d attractivité le développe économique, Le commerce Avril 2013 en collaborat

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "d attractivité le développe économique, Le commerce Avril 2013 en collaborat"

Transcription

1 Mutations du commerce sur le secteur sauvegardé de Tours Etude Le commerce est un élément de dynamisme et d attractivité des territoires ainsi qu un atout majeur en matière de vitalité et d animation des centres-villes. Sa fonction (structurante et génératrice de flux) est aujourd hui pleinement intégrée dans les projets d aménagement au même titre que l habitat, l immobilier d entreprise. Parr ailleurs, dans le contexte de crise économique actuel, le développe ement des technologies de l informationn et de la communication et la prise p en compte des problématiques environnementales font évoluer les modes de consommation et, en conséquence, l organisation même des formes de commerce (exemples : la multiplicationn des drives et les boutiques éphémères). Enjeux de renouvellement urbain et de développement économique,, le commerce est donc en perpétuelle mutation. L analyse des données collectées par l OE2T depuis 1996 propose un éclairage sur lee commerce de centre-ville : ses formes, ses particularités et son évolution. Avril 2013 Rédaction : Laure Berthélémy en collaborat tion avec Cyril Rabusseau

2 2

3

4 1 Les enseignes nationales très présentes dans les commerces d équipement de la personne et d hygiène santé beauté Toujours plus d enseignes nationales aux abords de l axe principal Les grandes enseignes installées au fil des ans concernent la majorité des activités Les grandes enseignes se sont installées autour de la rue Nationale C Un commerce qui prend du poids en surface et en effectifs salariés au sein du secteur sauvegardé

5 Synthèse Le secteur sauvegardé englobe une majeure partie de l hyper-centre de Tours et présente la particularité d accueillir une forte densité commerciale. Les établissements qui composent l appareil commercial représentent : emplois (dont 3356 salariés), soit 41% des emplois commerciaux de la ville de Tours et 12% de Tour(s)plus m2 de surface de vente (hors cafés-hôtels-restaurants), soit 30% du plancher commercial de la ville de Tours et 13,5% de Tour(s)plus. Cet équipement est dominé par 2 activités : les cafés-hôtels-restaurants (30%) et l équipement de la personne (22%). Il s étend sur différents axes organisés en artères autour d un tronçon central : la rue Nationale. Elle détient à elle seule, 12% des commerces du secteur et occupe 36,5% du plancher commercial. L analyse des principales rues commerçantes du secteur sauvegardé révèle plusieurs caractéristiques : - l offre en équipement de la personne est concentrée sur la rue Nationale et ses abords, - le Vieux Tours est animé par les cafés-hôtels-restaurants, - les Halles de Tours constituent l épicentre du commerce de bouche. Les commerces du secteur sauvegardé ont des surfaces plus réduites et embauchent moins de salariés que ceux de la ville de Tours prise dans son ensemble. Depuis 1996, le commerce a connu des mutations importantes qui ont changé le visage de l offre commerciale. Souffrant de la concurrence des grandes surfaces situées en périphérie et de la montée du e-commerce, le commerce de centre-ville s est adapté aux nouveaux comportements d achats. Le secteur sauvegardé a vu le nombre de ses commerces baisser de 5%. Ce chiffre cache cependant des disparités. Certaines activités souffrent plus que d autres. 4 secteurs d activités sont en recul depuis 16 ans : l équipement de la maison (-30,7% de baisse du nombre de points de vente), le secteur culture loisirs (-20%), l alimentation (-16,4%) et les services aux particuliers (-13,8%). En revanche, l hygiène santé beauté (+25,2% de hausse du nombre de points de vente), l équipement de la personne (+4,9%) et les CHR (+3,3%) confirment leur prédominance au sein du secteur sauvegardé et connaissent une embellie grâce, entre autre, à l émergence de nouveaux types d offres comme la restauration rapide ou les soins à la personne. L évolution du commerce varie également selon les zones géographiques. Entre 1996 et 2012, le nombre de commerces est resté relativement stable sur les principales rues commerçantes du secteur sauvegardé. Certaines rues comme la rue de la Scellerie ou la rue Georges Courteline voient toutefois leur nombre de commerces baisser. En parallèle, la rue Bernard Palissy gagne des points de vente (il s agit cependant de la seule rue commerçante du secteur sauvegardé à voir son nombre de locaux commerciaux augmenter de façon significative : +6 locaux commerciaux). Autre phénomène, entre 1996 et 2012, les surfaces de vente (hors cafés-hôtels-restaurants) se sont accrues de 3,9%. Ceci est dû à la fusion de locaux commerciaux liés à l implantation d enseignes nationales qui s installent dans des locaux de taille plus importante. En 16 ans, les magasins à enseigne nationale sont passés de 177 à 251, soit une augmentation de 40%. Ils se sont essentiellement installés aux abords de la rue Nationale (les grandes enseignes étaient déjà très présentes rue Nationale en 1996). 5

6 Description du périmètre Créé en 1973, le secteur sauvegardé de la ville de Tours a été étendu en 2012, (arrêté du 9 mai 2012) afin d y intégrer les immeubles du XIXe siècle des boulevards Béranger et Heurteloup, la Cité Mame, le secteur de la rue Lamartine et ses maisons du XVe siècle ainsi que la partie Sud de la rue Blanqui. Le périmètre ainsi constitué s étend sur environ 150 hectares. Cet espace qui constitue la majeure partie de l hyper-centre de Tours présente la particularité d accueillir une très forte densité commerciale (on dénombre 1154 commerces). Une concentration qui s articule autour d un linéaire commercial continu orienté nord-sud (la rue Nationale) et deux axes très densément équipés orientés est-ouest constitués par les rues Colbert/Commerce et Halles/Scellerie. A ce titre, on mesure toute l importance accordée au projet urbain d aménagement du haut de la rue Nationale, véritable charnière entre les deux axes historiques de la ville. Par ailleurs, avec l arrivée du tramway programmée en 2013, la rue Nationale deviendra piétonne dans son intégralité ce qui accentuera l attractivité commerciale et touristique du secteur. Note méthodologique L OE2T gère depuis 1996 une base de données qui recense l ensemble des établissements commerciaux d Indre et Loire. Il s agit plus précisément du suivi des locaux accueillant des commerces de détail, des cafés-hôtels-restaurants (CHR), des établissements du secteur automobile, qui disposent d une surface de vente ouverte à la clientèle. Cette base de données qui repose sur le suivi et l analyse des locaux commerciaux, propose un historique qui s étend sur plus de 15 ans. Elle permet une analyse fine en matière d occupation du bâti, de localisation, d emplois ou de changements d enseignes et d activités au fil du temps. Elle a servi de support à l analyse qui suit. Par ailleurs, les activités non-commerciales (ex : banques, agences d intérim, agences immobilières) ne sont pas suivies. Elles sont néanmoins identifiées si elles s installent ou se sont installées dans les locaux d un commerce présent dans la base de données. Plus précisément et compte tenu de leur nombre, les établissements bancaires ont fait l objet d un recensement exhaustif sur le secteur sauvegardé de manière à les faire figurer sur les éléments cartographiques et de permettre l analyse de leur place au sein du paysage commercial. 6

7 Partie 1 : Portrait du commercee au sein du secteur sauvegardé A Un appareil commercial dense et variéé 1 Cafés-Hôtels-Restaurants (CHR) : premier secteur duu paysagee commercial Le secteur sauvegardé de Tours T offre un paysage commercial densee et varié selon s les spécificités des quartiers. En 2012, l équipement commercial compte commerces dee détail, CHR et établissements du secteur automobile surr ce périmètre. Nombre de commerces, CHR sur le secteur sauvegardé par activités Les CHR et l équipement de la personne sont les 2 secteurss les plus représentés dans le paysage commercial du périmètre d étude. Ils occupent respectivement 30% et 22% des locaux commerciaux. Détail et comptages des principaux sous-secteurs d activité Cafés-hôtels-restaurants (CHR)) : 92 restaurants, 77 cafés-restaurants, 71 établissements de restauration rapide, 67 bars, 12 bar-tabacs, 21 hôtels... Un partenariat Conseil général, Chambre de Commerce et d Industrie et Tour(s)plus 7

8 Equipement de la personne : 147 boutiques de prêt-à-porter, 28 chausseurs, 22 bijouteries, 12 commerces de lingerie, 11 bijouteries fantaisie, 7 dépôt-ventes, 6 maroquineries Hygiène Santé Beauté : 55 salons de coiffure, 24 salons d esthétique, 23 pharmacies, 4 opticiens, 11 parfumeries, boutiques de produits de beauté Alimentation : 24 boulangeries, 20 commerces d alimentation spécialisée, 16 épiceries, 11 chocolateries-confiseries, 10 boucheries-charcuteries, 10 vendeurs de boissons, 9 pâtisseries-salons de thé, 7 charcuteries-traiteurs-rôtisseurs, 6 primeurs, 5 poissonniers... Culture Loisirs Divers : 25 librairies, 9 fleuristes, 9 vendeurs d instruments de musique-luthiers, 8 boutiques d informatique, 8 boutiques de jouets, 8 débits de tabac, 8 boutiques de vidéos - jeux vidéo, 7 boutiques de téléphonie, 6 boutiques de matériel de sport... Equipement de de maison : 29 antiquaires-bouquinistes, 15 commerces de décoration, 7 galeries d art, 7 commerces d ameublement, 7 commerces d artisanat, 6 commerces d électroménager, 5 commerces de tissus d ameublement-rideaux... 8

9 Services aux particuliers : 11 agences de voyage, 9 cordonneries, 9 couturiers, 6 boutiques de photocopies-internet, 5 auto-écoles, 3 pressings... Automobile : 2 garages, 1 station-service, 1 commerce de ventee automobile, 1 commerce d accessoires automobiles. Multi-activités : 4 supermarchés. 2 Une structure sectoriellee relativement proche de celle de la ville de Tours La commune de Tours compte 2154 points de vente. La répartition de ces commerces par activité est proche de celle du secteur sauvegardé. Répartition des commerces par secteur d activité Un partenariat Conseil général, Chambre de Commerce et d Industrie et Tour(s)plus 9

10 A l échelle de la ville de Tours, T les CHR et l équipement de la personne constituent également les deux principaux secteurs d activité de l appareill commercial. Leur poids respectif est toutefois moins élevé, laissant la place à plus de points de vente d hygiène santé beauté (salons de coiffure, pharmacies ) ou services (cordonneries, pressings ) qui comptent parmi les commerces de proximité. A l échelle du département, l hygiène santé beauté constituee le secondd secteur occupant 16% des locaux, derrière les CHR (24%) et t loin devant l équipement de la personne (10%). 3 Equipement de la personne et CHR davantagee présents sur le secteur s sauvegardé que sur le reste de la commune Répartition des commerces de Tours selon leur appartenance au a secteur sauvegardé : 71% des commerces d équipement dee la personne de la ville v de Tours sont situés sur le secteur sauvegardé. Ce type d activité activité est généralement plus concentrée en centre-villee qu en périphérie, qu il s agisse du prêt-à-porter,, des chausseurs ou des bijoutiers. La totalité des dépôts-vente vêtements, des boutiques spécialisées danss le mariage et des magasins d artisanat dédiés à la personne de la ville de Tours sont situés sur le secteur sauvegardé. Plus de la moitié (59%) des CHR est situéee sur le secteur sauvegardé. Il s agit plus précisément des restaurants, cafés-restaurants répondant à des besoins de proximité, trouvent également leur place sur la ville hors secteur sauvegardé. et bars. Les autres activités (restauration rapide, hôtels-restaurants, cafés-tabacs) Un partenariat Conseil général, Chambre de Commerce et d Industrie et Tour(s)plus 10

11 57% des commerces d équipement de la maison sont localisés sur le périmètre d étude. L offre en équipement de la maison d hyper-centre diffère de celle située sur le reste de la ville. Elle concerne les antiquités, la décoration et l artisanat plus que le bricolage ou l ameublement spécialisé (cuisines, salles de bains ) davantage situés sur l espace Tours Synergie avec des surfaces plus importantes. D autres activités sont plus présentes en dehors du secteur sauvegardé. Les commerces d hygiène santé beauté (pharmacies, coiffeurs esthétique ) et de services aux particuliers (cordonnerie, pressings ) s insèrent dans une logique de proximité. Leur part sur le secteur sauvegardé est inférieure à celle du reste de la commune de Tours (40%). Seuls 20% des supermarchés sont situés sur le secteur sauvegardé avec des surfaces réduites comparées aux autres supermarchés et hypermarchés (Tours Nord) de la commune. Le secteur automobile ne compte que 6 établissements sur le secteur sauvegardé sur un total de 86. B Un hyper-centre organisé autour de 9 artères principales avec des spécialités commerciales marquées Le secteur sauvegardé de Tours enlace l hyper-centre de la ville de part et d autre d un axe central représenté par la rue Nationale. 8 rues et places constituent les artères de cet axe. Incontournables dans le paysage commercial tourangeau, ces rues et places comptent chacune plus de 45 commerces et font l objet d une analyse précise. Rue Nationale : 137 commerces Rue Colbert : 98 commerces Rue des Halles : 91 commerces Place Gaston Paillhou et place des Halles (Quartier des Halles) : 81 commerces Rue du Commerce : 68 commerces Rue de la Scellerie : 61 commerces Rue du Grand Marché : 49 commerces Place du Grand Marché : 48 commerces Rue Marceau : 47 commerces NB : Le développement suivant ne prend en compte que les activités commerciales. Les activités non-commerciales, notamment les banques (identifiées sur la carte du secteur sauvegardé), font l objet d une note en fin de partie. 11

12 Répartition sectorielle des commerces par rues et places L analyse par activité permett de mettree en valeur les spécificités des artères principales du secteur sauvegardé. 1 Une offre en équipement de principal la personne concentrée autour de l axe La rue Nationale affiche, comme tous les axes majeurs de centres-villes, une spécialité dans l équipement de la personne. Plus de la moitié de son offre commercia le est dédiée à cette activité. a C est au sud de la rue du Maréchal Fochh (place de la Résistance) que laa concentration des boutiques d habillement et de chaussures est particulièrement dense. Le nord de la rue regroupe davantage d activités liées à laa restauration et au secteur culturee loisirs divers. Cette spécialisation en prêt-à-porter et chaussures atteint les rues r situées des Halles, la rue Marceau et la rue de laa Scellerie. à proximité : la rue La rue des Halles constitue un haut-lieu du secteur d équipeme ent de la personne, du prêt-à- le porter haut de gamme en particulier. Il s agit de la rue qui affiche le taux d occupation plus élevé des locaux dédiés à la personne : 65% du total avec une concentration particulière sur le côté est aux abords de la rue Nationale. La rue Marceau affiche un paysage commercial plus varié allant des CHR à l équipement de la maison. Elle présente par ailleurs unee spécialisation dans l équipement de la personne avec 17 commerces soit plus d un tiers dee ses locaux commerciaux dédiéss à cette activité. La rue de la Scellerie possède la particularité d être, en termess de spécialisation, scindée en 2 parties distinctes. La première partie côté ouest de la rue, à proximité de la rue Nationale, affiche une offre dense en prêt-à-porter. Un prêt-à-porter de grandes marques en Un partenariat Conseil général, Chambre de Commerce et d Industrie et Tour(s)plus 12

13 prolongement de l offre de la rue des Halles. Le paysage commercial change après le Grand Théâtre pour s orienter vers l équipement de la maison haut de gamme : s y retrouvent des boutiques proposant antiquités, décoration, design et d objets d art. Cette rue, qui constituait par ailleurs le quartier des antiquaires, a vu l offre de ce secteur diminuer de moitié en 16 ans (voir l évolution en page 31). 2 Le Vieux-Tours : un quartier animé par les CHR Une grande majorité des CHR du secteur sauvegardé est située dans le Vieux-Tours de part et d autre du nord de la rue Nationale avec : à l est, la rue Colbert et à l ouest, la rue du Commerce, la place Plumereau puis dans son prolongement, la rue du Grand Marché et la place du Grand Marché. La rue Colbert a fait de la restauration sa vitrine principale, avec 50% de ses locaux occupés par des CHR, dont 80% sont des restaurants ou établissements de restauration rapide. La rue du Commerce, qui ouvre la voie vers la place Plumereau, est davantage spécialisée en restauration rapide et cafés-bars. Les restaurants traditionnels se retrouvent au sein de la rue du Grand Marché (29 CHR dont 19 restaurants ou bar-restaurants) et la place du Grand Marché où les restaurants se mêlent à d autres types de commerces comme des boulangeries ou des commerces spécialisés dans la décoration, les bijoux fantaisie ou la librairie-papeterie. 13

14 Un partenariat Conseil général, Chambre de Commerce et d Industrie et Tour(s)plus 14

15 3 Les Halles centrales, épicentre du commerce de bouche dans le secteur sauvegardé Les Halles centrales constituent le haut-lieu de la gastronomie tourangelle. C est à cet endroit que sont regroupés l essentiel des commerces de bouche du secteur sauvegardé. Avec 42 commerces, dont 38 du secteur alimentaire, les Halles centrales et leur renommée exercent une forte attractivité sur la commune et au-delà. Une attractivité renforcée chaque mercredi et samedi avec la présence du marché de plein-air sur la place des Halles. Les Halles centrales sont intégrées sur le graphique page 12, dans un découpage plus large appelé «quartier des Halles» composé de la place Gaston Paillhou et de la place des Halles. Ce regroupement permet de mettre en évidence la part non négligeable (26%) des restaurants et bars à vin, situés place des Halles (à l ouest des Halles centrales). Enfin, un second pôle de proximité reposant sur l offre en commerce de bouche (charcuterie, boulangerie, poissonnerie) est situé à l est du secteur sauvegardé, au sein du quartier Blanqui. Une épicerie vient, en plus de 2 CHR et d un coiffeur, compléter le pôle et assurer l animation de ce quartier du Vieux-Tours. 4 Une offre bancaire insérée dans le paysage commercial Les établissements bancaires, comme toutes les autres activités non-commerciales (agences immobilières, agences d intérim ), sont solidement insérés parmi les vitrines du secteur sauvegardé, occupant parfois des locaux commerciaux de taille importante. 29 établissements bancaires sont répartis sur l ensemble du périmètre d étude (voir carte). Ils sont toutefois rassemblés en nombre importants à 2 endroits : - Autour de la place Jean Jaurès, des boulevards Béranger à Heurteloup en intégrant le sud de la rue Nationale où pas moins de 12 établissements ont été comptabilisés. - Au sein du quartier des Halles où 10 banques sont dénombrées du l ouest de la rue des Halles à la place Rouget de Lisle. 15

16 C Moins de salariés et des surfaces plus réduites sur le secteur sauvegardé que sur la ville de Tours La base de données des commerces de l OE2T est enrichie de données économiques récoltées par le biais d enquêtes bisannuelles. Elles concernent principalement l emploi et les surfaces de vente et permettent d aborder la notion de poids du secteur sauvegardé en mesurant la taille des entreprises et l ampleur de leur plancher commercial. 1 Davantage de commerces de petite taille sur le secteur sauvegardé Le commerce du secteur sauvegardé de Tours représente emplois dont salariés. Ce chiffre représente : - 41 % de l emploi dans le commerce de la ville de Tours, - 21 % de l emploi dans le commerce de de Tour(s)plus. 1-1 CHR : premiers employeurs des commerces du secteur sauvegardé Répartition de l emploi par secteur d activité Nombre d établissements Somme des emplois Dont Nb % Nb % CHR Equipement de la personne Hygiène Santé Beauté Alimentation Culture Loisirs Divers Equipement de la maison Services aux particuliers Automobile Multi-activités Total général Les CHR sont les premiers employeurs du secteur. Ils rassemblent 1/3 des personnes travaillant au sein de l appareil commercial du périmètre d étude. L équipement de la personne a également un poids non négligeable, concentrant 23% des emplois du commerce. Cette part augmente lorsque seuls les salariés sont pris en compte (25%) et ce, en partie, en raison de la présence des deux poids lourds du prêt-à-porter au sein du périmètre : le Printemps et les Galeries Lafayette, les 2 grands magasins, employant au total plus de 150 personnes. 16

17 1-2 Plus d un tiers des commerces n emploie aucun salariéé sur le secteur sauvegardé 53% des établissements commerciaux de Tours sont situés sur le secteur sauvegardé, ces derniers ne représentent que 41% de l emploi total. Les commerces du secteur sauvegardé sont de plus petite taille que surr la commune prise dans son ensemble. Répartition des commerces par taille 27% des commerces du périmètre d étude n ont pas de salarié, contre 18% % sur la ville. Ces commerces sans salarié concernent 2 activités en particulier : - l équipement de la maison : 53% % ne possèdent pas dee salarié : cee secteur regroupe une grande part d antiquaires artisans et boutiques de décoration. d. - les services à la personne : la partt d établissements sans salarié s élève à 40% %. Il s agit de cordonneries, pressings A l inverse, certaines activités commerciales sur d effectifs salariés : le périmètre d étudee concentrent plus - - Les CHR : 82% de ces établisseme ents emploient au moins un salarié. l équipement de la personne (76%) - l alimentairee (75%) - l hygiène santé beauté (74%). D une manière générale, cess types d activités sont de taille plus importante lorsqu ils sont situés sur des centres-villes boulangeries, les restaurants que dans d autres quartiers. Exemple : les coiffeurs, les Un partenariat Conseil général, Chambre de Commerce et d Industrie et Tour(s)plus 17

18 2 La moitié du plancher commercial est occupée par l équipement de la personne Les commerces de détail du secteur sauvegardé occupaient en 2012 un plancher commercial de m2. Ce chiffre représente : - 30 % du plancher commercial de la commune de Tours - 13,5 % du plancher commercial de Tour(s)plus Surface de vente des commerces de détail du Secteur Sauvegardé de Tours Surface de Surface de vente Nbre d éts vente moyenne totale en m2 en m2 Equipement de la personne ,4 Hygiène Santé Beauté ,4 Alimentation ,8 Culture Loisirs Divers ,6 Equipement de la maison ,0 Services aux particuliers ,7 Multi-activités ,5 Total général ,9 Les 257 commerces d équipement de la personne (soit près d 1/3 des établissements) occupent la moitié du plancher commercial du secteur sauvegardé. La surface moyenne de cette activité est de 137m2, contre 45m2 pour des commerces d alimentation ou de services aux particuliers. A elle seule, la rue Nationale concentre m2, soit 36% de la surface de vente totale du périmètre. 18

19 3 20% des grandes surfaces situées sur le secteur sauvegardé Seules 22 des 111 grandes surfaces 1 de Tours sont situées sur le périmètre d étude. Compte tenu de la densité urbaine et du prix du foncier, ces grands commerces s insèrent difficilement au sein des centres-villes. Répartition des grandes surfaces en nombre, salariés et surface de vente Nombre Nombre de salariés Surface de vente Secteur Sv. Tours Secteur Sv. Tours Secteur Sv. Tours Alimentaire Non Alimentaire Dont Prêt-à-porter Dont Grand magasin Total général Les 4 supermarchés du périmètre étudié (Monoprix, Carrefour City, 8 à huit et Simply market) couvrent près de 3 291m2. Ce plancher représente une faible part (8%) de la surface totale alimentaire de la ville qui compte entre autres, 2 hypermarchés à Tours Nord : Auchan (10 450m2) et Leclerc (5 100m2). Parmi les 18 grandes surfaces non alimentaires situées sur le périmètre du secteur sauvegardé, 12 d entre elles concernent l équipement de la personne. La présence des deux grands magasins (Printemps et Galeries Lafayette) au sein du secteur sauvegardé vient accroître de façon non négligeable le plancher commercial occupé par l équipement de la personne (voir tableau ci-dessus). 1 Une grande surface est un commerce disposant d une surface de vente de plus de 300m2. 19

20 20

21 Partie 2 : Evolution du commerce au sein du secteur sauvegardé A : De profondes mutations dans le paysage commercial en 16 années Le paysage commercial du secteur sauvegardé de Tours a subi, en 16 ans, de profonds changements structurels. Certains commerces tendent à disparaître du centre-ville laissant la place à de nouveaux types d offres commerciales. Ces évolutions mettent en évidence le fait que le petit commerce de centre-ville a souffert de la concurrence des grandes surfaces, pour l équipement de la maison et l alimentation en particulier. Le commerce du secteur sauvegardé a souffert et a dû s adapter devant les changements de comportement de consommation des tourangeaux. Entre 1996 et 2012, le nombre de grandes surfaces est passé de 73 à 112 sur la commune de Tours. Par ailleurs, selon une étude sur les modes d achats en Indre et Loire 2, les tourangeaux dépensent 77% de leur budget alimentaire en grandes surfaces. Evolution en nombre des commerces du secteur sauvegardé de Tours Alimentation Equip. de la maison Hygiène Santé Beauté Culture Loisirs Divers Equip. de la personne Multiactivités Services aux particuliers Auto CHR Total général L analyse de l évolution du commerce est abordée par activité puis synthétisée sous forme graphique. Un bilan sur les principales rues du secteur sauvegardé est établi en page Analyse issue d une vaste enquête mise en place en 2008 par les différentes CCI de la région Centre et la CRCI, avec pour objectif d analyser les comportements d achats des ménages sur la région. 21

22 1 Les activités en diminution : équipement de la maison, alimentation, culture loisirs et services aux particuliers 1-1 L équipement de la maison disparaît peu à peu du centre-ville Il s agit de l activité qui a le plus souffert en 16 ans, passant de 166 à 115 points de vente. Equipement de la maison Solde Antiquités, Brocante, Bouquins Meuble généraliste Linge de maison Textiles TV HIFI Artisanat Electroménager Bureautique Divers équipement maison Bazar maison Rideaux Tissus d'ameublement Spécialiste Literie Spécialiste SDB Vaisselle Arts de la table Bricolage >300m Décoration Dépôt-vente équipement maison Fenêtres Vérandas Menuiserie Quincaillerie Cadeaux gadgets Droguerie Peinture Vernis Jardin Objets d'art Luminaires Spécialiste Cuisines TOTAL Les types de commerces qui ont le plus diminué sont : - Les antiquaires qui, s ils restent nombreux (29), ont perdu 18 points de vente. Les rues de la Scellerie et Colbert sont particulièrement concernées : elles ont vu leurs points de vente diminuer de moitié sur ce type d offre. - Les commerces de linge de maison passent de 11 à 3 points de vente. - Les commerces de meubles diminuent de plus de 50% et passent de 16 à 7 points de vente. Les commerces de TV HIFI (-6) et d électroménager (-4) subissent également de lourdes pertes. Il s agit typiquement de type d offre souffrant de la concurrence des grandes surfaces installées en périphérie et du e-commerce. 22

23 1-2 L alimentation : les commerces de bouche traditionnels en souffrance Le nombre de commerces d alimentation est passé de 152 à 127. Alimentation Solde Charcuterie Traiteur Rôtisseur Boulangerie Pâtisserie Dépôt de pain Viennoiserie Alimentation générale <120m Boucherie Charcuterie Pâtisserie Glacier Salon de thé Fruits & Légumes Poissons Coquillages Crèmerie Fromagerie Surgelés Produits diététiques, bio Alimentation spécialisée Supérette m Vins Boissons diverses Confiserie Chocolaterie TOTAL Cette baisse concerne essentiellement les commerces de bouche : - Les charcuteries traiteurs accusent la baisse la plus forte : -65% passant de 20 à 7 points de vente. Les Halles centrales sont particulièrement concernées avec la perte de 8 charcuteries-traiteurs. Cependant, l offre en commerce de bouche s est maintenue au fil des ans sur les Halles de Tours, la lourde perte en charcuterie-traiteur étant compensée par des légères hausses d autres types de commerces (boucheries, fromageries, épiceries fines ) - Les boulangeries et dépôts de pain baissent également de façon importante et perdent au total, 16 points de vente. - Les boucheries et les pâtisseries perdent du terrain dans une moindre mesure (-3 points de vente chacun). D autres types de commerces prennent par ailleurs de l importance dans le paysage commercial et sont le reflet des changements dans les modes de consommation. Ainsi les marchands de vin (+4), les chocolateries confiseries (+6) et les boutiques d alimentation spécialisées (+2) sont en hausse. Par ailleurs, les supérettes qui ont gagné 3 points de vente, compensent la baisse des épiceries (alimentation générale <120m2). 23

le 2 Zoom ert, Avril 2013 en collaborat

le 2 Zoom ert, Avril 2013 en collaborat Mutations du commerce sur le secteur sauvegardé de Tours entre 996 et 22 2 Zoom sur les 4 principales rues commerçantes : rue Nationale, rue Colbe ert, rue des Halles et rue du Commerce Avril 23 Rédaction

Plus en détail

JUILLET 2008 PIVADIS PIVADIS SM CONSEIL. 24, Rue de la Bredauche. Tél: 02.38.43.41.38 Fax: 02.38.70.50.95 Email: pivadis@wanadoo.

JUILLET 2008 PIVADIS PIVADIS SM CONSEIL. 24, Rue de la Bredauche. Tél: 02.38.43.41.38 Fax: 02.38.70.50.95 Email: pivadis@wanadoo. JUILLET 2008 AMIENS -0 PIVADIS SM CONSEIL ETUDE DE POTENTIEL ET DE RESTRUCTURATION DU CENTRE COMMERCIAL «LE COLVERT» AMIENS Proposition de programme commercial PIVADIS 24, Rue de la Bredauche 45380 LA

Plus en détail

Publication. 600 000 commerces de proximité en 2008

Publication. 600 000 commerces de proximité en 2008 Au 1 er janvier 2008, 600 000 commerces, sur un total de 830 000, peuvent être qualifiés de «commerces de proximité». Leur nombre a légèrement augmenté depuis 2002. Ces points de vente emploient la moitié

Plus en détail

34. Les activités commerciales

34. Les activités commerciales 66 34. Les activités commerciales Eléments de méthodologie La notion d offre commerciale (nombre, surfaces commerciales, emplois) Depuis 1995, la Chambre de Commerce et d Industrie de Morlaix dispose d

Plus en détail

Fiche pratique n 32 L évaluation d un fonds de commerce

Fiche pratique n 32 L évaluation d un fonds de commerce Fiche pratique n 32 L évaluation d un fonds de commerce 2008 CCI d Alençon 1 er septembre 2008 - - 1 - - Sommaire Évaluation d un fonds de commerce... 3 Avertissement... 4 Barème... 5 Contacts... 10 CCI

Plus en détail

Analyse de l activité commerciale du Territoire

Analyse de l activité commerciale du Territoire Analyse de l activité commerciale du Territoire Enquête auprès des ménages résidants Pays de Fougères Point Presse du 26 septembre 2014 Mode de collecte de l étude Consommation des ménages résidents 1-

Plus en détail

EQUIPEMENT COMMERCIAL

EQUIPEMENT COMMERCIAL Territem, au service des entreprises Information territoriale 2011-2014 > Offre globale Chiffres-clés Composition commerciale > Equipements structurants > Cartographies EQUIPEMENT COMMERCIAL Panorama OFFRE

Plus en détail

Le commerce alimentaire en Val-de-Marne

Le commerce alimentaire en Val-de-Marne n 33 Mai 2013 Le commerce alimentaire en Val-de-Marne Ce Flash Eco est issu de l étude «le tissu commercial du Val-de-Marne : rétrospectives et perspectives «réalisée par la CCI Val-de-Marne. Crise économique,

Plus en détail

Analyse des flux de consommation des ménages. Communauté de Communes du Pays de Saint-Aubin-du-Cormier

Analyse des flux de consommation des ménages. Communauté de Communes du Pays de Saint-Aubin-du-Cormier Analyse des flux de consommation des ménages Communauté de Communes du Pays de Saint-Aubin-du-Cormier 19 février 2014 Présentation de l Observation Economique du Commerce et de la Consommation Périmètre

Plus en détail

EQUIPEMENT COMMERCIAL

EQUIPEMENT COMMERCIAL Territem, au service des entreprises Information territoriale 2008-2011 > Offre globale Chiffres-clés Composition commerciale > Equipements structurants > Cartographies EQUIPEMENT COMMERCIAL Panorama OFFRE

Plus en détail

Portrait du commerce. en région Centre CCI CENTRE

Portrait du commerce. en région Centre CCI CENTRE CCI CENTRE Portrait du commerce en région Centre 2014 Projet cofinancé par l Union européenne. L Europe s engage en région Centre avec le fonds européen de développement régional. L équipement commercial

Plus en détail

Que sait-on des réseaux d enseigne dans le commerce et les services?

Que sait-on des réseaux d enseigne dans le commerce et les services? Que sait-on des réseaux d enseigne dans le commerce et les services? Pierre Biscourp Division Commerce, Insee Le phénomène des réseaux d enseignes 2 Ce que voit le consommateur : depuis 30 ans, des magasins

Plus en détail

FICHES APCE. Commerces alimentaires. Commerces non alimentaires. Construction - Bâtiment

FICHES APCE. Commerces alimentaires. Commerces non alimentaires. Construction - Bâtiment FICHES APCE Commerces alimentaires 01/04/2013 - Boucherie charcuterie 01/01/2014 - Commerce de produits bio, de compléments alimentaires 01/04/2014 - Boulangerie pâtisserie artisanale 01/11/2013 - Commerce

Plus en détail

Atlas du commerce. Analyse du pôle commercial NOGENT. Image 2014 DigitalGlobe - Google earth

Atlas du commerce. Analyse du pôle commercial NOGENT. Image 2014 DigitalGlobe - Google earth Atlas du commerce Image 2014 DigitalGlobe - Google earth Analyse du pôle commercial NOGENT Edition 2014 Présentation du pôle de Nogent A proximité de Chaumont et Langres, la ville de Nogent est la 4 ème

Plus en détail

Analyse des mouvements au Répertoire des Métiers

Analyse des mouvements au Répertoire des Métiers Analyse des mouvements au Répertoire des Métiers Evolution du nombre d entreprises sur ans Du er janvier 99 au er janvier au er janvier 99 99 99 998 999 nombre d entreprises 9 8 99 8 9 9 Le secteur artisanal

Plus en détail

Analyse des flux de consommation des ménages. Louvigné Communauté

Analyse des flux de consommation des ménages. Louvigné Communauté Analyse des flux de consommation des ménages Septembre 2014 Présentation de l Observation Economique du Commerce et de la Consommation Périmètre de l étude 1 zone d enquête sur le canton de Pontorson 2

Plus en détail

DEUX-SÈVRES. F é v r i e r 2015. Viséo 79,

DEUX-SÈVRES. F é v r i e r 2015. Viséo 79, Viséo 79, L O B S E R VAT O I R E D É PA R T E M E N TA L F é v r i e r 2015 L ÉQUIPEMENT EN DE LA PERSONNE DEUX-SÈVRES Chambre de Commerce et d Industrie des Deux-Sèvres Observatoire Economique, Viséo

Plus en détail

Observatoire du commerce de moins de 300 m 2 en centre-ville de Nantes

Observatoire du commerce de moins de 300 m 2 en centre-ville de Nantes Edition n 13 - octobre à décembre 2009 Observatoire du commerce de moins de 300 m 2 en centre-ville de Nantes Evolution de l'activité Evolutions mensuelles : un regain d activité Le centre-ville de Nantes

Plus en détail

Ce document a été élaboré à partir de l étude réalisée par le Cabinet AID, en 2010, dans le cadre de l Observatoire du Commerce en Bourgogne.

Ce document a été élaboré à partir de l étude réalisée par le Cabinet AID, en 2010, dans le cadre de l Observatoire du Commerce en Bourgogne. Ce document a été élaboré à partir de l étude réalisée par le Cabinet AID, en 2010, dans le cadre de l Observatoire du Commerce en Bourgogne. Les résultats qui ont servi à la réalisation de ce document

Plus en détail

Indicateurs économiques du commerce local

Indicateurs économiques du commerce local Indicateurs économiques du commerce local Rapport de la commune : Nom de la ville Présentation non contractuelle. Les auteurs se réservent le droit de modifier le contenu du rapport proposé en fonction

Plus en détail

PRESQU ILE 29 janvier 2008

PRESQU ILE 29 janvier 2008 PRESQU ILE 29 janvier 2008 Les partenaires de la 8 ème enquête : CCI de Lyon Grand Lyon Conseil Général Ville de Lyon Chambre de Métiers et de l Artisanat du Rhône CCI de Villefranche SCOT Beaujolais PLAN

Plus en détail

ETUDE SUR LE COMPORTEMENT D ACHAT DES MENAGES sur le territoire du SCOT de l Agglomération MESSINE

ETUDE SUR LE COMPORTEMENT D ACHAT DES MENAGES sur le territoire du SCOT de l Agglomération MESSINE ETUDE SUR LE COMPORTEMENT D ACHAT DES MENAGES sur le territoire du SCOT de l Agglomération MESSINE États généraux du Commerce 21 février 2011 avec le soutien financier ETUDE SUR LE COMPORTEMENT D ACHAT

Plus en détail

Les principaux secteurs d activité haut-marnais

Les principaux secteurs d activité haut-marnais Principaux secteurs d activité haut-marnais Bilan Les principaux secteurs d activité haut-marnais BILAN édition 2011 Document réalisé en partenariat avec Observatoire Economique de la Haute-Marne Principaux

Plus en détail

Le centre de gestion a le plaisir de vous adresser les statistiques professionnelles élaborées à partir des dossiers de gestion 2013.

Le centre de gestion a le plaisir de vous adresser les statistiques professionnelles élaborées à partir des dossiers de gestion 2013. Statistiques 2013 3, rue de Lyon B.P. 531 71010 MACON CEDEX Tél. 03.85.21.90.60 Télécopie 03.85.21.90.69 E-mail : contact@cgai-macon.fr Agrément de la Direction Régionale des Impôts n 1.02.710 du 6 mars

Plus en détail

Taux de majoration et contingent des heures supplémentaires Tableau récapitulatif (sélection de conventions collectives)

Taux de majoration et contingent des heures supplémentaires Tableau récapitulatif (sélection de conventions collectives) Taux de majoration et contingent des s supplémentaires Tableau récapitulatif (sélection de conventions collectives) La mention «taux légal» renvoie aux conditions de majoration des s supplémentaires fixées

Plus en détail

Caractérisation du travail saisonnier lié à la fréquentation touristique en Provence-Alpes-Côte d Azur en 2003

Caractérisation du travail saisonnier lié à la fréquentation touristique en Provence-Alpes-Côte d Azur en 2003 Caractérisation du travail saisonnier lié à la fréquentation touristique en Provence-Alpes-Côte d Azur en 2003 PROVENCE-ALPES-CÔTE D'AZUR RAPPORT D'ÉTUDE Septembre 2006 N 8 Cette étude a été réalisée dans

Plus en détail

UPA / I+C LES METIERS DE L ARTISANAT ET DU COMMERCE DE PROXIMITE

UPA / I+C LES METIERS DE L ARTISANAT ET DU COMMERCE DE PROXIMITE Juillet-août-septembre 2012 Note trimestrielle N 40 Lettre trimestrielle d information UPA / I+C LES METIERS DE L ARTISANAT ET DU COMMERCE DE PROXIMITE CONJONCTURE Détérioration plus marquée au cours de

Plus en détail

La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine. Analyses 2001-2007

La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine. Analyses 2001-2007 La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine Analyses 2001-2007 Nantes Métropole et l aire urbaine de Nantes Nantes Métropole - AURAN Le contexte général Une année

Plus en détail

Diagnostic de l'offre commerciale dans le Grand Pau

Diagnostic de l'offre commerciale dans le Grand Pau Diagnostic de l'offre e dans le Grand Pau La loi de Modernisation de l'economie du 4 aout 2008 a modifié les responsabilités des collectivités dans l'encadrement du développement. Un travail sur le thème

Plus en détail

udesté on it ecl Col 1 1

udesté on it ecl Col 1 1 Collection études 1 ÉVOLUTION DÉMOGRAPHIQUE Evolution démographique 1 550 000 1 434 661 1 450 000 1 350 000 1 287 535 1 250 000 1 213 499 1 150 000 1 127 546 1 050 000 950 000 1 009 390 1 061 480 850 000

Plus en détail

ORAC. Opération initiée, financée et pilotée par : En partenariat avec. Cofinancée par : Avec le concours technique de :

ORAC. Opération initiée, financée et pilotée par : En partenariat avec. Cofinancée par : Avec le concours technique de : Opération de Restructuration de l'artisanat et du Commerce du Pays du Bocage Vendéen ORAC - Aides individuelles - Opération initiée, financée et pilotée par : En partenariat avec Cofinancée par : Avec

Plus en détail

Le commerce dans l'hyper-centre de Lorient

Le commerce dans l'hyper-centre de Lorient de l'économie à l'aménagement du territoire Environnement Habitat Économie Sites d'activités Emploi Formation Déplacements Tourisme Population Social Le commerce dans l'hyper-centre de Lorient Observatoire

Plus en détail

Les principaux secteurs d activité haut-marnais

Les principaux secteurs d activité haut-marnais Les principaux secteurs d activité haut-marnais Situation 2011 Document réalisé en mars 2012 à partir des données : Contact : CCIT - Observatoire économique 9, rue de la Maladière 52 000 - CHAUMONT Tél.

Plus en détail

CdC du Pays Beaume-Drobie REOM 2013 Définition des coefficients d'activités

CdC du Pays Beaume-Drobie REOM 2013 Définition des coefficients d'activités CdC du Pays Beaume-Drobie REOM 2013 Définition des coefficients d'activités Catégories Coefficients Sous catégories Annexe à la délibération n C-201212-124 du 13 décem bre 2012 1 2 3 3 Bis 4 Habitat Hébergement

Plus en détail

Enjeux. Ile-de-France. Le paysage commercial du Grand Paris en pleine mutation. n 173 - mai 2015. L économie francilienne en bref

Enjeux. Ile-de-France. Le paysage commercial du Grand Paris en pleine mutation. n 173 - mai 2015. L économie francilienne en bref n 173 - mai 2015 Enjeux Le paysage commercial du Grand Paris en pleine mutation Avec une hausse de 2 % du nombre de commerces actifs entre 2002 et 2014, la dynamique commerciale du Grand Paris est globalement

Plus en détail

ENQUETE CONJONCTURE 1 ER SEMESTRE 2013

ENQUETE CONJONCTURE 1 ER SEMESTRE 2013 ENQUETE CONJONCTURE 1 ER SEMESTRE 2013 Enquête réalisée par mail sur la période du 6 au 13 juin 2013 Préambule : Depuis fin 2011, la Chambre de métiers et de l artisanat réalise une enquête de conjoncture

Plus en détail

Les pôles commerciaux et leurs magasins

Les pôles commerciaux et leurs magasins Les pôles commerciaux et leurs magasins Julien Fraichard* Pour les commerçants, l'implantation de leur établissement dans le tissu urbain est primordiale. Certains types de commerces, comme les magasins

Plus en détail

Commerce de détail et services ayant un point de vente

Commerce de détail et services ayant un point de vente Commerce de détail et services ayant un point de vente Département sélectionné : Tarn Ce rapport indique le nombre et l'évolution des mouvements d'établissements inscrits au Registre du Commerce et des

Plus en détail

Suivi des mutations commerciales sur 56 voies commerçantes parisiennes

Suivi des mutations commerciales sur 56 voies commerçantes parisiennes Suivi des mutations commerciales sur 56 voies commerçantes parisiennes Note BDRues 2012 Direction du développement économique, de l emploi et de l enseignement supérieur février 2013 Directrice de la publication

Plus en détail

SHERBROOKE VOUS EST ENTREZ ICI V O T R E P O R T E D E N T R É E

SHERBROOKE VOUS EST ENTREZ ICI V O T R E P O R T E D E N T R É E SHERBROOKE VOUS EST ENTREZ ICI V O T R E P O R T E D E N T R É E PROFITEZ- EN Ville dynamique sise au cœur d une nature généreuse, Sherbrooke est la 6 e ville en importance au Québec. Représentant plus

Plus en détail

La société de consommation

La société de consommation MANUEL VIERA www.lesilesenfle.wikispaces.com HERNANDEZ La société de consommation Les différents types de commerce Vocabulaire général le commerce le petit commerce le commerce en/de gros le commerce en/de

Plus en détail

Panorama de la filière Réparation de machines agricoles en Aquitaine

Panorama de la filière Réparation de machines agricoles en Aquitaine Panorama de la filière Réparation de machines agricoles en Aquitaine Contact : Fabien LALLEMENT - 05 57 14 27 13 Avril 2012 Sommaire 1. Périmètre de l analyse... Page 1 2. Définition des termes utilisés...

Plus en détail

VILLE DE MENNECY RAPPORT ANALYSANT LA SITUATION DU COMMERCE ET DE L ARTISANAT DE PROXIMITE Juin 2013 1 SOMMAIRE INTRODUCTION 3 I. L ACTUELLE DIVERSIFICATION DU TISSU COMMERCIAL LOCAL MENACEE PAR L EVOLUTION

Plus en détail

VILLE DE NOISIEL Rapport d analyse de l offre commerciale sur le territoire communal de Noisiel

VILLE DE NOISIEL Rapport d analyse de l offre commerciale sur le territoire communal de Noisiel VILLE DE NOISIEL SERVICE URBANISME Rapport d analyse de l offre commerciale sur le territoire communal de Noisiel Sources : - Observatoire économique du San du Val-Maubuée, - Enquête de terrain (février

Plus en détail

Les usages et besoins TIC des entreprises d Indre et Loire en 2012

Les usages et besoins TIC des entreprises d Indre et Loire en 2012 Les usages et besoins TIC des entreprises d Indre et Loire en 2012 Laure BERTHELEMY Mars 2013 L enquête : Le développement de l usage des Technologies de l Information et de la Communication (TIC) au sein

Plus en détail

LES GRANDES ENSEIGNES SUR LE MARCHE DE LA PROXIMITE. Enjeux et conséquences pour les métiers de bouche

LES GRANDES ENSEIGNES SUR LE MARCHE DE LA PROXIMITE. Enjeux et conséquences pour les métiers de bouche LES GRANDES ENSEIGNES DE DISTRIBUTION ALIMENTAIRE SUR LE MARCHE DE LA PROXIMITE Enjeux et conséquences pour les métiers de bouche Rapport d étude - juillet 2014 1 1. Le marché de la proximité : un nouvel

Plus en détail

A la recherche de vents porteurs

A la recherche de vents porteurs OCTOBRE 2014 A la recherche de vents porteurs Le bilan d activité des TPE-PME pour le troisième trimestre s inscrit dans le prolongement des trimestres précédents. Après avoir été un peu plus favorable

Plus en détail

Activité du commerce de détail à fin octobre 2015

Activité du commerce de détail à fin octobre 2015 Activité du commerce de détail à fin octobre 2015 Ventilation par produit industriel et par mode de distribution Évolution par produit octobre Indice Indice Indice Tendance Variation(*) Indices et variations

Plus en détail

Communiqué de presse. Ouverture du nouveau magasin Promocash À SAINT LÔ Jeudi 12 juin

Communiqué de presse. Ouverture du nouveau magasin Promocash À SAINT LÔ Jeudi 12 juin Communiqué de presse Ouverture du nouveau magasin Promocash À SAINT LÔ Jeudi 12 juin Promocash ouvre son nouveau magasin à SAINT LÔ jeudi 12 juin Ce site a pour objectif d offrir à sa clientèle de professionnels

Plus en détail

Bail à céder. Local commercial, Paris (75014) Emplacement : 42 avenue Reille. Caractéristiques du local. Conditions locatives

Bail à céder. Local commercial, Paris (75014) Emplacement : 42 avenue Reille. Caractéristiques du local. Conditions locatives Bail à céder Local commercial, Paris (75014) Emplacement : 42 avenue Reille Façade sur voirie 6 mètres linéaire Durée du bail 9 ans Etat intérieur béton brut Loyer 200 /m²/ an HT / HC Surface 250 m² en

Plus en détail

MALACHER NORD. Etudes d impacts économiques et commerciaux RENDU DOCUMENTAIRE 1 SEPTEMBRE 2014

MALACHER NORD. Etudes d impacts économiques et commerciaux RENDU DOCUMENTAIRE 1 SEPTEMBRE 2014 MALACHER NORD Etudes d impacts économiques et commerciaux RENDU DOCUMENTAIRE 1 SEPTEMBRE 2014 Sommaire 1- les objectifs de la mission 2- Meylan dans son environnement 3- l offre commerciale à l échelle

Plus en détail

culture chiffres PRODUCTION, DIFFUSION ET MARCHÉS Les entreprises du commerce du marché de l art 2009-4 François Rouet *

culture chiffres PRODUCTION, DIFFUSION ET MARCHÉS Les entreprises du commerce du marché de l art 2009-4 François Rouet * culture Secrétariat général Délégation au développement et aux affaires internationales Département des études, de la prospective et des statistiques 182, rue Saint-Honoré, 75033 Paris cedex 01 01 40 15

Plus en détail

Chambre de métiers et de l artisanat de région Nord - Pas-de-Calais

Chambre de métiers et de l artisanat de région Nord - Pas-de-Calais Chambre de métiers et de l artisanat de région Nord - Pas-de-Calais L artisanat de la région Nord - Pas de Calais CHIFFRES CLÉS 2013 Éditorial du Président de la Chambre de métiers et de l artisanat de

Plus en détail

300 000 actes d achats recensés en Lorraine et dans l espace transfrontalier. 201 zones d enquête suivies dont 168 en Lorraine

300 000 actes d achats recensés en Lorraine et dans l espace transfrontalier. 201 zones d enquête suivies dont 168 en Lorraine Metz Métropole juin 2015 nouveauté COMBIEN? Les flux de dépenses Profil client QUI? Des ménages et des territoires E.TEM Lorraine QUOI? Les familles de produits 300 000 actes d achats recensés en Lorraine

Plus en détail

Le commerce de proximité dans l Intra Muros Eléments de diagnostic

Le commerce de proximité dans l Intra Muros Eléments de diagnostic Le commerce de proximité dans l Intra Muros Eléments de diagnostic Problématique : Depuis 2004, on observe une perte de dynamisme commercial sur le secteur de l Intra-Muros avec une augmentation du nombre

Plus en détail

PANORAMA DE BRANCHE PARFUMERIE SELECTIVE. www.ffps.fr 2013 (données 2012)

PANORAMA DE BRANCHE PARFUMERIE SELECTIVE. www.ffps.fr 2013 (données 2012) PANORAMA DE BRANCHE PARFUMERIE SELECTIVE www.ffps.fr 2013 (données 2012) 1 SOMMAIRE Données économiques La Parfumerie Sélective p 3 Le marché de la Parfumerie Sélective p 3 L organisation du marché p 5

Plus en détail

DES EXEMPLES DE PROJETS PRESENTES EN PDUC

DES EXEMPLES DE PROJETS PRESENTES EN PDUC Type d UC Outils du diagnostic Problématique Projet Magasin spécialisé dans la vente de produits pour l équitation Observation Analyse du compte de résultat Enquête clientèle Etude de concurrence Perte

Plus en détail

Communiqué de presse. Inauguration du nouveau magasin Promocash À CAEN-COLOMBELLES Mercredi 16 novembre à partir de 18h

Communiqué de presse. Inauguration du nouveau magasin Promocash À CAEN-COLOMBELLES Mercredi 16 novembre à partir de 18h Communiqué de presse Inauguration du nouveau magasin Promocash À CAEN-COLOMBELLES Mercredi 16 novembre à partir de 18h Promocash inaugure son nouveau magasin à Caen-Colombelles. Ce site remplace celui

Plus en détail

Consommateurs & commerces drômois : comment ça fonctionne? Juin 2014. Service commerce Tel 04 75 75 70 34

Consommateurs & commerces drômois : comment ça fonctionne? Juin 2014. Service commerce Tel 04 75 75 70 34 Consommateurs & commerces drômois : comment ça fonctionne? Juin 2014 Service commerce Tel 04 75 75 70 34 L observatoire du commerce et de la consommation Objectifs : La connaissance de l offre commerciale

Plus en détail

Méthodologie. de hiérarchisation. des fonctions commerciales PARTIE I PARTIE II PARTIE III PARTIE IV PARTIE V

Méthodologie. de hiérarchisation. des fonctions commerciales PARTIE I PARTIE II PARTIE III PARTIE IV PARTIE V PARTIE I PARTIE II PARTIE III PARTIE IV Méthodologie de hiérarchisation PARTIE V des fonctions commerciales photo : stephanecouchet.com - Hiérarchisation des pôles commerciaux - Déclinaison des orientations

Plus en détail

02 COMMERCE. ÉDITO : Toujours dans une volonté d approfondir notre connaissance du COMMERCE. Fevrier 2013

02 COMMERCE. ÉDITO : Toujours dans une volonté d approfondir notre connaissance du COMMERCE. Fevrier 2013 Fevrier 2013 02 COMMERCE COMMERCE Juillet 2013 ÉDITO : Toujours dans une volonté d approfondir notre connaissance du commerce et de mieux appréhender son évolution, ce deuxième numéro de l observatoire

Plus en détail

Activités et emplois au sein du secteur sauvegardé élargi de Tours Par Cyil RABUSSEAU & Laure BERTHELEMY, chargés d études

Activités et emplois au sein du secteur sauvegardé élargi de Tours Par Cyil RABUSSEAU & Laure BERTHELEMY, chargés d études Page 1 Edition : juillet 2012 Activités et emplois au sein du secteur sauvegardé élargi de Tours Par Cyil RABUSSEAU & Laure BERTHELEMY, chargés d études C réé en 1973, le secteur sauvegardé de la ville

Plus en détail

Analyses commerciales. Le commerce de détail de l habillement

Analyses commerciales. Le commerce de détail de l habillement Analyses commerciales Le commerce de détail de l habillement Janvier 2012 Le commerce de détail de l habillement Définition et méthodologie Cette monographie sectorielle a pour but d étudier l état du

Plus en détail

Présentation au comité de quartier

Présentation au comité de quartier ETUDE PROGRAMMATIQUE ET URBAINE CENTRE COMMERCIAL DU «MIROIR D EAU» SAVIGNY-LE-TEMPLE Présentation au comité de quartier 15 mars 2011 Conseil en développement OBJECTIFS DE L ETUDE Requalifier le centre

Plus en détail

Caractéristiques et enjeux du territoire de Fécamp

Caractéristiques et enjeux du territoire de Fécamp Caractéristiques et enjeux du territoire de Fécamp Action GPECT «Artisanat facteur d évolution du territoire» Juillet 2012 - CT, HL et GA 1 Introduction : Les premières mentions de la ville de Fécamp remontent

Plus en détail

Près de 1.000 entreprises supplémentaires, plus de 1.000 emplois nouveaux

Près de 1.000 entreprises supplémentaires, plus de 1.000 emplois nouveaux Artiscope Région Centre Les chiffres clés de l emploi dans l Artisanat (1 er semestre 2011) Près de 1.000 entreprises supplémentaires, plus de 1.000 emplois nouveaux Données clés : avec 991 entreprises

Plus en détail

La nouvelle région Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine compte vingt aires urbaines dont le pôle

La nouvelle région Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine compte vingt aires urbaines dont le pôle N 18 Septembre 20 Les grandes aires urbaines d ACAL : la croissance démographique tirée par les couronnes des grands pôles La nouvelle région Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine compte vingt aires urbaines

Plus en détail

Conférence du 10 juillet 2007. Delphine David ddavid@precepta.fr

Conférence du 10 juillet 2007. Delphine David ddavid@precepta.fr E-commerce de biens de consommation Conférence du 10 juillet 2007 Delphine David ddavid@precepta.fr Le e-commerce en quelques chiffres Données Date Ventes en ligne 12 milliards d euros 2006 Dont ventes

Plus en détail

Mouvements des entreprises au Répertoire des Métiers 1er Semestre 2014

Mouvements des entreprises au Répertoire des Métiers 1er Semestre 2014 Mouvements des entreprises au Répertoire des Métiers 1er Semestre 214 Observatoire des Métiers et de l Artisanat Région Centre Août 214 Au 3 juin 214, le nombre d entreprises inscrites au RM a dépassé

Plus en détail

L ARTISANAT EN REGION CENTRE

L ARTISANAT EN REGION CENTRE L ARTISANAT EN REGION CENTRE 1 842 communes 2 457 516 habitants (est. 1.1.2) 32 813 entreprises artisanales employant 9 113 salariés (eff. moyen : 2,7) Dreux Nogent le Rotrou CHARTRES Châteaudun Pithiviers

Plus en détail

Enquête industrie Agroalimentaire

Enquête industrie Agroalimentaire [Texte] Enquête industrie Agroalimentaire La CCI de la Vendée a mené, courant 2013, une enquête auprès des entreprises industrielles vendéennes afin d analyser la structuration et l organisation de ces

Plus en détail

COMMERCE ET TERRITOIRES ATELIER 1 MIEUX CONNAITRE SON TISSU COMMERCIAL

COMMERCE ET TERRITOIRES ATELIER 1 MIEUX CONNAITRE SON TISSU COMMERCIAL COMMERCE ET TERRITOIRES ATELIER 1 MIEUX CONNAITRE SON TISSU COMMERCIAL 1 ER OCTOBRE 2013 Les intervenants Animation : Gaëlle BONNEFOY CUDRAZ, CCI de Lyon Intervenants : -Gaëlle BONNEFOY CUDRAZ, responsable

Plus en détail

Profil sectoriel. Commerce de détail. (scian 44-45) Agglomération de Montréal Octobre 2013

Profil sectoriel. Commerce de détail. (scian 44-45) Agglomération de Montréal Octobre 2013 Profil sectoriel Commerce de détail (scian 44-45) Agglomération de Montréal Octobre 2013 Ce profil sectoriel est une publication de l équipe de Montréal en statistiques Division de la planification urbaine

Plus en détail

L automobile dans l espace européen et français

L automobile dans l espace européen et français L automobile dans l espace européen et français Fin 2004, l industrie automobile emploie 2,54 millions de salariés 1 dans l Union européenne des 25. Ces salariés se répartissent pour 1,12 million dans

Plus en détail

Q0Z-Employés de la banque et des assurances. Synthèse

Q0Z-Employés de la banque et des assurances. Synthèse Q0Z-Employés de la banque et des assurances Synthèse Après avoir baissé au cours de la première moitié des années 1990, les effectifs d employés de la banque et des assurances se sont stabilisés pour à

Plus en détail

L immobilier dans l économie

L immobilier dans l économie ETUDE EN BREF Janvier 29 L immobilier dans l économie Avec 2 % de la valeur ajoutée en 27 et 45 % de l investissement, l immobilier a une place prépondérante dans l économie française. Phénomène nouveau?

Plus en détail

SANARY SUR MER SOMMAIRE PREMIERE PARTIE : ENQUETE SUR LES HABITUDES D ACHATS DES MENAGES SANARYENS

SANARY SUR MER SOMMAIRE PREMIERE PARTIE : ENQUETE SUR LES HABITUDES D ACHATS DES MENAGES SANARYENS ZONE D ATTRACTION ET COURANTS D'ACHATS DES MENAGES SUR LA VILLE DE SANARY SUR MER OCTOBRE 2010 SANARY SUR MER SOMMAIRE NOMENCLATURE DES ACTIVITES PREMIERE PARTIE : ENQUETE SUR LES HABITUDES D ACHATS DES

Plus en détail

La vacance commerciale s emballe dans les centres commerciaux

La vacance commerciale s emballe dans les centres commerciaux FÉDÉRATION POUR L URBANISME ET LE DÉVELOPPEMENT DU COMMERCE SPÉCIALISÉ Paris - 5 novembre 2014 La vacance commerciale s emballe dans les centres commerciaux La vacance commerciale a augmenté de 50 % dans

Plus en détail

Analyses commerciales. Le commerce de détail de la chaussure et de la maroquinerie

Analyses commerciales. Le commerce de détail de la chaussure et de la maroquinerie Analyses commerciales Le commerce de détail de la chaussure et de la maroquinerie Avril 2012 Le commerce de détail de la chaussure et de la maroquinerie Définition et méthodologie Cette monographie sectorielle

Plus en détail

Observation des effets économiques du Tramway des Maréchaux Sud sur les commerces et activités de proximité riverains du tracé

Observation des effets économiques du Tramway des Maréchaux Sud sur les commerces et activités de proximité riverains du tracé Observation des effets économiques du Tramway des Maréchaux Sud sur les commerces et activités de proximité riverains du tracé 3 ans après sa mise en service. 12 ème volet d enquêtes juin 2010 Sommaire

Plus en détail

Enquête globale transport

Enquête globale transport Enquête globale transport N 21 Avril 215 La mobilité en Île-de-France Le stationnement, un levier majeur des politiques de déplacements Les voitures à disposition des ménages franciliens ne circulent en

Plus en détail

LA CRÉATION D ENTREPRISE

LA CRÉATION D ENTREPRISE FOCUS études septembre 2012 LA CRÉATION D ENTREPRISE en Seine-et-Marne information économique Depuis 2009, la crise économique mondiale et la création du statut d auto-entrepreneur ont profondément bouleversé

Plus en détail

Observatoire Prospectif des Métiers et des Qualifications dans les Métiers de l'alimentation

Observatoire Prospectif des Métiers et des Qualifications dans les Métiers de l'alimentation Institut d Informations et de Conjonctures Professionnelles 11, rue Christophe-Colomb 75008 Paris Tél. 01 47 20 30 33 Fax 01 47 20 84 58 iplusc@iplusc.com.fr. Observatoire Prospectif des Métiers et des

Plus en détail

JUILLET 2010. Analyse et rédaction : OE2T, Laure BERTHELEMY

JUILLET 2010. Analyse et rédaction : OE2T, Laure BERTHELEMY 4 bis rue Jules Favre B.P. 41028 37010 TOURS cedex 1 Tél. : 02 47 47 20 45 Fax : 02 47 66 41 54 Analyse et rédaction : OE2T, Laure BERTHELEMY Enquête mise en place par la Mairie de Tours et réalisée en

Plus en détail

Chiffre d affaires de Casino unité : million d euros / Source : Casino

Chiffre d affaires de Casino unité : million d euros / Source : Casino Septembre 2012 / TBI&LMO / BPE 2ENT18 Chiffre d affaires de Casino unité : million d euros / Source : Casino 40 000 34 361 NAF rév.2, 2008 : Chiffres clés 2011 47.11CDEF 47.91B 30 000 20 000 20 390 22

Plus en détail

Equipement de la personne

Equipement de la personne Artisans et commerçants labellisés "Éco-Défis" en 2011 à la communauté Equipement de la personne ANNRICK CHAUSSEUR Commerce de détail chaussure 81 Grande Rue Charles de Gaulle D'UNE SENTEUR A L'AUTRE Commerce

Plus en détail

Observatoire Prospectif des Métiers et des Qualifications dans les Métiers de l'alimentation

Observatoire Prospectif des Métiers et des Qualifications dans les Métiers de l'alimentation Institut d Informations et de Conjonctures Professionnelles 11, rue Christophe-Colomb 75008 Paris Tél. 01 47 20 30 33 Fax 01 47 20 84 58 iplusc@iplusc.com.fr. Observatoire Prospectif des Métiers et des

Plus en détail

ALIMENTATION BATIMENT MECANIQUE CARROSSERIE SERVICES PRODUCTION ET DIVERS

ALIMENTATION BATIMENT MECANIQUE CARROSSERIE SERVICES PRODUCTION ET DIVERS ENTREPRISES ARTISANALES A REPRENDRE SUR LE DEPARTEMENT DU CHER ALIMENTATION BATIMENT MECANIQUE CARROSSERIE SERVICES PRODUCTION ET DIVERS L ensemble de ces entreprises a fait l objet d un diagnostic approfondi

Plus en détail

LES 127 FICHES PROFESSIONNELLES DE L'A.P.C.E

LES 127 FICHES PROFESSIONNELLES DE L'A.P.C.E LES 127 FICHES PROFESSIONNELLES DE L'A.P.C.E 12 LOTS SECTORIELS 18 Octobre 2006 Agriculture (6) Codes - Actualisation ou Création Entrepreneur du paysage AGR 02 Décembre 2005 Environnement et développement

Plus en détail

Reprises. Transmissions. d'entreprises à Paris. études études. Septembre 2009. Jean Bresner Olivier Satger Insee Ile-de-France. Bouch A CEDER A CEDER

Reprises. Transmissions. d'entreprises à Paris. études études. Septembre 2009. Jean Bresner Olivier Satger Insee Ile-de-France. Bouch A CEDER A CEDER PROMOTIONS Entrecôtes saucisses ILE -DE- FRANCE études études Septembre 2009 Reprises et Bouch Trmissions A CEDER A CEDER d'entreprises à Paris Jean Bresner Olivier Satger Insee Ile-de-France Reprises

Plus en détail

PRIMUS: INDUSTRIE DU MEUBLE

PRIMUS: INDUSTRIE DU MEUBLE Les salons du secteur Bois, production et première transformation PRIMUS: INDUSTRIE DU MEUBLE du 23/09/2008 au 27/09/2008 - Ville : Technologies, équipements, matériels; fournitures et accessoires; bois,

Plus en détail

CPUC. 8 juillet 2010 ELEMENTS SUR LA CONSOMMATION DES MENAGES

CPUC. 8 juillet 2010 ELEMENTS SUR LA CONSOMMATION DES MENAGES CPUC 8 juillet 2010 ELEMENTS SUR LA CONSOMMATION DES MENAGES Partie 1 : Méthodologie Découpage des secteurs d enquête -140 secteurs ont été définis. -Chaque secteur d habitation regroupe environ 10000

Plus en détail

Synthèse Contrat. d Objectifs. Diagnostic Les services de l automobile En Midi-Pyrénées. Réalisation Observatoire régional emploi, formation, métiers

Synthèse Contrat. d Objectifs. Diagnostic Les services de l automobile En Midi-Pyrénées. Réalisation Observatoire régional emploi, formation, métiers Synthèse Contrat d Objectifs Diagnostic Les services de l automobile En Midi-Pyrénées Réalisation Observatoire régional emploi, formation, métiers Rédaction Christiane LAGRIFFOUL () Nadine COUZY (DR ANFA

Plus en détail

DIRRECTE. Cordialement,

DIRRECTE. Cordialement, DIRRECTE Veuillez trouver en pièce jointe la liste des activités commerciales et artisanales, par commune, présentes sur le territoire de l'agglomération du Beauvaisis. L'agglomération envisage de lancer

Plus en détail

Synthèse. Dynamique de l emploi. L0Z-Secrétaires

Synthèse. Dynamique de l emploi. L0Z-Secrétaires L0Z-Secrétaires Synthèse En moyenne sur la période 2007-2009, 484 000 personnes exercent le métier de secrétaire, assurant des fonctions de support, de coordination, de gestion et de communication. Les

Plus en détail

Promocash drive ouvre à PONTIVY Mardi 6 mars 2012

Promocash drive ouvre à PONTIVY Mardi 6 mars 2012 Communiqué de presse Février 2012 Promocash drive ouvre à PONTIVY Mardi 6 mars 2012 Promocash inaugure lundi 5 mars un nouveau drive à PONTIVY dans le Morbihan. Ce service répond à l attente des professionnels

Plus en détail

ETAT DES LIEUX ÉCONOMIQUE ET COMMERCIAL

ETAT DES LIEUX ÉCONOMIQUE ET COMMERCIAL ETAT DES LIEUX ÉCONOMIQUE ET COMMERCIAL GARE DE CHAMPIGNY CENTRE - Périmètre de 400m ÉLÉMENTS CLÉS > LES ETABLISSEMENTS La gare Champigny Centre est localisée avenue Roger Salengro, axe à double sens qui

Plus en détail

Typologie Commerciale

Typologie Commerciale Schéma de développement commercial de l agglomération Rouen-Elbeuf Diagnostic Schéma de développement commercial de l agglomération de Rouen-Elbeuf Typologie Commerciale Février 2005 Chambre de Commerce

Plus en détail

Bilan éco Bilan éc nomique onomique Bilan éc

Bilan éco Bilan éc nomique onomique Bilan éc Bilan économique Bilan économique 2009 BASSIN D EMPLOI VENDÉE OUEST Après une année 2009 éprouvante, l économie vendéenne semble enfin s engager sur le chemin de la reprise Après avoir débuté dans un climat

Plus en détail

ANNEXE 2-A VILLE DE BORDEAUX EXTENSION DU PERIMETRE DE SAUVEGARDE DU COMMERCE ET DE L ARTISANAT DE PROXIMITE

ANNEXE 2-A VILLE DE BORDEAUX EXTENSION DU PERIMETRE DE SAUVEGARDE DU COMMERCE ET DE L ARTISANAT DE PROXIMITE ANNEXE 2-A VILLE DE BORDEAUX EXTENSION DU PERIMETRE DE SAUVEGARDE DU COMMERCE ET DE L ARTISANAT DE PROXIMITE RAPPORT D ANALYSE DE LA SITUATION ECONOMIQUE Novembre 2009 INTRODUCTION Par délibération du

Plus en détail