BANQUE. cahier de prospective bancaire & financière

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "BANQUE. cahier de prospective bancaire & financière"

Transcription

1 BANQUE n 291 Avril 2011 ISSN Mensuel - 70 euros revue-banque.fr STRATÉGIE cahier de prospective bancaire & financière dossier Système monétaire international Comment mettre fin aux tensions? Placé par la france sur la liste des sujets du G20, le système monétaire international actuel dysfonctionne. l hégémonie du dollar est de plus en plus contestée, mais les États-Unis souhaitent conserver leur privilège. la Chine sous-évalue le yuan. le Brésil parle de guerre des monnaies. Quant à l europe, elle affronte une grave crise de sa monnaie unique. Pour atténuer les tensions, de nouvelles règles doivent être adoptées mais lesquelles? 4 Sommaire veille STRATÉGIquE 21 Retail banking Barriers to the Adoption and the Usage of Internet Banking by Tunisian Consumers Mohamed Rochdi Keffala, Laboratory of Actuarial and Financial Sciences, ISFA School, Université Claude Bernard Lyon I 32 Place financière L analyse financière indépendante sur le marché français Karine GaBaÏ En bref 42 la vie des affaires

2 SÉMINAIRES Atelier LES NOUVEAUX DISPOSITIFS DE GESTION DES RISQUES À L ÈRE BÂLE III > Mardi 10 mai 2011 de 9h00 à 12h00 > Salons Hoche 9 Avenue Hoche Paris 8h30 9h00 9h05 10h15 10h30 11h30 Accueil des participants petit-déjeuner Introduction et animation de la séance Stefan DE LOMBAERT, directeur, SAS EMEA Risk Practice Panorama des évolutions réglementaires en cours et identification des risques G20, FSB, Comité de Bâle : le calendrier et les perspectives des exigences réglementaires Sylvie MATHÉRAT, adjoint au directeur général des opérations, Banque de France et membre du Comité de Bâle Les spécificités du nouveau cadre international et le traitement des risques systémiques, une réglementation renforcée Olivier PRATO, adjoint au directeur des études et des relations internationales, ACP Fonds propres, liquidité et risque souverain : Les régulateurs du système financier se trompent-ils d objectifs? Georges PAUGET, président, Economie Finance et Stratégie Pause Comment minimiser l impact des nouvelles normes Bâle 3 sur la solvabilité et la liquidité? Stefan DE LOMBAERT, directeur, SAS EMEA Risk Practice La gestion des risques au cœur de la stratégie des banques : enjeux et priorités 2011 Cartographie et émergence de nouveaux risques : exemples et meilleures pratiques Comment intégrer les spécificités du nouveau dispositif? La création de la filière risque Optimiser et adapter son organisation en termes de pilotage des risques Jacques BEYSSADE, directeur des risques, Natixis Olivier IRISSON, directeur adjoint des risques groupe, BPCE Philippe AYMERICH, adjoint du directeur des risques du groupe, Société Générale Clôture de la séance Tarif 478,40 euros TTC (400 euros HT) Inscriptions Annabelle Bail Tél.: Carole Trambouze Tél.: a DIF organisme de formation n Formation éligible En partenariat avec

3 Dossier SyStèMe MonétAiRe international Comment mettre fin aux tensions? Dossier réalisé par Sophie Gauvent La «guerre des monnaies» a été dénoncée pour la première fois en septembre 2010 par le ministre des Finances du Brésil. Cette expression désigne l attitude des États-Unis, si préoccupés de rétablir la santé de leur économie qu ils n hésitent pas à prendre des décisions radicales mêmes si elles sont déstabilisantes pour de nombreuses autres nations. Par exemple, les pays émergents accusent le Quantitative Easing, cette politique monétaire expansionniste mise en place par Washington, de perturber leurs économies. Plus généralement, l hégémonie du dollar est de plus en plus mal vécue par la communauté internationale, à l exception des États-Unis qui souhaitent continuer de jouir de leur «privilège exorbitant», selon l expression de Charles de Gaulle. Autre dysfonctionnement : la sous-évaluation du Renminbi. «Pour préserver la compétitivité de ses exportateurs, la Chine maintient sa devise à un niveau situé 25 à 40 % en dessous de son taux d équilibre nominal, estime Henri Bourguinat, économiste, professeur émérite à l université de Bordeaux 4 et membre du comité d experts du G20. Les dirigeants chinois semblent déterminés à remédier à cette anomalie, mais ils souhaitent le faire à leur rythme et de façon autonome.» Cette réévaluation va en effet modifier des équilibres sensibles pour la Chine : ses exportateurs seront moins attractifs, pour ne citer qu un exemple. Pas question donc de laisser le G20 piloter cette normalisation du taux de change. Comment, dès lors, dessiner un nouvel ordre monétaire mondial? Si les discussions portant directement sur les difficultés majeures sont dans l impasse, il semble en revanche que certaines approches plus subtiles réunissent un consensus. «Le G20 peut arriver à un accord sur le rôle des DTS, estime Henri Bourguinat. De l avis de plusieurs pays, dont la Chine, cette unité de crédit indexée sur un panier de monnaies (dollar, euro, yen et livre) et gérée par le FMI pourrait, sous certaines conditions, acquérir une place plus importante dans le cadre du Compte de substitution créé à cet effet.» Si le poids des DTS croît de façon progressive, l optimisme peut conduire à imaginer qu à terme, cette unité de crédit permettra de lutter contre l hégémonie du billet vert puisqu elle pourrait constituer peu à peu une alternative au dollar mais peut-être aussi contre la sous-évaluation du renminbi puisqu il pourrait devenir convertible afin d intégrer le panier de monnaies. & BANQUE STRATÉGIE 18, rue La Fayette Paris Fax : La reproduction totale ou partielle des articles publiés dans Banque Stratégie, sans accord écrit de la société Revue Banque SARL, est interdite conformément à la loi du 11 mars 1957 sur la propriété littéraire et artistique. Directeur de la publication : Valérie Ohannessian Secrétaire général : Pierre Coustols Rédacteur en chef : Élisabeth Coulomb Rédacteurs : Andréane Fulconis-Tielens (54 15) ; Séverine Leboucher (54 15) ; Sophie Gauvent (54 02) ; Annick Masounave (54 14) Secrétariat de rédaction : 1 er SR, Alain de Seze (54 17) ; Christine Hauvette (54 10). Maquette : 1 er maquettiste, Emmanuel Gonzalez (54 12) ; Alexandra Démétriadis (54 18) Conception graphique : Rampazzo & Associés Pour nous contacter, devant chaque numéro, ajouter l indicatif AbonneMentS : Revue Banque-NPAI 39 rue Marcelin-Berthelot Drancy Cedex Tél. : Fax : ISSN /CPPAP 0611 I Imprimé à Pulnoy (54) par SPEI - Dépôt légal 2 e trimestre Cette revue comporte un encart jeté «Promotion Rb.fr». BANQUE STRATÉGIE Banque Stratégie n 291 avril

4 Sommaire SyStèMe MonétAiRe international Comment mettre fin aux tensions? 5 Un système monétaire intenable? Michel AGliettA, Cepii, Groupama AM, Université Paris Ouest-Nanterre 8 l initiative du Palais-Royal Christophe Blot, OFCE 11 euro année zéro? Gilles MoeC, Deutsche Bank Londres 14 l hégémonie contestée du dollar Virginie CoUDeRt, Banque de France, Cepii, Université Paris Ouest-Nanterre 17 Marchés émergents : éviter la volatilité des taux de change Christian PARiSot, Aurel BCG 19 la longue marche vers l internationalisation de la monnaie du Peuple Bei XU, Natixis 4 Banque Stratégie n 291 avril 2011

5 Dossier SyStèMe MonétAiRe international Un système monétaire intenable? «Le système monétaire international est un vestige du passé» Président Hu Jintao, Washington D.C., décembre 2011 Michel AgliettA Conseiller scientifique Cepii Groupama AM Professeur Université Paris Ouest-Nanterre Alors que la finance s est globalisée, les pays continuent de mener des politiques non coordonnées. Un tel contexte empêche d accéder à la stabilité financière qui pourtant constitue l un des objectifs du G20. Michel Aglietta suggère la voie à suivre pour sortir de l ornière. D epuis la disparition des règles de Bretton Woods en 1971, confirmée par les accords de la Jamaïque en 1976, le Système monétaire international (SMI) n est plus un cadre formel accepté par les États. Chacun est libre de gérer sa monnaie sous de vagues conditions de bonne conduite que chacun peut interpréter à sa guise. Cette absence de règles contraignantes fait l ambivalence du SMI : il accumule des dysfonctionnements, mais il est capable d évoluer de manière endogène avec les forces qui transforment l économie mondiale. Son avenir dépendra bien plus de la capacité des gouvernements des principaux pays à mener les politiques capables de surmonter leurs difficultés en s adaptant à ces forces, que d un hypothétique accord international sur des règles communes censées corriger les déséquilibres suscités par les discordances de leurs politiques. Dans les années 2000, ces discordances se sont exacerbées parce que les États-Unis, émetteurs de la devise clé, pivot d un système que l on peut appeler «semi-étalon dollar», ont mené une politique financière qui a conduit à une crise globale. Pour cerner les futurs possibles, il importe d abord de comprendre en quoi le système actuel combine des dysfonctionnements et des persistances, telles qu une stabilité de la part du dollar dans les réserves de change de 1973 à 2008 en dépit d énormes fluctuations de cette devise (voir Tableau 3). Ensuite, il faut repérer comment les changements structurels de l économie mondiale interagissent avec les politiques des trois pôles que sont les États-Unis, l Europe et la Chine pour transformer progressivement le SMI. Les avancées possibles dans la gouvernance monétaire internationale s inscrivent dans ce jeu stratégique. Dysfonctionnements du semi-étalon dollar Le SMI est un bien public qui fournit un double mécanisme de régulation monétaire : il crée la liquidité internationale sous des formes et selon des montants adaptés aux besoins des paiements internationaux ; il guide les ajustements des prix internationaux de manière à réaliser les gains mutuels des participants aux échanges. Lorsque la finance est globalisée, l offre de liquidité est largement privatisée. Elle est créée par les systèmes financiers des pays à devises convertibles. Les rendements d échelle, caractéristiques de l usage de la monnaie, font que la concurrence des systèmes financiers est asymétrique. Le système le plus liquide auto entretient son avantage et s impose comme celui de la devise clé. C est pourquoi les avantages du dollar n ont pas été menacés par la disparition des règles de Bretton Woods. Ensuite les transactions financières dominent très largement les transactions commerciales. Ce sont les prix des actifs financiers qui déterminent les ajustements des balances de paiements. Eu égard à ces critères d efficacité, le semi-étalon dollar est un échec total. Parce que le dollar n avait pas de concurrent pour le rôle de devise clé jusqu à l avènement de l euro, ni l Allemagne ni le Japon ne voulant internationaliser leurs monnaies, le système financier américain ne subissait aucune contrainte monétaire extérieure. Aussi la fourniture de liquidités n a-t-elle pas été proportionnée aux besoins du financement de l économie mondiale. Comme les crédits font les dépôts, l excès d expansion du crédit aux États-Unis a fait l accumulation démesurée de réserves de change et par conséquent a diffusé l excès de liquidité dans le monde entier sous la forme d une croissance de la base monétaire mondiale très supérieure à celle du PIB mondial jusqu à la crise. Banque Stratégie n 291 avril

6 En bref La vie des affaires Bataille boursière nasdaq-omx et ice à la conquête de nyse-euronext NYSe-euronext ne doit pas devenir allemand! C est en substance ce que disent les Bourses américaines Nasdaq omx et ice qui proposent à la Bourse transatlantique de fusionner avec elles, et non pas avec Deutsche Börse. Mais l élan patriotique n est qu une enveloppe marketing. les vraies motivations de Nasdaq-oMX sont ailleurs. Axel Pierron, associé au sein du cabinet Celent, rappelle que «cette Bourse souhaite depuis longtemps conquérir le marché européen. Elle a tenté d y implanter un MTF (Neuro, NDLR) mais n a pas rencontré le succès escompté. Elle va donc aujourd hui se donner les moyens de séduire NYSE-Euronext.» la Place parisienne a-t-elle intérêt à voir la balance pencher d un côté plutôt que de l autre? le projet de Nasdaq-oMX et ice semble lui réserver un sort plus favorable que le schéma proposé par Deutsche Börse. Mais pour Axel Pierron, ce sujet n est plus vraiment pertinent : «Sur le terrain très emblématique de l exécution actions, la place parisienne a perdu la partie, les trading desk des brokers étant tous localisés à Londres. Elle doit passer à autre chose et se concentrer sur d autres domaines qui contribuent aussi à la qualité d une place financière et constituent des points forts à Paris : la gestion d actifs et l innovation produit par exemple. De ce point de vue-là, que NYSE-Euronext opte pour Deutsche Börse ou pour Nasdaq OMX et ICE n a que peu d impact.» Internationalisation des banques de détail le bilan 2010 l écart se creuse entre les banques qui ont pris tôt le virage de l international et les autres. Parmi les pionnières, parties dès le milieu des années 1990, le cabinet Selenium Consulting identifie Citi Group, HSBC, BNP Paribas, Santander et Société Générale. D autres ont du retard, comme Crédit Agricole, Unicredit, intesa Sanpaolo ou RBS. «Or cette dimension internationale est indispensable, estime Bruno Establet, associé au sein de Selenium. Ainsi, on constate que le plan stratégique du Crédit Agricole a été peu apprécié par les marchés, notamment en raison d un volet international ressenti comme faiblement ambitieux.» C est en dehors des pays dits «développés» que les leviers de croissance pour les établissements sont les plus alléchants. Dans les pays d europe centrale et orientale, le degré d ouverture aux banques étrangères est élevé. en Croatie par exemple, 80 % des guichets sont contrôlés par des banques étrangères. Mais la locomotive de la zone est la Pologne, où plusieurs projets de privatisation de banques font saliver les acteurs étrangers. Dans les pays du Proche et Moyenorient et d Afrique du Nord, le potentiel de bancarisation est important, surtout en turquie et au Maroc et, dans une moindre mesure, en Égypte. toutefois, l incertitude politique refroidit les candidats. Parmi les BRiC, le Brésil est le pays le plus attractif. Santander y est en très bonne position. Bien sûr, l inde et la Chine font envie, mais l entrée des acteurs étrangers y est freinée. Quant à la Russie, elle demeure fragilisée par la crise. Sur les marchés les plus intéressants, les acteurs à vendre coûtent aujourd hui très cher. les groupes étrangers qui veulent s y implanter sont souvent rebutés par les niveaux de valorisation. «Il ne faut donc pas s interdire d autres voies de développement, comme l internet banking, le crédit à la consommation, ou encore des modèles de franchises, suggère Bruno Establet. Une autre option pour les banques étrangères est de se positionner uniquement comme producteur et nouer des partenariats pour la distribution.» Crise en Europe 2011 : vers une explosion des ventes d actifs bancaires? le malheur des unes va faire le bonheur des autres : les banques irlandaises vont devoir céder des actifs, ce qui pourrait se transformer en opportunité du point de vue des établissements en bonne santé qui pourront se porter acquéreur. les cessions auront lieu dans un contexte grave puisqu à l issue de stress tests, le besoin en fonds propres des établissements irlandais a été évalué fin mars à 24 milliards d euros. outre l injection de liquidités, le gouvernement va restructurer le secteur et demander aux établissements de se délester de nombreux actifs. Bank of ireland va céder pour 30 milliards d euros d actifs d ici 2013, selon Reuters. AIB (Allied irish Bank) et ebs (educational Building Society) vont, à elles deux, s alléger à hauteur de 23 milliards d euros. AiB songerait à diminuer sa présence dans les îles anglo-normandes et en Angleterre, selon La Tribune. irish life & Permanent va elle aussi céder des actifs. l entité irish life Assurance (qui comprend, outre l assurance, une activité de gestion d actifs) pourrait être vendue. Certes, une ipo a été annoncée par l établissement le 31 mars, mais la porte à une cession resterait ouverte. et les ventes de ce type vont se multiplier en europe. «Dans les prochains mois, en Grèce, en Espagne, et au Portugal, des établissements privés devront alléger leurs actifs et les banques publiques verront l État se désengager partiellement ou totalement», pronostique un observateur. 42 Banque Stratégie n 291 avril 2011

7 Banque & Stratégie ABONNEMENTS 2011 Je choisis l abonnement à BANQUE & STRATÉGIE coché ci-dessous : 3 MOIS DÉCOUVERTE : 3 n os + accès online France (TTC) Étranger Quantité Total Nouveaux abonnés (offre réservée non renouvelable) 180,00 190, n 287 Décembre 2010 ISSN Mensuel - 70 euros revue-banque.fr BANQUE STRATÉGIE cahier de prospective bancaire & financière 1 AN : 11 n os + accès online France (TTC) Étranger Quantité Total Tous abonnés 655,00 685, COUPLAGE REVUE BANQUE + BANQUE & STRATÉGIE 1 AN : 22 n os + 2 suppléments + accès online France (TTC) Étranger Quantité Total Tous abonnés (offre réservée aux non abonnés) 740,00 780, TOTAL (TVA : 2,10 % incluse sur le tarif France) dossier Bâle III Les nouvelles règles passées au crible adoubées par les chefs d État du G20 à Séoul, les nouvelles exigences du Comité de Bâle durcissent significativement les contraintes en fonds propres des banques. Redéfinition du capital réglementaire, création de deux ratios de liquidité et d un autre sur l effet de levier, mise en place d un coussin dit contracyclique... Bâle III est riche de nouveaux concepts. Ce dossier les décortique. 4 Sommaire veille STRATÉGIquE 36 CommuniCation financière Les obligations légales de transparence des sociétés cotées en France sont-elles souhaitables? Jean-Christophe DuhameL, université Lille 2, LeRaDP etienne FaRvaque, université Lille 1, equippe Catherine ReFaIt-aLexanDRe, université de Franche-Comté, CReSe Dhafer SaïDane, université Lille 3, equippe En BREf 46 La vie des affaires Presse Séminaires Édition Librairie Internet Société... Nom... Prénom... Fonction... Service... Adresse... BANQUE & STRATÉGIE Le complément stratégique et prospectif de Revue Banque 70,00 le numéro Code postal/ville...pays... Code TVA (pour les pays de la CEE)... Téléphone...Télécopie... (indispensable)... En application de la loi du 6 janvier 1978, les informations ci-dessus sont indispensables au traitement de votre commande et sont communiquées aux destinataires aptes à les traiter. Elles peuvent donner lieu à l exercice du droit d accès et de rectification auprès de Revue Banque. Vous pouvez vous opposer à ce que vos nom et adresse soient cédés ultérieurement en le demandant par écrit au secrétariat général de Revue Banque. à retourner au SERVICE ABONNEMENTS REVUE BANQUE NPAI 39 rue Marcelin Berthelot DRANCY CEDEX Tél.: Fax : règlement à l ordre de La Revue Banque par chèque par carte bancaire* n Date limite de validité : / *sauf American express et Diner s Club) Le règlement sur l étranger est à joindre impérativement à la commande et doit être effectué en euros, par chèque payable en France, net de frais. Pour les virements bancaires et CCP, nous consulter. SIGNATURE BS11 Vos abonnements se poursuivent en ligne sur revue-banque.fr Feuilletage, accès illimité aux archives de Banque & Stratégie

8 Vient de paraître Premier manuel en français conforme au programme du CFA Doctrine universelle, l analyse financière est une activité sophistiquée qui contribue, au travers du diagnostic financier, à l efficience des décisions des partenaires d une firme. En qualifiant la situation financière de l entreprise en matière de performance et de risque, elle est au service des acteurs de l industrie financière qui engagent des capitaux. En privilégiant un prisme de lecture dédié à l examen de la création de valeur, elle s est financiarisée pour devenir l un des rouages essentiels du fonctionnement des marchés financiers et des marchés réels. Les normes professionnelles internationales édictées par le CFA Institute ont structuré cette discipline et son exercice : elle est passée d un genre descriptif à une véritable méthode d investigation de la création de valeur économique et actionnariale, outils et procédures normées à l appui. L ouvrage présente le cadre de l analyse financière, la lecture financière de l information comptable et les étapes et les instruments du diagnostic financier. La dernière partie est consacrée à la formulation du diagnostic et aux applications de l analyse dans l industrie financière et bancaire. Ce manuel se singularise par : une approche internationale, renvoyant aux meilleurs outils et standards mondiaux appliqués aux spécificités européennes, avec des références aux modèles pratiqués par les plus grandes banques internationales, un ancrage dans le champ financier et non pas celui de l analyse comptable des états financiers, une approche du risque cohérente avec les hypothèses et les modèles de Bâle II et Bâle III, un contenu conforme au programme du CFA. ANALYSE FINANCIÈRE APPROCHE INTERNATIONALE CFA Philippe Thomas 32 Docteur ès Sciences de Gestion, titulaire d un Master en Finance, PHILIPPE THOMAS est Professeur de Finance à ESCP Europe. Commander cet ouvrage sur Internet : revuebanquelibrairie.com

Les rendez-vous Banque Assurance

Les rendez-vous Banque Assurance Création de plateformes communes et externalisation métier : le mouvement s accélère > mardi 8 juin 2010 de 9h à 12h > auditorium de la FBF 18 rue La Fayette 75009 Paris partenaire exclusif Presse séminaires

Plus en détail

BANQUE. cahier de prospective bancaire & financière

BANQUE. cahier de prospective bancaire & financière BANQUE n 295 Septembre 2011 ISSN 0762-4077 Mensuel - 70 euros revue-banque.fr STRATÉGIE cahier de prospective bancaire & financière dossier les institutions financières internationales se réinventent Qu

Plus en détail

Matinée. Régulation de l industrie financière. Vendredi 29 juin 2012 de 8 h 30 à 12 h 30 Salons Hoche 9 avenue Hoche 75008 Paris.

Matinée. Régulation de l industrie financière. Vendredi 29 juin 2012 de 8 h 30 à 12 h 30 Salons Hoche 9 avenue Hoche 75008 Paris. séminaires Matinée Régulation de l industrie financière enjeux et perspectives Vendredi 29 juin 2012 de 8 h 30 à 12 h 30 Salons Hoche 9 avenue Hoche 75008 Paris En partenariat avec séminaires Matinée Contexte

Plus en détail

BANQUE STRATÉGIE. L Europe des paiements : cahier de prospective bancaire & financière DOSSIER

BANQUE STRATÉGIE. L Europe des paiements : cahier de prospective bancaire & financière DOSSIER BANQUE n 313 Avril 2013 ISSN 0762-4077 Mensuel - 70 euros revue-banque.fr STRATÉGIE cahier de prospective bancaire & financière DOSSIER L Europe des paiements : vers SEPA et au-delà Le 1 er février 2014

Plus en détail

BANQUE STRATÉGIE. ESCP Applied Research Papers. cahier de prospective bancaire & financière DOSSIER

BANQUE STRATÉGIE. ESCP Applied Research Papers. cahier de prospective bancaire & financière DOSSIER BANQUE n 320 Décembre 2013 ISSN 0762-4077 Mensuel - 70 euros STRATÉGIE cahier de prospective bancaire & financière DOSSIER ESCP Applied Research Papers Ce premier numéro d ESCP Applied Research Papers

Plus en détail

Rencontre Banque & Droit

Rencontre Banque & Droit AMPHITHÉÂTRE THOMSON REUTERS TRANSACTIVE BANQUE EN LIGNE : QUID DES OBLIGATIONS JURIDIQUES? > Mardi 5 novembre 2013 de 9h00 à 12h00 > Amphithéâtre Thomson Reuters Transactive 6/8 Bd Haussmann 75009 Paris

Plus en détail

Rencontre Banque & Droit

Rencontre Banque & Droit Titrisation : un outil de financement de l économie? Jeudi 5 juin 2014 de 9 h à 12 h Auditorium de la FBF 18, rue La Fayette 75009 Paris En partenariat avec En collaboration avec ASSOCIATION NATIONALE

Plus en détail

BANQUE. cahier de prospective bancaire & financière. Bâle III Les nouvelles règles passées au crible

BANQUE. cahier de prospective bancaire & financière. Bâle III Les nouvelles règles passées au crible BANQUE n 287 Décembre 2010 ISSN 0762-4077 Mensuel - 70 euros revue-banque.fr STRATÉGIE cahier de prospective bancaire & financière dossier Bâle III Les nouvelles règles passées au crible adoubées par les

Plus en détail

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Chapitre 5 Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Introduction (1/3) Dans le chapitre 4, on a étudié les aspects tactiques de la politique monétaire Comment la BC utilise les instruments

Plus en détail

COOPÉRATIVES AGRICOLES ET FINANCEMENTS SÉMINAIRES THÉMATIQUES // 13 OCTOBRE I PARIS 2 E

COOPÉRATIVES AGRICOLES ET FINANCEMENTS SÉMINAIRES THÉMATIQUES // 13 OCTOBRE I PARIS 2 E SÉMINAIRES THÉMATIQUES // COOPÉRATIVES AGRICOLES ET FINANCEMENTS Quels besoins et moyens pour financer les stratégies de croissance sur les marchés français et internationaux? 13 OCTOBRE I PARIS 2 E INTERVENANTS

Plus en détail

Fidéliser ses clients

Fidéliser ses clients Marketing stratégique Fidéliser ses clients Connaître et évaluer sa clientèle (BDD...) Optimiser le service clients CRM et e-crm : les facteurs clés Mardi 20 et mercredi 21 janvier 2009 DE L INFORMATION

Plus en détail

BANQUE STRATÉGIE. marketing bancaire. cahier de prospective bancaire & financière. dossier

BANQUE STRATÉGIE. marketing bancaire. cahier de prospective bancaire & financière. dossier BANQUE n 298 Décembre 2011 ISSN 0762-4077 Mensuel - 70 euros revue-banque.fr STRATÉGIE cahier de prospective bancaire & financière dossier marketing bancaire Internet et ses composantes ont un impact croissant

Plus en détail

Le secteur bancaire syrien, levier de reprise Réalités et Perspectives

Le secteur bancaire syrien, levier de reprise Réalités et Perspectives Le secteur bancaire syrien, levier de reprise Réalités et Perspectives Juin 2013 Agenda Facteurs de développement du secteur bancaire syrien Le secteur bancaire syrien: performance solide, mais La Syrie

Plus en détail

Comment régler vos dépenses à l étranger?

Comment régler vos dépenses à l étranger? 007 www.lesclesdelabanque.com Le site d informations pratiques sur la banque et l argent Comment régler vos dépenses à l étranger? LES MINI-GUIDES BANCAIRES FBF - 18 rue La Fayette - 75009 Paris cles@fbf.fr

Plus en détail

Signature d une charte pour améliorer l accès au crédit des EIRL avec la Fédération Bancaire Française - Bercy > mardi 31 mai 2011.

Signature d une charte pour améliorer l accès au crédit des EIRL avec la Fédération Bancaire Française - Bercy > mardi 31 mai 2011. Signature d une charte pour améliorer l accès au crédit des EIRL avec la Fédération Bancaire Française - Bercy > mardi 31 mai 2011 Dossier de presse www.economie.gouv.fr FREDERIC LEFEBVRE, SECRÉTAIRE D

Plus en détail

LA REVUE BANQUE 18, rue La Fayette. 75009 Paris

LA REVUE BANQUE 18, rue La Fayette. 75009 Paris LA REVUE BANQUE 18, rue La Fayette 75009 Paris REVUE BANQUE www.revue-banque.fr les revues REVUE BANQUE Le mensuel de la banque et de la finance. BANQUE & DROIT La pratique du droit bancaire français et

Plus en détail

Le RMB, une monnaie internationale incontournable

Le RMB, une monnaie internationale incontournable Le RMB, une monnaie internationale incontournable 12/02/2012 Bei XU Economiste & Martine GRAFF Expert Trade Finance Introduction 1. Les chiffres clés de l économie chinoise 2. L internationalisation du

Plus en détail

LE Fonds EN EUROS DE Cardif assurance vie. DONNÉES au 30 juin 2014

LE Fonds EN EUROS DE Cardif assurance vie. DONNÉES au 30 juin 2014 LE Fonds EN EUROS DE Cardif assurance vie DONNÉES au 30 juin 2014 La garantie d un groupe solide AEP - Assurance épargne Pension AEP - Assurance épargne Pension, marque commerciale de BNP Paribas Cardif,

Plus en détail

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Symposium des Gouverneurs sur le thème «Inclusion financière

Plus en détail

Le secteur bancaire après la crise. Forum financier Verviers 2010. Filip Dierckx Vice-Président du Comité de Direction

Le secteur bancaire après la crise. Forum financier Verviers 2010. Filip Dierckx Vice-Président du Comité de Direction Le secteur bancaire après la crise Forum financier Verviers 2010. Filip Dierckx Vice-Président du Comité de Direction 1 Les cinq moteurs du secteur bancaire. Le secteur bancaire s adapte. Une banque du

Plus en détail

Les formations de Morningstar Professional sont éligibles aux budgets du Droit Individuel à la Formation (DIF)

Les formations de Morningstar Professional sont éligibles aux budgets du Droit Individuel à la Formation (DIF) mercredi 3 juillet 2013 8h30 12h30 Hôtel Fouquet s Barrière - Paris Les formations de Morningstar Professional sont éligibles aux budgets du Droit Individuel à la Formation (DIF) Avec le soutien de : Gratuit

Plus en détail

PARAMETRE DE MARCHE. Rapport au 30 mars 2012. Paramètres de marché au 30 mars 2012. 1 Marchés Actions

PARAMETRE DE MARCHE. Rapport au 30 mars 2012. Paramètres de marché au 30 mars 2012. 1 Marchés Actions PARAMETRE DE MARCHE Rapport au 30 mars 2012 Paramètres de marché au 30 mars 2012 Le premier trimestre de l année 2012 a été marqué par l apaisement des tensions sur les dettes souveraines et une nette

Plus en détail

RESULTATS 2014 Swiss Life France enregistre une bonne progression de son résultat associée à une croissance soutenue

RESULTATS 2014 Swiss Life France enregistre une bonne progression de son résultat associée à une croissance soutenue Paris, le 05/03/2015 RESULTATS 2014 Swiss Life France enregistre une bonne progression de son résultat associée à une croissance soutenue Swiss Life France annonce une progression de son résultat opérationnel

Plus en détail

La dette publique japonaise : quelles perspectives?

La dette publique japonaise : quelles perspectives? La dette publique japonaise : quelles perspectives? Le Japon est le pays le plus endetté du monde avec une dette publique représentant 213% de son PIB en 2012 (contre 176% pour la Grèce). Dans ces conditions,

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire Des fiches pour mieux comprendre l'actualité économique Guerre des changes A l heure actuelle, les Banques Centrales dessinent leurs stratégies de sortie de crise. Deux grands groupes émergent : La Banque

Plus en détail

LOIS HAMON ET MACRON, ALLIANCES À L ACHAT, ATTENTES RSE

LOIS HAMON ET MACRON, ALLIANCES À L ACHAT, ATTENTES RSE SÉMINAIRES THÉMATIQUES // LOIS HAMON ET MACRON, ALLIANCES À L ACHAT, ATTENTES RSE Nouvelle donne pour les coopératives agricoles et agroalimentaires? 2 juin 2015 24 septembre 2015 paris 2 E OBJECTIFS >

Plus en détail

Communiqué 8 novembre 2012

Communiqué 8 novembre 2012 Communiqué 8 novembre 2012 Les conditions du déploiement de l Internet à très haut débit en France et en Europe Coe-Rexecode mène depuis plusieurs années un programme de recherche approfondi sur l impact

Plus en détail

Changement de moteur

Changement de moteur (CEPII) Présentation de l économie mondiale 2008 On l attendait depuis longtemps! Le déséquilibre de la croissance et les global imbalances Chaque année, commentaire du creusement continu du déficit courant

Plus en détail

Quid de la réglementation du système bancaire parallèle (SBP)? Olivier Jaudoin

Quid de la réglementation du système bancaire parallèle (SBP)? Olivier Jaudoin Quid de la réglementation du système bancaire parallèle (SBP)? Olivier Jaudoin Directeur adjoint de la stabilité financière Banque de France 23/11/2014 1 SOMMAIRE Pourquoi amender la réglementation financière?

Plus en détail

DISSERTATION. SUJET Quels sont les effets d une politique de relance face à un choc de demande négatif?

DISSERTATION. SUJET Quels sont les effets d une politique de relance face à un choc de demande négatif? DISSERTATION Il est demandé au candidat : - de répondre à la question posée par le sujet ; - de construire une argumentation à partir d'une problématique qu'il devra élaborer ; - de mobiliser des connaissances

Plus en détail

Thème 1 : La coordination des décisions économiques par l échange. Chapitre 4 : L ouverture des économies

Thème 1 : La coordination des décisions économiques par l échange. Chapitre 4 : L ouverture des économies Thème 1 : La coordination des décisions économiques par l échange Sous thème 1.2 : La dimension internationale de l échange Chapitre 4 : L ouverture des économies Problématique(s) du sous thème : Les conséquences

Plus en détail

Préambule Autodiagnostic 1) QRU - La Banque centrale est : 2) QRU - L encadrement du crédit était une technique :

Préambule Autodiagnostic 1) QRU - La Banque centrale est : 2) QRU - L encadrement du crédit était une technique : Préambule Nous vous proposons en préambule d estimer votre niveau de connaissances bancaires et financières en répondant à cet auto diagnostic. Que celui-ci vous soit prétexte à valider et à approfondir

Plus en détail

2 ème session : Stratégie des acteurs : adaptations ou profondes mutations?

2 ème session : Stratégie des acteurs : adaptations ou profondes mutations? 2 ème session : Stratégie des acteurs : adaptations ou profondes mutations? 2.1 - Mutations dans l économie mondiale Michel FOUQUIN (CEPII) «La crise économique qui touche la France et l ensemble du monde

Plus en détail

COMITÉ DES FINANCES DE LA CHAMBRE DES COMMUNES DU CANADA : ÉTUDE SUR LE CENTRE CANADIEN D ÉCHANGE DU RENMINBI

COMITÉ DES FINANCES DE LA CHAMBRE DES COMMUNES DU CANADA : ÉTUDE SUR LE CENTRE CANADIEN D ÉCHANGE DU RENMINBI COMITÉ DES FINANCES DE LA CHAMBRE DES COMMUNES DU CANADA : ÉTUDE SUR LE CENTRE CANADIEN D ÉCHANGE DU RENMINBI Introduction Mémoire de la City of London Corporation Présenté par le bureau du développement

Plus en détail

Rencontre Banque & Droit

Rencontre Banque & Droit séminaires Rencontre Banque & Droit Le stockage et l archivage électroniques dans la banque : quels enjeux? Mardi 30 septembre 2014 de 9 h à 12 h Auditorium de la FBF 18, rue La Fayette 75009 Paris En

Plus en détail

Contrat tripartite. Medicen Paris Region /Entreprise / Consultant. Action «Propriété Industrielle»

Contrat tripartite. Medicen Paris Region /Entreprise / Consultant. Action «Propriété Industrielle» Contrat tripartite Medicen Paris Region /Entreprise / Consultant Action «Propriété Industrielle» Entre les soussignés : d une part, Le pôle de compétitivité Medicen Paris Region, constitué sous la forme

Plus en détail

Rencontre Banque & Droit

Rencontre Banque & Droit SÉMINAIRES Rencontre Banque & Droit PANORAMA DE JURISPRUDENCE BANCAIRE ET FINANCIÈRE 2014-2015 Vendredi 4 décembre 2015 de 9 h à 12 h Auditorium de la FBF 18, rue La Fayette 75009 Paris En partenariat

Plus en détail

Quel marché pour l investissement socialement responsable?

Quel marché pour l investissement socialement responsable? Finance Quel marché pour l investissement socialement responsable? Jeudi 13 et vendredi 14 novembre 2008 DE L INFORMATION À LA FORMATION Cercle Républicain 5, avenue de l Opéra 75001 Paris Inscriptions

Plus en détail

2ème édition du Colloque du Conseil Scientifique de la COSOB «Le financement de la PME et la croissance» -------------------------------

2ème édition du Colloque du Conseil Scientifique de la COSOB «Le financement de la PME et la croissance» ------------------------------- 1 2ème édition du Colloque du Conseil Scientifique de la COSOB «Le financement de la PME et la croissance» ------------------------------- Alain PITHON, Secrétaire général, Paris EUROPLACE Karim ZINE-EDDINE,

Plus en détail

BALE III MAITRISER LE RISQUE DE LIQUIDITÉ

BALE III MAITRISER LE RISQUE DE LIQUIDITÉ BALE III MAITRISER LE RISQUE DE LIQUIDITÉ COMMENT AMELIORER LA LIQUIDITE DE VOS ACTIFS? «Bâle III, dispositif international de mesure, normalisation et surveillance du risque de liquidité» est paru en

Plus en détail

Perspectives économiques et boursières

Perspectives économiques et boursières Perspectives économiques et boursières Michel Lagier Chief Investment Strategist BANQUE PRIVÉE Monnaie virtuelle: franc succès, 2 milliards de dollars de Bitcoins en circulation $194 Tulipomanie Hollande

Plus en détail

Exposé sous le thème: L instabilité des taux de change

Exposé sous le thème: L instabilité des taux de change Exposé sous le thème: L instabilité des taux de change I- Introduction générale: 1 -La montée de l instabilité des taux de change. 2- L'instabilité du SMI au cours du 20 ème siècle. 1 - Illustration sur

Plus en détail

I N V I T A T I O N Cycle de formation

I N V I T A T I O N Cycle de formation I N V I T A T I O N Cycle de formation Comprendre les conditions de financement des PME post-crise De 8h30 à 14h - CGPME 75 19 rue de l Amiral d Estaing 75116 Paris OBJECTIF DU SEMINAIRE : Les PME sont

Plus en détail

Vers un système monétaire international multipolaire? Agnès Bénassy-Quéré Jécos, Lyon, 10 novembre 2011

Vers un système monétaire international multipolaire? Agnès Bénassy-Quéré Jécos, Lyon, 10 novembre 2011 Vers un système monétaire international multipolaire? Agnès Bénassy-Quéré Jécos, Lyon, 10 novembre 2011 Que reproche-t-on au SMI? Des déséquilibres importants et durables des balances de paiements Discipline

Plus en détail

FACIM 2015 - Foire Internationale de Maputo Mission de prospection - Offre d accompagnement NEXA

FACIM 2015 - Foire Internationale de Maputo Mission de prospection - Offre d accompagnement NEXA FACIM 2015 - Foire Internationale de Maputo Mission de prospection - Offre d accompagnement NEXA Le plus grand rendez-vous economique du Mozambique Du 30 Août au 6 Septembre 2015 à Maputo (mission de prospection

Plus en détail

Les États belge, français et luxembourgeois apportent un soutien fort à Dexia dans la mise en œuvre du plan de restructuration annoncé le 4 octobre

Les États belge, français et luxembourgeois apportent un soutien fort à Dexia dans la mise en œuvre du plan de restructuration annoncé le 4 octobre Information réglementée* Bruxelles, Paris, 10 octobre 2011 5h30 Les États belge, français et luxembourgeois apportent un soutien fort à Dexia dans la mise en œuvre du plan de restructuration annoncé le

Plus en détail

Appel à manifestation d intérêt

Appel à manifestation d intérêt Investissements d Avenir Développement de l Économie Numérique Appel à manifestation d intérêt Diffusion de la simulation numérique 2014 IMPORTANT ADRESSE DE PUBLICATION DE L APPEL A MANIFESTATION D INTERET

Plus en détail

Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005

Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005 Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005 Association Rhône Alpes des professionnels des Développeurs Economiques Locaux 14 rue Passet 69007 Lyon Tél. : 04

Plus en détail

Leçon 3 - Les transformations de l industrie bancaire française

Leçon 3 - Les transformations de l industrie bancaire française Leçon 3 - Les transformations de l industrie bancaire française Sommaire I - La mutation permanente du secteur bancaire français 1.1 - Le poids économique du secteur bancaire et financier 1.2 - L indispensable

Plus en détail

BANQUE STRATÉGIE. Rémunérations dans la banque : à l heure des vaches maigres. cahier de prospective bancaire & financière DOSSIER

BANQUE STRATÉGIE. Rémunérations dans la banque : à l heure des vaches maigres. cahier de prospective bancaire & financière DOSSIER BANQUE n 305 Juillet-août 2012 ISSN 0762-4077 Mensuel - 70 euros revue-banque.fr STRATÉGIE cahier de prospective bancaire & financière DOSSIER Rémunérations dans la banque : à l heure des vaches maigres

Plus en détail

Chap 6 : L ouverture des économies. I. La mesure des échanges de biens et de services

Chap 6 : L ouverture des économies. I. La mesure des échanges de biens et de services Chap 6 : L ouverture des économies L ouverture des économies a permis une forte progression des échanges internationaux, notamment depuis la Seconde Guerre mondiale, même si tous les pays et les secteurs

Plus en détail

DEMANDE DE FINANCEMENT 2014 «CIRCUITS ALIMENTAIRES REGIONAUX»

DEMANDE DE FINANCEMENT 2014 «CIRCUITS ALIMENTAIRES REGIONAUX» DEMANDE DE FINANCEMENT 2014 «CIRCUITS ALIMENTAIRES REGIONAUX» A retourner au Conseil régional de Bourgogne : Conseil Régional de Bourgogne, Direction de l Agriculture et du Développement rural, 17 boulevard

Plus en détail

Gestion des déchets de chantiers du BTP :

Gestion des déchets de chantiers du BTP : Jeudi 14 novembre 2013 9H 12H30 Cabinet Enckell Avocats 250, rue Saint Jacques 75005 Paris Gestion des déchets de chantiers du BTP : Comment maîtriser l évolution des filières et de la réglementation?

Plus en détail

ACTUALITÉ La. vie économique et sociale N 365 DÉCEMBRE 2015 ENVIRONNEMENT : CONTRAINTES OU OPPORTUNITÉS INDUSTRIELLES?

ACTUALITÉ La. vie économique et sociale N 365 DÉCEMBRE 2015 ENVIRONNEMENT : CONTRAINTES OU OPPORTUNITÉS INDUSTRIELLES? La vie économique et sociale ENVIRONNEMENT : CONTRAINTES OU OPPORTUNITÉS INDUSTRIELLES? CONJONCTURE INTERNATIONALE Faiblesse des cours des produits de base CONJONCTURE FRANÇAISE Lente reprise EMPLOI Rebond

Plus en détail

Programme détaillé BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES. Objectifs de la formation. Les métiers. Durée des études DIPLÔME D ETAT

Programme détaillé BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES. Objectifs de la formation. Les métiers. Durée des études DIPLÔME D ETAT Objectifs de la formation Le BTS Management des unités commerciales a pour perspective de vous permettre de prendre la responsabilité de tout ou partie d une unité commerciale. Une unité commerciale est

Plus en détail

Transparence et relations avec vos prestataires : Maîtriser les conditions d application

Transparence et relations avec vos prestataires : Maîtriser les conditions d application Transparence et relations avec vos prestataires : Maîtriser les conditions d application (ex : Agences de Communication, Sociétés de RP, Editeurs de presse, Cabinets d études de marché etc ) MARDI 29 SEPTEMBRE

Plus en détail

MERCI D ÉCRIRE EN LETTRES CAPITALES

MERCI D ÉCRIRE EN LETTRES CAPITALES B u l l e t i n d i n s c r i p t i o n Marketing stratégique La mesure sur Internet Les 26 et 27 novembre 2008 MERCI D ÉCRIRE EN LETTRES CAPITALES Demande d inscription Coordonnées de la personne à inscrire

Plus en détail

2.1.2. La fixation du taux de change sur le marché

2.1.2. La fixation du taux de change sur le marché 2.1.2. La fixation du taux de change sur le marché La loi de l'offre et de la demande Comme tout marché concurrentiel, le marché des changes est régi par la loi de l'offre et de la demande. Les offres

Plus en détail

Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique

Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique Instruments novateurs en matière de politique et de financement pour les pays voisins au sud et à l est de l Union européenne

Plus en détail

3 - Sélection des fournisseurs... 4. 4 Marche courante... 5. 4.1 Conditionnement Transport... 5. 4.2 Livraison... 5

3 - Sélection des fournisseurs... 4. 4 Marche courante... 5. 4.1 Conditionnement Transport... 5. 4.2 Livraison... 5 1 SOMMAIRE 1 Introduction... 3 2 Principes... 3 3 - Sélection des fournisseurs... 4 4 Marche courante... 5 4.1 Conditionnement Transport... 5 4.2 Livraison... 5 4.3 - Garantie qualité / Conformité... 5

Plus en détail

INSTITUTIONNELLES MORNINGSTAR - AF2I LYXOR AM. Les formations de Morningstar sont éligibles aux budgets du Droit Individuel à la Formation (DIF)

INSTITUTIONNELLES MORNINGSTAR - AF2I LYXOR AM. Les formations de Morningstar sont éligibles aux budgets du Droit Individuel à la Formation (DIF) Formations Mercredi 7 Octobre 2015 8h30 12h30 Hôtel Fouquet s Barrière - Paris INVITATION Les formations de Morningstar sont éligibles aux budgets du Droit Individuel à la Formation (DIF) MODULE N 3 :

Plus en détail

1. Partenaire...10.000 HT. 2. Sponsor...5.000 HT. 3. Insertion publicitaire... 3.000 HT. 4. Logo et lien sur le site WEB de la Conférence... 3.

1. Partenaire...10.000 HT. 2. Sponsor...5.000 HT. 3. Insertion publicitaire... 3.000 HT. 4. Logo et lien sur le site WEB de la Conférence... 3. Dossier SPONSOR Communiquer, Lancer un nouveau produit, Rencontrer un public privilégié et ses concurrents, Développer ses fichiers prospects et clients, Dossier Sponsor Les formules de sponsoring qui

Plus en détail

19 èmes Rencontres parlementaires sur l Épargne

19 èmes Rencontres parlementaires sur l Épargne 19 èmes Rencontres parlementaires sur l Épargne Organisées et présidées par Philippe MARINI Sénateur de l Oise Rapporteur général de la Commission des finances, du contrôle budgétaire et des comptes économiques

Plus en détail

Simplifiez votre implantation a l etranger

Simplifiez votre implantation a l etranger Vous accompagner à chaque étape de votre projet international VOUS INFORMER, NOUS CONTACTER Une expertise reconnue de l aide à l implantation dans tous les secteurs d activités Une connaissance approfondie

Plus en détail

Bercy Financements Export. Intervention de Michel SAPIN, ministre des Finances et des Comptes publics. Bercy. Mardi 17 mars 2015

Bercy Financements Export. Intervention de Michel SAPIN, ministre des Finances et des Comptes publics. Bercy. Mardi 17 mars 2015 MICHEL SAPIN MINISTRE DES FINANCES ET DES COMPTES PUBLICS Bercy Financements Export Intervention de Michel SAPIN, ministre des Finances et des Comptes publics Bercy Mardi 17 mars 2015 Contact presse :

Plus en détail

WS32 Institutions du secteur financier

WS32 Institutions du secteur financier WS32 Institutions du secteur financier Session 1 La vision chinoise Modernisation du système financier chinois : fusion de différentes activités bancaires et financières, accès des ménages au marché des

Plus en détail

La nouvelle Bourse régionale, fière de faire grandir les PME, annonce sa 1 ère cotation

La nouvelle Bourse régionale, fière de faire grandir les PME, annonce sa 1 ère cotation La nouvelle Bourse régionale, fière de faire grandir les PME, annonce sa 1 ère cotation DOSSIER DE PRESSE Mercredi 2 juillet 2014 Contact presse : Thibaud Etienne 04 72 40 58 39 etienne@lyon.cci.fr SOMMAIRE

Plus en détail

Résultats annuels 2010

Résultats annuels 2010 Résultats annuels 2010 Une année charnière marquée par le succès de l offre bancaire * Plus value de dilution et dépréciation de goodwill 2009 / 2010 Croissance du produit net bancaire (PNB) : +2,0 % à

Plus en détail

ET AMÉLIORER LA SITUATION FINANCIÈRE DE L ENTREPRISE

ET AMÉLIORER LA SITUATION FINANCIÈRE DE L ENTREPRISE DAMIEN PÉAN ET AMÉLIORER LA SITUATION FINANCIÈRE DE L ENTREPRISE LES GUIDES PRATIQUES GESTION - COMPTABILITÉ - FINANCE Comprendre les comptes annuels et améliorer la situation financière de l entreprise

Plus en détail

Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar?

Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar? 7 mars 8- N 98 Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar? Beaucoup d observateurs avancent l idée suivante : la hausse du prix du pétrole est une conséquence du

Plus en détail

Les Ateliers de l Epargne, une nouvelle approche financière, originale et pertinente.

Les Ateliers de l Epargne, une nouvelle approche financière, originale et pertinente. DOSSIER DE PRESSE Georges BILLAND Lieu dit Bouharée 35 230 ORGERES Tél : 02 99 83 46 77 Rennes, le 25 Mars 2011 Port : 06 29 23 08 32 Email : georges.billand@hotmail.fr En résumé : Les Ateliers de l Epargne,

Plus en détail

QU EST-CE QUE LE FOREX?

QU EST-CE QUE LE FOREX? Chapitre 1 QU EST-CE QUE LE FOREX? 1. INTRODUCTION Forex est la contraction de foreign exchange qui signifie «marché des changes». C est le plus grand marché du monde. Le volume journalier moyen des transactions

Plus en détail

Vers quel système monétaire international?

Vers quel système monétaire international? Colloque International de la Banque de France Paris, le 4 mars 2011 Jacques de Larosière Vers quel système monétaire international? J axerai mes propos sur trois thèmes : 1. Quelles ont été - historiquement

Plus en détail

Atelier sur l investissement des migrants en milieu rural au Sénégal

Atelier sur l investissement des migrants en milieu rural au Sénégal Atelier sur l investissement des migrants en milieu rural au Sénégal Session plénière : Séance introductive De l'importance de l'investissement productif des migrants en milieu rural Stéphane Gallet (Ministère

Plus en détail

HSBC France Résultats 2010 Conférence de Presse

HSBC France Résultats 2010 Conférence de Presse HSBC France Résultats 2010 Conférence de Presse Avertissement Cette présentation et les commentaires qui l accompagnent peuvent contenir des déclarations prospectives relatives à la situation financière,

Plus en détail

Plan Stratégique Groupe BPCE 2014-2017

Plan Stratégique Groupe BPCE 2014-2017 Paris, le 13 novembre 2013 Plan Stratégique Groupe BPCE 2014-2017 Pour toute information complémentaire, consultez la présentation complète disponible sur le site internet du Groupe BPCE : www.bpce.fr

Plus en détail

Compétitivité des entreprises françaises

Compétitivité des entreprises françaises Compétitivité des entreprises françaises La compétitivité dépend en premier lieu de l évolution des coûts unitaires de production et des prix relatifs des biens exposés à la concurrence internationale.

Plus en détail

LE FONDS MONETAIRE INTERNATIONAL

LE FONDS MONETAIRE INTERNATIONAL LE FONDS MONETAIRE INTERNATIONAL BIBLIOGRAPHIE Lenain P., 2002, Le FMI, Repères, La découverte. (code LEA 332.15 LEN) SITE INTERNET : www.imf.org I LE FMI, INSTITUTION CENTRALE DU NOUVEL ORDRE MONETAIRE

Plus en détail

Le crédit investment grade : les opportunités d investissement dans le contexte de marché actuel

Le crédit investment grade : les opportunités d investissement dans le contexte de marché actuel Obligations Le crédit investment grade : les opportunités d investissement dans le contexte de marché actuel AUTEUR : LAETITIA TALAVERA-DAUSSE Tout au long de l année en Europe, plusieurs événements ont

Plus en détail

Banque et Assurance Les Echos 7 ème conférence annuelle 13 Avril 2012. Economie Finance et Stratégie

Banque et Assurance Les Echos 7 ème conférence annuelle 13 Avril 2012. Economie Finance et Stratégie Banque et Assurance Les Echos 7 ème conférence annuelle 13 Avril 2012 I. Les changements règlementaires 1. Les changements règlementaires concernent non seulement les banques mais aussi l ensemble du système

Plus en détail

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Intervention de Mohammed Laksaci Gouverneur de la Banque d Algérie 21 e Conférence des Gouverneurs

Plus en détail

ADHESION 2015 AU RÉSEAU CEFI-ECOLES

ADHESION 2015 AU RÉSEAU CEFI-ECOLES CEFI, Centre d Etudes sur les Formations et l Emploi des Ingénieurs 7 rue Lamennais 75008 PARIS Tél : 01 42 89 15 73 Fax : 01 42 56 04 05 ADHESION 2015 AU RÉSEAU CEFI-ECOLES En adhérant au réseau CEFI-

Plus en détail

RENCONTRES ACHETEURS Mission Luxe Liban Beyrouth 21 22 février 2012

RENCONTRES ACHETEURS Mission Luxe Liban Beyrouth 21 22 février 2012 RENCONTRES ACHETEURS Mission Luxe Liban Beyrouth 21 22 février 2012 Après le succès rencontré par l opération Luxe en 2011, la Mission Economique de Beyrouth Ubifrance, vous propose de découvrir ou redécouvrir

Plus en détail

Investir dans des projets d entreprises à travers un mandat de gestion

Investir dans des projets d entreprises à travers un mandat de gestion OFFRE ISF 2013 Investir dans des projets d entreprises à travers un mandat de gestion D 123Club PME 2013 UN INVESTISSEMENT PERMETTANT DE BéNEFICIER DE 50% DE RéDUCTION D ISF JUSQU à 45 000 (cf. risques

Plus en détail

ACTIVITE DU MEDIATEUR Compte-rendu annuel 2013. Michelle de Mourgues Date: Mars 2014 PUBLIC

ACTIVITE DU MEDIATEUR Compte-rendu annuel 2013. Michelle de Mourgues Date: Mars 2014 PUBLIC ACTIVITE DU MEDIATEUR Compte-rendu annuel 2013 Michelle de Mourgues Date: Mars 2014 PUBLIC Michelle de Mourgues Médiateur auprès de HSBC France nommée le 14 décembre 2002 Professeur émérite des Universités

Plus en détail

Dossier de Presse INSEAD OEE Data Services. Jeudi 27 Janvier 2011

Dossier de Presse INSEAD OEE Data Services. Jeudi 27 Janvier 2011 Dossier de Presse INSEAD OEE Data Services Jeudi 27 Janvier 2011 Prélude en économie. De nombreuses initiatives associant entreprises et institutions académiques ont été déficit persistant d Celleci comparable

Plus en détail

SIGNAL ETIQ, c est depuis plus de 7 ans

SIGNAL ETIQ, c est depuis plus de 7 ans SIGNAL ETIQ, c est depuis plus de 7 ans Le Seul Mensuel spécialiste du secteur Chaque mois, toute l actualité du marché et de la vie professionnelle, une analyse des grands événements, une rubrique Veille

Plus en détail

Thème 2 : la monnaie et les banques : le carburant de notre économie

Thème 2 : la monnaie et les banques : le carburant de notre économie Thème 2 : la monnaie et les banques : le carburant de notre économie L activité économique repose sur trois rouages : Monnaie besoins production répartition consommation Échanges Marché 2 «La monnaie n

Plus en détail

Participez à INTERTEXTILE, le plus grand salon textile en CHINE!

Participez à INTERTEXTILE, le plus grand salon textile en CHINE! Pavillon France Salon INTERTEXTILE SHANGHAI CHINE Shanghai Du 13 au 15 octobre 2015 Participez à INTERTEXTILE, le plus grand salon textile en CHINE! VOUS ÊTES... Un professionnel de l industrie textile

Plus en détail

Marchés publics, pratiques abusives et discriminantes : Comment contester?

Marchés publics, pratiques abusives et discriminantes : Comment contester? Marchés publics, pratiques abusives et discriminantes : Comment contester? MARDI 17 NOVEMBRE 2015 PARIS, IBIS STYLES INTERVENANT : Raphaël Apelbaum Avocat associé, Départements Droits public des affaires

Plus en détail

LA GOUVERNANCE ÉCONOMIQUE MONDIALE DEPUIS 1944

LA GOUVERNANCE ÉCONOMIQUE MONDIALE DEPUIS 1944 RÉVISIONS DES ÉPREUVES DU BACCALAURÉAT Histoire LA GOUVERNANCE ÉCONOMIQUE MONDIALE DEPUIS 1944 HISTOIRE La gouvernance économique mondiale depuis 1944 LEAGUE OF NATIONS 1919 : création de la Société des

Plus en détail

et la Porte d entrée vers l Afrique

et la Porte d entrée vers l Afrique Le Club et la Porte d entrée vers l Afrique Business In Africa Rejoignez le réseau «Business In Africa» pour s investir et investir en Afrique. Africa Business Solutions, en partenariat avec Africa SMB,

Plus en détail

CONFÉRENCE ARRÊTÉ DES COMPTES

CONFÉRENCE ARRÊTÉ DES COMPTES CONFÉRENCE ARRÊTÉ DES COMPTES BANQUES & ASSURANCES PAVILLON GABRIEL - PARIS CONFÉRENCE ARRÊTÉ DES COMPTES BANQUES & ASSURANCES Votre rendez-vous incontournable pour décrypter, en une seule journée, l essentiel

Plus en détail

Le PARI de l International Du projet à la mise en place d une démarche optimisée

Le PARI de l International Du projet à la mise en place d une démarche optimisée Le PARI de l International Du projet à la mise en place d une démarche optimisée Atelier ATLANPOLE 9 avril 2013 Florence CROSSAY Conseiller International - Responsable de Pôle Conseil CCI International

Plus en détail

ÉNONCÉ DE POLITIQUE DE PLACEMENT. septembre 2006

ÉNONCÉ DE POLITIQUE DE PLACEMENT. septembre 2006 ÉNONCÉ DE POLITIQUE DE PLACEMENT septembre 2006 1 Énoncé de politique de placement (septembre 2006) 1. Objet de la politique Le présent document énonce la politique, approuvée par le ministre des Finances

Plus en détail

CONTRAT D ADHÉSION. FAC FOR PRO PARIS Tous droits réservés

CONTRAT D ADHÉSION. FAC FOR PRO PARIS Tous droits réservés CONTRAT D ADHÉSION CONTRAT ENTRE FAC FOR PRO PARIS ET L ÉTUDIANT Article 1. Dispositions générales Le présent contrat, ci-après dénommé «le contrat» constitue l accord régissant pendant sa durée, les relations

Plus en détail

P r o t e c t i o n s o c i a l e & A c t u a r i a t. Plus qu une protection sociale complémentaire : notre engagement

P r o t e c t i o n s o c i a l e & A c t u a r i a t. Plus qu une protection sociale complémentaire : notre engagement P r o t e c t i o n s o c i a l e & A c t u a r i a t Plus qu une protection sociale complémentaire : notre engagement L es entreprises opèrent aujourd hui dans un environnement mondialisé et compétitif

Plus en détail

Finances Sans Frontières (F.S.F.)

Finances Sans Frontières (F.S.F.) Lomé, le 29 février 2012. Objet : Séminaire «La Finance Islamique» Madame, Monsieur, J ai le plaisir de vous informer que se tiendra à, du 3 au 5 avril 2012 notre séminaire consacré à. Ce séminaire sera

Plus en détail

Solution Citi pour les comptes de paiement internationaux (IPA) Activé pour la globalisation

Solution Citi pour les comptes de paiement internationaux (IPA) Activé pour la globalisation Solution Citi pour les comptes de paiement internationaux (IPA) Activé pour la globalisation Pour les sociétés multinationales qui opèrent dans différents marchés du monde, il est essentiel de pouvoir

Plus en détail

CODE DES RELATIONS BANQUES TPE/PME

CODE DES RELATIONS BANQUES TPE/PME CODE DES RELATIONS BANQUES TPE/PME MAI 2006 LES ARTICLES > ARTICLE 1 ER périmètre et objectifs page 2 > ARTICLE 2 soutien de l esprit d entreprise en favorisant la création ou la reprise d entreprises

Plus en détail