Café nile avec Evelyne Guillet, Maurice Ronat et Alain Rouché

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Café nile avec Evelyne Guillet, Maurice Ronat et Alain Rouché"

Transcription

1 Café nile avec Evelyne Guillet, Maurice Ronat et Alain Rouché Mercredi 11 mai 2011 au Sir Winston Invités au café nile du 11 mai dernier, Evelyne Guillet, directrice santé du Centre Technique des Institutions de Prévoyance (CTIP), Maurice Ronat, président de la Fédération Nationale de la Mutualité Interprofessionnelle (FNMI) et vice-président de la Fédération Nationale de la Mutualité Française, Alain Rouché, directeur santé de la Fédération Française des Sociétés d Assurances (FFSA), sont venus présenter les enjeux et objectifs des Organismes Complémentaires d Assurance Maladie (OCAM), sur le thème : «Complémentaires santé : grandes muettes ou acteurs-coopérateurs?». Intervention Maurice Ronat Lorsque l on parle de mutualité, on a tendance à voir d un côté les mutuelles interprofessionnelles et de l autre les mutuelles de fonctionnaires. Cette classification a évolué : on parle maintenant plutôt des mutuelles qui ne gèrent que les régimes complémentaires, et des mutuelles qui gèrent à la fois le régime complémentaire et le régime obligatoire. Je parlerai ici des mutuelles qui gèrent le régime complémentaire. La première de mes interrogations porte sur le risque de démutualisation. Nous avons connu une période où la santé était considérée comme un monde à part, une enclave où la solidarité primait sur toute considération de marché, et à ce titre, elle était peu taxée. Aujourd hui, nous assistons à un renversement de situation : les complémentaires sont de plus en plus taxées. Nous sommes passés en quelques années de 1,75 % à 6,27 % de taxe CMU, et nous sommes aujourd hui assujettis à une taxe de 3,5 % sur les contrats solidaires et responsables! Or, il est illusoire de penser que nous pouvons absorber ces hausses continues de prélèvements sans les répercuter sur les cotisations, que ce soit d une manière immédiate ou différée. Nous nous heurtons donc à une problématique de revenu. Certains se demandent aujourd hui si, compte-tenu de certains paramètres (leur âge, leur état de santé, leur mode de vie, etc.), il ne serait pas plus avantageux de ne pas souscrire de complémentaire santé et d attendre une période plus «critique», et si l auto-assurance n aurait pas en quelque sorte au final un meilleur rapport qualité-prix, chez les jeunes en particulier. La mutualisation intergénérationnelle est remise en cause dès lors que les comportements visant à échapper à la souscription d une complémentaire santé se multiplient. La deuxième interrogation vient du rôle que l Etat nous laissera jouer. En 2005, 20 % de nos dépenses étaient liés à l hospitalisation et 31 % étaient liés à la pharmacie. Le poste «médicaments» était le premier poste de dépenses d une mutuelle. Aujourd hui, il n est pas rare que ce soit le poste 1

2 «hospitalisation» qui arrive en tête des dépenses. En optique, nous sommes passés de 7 à 9 %. Les dépassements d honoraires et les restes à charge qui pèsent sur nos concitoyens sont également une source majeure d inquiétude pour l accès aux soins de la population. Nous sommes tous dans une situation paradoxale : en tant qu adhérents, nous connaissons le montant des cotisations et nous en contestons les augmentations, mais parallèlement le tiers payant fait que nous avons de moins en moins conscience du coût réel que représentent les soins auxquels nous pensons avoir droit, tout en revendiquant d être toujours plus ou mieux remboursé. Nous avons encore certainement un grand effort de lisibilité à fournir, certes, mais c est bien le rôle et la vision traditionnelle des mutuelles qui est ainsi en train d évoluer. Evelyne Guillet On estime aujourd hui que 94 % des Français ont une complémentaire santé, soit par le biais d une complémentaire individuelle, soit par le biais de leurs entreprises. Il existe trois familles de complémentaires santé : les assureurs, les mutuelles et les institutions de prévoyance. Les prestations versées par les complémentaires santé représentent un peu plus de 24 Md, soit 13,8 % de la totalité des montants versés. Les institutions de prévoyance remboursent 18 % de ces 13,8 %. Les institutions de prévoyance sont des organismes privés à but non lucratif à gouvernance paritaire, c est-à-dire gérés à parité égale par des représentants d employeurs et des représentants des salariés. Les institutions de prévoyance proposent des contrats aux entreprises pour couvrir des risques liés à la personne avec, pour l essentiel, un premier ensemble que l on appelle la prévoyance : il s agit de garanties visant à maintenir tout ou partie de salaire en cas d incapacité de travail ou d invalidité ou de garanties décès ; un deuxième ensemble que l on appelle la complémentaire santé. La complémentaire santé ne se résume pas à un tableau de garanties. On oublie trop souvent que la complémentaire santé est aussi un ensemble de services attachés au contrat : tiers payant, mise à disposition de réseaux de soins, services de prévention. Ce dernier point est pour nous important et, à titre d illustration, trois de nos groupes de protection sociale se sont mis ensemble pour conduire une expérimentation visant à aider les personnes atteintes d une maladie chronique : cette expérimentation est actuellement en cours dans la région Nord-Pas de Calais et vise à dépister, suivre et accompagner à domicile les patients souffrant d hypertension artérielle sévère (HTA). Alain Rouché La question principale est celle de la valeur ajoutée des organismes complémentaires dans le système de santé. Peuvent-ils apporter de la valeur ajoutée et veut-on les laisser apporter cette valeur ajoutée? La réponse à la première question est évidemment oui, la réponse à la seconde est plus complexe. De nombreuses forces en présence souhaitent cantonner l assurance maladie complémentaire (AMC) à un simple statut de supplétif à l assurance maladie obligatoire (AMO). Avec les différentes mesures de taxation, on voit combien la logique est inefficace, car la question de la valeur ajoutée n est alors pas posée. Au début de l année 2011, les contrats responsables et solidaires ont été taxés à 3,5 %, cette taxe n a pu qu être répercutée sur les tarifs des contrats. Autre mesure : l augmentation des tickets modérateurs. Là aussi, l augmentation est répercutée, même si une explication peut être donnée aux adhérents quant à l intérêt de cette hausse. Dernier type de mesure s : les transferts de charges de l AMO vers l AMC dans des domaines où les complémentaires peuvent apporter une réelle valeur ajoutée et donc entraînant une augmentation des cotisations moins que proportionnelle à la charge transférée (optique et dentaire notamment). 2

3 Par ailleurs, afin d accroitre la valeur ajoutée, l accès à certaines données de soins est nécessaire. Nous avons beaucoup travaillé dans cette direction. Malheureusement, à chaque fois qu une étape a été franchie, des obstacles ont été mis sur notre chemin. La tendance aujourd hui est d essayer de cantonner les complémentaires dans un rôle de payeur à peu de valeur ajoutée. J espère que nous arriverons à inverser cette tendance, en particulier avec les réseaux de soins optiques, dentaires et audioprothétiques qui ont été mis en place ou en améliorant la prévention des maladies chroniques. Questions de la salle Charles Descourt, sénateur honoraire : Une des chances de vous faire entendre serait de vous adresser à l Union Nationale des Caisses d Assurance Maladie (UNCAM) par le biais de l Union Nationale des Organismes Complémentaires d Assurance Maladie (UNOCAM). Qu en pensez-vous? L UNOCAM fonctionne-t-elle? Alain Rouché : Je pense qu elle fonctionne, oui. Elle joue un rôle primordial et sa mise en place à permis aux différentes personnes de se rencontrer, tant au niveau du bureau qu au niveau du conseil. L UNOCAM a fait par exemple l année dernière des propositions en amont du projet de loi de financement de la sécurité sociale, elles n ont pas été prises en compte. Evelyne Guillet : Nous travaillions déjà ensemble avant la création de l UNOCAM et cette Union nous a permis d aller plus loin à travers par exemple la signature du protocole d accord tripartite (UNCAM/UNOCAM/représentants des médecins) sur la mise en place d un nouveau secteur d exercice libéral appelé «secteur optionnel». Nous souhaitons poursuivre dans cette voix et travaillons par exemple en ce moment sur un accord-cadre interprofessionnel ayant vocation à servir de socle à l ensemble des conventions qui seront signées avec les différentes professions de santé. Maurice Ronat : Nous aurons sans doute à faire l effort de comprendre que l intérêt général est plus grand que l intérêt individuel. Gilles Bonnefond, président de l Union des Syndicats de Pharmaciens d Officine : Vous avez fait le choix de ne pas rembourser les «vignettes oranges». Si on rembourse moins bien les médicaments, on a l impression que le contrat est moins favorable, d où la démutualisation. Ceci étant, il est vrai que les OCAM ne doivent plus se cantonner à un rôle supplétif et s investir dans le débat. Il faut pour cela adapter les contrats et faire intervenir l ensemble des professionnels de santé, pharmaciens y compris. Remboursez par exemple les médicaments conseillés par le pharmacien plutôt que de vous désengager là où l Assurance maladie se désengage. Maurice Ronat : Nous souhaitons mettre à profit le débat actuel sur la sécurité du médicament pour repenser le circuit du médicament. La problématique à laquelle nous faisons face aujourd hui est la progression des dépenses de santé et la progression des taux des cotisations. Nous sommes dans une moyenne de progression des tarifs tant du côté des OCAM que du côté des professionnels de santé de l ordre de 5 à 6 %, là où les salaires ne progressent pas. Nous souhaitons négocier avec les 3

4 professionnels de santé, mais si nous devions prendre en charge tous les déremboursements, les cotisations augmenteraient inexorablement. Evelyne Guillet : Dans nos garanties complémentaires santé, moins le médicament est considéré comme ayant un service médical rendu élevé et plus nous remboursons, au contraire de l assurance maladie obligatoire. C est tout à fait paradoxal! Alain Rouché : Bien évidemment, les professionnels de santé sont au centre de nos préoccupations. On ne pourra faire évoluer le système qu avec eux. Notre métier évoluera dans le sens d une plus grande valeur ajoutée que si des négociations avec les professionnels de santé peuvent être menées. Tous les assurés ne peuvent pas payer un prix élevé pour leur couverture complémentaire. Des contrats peuvent ne pas prendre en charge certains tickets modérateurs car nous sommes dans une logique d offre diversifiée répondant au mieux aux besoins des assurés et à leurs capacités financières. Nous souhaitons par ailleurs avoir accès à un certain nombre de données de façon sécurisée pour pouvoir rembourser certains médicaments non remboursés par l assurance maladie obligatoire. Chantal Dufresne, présidente de l Association François Aupetit : Nous manquons d informations sur les services que vous pouvez proposer, en particulier pour des consultations avec des nutritionnistes, des kinésithérapeutes, des psychologues, etc. Concernant la prévention, il faut certes que vous travailliez de façon conjointe avec les professionnels de santé, mais il ne faut pas oublier les associations de patients, car les patients qui adhèrent à des associations se soignent mieux. Evelyne Guillet : Je suis tout à fait d accord. Nous mettons en place des actions que nous caractérisons d actions sociales et de nombreux projets sont réalisés en lien avec les associations. Alain Rouché : Les associations de patients sont tout autant importantes que les professionnels de santé. Les assureurs sont prêts à discuter avec toutes les associations de patients. Ils le font d ailleurs dans d autres domaines que celui de la complémentaire santé. Alain Clergeot, président de Chugai Pharma France : Un médicament ne guérit pas parce qu il est remboursé. Il existe des médicaments qui ne sont pas remboursés et qui ont toute leur place. C est un choix politique et les arbitrages doivent être clairs et précis. Aussi, quels leviers pouvez-vous avoir sur le médicament? D autre part, vous avez un accès direct aux salariés avec les contrats collectifs. Pourquoi ne développez-vous pas, en accord avec la médecine du travail, des programmes d éducation, de prévention? Maurice Ronat : A propos du médicament, les critères de remboursement et les critères d efficience ne sont pas les mêmes. Il faut mettre en place une vraie réflexion. Concernant votre deuxième question, nous mettons déjà en place des actions de la sorte, par exemple sur l ergonomie au travail. Evelyne Guillet : Nous sommes convaincus comme vous que l entreprise est un lieu privilégié pour développer ce type de programmes, mais pas n importe comment. Les résultats de «l expérimentation HTA» que nous menons actuellement dans la région Nord-Pas de Calais, seront à cet égard très précieux pour la suite. 4

5 Alain Rouché : Beaucoup d actions se font déjà aujourd hui dans le cadre de l entreprise. Très probablement plus dans les grandes entreprises que dans les PME, d ailleurs, pour des raisons de facilité d organisation. Au-delà, il est très important de mesurer l impact de ces actions. A propos du médicament, la logique actuelle de prise en charge ou non par les organismes complémentaires est bien trop binaire. Il faut mette en place une logique plus différenciée. Paule Drouault-Gardrat, PDG Avocats : Concernant les données personnelles de santé, dans les expérimentations qui sont mises en place, pouvez-vous donner des précisions sur le traitement de ces données, notamment sur leur anonymisation? Y a-t-il des tendances standards qui se dégagent? Alain Rouché : Se sont développées quatre expérimentations. Une par la FNMF qui concerne le médicament, et trois par des entreprises d assurance : une dans le domaine de l optique et deux dans le domaine du médicament. Deux possibilités ont été données pour l accès à ces données : soit le consentement exprès de l assuré, soit l anonymisation des données. Dans les deux expérimentations réalisées par les assureurs concernant le médicament, une est menée en suivant la voie de l anonymisation, par Axa ; l autre est réalisée par consentement exprès, par SwissLife. Celle qui est réalisée dans le domaine de l optique, par Groupama, est réalisée par anonymisation. Les délibérations de la CNIL de décembre 2009 mettent en lumière la nécessité de la mise en place d un dispositif de tiers de confiance afin de sécuriser l accès aux données. Ce tiers de confiance peut soit prendre la forme d une entité juridique externe, soit la forme d une boîte noire dans le système de l assureur. La CNIL a demandé, pour l expérimentation d Axa, qu un audit externe soit effectué pour vérifier la sécurité. Cet audit a abouti à une nouvelle délibération de la CNIL du mois de novembre 2010 qui approuve l extension de l expérimentation à tous les assurés et à tous les départements de France. Nous ne souhaitons évidemment pas avoir accès à toutes les données de santé, nous souhaitons seulement avoir accès à quelques données de façon sécurisée afin de faire avancer notre offre. La CNIL a évoqué la nécessité d une loi pour mieux expliciter ce que les complémentaires peuvent faire en terme d accès aux données. Pierre Lahlou, Biofront : Le grand muet est le patient, pris entre la vente sur ordonnance du médecin et une information totalement insuffisante sur la qualité du médicament qui lui est prescrit. Pourquoi n existerait-il pas une cote des médicaments? Olivier Mariotte, nile : La qualité du médicament est déterminée par la Commission de la transparence, qui donne des Amélioration du Service Médical Rendu (ASMR) et des DSMR. On sort là un peu du cadre. Thierry Coté, biologiste : Le poids des maladies chroniques et de l hospitalisation est très important dans la balance de l assurance maladie obligatoire. Selon certains spécialistes derrière la répartition 75/25 % se cache le fait que l assurance maladie obligatoire en prend plus en compte que 55 % de la médecine de premier recours. Cela joue tout à fait en faveur du droit des complémentaires santé à avoir le droit une place plus importante dans le système de santé. Cela implique aussi des devoirs, notamment le devoir de savoir si l on avance vers une consolidation du système de solidarité français par rapport au risque maladie institué en 1945 ou si l on s en détache. Avez-vous une réflexion sur ce sujet? 5

6 Alain Rouché : La question de la solidarité est tout à fait centrale. C est bien l assurance maladie obligatoire qui doit jouer ce rôle de solidarité. Les complémentaires n ont pas vocation à jouer ce rôle. Il faut s interroger sur ce qui doit relever du champ d intervention de l assurance maladie obligatoire. Je ne pense pas qu on puisse imaginer demain que les complémentaires puisse jouer un rôle de solidarité comme le système public peut en avoir un. Cela ne veut pas dire que les complémentaires doivent être totalement libres d agir dans un champ de marché. Il y a un certain nombre de règles qui s imposent aux complémentaires, notamment celles relatives au cahier des charges des contrats responsables. Evelyne Guillet : Concernant les chiffres que vous avancez, il me semble qu il conviendrait de regarder de quoi sont composés ces 55 %. Quoiqu il en soit, pour nous, les complémentaires santé n ont évidemment pas vocation à remplacer le système solidaire d assurance santé obligatoire mais à travailler en partenariat avec lui. 6

Contrat Responsable de Complémentaire Santé

Contrat Responsable de Complémentaire Santé Contrat Responsable de Complémentaire Santé Commentaires accompagnant le diaporama On parle d un nouveau contrat responsable, car depuis quelques années maintenant nous connaissons les contrats responsables.

Plus en détail

Comparateur de tarifs mutuelle en ligne

Comparateur de tarifs mutuelle en ligne Comparateur de tarifs mutuelle en ligne Le montant remboursement d'une complémentaire santé est très variable d'un produit un autre. Certains produits vont vous rembourser à hauteur de 100 % d'autres à

Plus en détail

Complémentaire Santé Obligatoire des Salariés

Complémentaire Santé Obligatoire des Salariés Guide pratique À l attention des salariés Complémentaire Santé Obligatoire des Salariés Vous êtes salariés du secteur privé, toutes les réponses à vos questions sur la mise en place de la complémentaire

Plus en détail

Bien comprendre et bien choisir votre complémentaire santé

Bien comprendre et bien choisir votre complémentaire santé Bien comprendre et bien choisir votre complémentaire santé Forfait 18 euros Parodontologie Auxiliaires médicaux Bien comprendre et bien choisir votre complémentaire santé SOMMAIRE P. 3 A quoi sert une

Plus en détail

«Mutuelle des Mornantais»

«Mutuelle des Mornantais» Dossier «Mutuelle des Mornantais» La première mutuelle communale vraiment solidaire - Extraits de la Vie à Mornant - - décembre 2014 - Dossier «Mutuelle des Mornantais» La première mutuelle communale vraiment

Plus en détail

La participation des collectivités territoriales au financement de la protection sociale complémentaire de leurs agents

La participation des collectivités territoriales au financement de la protection sociale complémentaire de leurs agents La participation des collectivités territoriales au financement de la protection sociale complémentaire de leurs agents Jeudi 10 mai 2012 Mardi 15 mai 2012 Mercredi 23 mai 2012 Introction Les enjeux de

Plus en détail

Aide à l acquisition d une complémentaire

Aide à l acquisition d une complémentaire Les définitions présentées ci-dessous sont extraites du glossaire de l assurance complémentaire santé édité par l Union Nationale des Organismes d Assurance Maladie Complémentaire. Aide à l acquisition

Plus en détail

LIVRe BLANC. www.menages-prevoyants.fr LA MUTUELLE QUI VA BIEN!

LIVRe BLANC. www.menages-prevoyants.fr LA MUTUELLE QUI VA BIEN! LIVRe BLANC www.menages-prevoyants.fr LA MUTUELLE QUI VA BIEN! MUTUELLE LMP LA COMPLÉMENTAIRE SANTÉ COLLECTIVE, UN ENJEU MAJEUR DÈS MAINTENANT. CONTRAT COLLECTIF ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 11

Plus en détail

JE SUIS SOCIALE MA PROTECTION EST-ELLE MENACÉE? UN AGENT PUBLIC

JE SUIS SOCIALE MA PROTECTION EST-ELLE MENACÉE? UN AGENT PUBLIC JE SUIS UN AGENT PUBLIC MA PROTECTION SOCIALE EST-ELLE MENACÉE? AGENTS PUBLICS, NOTRE PROTECTION SOCIALE EST-ELLE MENACÉE? DEVRA-T-ON SE RÉSIGNER À TOUJOURS MOINS DE SOINS? Dépassements d honoraires, franchises,

Plus en détail

Le financement des soins de santé en France

Le financement des soins de santé en France Le financement des soins de santé en France Présenté par Hans-Martin Späth Maître de Conférences en Economie de la Santé Département pharmaceutique de Santé Publique Plan La protection sociale en France

Plus en détail

Conférence Débat AFTA. Conférence

Conférence Débat AFTA. Conférence Conférence Conférence Débat AFTA PRÉVOYANCE SANTÉ DES SALARIES DES ORGANISMES SANS BUT LUCRATIF Vos interlocuteurs : Alexandra REPIQUET Jean-Philippe FERRANDIS : 01 49 64 45 15 : 01 49 64 12 88 : 01 49

Plus en détail

La participation au financement de la protection sociale complémentaire

La participation au financement de la protection sociale complémentaire F I C H E P R A T I Q U E C D G 5 0 La participation au financement de la protection sociale complémentaire L E S S E N T I E L Le décret n 2011-1474 du 8 novembre 2011 (JO du 10 novembre 2011) pris pour

Plus en détail

Nouveaux enjeux de l assurance santé complémentaire en Europe

Nouveaux enjeux de l assurance santé complémentaire en Europe Nouveaux enjeux de l assurance santé complémentaire en Europe 13 juin 2014 Point de vue de la Mutualité Française sur les réseaux de soins Marylène Ogé-Jammet Directrice adjointe -Direction Santé de la

Plus en détail

La protection sociale complémentaire des agents

La protection sociale complémentaire des agents CIRCULAIRE N 2012-22 Châlons-en-Champagne, le 10 mai 2012 Le Président du Centre de Gestion à Mesdames et Messieurs les Maires Mesdames et Messieurs les Présidents d Etablissements Publics Communaux La

Plus en détail

Rapport du comité des assurances pour l année 2012-2013. Présenté verbalement lors du Conseil fédéral de novembre 2013

Rapport du comité des assurances pour l année 2012-2013. Présenté verbalement lors du Conseil fédéral de novembre 2013 Rapport du comité des assurances pour l année 2012-2013 Présenté verbalement lors du Conseil fédéral de novembre 2013 10 décembre 2013 Rapport du comité des assurances pour l année 2012-2013 Nous sommes

Plus en détail

contrats en cours. 3 Les résultats présentés dans le présent rapport tiennent compte du chiffre d affaires des organismes sur le

contrats en cours. 3 Les résultats présentés dans le présent rapport tiennent compte du chiffre d affaires des organismes sur le Améliorer la lisibilité des contrats d assurance complémentaire santé : Engagements pris, engagements tenus! Première évaluation du dispositif instauré par les Fédérations membres de l UNOCAM 5 mars 2012

Plus en détail

Régime frais de santé conventionnel HCR. Questions/Réponses Salariés

Régime frais de santé conventionnel HCR. Questions/Réponses Salariés Régime frais de santé conventionnel HCR Questions/Réponses Salariés 1/ Ce régime est-il obligatoire? LE CARACTERE OBLIGATOIRE DU REGIME Oui. Ce régime s applique à tous les salariés des entreprises relevant

Plus en détail

Groupe MGC. Ensemble, partageons l énergie mutualiste. www.groupemgc.fr

Groupe MGC. Ensemble, partageons l énergie mutualiste. www.groupemgc.fr Groupe MGC Ensemble, partageons l énergie mutualiste www.groupemgc.fr G R O U P E Un système de santé en pleine mutation Le marché des complémentaires santé est aujourd hui en pleine mutation. L ultra

Plus en détail

Les chiffres de la santé LES DÉPENSES D ASSURANCE SANTÉ

Les chiffres de la santé LES DÉPENSES D ASSURANCE SANTÉ Les chiffres de la santé LES DÉPENSES D ASSURANCE SANTÉ Édition 2011 Environnement de la protection sociale Le déficit du régime général En milliards d euros 2009 2010 Prévisions 2011-0,7-0,7 0-1,8-2,7-2,6-7,2-6,1-8,9-10,6-9,9-11,6-20,3-23,9-18,6

Plus en détail

L Environnement Social de l Artisan. En partenariat avec

L Environnement Social de l Artisan. En partenariat avec L Environnement Social de l Artisan En partenariat avec SOMMAIRE Présentation de l APTI Les besoins d un jeune créateur La loi Madelin La Santé La Prévoyance La Retraite L environnement social de l artisan

Plus en détail

Les chiffres de la santé LES DÉPENSES D ASSURANCE SANTÉ

Les chiffres de la santé LES DÉPENSES D ASSURANCE SANTÉ Les chiffres de la santé LES DÉPENSES D ASSURANCE SANTÉ Édition 2015 ENVIRONNEMENT DE LA PROTECTION SOCIALE Le déficit du régime général En milliards d 2012 2013 Prévisions 2014 0,6 0,2-0,2-2,5-3,2-2,9-5,9-6,8-6

Plus en détail

Thème 2. Les métamorphoses des politiques de Protection sociale

Thème 2. Les métamorphoses des politiques de Protection sociale Thème 2 Les métamorphoses des politiques de Protection sociale 1 Les métamorphoses de l Assurance maladie Entretien avec Frédéric Van Roekeghem Directeur général de la CNAMTS Interview réalisée le 29 novembre

Plus en détail

Couverture santé offices de tourisme : les points à retenir Journée du 10 novembre 2015

Couverture santé offices de tourisme : les points à retenir Journée du 10 novembre 2015 Couverture santé offices de tourisme : les points à retenir Journée du 10 novembre 2015 Les éléments à avoir en tête : Le cadre donné par l accord de branche signé le 15/09/2015 La proposition retenue

Plus en détail

R É U N I O N D E S E M P L O Y E U R S S P O R T I F S

R É U N I O N D E S E M P L O Y E U R S S P O R T I F S Mercredi 30 septembre 2015 20h00 Salle Athènes R É U N I O N D E S E M P L O Y E U R S S P O R T I F S L adhésion au CoSMoS La complémentaire santé L actualité sociale N 1 / 17 Co.S.Mo.S. COnseil Social

Plus en détail

Les chiffres de la santé LES DÉPENSES D ASSURANCE SANTÉ

Les chiffres de la santé LES DÉPENSES D ASSURANCE SANTÉ Les chiffres de la santé LES DÉPENSES D ASSURANCE SANTÉ Édition 2016 ENVIRONNEMENT DE LA PROTECTION SOCIALE Le déficit du régime général En milliards d 2013 2014 Prévisions 2015 0,7 0,6-0,6-3,2-2,7-1,6-4,6-6

Plus en détail

débat carité : Constats»

débat carité : Constats» MUTUALITE FRANCAISE CÔTE-D OR YONNE Dr Nathalie Arnould Conférence débat «Santé Précarit carité : Constats» Samedi 18 octobre 2008 La Mutualité Française aise? Elle fédère la quasi-totalité des mutuelles

Plus en détail

SANTÉ PRÉVOYANCE ÉPARGNE MON COUPLE. MA Protection Sociale ESSENTIELLE ET DURABLE! APICILPARTICULIERS EXCLUSIVITÉ APICIL

SANTÉ PRÉVOYANCE ÉPARGNE MON COUPLE. MA Protection Sociale ESSENTIELLE ET DURABLE! APICILPARTICULIERS EXCLUSIVITÉ APICIL SANTÉ PRÉVOYANCE ÉPARGNE MON COUPLE MA Protection Sociale ESSENTIELLE ET DURABLE! EXCLUSIVITÉ APICIL APICILPARTICULIERS MA PROTECTION SOCIALE Pour MON couple, une BONNE couverture sociale, c est Me garantir

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. Permettre l accès aux soins des personnes à revenus modestes

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. Permettre l accès aux soins des personnes à revenus modestes COMMUNIQUÉ DE PRESSE Permettre l accès aux soins des personnes à revenus modestes Malakoff Médéric lance Ma Complémentaire Santé ACS, la première complémentaire santé individuelle conçue pour les bénéficiaires

Plus en détail

QUESTIONNAIRE : L ACCES AUX SOINS

QUESTIONNAIRE : L ACCES AUX SOINS QUESTIONNAIRE : L ACCES AUX SOINS Sexe : Age : 1. Soins de ville : Consultez-vous un médecin généraliste : Jamais Pour des vaccinations ou certificats médicaux Pour des visites de prévention Uniquement

Plus en détail

du tiers payant GÉNÉRALISATION UN DISPOSITIF SIMPLE ET SÉCURISÉ POUR FACILITER L ACCÈS AUX SOINS

du tiers payant GÉNÉRALISATION UN DISPOSITIF SIMPLE ET SÉCURISÉ POUR FACILITER L ACCÈS AUX SOINS GÉNÉRALISATION du tiers payant Juin 2015 UN DISPOSITIF SIMPLE ET SÉCURISÉ POUR FACILITER L ACCÈS AUX SOINS La généralisation du tiers payant en 2017 à l ensemble des soins de ville pour tous les assurés

Plus en détail

COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE?

COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE? COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE? LE RÔLE DES CONTRATS COLLECTIFS D ENTREPRISE La dépendance se caractérise par des restrictions dans la réalisation des activités de la vie quotidienne et sociale.

Plus en détail

L ASSURANCE MALADIE EN LIGNE

L ASSURANCE MALADIE EN LIGNE BIEN GÉRER MA SANTÉ AVEC L ACS Ce que l Assurance Maladie fait pour moi L Assurance Maladie me permet de bénéficier de l Aide pour une complémentaire santé : l ACS. Des offres et des services pour m accompagner

Plus en détail

La généralisation de la complémentaire santé

La généralisation de la complémentaire santé La généralisation de la complémentaire santé istya collectives 7 square Max Hymans - 75015 Paris Numéro ORIAS : 14007239 - www.orias.fr www.istyacollectives.fr Le cadre réglementaire Au plus tard le 1er

Plus en détail

ASSURANCE SANTÉ. L assurance santé d amaguiz : Une offre sur mesure, personnalisable en fonction de vos besoins MOYENNE 20 % MOINS CHÈRE!

ASSURANCE SANTÉ. L assurance santé d amaguiz : Une offre sur mesure, personnalisable en fonction de vos besoins MOYENNE 20 % MOINS CHÈRE! ASSURANCE SANTÉ L assurance santé d amaguiz : Une offre sur mesure, personnalisable en fonction de vos besoins EN MOYENNE 20 % MOINS CHÈRE! L assurance santé d amaguiz EN BREF Près de 60 combinaisons de

Plus en détail

Le rôle des mutuelles dans le développement de l éducation thérapeutique du patient.

Le rôle des mutuelles dans le développement de l éducation thérapeutique du patient. Le développement des programmes d éducation thérapeutique du patient 2 ans après la loi Hôpital, patients, santé, territoire : quel bilan? Le rôle des mutuelles dans le développement de l éducation thérapeutique

Plus en détail

Guide d adhésion. Choisissez les protections qui vous conviennent le mieux! assurance collective

Guide d adhésion. Choisissez les protections qui vous conviennent le mieux! assurance collective Guide d adhésion Choisissez les protections qui vous conviennent le mieux! assurance collective 2 sommaire Vue d ensemble du régime 3 Les 5 décisions importantes 3 Modifier ses choix 4 Choix de protection

Plus en détail

Les assurances collectives Santé et Prévoyance

Les assurances collectives Santé et Prévoyance CAA P A C I F I C A P R E D I C A Les assurances collectives Santé et Prévoyance Dernières évolutions réglementaires et réponses du Crédit.Agricole Réunion Experts-Comptables du 10 juillet 2014 Page 1

Plus en détail

12 décembre 2013 UIMM 26-07

12 décembre 2013 UIMM 26-07 12 décembre 2013 UIMM 26-07 LOI DE FINANCEMENT DE LA SECURITE SOCIALE 2014 PROJET DE LOI DE FINANCE 2014 Le contexte Article 1 er loi sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 : Principe de généralisation

Plus en détail

Essentiels de la retraite 19 juin 2014 PLENIERE

Essentiels de la retraite 19 juin 2014 PLENIERE Essentiels de la retraite 19 juin 2014 PLENIERE Financer des engagements santé par un contrat de retraite Ou comment valoriser la politique sociale de l entreprise tout en maîtrisant son coût Louis LINŸER

Plus en détail

GENERALISATION DE LA COMPLEMENTAIRE SANTE (A.N.I.)

GENERALISATION DE LA COMPLEMENTAIRE SANTE (A.N.I.) GENERALISATION DE LA COMPLEMENTAIRE SANTE (A.N.I.) FICHE INFO NUM 1 Au 1 er Janvier 2016, toutes les entreprises du secteur privé devront obligatoirement avoir mis en place une couverture santé collective

Plus en détail

La participation des collectivités territoriales au financement de la protection sociale complémentaire de

La participation des collectivités territoriales au financement de la protection sociale complémentaire de La participation des collectivités territoriales au financement de la protection sociale complémentaire de leurs agents Rencontres du 2 et 3 mai 2012 1 CDG 42 Mai 2012 Plan I. Protection sociale complémentaire

Plus en détail

LA COMPLEMENTAIRE SANTE DEVIENT OBLIGATOIRE

LA COMPLEMENTAIRE SANTE DEVIENT OBLIGATOIRE LA COMPLEMENTAIRE SANTE DEVIENT OBLIGATOIRE Aux termes de la loi du 14 juin 2013 relative à la sécurisation de l'emploi, tous les salariés doivent bénéficier d une complémentaire santé. L employeur devra,

Plus en détail

Impacts de la réforme des contrats responsables sur nos offres collectives

Impacts de la réforme des contrats responsables sur nos offres collectives Impacts de la réforme des contrats responsables sur nos offres collectives Unité de Distribution Unité de Distribution Direction Formation-Département Conception 150218 Direction Formation-Département

Plus en détail

La mutuelle Santé. proche de vous

La mutuelle Santé. proche de vous La mutuelle Santé proche de vous 2 Une vraie mutuelle, sans actionnaire, qui ne fait pas de profit, aux garanties ajustées bienvenue, vous êtes dans la solidarité version NOTRE MISSION : L ACCèS AUX SOINS

Plus en détail

Mutuelle d'entreprise obligatoire : tout ce qu'il faut savoir

Mutuelle d'entreprise obligatoire : tout ce qu'il faut savoir Mutuelle d'entreprise obligatoire : tout ce qu'il faut savoir 7 Juillet 2015 - CEEI Provence 1 Pierrick DUPERRON Agent Général d assurance exclusif AXA Prévoyance et Patrimoine 1 Le sommaire 1 Présentation

Plus en détail

SD 49 CFDT CHOLET RENCONTRE DU 01/10/2015. la complémentaire santé en entreprise

SD 49 CFDT CHOLET RENCONTRE DU 01/10/2015. la complémentaire santé en entreprise SD 49 CFDT CHOLET RENCONTRE DU 01/10/2015 la complémentaire santé en entreprise Introduction D ICI LE 1ER JANVIER 2016, TOUTES LES ENTREPRISES, DÈS LE 1ER EMPLOYÉ, DEVRONT METTRE EN PLACE UNE COUVERTURE

Plus en détail

Groupe MGC, la santé pour tous

Groupe MGC, la santé pour tous Groupe MGC, la santé pour tous www.mutuellemgc.fr Un système de santé en pleine mutation Le marché des complémentaires santé est aujourd hui en pleine mutation. L ultra concurrence, la nouvelle réglementation

Plus en détail

STATUT LA PARTICIPATION DES COLLECTIVITES A LA PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE (SANTE ET PREVOYANCE)

STATUT LA PARTICIPATION DES COLLECTIVITES A LA PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE (SANTE ET PREVOYANCE) STATUT LA PARTICIPATION DES COLLECTIVITES A LA PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE (SANTE ET PREVOYANCE) Circulaire 31 août 2012 Références : - Loi n 83-634 du 13 juillet 1983 portant droits et obligations

Plus en détail

PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE

PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE Août 2003 80, rue Paradis 13006 Marseille 04 91 33 39 86 : 04 91 54 15 09 v.c.m@wanadoo.fr CONTEXTE DU DEBAT En premier lieu, il faut procéder à un certain nombres de rappels

Plus en détail

Questions des employeurs

Questions des employeurs Lentilles La MSA vous rembourse à hauteur de 65 %, sur la base d un forfait annuel de date à date, par œil, fixé à 39,48 e, soit 25,70 e (que les lentilles soient réutilisables ou non, journalières ou

Plus en détail

SwissLife Prévoyance TNS Spécial Artisans et Commerçants. Une offre complète, adaptée à votre activité et votre statut

SwissLife Prévoyance TNS Spécial Artisans et Commerçants. Une offre complète, adaptée à votre activité et votre statut SwissLife Prévoyance TNS Spécial Artisans et Commerçants Une offre complète, adaptée à votre activité et votre statut La prévoyance : une préoccupation pour les indépendants Tout comme deux tiers des Français,

Plus en détail

Prévoyance et complémentaire santé : les modifications de la loi relative à la sécurisation de l emploi

Prévoyance et complémentaire santé : les modifications de la loi relative à la sécurisation de l emploi Prévoyance et complémentaire santé : les modifications de la loi relative à la sécurisation de l emploi SYNTHESE D EXPERTS Juillet 2013 SOMMAIRE 1 Généralisation de la couverture complémentaire santé...

Plus en détail

Contexte dans le BTP. Contacts PRO BTP

Contexte dans le BTP. Contacts PRO BTP Contexte dans le BTP Une nouvelle réglementation De nouvelles obligations pour les entreprises Qui est concerné? Les entreprises sans complémentaire santé Les entreprises avec complémentaire santé Dispenses

Plus en détail

Etude sur les garanties et services : les attentes des salariés et des entreprises

Etude sur les garanties et services : les attentes des salariés et des entreprises Etude sur les garanties et services : les attentes des et des entreprises Résultats du 10 ème Baromètre de la Prévoyance réalisé par le Crédoc pour le CTIP Méthodologie Deux enquêtes téléphoniques auprès

Plus en détail

COMPLÉMENTAIRE SANTÉ PRÉVOYANCE ÉPARGNE RETRAITE ACTION SOCIALE. klesia.fr

COMPLÉMENTAIRE SANTÉ PRÉVOYANCE ÉPARGNE RETRAITE ACTION SOCIALE. klesia.fr COMPLÉMENTAIRE SANTÉ PRÉVOYANCE ÉPARGNE RETRAITE ACTION SOCIALE klesia.fr KLESIA Une expertise plurielle au service de la protection sociale Partenaire et conseil des entreprises, des salariés et des particuliers,

Plus en détail

ENTREPRISES. Rayonnez de santé! COMPLÉMENTAIRE SANTÉ ENTREPRISE 1 À 99 SALARIÉS

ENTREPRISES. Rayonnez de santé! COMPLÉMENTAIRE SANTÉ ENTREPRISE 1 À 99 SALARIÉS ENTREPRISES Rayonnez de santé! COMPLÉMENTAIRE SANTÉ ENTREPRISE 1 À 99 SALARIÉS La protection santé en entreprise Une nécessité... Les évolutions réglementaires récentes (accord national interprofessionnel,

Plus en détail

COUVERTURE SANTÉ GÉNÉRALISÉE

COUVERTURE SANTÉ GÉNÉRALISÉE COUVERTURE SANTÉ GÉNÉRALISÉE Régime Professionnel Complémentaire de Santé IRP AUTO Partenaire de l UNIDEC 28 Juin 2014 LA COUVERTURE SANTÉ GÉNÉRALISÉE SOMMAIRE Présentation du groupe IRP AUTO Le contexte

Plus en détail

La prise en charge de votre affection de longue durée. Comment cela se passe-t-il? Quels sont les bénéfices pour vous? À quoi vous engagez-vous?

La prise en charge de votre affection de longue durée. Comment cela se passe-t-il? Quels sont les bénéfices pour vous? À quoi vous engagez-vous? La prise en charge de votre affection de longue durée Comment cela se passe-t-il? Quels sont les bénéfices pour vous? À quoi vous engagez-vous? Sommaire Edito Votre prise en charge à 100 % Comment cela

Plus en détail

réservé aux établissements sanitaires et sociaux privés. Pour protéger vos salariés consultez les experts.

réservé aux établissements sanitaires et sociaux privés. Pour protéger vos salariés consultez les experts. réservé aux établissements sanitaires et sociaux privés. Pour protéger vos salariés consultez les experts. une expertise issue de l union des deux leaders de la protection des professionnels de la santé

Plus en détail

L accès aux soins dans les trois fonctions publiques. Février 2014

L accès aux soins dans les trois fonctions publiques. Février 2014 L accès aux soins dans les trois fonctions publiques Février 2014 1 AGENTS DE L ETAT, HOSPITALIERS ET TERRITORIAUX : UN ACCÈS AU SYSTÈME DE SANTÉ QUI DONNE DES SIGNES DE FRAGILITÉ. 2 Méthodologie : étude

Plus en détail

Nos 6 engagements de services. Entreprises

Nos 6 engagements de services. Entreprises RETRAITE COMPLÉMENTAIRE Nos 6 engagements de services Entreprises Déclaration des salaires 2011 Deux moyens existent : la déclaration en ligne (aucune inscription préalable). le dépôt d une DADS-U sur

Plus en détail

LE RÉGIME SOCIAL DES INDÉPENDANTS

LE RÉGIME SOCIAL DES INDÉPENDANTS LE RÉGIME SOCIAL DES INDÉPENDANTS L ordonnance n 2005-1528 du 8 décembre 2005 a créé le Régime Social des Indépendants (RSI). Celui-ci, né de la fusion de la Caisse Nationale d Assurance Maladie des Professions

Plus en détail

- 73 - TABLEAU COMPARATIF

- 73 - TABLEAU COMPARATIF - 73 - TABLEAU COMPARATIF Proposition de visant à permettre aux mutuelles de mettre en place des réseaux de soins Proposition de relative au fonctionnement des réseaux de soins créés par les mutuelles

Plus en détail

Un profil singulier. écoute, performance et innovation, Des réponses adaptées. Un peu d histoire pour éclairer le présent

Un profil singulier. écoute, performance et innovation, Des réponses adaptées. Un peu d histoire pour éclairer le présent Profondément humain Un peu d histoire pour éclairer le présent Créée depuis 1999 en région Rhône-Alpes par des mutuelles interprofessionnelles partageant les mêmes valeurs mutualistes de solidarité, de

Plus en détail

pour Baromètre de la protection sociale des agents territoriaux

pour Baromètre de la protection sociale des agents territoriaux pour Baromètre de la protection sociale des agents territoriaux Avril 2009 Sommaire 1. La méthodologie 3 A. Les jugements sur le système de protection sociale 5 B. L affiliation et le choix de sa mutuelle

Plus en détail

Coiffeurs. Travailleurs non salariés

Coiffeurs. Travailleurs non salariés Coiffeurs Travailleurs non salariés Coiffeurs, travailleurs non salariés une protection sociale optimale Depuis plus de dix ans, vous nous faites confiance pour assurer le régime frais de santé des salariés

Plus en détail

BAROMÈTRE DE LA PROTECTION SOCIALE DES AGENTS TERRITORIAUX

BAROMÈTRE DE LA PROTECTION SOCIALE DES AGENTS TERRITORIAUX BAROMÈTRE DE LA PROTECTION SOCIALE DES AGENTS TERRITORIAUX Avril 2009 SOMMAIRE 1. La méthodologie 3 A. L évolution du système de protection sociale 5 B. Les pratiques en matière de protection sociale 9

Plus en détail

Etude quantitative sur la perception des Français des évolutions de l assurance maladie

Etude quantitative sur la perception des Français des évolutions de l assurance maladie Mieux comprendre l opinion pour agir Etude quantitative sur la perception des Français des évolutions de l assurance maladie Octobre 2008 Institut Viavoice Contact : Arnaud ZEGIERMAN LD : 01 40 54 13 71

Plus en détail

Audit de Protection Sociale

Audit de Protection Sociale Audit de Protection Sociale Réunion Créateurs Réunion cabinet Réunion CCI Grenoble Présentation du groupe Présentation du groupe SGAM (crée en 2008) 1 er groupe de protection sociale en France Une offre

Plus en détail

CHAPITRE I ER. Créer de nouveaux droits pour les salariés. Section 1. De nouveaux droits individuels pour la sécurisation des parcours.

CHAPITRE I ER. Créer de nouveaux droits pour les salariés. Section 1. De nouveaux droits individuels pour la sécurisation des parcours. Le présent document est établi à titre provisoire. Seule la «Petite loi», publiée ultérieurement, a valeur de texte authentique. ASSEMBLÉE NATIONALE SERVICE DE LA SÉANCE DIVISION DES LOIS 4 avril 2013

Plus en détail

Réforme des contrats responsables : Contexte règlementaire

Réforme des contrats responsables : Contexte règlementaire Réforme des contrats responsables : Contexte règlementaire Unité de Distribution Unité de Distribution Direction Formation-Département Conception 150218 Direction Formation-Département Conception 1 Le

Plus en détail

L indépendance, c est l affaire de tous

L indépendance, c est l affaire de tous Entreprises OFFRE DÉPENDANCE COLLECTIVE L indépendance, c est l affaire de tous Humanis vous présente une garantie Dépendance collective s adaptant aux besoins de vos salariés et à la hauteur des ambitions

Plus en détail

La loi, Accord National Interprofessionnel (ANI) : contenu, objectifs Crédit Mutuel Groupama MAAF

La loi, Accord National Interprofessionnel (ANI) : contenu, objectifs Crédit Mutuel Groupama MAAF Mot d accueil Sommaire La loi, Accord National Interprofessionnel (ANI) : contenu, objectifs Crédit Mutuel Groupama MAAF La complémentaire santé : des échéances différentes selon les métiers Harmonie Mutuelle

Plus en détail

Etude sur l équipement des TPE / PME. en complémentaire santé

Etude sur l équipement des TPE / PME. en complémentaire santé Département Évaluation des Politiques Sociales Etude sur l équipement des TPE / PME en complémentaire santé Synthèse des résultats Léopold GILLES Pauline JAUNEAU Juillet 2012 1 Contexte et objectifs Dans

Plus en détail

Résultats du 11 e Baromètre de la Prévoyance réalisé par le Crédoc pour le CTIP

Résultats du 11 e Baromètre de la Prévoyance réalisé par le Crédoc pour le CTIP Résultats du 11 e Baromètre de la Prévoyance réalisé par le Crédoc pour le CTIP Étude sur les garanties et services : les attentes des et des entreprises 1 Deux enquêtes téléphoniques auprès de : Méthodologie

Plus en détail

Votre retraite complémentaire

Votre retraite complémentaire Jeunes embauchés Votre retraite complémentaire Arrco et Agirc Parlons retraite Retraite, vous voulez me parler de retraite, à moi, jeune embauché qui débute dans la vie active? En quoi la retraite peut-elle

Plus en détail

PRÉVOYANCE. Suralia. Epargnez tout souci financier à ceux que vous aimez

PRÉVOYANCE. Suralia. Epargnez tout souci financier à ceux que vous aimez PRÉVOYANCE Suralia Epargnez tout souci financier à ceux que vous aimez Suralia pour protéger votre famille et votre patrimoine Pour vous, il n y a rien de plus important que votre famille. Vous souhaitez

Plus en détail

Pourquoi un régime collectif? Frais de santé Prévoyance

Pourquoi un régime collectif? Frais de santé Prévoyance Pourquoi un régime collectif? Frais de santé Prévoyance 10 Santé Ce régime, aussi nommé «complémentaire santé», permet le remboursement total ou partiel des frais de santé restant à la charge de l assuré

Plus en détail

ACCORD DU 30 JANVIER 2008

ACCORD DU 30 JANVIER 2008 MINISTÈRE DE L AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE CONVENTIONS COLLECTIVES Convention collective régionale IDCC : 8113. EXPLOITATIONS DE MARAÎCHAGE, ARBORICULTURE, HORTICULTURE, PÉPINIÈRES ET CRESSICULTURE (ÎLE-DE-FRANCE)

Plus en détail

Actionsdes MUTUELLES

Actionsdes MUTUELLES 10 Actions des MUTUELLES POLITIQUE DE LA MUTUALITE FRANÇAISE EN FAVEUR DES SOINS DE PREMIER RECOURS FACILITER L ACCÈS AUX SOINS ET RÉDUIRE LES RESTES À CHARGE Comment rendre l accès aux soins plus facile?

Plus en détail

Bienvenue chez votre pharmacien

Bienvenue chez votre pharmacien Bienvenue chez votre pharmacien En première ligne Le pharmacien Prestataire de soins à part entière, le pharmacien occupe aujourd hui une place centrale au cœur de notre système de santé. Disponible sans

Plus en détail

Plus qu un un expert, un partenaire.

Plus qu un un expert, un partenaire. Plus qu un un expert, un partenaire. 1 Formation du 4 avril 2013 à NANCY. Plus qu un un expert, un partenaire. 2 Formation CEZAM Lorraine du 4 Avril 2013 à NANCY LA COMPLEMENTAIRE SANTE UN ENJEU DE TAILLE

Plus en détail

CCAM (ou CMIP) Convention Collective d Assurance Maladie du Personnel de l UIT depuis le 01 mai 2014 (Collective Medical Insurance Plan)

CCAM (ou CMIP) Convention Collective d Assurance Maladie du Personnel de l UIT depuis le 01 mai 2014 (Collective Medical Insurance Plan) ASSURANCES COMPLÉMENTAIRES SANTÉ ET PRÉVOYANCE Modification des contrats MSPINT suite au changement de la caisse de base CAPS pour la CCAM (ou CMIP) VANDBREDA INTERNATIONAL-CIGNA Lexique MSPINT M comme

Plus en détail

La Sécurité sociale. 3. Les bénéficiaires Le salarié doit avoir cotisé selon certaines conditions qui s apprécient à la date des soins.

La Sécurité sociale. 3. Les bénéficiaires Le salarié doit avoir cotisé selon certaines conditions qui s apprécient à la date des soins. La Sécurité sociale a) Généralités La Sécurité sociale a été créée en 1945, suite à la seconde guerre mondiale. L équilibre du système français de protection sociale est actuellement une des préoccupations

Plus en détail

Vous voulez faire. Nous sommes là! d une obligation une opportunité. Notre accompagnement. Vos formules. Notre offre

Vous voulez faire. Nous sommes là! d une obligation une opportunité. Notre accompagnement. Vos formules. Notre offre Vous voulez faire d une obligation une opportunité. Nous sommes là! Notre offre Vos formules Notre accompagnement Notre accompagnement dans votre nouvel univers santé L Accord National Interprofessionnel

Plus en détail

Foire aux questions. Qui est admissible au régime d assurance collective?

Foire aux questions. Qui est admissible au régime d assurance collective? Foire aux questions À la suite de l entente collective intervenue entre l ARRQ et l APFTQ en 2008, l ARRQ a mis en place un régime d assurance collective au 1 er janvier 2010. Les membres de l ARRQ sont

Plus en détail

COMPLEMENTAIRES SANTE ET DEDUCTIONS SOCIALES ET FISCALES : LES MUTUELLES UMC ET FIDAL VOUS EXPLIQUENT LES CONTRATS «RESPONSABLES»

COMPLEMENTAIRES SANTE ET DEDUCTIONS SOCIALES ET FISCALES : LES MUTUELLES UMC ET FIDAL VOUS EXPLIQUENT LES CONTRATS «RESPONSABLES» COMPLEMENTAIRES SANTE ET DEDUCTIONS SOCIALES ET FISCALES : LES MUTUELLES UMC ET FIDAL VOUS EXPLIQUENT LES CONTRATS «RESPONSABLES» Le système interprofessionnel de Sécurité Sociale est obligatoire : le

Plus en détail

Ouverture des deuxièmes Assises de la Prévention des Risques Professionnels dans les Collectivités Territoriales. Parc des Expositions de la Nordev

Ouverture des deuxièmes Assises de la Prévention des Risques Professionnels dans les Collectivités Territoriales. Parc des Expositions de la Nordev Ouverture des deuxièmes Assises de la Prévention des Risques Professionnels dans les Collectivités Territoriales Parc des Expositions de la Nordev Saint Denis Mercredi 13 novembre 2013 Monsieur le Président

Plus en détail

Sommaire. Calendrier : règlementation pour le 1 er janvier 2016

Sommaire. Calendrier : règlementation pour le 1 er janvier 2016 - Santé Collective Sommaire 1. L offre du Crédit Mutuel 2. Mise en place du dispositif santé 3. Le remboursement des prestations 4. Les services associés aux contrats santé ACM Calendrier : règlementation

Plus en détail

Entrepreneur du paysage non salarié (TNS), et bien assuré

Entrepreneur du paysage non salarié (TNS), et bien assuré Entrepreneur du paysage non salarié (TNS), et bien assuré Travailleur non salarié vous protégez votre famille, votre revenu, votre avenir. Pourquoi ne pas aller plus loin et bénéficier, vous aussi de l

Plus en détail

Entrepreneur du paysage. non salarié (TNS) Dossier Santé - Prévoyance Retraite - Dépendance

Entrepreneur du paysage. non salarié (TNS) Dossier Santé - Prévoyance Retraite - Dépendance Entrepreneur du paysage non salarié (TNS) Dossier Santé - Prévoyance Retraite - Dépendance Entrepreneur du paysage non salariés (TNS), une protection sociale optimale Mutex vous propose, en partenariat

Plus en détail

La participation des collectivités territoriales au financement de la protection sociale complémentaire de leurs agents

La participation des collectivités territoriales au financement de la protection sociale complémentaire de leurs agents La participation des collectivités territoriales au financement de la protection sociale complémentaire de leurs agents Le dispositif La loi de modernisation de la fonction publique du 2 février 2007,

Plus en détail

Fédérations des finances CGT, FDSU, FO, CFDT, UNSA

Fédérations des finances CGT, FDSU, FO, CFDT, UNSA Fédérations des finances CGT, FDSU, FO, CFDT, UNSA Déclaration lue lors du groupe de travail ministériel sur la protection sociale complémentaire des personnels du 14 mai. Mémorandum pour la Protection

Plus en détail

des mutuelles FRAIS DE GESTION PARLONS-EN EN TOUTE TRANSPARENCE

des mutuelles FRAIS DE GESTION PARLONS-EN EN TOUTE TRANSPARENCE FRAIS DE GESTION des mutuelles PARLONS-EN EN TOUTE TRANSPARENCE Les Pour fonctionner, toute entreprise doit consacrer des ressources à sa gestion. Les «frais de gestion» des mutuelles représentent 3 milliards

Plus en détail

Réunica Santé Pro et Prévoyance Pro Choisissez le meilleur en Santé et Prévoyance pour votre bien-être et celui de votre famille

Réunica Santé Pro et Prévoyance Pro Choisissez le meilleur en Santé et Prévoyance pour votre bien-être et celui de votre famille Santé Prévoyance Réunica Santé Pro et Prévoyance Pro Choisissez le meilleur en Santé et Prévoyance pour votre bien-être et celui de votre famille SPÉCIAL AUTO ENTREPRENEURS REUNICA.COM Santé Avec Réunica

Plus en détail

Proposition n o 8 Assemblée régionale Région 2 Montréal-Laval

Proposition n o 8 Assemblée régionale Région 2 Montréal-Laval Suivi du Conseil syndical de novembre 2010 Proposition n o 8 Assemblée régionale Région 2 Montréal-Laval Proposé par le confrère Yvon Brault Appuyé par le confrère Réal Quesnel Que le SFPQ produise rapidement

Plus en détail

au libre choix des salariés de votre entreprise Mornay Initiative santé Prenez soin de vos salariés en toute liberté

au libre choix des salariés de votre entreprise Mornay Initiative santé Prenez soin de vos salariés en toute liberté au libre choix des salariés de votre entreprise Mornay Initiative santé Prenez soin de vos salariés en toute liberté Laurie Maillard Directeur général du Groupe Mornay Madame, Monsieur, Vous êtes dirigeant

Plus en détail

RiskSolo Réassurance congruente des risques d invalidité et de décès

RiskSolo Réassurance congruente des risques d invalidité et de décès RiskSolo Réassurance congruente des risques d invalidité et de décès Réassurance congruente selon vos besoins «Par les caisses de pension pour les caisses de pension». C est selon ce principe que nous

Plus en détail

GERANCE MINORITAIRE OU MAJORITAIRE : QUEL EST LE MEILLEUR STATUT?

GERANCE MINORITAIRE OU MAJORITAIRE : QUEL EST LE MEILLEUR STATUT? Réf. :DEV/O/FC/015/06-06/OC 1/9 Pendant longtemps, le statut de gérant majoritaire de SARL a été le plus défavorable des statuts de dirigeant, tant au niveau fiscal que social. A contrario, le statut de

Plus en détail

PERP D AXA : Pour réduire vos impôts tout en préparant votre retraite.

PERP D AXA : Pour réduire vos impôts tout en préparant votre retraite. PERP D AXA : Pour réduire vos impôts tout en préparant votre retraite. Aujourd hui, épargnez sans effort : vos versements sont fiscalement déductibles. Vous épargnez sans bouleverser votre budget Vous

Plus en détail