BANQUE STRATÉGIE. ESCP Europe Applied Research Papers. cahier de prospective bancaire & financière

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "BANQUE STRATÉGIE. ESCP Europe Applied Research Papers. cahier de prospective bancaire & financière"

Transcription

1 BANQUE n 331 Décembre 2014 ISSN Mensuel - 70 euros STRATÉGIE cahier de prospective bancaire & financière ESCP Europe Applied Research Papers Ce troisième opus des ESCP Europe Applied Research Papers réunit les travaux récents des professeurs de l École et de ses étudiants. À découvrir notamment dans ce numéro, leurs réflexions sur le calcul du coût du capital, l estimation du risque de crédit dans une obligation convertible, l apport des fonds newscits, ainsi que les modalités financières d une reprise d entreprise sous forme de Scop. 4 Sommaire En partenariat avec

2

3 ESCP EUROPE APPLIED RESEARCH PAPERS PHILIPPE THOMAS Professeur de finance ESCP Europe Ce troisième numéro spécial ESCP Europe Applied Research Papers de la revue Banque et Stratégie présente à nouveau des travaux de recherche appliquée des professeurs de l école et d élèves en finance et en économie. Les articles, variés, s inscrivent dans une perspective assez large, couvrant aussi bien le domaine du corporate finance, que de la finance de marché et de la banque. Corporate finance Deux articles se situent dans ce champ. Une des questions essentielles posées aux financiers est celle de la mesure du coût du capital, paramètre fondamental mesurant le coût des ressources financières pour une entreprise. Frank Bancel souligne que ce concept, parfaitement maîtrisé au plan conceptuel et théorique, pose une série de difficultés pour sa réalisation pratique. L auteur suggère un ensemble de pistes pour y remédier et rendre plus aisé son calcul. Dans de nombreuses situations, la transmission de l entreprise aux salariés est souvent envisagée, qu il s agisse de la cession d une entreprise familiale ou d une sortie de LBO. L ingénierie financière est souvent confrontée au problème du choix de la structure de reprise. Lucie Martin explore la solution de la création d une société coopérative (Scop), mise en avant par la récente loi sur l économie sociale et solidaire. En pratique, cette solution se heurte à des contraintes financières que les outils actuels ne permettent pas de résoudre. Finance de marché Antoine Azar consacre un article à un domaine peu connu : les métaux stratégiques. Moins considérés que le cuivre ou le nickel, ces métaux entrent dans la production de nombreux objets au cœur du nouveau tissu économique mondial. Face à une demande structurellement croissante, provenant largement des pays émergents, leur prix et la contrainte d approvisionnement font de certains métaux des actifs particulièrement stratégiques. Sur les marchés de dettes, donner un prix au risque de crédit s avère très difficile en l absence de CDS ou d obligations classiques. Nicolas Singer investigue les informations de pricing que l on peut extraire des obligations convertibles, produit hybride sensible aux variations du sous-jacent action, mais dans une enveloppe obligataire. Cécile Kharoubi-Rakotomalala consacre un article aux newcits apparus après la crise. Ces produits ont connu un certain succès. Ils se proposent de répliquer les stratégies alternatives des hedge funds. La comparaison entre les deux types d investissement est relativement difficile, surtout en ce qui concerne leurs profils de performance. Banque Dans le domaine des paiements, de nombreux nouveaux acteurs sont apparus venant perturber le marché bancaire, en particulier le modèle économique des banques universelles. Si l on a pu craindre des conséquences assez profondes pour celles-ci, Michel Ruimy et Christopher Dembik montrent que les établissements historiques disposent d atouts et d avantages stratégiques qu ils pourront exploiter pour répondre au nouveau paradigme du marché. Comme on le voit dans ce sommaire riche et éclectique, les travaux de recherche menés à ESCP Europe se veulent proches des préoccupations concrètes de l industrie financière et visent à la fois à apporter des solutions pratiques à des questions techniques et à contribuer aux débats de fond concernant les grands sujets actuels, faisant un pont entre les communautés académiques et professionnelles. n Banque & Stratégie n 331 décembre

4 Sommaire ESCP EUROPE APPLIED RESEARCH PAPERS 5 Finance d entreprise Estimer le coût du capital : les principaux enjeux théoriques et pratiques Franck Bancel, ESCP Europe 10 Économie sociale et solidaire Transmission d entreprise aux salariés par reprise sous forme de Scop : perspectives et enjeux Lucie Martin, ESCP Europe 17 Marchés Se positionner sur le supercycle des matières premières : les métaux stratégiques Antoine Azar, Edelvest 25 Finance de marché Le risque de crédit dans le prix des obligations convertibles Nicolas Singer, ESCP Europe 32 Gestion alternative Hedge funds vs newcits : peut-on vraiment les comparer? Cécile Kharoubi-Rakotomalala, ESCP Europe 35 Stratégie Le business model actuel des banques est-il amené à disparaître? Michel Ruimy, ESCP Europe Christopher Dembik, Saxo Banque & BANQUE STRATÉGIE 18, rue La Fayette Paris Fax : La reproduction totale ou partielle des articles publiés dans Banque & Stratégie, sans accord écrit de la société Revue Banque SARL, est interdite conformément à la loi du 11 mars 1957 sur la propriété littéraire et artistique. Directeur de la publication : Valérie Ohannessian Secrétaire général : Pierre Coustols Rédacteur en chef : Élisabeth Coulomb Rédacteurs : Sophie Gauvent (54 02) ; Séverine Leboucher (54 15) ; Annick Masounave (54 14). Secrétariat de rédaction : 1 er SR, Alain de Seze (54 17) ; Christine Hauvette (54 10). Maquette : 1 er maquettiste, Emmanuel Gonzalez (54 12) ; Alexandra Démétriadis (54 18) Directrice marketing et commercial : Valérie Dumas-Paoli (54 19) Publicité : Isabelle Conroux (54 20) Conception graphique : Rampazzo & Associés Pour nous contacter, devant chaque numéro, ajouter l indicatif SERVICE ABONNEMENTS : REVUE BANQUE Gladys Hypolite, 18 rue La Fayette Paris Tél. : 33(0) Fax : 33(0) ISSN /CPPAP 0616 I Imprimé à Pulnoy (54) par SPEI - Dépôt légal 4 e trimestre Banque & Stratégie 4 Banque & Stratégie n 331 décembre 2014

5 Nouveauté Nouvelle édition, enrichie et détaillée Le modèle Corporate Finance dessine un cadre théorique et pratique pour l analyse financière des entreprises, indépendamment de leur mode de contrôle et de leur structure. La finance d entreprise est une mécanique de création de valeur, au sens large, par l ensemble des parties prenantes : valeur économique (opérationnelle) et «transformation» en valeur actionnariale. Adopté par tous les «financiers» : investisseurs, évaluateurs, analystes, créanciers financiers, managers, régulateurs ce modèle universel est le référentiel fondé sur un raisonnement en termes d investissement et d allocation du capital financier. Par son approche internationale, et à partir d exemples, ce manuel permet de comprendre la logique financière centrale de la valeur, sa mesure et les moyens de sa réalisation par les entreprises pour les investisseurs. Composé de 5 chapitres, son plan suit un enchaînement progressif des principes et concepts sur la création de valeur et le Corporate Finance, version contemporaine de la gestion financière des entreprises : l entreprise : l investissement des actionnaires ; l approche empirique de la création de valeur ; la création de valeur par la gestion des capitaux employés ; la création de valeur par la gestion des capitaux investis ; généralisation du modèle Corporate Finance. Ouvrage de référence à vocation pratique, ce Master s inscrit dans la doctrine définie pour le CFA (Chartered Financial Analyst) Program, dont il couvre une partie du programme Corporate Finance. PRINCIPES DE FINANCE D ENTREPRISE Corporate Finance Création de valeur Philippe THOMAS Collection MASTER Finance 224 pages 30 TTC Docteur ès Sciences de Gestion (spécialité Finance), titulaire d un Master en Finance, Philippe Thomas est Professeur de Finance à ESCP Europe. Il y enseigne les disciplines Corporate Finance (analyse et évaluation financières, fusions-acquisitions, ingénierie financière). Il est directeur scientifique du MS Finance ESCP Europe à Paris et à Londres et directeur académique du MSc Finance & Banking de l École Supérieure des Affaires à Beyrouth. Il exerce également des fonctions de consultant dans le domaine des fusions-acquisitions et du Private Equity. Philippe Thomas a occupé différents postes dans le secteur financier, puis dans le groupe Reuters. Commandes, informations, catalogue : contact :

6 SÉMINAIRES Atelier Vendredi 30 janvier h30-12h30 MONÉTIQUE, SERVICES DE PAIEMENT ET E-COMMERCE : LES OPPORTUNITÉS DE DEMAIN 8h00 8h30 Accueil des participants et petit-déjeuner Introduction et animation de la séance Hubert de VAUPLANE, associé, Kramer Levin Naftalis & Frankel LLP Bernard RAME, directeur Business Line Paiements et Cartes, Sopra Banking Software. Points d attention sur les évolutions réglementaires européennes DME 2 et proposition de DSP 2 : où en est-on? Pierre STORRER, Counsel, Kramer Levin Naftalis & Frankel LLP Pierre-Grégoire MARLY, professeur agrégé des Facultés de droit, Doyen de la Faculté du Mans et Médiateur de l AFEPAME Les avancées techniques : les standards EPAS et le projet OSCAR Frédéric MAZURIER, directeur administratif et financier, Carrefour Banque Europe, EPAS, sécurité et omnicanal : les clés pour repenser la monétique? Arnaud CROUZET, directeur du développement monétique, Groupe Auchan La dynamique du marché des services de paiement : les enjeux à l échelle européenne Frédéric HERVO, directeur des systèmes de paiement et infrastructures de marchés, Banque de France Le point de vue du superviseur national sur la réglementation des plates-formes Les effets de la mise en conformité des marketplaces La régulation des plates-formes de crowdfunding La question des monnaies virtuelles Fabrice PESIN, secrétaire général, ACPR État des lieux des principales préoccupations du marché de l e-commerce et des services en ligne Marc LOLIVIER, délégué général adjoint, FEVAD Quels changements aujourd hui et demain pour les commerçants et pour les banques? Services de paiement et monnaie électronique : quel nouveau business model? Le développement des paiements en bitcoins par certains PSP : quels impacts? Sécuriser les paiements : Comment se prémunir des risques de fraude? Quels sont les impacts juridiques en termes de protection pour les consommateurs? Jean-Luc DUBOIS, directeur des flux et moyens de paiements, Crédit Mutuel Arkéa Gonzague GRANDVAL, président fondateur, Paymium PingKi HOUANG, COO, Showroomprive.com Michel TAOUI, responsable financier, La Redoute Lieu Auditorium de la FBF 18, rue La fayette Paris Tarifs Inscription sur Tarif : 480 euros TTC Contact Magali Marchal Tél.: Pour plus d infos 12h30 Clôture de la séance En collaboration avec En partenariat avec En partenariat avec

7 Finance d entreprise Estimer le coût du capital : les principaux enjeux théoriques et pratiques FRANCK BANCEL Professeur ESCP Europe * Cet article est issu de l ouvrage de Franck Bancel, Le Coût du capital : théories, pratiques et mesures, RB Édition, Indispensable dans le cadre de l évaluation d un projet d investissement ou dans la mesure de la performance passée d une entreprise, le coût moyen pondéré du capital doit être calculé le plus fidèlement possible. Si la théorie est bien connue, l application pratique du calcul soulève toutefois des difficultés. L e coût moyen pondéré du capital (CMPC) 1 est un concept majeur de la finance d entreprise. Défini comme la moyenne du coût des différentes sources de financement de l entreprise pondérée par leur valeur de marché dans le pool de ressources, il permet d actualiser les flux de trésorerie futurs générés par un projet et de mesurer la valeur créée. Sur un plan théorique, le coût du capital est un concept parfaitement défini. Depuis les travaux de Modigliani et Miller et le développement de la théorie du risque dans les années 1950 et 60, la finance d entreprise a élaboré un cadre conceptuel qui demeure toujours d actualité pour «penser» et mesurer le coût du capital. Les manuels de finance proposent aujourd hui une vision largement homogène et standardisée de ce concept qui n est plus un objet de recherche majeur. En revanche, sur le plan des pratiques, les enquêtes menées auprès des professionnels et des entreprises montrent une très grande diversité 1. En anglais, Weighted Average Cost of Capital (WACC) des approches dans le déploiement opérationnel du concept (Bancel et Mittoo, 2013). Il n existe pas de définition acceptée par tous sur la manière d estimer les différentes composantes du coût du capital que sont le bêta, la prime de risque de marché, le levier financier, etc. Le passage des concepts à la mesure n est donc pas une question anodine. Les praticiens rencontrent dans les pratiques de nombreux problèmes liés à l application du concept dans des domaines où les hypothèses théoriques ne sont que partiellement validées. L objet de cet article est de présenter les principaux concepts théoriques qui soustendent la notion de coût du capital. Nous exposons ensuite les principaux écueils rencontrés par les praticiens dans le déploiement du concept. LE CADRE THÉORIQUE Dans sa définition usuelle, le coût du capital s exprime de la manière suivante : CMPC = k e V e V e + V d + k d V d V e + V d Où k e : coût des fonds propres k d : coût de la dette V e : valeur de marché des fonds propres V d : valeur de marché de la dette. Sur un plan théorique, deux questions majeures se posent : a) comment estimer les différents paramètres constituant le coût du capital que sont le coût des fonds propres (k e ), le coût de la dette (k d ) et le levier financier (V d /V e )? b) comment les différents composants du coût du capital (ke, kd et Vd/ Ve) interagissent? À la suite des travaux de Markowitz, le Modèle d équilibre des actifs financiers (MEDAF) développé dans les années soixante, a proposé un cadre d analyse permettant d évaluer le taux de rentabilité exigé par les apporteurs de ressources financières qui est également par effet miroir, le coût des ressources de l entreprise. La relation entre les différents composants du coût de capital a été analysée par Modigliani et Miller (et leurs successeurs). Nous présentons ci-dessous les principaux apports de ces différents travaux de recherche. Le Modèle d équilibre des actifs financiers (MEDAF) Dans les années 1950 et 60, Makowitz (1959) et Sharpe (1964) ont montré que le risque d un actif financier se décompose en deux parties. La première est liée au risque du marché financier dans son ensemble. Il s agit du risque systématique (ou risque non diversifiable) ; la deuxième est propre à chaque actif. Il s agit alors du risque Banque & Stratégie n 331 décembre

8 ESCP EUROPE APPLIED RESEARCH PAPERS 3 spécifique (ou risque diversifiable). La théorie financière classique a montré qu il est possible en diversifiant ses investissements d éliminer le risque spécifique. Dans ce contexte, seul le risque systématique doit être rémunéré. La rentabilité espérée pour détenir n importe un actif «i» se définit alors de la manière suivante : E(R i ) = R f + b(e(r m ) R f ) Où E(R i ) est le taux de rentabilité espéré pour détenir un actif β est le coefficient bêta qui mesure le risque systématique (b = Cov (R i, R m )/Var R m ) (E(R m ) R f ) est la prime de risque de marché, c est-à-dire l excédent de rentabilité du portefeuille de marché [E(R m )] par rapport au taux sans risque (R f ) 2. Dans le modèle, le coefficient bêta joue un rôle majeur car il mesure le risque systématique. Le coefficient bêta dépend des caractéristiques de l entreprise (ou du projet) considérée. Par exemple, le bêta d une action d une entreprise opérant dans un secteur risqué (biotechnologies, banques d investissement, etc.) sera a priori supérieur à un. En revanche, des actions d entreprises très dépendantes de la conjoncture (bâtiment, «utilities», etc.) auront des bêtas proches de 1. D autres facteurs impactent le bêta. Les actions des entreprises dont le point mort est élevé ou pour lesquelles la croissance attendue est significative, auront un bêta plus élevé parce que leurs résultats sont très sensibles à la conjoncture. L endettement va également conduire à l accroissement du bêta des actions d une entreprise. En l absence d impôt et de dette risquée, on peut exprimer la relation entre le bêta de la firme désendettée (ou bêta économique (β a )) et le bêta des actions ou bêta des capitaux propres (β e ) de la manière suivante : b e = b a (1 + V d / V e ) Où b e est le bêta des capitaux propres b a est le bêta économique V d est la valeur de marché de la dette de l entreprise 2. Nous présentons plus loin certaines difficultés concernant l évaluation de ces paramètres. V e est la valeur de marché des capitaux propres de l entreprise. Modigliani et Miller Modigliani et Miller ont proposé en 1958, dans un des plus célèbres articles de la théorie financière, un raisonnement fondé sur deux hypothèses majeures : un monde sans impôt et sans dette risquée (l entreprise peut s endetter au taux sans risque quel que soit son niveau d endettement). Si ces deux hypothèses sont respectées, Modigliani et Miller montrent que le coût moyen pondéré du capital est stable quelle que soit la structure financière. Il n est alors pas possible de diminuer le coût du financement en modifiant le levier financier. La valeur de l entreprise est ainsi indépendante de son financement. L idée de Modigliani et Miller est la suivante. L augmentation du taux de rentabilité exigé par les actionnaires liée à l accroissement du levier compense parfaitement le recours à une source de financement moins coûteuse, en l occurrence, la dette. La démonstration de Modigliani et Miller est très importante, car elle permet également de ne considérer qu un seul coût du capital pour actualiser des cash-flows générés à des temps différents. Les variations de leviers financiers n ont en effet aucune influence sur la valeur. En 1963, dans un nouvel article, Modigliani et Miller reprennent leur démonstration en modifiant une seule hypothèse. L impôt sur les sociétés n est plus nul. Les frais financiers étant déductibles du résultat, des économies d impôt deviennent possibles et les actionnaires vont en bénéficier. La valeur de l entreprise s accroît avec l endettement, qui permet de générer des économies d impôts. Cependant, augmenter l endettement accroît le risque pour les actionnaires mais également pour les créanciers. Avec l augmentation de l endettement, la dette devient risquée et le taux de rentabilité exigé par les créanciers augmente. À partir d un certain niveau de levier financier, la montée du risque va engendrer des coûts supplémentaires que la littérature financière intègre généralement sous le nom de «coûts de faillite». Il s agit des coûts directs et indirects liés, par exemple, à des pertes d activités, de confiance avec les partenaires, de cessions d actifs à prix «bradés», etc. Une structure financière optimale va ainsi émerger. Une autre manière de dire les choses est de considérer que le coût du capital demeure stable dans une fourchette de valeurs de leviers financiers relativement importante. L approche de Modigliani et Miller demeure largement valide même en présence d impôt et de dette risquée. TROIS MÉTHODES POUR MESURER LE COÛT MOYEN PONDÉRÉ DU CAPITAL Plusieurs méthodes sont disponibles pour mesurer le coût moyen pondéré du capital. Nous présentons ci-dessous les trois principales. La méthode indirecte La méthode indirecte est probablement la méthode la plus utilisée par les praticiens. Elle consiste simplement à définir la moyenne pondérée du coût des fonds propres (k e ) et de la dette (k d ) par leur valeur de marché (V d et V e ), comme nous l avons expliqué précédemment. La méthode directe La méthode directe consiste à déterminer le coût moyen pondéré du capital en appliquant le MEDAF. Par opposition à l approche précédente, il s agit de définir «directement» le taux de rentabilité exigé pour investir dans un projet en appréhendant le coefficient bêta du projet (ou bêta de l actif estimé dans la pratique comme le bêta des capitaux propres à dette nulle). L approche actuarielle Dans cette approche, le coût moyen pondéré du capital est égal au taux actuariel qui égalise la valeur actuelle des flux de trésorerie d exploitation futurs (ou Free Cash-Flow to the Firm FCFF) et la valeur de la firme (FV) 3 (voir équation ci-dessous). t = T FV = V e + V d = t = 1 FCFF t (1 + CMPC) t 3. La valeur de la firme est estimée en sommant la valeur de marché des fonds propres (Ve) mesurée par la capitalisation boursière et la valeur de la dette financière nette des actifs de trésorerie (Vd). 6 Banque & Stratégie n 331 décembre 2014

9 AQR ET STRESS TESTS : QUELLES CONSÉQUENCES? QUELLES PERSPECTIVES? Président de séance : Marie-Hélène FORTÉSA, directeur associé, EY Quels enseignements tirer de la mise en œuvre des AQR en 2014? Frédéric VISNOVSKY, secrétaire général adjoint, ACPR Mardi 20 janvier 2015 de 18 h 00 à 20 h 00 Inscription sur Retour d expérience d un cabinet d audit et de conseil, impliqué auprès des banques et des régulateurs dans l exercice AQR à l échelle européenne Luc VALVERDE, responsable du secteur banque et marchés de capitaux, associé, EY Quels enseignements tirer de la mise place du comprehensive assessment et de la supervision unique : le point de vue des banques Arnaud JACQUEMIN, directeur délégué des risques du Groupe, Société Générale QUELLES PERSPECTIVES SUR L ENTRÉE EN VIGUEUR DE LA DIRECTIVE REDRESSEMENT ET RÉSOLUTION? Mardi 10 février 2015 de 18 h 00 à 20 h 00 Président de séance : Marie-Hélène FORTÉSA, directeur associé, EY Évolutions réglementaires et institutionnelles induites par l entrée en vigueur des textes européens, BRRD et SRM Dominique LABOUREIX, directeur général adjoint en charge de la Direction de la Résolution, ACPR Inscription sur Le renflouement interne : outil demain pour la résolution ou contrainte aujourd hui sur l organisation des banques? Arnaud SANTOIRE, directeur redressement et résolution, BPCE La directive Redressement et Résolution s intègre-t-elle dans le contexte réglementaire international? Mark VENUS, Head of RRP - Group Prudential Affairs, BNP Paribas Partenaire officiel Lieu Auditorium de la FBF 18, rue La Fayette Paris Contact Magali Marchal Tél. : Fax :

10 ISSN Mensuel - 70 euros Banque & Stratégie ABONNEMENTS 2014 Je choisis l abonnement à BANQUE & STRATÉGIE coché ci-dessous : DÉCOUVERTE 1 MOIS: 1 n o + accès online France (TTC) Étranger Quantité Total Nouveaux abonnés (offre réservée non renouvelable) 70,00 75, AN : 11 n os + accès online France (TTC) Étranger Quantité Total Tous abonnés 655,00 685, COUPLAGE REVUE BANQUE + BANQUE & STRATÉGIE 1 AN : 23 n os + 2 suppléments + accès online France (TTC) Étranger Quantité Total Offre réservée aux non abonnés 780,00 820, LA BIBLIOTHÈQUE NUMÉRIQUE (1) France (TTC) Quantité Total Abonnement annuel 1 compte 165,00... Abonnement annuel 5 comptes (2) 625, TOTAL (TVA : 2,10 % incluse sur le tarif France) (1) Réservé aux abonnés à une des revues du groupe. (2) Au-delà de 5 comptes, nous consulter Société... Nom... Prénom... n 327 Juillet-août 2014 BANQUE STRATÉGIE cahier de prospective bancaire & financière 3 DOSSIER Union bancaire La résolution, et après? À l heure où l Union européenne est en panne de projet, le club plus restreint de la zone euro a donné naissance à l Union bancaire. Cette construction reste à finaliser (mécanisme de résolution imparfait, fonds de garantie des dépôts manquant ), mais elle pourrait bien propager son élan fédéral à d autres domaines économiques et à l Union européenne dans son ensemble. 4 Sommaire VEILLE STRATÉGIQUE 21 Banque centrale Taux négatif et autres mesures d assouplissement monétaire de la BCE : quelles sont les implications potentielles? Éric Dor, IESEG School of Management 28 Établissement de paiement et de monnaie électronique Le nouveau visage du marché des paiements Bruno Joanides et Tatiana Rozoum, Syrtals BANQUE & STRATÉGIE Le complément stratégique et prospectif de Revue Banque 70,00 le numéro Fonction... Service... Adresse... Code postal/ville...pays... Code TVA (pour les pays de la CEE)... Téléphone...Télécopie... (indispensable)... En application de la loi du 6 janvier 1978, les informations ci-dessus sont indispensables au traitement de votre commande et sont communiquées aux destinataires aptes à les traiter. Elles peuvent donner lieu à l exercice du droit d accès et de rectification auprès de Revue Banque. Vous pouvez vous opposer à ce que vos nom et adresse soient cédés ultérieurement en le demandant par écrit au secrétariat général de Revue Banque. À retourner au SERVICE ABONNEMENTS REVUE BANQUE 18 rue La Fayette Paris Tél. : 33(0) Fax : 33(0) Règlement à l ordre de La Revue Banque par chèque par carte bancaire* n Date limite de validité : _ / _ Notez les 3 derniers chiffres du cryptogramme visuel (au verso de votre carte) : _ * Sauf American Express et Diner s Club. Le règlement sur l étranger est à joindre impérativement à la commande et doit être effectué en euros, par chèque payable en France, net de frais. Pour les virements bancaires et CCP, nous consulter. DATE et SIGNATURE BS14 Vos abonnements se poursuivent on line sur Feuilletage, accès illimité aux archives de Banque & Stratégie

BANQUE STRATÉGIE. ESCP Applied Research Papers. cahier de prospective bancaire & financière DOSSIER

BANQUE STRATÉGIE. ESCP Applied Research Papers. cahier de prospective bancaire & financière DOSSIER BANQUE n 320 Décembre 2013 ISSN 0762-4077 Mensuel - 70 euros STRATÉGIE cahier de prospective bancaire & financière DOSSIER ESCP Applied Research Papers Ce premier numéro d ESCP Applied Research Papers

Plus en détail

Rencontre Banque & Droit

Rencontre Banque & Droit Titrisation : un outil de financement de l économie? Jeudi 5 juin 2014 de 9 h à 12 h Auditorium de la FBF 18, rue La Fayette 75009 Paris En partenariat avec En collaboration avec ASSOCIATION NATIONALE

Plus en détail

Rencontre Banque & Droit

Rencontre Banque & Droit AMPHITHÉÂTRE THOMSON REUTERS TRANSACTIVE BANQUE EN LIGNE : QUID DES OBLIGATIONS JURIDIQUES? > Mardi 5 novembre 2013 de 9h00 à 12h00 > Amphithéâtre Thomson Reuters Transactive 6/8 Bd Haussmann 75009 Paris

Plus en détail

BANQUE, ASSURANCE ET BIG DATA

BANQUE, ASSURANCE ET BIG DATA SÉMINAIRES Rencontre Banque & Droit BANQUE, ASSURANCE ET BIG DATA Mardi 2 juin 2015 de 9 h 00 à 12 h 00 Auditorium de la FBF 18, rue La Fayette 75009 Paris En partenariat avec En collaboration avec ASSOCIATION

Plus en détail

SLP, COTATION DES OPCVM, ELTIF : LE POINT SUR LES DERNIÈRES RÉFORMES EN MATIÈRE DE GESTION COLLECTIVE

SLP, COTATION DES OPCVM, ELTIF : LE POINT SUR LES DERNIÈRES RÉFORMES EN MATIÈRE DE GESTION COLLECTIVE SÉMINAIRES Rencontre Banque & Droit SLP, COTATION DES OPCVM, ELTIF : LE POINT SUR LES DERNIÈRES RÉFORMES EN MATIÈRE DE GESTION COLLECTIVE Mardi 6 octobre 2015 de 9 h 00 à 12 h 00 Auditorium de la FBF 18,

Plus en détail

Rencontre Banque & Droit

Rencontre Banque & Droit séminaires Rencontre Banque & Droit Les nouvelles tendances du marché en termes de financement : du «tout bancaire» au «tout marché»? Mardi 10 mars 2015 de 9 h 00 à 12 h 30 Auditorium de la FBF 18, rue

Plus en détail

BANQUE STRATÉGIE. L Europe des paiements : cahier de prospective bancaire & financière DOSSIER

BANQUE STRATÉGIE. L Europe des paiements : cahier de prospective bancaire & financière DOSSIER BANQUE n 313 Avril 2013 ISSN 0762-4077 Mensuel - 70 euros revue-banque.fr STRATÉGIE cahier de prospective bancaire & financière DOSSIER L Europe des paiements : vers SEPA et au-delà Le 1 er février 2014

Plus en détail

DISCOUNTED CASH-FLOW

DISCOUNTED CASH-FLOW DISCOUNTED CASH-FLOW Principes généraux La méthode des flux futurs de trésorerie, également désignée sous le terme de Discounted Cash Flow (DCF), est très largement admise en matière d évaluation d actif

Plus en détail

master Principes de Finance d Entreprise Corporate Finance Création de valeur Philippe Thomas Collection BANQUE FINANCE ASSURANCE

master Principes de Finance d Entreprise Corporate Finance Création de valeur Philippe Thomas Collection BANQUE FINANCE ASSURANCE Collection master BANQUE FINANCE ASSURANCE Principes de Finance d Entreprise Corporate Finance Création de valeur Philippe Thomas Table des matières Introduction... 9 Chapitre 1 L entreprise : l investissement

Plus en détail

Matinée. Régulation de l industrie financière. Vendredi 29 juin 2012 de 8 h 30 à 12 h 30 Salons Hoche 9 avenue Hoche 75008 Paris.

Matinée. Régulation de l industrie financière. Vendredi 29 juin 2012 de 8 h 30 à 12 h 30 Salons Hoche 9 avenue Hoche 75008 Paris. séminaires Matinée Régulation de l industrie financière enjeux et perspectives Vendredi 29 juin 2012 de 8 h 30 à 12 h 30 Salons Hoche 9 avenue Hoche 75008 Paris En partenariat avec séminaires Matinée Contexte

Plus en détail

Programme détaillé BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES. Objectifs de la formation. Les métiers. Durée des études DIPLÔME D ETAT

Programme détaillé BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES. Objectifs de la formation. Les métiers. Durée des études DIPLÔME D ETAT Objectifs de la formation Le BTS Management des unités commerciales a pour perspective de vous permettre de prendre la responsabilité de tout ou partie d une unité commerciale. Une unité commerciale est

Plus en détail

Rencontre Banque & Droit

Rencontre Banque & Droit séminaires Rencontre Banque & Droit Le stockage et l archivage électroniques dans la banque : quels enjeux? Mardi 30 septembre 2014 de 9 h à 12 h Auditorium de la FBF 18, rue La Fayette 75009 Paris En

Plus en détail

Rencontre Banque & Droit

Rencontre Banque & Droit SÉMINAIRES Rencontre Banque & Droit PANORAMA DE JURISPRUDENCE BANCAIRE ET FINANCIÈRE 2014-2015 Vendredi 4 décembre 2015 de 9 h à 12 h Auditorium de la FBF 18, rue La Fayette 75009 Paris En partenariat

Plus en détail

Les rendez-vous Banque Assurance

Les rendez-vous Banque Assurance Création de plateformes communes et externalisation métier : le mouvement s accélère > mardi 8 juin 2010 de 9h à 12h > auditorium de la FBF 18 rue La Fayette 75009 Paris partenaire exclusif Presse séminaires

Plus en détail

I N V I T A T I O N Cycle de formation

I N V I T A T I O N Cycle de formation I N V I T A T I O N Cycle de formation Comprendre les conditions de financement des PME post-crise De 8h30 à 14h - CGPME 75 19 rue de l Amiral d Estaing 75116 Paris OBJECTIF DU SEMINAIRE : Les PME sont

Plus en détail

en vous inscrivant dès aujourd Hui aux rencontres banque & droit «Panorama de jurisprudence bancaire 2007-2008» du 14 octobre 2008

en vous inscrivant dès aujourd Hui aux rencontres banque & droit «Panorama de jurisprudence bancaire 2007-2008» du 14 octobre 2008 n 120 juillet-août 2008 ISNN 1777-5752 bimestriel 52 Une publication REVUE Jean-Marc DESPAQUIS Bertrand de SAINT MARS et Jean-Pierre BORNET en vous inscrivant dès aujourd Hui aux rencontres banque & droit

Plus en détail

ET AMÉLIORER LA SITUATION FINANCIÈRE DE L ENTREPRISE

ET AMÉLIORER LA SITUATION FINANCIÈRE DE L ENTREPRISE DAMIEN PÉAN ET AMÉLIORER LA SITUATION FINANCIÈRE DE L ENTREPRISE LES GUIDES PRATIQUES GESTION - COMPTABILITÉ - FINANCE Comprendre les comptes annuels et améliorer la situation financière de l entreprise

Plus en détail

LA REVUE BANQUE 18, rue La Fayette. 75009 Paris

LA REVUE BANQUE 18, rue La Fayette. 75009 Paris LA REVUE BANQUE 18, rue La Fayette 75009 Paris REVUE BANQUE www.revue-banque.fr les revues REVUE BANQUE Le mensuel de la banque et de la finance. BANQUE & DROIT La pratique du droit bancaire français et

Plus en détail

BANQUE. cahier de prospective bancaire & financière. Gestion des ressources humaines : les ruptures annoncées

BANQUE. cahier de prospective bancaire & financière. Gestion des ressources humaines : les ruptures annoncées BANQUE n 338 Juillet-août 2015 ISSN 0762-4077 Mensuel - 70 euros STRATÉGIE cahier de prospective bancaire & financière DOSSIER Gestion des ressources humaines : les ruptures annoncées Génération Y et Z,

Plus en détail

BANQUE. cahier de prospective bancaire & financière. Union bancaire La résolution, et après?

BANQUE. cahier de prospective bancaire & financière. Union bancaire La résolution, et après? BANQUE n 327 Juillet-août 2014 ISSN 0762-4077 Mensuel - 70 euros STRATÉGIE cahier de prospective bancaire & financière 3 DOSSIER Union bancaire La résolution, et après? À l heure où l Union européenne

Plus en détail

CHAPITRE 1 LA MÉTHODE DISCOUNTED CASH FLOWS

CHAPITRE 1 LA MÉTHODE DISCOUNTED CASH FLOWS CHAPITRE 1 LA MÉTHODE DISCOUNTED CASH FLOWS Ce chapitre est consacré à la valorisation par les cash flows actualisés ou DCF. Cette méthode est basée sur la capacité d une entreprise à générer des flux

Plus en détail

BANQUE STRATÉGIE. Captives financières ÉVOLUTION DANS LA CONTINUITÉ. cahier de prospective bancaire & financière DOSSIER

BANQUE STRATÉGIE. Captives financières ÉVOLUTION DANS LA CONTINUITÉ. cahier de prospective bancaire & financière DOSSIER BANQUE n 332 Janvier 2015 ISSN 0762-4077 Mensuel - 70 euros STRATÉGIE cahier de prospective bancaire & financière DOSSIER Captives financières ÉVOLUTION DANS LA CONTINUITÉ Les captives ou filiales financières

Plus en détail

Club Etablissements Financiers & Assurances

Club Etablissements Financiers & Assurances Club Etablissements Financiers & Assurances Enquête sur le thème «PME banque : vers une recomposition de l équilibre relationnel liée aux évolutions réglementaires Bâle III» Présentation des résultats,

Plus en détail

Le coût du capital C H A P I T R E

Le coût du capital C H A P I T R E JOB : mp DIV : 10571 ch04 p. 1 folio : 103 --- 29/8/07 --- 11H4 [ Le coût du capital q Le coût du capital est une notion fondamentale pour les entreprises en matière de politique financière car il est

Plus en détail

Rencontre Banque & Droit

Rencontre Banque & Droit SÉMInaIrES Rencontre Banque & Droit SALONS HOCHE Dodd-Frank EMIR : quelles conséquences pour le marché des produits dérivés? > Lundi 12 mars 2012 de 9h00 à 11h00 > Salons Hoche 9 Avenue Hoche 75008 Paris

Plus en détail

Résultats Semestriels 2007. Réunion d information du 3 octobre 2007

Résultats Semestriels 2007. Réunion d information du 3 octobre 2007 Résultats Semestriels 2007 Réunion d information du 3 octobre 2007 1 S o m m a i r e efront, expert en solutions logicielles pour la finance Stratégie de développement Activité du 1 er semestre 2007 Perspectives

Plus en détail

Le financement de l ESS par la BPI en France

Le financement de l ESS par la BPI en France 1 Le financement de l ESS par la BPI en France Encourager un moteur du développement urbain local Cette fiche utile se propose de revenir sur l importance de l Economie Sociale et Solidaire pour les territoires

Plus en détail

Transparence et relations avec vos prestataires : Maîtriser les conditions d application

Transparence et relations avec vos prestataires : Maîtriser les conditions d application Transparence et relations avec vos prestataires : Maîtriser les conditions d application (ex : Agences de Communication, Sociétés de RP, Editeurs de presse, Cabinets d études de marché etc ) MARDI 29 SEPTEMBRE

Plus en détail

ASPECTS INTERNATIONAUX DU DROIT DES ASSURANCES

ASPECTS INTERNATIONAUX DU DROIT DES ASSURANCES Colloque organisé par le laboratoire Thémis-UM de l UFR de Droit, des Sciences Economiques et de Gestion Institut du Risque et des Assurances (IRA) Master II Assurance-Banque La direction scientifique

Plus en détail

COOPÉRATIVES AGRICOLES ET FINANCEMENTS SÉMINAIRES THÉMATIQUES // 13 OCTOBRE I PARIS 2 E

COOPÉRATIVES AGRICOLES ET FINANCEMENTS SÉMINAIRES THÉMATIQUES // 13 OCTOBRE I PARIS 2 E SÉMINAIRES THÉMATIQUES // COOPÉRATIVES AGRICOLES ET FINANCEMENTS Quels besoins et moyens pour financer les stratégies de croissance sur les marchés français et internationaux? 13 OCTOBRE I PARIS 2 E INTERVENANTS

Plus en détail

Transactions Assistance direction financière Entreprises en difficulté Levée de fonds

Transactions Assistance direction financière Entreprises en difficulté Levée de fonds Transactions Assistance direction financière Entreprises en difficulté Levée de fonds Il n y a rien dans le monde qui n ait son moment décisif, et le chef-d oeuvre de la bonne conduite est de connaître

Plus en détail

BANQUE DROIT. la pratique du droit bancaire français et européen. Évolutions de la procédure devant la Commission des sanctions de l AMF

BANQUE DROIT. la pratique du droit bancaire français et européen. Évolutions de la procédure devant la Commission des sanctions de l AMF BANQUE Décembre 2012 60 euros Évolutions de la procédure devant la Commission des sanctions de l AMF L exemple des sondages de marché 4 Claude Nocquet, Jean-Claude Hassan Commission des sanctions de l

Plus en détail

BANQUE. STRATÉGIE cahier de prospective bancaire & financière ENASS PAPERS 8 DOSSIER

BANQUE. STRATÉGIE cahier de prospective bancaire & financière ENASS PAPERS 8 DOSSIER BANQUE n 330 Novembre 2014 ISSN 0762-4077 Mensuel - 70 euros STRATÉGIE cahier de prospective bancaire & financière DOSSIER ENASS PAPERS 8 Pour ce 8 e opus des ENASS Papers, les sujets d actualité ne manquent

Plus en détail

Le rendez-vous mensuel des professionnels de la banque et de la finance. Partenaire officiel

Le rendez-vous mensuel des professionnels de la banque et de la finance. Partenaire officiel Le rendez-vous mensuel des professionnels de la banque et de la finance Partenaire officiel Le Club Banque a pour vocation d informer, de former et de débattre des enjeux stratégiques de la profession.

Plus en détail

Mon Master à l ESTIM

Mon Master à l ESTIM Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique L Ecole Supérieure des Technologies d Informatique et de Management Mon Master à l ESTIM Livret des études «A l ESTIM Business School

Plus en détail

Fidéliser ses clients

Fidéliser ses clients Marketing stratégique Fidéliser ses clients Connaître et évaluer sa clientèle (BDD...) Optimiser le service clients CRM et e-crm : les facteurs clés Mardi 20 et mercredi 21 janvier 2009 DE L INFORMATION

Plus en détail

Chapitre 4 : construction de portefeuille (I)

Chapitre 4 : construction de portefeuille (I) Chapitre 4 : construction de portefeuille (I) 25.10.2013 Plan du cours Risque et rentabilité : un premier aperçu Mesures traditionnelles du risque et rentabilité Rentabilité historique des actifs financiers

Plus en détail

Le WACC est-il le coût du capital?

Le WACC est-il le coût du capital? Echanges d'expériences Comptabilité et communication financière Dans une évaluation fondée sur la méthode DCF, l objectif premier du WACC est d intégrer l impact positif de la dette sur la valeur des actifs.

Plus en détail

Le rendez-vous mensuel des professionnels de la banque et de la finance. Partenaire officiel

Le rendez-vous mensuel des professionnels de la banque et de la finance. Partenaire officiel Le rendez-vous mensuel des professionnels de la banque et de la finance Partenaire officiel Le Club Banque a pour vocation d informer, de former et de débattre des enjeux stratégiques de la profession.

Plus en détail

Sommaire. Introduction 3. Aller toujours plus loin 21

Sommaire. Introduction 3. Aller toujours plus loin 21 Vos ratios en poche Sommaire Introduction 3 Les bases pour comprendre les ratios 4 Les ratios de rentabilité 8 Les ratios de valeur ajoutée 11 Les ratios de liquidité 14 Les ratios de solvabilité 17 Aller

Plus en détail

Performance comparée des classes d'actifs au niveau national

Performance comparée des classes d'actifs au niveau national 4 ème Journée du Capital Investissement Performance comparée des classes d'actifs au niveau national Décembre 2014 Rapport sur le Capital Investissement AMIC 2013 1 ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE NATIONAL ET

Plus en détail

Les priorités de l ACPR L évolution des règles internationales

Les priorités de l ACPR L évolution des règles internationales EIFR Risques opérationnels Enjeux structurels et défis à venir Paris, 5 novembre 2014 Les priorités de l ACPR L évolution des règles internationales Philippe BILLARD Chef du service des affaires internationales

Plus en détail

Les formations de Morningstar Professional sont éligibles aux budgets du Droit Individuel à la Formation (DIF)

Les formations de Morningstar Professional sont éligibles aux budgets du Droit Individuel à la Formation (DIF) mercredi 3 juillet 2013 8h30 12h30 Hôtel Fouquet s Barrière - Paris Les formations de Morningstar Professional sont éligibles aux budgets du Droit Individuel à la Formation (DIF) Avec le soutien de : Gratuit

Plus en détail

POLITIQUE ET PROCEDURES D EVALUATION DES FONDS D INVESTISSEMENT ALTERNATIFS

POLITIQUE ET PROCEDURES D EVALUATION DES FONDS D INVESTISSEMENT ALTERNATIFS POLITIQUE ET PROCEDURES D EVALUATION DES FONDS D INVESTISSEMENT ALTERNATIFS Novembre 2015 SOMMAIRE I. GOUVERNANCE... 3 1.1 Rôles et responsabilités des personnes concernées... 3 1.2 Indépendance de la

Plus en détail

Conquérir les dirigeants actionnaires d entreprises familiales

Conquérir les dirigeants actionnaires d entreprises familiales Gagner Réussir en Equipe Travailler GRAJEZYK CONSEIL CONSEIL EN FORMATION COMMERCIALE BANCAIRE VOUS PROPOSE Conquérir les dirigeants actionnaires d entreprises familiales Un process long et coûteux. Comment

Plus en détail

PROGRAMME DÉTAILLÉ DU BTS MUC

PROGRAMME DÉTAILLÉ DU BTS MUC PROGRAMME DÉTAILLÉ DU BTS MUC I - Gestion de la relation commerciale MODULE 1 : LA RELATION COMMERCIALE ET SON CONTEXTE La relation commerciale et les unités commerciales L unité commerciale physique La

Plus en détail

SEPA, prochaine étape : de la centralisation de trésorerie à la centralisation des paiements. Syrtals Mars 2014. Tous droits réservés SYRTALS SI

SEPA, prochaine étape : de la centralisation de trésorerie à la centralisation des paiements. Syrtals Mars 2014. Tous droits réservés SYRTALS SI SEPA, prochaine étape : de la centralisation de trésorerie à la centralisation des paiements Syrtals Mars 2014 Tous droits réservés SYRTALS SI 1 2 Agenda De quelle centralisation parle-t-on? Pourquoi mettre

Plus en détail

Signature d une charte pour améliorer l accès au crédit des EIRL avec la Fédération Bancaire Française - Bercy > mardi 31 mai 2011.

Signature d une charte pour améliorer l accès au crédit des EIRL avec la Fédération Bancaire Française - Bercy > mardi 31 mai 2011. Signature d une charte pour améliorer l accès au crédit des EIRL avec la Fédération Bancaire Française - Bercy > mardi 31 mai 2011 Dossier de presse www.economie.gouv.fr FREDERIC LEFEBVRE, SECRÉTAIRE D

Plus en détail

Le microcrédit personnel accompagné

Le microcrédit personnel accompagné OCTOBRE 2013 N 36 CRÉDIT LES MINI-GUIDES BANCAIRES www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Le microcrédit personnel accompagné Ce mini-guide vous est offert par : SOMMAIRE

Plus en détail

La surveillance prudentielle du secteur financier

La surveillance prudentielle du secteur financier La surveillance prudentielle du secteur financier Chapitre VII Chapitre VI Chapitre V Chapitre IV Chapitre III Chapitre II Chapitre I Chapitre VII Chapitre VI Chapitre V Chapitre IV Chapitre III Chapitre

Plus en détail

3 ) Les limites de la création monétaire

3 ) Les limites de la création monétaire 3 ) Les limites de la création monétaire Si un banquier n a besoin que de son stylo pour créer de la monnaie, on peut se demander ce qui empêche une création infinie de monnaie. En fait, la création monétaire

Plus en détail

Politique de placements

Politique de placements Politique de placements Le 7 octobre 2010 Politique de placements Table des matières 1. La mission de la Fondation pour le développement des coopératives en Outaouais 2. Les principes de la gouvernance

Plus en détail

Paris Europlace Forum financier international 20 avril 2015 «FAVORISER LA CROISSANCE ÉCONOMIQUE EN EUROPE»

Paris Europlace Forum financier international 20 avril 2015 «FAVORISER LA CROISSANCE ÉCONOMIQUE EN EUROPE» Paris Europlace Forum financier international 20 avril 2015 «FAVORISER LA CROISSANCE ÉCONOMIQUE EN EUROPE» Table ronde 3 : Revue de la stabilité financière de la Banque de France «Financement de l économie

Plus en détail

Gestion des déchets de chantiers du BTP :

Gestion des déchets de chantiers du BTP : Jeudi 14 novembre 2013 9H 12H30 Cabinet Enckell Avocats 250, rue Saint Jacques 75005 Paris Gestion des déchets de chantiers du BTP : Comment maîtriser l évolution des filières et de la réglementation?

Plus en détail

BANQUE. cahier de prospective bancaire & financière FINANCEMENT DES ENTREPRISES SOCIALES. Un écosystème en construction

BANQUE. cahier de prospective bancaire & financière FINANCEMENT DES ENTREPRISES SOCIALES. Un écosystème en construction BANQUE n 334 Mars 2015 ISSN 0762-4077 Mensuel - 70 euros STRATÉGIE cahier de prospective bancaire & financière DOSSIER FINANCEMENT DES ENTREPRISES SOCIALES Un écosystème en construction Le business model

Plus en détail

Julien Limacher, CAPCO Yves Hennard, Union Bancaire Privée Philippe Grégoire, Orfival

Julien Limacher, CAPCO Yves Hennard, Union Bancaire Privée Philippe Grégoire, Orfival La conception de rapports d attribution de performance Julien Limacher, CAPCO Yves Hennard, Union Bancaire Privée Philippe Grégoire, Orfival Agenda Drivers, Attentes des clients et Pratiques de marché

Plus en détail

BANQUE. cahier de prospective bancaire & financière. Révolution digitale

BANQUE. cahier de prospective bancaire & financière. Révolution digitale BANQUE n 339 Septembre 2015 ISSN 0762-4077 Mensuel - 70 euros STRATÉGIE cahier de prospective bancaire & financière DOSSIER Révolution digitale Menace ou opportunité pour les banques? Attaqués par les

Plus en détail

Le Microcrédit Relance

Le Microcrédit Relance La Ministre Céline Fremault soutient une nouvelle aide pour favoriser la relance des petites entreprises bruxelloises Le Microcrédit Relance Un partenariat CEd Crédal Conférence de presse du 17 décembre

Plus en détail

Partie I L environnement juridique de l introduction en Bourse

Partie I L environnement juridique de l introduction en Bourse Partie I L environnement juridique de l introduction en Bourse Note de l éditeur : Les chapitres 2 «Les règles communes aux divers marchés» et 3 «Les règles spécifiques aux divers marchés» du présent

Plus en détail

Finance, audit, conseil, industrie, grande consommation, distribution

Finance, audit, conseil, industrie, grande consommation, distribution Les secteurs qui recrutent Finance, audit, conseil, industrie, grande consommation, distribution On trouve des diplômés des écoles de commerce dans tous les secteurs d activité. C est l avantage qu offrent

Plus en détail

LES MINI-GUIDES BANCAIRES. Repère n 21. Vivre sans chéquier FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE

LES MINI-GUIDES BANCAIRES. Repère n 21. Vivre sans chéquier FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE LES MINI-GUIDES BANCAIRES Repère n 21 Vivre sans chéquier FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE janvier 2006 Ce mini-guide vous est offert Tous droits réservés. La reproduction totale ou partielle des textes de

Plus en détail

Le besoin de trésorerie

Le besoin de trésorerie JUIN 2013 ENTREPRENEURS N 3 lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent FINANCEMENT LES MINI-GUIDES BANCAIRES & banques-sepa.fr les banques accompagnent les entreprises pour le

Plus en détail

Rapport prévu aux articles 43-1 et 43-2 du Règlement CRBF 97-02 modifié relatif au contrôle interne des établissements de crédit.

Rapport prévu aux articles 43-1 et 43-2 du Règlement CRBF 97-02 modifié relatif au contrôle interne des établissements de crédit. Rapport prévu aux articles 43-1 et 43-2 du Règlement CRBF 97-02 modifié relatif au contrôle interne des établissements de crédit. Politique et pratiques de rémunération des collaborateurs dont les activités

Plus en détail

Analyse financière. + de 20 fiches de cours + de 160 QCM commentés + de 40 exercices corrigés. L essentiel. 2 e ÉDITION LES INDISPENSABLES VUIBERT

Analyse financière. + de 20 fiches de cours + de 160 QCM commentés + de 40 exercices corrigés. L essentiel. 2 e ÉDITION LES INDISPENSABLES VUIBERT LES INDISPENSABLES VUIBERT Analyse financière 2 e ÉDITION Emmanuelle Plot-Vicard Madeleine Deck-Michon L essentiel + de 20 fiches de cours + de 160 QCM commentés + de 40 exercices corrigés Sommaire Mode

Plus en détail

MASTER ACADEMIQUE FINANCE D ENTREPRISE

MASTER ACADEMIQUE FINANCE D ENTREPRISE FACULTE DES SCIENCES ECONOMIQUES, COMMERCIALES ET DES SCIENCES DE GESTION Tizi Ouzou MASTER ACADEMIQUE FINANCE D ENTREPRISE Responsable de l'équipe de formation : Mme OUKACI Dahbia Etablissement : Intitulé

Plus en détail

IDRI 2220: Relations Economiques internationales

IDRI 2220: Relations Economiques internationales Livre de référence IDRI 2220: Relations Economiques internationales Le cours est basé sur le livre de P. R. Krugman et M. Obstfeld "Economie internationale", ed. Pearson Education, édition française (2006).

Plus en détail

Dossier de Présentation Forum Open- IPVideo

Dossier de Présentation Forum Open- IPVideo Dossier de Présentation Forum Open- IPVideo Association Loi de 1901-18 Rue Irénée Blanc 75020 Paris SIRET 520 224 734 00019 APE 9499Z http://www.open-ipvideo.org Page 2 sur 13 Sommaire 1. PREAMBULE...

Plus en détail

COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 6 DECISIONS D INVESTISSEMENT

COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 6 DECISIONS D INVESTISSEMENT COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 6 DECISIONS D INVESTISSEMENT SEANCE 6 DECISIONS D INVESTISSEMENT EFFET DE LEVIER La séance 6 (première partie) traite des décisions d investissement. Il s agit d optimiser

Plus en détail

Plus responsables, plus performants

Plus responsables, plus performants ISR Plus responsables, plus performants x4 progression des encours ISR en 4 ans (Source Novethic à fin 2011) L ISR, pourquoi? Une finance qui s engage Changer les règles du jeu Mettre les entreprises face

Plus en détail

Appel à manifestation d intérêt

Appel à manifestation d intérêt Investissements d Avenir Développement de l Économie Numérique Appel à manifestation d intérêt Diffusion de la simulation numérique 2014 IMPORTANT ADRESSE DE PUBLICATION DE L APPEL A MANIFESTATION D INTERET

Plus en détail

Vivre sans chéquier LES MINI-GUIDES BANCAIRES. Site d informations pratiques sur la banque et l argent. Repère n 21

Vivre sans chéquier LES MINI-GUIDES BANCAIRES. Site d informations pratiques sur la banque et l argent. Repère n 21 LES MINI-GUIDES BANCAIRES Site d informations pratiques sur la banque et l argent Repère n 21 Vivre sans chéquier Ce mini-guide a été conçu par le Centre d Information Bancaire 18 rue La Fayette 75440

Plus en détail

BANQUE STRATÉGIE ENASS PAPERS 9. cahier de prospective bancaire & financière DOSSIER

BANQUE STRATÉGIE ENASS PAPERS 9. cahier de prospective bancaire & financière DOSSIER BANQUE n 336 Mai 2015 ISSN 0762-4077 Mensuel - 70 euros STRATÉGIE cahier de prospective bancaire & financière DOSSIER ENASS PAPERS 9 Au menu de ce neuvième opus des ENASS papers, plusieurs points d actualité

Plus en détail

Parcours développement stratégique commercial

Parcours développement stratégique commercial P01 Parcours professionnalisant de formation Parcours développement stratégique commercial Partenaires : Avec le soutien de : P02 Parcours professionnalisant de formation INTERVENANTS Sophie DESCHAMPS

Plus en détail

Depuis plus de onze ans, En-Contact informe

Depuis plus de onze ans, En-Contact informe Depuis plus de onze ans, En-Contact informe régulièrement plus de 25 000 lecteurs du monde francophone sur les problématiques, les «best practices», les acteurs, les outils en matière de : Relation Client

Plus en détail

Le coût d un crédit. www.lesclesdelabanque.com. Nouvelle édition Mars 2007 LES MINI-GUIDES BANCAIRES

Le coût d un crédit. www.lesclesdelabanque.com. Nouvelle édition Mars 2007 LES MINI-GUIDES BANCAIRES 026 www.lesclesdelabanque.com Le site d informations pratiques sur la banque et l argent Le coût d un crédit LES MINI-GUIDES BANCAIRES FBF - 18 rue La Fayette - 75009 Paris cles@fbf.fr Nouvelle édition

Plus en détail

Programme détaillé BTS NEGOCIATION ET RELATION CLIENT. Objectifs de la formation DIPLÔME D ETAT

Programme détaillé BTS NEGOCIATION ET RELATION CLIENT. Objectifs de la formation DIPLÔME D ETAT Objectifs de la formation Le Brevet de Technicien Supérieur de Négociation et Relation Client est un diplôme national de l enseignement supérieur qui s inscrit dans un contexte de mutation des métiers

Plus en détail

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Chapitre 5 Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Introduction (1/3) Dans le chapitre 4, on a étudié les aspects tactiques de la politique monétaire Comment la BC utilise les instruments

Plus en détail

C-2014-08 PRESTATION DE FORMATION À LA GESTION DE CONFLITS UTILISANT LES TECHNIQUES DE LA COMMUNICATION NON VIOLENTE (CNV)

C-2014-08 PRESTATION DE FORMATION À LA GESTION DE CONFLITS UTILISANT LES TECHNIQUES DE LA COMMUNICATION NON VIOLENTE (CNV) C-2014-08 PRESTATION DE FORMATION À LA GESTION DE CONFLITS UTILISANT LES TECHNIQUES DE LA COMMUNICATION NON VIOLENTE (CNV) Pôle Publics Date limite de remise des plis : 27 octobre 2014 à 17h00 Version

Plus en détail

Banques: les fonds propres sont-ils chers?

Banques: les fonds propres sont-ils chers? Banques: les fonds propres sont-ils chers? Résumé: Le coût des fonds propres correspond à la rentabilité exigée par les actionnaires sur leur investissement en fonds propres. Celle-ci est supérieure à

Plus en détail

QUELS PLACEMENTS POUR VOTRE ARGENT? ACTUALISATION 2015

QUELS PLACEMENTS POUR VOTRE ARGENT? ACTUALISATION 2015 QUELS PLACEMENTS POUR VOTRE ARGENT? ACTUALISATION 2015 A INTERVENANTS Nicolas Bouzou Directeur fondateur d Asterès Hervé Hatt Président de Meilleurtaux.com I NOTRE DÉMARCHE II LES PLACEMENTS ÉTUDIÉS III

Plus en détail

Université Paris 1 Panthéon Sorbonne UFR Gestion Sorbonne M1 Gestion Financière 2 2015-2016

Université Paris 1 Panthéon Sorbonne UFR Gestion Sorbonne M1 Gestion Financière 2 2015-2016 1 Université Paris 1 Panthéon Sorbonne UFR Gestion Sorbonne M1 Gestion Financière 2 2015-2016 Organisation pratique L enseignant et l équipe pédagogique Prérequis utiles pour le cours Supports pédagogiques

Plus en détail

SIGNAL ETIQ, c est depuis plus de 7 ans

SIGNAL ETIQ, c est depuis plus de 7 ans SIGNAL ETIQ, c est depuis plus de 7 ans Le Seul Mensuel spécialiste du secteur Chaque mois, toute l actualité du marché et de la vie professionnelle, une analyse des grands événements, une rubrique Veille

Plus en détail

BANQUE STRATÉGIE. Banques françaises à l international Une expansion mesurée. cahier de prospective bancaire & financière 3 DOSSIER

BANQUE STRATÉGIE. Banques françaises à l international Une expansion mesurée. cahier de prospective bancaire & financière 3 DOSSIER BANQUE n 321 Janvier 2014 ISSN 0762-4077 Mensuel - 70 euros STRATÉGIE cahier de prospective bancaire & financière 3 DOSSIER Banques françaises à l international Une expansion mesurée La crise et les nouvelles

Plus en détail

FACULTE DES SCIENCES DE L'ADMINISTRATION AUTOMNE 2005 UNIVERSITE LAVAL

FACULTE DES SCIENCES DE L'ADMINISTRATION AUTOMNE 2005 UNIVERSITE LAVAL FACULTE DES SCIENCES DE L'ADMINISTRATION AUTOMNE 2005 UNIVERSITE LAVAL Professeur : Jean-Michel SAHUT, Ph.D. Directeur de la Recherche du Groupe Sup de Co La Rochelle sahutjm@esc-larochelle.fr INTRODUCTION

Plus en détail

Patrick TOPSACALIAN Jacques TEULIÉ FINANCE. 7 e édition

Patrick TOPSACALIAN Jacques TEULIÉ FINANCE. 7 e édition Patrick TOPSACALIAN Jacques TEULIÉ FINANCE 7 e édition TABLE DES MATIÈRES 939 QUATRIÈME PARTIE: LES ACTIFS CONDITIONNELS ET LEURS APPLICATIONS 12 La théorie des options 439 1. Le concept d option 440

Plus en détail

Gestion de patrimoine

Gestion de patrimoine Zurich Invest Select Portfolio Gestion de patrimoine Adaptée à vos besoins Les meilleurs experts en placement pour votre fortune Gestion de patrimoine adaptée à vos besoins Vos avantages: Vous profitez

Plus en détail

Les stratégies de rupture

Les stratégies de rupture DOSSIER Les stratégies de rupture sous la direction de Laurence Lehmann-Ortega Pierre Roy DOSSIER LAURENCE LEHMANN-ORTEGA HEC Paris PIERRE ROY Université Montpellier 1, ISEM Introduction Une nouvelle

Plus en détail

Bienvenue dans votre FIBENligne

Bienvenue dans votre FIBENligne Bienvenue dans votre FIBENligne Retrouvez dans votre FIBENligne toutes les nouveautés FIBEN et l ensemble des services que la Banque de France met à votre disposition pour vous aider dans votre maîtrise

Plus en détail

Journée technique "Finance - Gestion" le 11 Juin 2014 à PARIS

Journée technique Finance - Gestion le 11 Juin 2014 à PARIS Journée technique "Finance - Gestion" le 11 Juin 2014 à PARIS La CNAPE organise, le 11juin 2014, à Paris, une journée technique d échanges avec plusieurs spécialistes, avocats, banquiers et fiscalistes,

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF - 53 - Proposition de résolution de la commission

TABLEAU COMPARATIF - 53 - Proposition de résolution de la commission - 53 - TABLEAU COMPARATIF Le Sénat, Vu l article 88-4 de la Constitution ; Le Sénat, Vu l article 88-4 de la Constitution, Vu la proposition de règlement du Conseil confiant à la Banque centrale européenne

Plus en détail

Présentation des Résultats 2006

Présentation des Résultats 2006 Présentation des Résultats 2006 Réunion SFAF du 28 mars 2007 Une année 2006 brillante en terme de résultats Aubay a encore sur performé son marché sur tous les indicateurs : Un CA de 120,8 M en croissance

Plus en détail

CONFÉRENCE ARRÊTÉ DES COMPTES

CONFÉRENCE ARRÊTÉ DES COMPTES CONFÉRENCE ARRÊTÉ DES COMPTES BANQUES & ASSURANCES PAVILLON GABRIEL - PARIS CONFÉRENCE ARRÊTÉ DES COMPTES BANQUES & ASSURANCES Votre rendez-vous incontournable pour décrypter, en une seule journée, l essentiel

Plus en détail

ADHESION 2015 AU RÉSEAU CEFI-ECOLES

ADHESION 2015 AU RÉSEAU CEFI-ECOLES CEFI, Centre d Etudes sur les Formations et l Emploi des Ingénieurs 7 rue Lamennais 75008 PARIS Tél : 01 42 89 15 73 Fax : 01 42 56 04 05 ADHESION 2015 AU RÉSEAU CEFI-ECOLES En adhérant au réseau CEFI-

Plus en détail

ARCHIVAGE ET DEMATERIALISATION

ARCHIVAGE ET DEMATERIALISATION 2 JOURS DE FORMATION ARCHIVAGE ET DEMATERIALISATION 6 et 7 octobre 2009 CNIT - PARIS LA DÉFENSE Mardi 6 octobre Comment gérer un projet de mise en place d un système d archivage électronique, application

Plus en détail

Université Paris 1 Panthéon Sorbonne UFR Gestion Sorbonne M1 Gestion Financière 2 2014-2015

Université Paris 1 Panthéon Sorbonne UFR Gestion Sorbonne M1 Gestion Financière 2 2014-2015 1 Université Paris 1 Panthéon Sorbonne UFR Gestion Sorbonne M1 Gestion Financière 2 2014-2015 Organisation pratique L enseignant et l équipe pédagogique Prérequis utiles pour le cours Supports pédagogiques

Plus en détail

Société Française des Evaluateurs

Société Française des Evaluateurs Strictement confidentiel Société Française des Evaluateurs L évaluation dans le secteur bancaire : particularités, limites et changements post-crise 2008. PwC Valuation & Business Modelling Juin 2015 Projet

Plus en détail

DCG 6. Finance d entreprise CORRIGÉS DU MANUEL

DCG 6. Finance d entreprise CORRIGÉS DU MANUEL DCG 6 Finance d entreprise CORRIGÉS DU MANUEL EXPERT SUP L expérience de l expertise Les manuels DCG DCG 1 Introduction au droit, Manuel et Applications corrigées Jean-François Bocquillon, Martine Mariage

Plus en détail

CONDITIONS RELATIVES À L OUVERTURE, À L UTILISATION ET À LA CLÔTURE D UN COMPTE COURANT AUPRÈS DE L OMPI

CONDITIONS RELATIVES À L OUVERTURE, À L UTILISATION ET À LA CLÔTURE D UN COMPTE COURANT AUPRÈS DE L OMPI CONDITIONS RELATIVES À L OUVERTURE, À L UTILISATION ET À LA CLÔTURE D UN COMPTE COURANT AUPRÈS DE L OMPI 1. Généralités : À la demande des clients qui travaillent régulièrement avec l Organisation, l OMPI

Plus en détail

RÉSULTATS ANNUELS 2008

RÉSULTATS ANNUELS 2008 RÉSULTATS ANNUELS 2008 SOMMAIRE Carte d identité L année 2008 2008 : des résultats en croissance Une situation financière solide Les atouts du groupe face à la crise Perspectives et conclusion 2 CARTE

Plus en détail

Comprendre les produits structurés

Comprendre les produits structurés Comprendre les produits structurés Sommaire Page 3 Introduction Page 4 Qu est-ce qu un produit structuré? Quels sont les avantages des produits structurés? Comment est construit un produit structuré? Page

Plus en détail