DES RECOMMANDATIONS À LA PRATIQUE. Les douleurs aiguës les plus fréquentes

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "DES RECOMMANDATIONS À LA PRATIQUE. Les douleurs aiguës les plus fréquentes"

Transcription

1 DÉCEMBRE n la douleur DES RECOMMANDATIONS À LA PRATIQUE DANS CE NUMÉRO Douleurs orofaciales : DOSSIER P. 1-7 Les douleurs odontologiques Les douleurs aiguës les plus fréquentes Les douleurs iatrogènes Les douleurs chroniques le point de vue du chirurgien-dentiste Pr. vianney Descroix PUPH, Chef de service d odontologie des hôpitaux universitaires Pitié-Salpêtrière-Charles Foix Pr Yves boucher UFR Odontologie, Centre de psychiatrie et neurosciences INSERM U894, Consultation de la douleur orofaciale chronique Service d odontologie GHPS, AP-HP BRÈVE P. 8 Thérapies à médiation corporelle et douleur L International Association for the Study of Pain (IASP) a lancé une campagne de sensibilisation et d action envers la douleur orofaciale « Global Year Against Orofacial Pain» dont nous nous faisons l écho dans cette lettre consacrée aux douleurs orofaciales. Ces affections recouvrent «les manifestations douloureuses associées aux tissus durs et mous de la tête, de la face, du cou et de l ensemble des structures intra-orales» (1) ; elles incluent donc, outre les douleurs bucco-dentaires ou orales, les céphalées, les cervicalgies et l ensemble des douleurs musculo-squelettiques de l appareil manducateur, les douleurs ophtalmiques et naso-sinusiennes. Ainsi, si les chirurgiens-dentistes (CD) sont en première ligne face à nombre de ces pathologies, beaucoup d entre elles n entrent pas dans leur champ de compétences ; elles nécessiteront une étroite collaboration avec d autres professionnels de santé qui permettra d une part d éviter des erreurs de diagnostic liées à des douleurs d origine non dentaires et d autre part une prise en charge globale du malade souffrant. Le but de cet article est de présenter une vue d ensemble des douleurs les plus fréquentes rencontrées par les CD en pratique quotidienne afin de faciliter la communication avec les autres spécialités médicales et paramédicales qui y sont confrontées (2,3). Les douleurs aiguës les plus fréquentes Dentaire infectieuse Pulpites : la majorité des douleurs dentaires sont d origine bactérienne. Elles résultent de la pénétration des bactéries dans les canalicules dentinaires après dissolution des tissus durs superfi ciels par les acides de la plaque bactérienne ou biofi lm (cf schéma). La pulpe dentaire réagit à cette agression par des réactions infl ammatoires qui entraînent la production de dentine réactionnelle et des remaniements tissulaires. Les odontoblastes sont des cellules clés de cette réponse et des études récentes suggèrent un rôle sensoriel actif dans la transmission des messages douloureux (4). Plus l infl ammation progresse, plus la sensibilité provoquée (allodynie et hyperalgie thermique) augmente ; puis des douleurs spontanées peuvent apparaître. Elles résultent de la libération dans le milieu pulpaire de produits bactériens et de débris cellulaires produits lors des réactions de défenses immunitaires innées et acquises (toxines, cytokines, kinines, neuropeptides, DAMP*, etc.) (5,6). Les douleurs évoquées par la stimulation de la pulpe dentaire sont * Damaged associated molecular patterns : motifs moléculaires issus de la dégradation des constituants cellulaires et reconnus par les récepteurs de l immunité innée. Lettre disponible en téléchargement sur le site :

2 Les douleurs odontologiques n 18 décembre 2014 de deux types : 1) vives, aiguës résultant de la stimulation des fibres Adδen périphérie par la mobilisation des fluides canaliculaires (théorie hydrodynamique) et 2) profondes mal localisées, de type viscéral résultant de la stimulation des fibres C en profondeur par les agents algogènes inflammatoires et l hypoxie (7,8). Une fois la pulpe contaminée, le processus infectieux s étend progressivement à la totalité de l endodonte. La pulpe se nécrose. Il n existe pas d indicateur objectif de l état physiopathologique pulpaire et de ses capacités de réparation (9). On considère qu une douleur permanente est un signe de pulpite irréversible dont le seul traitement pérenne est l exérèse de la pulpe et l élimination physico-chimique des bactéries causales (procédures endodontiques). Les recherches tentent d évoluer vers des approches conservatrices, c est-à-dire l élimination pulpaire partielle et le coiffage de la pulpe restante par un matériau biologiquement bien toléré favorisant la cicatrisation ou la régénération pulpaire (10). Si aucun traitement n est mis en œuvre à ce stade, l inflammation puis l infection se propagent à l espace environnant, le parodonte (os alvéolaire + ligament alvéolodentaire), qui organise une réaction de protection inflammatoire en regard des apex des dents infectées. L endodonte forme un réservoir bactérien inaccessible aux cellules défensives que seules les procédures endodontiques pourront éliminer (débridement et désinfection). Il est important de noter que la douleur n est pas systématique. L infection complète de l endodonte peut survenir malgré un silence clinique complet. Environ 40 % des nécroses pulpaires sont asymptomatiques (11). Pathologies périapicales Parodontites apicales aiguës : elles font souvent suite aux pulpites aiguës et se caractérisent par une forte allodynie mécanique (sensibilité à la pression notamment à la mastication). Les douleurs spontanées sont en général plus intenses que dans le cas de pulpites, qui présentent des phases de rémission (12). Le délai de consultation est Abréviations utilisées CD : chirurgien-dentiste TE : traitement endodontique (soin des racines dentaires) ADAM : algies et dysfonction de l appareil manducateur ATM : articulation temporo-mandibulaire DTM : dysfonction temporo-mandibulaire Figure 1 : Dent saine Figure 2 : Processus carieux Réactions pulpaires au processus carieux. Progression de la lésion de l endodonte au parodonte. d ailleurs plus court (8 J vs 4 J). Le lien entre un type particulier de bactérie et la douleur n est pas établi mais la chimiokine CXCL8 (IL- 8) semble plus particulièrement associée aux symptômes douloureux (6). Lésion quiescente : la cinétique de développement et la symptomatologie périapicale restent très variables d un individu à l autre. Tout comme pour les pulpites, de nombreuses lésions périapicales sont asymptomatiques. La douleur peut en effet cesser après nécrose pulpaire et la réaction inflammatoire parodontale se mettre en place accompagnée d une lyse osseuse silencieuse. Il s agit d une inflammation chronique, responsable de la formation d une lésion périapicale inflammatoire d origine endodontique (LIPOE ou granulome) ou parodontite apicale (PA) chronique dans la terminologie anglo-saxonne. En général les lésions asymptomatiques ne sont donc pas infectées car les défenses de l hôte éliminent les bactéries. La cinétique de progression des lésions dépend des caractéristiques individuelles et combinées des pathogènes et des défenses de l hôte (13). Inflamation pulpaire Nécrose pulpaire Lésion périapicale Passage d une lésion asymptomatique à symptomatique : les causes de cette transformation sont à ce jour inconnues : modifications de flore bactérienne, déplacement de l équilibre hôte/agresseur ; éventuelle modification phénotypique des fibres nerveuses, production de cytokine/chimiokines spécifiques. La libération de molécules biochimiques algogènes d origine inflammatoire, associée à l augmentation de pression vasculaire intralésionnelle, entraîne des douleurs intenses. Abcès apical et cellulite : quand les défenses de l organisme sont débordées, les bactéries peuvent envahir la lésion périapicale et créer un abcès apical qui peut soit évoluer vers la fistulisation et la résolution des symptômes, soit vers la cellulite. Abcès apical non fistulisé et cellulites sont des conditions très douloureuses qui nécessitent le drainage de la collection suppurée et un traitement antibiotique pour faire céder rapidement la douleur. Parodonte muqueuses Le parodonte peut être l origine de douleurs infectieuses, soit du fait d une infection secon- 2

3 daire à une infection pulpaire (cf supra), soit du fait d une infection primaire. Syndrome du septum : en cas de caries proximales (entre les dents), les espaces dentaires ne sont plus protégés et la carie forme un réservoir de pathogènes entraînant l irritation mécanique et chimique de la gencive interdentaire. Ces douleurs sont ressenties le plus souvent au cours des repas lors de la mise en fonction, mais peuvent être continues et spontanées, confondues avec des douleurs de pulpite. Le traitement consiste à nettoyer la zone enflammée et à reconstituer le point de contact défectueux entre les dents. Poches parodontales : les douleurs parodontales peuvent également être liées à la colonisation et la progression des bactéries le long des racines dentaires, dans des zones inaccessibles au brossage et à l auto-nettoyage avec pour résultat des destructions tissulaires plus ou moins étendues. Les poches parodontales ainsi formées peuvent être le siège d abcès douloureux en cas de fermeture de la poche, changement de flore, modification de la réponse de l hôte, administration systémique d antibiotiques sans débridement sous-gingival préalable, impaction d un corps étranger comme une arête, fractures de racines dentaires, etc. Le traitement consiste à drainer l abcès et cureter la lésion et les surfaces dentaires afin d éliminer les bactéries causales. Une maintenance régulière est nécessaire. Parodontites ulécro-nécrotiques : ces affections parodontales douloureuses relativement fréquentes sont caractérisées par une nécrose gingivale présentant des papilles «décapitées», associée à des saignements gingivaux et des douleurs. La présence d une haleine fétide ainsi qu un enduit pseudomembraneux sont des éléments secondaires du diagnostic ; la composition de la flore est un élément étiologique essentiel. Certains auteurs évoquent également une étiologie virale par le cytomégalovirus ou le virus de l herpès. Le traitement repose sur le débridement des lésions, afin de diminuer la charge bactérienne et désorganiser le biofilm (écouvillonnage à l eau oxygénée ou ultrasons). Une antibiothérapie peut être associée selon la forme clinique. Péricoronarite : elle correspond à l inflammation du sac péricoronaire qui survient lors de l éruption. On la rencontre chez l enfant et le jeune adulte au moment de l éruption des dents de sagesse. La muqueuse adjacente est rouge et œdématiée, recouvrant une partie de la couronne. Elle s accompagne souvent d une douleur continue, spontanée, rétro-molaire et d une gêne à la mastication, irradiée vers l oreille. La pression est douloureuse et peut faire s écouler une sérosité. Une adénopathie submandibulaire douloureuse à la palpation existe fréquemment. Elle peut régresser spontanément et disparaître en quelques semaines avec des récidives, bien souvent multiples, dont la fréquence augmente avec le temps. Elle peut également se transformer à tout moment en forme suppurée. Le traitement consiste en l extraction de la dent de sagesse ou l éviction de la muqueuse la recouvrant quand cela est possible si la dent peut trouver sa place sur l arcade. Un traitement antibiotique doit être administré en cas d extension aux tissus mous. Les douleurs iatrogènes Hormis les douleurs neuropathiques post-opératoires (cf infra), les douleurs iatrogènes sont essentiellement rencontrées après traitements endodontiques et chirurgicaux et la procédure anesthésique. Ces douleurs post-opératoire (DPO) compliquent l évaluation de l efficacité du traitement initial, altèrent la guérison, allongent la période de retour à la normale, et accroissent le risque de passage à la chronicité. Elles sont source d anxiété, donc d amplification de la perception douloureuse et d augmentation de la demande de soins en urgence. Les facteurs prédictifs de la DPO persistante peuvent être classés en facteurs : 1) dépendant de la procédure et 2) dépendant du sujet (âge, genre) qui se subdivisent en facteurs somatiques (génétiques, morphologiques, physiologiques ), psychologiques (anxiété-dépression, tendance à la catastrophisation ) ou qui peuvent être liés au mode de vie (condition physique, obésité, tension artérielle, habitudes toxiques tels que tabac, etc.). Les traitements endodontiques (TE) permettent en général une diminution rapide à la fois de la prévalence et de l intensité de la douleur pulpaire préopératoire (14). Ils sont cependant fréquemment associés à des DPO d intensité variable que l on rencontre, toutes causes confondues, dans environ 50 % des traitements. Les douleurs sont en général d intensité faible à modérée mais parfois intenses (flambées, 1,5-20 % des cas). On les rencontre plus fréquemment chez les femmes, dans le cas de dents pluriradiculées, en cas de symptomatologie douloureuse préopératoire. La qualité du traitement endodontique est un élément clé d apparition de ces douleurs (15). Chirurgie : les douleurs post-opératoires non neuropathiques sont essentiellement des alvéolites (ostéites de l os alvéolaire) sèches et suppurées. Elles sont statistiquement corrélées à la difficulté de l intervention (importance de l ostéotomie, durée de l intervention, etc.) et Glossaire Endodonte : espace dentaire interne contenant la pulpe dentaire Parodonte : tissus de soutien de la dent (os alvéolaire + ligament alvéolo-dentaire ou desmodonte) Apex : extrémité des racines Traitement endodontique : traitement canalaire à l importance du tabagisme (16). En cas d extraction des DDS, le traitement antibiotique diminue les risques d alvéolite et les complications infectieuses. Les anti-inflammatoires stéroïdiens (AIS) diminuent le trismus et l œdème mais l effet sur la douleur n est pas prouvé. Le rinçage du site opératoire à la chlorhexidine semble diminuer les risques de complications. Orthodontie : Les traitements orthodontiques (non chirurgicaux) s accompagnent de douleurs ou d inconfort dans environ 90 % des cas d intensité modérée mais parfois importante qui durent chez la moitié des patients au moins une semaine Les douleurs chroniques Arthromyalgies - ADAM (algies et dysfonctions de l articulation temporo-mandibulaire) Données générales Les ADAM sont des troubles fréquents initialement décrits par un médecin ORL (JB Costen, 1921) sous l appellation SADAM (Syndrome Algo Dysfonctionnel de l Appareil Manducateur). Le concept incluait de nombreuses observations (douleurs musculaires et articulaires, bruits articulaires, anomalies de cinématiques mandibulaires, modifications de la fonction motrice, acouphènes, etc.) et les attribuait à des troubles de l occlusion dentaire. C est en réalité un ensemble complexe qui englobe plusieurs entités cliniques et physiopathologiques distinctes. L utilisation de critères diagnostiques précis (17) a conduit à l individualisation de trois sous-groupes : douleurs musculaires (Groupe I) ; déplacements discaux (Groupe II) ; douleurs articulaires (arthralgie, arthrite, et arthrose) (Groupe III). Les douleurs musculaires sont les plus fréquentes. Les signes de dysfonctions, les altérations structurales et les douleurs ne sont pas nécessairement liés. Par ailleurs, un patient peut souffrir de plusieurs sous-catégories, ce qui peut compliquer le diagnostic (18). Le postulat mécaniste initial d un déséquilibre occlusal entraînant des douleurs a conduit à 3

4 Les douleurs odontologiques n 18 décembre 2014 préconiser des traitements occlusaux invasifs, «d équilibration occlusale», par meulages cuspidiens ou reconstructions prothétiques. Cette approche a été infirmée par les études bien contrôlées qui ont montré l absence de lien consistant entre les variables occlusales et les ADAM. Si certaines malocclusions rares sont associées à des signes ou symptômes de dysfonction temporo-mandibulaire (DTM) aucune relation de cause à effet n a cependant pu être mise en évidence (19). Aucun problème occlusal squelettique simple ne permet de prédire le début d une DTM. Assez logiquement, le traitement orthodontique de ces dysharmonies dento-maxillaires n augmente pas le risque d ADAM. Inversement, les traitements orthodontiques visant à améliorer les DTM ne s appuient sur aucune donnée scientifique. Arthralgies et myalgies ne sont pas nécessairement liées par un facteur causal en dépit de leur fréquente comorbidité qui peut refléter des sensibilisations et des schémas de douleurs référées médiées par les afférences primaires de l ATM et des muscles masticateurs convergeant sur les neurones du complexe sensitif trigéminal. Par ailleurs, la douleur entraîne une adaptation centrale conduisant à limiter la fonction motrice pouvant expliquer les faiblesses musculaires et anomalies motrices observées en clinique (20). L occlusion n est pas la cause des ADAM et il n est pas recommandé de proposer des thérapeutiques invasives pour traiter ces affections. Cependant, certains facteurs occlusaux peuvent jouer un rôle facilitateur (serrage des mâchoires au repos, contacts inconfortables pendant la fonction ), justifiant la pose de dispositifs induisant un soulagement pendant un temps plus ou moins long (orthèses occlusales). Ces traitements doivent être considérés en fonction du type de diagnostic, musculaire vs articulaire. Les preuves d une spécificité d effet sont faibles et les effets non spécifiques (placebo) importants (21). Les méta-analyses disponibles ne permettent pas en effet de justifier l utilisation des orthèses mais elles ont l avantage d être à la fois simples et réversibles et de renforcer l effet placebo. Facteurs de risque (FdR) Les principaux facteurs de survenue des ADAM sont : les traumas même s il ne semble pas y avoir de corrélation entre la gravité du trauma, et l incidence ou la sévérité de la douleur. Des interventions dentaires augmentent la prévalence et la symptomatologie des dysfonctions. Cependant, les données cliniques sont insuffisantes pour affirmer un rôle causal. le genre : on note une prépondérance des signes et symptômes des ADAM musculaires chez les femmes jeunes et fertiles avec un saut quantitatif de la douleur (seuil, intensité, aires). Les patientes DTM ont généralement des symptômes physiques et psychologiques plus sévères que les hommes. La douleur semble liée aux taux d œstrogènes bien que la relation ne soit pas claire. Ces données sont soutenues par l importante colocalisation des récepteurs oestrogéniques avec les neurones nociceptifs dans le complexe sensitif trigéminal (22 ). Les facteurs psychosociaux : (anxiété, dépression, catastrophisme, contexte familial culturel et social, traits de personnalité, sentiment de contrôle, etc.). Ils ne sont pas considérés comme des facteurs étiologiques mais comme des facteurs d entretien (19). Ils jouent un rôle important dans la réponse au traitement et le passage à la chronicité. Le niveau de détresse prédit souvent la demande de traitement et ses résultats. Le sentiment de contrôle est un facteur important de la perception douloureuse. Les capacités d adaptation du sujet sont importantes dans le pronostic. La génétique : aucune preuve d héritabilité n a été trouvée pour les ADAM. Les travaux portant sur le système adrénergique ont montré que le polymorphisme de l enzyme COMT (Catechol-o-methyl-transferase) était associé à des risques différents de développer un ADAM musculaire. Ces études indiquent clairement le rôle du système adrénergique dans la douleur persistante, mais pas nécessairement spécifique des ADAM (23). Données spécifiques Myalgies : les myalgies de l appareil masticateur ne forment pas un groupe homogène. Elles peuvent, en effet, être localisées, régionalisées ou la manifestation faciale d un trouble général. Différents mécanismes physiopathologiques sous-tendent ces affections (douleur post exercice de bruxisme, douleurs myofasciales, fibromyalgie, spasmes, etc.). Déplacements discaux : ADAM type II. L ATM est une articulation complexe qui permet le mouvement de la mandibule grâce à la coordination des éléments anatomiques (condyle, disque articulaire, muscles). Les attaches articulaires et le positionnement du disque peuvent être altérés, (traumatismes, surcharges fonctionnelles-parafonctions), et entraîner des troubles fonctionnels (claquement déviations du trajet condylien) et douloureux. On distingue deux sortes de déplacements discaux : réductibles (DDR) et non réductibles (DDNR) selon la capacité du disque à retrouver sa position lors du mouvement. Les DDR sont les plus fréquents (20-45 %) suivis des DDNR avec limitation d ouverture (2-13 %), et des DDNR sans limitation (2-8 %), évolution tardive des précédents. Les phases aiguës correspondant au passage brutal d un disque en normo-position à un DDNR, ou d un DDR à un DDNR, sont rapportées par les patients comme étant les plus douloureuses. Le diagnostic de ces affections est essentiellement clinique. L imagerie est rarement indiquée et la chirurgie est désormais rarement indiquée en raison des séquelles (douleur ankylose). Lésions des surfaces articulaires ADAM type III : ce sont les lésions arthritiques/arthrosiques liées à un mécanisme idiopathique ou à une maladie spécifique (PR, NAV, etc.). Les douleurs neuropathiques Les douleurs neuropathiques (DN) orofaciales forment un groupe hétérogène de troubles sensitifs du système nerveux périphérique et central dont les principales étiologies sont métaboliques (diabète), infectieuses virales (herpes, zona), médicamenteuses (chimiothérapie anti-cancéreuse), traumatiques (AVP, AVC, chirurgicales, soins dentaires). Les douleurs neuropathiques trigéminales post-traumatiques (DNTPT) chirurgicales (traitements endodontiques et extractions dentaires) sont fréquemment rencontrées par le CD (24,25, 27, 28). L éventail des sensations anormales rapportées après lésions traumatiques inclut de simples dysesthésies plus ou moins gênantes, des douleurs d intensité et de qualité variable allant de la douleur continue légère à type de brûlure ou de tiraillements mais également des décharges électriques paroxystiques insupportables. Des signes d allodynie locale à la mobilisation dentaire ou à la palpation du site osseux sont également décrits. Les douleurs sont principalement ressenties dans le territoire du nerf lésé mais peuvent parfois s étendre au-delà (29). La sensibilisation centrale qui résulte de la lésion est à l origine du phénomène et pourrait expliquer la fluctuation des territoires douloureux ressentis dans certains cas de douleurs orofaciales chroniques. Le diagnostic de ces lésions est facilité par l utilisation du questionnaire DN4 (30 ), et des techniques de QST simplifiées (31). Les causes les plus fréquentes de DNTPT sont : Les avulsions de dents de sagesse (DDS), en raison de la proximité avec le nerf alvéolaire inférieur (NAI) et le nerf lingual qui peuvent être lésés lors de l intervention. Les troubles sensitifs sont le plus souvent transitoires et rencontrés dans 0,5 à 5 % des cas. La survenue de DN persistantes est plus rare, comprise entre 0 et 0,5 %. Si la douleur est plus souvent rapportée après extraction de DDS elle peut cependant survenir après toute extraction. 4

5 Les traitements endodontiques (TE) : les estimations d incidence de douleurs neuropathiques à la suite des TE varient selon les auteurs de 2,5 % à 12 %. Les sujets les plus fréquemment atteints sont les femmes (81 %) de ans et la région maxillaire est plus fréquemment concernée (87 %). Ces douleurs sont mal connues des CD, en dépit de la fréquence des TE. Les cas de lésions du NAI sont les mieux documentés car le tronc nerveux est important et facilement objectivable en imagerie. Les causes lésionnelles sont liées principalement à la compression nerveuse par le matériau d obturation et à la neurotoxicité des composants du ciment ou du matériau d obturation quand ils sont projetés hors du canal dentaire. Il existe également des douleurs qui surviennent après traitement endodontique sans lésion apparente autre que la pulpectomie. Anesthésie loco-régionale : La prévalence de lésions suite à l anesthésie est faible : 1 pour à 1 pour Les lésions semblent plus fréquentes lors d anesthésie loco-régionale du NAI au foramen mandibulaire et sont dues à la blessure mécanique plutôt qu à la toxicité d anesthésique. La plupart des troubles (80 %) sont réversibles et disparaissent en deux semaines. Implants dentaires : Les complications après mise en place d implants dentaires sont rares quand les procédures sont bien menées : 0,5 à 36 % des cas mais la prévalence spécifique des douleurs neuropathiques post-implantaires reste méconnue. Les atteintes du NAI et du nerf lingual sont les plus fréquentes. Elles sont dues à des erreurs techniques lors du forage, à une mauvaise interprétation radiographique, à une compression nerveuse directe ou indirecte (hématome ou réaction inflammatoire) lors de l insertion de l implant. Les douleurs peuvent également ne survenir qu au moment de la mise en fonction de l implant. Autres causes : l exérèse de kystes, tumeurs bénignes ou malignes à la mandibule peut entraîner des lésions nerveuses lorsque ces lésions sont au contact du NAI. Les métastases de tumeurs malignes (principalement hémopathies malignes, cancers du sein, de la thyroïde ou du poumon) sont également des causes fréquentes de neuropathie du NAI. Traitements des douleurs neuropathiques Les douleurs neuropathiques ont un retentissement important sur la qualité de vie (asthénie, insomnie, anxiété ou dépression). Malheureusement, les traitements ne sont souvent que partiellement efficaces et souvent mal tolérés. La prise en charge chirurgicale est controversée ; en effet les résultats à long terme des interventions sont extrêmement variables, opérateurs dépendants et souvent anecdotiques (32). Il semble que si une chirurgie est indiquée, l intervention doit être précoce. La chirurgie peut avoir pour but de resuturer les extrémités d un nerf lésé, d interposer un greffon nerveux autogène ou exogène (veine ou membrane), de cureter de la pâte d obturation projetée dans le canal dentaire, ou de décomprimer le nerf par une procédure de décortication ou d ostéotomie. À l opposé de ces recommandations chirurgicales, certains auteurs recommandent l arrêt de toute procédure chirurgicale qui pourrait en effet aggraver la douleur du patient (33,34). Le traitement pharmacologique des DNTPT est celui des douleurs neuropathiques (2). Il s agit de traitements symptomatiques et non curatifs qui associent un traitement médical par voie générale parfois associé à un traitement topique. Le choix du médicament repose sur l efficacité, le meilleur rapport bénéfice/risque et une éventuelle action sur les comorbidités (dépression, stress, troubles du sommeil). Les traitements actuels s appuient sur les recommandations de sociétés savantes : françaises (SFETD), européenne (EFNS) et américaine (APS) (35,36). Les traitements utilisés sont le plus souvent les antidépresseurs tricycliques, les anticonvulsivants et les opioïdes. Les traitements topiques proposés sont des crèmes à base d anésthésiques locaux principalement. Enfin, comme pour les autres douleurs chroniques, une approche psychocomportementale est le plus souvent nécessaire. Une méta analyse montre une corrélation positive entre l amélioration de la douleur orofaciale chronique et certaines approches psychocomportementales (33). Les douleurs idiopathiques Aggarwal et al (37) ont comparé les douleurs orofaciales inexpliquées (DOI) et les douleurs dentaires à l aide des qualificatifs utilisés pour les décrire. Ils ont rapporté que les patients souffrant de DOI les décrivaient plus fréquemment comme des picotements douloureux et harcelants, accrus par le stress, mal localisés, persistants et chroniques, fortement invalidants. Ces DOI généraient, par ailleurs, des consultations multiples et étaient plus associées à des comorbidités (grincements, plaintes d autres syndromes inexpliqués) que les douleurs dentaires. Ils concluent que les DOI ont des caractéristiques distinctes des douleurs dentaires et conseillent d appliquer cette approche en clinique afin de réaliser un diagnostic précoce. Odontalgie atypique algie faciale atypique L odontalgie atypique (OA), initialement baptisée «douleur de dent fantôme» et l algie faciale atypique (AFA) sont des douleurs ressenties sans cause organique décelable (38). L OA est ressentie dans une dent, et l AFA dans l os (39). Leur prévalence, expressions cliniques et réponses thérapeutiques sont proches de celles des douleurs neuropathiques, et l historique médical permet souvent d identifier des antécédents de soins dentaires, de chirurgie orale ou ORL. Cependant, les traumatismes nerveux ne sont probablement pas les seuls facteurs responsables. La prédominance féminine laisse supposer un facteur hormonal, tout comme la tranche d âge concernée (pré- ou post-ménaupose) un facteur métabolique. Syndromes douloureux régionaux complexes (SDRC) Les SDRC de type I et II sont décrits au niveau de la face avec des caractéristiques un peu différentes du reste du corps et un rapprochement avec les algies faciales atypiques a été proposé (38). Dans les SDRC orofaciaux comme dans l AFA, les phénomènes sudomoteurs sont le plus souvent absents et les signes associés vasculaires et l œdème sont moins visibles et/ ou moins fréquents qu au niveau des membres. Parallèlement, les signes sympathiques associés à l AFA semblent moins fréquents et moins intenses que dans le SDRC1. Ces différences peuvent s expliquer par le fait qu il y a moins de fibres sympathiques dans le trijumeau que dans les racines dorsales de la moelle épinière. Syndrome de brûlure buccale La stomatodynie idiopathique (burning mouth syndrome dans la terminologie anglo-saxone) est caractérisée par une douleur diurne spontanée de façon bilatérale dans les muqueuses buccales, et principalement la langue (glossoynie), d intensité modérée à sévère, continue, quotidienne pendant des mois ou des années, augmentant souvent au cours de la journée, sans cause organique directe (40,41,42). Elle doit être différenciée des stomatodynies dites secondaires, liées à un état pathologique identifié (candidose, anémie, carence en vitamine B12, diabète, pathologie thyroïdienne, reflux gastrique par exemple). La prévalence de cette affection dans la population générale varie de 0,5 à 15 % mais peut atteindre 30 % des sujets d un groupe spécifique. Il existe en effet une nette prédominance féminine (20 femmes pour 1 homme) et plus particu- 5

6 DOSSIER LES DOULEURS ODONTOLOGIQUES N 18 DÉCEMBRE 2014 lièrement pour les femmes ménopausées, ce qui laisse supposer un rôle pathogénique des hormones sexuelles. Longtemps considérées comme des douleurs psychogènes en raison d un contexte anxio-dépressif fréquent, les stomatodynies sont actuellement analysées comme des douleurs neuropathiques. Des altérations sensorielles sont détectées chez la majorité des patients ainsi que des altérations histologiques quantitatives et qualitatives des fi bres fi nes situées au niveau de l épithélium lingual. Elles pourraient cependant former un groupe hétérogène (43). Outre la douleur, des dysgueusies sont rapportées par environ 70 % des patients, à type de goût amer et/ou métallique désagréable. Certains aliments et boissons doivent être évités comme les nourritures pimentées, les agrumes, les yaourts ou l alcool. Une xérostomie est également rapportée dans 50 % des cas. Il s agit plus d une sensation subjective que d une dysfonction salivaire objective ; les médicaments pris dans le cadre d un traitement peuvent expliquer une partie de ces plaintes. Cependant, des altérations salivaires peuvent être objectivées, soit dans le sens d une hyposalivation, soit d une variation de la composition salivaire. Ces modifi cations de la sécrétion salivaire aggravent la qualité de vie des patients, en rendant leur bouche inconfortable, particulièrement lors du port de prothèses amovibles. Traitements : le caractère quotidien de la douleur et la sensation d inconfort des fonctions orales entraînent une détérioration de la qualité de vie. Cela est renforcé par le fait qu il s agit d une affection peu connue et globalement sous-considérée et que, par ailleurs, peu de traitements effi caces sont disponibles. Plusieurs axes thérapeutiques ont été poursuivis au cours des quinze dernières années, notamment vers des traitements médicamenteux, la thérapie cognitive et comportementale ou les compléments alimentaires (44). Une diminution des symptômes n a cependant été observée dans des conditions cliniques contrôlées qu avec le clonazepam (benzodiazépine anticonvulsivante) et le moclobémide (IMAO antidépresseur). Conclusion Les douleurs aiguës de la cavité orale sont relativement bien comprises et leur traitement codifi é. Celui-ci sera le plus souvent chirurgical nécessitant l intervention d un chirurgien-dentiste spécialiste en médecine bucco-dentaire (traitement endodontique, détartrage, surfaçage) ou en chirurgie orale. Les traitements médicaux (antalgiques et/ou antibiotiques) peuvent avoir un intérêt mais ne seront que palliatifs dans l attente d un traitement étiologique adéquat. Il en va tout autrement pour ce qui concerne les douleurs chroniques «orales». La méconnaissance de ces différentes entités (souvent atypique et/ou idiopathique) par les odontologistes comme par les médecins (spécialistes ou non de la douleur) ainsi que la diffi culté diagnostique entraînent tout à la fois des mutilations graves (nombreuses avulsions, chirurgies ) et un nomadisme médical épuisant pour les patients. Ainsi, au cours des nombreuses consultations, les patients reçoivent différents traitements selon la spécialité consultée : chirurgical, antidépresseur, antalgique ou homéopathique. Ils sont le plus souvent inadaptés, voire dommageables. Les traitements chirurgicaux (ou invasifs) aggravent souvent la douleur du malade. Les interventions provoquent très généralement un handicap fonctionnel et esthétique (extractions dentaires, chirurgie implantaire). La prévention, un suivi régulier de la part du patient et une meilleure connaissance des syndromes douloureux de la part des professionnels de santé sont essentiels à l amélioration de la situation actuelle. Les centres d évaluation et de traitement de la douleur orofaciale chronique sont encore trop peu nombreux et pas assez connus, ils ont pourtant vocation à prendre en charge ces patients douloureux chroniques dans une approche pluridisciplinaire associant toutes les spécialités médicales y compris les odontologistes libéraux, acteurs essentiels de cette prise en charge complexe. Bibliographie 1. Okeson JP. Orofacial pain : guidelines for assessment, diagnosis, and management, the American academy of orofacial pain. In : Okeson JP, ed. Chicago: Quintessence books, Descroix V. Douleurs orofaciales. Arnette CDP Eds. Paris p. 3. Boucher Y. Pionchon P. Douleurs orofaciales. Du diagnostic au traitement Ed. CDP coll. Memento. 2006, 159p. 4. Magloire H, Maurin JC, Couble ML, Shibukawa Y, Tsumura M, Thivichon-Prince B, et al. Topical review. Dental pain and odontoblasts: facts and hypotheses. J Orofac Pain. 2010;24(4): Silva TA, Garlet GP, Fukada SY, Silva JS, Cunha FQ. Chemokines in oral inflammatory diseases: apical periodontitis and periodontal disease. J Dent Res. 2007;86(4): Pathologies pulpaires et périapicales et gestion de l urgence. Y. Boucher, R. Toledo. Manuel d endodontie, Ch. 4. Simon S, Pertot W. Machtou M. (Eds). Editions CDP 2012, p Chung G, Jung SJ, Oh SB. Cellular and molecular mechanisms of dental nociception. J Dent Res. 2013;92(11): Fried K, Sessle BJ, Devor M. The paradox of pain from the tooth-pulp: Low-threshold algoneurons? Pain. 2011; 152(12): Dummer PM, Hicks R, Huws D. Clinical signs and symptoms in pulp disease. Int Endod J ;13(1): Simon S, Perard M, Zanini M, Smith AJ, Charpentier E, Djole SX, et al. Should pulp chamber pulpotomy be seen as a permanent treatment? Some preliminary thoughts. Int Endod J ;46(1): Michaelson PL, Holland GR. Is pulpitis painful? Int Endod J ;35(10): Touré B, Kane AW, Diouf A, Faye B, Boucher Y. Preoperative pain and medications used in emergency patients with irreversible acute pulpitis or acute apical periodontitis: a prospective comparative study. J Orofac Pain. 2007;21(4): Stashenko P, Teles R, D Souza R. Periapical inflammatory responses and their modulation. Crit Rev Oral Biol Med Off Publ Am Assoc Oral Biol. 1998;9(4):

7 Bibliographie 14. Pak JG, White SN. Pain prevalence and severity before, during, and after root canal treatment: a systematic review. J Endod ;37(4): Boucher Y. Parodontites apicales et mauvais traitements endodontiques : état d urgence. Revue d Odonto-stomatologie 2005; 34: Fenton DA, Piecuch JF. Perioperative strategies for third molar surgery. Atlas Oral Maxillofac Surg Clin North Am ;20(2): Dworkin SF, LeResche L. Research diagnostic criteria for temporomandibular disorders: review, criteria, examinations and specifications, critique. J Craniomandib Disord Facial Oral Pain. 1992;6(4): Lobbezoo F, Drangsholt M, Peck C, Sato H, Kopp S, Svensson P. Topical review: new insights into the pathology and diagnosis of disorders of the temporomandibular joint. J Orofac Pain. 2004;18(3): Benoliel R, Svensson P, Heir GM, Sirois D, Zakrzewska J, Oke-Nwosu J et al. Persistent orofacial muscle pain. Oral Dis ;17 Suppl 1: Lund JP, Donga R, Widmer CG, Stohler CS. The pain-adaptation model: a discussion of the relationship between chronic musculoskeletal pain and motor activity. Can J Physiol Pharmacol ;69(5): Al-Ani Z, Gray RJ, Davies SJ, Sloan P, Glenny A-M. Stabilization splint therapy for the treatment of temporomandibular myofascial pain: a systematic review. J Dent Educ ;69(11): Amandusson Å, Blomqvist A. Estrogenic influences in pain processing. Front Neuroendocrinol. 2013; 34(4): Diatchenko L, Fillingim RB, Smith SB, Maixner W. The phenotypic and genetic signatures of common musculoskeletal pain conditions. Nat Rev Rheumatol. 2013;9(6): Renton T, Yilmaz Z. Profiling of patients presenting with posttraumatic neuropathy of the trigeminal nerve. J Orofac Pain. 2011;25(4): Nixdorf DR, Drangsholt MT, Ettlin DA, Gaul C, De Leeuw R, Svensson P. et al. Classifying orofacial pains: a new proposal of taxonomy based on ontology. J Oral Rehabil. 2012;39(3): Davido N, Boucher Y. Douleurs chroniques post-chirurgicales. Dans : douleurs orofaciales. Ed Arnette. Descroix V (Ed) Arnette CDP Eds. Paris Polycarpou N, Ng Y-L, Canavan D, Moles DR, Gulabivala K. Prevalence of persistent pain after endodontic treatment and factors affecting its occurrence in cases with complete radiographic healing. Int Endod J. 2005;38(3): Oshima K, Ishii T, Ogura Y, Aoyama Y, Katsuumi I. Clinical investigation of patients who develop neuropathic tooth pain after endodontic procedures. J Endod. 2009;35(7): Marbach JJ. Orofacial phantom pain: theory and phenomenology. J Am Dent Assoc ;127(2): Bouhassira D, Attal N, Alchaar H, Boureau F, Brochet B, Bruxelle J, et al. Comparison of pain syndromes associated with nervous or somatic lesions and development of a new neuropathic pain diagnostic questionnaire (DN4). Pain. 2005;114(1-2): Svensson P, Drangsholt M, Pfau DB, List T. Neurosensory testing of orofacial pain in the dental clinic. J Am Dent Assoc ;143(8):e Pogrel MA. The results of microneurosurgery of the inferior alveolar and lingual nerve. J Oral Maxillofac Surg Off J Am Assoc Oral Maxillofac Surg. 2002;60(5): Aggarwal VR, Lovell K, Peters S, Javidi H, Joughin A, Goldthorpe J. Psychosocial interventions for the management of chronic orofacial pain. Cochrane Database Syst Rev. 2011;(11):CD Chaparro LE, Wiffen PJ, Moore RA, Gilron I. Combination pharmacotherapy for the treatment of neuropathic pain in adults. Cochrane Database Syst Rev. 2012;7:CD Attal N, Cruccu G, Baron R, Haanpää M, Hansson P, Jensen TS, et al. EFNS guidelines on the pharmacological treatment of neuropathic pain: 2010 revision. Eur J Neurol Off J Eur Fed Neurol Soc. 2010;17(9):1113 e Martinez V, Attal N, Bouhassira D, Lantéri-Minet M. Les douleurs neuropathiques chroniques: diagnostic, évaluation et traitement en médecine ambulatoire. Recommandations pour la pratique clinique de la Société francaise d étude et de traitement de la douleur. Douleurs (2010) 11, Aggarwal VR, McBeth J, Zakrzewska JM, Macfarlane GJ. Unexplained orofacial pain - is an early diagnosis possible? Br Dent J Aug 9;205(3):E6; discussion Woda A, Pionchon P. Orofacial idiopathic pain: clinical signs, causes and mechanisms. Rev Neurol (Paris). 2001;157(3): Woda A, Tubert-Jeannin S, Bouhassira D, Attal N, Fleiter B, Goulet J-P, et al. Towards a new taxonomy of idiopathic orofacial pain. Pain ;116(3): Braud A, Boucher Y. Syndrome de brûlure buccale et qualité de vie. Information Dentaire 2008, 32 : Scala A, Checchi L, Montevecchi M, Marini I, Giamberardino MA. Update on burning mouth syndrome: overview and patient management. Crit Rev Oral Biol Med Off Publ Am Assoc Oral Biol. 2003;14(4): Grushka M, Epstein JB, Gorsky M. Burning mouth syndrome. Am Fam Physician ;65(4): Jääskeläinen SK. Pathophysiology of primary burning mouth syndrome. Clin Neurophysiol Off J Int Fed Clin Neurophysiol. 2012;123(1): Buchanan JA, Zakrzewska JM. Burning mouth syndrome. Clin Evid. 2010;

8 En bref Nouvel ouvrage Thérapies à médiation corporelle et douleur L objectif de ce livre, dont la philosophie diffère du modèle traditionnel biomédical de prise en charge de la douleur, est d aider les professionnels de santé à prendre conscience des différentes approches pour soulager la douleur de leurs patients. Cet ouvrage, édité par l Institut UPSA de la Douleur et préfacé par Lonnie Zeltzer (Los Angeles, États-Unis), est constitué de chapitres rédigés par des experts reconnus dans leur domaine respectif. Dans un premier temps, sont posées les bases des fondements scientifi ques : corporalité et douleur, médiation corporelle, imagerie mentale, méthodes corporelles, utilité de ces approches. Puis, sont abordées les thérapies psychocorporelles telles que relaxation, sophrologie, hypnose, pleine conscience et médiation, art-thérapie et imagerie motrice avec la boîte miroir. Enfi n, la troisième partie de l ouvrage traite des thérapies physiques, comme la physiothérapie, les écoles du dos, la neurostimulation électrique transcutanée, l acupuncture, l ostéopathie et les touchers thérapeutiques. Pour que ces approches soient pertinentes, il faut bien comprendre qu aucune d elle n est la panacée. Par ailleurs, il faut que ces méthodes découlent d une stratégie thérapeutique globale et concertée et que leurs objectifs soient bien défi nis et régulièrement réévalués. Enfi n, ces thérapeutiques doivent prendre part à une dynamique relationnelle qui constitue le lien essentiel à toute prise en charge. Un niveau «macro» et un niveau «micro» qui sont les deux bornes d une technique qui s installe comme prétexte pour aller à la rencontre de l autre et lui faire une proposition d évolution thérapeutique. Ce livre est disponible en téléchargement sur le site de l Institut UPSA de la Douleur ou en flashant son QR Code. Directeur de la Publication : Ivan Krakowski Rédacteur en chef : Dr Francine Hirzowski Coordonnateur/rédacteur adjoint : Françoise Beroud Comité de rédaction : Nadine Attal, Françoise Beroud, Jean-Marie Besson, Serge Blond, Éric Boccard, Bernard Calvino, Alain Eschalier, Dominique Fletcher, Nathalie Fournival, Ivan Krakowski, Bernard Laurent, Gisèle Pickering, Agnès Ricard-Hibon, Eric Serra, Richard Trèves, Chantal Wood, Jacques Wrobel Conception-réalisation : A CONSEIL, Paris, N ISSN : Dépôt légal : 4 e trim Institut UPSA de la Douleur Association loi 1901 à but non lucratif 3 rue Joseph Monier - BP Rueil-Malmaison Cedex Tél. : Fax : Coupon d abonnement L abonnement à nos publications est réservé aux professionnels de santé. Ainsi, pour être abonné à nos publications, il faut vous inscrire sur notre site internet ou bien nous retourner ce coupon lisiblement et intégralement rempli à : Institut UPSA de la Douleur - 3 rue Joseph Monier, BP325, Rueil-Malmaison Cedex Je souhaite créer un compte sur le site et recevoir gratuitement une version électronique de LA DOULEUR, DES RECOMMANDATIONS À LA PRATIQUE par courriel. Merci de remplir ce formulaire en écrivant en LETTRES CAPITALES et en ne mettant qu une lettre par case. Pour que votre inscription soit prise en compte, merci de remplir tous les champs demandés. Titre : Mme M. Dr Pr Nom : Prénom : Mail : Profession : Aide soignant Infirmier(e), Cadre santé en établis. Médecin Généraliste en ville Étudiant Infirmier(e), Cadre de santé libérale Médecin Spécialiste en ville Interne en médecine Médecin Généraliste en établis. Médecin Spécialiste en établis. Autre. Précisez : Pharmacien Préparateur en pharmacie Type d établissement : Centre Hospitalier Établissement Public de Santé Hôpital de Jour Pharmacie (Offi cine de ville) Centre Hosp. Universitaire École / Faculté Hôpital Privé IFSI Centre Hosp. Régional Universitaire Centre Médical Clinique Centre de formation Centre Hospitalier Intercommunal Cabinet de ville Polyclinique EHPAD Centre Hospitalier Spécialisé Hôpital Laboratoire d Analyse Médicale SSIAD Nom de l établissement : Service : Adresse : Code postal : Ville : Pays : L Institut UPSA de la Douleur collecte vos coordonnées afi n de vous permettre d accéder à son site Internet et de recevoir la «L INFIRMIÈRE & LA DOULEUR» par courriel. Conformément à la loi «informatique et libertés» du 6 janvier 1978 (art. 34 et s.) modifi ée par la loi du 6 août 2004, vous disposez d un droit d accès, de rectifi cation et de suppression des données qui vous concernent. Pour ce faire, vous pouvez vous adresser à :

Trouble de la douleur dento-alvéolaire persistante (DDAP)

Trouble de la douleur dento-alvéolaire persistante (DDAP) Trouble de la douleur dento-alvéolaire persistante (DDAP) Définition Les professionnels du secteur dentaire reconnaissent une entité clinique distincte qui se manifeste comme un symptôme douloureux persistant

Plus en détail

Concours d Internat et de Résidanat

Concours d Internat et de Résidanat Concours d Internat et de Résidanat Ce programme a pour but d aider à la préparation des concours d internat et de résidanat. Il ne constitue en aucun cas un répertoire de «questions d examen» mais une

Plus en détail

ODF. Analyse de Steiner. Analyse de Sassouni. Analyse de Ricketts. Analyse de Biggerstaff. Analyse de Downs.

ODF. Analyse de Steiner. Analyse de Sassouni. Analyse de Ricketts. Analyse de Biggerstaff. Analyse de Downs. ODF 1) Embryologie dento faciale et croissance crânio faciale. 2) Rythme et direction de croissance. 3) Le modelage osseux. 4) Morphogenèse des arcades dentaires et établissement de l occlusion. 5) Notions

Plus en détail

Foyers Infectieux Dentaires : Conduite à tenir

Foyers Infectieux Dentaires : Conduite à tenir Service d Odontologie Foyers Infectieux Dentaires : Conduite à tenir Dr Laurent Nawrocki MCU-PH J.A.M.A. 25 janvier 2014 Aucun conflit d intérêt Rappels anatomiques 10 10 9 9 8 8 7 7 6 6 5 4 5 4 Cellulite

Plus en détail

LA DOULEUR DENTAIRE 1

LA DOULEUR DENTAIRE 1 LA DOULEUR DENTAIRE 1 INTRODUCTION Les douleurs oro-faciales sont le premier motif de consultation dans la population générale, Robin O. et col. 1996. La prise en charge des douleurs oro-faciales concerne

Plus en détail

Tuméfaction douloureuse

Tuméfaction douloureuse Santé bucco-dentaire Médecin de 1 er recours et problèmes dentaires fréquents Dre May SALMAN, médecin dentiste HUG Dr Jean-Pierre RIEDER, médecin interniste HUG Plan de présentation Santé bucco-dentaire

Plus en détail

SOLIDAIRE CÔTÉ social.

SOLIDAIRE CÔTÉ social. L e s G U I d e s P R É V e n t I O n PERFORMANTE CÔTÉ santé SOLIDAIRE CÔTÉ social. Il est actuellement admis que seules 3 % des personnes âgées conservent une denture saine. Il s agit d un véritable constat

Plus en détail

UNIVERSITE HASSAN II AIN CHOCK FACULTE DE MEDECINE DENTAIRE CACABLANCA NOUVEAU PROGRAMME DU CONCOURS D INTERNAT EN MEDECINE DENTAIRE

UNIVERSITE HASSAN II AIN CHOCK FACULTE DE MEDECINE DENTAIRE CACABLANCA NOUVEAU PROGRAMME DU CONCOURS D INTERNAT EN MEDECINE DENTAIRE UNIVERSITE HASSAN II AIN CHOCK FACULTE DE MEDECINE DENTAIRE CACABLANCA NOUVEAU PROGRAMME DU CONCOURS D INTERNAT EN MEDECINE DENTAIRE Année universitaire 2008-2009 1 PROGRAMME DU CONCOURS D INTERNAT EN

Plus en détail

Docteur j ai mal aux dents et mon dentiste ne peut pas me recevoir!

Docteur j ai mal aux dents et mon dentiste ne peut pas me recevoir! Docteur j ai mal aux dents et mon dentiste ne peut pas me recevoir! Que faire? Dr Marc SIMON Chirurgien Dentiste LOUVIERS RAPPELS ANATOMIQUES Origine 1. Traumatique 2. Post chirurgicale 3. Endodontique

Plus en détail

LES OBJECTIFS DES RENDEZ-VOUS DE MAINTENANCE Pourquoi? Comment?

LES OBJECTIFS DES RENDEZ-VOUS DE MAINTENANCE Pourquoi? Comment? LES OBJECTIFS DES RENDEZ-VOUS DE MAINTENANCE Pourquoi? Comment? Si la prophylaxie était auparavant vue comme des mesures de prévention locales, elle est aujourd hui devenue un facteur du style de vie de

Plus en détail

5 ème ANNEE DE MEDECINE DENTAIRE EPREUVE ECRITE D'ODONTOLOGIE CONSERVATRICE (DUREE : 1H30) Nom (en caractères d'imprimerie):. Prénom:.

5 ème ANNEE DE MEDECINE DENTAIRE EPREUVE ECRITE D'ODONTOLOGIE CONSERVATRICE (DUREE : 1H30) Nom (en caractères d'imprimerie):. Prénom:. UNIVERSITE DE MONASTIR - FACULTE DE MEDECINE DENTAIRE. MONASTIR ANNEE UNIVERSITAIRE 2013/2014 SESSION PRINCIPALE- MARS- 2014 5 ème ANNEE DE MEDECINE DENTAIRE EPREUVE ECRITE D'ODONTOLOGIE CONSERVATRICE

Plus en détail

Syllabus de la médecine bucco-dentaire

Syllabus de la médecine bucco-dentaire Syllabus de la médecine bucco-dentaire 37 ème JNS Nantes 2 avril 2015 Isabelle Hyon - PH Chirurgien-Dentiste Centre de Soins Dentaires - CHU hôtel-dieu de Nantes Un peu d histoire Homo habilis, il y a

Plus en détail

Dents de sagesse : quand les enlever?

Dents de sagesse : quand les enlever? 45èmes Journées de Formation Médicale M Continue Jeudi 13 septembre 2007 Dents de sagesse : quand les enlever? Florent Sury Service de Chirurgie Maxillo-faciale et Stomatologie Pr D.Goga,, Dr B. Hüttenberger

Plus en détail

PROGRAMME DU CONCOURS D ACCES AU RESIDANAT DE CHIRURGIE DENTAIRE

PROGRAMME DU CONCOURS D ACCES AU RESIDANAT DE CHIRURGIE DENTAIRE MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE UNIVERSITE D ALGER DEPARTEMENT DE 1- SPECIALITE : PROTHESE 1 Anatomie dentaire 2 Les matériaux à empreinte 3 Les traitements pré-prothetiques

Plus en détail

Les maladies de la gencive

Les maladies de la gencive Les maladies de la gencive Comment savoir si je souffre d'une maladie de gencive? Les maladies de gencive peuvent se manifester à tout âge, mais elles se rencontrent le plus souvent chez les adultes. Si

Plus en détail

Primum. non nocere. Formation l Endodontiedouleurs

Primum. non nocere. Formation l Endodontiedouleurs douleurs neuropathiques et idiopathiques Primum non nocere CPEA Rubrique dirigée par Pierre Machtou et Dominique Martin Yves Boucher Connaître les tableaux cliniques associés aux douleurs neuropathiques

Plus en détail

Quelle santé bucco-dentaire pour les personnes agées? Pourquoi est-ce important? Que faire pour la maintenir et même l améliorer?

Quelle santé bucco-dentaire pour les personnes agées? Pourquoi est-ce important? Que faire pour la maintenir et même l améliorer? Quelle santé bucco-dentaire pour les personnes agées? Pourquoi est-ce important? Que faire pour la maintenir et même l améliorer? Les dents participent au bien être Outil d alimentation fonctionnelle et

Plus en détail

Douleur oro-faciale neurovasculaire. La douleur oro-faciale d origine potentiellement neurovasculaire peut ressembler à la douleur

Douleur oro-faciale neurovasculaire. La douleur oro-faciale d origine potentiellement neurovasculaire peut ressembler à la douleur Douleur oro-faciale neurovasculaire Introduction La douleur oro-faciale d origine potentiellement neurovasculaire peut ressembler à la douleur odontogénique au point qu une large population de patients

Plus en détail

ÉDITO. Newsletter N 6 LES DOULEURS BUCCO-DENTAIRES CHEZ L ENFANT. Partenaires de la. Société Française d Odontologie Pédiatrique

ÉDITO. Newsletter N 6 LES DOULEURS BUCCO-DENTAIRES CHEZ L ENFANT. Partenaires de la. Société Française d Odontologie Pédiatrique Newsletter N 6 LE PÉDIATRE AU CŒUR DE L ENVIRONNEMENT BUCCO-DENTAIRE LES DOULEURS BUCCO-DENTAIRES CHEZ L ENFANT > ÉDITO La douleur est un phénomène, une expérience fondamentalement intime et subjective.

Plus en détail

Livret d information aux patients La Chirurgie Orthognatique

Livret d information aux patients La Chirurgie Orthognatique Livret d information aux patients La Chirurgie Orthognatique 2 Sommaire Dans ce livret d information à destination des patients, vous pourrez trouver les réponses aux questions que vous vous posez à propos

Plus en détail

Vendredi 22 Novembre 2013

Vendredi 22 Novembre 2013 Vendredi 22 Novembre 2013 Santé bucco-dentaire des personnes âgées: les enjeux et quelle prise en charge? Dr Jacques WEMAERE - Chirurgien-Dentiste Vice Président de l Union Française pour la Santé Bucco-Dentaire

Plus en détail

Premier élément du tube digestif

Premier élément du tube digestif Premier élément du tube digestif Mastication et insalivation (denture, muqueuses et ATM) - Formation du bol alimentaire - stimule la sécrétion de salive et de suc gastrique - prolonge le contact des aliments

Plus en détail

RECOMMANDATIONS de BONNE PRATIQUE IMPLANTS DENTAIRES ET BISPHOSPHONATES

RECOMMANDATIONS de BONNE PRATIQUE IMPLANTS DENTAIRES ET BISPHOSPHONATES RECOMMANDATIONS de BONNE PRATIQUE IMPLANTS DENTAIRES ET BISPHOSPHONATES Dr Lotfi BENSLAMA FSCMF FÉDÉRATION DE STOMATOLOGIE ET CHIRURGIE MAXILLO-FACIALE Pr Joël FERRI ASSOCIATION FRANÇAISE POUR LE DÉVELOPPEMENT

Plus en détail

o Anxiété o Dépression o Trouble de stress post-traumatique (TSPT) o Autre

o Anxiété o Dépression o Trouble de stress post-traumatique (TSPT) o Autre Page 1 Garantie Responsabilité civile - Lésions corporelles de l assurance automobile - Étude des dossiers de demande d indemnisation fermés en Ontario Descriptions des blessures Élaborées à partir des

Plus en détail

Journée e de Prévention du Risque Infectieux en FAM, MAS, IME. Bron Jeudi 2 octobre 2014 Dr Eric-Nicolas BORY CH Le Vinatier - SOHDEV

Journée e de Prévention du Risque Infectieux en FAM, MAS, IME. Bron Jeudi 2 octobre 2014 Dr Eric-Nicolas BORY CH Le Vinatier - SOHDEV Journée e de Prévention du Risque Infectieux en FAM, MAS, IME Bron Jeudi 2 octobre 2014 Dr Eric-Nicolas BORY CH Le Vinatier - SOHDEV Les principales pathologies orales liées à la présence de la plaque

Plus en détail

Questions / Réponses. à propos des implants chirurgical. http://www.ccimplant.fr

Questions / Réponses. à propos des implants chirurgical. http://www.ccimplant.fr Questions / Réponses à propos des implants chirurgical Qu est-ce qu un implant? Un implant dentaire correspond à une racine artificielle de forme généralement cylindrique, en titane (métal bien toléré

Plus en détail

Responsabilité Civile Professionnelle > Chirurgiens-dentistes

Responsabilité Civile Professionnelle > Chirurgiens-dentistes Responsabilité Civile Professionnelle > Chirurgiens-dentistes Dr Philippe POMMAREDE Chirurgien-dentiste conseil, MACSF Les 25 732 chirurgiens-dentistes sociétaires de la MACSF et du contrat groupe CNSD

Plus en détail

Réflexions sur les possibilités de réponse aux demandes des chirurgiens orthopédistes avant arthroplastie

Réflexions sur les possibilités de réponse aux demandes des chirurgiens orthopédistes avant arthroplastie Bull. Acad. Natle Chir. Dent., 2007, 50 113 Commission de l exercice professionnel et Groupe de réflexion Réflexions sur les possibilités de réponse aux demandes des chirurgiens orthopédistes avant arthroplastie

Plus en détail

Prise en charge des foyers infectieux bucco-dentaires

Prise en charge des foyers infectieux bucco-dentaires Introduction Le spécialiste de la cavité buccale reçoit fréquemment des patients adressés par des praticiens de différentes spécialités pour une recherche de foyers infectieux (FIBD). La recherche de FIBD

Plus en détail

Classification des douleurs

Classification des douleurs Classification des douleurs Docteur C. MINELLO Unité d évaluation et de traitement de la douleur Centre G. F. Leclerc - Dijon Définition de la douleur Selon le dictionnaire, la douleur est définie comme

Plus en détail

Avis 17 octobre 2012

Avis 17 octobre 2012 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 17 octobre 2012 BIRODOGYL, comprimé pelliculé B/10 (CIP : 34009 348 281 5 7) RODOGYL, comprimé pelliculé B/20 (CIP : 34009 307 477 2 8) Laboratoire SANOFI AVENTIS France

Plus en détail

Soins palliatifs et Ostéopathie. Prise en charge alternative de la douleur

Soins palliatifs et Ostéopathie. Prise en charge alternative de la douleur Soins palliatifs et Ostéopathie Prise en charge alternative de la douleur DÉFINITION Méthode thérapeutique jeune qui consiste, «dans une compréhension globale du patient, à prévenir, diagnostiquer, et

Plus en détail

AU-DELÁ DES MAUX IL-Y-A PEUT-ÊTRE

AU-DELÁ DES MAUX IL-Y-A PEUT-ÊTRE Informations à l intention des patients souffrant de lombosciatique AU-DELÁ DES MAUX IL-Y-A PEUT-ÊTRE Pour toute information complémentaire, consultez le site www.douleurnonidentifiee.com Vous êtes peut-être

Plus en détail

Prévention bucco-dentaire. Avoir de belles dents ce n est pas qu une question de chance ou d âge!

Prévention bucco-dentaire. Avoir de belles dents ce n est pas qu une question de chance ou d âge! Prévention bucco-dentaire Avoir de belles dents ce n est pas qu une question de chance ou d âge! Mise à jour mai 2010 CCAS - Prévention bucco-dentaire - Par le Docteur Dominique Mané-Valette, chirurgien-dentiste

Plus en détail

4 Le traitement chez le sportif. Préventif Curatif : soins et équilibration de l appareil manducateur

4 Le traitement chez le sportif. Préventif Curatif : soins et équilibration de l appareil manducateur 4 Le traitement chez le sportif Préventif Curatif : soins et équilibration de l appareil manducateur Préventif Examen annuel Support de la radio panoramique obligatoire Prévoir d agir bien avant les compétitions

Plus en détail

Carnet de suivi bucco-dentaire

Carnet de suivi bucco-dentaire Carnet de suivi bucco-dentaire Les dents sont des organes vivants, destinés à nous accompagner tout au long de notre vie. Ce document a été réalisé par la Mutualité Fonction Publique et la Confédération

Plus en détail

LES DOULEURS ORO- FACIALES

LES DOULEURS ORO- FACIALES LES DOULEURS ORO- FACIALES Diagnostic différentiel CNO SA 16-17 Septembre 2011 Mathieu PITZ Douleurs Bruits articulaires Limitation des mouvements mandibulaires Abrasions dentaires MOTIFS DE CONSULTATION

Plus en détail

Vantomme Patrick, septembre 2002 LA PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR: Rôle infirmier.

Vantomme Patrick, septembre 2002 LA PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR: Rôle infirmier. Vantomme Patrick, septembre 2002 LA PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR: Rôle infirmier. La douleur est un phénomène complexe et subjectif Définition: «Expérience sensorielle et émotionnelle désagréable associée

Plus en détail

Les Tissus Dentaires

Les Tissus Dentaires Les Tissus Dentaires L'émail L'émail, qui recouvre les couronnes dentaires, est le tissu le plus minéralisé de l'organisme. L'émail est essentiellement constitué de cristaux d'hydroxyapatite, et dans une

Plus en détail

LETTRE INFORMATION PATIENT EXTRACTIONS DENTAIRES MULTIPLES

LETTRE INFORMATION PATIENT EXTRACTIONS DENTAIRES MULTIPLES LETTRE INFORMATION PATIENT EXTRACTIONS DENTAIRES MULTIPLES Cher Patient voici une feuille explicative en rapport avec l intervention chirurgicale dont vous allez bénéficier. Si vous avez la moindre question,

Plus en détail

Service Consommateurs Colgate 92270 Bois Colombes. www.colgate.fr

Service Consommateurs Colgate 92270 Bois Colombes. www.colgate.fr Service Consommateurs Colgate 92270 Bois Colombes www.colgate.fr Mon carnet de santé dentaire Prendre soin de ses dents, c est préserver son capital dentaire le plus longtemps possible : nos dents sont

Plus en détail

Migraine et céphalées de tension: diagnostic différentiel et enjeux thérapeutiques

Migraine et céphalées de tension: diagnostic différentiel et enjeux thérapeutiques Migraine et céphalées de tension: diagnostic différentiel et enjeux thérapeutiques Dr Solène de Gaalon Service de neurologie- CHU Nantes Société française des migraines et céphalées Céphalées de tension

Plus en détail

L articulation temporo-mandibulaire - Cas clinique Jan De Laere - Physiothérapeute et thérapeute manuel - Direction TMNO

L articulation temporo-mandibulaire - Cas clinique Jan De Laere - Physiothérapeute et thérapeute manuel - Direction TMNO L articulation temporo-mandibulaire - Cas clinique Jan De Laere - Physiothérapeute et thérapeute manuel - Direction TMNO Un patient de 35 ans souffre d un syndrome crâniomandibulaire depuis qu il a reçu

Plus en détail

Examens écrits juin 2004/2005 D2

Examens écrits juin 2004/2005 D2 Examens écrits juin 2004/2005 D2 Examens anticipés ODF Les anomalies alvéolaires transversales. Examens juin (1 ère session) ODONTOLOGIE PROTHETIQUE Prothèse amovible Dr Picart Dans un cas d édentement

Plus en détail

Quelle est l anatomie d une vertèbre lombaire?

Quelle est l anatomie d une vertèbre lombaire? Quelle est l anatomie d une vertèbre lombaire? 1 La partie lombaire de la colonne vertébrale est composée de 5 vertèbres : de haut en bas L1, L2, L3, L4 et L5. L5 s articule avec le sacrum (vertèbre S1).

Plus en détail

Céphalées de tension. Hélène Massiou Hôpital Lariboisière, Paris

Céphalées de tension. Hélène Massiou Hôpital Lariboisière, Paris Céphalées de tension Hélène Massiou Hôpital Lariboisière, Paris Céphalée de tension : une maladie hétérogène La plus fréquente des céphalées primaires Diagnostic basé sur l interrogatoire Manque de spécificité

Plus en détail

Migraine et Abus de Médicaments

Migraine et Abus de Médicaments Migraine et Abus de Médicaments Approches diagnostiques et thérapeutiques des Céphalées Chroniques Quotidiennes Pr D. DEPLANQUE Département de Pharmacologie médicale EA 1046, Institut de Médecine Prédictive

Plus en détail

UNIVERSITÉ DE BRETAGNE OCCIDENTALE FACULTÉ DE LETTRES ET SCIENCES SOCIALES DÉPARTEMENT DE PSYCHOLOGIE

UNIVERSITÉ DE BRETAGNE OCCIDENTALE FACULTÉ DE LETTRES ET SCIENCES SOCIALES DÉPARTEMENT DE PSYCHOLOGIE UNIVERSITÉ DE BRETAGNE OCCIDENTALE FACULTÉ DE LETTRES ET SCIENCES SOCIALES DÉPARTEMENT DE PSYCHOLOGIE MASTER 2 de PSYCHOLOGIE CLINIQUE ET PATHOLOGIQUE Option déviances, traumas et exclusions France MARCHAND-CADALEN

Plus en détail

Séance de bibliographie du 03/12/2012 Emmanuel MERCELAT ( Interne)

Séance de bibliographie du 03/12/2012 Emmanuel MERCELAT ( Interne) Séance de bibliographie du 03/12/2012 Emmanuel MERCELAT ( Interne) Rappel Nomination commune des dents: 32 dents au total chez l adulte Depuis la ligne médiane: 2 incisives 1canine 2 prémolaires 3 molaires

Plus en détail

4. DIFFÉRENTS TYPES DE DOULEUR

4. DIFFÉRENTS TYPES DE DOULEUR 4. Il n y a pas une, mais des douleurs. On peut classer les douleurs selon: Le mécanisme physiopathologique (excès de nociception, neurophatique, psychogène). La durée d évolution (aiguë, chronique). Le

Plus en détail

Spécialisation en Parodontologie Programme de formation postgraduée 1)

Spécialisation en Parodontologie Programme de formation postgraduée 1) Spécialisation en Parodontologie Programme de formation postgraduée 1) Par ce qui suit la société suisse des médecins-dentistes (SSO) approuve l entrée en vigueur du programme révisé de formation postgraduée

Plus en détail

La santé bucco-dentaire au cabinet OMS. Problèmes majeurs. Santé bucco-dentaire et santé générale. Santé. Déterminants sociaux et santé bucco-dentaire

La santé bucco-dentaire au cabinet OMS. Problèmes majeurs. Santé bucco-dentaire et santé générale. Santé. Déterminants sociaux et santé bucco-dentaire La santé bucco-dentaire au cabinet Santé OMS Déterminants sociaux et santé bucco-dentaire Colloque MPr 14 septembre 2011 Dr J-P Carrel Division de stomatologie, chirurgie orale et radiologie dento-maxillo-faciale

Plus en détail

Savoir détecter les fêlures et les fractures verticales

Savoir détecter les fêlures et les fractures verticales SOCIÉTÉ ODONTOLOGIQUE DE PARIS Document réalisé pour la journée du jeudi 16 octobre 2008 Savoir détecter les fêlures et les fractures verticales DOMINIQUE MARTIN Les premiers signes La démarche diagnostique

Plus en détail

une poche de 1-2 mm est considérée normale; une poche de 3 à 4 mm désigne une parodontite débutante;

une poche de 1-2 mm est considérée normale; une poche de 3 à 4 mm désigne une parodontite débutante; Parodontite La parodontite est une maladie inflammatoire qui affecte le parodonte, c'est-à-dire l'ensemble des tissus qui supportent et qui soutiennent les dents. Parmi ces tissus, le parodonte se compose

Plus en détail

Dossier PATIENT. Notes. Relation Patient. Consentement éclairé Copie ordonnance Devis. Courrier correspondant

Dossier PATIENT. Notes. Relation Patient. Consentement éclairé Copie ordonnance Devis. Courrier correspondant euroteknika, une solution globale pour l implantologie Dossier PATIENT Nom : Implantation Prénom : Empreinte Date de naissance : Adresse : Mise en charge Tél./Portable : Praticien responsable du suivi

Plus en détail

Dossier Administratif du Patient

Dossier Administratif du Patient Handident Franche-Comté CHBM - service ORL (Docteur LEGER) Cadre réservé Handident FC N adhérent au réseau Handident FC 2, rue du Docteur Flamand 25209 MONTBELIARD Cedex Dossier Administratif du Patient

Plus en détail

Quand le médecin généraliste joue au dentiste

Quand le médecin généraliste joue au dentiste Quand le médecin généraliste joue au dentiste Mardi 16 Avril 2002 Expert : Patrice BATICLE (Chirurgien-Dentiste à Bray sur Somme) Animateur : Jean-Yves BORGNE Chronologie de la dentition Dents de lait

Plus en détail

Le chirurgien dentiste : un acteur de santé dans la maladie diabétique. Jean François Seret Nancy le 12 octobre 2013

Le chirurgien dentiste : un acteur de santé dans la maladie diabétique. Jean François Seret Nancy le 12 octobre 2013 Diabète et chirurgiens dentistes Le chirurgien dentiste : un acteur de santé dans la maladie diabétique Un professionnel de santé le plus souvent ignoré dans le parcours de soin du diabétique alors qu

Plus en détail

Prothèses dentaires Implants. Avoir de belles dents ce n est pas qu une question de chance ou d âge!

Prothèses dentaires Implants. Avoir de belles dents ce n est pas qu une question de chance ou d âge! Prothèses dentaires Implants Avoir de belles dents ce n est pas qu une question de chance ou d âge! Mai 2010 - Par le docteur Dominique Mané-Valette, chirurgien-dentiste Les prothèses dentaires Les prothèses

Plus en détail

Document du 11 février 2014. Contacts : Dr. Sophie Dartevelle, Présidente de l UFSBD. sophiedartevelle@ufsbd.fr / 0144907280

Document du 11 février 2014. Contacts : Dr. Sophie Dartevelle, Présidente de l UFSBD. sophiedartevelle@ufsbd.fr / 0144907280 Document du 11 février 2014. Contribution de l Union Française pour la Santé Bucco-Dentaire à la réflexion préparatoire au projet de loi d adaptation de la société au vieillissement Contacts : Dr. Sophie

Plus en détail

Université Européenne Miguel de Cervantes DIPLÔME UNIVERSITAIRE CLINIQUE DE PARODONTIE

Université Européenne Miguel de Cervantes DIPLÔME UNIVERSITAIRE CLINIQUE DE PARODONTIE Université Européenne Miguel de Cervantes DIPLÔME UNIVERSITAIRE CLINIQUE DE PARODONTIE www.uemc.es Année universitaire 2016-2017 OBJECTIFS DE LA FORMATION Connaitre les disciplines théoriques et maîtriser

Plus en détail

Les Migraines et les céphalées. Dr G.Hinzelin Migraines et Céphalées Migraines et Céphalées La migraine représente entre 5 à 18% de la population française selon le sexe et en fonction des études. Est

Plus en détail

L HYPNOSE et l Analgésie

L HYPNOSE et l Analgésie L HYPNOSE et l Analgésie IFSI- 2013 Dr Jean-Marc BENHAIEM Responsable D. U. d Hypnose Médicale - Paris VI, Pitié-Salpêtrière Centres d'evaluation et de Traitement de la Douleur Hôpital Ambroise Paré (92

Plus en détail

RÔLE DE LA PREVENTION EN ORTHODONTIE Atelier Presse du jeudi 20 mars Avec la participation du Dr Jacqueline Kolf

RÔLE DE LA PREVENTION EN ORTHODONTIE Atelier Presse du jeudi 20 mars Avec la participation du Dr Jacqueline Kolf RÔLE DE LA PREVENTION EN ORTHODONTIE Atelier Presse du jeudi 20 mars Avec la participation du Dr Jacqueline Kolf Contact presse : BV CONSEiL Santé Emmanuelle Klein - Olivier Bordy Tél : 01 42 68 83 40

Plus en détail

2 Les traitements. Les traitements médicamenteux du cancer du sein. Informations-clés

2 Les traitements. Les traitements médicamenteux du cancer du sein. Informations-clés Les traitements médicamenteux du cancer du sein Ce document présente les différents traitements médicamenteux du cancer du sein. Il a pour but d aider les patientes et leurs proches à mieux comprendre:

Plus en détail

I. Troubles de l anxiété

I. Troubles de l anxiété I. Troubles de l anxiété Définition : - Réponse normale à une menace ou un changement inattendu dans l environnement (situations normales, maladie psychiatrique). - Un patient atteint d un trouble de l

Plus en détail

Déséquilibres dynamiques de la posture dans la dysfonction temporomandibulaire...

Déséquilibres dynamiques de la posture dans la dysfonction temporomandibulaire... Dédicace... 5 Préambule... 7 Le déséquilibre de la mâchoire à l'origine de pathologies redoutables... 7 Terminologie... 8 Préface... 9 La santé... 10 L'ostéopathie et la maladie... 12 Le début de l'aventure...

Plus en détail

Annexe I Conclusion scientifiques et motifs de la modification des termes des autorisations de mise sur le marché

Annexe I Conclusion scientifiques et motifs de la modification des termes des autorisations de mise sur le marché Annexe I Conclusion scientifiques et motifs de la modification des termes des autorisations de mise sur le marché Conclusions scientifiques Compte tenu du rapport d évaluation du PRAC sur les PSUR concernant

Plus en détail

DYSFONCTIONS TEMPORO- MANDIBULAIRES

DYSFONCTIONS TEMPORO- MANDIBULAIRES DYSFONCTIONS TEMPORO- MANDIBULAIRES Conseils et instructions pour soulager la douleur Pour vous, pour la vie Les patients souffrants de dysfonctions temporo-mandibulaires peuvent soulager leurs douleurs

Plus en détail

Parodontologie - Implantologie - Prothèse. CYCLE DE 4 SÉMINAIRES DE 2 JOURS Jeudis et Vendredis

Parodontologie - Implantologie - Prothèse. CYCLE DE 4 SÉMINAIRES DE 2 JOURS Jeudis et Vendredis Docteurs Paul et Catherine MATTOUT Parodontologie - Implantologie - Prothèse CYCLE DE 4 SÉMINAIRES DE 2 JOURS Jeudis et Vendredis Séminaire I Les maladies parodontales Du contrôle de l infection à la reconstruction

Plus en détail

Stimulation médullaire et douleur neuropathique. Brochure d information destinée aux patients

Stimulation médullaire et douleur neuropathique. Brochure d information destinée aux patients Stimulation médullaire et douleur neuropathique Brochure d information destinée aux patients La douleur neuropathique et ses conséquences Cette brochure vous a été remise par votre médecin : Les différents

Plus en détail

DES PERSONNES ÂGÉES DÉPENDANTES

DES PERSONNES ÂGÉES DÉPENDANTES SANTÉ BUCCO-DENTAIRE DES PERSONNES ÂGÉES DÉPENDANTES Dr Benoît PERRIER Chirurgien dentiste (Saint Jean de Boiseau) Secrétaire Général de l UFSBD 1 L UFSBD en quelques mots Une Association loi 1901 Née

Plus en détail

6 Sommes-nous (les malades) tous égaux face à cette pathologie?

6 Sommes-nous (les malades) tous égaux face à cette pathologie? 6 Sommes-nous (les malades) tous égaux face à cette pathologie? Sans doute NON car la chronicisation des symptômes n est pas vécue de façon identique selon que le malade a en lui les ressources nécessaires

Plus en détail

LES DOULEURS ENDODONTIQUES: A PROPOS DE 200 CAS

LES DOULEURS ENDODONTIQUES: A PROPOS DE 200 CAS 8 ème Congrès National & 3 ème Congrès Pan arabe de lutte contre la douleur 3 & 5 Octobre 2012 Hôtel Sheraton - Alger LES DOULEURS ENDODONTIQUES: A PROPOS DE 200 CAS N. GHODBANE*, M. NEZZAL **, N. F. NAJAH

Plus en détail

L appareil locomoteur

L appareil locomoteur L appareil locomoteur Plan Introduction Anatomie physiologie Orthopédie - Traumatologie Rhumatologie Pathologies infectieuses Pathologies tumorales Pathologies neuro- dégénératives Répercussions de ces

Plus en détail

Santé buccodentaire et Santé mentale

Santé buccodentaire et Santé mentale Santé buccodentaire et Santé mentale Dr Sahar Moussa-Badran Chirurgien dentiste conseil MSA Picardie site 02 Chargée d enseignement en santé publique UFR d odontologie de Reims Praticien attaché service

Plus en détail

Les complications post-opératoires d extractions dentaires : diagnostics et traitements

Les complications post-opératoires d extractions dentaires : diagnostics et traitements dentaires : diagnostics et traitements Il existe plusieurs complications post-opératoires secondaires aux extractions dentaires dont les principales sont les paresthésies, les infections, les saignements

Plus en détail

Les techniques diploïques, en première intention, peuvent-elles anesthésier les dents présentant une pulpite?

Les techniques diploïques, en première intention, peuvent-elles anesthésier les dents présentant une pulpite? Alain Villette*, Thierry Collier**, Thierry Delannoy*** *DSO **docteur en chirurgie dentaire ***docteur en chirurgie dentaire Les techniques diploïques, en première intention, peuvent-elles anesthésier

Plus en détail

La bouche : à ne pas négliger.tout au long de la vie

La bouche : à ne pas négliger.tout au long de la vie La bouche : à ne pas négliger.tout au long de la vie Marie-Hélène Lacoste-Ferré Pôle Gériatrie CHU Purpan-Casselardit-Garonne TOULOUSE lacoste.mh@chu-toulouse.fr La bouche, tout au long de la vie. Bouche

Plus en détail

Correction de l occlusion pour réduire les sourires gingivaux : deux cas rapportés

Correction de l occlusion pour réduire les sourires gingivaux : deux cas rapportés Correction de l occlusion pour réduire les sourires gingivaux : deux cas rapportés Auteur_ Dr David S. Frey, États-Unis Fig. 1a Fig. 1b _La méthode traditionnelle pour corriger un sourire gingival avec

Plus en détail

32 Syndrome du tunnel cubital

32 Syndrome du tunnel cubital 32. Syndrome du tunnel cubital 201 32 Syndrome du tunnel cubital SYNDROME CLINIQUE Le syndrome du tunnel cubital est une cause rare de douleur et de faiblesse de la partie latérale de l avant-bras qui

Plus en détail

Chirurgie maxillo-faciale et stomatologie

Chirurgie maxillo-faciale et stomatologie Chirurgie maxillo-faciale et stomatologie Sémiologie : étude des signes 1) 1 er signe (motif de consultation fréquent) : la douleur Topographie : à quel endroit elle se situe. Intensité : importante, modérée

Plus en détail

DOCUMENT DE SYNTHESE. Les grands principes de la CCAM pour l activité bucco-dentaire SOMMAIRE

DOCUMENT DE SYNTHESE. Les grands principes de la CCAM pour l activité bucco-dentaire SOMMAIRE 1 er juin 2014 DOCUMENT DE SYNTHESE Les grands principes de la CCAM pour l activité bucco-dentaire SOMMAIRE Introduction I. Textes officiels page 2 II. Les principes du codage page 3 A - Acte global..

Plus en détail

Quelle place pour les agonistes dopaminergiques dans le syndrome des jambes sans repos?

Quelle place pour les agonistes dopaminergiques dans le syndrome des jambes sans repos? BON USAGE DU MÉDICAMENT Quelle place pour les agonistes dopaminergiques dans le syndrome des jambes sans repos? Le syndrome des jambes sans repos (SJSR) est une maladie de diagnostic souvent difficile,

Plus en détail

Reflux Gastro Oesophagien : diagnostic et traitement. Mathias VIDON

Reflux Gastro Oesophagien : diagnostic et traitement. Mathias VIDON Reflux Gastro Oesophagien : diagnostic et traitement Mathias VIDON Définition Passage d une partie du contenu gastrique dans l oesophage En pratique clinique : symptômes ou lésions oesophagienne en rapport

Plus en détail

LETTRE INFORMATION PATIENT IMPLANTS DENTAIRES VIA CHIRURGIE GUIDEE

LETTRE INFORMATION PATIENT IMPLANTS DENTAIRES VIA CHIRURGIE GUIDEE LETTRE INFORMATION PATIENT IMPLANTS DENTAIRES VIA CHIRURGIE GUIDEE Cher Patient voici une feuille explicative en rapport avec l intervention chirurgicale dont vous allez bénéficier. Si vous avez la moindre

Plus en détail

Deux études cliniques

Deux études cliniques Etat bucco-dentaire des patients en psychiatrie Motivation des patients à l hygiène bucco-dentaire: Deux études cliniques Valérie BERTAUD GOUNOT MCU PH UFR Odontologie Dr en Chirurgie Dentaire, CH Guillaume

Plus en détail

N 59. Connaître les bases des classifications des troubles mentaux de l enfant à la personne âgée

N 59. Connaître les bases des classifications des troubles mentaux de l enfant à la personne âgée N 59. Connaître les bases des classifications des troubles mentaux de l enfant à la personne âgée Auteur : J.-A. M. Relecteurs : C. Q., C. L. Statistiques ECN 2008, dossier 4 2008, dossier 7 2010, dossier

Plus en détail

Swiss International Academy of Osseo-Integration and Maxillo-Facial Research

Swiss International Academy of Osseo-Integration and Maxillo-Facial Research S I A O Swiss International Academy of Osseo-Integration and Maxillo-Facial Research Cycle de formation clinique en implantologie Ce Cycle de formation organisé par Infodental Algérie sous la responsabilité

Plus en détail

LETTRE D INFORMATION PATIENT SINUS LIFT

LETTRE D INFORMATION PATIENT SINUS LIFT LETTRE D INFORMATION PATIENT SINUS LIFT Cher Patient voici une feuille explicative en rapport avec l intervention chirurgicale dont vous allez bénéficier. Si vous avez la moindre question, n hésitez surtout

Plus en détail

LE CONTRÔLE DU FACTEUR BACTERIEN 3-POUR LE TRAITEMENT DES PARODONTITES

LE CONTRÔLE DU FACTEUR BACTERIEN 3-POUR LE TRAITEMENT DES PARODONTITES LE CONTRÔLE DU FACTEUR BACTERIEN 3-POUR LE TRAITEMENT DES PARODONTITES Le Diagnostic : Il repose sur l écoute du patient, l examen clinique, le sondage, la radiographie. L inflammation gingivale peut être

Plus en détail

26 - troubles associés. 27 - Film. 28 - La déglutition dite «primaire»

26 - troubles associés. 27 - Film. 28 - La déglutition dite «primaire» 26 - troubles associés La persistance, au-delà de l'âge de cinq à six ans, de cette forme de déglutition pourra être à l'origine de dysmorphoses dento maxillaires, de perturbation de la croissance crâniofaciale

Plus en détail

Votre médecin et ou votre chirurgien par l analyse de vos symptômes et un examen médical précis (tests de conflit) évoqueront le diagnostic.

Votre médecin et ou votre chirurgien par l analyse de vos symptômes et un examen médical précis (tests de conflit) évoqueront le diagnostic. LE CONFLIT SOUS ACROMIAL a) Fonction Lors des mouvements du membre supérieur, les tendons de la coiffe des rotateurs passent sous un élément osseux et ligamentaire (arche) composé de la face inférieure

Plus en détail

CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE NANTES

CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE NANTES CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE NANTES CENTRE DE SOINS ET CONSULTATIONS DENTAIRES HOTEL DIEU 1, Place Alexis Ricordeau 44093 NANTES CEDEX 1 Questionnaire médical confidentiel A l attention des sportifs

Plus en détail

On peut avancer différentes explications

On peut avancer différentes explications Ostéonécrose de la mâchoire associée à un traitement par bisphosphonates : extraits du rapport de la task force de l ASBMR et recommandations françaises Risque méconnu, désinformation, rumeur : la mauvaise

Plus en détail

ÉTUDE DESCRIPTIVE DE L ÉTAT BUCCO-DENTAIRE D UN ÉCHANTILLON DE LA POPULATION MAROCAINE

ÉTUDE DESCRIPTIVE DE L ÉTAT BUCCO-DENTAIRE D UN ÉCHANTILLON DE LA POPULATION MAROCAINE ÉTUDE DESCRIPTIVE DE L ÉTAT BUCCO-DENTAIRE D UN ÉCHANTILLON DE LA POPULATION MAROCAINE F. ZAOUI*, S. HAMDANI, M.J. BELHAD, J.L. MIQUEL Introduction L évaluation de l état de santé bucco-dentaire d une

Plus en détail

L hygiène buccale et dentaire chez la personne âgée

L hygiène buccale et dentaire chez la personne âgée L hygiène buccale et dentaire chez la personne âgée Un constat En France Si les Français déclarent user 1,5 6 brosses à 4,4 dents et 22 tubes de dentifrice par an, Journée CCLIN Paris Nord ARELIN NPC 10

Plus en détail

Dossier Parodontologie! Les questions que l on se pose!

Dossier Parodontologie! Les questions que l on se pose! Dossier Parodontologie Les questions que l on se pose Pourquoi la gencive se rétracte? Un brossage excessif, en direc1on horizontale, avec une brosse à dents dure ou médium provoque une rétrac1on de la

Plus en détail

STENOSE LOMBAIRE DU CANAL RACHIDIEN OU CANAL LOMBAIRE ETROIT

STENOSE LOMBAIRE DU CANAL RACHIDIEN OU CANAL LOMBAIRE ETROIT STENOSE LOMBAIRE DU CANAL RACHIDIEN OU CANAL LOMBAIRE ETROIT Madame, Monsieur, Vous souffrez d une sténose du canal lombaire, une intervention chirurgicale est envisagée. Afin de prendre une décision en

Plus en détail

Semaine de la sécurité des patients: novembre 2012

Semaine de la sécurité des patients: novembre 2012 Semaine de la sécurité des patients: novembre 2012 Qu'est-ce-que la douleur? La douleur est une sensation désagréable et complexe (sensorielle et émotionnelle). Cette sensation provient de l'excitation

Plus en détail