Guides pratiques d application du Règlement cosmétique

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Guides pratiques d application du Règlement cosmétique"

Transcription

1 Guides pratiques d application du Règlement cosmétique Juillet 2013

2 Règlement cosmétique Introduction Le 11 juillet 2013, le Règlement cosmétique (CE n 1223/2009) entre en application dans sa totalité. Ce règlement européen s adresse à l ensemble des pays qui composent l Union européenne ainsi que la Norvège, l Islande et le Liechtenstein. Le principe général de ce règlement, en obligeant les différents acteurs du marché à mettre en œuvre les moyens nécessaires pour garantir la conformité des produits cosmétiques mis sur le marché européen, est de renforcer la sécurité et la protection des consommateurs européens en matière de santé publique. Le Règlement cosmétique concerne ainsi non seulement les fabricants, mais également les distributeurs dont les parfumeurs détaillants. Ce règlement nécessite d intégrer des procédures dans l organisation des parfumeurs détaillants. C est pourquoi, afin d accompagner les parfumeurs détaillants dans la mise en place de leurs nouvelles obligations, la Fédération française de la parfumerie sélective (FFPS) a édité 4 guides, en ligne sur le site à partir du 4 juillet 2013 : Guide n 1 : Des obligations renforcées pour les distributeurs en parfumerie Guide n 2 : Les obligations des distributeurs à compter de la réception de la marchandise Guide n 3 : La gestion des effets indésirables graves Guide n 4 : La notification des produits cosmétiques Certains guides ont été complétés d une check-list ou d un formulaire de déclaration directement exploitables par les distributeurs. Il est précisé que ces nouvelles dispositions concernent aussi bien les produits vendus en magasin que ceux vendus en ligne ainsi que les échantillons gratuits. Un kit, à destination des conseillers et des conseillères de vente, qui présente de manière simplifiée le Règlement cosmétique, a également été élaboré par la FFPS. Il est proposé aux distributeurs qui souhaiteront l utiliser pour informer leur personnel. La FFPS remercie la FEBEA pour sa contribution dans l élaboration de ces guides. Si vous avez des doutes ou des questions sur l application du Règlement cosmétique, n hésitez pas à interroger la FFPS ( ou la FEBEA ( 2

3 Guide n 1 : Règlement cosmétique Des obligations renforcées pour les distributeurs en parfumerie Présentation Le 11 juillet 2013, le règlement européen (CE n 1223/2009) relatif aux produits cosmétiques sera applicable en totalité. Ce règlement remplacera la directive cosmétique 76/768/ CEE qui régit la composition, l étiquetage et l emballage des produits cosmétiques finis dans l Union européenne depuis Étant sous la forme d un règlement et non plus d une directive, la nouvelle législation devient immédiatement applicable sur le marché européen sans avoir besoin d être transposée dans les législations nationales. Les objectifs du Règlement cosmétique sont : harmoniser les législations des États membres en vue de permettre la libre circulation des produits cosmétiques sur le marché européen ; renforcer la protection des consommateurs ; réduire la bureaucratie et les coûts pour les entreprises. Définitions Le Règlement, comme l ancienne directive, donne des définitions précises des termes suivants : Produit cosmétique Est un produit cosmétique toute substance ou tout mélange destinés à être mis en contact avec les parties superficielles du corps humain (épiderme, systèmes pileux et capillaire, ongles, lèvres et organes génitaux externes) ou avec les dents et les muqueuses buccales en vue, exclusivement ou principalement : de les nettoyer, de les parfumer, d en modifier l aspect, de les protéger, de les maintenir en bon état, de corriger les odeurs corporelles. Tout produit mis sur le marché de l Union européenne qui relève de cette définition est soumis aux exigences du Règlement cosmétique, indépendamment de son circuit de distribution. 3

4 Fabricant Le fabricant est toute personne physique ou morale qui fabrique ou fait concevoir ou fabriquer un produit cosmétique, et commercialise ce produit sous son nom ou sa marque. Importateur Un importateur est toute personne physique ou morale établie dans l Union européenne qui met sur le marché communautaire un produit cosmétique provenant d un pays tiers. Distributeur Un distributeur est toute personne physique ou morale faisant partie de la chaîne d approvisionnement, autre que le fabricant ou l importateur, qui met un produit cosmétique à disposition sur le marché communautaire. Cela peut être le parfumeur détaillant. Utilisateur final Les utilisateurs finaux sont des consommateurs ou des professionnels qui utilisent le produit cosmétique. Mise à disposition La mise à disposition signifie toute fourniture d un produit cosmétique destiné à être distribué, consommé ou utilisé sur le marché communautaire dans le cadre d une activité commerciale, à titre onéreux ou gratuit. Cela peut être la mise en vente dans une parfumerie. Répartition des responsabilités dans la chaîne d approvisionnement La personne responsable Le Règlement prévoit la désignation, dans l Union européenne, d une personne responsable pour chaque produit cosmétique mis sur le marché de l Union européenne. Cette personne doit assumer la responsabilité de s assurer que chaque produit cosmétique qu elle met sur le marché de l Union européenne est conforme à toutes les exigences du Règlement. Pour un produit cosmétique fabriqué dans l Union européenne, ne faisant pas l objet, par la suite, d une exportation puis d une réimportation dans l Union, le fabricant établi dans l Union est la personne responsable. C est la situation que l on retrouvera le plus souvent. Pour un produit cosmétique importé, chaque importateur est la personne responsable du produit cosmétique spécifique qu il met sur le marché. Mise sur le marché La mise sur le marché signifie la première mise à disposition d un produit cosmétique sur le marché communautaire. 4

5 Le distributeur comme personne responsable Le Règlement cosmétique prévoit également qu un distributeur puisse être considéré comme la personne responsable dans des circonstances particulières : lorsque le distributeur met un produit cosmétique sur le marché communautaire sous son nom ou sa marque ; lorsqu il modifie un produit déjà mis sur le marché de telle manière que sa conformité aux exigences applicables risque d en être affectée. Le rôle du distributeur Si la sécurité du produit cosmétique doit être évaluée par la personne responsable, généralement le fabricant, le distributeur, censé agir avec diligence, doit assumer plus particulièrement les responsabilités suivantes dans le cadre de ses activités : vérifier la conformité de certains éléments de l étiquetage ; assurer la manutention et le stockage des produits lorsqu ils sont sous sa responsabilité ; coopérer avec les autorités compétentes, à leur demande. L obligation d informer les consommateurs sur les effets indésirables et sur les composants des produits cosmétiques incombe uniquement à la personne responsable. Toute requête reçue par les distributeurs doit donc être renvoyée à la personne responsable. Article 6 du Règlement cosmétique sur les obligations incombant aux distributeurs Les obligations suivantes incombent aux distributeurs : 1. Dans le cadre de leurs activités, lorsqu ils mettent un produit cosmétique à disposition sur le marché, les distributeurs agissent avec la diligence requise en ce qui concerne les exigences applicables. 2. Lorsque les distributeurs estiment ou ont des raisons de croire : qu un produit cosmétique n est pas en conformité avec les exigences prévues par le présent Règlement, ils ne peuvent mettre ce produit à disposition sur le marché qu après sa mise en conformité avec les exigences applicables ; qu un produit cosmétique qu ils ont mis à disposition sur le marché n est pas conforme au présent règlement, ils s assurent que les mesures correctives nécessaires sont prises pour mettre ce produit en conformité, le retirer ou le rappeler selon les cas. En outre, si le produit cosmétique présente un risque pour la santé humaine, les distributeurs en informent immédiatement la personne responsable et les autorités nationales compétentes des États membres où ils ont mis le produit à disposition, en fournissant des précisions, notamment sur la non-conformité et les mesures correctives adoptées. 5

6 Guide n 2 : Règlement cosmétique Les obligations des distributeurs à compter de la réception de la marchandise Trois obligations incombent au distributeur ou parfumeur détaillant à compter de la réception des produits cosmétiques : la vérification de l étiquette ; les conditions de conservation et de stockage (éventuellement de transport) ; la traçabilité. La vérification de l étiquette est obligatoire à chaque fois qu il y a un transfert physique ou de propriété des produits du fabricant vers la plate-forme/centrale d achat et/ou vers le magasin. La réalisation systématique de ces contrôles pouvant entraîner des difficultés pratiques chez les parfumeurs, la FFPS conseille d effectuer au moins un contrôle complet lors du référencement d un produit ou de sa première réception. Par la suite, les lots étant homogènes, la technique du sondage pourra être utilisée lors de chaque réception ; le contrôle de la date de durabilité minimale ne devant pas être négligé toutefois. Il est précisé, cependant, que le choix de la procédure de vérification des mentions obligatoires, l organisation interne de cette vérification et le nombre de produits vérifiés est de la responsabilité des distributeurs. L objectif étant pour les distributeurs d être en mesure de montrer aux autorités (notamment la DGCCRF) qu ils remplissent leurs obligations prévues à l article 6 du Règlement cosmétique. Étiquetage des produits cosmétiques Les distributeurs doivent vérifier sur l emballage des produits que certaines informations spécifiques sont bien présentes sur l étiquette, que les exigences linguistiques en vertu du droit national sont bien respectées et que la date de durabilité minimale, indiquée par les termes «utiliser avant la fin...» ou avec le symbole d un sablier : + mois + année, n est pas dépassée. Ces informations doivent être écrites de manière visible, lisible et indélébile. Il s agit donc d un contrôle de présence de certaines informations et non d un contrôle sur l exactitude de l information qui est du ressort de la personne responsable, généralement, le fabricant. Si le distributeur a des doutes concernant l exactitude de l étiquetage d un produit, il doit contacter la personne responsable et s abstenir d offrir le produit à la vente avant la clarification du statut du produit. 6

7 Point de contrôle n 1 : vérification de présence Le nom et l adresse de la personne responsable : si plusieurs adresses, l une d entre elles doit être soulignée ou mise en évidence un site Internet n est pas une adresse. Ces mentions peuvent être abrégées dans la mesure où l abréviation permet l identification de l entreprise et de son adresse. Le pays d origine : n est obligatoire que pour les produits importés dans l Union européenne. Le numéro de lot : pour les produits emballés, ce numéro doit être apposé sur les emballages primaires (le récipient) et secondaires (l étui). Il est permis que le numéro de lot n apparaisse pas sur le récipient en cas d impossibilité pratique en raison de la petite taille du produit. La liste des ingrédients : elle doit figurer sur l emballage extérieur des produits. Lorsque cela n est pas possible pour des raisons pratiques, l information figure sur une notice jointe ou attachée, une étiquette, une bande ou une carte à condition que cela soit indiqué sur l emballage par une courte explication ou par le symbole suivant : Lorsque, dans le cas du savon, des perles pour le bain ou d autres petits produits, la liste des ingrédients ne peut figurer sur une notice, étiquette, bande ou carte jointe, les informations doivent apparaître sur un écriteau placé à proximité immédiate des produits proposés à la vente. C est la personne responsable qui doit fournir ces informations au distributeur et celui-ci les place à proximité des produits. Point de contrôle n 2 : vérification de la langue Le contenu nominal : lorsque le contenu nominal indique le poids ou le volume du produit, il est exprimé avec l abréviation «g» ou «ml» dans toutes les langues de l Union européenne. S il indique un nombre de pièces, le contenu nominal doit être indiqué dans la langue du pays où les produits sont mis à la disposition des utilisateurs finaux. La date de durabilité minimale : lorsqu elle est présente, le distributeur doit s assurer que la date de durabilité minimale est indiquée par la phrase «À utiliser de préférence avant fin» dans la langue du pays où les produits sont mis à la disposition des utilisateurs finaux ou par le symbole + mois + année. Les précautions particulières d emploi : lorsqu elles figurent, le distributeur doit s assurer que les précautions particulières d emploi sont indiquées dans la langue du pays où les produits sont mis à la disposition des utilisateurs finaux. La fonction du produit : elle doit figurer sur l étiquette si elle ne ressort pas clairement de la présentation du produit. Cette information doit être donnée dans la langue du pays où les produits sont mis à la disposition des utilisateurs finaux. Par exemple, pour un vernis à ongles, la fonction n aura pas à être indiquée. 7

8 Point de contrôle n 3 : date ou durée La durabilité minimale : cette indication est obligatoire uniquement pour les produits dont la durabilité est de moins de 30 mois. La durabilité sera indiquée par les termes «Utiliser avant la fin» ou avec le symbole d un sablier + mois + année. Le distributeur vérifiera que la date n est pas dépassée. La durée de conservation du produit cosmétique est déterminée par la personne responsable. La période après ouverture (PaO) : pour les produits dont la durabilité est supérieure à 30 mois, la mention de la durée d utilisation après ouverture du récipient sera obligatoire. La PaO sera mentionnée avec le symbole du pot ouvert avec une indication de durée habituellement en mois, abrégée par un M. Ex. : signifie que le produit doit être utilisé dans les 12 mois après son ouverture. Pour certains produits (exemples, parfums, unidoses, airless, ), il n y aura pas besoin d information sur la date de durabilité minimale ou sur une période après ouverture. Cas particulier : les testeurs Les testeurs sont des produits cosmétiques comme les autres et doivent, à ce titre, respecter la réglementation. Cependant, ils ne sont pas proposés aux consommateurs avec leur emballage secondaire où figurent certaines informations. Dans la majorité des cas, les testeurs sont présentés à proximité immédiate des unités vente, ce qui répond alors à l obligation d information du consommateur. Pour vous aider dans cette obligation de contrôle, une checklist est proposée en annexe. Les conditions de conservation et de stockage ainsi que le transport Les distributeurs doivent s assurer, lorsqu un produit est sous leur responsabilité, que les conditions de stockage ou de transport ne compromettent pas sa conformité aux exigences prévues par le Règlement, ceci en prenant les mesures appropriées. Le Règlement cosmétique ne précise pas comment ces informations sont fournies aux distributeurs, ni comment les contrôles en sont assurés. Aussi, les distributeurs sont invités à consulter les accords de distribution signés avec leurs fournisseurs dans lesquels ils pourront, le cas échéant, trouver des indications ou des exigences spécifiques concernant les conditions appropriées pour le stockage des produits cosmétiques. 8

9 La traçabilité Dans une situation où existerait un risque grave associé à l utilisation d un produit, un système de traçabilité doit permettre de faciliter le retrait du produit et de fournir aux parties intéressées des informations spécifiques et précises pour identifier le produit. Le Règlement laisse à la personne responsable et aux distributeurs le soin de déterminer le système qui leur permettra de tracer les produits et de les identifier. Ainsi, chaque opérateur est libre de décider de la façon de mettre en œuvre son système interne de traçabilité pourvu qu il puisse recevoir, traiter et communiquer les informations à ses partenaires commerciaux. Les acteurs de la parfumerie sélective ont opté pour la mise en place d un système de traçabilité à la référence ou au numéro de lot. À la demande d une autorité compétente, les personnes responsables, généralement le fabricant, doivent être capables d identifier les distributeurs qu elles approvisionnent en produits cosmétiques et les distributeurs doivent être en mesure d identifier le fournisseur ou la personne responsable qui leur a fourni le produit cosmétique. Cette obligation n implique pas pour le distributeur d avoir un système dédié ; ce qui est important, c est d être capable de fournir la bonne information dans un minimum de temps. C est, par exemple, être en mesure de fournir les factures ou les bons de livraison. Cette obligation s applique pendant une période de trois ans à partir de la date à laquelle le lot du produit cosmétique a été mis à la disposition du distributeur. Les documents de traçabilité tels que les factures ou bons de livraison devront donc être conservés pendant trois ans. Les importateurs sont soumis à cette même obligation. Lorsqu un produit cosmétique aura été considéré comme non conforme, par exemple suite à des manquements relatifs à l étiquetage, il devra faire l objet d une mesure de retrait dans un souci de sécurité de l utilisateur final. La procédure de retrait proposée dans la parfumerie sélective est présentée dans le Manuel des bonnes pratiques logistiques de retrait des produits cosmétiques mis en ligne sur le site de la FFPS. 9

10 Liste de points de contrôle à effectuer par le parfumeur détaillant Tampon du parfumeur Date de livraison : N de commande : Fabricant/marque : N de lot : Produit : Exigence Sur récipient Sur emballage Oui Contrôle Non Observations Contrôle de la présence Nom et adresse de la personne responsable oui oui Pays d origine (sauf si fabriqué en dehors UE) non non Numéro de lot oui oui Liste des ingrédients non sauf si absence emballage oui Contrôle de la langue française Contenu nominal en g ou ml sauf si < 5 g ou 5 ml oui oui Précautions particulières d emploi Fonction du produit oui oui (sauf si notice pour raison pratique) oui oui (sauf si ressort de la présentation du produit) Date Si présence du + MMAA (Date de durabilité minimale) oui (si durabilité inférieure < 30 mois) oui (si durabilité inférieure < 30 mois) La date est-elle dépassée? Il est conseillé de conserver la présente fiche pendant trois ans en cas de contrôle des autorités compétentes. Elle pourra être agrafée avec le bon de livraison du produit concerné. Date du contrôle : Nom et signature de la personne en charge du contrôle : 10 Document élaboré par la FFPS

11 Guide n 3 : Règlement cosmétique La gestion des effets indésirables graves En application du Règlement cosmétique, la personne responsable et les distributeurs doivent participer au système de surveillance du marché en informant les autorités nationales compétentes des effets indésirables graves des produits cosmétiques dont ils ont eu connaissance. Ainsi, en cas d effets indésirables graves constatés, la personne responsable (généralement le fabricant) et les distributeurs notifient sans délai les renseignements suivants à l autorité compétente de l État membre où l effet indésirable grave a été constaté : tous les effets indésirables graves dont ils ont eu connaissance ou dont on peut raisonnablement s attendre à ce qu ils aient connaissance ; le nom du produit cosmétique concerné, permettant son identification spécifique ; les mesures correctives qu ils ont prises le cas échéant. Si l effet indésirable grave constaté est en France, l autorité compétente sera l Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM, En outre, les responsables de la mise sur le marché français de produits cosmétiques importés pour la première fois d un État non membre de l Union européenne ou non partie à l Espace économique européen doivent, dès lors que leurs produits ne répondent pas aux exigences de l article L du code de la consommation, en informer immédiatement la direction générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des fraudes (DGCCRF). Cette obligation de notification des effets indésirables graves à l autorité compétente pèse en première ligne sur le distributeur ou parfumeur détaillant. Cependant, c est la personne responsable (le fabricant) qui a la meilleure connaissance du produit cosmétique. Les deux acteurs auront donc tout intérêt à collaborer de façon étroite dans la gestion du dossier. Le distributeur ou parfumeur qui aura été informé par sa ou son client(e) d effets indésirables graves suite à l utilisation d un produit cosmétique acheté chez lui devra se rapprocher sans délai du fabricant, plus précisément la personne en charge de la cosmétovigilance, pour coordonner leurs actions afin de répondre à son obligation de notification. 11

12 Qu est-ce qu un effet indésirable grave? Événement indésirable : toute réaction nocive pour la santé humaine qui est spontanément rapportée par des consommateurs, des professionnels de santé, des autorités compétentes, survenue pendant ou après l utilisation normale ou raisonnablement prévisible d un produit cosmétique, pas nécessairement liée au produit. Effet indésirable : tout événement indésirable confirmé, imputable à l usage normal ou raisonnablement prévisible d un produit cosmétique donné. Effet indésirable grave : effet indésirable entraînant une incapacité fonctionnelle temporaire ou permanente, un handicap, une hospitalisation, des anomalies congénitales, un risque vital immédiat ou un décès. Imputabilité : analyse du lien de causalité entre un produit et un événement ou un effet indésirables. Conditions d utilisation d un produit Usage normal : c est une utilisation conforme à l usage habituel et/ou reconnu du produit cosmétique et/ou aux recommandations de son mode d emploi. Abus/mésusage : c est une utilisation excessive ou insuffisante, volontaire ou non, permanente ou intermittente, non conforme aux recommandations du mode d emploi du produit cosmétique et/ou à son usage habituel et/ou reconnu. La notification des effets indésirables La personne responsable (généralement le fabricant) et le distributeur, en fonction de l analyse des données recueillies et de l imputabilité établie, décideront de la nécessité de notifier ou pas les effets indésirables graves aux autorités compétentes (l ANSM pour la France). À cet effet, trois paramètres successifs devront être pris en compte : vérifier l existence de l effet indésirable (produit et déclarant identifiables) ainsi que les conditions dans lesquelles le produit a été utilisé (mésusage ou non) ; s assurer que les effets indésirables peuvent être attribués au produit et déterminer s il y a un lien de causalité entre le produit en cause et l effet indésirable (imputabilité). En l absence de certitude, il faut quand même notifier ; déterminer la gravité de l effet indésirable conformément aux critères d analyse (hospitalisation, incapacité fonctionnelle temporaire, incapacité fonctionnelle transitoire, handicap, risque vital immédiat, décès). Dans cette démarche, le recueil des informations sera primordial. 12 Mésusage : une utilisation non conforme à la destination du produit, à son usage habituel ou à son mode d emploi ou aux précautions particulières d emploi.

13 Le recueil des informations Lorsqu un(e) client(e) sera victime d effets indésirables graves suite à l utilisation d un produit cosmétique, il est fort probable qu il/elle ou un de ses proches s adressera spontanément au commerçant (parfumeur) qui lui a vendu le produit. Ce contact est important car il permettra de recueillir les premières informations utiles et nécessaires au distributeur dans sa prise en charge du dossier de cosmétovigilance. Le distributeur ou parfumeur détaillant est donc invité à poser des questions précises concernant notamment : l identification du consommateur (âge, date de naissance, sexe ) ; l identification du produit (nom du produit, numéro de lot, date de la première utilisation ) ; une description sommaire des symptômes ; la chronologie d apparition et de disparition (ou évolution) des effets indésirables ; les conséquences (consultations médicales, hospitalisation) et les antécédents médicaux pertinents. Un formulaire de déclaration à envoyer aux autorités compétentes a été élaboré dans le cadre du Règlement cosmétique (en annexe). Il doit être rempli et transmis par le distributeur. Ce document étant rédigé en anglais, la FFPS a procédé à sa traduction qui est également jointe en annexe. Mais, en tout état de cause, c est le document rédigé en anglais qui devra être transmis à l ANSM. Coordination avec la personne responsable (fabricant) Le parfumeur, surtout s il est indépendant, aura tout intérêt à s adresser au fabricant afin de coordonner avec lui la prise en charge du dossier, ceci dans l intérêt de tous. À cet effet, il est invité à collaborer de manière très étroite avec le fabricant pour remplir le formulaire de déclaration. D où l importance pour le distributeur de disposer du nom et des coordonnées (à jour) de la personne en charge de la cosmétovigilance chez ses principaux fournisseurs. À ce titre, le parfumeur pourra consulter l annuaire des personnes responsables de la cosmétovigilance chez les fabricants publié par GS1 et localisé dans le blog Parfumerie sélective : (accès libre). En fonction de la nature et de la gravité des effets indésirables, le distributeur et le fabricant pourront décider du retrait du produit incriminé. Ce retrait pourra se faire selon la procédure détaillée dans le Manuel des bonnes pratiques logistiques de retrait des produits cosmétiques dans la parfumerie sélective. ai 13

14 Les délais de notification La personne responsable et le distributeur disposent d un délai de 20 jours calendaires pour rapporter un effet indésirable grave dès réception de l information par le distributeur. Les sanctions Le fait pour le distributeur ou la personne responsable de ne pas signaler aux autorités compétentes, dès qu ils en ont connaissance et par tout moyen, tous les effets indésirables graves est puni de deux ans d emprisonnement et de euros d amende. Ce court délai implique de la part du distributeur : une prise en compte et une gestion sérieuses de la plainte du ou de la cliente ; le recueil précis des informations et le remplissage correct du formulaire de déclaration ; une collaboration étroite avec la personne en charge de la cosmétovigilance chez la personne responsable afin de répondre à son obligation de notification dans les meilleures conditions possible. 14

15 Guide n 4 : Règlement cosmétique La notification des produits cosmétiques en tant que distributeur Cette fiche s adresse au distributeur qui devient la personne responsable lorsqu il : met un produit cosmétique sur le marché sous son nom ou sa marque ; modifie un produit déjà mis sur le marché de telle manière que sa conformité aux exigences applicables risque d en être affectée. La traduction dans une langue des informations relatives à un produit cosmétique déjà mis sur le marché n est pas considérée comme une modification de ce produit de nature à affecter sa conformité aux exigences applicables du Règlement cosmétique. Notification par la personne responsable Avant la mise sur le marché d un produit cosmétique : la personne responsable transmet des informations à la Commission européenne par des moyens électroniques. C est ce qu on appelle la notification ; la notification se fait en ligne sur le portail dédié : ; seuls ont accès au portail à l aide de mots de passe : - la personne responsable ; - le distributeur ; - les autorités compétentes ; - les centres antipoison (qui sont les seuls à avoir accès à la composition des produits). Informations à notifier par la personne responsable La personne responsable devra préciser les informations suivantes : la catégorie du produit et son(ses) nom(s) afin de permettre son identification spécifique ; le nom et l adresse de la personne responsable ; le pays d origine en cas d importation ; l État membre dans lequel le produit doit être mis sur le marché ; les coordonnées d une personne physique à contacter en cas de nécessité ; la présence de substances sous forme de nanomatériaux ; les substances classées CMR 1A ou 1B (annexe VI, partie 3 du Règlement 1272/2008) ; la formulation-cadre permettant un traitement médical prompt et approprié en cas de troubles ; l étiquetage original et, si elle est raisonnablement lisible, une photographie de l emballage correspondant. 15

16 Notification par le distributeur Lorsqu un distributeur met à disposition dans un État membre un produit cosmétique déjà mis sur le marché d un autre État membre et traduit, de sa propre initiative, tout élément de l étiquetage de ce produit, il notifie : la catégorie du produit, son nom dans l État membre d origine et son nom dans l État membre où il est mis à disposition afin de permettre son identification spécifique ; l État membre dans lequel le produit est mis à disposition ; ses nom et adresse ; le nom et l adresse de la personne responsable. Pour ce faire, il doit créer son profil d accès distributeur sur le portail de notification CPNP. Cette disposition est obligatoire à compter du 11 juillet Cas particulier Lorsqu un produit cosmétique a été mis sur le marché avant le 11 juillet 2013 (date de la mise en application totale du Règlement cosmétique) mais n est plus sur le marché à compter de cette date par la personne responsable, et qu un distributeur après cette date introduit ce produit dans un État membre où il n a pas été précédemment mis à disposition, le distributeur communique à la personne responsable : Destinataires des informations notifiées Les autorités compétentes : en France, l Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM). Les informations transmises seront utilisées à des fins de surveillance et d analyse du marché et d information des consommateurs (en cas de non-conformité par la personne responsable ou les distributeurs). Les centres antipoison et les structures assimilées. Les informations transmises seront utilisées par ces organismes uniquement à des fins de traitement médical. Un manuel utilisateur (version anglaise uniquement) est disponible en ligne : cpnp/resources/userguide/ /cpnp_ user_guide_en.pdf 16 la catégorie du produit, son nom dans l État membre d origine et son nom dans l État membre où il est mis à disposition afin de permettre son identification rapide ; l État membre dans lequel le produit cosmétique est mis à disposition ; ses nom et adresse. La personne responsable doit ensuite notifier le produit.

17 Fédération Française de la Parfumerie Sélective 8, rue de la Terasse Paris Tél. : Fax : Contact : La diffusion et l utilisation de ce guide sont exclusivement réservées aux adhérents de la FFPS. Contact presse : More Consulting : Tél. : Crédits photo : istockphoto & Fotolia

Livret d application du Règlement cosmétique. Spécial conseillers et conseillères de vente

Livret d application du Règlement cosmétique. Spécial conseillers et conseillères de vente Livret d application du Règlement cosmétique Spécial conseillers et conseillères de vente Juillet 2013 Le Règlement Cosmétique Présentation Juillet 2013 Fiche n 1 :Règlement cosmétique Présentation Le

Plus en détail

PHARMACIENS, VOUS ÊTES DISTRIBUTEURS DE PRODUITS COSMÉTIQUES : FAITES LE POINT SUR VOS OBLIGATIONS!

PHARMACIENS, VOUS ÊTES DISTRIBUTEURS DE PRODUITS COSMÉTIQUES : FAITES LE POINT SUR VOS OBLIGATIONS! PHARMACIENS, VOUS ÊTES DISTRIBUTEURS DE PRODUITS COSMÉTIQUES : FAITES LE POINT SUR VOS OBLIGATIONS! Le nouveau Règlement européen (CE) n 1223/2009 relatif aux produits cosmétiques reprend l ensemble des

Plus en détail

Questions/Réponses REGLEMENTATION DES PRODUITS COSMETIQUES

Questions/Réponses REGLEMENTATION DES PRODUITS COSMETIQUES Questions/Réponses REGLEMENTATION DES PRODUITS COSMETIQUES Ce document s adresse principalement aux futurs professionnels de la cosmétique qui souhaitent connaître les bases de la réglementation relative

Plus en détail

ADDENDUM AU MANUEL D APPLICATION PRATIQUE DU RÈGLEMENT INN

ADDENDUM AU MANUEL D APPLICATION PRATIQUE DU RÈGLEMENT INN ADDENDUM AU MANUEL D APPLICATION PRATIQUE DU RÈGLEMENT INN Ce document est un addendum à la première édition du manuel d application pratique du règlement (CE) n 1005/2008 du Conseil du 29 septembre 2008

Plus en détail

Marquage CE Mode d emploi SOMMAIRE : I. Les produits concernés

Marquage CE Mode d emploi SOMMAIRE : I. Les produits concernés Marquage CE Mode d emploi Août 2014 SOMMAIRE : I. Les produits concernés II. Les acteurs concernés a. Le fabricant b. Le mandataire c. L importateur d. Le distributeur III. La mise en conformité des produits

Plus en détail

COMMISSION EUROPÉENNE

COMMISSION EUROPÉENNE 2.8.2013 Journal officiel de l Union européenne C 223/1 (Communications) COMMUNICATIONS PROVENANT DES INSTITUTIONS, ORGANES ET ORGANISMES DE L'UNION EUROPÉENNE COMMISSION EUROPÉENNE Lignes directrices

Plus en détail

Système d alerte rapide des denrées alimentaires et des aliments pour animaux RASFF

Système d alerte rapide des denrées alimentaires et des aliments pour animaux RASFF Organisme pour la sécurité et la qualité de la chaîne alimentaire P. 1/10 1. DOMAINE D APPLICATION...2 2. NECESSITE DU DOCUMENT...2 3. BASE LÉGALE...2 4. DÉFINITIONS...2 5. POINT DE CONTACT...3 5.1. GESTION

Plus en détail

Sommaire 2 ILNAS 04/12/2015

Sommaire 2 ILNAS 04/12/2015 Fit 4 Conformity Directive 2006/95/CE & 2014/35/UE concernant la mise à disposition sur le marché du matériel électrique destiné à être employé dans certaines limites de tension Romain Nies Chef de service

Plus en détail

Compléments alimentaires et cosmétiques Aspects légaux de l étiquetage

Compléments alimentaires et cosmétiques Aspects légaux de l étiquetage Compléments alimentaires et cosmétiques Aspects légaux de l étiquetage Roos De Brabandere VITASANA 2009 Contenu Compléments alimentaires - quelle législation est-elle d application? - exigences légales

Plus en détail

Nouvel étiquetage des produits chimiques à partir de fin 2010 : soyez prêt!

Nouvel étiquetage des produits chimiques à partir de fin 2010 : soyez prêt! Entreprise Europe Nord-Pas de Calais Nouvel étiquetage des produits chimiques à partir de fin 2010 : soyez prêt! Le règlement européen 1272/2008 ou CLP (pour Classification, Labelling, Packaging, c est-à-dire

Plus en détail

Garantir aux enfants une protection maximale. Commission européenne DG Entreprises et industrie

Garantir aux enfants une protection maximale. Commission européenne DG Entreprises et industrie SÉCURITÉ DES JOUETS Garantir aux enfants une protection maximale Commission européenne DG Entreprises et industrie Fotolia Orange Tuesday L Union européenne (UE) compte environ 80 millions d enfants de

Plus en détail

PROFESSIONNELS DE L'ESTHÉTIQUE, VOUS VENDEZ OU APPLIQUEZ DES PRODUITS COSMETIQUES SUR LA PEAU DE VOS CLIENTS FAITES LE POINT SUR VOS OBLIGATIONS!

PROFESSIONNELS DE L'ESTHÉTIQUE, VOUS VENDEZ OU APPLIQUEZ DES PRODUITS COSMETIQUES SUR LA PEAU DE VOS CLIENTS FAITES LE POINT SUR VOS OBLIGATIONS! PROFESSIONNELS DE L'ESTHÉTIQUE, VOUS VENDEZ OU APPLIQUEZ DES PRODUITS COSMETIQUES SUR LA PEAU DE VOS CLIENTS FAITES LE POINT SUR VOS OBLIGATIONS! I - Le nouveau Règlement européen (CE) n 1223/2009 Relatif

Plus en détail

FAITES LE POINT SUR VOS OBLIGATIONS!

FAITES LE POINT SUR VOS OBLIGATIONS! Professionnels de la Beauté et du Bien-être Vous êtes Esthéticienne,SPA Praticienne,Conseillère de Beauté Spa Manager,Responsable d institut ou de Parfumerie, Chef d entreprise Pour respecter le règlement

Plus en détail

Questions/Réponses. 1. Système de pharmacovigilance

Questions/Réponses. 1. Système de pharmacovigilance Questions/Réponses Questions faisant suite à la publication du décret n 2012-1244 du 8 novembre 2012 relatif au renforcement des dispositions en matière de sécurité des médicaments à usage humain soumis

Plus en détail

Le marquage CE vous ouvre les portes du marché européen!

Le marquage CE vous ouvre les portes du marché européen! Le marquage CE vous ouvre les portes du marché européen! Commission européenne Entreprises et industrie Table des matières Qu est-ce que le marquage CE? Qu est-ce que le marquage CE? 3 Obligations légales

Plus en détail

1. DÉCLARATION AU PIF 2 2. CONTRÔLES 2 3. TRANSPORT VERS UN FOURNISSEUR DE NAVIRE 3 4. LES CONDITIONS D AGRÉMENT DES FOURNISSEURS DE NAVIRES 3

1. DÉCLARATION AU PIF 2 2. CONTRÔLES 2 3. TRANSPORT VERS UN FOURNISSEUR DE NAVIRE 3 4. LES CONDITIONS D AGRÉMENT DES FOURNISSEURS DE NAVIRES 3 FOURNISSEUR DE NAVIRES 1. DÉCLARATION AU PIF 2 2. CONTRÔLES 2 3. TRANSPORT VERS UN FOURNISSEUR DE NAVIRE 3 4. LES CONDITIONS D AGRÉMENT DES FOURNISSEURS DE NAVIRES 3 5. LES CONDITIONS D APPROVISIONNEMENT,

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES POUR LA NOTIFICATION DES EIG

LIGNES DIRECTRICES POUR LA NOTIFICATION DES EIG LIGNES DIRECTRICES POUR LA NOTIFICATION DES EIG 1. Introduction Le règlement (CE) n 1223/2009 relatif aux produits cosmétiques («règlement Cosmétiques») 1 a jeté les fondements d une gestion uniforme des

Plus en détail

Désignation/mise en place des points focaux nationaux RSI

Désignation/mise en place des points focaux nationaux RSI 1 GUIDE DES POINTS FOCAUX NATIONAUX RSI Désignation/mise en place des points focaux nationaux RSI 1. Introduction Le Règlement sanitaire international (2005) (RSI(2005)) définit un point focal national

Plus en détail

«Le partage des données à caractère personnel et le respect de la vie privée à domicile»

«Le partage des données à caractère personnel et le respect de la vie privée à domicile» Conférence Le Point «Maison connectée et intelligente» Paris, 28 mars 2013 Peter Hustinx Contrôleur européen de la protection des données «Le partage des données à caractère personnel et le respect de

Plus en détail

Autres dispositions de la directive 2011/62/UE et points divers

Autres dispositions de la directive 2011/62/UE et points divers Autres dispositions de la directive 2011/62/UE et points divers Inspection des établissements pharmaceutiques évolution de la réglementation Virginie RIBEIRO Chef du pôle IPPLF 2 Direction de l inspection

Plus en détail

Quelles sont les obligations légales et réglementaires de conservation des données informatisées?

Quelles sont les obligations légales et réglementaires de conservation des données informatisées? Quelles sont les obligations légales et réglementaires de conservation des données informatisées? Intervenants : Valérie PAROT - AVOCAT Bruno DENIS - VIF SOMMAIRE Informatique et données de l entreprise?

Plus en détail

RECOMMANDATIONS COMMISSION

RECOMMANDATIONS COMMISSION L 120/20 Journal officiel de l Union européenne 7.5.2008 RECOMMANDATIONS COMMISSION RECOMMANDATION DE LA COMMISSION du 6 mai 2008 relative à l assurance qualité externe des contrôleurs légaux des comptes

Plus en détail

EXIGENCES ASSURANCE QUALITÉ SOUS-TRAITANT & FOURNISSEUR SOMMAIRE :

EXIGENCES ASSURANCE QUALITÉ SOUS-TRAITANT & FOURNISSEUR SOMMAIRE : Page 1/7 Indice Date Objet Rédigé par Visa Vérifié par Visa Approuvé par Visa B 19/01/2006 Changement de logo S. LE NAGUARD J. ROBERT Ph. EVENAT C 27/10/2006 Distinction fournisseur / sous-traitant. A.

Plus en détail

FAQ FCM. Abréviations : FCM : Food Contact Materials. DC: Déclaration de conformité. LMS : Limite de migration spécifique

FAQ FCM. Abréviations : FCM : Food Contact Materials. DC: Déclaration de conformité. LMS : Limite de migration spécifique FAQ FCM Abréviations : FCM : Food Contact Materials DC: Déclaration de conformité LMS : Limite de migration spécifique 1. Quels opérateurs actifs dans la chaîne alimentaire doivent posséder et conserver

Plus en détail

L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures d autorisation préalable

L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures d autorisation préalable COMMISSION EUROPÉENNE Direction générale des entreprises et de l industrie Document d orientation 1 Bruxelles, le 1 er février 2010 - L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures

Plus en détail

POITIERS le 28 Mars 2013. Règlement Produit Construction Le rôle des différents acteurs. Pascal BAR

POITIERS le 28 Mars 2013. Règlement Produit Construction Le rôle des différents acteurs. Pascal BAR POITIERS le 28 Mars 2013 Règlement Produit Construction Le rôle des différents acteurs Pascal BAR 1 Obligations pour les fabricants 1. Détermination du «produit-type» Déclarer l usage attendu du produit

Plus en détail

RECEPTION, TRAITEMENT ET SUIVI DES RECLAMATIONS

RECEPTION, TRAITEMENT ET SUIVI DES RECLAMATIONS périmètre Rédacteur Diffusion SOC SOC D2R Conseil D2R Conseil Tous Date de Rédaction 1 er Août 2012 Date de 1ère application 1 er Sept 2012 Commentaire Modification suite nouvelle Instruction AMF N 2012-07

Plus en détail

FICHE PRATIQUE. CLP : Classification, étiquetage et emballage des produits chimiques. Contexte : classifier et identifier les substances chimiques

FICHE PRATIQUE. CLP : Classification, étiquetage et emballage des produits chimiques. Contexte : classifier et identifier les substances chimiques FICHE PRATIQUE CLP : Classification, étiquetage et emballage des produits chimiques Contexte : classifier et identifier les substances chimiques «En vue de faciliter les échanges internationaux tout en

Plus en détail

JORF n 0024 du 28 janvier 2012. Texte n 14

JORF n 0024 du 28 janvier 2012. Texte n 14 Le 30 janvier 2012 JORF n 0024 du 28 janvier 2012 Texte n 14 DECRET Décret n 2012-100 du 26 janvier 2012 relatif à l immatriculation des intermédiaires en opérations de banque et en services de paiements,

Plus en détail

DOSSIER EVALUATION D UN DISPOSITIF MEDICAL STERILE (DMS) COMITE DES DISPOSITIFS MEDICAUX STERILES (CODIMS) CENTRAL AP-HP

DOSSIER EVALUATION D UN DISPOSITIF MEDICAL STERILE (DMS) COMITE DES DISPOSITIFS MEDICAUX STERILES (CODIMS) CENTRAL AP-HP DOSSIER EVALUATION D UN DISPOSITIF MEDICAL STERILE (DMS) COMITE DES DISPOSITIFS MEDICAUX STERILES (CODIMS) CENTRAL AP-HP Préambule important aux industriels: ne pas déposer de dossier directement auprès

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION. S o m m a i r e SÉCURITÉ DES JOUETS

RECUEIL DE LEGISLATION. S o m m a i r e SÉCURITÉ DES JOUETS MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg 1929 1623 MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N 120 110 1522 juillet mai 2009 2013 S o m m a i r e SÉCURITÉ DES

Plus en détail

Ref : ASTRIUM.F.0061 Issue : 1 Rev. : 0 Date : 19/01/2011 Page : 1 / 9

Ref : ASTRIUM.F.0061 Issue : 1 Rev. : 0 Date : 19/01/2011 Page : 1 / 9 Page : 1 / 9 Exigences applicables aux Fournisseurs d Astrium résultant des Législations relatives à la Protection de l Environnement et à la Santé des Travailleurs La version actuelle applicable de ce

Plus en détail

Fiche pratique n 22: la protection des données personnelles. I. Les conditions de licéité des traitements de données à caractère personnel

Fiche pratique n 22: la protection des données personnelles. I. Les conditions de licéité des traitements de données à caractère personnel Fiche pratique n 22: la protection des données personnelles Savoir protéger vos données personnelles dans le monde d aujourd hui est primordial. Sachez que la loi vous offre des droits spécifiques que

Plus en détail

Note de présentation

Note de présentation Note de présentation Objet : Projet de décret d application de la loi n 24-09 relative à la sécurité des produits et des services et complétant le dahir du 9 ramadan 1331 (12 aout 1913) formant code des

Plus en détail

DOSSIER-TYPE DE DEMANDE D AUTORISATION DE CREATION D UN SITE INTERNET DE COMMERCE ELECTRONIQUE DE MEDICAMENTS

DOSSIER-TYPE DE DEMANDE D AUTORISATION DE CREATION D UN SITE INTERNET DE COMMERCE ELECTRONIQUE DE MEDICAMENTS DOSSIER-TYPE DE DEMANDE D AUTORISATION DE CREATION D UN SITE INTERNET DE COMMERCE ELECTRONIQUE DE MEDICAMENTS N.B. : la règlementation relative à la vente de médicaments par internet est susceptible de

Plus en détail

2 Rencontres Rhône-Alpine de FMC en Allergologie

2 Rencontres Rhône-Alpine de FMC en Allergologie 2 Rencontres Rhône-Alpine de FMC en Allergologie ALLERGIES ALIMENTAIRES LES ACTIONS DU GROUPE CASINO Philippe IMBERT : Directeur Qualité Groupe pimbert@groupe-casino.fr 01 61 44 70 86 Sommaire Le Groupe

Plus en détail

Banque Carrefour de la Sécurité Sociale

Banque Carrefour de la Sécurité Sociale Ce document vous est offert par la Banque Carrefour de la sécurité sociale. Il peut être diffusé librement, à condition de mentionner la source et l URL Banque Carrefour de la Sécurité Sociale Chaussée

Plus en détail

CHARTE QUALITÉ FOURNISSEURS

CHARTE QUALITÉ FOURNISSEURS 20/05/2005 CHARTE QUALITÉ FOURNISSEURS INSTRUCTIONS REF. ISP.10.IN.06 B Etabli par : Vérifié par : Approuvé par : Marie GREGOIRE Marie GREGOIRE Franck SAUVAGEOT Marie GREGOIRE En Rédaction Marie GREGOIRE

Plus en détail

ACTE CONSTITUTIF du Groupement de Commandes «ENERGIES VIENNE» pour l achat d Energies

ACTE CONSTITUTIF du Groupement de Commandes «ENERGIES VIENNE» pour l achat d Energies ACTE CONSTITUTIF du Groupement de Commandes «ENERGIES VIENNE» pour l achat d Energies PREAMBULE Les tarifs réglementés de vente de gaz naturel et d électricité appliqués en France seront progressivement

Plus en détail

RÈGLEMENT DE CONSULTATION MAPA POUR LA FOURNITURE DE PRODUITS ET DE PETITS MATERIELS D ENTRETIEN 01.03.2015 29.02.2016

RÈGLEMENT DE CONSULTATION MAPA POUR LA FOURNITURE DE PRODUITS ET DE PETITS MATERIELS D ENTRETIEN 01.03.2015 29.02.2016 Lycée Marie de Champagne Représenté par M. Gobert en sa qualité de Proviseur 13, rue de la Reine Blanche BP 393 10026 Troyes cedex 03.25.71.78.00 Fax : 03.25.71.78.16 int.0100023w@ac-reims.fr RÈGLEMENT

Plus en détail

Agence Fédérale pour la Sécurité de la Chaîne Alimentaire

Agence Fédérale pour la Sécurité de la Chaîne Alimentaire Agence Fédérale pour la Sécurité de la Chaîne Alimentaire Circulaire relative aux conditions d exportation en vue d être conforme aux exigences spécifiques des pays tiers au niveau des limites maximales

Plus en détail

Cette directive doit encore être transposée dans le droit belge. Le délai de transposition expire le 30 avril 2006.

Cette directive doit encore être transposée dans le droit belge. Le délai de transposition expire le 30 avril 2006. Date: 10-05-2006 M.B. : 26-05-2006 Circulaire relative au dépassement du délai de transposition de la directive 2004/38 relative au séjour des ressortissants U.E. et des membres de leur famille Prolongation

Plus en détail

Guide pour e-commerçants

Guide pour e-commerçants Guide pour e-commerçants Explications claires des obligations légales des e-commerçants Conseils pratiques pour mettre votre site en conformité Modèles de textes faciles à adapter Mars 2015 Glynnis Makoundou

Plus en détail

International Featured Standard. Champs obligatoires à compléter dans le rapport d audit IFS

International Featured Standard. Champs obligatoires à compléter dans le rapport d audit IFS International Featured Standard Champs obligatoires à compléter dans le IFS Champs obligatoires à compléter dans le IFS Avril 2009 Préface Les exigences suivantes, à compléter de manière systématique par

Plus en détail

Prêt et dépôt de dispositifs médicaux

Prêt et dépôt de dispositifs médicaux Prêt et dépôt de dispositifs médicaux En pratique, quelles situations? (1/3) Dispositifs médicaux Réutilisables Ancillaires Équipements Usage unique Implantable Prêt Dépôt Date - 2 En pratique, quelles

Plus en détail

Charte des fournisseurs d électricité

Charte des fournisseurs d électricité Charte des fournisseurs d électricité dans le cadre de leur relation avec une clientèle professionnelle Depuis le 1er juillet 2004, tous les clients professionnels peuvent choisir librement leur fournisseur

Plus en détail

PROCEDURE CONCERNANT LES MODALITES D ENVOI DES LETTRES AUX PROFESSIONNELS DE LA SANTE (DHPC s)

PROCEDURE CONCERNANT LES MODALITES D ENVOI DES LETTRES AUX PROFESSIONNELS DE LA SANTE (DHPC s) PROCEDURE CONCERNANT LES MODALITES D ENVOI DES LETTRES AUX PROFESSIONNELS DE LA SANTE (DHPC s) 8/10/2015 (v2) La présente procédure a été rédigée à l initiative des représentants de l industrie (pharma.be,

Plus en détail

Tremplins de la Qualité. Tome 2

Tremplins de la Qualité. Tome 2 Tome 2 CET OUVRAGE EST UN GUIDE D INTERPRETATION DE LA NORME NF EN ISO 9001 VERSION 2000 AVANTPROPOS Ce guide d aide à la rédaction du Manuel de Management de la Qualité a été rédigé par la Fédération

Plus en détail

Bonnes Pratiques Cliniques Décision du 24 novembre 2006 Parution au JO du 30 novembre 2006 Modifications par arrêtés du 22 septembre 2011

Bonnes Pratiques Cliniques Décision du 24 novembre 2006 Parution au JO du 30 novembre 2006 Modifications par arrêtés du 22 septembre 2011 Véronique JOUIS, Coordination des ARCs - Responsable Logistique Laurence GUERY, ARC - Responsable Assurance Qualité Unité de Recherche Clinique du GH Lariboisière - Saint-Louis Coordonnateur Pr Eric VICAUT

Plus en détail

Entreprises étrangères travaillant en France

Entreprises étrangères travaillant en France Entreprises étrangères travaillant en France QUELLES SONT LEURS OBLIGATIONS? Si les entreprises sont établies sur le territoire de l Union européenne, elles peuvent «librement» effectuer des travaux en

Plus en détail

ANNEXE I INSTRUCTIONS AUX FONCTIONNAIRES DES GREFFES POUR LA GESTION ET LA MISE A EXECUTION DES DECISIONS PENALES CONDAMNANT A UNE PEINE D AMENDE

ANNEXE I INSTRUCTIONS AUX FONCTIONNAIRES DES GREFFES POUR LA GESTION ET LA MISE A EXECUTION DES DECISIONS PENALES CONDAMNANT A UNE PEINE D AMENDE ANNEXE I INSTRUCTIONS AUX FONCTIONNAIRES DES GREFFES POUR LA GESTION ET LA MISE A EXECUTION DES DECISIONS PENALES CONDAMNANT A UNE PEINE D AMENDE PRINCIPES GENERAUX Les dispositions du décret pris en application

Plus en détail

3 - Sélection des fournisseurs... 4. 4 Marche courante... 5. 4.1 Conditionnement Transport... 5. 4.2 Livraison... 5

3 - Sélection des fournisseurs... 4. 4 Marche courante... 5. 4.1 Conditionnement Transport... 5. 4.2 Livraison... 5 1 SOMMAIRE 1 Introduction... 3 2 Principes... 3 3 - Sélection des fournisseurs... 4 4 Marche courante... 5 4.1 Conditionnement Transport... 5 4.2 Livraison... 5 4.3 - Garantie qualité / Conformité... 5

Plus en détail

PREAMBULE Dossier type de demande d agrément sanitaire pour la profession de Crémier-Fromager-Affineur

PREAMBULE Dossier type de demande d agrément sanitaire pour la profession de Crémier-Fromager-Affineur PREAMBULE Dossier type de demande d agrément sanitaire pour la profession de Crémier-Fromager-Affineur Introduction et champ d application La FNDPL (Fédération Nationale des Détaillants en Produits Laitiers)

Plus en détail

Session 4 : Assurer la qualité des produits sur toute la chaîne logistique

Session 4 : Assurer la qualité des produits sur toute la chaîne logistique Session 4 : Assurer la qualité des produits sur toute la chaîne logistique Points de contrôle potentiels de l Assurance Qualité tout au long de la chaîne logistique 1. Matières premières / composants 2.

Plus en détail

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale 1 Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale CSSS/11/127 DÉLIBÉRATION N 11/083 DU 8 NOVEMBRE 2011 AUTORISANT LES MAISONS DE SOINS PSYCHIATRIQUES ET LES INITIATIVES

Plus en détail

Recommandation n 18 relative sur le contrat d assurance dommage ouvrage relatif à un immeuble en copropriété.

Recommandation n 18 relative sur le contrat d assurance dommage ouvrage relatif à un immeuble en copropriété. Recommandation n 18 relative sur le contrat d assurance dommage ouvrage relatif à un immeuble en copropriété. La commission, Considérant : que l article L. 242-1 du Code des assurances dispose que : «Toute

Plus en détail

Bouteilles récipients-mesures

Bouteilles récipients-mesures RECOMMANDATION OIML R 96 INTERNATIONALE Edition 1990 (F) Bouteilles récipients-mesures Measuring container bottles OIML R 96 Edition 1990 (F) ORGANISATION INTERNATIONALE DE MÉTROLOGIE LÉGALE INTERNATIONAL

Plus en détail

Convention Logistique. Pour la fourniture de fixations mécaniques

Convention Logistique. Pour la fourniture de fixations mécaniques Convention Logistique Pour la fourniture de fixations mécaniques 1/ Objet La présente Convention Logistique est le contrat d adhésion qui définit, à défaut d accords particuliers ou dérogatoires entre

Plus en détail

GUIDE POUR LA MISE SUR LE MARCHÉ DE DISPOSITIFS MÉDICAUX SUR MESURE APPLIQUE AU SECTEUR DENTAIRE

GUIDE POUR LA MISE SUR LE MARCHÉ DE DISPOSITIFS MÉDICAUX SUR MESURE APPLIQUE AU SECTEUR DENTAIRE Actualisation Mai 2012 Direction de l'evaluation des Dispositifs Médicaux Département Surveillance du Marché GUIDE POUR LA MISE SUR LE MARCHÉ DE DISPOSITIFS MÉDICAUX SUR MESURE APPLIQUE AU SECTEUR DENTAIRE

Plus en détail

Conditions d achat applicables aux fournisseurs et soustraitants

Conditions d achat applicables aux fournisseurs et soustraitants Page 1 sur 6 1. Généralités et Définitions 1.1. Les conditions d achat sont applicables aux commandes émises par MECASPRING S.A. auprès des fournisseurs et sous-traitants lorsque les commandes font appel

Plus en détail

Séminaire marquage CE

Séminaire marquage CE Séminaire marquage CE 17 mai 2011 Caroline Mischler Chef du bureau de la libre circulation des produits Sous-direction de la qualité, de la normalisation, de la métrologie et de la propriété industrielle

Plus en détail

LES GUIDES DE LA CNIL LES ASSOCIATIONS EDITION JUIN 2005 COMMISSION NATIONALE DE L INFORMATIQUE

LES GUIDES DE LA CNIL LES ASSOCIATIONS EDITION JUIN 2005 COMMISSION NATIONALE DE L INFORMATIQUE LES GUIDES DE LA CNIL LES ASSOCIATIONS EDITION JUIN 2005 COMMISSION NATIONALE DE L INFORMATIQUE E T D E S L I B E R T É S Sommaire L INFORMATION DES PERSONNES FICHÉES page 2 LES INFORMATIONS QUI PEUVENT

Plus en détail

3.1 La carte d achat sera émise par une institution financière retenue par le Conseil scolaire au nom de la personne autorisée et du Conseil.

3.1 La carte d achat sera émise par une institution financière retenue par le Conseil scolaire au nom de la personne autorisée et du Conseil. Procédure administrative : Cartes d achat Numéro : PA 4.006 Catégorie : Affaires et finances Pages : 8 Approuvée : le 19 mars 2007 Modifiée : le 1 er octobre 2012 1. Objet et portée La présente procédure

Plus en détail

COMMUNICATION DANS LA CHAÎNE D APPROVISIONNEMENT POUR UNE UTILISATION SÛRE DES PRODUITS CHIMIQUES

COMMUNICATION DANS LA CHAÎNE D APPROVISIONNEMENT POUR UNE UTILISATION SÛRE DES PRODUITS CHIMIQUES COMMUNICATION DANS LA CHAÎNE D APPROVISIONNEMENT POUR UNE UTILISATION SÛRE DES PRODUITS CHIMIQUES 31 mars 2015 Laurène Chochois Helpdesk REACH&CLP Luxembourg SOMMAIRE 1 / Introduction 2 / Bonnes pratiques

Plus en détail

TRACABILITE DANS LE SECTEUR AGROALIMENTAIRE, J-4 mois : ÊTES-VOUS PRÊTS?

TRACABILITE DANS LE SECTEUR AGROALIMENTAIRE, J-4 mois : ÊTES-VOUS PRÊTS? TRACABILITE DANS LE SECTEUR AGROALIMENTAIRE, J-4 mois : ÊTES-VOUS PRÊTS? INTRODUCTION Aujourd hui, dans un contexte de crises sanitaires et de concurrence internationale croissante au niveau du secteur

Plus en détail

NOR: EQUT0501281A. Le ministre des transports, de l équipement, du tourisme et de la mer et le ministre délégué à l industrie,

NOR: EQUT0501281A. Le ministre des transports, de l équipement, du tourisme et de la mer et le ministre délégué à l industrie, Arrêté du 14 octobre 2005 relatif aux organismes habilités à mettre en œuvre les procédures de vérification «CE» des sous-systèmes et d évaluation de la conformité ou de l aptitude à l emploi des constituants

Plus en détail

INTRODUCTION : RAPPEL DES OBLIGATIONS LEGALES ET DU CONTEXTE DE MISE EN ŒUVRE DE LA LOI

INTRODUCTION : RAPPEL DES OBLIGATIONS LEGALES ET DU CONTEXTE DE MISE EN ŒUVRE DE LA LOI HENRI MAIRE S.A. Au capital de 7 880 000 euros 14 avenue de l Opéra 75001 PARIS RAPPORT DU PRESIDENT PREVU PAR L ARTICLE L 225-37 DU CODE DE COMMERCE (art 17 de la Loi de sécurité financière) AU TITRE

Plus en détail

Règlement de Certification du Label de Qualité BeCommerce pour la Vente à Distance

Règlement de Certification du Label de Qualité BeCommerce pour la Vente à Distance Règlement de Certification du Label de Qualité BeCommerce pour la Vente à Distance January 1 2013 L asbl BeCommerce a pour objectif d augmenter la confiance du consommateur dans la vente à distance online

Plus en détail

FICHE PRATIQUE RELATIVE A LA PROTECTION DES CONSOMMATEURS Les contrats conclus à distance

FICHE PRATIQUE RELATIVE A LA PROTECTION DES CONSOMMATEURS Les contrats conclus à distance FICHE PRATIQUE RELATIVE A LA PROTECTION DES CONSOMMATEURS Les contrats conclus à distance Edition 2014 Cette fiche pratique est élaborée sur la base des dispositions de la loi 31-08 édictant des mesures

Plus en détail

FICHE THEMATIQUE. n 1 LE COORDONNATEUR SPS 1. LA DESIGNATION PAR LE MAITRE D OUVRAGE DU COORDONNATEUR SPS

FICHE THEMATIQUE. n 1 LE COORDONNATEUR SPS 1. LA DESIGNATION PAR LE MAITRE D OUVRAGE DU COORDONNATEUR SPS FICHE THEMATIQUE n 1 LE COORDONNATEUR 1. LA DESIGNATION PAR LE MAITRE D OUVRAGE DU COORDONNATEUR 1.1. Dans quels cas le recours à un coordonnateur est il obligatoire? 1.1.1. Les dispenses de coordonnateur

Plus en détail

Directive du DFJP sur la mise en place de liaisons en ligne et l octroi d autorisations d accès à des applications informatiques du DFJP

Directive du DFJP sur la mise en place de liaisons en ligne et l octroi d autorisations d accès à des applications informatiques du DFJP Directive du DFJP sur la mise en place de liaisons en ligne et l octroi d autorisations d accès à des applications informatiques du DFJP (Directive du DFJP sur les liaisons en ligne) du 30 septembre 2004

Plus en détail

Règlement d INTERPOL sur le traitement des données

Règlement d INTERPOL sur le traitement des données Règlement d INTERPOL sur le traitement des données TABLE DES MATIERES PRÉAMBULE... 7 Article 1 : Définitions... 7 Article 2 : But... 8 Article 3 : Objet... 8 Article 4 : Champ d application... 8 TITRE

Plus en détail

Notice relative à la déclaration des ventes de dispositifs médicaux et de dispositifs médicaux de diagnostic in vitro

Notice relative à la déclaration des ventes de dispositifs médicaux et de dispositifs médicaux de diagnostic in vitro Notice relative à la déclaration des ventes de dispositifs médicaux et de dispositifs médicaux de diagnostic in vitro (prévue à l article L. 5121-18 du code de la santé publique) Le seul bordereau de déclaration

Plus en détail

Recommandation sur le traitement des réclamations

Recommandation sur le traitement des réclamations Recommandation sur le traitement des réclamations 1. Contexte 2015-R-03 du 26 février 2015 L information du client sur les modalités d examen des réclamations ainsi que le traitement de ces dernières font

Plus en détail

Révisions ISO. ISO Revisions. ISO 9001 Livre blanc. Comprendre les changements. Aborder le changement

Révisions ISO. ISO Revisions. ISO 9001 Livre blanc. Comprendre les changements. Aborder le changement Révisions ISO ISO 9001 Livre blanc Comprendre les changements Aborder le changement ISO 9001 en bref Comment fonctionne ISO 9001? ISO 9001 peut s appliquer à tous les types et tailles d organisations et

Plus en détail

Avoirs dormants. L assureur réveille le bénéficiaire

Avoirs dormants. L assureur réveille le bénéficiaire Avoirs dormants L assureur réveille le bénéficiaire 2 Avoirs dormants Table des matières Table des matières... 2 1 Introduction... 3 1.1 Avoirs dormants... 3 1.2 Nouvelle législation... 3 2 Procédures

Plus en détail

CONVENTION CONSTITUTIVE

CONVENTION CONSTITUTIVE DU GROUPEMENT DE COMMANDES POUR L ACHAT D'ÉLECTRICITÉ Approuvée le Par délibération du... en date du : Préambule : Depuis le 1er juillet 2004, le marché de l énergie est ouvert à la concurrence. Cette

Plus en détail

Révision des descriptions génériques Comment monter un dossier?

Révision des descriptions génériques Comment monter un dossier? DISPOSITIFS MEDICAUX Révision des descriptions génériques Comment monter un dossier? Guide pour le dossier déposé par les fabricants/distributeurs Adopté en séance de la CEPP* le 13 juillet 2005 *CEPP

Plus en détail

Habilitation des organismes évaluateurs pour le référencement selon l ordonnance n 2005-1516. Recueil d exigences

Habilitation des organismes évaluateurs pour le référencement selon l ordonnance n 2005-1516. Recueil d exigences Recueil d exigences Version 1.1 Page 1/13 Historique des versions Date Version Évolutions du document 17/12/2010 1.01 Première version. 29/02/2012 1.1 Prise en compte de la date de la publication de l

Plus en détail

Charte Européenne IAB Europe relative à la Publicité Comportementale en Ligne

Charte Européenne IAB Europe relative à la Publicité Comportementale en Ligne Introduction Définitions La Charte Charte Européenne IAB Europe relative à la Publicité Comportementale en Ligne Introduction Les sociétés signataires (les Sociétés ) ont élaboré une charte de bonnes pratiques

Plus en détail

CODE PROFESSIONNEL. déontologie. Code de déontologie sur les bases de données comportementales

CODE PROFESSIONNEL. déontologie. Code de déontologie sur les bases de données comportementales déontologie Code de déontologie sur les bases de données comportementales 1 Code de déontologie sur les bases de données comportementales Préambule Les bases de données comportementales constituées principalement

Plus en détail

Repères. Gestion des défibrillateurs automatisés externes

Repères. Gestion des défibrillateurs automatisés externes Repères Gestion des défibrillateurs automatisés externes Juin 2014 Défibrillateurs automatisés externes grand public : Recommandations à suivre Vous êtes une entreprise, une structure accueillant du public

Plus en détail

APPENDICE 3 FORMULES UTILISÉES EN APPLICATION DU TRAITÉ DE BUDAPEST ET DE SON RÈGLEMENT D EXÉCUTION

APPENDICE 3 FORMULES UTILISÉES EN APPLICATION DU TRAITÉ DE BUDAPEST ET DE SON RÈGLEMENT D EXÉCUTION APPENDICE FORMULES UTILISÉES EN APPLICATION DU TRAITÉ DE BUDAPEST ET DE SON RÈGLEMENT D EXÉCUTION page. Cet appendice contient 4 formules, numérotées de BP/ à BP/4. Elles ont été préparées par le Bureau

Plus en détail

WHA63.12 Disponibilité, innocuité et qualité des produits sanguins 4,5

WHA63.12 Disponibilité, innocuité et qualité des produits sanguins 4,5 WHA63/200/REC/ WHA63.2 Disponibilité, innocuité et qualité des produits sanguins... 9 WHA63.2 Disponibilité, innocuité et qualité des produits sanguins 4,5 La Soixante-Troisième Assemblée mondiale de la

Plus en détail

Recommandation sur le traitement des réclamations 2011-R-05 du 15 décembre 2011

Recommandation sur le traitement des réclamations 2011-R-05 du 15 décembre 2011 2011-R-05 du 15 décembre 2011 1. Contexte L information du client sur les modalités d examen des réclamations ainsi que le traitement de ces dernières font l objet de plusieurs textes, notamment de nature

Plus en détail

GREP (10) 2 FR FR FR

GREP (10) 2 FR FR FR FR GREP (10) 2 FR FR REGLEMENT INTERIEUR REGLEMENT INTERIEUR DUGROUPE DES REGULATEURS EUROPEENS DANS LE DOMAINE DES SERVICES POSTAUX (GREP) LE GROUPE DES REGULATEURS EUROPEENS DANS LE DOMAINE DES SERVICES

Plus en détail

Directives pour les travaux pratiques individuels (TPI) des opératrices et des opérateurs de machines automatisées

Directives pour les travaux pratiques individuels (TPI) des opératrices et des opérateurs de machines automatisées Association pour la formation des opérateurs/opératrices de machines automatisées Vereinigung für die Ausbildung von Anlagenführern/Anlagenführerinnen FOMA Belpstrasse 41, 3007 Bern Tel. +41 31 381 64

Plus en détail

RECLAMATION CLIENTS ***** 1. Information et accès au système de traitement des réclamations

RECLAMATION CLIENTS ***** 1. Information et accès au système de traitement des réclamations Version : Avril 2010 Mise à jour : Mai 2015 RECLAMATION CLIENTS Référence : PG04 Contexte réglementaire et objectifs L instruction 2012-07 et les textes de référence : articles 313-8 et 313-8-1 du règlement

Plus en détail

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE 22.2.2014 Journal officiel de l Union européenne C 51/3 III (Actes préparatoires) BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE AVIS DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE du 19 novembre 2013 sur une proposition de directive du

Plus en détail

Comment passer un contrat avec les agents de commercialisation du gaz naturel et les détaillants d électricité

Comment passer un contrat avec les agents de commercialisation du gaz naturel et les détaillants d électricité Ontario Energy Commission de l énergie Board de l Ontario P.O. Box 2319 C.P. 2319 2300 Yonge Street 2300, rue Yonge 26th. Floor 26 e étage Toronto ON M4P 1E4 Toronto ON M4P 1E4 Telephone: (416) 481-1967

Plus en détail

Mode d emploi. Réglementation des manifestations commerciales

Mode d emploi. Réglementation des manifestations commerciales Mode d emploi Réglementation des manifestations commerciales Vous êtes exploitant d un parc exposition? Vous êtes organisateur de foires, salons, congrès-expositions? Vous êtes exploitant d un site d accueil?

Plus en détail

VIE PRIVEE CIRCUS BELGIUM

VIE PRIVEE CIRCUS BELGIUM VIE PRIVEE CIRCUS BELGIUM CIRCUS BELGIUM reconnaît l'importance de la protection des informations et données à caractère personnel. C'est pourquoi nous faisons tout ce qui est en notre pouvoir pour protéger

Plus en détail

Vu la Convention de Sauvegarde des Droits de l Homme et des Libertés Fondamentales du Conseil de l Europe ;

Vu la Convention de Sauvegarde des Droits de l Homme et des Libertés Fondamentales du Conseil de l Europe ; DELIBERATION N 2013-129 DU 27 NOVEMBRE 2013 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT RECOMMANDATION SUR LES DECLARATIONS DE TRAITEMENTS AUTOMATISES D INFORMATIONS NOMINATIVES CONCERNANT

Plus en détail

On vous doit de l argent en Europe... Deux procédures judiciaires simplifiées à portée de main!

On vous doit de l argent en Europe... Deux procédures judiciaires simplifiées à portée de main! Finances Achats e-commerce Santé Tourisme Véhicules Shutterstock Immobilier énergie Justice On vous doit de l argent en Europe... Deux procédures judiciaires simplifiées à portée de main! brochure réalisée

Plus en détail

On vous doit de l argent en Europe...

On vous doit de l argent en Europe... On vous doit de l argent en Europe... Deux procédures judiciaires simplifiées à portée de main! Centre Européen des Consommateurs France Réseau européen ECC-Net en coopération avec le Ministère de la Justice,

Plus en détail

COMMUNAUTE ECONOMIQUE ET MONETAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE -------------------- LA COMMISSION -------------------

COMMUNAUTE ECONOMIQUE ET MONETAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE -------------------- LA COMMISSION ------------------- COMMUNAUTE ECONOMIQUE ET MONETAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE -------------------- LA COMMISSION ------------------- DOSSIER TYPE A FOURNIR PAR LES INDUSTRIELS ET A PRESENTER PAR LES ETATS MEMBRES DE LA CEMAC

Plus en détail

Radices Fiduciam S.A.

Radices Fiduciam S.A. Support 5 Traitement des réclamations de la clientèle 1 Page 1 sur 7 PROCÉDURE RELATIVE AU TRAITEMENT DES RÉCLAMATIONS DE LA CLIENTÈLE 1. Environnement réglementaire Cette matière est traitée par le Règlement

Plus en détail

Pourquoi un régime collectif? Frais de santé Prévoyance

Pourquoi un régime collectif? Frais de santé Prévoyance Pourquoi un régime collectif? Frais de santé Prévoyance 10 Santé Ce régime, aussi nommé «complémentaire santé», permet le remboursement total ou partiel des frais de santé restant à la charge de l assuré

Plus en détail

MANUEL DE MISE EN OEUVRE DES DISPOSITIONS CONCERNANT L ECHANGE DE RENSEIGNEMENTS A DES FINS FISCALES MISE EN DIFFUSION GENERALE

MANUEL DE MISE EN OEUVRE DES DISPOSITIONS CONCERNANT L ECHANGE DE RENSEIGNEMENTS A DES FINS FISCALES MISE EN DIFFUSION GENERALE MANUEL DE MISE EN OEUVRE DES DISPOSITIONS CONCERNANT L ECHANGE DE RENSEIGNEMENTS A DES FINS FISCALES Approuvé par le Comité des Affaires Fiscales de l OCDE le 23 janvier 2006 MISE EN DIFFUSION GENERALE

Plus en détail

PROCEDURE RECLAMATION CLIENT Page : 1/6

PROCEDURE RECLAMATION CLIENT Page : 1/6 GTG 2007 - GT1 V1 du 4 octobre 2006 PROCEDURE RECLAMATION CLIENT Page : 1/6 A- OBJET Cette procédure décrit les modalités de traitement, par le fournisseur et/ou le GRD, d une réclamation client adressée

Plus en détail