Les PME-PMI et la démarche mercatique

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les PME-PMI et la démarche mercatique"

Transcription

1 Introduction Les PME-PMI et la démarche mercatique Plan du chapitre Repères du référentiel 1. La démarche mercatique 2. Les PME-PMI et la démarche mercatique 3. Le consumérisme 4. Les nouveaux enjeux de la mercatique Application approfondie Entreprise Automat SA L application approfondie permet d illustrer les connaissances présentées dans les repères. Les repères du référentiel Produire ne suffit pas, il faut vendre. Or un des premiers obstacles rencontrés par une PME est souvent celui de vendre son «savoir-faire», c est-à-dire ses produits ou ses services. La notion de démarche mercatique doit donc être intégrée par la PME comme une composante incontournable de son développement. La mercatique se trouve aujourd hui face à des enjeux induits par les modifications de l environnement et par des innovations importantes. 1. La démarche mercatique Il est nécessaire de définir le terme de mercatique et de comprendre l évolution dans le temps de ce concept, avant de cerner les différentes composantes d une démarche mercatique. A. Les définitions 1. Le concept de mercatique Le terme de «mercatique» vient de l anglais marketing (commercialisation). Il se différencie du terme «commercial». La mercatique peut se définir comme la recherche permanente au sein de l entreprise d un produit rentable satisfaisant le consommateur. 2. La fonction mercatique La fonction mercatique prévoit ce que l entreprise doit produire. Elle permet d élaborer le plan mercatique et elle s efforce d adapter l offre à la demande des consommateurs. La mercatique a une portée stratégique. 3. La fonction commerciale La fonction commerciale consiste à vendre ce que l entreprise produit en mettant en œuvre le plan mercatique de façon à augmenter les ventes. Elle joue un rôle opérationnel. La mercatique possède donc une acception plus large que le terme commercialisation, puisqu elle englobe les activités commerciales. Cette approche est le fruit d une évolution historique et économique qui a conduit les entreprises à modifier leur comportement de façon radicale, et notamment à ne plus placer la seule fonction production au centre des préoccupations de l entreprise, mais à lui substituer la fonction vente. 7

2 Les Situation repères professionnelle du référentiel B. L évolution de la mercatique Elle se décompose, de façon simplifiée, en trois phases correspondant à trois types de mercatique. Phase 1 : Phase 2 : Phase 3 : mercatique mercatique mercatique de masse segmentée one to one Produit Marché Marché Produit Marché Produit Phase L intérêt de l entreprise est centré sur le produit. C est la mercatique «de l offre». C est à partir du marché et de la clientèle que s opèrent les choix de production. C est la mercatique «de la demande». L entreprise cherche à obtenir un retour d informations sur la façon dont le marché accueille ses produits et fait preuve de réactivité. Démarche L entreprise fabrique d abord et essaie de vendre ensuite. La tâche de la fonction commerciale se borne essentiellement à trouver des vendeurs pour écouler la production et à livrer le produit. L entreprise analyse les besoins du marché puis conçoit un produit répondant aux critères définis à partir de l étude. La phase 2 est suivie d une phase 3 où le produit est testé avant sa mise sur le marché et fait ensuite l objet d ajustements pour s adapter au consommateur. Périodes historiques Économie de pénurie qui correspond historiquement à la période précédant la Seconde Guerre mondiale. Exemple : «Le consommateur est libre de choisir la couleur de sa voiture pourvu qu elle soit noire.» Ford. À partir des années 1960, sont conçus des produits répondant aux attentes des consommateurs. Exemples : ski de piste, ski de fond, surf, monoski, Télémark Aujourd hui, plus que jamais, la mercatique doit s adapter aux évolutions d un environnement mouvant, aux processus complexes de consommation. Dans ce contexte, le concept de «démarche mercatique» prend tout son sens. C. La notion de démarche mercatique Cette tendance se développe aujourd hui en raison de la saturation des marchés, et de la grande volatilité des consommateurs. Exemple : les piscines (les modèles de base sont adaptés aux clients). «Adopter dans l entreprise une démarche mercatique, c est rechercher et analyser en permanence des informations sur son marché pour le conquérir durablement.» La notion de démarche sous-entend trois aspects. 1. Un aspect dynamique et volontaire Cet aspect se traduit par la mise en place d outils de veille concurrentielle et technologique (technique de benchmarking), de surveillance des marchés, d écoute des consommateurs, et par une recherche permanente d innovations et de produits attractifs. 8

3 Les repères du référentiel 2. Un aspect rationnel et scientifique 2. Les PME-PMI et la démarche mercatique Cet aspect est concrétisé par l utilisation de techniques spécifiques : études quantitatives et qualitatives (panels, enquêtes, tests, statistiques ), moyens d actions adaptés (définition du métier et du domaine d activité stratégique, segmentation du marché, positionnement du produit, construction du plan de marchéage ). 3. Un aspect organisationnel Dans les entreprises la fonction mercatique est assurée par une personne ressource identifiée ou par un service spécifique. La mercatique connaît au fil du temps : un élargissement de son contenu : de l étude du marché jusqu au service après-vente ; une extension de son champ d application : limitée à ses débuts aux entreprises de production de biens de consommation, la mercatique investit aujourd hui les biens semi-durables, le secteur des biens intermédiaires (business to business), les services au grand public (banques, assurances, tourisme ), les organismes publics, le secteur associatif (charity business) et même politique (campagnes électorales). Au sein des PME-PMI, bien des obstacles freinent la mise en place d une démarche mercatique. A. Les obstacles Les obstacles proviennent souvent de la formation des entrepreneurs. 1. La culture industrielle du chef d entreprise Elle tend naturellement à privilégier l optique technique du produit aux dépens de l optique commerciale. 2. La méconnaissance des techniques mercatiques Les techniques mercatiques sont souvent considérées comme superficielles par les petits entrepreneurs. B. Les objectifs de la démarche mercatique Les petites et moyennes entreprises, au même titre que les grandes entreprises, doivent développer une démarche mercatique ayant plusieurs objectifs. 1. Atténuer leur vulnérabilité En moyenne, une entreprise sur quatre disparaît dans les cinq premières années de son existence. Aussi, pour assurer sa survie, une entreprise doit : définir avec exactitude son domaine d activité stratégique (métier) à l aide par exemple d études de marché. réagir rapidement, anticiper les évolutions concurrentielles et technologiques (notion de veille technologique et concurrentielle), penser à diversifier son activité (les PME-PMI sont souvent mono-produit ou mono-service). 2. Se développer dans le secteur des services La fidélisation du client est importante en raison de l intangibilité de la production. La satisfaction de la clientèle repose non sur un produit mais sur un service immatériel ; un nombre important de produits intègre aujourd hui une grande proportion de services. Exemple : un téléphone portable est un produit auquel sont associés de nombreux services. 9

4 Les Situation repères professionnelle du référentiel Il est donc indispensable de maîtriser la technique des enquêtes de satisfaction et de savoir composer des bases de données comportementales. 3. Améliorer les relations de partenariat Les PME-PMI travaillent souvent comme sous-traitants ou comme fournisseurs d autres entreprises dans le cadre de relations B to B (Business to Business). La relation mercatique industrielle (trade marketing) répond à des impératifs spécifiques : une certification ISO ou la mise en place de relations par échange de données informatisé (EDI) sont de plus en plus souvent exigées de la part des partenaires commerciaux plus puissants. Exemple : 95 % des fournisseurs de la grande distribution sont des PME, mais elles ne représentent que 17,3 % du chiffre d affaires des grandes surfaces et n occupent que 13,8 % du linéaire. 4.S implanter sur des marchés étrangers Diverses raisons amènent de nombreuses PME-PMI à démarcher et à investir à l étranger : la saturation des marchés nationaux dans les économies développées, la concurrence, leur spécialisation et leur technicité, qui rendent le marché national trop étroit. La mercatique internationale prend en considération des éléments d environnement externe tels que : les modes de vie et de consommation, Exemples : faut-il s adapter au marché, modifier les produits ou les noms? ou au contraire faut-il considérer que le marché est global et qu un produit standardisé peut le satisfaire? le potentiel des marchés, Exemples : quel est le pouvoir d achat des ménages, quels sont leurs modes de consommation? les modes de communication et de distribution : publicité, logistique 3. Le consumérisme A. L origine du consumérisme Pendant longtemps, l entreprise a proposé ses produits à une clientèle qui ne pouvait que les accepter, manipulée par la publicité et les diverses actions mercatiques. C est face à cette position dominante que les consommateurs ont réagi en s associant en mouvements de lutte pour la défense de leurs intérêts, afin de faire disparaître les abus et de rétablir l équilibre entre les partenaires. Le mouvement consumériste, né aux États-Unis, s est développé en France dans les années 1960 avec la prise de conscience des consommateurs et le soutien des pouvoirs publics. B. Les partenaires du consumérisme Il existe une multitude d associations de défense des intérêts des consommateurs : elles informent, défendent et représentent les consommateurs. 1. Les organismes privés l Union Fédérale des Consommateurs (UFC) est la plus connue. Elle édite le mensuel d information Que choisir. 10

5 Les repères du référentiel l Organisation Générale des Consommateurs (OR-GE-CO), orgeco.free.fr, etc. 2. Les organismes publics a. L Institut National de la Consommation (INC) Créé en 1966, l INC est un établissement public national à caractère industriel et commercial au service de tous les consommateurs et de leurs associations. Il effectue des essais comparatifs et participe à l information objective du consommateur dans tous les domaines par une émission télévisée «CONSOmaG», sur Internet et et par un mensuel : 60 millions de consommateurs. b. Les services de l État Le Conseil National de la Consommation (CNC), institué par décret du 12 juillet 1983, est un organisme placé auprès du ministère chargé de la Consommation. Il travaille au développement du droit à la consommation, en concertation avec les consommateurs et les entreprises. Il est consulté pour les diverses orientations des pouvoirs publics en matière de politique de consommation. La consultation est obligatoire pour tout arrêté en matière de prix ou de publicité de prix. La Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes (DGCCRF) dépend du CNC. Son rôle est de réguler le marché par le jeu de la concurrence, de veiller à la sécurité des consommateurs en contrôlant la qualité des produits et des services et d assurer la loyauté des transactions. L Association Française pour la Normalisation (AFNOR) veille au développement et au respect des normes. Elle contrôle les travaux du Laboratoire National d Essai (LNE), qui essaie et certifie les produits. C. Les missions du consumérisme Les missions du consumérisme sont triples. 1. Le contrôle des produits Les organisations font un travail en profondeur pour contrôler et améliorer certains aspects du produit : la composition, la sécurité, la robustesse et la durée de vie. Elles effectuent des tests comparatifs qui permettent au consommateur d acheter de façon rationnelle. 2. La diffusion de l information Le rôle des organisations de consumérisme est de donner une information claire et mise à jour pour aider les consommateurs. Certaines organisations publient des journaux, créent leurs sites Internet 3. L action en justice Les organisations représentent l ensemble des consommateurs devant les tribunaux et elles font entendre leurs voix auprès des pouvoirs publics pour faire évoluer le droit de la consommation. Exemple : la contestation par L UFC du mode de comptabilisation de la première minute de communication sur les téléphones portables. 11

6 Les Situation repères professionnelle du référentiel 4. Les nouveaux enjeux de la mercatique De nouveaux enjeux découlent des innovations technologiques majeures et des évolutions de l environnement qui se font jour ces dernières années. A. Les innovations technologiques Le développement des technologies de l information et de la communication (Internet), les objets nomades (ordinateurs ou téléphones portables), les lecteurs de CD, les réseaux à haut débit permettent aux hommes de s affranchir des contraintes de l espace et du temps. Exemple : les trois quarts des entreprises sont aujourd hui connectées à la toile (le web) 1 Ces innovations favorisent le développement de nouvelles relations commerciales : vente par correspondance, achats en ligne, et l apparition de marchés virtuels à côté des marchés traditionnels. Internet permet de connaître les profils des internautes et de leur proposer des services et produits personnalisés. Les innovations technologiques font évoluer les modes de communication externes, mais aussi internes à l entreprise. Exemple : aux Galeries Lafayette, toutes les commandes sont passées via Internet aux fournisseurs. Elles favorisent l intégration de services aux produits, Exemples : garantie, service après-vente, système de fidélisation. Elles permettent également la segmentation affinée de la clientèle et le développement d une mercatique individualisée (marketing one to one). Grâce à la création de bases de données mercatiques, aux capacités accrues des mémoires et aux nouveaux outils d aide à la décision apparaît une mercatique dite «ethnologique». Celle-ci repose sur une segmentation des comportements du consommateur (mode de vie, appartenance à une «tribu», sensibilité, passion). Cependant, l utilisation des données personnelles, les informations erronées, les risques courus en matière de sécurité de paiement constituent un frein au développement du commerce électronique. B. Les évolutions de l environnement économique et social 1. La globalisation des marchés Dans certains secteurs d activité, la globalisation des marchés tend à favoriser le développement d entreprises sous-traitantes situées dans des pays étrangers à faible coût de main-d œuvre. Celles-ci exercent une concurrence forte à l encontre des entreprises nationales. 2. Une approche plus critique des consommateurs Les consommateurs plus expérimentés deviennent plus exigeants, mais aussi plus critiques. Ils tendent à remettre en cause l hégémonie des marques, ce qui favorise le développement de marques de distributeurs (MDD). Exemple : les PME fabriquent 88 % des marques de distributeurs. 3. L éthique Le consommateur recherche des produits éthiques garantis par des éco-labels qui favorisent un commerce équitable ou offrent des garanties en matière de production. 1. Source BNP Paribas

7 Application approfondie Automat SA Présentation de l entreprise Dénomination : Automat SA Adresse : ZI La Fontaine Grenoble Activité : fabrication et commercialisation de barrières automatiques Marché : communes, sociétés des autoroutes, banques Effectif : 38 salariés Contexte En 1988, Benoît Delatouche reprend une vieille entreprise familiale. L ancien propriétaire, passionné par la mécanique de précision, avait déjà commencé la fabrication et la commercialisation des premières barrières automatiques. Au moment du rachat, la société, déjà installée sur la zone industrielle de La Fontaine, employait 18 personnes et réalisait un chiffre d affaires de Dix ans plus tard, l entreprise, devenue Automat SA, compte 38 salariés. Elle réalise un chiffre d affaires de , dont 8 % à l export. 10 % du chiffre d affaires est consacré à la recherche et au développement de nouveaux produits. Le PDG Benoît Delatouche, pressentant que l avenir se situe dans le contrôle de l accès des véhicules et des piétons à des sites particuliers (autoroutes, parkings municipaux, voies piétonnes), réoriente l activité de son entreprise. Automat SA se spécialise ainsi dans les barrières autoroutières, bornes escamotables automatiques protégeant les rues piétonnes, sas d entrée d agences bancaires. Il équipe ainsi les voies d accès au réseau autoroutier en barrières performantes qui supportent le passage de véhicules par jour. En dix ans, Automat SA équipe la majorité du réseau autoroutier du sud de la France. Aujourd hui, Benoît Delatouche s appuie sur la bonne image de son entreprise et la réputation des autoroutes françaises, considérées comme une référence à l étranger, pour conquérir des marchés étrangers : Chine, Brésil, pays de l Est. 45 % du chiffre d affaires de l entreprise Automat SA est réalisé avec les barrières autoroutières et 55 % avec l activité «contrôle d accès électronique et bornes escamotables». Un créneau récent, celui des parkings payants, se développe rapidement. Mais en fait, le développement des différents marchés repose sur la qualité du service accompagnant les produits vendus, à savoir la garantie d une maintenance rapide et sécurisée. Mission Vous êtes assistant(e) de gestion au sein de la société Automat SA. Le chef d entreprise vous confie le dossier concernant la mise en place d un réseau de sous-traitants capables d assurer l entretien et la maintenance des barrières automatiques des parkings (municipaux ou privés) et bornes escamotables des espaces publics. Pour ce faire, un appel d offres est lancé par voie de presse spécialisée. 13

8 Application approfondie Réflexion Les réponses proviennent pour la plupart de PME-PMI locales ayant un effectif de dix à quinze salariés. Comment répondre aux demandes de renseignements qui commencent à affluer? En vue de constituer un réseau de partenaires fiables, répartis sur tout le territoire national, vous estimez indispensable dans un premier temps de présenter l entreprise Automat SA aux entreprises intéressées par l appel d offres. Vous décidez de vous occuper ultérieurement de la sélection des partenaires et des modalités des contrats de sous-traitance. Résolution Réalisez une note de synthèse destinée à préparer le dossier de présentation qui doit être communiqué dans les meilleurs délais aux entreprises intéressées. La note doit valoriser les atouts d Automat SA et sa volonté de mettre en place une véritable démarche mercatique. Il vous est suggéré de retenir, entre autres, les éléments suivants : le marché de la société ; sa croissance ; les évolutions et diversifications envisagées par Benoît Delatouche ; l intérêt pour un sous-traitant d intervenir sur des marchés en pleine croissance. 14

GUIDE PRATIQUE DU MARKETING POUR LES CRÉATEURS D ENTREPRISE

GUIDE PRATIQUE DU MARKETING POUR LES CRÉATEURS D ENTREPRISE MICHEL BADOC EN COLLABORATION AVEC ISABELLE SELEZNEFF GUIDE PRATIQUE DU MARKETING POUR LES CRÉATEURS D ENTREPRISE Éditions d Organisation, 2005 ISBN : 2-7081-3215-6 SOMMAIRE Remerciements... 11 Table des

Plus en détail

LES BASES DU MARKETING Lecteur universitaire Adriana BUZDUGAN

LES BASES DU MARKETING Lecteur universitaire Adriana BUZDUGAN LES BASES DU MARKETING Lecteur universitaire Adriana BUZDUGAN DÉFINITION l'ensemble des moyens dont dispose une entreprise pour vendre ses produits à ses clients d'une manière rentable LA CONCEPTION TRADITIONNELLE

Plus en détail

Notions de marketing en restauration. Présentées par Katia Velayos et Jocelyn Grivaud

Notions de marketing en restauration. Présentées par Katia Velayos et Jocelyn Grivaud Notions de marketing en restauration Présentées par Katia Velayos et Jocelyn Grivaud Introduction Formation sur le marketing appliqué aux futurs métiers de nos élèves. L objectif est de vous aider dans

Plus en détail

DEES MARKETING DEESMA. Diplôme Européen délivré par la Fédération Européenne des Ecoles 1 ; www.fede.org NIVEAU BAC+3

DEES MARKETING DEESMA. Diplôme Européen délivré par la Fédération Européenne des Ecoles 1 ; www.fede.org NIVEAU BAC+3 Fonctions DEES MARKETING DEESMA Diplôme Européen délivré par la Fédération Européenne des Ecoles 1 ; www.fede.org NIVEAU BAC+3 Dans un contexte de forte concurrence, les entreprises doivent réorganiser

Plus en détail

Business & High Technology

Business & High Technology UNIVERSITE DE TUNIS INSTITUT SUPERIEUR DE GESTION DE TUNIS Département : Informatique Business & High Technology Chapitre 6 : Customer Relationship Management (CRM) Sommaire Introduction... 1 Les enjeux

Plus en détail

Principes de Base du Marketing. Robert TEP

Principes de Base du Marketing. Robert TEP Principes de Base du Marketing Robert TEP Plan I. Définition II. Principe III. Démarche IV. Les objectifs: 1. Clarifier la notion de Marketing 2. Distinguer les extensions de fonctions du Marketing 3.

Plus en détail

DEES MARKETING DEESMA. Diplôme Européen reconnu par la Fédération Européenne des Ecoles ; www.fede.org - BAC+3

DEES MARKETING DEESMA. Diplôme Européen reconnu par la Fédération Européenne des Ecoles ; www.fede.org - BAC+3 DEES MARKETING DEESMA Diplôme Européen reconnu par la Fédération Européenne des Ecoles ; www.fede.org - BAC+3 Fonction Dans un contexte de forte concurrence, les entreprises doivent réorganiser leur approche

Plus en détail

LA DEMARCHE DE GESTION DE PROJET POUR L EPREUVE DU CPPC

LA DEMARCHE DE GESTION DE PROJET POUR L EPREUVE DU CPPC LA DEMARCHE DE GESTION DE PROJET POUR L EPREUVE DU CPPC La gestion de projet ne présente pas de difficultés particulières mais une méthodologie qui va demander énormément de précisions tout au long de

Plus en détail

La carte bancaire : un véritable instrument européen

La carte bancaire : un véritable instrument européen La carte bancaire : un véritable instrument européen A. Les caractéristiques de la carte bancaire La carte bancaire est l instrument de paiement le plus utilisé en France et en Europe. En 2007, les paiements

Plus en détail

chapitre 4 L innovation dans Le GRoupe

chapitre 4 L innovation dans Le GRoupe chapitre 4 L innovation dans Le GRoupe 4.1 définir L innovation selon l insee, l innovation est un changement significatif de nature technique, commerciale, organisationnelle, structurelle ou de logique

Plus en détail

Management des organisations et stratégies Dossier n 10 Veille et intelligence économique

Management des organisations et stratégies Dossier n 10 Veille et intelligence économique Management des organisations et stratégies Dossier n 10 Veille et intelligence économique.i. Les enjeux et domaines de la veille.ii. La mise en place d un processus de veille.iii. Illustration d une démarche

Plus en détail

Chap 1 : LA DEMARCHE MERCATIQUE

Chap 1 : LA DEMARCHE MERCATIQUE I. La démarche mercatique globale A. Définition Chap 1 : LA DEMARCHE MERCATIQUE La mercatique est l ensemble des techniques et actions ayant pour objet de prévoir, constater, stimuler, susciter ou renouveler

Plus en détail

Annexe 4 Page 1 of 7

Annexe 4 Page 1 of 7 BDS standards pour les créateurs d entreprises et les PME existantes: produits, impact Groupe A : CREATEURS D ENTREPRISE Produits/BDS(3) 1. Germe/TRIE 1 comprendre la relation entre l idée d entreprise,

Plus en détail

OptimHome recherche des centaines de conseillers en immobilier indépendants

OptimHome recherche des centaines de conseillers en immobilier indépendants DOSSIER DE PRESSE OptimHome recherche des centaines de conseillers en immobilier indépendants www.optimhome-recrutement.com Contact presse : SHAN - Laetitia Baudon-Civet Tél. : 01 44 50 58 79 mail : laetitia.baudon@shan.fr

Plus en détail

Roche Diagnostics France. Manuel Qualité Sécurité Environnement

Roche Diagnostics France. Manuel Qualité Sécurité Environnement Roche Diagnostics France Manuel Qualité Sécurité Environnement «Notre stratégie place le patient au cœur de nos préoccupations, avec l ambition d améliorer sa santé et sa qualité de vie. Inscrite dans

Plus en détail

Profil de l entreprise

Profil de l entreprise Profil de l entreprise Caron, Trépanier & associés inc., firme d experts comptables ayant sa place d affaires à Sherbrooke depuis plus de 25 ans, a pour mission : D offrir à sa clientèle, composée de petites

Plus en détail

Programme détaillé BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES. Objectifs de la formation. Les métiers. Durée des études DIPLÔME D ETAT

Programme détaillé BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES. Objectifs de la formation. Les métiers. Durée des études DIPLÔME D ETAT Objectifs de la formation Le BTS Management des unités commerciales a pour perspective de vous permettre de prendre la responsabilité de tout ou partie d une unité commerciale. Une unité commerciale est

Plus en détail

PROGRAMME DÉTAILLÉ DU BTS MUC

PROGRAMME DÉTAILLÉ DU BTS MUC PROGRAMME DÉTAILLÉ DU BTS MUC I - Gestion de la relation commerciale MODULE 1 : LA RELATION COMMERCIALE ET SON CONTEXTE La relation commerciale et les unités commerciales L unité commerciale physique La

Plus en détail

PRESENTATION. HR Excellium Tél : 03/88/15/07/63

PRESENTATION. HR Excellium Tél : 03/88/15/07/63 PRESENTATION HR Excellium Tél : 03/88/15/07/63 Zone aéroparc2 Contact : M Jean-Claude REBISCHUNG 3 rue des Cigognes Email : info@hrexcellium.fr 67960 Strasbourg-aéroport Site web : www.hrexcellium.fr (en

Plus en détail

RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE REPERTOIRE) Liste des activités visées par le diplôme, le titre ou le certificat

RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE REPERTOIRE) Liste des activités visées par le diplôme, le titre ou le certificat RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE REPERTOIRE) Intitulé (cadre 1) MASTER Spécialité MANAGEMENT DU SPORT Autorité responsable de la certification (cadre 2) Qualité du(es) signataire(s) de la certification

Plus en détail

Simplifier vos projets d avenir

Simplifier vos projets d avenir Simplifier vos projets d avenir FINANCEMENT Ouvrir à nos clients l accès aux marchés de capitaux publics et privés par le biais de formules innovatrices d emprunt et de recapitalisation. S O L U T I O

Plus en détail

Fédération des NTIC «AIDONS LE DEVELOPPEMENT DES PME FRANÇAISES ET CREONS DE L'EMPLOI» Paris Mercredi 28 Janvier 2009

Fédération des NTIC «AIDONS LE DEVELOPPEMENT DES PME FRANÇAISES ET CREONS DE L'EMPLOI» Paris Mercredi 28 Janvier 2009 Fédération des NTIC «AIDONS LE DEVELOPPEMENT DES PME FRANÇAISES ET CREONS DE L'EMPLOI» Paris Mercredi 28 Janvier 2009 Président: Pierre Violo Secrétaire Générale: Gisèle Mary-Dugue FPNTIC Une Equipe Secteur

Plus en détail

LE MARKETING RELATIONNEL ET LA GESTION DE LA RELATION CLIENT

LE MARKETING RELATIONNEL ET LA GESTION DE LA RELATION CLIENT Cycle: Licence professionnelle Filière: Technique banques et assurances LE MARKETING RELATIONNEL ET LA GESTION DE LA RELATION CLIENT Réalisé par: Mlle Asmae AIT RAI Mlle Ghizlane JALIAD Mlle Hafida EL

Plus en détail

Faire face à la pénurie de main-d œuvre chez Desjardins. Être un employeur distinctif

Faire face à la pénurie de main-d œuvre chez Desjardins. Être un employeur distinctif Faire face à la pénurie de main-d œuvre chez Desjardins Être un employeur distinctif ASDEQ Mai 2010 La mission de Desjardins Contribuer au mieux-être économique et social des personnes et des collectivités

Plus en détail

PGE 2 Fall Semester 2015. Purchasing Track. Course Catalogue. Politique, Stratégie & Performance des Achats p. 2

PGE 2 Fall Semester 2015. Purchasing Track. Course Catalogue. Politique, Stratégie & Performance des Achats p. 2 PGE 2 Fall Semester 2015 Purchasing Track Course Catalogue Politique, Stratégie & Performance des Achats p. 2 Méthodes Outils associés au Processus Opérationnel des Achats p. 3 Gestion d un Projet Achat

Plus en détail

BTS NRC. Négociations Relations Commerciales

BTS NRC. Négociations Relations Commerciales Unités contenu pédagogique commun contenu pédagogique spécifique Communication écrite et orale, économie, droit, mathématiques appliquées à l économie, informatique. Mercatique (études de marché, études

Plus en détail

PRINCIPES D ACTIONS POUR LES ACHETEURS PUBLICS

PRINCIPES D ACTIONS POUR LES ACHETEURS PUBLICS 10 PRINCIPES D ACTIONS POUR LES ACHETEURS PUBLICS L ACCÈS DES PME À LA COMMANDE PUBLIQUE L accès des PME à la commande publique est une priorité gouvernementale. C est également un des objectifs assigné

Plus en détail

Promotions économiques régionales

Promotions économiques régionales Le fil rouge pour la commercialisation d un produit Lausanne Région Association de la Région Cossonay - Aubonne - Morges Association de la Région du Gros-de-Vaud INTRODUCTION Cette brochure est éditée

Plus en détail

IUT Info-Com 2 ème année LE MARKETING DIRECT. Sandrine Michel. Formation 2012. sandrine.michel@gmail.com

IUT Info-Com 2 ème année LE MARKETING DIRECT. Sandrine Michel. Formation 2012. sandrine.michel@gmail.com Sandrine Michel 1 LE MARKETING DIRECT Formation 2012 sandrine.michel@gmail.com Objectifs : Comprendre ce qu est le marketing direct Comprendre comment il s inscrit dans le secteur de la communication Connaître

Plus en détail

Parcours développement stratégique commercial

Parcours développement stratégique commercial P01 Parcours professionnalisant de formation Parcours développement stratégique commercial Partenaires : Avec le soutien de : P02 Parcours professionnalisant de formation INTERVENANTS Sophie DESCHAMPS

Plus en détail

MANUEL DE MANAGEMENT QUALITE

MANUEL DE MANAGEMENT QUALITE MANUEL DE MANAGEMENT QUALITE Z.I. Saint Lambert des Levées - 49412 SAUMUR Cedex - France Tél. (+33) 02 41 40 41 40 - Fax. (+33) 02 41 40 41 49 www.castel.fr SOMMAIRE TITRE SECTION TABLE DES MATIERES Domaine

Plus en détail

Altergaz, fournisseur de gaz naturel

Altergaz, fournisseur de gaz naturel Altergaz, fournisseur de gaz naturel Notre vision : devenir le premier fournisseur alternatif de gaz naturel en France Altergaz souhaite offrir à ses clients professionnels, entreprises, collectivités

Plus en détail

Offre Education Sage. Gilles Soaleh - Responsable Education. Thierry Ruggieri - Consultant Formateur. Académie de Montpellier 08 décembre 2011

Offre Education Sage. Gilles Soaleh - Responsable Education. Thierry Ruggieri - Consultant Formateur. Académie de Montpellier 08 décembre 2011 Offre Education Sage Gilles Soaleh - Responsable Education Thierry Ruggieri - Consultant Formateur Académie de Montpellier 08 décembre 2011 Sommaire Sage La nouvelle offre Education : Sage 100 Entreprise

Plus en détail

Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005

Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005 Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005 Association Rhône Alpes des professionnels des Développeurs Economiques Locaux 14 rue Passet 69007 Lyon Tél. : 04

Plus en détail

1. LA STRUCTURE DE LA FONCTION COMMERCIALE 3. DEFINITION DES EMPLOIS COMMERCIAUX TYPES

1. LA STRUCTURE DE LA FONCTION COMMERCIALE 3. DEFINITION DES EMPLOIS COMMERCIAUX TYPES Secrétaire commerciale Module 1 : Fiches de commerce Chapitre 2 : Les métiers commerciaux Plan du Chapitre 2 : Les métiers commerciaux 1. LA STRUCTURE DE LA FONCTION COMMERCIALE 2. ANALYSE D'UNE OFFRE

Plus en détail

Votre implantation à l étranger

Votre implantation à l étranger Votre implantation à l étranger Afin de déterminer la forme de présence la plus adaptée à la commercialisation de vos produits et de vos services, un choix est nécessaire entre quelques grandes options

Plus en détail

Pour un management innovant et performant : le rôle des normes ISO et AFNOR Stéphane MATHIEU, Directeur du Réseau Régional Groupe AFNOR

Pour un management innovant et performant : le rôle des normes ISO et AFNOR Stéphane MATHIEU, Directeur du Réseau Régional Groupe AFNOR Bordeaux, le 10 février 2015 Pour un management innovant et performant : le rôle des normes ISO et AFNOR Stéphane MATHIEU, Directeur du Réseau Régional Groupe AFNOR afnor GROUPe QUI ESTAFNOR? Pour un management

Plus en détail

Cours du Marketing approfondi

Cours du Marketing approfondi Cours du Marketing approfondi Le marketing direct Le marketing direct est un marketing interactif qui utilise un ou plusieurs médias en vue d obtenir une réponse et / ou une transaction. «Le marketing

Plus en détail

Le cadre itératif de la recherche collaborative est une approche concertée qui fait grandement appel aux intervenants

Le cadre itératif de la recherche collaborative est une approche concertée qui fait grandement appel aux intervenants Contexte À mesure que la concurrence s intensifie à l échelle mondiale, l innovation en matière de logistique* pour les manufacturiers canadiens s étend du niveau de à la chaîne d approvisionnement. Pour

Plus en détail

LE CLIENT AU CENTRE DE LA STRATEGIE DES COMPAGNIES D ASSURANCES

LE CLIENT AU CENTRE DE LA STRATEGIE DES COMPAGNIES D ASSURANCES LE CLIENT AU CENTRE DE LA STRATEGIE DES COMPAGNIES D ASSURANCES Le contexte du marché algérien Les motifs d une bonne gestion de la relation client Les principes structurels de l Entreprise Les objectifs

Plus en détail

Business & High Technology

Business & High Technology UNIVERSITE DE TUNIS INSTITUT SUPERIEUR DE GESTION DE TUNIS Département : Informatique Business & High Technology Chapitre 7 : Customer Relationship Management (CRM) Sommaire I. Partie 1 : CRM : Customer

Plus en détail

REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre certifié de Niveau II (J.O du 09 Août 2014 - code NSF : 312)

REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre certifié de Niveau II (J.O du 09 Août 2014 - code NSF : 312) REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre certifié de Niveau II (J.O du 09 Août 2014 - code NSF : 312) REFERENTIEL DE FORMATION CHEF(FE) DE PROJETS MARKETING ET COMMERCIAL TITRE CERTIFIE

Plus en détail

LE MARKETING DE LA START-UP

LE MARKETING DE LA START-UP LE MARKETING DE LA START-UP Auteur : Michel Badoc HEC ICAME, Stanford University, Pofesseur au groupe HEC, conseiller international Avec la collaboration d Elodie Badoc, ESC Rouen Éditeur : Editions d

Plus en détail

E-COMMERCE SOMMAIRE. Création et diffusion Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisation de l auteur Mise à jour : 22/05/2015 1

E-COMMERCE SOMMAIRE. Création et diffusion Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisation de l auteur Mise à jour : 22/05/2015 1 E-COMMERCE SOMMAIRE LE MARCHÉ DU E-COMMERCE... 2 LA RÉGLEMENTATION DU E-COMMERCE... 4 L'ACTIVITÉ DU E-COMMERCE... 6 LES POINTS DE VIGILANCE DU E-COMMERCE... 9 EN SAVOIR PLUS SUR CE SECTEUR... 11 1 LE MARCHÉ

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

Créer une filiale à l étranger Approche & Exemples LE TOUR DU MONDE EN 8H - 21 JUIN 2011

Créer une filiale à l étranger Approche & Exemples LE TOUR DU MONDE EN 8H - 21 JUIN 2011 Créer une filiale à l étranger Approche & Exemples LE TOUR DU MONDE EN 8H - 21 JUIN 2011 PRESENTATION Le groupe ALTIOS International Une société leader dans le conseil et le développement opérationnel

Plus en détail

ETUDE «BOUTIQUE MÉTIERS D ART» PROPOSITIONS DE CAHIER DES CHARGES DE LA CHARTE

ETUDE «BOUTIQUE MÉTIERS D ART» PROPOSITIONS DE CAHIER DES CHARGES DE LA CHARTE ETUDE «BOUTIQUE MÉTIERS D ART» PROPOSITIONS DE CAHIER DES CHARGES DE LA CHARTE Charte du réseau «boutique métiers d art» PREAMBULE La FNAA, soutenue par des institutionnels publics, a lancé un réseau de

Plus en détail

ANNEXE I RÉFÉRENTIELS DU DIPLÔME. Mention complémentaire Organisateur de réceptions 5

ANNEXE I RÉFÉRENTIELS DU DIPLÔME. Mention complémentaire Organisateur de réceptions 5 ANNEXE I RÉFÉRENTIELS DU DIPLÔME Mention complémentaire Organisateur de réceptions 5 RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES Définition Le titulaire de la mention complémentaire Organisateur de réceptions

Plus en détail

BTS Négociation et Relation Client

BTS Négociation et Relation Client BTS Négociation et Relation Client Contenu de la formation Présentation générale Au centre de formation des Monts du Lyonnais, le BTS Négociation et Relation Client est un BTS en alternance, préparé en

Plus en détail

Gestion du cycle de vie du projet

Gestion du cycle de vie du projet Gestion du cycle de vie du projet Prospection, services et suivi Laurent Sansoucy Formation ANIMA Rabat, 7-8-9 mai 2003 Cycle de vie du projet d investissement P.Henry, ANIMA, 2011 inmed-anima 2011 2 Plan

Plus en détail

Système de Management par la Qualité

Système de Management par la Qualité Système de Management par la Qualité Rapport Technique Référence Rédigé par MAN-01 Jérémie Dhennin Nombre de pages 9 Le 23 juillet 2015 Diffusion non restreinte ELEMCA SAS / RCS Toulouse 790 447 866 425,

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. saintronic. rendre le complexe accessible

DOSSIER DE PRESSE. saintronic. rendre le complexe accessible DOSSIER DE PRESSE saintronic SOMMAIRE Saintronic, la mobilité verte 1 2 3 4 5 LES NOUVELLES BORNES SAINTRONIC, INTELLIGENTES ET CONNECTÉES ELECTROMOBILISONS-NOUS! SAINTRONIC, 40 ANS DE PERFORMANCE INDUSTRIELLE

Plus en détail

SAVOIRS EN ACTION. Établissement supérieur privé de commerce

SAVOIRS EN ACTION. Établissement supérieur privé de commerce Établissement supérieur privé de commerce Autorisé par le Ministère de l Enseignement Supérieur par décision n 25/88 du 18/10/1988 SAVOIRS EN ACTION Guide d admission Bac + 5 Administration et Stratégie

Plus en détail

COURS N 1 N 1 : QU EST EST-CE QUE LE MARKETING?

COURS N 1 N 1 : QU EST EST-CE QUE LE MARKETING? COURS N 1 N 1 : QU EST EST-CE QUE LE MARKETING? COURS N 1 : QU EST-CE QUE LE MARKETING? --> PLAN --> Histoire du Marketing --> Définitions --> Les différents types de marketing --> Des 4 P --> L importance

Plus en détail

Chap 6. Le marché : la demande globale

Chap 6. Le marché : la demande globale Chap 6 Le marché : la demande globale L entreprise commerciale doit adopter son offre aux attentes des consommateurs. Pour cela, elle doit parfaitement les connaître et s adapter à leurs spécificités.

Plus en détail

Nicolas Malo Jacques Warren. Préface de Marc Lolivier. Web Analytics. Mesurer le succès et maximiser les profits de votre site Web

Nicolas Malo Jacques Warren. Préface de Marc Lolivier. Web Analytics. Mesurer le succès et maximiser les profits de votre site Web Nicolas Malo Jacques Warren Préface de Marc Lolivier Web Analytics Mesurer le succès et maximiser les profits de votre site Web www.webanalyticsprofits.com Deuxième édition revue et augmentée, 2009, 2012

Plus en détail

La gestion des flux d information : EDI

La gestion des flux d information : EDI La gestion des flux d information : EDI Introduction EDI (définition, composants, types et domaines d application) Les enjeux de l EDI La mise en œuvre de l EDI Conclusion Introduction Tâches Création

Plus en détail

Les entreprises qui considèrent la supply chain comme un atout stratégique génèrent une rentabilité accrue de 30%

Les entreprises qui considèrent la supply chain comme un atout stratégique génèrent une rentabilité accrue de 30% ! Direction Communication 63 rue de Villiers, 92200 Neuilly-sur-Seine Tél. 01 56 57 58 59, Fax 01 56 57 81 80 Communiqué de presse "#$%&'%(!)! *+",!-./0$1!"#2/3&2/%,!45!67!68!99!:7,!;1/1$1

Plus en détail

Présentation commerciale. Novembre 2014

Présentation commerciale. Novembre 2014 Présentation commerciale Novembre 2014 Présentation du cabinet (1/2) BIAT (Banque Internationale Arabe de Tunisie) La banque commerciale privée leader en Tunisie et l une des plus importantes au Maghreb.

Plus en détail

Les outils du manager commercial

Les outils du manager commercial OBJECTIFS Améliorer sa force de conviction et asseoir son leadership sur son équipe de collaborateurs mais aussi dans sa relation-clientèle Saisir l importance de la dimension relationnelle comportementale

Plus en détail

Appel d offres. Accompagnement des PME-TPE de la métallurgie en région parisienne à la GPEC et à l analyse des besoins de formation

Appel d offres. Accompagnement des PME-TPE de la métallurgie en région parisienne à la GPEC et à l analyse des besoins de formation Appel d offres Accompagnement des PME-TPE de la métallurgie en région parisienne à la GPEC et à l analyse des besoins de formation Le GIM, chambre syndicale territoriale de l UIMM en région parisienne,

Plus en détail

FORMATION CONTINUE 2015-2016. Accélérateur de compétences commerciales

FORMATION CONTINUE 2015-2016. Accélérateur de compétences commerciales FORMATION CONTINUE 2015-2016 Accélérateur de compétences commerciales LA VENTE AU COEUR DE NOS FORMATIONS Sup de V, l école supérieure de vente de la CCI Paris Ile-de-France, est une école d excellence

Plus en détail

Sage CRM. La solution complète de Gestion des Relations Clients pour PME. Précision et efficacité à portée de mains!

Sage CRM. La solution complète de Gestion des Relations Clients pour PME. Précision et efficacité à portée de mains! Sage CRM Précision et efficacité à portée de mains! La solution complète de Gestion des Relations Clients pour PME Alliant l innovation pragmatique, la souplesse d utilisation et l efficacité Living Your

Plus en détail

3 - Sélection des fournisseurs... 4. 4 Marche courante... 5. 4.1 Conditionnement Transport... 5. 4.2 Livraison... 5

3 - Sélection des fournisseurs... 4. 4 Marche courante... 5. 4.1 Conditionnement Transport... 5. 4.2 Livraison... 5 1 SOMMAIRE 1 Introduction... 3 2 Principes... 3 3 - Sélection des fournisseurs... 4 4 Marche courante... 5 4.1 Conditionnement Transport... 5 4.2 Livraison... 5 4.3 - Garantie qualité / Conformité... 5

Plus en détail

Présentation de l épreuve

Présentation de l épreuve MÉTHODO Présentation de l épreuve 1. Programme de l arrêté du 22 décembre 2006 DURÉE DE L ENSEIGNEMENT ÉPREUVE N 11 CONTRÔLE DE GESTION (à titre indicatif) : 210 heures 18 crédits européens 1. Positionnement

Plus en détail

Forum Développement Durable 2015. Ayez le réflexe CCI!

Forum Développement Durable 2015. Ayez le réflexe CCI! Forum Développement Durable 2015 Ayez le réflexe CCI! Nouvelles normes Comment se préparer à la mise en oeuvre des nouvelles normes ISO 9001 et 14001? Nouvelles normes Des évolutions majeures, sans pour

Plus en détail

Le concept. Des prestations «chic à prix mini» proposées dans des espaces Beauté Bien Être

Le concept. Des prestations «chic à prix mini» proposées dans des espaces Beauté Bien Être Le concept Des prestations «chic à prix mini» proposées dans des espaces Beauté Bien Être 1 Séduction, Evasion et Performance sont réunis dans un cadre haut de gamme pour accueillir aussi bien les femmes

Plus en détail

ENSEIGNEMENT ET FORMATION PROFESSIONNELLE AGRICOLES : ENTRE RÉPONSES AUX BESOINS LOCAUX ET ADAPTATIONS AUX ÉVOLUTIONS INTERNATIONALES

ENSEIGNEMENT ET FORMATION PROFESSIONNELLE AGRICOLES : ENTRE RÉPONSES AUX BESOINS LOCAUX ET ADAPTATIONS AUX ÉVOLUTIONS INTERNATIONALES IX e JOURNÉES D ÉTUDES INGÉNIERIE DES DISPOSITIFS DE FORMATION A L INTERNATIONAL «ENSEIGNEMENT ET FORMATION PROFESSIONNELLE AGRICOLES : ENTRE RÉPONSES AUX BESOINS LOCAUX ET ADAPTATIONS AUX ÉVOLUTIONS INTERNATIONALES»

Plus en détail

Vos affaires sont nos affaires! Programme d actions

Vos affaires sont nos affaires! Programme d actions Vos affaires sont nos affaires! Programme d actions Orkhan Aslanov/ Fotolia.com > Suivez le guide nous saisissons vos opportunités de marchés publics! > Gardons Avec le Centre de Veille le contact nous

Plus en détail

MODÈLE POUR L ÉLABORATION D UNE STRATÉGIE GLOBALE D ENTREPRISE

MODÈLE POUR L ÉLABORATION D UNE STRATÉGIE GLOBALE D ENTREPRISE MODÈLE POUR L ÉLABORATION D UNE STRATÉGIE GLOBALE D ENTREPRISE Direction du développement des entreprises et des affaires Préparé par Michel Coutu, F.Adm.A., CMC Conseiller en gestion Direction de la gestion

Plus en détail

Le spécialiste du crédit à la consommation au service des réseaux bancaires

Le spécialiste du crédit à la consommation au service des réseaux bancaires Le spécialiste du crédit à la consommation au service des réseaux bancaires banque de financement & d investissement / épargne / services financiers spécialisés Le spécialiste du crédit à la consommation

Plus en détail

Mot de président : Licences Bac +3

Mot de président : Licences Bac +3 Mot de président : La formation joue un rôle capital dans la vie de chaque personne, visant à lui permettre et indépendamment de son statut, d acquérir et d actualiser des connaissances et des compétences

Plus en détail

Séminaire sur le statut du personnel administratif : état de la situation et enjeux dans les parlements francophones. Paris, 3-4 septembre 2013

Séminaire sur le statut du personnel administratif : état de la situation et enjeux dans les parlements francophones. Paris, 3-4 septembre 2013 Séminaire sur le statut du personnel administratif : état de la situation et enjeux dans les parlements francophones Paris, 3-4 septembre 2013 Synthèse thématique Préparé par le service de la recherche

Plus en détail

Cosmétique Pharmaceutique Agroalimentaire

Cosmétique Pharmaceutique Agroalimentaire Enquête sur les besoins de compétences dans les secteurs Cosmétique Pharmaceutique Agroalimentaire du bassin d emploi de Blois. Etude réalisée par Jean Luc VEZON et Manuel CASIMIRO 41 janvier 2008 Objectifs

Plus en détail

NOUVEAU! POUR LE MOBILIER DE BUREAU, LE CHOIX DE L EXCELLENCE. www.nf-oec.fr DOSSIER PRESSE 14 OCTOBRE 2011

NOUVEAU! POUR LE MOBILIER DE BUREAU, LE CHOIX DE L EXCELLENCE. www.nf-oec.fr DOSSIER PRESSE 14 OCTOBRE 2011 NOUVEAU! POUR LE MOBILIER DE BUREAU, LE CHOIX DE L EXCELLENCE DOSSIER PRESSE 14 OCTOBRE 2011 www.nf-oec.fr CONTACT PRESSE : Laure Morandeau / Agence Gulfstream Communication lmorandeau@gs-com.fr Tel. :

Plus en détail

La diplomatie économique et la promotion économique du Maroc à l étranger

La diplomatie économique et la promotion économique du Maroc à l étranger Conseil National du Commerce Extérieur La diplomatie économique et la promotion économique du Maroc à l étranger Anticiper Partager Agir 2000 www.cnce.org.ma Sommaire INTRODUCTION 1. LE NOUVEAU CONTEXTE

Plus en détail

BTS NRC Négociation Relation Client

BTS NRC Négociation Relation Client BTS NRC Négociation Relation Client LYCEE JEHAN ANGO DE DIEPPE PRÉSENTATION Sommaire :??Présentation du BTS NRC p 1??Le mot du proviseur p 1??La formation p 2??Les matières p 2??Les projets p 3??Les missions

Plus en détail

Le concept de marketing

Le concept de marketing Le concept de marketing Le concept de marketing englobe à la fois les techniques d étude des attentes du consommateur, la proposition d une offre répondant à ces attentes et la mise en œuvre de moyens

Plus en détail

Charte des investisseurs en capital

Charte des investisseurs en capital Juin 2008 Charte des investisseurs en capital Au cours des dernières années, les investisseurs en capital sont devenus des acteurs majeurs de l économie par leur présence dans l actionnariat d un nombre

Plus en détail

I) Le Quizz HIGH HOSPITALITY ACADEMY. II) Le contexte HIGH HOSPITALITY ACADEMY. III) Le programme HIGH HOSPITALITY ACADEMY

I) Le Quizz HIGH HOSPITALITY ACADEMY. II) Le contexte HIGH HOSPITALITY ACADEMY. III) Le programme HIGH HOSPITALITY ACADEMY II) Le contexte III) Le programme VRAI OU FAUX? Améliorer la fidélité de mes clients c est avant tout développer mon chiffre d affaires. Améliorer la fidélité de mes clients, c est avant tout développer

Plus en détail

MARKETING DE LA FORMATION Les nouvelles donnes - NOTE DE REFLEXION JUIN 2013 -

MARKETING DE LA FORMATION Les nouvelles donnes - NOTE DE REFLEXION JUIN 2013 - MARKETING DE LA FORMATION Les nouvelles donnes - NOTE DE REFLEXION JUIN 2013 - Avec un chiffre d affaires total de 3.5 Milliards d euros par an, la formation professionnelle est un secteur apparemment

Plus en détail

CONCLUSIONS ET RECOMMANDATIONS DES TRAVAUX DE LA SEMAINE DE LA DIASPORA EDITION 2014

CONCLUSIONS ET RECOMMANDATIONS DES TRAVAUX DE LA SEMAINE DE LA DIASPORA EDITION 2014 REPUBLIQUE DU BURUNDI MINISTERE DES RELATIONS EXTERIEURES ET DE LA COOPERATION INTERNATIONALE CONCLUSIONS ET RECOMMANDATIONS DES TRAVAUX DE LA SEMAINE DE LA DIASPORA EDITION 2014 Au Gouvernement du Burundi

Plus en détail

Guide pédagogique pour le BTS Communication

Guide pédagogique pour le BTS Communication L Guide pédagogique pour le BTS Communication a transversalité du diplôme (plusieurs apprentissages utilisés indifféremment dans plusieurs épreuves différentes) est sans doute pour vous inhabituelle. En

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Sommaire

DOSSIER DE PRESSE. Sommaire DOSSIER DE PRESSE Sommaire COMMUNIQUE FICHE 1 : L Etude personnalisée en ligne FICHE 2 : Les services d assistance et de conseil patrimonial pour aller plus loin FICHE 3 : Qui sommes nous? ANNEXES : -

Plus en détail

Dossier de Presse. SALM : Le leadership durable. Contact Presse Jean-Lin GINI Tél. : 03 89 58 26 77 Mail : jeanlin.gini@salm.fr

Dossier de Presse. SALM : Le leadership durable. Contact Presse Jean-Lin GINI Tél. : 03 89 58 26 77 Mail : jeanlin.gini@salm.fr Dossier de Presse F É V R I E R SALM : Le leadership durable INTRO : Points de repère DEVELOPPEMENT DURABLE : Les preuves d un engagement SCHMIDT : La marque de référence européenne CUISINELLA : Une progression

Plus en détail

Des services métier performants et personnalisés, dans le Cloud IBM

Des services métier performants et personnalisés, dans le Cloud IBM Des services métier performants et personnalisés, dans le Cloud IBM IZZILI édite et implémente une suite applicative Cloud IZZILI Business Place Manager dédiée aux managers et à leurs équipes pour le management

Plus en détail

Du diagnostic au plan marketing stratégique - - dossier 3 - .I. Les études de marché - La phase exploratoire et l organisation générale de l étude -

Du diagnostic au plan marketing stratégique - - dossier 3 - .I. Les études de marché - La phase exploratoire et l organisation générale de l étude - Du diagnostic au plan marketing stratégique - - dossier 3 -.I. Les études de marché - La phase exploratoire et l organisation générale de l étude - 1.1 - La recherche ou phase exploratoire : Définir précisément

Plus en détail

Master Management PME PMI. Situation générale des diplômés 2008/2009 au 1er mars 2010. FemmesHommes Total

Master Management PME PMI. Situation générale des diplômés 2008/2009 au 1er mars 2010. FemmesHommes Total IUP Management et Gestion des Entreprises Master Management PME PMI 008/009 Lieu de formation : Clermont-Ferrand Situation générale des diplômés 008/009 au er mars 00 Taux de réponses Au er décembre 009

Plus en détail

REFERENTIEL RESPONSABLE QUALITE

REFERENTIEL RESPONSABLE QUALITE REFERENTIEL RESPONSABLE QUALITE Référentiel métier RESPONSABLE QUALITE 1. Intitulé métier & autres appellations Responsable Qualité 2. Définition et description synthétique du métier Responsable décrit

Plus en détail

Colloque International IEMA-4

Colloque International IEMA-4 Comment mettre en place un dispositif coordonné d intelligence collective au service de la stratégie de l entreprise. Conférence de Mr. Alain JUILLET - Le 17/05/2010 IEMA4 Pour ne pas rester dans les banalités

Plus en détail

Production / Qualité / Maintenance / Méthodes. Garantir un haut niveau de production

Production / Qualité / Maintenance / Méthodes. Garantir un haut niveau de production Garantir un haut niveau de production 1 - Ingénieur industrialisation 2 - Ingénieur maintenance 3 - Ingénieur méthodes 4 - Ingénieur production 5 - Ingénieur qualité projet 6 - Ingénieur résident qualité

Plus en détail

Dossier de Présentation Forum Open- IPVideo

Dossier de Présentation Forum Open- IPVideo Dossier de Présentation Forum Open- IPVideo Association Loi de 1901-18 Rue Irénée Blanc 75020 Paris SIRET 520 224 734 00019 APE 9499Z http://www.open-ipvideo.org Page 2 sur 13 Sommaire 1. PREAMBULE...

Plus en détail

Au cours d une semaine l élève de STG aura 14 h d enseignement technologique et 15 h d enseignement général.

Au cours d une semaine l élève de STG aura 14 h d enseignement technologique et 15 h d enseignement général. C est une section technologique dans un lycée général. En STG, les élèves découvrent l entreprise, son environnement économique et juridique, s initient au management des organisations, à l information

Plus en détail

Les Technologies de l Information et de la Communication dans l artisanat de la région Nord - Pas-de-Calais

Les Technologies de l Information et de la Communication dans l artisanat de la région Nord - Pas-de-Calais Chambre de métiers et de l artisanat de Région Nord - Pas de Calais Les Technologies de l Information et de la Communication dans l artisanat de la région Nord - Pas-de-Calais Synthèse de l étude régionale

Plus en détail

Implantée depuis 2 ans à Bordeaux, Inside RDT fait le point sur ses pratiques et ses ambitions.

Implantée depuis 2 ans à Bordeaux, Inside RDT fait le point sur ses pratiques et ses ambitions. Page 1 COMMUNIQUÉ DE PRESSE À l occasion du Salon de l Entreprise Aquitaine, Inside Révélateur De Talents fête ses 10 ans d innovations dans les domaines de la formation et du coaching pour les entreprises.

Plus en détail

La démarche d intelligence économique

La démarche d intelligence économique PROGRAMME D APPUI AU COMMERCE ET À L INTÉGRATION RÉGIONALE Un programme financé par l Union européenne RENFORCEMENT DE LA COMPETITIVITE DES ENTREPRISES ET INTELLIGENCE ECONOMIQUE MARINA SAUZET CONSULTANTE

Plus en détail

L EUROPE EN FORMATIONS

L EUROPE EN FORMATIONS L EUROPE EN FORMATIONS > CONSTRUCTION > INSTITUTIONS > CITOYENNETÉ > POLITIQUES > BUDGET 1 Maison de l Europe de Rennes et de Haute-Bretagne La Maison de l Europe - de Rennes et de Haute Bretagne, association

Plus en détail

Du CLD de L Érable. Adopté par le conseil d administration le 18 décembre 2012.

Du CLD de L Érable. Adopté par le conseil d administration le 18 décembre 2012. * Du CLD de L Érable Adopté par le conseil d administration le 18 décembre 2012. 2 *Pour le CLD de L Érable, le développement économique et social passe par la réalisation concrète de projets menés par

Plus en détail

MONTER SON BUSINESS PLAN

MONTER SON BUSINESS PLAN MONTER SON BUSINESS PLAN Le plan de développement («business plan» en anglais) est la description quantitative et qualitative du projet de votre entreprise à moyen terme. C est donc un document fondamental

Plus en détail

5 Evaluation simplifiée AFAQ 26000

5 Evaluation simplifiée AFAQ 26000 Le Groupe AFNOR et ses métiers www.afnor.org Comprendre la norme ISO 6000 Lignes directrices relatives à la Identifier, valoriser, évaluer, soutenir le déploiement & la diffusion de «solutions de référence»

Plus en détail