TD 8 : Dynamique des enveloppes externes et sédimentation

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "TD 8 : Dynamique des enveloppes externes et sédimentation"

Transcription

1 TD 8 : Dynamique des enveloppes externes et sédimentation

2 Objectif : Comprendre, à partir de l étude de différents documents, les principaux liens entre les circulations atmosphérique, océanique et la répartition des sédiments océaniques

3 1. La circulation atmosphérique 1. D après vos connaissances et en vous basant sur la figure 1, quel est le moteur de la circulation atmosphérique observée sur la figure 2? Fig. 1 : Flux solaire incident et réfléchi par la surface de la terre en fonction de la latitude Fig. 2 : Modèle de circulation atmosphérique

4 1. La circulation atmosphérique 1. D après vos connaissances et en vous basant sur la figure 1, quel est le moteur de la circulation atmosphérique observée sur la figure 2? Caractéristiques observées : 1. Mouvements verticaux : - Montée d air chaud à l équateur et aux latitudes 60 - Descente d air froid aux pôles et aux tropiques (30 ) 2. Mouvement horizontaux : - Transfert d air en altitude de l équateur vers les pôles - Transfert d air «bas» des pôles vers l équateur - Rotation de l air vers la droite dans l hémisphère Nord et vers la gauche dans l hémisphère Sud Quel moteur?

5 1. La circulation atmosphérique 1. D après vos connaissances et en vous basant sur la figure 1, quel est le moteur de la circulation atmosphérique observée sur la figure 2? - Flux solaire incident est plus faible aux pôles qu à l équateur - Flux réfléchi par la surface de la terre est à peu près constant en comparaison Pourquoi?

6 1. La circulation atmosphérique 1. D après vos connaissances et en vous basant sur la figure 1, quel est le moteur de la circulation atmosphérique observée sur la figure 2? - Flux solaire incident est plus faible aux pôles qu à l équateur - Flux réfléchi par la surface de la terre est à peu près constant en comparaison Un rayon solaire de même énergie éclaire une surface bien plus grande aux pôles qu à l équateur alors que l énergie est plus concentrée à l équateur et le flux solaire incident (en W/m²) est donc bien supérieur.

7 1. La circulation atmosphérique 1. D après vos connaissances et en vous basant sur la figure 1, quel est le moteur de la circulation atmosphérique observée sur la figure 2? - Flux solaire incident est plus faible aux pôles qu à l équateur - Flux réfléchi par la surface de la terre est à peu près constant en comparaison Aux basses latitudes, la Terre reçoit donc plus d énergie par m² qu elle n en réémet apport net de chaleur Aux hautes latitudes, la Terre réémet plus d énergie qu elle n en reçoit perte nette de chaleur

8 1. La circulation atmosphérique Mécanismes Cellule de convection : Déplacement des masses d air, permettant le transport de chaleur des zones chaudes vers les zones froides

9 1. La circulation atmosphérique Mécanismes Origine des mouvements verticaux : la dilatation thermique Montée d air chaud et descente d air froid

10 1. La circulation atmosphérique Mécanismes Origine des mouvements horizontaux : le gradient de pression Montée d air chaud : la pression augmente en altitude mais diminue au sol Descente d air froid : la pression diminue en altitude mais augmente au sol Les masses d air se déplacent donc à l horizontale naturellement des hautes pressions vers les basses pressions :

11 1. La circulation atmosphérique 2. Représentez sur un profil allant de l équateur aux pôles l ensemble des informations que vous pouvez extraire de la figure 2. Placez les zones de Hautes et Basses Pressions et expliquez la zonation climatique observée à la surface de la Terre.

12 1. La circulation atmosphérique 2. Représentez sur un profil allant de l équateur aux pôles l ensemble des informations que vous pouvez extraire de la figure 2. Placez les zones de Hautes et Basses Pressions et expliquez la zonation climatique observée à la surface de la Terre. HP BP HP BP HP Sur Terre, on observe en fait 3 cellules atmosphériques par hémisphère (cellule de Hadley entre 0 et 30, cellule de Ferrel entre 30 et 60 et cellule polaire entre 60 et 90 ). Ces cellules contrôlent la zonation climatique terrestre par le biais des précipitations.

13 1. La circulation atmosphérique 2. Représentez sur un profil allant de l équateur aux pôles l ensemble des informations que vous pouvez extraire de la figure 2. Placez les zones de Hautes et Basses Pressions et expliquez la zonation climatique observée à la surface de la Terre. HP BP HP BP HP On retrouve les grandes forêts dans les zones où l air s élève. Pourquoi? Quand l air monte, on augmente en altitude et on diminue donc en température (environ 1 C tous les 100m dans la troposphère) : Condensation de la vapeur d eau Précipitations

14 1. La circulation atmosphérique 2. Représentez sur un profil allant de l équateur aux pôles l ensemble des informations que vous pouvez extraire de la figure 2. Placez les zones de Hautes et Basses Pressions et expliquez la zonation climatique observée à la surface de la Terre. Lien entre pression atmosphérique au sol, précipitations et végétation

15 1. La circulation atmosphérique 3. D après votre profil, comment sont générés les vents à la surface de la Terre? HP BP HP BP HP

16 1. La circulation atmosphérique 3. D après votre profil, comment sont générés les vents à la surface de la Terre? - Transport de matière des basses pressions vers les hautes pressions HP BP HP BP - On a plusieurs cellules de convection et une alternance de zones de BP (zones de pluie) et de HP (sec, déserts tropicaux). Pourquoi? HP Effet de la rotation de la Terre : force de Coriolis.

17 1. La circulation atmosphérique 3. D après votre profil, comment sont générés les vents à la surface de la Terre?

18 1. La circulation atmosphérique Résumé global

19 2. La circulation océanique de surface 1. Sur la base de la figure 3, quels sont les facteurs qui contrôlent la circulation océanique de surface?

20 2. La circulation océanique de surface 1. Sur la base de la figure 3, quels sont les facteurs qui contrôlent la circulation océanique de surface? - Le vent : courants E-O dans la zone intertropicale liés aux Alizés, courants O-E entre 30 et 60 de latitude liés aux vent d ouest - Impact de la force de Coriolis : on retrouve des courants déviés vers la gauche dans l hémisphère sud et vers la droite dans l hémisphère nord - Influence de la bordure des continents - Lien entre les courants océaniques et atmosphériques : rôle de transporteur de chaleur également

21 2. La circulation océanique de surface 2. Complétez la figure 3 en traçant les courants de surface dans l Atlantique Nord.

22 2. La circulation océanique de surface 2. Complétez la figure 3 en traçant les courants de surface dans l Atlantique Nord.

23 3. La circulation océanique profonde 1. Repérez sur la figure 4 où se forment les eaux profondes. Expliquez ensuite leur formation. Principe de datation des eaux profondes par C14

24 3. La circulation océanique profonde 1. Repérez sur la figure 4 où se forment les eaux profondes. Expliquez ensuite leur formation. Les eaux profondes les plus jeunes sont dans l Atlantique Nord (mers de Norvège et du Groenland), c est donc, d après les observations, le lieu de plongement des eaux. Pourquoi les eaux plongent-elles? Car elles deviennent plus denses : ce sont ici des eaux froides très salées car : - Contact avec la calotte groenlandaise entraîne un refroidissement des eaux - La glace de banquise qui se forme contient très peu de sel (reste dans la partie liquide) mais faible contribution - L évaporation du Gulf Stream au niveau du Golf du Mexique a aussi enrichi les eaux de surface en sel

25 3. La circulation océanique profonde 2. Quelle est l orientation générale de la circulation océanique profonde?

26 3. La circulation océanique profonde 2. Quelle est l orientation générale de la circulation océanique profonde? Les eaux profondes ont principalement des mouvements méridiens (N-S) le long : - De l Atlantique (du nord au sud) - De l océan Indien (du sud au nord) - De l océan Pacifique (du sud au nord) Et une vaste zone de circulation latitudinale autour de l Antarctique (courant Circumpolaire).

27 3. La circulation océanique profonde 2. Quelle est l orientation générale de la circulation océanique profonde? Circulation thermohaline ou tapis roulant océanique : - 2 zones de plongement ou sources : en mer de Norvège et en mer de Weddell (sud) - 2 zones de remontée diffuse : dans l océan Indien et dans l océan Pacifique

28 3. La circulation océanique profonde 3. Calculez la vitesse des eaux profondes. Comparez cette vitesse avec celle que vous pensez être caractéristique des eaux de surface. On considère ici que 1 = 111 km

29 3. La circulation océanique profonde 3. Calculez la vitesse des eaux profondes. Comparez cette vitesse avec celle que vous pensez être caractéristique des eaux de surface. 58 N V = D/T Or, D = = 110 soit 110x111 = km T = = 400 ans 52 S Donc V = / 400 = 30,5 km/an = 1 mm/s Or, V surface = 1 cm/s donc 10 fois plus vite que la vitesse des eaux profondes! On considère ici que 1 = 111 km

30 3. La circulation océanique profonde 4. Combien de temps faut-il en moyenne pour que l eau des océans décrive une circulation globale qui la ramène à son point de départ?

31 3. La circulation océanique profonde 4. Combien de temps faut-il en moyenne pour que l eau des océans décrive une circulation globale qui la ramène à son point de départ? V prof ~ 1 mm/s ou 30 km/an V surf ~1 cm/an ou 300 km/an - Il faut environ 1750 ans pour aller jusqu au point de remontée du Pacifique Nord - Et 10 fois moins pour revenir en Atlantique Nord par la surface! Soit = 1925 ~ 2000 ans!

32 4. Productivité primaire 1. A partir de la figure 5, commentez la distribution de la productivité primaire (plancton marin) Producteur primaire : organisme capable de produire sa propre matière organique à partir uniquement de matière minérale et d une source d énergie (le plus souvent la lumière) Chaîne alimentaire océanique pélagique : - Producteurs primaires : le phytoplancton (algues) - Consommateurs primaires : le zooplancton (crevettes, larves ) - Consommateurs secondaires : poissons, céphalopodes, mammifères marins

33 4. Productivité primaire 1. A partir de la figure 5, commentez la distribution de la productivité primaire (plancton marin) Productivité primaire : mesure de la production primaire des océans avec P = masse carbone surface x temps Faible productivité = Zones oligotrophes Forte productivité = Zones eutrophes

34 4. Productivité primaire 1. A partir de la figure 5, commentez la distribution de la productivité primaire (plancton marin) La production est maximale : - Le long de certaines côtes et à l embouchure des grands fleuves La production est importante : - Dans les bandes péripolaires et équatoriales - Au niveau des zones tempérées froides et également sur la bordure des continents La production est minimale : - Au centre de certains océans Très eutrophe Eutrophe Oligotrophe

35 4. Productivité primaire 2. Pouvez-vous faire le lien avec la circulation océanique?

36 4. Productivité primaire 2. Pouvez-vous faire le lien avec la circulation océanique? - Les faibles productivités correspondent aux centres des gyres océaniques (anticyclones) : il s agit généralement de masses d eau pauvres en nutriments («déserts»)

37 4. Productivité primaire 2. Pouvez-vous faire le lien avec la circulation océanique? - Les faibles productivités correspondent aux centres des gyres océaniques (anticyclones) : il s agit généralement de masses d eau pauvres en nutriments («déserts») - Intérêt des courants chauds dans les zones tempérées froides

38 4. Productivité primaire 2. Pouvez-vous faire le lien avec la circulation océanique? - Les faibles productivités correspondent aux centres des gyres océaniques (anticyclones) : il s agit généralement de masses d eau pauvres en nutriments («déserts») - Intérêt des courants chauds dans les zones tempérées froides - Courant côtiers méridiens très eutrophes - Courants équatoriaux eutrophes Zones d upwelling!

39 4. Productivité primaire 2. Pouvez-vous faire le lien avec la circulation océanique?

40 4. Productivité primaire 2. Pouvez-vous faire le lien avec la circulation océanique? Upwelling côtier : les vents entraînent des courants qui vont vers le large, entraînant une remontée des eaux riches en nutriments au niveau des côtes Upwelling équatorial : les vents qui convergent vers l équateur entraînent une divergence des courants et l eau profonde remonte au centre Carte des upwelling côtiers : - Très bonne correspondance avec les zones à forte productivité (eutrophes) - Ramène en surface les nutriments qui sont stockés sous la zone photique

41 5. Distribution des sédiments océaniques 1. A partir des figures 6, 7 et 8, pouvez-vous faire un lien entre la distribution des sédiments océaniques et la profondeur?

42 5. Distribution des sédiments océaniques 1. A partir des figures 6, 7 et 8, pouvez-vous faire un lien entre la distribution des sédiments océaniques et la profondeur? Sédiments peu profonds : plateau et talus continental (entre 200 et m) Sédiments issus des continents! Sédiments à moyenne profondeur : autour de la dorsale (2500 à 3500 m) et monts sous-marins (~3000 m) Pourquoi cette prof. particulière? Sédiments très profonds : plaine abyssale (3500 à 5000 m) Il existe d autres contrôles que la profondeur

43 5. Distribution des sédiments océaniques 2. A partir des figures 5 et 6, pouvez-vous faire un lien entre la distribution des sédiments océaniques et la productivité primaire? Les carbonates CaCO 3 qui forment notamment les tests (ou coquilles) des coccolithophoridés (producteurs primaires) sont totalement dissous dans l eau de mer sous 4000 m de profondeur, ils ne peuvent donc plus sédimenter! Ce niveau est appelé le niveau de compensation des carbonates (ou de la calcite) (CCD)

44 5. Distribution des sédiments océaniques 2. A partir des figures 5 et 6, pouvez-vous faire un lien entre la distribution des sédiments océaniques et la productivité primaire? Zones eutrophes : marges continentales, zones tempérées froides et ceinture équatoriale. Diatomées (SiO 2 ) fréquentes en zones eutrophes. Dilution par des terrigènes près des côtes. Les zones de très forte productivité primaire correspondent généralement aux sédimentations siliceuses

45 5. Distribution des sédiments océaniques 2. A partir des figures 5 et 6, pouvez-vous faire un lien entre la distribution des sédiments océaniques et la productivité primaire? Zones oligotrophes : gyres océaniques. Coccolithophoridés (CaCO 3 ) préfèrent les zones oligotrophes. Argiles rouges tapissent les grands fonds : très fines particules terrigènes

46 5. Distribution des sédiments océaniques 2. A partir des figures 5 et 6, pouvez-vous faire un lien entre la distribution des sédiments océaniques et la productivité primaire?

47 5. Distribution des sédiments océaniques 3. Comment expliquez-vous les différences observées entre les océans Atlantique, Pacifique et Indien? Principaux contrôles?

48 5. Distribution des sédiments océaniques 3. Comment expliquez-vous les différences observées entre les océans Atlantique, Pacifique et Indien? Principaux contrôles? Océan Atlantique : - Sédimentation contrôlée par la bathymétrie (profondeur), zonation longitudinale - Pas de ceinture équatoriale Océans Pacifique et Indien : - Pas de lien clair entre la bathymétrie et le type de sédimentation - On observe une zonation plutôt latitudinale qui suggère un contrôle climatique L Atlantique est étroit, peu profond et reçoit beaucoup de sédiments terrigènes qui diluent les sédiments siliceux

49 Bonnes vacances!

Synthèse du cours n 1

Synthèse du cours n 1 Synthèse du cours n 1 - Le climat? intégration temporelle du «temps qu'il fait» - Résultat de la combinaison de plusieurs facteurs : Certains sont fixes comme la forme de la terre, le relief, la répartition

Plus en détail

Module F02 - Changements climatiques contemporains et futurs

Module F02 - Changements climatiques contemporains et futurs Module F02 - Changements climatiques contemporains et futurs Romain MARTEAU Contact : Romain.Marteau@u-bourgogne.fr 1. Le système climatique : Rappels des facteurs déterminants du système climatique Plan

Plus en détail

La circulation à la surface des océans

La circulation à la surface des océans La circulation océanique La surface des océans n est jamais immobile. Un transport de colossales quantités d eau et d énergie s opère à travers un système de circulation à l échelle du globe. Les courants

Plus en détail

CORRECTION Ch9. PRODUCTION INDUSTRIELLE DE L ENERGIE ELECTRIQUE I. Comment fonctionnent les centrales hydrauliques? p : 133

CORRECTION Ch9. PRODUCTION INDUSTRIELLE DE L ENERGIE ELECTRIQUE I. Comment fonctionnent les centrales hydrauliques? p : 133 CORRECTION Ch9. PRODUCTION INDUSTRIELLE DE L ENERGIE ELECTRIQUE I. Comment fonctionnent les centrales hydrauliques? p : 133 1.Centrale hydraulique. Compléter le schéma. Voir livre p : 133 2. Quelle forme

Plus en détail

Le bilan radiatif moteur de la dynamique atmosphérique

Le bilan radiatif moteur de la dynamique atmosphérique 1 ère pièce du puzzle Le bilan radiatif moteur de la dynamique atmosphérique 1-1. D un point de vue temporel (échelle de la journée / de l année) 1-2. D un point de vue spatial (d un point à un autre du

Plus en détail

http://laclassedestef.eklablog.com/ et http://www.ressourcespourcm2.fr/

http://laclassedestef.eklablog.com/ et http://www.ressourcespourcm2.fr/ Séance 2 La diversité des climats dans le monde: La présence de grandes masses d eau, de hautes montagnes ou de précipitations sont aussi des facteurs importants pour le climat. Ainsi, le climat est adouci

Plus en détail

L inégale répartition de l énergie solaire est à l origine des courants atmosphériques

L inégale répartition de l énergie solaire est à l origine des courants atmosphériques L inégale répartition de l énergie solaire est à l origine des courants atmosphériques I/ Objectif : Dans la partie 2 du programme de seconde «enjeux planétaires contemporains : énergie et sol», sous partie

Plus en détail

Définitions de la pression 1. Variations spatio-temporelles de la pression 2. Les causes des variations de la pression 3. Conclusion 4.

Définitions de la pression 1. Variations spatio-temporelles de la pression 2. Les causes des variations de la pression 3. Conclusion 4. Définitions de la pression 1 Variations spatio-temporelles de la pression 2 Les causes des variations de la pression 3 Conclusion 4 Exercices 5 Défini&on de la pression Rappel sur le poids et la masse

Plus en détail

Les fonctions de nutrition

Les fonctions de nutrition Les fonctions de nutrition Auteur : Yves Kuster Formateur SVT ESPE de Bretagne Objectifs Ce cours en ligne vous apportera une information de base, richement illustrée, concernant les fonctions de nutrition.

Plus en détail

La mousson indienne. CO1 Climatologie et hydrologie

La mousson indienne. CO1 Climatologie et hydrologie La mousson indienne CO1 Climatologie et hydrologie Le plan du TD Le contexte climatique et topographique le cycle saisonnier des pluies Le RS absorbé en surface Le cycle saisonnier des températures Les

Plus en détail

Epreuve E 4 Etude des Systèmes d outillage ------------- Sous épreuve U 4.1 Comportement mécanique d une machine et de son outillage

Epreuve E 4 Etude des Systèmes d outillage ------------- Sous épreuve U 4.1 Comportement mécanique d une machine et de son outillage Brevet de Technicien Supérieur en Mise en Forme des Matériaux par Forgeage Session 2015 Epreuve E 4 Etude des Systèmes d outillage ------------- Sous épreuve U 4.1 Comportement mécanique d une machine

Plus en détail

Dans la zone chaude, les rayons du soleil frappent la terre perpendiculairement, il fait chaud toute l année.

Dans la zone chaude, les rayons du soleil frappent la terre perpendiculairement, il fait chaud toute l année. Sur notre planète, on peut définir 3 grandes zones climatiques : 1) la zone chaude qui se situe autour de l équateur, entre les tropiques du Cancer et du Capricorne. On l appelle aussi la zone intertropicale.

Plus en détail

Introduction à la physique du climat. Jean-Louis Dufresne LMD / IPSL / CNRS dufresne@lmd.jussieu.fr

Introduction à la physique du climat. Jean-Louis Dufresne LMD / IPSL / CNRS dufresne@lmd.jussieu.fr Introduction à la physique du climat. Jean-Louis Dufresne LMD / IPSL / CNRS dufresne@lmd.jussieu.fr La circulation générale atmosphérique vue à travers la distribution spatiale de la végétation 60 30 0

Plus en détail

MIGRATION DE VAPEUR D'EAU

MIGRATION DE VAPEUR D'EAU MIGRATION DE VAPEUR D'EAU Maison individuelle (toutes époques de construction) OBJET L air ambiant contient naturellement de l eau sous forme de vapeur. Sa quantité varie en fonction de la température

Plus en détail

PARTIE 2 : LA PLANETE TERRE ET SON ENVIRONNEMENT. Chapitre 1 : LES OBJETS DU SYSTÈME SOLAIRE ET LEURS CARACTÉRISTIQUES

PARTIE 2 : LA PLANETE TERRE ET SON ENVIRONNEMENT. Chapitre 1 : LES OBJETS DU SYSTÈME SOLAIRE ET LEURS CARACTÉRISTIQUES PARTIE 2 : LA PLANETE TERRE ET SON ENVIRONNEMENT L'environnement de la planète Terre correspond à tous les éléments du Système Solaire dont elle fait partie. L'environnement de la Terre a pu être découvert

Plus en détail

Etude de l isolation thermique du four cible-source pour Spiral2

Etude de l isolation thermique du four cible-source pour Spiral2 Etude de l isolation thermique du four cible-source pour Spiral2 F. Launay To cite this version: F. Launay. Etude de l isolation thermique du four cible-source pour Spiral2. 2010, pp.26.

Plus en détail

Synthèse du cours n 7

Synthèse du cours n 7 Synthèse du cours n 7 - La géographie des pressions > 3 km résulte simplement de la géographie des températures (chaud = expansion de la colonne vers le haut avec élévation des niveaux géopotentiels) avec

Plus en détail

LE GUIDE PRATIQUES DES BONNES. pour la rentabilité énergétique de votre site. Notre exigence à votre service

LE GUIDE PRATIQUES DES BONNES. pour la rentabilité énergétique de votre site. Notre exigence à votre service LE GUIDE DES BONNES PRATIQUES pour la rentabilité énergétique de votre site Notre exigence à votre service À l heure où les énergies et ressources deviennent de plus en plus rares et onéreuses, bien les

Plus en détail

Une vision Compétitivité mondiale

Une vision Compétitivité mondiale www.fpinnovations.ca Une vision Compétitivité mondiale Une nouvelle force pour un marché en évolution www.fpinnovations.ca Facteurs qui influencent les méthodes d évaluation de la teneur en humidité Dany

Plus en détail

Quel est le lien entre toutes ces énergies????

Quel est le lien entre toutes ces énergies???? Quel est le lien entre toutes ces énergies???? Comment l Homme utilise l énergie lumineuse? A. Une inégale répartition de l énergie solaire en fonction de la latitude Manuel Nathan seconde Répartition

Plus en détail

La circulation générale océanique

La circulation générale océanique La circulation générale océanique Auteur : Bruno VOITURIEZ Président du Club des Argonautes, Membre de l Académie de Marine Les causes À l origine des courants marins et de leur configuration, on trouve

Plus en détail

LA LETTRE D INFORMATION DES CLIENTS D HERBALIFE

LA LETTRE D INFORMATION DES CLIENTS D HERBALIFE LA LETTRE D INFORMATION DES CLIENTS D HERBALIFE 59 HERBANEWS SOMMAIRE Le calcium Rôles et besoin en calcium dans notre organisme Les recommandations et les sources alimentaires de calcium Les alternatives

Plus en détail

Amélioration de la performance énergétique des bâtiments : une nouvelle réglementation pour tous les bâtiments neufs, la RT2005

Amélioration de la performance énergétique des bâtiments : une nouvelle réglementation pour tous les bâtiments neufs, la RT2005 Amélioration de la performance énergétique des bâtiments : une nouvelle réglementation pour tous les bâtiments neufs, la RT2005 Les textes réglementaires Le décret relatif aux caractéristiques thermiques

Plus en détail

ÉLECTRICITÉ DANS LES VILLES DE DEMAIN

ÉLECTRICITÉ DANS LES VILLES DE DEMAIN MOINS D ÉD ÉNERGIE ET PLUS D ÉD ÉLECTRICITÉ DANS LES VILLES DE DEMAIN Rencontres Suisses de l Electricité Beaulieu, 17 mars 2011 Massimiliano Capezzali, PhD Adjoint du Directeur Energy Center Ecole Polytechnique

Plus en détail

L1 :La géographie. P 178 à 185

L1 :La géographie. P 178 à 185 L1 :La géographie P 178 à 185 La géographie : en Grec, signifie «Décrire la terre». Le géographe étudie les paysages et leurs transformations par l homme. I : Comment se repérer sur le globe terrestre?

Plus en détail

L événement 2015/16 et l explication du phénomène

L événement 2015/16 et l explication du phénomène Eidgenössisches Departement des Innern EDI Bundesamt für Meteorologie und Klimatologie MeteoSchweiz Abteilung Klima El Niño L événement 2015/16 et l explication du phénomène Août 2015 El Niño le phénomène

Plus en détail

7 Introduction 9 Conception 9 21 Construction 22 Principales jonctions Mise en œuvre Entretien et maintenance

7 Introduction 9 Conception 9 21 Construction 22 Principales jonctions Mise en œuvre Entretien et maintenance SOMMAIRE 7 Introduction 9 Conception 9 1. Liaison véranda bâti existant 11 2. Typologie 13 3. Orientation 17 4. Fonctionnement de la maison avec la véranda 17 5. Dimensions et proportions 18 6. Autorisations

Plus en détail

Origine des eaux souterraines

Origine des eaux souterraines Origine des eaux souterraines Les eaux souterraines proviennent essentiellement de l'infiltration dans un terrain des eaux de l atmosphère et de l hydrosphère : précipitations, eau des lacs, des océans

Plus en détail

Effigaz CHAUDIÈRE BASSE TEMPÉRATURE DE 80 À 600KW HAUT RENDEMENT. Chaudières Effigaz Prestigaz

Effigaz CHAUDIÈRE BASSE TEMPÉRATURE DE 80 À 600KW HAUT RENDEMENT. Chaudières Effigaz Prestigaz Effigaz CHAUDIÈRE BASSE TEMPÉRATURE DE 80 À 600KW HAUT RENDEMENT Chaudières Effigaz Prestigaz LES AVANTAGES LES TRÈS FAIBLES CONSOMMATIONS À CHARGE NULLE La perte de charge dans le serpentin sur le gaz

Plus en détail

MECANIQUE DU VOL M1 = M2. Avec M1 = Fz * Y et M2 = Fz * X

MECANIQUE DU VOL M1 = M2. Avec M1 = Fz * Y et M2 = Fz * X MECANIQUE DU VOL 1 Equilibre de l avion autour du centre de gravité (Avion de conception classique) 11 Stabilité en tangage Le contrôle longitudinal de l avion consiste à contrôler ses évolutions autour

Plus en détail

Chapitre 2 : Les océans

Chapitre 2 : Les océans Sciences 8 e année Nom : Chapitre 2 : Les océans Plan du chapitre Guide d étude 1. L origine de l eau sur la Terre (p.40) 2. Les bassins océaniques (p.40-45, déf. 1-7) 3. Les technologies d exploration

Plus en détail

lfremer Energies Renouvelables Marines état de l art et perspectives Journée de réflexion-débat DOM/RUP-COM 27 janvier 2006 - Institut Curie - Paris

lfremer Energies Renouvelables Marines état de l art et perspectives Journée de réflexion-débat DOM/RUP-COM 27 janvier 2006 - Institut Curie - Paris Moulin à marée de Birlot -île de Bréhat (Côtes d Armor) Energies Renouvelables Marines état de l art et perspectives lfremer Michel Paillard, Coordinateur EnR Département TSI - Centre de Brest E-mail :

Plus en détail

Repères spatiaux Les grands repères terrestres

Repères spatiaux Les grands repères terrestres Repères spatiaux Les lignes imaginaires, les zones climatiques, les continents, les océans, les reliefs, les forêts, les déserts, etc. sont autant de repères qui nous permettent d analyser et de comprendre

Plus en détail

Géographie Cycle 3 Le Monde

Géographie Cycle 3 Le Monde Le Monde Sommaire Les représentations de la Terre : recherche... 2 Les représentations de la Terre : synthèse CE2... 2 Les représentations de la Terre : synthèse CM... 2 Parallèles et méridiens : recherche

Plus en détail

L énergie géothermique: un choix stratégique en matière de développement durable

L énergie géothermique: un choix stratégique en matière de développement durable L énergie géothermique: un choix stratégique en matière de développement durable Choix énergétiques, environnement et santé globale UQAM (Montréal) 17 novembre 2007 Denis Tanguay Président directeur-général

Plus en détail

La fenêtre chauffante pour le chauffage périphérique des locaux

La fenêtre chauffante pour le chauffage périphérique des locaux La fenêtre chauffante pour le chauffage périphérique des locaux AGPI (avril 2008) Alain Moreau,ing., M.Sc.A. Institut de Recherche d Hydro Hydro-Québec Sylvain Caron, ing. CARON, BEAUDOIN ET ASSOCIÉS 1

Plus en détail

Notion de physique de l'atmosphère. + Complément. Fiche détaillée Niveau. (A partir de la 2nd)

Notion de physique de l'atmosphère. + Complément. Fiche détaillée Niveau. (A partir de la 2nd) Notion de physique de l'atmosphère + Complément Fiche détaillée Niveau (A partir de la 2nd) I. Bilan radiatif de la Terre et effet de serre Le Soleil et la Terre rayonnent dans des gammes de longueur d

Plus en détail

Sciences de l Ingénieur

Sciences de l Ingénieur Sciences de l Ingénieur PROJET PANNEAU SUIVEUR COMMENT CONCEVOIR UN SUPPORT MÉCANIQUE QUI PUISSE MODIFIER EN PERMANENCE L'ANGLE D'INCLINAISON PAR RAPPORT AU SOL, COUPLÉ AVEC UN SYSTÈME ÉLECTRIQUE QUI PERMET

Plus en détail

Isolation des ouvertures

Isolation des ouvertures Isolation des ouvertures Mise à jour le 15/09/2010 Dans une maison aux murs et au toit bien isolés, les déperditions thermiques au niveau des fenêtres peuvent atteindre 40%! Cette fiche a pour but de vous

Plus en détail

Un planisphère Pôle nord. Un globe. Quelle est la forme de la Terre? Comment s appelle la représentation sous la forme d une boule?

Un planisphère Pôle nord. Un globe. Quelle est la forme de la Terre? Comment s appelle la représentation sous la forme d une boule? La Terre est une immense boule. o On peut la représenter sous la forme d un globe terrestre. o On peut aussi la représenter sous la forme d un planisphère, une carte, comme si coupait et on déroulait le

Plus en détail

Le relief de la Terre

Le relief de la Terre CARNET DU CHERCHEUR Le relief de la Terre CM1 Colorie et complète la carte du relief terrestre. Note les noms sur la carte. 1. Alpes 3. Himalaya 5. Montagnes d Afrique 7. Amazonie 2. Cordillère des Andes

Plus en détail

Construction durable

Construction durable Depuis 90 ans à votre service... Construction durable selon les normes pour habitations passives www.linden.be www.pamaflex.eu Bilan énergétique dans une maison classique 1. Pertes par les murs et les

Plus en détail

Base de données OCDE-OMC sur les échanges en valeur ajoutée

Base de données OCDE-OMC sur les échanges en valeur ajoutée Base de données OCDE-OMC sur les échanges en valeur ajoutée Premières estimations : 16 janvier 2013 Les chaînes de valeur mondiales (CVM) jouent aujourd hui un rôle de premier plan dans l économie de l

Plus en détail

Formation Plongeur Nitrox CSA BA 709

Formation Plongeur Nitrox CSA BA 709 Formation Plongeur Nitrox CSA BA 709 Le Nitrox: c est quoi? et pour qui? C est quoi? L air est composé de 79% d azote (N 2 ) 21% d oxygène (O 2 ) Le Nitrox est un air suroxygéné, c est-à-dire avec + de

Plus en détail

Évolution des consommations en énergie électrique

Évolution des consommations en énergie électrique 1 Sécurisation de l alimentation l électrique en région r PACA Évolution des consommations en énergie électrique 2 Objectifs des prévisions de consommation : Identifier une cible réseau r permettant de

Plus en détail

E, P, t. 1B L homme et l énergie L homme ne peut ni créer, ni perdre de l énergie, celle-ci doit exister au préalable.

E, P, t. 1B L homme et l énergie L homme ne peut ni créer, ni perdre de l énergie, celle-ci doit exister au préalable. 1 / 8 E, P, t 1. ENERGIE 1A Mot d usage très répandu Energies nucléaire, solaire, thermique, hydraulique, d un aliment... Il a de l énergie crise de l énergie économie d énergie... 1B L homme et l énergie

Plus en détail

L'entropie est une mesure de la diffusion et le partage de l'énergie thermique

L'entropie est une mesure de la diffusion et le partage de l'énergie thermique L'entropie est une mesure de la diffusion et le partage de l'énergie thermique!!! L'entropie n'est pas la désorganisation!!! BCM 1502 Entropie Page 1/6 De http://www.chem1.com/acad/webtut/thermo/entropy.html

Plus en détail

Nom : Groupe : La lithosphère, se compose de la croûte terrestre (continentale et océanique) et de la partie supérieure du manteau.

Nom : Groupe : La lithosphère, se compose de la croûte terrestre (continentale et océanique) et de la partie supérieure du manteau. Nom : Groupe : Date : THÉORIE UNIVERS TERRE-ESPACE, ST-STE, 4 e secondaire La lithosphère La lithosphère, se compose de la croûte terrestre (continentale et océanique) et de la partie supérieure du manteau.

Plus en détail

Thème général: L exploration des océans un défi pour les scientifiques?

Thème général: L exploration des océans un défi pour les scientifiques? Thème général: L exploration des océans un défi pour les scientifiques? Problématique: Dans quelle mesure les scientifiques du XXI e siècle réussissent-ils à perfectionner les techniques de recherche du

Plus en détail

Bilan de la campagne estivales 2010-2011 de Cybelle Planète pour le programme IMPACT-CET mené par EcoOcéan Institut

Bilan de la campagne estivales 2010-2011 de Cybelle Planète pour le programme IMPACT-CET mené par EcoOcéan Institut Bilan de la campagne estivales 2010-2011 de Cybelle Planète pour le programme IMPACT-CET mené par EcoOcéan Institut Depuis 2006, les écovolontaires de Cybelle planète participent, chaque été, à la collecte

Plus en détail

CONCEPTION CLIMATIQUE

CONCEPTION CLIMATIQUE CONCEPTION CLIMATIQUE Selon les cours de Nicolas TIXIER Attention : l'ensemble de ce cours s'applique à des logiques d'habitat en climat tempéré (froid l'hiver / chaud l'été) - La notion de confort - Pour

Plus en détail

HYDROGENE VECTEUR D ENERGIE DE DEMAIN? FICHE TECHNIQUE.

HYDROGENE VECTEUR D ENERGIE DE DEMAIN? FICHE TECHNIQUE. HYDROGENE VECTEUR D ENERGIE DE DEMAIN? FICHE TECHNIQUE. I. PRECISION SUR L UTILISATION : - Dans toutes les documents on sous-entend par hydrogène, la molécule dihydrogène H 2.On conservera le terme hydrogène

Plus en détail

HYDROGENERATEUR H240 MANUEL D UTILISATION

HYDROGENERATEUR H240 MANUEL D UTILISATION Manuel d utilisation 1 / 9 HYDROGENERATEUR H240 MANUEL D UTILISATION Table des matières 1. Domaine d utilisation et d application de l hydrogénérateur Save Marine H240... 2 1.1 Production d énergie...

Plus en détail

Diagnostic de performance énergétique logement (6.1)

Diagnostic de performance énergétique logement (6.1) N : 595 / 1 19/11/2021 Type de bâtiment : Appartement Année de construction : < 1948 Surface habitable : 51,82 m² Adresse : 24 RUE LEPELLETIER - APT 3 ETAGE 59000 LILLE Date de visite: 16/11/2011 Date

Plus en détail

Classe de seconde HYERES (Var ~ France) 27 mars 2013~ Université de Toulon et du Var

Classe de seconde HYERES (Var ~ France) 27 mars 2013~ Université de Toulon et du Var Classe de seconde HYERES (Var ~ France) 27 mars 2013~ Université de Toulon et du Var 1 Le dioxyde de carbone, gaz incolore, inerte et non toxique, est le principal gaz à effet de serre naturel avec la

Plus en détail

Principes de la géochronologie

Principes de la géochronologie Principes de la géochronologie 1. INTRODUCTION Au cours du 19 et du 20 ème siècle, trois grands débats mobilisent les spécialistes des sciences de la Terre. Ces interrogations scientifiques ont affirmé

Plus en détail

Les installations de ventilation à double flux doivent être munies de récupérateurs de chaleur

Les installations de ventilation à double flux doivent être munies de récupérateurs de chaleur Aide à l'application Installations de ventilation 1. But et objet Une série d'aides à l'application a été créée afin de faciliter la mise en œuvre des législations cantonales en matière d'énergie. Le présent

Plus en détail

La modélisation multi-physique : un nouveau levier pour l optimisation des systèmes mécatroniques ferroviaires

La modélisation multi-physique : un nouveau levier pour l optimisation des systèmes mécatroniques ferroviaires La modélisation multi-physique : un nouveau levier pour l optimisation des systèmes mécatroniques ferroviaires Rail Industry Meetings : Le 7 Mars 2012 Thomas Desbarats Ingénieur application LMS Thomas.desbarats@lmsintl.com

Plus en détail

I)Les différentes étapes de la division cellulaire. 1) Les chromosomes Caryotype, chromosomes, chromatine, condensation et compaction de l ADN

I)Les différentes étapes de la division cellulaire. 1) Les chromosomes Caryotype, chromosomes, chromatine, condensation et compaction de l ADN Mercredi 02/09/15 Thème 1a - TP 1 : Le déroulement de la division cellulaire (= mitose) Microscope optique, acquisition numérique d image, titres, légendes et intégration dans un autre logiciel / Racines

Plus en détail

application sur un projet

application sur un projet Outil d'analyse de cycle de vie d'un quartier : application sur un projet Maxime Trocmé VINCI Construction France (Cellule Ecoconception) Olivier Lépinoy VINCI Immobilier (Aménagement et Grands Projets

Plus en détail

Calculer la totalité des besoins en refroidissement des centres de données

Calculer la totalité des besoins en refroidissement des centres de données Calculer la totalité des besoins en refroidissement des centres de données par Neil Rasmussen Livre blanc APC n 25 Révision n 1 Résumé Ce document traite des calculs de dissipation de chaleur du matériel

Plus en détail

Présentation générale des Etats Unis

Présentation générale des Etats Unis Présentation générale des Etats Unis 1 / 7 Avec 9.363.123 km², la superficie des Etats-Unis représente 17 fois celle de la France. Ses 12.000 km de frontières terrestres se partagent avec le Canada (sur

Plus en détail

Géologie- L5 : Géothermie et propriétés thermiques de la Terre. I. Gradient et flux géothermique : conséquences d une dissipation d énergie interne.

Géologie- L5 : Géothermie et propriétés thermiques de la Terre. I. Gradient et flux géothermique : conséquences d une dissipation d énergie interne. Géologie- L5 : Géothermie et propriétés thermiques de la Terre Introduction : L existence d un flux de chaleur d origine interne fait l objet de nombreuses manifestations en surface (sources d eaux chaudes,

Plus en détail

Chapitre 5 : Application - Forces Centrales

Chapitre 5 : Application - Forces Centrales Cours de Mécanique du Point matériel Chapitre 5: Application - Forces Centrales SMPC Chapitre 5 : Application - Forces Centrales I Force Centrale I.)- Définition Un point matériel est soumis à une force

Plus en détail

Activité 30 : Réaliser un schéma fonctionnel montrant la libération d énergie au niveau d un organe

Activité 30 : Réaliser un schéma fonctionnel montrant la libération d énergie au niveau d un organe Fiche professeur - 5 e Activité 30 : Réaliser un schéma fonctionnel montrant la libération d énergie au niveau d un organe 1. EXTRAITS REFERENTIELS DU BO Partie : Fonctionnement de l organisme et besoin

Plus en détail

COMMENT ET POURQUOI UN SEL DE CALCIUM. DE L ISOMERE C18 :2 Trans-10, Cis-12 REDUIT LE TB?

COMMENT ET POURQUOI UN SEL DE CALCIUM. DE L ISOMERE C18 :2 Trans-10, Cis-12 REDUIT LE TB? COMMENT ET POURQUOI UN SEL DE CALCIUM DE L ISOMERE C18 :2 Trans-10, Cis-12 REDUIT LE TB? 1 SOMMAIRE Page I- ORIGINE DE LA MATIERE GRASSE DU LAIT.3 II- POURQUOI IM PROUVE ALC REDUIT-IL LE TB? 4 III- IM

Plus en détail

LES HOMMES SUR LA TERRE

LES HOMMES SUR LA TERRE Géographie thème 2. LES HOMMES SUR LA TERRE Comment les hommes sont-ils répartis sur la planète? I - ÉTUDE DE CAS : L'EUROPE NOTRE FOYER DE PEUPLEMENT. Comment se répartit la population en Europe? Pourquoi?

Plus en détail

LE RÉSEAU DES SAF D EUMETSAT

LE RÉSEAU DES SAF D EUMETSAT EUMETSAT CoopÉration LE RÉSEAU DES SAF D EUMETSAT UN RÉSEAU DE COMPÉTENCES EUROPÉENNES SURVEILLER LE TEMPS ET LE CLIMAT DEPUIS L ESPACE UN RÉSEAU DE COMPÉTENCES EUROPÉENNES LES CENTRES D APPLICATIONS SATELLITAIRES

Plus en détail

Avant propos. Les résultats de cette politique se sont traduits par :

Avant propos. Les résultats de cette politique se sont traduits par : Avant propos Depuis le milieu des années 198, la Tunisie s est engagée sur la voie de l amélioration de l efficacité énergétique et le développement des énergies renouvelables. Des mesures ambitieuses

Plus en détail

Machine frigorifique : corrigé

Machine frigorifique : corrigé Machine frigorifique : corrigé 1 Prise en mains du diagramme enthalpie-log(pression) HFA 134a P (bar),0,0,0,0 15,0,0 8,00 6,00 5,00 4,00 3,00 1, - - 0, 0,05-0,02 0,03 0,04-0,004 0,006 0,01 s=1, kj/(kg.k)

Plus en détail

2.14. Application des propriétés des fonctions d'état évolution des caractéristiques thermiques d'une barre lors d'une traction 43 2.15.

2.14. Application des propriétés des fonctions d'état évolution des caractéristiques thermiques d'une barre lors d'une traction 43 2.15. SOMMAIRE... V NOMENCLATURE... XIV Chapitre I. CONSTANTES PHYSIQUES ET UNITES... 1 1. Valeurs de quelques constantes physiques... 1 2. Facteurs de conversion des unités usuelles... 2 3. Définitions officielles

Plus en détail

Reliefs et climats du monde

Reliefs et climats du monde Reliefs et climats du monde Matière : Géographie Domaine : Regard sur le Monde Séance 1 Quels sont les reliefs mondiaux? CM2! Objectif(s) de la séance :! Connaître les caractéristiques des reliefs du monde

Plus en détail

Où sont les Hommes sur la Terre

Où sont les Hommes sur la Terre Où sont les Hommes sur la Terre Introduction : Notre planète est constituée de régions peuplées et d autres qui sont presque vides, ainsi 90% de la population vit dans l hémisphère nord. Dans certains

Plus en détail

FERMES. Voici la photographie d une ferme dont le toit est en forme de pyramide.

FERMES. Voici la photographie d une ferme dont le toit est en forme de pyramide. FERMES Voici la photographie d une ferme dont le toit est en forme de pyramide. Ci-dessous se trouve un modèle mathématique du toit de la ferme, fait par un élève ; les mesures y ont été ajoutées. T H

Plus en détail

CARACTÉRISTIQUES TECHNIQUES

CARACTÉRISTIQUES TECHNIQUES VUE AVANT VUE LATÉRALE 297 286 50,8 Point d arrivée d eau Épaisseur du lavabo/ plan de travail : Max 57 mm / Min 3,5 mm Distance entre l aérateur et l extrémité du Tap Max 835,5 / Min. 631,5 266 Point

Plus en détail

AUTOTRONIK B3500 FOUR A CONVECTION TOTALE DIFFUSION DE L AIR à effet TOURBILLONNANT

AUTOTRONIK B3500 FOUR A CONVECTION TOTALE DIFFUSION DE L AIR à effet TOURBILLONNANT S O D I F L U X Version 7 AUTOTRONIK B3500 FOUR A CONVECTION TOTALE DIFFUSION DE L AIR à effet TOURBILLONNANT SOMMAIRE Four B3500 6-zones "RoHS", spécialement conçu pour les exigences de production les

Plus en détail

Surfaces vitrées et RT 2012

Surfaces vitrées et RT 2012 Surfaces vitrées et RT 2012 Comment choisir les caractéristiques des fenêtres en fonction du contexte et pour quelles performances? Jean-Luc Marchand, Délégué Général SNFA Hervé Lamy, Directeur technique

Plus en détail

Marie-Florence RENAUD / Thierry REYNAULT : Groupe formateurs collège. Le CROQUIS DE GEOGRAPHIE EN 4 ème

Marie-Florence RENAUD / Thierry REYNAULT : Groupe formateurs collège. Le CROQUIS DE GEOGRAPHIE EN 4 ème Marie-Florence RENAUD / Thierry REYNAULT : Groupe formateurs collège Le CROQUIS DE GEOGRAPHIE EN 4 ème Le croquis en classe de 4 ème I ) Des échanges à la dimension du monde Thème 2 : les échanges de marchandises

Plus en détail

L EAU DANS NOTRE ENVIRONNEMENT

L EAU DANS NOTRE ENVIRONNEMENT L EAU DANS NOTRE ENVIRONNEMENT 1) Généralités : La grande quantité d'eau abritée par la Terre lui a valu le surnom de planète bleue. Notre planète vue d un satellite. Nasa. L eau présente sur Terre forme

Plus en détail

Après différents essais, c est en 1994 qu apparaissent les premiers essais de mélanges à base d chanvre non traité et de liant à base de chaux.

Après différents essais, c est en 1994 qu apparaissent les premiers essais de mélanges à base d chanvre non traité et de liant à base de chaux. LES ENDUITS CHANVRE ET CHAUX UN PRODUIT RECENT EN ISOLATION L utilisation du chanvre pour la correction thermique des habitations est une chose relativement récente : c est vers 1985 que la Chanvrière

Plus en détail

Les climats passés donnent accès à

Les climats passés donnent accès à La Météorologie - n 88 - février 215 Qu apprend-on des grands changements climatiques passés? 25 Paléoclimatologie Valérie Masson-Delmotte, Pascale Braconnot, Masa Kageyama, Pierre Sepulchre Laboratoire

Plus en détail

Bilan des émissions de gaz à effet de serre

Bilan des émissions de gaz à effet de serre Bilan des émissions de gaz à effet de serre - 5sur5 Décembre 2012 108, avenue Danton 94120 Fontenay sous bois Tél. : 09 54 31 51 54 Sommaire I PRÉSENTATION... 1 I.1 DESCRIPTION DE LA PERSONNE MORALE...

Plus en détail

Micro cogénération WhisperGen. Analyse fonctionnelle

Micro cogénération WhisperGen. Analyse fonctionnelle Micro cogénération WhisperGen Analyse fonctionnelle Présentation : L analyse porte sur un produit mis sur le marché: MK5B WhisperGen. Le WhisperGen est un système de production d eau chaude et de courant

Plus en détail

Programme de 2 ème Année Secondaire ECONOMIE & SERVICES

Programme de 2 ème Année Secondaire ECONOMIE & SERVICES RÉPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION ET DE LA FORMATON DIRECTION GÉNÉRALE DES PROGRAMMES ET DE LA FORMATION CONTINUE -------------------------- DIRECTION DES PROGRAMMES ET DES MANUELS SCOLAIRES

Plus en détail

18 éco M obility T ips

18 éco M obility T ips 18 éco Mobility Tips 18 éco Mobility Tips 18 éco mobility Tips est un guide proposé par notre service ALD bluefleet, label éco soutenant nos offres environnementales développées pour vous. La sensibilisation

Plus en détail

Diagnostic de performance énergétique logement (6.1)

Diagnostic de performance énergétique logement (6.1) DIAGSOLOGIS 81 route du Rhin Napoléon 67000 Strasbourg Tél. : 03 88 43 37 59 / 06 15 54 38 29 - Fax : 03 88 39 67 80 RCS : 513247189 Compagnie d assurance : HISCOX n HARCP 0083339 Diagnostic de performance

Plus en détail

Réglementation Thermique 2005

Réglementation Thermique 2005 Réglementation Thermique 2005 Fichier standardisé des caractéristiques thermiques d'une construction neuve (en vue de la synthèse d'étude thermique, du contrôle et du diagnostic de performance énergétique)

Plus en détail

Science et technologie : Le truc de Newton

Science et technologie : Le truc de Newton Science et technologie : Le truc de Newton Une caractéristique fondamentale de la science c est le lien étroit qui l unit à la technologie. La science cherche les règles du monde matériel et la technologie

Plus en détail

1ère partie de l épreuve Dossier. LES MARGES PASSIVES

1ère partie de l épreuve Dossier. LES MARGES PASSIVES 1ère partie de l épreuve Dossier. LES MARGES PASSIVES LES MARGES PASSIVES Niveau : 1 ère S, Terminale S Extrait du programme : «Marges passives des continents : elles sont structurées par des failles normales

Plus en détail

L efficacité énergétique de façon concrète.

L efficacité énergétique de façon concrète. L efficacité énergétique de façon concrète. Des centrales de traitement d air toujours à la pointe des classes énergétiques : que ce soit avec les directives d EUROVENT ou du Herstellerverband RLT-Geräte

Plus en détail

DÉCLARATION DE PRINCIPE DE LA FIP INFORMATIONS SUR LES MÉDICAMENTS DESTINÉES AUX PATIENTS

DÉCLARATION DE PRINCIPE DE LA FIP INFORMATIONS SUR LES MÉDICAMENTS DESTINÉES AUX PATIENTS International Pharmaceutical Federation Fédération Internationale Pharmaceutique Boîte postale 84200, NL-2508 AE La Haye, Pays-Bas DÉCLARATION DE PRINCIPE DE LA FIP INFORMATIONS SUR LES MÉDICAMENTS DESTINÉES

Plus en détail

Le chauffage au mazout moderne

Le chauffage au mazout moderne Le chauffage au mazout moderne 1 2 Avant d assainir son chauffage au mazout, les questions suivantes se posent au propriétaire: Dois-je procéder à l isolation du bâtiment? Dois-je changer de source d énergie?

Plus en détail

Réponses commentées du QCM de l examen théorique FSVL pour pilotes de parapente, deuxième partie : METEOROLOGIE

Réponses commentées du QCM de l examen théorique FSVL pour pilotes de parapente, deuxième partie : METEOROLOGIE Réponses commentées du QCM de l examen théorique FSVL pour pilotes de parapente, deuxième partie : METEOROLOGIE J. Oberson, instructeur parapente, FSVL/OFAC 4427 www.soaringmeteo.com 2 ème édition 2005

Plus en détail

Principe de la technologie Types de systèmes Avantages et barrières Projet expérimental serre Chicoutimi Conclusions

Principe de la technologie Types de systèmes Avantages et barrières Projet expérimental serre Chicoutimi Conclusions Plan de la présentation GÉOTHERMIE SOURCE ALTERNATIVE DE CHAUFFAGE pour les SERRES Vasile Minea Journée d information- HORTICULTURE ORNEMENTALE Sainte-Julie (Québec), 24 janvier 2006 Principe de la technologie

Plus en détail

Corrigé du bac 2015 : SVT obligatoire Série S Asie

Corrigé du bac 2015 : SVT obligatoire Série S Asie Corrigé du bac 2015 : SVT obligatoire Série S Asie BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 2015 SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE SÉRIE S Durée de l épreuve : 3h30 Coefficient : 6 ENSEIGNEMENT OBLIGATOIRE L usage

Plus en détail

Quelle augmentation de la température par la climatisation dans une ville comme Paris?

Quelle augmentation de la température par la climatisation dans une ville comme Paris? Quelle augmentation de la température par la climatisation dans une ville comme Paris? CNRM/GAME-GMME/TURBAU Climespace CNAM Grégoire Pigeon, Cécile de Munck La climatisation et le climat urbain L'utilisation

Plus en détail

L essentiel de cette étude se fera à l aide du fichier pluridisciplinaire de la transat Jacques Vabre.

L essentiel de cette étude se fera à l aide du fichier pluridisciplinaire de la transat Jacques Vabre. Produire en France Quatre types d espaces d activités : une zone industrialoportuaire, un centre tertiaire, un espace agricole et une zone de tourisme. Dans le cadre de l approche du développement durable

Plus en détail

Modélisation des images. Tâches et contours

Modélisation des images. Tâches et contours Modélisation des images Tâches et contours Modèles d images Images vectorielles ou matrice de points Le terme image vectorielle est impropre Une image dite vectorielle n est en fait qu une image possédant

Plus en détail

021 601 83 23 www.biff.fr. Bureau d Ingénieurs Fenêtres & Façades SA 07-05-2009 / LF / BIFF SA THERMOGRAPHIE

021 601 83 23 www.biff.fr. Bureau d Ingénieurs Fenêtres & Façades SA 07-05-2009 / LF / BIFF SA THERMOGRAPHIE THERMOGRAPHIE THERMOGRAPHIE POURQUOI UNE THERMOGRAPHIE? COMMENT CELA FONCTIONNE? COMMENT INTERPRETER LES PHOTOS THERMOGRAPHIQUES? ISOLATION DES BÂTIMENTS AI-JE BESOIN DE M EN OCCUPER? COMMENT CALCULER

Plus en détail

MIG 21 Performance. Performance en vol, endurance, distance de vol

MIG 21 Performance. Performance en vol, endurance, distance de vol MIG 21 Performance Performance en vol, endurance, distance de vol Pour obtenir la distance de vol ou l'endurance maximale ( temps max en l'air ) à un niveau de vol donné, le paramètre principale à surveiller

Plus en détail