QCM DIUFRAL 2014 Module 4 : Pneumologie Module 5 : Hyménoptères. Cocher les réponses justes

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "QCM DIUFRAL 2014 Module 4 : Pneumologie Module 5 : Hyménoptères. Cocher les réponses justes"

Transcription

1 QCM DIUFRAL 2014 Module 4 : Pneumologie Module 5 : Hyménoptères Cocher les réponses justes 1. Concernant la pathologie asthmatique, quelles sont les propositions exactes? A. L asthme est une maladie inflammatoire bronchique? B. Il existe une hypersécrétion bronchique associée? C. Les bronches de l asthmatique sont dites hyper-réactives? D. La constriction des fibres musculaires lisses bronchiques est le seul élément, qui intervient pour rétrécir le diamètre bronchique chez l asthmatique? E. L asthme est une maladie chronique? 2. Quelles sont les propositions justes parmi les suivantes concernant l asthme? A. L asthme se manifeste par une dyspnée inspiratoire? B. L asthme se manifeste par une dyspnée expiratoire? C. Cette dyspnée est à recrudescence nocturne? D. Une toux est souvent associée à la dyspnée? E. L amélioration des symptômes d asthme est souvent spontanée ou facilitée par les bronchodilatateurs? 3. Quelles sont les propositions justes parmi les suivantes concernant l asthme? A. L asthme est une maladie exclusive du jeune enfant et de l adolescent? B. L asthme peut survenir chez l adulte? C. L asthme atteint patients en France? D. L asthme touche 25% de la population en France? E. Parmi les enfants, ce sont les filles, qui sont le plus souvent atteintes? 4. Quelles sont les propositions justes parmi les suivantes concernant l asthme? A. L asthme est responsable d une altération de la fonction respiratoire plus rapide, que celle observée dans la population saine? B. Malgré les progrès thérapeutiques, l asthme reste responsable de plusieurs centaines de décès chaque année en France? C. A l âge adulte, l asthme est plus fréquent chez la femme? D. L asthme débute toujours dans l enfance? E. L asthme est aggravé par le tabac?

2 5. Parmi les propositions suivantes, lesquelles sont correctes? A. L asthme est toujours associé à des mécanismes allergiques IgE dépendants? B. Parmi les allergènes respiratoires ou pneumallergènes, on reconnait des allergènes intérieurs et extérieurs (indoors et outdoors)? C. Les allergènes professionnels sont possiblement en cause et peuvent aggraver l asthme pendant les périodes de travail? D. Il existe des allergies croisées entre allergènes respiratoires et alimentaires? E. Concernant l asthme allergique, les allergènes alimentaires sont les plus fréquemment en cause chez l adulte? 6. Parmi les propositions suivantes, lesquelles sont correctes? A. L aspirine et les anti-inflammatoires non stéroïdiens peuvent aggraver l asthme? B. Les médicaments béta-bloquants et calcium-bloquants sont contre indiqués chez l asthmatique? C. L anxiété et la dépression peuvent aggraver l asthme? D. La pollution atmosphérique n est pas assez importante pour aggraver l asthme? E. Les infections respiratoires peuvent aggraver l asthme? 7. Concernant l asthme et son diagnostic, quelles sont les propositions justes? A. La mesure du VEMS et du rapport VEMS/CVF peut être normale? B. L examen spirométrique recherche une obstruction bronchique? C. Typiquement dans l asthme, l obstruction bronchique est réversible d au moins 12 %, après inhalation de bronchodilatateurs? D. Toute obstruction bronchique à l examen spirométrique permet de retenir le diagnostic d asthme? E. La mesure du débit de pointe mesurée par le peak-flow, est possiblement abaissée chez l asthmatique? 8. Parmi les pathologies suivantes, lesquelles peuvent ressembler à un asthme et rendre son diagnostic plus difficile? A. BPCO? B. Syndrome de dysfonction des cordes vocales? C. Bronchiolite? D. Œdème aigu du poumon? E. Corps étranger?

3 9. Parmi les propositions suivantes concernant le suivi de l asthme, lesquelles sont justes? A. Le suivi en consultation doit systématiquement évaluer le contrôle de la maladie? B. Les symptômes nocturnes et diurnes font partis de l évaluation du contrôle? C. Une consommation de béta-2 mimétiques de courte durée d action (salbutamol) de l ordre de 8 bouffées quotidiennes est un argument qui reste acceptable pour parler de contrôle de l asthme? D. La fonction respiratoire mesurée par le débit mètre de pointe à domicile est un élément d évaluation du contrôle de l asthme? E. L évaluation du contrôle permet de guider la thérapeutique anti-asthmatique? 10. Parmi les propositions suivantes concernant le suivi de l asthme, lesquelles sont justes? A. L obtention du contrôle de l asthme est l objectif thérapeutique? B. Le contrôle est obtenu chez plus de 80%des patients asthmatiques? C. Parmi les causes d échec thérapeutique, l inobservance thérapeutique est le plus souvent en cause? D. Une fois le contrôle de l asthme obtenu, une décroissance thérapeutique prudente doit être tentée? E. Des auto-questionnaires (ACT, ACQ, ) peuvent aider à l évaluation du contrôle de l asthme? 11. Parmi les propositions suivantes concernant le suivi de l asthme, lesquelles sont justes? A. Une consultation d asthme typique doit chercher à évaluer l observance thérapeutique? B. Une consultation d asthme typique doit chercher à évaluer la connaissance par le patient de sa maladie? C. Une consultation d asthme typique doit chercher à évaluer la connaissance par le patient des thérapeutiques, qui lui sont prescrites? D. Une consultation d asthme typique doit chercher à évaluer la présence de comorbidités? E. Une consultation d asthme typique doit chercher à évaluer, si échec thérapeutique, la présence de possibles diagnostics différentiels? 12. Parmi les propositions suivantes concernant le traitement de l asthme, lesquelles sont correctes? A. La corticothérapie inhalée est le traitement de fond de référence? B. La posologie de corticoïdes inhalés doit toujours être maximale pour assurer le contrôle de l asthme? C. Le traitement de fond peut faire appel à des béta-2 mimétiques de courte durée d action? D. Le traitement de fond peut faire appel à des béta-2 mimétiques de longue durée d action? E. le sevrage tabagique est indispensable à une prise en charge optimale de l asthmatique?

4 13. Parmi les propositions suivantes concernant le traitement de l asthme, lesquelles sont correctes? A. Une association corticothérapie inhalée et béta2 mimétique de longue durée d action est requise avant d introduire une biothérapie anti-ige? B. Une corticothérapie orale, si elle est prescrite au long cours, doit toujours l être à une posologie ne dépassant pas 7.5 mg/jour d équivalent béclométhasone? C. Un anti-récepteur aux leucotriènes est une alternative équivalente à une corticothérapie inhalée chez l asthmatique? D. Une association corticoïde inhalé-béta2 mimétique de longue durée d action peut être utilisée comme traitement à la fois de fond et des symptômes? E. Un béta2 mimétique de longue durée d action peut être utilisé seul comme traitement de fond dans un palier thérapeutique 2 ou 3 du GINA 2014? 14. Parmi les propositions suivantes concernant le traitement par anti-ige, lesquelles sont correctes chez l asthmatique? A. Il est requis chez l asthmatique sévère allergique ou non allergique? B. Son efficacité est évaluée après 15 jours d utilisation? C. Une réponse thérapeutique est obtenue chez 70 à 80% des patients? D. L obtention d une réponse thérapeutique est prévisible dans la population de patients asthmatiques allergiques? E. La présence d un taux d IgE totale sérique supérieur à 600 KU/L est un garant d efficacité thérapeutique? 15. Parmi les propositions suivantes concernant le traitement par anti-ige, lesquelles sont correctes chez l asthmatique? A. La posologie est déterminée par la conjonction de 2 paramètres : taux d IgE totale sérique et éosinophilie périphérique sanguine? B. La posologie fluctue dans le temps en fonction du taux d IgE totale sous traitement? C. Ses principaux effets secondaires sont l asthénie et les céphalées? D. Le traitement doit être interrompu après les 20 premières semaines d utilisation, en l absence de réponses thérapeutique? E. le traitement peut être stoppé après 5 ans d utilisation si le contrôle de l asthme est obtenu?

5 16. Parmi les propositions suivantes concernant l asthme sévère, lesquelles sont correctes? A. Il requiert un traitement de palier 4 ou 5 du GINA, depuis au moins un an, pour prévenir la perte de contrôle? B. Un traitement de palier 4 ou 5 du GINA, prescrit depuis au moins un an, n a pas permis d obtenir son contrôle? C. Un traitement par corticothérapie systémique, prescrit pendant plus de 6 mois au cours de la dernière année, n a pas permis d obtenir son contrôle? D. Il requiert une corticothérapie orale, depuis plus de 6 mois, au cours de la dernière année pour obtenir le contrôle? E. L asthme sévère est aussi appelé difficile? 17. Parmi les propositions suivantes concernant l asthme sévère, lesquelles sont correctes? A. La recherche de phénotype est importante et permet de cibler la thérapeutique? B. Le phénotype peut être évalué en fonction de l éosinophilie et de la symptomatologie? C. Il existe des phénotypes d asthme sévère avec inflammation prédominante et peu de symptômes? D. Il existe des phénotypes d asthme sévère avec symptomatologie marquée et inflammation modeste? E. Il existe des phénotypes d asthme sévère avec symptomatologie et inflammation concordante? 18. Concernant l asthme difficile, quels sont les items corrects, A. L obésité influence peu le contrôle de l asthme? B. L obésité est associée à des exacerbations plus graves de l asthme? C. La chirurgie bariatrique quand elle est efficace et permet de réduire l index de masse corporelle peut améliorer aussi le contrôle de l asthme? D. L obésité est associée à des perturbations inflammatoires spécifiques, qui font intervenir par exemple les leptines? E. Comme l obésité, la maigreur est associée à des asthmes de contrôle plus difficile? 19. Concernant l asthme difficile, quels sont les items corrects, A. L anxiété et la dépression sont possiblement en cause dans la difficulté à contrôler un asthme? B. La consommation de psychotropes est plus importante chez les asthmatiques que dans la population générale? C. Le reflux gastro-oesophagien doit être systématiquement recherché, par gastroscopie et/ou phmétrie, en présence d un asthme non contrôlé? D. L aspirine et les AINS sont contre-indiqués chez l asthmatique? E. Les béta-bloquants sont contre-indiqués chez l asthmatique?

6 20. Concernant l asthme difficile, quels sont les items corrects, A. L intolérance à l aspirine est associée à des mécanismes IgE dépendants? B. L intolérance à l aspirine est présente chez 50% des asthmatiques? C. L intolérance à l aspirine peut être recherchée par des tests in vitro? D. L intolérance à l aspirine peut être recherchée par un test de provocation? E. L intolérance à l aspirine se traite habituellement par l induction d une tolérance? 21. Les insectes suivants sont des hyménoptères A. Abeille domestique B. Frelon asiatique C. Fourmi D. Guêpe E. Araignée 22. Les molécules suivantes entrent dans la composition du venin d abeille A. Tryptase B. Phosphatase acide C. Hyaluronidase D. Histamine E. Phospholipase 23. Le choc toxique après piqûre d hyménoptères A. Survient après piqûres multiples (plus de 50 insectes) B. Peut être mortel C. Est de nature anaphylactique D. Est lié surtout au caractère neurotoxique du venin E. Nécessite ultérieurement la mise en place d une ITA (immunothérapie allergénique) 24. Les réactions locorégionales après piqûre d hyménoptères A. Sont égales ou supérieures à 10 cm de diamètre B. Sont toujours annonciatrices d une réaction ultérieure généralisée sévère C. Imposent un bilan allergologique complet D. Doivent être traitées en urgence par adrénaline E. Justifient obligatoirement une ITA

7 25. Les facteurs de risque à prendre en compte sont : A. Un abaissement du taux de tryptase B. L âge avancé C. Les pathologies cardiaques associées D. L apiculture (en cas d allergie au venin d abeille) E. L anxiété du patient 26. Les tests cutanés aux venins A. Sont à faire dans la semaine qui suit l accident allergique B. Doivent être réalisés en prick-tests C. Nécessitent une hospitalisation D. Ont une bonne sensibilité E. Ont une bonne spécificité 27. Les dosages biologiques dans les allergies aux venins A. Les dosages d IgE spécifiques ne sont pas toujours indispensables au diagnostic B. Le dosage de tryptase est conseillé C. Les dosages des IgE spécifiques vis-à-vis des venins ont une bonne valeur prédictive D. Peuvent être perturbés par des réactions croisées liées aux carbohydrates (CCD) E. Les dosages d IgE vis-à-vis des recombinants des venins évitent l écueil des CCD 28. L ITA aux venins A. Est obligatoire chez l enfant en cas d urticaire généralisée isolée B. A une durée minimale de 2 ans chez l enfant et l adulte C. Est contre indiquée en cas d antécédent d infarctus du myocarde D. Les injections sont faites par voie IV E. Chaque injection nécessite une surveillance médicale de 30 minutes 29. La trousse d urgence de l allergique aux venins doit contenir obligatoirement : A. de l adrénaline B. de l insuline C. de l atropine D. des diurétiques E. des corticoïdes locaux

E. L amélioration des symptômes d asthme est souvent spontanée ou facilitée par les bronchodilatateurs?

E. L amélioration des symptômes d asthme est souvent spontanée ou facilitée par les bronchodilatateurs? QCM Pneumo Allergologie, 11/2014 Pr Gilles Devouassoux Service de Pneumologie, Hôpital de la Croix Rousse, Lyon 1. Concernant la pathologie asthmatique, quelles sont les propositions exactes? A. L asthme

Plus en détail

Traitement de fond d un asthme

Traitement de fond d un asthme Traitement de fond d un asthme Auteur : A. Taytard (Mis à jour le 16/12/2007) www.respir.com OBJECTIF : A l'état stable, contrôle de l'asthme : mener une vie normale, c'està-dire - Peu ou pas de symptômes

Plus en détail

Prise en charge thérapeutique de l asthme grave de l enfant

Prise en charge thérapeutique de l asthme grave de l enfant Prise en charge thérapeutique de l asthme grave de l enfant Rola Abou Taam Pneumologie et Allergologie Pédiatriques Hôpital Necker-Enfants Malades Paris 4ème Congrès Francophone Pédiatrique de Pneumologie

Plus en détail

DEFINITION. Chronicité, Variabilité, Réversibilité

DEFINITION. Chronicité, Variabilité, Réversibilité ASTHME DEFINITION CLINIQUE : Crise de dyspnée, paroxystique, sifflante, volontiers nocturne, récidivante, réversible spontanément ou sous l effet du traitement. Chronicité, Variabilité, Réversibilité DEFINITION

Plus en détail

Maladie inflammatoire chronique des bronches responsable : d une obstruction bronchique variable, réversible

Maladie inflammatoire chronique des bronches responsable : d une obstruction bronchique variable, réversible DEFINITION Maladie inflammatoire chronique des bronches responsable : d une obstruction bronchique variable, réversible spontanément ou sous l effet d un bronchodilatateur et d une hyperréactivité bronchique

Plus en détail

COMMENT JE TRAITE l asthme aujourd hui et demain

COMMENT JE TRAITE l asthme aujourd hui et demain COMMENT JE TRAITE l asthme aujourd hui et demain Cindy Barnig Pôle de Pathologie Thoracique Hôpitaux Universitaires de Strasbourg cindy.barnig@chru-strasbourg.fr Les Hôpitaux Universitaires de STRASBOURG

Plus en détail

Mais qu est-ce vraiment que l asthme et que faire en 2017?

Mais qu est-ce vraiment que l asthme et que faire en 2017? Mais qu est-ce vraiment que l asthme et que faire en 2017? Journée Romande d Allergologie 11.05.17 Christophe Uldry Service de pneumologie GHOL-Hôpital de Rolle ERJ 2016; 47: 359-361 Unmeet needs in understanding

Plus en détail

Traitement de l asthme

Traitement de l asthme Traitement de l asthme Dr. Samy Kammoun SFAX L obstruction bronchique secondaire à plusieurs composantes Bronchoconstriction Œdème de la paroi bronchique Hypersécrétion bronchique 2 Site web de l Am. Academy

Plus en détail

La désensibilisation ou immunothérapie spécifique

La désensibilisation ou immunothérapie spécifique La désensibilisation ou immunothérapie spécifique Site d'allergologie du Docteur Marmouz Adresse du site : www.docvadis.fr/f.marmouz La désensibilisation ou immunothérapie spécifique (I.T.S.) selon le

Plus en détail

ASTHME : Plan du cours

ASTHME : Plan du cours ASTHME : Plan du cours Définitions : GINA, anatomique, fonctionnelle Epidémiologie L asthme au quotidien La crise d asthme: signes et traitement Facteurs déclenchants et/ou aggravants L asthme en état

Plus en détail

Recouvrement / chevauchement BPCO asthme

Recouvrement / chevauchement BPCO asthme Recouvrement / chevauchement BPCO asthme Nicolas Roche Paris Définitions GINA GOLD 2014 Asthme Maladie hétérogène habituellement caractérisée par une inflammation chronique des voies aériennes, définie

Plus en détail

Asthme Diagnostics différentiels. G. Bellon

Asthme Diagnostics différentiels. G. Bellon Asthme Diagnostics différentiels G. Bellon Asthme Diagnostics différentiels Dans l asthme, comme dans toute pathologie chronique ou récidivante, le diagnostic doit être régulièrement remis en question

Plus en détail

ATELIER. Explorations allergologiques dans l asthme. Catherine Neukirch Service de Pneumologie A HOPITAL BICHAT

ATELIER. Explorations allergologiques dans l asthme. Catherine Neukirch Service de Pneumologie A HOPITAL BICHAT ATELIER Explorations allergologiques dans l asthme Catherine Neukirch Service de Pneumologie A HOPITAL BICHAT Allergies respiratoires Rhinite et asthme : allergie immédiate IgE Phase de sensibilisation

Plus en détail

Enquête épidémiologique IRDES

Enquête épidémiologique IRDES Asthme DESC Allergologie et Immunologie Clinique Lyon le 11/03/2016 Gilles Devouassoux Service de Pneumologie, Hôpital de la Croix-Rousse Hospices Civils de Lyon Faculté de Médecine Lyon Sud Charles Mérieux

Plus en détail

Maylise, 7 ans et 5 mois. A.BRUNEL DES Pédiatrie CHU Clermont-Ferrand 6/03/2009

Maylise, 7 ans et 5 mois. A.BRUNEL DES Pédiatrie CHU Clermont-Ferrand 6/03/2009 Maylise, 7 ans et 5 mois A.BRUNEL DES Pédiatrie CHU Clermont-Ferrand 6/03/2009 Antécédents Née à 38 SA, Pds : 3330g, T : 48cm, APGAR 10/10 Multiples épisodes de bronchiolite Asthme Vaccination à jour 2

Plus en détail

Définition de l asthme

Définition de l asthme Asthme Définition de l asthme Il s agit d une affection inflammatoire des voies aériennes inférieurs.le rétrécissement ou l obstruction qui en découle présentent en général, un caractère réversible. Ainsi

Plus en détail

1- QRU 2- QRM facteurs épidémiologiques

1- QRU 2- QRM facteurs épidémiologiques Une femme de 30 ans, asthmatique depuis l enfance, traitée par salbutamol en aérosol doseur à la demande et de temps en temps par budésonide 200 μg le matin lorsqu elle se sent gênée, est amenée aux urgences

Plus en détail

I - Identification du bénéficiaire (nom, prénom, N d affiliation à l O.A.): II - Eléments à attester par un médecin-spécialiste en pneumologie:

I - Identification du bénéficiaire (nom, prénom, N d affiliation à l O.A.): II - Eléments à attester par un médecin-spécialiste en pneumologie: Annexe A: Modèle du formulaire pr demande initiale Formulaire pr demande initiale de rembrsement de la spécialité XOLAIR ( 3790000 chapitre IV de l AR du 21 décembre 2001) I - Identification du bénéficiaire

Plus en détail

TEST DE PROVOCATION NASAL TPN. Dr François Saint-Martin

TEST DE PROVOCATION NASAL TPN. Dr François Saint-Martin TEST DE PROVOCATION NASAL TPN Dr François Saint-Martin Contexte Le TPN est un outil de diagnostic : Pour la recherche médicale dans la rhinite allergique et non allergique. Pour la pratique quotidienne

Plus en détail

Place de l EFR dans le traitement de l asthme et de la BPCO. Dr Vincent BOISSERIE-LACROIX Centre de pneumologie de Bordeaux rive droite

Place de l EFR dans le traitement de l asthme et de la BPCO. Dr Vincent BOISSERIE-LACROIX Centre de pneumologie de Bordeaux rive droite Place de l EFR dans le traitement de l asthme et de la BPCO Dr Vincent BOISSERIE-LACROIX Centre de pneumologie de Bordeaux rive droite Préambule Démarche médicale Poser le diagnostic Établir et adapter

Plus en détail

Pierre-Olivier Girodet. Pharmacologie

Pierre-Olivier Girodet. Pharmacologie Allergies médicamenteuses Pierre-Olivier Girodet Pharmacologie Allergies médicamenteuses 1. Définition, classification 2. Signes cliniques Interrogatoire t Manifestations cliniques 3. Diagnostic différentiel

Plus en détail

Cécilia NOCENT-EJNAINI Centre hospitalier de la Côte Basque

Cécilia NOCENT-EJNAINI Centre hospitalier de la Côte Basque Cécilia NOCENT-EJNAINI Centre hospitalier de la Côte Basque CFA 2016 Conflits d intérêt Intérêts financiers : néant Liens durables ou permanents : néant Interventions ponctuelles : Astra Zénéca, Chiesi,

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DU PATIENT ALLERGIQUE EN 2007

PRISE EN CHARGE DU PATIENT ALLERGIQUE EN 2007 PRISE EN CHARGE DU PATIENT ALLERGIQUE EN 2007 VOCABULAIRE ALLERGIE TERRAIN ATOPIQUE SENSIBILISATION ALLERGIE CROISEE ALLERGIE réaction anormale d ordre immunologique d un individu exposé à une certaine

Plus en détail

Asthme. Dr Thibault Vieira Chef de clinique assistant Hôpital Tenon

Asthme. Dr Thibault Vieira Chef de clinique assistant Hôpital Tenon Asthme Dr Thibault Vieira thibault.vieira@aphp.fr Chef de clinique assistant Hôpital Tenon Définition Maladie inflammatoire chronique des voies aériennes une obstruction bronchique diffuse et variable,

Plus en détail

BPCO. EPU du 15/09/2004

BPCO. EPU du 15/09/2004 La BPCO EPU du 15/09/2004 Définition La broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO) se définit comme une maladie chronique qui est lentement progressive caractérisée par une diminution non complètement

Plus en détail

L Asthme sévère de L Enfant

L Asthme sévère de L Enfant L Asthme sévère de L Enfant Stratégies d exploration Dr Houdouin Véronique Hôpital Robert Debré Paris. La définition de l asthme sévère repose sur une définition clinique et physiologique après une période

Plus en détail

Management du BIE 03/06/2016

Management du BIE 03/06/2016 Les Hôpitaux Universitaires de STRASBOURG Management du BIE Pr Anne Charloux, Service de Physiologie et d Explorations Fonctionnelles, Hôpitaux Universitaires de Strasbourg, Faculté de Médecine de Strasbourg

Plus en détail

Allergie aux hyménoptères. Annette Leimgruber Denis Comte Stéphanie Petitpierre CHUV,

Allergie aux hyménoptères. Annette Leimgruber Denis Comte Stéphanie Petitpierre CHUV, Allergie aux hyménoptères Annette Leimgruber Denis Comte Stéphanie Petitpierre CHUV, 3.2.2011 VENINS : substances responsables d allergies Abeille : Guêpe : - PLA2 = phospholipase A2 (allergène majeur)*

Plus en détail

Annexe au versement Liste détaillée des données TABLE DES MATIÈRES

Annexe au versement Liste détaillée des données TABLE DES MATIÈRES TABLE DES MATIÈRES Comorbidités...p 1 Contexte socio-économique...p.1 Contrôle au cours du mois écoulé...p.1 Crise actuelle...p.1 Facteurs de risques environnementaux...p.3 Gestion...p.3 Histoire de la

Plus en détail

ASTHME AIGU GRAVE CRISE D'ASTHME AIGUE SEVERE = ETAT DE MAL ASTHMATIQUE 2000 MORTS EN FRANCE LE PLUS SOUVENT EN DEHORS DE L'HOPITAL

ASTHME AIGU GRAVE CRISE D'ASTHME AIGUE SEVERE = ETAT DE MAL ASTHMATIQUE 2000 MORTS EN FRANCE LE PLUS SOUVENT EN DEHORS DE L'HOPITAL ASTHME AIGU GRAVE CRISE D'ASTHME AIGUE SEVERE = ETAT DE MAL ASTHMATIQUE I EPIDEMIOLOGIE =============== 2000 MORTS EN FRANCE LE PLUS SOUVENT EN DEHORS DE L'HOPITAL II CAUSES DE MORTALITE DE L'ASTHME GRAVE

Plus en détail

Actualités en pneumologie pédiatrique : Omalizumab Traitement de l asthme sévère allergique, non contrôlé

Actualités en pneumologie pédiatrique : Omalizumab Traitement de l asthme sévère allergique, non contrôlé Actualités en pneumologie pédiatrique : Omalizumab Traitement de l asthme sévère allergique, non contrôlé Dr Stéphane DEBELLEIX PH Pneumologie Pédiatrique CHU Bordeaux Médecin co-investigateur Accelence

Plus en détail

Contrôler l asthme, c est possible!!

Contrôler l asthme, c est possible!! Contrôler l asthme, c est possible!! Dr Camille Taillé Service de Pneumologie, Hôpital Bichat, Paris. Tous droits réservés - C.Taillé Liens d intérêt J ai actuellement, ou j ai eu au cours des 3 dernières

Plus en détail

Couverture. Échanges confraternels auprès des médecins généralistes sur le thème de la Broncho Pneumopathie Chronique Obstructive (2012)

Couverture. Échanges confraternels auprès des médecins généralistes sur le thème de la Broncho Pneumopathie Chronique Obstructive (2012) Couverture Échanges confraternels auprès des médecins généralistes sur le thème de la Broncho Pneumopathie Chronique Obstructive (2012) BPCO : Problématique 1 Un enjeu de santé publique : contexte épidémiologique

Plus en détail

Ajaccio dr.n.ambrogi

Ajaccio dr.n.ambrogi Choc anaphylactique de plus en plus fréquent 3 tableaux cliniques d anaphylaxie : -le choc anaphylactique -l angioedème laryngé -l asthme aigu grave Réaction allergique systémique sévère,potentiellement

Plus en détail

Recommandations de la SPLF pour la prise en charge de la BPCO. Mise à jour Thème : Traitement pharmacologique à l état stable

Recommandations de la SPLF pour la prise en charge de la BPCO. Mise à jour Thème : Traitement pharmacologique à l état stable Recommandations de la SPLF pour la prise en charge de la BPCO Mise à jour 2008-2008 Thème : Traitement pharmacologique à l état stable Que peut-on attendre du traitement pharmacologique dans la BPCO? (1)

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 10 mars 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 10 mars 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 10 mars 2010 QVAR AUTOHALER 100 microgrammes/dose, solution pour inhalation en flacon pressurisé Flacon de 200 doses (CIP : 351 606-9) TEVA SANTE béclométasone Liste

Plus en détail

02/06/2013. But du programme. Quelques définitions. Objectifs d apprentissage. Contexte législatif en milieu scolaire. Contexte législatif

02/06/2013. But du programme. Quelques définitions. Objectifs d apprentissage. Contexte législatif en milieu scolaire. Contexte législatif 2 Administration d épinéphrine pour les réactions allergiques graves de type anaphylactique But du programme Réduire la morbidité et la mortalité associées aux réactions allergiques sévères de type anaphylactique.

Plus en détail

Effet de la réhabilitation respiratoire chez les patients porteur de BPCO

Effet de la réhabilitation respiratoire chez les patients porteur de BPCO Effet de la réhabilitation respiratoire chez les patients porteur de BPCO Journée nationale de rééducation fonctionnelle Tlemcen le 22-23/09/2012 Faculté de médecine Tlemcen Pr M. Benmansour BPCO «Broncho

Plus en détail

I. Définition. Origine latin (Asthma):difficulté de respirer.

I. Définition. Origine latin (Asthma):difficulté de respirer. Asthme Dr:Mosbah I. Définition Origine latin (Asthma):difficulté de respirer. survenue spontané de dyspnée sifflante, plutôt le soir ou la nuit. Bradypnée expiratoire sifflante. Un problème de santé publique

Plus en détail

INCIDENTS ET ACCIDENTS DE LA VACCINATION ANTI ALLERGIQUE

INCIDENTS ET ACCIDENTS DE LA VACCINATION ANTI ALLERGIQUE INCIDENTS ET ACCIDENTS DE LA VACCINATION ANTI ALLERGIQUE A. SONNEVILLE Ø L INFORMATION ECLAIREE CONDITIONNANT Ø L OBLIGATION DE RESULTATS INCIDENTS ET ACCIDENTS : Nature Réactions locales * érythème *

Plus en détail

Asthme sévère: comment cibler la bonne population de malades? Benjamin Zuber DES pneumologie 12/01/08

Asthme sévère: comment cibler la bonne population de malades? Benjamin Zuber DES pneumologie 12/01/08 Asthme sévère: comment cibler la bonne population de malades? Benjamin Zuber DES pneumologie 12/01/08 En France: - Environ 3 millions d asthmatiques Mais seulement - 2700 pneumologues en 2003 TOUS LES

Plus en détail

Brèves d experts. Comment prévenir les crises d asthme chez l enfant? Par le Dr Jacques robert

Brèves d experts. Comment prévenir les crises d asthme chez l enfant? Par le Dr Jacques robert Brèves d experts Comment prévenir les crises d asthme chez l enfant? Par le Dr Jacques robert Brèves d experts Comment prévenir les crises d asthme chez l enfant? Par le DrJacques robert Dr Jacques ROBERT

Plus en détail

Item n 226 : Asthme de lʼenfant et de lʼadulte

Item n 226 : Asthme de lʼenfant et de lʼadulte Item n 226 : Asthme de lʼenfant et de lʼadulte Maladie inflammatoire chronique des bronches Définition La gravité concerne la crise, elle conditionne le traitement dʼurgence La sévérité sʼapplique à lʼhistoire

Plus en détail

Allergie alimentaire : importance des cofacteurs

Allergie alimentaire : importance des cofacteurs Cas clinique Allergie alimentaire : importance des cofacteurs Commencer Réalisé par le Dr Chabane Allergologue, Praticien attaché à l hôpital Delafontaine (Saint Denis) Histoire initiale Caroline, 43 ans,

Plus en détail

BPCO Pathologie qui regroupe l ensemble des maladies obstructives broncho-pulmonaires, à l exclusion de l asthme Maladie caractérisée par une diminuti

BPCO Pathologie qui regroupe l ensemble des maladies obstructives broncho-pulmonaires, à l exclusion de l asthme Maladie caractérisée par une diminuti BRONCHITE CHRONIQUE BPCO EMPHYSEME BPCO Pathologie qui regroupe l ensemble des maladies obstructives broncho-pulmonaires, à l exclusion de l asthme Maladie caractérisée par une diminution peu ou pas réversible

Plus en détail

DOSSIER N 1 - CORRECTION. ED PNEUMOLOGIE

DOSSIER N 1 - CORRECTION. ED PNEUMOLOGIE DOSSIER N 1 - CORRECTION ED PNEUMOLOGIE emilie.perino01@chu-lyon.fr Vous recevez en consultation de pneumologie une patiente de 20 ans ayant pour antécédents une dermatite atopique dans l enfance, des

Plus en détail

LES CORTICOÏDES INTERMITTENTS

LES CORTICOÏDES INTERMITTENTS ROUEN LIGUE MAGNUS LYON Division 1 LES CORTICOÏDES INTERMITTENTS SONT AUSSI EFFICACES QUE LES TRAITEMENTS AU LONG COURS CHEZ LE JEUNE ENFANT Christophe Marguet Pneumologie & Allergologie pédiatrique EA3830/CIC

Plus en détail

Pathologie Respiratoire

Pathologie Respiratoire Pathologie Respiratoire Asthme F. Macone Introduction Syndrome clinique caractérisé par des accès intermittents de dyspnée expiratoire sibilante à prédominance vespéro nocturne, en relation avec une hyper-réactivité

Plus en détail

BPOC : Nouvelle classification, nouveaux traitements. Dr Hanquet Olivier CHU Charleroi SBP le 2 décembre 2016

BPOC : Nouvelle classification, nouveaux traitements. Dr Hanquet Olivier CHU Charleroi SBP le 2 décembre 2016 BPOC : Nouvelle classification, nouveaux traitements Dr Hanquet Olivier CHU Charleroi SBP le 2 décembre 2016 DEFINITION Définition : précisions BPCO : Définition fonctionnelle respiratoire : obstruction

Plus en détail

Asthme : épidémiologie

Asthme : épidémiologie Epidémiologie et prise en charge de l asthme en France en 2008 Docteur Jacques DURIEU 28 octobre 2008 Asthme : définition L asthme est une pathologie inflammatoire chronique responsable d épisodes récidivants

Plus en détail

Asthme hyperéosinophilique : quelles interrogations? B. Wallaert Lille

Asthme hyperéosinophilique : quelles interrogations? B. Wallaert Lille Asthme hyperéosinophilique : quelles interrogations? B. Wallaert Lille Conflits d intérêt Intérêts financiers : néant Liens durables ou permanents : néant Interventions ponctuelles : Intermune, Boehringer,

Plus en détail

L allergie respiratoire : de la rhinite à l asthme?

L allergie respiratoire : de la rhinite à l asthme? CAS CLINIQUE L allergie respiratoire : de la rhinite à l asthme? Commencer Réalisé par le Pr Just Chef du Service d Allergologie Centre de l asthme et des Allergies Hôpital Trousseau Paris 12 Suite Paul,

Plus en détail

Faculté de Médecine - Clermont-Ferrand

Faculté de Médecine - Clermont-Ferrand Faculté de Médecine - Clermont-Ferrand DEPISTAGE DE LA BRONCHO-PNEUMOPATHIE CHRONIQUE OBSTRUCTIVE EN MEDECINE GENERALE PAR MINI-SPIROMETRIE ELECTRONIQUE ETUDE DE PREVALENCE parmi des patients à risque

Plus en détail

Dossier Progressif. Unité d enseignement Insuffisance respiratoire aiguë de l'adulte

Dossier Progressif. Unité d enseignement Insuffisance respiratoire aiguë de l'adulte Dossier Progressif Ce dossier progressif a été construit, revu et corrigé par au moins 4 enseignants du Collège des Enseignants de Pneumologie (CEP). Il s appuie sur l enseignement du Référentiel National

Plus en détail

L asthme professionnel

L asthme professionnel MINISTERE DE LA SANTE ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE UNIVERSITE MENTOURI FACULTE DE MEDECINE SERVICE DE MEDECINE DU TRAVAIL CHUC L asthme professionnel PR H.CHACHOUR Pr M.HADDAD GENERALITES : L asthme

Plus en détail

CVF VEMS 74 VEMS/CV DEM DEP

CVF VEMS 74 VEMS/CV DEM DEP 2011-10-27 L asthme chez l enfant Luc Charette UMF Octobre 2011 Diagnostic: asthme toux sillement dyspnée Spirométrie CVF Pré- Post- 85% 93% 9% VEMS 74 93 25 VEMS/CV 76.9 87.6 confirmé par spirométrie

Plus en détail

Asthme et Sport. A. RADOUI (Oran), S. BENZERGA (Mascara), K. ZMIRLINE (Mostaganem), A. ATTIA (Oran). ANAP

Asthme et Sport. A. RADOUI (Oran), S. BENZERGA (Mascara), K. ZMIRLINE (Mostaganem), A. ATTIA (Oran). ANAP Asthme et Sport. A. RADOUI (Oran), S. BENZERGA (Mascara), K. ZMIRLINE (Mostaganem), A. ATTIA (Oran). ANAP Activité physique Fait partie intégrante de la vie de l enfant Envisagée comme gage de bonne santé

Plus en détail

ASTHME : GÉNÉRALITES (1)

ASTHME : GÉNÉRALITES (1) ASTHME ASTHME : GÉNÉRALITES (1) Epidémiologie 6 millions d asthmatiques en France (8 % des adultes, 10-15 % des moins de 25 ans) 1000 à 1500 décès par an 500 000 crises d asthme/an Définition Maladie inflammatoire

Plus en détail

L'ASTHME. II/ Qu'est ce que l'asthme? 1. Définitions Définition clinique : survenue spontané de dyspnée sifflante, plutôt le soir ou la nuit.

L'ASTHME. II/ Qu'est ce que l'asthme? 1. Définitions Définition clinique : survenue spontané de dyspnée sifflante, plutôt le soir ou la nuit. L'ASTHME I/ Un problème de santé publique L'asthme concerne 2,5 millions de français dont 1/3 d'enfants 1 enfant / 10 est asthmatique maladie en pleine expansion dont la prévalence à doublée en 10 ans

Plus en détail

Administration d épinéphrine pour les réactions allergiques graves de type anaphylactique

Administration d épinéphrine pour les réactions allergiques graves de type anaphylactique Administration d épinéphrine pour les réactions allergiques graves de type anaphylactique Formation s adressant aux secouristes Personne dont l allergie est connue (1,5 heure) MAJ 2013-2 2 Objectifs d

Plus en détail

PHÉNOTYPES DES HYPERSENSIBILITÉS AUX AINS. Dr Marion BRAIRE-BOURREL Allergologue Centre Hospitalier Lyon Sud

PHÉNOTYPES DES HYPERSENSIBILITÉS AUX AINS. Dr Marion BRAIRE-BOURREL Allergologue Centre Hospitalier Lyon Sud PHÉNOTYPES DES HYPERSENSIBILITÉS AUX AINS Dr Marion BRAIRE-BOURREL Allergologue Centre Hospitalier Lyon Sud Conflits d intérêt Intérêts financiers : néant Liens durables ou permanents : néant Interventions

Plus en détail

Asthme et Obésité. DIU Obésité pédiatrique, approches de santé publique BORDEAUX. Dr. Cassandre CABAUSSEL 5 février 2013

Asthme et Obésité. DIU Obésité pédiatrique, approches de santé publique BORDEAUX. Dr. Cassandre CABAUSSEL 5 février 2013 Asthme et Obésité DIU Obésité pédiatrique, approches de santé publique 2012 2013 BORDEAUX Dr. Cassandre CABAUSSEL 5 février 2013 Sommaire 1. Introduction 2. Lien asthme et obésité : données épidémiologiques

Plus en détail

Qu est. est-ce que l allergie l. S.Guez Unité des Maladies Allergiques Médecine Interne 3.3 Hôpital Pellegrin Bordeaux cedex

Qu est. est-ce que l allergie l. S.Guez Unité des Maladies Allergiques Médecine Interne 3.3 Hôpital Pellegrin Bordeaux cedex Qu est est-ce que l allergie l? S.Guez Unité des Maladies Allergiques Médecine Interne 3.3 Hôpital Pellegrin 33076 Bordeaux cedex Comment devient-on allergique? Pourquoi devient-on allergique? Que se

Plus en détail

GESTION DES TERRAINS ALLERGIQUES SAINT ENDREOL- NOV 2013

GESTION DES TERRAINS ALLERGIQUES SAINT ENDREOL- NOV 2013 GESTION DES TERRAINS ALLERGIQUES SAINT ENDREOL- NOV 2013 I. Phénomènes allergiques : les étapes II. Indication du bilan allergoloqique III. Allergie à l'iode LES PHENOMENES ALLERGIQUES QUID? HYPERSENSIBILITE

Plus en détail

Sabrina et les cacahouètes. Drsse Y. Perrin, Pédiatrie, CHUV

Sabrina et les cacahouètes. Drsse Y. Perrin, Pédiatrie, CHUV Sabrina et les cacahouètes Drsse Y. Perrin, Pédiatrie, CHUV Anamnèse Fillette de 9 ans BSH, pas d allergie connue Allaitement maternel 4-5 mois, puis lait de suite et diversification sp AF:sp Anamnèse

Plus en détail

CHOC ANAPHYLACTIQUE PHYSIOPATHOLOGIE DEFINITIONS 22/04/2013

CHOC ANAPHYLACTIQUE PHYSIOPATHOLOGIE DEFINITIONS 22/04/2013 Dr R. AMATHIEU Choc anaphylactique Promotion DU 2012 20132013 Date d intervention : avril 2013 «Ce document est la propriété de son (ses) auteur(s) respectif(s). Toute reproduction, représentation, diffusion,

Plus en détail

Présentation de cas Dresse Olfa Karoui. Service d immunologie et allergie

Présentation de cas Dresse Olfa Karoui. Service d immunologie et allergie Présentation de cas 11. 10. 2012 Dresse Olfa Karoui Service d immunologie et allergie Mme LG Femme de 58 ans Originaire de Russie, en CH depuis 8 ans Antécédents médicaux Polyarthrite rhumatoïde (PR) séropositive

Plus en détail

Asthme: Recommandations

Asthme: Recommandations Asthme: Recommandations Asthme aux Urgences Pascal Chanez Pascal.chanez@univmed.fr Asthme aux Urgences Quelques définitions Recommandations: pourquoi? Asthme aigu grave Asthme aggravation infection Virale

Plus en détail

Bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO)

Bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO) Bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO) Dossier réalisé avec la collaboration de Maurice Hayot (PU-PH, membre de l unité 1046 Inserm/CNRS), département de physiologie clinique, unité d'explorations

Plus en détail

Dossier Progressif. 184 : hypersensibilité et allergies respiratoires chez l enfant et l adulte. Asthme, Rhinite.

Dossier Progressif. 184 : hypersensibilité et allergies respiratoires chez l enfant et l adulte. Asthme, Rhinite. Dossier Progressif Ce dossier progressif a été construit, revu et corrigé par au moins 4 enseignants du Collège des Enseignants de Pneumologie (CEP). Il s appuie sur l enseignement du Référentiel National

Plus en détail

Catherine Lemière, MD, MSc Présenté dans le cadre de la conférence : Les journées de pharmacologie, Université de Montréal, juin 2007

Catherine Lemière, MD, MSc Présenté dans le cadre de la conférence : Les journées de pharmacologie, Université de Montréal, juin 2007 Quelques nouveautés dans le traitement de l asthme faisons le point Catherine Lemière, MD, MSc Présenté dans le cadre de la conférence : Les journées de pharmacologie, Université de Montréal, juin 2007

Plus en détail

INTRODUCTION Réactions présumées allergiques aux bétalactmines : Allergie vraie : 10% Fréquence +++ Démarche rigoureuse : Confirmer ou infirmer l alle

INTRODUCTION Réactions présumées allergiques aux bétalactmines : Allergie vraie : 10% Fréquence +++ Démarche rigoureuse : Confirmer ou infirmer l alle REACTIONS ALLERGIQUES ET PSEUDO-ALLERGIQUES AUX BETALACTAMINES. K. Boussetta - S. Bousnina Hôpital d enfants de Tunis INTRODUCTION Réactions présumées allergiques aux bétalactmines : Allergie vraie : 10%

Plus en détail

Asthmes difficiles à contrôler et nouvelles thérapeutiques en ville

Asthmes difficiles à contrôler et nouvelles thérapeutiques en ville Asthmes difficiles à contrôler et nouvelles thérapeutiques en ville Dr Michel NASR Vienne 38 8emes rencontres Rhône-Alpines de FMC en Allergologie Samedi 12 Septembre 2015 Asthme difficile à contrôler,de

Plus en détail

L asthme DR MEHANNAOUI SERVICE DE PNEUMOLOGIE CHG CARCASSONNE

L asthme DR MEHANNAOUI SERVICE DE PNEUMOLOGIE CHG CARCASSONNE L asthme DR MEHANNAOUI SERVICE DE PNEUMOLOGIE CHG CARCASSONNE DEFINITION L asthmeest une affection inflammatoire chronique des bronches, caractérisée par la survenue d épisodes paroxystiques de dyspnée,

Plus en détail

Un intolérant aux AINS peut-il prendre de l'aspirine à doses anti-agrégantes?

Un intolérant aux AINS peut-il prendre de l'aspirine à doses anti-agrégantes? Un intolérant aux AINS peut-il prendre de l'aspirine à doses anti-agrégantes? Amandine Vial-Dupuy Service de Pneumo-allergologie Hôpital Saint Joseph, Paris Conflits d intérêt Intérêts financiers : néant

Plus en détail

Les urgences de l enfant asthmatique

Les urgences de l enfant asthmatique Les urgences de l enfant asthmatique Neuvièmes Journées d Urgences Pédiatriques du Sud- Ouest. Décembre 2008 Stéphane DEBELLEIX Pneumopédiatre Centre de Référence R des Maladies Neuromusculaires Définitions

Plus en détail

Asthme allergique et autres manifestations

Asthme allergique et autres manifestations Asthme allergique et autres manifestations Séminaire de Médecine Interne 25 janvier 2013 Dr Françoise Pirson Pneumologie Définition de l asthme maladie inflammatoire chronique des voies respiratoires inflammation

Plus en détail

Allergologue - Institut Pasteur - Certificat d Immuno-Allergologie Clinique (CIAC) Association Franco Vietnamienne de Pneumologie

Allergologue - Institut Pasteur - Certificat d Immuno-Allergologie Clinique (CIAC) Association Franco Vietnamienne de Pneumologie Michèle RAFFARD Allergologue - Institut Pasteur - mraffard@free.fr Certificat d Immuno-Allergologie Clinique (CIAC) Association Franco Vietnamienne de Pneumologie (AFVP) Hôpital Universitaire de HCMV 3-7

Plus en détail

Dr Valérie RENAULD Elodie BREGEON JRP 28/01/2017

Dr Valérie RENAULD Elodie BREGEON JRP 28/01/2017 Dr Valérie RENAULD Elodie BREGEON JRP 28/01/2017 Immédiatement après un choc anaphylactique, le patient est immunisé contre une seconde réaction au même produit? La réaction anaphylactique est toujours

Plus en détail

LES ALLERGIES. L atopie = capacité d un individu à se sensibiliser sur le plan immunologique aux allergènes de l environnement (pneumallergènes).

LES ALLERGIES. L atopie = capacité d un individu à se sensibiliser sur le plan immunologique aux allergènes de l environnement (pneumallergènes). 26.03.09 Dr Porri Pneumologie LES ALLERGIES I)Définitions L atopie = capacité d un individu à se sensibiliser sur le plan immunologique aux allergènes de l environnement (pneumallergènes). Il y a ainsi

Plus en détail

La prise en charge de votre maladie, l asthme

La prise en charge de votre maladie, l asthme GUIDE - AFFECTION DE LONGUE DURÉE La prise en charge de votre maladie, l asthme Vivre avec un asthme Mars 2007 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide, La prise en charge de votre

Plus en détail

Définition de l atopie Désigne la capacité d un individu à se sensibiliser sur le plan immunologique aux allergènes de l environnement (pneumallergène

Définition de l atopie Désigne la capacité d un individu à se sensibiliser sur le plan immunologique aux allergènes de l environnement (pneumallergène ALLERGIE Définition de l atopie Désigne la capacité d un individu à se sensibiliser sur le plan immunologique aux allergènes de l environnement (pneumallergènes) Il y a ainsi fabrication d anticorps de

Plus en détail

ACCIDENTS ALLERGIQUES EXEMPLE D UN RÉSEAU RÉGIONAL DE SANTÉ EN ANESTHÉSIE ET GESTION MULTIDISCIPLINAIRE

ACCIDENTS ALLERGIQUES EXEMPLE D UN RÉSEAU RÉGIONAL DE SANTÉ EN ANESTHÉSIE ET GESTION MULTIDISCIPLINAIRE ACCIDENTS ALLERGIQUES EN ANESTHÉSIE ET GESTION MULTIDISCIPLINAIRE EXEMPLE D UN RÉSEAU RÉGIONAL DE SANTÉ IV Rencontres d Allergologie GRAND SUD ALLERG.O.S - ANAFORCAL 1 Docteur GALLEN Christian - NARBONNE

Plus en détail

Anne Christine VILAIN, Christine SAUVAGE Service d allergologie et d éducation thérapeutique Hôpital Saint-Vincent de Paul, LILLE

Anne Christine VILAIN, Christine SAUVAGE Service d allergologie et d éducation thérapeutique Hôpital Saint-Vincent de Paul, LILLE Anne Christine VILAIN, Christine SAUVAGE Service d allergologie et d éducation thérapeutique Hôpital Saint-Vincent de Paul, LILLE Un peu d histoire L immunothérapie existe depuis 1911 et a fait ses preuves

Plus en détail

William J. Calhoun and al for the Asthma Clinical research network of the national Heart,Lung and Blood institute JAMA septembre 2012

William J. Calhoun and al for the Asthma Clinical research network of the national Heart,Lung and Blood institute JAMA septembre 2012 William J. Calhoun and al for the Asthma Clinical research network of the national Heart,Lung and Blood institute JAMA septembre 2012 Lucile Sesé Interne DES de pneumologie Introduction Le suivi de l asthme:

Plus en détail

item 205 Bronchopneumopathie Chronique Obstructive

item 205 Bronchopneumopathie Chronique Obstructive item 205 Bronchopneumopathie Chronique Obstructive Figure 1 Orientation devant une symptomatologie de bronchite chronique Figure 2 : le rapport VEMS/CVF post-bd est mesuré à 50% (< 70%) en pré-bd et est

Plus en détail

Pré-requis: qu est-ce qu une maladie pulmonaire obstructive chronique? Nathalie Rozensztajn CCA service de pneumologie Hôpital Tenon

Pré-requis: qu est-ce qu une maladie pulmonaire obstructive chronique? Nathalie Rozensztajn CCA service de pneumologie Hôpital Tenon Pré-requis: qu est-ce qu une maladie pulmonaire obstructive chronique? Nathalie Rozensztajn CCA service de pneumologie Hôpital Tenon Classification des maladies respiratoires Grands types de maladies respiratoires

Plus en détail

Le suivi de l asthmatique L éducation thérapeutique

Le suivi de l asthmatique L éducation thérapeutique Le suivi de l asthmatique L éducation thérapeutique Frédéric Gormand, PH Hospices Civils de Lyon samedi 13 octobre 2007 Le suivi de l asthmatique Tolérance et observance Stratégie et adaptation thérapeutique

Plus en détail

Traitements de l asthme de l adulte

Traitements de l asthme de l adulte Traitements de l asthme de l adulte Pierre-Régis Burgel Service de Pneumologie, Hôpital Cochin Epidémiologie: prévalence de l asthme en France Population adulte : 5,8% en 2000 Plus élevée chez l enfant

Plus en détail

Introduction. Asthme: maladie inflammatoire chronique des voies respiratoires (BRONCHES) épidémiologie : 150 million de personnes atteintes

Introduction. Asthme: maladie inflammatoire chronique des voies respiratoires (BRONCHES) épidémiologie : 150 million de personnes atteintes Asthme et APS Introduction Asthme: maladie inflammatoire chronique des voies respiratoires (BRONCHES) épidémiologie : 150 million de personnes atteintes 2,5 million de français (9 % de la population):

Plus en détail

REINTRODUCTION ALIMENTAIRE CHEZ L ENFANT. Cas cliniques Arachide

REINTRODUCTION ALIMENTAIRE CHEZ L ENFANT. Cas cliniques Arachide REINTRODUCTION ALIMENTAIRE CHEZ L ENFANT Cas cliniques Arachide 8e Congrès Francophone d'allergologie Agnes Juchet, Dominique Sabouraud, Rachel Pontcharraud, Isabelle Daubas Nawel Naji 8 ème Congrès Francophone

Plus en détail

LES CAUSES DE L ASTHME

LES CAUSES DE L ASTHME L ASTHME EST-IL LIÉ AU TABAC? 6 Le tabagisme joue un rôle aggravant indiscutable de l asthme. Parmi les éléments toxiques constituant la fumée de cigarette, certains agents irritants sont très agressifs

Plus en détail

S A L I M N A F T I C H U M U S T A P H A

S A L I M N A F T I C H U M U S T A P H A Asthme et obésité SALIM NAFTI CHU MUSTAPHA Introduction L obésité peut contribuer au développement de plusieurs maladies tels le diabète, les maladies cardiovasculaires, l hypertension artérielle, le syndrome

Plus en détail

La Ventilation du Rameur

La Ventilation du Rameur La Ventilation du Rameur Pneumologie - Médecine du Sport Adresse du site : www.docvadis.fr/michel-brignot Il est primordial de bien gérer sa ventilation dans toute activité sportive. C'est encore plus

Plus en détail