d attractivité le développe économique, Le commerce Avril 2013 en collaborat

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "d attractivité le développe économique, Le commerce Avril 2013 en collaborat"

Transcription

1 Mutations du commerce sur le secteur sauvegardé de Tours Etude Le commerce est un élément de dynamisme et d attractivité des territoires ainsi qu un atout majeur en matière de vitalité et d animation des centres-villes. Sa fonction (structurante et génératrice de flux) est aujourd hui pleinement intégrée dans les projets d aménagement au même titre que l habitat, l immobilier d entreprise. Parr ailleurs, dans le contexte de crise économique actuel, le développe ement des technologies de l informationn et de la communication et la prise p en compte des problématiques environnementales font évoluer les modes de consommation et, en conséquence, l organisation même des formes de commerce (exemples : la multiplicationn des drives et les boutiques éphémères). Enjeux de renouvellement urbain et de développement économique,, le commerce est donc en perpétuelle mutation. L analyse des données collectées par l OE2T depuis 1996 propose un éclairage sur lee commerce de centre-ville : ses formes, ses particularités et son évolution. Avril 2013 Rédaction : Laure Berthélémy en collaborat tion avec Cyril Rabusseau

2 2

3

4 1 Les enseignes nationales très présentes dans les commerces d équipement de la personne et d hygiène santé beauté Toujours plus d enseignes nationales aux abords de l axe principal Les grandes enseignes installées au fil des ans concernent la majorité des activités Les grandes enseignes se sont installées autour de la rue Nationale C Un commerce qui prend du poids en surface et en effectifs salariés au sein du secteur sauvegardé

5 Synthèse Le secteur sauvegardé englobe une majeure partie de l hyper-centre de Tours et présente la particularité d accueillir une forte densité commerciale. Les établissements qui composent l appareil commercial représentent : emplois (dont 3356 salariés), soit 41% des emplois commerciaux de la ville de Tours et 12% de Tour(s)plus m2 de surface de vente (hors cafés-hôtels-restaurants), soit 30% du plancher commercial de la ville de Tours et 13,5% de Tour(s)plus. Cet équipement est dominé par 2 activités : les cafés-hôtels-restaurants (30%) et l équipement de la personne (22%). Il s étend sur différents axes organisés en artères autour d un tronçon central : la rue Nationale. Elle détient à elle seule, 12% des commerces du secteur et occupe 36,5% du plancher commercial. L analyse des principales rues commerçantes du secteur sauvegardé révèle plusieurs caractéristiques : - l offre en équipement de la personne est concentrée sur la rue Nationale et ses abords, - le Vieux Tours est animé par les cafés-hôtels-restaurants, - les Halles de Tours constituent l épicentre du commerce de bouche. Les commerces du secteur sauvegardé ont des surfaces plus réduites et embauchent moins de salariés que ceux de la ville de Tours prise dans son ensemble. Depuis 1996, le commerce a connu des mutations importantes qui ont changé le visage de l offre commerciale. Souffrant de la concurrence des grandes surfaces situées en périphérie et de la montée du e-commerce, le commerce de centre-ville s est adapté aux nouveaux comportements d achats. Le secteur sauvegardé a vu le nombre de ses commerces baisser de 5%. Ce chiffre cache cependant des disparités. Certaines activités souffrent plus que d autres. 4 secteurs d activités sont en recul depuis 16 ans : l équipement de la maison (-30,7% de baisse du nombre de points de vente), le secteur culture loisirs (-20%), l alimentation (-16,4%) et les services aux particuliers (-13,8%). En revanche, l hygiène santé beauté (+25,2% de hausse du nombre de points de vente), l équipement de la personne (+4,9%) et les CHR (+3,3%) confirment leur prédominance au sein du secteur sauvegardé et connaissent une embellie grâce, entre autre, à l émergence de nouveaux types d offres comme la restauration rapide ou les soins à la personne. L évolution du commerce varie également selon les zones géographiques. Entre 1996 et 2012, le nombre de commerces est resté relativement stable sur les principales rues commerçantes du secteur sauvegardé. Certaines rues comme la rue de la Scellerie ou la rue Georges Courteline voient toutefois leur nombre de commerces baisser. En parallèle, la rue Bernard Palissy gagne des points de vente (il s agit cependant de la seule rue commerçante du secteur sauvegardé à voir son nombre de locaux commerciaux augmenter de façon significative : +6 locaux commerciaux). Autre phénomène, entre 1996 et 2012, les surfaces de vente (hors cafés-hôtels-restaurants) se sont accrues de 3,9%. Ceci est dû à la fusion de locaux commerciaux liés à l implantation d enseignes nationales qui s installent dans des locaux de taille plus importante. En 16 ans, les magasins à enseigne nationale sont passés de 177 à 251, soit une augmentation de 40%. Ils se sont essentiellement installés aux abords de la rue Nationale (les grandes enseignes étaient déjà très présentes rue Nationale en 1996). 5

6 Description du périmètre Créé en 1973, le secteur sauvegardé de la ville de Tours a été étendu en 2012, (arrêté du 9 mai 2012) afin d y intégrer les immeubles du XIXe siècle des boulevards Béranger et Heurteloup, la Cité Mame, le secteur de la rue Lamartine et ses maisons du XVe siècle ainsi que la partie Sud de la rue Blanqui. Le périmètre ainsi constitué s étend sur environ 150 hectares. Cet espace qui constitue la majeure partie de l hyper-centre de Tours présente la particularité d accueillir une très forte densité commerciale (on dénombre 1154 commerces). Une concentration qui s articule autour d un linéaire commercial continu orienté nord-sud (la rue Nationale) et deux axes très densément équipés orientés est-ouest constitués par les rues Colbert/Commerce et Halles/Scellerie. A ce titre, on mesure toute l importance accordée au projet urbain d aménagement du haut de la rue Nationale, véritable charnière entre les deux axes historiques de la ville. Par ailleurs, avec l arrivée du tramway programmée en 2013, la rue Nationale deviendra piétonne dans son intégralité ce qui accentuera l attractivité commerciale et touristique du secteur. Note méthodologique L OE2T gère depuis 1996 une base de données qui recense l ensemble des établissements commerciaux d Indre et Loire. Il s agit plus précisément du suivi des locaux accueillant des commerces de détail, des cafés-hôtels-restaurants (CHR), des établissements du secteur automobile, qui disposent d une surface de vente ouverte à la clientèle. Cette base de données qui repose sur le suivi et l analyse des locaux commerciaux, propose un historique qui s étend sur plus de 15 ans. Elle permet une analyse fine en matière d occupation du bâti, de localisation, d emplois ou de changements d enseignes et d activités au fil du temps. Elle a servi de support à l analyse qui suit. Par ailleurs, les activités non-commerciales (ex : banques, agences d intérim, agences immobilières) ne sont pas suivies. Elles sont néanmoins identifiées si elles s installent ou se sont installées dans les locaux d un commerce présent dans la base de données. Plus précisément et compte tenu de leur nombre, les établissements bancaires ont fait l objet d un recensement exhaustif sur le secteur sauvegardé de manière à les faire figurer sur les éléments cartographiques et de permettre l analyse de leur place au sein du paysage commercial. 6

7 Partie 1 : Portrait du commercee au sein du secteur sauvegardé A Un appareil commercial dense et variéé 1 Cafés-Hôtels-Restaurants (CHR) : premier secteur duu paysagee commercial Le secteur sauvegardé de Tours T offre un paysage commercial densee et varié selon s les spécificités des quartiers. En 2012, l équipement commercial compte commerces dee détail, CHR et établissements du secteur automobile surr ce périmètre. Nombre de commerces, CHR sur le secteur sauvegardé par activités Les CHR et l équipement de la personne sont les 2 secteurss les plus représentés dans le paysage commercial du périmètre d étude. Ils occupent respectivement 30% et 22% des locaux commerciaux. Détail et comptages des principaux sous-secteurs d activité Cafés-hôtels-restaurants (CHR)) : 92 restaurants, 77 cafés-restaurants, 71 établissements de restauration rapide, 67 bars, 12 bar-tabacs, 21 hôtels... Un partenariat Conseil général, Chambre de Commerce et d Industrie et Tour(s)plus 7

8 Equipement de la personne : 147 boutiques de prêt-à-porter, 28 chausseurs, 22 bijouteries, 12 commerces de lingerie, 11 bijouteries fantaisie, 7 dépôt-ventes, 6 maroquineries Hygiène Santé Beauté : 55 salons de coiffure, 24 salons d esthétique, 23 pharmacies, 4 opticiens, 11 parfumeries, boutiques de produits de beauté Alimentation : 24 boulangeries, 20 commerces d alimentation spécialisée, 16 épiceries, 11 chocolateries-confiseries, 10 boucheries-charcuteries, 10 vendeurs de boissons, 9 pâtisseries-salons de thé, 7 charcuteries-traiteurs-rôtisseurs, 6 primeurs, 5 poissonniers... Culture Loisirs Divers : 25 librairies, 9 fleuristes, 9 vendeurs d instruments de musique-luthiers, 8 boutiques d informatique, 8 boutiques de jouets, 8 débits de tabac, 8 boutiques de vidéos - jeux vidéo, 7 boutiques de téléphonie, 6 boutiques de matériel de sport... Equipement de de maison : 29 antiquaires-bouquinistes, 15 commerces de décoration, 7 galeries d art, 7 commerces d ameublement, 7 commerces d artisanat, 6 commerces d électroménager, 5 commerces de tissus d ameublement-rideaux... 8

9 Services aux particuliers : 11 agences de voyage, 9 cordonneries, 9 couturiers, 6 boutiques de photocopies-internet, 5 auto-écoles, 3 pressings... Automobile : 2 garages, 1 station-service, 1 commerce de ventee automobile, 1 commerce d accessoires automobiles. Multi-activités : 4 supermarchés. 2 Une structure sectoriellee relativement proche de celle de la ville de Tours La commune de Tours compte 2154 points de vente. La répartition de ces commerces par activité est proche de celle du secteur sauvegardé. Répartition des commerces par secteur d activité Un partenariat Conseil général, Chambre de Commerce et d Industrie et Tour(s)plus 9

10 A l échelle de la ville de Tours, T les CHR et l équipement de la personne constituent également les deux principaux secteurs d activité de l appareill commercial. Leur poids respectif est toutefois moins élevé, laissant la place à plus de points de vente d hygiène santé beauté (salons de coiffure, pharmacies ) ou services (cordonneries, pressings ) qui comptent parmi les commerces de proximité. A l échelle du département, l hygiène santé beauté constituee le secondd secteur occupant 16% des locaux, derrière les CHR (24%) et t loin devant l équipement de la personne (10%). 3 Equipement de la personne et CHR davantagee présents sur le secteur s sauvegardé que sur le reste de la commune Répartition des commerces de Tours selon leur appartenance au a secteur sauvegardé : 71% des commerces d équipement dee la personne de la ville v de Tours sont situés sur le secteur sauvegardé. Ce type d activité activité est généralement plus concentrée en centre-villee qu en périphérie, qu il s agisse du prêt-à-porter,, des chausseurs ou des bijoutiers. La totalité des dépôts-vente vêtements, des boutiques spécialisées danss le mariage et des magasins d artisanat dédiés à la personne de la ville de Tours sont situés sur le secteur sauvegardé. Plus de la moitié (59%) des CHR est situéee sur le secteur sauvegardé. Il s agit plus précisément des restaurants, cafés-restaurants répondant à des besoins de proximité, trouvent également leur place sur la ville hors secteur sauvegardé. et bars. Les autres activités (restauration rapide, hôtels-restaurants, cafés-tabacs) Un partenariat Conseil général, Chambre de Commerce et d Industrie et Tour(s)plus 10

11 57% des commerces d équipement de la maison sont localisés sur le périmètre d étude. L offre en équipement de la maison d hyper-centre diffère de celle située sur le reste de la ville. Elle concerne les antiquités, la décoration et l artisanat plus que le bricolage ou l ameublement spécialisé (cuisines, salles de bains ) davantage situés sur l espace Tours Synergie avec des surfaces plus importantes. D autres activités sont plus présentes en dehors du secteur sauvegardé. Les commerces d hygiène santé beauté (pharmacies, coiffeurs esthétique ) et de services aux particuliers (cordonnerie, pressings ) s insèrent dans une logique de proximité. Leur part sur le secteur sauvegardé est inférieure à celle du reste de la commune de Tours (40%). Seuls 20% des supermarchés sont situés sur le secteur sauvegardé avec des surfaces réduites comparées aux autres supermarchés et hypermarchés (Tours Nord) de la commune. Le secteur automobile ne compte que 6 établissements sur le secteur sauvegardé sur un total de 86. B Un hyper-centre organisé autour de 9 artères principales avec des spécialités commerciales marquées Le secteur sauvegardé de Tours enlace l hyper-centre de la ville de part et d autre d un axe central représenté par la rue Nationale. 8 rues et places constituent les artères de cet axe. Incontournables dans le paysage commercial tourangeau, ces rues et places comptent chacune plus de 45 commerces et font l objet d une analyse précise. Rue Nationale : 137 commerces Rue Colbert : 98 commerces Rue des Halles : 91 commerces Place Gaston Paillhou et place des Halles (Quartier des Halles) : 81 commerces Rue du Commerce : 68 commerces Rue de la Scellerie : 61 commerces Rue du Grand Marché : 49 commerces Place du Grand Marché : 48 commerces Rue Marceau : 47 commerces NB : Le développement suivant ne prend en compte que les activités commerciales. Les activités non-commerciales, notamment les banques (identifiées sur la carte du secteur sauvegardé), font l objet d une note en fin de partie. 11

12 Répartition sectorielle des commerces par rues et places L analyse par activité permett de mettree en valeur les spécificités des artères principales du secteur sauvegardé. 1 Une offre en équipement de principal la personne concentrée autour de l axe La rue Nationale affiche, comme tous les axes majeurs de centres-villes, une spécialité dans l équipement de la personne. Plus de la moitié de son offre commercia le est dédiée à cette activité. a C est au sud de la rue du Maréchal Fochh (place de la Résistance) que laa concentration des boutiques d habillement et de chaussures est particulièrement dense. Le nord de la rue regroupe davantage d activités liées à laa restauration et au secteur culturee loisirs divers. Cette spécialisation en prêt-à-porter et chaussures atteint les rues r situées des Halles, la rue Marceau et la rue de laa Scellerie. à proximité : la rue La rue des Halles constitue un haut-lieu du secteur d équipeme ent de la personne, du prêt-à- le porter haut de gamme en particulier. Il s agit de la rue qui affiche le taux d occupation plus élevé des locaux dédiés à la personne : 65% du total avec une concentration particulière sur le côté est aux abords de la rue Nationale. La rue Marceau affiche un paysage commercial plus varié allant des CHR à l équipement de la maison. Elle présente par ailleurs unee spécialisation dans l équipement de la personne avec 17 commerces soit plus d un tiers dee ses locaux commerciaux dédiéss à cette activité. La rue de la Scellerie possède la particularité d être, en termess de spécialisation, scindée en 2 parties distinctes. La première partie côté ouest de la rue, à proximité de la rue Nationale, affiche une offre dense en prêt-à-porter. Un prêt-à-porter de grandes marques en Un partenariat Conseil général, Chambre de Commerce et d Industrie et Tour(s)plus 12

13 prolongement de l offre de la rue des Halles. Le paysage commercial change après le Grand Théâtre pour s orienter vers l équipement de la maison haut de gamme : s y retrouvent des boutiques proposant antiquités, décoration, design et d objets d art. Cette rue, qui constituait par ailleurs le quartier des antiquaires, a vu l offre de ce secteur diminuer de moitié en 16 ans (voir l évolution en page 31). 2 Le Vieux-Tours : un quartier animé par les CHR Une grande majorité des CHR du secteur sauvegardé est située dans le Vieux-Tours de part et d autre du nord de la rue Nationale avec : à l est, la rue Colbert et à l ouest, la rue du Commerce, la place Plumereau puis dans son prolongement, la rue du Grand Marché et la place du Grand Marché. La rue Colbert a fait de la restauration sa vitrine principale, avec 50% de ses locaux occupés par des CHR, dont 80% sont des restaurants ou établissements de restauration rapide. La rue du Commerce, qui ouvre la voie vers la place Plumereau, est davantage spécialisée en restauration rapide et cafés-bars. Les restaurants traditionnels se retrouvent au sein de la rue du Grand Marché (29 CHR dont 19 restaurants ou bar-restaurants) et la place du Grand Marché où les restaurants se mêlent à d autres types de commerces comme des boulangeries ou des commerces spécialisés dans la décoration, les bijoux fantaisie ou la librairie-papeterie. 13

14 Un partenariat Conseil général, Chambre de Commerce et d Industrie et Tour(s)plus 14

15 3 Les Halles centrales, épicentre du commerce de bouche dans le secteur sauvegardé Les Halles centrales constituent le haut-lieu de la gastronomie tourangelle. C est à cet endroit que sont regroupés l essentiel des commerces de bouche du secteur sauvegardé. Avec 42 commerces, dont 38 du secteur alimentaire, les Halles centrales et leur renommée exercent une forte attractivité sur la commune et au-delà. Une attractivité renforcée chaque mercredi et samedi avec la présence du marché de plein-air sur la place des Halles. Les Halles centrales sont intégrées sur le graphique page 12, dans un découpage plus large appelé «quartier des Halles» composé de la place Gaston Paillhou et de la place des Halles. Ce regroupement permet de mettre en évidence la part non négligeable (26%) des restaurants et bars à vin, situés place des Halles (à l ouest des Halles centrales). Enfin, un second pôle de proximité reposant sur l offre en commerce de bouche (charcuterie, boulangerie, poissonnerie) est situé à l est du secteur sauvegardé, au sein du quartier Blanqui. Une épicerie vient, en plus de 2 CHR et d un coiffeur, compléter le pôle et assurer l animation de ce quartier du Vieux-Tours. 4 Une offre bancaire insérée dans le paysage commercial Les établissements bancaires, comme toutes les autres activités non-commerciales (agences immobilières, agences d intérim ), sont solidement insérés parmi les vitrines du secteur sauvegardé, occupant parfois des locaux commerciaux de taille importante. 29 établissements bancaires sont répartis sur l ensemble du périmètre d étude (voir carte). Ils sont toutefois rassemblés en nombre importants à 2 endroits : - Autour de la place Jean Jaurès, des boulevards Béranger à Heurteloup en intégrant le sud de la rue Nationale où pas moins de 12 établissements ont été comptabilisés. - Au sein du quartier des Halles où 10 banques sont dénombrées du l ouest de la rue des Halles à la place Rouget de Lisle. 15

16 C Moins de salariés et des surfaces plus réduites sur le secteur sauvegardé que sur la ville de Tours La base de données des commerces de l OE2T est enrichie de données économiques récoltées par le biais d enquêtes bisannuelles. Elles concernent principalement l emploi et les surfaces de vente et permettent d aborder la notion de poids du secteur sauvegardé en mesurant la taille des entreprises et l ampleur de leur plancher commercial. 1 Davantage de commerces de petite taille sur le secteur sauvegardé Le commerce du secteur sauvegardé de Tours représente emplois dont salariés. Ce chiffre représente : - 41 % de l emploi dans le commerce de la ville de Tours, - 21 % de l emploi dans le commerce de de Tour(s)plus. 1-1 CHR : premiers employeurs des commerces du secteur sauvegardé Répartition de l emploi par secteur d activité Nombre d établissements Somme des emplois Dont Nb % Nb % CHR Equipement de la personne Hygiène Santé Beauté Alimentation Culture Loisirs Divers Equipement de la maison Services aux particuliers Automobile Multi-activités Total général Les CHR sont les premiers employeurs du secteur. Ils rassemblent 1/3 des personnes travaillant au sein de l appareil commercial du périmètre d étude. L équipement de la personne a également un poids non négligeable, concentrant 23% des emplois du commerce. Cette part augmente lorsque seuls les salariés sont pris en compte (25%) et ce, en partie, en raison de la présence des deux poids lourds du prêt-à-porter au sein du périmètre : le Printemps et les Galeries Lafayette, les 2 grands magasins, employant au total plus de 150 personnes. 16

17 1-2 Plus d un tiers des commerces n emploie aucun salariéé sur le secteur sauvegardé 53% des établissements commerciaux de Tours sont situés sur le secteur sauvegardé, ces derniers ne représentent que 41% de l emploi total. Les commerces du secteur sauvegardé sont de plus petite taille que surr la commune prise dans son ensemble. Répartition des commerces par taille 27% des commerces du périmètre d étude n ont pas de salarié, contre 18% % sur la ville. Ces commerces sans salarié concernent 2 activités en particulier : - l équipement de la maison : 53% % ne possèdent pas dee salarié : cee secteur regroupe une grande part d antiquaires artisans et boutiques de décoration. d. - les services à la personne : la partt d établissements sans salarié s élève à 40% %. Il s agit de cordonneries, pressings A l inverse, certaines activités commerciales sur d effectifs salariés : le périmètre d étudee concentrent plus - - Les CHR : 82% de ces établisseme ents emploient au moins un salarié. l équipement de la personne (76%) - l alimentairee (75%) - l hygiène santé beauté (74%). D une manière générale, cess types d activités sont de taille plus importante lorsqu ils sont situés sur des centres-villes boulangeries, les restaurants que dans d autres quartiers. Exemple : les coiffeurs, les Un partenariat Conseil général, Chambre de Commerce et d Industrie et Tour(s)plus 17

18 2 La moitié du plancher commercial est occupée par l équipement de la personne Les commerces de détail du secteur sauvegardé occupaient en 2012 un plancher commercial de m2. Ce chiffre représente : - 30 % du plancher commercial de la commune de Tours - 13,5 % du plancher commercial de Tour(s)plus Surface de vente des commerces de détail du Secteur Sauvegardé de Tours Surface de Surface de vente Nbre d éts vente moyenne totale en m2 en m2 Equipement de la personne ,4 Hygiène Santé Beauté ,4 Alimentation ,8 Culture Loisirs Divers ,6 Equipement de la maison ,0 Services aux particuliers ,7 Multi-activités ,5 Total général ,9 Les 257 commerces d équipement de la personne (soit près d 1/3 des établissements) occupent la moitié du plancher commercial du secteur sauvegardé. La surface moyenne de cette activité est de 137m2, contre 45m2 pour des commerces d alimentation ou de services aux particuliers. A elle seule, la rue Nationale concentre m2, soit 36% de la surface de vente totale du périmètre. 18

19 3 20% des grandes surfaces situées sur le secteur sauvegardé Seules 22 des 111 grandes surfaces 1 de Tours sont situées sur le périmètre d étude. Compte tenu de la densité urbaine et du prix du foncier, ces grands commerces s insèrent difficilement au sein des centres-villes. Répartition des grandes surfaces en nombre, salariés et surface de vente Nombre Nombre de salariés Surface de vente Secteur Sv. Tours Secteur Sv. Tours Secteur Sv. Tours Alimentaire Non Alimentaire Dont Prêt-à-porter Dont Grand magasin Total général Les 4 supermarchés du périmètre étudié (Monoprix, Carrefour City, 8 à huit et Simply market) couvrent près de 3 291m2. Ce plancher représente une faible part (8%) de la surface totale alimentaire de la ville qui compte entre autres, 2 hypermarchés à Tours Nord : Auchan (10 450m2) et Leclerc (5 100m2). Parmi les 18 grandes surfaces non alimentaires situées sur le périmètre du secteur sauvegardé, 12 d entre elles concernent l équipement de la personne. La présence des deux grands magasins (Printemps et Galeries Lafayette) au sein du secteur sauvegardé vient accroître de façon non négligeable le plancher commercial occupé par l équipement de la personne (voir tableau ci-dessus). 1 Une grande surface est un commerce disposant d une surface de vente de plus de 300m2. 19

20 20

21 Partie 2 : Evolution du commerce au sein du secteur sauvegardé A : De profondes mutations dans le paysage commercial en 16 années Le paysage commercial du secteur sauvegardé de Tours a subi, en 16 ans, de profonds changements structurels. Certains commerces tendent à disparaître du centre-ville laissant la place à de nouveaux types d offres commerciales. Ces évolutions mettent en évidence le fait que le petit commerce de centre-ville a souffert de la concurrence des grandes surfaces, pour l équipement de la maison et l alimentation en particulier. Le commerce du secteur sauvegardé a souffert et a dû s adapter devant les changements de comportement de consommation des tourangeaux. Entre 1996 et 2012, le nombre de grandes surfaces est passé de 73 à 112 sur la commune de Tours. Par ailleurs, selon une étude sur les modes d achats en Indre et Loire 2, les tourangeaux dépensent 77% de leur budget alimentaire en grandes surfaces. Evolution en nombre des commerces du secteur sauvegardé de Tours Alimentation Equip. de la maison Hygiène Santé Beauté Culture Loisirs Divers Equip. de la personne Multiactivités Services aux particuliers Auto CHR Total général L analyse de l évolution du commerce est abordée par activité puis synthétisée sous forme graphique. Un bilan sur les principales rues du secteur sauvegardé est établi en page Analyse issue d une vaste enquête mise en place en 2008 par les différentes CCI de la région Centre et la CRCI, avec pour objectif d analyser les comportements d achats des ménages sur la région. 21

22 1 Les activités en diminution : équipement de la maison, alimentation, culture loisirs et services aux particuliers 1-1 L équipement de la maison disparaît peu à peu du centre-ville Il s agit de l activité qui a le plus souffert en 16 ans, passant de 166 à 115 points de vente. Equipement de la maison Solde Antiquités, Brocante, Bouquins Meuble généraliste Linge de maison Textiles TV HIFI Artisanat Electroménager Bureautique Divers équipement maison Bazar maison Rideaux Tissus d'ameublement Spécialiste Literie Spécialiste SDB Vaisselle Arts de la table Bricolage >300m Décoration Dépôt-vente équipement maison Fenêtres Vérandas Menuiserie Quincaillerie Cadeaux gadgets Droguerie Peinture Vernis Jardin Objets d'art Luminaires Spécialiste Cuisines TOTAL Les types de commerces qui ont le plus diminué sont : - Les antiquaires qui, s ils restent nombreux (29), ont perdu 18 points de vente. Les rues de la Scellerie et Colbert sont particulièrement concernées : elles ont vu leurs points de vente diminuer de moitié sur ce type d offre. - Les commerces de linge de maison passent de 11 à 3 points de vente. - Les commerces de meubles diminuent de plus de 50% et passent de 16 à 7 points de vente. Les commerces de TV HIFI (-6) et d électroménager (-4) subissent également de lourdes pertes. Il s agit typiquement de type d offre souffrant de la concurrence des grandes surfaces installées en périphérie et du e-commerce. 22

23 1-2 L alimentation : les commerces de bouche traditionnels en souffrance Le nombre de commerces d alimentation est passé de 152 à 127. Alimentation Solde Charcuterie Traiteur Rôtisseur Boulangerie Pâtisserie Dépôt de pain Viennoiserie Alimentation générale <120m Boucherie Charcuterie Pâtisserie Glacier Salon de thé Fruits & Légumes Poissons Coquillages Crèmerie Fromagerie Surgelés Produits diététiques, bio Alimentation spécialisée Supérette m Vins Boissons diverses Confiserie Chocolaterie TOTAL Cette baisse concerne essentiellement les commerces de bouche : - Les charcuteries traiteurs accusent la baisse la plus forte : -65% passant de 20 à 7 points de vente. Les Halles centrales sont particulièrement concernées avec la perte de 8 charcuteries-traiteurs. Cependant, l offre en commerce de bouche s est maintenue au fil des ans sur les Halles de Tours, la lourde perte en charcuterie-traiteur étant compensée par des légères hausses d autres types de commerces (boucheries, fromageries, épiceries fines ) - Les boulangeries et dépôts de pain baissent également de façon importante et perdent au total, 16 points de vente. - Les boucheries et les pâtisseries perdent du terrain dans une moindre mesure (-3 points de vente chacun). D autres types de commerces prennent par ailleurs de l importance dans le paysage commercial et sont le reflet des changements dans les modes de consommation. Ainsi les marchands de vin (+4), les chocolateries confiseries (+6) et les boutiques d alimentation spécialisées (+2) sont en hausse. Par ailleurs, les supérettes qui ont gagné 3 points de vente, compensent la baisse des épiceries (alimentation générale <120m2). 23

EQUIPEMENT COMMERCIAL

EQUIPEMENT COMMERCIAL Territem, au service des entreprises Information territoriale 2011-2014 > Offre globale Chiffres-clés Composition commerciale > Equipements structurants > Cartographies EQUIPEMENT COMMERCIAL Panorama OFFRE

Plus en détail

Les pôles commerciaux et leurs magasins

Les pôles commerciaux et leurs magasins Les pôles commerciaux et leurs magasins Julien Fraichard* Pour les commerçants, l'implantation de leur établissement dans le tissu urbain est primordiale. Certains types de commerces, comme les magasins

Plus en détail

Le centre de gestion a le plaisir de vous adresser les statistiques professionnelles élaborées à partir des dossiers de gestion 2013.

Le centre de gestion a le plaisir de vous adresser les statistiques professionnelles élaborées à partir des dossiers de gestion 2013. Statistiques 2013 3, rue de Lyon B.P. 531 71010 MACON CEDEX Tél. 03.85.21.90.60 Télécopie 03.85.21.90.69 E-mail : contact@cgai-macon.fr Agrément de la Direction Régionale des Impôts n 1.02.710 du 6 mars

Plus en détail

STATISTIQUES PROFESSIONNELLES

STATISTIQUES PROFESSIONNELLES STATISTIQUES PROFESSIONNELLES EXERCICES CLOS EN 2013 Une population étudiée de 5365 adhérents Environ 220 codes A.P.E. représentés 13 ratios étudiés en termes de moyenne, minimum, maximum, écart-type 1:

Plus en détail

SOMMAIRE. Où et comment trouver une entreprise à reprendre? 4. L évaluation de l entreprise 6 Le budget à prévoir 7 Les droits d enregistrement 7

SOMMAIRE. Où et comment trouver une entreprise à reprendre? 4. L évaluation de l entreprise 6 Le budget à prévoir 7 Les droits d enregistrement 7 1 SOMMAIRE Quels sont les avantages d une reprise d entreprise? 4 Où et comment trouver une entreprise à reprendre? 4 Quelles sont les étapes à suivre? 5 Quelles sont les aides existantes? 6 Quels sont

Plus en détail

Statistiques Exercice 2012

Statistiques Exercice 2012 Statistiques Exercice 2012 Bénéfices Industriels et Commerciaux MISE EN GARDE AUX UTILISATEURS Les informations communiquées dans ce fascicule sont communiquées titre indicatif et ne peuvent être considérées,

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Evolution des commerces à Paris. Inventaire des commerces 2014 et évolutions 2011-2014

DOSSIER DE PRESSE. Evolution des commerces à Paris. Inventaire des commerces 2014 et évolutions 2011-2014 DOSSIER DE PRESSE Evolution des commerces à Paris Inventaire des commerces 2014 et évolutions 2011-2014 Contacts presse : Ville de Paris : Marie Francolin : presse@paris.fr / 01.42.76.49.61 CCI Paris :

Plus en détail

NORD (59) ROUBAIX Roubaix Est : Moulin, Potennerie, Sainte Elisabeth, Pile, Sartel Carihem, Trois ponts (ZRU - Liste prioritaire ANRU) Commerce diffus

NORD (59) ROUBAIX Roubaix Est : Moulin, Potennerie, Sainte Elisabeth, Pile, Sartel Carihem, Trois ponts (ZRU - Liste prioritaire ANRU) Commerce diffus NORD (59) ROUBAIX Roubaix Est : Moulin, Potennerie, Sainte Elisabeth, Pile, Sartel Carihem, Trois ponts (ZRU - Liste prioritaire ANRU) Le dispositif commercial existant Nature et composition Concentrations

Plus en détail

BILAN ÉCONOMIQUE ET SOCIAL DU VAL D OISE 1998-1999 LES ÉQUIPEMENTS COMMUNAUX

BILAN ÉCONOMIQUE ET SOCIAL DU VAL D OISE 1998-1999 LES ÉQUIPEMENTS COMMUNAUX BILAN ÉCONOMIQUE ET SOCIAL DU VAL D OISE 1998-1999 LES ÉQUIPEMENTS COMMUNAUX 1 - Des communes inégalement desservies en terme d équipements 2 - Des pôles majeurs d attraction en terme d équipements 3 -

Plus en détail

Portrait statistique de l emploi dans le commerce de détail. sur le périmètre de l inter-scot de l aire métropolitaine lyonnaise

Portrait statistique de l emploi dans le commerce de détail. sur le périmètre de l inter-scot de l aire métropolitaine lyonnaise Les Scot de l aire métropolitaine lyonnaise Agglomération lyonnaise Beaujolais Boucle du Rhône en Dauphiné Bugey-Côtière-Plaine de l Ain La Dombes Loire Centre Monts du Lyonnais Nord-Isère Ouest lyonnais

Plus en détail

DEUX-SÈVRES. F é v r i e r 2015. Viséo 79,

DEUX-SÈVRES. F é v r i e r 2015. Viséo 79, Viséo 79, L O B S E R VAT O I R E D É PA R T E M E N TA L F é v r i e r 2015 L ÉQUIPEMENT EN DE LA PERSONNE DEUX-SÈVRES Chambre de Commerce et d Industrie des Deux-Sèvres Observatoire Economique, Viséo

Plus en détail

Le commerce de proximité Repérage statistique et implantation sur le territoire

Le commerce de proximité Repérage statistique et implantation sur le territoire Le commerce de proximité Repérage statistique et implantation sur le territoire Gwennaël Solard Insee - Division Commerce Chargé d études 18 boulevard Adolphe Pinard 75675 Paris Cedex 14 tél : 01 41 17

Plus en détail

Statistiques Exercice 2011

Statistiques Exercice 2011 Statistiques Exercice 2011 Bénéfices Industriels et Commerciaux MISE EN GARDE AUX UTILISATEURS Les informations consignées dans ce fascicule sont communiquées à titre indicatif et ne peuvent être considérées,

Plus en détail

Flash info. Allianz ProfilPro. Allianz Courtage Direction Technique et Développement Produit

Flash info. Allianz ProfilPro. Allianz Courtage Direction Technique et Développement Produit Flash info Allianz Courtage Direction Technique et Développement Produit Avril 2014 Allianz ProfilPro Baisse du tarif Affaires nouvelles pour plus de 150 activités Dans la continuité de notre démarche

Plus en détail

NOTE DE CONJONCTURE DE L ARTISANAT

NOTE DE CONJONCTURE DE L ARTISANAT NOTE DE CONJONCTURE DE L ARTISANAT DES PAYS DE LA LOIRE 2nd semestre 2013 - Edition Janvier 2014 Au cours du second semestre, l activité a été contrastée. Même si le nombre d artisans déclarant une hausse

Plus en détail

LE COMMERCE DE DÉTAIL EN RÉGION NORD-PAS DE CALAIS Situation et Perspectives AVRIL 2015

LE COMMERCE DE DÉTAIL EN RÉGION NORD-PAS DE CALAIS Situation et Perspectives AVRIL 2015 LE COMMERCE DE DÉTAIL EN RÉGION NORD-PAS DE CALAIS Situation et Perspectives AVRIL 2015 LES ÉTABLISSEMENTS 31 748 COMMERCES EN REGION LE COMMERCE DE DÉTAIL, REPRÉSENTE 1/3 DES ÉTABLISSEMENTS DE LA RÉGION

Plus en détail

Bulletin. d opportunités. Département de l Essonne. Reprises PME/PMI - fonds de commerce et activités artisanales. numéro 2. n CCI Essonne PME/PMI

Bulletin. d opportunités. Département de l Essonne. Reprises PME/PMI - fonds de commerce et activités artisanales. numéro 2. n CCI Essonne PME/PMI Bulletin d opportunités Département de l Essonne Reprises PME/PMI - fonds de commerce et activités artisanales n CCI Essonne PME/PMI n tôlerie fine n métallerie de façades n Fonds de commerce n cafés -

Plus en détail

Synthèse Contrat. d Objectifs. Diagnostic Les services de l automobile En Midi-Pyrénées. Réalisation Observatoire régional emploi, formation, métiers

Synthèse Contrat. d Objectifs. Diagnostic Les services de l automobile En Midi-Pyrénées. Réalisation Observatoire régional emploi, formation, métiers Synthèse Contrat d Objectifs Diagnostic Les services de l automobile En Midi-Pyrénées Réalisation Observatoire régional emploi, formation, métiers Rédaction Christiane LAGRIFFOUL () Nadine COUZY (DR ANFA

Plus en détail

Chambre de métiers et de l artisanat de région Nord - Pas de Calais. L artisanat de la région. Nord - Pas de Calais

Chambre de métiers et de l artisanat de région Nord - Pas de Calais. L artisanat de la région. Nord - Pas de Calais Chambre de métiers et de l artisanat de région Nord - Pas de Calais L artisanat de la région Nord - Pas de Calais Éditorial...5 I. État et évolution de l artisanat du Nord-Pas de Calais... 7 1. 46 341

Plus en détail

Le profil des acheteurs à distance et en ligne

Le profil des acheteurs à distance et en ligne Le profil des acheteurs à distance et en ligne Étude réalisée pour le compte de La FEVAD, La Poste, Reed Exhibitions, CCI Grand Lille 24 octobre 2012 Synthèse de l étude - 1 LES HABITUDES DE CONSOMMATION

Plus en détail

2012, coup de froid sur les TPE

2012, coup de froid sur les TPE Chiffres ET COMMENTAIRES Collection de la France des TPE Cahier n 19, octobre 213 www.fcga.fr 212, coup de froid sur les TPE Activité : +,5% Résultat : -2,5% ZOOM SUR LES CAFÉS, HÔTELS, RESTAURANTS Un

Plus en détail

ACTIVITES REGLEMENTEES

ACTIVITES REGLEMENTEES ACTIVITES REGLEMENTEES Par le décret N 98-246 du 02 Avril 1998, quels que soient le statut juridique et les caractéristiques de l entreprise, un certain nombre d activités, dites réglementées ne peuvent

Plus en détail

APPEL À CANDIDATURES

APPEL À CANDIDATURES APPEL À CANDIDATURES pour 9 locaux à usage de commerces et de services de proximité Rue Saint Blaise Rue du Clos Paris 20 ème Le contenu de l appel à candidatures Contexte et environnement du projet Objet

Plus en détail

L emploi lié au tourisme dans le Territoire de Belfort

L emploi lié au tourisme dans le Territoire de Belfort Chiffres clés 1 207 emplois en moyenne sur l année 2011 dans le Territoire de Belfort*. Soit 850 emplois en équivalent temps plein (dont plus de 700 en zone urbaine). 2,4 % de l emploi total du département.

Plus en détail

Chambre de Commerce et d'industrie de l'oise Création Reprise Transmission d entreprise Pont de Paris CS 60250 60002 BEAUVAIS cedex

Chambre de Commerce et d'industrie de l'oise Création Reprise Transmission d entreprise Pont de Paris CS 60250 60002 BEAUVAIS cedex Edition du 19 juin 2015 Chambre de Commerce et d'industrie de l'oise Création Reprise Transmission d entreprise Pont de Paris CS 60250 60002 BEAUVAIS cedex Espace Entreprendre 03 44 79 80 39 03 44 79 80

Plus en détail

titre : Conseil éligibles

titre : Conseil éligibles Les aides financières du Parc naturel régional de la Haute Vallée de d Chevreuse sont attribuées au titre : du programme d actions du PNR financé par le Conseil régional d Île de France, le Conseil général

Plus en détail

Évolution du tissu artisanal en Bretagne

Évolution du tissu artisanal en Bretagne du tissu artisanal en Bretagne Alors que le nombre d entreprises artisanales bretonnes a baissé depuis 1990, 28 000 emplois salariés supplémentaires ont été créés dans le secteur en 14 ans. La taille des

Plus en détail

NOTE DE CONJONCTURE DE L ARTISANAT EN HAUTE-NORMANDIE SOMMAIRE. Décembre 2014 - N 6

NOTE DE CONJONCTURE DE L ARTISANAT EN HAUTE-NORMANDIE SOMMAIRE. Décembre 2014 - N 6 NOTE DE CONJONCTURE DE L ARTISANAT EN HAUTE-NORMANDIE Décembre 2014 - N 6 ENQUETE DU 2 nd SEMESTRE 2014 SOMMAIRE Tendance générale Tendance par département Tendance par grand secteur Focus sur les conjoints

Plus en détail

DES EXEMPLES DE PROJETS PRESENTES EN PDUC

DES EXEMPLES DE PROJETS PRESENTES EN PDUC Type d UC Outils du diagnostic Problématique Projet Magasin spécialisé dans la vente de produits pour l équitation Observation Analyse du compte de résultat Enquête clientèle Etude de concurrence Perte

Plus en détail

Changements à venir au programme d interchange de MasterCard, en avril 2015.

Changements à venir au programme d interchange de MasterCard, en avril 2015. Le 18 novembre 2014 Changements à venir au programme d interchange de MasterCard, en avril 2015. En tant que commerçant partenaire de MasterCard, il est important que vous connaissiez le modèle économique

Plus en détail

SOCIETE BELGES RECHERCHANT DES AGENTS COMMERCIAUX

SOCIETE BELGES RECHERCHANT DES AGENTS COMMERCIAUX SOCIETE BELGES RECHERCHANT DES AGENTS COMMERCIAUX - Code - 001 - Activité - Créatrice de mode & accessoires femmes haut de gamme - Bijoux fantaisies (plumes et pierre semi-précieuses) - Type de clientèle

Plus en détail

Le commerce de détail en Europe : la diversité des tissus commerciaux

Le commerce de détail en Europe : la diversité des tissus commerciaux Le commerce de détail en Europe : la diversité des tissus commerciaux Claire de Kermadec* Les habitudes culturelles, la taille et la dynamique des marchés modèlent le paysage du commerce de détail en Europe.

Plus en détail

Concours de vitrines À la serrurerie de la gare Automobiles Pottier Body'minute Boucherie Chauveau Boulangerie Rondeau Brasserie des sports

Concours de vitrines À la serrurerie de la gare Automobiles Pottier Body'minute Boucherie Chauveau Boulangerie Rondeau Brasserie des sports Concours de vitrines 149 commerçants participent cette année au grand concours de vitrines organisé par la Ville. En décorant leurs devantures, les artisans et commerçants perreuxiens contribues à la magie

Plus en détail

Artiscope. Les chiffres clés de l emploi dans l Artisanat en Région Centre Au 31 décembre 2013 (2ème Semestre 2013 - Année 2013)

Artiscope. Les chiffres clés de l emploi dans l Artisanat en Région Centre Au 31 décembre 2013 (2ème Semestre 2013 - Année 2013) Observatoire des Métiers et de l Artisanat Région Centre Juin 214 Artiscope Les chiffres clés de l emploi dans l Artisanat en Région Centre Au 31 décembre 213 (2ème Semestre 213 - Année 213) La révision

Plus en détail

ETUDE THEMATIQUE. Parution janvier 2015 CHIFFRES CLEFS SOMMAIRE L ARTISANAT DE L ALIMENTATION EN HAUTE-NORMANDIE.

ETUDE THEMATIQUE. Parution janvier 2015 CHIFFRES CLEFS SOMMAIRE L ARTISANAT DE L ALIMENTATION EN HAUTE-NORMANDIE. ETUDE THEMATIQUE L ARTISANAT DE L ALIMENTATION EN HAUTE-NORMANDIE Parution janvier 2015 CHIFFRES CLEFS 3 311 entreprises 3 471 établissements 2 198 établissements employeurs 5 971 salariés 1 551 apprentis

Plus en détail

Conséquences des changements de mode de vie sur la production et la distribution des biens de consommation : résultats d une étude du CRÉDOC

Conséquences des changements de mode de vie sur la production et la distribution des biens de consommation : résultats d une étude du CRÉDOC Conséquences des changements de mode de vie sur la production et la distribution des biens de consommation : résultats d une étude du CRÉDOC L industrie française des biens de consommation prend-elle bien

Plus en détail

EQUIPEMENT COMMERCIAL

EQUIPEMENT COMMERCIAL e > Offre globale Chiffres clés Vocation > Composition commerciale Les grandes enseignes Les magasins > Cartographies EQUIPEMENT COMMERCIAL OFFRE GLOBALE Chiffres-clés Nombre et surface GLA Départements

Plus en détail

Stratégie locale en faveur du commerce, de l artisanat & des services

Stratégie locale en faveur du commerce, de l artisanat & des services 1 Stratégie locale en faveur du commerce, de l artisanat & des services Pays Cœur de Flandre I Phase II La formulation de la stratégie Région Nord Pas de Calais Avril 2013 Région Communauté Nord Pas de

Plus en détail

" Tout seul on va plus vite, Ensemble on va plus loin!"

 Tout seul on va plus vite, Ensemble on va plus loin! Neyron Tramoyes Beynost Saint Maurice de Beynost Miribel Thil Aimer sa ville, c est la faire vivre! Moi, j adhère! " Tout seul on va plus vite, Ensemble on va plus loin!" A l'ère de la mondialisation,

Plus en détail

> Edito. > Témoignage. Serge Robine, président de l Union des Commerçants

> Edito. > Témoignage. Serge Robine, président de l Union des Commerçants 1 > Edito Dès l origine du projet urbain de la ville d Hérouville Saint-Clair, chaque quartier a pu bénéficier de l implantation d un centre commercial de proximité, accessible en priorité à leurs résidents.

Plus en détail

Seule adresse Le Service Information et Etudes Economiques de la CCD

Seule adresse Le Service Information et Etudes Economiques de la CCD une Seule adresse Le Service Information et Etudes Economiques de la CCD BP 84 - Tél : 21 35 10 70 Fax : 21 35 00 96 - E-mail : ccd@intnet.dj - d'une opportunité à saisir, - d un partenariat à nouer, -

Plus en détail

LISTE DES ACTIVITES HEBERGEES EN COUVEUSE PES 45

LISTE DES ACTIVITES HEBERGEES EN COUVEUSE PES 45 LISTE DES ACTIVITES HEBERGEES EN COUVEUSE PES 45 Date : septembre 2012 Actions commerciales au service de l'entreprise Agence de communication / Infographiste Cours de cuisine Animation musicale (anniversaire,

Plus en détail

Annexes. Sources et concepts. Le zonage en zones d emploi 2010

Annexes. Sources et concepts. Le zonage en zones d emploi 2010 Sources et concepts L étude est basée sur le croisement de deux zonage d étude : celui en zones d emploi, mis à jour en 2010, et celui en bassins de vie (2012). La région Midi-Pyrénées est couverte par

Plus en détail

Atlas Artisanat. de Haute-Garonne. Chambre de Métiers et de l Artisanat Haute-Garonne. Janvier 2012. Etat des lieux et Perspectives

Atlas Artisanat. de Haute-Garonne. Chambre de Métiers et de l Artisanat Haute-Garonne. Janvier 2012. Etat des lieux et Perspectives Chambre de Métiers et de l Artisanat alimentation services bâtiment production Atlas Artisanat de Janvier 2012 Etat des lieux et Perspectives Réalisé par Karima BELKALEM Service Etudes Statistiques et

Plus en détail

Immeuble. Pertes. Professionnelles. Assurances de Personnes

Immeuble. Pertes. Professionnelles. Assurances de Personnes Immeuble Pertes Pécuniaires Automobile Habitation Multirisques Professionnelles Assurances de Personnes Sada Assurances, SA à directoire et conseil de surveillance au capital de 24 721 000 euros Bienvenue

Plus en détail

Web-to-Store 12 septembre 2013

Web-to-Store 12 septembre 2013 Contacts BVA Marie Laurence GUENA marie-laurence.guena@bva.fr +33 1 71 16 89 70 CONTEXTE ET METHODOLOGIE Objectifs Le concept s inscrit comme une tendance forte des 10 prochaines années, mais reste à définir.

Plus en détail

Commerces de proximité Quelles politiques architecturales, urbaines et économiques des collectivités locales et opérateurs pour optimiser le commerce

Commerces de proximité Quelles politiques architecturales, urbaines et économiques des collectivités locales et opérateurs pour optimiser le commerce Commerces de proximité Quelles politiques architecturales, urbaines et économiques des collectivités locales et opérateurs pour optimiser le commerce de proximité Carole Delaporte et Christine Tarquis

Plus en détail

Economie, commerce et emploi

Economie, commerce et emploi 1 Economie, commerce et emploi Le tissu économique asniérois est aujourd hui en pleine mutation : les industries traditionnelles, en perte de vitesse, disparaissent depuis longtemps au profit des services.

Plus en détail

CONTRAT RAQVAM. Inventaire de vos biens mobiliers ASSURANCE LOGEMENT ET VIE QUOTIDIENNE

CONTRAT RAQVAM. Inventaire de vos biens mobiliers ASSURANCE LOGEMENT ET VIE QUOTIDIENNE ASSURANCE LOGEMENT ET VIE QUOTIDIENNE maif.fr maif.fr CONTRAT RAQVAM Inventaire de vos biens mobiliers > Réalisez un inventaire pour chaque logement, ou local utilitaire distinct assuré (résidence principale,

Plus en détail

Charte One Heart Spots

Charte One Heart Spots Charte One Heart Spots Bienvenue sur les One Heart Spots Merci d avoir choisi notre application mobile. Ce service est fourni par la SAS One Heart Communication (OHC), implantée à Paris (75009), au 2 rue

Plus en détail

Les Rencontres de la Boulangerie

Les Rencontres de la Boulangerie Les Rencontres de la Boulangerie Les Moulins Evelia et leur partenaire Gabopla, fournisseur de matières premières en boulangerie, organisent les premières Rencontres de la Boulangerie les 21, 22, 23 et

Plus en détail

L ARTISANAT EN REGION CENTRE

L ARTISANAT EN REGION CENTRE L ARTISANAT EN REGION CENTRE 1 842 communes 2 457 516 habitants (est. 1.1.2) 32 813 entreprises artisanales employant 9 113 salariés (eff. moyen : 2,7) Dreux Nogent le Rotrou CHARTRES Châteaudun Pithiviers

Plus en détail

PORTRAIT COMMERCIAL SDC SAINTE-ANNE-DE-BELLEVUE. Mission de la SDC. Principales caractéristiques

PORTRAIT COMMERCIAL SDC SAINTE-ANNE-DE-BELLEVUE. Mission de la SDC. Principales caractéristiques PORTRAIT COMMERCIAL Service de la mise en valeur du territoire Direction de l urbanisme et du développement économique SDC SAINTE-ANNE-DE-BELLEVUE Mission de la SDC Faire du village de une destination

Plus en détail

1. Informations générales

1. Informations générales STATISTIQUE CONJONCTURELLE MENSUELLE SUR LE CHIFFRE D'AFFAIRES DANS LE COMMERCE DE DÉTAIL 1. Informations générales 1.1. Définition de «commerce de détail» Le commerce de détail comprend la revente (vente

Plus en détail

Bordeaux, jeudi 3 février 2011

Bordeaux, jeudi 3 février 2011 Pionnier du commerce en ligne, Cdiscount, filiale du groupe Casino, est le leader de la distribution par Internet en France. Cdiscount propose une offre de produits de plus de 100 000 références répartie

Plus en détail

Grille d'évaluation. Nom:... Prénom:...

Grille d'évaluation. Nom:... Prénom:... Grille d'évaluation Nom:... Prénom:... AMMA ASSURANCES a.m. Association d assurance mutuelle à cotisations fixes conformément à l article 2, 2 de la Loi du 25.06.1992 (M.B. 20.08.1992) agréée sous le code

Plus en détail

Marketplaces, Etat des lieux du référencement naturel en 2014

Marketplaces, Etat des lieux du référencement naturel en 2014 Marketplaces, Etat des lieux du référencement naturel en 2014 www.iziflux.com blog.iziflux.com contact@iziflux.com 04 67 49 12 20 @Iziflux1 - @CIBLEWEBGUILHEM 1 Sommaire Introduction Etude globale Accessoires

Plus en détail

INVENTAIRE. Vous possédez un patrimoine que vous souhaitez préserver et protéger.

INVENTAIRE. Vous possédez un patrimoine que vous souhaitez préserver et protéger. Les Orchidées - Place de la Mairie 01710 THOIRY Tel : +33 450 41 22 80 - Fax : +33 450 20 86 28 http : //www.benierassurances.com INVENTAIRE Vous possédez un patrimoine que vous souhaitez préserver et

Plus en détail

LOCAL À LOUER. «ZAC SEGUIN RIVES DE SEINE» Quartier du Trapèze BOULOGNE BILLANCOURT Ilot B1 Passage Pierre Bézier

LOCAL À LOUER. «ZAC SEGUIN RIVES DE SEINE» Quartier du Trapèze BOULOGNE BILLANCOURT Ilot B1 Passage Pierre Bézier LOCAL À LOUER «Quartier du Trapèze BOULOGNE BILLANCOURT Ilot B1 Passage Pierre Bézier 152, bd Haussmann 75008 Paris Tél. : 01 53 53 23 23 Fax : 01 53 53 23 29 Email : contact@devim-commercialisation.fr

Plus en détail

COMMINGES 2010. Etude portant sur l Artisanat en zones d activités. Contribution de CMA Haute-Garonne. Octobre 2010. Canton de BOULOGNE- SUR-GESSE

COMMINGES 2010. Etude portant sur l Artisanat en zones d activités. Contribution de CMA Haute-Garonne. Octobre 2010. Canton de BOULOGNE- SUR-GESSE BOULOGNE- SUR-GESSE Canton de AURIGNAC MONTREJEAU SAINT-MARTORY SAINT-GAUDENS SALIES-DU- SALAT BARBAZAN Canton d'aspet de SAINT-BEAT COMMINGES 2010 Etude portant sur l Artisanat en zones d activités LUCHON

Plus en détail

NOGENT-LE-ROTROU (28 - Eure-et-Loir) Redynamisation du centre commercial «Les Gauchetières» Note descriptive du projet

NOGENT-LE-ROTROU (28 - Eure-et-Loir) Redynamisation du centre commercial «Les Gauchetières» Note descriptive du projet NOGENT-LE-ROTROU (28 - Eure-et-Loir) Redynamisation du centre commercial «Les Gauchetières» Note descriptive du projet Restructuration du pôle commercial «Les Gauchetières» à Nogent-le-Rotrou_27 janvier

Plus en détail

Chiffre d affaires de Casino unité : million d euros / Source : Casino

Chiffre d affaires de Casino unité : million d euros / Source : Casino Septembre 2012 / TBI&LMO / BPE 2ENT18 Chiffre d affaires de Casino unité : million d euros / Source : Casino 40 000 34 361 NAF rév.2, 2008 : Chiffres clés 2011 47.11CDEF 47.91B 30 000 20 000 20 390 22

Plus en détail

Bac BEP CAP. Certification. Tertiaire. Sanitaire et social alidation. Parti. Parcours. Réussite VAE. Titre professionnel. Diplôme. Durée parco BEP CAP

Bac BEP CAP. Certification. Tertiaire. Sanitaire et social alidation. Parti. Parcours. Réussite VAE. Titre professionnel. Diplôme. Durée parco BEP CAP ac Parcours Sanitaire et social alidation des personnes ayant passé un jury au cours de l année 2009 en Bretagne MARS 2012 Certification Bac Réussite Sanitaire et social Validation Parcours Certification

Plus en détail

culture chiffres PRODUCTION, DIFFUSION ET MARCHÉS Les entreprises du commerce du marché de l art 2009-4 François Rouet *

culture chiffres PRODUCTION, DIFFUSION ET MARCHÉS Les entreprises du commerce du marché de l art 2009-4 François Rouet * culture Secrétariat général Délégation au développement et aux affaires internationales Département des études, de la prospective et des statistiques 182, rue Saint-Honoré, 75033 Paris cedex 01 01 40 15

Plus en détail

Les comportements d achats multicanaux des internautes 9 ème baromètre FEVAD-Médiamétrie//NetRatings. extraits

Les comportements d achats multicanaux des internautes 9 ème baromètre FEVAD-Médiamétrie//NetRatings. extraits Les comportements d achats multicanaux des internautes 9 ème baromètre FEVAD-Médiamétrie//NetRatings extraits Juillet 2013 Contexte 2013 Un consommateur de plus en plus connecté 42,2 millions d internautes

Plus en détail

I. Les entreprises concernées et l opération

I. Les entreprises concernées et l opération RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 09-DCC-46 du 28 septembre 2009 relative à la prise en location-gérance par la société Distribution Casino France d un hypermarché détenu par la société Doremi L Autorité

Plus en détail

Bas Saint-Laurent. Fiche régionale. Portrait régional de l emploi

Bas Saint-Laurent. Fiche régionale. Portrait régional de l emploi Portrait régional de l emploi (*) (*) (en milliers) Bas Saint-Laurent 200 756 habitants % du Québec 2,6 % Agriculture 3,1 Services publics 0,0 Construction 4,9 Emploi par groupe d âge (*) Bas Saint-Laurent

Plus en détail

La Base Permanente des Équipements

La Base Permanente des Équipements La Base Permanente des Équipements La base permanente d'équipements (BPE) est produite et gérée par l INSEE en collaboration avec différents ministères. En effet, cette base ne provient pas d une enquête

Plus en détail

Carte Bancaire et consommation des ménages. Point presse du 2 février 2006. Groupement des Cartes Bancaires «CB»

Carte Bancaire et consommation des ménages. Point presse du 2 février 2006. Groupement des Cartes Bancaires «CB» Carte Bancaire et consommation des ménages Point presse du 2 février 2006 1 Dépenses des ménages français 2004 2003 évolution total dépenses ménages 901 M 868,3 M +3,4% total CB 220 M 204 M +10% pénétration

Plus en détail

Données au 1 er janvier 2015

Données au 1 er janvier 2015 2015 Données au 1 er janvier 2015 Sommaire Chapitres ELEMENTS DE CADRAGE ALSACE - TOUS SECTEURS Etablissements et effectifs en 2015 pp. 3 à 7 pp. 5 à 6 Etablissements par tranche d effectifs salariés en

Plus en détail

Dossier de presse. 5 commerçants du Vignoble nantais sélectionnés pour la 1 ère étape du concours «Mon commerce a des idées»

Dossier de presse. 5 commerçants du Vignoble nantais sélectionnés pour la 1 ère étape du concours «Mon commerce a des idées» Dossier de presse Nantes, le 17/07/2014 5 commerçants du Vignoble nantais sélectionnés pour la 1 ère étape du concours «Mon commerce a des idées» SOMMAIRE Communiqué de presse p. 2 Les membres du jury

Plus en détail

facility serv La première conciergerie durable et équitable de Haute Normandie! Un pôle unique de services pour salariés et particuliers.

facility serv La première conciergerie durable et équitable de Haute Normandie! Un pôle unique de services pour salariés et particuliers. facility serv La première conciergerie durable et équitable de Haute Normandie! Un pôle unique de services pour salariés et particuliers. 1 Sommaire 1. Le Marché de la Conciergerie en France (page 3).

Plus en détail

Typologie Commerciale

Typologie Commerciale Schéma de développement commercial de l agglomération Rouen-Elbeuf Diagnostic Schéma de développement commercial de l agglomération de Rouen-Elbeuf Typologie Commerciale Février 2005 Chambre de Commerce

Plus en détail

Maison unifamiliale : Définition

Maison unifamiliale : Définition Maison unifamiliale : Définition Une maison unifamiliale est considérée comme étant un bâtiment indépendant essentiellement affecté au logement d une seule famille. La portée des différents aspects tirés

Plus en détail

Note de présentation. En application de cet article, ce projet de décret vise à définir les deux listes :

Note de présentation. En application de cet article, ce projet de décret vise à définir les deux listes : Royaume du Maroc Ministère de t'industrie, du Commerce, de l'investissement et de l'economie Numérique :L=F,i_,_;_a_11 < II ;_,13_, jt -11 y1,3 1,3 Note de présentation Projet de décret fixant la liste

Plus en détail

les évolutions récentes

les évolutions récentes DE L ADEUS les évolutions récentes dans le BAS-RHIN : des territoires plus spécialisés et plus interdépendants 92 DéCEMBRE 2012 TRANSVERSAL Illustration : ADEUS, 2012 Depuis le milieu des années 1970,

Plus en détail

Secteurs et métiers en tension à Paris : éléments de cadrage

Secteurs et métiers en tension à Paris : éléments de cadrage Secteurs et métiers en tension à Paris : éléments de cadrage Réunion du Service Public de l Emploi Départemental (SPED) Séminaire de travail thématique Préfecture de la région d Île-de-France Préfecture

Plus en détail

Les déplacements dans la Haute-Marne

Les déplacements dans la Haute-Marne Les déplacements dans la Haute-Marne L AC C E S S I B I L I T É AU X É Q U I P E M E N T S E T S E R V I C E S Une partie importante des déplacements de ménages, outre ceux liés aux loisirs, au travail

Plus en détail

Le guide des formalités

Le guide des formalités Le guide des formalités Tout au long la de votre vie, CMA 30 est là... Sommaire Quelques rappels importants permettant de faciliter la réalisation des formalités auprès du Service Formalités des Entreprises

Plus en détail

PROVINCE DE QUÉBEC VILLE DE RIMOUSKI RÈGLEMENT 171-2004 L IMPOSITION D UNE TAXE D AQUEDUC ET D ÉGOUT POUR L ANNÉE 2005

PROVINCE DE QUÉBEC VILLE DE RIMOUSKI RÈGLEMENT 171-2004 L IMPOSITION D UNE TAXE D AQUEDUC ET D ÉGOUT POUR L ANNÉE 2005 PROVINCE DE QUÉBEC VILLE DE RIMOUSKI RÈGLEMENT 171-2004 RÈGLEMENT CONCERNANT L IMPOSITION D UNE TAXE D AQUEDUC ET D ÉGOUT POUR L ANNÉE 2005 CONSIDÉRANT QUE le conseil de la Ville de Rimouski a adopté ses

Plus en détail

Le drive. Les concepts. V eille c ommerce Inter-Scot - décembre 2012. Agence d urbanisme pour le développement de l agglomération lyonnaise

Le drive. Les concepts. V eille c ommerce Inter-Scot - décembre 2012. Agence d urbanisme pour le développement de l agglomération lyonnaise Agglomération lyonnaise Beaujolais Boucle du Rhône en Dauphiné Bugey-Côtière-Plaine de l Ain La Dombes Loire Centre Monts du Lyonnais Nord-Isère Ouest lyonnais Rives du Rhône Roannais Sud Loire Val de

Plus en détail

L EMPLOI INTERMITTENT DANS LE SPECTACLE AU COURS DE L ANNÉE 2013

L EMPLOI INTERMITTENT DANS LE SPECTACLE AU COURS DE L ANNÉE 2013 Février 2015 - N 15.004 L EMPLOI INTERMITTENT DANS LE SPECTACLE AU COURS DE L ANNÉE 2013 En résumé : En 2013, l emploi intermittent du spectacle concerne 254 000 salariés, 111 000 employeurs relevant du

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Plan de lutte contre les cambriolages et les vols à main armée

DOSSIER DE PRESSE Plan de lutte contre les cambriolages et les vols à main armée DOSSIER DE PRESSE Plan de lutte contre les cambriolages et les vols à main armée lundi 18 novembre à 11h30 La lutte contre les cambriolages est une priorité du Ministre de l intérieur, affirmée par le

Plus en détail

Panorama de la grande distribution alimentaire en France

Panorama de la grande distribution alimentaire en France N 25 Février 2014 Service du soutien au réseau Sous-direction de la communication, programmation et veille économique Bureau de la veille économique et des prix Panorama de la grande distribution alimentaire

Plus en détail

http://www.a2c-31.com Tableau n 3 dépenses, revenus particuliers

http://www.a2c-31.com Tableau n 3 dépenses, revenus particuliers Tableau n 3 dépenses, revenus particuliers Merci de compléter les tableaux suivants pour vous garantir un maximum d'informations en un minimum de temps à l'avenir Si possible, indiquez les dates de fin

Plus en détail

La création d entreprise en milieu rural

La création d entreprise en milieu rural La création d entreprise en milieu rural Une définition du milieu rural Définir le monde rural à partir de la taille des communes nous paraît insuffisant. En effet, il est important de prendre en compte

Plus en détail

La question financière. www.guidesulysse.com

La question financière. www.guidesulysse.com 1 La question financière Connaître le coût des études à Montréal, faire un budget efficace et réaliste, trouver des moyens pour financer ses études et comprendre les conséquences de l endettement, voilà

Plus en détail

Projet pour la création de nouveaux ateliers d artistes à Marseille, Association ART 13. I Etat des lieux

Projet pour la création de nouveaux ateliers d artistes à Marseille, Association ART 13. I Etat des lieux 1 Projet pour la création de nouveaux ateliers d artistes à Marseille, Association ART 13 I Etat des lieux Le parc d ateliers «publics» loués aux artistes contemporains à Marseille est de : - 10 ateliers

Plus en détail

Immobilier de bureaux

Immobilier de bureaux Immobilier de bureaux Observatoire Nantais de l Immobilier Tertiaire L année en chiffres Nantes Métropole AURAN Édito 5 ans déjà! En 2009, le CINA décidait d organiser la collecte des transactions du marché

Plus en détail

Les Très Petites Entreprises du secteur Construction en Rhône-Alpes

Les Très Petites Entreprises du secteur Construction en Rhône-Alpes Les Très Petites Entreprises du secteur Construction en Rhône-Alpes Un tissu d entreprises en mutation Edition 2012 Septembre 2012 1 SOMMAIRE I. Caractéristiques des Très Petites Entreprises du BTP en

Plus en détail

Un climat des affaires incertain

Un climat des affaires incertain AVRIL 2015 Un climat des affaires incertain Au premier trimestre, 39 % des TPE-PME rhônalpines ont observé une baisse de chiffre d affaires par rapport à la même période de 2014 et seulement 24 % une hausse.

Plus en détail

réussir Liège c Huy c Waremme formation de chef d entreprise www.formationpme.ifapme.be

réussir Liège c Huy c Waremme formation de chef d entreprise www.formationpme.ifapme.be réussir formation de chef d entreprise Liège c Huy c Waremme 2 // formation de chef d entreprise // Liège c Huy c Waremme Liège SOINS AUX PERSONNES k Accueillant(e) d enfants k Ambulancier TMS k Coiffeur

Plus en détail

www.biop.ccip.fr Les métiers porteurs Perspectives 2015

www.biop.ccip.fr Les métiers porteurs Perspectives 2015 Les métiers porteurs Perspectives 2015 2 Rappel Titre Les métiers porteurs Cette présentation est principalement basée sur les résultats d un rapport publié en janvier 2007 par le groupe «Prospective des

Plus en détail

atelier d urbanisme commercial MALACHER NORD Étude d impacts économiques et commerciaux

atelier d urbanisme commercial MALACHER NORD Étude d impacts économiques et commerciaux atelier d urbanisme commercial MALACHER NORD Étude d impacts économiques et commerciaux RENDU DOCUMENTAIRE 3 - DÉCEMBRE 2014 Sommaire les attentes croisées la synthèse des attentes l étude de potentiel

Plus en détail

vendre les métiers de la vente formation de chef d entreprise www.formationpme.ifapme.be

vendre les métiers de la vente formation de chef d entreprise www.formationpme.ifapme.be vendre les métiers de la vente formation de chef d entreprise 2 // les métiers de la vente gestionnaire d un point de vente Formation organisée à Liège et à Villers-le-Bouillet Première année Les différentes

Plus en détail

D O S S I E R D E P R E S S E 1 2 J U I N 2 0 1 5

D O S S I E R D E P R E S S E 1 2 J U I N 2 0 1 5 D O S S I E R D E P R E S S E 1 2 J U I N 2 0 1 5 GÉANT CASINO FAIT PEAU NEUVE Après une baisse des tarifs sans précédent qui a permis à Géant Casino de devenir leader des prix bas, l enseigne d hypermarchés

Plus en détail

Avec près des deux tiers des

Avec près des deux tiers des Les Dossiers de l Observatoire Régional du Tourisme n 42 - mars 2012 Le poids économique de l hôtellerie de plein air en Pays de la Loire Plus de 600 campings Un chiffre d affaires annuel de 230 millions

Plus en détail

AvAnt-propos. Derrière un homme qui a réussi Il y a toujours un homme qui a agi (Pablo Picasso)

AvAnt-propos. Derrière un homme qui a réussi Il y a toujours un homme qui a agi (Pablo Picasso) AvAnt-propos Derrière un homme qui a réussi Il y a toujours un homme qui a agi (Pablo Picasso) Vous avez décidé de créer une EURL ou une SARL. Bravo! Vous allez bientôt devenir un acteur de l économie

Plus en détail

publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques

publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques Dares Analyses FÉVRIER 2014 N 016 publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques L EMPLOI DANS LES TRÈS PETITES ENTREPRISES EN DÉCEMBRE 2012 Les entreprises

Plus en détail