Maître Anne Pascale VITALE Avocat au Barreau de Paris

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Maître Anne Pascale VITALE Avocat au Barreau de Paris"

Transcription

1 Maître Anne Pascale VITALE Avocat au Barreau de Paris 1 CONFÉRENCE DU 11 AVRIL 2012 DROIT DU TRAVAIL GROUP 3C MIREILLE GAROLLA

2 SELARL APV, 1A Avenue de Lowendal, Paris Tél: Fax:

3 SOMMAIRE 1/4 3 INTRODUCTION 1. Typologie des formes d engagements et accords contractuels 2. Les conventions et accords collectifs 3. Les Instances représentatives du personnel 4. Les salariés protégés 5. Les éléments de la rémunération 6. Les avantages en nature 7. Intéressement et participation 8. Le droit à la formation

4 SOMMAIRE 2/4 4 I. Les principales clauses du contrat de travail 1. La durée de la période d essai 2. La clause de mobilité 3. La clause de résidence 4. La clause de non-concurrence 5. La clause d exclusivité 6. La clause d objectifs (ou de quotas) 6.1 La rémunération et les primes 7. La clause de dédit-formation 8. La clause de confidentialité ou de discrétion 9. Les droits sur les brevets 10. Les droits sur les logiciels et les droits d auteur

5 SOMMAIRE 3/4 5 II. La rupture du contrat de travail 1. La rupture pour force majeure 2. La rupture négociée ou par accord amiable 3. La rupture conventionnelle 4.La transaction 5. La démission 6. Le licenciement pour motif personnel 7. Le licenciement pour motif économique 8. La résiliation judiciaire 9. Le départ à la retraite (non traité) 10. Le solde de tout compte

6 SOMMAIRE 4/4 6 III. Créer une entreprise 1. Définition du projet 2. L étude de marché 3. Etablir un Business Plan 4. Protection des marques et noms de domaine 5. Implanter son entreprise 6. Formalités avant l inscription au RCS 7. Les formes juridiques de l entreprise 8. Formalités d enregistrement de la société 9. Engager des salariés 10. le bail commercial 11. Les engagements contractuels

7 INTRODUCTION 7

8 INTRODUCTION 1/8 1. Typologie des formes d engagements et accords contractuels 8 v Le contrat à durée indéterminée v Le contrat à durée déterminée v Le contrat de travail temporaire v Le contrat de mise à disposition v Le contrat de mission v Le contrat de travail intermittent: Périodes alternées de travail et non travail v Le contrat de travail à temps partagé: Consiste à mettre à disposition d entreprises clientes, du personnel qualifié qu elles ne peuvent recruter elles-mêmes v Le portage salarial : le salarié est embauché par une entreprise de portage, pour apporter temporairement ses compétences à une ou plusieurs entreprises v Le télétravail: Activité exercée hors des locaux de l employeur de façon régulière

9 INTRODUCTION 2/8 2. Les conventions et accords collectifs 9 v Convention collective: Contrat conclu entre employeurs et syndicats de salariés qui traite de l ensemble des conditions d emplois, de travail et de garanties sociales applicables aux salariés compris dans son champ d application v Accord collectif: - Concerne l un des points contenu dans la convention collective. Ex: Retraite, Salaire - Différents niveaux: interprofessionnel > professionnel > groupe > entreprise

10 INTRODUCTION 3/ Les Instances représentatives du personnel v Les délégués du personnel: Elus pour 4 ans par le personnel. Désignation par les salariés. Obligatoires dans les entreprises de plus de 11 salariés. Rôle de revendication, information remplacement du CE et du CHSCT v Les membres du CE: CE obligatoire dans les entreprises d au moins 50 salariés. Désignation des membres par les salariés. Le CE a la personnalité juridique. Rôle d information, consultation, organisation et gestion des activités sociales et culturelles. v Les délégués syndicaux: obligatoire dans les entreprises d au moins 50 salariés. Désignation par chaque syndicat. Rôle de liaison entre la sectionet le syndicat, représentation et défense des salariés, négociation

11 INTRODUCTION 4/ Les salariés protégés Les représentants du personnel sont des salariés protégés et, à ce titre, leur licenciement obéit à des règles particulières: il faut notamment l autorisation de l inspection du travail. L inspecteur du travail vérifie au cours d une enquête contradictoire que la rupture du contrat n est pas une mesure discriminatoire, liée aux fonctions de représentation du salarié.

12 INTRODUCTION 5/8 5. Les éléments de la rémunération v Le salaire de base: Rémunération stable que l employeur doit verser au salarié en contrepartie du travail fourni. Il peut être calculé au temps, au rendement ou de manière mixte. v Les heures supplémentaires: Ce sont les heures de travail effectuées au-delà de la durée légale hebdomadaire du travail. v Les primes et gratifications: Elles peuvent être obligatoires si elles résultent du contrat de travail, d un accord d entreprise ou usage. v Les indemnités pour frais professionnels: Etablies de manière forfaitaire ou d après la justification des frais réels. Ex: Prime de transport v Les avantages en nature: Voir ci-après 12 v L intéressement et la participation: Voir ci-après

13 INTRODUCTION 6/ Les avantages en nature Les avantages concernent la fourniture de biens ou services qui ne sont pas indispensables à la tâche du salarié (sinon il s agit de remboursements de frais): nourriture, logement, véhicule, outils de communication (téléphone, ordinateur) Ex: Une voiture fournie par l entreprise à un commercial ou à un inspecteur qui doit se déplacer pour son travail, n est pas considérée comme un avantage en nature.

14 INTRODUCTION 7/ Intéressement et participation v La participation aux résultats: Une réserve de participation est constituée au profit des salariés. Obligatoire dans les entreprises d au moins 50 salariés. La participation des salariés est exonérée d'impôts et de cotisations (hors CSG et CRDS) si elle reste placée durant 5 ans. v L intéressement: Facultatif, il est exonéré des charges sociales (hors CSG et CRDS) et soumis à l impôt sur le revenu des salariés. Les modalités de calcul choisies doivent refléter les variations de l'activité et pouvoir aboutir éventuellement à un résultat nul. v L actionnariat des salariés: Il permet aux salariés, dans les sociétés par actions, de détenir une part du capital de leur société.

15 INTRODUCTION 8/8 8. Le droit à la formation 15 Le droit individuel des salariés en matière de formation est assuré de la manière suivante: - A l initiative de l employeur: dans le cadre du plan de formation de l entreprise. L employeur est tenu d assurer l adaptation des salariés à leurs postes de travail. Cette formation s effectue pendant le temps de travail et constitue un travail effectif - A l initiative du salarié: dans le cadre di congé individuel de formation (CIF). Tout salarié ayant une ancienneté de 2 ans, peut demander à en bénéficier quelque soit l effectif dans l entreprise. Durée maximale: 1 ans pour un stage à temps plein, 1200 h pour un stage à temps partiel - A l initiative du salarié: avec l accord de son employeur: dans le cadre du droit individuel au travail (DIF) et avec une ancienneté d au moins 12 mois. Le salarié cumule 20 heures par an. La formation se déroule en principe en dehors du temps de travail.

16 I. LES PRINCIPALES CLAUSES DU CONTRAT DE TRAVAIL 16 LA NÉGOCIATION DU CONTRAT PAR LA NÉGOCIATION DES CLAUSES Le contrat de travail constitue l'instrument privilégié de configuration de la relation de travail. Parce qu'il résulte d'un accord de volontés, le contenu du contrat devrait, en toute logique, être librement négocié et déterminé par des parties placées sur un pied d'égalité. En conséquence, une partie ne devrait pas pouvoir imposer unilatéralement sa volonté à l'autre.

17 I. Les principales clauses du contrat de travail 1/ La durée de la période d essai Le Code du travail fixe la durée maximale de la période d essai et la durée de la période d essai renouvelée Ouvriers et employé Agents de maîtrise et techniciens Cadres 2 mois à 4 mois 3 mois à 6 mois 4 mois à 8 mois Attention : Des dispositions particulières peuvent être stipulées dans la convention collective applicable N.B: Ne pas confondre la période d essai avec l essai professionnel (épreuve technique de courte durée pour vérifier l aptitude du salarié)

18 I. Les principales clauses du contrat de travail 2/10 2. La clause de mobilité Clause par laquelle le salarié s engage à accepter une éventuelle modification de son lieu de travail. Pour être valable, la clause doit être expressément prévue par écrit, dans la lettre d'engagement ou le contrat de travail, en des termes clairs et précis. ü Définition précise de la zone géographique ü Le salarié doit en avoir eu connaissance ü La clause doit avoir été acceptée de manière claire et non équivoque par le salarié. La mutation du salarié en application de cette clause relève du pouvoir de direction de l employeur et ne constitue pas une modification du contrat de travail. La mise en œuvre de cette clause doit être justifiée par l intérêt de l entreprise. La mise en œuvre d une clause de mobilité à titre disciplinaire est licite. 18

19 I. Les principales clauses du contrat de travail 3/ La clause de résidence Clause par laquelle l employeur impose au salarié d habiter à proximité de son lieu de travail. La validité de cette clause est rarement admise. En effet, le domicile fait partie intégrante de la vie privée du salarié et chaque salarié est libre de choisir son domicile. Validité admise seulement pour certaines professions Ex: Régisseur d immeuble

20 I. Les principales clauses du contrat de travail 4/ La clause de non concurrence Clause par laquelle le salarié s engage, à l issue de son contrat, à ne pas concurrencer directement ou indirectement, l entreprise qui l employait, soit par un réembauchage dans une entreprise concurrente, soit par la création d une autre entreprise. Pour être licite, la clause de non concurrence est soumise à plusieurs conditions: ü Être indispensable à la protection des intérêts légitimes de l entreprise ü Être limitée dans le temps : La période adoptée par la plupart des Conventions Collectives est de deux ans. ü Être limitée dans l espace: Selon le type d'activité concernée ü Tenir compte des spécificités de l emploi du salarié ü Comporter une contrepartie financière qui ne doit pas être dérisoire. Le montant est souvent fixé par les Conventions collectives, généralement égale à 30% de la moyenne mensuelle

21 I. Les principales clauses du contrat de travail 5/ La clause d exclusivité Clause par laquelle le salarié s engage, durant son contrat, à ne pas travailler pour un autre employeur. Distinction nécessaire avec la clause de non-concurrence: La clause d'exclusivité porte sur la période d'exécution du contrat de travail alors que la clause de non-concurrence s'applique après la rupture du contrat. En outre, la première interdit quelque activité professionnelle que ce soit au salarié alors que la seconde n'interdit que celles qui font concurrence à l'activité de l'employeur. La clause d exclusivité n est valable que si elle est indispensable à la protection des intérêts légitimes de l entreprise, justifiée par la nature de la tâche à accomplir et proportionnée au but recherché. Principe : Possibilité de cumuler deux emplois ou un mandat social Pour les salariés souhaitant créer ou reprendre une entreprise : la clause d'exclusivité peut être levée provisoirement.

22 I. Les principales clauses du contrat de travail 6/10 6. La clause d objectifs (ou quotas) Cette clause est très employée pour dans les fonctions commerciales. 22 ü Les objectifs doivent être réalistes, c est-à-dire en tenant compte du marché, des moyens mis à la disposition du salarié et adaptés aux horaires de travail. ü Les objectifs peuvent être fixés contractuellement ou être imposés unilatéralement par l'employeur. D où l importance de la négociation. ü Objectifs fixés annuellement ou sur autre périodicité. Sanction du non respect: En présence d'une clause d'objectifs, le juge apprécie si les objectifs contractuellement fixés étaient réalistes et, si leur non-réalisation résultait d'une insuffisance professionnelle du salarié ou d'une faute qui soit imputable au salarié pouvant entrainer un licenciement.

23 I. Les principales clauses du contrat de travail 6.1/ La rémunération et les primes v Le salaire de base: Rémunération stable que l employeur doit verser au salarié en contrepartie du travail fourni. Il peut être calculé au temps, au rendement ou de manière mixte. v Les heures supplémentaires: Ce sont les heures de travail effectuées au-delà de la durée légale hebdomadaire du travail. v Les primes et gratifications: 23 obligatoires: si elles résultent du contrat de travail, d un accord d entreprise ou usage, les primes et gratifications sont un élément du salaire. non obligatoires: les primes sont alors considérées comme des libéralités. L employeur peut librement les modifier ou les supprimer Exemples de primes: productivité, mérite, présentéisme, risque, ancienneté, treizième mois, bonus

24 I. Les principales clauses du contrat de travail 7/ La clause de dédit-formation Clause par laquelle, en contrepartie d une formation qui est assurée, le salarié s engage à rester dans l entreprise pendant un certain temps, faute de quoi, il devra verser une indemnité de frais de formation. Cette clause ne doit pas avoir pour conséquence de priver le salarié de la faculté de démissionner. Ex: Durée trop importante. La Cour de cassation considère que pour être valable, une clause de déditformation doit faire l'objet d'une convention particulière conclue avant le début de la formation précisant la date, la nature, la durée de la formation et son coût réel pour l'employeur ainsi que les conditions et les modalités du remboursement à la charge du salarié.

25 I. Les principales clauses du contrat de travail 8/ La clause de confidentialité ou de discrétion La clause de confidentialité ou de discrétion a pour objet d imposer au salarié de conserver certaines informations dont il pourrait avoir connaissance à l occasion de l exercice de ses fonctions. Cette clause permet de protéger les intérêts de l entreprise en interdisant au salarié de divulguer certaines informations essentielles. L insertion d une telle clause dans le contrat de travail doit être justifiée par la nature de la tâche à accomplir et proportionnée au but recherché. Sanctions: La violation d'une obligation de confidentialité ou de discrétion est passible d'une sanction pouvant aller jusqu'au licenciement.

26 I. Les principales clauses du contrat de travail 9/10 v Les brevets Les inventions de salariés L employeur est propriétaire de l invention du salarié réalisée dans le cadre de l exercice de ses fonctions et missions. Toutefois, l employeur a l obligation de verser à l inventeur salarié une rémunération supplémentaire. Attention: Source de contentieux. Les entreprises ayant mis en place un système de rémunération sont encore, à ce jour, relativement peu nombreuses.

27 I. Les principales clauses du contrat de travail 10/ Les droits sue les logiciels et les droits d auteur v Les logiciels Lorsque les logiciels ont été crées par les salariés dans l exercice de leurs fonctions ou d après les instructions de leur employeur, les droits patrimoniaux sont dévolus à l employeur qui est seul habilité à les exercer. v Les droits d auteur Condition: Une œuvre originale Principe: L'auteur d'une œuvre de l'esprit jouit sur cette œuvre, du seul fait de sa création, d'un droit de propriété incorporelle exclusif et opposable à tous. 27 Exceptions: - Cession des droits - Œuvre collective: une œuvre créée à l'initiative et sous la direction de l employeur par la fusion des contributions de salariés empêchant l'attribution aux participants de droits distincts

28 II. LA RUPTURE DU CONTRAT DE TRAVAIL 28 MIEUX CONNAÎTRE LES DIFFÉRENTS TYPES DE RUPTURE DU CONTRAT DE TRAVAIL POUR MIEUX CONNAÎTRE SES DROITS NE SONT PAS ICI ÉTUDIÉES LA RETRAITE ET LA PRÉ-RETRAITE

29 II. La rupture du contrat de travail 1/ La rupture pour force majeure Un évènement de force majeure constitue une impossibilité absolue et durable d exécuter le contrat de travail, sans que cette possibilité puisse être imputée à l employeur La force majeure résulte d un évènement extérieur et imprévisible: Ex: Retrait d une autorisation administrative, un incendie ayant entraîné la destruction totale de l entreprise La rupture est libre et aucune indemnité n est due

30 II. La rupture du contrat de travail 2/ La rupture négociée ou par accord amiable L employeur et le salarié décident d un commun accord, par une convention, de rompre le contrat de travail. La rupture négociée, ne donne pas droit, en principe, à l indemnisation du chômage, sauf accord de Pole Emploi

31 II. La rupture du contrat de travail 3/10 3. La rupture conventionnelle L employeur et le salarié peuvent convenir en commun des conditions de la rupture du contrat de travail qui les lie. La rupture conventionnelle ne peut être imposée à l une ou l'autre partie. Elle doit résulter d une convention signée par les partie au contrat. La validité de la convention est subordonnée à son homologation par l autorité administrative Direction départementale du Travail et de la Formation professionnelle. Ce mode de rupture ouvre droit aux allocations d assurance chômage 31

32 II. La rupture du contrat de travail 4/10 4. La transaction Convention par laquelle l employeur et le salarié évitent ou termine un litige qui intervient souvent après un licenciement. Cette convention doit être rédigée par écrit. La transaction a l autorité de la chose jugée. Le régime fiscal et social des indemnités transactionnelles ü une partie exonérée de l'impôt sur le revenu en ce qu'elle répare un préjudice autre que la perte d'un salaire ; ü une partie imposable au titre des traitements et salaires qui répare la perte de salaire. Les indemnités transactionnelles sont soumises à cotisations sociales pour les sommes ayant un caractère de salaire et pour celles revêtant un caractère de dommagesintérêts. Après une transaction, le salarié bénéficie du droit à indemnisation au titre du chômage. 32

33 II. La rupture du contrat de travail 5/ La démission du salarié Un salarié lié par un contrat de travail à durée indéterminée est libre de démissionner à tout moment, contrairement au salarié sous CDD. La démission n a pas à être motivée et n a pas besoin d être acceptée par l employeur. La loi ne prévoit aucun formalisme mais le plus souvent, les conventions collectives prévoient un écrit. Sa durée n est pas non plus fixée par la loi mais généralement par les conventions collectives ou les usages. Le préavis peut aller jusqu à 6 mois pour un cadre supérieur. Le salarié n a pas droit, en principe, aux allocations chômage, sauf démission pour motif légitime: changement de résidence du conjoint pour occuper un nouvel emploi, changement de résidence du salarié qui rompt son contrat de travail et dont le départ s explique par son mariage ou PACS, la démission intervenue pour cause de nonpaiement des salaires ou à la suite d un acte susceptible d être délictueux dont le salarié déclare avoir été victime à l occasion de l exécution de son contrat de travail

34 II. La rupture du contrat de travail 6/10 6. Le licenciement pour motif personnel Le licenciement pour motif personnel est possible : ü pour motif disciplinaire (en cas de faute du salarié), ü pour motif non disciplinaire (Ex: insuffisance professionnelle) 34 Motifs irréguliers : un motif discriminatoire, le fait d'avoir subi ou refusé de subir du harcèlement moral, la vie privée (sauf si trouble objectif dans l'entreprise), l'état de santé ou le handicap (sauf en cas d'inaptitude constatée par le médecin du travail), l'état de grossesse, la maternité, l'adoption, la participation à une grève licite, les opinions émises dans le cadre du droit d'expression des salariés, les opinions politiques, l'appartenance et les activités syndicales, une sanction antérieure de plus de 3 ans. La procédure est très stricte: Convocation à un entretien préalable; Entretien; Notification du licenciement

35 II. La rupture du contrat de travail 7/ Le licenciement pour motif économique Constitue un licenciement pour motif économique le licenciement effectué par un employeur pour un ou plusieurs motifs, non inhérents à la personne du salarié, résultant d une suppression ou transformation d emploi ou d une modification, refusée par le salarié, d un élément essentiel du contrat de travail consécutives notamment à des difficultés économiques ou à des mutations technologiques. Comme tout licenciement, le licenciement pour motif économique doit être motivé et justifié par une cause réelle et sérieuse. Obligation d adaptation et de reclassement préalablement au licenciement. Le salarié a droit aux allocations chômage.

36 II. La rupture du contrat de travail 8/ La résiliation judiciaire Seul le salarié a le droit de demander la résiliation judiciaire de son contrat de travail, aux torts de l employeur lorsque l employeur n exécute pas ses obligations. Les juges apprécieront si les manquements allégués par le salarié sont suffisamment graves pour justifier de la résiliation. Si la résiliation judiciaire est prononcée, elle produit les effets d un licenciement sans cause réelle et sérieuse.

37 II. La rupture du contrat de travail 9/ Le départ à la retraite (non traité)

38 II. La rupture du contrat de travail 10/ Le solde de tout compte v À l'occasion de la rupture du contrat de travail, l'employeur doit établir un solde de tout compte, dont le salarié lui donne reçu, mentionnant toutes les sommes qui lui ont été versées à l'occasion de la rupture du contrat de travail. v Le reçu pour solde de tout compte a une fonction probatoire: en signant ce document le salarié reconnaît que l'employeur lui a versé une certaine somme d'argent en paiement de dettes mentionnées dans l'acte. v Le salarié qui a signé son reçu pour solde de tout compte ne dispose plus que d'un délai de six mois pour contester les sommes mentionnées sur ce reçu. Au-delà de ce délai, il devient libératoire pour l'employeur pour les sommes qui y sont mentionnées.

39 III. LA CREATION D ENTREPRISE 39 PRUDENCE ET ANTICIPATION DES RISQUES

40 III. La création d entreprise 1/ Définition du projet ü Avoir un projet personnel, clair et structuré et faisable une innovation technologique - un nouveau produit ou service un produit ou un service déjà existant ü Rechercher toute l information sur ce produit ou ce service et sur le concurrent sur des supports différents ü Déterminer vos objectifs personnels, vos motivations, vos compétences, vos ressources Ø Attention aux éléments suivants : Clause de non concurrence Clause de confidentialité

41 III. La création d entreprise 2/ L étude de marché Ø Observation de la concurrence et du comportement des clients sur le terrain : magasin, salon, exposition, publicité, prospectus... Ø Enquête par sondage, test de produit auprès d'échantillons enquête chez les professionnels du secteur (entreprises, fournisseurs...) Ø Recherche de documentation: CCI, Chambre des métiers, INSEE, Bibliothèque, Internet, Presse professionnel du secteur, presse généraliste...

42 III. La création d entreprise 3/ Etablir un Business Plan ü Une présentation de votre projet de création ü Le projet, le produit ou service, l'analyse du marché, le lieu, les moyens à disposition, les moyens à développer, les moyens humains, la stratégie commerciale, une vision de l'entreprise avec ses perspectives d'évolutions ü Le dossier financier prévisionnel ü Un compte de résultat prévisionnel sur les 3 premières années d'activité le plan de financement de départ le besoin en fond de roulement, le calcul du seuil de rentabilité

43 Marques: III. La création d entreprise 4/10 4. Protection des marques et noms de domaine Avant de déposer une marque de fabrique au greffe, il est nécessaire de faire procéder à une recherche d'antériorité par l'institut National de la Propriété Industrielle (INPI) pour s'assurer que le signe est disponible, qu'il n'a pas déjà été approprié par un concurrent, ou ne porte pas atteinte à des droits antérieurs des tiers. à Modalités de dépôt d une marque Noms de domaine: 43 Si vous souhaitez créer votre site internet dans le cadre de votre projet de création d'entreprise, pensez à réserver votre nom de domaine, il ne doit pas porter atteinte à une marque préexistante.

44 III. La création d entreprise 5/10 ü L'installation à domicile 5. Implanter son entreprise ü Les sociétés de domiciliation ex: Les pépinières les pépinières sont dirigées par des spécialistes de la création d'entreprise qui apportent aux jeunes créateurs soutien et conseils divers (gestion, juridique, comptable...). De plus, les charges de fonctionnement (standard, courrier, loyer...) sont partagées entre les différents créateurs ü Le bail commercial (Voir ci-après) ü L acquisition d un fonds de commerce ü La prise en location-gérance d un fonds de commerce 44

45 III. La création d entreprise 6/10 6. Le bail commercial v Durée du bail: En principe 9 ans, sauf bail dérogatoire de 2 ans v Libre fixation du loyer commercial et révision triennale plafonné selon les indice du coût de la construction v Possibilité d une clause sur le droit d entrée dans les locaux: Le pas de porte v Destination des lieux loués fixée par le bail v Principe de libre cession du bail, sauf clause contraire. v Principe d interdiction de sous-location v Renouvellement/ congé Problématique de l indemnité d éviction 45

46 III. La création d entreprise 7/10 7. La forme juridique de l entreprise L auto-entrepreneur Les entreprises individuelles ü L EURL ü La SASU Les sociétés commerciales ü La SNC ü La SARL ü La SA ü La SAS ü La SCA Les sociétés civiles (Les agents commerciaux) 46

47 III. La création d entreprise 8/ Formalités d enregistrement de la société Se renseigner auprès du centre de formalités des entreprises (CFE) ü La rédaction des statuts ü L'ouverture du compte bancaire ü L'annonce légale Sur le site du CFE (Centre de formalités des entreprises), remplir le formulaire en ligne. ü L'enregistrement au service des impôts Compétence du service des impôts dont dépend le siège social de la société et faire enregistrer les statuts.

48 III. Créer une entreprise 9/10 48 ü Interdiction de débauchage 9. Engager des salariés ü Promesse d embauche = engagement de l employeur ü Formalités: remise d un écrit au salarié, caractère obligatoire de la déclaration unique et simplifiée d embauche, la visite médicale d embauche ü Attention à la validité des clauses du contrat de travail ü Respect des dispositions de la Convention collective applicable

49 III. Créer une entreprise 10/ Engagements contractuels Dans les engagements avec des partenaires et/ou fournisseur attentions aux clauses contractuelles : - Responsabilité solidaire? - Caution? Caution solidaire? Montant? - Durée des contrats? Reconduction tacite? - Faisabilité des projets? - Pérennité des relations? - Indemnités de rupture?

1 er mars 2012 Intervenant : Thierry SANCHEZ

1 er mars 2012 Intervenant : Thierry SANCHEZ 1 er mars 2012 Intervenant : Thierry SANCHEZ Règles communes Art 11 Règles complémentaires à l étranger Art 12 ACOSS Circ. DSS/SDFSS/5B n o 2005/389 19 août 2005 Accords nationaux Mode de transport (art

Plus en détail

PARTIE I : LES RELATIONS INDIVIDUELLES DE TRAVAIL

PARTIE I : LES RELATIONS INDIVIDUELLES DE TRAVAIL FIL D ACTUALITE JUIN 2015 PARTIE I : LES RELATIONS INDIVIDUELLES DE TRAVAIL Congés conventionnels non-pris : la charge de la preuve repose sur le salarié Le salarié doit apporter la preuve qu il n a pu

Plus en détail

INITIATION AU DROIT DU TRAVAIL ET DES SOCIETES

INITIATION AU DROIT DU TRAVAIL ET DES SOCIETES Sanjay NAVY Avocat IUT DE LENS - SRC (semestre 4) INITIATION AU DROIT DU TRAVAIL ET DES SOCIETES Ce cours est composé de deux parties : 1- Les relations juridiques des entreprises avec leurs salariés Cours

Plus en détail

LE CONTRAT DE TRAVAIL

LE CONTRAT DE TRAVAIL LE CONTRAT DE TRAVAIL I. Introduction Le contrat de travail définit les conditions de travail et de rémunération du salarié. Il ne peut être contraire à la loi, aux conventions collectives ou aux usages

Plus en détail

Comparer le licenciement et la rupture conventionnelle

Comparer le licenciement et la rupture conventionnelle Indemnités négociées ou facultatives Comparer le licenciement et la rupture conventionnelle Référence Internet Saisissez la Référence Internet dans le moteur de recherche du site www.editions-tissot.fr

Plus en détail

Généralisation des mutuelles santé

Généralisation des mutuelles santé Date de mise à jour : juin 2013 Généralisation des mutuelles santé La loi instaure une couverture complémentaire santé minimale obligatoire pour tous les salariés du secteur privé d ici au 1 janvier 2016.

Plus en détail

Formation droit social M E R C R E D I 2 3 A V R I L 2 0 1 4

Formation droit social M E R C R E D I 2 3 A V R I L 2 0 1 4 Formation droit social Les modalités de rupture du contrat de travail en quelques mots SÉVERINE DEVOIZE A V O C A T A S S O C I É GILLES PRIETZ C O N S E I L L E R P R U D H O M M E S M E R C R E D I 2

Plus en détail

LES ZONES DE REVITALISATION RURALE (ZRR)

LES ZONES DE REVITALISATION RURALE (ZRR) LES ZONES DE REVITALISATION RURALE (ZRR) Les zones de revitalisation rurale Les entreprises implantées en zone de revitalisation rurale (ZRR), ainsi que les organismes d'intérêt général implantés en ZRR

Plus en détail

Financer sa formation professionnelle : Mode d emploi

Financer sa formation professionnelle : Mode d emploi Financer sa formation professionnelle : Mode d emploi Je suis travailleur non salarié Je suis salarié Je suis en recherche d emploi Je souhaite devenir entrepreneur 1 Travailleur non salarié Vous être

Plus en détail

LICENCIEMENT D UN AGENT NON TITULAIRE DE DROIT PUBLIC

LICENCIEMENT D UN AGENT NON TITULAIRE DE DROIT PUBLIC F I C H E P R A T I Q U E C D G 5 0 LICENCIEMENT D UN AGENT NON TITULAIRE DE DROIT PUBLIC Les fiches consacrées aux agents non titulaires de droit public ne concernent que les actes de recrutement (contrats

Plus en détail

L ACTIVITE PARTIELLE

L ACTIVITE PARTIELLE L ACTIVITE PARTIELLE L'activité partielle permet d'éviter aux salariés de perdre leur emploi lorsque l'activité de leur entreprise se réduit. Dans un contexte de crise économique, le recours au chômage

Plus en détail

Actualité du Droit Social

Actualité du Droit Social 1 Actualité du Droit Social janvier 2012 Table des matières 1. Actualité jurisprudentielle... 2 1.1 Obligation de sécurité-résultat de l employeur... 2 1.2 Modification de la durée du travail... 2 1.3

Plus en détail

PROJET DE LOI ------ Article 1 er. I. - L article L. 1221-2 du code du travail est ainsi modifié :

PROJET DE LOI ------ Article 1 er. I. - L article L. 1221-2 du code du travail est ainsi modifié : RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du travail, des relations sociales, de la famille et de la solidarité NOR : MTSX0805954L/Bleue-1 PROJET DE LOI portant modernisation du marché du travail ------ Article 1

Plus en détail

Le régime fiscal et social des indemnités de rupture du contrat de travail

Le régime fiscal et social des indemnités de rupture du contrat de travail Le régime fiscal et social des indemnités de rupture du contrat de travail En principe, l ensemble des sommes versées aux salariées en contrepartie ou à l occasion du travail sont considérées comme une

Plus en détail

L inscription de M... à l institution de retraite (la nommer) à laquelle adhère l association sera demandée dès le début de son activité.

L inscription de M... à l institution de retraite (la nommer) à laquelle adhère l association sera demandée dès le début de son activité. Modèle de contrat de travail à durée indéterminée 2 e modèle normal Entre : l association..... représentée par M. (le président)... d une part, et : M. demeurant.. d autre part, IL A ETE CONVENU CE QUI

Plus en détail

Les attributions des délégués du personnel

Les attributions des délégués du personnel Les attributions des délégués du personnel Le délégué du personnel a pour rôle de faciliter les relations entre l employeur et l ensemble du personnel. Sa mission principale est de présenter à l employeur

Plus en détail

A Absence lors de la journée de solidarité... 3

A Absence lors de la journée de solidarité... 3 Partie 1 - L actualité 2011.... 1 A Absence lors de la journée de solidarité... 3 Absence pour maladie sans justification... 9 Absences répétées pour maladie et évolution professionnelle.... 10 Accident

Plus en détail

Table des matières. Partie I. Les relations individuelles de travail. Titre I La conclusion du contrat de travail 61

Table des matières. Partie I. Les relations individuelles de travail. Titre I La conclusion du contrat de travail 61 Table des matières Introduction 13 Chapitre I L objet et la finalité du droit du travail 14 Section I L objet du droit du travail 15 Section II La fonction du droit du travail 16 Chapitre II Histoire du

Plus en détail

Panorama des CONTRATS de travail

Panorama des CONTRATS de travail Janvier 2010 Panorama des CONTRATS de travail L essentiel contrat par contrat Choisir un contrat selon vos besoins Éléments clés pour gérer vos contrats L essentiel contrat par contrat Signes particuliers

Plus en détail

Service juridique CSFV

Service juridique CSFV Service juridique CSFV COMMENT CALCULER LE MONTANT DE L INDEMNITE DE LICENCIEMENT? La loi de modernisation du marché du travail du 25 juin 2008, reprenant les dispositions de l ANI du 11 janvier 2008,

Plus en détail

Processus. Candidature. Recrutement. Détection des potentiels. Formalités. Embauche d un étranger. Intégration.

Processus. Candidature. Recrutement. Détection des potentiels. Formalités. Embauche d un étranger. Intégration. Notre Cabinet vous propose de vous accompagner et de vous conseiller de la manière la plus efficace possible à travers cette large gamme de procédure que vous aurez à réaliser tout au long du développement

Plus en détail

AVENANTS A LA CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES INGENIEURS ET CADRES ET A L ACCORD NATIONAL SUR LA MENSUALISATION (non-cadres) UIMM 26-07

AVENANTS A LA CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES INGENIEURS ET CADRES ET A L ACCORD NATIONAL SUR LA MENSUALISATION (non-cadres) UIMM 26-07 21 septembre 2010 Période d essai, indemnité de licenciement, indemnité départ à la retraite, GPEC, dialogue social, DIF et chômage partiel, harcèlement moral AVENANTS A LA CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE

Plus en détail

ACCORD RELATIF A LA MUTATION GEOGRAPHIQUE A L INITIATIVE DE L EMPLOYEUR

ACCORD RELATIF A LA MUTATION GEOGRAPHIQUE A L INITIATIVE DE L EMPLOYEUR ACCORD RELATIF A LA MUTATION GEOGRAPHIQUE A L INITIATIVE DE L EMPLOYEUR PREAMBULE La loi n 2010-854 du 23 juillet 2010 relative aux réseaux consulaires, au commerce, à l artisanat et aux services a prévu

Plus en détail

Le droit individuel à la formation

Le droit individuel à la formation TOUT SAVOIR SUR LE DIF Le droit individuel à la formation Le DIF en quelques mots L'objectif du DIF est de permettre au salarié d améliorer, développer, compléter, renouveler sa qualification et ses compétences

Plus en détail

Fiche conseil LA RUPTURE DU CONTRAT DE TRAVAIL. Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions :

Fiche conseil LA RUPTURE DU CONTRAT DE TRAVAIL. Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : LA RUPTURE DU CONTRAT DE TRAVAIL Fiche conseil Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : Certifié ISO 9001 Comptables Fiscales Juridiques, Sociales, de Gestion

Plus en détail

Indemnités de rupture (régimes social et fiscal)

Indemnités de rupture (régimes social et fiscal) Régimes social et fiscal des indemnités de rupture du contrat de travail au 1 er janvier 2012 Indemnité compensatrice de préavis, de congés payés, de RTT non pris ; indemnité de non-concurrence Assujettie

Plus en détail

Modèle de contrat de travail à temps partiel et à durée indéterminée

Modèle de contrat de travail à temps partiel et à durée indéterminée Modèle de contrat de travail à temps partiel et à durée indéterminée Le contrat doit être transmis au salarié, au plus tard dans les deux jours suivant l'embauche (article L122-3-1 du code du travail).

Plus en détail

LES HEURES SUPPLEMENTAIRES

LES HEURES SUPPLEMENTAIRES LES HEURES SUPPLEMENTAIRES Définition Les heures supplémentaires sont toujours celles effectuées au-delà de la durée légale hebdomadaire de 35 heures ou d une durée considérée comme équivalente dans certaines

Plus en détail

LOI DE SECURISATION DE L EMPLOI Août 2013

LOI DE SECURISATION DE L EMPLOI Août 2013 Nous nous proposons de vous présenter les principales évolutions apportées par la loi de sécurisation de l emploi du 14 juin 2013, parue au Journal Officiel le 16 juin 2013 sous la forme de flashs spéciaux.

Plus en détail

- 29 - TABLEAU COMPARATIF

- 29 - TABLEAU COMPARATIF - 29 - TABLEAU COMPARATIF Projet de loi portant modernisation du marché du travail Article 1 er I. - L article L. 1221-2 du code du travail est ainsi modifié : 1 Le premier alinéa est ainsi rédigé : «Le

Plus en détail

Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation

Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation Attention : Ce document a été mis à jour en septembre 2015. Les informations qu il contient peuvent avoir évoluées en fonction

Plus en détail

Les motifs du licenciement

Les motifs du licenciement Chapitre 1 Les motifs du licenciement Exigence d une cause réelle et sérieuse Légalité du motif Contrôle des motifs par les tribunaux Une exception : la période d essai L a décision de l employeur de rompre

Plus en détail

LA RUPTURE CONVENTIONNELLE

LA RUPTURE CONVENTIONNELLE LA RUPTURE CONVENTIONNELLE Maître Nicole BIOLET, Avocat au Barreau de Grasse Le 14/05/09 La rupture amiable (ou départ négocié) a toujours été admise par la jurisprudence sur le fondement de l article

Plus en détail

Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation

Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation Attention : Ce document a été établit en juin 2015. Les informations qu il contient peuvent avoir évoluées en fonction des lois

Plus en détail

4ème chambre sociale, 23 février 2011 RG 10/04179

4ème chambre sociale, 23 février 2011 RG 10/04179 ASTREINTE Heures de présence au sein de l établissement 4ème chambre sociale, 23 février 2011 RG 10/04179 Les heures de présence effectuées au sein de l établissement, dans une chambre mise à la disposition

Plus en détail

Gwendoline Aubourg Employer quelqu un chez soi

Gwendoline Aubourg Employer quelqu un chez soi Gwendoline Aubourg Employer quelqu un chez soi Groupe Eyrolles, 2004, ISBN 2-7081-3541-4 Introduction............................................... 7 Définition des emplois à domicile.................................

Plus en détail

Conférence C09. Rompre le contrat de travail de manière sécurisée : Tour d horizon des dispositifs et des pièges à éviter

Conférence C09. Rompre le contrat de travail de manière sécurisée : Tour d horizon des dispositifs et des pièges à éviter Conférence C09 Rompre le contrat de travail de manière sécurisée : Tour d horizon des dispositifs et des pièges à éviter Constats et enjeux Tensions au sein des entreprises et associations liées aux tensions

Plus en détail

LES DIFFERENTS STATUTS DE VENDEURS POSSIBLES :

LES DIFFERENTS STATUTS DE VENDEURS POSSIBLES : LES DIFFERENTS STATUTS DE VENDEURS POSSIBLES : Vous devez recruter votre équipe de vente ; vous avez le choix entre différents «statuts», c est à dire différents types de contrats vous liant à votre vendeur.

Plus en détail

Mieux connaître le licenciement économique. 2 ème partie : Les principes du licenciement pour motif économique

Mieux connaître le licenciement économique. 2 ème partie : Les principes du licenciement pour motif économique Mieux connaître le licenciement économique 2 ème partie : Les principes du licenciement pour motif économique I. L obligation préalable d adaptation et de reclassement «Le licenciement pour motif économique

Plus en détail

Législation sociale. Certificat de Maîtrise de Compétence

Législation sociale. Certificat de Maîtrise de Compétence Certificat de Maîtrise de Compétence Législation sociale Le Certificat de Maîtrise de Compétence : un parcours intensif de formation pour accroître son degré d expertise et de performance dans un domaine

Plus en détail

RUPTURE CONVENTIONNELLE DU CONTRAT DE TRAVAIL

RUPTURE CONVENTIONNELLE DU CONTRAT DE TRAVAIL RUPTURE CONVENTIONNELLE DU CONTRAT DE TRAVAIL 23/09/2013 La Loi de Modernisation du Marché du Travail, du 25 juin 2008, a créé une nouvelle forme de rupture du contrat de travail : la rupture conventionnelle.

Plus en détail

MODALITES D ACQUISITION DES CHÈQUES-VACANCES DANS LES ENTREPRISES DE MOINS DE 50 SALARIES

MODALITES D ACQUISITION DES CHÈQUES-VACANCES DANS LES ENTREPRISES DE MOINS DE 50 SALARIES MODALITES D ACQUISITION DES CHÈQUES-VACANCES DANS LES ENTREPRISES DE MOINS DE 50 SALARIES Les Chèques-Vacances, institués par l ordonnance n 82-283 du 26 mars 1982, sont des titres, de 10 et 20 euros,

Plus en détail

>> Indemnité de licenciement des Mensuels

>> Indemnité de licenciement des Mensuels N d info 1454-10 Informations ASJ 04-03 Pôle Relations Sociales et Juridiques Mise à jour juin 2011 >> Indemnité de licenciement des Mensuels L avenant du 21 juin 2010 à l accord national sur la mensualisation

Plus en détail

Juin. Modernisation du Marché du Travail

Juin. Modernisation du Marché du Travail Juin Modernisation du Marché du Travail 2008 les fiches argumentaires du medef Les dispositions de l accord national interprofessionnel du 11 janvier 2008, dont la mise en œuvre requiert un support législatif,

Plus en détail

ACCORD NATIONAL RELATIF A LA GESTION PREVISIONNELLE DES EMPLOIS ET DES COMPETENCES (GPEC) DANS LA METALLURGIE UIMM 26-07

ACCORD NATIONAL RELATIF A LA GESTION PREVISIONNELLE DES EMPLOIS ET DES COMPETENCES (GPEC) DANS LA METALLURGIE UIMM 26-07 21 septembre 2010 Période d essai, indemnité de licenciement, indemnité départ à la retraite,, dialogue social, DIF et chômage partiel, harcèlement moral ACCORD NATIONAL RELATIF A LA GESTION PREVISIONNELLE

Plus en détail

Le contrat d apprentissage

Le contrat d apprentissage Mai 2009 contrats et mesures Le contrat d apprentissage Vous recrutez un jeune tout en bénéficiant d avantages financiers. Vous le préparez à un métier de votre entreprise et à une qualification professionnelle

Plus en détail

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3090 Convention collective nationale IDCC : 1527. IMMOBILIER (Administrateurs de biens, sociétés immobilières,

Plus en détail

DUT GEA 2 ème année semestre 3 et 4 M 31 04 Cours Droit du travail (34,5h) plan détaillé Jean-François Paulin www.jfpaulin.com.

DUT GEA 2 ème année semestre 3 et 4 M 31 04 Cours Droit du travail (34,5h) plan détaillé Jean-François Paulin www.jfpaulin.com. DUT GEA 2 ème année semestre 3 et 4 M 31 04 Cours Droit du travail (34,5h) plan détaillé Jean-François Paulin www.jfpaulin.com Introduction 1. Notion et domaine du droit du travail A) Droit et travail

Plus en détail

CONGE OU TEMPS PARTIEL POUR CREATION D'ENTREPRISE

CONGE OU TEMPS PARTIEL POUR CREATION D'ENTREPRISE CONGE OU TEMPS PARTIEL POUR CREATION D'ENTREPRISE 20/03/2015 La Loi n 2003-721 du 1er Août 2003, complétée par la loi n 2006-450 du 18 avril 2006, permet à un salarié, pour créer ou reprendre une entreprise,

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2008-081

LETTRE CIRCULAIRE N 2008-081 Montreuil, le 16/10/2008 ACOSS DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE DIRRES LETTRE CIRCULAIRE N 2008-081 OBJET : Loi n 2008-596 du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du

Plus en détail

Table des matières. CHAPITRE 1 La définition du contrat de travail... 5. CHAPITRE 2 Le contrat de travail : ses incidences principales...

Table des matières. CHAPITRE 1 La définition du contrat de travail... 5. CHAPITRE 2 Le contrat de travail : ses incidences principales... Table des matières CHAPITRE 1 La définition du contrat de travail... 5 1. Textes légaux... 6 2. Explications... 6 2.1 Définition du contrat de travail... 6 2.2 Développement du sujet... 7 2.3 La situation

Plus en détail

Avenant n 120 du 15/09/2008 relatif au CET

Avenant n 120 du 15/09/2008 relatif au CET Avenant n 120 du 15/09/2008 relatif au CET Article 1 : Il est créé un chapitre 10 dans la convention collective de l animation intitulé compte épargne temps dont les dispositions sont les suivantes : Préambule

Plus en détail

> Guide 28 juillet 2008

> Guide 28 juillet 2008 > Guide 28 juillet 2008 Le travailleur frontalier Dans notre région frontalière, environ 5600 personnes résidant en Belgique traversent chaque jour la frontière pour venir travailler en France. Se pose

Plus en détail

Janvier 2015. Outil GC8 Gérer le départ d un collaborateur

Janvier 2015. Outil GC8 Gérer le départ d un collaborateur Outil CC8 Gérer le départ d un collaborateur Janvier 2015 Janvier 2015 Outil GC8 Gérer le départ d un collaborateur LES DIFFERENTES RUPTURES DE CONTRAT DE TRAVAIL 1. La démission La démission est une rupture

Plus en détail

N 50729#02. L invention. REPèREs. de salarié. Tout ce qu il faut savoir pour déclarer une invention de salarié

N 50729#02. L invention. REPèREs. de salarié. Tout ce qu il faut savoir pour déclarer une invention de salarié N 50729#02 L invention de salarié REPèREs Tout ce qu il faut savoir pour déclarer une invention de salarié titre chapitre L invention de salarié Tout ce qu il faut savoir pour déclarer une invention de

Plus en détail

Comment financer ma formation professionnelle?

Comment financer ma formation professionnelle? MODE D EMPLOI Comment financer ma formation professionnelle? Travailleur non salarié Salarié En recherche d emploi Devenir entrepreneur Je suis travailleur non salarié En tant que travailleur non salarié

Plus en détail

Maladie (arrêt) Quelle est la conséquence de la maladie ou de l accident sur le contrat de travail?

Maladie (arrêt) Quelle est la conséquence de la maladie ou de l accident sur le contrat de travail? Quelle est la conséquence de la maladie ou de l accident sur le contrat de travail? L arrêt maladie est un arrêt de travail prescrit par un médecin en raison de la maladie ou de l accident du salarié,

Plus en détail

NOTE DE SYNTHESE COMMENTEE SUR L ACCORD DU 11 JANVIER 2008 RELATIF A LA MODERNISATION DU MARCHE DU TRAVAIL

NOTE DE SYNTHESE COMMENTEE SUR L ACCORD DU 11 JANVIER 2008 RELATIF A LA MODERNISATION DU MARCHE DU TRAVAIL Le 14 Janvier 2008 NOTE DE SYNTHESE COMMENTEE SUR L ACCORD DU 11 JANVIER 2008 RELATIF A LA MODERNISATION DU MARCHE DU TRAVAIL Comme souvent dans ce type de négociation, il s agit surtout pour les organisations

Plus en détail

Loi statut unique : harmonisation statut ouvriers et employés

Loi statut unique : harmonisation statut ouvriers et employés Loi statut unique : harmonisation statut ouvriers et employés La nouvelle loi sur le statut unique a apporté des modifications majeures en droit du travail notamment concernant les délais de préavis, le

Plus en détail

-L employeur et le salarié signent une convention qui fixe, notamment, la date de rupture du contrat.

-L employeur et le salarié signent une convention qui fixe, notamment, la date de rupture du contrat. LA RUPTURE CONVENTIONNELLE 1-LE PRINCIPE La rupture conventionnelle a été instaurée dans le cadre de la loi du 25 juin 2008. Elle constitue un mode de rupture amiable spécifique au contrat de travail à

Plus en détail

Le licenciement économique

Le licenciement économique Le licenciement économique Définition. Le licenciement économique est un licenciement d un ou plusieurs salariés en raison des difficultés économiques que connaît une entreprise. Selon les dispositions

Plus en détail

Comment négocier son départ dans de bonnes conditions? Conférence - débat du 23 juin 2005 Essec Alumni Executive MBA Alumni

Comment négocier son départ dans de bonnes conditions? Conférence - débat du 23 juin 2005 Essec Alumni Executive MBA Alumni Conférence - débat du 23 juin 2005 Essec Alumni Executive MBA Alumni Le plus simple Pas d indemnité envisageable Préavis à effectuer sauf négociation Pas d Assedic sauf motif légitime Très rare Indemnité

Plus en détail

Convention ou accord collectif

Convention ou accord collectif ENGAGEMENT INTERNE A L ENTREPRISE DIFFERENTES METHODES DE MISE EN PLACE UN CONTRAT L article L.911-1 du Code de la sécurité sociale précise que les garanties collectives relevant de la protection sociale

Plus en détail

inaptitude quelles sont les obligations?

inaptitude quelles sont les obligations? inaptitude quelles sont les obligations? L inaptitude d un salarié est lourde de conséquences, et impose à l employeur d être très vigilant, qu elle soit ou non d origine professionnelle. La procédure

Plus en détail

ETUDE LE CONTRAT D APPRENTISSAGE

ETUDE LE CONTRAT D APPRENTISSAGE Etude ETUDE LE CONTRAT D APPRENTISSAGE Le contrat d apprentissage offre l opportunité à l entreprise de transmettre ses savoirs et former les générations futures tout en bénéficiant d un encadrement législatif

Plus en détail

La formation professionnelle des salariés : principes généraux

La formation professionnelle des salariés : principes généraux 2 nd forum des associations Juin 2013 - Goyave La formation professionnelle des salariés : principes généraux Direction des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l emploi

Plus en détail

Réforme des règles du contentieux prud homal

Réforme des règles du contentieux prud homal Loi de sécurisation de l emploi n 2013-504 du 14 juin 2013 5 e avertissement sur la loi entrant en vigueur au 1 er juillet Réforme des règles du contentieux prud homal Si les dispositions relatives au

Plus en détail

LE DROIT DU TRAVAIL EN PRATIQUE

LE DROIT DU TRAVAIL EN PRATIQUE Daniel MARCHAND Professeur titulaire de la Chaire de Droit Social du Conservatoire National des Arts et Métiers Ouvrage initié par Yves DELAMOTTE Professeur Honoraire au Conservatoire National des Arts

Plus en détail

La lettre du. La Réforme des Heures Supplémentaires. La réforme des heures supplémentaires est entrée en vigueur le 1 er octobre 2007.

La lettre du. La Réforme des Heures Supplémentaires. La réforme des heures supplémentaires est entrée en vigueur le 1 er octobre 2007. La lettre du N 6 Décembre 2007 La Réforme des Heures Supplémentaires La réforme des heures supplémentaires est entrée en vigueur le 1 er octobre 2007. Elle prévoit : Pour le salarié : une réduction des

Plus en détail

Modernisation du marché du travail. Réunion UIMM Touraine du 25 septembre 2008

Modernisation du marché du travail. Réunion UIMM Touraine du 25 septembre 2008 Modernisation du marché du travail Réunion UIMM Touraine du 25 septembre 2008 Accord national interprofessionnel du 11 janvier 2008 sur la modernisation du marché du travail étendu par arrêté du 23 juillet

Plus en détail

Comment fidéliser vos collaborateurs Clés?

Comment fidéliser vos collaborateurs Clés? Comment fidéliser vos collaborateurs Clés? Sommaire I) Présentation LORD Ressources Humaines II) Préambule : les enjeux II-1) Constats actuels II-2) La fidélisation et les conséquence de la non-fidélisation

Plus en détail

Service juridique CSFV

Service juridique CSFV Service juridique LES CONSÉQUENCES D UN TRANSFERT D ENTREPRISE Lorsque les conditions d application de l article L. 1224-1 1 (anciennement) L.122-12 du Code du Travail sont remplies, le transfert des contrats

Plus en détail

Rationnaliser les procédures de contentieux judiciaires

Rationnaliser les procédures de contentieux judiciaires Rationnaliser les procédures de contentieux judiciaires 3 Conciliation prud homale Conciliation devant le bureau de conciliation Pour les contestations relatives au licenciement (et non sur la rupture

Plus en détail

Régime de garanties collectives obligatoires. Remboursement des frais de santé au personnel salarié.

Régime de garanties collectives obligatoires. Remboursement des frais de santé au personnel salarié. Direction des Ressources Humaines Direction de l'economie RH et des Ressources Destinataires Tous services Contact GASPAR Emilia Tél : Fax : E-mail : Date de validité A partir du 1 er ' janvier 2009 Régime

Plus en détail

ACCORD NATIONAL DU 3 JANVIER 2002 SUR LE TRAVAIL DE NUIT

ACCORD NATIONAL DU 3 JANVIER 2002 SUR LE TRAVAIL DE NUIT ACCORD NATIONAL DU 3 JANVIER 2002 SUR LE TRAVAIL DE NUIT PRÉAMBULE Conscientes de la nécessité technique, économique ou sociale de faire travailler certains salariés, hommes ou femmes, la nuit, pour pourvoir

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3175 Convention collective nationale IDCC : 1909. ORGANISMES DE TOURISME

Plus en détail

Sommaire détaillé 9 AR

Sommaire détaillé 9 AR Sommaire détaillé 1 CONTRÔLE DU TRAVAIL... 1.001 A - Ouverture d un établissement industriel et commercial... 1.101 1 - Déclaration nominative préalable à l embauche... 1.102 2 - Registre du commerce -

Plus en détail

Les fiches thématiques Optimisation professionnelle Les mécanismes d épargne salariale

Les fiches thématiques Optimisation professionnelle Les mécanismes d épargne salariale Les fiches thématiques Optimisation professionnelle Les mécanismes d épargne salariale Il existe trois mécanismes d épargne salariale : La Participation : La participation des salariés aux résultats de

Plus en détail

Table des matières. table des matières. Section 2 Principes... 27. Section 2 Le décret de septembre... 13. Section 3 Le décret d août...

Table des matières. table des matières. Section 2 Principes... 27. Section 2 Le décret de septembre... 13. Section 3 Le décret d août... Table des matières Introduction................................................ 5 Chapitre 1 L emploi des langues en matière sociale........................ 7 Section 1 Principes........................................

Plus en détail

REGIME SOCIAL DES CONTRIBUTIONS PATRONALES DE PREVOYANCE ET DE RETRAITE SUPPLEMENTAIRE

REGIME SOCIAL DES CONTRIBUTIONS PATRONALES DE PREVOYANCE ET DE RETRAITE SUPPLEMENTAIRE REGIME SOCIAL DES CONTRIBUTIONS PATRONALES DE PREVOYANCE ET DE RETRAITE SUPPLEMENTAIRE Contexte : Loi FILLON du 23 Août 2003 : - modification des limites d exonération, - fixation de nouvelles caractéristiques

Plus en détail

Principales mesures issues de la loi de Sécurisation de l emploi du 14 juin 2013

Principales mesures issues de la loi de Sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 Principales mesures issues de la loi de Sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 CDD : COTISATIONS SUPPLEMENTAIRES POUR LES CDD DE COURTE DUREE À partir du 1er juillet 2013, la cotisation patronale d assurance

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3115 Convention collective nationale IDCC : 2335. PERSONNELS DES AGENCES

Plus en détail

Actualité Juridique Épargne Salariale

Actualité Juridique Épargne Salariale Actualité Juridique Épargne Salariale PRIME DE PARTAGE DES PROFITS - ACCORDS D INTÉRESSEMENT D UN AN La loi n 2011-894 du 28 juillet 2011 de financement rectificative de la Sécurité sociale pour 2011 a

Plus en détail

2. L utilisation du budget de fonctionnement par le comité d entreprise

2. L utilisation du budget de fonctionnement par le comité d entreprise 2. L utilisation du budget de fonctionnement par le comité d entreprise La loi a expressément prévu l utilisation de la subvention pour couvrir certaines dépenses. Le budget de fonctionnement doit permettre

Plus en détail

Négocier une transaction de départ

Négocier une transaction de départ Didier BOUDINEAU Paul CHALIVEAU EMPLOYEURS SALARIÉS Négocier une transaction de départ, 2004 ISBN : 2-7081-3036-6 4 Les éléments de la négociation Une préparation minutieuse, exhaustive et réaliste des

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2006-040

LETTRE CIRCULAIRE N 2006-040 PARIS, le 15/02/2006 DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE DIRRES LETTRE CIRCULAIRE N 2006-040 OBJET : Bonus exceptionnel d'un montant maximum de 1.000 euros L'article 17 de la loi

Plus en détail

ANNEXE AUX CONTRATS DE TRAVAIL À DURÉE INDÉTERMINÉE

ANNEXE AUX CONTRATS DE TRAVAIL À DURÉE INDÉTERMINÉE 7 ANNEXE AUX CONTRATS DE TRAVAIL À DURÉE INDÉTERMINÉE Il est apparu opportun au Conseil national de réactualiser ces contrats, qui constituent des contrats de travail à durée indéterminée, au regard des

Plus en détail

MESURES D ACCOMPAGNEMENT DE LA MOBILITE EXTERNE : CONGES LONGUE DUREE

MESURES D ACCOMPAGNEMENT DE LA MOBILITE EXTERNE : CONGES LONGUE DUREE MESURES D ACCOMPAGNEMENT DE LA MOBILITE EXTERNE : CONGES LONGUE DUREE Les mesures mises en place visent à accompagner les collaborateurs porteurs d un projet professionnel en dehors du groupe CA sa et

Plus en détail

ACCORD DU 7 JUILLET 2010. Champ d application. Le champ conventionnel couvre l ensemble du territoire national y compris les DOM.»

ACCORD DU 7 JUILLET 2010. Champ d application. Le champ conventionnel couvre l ensemble du territoire national y compris les DOM.» MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA FONCTION PUBLIQUE CONVENTIONS COLLECTIVES Accord professionnel ATELIERS ET CHANTIERS D INSERTION ACCORD DU 7 JUILLET 2010 RELATIF AU CONTRAT DE TRAVAIL NOR

Plus en détail

Résumé de l ouvrage : Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes

Résumé de l ouvrage : Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes Résumé de l ouvrage : Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes L égalité professionnelle entre hommes et femmes est un enjeu historique. En effet, il fait l objet de toutes les attentions

Plus en détail

FICHE OBLIGATIONS LEGALES

FICHE OBLIGATIONS LEGALES FICHE OBLIGATIONS LEGALES L article 99 de la loi n 2010-1330 du 9 novembre 2 010 portant réforme des retraites a instauré, à compter du 1 er janvier 2012, pour les entreprises dont l effectif est au moins

Plus en détail

Droit Individuel à la Formation

Droit Individuel à la Formation Droit Individuel à la Formation Salariés en CDI (public ou privé), Salariés en CDD, Intérimaires Le Droit Individuel à la Formation donne la possibilité d acquérir une qualification professionnelle, d

Plus en détail

Droit du Travail. TD : La rupture du contrat de travail. Marie-Eve PICARD GRAVEL - P1. Encadré par M. Dominique De Saint Sernin

Droit du Travail. TD : La rupture du contrat de travail. Marie-Eve PICARD GRAVEL - P1. Encadré par M. Dominique De Saint Sernin Encadré par M. Dominique De Saint Sernin 2012-2013 Exercice 1 Licenciement pour motif économique 1) Quels sont les motifs licites justifiant des mesures de licenciement économique? Il est possible de licencier

Plus en détail

Service juridique CSFV

Service juridique CSFV Service juridique QUESTIONS UESTIONS-REPONSES : LES HEURES SUPPLEMENTAIRES Inépuisable source de polémiques, les règles qui encadrent la durée du travail et plus particulièrement les heures supplémentaires

Plus en détail

La protection des salariés

La protection des salariés Chapitre 7 La protection des salariés Thème Sens et portée de l étude Notions et contenus à construire 3.2. La protection des salariés Compte tenu de la situation de subordination du salarié, le droit

Plus en détail

II. LE CONTRAT DE TRAVAIL, CONSEQUENCE DU LIEN DE SUBORDINATION

II. LE CONTRAT DE TRAVAIL, CONSEQUENCE DU LIEN DE SUBORDINATION CHAPITRE 8 LE LIEN DE SUBORDINATION : LE CONTRAT DE TRAVAIL ET LES POUVOIRS DE L EMPLOYEUR I. LA DISTINCTION ENTRE LE TRAVAIL SUBORDONNE ET LE TRAVAIL INDEPENDANT La loi n a pas défini la notion de salarié.

Plus en détail

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur.

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur. DCG - UE03 DROIT SOCIAL - session 2013 Proposition de CORRIGÉ Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur. I ÉTUDE DE SITUATIONS PRATIQUES (13 points) Dossier 1 Rappeler les

Plus en détail

CONTRIBUTION SOCIALE GÉNÉRALISÉE (CSG) CONTRIBUTION AU REMBOURSEMENT DE LA DETTE SOCIALE (CRDS)

CONTRIBUTION SOCIALE GÉNÉRALISÉE (CSG) CONTRIBUTION AU REMBOURSEMENT DE LA DETTE SOCIALE (CRDS) CONTRIBUTION SOCIALE GÉNÉRALISÉE (CSG) CONTRIBUTION AU REMBOURSEMENT DE LA DETTE SOCIALE (CRDS) La Contribution Sociale Généralisée (CSG) sur les revenus d'activité et de remplacement a été instituée par

Plus en détail

Syndicat National de Banque et du crédit. sécurisation de l'emploi. Mobilités interne et externe

Syndicat National de Banque et du crédit. sécurisation de l'emploi. Mobilités interne et externe Syndicat National de Banque et du crédit sécurisation de l'emploi Mobilités interne et externe fiche technique 2 ANI du 11 Janvier 2013 Loi n 2013-504 du 14 juin 2013 Journal Officiel du 16 Juin 2013 Des

Plus en détail

La nouvelle prime de partage des profits : Mode d emploi

La nouvelle prime de partage des profits : Mode d emploi La nouvelle prime de partage des profits : Mode d emploi La Loi n 2011-894 du 28 juillet 2011 de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2011 institue une prime de partage des profits, ou

Plus en détail