Maladies de l enfant.

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Maladies de l enfant."

Transcription

1 Maladies de l enfant. I. Rougeole : Virus Incubation : 8 à 12 jours Entre 2 et 10 ans, bébé rarement touché, non vacciné Prodromes : catarrhe occulo-naso-pharyngée (hypersécrétion des muqueuses telles yeux, nez ), toux, fièvre Puis apparition d un exanthème maculo papuleux, confluant. Dure env 8 jours. Signe de Koplick : dans la bouche plaque rouge ou blanche au niveau de la 3 molaire, sur la gencive. Contagion +++ : 3 à 5 jours avant l éruption jusqu au 4 jour après, par voie respi. o Exploration : Pas nécessaire grâce au vaccin Ttt symptomatique : anti pyrétique, anti tussif ATB si surinfection Vit A => renforce l immunité Convulsions fébriles : graves +++ Encéphalite aiguë : 1/1000 Panencéphalite subaiguë sclérosante tardive : 10 à 15 ans plus tard, touche tout le cerveau Otite moyenne aiguë Pneumonie bactérienne ou à cellules géantes o Prévention : Vaccination à 15 mois ++, systématique mais non obligatoire Retrait de la crèche 1 semaine après le début ou tant qu il a de la fièvre Gamma globulines si < 1 an + vaccin à 15 mois Gamma ou vaccin si > 1 an

2 Etat vaccinal inconnu : retrait de la crèche pdt 14 jours après le contact Isolement de l enfant hospitalisé jusqu à J4 de l éruption. II. Rubéole : Virus Incubation : jours Peut passer inaperçue Syndrome grippal : asthénie, fièvre, céphalées Adénopathies cervicales et occipitales postérieures +++ Exanthème maculo papuleux de J2 à J5 Contagiosité : 7 jours avant et 14 jours après éruption o Exploration : Non nécessaire, mais utile si on doit confirmer une rubéole congénitale (sérologie). Anti pyrétiques Thrombopénie Arthralgies et arthrite chez l ado Douleurs testiculaires Névrite, encéphalite, pancréatite o Prévention : Dangereux +++ pour la femme enceinte : vaccination Vaccination avec le ROR puis rappel chez les filles à ans Pas de retrait de la crèche sauf si importante Isolement de l enfant hospitalisé pdt 7 jours suivant éruption Eviter tout contact entre 1 enfant atteint de rubéole congénitale (car contagieux pendant 2 ans) et une femme enceinte susceptible de l être pendant 2 ans. Vacciner les femmes à sérologie avant d être enceinte

3 Si contact entre une femme de sérologie inconnue ou non protégée avec une personne atteinte durant les 3 premiers mois de la grossesse. Que faire? Prouver sérologiquement le diagnostic et doser immédiatement les Ig G chez la femme. o Si Ig G protecteurs : la rassurer o Si Ig G non protecteurs : Si une ITG (interruption thérapeutique de grossesse) n est pas envisagée : immuniser la femme? Procédure si la femme est ok pour une ITG : Si la rubéole apparaît : ITG Si elle n apparaît pas : sérologie à J15 et si séroconversion => ITG. III. Oreillons : Bénin chez l enfant Atteinte des glandes salivaires (parotides) Tend à disparaître (vaccin). o Clinique Incubation : jour Fièvre, AEG Hypertrophie parotidienne (dans 70% des cas) le + souvent bilatérale, peut être douloureuse Durée : 4 à 10 jours Contagiosité : commence 2 jours avant l apparition de la parotidite et persiste pendant toute la maladie Pronostic : bon Paracétamol à visée antalgique, anti pyrétiques Méningite aseptique (réaction méningée) Pancréatite Orchite rarement bilatérale (adolescent +++= causant rarement une stérilité Myocardite, arthrite, néphrite, thyroïdite, mastite et thrombopénie Surdité neuro-sensorielle

4 o Prévention : Vaccin vivant atténué = ROR administré le + souvent entre 12 et 15 mois Attention! aux enfants allergiques aux œufs (car cultivé sur des embryons de poulets) Contre indiqué chez la femme enceinte et immunodéprimés Retrait de la crèche pendant 9 jours après la parotidite. IV. Varicelle : o Généralités : Virus VZV Très contagieuse, touche le + souvent les enfants de 5 à 10 ans. Bénigne chez les immunocompétents, grave chez immunodéprimés Nouveau né protégé sauf si la mère fait la varicelle 5 jours avant l accouchement ou J2 après. Immunité à vie sauf si immunodéficience Incubation : jours Prodromes : fièvre pendant 48 h Eruption vésiculeuse prurigineuse entre J2 et J8 Contagiosité : 2 jours avant jusqu à J8 après l éruption Surinfection bactérienne des lésions due au grattage => couper les ongles, désinfection cutanée. Pneumonie varicelleuse : ado, femme enceinte, immunodéprimés Purpura thrombopénique Syndrome de Rey : touche le foie, encéphalite hépatique Encéphalite minime (cérébellite) Arthrite réactionnelle Zona tardif Anti pyrétiques (pas d aspirine ni dérivés à cause du risque pour le foie), désinfection cutanée (pas de poudre car s accumule dans les lésions et favorise donc l infection), anti histaminiques, Zovirax si nouveau né atteint ou immunodéprimé.

5 o Prévention : Retrait de la crèche jusqu à J6 de l éruption Si contact avec immunodéprimé non immunisé => immunoglobulines. V. Coqueluche : Bactérienne Pas de vaccination universelle, efficacité imparfaite, pas d immunité passive d origine maternelle, pas de durabilité de la protection. Incubation : 1-2 semaines Début comme une virose banale des voies respiratoires supérieures pdt 2 semaines Quintes de toux caractéristiques accompagnées de «chant de coq» pdt 2 à 4 semaines Quintes accompagnées de cyanose, bradycardie, même apnée chez le BB < 2 mois. Contagiosité : jusqu à 3 semaines après le début des quintes, sinon 4 à 7 jours si ttt. o Explorations : NFS : hyperleucocytose lymphocytaire Diagnostic posé par la culture (ECBC) Intérêt de la PCR +++ Sérologies +++ Hospitalisation des nourrissons (- de 3 mois => 6 mois) + monitorage pour détecter apnée, bradycardie. Intubation si apnées récidivantes ou bradycardie Gavage si difficultés alimentaires ATB (macrolide) le + rapidement possible Apnée, arrêt cardiorespiratoire Atélectasie (poumon qui se collabe à cause du mucus) Coma, convulsions Emphysème interstitiel ou sous-cutané, pneumothorax Hémorragies conjonctivales et intra-crâniennes

6 Vomissements et dénutrition o Prévention : Vaccination Isolement de l enfant hospitalisé Les membres de la famille vaccinés ou non doivent être traités Retrait de la crèche les 5 premiers jours du traitement, sinon pdt 3 semaines suivent le début de la maladie VI. Laryngite aiguë : Fréquente entre 6 mois et 5 ans Virus Obstruction sous glottique Le + souvent bénigne, rarement insuffisance respi et décès. Début le plus souvent la nuit Fièvre souvent absente Stridor inspiratoire (cornage) Toux aboyante et tirage sus sternal Parfois aggravation vers une IRA (insuffisance respi aiguë) o Explorations : Diagnostic essentiellement clinique NFS, CRP si doute avec une épiglottite aiguë Recherche virales inutiles Radio du larynx si doute diagnostic (corps étranger ) Si légère : humidification de l air +++ avec linge humide sur le radiateur ou bassine d eau chaude Si modérée : cortisone Si sévère : Nébulisation avec adrénaline + corticoïdes + sérum phy Dexaméthasone IV A renouveler si nécessaire Si IRA : intubation Si laryngo-trachéo-bronchite bactérienne : ATB.

Vacciner ou ne pas vacciner contre la varicelle? Isabelle LOECKX Janvier 2006

Vacciner ou ne pas vacciner contre la varicelle? Isabelle LOECKX Janvier 2006 Vacciner ou ne pas vacciner contre la varicelle? Isabelle LOECKX Janvier 2006 La varicelle: généralités Virus Herpes simplex (ou varicellae). Maladie infantile très contagieuse, souvent considérée comme

Plus en détail

Dermatoses fébriles courantes bénignes

Dermatoses fébriles courantes bénignes Dermatoses fébriles courantes bénignes Dr L. HANDIRI GENCEL Praticien attaché Service de dermatologie pédiatrique du Pr TAIEB Hôpital des enfants Bordeaux Dermatoses fébriles courantes bénignes Exanthèmes

Plus en détail

Module 7 - Edition 2006 - Item 94 page 1 Copyright CMIT ITEM N 94 : MALADIES ERUPTIVES DE L ENFANT LES OBJECTIFS TERMINAUX

Module 7 - Edition 2006 - Item 94 page 1 Copyright CMIT ITEM N 94 : MALADIES ERUPTIVES DE L ENFANT LES OBJECTIFS TERMINAUX Module 7 - Edition 2006 - Item 94 page 1 ITEM N 94 : MALADIES ERUPTIVES DE L ENFANT LES OBJECTIFS TERMINAUX I. Diagnostiquer et distinguer une rougeole, une rubéole, un herpès, un mégalérythème épidémique,

Plus en détail

LES ÉPIDÉMIES NE CONCERNENT

LES ÉPIDÉMIES NE CONCERNENT LES ÉPIDÉMIES NE CONCERNENT PAS SEULEMENT LES PATIENTS Monica Attinger Unité HPCI VD SSSH -16 mars 2013 /CHUV Rappel Infection : envahissement de l organisme par des germes capables de provoquer une maladie

Plus en détail

DIPHTÉRIE - TÉTANOS - POLIOMYÉLITE* Vacci mains

DIPHTÉRIE - TÉTANOS - POLIOMYÉLITE* Vacci mains DIPHTÉRIE - TÉTANOS - POLIOMYÉLITE* Vacci mains Se faire vacciner, se laver les mains : 2 gestes essentiels pour lutter contre les maladies infectieuses. C est décidé, je vais sauver le monde!...commence

Plus en détail

Agent Causal. Infection respiratoire due à deux bactéries du genre bordetella. pertussis (Bacille de Bordet et Gengou): coqueluche

Agent Causal. Infection respiratoire due à deux bactéries du genre bordetella. pertussis (Bacille de Bordet et Gengou): coqueluche COQUELUCHE Agent Causal Infection respiratoire due à deux bactéries du genre bordetella pertussis (Bacille de Bordet et Gengou): coqueluche plus rarement parapertussis (5 à 20%): paracoqueluche Bacille

Plus en détail

Virus de la grippe. Introduction. Le virus. Introduction. Virus très contagieux +++: contamination inter-humaine (gouttelettes) responsable

Virus de la grippe. Introduction. Le virus. Introduction. Virus très contagieux +++: contamination inter-humaine (gouttelettes) responsable Virus de la grippe Introduction Virus très contagieux +++: contamination inter-humaine (gouttelettes) 1- introduction 2- le virus 3- clinique 4- complications 5- traitement S. Nguyen 03/2005 responsable

Plus en détail

Quelles sont les maladies contre lesquelles mon enfant devrait recevoir une protection?

Quelles sont les maladies contre lesquelles mon enfant devrait recevoir une protection? Qu est-ce que l immunisation? L immunisation est un processus qui permet au corps de lutter contre les maladies causées par certains virus et bactéries. L un des moyens d être immunisé est de recevoir

Plus en détail

MINI MODULE D'AUTO-ENSEIGNEMENT DE PEDIATRIE 4 ème ANNEE DE MEDECINE LA COQUELUCHE

MINI MODULE D'AUTO-ENSEIGNEMENT DE PEDIATRIE 4 ème ANNEE DE MEDECINE LA COQUELUCHE FACULTE DE MEDECINE ET DE PHARMACIE DE RABAT Professeur Laïla EL HARIM - ROUDIES DEPARTEMENT DE PEDIATRIE SERVICE DE PEDIATRIE I MINI MODULE D'AUTO-ENSEIGNEMENT DE PEDIATRIE 4 ème ANNEE DE MEDECINE LA

Plus en détail

Maladies infectieuses - Coqueluche

Maladies infectieuses - Coqueluche Maladies infectieuses - Coqueluche Document d info La coqueluche 1 Introduction La coqueluche est une maladie aiguë et contagieuse des voies respiratoires provoquée par la bactérie Bordetella pertussis.

Plus en détail

LA VACCINATION, Le vaccin DCaT-Polio. Entre 4 et 6 ans. Ce vaccin protège contre :

LA VACCINATION, Le vaccin DCaT-Polio. Entre 4 et 6 ans. Ce vaccin protège contre : LA VACCINATION, UNE BONNE PROTECTION En faisant vacciner votre enfant, vous lui offrez la meilleure protection contre certaines maladies graves. Comment agissent les vaccins? Les vaccins amènent nos cellules

Plus en détail

10.2.2 Var : vaccin contre la varicelle

10.2.2 Var : vaccin contre la varicelle Section 10.2.2 Var 10.2.2 Var : vaccin contre la varicelle Composition Deux vaccins contre la varicelle sont distribués au Canada : Varilrix (GlaxoSmithKline) et Varivax III (Merck). Il s agit de vaccins

Plus en détail

Vous recevez une interne du service de maternité. 1 Confirmer le diagnostic (définition de cas)

Vous recevez une interne du service de maternité. 1 Confirmer le diagnostic (définition de cas) Vous recevez une interne du service de maternité La Coqueluche Elle vous dit tousser depuis 15 jours. Devant l absence de fièvre elle ne s est pas arrêtée et elle n a pas pris de précautions particulières.

Plus en détail

VIRUS de la VARICELLE et du ZONA (VZV)

VIRUS de la VARICELLE et du ZONA (VZV) VIRUS de la VARICELLE et du ZONA (VZV) Ce document concerne l'évaluation des risques biologique en milieu de soins. Il est complémentaire du guide EFICATT de l'inrs et a été élaboré puis validé par des

Plus en détail

VARICELLE ET ZONA DE L ADULTE ETIOLOGIES DES EXANTHEMES FEBRILES

VARICELLE ET ZONA DE L ADULTE ETIOLOGIES DES EXANTHEMES FEBRILES VARICELLE ET ZONA DE L ADULTE ETIOLOGIES DES EXANTHEMES FEBRILES 22 Février 2006 - IFSI Croix Rouge Française Dr Sarah KHATIBI SMIT- PURPAN - CHU TOULOUSE Varicelle Epidémiologie Due à un herpes virus

Plus en détail

Votre passeport vers une meilleure prévention des infections Pour vous, pour la vie

Votre passeport vers une meilleure prévention des infections Pour vous, pour la vie LA VACCINATION POST-GREFFE DE CELLULES HÉMATO-POÏÉTIQUES Votre passeport vers une meilleure prévention des infections Pour vous, pour la vie Pourquoi me faire vacciner suite à une greffe de cellules hématopoïétiques

Plus en détail

Vaccins et grossesse Vaccins et immunité. Dr Odile Launay. Centre d Investigation Clinique de vaccinologie Cochin-Pasteur, Hôpital Cochin

Vaccins et grossesse Vaccins et immunité. Dr Odile Launay. Centre d Investigation Clinique de vaccinologie Cochin-Pasteur, Hôpital Cochin Vaccins et grossesse Vaccins et immunité Dr Odile Launay Centre d Investigation Clinique de vaccinologie Cochin-Pasteur, Hôpital Cochin Atelier Vaccins, GERES, 18 mai 2011 COCHIN SAINT-VINCENT DE PAUL

Plus en détail

Évolution des pratiques vaccinales : 3. vaccination après la grossesse

Évolution des pratiques vaccinales : 3. vaccination après la grossesse Évolution des pratiques vaccinales : 3. vaccination après la grossesse Professeur Emmanuel Grimprel Service de Pédiatrie Générale, Hôpital Trousseau, Paris Université Pierre et Marie Curie, Paris Déclaration

Plus en détail

COQUELUCHE CHEZ UN SOIGNANT DE LA MATERNITE : GESTION DE LA CRISE

COQUELUCHE CHEZ UN SOIGNANT DE LA MATERNITE : GESTION DE LA CRISE XVII ème Congrès national de la SFHH Nantes 1 er juin 2006 COQUELUCHE CHEZ UN SOIGNANT DE LA MATERNITE : GESTION DE LA CRISE F. Bureau-Chalot 1, F. Fidel 1, A. Henry 1, L. Brasme 1, C. Quéreux 2, P. Morville

Plus en détail

Module 7 - Edition 2008 - Item 82 page 1 Copyright CMIT ITEM N 82 : GRIPPE OBJECTIFS TERMINAUX

Module 7 - Edition 2008 - Item 82 page 1 Copyright CMIT ITEM N 82 : GRIPPE OBJECTIFS TERMINAUX Module 7 - Edition 2008 - Item 82 page 1 ITEM N 82 : GRIPPE OBJECTIFS TERMINAUX I. Diagnostiquer une grippe II. Argumenter l attitude thérapeutique et planifier le suivi du patient INTRODUCTION - Maladie

Plus en détail

GUIDE DES CONDUITES A TENIR LORS D UNE AFFECTION AIGUE CHEZ L ENFANT ACCUEILLI EN COLLECTIVITE

GUIDE DES CONDUITES A TENIR LORS D UNE AFFECTION AIGUE CHEZ L ENFANT ACCUEILLI EN COLLECTIVITE GUIDE DES CONDUITES A TENIR LORS D UNE AFFECTION AIGUE CHEZ L ENFANT ACCUEILLI EN COLLECTIVITE Il faut rappeler que pour toute personne malade (par exemple présentant de la fièvre, vomissements ou diarrhée)

Plus en détail

LE GUIDE CALENDRIER VACCINAL

LE GUIDE CALENDRIER VACCINAL LE GUIDE CALENDRIER VACCINAL DES ADOLESCENTS ET DES ADULTES MIS À JOUR EN MARS 2011 313-52711-B État des données : mars 2011 Ce guide calendrier vaccinal comporte le carnet de vaccination. SOMMAIRE LA

Plus en détail

Vaccination contre la grippe saisonnière : les idées reçues

Vaccination contre la grippe saisonnière : les idées reçues Introduction Vaccination contre la grippe saisonnière : les idées 1. La vaccination donne la grippe!? 2. La grippe, c est juste un gros rhume! 3. La vaccination contre la grippe est contreindiquée chez

Plus en détail

Oreillons à l école ou dans l entreprise: fiche d information

Oreillons à l école ou dans l entreprise: fiche d information Maladies infectieuses - Oreillons 1/8 Oreillons à l école ou dans l entreprise: fiche d information Certaines maladies infectieuses sont plus fréquentes à l âge d enfant qu à l âge adulte. C est pourquoi

Plus en détail

Coqueluche. Journée des correspondants para médicaux 11 avril 2013 Dr Corinne DENIS

Coqueluche. Journée des correspondants para médicaux 11 avril 2013 Dr Corinne DENIS Coqueluche Journée des correspondants para médicaux 11 avril 2013 Dr Corinne DENIS Définition et mode de transmission La coqueluche est une infection bactérienne peu ou pas fébrile de l'arbre respiratoire

Plus en détail

UNE ÉRUPTION MORBILLIFORME

UNE ÉRUPTION MORBILLIFORME UNE ÉRUPTION MORBILLIFORME Société de Franche Comté de Médecine: le 16/12/10 C. Laresche, Dr A.S. Dupond Faucher Jeune fille de 16 ans Pas d ATCD mis à part une allergie au paracétamol HDLM: Hyperthermie

Plus en détail

Prévention de la coqueluche. Journée du réseau, 15 mai 2009 Camille GROSSE

Prévention de la coqueluche. Journée du réseau, 15 mai 2009 Camille GROSSE Prévention de la coqueluche Journée du réseau, 15 mai 2009 Camille GROSSE La coqueluche : question d actualité? Epidémiologie Nouvelles recommandations vaccinales et leur application Rôle des professionnels

Plus en détail

Situation, prise en charge

Situation, prise en charge Grippe pandémique A(H1N1) Situation, prise en charge DAUMAS Aurélie HIA LAVERAN COURS IFSI Des grippes pandémiques Groupe A Secondaires à une cassure (rôle animal) Absence d immunité collective Létalité

Plus en détail

généralités Infections à Herpès virus généralités généralités généralités Virus:

généralités Infections à Herpès virus généralités généralités généralités Virus: généralités Infections à Herpès virus Virus: S. Nguyen 03/2005 multiplication intracellulaire taille: nanomètre pls composants: -acide nucléique (ADN, ARN) -capside -enveloppe ou non généralités herpès

Plus en détail

RUBIVIRUS virus de la RUBEOLE

RUBIVIRUS virus de la RUBEOLE RUBIVIRUS virus de la RUBEOLE RUBIVIRUS virus de la RUBEOLE... 1 1 GENERALITES... 2 1.1 AGENT PATHOGENE, RESERVOIR, SOURCE... 2 1.2 EPIDEMIOLOGIE GENERALE... 2 1.3 VIABILITE, RESISTANCE PHYSICO-CHIMIQUE...

Plus en détail

Le larynx de l enfant Les Dyspnées Laryngées

Le larynx de l enfant Les Dyspnées Laryngées Le larynx de l enfant Les Dyspnées Laryngées Pr L.Laccourreye Sce ORL-CHU Angers Rappel anatomique Organe impair et médian Rôle dans: Phonation Déglutition Respiration Vascularisation: carotide externe

Plus en détail

Les difficultés respiratoires de l enfant. Docteur D.TCHOMAKOV Urgences Pédiatriques CHU de Strasbourg - Hautepierre

Les difficultés respiratoires de l enfant. Docteur D.TCHOMAKOV Urgences Pédiatriques CHU de Strasbourg - Hautepierre Les difficultés respiratoires de l enfant Docteur D.TCHOMAKOV Urgences Pédiatriques CHU de Strasbourg - Hautepierre Les difficultés respiratoires Dyspnée ou gène inspiratoire, expiratoire ou aux 2 temps

Plus en détail

GUIDE DES CONDUITES A TENIR LORS D UNE AFFECTION AIGUE CHEZ L ENFANT ACCUEILLI EN COLLECTIVITE

GUIDE DES CONDUITES A TENIR LORS D UNE AFFECTION AIGUE CHEZ L ENFANT ACCUEILLI EN COLLECTIVITE GUIDE DES CONDUITES A TENIR LORS D UNE AFFECTION AIGUE CHEZ L ENFANT ACCUEILLI EN COLLECTIVITE Le Puy-en-Velay, le 22 Septembre 2006 Il faut rappeler que pour toute personne malade (par exemple présentant

Plus en détail

Définitions. Définition approximative de fièvre: déréglage du point d équilibre thermique vers le haut (hypothalamus antérieur)

Définitions. Définition approximative de fièvre: déréglage du point d équilibre thermique vers le haut (hypothalamus antérieur) La fièvre Définitions Définition approximative de fièvre: déréglage du point d équilibre thermique vers le haut (hypothalamus antérieur) Température rectale> 38 Définitions Fièvre aiguë: Depuis moins de

Plus en détail

Ce sont les mêmes : Virus A (H1N1) est stable.

Ce sont les mêmes : Virus A (H1N1) est stable. SAISON 2011/2012 Quels virus en 2011/2012 Ce sont les mêmes : Virus A (H1N1) Virus A (H3N2) Virus B Virus A (H1N1) est stable. Les 3 types de virus de la grippe Virus grippal Type A Type B Type C Espèces

Plus en détail

VIRUS de la VARICELLE et du ZONA (VZV)

VIRUS de la VARICELLE et du ZONA (VZV) VIRUS de la VARICELLE et du ZONA (VZV) VIRUS de la VARICELLE et du ZONA (VZV) 1 1 GENERALITES 2 1.1 AGENT PATHOGENE, RESERVOIR, SOURCE 2 1.2 EPIDEMIOLOGIE GENERALE 2 1.3 VIABILITE, RESISTANCE PHYSICO-CHIMIQUE

Plus en détail

Un homme de 26 ans se présente aux urgences pour une éruption fébrile

Un homme de 26 ans se présente aux urgences pour une éruption fébrile Une fièvre, un exanthème et des taches blanches orales Fever, exanthema and oral white spots N. Kluger (Department of Dermatology, Venereology and Allergology, Institute of Clinical Medicine, University

Plus en détail

Durée de la maladie L influenza dure en général de deux à sept jours, mais la toux et la fatigue peuvent persister plus de deux semaines.

Durée de la maladie L influenza dure en général de deux à sept jours, mais la toux et la fatigue peuvent persister plus de deux semaines. INFLUENZA INFORMATIONS GÉNÉRALES Définition L influenza est une infection virale aiguë saisonnière très contagieuse, qui peut être prévenue annuellement par la vaccination. La maladie est causée par le

Plus en détail

LES VACCINS CONTRE LA ROUGEOLE, LES OREILLONS ET LA RUBEOLE (ROR)

LES VACCINS CONTRE LA ROUGEOLE, LES OREILLONS ET LA RUBEOLE (ROR) Le Point sur : LES VACCINS CONTRE LA ROUGEOLE, LES OREILLONS ET LA RUBEOLE (ROR) 83 Le Point sur LES VACCINS CONTRE LA ROUGEOLE, LES OREILLONS ET LA RUBEOLE (ROR) Albert Darque*, Nathalie Martin*, Sophie

Plus en détail

Michael Currat, Chef de clinique Médecine du personnel du CHUV. Vaccination pour les collaborateurs en stérilisation

Michael Currat, Chef de clinique Médecine du personnel du CHUV. Vaccination pour les collaborateurs en stérilisation Michael Currat, Chef de clinique Médecine du personnel du CHUV Vaccination pour les collaborateurs en stérilisation Plan Vaccination Historique Types de vaccins Risques infectieux inhérents à l activité

Plus en détail

Argumentaire en faveur de la triple vaccination rougeole-oreillons-rubéole

Argumentaire en faveur de la triple vaccination rougeole-oreillons-rubéole Questions-réponses sur cette vaccination 10 Argumentaire en faveur de la triple vaccination rougeole-oreillons-rubéole La première partie de la réponse permet aux professionnels de répondre aux questions

Plus en détail

ANALYSE SEMIOLOGIQUE (1)

ANALYSE SEMIOLOGIQUE (1) Fièvres éruptives Éruption fébrile ANALYSE SEMIOLOGIQUE (1) éléments éruptifs association topographie caractère prurigineux ou non caractères évolutifs Éruption fébrile ANALYSE SEMIOLOGIQUE (2) Contexte

Plus en détail

Item 78 : Coqueluche

Item 78 : Coqueluche Item 78 : Coqueluche Date de création du document 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Diagnostiquer une coqueluche... 1 1. 1 Diagnostic positif... 1 1. 1. 1 Clinique...1 1. 1. 1. 1 Forme

Plus en détail

> Passeport pour la santé

> Passeport pour la santé SAATCHI & SAATCHI - PHOTOS : GETTY IMAGES - 313-06344-B - Août 2006 > Passeport pour la santé Le guide calendrier vaccinal des adolescents et des adultes Mis à jour au 1 er août 2006 2 3 Sommaire Vaccins

Plus en détail

A quoi pensez-vous? (diagnostic positif)

A quoi pensez-vous? (diagnostic positif) Cas clinique Mme D. 24ans, depuis 3 semaines: Asthénie Rhinorrhée Obstruction nasale Ecoulement nasal postérieur Toux productive le matin+++ Voix enrouée le matin +++ Douleurs modérées infraorbitaires

Plus en détail

DERMATO-PEDIATRIE PARTIE 2 JEUDI 21 JANVIER 2015 BOULOGNE-SUR-MER

DERMATO-PEDIATRIE PARTIE 2 JEUDI 21 JANVIER 2015 BOULOGNE-SUR-MER DERMATO-PEDIATRIE PARTIE 2 JEUDI 21 JANVIER 2015 BOULOGNE-SUR-MER Dermatite atopique Gale Teigne Pediculose Molluscum contagiosum CAS CLINIQUE PRISE EN CHARGE Diagnostic retenu : ECZEMA HERPETICUM Début

Plus en détail

LA VACCINATION CHEZ L'ENFANT. Dr. CASSIERS Service de Pédiatrie Hôpital de Jolimont 2007

LA VACCINATION CHEZ L'ENFANT. Dr. CASSIERS Service de Pédiatrie Hôpital de Jolimont 2007 LA VACCINATION CHEZ L'ENFANT Dr. CASSIERS Service de Pédiatrie Hôpital de Jolimont 2007 SCHEMA VACCINAL DE 1981 : SCHEMA VACCINAL EN COMMUNAUTE FRANCAISE EN 2007 : COUVERTURES VACCINALES À L'ÂGE DE 12

Plus en détail

ARGUMENTAIRE EN FAVEUR DE LA TRIPLE VACCINATION ROUGEOLE - OREILLONS - RUBÉOLE

ARGUMENTAIRE EN FAVEUR DE LA TRIPLE VACCINATION ROUGEOLE - OREILLONS - RUBÉOLE ARGUMENTAIRE EN FAVEUR DE LA TRIPLE VACCINATION ROUGEOLE - OREILLONS - RUBÉOLE Questions-réponses sur la vaccination rougeole - oreillons- rubéole Mise à jour : mars 2012 La première partie de la réponse

Plus en détail

Eruptions de l enfant l sous traitement(s): qu en penser, jusqu où aller?

Eruptions de l enfant l sous traitement(s): qu en penser, jusqu où aller? Eruptions de l enfant l sous traitement(s): qu en penser, jusqu où aller? Dominique Hamel Groupe hospitalier Necker Enfants-Malades dominique.hamel-teillac@nck.aphp.fr Urticaire? Rash maculopapuleux ou

Plus en détail

LES MALADIES DU NOUVEAU NE

LES MALADIES DU NOUVEAU NE PEDIATRIE LES MALADIES DU NOUVEAU NE I - DERMATOLOGIE A - L'ERYTHEME TOXIQUE 1 ère semaine de vie. Touche 1/3 des nourrissons. Érythème généralisé. Donne des papules blanches disséminées sur tout le corps.

Plus en détail

Maladies infantiles. Dr Berlioz

Maladies infantiles. Dr Berlioz Maladies infantiles Dr Berlioz GENERALITES Les maladies contagieuses les plus fréquentes de l'enfant sont des maladies infectieuses le plus souvent dues à des virus et plus rarement à des bactéries. Ces

Plus en détail

Item 152: candida, dermatophytes

Item 152: candida, dermatophytes Item 87 Item 152: candida, dermatophytes Facteur favorisant (DB, macération, obésité, défaut d hygiène) à rechercher et à traiter Candida: pathogène peau; saprophyte muqueuse Enduit blanchâtre, détachable,

Plus en détail

Vaccination Anti-Encéphalite Japonaise

Vaccination Anti-Encéphalite Japonaise Vaccination Anti-Encéphalite Japonaise IFMT sémin encéphalites 2004. Groupe de travail étudiant 1 Vaccin (Vac.) 3 types: 1. Vac. Inactivé préparé en culture cellulaire Souche: P3 (culture sur cellules

Plus en détail

Epidémie de rougeole Présentation de la campagne de communication

Epidémie de rougeole Présentation de la campagne de communication Conférence de presse Epidémie de rougeole Présentation de la campagne de communication Dossier d information Jeudi 13 octobre 2011 www.info-rougeole.fr Contacts Presse Inpes, Lamiel Denisse : 01 49 33

Plus en détail

Sommaire. MALADIES INFECTIEUSES éruptives et non éruptives. Quelques définitions. Bulle : vésicule de grande taille, phlyctène

Sommaire. MALADIES INFECTIEUSES éruptives et non éruptives. Quelques définitions. Bulle : vésicule de grande taille, phlyctène Sommaire I. Principales lésions rencontrées MALADIES INFECTIEUSES éruptives et non éruptives II. Quelques définitions et mesures de santé publique III. Caractéristiques des principales maladies éruptives

Plus en détail

RUBEOLE. Carte d identité du virus. Année 2004 A Bassignot HISTORIQUE

RUBEOLE. Carte d identité du virus. Année 2004 A Bassignot HISTORIQUE RUBEOLE Année 2004 A Bassignot 1 HISTORIQUE XVIII e siècle : description de la rubéole 1941 : un ophtalmologiste australien Norman Gregg établit le lien entre cataracte congénitale et rubéole acquise :

Plus en détail

Laryngites aiguës de l adulte et de l enfant Docteur Olivier CUISNIER Août 2003

Laryngites aiguës de l adulte et de l enfant Docteur Olivier CUISNIER Août 2003 Laryngites aiguës de l adulte et de l enfant Docteur Olivier CUISNIER Août 2003 Pré-Requis : Anatomie du larynx Physiologie du larynx Examen clinique du larynx : laryngoscopie Résumé : Mots-clés : Laryngites

Plus en détail

GRIPPE SAISONNIERE. Place de la vaccination du personnel dans la prévention des épidémies institutionnelles

GRIPPE SAISONNIERE. Place de la vaccination du personnel dans la prévention des épidémies institutionnelles GRIPPE SAISONNIERE Place de la vaccination du personnel dans la prévention des épidémies institutionnelles DR M.A. HUBSCHER Journée régionale EMS 22/11/2012 Le virus grippal Réputé fragile : sensible aux

Plus en détail

FIEVRE CHEZ L ENFANT Du symptôme a la décision. Dr FERNANE.A Hôpital André Grégoire Montreuil

FIEVRE CHEZ L ENFANT Du symptôme a la décision. Dr FERNANE.A Hôpital André Grégoire Montreuil FIEVRE CHEZ L ENFANT Du symptôme a la décision Dr FERNANE.A Hôpital André Grégoire Montreuil Définition : Fièvre =Température rectale > 38 c (déréglage du point d équilibre thermique au niveau Hypothalamus)

Plus en détail

1Pourquoi vacciner mon enfant contre la rougeole, les oreillons et la rubéole?

1Pourquoi vacciner mon enfant contre la rougeole, les oreillons et la rubéole? Questions-réponses pour rassurer en cas de réticences à cette vaccination 12 Argumentaire en faveur de la triple vaccination rougeole-oreillons-rubéole 1Pourquoi vacciner mon enfant contre la rougeole,

Plus en détail

ROUGEOLE. Entre 2008 et 2012, une importante épidémie de rougeole a atteint près de personnes en France.

ROUGEOLE. Entre 2008 et 2012, une importante épidémie de rougeole a atteint près de personnes en France. ROUGEOLE Entre 2008 et 2012, une importante épidémie de rougeole a atteint près de 24 000 personnes en France. Zones à risque, cas de rougeole pour 100 000 habitants OMS, 2011 50 10-50 5-10 1-5 < 1 Pas

Plus en détail

Pathologie hivernale chez l enfant. Journée de formation continue Mohammedia 16/o2/12 Pr Benjelloun Dakhama BS Rabat

Pathologie hivernale chez l enfant. Journée de formation continue Mohammedia 16/o2/12 Pr Benjelloun Dakhama BS Rabat Pathologie hivernale chez l enfant Journée de formation continue Mohammedia 16/o2/12 Pr Benjelloun Dakhama BS Rabat Affections respiratoires Mécanisme de défense des voies aériennes Appareil mucociliaire

Plus en détail

La vaccination, une bonne protection

La vaccination, une bonne protection Vaccin contre l hépatite A et l hépatite B La personne qui reçoit ce vaccin se protège contre l hépatite A, l hépatite B et leurs complications. L hépatite A et l hépatite B sont des infections du foie

Plus en détail

La vaccination chez l enfant

La vaccination chez l enfant Conseil santé La vaccination chez l enfant www.omnimut.be La vaccination chez l enfant La vaccination chez l enfant Nous ne les voyons pas, mais ils sont bien là! De nombreux virus et bactéries peuvent

Plus en détail

GUIDE DE PRATIQUE PROFESSIONNELLE

GUIDE DE PRATIQUE PROFESSIONNELLE GUIDE DE PRATIQUE PROFESSIONNELLE RETRAIT PRÉVENTIF DE LA TRAVAILLEUSE ENCEINTE La coqueluche COMITÉ MÉDICAL PROVINCIAL EN SANTÉ AU TRAVAIL DU QUÉBEC Adopté le 26 mars 1998 Guide de pratique élaboré à

Plus en détail

Collectivités de jeunes enfants et maladies

Collectivités de jeunes enfants et maladies Guide pratique Collectivités de jeunes enfants et maladies infectieuses 2009 Avant-propos Ce guide est le fruit d une collaboration entre le Ministère de la Santé, la Société Française de Pédiatrie et

Plus en détail

Ces éruptions de l enfant que l on rencontre aussi chez l adulte

Ces éruptions de l enfant que l on rencontre aussi chez l adulte 12 èmes Rendez-Vous de l Urgence Jeudi 26 novembre 2009 Ces éruptions de l enfant que l on rencontre aussi chez l adulte ou La guerre des boutons Dr Laurent CROCE Praticien Contractuel Urgences Médicales

Plus en détail

«Rougeole et rubéole congénitale : plan d élimination et nouvelles recommandations»

«Rougeole et rubéole congénitale : plan d élimination et nouvelles recommandations» Direction générale de la Santé «Rougeole et rubéole congénitale : plan d élimination et nouvelles recommandations» Information presse 1 Sommaire La rougeole...3 Epidémiologie de la rougeole et de la rubéole

Plus en détail

Prévention des maladies

Prévention des maladies Prévention des maladies 410, rue Buller Woodstock (Ontario) N4S 4N2 Tél. : 519 539-9800 Téléc. : 519 539-6206 99, rue Edward St.Thomas (Ontario) N5P 1Y8 Tél. : 519 631-9900 Téléc. : 519 633-0468 50, rue

Plus en détail

Les manifestations la grippe

Les manifestations la grippe Les manifestations la grippe Les manifestations de la grippe sont assez caractéristiques: Un début souvent brutal Le début de la grippe est le plus souvent brutal, apparaissent ainsi: Courbatures, Douleurs

Plus en détail

VOUS ÊTES MÉDECIN GÉNÉRALISTE. ON VOUS APPORTE LES CARNETS DE VACCINATION D UNE

VOUS ÊTES MÉDECIN GÉNÉRALISTE. ON VOUS APPORTE LES CARNETS DE VACCINATION D UNE CAS CLINIQUE N 2 VOUS ÊTES MÉDECIN GÉNÉRALISTE. ON VOUS APPORTE LES CARNETS DE VACCINATION D UNE FAMILLE DE 5 : MÈRE ASSISTANTE DE DIRECTION / PÈRE STEWARD AIR FRANCE, LONGS COURRIERS CARAÏBES. 3 ENFANTS

Plus en détail

Grippe et grossesse. Delphine Le Mercier maternité Caroline Charlier maladie infectieuse NEM 2014

Grippe et grossesse. Delphine Le Mercier maternité Caroline Charlier maladie infectieuse NEM 2014 Grippe et grossesse Delphine Le Mercier maternité Caroline Charlier maladie infectieuse NEM 2014 3 questions Quels sont les facteurs de risques de grippe grave chez la femme enceinte? A quel(s) trimestre(s)

Plus en détail

La varicelle et le zona sont dus au même virus. La varicelle est le plus souvent bénigne et touche les enfants. Le zona peut se compliquer de

La varicelle et le zona sont dus au même virus. La varicelle est le plus souvent bénigne et touche les enfants. Le zona peut se compliquer de La varicelle et le zona sont dus au même virus. La varicelle est le plus souvent bénigne et touche les enfants. Le zona peut se compliquer de douleurs rebelles et sa fréquence augmente avec l âge après

Plus en détail

Module 7 - Edition 2008 - Item 77 page 1 Copyright CMIT ITEM N 77 : ANGINES ET RHINOPHARYNGITES DE L ENFANT ET DE L ADULTE OBJECTIFS TERMINAUX

Module 7 - Edition 2008 - Item 77 page 1 Copyright CMIT ITEM N 77 : ANGINES ET RHINOPHARYNGITES DE L ENFANT ET DE L ADULTE OBJECTIFS TERMINAUX Module 7 - Edition 2008 - Item 77 page 1 ITEM N 77 : ANGINES ET RHINOPHARYNGITES DE L ENFANT ET DE L ADULTE OBJECTIFS TERMINAUX I. Diagnostiquer une angine et une rhinopharyngite II. Argumenter l attitude

Plus en détail

Je travaille en EHPAD, j ai 7 bonnes raisons pour me faire vacciner contre la grippe saisonnière

Je travaille en EHPAD, j ai 7 bonnes raisons pour me faire vacciner contre la grippe saisonnière Je travaille en EHPAD, j ai 7 bonnes raisons pour me faire vacciner contre la grippe saisonnière 1. Je veux me protéger efficacement de la grippe La grippe n est pas un simple rhume. Fièvre soudaine, toux

Plus en détail

LA GRIPPE A H1N1v. Ce que doivent savoir les obstétriciens

LA GRIPPE A H1N1v. Ce que doivent savoir les obstétriciens LA GRIPPE A H1N1v Ce que doivent savoir les obstétriciens EPIDÉMIOLOGIE LA PANDÉMIE EN FRANCE La dynamique de l épidémie n est pas prévisible Les épidémiologistes et virologues estiment qu il y aurait

Plus en détail

ITEM 94 : MALADIES ERUPTIVES DE L ENFANT. CLINIQUE

ITEM 94 : MALADIES ERUPTIVES DE L ENFANT. CLINIQUE ITEM 94 : MALADIES ERUPTIVES DE L ENFANT. CLINIQUE Terrain Anamnèse Examen dermato Signes de gravité Signes associés - Enfant d âge scolaire - ATCD de maladie éruptive Vaccination à jour Carnet de santé

Plus en détail

La grippe en 2011 : questions et réponses

La grippe en 2011 : questions et réponses La grippe en 2011 : questions et réponses 1. Pourquoi vacciner contre la grippe? La vaccination est la seule manière de se protéger contre la grippe, et surtout contre ses complications. La grippe est

Plus en détail

La rougeole : La vaccination pour vaincre le retour

La rougeole : La vaccination pour vaincre le retour La rougeole : La vaccination pour vaincre le retour Centre International de Vaccination Service Universitaire de Maladies Infectieuses et du voyageur XVIII ème Journée Régionale de Pathologie Infectieuse

Plus en détail

Vaccins, grossesse et allaitement: quelles données de tolérance?

Vaccins, grossesse et allaitement: quelles données de tolérance? Vaccins, grossesse et allaitement: quelles données de tolérance? Dr Elisabeth Elefant, Dr Catherine Vauzelle Centre de Référence sur les Agents Tératogènes (CRAT) Hôpital Armand Trousseau, Paris www.lecrat.org

Plus en détail

Etes-vous vacciné? La rougeole oblige à rester à la maison. www.stoprougeole.ch

Etes-vous vacciné? La rougeole oblige à rester à la maison. www.stoprougeole.ch Etes-vous vacciné? La rougeole oblige à rester à la maison. www.stoprougeole.ch 0844 448 448 La rougeole oblige à rester à la maison. www.stoprougeole.ch Eliminer la rougeole un objectif international

Plus en détail

Explications des réponses

Explications des réponses Explications des réponses Explications des réponses Question 1 : Un vaccin, c est... (information adaptée de l ouvrage Avoir la piqûre pour la santé de votre enfant, 3e édition, page 10) La vaccination

Plus en détail

Maladies d enfance. Ce que vous devez savoir et ce que vous pouvez faire.

Maladies d enfance. Ce que vous devez savoir et ce que vous pouvez faire. Maladies d enfance Ce que vous devez savoir et ce que vous pouvez faire. Contenu De quoi s agit-il? p 1 Comment peut-on y remédier? p 2 Ces maladies sont-elles évitables? p 3 L entourage peut-il être protégé?

Plus en détail

Prends bien soin de moi...

Prends bien soin de moi... Réalisé par : La Direction de santé publique de Lanaudière Prends bien soin de moi... Vaccine-moi! édition 204 Document d informations pour les parents Prends bien soin de moi... Vaccine-moi! édition 204

Plus en détail

Coqueluche. Paracoqueluche

Coqueluche. Paracoqueluche CCDM19 : P. Duclos, S. Halperin CCDM18 : P. Duclos 1. Identification Coqueluche Paracoqueluche CIM-9 033.1 ; CIM-10 A37.1 (Croup) Infection bactérienne aigüe du système respiratoire due à Bordetella pertussis.

Plus en détail

UNICEF/97-0627/Lemoyne

UNICEF/97-0627/Lemoyne UNICEF/97-0627/Lemoyne Pourquoi il est important de communiquer et d utiliser les informations sur LA VACCINATION La vaccination Chaque année, 1,7 million d enfants meurent de maladies qui auraient pu

Plus en détail

Infections virales materno-foetales. Infections congénitales

Infections virales materno-foetales. Infections congénitales Infections virales materno-foetales Infections congénitales Le virus de la rubéole Famille : Togaviridae Genre : Rubivirus Espèce : Rubella virus Génome ARNsb(+) Capside icosaédrique 60-70 nm Virus enveloppé

Plus en détail

Varicelle. Cause : Épidémiologie :

Varicelle. Cause : Épidémiologie : Varicelle La varicelle classique sous sa forme de maladie infantile éruptive fréquente, en milieu tempéré, touche plus tardivement l'adulte en milieu tropical où elle est tout aussi caractérisée par sa

Plus en détail

Prise en charge de la Vaccination de l adulte par le médecin généraliste. Dr Fatima Zohra MCHICH ALAMI

Prise en charge de la Vaccination de l adulte par le médecin généraliste. Dr Fatima Zohra MCHICH ALAMI Prise en charge de la Vaccination de l adulte par le médecin généraliste Dr Fatima Zohra MCHICH ALAMI FMPR, Rabat le 23.10.2010 Les mesures de prévention concernent la population dans son ensemble en se

Plus en détail

CONSULAT GENERAL DE FRANCE A TANANARIVE INFORMATIONS SANITAIRES GRIPPE A, CHIKUNGUNYA ET DENGUE

CONSULAT GENERAL DE FRANCE A TANANARIVE INFORMATIONS SANITAIRES GRIPPE A, CHIKUNGUNYA ET DENGUE CONSULAT GENERAL DE FRANCE A TANANARIVE INFORMATIONS SANITAIRES GRIPPE A, CHIKUNGUNYA ET DENGUE 1 INFORMATIONS SUR PANDEMIE GRIPPALE Une pandémie grippale frappe le monde depuis quelques semaines. Il s

Plus en détail

EPU Association Médicale du Val de Loire Le 29 janvier 2009

EPU Association Médicale du Val de Loire Le 29 janvier 2009 EPU Association Médicale du Val de Loire Le 29 janvier 2009 Alain Gravier, Gilles Ollagnon, Anne Iordanoff Coqueluche Bordetella pertussis (OMS : 300.000 décès dans monde), strictement humaine, transmission

Plus en détail

Coqueluche : données épidémiologiques et modalités diagnostiques

Coqueluche : données épidémiologiques et modalités diagnostiques Coqueluche : données épidémiologiques et modalités diagnostiques Emmanuel Belchior*, Département des Maladies Infectieuses Congrès des Sociétés médico-chirurgicales de Pédiatrie Samedi 9 juin 2012, Palais

Plus en détail

Module 7 - Edition 2008 - Item 84 page 1 Copyright CMIT ITEM N 84 : INFECTIONS A HERPES VIRUS DE L ENFANT ET DE L ADULTE IMMUNOCOMPETENTS

Module 7 - Edition 2008 - Item 84 page 1 Copyright CMIT ITEM N 84 : INFECTIONS A HERPES VIRUS DE L ENFANT ET DE L ADULTE IMMUNOCOMPETENTS Module 7 - Edition 2008 - Item 84 page 1 ITEM N 84 : INFECTIONS A HERPES VIRUS DE L ENFANT ET DE L ADULTE IMMUNOCOMPETENTS OBJECTIFS TERMINAUX I. Diagnostiquer et traiter une poussée d herpès cutané et

Plus en détail

Question n 1 : Vous travailliez en soins de longue durée et ce matin il vous est proposé de vous vacciner contre la grippe, que faites-vous?

Question n 1 : Vous travailliez en soins de longue durée et ce matin il vous est proposé de vous vacciner contre la grippe, que faites-vous? Question n 1 : Vous travailliez en soins de longue durée et ce matin il vous est proposé de vous vacciner contre la grippe, que faites-vous? Vous refusez à cause des effets secondaires Explications : En

Plus en détail

Mme R début février toux banale avec épisodes irréguliers Fin février persistance d une toux à prédominance nocturne non insomniante Apyrétique, SpO2

Mme R début février toux banale avec épisodes irréguliers Fin février persistance d une toux à prédominance nocturne non insomniante Apyrétique, SpO2 Mme R début février toux banale avec épisodes irréguliers Fin février persistance d une toux à prédominance nocturne non insomniante Apyrétique, SpO2 97% en AA, pas de dyspnée. Entre autres: coqueluche

Plus en détail

Grippe (82) Association des Professeurs de Pathologie Infectieuse et Tropicale Juin 2003

Grippe (82) Association des Professeurs de Pathologie Infectieuse et Tropicale Juin 2003 Pré-Requis : Corpus Médical Faculté de Médecine de Grenoble Grippe (82) Association des Professeurs de Pathologie Infectieuse et Tropicale Juin 2003 Cours de bactériologie et virologie du PCEM Résumé :

Plus en détail

LES VIROSES GRAVES. JP STAHL Infectiologie CHU de Grenoble

LES VIROSES GRAVES. JP STAHL Infectiologie CHU de Grenoble LES VIROSES GRAVES JP STAHL Infectiologie CHU de Grenoble Une histoire clinique Jeune homme de 16 ans Angine érythémateuse, survenue brutale Adénopathies cervicales et sousmentonnières, non douloureuses,

Plus en détail

Protégeons-nous ensemble!

Protégeons-nous ensemble! Grippe saisonnière. Protégeons-nous ensemble! Informations importantes pour vous et votre famille. www.sevaccinercontrelagrippe.ch www.ofsp.admin.ch B C Qu est-ce que la grippe saisonnière et quels en

Plus en détail

Rougeole, Oreillons Rubéole et Coqueluche

Rougeole, Oreillons Rubéole et Coqueluche Rougeole, Oreillons Rubéole et Coqueluche Comment protéger vos enfants? La seule protection efficace : la vaccination R.O.R COQUELUCHE ANNUAIRE Livret élaboré en partenariat avec : Conseil Général du Loir-et-Cher

Plus en détail

Vaccination des enfants et des adolescents

Vaccination des enfants et des adolescents Information letter from the Norwegian Institute of Public Health No. 3 National vaccination programme in Norway French Last updated May 2010 www.fhi.no/publ/infoletter Vaccination des enfants et des adolescents

Plus en détail