Situation capitalistique et pérennité des entreprises

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Situation capitalistique et pérennité des entreprises"

Transcription

1 Situation capitalistique et pérennité des entreprises L observatoire des entreprises

2 2 Objet de l étude La pérennité et la capacité de développement des PME et des ETI sont-elles favorisées par la structure capitalistique de ces mêmes entreprises? Sommaire de l étude 1 ère partie : PROFIL Par tranche de chiffre d affaires Par secteur d activité DEVELOPPEMENT COMMERCIAL Evolution du chiffre d affaires Evolution de l exportation STRUCTURE ET SOLIDITE FINANCIERE Rentabilité nette Endettement Risque 2 nde partie : Les créations De 2006 à aujourd hui PROFIL Par type d actionnaire Par taille selon le chiffre d affaires Par taille selon le nombre de salariés Par classe de risque ANALYSE FINANCIERE SUR 3 ANS Evolution du chiffre d affaires Evolution du taux de chiffre d affaires export Evolution de la rentabilité nette Evolution du taux d endettement I I Page 2

3 3 Définitions & périmètres Entreprises actives : Définition : Entreprises scorées numériquement au sein de la base Coface Services (1 à 10) à la date d extraction, soit pour cette étude en décembre Périmètre : Entreprises actives en décembre 2012 ayant publié au moins un exercice comptable sur la période avec une durée de 12 mois, un chiffre d affaires compris entre euros et 1,5 milliard d euros, et un effectif compris entre 20 et 499 salariés. Sont exclus du périmètre les entreprises spécialisées dans les secteurs financiers et holding. L échantillon étudié compte entreprises. Créations : Définition : Est considérée comme création tout établissement siège ayant déclaré le démarrage de son activité sur la période étudiée, que ce soit dans le cadre d'une création nette d'activité ou dans le cas d'une reprise d'activité. Périmètre : Entreprises créées en 2006 ayant publié au moins un exercice comptable sur la période avec une durée de 12 mois, un chiffre d affaires compris entre euros et 1,5 milliard d euros. Sont exclus du périmètre les entreprises spécialisées dans les secteurs financiers et holding. L échantillon étudié compte entreprises. Indicateurs : Tous les indicateurs présents dans cette étude sont en valeur moyenne. La méthode de l intervalle interquartile a été utilisée afin de limiter l effet, dans la moyenne, des valeurs les plus marginales. Evolution du chiffre d affaires : (Chiffre d affaires année n Chiffre d affaires année n-1) / Chiffre d affaires année n-1 en pourcentage. Taux d exportation : Chiffre d affaires export année n / Chiffre d affaires année n en pourcentage. Rentabilité nette : Résultat net année n / Chiffe d affaires année n en pourcentage. Taux d endettement : Dettes financières année n / total des capitaux propres année n en pourcentage. Taux d autonomie financière : Total des capitaux propres année n / Total bilan année n en pourcentage. Taux des dettes fournisseurs : Dettes fournisseurs année n / total bilan année n. Taux des dettes bancaires : Dettes auprès des établissements de crédit année n / total bilan année n. Risque faible : Société dont le score Coface services est compris entre 6 et 10 sur 10. Risque moyen : Société dont le score Coface Services est compris entre 4 et 5 sur 10. Risque fort : Société dont le score Coface Services est compris entre 1 et 3 sur 10. I I Page 3

4 4 A retenir PROFIL Près de 60% des PME et ETI actives sont intégrées au sein d un groupe dont près de la moitié est française. Les entreprises du Bâtiment sont pour près de la moitié soutenues par des groupes français. Les groupes internationaux sont nettement plus présents dans les secteurs industriels avec près de 17% des PME et ETI françaises. DEVELOPPEMENT COMMERCIAL Entre 2010 et 2011, l évolution moyenne du chiffre d affaires toutes entreprises confondues est de 6,8%. Les entreprises indépendantes ont enregistré le meilleur résultat avec une progression moyenne de 7,2%. La meilleure performance est enregistrée par le secteur des métaux avec une hausse moyenne de 12% en un an. Les entreprises de ce secteur intègrent, à 70%, un groupe dont plus de la moitié est localisée en France. En 2011, les entreprises ont réalisé en moyenne 1/4 de leur chiffre d affaires à l exportation. Les filiales de groupes internationaux spécialisées dans le Transport et Logistique consacrent en moyenne plus de 50% de leur chiffre d affaires à l export. STRUCTURE ET SOLIDITE FINANCIERE Entre 2006 et 2011, les entreprises indépendantes maintiennent les niveaux de rentabilité les plus élevés mais aucun segment étudié n a échappé à la forte contraction des performances liées à la crise entre 2008 et En 2011, les secteurs d activités les plus rentables étaient les Télécommunications et l Informatique & Electronique. Le taux d endettement est nettement plus faible pour les entreprises filiales de groupes internationaux (16%) dont seulement 14% pour les Grandes Entreprises. Le secteur le plus endetté est celui de la Distribution avec un taux d endettement moyen de 26% en La part des dettes bancaires dans le passif est plus élevée chez les entreprises indépendantes (11% en moyenne), ces dernières moins capitalisées et moins soutenues par leurs actionnaires doivent trouver auprès des banques le financement de leurs besoins en trésorerie. Les structures indépendantes enregistrent le pourcentage le plus élevé en risque fort avec près de 14%, contre moins de 9% pour les entreprises affiliées à un groupe français ou étranger. I I Page 4

5 5 A retenir Les créations De 2006 à aujourd hui PROFIL Après 6 ans d existence, les entreprises sont dans 97% des cas toujours indépendantes. Les 3/4 des créations n ont pas dépassé le million de chiffre d affaires. Près de 90% des entités restent des petites entreprises salariant moins de 10 personnes. Aujourd hui, 18,5% des entreprises créées en 2006 ont disparu. Le plus lourd tribut revient aux entreprises indépendantes qui enregistrent 19% de disparitions en 6 ans. Les Grandes Entreprises indépendantes ou filiales de groupes français (chiffre d affaires supérieur à 50 millions d euros) présentent un risque faible de déposer le bilan dans les douze prochains mois. ANALYSE FINANCIERE Depuis 3 ans, la progression moyenne du chiffre d affaires a doublé, passant de 4% à 8% en Cette progression est plus rapide pour les entreprises filiales de groupes, surtout internationaux, +11%. La part à l export a le plus progressé chez les filiales de groupes étrangers (50% à l export en 2011). Côté performance, la rentabilité moyenne des entreprises indépendantes, créées en 2006, reste supérieure de 1 à 2 points aux structures filiales de groupes. CONCLUSION Les entreprises affiliées à un groupe évoluent plus rapidement commercialement, et sont davantage tournées vers l international. Elles bénéficient de réseaux d endettement plus importants pour investir (Prêt fournisseurs plus importants, Crédits intra-groupes ) Elles sont plus solides pour faire face aux aléas économiques avec une surface de chiffre d affaires plus importante ainsi que le soutien fort d un groupe. I I Page 5

6 6 Profil Par tranche de chiffre d affaires Près de 60% des PME et ETI actives sont intégrées au sein d un groupe dont près de la moitié est française. Les entreprises filiales d un groupe international sont de plus grandes tailles que celles détenues par un groupe français. Près d 1/4 d entres-elles réalisent un chiffre d affaires supérieur à 50 millions d euros contre moins de 10% pour les filiales de groupes français. De leur côté, les entreprises indépendantes, qui représentent 40% de l échantillon, sont majoritairement de petites entreprises dont le chiffre d affaires n excède pas les 10 millions d euros (87%). Par taille d entreprise Tranches de chiffre d'affaires Filiales groupes français Filiales groupes internationaux Entreprises indépendantes 1 - Moins de 1 M 1,9% 1,2% 9,1% 4,8% TOTAL 2 - De 1 à 10 M 55,4% 31,6% 77,9% 61,9% 3 - De 10 à 50 M 33,6% 42,9% 12,2% 25,9% 4 - De 50 M à 1,5 Mds 9,1% 24,3% 0,8% 7,5% TOTAL 100,0% 100,0% 100,0% 100,0% I I Page 6

7 7 Par secteur Sans surprise, le secteur le plus fortement représenté est celui du Bâtiment avec près de 20% de l échantillon. Les entreprises du Bâtiment sont pour près de la moitié soutenues par des groupes français ou considérées comme indépendantes (45%). Au second rang, se trouvent les Services aux entreprises (12%), particulièrement représentés dans les sociétés indépendantes. Loin derrière, la troisième place revient au secteur des Biens d équipements industriels (près de 8%), ou les groupes internationaux sont particulièrement bien représentés. Répartition sectorielle Filiales groupes français Filiales groupes internationaux Entreprises indépendantes Agriculture & Pêche 1,4% 0,9% 1,6% 1,5% Agroalimentaire 5,1% 4,7% 4,1% 4,6% Bâtiment et Travaux publics 20,4% 7,0% 22,8% 19,9% Biens de consommation 2,2% 4,2% 1,9% 2,3% Biens d'équipement du foyer 1,8% 4,1% 1,5% 1,9% Biens d'équipement industriels 7,9% 16,7% 5,4% 7,9% Bois Papier Carton & Imprimerie 2,3% 2,9% 1,7% 2,1% Distribution 7,1% 2,0% 5,7% 6,0% Energie 0,5% 0,6% 0,2% 0,4% Informatique & Electronique 3,5% 5,5% 2,8% 3,4% Médias & Loisirs 2,5% 1,8% 1,9% 2,2% Métaux 4,6% 5,6% 2,8% 3,9% Moyens de transport 6,2% 5,6% 3,8% 5,1% Pharmacie 0,5% 3,5% 0,5% 0,8% Produits minéraux et Chimie 2,8% 8,0% 1,2% 2,7% Services aux entreprises 10,1% 10,2% 14,5% 11,9% Services aux particuliers 5,0% 5,1% 10,2% 7,1% Services collectifs 5,6% 3,2% 7,4% 6,0% Télécommunications 0,3% 0,5% 0,2% 0,3% Textile habillement cuir 2,5% 3,6% 2,2% 2,5% Transports & Logistique 7,8% 4,3% 7,6% 7,3% TOTAL Total général 100,0% 100,0% 100,0% 100,0% I I Page 7

8 8 Les groupes internationaux sont nettement plus présents dans les secteurs industriels. En effet, près de 17% des PME et ETI industrielles françaises sont détenues par un groupe étranger. Tel est le cas du conglomérat américain Général Electric dont le chiffre d affaires en France est de l ordre de 8 milliards d euros, ou du groupe suédois Volvo AB spécialiste de la construction mécanique réalisant un chiffre d affaires en France de plus de 4 milliards d euros. A l inverse, le secteur de l Energie, malgré l ouverture du marché à la concurrence en 2007, demeure contrôlé par des groupes français. 60% de ces entreprises sont soutenues par de grandes structures françaises dont les plus connues sont Total, EDF et GDF. Concernant les structures indépendantes, ces dernières sont prédominantes dans le secteur des Services aux particuliers avec près de 60% des entreprises de l échantillon global. Dans ce secteur d activité, les plus grandes entreprises sont spécialisées dans les activités de voyagistes. Top 3 des secteurs représentés par des filiales de groupes français Top 3 des secteurs représentés par des filiales de groupes internationaux 60,8% 48,8% 57,7% 57,1% 33,4% 24,2% Energie Moyens de transport Distribution Pharmacie Produits minéraux et Chimie Biens d'équipement du foyer Top 3 des secteurs représentés par des entreprises indépendantes 58,4% 49,7% 49,6% Services aux particuliers Services aux entreprises Services collectifs I I Page 8

9 9 Développement commercial EVOLUTION DU CHIFFRE D AFFAIRES Par taille d entreprise Entre 2010 et 2011, l évolution moyenne du chiffre d affaires toutes entreprises confondues est de 6,8%. Les entreprises indépendantes ont enregistré le meilleur résultat avec une progression moyenne de 7,2%. Dans le détail, la meilleure performance en termes de développement commercial est réalisée par les structures indépendantes dont le chiffre d affaires est supérieur à 50 millions avec une évolution moyenne en un an de +12%. Seule la catégorie des entreprises filiales d un groupe français et réalisant moins de 1 million d euros de chiffre d affaires enregistre une baisse moyenne du chiffre d affaires en un an (-0,4%) Evolution du CA 2010 / 2011 Filiales groupes français Filiales groupes internationaux Entreprises indépendantes - De 1 M -0,4% 14,4% 4,4% De 1 à 10 M 5,6% 4,2% 6,8% De 10 à 50 M 7,5% 6,8% 9,2% De 50 à 1,5 Mds 8,6% 7,8% 12,4% TOTAL 6,7% 6,4% 7,2% 10,0% 8,0% 6,0% 4,0% 2,0% 0,0% -2,0% -4,0% -6,0% -8,0% Evolution moyenne du CA de 2007 à ,0% Filiales groupes français Filiales groupes internationaux Entreprises indépendantes I I Page 9

10 10 Par secteur Pratiquement tous les secteurs, et ce quelle que soit leur structure capitalistique, enregistrent en moyenne une croissance de leur activité sur un an. La meilleure performance est enregistrée par le secteur des Métaux avec une hausse moyenne de 12%. Les entreprises de ce secteur intègrent, à 70%, un groupe dont plus de la moitié est localisée en France. Les autres secteurs performants (plus de 10%) sont l Agriculture & Pêche et les Biens d équipements industriels. Il est également à noter les fortes offensives des entreprises à capitaux étrangers dans l Energie et les Télécommunications, ces secteurs étant plus largement ouverts à une concurrence établie par l Union Européenne. Le chiffre d affaires des groupes français a particulièrement progressé dans le secteur Agricole (+12%), secteur qui reste l un des fers de lance de l économie hexagonale. Enfin, les entreprises indépendantes ont obtenu de bons résultats dans le secteur Informatique & Electronique, métiers que l on pourrait croire plus délocalisés ou offshore. Evolution moyenne du CA de 2010 à 2011 Filiales groupes français Filiales groupes internationaux Entreprises Indépendantes Total Agriculture & Pêche 12,0% 7,5% 8,7% 10,2% Agroalimentaire 7,7% 6,6% 6,6% 7,2% Bâtiment et Travaux publics 7,3% 5,1% 6,9% 7,0% Biens de consommation 5,2% 4,9% 3,7% 4,7% Biens d'équipement du foyer 1,5% 2,7% 3,8% 2,4% Biens d'équipement industriels 10,9% 10,2% 11,6% 10,9% Bois Papier Carton & Imprimerie 4,4% 6,4% 7,4% 5,6% Distribution 4,5% 4,7% 6,0% 5,1% Energie 6,7% 15,6% -0,3% 7,3% Informatique & Electronique 7,4% 6,7% 11,3% 8,2% Médias & Loisirs 1,9% -3,7% 1,7% 1,4% Métaux 11,3% 9,9% 13,8% 11,6% Moyens de transport 4,6% 5,8% 5,6% 5,0% Pharmacie 3,8% 4,4% 7,7% 4,8% Produits minéraux et Chimie 7,9% 7,4% 8,6% 7,8% Services aux entreprises 6,5% 3,8% 7,5% 6,6% Services aux particuliers 4,8% 3,8% 4,4% 4,5% Services collectifs 5,5% 5,9% 6,3% 5,8% Télecommunications 6,1% 10,2% 4,1% 6,5% Textile habillement cuir 4,3% 7,0% 4,5% 4,9% Transports & Logistique 6,3% 5,6% 8,7% 7,0% Total 6,7% 6,4% 7,2% 6,8% I I Page 10

11 11 EVOLUTION A L EXPORTATION Par taille d entreprise En 2011, les entreprises ont réalisé en moyenne 1/4 de leur chiffre d affaires à l exportation. Cette tendance est constatée depuis 2006 avec cependant une légère baisse par rapport à l année précédente (24,9% en 2011 contre 25,9% en 2010). Les entreprises soutenues par un groupe étranger travaillent plus à l international avec un taux supérieur à 35% en Dans cette catégorie, les Grandes Entreprises (+ de 50 M de CA) enregistrent, quant à elles, un taux à l export de 37%. D une manière générale, les Grandes Entreprises, quelle que soit leur structure capitalistique, consacrent une plus grande part de leur activité à l export, avec un taux supérieur à 30 %. Taux de CA export moyen en 2011 Filiales groupes français Filiales groupes internationaux Entreprises indépendantes - de 1 M 27,8% 36,5% 25,1% De 1 à 10 M 19,6% 35,5% 18,9% De 10 à 50 M 22,5% 34,9% 22,5% De 50 à 1,5 Mds 30,4% 37,0% 35,1% TOTAL 22,4% 35,7% 19,9% 40,0% 35,0% 30,0% 25,0% 20,0% 15,0% 10,0% 5,0% Evolution du taux de CA export moyen de 2006 à ,0% Filiales groupes français Filiales groupes internationaux Entreprises indépendantes I I Page 11

12 12 Par secteur Les filiales de groupes internationaux spécialisées dans le Transport et Logistique consacrent en moyenne plus de 50% de leur chiffre d affaires à l export. Dans ce secteur, ces groupes sont largement représentés par le transport maritime. En second rang, sont à signaler les secteurs Produits minéraux & chimie, Energie et Biens d'équipement industriels avec des taux d export supérieurs à 40%. Du côté des filiales de groupes français ou des indépendants, la palme de l activité à l export revient aux Services aux particuliers. Ici, c est la forte représentativité des activités du Tourisme, Agences de voyages en particulier, qui explique ces résultats. Les filiales de groupes pharmaceutiques français enregistrent une part significative à l export (35%). Moyenne du taux de CA Export en 2011 Filiales groupes français Filiales groupes internationaux Entreprises Indépendantes Total général Agriculture & Pêche 28,7% 34,8% 26,2% 28,3% Agroalimentaire 23,5% 35,2% 17,4% 24,4% Bâtiment et Travaux publics 12,7% 18,3% 13,7% 14,1% Biens de consommation 25,2% 34,3% 21,9% 26,9% Biens d'équipement du foyer 15,7% 24,0% 20,3% 19,7% Biens d'équipement industriels 25,3% 40,4% 21,2% 29,0% Bois Papier Carton & Imprimerie 17,1% 31,0% 15,1% 19,4% Distribution 20,9% 26,4% 12,2% 19,4% Energie 25,4% 41,1% 3,4% 26,9% Informatique & Electronique 18,3% 35,1% 22,0% 23,4% Médias & Loisirs 11,6% 18,0% 18,3% 14,5% Métaux 22,9% 37,9% 21,1% 25,5% Moyens de transport 16,3% 34,9% 14,0% 20,5% Pharmacie 35,1% 23,5% 20,5% 26,6% Produits minéraux et Chimie 27,4% 42,8% 23,3% 32,3% Services aux entreprises 20,5% 35,4% 18,9% 23,0% Services aux particuliers 44,5% 39,4% 37,8% 41,0% Services collectifs 21,2% 38,9% 22,8% 23,1% Télecommunications 24,6% 27,4% 22,6% 24,7% Textile habillement cuir 27,3% 34,8% 26,6% 28,7% Transports & Logistique 23,0% 51,4% 17,6% 23,9% Total général 22,4% 35,7% 19,9% 24,9% I I Page 12

13 13 Structure et solidité financière LA RENTABILITE NETTE Par taille d entreprise Les entreprises qui ont maintenu un meilleur niveau de rentabilité en 2011 sont les entreprises indépendantes avec près de 3% en moyenne. Dans le même temps, les entreprises dégageant entre 1 et 10 millions d euros de chiffre d affaires, toutes filiations confondues, ont présenté des niveaux de performance supérieurs à la moyenne. Entre 2006 et 2011, les entreprises indépendantes maintiennent les niveaux de rentabilité les plus élevés mais aucun segment étudié n a échappé à la forte contraction des performances liée à la crise entre 2008 et Les niveaux de performances notés en 2007 n ont pas été retrouvés. La contraction la plus importante est notée pour les filiales de groupes internationaux avec une chute de plus d un point entre 2007 et Rentabilité nette moyenne Tranche de chiffre d affaires Filiales groupes français Filiales groupes internationaux Entreprises indépendantes - De 1 M 1,9% 0,3% 2,3% De 1 à 10 M 2,7% 2,5% 3,0% De 10 à 50 M 2,2% 2,4% 2,4% De 50 à 1,5 Mds 2,4% 2,3% 2,3% TOTAL 2,5% 2,4% 2,9% 4,0% Evolution de la rentabilité nette moyenne de 2006 à ,5% 3,0% 2,5% 2,0% 1,5% 1,0% Filiales groupes français Filiales groupes internationaux Entreprises indépendantes I I Page 13

14 14 Par secteur En 2011, les secteurs d activité les plus rentables sont les Télécommunications et l Informatique & Electronique. Dans les Télécommunications, les niveaux de performances sont maximales (5,9%) pour les filiales de sociétés étrangères, suivies des sociétés indépendantes (4,9%). Pour les filiales de groupes étrangers, un niveau de rentabilité de plus de 5% est également relevé dans les Médias & loisirs. Rentabilité nette moyenne 2011 Filiales groupes français Filiales groupes internationaux Entreprises indépendantes Total général Agriculture & Pêche 1,7% 2,2% 2,1% 1,9% Agroalimentaire 1,5% 1,6% 2,1% 1,7% Bâtiment et Travaux publics 2,4% 2,9% 2,7% 2,6% Biens de consommation 3,0% 2,4% 2,4% 2,7% Biens d'équipement du foyer 2,1% 1,7% 2,3% 2,1% Biens d'équipement industriels 3,2% 3,2% 3,3% 3,2% Bois Papier Carton & Imprimerie 2,4% 1,1% 2,2% 2,1% Distribution 1,5% 1,2% 1,7% 1,5% Energie 2,4% 2,9% 1,9% 2,4% Informatique & Electronique 3,8% 3,3% 4,8% 4,0% Médias & Loisirs 3,8% 5,1% 2,1% 3,3% Métaux 2,5% 2,4% 3,2% 2,7% Moyens de transport 1,2% 1,2% 1,7% 1,3% Pharmacie 3,2% 1,9% 3,5% 2,7% Produits minéraux et Chimie 2,6% 2,0% 3,0% 2,5% Services aux entreprises 2,7% 3,4% 3,4% 3,1% Services aux particuliers 3,5% 1,5% 3,6% 3,4% Services collectifs 3,3% 2,0% 3,9% 3,5% Télecommunications 2,7% 5,9% 4,9% 4,0% Textile habillement cuir 2,5% 2,1% 2,9% 2,6% Transports & Logistique 1,6% 1,2% 1,9% 1,7% Total général 2,5% 2,4% 2,9% 2,6% I I Page 14

15 15 L ENDETTEMENT Par taille d entreprise Le taux d endettement moyen (dettes financières rapportées aux capitaux propres) est de 18% en Le taux est nettement plus faible pour les entreprises filiales de groupes étrangers (16%) dont seulement 14% pour les Grandes Entreprises. Depuis 2009, dans un contexte de crise, les entreprises indépendantes et filiales de groupes français ont vu leur niveau d endettement progresser alors que dans le même temps, les filiales de sociétés étrangères réduisaient la voilure. Ces dernières enregistrent un niveau largement supérieur de capitaux propres et d importants apports du groupe, ce qui permet un moindre recours à l emprunt financier auprès des banques et autres prêteurs. Un soutien intra-groupe qui leur a permis de réduire significativement leurs dettes même au plus fort de la crise. Taux d endettement moyen 2011 Filiales groupes français Filiales groupes internationaux Entreprises indépendantes - De 1 M 19,8% 17,8% 21,7% De 1 à 10 M 18,7% 16,9% 17,2% De 10 à 50 M 19,2% 16,0% 20,5% De 50 à 1,5 Mds 16,6% 14,4% 22,9% TOTAL 18,7% 15,8% 18,0% 19,5% 19,0% 18,5% 18,0% 17,5% 17,0% 16,5% 16,0% 15,5% Evolution du taux d'endettement moyen de 2006 à ,0% Filiales groupes français Filiales groupes internationaux Entreprises indépendantes I I Page 15

16 16 Par secteur Le secteur le plus endetté est celui de la Distribution avec un taux d endettement moyen de 26% en Ce secteur est représenté à 60% par des entités soutenues par un groupe français avec par exemple le groupe Carrefour ou Auchan. Taux d'endettement moyen 2011 Filiales groupes français Filiales groupes internationaux Entreprises Indépendantes Total général Agriculture & Pêche 21,8% 12,9% 18,1% 19,5% Agroalimentaire 20,9% 15,8% 20,6% 20,2% Bâtiment et Travaux publics 16,7% 17,0% 15,2% 16,0% Biens de consommation 20,9% 17,9% 19,0% 19,6% Biens d'équipement du foyer 16,7% 13,1% 16,4% 15,8% Biens d'équipement industriels 16,0% 12,6% 14,2% 14,7% Bois Papier Carton & Imprimerie 14,9% 14,5% 15,9% 15,2% Distribution 27,5% 16,5% 24,9% 26,1% Energie 20,4% 16,1% 19,2% 19,5% Informatique & Electronique 13,4% 13,0% 11,6% 12,8% Médias & Loisirs 14,5% 10,9% 13,7% 14,0% Métaux 14,9% 15,2% 11,2% 13,8% Moyens de transport 27,6% 24,5% 23,4% 26,1% Pharmacie 18,7% 14,2% 35,7% 20,7% Produits minéraux et Chimie 15,6% 13,2% 13,5% 14,4% Services aux entreprises 16,4% 14,9% 15,8% 16,0% Services aux particuliers 25,2% 27,6% 24,4% 24,9% Services collectifs 22,1% 15,1% 24,1% 22,7% Télecommunications 16,3% 14,7% 14,4% 15,4% Textile habillement cuir 18,5% 20,6% 15,4% 17,7% Transports & Logistique 16,2% 14,5% 16,9% 16,4% Total général 18,7% 15,8% 18,0% 18,1% I I Page 16

17 17 DETTES BANCAIRES ET FOURNISSEURS DANS LE PASSIF DES ENTREPRISES La part des dettes bancaires dans le passif est plus élevée chez les entreprises indépendantes (11% en moyenne), ces dernières moins capitalisées et moins soutenues par leurs actionnaires (ou associés) doivent trouver auprès des banques le financement de leurs besoins en trésorerie. A l inverse, le taux est de 4% pour les groupes internationaux. Ces derniers utilisent largement d autres réseaux d endettement tels que les crédits intra-groupes d où une part des dettes bancaires plus faible que dans les autres structures. En revanche, la part des dettes fournisseurs est plus forte pour les filiales de groupes français et internationaux, environ 1/4 du passif. Leur poids financiers vis-à-vis des fournisseurs, et plus généralement dans les négociations commerciales, peut expliquer l utilisation plus importante de ce levier dans leur financement. Dans la catégorie des entreprises indépendantes, les entités enregistrant moins de 1 million d euros de chiffre d affaires ont les parts de dettes bancaires et fournisseurs les plus faibles dans leur passif (respectivement 8,2% et 12,9%). Taux des dettes bancaires moyen 2011 Filiales groupes français Filiales groupes internationaux Entreprises indépendantes - De 1 M 6,4% 3,0% 8,2% De 1 à 10 M 8,6% 3,4% 10,8% De 10 à 50 M 9,2% 4,1% 12,6% De 50 à 1,5 Md 7,2% 3,4% 12,3% TOTAL 8,6% 3,7% 10,8% Taux des dettes fournisseurs moyen 2011 Filiales groupes français Filiales groupes internationaux Entreprises indépendantes - De 1 M 15,3% 12,2% 12,9% De 1 à 10 M 21,9% 20,7% 18,4% De 10 à 50 M 28,6% 24,6% 27,4% De 50 à 1,5 Md 28,0% 25,3% 30,5% TOTAL 24,6% 23,5% 19,2% I I Page 17

18 18 LE RISQUE Les structures indépendantes enregistrent le pourcentage le plus élevé en risque fort avec près de 14% contre moins de 9% pour les entreprises affiliées à un groupe français ou étranger. Sur 3 ans, le risque fort sur cette catégorie capitalistique s est particulièrement accru. Les effets de la crise y ont été durement ressentis en obérant leurs structures bilantielles (hausse de l endettement, réduction des fonds propres, pertes ). Toutes catégories confondues, les entreprises dégageant moins de 1 million d euros de chiffre d affaires restent particulièrement vulnérables ; leur taux de risque fort est supérieur à 25%. Les entreprises affiliées à un groupe ont un risque plus faible de disparaître sur un an, en particulier celles dont le chiffre d affaires est supérieur à 50 millions d euros. La part de ces entreprises en risque faible est près de 80%. Répartition du risque aujourd hui Risque faible Risque moyen Risque Fort Filiales groupes français 53,9% 37,5% 8,6% 1 - Moins de 1 M 28,3% 44,7% 27,0% 2 - De 1 à 10 M 44,6% 43,6% 11,8% 3 - De 10 à 50 M 63,7% 32,0% 4,3% 4 - De 50 M à 1,5 Md 78,6% 19,5% 1,9% Filiales groupes internationaux 54,9% 37,0% 8,1% 1 - Moins de 1 M 22,1% 48,5% 29,4% 2 - De 1 à 10 M 42,0% 44,7% 13,3% 3 - De 10 à 50 M 55,6% 37,5% 6,9% 4 - De 50 M à 1,5 Md 71,0% 26,0% 3,0% Entreprises indépendantes 44,0% 42,4% 13,6% 1 - Moins de 1 M 23,3% 51,0% 25,7% 2 - De 1 à 10 M 42,5% 43,7% 13,8% 3 - De 10 à 50 M 65,5% 29,4% 5,1% 4 - De 50 M à 1,5 Md 80,3% 19,0% 0,7% I I Page 18

19 19 Evolution du risque sur les 3 dernières années Répartition par classe de risque depuis 3 ans pour les filiales de groupes français 3,2% 8,0% 8,6% 22,0% 36,5% 37,5% 74,8% 55,5% 53,9% Il y a 2 ans il y a un an Aujour'hui 1 - Risque faible 2 - Risque moyen 3 - Risque fort Répartition par classe de risque depuis 3 ans pour les filiales de groupes internationaux 3,0% 28,7% 7,6% 8,1% 39,0% 37,0% 68,2% 53,4% 54,9% Il y a 2 ans il y a un an Aujour'hui 1 - Risque faible 2 - Risque moyen 3 - Risque fort Répartition par classe de risque depuis 3 ans pour les entreprises indépendantes 5,1% 20,1% 12,9% 13,6% 42,3% 42,4% 74,8% 44,8% 44,0% Il y a 2 ans il y a un an Aujour'hui 1 - Risque faible 2 - Risque moyen 3 - Risque fort I I Page 19

20 20 Les créations de 2006 à aujourd hui PROFIL PAR TYPE D ACTIONNAIRE Après 6 ans d existence, les entreprises restent dans 97% des cas indépendantes. Les entités spécialisées dans les secteurs Télécommunications, Produits minéraux & chimie, et Métaux intègrent plus rapidement un groupe ou sont créées directement au sein d un groupe. Le secteur des Télécommunications est représenté à 19% par des entreprises intégrant un groupe français tel que SFR. Répartition par type d'entreprise Entreprises indépendantes 94% Filiales groupes français 5% Filiales groupes internationaux 1% PAR TRANCHE DE CHIFFRE D AFFAIRES Six ans après leur création, les 3/4 des créations n ont pas dépassé le million de chiffre d affaires. Sans surprise, les entreprises indépendantes restent à la peine avec près de 81% de structures n excédant pas ce seuil. A l inverse, les filiales de groupes étrangers ont le plus progressé en activités. Elles forment d ailleurs la plus grande part des structures de plus de 10 millions de chiffre d affaires. Le soutien, la logistique et les débouchés internationaux de leurs actionnaires facilitent probablement une progression plus rapide. Tranche de chiffre d'affaires Filiales groupes français Filiales groupes internationaux Entreprises indépendantes TOTAL Moins de 1 M 48,8% 35,0% 80,7% 78,7% De 1 à 10 M 47,0% 53,2% 18,0% 19,8% De 10 à 50 M 3,5% 9,2% 1,0% 1,2% De 50 à 1,5 Md 0,7% 2,5% 0,2% 0,3% TOTAL 100,0% 100,0% 100,0% 100,0% I I Page 20

21 21 Les créations de 2006 à aujourd hui PAR TRANCHE D EFFECTIF Les résultats en matière d effectifs sont insuffisants. En effet, après 6 ans d existence, près de 90% des entités restent des petites entreprises salariant moins de 10 personnes. Même du côté des entreprises filiales de groupes, la dynamique est toujours faible ; 80 % emploient moins de 10 salaires. Tranche de chiffre d'affaires Filiales groupes français Filiales groupes internationaux Entreprises indépendantes TOTAL Moins de 10 salariés 80,0% 79,9% 90,2% 89,5% De 10 à 49 salariés 18,6% 17,5% 7,8% 8,4% De 50 à 249 salariés 1,2% 1,3% 1,0% 1,0% 250 salariés et plus 0,1% 0,6% 0,2% 0,2% Non renseigné 0,0% 0,6% 0,9% 0,8% TOTAL 100,0% 100,0% 100,0% 100,0% I I Page 21

22 22 Les créations de 2006 à aujourd hui SITUATION DETAILLEE PAR CLASSE DE RISQUE Aujourd hui, 18,5% des entreprises créées en 2006 ont disparu. Le plus lourd tribut revient aux entreprises indépendantes qui enregistrent 19% de disparitions en 6 ans. A l inverse, seulement 11% des entreprises soutenues par un groupe français ont disparu aujourd hui contre 14% pour les entreprises intégrées à un groupe étranger. Les entreprises affiliées à un groupe et spécialisées dans le secteur des Produits minéraux & chimie ont enregistré le pourcentage le plus important en termes de disparitions (9%). La plus grande part des entreprises en risque fort se situe cependant dans les structures de moins de 1 million d euros, quelle que soit l appartenance de ces structures. Avec des taux supérieurs à 50% en risque faible, les Grandes Entreprises (chiffre d affaires supérieur à 50 millions d euros), indépendantes ou filiales de groupes français, présentent un risque limité de faire l objet d une faillite dans les 12 mois. Toutefois dans cette même catégorie de Grandes Entreprises, les filiales de groupes étrangers présentent un risque de cessation plus élevé. En effet, 1/4 d entres elles a disparu au bout de 6 ans. En dehors des risques financiers, il est possible d y voir une plus grande réactivité face au marché, et donc aux délocalisations. Répartition par tranche de CA / Classe de risque Risque faible Risque moyen Risque fort Redressement judiciaire Arrêt de l'activité Filiales groupes français 20,2% 43,1% 24,9% 1,0% 10,7% 1 - Moins de 1 M 14,6% 41,3% 31,4% 0,9% 11,9% 2 - De 1 à 10 M 24,1% 45,8% 19,7% 1,1% 9,3% 3 - De 10 à 50 M 40,7% 35,2% 7,7% 1,1% 15,4% 4 - De 50 M à 1,5 Md 52,9% 35,3% 11,8% 0,0% 0,0% Filiales groupes internationaux 21,0% 35,4% 28,0% 1,6% 14,0% 1 - Moins de 1 M 13,6% 36,4% 29,1% 2,7% 18,2% 2 - De 1 à 10 M 21,6% 33,5% 31,1% 1,2% 12,6% 3 - De 10 à 50 M 48,3% 44,8% 3,4% 0,0% 3,4% 4 - De 50 M à 1,5 Md 12,5% 25,0% 37,5% 0,0% 25,0% Entreprises indépendantes 18,6% 40,6% 20,6% 1,1% 19,0% 1 - Moins de 1 M 16,1% 41,1% 21,7% 1,2% 19,9% 2 - De 1 à 10 M 28,2% 38,6% 16,6% 1,0% 15,6% 3 - De 10 à 50 M 37,9% 38,3% 9,6% 0,7% 13,6% 4 - De 50 M à 1,5 Md 61,5% 24,0% 5,2% 3,1% 6,3% Total 18,7% 40,7% 20,9% 1,1% 18,5% I I Page 22

23 23 Les créations de 2006 à aujourd hui Analyse financière de 2008 à 2011 DEVELOPPEMENT COMMERCIAL Sur 3 ans, la progression moyenne du chiffre d affaires a doublé, passant de 4% à 8%. Cette progression est plus rapide pour les entreprises filiales de groupes, surtout internationaux, +11%. Une tendance inverse est observée par rapport à 2009 où les structures indépendantes évoluaient plus rapidement. Sans surprise, la part à l export a le plus progressé chez les filiales de groupes étrangers (50% à l export en 2011). A l inverse, les exportations plafonnent autour de 30 % pour les autres entreprises sur la même période. Ces dernières souffrent d un manque de relais à l international et restent par conséquent plus dépendantes du marché domestique. Evolution moyenne du chiffre d'affaires de 2009 à 2011 Evolution du taux de CA export moyen de 2009 à ,1% 9,7% 10,9% 43% 44% 50% 6,0% 6,5% 7,4% 33% 31% 31% 31% 31% 29% 4,2% 2,4% 2,6% Filiales groupes français Filiales groupes internationaux Entreprises indépendantes Filiales groupes français Filiales groupes internationaux Entreprises indépendantes I I Page 23

24 24 Les créations de 2006 à aujourd hui RENTABILITE ET ENDETTEMENT Côté performance, la rentabilité moyenne des entreprises indépendantes créées en 2006 reste supérieure de 1 à 2 points aux structures filiales de groupes. Pour ces entreprises indépendantes, le poids moindre des opérations financières (remontées de dividendes, opérations financières intra-groupes) pourraient expliquer cette marge supplémentaire. Sur 3 ans, toutes structures confondues, les entreprises ont réduit leur taux d endettement, la palme revenant aux filiales de groupes étrangers (moins de 23 % en 2011). Cette baisse pourrait avoir plusieurs explications, soit interne grâce au soutien des actionnaires, à une limitation rendue possible par l amélioration de performances notée plus haut, soit externe, comme un durcissement des conditions d accès au crédit par les prêteurs, banques notamment. Evolution de la rentabilité nette moyenne de 2009 à 2011 Evolution du taux d'endettement moyen de 2009 à ,6% 4,0% 2,0% 2,2% 4,4% 2,5% 3,6% 4,6% 35,3% 33,0% 30,6% 28,4% 27,8% 28,0% 30,6% 25,5% 22,8% 0,5% Filiales groupes français Filiales groupes internationaux Entreprises indépendantes Filiales groupes français Filiales groupes internationaux Entreprises indépendantes I I Page 24

25 Donnez de la couleur a votre portefeuille clients! L observatoire des entreprises Votre interlocuteur-conseil en études économiques examine avec vous la meilleure réponse à vos besoins, à chaque stade de votre développement. Suivez Coface Services sur Internet Siège social : 1 rue de l Union Rueil Malmaison - S.A. au capital de euros - R.C.S. Nanterre BUSD/15.2/ Solutions de Credit Management - Tél : (0,15 / Min)

Créations et disparitions des entreprises en France

Créations et disparitions des entreprises en France Créations et disparitions des entreprises en France Octobre 2012 L observatoire des entreprises www.cofaceservices.fr La croissance du tissu économique de moins en moins dynamique 8,6 millions de sièges

Plus en détail

Résultats comptables et situation financière des PME de l industrie manufacturière

Résultats comptables et situation financière des PME de l industrie manufacturière Résultats comptables et situation financière des PME de l industrie manufacturière Faits marquants en 2008-2009 - La rentabilité économique recule mais demeure satisfaisante - L investissement ralentit

Plus en détail

L observatoire. Bilan 2012 Créations et disparitions des entreprises en France. des entreprises. Avril 2013. www.cofaceservices.fr

L observatoire. Bilan 2012 Créations et disparitions des entreprises en France. des entreprises. Avril 2013. www.cofaceservices.fr Bilan 2012 Créations et disparitions des entreprises en France Avril 2013 L observatoire des entreprises www.cofaceservices.fr Objet de l Etude Evolution en 2012 des créations, cessations et défaillances

Plus en détail

Avec 464 000 entreprises et un chiffre

Avec 464 000 entreprises et un chiffre 8.1 Chiffres clés de la construction Avec 464 entreprises et un chiffre d affaires de 272 milliards d euros en 211, la construction représente 16 % des entreprises et 7 % du chiffre d affaires de l ensemble

Plus en détail

Bienvenue dans votre FIBENligne

Bienvenue dans votre FIBENligne Bienvenue dans votre FIBENligne Retrouvez dans votre FIBENligne toutes les nouveautés FIBEN et l ensemble des services que la Banque de France met à votre disposition pour vous aider dans votre maîtrise

Plus en détail

Panorama de la filière Réparation de machines agricoles en Aquitaine

Panorama de la filière Réparation de machines agricoles en Aquitaine Panorama de la filière Réparation de machines agricoles en Aquitaine Contact : Fabien LALLEMENT - 05 57 14 27 13 Avril 2012 Sommaire 1. Périmètre de l analyse... Page 1 2. Définition des termes utilisés...

Plus en détail

Observatoire de la performance des PME-ETI 11 ème édition Novembre 2011. OpinionWay Banque PALATINE Pour i>tele Challenges

Observatoire de la performance des PME-ETI 11 ème édition Novembre 2011. OpinionWay Banque PALATINE Pour i>tele Challenges Observatoire de la performance des PME-ETI 11 ème édition Novembre 2011 OpinionWay Banque PALATINE Pour i>tele Challenges OpinionWay, 15 place de la République, 75003 Paris. Méthodologie Étude quantitative

Plus en détail

L automobile : territoires et filières de demain en Bretagne

L automobile : territoires et filières de demain en Bretagne L automobile : territoires et filières de demain en Bretagne Partie 1 Les marchés du véhicule léger (VP et VUL) Partie 2 Etude Banque de France réalisée en 2012 (période 2006-2010) 2.1 Le tissu régional

Plus en détail

L observatoire. des entreprises. Dynamisme & risque Secteur Transports & logistique

L observatoire. des entreprises. Dynamisme & risque Secteur Transports & logistique L observatoire des entreprises Dynamisme & risque Secteur Transports & logistique N 13 - Mars 2014 SOMMAIRE Méthodologie & définitions 2 Nomenclature d activité Ellisphere 3 Synthèse 4 Transports & logistique

Plus en détail

Observatoire de la performance des PME-ETI 7 ème édition juin 2011. OpinionWay Banque PALATINE Pour i>tele Challenges

Observatoire de la performance des PME-ETI 7 ème édition juin 2011. OpinionWay Banque PALATINE Pour i>tele Challenges Observatoire de la performance des PME-ETI 7 ème édition juin 2011 OpinionWay Banque PALATINE Pour i>tele Challenges OpinionWay, 15 place de la République, 75003 Paris. Méthodologie Étude quantitative

Plus en détail

L emploi scientifique dans le secteur privé

L emploi scientifique dans le secteur privé L emploi scientifique dans le secteur privé LES CHERCHEURS DANS LE SECTEUR PRIVE L évolution des effectifs de chercheurs dans les entreprises En 2004, les entreprises emploient plus de 105 000 chercheurs

Plus en détail

Annexe 1. Tableau de bord de la société Armand Ratio Calcul Valeur société Armand année N

Annexe 1. Tableau de bord de la société Armand Ratio Calcul Valeur société Armand année N ÉNONCÉ 1 Analyse globale Créée en N-5, la société Armand est devenue sous-traitante d une entreprise qui gère une librairie électronique. Armand assure la logistique de cette entreprise : elle achète,

Plus en détail

ENTREPRISES. Finances des entreprises martiniquaises Qui s enrichit paye ses dettes

ENTREPRISES. Finances des entreprises martiniquaises Qui s enrichit paye ses dettes Finances des entreprises martiniquaises Qui s enrichit paye ses dettes Après la mauvaise passe du début des années 90, la situation financière des entreprises de la Martinique s est améliorée, mais pas

Plus en détail

CREDIT MANAGEMENT SURVEY 2015

CREDIT MANAGEMENT SURVEY 2015 2 CREDIT MANAGEMENT SURVEY 2015 L étude de la gestion du risque clients par secteur d activité MÉTHODOLOGIE DE L ÉTUDE OBJECTIFS DE L ÉTUDE Bon nombre de professionnels de la relation financière clients

Plus en détail

Observatoire des SARL à libre capital à Paris

Observatoire des SARL à libre capital à Paris Observatoire des SARL à libre capital à Paris Bilan de juin 2005 Depuis août 2003, le greffe suit et analyse mensuellement l évolution des SARL à libre capital. Cet Observatoire, créé au lendemain de la

Plus en détail

SOCIÉTÉ DE GARDIENNAGE

SOCIÉTÉ DE GARDIENNAGE SOCIÉTÉ DE GARDIENNAGE SOMMAIRE LE MARCHÉ DE LA SOCIÉTÉ DE GARDIENNAGE... 2 LA RÉGLEMENTATION DE LA SOCIÉTÉ DE GARDIENNAGE... 5 L'ACTIVITÉ DE LA SOCIÉTÉ DE GARDIENNAGE... 7 LES POINTS DE VIGILANCE DE LA

Plus en détail

Filière Transport-Logistique en Languedoc-Roussillon. Période sous revue 2005-2009

Filière Transport-Logistique en Languedoc-Roussillon. Période sous revue 2005-2009 Filière Transport-Logistique en Languedoc-Roussillon Période sous revue 25-29 18 Mars 211 PANORAMA DE LA FILIERE La filière «Transport-Logistique» définie par le Conseil Régional = Entreprises relevant

Plus en détail

TAXIS DU GRAND ORANGE

TAXIS DU GRAND ORANGE TAXIS DU GRAND ORANGE 1. : : Refinancer des investissements faits sur les fonds propres de la societé TAXIS DU GRAND ORANGE (Apport pour achat de licences société TAXIS DU GRAND BOLLENE) RAISON SOCIALE

Plus en détail

Bonne nouvelle du côté de la situation financière, où les mesures de soutien en faveur des entreprises semblent porter leurs fruits.

Bonne nouvelle du côté de la situation financière, où les mesures de soutien en faveur des entreprises semblent porter leurs fruits. COMMUNIQUE DE PRESSE 05 AOUT 2015 Bpifrance présente la 61 ème enquête de conjoncture dans les PME Un redressement des perspectives d activité des PME qui se poursuit, mais lentement et en ordre dispersé.

Plus en détail

Les PME qui grandissent Qui sont-elles? Pourquoi sont-elles si performantes?

Les PME qui grandissent Qui sont-elles? Pourquoi sont-elles si performantes? Les PME qui grandissent Qui sont-elles? Pourquoi sont-elles si performantes? KPMG ENTREPRISES - ÉTUDE 2008-1ères conclusions de l étude PME et croissance Conférence de presse Mardi 16 septembre 2008 Sommaire

Plus en détail

SOCIÉTÉ DE GARDIENNAGE

SOCIÉTÉ DE GARDIENNAGE SOCIÉTÉ DE GARDIENNAGE SOMMAIRE LE MARCHÉ DE LA SOCIÉTÉ DE GARDIENNAGE... 2 LA RÉGLEMENTATION DE LA SOCIÉTÉ DE GARDIENNAGE... 5 L'ACTIVITÉ DE LA SOCIÉTÉ DE GARDIENNAGE... 7 LES POINTS DE VIGILANCE DE LA

Plus en détail

Analyse financière. + de 20 fiches de cours + de 160 QCM commentés + de 40 exercices corrigés. L essentiel. 2 e ÉDITION LES INDISPENSABLES VUIBERT

Analyse financière. + de 20 fiches de cours + de 160 QCM commentés + de 40 exercices corrigés. L essentiel. 2 e ÉDITION LES INDISPENSABLES VUIBERT LES INDISPENSABLES VUIBERT Analyse financière 2 e ÉDITION Emmanuelle Plot-Vicard Madeleine Deck-Michon L essentiel + de 20 fiches de cours + de 160 QCM commentés + de 40 exercices corrigés Sommaire Mode

Plus en détail

Achats publics dans les services : les PME font jeu égal avec les grandes entreprises

Achats publics dans les services : les PME font jeu égal avec les grandes entreprises Achats publics dans les services : les PME font jeu égal avec les grandes entreprises Yohan Baillieul* Lorsqu elles achètent des prestations de services, les administrations s adressent autant à des petites

Plus en détail

RÉSULTATS ANNUELS 2008

RÉSULTATS ANNUELS 2008 RÉSULTATS ANNUELS 2008 SOMMAIRE Carte d identité L année 2008 2008 : des résultats en croissance Une situation financière solide Les atouts du groupe face à la crise Perspectives et conclusion 2 CARTE

Plus en détail

Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME

Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME pour Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME -Vague 8 - Le 20 janvier 2011 0 Note méthodologique Etude réalisée pour : KPMG et CGPME Echantillon : Echantillon de 402 dirigeants d entreprise,

Plus en détail

- 09 - Les ratios d'analyse de l'activité et du résultat. Méthodologie et interprétation des ratios. Etre capable de retrouver les éléments de calcul.

- 09 - Les ratios d'analyse de l'activité et du résultat. Méthodologie et interprétation des ratios. Etre capable de retrouver les éléments de calcul. - 09 - Les ratios d'analyse de l'activité et du résultat Objectif(s) : o Pré-requis : o Modalités : o Méthodologie et interprétation des ratios. Etre capable de retrouver les éléments de calcul. Définition

Plus en détail

Point de conjoncture

Point de conjoncture Point de conjoncture Mars 2013 COMMENTAIRE DE LA CGPME Le 22 février dernier, la Commission européenne a rendu son verdict. Dans ses prévisions d hiver, elle estime à 0,1 % la croissance française pour

Plus en détail

APERÇU DU SECTEUR. au 1T11. des caisses populaires et credit unions de l Ontario. Mai 2011 DANS CE NUMÉRO : Sommaire des résultats financiers Page 3

APERÇU DU SECTEUR. au 1T11. des caisses populaires et credit unions de l Ontario. Mai 2011 DANS CE NUMÉRO : Sommaire des résultats financiers Page 3 Mai 2011 APERÇU DU SECTEUR des caisses populaires et credit unions de l Ontario au 1T11 DANS CE NUMÉRO : Sommaire des résultats financiers Page 3 Faits saillants financiers Page 5 États financiers sectoriels

Plus en détail

LES DISPOSITIFS MEDICAUX DE L HOPITAL AU DOMICILE. Résultats 2012/2013. Novembre 2013

LES DISPOSITIFS MEDICAUX DE L HOPITAL AU DOMICILE. Résultats 2012/2013. Novembre 2013 LES DISPOSITIFS MEDICAUX DE L HOPITAL AU DOMICILE Résultats 2012/2013 Novembre 2013 1 Résultats annuels 2012/2013 Profil Les faits marquants 2012/13 Des résultats en fort redressement Une nouvelle dynamique

Plus en détail

EXPOSE SOMMAIRE DE L ACTIVITE 2013

EXPOSE SOMMAIRE DE L ACTIVITE 2013 GENERALE DE SANTE SOCIETE ANONYME AU CAPITAL DE 42.320.396,25 EUROS SIEGE SOCIAL : 96, AVENUE D IENA 75116 PARIS RCS PARIS 383 699 048 EXPOSE SOMMAIRE DE L ACTIVITE 2013 Mesdames, Messieurs les Actionnaires,

Plus en détail

Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME

Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME - Vague 24 - Sondage Ifop pour KPMG et CGPME Contact Ifop : Flore Aline Colmet Daâge Directrice d Etudes Département Opinion et Stratégies d Entreprise

Plus en détail

TRAVAIL TEMPORAIRE SOMMAIRE

TRAVAIL TEMPORAIRE SOMMAIRE TRAVAIL TEMPORAIRE SOMMAIRE LE MARCHÉ DU TRAVAIL TEMPORAIRE... 2 LA RÉGLEMENTATION DU TRAVAIL TEMPORAIRE... 5 L'ACTIVITÉ DU TRAVAIL TEMPORAIRE... 7 LES POINTS DE VIGILANCE DU TRAVAIL TEMPORAIRE... 9 EN

Plus en détail

FORMATION PROFESSIONNELLE

FORMATION PROFESSIONNELLE FORMATION PROFESSIONNELLE SOMMAIRE LE MARCHÉ DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE... 2 LA RÉGLEMENTATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE... 4 L'ACTIVITÉ DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE... 6 LES POINTS DE VIGILANCE

Plus en détail

L emploi dans les activités de vente à distance et d e-commerce

L emploi dans les activités de vente à distance et d e-commerce L emploi dans les activités de vente à distance et d e-commerce Etude réalisée pour le compte de la Fédération des Entreprises de Vente A Distance (FEVAD) Synthèse des résultats L emploi dans la VAD et

Plus en détail

Publication de comptes financiers du secteur privé non-financier

Publication de comptes financiers du secteur privé non-financier Luxembourg, le 21 avril 211 Publication de comptes financiers du secteur privé non-financier Dans la mesure où le Service Central de la Statistique et des Etudes Economiques (STATEC) n'est pas encore à

Plus en détail

Pérennisation de l entreprise. Participation au contrôle de gestion

Pérennisation de l entreprise. Participation au contrôle de gestion btsag.com 1/15 26/09/2011 Pérennisation de l entreprise Auteur : C. Terrier; mailto:webmaster@btsag.com ; http://www.btsag.com Utilisation: Reproduction libre pour des formateurs dans un cadre pédagogique

Plus en détail

L ouverture à l international des entreprises de services

L ouverture à l international des entreprises de services L ouverture à l international des entreprises de services Pascale Pietri* Par nature, les secteurs des services sont moins tournés vers les marchés extérieurs que les secteurs industriels. Néanmoins en

Plus en détail

L observatoire. des entreprises. Pérennité des entreprises après l ouverture d une procédure collective

L observatoire. des entreprises. Pérennité des entreprises après l ouverture d une procédure collective L observatoire des entreprises Pérennité des entreprises après l ouverture d une procédure collective N 20 - Novembre 2014 En 2014, Coface Services devient Ellisphere et se recentre sur son métier de l

Plus en détail

Immatriculations de SARL au capital inférieur à 7 500 Selon les dispositions prévues par la Loi sur l Initiative Economique

Immatriculations de SARL au capital inférieur à 7 500 Selon les dispositions prévues par la Loi sur l Initiative Economique Immatriculations de SARL au capital inférieur à 7 500 Selon les dispositions prévues par la Loi sur l Initiative Economique Juin 2004 L Observatoire porte un regard attentif sur les SARL constituées avec

Plus en détail

Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie

Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie Au premier semestre, les importations diminuent (-1,2%), tandis que les exportations sont

Plus en détail

IDENTITÉ DEMO. Téléphone : Télécopie : ÉVALUATION DU RISQUE

IDENTITÉ DEMO. Téléphone : Télécopie : ÉVALUATION DU RISQUE ENQ DOM TOM Depuis 1884 Résultat du 4/6/215 DEMO 33 BORDEAUX Nos références : DEMO IDENTITÉ N Siren : 999.999.999 Raison sociale : DEMO Siège social : LOT LES DEMO 97232 LE LAMENTIN MARTINIQUE Téléphone

Plus en détail

Accès au financement

Accès au financement Accès au financement Objectif de cette enquête L accès au financement est d une importance cruciale pour la réussite d une entreprise et un facteur important de la croissance économique en Europe suite

Plus en détail

Sommaire. Introduction 3. Aller toujours plus loin 21

Sommaire. Introduction 3. Aller toujours plus loin 21 Vos ratios en poche Sommaire Introduction 3 Les bases pour comprendre les ratios 4 Les ratios de rentabilité 8 Les ratios de valeur ajoutée 11 Les ratios de liquidité 14 Les ratios de solvabilité 17 Aller

Plus en détail

Dettes et Fonds Propres, banques et marchés ; des financements complémentaires

Dettes et Fonds Propres, banques et marchés ; des financements complémentaires Dettes et Fonds Propres, banques et marchés ; des financements complémentaires SEPL Lyon, 6 octobre 2014 Banque de France Pierre du Peloux directeur régional 1 Peut on répondre à ces quelques questions?

Plus en détail

LISTE DES PRINCIPAUX INDICATEURS UTILISES DANS L ANALYSE DES DOCUMENTS DE SYNTHESE

LISTE DES PRINCIPAUX INDICATEURS UTILISES DANS L ANALYSE DES DOCUMENTS DE SYNTHESE LISTE DES PRINCIPAUX INDICATEURS UTILISES DANS L ANALYSE DES DOCUMENTS DE SYNTHESE RATIOS DE STRUCTURE = Ratios qui mettent en rapport les éléments stables du bilan et dont l évolution traduit les mutations

Plus en détail

sofipaca UNIVERSITE D ORAN ES SENIA Michel POURCELOT 17-18 FEVRIER 2007 1

sofipaca UNIVERSITE D ORAN ES SENIA Michel POURCELOT 17-18 FEVRIER 2007 1 sofipaca UNIVERSITE D ORAN ES SENIA Michel POURCELOT 17-18 FEVRIER 2007 1 1 GENERALITES SUR LE CAPITAL INVESTISSEMENT LE CAPITAL DEVELOPPEMENT ET LE CAPITAL TRANSMISSION 17-18 FEVRIER 2007 2 2 DEFINITIONS

Plus en détail

Pérennité et croissance des PME en Alsace

Pérennité et croissance des PME en Alsace Pérennité et croissance des PME en Alsace 1 Introduction Jean-Alain HERAUD BETA, Université Louis Pasteur, CNRS, Strasbourg 2 Commission «pour la libération de la croissance française» 300 décisions pour

Plus en détail

Nouvelles règles fiscales de sous-capitalisation en France : Conditions de déductibilité des intérêts financiers*

Nouvelles règles fiscales de sous-capitalisation en France : Conditions de déductibilité des intérêts financiers* Nouvelles règles fiscales de sous-capitalisation en France : Conditions de déductibilité des intérêts financiers* * sur compte courant ou prêt Sommaire 1. Avant propos 2. Ancien dispositif 3. Pourquoi

Plus en détail

Evolution 2008-2013 1

Evolution 2008-2013 1 Evolution 2008-2013 1 Comité de rédaction François Aupic - Cabinet RSM PARIS Philippe Blin - Cabinet SEFAC Philippe Mendes - Cabinet ACA Pierre Godet - Président d ATH Marie-Laure Parthenay - Secrétariat

Plus en détail

27-31, avenue du Général Leclerc 94710 Maisons-Alfort cedex Tél. : 01 41 79 80 00

27-31, avenue du Général Leclerc 94710 Maisons-Alfort cedex Tél. : 01 41 79 80 00 27-31, avenue du Général Leclerc 94710 Maisons-Alfort cedex Tél. : 01 41 79 80 00 oc SYNTHÈSE 1 ACTIVITÉ 4-7 8-17 2 3 4 5 6 7 EMPLOI SITUATION FINANCIÈRE CROISSANCE INTERNE CROISSANCE EXTERNE FINANCEMENTS

Plus en détail

LE RÔLE RESPECTIF DES TAUX À COURT TERME ET DES TAUX À LONG TERME DANS LE FINANCEMENT DE L ÉCONOMIE

LE RÔLE RESPECTIF DES TAUX À COURT TERME ET DES TAUX À LONG TERME DANS LE FINANCEMENT DE L ÉCONOMIE LE RÔLE RESPECTIF DES TAUX À COURT TERME ET DES TAUX À LONG TERME DANS LE FINANCEMENT DE L ÉCONOMIE Le rôle respectif des taux à court terme et des taux à long terme dans le financement de l économie française

Plus en détail

A la recherche de vents porteurs

A la recherche de vents porteurs OCTOBRE 2014 A la recherche de vents porteurs Le bilan d activité des TPE-PME pour le troisième trimestre s inscrit dans le prolongement des trimestres précédents. Après avoir été un peu plus favorable

Plus en détail

BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME

BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME pour BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME - Vague 5 - Contacts : Frédéric Dabi / Flore-Aline Colmet Daâge Avril 2010 Note méthodologique Etude réalisée pour : KPMG et CGPME Echantillon

Plus en détail

Diagnostic financier - Corrigé

Diagnostic financier - Corrigé Diagnostic financier - Corrigé Nous effectuerons ce diagnostic financier en présentant d abord une étude de rentabilité et de profitabilité du groupe Nestor, ensuite une étude de la structure financière

Plus en détail

CARTOGRAPHIE. des moyens de paiement scripturaux. Bilan de la collecte 2014 (données 2013)

CARTOGRAPHIE. des moyens de paiement scripturaux. Bilan de la collecte 2014 (données 2013) 213 CARTOGRAPHIE des moyens de paiement scripturaux Bilan de la collecte 214 (données 213) Banque de France 39, rue Croix-des-Petits-Champs 751 PARIS Directeur de la publication : Denis Beau, directeur

Plus en détail

La structure du marché européen des valeurs moyennes

La structure du marché européen des valeurs moyennes La structure du marché européen des valeurs moyennes Décembre 2014 1ere partie Préambule Financière de l Echiquier est l une des premières sociétés de gestion indépendantes en France, avec 8 milliards

Plus en détail

Observatoire du Transport Sanitaire 2011. kpmg.fr

Observatoire du Transport Sanitaire 2011. kpmg.fr Observatoire du Transport Sanitaire 2011 kpmg.fr Edito Observatoire du Transport Sanitaire 2011 1 Marc Basset Associé, Directeur Haute-Normandie Picardie-Maritime Dans la poursuite de nos travaux, nous

Plus en détail

RAPPORT D ANALYSE RAPPORT D ANALYSE

RAPPORT D ANALYSE RAPPORT D ANALYSE RAPPORT D ANALYSE RAPPORT D ANALYSE PONTON Fanny Blossier Analyste Financier 16 rue Victor Hugo BP 54000 Nancy Tél : 06 65 66 87 42 E-mail : fanny.blossier@pretup.fr 1. DESCRIPTION DE L ENTREPRISE Fiche

Plus en détail

ÉPARGNE BOURSIÈRE PEA-PME OFFREZ DE NOUVELLES OPPORTUNITÉS À VOS INVESTISSEMENTS

ÉPARGNE BOURSIÈRE PEA-PME OFFREZ DE NOUVELLES OPPORTUNITÉS À VOS INVESTISSEMENTS ÉPARGNE BOURSIÈRE PEA-PME OFFREZ DE NOUVELLES OPPORTUNITÉS À VOS INVESTISSEMENTS À la Banque Privée du Crédit Agricole, nous accompagnons nos clients pour valoriser leur patrimoine et donner du sens à

Plus en détail

Le suivi du financement des PME à la Banque de France

Le suivi du financement des PME à la Banque de France Le suivi du financement des PME à la Banque de France Elisabeth Kremp Observatoire des entreprises, Banque de France CNIS 9 avril 2010 1. La BdF dispose avec la Centrale des risques d une information riche

Plus en détail

Observatoire des SARL au capital inférieur à 7 500 à Paris Bilan de deux ans : août 2003 août 2005

Observatoire des SARL au capital inférieur à 7 500 à Paris Bilan de deux ans : août 2003 août 2005 Observatoire des SARL au capital inférieur à 7 500 à Paris Bilan de deux ans : août 2003 août 2005 Depuis août 2003, le greffe suit et analyse mensuellement l évolution des SARL à libre capital. Cet Observatoire,

Plus en détail

LES FEMMES ET LA CREATION D ENTREPRISE

LES FEMMES ET LA CREATION D ENTREPRISE MINISTERE DELEGUE A LA COHESION SOCIALE ET A LA PARITE V E I L L E S T A T I S T I Q U E service des droits des femmes et de l'égalité V E I L L E S T A T I S T I Q U E LES FEMMES ET LA CREATION D ENTREPRISE

Plus en détail

Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME

Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME pour Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME - Vague 19 - Contacts : Flore-Aline Colmet Daâge / Guillaume Chevalier Septembre Note méthodologique Etude réalisée pour : KPMG et CGPME Echantillon

Plus en détail

BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME

BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME pour BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME - Vague 2 - Juin 2009 Note méthodologique Etude réalisée pour : KPMG et CGPME Echantillon : Echantillon de 402 dirigeants d entreprise, représentatif

Plus en détail

Les défaillances en France : suivi mensuel, difficultés statistiques et impact économique.

Les défaillances en France : suivi mensuel, difficultés statistiques et impact économique. Les défaillances en France : suivi mensuel, difficultés statistiques et impact économique. 7 ème journée d études sur les faillites Université Paris Ouest Nanterre Jean-Luc CAYSSIALS Cécile GOLFIER Ludovic

Plus en détail

Exclusif : Opportunités en temps de crise, quels défis pour les entreprises?

Exclusif : Opportunités en temps de crise, quels défis pour les entreprises? Exclusif : Opportunités en temps de crise, quels défis pour les entreprises? En marge du salon «Outsourcing & IT Solutions 2009», le cabinet Ernst & Young a présenté les résultats de l étude intitulée

Plus en détail

Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME

Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME - Vague 25 - Sondage Ifop pour KPMG et CGPME Mai 2015 Sommaire 1 - La méthodologie 2 - Les résultats de l étude A B C - L impact du contexte économique

Plus en détail

Statistiques structurelles sur les entreprises

Statistiques structurelles sur les entreprises 1 Statistiques structurelles sur les entreprises - Analyse Statistiques structurelles sur les entreprises Un aperçu de la structure de l'économie belge en 2011 et des possibilités offertes par cette source

Plus en détail

ANALAYSE FINANCIERE 1] BILAN FONCTIONNEL

ANALAYSE FINANCIERE 1] BILAN FONCTIONNEL ANALAYSE FINANCIERE 1] BILAN FONCTIONNEL Il donne une vision plus économique, il présente la manière dont les emplois sont financés par les ressources. Il permet de mieux comprendre le fonctionnement de

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE RESULTATS 2011 DU GROUPE LA POSTE CHIFFRES CLES. Paris, le 8 mars 2012

COMMUNIQUE DE PRESSE RESULTATS 2011 DU GROUPE LA POSTE CHIFFRES CLES. Paris, le 8 mars 2012 DIRECTION DE LA COMMUNICATION SERVICE DE PRESSE COMMUNIQUE DE PRESSE Paris, le 8 mars 2012 RESULTATS 2011 DU GROUPE LA POSTE L EXERCICE 2011 CONFIRME LA ROBUSTESSE DE LA STRATEGIE ET DU MODELE MULTIMETIER

Plus en détail

M E T H O D E «Dossier statistique de la situation. I Les sources d information. des entreprises en 2013»

M E T H O D E «Dossier statistique de la situation. I Les sources d information. des entreprises en 2013» M E T H O D E «Dossier statistique de la situation des entreprises en 2013» Ce dossier présente les informations chiffrées disponibles à partir de l exploitation des données comptables du fichier FIBEN

Plus en détail

Loueur en meublés Chambre d hôtes - Gîte

Loueur en meublés Chambre d hôtes - Gîte Loueur en meublés Chambre d hôtes - Gîte 2014-2015 Sommaire Sommaire 2 Synthèse 6 Présentation de la profession 8 1. Définition... 8 2. Accès à la profession... 8 a. Conditions d ouverture... 8 b. Demande

Plus en détail

Observatoire de la performance des PME-ETI

Observatoire de la performance des PME-ETI Observatoire de la performance des PME-ETI 46 ème édition Avril 2015 OpinionWay 15 place de la République 75003 Paris. Charles-Henri d Auvigny, Matthieu Cassan, Emmanuel Kahn & pour Méthodologie Méthodologie

Plus en détail

RAPPORT DE GESTION Comptes Consolidés Exercice 2008

RAPPORT DE GESTION Comptes Consolidés Exercice 2008 SOCIETE OBER Société Anonyme au Capital de 2 061 509 Euros. 31, rue de Bar 55000 LONGEVILLE EN BARROIS RCS Bar le Duc B 382 745 404 RAPPORT DE GESTION Comptes Consolidés Exercice 2008 Le groupe OBER a

Plus en détail

Le Groupe Crédit Mutuel en 2007 (1) La dynamique du développement et le 3 e résultat des banques françaises

Le Groupe Crédit Mutuel en 2007 (1) La dynamique du développement et le 3 e résultat des banques françaises 27 mars 2008 Le Groupe Crédit Mutuel en 2007 (1) La dynamique du développement et le 3 e résultat des banques françaises Résultat net part du groupe : 2 730 M Produit net bancaire : 10 568 M Coefficient

Plus en détail

La technique d'analyse financière par les ratios

La technique d'analyse financière par les ratios La technique d'analyse financière par les ratios Un ratio est un rapport entre deux grandeurs caractéristiques extraites des documents comptables permettant une approche du risque que représente l'entreprise

Plus en détail

Etude PME & ETI : Quelles critères de création de valeur?

Etude PME & ETI : Quelles critères de création de valeur? Etude PME & ETI : Quelles critères de création de valeur? Agathis Advisors Agathis Advisors accompagne les dirigeants de PME & ETI pour gérer leurs financements comme des projets stratégiques Expertise

Plus en détail

Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises

Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises Dans un contexte difficile depuis le début de la crise de 2008, les encours de crédits accordés par les banques françaises ont

Plus en détail

PANORAMA DE BRANCHE PARFUMERIE SELECTIVE. www.ffps.fr 2013 (données 2012)

PANORAMA DE BRANCHE PARFUMERIE SELECTIVE. www.ffps.fr 2013 (données 2012) PANORAMA DE BRANCHE PARFUMERIE SELECTIVE www.ffps.fr 2013 (données 2012) 1 SOMMAIRE Données économiques La Parfumerie Sélective p 3 Le marché de la Parfumerie Sélective p 3 L organisation du marché p 5

Plus en détail

TABLEAU DE BORD ECONOMIQUE Nièvre

TABLEAU DE BORD ECONOMIQUE Nièvre TABLEAU DE BORD ECONOMIQUE Nièvre AVRIL 215 Trimestriel N 1 LES PRINCIPAUX INDICATEURS ECONOMIQUES AU 4 ème TRIMESTRE 214 Mouvements d entreprises... 1 Emploi... 2 Chômage... 3 International... 4 Construction...

Plus en détail

Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME

Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME pour Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME - Vague 21 - Contact : Flore-Aline Colmet Daâge Directrice d Etudes Département Opinion & Stratégie d Entreprise flore-aline.colmet.daage@ifop.com

Plus en détail

Commissions nettes reçues ( M ) 159,3 142,2-11% Résultat d exploitation ( M ) 38,8 22,7-41% Résultat net consolidé ( M ) 25,3 15,2-40%

Commissions nettes reçues ( M ) 159,3 142,2-11% Résultat d exploitation ( M ) 38,8 22,7-41% Résultat net consolidé ( M ) 25,3 15,2-40% COMMUNIQUE de Presse PARIS, LE 18 FEVRIER 2013 Résultats 2012. L UFF enregistre un résultat net consolidé de 15,2 M et une collecte nette de 49 M Une activité stable, grâce à une bonne adaptation de l

Plus en détail

MEDEF Actu-Eco - n 194 Semaine du 16 au 20 février 2015

MEDEF Actu-Eco - n 194 Semaine du 16 au 20 février 2015 MEDEF Actu-Eco - n 194 Semaine du 16 au 2 février 215 SOMMAIRE FRANCE 1. Financement des ETI et des grandes entreprises en février 215 : situation de trésorerie d exploitation inchangée 2. Créations d

Plus en détail

Assemblée générale extraordinaire du 23 décembre 2015

Assemblée générale extraordinaire du 23 décembre 2015 Assemblée générale extraordinaire du 23 décembre 2015 Exposé sommaire sur la situation de la Société au cours du 1 er semestre 2015 et de l exercice 2014 Comptes consolidés au 30 juin 2015 (Comptes arrêtés

Plus en détail

Les agences de publicité et de communication leaders en Suisse font preuve d optimisme dans une perspective ambitieuse.

Les agences de publicité et de communication leaders en Suisse font preuve d optimisme dans une perspective ambitieuse. Communiqué aux médias bsw leading swiss agencies. Les agences de publicité et de communication leaders en Suisse font preuve d optimisme dans une perspective ambitieuse. Les agences membres de bsw leading

Plus en détail

Les artisans et leur banque

Les artisans et leur banque Chambre de métiers et de l artisanat de Région Nord - Pas de Calais Les artisans et leur banque Analyse des relations entre les artisans et leur banquier Enquête réalisée en août et septembre 2013 Octobre

Plus en détail

L immobilier dans l économie

L immobilier dans l économie ETUDE EN BREF Janvier 29 L immobilier dans l économie Avec 2 % de la valeur ajoutée en 27 et 45 % de l investissement, l immobilier a une place prépondérante dans l économie française. Phénomène nouveau?

Plus en détail

culture chiffres PRODUCTION, DIFFUSION ET MARCHÉS Les entreprises du commerce du marché de l art 2009-4 François Rouet *

culture chiffres PRODUCTION, DIFFUSION ET MARCHÉS Les entreprises du commerce du marché de l art 2009-4 François Rouet * culture Secrétariat général Délégation au développement et aux affaires internationales Département des études, de la prospective et des statistiques 182, rue Saint-Honoré, 75033 Paris cedex 01 01 40 15

Plus en détail

Taux de pérennité annuel entre le premier et le troisième anniversaire des entreprises créées en 2002 Ages. 2002 2003 2004 2005 Années

Taux de pérennité annuel entre le premier et le troisième anniversaire des entreprises créées en 2002 Ages. 2002 2003 2004 2005 Années Taux de pérennité à 3 ans des créations pures de la génération 2002 Le taux de pérennité à trois ans des entreprises créées (créations pures) en 2002 est de 66 %. Autrement dit, pour 100 entreprises créées

Plus en détail

Baromètre 2012 Croissance x Rentabilité des groupes d assurance en France

Baromètre 2012 Croissance x Rentabilité des groupes d assurance en France COMMUNIQUE DE PRESSE (V1.10 au 24 août 2012) Baromètre 2012 Croissance x Rentabilité des groupes d assurance en France (réalisé sur les comptes arrêtés fin 2010) Analyse stratégique du marché et Mise en

Plus en détail

RESULTATS DE L'ENQUETE CONJONCTURELLE PRINTEMPS 2015. Entreprises ayant répondu à l'enquête et emplois concernés. Services

RESULTATS DE L'ENQUETE CONJONCTURELLE PRINTEMPS 2015. Entreprises ayant répondu à l'enquête et emplois concernés. Services RESULTATS DE L'ENQUETE CONJONCTURELLE PRINTEMPS Remarques : L'enquête conjoncturelle de la CVCI a été réalisée entre le 23 février et le 7 avril. 3'177 questionnaires ont été envoyés; 1'036 questionnaires

Plus en détail

NOTICE EXPLICATIVE DU BUSINESS PLAN PACA ÉMERGENCE

NOTICE EXPLICATIVE DU BUSINESS PLAN PACA ÉMERGENCE NOTICE EXPLICATIVE DU BUSINESS PLAN PACA ÉMERGENCE Préambule Le Business Plan (ou plan d affaire) est un document qui décrit le projet d activité, fixe des objectifs, définit les besoins en équipements,

Plus en détail

Bilan du commerce extérieur de la Corée en 2013

Bilan du commerce extérieur de la Corée en 2013 Résumé Bilan du commerce extérieur de la Corée en 213 Malgré une croissance modeste en 213 (+,7% contre 1% en moyenne par an entre 2 et 21), les échanges commerciaux coréens se sont maintenus au-dessus

Plus en détail

L industrie automobile au Maroc

L industrie automobile au Maroc المملكة المغربية Royaume du Maroc Département des Statistiques des Echanges Extérieurs L industrie automobile au Maroc -Performance à l export- -Décembre 203- Introduction L ouverture commerciale et la

Plus en détail

Panorama économique & financier des entreprises du secteur. du Commerce en Vendée

Panorama économique & financier des entreprises du secteur. du Commerce en Vendée Panorama économique & financier des entreprises du secteur du en Structure et évolution du vendéen - 28 906 emplois soit 17,2% des emplois du département - 3 583 établissements soit 22,1% des établissements

Plus en détail

Club Etablissements Financiers & Assurances

Club Etablissements Financiers & Assurances Club Etablissements Financiers & Assurances Enquête sur le thème «PME banque : vers une recomposition de l équilibre relationnel liée aux évolutions réglementaires Bâle III» Présentation des résultats,

Plus en détail

DCG session 2010 UE4 Finance d entreprise Corrigé indicatif. Dossier 1 - Diagnostic financier

DCG session 2010 UE4 Finance d entreprise Corrigé indicatif. Dossier 1 - Diagnostic financier DCG session 2010 UE4 Finance d entreprise Corrigé indicatif Dossier 1 - Diagnostic financier 1. Intérêt des tableaux de flux de trésorerie - Analyse de l évolution de la trésorerie Les tableaux de flux

Plus en détail

PREMIER BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME

PREMIER BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME pour PREMIER BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME Les PME disent tout sur leur financement et leur état d esprit -Vague 1 - Mars 2009 - Note méthodologique 1ère vague du baromètre

Plus en détail

Association des Producteurs de Leads sur Internet

Association des Producteurs de Leads sur Internet TECHNOLOGIES, MEDIAS & TELECOMMUNICATIONS Association des Producteurs de Leads sur Internet Baromètre 2014 de la génération de Leads sur Internet 10 septembre 2014 I. Présentation du baromètre Il s agit

Plus en détail

avec La Région s engage et pour l emploi

avec La Région s engage et pour l emploi avec La Région s engage pour le financement des PME et pour l emploi 2 Financer les projets des petites et moyennes entreprises La Banque Publique d Investissement Pays de la Loire a été inaugurée au début

Plus en détail