Evaluation des marques

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Evaluation des marques"

Transcription

1 Evaluation des marques GUY JACQUOT / CNEJFD SEBASTIEN SANCHO / CNCC THIERRY VILLOTTE / GUY DEGRENNE (Président) Date Titre de la présentation 1 Sommaire La notion de marque Contextes d évaluation des marques Cadre normatif existant Analyse marketing et juridique de la marque Analyse financière de la marque A retenir Questions 2 Titre de la présentation 1

2 La notion de marque La notion de marque Approche juridique : un signe distinctif La marque est un «signe susceptible de représentations graphiques servant à distinguer les produits ou les services d une personne physique ou morale» (article L du code de la propriété intellectuelle) Elle se distingue du nom commercial et de la dénomination sociale puisqu elle ne désigne pas l entreprise mais ses produits ou services Pour être déposable une marque doit satisfaire certains conditions : - Ne pas être exclue par la loi, ne pas être un signe déceptif ou trompeur, - Etre distinctive D un point de vue juridique chaque dépôt (pays, classes, ) constitue une marque L approche juridique de la marque correspond à la notion de Trademark par différence avec la notion économique de Brand 4 Titre de la présentation 2

3 La notion de marque Approche comptable : une immobilisation incorporelle Pour être distingué du goodwill et être considéré comme une immobilisation incorporelle, un actif incorporel doit satisfaire à 3 conditions. Il doit être : Identifiable - Soit il est séparable, - Soit il résulte de droits contractuels ou d autres droits légaux Source d avantages économiques futurs Contrôlé par l entreprise Il faut aussi que l actif puisse être évalué de façon fiable 5 Titre de la présentation La notion de marque Approche comptable : la marque et les autres actifs incorporels (exemple de la norme US FAS 141) Actifs marketing : marques, accords de non concurrence, noms de domaines, titres de journaux, noms de domaines (internet) Actifs liés aux relations avec les clients : contrats, listes de clients, accords non contractuels avec des clients Actifs liés aux domaines artistiques : opéras, ballets, livres, journaux, autres droits littéraires, droits musicaux, photographies, vidéos, Actifs de type contractuel : contrats de licence, contrats de franchisé, permis de construction, contrats de location, Actifs de nature technologique : brevets, logiciels, technologies non déposées, fichiers, formules secrètes, 6 Titre de la présentation 3

4 La notion de marque Exemple : analyse des actifs incorporels exploités par une enseigne internationale d hypermarchés Capital humain, logiciels, droit au bail, Local? Central? Savoir-faire marketing, merchandising, logistique Concept Image, notoriété Nom, logo Marque? 7 La notion de marque Approche économique : la marque est une source de revenus caractérisée par une image et une notoriété LE POUVOIR FAIRE (le noyau de la marque) Fonds de marque SYSTÈME DE LA RELATION Relation construite Caractère de marque Consommateur idéal Monde construit Ce schéma synthétisera le pouvoir-faire de la marque ainsi que les différentes dimensions de son «programme» CODES D EXPRESSION Style de marque THÈMES COMMUNICATION Les principes de communication de la marque PRODUITS Le pouvoir faire des produits: l extension de marque 8 4

5 La notion de marque Les marques dans les comptes M Valeur de marques en % du total des incorporels au bilan En % de la capitalisation boursière En % du total actif CAC ,5% 6,2% 0,8% Sanofi ,5% 12,6% 11,9% Pernod Ricard ,6% 50,1% 43,6% PPR ,4% 57,7% 40,6% LVMH ,8% 9,5% 13,5% Danone ,9% 14,2% 15,4% France Telecom ,6% 14,6% 3,6% Saint Gobain ,9% 16,4% 5,9% Schneider Electric ,0% 8,0% 6,7% Legrand ,4% 19,5% 24,4% L'Oréal ,0% 2,3% 4,9% Total/moyenne ,0% 20.5% 17% 9 Contextes d évaluation des marques 5

6 Contextes d évaluation des marques Cadre comptable (IFRS) Evaluation des marques acquises Les marques générées en interne ne doivent pas être comptabilisées en tant qu immobilisations incorporelles (IAS 38-63) Les dépenses engagées pour générer en interne les marques ne peuvent être distinguées du coût de développement de l activité dans son ensemble (IAS 38-64) Lors de l acquisition Actif isolé ou dans le cadre d un regroupement d entreprises Lors des tests de dépréciation (IAS 36) En cas d indice de perte de valeur Et au moins une fois par an en tant qu actif incorporel le plus souvent à durée d'utilité indéterminée 11 Contextes d évaluation des marques Cadre comptable (IFRS) Acquisition de la marque (IAS 38 Immobilisations corporelles) Tests d impairment (IAS 36) Actif isolé Valeur de transaction ( 26) Regroupement d entreprises Juste valeur ( 34) - Prix de marché - Transactions - Méthodes indirectes Valeur comptable vs valeur recouvrable Max (JV diminuée des coûts de vente ; valeur d'utilité) En pratique, essentiellement valeur d utilité 12 6

7 Contextes d évaluation des marques Cadre comptable (IFRS) Acquisition séparée (IAS 38-27) : Le coût de l actif incorporel correspond à son prix d achat majoré d éventuels coûts complémentaires en vue de son utilisation prévue Acquisition lors d un regroupement d entreprises Les marques sont des actifs spécifiques caractérisés par l absence de marché actif et des transactions publiques peu fréquentes; les approches de marché suivantes proposées dans la norme trouvent donc difficilement à s appliquer : - Prix cotés sur un marché actif (IAS 38 39) - Transactions récentes sur des actifs similaires (IAS 38 40) Dans ce cadre, recours principalement à des techniques d estimation indirecte de la juste valeur de l actif (IAS 38 41) : actualisation de flux (cash flow, redevances) 13 Contextes d évaluation des marques Cadre comptable (IFRS) Tests de dépréciation Comparaison de la valeur nette comptable avec la valeur recouvrable de l actif, soit la valeur la plus élevée entre : - sa juste valeur diminuée des coûts de la vente (transactions conclues dans des conditions de concurrence normale) et - sa valeur d'utilité (valeur actuelle des flux de trésorerie futurs) En raison de la spécificité de l actif qu est la marque et l absence de données de marché ou transactionnelles publiques, la valeur recouvrable de la marque est généralement appréciée au regard de sa valeur d utilité 14 7

8 Contextes d évaluation des marques Cadre fiscal Mise en place d un contrat de licence de marque au sein d un Groupe Problématique de la fixation du taux de redevance de marque Appréhension du risque fiscal de transfert de bénéfice à l étranger - Cas d une filiale française versant une licence à une société mère localisée le plus souvent dans un paradis fiscal en échange de l utilisation de la marque. Nécessité de respecter le principe de pleine concurrence défini par l OCDE dans le cadre de la fixation des prix de transfert (juillet 2010) Principe de pleine concurrence Le prix de transfert entre des entreprises associées est déterminé sur la base des conditions commerciales et financières observables entre des entreprises indépendantes pour des transactions et dans des circonstances comparables, il s agit d un prix de marché 15 Contextes d évaluation des marques Autres Transactionnel : Acquisition / Cession / Apport Stratégique / opérationnel : Suivi du développement d une marque suite à son lancement Mesure de la performance des responsables marketing Gestion d un portefeuille de marques Octroi d une licence Mise en gage de la marque Juridique Litiges financiers Contentieux fiscaux 16 8

9 Cadre normatif existant Cadre normatif existant Norme ISO Evaluation d une marque exigences pour l évaluation monétaire d une marque (octobre 2010) Cadre méthodologique commun pour l évaluation monétaire des marques Rappel de la valeur d une marque = l avantage économique généré par la marque au cours de sa durée de vie économique prévue Présentation d une approche Fondée sur l analyse conjointe des paramètres financiers, marketing et juridiques donc plus large que l approche comptable et financière des IFRS Multicritère : approche par les revenus, le marché et les coûts Applicable dans des différents contextes d évaluation (comptables, fiscaux, transactionnels, opérationnels, juridiques ) 18 9

10 Cadre normatif existant Principes de l OCDE applicables en matière de prix de transfert : «Considérations applicables aux biens incorporels (chap. VI)» Distinction entre biens incorporels De commercialisation : marques, clientèle, réseaux de distribution Manufacturiers : brevets, savoir-faire, dessins et modèles Eléments «non financiers» impactant la valeur d une marque La notoriété et la crédibilité engendrées par la qualité des B&S commercialisés sous la marque La réputation de qualité du titulaire de la marque La taille du marché des B&S vendus sous la marque La familiarisation de la clientèle à la marque, de l efficacité des actions de promotion La nature des droits attachés à la marque (classes d actifs, couverture géographique, nantissements ) 19 Cadre normatif existant Principes de l OCDE applicables en matière de prix de transfert : «Considérations applicables aux biens incorporels (chap. VI)» Principe de pleine concurrence appliqué à des biens incorporels Nécessité de se placer du point de vue du cédant et du cessionnaire pour déterminer le prix de marché - Cédant : référence au prix auquel une entreprise indépendante comparable serait disposée à transférer l actif - Cessionnaire : en fonction de l utilité de l actif incorporel pour l activité de l entreprise indépendante comparable En IFRS, valorisation plutôt de la position du cédant sur la base des estimations de flux de trésorerie que l entité s attend à obtenir de l actif 20 10

11 Cadre normatif existant Principes de l OCDE applicables en matière de prix de transfert : «Considérations applicables aux biens incorporels (chap. VI)» Méthodes de détermination du prix de pleine concurrence Transactions comparables : en cas de biens incorporels de commercialisation (tels des marques), nécessité de considérer des facteurs qualitatifs (zone géographique, parts de marché, volume des ventes ) Comparaison avec des produits similaires sans marque : différence sur les volumes des ventes, prix, bénéfices réalisés Partage des bénéfices Référentiel ISO conforme aux approches retenues par l OCDE 21 Analyse marketing et juridique de la marque 11

12 Analyse marketing et juridique de la marque Les trois dimensions du diagnostic : valeur juridique, valeur marketing, valeur économique Valeur financière de la marque Valeur marketing : produits + force de la marque 23 Analyse marketing et juridique de la marque Les trois dimensions du diagnostic : valeur juridique, valeur marketing, valeur économique Dimension juridique Le domaine de compétence d une marque et sa pérennité dépendent de l étendue de sa protection juridique (classes, pays) Dimension marketing La marque est un réducteur de risque pour le consommateur du fait du contrat de garantie implicite qui l accompagne La marque a une personnalité constituée de plusieurs éléments Dimension économique La marque ne vaut que par sa valeur ajoutée : - En termes de prix ou de marge - Et d attraction des consommateurs ou encore par sa capacité : - A être donnée en licence - A supporter des nouveaux produits 24 12

13 Analyse marketing et juridique de la marque Les objectifs du diagnostic juridique, marketing et économique Valeur de la marque = valeur actuelle des revenus futurs Diagnostic juridique, marketing et économique Déterminer le revenu de la marque Estimer l évolution de ce revenu Définir le risque associé aux revenus futurs de la marque Redevance, prime de prix, part du surprofit Prévisions, durée de vie Taux d actualisation Analyse marketing et juridique de la marque Mais la valeur d une marque dépend. de la volonté la stratégie de l entreprise des attentes du marché ce que les consommateurs/utilisateurs en font des grandes tendances sociologiques, qui déterminent les besoins Valeur financière de la marque 26 13

14 Analyse financière de la marque Principales approches d évaluation Approche par les revenus Approche par le marché Approche par les coûts 28 14

15 Approche par les revenus Méthodologie La valeur de la marque correspond à la valeur actuelle nette des avantages économiques attendus au cours de sa durée de vie économique résiduelle Les principales étapes de cette approche sont : La détermination du flux de trésorerie après impôts attribuable à la marque L actualisation desdits flux de trésorerie sur la durée de vie économique résiduelle 29 Approche par les revenus Détermination du flux de trésorerie Prime de prix et/ou de volume Surprofits Redevances 30 15

16 Approche par les revenus Prime de prix et/ou de volume Détermination de la prime Surplus de prix et/ou de volume dont peut bénéficier l entreprise sur les B&S qu elle commercialise sous sa marque par rapport à des B&S comparables sans marque Primes de coût ou économies d échelle permises par la marque : applicable aux entreprises optant pour une stratégie de domination par les coûts Prise en compte des coûts spécifiques à la marque Coûts d entretien de la marque (frais juridiques, promotion) Coûts de développement de la marque et d acquisition d une part de marché complémentaire (actions commerciales spécifiques) Détermination du surplus de marge 31 Approche par les revenus Prime de prix et/ou de volume Points pratiques Problématiques Absence de produit sans marque Absence de parfaite comparabilité Analyse conjointe prix et volume Vieillissement de la marque Commentaires Se référer à la marque la plus faible (ex : automobile) Retraiter les autres facteurs non liés à la marque expliquant une partie des primes (spécificités des B&S, qualité, SAV ) La marque a des effets simultanés sur les prix et les volumes, ces méthodes doivent donc être appréhendées conjointement A considérer dans les prévisions de flux : réduction progressive de la prime à coût d entretien de la marque inchangé ou maintien de la prime avec des investissements spécifiques de «rajeunissement» de la marque 32 16

17 Approche par les revenus La méthode des surprofits (rente de Goodwill) On détermine le surprofit qui correspond aux revenus disponibles pour rémunérer les actifs incorporels On affecte une partie du surprofit à la marque Résultat d exploitation Impôt sur les sociétés Rémunération de l actif économique = Surprofit Résultat de la marque + Résultat des autres actifs incorporels 33 Approche par les revenus Exemple de méthode pour partager le surprofit : la matrice de partage de Sorgem Evaluation Facteurs clés de succès Image Qualité produits Offre globale Réseau intégré Internet Total Rang Poids 30% 20% 20% 15% 15% 100% Marque 60% 40% 20% 50% 20% 41% Savoir-faire design/développement 15% 30% 50% 21% Savoir-faire industriel / achat 30% 6% Faire-savoir 20% 30% 20% 15% Savoir faire gestion de réseau 20% 3% Savoir-faire technologie internet 20% 3% Savoir-faire logistique 10% 20% 5% Contrat de franchise 5% 20% 5% Bases clients / CRM 20% 3% Total 100% 100% 100% 100% 100% 100% 34 17

18 Approche par les revenus Méthodes des redevances Approche générale Estimation des redevances théoriques qui seraient perçues par le propriétaire de la marque en cas de mise sous licence ou économisées grâce à la propriété de la marque après déduction des dépenses nécessaires à l entretien de la marque Redevance théorique = taux * CA prévisionnel du licencié Facteurs à considérer L utilité de la marque pour l utilisateur (dans quelle mesure cette marque lui permet de développer sa notoriété) Contribution de chacune des parties (coûts de promotion, visibilité ) Risques supportés par chacun (opérationnels, juridiques et financiers) 35 Approche par les revenus Méthodes des redevances Estimation du taux de redevance Estimation à partir des accords de licence conclus : - Entre des parties indépendantes - Portant sur des marques comparables - Et dont les conditions d exploitation sont similaires (notamment en termes de répartition entre les parties du revenu généré par la marque) Sur la base de comparables internes (marque déjà concédée en licence auprès d un tiers) ou externes A partir d une analyse intrinsèque qui estime le poids de la marque dans la création de valeur 36 18

19 Approche par les revenus Méthodes des redevances Points pratiques Problématiques Commentaires Valeur pour l utilisateur Sensibilité au taux de redevance Source de l information comparable Estimation du CA du licencié En se basant uniquement sur des données comparables, cette méthode ne permet pas de prendre en compte la valeur que l utilisateur de la marque peut lui attribuer nécessité préalable d une analyse qualitative Taux généralement rencontrés sont bas (entre 1% et 5%) : forte sensibilité de la valeur de la marque Information publique rarement disponible d où la nécessité de se constituer une base de données interne basée sur l expérience. Information publique sur des taux «larges» par activité qui incluent la marque mais également le savoir-faire, l assistance commerciale plus facilement accessible ; peut constituer un indicateur de la borne haute du taux de redevance de marque Données prévisionnelles de l activité du licencié à considérer 37 Approche par le marché Transactions comparables Valeur de la marque estimée en se basant sur des transactions intervenues récemment sur des marques similaires en termes de : Positionnement de marché : nature des B&S associés à la marque Force de la marque : notoriété, «image de marque» Situation économique : profitabilité Situation juridique : classes d actifs, zone géographique, limitations Retraitement des éventuelles valeurs stratégiques et synergies prises en compte dans le prix de transaction En pratique, méthode difficilement applicable au regard du faible nombre de transactions réalisées sur des marques en tant qu actifs isolés 38 19

20 Approche par les coûts Valeur de la marque = coûts historiques de création ou coûts de reconstitution Approches Intérêts Limites Coûts historiques Coûts de reconstitution Similitude avec l approche comptable de valorisation des immobilisations Valeur plancher pour une marque facilement reproductible Conceptuelles : ne convient qu aux marques reproductibles Techniques : problème du choix et de l identification des coûts 39 Le choix du taux d actualisation Le taux d actualisation peut être estimé avec une approche financière du type de celle utilisée pour la valorisation des entreprises : Taux sur fonds propres définis par un modèle MEDAF Taux d actualisation égal à un taux sur fonds propres ou à un WACC Le taux sur fonds propres peut (doit?) être estimé par le diagnostic juridique et marketing Exemple : la classe de risque de la marque (méthode Sorgem Evaluation) 40 20

21 Le choix du taux d actualisation Estimation du taux d actualisation par la méthode de la classe de risque de la marque 41 Le choix du taux d actualisation Estimation du taux d actualisation par la méthode de la classe de risque de la marque 42 21

22 Le choix du taux d actualisation Estimation du taux d actualisation par la méthode de la classe de risque de la marque 0 Prime de risque du marché (RM) 2 x Prime de risque du marché (RM) Classe 0 Classe 1 Classe 2 Classe 3 Classe 4 Taux sans risque = OAT 10 ans Taux sans risque + prime de risque moyenne du marché Taux sans risque + 2 x prime de risque moyenne du marché 43 La durée de vie des revenus En général on considère que la durée de vie de la marque est indéfinie Se comprend pour les marques «mères» ou marques «ombrelles» Plus discutable pour les marques «produits» surtout si on peut identifier une durée de vie moyenne de ce type de marque 44 22

23 A retenir A retenir Approches développées dans la norme ISO conformes aux dispositions fiscales de l OCDE sur les prix de transfert aussi bien en termes : Financiers : méthodes de valorisation homogènes Hors financiers : l analyse marketing et juridique est un préalable indispensable avant toute évaluation financière Approche par les revenus correspond à la méthode préférentielle (norme ISO) et rejoint la valeur d utilité du référentiel IFRS En raison de finalités différentes, la valeur de l incorporel estimé pour un PPA (comptable) peut se distinguer de sa valeur fiscale (prix de transfert) : IFRS : la juste valeur valorise plutôt la position du cédant OCDE : la pleine concurrence recherche un prix plutôt qu une valeur et prend ainsi en compte les intérêts du cédant et de l acquéreur 46 23

24 A retenir Nécessité d appliquer une approche multicritère afin de recouper les résultats des différentes méthodes en raison de la nécessaire subjectivité des hypothèses (comparabilité, taux d actualisation ) et de la disponibilité des données utiles à l évaluation. Ce n est pas parce que des actifs ont des durées de vie indéterminées, qu ils sont source de surprofit ou de rendement inhabituel indéfiniment Titre de la présentation 47 A retenir Approche par les revenus Approches Prime de prix et/ou volume Surprofits Redevances Commentaires Principe de la méthode simple Si applicable, prendre en compte dans les flux l effet du vieillissement de la marque Approche analytique qui permet d identifier les sources de valeurs de la marque (rôle, perspectives, ) et de les distinguer de celles des autres actifs incorporels Mais méthode qui demande beaucoup d informations Quand le taux de redevance se base sur des accords de licence comparables, celui-ci n intègre pas la valeur que l utilisateur de la marque peut lui attribuer en fonction du rôle que celle-ci a pour lui et de la contribution de l utilisateur à l exploitation de la marque Forte sensibilité de la valeur de la marque au taux de redevance en raison d une fourchette de taux «faible» 48 24

25 A retenir Méthodes Approche par le marché Approche par les coûts Commentaires Difficilement applicable en raison de la faiblesse des transactions sur des marques en tant qu actifs isolés et au regard des contraintes de comparabilité Ne capte pas le potentiel de création de valeur futur et permet ainsi de déterminer une valeur minimale de la marque Nécessite de récupérer un historique fiable des coûts donc plus adaptée à des marques jeunes 49 Questions 25

L évaluation financière des marques

L évaluation financière des marques L évaluation financière des marques Guy Jacquot Expert Judiciaire pré la Cour d Appel de Paris, Associé Sorgem Evaluation SFEV 13 mars 2014 Sorgem Evaluation 11, rue Leroux 75116 PARIS www.sorgemeval.com

Plus en détail

Acquisitions d entreprises : traitement des actifs incorporels en IFRS

Acquisitions d entreprises : traitement des actifs incorporels en IFRS Acquisitions d entreprises : traitement des actifs incorporels en IFRS CONFERENCE IMA DU 5 AVRIL 2006 Jean-Pierre COLLE et Raphaël JACQUEMARD Associés KPMG 1 Introduction Jusqu à une période récente et

Plus en détail

INTRODUCTION EN BOURSE EVALUATION D ENTREPRISE

INTRODUCTION EN BOURSE EVALUATION D ENTREPRISE INTRODUCTION EN BOURSE EVALUATION D ENTREPRISE Avril 2013 EVALUATION D ENTREPRISE 1 Introduction en bourse Une introduction en bourse est avant tout une opération financière. Les avantages financiers de

Plus en détail

a e e e Présentation enquête A3E sur l évaluation des marques 05/10/2010 1

a e e e Présentation enquête A3E sur l évaluation des marques 05/10/2010 1 Présentation enquête A3E sur l évaluation des marques 05/10/2010 1 1 ère Enquête sur la valorisation des actifs incorporels Thème n 1 : La Valorisation des Marques Présentation enquête A3E sur l évaluation

Plus en détail

CHAPITRE 1 Audit rapide de la propriété intellectuelle existante... 9 1. La «check list»... 10 2. Analyse de la «check list»... 12

CHAPITRE 1 Audit rapide de la propriété intellectuelle existante... 9 1. La «check list»... 10 2. Analyse de la «check list»... 12 Table des matières Préface... 5 CHAPITRE 1 Audit rapide de la propriété intellectuelle existante... 9 1. La «check list»... 10 2. Analyse de la «check list»... 12 CHAPITRE 2 Outils de protection L intérêt

Plus en détail

Norme comptable internationale 38 Immobilisations incorporelles

Norme comptable internationale 38 Immobilisations incorporelles Norme comptable internationale 38 Immobilisations incorporelles Objectif 1 L objectif de la présente norme est de prescrire le traitement comptable des immobilisations incorporelles qui ne sont pas spécifiquement

Plus en détail

PROJET REGROUPEMENTS D ENTREPRISES PHASE II

PROJET REGROUPEMENTS D ENTREPRISES PHASE II PROJET REGROUPEMENTS D ENTREPRISES PHASE II Ces transparents sont fondés sur les conclusions préliminaires de l IASB telles qu elles ont été rendues publiques sur le site de l IASB. Le Board peut à tout

Plus en détail

Ouvrage collectif d un groupe de travail de l Association nationale des Directeurs Financiers et de Contrôle de Gestion.

Ouvrage collectif d un groupe de travail de l Association nationale des Directeurs Financiers et de Contrôle de Gestion. Ouvrage collectif d un groupe de travail de l Association nationale des Directeurs Financiers et de Contrôle de Gestion Normes IAS/IFRS Que faut-il faire? Comment s y prendre? Deuxième édition, 2004, 2005

Plus en détail

Les clés de l évaluation. Hervé Bardin

Les clés de l évaluation. Hervé Bardin Les clés de l évaluation Hervé Bardin Evaluation d entreprise : principes généraux Evaluation d entreprise : principes généraux Que veut-on évaluer? Contexte de l évaluation Typologie des méthodes d évaluation

Plus en détail

Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions

Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions OBJECTIF 1 L objectif de la présente Norme

Plus en détail

PRÉSENTATION DES MODÈLES D ÉTATS FINANCIERS

PRÉSENTATION DES MODÈLES D ÉTATS FINANCIERS PRÉSENTATION DES MODÈLES D ÉTATS FINANCIERS PARTIE 1 : ANALYSE DES NORMES COMPTABLES SELON LA STRUCTURE DES ÉTATS FINANCIERS PARTIE 2 : ÉTATS FINANCIERS MODÈLES MODÈLE A ÉTATS FINANCIERS NON CONSOLIDÉS

Plus en détail

Information financière pro forma 2012 consolidée Icade-Silic

Information financière pro forma 2012 consolidée Icade-Silic COMMUNIQUE DE PRESSE Paris, le 27 mars 2013 Information financière pro forma 2012 consolidée Icade-Silic Conformément à ce qui avait été annoncé lors de la publication des comptes annuels, Icade publie

Plus en détail

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES ETABLIS SELON LES NORMES COMPTABLES IFRS TELLES QU ADOPTEES PAR L UNION EUROPEENNE 31 DECEMBRE 2011

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES ETABLIS SELON LES NORMES COMPTABLES IFRS TELLES QU ADOPTEES PAR L UNION EUROPEENNE 31 DECEMBRE 2011 ETATS FINANCIERS CONSOLIDES ETABLIS SELON LES NORMES COMPTABLES IFRS TELLES QU ADOPTEES PAR L UNION EUROPEENNE 31 DECEMBRE 2011-1 - SOMMAIRE ETATS DE SYNTHESE Etat de la situation financière au 1 er janvier

Plus en détail

OPÉRATIONS DE CESSION

OPÉRATIONS DE CESSION OPÉRATIONS DE CESSION Anticipation des difficultés de mise en œuvre de la norme IFRS 5 «Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées» Paris le 23/09/2014 Sandra Dujardin Antoine

Plus en détail

Comment valoriser une entreprise et sur quels critères? ISEC 22 novembre 2011 Evaluation d entreprises

Comment valoriser une entreprise et sur quels critères? ISEC 22 novembre 2011 Evaluation d entreprises 1 Comment valoriser une entreprise et sur quels critères? ISEC 22 novembre 2011 Evaluation d entreprises Sommaire Préambule Comment bien évaluer une entreprise? Le diagnostic Le business plan L approche

Plus en détail

L épreuve se compose de quatre exercices indépendants.

L épreuve se compose de quatre exercices indépendants. COMPTABILITÉ ET ANALYSE FINANCIÈRE Épreuve à option Rédacteur 2009 Concours externe et interne Document et matériel autorisés : Liste intégrale des comptes comportant la mention «document autorisé aux

Plus en détail

L AUDITEUR ET LA PROBLEMATIQUE DES ELEMENTS INCORPORELS. Jean-Luc FLABEAU

L AUDITEUR ET LA PROBLEMATIQUE DES ELEMENTS INCORPORELS. Jean-Luc FLABEAU L AUDITEUR ET LA PROBLEMATIQUE DES ELEMENTS INCORPORELS Jean-Luc FLABEAU SOMMAIRE (1/2) Rappel des normes comptables : françaises et IFRS - Définition d une immobilisation incorporelle - Revue de quelques

Plus en détail

Numericable SFR. Informations financières consolidées sélectionnées au 31 mars 2015. (Non auditées)

Numericable SFR. Informations financières consolidées sélectionnées au 31 mars 2015. (Non auditées) 1, Square Bela Bartok 75015 Paris COMPTE DE RESULTAT CONSOLIDE (NON AUDITE) Période de 3 mois close le (en millions d'euros) 31 mars 2015 31 mars 2014 Chiffre d'affaires 2 740 328 Achats externes (1 489)

Plus en détail

La stratégie de la marque dans la stratégie de l entreprise : de la création à la transmission. Jeudi 5 février 2015 de 11h30 à 13h00

La stratégie de la marque dans la stratégie de l entreprise : de la création à la transmission. Jeudi 5 février 2015 de 11h30 à 13h00 La stratégie de la marque dans la stratégie de l entreprise : de la création à la transmission Jeudi 5 février 2015 de 11h30 à 13h00 Intervenants Marie-Claire BERSON Expert-comptable, Commissaire aux comptes,

Plus en détail

Ressources APIE. La comptabilisation des actifs immatériels : enjeux et applications. immatériel. Pour comprendre. En bref

Ressources APIE. La comptabilisation des actifs immatériels : enjeux et applications. immatériel. Pour comprendre. En bref Ressources de l immatériel APIE Agence du patrimoine immatériel de l état La comptabilisation des actifs immatériels : enjeux et applications En bref L État est riche d un patrimoine immatériel inestimable.

Plus en détail

Norme comptable internationale 12 Impôts sur le résultat

Norme comptable internationale 12 Impôts sur le résultat Norme comptable internationale 12 Impôts sur le résultat Objectif L objectif de la présente norme est de prescrire le traitement comptable des impôts sur le résultat. La question principale en matière

Plus en détail

METHODES D EVALUATION

METHODES D EVALUATION METHODES D EVALUATION C.R.A. PANSARD & ASSOCIES Présentation du 27 septembre 2004 G. Lévy 1 METHODES D EVALUATION SOMMAIRE 1 Définition et approche de la «valeur» 2 - Les principales méthodes d évaluation

Plus en détail

Actifs Immatériels: quelle est la vraie valeur de votre entreprise?

Actifs Immatériels: quelle est la vraie valeur de votre entreprise? Actifs Immatériels: quelle est la vraie valeur de votre entreprise? Réunion de la Chambre de Commerce et d Industrie du Lot et Garonne le 5 Novembre 2007 p. 1 Sommaire n Les fondamentaux n Les applications

Plus en détail

«Evaluation de l entreprise»

«Evaluation de l entreprise» «Evaluation de l entreprise» Philippe BRIDOUX GESCO 1 Sommaire I. Introduction : quand valorise-t-on / que valorise-t-on? II. Les composantes de la valeur d une entreprise III. Les différentes méthodes

Plus en détail

Veolia Environnement - Etats financiers consolidés au 31 décembre 2011 Projet En cours d audit. Etats financiers consolidés Au 31 décembre 2011

Veolia Environnement - Etats financiers consolidés au 31 décembre 2011 Projet En cours d audit. Etats financiers consolidés Au 31 décembre 2011 Veolia Environnement - Etats financiers consolidés au 2011 Projet En cours d audit Etats financiers consolidés 2011 Veolia Environnement - Etats financiers consolidés au 2011 Projet En cours d audit Sommaire

Plus en détail

Norme internationale d information financière 5 Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées

Norme internationale d information financière 5 Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées Norme internationale d information financière 5 Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées Objectif 1 L objectif de la présente norme est de spécifier la comptabilisation d

Plus en détail

IFRS 15 Produits des contrats avec les clients. Impacts, défis et actions à entreprendre. Olivia Larmaraud Eric Dard

IFRS 15 Produits des contrats avec les clients. Impacts, défis et actions à entreprendre. Olivia Larmaraud Eric Dard IFRS 15 Produits des contrats avec les clients Impacts, défis et actions à entreprendre Olivia Larmaraud Eric Dard 10 juin 2014 Agenda Aperçu des principales dispositions d IFRS 15 Contexte Les 5 étapes

Plus en détail

NC 06 Norme comptable relative aux Immobilisations incorporelles

NC 06 Norme comptable relative aux Immobilisations incorporelles NC 06 Norme comptable relative aux Immobilisations incorporelles Objectif 01. Une entreprise peut acquérir des éléments incorporels ou peut elle-même les développer. Ces éléments peuvent constituer des

Plus en détail

Norme internationale d information financière 1 Première application des Normes internationales d information financière

Norme internationale d information financière 1 Première application des Normes internationales d information financière IFRS 1 Norme internationale d information financière 1 Première application des Normes internationales d information financière Objectif 1 L objectif de la présente Norme est d assurer que les premiers

Plus en détail

Norme internationale d information financière 3 Regroupements d entreprises

Norme internationale d information financière 3 Regroupements d entreprises Norme internationale d information financière 3 Regroupements d entreprises Objectif 1 L objectif de la présente norme consiste à améliorer la pertinence, la fiabilité et la comparabilité de l information

Plus en détail

Pratique des normes IAS/IFRS : 40 cas d application. Robert OBERT. avec corrigés

Pratique des normes IAS/IFRS : 40 cas d application. Robert OBERT. avec corrigés Pratique des normes IAS/IFRS : 40 cas d application avec corrigés Robert OBERT Pratique des normes IAS/IFRS : 40 cas d application Pratique des normes IAS/IFRS : 40 cas d application Robert OBERT Dunod,

Plus en détail

Pleins feux sur les IFRS

Pleins feux sur les IFRS Bureau mondial des IFRS Août 2010 Pleins feux sur les IFRS L IASB publie un exposé-sondage sur la comptabilisation des contrats de location Table des matières La proposition Champ d application Comptabilisation

Plus en détail

1. Dispositions générales

1. Dispositions générales Arrêté du 12 avril 2012 relatif à la documentation justifiant les prix de transfert appliqués par les sociétés apparentées Dans le cadre du renforcement du contrôle fiscal des prix de transfert appliqués

Plus en détail

Norme comptable internationale 17 Contrats de location

Norme comptable internationale 17 Contrats de location Norme comptable internationale 17 Contrats de location Objectif 1 L objectif de la présente norme est d établir, pour le preneur et le bailleur, les principes comptables appropriés et les informations

Plus en détail

Les aspects prix de transfert des biens incorporels. Frédéric Lubczinski Avocat à la Cour Département Taxes

Les aspects prix de transfert des biens incorporels. Frédéric Lubczinski Avocat à la Cour Département Taxes Les aspects prix de transfert des biens incorporels Frédéric Lubczinski Avocat à la Cour Département Taxes Sommaire I- Le concept de prix de transfert II- Les biens incorporels III- Les réflexions actuelles

Plus en détail

Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers

Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers IFRS 9 Chapitre 1 : Objectif 1.1 L objectif de la présente norme est d établir des principes d information financière en matière d

Plus en détail

Selon la charte de l expertise en évaluation immobilière, 3 ème édition Juin 2006, la valeur vénale est :

Selon la charte de l expertise en évaluation immobilière, 3 ème édition Juin 2006, la valeur vénale est : COMPAGNIE NATIONALE DES EXPERTS IMMOBILIERS * 1 Alain MANZON Expert Immobilier-Consultant JANVIER 2013 N d agrément - 1004 - Diplômé de l Enseignement Supérieur RD559 Beauvallon Guerre vieille 83310 GRIMAUD

Plus en détail

GROUPE D ALIMENTATION MTY INC.

GROUPE D ALIMENTATION MTY INC. États financiers consolidés de GROUPE D ALIMENTATION MTY INC. Exercices clos les 30 novembre 2013 et 2012 États consolidés des résultats Exercices clos les 30 novembre 2013 et 2012 2013 2012 $ $ Produits

Plus en détail

Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1

Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1 Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1 Champ d application 1 La présente norme doit être appliquée à la comptabilisation

Plus en détail

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Objectif Les informations concernant les flux de trésorerie d une entité sont utiles aux utilisateurs des états financiers car elles leur

Plus en détail

4.1 Compte de résultat de l exercice 2008 100. 4.2 Bilan au 31 décembre 2008 101

4.1 Compte de résultat de l exercice 2008 100. 4.2 Bilan au 31 décembre 2008 101 États Financiers consolidés.1 Compte de résultat de l exercice 2008 100.2 Bilan au 31 décembre 2008 101.3 Tableaux de passage des capitaux propres du 1 er janvier 2007 au 31 décembre 2008 102. Tableau

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES COMMENTAIRES GÉNÉRAUX SUR LES MODÈLES D ÉTATS FINANCIERS

TABLE DES MATIÈRES COMMENTAIRES GÉNÉRAUX SUR LES MODÈLES D ÉTATS FINANCIERS COMMENTAIRES GÉNÉRAUX SUR LES MODÈLES D ÉTATS FINANCIERS Application... 1 Normes comptables canadiennes pour les entreprises à capital fermé... 2 Applicabilité pour toutes les entreprises à capital fermé...

Plus en détail

Finance pour non financiers

Finance pour non financiers Finance pour non financiers Managers non financiers Responsables opérationnels ayant à dialoguer avec les comptables et les financiers Savoir communiquer avec les financiers dans l entreprise : comptabilité,

Plus en détail

Conseil des normes comptables 277, rue Wellington Ouest, Toronto (Ontario) Canada M5V 3H2 Tél. : 416-977-3222 Téléc. : 416-204-3412 Page 1 de 27

Conseil des normes comptables 277, rue Wellington Ouest, Toronto (Ontario) Canada M5V 3H2 Tél. : 416-977-3222 Téléc. : 416-204-3412 Page 1 de 27 Version abrégée de la comparaison des PCGR canadiens (Normes comptables pour les entreprises à capital fermé) (Partie II) et des IFRS (Partie I) au 31 décembre 2009 1. La présente analyse comparative a

Plus en détail

en juste valeur par résultat Placements détenus jusqu à échéance

en juste valeur par résultat Placements détenus jusqu à échéance Normes IAS 32 / Instruments financiers : Présentation Normes IAS 39 / Instruments financiers : Comptabilisation et Evaluation Normes IFRS 7 / Instruments financiers : Informations à fournir Introduction

Plus en détail

68 Bilan consolidé 70 Compte de résultats consolidé 71 État consolidé du résultat global 72 État consolidé des variations des capitaux propres 74

68 Bilan consolidé 70 Compte de résultats consolidé 71 État consolidé du résultat global 72 État consolidé des variations des capitaux propres 74 ÉTATS FINANCIERS 68 Bilan consolidé 70 Compte de résultats consolidé 71 État consolidé du résultat global 72 État consolidé des variations des capitaux propres 74 Tableau des flux de trésorerie consolidé

Plus en détail

GROUPE SPORTSCENE INC.

GROUPE SPORTSCENE INC. États financiers consolidés GROUPE SPORTSCENE INC. Aux et pour les exercices terminés le 25 août 2013 et le 26 août 2012 Table des matières Rapport de la direction...3-4 Rapport de l auditeur indépendant...5-6

Plus en détail

Comptes d immobilisations (Classe 2)

Comptes d immobilisations (Classe 2) Comptes d immobilisations (Classe 2) Les comptes d immobilisations sont débités, à la date d entrée des biens dans le patrimoine de l entité : de la valeur d apport ; du coût d acquisition ; du coût de

Plus en détail

La transmission d un cabinet d EC et de CAC

La transmission d un cabinet d EC et de CAC La transmission d un cabinet d EC et de CAC Ou les cordonniers sont les plus mal chaussés! Par Nathalie GORRY et Boris SAUVAGE Avec la participation de Fabrice ZINSSNER de Gan Assurances 1 Objectifs de

Plus en détail

Les instruments financiers

Les instruments financiers Comparaison des normes comptables tunisiennes avec les normes comptables internationales 1 Les instruments financiers L IAS 32 définit les instruments financiers comme étant tout contrat qui donne lieu

Plus en détail

Norme comptable internationale 18 Produits des activités ordinaires

Norme comptable internationale 18 Produits des activités ordinaires Norme comptable internationale 18 Produits des activités ordinaires Objectif Les produits sont définis dans le Cadre pour la préparation et la présentation des états financiers 1 comme les accroissements

Plus en détail

Comptes Consolidés 2014

Comptes Consolidés 2014 Comptes Consolidés 2014 Page 1 4.2 Comptes consolidés 4.2.1 Compte de résultat consolidé... 3 4.2.2 Résultat global consolidé... 4 4.2.3 Situation financière consolidée... 5 4.2.4 Variation des capitaux

Plus en détail

PUBLICATIONS PÉRIODIQUES BINCKBANK N.V.

PUBLICATIONS PÉRIODIQUES BINCKBANK N.V. PUBLICATIONS PÉRIODIQUES SOCIÉTÉS COMMERCIALES ET INDUSTRIELLES (COMPTES ANNUELS) BINCKBANK N.V. Société anonyme de droit néerlandais. Siège social : Barbara Strozzilaan, 1083 HN Amsterdam, Pays-Bas. Comptes

Plus en détail

Régime fiscal de la marque

Régime fiscal de la marque 29 avril 2008 Régime fiscal de la marque Par Véronique STÉRIN Chargée d études et de recherche Institut de recherche en propriété intellectuelle-irpi et Valérie STÉPHAN Responsable du département fiscal-dgaepi

Plus en détail

UNIVERSITE DE SFAX Ecole Supérieure de Commerce

UNIVERSITE DE SFAX Ecole Supérieure de Commerce UNIVERSITE DE SFAX Ecole Supérieure de Commerce Année Universitaire 2003 / 2004 Auditoire : Troisième Année Etudes Supérieures Commerciales & Sciences Comptables DECISIONS FINANCIERES Note de cours N 2

Plus en détail

NORME IAS 32/39 INSTRUMENTS FINANCIERS

NORME IAS 32/39 INSTRUMENTS FINANCIERS NORME IAS 32/39 INSTRUMENTS FINANCIERS UNIVERSITE NANCY2 Marc GAIGA - 2009 Table des matières NORMES IAS 32/39 : INSTRUMENTS FINANCIERS...3 1.1. LA PRÉSENTATION SUCCINCTE DE LA NORME...3 1.1.1. L esprit

Plus en détail

Les tableaux de flux de trésorerie en règles françaises et internationales : essai de synthèse

Les tableaux de flux de trésorerie en règles françaises et internationales : essai de synthèse Synthèse // Réflexion // Une entreprise/un homme // Références Les tableaux de flux de trésorerie en règles françaises et internationales : essai de synthèse Particulièrement utiles pour évaluer la capacité

Plus en détail

États financiers condensés consolidés. du premier trimestre 2015. Aux 31 mars 2015 et 2014

États financiers condensés consolidés. du premier trimestre 2015. Aux 31 mars 2015 et 2014 Industrielle Alliance, Assurance et services financiers inc. États financiers condensés consolidés du premier trimestre 2015 Aux 31 mars 2015 et 2014 SRM158-1(15-03) PDF Ces états financiers consolidés

Plus en détail

Licence Professionnelle

Licence Professionnelle Licence Professionnelle Management des organisations Spécialité Assistant de Gestion et Contrôle Financier Page Unités d enseignement Page 2 UE1 Langages fondamentaux et compétences personnelles Anglais

Plus en détail

AMIC Bourse de Casablanca Financement des Entreprises Du Capital Investissements à la Bourse

AMIC Bourse de Casablanca Financement des Entreprises Du Capital Investissements à la Bourse Transactions Maroc AMIC Bourse de Casablanca Financement des Entreprises Du Capital Investissements à la Bourse Strictement confidentiel Les étapes clefs La préparation, un facteur clef de succès Quelle

Plus en détail

Norme comptable internationale 8 Méthodes comptables, changements d estimations comptables et erreurs

Norme comptable internationale 8 Méthodes comptables, changements d estimations comptables et erreurs Norme comptable internationale 8 Méthodes comptables, changements d estimations comptables et erreurs Objectif 1 L objectif de la présente norme est d établir les critères de sélection et de changement

Plus en détail

DISCOUNTED CASH-FLOW

DISCOUNTED CASH-FLOW DISCOUNTED CASH-FLOW Principes généraux La méthode des flux futurs de trésorerie, également désignée sous le terme de Discounted Cash Flow (DCF), est très largement admise en matière d évaluation d actif

Plus en détail

Groupe Carrefour. Normes IFRS

Groupe Carrefour. Normes IFRS Groupe Carrefour Normes IFRS 16 décembre d 2004 1 Plan 1. Champ d application d des normes IFRS 2. Revues des principales normes IFRS susceptibles d impacter la grande distribution alimentaire et implications

Plus en détail

QUELLE «JUSTE VALEUR»? Philippe MARTINET

QUELLE «JUSTE VALEUR»? Philippe MARTINET QUELLE «JUSTE VALEUR»? Philippe MARTINET Workshop Agenda Perceptions et concepts de JV Les Normes internationales Approche des IFRS 7 - IFRS 9 - IFRS 13 Guide de Juste Valeur Exemple d application Confrontation

Plus en détail

Valorisation des actifs immatériels de l entreprise

Valorisation des actifs immatériels de l entreprise 1 Valorisation des actifs immatériels de l entreprise Identifier, chiffrer et exploiter les actifs en propriété Industrielle Joël Heslaut Avocat Associé 30 Mars 2010 Définir la stratégie de protection

Plus en détail

(en millions d euros) 2013-2014 2014-2015 Ventes 247,1 222,9 Marge brute (55,7) (30,8) En pourcentage du chiffre d affaires -22,5 % -13,8 %

(en millions d euros) 2013-2014 2014-2015 Ventes 247,1 222,9 Marge brute (55,7) (30,8) En pourcentage du chiffre d affaires -22,5 % -13,8 % RESULTATS ANNUELS 2014-2015 Chiffre d affaires 2014-2015 consolidé : 222,9 millions d euros Perte opérationnelle courante 2014-2015 : 125,9 millions d euros Poursuite du recentrage stratégique sur le cœur

Plus en détail

Petit Déjeuner des PME et des Start-up

Petit Déjeuner des PME et des Start-up Advisory Petit Déjeuner des PME et des Start-up Méthodes d'évaluation et facteurs clés influençant la valeur d'une transaction Confidentiel Intervenant Samuel Babey Directeur Corporate Finance Responsable

Plus en détail

AUTORITE DES NORMES COMPTABLES NOTE DE PRESENTATION DU REGLEMENT DE l ANC n 2010-01 DU 3 JUIN 2010

AUTORITE DES NORMES COMPTABLES NOTE DE PRESENTATION DU REGLEMENT DE l ANC n 2010-01 DU 3 JUIN 2010 AUTORITE DES NORMES COMPTABLES NOTE DE PRESENTATION DU REGLEMENT DE l ANC n 2010-01 DU 3 JUIN 2010 Relatif aux modalités de première application du règlement du CRC n 99-02 par les sociétés dont les instruments

Plus en détail

NORME IAS 01 LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS

NORME IAS 01 LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS NORME IAS 01 LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINAIERS UNIVERSITE NAY2 Marc GAIGA - 2009 Table des matières NORME IAS 01 : LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINAIERS...3 1.1. LA PRÉSENTATION SUCCITE DE LA NORME...3 1.1.1.

Plus en détail

PARTIE I DIAGNOSTIC FINANCIER DE L ENTREPRISE

PARTIE I DIAGNOSTIC FINANCIER DE L ENTREPRISE PARTIE I DIAGNOSTIC FINANCIER DE L ENTREPRISE CHAPITRE I ACTEURS, OBJECTIFS ET MODALITES DU DIAGNOSTIC FINANCIER 1) Les champs d application et les acteurs du diagnostic financier ACTEURS CONCERNES Dirigeants

Plus en détail

NORME IAS 07 LE TABLEAU DES FLUX DE TRÉSORERIE

NORME IAS 07 LE TABLEAU DES FLUX DE TRÉSORERIE NORME IAS 07 LE TABLEAU DES FLUX DE TRÉSORERIE UNIVERSITE NANCY2 Marc GAIGA - 2009 Table des matières NORME IAS 12 : IMPÔTS SUR LE RÉSULTAT...3 1.1. LA PRÉSENTATION SUCCINCTE DE LA NORME...3 1.1.1. L esprit

Plus en détail

International Financial Reporting Standards (IFRS) Mise en place et Impacts. 2 février 2005

International Financial Reporting Standards (IFRS) Mise en place et Impacts. 2 février 2005 International Financial Reporting Standards (IFRS) Mise en place et Impacts 2 février 2005 QUE SONT LES IFRS? Les IFRS ont été élaborées par l International Accounting Standards Board (IASB) en vue de

Plus en détail

Comptes consolidés Au 31 décembre 2014

Comptes consolidés Au 31 décembre 2014 Comptes consolidés Au 31 décembre 2014 SCHNEIDER ELECTRIC - 2014 1 SOMMAIRE Comptes consolidés au 31 décembre 2014... 3 Compte de résultat consolidé... 3 Tableau des flux de trésorerie consolidés... 5

Plus en détail

Notes annexes. 1. Méthodes comptables. 1.A Principales méthodes comptables

Notes annexes. 1. Méthodes comptables. 1.A Principales méthodes comptables Notes annexes (Montants en millions de dollars canadiens, à l exception des montants par action et sauf indication contraire) 1. Méthodes comptables 1.A Principales méthodes comptables Description des

Plus en détail

Chapitre 3 Principes d'évaluation

Chapitre 3 Principes d'évaluation Chapitre 3 Principes d'évaluation I Evaluation des actifs postérieurement à leur date d'entrée (PCG) Introduction : Règles générales concernant les dépréciations A Analyse des actifs autres que les immobilisations

Plus en détail

La valeur des actifs du CAC 40 : Comment les grandes sociétés françaises communiquent-elles sur leurs tests de dépréciation?

La valeur des actifs du CAC 40 : Comment les grandes sociétés françaises communiquent-elles sur leurs tests de dépréciation? VALUATION & BUSINESS M ODELLING* La valeur des actifs du CAC 40 : Comment les grandes sociétés françaises communiquent-elles sur leurs tests de dépréciation? Etude 2006 sur les rapports annuels 2005 *

Plus en détail

EVALUATION D ENTREPRISE

EVALUATION D ENTREPRISE EVALUATION D ENTREPRISE «Combien vaut mon entreprise?» EVALUATION PLAN DU MODULE 1) Objectifs et enjeux de l évaluation Pour le propriétaire Pour le repreneur 2) Évaluation : apports et limites 3) Rappel

Plus en détail

Interprétation IFRIC 12 Accords de concession de services

Interprétation IFRIC 12 Accords de concession de services Interprétation IFRIC 12 Accords de concession de services Références Cadre de préparation et de présentation des états financiers 1 IFRS 1 Première application des Normes internationales d information

Plus en détail

5. ETATS FINANCIERS 5.1. COMPTES CONSOLIDES. 5.1.1. Tableaux de synthèse 118. 5.1.2. Annexe aux comptes consolidés 122

5. ETATS FINANCIERS 5.1. COMPTES CONSOLIDES. 5.1.1. Tableaux de synthèse 118. 5.1.2. Annexe aux comptes consolidés 122 5. ETATS FINANCIERS 5.1. COMPTES CONSOLIDES 5.1.1. Tableaux de synthèse 118 COMPTE DE RESULTAT CONSOLIDE 118 RESULTAT GLOBAL CONSOLIDE 118 SITUATION FINANCIERE CONSOLIDEE 119 TABLEAU DES FLUX DE TRESORERIE

Plus en détail

Cession de la clientèle des cabinets libéraux : les facteurs clés d une transmission réussie

Cession de la clientèle des cabinets libéraux : les facteurs clés d une transmission réussie Cession de la clientèle des cabinets libéraux : les facteurs clés d une transmission réussie Les pouvoirs publics ont attiré notre attention sur les enjeux de la transmission des entreprises, plus de 100

Plus en détail

ED 2009/02 Impôt sur le résultat Les nouvelles propositions de l IASB. 9 Juin 2009

ED 2009/02 Impôt sur le résultat Les nouvelles propositions de l IASB. 9 Juin 2009 ED 2009/02 Impôt sur le résultat Les nouvelles propositions de l IASB 9 Juin 2009 Contexte du projet Projet de convergence court terme avec les US GAAP depuis 2002 Discussions FASB pour modifier SFAS 109

Plus en détail

États financiers intermédiaires consolidés résumés (non audité) LUMENPULSE INC. Trimestres et périodes de neuf mois clos les 31 janvier 2015 et 2014

États financiers intermédiaires consolidés résumés (non audité) LUMENPULSE INC. Trimestres et périodes de neuf mois clos les 31 janvier 2015 et 2014 États financiers intermédiaires consolidés résumés (non audité) LUMENPULSE INC. États financiers intermédiaires consolidés résumés (non audité) États financiers États intermédiaires consolidés résumés

Plus en détail

Profil financier du CAC 40

Profil financier du CAC 40 Profil financier du CAC 4 Présentation du 23 juin 29 23 JUIN 29 1 Avertissement/préambule Les informations présentées dans le «Profil financier du CAC 4» sont issues des rapports annuels des sociétés du

Plus en détail

RÈGLEMENT. Règlement homologué par arrêté du 26 décembre 2013 publié au Journal Officiel du 29 décembre 2013. L Autorité des normes comptables,

RÈGLEMENT. Règlement homologué par arrêté du 26 décembre 2013 publié au Journal Officiel du 29 décembre 2013. L Autorité des normes comptables, AUTORITE DES NORMES COMPTABLES RÈGLEMENT N 2013-03 du 13 décembre 2013 Relatif aux règles de comptabilisation des valeurs amortissables visées à l article R.332-20 du code des assurances, R.931-10-41 du

Plus en détail

Annexe A de la norme 110

Annexe A de la norme 110 Annexe A de la norme 110 RAPPORTS D ÉVALUATION PRÉPARÉS AUX FINS DES TEXTES LÉGAUX OU RÉGLEMENTAIRES OU DES INSTRUCTIONS GÉNÉRALES CONCERNANT LES VALEURS MOBILIÈRES Introduction 1. L'annexe A a pour objet

Plus en détail

Chapitre 7 Consolidation et comptes de groupes

Chapitre 7 Consolidation et comptes de groupes Chapitre 7 Consolidation et comptes de groupes Comptabilité approfondie Chapitre 7 1 Pourquoi consolider? La société A a acheté la société B. La somme payée s élève à 9 500 par achat des titres du capital

Plus en détail

Position du CNC relative au traitement comptable applicable aux cessions de créances futures dans le cadre de contrats de partenariats publics-privés

Position du CNC relative au traitement comptable applicable aux cessions de créances futures dans le cadre de contrats de partenariats publics-privés CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ 5 MARS 2009 Position du CNC relative au traitement comptable applicable aux cessions de créances futures dans le cadre de contrats de partenariats publics-privés 1/11

Plus en détail

ALTAREA. COMPTES CONSOLIDES DE L EXERCICE CLOS le 31 décembre 2012

ALTAREA. COMPTES CONSOLIDES DE L EXERCICE CLOS le 31 décembre 2012 ALTAREA COMPTES CONSOLIDES DE L EXERCICE CLOS le 31 décembre 2012 Le Conseil de Surveillance d Altarea SCA qui s est tenu le 27 février 2013 a examiné les comptes consolidés établis au titre de l exercice

Plus en détail

Présentation de la «Preuve d impôt» - IAS12 Quel est le format publié par les sociétés du CAC 40 dans leurs comptes consolidés en 2012?

Présentation de la «Preuve d impôt» - IAS12 Quel est le format publié par les sociétés du CAC 40 dans leurs comptes consolidés en 2012? 2012 Présentation de la «Preuve d impôt» - IAS12 Quel est le format publié par les sociétés du CAC 40 dans leurs comptes consolidés en 2012? INCLUT LA RECOMMANDATION AMF sur les comptes 2013 Pour tout

Plus en détail

RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX NORME N 5 LES IMMOBILISATIONS INCORPORELLES

RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX NORME N 5 LES IMMOBILISATIONS INCORPORELLES COLLEGE Réunion du lundi 14 janvier 2013 RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX NORME N 5 LES IMMOBILISATIONS INCORPORELLES RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS

Plus en détail

Présentation du Plan de Marché Trival. Reproduction et utilisation interdites sans autorisation

Présentation du Plan de Marché Trival. Reproduction et utilisation interdites sans autorisation Présentation du Plan de Marché Trival Associés en Finance : Trival et ses utilisations Une base de données financières reposant sur les prévisions menées par notre équipe indépendante d analystes financiers

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES AVANT-PROPOS... III CHAPITRE 1 LES CONCEPTS FONDAMENTAUX DE LA COMPTABILITÉ ET LE BILAN... 1

TABLE DES MATIÈRES AVANT-PROPOS... III CHAPITRE 1 LES CONCEPTS FONDAMENTAUX DE LA COMPTABILITÉ ET LE BILAN... 1 TABLE DES MATIÈRES AVANT-PROPOS... III CHAPITRE 1 LES CONCEPTS FONDAMENTAUX DE LA COMPTABILITÉ ET LE BILAN... 1 QU EST-CE QUE LA COMPTABILITÉ?... 2 Les grandes fonctions de la comptabilité... 2 La distinction

Plus en détail

ACTIVATION DES DÉPENSES DE RECHERCHE ET DE DÉVELOPPEMENT

ACTIVATION DES DÉPENSES DE RECHERCHE ET DE DÉVELOPPEMENT ACTIVATION DES DÉPENSES DE RECHERCHE ET DE Le traitement comptable des dépenses de recherche et de développement est précisé par l article 311-3 du PCG qui prévoit : que les dépenses engagées pour la recherche

Plus en détail

INFORMATIONS FINANCIÈRES CONSOLIDÉES

INFORMATIONS FINANCIÈRES CONSOLIDÉES www.legrand.com INFORMATIONS FINANCIÈRES CONSOLIDÉES AU 31 DÉCEMBRE LEGRAND COMPTES CONSOLIDES Sommaire Compte de résultat consolidé 2 Bilan consolidé 3 Tableau des flux de trésorerie consolidés 5 Tableau

Plus en détail

Instruments financiers Bien se préparer

Instruments financiers Bien se préparer Le 5 juin 2006 À l intérieur Instruments financiers Bien se préparer En janvier 2005, le Conseil des normes comptables de l ICCA a approuvé les nouveaux chapitres suivants du Manuel, relativement aux instruments

Plus en détail

Organismes sans but lucratif. Nouveaux critères de comptabilisation des actifs incorporels appliqués par un organisme sans but lucratif.

Organismes sans but lucratif. Nouveaux critères de comptabilisation des actifs incorporels appliqués par un organisme sans but lucratif. Mai 2010 Organismes sans but lucratif Nouveaux critères de comptabilisation des actifs incorporels appliqués par un organisme sans but lucratif Contexte En février 2008, le Conseil des normes comptables

Plus en détail

États financiers condensés consolidés

États financiers condensés consolidés États financiers condensés consolidés Aux 30 septembre 2014 et 2013 Ces états financiers consolidés intermédiaires n'ont pas été soumis à l'examen de l'auditeur indépendant SRM158-1(14-03) Votre partenaire

Plus en détail

Comparaison des PCGR canadiens avec les IFRS

Comparaison des PCGR canadiens avec les IFRS 1. Le présente analyse, élaborée par le personnel du Conseil des normes comptables (CNC), se veut une comparaison générale entre les normes canadiennes actuelles et les normes internationales d information

Plus en détail

RAPPORT D'ÉVALUATION E.U.R.L BATI-MAISON. E.U.R.L BATI-MAISON Année 2013 Pose de revêtements de sols ANNÉE 2013

RAPPORT D'ÉVALUATION E.U.R.L BATI-MAISON. E.U.R.L BATI-MAISON Année 2013 Pose de revêtements de sols ANNÉE 2013 RAPPORT D'ÉVALUATION ANNÉE 2013 E.U.R.L BATI-MAISON BLERIOT Louis 56, Boulevard Marcel Paul BP 14658 44100 NANTES Tél : 02 40 78 98 56 Fax : 02 40 78 98 80 E-mail : Cabinet Expert Atlantique 1 rue de l'océan

Plus en détail

HÉMA-QUÉBEC ÉTATS FINANCIERS

HÉMA-QUÉBEC ÉTATS FINANCIERS HÉMA-QUÉBEC ÉTATS FINANCIERS de l exercice terminé le 31 mars 2002 19 TABLE DES MATIÈRES Rapport de la direction 21 Rapport du vérificateur 22 États financiers Résultats 23 Excédent 23 Bilan 24 Flux de

Plus en détail