Notions de Macroéconomie

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Notions de Macroéconomie"

Transcription

1 5-1 Chapitre 5 Notions de Macroéconomie Objectifs Décrire les origines de la macroéconomie Décrire les tendances et les fluctuations du chômage Décrire les tendances et les fluctuations de la croissance 5-2 Objectifs (suite) Décrire les tendances et les fluctuations de l inflation Décrire les tendances et les fluctuations du déficit budgétaire gouvernemental et déficit commercial du. Déterminer les enjeux des politiques macroéconomiques et énumérer les outils disponibles pour les mettre en œuvre. 5-3 Objectif: Décrire les origines de la macroéconomie La macroéconomie moderne s est développée en réponse à la Grande Dépression (GD). La science économique n avait aucune solution à proposer Nombreux étaient ceux qui voyaient dans la GD la preuve irréfutable de la défaillance du système économique fondé sur l entreprise privée et du libre marché. Le socialisme était une solution qui devenait plus intéressante. 5-4 Les enjeux à court terme et à long terme John Maynard Keynes, publie en 1936, La théorie générale de l emploi, de l intérêt, et de la monnaie. Selon la théorie de Keynes, une crise économique et un taux de chômage élevé résultent d une insuffisance des dépenses privées. La solution pour y remédier appartient à l État. Les enjeux à court terme et à long terme Keynes se préoccupait surtout des problèmes à court terme. Son objectif était de régler un problème immédiat et pressant. Comme il l a si bien dit : «De toute façon, à long terme, nous serons tous morts» Keynes a laissé entendre que son remède à la crise économique (accroître les dépenses gouvernementales) pouvait, si on forçait la dose, relancer l inflation et restreindre la croissance à long terme. Conclusion: les problèmes à long terme et les problèmes à court terme sont étroitement liés

2 5-7 Les perspectives d avenir Il n existe pas de méthode unique pour étudier la science économique. Avec le temps, les champs d intérêt de la macroéconomie ont changés : Dépression Inflation des années 1970 Croissance pendant 1980 Dimension internationale de la macroéconomique aujourd hui. Objectif : Décrire les tendances et les fluctuations de la croissance économique Vos parents sont plus riches que vos grands-parents ne l étaient quand ils étaient jeunes. Mais, vous, serez -vous plus riches que vos parents? Et vos enfants, seront-ils plus riches que vous? 5-8 Croissance économique Croissance économique : capacité pour une économie d augmenter sa production de biens et services. (C est un accroissement des possibilités de la production économique qui se traduit par un déplacement vers la droite de la courbe des possibilités de production.) Elle est mesurée par l augmentation d une période à l autre du produit intérieur brut (PIB) réel. Le PIB réel est la valeur de la production agrégée ou totale du pays : celle des fermes, des usines, des magasins et des services évaluée aux prix observés aux cours d une année particulière. 5-9 Croissance économique Le fait de se référer à une année particulière permet d éliminer les effets de l inflation (la hausse des prix) et d évaluer l augmentation de la production réelle d une année à l autre. Inflation: augmentation du niveau général des prix. Le PIB réel n est pas une mesure parfaite de la production totale. (Il ne comptabilise pas toutes les activités productives), mais demeure néanmoins la meilleure mesure disponible Croissance économique au Il y a deux caractéristiques à la croissance économique au depuis les années 60 : Croissance économique au La croissance du PIB potentiel Les fluctuations du PIB réel autour du PIB potentiel. Le PIB réel est égal au PIB potentiel lorsque la main d œuvre, le capital, la terre et l esprit d entreprise d une économie sont pleinement utilisés

3 5-13 Croissance économique au Pendant les années 60, le PIB réel a connu une croissance annuelle de 5,5 %. Il y a eu ralentissement de la croissance pendant les années 70 et 80 : ralentissement de la productivité Taux de croissance plus élevé pendant les années 90. Il y a de l incertitude pour expliquer le ralentissement de la productivité. Croissance économique au Dans un cycle économique, le PIB réel fluctue autour du PIB potentiel. Un cycle économique est constitué de fluctuations à la hausse et à la baisse de l activité économique. Ces changements sont périodiques et irréguliers. Chaque cycle économique se caractérise par deux phases : 1) La récession; et 2) L expansion Et deux points de revirement : 1) Le sommet; et 2) Le creux 5-14 Le plus récent cycle économique au Croissance économique au Une récession est une période marquée par la chute du PIB réel au cours de deux trimestres consécutifs. La récession la plus récente à commencé au premier trimestre 1990 et s est terminé au cours du premier trimestre Une expansion est une période marquée par un accroissement du PIB réel. La plus récente expansion a commencé au premier trimestre Croissance économique au Lorsqu une expansion prend fin et une récession commence sommet du cycle économique. La croissance à long terme au Le sommet le plus récent était au troisième trimestre Lorsqu une récession prend fin et une expansion commence creux. Le creux le plus récent était au premier trimestre

4 5-19 La croissance économique dans le monde Une croissance économique rapide peut s expliquer par un poussée démographique rapide. Pour comparer les taux de croissance dans le temps et entre pays, on utilise le taux de croissance du PIB réel par habitant (PIB per capita). PIB réel par habitant est le PIB réel divisé par la population. La croissance économique dans le monde Si on compare le PIB réel par habitant entre 1962 et 1998 pour le, les États Unis, le Japon et l Allemagne, on observe : Des cycles économiques semblables avant Des cycles économiques différents après Un ralentissement semblable de la croissance économique pendant les années 70. Des différences dans le taux de croissance du PIB potentiel Croissance économique Quelques taux de croissance dans le monde Les avantages et les coûts de la croissance économique La croissance économique a comme principal avantage d accroître le potentiel de consommation, notamment dans le domaine de la santé, l éducation, les arts, la voirie Les désavantages d un ralentissement peuvent être significatifs : si la croissance des années 60 s était maintenue nous aurions chacun $/année de plus. Les avantages et les coûts de la croissance économique Le principal coût (et inévitable) de la croissance économique est la réduction de la production courante des biens de consommation. Autres coûts possibles : Accélération de l épuisement des ressources naturelles. Dégradation de l environnement (accroissement de la pollution de l air, des rivières et des océans. Ces coûts sont inévitables. Un quatrième coût possible est l accélération de la création d emplois mais aussi leur disparition

5 5-25 Objectif : Expliquez les tendances et les fluctuations de l emploi et du chômage L économie canadienne est créatrice d emplois : 14.3 millions d emploi au en 1998: 1.5 millions d emploi de plus qu en 1988, et 3.4 millions de plus qu en Chaque année, en moyenne, 200,000 nouveaux emplois sont créés L emploi et le chômage Toutefois, ce n est pas parce qu on cherche du travail qu on en trouve. Chaque jour dans une année normale plus d un million de gens sont en chômage. Chômage: situation par laquelle une personne n a pas d emploi mais est disponible à travailler, apte à travailler et a mis un effort pour chercher du travail durant les quatre dernières semaines L emploi et le chômage La population active est la somme de personnes qui sont employées et des personnes qui sont en chômage. Le taux de chômage est le pourcentage de chômeurs par rapport à la population active. Le taux de chômage n est pas une mesure exacte de la sous-utilisation de la main d œuvre, pour deux raisons : les travailleurs découragés (ne cherchent plus du travail) ou les travailleurs sous employés (travailleurs à temps partiels qui cherchent un travail à temps plein.) Chômage au On note quatre points importants dans l histoire du chômage au : 1) Durant la grande dépression des années 30, le taux de chômage des plus élevé à 19,3 %. 2)Le plus bas taux de chômage de l histoire fut enregistré pendant la deuxième guerre mondiale à 1,2 %. 3) Un taux de chômage élevé durant les récessions, 12 % en 1982 et 11 % en ) Depuis la fin de la deuxième guerre mondiale, on a pu observer une tendance à la hausse du taux de chômage Le chômage au Le chômage dans les pays industrialisés

6 5-31 Les conséquences du chômage Les deux principales raisons pour expliquer les conséquences du chômage sont : 1. Réduction de la production et des revenus La présence du chômage veut dire que la production est plus faible. La perte d emplois réduit le niveau de vie pour ceux qui sont sans emploi. 2. Perte de capital humain Des périodes de chômage prolongées peuvent compromettre les perspectives d emploi d une personne. Objectif : Décrire les tendances et les fluctuations de l inflation. Inflation: mouvement à la hausse du niveau des prix. Le taux d inflation est mesuré en prenant le pourcentage de changement du niveau moyen des prix ou plus simplement le niveau des prix. L Indice des prix à la consommation (IPC) est la mesure la plus connue du niveau des prix Inflation En décembre 1997, IPC = 107,7 En décembre 1996, IPC = 106,9 107,7 106,9 Inflation= ,9 = 0,75% Le taux d inflation augmente et tombe avec les années. Si le taux d inflation est négatif, et le niveau des prix tombe, nous avons de la déflation. Inflation au Inflation dans le monde : et autres pays industrialisés Inflation dans le monde : Pays industrialisés et en voie de développement

7 5-37 L inflation est-elle un problème? Si elle était un phénomène prévisible, l inflation ne serait pas un problème. Vu le caractère aléatoire de l inflation, on pourrait comparer l économie à un casino : il y a des gagnants et des perdants et il est impossible de prédire qui gagnera et qui perdra. L inflation est-elle un problème? Au cours d une période d inflation rapide et imprévue, on détourne des ressources normalement destinées à des activités productives et on les consacre à la prévision du taux d inflation. Il est alors plus profitable de gérer son portefeuille que d exercer sa profession. Ceci est un gaspillage de ressources L inflation est-elle un problème? Hyperinflation c est un taux d inflation qui dépasse 50 % par mois. Les travailleurs sont souvent payés deux fois par jour car la monnaie perd rapidement sa valeur. Exemples: En 1994: Zaïre 76 % par mois Brésil 40 % par mois Juguler l inflation est coûteux : le taux de chômage augmente. Objectif : Décrire les tendances et les fluctuations du déficit budgétaire gouvernemental et déficit commercial du. En 1998, le gouvernement fédéral a connu un surplus budgétaire pour la première fois en 30 ans. Il y a déficit budgétaire lorsque le gouvernement dépenses plus que ses recettes Les déficits budgétaires gouvernementaux Le déficit commercial Lorsqu on importe des biens et des services du reste du monde, on effectue des paiements aux étrangers. Un déficit commercial existe si les importations excèdent les exportations. Le compte courant est constitué de la valeur de nos exportations moins celle de nos importations auxquelles on ajoute les paiements d intérêts nets reçus des autres pays et les intérêts versés à ceux-ci

8 5-43 Le déficit commercial du Les incidences d un déficit Comme nous, si un gouvernement dépense plus qu il ne gagne, il enregistre un déficit et il est alors forcé d emprunter pour combler celui-ci. Chaque nouvel emprunt fait augmenter la dette et ajoute aux intérêts à payer sur celui-ci. Pour déterminer s il vaut la peine d emprunter et de payer de gros intérêts, il faut tenir compte de l utilisation à laquelle est destinée celle-ci : consommation investissement 5-44 Objectif : Déterminer les enjeux des politiques macroéconomiques et énumérer les outils disponibles pour les mettre en œuvre De 1776 (publication de La richesse des nations par Adam Smith) jusqu à 1936 (Keynes), on croyait que l économie était dotée d un mécanisme autorégulateur. La thèse de Keynes était que le gouvernement peut intervenir dans l économie pour restaurer et maintenir le plein emploi. Les défis de la politique économique Les défis de la politique économique sont les suivants : 1) Diminuer le chômage 2) Stimuler la croissance économique 3) Stabiliser les cycles économiques 4) Juguler l inflation 5) Réduire le déficit budgétaire gouvernemental et le déficit commercial Les outils de la politique économique Les politiques macroéconomiques se divisent en deux grande catégories : Politique budgétaire Politique monétaire La politique budgétaire consiste à manipuler les impôts et les dépenses gouvernementales pour influer sur l économie. La politique fiscale relève du gouvernement fédéral et des gouvernements provinciaux Les outils de la politique économique La politique monétaire permet de modifier les taux d intérêt et la masse monétaire disponible. Elle relève de la Banque du. La principale raison d être de la politique monétaire est de contrôler l inflation. Elle peut être utilisée aussi pour atténuer les fluctuations des cycles économiques

9 5-49 FIN

Questions-réponses à propos de l impôt sur la fortune

Questions-réponses à propos de l impôt sur la fortune Questions-réponses à propos de l impôt sur la fortune Pourquoi un impôt sur la fortune? Pour Elio Di Rupo, Président du PS, c est d abord une simple question de justice : «Quelqu un qui se lève tôt tous

Plus en détail

Forum de Paris 1 Février 2012

Forum de Paris 1 Février 2012 Forum de Paris 1 Février 2012 Bouleversements politiques défis économiques Intervention M. Adil Douiri Mesdames, Messieurs, Je suis ravi d être parmi vous et de contribuer à la réflexion en cette période

Plus en détail

PLACEMENTS MONDIAUX SUN LIFE (CANADA) INC.

PLACEMENTS MONDIAUX SUN LIFE (CANADA) INC. PLACEMENTS MONDIAUX SUN LIFE (CANADA) INC. RAPPORT ANNUEL DE LA DIRECTION SUR LE RENDEMENT DU FONDS pour l exercice clos le 31 décembre Catégorie du marché monétaire Sun Life Le présent rapport annuel

Plus en détail

PLACEMENTS MONDIAUX SUN LIFE (CANADA) INC.

PLACEMENTS MONDIAUX SUN LIFE (CANADA) INC. PLACEMENTS MONDIAUX SUN LIFE (CANADA) INC. RAPPORT SEMESTRIEL DE LA DIRECTION SUR LE RENDEMENT DU FONDS pour la période close le 30 juin 2015 Catégorie du marché monétaire Sun Life Le présent rapport

Plus en détail

7. Marché monétaire Partie 2! Mankiw, chapitre 27 et chapitre 28 (sauf du bas de la page 760 au bas de la page 764)

7. Marché monétaire Partie 2! Mankiw, chapitre 27 et chapitre 28 (sauf du bas de la page 760 au bas de la page 764) 7.5. Banque centrale européenne (BCE) issions de la BCE : 7. arché monétaire Partie 2! ankiw, chapitre 27 et chapitre 28 (sauf du bas de la page 760 au bas de la page 764) Réalisation : Natacha Gilson

Plus en détail

Marchés à la production vrac 2015-16

Marchés à la production vrac 2015-16 Juin Marchés à la production vrac - Volumes cumulés depuis le / début de la campagne* en hl Rouges Rosés Blancs Total Vins de Vins de de cépages Total IGP IGP de cépages 9 7 (- %) 877 (+ %) 998 (+9 %)

Plus en détail

PROPOSITIONS SUR LE CHOMAGE

PROPOSITIONS SUR LE CHOMAGE PROPOSITIONS SUR LE CHOMAGE ORIENTATIONS DE BASE Le travail reste aujourd hui le meilleur, voire le seul moyen de reconnaissance sociale. Il offre dans un certain nombre de cas des possibilités d action

Plus en détail

e point en recherche ÉVALUATION DES MESURES FISCALES APPLICABLES À L HABITATION Introduction Mesures fiscales applicables à l habitation

e point en recherche ÉVALUATION DES MESURES FISCALES APPLICABLES À L HABITATION Introduction Mesures fiscales applicables à l habitation L e point en recherche Juin 2002 Série socio-économique Numéro 106 ÉVALUATION DES MESURES FISCALES APPLICABLES À L HABITATION Introduction Le présent projet de recherche porte sur l'analyse et l'évaluation

Plus en détail

N 702. Votre Revue de Presse Du 20/ 06 /2016. press@conect.org.tn tel : +216 31 330 330 Fax: +216 71 231 059

N 702. Votre Revue de Presse Du 20/ 06 /2016. press@conect.org.tn tel : +216 31 330 330 Fax: +216 71 231 059 N 702 By Votre Revue de Presse Du 20/ 06 /2016 CONECT 2016 press@conect.org.tn tel : +216 31 330 330 Fax: +216 71 231 059 1 2 3 4 La CONECT va apporter son assistance technique à l'initiative économique

Plus en détail

CONSEILS PATRIMOINE PRIVÉ MACKENZIE

CONSEILS PATRIMOINE PRIVÉ MACKENZIE CONSEILS PATRIMOINE PRIVÉ MACKENZIE SERVICE D ARCHITECTURE DE PORTEFEUILLES PHILOSOPHIE DE PLACEMENT Conseils Patrimoine privé Mackenzie Service d architecture de portefeuilles Philosophie de placement

Plus en détail

COMMENTAIRES AU 31 MARS 2016

COMMENTAIRES AU 31 MARS 2016 Performance des indices de référence des marchés ($ CA) 1 18,1% FTSE TMX Canada Univers 13% 12, FTSE TMX Canada Long Terme 3% 4,5% 4,5% 2, 2, 1, 1, 5, 8,3% 2,1% 8,3% S&P/TSX Plafonné S&P 500 ($ CA) - -1,

Plus en détail

L assurance chômage en Europe

L assurance chômage en Europe L assurance chômage en Europe Unédic - 18 octobre 2012 AJIS Principes fondateurs de la protection sociale Deux logiques Les systèmes de protection sociale appartiennent à deux grandes familles - ceux qui

Plus en détail

Paiement des conseils L importance des options proposées août 2014

Paiement des conseils L importance des options proposées août 2014 Paiement des conseils L importance des options proposées août 2014 15 août 2014 PAIEMENT DES CONSEILS L IMPORTANCE DES OPTIONS PROPOSÉES I. Introduction Les Canadiens ont accès à des marchés de produits

Plus en détail

FLASH ÉCONOMIE. Ce qui a structuré les marchés financiers depuis 35 ans va disparaître RECHERCHE ÉCONOMIQUE

FLASH ÉCONOMIE. Ce qui a structuré les marchés financiers depuis 35 ans va disparaître RECHERCHE ÉCONOMIQUE ÉCONOMIE RECHERCHE ÉCONOMIQUE 3 juin 1 N 7 Ce qui a structuré les marchés financiers depuis 35 ans va disparaître Les marchés financiers ont été structurés depuis plus de 35 ans par deux évolutions (nous

Plus en détail

Résultats annuels 2010-2011. Résultats annuels 2010-2011 15 juin 2011

Résultats annuels 2010-2011. Résultats annuels 2010-2011 15 juin 2011 15 juin 2011 Sommaire Présentation générale et faits marquants Résultats annuels consolidés Perspectives Annexes 2 Acteur clé de la distribution de produits et services télécom Présent dans 12 pays européens

Plus en détail

Bioéthanol : Atouts et enjeux

Bioéthanol : Atouts et enjeux Bioéthanol : Atouts et enjeux L environnement, véritable défi du Bioéthanol Indépendance énergétique Perspectives économiques L environnement, véritable défi du Bioéthanol Depuis 2 siècles, nos sociétés

Plus en détail

II. Les marchés financiers mondiaux sous l influence de la politique monétaire

II. Les marchés financiers mondiaux sous l influence de la politique monétaire II. Les marchés financiers mondiaux sous l influence de la politique monétaire L année écoulée s est caractérisée par la sensibilité extrême des marchés financiers à la politique monétaire. De façon encore

Plus en détail

Groupe de travail sur les Objectifs de Développement Durable Spécifiques au Sénégal (MEDD) - points essentiels débattus

Groupe de travail sur les Objectifs de Développement Durable Spécifiques au Sénégal (MEDD) - points essentiels débattus Groupe de travail sur les Objectifs de Développement Durable Spécifiques au Sénégal (MEDD) - points essentiels débattus Le Sénégal s est inscrit, dès l origine, dans la dynamique du développement durable.

Plus en détail

PARLEMENT WALLON SESSION 2004-2005 5 JUILLET 2005 PROPOSITION DE DÉCRET

PARLEMENT WALLON SESSION 2004-2005 5 JUILLET 2005 PROPOSITION DE DÉCRET 188 (2004-2005) N 1 188 (2004-2005) N 1 PARLEMENT WALLON SESSION 2004-2005 5 JUILLET 2005 PROPOSITION DE DÉCRET modifiant le Code des taxes assimilées aux impôts sur les revenus en vue de favoriser l utilisation

Plus en détail

rechercher un rendement correspondant aux taux du marché monétaire;

rechercher un rendement correspondant aux taux du marché monétaire; Directive Directive pour les fonds du marché monétaire 6 juin 2012 (État au 4 mai 2016) I Principes, objectifs et caractère obligatoire La directive fait partie de l autoréglementation de l industrie suisse

Plus en détail

Grenelle de l Environnement

Grenelle de l Environnement 1 Grenelle de l Environnement Convention sur la mise en œuvre du programme d amélioration de la performance énergétique de 800 000 logements sociaux Entre L Etat, représenté par Jean-Louis Borloo, ministre

Plus en détail

UNE ENTREPRISE D ENTREPRENEURS. Qui sommes-nous?

UNE ENTREPRISE D ENTREPRENEURS. Qui sommes-nous? UNE ENTREPRISE D ENTREPRENEURS Qui sommes-nous? ARCOOP est une coopérative d'activités et d'emploi (CAE) généraliste, qui regroupe 70 entrepreneurs de différents horizons et différents métiers (bâtiment,

Plus en détail

Connaître son poids naturel et l accepter

Connaître son poids naturel et l accepter Connaître son poids naturel et l accepter Elodie Liénard, Psychologies.com Mieux vivre sa vie Et si notre poids était aussi génétiquement déterminé que l est notre taille? Et si notre organisme régulait

Plus en détail

LA NUTRITION et les Objectifs de Développement Durable de l après-2015

LA NUTRITION et les Objectifs de Développement Durable de l après-2015 La NUTRITION et les Objectifs de Développement Durable de l après-2015 Note d orientation LA NUTRITION et les Objectifs de Développement Durable de l après-2015 Une attention spéciale doit être portée

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE COMMUNIQUE DE PRESSE Information réglementée 17 février 2012 :7h45 Résultats consolidés au 31 décembre 2011 Stabilité des revenus locatifs nets. Les revenus des actifs acquis fin 2010 compensent les revenus

Plus en détail

CARACTERISTIQUES DEMOGRAPHIQUES ET SOCIO-ECONOMIQUES

CARACTERISTIQUES DEMOGRAPHIQUES ET SOCIO-ECONOMIQUES ROYAUME DU MAROC HAUT COMMISSARIAT AU PLAN RECENSEMENT GENERAL DE LA POPULATION ET DE L HABITAT DE 2004 CARACTERISTIQUES DEMOGRAPHIQUES ET SOCIO-ECONOMIQUES REGION DE GHARB-CHRARDA-BENI HSSEN SERIE REGIONALE

Plus en détail

Sciences de l Ingénieur

Sciences de l Ingénieur Sciences de l Ingénieur PROJET PANNEAU SUIVEUR COMMENT CONCEVOIR UN SUPPORT MÉCANIQUE QUI PUISSE MODIFIER EN PERMANENCE L'ANGLE D'INCLINAISON PAR RAPPORT AU SOL, COUPLÉ AVEC UN SYSTÈME ÉLECTRIQUE QUI PERMET

Plus en détail

notre responsabilité sociale & environnementale

notre responsabilité sociale & environnementale notre responsabilité sociale & environnementale 2015 Une conscience et une responsabilité sociétale La RSE est désormais au cœur de nombreuses communications. La RSE n est plus un simple phénomène de mode

Plus en détail

Fonds du marché monétaire Beutel Goodman

Fonds du marché monétaire Beutel Goodman Rapport intermédiaire de la direction sur le rendement du Fonds Au 30 juin 2015 Fonds du marché monétaire Beutel Goodman Le présent rapport intermédiaire de la direction sur le rendement du Fonds renferme

Plus en détail

Production de soja et Critères de Bâle: les faits

Production de soja et Critères de Bâle: les faits Production de soja et Critères de Bâle: les faits Utilisation du soja Environ 85% de la production mondiale de soja est destinée au fourrage. Le soja apporte non seulement protéines et lipides essentiels

Plus en détail

FEDRE Forum européen

FEDRE Forum européen FEDRE Forum européen Changements climatiques: Energie et Mobilité Genève, 23-27 janvier 2006 1. Introduction Développement des biocarburants en Europe: situation actuelle et perspectives Dr E. Gnansounou

Plus en détail

«Panorama sur les recherches en distribution dans différents pays, Europe, EU, Chine» Point sur les recherches sur la distribution en Chine

«Panorama sur les recherches en distribution dans différents pays, Europe, EU, Chine» Point sur les recherches sur la distribution en Chine «Panorama sur les recherches en distribution dans différents pays, Europe, EU, Chine» Point sur les recherches sur la distribution en Chine Pr. Wang Gao, Professeur de Marketing, Université Qing Hua Bonjour,

Plus en détail

Organisation de Coopération et de Développement Économiques Organisation for Economic Co-operation and Development

Organisation de Coopération et de Développement Économiques Organisation for Economic Co-operation and Development A usage officiel C(2015)65/REV1 Organisation de Coopération et de Développement Économiques Organisation for Economic Co-operation and Development 21-May-2015 Français - Or. Anglais CONSEIL C(2015)65/REV1

Plus en détail

PORTRAIT Olivier Couteau Diagamter Angers Diagamter Le Mans

PORTRAIT Olivier Couteau Diagamter Angers Diagamter Le Mans PORTRAIT Olivier Couteau Diagamter Angers Diagamter Le Mans «J ai toujours cherché à intéresser mon équipe à l évolution de l entreprise» Videur de boîte de nuit, avant d intégrer la police, Olivier Couteau,

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi Citation : M. S. M. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2014 TSSDGAE 6 Appel n o : GE-13-1616 ENTRE : M. S. M. Appelante et Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée DÉCISION DU TRIBUNAL

Plus en détail

BMO Catégorie Portefeuille FNB actions de croissance (le «Fonds»)

BMO Catégorie Portefeuille FNB actions de croissance (le «Fonds») (le «Fonds») Période de 12 mois close le 30 septembre 2014 (la «période») Gestionnaire : BMO Investissements Inc. (le «gestionnaire» ou «BMOII») Gestionnaire de portefeuille : BMO Gestion d actifs inc.,

Plus en détail

Catégorie marché moné taire Aston Hill

Catégorie marché moné taire Aston Hill 2 0 1 2 R A P P O R T I N T E R M É D I A I R E D E L A D I R E C T I O N S U R L E R E N D E M E N T D U F O N D S Catégorie marché moné taire Aston Hill Rapport de la direction sur le rendement du Fonds

Plus en détail

Plus des deux-tiers des nouvelles entreprises. existent toujours trois ans après leur création

Plus des deux-tiers des nouvelles entreprises. existent toujours trois ans après leur création entreprises Plus des deux-tiers des nouvelles entreprises existent toujours trois ans après leur création Maryse Aguer Le Limousin se place au deuxième rang des régions françaises pour le taux de survie

Plus en détail

Authentification mobile Instauration d un commerce sécurisé sans contrainte

Authentification mobile Instauration d un commerce sécurisé sans contrainte Authentification mobile Instauration d un commerce sécurisé sans contrainte Le commerce mobile est en plein essor 58 % Plus de 1,7 milliards de clients disposeront d un smartphone d ici 2018 1 des opérations

Plus en détail

Fiches thématiques. Mondialisation, compétitivité et innovation

Fiches thématiques. Mondialisation, compétitivité et innovation Fiches thématiques Mondialisation, compétitivité et innovation Avertissement Les résultats et analyses présentés dans la vue d ensemble, dans les fiches sectorielles et dans la plupart des fiches thématiques

Plus en détail

BILAN DU G20 DE TORONTO (26 ET 27 JUIN 2010)

BILAN DU G20 DE TORONTO (26 ET 27 JUIN 2010) 2 juillet 2010 BILAN DU G20 DE TORONTO (26 ET 27 JUIN 2010) Les membres du G20 se sont réunis les 26 et 27 juin 2010 à Toronto, au Canada, afin de poursuivre la grande réforme du système bancaire international,

Plus en détail

International Pharmaceutical Federation Fédération internationale pharmaceutique

International Pharmaceutical Federation Fédération internationale pharmaceutique International Pharmaceutical Federation Fédération internationale pharmaceutique PO Box 84200, 2508 AE La Haye, Pays-Bas DECLARATION DE LA FIP SUR LA POLITIQUE AMELIORER L ACCES AUX MEDICAMENTS DANS LES

Plus en détail

LibERté Et. pour une REtRaitE. Galya Retraite Entreprise/Madelin. Assuré d avancer

LibERté Et. pour une REtRaitE. Galya Retraite Entreprise/Madelin. Assuré d avancer LibERté Et performance pour une REtRaitE sur-mesure Galya Retraite Entreprise/Madelin Assuré d avancer Galya Retraite, c est : une offre commune pour le dirigeant et ses salariés ; un supplément de retraite

Plus en détail

INSTITUT NATIONAL DES FINANCES

INSTITUT NATIONAL DES FINANCES INSTITUT NATIONAL DES FINANCES Cycle de formation pour les cadres vérificateurs de la Direction Générale des Impôts Fayçal DERBEL Expert comptable Enseignant à l ISG Décembre 2011 / Janvier 2012 INTRODUCTION

Plus en détail

STATUTS. AIDUCE : Association Indépendante Des Utilisateurs de Cigarette Électronique

STATUTS. AIDUCE : Association Indépendante Des Utilisateurs de Cigarette Électronique STATUTS Article 1 - Dénomination Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une association régie par la loi du 1er juillet 1901, ayant pour dénomination : AIDUCE : Association Indépendante

Plus en détail

Vers un éco-système Open Source

Vers un éco-système Open Source Vers un éco-système Open Source GéoEvénement 2007 www.camptocamp.com www.waynasoft.com Introduction à l'économie logicielle libre Une industrie logicielle en pleine mutation depuis 2000 Une industrie logicielle

Plus en détail

Rapport intermédiaire de la direction sur le rendement du fonds

Rapport intermédiaire de la direction sur le rendement du fonds Fonds du marché monétaire Renaissance Rapport intermédiaire de la direction sur le rendement du fonds pour la période close le 29 février 2016 Tous les chiffres sont en dollars canadiens, sauf indication

Plus en détail

Maîtrisez votre risque crédit en toute autonomie!

Maîtrisez votre risque crédit en toute autonomie! Trade Credit Re Maîtrisez votre risque crédit en toute autonomie! www.tcre.com 1 TCRe élimine le risque de défaut de paiement en offrant aux assurés une liberté sans égal dans leur gestion du crédit client

Plus en détail

MISSION ASSISTANCE TECHNIQUE MISE A JOUR DU PLAN D AFFAIRE 2014-2018 COOPEC SIFA

MISSION ASSISTANCE TECHNIQUE MISE A JOUR DU PLAN D AFFAIRE 2014-2018 COOPEC SIFA SELECTION DE CONSULTANT DOSSIER DE DEMANDE DE PROPOSITIONS MISSION ASSISTANCE TECHNIQUE MISE A JOUR DU PLAN D AFFAIRE 2014-2018 COOPEC SIFA TOGO JANVIER 2015 Avec l appui financier de DDP N : SIF/01/2015/TOG/FA

Plus en détail

L entreprise et la production

L entreprise et la production Université Paris Est Créteil IUT DE CRETEIL VITRY Département de GEii 2 ème année du DUT de Génie Électrique et Informatique Industrielle Réalités humaines, économiques et sociales de l'entreprise 2 è

Plus en détail

Rapport trimestriel sur le marché

Rapport trimestriel sur le marché Rapport trimestriel sur le marché FRANCE Q1 2009 Faits saillants au sujet du marché nombre de voyages à l étranger au trimestre précédent : - variation (en %) par rapport au même trimestre l an passé :

Plus en détail

BIOCARBURANTS BIOCARBURANTS

BIOCARBURANTS BIOCARBURANTS BIOCARBURANTS BIOCARBURANTS Réponse des agriculteurs européens et de leurs coopératives aux préoccupations des citoyens Les biocarburants se divisent en deux catégories principales: le bioéthanol et le

Plus en détail

Développement. Objectifs

Développement. Objectifs Royaume du Maroc Objectifs du Millénaire pour le Développement et Objectifs de Développement Durable Les acquis et les défis Rapport National 2015 Royaume du Maroc Haut-Commissariat au PLan Objectifs du

Plus en détail

LES DOCUMENTS DE TRAVAIL DU SÉNAT

LES DOCUMENTS DE TRAVAIL DU SÉNAT LES DOCUMENTS DE TRAVAIL DU SÉNAT Série LÉGISLATION COMPARÉE LES PENSIONS DE RÉVERSION n LC 167 Décembre 2006 - 3 - LES PENSIONS DE RÉVERSION Sommaire Pages NOTE DE SYNTHÈSE... 5 DISPOSITIONS NATIONALES

Plus en détail

EST-CE GRAVE DOCTEUR? Comment mesurer, suivre et évaluer une situation nutritionnelle?

EST-CE GRAVE DOCTEUR? Comment mesurer, suivre et évaluer une situation nutritionnelle? EST-CE GRAVE DOCTEUR? Comment mesurer, suivre et évaluer une situation nutritionnelle? Quels indicateurs nous permettent-ils de juger de l état nutritionnel des individus? Les enfants indicateurs de la

Plus en détail

Principes pour contracter et accorder des crédits hypothécaires et à la consommation de manière responsable

Principes pour contracter et accorder des crédits hypothécaires et à la consommation de manière responsable Principes pour contracter et accorder des crédits hypothécaires et à la consommation de manière responsable 1 2 Le crédit permet à l emprunteur d acquérir des biens et services ou de réaliser des investissements,

Plus en détail

L AUTO-ENTREPRENEUR Par Jean FISCEL, avocat au Barreau de Cherbourg Le 11 mars 2011 INTRODUCTION

L AUTO-ENTREPRENEUR Par Jean FISCEL, avocat au Barreau de Cherbourg Le 11 mars 2011 INTRODUCTION 1 L AUTO-ENTREPRENEUR Par Jean FISCEL, avocat au Barreau de Cherbourg Le 11 mars 2011 INTRODUCTION Le statut de l auto-entrepreneur résulte de la loi de modernisation de l économie n 2008-776 du 4 août

Plus en détail

Offre excédentaire ou pénurie de médecins : les faits

Offre excédentaire ou pénurie de médecins : les faits Offre excédentaire ou pénurie de médecins : les faits Anne Delespaul Les étudiants en médecine francophones mènent depuis des semaines des actions contre le numerus clausus. Par ce système, environ la

Plus en détail

Désireux d'approfondir la coopération économique entre leurs deux Etats; Article 1

Désireux d'approfondir la coopération économique entre leurs deux Etats; Article 1 Accord relatif à l'encouragement et la protection des investissements entre le Royaume des Pays-Bas et la République du Sénégal Le Gouvernement du Royaume des Pays-Bas et le Gouvernement de la République

Plus en détail

Pièce n 4876 Septembre 2015 RAPPORT DU DIRECTEUR. Fonctionnement administratif et financier

Pièce n 4876 Septembre 2015 RAPPORT DU DIRECTEUR. Fonctionnement administratif et financier Pièce n 4876 Septembre 2015 RAPPORT DU DIRECTEUR Fonctionnement administratif et financier 2014 2 Rapport du directeur sur le fonctionnement administratif et financier (prévu à l'alinéa 2 de l'article

Plus en détail

6.02 Etat au 1 er janvier 2010

6.02 Etat au 1 er janvier 2010 6.02 Etat au 1 er janvier 2010 Allocation de maternité Femmes ayant droit à l allocation 1 A droit à cette allocation toute femme dont le statut professionnel, à la naissance de l enfant, correspond à

Plus en détail

Les dispositifs d épargne retraite supplémentaire

Les dispositifs d épargne retraite supplémentaire 19 Les dispositifs d épargne retraite supplémentaire La retraite supplémentaire, encore appelée retraite surcomplémentaire, désigne les régimes de retraite facultatifs par capitalisation (non légalement

Plus en détail

SHARE. Compartiment SHARE ENERGY

SHARE. Compartiment SHARE ENERGY SHARE Société d'investissement à Capital Variable (SICAV de droit luxembourgeois) avec des compartiments d actifs à recherche de plus-values, répartis par zones géographiques ou secteurs économiques Compartiment

Plus en détail

INTRODUCTION. Mise en contexte

INTRODUCTION. Mise en contexte Étude des distributions de racines fines d arbres et de fourrage en fonction de la profondeur et de la distance aux arbres dans un système agroforestier de cultures intercalaires Léa BOUTTIER, étudiante

Plus en détail

Nos chiffres. Groupe CGI inc. Rapport trimestriel 2 Pour le deuxième trimestre terminé le 31 mars 2008. www.cgi.com

Nos chiffres. Groupe CGI inc. Rapport trimestriel 2 Pour le deuxième trimestre terminé le 31 mars 2008. www.cgi.com Nos chiffres Groupe CGI inc. Rapport trimestriel 2 À propos de CGI Fondé en 1976, le Groupe CGI inc. («CGI») figure parmi les plus importantes entreprises indépendantes de services en technologies de l'information

Plus en détail

investir quand même Les conseils de placements de nos experts pour 2008, dans un contexte économique plutôt sombre.

investir quand même Les conseils de placements de nos experts pour 2008, dans un contexte économique plutôt sombre. 241_Cover 23/11/07 9:26 Page 57 Les conseils de placements de nos experts pour 2008, dans un contexte économique plutôt sombre. Où investir quand même Olivier Davanne et Thierry Pujol sont associés de

Plus en détail

Rapport annuel de la direction sur le rendement du fonds

Rapport annuel de la direction sur le rendement du fonds Rapport annuel de la direction sur le rendement du fonds Portefeuille canadien d obligations d entreprise BMO Harris Période close le 31 décembre 2013 Le présent rapport annuel de la direction sur le rendement

Plus en détail

DES OBJECTIFS DU MILLÉNAIRE AUX OBJECTIFS DE DÉVELOPPEMENT DURABLE ENJEU ÉLECTORAL AU CANADA?

DES OBJECTIFS DU MILLÉNAIRE AUX OBJECTIFS DE DÉVELOPPEMENT DURABLE ENJEU ÉLECTORAL AU CANADA? DES OBJECTIFS DU MILLÉNAIRE AUX OBJECTIFS DE DÉVELOPPEMENT DURABLE ENJEU ÉLECTORAL AU CANADA? Du 25 au 27 septembre se tiendra à New York l'assemblée générale des Nations Unies durant laquelle les chefs

Plus en détail

Le marché des bureaux NIMES. Bilan 1 er semestre 2009 Septembre 2009 Prochaine parution : Février 2010

Le marché des bureaux NIMES. Bilan 1 er semestre 2009 Septembre 2009 Prochaine parution : Février 2010 Le marché des bureaux NIMES Bilan 1 er semestre 29 Septembre 29 Prochaine parution : Février 21 Dynamique régionale Scenarii économiques fortement dégradés, crise financière avérée et globalisée, le 1er

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE

CONDITIONS GENERALES DE VENTE CONDITIONS GENERALES DE VENTE Les présentes conditions générales de vente s appliquent, sans restriction ni réserve à l ensemble des ventes conclues par la SARL DOVRE FRANCE auprès d acheteurs professionnels

Plus en détail

Les Ressources Humaines

Les Ressources Humaines Les secteurs quirecrutent Les dossiers du SUIO Sommaire : Les secteurs qui recrutent Les lieux de travail Le principal débouché : - métiers du recrutement et gestion du personnel - métiers de la formation

Plus en détail

LICENCE PROFESSIONNELLE Sciences, Technologies, Santé. Gestion de la production industrielle REGLEMENT DU CONTRÔLE DES CONNAISSANCES

LICENCE PROFESSIONNELLE Sciences, Technologies, Santé. Gestion de la production industrielle REGLEMENT DU CONTRÔLE DES CONNAISSANCES LICENCE PROFESSIONNELLE Sciences, Technologies, Santé Gestion de la production industrielle Spécialité : Optimisation des Préparations Industrielles Arrêté d habilitation : 20080263 REGLEMENT DU CONTRÔLE

Plus en détail

MEMENTO ELECTIONS PROFESSIONNELLES

MEMENTO ELECTIONS PROFESSIONNELLES A l attention des : Délégués Régionaux Secrétaires de Syndicats Délégués syndicaux MEMENTO ELECTIONS PROFESSIONNELLES L élection des représentants du personnel au Comité d Entreprise permet : D obtenir

Plus en détail

La courbe des taux. Economie Monétaire et Financière L2 Economie, Université Paris 1 Jézabel Couppey- Soubeyran

La courbe des taux. Economie Monétaire et Financière L2 Economie, Université Paris 1 Jézabel Couppey- Soubeyran La courbe des taux Economie Monétaire et Financière L2 Economie, Université Paris 1 Jézabel Couppey- Soubeyran IntroducEon Il n a pas «un» taux d intérêt mais «des» taux d intérêt!* La hiérarchie des taux

Plus en détail

Diagnostic de performance énergétique logement (6.1)

Diagnostic de performance énergétique logement (6.1) DIAGSOLOGIS 81 route du Rhin Napoléon 67000 Strasbourg Tél. : 03 88 43 37 59 / 06 15 54 38 29 - Fax : 03 88 39 67 80 RCS : 513247189 Compagnie d assurance : HISCOX n HARCP 0083339 Diagnostic de performance

Plus en détail

Analyse du Comité CSI sur le nouveau droit comptable. Actualisée le 26.11.2014

Analyse du Comité CSI sur le nouveau droit comptable. Actualisée le 26.11.2014 Comité / Vorstand Union des autorités fiscales suisses Vereinigung der schweiz. Steuerbehörden Associazione delle autorità fiscali svizzere Analyse du Comité CSI sur le nouveau droit comptable Décision

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS COUR ADMINISTRATIVE D APPEL DE LYON N 10LY00899 Inédit au recueil Lebon 5ème chambre - formation à 3 M. DUCHON-DORIS, président Mme Laurence BESSON-LEDEY, rapporteur M. MONNIER, rapporteur public CABINET

Plus en détail

Merlin. Soja. Sommaire. Enfin une génétique adaptée aux zones nord!

Merlin. Soja. Sommaire. Enfin une génétique adaptée aux zones nord! 2016 Soja Dossier Soja Merlin Sommaire Enfin une génétique adaptée aux zones nord! 1. Présentation de la culture 2. Les débouchés du soja 3. Les atouts du soja 4. Itinéraire technique et choix variétal

Plus en détail

Guide Opérationnel. Construction de bâtiment en matériaux locaux pour le stockage de produits agricoles

Guide Opérationnel. Construction de bâtiment en matériaux locaux pour le stockage de produits agricoles Construction de bâtiment en matériaux locaux pour le stockage de produits agricoles Guide Opérationnel Elaboré par : Ialy ANDRIAMPARANONY Adelin LESOA VELO -Octobre 2011- Construction de bâtiment de stockage

Plus en détail

SOMMAIRE A- LE SECTEUR DU BOIS ET D AMEUBLEMENT

SOMMAIRE A- LE SECTEUR DU BOIS ET D AMEUBLEMENT 1 SOMMAIRE A- LE SECTEUR DU BOIS ET D AMEUBLEMENT B- LE SALON I/ PRESENTATION DU SALON II/ LES NOUVEAUTES DE LA 25 ème EDITION DU SALON DU MEUBLE III/ LES SECTEURS D EXPOSITION IV/ LES EXPOSANTS V/ LES

Plus en détail

Prospectus 08/03/2016. Crédal, L argent solidaire

Prospectus 08/03/2016. Crédal, L argent solidaire Prospectus Relatif à l offre continue de Parts de catégorie B et C de la coopérative CREDAL SC (agréée par le Conseil National de la Coopération) pour un montant de 5.000.000 extensible à 10.000.000 08/03/2016

Plus en détail

Avec STEL, le conditionneur SPI industrialise son système d information

Avec STEL, le conditionneur SPI industrialise son système d information Avec STEL, le conditionneur SPI industrialise son système d information SPI réalise les opérations de conditionnement industriel et de différenciation retardée (ou Co-packing) pour le compte d industriels

Plus en détail

Communiqués. Nouveaux produits et études 7

Communiqués. Nouveaux produits et études 7 Catalogue 11-001-XIF (English 11-001-XIE) ISSN 1205-9145 Le mardi 18 mai Diffuséà8h30,heurel Est Communiqués Opérations internationales du Canada en valeurs mobilières, mars 2 Les investissements canadiens

Plus en détail

Loi modifiant la Loi sur l assurance automobile

Loi modifiant la Loi sur l assurance automobile DEUXIÈME SESSION TRENTE-CINQUIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 429 Loi modifiant la Loi sur l assurance automobile Présentation Présenté par M. Jacques Brassard Ministre des Transports Éditeur officiel

Plus en détail

Portrait du travail et de la santé et de la sécurité du travail chez les jeunes de 15 ans au Québec 1

Portrait du travail et de la santé et de la sécurité du travail chez les jeunes de 15 ans au Québec 1 Portrait du travail et de la santé et de la sécurité du travail chez les jeunes de 15 ans au Québec 1 Élise Ledoux, Pascale Prud homme, Karine Tétreault et Hélène Desrosiers 2 L ELDEQ 1998-2015 en bref

Plus en détail

Les marchés financiers et la mise en œuvre de la politique monétaire Apéritif «Marché monétaire»

Les marchés financiers et la mise en œuvre de la politique monétaire Apéritif «Marché monétaire» Exposé Embargo jusqu au 19 novembre 2015, 18 h 30 Les marchés financiers et la mise en œuvre de la politique monétaire Apéritif «Marché monétaire» Dewet Moser Membre suppléant de la Direction générale

Plus en détail

Règlement relatif à des compléments au Règlement sur le régime des études collégiales (RREC)

Règlement relatif à des compléments au Règlement sur le régime des études collégiales (RREC) Règlement n o 4 Règlement relatif à des compléments au Règlement sur le régime des études collégiales (RREC) 94.12.06.09 amendé 99.04.28.09 amendé 02.02.27.08 amendé 07.06.20.10 09.06.17.09 Article 1 Conditions

Plus en détail

Mécanismes d évaluation et de sélection des sources internationales de MEG Activités du «Groupe Inter-Agences»

Mécanismes d évaluation et de sélection des sources internationales de MEG Activités du «Groupe Inter-Agences» Mécanismes d évaluation et de sélection des sources internationales de MEG Activités du «Groupe Inter-Agences» J Daviaud Responsible Assurance Qualité des produits pharmaceutiques SPE/PMU/QADM AEDES -Journées

Plus en détail

Martine BOSC Avocate au Barreau de Grasse

Martine BOSC Avocate au Barreau de Grasse Certificats de spécialisation Droit des Personnes Droit Immobilier Martine BOSC Avocate au Barreau de Grasse Géraldine ASSADOURIAN Avocate au Barreau de Grasse D.E.A de Droit Immobilier assadourian@free.fr

Plus en détail

FLASH ÉCONOMIE. Quelles évolutions de long terme les investisseurs en actions (américaines, européennes) doivent-ils regarder? RECHERCHE ÉCONOMIQUE

FLASH ÉCONOMIE. Quelles évolutions de long terme les investisseurs en actions (américaines, européennes) doivent-ils regarder? RECHERCHE ÉCONOMIQUE ÉCONOMIE RECHERCHE ÉCONOMIQUE juin N Quelles évolutions de long terme les investisseurs en actions (américaines, européennes) doivent-ils regarder? Nous pensons que les investisseurs en actions, s ils

Plus en détail

A. Le rôle de l avocat

A. Le rôle de l avocat Le harcèlement moral vise avant tout à détruire la victime et à lui ôter toute capacité de réaction. Isolée, discréditée, elle n aura souvent plus la capacité d agir. Emprisonnée dans un mécanisme de culpabilisation,

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DE LA SCI

GUIDE PRATIQUE DE LA SCI GUIDE PRATIQUE DE LA SCI Éditions d Organisation Groupe Eyrolles 61, bd Saint-Germain 75240 Paris cedex 05 www.editions-organisation.com www.editions-eyrolles.com Le Code de la propriété intellectuelle

Plus en détail

Rapport annuel. La SADC Pour protéger les épargnes de toute une vie

Rapport annuel. La SADC Pour protéger les épargnes de toute une vie 2013 Rapport annuel La SADC Pour protéger les épargnes de toute une vie Mandat de la SADC La SADC est l un des cinq organismes fédéraux qui composent le filet de sécurité financier du Canada*. Notre rôle,

Plus en détail

Centre International de Recherche et de Développement

Centre International de Recherche et de Développement Centre International de Recherche et de Développement Publication UNGANA 505 CIDR Tous droits de reproduction réservés Conseil technico-commercial aux aviculteurs comme stratégie de promotion vente du

Plus en détail

COSMÉTIQUE ACTIVE VICHY LA ROCHE-POSAY INNÉOV SKINCEUTICALS

COSMÉTIQUE ACTIVE VICHY LA ROCHE-POSAY INNÉOV SKINCEUTICALS VICHY LA ROCHE-POSAY INNÉOV SKINCEUTICALS ENJEUX ET STRATÉGIE BRIGITTE LIBERMAN, DIRECTRICE GÉNÉRALE Le développement de Cosmétique Active s appuie sur trois axes stratégiques majeurs: -l accélération

Plus en détail

Impacts de la nouvelle Réglementation Prudentielle. Décembre 2014

Impacts de la nouvelle Réglementation Prudentielle. Décembre 2014 Impacts de la nouvelle Réglementation Prudentielle Décembre 2014 SOMMAIRE I. Evolution de la Réglementation Prudentielle III. Impacts de la nouvelle réglementation I III II. Règles algériennes VS Règles

Plus en détail

RENOV COPRO. des ménages :

RENOV COPRO. des ménages : RENOV COPRO L énergie, un enjeu majeur pour notre territoire Un tiers des habitants dépensent aujourd hui plus de 10 % de leurs revenus pour leurs factures d énergie. Les prix de l énergie ont augmenté

Plus en détail

Le plan de développement durable de la collectivité montréalaise

Le plan de développement durable de la collectivité montréalaise PLAN D ACTION Le plan de développement durable de la collectivité montréalaise 2010 2015 ENSEMBLE POUR UNE MÉTROPOLE DURABLE Le Plan de développement durable de la collectivité montréalaise 2010-2015 mobilise

Plus en détail

Global Compensation Plan

Global Compensation Plan Des solutions qui transforment des vies Global Compensation Plan INTRODUCTION Bienvenue chez Isagenix! Cette compagnie vous propose une avenue pour accéder à une liberté financière tout en vous offrant

Plus en détail

LE GUIDE DE L INOCULATION BIODOZ INOCULANTS SOJA-LUZERNE

LE GUIDE DE L INOCULATION BIODOZ INOCULANTS SOJA-LUZERNE LE GUIDE DE L INOCULATION BIODOZ INOCULANTS SOJA-LUZERNE 1 Edito Réussir l inoculation de ses parcelles de soja et de luzerne est l étape clé pour optimiser la quantité et la qualité de sa récolte. C est

Plus en détail