Maître Anne Pascale VITALE Avocat au Barreau de Paris

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Maître Anne Pascale VITALE Avocat au Barreau de Paris"

Transcription

1 Maître Anne Pascale VITALE Avocat au Barreau de Paris 1 CONFÉRENCE DU 11 AVRIL 2012 DROIT DU TRAVAIL GROUP 3C MIREILLE GAROLLA

2 SELARL APV, 1A Avenue de Lowendal, Paris Tél: Fax:

3 SOMMAIRE 1/4 3 INTRODUCTION 1. Typologie des formes d engagements et accords contractuels 2. Les conventions et accords collectifs 3. Les Instances représentatives du personnel 4. Les salariés protégés 5. Les éléments de la rémunération 6. Les avantages en nature 7. Intéressement et participation 8. Le droit à la formation

4 SOMMAIRE 2/4 4 I. Les principales clauses du contrat de travail 1. La durée de la période d essai 2. La clause de mobilité 3. La clause de résidence 4. La clause de non-concurrence 5. La clause d exclusivité 6. La clause d objectifs (ou de quotas) 6.1 La rémunération et les primes 7. La clause de dédit-formation 8. La clause de confidentialité ou de discrétion 9. Les droits sur les brevets 10. Les droits sur les logiciels et les droits d auteur

5 SOMMAIRE 3/4 5 II. La rupture du contrat de travail 1. La rupture pour force majeure 2. La rupture négociée ou par accord amiable 3. La rupture conventionnelle 4.La transaction 5. La démission 6. Le licenciement pour motif personnel 7. Le licenciement pour motif économique 8. La résiliation judiciaire 9. Le départ à la retraite (non traité) 10. Le solde de tout compte

6 SOMMAIRE 4/4 6 III. Créer une entreprise 1. Définition du projet 2. L étude de marché 3. Etablir un Business Plan 4. Protection des marques et noms de domaine 5. Implanter son entreprise 6. Formalités avant l inscription au RCS 7. Les formes juridiques de l entreprise 8. Formalités d enregistrement de la société 9. Engager des salariés 10. le bail commercial 11. Les engagements contractuels

7 INTRODUCTION 7

8 INTRODUCTION 1/8 1. Typologie des formes d engagements et accords contractuels 8 v Le contrat à durée indéterminée v Le contrat à durée déterminée v Le contrat de travail temporaire v Le contrat de mise à disposition v Le contrat de mission v Le contrat de travail intermittent: Périodes alternées de travail et non travail v Le contrat de travail à temps partagé: Consiste à mettre à disposition d entreprises clientes, du personnel qualifié qu elles ne peuvent recruter elles-mêmes v Le portage salarial : le salarié est embauché par une entreprise de portage, pour apporter temporairement ses compétences à une ou plusieurs entreprises v Le télétravail: Activité exercée hors des locaux de l employeur de façon régulière

9 INTRODUCTION 2/8 2. Les conventions et accords collectifs 9 v Convention collective: Contrat conclu entre employeurs et syndicats de salariés qui traite de l ensemble des conditions d emplois, de travail et de garanties sociales applicables aux salariés compris dans son champ d application v Accord collectif: - Concerne l un des points contenu dans la convention collective. Ex: Retraite, Salaire - Différents niveaux: interprofessionnel > professionnel > groupe > entreprise

10 INTRODUCTION 3/ Les Instances représentatives du personnel v Les délégués du personnel: Elus pour 4 ans par le personnel. Désignation par les salariés. Obligatoires dans les entreprises de plus de 11 salariés. Rôle de revendication, information remplacement du CE et du CHSCT v Les membres du CE: CE obligatoire dans les entreprises d au moins 50 salariés. Désignation des membres par les salariés. Le CE a la personnalité juridique. Rôle d information, consultation, organisation et gestion des activités sociales et culturelles. v Les délégués syndicaux: obligatoire dans les entreprises d au moins 50 salariés. Désignation par chaque syndicat. Rôle de liaison entre la sectionet le syndicat, représentation et défense des salariés, négociation

11 INTRODUCTION 4/ Les salariés protégés Les représentants du personnel sont des salariés protégés et, à ce titre, leur licenciement obéit à des règles particulières: il faut notamment l autorisation de l inspection du travail. L inspecteur du travail vérifie au cours d une enquête contradictoire que la rupture du contrat n est pas une mesure discriminatoire, liée aux fonctions de représentation du salarié.

12 INTRODUCTION 5/8 5. Les éléments de la rémunération v Le salaire de base: Rémunération stable que l employeur doit verser au salarié en contrepartie du travail fourni. Il peut être calculé au temps, au rendement ou de manière mixte. v Les heures supplémentaires: Ce sont les heures de travail effectuées au-delà de la durée légale hebdomadaire du travail. v Les primes et gratifications: Elles peuvent être obligatoires si elles résultent du contrat de travail, d un accord d entreprise ou usage. v Les indemnités pour frais professionnels: Etablies de manière forfaitaire ou d après la justification des frais réels. Ex: Prime de transport v Les avantages en nature: Voir ci-après 12 v L intéressement et la participation: Voir ci-après

13 INTRODUCTION 6/ Les avantages en nature Les avantages concernent la fourniture de biens ou services qui ne sont pas indispensables à la tâche du salarié (sinon il s agit de remboursements de frais): nourriture, logement, véhicule, outils de communication (téléphone, ordinateur) Ex: Une voiture fournie par l entreprise à un commercial ou à un inspecteur qui doit se déplacer pour son travail, n est pas considérée comme un avantage en nature.

14 INTRODUCTION 7/ Intéressement et participation v La participation aux résultats: Une réserve de participation est constituée au profit des salariés. Obligatoire dans les entreprises d au moins 50 salariés. La participation des salariés est exonérée d'impôts et de cotisations (hors CSG et CRDS) si elle reste placée durant 5 ans. v L intéressement: Facultatif, il est exonéré des charges sociales (hors CSG et CRDS) et soumis à l impôt sur le revenu des salariés. Les modalités de calcul choisies doivent refléter les variations de l'activité et pouvoir aboutir éventuellement à un résultat nul. v L actionnariat des salariés: Il permet aux salariés, dans les sociétés par actions, de détenir une part du capital de leur société.

15 INTRODUCTION 8/8 8. Le droit à la formation 15 Le droit individuel des salariés en matière de formation est assuré de la manière suivante: - A l initiative de l employeur: dans le cadre du plan de formation de l entreprise. L employeur est tenu d assurer l adaptation des salariés à leurs postes de travail. Cette formation s effectue pendant le temps de travail et constitue un travail effectif - A l initiative du salarié: dans le cadre di congé individuel de formation (CIF). Tout salarié ayant une ancienneté de 2 ans, peut demander à en bénéficier quelque soit l effectif dans l entreprise. Durée maximale: 1 ans pour un stage à temps plein, 1200 h pour un stage à temps partiel - A l initiative du salarié: avec l accord de son employeur: dans le cadre du droit individuel au travail (DIF) et avec une ancienneté d au moins 12 mois. Le salarié cumule 20 heures par an. La formation se déroule en principe en dehors du temps de travail.

16 I. LES PRINCIPALES CLAUSES DU CONTRAT DE TRAVAIL 16 LA NÉGOCIATION DU CONTRAT PAR LA NÉGOCIATION DES CLAUSES Le contrat de travail constitue l'instrument privilégié de configuration de la relation de travail. Parce qu'il résulte d'un accord de volontés, le contenu du contrat devrait, en toute logique, être librement négocié et déterminé par des parties placées sur un pied d'égalité. En conséquence, une partie ne devrait pas pouvoir imposer unilatéralement sa volonté à l'autre.

17 I. Les principales clauses du contrat de travail 1/ La durée de la période d essai Le Code du travail fixe la durée maximale de la période d essai et la durée de la période d essai renouvelée Ouvriers et employé Agents de maîtrise et techniciens Cadres 2 mois à 4 mois 3 mois à 6 mois 4 mois à 8 mois Attention : Des dispositions particulières peuvent être stipulées dans la convention collective applicable N.B: Ne pas confondre la période d essai avec l essai professionnel (épreuve technique de courte durée pour vérifier l aptitude du salarié)

18 I. Les principales clauses du contrat de travail 2/10 2. La clause de mobilité Clause par laquelle le salarié s engage à accepter une éventuelle modification de son lieu de travail. Pour être valable, la clause doit être expressément prévue par écrit, dans la lettre d'engagement ou le contrat de travail, en des termes clairs et précis. ü Définition précise de la zone géographique ü Le salarié doit en avoir eu connaissance ü La clause doit avoir été acceptée de manière claire et non équivoque par le salarié. La mutation du salarié en application de cette clause relève du pouvoir de direction de l employeur et ne constitue pas une modification du contrat de travail. La mise en œuvre de cette clause doit être justifiée par l intérêt de l entreprise. La mise en œuvre d une clause de mobilité à titre disciplinaire est licite. 18

19 I. Les principales clauses du contrat de travail 3/ La clause de résidence Clause par laquelle l employeur impose au salarié d habiter à proximité de son lieu de travail. La validité de cette clause est rarement admise. En effet, le domicile fait partie intégrante de la vie privée du salarié et chaque salarié est libre de choisir son domicile. Validité admise seulement pour certaines professions Ex: Régisseur d immeuble

20 I. Les principales clauses du contrat de travail 4/ La clause de non concurrence Clause par laquelle le salarié s engage, à l issue de son contrat, à ne pas concurrencer directement ou indirectement, l entreprise qui l employait, soit par un réembauchage dans une entreprise concurrente, soit par la création d une autre entreprise. Pour être licite, la clause de non concurrence est soumise à plusieurs conditions: ü Être indispensable à la protection des intérêts légitimes de l entreprise ü Être limitée dans le temps : La période adoptée par la plupart des Conventions Collectives est de deux ans. ü Être limitée dans l espace: Selon le type d'activité concernée ü Tenir compte des spécificités de l emploi du salarié ü Comporter une contrepartie financière qui ne doit pas être dérisoire. Le montant est souvent fixé par les Conventions collectives, généralement égale à 30% de la moyenne mensuelle

21 I. Les principales clauses du contrat de travail 5/ La clause d exclusivité Clause par laquelle le salarié s engage, durant son contrat, à ne pas travailler pour un autre employeur. Distinction nécessaire avec la clause de non-concurrence: La clause d'exclusivité porte sur la période d'exécution du contrat de travail alors que la clause de non-concurrence s'applique après la rupture du contrat. En outre, la première interdit quelque activité professionnelle que ce soit au salarié alors que la seconde n'interdit que celles qui font concurrence à l'activité de l'employeur. La clause d exclusivité n est valable que si elle est indispensable à la protection des intérêts légitimes de l entreprise, justifiée par la nature de la tâche à accomplir et proportionnée au but recherché. Principe : Possibilité de cumuler deux emplois ou un mandat social Pour les salariés souhaitant créer ou reprendre une entreprise : la clause d'exclusivité peut être levée provisoirement.

22 I. Les principales clauses du contrat de travail 6/10 6. La clause d objectifs (ou quotas) Cette clause est très employée pour dans les fonctions commerciales. 22 ü Les objectifs doivent être réalistes, c est-à-dire en tenant compte du marché, des moyens mis à la disposition du salarié et adaptés aux horaires de travail. ü Les objectifs peuvent être fixés contractuellement ou être imposés unilatéralement par l'employeur. D où l importance de la négociation. ü Objectifs fixés annuellement ou sur autre périodicité. Sanction du non respect: En présence d'une clause d'objectifs, le juge apprécie si les objectifs contractuellement fixés étaient réalistes et, si leur non-réalisation résultait d'une insuffisance professionnelle du salarié ou d'une faute qui soit imputable au salarié pouvant entrainer un licenciement.

23 I. Les principales clauses du contrat de travail 6.1/ La rémunération et les primes v Le salaire de base: Rémunération stable que l employeur doit verser au salarié en contrepartie du travail fourni. Il peut être calculé au temps, au rendement ou de manière mixte. v Les heures supplémentaires: Ce sont les heures de travail effectuées au-delà de la durée légale hebdomadaire du travail. v Les primes et gratifications: 23 obligatoires: si elles résultent du contrat de travail, d un accord d entreprise ou usage, les primes et gratifications sont un élément du salaire. non obligatoires: les primes sont alors considérées comme des libéralités. L employeur peut librement les modifier ou les supprimer Exemples de primes: productivité, mérite, présentéisme, risque, ancienneté, treizième mois, bonus

24 I. Les principales clauses du contrat de travail 7/ La clause de dédit-formation Clause par laquelle, en contrepartie d une formation qui est assurée, le salarié s engage à rester dans l entreprise pendant un certain temps, faute de quoi, il devra verser une indemnité de frais de formation. Cette clause ne doit pas avoir pour conséquence de priver le salarié de la faculté de démissionner. Ex: Durée trop importante. La Cour de cassation considère que pour être valable, une clause de déditformation doit faire l'objet d'une convention particulière conclue avant le début de la formation précisant la date, la nature, la durée de la formation et son coût réel pour l'employeur ainsi que les conditions et les modalités du remboursement à la charge du salarié.

25 I. Les principales clauses du contrat de travail 8/ La clause de confidentialité ou de discrétion La clause de confidentialité ou de discrétion a pour objet d imposer au salarié de conserver certaines informations dont il pourrait avoir connaissance à l occasion de l exercice de ses fonctions. Cette clause permet de protéger les intérêts de l entreprise en interdisant au salarié de divulguer certaines informations essentielles. L insertion d une telle clause dans le contrat de travail doit être justifiée par la nature de la tâche à accomplir et proportionnée au but recherché. Sanctions: La violation d'une obligation de confidentialité ou de discrétion est passible d'une sanction pouvant aller jusqu'au licenciement.

26 I. Les principales clauses du contrat de travail 9/10 v Les brevets Les inventions de salariés L employeur est propriétaire de l invention du salarié réalisée dans le cadre de l exercice de ses fonctions et missions. Toutefois, l employeur a l obligation de verser à l inventeur salarié une rémunération supplémentaire. Attention: Source de contentieux. Les entreprises ayant mis en place un système de rémunération sont encore, à ce jour, relativement peu nombreuses.

27 I. Les principales clauses du contrat de travail 10/ Les droits sue les logiciels et les droits d auteur v Les logiciels Lorsque les logiciels ont été crées par les salariés dans l exercice de leurs fonctions ou d après les instructions de leur employeur, les droits patrimoniaux sont dévolus à l employeur qui est seul habilité à les exercer. v Les droits d auteur Condition: Une œuvre originale Principe: L'auteur d'une œuvre de l'esprit jouit sur cette œuvre, du seul fait de sa création, d'un droit de propriété incorporelle exclusif et opposable à tous. 27 Exceptions: - Cession des droits - Œuvre collective: une œuvre créée à l'initiative et sous la direction de l employeur par la fusion des contributions de salariés empêchant l'attribution aux participants de droits distincts

28 II. LA RUPTURE DU CONTRAT DE TRAVAIL 28 MIEUX CONNAÎTRE LES DIFFÉRENTS TYPES DE RUPTURE DU CONTRAT DE TRAVAIL POUR MIEUX CONNAÎTRE SES DROITS NE SONT PAS ICI ÉTUDIÉES LA RETRAITE ET LA PRÉ-RETRAITE

29 II. La rupture du contrat de travail 1/ La rupture pour force majeure Un évènement de force majeure constitue une impossibilité absolue et durable d exécuter le contrat de travail, sans que cette possibilité puisse être imputée à l employeur La force majeure résulte d un évènement extérieur et imprévisible: Ex: Retrait d une autorisation administrative, un incendie ayant entraîné la destruction totale de l entreprise La rupture est libre et aucune indemnité n est due

30 II. La rupture du contrat de travail 2/ La rupture négociée ou par accord amiable L employeur et le salarié décident d un commun accord, par une convention, de rompre le contrat de travail. La rupture négociée, ne donne pas droit, en principe, à l indemnisation du chômage, sauf accord de Pole Emploi

31 II. La rupture du contrat de travail 3/10 3. La rupture conventionnelle L employeur et le salarié peuvent convenir en commun des conditions de la rupture du contrat de travail qui les lie. La rupture conventionnelle ne peut être imposée à l une ou l'autre partie. Elle doit résulter d une convention signée par les partie au contrat. La validité de la convention est subordonnée à son homologation par l autorité administrative Direction départementale du Travail et de la Formation professionnelle. Ce mode de rupture ouvre droit aux allocations d assurance chômage 31

32 II. La rupture du contrat de travail 4/10 4. La transaction Convention par laquelle l employeur et le salarié évitent ou termine un litige qui intervient souvent après un licenciement. Cette convention doit être rédigée par écrit. La transaction a l autorité de la chose jugée. Le régime fiscal et social des indemnités transactionnelles ü une partie exonérée de l'impôt sur le revenu en ce qu'elle répare un préjudice autre que la perte d'un salaire ; ü une partie imposable au titre des traitements et salaires qui répare la perte de salaire. Les indemnités transactionnelles sont soumises à cotisations sociales pour les sommes ayant un caractère de salaire et pour celles revêtant un caractère de dommagesintérêts. Après une transaction, le salarié bénéficie du droit à indemnisation au titre du chômage. 32

33 II. La rupture du contrat de travail 5/ La démission du salarié Un salarié lié par un contrat de travail à durée indéterminée est libre de démissionner à tout moment, contrairement au salarié sous CDD. La démission n a pas à être motivée et n a pas besoin d être acceptée par l employeur. La loi ne prévoit aucun formalisme mais le plus souvent, les conventions collectives prévoient un écrit. Sa durée n est pas non plus fixée par la loi mais généralement par les conventions collectives ou les usages. Le préavis peut aller jusqu à 6 mois pour un cadre supérieur. Le salarié n a pas droit, en principe, aux allocations chômage, sauf démission pour motif légitime: changement de résidence du conjoint pour occuper un nouvel emploi, changement de résidence du salarié qui rompt son contrat de travail et dont le départ s explique par son mariage ou PACS, la démission intervenue pour cause de nonpaiement des salaires ou à la suite d un acte susceptible d être délictueux dont le salarié déclare avoir été victime à l occasion de l exécution de son contrat de travail

34 II. La rupture du contrat de travail 6/10 6. Le licenciement pour motif personnel Le licenciement pour motif personnel est possible : ü pour motif disciplinaire (en cas de faute du salarié), ü pour motif non disciplinaire (Ex: insuffisance professionnelle) 34 Motifs irréguliers : un motif discriminatoire, le fait d'avoir subi ou refusé de subir du harcèlement moral, la vie privée (sauf si trouble objectif dans l'entreprise), l'état de santé ou le handicap (sauf en cas d'inaptitude constatée par le médecin du travail), l'état de grossesse, la maternité, l'adoption, la participation à une grève licite, les opinions émises dans le cadre du droit d'expression des salariés, les opinions politiques, l'appartenance et les activités syndicales, une sanction antérieure de plus de 3 ans. La procédure est très stricte: Convocation à un entretien préalable; Entretien; Notification du licenciement

35 II. La rupture du contrat de travail 7/ Le licenciement pour motif économique Constitue un licenciement pour motif économique le licenciement effectué par un employeur pour un ou plusieurs motifs, non inhérents à la personne du salarié, résultant d une suppression ou transformation d emploi ou d une modification, refusée par le salarié, d un élément essentiel du contrat de travail consécutives notamment à des difficultés économiques ou à des mutations technologiques. Comme tout licenciement, le licenciement pour motif économique doit être motivé et justifié par une cause réelle et sérieuse. Obligation d adaptation et de reclassement préalablement au licenciement. Le salarié a droit aux allocations chômage.

36 II. La rupture du contrat de travail 8/ La résiliation judiciaire Seul le salarié a le droit de demander la résiliation judiciaire de son contrat de travail, aux torts de l employeur lorsque l employeur n exécute pas ses obligations. Les juges apprécieront si les manquements allégués par le salarié sont suffisamment graves pour justifier de la résiliation. Si la résiliation judiciaire est prononcée, elle produit les effets d un licenciement sans cause réelle et sérieuse.

37 II. La rupture du contrat de travail 9/ Le départ à la retraite (non traité)

38 II. La rupture du contrat de travail 10/ Le solde de tout compte v À l'occasion de la rupture du contrat de travail, l'employeur doit établir un solde de tout compte, dont le salarié lui donne reçu, mentionnant toutes les sommes qui lui ont été versées à l'occasion de la rupture du contrat de travail. v Le reçu pour solde de tout compte a une fonction probatoire: en signant ce document le salarié reconnaît que l'employeur lui a versé une certaine somme d'argent en paiement de dettes mentionnées dans l'acte. v Le salarié qui a signé son reçu pour solde de tout compte ne dispose plus que d'un délai de six mois pour contester les sommes mentionnées sur ce reçu. Au-delà de ce délai, il devient libératoire pour l'employeur pour les sommes qui y sont mentionnées.

39 III. LA CREATION D ENTREPRISE 39 PRUDENCE ET ANTICIPATION DES RISQUES

40 III. La création d entreprise 1/ Définition du projet ü Avoir un projet personnel, clair et structuré et faisable une innovation technologique - un nouveau produit ou service un produit ou un service déjà existant ü Rechercher toute l information sur ce produit ou ce service et sur le concurrent sur des supports différents ü Déterminer vos objectifs personnels, vos motivations, vos compétences, vos ressources Ø Attention aux éléments suivants : Clause de non concurrence Clause de confidentialité

41 III. La création d entreprise 2/ L étude de marché Ø Observation de la concurrence et du comportement des clients sur le terrain : magasin, salon, exposition, publicité, prospectus... Ø Enquête par sondage, test de produit auprès d'échantillons enquête chez les professionnels du secteur (entreprises, fournisseurs...) Ø Recherche de documentation: CCI, Chambre des métiers, INSEE, Bibliothèque, Internet, Presse professionnel du secteur, presse généraliste...

42 III. La création d entreprise 3/ Etablir un Business Plan ü Une présentation de votre projet de création ü Le projet, le produit ou service, l'analyse du marché, le lieu, les moyens à disposition, les moyens à développer, les moyens humains, la stratégie commerciale, une vision de l'entreprise avec ses perspectives d'évolutions ü Le dossier financier prévisionnel ü Un compte de résultat prévisionnel sur les 3 premières années d'activité le plan de financement de départ le besoin en fond de roulement, le calcul du seuil de rentabilité

43 Marques: III. La création d entreprise 4/10 4. Protection des marques et noms de domaine Avant de déposer une marque de fabrique au greffe, il est nécessaire de faire procéder à une recherche d'antériorité par l'institut National de la Propriété Industrielle (INPI) pour s'assurer que le signe est disponible, qu'il n'a pas déjà été approprié par un concurrent, ou ne porte pas atteinte à des droits antérieurs des tiers. à Modalités de dépôt d une marque Noms de domaine: 43 Si vous souhaitez créer votre site internet dans le cadre de votre projet de création d'entreprise, pensez à réserver votre nom de domaine, il ne doit pas porter atteinte à une marque préexistante.

44 III. La création d entreprise 5/10 ü L'installation à domicile 5. Implanter son entreprise ü Les sociétés de domiciliation ex: Les pépinières les pépinières sont dirigées par des spécialistes de la création d'entreprise qui apportent aux jeunes créateurs soutien et conseils divers (gestion, juridique, comptable...). De plus, les charges de fonctionnement (standard, courrier, loyer...) sont partagées entre les différents créateurs ü Le bail commercial (Voir ci-après) ü L acquisition d un fonds de commerce ü La prise en location-gérance d un fonds de commerce 44

45 III. La création d entreprise 6/10 6. Le bail commercial v Durée du bail: En principe 9 ans, sauf bail dérogatoire de 2 ans v Libre fixation du loyer commercial et révision triennale plafonné selon les indice du coût de la construction v Possibilité d une clause sur le droit d entrée dans les locaux: Le pas de porte v Destination des lieux loués fixée par le bail v Principe de libre cession du bail, sauf clause contraire. v Principe d interdiction de sous-location v Renouvellement/ congé Problématique de l indemnité d éviction 45

46 III. La création d entreprise 7/10 7. La forme juridique de l entreprise L auto-entrepreneur Les entreprises individuelles ü L EURL ü La SASU Les sociétés commerciales ü La SNC ü La SARL ü La SA ü La SAS ü La SCA Les sociétés civiles (Les agents commerciaux) 46

47 III. La création d entreprise 8/ Formalités d enregistrement de la société Se renseigner auprès du centre de formalités des entreprises (CFE) ü La rédaction des statuts ü L'ouverture du compte bancaire ü L'annonce légale Sur le site du CFE (Centre de formalités des entreprises), remplir le formulaire en ligne. ü L'enregistrement au service des impôts Compétence du service des impôts dont dépend le siège social de la société et faire enregistrer les statuts.

48 III. Créer une entreprise 9/10 48 ü Interdiction de débauchage 9. Engager des salariés ü Promesse d embauche = engagement de l employeur ü Formalités: remise d un écrit au salarié, caractère obligatoire de la déclaration unique et simplifiée d embauche, la visite médicale d embauche ü Attention à la validité des clauses du contrat de travail ü Respect des dispositions de la Convention collective applicable

49 III. Créer une entreprise 10/ Engagements contractuels Dans les engagements avec des partenaires et/ou fournisseur attentions aux clauses contractuelles : - Responsabilité solidaire? - Caution? Caution solidaire? Montant? - Durée des contrats? Reconduction tacite? - Faisabilité des projets? - Pérennité des relations? - Indemnités de rupture?

Sommaire détaillé 9 AR

Sommaire détaillé 9 AR Sommaire détaillé 1 CONTRÔLE DU TRAVAIL... 1.001 A - Ouverture d un établissement industriel et commercial... 1.101 1 - Déclaration nominative préalable à l embauche... 1.102 2 - Registre du commerce -

Plus en détail

Juin. Modernisation du Marché du Travail

Juin. Modernisation du Marché du Travail Juin Modernisation du Marché du Travail 2008 les fiches argumentaires du medef Les dispositions de l accord national interprofessionnel du 11 janvier 2008, dont la mise en œuvre requiert un support législatif,

Plus en détail

Section 1 La primauté de la règle internationale et ses principes conventionnels... 14

Section 1 La primauté de la règle internationale et ses principes conventionnels... 14 Liste des abréviations... 7 Introduction générale... 13 La primauté de la règle internationale et ses principes conventionnels... 14 1 Les normes universelles de l OIT... 14 2 Les normes régionales européennes...

Plus en détail

A Absence lors de la journée de solidarité... 3

A Absence lors de la journée de solidarité... 3 Partie 1 - L actualité 2011.... 1 A Absence lors de la journée de solidarité... 3 Absence pour maladie sans justification... 9 Absences répétées pour maladie et évolution professionnelle.... 10 Accident

Plus en détail

II. LE CONTRAT DE TRAVAIL, CONSEQUENCE DU LIEN DE SUBORDINATION

II. LE CONTRAT DE TRAVAIL, CONSEQUENCE DU LIEN DE SUBORDINATION CHAPITRE 8 LE LIEN DE SUBORDINATION : LE CONTRAT DE TRAVAIL ET LES POUVOIRS DE L EMPLOYEUR I. LA DISTINCTION ENTRE LE TRAVAIL SUBORDONNE ET LE TRAVAIL INDEPENDANT La loi n a pas défini la notion de salarié.

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2008-081

LETTRE CIRCULAIRE N 2008-081 Montreuil, le 16/10/2008 ACOSS DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE DIRRES LETTRE CIRCULAIRE N 2008-081 OBJET : Loi n 2008-596 du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du

Plus en détail

La loi du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du travail

La loi du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du travail Le point sur ALLER PLUS LOIN DANS VOTRE ACTUALITÉ SOCIALE SOCIAL Juillet 2008 La loi du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du travail Les partenaires sociaux ont signé un accord national interprofessionnel

Plus en détail

A LA UNE. L indemnisation due en cas de licenciement nul pour violation du statut protecteur est plafonnée à trente mois

A LA UNE. L indemnisation due en cas de licenciement nul pour violation du statut protecteur est plafonnée à trente mois NEWSLETTER SOCIALE M A I 2 0 1 5 A LA UNE L indemnisation due en cas de licenciement nul pour violation du statut protecteur est plafonnée à trente mois La loi du 2 août 2005 a porté la durée des mandats

Plus en détail

Formation droit social M E R C R E D I 2 3 A V R I L 2 0 1 4

Formation droit social M E R C R E D I 2 3 A V R I L 2 0 1 4 Formation droit social Les modalités de rupture du contrat de travail en quelques mots SÉVERINE DEVOIZE A V O C A T A S S O C I É GILLES PRIETZ C O N S E I L L E R P R U D H O M M E S M E R C R E D I 2

Plus en détail

Vos Questions- Nos réponses Matinées Sociales de Mars 2010

Vos Questions- Nos réponses Matinées Sociales de Mars 2010 Cave Lex 27 bis Avenue de Lowendal 75015 PARIS 01 47 70 32 07 forhmaction@cavelex.com www.cavelex.com Cave Lex est une activité de l Institut du Temps Géré Organisme de formation n 11 75 29 21 275 Vos

Plus en détail

PROJET DE LOI ------ Article 1 er. I. - L article L. 1221-2 du code du travail est ainsi modifié :

PROJET DE LOI ------ Article 1 er. I. - L article L. 1221-2 du code du travail est ainsi modifié : RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du travail, des relations sociales, de la famille et de la solidarité NOR : MTSX0805954L/Bleue-1 PROJET DE LOI portant modernisation du marché du travail ------ Article 1

Plus en détail

Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente

Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente 1 Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente TOUT SAVOIR SUR LE CONTRAT D APPRENTISSAGE 2 TOUT SAVOIR SUR LE CONTRAT D APPRENTISSAGE SOMMAIRE Qui peut embaucher un apprenti et quelles

Plus en détail

- 29 - TABLEAU COMPARATIF

- 29 - TABLEAU COMPARATIF - 29 - TABLEAU COMPARATIF Projet de loi portant modernisation du marché du travail Article 1 er I. - L article L. 1221-2 du code du travail est ainsi modifié : 1 Le premier alinéa est ainsi rédigé : «Le

Plus en détail

LISTE DES MOTS DU DICTIONNAIRE

LISTE DES MOTS DU DICTIONNAIRE LISTE DES MOTS DU DICTIONNAIRE Les numéros indiqués sont ceux des pages Les mots suivis d un astérisque renvoient à des définitions synonymes Une table thématique figure aux pages 13 à 20 et une table

Plus en détail

inaptitude quelles sont les obligations?

inaptitude quelles sont les obligations? inaptitude quelles sont les obligations? L inaptitude d un salarié est lourde de conséquences, et impose à l employeur d être très vigilant, qu elle soit ou non d origine professionnelle. La procédure

Plus en détail

LE CONTRAT DE TRAVAIL

LE CONTRAT DE TRAVAIL LE CONTRAT DE TRAVAIL I. Introduction Le contrat de travail définit les conditions de travail et de rémunération du salarié. Il ne peut être contraire à la loi, aux conventions collectives ou aux usages

Plus en détail

CONTRATS DE TRAVAIL DES PROFESSEURS DE DANSE

CONTRATS DE TRAVAIL DES PROFESSEURS DE DANSE DROIT CONTRATS DE TRAVAIL DES PROFESSEURS DE DANSE FÉVRIER 2015 Département Ressources professionnelles LE CND Un centre d art pour la danse 1, rue Victor-Hugo 93507 Pantin cedex 01 41 839 839 ressources@cnd.fr

Plus en détail

>Contrat de travail des professeurs de danse

>Contrat de travail des professeurs de danse DROIT >Contrat de travail des professeurs de danse Juillet 2011 > DÉPARTEMENT RESSOURCES PROFESSIONNELLES 1 rue Victor-Hugo 93507 Pantin cedex T 01 41 839 839 (accueil) F 01 41 839 841 ressources@cnd.fr

Plus en détail

Actualité du Droit Social

Actualité du Droit Social 1 Actualité du Droit Social janvier 2012 Table des matières 1. Actualité jurisprudentielle... 2 1.1 Obligation de sécurité-résultat de l employeur... 2 1.2 Modification de la durée du travail... 2 1.3

Plus en détail

Le régime fiscal et social des indemnités de rupture du contrat de travail

Le régime fiscal et social des indemnités de rupture du contrat de travail Le régime fiscal et social des indemnités de rupture du contrat de travail En principe, l ensemble des sommes versées aux salariées en contrepartie ou à l occasion du travail sont considérées comme une

Plus en détail

Indemnités de rupture (régimes social et fiscal)

Indemnités de rupture (régimes social et fiscal) Régimes social et fiscal des indemnités de rupture du contrat de travail au 1 er janvier 2012 Indemnité compensatrice de préavis, de congés payés, de RTT non pris ; indemnité de non-concurrence Assujettie

Plus en détail

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Comité d'entreprise > Vos salariés - Vos cotisations > Base de calcul

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Comité d'entreprise > Vos salariés - Vos cotisations > Base de calcul Base de calcul En votre qualité d employeur, vous devez déclarer à l URSSAF toutes les sommes payées et tous les avantages consentis à vos salariés. Ces éléments constituent la base de calcul des cotisations

Plus en détail

SCP Lyon-Caen et Thiriez, SCP Masse-Dessen, Thouvenin et Coudray, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Lyon-Caen et Thiriez, SCP Masse-Dessen, Thouvenin et Coudray, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 10/04/2014 Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 26 mars 2014 N de pourvoi: 12-21136 ECLI:FR:CCASS:2014:SO00660 Publié au bulletin Cassation sans renvoi M. Lacabarats (président),

Plus en détail

Sommaire détaillé des Modèles commentés pour la gestion du personnel

Sommaire détaillé des Modèles commentés pour la gestion du personnel Susceptible de modifications Partie n 01 - Recruter ses salariés 01/1. Préparer le recrutement d un salarié Convocation d un candidat à un entretien d embauche... FSC.01.1.010 Rejet de candidature : poste

Plus en détail

Comparer le licenciement et la rupture conventionnelle

Comparer le licenciement et la rupture conventionnelle Indemnités négociées ou facultatives Comparer le licenciement et la rupture conventionnelle Référence Internet Saisissez la Référence Internet dans le moteur de recherche du site www.editions-tissot.fr

Plus en détail

Devoir (Novembre 2012) : Droit du travail, Licence 3 Monsieur le Professeur Olivier Cas pratique

Devoir (Novembre 2012) : Droit du travail, Licence 3 Monsieur le Professeur Olivier Cas pratique Bibliothèque numérique ASSAS.NET www.assas.net Devoir (Novembre 2012) : Droit du travail, Licence 3 Monsieur le Professeur Olivier Cas pratique www.assas.net Remerciements ASSAS.NET souhaite remercier,

Plus en détail

DUT GEA 2 ème année semestre 3 et 4 M 31 04 Cours Droit du travail (34,5h) plan détaillé Jean-François Paulin www.jfpaulin.com.

DUT GEA 2 ème année semestre 3 et 4 M 31 04 Cours Droit du travail (34,5h) plan détaillé Jean-François Paulin www.jfpaulin.com. DUT GEA 2 ème année semestre 3 et 4 M 31 04 Cours Droit du travail (34,5h) plan détaillé Jean-François Paulin www.jfpaulin.com Introduction 1. Notion et domaine du droit du travail A) Droit et travail

Plus en détail

LICENCIEMENT D UN AGENT NON TITULAIRE DE DROIT PUBLIC

LICENCIEMENT D UN AGENT NON TITULAIRE DE DROIT PUBLIC F I C H E P R A T I Q U E C D G 5 0 LICENCIEMENT D UN AGENT NON TITULAIRE DE DROIT PUBLIC Les fiches consacrées aux agents non titulaires de droit public ne concernent que les actes de recrutement (contrats

Plus en détail

PARTIE I : LES RELATIONS INDIVIDUELLES DE TRAVAIL

PARTIE I : LES RELATIONS INDIVIDUELLES DE TRAVAIL FIL D ACTUALITE MAI 2015 PARTIE I : LES RELATIONS INDIVIDUELLES DE TRAVAIL Rupture conventionnelle : de nouvelles précisions Dans deux arrêts du 25 mars 2015, la Cour de cassation considère d une part

Plus en détail

FICHE OBLIGATIONS LEGALES

FICHE OBLIGATIONS LEGALES FICHE OBLIGATIONS LEGALES L article 99 de la loi n 2010-1330 du 9 novembre 2 010 portant réforme des retraites a instauré, à compter du 1 er janvier 2012, pour les entreprises dont l effectif est au moins

Plus en détail

Les motifs du licenciement

Les motifs du licenciement Chapitre 1 Les motifs du licenciement Exigence d une cause réelle et sérieuse Légalité du motif Contrôle des motifs par les tribunaux Une exception : la période d essai L a décision de l employeur de rompre

Plus en détail

4ème chambre sociale, 23 février 2011 RG 10/04179

4ème chambre sociale, 23 février 2011 RG 10/04179 ASTREINTE Heures de présence au sein de l établissement 4ème chambre sociale, 23 février 2011 RG 10/04179 Les heures de présence effectuées au sein de l établissement, dans une chambre mise à la disposition

Plus en détail

Proposition de loi pour le développement de l alternance, la sécurisation des parcours professionnels et le partage de la valeur ajoutée

Proposition de loi pour le développement de l alternance, la sécurisation des parcours professionnels et le partage de la valeur ajoutée Proposition de loi pour le développement de l alternance, la sécurisation des parcours professionnels et le partage de la valeur ajoutée Présentée par Gérard Cherpion, Bernard Perrut, Jean -Charles Taugourdeau

Plus en détail

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur.

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur. DCG - UE03 DROIT SOCIAL - session 2013 Proposition de CORRIGÉ Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur. I ÉTUDE DE SITUATIONS PRATIQUES (13 points) Dossier 1 Rappeler les

Plus en détail

A LA UNE. Elle apporte des précisions à ce principe dans un arrêt du 7 janvier 2015.

A LA UNE. Elle apporte des précisions à ce principe dans un arrêt du 7 janvier 2015. FÉVRIER 2015 A LA UNE Un accord collectif ne peut suppléer le règlement intérieur dans la détermination de la durée maximale de la mise à pied disciplinaire Depuis 2010, la Chambre sociale de la Cour de

Plus en détail

L ACTIVITE PARTIELLE

L ACTIVITE PARTIELLE L ACTIVITE PARTIELLE L'activité partielle permet d'éviter aux salariés de perdre leur emploi lorsque l'activité de leur entreprise se réduit. Dans un contexte de crise économique, le recours au chômage

Plus en détail

comparante par Maître MILLIARD, avocat au barreau de NOUMÉA,

comparante par Maître MILLIARD, avocat au barreau de NOUMÉA, TRIBUNAL DU TRAVAIL DE NOUMÉA N 06/00232 Président : M. THIBAULT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Greffier : Brigitte LAPORTE Jugement du 20 Avril 2007 PARTIES EN CAUSE : DEMANDERESSE : -

Plus en détail

Le licenciement économique

Le licenciement économique Le licenciement économique Définition. Le licenciement économique est un licenciement d un ou plusieurs salariés en raison des difficultés économiques que connaît une entreprise. Selon les dispositions

Plus en détail

Guide Pratique. chef d entreprise. Salarié. Entreprise. Droit. Employeur. Délégués du Personnel. Législation. Congés Payés. Obligation...

Guide Pratique. chef d entreprise. Salarié. Entreprise. Droit. Employeur. Délégués du Personnel. Législation. Congés Payés. Obligation... Le Guide Pratique du SOCIAL chef d entreprise Délégués du Personnel Faut il faire une visite d embauche? Droit Quel contrat pour mon salarié? Entreprise La journée de solidarité, c est quand? Obligation...

Plus en détail

L actualité de la jurisprudence de droit public et privé

L actualité de la jurisprudence de droit public et privé Fédération de la Santé et de l Action Sociale L actualité de la jurisprudence de droit public et privé Avril 2014 La Fédération CGT Santé Action Sociale met à votre disposition une sélection non exhaustive

Plus en détail

Licence EE option Electrotechnique et Energies Renouvelables

Licence EE option Electrotechnique et Energies Renouvelables Pré-requis : Moyens : Compétences attendues: Aucun Aucun A l issue de ce cours les étudiants sont en mesure de connaître Le droit et son implication dans chaque domaine de la vie professionnelle L imbrication

Plus en détail

Fin du contrat : quelles sont vos obligations administratives?

Fin du contrat : quelles sont vos obligations administratives? 1 sur 5 29/09/2014 09:21 Fin du contrat : quelles sont vos obligations administratives? Fiche rédigée par l équipe éditoriale de WebLex En collaboration avec Cécile Gilbert, Avocat au Barreau de l'eure,

Plus en détail

RAPPEL DE COURS. L embauche. I. Le placement. II. Les filières de recrutement. 1. Le service public de l emploi CHAPITRE

RAPPEL DE COURS. L embauche. I. Le placement. II. Les filières de recrutement. 1. Le service public de l emploi CHAPITRE 1 CHAPITRE I. Le placement RAPPEL DE COURS L activité de placement consiste à fournir à titre habituel des services visant à rapprocher offres et demandes d emploi sans que la personne assurant cette activité

Plus en détail

Fiche Portabilité des droits des salariés

Fiche Portabilité des droits des salariés Fiche Portabilité des droits des salariés L article 14 de l Accord National Interprofessionnel (ANI) du 11 janvier 2008 avait mis en place un mécanisme de portabilité des droits pour les anciens salariés

Plus en détail

Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation

Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation Attention : Ce document a été établit en juin 2015. Les informations qu il contient peuvent avoir évoluées en fonction des lois

Plus en détail

PARTIE III : LA RUPTURE DU CONTRAT DE TRAVAIL

PARTIE III : LA RUPTURE DU CONTRAT DE TRAVAIL PARTIE III : LA RUPTURE DU CONTRAT DE TRAVAIL La rupture met un terme définitif aux obligations des parties. La suspension entraîne un arrêt momentané à l'issu duquel le contrat reprend son cours. La rupture

Plus en détail

MODE D EMPLOI LOI POUR LE POUVOIR D ACHAT : Rachat de jours de repos, déblocage anticipé de la participation, prime exceptionnelle...

MODE D EMPLOI LOI POUR LE POUVOIR D ACHAT : Rachat de jours de repos, déblocage anticipé de la participation, prime exceptionnelle... MODE D EMPLOI Valérie Coutteron LOI POUR LE POUVOIR D ACHAT : Rachat de jours de repos, déblocage anticipé de la participation, prime exceptionnelle... LA LOI N 2008-111 DU 8 FÉVRIER 2008 pour le pouvoir

Plus en détail

La prise d'acte de la rupture du CDI : mise à jour du Code du travail

La prise d'acte de la rupture du CDI : mise à jour du Code du travail La prise d'acte de la rupture du CDI : mise à jour du Code du travail Cette nouvelle forme de rupture de la relation contractuelle fait son entrée (par la petite porte) dans le Code du travail. Selon une

Plus en détail

CONTRIBUTION SOCIALE GÉNÉRALISÉE (CSG) CONTRIBUTION AU REMBOURSEMENT DE LA DETTE SOCIALE (CRDS)

CONTRIBUTION SOCIALE GÉNÉRALISÉE (CSG) CONTRIBUTION AU REMBOURSEMENT DE LA DETTE SOCIALE (CRDS) CONTRIBUTION SOCIALE GÉNÉRALISÉE (CSG) CONTRIBUTION AU REMBOURSEMENT DE LA DETTE SOCIALE (CRDS) La Contribution Sociale Généralisée (CSG) sur les revenus d'activité et de remplacement a été instituée par

Plus en détail

Je dois prochainement passer un entretien d embauche. On me demande de réaliser une tâche spécifi que afi n de

Je dois prochainement passer un entretien d embauche. On me demande de réaliser une tâche spécifi que afi n de Je dois prochainement passer un entretien d embauche. On me demande de réaliser une tâche spécifique afin de vérifier mes compétences. Est-ce possible? Cette mise en situation est-elle rémunérée? 1 Oui,

Plus en détail

GUIDE DE LA PORTABILITE

GUIDE DE LA PORTABILITE GUIDE DE LA PORTABILITE Article 14 de l Accord National Interprofessionnel (ANI) du 11 janvier 2008 Présentation du dispositif de Portabilité et Répercussions sur vos contrats Complémentaires Santé / Prévoyance

Plus en détail

INFORMaTIONS. administratives et législatives. concernant l emploi d un assistant maternel agréé par un particulier employeur

INFORMaTIONS. administratives et législatives. concernant l emploi d un assistant maternel agréé par un particulier employeur INFORMaTIONS administratives et législatives concernant l emploi d un assistant maternel agréé par un particulier employeur Pôle sanitaire social < Ce document a été rédigé afin de vous donner une information

Plus en détail

Guylaine Bourdouleix. DocPratic n 201 10/03/2014. Quand verser la contrepartie financière de la clause de non. concurrence?

Guylaine Bourdouleix. DocPratic n 201 10/03/2014. Quand verser la contrepartie financière de la clause de non. concurrence? Guylaine Bourdouleix Objet: DocPratic n 201 DocPratic n 201 10/03/2014 Quand verser la contrepartie financière de la clause de non concurrence? Saisie des rémunérations 2014 Le déplafonnement du loyer

Plus en détail

Veille législative et règlementaire

Veille législative et règlementaire Veille législative et règlementaire Veille juridique mars 2015 Élus locaux : statut protecteur pour ceux qui conservent une activité professionnelle La loi du 31 mars 2015, visant à faciliter l exercice,

Plus en détail

Comment Financer Votre Formation?

Comment Financer Votre Formation? - 1 - MODE D EMPLOI Comment Financer Votre Formation? SOMMAIIRE 11-- FI IINAANCCEERR SSAA FORRMAATTI IION PRROFFEESSSSI IIONNEELLLLEE LLORRSSQUEE LL ON EESSTT GEERRAANTT, INDEEPPEENDAANTT --- -- -- --

Plus en détail

Le ministre du budget, des comptes publics, de la fonction publique et de la réforme de l Etat, porte-parole du Gouvernement,

Le ministre du budget, des comptes publics, de la fonction publique et de la réforme de l Etat, porte-parole du Gouvernement, Ministère de l emploi, du travail et de la santé Ministère du budget, des comptes publics, de la fonction publique et de la réforme de l Etat Ministère de l agriculture, de l alimentation, de la pêche,

Plus en détail

Mieux connaître le licenciement économique. 2 ème partie : Les principes du licenciement pour motif économique

Mieux connaître le licenciement économique. 2 ème partie : Les principes du licenciement pour motif économique Mieux connaître le licenciement économique 2 ème partie : Les principes du licenciement pour motif économique I. L obligation préalable d adaptation et de reclassement «Le licenciement pour motif économique

Plus en détail

Le Personnel de Maison

Le Personnel de Maison Le Personnel de Maison ( Le guide de l employeur Tout ce qu il faut savoir pour l embauche de personnel de maison MISE À JOUR AVRIL 2013 3 bis, rue Mahabou. 97600 Mamoudzou / Tél. : 02 69 61 16 57 LES

Plus en détail

Créateurs, repreneurs, une formation pour réussir

Créateurs, repreneurs, une formation pour réussir Créateurs, repreneurs, une formation pour réussir LE CHOIX DU STATUT JURIDIQUE Un choix à adapter à vos besoins Les questions à vous poser La volonté de s associer La capacité juridique La responsabilité

Plus en détail

FAUTE LOURDE IMPUTABILITE DE LA RUPTURE. Chambre sociale 4, 22 Octobre 2014 RG 14/1205

FAUTE LOURDE IMPUTABILITE DE LA RUPTURE. Chambre sociale 4, 22 Octobre 2014 RG 14/1205 FAUTE LOURDE Chambre sociale 4, 22 Octobre 2014 RG 14/1205 Constitue une faute lourde le fait pour le salarié d'un hôtel de supprimer les comptes Facebook et Twitter de l'établissement, l'impossibilité

Plus en détail

EN LIGNE. EMPLOYEUR Pôle emploi

EN LIGNE. EMPLOYEUR Pôle emploi Août 2012 GUIDE PRATIQUE Guide de SAISIE EN LIGNE de l ATTESTATION EMPLOYEUR Pôle emploi Depuis le 1 er janvier 2012 les entreprises de plus de 10 salariés doivent transmettre leur attestation employeur

Plus en détail

Habiter. Le travail illégal FICHE 15

Habiter. Le travail illégal FICHE 15 FICHE 15 Habiter Le travail illégal Sont interdits par la loi : > le travail dissimulé : absence de déclarations obligatoires, de remises de bulletin de paie, dissimulation d heures de travail ; > le prêt

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3175 Convention collective nationale IDCC : 1909. ORGANISMES DE TOURISME

Plus en détail

Sommaire. L entrée en vigueur de l avenant n 21 sur les salaires minima au 1 er novembre 2013

Sommaire. L entrée en vigueur de l avenant n 21 sur les salaires minima au 1 er novembre 2013 informations sociales octobre novembre décembre 2013 Dans le cadre du mandat qu elle reçoit du FNCIP-HT, la Fédération Nationale de l Habillement informe chaque trimestre les entreprises à jour de paiement

Plus en détail

Accord instituant un Compte Épargne Temps

Accord instituant un Compte Épargne Temps Préambule...2 Article 1 Bénéficiaires...2 Article 2 Alimentation du compte...2 2-1 Des congés payés annuels...2 2-2 Des jours de repos ARTT...2 2-3 Nombre maximum de jours cumulables au titre des congés

Plus en détail

Chapitre 5 Le départ du salarié

Chapitre 5 Le départ du salarié Chapitre 5 Le départ du salarié Introduction Le départ du salarié entraine une rupture du contrat de travail, prise à l initiative soit - de l employeur : licenciement pour motif personnel ou économique

Plus en détail

Les missions de l expert-comptable

Les missions de l expert-comptable Les modalités d exercice de la profession 85 Les missions de l expert-comptable Missions comptables Missions d assurance sur les comptes complets historiques Audit d états financiers contractuel Examen

Plus en détail

BTS CE1 DROIT EVALUATION N 3 Cas de synthèse /Thème 1/L individu au travail

BTS CE1 DROIT EVALUATION N 3 Cas de synthèse /Thème 1/L individu au travail BTS CE1 DROIT EVALUATION N 3 Cas de synthèse /Thème 1/L individu au travail MISE EN SITUATION La SA IMPRESSIONS COULEURS est une imprimerie, fondée par M. Pierreta, qui réalise des travaux d impression

Plus en détail

Transfert des contrats de travail : Art. L. 1224-1 du Code du travail

Transfert des contrats de travail : Art. L. 1224-1 du Code du travail Mois AAAA Mois AAAA Mise à jour décembre 2008 Art. L. 1224-1 du Code du travail En bref Cette fiche a pour objet de présenter les conditions d application de l article L. 1224-1 du Code du travail et les

Plus en détail

Dans les contrats liant le travailleur (in)dépendant :

Dans les contrats liant le travailleur (in)dépendant : Le patenté: un travailleur indépendant De nombreux travailleurs dits indépendants car patentés sont de véritables salariés Dans les métiers du sport, cette confusion semble exister Dans les contrats liant

Plus en détail

RESPONSABILITE DU DIRIGEANT EN DROIT DU TRAVAIL

RESPONSABILITE DU DIRIGEANT EN DROIT DU TRAVAIL RESPONSABILITE DU DIRIGEANT EN DROIT DU TRAVAIL 02/06/2015 En matière de droit du travail, la responsabilité de l employeur peut être engagée dans de nombreuses situations que nous allons examiner ci-dessous.

Plus en détail

Comparer le licenciement et la rupture conventionnelle

Comparer le licenciement et la rupture conventionnelle Indemnités négociées ou facultatives Comparer le licenciement et la rupture conventionnelle Référence Internet Saisissez la référence Internet dans le moteur de recherche du site www.editions-tissot.fr

Plus en détail

Questions sociales : Droit du travail

Questions sociales : Droit du travail Université Montesquieu-Bordeaux IV Institut d Etudes politiques de Bordeaux Prép ENA 2004-2005 O. PUJOLAR, Maître de conférences Questions sociales : Droit du travail Répartition des Fiches - Exposés 2004-2005

Plus en détail

Les fiches thématiques Optimisation professionnelle Les mécanismes d épargne salariale

Les fiches thématiques Optimisation professionnelle Les mécanismes d épargne salariale Les fiches thématiques Optimisation professionnelle Les mécanismes d épargne salariale Il existe trois mécanismes d épargne salariale : La Participation : La participation des salariés aux résultats de

Plus en détail

LMD. Expertise comptable COLLECTION. Le meilleur. du DCG 3. Droit social. 2 e ÉDITION. Marie-Paule Schneider Maryse Ravat.

LMD. Expertise comptable COLLECTION. Le meilleur. du DCG 3. Droit social. 2 e ÉDITION. Marie-Paule Schneider Maryse Ravat. LMD COLLECTION Expertise comptable Le meilleur du DCG 3 Droit social 2 e ÉDITION Marie-Paule Schneider Maryse Ravat Sup FOUCHER «Le photocopillage, c est l usage abusif et collectif de la photocopie sans

Plus en détail

Bien CHOISIR un CONTRAT de travail

Bien CHOISIR un CONTRAT de travail Juin 2012 GUIDE PRATIQUE Bien CHOISIR un CONTRAT de travail 2 Introduction Vous devez développer de nouveaux marchés, faire face à une commande exceptionnelle, trouver le remplaçant de votre directeur

Plus en détail

La nouvelle convention relative au contrat de sécurisation professionnelle

La nouvelle convention relative au contrat de sécurisation professionnelle les infos DAS - n 035 12 février 2015 La nouvelle convention relative au contrat de sécurisation professionnelle Le 26 janvier 2015, les partenaires sociaux ont conclu une nouvelle convention relative

Plus en détail

Continuité d activité. Enjeux juridiques et responsabilités

Continuité d activité. Enjeux juridiques et responsabilités Continuité d activité Enjeux juridiques et responsabilités Introduction Pourquoi le droit? - Contrainte - Outil de gestion Droit et management de la continuité d activité : 3 niveaux d intervention Dans

Plus en détail

Pratique. Égalité professionnelle entre les femmes et les hommes. Guide destiné aux entreprises

Pratique. Égalité professionnelle entre les femmes et les hommes. Guide destiné aux entreprises UIDE Pratique Égalité professionnelle entre les femmes et les hommes Guide destiné aux entreprises P GUIDE Pratique p.2 - Égalité professionnelle entre les femmes et les hommes RÉAMBULE L égalité professionnelle

Plus en détail

L ACTUALITE SOCIALE ET JURIDIQUE

L ACTUALITE SOCIALE ET JURIDIQUE L ACTUALITE SOCIALE ET JURIDIQUE Juillet 2013 - N 28 Note spéciale LOI DE SECURISATION DE L EMPLOI Du 14 juin 2013, N 2013-504 RELATIONS INDIVIDUELLES DE TRAVAIL (Pages 2 à 4) Travail à temps partiel.

Plus en détail

Le Contrat à Durée Déterminée d Insertion (CDDI)

Le Contrat à Durée Déterminée d Insertion (CDDI) Le Contrat à Durée Déterminée d Insertion (CDDI) 1 Définition du CDDI un contrat de travail à durée déterminée dont le motif de recours est spécifique : favoriser le recrutement de certaines catégories

Plus en détail

Principales mesures issues de la loi de Sécurisation de l emploi du 14 juin 2013

Principales mesures issues de la loi de Sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 Principales mesures issues de la loi de Sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 CDD : COTISATIONS SUPPLEMENTAIRES POUR LES CDD DE COURTE DUREE À partir du 1er juillet 2013, la cotisation patronale d assurance

Plus en détail

REGIME DE PREVOYANCE CONVENTIONNEL OBLIGATOIRE

REGIME DE PREVOYANCE CONVENTIONNEL OBLIGATOIRE Votre centre de gestion CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES ENTREPRISES DE COMMISSION, DE COURTAGE ET DE COMMERCE INTRA-COMMUNAUTAIRE ET D IMPORTATION- EXPORTATION DE FRANCE METROPOLITAINE PERSONNEL CONCERNE

Plus en détail

NEWSLETTER JUILLET 2015 LES IMPACTS DE LA LOI MACRON EN DROIT DU TRAVAIL

NEWSLETTER JUILLET 2015 LES IMPACTS DE LA LOI MACRON EN DROIT DU TRAVAIL overeed.com NEWSLETTER JUILLET 2015 LES IMPACTS DE LA LOI MACRON EN DROIT DU TRAVAIL La loi Macron en bref A l issue de plusieurs lectures devant l Assemblée Nationale et le Sénat et trois recours par

Plus en détail

Transfert des contrats de travail : Art. L. 1224-1 du Code du travail

Transfert des contrats de travail : Art. L. 1224-1 du Code du travail Mois AAAA Mois AAAA Mise à jour décembre 2010 En bref Art. L. 1224-1 du Code du travail Cette fiche a pour objet de présenter les conditions d application de l article L. 1224-1 du Code du travail et les

Plus en détail

Avenant n 120 du 15/09/2008 relatif au CET

Avenant n 120 du 15/09/2008 relatif au CET Avenant n 120 du 15/09/2008 relatif au CET Article 1 : Il est créé un chapitre 10 dans la convention collective de l animation intitulé compte épargne temps dont les dispositions sont les suivantes : Préambule

Plus en détail

CERTIFICATS DE CONGES : ELEMENTS DE REMUNERATION À INCLURE À EXCLURE.

CERTIFICATS DE CONGES : ELEMENTS DE REMUNERATION À INCLURE À EXCLURE. CERTIFICATS DE CONGES : ELEMENTS DE REMUNERATION À INCLURE À EXCLURE. Salaire total brut Total des salaires bruts, avant abattement, versés par l entreprise au cours de la période d emploi comprise entre

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES REGLEMENTANT LE PRET DE MAIN- D ŒUVRE ENTRE ENTREPRISES

CONDITIONS GENERALES REGLEMENTANT LE PRET DE MAIN- D ŒUVRE ENTRE ENTREPRISES CONDITIONS GENERALES REGLEMENTANT LE PRET DE MAIN- D ŒUVRE ENTRE ENTREPRISES Le prêt de main d œuvre est pratiqué de longue date dans le secteur du Bâtiment. Il consiste, de la part d un entrepreneur,

Plus en détail

Textes. Licenciement sans cause réelle et sérieuse : le projet de loi Macron

Textes. Licenciement sans cause réelle et sérieuse : le projet de loi Macron Textes Licenciement sans cause réelle et sérieuse : le projet de loi Macron Adopté le 18 juin 2015 par l Assemblée nationale, en application de l article 49 alinéa 3 de la Constitution, le projet de loi

Plus en détail

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Dossiers réglementaires > Dossiers réglementaires > Le forfait social

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Dossiers réglementaires > Dossiers réglementaires > Le forfait social Le forfait social Textes de référence : Articles L137-15 à L. 137-17 du Code de la Sécurité sociale créés par l article 13 de la loi n 2008-1330 du 17 décembre 2008 de financement de la sécurité sociale

Plus en détail

JE CHOISIS LE RÉGIME SOCIAL ADAPTÉ

JE CHOISIS LE RÉGIME SOCIAL ADAPTÉ JE CHOISIS LE RÉGIME SOCIAL ADAPTÉ 39 art om - Fotolia.com Étape 7 > J opte pour le régime social des salariés > J opte pour le régime social de travailleur indépendant > Mon droit aux allocations chômage

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale IDCC : 1619. CABINETS DENTAIRES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale IDCC : 1619. CABINETS DENTAIRES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3255 Convention collective nationale IDCC : 1619. CABINETS DENTAIRES ACCORD DU 28 FÉVRIER 2014 RELATIF AU TEMPS

Plus en détail

ACCORD DE REACTUALISATION DU 1er JUILLET 2014 CC INDUSTRIES DU BOIS DE PIN MARITIME EN FORET DE GASCOGNEE (CC 172)

ACCORD DE REACTUALISATION DU 1er JUILLET 2014 CC INDUSTRIES DU BOIS DE PIN MARITIME EN FORET DE GASCOGNEE (CC 172) ACCORD DE REACTUALISATION DU 1er JUILLET 2014 CC INDUSTRIES DU BOIS DE PIN MARITIME EN FORET DE GASCOGNEE (CC 172) SOMMAIRE PREAMBULE ARTICLE A : DISPOSITIONS ANNULEES ET REMPLACEES PAGES 2 ARTICLE B :

Plus en détail

CAUTIONNEMENT LOCATAIRE UNIQUE BAIL LOI DU 6/07/1989 LOCATION MEUBLÉE OU NON MEUBLÉE (un engagement distinct est à remplir par chaque caution)

CAUTIONNEMENT LOCATAIRE UNIQUE BAIL LOI DU 6/07/1989 LOCATION MEUBLÉE OU NON MEUBLÉE (un engagement distinct est à remplir par chaque caution) CAUTIONNEMENT LOCATAIRE UNIQUE BAIL LOI DU 6/07/1989 LOCATION MEUBLÉE OU NON MEUBLÉE (un engagement distinct est à remplir par chaque caution) I - RÉFÉRENCES LOGEMENT II - RENSEIGNEMENTS CONCERNANT LA

Plus en détail

Les principales questions relatives à l inaptitude physique du salarié. Réunion informations sociales 15 et 18 avril 2013

Les principales questions relatives à l inaptitude physique du salarié. Réunion informations sociales 15 et 18 avril 2013 Les principales questions relatives à l inaptitude physique du salarié Réunion informations sociales 15 et 18 avril 2013 1 L inaptitude : un sujet toujours d actualité Un sujet générateur d un contentieux

Plus en détail

Λεσ χοντρατσ δε τραϖαιλ

Λεσ χοντρατσ δε τραϖαιλ Fabrice SIGNORETTO Λεσ χοντρατσ δε τραϖαιλ, 2002 ISBN : 2-7081-2765-9 Annexes 254 Λεσ χοντρατσ δε τραϖαιλ Modèles de contrats de travail Contrat de travail à durée indéterminée 255 Contrat de travail à

Plus en détail

Quelles sont les conditions de travail de l apprenti?

Quelles sont les conditions de travail de l apprenti? Quelles sont les conditions de travail de l apprenti? L apprenti est un salarié à part entière. À ce titre, les lois, les règlements et la convention collective de la branche professionnelle ou de l entreprise

Plus en détail

Les acteurs Les risques Le lien de subordination Les dérives constatées

Les acteurs Les risques Le lien de subordination Les dérives constatées AUTO ENTREPRENEUR OU SALARIE AU SOMMAIRE Les acteurs Les risques Le lien de subordination Les dérives constatées Introduction Les associations sportives peuvent avoir recours à des intervenants dans le

Plus en détail

Comment réagir face à une absence injustifiée du salarié?

Comment réagir face à une absence injustifiée du salarié? Comment réagir face à une absence injustifiée du salarié? Madame, Monsieur Veuillez trouver ci-dessous la procédure à suivre en cas d absence injustifiée d un salarié. L absence injustifiée d un salarié

Plus en détail

info DROIT SOCIAL Egalité de traitement et avantages catégoriels

info DROIT SOCIAL Egalité de traitement et avantages catégoriels n 4 > 4 mars 2015 info ACTUALITÉ JURIDIQUE Sommaire Droit social Egalité de traitement et avantages catégoriels Clauses de non concurrence Droit d accès aux SMS non personnels par l employeur Droit fiscal

Plus en détail