l Enass Ecole nationale d assurances

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "l Enass Ecole nationale d assurances"

Transcription

1 l Enass Ecole nationale d assurances, quels leviers d optimisation et d amélioration de la performance opérationnelle pour une gestion efficiente et innovante? Ecole nationale d'assurances

2 REMERCIEMENTS Je tiens à remercier François EWALD, Directeur de l ENASS, Olivier de LAGARDE, Directeur adjoint de l ENASS, et notre parrain de promotion Michel DUPUYDAUBY, Directeur Général Groupe MACSF, pour leurs écoutes et précieux conseils. Je remercie l ensemble des intervenants au MBA pour la qualité de leurs prestations, de m avoir fait découvrir leurs enseignements, d avoir éveillée ma curiosité, l envie d aller encore plus loin. Une pensée particulière pour Philippe PICAGNE et Hervé BOUREL, pour leur «SO WHAT!!!!» répétés à l envie, si déconcertant mais tellement formateur. Je remercie chaleureusement Stéphane DESSIRIER, Directeur Général, MACSF Prévoyance et Directeur des Assurances IARD, d avoir accepté d être mon tuteur. C est avec une grande sincérité que je remercie les professionnels qui m ont fait l honneur de me recevoir, de consacrer de leur temps souvent précieux pour me faire partager un peu de leur savoir. En les citant ici, c est avec humilité leur rendre hommage. Pierre-Yves THIRIEZ, Directeur Technique Sinistres, AXA France Solutions Sophie MASSET, Directeur Corporels et Transversal IARD, AXA Particuliers Professionnels Geneviève ROUDIER, Directrice des Partenariats et Services de Réparation, GROUPAMA SA Claude LE GALL, Directeur Relation Client, AMALINE Assurances Liza KORN, Directrice des Partenariats, DOMISERVE Philippe VAYSSAC, Pilote Centre de Contact, GROUPAMA RHONE ALPES AUVERGNE Gaëlle LE ROY, Responsable Pôle Technique, ALFA Mes remerciements vont également à l équipe pédagogique en charge du MBA, Anne RAMIN, Martine MAILLARD et Vincent XAVIER pour leur soutien, écoute et disponibilité. Enfin un clin d œil à notre promotion baptisée «MBA ENASS 2009 NO LIMIT» 2/138

3 Je souhaite à mon lecteur autant de plaisir à lire cette thèse professionnelle que j en ai eu à l écrire. 3/138

4 A mes deux Amours, Naomi et Timothée Pour la deuxième vie qu ils m ont offerte En échange de celle que je leur ai donnée. 4/138

5 RESUME La chute des cours boursiers, les pertes importantes liées aux évènements majeurs climatiques et la forte augmentation de la sinistralité ont fatalement des conséquences sur la rentabilité technique des compagnies. Les assureurs subissent une pression économique croissante qui les contraint à se restructurer en profondeur pour améliorer leur efficacité opérationnelle dans un environnement de plus en plus concurrentiel. Sur un marché saturé, les assureurs doivent disposer d un bon ratio sinistres à primes, c est du coté de la gestion des sinistres qu il faudra chercher un facteur différenciant. En effet, pour proposer des tarifs compétitifs, les assureurs doivent avoir une gestion des sinistres à faible coût tout en préservant une excellente qualité. Les nouvelles approches de transformation vont générer des économies accrues, la baisse des coûts d exploitation, l amélioration de la satisfaction et de la fidélisation des clients et l augmentation de la rentabilité. La gestion des sinistres devient l'un des défis majeurs auxquels les acteurs de l'assurance sont confrontés. C est pourquoi ils vont devoir transformer en profondeur et de manière durable leurs activités cœur de métier, en faisant notamment évoluer la gestion des sinistres. Il s agit d un enjeu stratégique pour l assureur et passe par l équilibre de trois impératifs : le contrôle des coûts d indemnisation, le contrôle des coûts de gestion, le service aux clients. 5/138

6 EXECUTIVE SUMMARY The company insurance profitability is inevitably impacted by negative changes of stock market values, major weather disasters and strong increase in claim rates. The growing market pressure implies deep restructurings to gain operational efficiency imposed by this continuously increasing competition environment. In this mature market in which revenues are so under pressure, the component which insurers will differentiate on to each other is the internal management of the claims. As a matter of fact, competitive tariffs will remain based on lowest possible claim management costs with no negative impact on the quality of rendered service. Changes in insurers organizations will create savings, help in lowering costs of operations, in delivering satisfactory services which will adversely increase customer s loyalty and overall profitability. The management of claims is now one of the most critical challenges the insurers will have to deal with. This is the reason why insurers will have to implement deep and long-term impact changes in their organization, particularly in the claim management side of their business. 6/138

7 SOMMAIRE INTRODUCTION 8 PARTIE I LE ROLE DE LA FONCTION «GESTION DES SINISTRES» DANS UNE ENTREPRISE D ASSURANCE 11 CHAPITRE I : LES ENJEUX DE LA GESTION DES SINISTRES AU SEIN D UNE ENTREPRISE D ASSURANCE CHAPITRE II : ACTIVER LES LEVIERS INTERNES DE PERFORMANCES 2.1 LES LEVIERS D OPTIMISATION DANS LES RESSOURCES HUMAINES 2.2 LA GESTION FINANCIERE OU LA REDUCTION DES COUTS TECHNIQUE SYNTHESE PARTIE I LA SITUATION DU MARCHE DE L ASSURANCE DE BIENS ET DE RESPONSABILITE 1.2 L IMPACT SUR LES RESULTATS TECHNIQUES DE L ENTREPRISE D ASSURANCE PARTIE II LA MISE EN ŒUVRE D UNE GESTION DES SINISTRES PERFORMANTE ET OPTIMISEE 41 CHAPITRE I : L INDUSTRIALISATION DANS LA GESTION DES SINISTRES 1.1 LES LEVIERS DE L INDUSTRIALISATION 1.2 LA MISE EN PLACE DE PARTENARIATS CHAPITRE II : L ADEQUATION DE LA GESTION DU SINISTRE A LA BONNE PRESTATION 2.1 LES DIFFERENTS MODES DE GESTION DES SINISTRES 2.2 LE MANAGEMENT DES RESEAUX DE PRESTATAIRES SYNTHESE PARTIE II 65 PARTIE III 67 CREATIVITE ET INNOVATION NOUVELLE APPROCHE DE LA GESTION DES SINISTRES CHAPITRE I : LA GESTION DES SINISTRES FACE A UN NOUVEL ENJEU DE LA FIDELISATION L AVENIR DE LA RELATION CLIENTS LE REGLEMENT DE SINISTRE ENVISAGE COMME UN INSTRUMENT DE MARKETING RELATIONNEL 70 CHAPITRE II : LES NOUVELLES TECHNOLOGIES AU SERVICE DE LA GESTION DES SINISTRES INTERNET OU LES PERSPECTIVES DE DEVELOPPEMENT POUR LES TECHNOLOGIES EN LIGNE LES APPLICATIONS MOBILES 79 CHAPITRE III : DU REGLEMENT INDEMNITAIRE A LA PRESTATION DE SERVICE L INNOVATION EN ASSURANCE IARD : LE DOMAINE AUTOMOBILE LES SERVICES DE REPARATION EN NATURE LES SERVICES A LA PERSONNE, NOUVEAUX MODES DE REPARATION EN NATURE DU DOMMAGE CORPOREL 97 SYNTHESE PARTIE III 104 CONCLUSION GENERALE 105 7/138

8 INTRODUCTION Le secteur de l assurance se distingue des autres secteurs d activité économique par un «cycle de production inversé». Les entreprises d assurance encaissent des primes ou cotisations qui permettent de payer des dépenses de commercialisation et des frais de gestion, de couvrir les exigences de solvabilité, de rémunérer des actionnaires et créanciers, enfin et surtout de servir en cas de sinistres les indemnités auxquelles les garanties souscrites ouvrent droit après le paiement de la prime. Secteur très réglementé, les sociétés sont soumises au respect de normes dites prudentielles qui les obligent entre autre à faire figurer, au passif de leur bilan, des provisions techniques suffisantes afin de permettre le règlement intégral de leurs engagements vis-à-vis de leurs assurés. A ce titre chaque année des informations comptables et des états statistiques sont fournis à l organisme de tutelle, l Autorité de contrôle prudentiel (ACP). Dans le bilan d une société d assurance, les provisions techniques représentent le poste le plus important. Or comme le métier d assureur se situe avant tout dans la maîtrise du passif de son bilan, son attention sera donc principalement portée sur les provisions techniques et la marge de solvabilité. Le compte de résultat technique se compose de produits : primes d assurance, produits financiers issus des placements, et de charges : sinistres payés, frais de gestion des sinistres, frais d acquisition et frais administratifs. Les primes encaissées servent à indemniser les sinistres qui se produiront ultérieurement. Mais en raison de ce décalage temporel les entreprises d assurances placent sur les marchés les réserves qu elles détiennent. Le produit financier de ces placements est pris en compte dans le résultat technique. D ailleurs jusqu en 2007, ce sont les produits financiers qui ont permis d atteindre l équilibre notamment dans les secteurs Auto et MRH. Or depuis le retournement des marchés financiers en 2008, conjugué à une forte hausse de la sinistralité, l équilibre économique se trouve aujourd hui fortement dégradé. A tel point que l ensemble du marché a décidé une hausse généralisée des tarifs d assurance pour 2011 entre 2,5 et 4,5% en assurance automobile et entre 3,5 et 10 % pour la MRH. Nous le voyons bien les assureurs subissent une pression économique croissante qui les obligent à se restructurer pour améliorer leur efficacité. 8/138

9 C est pourquoi ils vont devoir transformer en profondeur et de manière durable leurs activités cœur de métier, en faisant notamment évoluer la gestion des sinistres. Il s agit d un enjeu stratégique pour l assureur et passe par l équilibre de trois impératifs : - le contrôle des coûts d indemnisation, le contrôle des coûts de gestion, le service aux clients. Concernant ce dernier point, nous savons qu un client sur cinq change de compagnie d assurance suite à une insatisfaction liée au traitement d un sinistre. Il existe pour les assureurs IARD des opportunités pour optimiser l efficacité opérationnelle de la gestion des sinistres dont les coûts sont en forte augmentation. Or, dans le domaine des sinistres certaines actions mises en place peuvent avoir un résultat immédiat sur la performance. La transformation de la gestion des sinistres va améliorer non seulement l efficacité et la rentabilité des assureurs au quotidien, mais va leur permettre également de tenir leurs engagements et renforcer leur notoriété sur le long terme. Elle contribue par ailleurs à stimuler l acquisition et la fidélisation de clients. Dans un marché de l assurance très concurrentiel, les compagnies d assurance n ont pas de meilleur moyen pour maintenir leur part de marché et la rentabilité que de se démarquer par la mise en avant de pratiques de gestion efficace, créative et innovante. Pour y parvenir nous nous interrogerons sur les leviers possibles d optimisation et d amélioration de la performance opérationnelle dont disposent les assureurs en matière de gestion des sinistres. L objectif de cette thèse est d apporter : - d une part un éclairage sur la fonction «Gestion des sinistres» dont le rôle pourtant essentiel au sein d une entreprise d assurances n a pas toujours été reconnu à sa juste valeur, - d autre part de proposer des orientations afin qu elle poursuive les grandes mutations qu elle connaît aujourd hui pour devenir incontournable et obtenir enfin ses lettres de noblesse. L étude orientée principalement sur le segment de l assurance dommages IARD (Auto et MRH) plus propice aux transformations, est composée de trois parties. Dans une première partie, nous nous attacherons à démontrer le rôle majeur de la fonction «Gestion des sinistres» dans une Compagnie d assurance, par une analyse de 9/138

10 la situation du marché de l assurance des biens et responsabilité. Nous démontrerons les impacts que les sinistres ont sur les résultats techniques d une entreprise d assurance. Ensuite, dans une deuxième partie, nous préconiserons les moyens de mettre en œuvre une gestion des sinistres performante et optimisée, d une part grâce à une démarche d industrialisation, d autre part en définissant le mode de gestion à la meilleure prestation. Enfin, dans une dernière partie, considérant que la gestion des sinistres doit avoir aujourd hui une approche créative et innovante, nous déterminerons les nouvelles perspectives d évolutions qui s offrent à elle. 10/138

11 PARTIE I LE ROLE DE LA FONCTION «GESTION DES SINISTRES» DANS UNE ENTREPRISE D ASSURANCES 11/138

12 CHAPITRE I : LES ENJEUX DE LA GESTION DES SINISTRES AU SEIN D UNE ENTREPRISE D ASSURANCE. 1.1 LA SITUATION DU MARCHE DE L ASSURANCE DE BIENS ET DE RESPONSABILITE Selon les données communiquées par l Autorité de contrôle prudentielle (ACP), la Fédération française des sociétés d assurances (FFSA) et le groupement des entreprises mutuelles d assurances (GEMA), l assurance de biens et de responsabilité a généré en 2009 un montant de 45,1 milliards d euros de primes, dont 17,8 milliards d euros pour l assurance automobile et 14,4 milliards d euros pour les assurances de dommages aux biens. Le montant des prestations versées et dotations pour sinistres s est lui élevé à 34,7 milliards d euros. L assurance automobile a pour objectif premier de garantir le conducteur d un véhicule automobile contre les conséquences des dommages matériels ou corporels causés par son véhicule à des tiers (responsabilité civile). C est une assurance obligatoire. Elle peut inclure également, selon les modalités du contrat d assurance souscrit, des garanties complémentaires facultatives couvrant les dommages matériels subis par le véhicule assuré et les dommages corporels du conducteur. L assurance multirisques habitation a pour objectif de protéger une habitation et son contenu, en cas de sinistre, que l assuré soit responsable ou victime. Le contrat propose plusieurs garanties comme l incendie, le vol, le dégât des eaux Le contrat comporte une garantie de dommages pour les sinistres touchant aux biens et une garantie de responsabilité civile couvrant les actes de la vie privée Le bilan de l assurance automobile En 2009, le nombre de véhicules 4 roues assurés était de 44, 8 millions. Le chiffre d affaires de l assurance automobile, avec 17,8 milliards d euros en 2009 représente prés de 40 % de l ensemble des cotisations des assurances de dommages aux biens et de responsabilité civile. 12/138

13 L automobile représente 60 % du chiffre d affaires des assurances souscrites par des particuliers. Il faut noter que plus de 37 % des cotisations de l assurance automobile, soit 6,8 Mds, correspond à la couverture obligatoire de la responsabilité civile en assurance automobile. Part de marché des principaux groupes d assurance Source : ACP-FFSA-GEMA Répartition du nombre de sinistres auto en 2009 Source : FFSA-GEMA En 2009 la charge totale des indemnités (payées et provisionnées) de l ensemble des sinistres est estimée à 16,3 Mds. Le ratio sinistres à primes (S/P)1 atteint 91 % des cotisations, niveau historique depuis Cette dégradation (86 % en 2008) de 5 points du ratio S/P provient essentiellement des sinistres purement matériels. 1 Ratio sinistres à primes (S/P) = charge des sinistres nette de recours Primes acquises nettes 13/138

14 Evolution des indemnités et du S/P en automobile Source : ACP-FFSA-GEMA Depuis plusieurs années le marché automobile connaissait une tendance baissière de la sinistralité. Or la fréquence 2 globale des sinistres matériels connaît une augmentation depuis le premier trimestre 2009 en partie due par les conditions climatiques défavorables (période de froid et de neige en janvier), une hausse de la circulation routière. La FFSA relève l augmentation du kilométrage moyen effectué ce qui induit une sinistralité plus importante. Les tempêtes Klaus et Quinten survenues en début d année ont coûté 65 millions d euros. Les épisodes importants de grêle en mai auraient quant à eux coûté 200 millions d euros pour le marché. 2 Nombre de sinistres avec suites pour 1000 véhicules assurés 14/138

15 Evolution du coût moyen des sinistres Source : FFSA-GEMA Les coûts moyens3 sont nettement en hausse pour l année Les garanties les plus touchées concernent le vol (+6%) et le bris de glace (+5%). La hausse du bris de glace se traduit selon le rapport de la FFSA - GEMA, par l évolution technologique des pare-brises et la hausse du coût des matières premières. Pierre Yves Thiriez4, Directeur Sinistres AXA France, l attribue également en partie par la publicité des pare brisiers incitant les clients à procéder à la réparation de leur parebrise. La multiplication des bris de glace a conduit par conséquent AXA à réinstaurer une franchise après avoir constaté que les sociétés poussaient les automobilistes à changer ou à réparer leur pare-brise aux frais de leur assureur5. La détérioration constatée est essentiellement imputable à l augmentation de la fréquence des accidents et aux événements climatiques Le bilan de l assurance habitation L assurance multirisques habitation (MRH) est l une des assurances les plus souscrites. Le nombre total de logements est estimé à 33,05 millions en France (métropole et DOM) selon les données INSEE. Bien que la souscription d assurance MRH ne soit pas obligatoire, à l exception des locataires qui ont une obligation d assurance au titre de la loi n du 06 juillet 1989 pour les risques locatifs, elle permet de protéger l habitation élément essentiel du patrimoine des ménages. 3 Coût total des sinistres / le nombre de sinistres Entretien dans le cadre de la thèse 5 Le Monde- Economie 3 janvier /138

16 En 2009 les cotisations des dommages aux biens des particuliers s établissaient à 7,5 milliards d euros, ce qui représente 17 % des encaissements des assurances de biens et de responsabilité. Evolution des cotisations Source : Etats comptables Etude FFSA GEMA Les 10 premiers groupes détiennent 88 % du marché en 2009 dans un contexte extrêmement concurrentiel Etude FFSA GEMA Le marché de l assurance MRH est très fortement concentré. Le premier acteur COVEA (MAAF, MMA, GMF) concentre quasiment un cinquième des cotisations. 16/138

17 Si l on consolide les parts des 3 mutuelles ayant récemment créée la SFEREN (MACIF, MAIF, MATMUT) le groupement passe au 2eme rang avec 18,3 % de part de marché. La sinistralité en dommages aux biens La charge des sinistres en assurance MRH est en hausse de 25 % en Cette augmentation très importante s explique d une part : par l inflation et les coûts d entretien et de rénovation, et d amélioration de logements, d autre part : par une année marquée par des événements climatiques de fort ampleur. S agissant de la répartition de la charge selon la garantie, les sinistres incendie concentrent 33 % de la totalité de la charge des sinistres, les DDE (dégâts des eaux) 21 % et les TNG (tempête, grêle, neige) 18%. REPARTITION DE LA CHARGE DES SINISTRES SELON LA GARANTIE EN 2009 Sources : FFSA GEMA Le résultat technique de la branche des dommages aux biens (DAB) des particuliers est déficitaire avec 428 millions d euros de pertes représentant 5,7% des primes. Ce solde déficitaire s explique par les événements climatiques survenus dans l année de référence. La tempête Klaus représente 1 Md de coût pour la MRH, la tempête Quinten est estimée à 200 M. 17/138

18 1.1 L IMPACT DES SINISTRES SUR LES RESULTATS TECHNIQUES DE ENTREPRISE D ASSURANCE La gestion des sinistres est un indicateur clé de performance d une compagnie d assurance. En effet, les coûts de gestion des sinistres reflètent directement la performance financière des assureurs. Ils sont alors l objet de toutes les attentions spécialement en temps de crise où l amélioration du ratio combiné est concentrée sur la gestion des sinistres Le ratio combiné : indicateur clé de la rentabilité des assureurs non vie. Dans le contexte actuel de faibles rendements financiers, la solidité des résultats techniques est la condition sine qua non de la rentabilité globale. Le ratio combiné s est vu attribué un regain d intérêt comme indicateur essentiel des performances des assureurs non vie. Définition du ratio combiné : Le ratio combiné est l indicateur le plus courant de la rentabilité technique des activités d assurance IARD. Il sert à comparer le marché de l assurance et les analystes financiers l utilisent pour comparer la rentabilité des opérations d assurance de différentes entreprises et pour comparer les diverses branches d activité6. La gestion des sinistres est par conséquent l indicateur clé de performance d une compagnie d assurance IARD. Coût des sinistres + Frais de gestion RATIO COMBINE 7 = Primes encaissées Le ratio combiné qui mesure la profitabilité est devenu inévitable. En théorie, le ratio cible est inférieur à 100 % et correspond à un résultat technique positif, tandis qu un ratio combiné supérieur à 100 correspond à un résultat technique négatif. 6 Module Finance «Analyse financière, Evaluation et Création de Valeur des Entreprises d Assurance» MBA ENASS, Philippe Picagne. 7 Définition Vernimmen 18/138

19 Par conséquent, un ratio supérieur à 100 % ne permet pas à la compagnie d assurance de réaliser un profit, sauf si les produits financiers (dividendes, intérêts, loyers et plusvalues) viennent plus que compenser l insuffisance des primes par rapport aux coûts d assurance. C est une mesure d efficacité de la gestion des compagnies d assurance. Dans la pratique il peut être à 105 % en dommages en période de revenus financiers importants. En effet comme l a expliqué Marc Philippe Juilliard, Directeur senior en charge de l assurance chez Fitch, intervenant au MBA de l ENASS, il existe une corrélation négative entre le niveau de ce ratio et les rendements financiers dégagés par les placements des assureurs. La période récente caractérisée par des rendements plus faibles, a eu pour effet de ramener le point mort global à 100 %. Evolution du ratio combiné et du résultat technique de l assurance automobile de 2000 à 2009 Sur la dernière décennie le secteur de l assurance auto n a connu que deux années (2004 et 2006) où le ratio combiné était équilibré à 100 %. Bien que fortement dégradé entre 107 et 109 % sur la période 2000 à 2002, ce sont les résultats financiers du compte technique qui permettent aux entreprises d assurances d afficher un résultat positif. 19/138

20 La période suivante jusqu en 2008, affiche un ratio combiné maîtrisé entre 100 et 102 % grâce à une stabilité de la charge sinistres. Conjugué à une reprise sur les marchés financiers, les entreprises d assurance ont dégagés des résultats techniques plus conséquents représentant entre 7 et 8 % du chiffre d affaires de 2003 à 2006, puis 5,5% en En 2008 les effets de la crise commence à se faire sentir sur les produits financiers alors que parallèlement la charge de sinistres augmente fortement, ramenant la rentabilité de l activité à 3,3%. En 2009 le phénomène s amplifie, alors que les rendements financiers sont toujours faibles, le ratio combiné augmente brutalement à 109 %. C est le niveau le plus élevé de la décennie avec pour conséquence un résultat technique négatif de l assurance automobile8. Evolution du ratio combiné et du résultat technique de l assurance dommages aux biens de 2000 à 2009 Sur la dernière décennie, le secteur DAB connaît une évolution volatile en matière de ratio combiné et de résultat technique. 8 Rapport de la Direction du Trésor et de la DGCCRF- janvier /138

21 En 2001, puis de 2005 à 2008 l activité des dommages aux biens réalise un résultat technique positif, puis un résultat négatif les autres années de la décennie. Sur la décennie, l activité présente en cumulé un résultat légèrement négatif. L année 2009 se distingue par le niveau le plus élevé de ratio combiné, dû pour l essentiel à une augmentation de 33 % de la charge de sinistres par rapport à Axa qui a présenté ses résultats le 16 février 2011 à la presse, a amélioré de 2 points son ratio combiné courant qui passe de 104,4% en 2009 à 102,4% pour AXA a annoncé ses objectifs financiers à horizon 2015 qui résument assez bien les exigences de tout assureur consistant à retrouver la profitabilité et la croissance. Les efforts vont porter sur la réduction des frais généraux et coûts de gestion de sinistres à hauteur selon le chiffre annoncé d 1 milliard d euros de gains de productivité pour En guise d exemple, les logiciels de gestion des sinistres sont identiques en France et dans certaines filiales étrangères. Les coûts de gestion des sinistres reflètent la performance financière des assureurs. En période de crise, l attention portera sur les coûts de gestion des sinistres en tant que levier d amélioration du ratio combiné plutôt que sur le volume de primes. Alors le dilemme pour l assureur est de contribuer à la préservation du ratio combiné tout en devenant un levier d attractivité et de fidélité des clients. Il doit trouver un juste équilibre entre contrôler les coûts d indemnisation, maîtriser ses coûts de gestion et offrir une qualité de service à son client. Le constat qui peut être fait est que la gestion des sinistres a été pendant longtemps considérée comme le parent pauvre de l assurance. Aujourd hui les assureurs prennent conscience que la gestion des sinistres est un levier de compétitivité et un enjeu capital pour maîtriser leurs coûts tout en améliorant leur qualité de service et donc leur image. Comme nous l avons vu supra, les assureurs ont consacré en 2009 près de 3511 Mds d euros à l indemnisation de ses clients. 9 Rapport de la Direction du Trésor et de la DGCCRF- janvier 2011 Données chiffrées Argus de l Assurance 26 novembre Montant correspondant aux prestations versées et dotations pour sinistres 10 21/138

22 Cela permet de rappeler d ailleurs que les sinistres représentent un poste significatif du bilan de l assureur, puisqu il consomme 80% de la prime, sous forme d indemnisation et de coûts de traitement. Sur l axe de l amélioration de la relation client, la gestion des sinistres apparaît donc comme la voie royale. En effet, c est au moment de régler le sinistre, lorsque le service associé est fourni, que le client va recueillir le bénéfice de son assurance. Aussi les assureurs ne doivent pas sous-estimer l importance de la gestion et de l indemnisation car le sinistre est aussi la base de la connaissance technique. Il permet en outre d élaborer la tarification et la segmentation12. Une segmentation très fine du marché permet de déterminer les cibles. Parallèlement une analyse des risques doit être réalisée par des actuaires. En effet, plus le calcul du risque est précis plus le prix sera en adéquation et l Entreprise sera bien positionnée. Dans ces conditions, il ne peut en principe y avoir de mauvais clients ni de mauvais risques L intervention de l assureur dans l indemnisation équitable En cas de sinistres survenu à son client ou à une victime, l assureur qui a perçu une prime doit selon les termes du contrat procéder à l indemnisation. L assureur doit prendre en compte deux principes intangibles. D abord l assuré est considéré être de bonne foi ensuite l assuré est indemnisé en respectant le principe dit indemnitaire. L assuré est de bonne foi : Le principe est exprimé à l article 1134 du Code civil : le contrat doit être exécuté de bonne foi. L assuré est présumé de bonne foi, jusqu à preuve du contraire. L assuré est indemnisé sur le principe indemnitaire : L article L121-1 du Code des Assurances énonce que l assurance relative aux biens est un contrat d indemnité. L indemnité due par l assureur à l assuré ne peut dépasser le montant de la valeur de la chose assurée au moment du sinistre. 12 Olivier Fliche, Commissaire contrôleur des assurances, MBA ENASS - Séance 2 «La tarification en assurances dommages» 22/138

23 L assureur doit procéder à une évaluation équitable de la prestation due lors de la réalisation du risque. Ce qui induit une règle de base simple qui consiste à ce que l assuré reçoive son dû, tout son dû, rien que son dû. Par ailleurs, lorsque l assureur est face à une victime du fait de la responsabilité de son assuré, le principe est celui de l adéquation de la réparation au préjudice. En effet, la réparation doit être égale au préjudice et, de ce fait être appropriée. On rappellera également que le principe de réparation n exige pas qu elle soit effective. L assuré ou victime n ayant pas à la justifier dispose librement du montant de l indemnité allouée et peux par conséquent renoncer à réparer ou remplacer le bien endommagé. Le bénéficiaire peut procéder lui-même à la remise en état du bien détérioré, sans que cela puisse pour autant diminuer son droit à indemnisation. Le rôle de l assureur est donc de rétablir le bénéficiaire de l indemnité dans la situation dans laquelle elle se serait trouvée si le sinistre ne s était pas produit. L objectif assigné à l assureur semble clair pourtant rien n est précisé quant à la méthode à mettre en œuvre. L ensemble des principes qui ont été rappelés a pourtant son revers. D abord l assurance a depuis toujours était génératrice de fraude, ensuite les décisions rendues par nos juridictions sont rarement favorables aux intérêts des assureurs. En effet, la jurisprudence plus encline à défendre les intérêts du plus faible reflète la tendance haussière des indemnités versées. Face à cela l assureur s organise et met en place un arsenal de mesures dont son objectif premier est d être juste vis-à-vis de la mutualité des assurés et fiable afin de ne pas compromettre la solvabilité de son entreprise. Le contrôle des coûts d indemnisation passe donc par un règlement du montant approprié, et cela grâce à une gestion précise du sinistre. 23/138

24 CHAPITRE II : ACTIVER LES LEVIERS INTERNES DE PERFORMANCE La gestion des sinistres revêt une importance particulière pour les sociétés d assurances. Le traitement d un sinistre est le moyen essentiel dont dispose l assuré pour vérifier la qualité de la prestation qu il a achetée. C est par conséquent un élément de fidélisation de la clientèle. C est avant tout le principal facteur de coût pour les entreprises. Cela explique que les métiers de l indemnisation soient l objet de toutes les attentions. Ils peuvent constituer un avantage concurrentiel déterminant. 2.1 LES LEVIERS D OPTIMISATION DANS LES RESSOURCES HUMAINES Les métiers de l indemnisation en pleine évolution L indemnisation des sinistres représente une part d activité très importante dans les sociétés d assurances. En effet, un quart des salariés travaillant dans les sociétés d assurances ont des activités de gestion des sinistres ; ces dernières correspondent pour l essentiel à leurs activités ou à seulement une partie de leur métier. Très schématiquement le rôle du gestionnaire consiste à vérifier l existence et l application des garanties contractuelles, à évaluer des dommages et régler l indemnité. Les salariés qui se consacrent exclusivement à l indemnisation des sinistres ont davantage le statut cadre avec une prédominance de formation juridiques et un vieillissement plus rapide. Les gains de productivité liés aux nouvelles technologies, les possibilités d externalisation voire de délocalisation, permettent d escompter que l hypothèse de remplacement de un pour un ne sera pas celle retenue en ce qui concerne le taux de renouvellement lié aux départs à la retraite. A ce titre le tableau ci-dessous, issu des statistiques Insee et d une étude du Cabinet Accenture, faisant une projection de la population active est significatif puisque nous allons connaître sur la période 2010 / 2020 une période de déficits de remplacement de population qui sera problématique. 24/138

6. Assurance automobile et assurance multirisques habitation : une année riche en actualité

6. Assurance automobile et assurance multirisques habitation : une année riche en actualité 6. Assurance automobile et assurance multirisques habitation : une année riche en actualité Comité consultatif du secteur financier Rapport 2010-2011 77 Au cours des années 2010 et 2011, le CCSF a porté

Plus en détail

Conférence Gestion des Sinistres Quelle industrialisation des approches adopter en sinistres de masse?

Conférence Gestion des Sinistres Quelle industrialisation des approches adopter en sinistres de masse? Conférence Gestion des Sinistres Quelle industrialisation des approches adopter en sinistres de masse? 5 avril 2012 L industrialisation de la gestion des sinistres, une nécessité pour les assureurs Un

Plus en détail

le point sur l assurance française

le point sur l assurance française 2014 le point sur l assurance française conférence de presse de la FFSA maison de l assurance / mercredi 25 juin 2014 2014 le point sur l assurance française le bilan les perspectives 2 1/ La situation

Plus en détail

8. La situation du marché et le suivi des pratiques dans le domaine de l assurance en 2009

8. La situation du marché et le suivi des pratiques dans le domaine de l assurance en 2009 8. La situation du marché et le suivi des pratiques dans le domaine de l assurance en 2009 Comité consultatif du secteur financier Rapport 2009-2010 125 Le CCSF a poursuivi en 2009 et 2010 ses travaux

Plus en détail

Comment lutter efficacement contre la fraude à l assurance

Comment lutter efficacement contre la fraude à l assurance Comment lutter efficacement contre la fraude à l assurance 1 En cette période de tension sur leur rentabilité et de pression sur les tarifs, les assureurs soulignent la nécessité de renforcer leur dispositif

Plus en détail

L assurance française : le bilan de l année 2012

L assurance française : le bilan de l année 2012 L assurance française : le bilan de l année 2012 1 L assurance française : le bilan de l année 2012 1 2 L environnement économique et financier : accalmie et incertitude Le bilan d activité : résistance

Plus en détail

l Enass Ecole nationale d assurances

l Enass Ecole nationale d assurances l Enass Ecole nationale d assurances Les Sinistres Corporels : Analyser, Maîtriser et Manager leur Démesure, un Enjeu de Gouvernance Marie-Bénédicte TRAWALÉ www.enass.fr Remerciements Je remercie Pierre

Plus en détail

Séminaire Innovation

Séminaire Innovation Séminaire Innovation La garantie Oxygène, une réponse innovante des assureurs aux soucis budgétaires des ménages en temps de crise? 13 mai 2009 Pierre CORDIER Stéphane DÉSERT Nathanaël ORMILLIEN Introduction

Plus en détail

Assurance automobile : défis et perspectives des compagnies d assurances

Assurance automobile : défis et perspectives des compagnies d assurances Assurance automobile : défis et perspectives des compagnies d assurances Une analyse de fond des forces en présence et des impacts en matière de développement pour les compagnies d assurances Un écosystème

Plus en détail

Etude des stratégies de distribution multi-canal des assureurs français

Etude des stratégies de distribution multi-canal des assureurs français Etude des stratégies de distribution multi-canal des assureurs français Copyright Copyright 2010 2010 Accenture All Rights All Rights Reserved. Accenture, its logo, and High Performance Delivered are trademarks

Plus en détail

I -Assurance de dommage :

I -Assurance de dommage : I -Assurance de dommage : A- Définition : C est l assurance fondée sur le principe indemnitaire qui garantit l'assuré contre les conséquences d'un évènement pouvant causer un dommage à son patrimoine,

Plus en détail

L audit de performance à Gan Assurances Contexte et réalisations. André BRUN Directeur de l audit interne

L audit de performance à Gan Assurances Contexte et réalisations. André BRUN Directeur de l audit interne L audit de performance à Gan Assurances Contexte et réalisations André BRUN Directeur de l audit interne 1 Présentation du Groupe Groupama Un groupe d assurances et de banque Un acteur de dimension européenne

Plus en détail

Conférence de presse FFSA Mercredi 26 juin 2013

Conférence de presse FFSA Mercredi 26 juin 2013 Conférence de presse FFSA Mercredi 26 juin 2013 Conférence de presse FFSA Retour sur 2012 et premières tendances pour 2013 : l assurance française remplit ses deux missions, protéger et financer Les chiffres

Plus en détail

INTRODUCTION (Eric BERTHOUX Directeur Délégué Administratif et Financier MAIF)

INTRODUCTION (Eric BERTHOUX Directeur Délégué Administratif et Financier MAIF) JOURNEES D ETUDES IARD 20 et 21 mars 2014 «Les nouveaux défis de la tarification» INTRODUCTION (Eric BERTHOUX Directeur Délégué Administratif et Financier MAIF) Quelques réflexions sur le contexte, le

Plus en détail

L EVOLUTION DES COTISATIONS D ASSURANCE AUTOMOBILE ET HABITATION

L EVOLUTION DES COTISATIONS D ASSURANCE AUTOMOBILE ET HABITATION L EVOLUTION DES COTISATIONS D ASSURANCE AUTOMOBILE ET HABITATION - Janvier 2011 - Résumé Plusieurs entreprises d assurance ont annoncé en fin d année 2010 une augmentation de leurs tarifs d assurances

Plus en détail

L EVOLUTION DES COTISATIONS D ASSURANCE AUTOMOBILE ET HABITATION

L EVOLUTION DES COTISATIONS D ASSURANCE AUTOMOBILE ET HABITATION L EVOLUTION DES COTISATIONS D ASSURANCE AUTOMOBILE ET HABITATION - Janvier 2011 - Résumé Plusieurs entreprises d assurance ont annoncé en fin d année 2010 une augmentation de leurs tarifs d assurances

Plus en détail

Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille

Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille Ministère délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes

Plus en détail

Comment mieux lutter contre la fraude? Frédéric NGUYEN KIM

Comment mieux lutter contre la fraude? Frédéric NGUYEN KIM Comment mieux lutter contre la fraude? Frédéric NGUYEN KIM Quelques éléments contextuels Définition : la fraude est «un acte ou une omission volontaire permettant de tirer un profit illégitime d'un contrat

Plus en détail

Atelier A 08 : Rôle du département Achat dans les souscriptions d'assurance. Quelles relations entre le RM et les achats?

Atelier A 08 : Rôle du département Achat dans les souscriptions d'assurance. Quelles relations entre le RM et les achats? SESSION 1 Jeudi 7 février : 9h - 10h30 Atelier A 08 : Rôle du département Achat dans les souscriptions d'assurance Quelles relations entre le RM et les achats? 1 Intervenants Eunyoung PARK Directeur des

Plus en détail

ASSURANCE MALADIE ET PROTECTION SOCIALE: ETAT DES LIEUX LA VISION D UN ASSUREUR PRIVE

ASSURANCE MALADIE ET PROTECTION SOCIALE: ETAT DES LIEUX LA VISION D UN ASSUREUR PRIVE ASSURANCE MALADIE ET PROTECTION SOCIALE: ETAT DES LIEUX LA VISION D UN ASSUREUR PRIVE Plan de présentation Constat d ensemble sur l assurance santé Secteur formel Secteur privé Primes assurances non-vie

Plus en détail

Observatoire du Transport Sanitaire 2011. kpmg.fr

Observatoire du Transport Sanitaire 2011. kpmg.fr Observatoire du Transport Sanitaire 2011 kpmg.fr Edito Observatoire du Transport Sanitaire 2011 1 Marc Basset Associé, Directeur Haute-Normandie Picardie-Maritime Dans la poursuite de nos travaux, nous

Plus en détail

Service du soutien au réseau Sous-direction de la communication, programmation et veille économique Bureau de la veille économique et des prix

Service du soutien au réseau Sous-direction de la communication, programmation et veille économique Bureau de la veille économique et des prix N 2 Janvier 2012 Service du soutien au réseau Sous-direction de la communication, programmation et veille économique Bureau de la veille économique et des prix Evolution des dépenses contraintes et de

Plus en détail

Lutte contre la fraude

Lutte contre la fraude Lutte contre la fraude Agence pour la Lutte contre la fraude à l assurance 1 Sommaire I. Présentation d ALFAd II. Lutte contre la fraude et expertise III. Le blanchiment de capitaux en IARD 2 L Agence

Plus en détail

Le métier d actuaire IARD

Le métier d actuaire IARD JJ Mois Année Le métier d actuaire IARD Journées Actuarielles de Strasbourg 6-7 octobre 2010 PLAN Présentation de l assurance non vie Le rôle de l actuaire IARD La tarification des contrats L évaluation

Plus en détail

ASSURANCE. 1. Assurances de dommages

ASSURANCE. 1. Assurances de dommages ASSURANCE ASSURANCE...1 1. Assurances de dommages...1 2. Assurances de personnes...2 3. Coassurance...2 4. Courtier d'assurances...2 5. CRM...3 6. Expertise...3 7. Indemnisation...4 8. Multirisque...4

Plus en détail

Dossier de presse. L assurance vie en Tunisie. L assurance automobile en Tunisie

Dossier de presse. L assurance vie en Tunisie. L assurance automobile en Tunisie Dossier de presse L assurance vie en Tunisie L assurance automobile en Tunisie Table Ronde 7 Avril 2009 (Réalités) Quel rôle pour les assurances dans l accompagnement du développement des économies en

Plus en détail

Un nouveau souffle sur les approches multicanal, les outils d analyse et la segmentation clients

Un nouveau souffle sur les approches multicanal, les outils d analyse et la segmentation clients Un nouveau souffle sur les approches multicanal, les outils d analyse et la segmentation clients Les tendances technologiques dans le secteur de l assurance vie : partie 1. * *La haute performance. Réalisée.

Plus en détail

En 2013, 605 organismes pratiquent

En 2013, 605 organismes pratiquent j u i n Le marché de l assurance complémentaire santé : des excédents dégagés en 2013 En 2013, 33 milliards d euros de cotisations ont été collectés sur le marché de l assurance complémentaire santé en

Plus en détail

AXA Réunion d information

AXA Réunion d information AXA Réunion d information Marseille 7 décembre 2009 Christian Rabeau Directeur de la Gestion AXA Investment Managers Paris 1 1 Avertissement Certaines déclarations figurant dans cette présentation contiennent

Plus en détail

LES ASSURANCES DE BIENS ET DE RESPONSABILITÉ. Données clés 2010

LES ASSURANCES DE BIENS ET DE RESPONSABILITÉ. Données clés 2010 LES ASSURANCES DE BIENS ET DE RESPONSABILITÉ Données clés 2010 Sommaire Sauf indications contraires, toutes les données ont pour origine les enquêtes de la Direction des études et des statistiques FFSA-GEMA.

Plus en détail

Titre 1 : Les Règles générales de l assurance

Titre 1 : Les Règles générales de l assurance Introduction L assurance est une technique qui repose sur un contrat, le contrat d assurance, en vertu duquel un assureur s engage, en contrepartie du versement régulier d une prime, d indemniser les sinistres

Plus en détail

Les moments de vérité dans la relation client : quelles opportunités de croissance pour les assureurs?

Les moments de vérité dans la relation client : quelles opportunités de croissance pour les assureurs? Les moments de vérité dans la relation client : quelles opportunités de croissance pour les assureurs? *La haute performance. Réalisée. Méthodologie de l étude Basée sur un questionnaire construit avec

Plus en détail

Magasins Filière BIO Assurément Durable

Magasins Filière BIO Assurément Durable Magasins Filière BIO Assurément Durable 1 Madame, Monsieur, Voil{ maintenant plus de 15 ans qu un certain nombre d entre vous, ont osé développer leurs activités dans le domaine des produits naturels,

Plus en détail

3. Des données financières globalement positives en 2010

3. Des données financières globalement positives en 2010 3. Des données financières globalement positives 3.1 Une nouvelle progression du bilan À fin 2010, le total de bilan agrégé de l ensemble des organismes d assurance et de réassurance contrôlés par l Autorité

Plus en détail

Rémunération des Professionnels du Capital Investissement Lignes Directrices

Rémunération des Professionnels du Capital Investissement Lignes Directrices Rémunération des Professionnels du Capital Investissement Lignes Directrices 1. Contexte Les travaux du groupe de travail de place constitué au début de l année 2009 à la demande des pouvoirs publics ont

Plus en détail

La tarification vue par les commissaires aux comptes

La tarification vue par les commissaires aux comptes La tarification vue par les commissaires aux comptes Journées d études IARD - Institut des Actuaires Niort, 20 & 21 Mars 2014 Cédric FONTAN Groupe Y Audit Département Actuariat 1 Sommaire Les obligations

Plus en détail

Décision n 14-DCC-13 du 5 février 2014 relative à la prise de contrôle exclusif de Medical Insurance Company par MMA IARD Assurance Mutuelles

Décision n 14-DCC-13 du 5 février 2014 relative à la prise de contrôle exclusif de Medical Insurance Company par MMA IARD Assurance Mutuelles RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 14-DCC-13 du 5 février 2014 relative à la prise de contrôle exclusif de Medical Insurance Company par MMA IARD Assurance Mutuelles L Autorité de la concurrence, Vu le dossier

Plus en détail

Sont présentés ci-dessous les principaux risques et facteurs de risques auxquels le Groupe est confronté. L analyse et le

Sont présentés ci-dessous les principaux risques et facteurs de risques auxquels le Groupe est confronté. L analyse et le Sont présentés ci-dessous les principaux risques et facteurs de risques auxquels le Groupe est confronté. L analyse et le management des risques constituent un enjeu majeur pour la pérennité du Groupe

Plus en détail

SESSION 2013 BTS ASSURANCE CORRIGE E3

SESSION 2013 BTS ASSURANCE CORRIGE E3 SESSION 2013 BTS ASSURANCE CORRIGE E3 U3 Corrigé Page 1 Sujet n 1 1. Indiquez les éléments pris en compte pour déterminer une cotisation d assurance. La prime dépend de : (3x0,5 pt = 1,5) - La fréquence

Plus en détail

Chiffres clés du marché français

Chiffres clés du marché français Chiffres clés du marché français Version présentée lors de la conférence de presse du 27 janvier 2011 Conférence de presse du 27 janvier 2011 1 L environnement économique et financier Une croissance modérée

Plus en détail

Il est gérant assureur, depuis 17 ans ; Prof libérale et courtier Délégué pour le CDIA (Centre de Documentation et d Information de l Assurance).

Il est gérant assureur, depuis 17 ans ; Prof libérale et courtier Délégué pour le CDIA (Centre de Documentation et d Information de l Assurance). Agence de Développement Economique Et Touristique des Vosges "à usage uniquement interne" Semaine N 24 / Rapport de visite N 145 / Date d émission : 01/02/2012 Objet : Club des repreneurs Emetteur : Francine

Plus en détail

BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010

BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010 abc Le 13 mai 2010 BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010 Le bénéfice net présenté attribuable aux actionnaires ordinaires s est élevé à 84 millions de $CA pour le trimestre terminé

Plus en détail

L avenir des contrats en euros De l avenir incertain des contrats en euros à l opportunité de nouvelles solutions en Epargne Retraite

L avenir des contrats en euros De l avenir incertain des contrats en euros à l opportunité de nouvelles solutions en Epargne Retraite Enquête épargne 2011 Optimind/OpinionWay L avenir des contrats en euros De l avenir incertain des contrats en euros à l opportunité de nouvelles solutions en Epargne Retraite Edition 2011 Réalisée entre

Plus en détail

DONNEES DU SECTEUR DE L ASSURANCE AU BÉNIN EN 2014

DONNEES DU SECTEUR DE L ASSURANCE AU BÉNIN EN 2014 Atelier de dissémination des données du marché de l assurance au titre de l exercice 2014 et échanges sur les problèmes du secteur DONNEES DU SECTEUR DE L ASSURANCE AU BÉNIN EN 2014 Présenté par: Urbain

Plus en détail

RECOMMANDATION DU CONSEIL SUR LES BONNES PRATIQUES POUR AMELIORER LA SENSIBILISATION AUX RISQUES ET L'EDUCATION SUR LES QUESTIONS D'ASSURANCE

RECOMMANDATION DU CONSEIL SUR LES BONNES PRATIQUES POUR AMELIORER LA SENSIBILISATION AUX RISQUES ET L'EDUCATION SUR LES QUESTIONS D'ASSURANCE RECOMMANDATION DU CONSEIL SUR LES BONNES PRATIQUES POUR AMELIORER LA SENSIBILISATION AUX RISQUES ET L'EDUCATION SUR LES QUESTIONS D'ASSURANCE RECOMMANDATION DU CONSEIL Ces Bonnes Pratiques ont été approuvées

Plus en détail

Surabondance d information

Surabondance d information Surabondance d information Comment le manager d'entreprise d'assurance peut-il en tirer profit pour définir les stratégies gagnantes de demain dans un marché toujours plus exigeant Petit-déjeuner du 25/09/2013

Plus en détail

De BÂLE II à SOLVABILITE II FRACTALES 2005

De BÂLE II à SOLVABILITE II FRACTALES 2005 De BÂLE II à SOLVABILITE II Solvabilité II s inspire largement des accords de Bâle II et en reprend les grands principes avec la structure en «trois piliers» La tentation est forte de reproduire également

Plus en détail

PACA FORMATION THANATOLOGY

PACA FORMATION THANATOLOGY PACA FORMATION THANATOLOGY Quelle est la définition d assurance? 2 Définition d assurance L'assuranceest l'activité qui consiste à protéger moyennant une cotisation (prime) un individu, une association

Plus en détail

point sur l assurance française

point sur l assurance française le point sur l assurance française conférence de presse de la FFSA maison de l assurance / jeudi 29 janvier le point sur l assurance française ce qu il faut pour 2 Loi ALUR Publication Omnibus 2 L année

Plus en détail

Atelier A23. Nouvelles exigences en D&O : Des contrats à l épreuve de la réalité

Atelier A23. Nouvelles exigences en D&O : Des contrats à l épreuve de la réalité Atelier A23 Nouvelles exigences en D&O : Des contrats à l épreuve de la réalité Intervenants Guillaume DESCHAMPS D&O Practice Leader E mail : Guillaume.deschamps@marsh.com Richard DEGUETTES Emmanuel SILVESTRE

Plus en détail

FORMATION DES INTERMEDIAIRES D'ASSURANCES ET DES PERSONNELS DES SERVICES PRODUCTION DES SOCIETES D'ASSURANCE

FORMATION DES INTERMEDIAIRES D'ASSURANCES ET DES PERSONNELS DES SERVICES PRODUCTION DES SOCIETES D'ASSURANCE FORMATION DES INTERMEDIAIRES D'ASSURANCES ET DES PERSONNELS DES SERVICES PRODUCTION DES SOCIETES D'ASSURANCE Objectif : mettre à la disposition du marché Sénégalais des assurances, un personnel pluridisciplinaire

Plus en détail

FINANCEMENT DES RISQUES PROFESSIONNELS. CHU de la TIMONE UE «ORGANISATION DE LA SECURITE SOCIALE»

FINANCEMENT DES RISQUES PROFESSIONNELS. CHU de la TIMONE UE «ORGANISATION DE LA SECURITE SOCIALE» FINANCEMENT DES RISQUES PROFESSIONNELS CHU de la TIMONE UE «ORGANISATION DE LA SECURITE SOCIALE» Intervenant : Jean-Jacques LANTONNET Expert Tarification AT-MP Direction des Risques Professionnels Caisse

Plus en détail

Libre choix par l assuré de son réparateur et de son expert : le CNPA à l offensive

Libre choix par l assuré de son réparateur et de son expert : le CNPA à l offensive 22 mai 2015 IA15087 Libre choix par l assuré de son réparateur et de son expert : le CNPA à l offensive Le combat du CNPA pour rendre pleinement opérationnel de libre choix de son réparateur s amplifie

Plus en détail

LE TABLEAU DE BORD DE SUIVI DE L ACTIVITE

LE TABLEAU DE BORD DE SUIVI DE L ACTIVITE TABLEAU DE BORD LE TABLEAU DE BORD DE SUIVI DE L ACTIVITE DEFINITION Le tableau de bord est un support (papier ou informatique) qui sert à collecter de manière régulière des informations permettant de

Plus en détail

Comment mieux lutter contre la fraude à l assurance? Gestion de sinistres Odilon Audouin, le 4 avril 2013

Comment mieux lutter contre la fraude à l assurance? Gestion de sinistres Odilon Audouin, le 4 avril 2013 Comment mieux lutter contre la fraude à l assurance? Gestion de sinistres Odilon Audouin, le 4 avril 2013 Eléments de contexte Un coût significatif, une évolution des typologies Selon l ALFA (sur la base

Plus en détail

LA MESURE DES PERFORMANCES DES COMPAGNIES D ASSURANCES

LA MESURE DES PERFORMANCES DES COMPAGNIES D ASSURANCES LA MESURE DES PERFORMANCES DES COMPAGNIES D ASSURANCES Séminaire - Atelier La mesure des performances des compagnies d assurances 1 ère communication Généralités sur les processus d évaluation des activités

Plus en détail

PRESENTATION STRATEGIQUE

PRESENTATION STRATEGIQUE Programme «Accidents du travail Maladies professionnelles» 7 PRESENTATION STRATEGIQUE DU PROGRAMME DE QUALITE ET D EFFICIENCE «ACCIDENTS DU TRAVAIL MALADIES PROFESSIONNELLES» La branche «accidents du travail

Plus en détail

L ENVIRONNEMENT JURIDIQUE ET FISCAL

L ENVIRONNEMENT JURIDIQUE ET FISCAL 3 L ENVIRONNEMENT JURIDIQUE ET FISCAL SUR LES GRANDS SUJETS AYANT CONCERNÉ L ASSURANCE ET LA FFSA EN 2010 ( LA FISCALITÉ DE L ASSURANCE VIE, SOLVABILITÉ II, LA MISE EN PLACE DE L ACP, LA CONVENTION AERAS

Plus en détail

Rapport du Médiateur de Groupama SA.

Rapport du Médiateur de Groupama SA. 1 Rapport du Médiateur de Groupama SA. Période du 1 er Janvier au 31 Décembre 2012. Au terme de ma quatrième année d exercice des fonctions de Médiateur de Groupama SA, j ai l honneur de faire rapport

Plus en détail

Orientations générales de la politique de placement

Orientations générales de la politique de placement 16 juin 2009 Orientations générales de la politique de placement 1. La Mission du FRR 1.1 Créé par la loi n 2001-624 du 17 juillet 2001, le FRR s est vue confié pour mission par le législateur de «gérer

Plus en détail

Colloque conseil SFER. Évaluation des prestations de conseil :

Colloque conseil SFER. Évaluation des prestations de conseil : Colloque conseil SFER 14 &15 octobre 2010 Évaluation des prestations de conseil : Mesurer la capacité d une organisation à satisfaire les besoins de conseil de l ensemble de ses clients Philippe BOULLET

Plus en détail

Présentation du cabinet

Présentation du cabinet Présentation du cabinet Depuis 2005, Selenis intervient aux côtés d acteurs de référence de l assurance. Ce qui nous caractérise fait aussi notre différence : Conseil métier, nous sommes spécialistes de

Plus en détail

Vous êtes bien. à la Mutuelle de Poitiers. Un fonctionnement unique qui vous convient. Je regroupe mes contrats et j y gagne!

Vous êtes bien. à la Mutuelle de Poitiers. Un fonctionnement unique qui vous convient. Je regroupe mes contrats et j y gagne! Numéro 24 - Décembre 2013 Vous êtes bien à la Mutuelle de Poitiers Un fonctionnement unique qui vous convient «Chez nous, pas de plateau téléphonique.» 2 Je regroupe mes contrats et j y gagne! Avantages

Plus en détail

Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance vie au titre de 2013 n 26 mai 2014

Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance vie au titre de 2013 n 26 mai 2014 n 26 mai 2014 Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance vie au titre de 2013 Sommaire 1.INTRODUCTION 4 2.LE MARCHÉ DE L ASSURANCE VIE INDIVIDUELLE 6 2.1.La bancassurance

Plus en détail

Panorama du risque en établissements de santé, sociaux et médico-sociaux Édition 2015

Panorama du risque en établissements de santé, sociaux et médico-sociaux Édition 2015 Communiqué de presse Le 6 octobre 2015 Panorama du risque en établissements de santé, sociaux et médico-sociaux Édition 2015 Nouveaux enjeux, nouvelles technologies : une exposition aux risques renforcée

Plus en détail

Encourager les systèmes de pensions complémentaires

Encourager les systèmes de pensions complémentaires Conférence de presse Luxembourg, le 25 septembre 2013 Le secteur financier constitue la pierre angulaire de l économie luxembourgeoise. Il doit cependant faire face à de nombreux défis. Par conséquent,

Plus en détail

Les modalités de gestion des contrats d épargne retraite. Fédération Française des Sociétés d Assurances

Les modalités de gestion des contrats d épargne retraite. Fédération Française des Sociétés d Assurances CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 16 juin 2010-9 h 30 «L épargne retraite individuelle et collective» Document N 6 Document de travail, n engage pas le Conseil Les modalités de gestion

Plus en détail

Automobile : état des lieux des sinistres en 2012 et premières tendances 2013. Jérôme CORNU Gestion des sinistres Argus, le 4 avril 2013

Automobile : état des lieux des sinistres en 2012 et premières tendances 2013. Jérôme CORNU Gestion des sinistres Argus, le 4 avril 2013 Automobile : état des lieux des sinistres en 2012 et premières tendances 2013 Jérôme CORNU Gestion des sinistres Argus, le 4 avril 2013 Etat des lieux des sinistres en 2012 et premières tendances 2013

Plus en détail

Baromètre des courtiers de proximité APRIL/OpinionWay

Baromètre des courtiers de proximité APRIL/OpinionWay Baromètre des courtiers de proximité APRIL/OpinionWay Edition 2012 Toute publication, même partielle de cette étude, est soumise à autorisation de la part d APRIL Courtage Contactez Nathalie RAVET nravet@april.fr

Plus en détail

Leader de l Actuariat Conseil et de la Gestion des Risques

Leader de l Actuariat Conseil et de la Gestion des Risques Leader de l Actuariat Conseil et de la Gestion des Risques Optimind Winter respecte les meilleurs standards européens sur l ensemble des expertises associées à la chaîne des risques des organismes assureurs,

Plus en détail

LES ASSURANCES DE BIENS ET DE RESPONSABILITÉ. Données clés 2012

LES ASSURANCES DE BIENS ET DE RESPONSABILITÉ. Données clés 2012 LES ASSURANCES DE BIENS ET DE RESPONSABILITÉ Données clés 2012 Sommaire Sauf indications contraires, toutes les données ont pour origine les enquêtes de la Direction des études et des statistiques FFSA-GEMA.

Plus en détail

Ne négligez surtout pas les assurances. de votre entreprise

Ne négligez surtout pas les assurances. de votre entreprise Ne négligez surtout pas les assurances de votre entreprise Animé par : Valérie Cadiou, Responsable Commerciale GROUPAMA et Maître Emmanuel Ergan Cabinet LEPORZOU DAVID ERGAN Un diagnostic assurance indispensable

Plus en détail

Structure du marché Vie & Capi en 2013 selon le mode de distribution -Source : FFSA Autres 3%

Structure du marché Vie & Capi en 2013 selon le mode de distribution -Source : FFSA Autres 3% La place de l assurance chez les bancassureurs Depuis de nombreuses années, on sait que les bancassureurs se sont accaparés plus de 60 % du marché de l assurance vie. Cette part de marché est maintenant

Plus en détail

Les micro-entrepreneurs, les travailleurs non-salariés, la crise et l assurance

Les micro-entrepreneurs, les travailleurs non-salariés, la crise et l assurance Septembre 2013 Contact: Frédéric Dabi 01 45 84 14 44 Frederic.dabi@ifop.com Les micro-entrepreneurs, les travailleurs non-salariés, la crise et l assurance pour Note méthodologique Etude réalisée pour:

Plus en détail

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 Mars 2015 1/12 D ANS une conjoncture internationale marquée par une reprise globale fragile, une divergence accrue de croissance

Plus en détail

Compte rendu de l examen par le BSIF des coefficients du risque d assurance

Compte rendu de l examen par le BSIF des coefficients du risque d assurance Compte rendu de l examen par le BSIF des coefficients du risque d assurance Le présent document précise encore davantage les données et la méthodologie utilisées par le BSIF pour calculer les marges pour

Plus en détail

B - La lecture du bilan

B - La lecture du bilan 8.2 La lecture des comptes annuels B - La lecture du bilan Référence Internet Saisissez la «Référence Internet» dans le moteur de recherche du site www.editions-tissot.fr pour accéder à ce chapitre actualisé

Plus en détail

Les tableaux de bord RH

Les tableaux de bord RH Joëlle IMBERT Les tableaux de bord RH Construire, mettre en œuvre et évaluer le système de pilotage, 2007 ISBN : 978-2-212-53910-3 4 Les sources d information La mise en place du système de pilotage RH

Plus en détail

AGIR DANS L INTERET DES CHEFS D ENTREPRISE!

AGIR DANS L INTERET DES CHEFS D ENTREPRISE! REGIME SOCIAL DES INDEPENDANTS : AGIR DANS L INTERET DES CHEFS D ENTREPRISE! (Résumé) Septembre 2015 FEDERATION FRANCAISE DU BATIMENT 1 Le Régime Social des Indépendants (RSI), qui constitue la Sécurité

Plus en détail

Flore-Aline Colmet Daâge*

Flore-Aline Colmet Daâge* NOTE n 153 - Fondation Jean-Jaurès - 23 janvier 2013 - page 1 Un enjeu clé pour dynamiser l emploi Flore-Aline Colmet Daâge* * Directrice d études, département «Opinion et stratégies d entreprise», Ifop

Plus en détail

Intact Corporation financière annonce ses résultats du troisième trimestre

Intact Corporation financière annonce ses résultats du troisième trimestre Communiqué de presse TORONTO, le 4 novembre 2015 Intact Corporation financière annonce ses résultats du troisième trimestre Résultat opérationnel net par action de 1,47 $, en hausse de 7 % par rapport

Plus en détail

Bonnes pratiques de l'ocde pour la gestion des sinistres d assurance

Bonnes pratiques de l'ocde pour la gestion des sinistres d assurance DIRECTION DES AFFAIRES FINANCIERES ET DES ENTREPRISES Bonnes pratiques de l'ocde pour la gestion des sinistres d assurance Ces bonnes pratiques, préparée par le Comité des assurance de l'ocde, ont été

Plus en détail

Pour aller plus loin Guide de réponse au client

Pour aller plus loin Guide de réponse au client Assurance vie Pour aller plus loin Guide de réponse au client AXA Life Europe Limited Membre du Groupe AXA. Siège social : Wolfe Tone House, Wolfe Tone Street, Dublin 1, Irlande. Immatriculée sous le n

Plus en détail

Résultats semestriels 2015 Forte amélioration du résultat net

Résultats semestriels 2015 Forte amélioration du résultat net Paris, le 31 juillet 2015 Résultats semestriels 2015 Forte amélioration du résultat net Un chiffre d affaires en hausse de +0,9% à 9,3 milliards d euros Développement ciblé en France Croissance à l international

Plus en détail

L activité financière des sociétes d assurances

L activité financière des sociétes d assurances L activité financière des sociétes d assurances Les marchés boursiers ont repris au cours de l année 2003. Par conséquent, les plus-values latentes sur actifs des sociétés d assurances augmentent. Les

Plus en détail

La personne ( prévoyance, mutuelle, retraite) L homme clé, garantie croisées d associés La RC Mandataire Social

La personne ( prévoyance, mutuelle, retraite) L homme clé, garantie croisées d associés La RC Mandataire Social L entreprise : De l importance du suivi des contrats IARD (Dommage aux biens, RC, Flotte Auto, Mission Collaborateur, Marchandises Transportées, Biens confiés, Perte d exploitation). Les risques nouveaux

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Optimisez la gestion financière de votre association (Dossier réalisé par Laurent Simo, In Extenso Rhône Alpes) Les associations vivent et se développent dans un contexte

Plus en détail

L externalisation des activités bancaires en France et en Europe

L externalisation des activités bancaires en France et en Europe ÉTUDES L externalisation des activités bancaires en France et en Europe Si l externalisation des activités (outsourcing) est un phénomène courant au sein des entreprises non financières en Europe, comme

Plus en détail

Les assurances directes- Rapport français

Les assurances directes- Rapport français Les assurances directes- Rapport français Agnès Pimbert Maître de conférences à l Université de Poitiers, Equipe de recherche en droit privé (EA 1230) L assurance directe désigne le mécanisme d indemnisation

Plus en détail

Adapter la sécurité sociale aux changements démographiques de manière durable. Le Cap, Afrique du Sud Le mercredi 1 er décembre 2010 L ÉNONCÉ FAIT FOI

Adapter la sécurité sociale aux changements démographiques de manière durable. Le Cap, Afrique du Sud Le mercredi 1 er décembre 2010 L ÉNONCÉ FAIT FOI Allocution de monsieur Jean-Claude Ménard, actuaire en chef Bureau de l actuaire en Chef Bureau du surintendant des institutions financières (BSIF), Canada à l occasion du Forum mondial de la sécurité

Plus en détail

Baromètre 2012 Croissance x Rentabilité des groupes d assurance en France

Baromètre 2012 Croissance x Rentabilité des groupes d assurance en France COMMUNIQUE DE PRESSE (V1.10 au 24 août 2012) Baromètre 2012 Croissance x Rentabilité des groupes d assurance en France (réalisé sur les comptes arrêtés fin 2010) Analyse stratégique du marché et Mise en

Plus en détail

Contrôler, optimiser, anticiper : la Direction Financière au centre de l activité bancaire

Contrôler, optimiser, anticiper : la Direction Financière au centre de l activité bancaire Contrôler, optimiser, anticiper : la Direction Financière au centre de l activité bancaire Les turbulences financières actuelles, symptômes de mutations structurelles du système financier, Les évènements

Plus en détail

Triadys Retraite 39. La solution de retraite supplémentaire à prestations définies de votre entreprise

Triadys Retraite 39. La solution de retraite supplémentaire à prestations définies de votre entreprise É P A R G N E R E T R A I T E E N T R E P R I S E Triadys Retraite 39 La solution de retraite supplémentaire à prestations définies de votre entreprise Votre entreprise a besoin d eux... leur retraite

Plus en détail

L ACTIVITÉ FINANCIÈRE DE L ASSURANCE

L ACTIVITÉ FINANCIÈRE DE L ASSURANCE L assurance française en 43 L ACTIVITÉ FINANCIÈRE DE L ASSURANCE GRÂCE AUX PLACEMENTS qu elle effectue en contrepartie de ses engagements envers les assurés, l assurance joue un rôle primordial dans le

Plus en détail

Bienvenue à notre réunion

Bienvenue à notre réunion Bienvenue à notre réunion Quelle Allocation d Actifs dans l environnement actuel compte tenu de la baisse inéluctable du rendement de l actif général des compagnies d assurances (fonds en ) Jean Marc DIEHL

Plus en détail

Réunion Actionnaires. Nantes 14 septembre 2009. Christian Rabeau Directeur de la Gestion AXA Investment Managers Paris

Réunion Actionnaires. Nantes 14 septembre 2009. Christian Rabeau Directeur de la Gestion AXA Investment Managers Paris Réunion Actionnaires Nantes 14 septembre 2009 1 Christian Rabeau Directeur de la Gestion AXA Investment Managers Paris 1 Avertissement Certaines déclarations figurant dans cette présentation contiennent

Plus en détail

Réseau SCEREN. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la. Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Réseau SCEREN. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la. Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Campagne 2013 Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté, adapté

Plus en détail

Programme de management et sciences de gestion CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT)

Programme de management et sciences de gestion CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT) Programme de management et sciences de gestion CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT) 1) 0rientations générales L enseignement de «management et sciences de gestion» intègre des approches

Plus en détail

SYNTHESE. Sécheresse de 2003 Un passé qui ne passe pas. A. La gestion des suites de la sécheresse de 2003

SYNTHESE. Sécheresse de 2003 Un passé qui ne passe pas. A. La gestion des suites de la sécheresse de 2003 SYNTHESE Sécheresse de 2003 Un passé qui ne passe pas A. La gestion des suites de la sécheresse de 2003 1. Entre 1989 et 2007, plus de 444.000 sinistres dus à la sécheresse ont été recensés, pour un coût

Plus en détail

C.E.R.N.A. ACCIDENTS CORPORELS DU SKIEUR ET ASSURANCE

C.E.R.N.A. ACCIDENTS CORPORELS DU SKIEUR ET ASSURANCE Partenaire de C.E.R.N.A. 14 ème journée juridique Vendredi 18 novembre 2005 ACCIDENTS CORPORELS DU SKIEUR ET ASSURANCE I - Quelques statistiques II - Quelles garanties pour les dommages corporels III -

Plus en détail