Conférence de presse 13 décembre 2010

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Conférence de presse 13 décembre 2010"

Transcription

1 Conférence de presse 13 décembre

2 Alain MÉRIEUX Président Directeur Général Pr Christian BRÉCHOT Vice-Président de l Institut Mérieux en charge des affaires médicales et scientifiques Alexandre MÉRIEUX Vice-Président de l Institut Mérieux Président de Mérieux Développement Stéphane BANCEL CEO de biomérieux Philippe ARCHINARD Président Directeur Général de Transgene Pr Philippe MARTEAU Professeur d Hépato-gastroentérologie à l Université Paris 7 et Chef du Département Médico-chirurgical des maladies digestives de l Hôpital Lariboisière AP-HP Philippe SANS Directeur Général de Mérieux NutriSciences 2

3 Alain MÉRIEUX 3

4 CHALLENGING BIOLOGY, IMPROVING PUBLIC HEALTH L Institut Mérieux met son expérience de la biologie industrielle au service de la médecine et de la santé publique partout dans le monde. Pour lutter contre les maladies infectieuses et les cancers, il imagine et développe de nouvelles approches dans le domaine du diagnostic, de l immunothérapie, de la sécurité alimentaire et de la nutrition. 4

5 STRUCTURE 5

6 DES APPROCHES INNOVANTES ET COMPLÉMENTAIRES 6

7 UNE PRÉSENCE MONDIALE Des implantations dans près de 40 pays Une présence dans 150 pays 17 sites bioindustriels 17 sites de recherche et développement 60 laboratoires Mérieux NutriSciences collaborateurs CA > 1,4 milliard d euros 7

8 Maladies infectieuses, cancers et nutrition : quelles interactions? Pr Christian BRÉCHOT Vice-Président de l Institut Mérieux en charge des affaires médicales et scientifiques 8

9 UNE APPROCHE GLOBALE, INTÉGRÉE ET MULTIDISCIPLINAIRE DES PROBLÈMES MALADIES INFECTIEUSES 12 millions de décès par an Résistance aux antibactériens et antiviraux Infections liées aux soins (1,4 M/j) Sepsis Pathogènes émergents et réémergents CANCER 12,7 millions par an Prévention Thérapies ciblées Immunothérapie Vaccination thérapeutique SÉCURITÉ ALIMENTAIRE NUTRITION/SANTÉ Surpoids/Diabète Maladies cardiovasculaires Syndrome métabolique 9

10 LA MÉDECINE PERSONNALISÉE Maladie (hétérogénéité biologique) Prédire le risque. Contribuer au diagnostic. - Thérapies ciblées, - immunothérapie, - thérapie génique. Diagnostic Le test diagnostic «compagnon» : le «Théranostics» Evaluer : - l efficacité - la toxicité Traitement 10

11 LES MALADIES INFECTIEUSES : ÉMERGENCE ET RÉÉMERGENCE NDM1 : New Delhi Metallo Beta Lactamase 1 n = 1-5 n = 6-50 n =

12 LA SÉCURITÉ ALIMENTAIRE, LA NUTRITION ET LA SANTÉ La sécurité alimentaire est un problème mondial majeur (internationalisation du commerce etc ) - 3 millions de décès par an par diarrhées : 70 % dues à des ruptures de sécurité alimentaire, - 5 % par an de la population dans les pays industrialisés, - des enjeux économiques majeurs. Nourrir 9 milliards d humains en 2050 provoquera de fortes évolutions des pratiques agricoles et des comportements alimentaires. La sécurité alimentaire est une composante essentielle de l accès à la nourriture et à l eau. 12

13 LE SURPOIDS ET LE DIABÈTE : UNE ÉPIDÉMIE QUI S ÉTEND Maladies non infectieuses dans les pays émergents et en développement : l Afrique et l Asie menacées à leur tour 2015 : 30% des hommes 41% des femmes en Afrique seront en surpoids 13

14 LE CANCER 12,7 millions nouveaux cas/an - 7,6 millions morts/an 20 millions/nouveaux cas/an en 2020 Prostate Poumon Sein Colorectal Vessie Sein Vessie Poumon Cavité orale Colorectal Sein Prostate Colorectal Poumon Vessie Estomac Poumon Foie Colorectal Oesophage Sein Prostate Estomac Col utérus Poumon Col uterus Kaposi Sein Foie Prostate Col uterus Sein Cavité orale Poumon Colorectal 14

15 LE CANCER 12,7 millions nouveaux cas/an - 7,6 millions morts/an 20 millions/nouveaux cas/an en 2020 Le vieillissement L interaction «génétique-environnement» : tabac, alcool etc.. Les maladies infectieuses (16 % des cancers) La nutrition (surpoids) Pays développés 5 millions Infections : 7,7 % (HPV : 4 %) Pays émergents et en développement 7 millions Infections : 26 % (HPV : 15 %) 15

16 INFECTION CANCER NUTRITION - Des interactions négatives - De nouveaux enjeux diagnostiques et thérapeutiques De nouveaux biomarqueurs? Maladies infectieuses Résistance aux antibactériens et antiviraux Sepsis Pathogènes émergents Cancer Thérapies ciblées Immunothérapie Vaccination thérapeutique De nouvelles approches thérapeutiques? Sécurité alimentaire Nutrition Syndrome métabolique Maladies cardiovasculaires 16

17 LE SYNDROME MÉTABOLIQUE : UN EXEMPLE D INTERACTION DE FACTEURS GÉNÉTIQUES ET D ENVIRONNEMENT GÉNÉTIQUE MODE DE VIE Surpoids INFECTION Virus de l hépatite C (VHC) 17

18 L INTERFACE ENTRE DEUX GÉNOMES : UN NOUVEAU PARADIGME POUR LA NUTRITION GÉNÉTIQUE ET EPIGÉNÉTIQUE GÉNOME HUMAIN : gènes / 10 % des cellules NUTRITION SANTÉ Un rôle majeur : - métabolisme aliments : énergie xénobiotiques - réponse immune, inflammation - neurosciences? GÉNOME BACTÉRIEN MICROBIOTE INTESTINAL : 3 millions de gènes bactèriens ; 90 % des cellule (1-2 Kg) ENVIRONNEMENT De nouveaux tests diagnostiques? De nouveaux biomarqueurs (obésité, diabète, inflammation, cancer)? De nouvelles approches pour moduler la réponse immunologique (vaccins)? 18

19 DE GRANDS ENJEUX TECHNOLOGIQUES Une révolution technologique : Génomique, Protéomique, Métabolomique etc.. Séquençage, Mass Spectométrie etc. Quel impact en médecine et santé publique? Quels choix? Le traitement des données (modélisation, biologie systémique, bioinformatique) la transmission de l information (tél portable, médecin traitant, patient) La synergie entre biomarqueurs et imagerie 19

20 Comment l Institut Mérieux entend répondre à ces défis? 20

21 DES APPROCHES TRANSVERSALES AU SERVICE DE L INNOVATION DIAGNOSTIC IN VITRO IMMUNOTHÉRAPIE VACCIN THÉRAPEUTIQUE SÉCURITÉ ALIMENTAIRE 21

22 UNE VEILLE SCIENTIFIQUE ET STRATÉGIQUE «OUVERTE» À L INVENTION ET L INNOVATION Basée sur : - L analyse de la littérature (outils adaptés) - Les experts scientifiques et médicaux (bases de données) - Les grands partenariats : CEA, Institut Pasteur de Paris - Les laboratoires associés aux hôpitaux (HCL, Lyon, Fudan, Shanghai) - Le réseau des Mérieux Research Grants - Les contacts personnels En cohérence avec les grandes orientations stratégiques des compagnies Permettant de faire des choix 22

23 RENFORCER L INNOVATION Placer la médecine et la santé publique au cœur de cette innovation Renforcer l ouverture aux partenariats externes Des laboratoires de recherche en partenariat avec des hôpitaux et des centres de recherche : - Hospices civils de Lyon (Sepsis, cancer) - Shanghai (Fudan University Cancer Center) - Singapour (Singapore Immunology Network : SIgN) : tuberculose, cancer Un réseau, une communauté de scientifiques et médecins de haut niveau : Des contrats de recherche : les Mérieux Research Grants Des programmes transversaux, mettant en synergie les compétences des compagnies de l Institut Mérieux 23

24 LES MÉRIEUX RESEARCH GRANTS Permettre l émergence de nouveau concepts et le transfert à la R&D des compagnies de l Institut, ainsi qu à Mérieux Développement Favoriser l ouverture de l Institut et les partenariats internationaux Contrats de recherche de deux ans - Advanced Grants : euros - Starting Grants : euros Une sélection basée sur : - la qualité scientifique - l adéquation avec les priorités stratégiques de l Institut Une gestion souple : - des procédures de sélection et suivi - de la propriété intellectuelle (droit de premier regard) Une réunion annuelle de deux jours qui réunit tous les investigateurs et les compagnies Des mécanismes de transfert des résultats : - au profit des compagnies - au profit de Mérieux Développement 24

25 LES MÉRIEUX RESEARCH GRANTS Créer un réseau d investigateurs de haut niveau, dans le monde entier Pasadena San Diego Raleigh Atlanta Boston London Tours Toulouse Paris Lyon Nanjing Wuhan Shanghai Wuxi Guangzhou Bangalore Singapour 25

26 DANS LA CONVERGENCE DIAGNOSTIC/THÉRAPIE DIAGNOSTIC ET BIOMARQUEURS THÉRANOSTIC THÉRAPIES INNOVANTES Mieux connaître le patient DIAGNOSTIC Le bon traitement, au bon patient, au bon moment PROGNOSTIC & TRAITEMENT SUIVI TRAITEMENT Mieux traiter le patient TRAITEMENT Malade / non malade Evolution/gravité de la maladie Choix du traitement Efficacité du traitement Toxicité du traitement Biomarqueurs Nouvelles plateformes diagnostiques Vaccins thérapeutiques Thérapies géniques Immuno-Monitoring 26

27 PROGRAMME TRANSVERSAL SUR LA TUBERCULOSE CHINE Une étude des bases moléculaires de la résistance aux traitements Partenariat avec le Ministère de la santé et la CAMS INDE Evaluation d un test sérologique pour la détection dans les populations HIV+ Partenariat avec l Indian Council for Medical Research De nouveaux tests diagnostiques : Améliorer : - la détection du BK au microscope - la culture du BK Identifier des biomarqueurs de la réponse de l hôte : - forme latentes vs formes actives - identifier les souches résistantes au traitement De nouveaux vaccins : - Basés sur des vecteurs viraux - Approche thérapeutique associés au BCG - Exprimant des antigènes de mycobactérie importants pour la transition vers une forme active LABORATOIRE DE RECHERCHE DE SHANGHAI LABORATOIRE DE RECHERCHE SINGAPOUR MÉRIEUX RESEARCH GRANTS 27

28 SÉCURITÉ ALIMENTAIRE / NUTRITION / SANTÉ : DES PROJETS À COURT ET MOYEN-LONG TERME De nouvelles approches technologiques : - analyse des échantillons de selles, - détection de pathogènes. Métagénome - analyse de la séquence du microbiote intestinal, - études fonctionnelles, - métaprotéome, métabolomique. Interactions Microbiote intestinal Réponse immune - vaccin / nouveaux adjuvants? 28

29 LE MÉTAGÉNOME Un nouvel espace de recherche au carrefour de la santé et de la nutrition Un projet collaboratif international auquel est associé l Institut Mérieux, visant à séquencer le métagénome intestinal humain. Les équipes scientifiques travaillant sur ces thématiques sont regroupées sous le consortium IHMC (International Human Metagenome Consortium). Une collaboration entre l Europe et la Chine (Beijing Genome Institute : BGI) 29

30 DES APPROCHES TRANSVERSALES AU SERVICE DE L INNOVATION DIAGNOSTIC IN VITRO IMMUNOTHÉRAPIE VACCIN THÉRAPEUTIQUE SÉCURITÉ ALIMENTAIRE VEILLE SCIENTIFIQUE/COLLECTIONS DE SANG ET TISSUS MÉRIEUX RESEARCH GRANTS UNITÉS ASSOCIÉES AUX HÔPITAUX (LYON (HCL), SHANGHAI (FUDAN), SINGAPOUR (SIGN) MÉRIEUX DÉVELOPPEMENT PROGRAMMES TRANSVERSAUX Biomarqueurs et thérapies innovantes : ADNA Tuberculose Hépatites virales (VHB, VHC), fibrose hépatique, cancer du foie Sécurité alimentaire / Nutrition / Santé 30

31 Investir pour la médecine de demain Alexandre MÉRIEUX Vice-Président de l Institut Mérieux Président de Mérieux Développement 31

32 MISSION : INVESTIR POUR LA MÉDECINE DE DEMAIN Une approche originale fondée sur l expertise bio-industrielle et le réseau international de l Institut Mérieux permettant de : Financer le développement et la commercialisation de produits et services à forte valeur ajoutée médicale, représentant de fortes opportunités de croissance : médecine & nutrition personnalisée, solutions pour une meilleure gestion du patient Accompagner les entrepreneurs dans leurs plans de développement et de commercialisation. Leur donner les moyens et le temps de mener à bien leur projet d entreprise 32

33 POLITIQUE D INVESTISSEMENT Investissement cible de 70 million d euros dans le domaine de la santé Un portefeuille pouvant intégrer 12 sociétés d ici 2013 Un équilibre entre des investissements dans des sociétés à des stades de développement en amont (capital risque) et plus matures (capital développement) 33

34 DOMAINES D INVESTISSEMENT Des produits et services innovants : Diagnostic in vitro : diagnostic Point of Care, théranostic, plateforme de biologie moléculaire, tests rapides) Dispositifs médicaux : dispositifs chirurgicaux, imagerie, biomatériaux Services médicaux : soins à domicile, monitoring des patients, gestion des données Thérapie : thérapies ciblées, immunothérapie Nutrition Des priorités de santé : Cancer Vieillissement Maladies infectieuses 34

35 UN RÉSEAU INTERNATIONAL POUR L INVESTISSEMENT Partenariat avec le CEA pour «Booster» le développement R&D des sociétés du portefeuille en s appuyant sur des compétences des laboratoires/plateformes du CEA Relation directe avec les organismes publics au service du développement des PMI/PMEs en région : France, Suisse, Canada Co-investissement avec des industriels et investisseurs du domaine de la santé (capital risque & capital développement) Réseau de correspondants en Amérique du Nord (US/Canada), Royaume-Uni, Europe du Nord (Suède) et Asie 35

36 INVESTISSEMENTS RÉALISÉS EN 2010 SOCIÉTÉ DOMAINES DESCRIPTION Dispositifs médicaux/ imagerie Nouveau système (ultrasons) d échographie/elastographie pour le diagnostic de tumeurs solides Diagnostic in vitro / diagnostic moléculaire Technologie PCR Digital Droplet pour des applications en génétique humaine et maladies infectieuses Dispositifs médicaux/ dispositifs chirurgicaux Biomatériaux innovant pour des applications chirurgicales et le traitement de l hémostase 36

37 SUPERSONIC IMAGINE The theragnostique company Aixplorer : un échographe de nouvelle génération doté d une technologie d imagerie de rupture (élastographie par ultra sons) - Fondée en 2005 par Jacques Souquet, Président (fondateur de SonoSite, NASDAQ : SONO) - Près de 100 collaborateurs - Siège social à Aix en Provence - des bureaux en Europe et aux US Une technologie (ShearWave ) multidimensionnelle unique - des images avec une définition et une résolution exceptionnelle - ouvrant de nouvelles applications cliniques en permettant, par une mesure de l élasticité des tissus, de fournir en temps réel des informations permettant la détection et la caractérisation des lésions, Aixplorer : labellisé par la CE, approuvé par la FDA aux USA et les autorités réglementaires japonaises Des revenus dans le domaine du cancer du sein et des lésions hépatiques 37

38 QUANTALIFE Une technologie (Digital Droplet PCR ) considérée comme une avancée majeure pour la recherche et les marchés du diagnostic in vitro Créée en 2008, spin-off du Lawrence Livermore National Laboratory (California) - 25 collaborateurs - La technologie ddpcr(tm) génère, en quelques secondes, des milliers de micro-gouttelettes, qui sont utilisées comme mini-réacteurs pour la génération d ADN ou d ARN (ex : un échantillon de 20 l peut générer gouttelettes) - L instrumentation commercialisée en 2011 permettra un accès immédiat au niveau des centres de recherche et d investigation clinique (marché Recherche) - Au-delà de la plateforme de première génération, Quantalife offre des perspectives commerciales significatives sur le marché du diagnostic in vitro, grâce au fort niveau de sensibilité de la technologie, de reproductibilité et de rapidité d analyse 38

39 Acteur mondial du diagnostic in vitro Stéphane Bancel CEO de biomérieux 39

40 LE DIAGNOSTIC IN VITRO UN MARCHÉ TRÈS PORTEUR Opportunités Besoins médicaux considérables en maladies infectieuses et cancérologie Forte croissance des pays émergents Explosion du savoir médical & émergence de nouvelles technologies 40

41 PROGRÈS DANS L'IDENTIFICATION DE MUTATIONS GÉNÉTIQUES POUR LES MALADIES COMPLEXES 41

42 LE DIAGNOSTIC IN VITRO UN MARCHÉ TRÈS PORTEUR Opportunités Besoins médicaux considérables en maladies infectieuses et cancérologie Forte croissance des pays émergents Explosion du savoir médical & émergence de nouvelles technologies Développement de solutions de médecine personnalisée innovantes Challenges Economies dans les budgets de santé Emergence de nouvelles technologies De nouveaux entrants dans le diagnostic in vitro (Sociétés de Life Sciences) 42

43 BIOMÉRIEUX EN 2010 Une société mondiale : collaborateurs dans 39 pays - CA 2010 estimé : 1,3 md - % EBIT courant % Une société agile et ambitieuse Une société désendettée Numéro 1 en microbiologie clinique et en microbiologie industrielle VIDAS, la 1 ère base installée mondiale de systèmes d immunoessais Un partenariat stratégique avec Philips dans le domaine du POCT* Une plateforme très innovante en biologie moléculaire via un partenariat stratégique avec Biocartis * POCT : Point of Care Testing 43

44 BIOMÉRIEUX ET BIOCARTIS SIMPLIFIER LE DIAGNOSTIC MOLÉCULAIRE Un partenariat stratégique en biologie moléculaire L accès à une plateforme innovante et totalement intégrée - Tests réalisés à partir d une grande diversité d échantillons - Préparation et extraction des acides nucléiques - Amplification - Détection - Génération des résultats, sans l intervention d utilisateur Un portefeuille de tests de biologie moléculaire - Dédiés à la microbiologie Infections associées aux soins Sepsis - et au théranostics. Fonctionne sur Tissue Biocartis, une équipe de très grande qualité, soutenant nos ambitions * POCT : Point of Care Testing 44

45 NOTRE MISSION DE SANTÉ PUBLIQUE Les maladies infectieuses L oncologie Les pathologies cardiovasculaires d urgence 45

46 NOS DEUX PRIORITÉS L innovation issue des laboratoires internes de biomérieux via l acquisition de technologies / start-up ou au travers de partenariats (Philips, Biocartis ) Le développement international, en particulier les pays émergents «Emerging 7» : BRIC : Brésil, Russie, Inde et Chine Mexique, Turquie et Indonésie 46

47 R&D : UN PORTEFEUILLE RICHE DE SYSTÈMES EN DÉVELOPPEMENT 47

48 BRIC : UN LARGE POTENTIEL EN DIAGNOSTIC IN VITRO Marché chinois : 2 x marché brésilien Marché brésilien : 2 x marché russe ou indien * Tailles de marché 2009 estimées sur la base d analyses internes 48

49 LES ÉQUIPES DE BIOMÉRIEUX ONT ACCÉLÉRÉ LEUR PERFORMANCE DANS LES BRIC biomérieux Chine Croissance des ventes* biomérieux Brésil Croissance des ventes* biomérieux Inde Croissance des ventes* biomérieux Russie Croissance des ventes* * Croissance à devises et périmètre constants 49

50 CONCLUSION Le marché du diagnostic in vitro reste extrêmement porteur biomérieux est focalisée sur des besoins médicaux majeurs La stratégie du Groupe, basée sur : - l innovation - le développement international, en particulier les pays émergents est bien adaptée à la redistribution des cartes mondiales La société a un potentiel de développement important 50

51 De nouvelles approches en immunothérapie Philippe ARCHINARD Président Directeur Général de Transgene 51

52 UNE SOCIÉTÉ DE BIOTECHNOLOGIE développant des approches innovantes dans l immunothérapie des cancers et des maladies infectieuses 280 salariés à Strasbourg, Lyon et Kensington (USA) dont 100 en R&D et affaires médicales Cotée sur NYSE Euronext Paris depuis 1998 Une trésorerie de 194 M à fin Sept 2010 Une unité de bioproduction GMP depuis 1995 Un portefeuille clinique mature, renforcé récemment par l acquisition des droits européens sur JX594 (virus oncolytique) développé par la société Jennerex Un large portefeuille de produits pré-cliniques : vaccins thérapeutiques, virus oncolytiques et anticorps monoclonaux Deux partenariats avec Roche et Novartis Une stratégie de développement clinique axée sur les biomarqueurs Un objectif : devenir une société biopharmaceutique verticalement intégrée en

53 DEVENIR À MOYEN TERME UNE SOCIÉTÉ BIOPHARMACEUTIQUE INTÉGRÉE Changement de modèle très fortement créateur de valeur rendu possible par la vision bio-industrielle de l Institut Mérieux Integration verticale JX-594/TG6006 partenariat «The FIPCO» TG4001/RG3484 partenariat TG4010 alliance MARKETING ET VENTES «The discovery house» PRODUCTION DEVELOPPEMENT RECHERCHE Temps 53

54 APPROCHES THÉRAPEUTIQUES DES CANCERS ET DES MALADIES INFECTIEUSES CHRONIQUES : D ÉNORMES BESOINS INSATISFAITS Les traitements standards sont pour l essentiel la chirurgie, les chimiothérapies, la radiothérapie pour les cancers et les antiviraux pour les maladies infectieuses - leur efficacité seule, comme en association, est réelle mais limitée dans la plupart des indications : par exemple dans le cancer du poumon, le taux de survie à 5 ans dépasse à peine les 20 %, - les effets secondaires induits par ces traitements sont importants. Les nouveaux espoirs de la communauté médicale reposent pour l essentiel sur trois axes de recherche : les thérapies ciblées, les produits d immunologie (anticorps & vaccins thérapeutiques) et les virus oncolytiques. Les enjeux cliniques sont à la mesure des enjeux de création de valeur 54

55 3 PILIERS TECHNOLOGIQUES CLÉS Un large portefeuille de produits en développement préclinique et clinique basé sur une plateforme technologique reposant sur trois piliers Vision Leader pour les traitements immunothérapeutiques des cancers et maladies infectieuses 3 Anticorps monoclonaux 1 Viral + Vecteurs viraux MVA 2 Virus oncolytiques Biomarqueurs 3 piliers technologiques clés supportés par un programme innovant de biomarqueurs 55

56 «VACCINATION THÉRAPEUTIQUE» «Réveiller» le système immunitaire présentation de l antigène ciblé au système immunitaire production d anticorps et activation des lymphocytes T cytotoxiques. Approche naturelle peu d effets secondaires. Compatible avec les thérapies standards Facilite le développement clinique et au-delà, la pénétration du marché. 56

57 VIROTHÉRAPIE ONCOLYTIQUE (OV) Concept : Réplication spécifique dans les cellules tumorales conduisant à leur lyse (destruction) Stimulation du système immunitaire Efficace en combinaison avec thérapie standard : pas de «cross-resistance» Cibles thérapeutiques : maladies systémiques (site primaire et métastases) La virothérapie oncolytique constitue une potentielle rupture technologique dans le traitement des cancers McCormick F. Cancer Gene Therapy: Fringe or Cutting Edge? NRC ,

58 PORTEFEUILLE PRODUITS PRODUIT INDICATION PRE- CLINIQUE PHASE I PHASE II FIN DES ESSAIS CLINIQUES STRATEGIE DE PARTENARIAT PROCHAINE ETAPE TG4010 (MVA-MUC1-IL2) Cancer non à petites cellules (NSCLC) Phase IIb/III 2011 TG4001/ RG3484 (MVA-HPV-IL2) Traitement des lésions précancéreuses du col de l utérus causées par HPV Phase IIb Résultats préliminaires Q JX-594/TG6006 Traitement de l hépatocarcinome et autres tumeurs solides Phase IIb Q TG4040 (MVA-HCV) Hépatite C chronique Développement en propre Phase II Résultats préliminaires Q TG4023 (MVA-FCU1) Colorectal métastatique Développement en propre Phase I Résultats préliminaires Q Seconde génération oncolytiques Tumeurs solides métastatiques Développement en propre Stade pré-clinique TG3003 (anti-cd115 hu anticorps monoclinal) Oncologie inflammation Recherche de partenariat avec droits partagés Démarrage production GMP 58

59 TROIS PRODUITS CLÉS POUR TRANSGENE TG 4010 ciblant les tumeurs solides et notamment le cancer du poumon non à petites cellules (80 % des cas de cancer du poumon) TG 4001 ciblant les lésions précancéreuses du col de l utérus causées par une infection par des Human Papilloma Virus («HPV») TG6006/JX594 ciblant les tumeurs solides et notamment l hépatocarcinome (cancer du foie) 59

60 TG MVA-MUC1 IL2 : CANCER DU POUMON / PARTENARIAT NOVARTIS Stratégie biomarqueurs (soutien OSEO) Positionnement Mécanisme d action : priming of MUC1 specific functional CD4+ and CD8+ T lymphocytes Indication principale : NSCLC (cancer du poumon) Selection positive des patients grâce à un biomarqueur Indications complémentaires : sein métastatique, prostate,... Stade de développement : début de Phase IIb/III Lancement : 2016 EU, US, Chine Potentiel de vente > au milliard de dollars/an Point clés Résultats cliniques prometteurs en phase II grâce à notre stratégie biomarqueurs. Discussions fructueuses avec les autorités de santé clés (FDA, EMEA, PEI, ) Partenariat avec Novartis Développement de test compagnons (MUC1 et ankcells) Initiation phase IIb/III mi

61 VACCIN THÉRAPEUTIQUE HPV EN PARTENARIAT AVEC ROCHE Une approche complémentaire de la vaccination prophylactique et synergique en terme de prévention du cancer du col de l utérus Vaccins prophylactiques Prévention Infection par HPV CIN 2/3 Cancer invasif Age (années) TG 4001/R MVA - HPV : traitement des lésions précancéreuses du col de l utérus Positionnement Mécanisme d action: Priming of of HPV E6/E7 specific functional CD4+ and CD8+ T lymphocytes Indication majeure: femme avec des lésions précancéreuses CIN 2 / 3 ( femmes / an diagnostiquées avec des lésions sévères US+EU) Indication complémentaire : femme avec des lésions CIN 1 Stade de développement : Phase II Lancement : 2016 EU, US, China Potentiel de vente : env. 500 millions de dollars/an Point clés Résultats très prometteurs en phase IIa Partenariat signé avec Roche en 2007 Phase IIb contrôlée en cours, lancée en juillet 2009 (EU/US). Résultats attendus en Q Projet pré-clinique (HPI) en cours de développement avec un positionnement complémentaire 61

62 JX-594/TG6006 : VIROTHÉRAPIE ONCOLYTIQUE Cancer du foie / Partenariat avec Jennerex Positionnement Vecteur immunogène «armé» avec une cytokine immunostimulatrice (GM-CSF) Triple mécanisme d action : lyse cellulaire (destruction sélective), stimulation immunitaire et dévascularisation des tumeurs Indications complémentaires : cancer du colon et autres tumeurs solides métastatiques (prostate, sein, ) Lancement : 2016 EU, US, Chine Potentiel de vente > au milliard de dollars/an Point clés Résultats cliniques prometteurs en phase IIa Partenariat avec Jennerex Initiation phase IIb/III début

63 TRANSGENE UNE SOCIÉTÉ EN MUTATION Pour devenir une entreprise biopharmaceutique intégrée profitable, acteur leader dans l immunothérapie, ciblant les maladies infectieuses et le cancer, maîtrisant toute la chaîne de valeur : R&D, Biomanufacturing, Marketing et ventes. 63

64 Les grandes évolutions et enjeux de la Nutrition dans le monde Pr. Philippe Marteau Professeur d Hépato-gastroentérologie à l Université Paris 7 Chef du Département Médico-chirurgical des maladies digestives de l Hôpital Lariboisière AP-HP 64

65 GRANDES ÉVOLUTIONS ET ENJEUX DE LA NUTRITION DANS LE MONDE Importance de la Nutrition Epidémiologie des troubles de la Nutrition Conséquences cliniques des troubles de la Nutrition Besoins et approche de «Nutri-economics» 65

66 GRANDES ÉVOLUTIONS ET ENJEUX DE LA NUTRITION DANS LE MONDE 66

67 LA SANTÉ DÉPEND DU RESPECT DE LA PHYSIOLOGIE Fonction nulle Fonction dégradée Fonction optimale Fonction dégradée Fonction nulle MORT MALADIE SANTÉ MALADIE MORT POTENTIEL GÉNÉTIQUE (métagénome métamitochondriome métagénome microbien) CONDITIONS ÉCOLOGIQUES (environnement) 67

68 NUTRITION : L UNE DES PREMIÈRES FONCTIONS PHYSIOLOGIQUES DONT DÉPEND LA SANTÉ Dénutrition Malnutrition Nutrition optimale Malnutrition Surcharges morbides MORT MALADIE SANTÉ MALADIE MORT POTENTIEL GÉNÉTIQUE (métagénome métamitochondriome métagénome microbien) CONDITIONS ÉCOLOGIQUES NUTRITIONNELLES (apports) 68

69 EVOLUTION DE LA NUTRITION Dénutrition Malnutrition Nutrition optimale Malnutrition Surcharges morbides MORT MALADIE SANTÉ MALADIE MORT POTENTIEL GÉNÉTIQUE TRÈS PEU CHANGÉ (chgts lents) (métagénome métamitochondriome métagénome microbien) CONDITIONS ÉCOLOGIQUES NUTRITIONNELLES DRAMATIQUEMENT MODIFIÉES ET HÉTÉROGÈNES 69

70 NUTRITION : L OBJECTIF Dénutrition Malnutrition Nutrition optimale Malnutrition Surcharges morbides MORT MALADIE SANTÉ MALADIE MORT Eau Lipides Glucides Zinc Protides Calories Vitamines D, A Calcium Iode QUANTITÉ QUALITÉ DONT QUALITÉ SANITAIRE L ENJEU : mettre en jeu les moyens disponibles pour atteindre l objectif 70

71 DÉNUTRITION ET OBÉSITÉ : ÉCOLOGIE Dénutrition et obésité en fonction du PIB par habitant Source : Organisation mondiale de la Santé 71

72 PART DE LA POPULATION SOUS- ALIMENTÉE Source : Wikipedia 72

73 CARENCE EN VITAMINE A Source : Wikipedia 73

74 EPIDÉMIOLOGIE DE L OBÉSITÉ L'obésité est considérée comme une épidémie par l'oms Dans le monde, 300 millions d'adultes sont en surcharge pondérale et, pour la majeure partie d'entre eux, souffrent de pathologies liées à leur poids Le tiers des personnes en surpoids vivent dans les pays en voie de développement 74

75 EVOLUTION DE L ÉPIDÉMIE D OBÉSITÉ (EXEMPLE DES USA) Source : medscape 75

76 SURPOIDS ET OBÉSITÉ EN FRANCE La proportion des personnes en surpoids ou obèses a progressé de 36,7% à 41,6% entre 1997 et 2003, soit une augmentation de 13%. Sur la même période, les Français ont grossi de 1,7 kg, et l'obésité massive (ou dite morbide) a doublé. 19% des enfants français sont touchés par l'obésité ou le surpoids Après 65 ans, la prévalence de l'obésité est la même chez les hommes comme chez les femmes (autour de 15%) La France compte plus de 5,3 millions de personnes adultes obèses et 14,4 millions de personnes en surpoids L'obésité est un problème de santé publique et touche toutes les tranches d'âge et toutes les professions Source : études nationales 76

77 MORBIDITÉ Surpoids et morbidité Diabète et morbidité 77

78 SYNDROME MÉTABOLIQUE Facteurs de risque Définition du syndrome métabolique Hypertension Surpoids ou obésité, surtout l obésité abdominale Taux élevé de triglycérides sanguins Faible taux de cholestérol HDL Glycémie élevée (insulino-résistance) 78

79 EVOLUTION ALIMENTAIRE 79

80 ANALYSE ÉPIDÉMIOLOGIQUE DE LA MALADIE DE CROHN AU JAPON L augmentation de la consommation alimentaire d acides gras polyinsaturés n-6 et de protéines animales, responsable de l augmentation des cas de maladie de Crohn au Japon Ryosuke Shoda, Kei Matsueda, Shigeru Yamato et Noritsugu Umeda 80

81 NUTRI-ECONOMICS : CE QUE COÛTE ET RAPPORTE UN «TRAITEMENT» OU UNE STRATÉGIE NUTRITIONNELLE Economie de santé potentielle annuelle liée à une réduction de l ingestion journalière de sodium Economie de santé potentielle annuelle liée à une réduction de l ingestion journalière de graisses saturées Dall TM, et al. Potential health benefits and medical cost savings from calorie, sodium, and saturated fat reductions in the American diet. Am J Health Promot

82 NUTRITION : TROUVER DES SOLUTIONS 82

83 Advancing Food Sciences Improving Health Alexandre Mérieux VP Institut Mérieux Philippe SANS Directeur Général de Mérieux NutriSciences 83

84 UN NOUVEAU NOM POUR UNE AMBITION ÉLARGIE De la sécurité alimentaire à la nutrition : une volonté de devenir un partenaire privilégié des industries agroalimentaires, de leur stratégie R&D produit, en plus des activités de contrôle de sécurité et de qualité aujourd hui assurées par Sillliker «Les fondamentaux» de cette approche : - L accélération des progrès médicaux et scientifiques - L émergence de la nutrition comme un défi majeur de santé publique - L évolution (et la convergence) de l industrie agroalimentaire et pharmaceutique vers une «nouvelle classe» de produits Sécurité alimentaire et qualité Qualité alimentaire & nutrition Dimension médicale Une approche dans le prolongement de notre mission de santé publique (prévention des risques sur une échelle à court et long terme) Soutenue par notre légitimité scientifique (appartenance à l'institut Mérieux) pour étendre nos actions 84

Advancing food sciences, IMPROVING HEALTH

Advancing food sciences, IMPROVING HEALTH Advancing food sciences, IMPROVING HEALTH De la sécurité alimentaire à la nutrition et la santé La sécurité alimentaire et la nutrition présentent des enjeux majeurs de santé publique et font aujourd hui

Plus en détail

Transgene : revue du portefeuille de produits, de l activité et des perspectives stratégiques

Transgene : revue du portefeuille de produits, de l activité et des perspectives stratégiques Transgene : revue du portefeuille de produits, de l activité et des perspectives stratégiques Parc d Innovation d Illkirch, France, le 22 mars 2010 Transgene S.A. (Euronext Paris: FR0005175080) présente

Plus en détail

Transgene accorde une option de licence exclusive pour le développement et la commercialisation de son produit d immunothérapie TG4010

Transgene accorde une option de licence exclusive pour le développement et la commercialisation de son produit d immunothérapie TG4010 Parc d Innovation d Illkirch, France, le 10 mars 2010 Transgene accorde une option de licence exclusive pour le développement et la commercialisation de son produit d immunothérapie TG4010 Transgene (Euronext

Plus en détail

- 2 - faire industriel dans la mise au point des produits biologiques. L Institut Roche de Recherche et Médecine Translationnelle (IRRMT, basé à

- 2 - faire industriel dans la mise au point des produits biologiques. L Institut Roche de Recherche et Médecine Translationnelle (IRRMT, basé à Information presse Roche, l Agence Nationale de Recherches sur le Sida et les hépatites virales (ANRS), le Baylor Research Institute (BRI) et Inserm Transfert mettent en place une coopération stratégique

Plus en détail

Transgene : résultats annuels 2013 et point sur l avancée des produits

Transgene : résultats annuels 2013 et point sur l avancée des produits Transgene : résultats annuels 2013 et point sur l avancée des produits Dépenses et consommation de trésorerie 2013 conformes aux attentes Consolidation significative de la trésorerie suite aux opérations

Plus en détail

L INSTITUT DE RECHERCHE EN

L INSTITUT DE RECHERCHE EN 1 L INSTITUT DE RECHERCHE EN IMMUNOLOGIE ET EN CANCÉROLOGIE COMMERCIALISATION DE LA RECHERCHE VISION Être un centre reconnu internationalement pour ses activités de maximisation de la valeur de la recherche

Plus en détail

Transgene présente ses résultats annuels 2014 et fait le point sur son portefeuille clinique prometteur

Transgene présente ses résultats annuels 2014 et fait le point sur son portefeuille clinique prometteur Transgene présente ses résultats annuels 2014 et fait le point sur son portefeuille clinique prometteur - Activité clinique intense en 2015 pour les immunothérapies de la Société, y compris en combinaison

Plus en détail

Initiative de recherche clinique précoce au Québec: une opportunité à saisir.

Initiative de recherche clinique précoce au Québec: une opportunité à saisir. Initiative de recherche clinique précoce au Québec: une opportunité à saisir. 1 er Forum sur le médicament Jacques Turgeon, B.Pharm., Ph.D., Membre Académie canadienne des sciences de la santé, Membre

Plus en détail

Médicaments du futur : Tendances et enjeux. Nicolas PY, Debiopharm International forumofac.14 26/09/2014

Médicaments du futur : Tendances et enjeux. Nicolas PY, Debiopharm International forumofac.14 26/09/2014 Médicaments du futur : Tendances et enjeux Nicolas PY, Debiopharm International forumofac.14 26/09/2014 Quelques mots sur Debiopharm Groupe fondé en 1979 Siège à Lausanne 350 collaborateurs Financièrement

Plus en détail

MISSION PARTENARIALE IMMUNOLOGIE - VACCINATION & INFECTIOLOGIE A l occasion de BIOPHARM AMERICA 2015 BOSTON, ETATS-UNIS 14 au 18 septembre 2015

MISSION PARTENARIALE IMMUNOLOGIE - VACCINATION & INFECTIOLOGIE A l occasion de BIOPHARM AMERICA 2015 BOSTON, ETATS-UNIS 14 au 18 septembre 2015 SAVE THE DATE! MISSION PARTENARIALE IMMUNOLOGIE - VACCINATION & INFECTIOLOGIE A l occasion de BIOPHARM AMERICA 2015 BOSTON, ETATS-UNIS 14 au 18 2015 BioPharm America est le plus grand événement de partenariats

Plus en détail

Biopôle de Gerland. Présentation des projets

Biopôle de Gerland. Présentation des projets Biopôle de Gerland Présentation des projets Une économie lyonnaise tirée par des filières prioritaires et le développement de grands sites économiques Une stratégie de développement économique offensive

Plus en détail

ABL and Evivar Medical for Strategic Partnership and Alliance in HIV and Hepatitis

ABL and Evivar Medical for Strategic Partnership and Alliance in HIV and Hepatitis ABL and Evivar Medical for Strategic Partnership and Alliance in HIV and Hepatitis Conférence de Presse ABL SA - Chambre de Commerce de Luxembourg - Mardi 29 Septembre 2009, 18h Annonce de Presse ABL and

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

Médecine 4P Prédictive, Préventive, Personnalisée, Participative Les enjeux

Médecine 4P Prédictive, Préventive, Personnalisée, Participative Les enjeux Médecine 4P Prédictive, Préventive, Personnalisée, Participative Les enjeux Unité Inserm UMR 1087-CNRS UMR 6291 Hervé Le Marec Evolution de la médecine et de la recherche biomédicale développement de traitements

Plus en détail

PARCOURS : BIOLOGIE, GENETIQUE, IMMUNOLOGIE, MICROBIOLOGIE ENSEIGNEMENT (SEMESTRE 1)

PARCOURS : BIOLOGIE, GENETIQUE, IMMUNOLOGIE, MICROBIOLOGIE ENSEIGNEMENT (SEMESTRE 1) PARCOURS : BIOLOGIE, GENETIQUE, IMMUNOLOGIE, MICROBIOLOGIE ENSEIGNEMENT (SEMESTRE 1) Apport de la Biologie Cellulaire et Moléculaire aux innovations médicales (bases et prérequis de biologie cellulaire

Plus en détail

STATION 1A Plateforme de séquençage de nouvelle génération

STATION 1A Plateforme de séquençage de nouvelle génération STATION 1A Plateforme de séquençage de nouvelle génération Dr JACQUES SIMARD Le mandat de cette plateforme est d offrir l expertise à la fine pointe de la technologie afin de générer des données de séquence

Plus en détail

Objectif 13 : Se donner les moyens d une recherche innovante

Objectif 13 : Se donner les moyens d une recherche innovante Objectif 13 : Se donner les moyens d une recherche innovante Le Plan s inscrit dans le défi santé/bien-être de l Agenda stratégique pour la recherche, le transfert et l innovation (France Europe 2020).

Plus en détail

Le Plan cancer 2009-2013 en France : pilotage et bilan d étape

Le Plan cancer 2009-2013 en France : pilotage et bilan d étape Le Plan cancer 2009-2013 en France : pilotage et bilan d étape Symposium Plan cancer Bruxelles, 26 novembre 2012 Catherine Morin, responsable du suivi du Plan cancer - INCa Sommaire de la présentation

Plus en détail

Qu est-ce que le cancer?

Qu est-ce que le cancer? Qu est-ce que le cancer? Pierre-Hugues Fortier Oto-Rhino-Laryngologie Oncologie Cervico-Faciale 3 avril 2012 Le cancer Au Québec 100 nouveaux cas par jour 50 morts par jour A travers le monde 1 nouveau

Plus en détail

La nutrigénomique: l avenir en nutrition animale

La nutrigénomique: l avenir en nutrition animale La nutrigénomique: l avenir en nutrition animale Yves Tarte, dmv Vétérinaire chargé du développement vétérinaire Hill s Pet Nutrition Canada Inc A.T.S.A.Q. Février 2009 La nutrigénomique Science toute

Plus en détail

Édito du directeur général

Édito du directeur général PLAN STRATÉGIQUE 2014 > 2018 Édito du directeur général L Institut Pasteur, Institut de recherche d excellence créé en 1887, contribue depuis plus de cent vingt-cinq ans à l histoire de la science, de

Plus en détail

Obtention de données génétiques à grande échelle

Obtention de données génétiques à grande échelle Obtention de données génétiques à grande échelle Stéphanie FERREIRA Ph.D. Campus de l Institut Pasteur de Lille 1, rue du Professeur Calmette 59000 LILLE Tel : 03 20 87 71 53 Fax : 03 20 87 72 64 contact@genoscreen.fr

Plus en détail

Acquisition visant à renforcer significativement notre position dans le secteur des produits de santé grand public

Acquisition visant à renforcer significativement notre position dans le secteur des produits de santé grand public Communiqué de presse Bayer SAS 16 rue Jean-Marie Leclair CS 90106 69266 LYON 09 France Tél. : +33.4.72.85.43.21 www.bayer.fr Acquisition visant à renforcer significativement notre position dans le secteur

Plus en détail

Montréal, 24 mars 2015. David Levine Président et chef de la direction DL Strategic Consulting. DL Consulting Strategies in Healthcare

Montréal, 24 mars 2015. David Levine Président et chef de la direction DL Strategic Consulting. DL Consulting Strategies in Healthcare Montréal, 24 mars 2015 David Levine Président et chef de la direction DL Strategic Consulting 1 RSSPQ, 2013 2 MÉDECINE INDIVIDUALISÉE Médecine personnalisée Médecine de précision Biomarqueurs Génomique

Plus en détail

La cytométrie de flux

La cytométrie de flux TD5 La cytométrie de flux Air sous-pression Signal de formation des gouttes Signal de charge des gouttes Cellules en suspension Liquide de Gaine Vibrateur Ultrason Dˇtecteur de Lumi re Arrt du Faisceau

Plus en détail

La résistance d'agents infectieux aux médicaments antimicrobiens

La résistance d'agents infectieux aux médicaments antimicrobiens DECLARATION COMMUNE DES ACADEMIES DU G SCIENCE 2013 La résistance d'agents infectieux aux médicaments antimicrobiens Une menace globale pour l'humanité Depuis l introduction dans les années 40 du premier

Plus en détail

Point sur la stratégie

Point sur la stratégie Point sur la stratégie Marc de Garidel Président-Directeur Général Christel Bories Directeur Général Délégué Conférence de presse 02/07/2015 Introduction Marc de Garidel La stratégie engagée depuis 2011

Plus en détail

Ecole Nationale Vétérinaire, Agroalimentaire et de l Alimentation Nantes- Atlantique Nantes- Atlantic National College of Veterinary Medicine, Food

Ecole Nationale Vétérinaire, Agroalimentaire et de l Alimentation Nantes- Atlantique Nantes- Atlantic National College of Veterinary Medicine, Food Masters Oniris Ecole Nationale Vétérinaire, Agroalimentaire et de l Alimentation Nantes-Atlantique Nantes Atlantic National College of Veterinary Medicine, Food Science and Engineering Secteur «Recherche»

Plus en détail

Retour à la croissance

Retour à la croissance Après une forte amélioration de ses résultats au T4 2010 et la finalisation de ses programmes d investissement et de réorganisation, Eurofins réaffirme ses objectifs à moyen terme 28 janvier 2011 A l occasion

Plus en détail

Prévenir... les cancers chez l homme

Prévenir... les cancers chez l homme Prévenir... les cancers chez l homme 18 De près ou de loin, le cancer nous concerne tous Qu est-ce que le cancer? U n cancer (ou néoplasie ou tumeur maligne) est une maladie liée à une multiplication anarchique

Plus en détail

Master Développement et Immunologie

Master Développement et Immunologie Master Développement et Immunologie MASTER 2 PROFESSIONNALISANT EN IMMUNOLOGIE Le Master 2 Professionnalisant en Immunologie propose aux étudiants des filières scientifiques et médicales une formation

Plus en détail

Vue d ensemble : Office of Cellular, Tissue and Gene Therapies

Vue d ensemble : Office of Cellular, Tissue and Gene Therapies Vue d ensemble : Office of Cellular, Tissue and Gene Therapies DIAPOSITIVE 1 Cette présentation fournit une vue d ensemble de l Office of Cellular, Tissue, and Gene Therapies (bureau des thérapies cellulaires,

Plus en détail

HEPATITES VIRALES 22/09/09. Infectieux. Mme Daumas

HEPATITES VIRALES 22/09/09. Infectieux. Mme Daumas HEPATITES VIRALES 22/09/09 Mme Daumas Infectieux Introduction I. Hépatite aigu II. Hépatite chronique III. Les différents types d hépatites A. Hépatite A 1. Prévention de la transmission 2. Vaccination

Plus en détail

COMMENT EVITER LE CANCER

COMMENT EVITER LE CANCER COMMENT EVITER LE CANCER Département d'oncogénétique Centre Jean Perrin, BP 392 63000 Clermont-Ferrand FRANCE Yves-jean.bignon@cjp.fr QU EST-CE QUE LE CANCER? Immortalité Clonalité Invasivité Génétique

Plus en détail

Item 127 : Transplantation d'organes

Item 127 : Transplantation d'organes Item 127 : Transplantation d'organes Date de création du document 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Allogreffe de moelle ou de cellules souches...1 2 Transplantation d'organes... 2 3 Diagnostic...3

Plus en détail

Genopole Siège Campus 1 - Bâtiment Genavenir 8 5, rue Henri Desbruères F-91030 Evry cedex T. +33 1 60 87 83 00 - F.

Genopole Siège Campus 1 - Bâtiment Genavenir 8 5, rue Henri Desbruères F-91030 Evry cedex T. +33 1 60 87 83 00 - F. Annuaire Genopole Mars 2007 G opole Genopole Siège Campus 1 - Bâtiment Genavenir 8, rue Henri Desbruères F-91030 Evry cedex T. +33 1 60 87 83 00 - F. +33 1 60 87 83 01 prénom.nom@genopole.fr 2 Réussir

Plus en détail

Les microarrays: technologie pour interroger le génome

Les microarrays: technologie pour interroger le génome Les microarrays: technologie pour interroger le génome Patrick DESCOMBES patrick.descombes@frontiers-in-genetics.org Plate forme génomique NCCR Frontiers in Genetics Université de Genève http://genomics.frontiers-in-genetics.org

Plus en détail

Les Maladies Tropicales, la Société de Pathologie Exotique. et l Institut Pasteur

Les Maladies Tropicales, la Société de Pathologie Exotique. et l Institut Pasteur Les Maladies Tropicales, la Société de Pathologie Exotique et l Institut Pasteur Un partenariat qui a bien plus de 100 ans Beaucoup des grands noms de la recherche française sur les maladies tropicales

Plus en détail

L INSUFFISANCE CARDIAQUE

L INSUFFISANCE CARDIAQUE L INSUFFISANCE CARDIAQUE EXISTE-T-IL DES TRAITEMENTS À BASE DE CELLULES SOUCHES POUR L INSUFFISANCE CARDIAQUE? Bien qu aucun traitement à base de cellules souches pour l insuffisance cardiaque n ait encore

Plus en détail

Rapport 2014 sur la lutte contre la tuberculose dans le monde

Rapport 2014 sur la lutte contre la tuberculose dans le monde Rapport 2014 sur la lutte contre la tuberculose dans le monde Résumé d orientation La tuberculose reste l une des maladies transmissibles causant le plus de décès dans le monde. En 2013, selon les estimations,

Plus en détail

Le VIH et votre foie

Le VIH et votre foie Le VIH et votre foie Le VIH et votre foie Que dois-je savoir au sujet de mon foie? Votre foie joue un rôle incroyablement important. Il filtre votre sang en éliminant les substances nocives (toxiques)

Plus en détail

Définition de l Infectiologie

Définition de l Infectiologie Définition de l Infectiologie Discipline médicale clinique Spécialisée. Prise en charge des Maladies Infectieuses et Tropicales. Actuelles, émergentes ou ré-émergentes. Référents dans le cadre d un maillage

Plus en détail

DÉFICITS IMMUNITAIRE COMMUN VARIABLE

DÉFICITS IMMUNITAIRE COMMUN VARIABLE DÉFICITS IMMUNITAIRE COMMUN VARIABLE Le présent livret a été rédigé à l attention des patients et de leurs familles. Il ne doit pas remplacer les conseils d un spécialiste en immunologie. 1 Egalement Disponible

Plus en détail

Investissements d avenir. Action : «Projets agricoles et agroalimentaires d avenir (P3A)»

Investissements d avenir. Action : «Projets agricoles et agroalimentaires d avenir (P3A)» Investissements d avenir Action : «Projets agricoles et agroalimentaires d avenir (P3A)» Appel à projets «Innovation et compétitivité des filières agricoles et agroalimentaires» Volet compétitif «Initiatives

Plus en détail

GERLAND : le creuset de l innovation biotechnologique

GERLAND : le creuset de l innovation biotechnologique COMMUNIQUE DE PRESSE GERLAND : le creuset de l innovation biotechnologique Le Grand Lyon, le Conseil régional Rhône- Alpes, Lyonbiopôle, BIOASTER, l Inserm, Aguettant et Sanofi Tous les acteurs majeurs

Plus en détail

La vie écrit les questions Nous cherchons les réponses

La vie écrit les questions Nous cherchons les réponses La vie écrit les questions Nous cherchons les réponses La vie écrit les questions. 1 Qu est-ce qui m aidera? L espoir est-il permis? Quand est-ce que les autres s en apercevront? C est long six mois? Faut-il

Plus en détail

Programme international de formation

Programme international de formation Programme international de formation La science n a pas de patrie, car la connaissance appartient à l humanité, c est un flambeau qui illumine le monde. Louis Pasteur Le Réseau International des Instituts

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE INNATE PHARMA ANNONCE SES RESULTATS POUR 2006 : FORTE CROISSANCE DE L ACTIVITE DE RECHERCHE ET DEVELOPPEMENT (+75%), ET NOTAMMENT DE LA CLINIQUE Marseille, le 20 mars 2007 Innate Pharma SA (la «Société»),

Plus en détail

Les dispositifs médicaux de diagnostic in vitro SPLIT 06/11/06

Les dispositifs médicaux de diagnostic in vitro SPLIT 06/11/06 Les dispositifs médicaux de diagnostic in vitro Directive européenne 98/79/CE du 27/10/98 relative aux DMDIV OBJECTIFS Directive dite «Nouvelle approche» - Harmonisation des réglementations nationales

Plus en détail

Diagnostic des Hépatites virales B et C. P. Trimoulet Laboratoire de Virologie, CHU de Bordeaux

Diagnostic des Hépatites virales B et C. P. Trimoulet Laboratoire de Virologie, CHU de Bordeaux Diagnostic des Hépatites virales B et C P. Trimoulet Laboratoire de Virologie, CHU de Bordeaux Diagnostic VHC Dépistage: pourquoi? Maladie fréquente (Ac anti VHC chez 0,84% de la population soit 367 055

Plus en détail

Rôle des acides biliaires dans la régulation de l homéostasie du glucose : implication de FXR dans la cellule bêta-pancréatique

Rôle des acides biliaires dans la régulation de l homéostasie du glucose : implication de FXR dans la cellule bêta-pancréatique Rôle des acides biliaires dans la régulation de l homéostasie du glucose : implication de FXR dans la cellule bêta-pancréatique Tuteur : Anne Muhr-Tailleux cardiovasculaires et diabète (Equipe 1) Institut

Plus en détail

Accès aux antiviraux contre les hépatites dans les pays à bas et moyens revenus : produire localement des génériques. Maurice Cassier CNRS CERMES3

Accès aux antiviraux contre les hépatites dans les pays à bas et moyens revenus : produire localement des génériques. Maurice Cassier CNRS CERMES3 Accès aux antiviraux contre les hépatites dans les pays à bas et moyens revenus : produire localement des génériques Maurice Cassier CNRS CERMES3 Production de génériques dans les PVD et accessibilité

Plus en détail

L obésité et le diabète de type 2 en France : un défi pour la prochaine décennie. DANIEL RIGAUD CHU de Dijon

L obésité et le diabète de type 2 en France : un défi pour la prochaine décennie. DANIEL RIGAUD CHU de Dijon L obésité et le diabète de type 2 en France : un défi pour la prochaine décennie DANIEL RIGAUD CHU de Dijon 46 Obésité : définition L obésité est définie comme un excès de masse grasse associée à un surcroît

Plus en détail

Christian TREPO, MD, PhD

Christian TREPO, MD, PhD PEG INTERFERON MONOTHERAPI E Christian TREPO, MD, PhD Unmet medical needs in chronic HBV infection Inhibition of viral replication Normalisation of ALT Improvement in liver necroinflammation Improvement

Plus en détail

Techniques émergentes en microbiologie clinique: conséquences sur l organisation des laboratoires

Techniques émergentes en microbiologie clinique: conséquences sur l organisation des laboratoires Techniques émergentes en microbiologie clinique: conséquences sur l organisation des laboratoires Alain Bonnin, Frédéric Dalle, Coralie L Ollivier - Laboratoire de Parasitologie-Mycologie, CHU de Dijon

Plus en détail

MAB Solut. vos projets. MABLife Génopole Campus 1 5 rue Henri Desbruères 91030 Evry Cedex. www.mabsolut.com. intervient à chaque étape de

MAB Solut. vos projets. MABLife Génopole Campus 1 5 rue Henri Desbruères 91030 Evry Cedex. www.mabsolut.com. intervient à chaque étape de Mabsolut-DEF-HI:Mise en page 1 17/11/11 17:45 Page1 le département prestataire de services de MABLife de la conception à la validation MAB Solut intervient à chaque étape de vos projets Création d anticorps

Plus en détail

La médecine pour tous

La médecine pour tous Commission Nationale d Ethique pour la Médecine Humaine Académie Suisse Des Sciences Médicales La médecine pour tous Quid des cancers? Prof Pierre Yves Dietrich Chef du centre d Oncologie Hôpitaux Universitaires

Plus en détail

La labellisation «Medicen Paris Region»

La labellisation «Medicen Paris Region» La labellisation «Medicen Paris Region» De l utilité de la labellisation «Medicen Paris Region» La labellisation «Medicen Paris Region» d un projet francilien, dans le domaine de la santé, est une référence

Plus en détail

Your partner for the development of biotherapeutics from early stage R&D up to cgmp manufacturing

Your partner for the development of biotherapeutics from early stage R&D up to cgmp manufacturing Your partner for the development of biotherapeutics from early stage R&D up to cgmp manufacturing Journée du Doctorant MINATEC Laurent Saccucci, Coordinateur de projets Delphine Pau, DRH Mars 2009 Notre

Plus en détail

1 n Information financière semestrielle 2014

1 n Information financière semestrielle 2014 1 Information financière semestrielle 2014 Bilan consolidé, IFRS (en milliers d euros) ACTIF Note 30/06/2014 31/12/2013 Actif courant : Trésorerie et équivalents de trésorerie 2 8 348 5 138 Autres actifs

Plus en détail

Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic de cancer

Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic de cancer Information importante pour les personnes atteintes d un cancer du poumon non à petites cellules de stade avancé Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic

Plus en détail

Innovations thérapeutiques en transplantation

Innovations thérapeutiques en transplantation Innovations thérapeutiques en transplantation 3èmes Assises de transplantation pulmonaire de la région Est Le 16 octobre 2010 Dr Armelle Schuller CHU Strasbourg Etat des lieux en transplantation : 2010

Plus en détail

Université Montpellier I. A Avignon CHU Montpellier & Université Montpellier1

Université Montpellier I. A Avignon CHU Montpellier & Université Montpellier1 Université Montpellier I A Avignon CHU Montpellier & Université Montpellier1 Les Objectifs Questions posées Personnes et/ou les situations à risque? Outils de dépistage et de diagnostic? Diagnostic de

Plus en détail

MASTER (LMD) PARCOURS MICROORGANISMES, HÔTES, ENVIRONNEMENTS (MHE)

MASTER (LMD) PARCOURS MICROORGANISMES, HÔTES, ENVIRONNEMENTS (MHE) MASTER (LMD) PARCOURS MICROORGANISMES, HÔTES, ENVIRONNEMENTS (MHE) RÉSUMÉ DE LA FORMATION Type de diplôme : Master (LMD) Domaine ministériel : Sciences, Technologies, Santé Mention : BIOLOGIE DES PLANTES

Plus en détail

II.5. l inflammation protumorale

II.5. l inflammation protumorale II.5. l inflammation protumorale L une de ses missions est de favoriser la reconstruction des tissus lésés. Les macrophages sécrètent des : enzymes MMP Facteurs de croissance EGF Cet aspect de l inflammation

Plus en détail

Biochimie Cours de Baudry Erlich Le 29/10/2007 à 13h30 Ronéotypeurs : David FIDAHOUSSEN et Marianne LANGLOIS. ED n 4 CONDUITE À TENIR DEVANT

Biochimie Cours de Baudry Erlich Le 29/10/2007 à 13h30 Ronéotypeurs : David FIDAHOUSSEN et Marianne LANGLOIS. ED n 4 CONDUITE À TENIR DEVANT Biochimie Cours de Baudry Erlich Le 29/10/2007 à 13h30 Ronéotypeurs : David FIDAHOUSSEN et Marianne LANGLOIS ED n 4 CONDUITE À TENIR DEVANT UNE DYSLIPIDEMIE 1 Conduite à tenir devant une dyslipidémie PLAN

Plus en détail

Pathologie VIH. Service maladies infectieuses Archet 1. Françoise ALEXIS, infirmière Monique BORGHI, infirmière 15 octobre 2013

Pathologie VIH. Service maladies infectieuses Archet 1. Françoise ALEXIS, infirmière Monique BORGHI, infirmière 15 octobre 2013 Pathologie VIH Service maladies infectieuses Archet 1 Françoise ALEXIS, infirmière Monique BORGHI, infirmière 15 octobre 2013 Les traitements antirétroviraux Sont classés en 5 familles selon leur mode

Plus en détail

Evaluation du statut nutritionnel chez les personnes âgées

Evaluation du statut nutritionnel chez les personnes âgées Evaluation du statut nutritionnel chez les personnes âgées Place du Mini Nutritional Assessment (MNA) Gaëlle Soriano, Sophie Guyonnet Besoins nutritionnels chez la PA Les besoins énergétiques correspondent

Plus en détail

LES PRESENTATIONS DE GUSTAVE ROUSSY AU 49 ème CONGRES DE L ASCO

LES PRESENTATIONS DE GUSTAVE ROUSSY AU 49 ème CONGRES DE L ASCO Communiqué de presse Villejuif, jeudi 30 mai 2013 49 ème congrès de l American Society of Clinical Oncology (ASCO, Chicago, USA, 31 mai 4 juin 2013) LES PRESENTATIONS DE GUSTAVE ROUSSY AU 49 ème CONGRES

Plus en détail

Hépatite C une maladie silencieuse..

Hépatite C une maladie silencieuse.. Hépatite C une maladie silencieuse.. F. Bally Centre de Maladies Infectieuses et Epidémiologie Institut Central des Hôpitaux Valaisans Histoire Années 70 Hépatite non-a-non-b = hépatite post-transfusionelle

Plus en détail

Institut national du cancer Rapport scientifique 2012-2013

Institut national du cancer Rapport scientifique 2012-2013 RECHERCHE Institut national du cancer Rapport scientifique 2012-2013 www.e-cancer.fr 2 INSTITUT NATIONAL DU CANCER RAPPORT SCIENTIFIQUE 2012-2013 CE DOCUMENT S INSCRIT DANS LA MISE EN ŒUVRE DU PLAN CANCER

Plus en détail

Statistiques de mortalité en Région de Bruxelles-Capitale 2003-2004

Statistiques de mortalité en Région de Bruxelles-Capitale 2003-2004 OBSERVATOIRE DE LA SANTÉ ET DU SOCIAL BRUXELLES OBSERVATORIUM VOOR GEZONDHEID EN WELZIJN BRUSSEL Statistiques de mortalité en Région de Bruxelles-Capitale 23-24 2 8 Commission communautaire commune 2 COLOPHON

Plus en détail

I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE

I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE 1- Définition : Le diabète sucré se définit par une élévation anormale et chronique de la glycémie. Cette anomalie est commune à tous les types de diabète sucré, mais

Plus en détail

Les maladies chroniques et les soins infirmiers : Résumé des enjeux

Les maladies chroniques et les soins infirmiers : Résumé des enjeux Les maladies chroniques et les soins infirmiers : Résumé des enjeux Quel est l enjeu «Les maladies chroniques constituent le principal problème de morbidité à l échelle mondiale et un obstacle majeur au

Plus en détail

3.4 Comment se situe la population française ou les jeunes? 3.4.1 Exemple de résultats en France

3.4 Comment se situe la population française ou les jeunes? 3.4.1 Exemple de résultats en France 3.4 Comment se situe la population française ou les jeunes? 3.4.1 Exemple de résultats en France Etude conduite chez des étudiants dans 3 villes (Montpellier, Bordeaux, Grenoble) Age : 19 à 26 ans Année

Plus en détail

-Contribution d'aviesan à la stratégie nationale de recherche - Mai 2013. Page 1

-Contribution d'aviesan à la stratégie nationale de recherche - Mai 2013. Page 1 -Contribution d'aviesan à la stratégie nationale de recherche - Mai 2013 Page 1 Page 2 -Contribution d'aviesan à la stratégie nationale de recherche - Mai 2013 SOMMAIRE Contribution d Aviesan à la Stratégie

Plus en détail

DIRECTION QUÉBÉCOISE DE CANCÉROLOGIE. Programme de formation en ligne pour les infirmières pivots en oncologie. Devis pédagogique 2013-2014

DIRECTION QUÉBÉCOISE DE CANCÉROLOGIE. Programme de formation en ligne pour les infirmières pivots en oncologie. Devis pédagogique 2013-2014 DIRECTION QUÉBÉCOISE DE CANCÉROLOGIE Programme de formation pour les infirmières pivots en oncologie Devis pédagogique 2013-2014 Édition : La Direction des communications du ministère de la Santé et des

Plus en détail

Mise en œuvre d un contrat de liquidité Fin de la période de stabilisation

Mise en œuvre d un contrat de liquidité Fin de la période de stabilisation Mise en œuvre d un contrat de liquidité Fin de la période de stabilisation Paris, 23 avril 2015, 20h00 OSE Pharma SA (ISIN : FR0012127173 ; Mnémo : OSE), société biopharmaceutique qui développe des produits

Plus en détail

TEST DE DÉTECTION DE LA PRODUCTION D INTERFÉRON γ POUR LE DIAGNOSTIC DES INFECTIONS TUBERCULEUSES

TEST DE DÉTECTION DE LA PRODUCTION D INTERFÉRON γ POUR LE DIAGNOSTIC DES INFECTIONS TUBERCULEUSES TEST DE DÉTECTION DE LA PRODUCTION D INTERFÉRON γ POUR LE DIAGNOSTIC DES INFECTIONS TUBERCULEUSES Classement NABM : non inscrit code : non codé DÉCEMBRE 2006 Service évaluation des actes professionnels

Plus en détail

BIG DATA une évolution, une révolution, une promesse pour le diagnostic

BIG DATA une évolution, une révolution, une promesse pour le diagnostic Journées One Health d Ile-de-France BIG DATA une évolution, une révolution, une promesse pour le diagnostic 27 novembre 2014 de 13h30 à 17h30 Amphithéâtre 3 du Campus Centre UPEC Le séminaire sera suivi

Plus en détail

Découvrez L INSTITUT UNIVERSITAIRE DU CANCER DE TOULOUSE

Découvrez L INSTITUT UNIVERSITAIRE DU CANCER DE TOULOUSE Découvrez L INSTITUT UNIVERSITAIRE DU CANCER DE TOULOUSE 2014 L INSTITUT UNIVERSITAIRE DU CANCER DE TOULOUSE L Institut universitaire du cancer de Toulouse (IUCT) est un nouveau modèle français d organisation

Plus en détail

Troubles nutritionnels du sujet âgé (61) Docteur Matthieu DEBRAY Octobre 2004

Troubles nutritionnels du sujet âgé (61) Docteur Matthieu DEBRAY Octobre 2004 Pré-requis : Troubles nutritionnels du sujet âgé (61) Docteur Matthieu DEBRAY Octobre 2004 Notions sur le vieillissement normal et pathologique Concept de fragilité Résumé : La dénutrition proteino-calorique

Plus en détail

ELABORATION DU PLAN DE MONITORING ADAPTE POUR UNE RECHERCHE BIOMEDICALE A PROMOTION INSTITUTIONNELLE

ELABORATION DU PLAN DE MONITORING ADAPTE POUR UNE RECHERCHE BIOMEDICALE A PROMOTION INSTITUTIONNELLE Référence HCL : Titre de l étude : ELABORATION DU PLAN DE MONITORING ADAPTE POUR UNE RECHERCHE BIOMEDICALE A PROMOTION INSTITUTIONNELLE Investigateur Coordonnateur : Méthode. Définition du niveau de risque

Plus en détail

Enjeux de la biologie haut débit en oncologie

Enjeux de la biologie haut débit en oncologie Enjeux de la biologie haut débit en oncologie Pascal BARBRY, CNRS, Sophia Antipolis o Les technologies haut-débit ont enrichi considérablement nos approches quantitatives en biologie. o Des applications

Plus en détail

LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE HÉPATITE CHRONIQUE B

LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE HÉPATITE CHRONIQUE B LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE HÉPATITE CHRONIQUE B Actualisation février 2009 Ce document est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de santé Service communication

Plus en détail

Les anomalies du système respiratoire humain S B I 3 U

Les anomalies du système respiratoire humain S B I 3 U Les anomalies du système respiratoire humain S B I 3 U Les amygdales Les amygdales: 2 organes situés dans le pharynx à l arrière de la gorge qui ont pour fonctions d empêcher l intrusion bactérienne. Amygdalite:

Plus en détail

IntegraGen Résultats annuels 2012

IntegraGen Résultats annuels 2012 Clinical Genomics Experts COMMUNIQUE DE PRESSE - DIFFUSION IMMEDIATE IntegraGen Résultats annuels 2012 Croissance du chiffre d affaires marquée par une hausse de 15% des commandes Premières ventes du test

Plus en détail

GRILLE SCORE LOGISTIQUE ET IMPACT

GRILLE SCORE LOGISTIQUE ET IMPACT Direction de la Politique Médicale (DPM) Formulaire Département de la Recherche clinique et du Développement (DRCD) GRILLE SCORE LOGISTIQUE ET IMPACT Méthode. Définition du niveau de risque de la recherche

Plus en détail

SESSION PARTAGE 1 Biologie Médicale - Laboratoire. SHARING SESSION 1 Medical Biology Laboratory testing. Modérateur / Moderator : Jean-Jacques ROUX

SESSION PARTAGE 1 Biologie Médicale - Laboratoire. SHARING SESSION 1 Medical Biology Laboratory testing. Modérateur / Moderator : Jean-Jacques ROUX 19 & 20 Nov 2013 SESSION PARTAGE 1 Biologie Médicale - Laboratoire SHARING SESSION 1 Medical Biology Laboratory testing Modérateur / Moderator : Jean-Jacques ROUX Intervenants / Speakers : Thinn Thinn

Plus en détail

RISQUE CARDIOVASCULAIRE ET METABOLIQUE

RISQUE CARDIOVASCULAIRE ET METABOLIQUE RISQUE CARDIOVASCULAIRE ET METABOLIQUE RAPPEL DEFINITIONS Hyperlipidémie g/l mmol/l Triglycérides < 2 < 2.2 Cholestérol Total

Plus en détail

Etude de la lysine acetyl transferase PCAF dans le développement du diabète et de l'obésité.

Etude de la lysine acetyl transferase PCAF dans le développement du diabète et de l'obésité. Etude de la lysine acetyl transferase PCAF dans le développement du diabète et de l'obésité. Tuteur : Jean-Sébastien Annicotte EGID CNRS UMR8199 Faculté de Médecine-Pôle Recherche, 2eme étage Bd J. Leclercq

Plus en détail

Charges virales basses sous traitement: définition impact virologique. Laurence Bocket Virologie CHRU de Lille

Charges virales basses sous traitement: définition impact virologique. Laurence Bocket Virologie CHRU de Lille XVIIe Journée Régionale de Pathologie Infectieuse 12 octobre 2010 Charges virales basses sous traitement: définition impact virologique Laurence Bocket Virologie CHRU de Lille conflits d intérêts subventions,

Plus en détail

Présentation du Groupe

Présentation du Groupe Présentation du Groupe Nestlé: Good Food, Good Life La société leader mondial dans la nutrition, la santé et le bien-être 2 Nestlé en un coup d'oeil : chiffres-clés ventes de CHF 108 milliards en 2009

Plus en détail

Maladie de Hodgkin ou lymphome de Hodgkin

Maladie de Hodgkin ou lymphome de Hodgkin Maladie de Hodgkin ou lymphome de Hodgkin Ce que vous devez savoir Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 www.cancer.ca MALADIE DE HODGKIN Ce que vous devez savoir Même si vous entendez parler du

Plus en détail

Biologie cellulaire. Perfectionnement à la culture cellulaire. Programme. ParTIe PraTIQUe. ParTIe THÉorIQUe. durée : 4 jours

Biologie cellulaire. Perfectionnement à la culture cellulaire. Programme. ParTIe PraTIQUe. ParTIe THÉorIQUe. durée : 4 jours Biologie cellulaire Perfectionnement à la culture cellulaire durée : 4 jours ingénieurs, chercheurs et chefs de projet connaissances de base en culture cellulaire ou validation du module «initiation à

Plus en détail

Manifeste pour une politique de l innovation industrielle dans les sciences de la vie

Manifeste pour une politique de l innovation industrielle dans les sciences de la vie Présidentielle 2012 Manifeste pour une politique de l innovation industrielle dans les sciences de la vie L innovation : moteur de l économie et de la compétitivité Nationale LES PROPOSITIONS DES ACTEURS

Plus en détail

Université Saint-Joseph

Université Saint-Joseph Université Saint-Joseph Faculté de pharmacie Actuellement, le métier de pharmacien est un métier polyvalent, ouvert à plusieurs activités dans le domaine de la santé individuelle et publique. Mis à part

Plus en détail

Biomarqueurs en Cancérologie

Biomarqueurs en Cancérologie Biomarqueurs en Cancérologie Définition, détermination, usage Biomarqueurs et Cancer: définition Anomalie(s) quantitative(s) ou qualitative(s) Indicative(s) ou caractéristique(s) d un cancer ou de certaines

Plus en détail

Hépatite chronique B Moyens thérapeutiques

Hépatite chronique B Moyens thérapeutiques Hépatite chronique B Moyens thérapeutiques Dr Olfa BAHRI Laboratoire de Virologie Clinique Institut Pasteur de Tunis INTRODUCTION Plus de 300. 10 6 porteurs chroniques de VHB dans le monde Hépatite chronique

Plus en détail