GUIDE COMPARATIF ETL.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "GUIDE COMPARATIF ETL. www.viseo.com"

Transcription

1 GUIDE COMPARATIF ETL

2 Table des matières Généralités... 2 L enjeu... 2 A qui s adresse ce guide?... 2 Préambule... 2 Les outils d alimentation : «générateur» ou «moteur», 2 concepts... 3 Les générateurs... 3 Les moteurs... 4 Conclusion... 6 ETL et EAI... 7 Les outils d alimentation, introduction... 7 Les ETL, généralités... 7 Les EAI, généralités... 8 ETL versus EAI... 9 Architecture Questionnaire opérationnel Contexte projet Architecture générale Plateformes et connectivités supportées Complexité, montées en charge & dimensionnement Fonctions de transformation et de programmation Données Gestion de référentiel et Documentation associée Exploitation Intégration avec de grands progiciels du marché Solutions pré-configurées Données commerciales et économiques... 26

3 Généralités L enjeu Les entreprises ne doivent plus disposer d un Système d Information avec une vocation de production mais d un Système d Information Décisionnel (SID) dont la vocation est véritablement le pilotage de l entreprise. La vocation d un ETL (Extract Transform Load) dépasse désormais le cadre de la notion de SID pour devenir un système d échange inter applicatifs. A qui s adresse ce guide? Ce guide s adresse aux maîtrises d ouvrage, aux responsables de projets et aux maîtrises d œuvre. L objectif de ce document est de fournir une information claire et suffisamment détaillée pour comprendre et appréhender les problématiques de choix d une solution de type ETL. Préambule Le triple objectif assigné au système d information décisionnel est : Connaître Mesurer Prévoir Les moyens pour y parvenir sont les suivants : Une information riche, pertinente, détaillée, historisée, fiable et non volatile Des outils d analyse et de restitution puissants et adaptés à chacun des métiers concernés Une forte capacité d évolution (architecture, flux, outils). Une analyse faite par le Gartner Group démontre que le budget alloué aux problématiques d intégration de données représente souvent plus de 50% d un projet informatique. Etant donné le nombre sans cesse croissant d applications hétérogènes, l intégration des données est un enjeu stratégique pour les entreprises. Le choix de l outil d alimentation est un facteur déterminant pour la réalisation de ces plateformes d intégration de données et, d une façon générale, pour tout projet informatique basé sur des mouvements de données. Les mouvements des données sont de 3 types : L acquisition, Le stockage (SGBD, ODS, Data WareHouse, Data Mart, etc.), L exploitation (restitution, reporting, etc). L acquisition des données se décompose en 3 étapes : L extraction des données, La préparation / transformation des données,

4 Le chargement des données. La préparation des données est une phase particulièrement importante : elle conditionne la qualité et la quantité des données à traiter. C est effectivement au cours de cette phase que vont se dérouler les opérations de dédoublonnage, de normalisation et de reformatage des données, de contrôle d intégrité. C est également l occasion de s interroger sur la fiabilité des données («Cette valeur est-elle correcte?») et sur la pertinence des données («Ai-je besoin de cette information?»). L extraction des données peut être réalisée via l utilisation de : Programmes spécifiques, Outils de réplication, Outils d alimentation. Remarques : Le terme «outil d alimentation» englobe les ETL et les EAI. ETL est quelquefois utilisé comme terme générique pour «outil d alimentation». Les outils d alimentation se décomposent en 2 catégories : les «générateurs» et les «moteurs». Les outils d alimentation : «générateur» ou «moteur», 2 concepts Parmi la diversité des outils d alimentation, on distingue 2 familles distinctes d outils : Les générateurs, Les moteurs. Les générateurs Les générateurs sont des outils d alimentation qui génèrent du code source (C, Cobol, etc.) via des bibliothèques appelées «grammaires» ou «Data System Langage» ou «modules de connaissance» selon les outils. Le choix de ces bibliothèques est défini lors de l installation du produit. Le code généré est fonction de l environnement dans lequel le traitement est réalisé. Ainsi, l ETL génèrera du Cobol en environnement MVS/DB2 et du Pro*C en environnement Unix/Oracle (codes natifs). Un développement fait avec un «générateur» s appelle un job ou une conversion. Chaque développement réalise plusieurs traitements en source et/ou en cible (exemples : tris de fichiers, jointure puis agrégation). Dans le cas d environnements sources et cibles différents, l ETL génère 2 codes source spécifiques : «Query» «Populate».

5 Remarque : Le code généré doit être compilé puis exécuté pour réaliser le traitement attendu. Si le traitement se déroule sur une seule et même plateforme (ex : Unix-Unix) et selon les possibilités de l ETL, il génèrera un unique code source pour le «Query» et le «Populate». Les générateurs de code offrent l avantage de générer un code standard qui peut être consulté et modifié à volonté. Ce code sera directement utilisé et intégré dans les chaînes d alimentation par les équipes d exploitation. Il est possible d intervenir manuellement (ou de façon automatique via une customisation) sur n importe quelle ligne de code. Tous types de transformation et de traitement sont alors possibles. Le code généré étant spécifique à l environnement, les temps de traitements sont optimums. Ce code peut bien entendu être customisé et optimisé selon les besoins ou selon des contraintes techniques particulières. Un générateur de code est donc un outil d alimentation particulièrement adapté aux problématiques de fortes volumétries et aux transformations complexes. L inconvénient majeur de ce type d outil est le manque de souplesse. Une fois installé, il nécessite une période de paramétrage assez lourde (plusieurs semaines) et des périodes de customisation pour définir certains paramètres récurrents et adapter l outil au contexte du client (normes, serveurs, variables, etc.). Par ailleurs, il nécessite de bonnes compétences en programmation : il faut être en mesure de comprendre le code généré pour éventuellement l optimiser. Enfin, un générateur de code ne fait que délivrer un programme prêt à être compilé et exécuté. Il reste à la charge du client toutes les tâches d exploitation classiques : Ordonnancement de l enchaînement des traitements (scheduling), Gestion des rejets, Actions à tenir sur incidents, Console d administration, Monitoring, Passage des développements en environnements de recette ou de production, Etc. Un des principaux avantages de ces générateurs est de pouvoir déployer «gratuitement» à l infini les programmes. Les moteurs Les outils d alimentation de type «moteurs» sont répertoriés selon 2 catégories : Les moteurs de transformation embarqués Les moteurs de transformation non embarqués Les «moteurs de transformation embarqués» signifient que les traitements sont effectués par l outil. En effet, les moteurs de la seconde catégorie ne disposent pas

6 de possibilités de transformation de données : ils utilisent les fonctionnalités, et donc les ressources, des systèmes sources et cibles. NB : Ce principe de fonctionnement peut avoir un impact non négligeable pour d autres transactions sur ces plateformes sources/cibles. Un moteur ne disposant pas de moteur de transformation utilisera, par exemple, le moteur Oracle et donc les possibilités offertes (fonctions disponibles) par le moteur du SGBDR. Ce type d outil d alimentation permet de ne pas disposer de serveur dédié au moteur de transformation puisque la charge est répartie. La machine qui héberge l ETL n a donc pas besoin d être surdimensionnée. Les moteurs de transformation génèrent un code propriétaire (généralement non accessible). Ce code n a pas besoin d être compilé : il est interprété et donc directement exécuté par le moteur. Ce concept a l avantage de simplifier le travail des développeurs car ils n ont pas besoin de connaître ni de savoir debugger des langages de programmation. Ils ne font qu utiliser une panoplie de fonctions proposées par l outil. Par conséquent, les possibilités de transformations sont limitées à cette liste de fonctions proposées par l outil en natif. Le gros avantage de ce type d outil d alimentation est sa souplesse d utilisation. Rapides en termes d installation et de prise en main, ces outils offrent également des cycles relativement courts de mise à disposition de l information du fait de : Temps de développements courts, Possibilités d évolution rapide et de réutilisation des développements, Interfaces conviviales et ergonomiques (interfaces sous forme de modules, clic-souris, raccourcis clavier de type Microsoft, etc.), Etc. D autre part, parmi les moteurs de transformation, certains permettent de répartir la charge sur plusieurs serveurs afin de paralléliser certains traitements par exemple. Un moteur d alimentation est une solution intégrée. Ce sont des outils qui offrent (en option ou pas) des possibilités plus ou moins riches en termes d administration et d exploitation avec des Scheduler intégrés, la gestion native des rejets, la génération de logs spécifiques, etc. D autres fonctionnalités intéressantes sont parfois disponibles selon les outils : Data Quality ou nettoyage des données à traiter, Génération de documentation automatique avec les sources, les cibles et les règles de gestion, Envoi d alertes, Envoi de mails, Décompression à la volée de fichiers source, Possibilité de simuler les process, Possibilité de lancer des routines externes avant et/ou après le traitement, Analyse d impact (permet d analyser l impact de la modification sur un développement),

7 Etc. Certains outils offrent également la possibilité d ajouter des modules capable de prendre en charge la gestion des processeurs. Ainsi, il est possible d optimiser les traitements au niveau le plus fin et d avoir une adéquation traitement/matériel particulièrement performante. Remarque : Ces possibilités d administration des processeurs ne sont pas dédiés aux traitements développés via le moteur, ils sont également utilisables par des programmes externes de l entreprise (C, C++, etc.). Conclusion Le choix de la technologie est la première étape dans le choix d un ETL : «moteur» ou «générateur». Une fois ce choix fait, il faut s orienter vers une solution de type ETL ou de type EAI. Attention : c est le besoin qui doit conditionner le choix de l outil et non l inverse. Parmi les EAI, on ne retrouve que des moteurs. Par contre, parmi les ETL, il existe des «moteurs» ou des «générateurs».

8 ETL et EAI Les outils d alimentation, introduction Sous la dénomination «ETL» ou «outil d alimentation», se retrouvent en fait 2 familles d outils : Les ETL : Extract Transform Load Les EAI : Enterprise Application Integration Si le concept de ces 2 types d outils est proche (extraire et transformer des données), les périmètres d intervention sont relativement distincts de par leurs fonctionnalités. Les ETL, généralités Les outils ETL sont de plus en plus présents dans nos systèmes d information, compte tenu de notre besoin de faire communiquer nos différentes applications, d une part et, d autre part, de la multiplicité de nos supports et structures de données : fichiers plats délimités, fichiers XML, bases de données relationnelles, bases de données multidimensionnelles,... Bien souvent, les données stockées dans une ou plusieurs sources doivent être liées, transformées et chargées dans une ou plusieurs cibles. Les outils d ETL permettent de générer facilement des mappings entre les sources et les cibles, en transformant, si nécessaire, les données avec un ensemble de fonctions mises à disposition. Les outils d ETL permettent donc de structurer les différentes sources, cibles, transformations au sein du référentiel unique de l outil. Enfin, la possibilité d ordonnancer les différents transferts (fonction scheduler) est également possible avec les principaux outils du marché. En résumé, les outils d ETL permettent : D extraire des données à partir de sources hétérogènes : bases de données, fichiers plats, fichiers XML... De les transformer, les filtrer, les mapper de façon simple et souvent graphique De les charger dans une ou plusieurs cibles hétérogènes : bases de données, fichiers plats, cubes OLAP, fichiers XML... Ils facilitent l industrialisation des flux de l entreprise par : La conception aisée des flux L administration de l ensemble des flux : droits associés à chaque utilisateur L exploitation des flux : planification, traitement des rejets, gestion de logs, relances,... La maintenance des flux : modification rapide, gestion des versions,... L ensemble des métadonnées (définition des sources et cibles, transformations, logs,...) est stocké dans un référentiel unique de l outil L analyse d impact permet d analyser l impact d une modification d un système sur les autres.

9 Enfin, les outils d ETL sont destinés au traitement de flux de type batch à forte volumétrie, contrairement aux outils d EAI orientés process et business. Les EAI ont pour caractéristique de traiter de faibles volumes de données : ils alimentent des applications en quasi temps réel, d où des mises à jour portant généralement sur quelques milliers d enregistrements. Ils offrent également moins de possibilités de transformations que les ETL. Leur intérêt réside principalement dans la rapidité à mettre à disposition l information grâce à des cycles courts de développement. D autre part, les EAI sont des outils adaptés au business et les principaux utilisateurs sont les opérationnels ayant des compétences informatiques. Nous pouvons distinguer plusieurs types d offres ETL : Les suites intégrées Les «suites intégrées» sont des outils intégrés à : o Un SGBD o Une suite logicielle décisionnelle o Un portail Ces outils ne sont pas le cœur de métier de l éditeur concerné ; ils sont souvent proposés dans le cadre d un package. C est pour l éditeur la volonté de proposer une offre complète, globale et unique. Les ETL universels Parmi les outils universels, nous retrouvons les grands noms des outils d alimentation : éditeurs dont le cœur de métier se focalise sur les problématiques de traitements des données. Les ETL spécialisés Il s agit des outils d alimentation dont les spécialités sont : o Un environnement source ou cible particulier hors BD standard (MVS, VSAM, ERP, etc.) o Un type de traitement (extraction seulement,...) o La gestion des fortes volumétries o Les EAI, généralités Une «plateforme d intégration» signifie la mise en place d un logiciel qui prend en charge le dialogue inter applications. Sans ces plateformes d intégration, les nombreuses applications de l entreprise échangent beaucoup d informations. On voit apparaître «l effet spaghettis» : une multitude d applications qui communiquent une à une (on parle de «point à point») via des interfaces qui doivent bien souvent être paramétrées et maintenues séparément. Différentes études démontrent une explosion annoncée du nombre des applications au sein des entreprises (SCM, CRM, pilotage, etc.). Ce phénomène de «point à point» va donc s amplifier.

10 Faire communiquer des applications non initialement prévues pour échanger des informations (données fournisseurs, données de la chaîne logistique, etc.), c est là tout l enjeu des outils d intégration appelés Enterprise Application Integration (EAI). Mettre en place une plateforme d intégration de données, c est donner la possibilité à une entreprise d industrialiser et de rationaliser l échange de ses informations. Pour remplir cette fonction, un EAI doit assumer 4 fonctions : Routage Transformation Connexion aux applications Transport. En effet, suite à un événement précis, un EAI récupère les données d une application, les transforme puis les route vers leur destination (une autre application). Pour cela, il est nécessaire de disposer : d un serveur d intégration pour la transformation des données de connecteurs pour la communication avec les applications d un MOM (Middleware Oriented Messages) pour le transport des messages. Rappel : un ETL ne fait qu extraire et appliquer des transformations à des données. Il ne peut en aucun cas appliquer des règles de routage complexes. La confusion entre ETL et EAI vient du fait que ces 2 outils peuvent répondre à des besoins d échanges de données. D autre part, les EAI sont capables d intégrer des processus métier : Business Process Management (BPM). Ce concept ajoute une couche d abstraction : l information manipulée n est plus une donnée ou un flux vers une autre application mais véritablement un processus métier. ETL versus EAI Les outils d ETL proviennent historiquement du monde de la base de données ; ils proposent d ailleurs en standard une multitude de connecteurs standard et natifs aux principales bases du marché. Les outils d EAI proviennent plutôt du monde du «messaging» et sont composés généralement de plusieurs couches, allant du simple paquet de messages à des niveaux d abstraction beaucoup plus importants pouvant inclure les process fonction

11 Résumé ETL EAI Avantages : Avantages : Faire communiquer des systèmes hétérogènes, Prendre en charge des traitements complexes, Paralléliser des traitements et répartir les flux, Volumes importants de données, Requêtes ensemblistes, Gestion évoluée des métadonnées, Nombreux types de stockage de données (SGBDR, OLTP, ERP, OLAP, etc.), Nombreux types d accès aux données (ODBC, JDBC, API, etc.), Robustesse de la solution, Alimentation bidirectionnelle, Réutilisation et évolution des développements (ROI). Inconvénients : Inconvénients : Alimentation désynchronisée (batch), Nécessite de bonnes compétences techniques, Mauvais routeurs, Intervention du Service Informatique. Faire communiquer des applications hétérogènes, Souplesse, réutilisation et évolution, Cycles courts de mise à disposition de l information, Alimentation en temps réel, ou quasi temps réel, d applications depuis d autres application ou systèmes opérationnels (ERP, CRM, etc.), Intégration des applications via des API ou des connecteurs dédiés, Routage intelligent (synchrone & asynchrone), Alimentation bidirectionnelle, Fin de la communication point à point, Peu d intervention du Service Informatique. Volumes restreints de données, Transformations peu complexes, Bonnes connaissances de l outil (connaître les limites d utilisation). Remarques importantes : Les exigences techniques liées aux applications définiront le choix Les environnements sont aujourd hui complémentaires Les ETL sont de plus en plus des clients EAI Les outils d EAI n offrent pas de solution globale packagée. Ils sont généralement constitués de trois grandes briques fonctionnelles d abstraction de plus en plus élevée à savoir : o La couche basse, de type middleware (MOM) o La couche intermédiaire de routage des messages o La couche supérieure intégrant les métiers de l entreprise. Architecture En règle générale, un outil d ETL est composé de : Un ou plusieurs «moteurs de transformation» qui vont traiter l ensemble des données à transférer et se connecter aux sources et cibles ; le transport s appuyant sur des connexions natives sources et cibles

12 Un référentiel où est stocké l ensemble des métadonnées (description des sources et cibles, transformations, schedules, logs, sécurité) Un ou plusieurs postes clients pouvant servir : o A la conception des flux o A l administration de l outil o A l exploitation et au suivi des flux Figure 1 : Architecture classique d'un SI

13 Figure 2 : Implémentation classique des ETL et des EAI Pour un DataWareHouse Figure 3 : Architecture de type moteur

14 Remarque : Les moteurs de transformation Certains outils d ETL n ont pas de moteur de transformation et s appuient sur les systèmes sources ou cibles Impact sur l activité & la disponibilité des systèmes concernés Les ETL se divisent en 2 groupes : o Générateurs de code : ils génèrent un code standard, natif et adapté selon la plateforme concernée (Cobol, ProC, etc.). Le code doit donc être compilé avant d être exécuté o Interpréteurs : ils génèrent un code propriétaire qui est directement interprété (pas de compilation) et exécuté par un «runtime» Les moteurs de transformation peuvent être répartis sur plusieurs machines Certains outils proposent du tuning de leur propre moteur pour l amélioration des performances Les plateformes d accueil peuvent être de type UNIX ou NT (voire mainframe ou As400 pour quelques-uns comme AB Initio, Sunopsis) Les connections aux sources et cibles Les connections entre sources, moteur et cibles se font par transport de type natif ou ODBC, JDBC. Le référentiel Il peut être déposé sur la plupart des bases de données du marché Certains ETL ont un référentiel propriétaire et parfois non mutualisé : dédié au moteur, dédié à la gestion des métadonnées, etc. D autres, au contraire, disposent d un référentiel commun pour toutes les briques logicielles qui composent leur offre. Le scheduler La plupart des outils d ETL proposent un scheduler intégré mais laissent la possibilité d utiliser l ordonnanceur du client Les événements déclencheurs d un traitement sont multiples : o Détection de la présence ou de l arrivée d un ou plusieurs fichiers o Action externe o Arrivée d un mail o Déclenchement programmé o Etc. La gestion des rejets La plupart des ETL proposent des fonctionnalités avancées pour traiter les rejets : stockage dans un fichier plat (en mode replace ou append) ou dans une table. Les postes clients Les plateformes d accueil sont généralement sous NT/2000 Attention : tous les outils d alimentation n offrent pas de possibilités de développement partagé (multi-user) car pas de versionning, de verrou, etc.

15 Questionnaire opérationnel Les tableaux suivants visent à réunir les critères essentiels devant être validés avant la mise en place d un outil de transfert de données (ETL). Ces tableaux constituent les bases d un cahier des charges et permettent de comparer, de manière objective, les différents produits du marché. Certaines caractéristiques utilisées dans des contextes peu courants ne seront pas présentées dans ce guide. De même, d autres critères peuvent apparaître nécessaires en fonction de besoins spécifiques liés au projet ou à l entreprise. Enfin, en toute logique, la pertinence et la pondération respectives de chacun de ces critères varient systématiquement selon les paramètres de métier, de besoins et d environnement. Il est indispensable de considérer de manière spécifique, les aspects volumétrie et délais (combien de données à transférer, en combien de temps). Ceci a une influence certaine sur l architecture à mettre en place.

16 Contexte projet Contexte fonctionnel Environnement Technique Serveurs (OS) Pré-requis techniques? Nombre de sources Nombre de destinations Possibilité de jointure hétérogène? (plusieurs instances de base, base/fichier plat) Type de sources (ERP, Progiciels, applications spécifiques) Bases de données et origines (SGBDR, Fichiers, XML ) Volumétries estimées des bases LAN/WAN? Volumétries estimées à transférer par traitement Temps maximum de traitement Les serveurs impliqués dans le projet sont-ils surchargés? (Il conviendra de privilégier des solutions impactant le moins possible les serveurs). Environnement Fonctionnel Degrés de complexité des sources (Cf. nombre de tables) Degrés de fiabilité et de qualité des sources (une bonne part des traitements est induite par des données ne répondant pas aux règles de gestion)

17 Architecture générale Composants du produit et mode d administration de ses composants (C/S, Web) Moteur, Planificateur, sécurité, logs... Architecture logique du produit Différentes interfaces / différents modules en client/serveur? Différentes interfaces / différents modules en client Web? Facilité d utilisation Durée moyenne de prise en main Aide en ligne Assistants de prise en main Peut-on poser des annotations liées à des traitements, des règles de calcul ou de gestion? Existence d assistants pour les opérations les plus courantes (Cf. Office) Conception graphique? Documentation Manuel d autoformation La documentation livrée couvre-t-elle l ensemble des opérations? Documentation papier ou électronique Pertinence

18 Plateformes et connectivités supportées Portage sur plusieurs plates-formes ou OS (NT, W2000, AIX, HP-UX, LINUX ) Pertinence Pour chaque configuration supportée : Configuration matérielle recommandée (développement & productions, serveurs & poste de travail) Logiciels requis et numéro de version OS Pré-requis sur les systèmes cibles et sources (Connectivité, Mise à jour de machine Java.) Pré-requis sur la machine supportant le moteur ETL (Services pack, Web, ) Nécessité d Add-On / Add-in? (MDAC, MMC, JRE, etc.) Accès aux données Bases relationnelles, multidimensionnelles Oracle, DB2, SQL Server, Teradata Mode d accès natif ou ODBC? via les Bulk Loader? Support ODBC, OLEDB Moteurs OLAP Hyperion Essbase Oracle Express Microsoft Analysis SAPBW Mainframes Fichiers cobols, Cobols Copybooks VSAM IMS DL/1 Fichiers Fichiers plats (txt, spool, CSV (DOS et Unix),..), avec séparateurs ou fixes Fichiers Excel, Word Structures complexes multi-lignes (de type EDI) XML (en lecture, en écriture)

19 Applications spécifiques Applications développées en C, VB, etc. EAI (MQSERIES, TIBCO, MSMQ) Disponibilité de ces modes d accès selon les plateformes? Les accès sont-ils bidirectionnels?

20 Complexité, montées en charge & dimensionnement 1 La charge de traitement est-elle supportée par le moteur ETL ou par les bases de données source et destination? 2 3 Pertinence Volumétrie acceptable Répartition de charges sur plusieurs moteurs (équilibrage de charges), mécanisme et limites Le moteur supporte-t-il le parallélisme des bases de données? En natif? Le moteur de l ETL est-il capable de paralléliser un même flux sur N processeurs et quels en sont les mécanismes? Mode de synchronisation des processus? Plateformes supportées (SMP, MPP, Cluster) Fonctions de transformation et de programmation 1 Gestion des process de transformations, ouverture et flexibilité 2 3 Pertinence Un process de transformation génère-t-il du code? Langage (Basic, VB, ) Y a-t-il une phase de compilation? Le code est-il accessible et non modifiable? Le code est-il accessible et modifiable? Peut-on simuler un process? Mode de débogage Mode pas à pas (points d arrêts) Code SQL Le code généré pour l accès aux données est-il accessible? Modifiable? Optimisable? Peut-on y inclure des spécificités liées aux bases de données? (Cf. les

21 Connect by ou Decode des SGBDR Oracle, les Case ou top de SQL Server) Modification du SQL généré pour optimisation des performances Portabilité si les systèmes changent Données multi sources Comment est géré le mixage de sources hétérogènes en entrée? (Cf. comment mixer des données DB2 et oracle dans un flux unique en entrée) Quelles en sont les limitations? Fonctions de transformations Nombre de fonctions de transformation disponibles Possibilité de définir des fonctions personnalisées (et réutilisation de ces fonctions) Définition au niveau du moteur (DLL, VB, ) Définition sur les bases de données cibles ou sources (référencement de fonctions UDF stockées en base de données) Transformations complexes, tâches, systèmes Existe-t-il en standard des transformations complexes appliquées au niveau du moteur? Appel de transformations internes (Pivots, Agrégations, Fusions, Tris) Appel de tâches diverses (FTP, MAIL, etc.) Peut-on ajouter des transformations ou des tâches spécifiques? Dans quel langage? Possibilités de lancer des routines externes (SQL, de type OS, des programmes spécifiques, etc.) avant et/ou après transformation?

22 Données Alimentation Modes de chargement disponibles (Ajout, Annule et remplace, etc. ) Gestion de tables de lookup en mémoire Pertinence Visualisation Peut-on visualiser les données sources et cibles en étant dans l outil? Peut-on visualiser, simuler le résultat de transformations lors de la création de process? Qualité Support de nettoyage de données et capacité de recyclage des données en anomalies (envoi vers des fichiers tampon ) Format de sortie des rapports d erreurs?

23 Gestion de référentiel et Documentation associée Collecte et préparation des données 1 Les référentiels Où sont stockées les métadonnées (fichiers, SGBDR) Quels sont les SGBDR supportés pour contenir le référentiel? (Versions?) Peut-on accéder aux données en outrepassant le référentiel? Peut-on importer des référentiels existants? (Erwin, Power Amc,.) Peut-on historiser les chargements, les mises à jours et les changements? (versionning) Peut-on retrouver le processus de calcul d une donnée? Comment et quand a été calculée une donnée? Indépendance des métadonnées visà-vis de l environnement. (Cf. changement de bases lors du passage de l environnement de développement à l environnement de production) Implication d un changement dans une donnée source ou destination Implication d un changement dans les outils externes (outils de modélisation et outils de reporting) Mise à disposition de l information Possibilité de fournir une documentation et des commentaires relatifs au référentiel Personnalisation de cette documentation en fonction de différents profils (développeur, administrateur, utilisateurs) Génération de documentation Web (HTML) Génération de documentation relative au flux : transformations, enchaînements,...? Sous quelle forme? Pertinence Pertinence

24 Exploitation Mise en production et Suivi de l exploitation Possibilité d utiliser un planificateur externe Pertinence Capacité à planifier sur événement Arrivée d un fichier nommé, non nommé? modification, suppression... Quel type d événement? Surveillance d un répertoire? Déclencheur externe Mode de récupération après erreur Peut-on gérer de manière fine les commit sur les bases de données et de quelle façon? Quelles sont les possibilités de ROLLBACK offertes par le produit? Mode trace ou debug sur les chaînes d exploitation Fonctions de surveillance des traitements Gestion centralisée de plusieurs moteurs (Log, ) Modalités de mise en place d un traitement unitaire d un environnement de développement sur un ou plusieurs environnements de production Sécurité et confidentialité Identification des utilisateurs (login) Pertinence Mode d identification (annuaire LDAP, base de données), unicité des mots de passes (réseau) Paramétrage des droits (production, développement, référentiel, procédures stockées ) Séparation des environnements développements et production

BUSINESS INTELLIGENCE

BUSINESS INTELLIGENCE GUIDE COMPARATIF BUSINESS INTELLIGENCE www.viseo.com Table des matières Business Intelligence :... 2 Contexte et objectifs... 2 Une architecture spécifique... 2 Les outils de Business intelligence... 3

Plus en détail

FICHE CONCEPT 01 ETL (EXTRACT TRANSFORM & LOAD)

FICHE CONCEPT 01 ETL (EXTRACT TRANSFORM & LOAD) FICHE CONCEPT 01 ETL (EXTRACT TRANSFORM & LOAD) BIEN GERER SES REFERENTIELS DE DONNEES : UN ENJEU POUR MIEUX PILOTER LA PERFORMANCE DE SON ETABLISSEMENT octobre 2008 GMSIH 44, Rue de Cambronne 75015 Paris.

Plus en détail

GUIDE COMPARATIF OLAP. www.viseo.com

GUIDE COMPARATIF OLAP. www.viseo.com GUIDE COMPARATIF OLAP www.viseo.com Table des matières Contexte et usage... Champs d application... Principes OLAP... 4 Les architectures OLAP... 5 Ouverture et complémentarité... 6 Questionnaire opérationnel...

Plus en détail

Le "tout fichier" Le besoin de centraliser les traitements des fichiers. Maitriser les bases de données. Historique

Le tout fichier Le besoin de centraliser les traitements des fichiers. Maitriser les bases de données. Historique Introduction à l informatique : Information automatisée Le premier ordinateur Définition disque dure, mémoire, carte mémoire, carte mère etc Architecture d un ordinateur Les constructeurs leader du marché

Plus en détail

BUSINESS INTELLIGENCE. Une vision cockpit : utilité et apport pour l'entreprise

BUSINESS INTELLIGENCE. Une vision cockpit : utilité et apport pour l'entreprise BUSINESS INTELLIGENCE Une vision cockpit : utilité et apport pour l'entreprise 1 Présentation PIERRE-YVES BONVIN, SOLVAXIS BERNARD BOIL, RESP. SI, GROUPE OROLUX 2 AGENDA Définitions Positionnement de la

Plus en détail

DataEXchanger. Echangez en toute simplicité. Atelier Dex Etat des lieux Dex X. Présentation DEX X

DataEXchanger. Echangez en toute simplicité. Atelier Dex Etat des lieux Dex X. Présentation DEX X Atelier Dex Etat des lieux Dex X Lamine Ndiaye Consultant Sénior Arnaud François Responsable Support Nicolas Marin Responsable Activité DataEXchanger Echangez en toute simplicité mardi 19 juin 2012 Présentation

Plus en détail

Technologie SAFE* X3 - Outils et Développement. Développement, Fonction de base 2 e partie 3 jours. Web Services. 2 jours

Technologie SAFE* X3 - Outils et Développement. Développement, Fonction de base 2 e partie 3 jours. Web Services. 2 jours - Vous êtes consultant, chef de projets, acteur clé au sein de votre entreprise et vous intervenez en phase de déploiement ou de paramétrage d un logiciel Sage, Optez pour les formations «Produits» : Nous

Plus en détail

Présentation de l offre produit de Business Objects XI

Présentation de l offre produit de Business Objects XI Conseil National des Assurances Séminaire - Atelier L information au service de tous Le 09 Novembre 2005 Présentation de l offre produit de XI Amar AMROUCHE Consultant Avant Vente aamrouche@aacom-algerie.com

Plus en détail

INDUSTRIALISATION ET RATIONALISATION

INDUSTRIALISATION ET RATIONALISATION INDUSTRIALISATION ET RATIONALISATION A. LA PROBLEMATIQUE La mission de toute production informatique est de délivrer le service attendu par les utilisateurs. Ce service se compose de résultats de traitements

Plus en détail

Business Intelligence (BI) Stratégie de création d un outil BI

Business Intelligence (BI) Stratégie de création d un outil BI Business Intelligence (BI) La Business intelligence est un outil décisionnel incontournable à la gestion stratégique et quotidienne des entités. Il fournit de l information indispensable, sous plusieurs

Plus en détail

Guide de démarrage rapide avec DataStudio Online Edition

Guide de démarrage rapide avec DataStudio Online Edition Guide de démarrage rapide avec DataStudio Online Edition Introduction Ce document vient en complément des films de démonstration disponibles sur le site web de data. L ETL ETL est un sigle qui signifie

Plus en détail

ORACLE DATA INTEGRATOR ENTERPRISE EDITION - ODI EE

ORACLE DATA INTEGRATOR ENTERPRISE EDITION - ODI EE ORACLE DATA INTEGRATOR ENTERPRISE EDITION - ODI EE ORACLE DATA INTEGRATOR ENTERPRISE EDITION offre de nombreux avantages : performances de pointe, productivité et souplesse accrues pour un coût total de

Plus en détail

Objectif : Passer de l analyse métier et fonctionnelle à la définition des applications qui

Objectif : Passer de l analyse métier et fonctionnelle à la définition des applications qui Formation PARTIE 1 : ARCHITECTURE APPLICATIVE DUREE : 5 h Objectif : Passer de l analyse métier et fonctionnelle à la définition des applications qui automatisent les fonctions Définir une architecture

Plus en détail

SQL SERVER 2008, BUSINESS INTELLIGENCE

SQL SERVER 2008, BUSINESS INTELLIGENCE SGBD / Aide à la décision SQL SERVER 2008, BUSINESS INTELLIGENCE Réf: QLI Durée : 5 jours (7 heures) OBJECTIFS DE LA FORMATION Cette formation vous apprendra à concevoir et à déployer une solution de Business

Plus en détail

Fournir un accès rapide à nos données : agréger au préalable nos données permet de faire nos requêtes beaucoup plus rapidement

Fournir un accès rapide à nos données : agréger au préalable nos données permet de faire nos requêtes beaucoup plus rapidement Introduction Phases du projet Les principales phases du projet sont les suivantes : La mise à disposition des sources Des fichiers Excel sont utilisés pour récolter nos informations L extraction des données

Plus en détail

LES NOUVEAUTES DE COST AND PROFITABILITY MANAGEMENT 8.1

LES NOUVEAUTES DE COST AND PROFITABILITY MANAGEMENT 8.1 LES NOUVEAUTES DE COST AND PROFITABILITY MANAGEMENT 8.1 SAS Cost and Profitability Management, également appelé CPM (ou C&P), est le nouveau nom de la solution SAS Activity-Based Management. Cette version

Plus en détail

Le parcours pédagogique Sage Business Intelligence. Utilisateur Niv I BO XI 3.0 WebI pour Sage 1000 2 jours

Le parcours pédagogique Sage Business Intelligence. Utilisateur Niv I BO XI 3.0 WebI pour Sage 1000 2 jours Vous êtes Consultant, Chef de Projets, Directeur des Systèmes d Information, Directeur Administratif et Financier, Optez pour les «formations Produits» Nous vous proposons des formations vous permettant

Plus en détail

Introduction. Division Moyennes et Grandes Entreprises - Direction Produits Page 2 / 7. Communiqué de lancement Sage HR Management V5.

Introduction. Division Moyennes et Grandes Entreprises - Direction Produits Page 2 / 7. Communiqué de lancement Sage HR Management V5. Division Moyennes et Grandes Entreprises Direction Produits Communiqué de lancement Sage HR Management Version 5.10 Nouveau module Décisionnel Bases de données Sage HR Management Version 5.10 MS SQL Server

Plus en détail

W4 - Workflow La base des applications agiles

W4 - Workflow La base des applications agiles W4 - Workflow La base des applications agiles, W4 philippe.betschart@w4global.com Vous avez dit «workflow»? Processus : Enchaînement ordonné de faits ou de phénomènes, répondant à un certain schéma et

Plus en détail

REQUEA. v 1.0.0 PD 20 mars 2008. Mouvements d arrivée / départ de personnels Description produit

REQUEA. v 1.0.0 PD 20 mars 2008. Mouvements d arrivée / départ de personnels Description produit v 1.0.0 PD 20 mars 2008 Mouvements d arrivée / départ de personnels Description produit Fonctionnalités L application Gestion des mouvements d arrivée / départ de Requea permet la gestion collaborative

Plus en détail

Modèle de cahier des charges pour un appel d offres relatif à une solution de gestion des processus métier (BPM)

Modèle de cahier des charges pour un appel d offres relatif à une solution de gestion des processus métier (BPM) LA BOITE A OUTILS DE L ACHETEUR DE BPM Modèle de cahier des charges pour un appel d offres relatif à une solution de gestion des processus métier (BPM) La boîte à outils de l acheteur de solution BPM -

Plus en détail

Accélérateur de votre RÉUSSITE

Accélérateur de votre RÉUSSITE Accélérateur de votre RÉUSSITE SAP Business Objects est une suite décisionnelle unifiée et complète qui connecte ses utilisateurs en éliminant les difficultés d accès à l information. Mobile Devices Browsers

Plus en détail

LES FONCTIONS DE SURVEILLANCE DES FICHIERS

LES FONCTIONS DE SURVEILLANCE DES FICHIERS SYSLOG and APPLICATION LOGS Knowledge Module for PATROL - Data Sheet Version 1.5 Développé par http://www.axivia.com/ PRESENTATION DU PRODUIT SYSLOG and APPLICATION LOGS Knowledge Module for PATROL est

Plus en détail

OpenText Content Server v10 Cours 3-0126 (ex 215)

OpenText Content Server v10 Cours 3-0126 (ex 215) v10 Cours 3-0126 (ex 215) Administration système et indexation-recherche Durée : 5 jours Ce cours de 5 jours apprendra aux administrateurs, aux architectes système et aux services support comment installer,

Plus en détail

DATASET / NETREPORT, propose une offre complète de solutions dans les domaines suivants:

DATASET / NETREPORT, propose une offre complète de solutions dans les domaines suivants: Présentation Société DATASET / NETREPORT, propose une offre complète de solutions dans les domaines suivants: Outils d aide à la décision Gamme DATASET Solutions de gestion temps réel du système d information

Plus en détail

MOBILITE. Datasheet version 3.0

MOBILITE. Datasheet version 3.0 DU PC PORTABLE AU PDA COMMUNICANT MOBILITE Datasheet version 3.0 IBELEM, SA au Capital de 147 815 Filiale d ITS Group - 3, boulevard des bouvets 92741 Nanterre Cedex Tèl : 01.55.17.45.75 Fax : 01.73.72.34.08

Plus en détail

Easy to. report. Connexion. Transformation. Stockage. Construction. Exploitation. Diffusion

Easy to. report. Connexion. Transformation. Stockage. Construction. Exploitation. Diffusion M y R e p o r t, L A S O L U T I O N R E P O R T I N G D E S U T I L I S AT E U R S E X C E L Connexion Transformation Stockage Construction Exploitation Diffusion OBJECTIF REPORTING : De la manipulation

Plus en détail

JASPERSOFT ET LE PAYSAGE ANALYTIQUE. Jaspersoft et le paysage analytique 1

JASPERSOFT ET LE PAYSAGE ANALYTIQUE. Jaspersoft et le paysage analytique 1 JASPERSOFT ET LE PAYSAGE ANALYTIQUE Jaspersoft et le paysage analytique 1 Ce texte est un résumé du Livre Blanc complet. N hésitez pas à vous inscrire sur Jaspersoft (http://www.jaspersoft.com/fr/analyticslandscape-jaspersoft)

Plus en détail

MYXTRACTION. 2009 La Business Intelligence en temps réel

MYXTRACTION. 2009 La Business Intelligence en temps réel MYXTRACTION 2009 La Business Intelligence en temps réel Administration Qui sommes nous? Administration et management des profils Connecteurs Base des données Gestion des variables et catégories de variables

Plus en détail

PITAGORE. Pour tout renseignement complémentaire, veuillez contacter le Pôle de Compétences PITAGORE

PITAGORE. Pour tout renseignement complémentaire, veuillez contacter le Pôle de Compétences PITAGORE MINISTÈRE DE LA DÉFENSE MINISTÈRE DE LA DÉFENSE Pour tout renseignement complémentaire, veuillez contacter le Pôle de Compétences Téléphone : 01 44 42 51 04 Télécopie : 01 44 42 51 21 Messagerie : pitagore-pc@sga.defense.gouv.fr

Plus en détail

AXIAD Conseil pour décider en toute intelligence

AXIAD Conseil pour décider en toute intelligence AXIAD Conseil pour décider en toute intelligence Gestion de la Performance, Business Intelligence, Big Data Domaine d expertise «Business Intelligence» Un accompagnement adapté à votre métier dans toutes

Plus en détail

Synthèse de son offre logicielle

Synthèse de son offre logicielle Connecting your business Synthèse de son offre logicielle Copyright 2006, toute reproduction ou diffusion non autorisée est interdite STREAM MIND Créateur de produits logiciels innovants dans le traitement

Plus en détail

SQL Server Integration Services 2012 Mise en oeuvre d'un projet ETL avec SSIS

SQL Server Integration Services 2012 Mise en oeuvre d'un projet ETL avec SSIS Introduction à SSIS 1. Présentation de SSIS 13 1.1 Concepts de l ETL 13 1.2 Management Studio et SQL Server Data Tools 14 1.3 Architecture 14 2. SSIS 2012 17 2.1 Les nouveautés de la version 2012 17 2.2

Plus en détail

Restitution. Antoine Lapostolle Ingénieur Avant-Vente Microsoft France

Restitution. Antoine Lapostolle Ingénieur Avant-Vente Microsoft France Restitution Antoine Lapostolle Ingénieur Avant-Vente Microsoft France Fgi was here Restitution: les problématiques Stocker ne suffit, il faut permettre de comprendre et d analyser ces données. Avec des

Plus en détail

Objectifs. Maîtriser. Pratiquer

Objectifs. Maîtriser. Pratiquer 1 Bases de Données Objectifs Maîtriser les concepts d un SGBD relationnel Les modèles de représentations de données Les modèles de représentations de données La conception d une base de données Pratiquer

Plus en détail

Gérez efficacement vos flux d entreprises.

Gérez efficacement vos flux d entreprises. Gérez efficacement vos flux d entreprises. g geai* répond au besoin de gestion des flux de données inter et intra-entreprises. Vous maîtrisez vos flux autour d une application centralisée. *EAI : Enterprise

Plus en détail

Le terme «ERP» provient du nom de la méthode MRP (Manufacturing Ressource Planning) utilisée dans les années 70 pour la gestion et la planification

Le terme «ERP» provient du nom de la méthode MRP (Manufacturing Ressource Planning) utilisée dans les années 70 pour la gestion et la planification Séminaire national Alger 12 Mars 2008 «L Entreprise algérienne face au défi du numérique : État et perspectives» CRM et ERP Impact(s) sur l entreprise en tant qu outils de gestion Historique des ERP Le

Plus en détail

S18 PHP pour des tâches batch sous IBM i

S18 PHP pour des tâches batch sous IBM i Modernisation, développement d applications et DB2 sous IBM i Technologies, outils et nouveautés 2013-2014 13 et 14 mai 2014 IBM Client Center Paris, Bois-Colombes S18 PHP pour des tâches batch sous IBM

Plus en détail

Nos Solutions PME VIPDev sont les Atouts Business de votre entreprise.

Nos Solutions PME VIPDev sont les Atouts Business de votre entreprise. Solutions PME VIPDev Nos Solutions PME VIPDev sont les Atouts Business de votre entreprise. Cette offre est basée sur la mise à disposition de l ensemble de nos compétences techniques et créatives au service

Plus en détail

MARCHE RELATIF A L ACQUISITION D UNE SOLUTION D ARCHIVAGE DEMATERIALISE DE DOCUMENTS

MARCHE RELATIF A L ACQUISITION D UNE SOLUTION D ARCHIVAGE DEMATERIALISE DE DOCUMENTS MARCHE RELATIF A L ACQUISITION D UNE SOLUTION D ARCHIVAGE DEMATERIALISE DE DOCUMENTS QUESTIONNAIRE DE LA CONSULTATION MEMOIRE TECHNIQUE Par la signature finale de ce document par une personne habilitée

Plus en détail

Cursus Sage ERP X3 Outils & Développement. CURSUS Sage ERP X3 Outils & Développement ADVANCED. Administration avancée.

Cursus Sage ERP X3 Outils & Développement. CURSUS Sage ERP X3 Outils & Développement ADVANCED. Administration avancée. Cursus Outils & Développement Vous êtes Consultant, Chef de Projets, Directeur des Systèmes d Information, Directeur Administratif et Financier, Optez pour les «formations Produits». Nous vous proposons

Plus en détail

Business & High Technology

Business & High Technology UNIVERSITE DE TUNIS INSTITUT SUPERIEUR D ADMINISTRATION DES ENTREPRISES DE GAFSA Département : Informatique Business & High Technology Chapitre 6 : PGI : Progiciels de Gestion Intégrés ERP : Enterprise

Plus en détail

Présentation de la gamme des PGI/ERP modulaires Wavesoft

Présentation de la gamme des PGI/ERP modulaires Wavesoft Solutions ouvertes pour esprits ouverts Présentation de la gamme des PGI/ERP modulaires Wavesoft Sommaire WaveSoft en quelques chiffres Positionnement des Éditions (Gammes) Standard Professionnelle Entreprise

Plus en détail

Informatique CDC Talend. Dei Lab Sophie Haré Conférence utilisateurs Octobre 2012

Informatique CDC Talend. Dei Lab Sophie Haré Conférence utilisateurs Octobre 2012 Informatique CDC Talend Dei Lab Sophie Haré Conférence utilisateurs Octobre 2012 La Caisse des Dépôts & Informatique CDC Contexte de choix Existant Audit de code Conclusion La Caisse des Dépôts & Informatique

Plus en détail

MANAGEMENT DES SYSTEMES D INFORMATION

MANAGEMENT DES SYSTEMES D INFORMATION MANAGEMENT DES SYSTEMES D INFORMATION TROISIEME PARTIE LES PROGICIELS DE GESTION INTEGREE TABLE DES MATIERES Chapitre 1 : LA PLACE DES PGI... 3 Chapitre 2 : LE CYCLE DE VIE DES PGI... 6 Questions de cours...

Plus en détail

les GDT dans le Système d Information informatisé Muriel Pinel Laurent Tabourot

les GDT dans le Système d Information informatisé Muriel Pinel Laurent Tabourot les GDT dans le Système d Information informatisé Muriel Pinel Laurent Tabourot Introduction Le Système d Information Les fonctions du SI Un système d information collecte diffuse, transforme et stocke

Plus en détail

Solutions de gestion de la sécurité Livre blanc

Solutions de gestion de la sécurité Livre blanc Solutions de gestion de la sécurité Livre blanc L intégration de la gestion des identités et des accès avec l authentification unique Objectif : Renforcer la politique de sécurité et améliorer la productivité

Plus en détail

V-Ingénierie. présente

V-Ingénierie. présente V-Ingénierie présente Le générateur d applications universel pour une acquisition de données sur terminaux radiofréquences & PC avec module d interface ERP V- Ingénierie 2 rue Auguste Bartholdi 78420 Carrières

Plus en détail

Conception Exécution Interopérabilité. Déploiement. Conception du service. Définition du SLA. Suivi du service. Réception des mesures

Conception Exécution Interopérabilité. Déploiement. Conception du service. Définition du SLA. Suivi du service. Réception des mesures Software propose une offre d intégration unique, qui apporte l équilibre parfait entre investissements et performances pour les entreprises qui doivent sans cesse améliorer leurs processus. Des caractéristiques

Plus en détail

Communiqué de Pré-Lancement. Sage CRM.com Version 5.7

Communiqué de Pré-Lancement. Sage CRM.com Version 5.7 Communiqué de Pré-Lancement Sage CRM.com Version 5.7 Nouvelle offre produit Présent sur le marché de la Gestion de la Relation Client (CRM) depuis 3 ans en France, Sage compte environ 7000 clients qui

Plus en détail

CRM et GRC, la gestion de la relation client R A LLER PL US L OI

CRM et GRC, la gestion de la relation client R A LLER PL US L OI 3 R A LLER PL US L OI CRM et GRC, la gestion de la relation client Comment exploiter et déployer une solution de relation client dans votre entreprise? Les usages d une CRM Les fonctionnalités d une CRM

Plus en détail

Quel logiciel DE CRM choisir pour votre force de vente terrain?

Quel logiciel DE CRM choisir pour votre force de vente terrain? Quel logiciel DE CRM choisir pour votre force de vente terrain? plusieurs études démontrent que les projets CRM sont des échecs dans 40 à 80% des cas. Les principales causes d échec sont : Le rejet par

Plus en détail

Francis Chapelier. Infogérance Sélective de Production

Francis Chapelier. Infogérance Sélective de Production Francis Chapelier Infogérance Sélective de Production 2 Programme Qu est ce que l infogérance sélective? Présentation de l Infogérance Sélective de Production (ISP) Quelques références Questions / réponses

Plus en détail

Dream Report. Dream Report vs Reporting Services

Dream Report. Dream Report vs Reporting Services Dream Report Dream Report vs Reporting Services Date : Mars 2015 A propos de Dream Report Dream Report est le 1 er logiciel d édition de rapport prêt à l emploi offrant aux utilisateurs la possibilité

Plus en détail

Architecture technique

Architecture technique OPUS DRAC Architecture technique Projet OPUS DRAC Auteur Mathilde GUILLARME Chef de projet Klee Group «Créateurs de solutions e business» Centre d affaires de la Boursidière BP 5-92357 Le Plessis Robinson

Plus en détail

Urbanisme du Système d Information et EAI

Urbanisme du Système d Information et EAI Urbanisme du Système d Information et EAI 1 Sommaire Les besoins des entreprises Élément de solution : l urbanisme EAI : des outils au service de l urbanisme 2 Les besoins des entreprises 3 Le constat

Plus en détail

DOSSIER SOLUTION CA ERwin Modeling. Comment gérer la complexité des données et améliorer l agilité métier?

DOSSIER SOLUTION CA ERwin Modeling. Comment gérer la complexité des données et améliorer l agilité métier? DOSSIER SOLUTION CA ERwin Modeling Comment gérer la complexité des données et améliorer l agilité métier? CA ERwin Modeling fournit une vue centralisée des définitions de données clés afin de mieux comprendre

Plus en détail

PHASE SOUS-PHASE MOA MOE POINTS A TRAITER. besoins. charges. I.A.2 Échéances. I.A.3 Utilisateurs. I.A.4 Besoin fonctionnels. I.A.5 Évolutions à venir

PHASE SOUS-PHASE MOA MOE POINTS A TRAITER. besoins. charges. I.A.2 Échéances. I.A.3 Utilisateurs. I.A.4 Besoin fonctionnels. I.A.5 Évolutions à venir PHASE SOUS-PHASE MOA MOE POINTS A TRAITER I. La définition des I.A. L'expression des besoins Rédige (spécifie les besoins). Consulte / utilise pour rédiger le cahier des I.A.1 Positionnement stratégique

Plus en détail

DOSSIER TECHNIQUE INSTALLATION PASEO

DOSSIER TECHNIQUE INSTALLATION PASEO DOSSIER TECHNIQUE INSTALLATION PASEO TABLE DES MATIERES 1 Description des produits installés... 3 2 Descriptif des processus d installation produits... 4 2.1 Sql server 2000... 4 2.2 Sql server 2000 service

Plus en détail

Semarchy Convergence for Data Integration La Plate-Forme d Intégration pour le MDM Évolutionnaire

Semarchy Convergence for Data Integration La Plate-Forme d Intégration pour le MDM Évolutionnaire FICHE PRODUIT Semarchy Convergence for Data Integration La Plate-Forme d Intégration pour le MDM Évolutionnaire BENEFICES Des projets réussis dans les délais et les budgets La bonne donnée disponible au

Plus en détail

Drive your success. «Un écosystème complexe implique une capacité de gestion temps réel des aléas» www.imagina-international.com

Drive your success. «Un écosystème complexe implique une capacité de gestion temps réel des aléas» www.imagina-international.com Drive your success «Un écosystème complexe implique une capacité de gestion temps réel des aléas» www.imagina-international.com ATEN, dix avantages au service de votre entreprise Qualité de mise en œuvre

Plus en détail

Bases de Données Avancées

Bases de Données Avancées 1/26 Bases de Données Avancées DataWareHouse Thierry Hamon Bureau H202 - Institut Galilée Tél. : 33 1.48.38.35.53 Bureau 150 LIM&BIO EA 3969 Université Paris 13 - UFR Léonard de Vinci 74, rue Marcel Cachin,

Plus en détail

SYSTER SOFT ERP. Principaux éditeurs. Pour vos appels d offre. 2 e ÉDITION. SupplyChainMagazine.fr 19, rue Saint-Georges - 94700 Maisons-Alfort

SYSTER SOFT ERP. Principaux éditeurs. Pour vos appels d offre. 2 e ÉDITION. SupplyChainMagazine.fr 19, rue Saint-Georges - 94700 Maisons-Alfort Novembre 2009 Pour vos appels d offre ERP Principaux éditeurs 2 e ÉDITION SYSTER SOFT SupplyChainMagazine.fr 19, rue Saint-Georges - 94700 Maisons-Alfort 1. NOM de l'éditeur SYSTER Soft 2. Appartenance

Plus en détail

ETL. Extract, Transform, Load

ETL. Extract, Transform, Load ETL Extract, Transform, Load Plan Introduction Extract, Transform, Load Démonstration Conclusion Plan Introduction Extract, Transform, Load Démonstration Conclusion Identification Problématique: Quoi?

Plus en détail

Introduction aux S.G.B.D.

Introduction aux S.G.B.D. NFE113 Administration et configuration des bases de données - 2010 Introduction aux S.G.B.D. Eric Boniface Sommaire L origine La gestion de fichiers Les S.G.B.D. : définition, principes et architecture

Plus en détail

CRM Service. Exemples de secteurs concernés. Fonctionnalités clés. Gestion de l activité quotidienne. Gestion complète de la force de vente

CRM Service. Exemples de secteurs concernés. Fonctionnalités clés. Gestion de l activité quotidienne. Gestion complète de la force de vente CRM Service Exemples de secteurs concernés Société de commerce et de négoce Société de services informatiques Cabinet de formation Cabinet de recrutement Société de sécurité et de nettoyage Société de

Plus en détail

L information et la technologie de l information ERP, EAS, PGI : une nécessité? H. Isaac, 2003

L information et la technologie de l information ERP, EAS, PGI : une nécessité? H. Isaac, 2003 L information et la technologie de l information ERP, EAS, PGI : une nécessité? Le Le progiciel progiciel de de gestion gestion intégré gré PGI, PGI, ERP. ERP. 1 2 3 Définition Définition et et rôle rôle

Plus en détail

Autres appellations du métier

Autres appellations du métier Le métier aujourd'hui Autres appellations du métier Intégrateur (trice) Concepteur (trice) Consultant(e) progiciel Paramètreur(euse) Description synthétique du métier L intégrateur(trice) assure l adaptation

Plus en détail

5. Architecture et sécurité des systèmes informatiques Dimension Fonctionnelle du SI

5. Architecture et sécurité des systèmes informatiques Dimension Fonctionnelle du SI 5. Architecture et sécurité des systèmes informatiques Dimension Fonctionnelle du SI Un SI : et pour faire quoi? Permet de stocker de manière définitive des informations volatiles provenant d autre BD.

Plus en détail

L EAI. par la pratique. François Rivard. Thomas Plantain. Groupe Eyrolles, 2003 ISBN : 2-212-11199-1

L EAI. par la pratique. François Rivard. Thomas Plantain. Groupe Eyrolles, 2003 ISBN : 2-212-11199-1 L EAI par la pratique François Rivard Thomas Plantain ISBN : 2-212-11199-1 Table des matières Avant-propos................................................ Quel est l objectif de cet ouvrage...............................

Plus en détail

Action de formation: SQL Server Business Intelligence & Data Warehouse

Action de formation: SQL Server Business Intelligence & Data Warehouse Action de formation: SQL Server Business Intelligence & Data Warehouse Contenu : Integration Services Présentation de Management Studio - Présenter les différentes tâches de SSMS - Structure des serveurs

Plus en détail

Systèmes d Information Avancés (et répartis)

Systèmes d Information Avancés (et répartis) Systèmes d Information Avancés (et répartis) Université Lyon 1 MIAGE L. Médini, mars 2005 Plan des cours Protocole HTTP et programmation serveur Architectures réparties Objets distribués Introduction aux

Plus en détail

BI Haute performance. Jean-François Vannier Responsable Infrastructures Décisionnelles, Bull

BI Haute performance. Jean-François Vannier Responsable Infrastructures Décisionnelles, Bull BI Haute performance Jean-François Vannier Responsable Infrastructures Décisionnelles, Bull Bull aujourd'hui - La seule expertise 100% européenne des infrastructures et des applications critiques - Une

Plus en détail

guidescomparatifs.com Outils ETL Utiliser ce guide Avis et contribution Droits d usage Enregistrer Imprimer

guidescomparatifs.com Outils ETL Utiliser ce guide Avis et contribution Droits d usage Enregistrer Imprimer guidescomparatifs.com Outils ETL Utiliser ce guide Avis et contribution Droits d usage Enregistrer Imprimer La notion d ETL La notion d ETL (Extract Transform Loading), recouvre à la fois des outils et

Plus en détail

Comment booster vos applications SAP Hana avec SQLSCRIPT

Comment booster vos applications SAP Hana avec SQLSCRIPT DE LA TECHNOLOGIE A LA PLUS VALUE METIER Comment booster vos applications SAP Hana avec SQLSCRIPT 1 Un usage optimum de SAP Hana Votre contexte SAP Hana Si vous envisagez de migrer vers les plateformes

Plus en détail

Cursus Sage ERP X3 Outils & Développement. Le parcours pédagogique Sage ERP X3 Outils et Développement

Cursus Sage ERP X3 Outils & Développement. Le parcours pédagogique Sage ERP X3 Outils et Développement Cursus Outils & Développement Vous êtes Consultant, Chef de Projets, Directeur des Systèmes d Information, Directeur Administratif et Financier, Optez pour les «formations Produits» Nous vous proposons

Plus en détail

//////////////////////////////////////////////////////////////////// Administration bases de données

//////////////////////////////////////////////////////////////////// Administration bases de données ////////////////////// Administration bases de données / INTRODUCTION Système d informations Un système d'information (SI) est un ensemble organisé de ressources (matériels, logiciels, personnel, données

Plus en détail

Offre FlowUnit by CGI Tests automatisés de flux de données inter-applicatifs

Offre FlowUnit by CGI Tests automatisés de flux de données inter-applicatifs Offre FlowUnit by CGI Tests automatisés de flux de données inter-applicatifs CGI Group Inc. 2013 Agenda 1 2 3 4 5 6 7 Problématiques et enjeux Solutions et fonctionnalités Concepts Exécution et rapport

Plus en détail

Visual TOM 5.0 Fonctionnalités

Visual TOM 5.0 Fonctionnalités The job scheduling Company Visual TOM 5.0 Fonctionnalités 0 Interfaces existantes Xvision Mode multi-fenêtre Vision spécifique par écran Vision technique / hiérarchique Difficulté à faire évoluer 1 Interfaces

Plus en détail

Systèmes et réseaux d information et de communication

Systèmes et réseaux d information et de communication 233 DIRECTEUR DES SYSTÈMES ET RÉSEAUX D INFORMATION ET DE COMMUNICATION Code : SIC01A Responsable des systèmes et réseaux d information FPESIC01 Il conduit la mise en œuvre des orientations stratégiques

Plus en détail

Réplication de données de classe entreprise pour environnements distribués et reprise sur sinistre

Réplication de données de classe entreprise pour environnements distribués et reprise sur sinistre Réplication de données de classe entreprise pour environnements distribués et reprise sur sinistre La tendance actuelle vers une conception distribuée de l entreprise, avec des agences, des centres de

Plus en détail

MyReport, LE REPORTING SOUS EXCEL

MyReport, LE REPORTING SOUS EXCEL MyReport, LE REPORTING SOUS EXCEL Avec MyReport : De la manipulation en moins. De l analyse en plus! Les données d une entreprise sont un vrai capital. Bien exploitées, elles facilitent les prises de décisions.

Plus en détail

C2O, une plate-forme de gestion et d automatisation de process

C2O, une plate-forme de gestion et d automatisation de process C2O, une plate-forme de gestion et d automatisation de process AVANTAGE PRODUCTION Siège social : 15 rue ampère - 60800 Crépy en Valois Tel: + 33 (0)1 76 77 26 00 - info@avantageproduction.com SARL au

Plus en détail

Groupe Eyrolles, 2004 ISBN : 2-212-11504-0

Groupe Eyrolles, 2004 ISBN : 2-212-11504-0 Groupe Eyrolles, 2004 ISBN : 2-212-11504-0 Table des matières Avant-propos................................................ 1 Quel est l objectif de cet ouvrage?............................. 4 La structure

Plus en détail

Les PGI. A l origine, un progiciel était un logiciel adapté aux besoins d un client.

Les PGI. A l origine, un progiciel était un logiciel adapté aux besoins d un client. Les PGI Les Progiciels de Gestion Intégrés sont devenus en quelques années une des pierres angulaire du SI de l organisation. Le Système d Information (SI) est composé de 3 domaines : - Organisationnel

Plus en détail

ALCOMP CATALOGUE DE FORMATION

ALCOMP CATALOGUE DE FORMATION ALCOMP CATALOGUE DE FORMATION 1 N Alcomp transfert de compétences vers nos clients» «Le 2 A : Formations ORACLE A1 : Fondamentaux : Sommaire A2 : Cursus développement : A3 : Cursus Administration : B1

Plus en détail

Présentation salon Linux Paris Janvier 2006 / FR / CSS6

Présentation salon Linux Paris Janvier 2006 / FR / CSS6 Présentation salon Linux Paris Janvier 2006 / FR / CSS6 Talend en bref Un éditeur leader technologique sur le marché de l intégration des données en entreprise 1 er acteur ETL Open Source 1 er acteur sur

Plus en détail

Exceed 8.0. Nouvelles fonctionnalités

Exceed 8.0. Nouvelles fonctionnalités Exceed 8.0 Nouvelles fonctionnalités Copyright Hummingbird 2002 Page 1 of 9 Sommaire Sommaire... 2 Généralités... 3 Conformité à la section 508 de la Rehabilitation Act des Etats-Unis... 3 Certification

Plus en détail

NFP111 Systèmes et Applications Réparties

NFP111 Systèmes et Applications Réparties NFP111 Systèmes et Applications Réparties 1 de 16 NFP111 Systèmes et Applications Réparties Cours 10 - Les Enterprise Java Beans ( aux serveurs ) Claude Duvallet Université du Havre UFR Sciences et Techniques

Plus en détail

PS2i copyright www.ps2i.com HR MANAGER FORMATION v5.1 Page 1

PS2i copyright www.ps2i.com HR MANAGER FORMATION v5.1 Page 1 HR MANAGER FORMATION HR Manager Formation est un logiciel dédié aux services de formation qui ont en charge l organisation des sessions de formation. Constitué d un système d'informations organisé autour

Plus en détail

MyReport, LE REPORTING SOUS EXCEL

MyReport, LE REPORTING SOUS EXCEL MyReport, LE REPORTING SOUS EXCEL De la simplicité d Excel à l autonomie des utilisateurs Avec MyReport : De la manipulation en moins. De l analyse en plus! Tous les services de l entreprise utilisent

Plus en détail

Plaquette présentation Coriolis 5.0. Coriolis 5.0. Plus moderne, plus complet, plus simple

Plaquette présentation Coriolis 5.0. Coriolis 5.0. Plus moderne, plus complet, plus simple Coriolis 5.0 Plus moderne, plus complet, plus simple Coriolis 5.0, qui est-ce? Coriolis 5.0 est le nom du projet de changement de version de V4 à V5 du logiciel Coriolis Finances Publiques. Voici sa carte

Plus en détail

Plateforme d intégration B2B

Plateforme d intégration B2B Plateforme d intégration B2B B2B : Situation actuelle & Tendances ixpath: plateforme d intégration B2B Services associés Vers l externalisation 2 B2B : Situation actuelle Flux EDI / B2B incontournables

Plus en détail

Evry - M2 MIAGE Entrepôt de données

Evry - M2 MIAGE Entrepôt de données Evry - M2 MIAGE Entrepôt de données Introduction D. Ploix - M2 Miage - EDD - Introduction 1 Plan Positionnement du BI dans l entreprise Déclinaison fonctionnelle du décisionnel dans l entreprise Intégration

Plus en détail

Management des processus opérationnels

Management des processus opérationnels Ecole Nationale Supérieure de Management Master Management des organisations Management des processus opérationnels Dr TOUMI Djamila Cours n 4: l approche processus et le management du système d informations

Plus en détail

Cartographie Applicative existante Page 1 sur 5

Cartographie Applicative existante Page 1 sur 5 Cartographie Applicative existante Page 1 sur 5 Nom de l application Inclure le numéro de version, la date de mise en service, date de dernière mise à jour et le fournisseur (interne, prestataire, éditeur)

Plus en détail

MANAGEMENT PAR LA QUALITE ET TIC

MANAGEMENT PAR LA QUALITE ET TIC Garantir une organisation performante pour satisfaire ses clients et ses partenaires, telle est la finalité d une certification «qualité». On dénombre de nombreux référentiels dont le plus connu et le

Plus en détail

Le client/serveur repose sur une communication d égal à égal entre les applications.

Le client/serveur repose sur une communication d égal à égal entre les applications. Table des matières LES PRINCIPES DE BASE... 1 Présentation distribuée-revamping...2 Présentation distante...3 Traitements distribués...3 données distantes-rd...4 données distribuées-rda distribué...4 L'ARCHITECTURE

Plus en détail