Gestion des déchets dangereux GCI LABORATOIRE Description des appareils et procédures Département de génie civil Université Laval

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Gestion des déchets dangereux GCI-63617 LABORATOIRE Description des appareils et procédures Département de génie civil Université Laval"

Transcription

1 1 Gestion des déchets dangereux GCI LABORATOIRE Description des appareils et procédures Département de génie civil Université Laval 1. SPECTROPHOTOMÉTRIE D ABSORPTION ATOMIQUE 1.1 Introduction à la technique La spectrométrie d absorption atomique permet de quantifier les éléments métalliques en solutions. Chaque élément a un nombre spécifique d électrons associés à son noyau. La configuration orbitale normale et la plus stable des électrons est appelée état de base. Lorsque qu une énergie est fournie à un atome, ce dernier l absorbe et adopte une configuration électronique appelée état d excitation. Cet état est instable et l atome retourne immédiatement à son état de base libérant ainsi une énergie lumineuse. Lors du procédé d absorption atomique l énergie fournie à l atome provient d une source lumineuse appelée lampe à cathode creuse. L atome dans son état de base absorbe l énergie lumineuse à une longueur d onde spécifique et passe à un état d excitation. Un détecteur mesure la quantité de lumière absorbée et un signal électronique est produit en fonction de l intensité lumineuse. Ce signal est traité et la quantité d analyte dans l échantillon est déterminée en fonction de l absorbance mesurée. Le contact entre les atomes et la source lumineuse est assuré par la cellule d absorption. La cellule d absorption est en fait une flamme générée par la combustion d acétylène en présence d oxygène. L échantillon à analyser est aspiré par l appareil et transformé en aérosol. La flamme atomise ensuite les éléments contenus dans l aérosol et les place en travers du faisceau de la lampe à cathode creuse. La lampe à cathode creuse émet le spectre lumineux spécifique à l élément analysé. La cathode et l anode de la lampe sont composées uniquement de l élément dont le spectre lumineux doit être produit. Un potentiel électrique est appliqué entre l anode et la cathode, ce qui a pour effet d ioniser le gaz contenu dans la lampe. Les ions de gaz vont ensuite entrer en collision avec la cathode, ce qui déloge des atomes métallique. Ces atomes vont aussi entrer en collision avec les ions de gaz ce qui les fait passer à un état d excitation. Ils retournent aussitôt à leur état de base ce qui produit l énergie lumineuse désirée Opération de l appareil Mise en marche et optimisation du spectromètre 1- Mettre l appareil à On. 2- Appuyer sur AA-BG pour choisir la méthode d analyse par absorption atomique avec correction automatique du bruit de fond. 3- Choisir la cathode creuse correspondant à l analyte qui est dosé et l installer dans le compartiment à la droite de l appareil. 4- Appuyer sur Param Entry. À Lamp Current écrire la valeur du courant indiquée sur la lampe et appuyer sur Enter. 5- Appuyer sur Energy. 6- Ajuster le détecteur à la longueur d onde d absorption de l élément à doser à l aide de la roulette située à gauche de l appareil. La longueur d onde est ajustée lorsque l énergie affichée est maximale. Lorsque CTS est plus grand que 125, appuyer sur Gain. 7- Ajuster la largeur de la fente spectrale à 0,2 ou 0,7 nm selon l élément à doser. 8- À l aide des vis d ajustements de la cathode creuse, ajuster cette dernière de manière à avoir le maximum d énergie.

2 Ajustement du brûleur 1- Ajuster la hauteur du brûleur à environ 5 mm sous le faisceau de la lampe. 2- À l aide des deux vis d ajustement (translation horizontale et rotation) situées sous le brûleur, ajuster la fente du brûleur de manière parallèle avec le faisceau de la cathode Mise en marche du brûleur acétylène-air 1- Ouvrir les valves derrière l appareil et ajuster la pression d air à 60 lbs/po Ouvrir les valves du cylindre d acétylène et ajuster la pression à la sortie du cylindre à 14 lbs/po 2. Ne pas dépasser 15 lbs/po 2. Vérifier que la pression du cylindre est supérieure à 75 lbs/po Placer le bouton Oxidant à la position Air. 4- À l aide des vis situées sous les manomètres, ajuster le débit d acétylène, Fuel à 2,5 (sous la bille), et le débit d air, Oxidant à Appuyer sur Ignite Entrée des paramètres Appuyer sur Param Entry, pour changer les titres appuyer et appuyer sur Enter pour valider. LAMP CUR.: Lamp current. Courant indiqué sur la cathode creuse. Ne pas excéder la valeur indiquée. INT. TIME: Integration time. Temps d'accumulation des cycles de lecture par l'appareil. Normalement entre 0,2 et 1 seconde. REPLICATES: Nombre de lecture faites. Normalement entre AA TECHNIQUE: Mode d'analyse. Choisir FLAME (1), soit atomisation par flamme Analyses 1- Appuyer sur Cont et faire aspirer de l eau déionisée. Appuyer sur A/Z. 2- Faire aspirer un étalon du domaine linéaire. 3- Ajuster le brûleur pour avoir le maximum d absorbance. Prendre garde de ne pas obstruer le faisceau de la lampe avec le brûleur. 4- Appuyer sur Data. 5- Faire aspirer de l eau déionisée et appuyer sur A/Z. 6- Faire aspirer l étalon le plus dilué et appuyer sur Read. Noter l absorbance et l écart-type. 7- Répéter l étape précédente pour tous les étalons. 8- Faire aspirer l échantillon et appuyer sur Read. Noter l absorbance et l écart-type. 1.3 Courbe de calibration À partir des lectures d absorbance pour les étalons, tracer un graphique nuage de points (utiliser un chiffrier ex. EXCEL) de l absorbance en fonction de la concentration. Tracer la courbe de régression linéaire et obtenir l équation de la régression ainsi que le coefficient de détermination. L équation de régression représente la courbe de calibration de l appareil. 1.4 Dosage des échantillons À l aide de la courbe de calibration déterminer les concentrations des éléments à doser. Pour les échantillons dilués, multiplier la concentration déterminée par le facteur de dilution.

3 3 1.5 Expression des résultats Exprimer les résultats obtenus en mg/kg selon la relation suivante : mg/kg = (mg/l x dilution primaire x dilution secondaire)/masse (g) 1.6 Limite de détection Exemples : Fe : 0.03 mg/l; Pb : 0.18 mg/l; Zn : 0.01 mg/l 2. CHROMATOGRAPHIE IONIQUE 2.1 Introduction à la technique Le chromatographe ionique permet de détecter et de quantifier une grande variété d anions. Cette technique est fondée sur des processus d échange entre une phase liquide (éluant et échantillon) et une phase solide (résine échangeuse d ions). Un échantillon liquide est injecté dans l appareil et ensuite poussé à l aide d une pompe dans une colonne faite d une résine échangeuse d ions. L échantillon est mélangé à un éluant, c est-à-dire, une solution facilitant la séparation des différents ions contenus dans l échantillon à l intérieur de la colonne. Les ions contenus dans l échantillon sont séparés parce qu ils se déplacent à différentes vitesses dans la colonne, tout dépendant de leur affinité pour la résine échangeuse d ions. La séparation des ions est fonction de leur charge et de leur taille. Plus les ions sont petits, moins ils seront retenus (F - < Cl - < Br - < I - ). Plus les ions sont chargés, plus ils seront retenus (HPO 4-2 > NO 3 - ). L éluant et l échantillon passe à travers un supresseur, un module permettant d augmenter la sensibilité du détecteur en soustrayant la conductivité électrique spécifique à l éluant et en diminuant les bruits de fond. Un détecteur mesure la conductivité électrique de chaque ion séparé contenu dans l échantillon et un signal est envoyé à l ordinateur. Les ions des solutions électrolytiques ont des conductivités électriques spécifiques qui peuvent être quantifiées. Le dosage est possible en comparant le signal obtenu pour un échantillon avec le signal d une solution de concentration connue. L identification des ions est possible grâce à leur temps de rétention particulier, obtenus préalablement lors de la préparation des courbes de calibration tracées à partir de solutions témoins. 2.2 Préparation des échantillons 1- Peser 4 g de sol sec 2- Ajouter 40 ml d eau déionisée 3- Agiter sur la plaque agitatrice durant 24 heures 4- Centrifuger les échantillons durant 10 min à 3600 rpm 5- Récupérer le surnageant 6- Effectuer les dilutions suivantes: 1% et 10% 7- Conserver les échantillons non-dilués au congélateur s ils ne sont pas analysés dans les 24 heures. Ne contenant aucun agent de conservation, les bactéries potentiellement présentes pourraient proliférer et détériorer la colonne échangeuse d ions 2.3 Opération de l appareil Démarrage de l appareil

4 4 1- Mettre l appareil DIONEX à ON 2- Ouvrir la bonbonne d hélium servant à pressuriser le système 3- Ajuster la pression du régénérant à 5 lbs/po 2 4- Ajuster la pression de l éluant entre 5 et 10 lbs/po 2 5- Mettre en fonction la pompe et ajuster le débit à 2 ml/min, laisser la pression se stabiliser durant 20 min entre 1300 et 1400 lbs/po 2 6- S assurer qu il n y a pas de bulles d air dans le circuit 7- Démarrer le logiciel DIONEX 8- Démarrer le module interface ACI 9- Dans le sous-programme MÉTHODE, sélectionner et actualiser une méthode 10- L appareil est prêt à effectuer les analyses Analyse des échantillons 1- Dans le sous-programme RUN, sélectionner une méthode 2- Nommer l échantillon à analyser 3- Vérifier la sensibilité du détecteur (habituellement 30 µs) 4- Sur le chromatographe, placer le paramètre CONTROL en mode LOCAL 5- Appuyer sur AUTO OFFSET trois secondes pour ramener la ligne de base à zéro 6- Placer le mode CONTROL du chromatographe en mode RELAY 7- Injecter 1 ml de l échantillon le plus dilué en prenant soins d enlever l air contenu dans la seringue. Les échantillons contenant de la matière en suspension doivent être filtrés à l aide d un filtre de 0.2 µm adaptable aux seringues afin de ne pas obstruer le système 8- Sur le module interface ACI appuyer sur RUN 9- Attendre la fin de l analyse avant de procéder à une autre injection 2.4 Courbe de calibration Tracer les courbes de calibration des quatres anions suivant cl - ; NO 3 -, SO 4-2 ; PO Dosage des échantillons 1- Déterminer l équation de la courbe de calibration 2- Calculer la valeur de la concentration (mg/l) correspondant à l aire sous la courbe donnée par le chromatographe ionique 3. GRANULOMETRIE PAR COMPTEUR DE PARTICULES LASER 3.1 Introduction Le Master sizer microplus est un compteur laser qui permet d obtenir la granulométrie de particules ayant un diamètre compris entre 0,05µm et 556µm (fraction fine du sol). Il est

5 5 composé d'une unité optique reliée à un système informatique qui reçoit, gère et analyse les données. Le principe physique de base est la diffraction de la lumière. La méthode d'analyse respecte la théorie de "Mie". La distribution fondamentale, à partir de laquelle tous les résultats sont obtenus, est définie par le pourcentage du volume total des particules. Les particules, mises en suspension dans un support liquide, appelé le dispersant, sont pompées en continu à travers la cellule. Celle-ci se compose de deux surfaces transparentes distantes de 2 mm qui forment un plan perpendiculaire au faisceau lumineux. La cellule est située entre la source du laser et les détecteurs qui captent la lumière diffractée. Lorsqu'une particule se présente dans la cellule, elle diffracte la lumière et produit un modèle de diffraction sur les détecteurs. Lorsque plusieurs particules sont présentes dans la cellule, la lumière mesurée sur les détecteurs est la somme de tous les modèles particulaires superposés. Plusieurs lectures sont prises sur une période de temps définie, permettant ainsi une analyse de plusieurs centaines de particules. Une analyse des donnés est ensuite faite afin d'établir la distribution des particules de l'échantillon analysé. L'analyse des donnés est basée sur la théorie de "Mie". Cette dernière est une description complète de la diffraction de la lumière pour des particules sphériques ayant des propriétés optiques homogènes. L'analyse est une méthode itérative. Premièrement, une distribution initiale des particules est choisie, ensuite, suivant le modèle théorique qui tient compte ici des propriétés optiques des particules, le logiciel conçoit un schéma de diffraction propre cette à cette distribution initiale. C'est une première itération qui sera par la suite corrigée en ajustant ce schéma de diffraction aux données mesurées par l'analyseur de particules. Les résultats peuvent être, par le biais du logiciel, présentés sous la forme d'un tableau, regroupant certaines caractéristiques comme les diamètres moyens, la surface spécifique, l'étalement et l'uniformité de la distribution, etc., et/ou sous la forme d'un graphique représentant, par exemple, le pourcentage passant (ou inférieur) en fonction du diamètre des particules. 3.2 Préparation de l'échantillon Le Mastersizer Microplus offre la possibilité d'analyser un échantillon liquide ou sec. La préparation de l'échantillon est une étape importante afin d'obtenir des résultats justes et reproductibles. L'échantillon prélevé doit représenter le plus fidèlement possible la totalité du matériau étudié. Il faut assurer en tout temps une homogénéité de la dispersion de l'échantillon dans le dispersant. L'échantillon ne doit pas contenir de particules de dimensions supérieures à 2 mm. La quantité requise est habituellement inférieure à 5 ml. 3.3 Choix du dispersant Le dispersant doit être transparent, pour une longueur d'onde de 633 nm, son indice de réfraction doit obligatoirement être différent de celui des particules de l'échantillon et il ne doit pas réagir avec celles-ci, ce qui influencerait la dimension des particules. Il peut être, par exemple, de l'eau, de l'éthanol, de l'acétone, de l'hexane, etc. La quantité requise est 600 ml ou 1 litre selon la grosseur des particules. 3.4 Mécanismes de dispersion Deux mécanismes sont disponibles à même l'appareil afin d'assurer la dispersion des particules dans le dispersant. En premier lieu, une petite hélice, dont la vitesse peut être ajustée, agite le mélange afin de garder les particules en suspension. Deuxièmement, une sonde ultrasonique émet des ondes afin de briser les liens entre les agglomérations de particules

6 6 réduisant celles-ci à leur dimension unitaire. L'intensité et la durée de ce procédé ultrasonique sont quantifiées en faisant des mesures expérimentales sur le Mastersizer Microplus. Une mesure est prise en utilisant l'agitateur (hélice) seulement. Ensuite, en utilisant progressivement les ultrasons sur une période de temps précise, il est possible de déterminer l'intensité requise pour que les résultats soient stables, indiquant une dispersion complète. La sonde ultrasonique devra être utilisée avec la plus faible intensité qui procure une dispersion complète. 3.5 Détermination des paramètres descriptifs La première opération consiste à définir certains paramètres descriptifs afin d'effectuer une analyse représentative de l'échantillon. Il faut choisir le modèle d'analyse qui convient le mieux à notre échantillon. Trois choix sont offerts. Le premier est un modèle d'analyse générale ("polydisperse"), qui convient pour les échantillons dont le diamètre des particules s'étend sur plus de cinq unités de grandeur. Le second modèle est l'analyse mono-modale qui est utilisé lorsque l'échantillon présente une distribution uniforme, c'est-à-dire que les particules sont de la même grandeur ou presque. Le troisième modèle est l'analyse multi-modale qui permet l'analyse de plusieurs groupes (six au maximum) de particules de même dimensions, présents dans l'échantillon. Outre le choix du modèle d'analyse, il faut déterminer les constantes représentant les propriétés optiques des particules et du dispersant. Celles-ci sont: l'indice de réfraction des particules (U s ) et du dispersant (U m ) et l'indice d'absorption des particules(u a ). L'ensemble de ces constantes se nomme la présentation de l'échantillon. Par défaut, une présentation standard est utilisée par cet appareil et celle-ci conviendra pour plusieurs échantillons. Toutefois, pour certains échantillons contenant des particules très fines, il est important de bien choisir les propriétés optiques afin d'accroître la précision des résultats. En effet, lorsque le diamètre des particules se rapproche de la longueur d'onde de la lumière laser (633 nm), l'interaction entre la lumière et les particules devient complexe. De plus, la longueur du chemin optique à travers une particule devient plus petit et la lumière qui subit des diffractions internes n'est plus absorbée complètement. 3.6 Analyses - Préciser au logiciel les paramètres descriptifs. - Aligner le faisceau lumineux convergent sur le détecteur central. - Mesurer le bruit de fond, c'est-à-dire la lumière diffractée par le dispersant et celle provenant de sources lumineuses environnantes. - Ajouter l'échantillon au dispersant. La quantité de particules à ajouter au dispersant est limitée. Elle doit être assez grande pour que les lectures soient dissociables de celles prises lors de la mesure du bruit de fond. Cependant, elle ne doit pas être trop élevée puisque les hypothèses de base pour l'analyse ne seront plus respectées. - Prendre un nombre déterminé de lectures, sur une période de temps précise, afin de représenter correctement l'échantillon. - Analyser les données et produire la distribution de la granulométrie de l'échantillon. 4. CHROMATOGRAPHIE EN PHASE GAZEUSE

7 7 4.1 Introduction à la technique La détermination des HAP s'effectue en deux étapes. La première étape consiste à extraire les HAP à l'aide de dichlorométhane. Dans la seconde étape, après concentration du dichlorométhane si nécessaire, les HAP sont analysés par chromatographie en phase gazeuse (détecteur FID - injecteur PSS ). La concentration des HAP est déterminée par comparaison de la surface(aire) obtenue à un temps de rétention donné pour l'échantillon à celles données par la courbe de calibration - standard externe. Il y a 7 HAP qui nous intéressent plus particulièrement. Ces HAP sont les suivants: fluorène, phénanthrène, anthracène, fluoranthène, chrysène, benzo(g,h,i)pérylène et benzo(a)pyrène. 4.2 Appareillage Une colonne chromatographique capillaire d'une longueur de 30 m * 0,25 mm d.i., de type PE-5 dont la phase est d'une épaisseur de 0,25 um. 4.3 Réactifs et étalons Il est possible d'acheter commercialement sous forme de mélange les HAP. Sinon, il faut des produits d'une pureté acceptable c'est-à-dire 98% et plus. En ce qui concerne les standards internes, le chromatographe n'étant pas couplé à un MS, il n'est pas nécessaire d'acheter du hexachlorobenzène-c13 et du p-terpényl-d14.du simple hexachlorobenzène et p-terpényl sont parfaits et beaucoup moins chère Temps de rétention 1- Pour débuter, on doit connaitre le temps de rétention de chaque HAP. Donc on prépare une solution d'environ 100ug/ml pour chaque HAP. Suite à l'injection au GC de ces différentes solutions, on détermine le temps de rétention de ces HAP. Prendre en note que toutes modifications concernants les conditions chromatographiques et la colonne peuvent amener des variations au niveau des temps de rétention. Noter aussi que la plupart des HAP sont considérés des produit potentiellement cancérigènes donc pour des raisons évidentes de sécurité ils doivent être manipulés sous la hotte. HAP Temps de rétention(min) fluorène phénanthrène anthracène fluoranthène chrysène benzo(a)pyrène benzo(g,h,i)pérylène Préparation de solutions standards 1- Solution mère a) Peser environ 40 mg de chaque HAP (utiliser un vial de 40 ml avec large goulot - il est important de noter très précisément la masse de chacun des HAP) b) Ajouter 20 ml de dichlorométhane. Vous obtenez ainsi une solution mère d'une concentration d'environ 2 mg/ml.

8 8 2- Solutions filles À partir de la solution mère de 2mg/ml, préparer une série de solutions avec du dichlorométhane. Les concentrations suggérées sont 200, 150, 100, 40, 20 et 10 ug/ml 4.4 Protocole analytique - Conditions chromatographiques Injecteur: température initiale 70 degrés C 0 min programmation de température(rampe #1) 30 degrésc/min température finale 120 degrés C 1 min programmation de température(rampe #2) 100 degrésc/min température finale 280 degrés C 999 min Détecteur: 300 degrés C ( température constante) Four: température initiale 90 degrés C 6 min programmation de température(rampe #1) 10 degrésc/min température finale 180 degrés C 0 min programmation de température(rampe #2) 5 degrésc/min température finale 310 degrés C 15 min Mode d'injection: solvent purge mode Split flow: 30 ml/min Gaz vecteur: hélium Pression: 10 psi (débit constant) Volume d'injection: 2 ul Type de colonne: PE-5

SPECTROMETRIE D ABSORPTION ATOMIQUE

SPECTROMETRIE D ABSORPTION ATOMIQUE Chapitre IV SPECTROMETRIE D ABSORPTION ATOMIQUE I INTRODUCTION La spectrométrie d absorption atomique (AAS) est une technique décrite pour la 1 ère fois par Walsh (1955). AAS étudie les absorptions de

Plus en détail

4. Conditionnement et conservation de l échantillon

4. Conditionnement et conservation de l échantillon 1. Objet S-II-3V1 DOSAGE DU MERCURE DANS LES EXTRAITS D EAU RÉGALE Description du dosage du mercure par spectrométrie d absorption atomique de vapeur froide ou par spectrométrie de fluorescence atomique

Plus en détail

Spectroscopie d émission atomique

Spectroscopie d émission atomique Année Universitaire : 2010 / 2011 Spectroscopie d émission atomique Réalisé par demoiselles: Chadia BOUCHEFRA. Meryem MIMI. 1 PLAN: INTRODUCTION Spectroscopie d émission atomique: Définition. Avantages.

Plus en détail

ABSORPTION ATOMIQUE DE FLAMME : DETERMINATION DE LA TENEUR EN CUIVRE ET FER DANS DE L HUILE DE VIDANGE

ABSORPTION ATOMIQUE DE FLAMME : DETERMINATION DE LA TENEUR EN CUIVRE ET FER DANS DE L HUILE DE VIDANGE TP ANA3 INSA DE ROUEN Laboratoire de chimie analytique ABSORPTION ATOMIQUE DE FLAMME : DETERMINATION DE LA TENEUR EN CUIVRE ET FER DANS DE L HUILE DE VIDANGE Les huiles lubrifiantes sont cruciales pour

Plus en détail

Méthode A : dosage du cadmium, chrome, cobalt, cuivre, plomb, manganèse, nickel et zinc par spectrométrie d absorption atomique avec flamme.

Méthode A : dosage du cadmium, chrome, cobalt, cuivre, plomb, manganèse, nickel et zinc par spectrométrie d absorption atomique avec flamme. S-II-2.1V1 DOSAGE DES ELEMENTS METALLIQUES EN TRACE DANS LES EXTRAITS À L EAU RÉGALE : MÉTHODE PAR ABSORPTION ATOMIQUE AVEC FLAMME ET ATOMISATION ÉLECTROTHERMIQUE (AAS/GF) 1. Objet Dosage des éléments

Plus en détail

Rapport de TP Phytochimie : Spectrométrie d Absorption Atomique (SAA)

Rapport de TP Phytochimie : Spectrométrie d Absorption Atomique (SAA) Rapport de TP Phytochimie : Spectrométrie d Absorption Atomique (SAA) Di Pascoli Thomas Mouton Julia (M1 S2 VRV) I) Introduction L eau minérale Contrex est connue pour être riche en minéraux, notamment

Plus en détail

Spectrophotomètre UV Visible (200 nm 800 nm)

Spectrophotomètre UV Visible (200 nm 800 nm) Spectrophotomètre UV Visible (200 nm 800 nm) Cet appareil est constitué d une fibre optique, d un réseau de diffraction, et d une caméra linéaire (capteur CCD de 2048 pixels de 14 µm x 200 µm). On obtient

Plus en détail

Analyse des hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP)

Analyse des hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP) Mon carnet analytique Analyse des hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP) Chromatographie en phase liquide (SPE en ligne) Chromatographie en phase gazeuse SPE en ligne : optimisez la préparation

Plus en détail

Etude de Ca 2+ par absorption atomique avec flamme et Dosage de Cd 2+ par absorption atomique sans flamme

Etude de Ca 2+ par absorption atomique avec flamme et Dosage de Cd 2+ par absorption atomique sans flamme Travaux Pratique Chimie Analytique Semestre d hiver 1999 Julien Hutin Laurent Beget Alexandre Myalou Etude de Ca 2+ par absorption atomique avec flamme et Dosage de Cd 2+ par absorption atomique sans flamme

Plus en détail

Chromatographie en phase gazeuse (CPG): Le 8 décembre 2011 Filières SVI S5 et STE Professeur SAALAOUI Ennouamane

Chromatographie en phase gazeuse (CPG): Le 8 décembre 2011 Filières SVI S5 et STE Professeur SAALAOUI Ennouamane Chromatographie en phase gazeuse (CPG): Le 8 décembre 2011 Filières SVI S5 et STE Professeur SAALAOUI Ennouamane Principe Le principe de la séparation par C.P.G. consiste à partager l'échantillon à analyser

Plus en détail

S-II-1V2 EXTRACTION DES ÉLÉMENTS MÉTALLIQUES EN TRACE (ETM) SOLUBLES DANS L EAU RÉGALE

S-II-1V2 EXTRACTION DES ÉLÉMENTS MÉTALLIQUES EN TRACE (ETM) SOLUBLES DANS L EAU RÉGALE S-II-1V2 EXTRACTION DES ÉLÉMENTS MÉTALLIQUES EN TRACE (ETM) SOLUBLES DANS L EAU RÉGALE 1. Objet Méthode pour l extraction des éléments en traces présents dans les sols (y compris les sédiments), les matières

Plus en détail

(aq) sont colorées et donnent à la solution cette teinte violette, assimilable au magenta.»

(aq) sont colorées et donnent à la solution cette teinte violette, assimilable au magenta.» Chapitre 5 / TP 1 : Contrôle qualité de l'eau de Dakin par dosage par étalonnage à l'aide d'un spectrophotomètre Objectif : Vous devez vérifier la concentration massique d'un désinfectant, l'eau de Dakin.

Plus en détail

EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points)

EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points) BAC S 2011 LIBAN http://labolycee.org EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points) Les parties A et B sont indépendantes. A : Étude du fonctionnement d un spectrophotomètre

Plus en détail

PRISE EN MAIN DU SPECTROPHOTOMETRE UV-VISIBLE SHIMADZU U.V. 240

PRISE EN MAIN DU SPECTROPHOTOMETRE UV-VISIBLE SHIMADZU U.V. 240 I.N.S.. DE ROUEN Laboratoire de Chimie nalytique U.V. N PRISE EN MIN DU SPECTROPHOTOMETRE UV-VISIBLE SHIMDZU U.V. 240. OBJECTIFS - Choix des paramètres nécessaires pour un tracé de spectre. - Utilisation

Plus en détail

Spectrophotométrie atomique

Spectrophotométrie atomique ! Spectrophotométrie atomique GÉNÉRALITÉS Ces spectres font intervenir la variation de l énergie des électrons périphériques (électron de valence d un atome). On donne par exemple le cas du sodium (Z =

Plus en détail

1 Introduction générale

1 Introduction générale Expérience n 10 Éléments d optique Domaine: Optique, ondes électromagnétiques Lien avec le cours de Physique Générale: Cette expérience est liée aux chapitres suivants du cours de Physique Générale: -

Plus en détail

CODEX ŒNOLOGIQUE INTERNATIONAL. SUCRE DE RAISIN (MOUTS DE RAISIN CONCENTRES RECTIFIES) (Oeno 47/2000, Oeno 419A-2011, Oeno 419B-2012)

CODEX ŒNOLOGIQUE INTERNATIONAL. SUCRE DE RAISIN (MOUTS DE RAISIN CONCENTRES RECTIFIES) (Oeno 47/2000, Oeno 419A-2011, Oeno 419B-2012) SUCRE DE RAISIN (MOUTS DE RAISIN CONCENTRES RECTIFIES) (Oeno 47/2000, Oeno 419A-2011, Oeno 419B-2012) 1. OBJET, ORIGINE ET DOMAINE D APPLICATION Le sucre de raisin est obtenu exclusivement à partir du

Plus en détail

Utilisation d un tableur dans l exploitation des courbes de dosage spectrophotométrique.

Utilisation d un tableur dans l exploitation des courbes de dosage spectrophotométrique. Utilisation d un tableur dans l exploitation des courbes de dosage spectrophotométrique. A METHODE DE LA GAMME D ETALONNAGE... 1 1. Saisie des valeurs... 1 2. Tracé de la gamme d étalonnage... 2 3. Modélisation

Plus en détail

Méthode automatisée de dosage colorimétrique du dioxyde de soufre total dans les vins

Méthode automatisée de dosage colorimétrique du dioxyde de soufre total dans les vins Méthode automatisée de dosage colorimétrique du dioxyde de soufre total dans les vins Marc DUBERNET* et Françoise GRASSET* Laboratoire DUBERNET - 9, quai d Alsace - 11100 Narbonne France 1. Objet Méthode

Plus en détail

101 Adoptée : 12 mai 1981

101 Adoptée : 12 mai 1981 LIGNE DIRECTRICE DE L OCDE POUR LES ESSAIS DE PRODUITS CHIMIQUES 101 Adoptée : 12 mai 1981 «Spectres d'absorption UV-VIS» (Méthode spectrophotométrique) 1. I N T R O D U C T I O N I n f o r m a t i o n

Plus en détail

TECHNIQUES: Principes de la chromatographie

TECHNIQUES: Principes de la chromatographie TECHNIQUES: Principes de la chromatographie 1 Définition La chromatographie est une méthode physique de séparation basée sur les différentes affinités d un ou plusieurs composés à l égard de deux phases

Plus en détail

SUIVI CINETIQUE PAR SPECTROPHOTOMETRIE (CORRECTION)

SUIVI CINETIQUE PAR SPECTROPHOTOMETRIE (CORRECTION) Terminale S CHIMIE TP n 2b (correction) 1 SUIVI CINETIQUE PAR SPECTROPHOTOMETRIE (CORRECTION) Objectifs : Déterminer l évolution de la vitesse de réaction par une méthode physique. Relier l absorbance

Plus en détail

TP : Détermination de la concentration en glucose d une boisson de réhydratation Deuxième Partie

TP : Détermination de la concentration en glucose d une boisson de réhydratation Deuxième Partie TP : Détermination de la concentration en glucose d une boisson de réhydratation Deuxième Partie Rappel : Lorsque l on chauffe un mélange d une solution de glucose et d une solution d acide 3,5- dinitrosalycilique

Plus en détail

Perrothon Sandrine UV Visible. Spectrophotométrie d'absorption moléculaire Étude et dosage de la vitamine B 6

Perrothon Sandrine UV Visible. Spectrophotométrie d'absorption moléculaire Étude et dosage de la vitamine B 6 Spectrophotométrie d'absorption moléculaire Étude et dosage de la vitamine B 6 1 1.But et théorie: Le but de cette expérience est de comprendre l'intérêt de la spectrophotométrie d'absorption moléculaire

Plus en détail

DIFFRACTion des ondes

DIFFRACTion des ondes DIFFRACTion des ondes I DIFFRACTION DES ONDES PAR LA CUVE À ONDES Lorsqu'une onde plane traverse un trou, elle se transforme en onde circulaire. On dit que l'onde plane est diffractée par le trou. Ce phénomène

Plus en détail

TP 05 : Spectre visible d une espèce colorée Spectres IR

TP 05 : Spectre visible d une espèce colorée Spectres IR TP 05 : Spectre visible d une espèce colorée Spectres IR Ce TP s étale sur une séance de 2 heures (spectre visible), puis une séance d 1 heure (spectre infrarouge). Objectifs : - Identifier un colorant

Plus en détail

pka D UN INDICATEUR COLORE

pka D UN INDICATEUR COLORE TP SPETROPHOTOMETRIE Lycée F.BUISSON PTSI pka D UN INDIATEUR OLORE ) Principes de la spectrophotométrie La spectrophotométrie est une technique d analyse qualitative et quantitative, de substances absorbant

Plus en détail

Amplificateur à fibre dopée erbium

Amplificateur à fibre dopée erbium Amplificateur à fibre dopée erbium Laser, Matériaux, Milieux Biologiques Sécurité laser ATTENTION : la diode laser à 980 nm est puissante (100 mw). Pour des raisons de sécurité et de sauvegarde de la santé

Plus en détail

INRA-DRH Concours externes 2007

INRA-DRH Concours externes 2007 INRA-DRH Concours externes 2007 Page 1 of 2 AI Assistant en techniques d'analyse chimique profil n : AI07-EA-3 emploi-type n : B3C03 Orléans concours : AIB02 Lieu du concours : Orléans :::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::

Plus en détail

FICHE 1 Fiche à destination des enseignants

FICHE 1 Fiche à destination des enseignants FICHE 1 Fiche à destination des enseignants 1S 8 (b) Un entretien d embauche autour de l eau de Dakin Type d'activité Activité expérimentale avec démarche d investigation Dans cette version, l élève est

Plus en détail

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices :

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices : Chapitre 02 La lumière des étoiles. I- Lumière monochromatique et lumière polychromatique. )- Expérience de Newton (642 727). 2)- Expérience avec la lumière émise par un Laser. 3)- Radiation et longueur

Plus en détail

Chromatographie en phase gazeuse (CPG)

Chromatographie en phase gazeuse (CPG) Chromatographie en phase gazeuse (CPG) La chromatographie en phase gazeuse est une technique de chromatographie très répandue, extrêmement sensible, dont les premières applications, qui remontent au début

Plus en détail

EXERCICE I : Où il est question de lumière (8 points) PARTIE A. Figure 2

EXERCICE I : Où il est question de lumière (8 points) PARTIE A. Figure 2 EXERCICE I : Où il est question de lumière (8 points) PARTIE A 1. Figure 2 D On observe sur l'écran un étalement du faisceau laser, perpendiculaire à la direction du fil, constitué d'une tache centrale

Plus en détail

Rapport de chimie analytique : Dosage des métaux dans une pièce de 10 Yen

Rapport de chimie analytique : Dosage des métaux dans une pièce de 10 Yen ULB Rapport de chimie analytique : Dosage des métaux dans une pièce de 10 Yen Par Hancisse Olivier, Huon Alice, Sintobin Olivier, Straus Joanne et Wambé Patrick Etudiants en Bioingénieur 3/10/2010 [Type

Plus en détail

Fiabiliser les résultats [PROGRAMME] et dans les fours Méthodes de séparation. Préparation de l échantillon. [COORDINATEUR] Pr. R.

Fiabiliser les résultats [PROGRAMME] et dans les fours Méthodes de séparation. Préparation de l échantillon. [COORDINATEUR] Pr. R. 60 ÉCOLE EUROPÉENNE DES SCIENCES ANALYTIQUES Connaissances de base en chimie sur l atome et la lumière 4 jours Être capable de choisir la technique appropriée Fiabiliser les résultats Définitions en absorption

Plus en détail

La spectrophotométrie

La spectrophotométrie Chapitre 2 Document de cours La spectrophotométrie 1 Comment interpréter la couleur d une solution? 1.1 Décomposition de la lumière blanche En 1666, Isaac Newton réalise une expérience cruciale sur la

Plus en détail

Chromatographie gazeuse

Chromatographie gazeuse 2012 Chromatographie gazeuse Assisstant : Bastien NEEL Group 1 : Romain LAVERRIERE (romainl0@etu.unige.ch) Tatiana PACHOVA (pachova0@etu.unige.ch) Table of content: 1 Résumé... 3 2 Introduction... 3 3

Plus en détail

Chimie analytique : Rapport de manipulation

Chimie analytique : Rapport de manipulation UNIVERSITE LIBRE DE BRUXELLES Chimie analytique : Rapport de manipulation Dosage de l éthanol dans un vin blanc 09/03/2010 Salmon Chloé de Bony Eric Baert Jonathan Depireux Romain Table des matières Introduction...

Plus en détail

Classe : 1 ère STL Enseignement : Mesure et Instrumentation. d une mesure. Titre : mesure de concentration par spectrophotométrie

Classe : 1 ère STL Enseignement : Mesure et Instrumentation. d une mesure. Titre : mesure de concentration par spectrophotométrie Classe : 1 ère STL Enseignement : Mesure et Instrumentation THEME du programme : mesures et incertitudes de mesures Sous-thème : métrologie, incertitudes Extrait du BOEN NOTIONS ET CONTENUS Mesures et

Plus en détail

OPTIQUE GEOMETRIQUE II.- THEORIE. Définition : L indice de réfraction n caractérise le milieu dans lequel se propage la lumière.

OPTIQUE GEOMETRIQUE II.- THEORIE. Définition : L indice de réfraction n caractérise le milieu dans lequel se propage la lumière. 31 O1 OPTIQUE GEOMETRIQUE I.- INTRODUCTION L optique est une partie de la physique qui étudie la propagation de la lumière. La lumière visible est une onde électromagnétique (EM) dans le domaine de longueur

Plus en détail

Comment suivre l évolution d une transformation chimique? + S 2 O 8 = I 2 + 2 SO 4

Comment suivre l évolution d une transformation chimique? + S 2 O 8 = I 2 + 2 SO 4 Afin d optimiser leurs procédés, les industries chimiques doivent contrôler le bon déroulement de la réaction de synthèse menant aux espèces voulues. Comment suivre l évolution d une transformation chimique?

Plus en détail

Spectrophotomètre double faisceau modèle 6800

Spectrophotomètre double faisceau modèle 6800 Spectrophotomètre double faisceau modèle 6800 Spectrophotomètre double faisceau modèle 6800 Double faisceau avec optiques parfaitement stables. Bande passante 1,5 nm. Logiciel de navigation Jenway Flight

Plus en détail

Dosage des sucres par CLHP dans les vins (Oeno 23/2003)

Dosage des sucres par CLHP dans les vins (Oeno 23/2003) Méthode OIV-MA-AS311-03 Méthode Type II Dosage des sucres par CLHP dans les vins (Oeno 23/2003) 1. DOMAINE D'APPLICATION Cette recommandation spécifie une méthode de dosage du fructose, du glucose et du

Plus en détail

Sujet. calculatrice: autorisée durée: 4 heures

Sujet. calculatrice: autorisée durée: 4 heures DS SCIENCES PHYSIQUES MATHSPÉ calculatrice: autorisée durée: 4 heures Sujet Spectrophotomètre à réseau...2 I.Loi de Beer et Lambert... 2 II.Diffraction par une, puis par deux fentes rectangulaires... 3

Plus en détail

1 ère partie : tous CAP sauf hôtellerie et alimentation CHIMIE ETRE CAPABLE DE. PROGRAMME - Atomes : structure, étude de quelques exemples.

1 ère partie : tous CAP sauf hôtellerie et alimentation CHIMIE ETRE CAPABLE DE. PROGRAMME - Atomes : structure, étude de quelques exemples. Référentiel CAP Sciences Physiques Page 1/9 SCIENCES PHYSIQUES CERTIFICATS D APTITUDES PROFESSIONNELLES Le référentiel de sciences donne pour les différentes parties du programme de formation la liste

Plus en détail

Chapitre 7 Les solutions colorées

Chapitre 7 Les solutions colorées Chapitre 7 Les solutions colorées Manuel pages 114 à 127 Choix pédagogiques. Ce chapitre a pour objectif d illustrer les points suivants du programme : - dosage de solutions colorées par étalonnage ; -

Plus en détail

DETERMINATION DE LA CONCENTRATION D UNE SOLUTION COLOREE

DETERMINATION DE LA CONCENTRATION D UNE SOLUTION COLOREE P1S2 Chimie ACTIVITE n 5 DETERMINATION DE LA CONCENTRATION D UNE SOLUTION COLOREE Le colorant «bleu brillant FCF», ou E133, est un colorant artificiel (de formule C 37 H 34 N 2 Na 2 O 9 S 3 ) qui a longtemps

Plus en détail

TP fibres optiques. Laser, Matériaux, Milieux Biologiques. Sécurité laser. Précautions à prendre

TP fibres optiques. Laser, Matériaux, Milieux Biologiques. Sécurité laser. Précautions à prendre TP fibres optiques Laser, Matériaux, Milieux Biologiques Sécurité laser ATTENTION : la diode laser à 810 nm est puissante (50 mw). Pour des raisons de sécurité et de sauvegarde de la santé des yeux, vous

Plus en détail

SPECTROSCOPIE RAMAN I APPLICATIONS

SPECTROSCOPIE RAMAN I APPLICATIONS SPECTROSCOPIE RAMAN La spectroscopie Raman est une technique d analyse non destructive, basée sur la détection des photons diffusés inélastiquement suite à l interaction de l échantillon avec un faisceau

Plus en détail

Un spectromètre à fibre plus précis, plus résistant, plus pratique Concept et logiciel innovants

Un spectromètre à fibre plus précis, plus résistant, plus pratique Concept et logiciel innovants & INNOVATION 2014 NO DRIVER! Logiciel embarqué Un spectromètre à fibre plus précis, plus résistant, plus pratique Concept et logiciel innovants contact@ovio-optics.com www.ovio-optics.com Spectromètre

Plus en détail

Validation d une méthode de chimie analytique

Validation d une méthode de chimie analytique Validation des méthodes d analyse quantitative par le profil d exactitude Validation d une méthode de chimie analytique Application au dosage des anions fluorure, chlorure, nitrite, bromure, nitrate, phosphate

Plus en détail

La spectrophotométrie permet l'étude de solutions colorées dans l'infrarouge (1 100 nm au maximum), dans le visible et dans l'ultraviolet (190 nm).

La spectrophotométrie permet l'étude de solutions colorées dans l'infrarouge (1 100 nm au maximum), dans le visible et dans l'ultraviolet (190 nm). Spectrophotométrie Spectrophotométrie La spectrophotométrie permet l'étude de solutions colorées dans l'infrarouge (1 100 nm au maximum), dans le visible et dans l'ultraviolet (190 nm). Spectre d'absorption

Plus en détail

CHROMATOGRAPHE BTEX GC 5000 BTX

CHROMATOGRAPHE BTEX GC 5000 BTX FICHE PRODUIT - Le a été spécialement développé pour la surveillance en continu des polluants organiques dans l air ambiant dans la gamme C4-C12. L instrument se caractérise par son design compact et sa

Plus en détail

1. Description sommaire d un chromatographe en phase gazeuse.

1. Description sommaire d un chromatographe en phase gazeuse. Page 1 sur 6 1. Description sommaire d un chromatographe en phase gazeuse. 2. Four. C est un four à bain d air, pourvu de résistances chauffantes et d un système de ventilation et de brassage pour l homogénéisation

Plus en détail

Objectifs pédagogiques :

Objectifs pédagogiques : CHAPITRE 7 : LE COMPETUR D HEMATOLOGIE Objectifs pédagogiques : - Décrire les principes de fonctionnement des automates d hématologie - Décrire les principales parties d un compteur d hématologie - Décrire

Plus en détail

SVE 222 & PCL-442. Fascicule de Travaux Pratiques

SVE 222 & PCL-442. Fascicule de Travaux Pratiques SVE 222 & PCL-442 Fascicule de Travaux Pratiques 2014-2015 Institut Supérieur de l Education et de la Formation Continue Bassem Jamoussi & Radhouane Chakroun 1 Sommaire PCL 442/SVE222 - TP N 1 : Etude

Plus en détail

Fiche 19 La couleur des haricots verts et cuisson

Fiche 19 La couleur des haricots verts et cuisson Fiche 19 La couleur des haricots verts et cuisson Objectif : Valider ou réfuter des «précisions culinaires»* permettant de "conserver une belle couleur verte" lors la cuisson des haricots verts frais (gousses

Plus en détail

INTERFÉROMÈTRE DE MICHELSON

INTERFÉROMÈTRE DE MICHELSON INTERFÉROMÈTRE DE MICHELSON ATTENTION! LASER ET LAMPE À MERCURE : DANGER! - Ne jamais regarder directement le faisceau Laser, sous peine de brûlures irréversibles de la rétine. - Ne jamais regarder directement

Plus en détail

INSTRUMENTS DE MESURE

INSTRUMENTS DE MESURE INSTRUMENTS DE MESURE Diagnostique d impulsions lasers brèves Auto corrélateur à balayage modèle AA-10DD Compact et facile d emploi et de réglage, l auto corrélateur AA-10DD permet de mesurer des durées

Plus en détail

PRISME ET RESEAU APPLICATION A LA MESURE DE LONGUEURS D'ONDE

PRISME ET RESEAU APPLICATION A LA MESURE DE LONGUEURS D'ONDE PRISME ET RESEAU APPLICATION A LA MESURE DE LONGUEURS D'ONDE PARTIE THEORIQUE A - RESEAUX 1 - Définition On appelle réseau plan le système constitué par un grand nombre de fentes fines, parallèles, égales

Plus en détail

TP 3 diffusion à travers une membrane

TP 3 diffusion à travers une membrane TP 3 diffusion à travers une membrane CONSIGNES DE SÉCURITÉ Ce TP nécessite la manipulation de liquides pouvant tacher les vêtements. Le port de la blouse est fortement conseillé. Les essuie tout en papier

Plus en détail

TP : Suivi d'une réaction par spectrophotométrie

TP : Suivi d'une réaction par spectrophotométrie Nom : Prénom: n groupe: TP : Suivi d'une réaction par spectrophotométrie Consignes de sécurité de base: Porter une blouse en coton, pas de nu-pieds Porter des lunettes, des gants (en fonction des espèces

Plus en détail

Gaz de fonctions pour l'analyse

Gaz de fonctions pour l'analyse Gaz de fonctions pour l'analyse L'analyse est l'art de décomposer un échantillon et de déterminer la qualité et la quantité de chaque composant qui en résulte Les méthodes d analyses trouvent leur application

Plus en détail

RAPPORT DE TEST DE CONFINEMENT SELON BS 7989-4

RAPPORT DE TEST DE CONFINEMENT SELON BS 7989-4 E R L A B D. F. S RAPPORT DE TEST DE CONFINEMENT SELON BS 7989-4 CAPTAIR FLEX M391 L A B O R A T O I R E R & D E R L A B D. F. S P A R C D A F F A I R E S D E S P O R T E S V O I E D U F U T U R 2 7 1

Plus en détail

Famille de PBDE Méthode d analyse dans les boues et sédiments

Famille de PBDE Méthode d analyse dans les boues et sédiments Famille de PBDE Méthode d analyse dans les boues et sédiments Références de la méthode La méthode qui suit est dérivée de la publication suivante Norme dont est tirée la méthode Niveau de validation selon

Plus en détail

Mercury Tracker 3000 IP

Mercury Tracker 3000 IP MERCURY INSTRUMENTS ANALYTICAL TECHNOLOGIES Mercury Tracker 3000 IP Appareil de mesure du mercure portatif pour l air et d autres gaz Protection au travail Recherche du taux de mercure dans l air Dépistage

Plus en détail

UviLight XTW Spectrophotomètre UV-Vis

UviLight XTW Spectrophotomètre UV-Vis Enseignement Agro-alimentaire Sciences Chimie Recherche Laboratoires de référence UviLight XTW Spectrophotomètre UV-Vis Accédez aux meilleures performances grâce à des spécificités optiques supérieures

Plus en détail

Lentilles Détermination de distances focales

Lentilles Détermination de distances focales Lentilles Détermination de distances focales Résumé Les lentilles sont capables de faire converger ou diverger un faisceau lumineux. La distance focale f d une lentille caractérise cette convergence ou

Plus en détail

CODEX ŒNOLOGIQUE INTERNATIONAL. Mesure de la viscosité COEI-2-VISCPE : 2009

CODEX ŒNOLOGIQUE INTERNATIONAL. Mesure de la viscosité COEI-2-VISCPE : 2009 DETERMINATION DE LA CAPACITE D'UNE PREPARATION ENZYMATIQUE A COUPER LES CHAINES PECTIQUES PAR LA MESURE DE LA VISCOSITE (OIV-Oeno 351-2009) 1. PRINCIPE On se propose ici de mesurer la quantité d'enzyme

Plus en détail

La technologie Plasma dans l industrie automobile SLIDE # 1

La technologie Plasma dans l industrie automobile SLIDE # 1 La technologie Plasma dans l industrie automobile SLIDE # 1 SLIDE # 2 Presentation Qu est qu un plasma Définition Caractéristiques du Plasma Types de plasma Procédés plasma Les relations entre le Plasma

Plus en détail

Spectroscopie 20/09/2007

Spectroscopie 20/09/2007 1. Objet et principe de la spectroscopie La spectroscopie est l'ensemble des techniques qui permettent d'analyser la lumière émise par une source lumineuse, ou la lumière transmise ou réfléchie par un

Plus en détail

TP n 1: Initiation au laboratoire

TP n 1: Initiation au laboratoire Centre Universitaire d El-Tarf Institut des Sciences Agronomiques 3 ème année Contrôle de Qualité en Agroalimentaire TP n 1: Initiation au laboratoire Introduction L analyse de la matière vivante au laboratoire

Plus en détail

obs.5 Sources de lumières colorées exercices

obs.5 Sources de lumières colorées exercices obs.5 Sources de lumières colorées exercices Savoir son cours Mots manquants Chaque radiation lumineuse peut être caractérisée par une grandeur appelée longueur d onde dans le vide. Les infrarouges ont

Plus en détail

PHYSIQUE-CHIMIE. Partie I - Spectrophotomètre à réseau

PHYSIQUE-CHIMIE. Partie I - Spectrophotomètre à réseau PHYSIQUE-CHIMIE L absorption des radiations lumineuses par la matière dans le domaine s étendant du proche ultraviolet au très proche infrarouge a beaucoup d applications en analyse chimique quantitative

Plus en détail

I. Principe des dosages :

I. Principe des dosages : Dans les cours d'eau, notamment canalisés, et dans les régions densément habitées ou d'agriculture intensive, les nitrites sont souvent un paramètre important de déclassement des cours d'eau. Chez l'homme

Plus en détail

SurTec 650 ChromitAL TCP

SurTec 650 ChromitAL TCP SurTec 650 ChromitAL TCP Propriétés Passivation sans chrome VI pour aluminium à base de chrome III Liquide concentré Très bonne protection anticorrosion sur pièces non peintes comparable à celle du chrome

Plus en détail

Techniques de Spectrométrie Atomique. Absorption Atomique Flamme Absorption Atomique Four Graphite Emission ICP-OES Spectrométrie ICP-Masse

Techniques de Spectrométrie Atomique. Absorption Atomique Flamme Absorption Atomique Four Graphite Emission ICP-OES Spectrométrie ICP-Masse Techniques de Spectrométrie Atomique Absorption Atomique Flamme Absorption Atomique Four Graphite Emission ICP-OES Spectrométrie ICP-Masse Comparatif Quelle technique choisir? Auteur : B. Faivre Date d'édition

Plus en détail

ÉPREUVE D'EXERCICES D'APPLICATION 2005 NORD

ÉPREUVE D'EXERCICES D'APPLICATION 2005 NORD sélectivité de la colonne change et R change. ÉPREUVE D'EXERCICES D'PPLICTION 2005 NORD [E1-2005N] EXERCICE N 1 (40 points) ÉNONCÉ 1 mg d'un composé X est dissous dans 100 ml d'eau. On effectue une extraction

Plus en détail

A chaque couleur dans l'air correspond une longueur d'onde.

A chaque couleur dans l'air correspond une longueur d'onde. CC4 LA SPECTROPHOTOMÉTRIE I) POURQUOI UNE SUBSTANCE EST -ELLE COLORÉE? 1 ) La lumière blanche 2 ) Solutions colorées II)LE SPECTROPHOTOMÈTRE 1 ) Le spectrophotomètre 2 ) Facteurs dont dépend l'absorbance

Plus en détail

MESURE DE L INDICE DE REFRACTION D UN MILIEU EN FONCTION DE LA LONGUEUR D ONDE

MESURE DE L INDICE DE REFRACTION D UN MILIEU EN FONCTION DE LA LONGUEUR D ONDE MESURE DE L INDICE DE REFRACTION D UN MILIEU EN FONCTION DE LA LONGUEUR D ONDE Licence de Physique 2000-2001 Université F. Rabelais UFR Sciences & Techniques P. Drevet 1 A1 - GONIOMETRE DE BABINET I. PRINCIPE

Plus en détail

TD-SEC MODE OPÉRATOIRE

TD-SEC MODE OPÉRATOIRE TD-SEC MODE OPÉRATOIRE RESPONSABLE : Marlène LEJARS SUPPLÉANT : Christine BRESSY Modifications : Version v01 Version v02 (ajout page 7, b) temps de solubilisation) Version v03 (ajout p7, 4.a) concentrations

Plus en détail

Analyse des Photo-initiateurs dans le liquide de contact ayant été mis en contact avec des emballages multicouches. Table des matières

Analyse des Photo-initiateurs dans le liquide de contact ayant été mis en contact avec des emballages multicouches. Table des matières P. : 1/11 Table des matières 1 Objet et domaine d application...3 2 Définitions et abréviations...3 3 Principe de la méthode...3 4 Sécurité...3 5 Prélèvement, réception, circulation, stockage et évacuation

Plus en détail

Les appareillages des Spectrométrie optique

Les appareillages des Spectrométrie optique ATELIERS DE BIOPHOTONIQUE Les appareillages des Spectrométrie optique 1. Spectroscopies optiques conventionnelles Spectrophotomètre, Spectrofluorimètre, 2. Analyse Spectrale en Microscopie de fluorescence

Plus en détail

Spectrométrie de masse Introduction Intérêts de la Spectrométrie de masse :

Spectrométrie de masse Introduction Intérêts de la Spectrométrie de masse : Spectrométrie de masse Introduction Intérêts de la Spectrométrie de masse : Sensibilité, limite de détection faible ( fento mole dans certaines conditions ) Variétés des applications : analyses chimiques

Plus en détail

Isolement des cellules mononucléées du sang périphérique

Isolement des cellules mononucléées du sang périphérique Isolement des cellules mononucléées du sang périphérique 1. Equipements utilisés L isolement des cellules mononucléées du sang périphérique est effectué à partir d échantillons sanguins par une technique

Plus en détail

RECUEIL INTERNATIONAL DES METHODES D ANALYSES OIV Glucose et fructose. Glucose et fructose

RECUEIL INTERNATIONAL DES METHODES D ANALYSES OIV Glucose et fructose. Glucose et fructose Méthode OIV-MA-AS311-02 Méthode Type II 1. Définition Le glucose et le fructose peuvent être dosés individuellement par une méthode enzymatique, en vue seulement du calcul du rapport glucose/fructose.

Plus en détail

Spectrophotométrie - Dilution 1 Dilution et facteur de dilution. 1.1 Mode opératoire :

Spectrophotométrie - Dilution 1 Dilution et facteur de dilution. 1.1 Mode opératoire : Spectrophotométrie - Dilution 1 Dilution et facteur de dilution. 1.1 Mode opératoire : 1. Prélever ml de la solution mère à la pipette jaugée. Est-ce que je sais : Mettre une propipette sur une pipette

Plus en détail

Optique : Spectroscope à réseau - Application à la mesure de la constante de Rydberg

Optique : Spectroscope à réseau - Application à la mesure de la constante de Rydberg Travaux pratiques Série 1 Optique : Spectroscope à réseau - Application à la mesure de la constante de Rydberg Objectifs du TP : Revoir l utilisation d un goniomètre (réglages, lecture au vernier ). Revoir

Plus en détail

Approche documentaire : «Oscillateur optique, Laser»

Approche documentaire : «Oscillateur optique, Laser» Approche documentaire : «Oscillateur optique, Laser» Objectifs : en relation avec le cours sur les ondes, les documents suivants permettent de décrire le fonctionnement d un laser en termes de système

Plus en détail

Examen Méthodes spectroscopiques 2

Examen Méthodes spectroscopiques 2 16 décembre 2010 Examen Méthodes spectroscopiques 2 Durée 2 h Calculatrice et tables spectroscopiques (fournies en début d année) autorisées Exercice 1 (3 pts 10min) Il est possible de doser simultanément

Plus en détail

Choisir et utiliser un détecteur de gaz pour le travail en espace clos.

Choisir et utiliser un détecteur de gaz pour le travail en espace clos. entreposage Choisir et utiliser un détecteur de gaz pour le travail en espace clos. Un détecteur de gaz contribue à déterminer les mesures de prévention et l équipement de protection nécessaires dans le

Plus en détail

PARTIE A GENIE CHIMIQUE. Du gaz de Lacq au soufre

PARTIE A GENIE CHIMIQUE. Du gaz de Lacq au soufre PARTIE A GENIE CHIMIQUE Du gaz de Lacq au soufre Plus de la moitié du soufre produit dans le monde provient du traitement des gaz naturels et des pétroles. En France, il est produit principalement à partir

Plus en détail

CLASSIFICATION PARTICULAIRE DE L AIR

CLASSIFICATION PARTICULAIRE DE L AIR 0305010 CLASSIFICATION PARTICULAIRE DE L AIR SOMMAIRE 1 ÉLÉMENTS GÉNÉRAUX... 1.1 Référentiels normatifs... 1. Norme ISO 14 644-1... CLASSES PARTICULAIRES... 3.1 Paramètres à définir... 3. Classes particulaires

Plus en détail

Mise en pratique : Etude de spectres

Mise en pratique : Etude de spectres Mise en pratique : Etude de spectres Introduction La nouvelle génération de spectromètre à détecteur CCD permet de réaliser n importe quel spectre en temps réel sur toute la gamme de longueur d onde. La

Plus en détail

Détection de fuite hélium Aspect Mesure

Détection de fuite hélium Aspect Mesure Détection de fuite hélium Aspect Mesure Préparé par : F.Rouveyre Date : 24 Octobre 2012 La détection de fuite La détection de fuite par spectrométrie de masse à gaz traceur a plus de 50 ans. Même si cette

Plus en détail

TP n 4 : Lumière et couleurs

TP n 4 : Lumière et couleurs TP n 4 : Lumière et couleurs Plan I. Lumières colorées : 1- Dispersion de la lumière par un prisme ou par un CD-rom : 2- Composition de la lumière blanche : 3- Lumières polychromatiques et monochromatiques

Plus en détail

L Absorption Atomique Haute Résolution à Source Continue, la nouvelle alternative

L Absorption Atomique Haute Résolution à Source Continue, la nouvelle alternative L Absorption Atomique Haute Résolution à Source Continue, la nouvelle alternative Méthodes pour l analyse élémentaire SAA une méthode bien établie depuis plus de 45 ans Simplicité peu d interférences Robustesse

Plus en détail

LABORATOIRES DE CHIMIE Techniques de dosage

LABORATOIRES DE CHIMIE Techniques de dosage LABORATOIRES DE CHIMIE Techniques de dosage Un dosage (ou titrage) a pour but de déterminer la concentration molaire d une espèce (molécule ou ion) en solution (généralement aqueuse). Un réactif de concentration

Plus en détail

Fente Lumière blanche. Fente Laser rouge. 2 Prisme

Fente Lumière blanche. Fente Laser rouge. 2 Prisme 1L : Représentation visuelle du monde Activité.4 : Lumières colorées I. Décomposition de la lumière blanche Newton (dès 1766) a décomposé la lumière solaire avec un prisme. 1. Expériences au bureau : 1

Plus en détail