BANQUE. cahier de prospective bancaire & financière

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "BANQUE. cahier de prospective bancaire & financière"

Transcription

1 BANQUE n 297 Novembre 2011 ISSN Mensuel - 70 euros revue-banque.fr STRATÉGIE cahier de prospective bancaire & financière dossier Gestion alternative Les hedge funds dans la tourmente Parfois spéculatifs, souvent installés dans des places offshore, réputés pour être performants même quand les marchés sont difficiles, les hedge funds ont globalement déçu depuis le début de la crise : performances inégales, investisseurs bloqués dans certains fonds, scandale Madoff À ces déconvenues s ajoutent les cicatrices laissées par la faillite de Lehman Brothers, dont la filiale de prime brokerage finançait de nombreux hedge funds. Consciente de ses faiblesses, l industrie cherche un nouveau modèle. 4 Sommaire veille STRATÉGIquE 34 Moniteur de la relation commerciale en milieu bancaire Un rôle sous le regard attentif des responsables du siège Yves Negro, Université Jean Moulin Lyon 3 En bref 46 La vie des affaires

2

3 Dossier GeStion AlteRnAtive Les hedge funds dans la tourmente Dossier réalisé par Sophie Gauvent Enfants terribles de la gestion d actifs, les hedge funds sont souvent installés dans des places offshore et gérés par de petites sociétés. S ils choisissent ces emplacements, c est avant tout pour être libres d utiliser tous les instruments financiers existants, sans être bridés par une réglementation contraignante. Mais les places offshore sont également permissives sur le plan opérationnel : les fraudes y sont plus faciles. Par exemple, certaines des parties prenantes du réseau Madoff étaient localisées offshore. Autre préoccupation : la liquidité s est révélée problématique pendant la crise. Nombre d investisseurs, qu ils aient choisi de placer leurs biens onshore ou offshore, ont été pris au piège dans certains fonds, ne pouvant plus récupérer leur mise. Pour éviter ces difficultés, les investisseurs ont tendance à opter pour la formule des comptes gérés. Elle offre une liquidité importante et rend les fraudes «impossibles», selon Lyxor, leader mondial. Il ne s agit toutefois pas d une solution miracle. En effet, les plates-formes de comptes gérés ne permettent pas d accéder à l intégralité des stratégies alternatives et ne garantissent pas les performances des gérants. Il s agit donc de sélectionner correctement les fonds en identifiant les rares stratégies qui résistent à la crise. Autre avancée en termes de sécurité : l adoption de la Directive AIFM. Elle vise à dédiaboliser la gestion alternative et freine la commercialisation des fonds offshore dans l espace communautaire. Toutefois, certains pays onshore l Irlande et le Luxembourg par exemple «offrent désormais un cadre juridique qui permet la même flexibilité que celui des places offshore», selon Olivier Florin, partner au sein de la société de gestion ERAAM. Les gérants alternatifs pourront donc continuer de laisser libre cours à leur inventivité financière. Les efforts destinés à accroître la sécurité concernent également la relation des fonds avec leurs prime brokers. Ces derniers ré-hypothéquaient les actifs déposés par les fonds avant la faillite de Lehman Brothers. Depuis, cette pratique est en net recul, ce qui réduit l interdépendance entre acteurs financiers. Toutefois, les hedges sont toujours perçus comme menaçants pour la stabilité financière, notamment en raison des niveaux d endettement pratiqués dans les fonds. Pourtant, le levier semble aujourd hui être utilisé avec une plus grande modération qu avant la crise (voir l article de Fabrice Cuchet, Dexia AM). La gestion alternative aurait même une vertu stabilisatrice et contracyclique (voir l article de Christian Walter), car elle n est pas moutonnière. & BANQUE STRATÉGIE 18, rue La Fayette Paris Fax : La reproduction totale ou partielle des articles publiés dans Banque & Stratégie, sans accord écrit de la société Revue Banque SARL, est interdite conformément à la loi du 11 mars 1957 sur la propriété littéraire et artistique. Directeur de la publication : Valérie Ohannessian Secrétaire général : Pierre Coustols Rédacteur en chef : Élisabeth Coulomb Rédacteurs : Sophie Gauvent (54 02) ; Séverine Leboucher (54 15) ; Annick Masounave (54 14) Secrétariat de rédaction : 1 er SR, Alain de Seze (54 17) ; Christine Hauvette (54 10). Maquette : 1 er maquettiste, Emmanuel Gonzalez (54 12) ; Alexandra Démétriadis (54 18) Conception graphique : Rampazzo & Associés Pour nous contacter, devant chaque numéro, ajouter l indicatif AbonneMentS : Revue Banque-NPAI 39 rue Marcelin-Berthelot Drancy Cedex Tél. : Fax : ISSN /CPPAP 0611 I Imprimé à Pulnoy (54) par SPEI - Dépôt légal 4 e trimestre Ce numéro comporte un encart jeté «Agenda». BANQUE STRATÉGIE Banque Stratégie n 297 novembre

4 Sommaire GeStion AlteRnAtive Les hedge funds dans la tourmente 5 Stratégies alternatives Des performances hétérogènes Jean-François Bay, Morningstar France 7 Multigestion Pousser les hedge funds à évoluer Olivier Florin, ERAAM 10 Comptes gérés La planche de salut de la gestion alternative? Olivier Cassin et Emmanuel Léchère, bfinance 14 Témoignage «Nous avons convaincu les gérants de qualité de travailler avec nous» Nathanaël Benzaken, Lyxor 16 Mise en garde Les comptes gérés ne sont pas une solution Bertrand Bricheux, Mirabaud Asset Management 18 Vision positive La gestion alternative, un nouvel investissement «refuge» Fabrice Cuchet, Dexia Asset Management 20 Directive européenne L impact d AIFM sur les fonds français Stéphane Puel et Arnaud Pince, Gide Loyrette Nouel AARPI 22 Lutte contre les paradis fiscaux Quel impact sur les fonds d investissement offshore? David Klass et Lucy Frew, Gide Loyrette Nouel UK LLP 24 États-Unis et Grande-Bretagne «Les investisseurs anglo-saxons sont patients avec la gestion alternative» Tanguy de Lauzon, Morningstar France 26 Modèles mathématiques Où se trouve le risque? Christian Walter, Institut des actuaires, IAE de l Université Paris I 29 stratégie JP Morgan se lance sur le marché du prime brokerage en Europe Teresa Heitsenrether, JP Morgan 31 Prime brokerage Une activité bouleversée par la crise Romuald Hajeri et Michel Douglas Piamou, Headlink 4 Banque Stratégie n 297 novembre 2011

5 Stratégies alternatives Des performances hétérogènes Jean-François Bay Directeur général Morningstar France La notion de gestion alternative recouvre plusieurs stratégies. La plupart déçoivent depuis le début de la crise, mais certaines tirent leur épingle du jeu. Comment ont réagi les fonds de gestion alternative après le choc lehman brothers? Après la faillite de Lehman brothers, les principaux prime brokers ont durci les conditions de collaboration avec les hedge funds. Ils n accordent du crédit qu aux fonds les plus solides. Les véhicules qui ont survécu à ce durcissement sont sortis renforcés de la crise : les fonds les plus faibles ont été éliminés de la course, laissant aux autres davantage d espace. Ces survivants ont pensé que la nouvelle configuration des marchés, c est-àdire une certaine dislocation, était favorable à la gestion alternative. Ils ont promis, début 2009, un retour aux performances générées par l industrie dans les années 1990, qui atteignaient alors + 10 % par an. Près de 3 ans après, les performances ne sont globalement pas au rendez-vous, même si elles sont hétérogènes. La multigestion alternative en France (largement investie en hedge funds offshore) a réalisé - 3 % sur 3 ans et 0 % sur 5 ans. Toutefois, par rapport aux marchés actions (- 13 et - 41 % sur 3 ans et 5 ans pour l indice CAC40), la résistance de la gestion alternative est honorable. On constate que les hedge funds restent très prudents depuis plusieurs années, obsédés par le risque, et n ont pas réussi à profiter des mouvements depuis 2008 comme le rebond sur les actions en 2009, mais aussi sur le crédit, ou encore le mouvement haussier sur l or et les matières premières, fin 2010/début Pouvez-vous passer en revue les différentes stratégies? La stratégie long/short equity présente un biais «long». C est donc une stratégie directionnelle. Elle ne relève donc pas de la gestion alternative au sens de «performance absolue», mais elle est asymétrique : elle baisse moins que le marché en période de baisse (50 % de la baisse) et monte presque autant que lui en période de hausse (70 %). Cette stratégie souffre beaucoup depuis 3 ans car les marchés évoluent en dents de scie. Les gérants ne sont pas parvenus à profiter du bêta (performance procurée par le seul marché) ; reste l alpha (performance procurée par le gérant quand il fait mieux que l évolution du marché), mais les techniques de gestion habituelles ne fonctionnent pas dans une période aussi exceptionnelle que celle que nous connaissons. Les marchés réagissent aux décisions prises par la sphère politique pour résoudre la crise. Les bons résultats de telle ou telle valeur n ont plus d importance pour les marchés. Autre nouveauté : l importance des rumeurs, par exemple celle de l annulation du rachat de Rhodia par Solvay. Malgré le démenti, Rhodia a baissé de 30 %. Donc le gérant long- short qui a misé sur la progression du cours de Rhodia ne sait plus à quel saint se vouer. et les stratégies contra-cycliques? Les fonds global macro misent sur tout type d actifs : matières premières, actions, taux Leurs positions sont inspirées de la vision qu ils ont de l évolution du marché. Généralement, ils optent pour des scénarios contrariants, qui ne suivent pas le consensus et ne sont donc jamais moutonniers ; par exemple, Brevan Howard (grand fonds anglais, NDLR) a profité de la crise des subprime en misant sur l explosion de la bulle immobilière. Il a conservé une vision négative depuis, ce qui a été peu rentable en 2010 mais très profitable en ce moment. Les CTA, ou managed futures, ne partent pas d une vision macro-économique. Ils prennent souvent leurs décisions grâce à des modèles quantitatifs et n utilisent que des contrats de futures pour s exposer à telle ou telle tendance. Mais depuis la crise, l évolution du marché étant en dents de scie, leur stratégie est difficile à mettre en œuvre car elle a besoin de s appuyer sur une vraie tendance, qu elle soit haussière ou baissière. En résumé, les gérants contra-cycliques ont du mal à trouver la clé qui permet de performer dans l étrange période que nous vivons. Pour ne citer qu un exemple d incohérence : les obligations émises par l État américain se sont révélées être un excellent investissement alors que ce pays est surendetté et a été récemment dégradé. et l arbitrage? L arbitrage, ou relative value, n est ni directionnel ni contrariant mais plutôt Banque Stratégie n 297 novembre

6 Nouveauté La finance peut-elle être durable? Les deux termes sont révélateurs d aspirations contradictoires : une exigence de performances à court terme d une part, accrue par l accélération continue des échanges et, d autre part, un besoin de pérennité porté par le souci des générations futures. La finance durable ne saurait pourtant être réduite à un artifice de langage, avec pour seule utilité de poser un voile pudique sur certaines pratiques dont l actualité a montré les limites. Si l on admet que les crises favorisent les changements de paradigme, alors la notion de finance durable a toutes les chances de prospérer. Selon les contributeurs de cet ouvrage, les questions relatives à la finance durable vont occuper une place sans cesse grandissante dans les années à venir. Quel sens faut-il donner à la notion de finance durable? Quels en sont les défis et les opportunités? Comment introduire des investissements durables dans les portefeuilles de clients privés? La finance durable vient-elle en opposition ou en complément de la finance conventionnelle? Pour la première fois, 17 auteurs, économistes reconnus, posent les fondamentaux d une finance durable. La diversité des points de vue, particulièrement stimulante, permet de dégager une vision prospective. Un livre de référence pour comprendre et accompagner un changement inéluctable. LA FINANCE DURABLE UNE NOUVELLE FINANCE POUR LE XXI e SIÈCLE? SOUS LA DIRECTION DE PASCAL GRANDIN ET DHAFER SAÏDANE 192 pages, 25 euros Commander cet ouvrage sur Internet : revuebanquelibrairie.com Invitation Renseignements et inscriptions sur revue-banque.fr À l'occasion de la parution de l'ouvrage collectif «Finance durable. Une nouvelle finance pour le XXI e siècle?», sous la direction de Dafher Saïdane et Pascal Grandin, Revue Banque vous invite à participer au VI e Forum des Auteurs, le 12 décembre 2011, dans les locaux de Skema Business School - Euralille. En partenariat avec

7 En bref La vie des affaires MF Global un drôle de business model Comme tous les courtiers en futures 1, MF Global qui a fait faillite le 31 octobre dernier disposait d amples liquidités en provenance de ses clients. Ces derniers doivent en effet effectuer des dépôts pendant la durée de vie des contrats en cours : nantissement d une part d un montant initial forfaitaire et, d autre part, d un montant ajusté quotidiennement selon la fluctuation de valeur des transactions jusqu à leur échéance. Ces dépôts de sûretés sont imposés par les marchés organisés de futures, comme le CME aux États- Unis ou le LME au Royaume-Uni, et sont répercutés au client final par le courtier. Celui-ci génère souvent un excédent de liquidités, le marché organisé calculant le collatéral que le courtier doit verser sur une base «nette» des opérations. Ce montant est généralement infé- 1. Un future est un contrat à terme par lequel l une des parties s engage à livrer une quantité donnée d un produit précis à une date fixée dans le futur, et l autre s engage à payer à cette date un prix déterminé au moment de la signature du contrat. rieur à celui qui est théoriquement requis pour chaque client et chaque contrat pris individuellement. Des dépôts à placer Pour mettre à profit la différence entre les deux sommes, les courtiers : soit ne demandent pas aux clients de la leur verser, mais considèrent alors qu ils leur font une avance de trésorerie et exigent des intérêts ; soit demandent le versement de la totalité du dépôt et placent la partie qui excède le montant demandé par le marché. Les sommes déposées par les clients sont généralement investies par le courtier de façon très prudente (bons du Trésor américain, fonds monétaires de première qualité ou dépôts bancaires). Or, certains fonds de clients théoriquement ségrégués 2 par MF Global semblent introuvables (le chiffre de 633 millions de dollars a été mentionné). Les recherches se pour- 2. Séparés des autres actifs, par mesure de prudence. suivent, mais les soupçons de fraude existent déjà : MF Global a probablement utilisé sciemment pour son propre compte des dépôts ne lui appartenant pas, pris à la gorge qu il était par la baisse de valeur de ses actifs. Une diversification dangereuse Car depuis l arrivée en mars 2010 de Jon Corzine (ancien de Goldman Sachs) en tant que P-DG, MF Global s est lancé dans une diversification allant jusqu au trading pour compte propre. Son portefeuille comprend actuellement 6,3 millards de dollars de bons du Trésor européens, dont 51 % sur Italie, 18 % Espagne, 16 % Portugal, 15 % Irlande et Belgique. Ces activités de trading font l objet d évaluation comptable quotidienne au prix du marché («Mark-to-Market»), entraînant au mois d octobre de substantielles pertes de valeur dans les livres de MF Global. Ces pays vont-ils faire défaut ou négocier un abandon partiel sur leur dette? Rien n est moins sûr. Et pourtant, cette sombre perspective a contribué à la chute de MF Global, imposant dans ses comptes la décote que le marché inflige depuis plusieurs mois à ces titres et sapant la confiance de contreparties (prêteurs, clients) promptes à se méfier des établissements financiers largement investis en bons des pays de la périphérie de la zone euro. Un contre-exemple de diversification, donc, pour les courtiers en futures. S. G. Focus les grandes dates mars 2010 : arrivée de Jon Corzine en tant que P-DG 24 octobre 2011 : dégradation par Moody s de Baa2 à Baa3 25 octobre : perte annoncée de 191 millions de dollars 27 octobre : Moody s dégrade à Ba2 31 octobre : mise en chapitre 11 le lundi, après avoir échoué à se vendre pendant le week-end Capital-investissement crédit mutuel arkea n a pas peur de Bâle iii Décidément, le Crédit Mutuel confirme qu il n est pas une banque comme les autres. Alors que ses confrères et les compagnies d assurance ont tendance à se désengager de l activité de private equity, la confédération dirigée par Michel Lucas s y renforce, au travers de sa composante Crédit Mutuel ARKEA. Celle-ci réunit les fédérations du Crédit Mutuel de Bretagne, du Sud-Ouest et du Massif Central auxquelles s ajoutent une vingtaine de filiales (Fortunéo, Monext, Suravenir ). Elle a créé fin octobre une nouvelle filiale baptisée ARKEA Capital Partenaire. Cette société de private equity a pour vocation d investir dans des entreprises d envergure régionale dont le chiffre d affaires s élève au moins à 50 millions d euros. L objectif est de «contribuer au maintien des centres de décision et donc de l emploi dans nos régions», explique Jean- Pierre Denis, président du Crédit Mutuel ARKEA. Le moment de la transmission de l entreprise familiale, par exemple, est une phase cruciale, lors de laquelle elle risque d être absorbée par des fonds étrangers. Désormais, ARKEA Capital Partenaire sera là pour éviter ce type de transfert. Certes, mais quid du respect des normes Bâle III? Celles-ci sont réputées peu compatibles avec le capital-investissement qui est, dans ce référentiel, très coûteux en fonds propres. «Crédit-Mutuel ARKEA ne souffre pas d une pénurie de fonds propres», rétorque Jean- Pierre Denis. La banque peut donc se permettre d explorer cet axe de développement qui lui permettra de stimuler l économie, mais aussi de développer sa clientèle professionnelle, relais de croissance courtisé par tous les banquiers. 46 Banque Stratégie n 297 novembre 2011

8 Banque & Stratégie ABONNEMENTS 2011 Je choisis l abonnement à BANQUE & STRATÉGIE coché ci-dessous : 3 MOIS DÉCOUVERTE : 3 n os + accès online France (TTC) Étranger Quantité Total Nouveaux abonnés (offre réservée non renouvelable) 180,00 190, n 287 Décembre 2010 ISSN Mensuel - 70 euros revue-banque.fr BANQUE STRATÉGIE cahier de prospective bancaire & financière 1 AN : 11 n os + accès online France (TTC) Étranger Quantité Total Tous abonnés 655,00 685, COUPLAGE REVUE BANQUE + BANQUE & STRATÉGIE 1 AN : 22 n os + 2 suppléments + accès online France (TTC) Étranger Quantité Total Tous abonnés (offre réservée aux non abonnés) 740,00 780, TOTAL (TVA : 2,10 % incluse sur le tarif France) dossier Bâle III Les nouvelles règles passées au crible adoubées par les chefs d État du G20 à Séoul, les nouvelles exigences du Comité de Bâle durcissent significativement les contraintes en fonds propres des banques. Redéfinition du capital réglementaire, création de deux ratios de liquidité et d un autre sur l effet de levier, mise en place d un coussin dit contracyclique... Bâle III est riche de nouveaux concepts. Ce dossier les décortique. 4 Sommaire veille STRATÉGIquE 36 CommuniCation financière Les obligations légales de transparence des sociétés cotées en France sont-elles souhaitables? Jean-Christophe DuhameL, université Lille 2, LeRaDP etienne FaRvaque, université Lille 1, equippe Catherine ReFaIt-aLexanDRe, université de Franche-Comté, CReSe Dhafer SaïDane, université Lille 3, equippe En BREf 46 La vie des affaires Presse Séminaires Édition Librairie Internet Société... Nom... Prénom... Fonction... Service... Adresse... BANQUE & STRATÉGIE Le complément stratégique et prospectif de Revue Banque 70,00 le numéro Code postal/ville...pays... Code TVA (pour les pays de la CEE)... Téléphone...Télécopie... (indispensable)... En application de la loi du 6 janvier 1978, les informations ci-dessus sont indispensables au traitement de votre commande et sont communiquées aux destinataires aptes à les traiter. Elles peuvent donner lieu à l exercice du droit d accès et de rectification auprès de Revue Banque. Vous pouvez vous opposer à ce que vos nom et adresse soient cédés ultérieurement en le demandant par écrit au secrétariat général de Revue Banque. à retourner au SERVICE ABONNEMENTS REVUE BANQUE NPAI 39 rue Marcelin Berthelot DRANCY CEDEX Tél.: Fax : règlement à l ordre de La Revue Banque par chèque par carte bancaire* n Date limite de validité : / *sauf American express et Diner s Club) Le règlement sur l étranger est à joindre impérativement à la commande et doit être effectué en euros, par chèque payable en France, net de frais. Pour les virements bancaires et CCP, nous consulter. SIGNATURE BS11 Vos abonnements se poursuivent en ligne sur revue-banque.fr Feuilletage, accès illimité aux archives de Banque & Stratégie

BANQUE. cahier de prospective bancaire & financière

BANQUE. cahier de prospective bancaire & financière BANQUE n 295 Septembre 2011 ISSN 0762-4077 Mensuel - 70 euros revue-banque.fr STRATÉGIE cahier de prospective bancaire & financière dossier les institutions financières internationales se réinventent Qu

Plus en détail

BANQUE. cahier de prospective bancaire & financière. Bâle III Les nouvelles règles passées au crible

BANQUE. cahier de prospective bancaire & financière. Bâle III Les nouvelles règles passées au crible BANQUE n 287 Décembre 2010 ISSN 0762-4077 Mensuel - 70 euros revue-banque.fr STRATÉGIE cahier de prospective bancaire & financière dossier Bâle III Les nouvelles règles passées au crible adoubées par les

Plus en détail

BANQUE STRATÉGIE. ESCP Applied Research Papers. cahier de prospective bancaire & financière DOSSIER

BANQUE STRATÉGIE. ESCP Applied Research Papers. cahier de prospective bancaire & financière DOSSIER BANQUE n 320 Décembre 2013 ISSN 0762-4077 Mensuel - 70 euros STRATÉGIE cahier de prospective bancaire & financière DOSSIER ESCP Applied Research Papers Ce premier numéro d ESCP Applied Research Papers

Plus en détail

BANQUE STRATÉGIE. marketing bancaire. cahier de prospective bancaire & financière. dossier

BANQUE STRATÉGIE. marketing bancaire. cahier de prospective bancaire & financière. dossier BANQUE n 298 Décembre 2011 ISSN 0762-4077 Mensuel - 70 euros revue-banque.fr STRATÉGIE cahier de prospective bancaire & financière dossier marketing bancaire Internet et ses composantes ont un impact croissant

Plus en détail

BANQUE. cahier de prospective bancaire & financière. les stress-tests sur le devant de la scène

BANQUE. cahier de prospective bancaire & financière. les stress-tests sur le devant de la scène BANQUE n 300 Février 2012 ISSN 0762-4077 Mensuel - 70 euros revue-banque.fr STRATÉGIE cahier de prospective bancaire & financière dossier les stress-tests sur le devant de la scène Devenus l un des outils

Plus en détail

BANQUE DROIT. la pratique du droit bancaire français et européen. Évolutions de la procédure devant la Commission des sanctions de l AMF

BANQUE DROIT. la pratique du droit bancaire français et européen. Évolutions de la procédure devant la Commission des sanctions de l AMF BANQUE Décembre 2012 60 euros Évolutions de la procédure devant la Commission des sanctions de l AMF L exemple des sondages de marché 4 Claude Nocquet, Jean-Claude Hassan Commission des sanctions de l

Plus en détail

BANQUE. STRATÉGIE cahier de prospective bancaire & financière. Private equity L ère de la maturité. dossier. 4 Sommaire

BANQUE. STRATÉGIE cahier de prospective bancaire & financière. Private equity L ère de la maturité. dossier. 4 Sommaire BANQUE n 289 Février 2011 ISSN 0762-4077 Mensuel - 70 euros revue-banque.fr STRATÉGIE cahier de prospective bancaire & financière dossier Private equity L ère de la maturité Les métiers du private equity

Plus en détail

BANQUE. cahier de prospective bancaire & financière

BANQUE. cahier de prospective bancaire & financière BANQUE n 290 Mars 2011 ISSN 0762-4077 Mensuel - 70 euros revue-banque.fr STRATÉGIE cahier de prospective bancaire & financière dossier les marchés de matières premières agricoles en quête d efficience

Plus en détail

BANQUE. cahier de prospective bancaire & financière. Réduire le risque : la nouvelle obsession

BANQUE. cahier de prospective bancaire & financière. Réduire le risque : la nouvelle obsession BANQUE n 303 Mai 2012 ISSN 0762-4077 Mensuel - 70 euros revue-banque.fr STRATÉGIE cahier de prospective bancaire & financière 3 dossier Réduire le risque : la nouvelle obsession Les décisions prises pour

Plus en détail

Point de vue sur le Prime Brokerage

Point de vue sur le Prime Brokerage Point de vue sur le Prime Brokerage Quels sont les nouveaux drivers et quel est le nouvel environnement concurrentiel des Prime Brokers après la crise des subprimes? Romuald HAJERI Vice - President Michel

Plus en détail

BANQUE STRATÉGIE. La gestion actif-passif au cœur des nouveaux modèles bancaires. cahier de prospective bancaire & financière DOSSIER

BANQUE STRATÉGIE. La gestion actif-passif au cœur des nouveaux modèles bancaires. cahier de prospective bancaire & financière DOSSIER BANQUE n 311 Février 2013 ISSN 0762-4077 Mensuel - 70 euros revue-banque.fr STRATÉGIE cahier de prospective bancaire & financière DOSSIER La gestion actif-passif au cœur des nouveaux modèles bancaires

Plus en détail

Les Fonds en Euros des compagnies d Assurance Vie

Les Fonds en Euros des compagnies d Assurance Vie Les Fonds en Euros des compagnies d Assurance Vie Résumé: - Les Fonds en Euros des compagnies d assurance assurent un couple sécurité / rendement optimal notamment dans l optique d une épargne en vue de

Plus en détail

Comment caractériser la crise financière internationale de 2007-2008? La double origine de la crise financière internationale

Comment caractériser la crise financière internationale de 2007-2008? La double origine de la crise financière internationale JOURNEES DE L ECONOMIE DE LYON UNE CRISE À FACETTES MULTIPLES Session Histoire des crises financières 21 novembre 28 Comment caractériser la crise financière internationale de 27-28?! Crise immobilière

Plus en détail

IGEA Patrimoine FCP agréé par l AMF

IGEA Patrimoine FCP agréé par l AMF IGEA Patrimoine FCP agréé par l AMF Présentation La Société de Gestion IGEA Finance La structure L approche originale Société de gestion agréée par l AMF Gestion diversifiée, patrimoniale Clients privés

Plus en détail

BANQUE STRATÉGIE. Banques françaises à l international Une expansion mesurée. cahier de prospective bancaire & financière 3 DOSSIER

BANQUE STRATÉGIE. Banques françaises à l international Une expansion mesurée. cahier de prospective bancaire & financière 3 DOSSIER BANQUE n 321 Janvier 2014 ISSN 0762-4077 Mensuel - 70 euros STRATÉGIE cahier de prospective bancaire & financière 3 DOSSIER Banques françaises à l international Une expansion mesurée La crise et les nouvelles

Plus en détail

Ce chapitre est une synthèse de Documents et débats n 2 : la crise financière

Ce chapitre est une synthèse de Documents et débats n 2 : la crise financière Les grandes étapes de la crise financière Ce chapitre est une synthèse de Documents et débats n 2 : la crise financière (Banque de France, février 2009), qui a pour objet d expliquer le passage d une crise

Plus en détail

Allianz, un groupe solide

Allianz, un groupe solide Allianz, un groupe solide Rédaction achevée le XX / 01 /2012 Rédaction achevée le XX / 01 /2012 Direction de la Communication - Allianz France Achevé de rédiger le 19 mars 2014 AVERTISSEMENT: Ce document

Plus en détail

BANQUE. cahier de prospective bancaire & financière. Quels enjeux pour le financement des banques?

BANQUE. cahier de prospective bancaire & financière. Quels enjeux pour le financement des banques? BANQUE n 302 Avril 2012 ISSN 0762-4077 Mensuel - 70 euros revue-banque.fr STRATÉGIE cahier de prospective bancaire & financière 3 dossier Titrisation et covered bonds Quels enjeux pour le financement des

Plus en détail

BANQUE. cahier de prospective bancaire & financière. Le capital-investissement en manque d oxygène critiques

BANQUE. cahier de prospective bancaire & financière. Le capital-investissement en manque d oxygène critiques BANQUE n 309 Décembre 2012 ISSN 0762-4077 Mensuel - 70 euros revue-banque.fr STRATÉGIE cahier de prospective bancaire & financière DOSSIER Le capital-investissement en manque d oxygène critiques Les levées

Plus en détail

BANQUE. cahier de prospective bancaire & financière FINANCEMENT DES ENTREPRISES SOCIALES. Un écosystème en construction

BANQUE. cahier de prospective bancaire & financière FINANCEMENT DES ENTREPRISES SOCIALES. Un écosystème en construction BANQUE n 334 Mars 2015 ISSN 0762-4077 Mensuel - 70 euros STRATÉGIE cahier de prospective bancaire & financière DOSSIER FINANCEMENT DES ENTREPRISES SOCIALES Un écosystème en construction Le business model

Plus en détail

La gestion à succès d une stratégie «market neutral» alternative

La gestion à succès d une stratégie «market neutral» alternative Stratégie 24 Update II/2014 La gestion à succès d une stratégie «market neutral» alternative Depuis la fin de l année 2007, le secteur des hedges funds a entamé une traversée du désert. Pourtant, le nouveau

Plus en détail

Compte d exploitation de la prévoyance professionnelle 2013. Compte d exploitation de la prévoyance professionnelle 2013

Compte d exploitation de la prévoyance professionnelle 2013. Compte d exploitation de la prévoyance professionnelle 2013 Compte d exploitation de la prévoyance professionnelle Compte d exploitation de la prévoyance professionnelle Allianz Suisse Vie Compte d exploitation 1 Compte d exploitation de la prévoyance professionnelle

Plus en détail

Edition spéciale de l Indice Credit Suisse des caisses de pension suisses EDITION SPÉCIALE

Edition spéciale de l Indice Credit Suisse des caisses de pension suisses EDITION SPÉCIALE EDITION SPÉCIALE Edition spéciale de l Indice Credit Suisse des caisses de pension suisses L indice perd 1,83% en janvier 2015 La mauvaise performance de janvier se reflète également dans l allocation

Plus en détail

BANQUE STRATÉGIE. Clientèles fragiles quelle place dans le système financier? cahier de prospective bancaire & financière 3 DOSSIER

BANQUE STRATÉGIE. Clientèles fragiles quelle place dans le système financier? cahier de prospective bancaire & financière 3 DOSSIER BANQUE n 328 Septembre 2014 ISSN 0762-4077 Mensuel - 70 euros STRATÉGIE cahier de prospective bancaire & financière 3 DOSSIER Clientèles fragiles quelle place dans le système financier? Dans une économie

Plus en détail

La BNS capitule: Fin du taux plancher. Alain Freymond (BBGI Group SA)

La BNS capitule: Fin du taux plancher. Alain Freymond (BBGI Group SA) La BNS capitule: Fin du taux plancher Alain Freymond (BBGI Group SA) Changement radical de politique monétaire le 15/1/2015 Les taux d intérêt négatifs remplacent le taux plancher 1. Abandon du taux plancher

Plus en détail

Allianz, un groupe solide

Allianz, un groupe solide Allianz, un groupe solide Rédaction achevée le XX / 01 /2012 Rédaction achevée le XX / 01 /2012 Direction de la Communication - Allianz France Achevé de rédiger le 21 mars 2013 AVERTISSEMENT: Ce document

Plus en détail

Plateforme Lyxor. Un accès simple et sécurisé à la gestion alternative

Plateforme Lyxor. Un accès simple et sécurisé à la gestion alternative Plateforme Lyxor Un accès simple et sécurisé à la gestion alternative Gestion alternative Une classe d actifs attractive Avec plus de 7,600 hedge funds à travers le monde (source HFR Industry Report Q4

Plus en détail

BANQUE STRATÉGIE. l avenir des services de paiement. cahier de prospective bancaire & financière. dossier

BANQUE STRATÉGIE. l avenir des services de paiement. cahier de prospective bancaire & financière. dossier BANQUE n 292 Mai 2011 ISSN 0762-4077 Mensuel - 70 euros revue-banque.fr STRATÉGIE cahier de prospective bancaire & financière dossier l avenir des services de paiement L industrie des paiements est aujourd

Plus en détail

Une Stratégie d Asset Manager pour l Allocation Globale d Actifs Institut de l Epargne Immobilière & Financière 13 Avril 2010

Une Stratégie d Asset Manager pour l Allocation Globale d Actifs Institut de l Epargne Immobilière & Financière 13 Avril 2010 Une Stratégie d Asset Manager pour l Allocation Globale d Actifs Institut de l Epargne Immobilière & Financière 13 Avril 2010 Sommaire Le sens de l Histoire Le Groupe UFG-LFP La déclinaison de la stratégie

Plus en détail

Le rendez-vous mensuel des professionnels de la banque et de la finance. Partenaire officiel

Le rendez-vous mensuel des professionnels de la banque et de la finance. Partenaire officiel Le rendez-vous mensuel des professionnels de la banque et de la finance Partenaire officiel Le Club Banque a pour vocation d informer, de former et de débattre des enjeux stratégiques de la profession.

Plus en détail

MARCHÉS FINANCIERS ET INVESTISSEMENTS INDUSTRIELS SEPTEMBRE 2015

MARCHÉS FINANCIERS ET INVESTISSEMENTS INDUSTRIELS SEPTEMBRE 2015 MARCHÉS FINANCIERS ET INVESTISSEMENTS INDUSTRIELS SEPTEMBRE 2015 DES TAUX D INTÉRÊT TRÈS BAS DEPUIS LONGTEMPS SANS REDÉCOLLAGE SENSIBLE DE LA CROISSANCE MONDIALE Les taux d intérêt réels à court et moyen

Plus en détail

Gérard Marie Henry. Les hedge funds. Groupe Eyrolles, 2008 ISBN : 978-2-212-54005-5

Gérard Marie Henry. Les hedge funds. Groupe Eyrolles, 2008 ISBN : 978-2-212-54005-5 Gérard Marie Henry Les hedge funds, 2008 ISBN : 978-2-212-54005-5 Sommaire Introduction... 9 Chapitre 1 Qu est-ce qu un hedge fund?... 15 Les multiples définitions... 16 La définition de l Autorité des

Plus en détail

Info Finance. et Prévoyance. En 2013 aussi, les clients profitent d une rémunération globale attractive!

Info Finance. et Prévoyance. En 2013 aussi, les clients profitent d une rémunération globale attractive! Allianz Suisse Case postale 8010 Zurich www.allianz-suisse.ch Info Finance 01 YDPPR267F et Prévoyance Édition 01, mars 2013 EXCÉDENTS LPP En 2013 aussi, les clients profitent d une rémunération globale

Plus en détail

INVESTISSEMENTS ALTERNATIFS. worldview DYNAMISEZ VOS PORTEFEUILLES VERS DE NOUVEAUX SOMMETS AVEC UN LEADER RECONNU EN INVESTISSEMENTS ALTERNATIFS

INVESTISSEMENTS ALTERNATIFS. worldview DYNAMISEZ VOS PORTEFEUILLES VERS DE NOUVEAUX SOMMETS AVEC UN LEADER RECONNU EN INVESTISSEMENTS ALTERNATIFS INVESTISSEMENTS ALTERNATIFS worldview DYNAMISEZ VOS PORTEFEUILLES VERS DE NOUVEAUX SOMMETS AVEC UN LEADER RECONNU EN INVESTISSEMENTS ALTERNATIFS NOTRE ATOUT UN LEADER RECONNU EN INVESTISSEMENTS ALTERNATIFS

Plus en détail

BANQUE STRATÉGIE. Résolution des crises bancaires : vers un nouveau cadre pour les établissements critiques

BANQUE STRATÉGIE. Résolution des crises bancaires : vers un nouveau cadre pour les établissements critiques BANQUE n 308 Novembre 2012 ISSN 0762-4077 Mensuel - 70 euros revue-banque.fr STRATÉGIE cahier de prospective bancaire & financière DOSSIER Résolution des crises bancaires : vers un nouveau cadre pour les

Plus en détail

Le système bancaire dans la crise de la zone euro. par Michel Fried* (Synthèse de l exposé fait au CA de Lasaire du 21/06/2012)

Le système bancaire dans la crise de la zone euro. par Michel Fried* (Synthèse de l exposé fait au CA de Lasaire du 21/06/2012) Le système bancaire dans la crise de la zone euro par Michel Fried* (Synthèse de l exposé fait au CA de Lasaire du 21/06/2012) La crise de la zone euro a mis en évidence les liens étroits qui relient la

Plus en détail

LES LBO. Une technique particulière de financement des entreprises

LES LBO. Une technique particulière de financement des entreprises LES LBO Une technique particulière de financement des entreprises Les LBO («leverage buy-out») font aujourd hui la une de l actualité financière et économique. Plus de 5000 entreprises françaises seraient

Plus en détail

Maîtriser les fondamentaux des financements structurés dans un marché en pleine mutation, en deux formations :

Maîtriser les fondamentaux des financements structurés dans un marché en pleine mutation, en deux formations : Finance Maîtriser les fondamentaux des financements structurés dans un marché en pleine mutation, en deux formations : Fonds d investissement immobilier français Structuration, due diligence et financement

Plus en détail

Forum ESSEC «Questionner la crise»

Forum ESSEC «Questionner la crise» Forum ESSEC «Questionner la crise» Changement du business model des banques : une explication de la crise actuelle Mer cr edi 17 décembr e 2008 Changement de business model des banques Quel est le business

Plus en détail

Vous ne voulez faire confiance à personne, la doctrine d investissement de Marie Quantier vous assure performance et tranquillité

Vous ne voulez faire confiance à personne, la doctrine d investissement de Marie Quantier vous assure performance et tranquillité MARIE QUANTIER Inspiration depuis 1907 Vous ne voulez faire confiance à personne, la doctrine d investissement de Marie Quantier vous assure performance et tranquillité Une approche hybride entre «smart

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Contact Presse : Colette AUBRY Tél. : 01 46 03 68 34 / Mobile : 06 13 08 80 59 Mail : caubry@finanscom.com

DOSSIER DE PRESSE. Contact Presse : Colette AUBRY Tél. : 01 46 03 68 34 / Mobile : 06 13 08 80 59 Mail : caubry@finanscom.com DOSSIER DE PRESSE Lancement de Rivoli Finance : La gestion quantitative pour une performance positive dans toutes les conditions de marché Contact Presse : Colette AUBRY Tél. : 01 46 03 68 34 / Mobile

Plus en détail

Lettre aux porteurs du fonds absorbé «Alcyone France».

Lettre aux porteurs du fonds absorbé «Alcyone France». Lettre aux porteurs du fonds absorbé «Alcyone France». Le 02 janvier 2014 Objet : Fusion-absorption du FCP «Alcyone France» (ISIN : FR0007483581) par le FCP «TRUSTEAM GARP» (Part C : FR0007066725) Madame,

Plus en détail

S initier aux options... pour ses clients initiés

S initier aux options... pour ses clients initiés Les options sont des outils financiers admissibles à un REER. On les présente également comme étant des instruments de protection et de couverture. Pourtant, le recours aux options dans les portefeuilles

Plus en détail

euro exigence juin 2013

euro exigence juin 2013 euro exigence juin 2013 Titres de créance de droit français présentant un risque de perte en capital en cours de vie et à l échéance (1) Produit de placement alternatif à un investissement dynamique risqué

Plus en détail

En quête de repères. Patrick Lamy. Jean-Michel Dy. point de vue. Interview. N 733 - février 2011

En quête de repères. Patrick Lamy. Jean-Michel Dy. point de vue. Interview. N 733 - février 2011 N 733 - février 2011 35 euros - ISSN 1772-6638 revue-banque.fr Crise de la dette publique Vers une montée du risque dans le financement des collectivités territoriales? Jean-Claude Gauthier, Caisse d Épargne

Plus en détail

UFF PRESENTE UFF OBLICONTEXT 2021, NOUVEAU FONDS A ECHEANCE D OBLIGATIONS INTERNATIONALES, en partenariat avec La Française AM

UFF PRESENTE UFF OBLICONTEXT 2021, NOUVEAU FONDS A ECHEANCE D OBLIGATIONS INTERNATIONALES, en partenariat avec La Française AM COMMUNIQUE de Presse PARIS, LE 13 JANVIER 2015 UFF PRESENTE UFF OBLICONTEXT 2021, NOUVEAU FONDS A ECHEANCE D OBLIGATIONS INTERNATIONALES, en partenariat avec La Française AM UFF Oblicontext 2021 est un

Plus en détail

BANQUE. cahier de prospective bancaire & financière

BANQUE. cahier de prospective bancaire & financière BANQUE n 291 Avril 2011 ISSN 0762-4077 Mensuel - 70 euros revue-banque.fr STRATÉGIE cahier de prospective bancaire & financière dossier Système monétaire international Comment mettre fin aux tensions?

Plus en détail

BANQUE POPULAIRE GESTION PRIVÉE. Investissez. dans l immobilier d entreprise et diversifiez votre patrimoine FRUCTIPIERRE

BANQUE POPULAIRE GESTION PRIVÉE. Investissez. dans l immobilier d entreprise et diversifiez votre patrimoine FRUCTIPIERRE BANQUE POPULAIRE GESTION PRIVÉE Investissez dans l immobilier d entreprise et diversifiez votre patrimoine FRUCTIPIERRE Investissez dans l immobilier d entreprise et diversifiez votre patrimoine L ordonnance

Plus en détail

Allocation d actifs optimisée avec les funds of hedge funds

Allocation d actifs optimisée avec les funds of hedge funds Allocation d actifs optimisée avec les funds of hedge funds Inform informations générales pour les investisseurs institutionnels 3 e trimestre 2006 Swisscanto le centre de compétence des Banques Cantonales

Plus en détail

mars COMMENTAIRE DE MARCHÉ

mars COMMENTAIRE DE MARCHÉ mars 2015 COMMENTAIRE DE MARCHÉ SOMMAIRE Introduction 2 En bref 3 Contexte de marché en Europe 4 INTRODUCTION Après une courte accalmie sur le marché des taux en février, la chute des rendements a repris

Plus en détail

Le piège du risque de corrélation

Le piège du risque de corrélation Le piège du risque de corrélation Londres Mai 2012 1. Le risque du risque Quand tous les facteurs fusionnent La hausse des corrélations depuis 2007 est aujourd hui un phénomène reconnu. L absence de diversification

Plus en détail

Hubert de Boisredon et l équipe de direction. Dossier de presse. prennent le contrôle de l entreprise DOSSIER DE PRESSE.

Hubert de Boisredon et l équipe de direction. Dossier de presse. prennent le contrôle de l entreprise DOSSIER DE PRESSE. Hubert de Boisredon et l équipe de direction Dossier de presse prennent le contrôle de l entreprise DOSSIER DE PRESSE 7 avril 2014 Sommaire Communiqué P. 1 Armor : projet industriel ambitieux P. 2 Le CMII

Plus en détail

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Chapitre 5 Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Introduction (1/3) Dans le chapitre 4, on a étudié les aspects tactiques de la politique monétaire Comment la BC utilise les instruments

Plus en détail

Indications concernant les normes de la Banque du Canada en matière de gestion des risques pour les infrastructures de marchés financiers désignées

Indications concernant les normes de la Banque du Canada en matière de gestion des risques pour les infrastructures de marchés financiers désignées Indications concernant les normes de la Banque du Canada en matière de gestion des risques pour les infrastructures de marchés financiers désignées Norme 7 : Risque de liquidité Objectif Selon les Principes

Plus en détail

THEM ASSET Générer de l Alpha dans un contexte de taux bas

THEM ASSET Générer de l Alpha dans un contexte de taux bas THEM ASSET Générer de l Alpha dans un contexte de taux bas 28 mai 2015 Gestionnaire Activement Responsable Groupama AM Un acteur majeur de la gestion d actifs 2 Filiale à 100% de Groupama 96.7 Md d actifs

Plus en détail

Stratégies. www.lyxoretf.fr

Stratégies. www.lyxoretf.fr Stratégies www.lyxoretf.fr Les trackers sont apparus dès le début des années 90 aux États- Unis sous le nom d ETF, ou "Exchange Traded Funds" (littéralement fonds négociables en bourse). Le premier tracker

Plus en détail

Impact de la crise financière et économique mondiale sur l Algérie

Impact de la crise financière et économique mondiale sur l Algérie Impact de la crise financière et économique mondiale sur l Algérie Aux Etats-Unis, la crise des Subprime engendrée par la mévente ou, au mieux, par la cession, à de faibles prix, de millions d habitations

Plus en détail

Compte d exploitation 2012. Assurance vie collective.

Compte d exploitation 2012. Assurance vie collective. Compte d exploitation 2012. Assurance vie collective. 2012 Votre assureur suisse. 1/12 Compte d exploitation Assurance vie collective 2012 2012: des résultats positifs et encore plus de transparence. Chère

Plus en détail

Fonds Commun de Placement dans l Innovation. innovation pluriel. Les atouts de la multigestion au service de vos placements en FCPI

Fonds Commun de Placement dans l Innovation. innovation pluriel. Les atouts de la multigestion au service de vos placements en FCPI Fonds Commun de Placement dans l Innovation Fcpi innovation pluriel Les atouts de la multigestion au service de vos placements en FCPI Qu est-ce qu un FCPI? Créé par la Loi de finances de 1997, le Fonds

Plus en détail

Disponible du 26 mai au 16 septembre 2014 (dans la limite de l enveloppe disponible, soit 5 millions d euros)

Disponible du 26 mai au 16 septembre 2014 (dans la limite de l enveloppe disponible, soit 5 millions d euros) Aréalys Support présentant un risque de perte en capital en cours de vie et à l échéance Un objectif de gain de 6 % (nets de frais de gestion annuels)* par année écoulée grâce à l indice CAC 40 À l échéance

Plus en détail

Le rendez-vous mensuel des professionnels de la banque et de la finance. Partenaire officiel

Le rendez-vous mensuel des professionnels de la banque et de la finance. Partenaire officiel Le rendez-vous mensuel des professionnels de la banque et de la finance Partenaire officiel Le Club Banque a pour vocation d informer, de former et de débattre des enjeux stratégiques de la profession.

Plus en détail

ALTER DOMUS France IT S PEOPLE WHO MAKE THE DIFFERENCE

ALTER DOMUS France IT S PEOPLE WHO MAKE THE DIFFERENCE FRANCE ALTER DOMUS Alter Domus est un leader européen dans les Services d Administration de Fonds et les Services Administratifs et Comptables de sociétés. Nous sommes spécialisés dans le service aux véhicules

Plus en détail

Dettes et Fonds Propres, banques et marchés ; des financements complémentaires

Dettes et Fonds Propres, banques et marchés ; des financements complémentaires Dettes et Fonds Propres, banques et marchés ; des financements complémentaires SEPL Lyon, 6 octobre 2014 Banque de France Pierre du Peloux directeur régional 1 Peut on répondre à ces quelques questions?

Plus en détail

Crises financières et de la dette

Crises financières et de la dette Institut pour le Développement des Capacités / AFRITAC de l Ouest / COFEB Cours régional sur la Gestion macroéconomique et les questions de dette Dakar, Sénégal du 4 au 15 novembre 2013 S-2 Crises financières

Plus en détail

Faites. grimper. vos actifs. de manière. innovante. et performante. www.rivolifinance.com

Faites. grimper. vos actifs. de manière. innovante. et performante. www.rivolifinance.com Faites grimper vos actifs de manière innovante www.rivolifinance.com et performante 2011 Objectif : 1 milliard d euros d encours sous gestion. 2008 Création de la gamme Rivoli Finance dédiée aux investisseurs

Plus en détail

Pilier 3 des normes de Bâle II Règles de transparence applicables à la Fiducie de la Financière Sun Life inc.

Pilier 3 des normes de Bâle II Règles de transparence applicables à la Fiducie de la Financière Sun Life inc. Pilier 3 des normes de Bâle II Règles de transparence applicables à la Fiducie de la Financière Sun Life inc. Introduction Les normes de Bâle II constituent un accord international sur les fonds propres

Plus en détail

La stratégie de l entreprise vue par une financière

La stratégie de l entreprise vue par une financière La stratégie de l entreprise vue par une financière Séminaire sur la transformation des bois résineux au Québec Laurent Pelletier, ing.f Expert-conseil Secteur des produits forestiers Québec 29 Septembre

Plus en détail

Les formations de Morningstar Professional sont éligibles aux budgets du Droit Individuel à la Formation (DIF)

Les formations de Morningstar Professional sont éligibles aux budgets du Droit Individuel à la Formation (DIF) mercredi 8 octobre 2014 8h30 12h30 Hôtel Fouquet s Barrière - Paris Les formations de Morningstar Professional sont éligibles aux budgets du Droit Individuel à la Formation (DIF) Avec le soutien de : Gratuit

Plus en détail

LE FINANCEMENT DES ENTREPRISES

LE FINANCEMENT DES ENTREPRISES le Financement des entreprises, un soutien indispensable à l économie parlons de la banque... LE FINANCEMENT DES ENTREPRISES UN SOUTIEN INDISPENSABLE À L ÉCONOMIE Mars 2014 Retrouvez les chiffres actualisés

Plus en détail

Aviva Zénith Sécurité

Aviva Zénith Sécurité Aviva Zénith Sécurité Titre de créance de droit français à capital intégralement remboursé à l échéance soit le 3 novembre 2021 Commercialisation du 21 janvier 2013 au 12 avril 2013 (1) Émetteur : BNP

Plus en détail

Cornèr Banque (Luxembourg) S.A. Risques associés aux profils de gestion

Cornèr Banque (Luxembourg) S.A. Risques associés aux profils de gestion Cornèr Banque (Luxembourg) S.A. Risques associés aux profils de gestion 1 Introduction Gestion patrimoniale mobilière Gestion patrimoniale fonds d investissement Gestion en placements alternatifs Gestion

Plus en détail

ACHETER OU VENDRE UNE ACTIVITE DE COURTAGE : LA MÉTHODE POUR RÉUSSIR

ACHETER OU VENDRE UNE ACTIVITE DE COURTAGE : LA MÉTHODE POUR RÉUSSIR ACHETER OU VENDRE UNE ACTIVITE DE COURTAGE : LA MÉTHODE POUR RÉUSSIR 72, rue du Faubourg Saint - Honoré 75008 PARIS Tél : 01.46.10.43.80 Fax : 01.47.61.14.85 www.astreeavocats.com Xxx Enjeux Cahier des

Plus en détail

Les principaux crédits et les pièges à éviter

Les principaux crédits et les pièges à éviter Chapitre 1 Les principaux crédits et les pièges à éviter 1. Le crédit revolving Le crédit revolving (ou crédit permanent) est souvent vendu comme une réserve d argent permettant de financer des envies

Plus en détail

Loi de 2007 relative aux Fonds d Investissement Spécialisés

Loi de 2007 relative aux Fonds d Investissement Spécialisés Loi de 2007 relative aux Fonds d Investissement Spécialisés Sommaire I. Introduction : une nouvelle structure on-shore II. III. IV. Des investisseurs avertis Une législation légère et souple Processus

Plus en détail

RESULTATS 2013. BIP annonce un bénéfice global d EUR 33 millions pour l année 2013

RESULTATS 2013. BIP annonce un bénéfice global d EUR 33 millions pour l année 2013 Luxembourg, le 20 février 2014 Communiqué de presse : RESULTATS 2013 BIP annonce un bénéfice global d EUR 33 millions pour l année 2013 Dividende proposé en hausse à EUR 2,60 par action Le Conseil d administration,

Plus en détail

Regards croisés sur l entreprise

Regards croisés sur l entreprise Regards croisés sur l entreprise Quelles perspectives de financement pour les PME depuis la crise? 10 juin 2014 Fiche mémo Eléments de contexte Situation des PME françaises L accès au financement des PME

Plus en détail

Optimiser la Gestion des réserves ou des excédents de trésorerie des Entreprises et des Associations

Optimiser la Gestion des réserves ou des excédents de trésorerie des Entreprises et des Associations Optimiser la Gestion des réserves ou des excédents de trésorerie des Entreprises et des Associations L opportunité pour l Expert- Comptable de proposer un audit financier aux clients concernés Au sommaire

Plus en détail

Processus et stratégie d investissement

Processus et stratégie d investissement FCP Bryan Garnier Long Short Equity Recherche de performance par le «stock picking» Processus et stratégie d investissement FCP Bryan Garnier Long Short Equity TABLE DES MATIERES Introduction 2 I Méthodologie

Plus en détail

Petits déjeuners investisseurs

Petits déjeuners investisseurs Résolument actifs Résolument actifs Petits déjeuners investisseurs Juin 28 Perspectives économiques Mars 27 Petits déjeuners investisseurs Juin 28 2 2 Petits déjeuners investisseurs Juin 28 Résolument

Plus en détail

Le Gouverneur de la Banque Centrale de Tunisie parle de la crise financière internationale : Ses origines, ses répercussions sur le plan

Le Gouverneur de la Banque Centrale de Tunisie parle de la crise financière internationale : Ses origines, ses répercussions sur le plan Le Gouverneur de la Banque Centrale de Tunisie parle de la crise financière internationale : Ses origines, ses répercussions sur le plan nationalinternational et ses enseignements I -Quelles sont les origines

Plus en détail

Investir de manière équilibrée? Trouvez le bon équilibre entre rendement et risque, sans devoir vous en préoccuper.

Investir de manière équilibrée? Trouvez le bon équilibre entre rendement et risque, sans devoir vous en préoccuper. Investir de manière équilibrée? Trouvez le bon équilibre entre rendement et risque, sans devoir vous en préoccuper. Vous recherchez à la fois le rendement et la sécurité pour vos investissements, sans

Plus en détail

CAHIERS GRAPHIQUE MACROBOND WS/BSI

CAHIERS GRAPHIQUE MACROBOND WS/BSI UNE APPROCHE PEDAGOGIQUE DE L EVOLUTION DES AGREGATS MACROECONOMIQUES ET FINANCIERS Page 2. Le Risque de change dans les pays émergents Page 3. Les Rôles des Taux d Intérêts des Banques Centrales Page

Plus en détail

Comment mieux comprendre les agences de notation financière?

Comment mieux comprendre les agences de notation financière? Comment mieux comprendre les agences de notation financière? Document pédagogique AXA Group Solutions Web Shared Service/Digital Studio - Decembre 2012 Contact: Group Communications comint@axa.com + 33

Plus en détail

Réponse des politiques économiques à la crise: mesures prises et défis restants

Réponse des politiques économiques à la crise: mesures prises et défis restants Réponse des politiques économiques à la crise: mesures prises et défis restants Cédric Tille Institut des Hautes Etudes Internationales et du Développement, and Center for Economic Policy Research (CEPR)

Plus en détail

Endettement des sociétés non financières françaises : ne nous alarmons pas!

Endettement des sociétés non financières françaises : ne nous alarmons pas! Apériodique n 13/24 19 mars 2013 Endettement des sociétés non financières françaises : ne nous alarmons pas! Le taux d endettement des sociétés non financières (SNF), défini comme l endettement rapporté

Plus en détail

BANQUE STRATÉGIE. Innovation et nouvelles technologies : où en sont les banques? cahier de prospective bancaire & financière DOSSIER

BANQUE STRATÉGIE. Innovation et nouvelles technologies : où en sont les banques? cahier de prospective bancaire & financière DOSSIER BANQUE n 316 Juillet-août 2013 ISSN 0762-4077 Mensuel - 70 euros STRATÉGIE cahier de prospective bancaire & financière DOSSIER Innovation et nouvelles technologies : où en sont les banques? La plupart

Plus en détail

JPMorgan Investment Funds Income Opportunity Fund

JPMorgan Investment Funds Income Opportunity Fund JPMorgan Investment Funds Income Opportunity Fund Un placement obligataire flexible et une exposition pilotée aux taux d intérêt Insight + Process = Results Sortir de la gestion obligataire classique Après

Plus en détail

CERTIFICATS TURBOS Instruments dérivés au sens du Règlement Européen 809/2004 du 29 avril 2004

CERTIFICATS TURBOS Instruments dérivés au sens du Règlement Européen 809/2004 du 29 avril 2004 CERTIFICATS TURBOS Instruments dérivés au sens du Règlement Européen 809/2004 du 29 avril 2004 Emétteur : BNP Paribas Arbitrage Issuance B.V. Garant du remboursement : BNP Paribas S.A. POURQUOI INVESTIR

Plus en détail

LES TURBOS. Investir avec du levier sur les indices et les actions!

LES TURBOS. Investir avec du levier sur les indices et les actions! LES TURBOS Investir avec du levier sur les indices et les actions! Produits présentant un risque de perte en capital, à destination d investisseurs avertis. Émetteur : BNP Paribas Arbitrage Issuance B.V.

Plus en détail

Deux exemples de l impact d un choc exogène sur l évolution des prix : le prix du pétrole et la déréglementation

Deux exemples de l impact d un choc exogène sur l évolution des prix : le prix du pétrole et la déréglementation Deux exemples de l impact d un choc exogène sur l évolution des prix : le prix du pétrole et la déréglementation Deux chocs importants ont affecté le comportement des prix de détail des principaux pays

Plus en détail

WORKING PAPER SERIES 2014-EQM-01

WORKING PAPER SERIES 2014-EQM-01 January 2014 WORKING PAPER SERIES 2014-EQM-01 La forte chute des revenus d intérêts des ménages belges en raison de la gestion de la crise financière Eric Dor IESEG School of Management (LEM-CNRS) IESEG

Plus en détail

LFP Libroblig Crise souveraine : quel impact sur la dette subordonnée bancaire? 16 juin 2011

LFP Libroblig Crise souveraine : quel impact sur la dette subordonnée bancaire? 16 juin 2011 Crise souveraine : quel impact sur la dette subordonnée bancaire? 16 juin 2011 Souverains zone Euro - calendrier 29 juin Autour du 30 juin Mi juin Adoption par le parlement Grec du nouveau plan d austérité

Plus en détail

Banque Rogers Informations à communiquer au titre du troisième pilier de Bâle III

Banque Rogers Informations à communiquer au titre du troisième pilier de Bâle III Banque Rogers Informations à communiquer au titre du troisième pilier de Bâle III En date du 31 mars 2014 Table des matières APERÇU DU DOCUMENT... 3 ENTITÉ FAISANT LA DÉCLARATION... 3 GESTION DES RISQUES

Plus en détail

Swisscanto (LU) Equity Fund Long/ Short Selection International

Swisscanto (LU) Equity Fund Long/ Short Selection International Une stratégie neutre au marché Edition Suisse Swisscanto (LU) Equity Fund Long/ Short Selection International Le défi Réalisation de rendements indépendamment de la situation du marché Un environnement

Plus en détail

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales)

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales) b ) La Banque Centrale Notre système bancaire se complexifie puisqu il se trouve maintenant composer d une multitude de banques commerciales et d une Banque Centrale. La Banque Centrale est au cœur de

Plus en détail

Prévoyance professionnelle. Compte d exploitation 2014

Prévoyance professionnelle. Compte d exploitation 2014 Prévoyance professionnelle Compte d exploitation 2014 Editorial Sandro Meyer Responsable Clientèle entreprises Zurich Vie Suisse Chère lectrice, cher lecteur, L année dernière, à cette même occasion, mon

Plus en détail

REPONSE A LA CONSULTATION DES SERVICES DE LA COMMISSION EUROPEENNE SUR LES HEDGE FUNDS

REPONSE A LA CONSULTATION DES SERVICES DE LA COMMISSION EUROPEENNE SUR LES HEDGE FUNDS REPONSE A LA CONSULTATION DES SERVICES DE LA COMMISSION EUROPEENNE SUR LES HEDGE FUNDS Reinhold & Partners est une société de conseils spécialisée dans la mise en place et le support de sociétés de gestion

Plus en détail

Les formations de Morningstar Professional sont éligibles aux budgets du Droit Individuel à la Formation (DIF)

Les formations de Morningstar Professional sont éligibles aux budgets du Droit Individuel à la Formation (DIF) mercredi 3 juillet 2013 8h30 12h30 Hôtel Fouquet s Barrière - Paris Les formations de Morningstar Professional sont éligibles aux budgets du Droit Individuel à la Formation (DIF) Avec le soutien de : Gratuit

Plus en détail