BANQUE STRATÉGIE. ESCP Europe Applied Research Papers. cahier de prospective bancaire & financière

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "BANQUE STRATÉGIE. ESCP Europe Applied Research Papers. cahier de prospective bancaire & financière"

Transcription

1 BANQUE n 331 Décembre 2014 ISSN Mensuel - 70 euros STRATÉGIE cahier de prospective bancaire & financière ESCP Europe Applied Research Papers Ce troisième opus des ESCP Europe Applied Research Papers réunit les travaux récents des professeurs de l École et de ses étudiants. À découvrir notamment dans ce numéro, leurs réflexions sur le calcul du coût du capital, l estimation du risque de crédit dans une obligation convertible, l apport des fonds newscits, ainsi que les modalités financières d une reprise d entreprise sous forme de Scop. 4 Sommaire En partenariat avec

2

3 ESCP EUROPE APPLIED RESEARCH PAPERS PHILIPPE THOMAS Professeur de finance ESCP Europe Ce troisième numéro spécial ESCP Europe Applied Research Papers de la revue Banque et Stratégie présente à nouveau des travaux de recherche appliquée des professeurs de l école et d élèves en finance et en économie. Les articles, variés, s inscrivent dans une perspective assez large, couvrant aussi bien le domaine du corporate finance, que de la finance de marché et de la banque. Corporate finance Deux articles se situent dans ce champ. Une des questions essentielles posées aux financiers est celle de la mesure du coût du capital, paramètre fondamental mesurant le coût des ressources financières pour une entreprise. Frank Bancel souligne que ce concept, parfaitement maîtrisé au plan conceptuel et théorique, pose une série de difficultés pour sa réalisation pratique. L auteur suggère un ensemble de pistes pour y remédier et rendre plus aisé son calcul. Dans de nombreuses situations, la transmission de l entreprise aux salariés est souvent envisagée, qu il s agisse de la cession d une entreprise familiale ou d une sortie de LBO. L ingénierie financière est souvent confrontée au problème du choix de la structure de reprise. Lucie Martin explore la solution de la création d une société coopérative (Scop), mise en avant par la récente loi sur l économie sociale et solidaire. En pratique, cette solution se heurte à des contraintes financières que les outils actuels ne permettent pas de résoudre. Finance de marché Antoine Azar consacre un article à un domaine peu connu : les métaux stratégiques. Moins considérés que le cuivre ou le nickel, ces métaux entrent dans la production de nombreux objets au cœur du nouveau tissu économique mondial. Face à une demande structurellement croissante, provenant largement des pays émergents, leur prix et la contrainte d approvisionnement font de certains métaux des actifs particulièrement stratégiques. Sur les marchés de dettes, donner un prix au risque de crédit s avère très difficile en l absence de CDS ou d obligations classiques. Nicolas Singer investigue les informations de pricing que l on peut extraire des obligations convertibles, produit hybride sensible aux variations du sous-jacent action, mais dans une enveloppe obligataire. Cécile Kharoubi-Rakotomalala consacre un article aux newcits apparus après la crise. Ces produits ont connu un certain succès. Ils se proposent de répliquer les stratégies alternatives des hedge funds. La comparaison entre les deux types d investissement est relativement difficile, surtout en ce qui concerne leurs profils de performance. Banque Dans le domaine des paiements, de nombreux nouveaux acteurs sont apparus venant perturber le marché bancaire, en particulier le modèle économique des banques universelles. Si l on a pu craindre des conséquences assez profondes pour celles-ci, Michel Ruimy et Christopher Dembik montrent que les établissements historiques disposent d atouts et d avantages stratégiques qu ils pourront exploiter pour répondre au nouveau paradigme du marché. Comme on le voit dans ce sommaire riche et éclectique, les travaux de recherche menés à ESCP Europe se veulent proches des préoccupations concrètes de l industrie financière et visent à la fois à apporter des solutions pratiques à des questions techniques et à contribuer aux débats de fond concernant les grands sujets actuels, faisant un pont entre les communautés académiques et professionnelles. n Banque & Stratégie n 331 décembre

4 Sommaire ESCP EUROPE APPLIED RESEARCH PAPERS 5 Finance d entreprise Estimer le coût du capital : les principaux enjeux théoriques et pratiques Franck Bancel, ESCP Europe 10 Économie sociale et solidaire Transmission d entreprise aux salariés par reprise sous forme de Scop : perspectives et enjeux Lucie Martin, ESCP Europe 17 Marchés Se positionner sur le supercycle des matières premières : les métaux stratégiques Antoine Azar, Edelvest 25 Finance de marché Le risque de crédit dans le prix des obligations convertibles Nicolas Singer, ESCP Europe 32 Gestion alternative Hedge funds vs newcits : peut-on vraiment les comparer? Cécile Kharoubi-Rakotomalala, ESCP Europe 35 Stratégie Le business model actuel des banques est-il amené à disparaître? Michel Ruimy, ESCP Europe Christopher Dembik, Saxo Banque & BANQUE STRATÉGIE 18, rue La Fayette Paris Fax : La reproduction totale ou partielle des articles publiés dans Banque & Stratégie, sans accord écrit de la société Revue Banque SARL, est interdite conformément à la loi du 11 mars 1957 sur la propriété littéraire et artistique. Directeur de la publication : Valérie Ohannessian Secrétaire général : Pierre Coustols Rédacteur en chef : Élisabeth Coulomb Rédacteurs : Sophie Gauvent (54 02) ; Séverine Leboucher (54 15) ; Annick Masounave (54 14). Secrétariat de rédaction : 1 er SR, Alain de Seze (54 17) ; Christine Hauvette (54 10). Maquette : 1 er maquettiste, Emmanuel Gonzalez (54 12) ; Alexandra Démétriadis (54 18) Directrice marketing et commercial : Valérie Dumas-Paoli (54 19) Publicité : Isabelle Conroux (54 20) Conception graphique : Rampazzo & Associés Pour nous contacter, devant chaque numéro, ajouter l indicatif SERVICE ABONNEMENTS : REVUE BANQUE Gladys Hypolite, 18 rue La Fayette Paris Tél. : 33(0) Fax : 33(0) ISSN /CPPAP 0616 I Imprimé à Pulnoy (54) par SPEI - Dépôt légal 4 e trimestre Banque & Stratégie 4 Banque & Stratégie n 331 décembre 2014

5 Nouveauté Nouvelle édition, enrichie et détaillée Le modèle Corporate Finance dessine un cadre théorique et pratique pour l analyse financière des entreprises, indépendamment de leur mode de contrôle et de leur structure. La finance d entreprise est une mécanique de création de valeur, au sens large, par l ensemble des parties prenantes : valeur économique (opérationnelle) et «transformation» en valeur actionnariale. Adopté par tous les «financiers» : investisseurs, évaluateurs, analystes, créanciers financiers, managers, régulateurs ce modèle universel est le référentiel fondé sur un raisonnement en termes d investissement et d allocation du capital financier. Par son approche internationale, et à partir d exemples, ce manuel permet de comprendre la logique financière centrale de la valeur, sa mesure et les moyens de sa réalisation par les entreprises pour les investisseurs. Composé de 5 chapitres, son plan suit un enchaînement progressif des principes et concepts sur la création de valeur et le Corporate Finance, version contemporaine de la gestion financière des entreprises : l entreprise : l investissement des actionnaires ; l approche empirique de la création de valeur ; la création de valeur par la gestion des capitaux employés ; la création de valeur par la gestion des capitaux investis ; généralisation du modèle Corporate Finance. Ouvrage de référence à vocation pratique, ce Master s inscrit dans la doctrine définie pour le CFA (Chartered Financial Analyst) Program, dont il couvre une partie du programme Corporate Finance. PRINCIPES DE FINANCE D ENTREPRISE Corporate Finance Création de valeur Philippe THOMAS Collection MASTER Finance 224 pages 30 TTC Docteur ès Sciences de Gestion (spécialité Finance), titulaire d un Master en Finance, Philippe Thomas est Professeur de Finance à ESCP Europe. Il y enseigne les disciplines Corporate Finance (analyse et évaluation financières, fusions-acquisitions, ingénierie financière). Il est directeur scientifique du MS Finance ESCP Europe à Paris et à Londres et directeur académique du MSc Finance & Banking de l École Supérieure des Affaires à Beyrouth. Il exerce également des fonctions de consultant dans le domaine des fusions-acquisitions et du Private Equity. Philippe Thomas a occupé différents postes dans le secteur financier, puis dans le groupe Reuters. Commandes, informations, catalogue : contact :

6 SÉMINAIRES Atelier Vendredi 30 janvier h30-12h30 MONÉTIQUE, SERVICES DE PAIEMENT ET E-COMMERCE : LES OPPORTUNITÉS DE DEMAIN 8h00 8h30 Accueil des participants et petit-déjeuner Introduction et animation de la séance Hubert de VAUPLANE, associé, Kramer Levin Naftalis & Frankel LLP Bernard RAME, directeur Business Line Paiements et Cartes, Sopra Banking Software. Points d attention sur les évolutions réglementaires européennes DME 2 et proposition de DSP 2 : où en est-on? Pierre STORRER, Counsel, Kramer Levin Naftalis & Frankel LLP Pierre-Grégoire MARLY, professeur agrégé des Facultés de droit, Doyen de la Faculté du Mans et Médiateur de l AFEPAME Les avancées techniques : les standards EPAS et le projet OSCAR Frédéric MAZURIER, directeur administratif et financier, Carrefour Banque Europe, EPAS, sécurité et omnicanal : les clés pour repenser la monétique? Arnaud CROUZET, directeur du développement monétique, Groupe Auchan La dynamique du marché des services de paiement : les enjeux à l échelle européenne Frédéric HERVO, directeur des systèmes de paiement et infrastructures de marchés, Banque de France Le point de vue du superviseur national sur la réglementation des plates-formes Les effets de la mise en conformité des marketplaces La régulation des plates-formes de crowdfunding La question des monnaies virtuelles Fabrice PESIN, secrétaire général, ACPR État des lieux des principales préoccupations du marché de l e-commerce et des services en ligne Marc LOLIVIER, délégué général adjoint, FEVAD Quels changements aujourd hui et demain pour les commerçants et pour les banques? Services de paiement et monnaie électronique : quel nouveau business model? Le développement des paiements en bitcoins par certains PSP : quels impacts? Sécuriser les paiements : Comment se prémunir des risques de fraude? Quels sont les impacts juridiques en termes de protection pour les consommateurs? Jean-Luc DUBOIS, directeur des flux et moyens de paiements, Crédit Mutuel Arkéa Gonzague GRANDVAL, président fondateur, Paymium PingKi HOUANG, COO, Showroomprive.com Michel TAOUI, responsable financier, La Redoute Lieu Auditorium de la FBF 18, rue La fayette Paris Tarifs Inscription sur Tarif : 480 euros TTC Contact Magali Marchal Tél.: Pour plus d infos 12h30 Clôture de la séance En collaboration avec En partenariat avec En partenariat avec

7 Finance d entreprise Estimer le coût du capital : les principaux enjeux théoriques et pratiques FRANCK BANCEL Professeur ESCP Europe * Cet article est issu de l ouvrage de Franck Bancel, Le Coût du capital : théories, pratiques et mesures, RB Édition, Indispensable dans le cadre de l évaluation d un projet d investissement ou dans la mesure de la performance passée d une entreprise, le coût moyen pondéré du capital doit être calculé le plus fidèlement possible. Si la théorie est bien connue, l application pratique du calcul soulève toutefois des difficultés. L e coût moyen pondéré du capital (CMPC) 1 est un concept majeur de la finance d entreprise. Défini comme la moyenne du coût des différentes sources de financement de l entreprise pondérée par leur valeur de marché dans le pool de ressources, il permet d actualiser les flux de trésorerie futurs générés par un projet et de mesurer la valeur créée. Sur un plan théorique, le coût du capital est un concept parfaitement défini. Depuis les travaux de Modigliani et Miller et le développement de la théorie du risque dans les années 1950 et 60, la finance d entreprise a élaboré un cadre conceptuel qui demeure toujours d actualité pour «penser» et mesurer le coût du capital. Les manuels de finance proposent aujourd hui une vision largement homogène et standardisée de ce concept qui n est plus un objet de recherche majeur. En revanche, sur le plan des pratiques, les enquêtes menées auprès des professionnels et des entreprises montrent une très grande diversité 1. En anglais, Weighted Average Cost of Capital (WACC) des approches dans le déploiement opérationnel du concept (Bancel et Mittoo, 2013). Il n existe pas de définition acceptée par tous sur la manière d estimer les différentes composantes du coût du capital que sont le bêta, la prime de risque de marché, le levier financier, etc. Le passage des concepts à la mesure n est donc pas une question anodine. Les praticiens rencontrent dans les pratiques de nombreux problèmes liés à l application du concept dans des domaines où les hypothèses théoriques ne sont que partiellement validées. L objet de cet article est de présenter les principaux concepts théoriques qui soustendent la notion de coût du capital. Nous exposons ensuite les principaux écueils rencontrés par les praticiens dans le déploiement du concept. LE CADRE THÉORIQUE Dans sa définition usuelle, le coût du capital s exprime de la manière suivante : CMPC = k e V e V e + V d + k d V d V e + V d Où k e : coût des fonds propres k d : coût de la dette V e : valeur de marché des fonds propres V d : valeur de marché de la dette. Sur un plan théorique, deux questions majeures se posent : a) comment estimer les différents paramètres constituant le coût du capital que sont le coût des fonds propres (k e ), le coût de la dette (k d ) et le levier financier (V d /V e )? b) comment les différents composants du coût du capital (ke, kd et Vd/ Ve) interagissent? À la suite des travaux de Markowitz, le Modèle d équilibre des actifs financiers (MEDAF) développé dans les années soixante, a proposé un cadre d analyse permettant d évaluer le taux de rentabilité exigé par les apporteurs de ressources financières qui est également par effet miroir, le coût des ressources de l entreprise. La relation entre les différents composants du coût de capital a été analysée par Modigliani et Miller (et leurs successeurs). Nous présentons ci-dessous les principaux apports de ces différents travaux de recherche. Le Modèle d équilibre des actifs financiers (MEDAF) Dans les années 1950 et 60, Makowitz (1959) et Sharpe (1964) ont montré que le risque d un actif financier se décompose en deux parties. La première est liée au risque du marché financier dans son ensemble. Il s agit du risque systématique (ou risque non diversifiable) ; la deuxième est propre à chaque actif. Il s agit alors du risque Banque & Stratégie n 331 décembre

8 ESCP EUROPE APPLIED RESEARCH PAPERS 3 spécifique (ou risque diversifiable). La théorie financière classique a montré qu il est possible en diversifiant ses investissements d éliminer le risque spécifique. Dans ce contexte, seul le risque systématique doit être rémunéré. La rentabilité espérée pour détenir n importe un actif «i» se définit alors de la manière suivante : E(R i ) = R f + b(e(r m ) R f ) Où E(R i ) est le taux de rentabilité espéré pour détenir un actif β est le coefficient bêta qui mesure le risque systématique (b = Cov (R i, R m )/Var R m ) (E(R m ) R f ) est la prime de risque de marché, c est-à-dire l excédent de rentabilité du portefeuille de marché [E(R m )] par rapport au taux sans risque (R f ) 2. Dans le modèle, le coefficient bêta joue un rôle majeur car il mesure le risque systématique. Le coefficient bêta dépend des caractéristiques de l entreprise (ou du projet) considérée. Par exemple, le bêta d une action d une entreprise opérant dans un secteur risqué (biotechnologies, banques d investissement, etc.) sera a priori supérieur à un. En revanche, des actions d entreprises très dépendantes de la conjoncture (bâtiment, «utilities», etc.) auront des bêtas proches de 1. D autres facteurs impactent le bêta. Les actions des entreprises dont le point mort est élevé ou pour lesquelles la croissance attendue est significative, auront un bêta plus élevé parce que leurs résultats sont très sensibles à la conjoncture. L endettement va également conduire à l accroissement du bêta des actions d une entreprise. En l absence d impôt et de dette risquée, on peut exprimer la relation entre le bêta de la firme désendettée (ou bêta économique (β a )) et le bêta des actions ou bêta des capitaux propres (β e ) de la manière suivante : b e = b a (1 + V d / V e ) Où b e est le bêta des capitaux propres b a est le bêta économique V d est la valeur de marché de la dette de l entreprise 2. Nous présentons plus loin certaines difficultés concernant l évaluation de ces paramètres. V e est la valeur de marché des capitaux propres de l entreprise. Modigliani et Miller Modigliani et Miller ont proposé en 1958, dans un des plus célèbres articles de la théorie financière, un raisonnement fondé sur deux hypothèses majeures : un monde sans impôt et sans dette risquée (l entreprise peut s endetter au taux sans risque quel que soit son niveau d endettement). Si ces deux hypothèses sont respectées, Modigliani et Miller montrent que le coût moyen pondéré du capital est stable quelle que soit la structure financière. Il n est alors pas possible de diminuer le coût du financement en modifiant le levier financier. La valeur de l entreprise est ainsi indépendante de son financement. L idée de Modigliani et Miller est la suivante. L augmentation du taux de rentabilité exigé par les actionnaires liée à l accroissement du levier compense parfaitement le recours à une source de financement moins coûteuse, en l occurrence, la dette. La démonstration de Modigliani et Miller est très importante, car elle permet également de ne considérer qu un seul coût du capital pour actualiser des cash-flows générés à des temps différents. Les variations de leviers financiers n ont en effet aucune influence sur la valeur. En 1963, dans un nouvel article, Modigliani et Miller reprennent leur démonstration en modifiant une seule hypothèse. L impôt sur les sociétés n est plus nul. Les frais financiers étant déductibles du résultat, des économies d impôt deviennent possibles et les actionnaires vont en bénéficier. La valeur de l entreprise s accroît avec l endettement, qui permet de générer des économies d impôts. Cependant, augmenter l endettement accroît le risque pour les actionnaires mais également pour les créanciers. Avec l augmentation de l endettement, la dette devient risquée et le taux de rentabilité exigé par les créanciers augmente. À partir d un certain niveau de levier financier, la montée du risque va engendrer des coûts supplémentaires que la littérature financière intègre généralement sous le nom de «coûts de faillite». Il s agit des coûts directs et indirects liés, par exemple, à des pertes d activités, de confiance avec les partenaires, de cessions d actifs à prix «bradés», etc. Une structure financière optimale va ainsi émerger. Une autre manière de dire les choses est de considérer que le coût du capital demeure stable dans une fourchette de valeurs de leviers financiers relativement importante. L approche de Modigliani et Miller demeure largement valide même en présence d impôt et de dette risquée. TROIS MÉTHODES POUR MESURER LE COÛT MOYEN PONDÉRÉ DU CAPITAL Plusieurs méthodes sont disponibles pour mesurer le coût moyen pondéré du capital. Nous présentons ci-dessous les trois principales. La méthode indirecte La méthode indirecte est probablement la méthode la plus utilisée par les praticiens. Elle consiste simplement à définir la moyenne pondérée du coût des fonds propres (k e ) et de la dette (k d ) par leur valeur de marché (V d et V e ), comme nous l avons expliqué précédemment. La méthode directe La méthode directe consiste à déterminer le coût moyen pondéré du capital en appliquant le MEDAF. Par opposition à l approche précédente, il s agit de définir «directement» le taux de rentabilité exigé pour investir dans un projet en appréhendant le coefficient bêta du projet (ou bêta de l actif estimé dans la pratique comme le bêta des capitaux propres à dette nulle). L approche actuarielle Dans cette approche, le coût moyen pondéré du capital est égal au taux actuariel qui égalise la valeur actuelle des flux de trésorerie d exploitation futurs (ou Free Cash-Flow to the Firm FCFF) et la valeur de la firme (FV) 3 (voir équation ci-dessous). t = T FV = V e + V d = t = 1 FCFF t (1 + CMPC) t 3. La valeur de la firme est estimée en sommant la valeur de marché des fonds propres (Ve) mesurée par la capitalisation boursière et la valeur de la dette financière nette des actifs de trésorerie (Vd). 6 Banque & Stratégie n 331 décembre 2014

9 AQR ET STRESS TESTS : QUELLES CONSÉQUENCES? QUELLES PERSPECTIVES? Président de séance : Marie-Hélène FORTÉSA, directeur associé, EY Quels enseignements tirer de la mise en œuvre des AQR en 2014? Frédéric VISNOVSKY, secrétaire général adjoint, ACPR Mardi 20 janvier 2015 de 18 h 00 à 20 h 00 Inscription sur Retour d expérience d un cabinet d audit et de conseil, impliqué auprès des banques et des régulateurs dans l exercice AQR à l échelle européenne Luc VALVERDE, responsable du secteur banque et marchés de capitaux, associé, EY Quels enseignements tirer de la mise place du comprehensive assessment et de la supervision unique : le point de vue des banques Arnaud JACQUEMIN, directeur délégué des risques du Groupe, Société Générale QUELLES PERSPECTIVES SUR L ENTRÉE EN VIGUEUR DE LA DIRECTIVE REDRESSEMENT ET RÉSOLUTION? Mardi 10 février 2015 de 18 h 00 à 20 h 00 Président de séance : Marie-Hélène FORTÉSA, directeur associé, EY Évolutions réglementaires et institutionnelles induites par l entrée en vigueur des textes européens, BRRD et SRM Dominique LABOUREIX, directeur général adjoint en charge de la Direction de la Résolution, ACPR Inscription sur Le renflouement interne : outil demain pour la résolution ou contrainte aujourd hui sur l organisation des banques? Arnaud SANTOIRE, directeur redressement et résolution, BPCE La directive Redressement et Résolution s intègre-t-elle dans le contexte réglementaire international? Mark VENUS, Head of RRP - Group Prudential Affairs, BNP Paribas Partenaire officiel Lieu Auditorium de la FBF 18, rue La Fayette Paris Contact Magali Marchal Tél. : Fax :

10 ISSN Mensuel - 70 euros Banque & Stratégie ABONNEMENTS 2014 Je choisis l abonnement à BANQUE & STRATÉGIE coché ci-dessous : DÉCOUVERTE 1 MOIS: 1 n o + accès online France (TTC) Étranger Quantité Total Nouveaux abonnés (offre réservée non renouvelable) 70,00 75, AN : 11 n os + accès online France (TTC) Étranger Quantité Total Tous abonnés 655,00 685, COUPLAGE REVUE BANQUE + BANQUE & STRATÉGIE 1 AN : 23 n os + 2 suppléments + accès online France (TTC) Étranger Quantité Total Offre réservée aux non abonnés 780,00 820, LA BIBLIOTHÈQUE NUMÉRIQUE (1) France (TTC) Quantité Total Abonnement annuel 1 compte 165,00... Abonnement annuel 5 comptes (2) 625, TOTAL (TVA : 2,10 % incluse sur le tarif France) (1) Réservé aux abonnés à une des revues du groupe. (2) Au-delà de 5 comptes, nous consulter Société... Nom... Prénom... n 327 Juillet-août 2014 BANQUE STRATÉGIE cahier de prospective bancaire & financière 3 DOSSIER Union bancaire La résolution, et après? À l heure où l Union européenne est en panne de projet, le club plus restreint de la zone euro a donné naissance à l Union bancaire. Cette construction reste à finaliser (mécanisme de résolution imparfait, fonds de garantie des dépôts manquant ), mais elle pourrait bien propager son élan fédéral à d autres domaines économiques et à l Union européenne dans son ensemble. 4 Sommaire VEILLE STRATÉGIQUE 21 Banque centrale Taux négatif et autres mesures d assouplissement monétaire de la BCE : quelles sont les implications potentielles? Éric Dor, IESEG School of Management 28 Établissement de paiement et de monnaie électronique Le nouveau visage du marché des paiements Bruno Joanides et Tatiana Rozoum, Syrtals BANQUE & STRATÉGIE Le complément stratégique et prospectif de Revue Banque 70,00 le numéro Fonction... Service... Adresse... Code postal/ville...pays... Code TVA (pour les pays de la CEE)... Téléphone...Télécopie... (indispensable)... En application de la loi du 6 janvier 1978, les informations ci-dessus sont indispensables au traitement de votre commande et sont communiquées aux destinataires aptes à les traiter. Elles peuvent donner lieu à l exercice du droit d accès et de rectification auprès de Revue Banque. Vous pouvez vous opposer à ce que vos nom et adresse soient cédés ultérieurement en le demandant par écrit au secrétariat général de Revue Banque. À retourner au SERVICE ABONNEMENTS REVUE BANQUE 18 rue La Fayette Paris Tél. : 33(0) Fax : 33(0) Règlement à l ordre de La Revue Banque par chèque par carte bancaire* n Date limite de validité : _ / _ Notez les 3 derniers chiffres du cryptogramme visuel (au verso de votre carte) : _ * Sauf American Express et Diner s Club. Le règlement sur l étranger est à joindre impérativement à la commande et doit être effectué en euros, par chèque payable en France, net de frais. Pour les virements bancaires et CCP, nous consulter. DATE et SIGNATURE BS14 Vos abonnements se poursuivent on line sur Feuilletage, accès illimité aux archives de Banque & Stratégie

BANQUE STRATÉGIE. Captives financières ÉVOLUTION DANS LA CONTINUITÉ. cahier de prospective bancaire & financière DOSSIER

BANQUE STRATÉGIE. Captives financières ÉVOLUTION DANS LA CONTINUITÉ. cahier de prospective bancaire & financière DOSSIER BANQUE n 332 Janvier 2015 ISSN 0762-4077 Mensuel - 70 euros STRATÉGIE cahier de prospective bancaire & financière DOSSIER Captives financières ÉVOLUTION DANS LA CONTINUITÉ Les captives ou filiales financières

Plus en détail

BANQUE STRATÉGIE ENASS PAPERS 9. cahier de prospective bancaire & financière DOSSIER

BANQUE STRATÉGIE ENASS PAPERS 9. cahier de prospective bancaire & financière DOSSIER BANQUE n 336 Mai 2015 ISSN 0762-4077 Mensuel - 70 euros STRATÉGIE cahier de prospective bancaire & financière DOSSIER ENASS PAPERS 9 Au menu de ce neuvième opus des ENASS papers, plusieurs points d actualité

Plus en détail

Le WACC est-il le coût du capital?

Le WACC est-il le coût du capital? Echanges d'expériences Comptabilité et communication financière Dans une évaluation fondée sur la méthode DCF, l objectif premier du WACC est d intégrer l impact positif de la dette sur la valeur des actifs.

Plus en détail

BANQUE, ASSURANCE ET BIG DATA

BANQUE, ASSURANCE ET BIG DATA SÉMINAIRES Rencontre Banque & Droit BANQUE, ASSURANCE ET BIG DATA Mardi 2 juin 2015 de 9 h 00 à 12 h 00 Auditorium de la FBF 18, rue La Fayette 75009 Paris En partenariat avec En collaboration avec ASSOCIATION

Plus en détail

BANQUE. cahier de prospective bancaire & financière

BANQUE. cahier de prospective bancaire & financière BANQUE n 324 Avril 2014 ISSN 0762-4077 Mensuel - 70 euros STRATÉGIE cahier de prospective bancaire & financière 3 DOSSIER Évaluation complète des banques Un bilan de santé éprouvant Bilan de santé du système

Plus en détail

Rencontre Banque & Droit

Rencontre Banque & Droit Titrisation : un outil de financement de l économie? Jeudi 5 juin 2014 de 9 h à 12 h Auditorium de la FBF 18, rue La Fayette 75009 Paris En partenariat avec En collaboration avec ASSOCIATION NATIONALE

Plus en détail

Rencontre Banque & Droit

Rencontre Banque & Droit AMPHITHÉÂTRE THOMSON REUTERS TRANSACTIVE BANQUE EN LIGNE : QUID DES OBLIGATIONS JURIDIQUES? > Mardi 5 novembre 2013 de 9h00 à 12h00 > Amphithéâtre Thomson Reuters Transactive 6/8 Bd Haussmann 75009 Paris

Plus en détail

master Principes de Finance d Entreprise Corporate Finance Création de valeur Philippe Thomas Collection BANQUE FINANCE ASSURANCE

master Principes de Finance d Entreprise Corporate Finance Création de valeur Philippe Thomas Collection BANQUE FINANCE ASSURANCE Collection master BANQUE FINANCE ASSURANCE Principes de Finance d Entreprise Corporate Finance Création de valeur Philippe Thomas Table des matières Introduction... 9 Chapitre 1 L entreprise : l investissement

Plus en détail

SLP, COTATION DES OPCVM, ELTIF : LE POINT SUR LES DERNIÈRES RÉFORMES EN MATIÈRE DE GESTION COLLECTIVE

SLP, COTATION DES OPCVM, ELTIF : LE POINT SUR LES DERNIÈRES RÉFORMES EN MATIÈRE DE GESTION COLLECTIVE SÉMINAIRES Rencontre Banque & Droit SLP, COTATION DES OPCVM, ELTIF : LE POINT SUR LES DERNIÈRES RÉFORMES EN MATIÈRE DE GESTION COLLECTIVE Mardi 6 octobre 2015 de 9 h 00 à 12 h 00 Auditorium de la FBF 18,

Plus en détail

BANQUE STRATÉGIE. Innovation et nouvelles technologies : où en sont les banques? cahier de prospective bancaire & financière DOSSIER

BANQUE STRATÉGIE. Innovation et nouvelles technologies : où en sont les banques? cahier de prospective bancaire & financière DOSSIER BANQUE n 316 Juillet-août 2013 ISSN 0762-4077 Mensuel - 70 euros STRATÉGIE cahier de prospective bancaire & financière DOSSIER Innovation et nouvelles technologies : où en sont les banques? La plupart

Plus en détail

DISCOUNTED CASH-FLOW

DISCOUNTED CASH-FLOW DISCOUNTED CASH-FLOW Principes généraux La méthode des flux futurs de trésorerie, également désignée sous le terme de Discounted Cash Flow (DCF), est très largement admise en matière d évaluation d actif

Plus en détail

BANQUE. cahier de prospective bancaire & financière

BANQUE. cahier de prospective bancaire & financière BANQUE n 295 Septembre 2011 ISSN 0762-4077 Mensuel - 70 euros revue-banque.fr STRATÉGIE cahier de prospective bancaire & financière dossier les institutions financières internationales se réinventent Qu

Plus en détail

PRINCIPES ET APPROCHES DE L EVALUATION D ENTREPRISES

PRINCIPES ET APPROCHES DE L EVALUATION D ENTREPRISES PRINCIPES ET APPROCHES DE L EVALUATION D ENTREPRISES Plan Introduction Partie 1: Rappel des principales méthodes d évaluation financière Partie 2: la méthode Discounted Cash Flow Partie 3: la méthode des

Plus en détail

Principes de Finance

Principes de Finance Principes de Finance 9 et 10. Politique de financement Daniel Andrei Semestre de printemps 2011 Principes de Finance 9 & 10. Financement Printemps 2011 1 / 62 Plan I Introduction II La structure financière

Plus en détail

BANQUE. cahier de prospective bancaire & financière. CHAMBRES DE COMPENSATION Quel business model?

BANQUE. cahier de prospective bancaire & financière. CHAMBRES DE COMPENSATION Quel business model? BANQUE n 333 Février 2015 ISSN 0762-4077 Mensuel - 70 euros STRATÉGIE cahier de prospective bancaire & financière DOSSIER CHAMBRES DE COMPENSATION Quel business model? Destinées à sécuriser les échanges

Plus en détail

BANQUE DROIT. la pratique du droit bancaire français et européen. Droit des entreprises en difficulté

BANQUE DROIT. la pratique du droit bancaire français et européen. Droit des entreprises en difficulté BANQUE Octobre 2013 ISSN 1777-5752 60 euros DROIT la pratique du droit bancaire français et européen Droit des entreprises en difficulté Des pistes pour une réforme La convergence européenne La procédure

Plus en détail

ANALYSE DU RISQUE DE CRÉDIT

ANALYSE DU RISQUE DE CRÉDIT Le risque de crédit est le risque de perte sur une créance ou celui d un débiteur (une entreprise défaillante par exemple) qui n honore pas sa dette à échéance. Il dépend de trois paramètres : le montant

Plus en détail

BANQUE STRATÉGIE. La gestion actif-passif au cœur des nouveaux modèles bancaires. cahier de prospective bancaire & financière DOSSIER

BANQUE STRATÉGIE. La gestion actif-passif au cœur des nouveaux modèles bancaires. cahier de prospective bancaire & financière DOSSIER BANQUE n 311 Février 2013 ISSN 0762-4077 Mensuel - 70 euros revue-banque.fr STRATÉGIE cahier de prospective bancaire & financière DOSSIER La gestion actif-passif au cœur des nouveaux modèles bancaires

Plus en détail

Dossier 1 ETUDE DE CAS

Dossier 1 ETUDE DE CAS DSCG session 2012 UE2 Finance Corrigé indicatif Dossier 1 ETUDE DE CAS 1. Evaluation de GRENELLE: 1.1. Valeur des fonds propres Vcp par la méthode des DCF Evolution du chiffre d affaires (TCAM : 6,7%)

Plus en détail

Valoriser dans une optique de développement: réussir une levée de fonds

Valoriser dans une optique de développement: réussir une levée de fonds ENTREPRISE ET PATRIMOINE RDV TransmiCCIon 23 mai 2013 Valoriser dans une optique de développement: réussir une levée de fonds Conseil en fusions-acquisitions et ingénierie financière Intégrité indépendance

Plus en détail

BANQUE STRATÉGIE. marketing bancaire. cahier de prospective bancaire & financière. dossier

BANQUE STRATÉGIE. marketing bancaire. cahier de prospective bancaire & financière. dossier BANQUE n 298 Décembre 2011 ISSN 0762-4077 Mensuel - 70 euros revue-banque.fr STRATÉGIE cahier de prospective bancaire & financière dossier marketing bancaire Internet et ses composantes ont un impact croissant

Plus en détail

BANQUE. STRATÉGIE cahier de prospective bancaire & financière ENASS PAPERS 5. ENASS Entreprise DOSSIER

BANQUE. STRATÉGIE cahier de prospective bancaire & financière ENASS PAPERS 5. ENASS Entreprise DOSSIER BANQUE n 315 Juin 2013 ISSN 0762-4077 Mensuel - 70 euros revue-banque.fr STRATÉGIE cahier de prospective bancaire & financière DOSSIER ENASS PAPERS 5 Ce cinquième numéro des ENASS Papers couvre, comme

Plus en détail

BANQUE DROIT. la pratique du droit bancaire français et européen. Le meilleur de Revue Banque. Articles & chroniques juridiques en 2011

BANQUE DROIT. la pratique du droit bancaire français et européen. Le meilleur de Revue Banque. Articles & chroniques juridiques en 2011 Mars 2012 60 euros Le meilleur de Revue Banque Articles & chroniques juridiques en 2011 Préface de Thierry Bonneau La protection accrue de l épargnant et de l investisseur Les marchés sous surveillance

Plus en détail

Lorsqu une entreprise a besoin de capitaux pour financer des projets à long terme, elle doit décider

Lorsqu une entreprise a besoin de capitaux pour financer des projets à long terme, elle doit décider Partie V Structure financière et valeur de l entreprise Chapitre 14 La structure financière en marchés parfaits Lorsqu une entreprise a besoin de capitaux pour financer des projets à long terme, elle doit

Plus en détail

Dillenschneider Favaro & Associés

Dillenschneider Favaro & Associés Dillenschneider Favaro & Associés cabinet d avocats paris luxembourg une histoire commune Des expériences professionnelles différentes et des expertises complémentaires ont fondé une histoire commune quand

Plus en détail

Interview. «Dr Mader et Mme Braun-Cangl, les investissements en non coté sont-ils adaptés à tous les portefeuilles institutionnels?

Interview. «Dr Mader et Mme Braun-Cangl, les investissements en non coté sont-ils adaptés à tous les portefeuilles institutionnels? Interview «Dr Mader et Mme Braun-Cangl, les investissements en non coté sont-ils adaptés à tous les portefeuilles institutionnels?» 34 Update I/2014 Le rédacteur en chef, Marty-Jörn Klein, s est entretenu

Plus en détail

Université Paris 1 Panthéon Sorbonne UFR Gestion Sorbonne M1 Gestion Financière 2 2015-2016

Université Paris 1 Panthéon Sorbonne UFR Gestion Sorbonne M1 Gestion Financière 2 2015-2016 1 Université Paris 1 Panthéon Sorbonne UFR Gestion Sorbonne M1 Gestion Financière 2 2015-2016 Organisation pratique L enseignant et l équipe pédagogique Prérequis utiles pour le cours Supports pédagogiques

Plus en détail

Les grandes manœuvres

Les grandes manœuvres supplément N 741 - novembre 2011 ne peut être vendu séparément revue-banque.fr Cartes bancaires paiement mobile e-monnaie Les grandes manœuvres SuPPlÉment Cartes bancaires / paiement mobile / e-monnaie

Plus en détail

Europimmo LFP. SCPI d entreprise, immobilier européen AVERTISSEMENT

Europimmo LFP. SCPI d entreprise, immobilier européen AVERTISSEMENT LFP Europimmo SCPI d entreprise, immobilier européen AVERTISSEMENT Les parts de SCPI sont des supports de placement à long terme et doivent être acquises dans une optique de diversification de votre patrimoine.

Plus en détail

BANQUE. cahier de prospective bancaire & financière. Le capital-investissement en manque d oxygène critiques

BANQUE. cahier de prospective bancaire & financière. Le capital-investissement en manque d oxygène critiques BANQUE n 309 Décembre 2012 ISSN 0762-4077 Mensuel - 70 euros revue-banque.fr STRATÉGIE cahier de prospective bancaire & financière DOSSIER Le capital-investissement en manque d oxygène critiques Les levées

Plus en détail

BANQUE DROIT. la pratique du droit bancaire et financier et de la conformité. Christian GAMALEU KAMENI, CREDIMI - Université de Bourgogne

BANQUE DROIT. la pratique du droit bancaire et financier et de la conformité. Christian GAMALEU KAMENI, CREDIMI - Université de Bourgogne BANQUE n 162 Juillet-août 2015 ISSN 1777-5752 Bimestriel 70 euros DROIT la pratique du droit bancaire et financier et de la conformité 3 ÉDITORIAL Jean-Jacques DAIGRE ARTICLES 4 Mécanisme de surveillance

Plus en détail

Rencontre Banque & Droit

Rencontre Banque & Droit séminaires Rencontre Banque & Droit Le stockage et l archivage électroniques dans la banque : quels enjeux? Mardi 30 septembre 2014 de 9 h à 12 h Auditorium de la FBF 18, rue La Fayette 75009 Paris En

Plus en détail

Session : Coût du capital

Session : Coût du capital Session : Coût du capital 1 Objectifs Signification du coût du capital Mesure du coût du capital Exemple illustratif de calcul du coût du capital. 2 Capital fourni par les actionnaires ou les banques L

Plus en détail

TABLE DES MATIERES PRÉFACE... 9 INTRODUCTION... 11 PARTIE I. EVALUATION DES ENTREPRISES... 15. Table des matieres

TABLE DES MATIERES PRÉFACE... 9 INTRODUCTION... 11 PARTIE I. EVALUATION DES ENTREPRISES... 15. Table des matieres TABLE DES MATIERES PRÉFACE................................................ 9 INTRODUCTION........................................ 11 PARTIE I. EVALUATION DES ENTREPRISES............... 15 CHAPITRE 1. CONTEXTE

Plus en détail

numéro 242 juin-juillet 2014

numéro 242 juin-juillet 2014 numéro 242 juin-juillet 2014 SOMMAIRE 7 Ont contribué à ce numéro 11 Les voies d une refondation du capitalisme. Une responsabilité élargie et une rémunération spécifique de la fonction de contrôle actionnarial

Plus en détail

Master Finance Apprentissage Master 2

Master Finance Apprentissage Master 2 Master Finance Apprentissage Master 2 2014/2015 UE1 ENTREPRISE ET MARCHÉS DE CAPITAUX Ydriss Ziane L'objectif général de cette unité d enseignement est de permettre aux étudiants d appréhender les grandes

Plus en détail

BANQUE. STRATÉGIE cahier de prospective bancaire & financière. Private equity L ère de la maturité. dossier. 4 Sommaire

BANQUE. STRATÉGIE cahier de prospective bancaire & financière. Private equity L ère de la maturité. dossier. 4 Sommaire BANQUE n 289 Février 2011 ISSN 0762-4077 Mensuel - 70 euros revue-banque.fr STRATÉGIE cahier de prospective bancaire & financière dossier Private equity L ère de la maturité Les métiers du private equity

Plus en détail

Chapitre 20. Les options

Chapitre 20. Les options Chapitre 20 Les options Introduction Les options financières sont des contrats qui lient deux parties. Les options existent dans leur principe depuis plusieurs millénaires, mais elles connaissent depuis

Plus en détail

Signature d une charte pour améliorer l accès au crédit des EIRL avec la Fédération Bancaire Française - Bercy > mardi 31 mai 2011.

Signature d une charte pour améliorer l accès au crédit des EIRL avec la Fédération Bancaire Française - Bercy > mardi 31 mai 2011. Signature d une charte pour améliorer l accès au crédit des EIRL avec la Fédération Bancaire Française - Bercy > mardi 31 mai 2011 Dossier de presse www.economie.gouv.fr FREDERIC LEFEBVRE, SECRÉTAIRE D

Plus en détail

I N V I T A T I O N Cycle de formation

I N V I T A T I O N Cycle de formation I N V I T A T I O N Cycle de formation Comprendre les conditions de financement des PME post-crise De 8h30 à 14h - CGPME 75 19 rue de l Amiral d Estaing 75116 Paris OBJECTIF DU SEMINAIRE : Les PME sont

Plus en détail

Esarc - Pôle formations à distance

Esarc - Pôle formations à distance Esarc - MASTER EUROPEEN EN MANAGEMENT ET STRATEGIE FINANCIERE - BAC+5 - MSFI Le Master Européen est un diplôme Bac+5, délivré par la FEDE (Fédération Européenne des Écoles). La FEDE est une association

Plus en détail

BANQUE. cahier de prospective bancaire & financière. Réduire le risque : la nouvelle obsession

BANQUE. cahier de prospective bancaire & financière. Réduire le risque : la nouvelle obsession BANQUE n 303 Mai 2012 ISSN 0762-4077 Mensuel - 70 euros revue-banque.fr STRATÉGIE cahier de prospective bancaire & financière 3 dossier Réduire le risque : la nouvelle obsession Les décisions prises pour

Plus en détail

Chapitre 4 : construction de portefeuille (II)

Chapitre 4 : construction de portefeuille (II) Chapitre 4 : construction de portefeuille (II) 08.11.2013 Plan du cours Espérance de rentabilité d un portefeuille Volatilité d un portefeuille Choix du portefeuille efficient Prise en compte de l actif

Plus en détail

ENJEUX. supplément DE LA BANQUE DE DÉTAIL & DÉFIS POUR LA FORMATION. Novembre 2013 Supplément au n 765 Ne peut être vendu séparément revue-banque.

ENJEUX. supplément DE LA BANQUE DE DÉTAIL & DÉFIS POUR LA FORMATION. Novembre 2013 Supplément au n 765 Ne peut être vendu séparément revue-banque. supplément Novembre 2013 Supplément au n 765 Ne peut être vendu séparément MICHEL ROUX Directeur de l IUP Banque finance et des Masters Banque Finance Assurance et Comptabilité, Contrôle Audit Directeur

Plus en détail

Optimiser la Gestion des réserves ou des excédents de trésorerie des Entreprises et des Associations

Optimiser la Gestion des réserves ou des excédents de trésorerie des Entreprises et des Associations Optimiser la Gestion des réserves ou des excédents de trésorerie des Entreprises et des Associations L opportunité pour l Expert- Comptable de proposer un audit financier aux clients concernés Au sommaire

Plus en détail

Société Française des Evaluateurs

Société Française des Evaluateurs Strictement confidentiel Société Française des Evaluateurs L évaluation dans le secteur bancaire : particularités, limites et changements post-crise 2008. PwC Valuation & Business Modelling Juin 2015 Projet

Plus en détail

Comment valoriser une entreprise et sur quels critères? ISEC 22 novembre 2011 Evaluation d entreprises

Comment valoriser une entreprise et sur quels critères? ISEC 22 novembre 2011 Evaluation d entreprises 1 Comment valoriser une entreprise et sur quels critères? ISEC 22 novembre 2011 Evaluation d entreprises Sommaire Préambule Comment bien évaluer une entreprise? Le diagnostic Le business plan L approche

Plus en détail

ANALYSE DU RISQUE DE CRÉDIT

ANALYSE DU RISQUE DE CRÉDIT ANALYSE DU RISQUE DE CRÉDIT Banque & Marchés Cécile Kharoubi Professeur de Finance ESCP Europe Philippe Thomas Professeur de Finance ESCP Europe TABLE DES MATIÈRES Introduction... 15 Chapitre 1 Le risque

Plus en détail

Comment évaluer une banque?

Comment évaluer une banque? Comment évaluer une banque? L évaluation d une banque est basée sur les mêmes principes généraux que n importe quelle autre entreprise : une banque vaut les flux qu elle est susceptible de rapporter dans

Plus en détail

DCG 6. Finance d entreprise. L essentiel en fiches

DCG 6. Finance d entreprise. L essentiel en fiches DCG 6 Finance d entreprise L essentiel en fiches DCG DSCG Collection «Express Expertise comptable» J.-F. Bocquillon, M. Mariage, Introduction au droit DCG 1 L. Siné, Droit des sociétés DCG 2 V. Roy, Droit

Plus en détail

Présentation du corps de contrôle des assurances LE MÉTIER DE COMMISSAIRE-CONTRÔLEUR

Présentation du corps de contrôle des assurances LE MÉTIER DE COMMISSAIRE-CONTRÔLEUR Présentation du corps de contrôle des assurances LE MÉTIER DE COMMISSAIRE-CONTRÔLEUR L Assurance : un secteur clé de la vie économique Le secteur de l assurance est un acteur majeur de la vie économique

Plus en détail

Programme de spécialisation. «Direction et Ingénierie Financières»

Programme de spécialisation. «Direction et Ingénierie Financières» Programme de spécialisation «Direction et Ingénierie Financières» 240 heures Octobre 2011 / septembre 2012 Directeur ESCP Europe Executive Education: Yves AZOULAY yazoulay@escpeurope.eu Directeur scientifique

Plus en détail

Financement et rentabilité des investissements

Financement et rentabilité des investissements Collection les mémentos finance dirigée par Jack FORGET Financement et rentabilité des investissements Maximiser les revenus des investissements Jack FORGET Éditions d Organisation, 2005 ISBN : 2-7081-3252-0

Plus en détail

Audit de la filière et pilotage des prestataires : les meilleurs dispositifs juridiques, techniques et organisationnels

Audit de la filière et pilotage des prestataires : les meilleurs dispositifs juridiques, techniques et organisationnels 16 ème Forum Annuel Chèque 2009 Audit de la filière et pilotage des prestataires : les meilleurs dispositifs juridiques, techniques et organisationnels Le 23 janvier 2009, Cercle National des Armées, Paris

Plus en détail

BANQUE DROIT. la pratique du droit bancaire et financier et de la conformité

BANQUE DROIT. la pratique du droit bancaire et financier et de la conformité BANQUE n 160 Mars-avril 2015 ISSN 1777-5752 Bimestriel 70 euros DROIT la pratique du droit bancaire et financier et de la conformité 3 ÉDITORIAL Jean-Jacques DAIGRE ARTICLES 4 Inconstitutionnalité du transfert

Plus en détail

Le build-up est-il la solution?

Le build-up est-il la solution? Développement des Entreprises de Taille Intermédiaire (ETI) en France Le build-up est-il la solution? Paris - 10 janvier 2012 Oliver Gottschalg Pierre Mestchersky Stéphane Gilet Dominique Degand Observatoire

Plus en détail

Fondements de Finance

Fondements de Finance Programme Grande Ecole Fondements de Finance Chapitre 5 : L évaluation des actions Cours proposé par Fahmi Ben Abdelkader Version étudiants Mars 2012 Valorisation des actifs financiers 1 Les taux d intérêt

Plus en détail

Monia Amami Franck Brulhart Raymond Gambini Pierre-Xavier Meschi

Monia Amami Franck Brulhart Raymond Gambini Pierre-Xavier Meschi Version 4.7 Simulation d Entreprise «Artemis» Monia Amami Franck Brulhart Raymond Gambini Pierre-Xavier Meschi p. 1 1. Objectifs et Contexte Général L objectif de la simulation d entreprise «Artemis» est

Plus en détail

Théorie Financière 4E 4. Evaluation d actions et td d entreprises

Théorie Financière 4E 4. Evaluation d actions et td d entreprises Théorie Financière 4E 4. Evaluation d actions et td d entreprises Objectifs de la session 1. Introduire le «dividend discount model» (DDM) 2. Comprendre les sources de croissance du dividende 3. Analyser

Plus en détail

15 ÈME SÉMINAIRE AVRIL 2012 INSCRIPTIONS DU 03 AU 06 À LA CRÉATION D ENTREPRISES SENSIBILISATION DOCTORANTS POST-DOC MASTERS PERSONNELS DE LABORATOIRE

15 ÈME SÉMINAIRE AVRIL 2012 INSCRIPTIONS DU 03 AU 06 À LA CRÉATION D ENTREPRISES SENSIBILISATION DOCTORANTS POST-DOC MASTERS PERSONNELS DE LABORATOIRE 15 ÈME SÉMINAIRE DU 03 AU 06 AVRIL 2012 INSCRIPTIONS SENSIBILISATION À LA CRÉATION D ENTREPRISES DOCTORANTS POST-DOC MASTERS PERSONNELS DE LABORATOIRE A destination de l ensemble des doctorants (séminaire

Plus en détail

3. Le pilotage par le cash

3. Le pilotage par le cash Cependant, l allocation du capital engagé ne peut pas toujours être opérée à des niveaux très fins. Il est néanmoins intéressant de tenter de le répartir sur de plus grands périmètres (diverses activités

Plus en détail

table des matières PARtie i introduction Notations courantes... XXIII Les auteurs... XXV Avant-propos... XXVII Remerciements...

table des matières PARtie i introduction Notations courantes... XXIII Les auteurs... XXV Avant-propos... XXVII Remerciements... table des matières Notations courantes............................................................... XXIII Les auteurs......................................................................... XXV Avant-propos.......................................................................

Plus en détail

FISCALITÉ ET BUSINESS PLAN : DE LA DÉDUCTIBILITÉ DES CHARGES FINANCIÈRES

FISCALITÉ ET BUSINESS PLAN : DE LA DÉDUCTIBILITÉ DES CHARGES FINANCIÈRES FISCALITÉ ET BUSINESS PLAN : DE LA DÉDUCTIBILITÉ DES CHARGES FINANCIÈRES Pierre Astolfi et Olivier Ramond SFEV Matinale du 17 avril 2013 INTRODUCTION (1/2) Depuis 2006, 4 enjeux en matière de construction

Plus en détail

Fondements de Finance

Fondements de Finance Fondements de Finance Programme Grande Ecole Master In Management Chapitre 9. : Le coût du capital et la structure financière Fahmi Ben Abdelkader Version étudiants Préambule La Structure du capital =

Plus en détail

Session de formation professionnelle en finance islamique

Session de formation professionnelle en finance islamique Session de formation professionnelle en finance islamique 3 journées de workshop intensifs pour aller au cœur des métiers de la «finance islamique» 20, 21 et 22 Novembre 2013 à Dakar Hôtel Radisson Blu

Plus en détail

PME Finance 29 avril 2014

PME Finance 29 avril 2014 PME Finance 29 avril 2014 http://www.pmefinance.org/9587-crowdfunding-analyse-du-projet-d-ordonnance.html Crowdfunding : le projet d'ordonnance se précise Très attendu, le projet d'ordonnance de simplification

Plus en détail

MASTER. master222.dauphine.fr GESTION D ACTIFS ASSET MANAGEMENT. Formation en alternance, initiale et continue FINANCE

MASTER. master222.dauphine.fr GESTION D ACTIFS ASSET MANAGEMENT. Formation en alternance, initiale et continue FINANCE MASTER FINANCE 222 GESTION D ACTIFS ASSET MANAGEMENT Formation en alternance, initiale et continue master222.dauphine.fr Le mot du directeur La gestion d actifs fait appel à des techniques et à des procédures

Plus en détail

Mise en place du Mécanisme de Supervision Unique (MSU)

Mise en place du Mécanisme de Supervision Unique (MSU) Mise en place du Mécanisme de Supervision Unique (MSU) Mise en place du Mécanisme de Supervision Unique (MSU) 1. Le MSU est l un des piliers de l Union bancaire européenne 2. La mise en œuvre opérationnelle

Plus en détail

1. Définition des composantes de la trésorerie

1. Définition des composantes de la trésorerie Avis n 2015-06 du 3 juillet 2015 relatif à la norme 10 «Les composantes de la trésorerie» du Recueil des normes comptables de l Etat Le Conseil de normalisation des comptes publics a adopté le 3 juillet

Plus en détail

Faculté des Sciences Economiques et de Gestion de Nabeul. Université de Carthage. Master de Recherche Finance des Entreprises et des Marchés

Faculté des Sciences Economiques et de Gestion de Nabeul. Université de Carthage. Master de Recherche Finance des Entreprises et des Marchés Faculté des Sciences Economiques et de Gestion de Nabeul Université de Carthage Master de Recherche Finance des Entreprises et des Marchés Le mot du responsable Le master de recherche «Finance des Entreprises

Plus en détail

DIRECTION COMMERCIALE SOCIÉTÉ GÉNÉRALE DE l HERAULT IMPLANTÉE A MONTPELLIER DEPUIS 1869 39 AGENCES 300 COLLABORATEURS 136 000 CLIENTS PARTICULIERS

DIRECTION COMMERCIALE SOCIÉTÉ GÉNÉRALE DE l HERAULT IMPLANTÉE A MONTPELLIER DEPUIS 1869 39 AGENCES 300 COLLABORATEURS 136 000 CLIENTS PARTICULIERS GARDER LE RYTHME DIRECTION COMMERCIALE SOCIÉTÉ GÉNÉRALE DE l HERAULT IMPLANTÉE A MONTPELLIER DEPUIS 1869 39 AGENCES 300 COLLABORATEURS 136 000 CLIENTS PARTICULIERS 5 500 CLIENTS PROFESSIONNELS 1 400 ENTREPRISES

Plus en détail

CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL DE CENTRE LOIRE

CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL DE CENTRE LOIRE CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL DE CENTRE LOIRE Eléments d appréciation du prix de rachat des CCI émis par la CRCAM Centre Loire dans le cadre de l approbation par l'assemblée générale des sociétaires,

Plus en détail

TD n 1 : la Balance des Paiements

TD n 1 : la Balance des Paiements TD n 1 : la Balance des Paiements 1 - Principes d enregistrement L objet de la Balance des Paiements est de comptabiliser les différentes transactions entre résidents et non-résidents au cours d une année.

Plus en détail

SPECIALISATIONS DU MASTER GRANDE ECOLE

SPECIALISATIONS DU MASTER GRANDE ECOLE SPECIALISATIONS DU MASTER GRANDE ECOLE Finance, Contrôle des Organisations Cette spécialisation se fonde sur la nécessité de prendre des décisions et/ou d organiser les différents processus au cœur de

Plus en détail

OBSERVATOIRE DE LA VALEUR DES MOYENNES ENTREPRISES 1 ERE EDITION OCTOBRE 2014

OBSERVATOIRE DE LA VALEUR DES MOYENNES ENTREPRISES 1 ERE EDITION OCTOBRE 2014 OBSERVATOIRE DE LA VALEUR DES MOYENNES ENTREPRISES > 1 ERE EDITION OCTOBRE 2014 EDITO En résonance avec l actualité, ce nouvel observatoire portant sur la valeur des moyennes entreprises consacre l utilité

Plus en détail

2.1.1. Le constat : un nombre élevé de programmes de rachat, mais plus limité en ce qui concerne les établissements de crédit

2.1.1. Le constat : un nombre élevé de programmes de rachat, mais plus limité en ce qui concerne les établissements de crédit 2. LES RACHATS PAR LES ENTREPRISES DE LEURS PROPRES ACTIONS : QUELLES LEÇONS PEUT-ON TIRER UN AN APRES LA REFORME? QUEL IMPACT POUR LES ETABLISSEMENTS DE CREDIT COTES? Patrick Branthomme et Dominique Marchal

Plus en détail

Filière «Économie et Entreprise» 2015/2016

Filière «Économie et Entreprise» 2015/2016 Filière «Économie et Entreprise» 2015/2016 1. Présentation de la filière Économie et Entreprise La filière «Economie et entreprises» de quatrième année de SciencesPo Strasbourg donne aux étudiants, dans

Plus en détail

17 & 18, 24 & 25 avril 2015, 30 avril & 1er mai 2015

17 & 18, 24 & 25 avril 2015, 30 avril & 1er mai 2015 À l occasion du festival de Pâques, la mairie de Deauville et l ESSEC Business School créent Break and Share 17 & 18, 24 & 25 avril 2015, 30 avril & 1er mai 2015 Villa Strassburger, à Deauville Autour

Plus en détail

Tarifs et Conditions extrait des prix et services (ttc) au 01/01/2013

Tarifs et Conditions extrait des prix et services (ttc) au 01/01/2013 Tarifs et Conditions extrait des prix et services (ttc) au 01/01/2013 Sommaire Extrait standard des tarifs...3 Ouverture, fonctionnement et suivi de votre compte...4 Relevés de votre compte...4 Services

Plus en détail

Finance pour non financiers

Finance pour non financiers Finance pour non financiers Managers non financiers Responsables opérationnels ayant à dialoguer avec les comptables et les financiers Savoir communiquer avec les financiers dans l entreprise : comptabilité,

Plus en détail

CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL D AQUITAINE

CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL D AQUITAINE CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL D AQUITAINE Eléments d appréciation du prix de rachat des CCI émis par la CRCAM d Aquitaine dans le cadre de l approbation par l'assemblée générale des sociétaires,

Plus en détail

Colloque Groupama AM CEPII. La Zone EURO: Où en est-elle? Où va-t-elle?

Colloque Groupama AM CEPII. La Zone EURO: Où en est-elle? Où va-t-elle? Colloque Groupama AM CEPII La Zone EURO: Où en est-elle? Où va-t-elle? Table ronde 1 : la stabilité et l unité du système financier européen vont- elles être rétablies? Patrick Goux et Christophe h Morel

Plus en détail

Cours de gestion financière (M1)

Cours de gestion financière (M1) Cours de gestion financière (M1) Séances (8 9) du 14 et du 21 novembre 2014 Modigliani Miller : économie fiscale de l endettement, coût moyen pondéré du capital, approche de Miles et Ezzell, coûts directs

Plus en détail

souscrire un contrat luxembourgeois

souscrire un contrat luxembourgeois souscrire un contrat luxembourgeois Au Grand-Duché, les souscripteurs de contrat d assurance vie ou de capitalisation qui bénéficient d un régime de protection contrôlé par les pouvoirs publics ont, en

Plus en détail

Le présent communiqué est publié en application de l article 6 du règlement 2002-04 de la Commission des opérations de bourse.

Le présent communiqué est publié en application de l article 6 du règlement 2002-04 de la Commission des opérations de bourse. 12 mars 2004 Le présent communiqué est publié en application de l article 6 du règlement 2002-04 de la Commission des opérations de bourse. L Offre et la diffusion au public de la note d information restent

Plus en détail

L'analyse de la structure financière

L'analyse de la structure financière 2 L'analyse de la structure financière Les différentes conceptions La structure financière d une entreprise dépend principalement des contraintes technico-économiques liées à la nature des activités développées

Plus en détail

LE CROWDFUNDING. Copyright Duhamel Blimbaum.

LE CROWDFUNDING. Copyright Duhamel Blimbaum. LE CROWDFUNDING Copyright Duhamel Blimbaum. Introduction Le financement participatif (ou «crowdfunding» en anglais) est un mode de financement, via internet, qui permet de collecter les apports financiers

Plus en détail

Assurance et capital-investissement Directive AIFM et utilité de l assurance RC Professionnelle

Assurance et capital-investissement Directive AIFM et utilité de l assurance RC Professionnelle Assurance et capital-investissement Directive AIFM et utilité de l assurance RC Professionnelle Cahiers les d'acp ASSURANCE & CAPITAL PARTNERS (ACP) est le Département spécialisé du Groupe SIACI SAINT

Plus en détail

Conférence ActuariaCnam EFAB CNAM site : http://assurfinance2013.actuariacnam.net @AssurFinance13. Mardi 09 avril 2013 08h30-12h45

Conférence ActuariaCnam EFAB CNAM site : http://assurfinance2013.actuariacnam.net @AssurFinance13. Mardi 09 avril 2013 08h30-12h45 Conférence ActuariaCnam EFAB CNAM site : http://assurfinance2013.actuariacnam.net @AssurFinance13 Mardi 09 avril 2013 08h30-12h45 La banque de Financement et d Investissement est au cœur du modèle de banque

Plus en détail

Journée technique "Finance - Gestion" le 11 Juin 2014 à PARIS

Journée technique Finance - Gestion le 11 Juin 2014 à PARIS Journée technique "Finance - Gestion" le 11 Juin 2014 à PARIS La CNAPE organise, le 11juin 2014, à Paris, une journée technique d échanges avec plusieurs spécialistes, avocats, banquiers et fiscalistes,

Plus en détail

Solvabilité II un changement de paradigme

Solvabilité II un changement de paradigme Réglementation Solvabilité II un changement de paradigme En Europe, près de 7 700 milliards d euros d actifs sont gérés par des investisseurs institutionnels qui ont un horizon d investissement de long

Plus en détail

MEMOIRE POUR UNE HABILITATION A DIRIGER DES RECHERCHES

MEMOIRE POUR UNE HABILITATION A DIRIGER DES RECHERCHES UNIVERSITE DE BOURGOGNE MEMOIRE POUR UNE HABILITATION A DIRIGER DES RECHERCHES Discipline : Sciences de Gestion Matière : Finance Candidate : Aurélie SANNAJUST Fonction : Maître de Conférences à l Université

Plus en détail

Le capital-risque est-il une option viable pour financer les projets innovants en matière d énergie? Le point de vue d un entrepreneur

Le capital-risque est-il une option viable pour financer les projets innovants en matière d énergie? Le point de vue d un entrepreneur Clubs Mines-Energie et Mines-Finance - Le capital-risque est-il une option viable pour financer les projets innovants en matière d énergie? Le point de vue d un entrepreneur Franck Rabut - NovaWatt Président

Plus en détail

Conjuguez immobilier d entreprise et démarche environnementale

Conjuguez immobilier d entreprise et démarche environnementale L anticipation des nouvelles normes environnementales Lors de la constitution d un patrimoine immobilier à travers la création d une nouvelle SCPI, PERIAL Asset Management s efforcera de prendre en compte

Plus en détail

Concours interne de l agrégation du second degré. Section économie et gestion. Programme de la session 2013

Concours interne de l agrégation du second degré. Section économie et gestion. Programme de la session 2013 Concours interne de l agrégation du second degré Concours interne d accès à l échelle de rémunération des professeurs agrégés dans les établissements d enseignement privés sous contrat du second degré

Plus en détail

PILOTER LA SATISFACTION CLIENT POUR MIEUX FIDÉLISER

PILOTER LA SATISFACTION CLIENT POUR MIEUX FIDÉLISER UNE CONFÉRENCE MULTICANAL, KPI, EXPÉRIENCE CLIENT PILOTER LA SATISFACTION CLIENT POUR MIEUX FIDÉLISER Paris Jeudi 20 novembre 2014 conferences.relationclientmag.fr En partenariat avec : ÉDITO est plus

Plus en détail

Synthèse des entretiens première partie : valorisation des titres et communication financière.

Synthèse des entretiens première partie : valorisation des titres et communication financière. Synthèse des entretiens première partie : valorisation des titres et communication financière. Gestionnaire de fonds Analyste financier 1 (secteur des télécommunications) Analyste financier 2 (secteur

Plus en détail

Mastère Spécialisé Analyse Financière Internationale

Mastère Spécialisé Analyse Financière Internationale Antoine DEGARDIN Actuellement en stage en fusions-acquisitions chez BNP Paribas, je dois bien évidemment rendre hommage à cette formation ainsi qu au corps professoral de qualité qui l entoure. L ensemble

Plus en détail

L effet de levier de l endettement et la question de la structure optimale de financement. Pour ou contre Modigliani-Miller?

L effet de levier de l endettement et la question de la structure optimale de financement. Pour ou contre Modigliani-Miller? Cours de base : L effet de levier de l endettement et la question de la structure optimale de financement. Pour ou contre Modigliani-Miller? Donnons tout de go nos conclusions : il n existe pas de structure

Plus en détail

Hedge funds: des faiblesses dans la gestion des risques

Hedge funds: des faiblesses dans la gestion des risques Avec leurs rendements supérieurs aux actifs traditionnels et leur faible volatilité, les hedge funds attirent toujours de nombreux investisseurs. Néanmoins, ils restent risqués. Hedge funds: des faiblesses

Plus en détail