LA CULTURE : UNE MARCHANDISE PAS COMME LES AUTRES?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LA CULTURE : UNE MARCHANDISE PAS COMME LES AUTRES?"

Transcription

1 in CLT/CIC/BCI/CMM/DOC.FINAL LA CULTURE : UNE MARCHANDISE PAS COMME LES AUTRES? Colloque d experts sur la culture, le marché et la mondialisation organisé en collaboration avec la Commission nationale française pour I UNESCO avec le soutien des Gouvernements canadien et fraryais (Maison de I UNESCO, 14 et 15 juin 1999) _ DOCUMENT FINAL I Le thème avait été choisi tout particulièrement pour faire suite à certaines des recommandations du Plan d action approuvé par la Conférence intergouvernementale sur les politiques culturelles pour le développement (Stockholm, Suède, 30 mars-2 avril 1998) et afin de prendre en compte les incidences des nouvelles donnes internationales sur les biens culturels. La réunion s est déroulée en anglais et en français Trois tables rondes avaient été prévues. Elles ont été composées chacune d un pane1 de spécialistes internationaux qui sont intervenus en premier pendant une dizaine de minutes puis ont échangé avec le public. Un dialogue sur le droit d auteur a également eu lieu. Le colloque a réuni 250 participants : des experts des différentes régions du monde, des délégués permanents et d autres membres des délégations permanentes des Etats membres auprès de l Organisation, des observateurs ainsi que des représentants d organisations intergouvernementales et non gouvernementales intéressées et des membres du Secrétariat de 1 UNEsco. I/ Programme et iutervenants (pages 2 à 7) II/ Conclusions du Rapporteur général (pages 7 à 12)

2 Il Programme et intervenant-s Lundi 14 iuin : 9h. : Ouverture des travaux : Allocutions de : Mme Milagros DEL CORRAL, représentant le Directeur général de I UNESCO, M. Jean FAVIER, membre de l Institut de France, Président de la Commission nationale française pour 1 UNESCO et de S.Exc. M. Jacques DEMERS, auprès de l UNESC0, Ambassadeur, délégué permanent du Canada en présence de S.Exc. M. Jean MUSITELLI, Ambassadeur, délégué permanent de la France auprès de 1 UNESCO. 9h30 : Première table ronde sur : «Entre logique économique et logique de la création : comment considérer les biens culturels?» Obiectifs : définir la place de la culture dans une économie de plus en plus intégrée et mondialisée ; rechercher un terrain d entente et de prospérité entre 1 art et 1 industrie., Démarche : délimiter la problématique de la rencontre, dans le secteur des arts, de la culture et des industries qui s y rapportent; examiner les défis auxquels sont conjï-ontés les pouvoirs publics, les créateurs, l ensemble des professionnels comme aussi le secteur privé ; étudier certains exemples. Intervenants : M. Ivan BERNIJXR (Canada), Professeur de droit international public à la Faculté de droit de l Université Laval de Québec, ancien Doyen et ancien Directeur du Centre québécois de relations internationales. Ancien membre du Comité consultatif canadien sur le commerce international. Membre du Groupe de consultation sectorielle sur les industries culturelles du Ministère des affaires étrangères et du commerce international du Canada ainsi que de groupes spéciaux bi-nationaux faisant suite à l Accord de libre-échange entre le Canada et les Etats-Unis. Auteur de nombreux ouvrages. le Dr Harald BÜCHEL (Autriche), Directeur général de BMG Ariola Austria, ancien «Managing Director» du groupe national autrichien de la Fédération internationale de l industrie phonographique (IFPI), de ses filiales : sociétés de droit d auteur pour le disque et la vidéo (LSG et VBT) et de la «chat-t-compiling entity Austria Top-40». NI. Jorge DA CUJYHA LIMA (Brésil), Directeur et Président de TV Cultura, écrivain et journaliste, ancien Secrétaire des Communications et Secrétaire de la Culture de 2

3 . 1 Etat de Sao Paulo, puis Directeur du journal Ultima Hora, Directeur-fondateur du magazine Senhor-Vogue et Président de la Fondation Casper Libero qui administre la radio, la télévision et la Faculté de communication du même nom. M. Bill MERICIN (Etats-Unis), Président-Directeur général de Stategic Policy Inc. (Washington) ; il a représenté pendant quinze ans le gouvernement américain dans la négociation des accords commerciaux, notamment ceux relatifs aux produits culturels. M. Antonio RUDDER (Barbade), Président du Comité consultatif sur la culture et le commerce de la Barbade, musicien, peintre et administrateur culturel, ancien directeur du Bureau du tourisme de la Barbade, ancien président de la corporation des musiciens et des artistes du spectacle de la Barbade et ancien directeur de la Fondation nationale de la culture. Actuel président ou directeur de nombreuses sociétés comme l Association des compositeurs, auteurs et éditeurs de la Barbade. Modérateur: M. Jacques RIGAUD, Président-Directeur général de la Compagnie luxembourgeoise de télédiffusion - Radio-Télé Luxembourg (CLT-RTL )(France). Ancien collaborateur de Jacques Duhamel, ministre français de la culture, ancien sousdirecteur général de l UNESC0, président fondateur d ADMICAL (Association pour le mécénat industriel), auteur d ouvrages tels que «la culture pour vivre» et, en dernier lieu «l exception culturelle». 14h30 : Deuxième table ronde sur : «Les biens culturels et l internationalisation du marché : comment promouvoir la diversité culturelle» Obiectifs: Démarche : pratiquer l ouverture économique et faire bénéficier toutes les cultures du développement des moyens de communication ; éviter les risques d uniformisation et renforcer le pluralisme, en tenant compte des paramètres économiques et technologiques proposer des modalités pour renforcer et améliorer les échanges dans le domaine culturel, en tenant compte des décisions économiques internationales et des négociations en cours, des instruments existants et de pratiques suivies avec succès dans les différentes régions du monde Intervenants : M. Férid BOUGHEDIR (Tunisie), cinéaste et critique cinématographique, membre du jury du Festival de Cannes, professeur à l Université de Tunis, il a écrit de nombreux ouvrages sur l histoire des cinémas d Afrique noire, du Maghreb et du Proche-Orient et réalisé en particulier deux longs métrages documentaires : «Caméra d Afrique» et «Caméra arabe». Il a organisé un débat sur «l exception culturelle» en marge du Festival de Carthage. M. BEN ZULU (Zimbabwe), Directeur du Fonds pour le développement de l écriture cinématographique africaine (N The African Script Development Fund», Harare ), Cette démarche sera complétée, s agissant des aspects juridiques des NTIC, dans le cadre du dialogue sur le droit d auteur 3

4 ancien Directeur exécutif de l association Media pour le Développement (<< Media for Development Trust D) et businessman dans le domaine du marketing et de la publicité. Il a enseigné le marketing à la «Graduate School of Business» de l Université du Zimbabwe. M. Péter INKEI (Hongrie), Directeur de l Observatoire international sur le financement de la Culture en Europe centrale et orientale de Budapest, chargé d un projet d Open Society Znstitute portant sur la législation dans le domaine du livre, ancien Secrétaire d Etat adjoint aux affaires culturelles, précédemment directeur général adjoint de la maison d édition de l Académie des Sciences puis chef de l Office des publications du Ministère de la culture et de l éducation.et enfin représentant en Europe centrale de sociétés américaines et britanniques dans le domaine de l édition. M. Isanori ISOMURA (Japon), Président de la Maison de la culture du Japon à Paris ; il a occupé pendant trente-huit ans de nombreuses fonctions éditoriales, à Tokyo, Washington ou Paris, puis de direction générale, pour l Europe, l information et l administration à la NHK (télévision publique japonaise). M. Hector MUNRO (Royaume-Uni), Directeur de la promotion des exportations du British Council, Londres - chargé en particulier de la promotion des industries de création britanniques à l étranger. Son action dans le domaine des industries culturelles ou «de création» a commencé avec la fondation de festivals locaux et s est poursuivie avec sa participation à des projets éducatifs et culturels produits par le British Council dans les différents pays. M. Jack R4LITE (France), journaliste, Ancien Ministre, Sénateur-Maire d Aubervilliers, fondateur des Etats généraux de la culture, ardent opposant au projet d Accord multilatéral pour l investissement. Mme Bonnie RICHARDSON (Etats-Unis), Vice-Présidente pour le commerce et les affaires fédérales de l Association américaine du Film (c< Motion Picture Association of America», Washington). Elle travaille avec les agences fédérales à la réduction des barrières commerciales et à l amélioration de la protection de la propriété intellectuelle pour la production américaine dans le domaine cinématographique, télévisuel et les industries locales de la vidéo. Auparavant, elle travaillait pour le U.S. Trade Representative s Ofice en tant que directeur du Service des négociations. Elle a été le chef des négociateurs américains pour l accès au libre marché, dans le cadre de l Uruguay Round. Elle a aussi mené des négociations avec le Japon. Modérateur: M. Robert PILON (Canada), Vice-Président pour les Affaires publiques de l Association québécoise du disque, du spectacle et de vidéo. Economiste et sociologue, il a enseigné l économie notamment à l Université du Québec, à Montréal. Il a été directeur de la recherche économique pour la commission d enquête sur l avenir de la radiodiffusion canadienne et il a été membre du cabinet de Mme Flora McDonald, Ministre des Communications du Canada

5 17h45 : Dialogue sur : «L-e Droit d auteur/copyright, à l heure des nouvelles technologies : peut-on réconcilier les traditions juridiques?» Au cœur de la problématique de la réunion et notamment du concept «d exception culturelle», réside la question du droit d auteur. Le développement de la numérisation et des produits multimédias et l essor d Internet modifient aujourd hui les conditions d utilisation et d exploitation des œuvres. Le débat et la recherche de nouvelles nonnes internationales ont déjà eu lieu. Cependant, l application des dispositions approuvées ne fait que commencer et la source des divergences fondamentales de conception, dont les discussions nées de l entrée dans l ère de la numérisation n ont fait que fournir une nouvelle illustration, demeure. En effet, c est depuis 1 origine qu au niveau international, deux conceptions coexistent et parfois s affrontent: celle du «copyright», qui privilégie les avantages commerciaux et celle du «droit d auteur» d inspiration personnaliste qui met en avant les droits moraux individuels. Au-delà des textes de compromis, peut-on espérer une synthèse des idées? Intervenants : M. Antonio MILLE (Argentine), Juriste international, Fondateur de «El Estudio Millé», Vice-Président du Committee R - Computer and Technology Law, International Bar Association IBA - Business and Law Section. M. Ndéné NDIAYE (Sénégal), Magistrat des Cours et tribunaux du Sénégal puis directeur général du Bureau sénégalais du droit d auteur et président du Comité permanent de l OMP1, Conseiller juridique de la Confédération internationale des sociétés d auteurs et de compositeurs - CISAC. Modératrice : Mme Milagros DEL CORRAL, Directrice de la Division de la créativité, des industries culturelles et du droit d auteur et de l office des éditions de I UNESCO, ancienne Directrice des Bibliothèques du Ministère de I Education de l Espagne et ancienne Secrétaire générale de la Fédération des éditeurs espagnols. Mardi 15 iuin : 9h : Troisième table ronde sur : «Politiques publiques et d action : comment faire vivre la culture» Obiectifs : associer tous les partenaires de l action publique au développement de la culture plurielle dans le monde en mutation ; sensibiliser les décideurs et les citoyens pour provoquer un renforcement de la culture en rapprochant les interventions Démarche : examiner le processus qui doit permettre à l action de trouver sa cohérence, des interventions internationales aux politiques nationales et régionales, des initiatives gouvernementales aux non - gouvernementales, avec 1 appui des créateurs, des autres 5

6 professionnels et du public ; faire le point sur les avantages et les inconvénients des principales mesures face aux facteurs économiques. Intervenants : Mme Carmen BARVO (Colombie), Directrice du CERLALC - Centro regional para el fomento del libro en America latina y el Caribe, de Bogota) jusqu en juin 1999 ; précédemment manager de la Libretia National de Colombie, libraire et éditrice puis directrice dans d importantes maisons d éditions. Mme Claire DENIS (France), cinéaste. Sa filmographie commence en 1988 avec son célèbre «Chocolat» qui sera suivi d autres succès comme «S en fout la mort», «US Go Home», «Boom-Boom», «J ai pas sommeil» ou «Nénette et Boni» en Mme Mira NAIR (Inde), cinéaste vivant actuellement en Afrique du Sud. Son premier film mondialement connu a été le documentaire «Salaam Bombay» en Cette indienne née près de Calcutta qui a intégré l Université de Delhi et découvert le théâtre en Inde avant de le retrouver aux Etats-Unis,où elle poursuivra ses études à Harvard, est devenue célèbre par le cinéma : son œuvre est largement interculturelle. M. Ken STEIN (Canada), Premier Vice-Président pour les affaires de réglementation professionnelle (<< Corporate and Regulatory Affairs >>) de la Shaw Communications Inc, qui est une compagnie canadienne de communication dont la fonction est de promouvoir les services de la télévision câblée, il est aussi membre du Bureau de l Association canadienne de la télévision par câble (<< Canadian Cable Television Association >>) et président du Groupe consultatif du secteur des industries culturelles du Ministère du commerce international (ou extérieur) - SAGIT. Il a participé au développement des logiciels et des projets de marketing de l industrie et a passé quinze ans au service du gouvernement canadien. S.Exc. Mme Aminata TRAORE (Mali), Ministre de la Culture et du Tourisme, docteur en sociopsychologie, ancienne directrice de recherche au ministère de la planification de la Côte d ivoire puis responsable de projets au PNUD, à I UNICEF et au FNUAP. Le regard qu elle porte sur la culture et le développement, elle l a présenté dans le livre qu elle a récemment publié (<< L étau >l). Celui-ci a été qualifié de «cri d alarme» pour l Afrique. M. José Luis VASCONCELOS (Portugal), producteur de cinéma qui a collaboré avec V.O. Films de Paulo Branco à la réalisation de douze longs métrages puis fondé «Opus Filmes» ce qui lui a permis de produire une dizaine de films célèbres comme «O testamento do Senhor Napumocento» qui obtiendra de nombreux prix. Il a organisé le premier Festival international du cinéma du Cap Vert. Intervention, après les membres du panel, de M. Federico MAYOR, Directeur général de I UNESCO. Modératrice : Mme Milagros DEL CORRAL 6

7 12h : Conclusions du Rapporteur général du colloque (cf. infra) Le Rapporteur général, M. Jacques RENARD (France) a choisi le ministère de la culture dès sa sortie de 1 Ecole nationale d administration. Il y a côtoyé tous les domaines : ensembles architecturaux, théâtre, musique, arts plastiques, archives. Ancien membre du cabinet de M. Jack Lang, Ministre de la Culture, il a aussi participé à de nombreux travaux du Conseil de l Europe. Professeur associé à l Université Pierre Mendès-France de Grenoble, il a écrit «L élan culturel». 12h 30 : Séance de clôture : Interventions de : S.Exc. Mme Sheila COPPS, Ministre du Patrimoine canadien et de S.Exc.Mme Catherine TRAUTMANN, Ministre de la Culture et de la Communication de la France. II/ Conclusions du Rapporteur général, - Ce colloque se situe dans le cadre des travaux déjà engagés par I UNESCO : le rapport de la Commission mondiale de la culture et du développement, présidée par M. Javier Perez de Cuellar, «Notre diversité créatrice» et la Conférence intergouvernementale sur les politiques culturelles pour le développement (Stockholm, 1998) dont le Plan d action pose en afirmation et non pas sous forme de question, 1 idée que les biens et les services culturels «doivent être pleinement reconnus et traités comme étant des marchandises pas comme les autres». Plus généralement, la présente réunion a pris place à un moment où les industries culturelles sont reconnues comme étant constitutives d enjeux majeurs, ce qui n était peut-être pas autant le cas il y a encore dix ou vingt ans : enjeux économiques, enjeux politiques, enjeux culturels, enjeux relatifs au statut de l œuvre de l esprit dans ce cadre, tant il est vrai que les industries de l imaginaire, du contenu, du savoir, de l innovation, de la création sont bel et bien les industries de l avenir, à l aube du 21è siècle, y compris d ailleurs en termes d emplois et de croissance économique. 7

8 Il convient de rappeler les principes et les objectifs qui ont sous-tendu les travaux : l importance de la dimension culturelle du développement, celle de la préservation des identités culturelles, celle de la coopération culturelle internationale et du dialogue des cultures, et aussi l idée que 1 entrée dans la société de 1 information, la prise en compte des nouvelles technologies, constitue un des enjeux majeurs des politiques culturelles d aujourd hui et plus encore de demain. Le premier débat avait pour obiet de s interroger sur ce qu est un bien culturel. Un certain consensus semble bien s être dégagé pour reconnaître «l essentielle dualité» des produits culturels, - et cela, en particulier, à la suite des propos de A4. Ivan Bemier - : les biens culturels sont à la fois des objets de commerce et des biens qui véhiculent des valeurs, des idées, du sens, et c est pour cela qu on peut parler d une spécificité des biens culturels. Certes, l on pourrait dire qu un bien culturel, ce n est pas d abord une marchandise, mais avant tout une ceuvre, une création, avec ce que cela suppose d audace, de prise de risque. Mais, dès lors que l on parle d industries culturelles, il faut bien admettre que ces biens sont produits, difisés, exploités, selon une logique aussi économique et dans le cadre du marché. Donc, il n est pas illégitime d en reconnaître la dimension économique. Les biens culturels sont des «marchandises» mais ccpas comme les auires». S agit-il de mettre l accent sur le premier volet de cette fo/mule ou sur le second? Il est clair ici que les sensibilités, les traditions, les approches, selon les pays, ne sont pas exactement les mêmes et les propos tenus pas les uns ou par les autres l ont montré de manière évidente. C est pourquoi, plusieurs intervenants ont évoqué la différence de vocabulaire, voire de philosophie, qui est ainsi induite par l emploi du mot «culture» comprise comme «la haute culture» ou par celui d «entertainment», de divertissement. Cependant un deuxième consensus paraît être ici apparu : cette distinction n est peut-être plus aussi valable aujourd hui qu autrefois parce que dans la société de l infomzation, la «haute culture» devient accessible au plus grand nombre et parce qu une grande partie de la culture acquise par les individus provient désormais des produits culturels de masse.. La notion «d exception culturelle» a été évoquée. L on pouvait en attendre des oppositions tranchées qui ne sont toutefois pas apparues. M. Jack Ralite en a fait un brillant plaidoyer mais il est particulièrement notable que Mme Bonnie Richardson ait considéré que, dès lors que par ce terme on entend que la culture n est pas seulement de l économie ou de l économique, elle pouvait être d accord avec le concept. 8

9 Le débat a aussi pemzis d aborder 1 enjeu des négociations commerciales internationales et de la place que doivent y avoir ou pas les produits culturels. Le General Agreement on Tariffs and Trade (GATT), il y a quelques années, le projet «d Accord multilatéral sur 1 investissement» (AM), hier, 1 Organisation mondiale du commerce (OMC) et son prochain cycle, demain, ont été mentionnés. A propos de la place des biens culturels, les échanges ont porté sur les stratégies possibles à cet égard : faut-il exclure complètement les biens culturels de ces négociations, au risque de leur isolement? Faut-il les inclure mais en refusant qu aucun engagement ne soit pris en ce qui concerne en particulier le secteur audiovisuel et cinématographique - comme cela s est passé au moment du GAlT, avec l a$finnation de l exception culturelle -? Faut-il se battre pour le maintien du «statu quo» ou bien demander, pour 1 avenir, que les nouveaux services soient traités de la même facon? Faut-il, comme 1 a proposé M. Bill Merkin, mettre en place des règles spécifiques dans les négociations internationales de I OMC, ou bien aller jusqu à 1 élaboration de conventions internationales particulières pour les produits culturels susceptibles de préserver la diversité culturelle, ainsi que l a affirmé M. Kenneth Stein? Telles sont quelques unes des stratégies possibles, entre lesquelles il n appartenait pas au colloque de trancher. Le deuxième débat portait sur la mondialisation et la promotion de la diversité culturelle. Lu mondialisation peut avoir des effets positifs sll-r, la vie culturelle parce qu elle multiplie les échanges de biens et de services et qu elle profite aussi aux consommateurs, utilisateurs, ou citoyens, dès lors que ceux-ci ont un plus large accès aux biens culturels. Elle peut aussi avoir des effets négatifs quand elle s accompagne du processus qui est celui de la dérégulation des marchés et de la concentration économique avec la double menace qui en découle : la domination de pays forts sur les autres ou la domination d entreprises multinationales puissantes sur des entreprises locales, nationales ou indépendantes. La mondialisation menace-t-elle les identités culhirelles? Oui, dès lors qu elle engendre la standardisation culturelle. Toutefois, on a pu parler, avec A4. Isanori Isomura, de culture «hybride», «syncrétique», «nomade», qui, peut-être, est en train de naître sous nos yeux, révélant pour chaque individu, une pluralité d appartenances. Cela rejoint une réflexion plus générale : la culture est au fond la dialectique de l universel et du particulier. Il faut présewer les identités mais éviter la dérive «identitaire», incitant à l exclusion de l autre, qui est l exact contraire de la promotion de l identité, et il faut aussi offrir aux femmes et aux hommes des valeurs et des références communes, mais sans oublier les spécificités léguées par le temps, sans oublier l histoire, sans oublier la mémoire, sans oublier le respect des identités. Sur ce point, des opinions divergentes se sont exprimées. Ainsi, pour Mme Richardson, 9

10 rn 1 internationalisation des marchés encourage la diversité culturelle parce que la technologie facilite celle-ci, que la demande croissante des publics est ellemême toujours plus diversifiée. Pour d autres, la diversité culturelle est toujours plus menacée parce que les échanges sont fondamentalement inégaux en raison des rapports de force économiques. Plusieurs participants venant de pays en développement en ont parlé avec cœur et conviction, soulignant les dificultés qui sont les leurs : M. Jorge Da Cunha Lima, M. Férid Boughédir et M. Ben Zulu. M. Peter Inkei est intervenu dans le même sens à propos des pays de 1 Europe centrale et orientale. Quelques propositions concrètes ont été présentées sous fome d idées plutôt que de projets : M. Boughédir a suggéré un financement obligatoire des productions aficaines par les diffuseurs envoyant des images en Afrique par satellite ou par câble. M. Stellio Faranjis2 a suggéré un «chèque-livre» pour les jeunes africains, un «label» de 1 UNESCOpour ceux qui créent de nouvelles technologies prenant en compte le pluralisme linguistique et une «radio» de 1 UNESCO d#ùsant de la chanson de sources d#!rentes, par satellite. Le dialogue sur la propriété intellectuelle a «opposé» ou plutôt «concilié» les deux protagonistes qui ont, en effet, manifesté leur plein accord. Trois conclusions s en dégagent : tout d abord, les différences de philosophies entre le «droit d auteur» et le «copyright» demeurent évidentes ; d un côté, le droit civil occidental, de l autre la Common Law, mettant en avant, le premier, la protection de l auteur, la seconde, celle de l œuvre et, à travers elle, celle du public, des utilisateurs ; ensuite, cependant, cette différenciation tend à s estomper par évolution progressive des systèmes juridiques, à la fois sur le plan interne et par l effet de conventions internationales (OMPI, «accord sur les aspects des droits de la propriété intellectuelle qui touchent au commerce» ou accord TRIPS) ; enfin, l avènement du numérique incite également au dépassement de ce dualisme initial : le développement d Internet, des réseaux en ligne, suppose une harmonisation des droits, l adoption d une attitude plus réaliste. Il faut donc concilier la double exigence : respect du droit des auteurs et des droits voisins, ce qui suppose de réafinner leur droit exclusif) et large accès aux œuvres pour le public. Il convient d ajouter que cela suppose la mise en place de systèmes juridiques et techniques eficaces de lutte contre la piraterie. La dernière table ronde portait sur les politiques publiques : comment faire vivre la culhlre? Le débat a davantage porté sur l environnement, les préalables que sur les objectifs, les orientations ou les modalités de l action publique. Il est clair que les approches apparaissent différentes entre les pays * Secrétaire général du Haut conseil de la langue française

11 industrialisés et les pays en développement. Mme Aminata Traoré et Mme Mira Nair ont souligné la nécessité du «développement endogène» : la recherche de la quête par soi-même de ce que sont les valeurs culturelles et des systèmes d action publique qui peuvent en découler. Mme Traoré a évoqué trois axes : construire une «nouvelle vision» -rejoignant les propos de M. Ben Zulu sur la ré-appropriation d un système de valeurs spécifique ; la préservation des biens culturels pour créer une «nouvelle modernité» ; 1 appui direct à la créativité artistique en tenant compte de la situation matériellement, financièrement, très mauvaise des artistes et des auteurs. M. Federico Mayor a souligné l importance de la démocratie, non seulement à l échelle nationale mais aussi internationale. Puisqu il s agit de la «centralité» de la culture et, de façon induite, des actions publiques qui peuvent en découler, celles-ci ne vont pas, c est une condition préalable, sans cette exigence, partout, en tout lieu, de la démocratie. Parmi les autres observations : il faut en toute occasion, dans les pays industrialisés comme dans les pays en développement, essayer d associer le public et les partenaires privés, les entreprises mais aussi les artistes, les auteurs, les producteurs ; il doit y avoir concertation - les politiques publiques ne se décrètent pas : il faut associer tous ces acteurs de la vie culturelle, de sorte que vive ou naisse, tine société civile autonome et riche ; dès lors que des politiques publiques sont jugées nécessaires, il convient que celles-ci soient volontaristes. Ainsi Mme Claire Denis a-t-elle rappelé l importance d une telle politique en citant le cas de la France et de la politique conduite depuis plusieurs dizaines d années en faveur du cinéma ; la coopération internationale et 1 aide aux pays en développement doivent porter non seulement sur la réalisation ou le financement ponctuel de projets tels qu un film, mais plus encore sur le soutien à la création d éléments structurants dans les pays pour leur permettre de construire leur propre industrie culhirelle. Dans l avenir, des thèmes connexes pourraient être abordés plus en détail : celui de la diversifkation et de la clarification des niveaux de responsabilité publique - local, national, international -, celui non plus de 1 opportunité mais de la qualité de 1 action publique - car celle-ci a pour but de contrebalancer les e#ets des forces du marché mais elle doit aussi savoir s adapter, s améliorer, être pertinente. ***

12 , En conclusion, il est très souhaitable que se développe et même s intensifie cette fonction de forum sur ces sujets que peut remplir I UNESCO. Il s agit de fournir une base de réflexion commune à partir de points de vues, d opinions qui ne! sont pas forcément les mêmes. M. Jacques Rigaud a souligné qu il s agissait non seulement de l affaire des gouvernements, mais aussi de celle de la communauté des artistes, des intellectuels, des producteurs, de tous les partenaires de la création et de la vie culturelle. Le rôle de 1 UNESCO, a-t-il dit, est aussi de servir à ce que l ensemble de ces partenaires s expriment, prennent la parole et participent au processus de décision dans ces domaines. Dans cet esprit, trois types de débats à venir peuvent être suggérés, dont 1 UNESCO pourrait souhaiter prendre 1 initiative : celui sur les stratégies à adopter dans les négociations internationales ; celui sur les contenus, les modalités de l action publique ; celui par secteurs (le livre, le cinéma, le disque n ont pas tout-à-fait la même économie) ou par grandes régions du monde. Il est essentiel de réfléchir non seulement aux négociations qui se préparent dans le proche avenir mais aussi, dans la perspective à peine plus lointaine de l entrée dans le 21è siècle, à la manière dont l aveni; peut être inventé en conciliant deux aspirations : celle à 1 unité et celle à la diversité : «Regarder le long terme, c est déjà le changer» (Gaston Berger)..^

DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO

DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO SUR LA DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO SUR LA DIVERSITE CULTURELLE CULTURELLE Adoptée par la 31 e session de la Conférence Générale de l UNESCO PARIS, 2 NOVEMBRE

Plus en détail

Huitième session. Conseil intergouvernemental du Programme Information pour tous

Huitième session. Conseil intergouvernemental du Programme Information pour tous IFAP-2014/COUNCIL.VIII/Inf.10 Paris, le 27 mars 2014 Original anglais Distribution limitée Huitième session Conseil intergouvernemental du Programme Information pour tous 19-20 mai 2014 Maison de l UNESCO,

Plus en détail

DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE INTERNET. 18 juin 2008. Session ministérielle

DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE INTERNET. 18 juin 2008. Session ministérielle DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE INTERNET 18 juin 2008 Session ministérielle OCDE 2008 DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE INTERNET 5 DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE

Plus en détail

Présentation de l Instituto Cervantes Direction de la gestion commerciale et du développement de produit Instituto Cervantes Novembre 2009

Présentation de l Instituto Cervantes Direction de la gestion commerciale et du développement de produit Instituto Cervantes Novembre 2009 Présentation de l Instituto Cervantes Direction de la gestion commerciale et du développement de produit Instituto Cervantes Novembre 2009 SOMMAIRE 1. L Instituto Cervantes 2. Siège central de l Instituto

Plus en détail

Un partenariat pour une meilleure représentation et un meilleur traitement de la diversité ethnoculturelle dans les médias et la publicité

Un partenariat pour une meilleure représentation et un meilleur traitement de la diversité ethnoculturelle dans les médias et la publicité Un partenariat pour une meilleure représentation et un meilleur traitement de la diversité ethnoculturelle dans les médias et la publicité dans le cadre du 12 e Congrès national de Metropolis Immigration

Plus en détail

LA CULTURE CIVILISTE : OBSTACLE OU ATOUT POUR FAIRE DES AFFAIRES?

LA CULTURE CIVILISTE : OBSTACLE OU ATOUT POUR FAIRE DES AFFAIRES? «Vingt-deuxièmes Entretiens» du Centre Jacques Cartier Rhône-Alpes, 28 novembre 2 décembre 2009 LA CULTURE CIVILISTE : OBSTACLE OU ATOUT POUR FAIRE DES AFFAIRES? Responsables scientifiques : France Barreau

Plus en détail

LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE ET LES FESTIVALS D ARTS

LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE ET LES FESTIVALS D ARTS DOSSIER D INFORMATION N 4 LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE ET LES FESTIVALS D ARTS INTRODUCTION Les festivals d arts visent à célébrer la richesse et la diversité des cultures dans le monde en réunissant des

Plus en détail

stratégie RTS 2013-2014 TÉLÉVISION RADIO MULTIMÉDIA

stratégie RTS 2013-2014 TÉLÉVISION RADIO MULTIMÉDIA stratégie RTS 2013-2014 TÉLÉVISION RADIO MULTIMÉDIA V Stratégie RTS 2013-2014 ous trouverez dans ce document un résumé de la stratégie RTS pour 2013-2014. Les principaux objectifs qui y figurent seront

Plus en détail

CANDIDAT JAPONAIS AU POSTE DE SECRÉTAIRE GÉNÉRAL

CANDIDAT JAPONAIS AU POSTE DE SECRÉTAIRE GÉNÉRAL CANDIDAT JAPONAIS AU POSTE DE SECRÉTAIRE GÉNÉRAL Dr. Sawako TAKEUCHI Docteur es Ingénierie, l Université de Tokyo et Docteur es Sciences économiques Ancien conseiller du Premier Ministre du Japon sur la

Plus en détail

Le Québec, terre de traduction

Le Québec, terre de traduction Le Québec, terre de traduction S il est un endroit au monde où les traducteurs ont un marché établi, c est bien le Canada. Et le Québec, au sein du Canada, jouit d une situation encore plus privilégiée.

Plus en détail

I ON S S IR E OI R ULT U R A MO S AV LE LIVRE, AU CŒUR DE LA CULTURE. Plan d action sur le livre

I ON S S IR E OI R ULT U R A MO S AV LE LIVRE, AU CŒUR DE LA CULTURE. Plan d action sur le livre P A HI S S S T C R I ON M Ê IR E ULT U R A MO V ÉM E O IR E UR S AV OI R E LE LIVRE, AU CŒUR DE LA CULTURE Plan d action sur le livre OCCUPATION : DÉVOREUSE DE LIVRES VOTRE LIBRAIRE, AUTEUR DE PETITS BONHEURS

Plus en détail

Click to edit Master title style

Click to edit Master title style Le Service des délégués commerciaux MAECI: Orientation et rôle Investissement étranger direct (IED) Anderson Blanc Délégué commercial Click to edit Master title style Investissement & Innovation Coordonnateur

Plus en détail

Discours. Monsieur le Ministre, cher Michel, Mesdames et Messieurs, chers amis,

Discours. Monsieur le Ministre, cher Michel, Mesdames et Messieurs, chers amis, Discours Discours de Fleur Pellerin, ministre de la Culture et de la Communication, prononcé à l occasion du lancement du comité de suivi des bonnes pratiques dans les moyens de paiement en ligne pour

Plus en détail

4 avril. Formation IDSE 2012 10 mai 2012

4 avril. Formation IDSE 2012 10 mai 2012 4 avril 203 Formation IDSE 2012 10 mai 2012 La politique de responsabilité sociétale de Vivendi, enjeux et gouvernance Pascale Thumerelle Directrice de la responsabilité sociétale d entreprise (RSE) Webinaire

Plus en détail

Déroulement des travaux. Jour 1

Déroulement des travaux. Jour 1 Atelier national sur le partage des résultats de l étude et la mobilisation des organisations de la société civile pour le lancement d une campagne de plaidoyer autour de l accaparement des terres au Cameroun

Plus en détail

La promotion de la pluralité linguistique dans l usage des nouvelles technologies de l information et de la communication

La promotion de la pluralité linguistique dans l usage des nouvelles technologies de l information et de la communication Intervention de M. Khamsing Sayakone, Président de la section Lao de l APF à la 32 ème session de l APF (30juin-3 juillet 2006, Rabat, Maroc) (31 La promotion de la pluralité linguistique dans l usage

Plus en détail

Dr Philippe IBITOWA DIGEST

Dr Philippe IBITOWA DIGEST Dr Philippe IBITOWA Consultant en Communication Enseignant-Chercheur à l UFR Information-Communication et Art (Université Félix Houphouët-Boigny de Cocody/Abidjan-Côte d Ivoire) Ivoirien 43 ans Célibataire

Plus en détail

DU NOUVEAU CHEZ GML!

DU NOUVEAU CHEZ GML! Montréal, le 17 juin 2015 DU NOUVEAU CHEZ GML! Gestion Martine Lévesque est heureuse d accueillir dans son équipe Pedro Barbosa. Il aura pour mandat de développer particulièrement le financement de vos

Plus en détail

le QuEbec POUR Enrichir Affirmer les valeurs communes de la société québécoise

le QuEbec POUR Enrichir Affirmer les valeurs communes de la société québécoise POUR Enrichir le QuEbec Mesures pour renforcer l action du Québec en matière d intégration des immigrants Affirmer les valeurs communes de la société québécoise Affirmer les valeurs communes de la société

Plus en détail

À DISTANCE LE MBA MANAGER DE PROJET CULTUREL. www.groupeeac.com

À DISTANCE LE MBA MANAGER DE PROJET CULTUREL. www.groupeeac.com LE MBA MANAGER DE PROJET CULTUREL & PATRIMOINE AUDIOVISUEL CINÉMA SPECTACLE VIVANT MUSIQUE ART & PATRIMOINE AUDIOVISUEL CINÉMA TACLE VIVANT MUSIQUE ART & PATRIMOINE AUDIOVISUEL CINÉMA SPECTACLE VIVANT

Plus en détail

19, Rue du Lac El Biban - Lac 2-1053 Les Berges du Lac Tél.: 71 244 151 - www.haica.tn - contact@haica.tn

19, Rue du Lac El Biban - Lac 2-1053 Les Berges du Lac Tél.: 71 244 151 - www.haica.tn - contact@haica.tn 19, Rue du Lac El Biban - Lac 2-1053 Les Berges du Lac Tél.: 71 244 151 - www.haica.tn - contact@haica.tn La régulation de l audiovisuel La régulation de l audiovisuel a pour objectif de garantir la liberté

Plus en détail

Inviter au plus vite tous les acteurs de la création, de l'édition, de la diffusion et de la lecture à des «États généraux du livre et de la lecture».

Inviter au plus vite tous les acteurs de la création, de l'édition, de la diffusion et de la lecture à des «États généraux du livre et de la lecture». Eléments pour une politique en faveur du livre et de la lecture Par Aurélie Filippetti, députée de Moselle, responsable du pôle Culture, audiovisuel, médias dans l équipe de campagne de François Hollande.

Plus en détail

Symposium international

Symposium international Symposium international sur l interculturalisme DIALOGUE QUÉBEC-EUROPE Montréal Du 25 au 27 mai 2011 Interculturalisme et perspectives de l éducation à mieux vivre ensemble Contribution au chapitre 8 :

Plus en détail

La diversité culturelle en question (s)

La diversité culturelle en question (s) 1 Université de Versailles-St-Quentin-en-Yvelines Colloque international organisé par la Chaire Jean Monnet et le service culturel de l Université La diversité culturelle en question (s) 14 et 15 novembre

Plus en détail

Le Conseil d administration. L Article VI du Statut du PAM définit comme suit les fonctions du Conseil:

Le Conseil d administration. L Article VI du Statut du PAM définit comme suit les fonctions du Conseil: 1. L E C O N S E I L D A D M I N I S T R A T I O N E T S E S F O N C T I O N S 1er janvier 1996, suite à l adoption de résolutions parallèles par l Assemblée générale des Nations Unies et la Conférence

Plus en détail

LA FINANCIÈRE AGRICOLE DU QUÉBEC PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2013-2015

LA FINANCIÈRE AGRICOLE DU QUÉBEC PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2013-2015 LA FINANCIÈRE AGRICOLE DU QUÉBEC PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2013-2015 Table des matières Message du président-directeur général 3 Orientation gouvernementale 1 : Informer, sensibiliser, éduquer,

Plus en détail

REPRESENTATION PERMANENTE AUPRES DE LA COMMISSION DE L UNION AFRICAINE ET DE LA COMMISSION ECONOMIQUE DES NATIONS UNIES POUR L AFRIQUE ALLOCUTION INTRODUCTIVE DE S. E. M. L AMBASSADEUR LIBERE BARARUNYERETSE,

Plus en détail

APPEL A LA RECONNAISSANCE DU PATRIMOINE CULTUREL IMMATÉRIEL EN BRETAGNE

APPEL A LA RECONNAISSANCE DU PATRIMOINE CULTUREL IMMATÉRIEL EN BRETAGNE 1 APPEL A LA RECONNAISSANCE DU PATRIMOINE CULTUREL IMMATÉRIEL EN BRETAGNE Nous, signataires, acteurs culturels en Bretagne, individuels et associations, demandons aux élus et institutionnels de soutenir

Plus en détail

Introduction en sciences de la communication: les grands secteurs de la communication

Introduction en sciences de la communication: les grands secteurs de la communication PETER STOCKINGER, PU Institut National des Langues et Civilisations Orientales (INALCO) Introduction en sciences de la communication: les grands secteurs de la communication (Cours ICL 2A 01 c) Communication,

Plus en détail

MASTER 2 PROFESSIONNEL

MASTER 2 PROFESSIONNEL UNIVERSITE DE NICE - SOPHIA ANTIPOLIS Faculté des Lettres, Arts et Sciences Humaines Département «SCIENCES DE LA COMMUNICATION» MASTER 2 PROFESSIONNEL Ingénierie de la Création Multimédia et Direction

Plus en détail

TROISIEME REUNION DU FORUM SUR L ADMINISTRATION FISCALE DE L OCDE

TROISIEME REUNION DU FORUM SUR L ADMINISTRATION FISCALE DE L OCDE ORGANISATION FOR ECONOMIC CO-OPERATION AND DEVELOPMENT TROISIEME REUNION DU FORUM SUR L ADMINISTRATION FISCALE DE L OCDE 14-15 septembre 2006 Séoul, Corée Déclaration de Séoul (version définitive) CENTRE

Plus en détail

conseil d administration ET secrétariat GÉNÉRAL

conseil d administration ET secrétariat GÉNÉRAL conseil d administration ET secrétariat GÉNÉRAL au 31 mars 2015 Hélène F. Fortin FCPA auditrice, FCA, IAS.A. Saint-Lambert Présidente du conseil d administration Associée Gallant & Associés S.E.N.C.R.L.

Plus en détail

Saint-Marin Allemagne. Monaco. Saint-Siège Andorre. Norvège. Slovaquie Autriche. Pays-Bas. Slovénie Belgique. Pologne. Suède Bulgarie.

Saint-Marin Allemagne. Monaco. Saint-Siège Andorre. Norvège. Slovaquie Autriche. Pays-Bas. Slovénie Belgique. Pologne. Suède Bulgarie. Jeunes demandeurs d asile tchétchènes jouant au centre d accueil de BialaPodlaska(Pologne). Albanie France Monaco Saint-Marin Allemagne Grèce Norvège Saint-Siège Andorre Hongrie Pays-Bas Slovaquie Autriche

Plus en détail

PAYS INVITE D'HONNEUR :LA FRANCE

PAYS INVITE D'HONNEUR :LA FRANCE Note Conceptuelle PAYS INVITE D'HONNEUR :LA FRANCE La Tunisie renouvelle son engagement pour le développement et la prospérité de l'afrique et des pays arabes, par l'organisation de la 8ème édition de

Plus en détail

Assises Professionnelles du Livre A l heure du numérique. Place des médias au sein de l édition numérique (images fixes, animées et son)

Assises Professionnelles du Livre A l heure du numérique. Place des médias au sein de l édition numérique (images fixes, animées et son) Assises Professionnelles du Livre A l heure du numérique Place des médias au sein de l édition numérique (images fixes, animées et son) Animation : Nathalie BOCHER-LENOIR, Sejer/Editis Avec la participation

Plus en détail

Synthèse de la CNCH du 19 juin 2008

Synthèse de la CNCH du 19 juin 2008 ACTIONS EN MATIÈRE D'INTÉGRATION DES PERSONNES HANDICAPÉES DU MINISTÈRE DE LA CULTURE ET DE LA COMMUNICATION Synthèse de la CNCH du 19 juin 2008 LE CONTEXTE La Commission nationale Culture-Handicap La

Plus en détail

Règles 2015-2016 - Programme de soutien à la distribution

Règles 2015-2016 - Programme de soutien à la distribution Strasbourg, le 02/04/2015 Règles 2015-2016 - Programme de soutien à la distribution Introduction Le programme de soutien à la distribution a pour objectif de renforcer la distribution des films européens

Plus en détail

INDUSTRIELLE ET COMMERCIALE

INDUSTRIELLE ET COMMERCIALE F OFFICE DES BREVETS DU JAPON OFFICE MAROCAIN DE LA PROPRIÉTÉ INDUSTRIELLE ET COMMERCIALE DIALOGUE POLITIQUE OMPI/INN/CAS/14/INF/1 PROV. ORIGINAL: FRANÇAIS DATE: OCTOBRE 2014 Dialogue politique régional

Plus en détail

La Réunion, terre d images et de tournages

La Réunion, terre d images et de tournages TOP RÉSA 2011 / 20-23 SEPTEMBRE 2011 À PARIS www.regionreunion.com La Réunion, terre d images et de tournages LA RÉUNION AU PATRIMOINE MONDIAL DE L HUMANITÉ cirques, pitons, remparts Terre d images Terre

Plus en détail

PRÉSENTATION DU PROGRAMME 2014

PRÉSENTATION DU PROGRAMME 2014 PRÉSENTATION DU PROGRAMME 2014 10 ANS DE CULTURE CÉLÉBRÉ AVEC LA NATURE! Grâce à votre fidèle participation et celle de plus de 100 institutions culturelles, le programme Cultivez le Jour de la Terre célébrera

Plus en détail

Master Etudes françaises et francophones

Master Etudes françaises et francophones Master Etudes françaises et francophones 1. modèle scientifique et profilage des contenus de la filière / Présentation et spécificités de la filière Les études romanes à Leipzig sont considérées comme

Plus en détail

LE NOUVEAU CAMPUS DE BERKLEE COLLEGE OF MUSIC A VALENCIA, EN ESPAGNE, PROPOSE DES MASTERS

LE NOUVEAU CAMPUS DE BERKLEE COLLEGE OF MUSIC A VALENCIA, EN ESPAGNE, PROPOSE DES MASTERS LE NOUVEAU CAMPUS DE BERKLEE COLLEGE OF MUSIC A VALENCIA, EN ESPAGNE, PROPOSE DES MASTERS Trois masters en un an: Master en composition pour film, TV et jeux vidéos (Scoring for Film, TV and Videogames),

Plus en détail

Promouvoir l économie numérique : l enjeu de l emploi dans les industries créatives

Promouvoir l économie numérique : l enjeu de l emploi dans les industries créatives RÉSUMÉ Mars 2010 Promouvoir l économie numérique : l enjeu de l emploi dans les industries créatives de l UE TERA Consultants L étude a été réalisée par TERA Consultants, un cabinet de conseil indépendant

Plus en détail

Sondage d opinion sur les livres, les longs métrages, les périodiques canadiens et les œuvres musicales

Sondage d opinion sur les livres, les longs métrages, les périodiques canadiens et les œuvres musicales Sondage d opinion sur les livres, les longs métrages, les périodiques canadiens et les œuvres musicales Sommaire exécutif Préparé pour le ministère du Patrimoine canadien 4 septembre 2012 Date d attribution

Plus en détail

devant le Conseil de surveillance de la normalisation comptable

devant le Conseil de surveillance de la normalisation comptable VERSION DÉFINITIVE Allocution prononcée par Anthony Ariganello, CGA Président-directeur général CGA-Canada devant le Conseil de surveillance de la normalisation comptable Toronto (Ontario) Le 20 octobre

Plus en détail

Groupe de la Banque africaine de développement. ALLOCUTION D OUVERTURE DE M. OMAR KABBAJ Président du Groupe de la Banque africaine de développement

Groupe de la Banque africaine de développement. ALLOCUTION D OUVERTURE DE M. OMAR KABBAJ Président du Groupe de la Banque africaine de développement Groupe de la Banque africaine de développement ALLOCUTION D OUVERTURE DE M. OMAR KABBAJ Président du Groupe de la Banque africaine de développement AU SEMINAIRE DE SENSIBILISATION DES SERVICES DE LA BANQUE

Plus en détail

LE CIRQUE DU SOLEIL EN BREF

LE CIRQUE DU SOLEIL EN BREF LE CIRQUE DU SOLEIL EN BREF De la vingtaine de saltimbanques qui le constituaient à ses débuts en 1984, le Cirque du Soleil est une entreprise québécoise de divertissement artistique de haute qualité qui

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE OMPI PCIPD/1/4 ORIGINAL : anglais DATE : 4 mai 1999 F ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ PERMANENT DE LA COOPÉRATION POUR LE DÉVELOPPEMENT EN RAPPORT AVEC LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE

Plus en détail

Dossier de présentation

Dossier de présentation Dossier de présentation Lundi 23 mars Salle du Conseil GRAND LYON Contacts Sophie DUBOUX - Solid Arté Géraldine DALLAIRE ADECC 04 72 07 70 24 Entrepreneur.culturel@gmail.com www.journee-entrepreneur-culturel.fr

Plus en détail

Cadre général du Forum sur les questions relatives aux minorités

Cadre général du Forum sur les questions relatives aux minorités Nations Unies Assemblée générale Distr. générale 17 septembre 2012 Français Original: anglais A/HRC/FMI/2012/2 Conseil des droits de l homme Forum sur les questions relatives aux minorités Cinquième session

Plus en détail

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Transcription et traduction de la communication de Verity DONNELLY colloque Éducation inclusive, la question

Plus en détail

Technologies de l information

Technologies de l information 7a Technologies de l information Nouvelles technologies de l information : une clé pour apprendre à l âge adulte? 321 Thème 7 Education des adultes, culture, médias et nouvelles technologies Fascicules

Plus en détail

L EXPERIENCE DE LA NEGOCIATION EUROPEENNE CHEZ TOTAL

L EXPERIENCE DE LA NEGOCIATION EUROPEENNE CHEZ TOTAL L EXPERIENCE DE LA NEGOCIATION EUROPEENNE CHEZ TOTAL Plan : Introduction I.- Le Dialogue Social européen et son cadre La négociation européenne : - pour l entreprise - pour les partenaires sociaux Les

Plus en détail

CENTRE D ENTREPRISES ET D INNOVATION DE MONTRÉAL 18 septembre 2014. Nathalie Clermont. @CMF_FMC #eyeoncanada

CENTRE D ENTREPRISES ET D INNOVATION DE MONTRÉAL 18 septembre 2014. Nathalie Clermont. @CMF_FMC #eyeoncanada CENTRE D ENTREPRISES ET D INNOVATION DE MONTRÉAL 18 septembre 2014 Nathalie Clermont @CMF_FMC #eyeoncanada Ordre du jour 1. Présentation générale du Fonds des médias du Canada (FMC) 2. Volet Expérimental

Plus en détail

LIVRE BLANC C-E-A / Commissaires d exposition associés

LIVRE BLANC C-E-A / Commissaires d exposition associés LIVRE BLANC C-E-A / Commissaires d exposition associés octobre 2013 I. Pourquoi une association de commissaires d exposition? L association C-E-A / Commissaires d exposition associés est née en 2007 du

Plus en détail

Les campagnes syndicales mondiales en ligne: les dix prochaines années

Les campagnes syndicales mondiales en ligne: les dix prochaines années Les campagnes syndicales mondiales en ligne: les dix prochaines années Eric Lee En novembre 2011, les militaires au pouvoir aux Fidji ont jeté en prison deux des plus importants dirigeants syndicaux du

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse KOF Centre de recherches conjoncturelles ETH Zurich LEE G 116 Leonhardstrasse 21 892 Zurich Tél. +41 44 632 8 3 Fax +41 44 632 12 18 www.kof.ethz.ch globalization@kof.ethz.ch Communiqué de presse Zurich,

Plus en détail

+Allocution sur les impacts et défis du numérique dans le secteur de l édition musicale Par Joëlle Bissonnette APEM jbissonnette@apem.

+Allocution sur les impacts et défis du numérique dans le secteur de l édition musicale Par Joëlle Bissonnette APEM jbissonnette@apem. +Allocution sur les impacts et défis du numérique dans le secteur de l édition musicale Par Joëlle Bissonnette APEM jbissonnette@apem.ca Dans le cadre du colloque «L articulation commerce-culture à l ère

Plus en détail

La gestion des performances en Europe. Panel d expériences européennes et possibles synergies

La gestion des performances en Europe. Panel d expériences européennes et possibles synergies La gestion des performances en Europe. Panel d expériences européennes et possibles synergies Atelier n 15 Organisateurs : Conseil de l Europe (Centre d expertise sur la réforme de l administration locale

Plus en détail

Profession Culture Langue. Invitation Conférence ASCI 2015. Genève, 22.09.15, 14h00 17h45

Profession Culture Langue. Invitation Conférence ASCI 2015. Genève, 22.09.15, 14h00 17h45 Invitation Conférence ASCI 2015 Genève, 22.09.15, 14h00 17h45 Profession Culture Langue La communication interne et intégrée : comment maîtriser les langues pour surmonter les barrières culturelles et

Plus en détail

MASTER DE PRODUCTION ET GESTION DE PROJETS EUROPÉENS EN ARTS DE L ECRAN

MASTER DE PRODUCTION ET GESTION DE PROJETS EUROPÉENS EN ARTS DE L ECRAN MASTER DE PRODUCTION ET GESTION DE PROJETS EUROPÉENS EN ARTS DE L ECRAN Porteur de Projet : Francis GAST, Directeur de la Faculté des Arts Université de Strasbourg OBJECTIFS Le MASTER DE PRODUCTION ET

Plus en détail

Vers des Médias accessibles. Aides et Financement des projets cinématographiques, audiovisuels et numériques

Vers des Médias accessibles. Aides et Financement des projets cinématographiques, audiovisuels et numériques Vers des Médias accessibles Aides et Financement des projets cinématographiques, audiovisuels et numériques Le Crédit impôt cinema Le Crédit impôt audiovisuel Le Crédit d impôt cinéma Quel Objectif? Soutenir

Plus en détail

Référentiel d'activités professionnelles et référentiel de certification Diplôme d'état de professeur de musique

Référentiel d'activités professionnelles et référentiel de certification Diplôme d'état de professeur de musique Référentiel d'activités professionnelles et référentiel de certification Diplôme d'état de professeur de musique I Contexte du métier 1. Définition Les professeurs de musique diplômés d'état sont chargés

Plus en détail

Qui fait quoi sur internet?

Qui fait quoi sur internet? Ans Note d éducation permanente de l ASBL Fondation Travail-Université (FTU) N 2015 8, avril 2015 www.ftu.be/ep Qui fait quoi sur internet? Analyse des inégalités sociales dans l utilisation d internet

Plus en détail

Protection vs. Innovation ouverte : Comment concilier l innovation et l accès aux nouvelles technologies pour tous?

Protection vs. Innovation ouverte : Comment concilier l innovation et l accès aux nouvelles technologies pour tous? Protection vs. Innovation ouverte : Comment concilier l innovation et l accès aux nouvelles technologies pour tous? Salle Notre-Dame des Victoires, 09 septembre 2014 16h30 18h Intervenants: Dominique Buendé,

Plus en détail

CLIPSAS. COLLOQUE et ASSEMBLEE GENERALE 2015. Hasbrouk Heights (New Jersey) 28-31 mai 2015

CLIPSAS. COLLOQUE et ASSEMBLEE GENERALE 2015. Hasbrouk Heights (New Jersey) 28-31 mai 2015 CLIPSAS COLLOQUE et ASSEMBLEE GENERALE 2015 Hasbrouk Heights (New Jersey) 28-31 mai 2015 Henri SYLVESTRE Grand Secrétaire aux Affaires Extérieures Adjoint 00 33 6 86 36 66 18 hd.sylvestre@wanadoo.fr Association

Plus en détail

Pourquoi et comment les collectivités locales associent d autres acteurs à la définition et à la mise en œuvre d actions publiques?

Pourquoi et comment les collectivités locales associent d autres acteurs à la définition et à la mise en œuvre d actions publiques? Pourquoi et comment les collectivités locales associent d autres acteurs à la définition et à la mise en œuvre d actions publiques? Rencontre professionnelle 4 Ont participé à cet atelier : David ALCAUD,

Plus en détail

Commentaires de. l Association québécoise pour le patrimoine industriel (Aqpi) sur le document. Un regard neuf sur le patrimoine culturel

Commentaires de. l Association québécoise pour le patrimoine industriel (Aqpi) sur le document. Un regard neuf sur le patrimoine culturel Commentaires de l Association québécoise pour le patrimoine industriel (Aqpi) sur le document Un regard neuf sur le patrimoine culturel Dans le cadre de la consultation publique pour une révision de la

Plus en détail

Voici la version officielle de sa carrière professionnelle. Maintenant parlons de Peter Mortimer, l homme.

Voici la version officielle de sa carrière professionnelle. Maintenant parlons de Peter Mortimer, l homme. FONDS COGECO DE DÉVELOPPEMENT D ÉMISSIONS COGECO PROGRAM DEVELOPMENT FUND 2009 // RAPPORT ANNUEL // ANNUAL REPORT Hommage à Peter Mortimer // 1937-2009 Un ardent défenseur de l industrie nous a quittés

Plus en détail

L action du gouvernement espagnol et de l Institut de la jeunesse concernant le Pacte européen pour la jeunesse

L action du gouvernement espagnol et de l Institut de la jeunesse concernant le Pacte européen pour la jeunesse L action du gouvernement espagnol et de l Institut de la jeunesse concernant le Pacte européen pour la jeunesse Institut de la jeunesse Madrid Les débuts de toute chose sont toujours petits. Cicéron La

Plus en détail

Agenda 21 de la culture du Québec

Agenda 21 de la culture du Québec Agenda 21 de la culture du Québec Table des matières 2 Contexte 4 Introduction 8 Principes pour guider l action 10 Objectifs 11 Partie 1 : L action culturelle dans une perspective de durabilité 12 Partie

Plus en détail

Ivan Bernier. 1. L apport de la première réunion à l instauration d une dynamique de négociation.

Ivan Bernier. 1. L apport de la première réunion à l instauration d une dynamique de négociation. La première réunion d experts gouvernementaux sur l avant-projet de convention sur la protection de la diversité des contenus culturels et des expressions artistiques de l UNESCO : Les implications pour

Plus en détail

Master international de Management des Médias à distance. Organisation pédagogique de la formation

Master international de Management des Médias à distance. Organisation pédagogique de la formation Master international de Management des Médias à distance Organisation pédagogique de la formation Session 2014/2015 Table des matières Organisation pédagogique... 1 UE 1 : Histoire, économie et mondialisation

Plus en détail

COMITÉ PERMANENT DU PATRIMOINE CANADIEN. Mémoire du Réseau indépendant des diffuseurs d événements artistiques unis (RIDEAU)

COMITÉ PERMANENT DU PATRIMOINE CANADIEN. Mémoire du Réseau indépendant des diffuseurs d événements artistiques unis (RIDEAU) COMITÉ PERMANENT DU PATRIMOINE CANADIEN Mémoire du Réseau indépendant des diffuseurs d événements artistiques unis (RIDEAU) 9 mars 2009 Membres du Comité permanent du Patrimoine canadien, Bonjour, Mon

Plus en détail

PLAN D AFFAIRES 2013-2016. Bibliothèque et Archives Canada

PLAN D AFFAIRES 2013-2016. Bibliothèque et Archives Canada PLAN D AFFAIRES 2013-2016 Bibliothèque et Archives Canada N o de catalogue : SB1-6/2013E-PDF ISSN : 2292-0021 Plan d affaires (Bibliothèque et Archives Canada) Also available in English under the title:

Plus en détail

RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM 9ÈME DECLARATION FINALE

RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM 9ÈME DECLARATION FINALE 9ÈME RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM La Valette 27 septembre 2012 DECLARATION FINALE page 1 A l invitation de S.E. George Pullicino,

Plus en détail

Appel à projets : Economie numérique et propriété intellectuelle

Appel à projets : Economie numérique et propriété intellectuelle 28/04/2014 Appel à projets : Economie numérique et propriété intellectuelle L Institut National de la Propriété Industrielle, à travers sa direction des Etudes, souhaite mobiliser les spécialistes de la

Plus en détail

FAITS SAILLANTS. de la République populaire de Chine (SIPO) a été le seul

FAITS SAILLANTS. de la République populaire de Chine (SIPO) a été le seul Le nombre de dépôts de demandes en matière de propriété intellectuelle a poursuivi sur sa lancée d avant la crise, celui des dépôts de demandes de brevet augmentant à son rythme le plus fort en près de

Plus en détail

CAISSE D ÉCONOMIE SOLIDAIRE DESJARDINS

CAISSE D ÉCONOMIE SOLIDAIRE DESJARDINS CAISSE D ÉCONOMIE SOLIDAIRE DESJARDINS Projet de loi no 27 Loi sur l économie sociale Mémoire présenté au ministère des Affaires municipales, des Régions et de l Occupation du territoire dans le cadre

Plus en détail

!!!!! !"##$%&'!%'(&%##%' !"##$%&'(

!!!!! !##$%&'!%'(&%##%' !##$%&'( "##$%&'%'(&%##%' "##$%&'( "#$%&'(#)%" +,$-./"#0#)%"/#(01/"&$)/$ 2 3/.-4-"/5/"#.670$/. 8 30$-9%$5/&/.($-&)#.&:)56;# )=)#01?'55)# @,0$).50=/.,$% @,0$).50=/.3%(0#)%"AB6%C3/?01%"&/.3)/'B&/D%'$"0=/.

Plus en détail

Projet de réorganisation des bourses canadiennes

Projet de réorganisation des bourses canadiennes Projet de réorganisation des bourses canadiennes Rapport de trois membres du Comité aviseur M. Jean Campeau M. Jean-Claude Cyr M. Pierre Rousseau Montréal, le 3 mai 1999 MISE EN SITUATION Le 15 mars 1999,

Plus en détail

TITRE I DISPOSITIONS GÉNÉRALES

TITRE I DISPOSITIONS GÉNÉRALES TITRE I DISPOSITIONS GÉNÉRALES Article 1 er CONSTITUTION Il est fondé entre les personnes physiques adhérant aux présents statuts un parti politique dénommé «L Union pour un Mouvement Populaire» (UMP),

Plus en détail

Le droit d auteur dans un environnement numérique : les positions de l IFLA et de l UNESCO 1

Le droit d auteur dans un environnement numérique : les positions de l IFLA et de l UNESCO 1 Le droit d auteur dans un environnement numérique : les positions de l IFLA et de l UNESCO 1 Das Urheberrecht in einer digitalen Umwelt: die Positionen der IFLA und der UNESCO Jean-Philippe Accart Information

Plus en détail

Au Niger, le soutien est fort mais pas unanime pour l adoption de la sharia dans la Constitution

Au Niger, le soutien est fort mais pas unanime pour l adoption de la sharia dans la Constitution Introduction Les questions religieuses connaissent un regain d intérêt dans les espaces publics de nos pays. Au Niger, elles sont devenues préoccupantes en raison des évènements récents qui ont marqué

Plus en détail

CHARTE DES UNIVERSITÉS EUROPÉENNES POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE

CHARTE DES UNIVERSITÉS EUROPÉENNES POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE CHARTE DES UNIVERSITÉS EUROPÉENNES POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE European University Association Association Européenne de l'université Copyright 2008 par l Association Européenne de l Université

Plus en détail

Innovation & Internationalisation (I²)

Innovation & Internationalisation (I²) Partenariats d intérêt mutuel bien compris, tout azimut Les inter-pme panafricaines et internationales réalisées massivement Innovation & Internationalisation (I²) L Afrique se tire elle-même du marécage

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies E/2009/92 Conseil économique et social Distr. générale 10 juin 2009 Français Original : anglais Session de fond de 2009 Genève, 6-31 juillet 2009 Point 13 b) de l ordre du jour provisoire*

Plus en détail

Angle mort organisationnel : Le rôle des processus métiers documentaires dans la croissance du chiffre d affaires

Angle mort organisationnel : Le rôle des processus métiers documentaires dans la croissance du chiffre d affaires Livre blanc IDC réalisé pour Ricoh Septembre 2012 Synthèse Angle mort organisationnel : Le rôle des processus métiers documentaires dans la croissance du chiffre d affaires Angèle Boyd // Joseph Pucciarelli

Plus en détail

E-COMMERCE VERS UNE DÉFINITION INTERNATIONALE ET DES INDICATEURS STATISTIQUES COMPARABLES AU NIVEAU INTERNATIONAL

E-COMMERCE VERS UNE DÉFINITION INTERNATIONALE ET DES INDICATEURS STATISTIQUES COMPARABLES AU NIVEAU INTERNATIONAL E-COMMERCE VERS UNE DÉFINITION INTERNATIONALE ET DES INDICATEURS STATISTIQUES COMPARABLES AU NIVEAU INTERNATIONAL Bill Pattinson Division de la politique de l information, de l informatique et de la communication

Plus en détail

Secrétariat d Etat auprès du Premier Ministre chargé des Technologies Nouvelles

Secrétariat d Etat auprès du Premier Ministre chargé des Technologies Nouvelles République Islamique de Mauritanie Honneur Fraternité - Justice Secrétariat d Etat auprès du Premier Ministre chargé des Technologies Nouvelles Communication de Madame la Secrétaire d Etat Fatimetou Mint

Plus en détail

UNE COMPÉTITION INTERNATIONALE DE FILMS CORPORATE (La première édition se concentrera sur les pays francophones)

UNE COMPÉTITION INTERNATIONALE DE FILMS CORPORATE (La première édition se concentrera sur les pays francophones) 27 au 30 mai 2015 1 UN ÉVÉNEMENT MAJEUR DE LA COMMUNICATION DES ENTREPRISES, DES INSTITUTIONS DU SECTEUR PUBLIC ET DES COLLECTIVITES LOCALES UNE COMPÉTITION INTERNATIONALE DE FILMS CORPORATE (La première

Plus en détail

Des Amériques dans toutes les langues

Des Amériques dans toutes les langues Des Amériques dans toutes les langues Christine Fréchette Directrice, Forum sur l intégration nord-américaine (FINA) Coordonnatrice, Chaire d études politiques et économiques américaines et de la Chaire

Plus en détail

Global Entertainment & Media Outlook 2009-2013

Global Entertainment & Media Outlook 2009-2013 Global Entertainment & Media Outlook 2009-2013 Perspectives de croissance de l industrie des Médias et des Loisirs 25 Juin 2009 01 François ANTARIEU, Associé PwC, Responsable France de l Industrie Médias

Plus en détail

Commission des finances Distr. GÉNÉRALE

Commission des finances Distr. GÉNÉRALE AUTORITÉ INTERNATIONALE DES FONDS MARINS Commission des finances Distr. GÉNÉRALE ISBA/5/FC/1 30 septembre 1999 FRANÇAIS ORIGINAL : ANGLAIS AUTORITÉ INTERNATIONALE DES FONDS MARINS Cinquième session Kingston

Plus en détail

à la Consommation dans le monde à fin 2012

à la Consommation dans le monde à fin 2012 Le Crédit à la Consommation dans le monde à fin 2012 Introduction Pour la 5 ème année consécutive, le Panorama du Crédit Conso de Crédit Agricole Consumer Finance publie son étude annuelle sur l état du

Plus en détail

RAPPORT MUNICIPAL N 99 AU CONSEIL COMMUNAL

RAPPORT MUNICIPAL N 99 AU CONSEIL COMMUNAL RAPPORT MUNICIPAL N 99 AU CONSEIL COMMUNAL Réponse à la motion de M. le Conseiller communal Tefik Rashiti "Nyon zone hors AGCS" Délégué municipal : Monsieur Daniel Rossellat Nyon, le 4 mai 2009 Monsieur

Plus en détail

Les entreprises exportatrices en région Centre : dynamique et perspectives. CCI International Centre

Les entreprises exportatrices en région Centre : dynamique et perspectives. CCI International Centre CCI International Centre NUMÉRO 08 LE CAHIER SPÉCIAL DE L OBSERVATOIRE DES ENTREPRISES À L INTERNATIONAL 2015 Les entreprises exportatrices en région Centre : dynamique et perspectives Une publication

Plus en détail

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Rapport sommaire Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Buenos Aires, Argentine 1-3 décembre 2000 Au cours des dix dernières années, le Canada a joué un rôle

Plus en détail

Allocution de Mme Françoise Bertrand Présidente directrice générale Fédération des chambres de commerce du Québec

Allocution de Mme Françoise Bertrand Présidente directrice générale Fédération des chambres de commerce du Québec Allocution de Mme Françoise Bertrand Présidente directrice générale Fédération des chambres de commerce du Québec Comment les entreprises devraient-elles entrevoir l avenir en matière de régime de retraite

Plus en détail