chez la personne âgée.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "chez la personne âgée."

Transcription

1 PROMOTION DE L AMÉLIORATION DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES dans le cadre du programme MobiQual Prévenir, évaluer, Prendre en charge La douleur chez la Personne âgée FIche pratique utilisation des opioïdes La morphine est un alcaloïde dérivé de l opium (opioïde). Rappel les antalgiques opioïdes sont préconisés pour le traitement de la douleur, notamment nociceptive, dans les paliers II et III définis par l Organisation Mondiale de la Santé (OMS). - antalgiques de palier II (douleur d intensité modérée à sévère) : association d antalgiques non opioïdes, généralement le paracétamol, et d antalgiques opioïdes faibles (codéine, tramadol, dihydrocodéine, poudre d opium). - antalgiques de palier III (douleurs intenses et/ou rebelles aux antalgiques de palier II) : antalgiques opioïdes forts. le passage du palier II au palier III nécessite de vérifier au préalable que les antalgiques du palier II sont effectivement utilisés à leur maximale (absence de prise, vomissements) ; que l intervalle des prises est respecté ; s il existe une douleur neuropathique associée. la prescription d un opioïde fort d emblée est possible en cas de douleur très intense. Le but du traitement est de soulager la douleur tout en maintenant une conscience et une communication les plus normales possibles. La morphine n est pas contre-indiquée chez la personne âgée. Il convient de débuter le traitement par des s plus faibles. Les opioïdes faibles du PaLIer II de L oms La codéine - elle est un dérivé semi-synthétique de la morphine. % de la absorbée se transforme en morphine dans le foie. - administrée par voie orale, elle est souvent associée au paracétamol (action synergique). - la posologie usuelle est de cp/ heures, soit à 0 mg de codéine et 00 à 00 mg de paracétamol par prise (voir tableau). - ses effets indésirables les plus fréquents sont la constipation, qui doit être prévenue de façon systématique, les nausées et la somnolence. - le surdosage se traduit par un tableau clinique d intoxication morphinique. Le tramadol (LI et LP) - Morphinique de type μ, il peut être administré par voie orale ou injectable. - Chez les sujets âgés, il est prudent de débuter le traitement par des s faibles car les nausées et la somnolence sont très fréquents. la demi-vie du tramadol est doublée chez les personnes âgées de plus de 7 ans. il est recommandé d augmenter l intervalle entre deux prises à heures. - Le tramadol peut être associé au paracétamol. - Il est disponible sous formes à libération immédiate (LI) et libération prolongée (LP) (voir tableau). - il expose à un risque de convulsions. La dihydrocodéine (LP) - ses propriétés antalgiques sont liées à sa transformation dans le foie. - elle est disponible sous forme à libération prolongée (lp) (dicodin ) (voir tableau). La poudre d opium - elle est disponible en association au paracétamol (lamaline ), en gélule ou suppositoire. - elle n est utilisée qu en cure courte.

2 utilisation des opioïdes ProduIt actif PosoLogIe habituelle antalgiques de PaLIer II* PrInCIPaux effets IndésIrabLes et PréCautIons d emploi PrInCIPaLes Contre-IndICatIons Chez Les sujets âgés Codéine [+ paracétamol] à 0 mg de codéine et 00 à 00 mg de paracétamol par prise, à renouveler si besoin au bout de heures. en cas de réponse insuffisante, la peut être doublée et l intervalle entre les prises peut être diminué jusqu à heures. Il est recommandé de diviser les s par. constipation (nécessite le plus souvent une prévention). nausées, vomissements. somnolence. vertige. insuffisance respiratoire. asthme. insuffisance hépatocellulaire. tramadol Formes à libération immédiate : d attaque : 0 mg en cas de douleur aiguë et 0 ou 0 mg en cas de douleurs chroniques. d entretien : 0 ou 0 mg toutes les à heures. au-delà de 7 ans : augmenter à heures l intervalle entre prises. Formes à libération prolongée : initiale : 0 à 0 mg de chlorhydrate de tramadol fois par jour, matin et soir. si le niveau d antalgie est insuffisant, la peut être augmentée à 0 mg ou 0 mg, fois par jour. maximale : 00 mg par jour. abaissement du seuil épileptogène. confusion. nausées, vomissements. somnolence. vertiges. constipation en cas de prise prolongée. insuffisance respiratoire sévère. intoxications aigües ou surdosage avec des produits dépresseurs du snc (alcool, hypnotiques, autres analgésiques ). association à un imao dans les jours. épilepsie non contrôlée par un traitement. tramadol [+ paracétamol] d attaque : comprimés de l association tramadol/paracétamol 7, mg/ mg (soit 7 mg de chlorhydrate de tramadol et 0 mg de paracétamol). Max comprimés par jour (soit 00 mg de chlorhydrate de tramadol et 00 mg de paracétamol). les prises doivent être espacées d au moins heures. dihydrocodéine (dicodin LP ) comprimé à libération prolongé de 0 mg toutes les heures. Max mg par jour. constipation (nécessite le plus souvent une prévention). nausées, vomissements. somnolence. vertiges. insuffisance respiratoire. asthme. insuffisance hépatocellulaire. insuffisance rénale grave. association à un imao dans les jours. Poudre d opium [+ paracétamol] (Lamaline ) gélule de paracétamol/poudre d opium 00 mg/ mg à renouveler si besoin au bout de à heures sans dépasser gélules par jour. la forme de suppositoire (00mg/mg) peut être utile en cas de troubles de la déglutition. en cure courte uniquement. somnolence. constipation (nécessite le plus souvent une prévention). nausées, vomissements. insuffisance hépatocellulaire. association aux agonistes partiels ou aux agonistesantagonistes morphiniques (nalbuphine, buprénorphine, pentazocine). * d après afssaps, sfetd, sfr Prise en charge des douleurs de l adulte modérées à sévères (août )

3 utilisation des opioïdes Fiche Pratique. FIche pratique Les opioïdes forts du PaLIer III de L oms généralités Les opioïdes forts sont classés en trois groupes : - les agonistes purs : morphine, fentanyl, hydromorphone, oxycodone - les agonistes partiels : buprénorphine - les agonistes-antagonistes : nalbuphine L antagoniste des opioïdes est la naloxone. Les agonistes partiels et les agonistes-antagonistes ne doivent pas être associés aux agonistes. - ils ont un effet plafond qui limite l augmentation des s et l effet des agonistes purs donnés simultanément.. La morphine (agoniste pur de référence) - La morphine d action brève à libération immédiate (LI) (chlorhydrate ou sulfate de morphine) - elle est utilisée préférentiellement dans les douleurs intenses, pour la titration initiale, pour les accès douloureux, pour la prévention des douleurs induites. - chez la personne âgée, les s initiales sont réduites de moitié. commencer par une de, à mg toutes les heures, puis augmenter de 0% toutes les heures si la personne est toujours douloureuse. - La morphine à libération prolongée (LP) (sulfate de morphine) - elle est utilisée dans les douleurs stables. - chez la personne âgée, la initiale est de mg/ heures ou mg/ heures. - lors du relais d une forme orale à libération immédiate à une forme orale à libération prolongée, la quotidienne sera inchangée. - lors de la mise en route du traitement par morphine lp, seule la morphine à libération immédiate peut être utilisée pour les s de secours (ou inters ou entres) (voir modalités pratiques de la titration). il ne faut pas donner de morphine lp en de secours.. Le fentanyl (morphinique de synthèse agoniste pur) - Le fentanyl transdermique - Il se présente sous la forme d un patch autocollant ( dosages :, 0, 7, 0 μg/h) - sa durée d action est de jours (7 heures). elle peut être de à heures chez la personne âgée. - il est utilisé pour des douleurs stables. la survenue d accès douloureux impose d y associer un opioïde li comme pour tout opioïde lp. - cette forme galénique est intéressante pour les personnes ayant des troubles de la déglutition, des troubles digestifs ou chez lesquelles la voie injectable est devenue impossible. - chez la personne âgée, l utilisation du patch nécessite des précautions supplémentaires : les patchs de fentanyl ne sont pas recommandés pour initier un traitement de palier iii. il faut adapter les conversions de habituellement recommandées. Par exemple un patch de μg/h ne sera envisagé que si la personne reçoit l équivalent de 0 à mg de chlorhydrate de morphine par heures. la personne âgée est souvent plus sensible au patch car, à administrée équivalente, des concentrations sériques plus élevées que chez le sujet d âge moyen sont retrouvées. le délai d élimination du fentanyl après retrait du patch est plus long chez la personne âgée : lors d un relais avec un autre morphinique, il faut attendre à heures avant d introduire l opiacé choisi à s équivalentes. - Le fentanyl transmuqueux - Il se présente sous la forme d un dispositif à placer entre la joue et la gencive, d action immédiate (actiq - dosages : 0, 00, 00, 00, 0 et μg). - il est indiqué dans le traitement des accès douloureux paroxystiques chez des personnes recevant un traitement opioïde de fond pour des douleurs cancéreuses. - Le fentanyl en spray nasal - il se présente sous la forme d une solution pour pulvérisation nasale (instanyl - dosages : 0, 0 et 0 µg/). - il est indiqué dans le traitement des accès douloureux paroxystiques chez des patients adultes recevant déjà un traitement de fond opioïde pour des douleurs chroniques d origine cancéreuse.

4 . utilisation des opioïdes. L oxycodone LI et LP - l oxycodone est un agoniste pur, dérivé semi-synthétique de la morphine, sans métabolite actif d élimination urinaire. - il a l intérêt de provoquer beaucoup moins d effets secondaires que la morphine, de type confusion ou dysphorie, et d avoir un meilleur profil de tolérance en cas d insuffisance rénale.. L hydromorphone LP - l hydromorphone est un agoniste pur, dérivé semi-synthétique de la morphine (sophidone lp dosages :,, et mg). - ce produit est indiqué dans le cadre de la rotation des opioïdes, en remplacement de la morphine en cas d effets secondaires non contrôlés ou d une intolérance à la morphine. Les ModaLItés de PrescrIPtIon des opioïdes de PaLIer III La voie orale est la voie d administration préconisée par l oms - respecter la règle du start low and go slow il existe un effet de er passage hépatique important et très variable d une personne à l autre. la utile peut donc varier d un facteur 0. la biodisponibilité est de l ordre de 0% à 0% de la ingérée. Passer de la voie orale à la voie injectable fait diviser les s par ou et inversement (voir tableau). équivalences ente les différentes voies d administration de la morphine Voie d administration Coefficient de conversion Orale Sous-cutanée (Sc) Intra-veineuse (IV) péridurale Intrathécale 0 La voie injectable - elle est réservée aux indications suivantes : chez les personnes ne pouvant plus avaler ; en cas de vomissements ; en cas de coma ; en cas de nécessité d un contrôle antalgique par des s rapidement croissantes (injection toutes les heures ou pousse seringue électrique). - seules les voies sc ou IV peuvent être utilisées. la voie intramusculaire est à proscrire. - Il est recommandé de reprendre le traitement par voie orale dès que cela redevient possible ( par voie orale = s par voie injectable). La morphine ne doit jamais être arrêtée brutalement, au risque d apparition d un syndrome de sevrage (sueurs, larmoiements, catarrhe, douleurs et contractures musculaires, troubles digestifs, hyperthermie, anxiété, agressivité, hallucinations). règles de conversion des opioïdes forts de palier III de morphine orale ½ de morphine Sc / de morphine IV de morphine orale ½ d oxycodone orale /7, d hydromorphone orale de morphine IV d oxycodone Sc d oxycodone IV Dose de h de morphine orale /, de fentanyl trandermique pour 7h de bolus / de la totale par h par la même voie d administration

5 table d équianalgésie et s de bolus des principaux opioïdes forts FIche pratique. table d équianalgésie et s de bolus des principaux opioïdes forts Morphine (en mg) oxycodone (en mg) hydro morphone (en mg) fentanyl (μg/heure) Voie orale Voie sc Voie IV Voie orale Voie sc ou IV Voie orale transdermique par h du bolus par h par h du bolus par h par h du bolus par h par h du bolus par h par h du bolus par h par h par 7 h skénan LP gel à, 0, 0, 0, 0 mg Kapanol LP gel à, 0, 0 mg Moscontin cps à, 0, 0, 0, 0 mg actiskénan gel à,,, 0 mg sevredol cps séc. à, mg oramorph sol. buv. unis à,, 0, 0 mg oramorph sol. buv. mg/ ml ( gouttes= mg) Morphine injectable ampoules à,, 0, 0, 0, 00, 00 mg,,,,, Morphine injectable ampoules à,, 0, 0, 0, 00, 00 mg 0,,,,,, 7 oxycontin LP cps à,,, 0, 0 mg oxynorm gel,, mg oxynormoro cps orodispersibles à,, mg,,,,, oxynorm solution injectable ampoules de ml/ mg ml/ mg ml/0 mg 0,,,,,, 7 sophidone LP gel à,,, mg 0 durogésic, fentanyl, Matrifen, patchs de,, 0, 7, 0 μg/heure issu de

6 . utilisation des opioïdes Les effets IndésIrabLes des opioïdes La survenue possible d effets indésirables doit être expliquée à la personne et anticipée dès la première prescription d un opioïde. Chez la personne âgée, l utilisation des morphiniques (paliers II et III) nécessite une surveillance renforcée systématique des effets secondaires et des signes de surdosage. Les effets secondaires - La constipation elle est très fréquente et doit être prévenue de façon systématique par la prescription de règles hygiénodiététiques et un traitement laxatif. elle peut persister pendant tout le traitement. - Les nausées, surtout en début de traitement attention aux vomissements liés à un fécalome. - Les troubles psychiques angoisse, cauchemars, hallucinations, notamment visuelles, agitation et euphorie. - La somnolence en début de traitement, elle peut être due au manque de sommeil de la personne que la douleur empêchait de dormir. - d autres signes sont fréquents chez la personne âgée et doivent être systématiquement recherchés rétention d urine. encombrement bronchique. La persistance d un effet secondaire malgré un traitement symptomatique justifie la rotation des opioïdes, en tenant compte de la équianalgésique et du délai d action des molécules. Les signes de surdosage - sédation (score de sédation >, aucune réponse à la stimulation). - dépression respiratoire (fréquence respiratoire < ). - hypotension, voire collapsus cardio-vasculaire. Conduite à tenir en cas de dépression respiratoire et/ou de surdosage - arrêter les opioïdes et autres dépresseurs respiratoires - Stimuler et oxygéner la personne - administrer de la naloxone (antagoniste de la morphine) Les contre-indications des opioïdes - Insuffisance respiratoire décompensée. - Insuffisance hépatique sévère. - syndrome abdominal aigu d origine non déterminée. - épilepsie non contrôlée. - Les agonistes-antagonistes morphiniques sont contre-indiqués avec tous les autres morphiniques (buprénorphine, nalbuphine, pentazocine).

7 utilisation des opioïdes FIche pratique. La titration définition - La titration consiste à soulager rapidement une personne par l administration répétée de s de morphine à action rapide, tout en évaluant la réellement utile de morphine LP. - elle s effectue sous surveillance clinique étroite, avant chaque prise de morphine. Mesure du score de sédation par l échelle de sédationr (eds) (voir encadré) Mesure du score respiratoire par l échelle respiratoire (er) (voir encadré) évaluation de la douleur par une échelle adaptée, en privilégiant l auto-évaluation. La titration impose la tenue rigoureuse d une fiche de surveillance. Modalités pratiques titration : ModaLItés PratIQues patient sans antalgiques préalables ou sans antalgique de palier ou patient déjà sous morphine à libération prolongée. arrêt de l antalgique du palier (si présent). calcul de la de titration (Dose de secours), qui correspond à / ou à / de la quotidienne de morphine à libération prolongée (ou se référer à la Table de Titration). Donner systématiquement toutes les heures : Si patient sans antalgique palier préalable mg d actiskénan, ou mg d Oxynorm ou mg de Sevredol, ou mg d Oramorph Si patient PréaLabLeMent sous antalgique palier préalable : mg d actiskénan, ou mg d Oxynorm ou mg de Sevredol, ou mg d Oramorph Ne pas réveiller la nuit, si le patient dort. Donner systématiquement, toutes les heures, la Dose de Secours (actiskénan, Oxynorm, Sevredol, Oramorph, chrorhydrate de morphine Sc), en s aidant de la table de titration de la Morphine. Ne pas réveiller la nuit, si le patient dort. possibilité de donner des s supplémentaires si l evs ou en reste >, en respectant un délai de sécurité de heures entre les prises Faire appel au médecin si : Nécessité de plus de s/jour, FR< et eds>. possibilité de donner des s supplémentaires si l evs ou en reste >, en respectant un délai de sécurité de heures entre les prises Faire appel au médecin si : Nécessité de plus de s de secours/jour, FR< et eds> issu de 7

8 . utilisation des opioïdes table de titration de La MorPhIne traitement Dose de titration (Dose de Secours) avant titration actiskénan Sevredol Oxynorm Oramorph Morphine sc Skénan lp mg... gel. x /j Skénan lp mg... gel. x /j Skénan lp 0 mg... gel. x /j Skénan lp 0 mg... gel. x /j Skénan lp 0 mg... gel. x /j Skénan lp 0 mg... gel. x /j 0 mg/h 0 mg/h,,, Oxycontin lp mg... cp. x /j Oxycontin lp mg... cp. x /j Oxycontin lp 0 mg... cp. x /j Oxycontin lp 0 mg... cp. x /j 0 mg/h,, Sophidone lp mg... cp. x /j Sophidone lp mg... cp. x /j Sophidone lp mg... cp. x /j Sophidone lp mg... cp. x /j 0 mg/h 0 mg/h, Kapanol lp mg... gel/j Kapanol lp 0 mg... gel/j Kapanol lp 0 mg... gel/j 0 mg/h, Durogésic, μg... patch/7 h Durogésic μg... patch/7 h Durogésic 0 μg... patch/7 h Durogésic 7 μg... patch/7 h Durogésic 0 μg... patch/7 h 0 mg/h 0 mg/h,, La rotation des opioïdes elle se définit par le changement d un opioïde par un autre elle se pratique en cas de diminution du rapport bénéfice/risque - en cas d effet indésirable rebelle. - en cas de survenue, exceptionnelle, d un phénomène de résistance. Les modalités pratiques - elle est réalisée entre tous les agonistes purs et/ou par un changement de voie d administration. - elle tient compte des s équianalgésiques. - elle privilégie la sécurité à la rapidité d action, en prenant en compte la valeur la plus faible des coefficients de conversion.

Ordonnance n 1. Ordonnance n 2. Ordonnance n 3. Ordonnance n 4. Ordonnance n 5. Ordonnance n 6. Ordonnance n 7. Ordonnance n 8.

Ordonnance n 1. Ordonnance n 2. Ordonnance n 3. Ordonnance n 4. Ordonnance n 5. Ordonnance n 6. Ordonnance n 7. Ordonnance n 8. SOMMAIRE Ordonnance n 1 Remplacer un traitement antalgique de palier 2 par un antalgique de palier 3 Ordonnance n 2 Interdoses lors d un traitement par sulfate de morphine à Libération Prolongée (LP) Ordonnance

Plus en détail

Prescription des Morphiniques

Prescription des Morphiniques Prescription des Morphiniques Dr Jean-Pierre CORBINAU - Lille Cet exposé se veut essentiellement pratique ayant pour objectif de faire passer 3 messages afin d apporter une aide dans la prescription de

Plus en détail

LA PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR EN HAD

LA PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR EN HAD LA PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR EN HAD LES REGLES D OR 1. Demander au patient s il a mal et le croire 2. Ecouter sa réponse et respecter ses choix 3. Traiter si possible les causes de la douleur 4. Evaluer

Plus en détail

GUIDE DE PRESCRIPTION ET D UTILISATION DES ANTALGIQUES

GUIDE DE PRESCRIPTION ET D UTILISATION DES ANTALGIQUES GUIDE DE PRESCRIPTION ET D UTILISATION DES ANTALGIQUES PEC Douleur OPC011.00D1 Version 1 du 25.09.08 NOUVEAUTE DE LA VERSION 1 : Création OBJET : Ce guide est un document d information et d aide à : la

Plus en détail

La rotation des opioïdes

La rotation des opioïdes La rotation des opioïdes Prof. Omar BOUDEHANE - UNITE D EVALUATION ET DE TRAITEMENT DE LA DOULEUR - Faculté de médecine & CHU Constantine Université «3» de Constantine 9 ème Congrés de la SAETD Université

Plus en détail

SOINS PALLIATIFS et REFLEXION ETHIQUE

SOINS PALLIATIFS et REFLEXION ETHIQUE Saint Didier en Velay SOINS PALLIATIFS et REFLEXION ETHIQUE Dr Pascale VASSAL, Service de médecine palliative, CHU Saint Etienne Le 16 juin 2009 4 - PRISE en CHARGE de la DOULEUR A - Évaluation de la douleur

Plus en détail

Aide mémoire. Traitements médicamenteux de la douleur nociceptive. Equipes ressources du département :

Aide mémoire. Traitements médicamenteux de la douleur nociceptive. Equipes ressources du département : Equipes ressources du département : Consultations d évaluation et de traitement de la douleur : CH Chartres : 02 37 30 38 13 consult-douleur@ch-chartres.fr CH Dreux : 02 37 51 50 63 Douleur aiguë : douleuraigue@ch-dreux.fr

Plus en détail

Prise en charge des métastases osseuses Approche médicamenteuse

Prise en charge des métastases osseuses Approche médicamenteuse Prise en charge des métastases osseuses Approche médicamenteuse S Lozano Hôpital Larrey 08 Octobre 2010 Les métastases osseuses Fréquentes 3 ème localisation (poumon, foie) 30 à 50% des patients 40% dans

Plus en détail

La morphine. Alternatives / associations

La morphine. Alternatives / associations Douleur et cancer La morphine Alternatives / associations Tous les droits d auteurs sont réservés à l Institut UPSA de la douleur. Toute modification est interdite. Toute reproduction ou utilisation est

Plus en détail

LES MÉDICAMENTS ANTALGIQUES

LES MÉDICAMENTS ANTALGIQUES LES MÉDICAMENTS ANTALGIQUES LES PALIERS DE L OMS L Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a établi une échelle des analgésiques selon l intensité de la douleur évaluée. L International Association for

Plus en détail

Le malade cancéreux douloureux à son domicile. Traitements symptomatiques. Antalgiques et co analgésiques

Le malade cancéreux douloureux à son domicile. Traitements symptomatiques. Antalgiques et co analgésiques Le malade cancéreux douloureux à son domicile Traitements symptomatiques Antalgiques et co analgésiques Généralités Le cancer est le plus souvent douloureux Aux stades précoces : douleur modérée à sévère

Plus en détail

Analgésiques. ü Physiopathologie et classification

Analgésiques. ü Physiopathologie et classification ~ Réflexes ~ On n associe pas 2 antalgiques du même palier OMS. ~ On n associe pas 2 morphiniques. ~ Toujours prendre en charge la douleur +++ ü Physiopathologie et classification Il existe plusieurs types

Plus en détail

Prise en charge de la douleur

Prise en charge de la douleur Prise en charge de la douleur 1 Rappel des obligations La prise en charge de la douleur est une obligation légale. Loi n 2002-303 du 4 mars 2002 relative aux droits du malade et à la qualité du système

Plus en détail

Nouveaux Antalgiques disponibles en 2010

Nouveaux Antalgiques disponibles en 2010 Nouveaux Antalgiques disponibles en 2010 Docteur Laurent FIGNON Soins de Support Service d Oncologie CHR Bon-Secours - 2010 Douleur et Cancer 320.000 nouveaux cas de Cancer par an (2005) 56% des patients

Plus en détail

PRINCIPES GENERAUX Dr REVNIC, Unité de Soins Palliatifs, Hopital Jean Jaurès, Paris 19

PRINCIPES GENERAUX Dr REVNIC, Unité de Soins Palliatifs, Hopital Jean Jaurès, Paris 19 PRINCIPES GENERAUX Chercher la cause de la douleur Soulager une douleur aiguë avant qu elle ne se chronicise Débuter le traitement par la voie d administration la plus simple Différencier les douleurs

Plus en détail

Claude Ecoffey Anesthésiste. Les obstacles aux opiacés

Claude Ecoffey Anesthésiste. Les obstacles aux opiacés cette image. Claude Ecoffey Anesthésiste QuickTime et un décompresseur Photo - JPEG sont requis pour visualiser Les obstacles aux opiacés Crainte liée au traitement (effets secondaires, accoutumance) Système

Plus en détail

Utilisation pratique de la morphine en gériatrie. Dr JM BRISSEAU Médecine Aigue Gériatrique Consultant en Médecine Interne CHU de Nantes

Utilisation pratique de la morphine en gériatrie. Dr JM BRISSEAU Médecine Aigue Gériatrique Consultant en Médecine Interne CHU de Nantes Utilisation pratique de la morphine en gériatrie Dr JM BRISSEAU Médecine Aigue Gériatrique Consultant en Médecine Interne CHU de Nantes ACTUALITES THERAPEUTIQUES 7 Décembre 2013 Les opioïdes forts comprennent:

Plus en détail

Guide d utilisation des opioïdes forts

Guide d utilisation des opioïdes forts Guide d utilisation des opioïdes forts Dr R. Duclos coordinatrice du réseau douleur Sarthe responsable unité douleur CHG Le Mans expert des SOR douleur «la douleur que l on supporte le mieux? celle des

Plus en détail

DOULEUR ET CANCER. Dr Catherine. CIAIS

DOULEUR ET CANCER. Dr Catherine. CIAIS DOULEUR ET CANCER Dr Catherine. CIAIS IFSI le 2 février 2010 OBJECTIFS Savoir évaluer une douleur cancéreuse Connaître les différents types de douleur en cancérologie Mécanismes Étiologies Stratégies thérapeutiques

Plus en détail

GESTION DES EFFETS SECONDAIRES DES TRAITEMENTS OPIOÏDES. DU de Médecine palliative et d accompagnement Dr Sophie TOUSSAINT-MARTEL Février 2014

GESTION DES EFFETS SECONDAIRES DES TRAITEMENTS OPIOÏDES. DU de Médecine palliative et d accompagnement Dr Sophie TOUSSAINT-MARTEL Février 2014 GESTION DES EFFETS SECONDAIRES DES TRAITEMENTS OPIOÏDES DU de Médecine palliative et d accompagnement Dr Sophie TOUSSAINT-MARTEL Février 2014 Les opioïdes partagent tous globalement les mêmes effets indésirables.

Plus en détail

Prescription de morphiniques chez le sujet âgé. Cas clinique

Prescription de morphiniques chez le sujet âgé. Cas clinique Prescription de morphiniques chez le sujet âgé Cas clinique Clinique 1 Me G. 71 ans. Mariée, 2 enfants Algies diffuses depuis l âge l de 14 ans. Début des douleurs par des cervicalgies et scapulalgies

Plus en détail

Dr Pascale DINAN, Le 25 Février 2009.

Dr Pascale DINAN, Le 25 Février 2009. Dr Pascale DINAN, Le 25 Février 2009. Déclaration sur la promotion des droits des patients en Europe, OMS, 1994 : «Les patients ont le droit d être soulagés de la douleur, dans la mesure ou le permettent

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 01 avril 2009

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 01 avril 2009 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 01 avril 2009 ABSTRAL 100 microgrammes, comprimé sublingual B/10 Code CIP : 391 042 9 B/30 Code CIP : 391 043 5 ABSTRAL 200 microgrammes, comprimé sublingual B/10 Code

Plus en détail

Le traitement médicamenteux de la douleur en soins palliatifs

Le traitement médicamenteux de la douleur en soins palliatifs Certificat interuniversitaire de soins palliatifs Université Catholique de Louvain Le traitement médicamenteux de la douleur en soins palliatifs Dr. Vincent Vandenhaute Cliniques de l Europe, Bruxelles

Plus en détail

8. Les connaissances

8. Les connaissances 8. Les connaissances 1 - Titration et douleur nociceptive 2 - Table équianalgésie 3 - Rotation des opioïdes 4 - Douleur et toxicomanie 5 - Douleurs et états de manque Contact : clud@marseille.fnclcc.fr

Plus en détail

Stratégies thérapeutiques de la Douleur Chronique. D. BENMOUSSA Centre de Traitement de la Douleur département d Anesthésie Réanimation CPMC- Alger

Stratégies thérapeutiques de la Douleur Chronique. D. BENMOUSSA Centre de Traitement de la Douleur département d Anesthésie Réanimation CPMC- Alger Stratégies thérapeutiques de la Douleur Chronique D. BENMOUSSA Centre de Traitement de la Douleur département d Anesthésie Réanimation CPMC- Alger Le traitement de la douleur chronique Adapté Intensité

Plus en détail

Les traitements médicamenteux utilisés en soins palliatifs : prise en charge de la douleur chez l enfant. Journée du réseau oncopédiatrique

Les traitements médicamenteux utilisés en soins palliatifs : prise en charge de la douleur chez l enfant. Journée du réseau oncopédiatrique Les traitements médicamenteux utilisés en soins palliatifs : prise en charge de la douleur chez l enfant Journée du réseau oncopédiatrique 17/09/2010 Introduction Démarche de soins palliatifs : substitue

Plus en détail

GUIDE D AIDE A LA PRESCRIPTION DE MORPHINE PAR PCA

GUIDE D AIDE A LA PRESCRIPTION DE MORPHINE PAR PCA GUIDE D AIDE A LA PRESCRIPTION DE MORPHINE PAR PCA 1. INTRODUCTION. La PCA (patient controlled analgesia) est un système d'administration de morphine qui permet au patient de recevoir un débit continu

Plus en détail

Principes thérapeutiques Familles Paliers Effets indésirables

Principes thérapeutiques Familles Paliers Effets indésirables DU de Soins Palliatifs et d Accompagnement Séminaire Evaluation et traitement de la douleur LES ANTALGIQUES ET LEUR UTISATION Principes thérapeutiques Familles Paliers Effets indésirables Service d accompagnement

Plus en détail

Item 66 : Thérapeutiques antalgiques

Item 66 : Thérapeutiques antalgiques Item 66 : Thérapeutiques antalgiques COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Antalgiques de niveau

Plus en détail

Narcotiques utilisés pour le traitement de la douleur Version 4.3

Narcotiques utilisés pour le traitement de la douleur Version 4.3 Narcotiques utilisés pour le traitement de la douleur Version 4.3 Stratégie visant à limiter les tailles et les types de conditionnement disponibles dans les pharmacies publiques. 1. Introduction Le document

Plus en détail

Utilisation des traitements symptomatiques de la douleur du cancer en ambulatoire

Utilisation des traitements symptomatiques de la douleur du cancer en ambulatoire Utilisation des traitements symptomatiques de la douleur du cancer en ambulatoire! M. Luu*, M.T. Gatt Le cancérologue est souvent sollicité par les malades cancéreux pour le soulagement de leur douleur.

Plus en détail

Comment évaluer? Douleur aiguë? Douleur chronique? Douleur continue? Circonstances d apparition? Cotation de la douleur

Comment évaluer? Douleur aiguë? Douleur chronique? Douleur continue? Circonstances d apparition? Cotation de la douleur Comment évaluer? Douleur aiguë? Douleur chronique? TEMPS Douleur paroxystique? INTENSITE LOCALISATION TYPE Douleur continue? Circonstances d apparition? Cotation de la douleur Topographie de la ou des

Plus en détail

DEFINITION DE LA DOULEUR

DEFINITION DE LA DOULEUR DEFINITION DE LA DOULEUR Selon l IASP International Association for the Study of Pain «La douleur est une expérience sensorielle et émotionnelle désagréable, liée à une lésion tissulaire présente ou potentielle

Plus en détail

M.PARRAD DU/Capacité 24 janvier 2013. Douleur : évaluation, prise en charge

M.PARRAD DU/Capacité 24 janvier 2013. Douleur : évaluation, prise en charge M.PARRAD DU/Capacité 24 janvier 2013 Douleur : évaluation, prise en charge Définition douleur «Expérience sensorielle et émotionnelle désagréable, liée à une lésion tissulaire présente ou potentielle ou

Plus en détail

La Codéine? Parlons-en INFORMER

La Codéine? Parlons-en INFORMER La Codéine? Parlons-en INFORMER Qu est-ce que la codéine? La Codéine, ou méthylmorphine, est l'un des alcaloïdes contenus dans le pavot (papaverum somniferum). La codéine est un antalgique puissant (de

Plus en détail

Du bon usage des dispositifs transdermiques de fentanyl

Du bon usage des dispositifs transdermiques de fentanyl Du bon usage des dispositifs transdermiques de fentanyl Groupe de travail pluridisciplinaire SFAP - SFETD ARMARI-ALLA Corinne, Médecin pédiatre, Hôpital de Jour d Onco-Pédiatrie, CHU Grenoble BRUXELLE

Plus en détail

SPES / NEPALE. Date : Protocole validé et réactualisé le 13/12/2013 ETAPES PRELIMINAIRES A LA PRESCRIPTION

SPES / NEPALE. Date : Protocole validé et réactualisé le 13/12/2013 ETAPES PRELIMINAIRES A LA PRESCRIPTION RECOMMANDATION POUR LA PRESCRIPTION DE MORPHINE EN PERFUSION CONTINUE MODE PCA SPES / NEPALE Date : Protocole validé et réactualisé le 13/12/2013 N hésitez pas à utiliser les modèles d ordonnances, Pour

Plus en détail

Dr Gabriel ABITBOL Equipe Mobile Douleur et Soins palliatifs GH Paris Centre Cochin Broca Hotel Dieu APHP

Dr Gabriel ABITBOL Equipe Mobile Douleur et Soins palliatifs GH Paris Centre Cochin Broca Hotel Dieu APHP Que faire quand la morphine est mal tolérée? Journée de la filière gériatrique nord 92 Février 2016 Dr Gabriel ABITBOL Equipe Mobile Douleur et Soins palliatifs GH Paris Centre Cochin Broca Hotel Dieu

Plus en détail

EVALUATION ET TRAITEMENT DE LA DOULEUR DU PATIENT EN CANCEROLOGIE Docteur C. CIAIS. ( Partie II )

EVALUATION ET TRAITEMENT DE LA DOULEUR DU PATIENT EN CANCEROLOGIE Docteur C. CIAIS. ( Partie II ) EVALUATION ET TRAITEMENT DE LA DOULEUR DU PATIENT EN CANCEROLOGIE Docteur C. CIAIS ( Partie II ) Quelques points pratiques. Pour adapter la posologie, on peut s'aider du nombre de prises d'inter-doses.

Plus en détail

Docteur Nathalie ATTARD

Docteur Nathalie ATTARD Les Antalgiques Docteur Nathalie ATTARD Antalgiques de niveau 2 Placés entre le paracétamol et les opioïdes forts jugés d efficacité intermédiaire représentés par des médicaments associant du paracétamol

Plus en détail

LES ANTALGIQUES. Règles de prescription et de surveillance. Dr Pierre DELASSUS. Équipe Mobile Douleur et Soins Palliatifs CHU de Caen

LES ANTALGIQUES. Règles de prescription et de surveillance. Dr Pierre DELASSUS. Équipe Mobile Douleur et Soins Palliatifs CHU de Caen LES ANTALGIQUES Règles de prescription et de surveillance Dr Pierre DELASSUS Équipe Mobile Douleur et Soins Palliatifs CHU de Caen Règles de prescription des antalgiques 1. Chercher la cause de la douleur

Plus en détail

Colloque médical du jeudi CHU Grenoble

Colloque médical du jeudi CHU Grenoble Questions de douleur et de refus de traitement pour un patient atteint de cancer métastatique Vignette clinique: prise en charge douleur Dr N. Béziaud aspects éthiques Pr G. Laval Colloque médical du jeudi

Plus en détail

Le plus difficile est de savoir penser ces douleurs

Le plus difficile est de savoir penser ces douleurs LES INTERDOSES LES DOULEURS PAROXYSTIQUES LES DOULEURS INCIDENTES L INSUFFISANCE DU TRAITEMENT DE BASE (CONTINU) LES DOULEURS QUI POURRAIENT SURVENIR LA VIGILANCE LE DIAGNOSTIC DIFFERENTIEL AVEC DOULEURS

Plus en détail

Utilisation des nouveaux opioïdes en Soins Palliatifs

Utilisation des nouveaux opioïdes en Soins Palliatifs Med Pal 2002; 1: 69-87 Masson, Paris, 2002, Tous droits réservés Guillemette Laval, Unité de Recherche et de Soutien en Soins Palliatifs, CHU, Grenoble, Marie-Laure Villard, Unité de Recherche et de Soutien

Plus en détail

Antalgiques / Généralités (I)

Antalgiques / Généralités (I) Antalgiques / Généralités (I) Antalgiques = Analgésiques Schéma : physiologie de la douleur 1 2 3 4 5 6 Antalgiques / Généralités (II) Types de douleurs : Douleurs non spécifiques >> Antalgiques classiques

Plus en détail

Aide mémoire. Traitements médicamenteux de la douleur nociceptive. Equipes ressources du département :

Aide mémoire. Traitements médicamenteux de la douleur nociceptive. Equipes ressources du département : Equipes ressources du département : Consultations d évaluation et de traitement de la douleur : CH Chartres : 02 37 30 38 13 consult-douleur@ch-chartres.fr CH Dreux : 02 37 51 50 63 Douleur aiguë : douleuraigue@ch-dreux.fr

Plus en détail

Antalgiques. Evaluation de la douleur. Classification

Antalgiques. Evaluation de la douleur. Classification Réflexes Jamais 2 antalgiques du même palier OMS Jamais d association de 2 morphiniques Il est fréquent d associer un antalgique d action centrale à un antalgique d action périphérique Réévaluation régulière

Plus en détail

OPIACES & DOSES EQUIANALGESIQUES. Extrait de la liste des médicaments de la PIC. Édition juin 2015

OPIACES & DOSES EQUIANALGESIQUES. Extrait de la liste des médicaments de la PIC. Édition juin 2015 OPIACES & DOSES EQUIANALGESIQUES Extrait de la liste des médicaments de la PIC Édition juin 2015 3. Opiacés Particularités Dose orale equival. à 10 mg de morphine 1 buprénorphine codéine fentanyl Agoniste/antagoniste

Plus en détail

MEDICAMENTS DE LA DOULEUR (de palier II et III)

MEDICAMENTS DE LA DOULEUR (de palier II et III) MEDICAMENTS DE LA DOULEUR (de palier II et III) UE Neurosensoriel-Pharmacologie Michel ANDREJAK 19/09/2013 L3 Antalgiques/Analgésiques Médicaments capables diminuer ou d abolir la perception des sensations

Plus en détail

Aide mémoire. Traitements médicamenteux de la douleur nociceptive. Equipes ressources du département :

Aide mémoire. Traitements médicamenteux de la douleur nociceptive. Equipes ressources du département : Equipes ressources du département : Consultations d évaluation et de traitement de la douleur : CH Chartres : 02 37 30 38 13 consult-douleur@ch-chartres.fr CH Dreux : 02 37 51 50 63 Douleur aiguë : douleuraigue@ch-dreux.fr

Plus en détail

Prise en charge de la douleur en dermatologie : les opioïdes forts

Prise en charge de la douleur en dermatologie : les opioïdes forts Annales de dermatologie et de vénéréologie (2011) 138, 524 529 CLINIQUE Prise en charge de la douleur en dermatologie : les opioïdes forts Management of pain in dermatology: Opioid therapy M.-L. Sigal

Plus en détail

Protocole d Utilisation des Opioïdes Par PCA en HAD

Protocole d Utilisation des Opioïdes Par PCA en HAD Protocole d Utilisation des Opioïdes Par PCA en HAD 1) Objet. Ce protocole a pour objet de décrire les modalités d utilisation des opioïdes injectables en PCA, en traitement symptomatique d une douleur,

Plus en détail

Les antalgiques. I. Définitions. II. Antalgiques de palier Paracétamol. 2. Aspirine et dérivés salicylés

Les antalgiques. I. Définitions. II. Antalgiques de palier Paracétamol. 2. Aspirine et dérivés salicylés Les antalgiques I. Définitions Antalgique = diminue la perception des sensations douloureuses -> Antalgique périphérique : action symptomatique au niveau de la lésion -> Antalgique central : action sur

Plus en détail

Protocole d utilisation du patch de fentanyl DUROGESIC

Protocole d utilisation du patch de fentanyl DUROGESIC Comité de lutte contre la douleur Protocole d utilisation du patch de fentanyl DUROGESIC Référence : CLUD 06 Version : 3 Date de diffusion Intranet : 23-10-2007 Objet Ce protocole a pour objet l initiation,

Plus en détail

PROTOCOLE d utilisation de la MORPHINE en PCA, hors traitement postopératoire

PROTOCOLE d utilisation de la MORPHINE en PCA, hors traitement postopératoire Comité de lutte contre la douleur PROTOCOLE d utilisation de la MORPHINE en PCA, hors traitement postopératoire Référence : CLUD 18 Version : 2 Date de diffusion Intranet : 23-10-2007 Objet Ce protocole

Plus en détail

CAPACITE DE GERIATRIE

CAPACITE DE GERIATRIE TRAITEMENT DE LA DOULEUR CHEZ LE SUJET AGE CAPACITE DE GERIATRIE 11.03.2009 Dr Françoise ESCOUROLLE-PELTIER Unité de Soins Palliatifs - Équipe Mobile Hôpital BRETONNEAU CONSEQUENCES DE LA PRISE EN CHARGE

Plus en détail

MONOGRAPHIE DENOMINATION DU MEDICAMENT COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE FORME PHARMACEUTIQUE DONNEES CLINIQUES. Indications thérapeutiques

MONOGRAPHIE DENOMINATION DU MEDICAMENT COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE FORME PHARMACEUTIQUE DONNEES CLINIQUES. Indications thérapeutiques DENOMINATION DU MEDICAMENT MONOGRAPHIE DICODIN L.P. 60 mg, comprimé à libération prolongée COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE Tartrate de dihydrocodéine..60 mg Quantité correspondant à dihydrocodéine

Plus en détail

DENOMINATION DU MEDICAMENT

DENOMINATION DU MEDICAMENT DENOMINATION DU MEDICAMENT Matrifen 12 microgrammes/heure, dispositif transdermique Matrifen 25 microgrammes/heure, dispositif transdermique Matrifen 50 microgrammes/heure, dispositif transdermique Matrifen

Plus en détail

Les antalgiques- Cours IFSI, 2 ème année Mardi 24 novembre 2009 Module rhumato-ortho V. SERVANT, interne en pharmacie hospitalière

Les antalgiques- Cours IFSI, 2 ème année Mardi 24 novembre 2009 Module rhumato-ortho V. SERVANT, interne en pharmacie hospitalière Les antalgiques- analgésiques Cours IFSI, 2 ème année Mardi 24 novembre 2009 Module rhumato-ortho V. SERVANT, interne en pharmacie hospitalière RAPPELS - 1 Les 3 types de douleurs : Par excès de nociception

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. AVIS DE LA COMMISSION Réunion n 22 du 4 juin 1997

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. AVIS DE LA COMMISSION Réunion n 22 du 4 juin 1997 - 322 - COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION Réunion n 22 du 4 juin 1997 DUROGESIC 25 microgrammes/heure, dispositif transdermique, 2,5 mg/10 cm2, sachet (B/5) DUROGESIC 50 microgrammes/heure,

Plus en détail

La PCA de Morphine pour la douleur du Cancer

La PCA de Morphine pour la douleur du Cancer La PCA de Morphine pour la douleur du Cancer Dr Luc Brun Unité d Evaluation et de Traitement de la Douleur CHT Nouméa l.brun@cht.nc Paliers de l OMS si échec Palier 1 Non opioïdes Douleurs légères à modérées

Plus en détail

SOULAGER LES DOULEURS ÉVOLUTIVES INTENSES : UN SUJET D'ACTUALITÉ (*) Première partie : Considérations générales

SOULAGER LES DOULEURS ÉVOLUTIVES INTENSES : UN SUJET D'ACTUALITÉ (*) Première partie : Considérations générales 113 Bull. Soc. Pharm. Bordeaux, 1999, 138, 113-120 SOULAGER LES DOULEURS ÉVOLUTIVES INTENSES : UN SUJET D'ACTUALITÉ (*) Dr. Benoît BURUCOA (1) Première partie : Considérations générales Les douleurs liées

Plus en détail

DU de MEDECINE PALIATIVE ET D ACCOMPAGNEMENT

DU de MEDECINE PALIATIVE ET D ACCOMPAGNEMENT DU de MEDECINE PALIATIVE ET D ACCOMPAGNEMENT Traitements antalgiques médicamenteux Grands principes d utilisation Dr Sophie TOUSSAINT- MARTEL 6 et 7 février 2014 DOULEURS PAR EXCES DE NOCICEPTION La plupart

Plus en détail

La prise en charge de la douleur

La prise en charge de la douleur 39 ème Forum Médical Lyonnais La prise en charge de la douleur Réseau de coordination de soins palliatifs à domicile Dr Jacky SAUSSAC Samedi SEPR 1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. 9. La législation La douleur Les

Plus en détail

Définition PCA = ACP

Définition PCA = ACP 2012 Définition PCA = ACP Technique moderne de traitement de la douleur au cours de laquelle le patient relié à une pompe, s administre lui-même ses antalgiques à la demande Historique PCA 1968 - Variabilité

Plus en détail

Prise en charge de la douleur Instauration d un traitement antalgique Dr Stéphane Moreau

Prise en charge de la douleur Instauration d un traitement antalgique Dr Stéphane Moreau Prise en charge de la douleur Instauration d un traitement antalgique Dr Stéphane Moreau Service Hématologie Clinique et Thérapie Cellulaire CHRU Limoges Introduction DEFINITION «une expérience sensorielle

Plus en détail

TRAITEMENT DE LA DOULEUR CHEZ LE SUJET AGE

TRAITEMENT DE LA DOULEUR CHEZ LE SUJET AGE TRAITEMENT DE LA DOULEUR CHEZ LE SUJET AGE CAPACITE DE GERIATRIE 11.03.2009 Dr Françoise ESCOUROLLE-PELTIER Unité de Soins Palliatifs - Équipe Mobile Hôpital BRETONNEAU CONSEQUENCES DE LA PRISE EN CHARGE

Plus en détail

Mésusage et addiction aux antalgiques opioïdes Point de vue de l addictologue Dr Philippe LACK Praticien Hospitalier CSAPA Hôpital Croix Rousse

Mésusage et addiction aux antalgiques opioïdes Point de vue de l addictologue Dr Philippe LACK Praticien Hospitalier CSAPA Hôpital Croix Rousse Mésusage et addiction aux antalgiques opioïdes Point de vue de l addictologue Dr Philippe LACK Praticien Hospitalier CSAPA Hôpital Croix Rousse 13/12/2013 Déclaration de conflits d intérêts Laboratoire

Plus en détail

Évaluation de la douleur

Évaluation de la douleur Douleurs aigues Cas clinique n 1 Madame B âgée de 45 ans vient aux urgences pour une douleur abdominale aigue flanc droit évoluant depuis 2H avec un épisode de vomissement. Pas de troubles urinaires. Antécédents:

Plus en détail

DEFINITION. Douleur aigüe Douleur chronique Titration de la morphine PCA. Composantes de la douleur. Sensation. Emotion Cognition.

DEFINITION. Douleur aigüe Douleur chronique Titration de la morphine PCA. Composantes de la douleur. Sensation. Emotion Cognition. Douleur aigüe Douleur chronique Titration de la morphine PCA DR C. Waintrop Service d anesthésie -Réanimation Hôpital Saint-Louis, Paris 10è DEFINITION Douleur: «Expérience sensorielle et émotionnelle

Plus en détail

Toujours évaluer l observance du traitement. La mémoire de la douleur peut être plus dommageable que son expérience initiale.

Toujours évaluer l observance du traitement. La mémoire de la douleur peut être plus dommageable que son expérience initiale. La mémoire de la douleur peut être plus dommageable que son expérience initiale. Des mécanismes conservés à travers les âges permettent à de brefs stimuli nociceptifs de modifier de manière persistante

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 19 septembre 2012

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 19 septembre 2012 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 19 septembre 2012 L avis de la Commission de la transparence du 20 juin 2012 a fait l objet d une audition le 19 septembre 2012 Examen du dossier des spécialités inscrites

Plus en détail

PROTOCOLE D ANALGESIE POSTOPERATOIRE CHEZ L ADULTE COMMUNICANT EN ORTHOPEDIE ET TRAUMATOLOGIE

PROTOCOLE D ANALGESIE POSTOPERATOIRE CHEZ L ADULTE COMMUNICANT EN ORTHOPEDIE ET TRAUMATOLOGIE Comité de lutte contre la douleur PROTOCOLE D ANALGESIE POSTOPERATOIRE CHEZ L ADULTE COMMUNICANT EN ORTHOPEDIE ET TRAUMATOLOGIE Référence : CLUD 31 Version : 1 Date de diffusion Intranet : 01/07/07 Objet

Plus en détail

Toxicomanie : les traitements de substitution aux opiacés. Définitions. Recherche de l héroïne (biologie)

Toxicomanie : les traitements de substitution aux opiacés. Définitions. Recherche de l héroïne (biologie) Toxicomanie : les traitements de substitution aux opiacés Définitions Quelques définitions Substituer, pourquoi? Médicaments utilisables La méthadone La buprénorphine (Subutex) Opiacés : alcaloïdes de

Plus en détail

janvier 2010 Dr R. SCHWALD

janvier 2010 Dr R. SCHWALD Prise en charge pluridisciplinaire de la douleur en soins palliatifs de l adulte à domicile Formation Aspan janvier 2010 Dr R. SCHWALD 1. Évaluation de la douleur 2.Traitement de la douleur Sommaire Principes

Plus en détail

Opioïdes et Douleur du Cancer: Les recommandations en 2013

Opioïdes et Douleur du Cancer: Les recommandations en 2013 Opioïdes et Douleur du Cancer: Les recommandations en 2013 Dr Philippe Poulain USP Polyclinique de l Ormeau 65000 Tarbes phpoulain@wanadoo.fr Les Recommandations RèglesOMS 1986 et 1992 Recommandations

Plus en détail

LA DOULEUR. PRINCIPES DE TRAITEMENT en SOINS PALLIATIFS

LA DOULEUR. PRINCIPES DE TRAITEMENT en SOINS PALLIATIFS LA DOULEUR PRINCIPES DE TRAITEMENT en SOINS PALLIATIFS Principes : Conserver le plus possible l autonomie du patient privilégier la voie orale Ne pas attendre la plainte prévenir : administration à horaires

Plus en détail

ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT

ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT 1. DENOMINATION DU MEDICAMENT 2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE 3. FORME PHARMACEUTIQUE 4. DONNEES CLINIQUES 4.1. Indications thérapeutiques Chez

Plus en détail

LES ANTALGIQUES EN GERIATRIE

LES ANTALGIQUES EN GERIATRIE Définition de la douleur selon l IASP LES ANTALGIQUES EN GERIATRIE La douleur est une sensation désagréable et une expérience émotionnelle en lien à une lésion tissulaire présente ou potentielle ou décrite

Plus en détail

ANTALGIQUES DE PALIER III :

ANTALGIQUES DE PALIER III : ANTALGIQUES DE PALIER III : OXYCODONE, HYDROMORPHONE SPES / NEPALE Date : Protocole validé et réactualisé le 13/12/2013 Recommandations de l EAPC (European Association Paliative Care) : 1 «La Morphine

Plus en détail

La douleur due au Cancer. Dr Philippe Poulain Polyclinique de l Ormeau Tarbes ICR Toulouse

La douleur due au Cancer. Dr Philippe Poulain Polyclinique de l Ormeau Tarbes ICR Toulouse La douleur due au Cancer Dr Philippe Poulain Polyclinique de l Ormeau 65000 Tarbes ICR 31000 Toulouse Définition de la Douleur «Expérience sensorielle et émotionnelle désagréable associée à un domage tissulaire

Plus en détail

Souffrance et douleur en fin de vie. Dr Sophie Pugliese Unité de Soins Palliatifs Consultation douleurs chroniques Hôpital J.

Souffrance et douleur en fin de vie. Dr Sophie Pugliese Unité de Soins Palliatifs Consultation douleurs chroniques Hôpital J. Souffrance et douleur en fin de vie Dr Sophie Pugliese Unité de Soins Palliatifs Consultation douleurs chroniques Hôpital J. Ducuing Toulouse Notion de souffrance totale Différentes douleurs Les traitements

Plus en détail

Hôpital Henri Mondor. Version 2

Hôpital Henri Mondor. Version 2 Hôpital Henri Mondor Version 2 Comité de Lutte contre la Douleur Novembre 2003 Cette deuxième version du livret douleur a pour objectif de présenter les principales règles de prise en charge de la douleur

Plus en détail

PRISE EN CHARGE EN VILLE DES PERSONNES DÉPENDANTES AUX OPIACÉS

PRISE EN CHARGE EN VILLE DES PERSONNES DÉPENDANTES AUX OPIACÉS PRISE EN CHARGE EN VILLE DES PERSONNES DÉPENDANTES AUX OPIACÉS Constance Legroux (DCEM3) QUELQUES CHIFFRES 150 000 toxicomanes en France, dont moins de Diminution de la mortalité grâce à la mise sur le

Plus en détail

TRAITEMENT MEDICAMENTEUX DE LA DOULEUR CHEZ LE SUJET AGE

TRAITEMENT MEDICAMENTEUX DE LA DOULEUR CHEZ LE SUJET AGE TRAITEMENT MEDICAMENTEUX DE LA DOULEUR CHEZ LE SUJET AGE CAPACITE DE GERIATRIE Dr Françoise ESCOUROLLE-PELTIER USP EMD-SP Présidente CLUD-SP Hôpitaux Universitaires Paris Nord Val de Seine - Hôpital BRETONNEAU

Plus en détail

Prise en charge de la Douleur

Prise en charge de la Douleur Prise en charge de la Douleur Troisième soirée CAS CONCRETS 4 Décembre 2003 François CHRISTIANN Mme C., 45 ans... Conversion II-III Pose - Dépose de fentanyl TTS Cas n 1 (1) Mme C., 45 ans Néoplasie mammaire,

Plus en détail

Soins palliatifs. M.T Makhloufi

Soins palliatifs. M.T Makhloufi Cours GOLF-SAPP Alger 2008 Soins palliatifs La prise en charge de la douleur dans le cancer bronchique primitif M.T Makhloufi Clinique des Maladies Respiratoires CHU Mustapha Alger 1 Introduction. Cancer

Plus en détail

MENTIONS LEGALES. DENOMINATION DU MEDICAMENT : TAKADOL 100 mg, comprimé effervescent sécable

MENTIONS LEGALES. DENOMINATION DU MEDICAMENT : TAKADOL 100 mg, comprimé effervescent sécable MENTIONS LEGALES DENOMINATION DU MEDICAMENT : TAKADOL 100 mg, comprimé effervescent sécable COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE : Chlorhydrate de tramadol... 100 mg pour un comprimé effervescent sécable

Plus en détail

TRAITEMENT DE LA DOULEUR DU SUJET AGE

TRAITEMENT DE LA DOULEUR DU SUJET AGE TRAITEMENT DE LA DOULEUR DU SUJET AGE Dr Françoise ESCOUROLLE-PELTIER Unité de Soins Palliatifs - Hôpital BRETONNEAU 21.03.2012 CONSEQUENCES DE LA PRISE EN CHARGE INSUFFISANTE DE LA DOULEUR Pour le malade

Plus en détail

Opiacés forts (niveau III) Opiacés faibles (niveau II) Médicaments de niveau I. (paracétamol, anti-inflammatoires non stéroïdiens

Opiacés forts (niveau III) Opiacés faibles (niveau II) Médicaments de niveau I. (paracétamol, anti-inflammatoires non stéroïdiens Dr BOUGOUIN-KUHN Opiacés forts (niveau III) Opiacés faibles (niveau II) Médicaments de niveau I (paracétamol, anti-inflammatoires non stéroïdiens AINS, AAS) Classification des Médicaments Analgésiques

Plus en détail

Physiopathologie et classification

Physiopathologie et classification Réflexes On n associe pas 2 antalgiques du même palier OMS On n associe pas 2 morphiniques Toujours prendre en charge la douleur +++ Réévaluation régulière de l efficacité du traitement antalgique : EVA

Plus en détail

Recommandations après le retrait des associations dextropropoxyphène/paracétamol et dextropropoxyphène/paracétamol/caféine

Recommandations après le retrait des associations dextropropoxyphène/paracétamol et dextropropoxyphène/paracétamol/caféine Groupe Référent Médecins Généralistes de l Afssaps Mise au point Prise en charge des douleurs de l adulte modérées à intenses Recommandations après le retrait des associations dextropropoxyphène/paracétamol

Plus en détail

Quelle pharmacopée antalgique en 2013 aux urgences pédiatriques. Yves Meymat, SAR 3 anesthésie pédiatrique, CHU de Bordeaux

Quelle pharmacopée antalgique en 2013 aux urgences pédiatriques. Yves Meymat, SAR 3 anesthésie pédiatrique, CHU de Bordeaux Quelle pharmacopée antalgique en 2013 aux urgences pédiatriques Yves Meymat, SAR 3 anesthésie pédiatrique, CHU de Bordeaux Pas de conflit d intérêt à déclarer Des principes : 1. Evaluation objective rapide

Plus en détail

Module 6 : 065 BASES NEUROPHYSIOLOGIQUES, ÉVALUATION D UNE DOULEUR AIGUË ET CHRONIQUE

Module 6 : 065 BASES NEUROPHYSIOLOGIQUES, ÉVALUATION D UNE DOULEUR AIGUË ET CHRONIQUE Module 6 : 065 BASES NEUROPHYSIOLOGIQUES, ÉVALUATION D UNE DOULEUR AIGUË ET CHRONIQUE Validé par le Dr Schinkel Dé nition - Une expérience sensorielle et émotionnelle désagréable, associée à un lésion

Plus en détail

Pharmacothérapie de la douleur

Pharmacothérapie de la douleur Pharmacothérapie de la douleur Comment utiliser les différentes formes de médicaments? Conseils pratiques à l officine 1 Paracétamol en forme mono Toxicité gastrique peu probable Hépatotoxicité: intoxication

Plus en détail

Avis 19 mars 2014. Laboratoire GRUNENTHAL. HAS - Direction de l'evaluation Médicale, Economique et de Santé Publique 1/12 Avis 2

Avis 19 mars 2014. Laboratoire GRUNENTHAL. HAS - Direction de l'evaluation Médicale, Economique et de Santé Publique 1/12 Avis 2 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 19 mars 2014 RECIVIT 67 microgrammes, comprimé sublingual B/15 en plaquette thermoformée en polyamide aluminium PVC/aluminium (CIP : 34009 276 556 3-0) B/15 en plaquette

Plus en détail

DUROGESIC, dispositif transdermique fentanyl

DUROGESIC, dispositif transdermique fentanyl DUROGESIC, dispositif transdermique fentanyl COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE DUROGESIC 12 microgrammes/heure : Fentanyl 2,10 mg pour un dispositif transdermique de 5,25 cm². Un dispositif transdermique

Plus en détail

Cas Clinique. Douleurs cancéreuses

Cas Clinique. Douleurs cancéreuses Cas Clinique Douleurs cancéreuses Monsieur Bernard D., âgé de 45 ans, a été admis dans le Centre d évaluation et de traitement de la douleur courant juillet 2000 en raison de douleurs intenses, d origine

Plus en détail

MORPHINE : TABOUS ET REALITES Ali Cherif H. Charles Nicolle Tunis ali.cherif@rns.tn

MORPHINE : TABOUS ET REALITES Ali Cherif H. Charles Nicolle Tunis ali.cherif@rns.tn 1 MORPHINE : TABOUS ET REALITES Ali Cherif H. Charles Nicolle Tunis ali.cherif@rns.tn Depuis au moins 2500 ans, le papaver somniferum, plus exactement le liquide extrait de la graine de ce pavot, est utilisé

Plus en détail