Application des conventions et accords collectifs Faisons le point! Formation animée par Cécile Hutin et Caroline Khélif

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Application des conventions et accords collectifs Faisons le point! Formation animée par Cécile Hutin et Caroline Khélif"

Transcription

1 Application des conventions et accords collectifs Faisons le point! Formation animée par Cécile Hutin et Caroline Khélif Juin 2010

2 Plan général Création d entreprise : Comment déterminer la convention applicable? L exception aux règles de détermination : l établissement autonome Situation des groupe d entreprises / UES L entreprise en évolution : situation conventionnelle en cas de : Fusion-Absorption / Scission / Cessation partielle d activité 2 Plan détaillé Quelle est la convention applicable à mon client? Qui applique? L employeur et ses obligations conventionnelles Quelle étendue? Les champs d application Quel référencement? Champ d application professionnel et nomenclature NAF Choix et obligations : L application volontaire d un texte Pluralité de conventions : les groupes de sociétés 3

3 Plan détaillé Évolution de la situation de l entreprise : Quand et comment peut-on changer de convention? Quid de la CCN antérieure? Dénonciation / survie? Conséquences de cette modification : Sur le contrat de travail (article L code travail) En matière de bulletin de salaire Au sujet du régime de prévoyance (article L ) Quelques outils à votre disposition 4 Application des conventions et accords collectifs Quelle est la convention applicable à mon client?

4 Plan Définition Principes généraux Situation de l employeur vis-à-vis de ses obligations conventionnelles Cas particulier : conventions collectives et groupes de sociétés 6 Détermination Quelques définitions pour commencer La convention collective de branche : elle détermine les conditions d emploi, la formation professionnelle, le travail et les garanties sociales des salariés. L accord collectif : il ne concerne qu un seul ou quelques-uns seulement de ces sujets. 7

5 Détermination Quelques définitions complémentaires L accord interprofessionnel : il s applique à plusieurs branches d activité (exemples : ANI du 11 janvier 2008 sur la modernisation du marché du travail, CCN de retraite et de prévoyance des cadres du 14 mars 1947). L accord de branche : il est spécifique à un secteur d activité (exemple : branche de la coiffure) L accord d entreprise / d établissement : son application est limitée à une seule entreprise ou à un établissement au sein d un groupe d entreprises 8 Plan Définition Principes généraux Situation de l employeur vis-à-vis de ses obligations conventionnelles Cas particulier : conventions collectives et groupes de sociétés 9

6 Détermination Hiérarchie des textes applicables Salarié Ct travail Branche Entreprise Règlement intérieur Accord d entreprise ou d établissement Convention et accord collectif Sauf accord dérogatoire Tous secteurs d activité Accord interprofessionnel National / Européen / International Loi / Règlement 10 Détermination Principe Les conventions et les accords d entreprise ou d établissement peuvent adapter les dispositions des conventions de branche, accords professionnels ou interprofessionnels applicables à l entreprise aux conditions particulières de l entreprise ou de l établissement. Ils comportent des dispositions nouvelles ou plus favorables aux salariés et, en théorie, ne doivent pas réduire les droits accordés au niveau supérieur. 11

7 Détermination Exception : l accord dérogatoire La loi du 4 mai 2004 sur le dialogue social a accordé des dérogations à ce principe, en introduisant la possibilité de conclure un texte moins favorable aux salariés que celui de niveau supérieur. Exceptions : les accords de groupe, si les textes de niveau supérieur l ont expressément interdit, inapplicable à l égard des accords de niveaux supérieurs conclus avant le 7 mai 2004, date d entrée en vigueur de la loi du 4 mai 2004 qui n est pas rétroactive, les salaires minimaux, les classifications, la mutualisation des fonds de la formation professionnelle et la protection sociale complémentaire. La loi du 20 août 2008 sur la démocratie sociale a repris à son compte cette évolution. 12 Plan Définition Principes généraux Situation de l employeur vis-à-vis de ses obligations conventionnelles Cas particulier : conventions collectives et groupes de sociétés 13

8 Détermination Situation de l employeur Soit il est tenu d appliquer une convention car il est adhérent à un syndicat signataire et/ou il entre dans le champ d application géographique / professionnel d un texte étendu Soit il ne l est pas mais il peut décider d appliquer volontairement un texte 14 Détermination L adhésion de l employeur à un syndicat signataire l oblige à appliquer tous les textes conclus par ce syndicat dans son secteur d activité, qu il s agisse de textes étendus ou non, conclus avant son adhésion et, pour certains, après celle-ci. 15

9 Détermination L obligation de l employeur résulte aussi du champ d application : de l extension de la convention collective territorial professionnel 16 Détermination Le champ d application territorial peut être national, régional ou local, correspond à la localisation du siège social de l entreprise ou à l implantation de l établissement considéré, ne concerne que la France métropolitaine, sauf mention expresse contraire. 17

10 Détermination Particularités concernant les textes locaux En cas de déménagement ou de transfert de siège social, les accords régionaux, départementaux ou locaux peuvent être remis en cause car il peut y avoir sortie du champ d application géographique de ces textes. Dans ce cas, la Cour de cassation a estimé qu il n y avait pas lieu de dénoncer explicitement ces textes : leur mise en cause s opère d emblée. En revanche, les accords d entreprise ou d établissement (conclus au niveau de l entité elle-même) et les accords nationaux ne sont pas remis en cause lors d un déménagement. 18 Détermination Particularités concernant les textes locaux Exception au principe de l unité conventionnelle au sein d une entreprise : Tout établissement autonome reconnu peut appliquer le texte dont il relève au niveau local. 19

11 Détermination L Établissement autonome En matière de représentation syndicale, l établissement distinct (ou autonome) est caractérisé de manière légèrement différente par la jurisprudence selon le type d instance dont il s agit (délégués du personnel, délégués syndicaux, comité d entreprise). Ces différentes définitions retiennent toutes : une localisation géographique propre, des salariés ayant dans ce lieu des préoccupations qui leurs sont spécifiques, et la présence d un responsable au niveau local (pour recevoir les revendications présentées par les délégués). 20 Détermination L Établissement autonome En matière d application des textes conventionnels, l établissement distinct (ou autonome) se caractérise précisément, selon la jurisprudence, par : l existence d une activité nettement différenciée, exercée dans un local distinct, avec un personnel dédié et non interchangeable, et des dirigeants et une force de vente qui ne soient pas rattachés au siège de la société. En effet, s agissant d une exception au principe de l unité conventionnelle, celle-ci est d application stricte. 21

12 Détermination Particularités concernant les textes locaux Dans le cas où les critères de l autonomie ne sont pas réunis, retour au principe : Application du texte concernant le siège à tous les salariés, quel que soit leur lieu de travail. 22 Détermination L obligation de l employeur résulte aussi du champ d application : de l extension de la convention collective territorial professionnel 23

13 Détermination Le champ d application professionnel Exprimé en référence : au code APE délivré par l Insee, à l objet social défini dans les statuts de l entreprise. Mais ces deux éléments n ont qu une valeur indicative sans effet juridique. Seule compte l activité réellement exercée par l entreprise. 24 Détermination Nomenclature Insee NAF 2 : les nouveautés Depuis le 1 er janvier 2008, remplacement de la nomenclature d activités française «NAF 1» par une nouvelle version : la «NAF 2». Il en résulte un changement des codes APE (activité principale exercée, codée selon la NAF) pour toutes les entreprises inscrites au répertoire Sirene. Les nouveaux codes APE (4 chiffres + 1 lettre au lieu de 3 chiffres + 1 lettre) ont été notifiés durant le premier trimestre

14 Détermination Nomenclature Insee NAF 2 : les constantes Les codes d activité n ayant aucune valeur juridique, le changement de nomenclature n entraîne aucune modification en matière de convention collective applicable. Les partenaires sociaux sont toutefois invités à négocier des avenants destinés à mettre à jour les champs d application professionnels des textes qu ils gèrent. 26 Détermination Le champ d application professionnel Déterminé en fonction de l activité effective de l entreprise, il correspond à l activité principale. Résulte de la comparaison entre l activité réellement exercée et celle(s) décrite(s) en termes d activités économiques dans le champ d application du texte négocié (CCN, accord ) 27

15 Détermination Champ d application professionnel : activités multiples dans l entreprise En cas de concours d activités : 3 situations possibles : Existence d une clause de départage, A défaut : utilisation des règles de détermination. Cas particulier : application de plusieurs conventions. 28 Détermination Champ d application professionnel et concours d activités La clause de départage permet aux entreprises d une même branche professionnelle ou d un même secteur d activité d opter, sous certaines conditions, entre deux conventions. Deux hypothèses : Secteur déjà couvert par une convention, dans lequel un nouveau texte est signé Clause de statu quo Secteur se situant à la frontière de deux conventions collectives Clause d option. 29

16 Détermination Champ d application professionnel et concours d activités En l absence de clause de départage, est considérée comme activité principale : dans une entreprise industrielle : celle qui occupe le plus grand nombre de salariés dans une entreprise commerciale : celle qui représente la majorité du chiffre d affaires dans une entreprise mixte : si le chiffre d affaires afférent aux activités industrielles est à 25 % du CA total, application du critère de l entreprise industrielle prise en compte du nombre de salariés affectés à la production déterminante. 30 Détermination Champ d application professionnel et centre d activité autonome Peut également faire échec à l application d une convention unique, l existence d un centre d activité autonome. 31

17 Détermination L obligation de l employeur résulte aussi du champ d application : territorial professionnel de l extension 32 Détermination L appartenance au champ d application d un texte n oblige que les employeurs syndiqués à appliquer le texte conclu. Pour que l obligation s impose à tous, il faut un arrêté d extension. 33

18 L arrêté d extension : Détermination Il impose l application d une convention de branche ou d un accord professionnel ou interprofessionnel à tous les employeurs (y compris aux non syndiqués), dès lors qu ils entrent dans le champ d application professionnel et territorial de ce texte. Cas particuliers : l arrêté d élargissement l arrêté d agrément Extension ou autre arrêté? 34 Détermination Procédure d extension L extension est précédée d un avis publié au Journal officiel. Elle fait l objet d un arrêté pris par le ministre du travail, de sa propre initiative ou à la demande d une organisation syndicale intéressée. Elle peut être partielle (avec mention d exclusions) ou totale. 35

19 Détermination Effets de l extension Elle produit ses effets à compter de la date qu elle fixe ou, à défaut, le lendemain de la publication de l arrêté au Journal officiel, sauf date ultérieure prévue par l arrêté ou le texte étendu. En revanche, elle n est jamais rétroactive. 36 Détermination Situation de l employeur Soit il est tenu d appliquer une convention Soit il ne l est pas car il est adhérent à un syndicat signataire et/ou il entre dans le champ d application géographique / professionnel d un texte étendu mais il peut décider d appliquer volontairement un texte 37

20 Détermination Outre ces situations, l employeur a la faculté d appliquer une CCN à laquelle il n est pas soumis. Nous étudierons successivement : l application volontaire d un texte l accord atypique 38 Détermination Application volontaire Admise par la jurisprudence, elle permet à l employeur de faire bénéficier son personnel d avantages plus substantiels que ceux qui figurent dans le code du travail. Elle peut être : Partielle : l employeur peut se limiter à l application de certaines clauses ou n en faire bénéficier qu une partie des salariés. Ponctuelle : l employeur n est pas tenu d appliquer les avenants éventuels pouvant être conclus dans l avenir. L application volontaire d une convention a la valeur d un usage que l employeur peut dénoncer comme tel. 39

21 Détermination Les limites de l application volontaire L application volontaire d une convention ne peut concerner que les relations individuelles de travail et jamais les relations collectives. Les relations collectives ne peuvent être régies que par la convention collective qui correspond à l activité principale de l entreprise. 40 Détermination Définition de l accord atypique Principe de conclusion de l accord d entreprise : Entre l employeur et le ou les délégués syndicaux présents dans l entreprise (ou les délégués du personnel faisant fonction de délégué syndical dans les entreprises de moins de 50 salariés) légalement représentatif(s) ou, par exception, avec un salarié mandaté. Donc : tout accord négocié avec un autre interlocuteur est qualifié d atypique, puisque son mode de négociation est dérogatoire. 41

22 Détermination L accord atypique Ce texte n a ni la valeur, ni les effets d un accord collectif. La jurisprudence le considère comme un engagement unilatéral de l employeur qui lie celuici. L accord atypique s analyse comme un usage et peut se dénoncer comme tel. Il ne peut jamais être moins favorable aux salariés que les textes de niveau supérieur. 42 Plan Définition Principes généraux Situation de l employeur vis-à-vis de ses obligations conventionnelles Cas particulier : conventions collectives et groupes de sociétés 43

23 Détermination Conventions collectives et groupes de sociétés Les articles L et suivants, introduits dans le code du travail par l article 46 de la loi du 4 mai 2004, consacrent l existence des conventions et accords négociés au niveau du groupe. Mais ils n intercalent pas l accord de groupe entre l accord de branche et l accord d entreprise dans la hiérarchie des normes. Ils se bornent à définir les effets de l accord de groupe, en les assimilant à ceux de la convention ou de l accord d entreprise. 44 Détermination Conventions collectives et groupes de sociétés Ils ne donnent pas non plus de définition du groupe : les négociateurs peuvent donc décider si l accord va couvrir l ensemble des entreprises du groupe, ou quelques-unes seulement. Les accords de groupe sont distincts de ceux qui sont conclus au sein d une Unité Économique et Sociale reconnue. 45

24 L Unité économique et sociale (UES) Il peut arriver que des sociétés, apparemment et juridiquement distinctes, n en constituent pas moins un groupement de fait, une même unité économique et sociale (UES). Comment se caractérise l UES? Une unité économique est établie lorsque les différentes sociétés qui la composent ont une direction commune et des activités imbriquées. Il y a unité sociale lorsque les salariés des divers éléments de l ensemble ont un statut semblable. 46 L Unité économique et sociale (UES) unité économique unité sociale Pouvoir de direction unique, communauté d intérêts, unité (ou du moins complémentarité) des activités. Communauté de travailleurs soumise à des conditions de travail identiques, méthodes de gestion similaires, bénéficiant d un même statut et d œuvres sociales communes et susceptibles de faire l objet de permutations entre les sociétés. 47

25 UES et Groupes de sociétés Parmi les critères de reconnaissance de l UES, la jurisprudence peut prendre en compte la soumission à un même statut conventionnel (Cass.soc.,14 mai 1987). Cependant, elle admet également l existence d une UES entre deux sociétés soumises à des accords collectifs différents (Cass. Soc., 12 janvier 2005). Ce qui distingue l UES et le groupe de sociétés n est donc pas leur statut en matière conventionnelle mais le fait qu elles servent à la mise en place d institutions représentatives du personnel distinctes (Cass. Soc., 25 janvier 2006). 48 Détermination Conventions collectives et groupes de sociétés Les groupes cherchent fréquemment à se doter d un statut conventionnel unique, nonobstant la diversité des entreprises qui le composent Objectif principal de cette négociation : faciliter la mobilité des salariés au sein du groupe. 49

26 Détermination Conventions collectives et groupes de sociétés La loi n ayant pas ménagé aux accords de groupe une place spécifique, la jurisprudence les considère comme des accords collectifs dès lors : Qu ils ont été conclus par des employeurs ou des organisations syndicales représentatives au plan national et que leur champ d application est expressément défini (par exemple : accord sur la délimitation du groupe en vue de la mise en place d un comité de groupe, convention portant reconnaissance d une unité économique et sociale ) 50 Détermination Conventions collectives et groupes de sociétés Pour doter les salariés du groupe d un statut conventionnel unifié, il est également possible d étendre à toutes les sociétés du groupe le statut conventionnel propre à l une d entre elles, qu il s agisse : de celui de la société-mère ou de celui de la société qui assure l activité économique principale du groupe. 51

27 Détermination Conventions collectives et groupes de sociétés Entreprise principale société mère société assurant l activité principale du groupe CCN X Entreprise secondaire n 1 filiale assure une activité secondaire au groupe CCN Y Entreprise secondaire n 2 filiale CCN Y + Accord d entreprise Entreprise secondaire n 3 établissement autonome CCN Z 52 Détermination Conventions collectives et groupes de sociétés Principe Pas d application automatique de la CCN de l entreprise principale du groupe aux autres entités. Quel que soit le degré d intégration des entreprises n 1, 2 et 3, elles conservent leur statut conventionnel propre (au niveau des conventions de branche et des accords d entreprise). Les salariés de ces entreprises ne peuvent pas réclamer les avantages issus de la CCN X sur le seul fondement de leur appartenance au groupe. 53

28 Détermination Conventions collectives et groupes de sociétés Possibilité d étendre, à toutes les sociétés du groupe, le statut conventionnel de l une d entre-elles (pas nécessairement celui de l entreprise dominante) : Par adhésion : sous réserve de l accord des organisations syndicales représentatives de l entreprise, après négociation (c. trav. L ) accord d entreprise Par application volontaire, constitutive d un usage Dans tous les cas, seules les dispositions les plus favorables s appliqueront aux salariés des différentes entités du groupe. 54 Application des conventions et accords collectifs Quand et comment mon client peut-il changer de convention ou d accord collectif?

29 Conditions pour changer de convention ou d accord collectif Rappel des principaux textes juridiques applicables en cas de transfert Relations individuelles : (anc. art. L , al.2 ) Maintien des contrats de travail entre l ancien et le nouvel employeur (art. L du code du Travail) Relations collectives : (anc. art. L.132-8, al.7 ) Hypothèses dans lesquelles l application d une convention ou d un accord est mise en cause en raison notamment d une fusion, cession, scission (art. L du code du Travail) Conditions pratiques du transfert 56 Conditions pour changer de convention ou d accord collectif Article L (anc. art. L , al.2) Les incidences du transfert d entreprise sur le statut individuel du salarié Principe maintien du contrat de travail en cas de fusion, cession, absorption, scission... 57

30 Conditions pour changer de convention ou d accord collectif Article L (anc. art. L , al.2) Les contrats transférés L article L s applique à tous les titulaires d un contrat de travail, peu importe la nature du contrat. 58 Conditions pour changer de convention ou d accord collectif Article L (anc. art. L , al.2) Les contrats transférés Contrat en cours ou suspendu Pour être applicable, le contrat de travail doit être en cours à la date de la modification de la situation juridique de l employeur. Lorsque les conditions d application de l art. L sont remplies, le contrat de travail est transféré de plein droit, indépendamment de la volonté des parties. Il s agit d une disposition d ordre public. 59

31 Conditions pour changer de convention ou d accord collectif Article L (anc. art. L , al.2) Les contrats transférés Le transfert des contrats et des relations de travail a nécessairement lieu à la date du transfert de l entreprise (date d effet de la cession). Le salarié ne peut refuser le transfert de son contrat de travail, sauf à en faire valoir une modification substantielle. 60 Conditions pour changer de convention ou d accord collectif Article L (anc. art. L , al.2) Les contrats transférés Le caractère impératif de l article L fait échec aux conventions conclues entre les employeurs successifs ayant pour effet d éluder ou de limiter son application. Pas de possibilité d arrangement entre les employeurs successifs concernant les contrats de travail. 61

32 Conditions pour changer de convention ou d accord collectif Article L (anc. art. L , al.2) Les contrats transférés L employeur n est pas tenu d informer individuellement, le salarié, de la modification juridique ou de la cession de l entreprise dans laquelle il est employé. 62 Conditions pour changer de convention ou d accord collectif Article L (anc. art. L , al.2) Poursuite du même contrat de travail Conditions maintien des conditions d exécution du contrat impossibilité de prévoir une période d essai maintien de l ancienneté acquise chez le précédent employeur maintien de la clause de non-concurrence maintien de la rémunération et de la qualification maintien de la clause de mobilité 63

33 Quand et comment changer de convention ou d accord collectif? Si la poursuite de la relation contractuelle de travail est garantie aux salariés, celle de leur statut collectif ne l est pas. Le nouvel employeur est fondé à dénoncer tout ou partie de ce statut en respectant des modalités spécifiques de dénonciation. 64 Quand et comment changer de convention ou d accord collectif? Article L (anc. art. L al 7) Champ d application de cet article Opérations concernées Transfert d entreprise Changement d activité Autres cas d application 65

34 Conditions pour changer de convention ou d accord collectif Article L (anc. art. L al 7) Transfert d entreprise Hypothèses dans lesquelles l application d une convention ou d un accord est mise en cause : sont visées, l ensemble des hypothèses de changement d employeur au sens de l article L (fusion, cession, scission absorption, mise en location gérance, sous-traitance...) 66 Transfert d entreprise Article L (anc. art. L al 7) La jurisprudence fait référence à la notion de : Transfert d une «entité économique autonome» La mise en cause s applique aussi : au transfert du siège social de l entreprise dans un autre département, dans l hypothèse d une convention collective territoriale 67

35 Quand et comment changer de convention ou d accord collectif? Article L (anc. art. L al 7) Champ d application de cet article Opérations concernées Transfert d entreprise Changement d activité Autres cas d application 68 Conditions pour changer de convention ou d accord collectif Article L (anc. art. L al 7) Le changement de l activité principale de l entreprise peut conduire celle-ci à sortir du champ d application professionnel d une convention ou d un accord. 69

36 Quand et comment changer de convention ou d accord collectif? Article L (anc. art. L al 7) Champ d application de cet article Opérations concernées Transfert d entreprise Changement d activité Autres cas d application 70 Conditions pour changer de convention ou d accord collectif L article L Peut-il s appliquer à d autres situations que celles qui y sont énumérées? Liste énonciative et non limitative, d après la cour de cassation (adverbe «notamment»), 71

37 Conditions pratiques du transfert Le plus souvent, la modification de l activité ou de la situation juridique de l employeur remet en cause l application des conventions et accords collectifs antérieurement applicables. La loi intervient afin d organiser le maintien provisoire des textes conventionnels mis en cause et la transition. 72 Conditions pratiques du transfert Nous verrons successivement : La survie provisoire des dispositions mises en cause L obligation de négocier l accord de substitution Le maintien des avantages individuels acquis 73

38 Survie provisoire des dispositions mises en cause La loi organise une procédure de survie provisoire des dispositions conventionnelles mises en cause par le transfert. La convention ou l accord collectif dont l application est mise en cause continue de produire effet jusqu à l entrée en vigueur de la convention ou de l accord qui lui est substitué ou, à défaut, pendant 12 mois qui s ajoutent à un préavis de dénonciation de 3 mois. 74 Survie provisoire des dispositions mises en cause Survie légale : 15 mois délai pendant lequel les contrats ne peuvent être modifiés. délai mis à profit par l employeur pour engager des négociations avec les organisations syndicales,ou à défaut avec un salarié mandaté, pour la création d un nouveau statut collectif. 75

39 Survie provisoire des dispositions mises en cause Négociation d un accord dans les entreprises sans délégué syndical (DS) Recours aux salariés mandatés depuis le 1 er janvier 2010 (aucune condition d effectif) Sont concernées les entreprises Dépourvues de DS, Ayant un PV de carence établissant l absence de représentants élus. Condition de validité L accord signé par un salarié mandaté doit être approuvé par les salariés, à la majorité des suffrages exprimés. 76 Survie provisoire des dispositions mises en cause L interruption du délai de survie par la conclusion d un accord de substitution Si un accord est conclu, celui-ci interrompt le délai de survie provisoire des dispositions conventionnelles mises en cause. Pas d accord possible pendant les 3 mois de préavis. 77

40 Obligation de négocier un accord de substitution Une négociation doit s engager à la demande d une des parties intéressées (employeur ou DS) dans les 3 mois qui suivent la dénonciation. Seules les OS représentatives nationales ont qualité pour négocier avec l employeur un accord de substitution et ce jusqu aux résultats des prochaines élections professionnelles. 78 Obligation de négocier un accord de substitution L accord de substitution doit : Soit éviter un vide conventionnel Soit adapter le statut conventionnel antérieur aux dispositions déjà applicables dans l entreprise d accueil 79

41 Obligation de négocier un accord de substitution Contrairement aux règles applicables en cas de dénonciation, il n est pas exigé que l accord collectif mis en cause et l accord de substitution soient de même niveau (accord collectif pouvant se substituer à une convention de branche). 80 Obligation de négocier un accord de substitution Il n est pas exigé non plus que les dispositions négociées soient nécessairement plus favorables que les dispositions dont bénéficiaient les salariés avant le transfert. 81

42 Obligation de négocier un accord de substitution À l issue du délai de survie Les conventions et accords collectifs mis en cause cessent d être applicables aux salariés même en l absence de négociation et de conclusion d un accord de substitution. À l expiration de ce délai, et en l absence d accord de substitution, les salariés conservent les avantages individuels acquis. 82 Le maintien des avantages individuels acquis En l absence d accord de substitution : maintien des avantages individuels acquis qui procuraient au salarié une rémunération ou un droit dont il bénéficiait à titre personnel (ex. prime d ancienneté) exclus : les avantages collectifs ne bénéficiant qu à certains salariés La négociation et la conclusion d un accord de substitution conduisent à la mise en cause des avantages individuels acquis. 83

43 Suite du transfert La jurisprudence consacre que, lorsque des dispositions conventionnelles sont déjà en vigueur dans l entreprise d accueil, la survie du statut collectif antérieur entraîne une situation de concours. 84 Suite du transfert Dans ce cas, les salariés transférés peuvent bénéficier des conventions et accords collectifs applicables avant et après le transfert sans qu il puisse y avoir cumul des avantages ayant le même objet ou la même cause. Doit être accordé aux salariés, le plus favorable d entre eux. 85

44 Application des conventions et accords collectifs Les nouveaux entrants bénéficient ou des accords collectifs dont dépend l entreprise d accueil. 86 Application des conventions et accords collectifs Quelles incidences le changement de convention collective a-t-il sur les bulletins de salaires? 87

45 Incidences sur les bulletins de salaire Cette liste est non exhaustive Modification du nom de l employeur Dénomination de l établissement dont dépend le salarié Adresse de l employeur (adresse de l entreprise ou de l établissement, selon le cas) Références de l Urssaf compétente ou organisme auquel l employeur verse les cotisations de Sécurité sociale 88 Incidences sur les bulletins de salaire Convention collective Si pas de convention collective, articles du code du travail relatifs à la durée des congés payés du salarié et à la durée du préavis en cas de cessation de la relation de travail Classification, échelon, coefficient Salaire minimum conventionnel Taux des heures supplémentaires (ce taux ne peut-être inférieur à 10 %) Primes diverses 89

FUSIONS, CESSIONS, SCISSIONS, DE PROTECTION SOCIALE COMPLÉMENTAIRE

FUSIONS, CESSIONS, SCISSIONS, DE PROTECTION SOCIALE COMPLÉMENTAIRE FUSIONS, CESSIONS, SCISSIONS, IMPACT SUR LES RÉGIMES DE PROTECTION SOCIALE COMPLÉMENTAIRE SOMMAIRE 1. RESTRUCTURATION D ENTREPRISE ET INCIDENCES SUR LA PROTECTION SOCIALE Principes 2. SITUATION DU RÉGIME

Plus en détail

Convention ou accord collectif

Convention ou accord collectif ENGAGEMENT INTERNE A L ENTREPRISE DIFFERENTES METHODES DE MISE EN PLACE UN CONTRAT L article L.911-1 du Code de la sécurité sociale précise que les garanties collectives relevant de la protection sociale

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3090 Convention collective nationale IDCC : 1527. IMMOBILIER (Administrateurs

Plus en détail

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3090 Convention collective nationale IDCC : 1527. IMMOBILIER (Administrateurs de biens, sociétés immobilières,

Plus en détail

Portabilité des couvertures «prévoyance et santé» Art. 14 de l ANI du 11 janvier 2008 et avenant du 18 mai 2009

Portabilité des couvertures «prévoyance et santé» Art. 14 de l ANI du 11 janvier 2008 et avenant du 18 mai 2009 Portabilité des couvertures «prévoyance et santé» Art. 14 de l ANI du 11 janvier 2008 et avenant du 18 mai 2009 30 juin 2009 SOMMAIRE 1. Bénéficiaires de la portabilité 2. Renonciation à la portabilité

Plus en détail

Quand appliquer la convention collective nationale du commerce de détail de l habillement et des articles textiles (n 3241)?

Quand appliquer la convention collective nationale du commerce de détail de l habillement et des articles textiles (n 3241)? Quand appliquer la convention collective nationale du commerce de détail de l habillement et des articles textiles (n 3241)? SOMMAIRE I. Application de la CCN du commerce de détail de l habillement et

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2006-040

LETTRE CIRCULAIRE N 2006-040 PARIS, le 15/02/2006 DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE DIRRES LETTRE CIRCULAIRE N 2006-040 OBJET : Bonus exceptionnel d'un montant maximum de 1.000 euros L'article 17 de la loi

Plus en détail

Service juridique CSFV

Service juridique CSFV Service juridique LES CONSÉQUENCES D UN TRANSFERT D ENTREPRISE Lorsque les conditions d application de l article L. 1224-1 1 (anciennement) L.122-12 du Code du Travail sont remplies, le transfert des contrats

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale IDCC : 1518. ANIMATION

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale IDCC : 1518. ANIMATION MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3246 Convention collective nationale IDCC : 1518. ANIMATION AVENANT N 137 DU 26 SEPTEMBRE 2011 RELATIF AU TEMPS PARTIEL

Plus en détail

Accord collectif national sur la mobilité inter-entreprises du 25.06.04

Accord collectif national sur la mobilité inter-entreprises du 25.06.04 Accord collectif national sur la mobilité inter-entreprises du 25.06.04 Préambule La mobilité inter-entreprises répond aux objectifs suivants : - Développer l identité collective en constituant un facteur

Plus en détail

Prévoyance et complémentaire santé : les modifications de la loi relative à la sécurisation de l emploi

Prévoyance et complémentaire santé : les modifications de la loi relative à la sécurisation de l emploi Prévoyance et complémentaire santé : les modifications de la loi relative à la sécurisation de l emploi SYNTHESE D EXPERTS Juillet 2013 SOMMAIRE 1 Généralisation de la couverture complémentaire santé...

Plus en détail

REGIME SOCIAL DES CONTRIBUTIONS PATRONALES DE PREVOYANCE ET DE RETRAITE SUPPLEMENTAIRE

REGIME SOCIAL DES CONTRIBUTIONS PATRONALES DE PREVOYANCE ET DE RETRAITE SUPPLEMENTAIRE REGIME SOCIAL DES CONTRIBUTIONS PATRONALES DE PREVOYANCE ET DE RETRAITE SUPPLEMENTAIRE Contexte : Loi FILLON du 23 Août 2003 : - modification des limites d exonération, - fixation de nouvelles caractéristiques

Plus en détail

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions pratiques [comité d entreprise] Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions Les effets de la reconnaissance d une unité économique et sociale sont progressivement affinés

Plus en détail

Sal a on o d es e s se s r e v r i v ce c s e s à à la a personne Fps/2009

Sal a on o d es e s se s r e v r i v ce c s e s à à la a personne Fps/2009 Salon des services à la personne Groupe IRCEM - emplois de la famille - Entreprises privées et associations prestataires : Tout savoir sur vos obligations en matière de protection sociale Salon des services

Plus en détail

DECISION UNILATERALE Instituant un Régime de Prévoyance Complémentaire «FRAIS DE SANTE»

DECISION UNILATERALE Instituant un Régime de Prévoyance Complémentaire «FRAIS DE SANTE» DECISION UNILATERALE Instituant un Régime de Prévoyance Complémentaire «FRAIS DE SANTE» Document remis à chaque salarié, pour la mise en place de garanties collectives couvrant les frais médicaux. Préambule

Plus en détail

AVENANT N 2 DU 25 OCTOBRE 2011 CHAPITRE I ER

AVENANT N 2 DU 25 OCTOBRE 2011 CHAPITRE I ER MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Accord professionnel CAISSE D ÉPARGNE AVENANT N 2 DU 25 OCTOBRE 2011 À L ACCORD DU 24 NOVEMBRE 2005 RELATIF AUX FRAIS DE SOINS DE

Plus en détail

Le contrat de travail à temps partiel

Le contrat de travail à temps partiel Le contrat de travail à temps partiel 1) Travail à temps partiel : de quoi s agit-il? Est considéré comme salarié à temps partiel le salarié dont la durée du travail est inférieure : - à la durée légale

Plus en détail

>> Indemnité de licenciement des Mensuels

>> Indemnité de licenciement des Mensuels N d info 1454-10 Informations ASJ 04-03 Pôle Relations Sociales et Juridiques Mise à jour juin 2011 >> Indemnité de licenciement des Mensuels L avenant du 21 juin 2010 à l accord national sur la mensualisation

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3381 Convention collective nationale IDCC : 2941. AIDE, ACCOMPAGNEMENT, SOINS

Plus en détail

ACCORD SUR LA CREATION D UN COMPTE EPARGNE TEMPS (CET)

ACCORD SUR LA CREATION D UN COMPTE EPARGNE TEMPS (CET) ACCORD SUR LA CREATION D UN COMPTE EPARGNE TEMPS (CET) ENTRE LES SOUSSIGNES : L'Office International de l'eau, Association loi 1901, dont le siège social est situé 21 rue de Madrid 75008 PARIS, immatriculée

Plus en détail

TEXTE. Le cadre de la négociation collective

TEXTE. Le cadre de la négociation collective TEXTE Le cadre de la négociation collective 1 Le cadre de la négociation collective MPI/MD LA HIÉRARCHIE DES NORMES SOCIALES La loi et le règlement érigent un certain nombre de règles d ordre public auxquelles

Plus en détail

DOCUMENT 1 MODELE D ACCORD COLLECTIF D ENTREPRISE (REGIME DE RETRAITE A COTISATIONS DEFINIES)

DOCUMENT 1 MODELE D ACCORD COLLECTIF D ENTREPRISE (REGIME DE RETRAITE A COTISATIONS DEFINIES) DOCUMENT 1 MODELE D ACCORD COLLECTIF D ENTREPRISE (REGIME DE RETRAITE A COTISATIONS DEFINIES) ENTRE LES SOUSSIGNES : La Société/L Entreprise.., dont le siège social est situé., immatriculée au RCS de sous

Plus en détail

LES DELEGUES SYNDICAUX

LES DELEGUES SYNDICAUX LES DELEGUES SYNDICAUX Chaque syndicat représentatif dans une entreprise ou un établissement de 50 salariés ou plus peut désigner un délégué syndical (DS). Nommé pour une durée indéterminée, le délégué

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Accord professionnel OFFICES PUBLICS DE L HABITAT ACCORD DU 12 JUILLET 2012 RELATIF À LA

Plus en détail

Le délégué syndical. Document SPIF-CFTC (extrait de travail.gouv.fr) fiche n 1 Page 1

Le délégué syndical. Document SPIF-CFTC (extrait de travail.gouv.fr) fiche n 1 Page 1 Le délégué syndical Chaque syndicat représentatif dans une entreprise ou un établissement d au moins 50 salariés peut désigner un délégué syndical (DS). Nommé pour une durée indéterminée, le délégué syndical

Plus en détail

NOTE D INFORMATION SOCIALE

NOTE D INFORMATION SOCIALE NOTE D INFORMATION SOCIALE JUIN 2014 CHER CLIENT, Vous avez souscrit un contrat collectif de prévoyance et/ou de frais de santé au profit de vos salariés. Les contributions versées par votre entreprise

Plus en détail

COMPLEMENTAIRES SANTE ET DEDUCTIONS SOCIALES ET FISCALES : LES MUTUELLES UMC ET FIDAL VOUS EXPLIQUENT LES CONTRATS «RESPONSABLES»

COMPLEMENTAIRES SANTE ET DEDUCTIONS SOCIALES ET FISCALES : LES MUTUELLES UMC ET FIDAL VOUS EXPLIQUENT LES CONTRATS «RESPONSABLES» COMPLEMENTAIRES SANTE ET DEDUCTIONS SOCIALES ET FISCALES : LES MUTUELLES UMC ET FIDAL VOUS EXPLIQUENT LES CONTRATS «RESPONSABLES» Le système interprofessionnel de Sécurité Sociale est obligatoire : le

Plus en détail

La participation au financement de la protection sociale complémentaire

La participation au financement de la protection sociale complémentaire F I C H E P R A T I Q U E C D G 5 0 La participation au financement de la protection sociale complémentaire L E S S E N T I E L Le décret n 2011-1474 du 8 novembre 2011 (JO du 10 novembre 2011) pris pour

Plus en détail

Mise en place par Décision unilatérale de l employeur

Mise en place par Décision unilatérale de l employeur Mise en place par Décision unilatérale de l employeur REGIME COMPLEMENTAIRE AU REGIME FRAIS DE SANTE prévu par l Accord national du 10 juin 2008 sur une protection sociale complémentaire en Agriculture

Plus en détail

AVENANTS A LA CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES INGENIEURS ET CADRES ET A L ACCORD NATIONAL SUR LA MENSUALISATION (non-cadres) UIMM 26-07

AVENANTS A LA CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES INGENIEURS ET CADRES ET A L ACCORD NATIONAL SUR LA MENSUALISATION (non-cadres) UIMM 26-07 21 septembre 2010 Période d essai, indemnité de licenciement, indemnité départ à la retraite, GPEC, dialogue social, DIF et chômage partiel, harcèlement moral AVENANTS A LA CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE

Plus en détail

MISE EN PLACE COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE 2016

MISE EN PLACE COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE 2016 MISE EN PLACE COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE 2016 Le Conseil Social du Mouvement Sportif qui représente les employeurs du sport a lancé un appel d offre s agissant de la couverture complémentaire santé

Plus en détail

FICHE PRATIQUE : LA DECISION UNILATERALE DE L EMPLOYEUR (DUE) (Version Frais de santé - Salariés cadres)

FICHE PRATIQUE : LA DECISION UNILATERALE DE L EMPLOYEUR (DUE) (Version Frais de santé - Salariés cadres) FICHE PRATIQUE : LA DECISION UNILATERALE DE L EMPLOYEUR (DUE) (Version Frais de santé - Salariés cadres) Avant toute communication de la DUE aux salariés bénéficiaires, vous devez la compléter à l aide

Plus en détail

Le travail à temps partiel : ce qui change avec la loi de sécurisation de l emploi du 14 juin 2013

Le travail à temps partiel : ce qui change avec la loi de sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 Le travail à temps partiel : ce qui change avec la loi de sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 1 Obligation de négocier au niveau des branches... 3 2 Durée minimale de travail... 3 2.1 Dérogations...

Plus en détail

Avenant n 2 à l Accord Collectif National relatif aux frais de soins de santé du 24 novembre 2005 du 25.10.2011

Avenant n 2 à l Accord Collectif National relatif aux frais de soins de santé du 24 novembre 2005 du 25.10.2011 Avenant n 2 à l Accord Collectif National relatif aux frais de soins de santé du 24 novembre 2005 du 25.10.2011 Chapitre 1 : Champ d application et objet de l accord Le présent accord s applique à l ensemble

Plus en détail

PARTIE I : LES RELATIONS INDIVIDUELLES DE TRAVAIL

PARTIE I : LES RELATIONS INDIVIDUELLES DE TRAVAIL FIL D ACTUALITE JUIN 2015 PARTIE I : LES RELATIONS INDIVIDUELLES DE TRAVAIL Congés conventionnels non-pris : la charge de la preuve repose sur le salarié Le salarié doit apporter la preuve qu il n a pu

Plus en détail

La nouvelle prime de partage des profits : Mode d emploi

La nouvelle prime de partage des profits : Mode d emploi La nouvelle prime de partage des profits : Mode d emploi La Loi n 2011-894 du 28 juillet 2011 de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2011 institue une prime de partage des profits, ou

Plus en détail

Descriptif des Garanties

Descriptif des Garanties EPHC Titre 8 de la Convention collective nationale DE L ENSEIGNEMENT PRIVE HORS CONTRAT Régime de prévoyance obligatoire Descriptif des Garanties Personnel concerné Ensemble des salariés, non cadres et

Plus en détail

Comment la loi du 14 juin 2013 aménage les principales mesures de l Accord National Interprofessionnel (ANI) du 11 janvier 2013

Comment la loi du 14 juin 2013 aménage les principales mesures de l Accord National Interprofessionnel (ANI) du 11 janvier 2013 Comment la loi du 14 juin 2013 aménage les principales mesures de l Accord National Interprofessionnel (ANI) du 11 janvier 2013 1. Généralisation de la couverture santé dans les entreprises, portabilité

Plus en détail

LOI POUR LE POUVOIR D ACHAT

LOI POUR LE POUVOIR D ACHAT Textes applicables : LOI POUR LE POUVOIR D ACHAT Loi n 2008-111 du 8 février 2008 J.O. du 9 février 2008 Circulaire DGT / DSS n 2008-46 du 12 février 2008. Circulaire ACOSS n 2008-039 du 18 mars 2008.

Plus en détail

Guide retraite complémentaire Agirc et Arrco L essentiel en quatre points. n o 5. Les cas de changements d institutions de retraite complémentaire

Guide retraite complémentaire Agirc et Arrco L essentiel en quatre points. n o 5. Les cas de changements d institutions de retraite complémentaire Guide retraite complémentaire Agirc et Arrco L essentiel en quatre points n o 5 Guide entreprises avril 2014 Les cas de changements d institutions de retraite complémentaire Sommaire La retraite, en bref...

Plus en détail

LOI DE SÉCURISATION DE L EMPLOI N 2013 504 du 14 juin 2013

LOI DE SÉCURISATION DE L EMPLOI N 2013 504 du 14 juin 2013 LOI DE SÉCURISATION DE L EMPLOI N 2013 504 du 14 juin 2013 Les changements concernant la protection sociale complémentaire Les dates clés 11 janv. 2013 : Signature de l Accord National Interprofessionnel

Plus en détail

Vos obligations d employeur FICHE CONSEIL. Nom du Document : L EXERCICE DES FONCTIONS DES DÉLÉGUÉS DU PERSONNEL : VOS

Vos obligations d employeur FICHE CONSEIL. Nom du Document : L EXERCICE DES FONCTIONS DES DÉLÉGUÉS DU PERSONNEL : VOS L EXERCICE DES FONCTIONS DES DÉLÉGUÉS DU PERSONNEL : Vos obligations d employeur FICHE CONSEIL Les salariés de votre entreprise ont élu leur(s) délégué(s) du personnel. Vous avez pu constater que la loi

Plus en détail

ACCORD DE REPRISE DU PERSONNEL PROJET DE REECRITURE DE L ACCORD DE 2002

ACCORD DE REPRISE DU PERSONNEL PROJET DE REECRITURE DE L ACCORD DE 2002 ACCORD DE REPRISE DU PERSONNEL PROJET DE REECRITURE DE L ACCORD DE 2002 Préambule Le présent accord est conclu en vue de conserver les effectifs qualifiés et de préserver l emploi des salariés dans la

Plus en détail

Principales mesures issues de la loi de Sécurisation de l emploi du 14 juin 2013

Principales mesures issues de la loi de Sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 Principales mesures issues de la loi de Sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 CDD : COTISATIONS SUPPLEMENTAIRES POUR LES CDD DE COURTE DUREE À partir du 1er juillet 2013, la cotisation patronale d assurance

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale IDCC : 2511.

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale IDCC : 2511. MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3328 Convention collective nationale IDCC : 2511. SPORT AVENANT N 87 DU 15 MAI 2014 RELATIF AU CONTRAT DE TRAVAIL

Plus en détail

LE MAINTIEN DES COTISATIONS VIEILLESSES ET RETRAITE

LE MAINTIEN DES COTISATIONS VIEILLESSES ET RETRAITE LE MAINTIEN DES COTISATIONS VIEILLESSES ET RETRAITE COMPLEMENTAIRE SUR UN SALAIRE A TEMPS PLEIN Ludivine LEROUX, juriste au sein des équipes du pôle Veille d ADP, nous propose une lecture synthétique des

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3110 Convention collective nationale IDCC : 2247. ENTREPRISES DE COURTAGE

Plus en détail

ACCORD NATIONAL DU 29 JANVIER 2000 PORTANT REVISION PROVISOIRE DES CLASSIFICATIONS DANS LA METALLURGIE

ACCORD NATIONAL DU 29 JANVIER 2000 PORTANT REVISION PROVISOIRE DES CLASSIFICATIONS DANS LA METALLURGIE ACCORD NATIONAL DU 29 JANVIER 2000 PORTANT REVISION PROVISOIRE DES CLASSIFICATIONS DANS LA METALLURGIE Entre : L Union des Industries Métallurgiques et Minières, d une part, Les organisations syndicales

Plus en détail

La portabilité des couvertures prévoyance et santé en faveur des anciens salariés

La portabilité des couvertures prévoyance et santé en faveur des anciens salariés La portabilité des couvertures prévoyance et santé en faveur des anciens salariés Par l article 14 de l Accord National Interprofessionnel (ANI) du 11 janvier 2008, les partenaires sociaux ont mis en place

Plus en détail

ACCORD RELATIF A LA PREVOYANCE COMPLEMENTAIRE SANTE AU SEIN DE LA CAISSE REGIONALE DU LANGUEDOC

ACCORD RELATIF A LA PREVOYANCE COMPLEMENTAIRE SANTE AU SEIN DE LA CAISSE REGIONALE DU LANGUEDOC ACCORD RELATIF A LA PREVOYANCE COMPLEMENTAIRE SANTE AU SEIN DE LA CAISSE REGIONALE DU LANGUEDOC Entre les soussignés : La Caisse Régionale de CREDIT AGRICOLE DU LANGUEDOC, dont le Siège Social est à MAURIN,

Plus en détail

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale. Convention collective nationale

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale. Convention collective nationale MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3265 Convention collective nationale IDCC : 1672. SOCIÉTÉS D ASSURANCES (6 e édition. Juillet 2003) Brochure

Plus en détail

SPÉCIMEN MISE EN PLACE DU RÉGIME DE FRAIS DE SANTÉ PAR DÉCISION UNILATÉRALE DE L EMPLOYEUR (DUE) Bon à savoir. À jour au 1 er mars 2015

SPÉCIMEN MISE EN PLACE DU RÉGIME DE FRAIS DE SANTÉ PAR DÉCISION UNILATÉRALE DE L EMPLOYEUR (DUE) Bon à savoir. À jour au 1 er mars 2015 MISE EN PLACE DU RÉGIME DE FRAIS DE SANTÉ PAR DÉCISION UNILATÉRALE DE L EMPLOYEUR (DUE) Récapitulatif des formalités à respecter Rédiger le document formalisant la Décision Unilatérale. Pour vous aider

Plus en détail

La formation professionnelle des salariés : principes généraux

La formation professionnelle des salariés : principes généraux 2 nd forum des associations Juin 2013 - Goyave La formation professionnelle des salariés : principes généraux Direction des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l emploi

Plus en détail

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------- LES FORFAITS JOURS

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------- LES FORFAITS JOURS Groupement des Métiers de l Imprimerie ----------------------------------------------------------------------------------------------------------------- JUIN 2014 NOTE N 12 LES FORFAITS JOURS (Articles

Plus en détail

LES HEURES SUPPLEMENTAIRES

LES HEURES SUPPLEMENTAIRES LES HEURES SUPPLEMENTAIRES Définition Les heures supplémentaires sont toujours celles effectuées au-delà de la durée légale hebdomadaire de 35 heures ou d une durée considérée comme équivalente dans certaines

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3255 Convention collective nationale IDCC : 1619. CABINETS DENTAIRES ACCORD DU 16 MARS 2007 RELATIF

Plus en détail

Qu en est-il des contrats complémentaires facultatifs? Sont-ils concernés par le dispositif?

Qu en est-il des contrats complémentaires facultatifs? Sont-ils concernés par le dispositif? QUESTIONS SUR L OBJET DE LA PORTABILITE La mensualisation est-elle exclue du dispositif? L obligation de maintien de salaire à la charge de l employeur n est pas concernée : en effet, il ne s agit pas

Plus en détail

La lettre du. La Réforme des Heures Supplémentaires. La réforme des heures supplémentaires est entrée en vigueur le 1 er octobre 2007.

La lettre du. La Réforme des Heures Supplémentaires. La réforme des heures supplémentaires est entrée en vigueur le 1 er octobre 2007. La lettre du N 6 Décembre 2007 La Réforme des Heures Supplémentaires La réforme des heures supplémentaires est entrée en vigueur le 1 er octobre 2007. Elle prévoit : Pour le salarié : une réduction des

Plus en détail

Fédération Nationale de l Habillement MAJ : juin 2015 Service social

Fédération Nationale de l Habillement MAJ : juin 2015 Service social La portabilité de la couverture prévoyance Evolution au 1 er juin 2015 1. Qui sont les bénéficiaires de la portabilité?... 3 2. Quelle est la durée du maintien des garanties?... 3 3. A quel moment cesse

Plus en détail

CCBMAD - FICHE PRATIQUE N 1

CCBMAD - FICHE PRATIQUE N 1 CCBMAD - FICHE PRATIQUE N 1 COMPLEMENTAIRE SANTE (MUTUELLE) Le Texte : Avenant n 2/2011 du 12 juillet 2011 agréé le 18 novembre 2011 par arrêté paru au JO le 29 novembre 2011 - étendu le par arrêté paru

Plus en détail

MISE EN CONFORMITE DES CONTRATS DE PREVOYANCE, SANTE ET RETRAITE SUPPLEMENTAIRE

MISE EN CONFORMITE DES CONTRATS DE PREVOYANCE, SANTE ET RETRAITE SUPPLEMENTAIRE MISE EN CONFORMITE DES CONTRATS DE PREVOYANCE, SANTE ET RETRAITE SUPPLEMENTAIRE MISE EN CONFORMITE DES CONTRATS DE PREVOYANCE, SANTE ET RETRAITE SUPPLEMENTAIRE - Sommaire 2 SOMMAIRE PAGES MISE EN CONFORMITE

Plus en détail

Décision unilatérale instituant un régime collectif de remboursement de frais médicaux

Décision unilatérale instituant un régime collectif de remboursement de frais médicaux Sur papier à en-tête de la société Décision unilatérale instituant un régime collectif de remboursement de frais médicaux L adaptation de ce modèle dans chaque entreprise relève de la seule responsabilité

Plus en détail

La société Mediapost services, représentée par Monsieur Pierre Emmanuel LECLERCO, Directeur Général Adjoint, dûment mandaté

La société Mediapost services, représentée par Monsieur Pierre Emmanuel LECLERCO, Directeur Général Adjoint, dûment mandaté ACCORD RELATIF A L HARMONISATION DES STATUTS DES SALARIES MEDIAPOST TRANSFERES AU SEIN DE MEDIAPOST SA DANS LE CADRE DU RAPPROCHEMENT DES 2 ENTREPRISES Entre les soussignés, Le syndicat C.F.T.C Le syndicat

Plus en détail

CATÉGORIES OBJECTIVES

CATÉGORIES OBJECTIVES CATÉGORIES OBJECTIVES Les régimes de protection sociale mis en place par les employeurs sont soumis à une nouvelle réglementation concernant la définition de leurs catégories de personnel. Le décret du

Plus en détail

CHAPITRE I ER. Créer de nouveaux droits pour les salariés. Section 1. De nouveaux droits individuels pour la sécurisation des parcours.

CHAPITRE I ER. Créer de nouveaux droits pour les salariés. Section 1. De nouveaux droits individuels pour la sécurisation des parcours. Le présent document est établi à titre provisoire. Seule la «Petite loi», publiée ultérieurement, a valeur de texte authentique. ASSEMBLÉE NATIONALE SERVICE DE LA SÉANCE DIVISION DES LOIS 4 avril 2013

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3314 Convention collective nationale IDCC : 2412. PRODUCTION DE FILMS D ANIMATION

Plus en détail

L inscription de M... à l institution de retraite (la nommer) à laquelle adhère l association sera demandée dès le début de son activité.

L inscription de M... à l institution de retraite (la nommer) à laquelle adhère l association sera demandée dès le début de son activité. Modèle de contrat de travail à durée indéterminée 2 e modèle normal Entre : l association..... représentée par M. (le président)... d une part, et : M. demeurant.. d autre part, IL A ETE CONVENU CE QUI

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE. Les obligations des entreprises en faveur de l emploi vis-à-vis des salariés âgés : plan senior/contrat de génération

FICHE TECHNIQUE. Les obligations des entreprises en faveur de l emploi vis-à-vis des salariés âgés : plan senior/contrat de génération FICHE TECHNIQUE Les obligations des entreprises en faveur de l emploi vis-à-vis des salariés âgés : plan senior/contrat de génération SOMMAIRE : I) LES ACCORDS ET PLANS D ACTION EN FAVEUR DES SALARIES

Plus en détail

MOBILITE INTERNATIONALE. Un contrat de travail pertinent

MOBILITE INTERNATIONALE. Un contrat de travail pertinent présente MOBILITE INTERNATIONALE Un contrat de travail pertinent Maître Marc BOURGUIGNON -VAE SOLI- 8 rue Brémontier 75017 PARIS mb@vae-soli.com 01 47 66 34 68 1 École des Mines 20 Mars 2007 Plan Distinction

Plus en détail

La convention collective de branche de l aide à domicile

La convention collective de branche de l aide à domicile La convention collective de branche de l aide à domicile Demi journée d information 28 novembre 2011 Uriopss pacac 1 Le contexte 2 La BAD La branche de l'aide à domicile comprend à ce jour : Trois conventions

Plus en détail

PROJET D ACCORD PORTANT MISE EN PLACE D UN REGIME DE PREVOYANCE COMPLEMENTAIRE «GROS RISQUE» (INCAPACITE, INVALIDITE, DECES) AU NIVEAU DU GROUPE

PROJET D ACCORD PORTANT MISE EN PLACE D UN REGIME DE PREVOYANCE COMPLEMENTAIRE «GROS RISQUE» (INCAPACITE, INVALIDITE, DECES) AU NIVEAU DU GROUPE PROJET D ACCORD PORTANT MISE EN PLACE D UN REGIME DE PREVOYANCE COMPLEMENTAIRE «GROS RISQUE» (INCAPACITE, INVALIDITE, DECES) AU NIVEAU DU GROUPE Comité de Groupe du 10 décembre 2014 Le projet Protection

Plus en détail

Présentation de la Convention Collective Nationale du Sport (CCNS)

Présentation de la Convention Collective Nationale du Sport (CCNS) Fiche actualisée le 27/02/2015 Présentation de la Convention Collective Nationale du Sport (CCNS) Définition Une convention collective est un accord conclu entre un employeur ou un groupement d employeurs,

Plus en détail

LE CABINET HÉBERT & ASSOCIÉS VOUS INFORME... Les heures supplémentaires et complémentaires

LE CABINET HÉBERT & ASSOCIÉS VOUS INFORME... Les heures supplémentaires et complémentaires LE CABINET HÉBERT & ASSOCIÉS VOUS INFORME... Les heures supplémentaires et complémentaires Limoges, le 17 octobre 2007 Madame, Monsieur et Cher Client, La Loi 2007-1223 du 21 août 2007 en faveur du Travail,

Plus en détail

LE CONGE POUR FORMATION ÉCONOMIQUE, SOCIALE ET SYNDICALE

LE CONGE POUR FORMATION ÉCONOMIQUE, SOCIALE ET SYNDICALE LE CONGE POUR FORMATION ÉCONOMIQUE, SOCIALE ET SYNDICALE SECTEUR PRIVE Le congé de formation économique, sociale et syndicale (Article L.451-1 du code du travail) jours : chaque salarié peut bénéficier

Plus en détail

EPARGNE SALARIALE : PEE PERCO

EPARGNE SALARIALE : PEE PERCO EPARGNE SALARIALE : FICHE CONSEIL Nom du Document : EPARGNE SALARIALE Page : 1/7 EPARGNE SALARIALE : Le plan d épargne salariale est un système d'épargne collectif ouvrant au personnel de l'entreprise

Plus en détail

EPARGNE SALARIALE : PEE PERCO FICHE CONSEIL

EPARGNE SALARIALE : PEE PERCO FICHE CONSEIL EPARGNE SALARIALE : FICHE CONSEIL EPARGNE SALARIALE : Le plan d épargne salariale est un système d'épargne collectif ouvrant au personnel de l'entreprise la faculté de participer, avec l'aide de celle-ci,

Plus en détail

Syndicat National de Banque et du crédit. sécurisation de l'emploi. Mobilités interne et externe

Syndicat National de Banque et du crédit. sécurisation de l'emploi. Mobilités interne et externe Syndicat National de Banque et du crédit sécurisation de l'emploi Mobilités interne et externe fiche technique 2 ANI du 11 Janvier 2013 Loi n 2013-504 du 14 juin 2013 Journal Officiel du 16 Juin 2013 Des

Plus en détail

ACCORD DU 7 DÉCEMBRE 2012

ACCORD DU 7 DÉCEMBRE 2012 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3138 Convention collective nationale IDCC : 184. IMPRIMERIES DE LABEUR ET INDUSTRIES

Plus en détail

MODIFICATION DU CONTRAT DE TRAVAIL

MODIFICATION DU CONTRAT DE TRAVAIL MODIFICATION DU CONTRAT DE TRAVAIL 06/11/2008 Le contrat de travail fait en principe la loi entre les parties qui sont tenues d'en respecter les clauses. Toutefois, dans la mesure où il s'agit d'un contrat

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Accord professionnel national INDUSTRIES DU BOIS POUR LA CONSTRUCTION ET LA FABRICATION

Plus en détail

Convention d entreprise n 86

Convention d entreprise n 86 relative au régime de remboursement de frais de santé collectif et obligatoire du personnel de la société des Entre la Société, représentée par M. Josiane Costantino, Directeur des Ressources Humaines

Plus en détail

ACCORD NATIONAL DU 7 JUIN 2007

ACCORD NATIONAL DU 7 JUIN 2007 MINISTÈRE DE L AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE CONVENTIONS COLLECTIVES Accord de branche ENSEIGNEMENT AGRICOLE (SECTEUR DES ÉTABLISSEMENTS CATHOLIQUES) ACCORD NATIONAL DU 7 JUIN 2007 RELATIF AUX ÉQUIVALENCES

Plus en détail

ACCORD D'ENTREPRISE SUR LES MODALITES D'APPLICATION DU TEMPS PARTIEL

ACCORD D'ENTREPRISE SUR LES MODALITES D'APPLICATION DU TEMPS PARTIEL ACCORD D'ENTREPRISE SUR LES MODALITES D'APPLICATION DU TEMPS PARTIEL Entre les Organisations Syndicales représentées par : Pour la C.F.D.T., Monsieur Francis PELLETIER, Délégué Syndical Central Pour la

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3175 Convention collective nationale IDCC : 1909. ORGANISMES DE TOURISME

Plus en détail

CELLULE JURIDIQUE COMMISSION DE DEVELOPPEMENT. Le contrat de travail de droit commun : contrat à durée déterminée et contrat à durée indéterminée

CELLULE JURIDIQUE COMMISSION DE DEVELOPPEMENT. Le contrat de travail de droit commun : contrat à durée déterminée et contrat à durée indéterminée COMMISSION DE DEVELOPPEMENT ACCOMPAGNEMENT DES CLUBS CELLULE JURIDIQUE Le contrat de travail de droit commun : contrat à durée déterminée et contrat à durée indéterminée Le contrat de travail à durée déterminée

Plus en détail

C est le cas notamment en ce qui concerne des articles de l Accord qui avaient été «inspirés» par la CGPME :

C est le cas notamment en ce qui concerne des articles de l Accord qui avaient été «inspirés» par la CGPME : 10 Avril 2013 SYNTHESE SUR LA «CORRESPONDANCE» ENTRE L ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 11 JANVIER 2013 SUR LA SECURISATION DE L EMPLOI ET LA VERSION DU PROJET DE LOI ADOPTEE PAR L ASSEMBLEE NATIONALE

Plus en détail

Modèle de décision unilatérale instituant un système de garanties collectives complémentaire obligatoire frais de santé

Modèle de décision unilatérale instituant un système de garanties collectives complémentaire obligatoire frais de santé Modèle de décision unilatérale instituant un système de garanties collectives complémentaire obligatoire frais de santé La direction de l entreprise.. (forme juridique et dénomination sociale) dont le

Plus en détail

ACCORD DU 7 JUILLET 2010. Champ d application. Le champ conventionnel couvre l ensemble du territoire national y compris les DOM.»

ACCORD DU 7 JUILLET 2010. Champ d application. Le champ conventionnel couvre l ensemble du territoire national y compris les DOM.» MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA FONCTION PUBLIQUE CONVENTIONS COLLECTIVES Accord professionnel ATELIERS ET CHANTIERS D INSERTION ACCORD DU 7 JUILLET 2010 RELATIF AU CONTRAT DE TRAVAIL NOR

Plus en détail

Le contrat en CDD. Dans quels cas peut-on embaucher sous contrat à durée déterminée?

Le contrat en CDD. Dans quels cas peut-on embaucher sous contrat à durée déterminée? Le contrat en CDD La conclusion d un contrat à durée déterminée (CDD) n est possible que pour l exécution d une tâche précise et temporaire et seulement dans les cas énumérés par la loi. Il doit obligatoirement

Plus en détail

particuliers professionnels ENTREPRISES Face à face argumenté de vente

particuliers professionnels ENTREPRISES Face à face argumenté de vente particuliers professionnels ENTREPRISES Face à face argumenté de vente La prévoyance en France La prévoyance sociale obligatoire Les couvertures complémentaires Les prestations de base, complétées par

Plus en détail

LA DESIGNATION DES DELEGUES SYNDICAUX

LA DESIGNATION DES DELEGUES SYNDICAUX LA DESIGNATION DES DELEGUES SYNDICAUX De nouvelles conditions de désignation des délégués syndicaux ont été posées par la loi du 20 août 2008 relative à la démocratie sociale et au temps de travail. Ainsi,

Plus en détail

CONVENTION DE PARTICIPATION PROJET

CONVENTION DE PARTICIPATION PROJET PROCEDURE DE MISE EN CONCURRENCE (Application du décret n 2011-1474 du 8 novembre 2011) CONVENTION DE PARTICIPATION PROJET Objet de la consultation : CONCLUSION D'UNE CONVENTION DE PARTICIPATION AU FINANCEMENT

Plus en détail

le flash actualité Avril 2014

le flash actualité Avril 2014 le flash actualité Avril 2014 Thème : Conformité des contrats collectifs santé prévoyance retraite Une période transitoire a été instituée par le décret du 9 janvier 2012 pour la mise en conformité des

Plus en détail

COMPTE EPARGNE-TEMPS. En application du décret n 2002-634 du 29 avril 2002 portant création du CET dans la fonction publique de l Etat 1/11

COMPTE EPARGNE-TEMPS. En application du décret n 2002-634 du 29 avril 2002 portant création du CET dans la fonction publique de l Etat 1/11 COMPTE EPARGNE-TEMPS En application du décret n 2002-634 du 29 avril 2002 portant création du CET dans la fonction publique de l Etat 1/11 PRESENTATION GENERALE DU DISPOSITIF SOMMAIRE I. CADRE GENERAL

Plus en détail

Qui peut être désigné comme délégué syndical? Quelles sont les missions du délégué syndical?

Qui peut être désigné comme délégué syndical? Quelles sont les missions du délégué syndical? Sommaire Synthèse Fiche détaillée Qui peut être désigné comme délégué syndical? Quelles sont les missions du délégué syndical? Quels sont les documents dont le délégué syndical est destinataire? Peut-il

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE n 2015-0000049

LETTRE CIRCULAIRE n 2015-0000049 LETTRE CIRCULAIRE n 2015-0000049 GRANDE DIFFUSION Réf Classement 1.010.23 Montreuil, le 20/10/2015 DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE EXPERTISE ET PRODUCTION JURIDIQUE Affaire

Plus en détail

Modèle de décision unilatérale instituant un système de garanties collectives complémentaire obligatoire frais de santé

Modèle de décision unilatérale instituant un système de garanties collectives complémentaire obligatoire frais de santé Modèle de décision unilatérale instituant un système de garanties collectives complémentaire obligatoire frais de santé La direction de l entreprise.. (forme juridique et dénomination sociale) dont le

Plus en détail

Section fédérale des Organismes Agricoles/MSA

Section fédérale des Organismes Agricoles/MSA Section fédérale des Organismes Agricoles/MSA SECTION FEDERALE DES ORG. AGRICOLES Paris, le 25 mars 2014 Site Internet : www.fecfo-org-agricoles.fr Lettre circulaire n 12/2014 Aux Secrétaires des Syndicats

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3246 Convention collective nationale IDCC : 1518. ANIMATION AVENANT N O

Plus en détail

I. Entrée en vigueur de l avenant salaires n 21 à compter du 1 er novembre 2013

I. Entrée en vigueur de l avenant salaires n 21 à compter du 1 er novembre 2013 Les salaires minima applicables à compter du 1 er janvier 2015 CCN n 3241 En résumé : I. Entrée en vigueur de l avenant salaires n 21 à compter du 1 er novembre 2013 L avenant n 21 sur les salaires minima

Plus en détail