PHARMACOCINETIQUE.

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PHARMACOCINETIQUE."

Transcription

1 PHARMACOCINETIQUE

2 PHARMACOCINETIQUE Etude du devenir du médicament après son administration dans l organisme Absorption Distribution Métabolisation Excrétion

3

4 I) ABSORPTION DU MEDICAMENT le médicament doit passer dans la circulation générale Caractéristiques liées au médicament Caractéristiques liées au patient Forme pharmaceutique Age Caractère hydrosoluble ou liposoluble du PA Ionisation du PA Taille des molécules de PA Autres caractères physicochimiques (formes à libération prolongée) Pathologies Polymédication Alimentation Vitesse de vidange gastrique Motricité intestinale Voie d administration

5

6 La résorption à travers les membranes biologiques

7 Effet de 1 er passage hépatique: voies orales et rectales Absorption gastro intestinale Via la veine porte Métabolisation hépatique

8 Biodisponibilité La biodisponibilité correspond à la proportion de PA administrée qui atteint la circulation sanguine systémique. Elle dépend de La dose administrée La dégradation du PA dans le tissu traversé L importance de l absorption L effet de 1 er passage hépatique

9 II) DISTRIBUTION Une fois résorbés, les médicaments sont distribués dans l organisme par le sang. Les caractéristiques physico-chimiques du médicament modifient sa fixation sur les tissus et sur les protéines plasmatiques. De nombreux facteurs liés au patient modifient également la distribution: Age, grossesse, dénutrition États inflammatoires États infectieux

10 a) Fixation aux protéines plasmatiques Augmente la solubilité du médicament dans le sang La fixation varie de 0 à 99 % Il se crée un équilibre réversible entre la fraction liée et la fraction libre = fraction active M + P MP A l état libre, le médicament traverse les membranes cellulaires La forme libre est responsable de l activité thérapeutique. La forme liée sert de réserve.

11 Cas particuliers des AVK (anti vitamines K) Utilisés pour éviter la formation de thrombose Forte liaison aux Pt plasmatiques (± 97%) Seule la forme libre est active Déplacement de sa liaison par d autres médicaments ou aliments SURDOSAGE Nombreuses interactions Équilibre difficile à obtenir NECESSITE SURVEILLANCE BIOLOGIQUE REGULIERE Dosage de l INR

12 b) Volume de distribution Si V d est élevé, cela signifie que la diffusion tissulaire est élevée Si V d est faible, cela signifie que la diffusion tissulaire est faible et que le médicament reste principalement dans le sang C est une valeur théorique

13 III) ELIMINATION METABOLISATION EXCRETION

14 a) La métabolisation Le médicament subit des transformations chimiques = METABOLISATION Devient un métabolite Transformé pour être Actif ou Inactif Transformé pour être éliminé Organe principal de la métabolisation : le foie Autres tissus pouvant métaboliser: poumons, reins, intestins

15 Les médicaments inducteurs enzymatiques sont : des antiépileptiques : la carbamazépine, la fosphénytoïne, le phénobarbital, la phénytoïne, la primidone des antibactériens : la rifampicine ; des antirétroviraux y compris quelques-uns qui ont aussi un effet inhibiteur de certaines isoenzymes du cytochrome P450 : l'éfavirenz, l'étravirine, le lopinavir, le nelfinavir, la névirapine, le ritonavir ; un antidépresseur : le millepertuis Les principaux inhibiteurs du CYP3A4 : Diminution de l'efficacité des médicaments associés les azolés antifongiques (kétoconazole, itraconazole, voriconazole, posaconazole), certains macrolides (la clarithromycine, l érythromycine, la télithromycine). les inhibiteurs de protéase, et plus particulièrement le ritonavir (quelle que soit la dose) et le nelfinavir Risque de surdosage des médicaments associés

16 III) b) L excrétion Directement dans les selles pour les médicaments non résorbés Excrétion par voie biliaire Notion de cycle entérohépatique Excrétion par voie rénale Excrétion par voies secondaires: sueur, salive, lait

17 Demi-vie d élimination Temps nécessaire pour que la concentration plasmatique du médicament diminue de moitié. Elimination totale du médicament après environ 7 demi-vies

18 Clairance = capacité de l organisme à éliminer le médicament Si la clairance d un médicament diminue: Sa demi-vie d élimination augmente L étude de la fonction rénale se fait en calculant la clairance à la créatinine c est-à-dire la capacité du rein à éliminer la créatinine

Pharmacocinétique- Pharmacodynamie

Pharmacocinétique- Pharmacodynamie Pharmacocinétique- Pharmacodynamie Cours IFSI 1ère année Cindy BOURNE 1 Pharmacodynamie Effet thérapeutique Pharmacocinétique L effet thérapeutique d un médicament dépend de : *sa pharmacocinétique = son

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux : quelles interactions médicamenteuses?

Les nouveaux anticoagulants oraux : quelles interactions médicamenteuses? Les nouveaux anticoagulants oraux : quelles interactions médicamenteuses? Dr Stéphanie Chhun, Pharmacologue (Hôpital Universitaire Necker Enfants-Malades) Pr Stéphane Mouly, Interniste (Hôpital Lariboisière)

Plus en détail

27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013

27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013 27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013 Les Nouveaux Anticoagulants Oraux (NACO) dans la maladie thrombo embolique veineuse INTRODUCTION Thrombose veineuse

Plus en détail

Les Nouveaux Anticoagulants Oraux

Les Nouveaux Anticoagulants Oraux Les Nouveaux Anticoagulants Oraux EPU AMEDYG 15 mai 2013 Dr Benjamin MANEGLIA 20 Bd Jean PAIN 38000 GRENOBLE bmaneglia@orange.fr Plan * Rappels sur les AVK * Hémostase Cascade de la coagulation * Le rivaroxaban

Plus en détail

LE DEVENIR DES MÉDICAMENTS DANS L ORGANISME. I) Les différentes étapes que franchit le médicament dans l organisme

LE DEVENIR DES MÉDICAMENTS DANS L ORGANISME. I) Les différentes étapes que franchit le médicament dans l organisme LE DEVENIR DES MÉDICAMENTS DANS L ORGANISME Depuis l administration jusqu à son élimination, le médicament franchit différentes étapes dans l organisme qui vont conditionner son action. I) Les différentes

Plus en détail

La pharmacocinétique Et chez l obèse? Sophie BLONDELLE

La pharmacocinétique Et chez l obèse? Sophie BLONDELLE La pharmacocinétique Et chez l obèse? Sophie BLONDELLE Symposium du 11 octobre 2014 Plan I. Introduction L obésité II. III. IV. Notions de pharmacocinétique Modifications pharmacocinétiques Quelques exemples

Plus en détail

INTRODUCTION A LA PHARMACOCINETIQUE PASSAGES TRANSMEMBRANAIRES

INTRODUCTION A LA PHARMACOCINETIQUE PASSAGES TRANSMEMBRANAIRES Chapitre 2 : INTRODUCTION A LA PHARMACOCINETIQUE PASSAGES TRANSMEMBRANAIRES Objectifs - Savoir définir et expliquer les différentes phases du devenir du médicament dans l organisme. - Savoir définir les

Plus en détail

Pharmacologie des «nouveaux» anticoagulants oraux

Pharmacologie des «nouveaux» anticoagulants oraux Pharmacologie des «nouveaux» anticoagulants oraux Apixaban, Dabigatran, Rivaroxaban Pr D. DEPLANQUE Département de Pharmacologie médicale EA 1046 et CIC 9301 INSERM-CHRU, Institut de Médecine Prédictive

Plus en détail

Point d information Avril 2012. Les nouveaux anticoagulants oraux (dabigatran et rivaroxaban) dans la fibrillation auriculaire : ce qu il faut savoir

Point d information Avril 2012. Les nouveaux anticoagulants oraux (dabigatran et rivaroxaban) dans la fibrillation auriculaire : ce qu il faut savoir Point d information Avril 2012 Les nouveaux anticoagulants oraux (dabigatran et rivaroxaban) dans la fibrillation auriculaire : ce qu il faut savoir Le dabigatran (PRADAXA), inhibiteur direct de la thrombine,

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux sont arrivé! Faut il une surveillance biologique?

Les nouveaux anticoagulants oraux sont arrivé! Faut il une surveillance biologique? Les nouveaux anticoagulants oraux sont arrivé! Faut il une surveillance biologique? Références : Pr Samama Journée de Biologie Praticienne Décembre 2011 I. Gouin-Thibault Journée de Biologie Clinique 2012

Plus en détail

24 : PROLACTINE, THYROIDE

24 : PROLACTINE, THYROIDE Chapitre 24 : PROLACTINE, THYROIDE Item 246 : Hyperthyroïdie, argumenter l'attitude thérapeutique et planifier le suivi du patient Item 248 : Hypothyroïdie, argumenter l'attitude thérapeutique et planifier

Plus en détail

Traitement par le rivaroxaban en anesthésiologie

Traitement par le rivaroxaban en anesthésiologie Traitement par le rivaroxaban en anesthésiologie Version compacte des recommandations du groupe d experts «Rivaroxaban and anesthesiology» Version compacte de l édition révisée en novembre 2013* *Toutes

Plus en détail

Interactions médicamenteuses

Interactions médicamenteuses Interactions médicamenteuses Mise à jour 2008 Décembre 2008 Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé 143-147 boulevard Anatole France F - 93285 Saint-Denis Cedex www.afssaps.sante.fr

Plus en détail

METABOLISME DES MEDICAMENTS

METABOLISME DES MEDICAMENTS Chapitre 5 : METABOLISME DES MEDICAMENTS Objectifs - Savoir décrire les différentes voies métaboliques. - Savoir expliquer les conséquences du métabolisme des médicaments. - Etre capable d expliquer l

Plus en détail

Facteurs de variabilité de la réponse au médicament d origine physiologique : grossesse, allaitement, pédiatrie

Facteurs de variabilité de la réponse au médicament d origine physiologique : grossesse, allaitement, pédiatrie 1 Facteurs de variabilité de la réponse au médicament d origine physiologique : grossesse, allaitement, pédiatrie DFGSM 2 année 2015-2016 MC Verdier-Lorne Situations physiologiques particulières 2 1- Grossesse

Plus en détail

Utilisation des anticoagulants à l EHPAD de Marchenoir : Docteur Naudin Patrice. DIU de formation à la fonction de médecin coordonnateur :

Utilisation des anticoagulants à l EHPAD de Marchenoir : Docteur Naudin Patrice. DIU de formation à la fonction de médecin coordonnateur : Université Paris V Faculté Cochin Port Royal Utilisation des anticoagulants à l EHPAD de Marchenoir : Vers une modification du livret thérapeutique intégrant les nouveaux anticoagulants? Docteur Naudin

Plus en détail

Les anticoagulants actifs p.o. sont utilisés depuis

Les anticoagulants actifs p.o. sont utilisés depuis Nouveaux anticoagulants oraux : mécanisme d action et données pharmacocinétiques New oral anticoagulants: mechanism of action and pharmacokinetic properties X. Delavenne 1,2, P. Zufferey 2,3 X. Delavenne

Plus en détail

Hémostase. Laboratoire d Hématologie Angers. Octobre 2012 Cours IFSI

Hémostase. Laboratoire d Hématologie Angers. Octobre 2012 Cours IFSI Hémostase Laboratoire d Hématologie Angers Octobre 2012 Cours IFSI Introduction (2) Activation simultanée de différentes fonctions biologiques spécifiques ayant des cinétiques différentes, et se succédant

Plus en détail

SYNOPSIS INFORMATIONS GÉNÉRALES

SYNOPSIS INFORMATIONS GÉNÉRALES Evaluation de l utilisation d un anticoagulant anti-xa direct oral, Apixaban, dans la prévention de la maladie thromboembolique veineuse chez les patients traités par IMiDs au cours du myélome : étude

Plus en détail

QUE FAIRE DES MARQUEURS TUMORAUX. P. KERBRAT Centre Eugène Marquis Université de RENNES 1

QUE FAIRE DES MARQUEURS TUMORAUX. P. KERBRAT Centre Eugène Marquis Université de RENNES 1 QUE FAIRE DES MARQUEURS TUMORAUX P. KERBRAT Centre Eugène Marquis Université de RENNES 1 MARQUEURS TUMORAUX SERIQUES DEFINITION Molécules chimiquement définies ou non Synthétisées par le tissu tumoral

Plus en détail

Marqueurs biochimiques du remodelage osseux. Dr Bafghi-Caruba Céline CHU Nice DCEM1 - octobre 2010

Marqueurs biochimiques du remodelage osseux. Dr Bafghi-Caruba Céline CHU Nice DCEM1 - octobre 2010 Marqueurs biochimiques du remodelage osseux Dr Bafghi-Caruba Céline CHU Nice DCEM1 - octobre 2010 PLAN 1 - Tissu osseux 2 - Régulation du remodelage osseux 3 - Marqueurs biochimiques du remodelage osseux

Plus en détail

Interactions médicamenteuses des médicaments psychotropes. Florence Chapelle

Interactions médicamenteuses des médicaments psychotropes. Florence Chapelle Interactions médicamenteuses des médicaments psychotropes Florence Chapelle Adopter une démarche méthodique pour : Décider au mieux dans l intérêt du patient Faire face à la complexité des mécanismes Mieux

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants dans la Fibrillation atriale en pratique

Les nouveaux anticoagulants dans la Fibrillation atriale en pratique Conflits d intd intérêts (en rapport avec le thème de la conférence) Les nouveaux anticoagulants dans la Fibrillation atriale en pratique Oratrice lors de journées de formation sur les nouveaux anticoagulants

Plus en détail

Nouveaux anti-thrombotiques. Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1

Nouveaux anti-thrombotiques. Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1 Nouveaux anti-thrombotiques Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1 Classification Antithrombines directes o Lépirudine REFLUDAN o Désirudine

Plus en détail

La pharmacocinétique. Extrait de : CLOUTIER, Bibiane et Nicole MÉNARD, Pharma-Fiches, 4 e édition, Montréal, Gaëtan Morin, 2005, p. 26-27.

La pharmacocinétique. Extrait de : CLOUTIER, Bibiane et Nicole MÉNARD, Pharma-Fiches, 4 e édition, Montréal, Gaëtan Morin, 2005, p. 26-27. La pharmacocinétique Extrait de : CLOUTIER, Bibiane et Nicole MÉNARD, Pharma-Fiches, 4 e édition, Montréal, Gaëtan Morin, 2005, p. 26-27. 1.5 Pharmacocinétique La pharmacocinétique est l étude du devenir

Plus en détail

Fentanyl dans tous ses états. A. Muller

Fentanyl dans tous ses états. A. Muller Fentanyl dans tous ses états A. Muller Echelle thérapeutique de l O.M.S pour le traitement des douleurs par excès de nociception, 1986 FENTANYL Antalgiques non opioïdes pour douleurs faibles coantalgiques

Plus en détail

Interactions médicamenteuses

Interactions médicamenteuses Interactions médicamenteuses Jean-Paul Viard Centre de Diagnostic et de Thérapeutique Hôtel-Dieu de Paris jean-paul.viard@htd.aphp.fr Module 11 21/09/11 Plan Introduction Interactions pharmacodynamiques

Plus en détail

Informations sur le rivaroxaban (Xarelto md ) et l apixaban (Eliquis md )

Informations sur le rivaroxaban (Xarelto md ) et l apixaban (Eliquis md ) Informations sur le rivaroxaban (Xarelto md ) et l apixaban (Eliquis md ) Préambule Ce document présente plusieurs informations utiles pour les prescripteurs afin de les aider lors de l utilisation du

Plus en détail

SYMPTOMATOLOGIE DES URINES

SYMPTOMATOLOGIE DES URINES SYMPTOMATOLOGIE DES URINES OBJECTIFS SPECIFIQUES : A la fin du cours les étudiants de l année commun (infirmier ou sage femme) devront être capable de : 1- Décrire la physiologie de système urinaire 2-

Plus en détail

Nouveaux AntiCoagulants par Voie Orale. Dr. François PAPON 27 juin 2013

Nouveaux AntiCoagulants par Voie Orale. Dr. François PAPON 27 juin 2013 Nouveaux AntiCoagulants par Voie Orale Dr. François PAPON 27 juin 2013 Limites des traitements anticoagulants standards «Nécessité» nouveaux anticoagulants Objectif; se rapprocher de l antithrombotiqueidéal

Plus en détail

Licence STAPS L1 S2 Module Physiologie Anatomie et physiologie digestive Didier Chapelot

Licence STAPS L1 S2 Module Physiologie Anatomie et physiologie digestive Didier Chapelot Licence STAPS L1 S2 Module Physiologie Anatomie et physiologie digestive Didier Chapelot Anatomie digestive Le plus primitif Gueule Spécialisations dans différentes régions Jabot Gésier Intestin Gueule

Plus en détail

Anticoagulants Oraux en 2015

Anticoagulants Oraux en 2015 Pharmacologie Médicale Toulouse Anticoagulants Oraux en 2015 Pas de conflit d intérêt AVK: Fluindione/warfarine? Bénéfice: Warfarine reste l AVK de référence Risque: Warfarineengendre moins d effets immuno-allergiques

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants en 2012

Les nouveaux anticoagulants en 2012 Les nouveaux anticoagulants en 2012 Actualités thérapeutiques 1 er décembre 2012 Dr Jérôme CONNAULT Service de Médecine Interne Hôtel-Dieu CHU de Nantes jerome.connault@chu-nantes.fr Pourquoi de nouveaux

Plus en détail

ELUSANES MILLEPERTUIS, gélule

ELUSANES MILLEPERTUIS, gélule Elusanes Millepertuis RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT 1 - DENOMINATION DU MEDICAMENT ELUSANES MILLEPERTUIS, gélule 2 - COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE MILLEPERTUIS (extrait hydroalcoolique

Plus en détail

- Les marqueurs en TEP

- Les marqueurs en TEP TOMOGRAPHIE PAR EMISSION DE POSITONS Remarque : ce cours est un complément du poly Introduction : La TEP est une technique de médecine nucléaire récente : technique de diagnostic, de lutte et de suivi

Plus en détail

Pharmacologie des principaux anti-herpétiques et pharmacothérapie des infections à virus herpes

Pharmacologie des principaux anti-herpétiques et pharmacothérapie des infections à virus herpes Pharmacologie des principaux anti-herpétiques et pharmacothérapie des infections à virus herpes préparé par F. Van Bambeke Antiherpétiques - année 2006 1 Propriétes du foscarnet inhibiteur de l AD polymérase

Plus en détail

Plan RISQUE IATROGENE ET SUJET AGE 12/19/12. Modifications pharmacocinétiques liées à l âge. Absorption

Plan RISQUE IATROGENE ET SUJET AGE 12/19/12. Modifications pharmacocinétiques liées à l âge. Absorption Plan RISQUE IATROGENE ET SUJET AGE Modifications pharmacocinétiques liées à l âge Modifications pharmacodynamiques liées à l âge Pathologies associées Facteurs de risques sociaux et environnementaux Poly

Plus en détail

Médicaments cardio-vasculaires et sport

Médicaments cardio-vasculaires et sport Médicaments cardio-vasculaires et sport Docteur Catherine Lebrun Saint Sixt 14/12/10 La prise d un traitement à visée cardiovasculaire n est pas synonyme d interdiction de pratique d activité sportive.

Plus en détail

LES AVK. 2. a. Molécules et pharmacologie. Molécules. Métabolisme. Absorption digestive. Les formes plasmatiques. L'élimination urinaire.

LES AVK. 2. a. Molécules et pharmacologie. Molécules. Métabolisme. Absorption digestive. Les formes plasmatiques. L'élimination urinaire. LES AVK Plan Les molécules. La conduite du traitement. Les contre indications et les précautions d'emploi. 2. a. Molécules et pharmacologie Molécules. Sont données dans le tableau : les familles pharmacologiques

Plus en détail

Adaptation posologique des médicaments à la fonction rénale

Adaptation posologique des médicaments à la fonction rénale Adaptation posologique des médicaments à la fonction rénale I. Insuffisance rénale... 1 II. Pourquoi adapter la posologie en cas d insuffisance rénale?... 2 III. Comment adapter la posologie en cas d Insuffisance

Plus en détail

Anatomie et physiologie du système endocrinien

Anatomie et physiologie du système endocrinien Anatomie et physiologie du système endocrinien Glandes endocrines = elles déversent directement dans le sang leur produit de sécrétion ; les hormones. Les sécrétions diffusent ensuite dans des vaisseaux

Plus en détail

New oral anticoagulants, treatment of lower limbs deep venous thrombosis and non-valvular atrial fibrillation: a call to information!

New oral anticoagulants, treatment of lower limbs deep venous thrombosis and non-valvular atrial fibrillation: a call to information! Éditorial Sang Thrombose Vaisseaux 2012 ; 24, n o 6 : 261-5 Nouveaux anticoagulants dans la prise en charge de la pathologie thromboembolique veineuse et du risque thromboembolique de la fibrillation atriale

Plus en détail

Etats douloureux, p.ex. après un traumatisme ou une opération (extraction dentaire, petite chirurgie, etc.).

Etats douloureux, p.ex. après un traumatisme ou une opération (extraction dentaire, petite chirurgie, etc.). Information médicale du Compendium Suisse des Médicaments Algifor Junior VIFOR FRIBOURG OEMéd 9.11.2001 Composition Principe actif: Ibuprofène. Excipients: conservateur: benzoate de sodium (E 211), arômes

Plus en détail

RÉSUMÉ DES CARACTÉRISTIQUES DU PRODUIT. Pour un comprimé. Comprimé en forme de gélule, blanc à blanc crème, embossés, avec «414» sur une face.

RÉSUMÉ DES CARACTÉRISTIQUES DU PRODUIT. Pour un comprimé. Comprimé en forme de gélule, blanc à blanc crème, embossés, avec «414» sur une face. RÉSUMÉ DES CARACTÉRISTIQUES DU PRODUIT 1. DÉNOMINATION DU MÉDICAMENT EZETROL 10 mg, comprimé 2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE Ezétimibe.10,00 mg Pour un comprimé Pour les excipients voir 6.1.

Plus en détail

ACTIVITÉS DE PHARMACIE CLINIQUE DANS UN

ACTIVITÉS DE PHARMACIE CLINIQUE DANS UN ACTIVITÉS DE PHARMACIE CLINIQUE DANS UN SERVICE DE RÉANIMATION MÉDICALE ADULTE : ÉTUDE PROSPECTIVE Communication orale n 24 François HERVY Pharmacien assistant spécialiste CHU de Bordeaux 2 CONTEXTE ET

Plus en détail

BN10900A1: Items strictement incompatibles

BN10900A1: Items strictement incompatibles BN10900A1: Items strictement incompatibles ITEM B100 SOINS LIES A L'ELIMINATION CHEZ L'ENFANT DE MOINS DE 5 ET ITEM B210 SUIVI DE LA MICTION CHEZ UN PATIENT CONTINENT POUR L'URINE ONT ETE ENCODES POUR

Plus en détail

Les Nouveaux AntiCoagulants Oraux

Les Nouveaux AntiCoagulants Oraux Les Nouveaux AntiCoagulants Oraux (NACO) Emmanuel HAZARD/Jean-loup HERMIL Chronologie Héparine non fractionnée 1950 HBPM 1980 NACO >2008 AVK 1960 Fondaparinux 2002 2 Les indications des NACOs En médecine

Plus en détail

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX (NOAC)

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX (NOAC) LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX (NOAC) Introduction Cette brochure est destinée à toute personne dont le traitement nécessite la prise d un médicament de la classe «nouveaux anticoagulants oraux». Elle

Plus en détail

Pharmacocinétique des anesthésiques halogénés

Pharmacocinétique des anesthésiques halogénés Pharmacocinétique des anesthésiques halogénés Propriétés physico-chimiques Concentration alvéolaire minimale Cinétique Métabolisme et toxicité Anesthésiques volatils halogénés : historique Ether : 1842

Plus en détail

Guide d utilisation de la pilule

Guide d utilisation de la pilule Guide d utilisation de la pilule TRI-CYCLEN LO PROFIL D INNOCUITÉ 1. La pilule cause-t-elle le cancer du sein? Les principaux facteurs de risque du cancer du sein sont l âge et des antécédents marqués

Plus en détail

Nouveaux anticoagulants oraux : données pharmacologiques à connaître pour la pratique clinique

Nouveaux anticoagulants oraux : données pharmacologiques à connaître pour la pratique clinique le point sur Nouveaux anticoagulants oraux : données pharmacologiques à connaître pour la pratique clinique Rev Med Suisse 2014 ; 10 : 319-24 X. Delavenne S. Laporte P. Mismetti Dr Xavier Delavenne Laboratoire

Plus en détail

Aspects pratiques du traitement de la MTEV

Aspects pratiques du traitement de la MTEV JFA Aspects pratiques du traitement de la MTEV 1 er février 2013 Isabelle Mahé Hôpital Louis Mourier Médecine Interne APHP, Université Paris 7 Conflits d intérêt Conseil en développement Daiichi Sankyo,

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux (NAC)

Les nouveaux anticoagulants oraux (NAC) Les nouveaux anticoagulants oraux (NAC) Dr Jean-Marie Vailloud Cardiologue libéral/ salarié (CHU/clinique) Pas de lien d'intérêt avec une entreprise pharmaceutique Adhérent à l'association Mieux Prescrire

Plus en détail

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux - Section i-prépa LS1 - Olivier CAUDRELIER oc.polyprepas@orange.fr Partie exercices exercice 1 : Le coefficient d absorption linéique du Plomb

Plus en détail

Conduite à tenir devant ictère du nouveau né. Dr m.z. MEKIDECHE

Conduite à tenir devant ictère du nouveau né. Dr m.z. MEKIDECHE Conduite à tenir devant ictère du nouveau né Dr m.z. MEKIDECHE DÉFINITIONS Ictère: coloration jaune des téguments et des muqueuses du fait de la présence dans le sang, en quantité anormale, de produits

Plus en détail

Pour atteindre les objectifs, il est nécessaire de connaître, comprendre et maîtriser les mots clés suivants : (mots clés soulignés dans le texte)

Pour atteindre les objectifs, il est nécessaire de connaître, comprendre et maîtriser les mots clés suivants : (mots clés soulignés dans le texte) Chapitre 4 : DISTRIBUTION Objectifs - Savoir définir la distribution et expliquer les facteurs l influençant - Savoir définir et mesurer un volume de distribution - Connaître les facteurs permettant d

Plus en détail

POURQUOI DES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS?

POURQUOI DES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS? LES NOUVEAUX ANTITHROMBOTIQUES ORAUX «NATO» ou LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX «NACO» 4 Dabigatran, Rivaroxaban POURQUOI DES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS? Les Héparines Voie parentérale IV SC donc personnel

Plus en détail

LA LETTRE D INFORMATION DES CLIENTS D HERBALIFE

LA LETTRE D INFORMATION DES CLIENTS D HERBALIFE LA LETTRE D INFORMATION DES CLIENTS D HERBALIFE 59 HERBANEWS SOMMAIRE Le calcium Rôles et besoin en calcium dans notre organisme Les recommandations et les sources alimentaires de calcium Les alternatives

Plus en détail

Milieu intérieur. I Rôle et caractéristiques. II Echanges entre les milieux liquidiens

Milieu intérieur. I Rôle et caractéristiques. II Echanges entre les milieux liquidiens Milieu intérieur I Rôle et caractéristiques II Echanges entre les milieux liquidiens Milieu intérieur I Rôle et caractéristiques II Echanges entre les milieux liquidiens Plan 1 Définition et caractéristiques

Plus en détail

RELPAX. hydrobromure d élétriptan

RELPAX. hydrobromure d élétriptan RELPAX hydrobromure d élétriptan * Pharmacocinétique * Toxicologie * Formulation galénique * Essais cliniques * Conclusion * Pharmacocinétique * Toxicologie * Formulation galénique * Essais cliniques *

Plus en détail

PHARMACOLOGIE ET SUJETS AGES. Professeur Isabelle MACQUIN-MAVIER

PHARMACOLOGIE ET SUJETS AGES. Professeur Isabelle MACQUIN-MAVIER PHARMACOLOGIE ET SUJETS AGES Professeur Isabelle MACQUIN-MAVIER LA POPULATION AGEE en augmentation constante population hétérogène (fit and frail elderly) polypathologie 16 % de la population française

Plus en détail

ASPERGILLOSE INVASIVE. P. Bardou CHU Limoges DESC réa session sept 2009

ASPERGILLOSE INVASIVE. P. Bardou CHU Limoges DESC réa session sept 2009 ASPERGILLOSE INVASIVE P. Bardou CHU Limoges DESC réa session sept 2009 MICROBIOLOGIE Moisissure (ou champignon filamenteux) ubiquitaire se développant facilement sur la matière organique Fréquente contamination

Plus en détail

L Entérite Catarrhale Epizootique (ECE)

L Entérite Catarrhale Epizootique (ECE) L Entérite Catarrhale Epizootique (ECE) Définition Entérite : affection de l intestin Catarrhale : inflammation d une muqueuse Epizootique : mal épidémique spécifique aux animaux L ECE est une maladie

Plus en détail

BN10900A1: Items strictement incompatibles

BN10900A1: Items strictement incompatibles BN10900A1: Items strictement incompatibles ITEM B100 SOINS LIES A L'ELIMINATION CHEZ L'ENFANT DE MOINS DE 5 ET ITEM B210 SUIVI DE LA MICTION CHEZ UN PATIENT CONTINENT POUR L'URINE ONT ETE ENCODES POUR

Plus en détail

Les anticoagulants oraux directs

Les anticoagulants oraux directs Les anticoagulants oraux directs Pr Nadine Ajzenberg Département d hématologie et d Immunologie Biologiques Hôpital Bichat, Paris nadine.ajzenberg@bch.aphp.fr 13 février 2015 Anticoagulants oraux directs

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants ont ils une place aux Urgences?

Les nouveaux anticoagulants ont ils une place aux Urgences? Les nouveaux anticoagulants ont ils une place aux Urgences? Emmanuel Andrès Service de Médecine Interne Diabète et Maladies métabolique Clinique Médicale B - CHRU de Strasbourg Remerciements au Professeur

Plus en détail

IL N Y A PAS QUE LES MÉDICAMENTS!

IL N Y A PAS QUE LES MÉDICAMENTS! IL N Y A PAS QUE LES MÉDICAMENTS! Sensibilisation aux traitements biologiques non pharmacologiques des troubles de l humeur. Par Caroline Poirier, md Journée Roland-Saucier Mai 2002 PLAN DE LA PRÉSENTATION

Plus en détail

COLLYRES ET AUTRES TOPIQUES ANTIBIOTIQUES DANS LES INFECTIONS OCULAIRES SUPERFICIELLES RECOMMANDATIONS

COLLYRES ET AUTRES TOPIQUES ANTIBIOTIQUES DANS LES INFECTIONS OCULAIRES SUPERFICIELLES RECOMMANDATIONS COLLYRES ET AUTRES TOPIQUES ANTIBIOTIQUES DANS LES INFECTIONS OCULAIRES SUPERFICIELLES RECOMMANDATIONS INTRODUCTION Les traitements topiques ophtalmologiques comprennent des collyres, des pommades et des

Plus en détail

Utilisation de modèles mathématiques modèles Compartimental / non compartimental Linéaire / non linéaire

Utilisation de modèles mathématiques modèles Compartimental / non compartimental Linéaire / non linéaire Bases de pharmacocinétique (PK) PLAN : Rappel / Définitions Buts de la pharmacocinétique Principe de la PK Principe des modèles PK / bases de calcul des paramètres PK Modèle compartimental Modèle Linéaire

Plus en détail

Professeur Diane GODIN-RIBUOT

Professeur Diane GODIN-RIBUOT UE3-2 - Physiologie rénale Chapitre 5 : Mesure de la fonction rénale : la clairance rénale Professeur Diane GODIN-RIBUOT Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits

Plus en détail

Plan. Introduction. Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé. Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or

Plan. Introduction. Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé. Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or Plan Introduction Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or Introduction NACO: une actualité brûlante! AVK: Plus forte incidence

Plus en détail

Aspects pharmacologiques des molécules anti-vhc

Aspects pharmacologiques des molécules anti-vhc Aspects pharmacologiques des molécules anti-vhc Caroline SOLAS Laboratoire de Pharmacocinétique et Toxicologie CHU Timone, Marseille CRO2, INSERM U911 Faculté de Pharmacie, Marseille Principales Caractéristiques

Plus en détail

Nouveaux AntiCoagulants Oraux (NACO) Gestion du risque. Pr JC Deharo, CHU Marseille. Steffel J, and Braunwald E Eur Heart J 2011;eurheartj.

Nouveaux AntiCoagulants Oraux (NACO) Gestion du risque. Pr JC Deharo, CHU Marseille. Steffel J, and Braunwald E Eur Heart J 2011;eurheartj. Nouveaux AntiCoagulants Oraux (NACO) Gestion du risque Steffel J, and Braunwald E Eur Heart J 2011;eurheartj.ehr052 Pr JC Deharo, CHU Marseille La fibrillation auriculaire Feinberg WM et al. Arch Intern

Plus en détail

Toxicologie ALCOOL ETHYLIQUE. L'éthanol=alcool éthylique: structure semi développée CH3-CH2-OH

Toxicologie ALCOOL ETHYLIQUE. L'éthanol=alcool éthylique: structure semi développée CH3-CH2-OH I /Introduction : L'éthanol=alcool éthylique: structure semi développée CH3-CH2-OH Prdt de fermentation des sucres par Saccharomyces cerevisiae II/ Propriétés physico-chimiques de l éthanol : *liquide

Plus en détail

A) La concentration en ions H+ dans le sang artériel est de 40mmol/L. B) La concentration en ions H+ dans le sang artériel est de 40nanomol/L

A) La concentration en ions H+ dans le sang artériel est de 40mmol/L. B) La concentration en ions H+ dans le sang artériel est de 40nanomol/L EQUILIBRE ACIDE-BASE Question 1 :l état acido-basique A) La concentration en ions H+ dans le sang artériel est de 40mmol/L B) La concentration en ions H+ dans le sang artériel est de 40nanomol/L C) La

Plus en détail

SPECIFICITE DES TRAITEMENTS EN PEDIATRIE

SPECIFICITE DES TRAITEMENTS EN PEDIATRIE Fixe : MGOP SPECIFICITE DES TRAITEMENTS EN PEDIATRIE I/- L enfant et le médicament : Nouveau-né : de la naissance à 30 jours Nourrisson : 1 mois à 2 ans Enfant : 2 ans à 15 ans La réaction du nouveau-né,

Plus en détail

Référentiel NACO. COSEPS AP-HM Pr. B. Vialettes

Référentiel NACO. COSEPS AP-HM Pr. B. Vialettes Référentiel COSEPS AP-HM Pr. B. Vialettes Médicaments cardiovasculaires Agonistes adrénergiques Antagonistes adrénergiques Antiarythmiques Inotropes (cardiotoniques) Douleur Agonistes opioïdes Sédatifs

Plus en détail

Dabigatran, rivaroxaban et apixaban: le point sur les nouveaux anticoagulants oraux

Dabigatran, rivaroxaban et apixaban: le point sur les nouveaux anticoagulants oraux , rivaroxaban et apixaban: le point sur les nouveaux anticoagulants oraux Damian Ratano a, Philippe Beuret a, Sébastien Dunner b, Alain Rossier b, Marc Uhlmann b, Gérard Vogel b, Nicolas Garin b Quintessence

Plus en détail

Roche obtient l homologation par la FDA de l association Avastin plus chimiothérapie dans le traitement du cancer avancé du col de l utérus

Roche obtient l homologation par la FDA de l association Avastin plus chimiothérapie dans le traitement du cancer avancé du col de l utérus Communiqué de presse Bâle, 15 août 2014 Roche obtient l homologation par la FDA de l association Avastin plus chimiothérapie dans le traitement du cancer avancé du col de l utérus Avastin est le premier

Plus en détail

PHARMACOCINETIQUE. Elimination rénale des médicaments

PHARMACOCINETIQUE. Elimination rénale des médicaments PHARMACOCINETIQUE Elimination rénale des médicaments PK administration cible pharmacologique Elimination des médicaments Elimination directe par excrétion: - Rénale - Biliaire Elimination indirecte après

Plus en détail

Usage des nouveaux anticoagulants dans la FA non valvulaire au CHR de la Citadelle

Usage des nouveaux anticoagulants dans la FA non valvulaire au CHR de la Citadelle 1. Généralités : Alternative aux AVK surtout si INR instable, risque hémorragique globalement identique aux AVK, éducation nécessaire, pas de contrôle biologique d efficacité nécessaire, par contre contrôle

Plus en détail

MEDICAMENTS DES METABOLISMES

MEDICAMENTS DES METABOLISMES MEDICAMENTS DES METABOLISMES I. Le métabolisme phosphocalcique Le phosphate de calcium : substance des os Hydroxyapatite de Ca : Ca 10(PO 4) 6(OH) 2 98% du calcium se trouve dans les os. 1. Le calcium

Plus en détail

La fibrillation auriculaire chez l adulte : le choix de l anticoagulothérapie

La fibrillation auriculaire chez l adulte : le choix de l anticoagulothérapie La fibrillation auriculaire chez l adulte : le choix de l anticoagulothérapie La fibrillation auriculaire chez l adulte : le choix de l anticoagulothérapie Webinaire de l INESSS présenté par Mélanie Tardif,

Plus en détail

Hémostase et Endocardite Surveillance des anticoagulants. Docteur Christine BOITEUX

Hémostase et Endocardite Surveillance des anticoagulants. Docteur Christine BOITEUX Hémostase et Endocardite Surveillance des anticoagulants Docteur Christine BOITEUX Théorie Endocardites et anticoagulation POUR Thromboses Emboles septiques CONTRE Favorise emboles septiques et diffusion

Plus en détail

DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE D'UN ALLONGEMENT ISOLE DU TCA

DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE D'UN ALLONGEMENT ISOLE DU TCA DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE D'UN ALLONGEMENT ISOLE DU TCA 1. Définition 1.1. Principe Le taux de céphaline avec activateur (TCA) explore la voie intrinsèque de la coagulation. C'est le temps de coagulation d'un

Plus en détail

Les molécules et les ions du corps

Les molécules et les ions du corps SBI3U Les molécules et les ions du corps Le cytoplasme constitue 27 à 30 L de liquide. Le volume de liquide entre les cellules = 11 à 13 L Le volume du liquide dans le plasma du sang = 3 à 3,5L Ce volume

Plus en détail

Anti-Inflammatoires Non stéroïdiens

Anti-Inflammatoires Non stéroïdiens Pharmacologie Clinique des Anti-Inflammatoires Non stéroïdiens propriétés pharmacocinétiques Aude FERRAN Pharmacocinétique des AINS 1. Administration/Absorption 2. Distribution Accumulation dans les zones

Plus en détail

Atelier Prise en Charge Médicamenteuse

Atelier Prise en Charge Médicamenteuse Premières journées communes Lyon Avril 2013 Atelier Prise en Charge Médicamenteuse Traitements anticoagulants De la théorie à la pratique P. Fagnoni-2013 1 Accidents thrombotiques Artériels & Veineux Artériels

Plus en détail

B) APPLICATIONS EN CLINIQUE

B) APPLICATIONS EN CLINIQUE B) APPLICATIONS EN CLINIQUE I) INTRODUCTION Micropathologies thyroïdiennes fréquentes et coûteuses -Hypothyroïdies «infra-cliniques» -Hyperthyroïdies «infra-cliniques» -Micronodules thyroïdiens Dosages

Plus en détail

PHARMACOCINETIQUE. Absorption: Résorption & Premier Passage

PHARMACOCINETIQUE. Absorption: Résorption & Premier Passage PHARMACOCINETIQUE Absorption: Résorption & Premier Passage PK administration cible pharmacologique ABSORPTION 1-DEFINITION administration passage Membrane biologique dégradation p.a. au 1 contact d un

Plus en détail

Prévention des effets indésirables des médicaments

Prévention des effets indésirables des médicaments Prévention des effets indésirables des médicaments Cours Francophone Inter pays de Pharmacovigilance Centre Anti Poison et de pharmacovigilance du Maroc Dr. R. Benkirane INTRODUCTION Identification des

Plus en détail

CIRCUIT DU MÉDICAMENT en Établissement de Santé

CIRCUIT DU MÉDICAMENT en Établissement de Santé CIRCUIT DU MÉDICAMENT en Établissement de Santé Enquête A.R.H 2004 1 Circuit du médicament MÉDECIN Prescription de médicaments PHARMACIEN Dispensation de médicaments PATIENT Administration de médicaments

Plus en détail

Vitalipid Novum Adult contient par ml dl-α-tocoférol (vitamine E) 0,91 mg (1 UI) ergocalciférol (vitamine D) 0,50 µg (20 UI)

Vitalipid Novum Adult contient par ml dl-α-tocoférol (vitamine E) 0,91 mg (1 UI) ergocalciférol (vitamine D) 0,50 µg (20 UI) 1. DÉNOMINATION DU MÉDICAMENT Vitalipid Novum Adult, solution à diluer pour perfusion Vitalipid Novum Infant, solution à diluer pour perfusion 2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE Vitalipid Novum

Plus en détail

Pharmacocinétique et Suivi Thérapeutique Pharmacologique des ATB

Pharmacocinétique et Suivi Thérapeutique Pharmacologique des ATB Pharmacocinétique et Suivi Thérapeutique Pharmacologique des ATB DIU Le 14 Janvier 2010 O. Tribut, Laboratoire de Pharmacologie PK betalactamines DCI Spécialités demi vie liaison Benzylpénicilline Pénicilline

Plus en détail

Retentissement hormonal de l infection à VIH et des thérapeutiques antirétrovirales

Retentissement hormonal de l infection à VIH et des thérapeutiques antirétrovirales Retentissement hormonal de l infection à VIH et des thérapeutiques antirétrovirales Hervé Lefebvre Service d Endocrinologie, INSERM U982, IRIB, CHU et Université de Rouen, France Situation du sujet Les

Plus en détail

Conduite à tenir devant une augmentation des transaminases. Dr. V. Calay Gastro-Entérologie CH A. Gayraud Carcassonne, 17 décembre 2009

Conduite à tenir devant une augmentation des transaminases. Dr. V. Calay Gastro-Entérologie CH A. Gayraud Carcassonne, 17 décembre 2009 Conduite à tenir devant une augmentation des transaminases Dr. V. Calay Gastro-Entérologie CH A. Gayraud Carcassonne, 17 décembre 2009 Quel est votre premier réflexe face à une majoration des transaminases?

Plus en détail

LE CANCER DU PANCREAS

LE CANCER DU PANCREAS LE CANCER DU PANCREAS Docteur Nicolas Williet, Hôpital Européen Georges Pompidou, Paris & Comité de Rédaction du site web de la Fédération Francophone de Cancérologie Digestive Ce document est destiné

Plus en détail

RÉSUMÉ DES CARACTÉRISTIQUES DU PRODUIT

RÉSUMÉ DES CARACTÉRISTIQUES DU PRODUIT RÉSUMÉ DES CARACTÉRISTIQUES DU PRODUIT 1. DÉNOMINATION DU MÉDICAMENT VÉTÉRINAIRE Sporimune 50 mg/ml solution buvable pour chats et chiens 2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE Par ml : Substance active

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux, FA et AVC. Docteur Thalie TRAISSAC Hôpital Saint André CAPCV 15 février 2014

Les nouveaux anticoagulants oraux, FA et AVC. Docteur Thalie TRAISSAC Hôpital Saint André CAPCV 15 février 2014 Les nouveaux anticoagulants oraux, FA et AVC Docteur Thalie TRAISSAC Hôpital Saint André CAPCV 15 février 2014 Un AVC toutes les 4 minutes 1 130 000 AVC par an en France 1 770 000 personnes ont été victimes

Plus en détail

Le diabète. Qu est- ce que le

Le diabète. Qu est- ce que le Le diabète Le diabète est une maladie insidieuse et sournoise. La plupart des personnes qui entendent le mot diabète pensent tout de suite aux conséquences négatives que le diabète non contrôlé apporte.

Plus en détail