPONTANEE/ GROSSESSE EXTRA- UTERINE DIU Gynécologie Obstétrique Dr T. Labes Centre Hospitalier de la Côte Basque Hémorragie d origine gravidique Association retard

Plus en détail

Observatoire des Tumeurs Malignes Rares Gynécologiques Tumeurs Frontières de l ovaire - Borderline. Prise en charge

Observatoire des Tumeurs Malignes Rares Gynécologiques Tumeurs Frontières de l ovaire - Borderline. Prise en charge Référentiel -version mars 2014 Page 1 sur 6 Observatoire des Tumeurs Malignes Rares Gynécologiques Suspicion d une tumeur frontière de l ovaire Bilan Bilan diagnostique : examen clinique Echographie pelvienne

Plus en détail

DOSSIER DU MOIS. Novembre n 12 CORRECTION

DOSSIER DU MOIS. Novembre n 12 CORRECTION DOSSIER DU MOIS Novembre n 12 CORRECTION ANNEE 2012/2013 CORRECTION DU DOSSIER DU MOIS DE NOVEMB 2012 Mme T. âgée de 40 ans vous est adressée par son médecin traitant pour des métrorragies capricieuses

Plus en détail

Cas Clinique. Infection urinaire compliquée sur Polykystose rénale. Martin Clermont 09/01/2015

Cas Clinique. Infection urinaire compliquée sur Polykystose rénale. Martin Clermont 09/01/2015 Cas Clinique Infection urinaire compliquée sur Polykystose rénale Martin Clermont 09/01/2015 Présentation du cas Patiente de 79 ans. Suivie depuis 50 ans pour une polykystose rénale autosomique dominante.

Plus en détail

Votre patiente, Miranda, est une étudiante de 20 ans qui rentrera chez elle dans les prochains jours pour occuper un emploi d été.

Votre patiente, Miranda, est une étudiante de 20 ans qui rentrera chez elle dans les prochains jours pour occuper un emploi d été. Votre patiente, Miranda, est une étudiante de 20 ans qui rentrera chez elle dans les prochains jours pour occuper un emploi d été. Elle a des relations sexuelles avec un nouveau partenaire depuis environ

Plus en détail

UE - GYNECOLOGIE OBSTETRIQUE. Laëticia CAMPIN - Ludovic LETICH. VG, la référence pour le nouveau concours! Editions Vernazobres-Grego

UE - GYNECOLOGIE OBSTETRIQUE. Laëticia CAMPIN - Ludovic LETICH. VG, la référence pour le nouveau concours! Editions Vernazobres-Grego VG, la référence pour le nouveau concours! UE - Derniers tours unités d enseignement médical Collection dirigée par L. LE GYNECOLOGIE OBSTETRIQUE Laëticia CAMPIN - Ludovic LETICH Editions Vernazobres-Grego

Plus en détail

Infections génitales. 24 septembre 2009

Infections génitales. 24 septembre 2009 Infections génitales Infections génitales chez l homme symptomatiques Bas appareil : urétrite Haut appareil prostatite, orchiépididymite Infections / agents Signes cliniques : Urétrite (IST) forme aigue

Plus en détail

Diverticulite aiguë: Quelles indications? Mahaut Leconte Service de Chirurgie Digestive Hépatobiliaire et Endocrinienne Hôpital Cochin

Diverticulite aiguë: Quelles indications? Mahaut Leconte Service de Chirurgie Digestive Hépatobiliaire et Endocrinienne Hôpital Cochin Diverticulite aiguë: Quelles indications? Mahaut Leconte Service de Chirurgie Digestive Hépatobiliaire et Endocrinienne Hôpital Cochin Conférence de consensus de décembre 2006 Mise à jour Incidence de

Plus en détail

Quel bilan proposer chez les patients asymptomatiques? 11 avril 2013 V Baclet SUMIV CH Tourcoing

Quel bilan proposer chez les patients asymptomatiques? 11 avril 2013 V Baclet SUMIV CH Tourcoing Quel bilan proposer chez les patients asymptomatiques? 11 avril 2013 V Baclet SUMIV CH Tourcoing Valérie 18 ans Vie sexuelle depuis 1 an et demi Pas de préservatif car «avait confiance» Son nouveau partenaire

Plus en détail

Prise de risque : quel accompagnement? Journée Régionale Prévention VIH, Hépatites, IST 22 octobre 2013 Lens

Prise de risque : quel accompagnement? Journée Régionale Prévention VIH, Hépatites, IST 22 octobre 2013 Lens Prise de risque : quel accompagnement? Journée Régionale Prévention VIH, Hépatites, IST 22 octobre 2013 Lens Quels acteurs? Qu est-ce qu une prise de risque? AES = accident d exposition au sang ou sexuelle

Plus en détail

Item 342 : Tuméfaction pelvienne chez la femme Kyste des ovaires (Évaluations)

Item 342 : Tuméfaction pelvienne chez la femme Kyste des ovaires (Évaluations) Item 342 : Tuméfaction pelvienne chez la femme Kyste des ovaires (Évaluations) Collège National des Gynécologues et Obstétriciens Français (CNGOF) Date de création du document 2010-2011 QCM DE PRE-REQUIS

Plus en détail

Une histoire d infection urinaire. Docteur Nathalie BRONET ARMEDA 15/02/2011

Une histoire d infection urinaire. Docteur Nathalie BRONET ARMEDA 15/02/2011 Une histoire d infection urinaire Docteur Nathalie BRONET ARMEDA 15/02/2011 -Femme 20 ans -Consulte aux Urgences pour AEG -Antécédents : 0 -Traitement en cours : Paracétamol / CO -HDM : elle a fait 3 semaines

Plus en détail

Table des matières. Obstétrique. Liste des collaborateurs... Abréviations... XIII. 1 Début et surveillance de grossesse... 3

Table des matières. Obstétrique. Liste des collaborateurs... Abréviations... XIII. 1 Début et surveillance de grossesse... 3 Table des matières Liste des collaborateurs................................ Abréviations......................................... XIII V I Obstétrique 1 Début et surveillance de grossesse......................

Plus en détail

Infections urinaires bactériennes communautaires de l adulte : Recommandations 2014 de la SPILF

Infections urinaires bactériennes communautaires de l adulte : Recommandations 2014 de la SPILF Infections urinaires bactériennes communautaires de l adulte : Recommandations 2014 de la SPILF G Martin-Blondel, P Delobel, B Marchou, Service des Maladies Infectieuses et Tropicales, CHU de Toulouse

Plus en détail

Recommandations de bonnes pratiques cliniques. Diagnostic, traitement et suivi des uréthrites aiguës de l homme

Recommandations de bonnes pratiques cliniques. Diagnostic, traitement et suivi des uréthrites aiguës de l homme Recommandations de bonnes pratiques cliniques Diagnostic, traitement et suivi des uréthrites aiguës de l homme Comité d Infectiologie de l Association Française d Urologie Cliquez pour modifier le style

Plus en détail

DEFINITION PERITONITES AIGUES PHYSIOPATHOLOGIE (2) PHYSIOPATHOLOGIE (1) 22/12/2009. Inflammations aigues ou chroniques du péritoine

DEFINITION PERITONITES AIGUES PHYSIOPATHOLOGIE (2) PHYSIOPATHOLOGIE (1) 22/12/2009. Inflammations aigues ou chroniques du péritoine DEFINITION Inflammations aigues ou chroniques du péritoine PERITONITES AIGUES Nombreux tableaux cliniques Réactions particulières du péritoine aux agressions 18/01/07 2 PHYSIOPATHOLOGIE (1) PHYSIOPATHOLOGIE

Plus en détail

La grossesse extra-utérine

La grossesse extra-utérine La grossesse extra-utérine Professeur Gilles Body Centre Olympe de Gouges Service de gynécologie obstétrique A Groupement de Gynécologie Obstétrique, Médecine fœtale et Reproduction humaine. Hôpital Bretonneau

Plus en détail

Contribution du scanner abdomino-pelvien à la prise en charge des tableaux abdominaux aigus non traumatiques : étude de 90 patients.

Contribution du scanner abdomino-pelvien à la prise en charge des tableaux abdominaux aigus non traumatiques : étude de 90 patients. Contribution du scanner abdomino-pelvien à la prise en charge des tableaux abdominaux aigus non traumatiques : étude de 90 patients. M Foinant (1), E Lipiecka (1), E Buc (2), JY Boire (1), J Schmidt (3),

Plus en détail

Principes generaux de l antibiotherapie. Prof RANDRIA Mamy

Principes generaux de l antibiotherapie. Prof RANDRIA Mamy Principes generaux de l antibiotherapie Prof RANDRIA Mamy Introduction Antibiotiques: substances d origine biologique ou synthétique capables d inhiber la croissance des bactéries Médicaments d usage courant

Plus en détail

Recommandations diagnostiques et thérapeutiques pour les Maladies Sexuellement transmissibles

Recommandations diagnostiques et thérapeutiques pour les Maladies Sexuellement transmissibles Recommandations diagnostiques et thérapeutiques pour les Maladies Sexuellement transmissibles Section MST/SIDA de la Société Française de Dermatologie URÉTRITE MASCULINE Ph. Gerhardt, N. Dupin, M. Janier,

Plus en détail

Examen du couple infertile/ Assistance Médicale à la Procréation (AMP)

Examen du couple infertile/ Assistance Médicale à la Procréation (AMP) Examen du couple infertile/ Assistance Médicale à la Procréation (AMP) Tps Normal : 40 min Indication : - absence de grossesse après un an de rapports sexuels réguliers (au moins 3 par semaine) non protégés

Plus en détail

DIVERTICULITE SIGMOIDIENNE QUAND OPERER? Pr Mohamed Jouini Service de chirurgie digestive Hôpital la Rabta Faculté de médecine de Tunis

DIVERTICULITE SIGMOIDIENNE QUAND OPERER? Pr Mohamed Jouini Service de chirurgie digestive Hôpital la Rabta Faculté de médecine de Tunis DIVERTICULITE SIGMOIDIENNE QUAND OPERER? Pr Mohamed Jouini Service de chirurgie digestive Hôpital la Rabta Faculté de médecine de Tunis DEFINITION a 2 DEFINITION a 3 DEFINITION a 4 Prise en charge de la

Plus en détail

DIU Gynécologie et obstétrique

DIU Gynécologie et obstétrique DIU Gynécologie et obstétrique DIU Sciences, Technologies, Santé Mention Gynécologie et obstétrique Il est créé à l'université de Saint-Étienne, avec les Universités de Grenoble et Lyon I, un Diplôme Interuniversitaire

Plus en détail

Introduction Examen clinique de la femme enceinte Travail

Introduction Examen clinique de la femme enceinte Travail Table des matières Introduction Examen clinique de la femme enceinte Interrogatoire...15 Examen clinique...18 Inspection abdominale...18 Palpation abdominale...20 Captation des bruits du cœur fœtal...23

Plus en détail

Item n 89 : Infections génitales de lʼhomme. Uréthrite aiguë

Item n 89 : Infections génitales de lʼhomme. Uréthrite aiguë Item n 89 : Infections génitales de lʼhomme Epidémiologie, physiopathologie Uréthrite aiguë Souvent lié à une IST Germes les plus fréquents : Chlamydia Trachomatis et le Gonocoque Peut se compliquer de

Plus en détail

Endocardite infectieuse

Endocardite infectieuse 5.149. Endocardite infectieuse Ê Diagnostiquer une endocardite infectieuse. Ê Connaître les portes d entrées et les agents infectieux les plus fréquemment en cause. Ê Connaître les grands principes du

Plus en détail

ITSS CERVICITE MUCOPURULENTE ATTEINTE INFLAMMATOIRE PELVIENNE (AIP) URÉTRITE ÉPIDIDYMITE/ORCHI-ÉPIDIDYMITE

ITSS CERVICITE MUCOPURULENTE ATTEINTE INFLAMMATOIRE PELVIENNE (AIP) URÉTRITE ÉPIDIDYMITE/ORCHI-ÉPIDIDYMITE JANVIER 2012 TRAITEMENT PHARMACOLOGIQUE ITSS Ce guide d usage optimal est présenté à titre indicatif et ne remplace pas le jugement du praticien. Les recommandations contenues dans ce guide s appliquent

Plus en détail

INFECTIONS VAGINALES ET GROSSESSE

INFECTIONS VAGINALES ET GROSSESSE INFECTIONS VAGINALES ET GROSSESSE DIAGNOSTIC DIFFÉRENTIEL leucorrhée physiologique de la femme enceinte: Modifications vaginales PH plus acide Muqueuses violacées Augmentation la sécrétion vaginale et

Plus en détail

Recommandations françaises pour la prise en charge d un. PENDANT LA GROSSESSE. Paris CNGOF 2009 CNGOF SFCP SFOG

Recommandations françaises pour la prise en charge d un. PENDANT LA GROSSESSE. Paris CNGOF 2009 CNGOF SFCP SFOG Recommandations françaises pour la prise en charge d un CANCER DE L OVAIRE PENDANT LA GROSSESSE. Paris CNGOF 2009 CNGOF SFCP SFOG Méthodologie I Différente de la méthodologie des autres recommandations

Plus en détail

Item 95 Maladies sexuellement transmissibles : infections urogénitales à gonocoque et Chlamydia trachomatis (en dehors de la maladie de Nicolas-Favre)

Item 95 Maladies sexuellement transmissibles : infections urogénitales à gonocoque et Chlamydia trachomatis (en dehors de la maladie de Nicolas-Favre) Annales de dermatologie et de vénéréologie (2008) 135S, F59 F63 Disponible en ligne sur www.sciencedirect.com Module 7 : Santé et environnement, maladies transmissibles Item 95 Maladies sexuellement transmissibles

Plus en détail

10 ème rencontre régionale de cancérologie gynécologique

10 ème rencontre régionale de cancérologie gynécologique 10 ème rencontre régionale de cancérologie gynécologique NIORT 3 Mars 2016 Chirurgie oncologique gynécologique Réflexions autour de la qualité a partir d exemples Dr Cédric NADEAU Service de Gynécologie

Plus en détail

LE CANCER DE L ENDOMETRE SOMMAIRE

LE CANCER DE L ENDOMETRE SOMMAIRE LE CANCER DE L ENDOMETRE SOMMAIRE 1. BILAN INITIAL... 2 2. METHODES THERAPEUTIQUES... 2 2.1. CHIRURGIE...2 2.2. HISTOLOGIE...3 2.3. CHIMIOTHERAPIE...3 2.3. RADIOTHERAPIE...3 2.4. HORMONOTHERAPIE...3 3.

Plus en détail

Appendicite aigue chez l enfant Algorithme diagnostique et thérapeutique actualisé

Appendicite aigue chez l enfant Algorithme diagnostique et thérapeutique actualisé Appendicite aigue chez l enfant Algorithme diagnostique et thérapeutique actualisé Journées Parisiennes de Pédiatrie 3 octobre 2014 Docteur Henri KOTOBI Hôpital d enfants Armand TROUSSEAU - PARIS Introduction

Plus en détail

OTO - MASTOIDITE DU NOURRISSON ET DE L ENFANT SERVICE ORL-CCF CHU MUSTAPHA BACHA D BELLAL,M ARAB, S AHNIA, D DJENNAOUI

OTO - MASTOIDITE DU NOURRISSON ET DE L ENFANT SERVICE ORL-CCF CHU MUSTAPHA BACHA D BELLAL,M ARAB, S AHNIA, D DJENNAOUI OTO - MASTOIDITE DU NOURRISSON ET DE L ENFANT SERVICE ORL-CCF CHU MUSTAPHA BACHA D BELLAL,M ARAB, S AHNIA, D DJENNAOUI INTRODUCTION La mastoïdite aiguë est la complication la plus fréquente des l otites

Plus en détail

IMAGERIE GYNECOLOGIQUE

IMAGERIE GYNECOLOGIQUE IMAGERIE GYNECOLOGIQUE Rédacteurs : Pour la Société d Imagerie Génito-Urinaire (SIGU) Corinne Balleyguier, Marc Bazot, Isabelle Thomassin-Naggara Relecture : Pour le Collège des Enseignants de Radiologie

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DE LA GEU. Dr Jean-Marc MAYENGA 4èmes journées de l AFMED Kinshasa 18 novembre 2015

PRISE EN CHARGE DE LA GEU. Dr Jean-Marc MAYENGA 4èmes journées de l AFMED Kinshasa 18 novembre 2015 PRISE EN CHARGE DE LA GEU Dr Jean-Marc MAYENGA 4èmes journées de l AFMED Kinshasa 18 novembre 2015 Épidémiologie: incidence Augmentation X 4 entre 70 et 90 2 GEU pour 100 naissances Actuellement évolution

Plus en détail

Diverticulite colique gauche et sigmoïdienne: Etat des lieux en 2015

Diverticulite colique gauche et sigmoïdienne: Etat des lieux en 2015 Diverticulite colique gauche et sigmoïdienne: Etat des lieux en 2015 Dr Jérémie Thereaux Praticien Hospitalier - Chirurgien Digestif Service de chirurgie générale et digestive, Centre Hospitalier Universitaire

Plus en détail

Le 13/6/2011 R. Abdelmalek TRAITEMENT DES INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES

Le 13/6/2011 R. Abdelmalek TRAITEMENT DES INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES Le 13/6/2011 R. Abdelmalek TRAITEMENT DES INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES INTRODUCTION Infections fréquentes, «honteuses» Sous-diagnostiquées Complications aigues et chroniques Prise en charge globale,

Plus en détail

Historique des recommandations. Nouveautés? Physiopathologie. SPILF ANDEM 1995

Historique des recommandations. Nouveautés? Physiopathologie. SPILF ANDEM 1995 Historique des recommandations Infections urinaires communautaires Nouvelles recommandations Vers moins de fluoroquinolones? Karine Faure Unité des Maladies Infectieuses Service de Gestion du Risque Infectieux

Plus en détail

DU d urgences médico-chirugicales 2011 Grossesse extra-utérine Douleurs pelviennes en dehors de la grossesse

DU d urgences médico-chirugicales 2011 Grossesse extra-utérine Douleurs pelviennes en dehors de la grossesse DU d urgences médico-chirugicales 2011 Grossesse extra-utérine Douleurs pelviennes en dehors de la grossesse Vassilis Tsatsaris Maternité Port-Royal Hôpital Cochin Paris Descartes Premup CAS CLINIQUE Vous

Plus en détail

Item 262 (Item 259) Lithiase urinaire EVALUATIONS

Item 262 (Item 259) Lithiase urinaire EVALUATIONS Item 262 (Item 259) Lithiase urinaire EVALUATIONS 2014 1 QUESTION 1/5 : Quel est le seul examen biologique devant obligatoirement être réalisé aux urgences lors de la prise en charge d une crise de colique

Plus en détail

Epidémiologie. Terrain du patient = élément majeur de pronostic et de prise en charge

Epidémiologie. Terrain du patient = élément majeur de pronostic et de prise en charge PNEUMOPATHIES 1 Epidémiologie Les pneumopathies communautaires sont des infections potentiellement grave (5 ème ou 6 ème cause de décès dans les pays industrialisés) 1 ère cause de décès d origine infectieuse

Plus en détail

Soins infirmiers en Onco-gynécologie. J. Rousset 2013/ IFSI Rockefeller D après cours de V. Fiot

Soins infirmiers en Onco-gynécologie. J. Rousset 2013/ IFSI Rockefeller D après cours de V. Fiot Soins infirmiers en Onco-gynécologie J. Rousset 2013/2014 - IFSI Rockefeller D après cours de V. Fiot 1. Le cancer du col de l utérus 1. Le cancer du col de l utérus 1.1. EPIDEMIOLOGIE 11ème des cancers

Plus en détail

Stratégie des examens d imagerie en gynécologie. Dr Thibault CARTERET Pr Hervé TRILLAUD Hôpital Saint André

Stratégie des examens d imagerie en gynécologie. Dr Thibault CARTERET Pr Hervé TRILLAUD Hôpital Saint André Stratégie des examens d imagerie en gynécologie Dr Thibault CARTERET Pr Hervé TRILLAUD Hôpital Saint André Echographie Examen de référence : 1 ère intention, innocuité, facile, faible coût Voie sus pubienne

Plus en détail

Item 157 (Item 93) Infections urinaires de l enfant et de l adulte. Leucocyturie EVALUATIONS

Item 157 (Item 93) Infections urinaires de l enfant et de l adulte. Leucocyturie EVALUATIONS Item 157 (Item 93) Infections urinaires de l enfant et de l adulte. Leucocyturie EVALUATIONS 2014 1 QUESTION 1/5 : Concernant les pyélonéphrites aiguës : A - Elles peuvent mettre en jeu le pronostic vital

Plus en détail

Lithiase Biliaire. Manuia Van Bastolaer Cours IFSI 2016

Lithiase Biliaire. Manuia Van Bastolaer Cours IFSI 2016 Lithiase Biliaire Manuia Van Bastolaer Cours IFSI 2016 PLAN Physiopathologie Le foie Les voies biliaires La bile Les calculs biliaires Pathologies 1. Lithiase vésiculaire non compliquée 2. Colique hépatique

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES PERITONITES NOSOCOMIALES

PRISE EN CHARGE DES PERITONITES NOSOCOMIALES PRISE EN CHARGE DES PERITONITES NOSOCOMIALES C. Mariette Service de chirurgie digestive et générale CHRU LILLE Introduction Principes généraux Facteurs de gravité Plan Sur quels éléments repose l indication

Plus en détail

Suivi d une grossesse normale. Dr Omar Qasmieh Service de Gynécologie Obstétrique EHS EL BOUNI Annaba Algérie

Suivi d une grossesse normale. Dr Omar Qasmieh Service de Gynécologie Obstétrique EHS EL BOUNI Annaba Algérie Suivi d une grossesse normale Dr Omar Qasmieh Service de Gynécologie Obstétrique EHS EL BOUNI Annaba Algérie 1 Objectifs: S assurer que la grossesse évolue normalement. Rechercher la survenue d elements

Plus en détail

SIMS I, VICKERS MR, STEPHENSON J. National assessment of PID diagnosis treatment and management in general practice :England and Wales. Int.

SIMS I, VICKERS MR, STEPHENSON J. National assessment of PID diagnosis treatment and management in general practice :England and Wales. Int. 1. SIMS I, VICKERS MR, STEPHENSON J. National assessment of PID diagnosis treatment and management in general practice :England and Wales. Int. JSTD-AIDS 2000;11:440-4 2. NESS R, BROOKS -NELSON D. Pelvic

Plus en détail

Descriptif d une séquence de formation Plan du cours : «Gynécologie Obstétrique»

Descriptif d une séquence de formation Plan du cours : «Gynécologie Obstétrique» Descriptif d une séquence de formation Plan du cours : 2013 2014 «Gynécologie Obstétrique» 1. Identification du module : - Matière d enseignement: Gynécologie - Obstétrique - Public cible : 5 ème année

Plus en détail