L autoguidage diminue-t-il vraiment la consommation de carburant?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L autoguidage diminue-t-il vraiment la consommation de carburant?"

Transcription

1 L autoguidage diminue-t-il vraiment la consommation de carburant? Lorsqu un producteur achète un système d autoguidage, on lui fait souvent valoir des économies de carburant et une plus grande précision dans ses travaux. Est-ce toujours le cas? Une étude effectuée au Saguenay Lac-Saint- Jean révèle des données intéressantes TEXTE ET PHOTOS NICOLAS ST-PIERRE Collaborateur Le prix des intrants et celui du carburant sont à la hausse, sans compter l aspect environnemental qui prend une place importante dans notre société. Or, l opérateur et son type de conduite influent sur la consommation de carburant, l utilisation des intrants, les émissions de gaz à effet de serre, etc. Dans cette perspective, Agrinova et le Collège d Alma, en collaboration avec l Université Laval, ont entrepris un projet de recherche terrain afin de comparer les résultats de la conduite manuelle avec ceux de la conduite par système d autoguidage. Plus précisément, ils ont voulu savoir si le système d autoguidage par GPS entraînait une baisse de la consommation de carburant et des émissions de gaz à effet de serre (GES). L homme contre la machine C est lors de la saison culturale 2012 que le projet de recherche a été mené à la ferme du Collège d Alma. Pour l occasion, un opérateur expérimenté a réalisé différents travaux sur plus de 25 ha. Les mêmes travaux ont ensuite été exécutés en mode de conduite assistée par système d autoguidage. Ces travaux comprenaient quatre opérations culturales, soit la préparation de sol, le 30 L UTILITERRE MARS 2013

2 Essai en conduite manuelle lors des opérations de semis. Sans le savoir, l opérateur chevauchait ses passages de 22 cm en moyenne. semis, l application d engrais et la pulvérisation de pesticides. Attention aux chevauchements Comme hypothèse de départ, les chercheurs s attendaient à ce que la conduite assistée entraîne une baisse de la consommation de carburant et une réduction des émissions de GES. En effet, l autoguidage est réputé diminuer le chevauchement des passages de la machinerie. Ainsi les travaux sont-ils réalisés plus efficacement le jour, mais aussi à la brunante ou la nuit; un avantage indéniable. Des résultats intéressants Les résultats obtenus reflètent bien l hypothèse de base. Au tableau 1, il est clairement démontré que les passages de la machinerie sont maximisés par l utilisation de la conduite assistée. Par exemple, le chevauchement, lors des semis, était en moyenne de 25,6 cm en conduite manuelle et de 3,6 cm en mode autoguidage. La différence de 22 cm lors de chaque passage est considérable. Pour un producteur cultivant 100 ha, cette différence peut représenter des économies de près de 550 $ (diesel et semences) et une diminution des émissions de GES de 175 kg de CO 2 (équivalent). MARS 2013 L UTILITERRE 31

3 Lors des essais, l espacement calibré entre les passages devait être de 24 mètres, sauf qu en bout de ligne, ils ont plutôt été de 27 mètres. La base RTK était localisée à proximité des champs, à l écart des arbres et des bâtiments agricoles. Ce positionnement maximisait l efficacité du GPS (précision de 2,5 cm). Par contre, et avec surprise, les résultats ont été pratiquement à l inverse en ce qui concerne l application d engrais et la pulvérisation de pesticides. En effet, pour ce type de travaux, la consommation de carburant et l utilisation d intrants ont été plus élevées avec la conduite assistée. Comment expliquer ce résultat? Les chercheurs ont constaté que le conducteur surestimait la largeur d épandage lorsqu il procédait à des applications spatiales (travaux où la largeur d application ne laisse pas de traces). Par exemple, pour l épandage d engrais à la volée, l opérateur ne voit pas exactement jusqu où l engrais a été appliqué. Il sait simplement, en lisant le tableau de l épandeur, qu il doit espacer ses passages d un certain nombre de mètres. Mais à l œil nu, cette distance est difficile à évaluer avec précision. Lors des essais, l espacement calibré entre les passages devait être de 24 m, sauf qu en bout de ligne, ils ont plutôt été de 27 m. Conséquemment, ces bandes non traitées ont diminué la quantité de fertilisants employée et ont nécessité moins de passages dans le champ. Qui dit moins de passages, dit réduction de la consommation de carburant et des Tableau 1 : Chevauchement lors du travail au sol en fonction du type de conduite manuelle assistée Équipement Cm % (selon la largeur de l outil) Cm % (selon la largeur de l outil) Semis 25,6 8,9 3,6 1,2 Travail du sol 21,7 8,0 4,3 1,6 Tableau 2 : Consommation de diesel en fonction d une conduite manuelle ou assistée Consommation de diesel (L/ha) Variation Opération culturale manuelle assistée L/ha % Travail secondaire du sol 4,65 4,27-0,38-8,1 Fertilisation 0,35 0,73 0,38 108,6 Semis direct 7,69 6,94-0,74-9,7 Semis conventionnel* 4,44 3,81-0,63-14,2 Application d herbicide 0,67 0,73 0,06 8,8 * La consommation en semis conventionnel ne tient pas compte du travail primaire du sol (labour) 32 L UTILITERRE MARS 2013

4 émissions de gaz à effet de serre. Toutefois, ces réductions se traduisent par une baisse potentielle de productivité dans les zones non traitées. Théoriquement, plus l équipement couvre une grande largeur, plus il est difficile pour l opérateur de repérer exactement où il devra effectuer son prochain passage. Dans cette situation, il y aura souvent une bande non couverte ou un chevauchement exagéré. Quant à l autoguidage, il augmente la précision lors des applications d engrais et de pesticides en couvrant toute la superficie du champ. D où une consommation d intrants plus grande par rapport à la conduite manuelle qui laissait, lors des essais, des bandes non traitées. Application d herbicide en situation d autoguidage à l aide d un pulvérisateur Hardy Méga 350 muni d une rampe de 14 m. MARS 2013 L UTILITERRE 33

5 Kuhn Console GPS Trimble CFX-750 utilisée lors des différents essais en conduite assistée. Voici le modèle d applicateur granulaire Kuhn Axis 40.1W utilisé lors des essais de fertilisation. Tableau 3 : Consommation d intrants en fonction d une conduite manuelle ou assistée Quantité d'intrant (kg ou L/ha) Variation Opération Intrants manuelle assistée kg ou L/ha % Fertilisation Engrais 40,6 48,4 7,9 19,4 Semis Semences 167,9 162,0-5,9-3,5 Traitement pesticide Herbicide 131,6 156,9 25,3 19,2 Tableau 4 : Variation de la production de GES en fonction d une conduite manuelle ou assistée Émission de GES (kg eco 2 /ha) Variation Opération Intrants manuelle assistée kg eco 2 /ha % Travail du sol Diesel 13,02 11,87-1,15-8,8 Semis direct Diesel 21,44 19,39-2,05-9,6 Semis conventionnel Diesel 12,39 10,64-1,75-14,1 Fertilisation Traitement pesticide Diesel et engrais Diesel et herbicide 348,90 417,34 68,44 19,6 2,01 2,19 0,18 8,9 34 L UTILITERRE MARS 2013

6 Avantage pour l autoguidage En production de grandes cultures, les principaux postes de consommation sont l engrais, les produits phytosanitaires et, surtout, le diesel qui peut représenter 54 % des dépenses. À eux seuls, ces intrants sont responsables d une bonne majorité des émissions de GES. Les essais en conduite assistée réalisés à la ferme du Collège d Alma démontrent un meilleur usage des ressources et suggèrent un potentiel d amélioration de la rentabilité par unité de surface. Évidemment, les bénéfices augmentent avec l accroissement des superficies cultivées. Les constats obtenus lors de ces essais seront disponibles sur le site d Agrinova (www.agrinova.qc.ca). Le projet a été réalisé en vertu du programme Prime- Vert, sous-volet 8.4, et a bénéficié d une aide financière provenant du Fonds vert du gouvernement du Québec et administrée par le ministère de l Agriculture, des Pêcheries et de l Alimentation. L auteur tient à remercier Xavier Desmeules, le Centre agricole Saguenay Lac-Saint- Jean et le constructeur Kuhn. Fait à noter La configuration des zones cultivées (champs en pointe, champs en largeur, etc.) et la topographie (champs vallonnés où l opérateur perd ses points de repère) représentent une source de variabilité quant à la multiplication des croisements en conduite manuelle. MARS 2013 L UTILITERRE 35

Guide de vulgarisation : agriculture de précision, autoguidage et gaz à effet de serre

Guide de vulgarisation : agriculture de précision, autoguidage et gaz à effet de serre Guide de vulgarisation : agriculture de précision, autoguidage et gaz à effet de serre Réalisé par Agrinova Coordination Xavier Desmeules, agr. Chargé de projet Réalisation, recherche et rédaction François

Plus en détail

L efficacité énergétique dans le secteur des grandes cultures

L efficacité énergétique dans le secteur des grandes cultures L efficacité énergétique dans le secteur des grandes cultures Mars 2008 Cette fiche pratique, publiée à l intention des productrices et producteurs céréaliers, fournit des renseignements et des conseils

Plus en détail

NUMÉRO DU PROJET : CETA-1-LUT-11-1538

NUMÉRO DU PROJET : CETA-1-LUT-11-1538 Rapport final réalisé dans le cadre du programme Prime-Vert, sousvolet 11.1 Appui à la Stratégie phytosanitaire québécoise en agriculture TITRE DU PROJET : Développement de deux méthodes de lutte contre

Plus en détail

Grandes cultures Engrais liquides ou granulaires?

Grandes cultures Engrais liquides ou granulaires? Grandes cultures Engrais liquides ou granulaires? Louis Robert, agronome, M. Sc. Conseiller régional en grandes cultures Même s ils ne sont pas nouveaux sur le marché, les engrais de démarrage liquides

Plus en détail

Mise en évidence des facteurs de consommation énergétique de l agriculture : application à la production céréalière de l'eure

Mise en évidence des facteurs de consommation énergétique de l agriculture : application à la production céréalière de l'eure Mise en évidence des facteurs de consommation énergétique de l agriculture : application à la production céréalière de l'eure Olivier PERRIN Enseignant-chercheur en économie rurale Laboratoire LECOR Esitpa

Plus en détail

Maintenir le revenu des céréaliers et diminuer leur contribution au réchauffement climatique : Deux objectifs conciliables? Étude de cas dans l Eure

Maintenir le revenu des céréaliers et diminuer leur contribution au réchauffement climatique : Deux objectifs conciliables? Étude de cas dans l Eure Maintenir le revenu des céréaliers et diminuer leur contribution au réchauffement climatique : Deux objectifs conciliables? Étude de cas dans l Eure PERRIN O. ; MERLE F. Contexte sociétal et économique

Plus en détail

«L énergie la moins chère et la moins polluante est celle qu on ne consomme pas»

«L énergie la moins chère et la moins polluante est celle qu on ne consomme pas» Énergie «L énergie la moins chère et la moins polluante est celle qu on ne consomme pas» La première fonction de l agriculture est la valorisation de l énergie solaire en énergie alimentaire par la photosynthèse.

Plus en détail

Et si j optais pour l agriculture de précision?

Et si j optais pour l agriculture de précision? Et si j optais pour l agriculture de précision? Une technique qui progresse LES SATELLITES EN AGRICULTURE, COMMENT ÇA MARCHE? Actuellement les réseaux satellites, GPS (système américain) et GLONASS (système

Plus en détail

Passer du conventionnel à l économe en 3 ans. Emilie Denis, Adeas Civam 72 Sébastien Lallier, agriculteur

Passer du conventionnel à l économe en 3 ans. Emilie Denis, Adeas Civam 72 Sébastien Lallier, agriculteur Passer du conventionnel à l économe en 3 ans Emilie Denis, Adeas Civam 72 Sébastien Lallier, agriculteur Contexte & Système d exploitation CONTEXTE Localisation Climat Beauce. Au sud de l Eure-et-Loir.

Plus en détail

Bilan Carbone de la Caisse Régionale Toulouse 31

Bilan Carbone de la Caisse Régionale Toulouse 31 Bilan Carbone de la Caisse Régionale Toulouse 31 Rappel des enjeux du changement climatique, résultats du Bilan Carbone et pistes d action de réduction Quels enjeux en termes de climat et d énergie? Un

Plus en détail

Freins et leviers aux conversions à l agriculture biologique en Grandes cultures

Freins et leviers aux conversions à l agriculture biologique en Grandes cultures Freins et leviers aux conversions à l agriculture biologique en Grandes cultures Etude d un cas type ROSACE 1 Travail réalisé par Richard d Humières, élève AgroParisTech, stagiaire au Pôle économie et

Plus en détail

perspectives en économie de l agroenvironnement

perspectives en économie de l agroenvironnement perspectives en économie de l agroenvironnement un outil d aide à la décision auteur LUC BELZILE, agronome, économiste, M. Sc. Chercheur en économie de l agroenvironnement Volume 1, numéro 1, nov. 2014

Plus en détail

Fertilisation azotée du maïs-grain: démystification, planification et projet SCAN. Gilles Tremblay, agr., CÉROM Julie Breault, agr.

Fertilisation azotée du maïs-grain: démystification, planification et projet SCAN. Gilles Tremblay, agr., CÉROM Julie Breault, agr. Fertilisation azotée du maïs-grain: démystification, planification et projet SCAN Gilles Tremblay, agr., CÉROM Julie Breault, agr., MAPAQ Contenu de la présentation o Recommandations o Connaissances o

Plus en détail

Perspective d un producteur laitier sur les projets d atténuation des gaz à effet de serre Ron Maynard Producteurs laitiers du Canada

Perspective d un producteur laitier sur les projets d atténuation des gaz à effet de serre Ron Maynard Producteurs laitiers du Canada Perspective d un producteur laitier sur les projets d atténuation des gaz à effet de serre Ron Maynard Producteurs laitiers du Canada Congrès et atelier de la FIL Canada sur le développement durable du

Plus en détail

assumer ses responsabilités pour la sauvegarde de l environnement

assumer ses responsabilités pour la sauvegarde de l environnement En production: assumer ses responsabilités pour la sauvegarde de l environnement par Caroline Martineau, IQDHO Article écrit pour le magazine Québec Vert et publié par Medias Transcontinental S.E.N.C en

Plus en détail

Programme de compensation des GES de Ville de Laval

Programme de compensation des GES de Ville de Laval Programme de compensation des GES de Ville de Laval Jacinthe Rousseau, Conseillère en Environnement Ville de Laval Fédération Canadienne de municipalités Conférence sur les collectivités durables - Février

Plus en détail

Gestion de l azote des fumiers : comment réduire les pertes?

Gestion de l azote des fumiers : comment réduire les pertes? Gestion de l azote des fumiers : comment réduire les pertes? Un producteur agricole peut-il en même temps protéger l environnement, améliorer les relations avec ses voisins et sauver de l argent? La réponse

Plus en détail

BIEN CHOISIR VOTRE SYSTEME DE GUIDAGE PAR SATELLITES

BIEN CHOISIR VOTRE SYSTEME DE GUIDAGE PAR SATELLITES BIEN CHOISIR VOTRE SYSTEME DE GUIDAGE PAR SATELLITES Le guidage par GPS est un outil qui trouve maintenant sa place dans les structures de type polyculture-élevage. Avec des prix de plus en plus abordables,

Plus en détail

MODELES FAIRTRADE POUR LA PLANIFICATION ET LES RAPPORTS

MODELES FAIRTRADE POUR LA PLANIFICATION ET LES RAPPORTS MODELES FAIRTRADE POUR LA PLANIFICATION ET LES RAPPORTS Les modèles suivants peuvent aider l OPP à être en conformité avec les critères 4.1.1 4.1.10 de la partie Potentiel de Développement ainsi que les

Plus en détail

Comparaison de la croissance de 4 types de plants de peuplier hybride dans les sols argileux de l Abitibi- Témiscamingue résultats après 2 ans

Comparaison de la croissance de 4 types de plants de peuplier hybride dans les sols argileux de l Abitibi- Témiscamingue résultats après 2 ans Comparaison de la croissance de 4 types de plants de peuplier hybride dans les sols argileux de l Abitibi- Témiscamingue résultats après 2 ans Fiche technique SABRINA MORISSETTE, Ing.f. ANNIE DESROCHERS,

Plus en détail

L efficacité énergétique. et les énergies renouvelables. pour réduire les GES à la ferme

L efficacité énergétique. et les énergies renouvelables. pour réduire les GES à la ferme L efficacité énergétique et les énergies renouvelables pour réduire les GES à la ferme Introduction Potentiel de réduction de GES en milieu agricole par: Efficacité énergétique (EE) : consommation d énergie

Plus en détail

Efficacité énergétique et production d énergie renouvelable : des moyens d action pour faire face au nouveau contexte énergétique

Efficacité énergétique et production d énergie renouvelable : des moyens d action pour faire face au nouveau contexte énergétique Colloque sur la pomme de terre LA POMME DE TERRE : NOURRIR SON MONDE Le vendredi 14 novembre 2008, Hôtel Québec Inn, Québec Efficacité énergétique et production d énergie renouvelable : des moyens d action

Plus en détail

Présentation gamme GPS SATPLAN. 12/10/2010 Propriété de SATPLAN 1

Présentation gamme GPS SATPLAN. 12/10/2010 Propriété de SATPLAN 1 Présentation gamme GPS SATPLAN 12/10/2010 Propriété de SATPLAN 1 Notre métier : Le GPS pour l Agriculture européenne - Guidage, autoguidage, modulation, coupure de tronçons, autoguidage d outils - Précision

Plus en détail

MATERIEL AGRICOLE. Alexandre Meyniel Hydrogéologue-Pédologue-Cartographe Chargé du développement de l agriculture de précision

MATERIEL AGRICOLE. Alexandre Meyniel Hydrogéologue-Pédologue-Cartographe Chargé du développement de l agriculture de précision DE L AGRICULTURE ET DES AGRICULTEURS Alexandre Meyniel Hydrogéologue-Pédologue-Cartographe Chargé du développement de l agriculture de précision Service Agronomie Environnement Productions végétales REPUBLIQUE

Plus en détail

Essai colza en système de cultures innovant

Essai colza en système de cultures innovant Essai colza en système de cultures innovant Compte-rendu d essais Année 2010-2011 COURTOIS Nicolas Avec la collaboration de M. BOSSON Christophe, exploitant à Aire-la-Ville Sommaire 1. Présentation...

Plus en détail

Zâ wx. pour la production et l utilisation des cartes de rendement

Zâ wx. pour la production et l utilisation des cartes de rendement Zâ wx pour la production et l utilisation des cartes de rendement Réalisé par Agrinova Coordination Stéphane Martel, agr., M. Sc. Chargé de projet en recherche et innovation Réalisation, recherche et rédaction

Plus en détail

ENGRAIS AVEC REGULATEUR DE NITRIFICATION

ENGRAIS AVEC REGULATEUR DE NITRIFICATION ENGRAIS AVEC REGULATEUR DE NITRIFICATION EUROCHEM AGRO FRANCE SAS 49, av. Georges Pompidou 92593 LEVALLOIS-PERRET Cedex Tél. : 01 49 64 54 10 Fax : 01 49 64 52 52 Web : www.eurochemagro.com = marque déposée

Plus en détail

Projet Mosabio Rapport d essai 2014

Projet Mosabio Rapport d essai 2014 Introduction Projet Mosabio Rapport d essai 2014 Le projet Mosabio a été proposé en 2011 par un groupe de travail comprenant AGRIDEA, Agroscope et le FiBL. Il s inscrit dans le contexte du déficit de l

Plus en détail

Chapitre 3 : Vers une agriculture durable

Chapitre 3 : Vers une agriculture durable Chapitre 3 : Vers une agriculture durable Au XXI siècle, on prévoit une population de 9 milliards d êtres humains. Nourrir la population est donc un défi majeur. Cf. cours de seconde : problèmes de la

Plus en détail

Adopter de bonnes pratiques agroenvironnementales:

Adopter de bonnes pratiques agroenvironnementales: Adopter de bonnes pratiques agroenvironnementales: Dépense ou investissement? Yvan Faucher, agronome Réjean Prince, agroéconomiste L ÉQUIPE INTERDISCIPLINAIRE DU MAPAQ Réjean Prince, agroéconomiste Ghislain

Plus en détail

LE COUT REEL DE LA VOITURE

LE COUT REEL DE LA VOITURE LE COUT REEL DE LA VOITURE Dernière mise à jour : 5 juillet 2012 Nota : une version plus courte de cet article (3 pages) peut être téléchargée sur www.adetecdeplacements.com/cout_reel_voiture_3p.pdf Quel

Plus en détail

UNE MEILLEURE CONNAISSANCE

UNE MEILLEURE CONNAISSANCE CONCEVOIR ET GÉRER DES AMAS DE FUMIER SOLIDE AU CHAMP UNE MEILLEURE CONNAISSANCE pour un meilleur environnement En 2002, le Règlement sur les exploitations agricoles (REA) prévoyait l échéance des dispositions

Plus en détail

Application d herbicide. en bandes dans la pomme de terre

Application d herbicide. en bandes dans la pomme de terre Application d herbicide en bandes dans la pomme de terre Introduction Dans un contexte de lutte intégrée qui vise la rationalisation et la réduction de l utilisation des pesticides, l application d herbicide

Plus en détail

CONSOMMATION ET PRODUCTION D ELECTRICITE EN ALLEMAGNE. Bernard Laponche 2 juin 2014 * Table des matières

CONSOMMATION ET PRODUCTION D ELECTRICITE EN ALLEMAGNE. Bernard Laponche 2 juin 2014 * Table des matières CONSOMMATION ET PRODUCTION D ELECTRICITE EN ALLEMAGNE Bernard Laponche 2 juin 2014 * Table des matières 1. CONSOMMATION FINALE D ELECTRICITE...2 1.1 EVOLUTION SUR LA PERIODE 2000-2013... 2 1.2 ENTRE 2010

Plus en détail

THEME : NOURRIR L HUMANITÉ TP1 : Agriculture, santé et environnement

THEME : NOURRIR L HUMANITÉ TP1 : Agriculture, santé et environnement THEME : NOURRIR L HUMANITÉ TP1 : Agriculture, santé et environnement Une population de neuf milliards d'humains est prévue au XXIème siècle. Nourrir la population mondiale est un défi majeur qui ne peut

Plus en détail

Pratiques culturales pour améliorer la rentabilité de l entreprise agricole

Pratiques culturales pour améliorer la rentabilité de l entreprise agricole Pratiques culturales pour améliorer la rentabilité de l entreprise agricole Louis Robert, agronome MAPAQ Centre de services de Ste-Marie Dans notre région, l agriculture est basée pour une forte proportion

Plus en détail

Agriculture et qualité de l air en France : actions du secteur agricole et potentiels de réduction

Agriculture et qualité de l air en France : actions du secteur agricole et potentiels de réduction Agriculture et qualité de l air en France : actions du secteur agricole et potentiels de réduction Lionel LAUNOIS Ministère de l Agriculture, de l Agroalimentaire et de la Forêt Journée nationale APCA

Plus en détail

Plan Climat Energie Territorial de l agglomération de Brive

Plan Climat Energie Territorial de l agglomération de Brive Plan Climat Energie Territorial de l agglomération de Brive Forum d ouverture du Plan Climat 4 décembre 2012 Enjeux Climat Energie La demande mondiale en énergie ne cesse d augmenter pas de solution «miracle»

Plus en détail

Forum Territorial PCET de l U.C.C.S.A Session du 23 mars

Forum Territorial PCET de l U.C.C.S.A Session du 23 mars Forum Territorial PCET de l U.C.C.S.A Session du 23 mars Agriculture et industrie Consommations d énergie finale et émissions de GES Industrie : ¼ des consommations d énergie Plus de 30% si l on cumule

Plus en détail

[Signature]Essais réalisés en collaboration entre les Chambres d'agriculture de Bretagne, les fédérations de Cuma et Arvalis Institut du végétal.

[Signature]Essais réalisés en collaboration entre les Chambres d'agriculture de Bretagne, les fédérations de Cuma et Arvalis Institut du végétal. [Titre]Semis de maïs : 3 semoirs à l'épreuve de la vitesse [Commentaires sur la mise en forme : Le tableau des caractéristiques des matériels avec les photos des semoirs doit être placé en première page.

Plus en détail

Les nouvelles applications de l agriculture de précision

Les nouvelles applications de l agriculture de précision Démonstration «Agriculture de précision et désherbage mécanique» Les nouvelles applications de l agriculture de précision «Outils actuels et perspectives» Définition L'agriculture de précision est un concept

Plus en détail

Guide de la documentation parcellaire

Guide de la documentation parcellaire Guide de la documentation parcellaire Agrar-Office AgroWIN Agrar-Office AgroWIN 0 200 m 0 200 m 40% 30% 20% 10% 0% Statistik gespeichert am 26.09.2007 Mittelwert 69,43 % 25% 20% 15% 10% 5% 0% Legende [%]

Plus en détail

Exigences préalables et documents d appui pour un projet d immobilisations dans le secteur de l énergie

Exigences préalables et documents d appui pour un projet d immobilisations dans le secteur de l énergie d appui pour un projet d immobilisations dans le secteur de l énergie Les exigences préalables et les documents d appui sont déterminés en fonction du statut du demandeur : s il est un gouvernement municipal

Plus en détail

Programme d alphabétisation fonctionnelle

Programme d alphabétisation fonctionnelle www.yaniwulli.org Programme d alphabétisation fonctionnelle de la fédération Yakaar Niani Wulli 2007 2010 Juillet 2007 A. Objectifs La fédération espère, avec ce programme d alphabétisation fonctionnelle,

Plus en détail

Implantation de colza au Strip till. Thibaud LEROY Alexandre EECKHOUT Chambre d Agriculture de la Somme

Implantation de colza au Strip till. Thibaud LEROY Alexandre EECKHOUT Chambre d Agriculture de la Somme Implantation de colza au Strip till Thibaud LEROY Alexandre EECKHOUT Chambre d Agriculture de la Somme Objectifs de l essai Comparer différentes techniques d implantation simplifiée en colza Mono-graine

Plus en détail

Méthodes et outils de modulation des engrais à partir d une carte de préconisation

Méthodes et outils de modulation des engrais à partir d une carte de préconisation Méthodes et outils de modulation des engrais à partir d une carte de préconisation Thibaut Plancq Manon Morlet 15 décembre 2009 1 1 Sommaire Introduction et contexte Méthodes manuelles Méthodes informatisées

Plus en détail

L importance des audits énergétiques

L importance des audits énergétiques L importance des audits énergétiques Bureau de l efficacité et de l innovation énergétiques (BEIE) Geneviève Bélanger, ing. Octobre 2012 Plan de la présentation Historique Les analyses énergétiques et

Plus en détail

Communiqué de presse - Mars 2013. Le Groupe Bonduelle se dote d un site internet entièrement dédié à sa politique de développement durable

Communiqué de presse - Mars 2013. Le Groupe Bonduelle se dote d un site internet entièrement dédié à sa politique de développement durable Communiqué de presse - Mars 2013 Le Groupe Bonduelle se dote d un site internet entièrement dédié à sa politique de développement durable 2 «Par son métier, en lien direct avec le monde agricole, par ses

Plus en détail

Le défi de l efficacité. énergétique. c est notre affaire!

Le défi de l efficacité. énergétique. c est notre affaire! Le défi de l efficacité énergétique c est notre affaire! Le monde agricole est sans cesse soumis à de nouveaux défis qui mettent à l épreuve sa capacité à s adapter à de nouvelles situations, à développer

Plus en détail

Présenté par : Dr Asmae Nouira. Novembre Hanoi -2007. Journées Scientifiques Inter-Réseaux AUF

Présenté par : Dr Asmae Nouira. Novembre Hanoi -2007. Journées Scientifiques Inter-Réseaux AUF Efficacité du semis direct à contrer l érosion hydrique en milieu agricole : mise en évidence à l'aide des techniques de radioéléments, de modélisation et de mesures aux champs (MAROC-CANADA) Présenté

Plus en détail

La crise mondiale des revenus agricoles

La crise mondiale des revenus agricoles Le marché a perdu la clé des champs André D Beaudoin Secrétaire Général UPA DI La crise mondiale des revenus agricoles Forum Souveraineté alimentaire Niamey/ novembre 2006 Depuis plus de quatre décennies:

Plus en détail

Techniques agronomiques innovantes de la conduite du maïs fourrage

Techniques agronomiques innovantes de la conduite du maïs fourrage Techniques agronomiques innovantes de la conduite du maïs fourrage Romain LEGERE- Arvalis(station de la Jaillière Collaboration Bruno Couilleau-CA44 (Ferme de Derval) Techniques agronomiques innovantes

Plus en détail

COOPERATIVE AGRICOLE DES CEREALES: C.A.C

COOPERATIVE AGRICOLE DES CEREALES: C.A.C COOPERATIVE AGRICOLE DES CEREALES: C.A.C L agriculture est par nature une activité spéculative, car les besoins alimentaires et la production agricole sont décalés dans le temps. En effet les besoins alimentaires

Plus en détail

REFFRENTIEL TECHNICO -ECONOMIQUE DES DÉMONSTRATIONS EN IRRIGATION

REFFRENTIEL TECHNICO -ECONOMIQUE DES DÉMONSTRATIONS EN IRRIGATION MINISTERE DE L AGRICULTURE REPUBLIQUE DU MALI PROGRAMME COMPETITIVITE Un Peuple un But une Foi ET DIVERSIFICATION AGRICOLES (PCDA) COORDINATION REGIONALE DE SEGOU GROUPEMENT AGRERGID BP : 327 Ségou Tel

Plus en détail

Bilan Carbone des interventions viticoles

Bilan Carbone des interventions viticoles Chambre d agriculture de Vaucluse Bilan Carbone des interventions viticoles Silvère DEVEZE Chambre d Agriculture de Vaucluse Tél : 04.90.23.65.65 fax : 04.90.23.65.40 email : accueil@vaucluse.chambagri.fr

Plus en détail

La précision en agriculture

La précision en agriculture ALPA 2, les Noires Terres 54740 HAROUE CRA Lorraine 9, rue de la Vologne 54520 LAXOU La précision en agriculture [Les enjeux de l agriculture de précision et acquisition de références en Lorraine] Document

Plus en détail

Perspectives offertes par la culture en association de froment et de pois protéagineux d hiver

Perspectives offertes par la culture en association de froment et de pois protéagineux d hiver Perspectives offertes par la culture en association de froment et de pois protéagineux d hiver Jérôme Pierreux (1), Pierre Delaplace (2), Christian Roisin (3) et Bernard Bodson (1) 1 : Unité de Phytotechnie

Plus en détail

Le Plan Climat Energie Territoire du Conseil général de l Allier

Le Plan Climat Energie Territoire du Conseil général de l Allier Contexte et enjeux Le Plan Climat Energie Territoire du Conseil général de l Allier Afin de lutter contre le changement climatique et s adapter au contexte de raréfaction des ressources fossiles, des engagements

Plus en détail

Consommation de fluides des lycées publics de la Région Rhône-Alpes

Consommation de fluides des lycées publics de la Région Rhône-Alpes Le lycée des Eaux-Claires de Grenoble - Crédit photo : Juan Robert Consommation de fluides des lycées publics de la Région Rhône-Alpes Synthèse - Année 2012 266 lycées 236 sites 193 000 élèves 4,3 millions

Plus en détail

Evolution du désherbage chimique des voies ferrées

Evolution du désherbage chimique des voies ferrées Evolution du désherbage chimique des voies ferrées François LAUZERAL CSC ER IM1 CIETAP LYON 15 & 16 mars 2012 CIETAP LYON 15 &16 mars 2012 11 Les Risques induits par la végétation sur le système ferroviaire

Plus en détail

ORGANIQUE DES SOLS SUR LE LONG TERME : DE NOUVEAUX OUTILS POUR LE CONSEIL

ORGANIQUE DES SOLS SUR LE LONG TERME : DE NOUVEAUX OUTILS POUR LE CONSEIL GÉRER L ÉTAT L ORGANIQUE DES SOLS SUR LE LONG TERME : DE NOUVEAUX OUTILS POUR LE CONSEIL 8émes rencontres GEMAS -COMIFER Blois - 20 & 21 novembre 2007 Annie Duparque GESTION ET CONSERVATION DE L ETAT L

Plus en détail

L occultation en production maraîchère comme outil de gestion de plantes nuisibles et de destruction d engrais vert.

L occultation en production maraîchère comme outil de gestion de plantes nuisibles et de destruction d engrais vert. L occultation en production maraîchère comme outil de gestion de plantes nuisibles et de destruction d engrais vert. Sam Chauvette agronome, M. Sc. Chargé de projet productions végétales et fruitières

Plus en détail

Programme d appui financier aux regroupements et aux associations de producteurs désignés - Volet C

Programme d appui financier aux regroupements et aux associations de producteurs désignés - Volet C Programme d appui financier aux regroupements et aux associations de producteurs désignés - Volet C Évaluation de l exportation en phosphore lors de la récolte de gazon en plaques et comparaison des grilles

Plus en détail

Caractéristiques. Fréquence du système. Perspectives. Utilisation des surfaces. Atouts. Contraintes. Système plantes sarclées

Caractéristiques. Fréquence du système. Perspectives. Utilisation des surfaces. Atouts. Contraintes. Système plantes sarclées Système plantes sarclées Caractéristiques Variantes de ce système Production de viande (vaches allaitantes ou bœufs sur 10ha d herbe) 1,3 unité de main d œuvre : 1 chef d exploitation et 1 salarié occasionnel

Plus en détail

Table des matières. 23.1 champ d application. 23.2 bande tampon 23.2.1 obligation 23.2.2 aménagement de la bande tampon

Table des matières. 23.1 champ d application. 23.2 bande tampon 23.2.1 obligation 23.2.2 aménagement de la bande tampon Dispositions particulières aux usages industriels Table des matières 23.1 champ d application 23.2 bande tampon 23.2.1 obligation 23.2.2 aménagement de la bande tampon 23.3 sites d extraction 23.3.1 nouveaux

Plus en détail

Forum THNS 2011 Shanghai

Forum THNS 2011 Shanghai Forum THNS 2011 Shanghai Transport et émissions de gaz carbonique en Australie : réponses actuelles et dilemme Dr Matthew Burke, chercheur, université de Griffith (Australie) Le contexte australien L Australie

Plus en détail

2013-2018 PROGRAMME D APPUI EN AGROENVIRONNEMENT VOLET 1 POUR LES EXPLOITATIONS AGRICOLES

2013-2018 PROGRAMME D APPUI EN AGROENVIRONNEMENT VOLET 1 POUR LES EXPLOITATIONS AGRICOLES 2013-2018 PROGRAMME D APPUI EN AGROENVIRONNEMENT VOLET 1 POUR LES EXPLOITATIONS AGRICOLES ADOPTER DES PRATIQUES AGROENVIRONNEMENTALES : UN PLUS POUR VOTRE ENTREPRISE! INTERVENTIONS SOUTENUES 1 À HAUTEUR

Plus en détail

Coût de production et prix d intérêt blé dur/blé tendre

Coût de production et prix d intérêt blé dur/blé tendre Coût de production et prix d intérêt blé dur/blé tendre Zoom sur les campagnes 2011/2012 et 2012/2013 Données issues des groupes marges brutes Chambre d agriculture d Eure-et-Loir en zone traditionnelle

Plus en détail

Bil i a l n Carbone 2011

Bil i a l n Carbone 2011 Bilan Carbone 2011 Le Groupe Chèque Déjeuner a décidé dès 2010 de se doter d un nouvel outil de pilotage de sa performance environnementale : Le Bilan Carbone, méthode gérée désormais par l Association

Plus en détail

LE DESSOUS DES CARTES

LE DESSOUS DES CARTES Présentation de la vidéo... 2 Générique... 2 Description... 2 Principaux thèmes abordés... 2 Contenus... 3 Niveaux, disciplines, compétences... 3 Textes de référence... 3 Notions... 3 Vocabulaire... 4

Plus en détail

Construction et analyse des comptes d acteurs. Livret de l apprenant

Construction et analyse des comptes d acteurs. Livret de l apprenant Projet de Renforcement de l Information des Acteurs des Filières Rizicoles PRIAF RIZ Analyse des filières riz par les organisations professionnelles d Afrique de l Ouest Livret de l apprenant Module 3

Plus en détail

Roger Asmar, agr., MBA

Roger Asmar, agr., MBA Roger Asmar, agr., MBA Ousama Bensslimane, agr. Directeur COGENOR Introduction. Efficacité et rentabilité. Seuil de rentabilité. Les dépenses Investissement et rentabilité. Les pièges. Des outils. Rentabilité

Plus en détail

CETA-1-11-1588. Durée : 04/2012 04/2014 RAPPORT FINAL. Réalisé par : Sam Chauvette agr. M.Sc. et Denis La France d.t.a.

CETA-1-11-1588. Durée : 04/2012 04/2014 RAPPORT FINAL. Réalisé par : Sam Chauvette agr. M.Sc. et Denis La France d.t.a. L OCCULTATION EN PRODUCTION MARAÎCHÈRE COMME OUTIL DE GESTION DE PLANTES NUISIBLES ET DE DESTRUCTION D ENGRAIS VERT CETA-1-11-1588 Durée : 04/2012 04/2014 RAPPORT FINAL Réalisé par : Sam Chauvette agr.

Plus en détail

Gillig Philippe Faculté des Sciences sociales

Gillig Philippe Faculté des Sciences sociales SO00DM24 Approches socio-économiques de la croissance TD 7 : Décrypter les liens entre productivité et rentabilité (d après J-P Piriou, Nouveau manuel de SES, éd. La découverte) Objectifs du TD : 1) analyser

Plus en détail

Bilan Carbone de la Communauté d Agglomération de Vichy Val d Allier

Bilan Carbone de la Communauté d Agglomération de Vichy Val d Allier Bilan Carbone de la Communauté d Agglomération de Vichy Val d Allier Territoire 2008 Contexte de l étude Afin de lutter contre le changement climatique et de s adapter au contexte de raréfaction des ressources

Plus en détail

La biomasse, source d énergie?

La biomasse, source d énergie? Paul MATHIS mathis.paul@orange.fr Editions Quae Dijon Le 11 octobre 2012 L énergie, c est quoi? L énergie, c est ce qui permet : de se chauffer, de cuire les aliments, de se déplacer, de faire marcher

Plus en détail

Compléments d analyse économique à la recherche agronomique et agroenvironnementale en grandes cultures Projet IRDA N o 901072.

Compléments d analyse économique à la recherche agronomique et agroenvironnementale en grandes cultures Projet IRDA N o 901072. Compléments d analyse économique à la recherche agronomique et agroenvironnementale en grandes cultures Projet IRDA N o 901072 Rapport final Présenté à : Réseau Innovagrains Présenté par : Luc Belzile,

Plus en détail

RAPPORT : FORMATION DE 8 AGENTS ET 200 PAYSANS PRODUCTEURS DE RIZ A GAO SUR LE SYSTEME DE RIZICULTURE INTENSIVE (SRI). Campagne Agricole 2014-2015.

RAPPORT : FORMATION DE 8 AGENTS ET 200 PAYSANS PRODUCTEURS DE RIZ A GAO SUR LE SYSTEME DE RIZICULTURE INTENSIVE (SRI). Campagne Agricole 2014-2015. MINISTERE DE DEVELOPPEMENT RURAL REPUBLIQUE DU MALI ********* UN PEUPLE- UN BUT UNE FOI DIRECTION NATIONALE DE L AGRICULTURE ******** DIRECTION REGIONALE DE L AGRICULTURE DE GAO RAPPORT : FORMATION DE

Plus en détail

1. INDEMNITÉ POUR RISQUE DE ZONE DANS LE FOIN

1. INDEMNITÉ POUR RISQUE DE ZONE DANS LE FOIN Page 1 1. INDEMNITÉ POUR RISQUE DE ZONE DANS LE FOIN 1.1. Principe général L indemnité versée à un client correspond à la valeur assurable à son certificat multipliée par sa perte nette calculée (perte

Plus en détail

Analyse des coûts additionnels associés à un changement du mode d épandage du lisier

Analyse des coûts additionnels associés à un changement du mode d épandage du lisier Analyse des coûts additionnels associés à un changement du mode d épandage du lisier Par Dominique Baril-Tremblay (a) Claude Roy (b) Lota D. Tamini (a) (a) Institut de recherche et développement en agroenvironnement

Plus en détail

Le drainage agricole : problèmes, diagnostic et solutions

Le drainage agricole : problèmes, diagnostic et solutions Le drainage agricole : problèmes, diagnostic et solutions Victor Savoie, ingénieur agricole MAPAQ, Centre-du-Québec, Nicolet Photo : Véronique Gagnon, Club agroenvironnement Bois-Francs Le drainage agricole

Plus en détail

Quelles sont les réponses de l analyse économique au développement durable? Conf Inside, Rennes 1 Marie-Hélène HUBERT 02 Février 2011

Quelles sont les réponses de l analyse économique au développement durable? Conf Inside, Rennes 1 Marie-Hélène HUBERT 02 Février 2011 Quelles sont les réponses de l analyse économique au développement durable? Conf Inside, Rennes 1 Marie-Hélène HUBERT 02 Février 2011 Plan de la présentation La notion de développement durable L économie

Plus en détail

LE SEMOIR À DISQUES : UN OUTIL OPPORTUN. Témoignage de Jean-Paul SAMSON

LE SEMOIR À DISQUES : UN OUTIL OPPORTUN. Témoignage de Jean-Paul SAMSON LE SEMOIR À DISQUES : UN OUTIL OPPORTUN Témoignage de Jean-Paul SAMSON 1 Jean Paul SAMSON Lorry-Mardigny (57) 1.3 UTH Types de sol principaux : 75% argilo-calcaire 20% argilo-limoneux SAU 137 ha orge hiver

Plus en détail

Essai de paillis de plastique biodégradable en production maraîchère et fruitière

Essai de paillis de plastique biodégradable en production maraîchère et fruitière PROGRAMME D APPUI AU DÉVELOPPEMENT DE L AGRICULTURE ET DE L AGROALIMENTAIRE EN RÉGION 2007-2008 Essai de paillis de plastique biodégradable Rapport final Mars 2008 Modifié le 3 juillet 2008 Daniel Bergeron,

Plus en détail

L Agriculture de précision aujourd hui en France, Les pratiques des Agriculteurs

L Agriculture de précision aujourd hui en France, Les pratiques des Agriculteurs L Agriculture de précision aujourd hui en France, Les pratiques des Agriculteurs Présentation : Marc VAN COILLIE. Fondateur en 1996 de SATplan (Gps et Agriculture) Jusqu en 2012 ( 25 collaborateurs, 6

Plus en détail

SYNTHESE DES DIAGNOSTICS

SYNTHESE DES DIAGNOSTICS PLAN CLIMAT ENERGIE TERRITORIAL SYNTHESE DES DIAGNOSTICS Juillet 2013 La Communauté d Agglomération du Grand Rodez, regroupant 55 932 habitants, est soumise à l obligation nationale (Grenelle 1 et 2) de

Plus en détail

Réduire les intrants : que peut-on attendre des panneaux récupérateurs?

Réduire les intrants : que peut-on attendre des panneaux récupérateurs? Réduire les intrants : que peut-on attendre des panneaux récupérateurs? Une réduction significative des intrants phytosanitaires, entres autres souhaitée dans le cadre du plan Ecophyto, ne peut espérer

Plus en détail

AGROCARBURANT POUR REPONDRE A QUEL BESOIN ENERGETIQUE? Bougouna SOGOBA bougouna.sogoba@ameddmali.org Website : www.ameddmali.org

AGROCARBURANT POUR REPONDRE A QUEL BESOIN ENERGETIQUE? Bougouna SOGOBA bougouna.sogoba@ameddmali.org Website : www.ameddmali.org AGROCARBURANT POUR REPONDRE A QUEL BESOIN ENERGETIQUE? Bougouna SOGOBA bougouna.sogoba@ameddmali.org Website : www.ameddmali.org PLAN DE LA PRESENTATION Le contexte national Les besoins et solutions locales

Plus en détail

Présentation des priorités soussectorielles. recherche et innovation. Karine Bouchard, agr., M.Env. Analyste technique et en environnement, FIHOQ

Présentation des priorités soussectorielles. recherche et innovation. Karine Bouchard, agr., M.Env. Analyste technique et en environnement, FIHOQ Présentation des priorités soussectorielles québécoises en recherche et innovation Karine Bouchard, agr., M.Env. Analyste technique et en environnement, FIHOQ Mise en contexte Rencontres préalables des

Plus en détail

Enquête agricole 2014

Enquête agricole 2014 Ministère de l Agriculture et de l Equipement Rural ------------------------- Direction de l Analyse, de la Prévision et des Statistiques Agricoles Enquête agricole 2014 Atelier International Observation

Plus en détail

Agriculture en systèmes naturels

Agriculture en systèmes naturels Agriculture en systèmes naturels Mélanges de cultivars, cultures-abris et cultures intercalaires - blé de printemps biologique Contexte Blé avec avoine comme culture associée La production de céréales

Plus en détail

Des semences produites par les agriculteurs pour les agriculteurs

Des semences produites par les agriculteurs pour les agriculteurs apport annuel O 1998 es semences produites par les agriculteurs pour les agriculteurs L POUCTIO et la distribution de semences sont de véritables contraintes pour la diffusion de nouvelles variétés culturales.

Plus en détail

JCDecaux France. Bilan d émissions de Gaz à effet de Serre obligatoire défini par l article 75 de la loi n 2010 788 du 12 juillet 2010

JCDecaux France. Bilan d émissions de Gaz à effet de Serre obligatoire défini par l article 75 de la loi n 2010 788 du 12 juillet 2010 JCDecaux France Bilan d émissions de Gaz à effet de Serre obligatoire défini par l article 75 de la loi n 2010 788 du 12 juillet 2010 Novembre 2015 PRESENTATION DU CADRE DU REPORTING 1 Description de la

Plus en détail

Par Yves Chagnon, agr., MBA

Par Yves Chagnon, agr., MBA Par Yves Chagnon, agr., MBA Février 2014 1 2 PLAN DE LA PRÉSENTATION Prix des terres Rentabilité des terres Évolution des marges Impacts de la volatilité des prix Situations concrètes Alternatives pour

Plus en détail

PROGRAMME D'ASSURANCE STABILISATION DES REVENUS AGRICOLES. POMMES DE TERRE (modèle 2009) COÛT DE PRODUCTION INDEXÉ JANVIER À DÉCEMBRE 2012

PROGRAMME D'ASSURANCE STABILISATION DES REVENUS AGRICOLES. POMMES DE TERRE (modèle 2009) COÛT DE PRODUCTION INDEXÉ JANVIER À DÉCEMBRE 2012 PROGRAMME D'ASSURANCE STABILISATION DES REVENUS AGRICOLES POMMES DE TERRE (modèle 2009) COÛT DE PRODUCTION INDEXÉ JANVIER À DÉCEMBRE 2012 Page 1 Page 2 POMMES DE TERRE (modèle 2009) COÛT DE PRODUCTION

Plus en détail

Objectifs de la comptabilité analytique

Objectifs de la comptabilité analytique Objectifs de la comptabilité analytique La comptabilité générale a une vision globale sur la production, elle cache des inégalités et ne permet pas de juger la profitabilité des produits, par contre la

Plus en détail

NOP: Organic System Plan (OSP) / EOS: Description de l Unité Information et documents requis

NOP: Organic System Plan (OSP) / EOS: Description de l Unité Information et documents requis TITRE NOP: Organic System Plan (OSP) / EOS: Description de l Unité Information et documents requis Selon le règlement NOP de l USDA 205.406(a), un opérateur certifié doit transmettre chaque année à son

Plus en détail

De nouveaux outils technologiques au service de l agriculture

De nouveaux outils technologiques au service de l agriculture 18 ème Journée Le 12 décembre 2011 De nouveaux outils technologiques au service de l agriculture Thibault Viremouneix Nouveaux outils technologiques Sommaire Les outils de la mécanisation Un nouveau système

Plus en détail

Principaux résultats

Principaux résultats L environnement, une opportunité Etat, perspectives et enjeux du marché des engrais Principaux résultats Lundi 28 juin 2010 Pierre Cazeneuve, Directeur GCL DD p.cazeneuve@gcl.tm.fr CONTEXTE GENERAL DE

Plus en détail

SENSIBILISATION. A l ECO-CONDUITE

SENSIBILISATION. A l ECO-CONDUITE SENSIBILISATION A l ECO-CONDUITE Plan I. Qu est-ce que l éco-conduite?...p. 6 II. Quel est l intérêt de l éco-conduite?...p. 7 III. Les cinq règles de l éco-conduite...p. 9 IV. Les principes fondamentaux

Plus en détail