Leucémie lymphoïde chronique (163) Professeur Gérard Sébahoun Septembre 2005

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Leucémie lymphoïde chronique (163) Professeur Gérard Sébahoun Septembre 2005"

Transcription

1 1. Introduction Leucémie lymphoïde chronique (163) Professeur Gérard Sébahoun Septembre 2005 La leucémie lymphoïde chronique (LLC) est une hémopathie chronique, caractérisée par la prolifération clonale et l'accumulation dans le sang et la moelle, les ganglions et la rate, de petits lymphocytes B murs exprimant le déterminant antigénique CD5. C est la plus fréquente des leucémies dans les pays occidentaux (30% des leucémies), alors qu elle est rare en Asie (5% des leucémies). Les facteurs environnementaux (radiations ionisantes, toxiques chimiques, chimiothérapies) n ont pas de rôle favorisant connu dans ce type de leucémie. 2. Physiopathologie 2.1. Origine de la cellule B CD5+ de la LLC L équivalent normal du lymphocyte B CD5+ de la LLC est retrouvé au niveau du ganglion sur la bordure du centre germinatif (zone du manteau). Il représente 15 % des lymphocytes B du sang normal. Les cellules B CD5+ semblent être la source d auto-anticorps et leur nombre est plus élevé dans les affections auto-immunes. La LLC semble ainsi avoir pour origine l expansion d un sous-clone minoritaire de lymphocytes normaux dont certaines cellules ont subit une transformation maligne Les cellules de la LLC sont immunologiquement incompétentes incapables de présentation d antigène soluble et d alloantigène, ceci s expliquant par une faible expression des Ig de surface, des molécules de co-stimulation, du BCR. De plus elles produisent du TGF-β, puissant inhibiteur de la prolifération cellulaire B (facteur d hypogammaglobulinémie), et de IL2-R soluble, neutralisant l IL2 endogène et donc réduisant la fonction T Helper L'étude des gènes des immunoglobulines (Ig) Elle a montré que certaines familles VH (familles de gènes codant pour les régions variables des chaînes lourdes d Ig) sont préférentiellement exprimées dans certains types de LLC. Ces gènes sont dans 50 % des cas, en configuration germinale, c'est-à-dire n ayant pas subit le processus d hypermutation somatique se situant dans les centres germinatifs des follicules secondaires. Ceci suggère dans ce cas que le lymphocyte de LLC est une cellule B naïve. Cependant dans 50 % des cas les gènes VH sont mutés, suggérant une origine cellulaire postérieure au centre germinatif La LLC est une maladie accumulative des lymphocytes B bloqués en phase G 0 du cycle cellulaire et qui ont un défaut dans leur programme de mort cellulaire. Contrairement aux lymphocytes B normaux, les lymphocytes B de la LLC, meurent spontanément par apoptose lorsqu'ils sont cultivés in vitro. DCEM 2 Module n 10 1

2 L aptitude des cellules de LLC à entrer en apoptose in vitro est corrélée avec l évolution clinique, suggérant qu un phénotype de résistance à l apoptose apparaît en même temps que la progression de la maladie. Certains oncogènes ont été incriminés dans l étiopathogénie de la LLC. L oncogène Bcl2, caractérisé par son rôle anti-apoptotique, est habituellement surexprimé dans la LLC, bien que non-réarrangé. Le gène p53, régulateur négatif de la croissance cellulaire, est également impliqué dans l apoptose. Dans la LLC, il n est muté que dans 15 % des cas qui correspondent au syndrome de Richter et aux formes avancées de la maladie. 3. Présentation clinique La maladie est 2 fois plus fréquente chez l'homme que chez la femme, et la moyenne d'âge se situe autour de 65 ans. Sa fréquence augmente avec l'âge: 1% des cas ont moins de 40 ans, 7 % ont entre 40 et 50 ans, 90% ont plus de 50 ans Les circonstances de découverte sont variables et c'est le plus souvent au cours d'un examen systématique qu'une lymphocytose sanguine est découverte chez un sujet en bonne santé apparente. La maladie peut aussi se manifester par la découverte d adénopathies superficielles ou par des complications infectieuses, beaucoup plus rarement des complications hématologiques (anémie hémolytique auto-immune) L'état général est le plus souvent conservé, ce qui permet au patient de mener une vie normale. C'est seulement au cours des stades avancés, et en particulier lorsqu'il existe une anémie, que l'altération de l'état général peut être notable Les adénopathies sont présentes dans 80% des cas, intéressant souvent tous les territoires superficiels. Elles ont un caractère le plus souvent symétrique, bilatéral et indolent, et sont de taille modérée. La survenue d'un ganglion de volume très important, associé à des signes de compression et à une atteinte de l'état général doit faire suspecter une transformation lymphomateuse (syndrome de Richter). Des adénopathies rétropéritonéales fréquentes mais de petite taille peuvent être recherchées par tomodensitométrie ; les ganglions médiastinaux sont beaucoup plus rares Une splénomégalie se voit dans 50% des cas, pouvant être associée ou non à des adénopathies, et le plus souvent de taille modérée L'hépatomégalie est rare C est un élément de pronostic péjoratif. DCEM 2 Module n 10 2

3 4. Signes biologiques 4.1. La lymphocytose sanguine Elle fait partie de la définition de la maladie lorsqu elle est > 5x10 9 /l, et qu elle existe depuis plusieurs mois. Elle est constituée de lymphocytes très proches du petit lymphocyte normal avec souvent cependant quelques atypies, notamment quelques cellules de plus grande taille avec une chromatine plus fine et parfois nucléolée (prolymphocytes). Souvent, il existe de nombreuses cellules altérées donnant l'impression de noyaux nus appelées "ombres de Gümprecht". La lymphocytose représente habituellement 70 à 90% de la formule leucocytaire et elle est responsable d une hyperleucocytose franche, en général 30 à 50x10 9 /l. Les anomalies des autres lignées (anémie et thrombopénie) sont plus rarement retrouvées et définissent les formes graves de la maladie Le myélogramme Il n est plus considéré comme indispensable pour affirmer le diagnostic. Il montre dans une moelle normo ou hypercellulaire une lymphocytose >30%. Cette lymphocytose représente souvent 70 à 80% des éléments médullaires. Elle est constituée par les mêmes cellules que celles du sang. Le myélogramme est utile lorsqu il existe une anémie ou une thrombopénie inexpliquée ou pour évaluer une réponse complète au traitement La biopsie ganglionnaire Elle n'est pas nécessaire au diagnostic de la LLC sauf dans les cas où se pose un problème de diagnostic différentiel, ou encore pour documenter une transformation lymphomateuse. Le ganglion est envahi de façon diffuse par les mêmes cellules lymphoïdes que celles observées dans le sang et la moelle Étude phénotypique L'étude des marqueurs de membrane détectés par les anticorps monoclonaux est indispensable au diagnostic de la LLC. Les cellules réagissent avec les anticorps reconnaissant les molécules caractéristiques de la lignée lymphoïde B: HLA classe II, CD19, CD20, CD24. Le CD20 est plus faiblement exprimé que dans les cellules B normales. Le caractère monotypique de la prolifération est prouvé par l'expression à la surface des cellules, d'une seule chaîne légère d Ig, κ ou λ et d'une chaîne lourde, le plus souvent μ, qui peut être associée à δ. Une caractéristique est le nombre très diminué de sites d Ig de surface des cellules par rapport à des cellules B normales ou d autres pathologies lymphoïdes. Une autre caractéristique des cellules de la LLC est la présence de l'antigène de surface CD5, marqueur T, qui ne s'observe que dans 2 autres affections lymphoïdes B proche de la LLC, le lymphome du manteau et certaines leucémies prolymphocytaires. Les cellules lymphoïdes de la LLC expriment le marqueur d activation CD23 (récepteur de faible affinité pour les IgE). L expression du CD22 de surface (marqueur de cellules B au repos) est rare. Le CD 79b (chaîne β du BCR) est faiblement exprimé. Le FMC7 est négatif. Très rarement, on peut observer d autres marqueurs d'activation, tel le CD25 (récepteur de faible affinité pour l'il2), le CD71 (récepteur pour la transferrine), ainsi que des marqueurs myéloïdes. Le CD38 est exprimé chez un groupe de patients ayant un moins bon pronostic et associé à un profil non muté des gènes VH. DCEM 2 Module n 10 3

4 Le phénotype des cellules lymphoïdes de la LLC permettent de définir un score de Matutes à 4 ou 5 (4 ou 5 critères parmi CD79b négatif, CD23 positif, CD5 positif, FMC7 négatif, IgS faibles) Les immunoglobulines sériques Une hypogammaglobulinémie < 7 g/l est observée dans 60% des cas, favorisant les complications infectieuses sévères ou répétées, et expliquant la diminution des réponses immunes vaccinales. Cette hypogammaglobulinémie, rare dans les autres syndromes lymphoprolifératifs B, est liée aux anomalies portant sur les fonctions régulatrices des cellules T et au dysfonctionnement des cellules B non clonales résiduelles. Une Ig monoclonale, généralement de type IgM, est retrouvée dans 5% des cas de LLC. Ce composant monoclonal est produit dans la plupart des cas par des cellules B résiduelles non leucémiques Cytogénétique Des anomalies chromosomiques, lorsqu'elles sont recherchées selon les techniques appropriées (mitogènes des cellules B) et sur un nombre suffisant de métaphases, sont observées dans 50 % des cas. Il peut s'agir d'une trisomie du chromosome 12, d une délétion du chromosome 13, d une délétion du chromosome % des patients ont 1 seule anomalie chromosomique, ¼ ont 2 anomalies, les autres ont des anomalies complexes. Les patients ayant une del 13q ont habituellement une maladie stable ou lentement progressive et associée à des gènes VH mutés. Les patients ayant une trisomie 12 ont plus souvent une maladie rapidement progressive, à morphologie atypique et associée à des gènes VH non mutés. Les techniques d'hybridation in situ (FISH) permettent une analyse sur les cellules en interphase et permettent d'observer les anomalies avec une plus grande fréquence (53 % pour la del 13q, 20 % pour la trisomie 12, 17 % des cas pour la del 11q). 5. Facteurs de pronostic et classification Les classifications de Rai (tableau I) et de Binet, (tableau II) ont permis d'établir des corrélations pronostiques et de proposer des protocoles thérapeutiques adaptés. Elles apportent la meilleure indication pronostique. Tableau I - Classification anatomo-clinique de Rai. Risque Stade Survie médiane faible 0 lymphocytose sanguine et médullaire isolée > 15 ans I lymphocytose + adénopathies 9 ans intermédiaire II lymphocytose + splénomégalie et/ou hépatomégalie 5 ans III lymphocytose + anémie (Hb< 11 g/dl 2 ans 2 ans élevé IV lymphocytose + thrombopénie <100 x 10 9 / l). DCEM 2 Module n 10 4

5 Tableau II - Classification anatomo-clinique de Binet Stade Survie médiane A Hb 10 g/dl et Plaquettes 100 x 10 9 /l 12 ans adénopathies < 3 aires* palpables B Hb 10 g/dl et Plaquettes 100 x 10 9 /l 5 ans adénopathies 3aires* palpables C Hb < 10 g/dl et/ou plaquettes < 100 x 10 9 /l 2 ans *Aire = aire ganglionnaire superficielle (ganglions uni ou bilatéraux) ou rate La classification de Rai a été récemment simplifiée en 3 stades : risque faible (stade 0), risque intermédiaire (stades I et II), haut risque (stades III et IV). La classification de Rai est surtout utilisée aux USA. La classification de Binet est plus utilisée en Europe. D'autres facteurs de pronostic ont été proposés. Une lymphocytose sanguine < 30x10 9 /l. identifie un groupe à bon pronostic, celle > 60x10 9 /l. un groupe à pronostic péjoratif. Le temps de doublement rapide de la lymphocytose, inférieur à 1 an, est un facteur de mauvais pronostic. L existence de cellules prolymphocytaires circulantes parait corrélée à une survie plus courte, en particulier lorsque le taux de prolymphocytes est > 10%. La topographie de l'infiltration sur la biopsie médullaire est également un élément de pronostic (meilleur pronostic des formes non diffuses) ainsi que la présence d'anomalies chromosomiques, l'augmentation du CD23 soluble. 6. Evolution - complications Si une proportion significative de patients reste stable pendant de nombreuses années, la LLC tend généralement à progresser à une vitesse qui varie d un cas à l autre. Les localisations viscérales sont anatomiquement très fréquentes mais ont plus rarement une traduction clinique. Ce sont des localisations digestives, pleurales, cutanées, osseuses. Les complications les plus fréquentes au cours de la LLC sont les infections, les cytopénies, la transformation lymphomateuse ou la survenue de cancers Les infections Très fréquentes, elles surviennent surtout dans les formes avancées et représentent la cause la plus fréquente de mortalité. Elles sont favorisées par l hypogammaglobulinémie. Ce sont surtout des infections bactériennes, atteignant principalement la sphère ORL, l arbre respiratoire et l appareil urinaire. Les germes en cause sont ceux qui nécessitent une opsonisation (Staphylococcus aureus, Streptococcus pneumoniae, Hemophilus influenza, Escherichia coli, Klebsiella pneumoniae). Les infections virales sont aussi fréquentes, le plus souvent liées aux virus du groupe herpès Les cytopénies L apparition d une anémie peut être soit d origine centrale par infiltration médullaire, soit d origine périphérique par hémolyse auto-immune ou hypersplénisme. Une anémie hémolytique auto-immune se voit dans 10 à 25% des cas, habituellement à test de Coombs positif, de type IgG. DCEM 2 Module n 10 5

6 Les anticorps IgG responsables de l hémolyse auto-immune sont polyclonaux et produits par des cellules B résiduelles non leucémiques. Une érythroblastopénie auto-immune est plus rare. La thrombopénie est habituellement due à l infiltration médullaire. Une thrombopénie autoimmune se voit dans 2% des cas Les transformations agressives Environ 15 % des patients évoluent vers une maladie agressive, habituellement leucémie prolymphocytaire (avec coexistence de 2 populations cellulaires) ou syndrome de Richter. Le syndrome de Richter doit être évoqué devant l apparition de masses ganglionnaires tumorales qui deviennent compressives. La biopsie montre le plus souvent qu il s agit d un lymphome à grandes cellules, parfois de type immunoblastique. Les grandes cellules de ce lymphome ont les mêmes marqueurs de surface que les lymphocytes sanguins. La réponse thérapeutique au syndrome de Richter est généralement faible et de courte durée. La transformation en leucémie aiguë est rarissime Les néoplasies secondaires La survenue d un cancer chez les sujets atteints de LLC est plus fréquente que dans une population comparable de sujets témoins, avec une incidence de 6 à 15 %. Les plus fréquents sont les cancers cutanés, mais toutes les localisations ont été décrites, en particulier le cancer du poumon, du rein ou du colon, du tissu conjonctif. Il semblerait que les patients traités par le chlorambucil de façon prolongée aient une augmentation significative des cancers épithéliaux. 7. Diagnostic différentiel Il est facilité par l'étude des marqueurs de surface cellulaire qui permettent de séparer les proliférations polyclonales des proliférations monoclonales Lymphocytoses polyclonales B Elles sont observées dans les infections virales (mononucléose infectieuse, infection à cytomégalovirus), la toxoplasmose acquise, mais aussi certaines infections bactériennes comme la coqueluche, qui reste l'exemple le plus caractéristique, puisque dans cette maladie la lymphocytose peut atteindre 40 à 50x10 9 /l. et persister plusieurs semaines; elle est liée à un trouble de la circulation des lymphocytes sans atteinte médullaire Lymphocytose monoclonale B La LLC doit être distinguée des autres proliférations lymphoïdes chroniques à la fois par la cytologie et par l'étude immunophénotypique : la leucémie prolymphocytaire, la leucémie à tricholeucocytes, les lymphomes spléniques à lymphocytes villeux, les phases leucémiques des lymphomes à petites cellules, la maladie de Waldenström et les lymphomes du manteau La leucémie prolymphocytaire Elle est caractérisée par une très importante hyperleucocytose, le plus souvent >100x10 9 /l., associée à une splénomégalie. Le prolymphocyte est la cellule prédominante dans le sang et représente plus de 50% des cellules mononucléées ; elle est caractérisée par une plus grande DCEM 2 Module n 10 6

7 taille, et surtout un noyau rond avec un volumineux nucléole. Les marqueurs de membranes sont évocateurs (tableau III). Tableau III : marqueurs de surface des hémopathies lymphoïdes chroniques B LLC LF LM LPL LTricho LTricho v LSLV LZM CD IgS +/ CD / /+ - CD /+ + CD 79b /+ -/+ + + CD CD11c / FMC CD /+ CD / CD /+ - LF : Lymphome folliculaire LM : Lymphome du manteau LTricho : Leucémie à tricholeucocytes LTricho v: Leucémie à tricholeucocytes "variant" LPL : Leucémie prolymphocytaire LSLV : Lymphome splénique à lymphocytes villeux LZM : Lymphome de la zone marginale La leucémie à tricholeucocytes Dans ses rares formes hyperleucocytaires avec un fort pourcentage de tricholeucocytes circulants, elle peut être confondue avec une LLC. L'étude cytologique permet le plus souvent de faire le diagnostic. L'immunomarquage retrouve la positivité du CD11c, du CD25, et du CD103, marqueur spécifique des tricholeucocytes Le lymphome splénique à lymphocytes villeux Il associe une volumineuse splénomégalie, une hyperleucocytose modérée (10 à 30x10 9 /l.). Le lymphocyte circulant a un cytoplasme avec des petites villosités, le plus souvent localisées à un pôle de la cellule. Là encore, les marqueurs de membrane, proches de ceux du prolymphocyte B aident au diagnostic Les lymphomes à petites cellules. Dans les formes leucémiques de lymphome, la population de lymphocytes circulants est souvent pléiomorphe avec des cellules lymphoïdes à noyau souvent clivé. La maladie peut être distinguée des LLC par la biopsie ganglionnaire. La forte positivité des Ig de surface, la positivité du FMC7 et souvent du CD10, la négativité du CD5 aident au diagnostic. Une forme particulière, le lymphome du manteau constitue une affection proche de la LLC avec des cellules B qui sont CD5(+). Les cellules ont un noyau plus irrégulier que dans la LLC, le CD23 est souvent négatif, et il existe une translocation t(11;14). DCEM 2 Module n 10 7

8 La maladie de Waldenström Elle montre dans un ¼ des cas des lymphocytes circulants. Leur morphologie est lymphoplasmocytaire et l hyperleucocytose est faible. Il existe un pic monoclonal IgM sérique. Le myélogramme et la biopsie médullaire corrigent le diagnostic La leucémie lymphoïde chronique CD5(-). Dans moins de 10% des cas, la LLC n exprime pas le marqueur CD5 de surface. Ces formes correspondent habituellement à des formes frontières avec les leucémies prolymphocytaires Les lymphoproliférations T lymphome T périphérique, leucémie prolymphocytaire T, syndrome de Sézary. L'analyse cytologique et surtout immunophénotypique permettent de faire le diagnostic. 8. Traitement Aucun traitement à ce jour n ayant un impact sur l évolution des patients à un stade précoce de leur maladie, le moment de débuter un traitement est une décision importante. De plus, environ 30 % des patients ont une affection indolente dont la survie est identique à celle de la population non malade. Les facteurs à prendre en considération pour débuter le traitement sont la présence de signes liés à la maladie, des adénopathies ou une hépato-splénomégalie volumineuses ou progressives, une insuffisance médullaire, des infections fréquentes. La progression de la lymphocytose n est pas à elle seule un critère décisionnel La radiothérapie Ces indications sont très limitées. L'irradiation splénique a été utilisée chez des patients qui présentaient une volumineuse splénomégalie ou des cytopénies auto-immunes et chez lesquels la splénectomie ne pouvait pas être pratiquée. L'irradiation de volumineuses adénopathies peut être utilisée chez des patients résistants à la chimiothérapie La splénectomie Elle peut être indiquée en cas d anémie hémolytique ou de thrombopénie auto-immune cortico dépendante ou après échec des corticoïdes et lorsqu'il existe une volumineuse splénomégalie Les immunomodulateurs Les anticorps monoclonaux anti CD20 (Rituximab), anti CD52 (campath 1 H), anti-idiodypes spécifiques des cellules B Les corticoïdes Ils doivent être réservés aux patients ayant des complications auto-immunes, anémie ou thrombopénie. En cas d échec, les Ig intraveineuses, la splénectomie, la cyclosporine A peuvent être indiquées. DCEM 2 Module n 10 8

9 8.5. Les traitements anti-infectieux prophylatiques Peuvent être utiles pour prévenir des infections opportunistes chez les patients soumis à une corticothérapie prolongée ou à un traitement immunosuppresseur sévère (cyclosporine, analogues des purines). L administration prophylactique d Ig IV a un rapport cout/efficacité très défavorable et n améliore pas la qualité de vie des patients La monochimiothérapie Le chlorambucil (Chloraminophène ) reste le médicament le plus utilisé dans les LLC, de façon continu ou intermittente. La dose habituelle est 0,1 mg/kg/ jour PO. Une réponse favorable sur les signes cliniques et la leucocytose est obtenue dans 75% des cas mais sans rémission complète (RC). Cependant chez les patients de stade A, le traitement n apporte pas de bénéfice sur la survie par rapport à l abstention thérapeutique. Ainsi, les stades précoces ne doivent être traités qu en présence d un syndrome tumoral, d une hyperleucocytose à temps de doublement rapide (< 6 mois) ou de complications. Le Chloraminophène à hautes doses (15 mg/jour jusqu'à rémission complète) a été proposé dans les LLC graves. Le cyclophosphamide, prescrit à la dose de 2 à 3 mg/kg/jour PO est aussi efficace que le Chloraminophène, mais moins fréquemment utilisé en raison d une toxicité supérieure Les polychimiothérapies Elles sont proposées dans les formes avancées de la maladie ou après échec du chlorambucil. Le COP (Cyclophosphamide, Oncovin, Prednisone) donne des résultats équivalents au chlorambucil + corticoïdes. Les patients de stade C traités par COP ont une médiane de survie de 22 mois. Le CHOP (COP + doxorubicine 25 mg/m²) allonge par contre significativement la survie des stades C (médiane 62 mois) Les analogues des purines La fludarabine Est utilisée par voie IV à la dose de 25 mg/m² par jour, 5 jours par mois. Le traitement est conduit jusqu à la meilleure réponse + 2 cures supplémentaires, sans aller au delà d un an en raison de la myélotoxicité cumulative et de l effet immunosuppresseur sévère. Elle est très efficace, permettant d'obtenir une réponse dans plus de la moitié des cas antérieurement traités, et plus de 80% des cas non traités (dont 30% de RC), avec une survie médiane supérieure à 60 mois. Les résultats comparatifs entre CHOP et fludarabine dans les stades avancés B ou C non traités montrent une supériorité de la fludarabine dans les stades B, mais pas de différence significative dans les stades C. Elle est disponible par voir orale La pentostatine A été utilisée dans les formes graves et résistantes aux chimiothérapies conventionnelles. Cette drogue est efficace mais responsable d'une toxicité hématologique et d une immunosuppression. DCEM 2 Module n 10 9

10 La cladribine (2-chlorodéoxyadénosine ou 2-CdA) a récemment été utilisée dans les LLC réfractaires aux thérapeutiques habituelles y compris à la fludarabine. Elle semble efficace mais entraînant une importante myélotoxicité et un déficit immunitaire sévère exposant aux infections opportunistes. 9. La greffe de cellules souches hématopoietiques Ses indications sont rares L'autogreffe Après mobilisation de cellules souches périphériques CD34(+) par facteur de croissance et purge ex vivo par des anticorps monoclonaux est réservée à une population de moins de 60 ans et a été réalisée chez un petit nombre de patients. Elle permet d'obtenir entre 50% et 80% de rémission complète mais les rechutes sont constantes. Elle a été proposée à des patients jeunes (< 60 ans) et chimiorésistants La greffe de moelle allogénique A été proposée chez les sujets jeunes (< 45 ans) ayant un donneur HLA identique dans la fratrie et une maladie avancée. La mortalité est importante (50 %) mais permet d obtenir 70% de RC, avec une médiane de durée de RC de 27 mois et une survie globale de 46% à 3 ans. L utilisation de conditionnements non myélo-ablatifs («minigreffe») permet de diminuer la mortalité de la greffe allogénique et de reculer l âge de la greffe. Les résultats n en sont pas encore évalués. DCEM 2 Module n 10 10

LEUCÉMIE LYMPHOIDE CHRONIQUE Sujet âgé. Capacité de gérontologie 2014-2015

LEUCÉMIE LYMPHOIDE CHRONIQUE Sujet âgé. Capacité de gérontologie 2014-2015 LEUCÉMIE LYMPHOIDE CHRONIQUE Sujet âgé Capacité de gérontologie 20142015 Mr. C. 87 ans, hospitalisé pour : chute pneumopathie Mr. C. 87 ans, hospitalisé pour : chute pneumopathie Quels examens demandez

Plus en détail

Leucémie lymphoïde chronique

Leucémie lymphoïde chronique Leucémie lymphoïde chronique Syndrôme lymphoprolifératif (SLP) caractérisé par une prolifération monoclonale chronique de lymphocytes B, matures morphologiquement mais immatures d un point de vue immunologique.

Plus en détail

Leucémie Lymphoïde Chronique

Leucémie Lymphoïde Chronique Leucémie Lymphoïde Chronique Docteur Brigitte Duclos Les Hôpitaux Universitaires de STRASBOURG Définition La leucémie lymphoïde chronique est une néoplasie du système lymphoïde caractérisée par la prolifération

Plus en détail

LEUCEMIE LYMPHOÏDE CHRONIQUE

LEUCEMIE LYMPHOÏDE CHRONIQUE LEUCEMIE LYMPHOÏDE CHRONIQUE RESUME DES POINTS FORTS - Néoplasie B mature - Diagnostic sur immunophénotype sur sang - Stades cliniques - Nouveaux facteurs pronostiques - Orientations thérapeutiques AUTEUR

Plus en détail

Fiche : CARACTERISATION CYTOGENETIQUE ET MOLECULAIRE DES LEUCEMIES PROLYMPHOCYTAIRES B. Coordonnateurs : F Nguyen Khac, E Chapiro

Fiche : CARACTERISATION CYTOGENETIQUE ET MOLECULAIRE DES LEUCEMIES PROLYMPHOCYTAIRES B. Coordonnateurs : F Nguyen Khac, E Chapiro 1 Fiche : CARACTERISATION CYTOGENETIQUE ET MOLECULAIRE DES LEUCEMIES PROLYMPHOCYTAIRES B Coordonnateurs : F Nguyen Khac, E Chapiro CONTEXTE La leucémie prolymphocytaire B (LPL B) est une pathologie rare,

Plus en détail

Leucémie lymphoïde chronique (LLC)

Leucémie lymphoïde chronique (LLC) Sommaire : Leucémie lymphoïde chronique (LLC) - aspects généraux et signes cliniques - pathogénie de la LLC - hémogramme - immunophénotype - myélogramme et BOM (non indispensables au diagnostic) - autres

Plus en détail

LEUCEMIE LYMPHOIDE CHRONIQUE

LEUCEMIE LYMPHOIDE CHRONIQUE LEUCEMIE LYMPHOIDE CHRONIQUE DEFINITION I - FORME TYPIQUE A - Circonstances révélatrices B - Signes cliniques C - Signes biologiques II - FORMES CLINIQUES A - f. cytologiques B - f. myélo-sanguines C -

Plus en détail

DR A AZZEDINE SERVICE ONCO-HEMATOLOGIE CH MONTELIMAR

DR A AZZEDINE SERVICE ONCO-HEMATOLOGIE CH MONTELIMAR DR A AZZEDINE SERVICE ONCO-HEMATOLOGIE CH MONTELIMAR Groupe de cancers du tissu lymphoïde Le plus grand groupe des hémopathies 5% des cancers de l adulte On distingue les LNH et MDH Grand bénéfice des

Plus en détail

UE11.3 RÉVISIONS HEM DFASM3

UE11.3 RÉVISIONS HEM DFASM3 DC2 UE11.3 HEM 10 nov 2015 1 UE11.3 RÉVISIONS HEM DFASM3 DC2 CG/ TB 10 nov 2015 DC2 révision Chez une femme de 59 ans, une échographie abdominale a été réalisée devant des douleurs abdominales intermittentes

Plus en détail

Leucémie. Causes, Facteurs de risques

Leucémie. Causes, Facteurs de risques Leucémie La leucémie ou cancer du sang ou leucose aiguë des organes hématopoïétiques(sang, rate, ganglions, moelle osseuse) est un type de cancer qui entraîne la fabrication par l organisme d un trop grand

Plus en détail

INFORMATIONS AUX PATIENTS ATTEINTS DE LEUCEMIE LYMPHOIDE CHRONIQUE

INFORMATIONS AUX PATIENTS ATTEINTS DE LEUCEMIE LYMPHOIDE CHRONIQUE p1 INFORMATIONS AUX PATIENTS ATTEINTS DE LEUCEMIE LYMPHOIDE CHRONIQUE Qu'est-ce que la Leucémie Lymphoïde Chronique (LLC)? La LLC est une forme de leucémie dans laquelle il existe un nombre excessif de

Plus en détail

LES CAHIERS CERBA. Recommandations pour le diagnostic et l interprétation d une hyperlymphocytose sanguine

LES CAHIERS CERBA. Recommandations pour le diagnostic et l interprétation d une hyperlymphocytose sanguine LES CAHIERS CERBA Recommandations pour le diagnostic et l interprétation d une hyperlymphocytose sanguine par B. Caron Servan, S. Defasque, C. Hémar, H. Mossafa Biologistes médicaux, Laboratoire CERBA

Plus en détail

Leucémie lymphoïde chronique. Introduction. Clinique 03/10/2013

Leucémie lymphoïde chronique. Introduction. Clinique 03/10/2013 Leucémie lymphoïde chronique Introduction Définition: Prolifération lymphoïde monoclonale, responsable d'une infiltration médullaire, sanguine, parfois ganglionnaire, constituée de lymphocytes matures

Plus en détail

Leucémie myéloïde chronique BCR-ABL1 positive (LMC)

Leucémie myéloïde chronique BCR-ABL1 positive (LMC) 3.2 Prédominance de cellules polynucléaires (à noyau segmenté) Leucémie myéloïde chronique BCR-ABL1 positive (LMC) La LMC est caractérisée par la présence du chromosome Philadelphie t(9;22) (q34;q11.2)

Plus en détail

Diagnostiquer une Immunoglobuline monoclonale chez le sujet âgé!

Diagnostiquer une Immunoglobuline monoclonale chez le sujet âgé! Diagnostiquer une Immunoglobuline monoclonale chez le sujet âgé! Dosage pondéral des Ig! é à â à é é é é é é â é Electrophorèse des protides (1) " Explorent : 1) Inflammation 2) Immunoglobulines 3) Foie

Plus en détail

Journée Universitaire de Médecine Générale d Auvergne ~~~~~~ 11 décembre 2010

Journée Universitaire de Médecine Générale d Auvergne ~~~~~~ 11 décembre 2010 Pic monoclonal Journée Universitaire de Médecine Générale d Auvergne ~~~~~~ 11 décembre 2010 Dr Romain Guièze, Chef de Clinique-Assistant Service d Hématologie Clinique Adulte et de Thérapie Cellulaire

Plus en détail

LEUCEMIE LYMPHOIDE CHRONIQUE

LEUCEMIE LYMPHOIDE CHRONIQUE LEUCEMIE LYMPHOIDE CHRONIQUE DEFINITION I - FORME TYPIQUE A - Circonstances révélatrices B - Signes cliniques C - Signes biologiques II - FORMES CLINIQUES A - f. cytologiques B - f. myélo-sanguines C -

Plus en détail

Item 163 : Leucémie Lymphoïde Chronique (LLC)

Item 163 : Leucémie Lymphoïde Chronique (LLC) Item 163 : Leucémie Lymphoïde Chronique (LLC) Date de création du document 2009-2010 ENC : OBJECTIFS Diagnostiquer une leucémie lymphoïde chronique. INTRODUCTION La Leucémie Lymphoïde Chronique (LLC) est

Plus en détail

Item 315 (ex item 163) Leucémies lymphoïdes chroniques Collège Français des Pathologistes (CoPath)

Item 315 (ex item 163) Leucémies lymphoïdes chroniques Collège Français des Pathologistes (CoPath) Item 315 (ex item 163) Leucémies lymphoïdes chroniques Collège Français des Pathologistes (CoPath) 2013 1 Table des matières 1. Définition et nosologie... 3 2. Épidémiologie... 3 3. Présentations et manifestations

Plus en détail

AUGMENTATION DE LA VITESSE DE SEDIMENTATION

AUGMENTATION DE LA VITESSE DE SEDIMENTATION AUGMENTATION DE LA VITESSE DE SEDIMENTATION UNE CONDUITE DIAGNOSTIQUE SIMPLE fibrinogène ou CRP protéinogramme 2 causes à retenir syndrome inflammatoire dysglobulinémie monoclonale Conduite à tenir devant

Plus en détail

LLC. Leucémie Lymphoïde Chronique

LLC. Leucémie Lymphoïde Chronique LLC Leucémie Lymphoïde Chronique Définition La Leucémie Lymphoïde Chronique est une hémopathie chronique, définie par l accumulation dans le sang de lymphocytes Le taux de lymphocytes doit être supérieur

Plus en détail

Leucémies de l enfant et de l adolescent

Leucémies de l enfant et de l adolescent Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Leucémies de l enfant et de l adolescent GENERALITES COMMENT DIAGNOSTIQUE-T-ON UNE LEUCEMIE AIGUË? COMMENT TRAITE-T-ON UNE LEUCEMIE

Plus en détail

Item 163 : Leucémie Lymphoïde Chronique (LLC)

Item 163 : Leucémie Lymphoïde Chronique (LLC) Item 163 : Leucémie Lymphoïde Chronique (LLC) Date de création du document 2009-2010 Table des matières I ENC :... 2 II Diagnostic positif...5 II.1 Les circonstances de découverte... 5 II.2 Les éléments

Plus en détail

Tableau 1 : examens biologiques dans les SMD

Tableau 1 : examens biologiques dans les SMD Tableau 1 : examens biologiques dans les SMD Analyses biologiques Diagnostic/Pronostic Indispensable / obligatoire Recommandé utile au diagnotic et/ou à la stratification thérapeutique individuelle En

Plus en détail

Immunité et Vieillissement

Immunité et Vieillissement Immunité et Vieillissement Laurence Guglielmi Institut de Génétique Humaine CNRS UPR1142, Montpellier «Lentivirus et Transfert de Gènes» Directeur d'équipe : Pr. Pierre Corbeau IMMUNOSENESCENCE Détérioration

Plus en détail

Immunité anti-tumorale

Immunité anti-tumorale Immunité anti-tumorale Professeur M GUENOUNOU Laboratoire d Immunologie & Microbiologie UFR de Pharmacie 51100 REIMS 1- Cellules tumorales - Une tumeur est une prolifération clonale issue d une cellule

Plus en détail

Techniques Immunologiques appliquées au diagnostic

Techniques Immunologiques appliquées au diagnostic Département de Biologie Laboratoire de Biochimie - Immunologie Université Mohammed V-Agdal Faculté des Sciences Filière SVI Semestre 4 (S4) 2004-2005 Module de Biologie Humaine M 16.1 Élément d Immunologie

Plus en détail

CLASSIFICATION OMS DES PROLIFERATIONS TUMORALES LYMPHOIDES

CLASSIFICATION OMS DES PROLIFERATIONS TUMORALES LYMPHOIDES CLASSIFICATION OMS DES PROLIFERATIONS TUMORALES LYMPHOIDES LYMPHOMES MALINS T / NK Lymphomes malins T précurseurs LM lymphoblastique T / Leucémie aiguë lymphoblastique T Lymphomes malins T matures ( périphériques

Plus en détail

Prise en charge du myélome multiple (hors traitement symptomatique) B. Demoré Avril 2011 (MAJ)

Prise en charge du myélome multiple (hors traitement symptomatique) B. Demoré Avril 2011 (MAJ) Prise en charge du myélome multiple (hors traitement symptomatique) B. Demoré Avril 2011 (MAJ) 1 Définition Hémopathie maligne grave d étiologie inconnue caractérisée par la prolifération de plasmocytes

Plus en détail

Leucémie lymphoïde chronique (LLC)

Leucémie lymphoïde chronique (LLC) Leucémie lymphoïde chronique (LLC) Sommaire : 1 - Diagnostic positif 2 - Diagnostic différentiel 3 - Pronostic et évolution 5 - Complications 6 Notions de Traitement Module 10 item 163 Objectif ECN : Diagnostiquer

Plus en détail

Monsieur T. Par Denis Soulières, M.D., FRCPC, et Jean-Luc Dionne, M.D.

Monsieur T. Par Denis Soulières, M.D., FRCPC, et Jean-Luc Dionne, M.D. La leucémie lymphocytaire chronique : comment la prendre en charge? La lymphocytose est une anomalie courante de la formule sanguine qui est souvent reliée à une infection virale récente. Elle peut toutefois

Plus en détail

Le myélome multiple. Pierre FAURIE Hématologie Centre Léon Bérard

Le myélome multiple. Pierre FAURIE Hématologie Centre Léon Bérard Le myélome multiple Pierre FAURIE Hématologie Centre Léon Bérard Historique 1 er cas rapporté à Londres en 1844 chez une femme, Sarah Newbury, âgée de 39 ans, présentant des fractures multiples et des

Plus en détail

Maladie de Castleman à expression mésentérique. À propos d une observation. Alexandra FOURNEL, interne, Service d Anatomo-Pathologie,

Maladie de Castleman à expression mésentérique. À propos d une observation. Alexandra FOURNEL, interne, Service d Anatomo-Pathologie, Maladie de Castleman à expression mésentérique. À propos d une observation Alexandra FOURNEL, interne, Service d Anatomo-Pathologie, Introduction La maladie de castleman ou hyperplasie angio folliculaire

Plus en détail

leucémie lymphoïde chronique

leucémie lymphoïde chronique la leucémie lymphoïde chronique S.Taoussi, M.T. Abad Service hématologie, EHS ELCC Blida Ce travail a été réalisé au laboratoire hématologie du CAC Blida avec le soutien du CMNG et du laboratoire de recherche

Plus en détail

SERVICE PUBLIC FEDERAL, SANTE PUBLIQUE, SECURITE DE LA CHAINE ALIMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT COMMISSION DE BIOLOGIE CLINIQUE RAPPORT GLOBAL

SERVICE PUBLIC FEDERAL, SANTE PUBLIQUE, SECURITE DE LA CHAINE ALIMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT COMMISSION DE BIOLOGIE CLINIQUE RAPPORT GLOBAL SERVICE PUBLIC FEDERAL, SANTE PUBLIQUE, SECURITE DE LA CHAINE ALIMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT COMMISSION DE BIOLOGIE CLINIQUE SERVICE DES LABORATOIRES DE BIOLOGIE CLINIQUE COMITE DES EXPERTS RAPPORT GLOBAL

Plus en détail

Phase de dissémination sanguine des LMNH à petites cellules

Phase de dissémination sanguine des LMNH à petites cellules Phase de dissémination sanguine des LMNH à petites cellules LMNH = proliférations malignes du tissu lymphoïde, pouvant disséminer dans le sang. Observation à tout âge avec un pic vers 55-60 ans, plus souvent

Plus en détail

D après la communication de Goede V

D après la communication de Goede V RÉSULTATS D UNE ÉTUDE DE PHASE III COMPARANT CHLORAMBUCIL SEUL A OBINUTUZUMAB PLUS CHLORAMBUCIL OU RITUXIMAB PLUS CHLORAMBUCIL CHEZ DES PATIENTS ATTEINTS DE LLC ET PRÉSENTANT DES COMORBIDITÉS D après la

Plus en détail

Hémopathies lymphoïdes

Hémopathies lymphoïdes 07/10/2009 Module Onco-Hématologie Hémopathies lymphoïdes Hématologie: Hématologie clinique: * Hospitalisation: hémopathie maligne ++ Hémopathie myéloïde: Leucémie Aigue (LA), Myélodysplasie (MDS), Syndrome

Plus en détail

La leucémie lymphoïde chronique (LLC)

La leucémie lymphoïde chronique (LLC) La leucémie lymphoïde chronique (LLC) La plus fréquente des hémopathies : 3 nouveaux cas / 100000 habitants / an Pas de facteur favorisant connu Adultes âgés (>65 ans), sexratio = 2/1 Accumulation de lymphocytes

Plus en détail

Lymphomes Malins Non Hodgkiniens de l enfant. Réunion Oncocentre Anne Jourdain (CCA)

Lymphomes Malins Non Hodgkiniens de l enfant. Réunion Oncocentre Anne Jourdain (CCA) Lymphomes Malins Non Hodgkiniens de l enfant Réunion Oncocentre Anne Jourdain (CCA) Epidémiologie 3 ème cause de cancer chez l enfant après leucémies et tumeurs cérébrales 10% des cancers pédiatriques

Plus en détail

Les déficits immunitaires primitifs / congénitaux / héréditaires

Les déficits immunitaires primitifs / congénitaux / héréditaires Les déficits immunitaires primitifs / congénitaux / héréditaires http://www.med.univ-rennes1.fr/etud/pediatrie/deficits.htm 1. Déficits de l immunité innée (10 % des déficits immunitaires héréditaires)

Plus en détail

49 ème congrès annuel de la Société Américaine d Oncologie Clinique, Chicago, 2013. Rédigé par Marion Alcantara, Centre Henri Becquerel, Rouen

49 ème congrès annuel de la Société Américaine d Oncologie Clinique, Chicago, 2013. Rédigé par Marion Alcantara, Centre Henri Becquerel, Rouen ETUDES DE PHASE III EVALUANT L EFFICACITÉ ET LA TOLÉRANCE D IDELALISIB (GS-1101) EN ASSOCIATION À OFATUMUMAB OU À BENDAMUSTINE + RITUXIMAB CHEZ DES PATIENTS PRÉSENTANT UNE LLC EN RECHUTE/RÉFRACTAIRE D

Plus en détail

Place des anticorps monoclonaux dans la prise

Place des anticorps monoclonaux dans la prise Place des anticorps monoclonaux dans la prise en charge des hémopathies malignes Bases fondamentales et mécanismes d action des anticorps monoclonaux Aliénor Xhaard Association des Internes en Hématologie

Plus en détail

Progrés & Molécules innovantes En hématologie

Progrés & Molécules innovantes En hématologie Réseau d Hématologie du Limousin Chateauroux, 8 octobre 2009 Progrés & Molécules innovantes En hématologie Pr Dominique Bordessoule Chateauroux octobre 2009 1 Cas cliniques 1 et 2 diagnostic d une hyperleucocytose

Plus en détail

CONDUITE A TENIR DEVANT UNE GAMMAPATHIE MONOCLONALE (GM)

CONDUITE A TENIR DEVANT UNE GAMMAPATHIE MONOCLONALE (GM) CONDUITE A TENIR DEVANT UNE GAMMAPATHIE MONOCLONALE (GM) Professeur Emmanuel Andrès, Service de Médecine Interne, Diabète et Maladies Métaboliques, Clinique Médicale B, Hôpitaux Universitaires de Strasbourg

Plus en détail

Hématologie et Soins Palliatifs. Pr Mauricette Michallet Service d Hématologie 1G Centre Hospitalier Lyon Sud

Hématologie et Soins Palliatifs. Pr Mauricette Michallet Service d Hématologie 1G Centre Hospitalier Lyon Sud Hématologie et Soins Palliatifs Pr Mauricette Michallet Service d Hématologie 1G Centre Hospitalier Lyon Sud Problématiques En Onco-Hématologie Les médecins sont face à des situations souvent très complexes

Plus en détail

Traitements immunomodulateurs et biothérapies. Par le Dr Bernard WILLEMIN Hépato-Gastro CHR Haguenau

Traitements immunomodulateurs et biothérapies. Par le Dr Bernard WILLEMIN Hépato-Gastro CHR Haguenau Traitements immunomodulateurs et biothérapies Par le Dr Bernard WILLEMIN Hépato-Gastro CHR Haguenau Soirée FMC du 19 février 2014 Invitation telephonique Dr Bernard WILLEMIN Hépato - Gastro CHR Haguenau

Plus en détail

Les lymphomes malins non hodgkiniens (164a) Professeur Jean-Jacques SOTTO, Docteur Rémy GRESSIN Mars 2005

Les lymphomes malins non hodgkiniens (164a) Professeur Jean-Jacques SOTTO, Docteur Rémy GRESSIN Mars 2005 Les lymphomes malins non hodgkiniens (164a) Professeur Jean-Jacques SOTTO, Docteur Rémy GRESSIN Mars 2005 Pré-requis : Maturation des cellules lymphoïdes Adénopathies Marqueurs de différenciation Imagerie

Plus en détail

Innovations thérapeutiques en transplantation

Innovations thérapeutiques en transplantation Innovations thérapeutiques en transplantation 3èmes Assises de transplantation pulmonaire de la région Est Le 16 octobre 2010 Dr Armelle Schuller CHU Strasbourg Etat des lieux en transplantation : 2010

Plus en détail

Leucémie Lymphoïde Chronique

Leucémie Lymphoïde Chronique Sur la Leucémie Lymphoïde Chronique Coordination : Pierre Feugier, Nancy Avec le soutien de Sur la Leucémie Lymphoïde Chronique Sommaire Qu est-ce que la leucémie lymphoïde chronique?..........................

Plus en détail

Myélome. Prolifération maligne d un clone de cellule plasmocytaire produisant une immunoglobuline monoclonale Epidémiologie:

Myélome. Prolifération maligne d un clone de cellule plasmocytaire produisant une immunoglobuline monoclonale Epidémiologie: MYÉLOME MULTIPLE Myélome Prolifération maligne d un clone de cellule plasmocytaire produisant une immunoglobuline monoclonale Epidémiologie: 1% des cancers, 10% des hémopathies Plus fréquent chez les hommes,

Plus en détail

SYNDROME D HYPER-IgM

SYNDROME D HYPER-IgM SYNDROME D HYPER-IgM Le présent livret a été rédigé à l attention des patients et de leurs familles. Il ne doit pas remplacer les conseils d un spécialiste en immunologie. 1 Egalement Disponible : AGAMMAGLOBULINÉMIE

Plus en détail

Les tumeurs osseuses

Les tumeurs osseuses Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Les tumeurs osseuses LE SARCOME D EWING Auteurs L OSTEOSARCOME Dr Perrine MAREC-BERARD Tous droits réservés. Reproduction interdite.

Plus en détail

Session /Questions réponses Dr Xavier Leleu

Session /Questions réponses Dr Xavier Leleu Journée rencontre Hem-Fr et Waldenström Vienne, 26 septembre 2009. Session /Questions réponses Dr Xavier Leleu Waldenström et hérédité : La MW ne se transmet pas génétiquement. On ne connait pas à l heure

Plus en détail

Item 127 : Transplantation d'organes

Item 127 : Transplantation d'organes Item 127 : Transplantation d'organes Date de création du document 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Allogreffe de moelle ou de cellules souches...1 2 Transplantation d'organes... 2 3 Diagnostic...3

Plus en détail

LAM et SMD secondaires à la radio-chimiothérapie : Une série de 116 cas provenant de 2 Centres de lutte contre le Cancer.

LAM et SMD secondaires à la radio-chimiothérapie : Une série de 116 cas provenant de 2 Centres de lutte contre le Cancer. LAM et SMD secondaires à la radio-chimiothérapie : Une série de 116 cas provenant de 2 Centres de lutte contre le Cancer. H BENNANI 1, V SAADA 2 1 Institut Curie-Hôpital René Huguenin, Saint Cloud 2 Institut

Plus en détail

IMMUNOLOGIE - EXERCICES TYPE II-2 OBLIGATOIRE

IMMUNOLOGIE - EXERCICES TYPE II-2 OBLIGATOIRE IMMUNOLOGIE - EXERCICES TYPE II-2 OBLIGATOIRE SUJET 1 La phase symptomatique du sida est caractérisée par un taux très faible de lymphocytes T cytotoxiques et de lymphocytes T4. Les patients qui rentrent

Plus en détail

Purpura thrombopénique idiopathique

Purpura thrombopénique idiopathique Purpura thrombopénique idiopathique I. Définition Le purpura thrombopénique idiopathique (PTI) ou purpura thrombopénique auto-immun est caractérisé par une diminution du chiffre des plaquettes circulantes

Plus en détail

Cancer inflammatoire du sein Traitement, survie et récurrences

Cancer inflammatoire du sein Traitement, survie et récurrences inflammatoire du sein Traitement, survie et récurrences Huguette Nguele Meke Introduction Le cancer du sein est une maladie gave et fréquente qui touche une femme sur 11 au cours de sa vie et qui est diagnostiqué

Plus en détail

Gammapathie monoclonale

Gammapathie monoclonale Gammapathie monoclonale I. Définitions gammapathie = anomalie de la synthèse protéique comportant une _ production d'un ou plusieurs types d'ig gammapathie monoclonale (GPM) : - _ synthèse d'un seul type

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 18 juillet 2012

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 18 juillet 2012 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 18 juillet 2012 MABTHERA 100 mg, solution à diluer pour perfusion B/2 (CIP 560 600-3) MABTHERA 500 mg, solution à diluer pour perfusion B/1 (CIP 560 602-6) ROCHE rituximab

Plus en détail

BILAN D EXTENSION ET SUIVI DANS LE TRAITEMENT DES LYMPHOMES

BILAN D EXTENSION ET SUIVI DANS LE TRAITEMENT DES LYMPHOMES BILAN D EXTENSION ET SUIVI DANS LE TRAITEMENT DES LYMPHOMES Fourati.H, Feki.W, Hentati.Y, Kaddour.I, Mdhaffar.M*, Daoud.E, Mnif.Z Service d Imagerie médicale CHU Hédi Chaker Sfax, Tunisie *Service d Hématologie

Plus en détail

Le diagnostic de cancer Chapitre 14 Cancérologie - Hématologie

Le diagnostic de cancer Chapitre 14 Cancérologie - Hématologie Le diagnostic de cancer Chapitre 14 Cancérologie - Hématologie Le moment des examens est une période de doute et d espoir : «on me fait tant d examens car il y a un espoir qu il n y ait rien». Le rôle

Plus en détail

Myélome Lymphomes Leucémies Myélodysplasie

Myélome Lymphomes Leucémies Myélodysplasie Biologie: Sang Moelle osseuse Système lymphatique Traitements: Chimiothérapie Radiothérapie Chirurgie Immunothérapie Thérapie ciblée Greffe de la moelle osseuse Soins de support / soins palliatifs Myélome

Plus en détail

ANEMIE ET THROMBOPENIE CHEZ LES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER

ANEMIE ET THROMBOPENIE CHEZ LES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER ANEMIE ET THROMBOPENIE CHEZ LES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER Dr Michael Hummelsberger, Pr Jean-Gabriel Fuzibet, Service de Médecine Interne, Hôpital l Archet, CHU Nice 1. ANEMIE L étiologie de l anémie

Plus en détail

Chapitre 2: Les mécanismes de

Chapitre 2: Les mécanismes de Chapitre 2: Les mécanismes de l immunité I-Les anticorps: agents du maintien de l intégrité du milieu extracellulaire 1- La réaction antigène- anticorps et l élimination du complexe immun Les anticorps:

Plus en détail

lymphoprolifératifs chroniques en conversion leucémique par cytomètrie

lymphoprolifératifs chroniques en conversion leucémique par cytomètrie Caractérisation des syndromes lymphoprolifératifs chroniques en conversion leucémique par cytomètrie en flux. F.Harieche, N.Abdennebi, F.Boukhemia, A.Talbi, S.Akhrouf, S.Abderrahmani, F.Boumansour, H.Bouarab,

Plus en détail

Infections et déficit immunitaire secondaire (DIS) dans la LLC. A-t-on des armes thérapeutiques utiles?

Infections et déficit immunitaire secondaire (DIS) dans la LLC. A-t-on des armes thérapeutiques utiles? Infections et déficit immunitaire secondaire (DIS) dans la LLC. A-t-on des armes thérapeutiques utiles? Au cours du dernier congrès de la Société Française d Hématologie s est tenue une séance dédiée à

Plus en détail

Leucémie lymphoïde chronique

Leucémie lymphoïde chronique Leucémie lymphoïde chronique 25% des leucémies de l adulte 25% des lymphomes de l adulte Âge médiane (USA): 71 ans Survie 5 ans 88% Leucémie lymphoïde chronique Score de Matutes modifié Faible taux Ig

Plus en détail

Lignée lymphocytaire

Lignée lymphocytaire Lignée lymphocytaire I-INTRODUCTION : LES LYMPHOCYTES: Support cellulaire de la défense immunitaire spécifique 25 40 % des globules blancs dans le sang périphérique Moins de 20 % dans le myélogramme. 3

Plus en détail

Exploration du Profil protéique sérique. A. Galmiche, mars 2011

Exploration du Profil protéique sérique. A. Galmiche, mars 2011 Exploration du Profil protéique sérique A. Galmiche, mars 2011 Pourquoi explorer le profil protéique du sérum? L électrophorèse des protéines sériques est un examen simple, réalisé en routine qui permet

Plus en détail

mise au point - LES CRITERES DE LUGANO - Marie Luporsi IHN médecine nucléaire

mise au point - LES CRITERES DE LUGANO - Marie Luporsi IHN médecine nucléaire mise au point - LES CRITERES DE LUGANO - Marie Luporsi IHN médecine nucléaire Plus de 25 sous types de lymphomes: 65% de lymphomes agressifs 35% de lymphomes indolents Age moyen au diagnostic pour LMNH:

Plus en détail

LES LYMPHOMES MALINS, HODGKINIENS ET NON HODGKINIENS

LES LYMPHOMES MALINS, HODGKINIENS ET NON HODGKINIENS LES LYMPHOMES MALINS, HODGKINIENS ET NON HODGKINIENS Pr Gilles SALLES - Octobre 2011 INTRODUCTION : Les lymphomes malins constituent un groupe de cancers du tissu lymphoïde, ganglionnaire ou extra ganglionnaire,

Plus en détail

Infection à CMV et allogreffe de cellules souches hématopoïétiques : Expérience du Centre National de Greffe de Moelle Osseuse, Tunis.

Infection à CMV et allogreffe de cellules souches hématopoïétiques : Expérience du Centre National de Greffe de Moelle Osseuse, Tunis. Infection à CMV et allogreffe de cellules souches hématopoïétiques : Expérience du Centre National de Greffe de Moelle Osseuse, Tunis. Tarek Ben Othman Congrès de la STPI, 24 avril 2009 Plan Introduction

Plus en détail

Thérapeutiques ciblées dans les lymphomes. Mardi 27 Septembre 2005 Serge Bologna

Thérapeutiques ciblées dans les lymphomes. Mardi 27 Septembre 2005 Serge Bologna Thérapeutiques ciblées dans les lymphomes Mardi 27 Septembre 2005 Serge Bologna Rituximab A tout seigneur, tout honneur Que de chemin depuis 10 ans Ac anti-cd 20 développé initialement en monothérapie

Plus en détail

Vieillissement immunitaire et risque infectieux. Dr F.Rachidi-Berjamy Capacité de gériatrie 23 Mai 2014

Vieillissement immunitaire et risque infectieux. Dr F.Rachidi-Berjamy Capacité de gériatrie 23 Mai 2014 Vieillissement immunitaire et risque infectieux Dr F.Rachidi-Berjamy Capacité de gériatrie 23 Mai 2014 Introduction L immunité = la résistance aux maladies, et spécifiquement infectieuses La physiologie

Plus en détail

LYMPHOMES MALINS. Définition I - EPIDEMIOLOGIE / FACTEURS ETIOLOGIQUES II - DIAGNOSTIC

LYMPHOMES MALINS. Définition I - EPIDEMIOLOGIE / FACTEURS ETIOLOGIQUES II - DIAGNOSTIC LYMPHOMES MALINS Définition I - EPIDEMIOLOGIE / FACTEURS ETIOLOGIQUES II - DIAGNOSTIC A - Manifestations Cliniques Révélatrices B - Diagnostic Histologique C - Bilan d'extension D - Formes Particulières

Plus en détail

Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM. Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège

Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM. Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège Principes généraux Importance du diagnostic d un cancer au stade

Plus en détail

Vincent Ribrag DU hématologie 2016

Vincent Ribrag DU hématologie 2016 Lymphomes folliculaires Les lymphomes folliculaires (FL pour follicular lymphoma) représentent 20 à 25 % de l ensemble des lymphomes. Les FL sont composés de cellules centrofolliculaires du centre germinatif

Plus en détail

Item 126 : Immunoglobuline monoclonale

Item 126 : Immunoglobuline monoclonale Item 126 : Immunoglobuline monoclonale Date de création du document 2008-2009 Table des matières 1 Électrophorèse des protides sérique... 1 1. 1 Définition...1 1. 2 Quand faut-il faire une EPS?... 1 1.

Plus en détail

Hémogramme (316) D. Sainty Janvier 2006

Hémogramme (316) D. Sainty Janvier 2006 Hémogramme (316) D. Sainty Janvier 2006 1. Introduction L hémogramme est l examen complémentaire le plus prescrit puisqu il fait partie du bilan effectué devant tout symptôme clinique, toute altération

Plus en détail

La leucémie lymphocytique chronique

La leucémie lymphocytique chronique La leucémie lymphocytique chronique LEUCÉMIE LYMPHOME MYÉLOME LEUKEMIA LYMPHOMA MYELOMA Un message de John Walter, président-directeur général de la Société de leucémie et lymphome La Société de leucémie

Plus en détail

Item 126 : Immunoglobuline monoclonale

Item 126 : Immunoglobuline monoclonale Item 126 : Immunoglobuline monoclonale COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Électrophorèse des

Plus en détail

LEUCEMIE LYMPHOIDE CHRONIQUE

LEUCEMIE LYMPHOIDE CHRONIQUE Aurélie Marion Domenech cours du 28/03 Module 3 cancéro LEUCEMIE LYMPHOIDE CHRONIQUE Suite du cours III - BILAN DE LA MALADIE A - BILAN D'EXTENSION 1) recherche d'adp profondes - adénopathie symétrique,

Plus en détail

DEFICITS IMMUNITAIRES. Pr O Lambotte Service de Médecine Interne Immunologie Clinique CHU Bicêtre INSERM U1012

DEFICITS IMMUNITAIRES. Pr O Lambotte Service de Médecine Interne Immunologie Clinique CHU Bicêtre INSERM U1012 DEFICITS IMMUNITAIRES Pr O Lambotte Service de Médecine Interne Immunologie Clinique CHU Bicêtre INSERM U1012 Déficits immunitaires Avant tout : déficits immunitaires secondaires Infections: VIH mais aussi

Plus en détail

Principes généraux. Lymphomes malins non hodgkiniens ; lymphome malin non hodgkinien ; lmnh ; lnh

Principes généraux. Lymphomes malins non hodgkiniens ; lymphome malin non hodgkinien ; lmnh ; lnh Ce référentiel, dont l'utilisation s'effectue sur le fondement des principes déontologiques d'exercice personnel de la médecine, a été élaboré par un groupe de travail pluridisciplinaire de professionnels

Plus en détail

Les polyradiculonévrites chroniques de l enfant : particularités cliniques et évolutives J.M PEDESPAN NEUROPEDIATRIE C.H.

Les polyradiculonévrites chroniques de l enfant : particularités cliniques et évolutives J.M PEDESPAN NEUROPEDIATRIE C.H. Les polyradiculonévrites chroniques de l enfant : particularités cliniques et évolutives J.M PEDESPAN NEUROPEDIATRIE C.H.U BORDEAUX Polyradiculonévrites chroniques de l enfant Neuropathies acquises Evolution

Plus en détail

Immunoglobuline monoclonale

Immunoglobuline monoclonale 22 Item 126 Immunoglobuline monoclonale Insérer les T1 Objectifs pédagogiques ENC Diagnostiquer une immunoglobuline monoclonale. COFER Savoir détecter sur l électrophorèse un aspect d immunoglobuline monoclonale

Plus en détail

Mécanismes physiopathologiques des anomalies de la prolifération lymphocytaire, notion de clonalité/prolifération clonale

Mécanismes physiopathologiques des anomalies de la prolifération lymphocytaire, notion de clonalité/prolifération clonale Mécanismes physiopathologiques des anomalies de la prolifération lymphocytaire, notion de clonalité/prolifération clonale Jean-Paul Fermand, Patricia Amé-Thomas, Bertrand Arnulf, Marie Hélène Delfau Larue,

Plus en détail

Syndromes lymphoprolifératifs et LNH de bas grade de malignité

Syndromes lymphoprolifératifs et LNH de bas grade de malignité Syndromes lymphoprolifératifs et LNH de bas grade de malignité Les syndromes lymphoprolifératifs chroniques Néoplasies B matures Néoplasies T matures Syndromes lymphoprolifératifs des immunodéprimés :

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 27 janvier 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 27 janvier 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 27 janvier 2010 MABTHERA 100 mg, solution à diluer pour perfusion B/2 (CIP 560 600-3) MABTHERA 500 mg, solution à diluer pour perfusion B/1 (CIP 560 602-6) ROCHE rituximab

Plus en détail

Électrophorèse des protéines plasmatiques Un examen précieux!

Électrophorèse des protéines plasmatiques Un examen précieux! Électrophorèse des protéines plasmatiques Un examen précieux! Mathieu Royer CCA Service de rhumatologie Rappel Albumine : 60% des protéines circulantes α1 : orosomucoïde, α1anti trypsine α 2 : haptoglobine,

Plus en détail

Leucémie Lymphoïde Chronique

Leucémie Lymphoïde Chronique Sur la Leucémie Lymphoïde Chronique Coordination : Pierre Feugier, Nancy Avec le soutien de Sur la Leucémie Lymphoïde Chronique Sommaire Qu est-ce que la leucémie lymphoïde chronique?..........................

Plus en détail

Ce sont des maladies clonales (prolifération incontrôlée de cellules malignes issues d une même cellule-mère)

Ce sont des maladies clonales (prolifération incontrôlée de cellules malignes issues d une même cellule-mère) 1 Lymphomes Malins Item n 164 : Diagnostiquer un lymphome malin Définition Les hémopathies lymphoïdes sont des proliférations malignes développées à partir de précurseurs cellulaires présents dans les

Plus en détail

Leucémie lymphoïde chronique : facteurs pronostiques

Leucémie lymphoïde chronique : facteurs pronostiques CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE REIMS Leucémie lymphoïde chronique : facteurs pronostiques Alain DELMER Hématologie Clinique CHU de Reims DES hémato 25 sept. 2015 LLC classification de Binet définition

Plus en détail

Adénopathies de l enfant. Professeur Jean Loup DEMORY Consultations d Hématologie pédiatrique Clinique médicale Saint Antoine

Adénopathies de l enfant. Professeur Jean Loup DEMORY Consultations d Hématologie pédiatrique Clinique médicale Saint Antoine Adénopathies de l enfant Professeur Jean Loup DEMORY Consultations d Hématologie pédiatrique Clinique médicale Saint Antoine Structure du ganglion lymphatique vaisseaux lymphatiques afférents 1-3 mm capsule

Plus en détail

MALADIE DE HODGKIN DEFINITION I - HISTOPATHOLOGIE

MALADIE DE HODGKIN DEFINITION I - HISTOPATHOLOGIE MALADIE DE HODGKIN DEFINITION I - HISTOPATHOLOGIE II - DIAGNOSTIC A - Circonstances du diagnostic B - Diagnostic de certitude = biopsie ganglionnaire C - Bilan d extension III - FORMES CLINIQUES IV - PRONOSTIC

Plus en détail

Myélome Multiple Version / décembre 2004

Myélome Multiple Version / décembre 2004 Myélome Multiple I-Traitement du myélome de risque faible ou intermédiaire des sujets de moins de 65 ans : protocole IFM 99-02 I.1-Critères d inclusion - Myélome de novo - Stade III, II, I avec 1 lésion

Plus en détail

CONDUITE A TENIR DEVANT UN NODULE DE LA THYROIDE

CONDUITE A TENIR DEVANT UN NODULE DE LA THYROIDE CONDUITE A TENIR DEVANT UN NODULE DE LA THYROIDE * Groupe médico-chirurgical 25 avenue Jean MEDECIN 0600 NICE FREDERIC BRACCINI L attitude à adopter devant la découverte d un nodule thyroïdien revient

Plus en détail

Chapitre III Les anomalies de la régulation de la glycémie

Chapitre III Les anomalies de la régulation de la glycémie Chapitre III Les anomalies de la régulation de la glycémie -I -Unité et diversité des diabètes Mesures de la glycémie en continu chez un patient diabétique 1 Les critères de diagnostic du diabète 2 3 Conclusion

Plus en détail