Workshop BIG DATA et Internet des objets : comment exploiter la donnée générée par des objets?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Workshop BIG DATA et Internet des objets : comment exploiter la donnée générée par des objets?"

Transcription

1 Workshop BIG DATA et Internet des objets : comment exploiter la donnée générée par des objets? PROGRAMME L Internet des choses : quels périmètres? Quels usages? Quelles innovations? Comment capturer des données pertinentes (technologies, process )? Quel impact sur le SI? La gestion des stocks? La gouvernance de l information? Les profils IT? : Eric Ochs, MMMedia 1/12

2 Les données générées par des objets sont reliées à des problématiques business très fortes, dans tous les secteurs d activité. La donnée est souvent liée à un processus industriel mais peut également être liée à un événement. La capture des données nécessite la mise en place d une organisation car la volumétrie des données entraîne certaines contraintes, notamment en termes d infrastructures et de temps réel. Il existe également toutes les contraintes juridiques. Pouvez-vous vous présenter? Orange France - Anne Couturier Je travaille au technocentre à Châtillon, côté Orange. Nous sommes en train de voir ce qu on peut faire du côté du smart home. La Poste - Isabelle Micheu Je travaille à la Direction de l Innovation pour prendre en charge les données liées aux activités, comme par exemple le parcours du facteur. Air France Mustafovic Augustin Je suis à l Innovation, en charge de la partie veille technologique, je suis ici pour observer ce qui émerge en termes d opportunités métier. Groupe Bosch - Baptiste Hervé Je travaille chez Elm leblanc, nous commençons à nous intéresser à la data pour créer du service. Bernard Dupre Notre plus ancien objet communicant est le ticket de métro et les abris bus. Nous avons des attentes et des questionnements sur notre marque, qui est assez forte. Les clients ont une relation forte avec la marque, et réagissent parfois plus en tant que citoyens que clients, comme on peut le voir dans l actualité récente. La protection des données, par exemple, est un des sujets clé sur lesquels nous réfléchissons. Olivier Borel - IBM Je suis concerné par l évolution des infrastructures qui permettent de gérer ces données. - François Lejoyeux Je suis à la sécurité. Nous sommes au carrefour des projets des autres équipes, par exemple marketing. Nous générons des milliers de données et nous avons des centaines de millions de validations par mois. Nous faisons attention aux préconisations de la CNIL. Notre infrastructure est en pleine mutation. 2/12

3 ESCP - Sylvain Bureau Je suis enseignant-chercheur. Je travaille depuis 2007 sur les RFID. Nous travaillons avec des industriels et des praticiens, dans les domaines de la santé, sur ces problématiques que posent ces solutions de datas. Danone - Guillaume Guyard Je m intéresse de très près aux objets connectés pour apporter de la valeur ajoutée dans le domaine des services. Groupama Denis Oblin Nous n avons pas de projets précis dans les objets connectés, plutôt une démarche d écoute et de compréhension. Micropole - Renaud Finaz Je suis Directeur marketing chez Micropole. Je travaille sur la transformation digitale des entreprises. J ai rencontré le DSI de Nespresso qui m expliquait que les machines seront bientôt toutes connectées. Fin 2013 toutes les machines professionnelles seront connectées et en 2015 la moitié du parc des machines personnelle le sera. Derrière, cela entraîne de nouveaux business, par exemple liés à la maintenance et à la data, et peut-être aussi à la fabrication de nouvelles capsules. GFK - Fabrice Benaut Nous sommes passés des audits préalablement manuels à des communications sur la mesure de l Internet mobile. C est toute la transformation de la collecte d informations qui passe par des objets connectés. Derrière ça il y a aussi toute une industrialisation et nous allons des outils manuels vers des outils connectés et cherchons à créer de la valeur avec toute cette masse d information. IBM - Isabelle Lefevre-Bouffard Je travaille à la direction marketing. SFR - Dimitri Carbonnelle Nous sommes confrontés à la data. Beaucoup d entreprises viennent nous voir pour savoir comment exploiter les données et quels sont les process à mettre en place. Il y a un réel besoin d accompagnement à plusieurs niveaux. Gide Loyrette Nouel - Thierry Dor Je m intéresse aux objets connectés à partir du moment où les données sont des données personnelles. IBM - Béatrice Cochard Je m occupe des aspects techniques du Big Data. Aéroports de Paris Mael Besson Je suis chef de projet. Nous aimerions améliorer nos infrastructures et tout ce qui se trouve dans nos aérogares. 3/12

4 AramisAuto.com - Christophe Vassallo Nous réfléchissons à travers la data à être plus près du client. Nous travaillons déjà sur des problématiques de Big Data, que nous maîtrisons plus ou moins. L Oréal - Olivier Cocaud Je fais de la veille technologique sur les solutions pour innover. Je viens ici pour apprendre des choses. Orange - Jérôme Galloyer Je travaille au sein de l entité technocentre. La Poste Cyril Flament Je suis responsable du développement innovation au courrier. Nous avons un large panel de secteurs d activité autour de la table. Ce qui est important est l origine des projets. Est-elle plutôt métier, valorisation de l infrastructure, ou encore l entreprise a-t-elle récupéré de nombreuses données et ne sait pas trop quoi en faire, etc. Les questions à se poser sont : 1. Quels sont les projets, est-ce qu il y en a? 2. D où viennent les projets? 3. Quel est le niveau de maturité? Quelle est l origine des projets dans vos entreprises? SFR Les projets viennent soit des clients soit des concurrents. Nous sentons que nous sommes sur un marché mûr. Les clients vont par exemple souhaiter de nouveaux services, comme la maintenance d une cafetière. Ils veulent plus de connectivité et un service additionnel. Chez Elm leblanc, au-delà d un service additionnel, je pense qu avoir vos appareils communicants vous permettra d agir à distance au lieu d envoyer un technicien qui coûte cher, donc ça va permettre des réductions de coûts. Elm leblanc Tout à fait. Un projet a déjà été monté en 2005 afin d améliorer nos problématiques de maintenance et de réduction de coûts. Air France Nous n avons pas trop de vision sur la partie connectée. Sur ces projets nous ne sommes pas tout seul, nous pourrons travailler avec les aéroports ou les constructeurs. Selon Airbus, il y aura un milliard d information dans les avions connectés. 4/12

5 Chez Groupama, est-ce que vous sentez que les automobilistes sont prêts pour ces objets connectés? Groupama Installer le boîtier connecté dans la voiture ne coûte pas plus cher, mais les clients qui le choisissent restent une minorité. Par contre, 100 % des gens qui l ont choisi sont d accord pour partager leurs données et cela ouvre des perspectives. Quel est le taux d acceptation du boîtier aujourd hui? Groupama 30 à 40 %, ça reste une minorité mais c est assez conséquent pour impacter le CA. Créer ces objets connectés, combien ça coûte? France Télécom Jérôme Galloyer Chez Nespresso par exemple, le coût du composant est de 1 dollar. La référence est Bluetooth. On annonce des coûts beaucoup plus bas pour l avenir sur le composant, mais, derrière, la connectivité de l objet peut se révéler complexe, par exemple si on veut créer du service sur les données. Donc il faut aussi jauger du coût en fonction de toute la valeur que l on intègre. SFR Oui tout dépend de l utilisation. Par rapport à la voiture, nous sommes en train de faire un pilote, un boîtier avec géolocalisation, qui permet de récupérer seulement les informations sur le niveau d essence dans le réservoir, la consommation, à savoir uniquement des informations liées au moteur et non à la géolocalisation. Je pense qu avec ce type de produit il y aura des taux d acceptation plus élevés qu avec des outils qui font de la géolocalisation, car on ne sait pas où les gens vont et s arrêtent. D un point de vue juridique, comment ça se passe, car les cadres sont flous et bougent tout le temps? Gide Loyrette Nouel - Thierry Dor La CNIL a été amenée à fixer des règles, à les amender, beaucoup de choses peuvent changer en fonction des avancées. La CNIL a déterminé sur la base du passe Navigo un titre purement déclaratif, qui va permettre de faire une traçabilité des déplacements. L exigence de la CNIL va être plus ou moins forte en fonction de si l individu peut être pisté ou non. 5/12

6 Le droit est souvent flou. Aujourd hui, quand je monte un projet, quelle est la zone où on prend des risques et la zone où on n en prend pas, par rapport à la loi? Gide Loyrette Nouel - Thierry Dor Là où on ne prend pas de risques, c est par rapport aux grands piliers de la loi. Dans les projets évoqués, ceux où l utilisateur a donné son accord pour exploiter ses données, exemple le boîtier dans la voiture, permettant de connaître les consommations de l utilisateur, ou autre exemple avec Elm leblanc, là aussi l individu donne son accord. On prend plus de risques sur les autres projets, là où l individu ignore qu on le piste ou que l on collecte des données, exemple avec les premiers passes Navigo, où les gens ne savaient pas que les données étaient collectées. C est donc le niveau d information qui est important. Gide Loyrette Nouel - Thierry Dor La seconde problématique concerne la finalité de la collecte. Est-ce que je change les règles du jeu en cours de route? Soit je reste dans la même finalité soit je change la finalité de la collecte de données en cours de route. Avec le Big Data, on teste souvent avant de déterminer la finalité. La dernière problématique porte sur la durée de conservation des informations. Exemple on va garder les données pour faire des statistiques X mois. Au bout d un moment les données doivent disparaître. Au moment où vous allez mettre en place le moyen de collecte, soit vous avez un passe Navigo anonyme soit un passe qui collecte de manière plus personnalisée. L idée est de savoir ce qu on fait de la donnée, est-ce qu on restitue au client d une autre manière la data collectée? Il y a donc deux niveaux, le premier je respecte la réglementation, et le deuxième niveau les gens acceptent la collecte de données. Car même si vous respectez la règle, le client peut ne pas être content. Nous n avons aucunes données relatives au transport dans nos systèmes. Nous ne faisons aucuns traitements, ni personnalisés ni anonymamisés. La CNIL nous a interdit de conserver les données. Nos problématiques sont contractuelles et les mêmes que les sociétés ici, nous avons besoin de gérer un contrat et mesurer ce qu on fait. Nous générons des quantités de données énormes. Un des freins au traitement du Big Data chez nous concerne nos modes de traitements, qui restent encore très cadrés aujourd hui. Nous récupérons de nombreuses informations, qui ne viennent pas uniquement de chez nous, comme celles relatives aux embouteillages par exemple. 6/12

7 Qu est-ce qui peut tirer positivement ou négativement les projets à l heure actuelle? Gide Loyrette Nouel Le vrai frein est de ne pas connaître la réglementation. Il y a une position du G29 sur les objets connectés et des projets en cours. Va-t-on vers un durcissement ou vers quelque chose d assez ouvert où l on peut tester? Gide Loyrette Nouel Le projet de règlement qui a été déposé en 2012 va vers un grand renforcement de la règlementation et vers un allègement des formalités. On parle de responsabilités accrues pour les sous-traitants, d obligation d avoir des datas officier dans les entreprises, et plus de sécurité autour de la conservation des données. La règlementation est là pour créer de la confiance. Nous pensons que si les données sont plus sécurisées, les consommateurs vont avoir plus confiance et vont être plus enclins à donner leurs informations. Cette réglementation, au final, permettra de créer plus de business. Micropole On voit émerger de plus en plus de bracelets personnels qui mesurent votre pression, etc. Ces bracelets sont américains, or des personnes les portent en Europe mais les informations sont traitées aux Etats-Unis. Les américains sont-ils hors la loi? Gide Loyrette Nouel Non, aujourd hui il y a déjà des données qui traversent les frontières mais les principes du safe harbor (sphère de sécurité) permettent à une entreprise américaine de certifier qu elle respecte la législation de l Espace économique européen afin d obtenir l autorisation de transférer des données personnelles de l EEE vers les US. Des règlements existent pour que les datas traversent les frontières. L idée est de développer la règlementation pour alléger les formalités administratives et favoriser le business. Concernant les problématiques de coût du réseau, de traitements analytiques, de dashboard, avez-vous une idée de combien ça peut coûter? SFR Une des choses qui va jouer est la mise en place de service dédié ou mutualisé. Exemple, si on peut mettre une petite clé bluetooth dans un objet qui ensuite communique avec la box et va transmettre les informations, le coût va être réduit, car il porte juste sur la clé bluetooth. Donc suivant si on fait quelque chose de mutualisé ou de dédié, les coûts n auront rien à voir. Deuxièmement, si j utilise une solution qui est déjà mutualisée est-ce utile? Ca c est la partie coût, mais avant il faut réfléchir aux services utiles et aux modèles 7/12

8 économiques, ce qui va nous permettre de décider si on met en place un service mutualisé ou un servie dédié. Chez Orange, avez-vous une idée du coût d un projet comme ça? Orange Le coût est très variable, ça dépend de l objectif, on ne peut pas dire comme ça. GFK Au niveau de la collecte c est assez bien borné, ça dépend combien de temps on veut conserver la donnée, quel type d analyse on veut réaliser et quelle volumétrie d informations on veut garder. On peut l intégrer dans un process existant si on veut faire de la donnée. SFR Un module en 2G coûte autour d une dizaine de dollar. Le coût de la communication est en train de baisser, on sera à moins de 2 par mois. Des acteurs commencent à proposer des communications de moins en moins chères. Sur la partie M to M, si par exemple j ai un boîtier, mais si derrière j ai plein de petits objets, à ce moment bien sûr ce n est plus 2 par objets mais si il y en a 10 c est 0,2. Sur la domotique le problème se pose moins mais si vous n avez pas l alimentation il y a une problématique. Même ça il faut prévoir. Par exemple, il faut prévoir l alimentation des piles tous les 2 ans et c est un niveau de renchérissement. Ce sont des systèmes qui sont assez vieux et évoluent par palier, nous commençons tout juste à réfléchir à du cloud interne et externe. Tous ces objets embarquent des piles, notamment dans les bus mais un bus ça vibre donc la pile saute et 3 années après la pile meurt. Il faut la changer, la ressouder, ça coûte quelques millions d euros. Si on commence à capter de l information à caractère personnel, il est difficile de demander à un particulier de sécuriser son réseau pour que la donnée ne soit pas piratée. SFR Si vous branchez votre compte en banque avec votre téléphone c est la même problématique. Gide Loyrette Nouel - Thierry Dor Ca ne sera pas à votre insu. Si on capte de la donnée à travers la machine Nespresso, la personne aura donné sont accord, donc on ne va pas attendre la règlementation pour collecter ou non. La notion de l exigence est essentielle. On ne va pas avoir la même exigence de sécurité de données entre une machine Nespresso collectant les informations du client afin de recharger la machine et des informations bancaires. 8/12

9 Si quelqu un se plaint c est une amende de 2 % au final. Gide Loyrette Nouel - Thierry Dor La plus forte amende de la CNIL, historiquement, c est les pour Google Street. Les gens ne décollent pas tout de suite, il y a un dialogue d abord. Une fois qu on aura diminué toutes les formalités administratives ça permettra de faire mieux, car aujourd hui peut-être 50 % de l activité de la CNIL est de la paperasserie, ce qui n a aucune valeur ajoutée. Quels sont les freins réglementaires, les risques des 2 %? Danone Tout dépend de la valeur ajoutée que peut apporter le projet, donc le cash versus, le coût de mise en place d une offre discount. Le frein est lié au top management et nos managers sont totalement largués, pour moi c est le principal frein. L exemple intéressant est Autolib, avec un taux d acceptation de 100 %. Dès que vous acceptez le service, vous acceptez d être dans un véhicule communicant. Si on prend le passe Navigo, au début il n était pas anonyme pour une question de service après-vente, afin de pouvoir le recréditer si son passe était HS. Car comment fait-on si on ne connaît pas le client? Aujourd hui le client a le choix, avoir un passe anonyme sans SAV ou un passe non anonyme avec un SAV. La Poste D un point de vue de l innovation il n y a pas de frein aujourd hui. Il faut tout d abord identifier les enjeux des données. Quand on travaille dans le Big Data il faut passer par cette phase exploratoire et réfléchir à ce qui peut avoir de la valeur. Pour La Poste, quels sont les enjeux avec le courrier? La Poste La Poste a beaucoup de données. Il faut se demander en quoi sont-elles intéressantes, pour l intérieur, et pour l extérieur. Qu est ce qu on peut en faire? A l intérieur, les facteurs vont être équipés de smartphones, ce qui va leur permettre d avoir des données complémentaires lors de leurs tournées. A l extérieur, nous sommes tripartites, nous, nos 9/12

10 utilisateurs, et les entreprises. Les services sont orientés vers les entreprises pour qu elles puissent mieux rebondir dans ce jeu à trois. Au niveau courrier, sur la partie infrastructure, ça nécessite une refonte de l infrastructure ou pas du tout? La Poste C est un projet stratégique donc les budgets ne sont pas illimités non plus. Il faut que les gens sentent la valeur perçue, la finalité du service qu on va pouvoir développer autour. On a certains enjeux de données qui sont pertinents. On voit des gens qui vont proposer des services, par exemple au bureau de poste. Il faut se demander quel est le modèle derrière, ça reste des POCs, des initiatives. La Poste Il n y a pas que la Direction qui soit perdue. L essentiel des salariés ne sait pas ce qui se passe au niveau du digital, même au niveau du service informatique. La compétence pour traiter les données devient de plus en plus recherchée et beaucoup de start-ups se positionnent sur ce créneau, des normaliens, des techniciens, et le frein vient de là pour moi. GFK Il y a beaucoup de bruits dans les informations qu on collecte, donc l enjeu est d industrialiser les flux, et traiter la bonne information. Globalement on ne sait plus aujourd hui ce qu on va faire de ces informations. On va avoir des problématiques pour essayer de comprendre et nettoyer ces données. Quelles sont vos problématiques chez AramisAuto.com? AramisAuto.com On déstructure pour restructurer. Sur 100 données on ne restructure même pas 1 %, donc 99 % du bruit est éliminé et 1 % est valorisé. Donc la couche décisionnelle est sur 1 %. On est vraiment sur du reporting. GFK Ca dépend des usages, si on veut du dashboard et des solutions plus larges il faut des solutions IT. La richesse c est la corrélation. Ce sont des sources de données très riches et c est la corrélation qui va créer de la richesse et l émergence de la richesse. Danone Aujourd hui nos problématiques sont liées à tout ce qui est real time bidding et temps réel. AramisAuto.com Je ne suis pas certain que le fantasme de dire je stocke le maximum de choses pour un jour le réexploiter, soit réalisable. Il y a une limite. Il faut déjà savoir un peu ce qu on cherche. Les 10/12

11 décideurs pensent qu il faut tout stocker au cas ou cela pourrait servir, on va peut-être trouver de l or mais tout cela coûte cher. Micropole Dans l entreprise, je pense qu on traite à peine 50 % des données de gestion, sur l informatique de gestion, qui est le langage de gestion et qui devrait être le langage commun. Ca fait 20 ans qu on fait du data mining et je suis d accord, si on ne pose pas la bonne question on ne trouve rien. Pour les Aéroports de paris c est le cas? Aéroports de Paris Nous avons accumulé beaucoup de données mais nous n en avons jamais rien fait. Aujourd hui nous commençons à nous demander ce qu on va en faire. On commence à s intéresser aux données client. On sait précisément qui a acheté quoi et comment, sur quel vol, en duty free, sur les parcours en aérogare, et donc nous savons où il faut établir une boutique Apple ou un Starbucks, en fonction des pays et ce qui plaît. Ce sont plus des problématiques de clientèle. Ce qui nous intéressait en venant ici sont des choses plus techniques, c est-à-dire quelles technologies utiliser pour faire les traitements par exemple. On a entendu parler de Hadoop, est-ce qu il y a autre chose? Comment fait-on? IBM? IBM Oui, on voit 3 types de projet : -optimisation de process -valorisation de l infrastructure pour une meilleure gestion de son patrimoine -développement d un nouveau service pour être plus compétitif Ils ont tous un point commun, c est que le ROI est très dépendant des coûts nécessaires pour le développement de ces projets (coût, stockage, traitements). Pour abaisser ces coûts, la mutualisation est la solution la plus évidente, surtout car ce sont des projets où on parle de volumes, c est-à-dire des projets qui visent à toucher le plus de personnes possible. Les projets Big Data ne sont pas à présenter comme des projets très onéreux à la direction générale? Quelle est votre sensation? Concernant la partie infrastructure, ce n est pas si simple. On parlait de flux vidéo. Sur des informations ferroviaires, par exemple, on ne peut pas mutualiser. Ca dépend des métiers, surtout quand on a des flux très différents. On a des nouvelles technologies et des solutions aujourd hui qui vont permettre de faire du traitement de données. 11/12

12 La connectivité des objets existe déjà depuis plusieurs années mais cela coûte cher donc ça ne va pas évoluer si vite. La a des canaux qui lui sont propres, des canaux radios dédiés par exemple. C est une source de coûts mais aussi de robustesse. La fiabilité de la remontée des données est la problématique aujourd hui. Comment savoir que je récupère tout, c est un vrai enjeu aujourd hui. Aéroports de Paris Nous avons des projets dans les files d attente. On snif les bluetooth des passagers dans les files d attentes, ce qui nous a permis d apporter des services, et c était une autre problématique de gestion des flux. La Poste Le projet ne remonte pas à la Direction Générale comme un projet Big Data dans ce cas mais comme une expérience utilisateur. Il y a différents types de projets et on voit bien la composante en temps réel. Il y a certains opérateurs alternatifs qui sont capables d adapter leur SI et d autres qui n ont pas cette souplesse pour faire migrer leurs données. Orange Les projets sont souvent fonction de la fraîcheur de la donnée. L Oréal, que pouvez-vous nous dire? L Oréal Je découvre un monde que je ne connais pas, je découvre le Big Data. Les démarches sont d abord conduites par les logiques métiers, logiques stratégiques, il s agit de comprendre ce qui se fait ailleurs, ce qui est émergent. J ai trouvé qu il y avait beaucoup de sens dans ce que vous avez évoqué. Il y a beaucoup de fantasmes autour de la technologie. Moi j amène des informations pour aider des grands patrons, des décideurs, à prendre des décisions, mais si les gens ne sont pas prêts ça ne prend pas beaucoup de valeur, donc il faut expliquer à nos patrons ce que ça peut apporter. Nous démarrons, je suis sur le secteur industriel. La difficulté est aussi de fédérer. On parlait d intelligence économique et stratégique, dans un grand groupe comme le nôtre je trouve que nous ne sommes pas assez structurés. Nous n avons pas abordé la gouvernance. 12/12

smart M2M interconnectez machines et objets pour développer votre activité et accroître l efficience de vos processus métiers

smart M2M interconnectez machines et objets pour développer votre activité et accroître l efficience de vos processus métiers smart M2M interconnectez machines et objets pour développer votre activité et accroître l efficience de vos processus métiers smart M2M créer de nouveaux usages industriels, logistiques, urbains, domestiques,

Plus en détail

Repenser le SI à l'ère du numérique : apports des solutions de big data, cloud computing et confiance numérique

Repenser le SI à l'ère du numérique : apports des solutions de big data, cloud computing et confiance numérique Repenser le SI à l'ère du numérique : apports des solutions de big data, cloud computing et confiance numérique Extraits d analyses publiées par MARKESS International Emmanuelle Olivié-Paul epaul@markess.com

Plus en détail

#BigData Dossier de presse Mai 2014

#BigData Dossier de presse Mai 2014 #BigData Dossier de presse Mai 2014 La valeur du Big Data pour l entreprise Comment permettre l avènement d une culture de la donnée pour tous? Dans un monde porté par la mobilité et le Cloud, non seulement

Plus en détail

Secteur Industries - Manufacturing

Secteur Industries - Manufacturing Secteur Industries - Manufacturing isatech est spécialiste des solutions de gestion d entreprise Microsoft Dynamics ERP, CRM et Office365 Les problématiques du secteur industriel Selon le gouvernement,

Plus en détail

Secteur Finance - Assurance

Secteur Finance - Assurance Secteur Finance - Assurance isatech est spécialiste des solutions de gestion d entreprise Microsoft Dynamics ERP, CRM et Office365 Les problématiques du secteur financier Selon l INSEE, en 2011, le secteur

Plus en détail

AXIAD Conseil pour décider en toute intelligence

AXIAD Conseil pour décider en toute intelligence AXIAD Conseil pour décider en toute intelligence Gestion de la Performance, Business Intelligence, Big Data Domaine d expertise «Business Intelligence» Un accompagnement adapté à votre métier dans toutes

Plus en détail

Secteur Recherche Santé

Secteur Recherche Santé Secteur Recherche Santé isatech est spécialiste des solutions de gestion d entreprise Microsoft Dynamics ERP, CRM et Office365 Les problématiques du secteur de la santé Selon l INSEE, le secteur de la

Plus en détail

Vers l excellence opérationnelle de la DSI avec Lean Six Sigma

Vers l excellence opérationnelle de la DSI avec Lean Six Sigma Vers l excellence opérationnelle de la DSI avec Lean Six Sigma Dans le monde des services, Lean Six Sigma est en train de s imposer comme démarche d excellence opérationnelle et de progrès permanent. Au

Plus en détail

TOP. année promet d être BIG (Business Intelligence Growth) PRINCIPALES TENDANCES EN MATIÈRE DE SOLUTIONS DÉCISIONNELLES POUR 2013

TOP. année promet d être BIG (Business Intelligence Growth) PRINCIPALES TENDANCES EN MATIÈRE DE SOLUTIONS DÉCISIONNELLES POUR 2013 0 Cette TOP 10 PRINCIPALES TENDANCES EN MATIÈRE DE SOLUTIONS DÉCISIONNELLES POUR 2013 année promet d être BIG (Business Intelligence Growth) Quel est le bilan de l année 2012 en matière de solutions décisionnelles?

Plus en détail

LE LIVRE BLANC Le Cloud, nouvelle source de performance pour votre entreprise. [ NetExplorer, partage de fichier et travail collaboratif ]

LE LIVRE BLANC Le Cloud, nouvelle source de performance pour votre entreprise. [ NetExplorer, partage de fichier et travail collaboratif ] LE LIVRE BLANC Le Cloud, nouvelle source de performance pour votre entreprise. [ NetExplorer, partage de fichier et travail collaboratif ] LE CLOUD, UNE NOUVELLE SOURCE DE PERFORMANCE POUR VOTRE ENTREPRISE.

Plus en détail

LES TRAJECTOIRES DIGITALES

LES TRAJECTOIRES DIGITALES LES TRAJECTOIRES DIGITALES DE @CROISSANCEPLUS TRAJECTOIRE #3 STRATEGIE DE SERVICES ET OBJETS CONNECTÉS CE QUI A CHANGÉ : Les objets connectés et intelligents sont l industrie de demain, et un levier de

Plus en détail

ÉTUDE IT FOCUS. Enjeux et perspectives 2013 pour la DSI. En partenariat avec DÉCEMBRE 2012

ÉTUDE IT FOCUS. Enjeux et perspectives 2013 pour la DSI. En partenariat avec DÉCEMBRE 2012 DÉCEMBRE 2012 ÉTUDE IT FOCUS Enjeux et perspectives 2013 pour la DSI En partenariat avec SOMMAIRE INTRODUCTION IT FOCUS...4 MÉTHODOLOGIE...4 BUDGETS ET ORIENTATIONS...5 Disposez-vous d un budget qui vous

Plus en détail

BIG DATA : comment étendre et gérer la connaissance client? François Nguyen SFR Directeur SI décisionnel & Mkt relationnel GP

BIG DATA : comment étendre et gérer la connaissance client? François Nguyen SFR Directeur SI décisionnel & Mkt relationnel GP BIG DATA : comment étendre et gérer la connaissance client? François Nguyen SFR Directeur SI décisionnel & Mkt relationnel GP SFR en quelques chiffres Le Dataware Client GP de SFR en août 2011 150 applications

Plus en détail

Secteur Sociétés de Services

Secteur Sociétés de Services Secteur Sociétés de Services isatech est spécialiste des solutions de gestion d entreprise Microsoft Dynamics ERP, CRM et Office365 Les problématiques du secteur tertiaire Selon l'insee, le marché des

Plus en détail

La Business Intelligence & le monde des assurances

La Business Intelligence & le monde des assurances Conseil National des Assurances Séminaire - Atelier L information au service de tous Le 09 Novembre 2005 La Business Intelligence & le monde des assurances Karim NAFIE Regional Presales Manager EEMEA Operations

Plus en détail

Les Histoires de demain par TNP REVUE DE PRESSE

Les Histoires de demain par TNP REVUE DE PRESSE Les Histoires de demain par TNP REVUE DE PRESSE 4 novembre 2015 Les Echos Business - 04/11/2015 http://business.lesechos.fr/directions-numeriques/digital/transformation-digitale/021450570757-s-adapter-ou-se-transformer-les-hesitations-des-entreprises-pre-numeriques-204380.php

Plus en détail

L Information : Un des facteurs sinon le facteur clé de différenciation des entreprises et des organisations

L Information : Un des facteurs sinon le facteur clé de différenciation des entreprises et des organisations L Information : Un des facteurs sinon le facteur clé de différenciation des entreprises et des organisations Marc Yvon 1 Agenda Le Challenge de l Information dans une Smarter Planet Les challenges métier

Plus en détail

Septembre 2015. Résultats du Baromètre DSI 2015 des projets et investissements informatiques

Septembre 2015. Résultats du Baromètre DSI 2015 des projets et investissements informatiques Septembre 2015 Résultats du Baromètre DSI 2015 des projets et investissements informatiques Etude VoxDI 2015: La 3 ème édition de l étude VoxDI, la voix des Décideurs Informatiques, a pour objectif d établir

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Salon Mondial de l Automobile Paris 2014

DOSSIER DE PRESSE Salon Mondial de l Automobile Paris 2014 DOSSIER DE PRESSE Salon Mondial de l Automobile Paris 2014 02/10/2014 Introduction Depuis plus de 30 ans, Altran anticipe le besoin croissant d innovation technologique dans tous les principaux secteurs

Plus en détail

Introduction Big Data

Introduction Big Data Introduction Big Data SOMMAIRE Rédacteurs : Réf.: SH. Lazare / F. Barthélemy AXIO_BD_V1 QU'EST-CE QUE LE BIG DATA? ENJEUX TECHNOLOGIQUES ENJEUX STRATÉGIQUES BIG DATA ET RH ANNEXE Ce document constitue

Plus en détail

Journée Secteur Public CXP

Journée Secteur Public CXP Journée Secteur Public CXP Jeudi 6 novembre 2014 - Paris UNE JOURNÉE CONSACRÉE À LA TRANSFORMATION NUMÉRIQUE DU SECTEUR PUBLIC Journée Secteur Public CXP Jeudi 6 novembre 2014 à Paris Vous faites partie

Plus en détail

La distribution et le marketing numériques

La distribution et le marketing numériques La distribution et le marketing numériques E-commerce : un développement solide L e-commerce transforme la manière avec laquelle les clients ont accès et achètent leurs produits. Avec, en point d orgue,

Plus en détail

THE NEW STYLE OF SERVICE DESK, ANYTIME, ANYWHERE MARDI 11 FÉVRIER, DOMINIQUE DUPUIS, DIRECTRICE DE LA RECHERCHE

THE NEW STYLE OF SERVICE DESK, ANYTIME, ANYWHERE MARDI 11 FÉVRIER, DOMINIQUE DUPUIS, DIRECTRICE DE LA RECHERCHE THE NEW STYLE OF SERVICE DESK, ANYTIME, ANYWHERE MARDI 11 FÉVRIER, DOMINIQUE DUPUIS, DIRECTRICE DE LA RECHERCHE SOMMAIRE Les enquêtes du CXP SaaS / Cloud Mobilité Big Data Conclusion 2 SOMMAIRE Les enquêtes

Plus en détail

Le Cross-Canal : une solution contre

Le Cross-Canal : une solution contre Le Cross-Canal : une solution contre la volatilité des nouveaux consommateurs? PROGRAMME Le consommateur est de moins en moins fidèle à une marque ou à un distributeur ; grâce à Internet il peut comparer

Plus en détail

Connaissance Client et Digital : quels enjeux pour quelles valeurs? Non à la personnalisation bidon! Vente Privée Orange Gan Assurances

Connaissance Client et Digital : quels enjeux pour quelles valeurs? Non à la personnalisation bidon! Vente Privée Orange Gan Assurances Connaissance Client et Digital : quels enjeux pour quelles valeurs? Non à la personnalisation bidon! WIDE COFFEE Vente Privée Orange Gan Assurances 1 Serge Hauser Nathalie Patrat Chrystel Galissié A G

Plus en détail

TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES

TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES Claude MULSANT, Directrice adjointe du réseau MAGELLAN INTERNATIONAL J ai donc la lourde responsabilité

Plus en détail

La gouvernance documentaire dans les organisations françaises

La gouvernance documentaire dans les organisations françaises LIVRE BLANC La gouvernance documentaire dans les organisations françaises Enquête serdalab Mars 2011 serdalab Page 1 Sommaire Les problématiques auxquelles la gouvernance documentaire répond...4 La définition

Plus en détail

La notation en matière de sécurité

La notation en matière de sécurité La notation en matière de sécurité Août 2008 Le CDSE Le Club des Directeurs Sécurité d Entreprise est l association des directeurs de sécurité d entreprise et de leurs collaborateurs. Il fédère des entreprises

Plus en détail

Vision prospective et obstacles à surmonter pour les assureurs

Vision prospective et obstacles à surmonter pour les assureurs smart solutions for smart leaders Le «Big Data» assurément Rédigé par Pascal STERN Architecte d Entreprise Vision prospective et obstacles à surmonter pour les assureurs Un avis rendu par la cour de justice

Plus en détail

1 er OCTOBRE 2015 Hôtel des Arts & Métiers 9 Bis Avenue d Iéna 75016 Paris

1 er OCTOBRE 2015 Hôtel des Arts & Métiers 9 Bis Avenue d Iéna 75016 Paris SALON PROFESSIONNEL DES INNOVATIONS BANCAIRES www.banqueetinnovation.com 1 er OCTOBRE 2015 Hôtel des Arts & Métiers 9 Bis Avenue d Iéna 75016 Paris DOSSIER EXPOSANT www.banqueetinnovation.com NEWSCO EVENTS

Plus en détail

CULTIVATEUR DE DONNÉES 4.0 FAITES FRUCTIFIER VOS DONNÉES, RÉCOLTEZ DU ROI. DU BIG DATA AU SMART DATA

CULTIVATEUR DE DONNÉES 4.0 FAITES FRUCTIFIER VOS DONNÉES, RÉCOLTEZ DU ROI. DU BIG DATA AU SMART DATA CULTIVATEUR DE DONNÉES 4.0 FAITES FRUCTIFIER VOS DONNÉES, RÉCOLTEZ DU ROI. DU BIG DATA AU SMART DATA CULTIVER SON CAPITAL CLIENTS, RECRUTER, FIDÉLISER ET RÉCOLTER DU ROI! La société Base Plus cultive depuis

Plus en détail

Regard sur hybridation et infogérance de production

Regard sur hybridation et infogérance de production Regard sur hybridation et infogérance de production Février 2014 édito «comment transformer l hybridation des infrastructures en levier de performances?» Les solutions d infrastructure connaissent depuis

Plus en détail

Data Management Platforms DMP. Décembre 2015

Data Management Platforms DMP. Décembre 2015 Data Management Platforms DMP Décembre 2015 Merci de nous recevoir MACSF Edouard Perrin Directeur Marketing et Digital Soft Computing Sylvain Bellier Directeur du pôle Marketing Services 2 Agenda Eléments

Plus en détail

CONFERENCE TECHNOM AIDE IBM

CONFERENCE TECHNOM AIDE IBM Conférence Big Data CONFERENCE TECHNOM AIDE IBM Le BIG DATA : le nouveau pétrole de la société. En présence de : Christophe MENICHETTI (spécialiste BIG DATA chez IBM) JN. SCHNEIDER et F. WEYGAND (professeurs

Plus en détail

Secteur Distribution & Retail

Secteur Distribution & Retail Secteur Distribution & Retail isatech est spécialiste des solutions de gestion d entreprise Microsoft Dynamics ERP, CRM et Office365 Les problématiques des métiers du négoce Selon l Observatoire des commerces

Plus en détail

GT Big Data : transformer les données en valeur business pour l entreprise

GT Big Data : transformer les données en valeur business pour l entreprise GT Big Data : transformer les données en valeur business pour l entreprise Bruno Prévost (Dir. Infrastructures IT Groupe, ) Valère Dussaux (GCS d-sisif) Espace Grande Arche Paris La Défense Workshop Big

Plus en détail

QU EST CE QUE LE CLOUD COMPUTING?

QU EST CE QUE LE CLOUD COMPUTING? En France, on parle plus volontiers d «informatique en nuage» 1 pour décrire ce concept. Apparu au début des années 2000, le cloud computing constitue une évolution majeure de l informatique d entreprise,

Plus en détail

Disposer d un SI efficace : le contrat objectif & performance (COP) signé entre VNF et le Ministère de l écologie (MEDDTL)

Disposer d un SI efficace : le contrat objectif & performance (COP) signé entre VNF et le Ministère de l écologie (MEDDTL) Disposer d un SI efficace : le contrat objectif & performance (COP) signé entre VNF et le Ministère de l écologie (MEDDTL) VNF, expert national de la voie d'eau et du transport fluvial Établissement public

Plus en détail

Besoin d une connexion d avance?

Besoin d une connexion d avance? Besoin d une connexion d avance? HUB ONE C EST 38 millions de connexions Wifi enregistrées 330 000 terminaux sous contrats de maintenance une note de 3/4 24 tonnes de DEEE (Déchets d Équipements Électriques

Plus en détail

La gestion globale des contenus d entreprise

La gestion globale des contenus d entreprise Gonzague Chastenet de Géry La gestion globale des contenus d entreprise Le projet ECM, une nouvelle approche de la gestion de l information é d i t i o n s Les Editions de l ADBS publient des ouvrages

Plus en détail

Mardi 17 novembre 2015. Les services collaboratifs et le SAAS, enjeux majeurs pour votre cabinet

Mardi 17 novembre 2015. Les services collaboratifs et le SAAS, enjeux majeurs pour votre cabinet Mardi 17 novembre 2015 Les services collaboratifs et le SAAS, enjeux majeurs pour votre cabinet Sommaire Le Cloud : Qu est ce que c est? Les tendances Le Cloud to Cloud Du Cloud au MOBICLO Le Cloud privé

Plus en détail

3 ème. 280 000 salariés gérés. collaborateurs. de bulletins produits par mois. partenaires. en france. acteur de. distributeurs

3 ème. 280 000 salariés gérés. collaborateurs. de bulletins produits par mois. partenaires. en france. acteur de. distributeurs Intelligence RH 1 Yourcegid Ressources Humaines Spécialiste des logiciels de gestion de la Paie et des Ressources Humaines, Cegid répond aux exigences de l entreprise d aujourd hui, quel que soit le secteur

Plus en détail

Principaux enjeux des directeurs financiers en 2014

Principaux enjeux des directeurs financiers en 2014 Principaux enjeux des directeurs financiers en 2014 Cela n a rien de nouveau : depuis longtemps, vous cherchez à améliorer les performances de l entreprise en collectant des données, en les recoupant et

Plus en détail

LES NOUVEAUX FACTEURS DE COMPÉTITIVITÉ BASÉS SUR LA 3 ÈME PLATEFORME INFORMATIQUE. Sébastien LAMOUR IDC Research & Consulting Manager

LES NOUVEAUX FACTEURS DE COMPÉTITIVITÉ BASÉS SUR LA 3 ÈME PLATEFORME INFORMATIQUE. Sébastien LAMOUR IDC Research & Consulting Manager LES NOUVEAUX FACTEURS DE COMPÉTITIVITÉ BASÉS SUR LA 3 ÈME PLATEFORME INFORMATIQUE Sébastien LAMOUR IDC Research & Consulting Manager LA 3 ÈME PLATEFORME INFORMATIQUE Santé publique Smart grids Smart buildings

Plus en détail

BI SWISS FORUM (ecom / SITB)

BI SWISS FORUM (ecom / SITB) 2015 04 21 - GENEVA BI SWISS FORUM (ecom / SITB) LE BIG DATA A L ASSAUT DES ZONES DE CONFORT TECH ET BUSINESS WWW.CROSS-SYSTEMS.CH GROUPE MICROPOLE 1100 COLLABORATEURS DONT 130 EN SUISSE +800 CLIENTS 27

Plus en détail

Baromètre des investissements numériques en France

Baromètre des investissements numériques en France Baromètre des investissements numériques en France Novembre 2015 Objectifs Baromètre des investissements numériques en France avec pour objectifs : de suivre l évolution de l opinion des responsables informatique

Plus en détail

Dossier Spécial ECUEILS À ÉVITER DANS LES PROJETS BIG DATA

Dossier Spécial ECUEILS À ÉVITER DANS LES PROJETS BIG DATA Dossier Spécial ECUEILS À ÉVITER DANS LES PROJETS BIG DATA L e Big Data est une opportunité à saisir à laquelle la technologie Hadoop répond bien. Reste à éviter les écueils, souvent plus culturels que

Plus en détail

22 SEPTEMBRE 2015 Espace Etoile Saint-Honoré 21/25 rue Balzac 75008 Paris

22 SEPTEMBRE 2015 Espace Etoile Saint-Honoré 21/25 rue Balzac 75008 Paris SALON PROFESSIONNEL DES INNOVATIONS BANCAIRES www.banqueetinnovation.com 22 SEPTEMBRE 2015 Espace Etoile Saint-Honoré 21/25 rue Balzac 75008 Paris DOSSIER EXPOSANT www.banqueetinnovation.com NEWSCO EVENTS

Plus en détail

L Usine Digitale / GT Nexus & Cap Gemini juin 2015 ETUDE : LA TRANSFORMATION NUMÉRIQUE DES ENTREPRISES

L Usine Digitale / GT Nexus & Cap Gemini juin 2015 ETUDE : LA TRANSFORMATION NUMÉRIQUE DES ENTREPRISES L Usine Digitale / GT Nexus & Cap Gemini juin 2015 ETUDE : LA TRANSFORMATION NUMÉRIQUE DES ENTREPRISES L ENQUÊTE Méthodologie Etude quantitative en ligne Cible Secteurs Industrie, Services aux entreprises,

Plus en détail

Catalogue de conférences v1

Catalogue de conférences v1 Programme de s Catalogue de s v1 1 sur 9 Planning type des deux jours Programme de s Mercredi 23 mars 2011 (salon ouvert de 9h00 à 18h30) 9h30-10h15 : 10h30-11h15 : 11h30-13h00 : 13H30-14h15 : 14H30-15h15

Plus en détail

Traitement des Données Personnelles 2012

Traitement des Données Personnelles 2012 5 ème Conférence Annuelle Traitement des Données Personnelles 2012 Paris, le 18 janvier 2012 Les enjeux de protection des données dans le CLOUD COMPUTING Xavier AUGUSTIN RSSI Patrick CHAMBET Architecte

Plus en détail

Analytics et Big Data : comprendre les différentes étapes pour rendre son marketing encore plus performant

Analytics et Big Data : comprendre les différentes étapes pour rendre son marketing encore plus performant En partenariat avec Analytics et Big Data : comprendre les différentes PROGRAMME De la simple analyse descriptive à l analyse prédictive et prescriptive, quelles sont les différentes étapes? Que peut-on

Plus en détail

Talents. 7 pratiques RH à la loupe. Performances. Mobilité. Evaluation. Numérique. Compétences. Réseaux sociaux. Engagement

Talents. 7 pratiques RH à la loupe. Performances. Mobilité. Evaluation. Numérique. Compétences. Réseaux sociaux. Engagement COLLECTION > PRATIQUES RH IN THE BUSINESS OF YOUR SUCCESS TM 7 pratiques RH à la loupe Indicateurs Analyses Expertises Perspectives Evaluation Business intelligence Formation Performances Masse salariale

Plus en détail

Big Data : Risques et contre-mesures

Big Data : Risques et contre-mesures 18 mars 2014 Big Data : Risques et contre-mesures Les fondamentaux pour bien démarrer Gérôme BILLOIS gerome.billois@solucom.fr Twitter : @gbillois Chadi HANTOUCHE chadi.hantouche@solucom.fr Twitter : @chadihantouche

Plus en détail

Mobile First - Customer First. - Plénière 3 -

Mobile First - Customer First. - Plénière 3 - Mobile First - Customer First - Plénière 3 - Introduction Sommaire La mobilité, maîtriser la nouvelle «révolution» digitale La mobilité, être intime avec son client La mobilité, créer de la valeur en augmentant

Plus en détail

WIFI ÉVOLUTIVITÉ - SÉCURITÉ - MOBILITÉ

WIFI ÉVOLUTIVITÉ - SÉCURITÉ - MOBILITÉ WIFI ÉVOLUTIVITÉ - SÉCURITÉ - MOBILITÉ Le wifi, pourquoi? sécurité performance C est une technologie permettant de créer des réseaux locaux sans fil à haut débit. Dans la pratique le Wifi permet de relier

Plus en détail

LE COMMERCE CONNECTÉ SHOW

LE COMMERCE CONNECTÉ SHOW 1 ER COMMERCE CONNECTÉ SHOW Salon Dock Pullman - Paris 27 & 28 octobre 2015 LE COMMERCE CONNECTÉ SHOW «There is no Business like Retail Connected Business» Un salon d échange, concentré d expertise et

Plus en détail

L Usine Digitale / GT Nexus & Cap Gemini juin 2015 ETUDE : LA TRANSFORMATION NUMÉRIQUE DES ENTREPRISES

L Usine Digitale / GT Nexus & Cap Gemini juin 2015 ETUDE : LA TRANSFORMATION NUMÉRIQUE DES ENTREPRISES L Usine Digitale / GT Nexus & Cap Gemini juin 2015 ETUDE : LA TRANSFORMATION NUMÉRIQUE DES ENTREPRISES L ENQUÊTE Méthodologie Etude quantitative en ligne Cible Secteurs Industrie, Services aux entreprises,

Plus en détail

Les Objets Connectés. Au cœur de la stratégie d un opérateur numérique

Les Objets Connectés. Au cœur de la stratégie d un opérateur numérique Les Objets Connectés Au cœur de la stratégie d un opérateur numérique Pourquoi les telco présents sur les objets connectés - un lien direct avec tous les réseaux pour se connecter, avec des prix en baisse

Plus en détail

digital customer experience

digital customer experience digital customer experience améliorons ensemble votre expérience numérique au service de vos usages digital customer experience enrichir l expérience utilisateur grâce à des usages novateurs et fédérateurs

Plus en détail

51 e Congrès national des Experts-comptables de justice

51 e Congrès national des Experts-comptables de justice 51 e Congrès national des Experts-comptables de justice 21 septembre 2012 Les conditions d une synthèse entre le modèle comptable européen et les normes IFRS --------------- Intervention de Jérôme Haas,

Plus en détail

Optimiser la maintenance des applications informatiques nouvelles technologies. Les 11 facteurs clés de succès qui génèrent des économies

Optimiser la maintenance des applications informatiques nouvelles technologies. Les 11 facteurs clés de succès qui génèrent des économies Application Services France the way we do it Optimiser la maintenance des applications informatiques nouvelles technologies Les 11 facteurs clés de succès qui génèrent des économies Chaque direction informatique

Plus en détail

Rendez-vous de l'assurance. Les nouvelles technologies au service de l'assurance

Rendez-vous de l'assurance. Les nouvelles technologies au service de l'assurance Rendez-vous de l'assurance Les nouvelles technologies au service de l'assurance Agenda 1. Introduction en vidéo 2. Les objets connectés 3. Une multiplication des nouvelles technologies 4. Quels impacts

Plus en détail

Étude : les PME à l heure du Cloud

Étude : les PME à l heure du Cloud Étude : les PME à l heure du Cloud Synthèse des principaux enseignements 27 avril 2012 1 FICHE TECHNIQUE DE L ETUDE Echantillon : 301 entreprises de 20 à 499 salariés. Représentativité assurée par des

Plus en détail

PROSPECTION R.C.P.A. Principe de prospection du R.C.P.A. 1. Prise de RDV par téléphone 2. RDV Terrain

PROSPECTION R.C.P.A. Principe de prospection du R.C.P.A. 1. Prise de RDV par téléphone 2. RDV Terrain PROSPECTION R.C.P.A. Principe de prospection du R.C.P.A. 1. Prise de RDV par téléphone 2. RDV Terrain PROSPECTION TELEPHONIQUE POUR PRISE RDV Barrage secrétaire Interlocuteur PREPARATION DU RDV Etape 1

Plus en détail

LES ENJEUX EUROPEENS ET MONDIAUX DE LA PROTECTION DES DONNEES PERSONNELLES

LES ENJEUX EUROPEENS ET MONDIAUX DE LA PROTECTION DES DONNEES PERSONNELLES LES ENJEUX EUROPEENS ET MONDIAUX DE LA PROTECTION DES DONNEES PERSONNELLES Les évolutions technologiques offrent aujourd hui des opportunités économiques sans précédent. Parallèlement, on assiste à une

Plus en détail

Communes Nouvelles : Modernisation des stratégies de sauvegarde

Communes Nouvelles : Modernisation des stratégies de sauvegarde Communes Nouvelles : Modernisation des stratégies de sauvegarde Par Yann Serra En pleine réforme territoriale, l État invite aujourd hui les communes françaises de moins de 10 000 habitants à se regrouper

Plus en détail

Secteur agroalimentaire

Secteur agroalimentaire Secteur agroalimentaire isatech est spécialiste des solutions de gestion d entreprise Microsoft Dynamics ERP, CRM et Office365 Les problématiques du secteur des IAA Selon la FAO*, les demandes en produits

Plus en détail

HOLOSFIND (ALHOL): Présentation de la stratégie 2015 et 2016 lors de l AGE du 30 septembre 2015.

HOLOSFIND (ALHOL): Présentation de la stratégie 2015 et 2016 lors de l AGE du 30 septembre 2015. Communiqué de presse Paris, le 29 Septembre 2015 HOLOSFIND (ALHOL): Présentation de la stratégie 2015 et 2016 lors de l AGE du 30 septembre 2015. Holosfind annonce qu elle va présenter sa stratégie lors

Plus en détail

Comment les TPE-PME utilisent la puissance du Cloud? Comment les TPE-PME utilisent la puissance du Cloud?

Comment les TPE-PME utilisent la puissance du Cloud? Comment les TPE-PME utilisent la puissance du Cloud? Comment les TPE- utilisent la puissance du Cloud? Fiche technique et note de lecture Échantillon Echantillon national de 800 dirigeants de TPE (entreprises de 0 à 19 salariés) et de (entreprises de 20

Plus en détail

2015Dossier de presse

2015Dossier de presse 015 Dossier de presse Notre ADN Loyalty Company est un groupe indépendant, 100% intégré, qui propose une palette d expertises au service du développement de la valeur client et de la performance commerciale.

Plus en détail

Comment assurer le plein potentiel de votre solution analytique. Guillaume Bédard, Directeur des Solutions d Affaires Odesia

Comment assurer le plein potentiel de votre solution analytique. Guillaume Bédard, Directeur des Solutions d Affaires Odesia L Comment assurer le plein potentiel de votre solution analytique ODESIA 1155 University suite 800 Montreal, Qc, Canada H3B 3A7 Phone: (514) 876-1155 Fax: (514) 876-1153 www.odesia.com Guillaume Bédard,

Plus en détail

Mutation digitale et conséquences sur l organisation de l entreprise et ses salariés

Mutation digitale et conséquences sur l organisation de l entreprise et ses salariés Mutation digitale et conséquences sur l organisation de l entreprise et ses salariés Consortium ESAA- entreprises 3 Juin 2015 PARTAGE D EXPERIENCE DE LA TRANSFORMATION DIGITALE DANS LE SECTEUR DES ASSURANCES

Plus en détail

pour Une étude LES DÉFIS DES DSI Avril 2013

pour Une étude LES DÉFIS DES DSI Avril 2013 Une étude pour LES DÉFIS DES DSI Avril 2013 Présentation de l étude Objectifs : Faire le point sur les orientations IT des DSI : cloud, mobilité, sécurité, poste de travail Identifier les principaux défis

Plus en détail

Le rendez-vous de l innovation La voiture autonome Mai 2015

Le rendez-vous de l innovation La voiture autonome Mai 2015 Le rendez-vous de l innovation La voiture autonome Mai 2015 Sondage réalisé par pour le publié et diffusé par et Publié le 27 mai 2015 Levée d embargo le 27 Mai 2015 06H00 Méthodologie Recueil Enquête

Plus en détail

Transformation Digitale

Transformation Digitale Transformation Digitale Rendez-vous de l'assurance Mehdi Tazi, Saham Assurance Casablanca, Avril 2015 Fondamentaux Le Maroc connaît une forte progression du Digital grâce à l'essor des équipements technologiques

Plus en détail

Engager une démarche d efficacité énergétique dans les bâtiments SYSTÈMES D INFORMATION ÉNERGÉTIQUE. Recommandations pour les décideurs

Engager une démarche d efficacité énergétique dans les bâtiments SYSTÈMES D INFORMATION ÉNERGÉTIQUE. Recommandations pour les décideurs Engager une démarche d efficacité énergétique dans les bâtiments SYSTÈMES D INFORMATION ÉNERGÉTIQUE Recommandations pour les décideurs 2 Agir, une nécessité Le contexte réglementaire, les factures d énergies

Plus en détail

De la captation de données à la Datavisualisation

De la captation de données à la Datavisualisation De la captation de données à la Datavisualisation [Synopsis de l événement] Objets connectés : générateurs de données à visualiser! «En fait de calculs et de proportion, le plus sûr moyen de frapper l

Plus en détail

GÉRER La force de l image. Business Intelligence

GÉRER La force de l image. Business Intelligence GÉRER Business Intelligence vos données ont du 32 l ie n 61 l septembre-octobre 2012 Par Guillaume Poulain : potentiel cartographique Apporter une couche de cartographie à une solution de Business Intelligence

Plus en détail

Dossier de presse 2014

Dossier de presse 2014 Dossier de presse 2014 Sommaire Le mot du président 3 Recherche & Développement 5 Le Hub 6 Axes de différenciation 7 Crowdfunding 8 Partenaires 9 Contacts presse 11 2 Le mot du président La multiplication

Plus en détail

Webinar EBG Nouvelles perspectives d'exploitation des données clients avec le big data

Webinar EBG Nouvelles perspectives d'exploitation des données clients avec le big data Webinar EBG Nouvelles perspectives d'exploitation des données clients avec le big data Approches & opportunités face aux enjeux de volume, variété et vélocité France, 2012-2014 28 mars 2013 Ce document

Plus en détail

Optimisez les coûts de possession de votre information et redonnez de la capacité d investissement au DSI

Optimisez les coûts de possession de votre information et redonnez de la capacité d investissement au DSI CGI Dbox Dites oui à notre solution exclusive de décommissionnement et réduisez les coûts tout en conservant l intégrité de votre patrimoine informationnel Optimisez les coûts de possession de votre information

Plus en détail

Transformation digitale

Transformation digitale La plateforme bancaire internationale. Pour chaque métier. décembre 2015 Transformation digitale Les défis de la distribution bancaire Par Olivier Cruanès, Responsable Marketing SOMMAIRE 1 La révolution

Plus en détail

M. Maire du Poset (Ulule): «Nous avons déjà financé 105 projets dans le secteur du patrimoine et de nombreux acteurs sont en phase de réflexions»

M. Maire du Poset (Ulule): «Nous avons déjà financé 105 projets dans le secteur du patrimoine et de nombreux acteurs sont en phase de réflexions» http://www.club- innovation- culture.fr/m- maire- du- poset- ulule- nous- avons- deja- finance- 105- projets- dans- le- secteur- du- patrimoine- et- de- nombreux- acteurs- sont- en- phase- de- reflexions/

Plus en détail

Soyez acteurs du Web! Estelle Bretagne. L'avenir du web?

Soyez acteurs du Web! Estelle Bretagne. L'avenir du web? Soyez acteurs du Web! Estelle Bretagne L'avenir du web? Bonjour dans cette partie nous allons parler de quelques uns des usages du web amenés à se développer dans les prochaines années. Nous avons choisi

Plus en détail

Le Big Data s invite dans nos vies, faut-il en avoir peur?

Le Big Data s invite dans nos vies, faut-il en avoir peur? Le Big Data s invite dans nos vies, faut-il en avoir peur? Du Big Data au Smart Data Fernando IAFRATE, Sr Manager BI & Data Architecture Disneyland Paris 1 L EVOLUTION DU DIGITAL Notre monde se transforme

Plus en détail

Parole d utilisateur. Témoignage Gestion de la relation client. L Oréal fidélise ses clients en réduisant sa charge de travail

Parole d utilisateur. Témoignage Gestion de la relation client. L Oréal fidélise ses clients en réduisant sa charge de travail Parole d utilisateur Témoignage Gestion de la relation client L Oréal fidélise ses clients en réduisant sa charge de travail Témoignage Gestion de la relation client L Oréal fidélise ses clients en réduisant

Plus en détail

BAROMÈTRE DE L ÉCONOMIE NUMERIQUE

BAROMÈTRE DE L ÉCONOMIE NUMERIQUE BAROMÈTRE DE L ÉCONOMIE NUMERIQUE Chaire Économie numérique de Paris-Dauphine Réalisé par Médiamétrie Première édition - 4 e trimestre 2011 Un nouvel outil : Initié par la chaire Économie numérique de

Plus en détail

Exatec est certifiée ISO 9001 et 14001

Exatec est certifiée ISO 9001 et 14001 Exatec est certifiée ISO 9001 et 14001 MANUEL QUALITE ENVIRONNEMENT EXATEC 580 Rue Antoine Péglion 06190 Roquebrune Cap Martin (France) Tel : +33 (0) 4 93 28 18 09 Fax : +33 (0) 4 93 28 34 55 Email : contact@exatec-atm.com

Plus en détail

accompagner la transformation digitale grâce au Big & Fast Data Orange Business Services Confidentiel 02/10/2014

accompagner la transformation digitale grâce au Big & Fast Data Orange Business Services Confidentiel 02/10/2014 accompagner la transformation digitale grâce au Big & Fast Data Orange Business Services Confidentiel 02/10/2014 Big Data au-delà du "buzz-word", un vecteur d'efficacité et de différenciation business

Plus en détail

DOSSIER SPÉCIAL Software Defined Storage : les enjeux du Stockage entretien avec Eric Pillon PAR YANN SERRA

DOSSIER SPÉCIAL Software Defined Storage : les enjeux du Stockage entretien avec Eric Pillon PAR YANN SERRA Software Defined Storage : les enjeux du Stockage entretien avec Eric Pillon PAR YANN SERRA POUR ERIC PILLON, Directeur des Ventes chez EMC, le Software Defined Storage vient au secours des entreprises

Plus en détail

TRANSFORMATION DIGITALE NEWSLETTER - MARS 2014

TRANSFORMATION DIGITALE NEWSLETTER - MARS 2014 TRANSFORMATION DIGITALE NEWSLETTER - MARS 2014 LE POINT DE VUE DE KURT SALMON DANS CE NUMÉRO : Claude Bodeau Associé en charge de la practice RH-Management Contact: Email Votre organisation est-elle sociale?

Plus en détail

Objets connectés, avez-vous donc une âme?

Objets connectés, avez-vous donc une âme? Objets connectés, avez-vous donc une âme? Bernard Ourghanlian Directeur Technique et Sécurité Microsoft France Qu est ce que l Internet des Objets? «Le réseau des objets physiques contenant des technologies

Plus en détail

"Les médecins seront les infirmières de 2030"

Les médecins seront les infirmières de 2030 RECHERCHE par Laure Martin le 25-09-2014 38 RÉACTION(S) "Les médecins seront les infirmières de 2030" Afficher sur plusieurs pages Chirurgien-urologue et neurobiologiste de formation, le Dr Laurent Alexandre

Plus en détail

Rapport de la conférence Syntec Camp QUELS PARTENARIATS TECHNOLOGIQUES AUTOUR DES OBJETS CONNECTÉS?

Rapport de la conférence Syntec Camp QUELS PARTENARIATS TECHNOLOGIQUES AUTOUR DES OBJETS CONNECTÉS? Rapport de la conférence Syntec Camp QUELS PARTENARIATS TECHNOLOGIQUES AUTOUR DES OBJETS CONNECTÉS? Salon Marbeuf (Paris) - Mardi 8 Avril 2014 I Questions à répondre : 1. COMMENT CONNECTER? 2. COMMENT

Plus en détail

Les ressources numériques

Les ressources numériques Les ressources numériques Les ressources numériques sont diverses et regroupent entre autres, les applications, les bases de données et les infrastructures informatiques. C est un ensemble de ressources

Plus en détail

FOOTFALL: SÉRIE ACTING ON INSIGHT. Sortir de l ombre et mettre en lumière ce que vous ne savez pas encore à propos de vos clients

FOOTFALL: SÉRIE ACTING ON INSIGHT. Sortir de l ombre et mettre en lumière ce que vous ne savez pas encore à propos de vos clients www.footfall.com + 33 (1) 55 12 10 00 FOOTFALL: SÉRIE ACTING ON INSIGHT Sortir de l ombre et mettre en lumière ce que vous ne savez pas encore à propos de vos clients Gardez votre visage toujours vers

Plus en détail