Mémoire de fin d études

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Mémoire de fin d études"

Transcription

1 Faculté de Médecine Deuxième Master en Santé Publique à l Université de Nouakchott, en collaboration avec l Université International de l Andalousie (UNIA) et financé par l Agence Espagnole de Coopération au Développement (AECID). Mémoire de fin d études Profil épidémiologique des accidentés de la voie publique au Centre Hospitalier National (CHN) (du 1 er janvier au 30 juin 2012) Soutenu le 17/03/2013 par Saad Bouh Ould Sidaty Né le 05/06/1975 Sous la direction de : Dr. Abdallah Ould El Vally Professeur assistant en Santé publique Faculté de Médecine de Nouakchott 1

2 Remerciements Je tiens à remercier la Faculté de Médecine de Nouakchott et la Coopération espagnole pour l organisation de ce master en Santé publique. Mes remerciements vont particulièrement à mes professeurs espagonls et mauritaniens qui ont su donné la formation adéquate tout au long de cette période. Je souhaite adresser mes remerciements les plus sincères au professeur Abdallah El Vally pour avoir accepté de diriger ce travail de recherche. Il m a accordé sa confiance et je lui en suis vraiment très reconnaissant. Je remercie également Messiers Lo Baidy, Pelayo pour leurs conseils précieux,et les discussions fructueuses. Ma gratitude va à mon professeur et ami Pr José pour l aide précieuse qu il m apportée tout au long de ce master...il m est difficile d exprimer en ces quelques lignes ma sincère gratitude et mon profond respect. Je remercie infiniment Mr Blanco pour sa disponibilité, sa gentillesse et son efficacité. Mes remerciements vont également aux participants du Master II pour le climat d amitié, de fraternité et d échange. 2

3 Sommaire Acronymes et abréviations Résumé I- Introduction I-1- Contexte international I-2- Contexte national I-3- Problématique I-4- Objectifs 1-5- Définitions et terminologie de l étude II- Matériel et Méthodes II-1- Cadre de l étude II-2- Population de l étude II-3- Recueil des données et variables de l étude II-4- Analyse statistique III- Présentation des résultats III-1- Tri à plat des données III-2- Croisement des variables IV- Discussions IV-1- Les contraintes IV-2- Les faits principaux V- Conclusion VI- Bibliographie 3

4 I- Introduction Les accidents de la circulation (accident sur la voie publique : AVP) constituent aujourd hui une cause principale de mortalité, de morbidité et de perte de productivité au niveau international et national. I-1- Contexte international Selon les estimations de l OMS en 2012, ces accidents entraînent chaque année environ 1,24 million de décès. Ils représentent la première cause de décès chez les sujets jeunes de 15 à 29 ans. Plus de 91% des décès surviennent dans les pays à revenu faible ou intermédiaire qui possèdent la moitié du parc mondial de véhicules [1]. En l absence d un nouvel engagement en faveur de la prévention, ce chiffre atteindra 1,9 million en Ce fléau représente, en outre, une perte économique considérable pour les victimes, leurs familles et pour la nation dans son ensemble qui va enfin supporter les coûts directs et indirects occasionnés par les traitements coûteux et les années perdues de productivité. La plupart des études épidémiologiques menées dans ce contexte ont montré un lien direct entre la vitesse moyenne et la probabilité et la gravité d un accident [2]. Ils ont montré également que leur fréquence est plus importante dans le milieu urbain malgré qu il soit plus grave à la compagne [3]. De plus, d autres facteurs de risque comme les conditions climatiques, l état des pneumatiques et freins des véhicules, le revêtement de la chaussée, la fatigue, le téléphone portable contribuent également au retentissement de ce problème émergent de santé publique. Quant au profil des accidentés, 50 % des tués sur les routes, en France à tire d exemple, sont les piétons et les motocyclistes. 77% sont des hommes. I-2- Contexte national En Mauritanie, les accidents de la circulation constituent un sérieux problème de santé publique en termes de mortalité, de morbidité et de coûts. Durant la période , les accidents enregistrés par les forces de l ordre se lèvent à accidents occasionnant 1676 décès sur le lieu de l accident, soit en moyenne 210 décès par an, et blessés (toutes blessures confondues), 4

5 soit 3120 blessés par an. En 2012 et selon les services du Ministère de l Equipement des transports (MET), 7742 accidents ont été enregistrés par les autorités compétentes (Gendarmerie, police, Groupement général de la sécurité routière (GGSR)) [4]. Parmi les accidentés, 168 personnes sont tuées et des milliers blessés1. Les pertes matérielles liées à ces accidents s élèvent à 1-2% du Produit Intérieur Brut (PIB). Selon la même source, les causes principales des accidents sont l excès de vitesse ; l imprudence ; la somnolence du chauffeur ; la défaillance mécanique (crevaisons ), la situation des routes, la divagation des animaux, le mouvement des dunes de sables sur les axes routiers. En se basant sur ces statistiques, la Mauritanie (avec 13 décès par habitants et par an) reste la plus touchée par ce fléau par rapport aux pays limitrophes. Ainsi, le taux de mortalité des accidents de la circulation est de 12 par par an en Algérie et au Maroc. Cependant, il ne représente que 3 par au Sénégal et 5 au Mali. I-3- Problématique Les statistiques disponibles sur les accidents de la voie publique ne concernent que les données, collectées sur le lieu de l accident, par les forces de l ordre qui n ont souvent la vocation ni les compétences nécessaires pour la description des lésions et le devenir des blessés survivants. D où l intérêt de réaliser une étude hospitalière menées par des patriciens de la santé. C est dans ce cadre que s inscrit la présente étude, qui s est déroulée au Centre Hospitalier National (CHN) de Nouakchott durant la période du 1er janvier ou 30 juin. Il s agit d une étude prospective (en avant) observationnelle individuelles (coupe transversale). En effet, l interrogation qui se trouve à l origine de ce travail de recherche est de savoir quel est le profil épidémiologique des accidentés de la route admis aux urgences du CHN? I-4- Objectifs 1 On peut citer parmi les célébrités tuées : Jiddou ould Saleck en 1979 (personnalité charismatique de 10 juillet), Ahmed Ould Minnih en 1998(Chef d Etat Major national), Saidou Kane en 200. (homme politique et historien), Mohamed Lemine Ould Ahmed (Ministre), Abdel Aziz Sy (Imam et érudit) 5

6 I-4-1- Objectif général L objectif de ce travail était de caractériser le profil épidémiologique des accidentés de la voie publique afin d améliorer, d une part, la qualité de prise en charge au niveau hospitalier, et d autre part, d orienter les services publics et privés concernés dans les mesures de prévention adéquates. I-4-2- Objectifs spécifiques Il s agit de : Déterminer la fréquence des accidents aux urgences Décrire les circonstances de l accident Décrire la population touchée par l accident (âge, sexe, lieu de résidence, ) Déterminer le taux de mortalité pré hospitalière et hospitalière Décrire les lésions et classer leur gravité Déterminer l ITT (Incapacité totale temporaire) 1-5- Définitions et terminologie de l étude Accident de la route : ou Accident de la circulation routière. Un accident de la route est un accident impliquant au moins un véhicule routier en mouvement. Il provoque des dommages matériels et éventuellement corporels. Les véhicules considérés peuvent être motorisés (voiture, camion, camionnette, bus, car, motocyclette, cyclomoteur, engin agricole et de chantier) ou non (bicyclette) (Laumon, 1998) Décès : selon la Convention de Vienne sur la circulation routière (1968) : victime décédée sur le coup, avant l arrivée des secours ou dans les trente jours qui suivent l accident. Victime : Tout individu impliqué (directement concerné par la survenue ou les conséquences immédiates d un accident) dans un accident et présentant des lésions corporelles Gravité des lésions d un victime : Les lésions initiales de chaque victime sont codées selon l échelle Abbreviated Injury Scale (AIS)15 version

7 Chaque lésion est décrite selon un code en six caractères qui permet de spécifier la région corporelle16, l organe atteint et la nature de la lésion. À chaque lésion est affecté un score de gravité immédiate appelé score AIS, prenant en compte le risque vital, la rapidité, la complexité et la longueur attendue des soins. Il est compris entre 1 (gravité mineure) et 6 (gravité maximale : lésion toujours mortelle). Pour chaque victime, on appelle MAIS le score de la lésion la plus grave. Selon la gravité des lésions les victimes sont repartis en six stades de 1 à 6 de gravité croissante. MAIS1 : victime présentant une ou plusieurs lésions mineurs ; MAIS2 : victime présentant une lésion modérée ; MAIS3 : victime présentant une lésion sérieuse ; MAIS4 : survie avec une lésion sévère ; MAIS5 : survie avec une ou plusieurs lésions critiques ; MAIS6 : décès. Incapacité temporaire totale (ITT) de travail: est un état dans lequel se trouve une personne qui, à la suite d un dommage corporel, ne peut plus exercer d activités professionnelles pendant une certaine période. II- Matériel et Méthodes II-1- Cadre de l étude II-1-1- Type de l étude Il s agissait d une étude en avant transversale descriptive, qui s est déroulée sur une période de six (6) mois, du 1 er janvier au 30 juin 2012 au niveau des urgences et services d hospitalisation (Neurochirurgie, Orthopédie, Réanimation, Pédiatrie) du Centre Hospitalier National (CHN). Pour administrer le questionnaire, nous avons recruté Six (6) étudiants en 5ème année Médecine pour assurer la partie relative aux urgences. Quant aux services d hospitalisation, la mission est confiée aux surveillants / infirmiers majors. Les informations relatives à l ITT et MAIS ont été renseignées par un professeur assistant en Orthopédie traumatologie. Cette étude a bénéficiée d une aide financière de l OMS et de l une des ONG actives dans la lutte contre les accidents de circulation. 7

8 A l origine, cette étude fait partie d une activité de recherche initié et suivi avec l orthopédiste traumatologue susmentionné. II-1-2- Lieu de l étude L enquête s est déroulée au niveau du CHN après l autorisation écrite du Directeur Général de l institution (voir annexes). Ce centre hospitalier constitue une référence en matière de prestations de soins créé par décret en 1966, et érigé en établissement public en En matière des ressources humaines [5], l effectif de cet hôpital est reparti en 3 catégories: - Fonctionnaires et agents de l Etat régis par la fonction publique au nombre de Personnel recruté par le CHN et payé sur le budget de l établissement est de Vacataires payés par le CHN sont au nombre de 176 Il dispose presque toutes les spécialités médicales et chirurgicales. Il reçoit tous les malades référés ou non. En quelques sortes, il représente un centre de santé et un hôptial en même temps. Ce qui affecte fortement la qualité des soins et perturbe le travail des soignants. L ouverture de la Polyclinique des Urgences en 2005 pour accueillir les malades référés pour des soins d urgence fait face à un afflux quotidien de patients qui ne sont pas toujours de nature hospitaliére. Ce qui a surchargé sensiblement son activité et a causé la surexploitation de ses équipements. Par ailleurs, cet établissement a une vocation sociale, du fait du volume important des malades indigents qu il prend en charge sans contrepartie financière[6]. II-2- Population de l étude La population de l étude était composée de l ensemble des accidentés admis aux urgences à la suite d un accident de la voie publique. Critères d inclusion : il est inclus dans notre étude les accidentés de la voie publique arrivés vivant ou mort au cours du transport, aux urgences du CHN 8

9 Critères de non inclusion : - victime d un accident survenu hors voie publique - Les victimes indemnes des accidents de la circulation - Les victimes décédées sur le lieu de l accident II-3- Recueil des données et variables de l étude Le recueil de données s est effectué en moyen d un questionnaire administré auprès des patients ou, le cas échéant, leurs parents, au niveau des urgences. Les accidentés hospitalisées ont été suivi au niveau des services concernés. Au niveau des urgences, chaque accidenté ou son accompagnant a répondu à deux types de question : - des questions relatives à l accident : date de l accident lieu de l accident milieu de l accident le nombre des véhicules impliqués types de véhicules nombre de décès nombre de blessé causes de l accident mécanismes de l accident type de ramassage et de transport. - Des questions relatives à l accidenté : Age sexe- provenance état d arrivée- type de lésions- localisation des lésions- MAIS ITT état de sortie- soins dispensés. Les questionnaires ont été testés avant le démarrage de l enquête proprement dite. II-5- Analyse statistique La saisie des données ainsi que leur exploitation statistique ont été effectuées par le logiciel SPSS (version 20.0). dans un premier temps, une description des variable a été faite avant d examiner, en suite le croisement de certaines variables et leur significativité selon le test de χ 2 II-6- Biais de l étude Malgré l effort deployé pour réduire/ éliminer les différents biais qui peuvent entacher la qualité de notre étude, il reste des risques liés essentiellement aux facteurs suivants: 9

10 - biais d information: comme le biais de mémorisation et le biais de Berkson (risque de ne prendre en compte que les blessures graves), - biais de non réponse, - perdu de vue surtout à J30, - biais de mensonge (surtout les chauffeurs pour des raisons juridiques (pénales)) III- Présentation des résultats III-1- Tri à plat des données Au terme de 6 mois, nous avons pu collecter les données relatives à 695 accidentés, soit 116 accidenté en moyenne par mois et 4 accidenté par jour. Ce nombre ne reflète pas exactement le chiffre réel des accidentés admis à l hôpital durant cette période. Cet écart peut être expliqué par les pertes des fiches mal renseignées, le passage inobservé des accidentés par nos enquêteurs,etc.. III-1-1- Répartition des accidentés selon le sexe Les résultats de l énquête montrent que les hommes représentent 70% des accidentés. Tableau (1): Répartition des accidentés selon le sexe Effectifs Pourcentage homme ,4 femme ,6 Total ,0 III-1-2- Répartition des accidentés selon l âge Le tableau (2) montre que l âge moyen est de 26,13 an avec une dispersión mesurée par un écart type de 18,5 an. La répartition en tranches d âge nous indique que les accidentés dont l âge est compris entre 15 et 29 ans représente 29,5% de l effectif total. C est la tranche d âge la moins touchée par les AVP comme le visualise la figure (1) 10

11 Tableau (2): Répartition selon l âge N Minimum Maximum Moyenne Ecart type Age de l'accidenté ,13 18,489 Figure (1): Répartition des accidentés selon les tranches d âge III-1-3- Répartition des accidentés selon le lieu de résidence 88% des accidentés admis aux urgences du CHN résident dans les différents quartier de Nouakchott. Le reste vient essentiellement des wilayas du sud (axe route de l espoir). 11

12 Figure (2): Répartition des accidentés selon le lieu de résidence III-1-4- Répartition des accidentés selon le type de ramassage Les résultats de l enquête montrent que le ramassage et le transport médicalisés des accidentés sont quasi absents. Le cas rare enregistré sont pris en charge par des étrangers (des européens) qui coincide leur passage par hasard avec un accident sur l une des routes nationales 12

13 Figure (3): Répartition des accidentés selon le type de ramassage III-1-5- Répartition des accidentés selon le lieu de decès Selon les informations fournies par les accidentés, le nombre de morts sur les lieux des accidents durant la période en question s élève à 36 contre 15 décédés après l arrivée à l hôpital (Soit un rapport de 3:1 à peu près). Aucun cas de décès sur la route à l hôpital n a été enregistré. Figure (4): Répartition des accidentés selon le lieu de decès III-1-6- Répartition des accidentés selon le nombre des bléssés La figure (5), ci-contre, montre que plus de 68% des accidents occasionne un seul blessé, et 9,5% deux blessés. Le cas de 30 blessé est lié au renversement des mégabus qui assurent le transport entre les wilayas. 13

14 Figure (5): Répartition des accidentés selon le nombre des bléssés III-1-7- Répartition des accidentés selon l état d arrivée Selon l état d arrivée des accidentés aux urgence, 93% sont conscients et 5,3% inconscients. Cette classification est basée sur la constatation des enquêteurs et non sur les échelles connues dans ce domaine. 14

15 Figure (6): Répartition des accidentés selon l état d arrivée III-1-8- Répartition des accidentés selon le type de lésions La figure (7), ci-dessous, montre que les plaies pénétrantes sont les blessures les plus fréquentes (43%) suivis par des lésions légères non spécifiées (20,6%) et les fractures (10,5%). Figure (7): Répartition des accidentés selon l état d arrivée III-1-9- Répartition des accidentés selon la localisation de lésions Les résultats montrent que les organes les plus touchés par les accidents sont les membres, la tête, le thorax et pelvis. 15

16 Figure (8): Répartition des accidentés selon la localisation de lésions III Répartition des accidentés selon l état de sorite Parmi les accidentés admis aux urgences, seulement 17% est hospitalisé. La majorité, blessés legèrement, ont quité les urgences chez eux après des soins legers (examens, actes,..) 16

17 Figure (9): Répartition des accidentés selon l état de sorite III Répartition des accidentés selon le milieu de l accident Les accidents restent un phénomène urbain. Plus de 82% des accidents sont déroulés en milieu urbain notamment à Nouakchott. Figure (10): Répartition des accidentés selon le milieu de l accident 17

18 III Répartition des accidentés selon les causes de l accident Les résultats de l enquête montrent que 62% des accidents ont été le résultat direct de l eccès des vitesse.la duvagation des animaux est responsable, elle aussi, de 31% des accidents. Figure (11): Répartition des accidentés selon les causes de l accident III Répartition des accidentés selon les mécanismes de l accident La répartition des accidents selon le mécanisme, montre que les piétons ont été les plus concernés (57%) suivi par les passagers (35,57%) 18

19 Figure (12): Répartition des accidentés selon le mécanisme de l accident III Répartition des accidentés selon l ITT Comme l indique le tableau (3) ci-dessous, cette variable n est renseignée que pour 299 accidentés. On constate que107 patients vont passer 7 jours avant de retourner vers leur rythme normal du travail, 55 vont passer 55 jours de repos. Tableau (3) répartition des accidentés selon l ITT Effectifs Pourcentage 5 1,1 6 1, , , ,9 15 1, , ,6 Valide 44 1, ,2 47 1,1 50 1, , , , ,1 Total ,0 Manquante Système manquant ,0 19

20 Total ,0 III-2- Croisement des variables III-2-1- Croisement avec le sexe Le tableau (4) nous montre que la tranche d âge la plus lésée est celle de 29 à 93 ans chez les hommes et les femmes. Le pyramde des âges montre la prédominance de la tranche d âge (5-40) qui représente 73,4% des patients. Tableau (4):Tableau croisé Sexe * âge Tranche d âge Total homme Sexe femme Total

21 Figure (3) : Pyramide des âges des accidentés Par rapport au milieu de l accident, on constate que 571/675 ont été enregistrés en milieu urbain contre 124 en milieu rural. Tableau(5): croisé Sexe * milieu de l'accident milieu de l'accident Total rural urbain homme Sexe femme Total Quant au tableau qui présente état de sortie de l Hôpital par sexe, il montre que parmi 80,14% liberés 33% étaient des femmes. En revanche, 17% des accidentés ont été hospitalisés. On constate également la prédominance des hommes parmi les décédés (15 :4) 21

22 Tableau (6):Tableau croisé Sexe * Etat de sortie Etat de sortie Total libéré hospitalisé décédé homme Sexe femme Total III-2-2- croisement des tranches d âges Le tableau (7) montre que 92,5% sont arrivé à l hôpital conscient et 5% inconscient. Tableau (7): croisé âge * Etat d'arrivée Etat d'arrivée Total conscient inconscient décédé Total Le tableau (8) nous indique que 86% de la tranche d âge (1-15) est libéré, contre 82,4% de la trancha d âge (15-29) et 73% pour (29-91)an. Tableau(8): croisé âge * Etat de sortie Etat de sortie Total libéré hospitalisé décédé Total

23 III-2-3- croisement du nombre des morts Le tableau (9) montre que les accidents ruraux sont mortels selon les observations des accidentés admis alors que les informations fournies par les accidentés sur le décès sur le lieu montrent l inverse Tableau(9 : croisé milieu de l'accident * nombre des morts nombre des morts lieu de l'accident à l'hôpital milieu de rural l'accident urbain 25 5 Total IV- Discussions A partir des résultats précédents, nous pouvons combiner une synthèse analytique des résultats en se basant sur la significativité de l association entre les variables (confirmée pour l ensemble des tableaux de croisement), et la comparaison de ces résultats avec les résultats prouvés et validés au niveau international et régional. Des résultats importants peuvent être dégagés : Les hommes sont les plus touchés par les accidents. Résultat attendu, étant donnée leur mobilité et leurs poids importants dans la vie économique. Ce résultat corrobore, par conséquent, les taux de recherche précédents. L âge moyen de l accidenté est de 26 ans, mais il cache une grande dispersion. Avec un coefficient de variation (Cv= 0,77>0,33), les données sont éparpillées et éloignées de la moyenne (26,1±18,5) Les accidents sont plus fréquents dans le milieu urbain, mais plus mortels dans le milieu rural. Ce résultat peut être expliqué, entre autres, par l excès des vitesses sur les routes et l apparition inopinée des animaux divagués (errants), les mouvements dunaires, 23

24 La tranche d âge (15-29) reconnu dans la littérature comme l âge de risque représente la 3 ème position par rapport aux autres classes. Cette «contradiction» peut être dépassée si on prend en compte la mobilité rapide et la sortie précoce au marché du travail, ce qui les expose au risque. Concernant " la létalité" hospitalière des accidents, nous avons obtenu un rapport de 1 :3. Un décès à l hôpital contre 3 décès sur le lieu de l accident. Cette proportionnalité (presque) est confirmée par plusieurs études empiriques. La comparaison de nos résultats avec le travail de Konan (2006) qui porte sur le même sujet montre un niveau de concordance consdiréble surtout à propos des marqueurs de risque et les paramètres de l accident. Cette comparaison est présentée dans le tableau suivant : Age moyen des accidentés Notre enquête 26,1 29 KONAN K.J., (2006) Sexe 69,4% homme 55% homme Milieu 82,16% 67,82% urbain Mécanismes 57% piétons Piétons 25,8%, passager 60,6% Mode d évacuation 0,88% 84,64% pompiers, 2,3% ambulance Type de lésions Membres, tête,thorax, pelvis Cutanomuqueuses 69%, membre 10,15% Etat de sortie 80,14% libérés, 17% hospitalisés 84,64% libérés, 15% hospitalisés V- Conclusion 24

25 Première de son genre dans le milieu hospitalier mauritanien, cette étude avait pour objectif de caractériser le profil épidémiologique des accidentés de la voie publique au niveau du CHN, centre hospitalier de référence le plus important du pays. Les résultats de cette enquête peuvent compléter les données collectées sur le lieu de l accident par les forces de l ordre, évaluer l incidence humaine et financière des accidents, repérer les variables d action qui peuvent assurer l efficacité et l efficience de la prise en charge au niveau hospitalier et de jouer le rôle du vecteur directeur des activités des ONG actives dans la lutte contre les AVP. Ces résultats peuvent être utilisés également par les services du Ministère de la santé pour examiner la fiabilité et la faisabilité de la mise en place d un centre national de traumatologie, permettant de prendre correctement en charges les accidentés et de développer les interventions de pointe dans ce domaine. VI- Bibliographie Sahara Médias - Nouakchott Lundi 19 Novembre 2012 Konan K.J. et al. (2006)" Profil épidémiologique des traumatisés de la voie publique aux urgences du CHU de Yopougon", Rev. Int. Sc. Méd. Vol. 8, n 3, pp Ould Dahi Sid Ahmed (2010), Centre Hospitalier de Nouakchott: une référence en difficultés, doc non publié VII- Annexes 25

26 Annexe 1 : Le questionnaire Profil épidémiologique des accidentés de la circulation au niveau du CHN de Nouakchott FICHE D ENQUETE 1.Date : 2. Heur : 3. Fiche N : 4. AC N : I - INFORMATION SUR L ACCIDENT / 5. Date et heur de l AC : 6.Lieu de L AC (distance de Nkt et Axe) : 7.Milieu : urbain Rural 8.Nombre des véhicules impliqués : 9.Types des véhicules : 10.Nombres des personnes impliqués : 11.Nombres des blessés : 12.Nombres des morts : 26

27 Sur le lieu de l AC A l hôpital Au cours du transport 13.Causes de l AC : Vitesse Fatigue Bétails Qualité de la route Autres 14.Mécanisme de l AC : Collusion Renversement Corporel Autre. 15.Type de ramassage - Médicalisé Non médicalisé 16.Type de transport à l hôpital : Médicalisé Non Autres II- INFORMATIONS SUR LA VICTIME : 17.Nom et prénom : 18.Age : 19Sexe : 20. Provenance 21N TEL : 22.Etat d arrivée : Conscient inconscient décédé 23.Types de lésion : Plaie superficielle Fracture Luxation Entorse Plaie pénétrante Délabrement Autre 24.Localisation des lésions : Tête Cou Face Thorax Abdomen Pelvis Membres Rachis Autre 27

28 25.Conclusion : MAIS 26. Etat de sortie Libéré hospitalisé* décédé 27.Soins dispensés aux urgences : Examens Médicaments Actes 28. ITT 29.Service d hospitalisation *Réservé aux malades hospitalisés Chirurgie Orthopédie Neurochirurgie Réa Autres NB : En cas de passage dans plusieurs services veillez préciser l ordre. 30.Durée de séjours aux urgences (en heures ) 31.Durée d hospitalisation 32. Sois dispensés Examens Médicaments Actes 28

29 33. Evolution à J30 : Favorable Complications Décès Si complications, préciser le type 34. ITT Non et signature de l enquêteur : 29

30 mécanisme de l'accident Effectif observé Effectif théorique Résidu collusion ,8-37,8 renversement ,8-57,8 corporel ,8 223,3 autres ,8-127,8 Total 695 type de lésion Effectif observé Effectif théorique Résidu aucun 23 24,8-1,8 plaie superficielle ,8 275,2 fracture 73 24,8 48,2 luxation 6 24,8-18,8 Entorse 12 24,8-12,8 Plaie pénétrante 11 24,8-13,8 Délabrament 2 24,8-22,8 Autres ,8 118,2 plaie superficielle,fracture 48 24,8 23,2 plaie superficielle, luxation 3 24,8-21,8 plaie superficielle, entorse 6 24,8-18,8 plaie superficielle, plaie pénétrante 16 24,8-8,8 plaie superficielle,délabrament 1 24,8-23,8 plaie superficielle, autres 21 24,8-3,8 fracture, luxation 1 24,8-23,8 fracture,plaie pénétrante 2 24,8-22,8 fracture, Autres 3 24,8-21,8 luxation, Entorse 1 24,8-23,8 luxation, Autres 1 24,8-23,8 Entorse, Autres 2 24,8-22,8 Plaie pénétrante, Autres 1 24,8-23,8 30

31 ,8-20, ,8-21,8 plaie superficielle,fracture,autres 8 24,8-16, ,8-23, ,8-23, ,8-23, ,8-23,8 Total 695 Test mécanisme de type de lésion l'accident Khi-deux 408,177 a 4130,387 b ddl 3 27 Signification asymptotique,000,000 a. 0 cellules (0,0%) ont des fréquences théoriques inférieures à 5. La fréquence théorique minimum d'une cellule est 173,8. b. 0 cellules (0,0%) ont des fréquences théoriques inférieures à 5. La fréquence théorique minimum d'une cellule est 24,8. 31

Epidémiologie des accidents de la route au Togo BENISSAN A. SETODJI K. ABALO A. YAWOVI K. KOUSSOUGBO K. DOSSIM A.

Epidémiologie des accidents de la route au Togo BENISSAN A. SETODJI K. ABALO A. YAWOVI K. KOUSSOUGBO K. DOSSIM A. Epidémiologie des accidents de la route au Togo BENISSAN A. SETODJI K. ABALO A. YAWOVI K. KOUSSOUGBO K. DOSSIM A. INTRODUCTION Moyens de transport = élément clé de expansion économique; Certains effets

Plus en détail

Accidents à un seul véhicule sans piéton

Accidents à un seul véhicule sans piéton Accidents à un seul véhicule sans piéton Synthèse Les données utilisées pour cette fiche sont plus particulièrement issues de l Observatoire National Interministériel de la Sécurité Routière (ONISR) dont

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE Bruxelles, le 5 août 2013

COMMUNIQUÉ DE PRESSE Bruxelles, le 5 août 2013 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Bruxelles, le 5 août 2013 Le nombre de victimes d accidents de la route en Belgique a diminué en 2012 La Direction générale Statistique et Information économique publie aujourd hui

Plus en détail

Extrait du Guide d aide à la codification du BAAC. Document réalisé par l ONISR et le SETRA Avec la collaboration du CETE du Sud-Ouest

Extrait du Guide d aide à la codification du BAAC. Document réalisé par l ONISR et le SETRA Avec la collaboration du CETE du Sud-Ouest Extrait du Guide d aide à la codification du BAAC Document réalisé par l ONISR et le SETRA Avec la collaboration du CETE du Sud-Ouest Décembre 2012 Définition de l accident corporel de la circulation routière

Plus en détail

Les accidents de la route en lien avec le travail. Barbara Charbotel, MCU-PH UMRESTTE, Université Claude Bernard Lyon 1

Les accidents de la route en lien avec le travail. Barbara Charbotel, MCU-PH UMRESTTE, Université Claude Bernard Lyon 1 Les accidents de la route en lien avec le travail Barbara Charbotel, MCU-PH UMRESTTE, Université Claude Bernard Lyon 1 Sources de données pour l étude des accidents de la route liés au travail Régimes

Plus en détail

PREFET DE LA HAUTE-LOIRE. Bilan de l accidentalité routière 2012

PREFET DE LA HAUTE-LOIRE. Bilan de l accidentalité routière 2012 PREFET DE LA HAUTE-LOIRE Bilan de l accidentalité routière 01 Bilan national France métropolitaine Accidents corporels Tués Blessés dont blessés hospitalisés 01 60 437 3 653 75 851 7 14 011 65 04 3 963

Plus en détail

BILAN ROUTIER 2014. Société de l assurance automobile du Québec

BILAN ROUTIER 2014. Société de l assurance automobile du Québec BILAN ROUTIER 2014 Société de l assurance automobile du Québec SAAQ BILAN ROUTIER 2014 1 SOMMAIRE IL Y A EU 336 DÉCÈS SUR LES ROUTES EN 2014, SOIT 55 DE MOINS QU EN 2013, CE QUI REPRÉSENTE UNE DIMINUTION

Plus en détail

LE CONSEIL DES MINISTRES DE L UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE -------------------------

LE CONSEIL DES MINISTRES DE L UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------------------- UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------------------- Le Conseil des Ministres DIRECTIVE N 14/2009/CM/UEMOA PORTANT INSTITUTION ET ORGANISATION D UN SYSTEME D INFORMATION SUR LES ACCIDENTS

Plus en détail

Moins d accidents et moins de victimes en 2009

Moins d accidents et moins de victimes en 2009 DIRECTION GÉNÉRALE STATISTIQUE ET INFORMATION ÉCONOMIQUE COMMUNIQUE DE PRESSE 12 avril 2011 Moins d accidents et moins de victimes en 2009 Les chiffres des accidents de la route portant sur 2009 viennent

Plus en détail

ANNEXE 3 ASSISTANCE MÉDICALE

ANNEXE 3 ASSISTANCE MÉDICALE ANNEXE 3 ASSISTANCE MÉDICALE - 30 - ANNEXE N 3 ASSISTANCE MÉDICALE (Mutuelle Assistance International, Mutuelle Assistance France) I. CONDITIONS GÉNÉRALES En cas de besoin, chaque bénéficiaire peut, 24

Plus en détail

Emmanuelle Amoros, Mireille Chiron, Amina Ndiaye, Bernard Laumon

Emmanuelle Amoros, Mireille Chiron, Amina Ndiaye, Bernard Laumon Cyclistes Victimes d Accident (CVA) Partie 1 : caractéristiques et bilan lésionnel Emmanuelle Amoros, Mireille Chiron, Amina Ndiaye, Bernard Laumon Unité Mixte de Recherche Épidémiologique et de Surveillance

Plus en détail

SOCIÉTÉ DE L ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC BILAN ROUTIER

SOCIÉTÉ DE L ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC BILAN ROUTIER SOCIÉTÉ DE L ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC BILAN ROUTIER 2013 SOMMAIRE Depuis 1978,... le nombre de décès a chuté de 77,4 %. Il y a eu 399 décès sur les routes en 2013, soit 22 de moins qu en 2012, ce

Plus en détail

INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT

INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT QUELS RÉSULTATS POUR LE RECEVEUR? QUELS RISQUES POUR LE DONNEUR? DONNER UN REIN DE SON VIVANT PEUT CONCERNER CHACUN /////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Plus en détail

ACCIDENTS DE TRAVAIL. Sessions d'informations 11/2005 1

ACCIDENTS DE TRAVAIL. Sessions d'informations 11/2005 1 ACCIDENTS DE TRAVAIL Sessions d'informations /2005 Récapitulatif des scénarios Scénario : la déclaration d un accident de travail Scénario 2: le rapport mensuel Scénario 3: la reprise du travail Sessions

Plus en détail

I.5.5. La sécurité routière et les accidents corporels

I.5.5. La sécurité routière et les accidents corporels I.5.5. La sécurité routière et les accidents corporels Les informations qui suivent sont extraites des bilans établis par : la Gendarmerie Nationale, Groupement de Nouvelle-Calédonie, la Police Nationale,

Plus en détail

INDEMNISATION DES PREJUDICES RESULTANT DES ATTEINTES AUX PERSONNES DANS LES ACCIDENTS DE LA CIRCULATION RAPPORT INTRODUCTIF. Pr.

INDEMNISATION DES PREJUDICES RESULTANT DES ATTEINTES AUX PERSONNES DANS LES ACCIDENTS DE LA CIRCULATION RAPPORT INTRODUCTIF. Pr. INDEMNISATION DES PREJUDICES RESULTANT DES ATTEINTES AUX PERSONNES DANS LES ACCIDENTS DE LA CIRCULATION RAPPORT INTRODUCTIF Pr. Nabil BEN SALAH Président du collège national de médecine m de travail et

Plus en détail

ÉVOLUTION DE L'ACCIDENTALITÉ ROUTIÈRE DANS LE DÉPARTEMENT DE LA HAUTE-VIENNE Valeurs cumulées sur les 12 derniers mois avec courbe de tendance

ÉVOLUTION DE L'ACCIDENTALITÉ ROUTIÈRE DANS LE DÉPARTEMENT DE LA HAUTE-VIENNE Valeurs cumulées sur les 12 derniers mois avec courbe de tendance ÉVOLUTION DE L'ACCIDENTALITÉ ROUTIÈRE DANS LE DÉPARTEMENT DE LA HAUTE-VIENNE Valeurs cumulées sur les 12 derniers mois avec courbe de tendance Définition Un accident corporel (mortel ou non mortel) de

Plus en détail

Statistique vaudoise des accidents

Statistique vaudoise des accidents Statistique vaudoise des accidents 2013 Table des matières Page Page 1 Table des matières Influence de l'alcool 2 Légendes et abréviations 18 Ivresse et circulation Accidentologie dans le temps 19 Ivresses

Plus en détail

Savoirs de base en sécurité routière mars 2006

Savoirs de base en sécurité routière mars 2006 Sétra Savoirs de base en sécurité routière mars 2006 Le mécanisme d accident Avertissement : cette série de fiches est destinée à fournir une information rapide. La contrepartie est le risque d erreur

Plus en détail

Garantie Responsabilité civile - Lésions corporelles de l assurance automobile - Étude des dossiers de demande d indemnisation fermés en Ontario

Garantie Responsabilité civile - Lésions corporelles de l assurance automobile - Étude des dossiers de demande d indemnisation fermés en Ontario Garantie Responsabilité civile - Lésions corporelles de l assurance automobile - Étude des dossiers de demande d indemnisation fermés en Ontario Le 13 août 2014 Contenu Introduction... 2 Créances et restrictions...

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/TRANS/WP.1/2010/5 Distr. générale 12 janvier 2010 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Comité des transports intérieurs Groupe de

Plus en détail

Transport des victimes d accidents par les taxis de Ho Chi Minh ville

Transport des victimes d accidents par les taxis de Ho Chi Minh ville Transport des victimes d accidents par les taxis de Ho Chi Minh ville Dr David TRAN Afravietmur Association Franco-Vietnamienne de médecine d urgence Assises de la coopération franco-vietnamienne Brest

Plus en détail

Découverte de l accident. Découverte de l accident

Découverte de l accident. Découverte de l accident Découverte de l accident 1 Découverte de l accident Découverte de l accident Pour vous, un accident de la route, c'est quoi? 2 Découverte de l accident Pour certain un accident c est : Un fait divers dans

Plus en détail

Accidents de la route dans le département de la Marne. Bilan et évolution DIRECTION DÉPARTEMENTALE DES TERRITOIRES DE LA MARNE 1/24

Accidents de la route dans le département de la Marne. Bilan et évolution DIRECTION DÉPARTEMENTALE DES TERRITOIRES DE LA MARNE 1/24 Accidents de la route dans le département de la Marne Bilan et évolution 202 20 DIRECTION DÉPARTEMENTALE DES TERRITOIRES DE LA MARNE /24 2/24 Quelques données sur les radars dans le département En 202,

Plus en détail

Dispositions à prendre en cas d accident et d incident

Dispositions à prendre en cas d accident et d incident Dispositions à prendre en cas d accident et d incident En cas d accident ou d incident, les Chefs de Corps et les Commandants d Unité doivent veiller à appliquer certaines procédures, comme la rédaction

Plus en détail

Analyse des incidents

Analyse des incidents Analyse des incidents Formation B-Quanum 26/06/2012 N. Jacques Coordinatrice Qualité CMSE Introduction Contexte Contrat SPF Coordinateur qualité Médecine nucléaire Hôpital = Entreprise à Haut Risque Efficacité

Plus en détail

TUTORAT UE 4 2014-2015 Biostatistiques Séance n 6 Semaine du 03/11/2014

TUTORAT UE 4 2014-2015 Biostatistiques Séance n 6 Semaine du 03/11/2014 TUTORAT UE 4 2014-2015 Biostatistiques Séance n 6 Semaine du 03/11/2014 Epidémiologie Mme Fabbro-Peray Séance préparée par les tuteurs du TSN QCM n 1 : Choisir la ou les proposition(s) exacte(s). A. Parmi

Plus en détail

1- LES CHUTES DE PERSONNES...

1- LES CHUTES DE PERSONNES... 7 1-1- LES CHUTES DE PERSONNES... sont la cause de plusieurs accidents de travail Les chutes n ont pas de cible. Qui n est pas tombé dans un stationnement, en sortant de sa voiture, en se rendant à sa

Plus en détail

Accidents de travail, circonstances et prise en charge : Région de Boumerdès Algérie.

Accidents de travail, circonstances et prise en charge : Région de Boumerdès Algérie. Accidents de travail, circonstances et prise en charge : Région de Boumerdès Algérie. Fatima ABADLIA Médecin conseil, Caisse Nationale des Assurances Sociales (CNAS) 1. Définition Est considéré comme accident

Plus en détail

COMMENT GERER LE RISQUE «ROUTIER» AU NIVEAU DES TPE / PME

COMMENT GERER LE RISQUE «ROUTIER» AU NIVEAU DES TPE / PME COMMENT GERER LE RISQUE «ROUTIER» AU NIVEAU DES TPE / PME Constat : Les statistiques montrent qu un salarié sur deux, décédé en accident du travail, l est au cours d un déplacement dans le cadre d une

Plus en détail

La responsabilité juridique des soignants

La responsabilité juridique des soignants La responsabilité juridique des soignants Les soignants, face à des conditions de travail parfois difficiles et aux aléas de la médecine, songent plus souvent aux risques thérapeutiques qu aux risques

Plus en détail

Objectifs pédagogiques. quizz 06/04/2012. Connaître la définition et les étapes de la gestion des risques associés aux soins

Objectifs pédagogiques. quizz 06/04/2012. Connaître la définition et les étapes de la gestion des risques associés aux soins La gestion des risques associés aux soins Théorie et pratique de l analyse approfondie des causes Staff santé publique 4 avril 2012 Virginie Migeot Objectifs pédagogiques Connaître la définition et les

Plus en détail

LES ACCIDENTS DE TRAJET

LES ACCIDENTS DE TRAJET QUATRIEME SEMAINE NATIONALE DES ACCIDENTES DE LA VIE «STOP AUX ACCIDENTS DE TRAJET» Du 13 au 19 octobre 2008 LES ACCIDENTS DE TRAJET FNATH, association des accidentés de la vie - Siège national 47, rue

Plus en détail

Bordereau de transmission accident du travail

Bordereau de transmission accident du travail Bordereau de transmission accident du travail A adresser au service des pensions et accidents du travail du CNRS Accompagné des pièces requises Nom. Prénom Matricule Composition du dossier Observations

Plus en détail

De meilleurs soins :

De meilleurs soins : De meilleurs soins : une analyse des soins infirmiers et des résultats du système de santé Série de rapports de l AIIC et de la FCRSS pour informer la Commission nationale d experts de l AIIC, La santé

Plus en détail

Mise au point d indicateurs nationaux de surveillance des accidents de circulation liés au travail

Mise au point d indicateurs nationaux de surveillance des accidents de circulation liés au travail Santé travail Mise au point d indicateurs nationaux de surveillance des accidents de circulation liés au travail Étude exploratoire à partir des données de réparation des accidents du travail issues des

Plus en détail

RAPPORT D'ACCIDENT VÉHICULE D'AUTOMOBILE

RAPPORT D'ACCIDENT VÉHICULE D'AUTOMOBILE Gouvernement du Canada Government of Canada RAPPORT D'ACCIDENT VÉHICULE D'AUTOMOBILE N du véhicule Rapport confidentiel à l'intention de l'avocat-conseil en cas de litige Ministère Direction de l'accident

Plus en détail

NOR/INT/C/04/00111/C Paris, le 8 septembre 2004. Le ministre de l intérieur de la sécurité intérieure et des libertés locales

NOR/INT/C/04/00111/C Paris, le 8 septembre 2004. Le ministre de l intérieur de la sécurité intérieure et des libertés locales DIRECTION GENERALE DE LA POLICE NATIONALE DIRECTION DE L ADMINISTRATION DE LA POLICE NATIONALE NOR/INT/C/04/00111/C Paris, le 8 septembre 2004 Le ministre de l intérieur de la sécurité intérieure et des

Plus en détail

2 La chaîne de survie canadienne : espoir des patients cardiaques

2 La chaîne de survie canadienne : espoir des patients cardiaques 2 La chaîne de survie canadienne : espoir des patients cardiaques Les maladies cardiovasculaires sont la principale cause de décès au Canada. Bien que leur incidence ait diminué au cours des dernières

Plus en détail

Observatoire national interministériel de sécurité routière

Observatoire national interministériel de sécurité routière Observatoire national interministériel de sécurité routière Le 3 juillet 2012 Base de données accidents sur 6 années avec informations de géolocalisation Cette base est extraite du fichier national des

Plus en détail

BILAN DE L'ACCIDENTALITE ROUTIERE 2012. Jeudi 24 janvier 2013 Hôtel de Beauvau

BILAN DE L'ACCIDENTALITE ROUTIERE 2012. Jeudi 24 janvier 2013 Hôtel de Beauvau BILAN DE L'ACCIDENTALITE ROUTIERE 2012 Jeudi 24 janvier 2013 Hôtel de Beauvau Paris, le 24 janvier 2013 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Manuel VALLS, ministre de l'intérieur, annonce un bilan de l accidentalité routière

Plus en détail

BILAN GENERAL. Les enjeux de la santé qui préoccupent le plus les familles pour l avenir sont la proximité et la qualité des soins.

BILAN GENERAL. Les enjeux de la santé qui préoccupent le plus les familles pour l avenir sont la proximité et la qualité des soins. BILAN GENERAL Analyse générale A partir des 380 personnes enquêtées dans la région Auvergne, on a pu constater, au travers de cette enquête de l URAF, que 77% des familles interrogées sont globalement

Plus en détail

Victime d un accident causé par une autre personne : il faut le déclarer à l Assurance Maladie

Victime d un accident causé par une autre personne : il faut le déclarer à l Assurance Maladie Victime d un accident causé par une autre personne : il faut le déclarer à l Assurance Maladie dossier de presse Contact presse CNAMTS : Sandra Garnier 01 72 60 15 91 sandra.garnier@cnamts.fr Paris, le

Plus en détail

Le présent bilan a été préparé par la Direction des études et des stratégies en sécurité routière de la Vice-présidence à la sécurité routière.

Le présent bilan a été préparé par la Direction des études et des stratégies en sécurité routière de la Vice-présidence à la sécurité routière. J u i n2 0 1 2 Le présent bilan a été préparé par la Direction des études et des stratégies en sécurité routière de la Vice-présidence à la sécurité routière. Vice-présidente : Directrice : Coordonnatrice

Plus en détail

Objectifs et Modalités. Présentation : Dr M. Hours, INRETS

Objectifs et Modalités. Présentation : Dr M. Hours, INRETS Objectifs et Modalités Présentation : Dr M. Hours, INRETS Objectifs du projet Identifier les facteurs pronostiques de handicap et/ou de mauvaise réinsertion des victimes d accidents de la circulation Sous-

Plus en détail

ROYAUME-UNI. La protection sociale en Europe ROYAUME-UNI 1

ROYAUME-UNI. La protection sociale en Europe ROYAUME-UNI 1 ROYAUME-UNI Les dépenses de protection sociale au Royaume-Uni représentent 26,8% du PIB. Le système britannique est de logique beveridgienne. La principale réforme récente concerne le système de retraite

Plus en détail

Recommandations pour la mise en oeuvre pédagogique Organisation du module d activité. Utilisation du simulateur de conduite "EF-SCOOT Prévention"

Recommandations pour la mise en oeuvre pédagogique Organisation du module d activité. Utilisation du simulateur de conduite EF-SCOOT Prévention Recommandations pour la mise en oeuvre pédagogique Organisation du module d activité Utilisation du simulateur de conduite "EF-SCOOT Prévention" Ce document a été réalisé conjointement par l Inspection

Plus en détail

Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale

Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale 19 Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale RENCONTRE, TRANSFERT ET CONTRE-TRANSFERT La notion de transfert découle des travaux de la psychanalyse (S. Freud) où ont été décrits des mouvements

Plus en détail

Portrait des lésions professionnelles chez les travailleurs de 55 ans et plus

Portrait des lésions professionnelles chez les travailleurs de 55 ans et plus Portrait des lésions professionnelles chez les travailleurs de 55 ans et plus 2002-2011 Le document Portrait des lésions professionnelles chez les travailleurs de 55 ans et plus 2002-2011 a été préparé

Plus en détail

Données juridiques : gestion du risque

Données juridiques : gestion du risque Chrystelle Boileau Les facteurs de risques relatifs à l accompagnement de nuit à domicile sont de plusieurs ordres : - Risques routiers, du fait des déplacements véhiculés des professionnels ; - Risques

Plus en détail

Bilan des accidents de la route 2013

Bilan des accidents de la route 2013 1. Accidents corporels et victimes - principales tendances Comparaison 2012 / 2013 2012 2013 Diff. en % Accidents corporels 1019 949-7 dont mortels 34 41 +21 Victimes tuées 34 45 +32 Blessés graves 339

Plus en détail

PRESENTATION DE L AMAB ET DE SES PRODUITS

PRESENTATION DE L AMAB ET DE SES PRODUITS PRESENTATION DE L ET DE SES PRODUITS PRESENTATION L Assurance Mutuelle Agricole du Bénin en abrégé est une société d assurance mutuelle (SAM) à cotisations fixes avec conseil d administration, régie par

Plus en détail

LA REPARATION INTEGRALE DU DOMMAGE CORPOREL ET L ACCIDENT DU TRAVAIL. I Le droit positif avant l arrêt du Conseil Constitutionnel du 18 juin 2010

LA REPARATION INTEGRALE DU DOMMAGE CORPOREL ET L ACCIDENT DU TRAVAIL. I Le droit positif avant l arrêt du Conseil Constitutionnel du 18 juin 2010 LA REPARATION INTEGRALE DU DOMMAGE CORPOREL ET L ACCIDENT DU TRAVAIL En 1896, un arrêt de la Chambre Civile de la Cour de Cassation, l arrêt TEFFAINE, a retenu le principe d une responsabilité directe

Plus en détail

AVANT-PROPOS. Victime d une agression. La victime sera indemnisée selon le droit commun.

AVANT-PROPOS. Victime d une agression. La victime sera indemnisée selon le droit commun. AVANT-PROPOS Force est de constater que nous vivons dans une société indemnitaire. Toute personne ayant subi un dommage veut obtenir réparation de celui-ci. L indemnisation du dommage corporel est au cœur

Plus en détail

AOÛT 2012 11_INT_603 RÉPONSE DU CONSEIL D'ETAT

AOÛT 2012 11_INT_603 RÉPONSE DU CONSEIL D'ETAT AOÛT 2012 11_INT_603 RÉPONSE DU CONSEIL D'ETAT à l'interpellation Jacques-André Haury sur la responsabilité civile des infirmières et infirmiers engagés au triage des urgences au CHUV Rappel de l'interpellation

Plus en détail

A - Nomenclature des préjudices de la victime directe

A - Nomenclature des préjudices de la victime directe ANNEXE NOMENCLATURE DES PREJUDICES RESULTANT D UNE ATTEINTE A LA PERSONNE A - Nomenclature des préjudices de la victime directe 1 ) Préjudices patrimoniaux a) Préjudices patrimoniaux temporaires (avant

Plus en détail

Le présent bilan a été préparé par la Direction des études et des stratégies en sécurité routière à la Vice-présidence à la sécurité routière.

Le présent bilan a été préparé par la Direction des études et des stratégies en sécurité routière à la Vice-présidence à la sécurité routière. Le présent bilan a été préparé par la Direction des études et des stratégies en sécurité routière à la Vice-présidence à la sécurité routière. Vice-présidente : Directrice : Coordonnateur et rédacteur

Plus en détail

Loi fédérale sur la responsabilité civile des entreprises de chemins de fer et de bateaux à vapeur et de La Poste Suisse 1

Loi fédérale sur la responsabilité civile des entreprises de chemins de fer et de bateaux à vapeur et de La Poste Suisse 1 Loi fédérale sur la responsabilité civile des entreprises de chemins de fer et de bateaux à vapeur et de La Poste Suisse 1 221.112.742 du 28 mars 1905 (Etat le 3 octobre 2000) L'Assemblée fédérale de la

Plus en détail

RESPONSABILITÉ, SANCTION Introduction: Être responsable de ses actes ET ASSURANCE. Il existe deux types de responsabilité

RESPONSABILITÉ, SANCTION Introduction: Être responsable de ses actes ET ASSURANCE. Il existe deux types de responsabilité Introduction: Être responsable de ses actes Vivre en société exige l existence et le respect de règles visant à garantir la liberté des individus qui la composent, 2 mais aussi à les protéger sur les plans

Plus en détail

PLAN DÉPARTEMENTAL D'ACTIONS DE SÉCURITÉ ROUTIÈRE (PDASR) DE LA LOIRE

PLAN DÉPARTEMENTAL D'ACTIONS DE SÉCURITÉ ROUTIÈRE (PDASR) DE LA LOIRE PRÉFET DE LA LOIRE PLAN DÉPARTEMENTAL D'ACTIONS DE SÉCURITÉ ROUTIÈRE (PDASR) DE LA LOIRE Année 2015 TABLE DES MATIERES INTRODUCTION...3 1. BILAN 2014...4 1.1. Accidentologie dans le département de la Loire

Plus en détail

Arrêté royal du 27 mars 1998 relatif à la politique du bien-être des travailleurs lors de l exécution de leur travail (M.B. 31.3.

Arrêté royal du 27 mars 1998 relatif à la politique du bien-être des travailleurs lors de l exécution de leur travail (M.B. 31.3. Arrêté royal du 27 mars 1998 relatif à la politique du bien-être des travailleurs lors de l exécution de leur travail (M.B. 31.3.1998) Modifié par: (1) arrêté royal du 3 mai 1999 relatif aux missions et

Plus en détail

C.E.R.N.A. ACCIDENTS CORPORELS DU SKIEUR ET ASSURANCE

C.E.R.N.A. ACCIDENTS CORPORELS DU SKIEUR ET ASSURANCE Partenaire de C.E.R.N.A. 14 ème journée juridique Vendredi 18 novembre 2005 ACCIDENTS CORPORELS DU SKIEUR ET ASSURANCE I - Quelques statistiques II - Quelles garanties pour les dommages corporels III -

Plus en détail

QUELQUES ASPECTS STATISTIQUES DE LA FISTULE VESICO-VAGINALE EN REPUBLIQUE DU MALI

QUELQUES ASPECTS STATISTIQUES DE LA FISTULE VESICO-VAGINALE EN REPUBLIQUE DU MALI VESICO-VAGINALE EN REPUBLIQUE DU MALI A PROPOS DE 134 CAS K. OUATTARA*, M.L. TRAORE*, C. CISSE* RESUME En matière de F. V. seul l aspect chirurgical est habituellement étudié. Les études épidémiologiques

Plus en détail

DOSSIER sur le transport des élèves à l UNSS

DOSSIER sur le transport des élèves à l UNSS 1) Le texte de référence DOSSIER sur le transport des élèves à l UNSS N.B. : ce texte sera toujours mentionné dans les diverses réponses des pages suivantes. UTILISATION DES VEHICULES PERSONNELS DES ENSEIGNANTS

Plus en détail

Conseils sur la conduite à tenir en cas de suicide d un salarié sur le lieu de travail

Conseils sur la conduite à tenir en cas de suicide d un salarié sur le lieu de travail Conseils sur la conduite à tenir en cas de suicide d un salarié sur le lieu de travail Document réalisé avec l aide de Philippe BIELEC, Ingénieur Conseil à la Direction des risques professionnels de la

Plus en détail

DECLARATION D ACCIDENT DU TRAVAIL DOCUMENT DESTINE A LA VICITME

DECLARATION D ACCIDENT DU TRAVAIL DOCUMENT DESTINE A LA VICITME DEPARTEMENT DE L ADMINISTRATION FINANCIERE (D.A.F.) SERVICE DES ASSURANCES - CP 150 Email : assurulb@admin.ulb.ac.be DECLARATION D ACCIDENT DU TRAVAIL DOCUMENT DESTINE A LA VICITME Madame, Monsieur, Vous

Plus en détail

Conditions Générales d Assurance

Conditions Générales d Assurance Assureur : AGA International Tour Gallieni II - 36, avenue du Général de Gaulle 93175 Bagnolet Cedex Conditions Générales d Assurance Activité garantie : nous garantissons les accidents de sport de glisse

Plus en détail

Conseil économique et social. Document établi par le Bureau central de statistique d Israël

Conseil économique et social. Document établi par le Bureau central de statistique d Israël Nations Unies Conseil économique et social ECE/CES/GE.2/214/3 Distr. générale 12 février 214 Français Original: russe Commission économique pour l Europe Conférence des statisticiens européens Groupe d

Plus en détail

L ASSURANCE AUTOMOBILE CONSTAT ET PERSPECTIVES

L ASSURANCE AUTOMOBILE CONSTAT ET PERSPECTIVES L ASSURANCE AUTOMOBILE CONSTAT ET PERSPECTIVES Par MADANI Mekki L assurance des véhicules automobiles, est une activité qui intéresse un large public et qui est en même temps un sujet de discussion et

Plus en détail

Défibrillation et Grand Public. Méd-Cl JAN Didier Médecin chef Méd-Cne PIVERT Pascaline

Défibrillation et Grand Public. Méd-Cl JAN Didier Médecin chef Méd-Cne PIVERT Pascaline Défibrillation et Grand Public Méd-Cl JAN Didier Médecin chef Méd-Cne PIVERT Pascaline Quelques chiffres (1) 50 à 60 000 décès en France par mort subite dont la moitié font suite à l apparition d une tachycardie

Plus en détail

Demande de règlement assurance vie - Directives

Demande de règlement assurance vie - Directives Demande de règlement assurance vie - Directives **Afin d éviter des retards inutiles dans le traitement de cette demande, veuillez lire attentivement les directives. Pour une réclamation d assurance-vie

Plus en détail

Réduire le risque routier Une stratégie pour un utilitaire plus sûr

Réduire le risque routier Une stratégie pour un utilitaire plus sûr DOSSIER DE PRESSE 28 avril 2011 * Réduire le risque routier Une stratégie pour un utilitaire plus sûr Contact presse : L Assurance Maladie Risques Professionnels Marie-Eva PLANCHARD 01 72 60 22 88 marie-eva.planchard@cnamts.fr

Plus en détail

Bonjour et merci de me recevoir. Je vais essayer d être le plus bref possible.

Bonjour et merci de me recevoir. Je vais essayer d être le plus bref possible. Tarification: calcul d une prime d assurance Mémoire sur le document de consultation: Pour un régime durable et équitable Jean-François Guimond 16 mai 2006 Prime = Fréquence x Coût moyen Facteurs influençant

Plus en détail

Faits rapides : Accidents mortels chez les enfants de moins de 15 ans

Faits rapides : Accidents mortels chez les enfants de moins de 15 ans Programme canadien de surveillance des blessures en milieu agricole Accidents mortels liés au milieu agricole de 1990 à 2004 Faits rapides : Accidents mortels chez les enfants de moins de 15 ans Au cours

Plus en détail

Le 31 octobre 2011, un Renault Trafic emprunte tranquillement et furtivement des petits chemins détournés, de la commune du Bugey.

Le 31 octobre 2011, un Renault Trafic emprunte tranquillement et furtivement des petits chemins détournés, de la commune du Bugey. ETUDE DU CAS N 1 Le 31 octobre 2011, un Renault Trafic emprunte tranquillement et furtivement des petits chemins détournés, de la commune du Bugey. A un croisement, les deux occupants sont contrôlés par

Plus en détail

DECLARATION D'ACCIDENT GRAVE (1)

DECLARATION D'ACCIDENT GRAVE (1) DEPARTEMENT : DECLARATION D'ACCIDENT GRAVE (1) EN CENTRE DE VACANCES N 10 007*01 A établir en deux exemplaires, par le Directeur du centre de vacances, et à envoyer dans les 48 heures au Directeur départemental

Plus en détail

La sécurité routière en France Bilan de l année 2007

La sécurité routière en France Bilan de l année 2007 La sécurité routière en France Bilan de l année 2007 Hôtel de Roquelaure 18 juin 2008 Jean CHAPELON Secrétaire général de l Observatoire national interministériel de sécurité routière (ONISR) La sécurité

Plus en détail

MALAKOFF MÉDÉRIC ASSISTANCE

MALAKOFF MÉDÉRIC ASSISTANCE Votre assistance santé à domicile MALAKOFF MÉDÉRIC ASSISTANCE Avec Malakoff Médéric Prévoyance et MUT2M, bénéficiez de nouveaux services gratuits 24h/24 et 7j/7 grâce à votre n d identification 753734

Plus en détail

Savoirs de base en sécurité routière. Vitesse et mortalité

Savoirs de base en sécurité routière. Vitesse et mortalité Sétra Savoirs de base en sécurité routière mars 2006 Vitesse et mortalité Avertissement : cette série de fiches est destinée à fournir une information rapide. La contrepartie est le risque d erreur et

Plus en détail

M 1795. Secrétariat du Grand Conseil. Proposition de motion Moins d'attente pour se faire opérer à l'hôpital!

M 1795. Secrétariat du Grand Conseil. Proposition de motion Moins d'attente pour se faire opérer à l'hôpital! Secrétariat du Grand Conseil M 1795 Proposition présentée par les députés : M mes et MM. Patrick Saudan, Gabriel Barrillier, Michèle Ducret, Michel Ducret, Pierre Kunz et Jean- Marc Odier Date de dépôt

Plus en détail

L axe 5 du Cancéropole Nord Ouest

L axe 5 du Cancéropole Nord Ouest L axe 5 du Cancéropole Nord Ouest Cancers, Individu id & Société L état des lieux d un pari Le Rapport Cordier 1 Biomarqueurs prédictifs 2 L axe 5 du Cancéropole Nord Ouest Cancers, Individu & Société

Plus en détail

PER I TURISTI STRANIERI: GUIDARE IN ITALIA. Documents normalement demandés pour conduire une voiture de location en Italie:

PER I TURISTI STRANIERI: GUIDARE IN ITALIA. Documents normalement demandés pour conduire une voiture de location en Italie: Location de voitures Documents normalement demandés pour conduire une voiture de location en Italie: - Permis de conduire en cours de validité, obtenu depuis au moins 1 an, donnant l'autorisation de conduire

Plus en détail

Responsabilité Civile et Pénale du chef d entreprise. Association Sécurité Routière en Entreprises de Maine et Loire.

Responsabilité Civile et Pénale du chef d entreprise. Association Sécurité Routière en Entreprises de Maine et Loire. Association Sécurité Routière en Entreprises de Maine et Loire Sensibilisation Responsabilité Civile et Pénale du chef d entreprise ou du délégataire 1N 2N Sommaire 1- La réglementation 1-1- La responsabilité

Plus en détail

> Un cadre législatif spécifique

> Un cadre législatif spécifique R 111 Centre de documentation et d information de l assurance Mars 2007 Accidents de la circulation : l indemnisation des dommages corporels Piéton, cycliste, motard, passager d un véhicule ou conducteur

Plus en détail

STRATÉGIE DE DIAGNOSTIC PRÉCOCE DU MÉLANOME RECOMMANDATION EN SANTÉ PUBLIQUE

STRATÉGIE DE DIAGNOSTIC PRÉCOCE DU MÉLANOME RECOMMANDATION EN SANTÉ PUBLIQUE STRATÉGIE DE DIAGNOSTIC PRÉCOCE DU MÉLANOME RECOMMANDATION EN SANTÉ PUBLIQUE Service évaluation médico-économique et santé publique Octobre 2006 SYNTHÈSE ET PERSPECTIVES État de la question Le mélanome

Plus en détail

SECURITE ROUTIERE DOCUMENT GENERAL D ORIENTATION 2013-2017

SECURITE ROUTIERE DOCUMENT GENERAL D ORIENTATION 2013-2017 SECURITE ROUTIERE DOCUMENT GENERAL D ORIENTATION 2013-2017 18 avril 2013 2 SOMMAIRE INTRODUCTION...4 DEMARCHE...5 LES CARACTERISTIQUES GENERALES DE L ACCIDENTALITE...6 LES ENJEUX...7 LES JEUNES... 7 LES

Plus en détail

10 minutes suffisent pour redonner vie à votre entreprise

10 minutes suffisent pour redonner vie à votre entreprise 10 minutes suffisent pour redonner vie à votre entreprise Premiers secours dans les entreprises «Obligations et solutions» par les Docteurs Roch Ogier et Frédéric Lador Êtesvous bien préparé? Saviezvous

Plus en détail

Caractéristiques des accidents de la route au travail au Québec survenus de 2000 à 2008

Caractéristiques des accidents de la route au travail au Québec survenus de 2000 à 2008 HEC Montréal Caractéristiques des accidents de la route au travail au Québec survenus de 2000 à 2008 par Sonia Pignatelli Mémoire présenté en vue de l'obtention du grade de Maîtrise ès sciences en intelligence

Plus en détail

Insécurité routière et délinquance routière en 2012 Observatoire national interministériel de la sécurité routière

Insécurité routière et délinquance routière en 2012 Observatoire national interministériel de la sécurité routière 1 Insécurité routière et délinquance routière en 2012 Observatoire national interministériel de la sécurité routière Introduction L Observatoire national interministériel de la sécurité routière (ONISR)

Plus en détail

TALENSIA. Assistance. Dispositions spécifiques

TALENSIA. Assistance. Dispositions spécifiques TALENSIA Assistance Dispositions spécifiques L'introduction et la présentation du plan d assurances Entreprises Les dispositions communes Les dispositions spécifiques à chacune des assurances Le lexique

Plus en détail

Décret relatif. Sur le rapport du ministre de la santé, de la famille et des personnes handicapées,

Décret relatif. Sur le rapport du ministre de la santé, de la famille et des personnes handicapées, Décret relatif aux conditions techniques de fonctionnement des établissements de santé qui exercent l activité de traitement de l insuffisance rénale chronique par la pratique de l épuration extrarénale

Plus en détail

www.financeimmo.com 1 - Généralités. 2 - Le conducteur. Assurance auto et accident corporel sur 6 25/09/2008 16:16 Vos crédits au meilleur taux

www.financeimmo.com 1 - Généralités. 2 - Le conducteur. Assurance auto et accident corporel sur 6 25/09/2008 16:16 Vos crédits au meilleur taux AdsSpy: 4 sites by this GAnalytics ID Vos crédits au meilleur taux Notre travail est de vous aider à rechercher les meilleures conditions commerciales correspondant à votre situation au moment où vous

Plus en détail

Le PACK Expat CFE. Santé et Prévoyance. Offre individuelle

Le PACK Expat CFE. Santé et Prévoyance. Offre individuelle Le PACK Expat CFE Retraite Prévoyance Santé Épargne Santé et Prévoyance Votre statut d expatrié rend votre protection en santé et prévoyance facultative. Pour conserver les mêmes avantages qu en France,

Plus en détail

Évolution de l accidentalité et futurs enjeux

Évolution de l accidentalité et futurs enjeux COTITA Centre Est 29 mai 2012 Évolution de l accidentalité et futurs enjeux Christian Machu Secrétaire général-adjoint Observatoire national interministériel de la sécurité routière (ONISR) Sommaire 1.

Plus en détail

Assurance des risques divers

Assurance des risques divers L assurance du terrorisme en Tunisie : où en sommes-nous? Nabil Ben Azzouz D.U en Droit des assurances de l IAL Etudiant en Master 2 Droit des assurances à l IAL Assurance des risques divers Depuis quelques

Plus en détail

ÉTUDE COMPARATIVE DE LA GRAVITÉ DES BLESSURES CHEZ LES UTILISATEURS DE VÉHICULES HORS ROUTE ET DE MOTOCYCLETTES AU QUÉBEC

ÉTUDE COMPARATIVE DE LA GRAVITÉ DES BLESSURES CHEZ LES UTILISATEURS DE VÉHICULES HORS ROUTE ET DE MOTOCYCLETTES AU QUÉBEC ÉTUDE COMPARATIVE DE LA GRAVITÉ DES BLESSURES CHEZ LES UTILISATEURS DE VÉHICULES HORS ROUTE ET DE MOTOCYCLETTES AU QUÉBEC FÉVRIER 2008 AUTEURS Mathieu Gagné Institut national de santé publique du Québec

Plus en détail

Procédure 2600-040 TABLE DES MATIÈRES

Procédure 2600-040 TABLE DES MATIÈRES Procédure 2600-040 TITRE : ADOPTION : Procédure concernant la sécurité lors de la mobilité étudiante internationale Comité de direction de l Université Résolution : CD-2012-07-10-23 ENTRÉE EN VIGUEUR :

Plus en détail

Informations complémentaires au communiqué de presse conducteur-d-elit.ch

Informations complémentaires au communiqué de presse conducteur-d-elit.ch Le 29 janvier 2015 Informations complémentaires au communiqué de presse conducteur-d-elit.ch Campagne conducteur-d-elite.ch: suivre des cours, c est avoir une conduite plus sûre. L objectif de la campagne

Plus en détail

Nom et prénom du maître de service :.. Fonction :.. Auprès de quelle compagnie?.. Moment (entrée, sortie, classe, récréation, trajet) :..

Nom et prénom du maître de service :.. Fonction :.. Auprès de quelle compagnie?.. Moment (entrée, sortie, classe, récréation, trajet) :.. Circonscription de :... RAPPORT D ACCIDENT SCOLAIRE Premier degré A remplir par le Directeur de l école : en un exemplaire original et un double certifié conforme à l original et adressé à l autorité hiérachique

Plus en détail

Chapitre 6 Test de comparaison de pourcentages χ². José LABARERE

Chapitre 6 Test de comparaison de pourcentages χ². José LABARERE UE4 : Biostatistiques Chapitre 6 Test de comparaison de pourcentages χ² José LABARERE Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés. Plan I. Nature des variables

Plus en détail