2012, coup de froid sur les TPE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "2012, coup de froid sur les TPE"

Transcription

1 Chiffres ET COMMENTAIRES Collection de la France des TPE Cahier n 19, octobre , coup de froid sur les TPE Activité : +,5% Résultat : -2,5% ZOOM SUR LES CAFÉS, HÔTELS, RESTAURANTS Un secteur au régime p.8 75 PROFESSIONS DU COMMERCE ET DE L ARTISANAT EN FRANCE 75 PROFESSIONS DU COMMERCE ET DE L ARTISANAT EN FRANCE

2 Chiffres ET COMMENTAIRES Édito La Commission des Etudes Economiques a validé les données statistiques d une population de près de 21 entreprises portant sur les exercices clos en 212. Cette validation a permis d analyser 75 professions réparties au sein de 11 secteurs d activité, objet de cette 19 ème édition. Ce millésime intègre un zoom sur un secteur d activité, cette année nous avons retenu les s-hôtels-restaurants. Après deux années d embellie en 21 et 211 durant lesquelles les chiffres d affaires ont augmenté respectivement de,9% et 2,6% et les résultats courants de 2,1% et 2,3%, l activité des TPE stagne en 212. Leur rentabilité, quant à elle, se dégrade de 2,5%. Ces indicateurs rappellent les chiffres constatés en 28 et 29. Pour la deuxième année consécutive, les investissements et l endettement sont à la baisse, -1,2% et -6,5%. Cette constatation montre l inquiétude des chefs d entreprise vis-à-vis de l avenir. Ce manque de confiance est préoccupant pour rester compétitif et se positionner dans l optique d une reprise de l activité économique. Même si les tendances du premier semestre 213 ne laissent pas entrevoir d amélioration de l activité, la force des TPE réside dans leur réactivité et leur adaptabilité à l environnement. Dans ce contexte, les Centres de Gestion Agréés de notre réseau demeurent des partenaires privilégiés des TPE et restent mobilisés pour les accompagner. Christiane Company Présidente Cette 19 ème édition présente les indicateurs statistiques sur l évolution économique de près de 21 TPE adhérentes des CGA membres du réseau FCGA/ANPRECEGA. Ces résultats sont calculés à partir des déclarations fiscales 212. Les 75 professions de cette étude sont regroupées en 11 secteurs d activité. Ces professions, parmi les mieux représentées au sein des Centres de Gestion Agréés, font l objet d une analyse des principaux indicateurs économiques, permettant ainsi de positionner les TPE dans leur environnement. Si ces résultats traduisent des tendances bien réelles, ils ne doivent en aucun cas être considérés comme des normes professionnelles. Par convention, le résultat courant brut est considéré comme la rémunération brute avant impôt du chef d'entreprise, c'est-à-dire son revenu disponible plus ses cotisations sociales. Le SMIC annuel brut, arrondi à 16 5, a été retenu comme indicateur d appréciation du résultat courant brut. Son montant a été conservé à son niveau de 211. À l aide de ce critère, il est possible de classer et de compter les effectifs d entreprises appartenant aux quatre tranches suivantes de résultat courant brut : RC inférieur à 16 5, RC compris entre 16 5 et 33, RC compris entre 33 et 49 5, RC supérieur à Les variations des indices de prix retenues sont celles publiées par l INSEE. Références à retrouver sur le site INSEE : "Informations Rapides" janvier 213, prix à la consommation, en moyenne annuelle 211 et 212. Pour le secteur du bâtiment, c est la variation annuelle de la moyenne associée à l indice du coût de la construction qui est reprise. La moyenne associée est la moyenne arithmétique de l indice du coût de la construction des quatre trimestres 212 par rapport aux quatre trimestres 211. Les abréviations : CA : Chiffre d affaires CP : CAF : Capacité d autofinancement MB : Marge brute EBE : Excédent brut d exploitation VA : RC : Résultat courant TPE : Très petite entreprise Chiffres et commentaires Cahier n 19 - Octobre 213 Collection de la France des TPE Réalisé par : La Fédération des Centres de Gestion Agréés, FCGA, 2 rue Meissonier, 7517 Paris avec la participation de : L Association Nationale des Directeurs de Centres et Associations agréés, ANPRECEGA Directeur de la publication : Christiane Company, FCGA Directeurs délégués de la publication : Yves Marmont, FCGA Jean-Florin, ANPRECEGA. Directeur de la rédaction : Yves Granier, CGA des Hauts de France. Comité de rédaction : Nathalie Azmi, OGA Atlantic ; Marianne Baufle, CRGA Franche-Comté ; Marie- Dominique Celin, CGA Cornouailles ; Patrick Chauvigné, Centre Anjou Gestion ; Marie-Line Dufourg, CGA Libourne ; Jean Florin, CGA Côtes d'armor ; Yves Granier, CGA des Hauts de France ; Xavier Hebrard, CGA Landes de Gascogne; Christine Lasne, CGA des Hauts de France ; Hélène Livet, CRGA Franche- Comté ; Jocelyne Loré, CGAIBA ; Vincent Mémin, CGA Charente-Maritime. Comité de validation des données : Véronique Bertrand, CGA79 ; Marie-Line Dufourg, CGA Libourne ; Jean Florin, Lille - Palais de la bourse INFOS PRATIQUES NOTES TECHNIQUES CGA Côtes d'armor ; Yves Granier, CGA des Hauts de France ; Christine Lasne, CGA des Hauts de France ; Yves Marmont, FCGA ; Martine Samat, CGA des Bouches du Rhône. Participation pour les témoignages : Yves Granier, CGA des Hauts de France; Brigitte Lemeillet, CGALA. Traitement informatique : Alain Blaizeau, SAS Adeline. Conception-maquette : Nathalie Azmi, OGA Atlantic. Impression : Imp. julien-jopub (62). Édition : SAS CGA Diffusion, 2 rue Meissonier, 7517 Paris, Tél ISSN : X - Cahier annuel, prix : 45 TTC.

3 SOMMAIRE 4 ENSEMBLE ET SECTEURS D'ACTIVITÉ 212, coup de froid sur les TPE -2,5%* 8 ZOOM SUR LES CAFÉS-HÔTELS, RESTAURANTS Au régime! 1 COMMERCE DE DÉTAIL ALIMENTAIRE -1,5%* Boucherie : Petite bouchée Boucherie-Charcuterie : Plus maigre Charcuterie : Dégraissée Boulangerie-Pâtisserie : Ne lève pas toujours Pâtisserie : Encore léger Alimentation générale : À la diète Supérettes : Petit régime Fruits et légumes : Bonne récolte Crémerie : Beau plateau Poissonnerie : En eau calme 15 ÉQUIPEMENT DE LA PERSONNE Maroquinerie : Retournée Prêt-à-porter : Taille XS Chaussures : Débottée Lingerie féminine : Déshabillée Mercerie : Maille à l'envers Horlogerie-Bijouterie : Faux mouvement 18 ÉQUIPEMENT DE LA MAISON Antiquités, brocante : En rénovation Cadeaux, souvenirs : Pas de cadeau Ébénisterie, rénovation de meubles : Bancal Tapisserie, décoration : Chute Électroménager, radio, TV, Hifi : Baisse de garantie Fleurs : Fané 21 BEAUTÉ-ESTHÉTIQUE Salon de coiffure : Décoloré Coiffure à domicile : Mini vague Esthétique : Blafard Parfumerie, Produits de beauté : Éventé Esthétique et Parfumerie : Flétri 23 CULTURE ET LOISIRS Articles de pêche et de chasse : Pas de remous Articles de sport : Petites foulées Commerce et rép. de cycles et de scooters : Descente dangereuse Librairie, papeterie, presse : Un sang d'encre Studio photographique : Mauvais tirage Tabac, jeux, journaux : Fumée à l'horizon * évolution des résultats courants 212/211-5,9%* -4,%* -5,4%* -2,3%* -,4%* 26 CAFÉ-HÔTELLERIE-RESTAURATION -5,9%* -tabac, jeux, journaux : "Dé-pression" -jeux : Petit jeu Hôtel sans restaurant : Mauvaise nuit Hôtel-Restaurant : Déclassé Hôtellerie de plein air : Reflux Brasserie : Tiède -Restaurant : Au bouillon Crêperie : Pâte à tra! Pizzeria : Va piano Restaurant : A couvert! Restauration rapide : Un petit creux 32 SANTÉ Pharmacie : Enrhumée Optique, lunetterie : Flou Prothésiste dentaire : Crispé 33 SERVICES Cordonnerie : À petits pas Imprimerie : Plus d'encre Marbrerie funéraire : Bien poli Signalétique : En berne Agence immobilière : À l arrêt. Blanchisserie, pressing : Ça chauffe Toilettage d animaux : Coupé court Entreprise de nettoyage : Sans tâche 37 AUTO-MOTO Carrosserie automobile : Mal lustré Garage : En panne Garage, VO-VN : Malus Garage, VO-VN, carburant : Gros bouchon Commerce et réparation de motos : Calé 4 TRANSPORTS -4,9%* Ambulance : En forme Transport de marchandises : Ça roule toujours! Messagerie, fret express : Toujours plus chargé Taxi : Express haut! 42 BÂTIMENT Couverture : Pire hit! Charpente : Ça craque Maçonnerie : Au pied du mur Terrassement, travaux publics : Sol meuble Électricité générale : Coupure Plomberie, chauffage, sanitaire : Plombée... Menuiserie : Ça dévisse Serrurerie, métallerie : Ça coince Peinture : Pas brillant Plâtrerie, staff, décoration : Petite année Revêtement sols, murs, carrelage : Glissade -3,1%* -5,3%* -1,5%* -2,5%* Chiffres et commentaires - Octobre n 19

4 ENSEMBLE ET SECTEURS D ACTIVITÉ ENSEMBLE CA : +,5% 212, coup de froid sur les TPE RC : -2,5% En 212, l économie française fait du surplace. Le produit intérieur brut stagne, il avait progressé de 2% en 211 et de 1,7% en 21. Les indicateurs macro-économiques sont dans le rouge. Les entreprises ont réduit leurs investissements, ont déstocké et voient leur taux de marge s affaiblir. Quant aux ménages, leur pouvoir d achat et leur consommation baissent. Selon l Insee, la perte du pouvoir d achat est de l ordre de,9% alors qu il avait augmenté de,7% en 211. Si l on tient compte de la croissance de la population, le repli par personne est de 1,5% alors qu il y avait stabilité en 211. Les dépenses de consommation des ménages diminuent en 212 de,4% en euros constants après une hausse modérée de,4% en 211. C est seulement la deuxième baisse depuis l après-guerre faisant suite à celle de 1993 (-,2%). La hausse des prix entre 211 et 212 est de 2,%. Elle était de 2,1% sur la période précédente. A l instar de la conjoncture de 29, les entreprises du commerce, de l artisanat et des services ressentent nettement l impact de cette mauvaise tendance économique. Sur la base d un fichier de plus de 2 entreprises, le chiffre d affaires des TPE adhérentes au réseau des CGA ne progresse que de,5% en 212 alors que l année 211 était bien orientée avec une hausse d activité de 2,6%. La valeur dégagée par ces TPE décroît de,1% contre une progression de 2,4% en 211. Évolution des ratios économiques 212/211 en K ÉVOLUTION DES CHIFFRES D AFFAIRES Commerce Alimentaire personne maison Santé Beauté, Culture & esthétique Loisirs hôtellerie restauration ÉVOLUTION DES RÉSULTATS COURANTS Commerce Alimentaire 1,5% -1,1% -2,1% -1,5% -4,% -5,4% personne maison Santé -,1% -,4% -,6% Beauté, Culture & esthétique Loisirs -1,5% -,6% hôtellerie restauration Chiffres clés Nombre d adhérents 24 Chiffre d affaires moyen 266 K Résultat courant moyen net 35 K Résultat courant moyen brut 49 K Indice des prix +2,% -,1% Auto, moto Auto, moto Transports Transports ,4% -,2%,1% Bâtiment Bâtiment Services - 2,3% -,4% -5,9% -5,3% -1,5% -4,9% -3,1% Services ,5% Chiffres d'affaires,7% Marge brute -,1% 3,1% ,3% -2,5% EBE brut RC brut ÉVOLUTION DES FRAIS DE PERSONNEL 15 2,8% Enfin, la rentabilité est fortement affectée. Le résultat courant brut moyen des TPE de l étude chute de 2,5%, contre une hausse de 2,3% en 211. Chiffres et commentaires - Octobre n ,9% Commerce Alimentaire personne 2,1%,6% maison Santé -,1% 4,% 2,3% 2,6% Beauté, Culture & esthétique Loisirs hôtellerie restauration Auto, moto Transports 6,6% 3,2% 5,2% Bâtiment Services

5 ENSEMBLE ET SECTEURS D ACTIVITÉ ET SECTEURS... Tous les secteurs professionnels n affichent pas les mêmes performances. Au niveau de l activité, seuls trois secteurs sur onze ont un chiffre d affaires moyen en hausse dont deux nettement positifs. Ainsi, c est le secteur des transports qui tire la tendance avec 2,4% de hausse, suivi du secteur alimentaire, +1,5%. Derrière, les services maintiennent tout juste l activité, +,1%. Les huit autres secteurs enregistrent des variations de chiffre d affaires négatives. Trois d entre eux sont proches de la stabilité. Les secteurs santé et auto-moto ne baissent que de,1% et le bâtiment perd,2%. Deux secteurs sont à la peine, -,6% de chiffre d affaires, la beautéesthétique et les cafés-hôtels-restaurants. Ces derniers étaient à +2,3% en 211. Deux autres secteurs souffrent de la conjoncture, l équipement de la personne, -1,1% et culture-loisirs en retrait de 1,5%. C est l équipement de la maison qui décroche nettement avec un chiffre d affaires en baisse de 2,1%. A cette mauvaise orientation de l activité s ajoute une rentabilité nettement en retrait. La structure de cette rentabilité se déforme. Le niveau de marge brute évolue peu, +,7% contre +3,% en 211, les frais de progressent de 3,1% après +4,% en 211. Ainsi, le résultat courant brut moyen affiche une performance globale en recul de 2,5%. Si d un secteur à l autre les performances sont contrastées, toutes sont négatives s échelonnant de -,4% à -5,9%. Ce sont les secteurs santé et culture-loisirs qui résistent le mieux avec -,4% de variation de résultat. Les professionnels de l alimentaire voient leur profit brut reculer de 1,5%. Même score pour le secteur transport qui pourtant avait une bonne progression d activité, +2,4%. Les secteurs de la beauté esthétique et des services divers abandonnent respectivement 2,3% et 3,1%. Le bâtiment enregistre, comme en 29, un très fort recul de sa rentabilité, -4,9%. Le secteur auto-moto ne va pas bien avec un résultat en baisse de 5,3%, de même pour l équipement de la maison, -5,4%. Les cafés-hôtels-restaurants ferment la marche en perdant 5,9% de rentabilité en en K Évolution des ratios financiers 212/211-1,5% 1,4% -1,2% ,5% CAF brute Prélèvements Investissements Endettement En cette période difficile, les chefs d entreprises des TPE étudiées ont vu leur capacité d autofinancement brut se contracter de 1,5%. Ils continuent de peu investir et de se désendetter ÉVOLUTION DE LA CAPACITÉ D AUTOFINANCEMENT -2,4% -4,4% -6,6% Commerce Alimentaire ÉVOLUTION DES PRÉLÈVEMENTS Commerce Alimentaire -2,6% -1,1% - 2,% -1,% -12,2% -6,3% 2,5% 5,2% -7,8% -4,% ÉVOLUTION DE L INVESTISSEMENT Commerce Alimentaire -12,6% -1,4% -9,5% -8,6% ,8% -5,1% -6,4%,3% -5,8% -2,7% ,4% 4,3% -4,% -4,3% 2,8% -1,2% -4,7% -12,7% -7,1% ÉVOLUTION DE L ENDETTEMENT Commerce Alimentaire personne personne personne personne maison maison maison maison Santé Santé Santé Santé Beauté, Culture & esthétique Loisirs Beauté, Culture & esthétique Loisirs Beauté, Culture & esthétique Loisirs hôtellerie restauration hôtellerie restauration -7,9% hôtellerie restauration Auto, moto Auto, moto -2,7% Auto, moto Transports Transports -,6% Transports Bâtiment Bâtiment -8,% Bâtiment Services Services 11,2% Services -14,4% -12,3% -5,6% -4,% -7,3% -13,8% -5,1% Beauté, Culture & esthétique Loisirs hôtellerie restauration Auto, moto Transports Bâtiment Services Chiffres et commentaires - Octobre n 19 5

6 CLASSEMENT DES RÉSULTATS COURANTS 6 GROS PLAN SUR LE RÉSULTAT COURANT moyen brut, c'est-à-dire avant versement des cotisations sociales dues par le chef d'entreprise, est de 49 en 212 contre 5 en 211. Hors le secteur santé, ce résultat est de 41. Toutes entreprises de l'étude confondues, la distribution des revenus est présentée en fonction du SMIC annuel brut, arrondi à La proportion d'entreprises gagnant moins du SMIC brut est de 17%. Entre 16 5 et 33 se situent 32% des TPE. La tranche suivante, entre 33 et 49 5, compte 21% de l'effectif. La tranche la plus haute, celle supérieure à trois fois le SMIC brut compte 3% des entreprises. Répartition des entreprises par tranche de résultats courants 212 3% 21% 17% 32% Classement du résultat courant par profession. L'analyse du classement des professions se fait à l'aide de quatre tranches de résultat courant brut. La première tranche est bornée à deux fois le SMIC annuel brut. La suivante va de 33 à La troisième va de à 49 5 et la dernière dénombre les professions dont le résultat courant brut moyen dépasse les Parmi les 77 professions présentées, elles sont 16 à dégager un bénéfice brut supérieur à 49 5 en 212. Les professionnels de santé côtoient les ambulanciers et taxiambulances, les cafés-tabacs-jeux-journaux, les bouchers-charcutiers, les agences immobilières ou encore les couvreurs et les entreprises de nettoyage. La tranche suivante, de à 49 5, se trouvent 23 professions dont les boulangerspâtissiers, les maçons, les crêperies, les menuisiers, l'hôtellerie de plein air et les poissonniers. Le troisième groupe dénombre 17 professions allant des hôtels-restaurants aux fruits et légumes accompagnés des électriciens ou encore des chausseurs, et des imprimeurs. La dernière tranche de ce classement regroupe 21 activités professionnelles, contre 17 en 211, dont les revenus sont inférieurs à 33. Les antiquaires, les ébénistes, les tapissiers-décorateurs en font toujours partie. De même, les salons de coiffure, les fleuristes, les taxis y sont recensés avec l'alimentation générale, l'esthétique, les studios-photos, la cordonnerie ou encore les pressings. Chiffres et commentaires - Octobre n 19 < 16 5 de 16,5 à 33 de 33 à 49 5 > 49 5 En tête, les professionnels de la santé... LES 16 PROFESSIONS QUI GAGNENT PLUS DE 49 5 brut Pharmacie Optique, lunetterie Ambulance et taxi-amb. Prothésiste dentaire -tabac, jeux, j aux Tabac, journaux, jeux Marbrerie funéraire Boucherie-charcuterie LES 23 PROFESSIONS QUI GAGNENT ENTRE 49 5 ET brut Serrurerie-métallerie Garage, VO-VN, carb ant Boulangerie-pâtisserie Charpente Hôtellerie de plein air Garage-VO-VN Plomberie-chauffage Maçonnerie Brasserie Station-service Pâtisserie Crêperie LES 17 PROFESSIONS QUI GAGNENT ENTRE ET 33 brut Pâtrerie-staff-déco. Électricité générale Maroquinerie Peinture Hôtel-restaurant Signalétique Chaussures Imprimerie Messagerie, fret LES 21 PROFESSIONS QUI GAGNENT MOINS DE 33 brut Prêt-à-porter Cycles et scooters Électroménager, radio, TV, hifi Cordonnerie Commerce de motos- rép. Taxi Alimentation Restauration rapide Studio photographique Ébénisterie Antiquités, brocante Boucherie Agence immobilière Hôtel sans restaurant Couverture Entreprise de nettoyage Horlogerie, bijouterie Supérettes Charcuterie Terrassements-TP Librairie, pap., presse Carrosserie Poissonnerie Restaurant Garage Crèmerie Transport march. Pizzzéria Carrelage Menuiserie -restaurant Parfumerie, P dts de beauté Articles de sport Articles de chasse-pêche, jeux Fruits et légumes Lingerie féminine Rép. app. électroménagers Fleurs Cadeaux, souvenirs Tapisserie, décoration Salon de coiffure Esthétique, parfumerie Blanchisserie, pressing Esthétique Mercerie Toilettage animaux Coiffure à domicile

7 ENSEMBLE ET SECTEURS D ACTIVITÉ Évolution du chiffre d affaires et du résultat courant 212/211 CA : +,5% RC : -2,5% DÉTAIL ALIMENTAIRE Boucherie Boucherie-Charcuterie Charcuterie Boulangerie-Pâtisserie Pâtisserie Alimentation générale Supérettes Fruits et légumes Crémerie Poissonnerie ÉQUIP T DE LA PERSONNE Maroquinerie Prêt-à-porter Chaussures Lingerie féminine Mercerie Horlogerie-Bijouterie ÉQUIP T DE LA MAISON Antiquités, brocante Cadeaux, souvenirs Ébénisterie Tapisserie-décoration Électroménager, TV, Hifi Fleurs BEAUTÉ-ESTHÉTIQUE Salon de coiffure Coiffure à domicile Esthétique Parfumerie, produits de beauté Esthétique et parfumerie CULTURE ET LOISIRS Articles de pêche et de chasse Articles de sport Commerce de cycles Librairie, papeterie, presse Studio photographique Tabac, journaux, jeux 212 CA RC +1,5% -1,5% +2,1% -1,9% +1,5% -2,6% +1,6% -3,5% +1,5% -1,3% +2,% -,6% +,% -3,1% +1,1% -1,9% +2,3% +1,% +1,3% +,7% +1,3% +,2% -1,1% -4,% +,3% -5,6% -2,5% -5,9% +,1% -3,9% -1,6% -5,3% +,% -,9% +1,4% -1,1% -2,1% -5,4% -,5% +1,7% -2,1% -5,9% +,9% -1,8% -1,8% -4,9% -12,7% -21,8% -1,4% -5,6% -,6% -2,3% -,7% -1,9% +,1% -,2% -,6% -3,3% +,3% -9,3% -1,2% -6,2% -1,5% -,4% -,6% -,4% +1,5% -2,3% -3,1% -4,8% -3,1% -,3% -3,7% -3,5% -1,6% -,9% 211 CA RC +1,5% -1,1% +1,6% +1,8% +1,2% +1,6% +1,7% -,8% +2,5% +,8% +2,4% +3,9% +2,4% -,8% +2,1% +1,% +,3% +3,9% +,2% +,% -1,8% -2,5% -2,8% -2,1% -4,6% +,9% +2,8% +3,2% +,6% -,2% +3,1% -3,% +1,2% +2,6% +1,3% +6,4% +,2% -1,% +,7% +,2% +4,% +4,3% -2,9% +,2% +,2% +,7% +1,7% +1,3% +1,1% +2,7% +,9% -1,% -1,8% -4,1% +,1% -2,2% -1,5% +1,9% +6,1% -6,2% -1,3% +,5% -,3% -,3% +,2% -,4% +,4% +,3% -,2% +,1% +1,9% -9,1% -2,8% -2,3% -3,5% +2,2% SANTÉ Pharmacie Prothésiste dentaire Optique, lunetterie SERVICES DIVERS Cordonnerie Imprimerie Marbrerie funéraire Signalétique Agence immobilière Entreprise de nettoyage Blanchisserie, pressing Toilettage d animaux AUTO-MOTO Carrosserie automobile Commerce et réparation de motos Garage Garage, VO-VN Garage, VO-VN, carburant TRANSPORTS Ambulances Transports de marchandises Messagerie, fret express Taxi -,1% -,4% -,2% -,4% +,3% -1,7% +,9% -,8% +,1% -3,1% +,4% -,6% -2,3% -4,1% +2,9% +3,1% -1,3% -4,% -5,6% +,5% -1,8% +4,3% -1,5% -3,% -,3% -,6% -2,% -13,2% -1,3% -3,9% +,9% -,1% -5,3% -6,% -6,1% -3,5% -6,% -9,1% +2,4% -1,5% +1,6% -3,2% +1,7% +3,8% +3,4% -4,2% +2,9% -,1% +,9% +3,2% +.8% +1,6% +1,6% -,2% -2,4% +,6% +,4% +2,7% +3,6% -,1% +1,2% +3,7% +2,6% +1,2% +,1% +3,6% +1,3% +2,9% +1,3% +2,8% +5,2% +4,8% +,8% +5,2% +2,8% +1,9% +2,3% +2,1% +3,8% +1,9% -3,8% -4,1% -2,7% -4,% -2,8% -4,9% +4,4% -,3% +1,6% -8,3% +7,% +,3% +5,2% -1,2% +2,6% +,4% CAFÉ-HÔTEL-RESTAURANT -tabac, jeux, journaux, jeux Hôtel sans restaurant Hôtel-Restaurant Hôtellerie de plein air Brasserie -Restaurant Crêperie Pizzeria Restaurant Restauration rapide -,6% -5,9% -1,5% -2,7% -,7% -3,9% +,8% -6,% -1,5% -11,7% +,8% -4,3% -,1% -7,4% -1,1% -8,3% -,9% -8,6% -,1% -6,8% -,6% -7,2% +,4% -3,3% +2,3% -,8% +,8% +1,8% +1,3% -,1% +4,2% +,5% +1,5% -5,7% +3,3% -,5% +2,3% -2,% +2,% -1,2% +4,% +2,3% +3,% -,2% +3,% -2,3% +3,4% +,7% BÂTIMENT Couverture Charpente Électricité générale -,2% -,5% -,2% -,4% -4,9% -7,2% -5,6% -4,3% +4,3% +6,2% +6,7% +3,3% +2,% +2,8% +2,1% +1,6% Maçonnerie -,8% -6,5% +6,2% +3,6% Plomberie, chauffage, sanitaire +,1% -3,% +,9% +,4% Terrassement, travaux publics +3,8% -2,7% +6,6% +6,2% Menuiserie +,1% -6,3% +3,8% +1,2% Peinture -,8% -4,2% +3,5% +1,3% Plâtrerie, staff, décoration +1,4% -4,7% +6,7% +4,1% Revêtement sols, murs, carrelage +,6% -4,1% +4,9% +3,4% Serrurerie, métallerie +1,2% -5,2% +3,4% +1,6% Chiffres et commentaires - Octobre n 19 7

8 ZOOM SUR LES CAFÉS- Au régime! CA : -,6% RC : -5,9% LE SECTEUR EN 212 Le secteur représente 78,4 milliards de chiffre d affaires en 212 et 7% du PIB, c est le 1er secteur créateur d emplois. Dans cette famille, la restauration représente 2/3 de l activité. Les difficultés rencontrées par les débits de boissons sont dues principalement aux évolutions législatives sur le tabac et l alcool. La réduction des dépenses liées aux déplacements professionnels des entreprises, le climat et la conjoncture PALMARÈS DES RÉSULTATS COURANTS -classement des 77 professions- 5ème Secteur -Hôtellerie-Restauration 11ème 21ème 25ème 28ème 33ème 37ème 44ème 49ème 53ème 64ème tabac, jeux, journaux Hôtel Hôtellerie de plein air Brasserie Crêperie Restaurant Pizzeria Hôtel Restaurant Restaurant économiques réduisent le chiffre d affaires des hôteliers. Les déplacements professionnels représentent les trois quart de ce chiffre. La restauration rapide, dont le dynamisme bénéficie du contexte porteur, concurrence principalement la restauration traditionnelle. En 212, la variation du chiffre d affaires de la restauration a été de +,3%, une des plus faibles augmentations depuis le début des années 2. Le ticket moyen a augmenté, jeux Restauration rapide de 1,% par rapport à 211 mais il recule sur la période , -2,7%. Il existe quelques points positifs en 212 : parmi ceux-ci, le record de fréquentation touristique étrangère et les meilleures performances pour les hôtels ayant adopté le nouveau classement. Ce dernier permet de meilleures comparaisons internationales. Chiffres clés Nombre d adhérents : 22 2 Chiffre d affaires moyen : 259 K Résultat courant moyen : 33 K Chiffre d affaires évolution : -,6% Résultat courant évolution : -5,9% ÉVOLUTION DES RATIOS ÉCONOMIQUES ,6% ,7% 1-1,9% 5 2,3% -5,3% -5,9% 8 Chiffres d'affaires RÉPARTITION DES ENTREPRISES PAR TRANCHES DE RÉSULTAT COURANT 23% 17% Marge brute 23% 36% Chiffres et commentaires - Octobre n 19 EBE brut RC brut En 212, le chiffre d affaires est en léger recul de,6%. Les charges de (21% du chiffre d affaires) ont augmenté de 2,3%. La rentabilité brute diminue de 5,9% et représente 22 % du chiffre d affaires. 212 < 16 5 de 16,5 à 33 de 33 à 49 5 > 49 5 Les professionnels du secteur sont 36% à gagner entre un et deux smic annuels bruts, 23 % dégagent un revenu supérieur à A l opposé, la même proportion d entreprises réalise un résultat inférieur à un smic. Clément MAROT, maître-restaurateur "LA RESTAURATION, C'EST QUE DU BONHEUR" Témoignage de Clément Marot, restaurateur à Lille Installé à Lille depuis 1982, Clément Marot vit sa profession par tous les bords. "Pour avoir des clients heureux, il faut du heureux et des patrons heureux de faire ce métier. L'important, c'est l'humain. A commencer par les jeunes et la formation des jeunes, la profession souffre d'un manque d'emploi qualifié. Nous avons un véritable devoir de formation, sinon plus tard il n'y aura plus de vrais artisans. Nous devons également, bien connaître nos prix de revient pour établir nos prix de vente. Et seulement après, appliquer les taux de TVA qui risquent de changer en 214. Tous les professionnels du secteur savent que beaucoup d'investissements sont à faire. Accessibilité, hygiène, mises aux normes en sont des exemples. Il ne faut pas hésiter à investir dans la qualité des matériaux et dans des matériels performants pour le plaisir de nos convives, bien sûr, et en même temps pour le confort de nos employés. L'avenir de l'établissement est à envisager assez tôt. La "belle restauration" a des contraintes et la reconnaissance est un gage de pérennité. Cela peut passer par l'obtention de labels "Maître restaurateur", "Artisan restaurateur", par la participation à différents concours ou prix délivrés par de nombreuses instances. Cela passe aussi par une bonne équipe et notamment par l'association de deux artisans sur un même lieu. Les collaborateurs sont ainsi rassurés sur l'avenir de l'entreprise et cela fidélise la clientèle sur le long terme."

9 HÔTELS-RESTAURANTS 5 ANNÉES D ÉVOLUTION DU CHIFFRE D AFFAIRES, DE LA MARGE BRUTE ET DE LA VALEUR AJOUTÉE ,5 17,6 15,5 CA Marge G ble VA DES CHARGES DE PERSONNEL, DE L EXCÉDENT BRUT D EXPLOITATION ET DU RÉSULTAT COURANT , ,5 1 12,4 9 8 CP EBE RC En 5 ans, les ratios de chiffres d affaires, de marge brute et de valeur évoluent de façon similaire, respectivement de 5,5%, 8,5% et 7,6%. Sur cette période, le fait marquant est la baisse du taux de TVA qui a joué sur l augmentation cumulée des charges de, +16,8 %, et sur l'accroissement de la rentabilité des entreprises, +7% entre 29 et ,3% -2,3% ÉVOLUTION DU CHIFFRE D AFFAIRES PAR RÉGION +,5% TENDANCES La baisse de TVA en 29 a favorisé l installation de nouvelles entreprises dans le secteur. Par ailleurs, les habitudes des consommateurs évoluent très rapidement : besoin de rapidité à moindre coût le midi ; une demande plus festive et originale le soir ; un retour vers le "fait chez soi" et le "cocooning". Tous ces facteurs sont des éléments sur -2,6% >=,5% % à,5% +,9% % à -,5% < -,5% "NOUS NOUS DEVONS DE RESPECTER NOTRE NOM ET NOTRE HISTOIRE" Jean-Paul et Christiane Dauce, hôtel-restaurant St-Nazaire (Loire-Atlantique). "Les premières années, nous nous sommes appuyés sur la restauration qui battait son plein avec l activité induite par les chantiers navals. Puis, il a fallu faire face au déclin industriel, à la morosité économique et à une concurrence grandissante. Actuellement, à St-Nazaire comme ailleurs, l accès en centre-ville est de plus en plus difficile, pénalisant fortement le commerce de proximité au profit des chaînes de restauration et des résidences hôtelières installées en périphérie. La reprise en 26 d un bar à vins-brasserie nous a permis de diversifier notre offre. Nous avons également rénové et développé l hôtellerie en créant un nouveau bâtiment avec 5 appartements et 2 chambres dont une accessible aux personnes handicapées. Malgré la fatigue et, parfois, le découragement face à un avenir court terme bien sombre, nous restons en veille sur notre métier, notre environnement et son évolution, espérant transmettre l entreprise à des plus jeunes qui oseront relever le challenge. Mais, aujourd hui, seront-ils suivis par les banques? " lesquels les indépendants peuvent et doivent agir. Cela implique une remise en question et une adaptation continuelle. Ainsi, ont-ils intérêt à s inspirer de concepts qui fonctionnent et doivent faire évoluer leur offre pour coller aux mutations de leur clientèle. Sur ce secteur très sensible à la conjoncture, aux évolutions des prix et des comportements, les chefs d entreprise du secteur doivent être en permanence à l écoute de leur environnement. Ils sortiront ainsi de cette morosité "structurelle", même s ils s inquiètent de l augmentation prévue de trois points de la TVA au 1 er janvier 214. Sources : INSEE, Gira Conseil Chiffres et commentaires - Octobre n 19 9

10 ÉQUIPEMENT DE LA MAISON Électroménager, radio, TV, Hifi CA : -12,7% RC : -21,8% BAISSE DE GARANTIE 3-12,7% L électroménager, radio, TV, Hifi a connu une année extrêmement difficile. Avec une activité en dents de scie depuis 28, portée par le marché des ÉVOLUTION DES RATIOS ÉCONOMIQUES 212/ ,6% 1-13,5% 5-1,7% -2,4% -21,8% Chiffre Marge brute d'affaires EBE brut RÉPARTITION DES ENTREPRISES par tranches de résultat courant 212 RC brut Chiffres clés Nombre d adhérents : 546 Chiffre d affaires moyen : 242 K Résultat courant moyen : 32 K Indice des prix ( ) : -2,% (équip ts audiovisuels, photo. et info.) :-7,1% TAUX STRUCTURELS DE LA PROFESSION 1% téléviseurs numériques, 212 a enregistré sa plus forte baisse de ces quatre dernières années, -12,7%. Le résultat courant a suivi cette tendance mais avec une intensité beaucoup plus importante atteignant -21,8%. Le résultat courant moyen qui s élève à 32, permet aux professionnels de garder leur première place dans le secteur de l équipement de la maison. En revanche, ils descendent de 13 places dans le classement général des résultats courants passant de la 46 ème à la 59 ème marche du podium. Ils perdent par la même occasion l équivalent de 1. Enfin, 61% des professionnels ont un revenu inférieur à 33 et 19% gagnent plus de % 23% 2% 38% < 16 5 de 16,5 à 33 de 33 à 49 5 > 49 5 ÉVOLUTIONS SUR 5 ANNÉES du chiffre d affaires, du résultat courant et des charges de - base 1 au 31/12/8 - CA 13 CP 12 RC 11 14, ,3 8 74, Chiffre d affaires 41% Marge brute 27% 1% 15% 13% EBE Résultat courant PALMARÈS DES RÉSULTATS COURANTS -classement des 77 professions- Secteur Équipement de la maison 59ème 66ème 67ème 68ème 69ème 7ème Électroménager, TV, HIFI Antiquités, brocante Ébénisterie Fleurs Cadeaux, souvenirs Tapisserie, décoration cfleurs FANÉ Outre la crise économique, le secteur souffre d une baisse des achats de fleurs, accentuée par une concurrence des enseignes franchisées de plus en plus présentes. Les chiffres traduisent ce climat ambiant puisque l activité en 212 a connu de nouveau une baisse de 1,4%, après une légère embellie en 211. Le résultat courant suit cette tendance avec une chute de 5,6% enregistrée après celles de 211, 21 et % des professionnels ont un revenu inférieur à 33 et un tiers supérieur à 33 dont 13% ont plus de Le résultat courant moyen a également diminué par rapport à 211 pour atteindre 3. Les fleuristes gardent tout de même leur 4 ème place du classement dans le secteur de l équipement de la maison mais perdent une place au palmarès des résultats courants des TPE. 2 Chiffres et commentaires - Octobre n 19 13% 19% 25% 43% CA : -1,4% ÉVOLUTION DES RATIOS ÉCONOMIQUES / ,4% ,6% 8 6-2,9% 4-5,3% -5,6%,9% 2 Chiffre Marge brute d'affaires EBE brut RÉPARTITION DES ENTREPRISES par tranches de résultat courant 212 RC brut < 16 5 de 16,5 à 33 de 33 à 49 5 > 49 5 ÉVOLUTIONS SUR 5 ANNÉES du chiffre d affaires, du résultat courant et des charges de - base 1 au 31/12/8 - CA CP RC 11 16,2 1 95,5 9 86, RC : -5,6% Chiffres clés Nombre d adhérents : Chiffre d affaires moyen : 154 K Résultat courant moyen : 3 K Indice des prix : +3,7% (fleurs et plantes) TAUX STRUCTURELS DE LA PROFESSION 1% Chiffre d affaires 56% Marge brute 37% 13% 21% 19% EBE Résultat courant PALMARÈS DES RÉSULTATS COURANTS -classement des 77 professions- Secteur Équipement de la maison 59ème 66ème 67ème 68ème 69ème 7ème Électroménager, TV, HIFI Antiquités, brocante Ébénisterie Fleurs Cadeaux, souvenirs Tapisserie, décoration

11 BÂTIMENT Revêtement sols et murs CA : +,6% RC : -4,1% GLISSADE 16,6% Même si elle enregistre une hausse de,6% de son chiffre d'affaires en 212, la profession est loin de faire aussi bien qu'en ÉVOLUTION DES RATIOS ÉCONOMIQUES 212/ Chiffre d'affaires,2% Marge brute -,7% 5,4% -3,7% -4,1% EBE brut RC brut Chiffres clés Nombre d adhérents : Chiffre d affaires moyen : 145 K Résultat courant moyen : 41 K Variation de la moyenne associée du coût de la construction : +2,51% 211, +4,9%. Toutes les charges se sont alourdies, faisant perdre un peu plus de 4% aux bénéfices dégagés. Le résultat moyen de 41 est à peine inférieur à celui du secteur, 43 par an. Le classement de ces professionnels par revenus n'a pas varié, tant au niveau du bâtiment, 7 ème sur 11 qu'au niveau général, 38 ème sur 77. Plus de la moitié de ces artisans parvient à dégager des revenus supérieurs à deux SMIC, soit 33 par an. La hausse des frais de s'est accélérée depuis 21 pour atteindre 13,7% en quatre ans. RÉPARTITION DES ENTREPRISES par tranches de résultat courant % 1% 29% 34% ÉVOLUTIONS SUR 5 ANNÉES du chiffre d affaires, du résultat courant et des charges de - base 1 au 31/12/8-13 CA 12 CP 113,7 11 RC 1 11,2 9 9,6 8 < 16 5 de 16,5 à 33 de 33 à 49 5 > TAUX STRUCTURELS DE LA PROFESSION 1% Chiffre d affaires % Marge brute 49% 16% 31% 29% EBE Résultat courant PALMARÈS DES RÉSULTATS COURANTS -classement des 77 professions- 6 12ème Secteur bâtiment 17ème 2ème 23ème 24ème 29ème 38ème 39ème 4ème 41ème 43ème Couverture Serrurerie, métallerie Charpente Plomberie, chauffage, Maçonnerie Terrassements, Tvaux publics Carrelage Menuiserie Plâtrerie, staff, déco. Électricité Peinture Chiffres et commentaires - Octobre n 19 47

12 RÉALISATION : Fédération des Centres de Gestion Agréés, 2 rue Meissonier, 7517 Paris - Tél : Association Nationale des Directeurs de Centres et Associations de Gestion Agréés, 52 rue d'illiers, Orléans - Tél : Édition : CGA Diffusion, 2 rue Meissonier, 7517 Paris - Tél :

13 Réf. gb stat 18 novembre 213 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Chiffres et Commentaires Cahier n 19 Artisans, commerçants : quels sont leurs vrais revenus? La 19ème édition du recueil «Chiffres et Commentaires» publié par la Fédération des centres de gestion agréés (FCGA) passe au crible les revenus des artisans et des commerçants en 212. Une enquête inédite qui analyse les performances de 75 professions du commerce et de l artisanat dans 11 secteurs d activité. Principaux enseignements. Pour en savoir plus : (Catégorie : Chiffres et commentaires) Activité en recul, résultats en baisse. Le diagnostic est sans appel! Les petites entreprises du commerce et de l artisanat souffrent en 212. Et si le bulletin de santé est alarmant, les perspectives de rétablissement à court terme sont tout aussi préoccupantes. Toujours pas de reprise à l horizon! Dans ce contexte économique morose, le chiffre d affaires des commerçants et des artisans enregistre un net recul (+,5% seulement, contre +2,5% en 211) tandis que le résultat courant chute, en moyenne, de 2,5 points (contre + 2,3% en 211). Phénomène inédit en 212 : la quasi-totalité des 75 professions analysées est sévèrement touchée par la diminution de l activité et les habituelles disparités sectorielles observées les années précédentes ont tendance à s égaliser à la baisse. Trois tendances à retenir en ce qui concerne l évolution de l activité - L effondrement de l artisanat du bâtiment... -,2%, contre +4,3% en La résistance du commerce de détail alimentaire... +1,5%, comme l année précédente - La dégradation des services... +,1%, contre +3,7% un an plus tôt INVESTISSEMENTS EN BERNE Fragilisés par le ralentissement de l activité et une fonte significative des marges, les petites entreprises du commerce et de l artisanat investissent toujours moins (-1,2%) et poursuivent leur désendettement (-6,5%). L absence de visibilité à moyen-long terme et les difficultés de trésorerie nourrissent une incertitude psychologique quant à la pérennité de l activité. D où ces «comportements de prudence» qui, à leur tour, peuvent affaiblir la compétitivité des TPE et leur capacité à s emparer de nouveaux marchés. LE PALMARES DES REVENUS L analyse comparative des résultats courants bruts (avant versement des cotisations sociales dues par le chef d entreprise) laisse apparaître d importants écarts entre les 75 différentes professions étudiées. En 212, le résultat courant moyen brut, tous secteurs confondus, s élève à 49 (contre 5 en 211). Mais il chute à 41 si l on exclut les métiers de la santé (pharmaciens, opticiens, prothésistes dentaires) dont les niveaux élevés de revenus pèsent lourd dans la moyenne statistique.

14 Ils gagnent plus de professions enregistrent un résultat courant brut supérieur à 3 fois le SMIC brut annuel (49 5 ). Les trois premières sont : -La pharmacie L optique-lunetterie Le transport de malades (ambulances) Ils gagnent entre et professions affichent un résultat courant brut compris dans cette deuxième tranche. Trois se partagent la première place : - La serrurerie-métallerie Les garagistes La boulangerie-pâtisserie Ils gagnent entre 33 et professions dégagent un résultat courant brut qui oscille entre ces deux seuils. Trois arrivent en tête : - La plâtrerie-staff-décoration L électricité générale La maroquinerie Ils gagnent moins de professions réalisent un résultat courant brut inférieur à 2 fois le SMIC annuel brut (33 ). Trois occupent la première marche du podium : - Le prêt-à-porter Les commerces de cycles et scooters L électroménager, radio, TV, HiFi METHODOLOGIE DE L ETUDE «CHIFFRES ET COMMENTAIRES» ème Cette 19 édition présente les indicateurs statistiques sur l évolution économique de 21 TPE adhérentes des CGA membres du réseau FCGA/Anprecega. Ces résultats sont calculés à partir des déclarations fiscales 212. Les 75 professions de cette étude sont regroupées en 11 secteurs d activité. Chacun d entre eux présente des informations économiques et sociologiques permettant de positionner les TPE dans leur environnement. Une analyse sur l évolution des critères de gestion et sur les niveaux de résultat vient compléter cette étude. Chacune de ces 75 professions fait enfin l objet d une analyse économique spécifique. Si ces résultats traduisent des tendances bien réelles, ils ne doivent en aucun cas être considérés comme des normes professionnelles. LA FEDERATION DES CENTRES DE GESTION AGREES EN BREF 4 petites entreprises (TPE) et 114 Centres de Gestion Agréés (CGA) 92% des entreprises nationales ont moins de 1 salariés 5% des TPE imposées au BIC sont adhérentes à un CGA Grâce à l adhésion à un CGA, le revenu imposable de l entreprise n est pas majoré de 25%! Le réseau FCGA créé en 1978, c est aussi 2 d emplois salariés et non salariés, 7 milliards d euros de chiffre d affaires et 6 experts-comptables correspondants. Les CGA, structures associatives de proximité, constituent un pôle remarquable de conseils collectifs : aide à la gestion, formation et prévention fiscale. Les TPE bénéficient d une offre pédagogique attractive (les CGA sont parmi les premiers centres formateurs de la petite entreprise avec 5 heures annuelles de formation). La FCGA forme un réseau d information et d assistance aux TPE présent sur l ensemble du territoire national et capitalise une expertise économique et sociale reconnue de la petite entreprise. Elle dispose d outils d observation et d analyse particulièrement fiables qui alimentent régulièrement une base de données statistiques très performante. Contacts presse Guylaine Bourdouleix

Chiffres. et commentaires. 2011, les TPE toujours dans la course. Activité : +2,6% Résultat : +2,3%

Chiffres. et commentaires. 2011, les TPE toujours dans la course. Activité : +2,6% Résultat : +2,3% www.fcga.fr Chiffres Collection de la France des TPE Cahier n 18, octobre 212 et commentaires 211, les TPE toujours dans la course Activité : +2,6% : +2,3% 75 PROFESSIONS DU COMMERCE ET DE L ARTISANAT

Plus en détail

Statistiques Exercice 2012

Statistiques Exercice 2012 Statistiques Exercice 2012 Bénéfices Industriels et Commerciaux MISE EN GARDE AUX UTILISATEURS Les informations communiquées dans ce fascicule sont communiquées titre indicatif et ne peuvent être considérées,

Plus en détail

Statistiques Exercice 2011

Statistiques Exercice 2011 Statistiques Exercice 2011 Bénéfices Industriels et Commerciaux MISE EN GARDE AUX UTILISATEURS Les informations consignées dans ce fascicule sont communiquées à titre indicatif et ne peuvent être considérées,

Plus en détail

Le centre de gestion a le plaisir de vous adresser les statistiques professionnelles élaborées à partir des dossiers de gestion 2013.

Le centre de gestion a le plaisir de vous adresser les statistiques professionnelles élaborées à partir des dossiers de gestion 2013. Statistiques 2013 3, rue de Lyon B.P. 531 71010 MACON CEDEX Tél. 03.85.21.90.60 Télécopie 03.85.21.90.69 E-mail : contact@cgai-macon.fr Agrément de la Direction Régionale des Impôts n 1.02.710 du 6 mars

Plus en détail

STATISTIQUES PROFESSIONNELLES

STATISTIQUES PROFESSIONNELLES STATISTIQUES PROFESSIONNELLES EXERCICES CLOS EN 2013 Une population étudiée de 5365 adhérents Environ 220 codes A.P.E. représentés 13 ratios étudiés en termes de moyenne, minimum, maximum, écart-type 1:

Plus en détail

NOTE DE CONJONCTURE DE L ARTISANAT

NOTE DE CONJONCTURE DE L ARTISANAT NOTE DE CONJONCTURE DE L ARTISANAT DES PAYS DE LA LOIRE 2nd semestre 2013 - Edition Janvier 2014 Au cours du second semestre, l activité a été contrastée. Même si le nombre d artisans déclarant une hausse

Plus en détail

EQUIPEMENT COMMERCIAL

EQUIPEMENT COMMERCIAL Territem, au service des entreprises Information territoriale 2008-2011 > Offre globale Chiffres-clés Composition commerciale > Equipements structurants > Cartographies EQUIPEMENT COMMERCIAL Panorama OFFRE

Plus en détail

EQUIPEMENT COMMERCIAL

EQUIPEMENT COMMERCIAL Territem, au service des entreprises Information territoriale 2011-2014 > Offre globale Chiffres-clés Composition commerciale > Equipements structurants > Cartographies EQUIPEMENT COMMERCIAL Panorama OFFRE

Plus en détail

Le centre de gestion a le plaisir de vous adresser les statistiques professionnelles élaborées à partir des dossiers de gestion 2013

Le centre de gestion a le plaisir de vous adresser les statistiques professionnelles élaborées à partir des dossiers de gestion 2013 Statistiques 2013 3, rue de Lyon B.P. 531 71010 MACON CEDEX Tél. 03.85.21.90.60 Télécopie 03.85.21.90.69 E-mail : contact@cgai-macon.fr Agrément de la Direction Régionale des Impôts n 1.02.710 du 6 mars

Plus en détail

Principaux ratios et points de repère

Principaux ratios et points de repère 1/46 de gestion en hôtellerie-restauration Réactualisés 01/10/ - 2/46 Sommaire 1 ère partie Les ratios de charges d exploitation et les soldes intermédiaires de gestion 2 ème partie Les indicateurs de

Plus en détail

Electricité - Plomberie

Electricité - Plomberie Electricité - Plomberie 2014-2015 Cette analyse a été réalisée avec les données statistiques de la FCGA et de l ANPRECEGA, membres de l UNPCOGA, et de la base DIANE du Bureau Van Dijk. Sommaire Sommaire

Plus en détail

Les Très Petites Entreprises du secteur Construction en Rhône-Alpes

Les Très Petites Entreprises du secteur Construction en Rhône-Alpes Les Très Petites Entreprises du secteur Construction en Rhône-Alpes Un tissu d entreprises en mutation Edition 2012 Septembre 2012 1 SOMMAIRE I. Caractéristiques des Très Petites Entreprises du BTP en

Plus en détail

Évolution du tissu artisanal en Bretagne

Évolution du tissu artisanal en Bretagne du tissu artisanal en Bretagne Alors que le nombre d entreprises artisanales bretonnes a baissé depuis 1990, 28 000 emplois salariés supplémentaires ont été créés dans le secteur en 14 ans. La taille des

Plus en détail

NOTE DE CONJONCTURE DE L ARTISANAT EN HAUTE-NORMANDIE SOMMAIRE. Décembre 2014 - N 6

NOTE DE CONJONCTURE DE L ARTISANAT EN HAUTE-NORMANDIE SOMMAIRE. Décembre 2014 - N 6 NOTE DE CONJONCTURE DE L ARTISANAT EN HAUTE-NORMANDIE Décembre 2014 - N 6 ENQUETE DU 2 nd SEMESTRE 2014 SOMMAIRE Tendance générale Tendance par département Tendance par grand secteur Focus sur les conjoints

Plus en détail

Atlas Artisanat. de Haute-Garonne. Chambre de Métiers et de l Artisanat Haute-Garonne. Janvier 2012. Etat des lieux et Perspectives

Atlas Artisanat. de Haute-Garonne. Chambre de Métiers et de l Artisanat Haute-Garonne. Janvier 2012. Etat des lieux et Perspectives Chambre de Métiers et de l Artisanat alimentation services bâtiment production Atlas Artisanat de Janvier 2012 Etat des lieux et Perspectives Réalisé par Karima BELKALEM Service Etudes Statistiques et

Plus en détail

Gestion. des cabinets d'expertise comptable. Octobre 2010

Gestion. des cabinets d'expertise comptable. Octobre 2010 Gestion des cabinets d'expertise comptable Octobre 2010 Sommaire Avant-propos... 2 Synthèse en quelques chiffres... 2 Les cabinets sans salariés... 2 Les cabinets de 1 à 49 salariés... 2 Le chiffre d affaires

Plus en détail

Atlas du commerce. Analyse du pôle commercial NOGENT. Image 2014 DigitalGlobe - Google earth

Atlas du commerce. Analyse du pôle commercial NOGENT. Image 2014 DigitalGlobe - Google earth Atlas du commerce Image 2014 DigitalGlobe - Google earth Analyse du pôle commercial NOGENT Edition 2014 Présentation du pôle de Nogent A proximité de Chaumont et Langres, la ville de Nogent est la 4 ème

Plus en détail

SOMMAIRE. Où et comment trouver une entreprise à reprendre? 4. L évaluation de l entreprise 6 Le budget à prévoir 7 Les droits d enregistrement 7

SOMMAIRE. Où et comment trouver une entreprise à reprendre? 4. L évaluation de l entreprise 6 Le budget à prévoir 7 Les droits d enregistrement 7 1 SOMMAIRE Quels sont les avantages d une reprise d entreprise? 4 Où et comment trouver une entreprise à reprendre? 4 Quelles sont les étapes à suivre? 5 Quelles sont les aides existantes? 6 Quels sont

Plus en détail

ACTIVITÉ DE L ARTISANAT DU BÂTIMENT : UN DÉBUT D ANNÉE DIFFICILE ET DES TRÉSORERIES ENCORE DÉGRADÉES

ACTIVITÉ DE L ARTISANAT DU BÂTIMENT : UN DÉBUT D ANNÉE DIFFICILE ET DES TRÉSORERIES ENCORE DÉGRADÉES LA LETTRE D INFORMATION HEBDOMADAIRE DU RÉSEAU Conjoncture du 1 er trimestre 215 Avril 215 ACTIVITÉ DE L ARTISANAT DU BÂTIMENT : UN DÉBUT D ANNÉE DIFFICILE ET DES TRÉSORERIES ENCORE DÉGRADÉES Au 1 er trimestre

Plus en détail

Synthèse 5. Présentation de la profession 7. 1. Définition... 7. 2. Accès à la profession... 7. 3. Typologie des intervenants... 9

Synthèse 5. Présentation de la profession 7. 1. Définition... 7. 2. Accès à la profession... 7. 3. Typologie des intervenants... 9 Restaurant 2013-2014 Cette analyse a été réalisée avec les données statistiques de la FCGA et de l ANPRECEGA, membres de l UNPCOGA, et de la base DIANE du Bureau Van Dijk. Sommaire Synthèse 5 Présentation

Plus en détail

JUILLET 2008 PIVADIS PIVADIS SM CONSEIL. 24, Rue de la Bredauche. Tél: 02.38.43.41.38 Fax: 02.38.70.50.95 Email: pivadis@wanadoo.

JUILLET 2008 PIVADIS PIVADIS SM CONSEIL. 24, Rue de la Bredauche. Tél: 02.38.43.41.38 Fax: 02.38.70.50.95 Email: pivadis@wanadoo. JUILLET 2008 AMIENS -0 PIVADIS SM CONSEIL ETUDE DE POTENTIEL ET DE RESTRUCTURATION DU CENTRE COMMERCIAL «LE COLVERT» AMIENS Proposition de programme commercial PIVADIS 24, Rue de la Bredauche 45380 LA

Plus en détail

Indice des prix à la consommation Bilan de l année 2009

Indice des prix à la consommation Bilan de l année 2009 Indice des prix à la consommation Bilan de l année 2009 indice des prix à la consommation diminue de 0,8 en 2009, après une année de forte inflation en 2008 (+3,4 ). Les évolutions sont contrastées en

Plus en détail

FREQUENTATION HOTELIERE ET TOURISME D AFFAIRES EN AQUITAINE ET DANS L AGGLOMERATION DE BORDEAUX

FREQUENTATION HOTELIERE ET TOURISME D AFFAIRES EN AQUITAINE ET DANS L AGGLOMERATION DE BORDEAUX FREQUENTATION HOTELIERE ET TOURISME D AFFAIRES EN AQUITAINE ET DANS L AGGLOMERATION DE BORDEAUX Analyse de l environnement concurrentiel français de l hôtellerie bordelaise SOMMAIRE pages CE QU IL FAUT

Plus en détail

Les pôles commerciaux et leurs magasins

Les pôles commerciaux et leurs magasins Les pôles commerciaux et leurs magasins Julien Fraichard* Pour les commerçants, l'implantation de leur établissement dans le tissu urbain est primordiale. Certains types de commerces, comme les magasins

Plus en détail

Commerce et Services de proximité dans le Beaujolais

Commerce et Services de proximité dans le Beaujolais Commerce et Services de proximité dans le Beaujolais Mai 2012 Chambre de Commerce et d Industrie du Beaujolais Juin 2012 1 Méthodologie La Chambre de Commerce et d Industrie du Beaujolais a mis en place

Plus en détail

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Revenus Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Marie-Émilie Clerc, Pierre Lamarche* Entre 2005 et 2011, l endettement des ménages a fortement augmenté, essentiellement du fait de la hausse

Plus en détail

«Photographie statistique» des entreprises parisiennes engagées dans le secteur de la construction en 2008 et 2009

«Photographie statistique» des entreprises parisiennes engagées dans le secteur de la construction en 2008 et 2009 «Photographie statistique» des entreprises parisiennes engagées dans le secteur de la construction en 2008 et 2009 Septembre 2009 Introduction Le Greffe du tribunal de commerce de Paris a réalisé à la

Plus en détail

Bijouterie 2012-2013

Bijouterie 2012-2013 Bijouterie 2012-2013 Sommaire Synthèse 5 Présentation de la profession 6 1. Définition...6 2. Accès à la profession...6 3. Typologie des intervenants...7 Analyse économique 9 1. Principales données économiques

Plus en détail

Chambre de métiers et de l artisanat de région Nord - Pas de Calais. L artisanat de la région. Nord - Pas de Calais

Chambre de métiers et de l artisanat de région Nord - Pas de Calais. L artisanat de la région. Nord - Pas de Calais Chambre de métiers et de l artisanat de région Nord - Pas de Calais L artisanat de la région Nord - Pas de Calais Éditorial...5 I. État et évolution de l artisanat du Nord-Pas de Calais... 7 1. 46 341

Plus en détail

GUIDE SIMPLIFIÉ D UTILISATION D ODIL

GUIDE SIMPLIFIÉ D UTILISATION D ODIL GUIDE SIMPLIFIÉ D UTILISATION D ODIL Copyright Insee, Octobre 2009 1 Préambule Le but de ce document est de vous aider à prendre en main l'application ODIL (Outil d'aide au Diagnostic d'implantation Locale).

Plus en détail

Sommaire 2. Synthèse 6. Présentation de la profession 10. 1. Définitions... 10

Sommaire 2. Synthèse 6. Présentation de la profession 10. 1. Définitions... 10 2014-2015 Cette analyse a été réalisée avec les données statistiques de la FCGA et de l ANPRECEGA, membres de l UNPCOGA, et de la base DIANE du Bureau Van Dijk. Sommaire Sommaire 2 Synthèse 6 Présentation

Plus en détail

COMMERCE DE DÉTAIL DE BIENS D OCCASION

COMMERCE DE DÉTAIL DE BIENS D OCCASION COMMERCE DE DÉTAIL DE BIENS D OCCASION SOMMAIRE LE MARCHÉ DU COMMERCE DE DÉTAIL DE BIENS D OCCASION... 2 LA RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DE DÉTAIL DE BIENS D OCCASION... 5 L'ACTIVITÉ DU COMMERCE DE DÉTAIL

Plus en détail

DIRRECTE. Cordialement,

DIRRECTE. Cordialement, DIRRECTE Veuillez trouver en pièce jointe la liste des activités commerciales et artisanales, par commune, présentes sur le territoire de l'agglomération du Beauvaisis. L'agglomération envisage de lancer

Plus en détail

INSTALLATION D ÉQUIPEMENTS THERMIQUES ET DE CLIMATISATION

INSTALLATION D ÉQUIPEMENTS THERMIQUES ET DE CLIMATISATION INSTALLATION D ÉQUIPEMENTS THERMIQUES ET DE CLIMATISATION SOMMAIRE LE MARCHÉ DE L'INSTALLATION D ÉQUIPEMENTS THERMIQUES ET DE CLIMATISATION... 2 LA RÉGLEMENTATION DE L'INSTALLATION D ÉQUIPEMENTS THERMIQUES

Plus en détail

TRAVAUX DE PLOMBERIE SOMMAIRE

TRAVAUX DE PLOMBERIE SOMMAIRE TRAVAUX DE PLOMBERIE SOMMAIRE LE MARCHÉ DES TRAVAUX DE PLOMBERIE... 2 LA RÉGLEMENTATION DES TRAVAUX DE PLOMBERIE... 5 L'ACTIVITÉ DES TRAVAUX DE PLOMBERIE... 8 LES POINTS DE VIGILEANCE DES TRAVAUX DE PLOMBERIE...

Plus en détail

LISTE DES ENTREPRISES ARTISANALES A REPRENDRE EN CREUSE.

LISTE DES ENTREPRISES ARTISANALES A REPRENDRE EN CREUSE. LISTE DES ENTREPRISES ARTISANALES A REPRENDRE EN CREUSE. (Avec accord de diffusion sur le site de la CMA23) Pour plus de renseignements et connaître l ensemble des opportunités de reprise, votre contact

Plus en détail

Investissements et R & D

Investissements et R & D Investissements et R & D Faits marquants en 2008-2009 - L investissement de l industrie manufacturière marque le pas en 2008 et se contracte fortement en 2009 - Très fort recul de l utilisation des capacités

Plus en détail

Agence de voyages Tour-opérateur

Agence de voyages Tour-opérateur Agence de voyages Tour-opérateur 2013-2014 Cette analyse a été réalisée avec les données statistiques de la FCGA et de l ANPRECEGA, membres de l UNPCOGA, et de la base DIANE du Bureau Van Dijk. Sommaire

Plus en détail

DÉBIT DE BOISSONS. Création et diffusion Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisation de l auteur Mise à jour : 15/09/2014 1

DÉBIT DE BOISSONS. Création et diffusion Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisation de l auteur Mise à jour : 15/09/2014 1 DÉBIT DE BOISSONS SOMMAIRE LE MARCHÉ DU DÉBIT DE BOISSONS... 2 LA RÉGLEMENTATION DU DÉBIT DE BOISSONS... 4 L'ACTIVITÉ DU DÉBIT DE BOISSONS... 7 LES POINTS DE VIGILANCE DU DÉBIT DE BOISSONS... 10 EN SAVOIR

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

*Ubiconseil la passion de votre métier

*Ubiconseil la passion de votre métier *Ubiconseil la passion de votre métier UBICONSEIL regroupe des experts comptables et des professionnels libéraux du conseil spécialisés et formés pour vous apporter une réponse pluridisciplinaire d experts,

Plus en détail

Equipement de la personne

Equipement de la personne Artisans et commerçants labellisés "Éco-Défis" en 2011 à la communauté Equipement de la personne ANNRICK CHAUSSEUR Commerce de détail chaussure 81 Grande Rue Charles de Gaulle D'UNE SENTEUR A L'AUTRE Commerce

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Evolution des commerces à Paris. Inventaire des commerces 2014 et évolutions 2011-2014

DOSSIER DE PRESSE. Evolution des commerces à Paris. Inventaire des commerces 2014 et évolutions 2011-2014 DOSSIER DE PRESSE Evolution des commerces à Paris Inventaire des commerces 2014 et évolutions 2011-2014 Contacts presse : Ville de Paris : Marie Francolin : presse@paris.fr / 01.42.76.49.61 CCI Paris :

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2013

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2013 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2013 I. L ensemble des marchés I.1. L environnement des marchés : les conditions de

Plus en détail

" Tout seul on va plus vite, Ensemble on va plus loin!"

 Tout seul on va plus vite, Ensemble on va plus loin! Neyron Tramoyes Beynost Saint Maurice de Beynost Miribel Thil Aimer sa ville, c est la faire vivre! Moi, j adhère! " Tout seul on va plus vite, Ensemble on va plus loin!" A l'ère de la mondialisation,

Plus en détail

Revenu agricole 2013 : une année délicate pour les productions céréalières

Revenu agricole 2013 : une année délicate pour les productions céréalières Agreste Champagne-Ardenne n 4 - Juillet 2015 Réseau d information comptable agricole En 2013, le Résultat Courant Avant Impôt (RCAI) moyen des exploitations agricoles champardennaises couvertes par le

Plus en détail

ANNEXE 2-A VILLE DE BORDEAUX EXTENSION DU PERIMETRE DE SAUVEGARDE DU COMMERCE ET DE L ARTISANAT DE PROXIMITE

ANNEXE 2-A VILLE DE BORDEAUX EXTENSION DU PERIMETRE DE SAUVEGARDE DU COMMERCE ET DE L ARTISANAT DE PROXIMITE ANNEXE 2-A VILLE DE BORDEAUX EXTENSION DU PERIMETRE DE SAUVEGARDE DU COMMERCE ET DE L ARTISANAT DE PROXIMITE RAPPORT D ANALYSE DE LA SITUATION ECONOMIQUE Novembre 2009 INTRODUCTION Par délibération du

Plus en détail

Bulletin trimestriel de conjoncture n 59

Bulletin trimestriel de conjoncture n 59 Bulletin trimestriel de conjoncture n 59 2 ème trimestre 2013 Repli accentué au 2 ème trimestre (-2%) du volume de travaux d entretienrénovation de logements Cette baisse d activité correspond à une baisse

Plus en détail

Artiscope. Les chiffres clés de l emploi dans l Artisanat en Région Centre Au 31 décembre 2013 (2ème Semestre 2013 - Année 2013)

Artiscope. Les chiffres clés de l emploi dans l Artisanat en Région Centre Au 31 décembre 2013 (2ème Semestre 2013 - Année 2013) Observatoire des Métiers et de l Artisanat Région Centre Juin 214 Artiscope Les chiffres clés de l emploi dans l Artisanat en Région Centre Au 31 décembre 213 (2ème Semestre 213 - Année 213) La révision

Plus en détail

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes?

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? 1 Numéro 200, juin 2013 Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? I) Un taux de détention en baisse La détention au plus bas historique A la fin de l année 2012, seulement 48,6%

Plus en détail

d attractivité le développe économique, Le commerce Avril 2013 en collaborat

d attractivité le développe économique, Le commerce Avril 2013 en collaborat Mutations du commerce sur le secteur sauvegardé de Tours Etude 1996-2012 Le commerce est un élément de dynamisme et d attractivité des territoires ainsi qu un atout majeur en matière de vitalité et d animation

Plus en détail

Commission départementale de financement de l économie C.D.F.E

Commission départementale de financement de l économie C.D.F.E Commission départementale de financement de l économie C.D.F.E Préfecture de Vaucluse 6 février 2015 L ordre du jour Eléments de la conjoncture PACA Analyse de la situation économique en Vaucluse Présentation

Plus en détail

Conseil Spécialisé Horticole

Conseil Spécialisé Horticole Conseil Spécialisé Horticole Observatoire économique et financier des exploitations horticoles et pépinières CER France 6 juin 2014 Observatoire économique des exploitations Horticoles et pépinières exercice

Plus en détail

Édition avril 2014. Artisanat du Bâtiment LES CHIFFRES CLÉS. Dans le bâtiment, l'artisanat est toujours la première entreprise de France!

Édition avril 2014. Artisanat du Bâtiment LES CHIFFRES CLÉS. Dans le bâtiment, l'artisanat est toujours la première entreprise de France! Édition avril 2014 Artisanat du Bâtiment LES CHIFFRES CLÉS 2014 Dans le bâtiment, l'artisanat est toujours la première entreprise de France! éditorial L artisanat du bâtiment demeure cette année encore

Plus en détail

DÉMÉNAGEUR SOMMAIRE. Création et diffusion Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisation de l auteur Mise à jour : 15/09/2014 1

DÉMÉNAGEUR SOMMAIRE. Création et diffusion Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisation de l auteur Mise à jour : 15/09/2014 1 DÉMÉNAGEUR SOMMAIRE LE MARCHÉ DU DÉMÉNAGEUR... 2 LA RÉGLEMENTATION DU DÉMÉNAGEUR... 5 L'ACTIVITÉ DU DÉMÉNAGEUR... 7 LES POINTS DE VIGILANCE DU DÉMÉNAGEUR... 10 EN SAVOIR PLUS SUR CE SECTEUR... 12 1 LE

Plus en détail

LISTE DES BAC PRO ET NIVEAU V EN COHÉRENCE

LISTE DES BAC PRO ET NIVEAU V EN COHÉRENCE Service Académique de l Inspection de l Apprentissage BAC PRO PRÉPARÉ BAC PRO Aéronautique - Option Mécanicien, Systèmes-Cellule BAC PRO Aéronautique - Option Mécanicien, Systèmes avionique BAC PRO Agroéquipement

Plus en détail

Bâtiment Travaux publics

Bâtiment Travaux publics Travaux publics 2012-2013 Sommaire Synthèse 5 Présentation de la profession 6 1. Définition...6 2. Accès à la profession...6 3. Typologie des intervenants...8 a. La construction de bâtiments... 8 b. Les

Plus en détail

ENTREPRISE DE NETTOYAGE

ENTREPRISE DE NETTOYAGE ENTREPRISE DE NETTOYAGE SOMMAIRE LE MARCHÉ DE L'ENTREPRISE DE NETTOYAGE... 2 LA RÉGLEMENTATION DE L'ENTREPRISE DE NETTOYAGE... 5 L'ACTIVITÉ DE L'ENTREPRISE DE NETTOYAGE... 7 LES POINTS DE VIGILANCE DE

Plus en détail

LE COMMERCE DE DÉTAIL EN RÉGION NORD-PAS DE CALAIS Situation et Perspectives AVRIL 2015

LE COMMERCE DE DÉTAIL EN RÉGION NORD-PAS DE CALAIS Situation et Perspectives AVRIL 2015 LE COMMERCE DE DÉTAIL EN RÉGION NORD-PAS DE CALAIS Situation et Perspectives AVRIL 2015 LES ÉTABLISSEMENTS 31 748 COMMERCES EN REGION LE COMMERCE DE DÉTAIL, REPRÉSENTE 1/3 DES ÉTABLISSEMENTS DE LA RÉGION

Plus en détail

Point d actualité. Conseil Economique, Social & Environnemental Régional. Séance plénière 2 février 2015

Point d actualité. Conseil Economique, Social & Environnemental Régional. Séance plénière 2 février 2015 Conseil Economique, Social & Environnemental Régional Point d actualité Séance plénière 2 février 2015 Rapporteur général : Jean-Jacques FRANCOIS, au nom du Comité de Conjoncture CONTEXTE GÉNÉRAL A la

Plus en détail

LE TABLEAU DE BORD DE SUIVI DE L ACTIVITE

LE TABLEAU DE BORD DE SUIVI DE L ACTIVITE TABLEAU DE BORD LE TABLEAU DE BORD DE SUIVI DE L ACTIVITE DEFINITION Le tableau de bord est un support (papier ou informatique) qui sert à collecter de manière régulière des informations permettant de

Plus en détail

TRANSPORT SANITAIRE. Création et diffusion Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisation de l auteur Mise à jour : 15/09/2014 1

TRANSPORT SANITAIRE. Création et diffusion Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisation de l auteur Mise à jour : 15/09/2014 1 TRANSPORT SANITAIRE SOMMAIRE LE MARCHÉ DU TRANSPORT SANITAIRE... 2 LA RÉGLEMENTATION DU TRANSPORT SANITAIRE... 4 L'ACTIVITÉ DU TRANSPORT SANITAIRE... 6 LES POINTS DE VIGILANCE DU TRANSPORT SANITAIRE...

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Situation en France :

[ les éco_fiches ] Situation en France : Des fiches pour mieux comprendre l'actualité éco- nomique et les enjeux pour les PME Sortie de crise? Depuis le 2ème trimestre la France est «techniquement» sortie de crise. Cependant, celle-ci a été d

Plus en détail

Observatoire économique et financier des exploitations horticoles et pépinières

Observatoire économique et financier des exploitations horticoles et pépinières > ÉDITION avril 2015 Observatoire économique et financier des exploitations horticoles et pépinières Résultats 2013 LES ÉTUDES DE Présentation de l'étude 4 Objectifs de l'étude Méthode Échantillon Echantillon

Plus en détail

COUVERTURE ET ÉTANCHÉITÉ

COUVERTURE ET ÉTANCHÉITÉ COUVERTURE ET ÉTANCHÉITÉ SOMMAIRE LE MARCHÉ DE LA COUVERTURE ET ÉTANCHÉITÉ... 2 LA RÉGLEMENTATION DE LA COUVERTURE ET ÉTANCHÉITÉ... 5 L'ACTIVITÉ DE LA COUVERTURE ET ÉTANCHÉITÉ... 8 LES POINTS DE VIGILANCE

Plus en détail

Chambre de Commerce et d'industrie de l'oise Création Reprise Transmission d entreprise Pont de Paris CS 60250 60002 BEAUVAIS cedex

Chambre de Commerce et d'industrie de l'oise Création Reprise Transmission d entreprise Pont de Paris CS 60250 60002 BEAUVAIS cedex Edition du 19 juin 2015 Chambre de Commerce et d'industrie de l'oise Création Reprise Transmission d entreprise Pont de Paris CS 60250 60002 BEAUVAIS cedex Espace Entreprendre 03 44 79 80 39 03 44 79 80

Plus en détail

observatoire du Transport Sanitaire 2014 kpmg.fr

observatoire du Transport Sanitaire 2014 kpmg.fr observatoire du Transport Sanitaire 2014 kpmg.fr Edito Marc Basset, Associé, Responsable du secteur Transport sanitaire C est avec un grand plaisir que nous vous présentons l Observatoire du Transport

Plus en détail

Note de synthèse 2012

Note de synthèse 2012 ARTISANAT DU BTP - EDITION N 2 NOVEMBRE 2014 Note de synthèse 2012 DANS CE NUMERO 2 ème publication de l Observatoire des formations à la prévention, cette notre présente les principaux chiffres clés de

Plus en détail

INSTALLATION D ÉQUIPEMENTS D ÉNERGIE RENOUVELABLE

INSTALLATION D ÉQUIPEMENTS D ÉNERGIE RENOUVELABLE INSTALLATION D ÉQUIPEMENTS D ÉNERGIE RENOUVELABLE SOMMAIRE LE MARCHÉ DE L'INSTALLATION D ÉQUIPEMENTS D ÉNERGIE RENOUVELABLE... 2 LA RÉGLEMENTATION DE L'INSTALLATION D ÉQUIPEMENTS D ÉNERGIE RENOUVELABLE...

Plus en détail

02 COMMERCE. ÉDITO : Toujours dans une volonté d approfondir notre connaissance du COMMERCE. Fevrier 2013

02 COMMERCE. ÉDITO : Toujours dans une volonté d approfondir notre connaissance du COMMERCE. Fevrier 2013 Fevrier 2013 02 COMMERCE COMMERCE Juillet 2013 ÉDITO : Toujours dans une volonté d approfondir notre connaissance du commerce et de mieux appréhender son évolution, ce deuxième numéro de l observatoire

Plus en détail

titre : Conseil éligibles

titre : Conseil éligibles Les aides financières du Parc naturel régional de la Haute Vallée de d Chevreuse sont attribuées au titre : du programme d actions du PNR financé par le Conseil régional d Île de France, le Conseil général

Plus en détail

Taux de majoration et contingent des heures supplémentaires Tableau récapitulatif (sélection de conventions collectives)

Taux de majoration et contingent des heures supplémentaires Tableau récapitulatif (sélection de conventions collectives) Taux de majoration et contingent des s supplémentaires Tableau récapitulatif (sélection de conventions collectives) La mention «taux légal» renvoie aux conditions de majoration des s supplémentaires fixées

Plus en détail

3C HAPITRE. 56 Les actifs financiers des résidents 58 Les passifs financiers des résidents 62 La masse monétaire et ses contreparties

3C HAPITRE. 56 Les actifs financiers des résidents 58 Les passifs financiers des résidents 62 La masse monétaire et ses contreparties IEOM RAPPORT ANNUEL 2008 3C HAPITRE 56 Les actifs financiers des résidents 58 Les passifs financiers des résidents 62 La masse monétaire et ses contreparties 54 3 < L ÉVOLUTION MONÉTAIRE EN 2008 L ÉVOLUTION

Plus en détail

Bulletin trimestriel de conjoncture n 33

Bulletin trimestriel de conjoncture n 33 M A R S 2 0 0 7 Bulletin trimestriel de conjoncture n 33 4 e trimestre 2006 Forte augmentation des prix et croissance limitée du volume de travaux d entretien-amélioration du logement Le chiffre d affaires

Plus en détail

CALENDRIER DES FORMATIONS

CALENDRIER DES FORMATIONS PROGRAMME DE QUALIFICATION DES ACTIFS 2015 CALENDRIER DES FORMATIONS PARCOURS DE QUALIFICATION DES ARTISANS ET DES CONJOINTS COLLABORATEURS ENTREPRENEURIALE & MANAGERIALE Licence Professionnelle - Management

Plus en détail

ACTUALISATION DU PANORAMA DE L OFFRE DE REPARATION EN FRANCE

ACTUALISATION DU PANORAMA DE L OFFRE DE REPARATION EN FRANCE ACTUALISATION DU PANORAMA DE L OFFRE DE REPARATION EN FRANCE Synthèse Septembre 2010 Etude réalisée pour le compte de l ADEME par ERNST & YOUNG (Contrat n 0902C0072) Coordination technique : Claire Boujard

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014 I. L ensemble des marchés I.1. L environnement des marchés : les conditions de

Plus en détail

main-d oeuvr mploi Profil économique opulation active construction résidentielle logement

main-d oeuvr mploi Profil économique opulation active construction résidentielle logement Profil économique VILLE DE MONTRÉAL Arrondissement de Rivière-des-Prairies Pointe-aux-Trembles chômage mploi logement établissements d affaires localisation de l emploi revenus d emploi professions main-d

Plus en détail

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE ENQUETES SUR LA CONJONCTURE Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique Janvier 211 15 1 5-5 -1-15 -2 - -3-35 21 22 23 24 26 27 28 29 21 211 Série dessaisonalisée

Plus en détail

LOCATION DE VOITURES. Création et diffusion Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisation de l auteur Mise à jour : 15/09/2014 1

LOCATION DE VOITURES. Création et diffusion Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisation de l auteur Mise à jour : 15/09/2014 1 LOCATION DE VOITURES SOMMAIRE LE MARCHÉ DE LA LOCATION DE VOITURES... 2 LA RÉGLEMENTATION DE LA LOCATION DE VOITURES... 4 L'ACTIVITÉ DE LA LOCATION DE VOITURES... 6 LES POINTS DE VIGILANCE DE LA LOCATION

Plus en détail

ARTISANAT. 1 Résumé de l étude Insee sur les marges de progression pour l artisanat en Nord-Pas-de-Calais

ARTISANAT. 1 Résumé de l étude Insee sur les marges de progression pour l artisanat en Nord-Pas-de-Calais CPRDFP Document d orientation État 1/5 ARTISANAT 1 Résumé de l étude Insee sur les marges de progression pour l artisanat en Nord-Pas-de-Calais 1.1 Panorama des métiers de l artisanat Les coiffeurs, les

Plus en détail

Un climat des affaires incertain

Un climat des affaires incertain AVRIL 2015 Un climat des affaires incertain Au premier trimestre, 39 % des TPE-PME rhônalpines ont observé une baisse de chiffre d affaires par rapport à la même période de 2014 et seulement 24 % une hausse.

Plus en détail

COMMINGES 2010. Etude portant sur l Artisanat en zones d activités. Contribution de CMA Haute-Garonne. Octobre 2010. Canton de BOULOGNE- SUR-GESSE

COMMINGES 2010. Etude portant sur l Artisanat en zones d activités. Contribution de CMA Haute-Garonne. Octobre 2010. Canton de BOULOGNE- SUR-GESSE BOULOGNE- SUR-GESSE Canton de AURIGNAC MONTREJEAU SAINT-MARTORY SAINT-GAUDENS SALIES-DU- SALAT BARBAZAN Canton d'aspet de SAINT-BEAT COMMINGES 2010 Etude portant sur l Artisanat en zones d activités LUCHON

Plus en détail

Assurance Arrêt de Travail

Assurance Arrêt de Travail Solutions Assurances Agriculteurs Arrêt de Travail Assurance Arrêt de Travail des Agriculteurs Pour vous aider à ajuster vos garanties à votre situation et à votre type d activité, n hésitez pas à faire

Plus en détail

Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude

Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude localnova OBS Observatoire des finances locales des Petites Villes de France novembre # Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude financière prospective

Plus en détail

Mesdames et Messieurs les Actionnaires,

Mesdames et Messieurs les Actionnaires, Achèvement des travaux de rénovation des chambres et résultat brut en augmentation de 15.6%. Les perspectives s annoncent positives pour le second semestre. Mesdames et Messieurs les Actionnaires, Voici

Plus en détail

Déboursés secs et Prix de vente

Déboursés secs et Prix de vente 02 Débrsés secs et Prix de vente Phase 1 Phase 2 Etude de prix prévisionnelle Contrôle de rentabilité 1 5 éléments constitutifs du PVHT Phase 3 Bilan économique de l'entreprise A. Dépenses directement

Plus en détail

MICRO CONFÉRENCE. «l auto-entrepreneur, avantages et inconvénients» Intervenants :

MICRO CONFÉRENCE. «l auto-entrepreneur, avantages et inconvénients» Intervenants : MICRO CONFÉRENCE «l auto-entrepreneur, avantages et inconvénients» Intervenants : DIRECCTE-LR L EFFET DU LOGIS BOUTIQUE DE GESTION ORDRE DES EXPERTS COMPTABLES MICRO CONFÉRENCE «l auto-entrepreneur, avantages

Plus en détail

L ADHÉRENT. Actualités. Mon bimestriel d infos

L ADHÉRENT. Actualités. Mon bimestriel d infos MARS/AVRIL 2015 L ADHÉRENT Mon bimestriel d infos Fiscal Nouveaux barèmes kilométriques et frais de carburants 2 Crédits ou réductions d impôts professionnels : nouvelles modalités déclaratives 4 Top chiffres

Plus en détail

La construction et les TP en Indre et Loire

La construction et les TP en Indre et Loire Les Collections de l OE2T Collection : Touraine au Jardin des Chiffres Edition Août 2013 La construction et les TP en Indre et Loire Chiffres Clés Sommaire 1 Etablissements par secteurs d activités et

Plus en détail

Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 4 ème trimestre 2014. Accelerating success.

Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 4 ème trimestre 2014. Accelerating success. Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 4 ème trimestre 214 Accelerating success. PERSPECTIVES Une année 215 dans la continuité > Après le creux de 213, l activité sur le marché des bureaux francilien

Plus en détail

IMMOBILIER D ENTREPRISE

IMMOBILIER D ENTREPRISE La transformation de bureaux en logements : un premier bilan PAR BRIGITTE JOUSSELLIN 1 Entre 1994 et 1998, plus de 500 000 m 2 de surfaces d activités ont été transformées en logements, permettant de résorber

Plus en détail

Une épargne toujours importante, objectif prioritaire pour les collectivités locales

Une épargne toujours importante, objectif prioritaire pour les collectivités locales Une épargne toujours importante, objectif prioritaire pour les collectivités locales Depuis maintenant plusieurs années, les collectivités locales s'efforcent d'augmenter leur épargne afin d'autofinancer

Plus en détail

Performance économique et financière des entreprises du secteur agro-alimentaire du Pays Basque. Septembre 2010

Performance économique et financière des entreprises du secteur agro-alimentaire du Pays Basque. Septembre 2010 des entreprises du secteur agro-alimentaire du Pays Basque Septembre 2010 INTRODUCTION Au Pays Basque, le secteur agro-alimentaire regroupe une centaine d entreprises industrielles et compte avec l agriculture

Plus en détail

LES CHIFFRES CLÉS DE L ARTISANAT. Bilan des immatriculations / radiations d entreprises artisanales. Solde net 1 002 entreprises 74%

LES CHIFFRES CLÉS DE L ARTISANAT. Bilan des immatriculations / radiations d entreprises artisanales. Solde net 1 002 entreprises 74% n 6 - JANVIER 21 LES CHIFFRES CLÉS DE L ARTISANAT 23 629 c est * le nombre d entreprises 2 inscrites au Répertoire des métiers de l Essonne. dirigeants d entreprise artisanale ont été interrogés à la fin

Plus en détail

4 CHIFFRES À RETENIR

4 CHIFFRES À RETENIR Une baisse continue mais atténuée 4 CHIFFRES À RETENIR Recettes publicitaires totales (médias historiques + Internet + mobile + courrier publicitaire et ISA) 1 ER SEMESTRE 2014-2,6% S1 2014 vs S1 2013

Plus en détail

La création d entreprise en milieu rural

La création d entreprise en milieu rural La création d entreprise en milieu rural Une définition du milieu rural Définir le monde rural à partir de la taille des communes nous paraît insuffisant. En effet, il est important de prendre en compte

Plus en détail

PORTES OUVERTES DES CFA

PORTES OUVERTES DES CFA PORTES OUVERTES DES CFA NOMS DES ETABLISSEMENTS VILLE DATE FORMATIONS CFA DINAH DERYCKE 365 rue Jules Guesde 59650 VILLENEUVE D ASCQ Tél : 03 20 19 66 81 22 mars 2013 23 mars 2013 CAP employé de vente

Plus en détail

Le score Pour un diagnostic individuel Pour une analyse de portefeuille d entreprises

Le score Pour un diagnostic individuel Pour une analyse de portefeuille d entreprises Le score Pour un diagnostic individuel Pour une analyse de portefeuille d entreprises IIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII

Plus en détail