Actualité fiscale. Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Actualité fiscale. Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent."

Transcription

1 LAZARD FRÈRES GESTION SAS 25, rue de Courcelles Paris Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent. Avril 2015

2 Sommaire A. Projet de loi Macron : mesures d assouplissement de la fiscalité B. Prélèvements sociaux et non-affiliés au régime français de Sécurité sociale C. Régularisation des avoirs étrangers D. La "carte des pratiques et montages abusifs" Ce document comporte 22 pages 2

3 A. Projet de loi Macron

4 Projet de loi Macron Le projet de "loi pour la croissance et l activité" dit "loi Macron", a été présenté par le gouvernement le 11 décembre Ce projet a été adopté en 1 ère lecture à l Assemblée nationale le 19 février 2015 à la suite de l engagement par le Gouvernement de l'article 49.3 de la Constitution (adoption forcée d un projet de loi budgétaire). Il est actuellement en cours de discussion au Sénat. Certaines mesures du projet de loi prévoient un assouplissement de la fiscalité pour les attributions d actions gratuites, les bons de souscription de parts de créateurs d entreprises et les plafonds de déduction d impôts pour les investissements dans les PME. 4

5 Projet de loi Macron Attributions d actions gratuites rappel du régime applicable Sous réserve de respecter une période d indisponibilité de 4 ans minimum, le régime fiscal actuellement applicable aux cessions d actions gratuites varie en fonction de la date d attribution des actions. Actions gratuites f Imposition 1 des actions gratuites attribuées avant le 28/09/2012 Imposition 1 des actions gratuites attribuées à compter du 28/09/2012 Contribution patronale 30% Gain d acquisition 30% + 15,5% : 45,5% Imposition au barème progressif de l IR (déductibilité de la CSG à hauteur de 5,1% en n+1) + 8% de prélèvements sociaux Contribution salariale 10% Plus-value de cession (régime d imposition de droit commun) Imposition au barème progressif de l IR après imputation d un abattement pour durée de détention ,5% de prélèvements sociaux (déductibilité de la CSG à hauteur de 5,1% en n+1) 1 hors contribution exceptionnelle sur les hauts revenus de 3% et 4%. 2 en fonction de la durée de détention des titres, un abattement de 50% (durée de détention comprise entre 2 et 8 ans) ou 65% (durée de détention entre supérieure à 8 ans) est applicable sur la plus-value de cession avant imposition à l IR. Les abattements ne sont pris en compte ni pour l assiette d imposition des prélèvements sociaux, ni pour le calcul de la contribution exceptionnelle sur les hauts revenus. 5

6 Projet de loi Macron Attributions d actions gratuites mesures d assouplissement L article 34 du projet de loi prévoit d apporter les modifications suivantes : La période d acquisition minimum serait réduite à 1 an, et la période d indisponibilité globale à 2 ans. Le gain d acquisition conserverait sa nature de salaire mais serait soumis au régime fiscal et social des plus-values sur valeurs mobilières. La contribution salariale de 10% serait supprimée. La contribution patronale serait réduite à 20% et pourrait, sous certaines conditions, être supprimée. Le cas échéant, la contribution serait calculée sur la base de la valeur des actions au jour de leur acquisition, et serait exigible dans le mois suivant la date d acquisition des actions par le bénéficiaire. Entrée en vigueur : ces modifications concerneraient les actions gratuites dont l attribution a été autorisée par une décision de l assemblée générale extraordinaire postérieure à la publication de la loi. 6

7 Projet de loi Macron Attributions d actions gratuites chiffrage des mesures d assouplissement A titre d exemple, sur la base d un taux marginal d IR de 45%, le taux effectif d imposition du gain d acquisition évoluerait comme suit : Actions attribuées avant le 28 septembre 2012 Actions attribuées après le 28 septembre 2012 Nouveau régime d imposition "Macron" Détention comprise entre 2 et 8 ans Détention supérieure à 8 ans Impôt sur le revenu 30% (taux forfaitaire) 45% (IR au barème) 22,5% (IR au barème après abattement de 50%) 15,75% (IR au barème après abattement de 65%) Prélèvements sociaux 15,5% 8% 15,5% 15,5% Cotisation salariale Taux effectif* d imposition global 10% 10% 0% 0% 55,5% 63% 38% 31,25% * hors contribution exceptionnelle sur les hauts revenus de 3% et 4%. 7

8 Projet de loi Macron Autres propositions Modification du régime applicable aux bons de souscription de parts de créateurs d entreprises (BSPCE) : Serait prise en compte de la durée d exercice dans la société mère de la société attributrice ou dans une de ses filiales ; En outre, il serait possible d attribuer des BSPCE à des salariés ou mandataires sociaux de filiales, sous réserve que la société émettrice respecte elle-même les conditions prévues pour l émission de BSPCE ; Enfin, une société créée dans le cadre d une restructuration, concentration, extension ou reprise d activités existantes pourrait désormais émettre des BSPCE sous certaines conditions. Les plafonds applicables aux réductions d impôts au titre de la souscription au capital de PME seraient augmentés : Réduction d IR (dispositif "Madelin") : seraient pris en compte les investissements dans le plafond global des niches fiscales de (contre actuellement) ; Réduction d ISF : relèvement du plafond de la réduction d impôt à (contre actuellement) ; Interdiction de procéder à des remboursements d apport avant la fin de la 7 ème année suivant celle de l apport (contre 10 ans actuellement). 8

9 B. Prélèvements sociaux et non-affiliés au régime français de Sécurité sociale

10 Prélèvements sociaux et non-affiliés au régime français de Sécurité sociale Décision de la CJUE du 26 février 2015 La Cour de justice de l Union européenne (CJUE) s est prononcée sur une question préjudicielle, que lui a soumise le Conseil d Etat en juillet dernier, et a considéré qu'un contribuable domicilié en France mais travaillant aux Pays-Bas ne pouvait pas être soumis aux prélèvements sociaux (CSG, CRDS...) en France sur ses revenus du patrimoine puisqu'il relevait de la sécurité sociale néerlandaise et non française. Dans une précédente décision rendue en 2000 la CJUE avait déjà considéré que les contributions sociales françaises ne pouvaient être prélevées sur les revenus d'activité et de remplacement de travailleurs qui, bien que résidant en France, étaient soumis à la législation de sécurité sociale d'un autre Etat membre. Il résulte de cette décision que les prélèvements sociaux doivent être considérés comme des contributions destinées à financer la sécurité sociale et non comme des impôts. En conséquence, ils ne peuvent pas être supportés par un contribuable relevant d'un régime de sécurité sociale étranger en raison, notamment, de l'interdiction du cumul des législations de sécurité sociale édicté par le Règlement communautaire de 1971 (CEE n 1408/71 du 14/06/1971 et CE n 883/2004 du 29/04/2004). 10

11 Prélèvements sociaux et non-affiliés au régime français de Sécurité sociale Dans l attente d une modification locale de la règle de droit Cela signifie donc que la loi française de finances rectificative du 16 août 2012, soumettant aux prélèvements sociaux les revenus fonciers et les plus-values immobilières réalisés par les nonrésidents, est contraire à la jurisprudence de la CJUE et à la réglementation communautaire, dès lors que ces personnes sont affiliées auprès de caisses de sécurité sociale étrangères. Toutefois, au plan pratique, cette décision ne dispense pas les contribuables non-résidents concernés de s'acquitter des prélèvements sociaux sur les revenus fonciers et les plus-values immobilières de source française. Ils doivent continuer à le faire tant que la loi ne sera pas modifiée. Le Gouvernement français a pris acte de la décision de la CJUE dans un communiqué de presse publié par le Ministère de Finances le 26 février dernier précisant qu il attendra la décision définitive du Conseil d Etat pour agir. Dans l'intervalle les non-résidents doivent continuer à s'acquitter des prélèvements sociaux mais doivent aussi, s'ils souhaitent pouvoir un jour récupérer ces prélèvements, introduire une réclamation contentieuse auprès de l'administration et ce avant l'expiration du délai de réclamation. 11

12 Prélèvements sociaux et non-affiliés au régime français de Sécurité sociale Délais pour présenter des réclamations En principe les délais de réclamation en droit interne français sont respectivement, de 2 ans à compter de l'émission du rôle pour les impôts recouvrés par cette voie (revenus fonciers), et dans les 2 ans du paiement pour les impôts ne donnant pas lieu à rôle (plus-values immobilières). Toutefois, pour les non-résidents, qui sont soumis à l impôt sur les plus-values immobilières au titre de l article 244 bis A du CGI, le délai de réclamation expire le 31 décembre de l année qui suit celle du paiement de l impôt lié à la cession. En pratique, les délais pour présenter des réclamations sur les prélèvements sociaux acquittés par des non-résidents ne cotisant pas au régime français de Sécurité sociale seraient les suivants : Sur les revenus fonciers : jusqu au 31 décembre 2015 pour les revenus perçus en 2012 et pour lesquels les prélèvements sociaux ont été acquittés depuis le 17 août 2012 (à la suite de la loi du 16 août 2012) ; jusqu au 31 décembre 2016 pour les revenus perçus en 2013 ; jusqu au 31 décembre 2017 pour ceux perçus en 2014 ; Sur les plus-values immobilières : jusqu au 31 décembre 2015 pour les plus-values correspondant à des cessions immobilières intervenues en

13 C. Régularisation des avoirs étrangers

14 Régularisation des avoirs étrangers Point sur l activité du STDR Un point d étape a eu lieu entre le STDR (service de traitement des déclarations rectificatives) et l IACF (institut des avocats conseils fiscaux) le 10 février dernier. A cette date et depuis sa création, le STDR a reçu demandes de régularisation qui se répartissent en dossiers complets et lettres d intention. Pour 2014, les ressources procurées par cette procédure se sont élevées pour l Etat à 1,85 Mds. L objectif budgétaire a été porté à 2,25 Mds pour Les effectifs du STDR s élèvent à 100 agents (contre 50 il y a un an). Marc Emptaz, chef de la mission pilotage auprès du Service du contrôle fiscal, a indiqué à l occasion de cette conférence, que "l administration souhaite faire en sorte que les dossiers adressés au STDR soient traités avant l entrée en vigueur de l échange automatique d informations entre les administrations fiscales le 1 er janvier 2017". Au cours de cette conférence des réponses ont été apportées à certaines questions concrètes soulevées par les dossiers de régularisation et auxquelles la circulaire ministérielle Cazeneuve du 21 juin 2013 ne répond pas nécessairement. 14

15 Régularisation des avoirs étrangers Rappel des prescriptions applicables Rappelons que la circulaire Cazeneuve autorise les contribuables qui régularisent leur situation à s acquitter des impôts non prescrits avec des atténuations de sanctions et de majorations encourues. A cet égard, les délais de reprise en matière d IR, de prélèvements sociaux, d ISF et de droits de succession ont été étendus à 10 ans pour les avoirs étrangers non déclarés. Ces allongements sont applicables à partir des années non prescrites au 1 er janvier 2013 pour l ISF et les droits de succession (soit l année 2007), et à partir de l année 2006 pour l IR et les prélèvements sociaux : Déclarations concernées par une régularisation déposée en 2015* Au 31/12/2015 Années concernées Déclarations d impôt sur le revenu 9 années revenus de 2006 à 2014 Déclarations d ISF 9 années 2007 à 2015 Déclaration de succession 9 années décès à partir du 1 er janvier 2007 Donation (donateur vivant) non prescriptible** - * La déclaration des revenus 2014 et l ISF 2015 ne sont à inclure dans une régulation initiée en 2015 que si l anonymat est levé et le dossier déposé après les dates limites de déclarations prévues pour ** S agissant des dons manuels, le délai de prescription ne commence à courir que lors de sa révélation ou du décès de l auteur du don. 15

16 Régularisation des avoirs étrangers Rappel sur les délais de procédure Depuis la Circulaire Sapin du 10 décembre 2014, des délais doivent désormais être respectés par les contribuables qui procèdent à la régularisation des avoirs non-déclarés détenus hors de France sous peine de ne pas bénéficier du dispositif d atténuation des majorations et pénalités prévu par la Circulaire Cazeneuve : Délais à respecter par le contribuable initiant une régularisation depuis le 10 décembre 2014* A partir de : Délais : Pour : Lettre d intention (levée de l anonymat) Demandes de justificatifs complémentaires du STDR Réception de la proposition de transaction du STDR 6 mois 60 jours 30 jours Déposer un dossier complet au STDR : déclarations rectificatives définitives et tous les documents nécessaires (notamment, documents bancaires probants, origine des fonds, etc.). Pour répondre et fournir les éléments complémentaires. Pour renvoyer la proposition de transaction datée et signée. * Pour les demandes de régularisation adressées jusqu au 30 juin 2014, le dossier complet devait être déposé au plus tard le 31 mars 2015 ; pour les demandes envoyées entre le 1 er juillet et le 9 décembre 2014, le délai expire le 30 mai

17 D. La "carte des pratiques et montages abusifs"

18 Carte des pratiques et montages abusifs Publication en ligne du MineFi Le Ministère des Finances (MineFi) a publié sur son site internet mercredi 1 er avril une "carte des pratiques et montages abusifs" qui recense 17 schémas fiscaux, révélés lors de contrôles fiscaux, que l administration regarde comme non conformes au droit, voire constitutifs d un abus de droit. La démarche du MineFi est présentée comme préventive, pour éviter aux contribuables d utiliser ce type de montages sous peine de redressement, et incitative, pour encourager les repentis ayant eu recours à ce type de montages à se régulariser volontairement. Cette publication n est pas une nouvelle norme de droit et ne modifie pas le droit fiscal applicable. Parmi les 17 premiers schémas pistés (d autres viendront compléter cette liste), 8 concernent l impôt sur le revenu des personnes physiques et l ISF. A l exception de quelques schémas, les pratiques dénoncées comme abusives sont souvent très caricaturales. Citons quelques exemples parmi ces montages qui concernent le délicat sujet des "management package", l inscription de titres dans le PEA, l ISF et les réorganisations patrimoniales liées à un transfert de son domicile hors de France. 18

19 Carte des pratiques et montages abusifs Schémas de "management package" Les schémas de "management package" mis en place lors d opérations de LBO pour intéresser les dirigeants font partie des pratiques visées. Bercy précise que l attribution de titres dans des "conditions préférentielles indexées sur la rentabilité de l investissement de l investisseur financier partie à l opération" et "sans aucune prise de risque financière ou en contrepartie d un investissement modique" constituent un avantage imposable en argent dans la catégories des traitements et salaires. Ces arguments sont l exacte réplique de ceux développés dans une récente décision du Conseil d Etat (CE 26 septembre 2014 n arrêt Gaillochet et CA Paris du 28 novembre 2012 n 11PA04246), qui a confirmé la procédure d abus de droit mise en œuvre à bon droit par l administration fiscale visant à requalifier les plus-values liées à la cession d actions acquises par levées d options d achat en salaires. 19

20 Carte des pratiques et montages abusifs Schémas visant à inscrire des titres dans le PEA Autre montage abusif visé, le rachat par un contribuable de titres qu il possédait déjà pour les faire inscrire dans son PEA. Bercy pointe ici le caractère artificiel et le but exclusivement fiscal de deux types d acquisition particulièrement caricaturales : Le contribuable détient ses titres sur un compte ordinaire, il les cède à une société puis les lui rachète immédiatement au travers du compte espèces de son PEA. Des membres d un même groupe détiennent leurs titres sur un compte ordinaire. Afin de les loger dans leur PEA, ils se cèdent leurs titres entre eux au même prix grâce au compte espèces de leur PEA. 20

21 Carte des pratiques et montages abusifs Schémas concernant l ISF Deux schémas pointés concernent l ISF, l un très caricatural n appelle pas de commentaires particuliers, le second est plus inquiétant : En fin d année, le contribuable organise frauduleusement la minoration de ses actifs financiers imposables à l ISF "en retirant des espèces de ses comptes bancaires pour des montants élevés ou fait émettre de chèques de banque par un établissement financier. En début d année suivante, les sommes en cause sont reversées sur les comptes bancaires du redevable". Le contribuable applique le dispositif du plafonnement de l ISF, permettant de limiter sa charge d impôt à 75% des revenus, en omettant de prendre en compte dans le terme des revenus la plusvalue immobilière exonérée d IR qu il a réalisé lors de la cession de sa résidence principale. Bercy considère cette omission comme un manquement délibéré susceptible d appliquer la majoration de 40%! 21

22 Carte des pratiques et montages abusifs Schémas liés à un transfert de domicile hors de France Enfin, nous citons deux (ré)organisations patrimoniales qui concernent des non-résidents fiscaux de France que Bercy considère comme abusives : Une société française distribue des dividendes en régime mère-fille à une société mère ayant son siège au sein de l Union européenne, mais hors de France (exemple : UK, Luxembourg, Irlande), qui distribue elle-même des dividendes exonérées de retenue à la source à son actionnaire personne physique, résident fiscalement hors de l UE. Le schéma pointe l interposition de ces entités juridiques, dépourvues de substance, qui a pour principal objet de faire bénéficier la personne physique d une exonération de retenue à la source en France lors de la distribution de dividendes. Une personne physique actionnaire d une société française installe son domicile hors de France. Elle "délocalise" ensuite les titres de la société française "en créant plusieurs niveaux de sociétés interposées situées à l étranger et sans réelle activité économique, dans le but de soustraire la transmission réalisées aux droits de mutation à titre gratuit en France". Bercy considère "le caractère artificiel du montage via des apports successifs entre ces structures "écran" qui ont pour unique finalité de transmettre les titres sans droits en France". 22

Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent.

Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent. LAZARD FRÈRES GESTION SAS 25, rue de Courcelles 75008 Paris Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent. Juillet 2014 Sommaire I. Régularisation

Plus en détail

Vous résidez fiscalement en France? Ce qui change pour vous au 1 er janvier 2013 :

Vous résidez fiscalement en France? Ce qui change pour vous au 1 er janvier 2013 : I.S.F. Patrimoine taxable Vous résidez fiscalement en France? Ce qui change pour vous au 1 er janvier 2013 : Vous êtes redevable de l ISF si votre patrimoine net taxable excède 1,3 million au 1 er janvier

Plus en détail

Loi de Finances Rectificative 2012 : Impacts et stratégies fiscales à adopter

Loi de Finances Rectificative 2012 : Impacts et stratégies fiscales à adopter Loi de Finances Rectificative 2012 : Impacts et stratégies fiscales à adopter Loi de finances rectificative pour 2012 n 201-958 du 16 août 2012 Intervention au Medef Lyon-Rhône 6 septembre 2012 Nathalie

Plus en détail

Réforme des plus-values de cession de valeurs mobilières à l I.R. (loi de finance pour 2014)

Réforme des plus-values de cession de valeurs mobilières à l I.R. (loi de finance pour 2014) Réforme des plus-values de cession de valeurs mobilières à l I.R. (loi de finance pour 2014) Réforme des plus-values de cession de valeurs mobilières 2 SOMMAIRE PAGES INTRODUCTION 3 I) Schéma illustratif

Plus en détail

AJAR 4 décembre 2012 Panorama fiscal 2012-2013

AJAR 4 décembre 2012 Panorama fiscal 2012-2013 PLAN Loi de Finances rectificative du 14 mars 2012 (1 ère LFR) Loi de Finances rectificative du 16 août 2012 (2 ème LFR) Loi de Finances rectificative de décembre 2012 (3 ème LFR) Doctrine et jurisprudence

Plus en détail

- Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée.

- Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée. - Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée. - Contribution exceptionnelle sur la fortune : Une contribution exceptionnelle

Plus en détail

Le cadre fiscal et social de l épargne salariale pour l épargnant

Le cadre fiscal et social de l épargne salariale pour l épargnant Janvier 2015 Le cadre fiscal et social de l épargne salariale pour l épargnant France métropolitaine et D.O.M. (hors Mayotte) BANQUE DE GRANDE CLIENTÈLE / ÉPARGNE ET ASSURANCE / SERVICES FINANCIERS SPÉCIALISÉS

Plus en détail

Bienvenue à la soirée «Fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer»

Bienvenue à la soirée «Fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer» Bienvenue à la soirée «Fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer» Bienvenue à la soirée «fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer Avec le soutien de LOI DE FINANCES 2013 Revue des principales mesures

Plus en détail

PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 :

PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 : PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 : REGIME D IMPOSITION DE DROIT COMMUN Les plus-values réalisée en 2013 seront, en principe, imposables au barème progressif de l impôt sur le revenu dès

Plus en détail

Actualité fiscale. Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent.

Actualité fiscale. Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent. LAZARD FRÈRES GESTION SAS 25, rue de Courcelles 75008 Paris Stéphane JACQUIN Karine LECOCQ Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent. Octobre

Plus en détail

Actualité fiscale / Novembre 2011

Actualité fiscale / Novembre 2011 Actualité fiscale / Novembre 2011 L année 2011 comporte un flot législatif important, ceci par quatre lois de finances rectificatives mais également le projet de loi de finance pour 2012 à venir. 1 e Loi

Plus en détail

Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2012

Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2012 Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2012 Octobre 2012 Sommaire 1. CONTRIBUTION EXCEPTIONNELLE SUR LA FORTUNE...2 2. DROITS DE SUCCESSION ET DE DONATION...2 2.1 Réduction de l abattement

Plus en détail

Par Eve d Onorio di Méo, Avocat - jeudi 22 octobre 2015. Avocat spécialiste en Droit Fiscal. ed@donorio.com - www.donorio.com

Par Eve d Onorio di Méo, Avocat - jeudi 22 octobre 2015. Avocat spécialiste en Droit Fiscal. ed@donorio.com - www.donorio.com Par Eve d Onorio di Méo, Avocat - jeudi 22 octobre 2015 Avocat spécialiste en Droit Fiscal ed@donorio.com - www.donorio.com Membre ANACOFI-CIF N E001954 La législation française relative à l assujettissement

Plus en détail

Séance du 29 janvier 2015 : avis rendus par le comité de l abus de droit fiscal commentés par l'administration (CADF/AC n 01/2015).

Séance du 29 janvier 2015 : avis rendus par le comité de l abus de droit fiscal commentés par l'administration (CADF/AC n 01/2015). DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES SERVICE JURIDIQUE DE LA FISCALITE Sous-direction du contentieux des impôts des professionnels Bureau JF 2 B 86, allée de Bercy - Teledoc 944 75572 PARIS cedex

Plus en détail

NOTE D INFORMATION. L Assemblée Nationale a adopté en décembre 2013 la loi de finances pour 2014 et la loi de finances rectificative pour 2013.

NOTE D INFORMATION. L Assemblée Nationale a adopté en décembre 2013 la loi de finances pour 2014 et la loi de finances rectificative pour 2013. 36 rue de Monceau 75008 Paris 62 rue de la République 69002 Lyon www.seine-saone.fr NOTE D INFORMATION Date : 20 janvier 2014 Objet : Loi de finances pour 2014 Loi de finances rectificative pour 2013 Madame,

Plus en détail

Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013

Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013 Sources : Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013 Loi de finances 2014 : http://www.assembleenationale.fr/14/ta/ta0267.asp Loi de finances rectificatives

Plus en détail

BOURSES SCOLAIRES ET PRISE EN CHARGE

BOURSES SCOLAIRES ET PRISE EN CHARGE MARS 2010 BOURSES SCOLAIRES ET PRISE EN CHARGE Aout 2012 Une information de notre partenaire Texte phare de la session parlementaire extraordinaire convoquée en juin dernier par le nouveau président de

Plus en détail

TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC

TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC I DETERMINATION DE LA RESIDENCE Au plan fiscal, les conséquences résultant pour un résident et ressortissant français de son installation au Maroc dépendent

Plus en détail

P A T R I C K M I C H A U D C A B I N E T D ' A V O C A T S ANCIEN MEMBRE DU CONSEIL DE L'ORDRE

P A T R I C K M I C H A U D C A B I N E T D ' A V O C A T S ANCIEN MEMBRE DU CONSEIL DE L'ORDRE P A T R I C K M I C H A U D C A B I N E T D ' A V O C A T S ANCIEN MEMBRE DU CONSEIL DE L'ORDRE PLUS VALUES DE CESSIONS D ACTIONS Contribuables fiscalement domiciliés en France Régime 2013/2014 Art. 17

Plus en détail

MEDEF Loi de finances pour 2013

MEDEF Loi de finances pour 2013 MEDEF Loi de finances pour 2013 Commission fiscalité 1 octobre 2012 Loi de finances pour 2013 Fiscalité des personnes physiques Commission fiscalité 1 octobre 2012 Fiscalité du Patrimoine : ISF (1) Aujourd

Plus en détail

NOTE D INFORMATION. Les principales mesures qui concernent votre patrimoine sont les suivantes : Gel du barème de l impôt sur le revenu

NOTE D INFORMATION. Les principales mesures qui concernent votre patrimoine sont les suivantes : Gel du barème de l impôt sur le revenu 36, rue de Monceau 75008 Paris 61, rue de la République 69002 Lyon www.seine-saone-finance.fr NOTE D INFORMATION Date : 14 janvier 2013 Objet : Loi de finances pour 2013, loi de finances rectificative

Plus en détail

TOUT SAVOIR SUR LE CADRE FISCAL ET SOCIAL DE L ÉPARGNE SALARIALE

TOUT SAVOIR SUR LE CADRE FISCAL ET SOCIAL DE L ÉPARGNE SALARIALE Crédit Photo : FANCY/Jupiterimages Septembre 2007 TOUT SAVOIR SUR LE CADRE FISCAL ET SOCIAL DE L ÉPARGNE SALARIALE 1. En un coup d œil... À l entrée, sur les versements de l entreprise À LA CHARGE DU BÉNÉFICIAIRE

Plus en détail

actionnariat salarié

actionnariat salarié actionnariat salarié L Actionnariat Salarié est un outil d épargne collective permettant aux salariés d acquérir directement ou indirectement des actions de leur entreprise au travers du Plan d Épargne

Plus en détail

FLASH Projet de loi de finances rectificative pour 2011 Conseil des Ministres du 11/ 05/2011

FLASH Projet de loi de finances rectificative pour 2011 Conseil des Ministres du 11/ 05/2011 FLASH Projet de loi de finances rectificative pour 2011 Conseil des Ministres du 11/ 05/2011 Actualisation du flash sur les dispositions présentées à la presse le 12/04/2011 Le PLFR 2011 sera examiné par

Plus en détail

Intitulé de la mesure Explication du dispositif Date d entrée en vigueur. à 150 000 par part de quotient familial.

Intitulé de la mesure Explication du dispositif Date d entrée en vigueur. à 150 000 par part de quotient familial. ! PARTICULIERS Article du projet de loi Article 3 Article 4 Intitulé de la mesure Explication du dispositif Date d entrée en vigueur Modifications apportées par l AN Création d une tranche création d une

Plus en détail

Morvilliers Sentenac Avocats

Morvilliers Sentenac Avocats Newsletter n 13... Février 2013 Morvilliers Sentenac Avocats Actualités fiscales Les lois de finance votées en fin d année modifient sensiblement le paysage fiscal en accroissant les charges fiscales pesant

Plus en détail

Lettre d Information Juridique et Fiscale. 18 janvier 2006 4 ème Trimestre 2005

Lettre d Information Juridique et Fiscale. 18 janvier 2006 4 ème Trimestre 2005 Lettre d Information Juridique et Fiscale 18 janvier 2006 4 ème Trimestre 2005 1. Informatique et Libertés ALERTES PROFESSIONNELLES La loi «SARBANES OXLEY», adoptée aux Etats-Unis, impose aux filiales

Plus en détail

Plus-values immobilières des particuliers

Plus-values immobilières des particuliers > Fiscalité patrimoniale Fiscalité personnelle Plus-values immobilières des particuliers Abattement pour durée de détention Abattement identique pour tous les biens >> Abattement pour durée de détention

Plus en détail

LOI DE FINANCE 2013 22/01/2013. Aella Conseil 76 boulevard Exelmans 75016 Paris. Tél : 01 44 14 04 04 contact@aellaconseil.com

LOI DE FINANCE 2013 22/01/2013. Aella Conseil 76 boulevard Exelmans 75016 Paris. Tél : 01 44 14 04 04 contact@aellaconseil.com LOI DE FINANCE 2013 La loi de Finance 2013 apporte son lot de nouveautés. Nombre de régimes tant pour les entreprises que pour les particuliers sont impactés en profondeur. Ci-après la revue des principaux

Plus en détail

Points clés de la fiscalité du chef d entreprise

Points clés de la fiscalité du chef d entreprise Points clés de la fiscalité du chef d entreprise Arnaud JAMIN Avocat Directeur Associé 1 Les plus-values de cession de valeurs mobilières ou droits sociaux 2 Les plus-values de cession de valeurs mobilières

Plus en détail

principales mesures du «paquet fiscal»

principales mesures du «paquet fiscal» principales mesures du «paquet fiscal» Loi en faveur du travail, de l emploi et du pouvoir d achat, publiée au Journal officiel le 22 août 2007. Les principales mesures en matière patrimoniale sont les

Plus en détail

Les principales dispositions de la troisième loi de finances rectificative pour 2012 du 29 décembre 2012

Les principales dispositions de la troisième loi de finances rectificative pour 2012 du 29 décembre 2012 Les principales dispositions de la troisième loi de finances rectificative pour 2012 du 29 décembre 2012 FISCALITÉ IMMOBILIÈRE Taxe sur certaines plusvalues immobilières CGI. art. 1609 nonies G Instauration

Plus en détail

Stock-Options. Mécanisme et Fiscalité QUILVEST FAMILY OFFICE

Stock-Options. Mécanisme et Fiscalité QUILVEST FAMILY OFFICE Mécanisme et Fiscalité QUILVEST FAMILY OFFICE Définition Les stock-options offrent à des salariés ou à des dirigeants la possibilité d acquérir à une échéance déterminée des actions de leur société à un

Plus en détail

Modification des modalités d imposition de la cession à titre onéreux d usufruit temporaire @EFI

Modification des modalités d imposition de la cession à titre onéreux d usufruit temporaire @EFI Sources rapports Sénat Modification des modalités d imposition de la cession à titre onéreux d usufruit temporaire Article 15 de loi de finances rectificative pour 2012 (n 403), Le présent article vise

Plus en détail

La Loi de Financement de la Sécurité Sociale pour 2016 (ci-après «LFSS 16») a été définitivement adoptée le 30 novembre.

La Loi de Financement de la Sécurité Sociale pour 2016 (ci-après «LFSS 16») a été définitivement adoptée le 30 novembre. Loi de finances pour 2016, de finances rectificative pour 2015 et Loi de financement de la Sécurité Sociale pour 2016 Actualités en matière de fiscalité des personnes physiques Les travaux relatifs aux

Plus en détail

Présentation de l actualité. Actionnariat salarié dans le cadre de la loi Macron

Présentation de l actualité. Actionnariat salarié dans le cadre de la loi Macron Présentation de l actualité Actionnariat salarié dans le cadre de la loi Macron Colin Bernier / People Advisory Services Avocat - Associé Office: + 33 (0)1 55 61 12 41 colin.bernier@ey-avocats.com Page

Plus en détail

LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME

LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME Une note de Riviera Family Office Mise à jour : juillet 2004 Les principaux avantages fiscaux des valeurs mobilières Aucune imposition sous

Plus en détail

P A T R I C K M I C H A U D

P A T R I C K M I C H A U D P A T R I C K M I C H A U D C A B I N E T D ' A V O C A T S ANCIEN MEMBRE DU CONSEIL DE L'ORDRE ANALYSE PRATIQUE DE LA CIRCULAIRE DE BERNARD CAZENEUVE SUR LE TRAITEMENT DES DÉCLARATIONS RECTIFICATIVES

Plus en détail

Loi de finances rectificative pour 2010 et Loi de finances pour 2011. Loi de finances pour 2011

Loi de finances rectificative pour 2010 et Loi de finances pour 2011. Loi de finances pour 2011 Loi de finances rectificative pour 2010 et Loi de finances pour 2011 Loi de finances pour 2011 La loi de finances pour 2011 ne bouleverse pas notre fiscalité. Les principales dispositions sont relatives

Plus en détail

11. Déduction du montant de l ISF des investissements dans les PME jusqu à 50.000 euros

11. Déduction du montant de l ISF des investissements dans les PME jusqu à 50.000 euros Lettre d'information - Mai - Juin 2007 MESURES FISCALES ANNONCÉES PAR LE NOUVEAU GOURVERNEMENT Sous réserve que ces mesures soient votées par le Parlement, certaines de ces mesures seraient applicables

Plus en détail

Où et comment sont taxés les stock-options dans le cadre de la mobilité internationale des salariés?

Où et comment sont taxés les stock-options dans le cadre de la mobilité internationale des salariés? Où et comment sont taxés les stock-options dans le cadre de la mobilité internationale des salariés? Les salariés, de plus en plus nombreux, accomplissant des carrières internationales et ayant bénéficiés

Plus en détail

Séance du 7 novembre 2014 : avis rendus par le comité de l abus de droit fiscal commentés par l'administration (CADF/AC n 8/2014).

Séance du 7 novembre 2014 : avis rendus par le comité de l abus de droit fiscal commentés par l'administration (CADF/AC n 8/2014). DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES SERVICE JURIDIQUE DE LA FISCALITE Sous-direction du contentieux des impôts des professionnels Bureau JF 2 B 86, allée de Bercy - Teledoc 944 75572 PARIS cedex

Plus en détail

PLUS-VALUES MOBILIERES ET IMMOBILIERES : LES MODIFICATIONS A VENIR DANS LA LOI DE FINANCES POUR 2014

PLUS-VALUES MOBILIERES ET IMMOBILIERES : LES MODIFICATIONS A VENIR DANS LA LOI DE FINANCES POUR 2014 ACTUALITE PLUS-VALUES MOBILIERES ET IMMOBILIERES : LES MODIFICATIONS A VENIR DANS LA LOI DE FINANCES POUR 2014 I. Quelle imposition pour les plus-values de cession de valeurs mobilières des particuliers

Plus en détail

Janvier 2012. Les fiches fiscalité

Janvier 2012. Les fiches fiscalité Janvier 2012 Les fiches fiscalité SOMMAIRE Fiscalité de l assurance vie et du contrat de capitalisation en cas de rachat...p. 1 Fiscalité de l assurance vie en cas de décès...p. 2 Fiscalité du patrimoine...p.

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS N 49 DU 3 JUIN 2011 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES 5 F-11-11 INSTRUCTION DU 25 MAI 2011 CONTRIBUTION SALARIALE SUR LES GAINS DE LEVEE D OPTIONS SUR TITRES ET D ACQUISITION

Plus en détail

LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2008

LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2008 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2008 Micro -entreprises L option pour l année 2009 pour le versement forfaitaire libératoire des cotisations et contributions sociales des travailleurs indépendants relevant

Plus en détail

22 - Crédits aux particuliers...34 23 - Assurance emprunteur...35 24 - Crédit à la consommation...36 25 - Surendettement...38

22 - Crédits aux particuliers...34 23 - Assurance emprunteur...35 24 - Crédit à la consommation...36 25 - Surendettement...38 Le couple SOMMAIRE 1 - Mariage, Pacs, concubinage : que choisir?... 6 2 - Choix du régime matrimonial... 7 3 - Divorce... 8 4 - Prestation compensatoire... 9 5 - Gestion des biens du mineur...10 6 - Gestion

Plus en détail

a) Les stock options 2 b) Les attributions d actions gratuites 4 c) Les carried interest 5

a) Les stock options 2 b) Les attributions d actions gratuites 4 c) Les carried interest 5 RAPPORT FAIT AU NOM DE LA COMMISSION DES FINANCES, DE L ÉCONOMIE GÉNÉRALE ET DU CONTRÔLE BUDGÉTAIRE SUR LE PROJET DE loi de finances pour 2013 (n 235), TOME II PAR M. CHRISTIAN ECKERT Rapporteur général,

Plus en détail

Actualité Juridique & Fiscale

Actualité Juridique & Fiscale Septembre 2011 2011 Actualité Juridique & Fiscale Sommaire Sommaire I Petits-enfants venant à une succession par suite de la renonciation de leur auteur, enfant unique : impossibilité d appliquer l abattement

Plus en détail

Impôt sur le revenu Gel du barème et création d une tranche à 45% Suppression de la contribution exceptionnelle sur les très hauts revenus

Impôt sur le revenu Gel du barème et création d une tranche à 45% Suppression de la contribution exceptionnelle sur les très hauts revenus Newsletter Fiscalité Janvier 2013 Sommaire Fiscalité des personnes physiques Page 3 Impôt sur le revenu Gel du barème et création d une tranche à 45% Suppression de la contribution exceptionnelle sur les

Plus en détail

Le projet de loi de finances pour 2013 (PLF 2013), adopté en première

Le projet de loi de finances pour 2013 (PLF 2013), adopté en première LEGIS hors-série Décembre 2012 L'essentiel de la veille réglementaire et fiscale du métier titres dossier spécial : Projet de Loi de finances 2013 ////// édito Projet de loi de finances 2013 : vers une

Plus en détail

SPP, ou plan d achat d actions

SPP, ou plan d achat d actions SPP, ou plan d achat d actions destiné aux salariés permanents du groupe Randstad France Au sein du Groupe Randstad, nous avons la conviction que notre personnel est notre atout le plus précieux. C est

Plus en détail

REGULARISATIONS de comptes étrangers non déclarés : BILAN D ETAPE ET QUESTIONS NOUVELLES

REGULARISATIONS de comptes étrangers non déclarés : BILAN D ETAPE ET QUESTIONS NOUVELLES REGULARISATIONS de comptes étrangers non déclarés : BILAN D ETAPE ET QUESTIONS NOUVELLES Conférence Petit-déjeuner du 10 février 2015 Maïté Gabet, Directrice de la DNVSF, Béatrice Brethomé, Directrice

Plus en détail

La régularisation fiscale des clients français

La régularisation fiscale des clients français La régularisation fiscale des clients français Michel Collet Mercredi 8 octobre 2013, Genève 08/10/2013 La régularisation fiscale des clients français 1 Plan : 1. Introduction 2. La circulaire «Cazeneuve»

Plus en détail

Actualités financières fiscales et patrimoniales 2014 LFR 2013 et LF2014

Actualités financières fiscales et patrimoniales 2014 LFR 2013 et LF2014 Sumatra Patrimoine Actualités financières fiscales et patrimoniales 2014 LFR 2013 et LF2014 Mardi 25 Mars 2014 Les Mardis d Athélia Qui sommes nous? Cabinet Conseil en Gestion de Patrimoine Indépendant

Plus en détail

Séance du 23 septembre 2014 : avis rendus par le comité de l abus de droit fiscal commentés par l'administration (CADF/AC n 6/2014).

Séance du 23 septembre 2014 : avis rendus par le comité de l abus de droit fiscal commentés par l'administration (CADF/AC n 6/2014). DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES SERVICE JURIDIQUE DE LA FISCALITE Sous-direction du contentieux des impôts des professionnels Bureau JF 2 B 86, allée de Bercy - Teledoc 944 75572 PARIS cedex

Plus en détail

Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2013

Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2013 Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2013 Octobre 2012 Sommaire 1. IMPOT SUR LE REVENU... 2 2. TAXATION DES REVENUS DU CAPITAL AU BAREME PROGRESSIF... 3 3. TAXATION DES PLUS-VALUES

Plus en détail

Les mesures de recettes prévues dans le cadre de la réforme. des retraites de 2010. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Les mesures de recettes prévues dans le cadre de la réforme. des retraites de 2010. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 9 février 2011-9h30 «Rappel des principales mesures de la réforme de 2010 Préparation du rapport sur les transferts de compensation démographique»

Plus en détail

CONVENTIONS FISCALES INTERNATIONALES Comparatif des conventions fiscales internationales.

CONVENTIONS FISCALES INTERNATIONALES Comparatif des conventions fiscales internationales. CONVENTIONS FISCALES INTERNATIONALES Comparatif des conventions fiscales internationales. FRANCE DETERMINATION DU LIEU DE RESIDENCE Allemagne, Autriche, Belgique, Brésil, Canada, Espagne, Etats-Unis, Inde,

Plus en détail

COMPRENDRE LA BOURSE

COMPRENDRE LA BOURSE COMPRENDRE LA BOURSE La fiscalité simplifiée des valeurs mobilières Ce document pédagogique n est pas un document de conseils pour investir en bourse. Les informations données dans ce document sont à titre

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS

GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS Les présentes mises à jour concernent le quatrième tirage 2000. PACS ( Pacte civil de solidarité ) - Page 6 Le régime applicable entre

Plus en détail

Panorama de l actualité fiscale. Séminaire APL 30 Octobre 2012

Panorama de l actualité fiscale. Séminaire APL 30 Octobre 2012 Panorama de l actualité fiscale Séminaire APL 30 Octobre 2012 Plan I. Introduction Chronologie des évènements II. Projet de loi de finance 2013 Impôt sur le Revenu Fiscalité des revenus du capital Fiscalité

Plus en détail

Investir au Maroc: Contrôle des changes et environnement fiscal

Investir au Maroc: Contrôle des changes et environnement fiscal Abdelwaret KABBAJ Expert-comptable diplômé en France Fondateur du cabinet Kabbaj Erradi advisory firm: Conseil en fiscalité des entreprises et des individus Formations fiscales Marocaines et internationales

Plus en détail

68 rue Duquesne 69006 LYON Tel : 04 78 89 01 49 Fax : 04 72 43 09 76 Mail : contact@fpconseil.fr

68 rue Duquesne 69006 LYON Tel : 04 78 89 01 49 Fax : 04 72 43 09 76 Mail : contact@fpconseil.fr 68 rue Duquesne 69006 LYON Tel : 04 78 89 01 49 Fax : 04 72 43 09 76 Mail : contact@fpconseil.fr 1 REUNION DU 19 NOVEMBRE 2012 SOMMAIRE Loi de Finances rectificative 2012 Loi de Financement de la Sécurité

Plus en détail

FISCALITE DES AVOIRS DETENUS A L ETRANGER

FISCALITE DES AVOIRS DETENUS A L ETRANGER FISCALITE DES AVOIRS DETENUS A L ETRANGER AVRIL 2016 Laurent Perez et Jérome Jarmoune - Directeurs Associés, Herez Israël Rédigé en collaboration avec Florence Tolédano, Expert Fiscaliste I. AVOIRS FISCAUX

Plus en détail

Mesures patrimoniales du projet de loi de finances pour 2014

Mesures patrimoniales du projet de loi de finances pour 2014 Mesures patrimoniales du projet de loi de finances pour 2014 INTRODUCTION : Le projet de loi de finances est bâti sur une prévision de croissance de +0,1 % en 2013 et de +0,9 % en 2014. Cette dernière

Plus en détail

Gestion & Actualité. La note d information du CGL SOMMAIRE. Plus-values immobilières 2012 Une déclaration unique Un timbre de 35 euros

Gestion & Actualité. La note d information du CGL SOMMAIRE. Plus-values immobilières 2012 Une déclaration unique Un timbre de 35 euros EXTRAITS DU N 47 NOVEMBRE 2011 Gestion & Actualité La note d information du CGL SOMMAIRE Page 2 Page 3 Page 4 A apprécier Plus-values immobilières 2012 Une déclaration unique Un timbre de 35 euros Vers

Plus en détail

NOUVELLES MESURES APPORTEES PAR LA LOI DE FINANCE RECTIFICATIVE POUR 2011

NOUVELLES MESURES APPORTEES PAR LA LOI DE FINANCE RECTIFICATIVE POUR 2011 NOUVELLES MESURES APPORTEES PAR LA LOI DE FINANCE RECTIFICATIVE POUR 2011 La loi de finance rectificative pour 2011, dite «réforme de la fiscalité du patrimoine», a été adoptée par le Parlement le 6 juillet

Plus en détail

Bâtiment Le Loubérance - 121 rue Jean Dausset BP 11530 84916 Avignon cedex 9 Tél : 04 90 31 02 59 / Fax : 04 90 88 26 31 contact@synthese-finance.

Bâtiment Le Loubérance - 121 rue Jean Dausset BP 11530 84916 Avignon cedex 9 Tél : 04 90 31 02 59 / Fax : 04 90 88 26 31 contact@synthese-finance. Bâtiment Le Loubérance - 121 rue Jean Dausset BP 11530 84916 Avignon cedex 9 Tél : 04 90 31 02 59 / Fax : 04 90 88 26 31 contact@synthese-finance.com I. Impôts, crédits d impôt et taxes II. Immobilier

Plus en détail

LOI «MACRON» DISPOSITIONS FISCALES

LOI «MACRON» DISPOSITIONS FISCALES N 93 FISCAL n 17 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 2 septembre 2015 ISSN 1769-4000 LOI «MACRON» DISPOSITIONS FISCALES L essentiel : La loi pour la croissance, l activité et l égalité des chances

Plus en détail

«Alerte sur la rémunération des gérants majoritaires»

«Alerte sur la rémunération des gérants majoritaires» 11 juin 2013 Les matinales de l entrepreneur : «Alerte sur la rémunération des gérants majoritaires» Intervenants : - Mrs Jean François GANNE, Maxime RICHARD et Jean Luc BLACHON (cabinet d expertise Comptable

Plus en détail

4.2.3. Optimisation de la rémunération du dirigeant de société soumise à l IS

4.2.3. Optimisation de la rémunération du dirigeant de société soumise à l IS 4 4.2.3. Optimisation de la rémunération du dirigeant de société soumise à l IS Le dirigeant d une entreprise soumise à l IS dispose d une grande liberté pour construire sa rémunération, puisqu elle peut

Plus en détail

FCPI et FIP ISF Réduction d ISF en faveur de l investissement dans les PME La règle «de minimis» Calcul de la réduction d ISF : Réduction d ISF =

FCPI et FIP ISF Réduction d ISF en faveur de l investissement dans les PME La règle «de minimis» Calcul de la réduction d ISF : Réduction d ISF = FCPI et FIP ISF Réduction d ISF en faveur de l investissement dans les PME Un avantage fiscal institué par la loi TEPA afin de permettre aux redevables de l ISF de bénéficier d une réduction d ISF en investissant

Plus en détail

Life Asset Portfolio (LAP) France

Life Asset Portfolio (LAP) France Information sur le produit I/IV Type de contrat Clients Devise du contrat Durée du contrat Assureur Souscripteur Assuré Bénéficiaires Contrat d'assurance vie à primes libres, lié à une ou plusieurs catégories

Plus en détail

Actualité fiscale 25 juin 2015

Actualité fiscale 25 juin 2015 INTERESSEMENT DES SALARIES Le projet de loi Macron Le projet de loi pour la croissance, l activité et l égalité des chances économiques, dite «loi Macron», a été présenté le 11 décembre 2014. Après de

Plus en détail

Exit tax: L expatriation présente-t-elle encore un intérêt FISCAP 2012. 7 Avril 2012 Michel Collet, Avocat associé CMS Bureau Francis Lefebvre

Exit tax: L expatriation présente-t-elle encore un intérêt FISCAP 2012. 7 Avril 2012 Michel Collet, Avocat associé CMS Bureau Francis Lefebvre Exit tax: L expatriation présente-t-elle encore un intérêt FISCAP 2012 7 Avril 2012 Michel Collet, Avocat associé CMS Bureau Francis Lefebvre Plan I. Exit Tax II. Expatriation III. Présentation synthétique

Plus en détail

Jacques GUÉNOT Avocat Associé Spécialiste en Droit Fiscal et en Droit des Sociétés Maître de conférence à la Faculté de Droit Nancy 2

Jacques GUÉNOT Avocat Associé Spécialiste en Droit Fiscal et en Droit des Sociétés Maître de conférence à la Faculté de Droit Nancy 2 Jacques GUÉNOT Avocat Associé Spécialiste en Droit Fiscal et en Droit des Sociétés Maître de conférence à la Faculté de Droit Nancy 2 1 LOI DE FINANCES POUR 2012 & LOIS DE FINANCES RECTIFICATIVES POUR

Plus en détail

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 17 FEVRIER 2012 13 A-1-12

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 17 FEVRIER 2012 13 A-1-12 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 17 FEVRIER 2012 13 A-1-12 DROIT A RESTITUTION DES IMPOSITIONS DIRECTES EN FONCTION DU REVENU («BOUCLIER FISCAL»). ABROGATION DU DROIT A RESTITUTION.

Plus en détail

la fiscalité des valeurs mobilières en 2015

la fiscalité des valeurs mobilières en 2015 la fiscalité des valeurs mobilières en 2015 loi de finances 2015 loi n 2014-1654 du 29 décembre 2014 web conference - 10-02-2015 1 les lois de finances 2013 et 2014 régime des plus values simplification

Plus en détail

REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE (communication du 18/07/2011)

REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE (communication du 18/07/2011) REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE (communication du 18/07/2011) En l absence d un accord sur le projet de réforme du patrimoine, le Gouvernement a convoqué une commission mixte paritaire afin d établir

Plus en détail

Lois de finances, ce qui change pour les particuliers

Lois de finances, ce qui change pour les particuliers Lois de finances, ce qui change pour les particuliers Réforme des plus-values de cession de valeurs mobilières La loi de finances pour 2014 vient de modifier les modalités d impositions des plus-values

Plus en détail

Donation temporaire d usufruit, une nouvelle manière de donner adaptée. Mardi 26 février 2013. Fondation Ecole Centrale de Paris

Donation temporaire d usufruit, une nouvelle manière de donner adaptée. Mardi 26 février 2013. Fondation Ecole Centrale de Paris Donation temporaire d usufruit, une nouvelle manière de donner adaptée au contexte fiscal actuel Mardi 26 février 2013 Fondation Ecole Centrale de Paris Banque Transatlantique SOMMAIRE Nouveau contexte

Plus en détail

DOCUMENT POUR REMPLIR LA DÉCLARATION DES REVENUS DE 2012

DOCUMENT POUR REMPLIR LA DÉCLARATION DES REVENUS DE 2012 N 2041 GB N 50143#17 DOCUMENT POUR REMPLIR LA DÉCLARATION DES REVENUS DE 2012 Ce document n a qu une valeur indicative. Il ne se substitue pas à la documentation officielle de l administration. DISPOSITIFS

Plus en détail

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 4 OCTOBRE 2011 5 B-13-11

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 4 OCTOBRE 2011 5 B-13-11 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 4 OCTOBRE 2011 5 B-13-11 IMPOT SUR LE REVENU. REDUCTION D IMPOT SUR LE REVENU. CONSEQUENCES DE L ABROGATION DU COMPTE EPARGNE CODEVELOPPEMENT. COMMENTAIRES

Plus en détail

Les jeudis du patrimoine

Les jeudis du patrimoine Les jeudis du patrimoine Quelles solutions pouvez-vous envisager pour réduire votre impôt sur le revenu? Le 29 novembre 2012 19h30 07/12/2012 1 Présentation des héros du jour Couple : Sophie et Marc, 2

Plus en détail

L impôt sur le revenu Réduction globale de 10% des réductions et crédits d impôts Modification de la taxation des plus values mobilières Autres

L impôt sur le revenu Réduction globale de 10% des réductions et crédits d impôts Modification de la taxation des plus values mobilières Autres L impôt sur le revenu Réduction globale de 10% des réductions et crédits d impôts Modification de la taxation des plus values mobilières Autres mesures L IMPÔT SUR LE REVENU Nouveau barème applicable :

Plus en détail

NOTICE POUR REMPLIR LA DÉCLARATION n 2041-GL au titre de l année 2014

NOTICE POUR REMPLIR LA DÉCLARATION n 2041-GL au titre de l année 2014 N 2041-GL-NOT N 50565#15 NOTICE POUR REMPLIR LA DÉCLARATION n 2041-GL au titre de l année 2014 Transfert du domicile fiscal hors de France avant le 1 er janvier 2005 : Plus-values mobilières - Expiration

Plus en détail

LACOURTE NOTE FISCALE OCTOBRE 2012

LACOURTE NOTE FISCALE OCTOBRE 2012 Le projet de Loi de finances pour 2013 présenté en Conseil des Ministres vendredi 28 septembre 2012 constitue la première pierre de l architecture de la politique fiscale du Gouvernement. Il vient bouleverser

Plus en détail

Pratique des techniques bancaires

Pratique des techniques bancaires Aurélien GIRAUD Pratique des techniques bancaires Banque et fiscalité du particulier Édition 2012, 2012 ISBN : 978-2-212-55293-5 Chapitre 3 Le compte titres ordinaire GÉNÉRALITÉS Le compte titres ordinaire

Plus en détail

ISF des dirigeants et actionnaires Les bonnes questions

ISF des dirigeants et actionnaires Les bonnes questions ISF des dirigeants et actionnaires Les bonnes questions L ISF : Un barème très élevé Seuil d imposition : 1 300 000. Tranche Taux Calcul < 800 000 0% Assiette x 0 Entre 800 000 et 1 300 000 0,50% (A x

Plus en détail

La loi de finances rectificative pour 2013 : de nouvelles mesures à prendre en compte

La loi de finances rectificative pour 2013 : de nouvelles mesures à prendre en compte La loi de finances rectificative pour 2013 : de nouvelles mesures à prendre en compte NEWSLETTER 13 164 du 4 janvier 2014 Après nos commentaires consacrés à la loi de finances pour 2014, voici ceux qui

Plus en détail

Loi de finances pour 2014 et loi de finances rectificative pour 2013 : Quels sont les principaux changements?

Loi de finances pour 2014 et loi de finances rectificative pour 2013 : Quels sont les principaux changements? Le 27 janvier 2014 Loi de finances pour 2014 et loi de finances rectificative pour 2013 : Quels sont les principaux changements? I. POUR LES ENTREPRISES 1.1 Nouvelle taxe exceptionnelle sur les hautes

Plus en détail

Loi de Finances 2014 par Delphine Cabon

Loi de Finances 2014 par Delphine Cabon Loi de Finances 2014 par Delphine Cabon La Lois de Finances pour 2014 a été publiée le 30 décembre 2013, amputée des dispositions invalidées par le Conseil Constitutionnel. Nous vous présentons ci-après

Plus en détail

Réduction d I S F au titre des dons effectués au profit de certains organismes d intérêt général

Réduction d I S F au titre des dons effectués au profit de certains organismes d intérêt général Conférence ISF Paris, le 19 mai 2008 Réduction d I S F au titre des dons effectués au profit de certains organismes d intérêt général Article 885-0 V bis A du code général des impôts (CGI) Direction de

Plus en détail

La Fiscalité de l Épargne Salariale

La Fiscalité de l Épargne Salariale FISCALITÉ La Fiscalité de l Épargne Salariale Le cadre fiscal et social pour l entreprise A - Les versements dans les dispositifs Pour l entreprise Nature du versement Charges sociales et taxes patronales

Plus en détail

Réunions patrimoniales Janvier Février 2013

Réunions patrimoniales Janvier Février 2013 Réunions patrimoniales Janvier Loi de Finances pour 2013 et 3 ème Loi de finances Rectificative pour 2012 Le présent document vous est transmis à titre personnel, il a été réalisé sur la base de l environnement

Plus en détail

Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal»

Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal» Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal» Ce qu il faut retenir Article 74 de la loi de finances pour 2006 Dans la situation actuelle, il peut arriver que le montant total

Plus en détail

Tout savoir sur le cadre fiscal et social de l épargne salariale

Tout savoir sur le cadre fiscal et social de l épargne salariale Janvier 2013 Tout savoir sur le cadre fiscal et social de l épargne salariale France métropolitaine et D.O.M. (hors Mayotte) BANQUE DE GRANDE CLIENTÈLE / ÉPARGNE / SERVICES FINANCIERS SPÉCIALISÉS 1. En

Plus en détail

Les principales dispositions de la loi de finances pour 2013 du 20 décembre 2012

Les principales dispositions de la loi de finances pour 2013 du 20 décembre 2012 Les principales dispositions de la loi de finances pour 2013 du 20 décembre 2012 PLAFONNEMENT GLOBAL (CGI. art. 2000 A) Montant du plafonnement global des niches fiscales CGI. art. 2000 A Le montant du

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GENERALE DES IMPOTS 5 C-3-07 N 69 du 14 MAI 2007 IMPOT SUR LE REVENU. ABROGATION DU DISPOSITIF DE DEDUCTION DU REVENU NET GLOBAL DES PERTES SUR TITRES DE SOCIETES

Plus en détail