Application des conventions et accords collectifs Faisons le point! Formation animée par Cécile Hutin et Caroline Khélif

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Application des conventions et accords collectifs Faisons le point! Formation animée par Cécile Hutin et Caroline Khélif"

Transcription

1 Application des conventions et accords collectifs Faisons le point! Formation animée par Cécile Hutin et Caroline Khélif Juin 2010

2 Plan général Création d entreprise : Comment déterminer la convention applicable? L exception aux règles de détermination : l établissement autonome Situation des groupe d entreprises / UES L entreprise en évolution : situation conventionnelle en cas de : Fusion-Absorption / Scission / Cessation partielle d activité 2 Plan détaillé Quelle est la convention applicable à mon client? Qui applique? L employeur et ses obligations conventionnelles Quelle étendue? Les champs d application Quel référencement? Champ d application professionnel et nomenclature NAF Choix et obligations : L application volontaire d un texte Pluralité de conventions : les groupes de sociétés 3

3 Plan détaillé Évolution de la situation de l entreprise : Quand et comment peut-on changer de convention? Quid de la CCN antérieure? Dénonciation / survie? Conséquences de cette modification : Sur le contrat de travail (article L code travail) En matière de bulletin de salaire Au sujet du régime de prévoyance (article L ) Quelques outils à votre disposition 4 Application des conventions et accords collectifs Quelle est la convention applicable à mon client?

4 Plan Définition Principes généraux Situation de l employeur vis-à-vis de ses obligations conventionnelles Cas particulier : conventions collectives et groupes de sociétés 6 Détermination Quelques définitions pour commencer La convention collective de branche : elle détermine les conditions d emploi, la formation professionnelle, le travail et les garanties sociales des salariés. L accord collectif : il ne concerne qu un seul ou quelques-uns seulement de ces sujets. 7

5 Détermination Quelques définitions complémentaires L accord interprofessionnel : il s applique à plusieurs branches d activité (exemples : ANI du 11 janvier 2008 sur la modernisation du marché du travail, CCN de retraite et de prévoyance des cadres du 14 mars 1947). L accord de branche : il est spécifique à un secteur d activité (exemple : branche de la coiffure) L accord d entreprise / d établissement : son application est limitée à une seule entreprise ou à un établissement au sein d un groupe d entreprises 8 Plan Définition Principes généraux Situation de l employeur vis-à-vis de ses obligations conventionnelles Cas particulier : conventions collectives et groupes de sociétés 9

6 Détermination Hiérarchie des textes applicables Salarié Ct travail Branche Entreprise Règlement intérieur Accord d entreprise ou d établissement Convention et accord collectif Sauf accord dérogatoire Tous secteurs d activité Accord interprofessionnel National / Européen / International Loi / Règlement 10 Détermination Principe Les conventions et les accords d entreprise ou d établissement peuvent adapter les dispositions des conventions de branche, accords professionnels ou interprofessionnels applicables à l entreprise aux conditions particulières de l entreprise ou de l établissement. Ils comportent des dispositions nouvelles ou plus favorables aux salariés et, en théorie, ne doivent pas réduire les droits accordés au niveau supérieur. 11

7 Détermination Exception : l accord dérogatoire La loi du 4 mai 2004 sur le dialogue social a accordé des dérogations à ce principe, en introduisant la possibilité de conclure un texte moins favorable aux salariés que celui de niveau supérieur. Exceptions : les accords de groupe, si les textes de niveau supérieur l ont expressément interdit, inapplicable à l égard des accords de niveaux supérieurs conclus avant le 7 mai 2004, date d entrée en vigueur de la loi du 4 mai 2004 qui n est pas rétroactive, les salaires minimaux, les classifications, la mutualisation des fonds de la formation professionnelle et la protection sociale complémentaire. La loi du 20 août 2008 sur la démocratie sociale a repris à son compte cette évolution. 12 Plan Définition Principes généraux Situation de l employeur vis-à-vis de ses obligations conventionnelles Cas particulier : conventions collectives et groupes de sociétés 13

8 Détermination Situation de l employeur Soit il est tenu d appliquer une convention car il est adhérent à un syndicat signataire et/ou il entre dans le champ d application géographique / professionnel d un texte étendu Soit il ne l est pas mais il peut décider d appliquer volontairement un texte 14 Détermination L adhésion de l employeur à un syndicat signataire l oblige à appliquer tous les textes conclus par ce syndicat dans son secteur d activité, qu il s agisse de textes étendus ou non, conclus avant son adhésion et, pour certains, après celle-ci. 15

9 Détermination L obligation de l employeur résulte aussi du champ d application : de l extension de la convention collective territorial professionnel 16 Détermination Le champ d application territorial peut être national, régional ou local, correspond à la localisation du siège social de l entreprise ou à l implantation de l établissement considéré, ne concerne que la France métropolitaine, sauf mention expresse contraire. 17

10 Détermination Particularités concernant les textes locaux En cas de déménagement ou de transfert de siège social, les accords régionaux, départementaux ou locaux peuvent être remis en cause car il peut y avoir sortie du champ d application géographique de ces textes. Dans ce cas, la Cour de cassation a estimé qu il n y avait pas lieu de dénoncer explicitement ces textes : leur mise en cause s opère d emblée. En revanche, les accords d entreprise ou d établissement (conclus au niveau de l entité elle-même) et les accords nationaux ne sont pas remis en cause lors d un déménagement. 18 Détermination Particularités concernant les textes locaux Exception au principe de l unité conventionnelle au sein d une entreprise : Tout établissement autonome reconnu peut appliquer le texte dont il relève au niveau local. 19

11 Détermination L Établissement autonome En matière de représentation syndicale, l établissement distinct (ou autonome) est caractérisé de manière légèrement différente par la jurisprudence selon le type d instance dont il s agit (délégués du personnel, délégués syndicaux, comité d entreprise). Ces différentes définitions retiennent toutes : une localisation géographique propre, des salariés ayant dans ce lieu des préoccupations qui leurs sont spécifiques, et la présence d un responsable au niveau local (pour recevoir les revendications présentées par les délégués). 20 Détermination L Établissement autonome En matière d application des textes conventionnels, l établissement distinct (ou autonome) se caractérise précisément, selon la jurisprudence, par : l existence d une activité nettement différenciée, exercée dans un local distinct, avec un personnel dédié et non interchangeable, et des dirigeants et une force de vente qui ne soient pas rattachés au siège de la société. En effet, s agissant d une exception au principe de l unité conventionnelle, celle-ci est d application stricte. 21

12 Détermination Particularités concernant les textes locaux Dans le cas où les critères de l autonomie ne sont pas réunis, retour au principe : Application du texte concernant le siège à tous les salariés, quel que soit leur lieu de travail. 22 Détermination L obligation de l employeur résulte aussi du champ d application : de l extension de la convention collective territorial professionnel 23

13 Détermination Le champ d application professionnel Exprimé en référence : au code APE délivré par l Insee, à l objet social défini dans les statuts de l entreprise. Mais ces deux éléments n ont qu une valeur indicative sans effet juridique. Seule compte l activité réellement exercée par l entreprise. 24 Détermination Nomenclature Insee NAF 2 : les nouveautés Depuis le 1 er janvier 2008, remplacement de la nomenclature d activités française «NAF 1» par une nouvelle version : la «NAF 2». Il en résulte un changement des codes APE (activité principale exercée, codée selon la NAF) pour toutes les entreprises inscrites au répertoire Sirene. Les nouveaux codes APE (4 chiffres + 1 lettre au lieu de 3 chiffres + 1 lettre) ont été notifiés durant le premier trimestre

14 Détermination Nomenclature Insee NAF 2 : les constantes Les codes d activité n ayant aucune valeur juridique, le changement de nomenclature n entraîne aucune modification en matière de convention collective applicable. Les partenaires sociaux sont toutefois invités à négocier des avenants destinés à mettre à jour les champs d application professionnels des textes qu ils gèrent. 26 Détermination Le champ d application professionnel Déterminé en fonction de l activité effective de l entreprise, il correspond à l activité principale. Résulte de la comparaison entre l activité réellement exercée et celle(s) décrite(s) en termes d activités économiques dans le champ d application du texte négocié (CCN, accord ) 27

15 Détermination Champ d application professionnel : activités multiples dans l entreprise En cas de concours d activités : 3 situations possibles : Existence d une clause de départage, A défaut : utilisation des règles de détermination. Cas particulier : application de plusieurs conventions. 28 Détermination Champ d application professionnel et concours d activités La clause de départage permet aux entreprises d une même branche professionnelle ou d un même secteur d activité d opter, sous certaines conditions, entre deux conventions. Deux hypothèses : Secteur déjà couvert par une convention, dans lequel un nouveau texte est signé Clause de statu quo Secteur se situant à la frontière de deux conventions collectives Clause d option. 29

16 Détermination Champ d application professionnel et concours d activités En l absence de clause de départage, est considérée comme activité principale : dans une entreprise industrielle : celle qui occupe le plus grand nombre de salariés dans une entreprise commerciale : celle qui représente la majorité du chiffre d affaires dans une entreprise mixte : si le chiffre d affaires afférent aux activités industrielles est à 25 % du CA total, application du critère de l entreprise industrielle prise en compte du nombre de salariés affectés à la production déterminante. 30 Détermination Champ d application professionnel et centre d activité autonome Peut également faire échec à l application d une convention unique, l existence d un centre d activité autonome. 31

17 Détermination L obligation de l employeur résulte aussi du champ d application : territorial professionnel de l extension 32 Détermination L appartenance au champ d application d un texte n oblige que les employeurs syndiqués à appliquer le texte conclu. Pour que l obligation s impose à tous, il faut un arrêté d extension. 33

18 L arrêté d extension : Détermination Il impose l application d une convention de branche ou d un accord professionnel ou interprofessionnel à tous les employeurs (y compris aux non syndiqués), dès lors qu ils entrent dans le champ d application professionnel et territorial de ce texte. Cas particuliers : l arrêté d élargissement l arrêté d agrément Extension ou autre arrêté? 34 Détermination Procédure d extension L extension est précédée d un avis publié au Journal officiel. Elle fait l objet d un arrêté pris par le ministre du travail, de sa propre initiative ou à la demande d une organisation syndicale intéressée. Elle peut être partielle (avec mention d exclusions) ou totale. 35

19 Détermination Effets de l extension Elle produit ses effets à compter de la date qu elle fixe ou, à défaut, le lendemain de la publication de l arrêté au Journal officiel, sauf date ultérieure prévue par l arrêté ou le texte étendu. En revanche, elle n est jamais rétroactive. 36 Détermination Situation de l employeur Soit il est tenu d appliquer une convention Soit il ne l est pas car il est adhérent à un syndicat signataire et/ou il entre dans le champ d application géographique / professionnel d un texte étendu mais il peut décider d appliquer volontairement un texte 37

20 Détermination Outre ces situations, l employeur a la faculté d appliquer une CCN à laquelle il n est pas soumis. Nous étudierons successivement : l application volontaire d un texte l accord atypique 38 Détermination Application volontaire Admise par la jurisprudence, elle permet à l employeur de faire bénéficier son personnel d avantages plus substantiels que ceux qui figurent dans le code du travail. Elle peut être : Partielle : l employeur peut se limiter à l application de certaines clauses ou n en faire bénéficier qu une partie des salariés. Ponctuelle : l employeur n est pas tenu d appliquer les avenants éventuels pouvant être conclus dans l avenir. L application volontaire d une convention a la valeur d un usage que l employeur peut dénoncer comme tel. 39

21 Détermination Les limites de l application volontaire L application volontaire d une convention ne peut concerner que les relations individuelles de travail et jamais les relations collectives. Les relations collectives ne peuvent être régies que par la convention collective qui correspond à l activité principale de l entreprise. 40 Détermination Définition de l accord atypique Principe de conclusion de l accord d entreprise : Entre l employeur et le ou les délégués syndicaux présents dans l entreprise (ou les délégués du personnel faisant fonction de délégué syndical dans les entreprises de moins de 50 salariés) légalement représentatif(s) ou, par exception, avec un salarié mandaté. Donc : tout accord négocié avec un autre interlocuteur est qualifié d atypique, puisque son mode de négociation est dérogatoire. 41

22 Détermination L accord atypique Ce texte n a ni la valeur, ni les effets d un accord collectif. La jurisprudence le considère comme un engagement unilatéral de l employeur qui lie celuici. L accord atypique s analyse comme un usage et peut se dénoncer comme tel. Il ne peut jamais être moins favorable aux salariés que les textes de niveau supérieur. 42 Plan Définition Principes généraux Situation de l employeur vis-à-vis de ses obligations conventionnelles Cas particulier : conventions collectives et groupes de sociétés 43

23 Détermination Conventions collectives et groupes de sociétés Les articles L et suivants, introduits dans le code du travail par l article 46 de la loi du 4 mai 2004, consacrent l existence des conventions et accords négociés au niveau du groupe. Mais ils n intercalent pas l accord de groupe entre l accord de branche et l accord d entreprise dans la hiérarchie des normes. Ils se bornent à définir les effets de l accord de groupe, en les assimilant à ceux de la convention ou de l accord d entreprise. 44 Détermination Conventions collectives et groupes de sociétés Ils ne donnent pas non plus de définition du groupe : les négociateurs peuvent donc décider si l accord va couvrir l ensemble des entreprises du groupe, ou quelques-unes seulement. Les accords de groupe sont distincts de ceux qui sont conclus au sein d une Unité Économique et Sociale reconnue. 45

24 L Unité économique et sociale (UES) Il peut arriver que des sociétés, apparemment et juridiquement distinctes, n en constituent pas moins un groupement de fait, une même unité économique et sociale (UES). Comment se caractérise l UES? Une unité économique est établie lorsque les différentes sociétés qui la composent ont une direction commune et des activités imbriquées. Il y a unité sociale lorsque les salariés des divers éléments de l ensemble ont un statut semblable. 46 L Unité économique et sociale (UES) unité économique unité sociale Pouvoir de direction unique, communauté d intérêts, unité (ou du moins complémentarité) des activités. Communauté de travailleurs soumise à des conditions de travail identiques, méthodes de gestion similaires, bénéficiant d un même statut et d œuvres sociales communes et susceptibles de faire l objet de permutations entre les sociétés. 47

25 UES et Groupes de sociétés Parmi les critères de reconnaissance de l UES, la jurisprudence peut prendre en compte la soumission à un même statut conventionnel (Cass.soc.,14 mai 1987). Cependant, elle admet également l existence d une UES entre deux sociétés soumises à des accords collectifs différents (Cass. Soc., 12 janvier 2005). Ce qui distingue l UES et le groupe de sociétés n est donc pas leur statut en matière conventionnelle mais le fait qu elles servent à la mise en place d institutions représentatives du personnel distinctes (Cass. Soc., 25 janvier 2006). 48 Détermination Conventions collectives et groupes de sociétés Les groupes cherchent fréquemment à se doter d un statut conventionnel unique, nonobstant la diversité des entreprises qui le composent Objectif principal de cette négociation : faciliter la mobilité des salariés au sein du groupe. 49

26 Détermination Conventions collectives et groupes de sociétés La loi n ayant pas ménagé aux accords de groupe une place spécifique, la jurisprudence les considère comme des accords collectifs dès lors : Qu ils ont été conclus par des employeurs ou des organisations syndicales représentatives au plan national et que leur champ d application est expressément défini (par exemple : accord sur la délimitation du groupe en vue de la mise en place d un comité de groupe, convention portant reconnaissance d une unité économique et sociale ) 50 Détermination Conventions collectives et groupes de sociétés Pour doter les salariés du groupe d un statut conventionnel unifié, il est également possible d étendre à toutes les sociétés du groupe le statut conventionnel propre à l une d entre elles, qu il s agisse : de celui de la société-mère ou de celui de la société qui assure l activité économique principale du groupe. 51

27 Détermination Conventions collectives et groupes de sociétés Entreprise principale société mère société assurant l activité principale du groupe CCN X Entreprise secondaire n 1 filiale assure une activité secondaire au groupe CCN Y Entreprise secondaire n 2 filiale CCN Y + Accord d entreprise Entreprise secondaire n 3 établissement autonome CCN Z 52 Détermination Conventions collectives et groupes de sociétés Principe Pas d application automatique de la CCN de l entreprise principale du groupe aux autres entités. Quel que soit le degré d intégration des entreprises n 1, 2 et 3, elles conservent leur statut conventionnel propre (au niveau des conventions de branche et des accords d entreprise). Les salariés de ces entreprises ne peuvent pas réclamer les avantages issus de la CCN X sur le seul fondement de leur appartenance au groupe. 53

28 Détermination Conventions collectives et groupes de sociétés Possibilité d étendre, à toutes les sociétés du groupe, le statut conventionnel de l une d entre-elles (pas nécessairement celui de l entreprise dominante) : Par adhésion : sous réserve de l accord des organisations syndicales représentatives de l entreprise, après négociation (c. trav. L ) accord d entreprise Par application volontaire, constitutive d un usage Dans tous les cas, seules les dispositions les plus favorables s appliqueront aux salariés des différentes entités du groupe. 54 Application des conventions et accords collectifs Quand et comment mon client peut-il changer de convention ou d accord collectif?

29 Conditions pour changer de convention ou d accord collectif Rappel des principaux textes juridiques applicables en cas de transfert Relations individuelles : (anc. art. L , al.2 ) Maintien des contrats de travail entre l ancien et le nouvel employeur (art. L du code du Travail) Relations collectives : (anc. art. L.132-8, al.7 ) Hypothèses dans lesquelles l application d une convention ou d un accord est mise en cause en raison notamment d une fusion, cession, scission (art. L du code du Travail) Conditions pratiques du transfert 56 Conditions pour changer de convention ou d accord collectif Article L (anc. art. L , al.2) Les incidences du transfert d entreprise sur le statut individuel du salarié Principe maintien du contrat de travail en cas de fusion, cession, absorption, scission... 57

30 Conditions pour changer de convention ou d accord collectif Article L (anc. art. L , al.2) Les contrats transférés L article L s applique à tous les titulaires d un contrat de travail, peu importe la nature du contrat. 58 Conditions pour changer de convention ou d accord collectif Article L (anc. art. L , al.2) Les contrats transférés Contrat en cours ou suspendu Pour être applicable, le contrat de travail doit être en cours à la date de la modification de la situation juridique de l employeur. Lorsque les conditions d application de l art. L sont remplies, le contrat de travail est transféré de plein droit, indépendamment de la volonté des parties. Il s agit d une disposition d ordre public. 59

31 Conditions pour changer de convention ou d accord collectif Article L (anc. art. L , al.2) Les contrats transférés Le transfert des contrats et des relations de travail a nécessairement lieu à la date du transfert de l entreprise (date d effet de la cession). Le salarié ne peut refuser le transfert de son contrat de travail, sauf à en faire valoir une modification substantielle. 60 Conditions pour changer de convention ou d accord collectif Article L (anc. art. L , al.2) Les contrats transférés Le caractère impératif de l article L fait échec aux conventions conclues entre les employeurs successifs ayant pour effet d éluder ou de limiter son application. Pas de possibilité d arrangement entre les employeurs successifs concernant les contrats de travail. 61

32 Conditions pour changer de convention ou d accord collectif Article L (anc. art. L , al.2) Les contrats transférés L employeur n est pas tenu d informer individuellement, le salarié, de la modification juridique ou de la cession de l entreprise dans laquelle il est employé. 62 Conditions pour changer de convention ou d accord collectif Article L (anc. art. L , al.2) Poursuite du même contrat de travail Conditions maintien des conditions d exécution du contrat impossibilité de prévoir une période d essai maintien de l ancienneté acquise chez le précédent employeur maintien de la clause de non-concurrence maintien de la rémunération et de la qualification maintien de la clause de mobilité 63

33 Quand et comment changer de convention ou d accord collectif? Si la poursuite de la relation contractuelle de travail est garantie aux salariés, celle de leur statut collectif ne l est pas. Le nouvel employeur est fondé à dénoncer tout ou partie de ce statut en respectant des modalités spécifiques de dénonciation. 64 Quand et comment changer de convention ou d accord collectif? Article L (anc. art. L al 7) Champ d application de cet article Opérations concernées Transfert d entreprise Changement d activité Autres cas d application 65

34 Conditions pour changer de convention ou d accord collectif Article L (anc. art. L al 7) Transfert d entreprise Hypothèses dans lesquelles l application d une convention ou d un accord est mise en cause : sont visées, l ensemble des hypothèses de changement d employeur au sens de l article L (fusion, cession, scission absorption, mise en location gérance, sous-traitance...) 66 Transfert d entreprise Article L (anc. art. L al 7) La jurisprudence fait référence à la notion de : Transfert d une «entité économique autonome» La mise en cause s applique aussi : au transfert du siège social de l entreprise dans un autre département, dans l hypothèse d une convention collective territoriale 67

35 Quand et comment changer de convention ou d accord collectif? Article L (anc. art. L al 7) Champ d application de cet article Opérations concernées Transfert d entreprise Changement d activité Autres cas d application 68 Conditions pour changer de convention ou d accord collectif Article L (anc. art. L al 7) Le changement de l activité principale de l entreprise peut conduire celle-ci à sortir du champ d application professionnel d une convention ou d un accord. 69

36 Quand et comment changer de convention ou d accord collectif? Article L (anc. art. L al 7) Champ d application de cet article Opérations concernées Transfert d entreprise Changement d activité Autres cas d application 70 Conditions pour changer de convention ou d accord collectif L article L Peut-il s appliquer à d autres situations que celles qui y sont énumérées? Liste énonciative et non limitative, d après la cour de cassation (adverbe «notamment»), 71

37 Conditions pratiques du transfert Le plus souvent, la modification de l activité ou de la situation juridique de l employeur remet en cause l application des conventions et accords collectifs antérieurement applicables. La loi intervient afin d organiser le maintien provisoire des textes conventionnels mis en cause et la transition. 72 Conditions pratiques du transfert Nous verrons successivement : La survie provisoire des dispositions mises en cause L obligation de négocier l accord de substitution Le maintien des avantages individuels acquis 73

38 Survie provisoire des dispositions mises en cause La loi organise une procédure de survie provisoire des dispositions conventionnelles mises en cause par le transfert. La convention ou l accord collectif dont l application est mise en cause continue de produire effet jusqu à l entrée en vigueur de la convention ou de l accord qui lui est substitué ou, à défaut, pendant 12 mois qui s ajoutent à un préavis de dénonciation de 3 mois. 74 Survie provisoire des dispositions mises en cause Survie légale : 15 mois délai pendant lequel les contrats ne peuvent être modifiés. délai mis à profit par l employeur pour engager des négociations avec les organisations syndicales,ou à défaut avec un salarié mandaté, pour la création d un nouveau statut collectif. 75

39 Survie provisoire des dispositions mises en cause Négociation d un accord dans les entreprises sans délégué syndical (DS) Recours aux salariés mandatés depuis le 1 er janvier 2010 (aucune condition d effectif) Sont concernées les entreprises Dépourvues de DS, Ayant un PV de carence établissant l absence de représentants élus. Condition de validité L accord signé par un salarié mandaté doit être approuvé par les salariés, à la majorité des suffrages exprimés. 76 Survie provisoire des dispositions mises en cause L interruption du délai de survie par la conclusion d un accord de substitution Si un accord est conclu, celui-ci interrompt le délai de survie provisoire des dispositions conventionnelles mises en cause. Pas d accord possible pendant les 3 mois de préavis. 77

40 Obligation de négocier un accord de substitution Une négociation doit s engager à la demande d une des parties intéressées (employeur ou DS) dans les 3 mois qui suivent la dénonciation. Seules les OS représentatives nationales ont qualité pour négocier avec l employeur un accord de substitution et ce jusqu aux résultats des prochaines élections professionnelles. 78 Obligation de négocier un accord de substitution L accord de substitution doit : Soit éviter un vide conventionnel Soit adapter le statut conventionnel antérieur aux dispositions déjà applicables dans l entreprise d accueil 79

41 Obligation de négocier un accord de substitution Contrairement aux règles applicables en cas de dénonciation, il n est pas exigé que l accord collectif mis en cause et l accord de substitution soient de même niveau (accord collectif pouvant se substituer à une convention de branche). 80 Obligation de négocier un accord de substitution Il n est pas exigé non plus que les dispositions négociées soient nécessairement plus favorables que les dispositions dont bénéficiaient les salariés avant le transfert. 81

42 Obligation de négocier un accord de substitution À l issue du délai de survie Les conventions et accords collectifs mis en cause cessent d être applicables aux salariés même en l absence de négociation et de conclusion d un accord de substitution. À l expiration de ce délai, et en l absence d accord de substitution, les salariés conservent les avantages individuels acquis. 82 Le maintien des avantages individuels acquis En l absence d accord de substitution : maintien des avantages individuels acquis qui procuraient au salarié une rémunération ou un droit dont il bénéficiait à titre personnel (ex. prime d ancienneté) exclus : les avantages collectifs ne bénéficiant qu à certains salariés La négociation et la conclusion d un accord de substitution conduisent à la mise en cause des avantages individuels acquis. 83

43 Suite du transfert La jurisprudence consacre que, lorsque des dispositions conventionnelles sont déjà en vigueur dans l entreprise d accueil, la survie du statut collectif antérieur entraîne une situation de concours. 84 Suite du transfert Dans ce cas, les salariés transférés peuvent bénéficier des conventions et accords collectifs applicables avant et après le transfert sans qu il puisse y avoir cumul des avantages ayant le même objet ou la même cause. Doit être accordé aux salariés, le plus favorable d entre eux. 85

44 Application des conventions et accords collectifs Les nouveaux entrants bénéficient ou des accords collectifs dont dépend l entreprise d accueil. 86 Application des conventions et accords collectifs Quelles incidences le changement de convention collective a-t-il sur les bulletins de salaires? 87

45 Incidences sur les bulletins de salaire Cette liste est non exhaustive Modification du nom de l employeur Dénomination de l établissement dont dépend le salarié Adresse de l employeur (adresse de l entreprise ou de l établissement, selon le cas) Références de l Urssaf compétente ou organisme auquel l employeur verse les cotisations de Sécurité sociale 88 Incidences sur les bulletins de salaire Convention collective Si pas de convention collective, articles du code du travail relatifs à la durée des congés payés du salarié et à la durée du préavis en cas de cessation de la relation de travail Classification, échelon, coefficient Salaire minimum conventionnel Taux des heures supplémentaires (ce taux ne peut-être inférieur à 10 %) Primes diverses 89

FUSIONS, CESSIONS, SCISSIONS, DE PROTECTION SOCIALE COMPLÉMENTAIRE

FUSIONS, CESSIONS, SCISSIONS, DE PROTECTION SOCIALE COMPLÉMENTAIRE FUSIONS, CESSIONS, SCISSIONS, IMPACT SUR LES RÉGIMES DE PROTECTION SOCIALE COMPLÉMENTAIRE SOMMAIRE 1. RESTRUCTURATION D ENTREPRISE ET INCIDENCES SUR LA PROTECTION SOCIALE Principes 2. SITUATION DU RÉGIME

Plus en détail

5/ Une exigence supplémentaire : l adhésion syndicale de l employeur

5/ Une exigence supplémentaire : l adhésion syndicale de l employeur TISSOT SOCIAL ENTREPRISE - 104 informer tous les ans des modifications apportées à ce texte. A défaut de délégués du personnel, cette information sera faite auprès des salariés directement (C. trav., art.

Plus en détail

Le guide. juridique. www.menages-prevoyants.fr LA MUTUELLE QUI VA BIEN!

Le guide. juridique. www.menages-prevoyants.fr LA MUTUELLE QUI VA BIEN! Le guide juridique www.menages-prevoyants.fr LA MUTUELLE QUI VA BIEN! sommaire Contexte de l évolution de la «Loi Fillon»... 3 Comment bénéficier des avantages de la «Loi Fillon»?... La participation de

Plus en détail

Impact d une restructuration sur l adhésion à un régime de prévoyance

Impact d une restructuration sur l adhésion à un régime de prévoyance Mois Mois Mise à jour décembre 2008 En bref L objet de cette fiche est d étudier les différentes hypothèses qui peuvent exister lors d une opération de restructuration et les conséquences sur le régime

Plus en détail

DOCUMENTS REMIS A TITRE UNIQUEMENT INDICATIF L ENTREPRISE EST INVITEE A SE RAPPROCHER DE SES CONSEILS

DOCUMENTS REMIS A TITRE UNIQUEMENT INDICATIF L ENTREPRISE EST INVITEE A SE RAPPROCHER DE SES CONSEILS MISE EN PLACE D UN REGIME COLLECTIF DE PREVOYANCE ET/OU DE SANTE COMPLEMENTAIRE PAR DECISION UNILATERALE RAPPEL : COMMENT METTRE EN PLACE UN REGIME COLLECTIF EN ENTREPRISE AU PROFIT DES SALARIES? Les modalités

Plus en détail

ACCORD SUR LA CREATION D UN COMPTE EPARGNE TEMPS (CET)

ACCORD SUR LA CREATION D UN COMPTE EPARGNE TEMPS (CET) ACCORD SUR LA CREATION D UN COMPTE EPARGNE TEMPS (CET) ENTRE LES SOUSSIGNES : L'Office International de l'eau, Association loi 1901, dont le siège social est situé 21 rue de Madrid 75008 PARIS, immatriculée

Plus en détail

MISE EN CONFORMITE DES CONTRATS DE PREVOYANCE, SANTE ET RETRAITE SUPPLEMENTAIRE

MISE EN CONFORMITE DES CONTRATS DE PREVOYANCE, SANTE ET RETRAITE SUPPLEMENTAIRE MISE EN CONFORMITE DES CONTRATS DE PREVOYANCE, SANTE ET RETRAITE SUPPLEMENTAIRE MISE EN CONFORMITE DES CONTRATS DE PREVOYANCE, SANTE ET RETRAITE SUPPLEMENTAIRE - Sommaire 2 SOMMAIRE PAGES MISE EN CONFORMITE

Plus en détail

pratiques Salarié mis à disposition d une filiale étrangère :

pratiques Salarié mis à disposition d une filiale étrangère : pratiques [mise à disposition de salariés] Salarié mis à disposition d une filiale étrangère : quelles sont les obligations de l employeur? Dans les groupes de dimension internationale, il n est pas rare

Plus en détail

ATELIERS ET CHANTIERS D INSERTION ET CONVENTIONS COLLECTIVES

ATELIERS ET CHANTIERS D INSERTION ET CONVENTIONS COLLECTIVES ATELIERS ET CHANTIERS D INSERTION ET CONVENTIONS COLLECTIVES Fiche technique à destination des SIAE Août 2013 SOMMAIRE 1 2 3 4 5 Introduction Éclairages sur les conventions collectives Panorama des conventions

Plus en détail

L essentiel. sur le financement des régimes de prévoyance complémentaire. fiscalité cotisations de Sécurité sociale

L essentiel. sur le financement des régimes de prévoyance complémentaire. fiscalité cotisations de Sécurité sociale L essentiel sur le financement des régimes de prévoyance complémentaire fiscalité cotisations de Sécurité sociale La protection sociale professionnelle est une création continue Souhaitant encourager le

Plus en détail

ACCORD DU 24 JUIN 2010

ACCORD DU 24 JUIN 2010 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA FONCTION PUBLIQUE CONVENTIONS COLLECTIVES Accord professionnel MODERNISATION DU MARCHÉ DU TRAVAIL (Portage salarial) ACCORD DU 24 JUIN 2010 RELATIF AU PORTAGE

Plus en détail

Portabilité des couvertures «prévoyance et santé» Art. 14 de l ANI du 11 janvier 2008 et avenant du 18 mai 2009

Portabilité des couvertures «prévoyance et santé» Art. 14 de l ANI du 11 janvier 2008 et avenant du 18 mai 2009 Portabilité des couvertures «prévoyance et santé» Art. 14 de l ANI du 11 janvier 2008 et avenant du 18 mai 2009 30 juin 2009 SOMMAIRE 1. Bénéficiaires de la portabilité 2. Renonciation à la portabilité

Plus en détail

Accord relatif à l activité de portage salarial

Accord relatif à l activité de portage salarial Accord relatif à l activité de portage salarial Préambule Le présent accord a pour finalité d organiser l activité de portage salarial. Les personnes portées sont titulaires d un contrat de travail conclu

Plus en détail

Lettre d information sur un projet d accord référendaire ayant pour objet la mise en place d un régime de protection sociale complémentaire

Lettre d information sur un projet d accord référendaire ayant pour objet la mise en place d un régime de protection sociale complémentaire DOCUMENT 1 Lettre d information sur un projet d accord référendaire ayant pour objet la mise en place d un régime de protection sociale complémentaire «RAISON SOCIALE EMPLOYEUR» «COORDONNEES DU SALARIE»

Plus en détail

le syndicat CGT représenté par [à compléter] en sa qualité de délégué syndical,

le syndicat CGT représenté par [à compléter] en sa qualité de délégué syndical, Projet d accord collectif mettant en place un régime de remboursement de «frais de santé» au bénéfice du personnel de l EPIC SNCF relevant du régime général de ENTRE LES SOUSSIGNEES : SOCIETE NATIONALE

Plus en détail

Transfert des contrats de travail : Art. L. 1224-1 du Code du travail

Transfert des contrats de travail : Art. L. 1224-1 du Code du travail Mois AAAA Mois AAAA Mise à jour décembre 2008 Art. L. 1224-1 du Code du travail En bref Cette fiche a pour objet de présenter les conditions d application de l article L. 1224-1 du Code du travail et les

Plus en détail

>Contrat de travail des professeurs de danse

>Contrat de travail des professeurs de danse DROIT >Contrat de travail des professeurs de danse Juillet 2011 > DÉPARTEMENT RESSOURCES PROFESSIONNELLES 1 rue Victor-Hugo 93507 Pantin cedex T 01 41 839 839 (accueil) F 01 41 839 841 ressources@cnd.fr

Plus en détail

Transfert des contrats de travail : Art. L. 1224-1 du Code du travail

Transfert des contrats de travail : Art. L. 1224-1 du Code du travail Mois AAAA Mois AAAA Mise à jour décembre 2010 En bref Art. L. 1224-1 du Code du travail Cette fiche a pour objet de présenter les conditions d application de l article L. 1224-1 du Code du travail et les

Plus en détail

Service juridique CSFV

Service juridique CSFV Service juridique LES CONSÉQUENCES D UN TRANSFERT D ENTREPRISE Lorsque les conditions d application de l article L. 1224-1 1 (anciennement) L.122-12 du Code du Travail sont remplies, le transfert des contrats

Plus en détail

ACCORD RELATIF A L'INSTAURATION D'UN REGIME DE FRAIS MEDICAUX OBLIGATOIRE. Pour le personnel de la

ACCORD RELATIF A L'INSTAURATION D'UN REGIME DE FRAIS MEDICAUX OBLIGATOIRE. Pour le personnel de la BANQUE POPULAIRE BOURGOGNE FRANCHE-COMTE ACCORD RELATIF A L'INSTAURATION D'UN REGIME DE FRAIS MEDICAUX OBLIGATOIRE Pour le personnel de la BANQUE POPULAIRE BOURGOGNE FRANCHE-COMTE Entre La BANQUE POPULAIRE

Plus en détail

SPÉCIMEN MISE EN PLACE DU RÉGIME DE FRAIS DE SANTÉ PAR DÉCISION UNILATÉRALE DE L EMPLOYEUR (DUE) Bon à savoir. À jour au 1 er mars 2015

SPÉCIMEN MISE EN PLACE DU RÉGIME DE FRAIS DE SANTÉ PAR DÉCISION UNILATÉRALE DE L EMPLOYEUR (DUE) Bon à savoir. À jour au 1 er mars 2015 MISE EN PLACE DU RÉGIME DE FRAIS DE SANTÉ PAR DÉCISION UNILATÉRALE DE L EMPLOYEUR (DUE) Récapitulatif des formalités à respecter Rédiger le document formalisant la Décision Unilatérale. Pour vous aider

Plus en détail

Juin. Modernisation du Marché du Travail

Juin. Modernisation du Marché du Travail Juin Modernisation du Marché du Travail 2008 les fiches argumentaires du medef Les dispositions de l accord national interprofessionnel du 11 janvier 2008, dont la mise en œuvre requiert un support législatif,

Plus en détail

Contrat de prévoyance complémentaire et de retraite supplémentaire

Contrat de prévoyance complémentaire et de retraite supplémentaire Contrat de prévoyance complémentaire et de retraite supplémentaire Décret n 2012-25 du 9 janvier 2012 Circulaire du 25 septembre 2013 Circulaire du 4 février 2014 Petit Déjeuner RH CCI Maître Marie-Laure

Plus en détail

Qu en est-il des contrats complémentaires facultatifs? Sont-ils concernés par le dispositif?

Qu en est-il des contrats complémentaires facultatifs? Sont-ils concernés par le dispositif? QUESTIONS SUR L OBJET DE LA PORTABILITE La mensualisation est-elle exclue du dispositif? L obligation de maintien de salaire à la charge de l employeur n est pas concernée : en effet, il ne s agit pas

Plus en détail

ACCORD NATIONAL RELATIF AUX FRAIS DE SANTE DANS LA BRANCHE FLEURISTES, VENTE ET SERVICES DES ANIMAUX FAMILIERS

ACCORD NATIONAL RELATIF AUX FRAIS DE SANTE DANS LA BRANCHE FLEURISTES, VENTE ET SERVICES DES ANIMAUX FAMILIERS CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE ETENDUE FLEURISTES, VENTE ET SERVICES DES ANIMAUX FAMILIERS IDCC 1978 - BROCHURE JO 3010 ACCORD NATIONAL RELATIF AUX FRAIS DE SANTE DANS LA BRANCHE FLEURISTES, VENTE ET

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3255 Convention collective nationale IDCC : 1619. CABINETS DENTAIRES ACCORD DU

Plus en détail

La loi du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du travail

La loi du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du travail Le point sur ALLER PLUS LOIN DANS VOTRE ACTUALITÉ SOCIALE SOCIAL Juillet 2008 La loi du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du travail Les partenaires sociaux ont signé un accord national interprofessionnel

Plus en détail

GUIDE DE LA PORTABILITE

GUIDE DE LA PORTABILITE GUIDE DE LA PORTABILITE Article 14 de l Accord National Interprofessionnel (ANI) du 11 janvier 2008 Présentation du dispositif de Portabilité et Répercussions sur vos contrats Complémentaires Santé / Prévoyance

Plus en détail

I. Les dates clés à connaître

I. Les dates clés à connaître NOTE D INFORMATION 2013/27 du 23 décembre 2013 SOCIAL : Protection sociale complémentaire : les modifications à venir en 2014 Il est urgent de s en occuper I. Les dates clés à connaître Les employeurs

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale IDCC : 1619. CABINETS DENTAIRES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale IDCC : 1619. CABINETS DENTAIRES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3255 Convention collective nationale IDCC : 1619. CABINETS DENTAIRES ACCORD DU 28 FÉVRIER 2014 RELATIF AU TEMPS

Plus en détail

DIRECTION DE LA SECURITE SOCIALE SDFSS BUREAU DE LA LEGISLATION FINANCIERE (5B)

DIRECTION DE LA SECURITE SOCIALE SDFSS BUREAU DE LA LEGISLATION FINANCIERE (5B) Ministère de la santé et des solidarités Ministère délégué à la sécurité sociale, aux personnes âgées, aux personnes handicapées et à la famille Document de travail 29 mars 2006 DIRECTION DE LA SECURITE

Plus en détail

Principales mesures issues de la loi de Sécurisation de l emploi du 14 juin 2013

Principales mesures issues de la loi de Sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 Principales mesures issues de la loi de Sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 CDD : COTISATIONS SUPPLEMENTAIRES POUR LES CDD DE COURTE DUREE À partir du 1er juillet 2013, la cotisation patronale d assurance

Plus en détail

Prévoyance et complémentaire santé : les modifications de la loi relative à la sécurisation de l emploi

Prévoyance et complémentaire santé : les modifications de la loi relative à la sécurisation de l emploi Prévoyance et complémentaire santé : les modifications de la loi relative à la sécurisation de l emploi SYNTHESE D EXPERTS Juillet 2013 SOMMAIRE 1 Généralisation de la couverture complémentaire santé...

Plus en détail

A LA UNE. L indemnisation due en cas de licenciement nul pour violation du statut protecteur est plafonnée à trente mois

A LA UNE. L indemnisation due en cas de licenciement nul pour violation du statut protecteur est plafonnée à trente mois NEWSLETTER SOCIALE M A I 2 0 1 5 A LA UNE L indemnisation due en cas de licenciement nul pour violation du statut protecteur est plafonnée à trente mois La loi du 2 août 2005 a porté la durée des mandats

Plus en détail

ORA Consultants 30/06/2009 OBJECTIFS. - Faire le point sur les règles en la matière. - Les nouveautés au 1 er janvier 2016

ORA Consultants 30/06/2009 OBJECTIFS. - Faire le point sur les règles en la matière. - Les nouveautés au 1 er janvier 2016 Programme 2 ATELIER RH PAIE 2015 MUTUELLE PREVOYANCE : NOUVEAUTES 2016 OBJECTIFS - Faire le point sur les règles en la matière - Les nouveautés au 1 er janvier 2016 - Mettre en place les différents régimes

Plus en détail

AVENANT N 2 DU 25 OCTOBRE 2011 CHAPITRE I ER

AVENANT N 2 DU 25 OCTOBRE 2011 CHAPITRE I ER MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Accord professionnel CAISSE D ÉPARGNE AVENANT N 2 DU 25 OCTOBRE 2011 À L ACCORD DU 24 NOVEMBRE 2005 RELATIF AUX FRAIS DE SOINS DE

Plus en détail

Ministère de l emploi, de la cohésion sociale et du logement. Ministère de la santé et des solidarités

Ministère de l emploi, de la cohésion sociale et du logement. Ministère de la santé et des solidarités Ministère de l emploi, de la cohésion sociale et du logement Ministère de la santé et des solidarités Direction générale du travail Bureau RT3 - Durée et Revenus du Travail Section participation financière

Plus en détail

CIRCULAIRE CDG90 COMITE TECHNIQUE COMITE D HYGIENE, DE SECURITE ET DES CONDITIONS DE TRAVAIL COMMISSION ADMINISTRATIVE PARITAIRE

CIRCULAIRE CDG90 COMITE TECHNIQUE COMITE D HYGIENE, DE SECURITE ET DES CONDITIONS DE TRAVAIL COMMISSION ADMINISTRATIVE PARITAIRE CIRCULAIRE CDG90 11/12 COMITE TECHNIQUE COMITE D HYGIENE, DE SECURITE ET DES CONDITIONS DE TRAVAIL COMMISSION ADMINISTRATIVE PARITAIRE Loi n 83-634 du 13 juillet 1983 modifiée, portant droits et obligations

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES REGLEMENTANT LE PRET DE MAIN- D ŒUVRE ENTRE ENTREPRISES

CONDITIONS GENERALES REGLEMENTANT LE PRET DE MAIN- D ŒUVRE ENTRE ENTREPRISES CONDITIONS GENERALES REGLEMENTANT LE PRET DE MAIN- D ŒUVRE ENTRE ENTREPRISES Le prêt de main d œuvre est pratiqué de longue date dans le secteur du Bâtiment. Il consiste, de la part d un entrepreneur,

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3002 Convention collective nationale et accords nationaux BÂTIMENT IDCC : 2609. ETAM

Plus en détail

METTRE EN PLACE UN CONTRAT COLLECTIF D ENTREPRISE

METTRE EN PLACE UN CONTRAT COLLECTIF D ENTREPRISE GUIDE PRATIQUE DE L ASSURANCE COLLECTIVE METTRE EN PLACE UN CONTRAT COLLECTIF D ENTREPRISE A moins qu'elles ne soient instituées par des dispositions législatives ou réglementaires, les garanties collectives

Plus en détail

QUESTIONS. décembre 2014

QUESTIONS. décembre 2014 QUESTIONS RéPONSES RELATIF à l agrément, aux missions et au fonctionnemement des organismes paritaires collecteurs agréés au titre de la formation professionnelle continue décembre 2014 questions-réponses

Plus en détail

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3257 Convention collective nationale IDCC : 1601. BOURSE (3 e édition. Juin 2004) ACCORD DU 8 JUILLET 2005

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3175 Convention collective nationale IDCC : 1909. ORGANISMES DE TOURISME

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3078 Conventions collectives nationales CABINETS D AVOCATS IDCC : 1000. Personnel

Plus en détail

Accord de prévoyance des personnels cadres et assimilés - mai 2011

Accord de prévoyance des personnels cadres et assimilés - mai 2011 1 SYNADIC PRÉAMBULE Un régime de prévoyance obligatoire au niveau national garantissant les risques incapacité, invalidité et décès a été instauré par l accord du 28 novembre 2005. Les partenaires sociaux

Plus en détail

Table des matières. Hervé Deckers et Laurent Dear

Table des matières. Hervé Deckers et Laurent Dear Table des matières Avant-propos 7 Hervé Deckers et Laurent Dear étendue et limites de la protection 11 Jacques Clesse et Sabine Cornélis Introduction 11 Section 1. L évolution de la protection de 1948

Plus en détail

ACCORD RELATIF AU COMPTE ÉPARGNE TEMPS A LA CDC

ACCORD RELATIF AU COMPTE ÉPARGNE TEMPS A LA CDC ACCORD RELATIF AU COMPTE ÉPARGNE TEMPS A LA CDC Entre : - La Caisse des dépôts et consignations (CDC), sise 56 rue de Lille 75007 PARIS représentée par Pierre DUCRET, agissant en qualité de secrétaire

Plus en détail

REGIME DE FRAIS DE SANTE COLLECTIF A ADHESION OBLIGATOIRE

REGIME DE FRAIS DE SANTE COLLECTIF A ADHESION OBLIGATOIRE REGIME DE FRAIS DE SANTE COLLECTIF A ADHESION OBLIGATOIRE Rappel des principales clauses devant figurer dans la lettre d information individuelle formalisant la mise en place du régime par DUE (Décision

Plus en détail

RÈGLEMENT INTÉRIEUR RÈGLEMENT INTÉRIEUR DE LA CROIX-ROUGE FRANÇAISE

RÈGLEMENT INTÉRIEUR RÈGLEMENT INTÉRIEUR DE LA CROIX-ROUGE FRANÇAISE RÈGLEMENT INTÉRIEUR Règlement intérieur de la Croix-Rouge française adopté par l assemblée générale extraordinaire du 20 janvier 2012 et approuvé par le ministre de l Intérieur RÈGLEMENT INTÉRIEUR DE LA

Plus en détail

ACCORD DU 24 MAI 2011

ACCORD DU 24 MAI 2011 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3085 Convention collective nationale IDCC : 16. TRANSPORTS ROUTIERS ET ACTIVITÉS AUXILIAIRES DU TRANSPORT ACCORD DU 24

Plus en détail

Les classifications professionnelles ont été révisées à compter du 1 er avril 2007

Les classifications professionnelles ont été révisées à compter du 1 er avril 2007 Les classifications professionnelles ont été révisées à compter du 1 er avril 2007 Après de longues négociations avec les syndicats de salariés, les classifications professionnelles ont été révisées afin

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3034 Convention collective nationale IDCC : 1090. SERVICES DE L AUTOMOBILE (Commerce

Plus en détail

Le Contrat à Durée Déterminée d Insertion (CDDI)

Le Contrat à Durée Déterminée d Insertion (CDDI) Le Contrat à Durée Déterminée d Insertion (CDDI) 1 Définition du CDDI un contrat de travail à durée déterminée dont le motif de recours est spécifique : favoriser le recrutement de certaines catégories

Plus en détail

MODE D EMPLOI LOI POUR LE POUVOIR D ACHAT : Rachat de jours de repos, déblocage anticipé de la participation, prime exceptionnelle...

MODE D EMPLOI LOI POUR LE POUVOIR D ACHAT : Rachat de jours de repos, déblocage anticipé de la participation, prime exceptionnelle... MODE D EMPLOI Valérie Coutteron LOI POUR LE POUVOIR D ACHAT : Rachat de jours de repos, déblocage anticipé de la participation, prime exceptionnelle... LA LOI N 2008-111 DU 8 FÉVRIER 2008 pour le pouvoir

Plus en détail

CONTRATS DE TRAVAIL DES PROFESSEURS DE DANSE

CONTRATS DE TRAVAIL DES PROFESSEURS DE DANSE DROIT CONTRATS DE TRAVAIL DES PROFESSEURS DE DANSE FÉVRIER 2015 Département Ressources professionnelles LE CND Un centre d art pour la danse 1, rue Victor-Hugo 93507 Pantin cedex 01 41 839 839 ressources@cnd.fr

Plus en détail

Impact de la loi Hamon dans le domaine de l assurance

Impact de la loi Hamon dans le domaine de l assurance Impact de la loi Hamon dans le domaine de l assurance La loi n 2014 344 sur la consommation dite loi «Hamon» du 17/03/2014 élargit la possibilité, sous certaines conditions, de résilier un contrat (ou

Plus en détail

I ADAPTATION DU TEMPS DE TRAVAIL A LA DUREE LEGALE DE 35 HEURES. Les alinéas 6 à 9 inclus de l article 5 de l accord national sont supprimés.

I ADAPTATION DU TEMPS DE TRAVAIL A LA DUREE LEGALE DE 35 HEURES. Les alinéas 6 à 9 inclus de l article 5 de l accord national sont supprimés. ACCORD NATIONAL DU 3 MARS 2006 PORTANT AVENANT A L ACCORD NATIONAL DU 28 JUILLET 1998 MODIFIE SUR L ORGANISATION DU TRAVAIL DANS LA METALLURGIE, A LA CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES INGENIEURS ET CADRES

Plus en détail

ACCORD PROFESSIONNEL SUR LE REGIME COMPLEMENTAIRE DE REMBOURSEMENT DES FRAIS DE SANTE PREAMBULE

ACCORD PROFESSIONNEL SUR LE REGIME COMPLEMENTAIRE DE REMBOURSEMENT DES FRAIS DE SANTE PREAMBULE ACCORD PROFESSIONNEL SUR LE REGIME COMPLEMENTAIRE DE REMBOURSEMENT DES FRAIS DE SANTE PREAMBULE Le présent accord a pour objet de mettre en place un régime conventionnel complémentaire relatif au remboursement

Plus en détail

FICHE PRATIQUE : LA DECISION UNILATERALE DE L EMPLOYEUR (DUE) (Version Frais de santé - Salariés cadres)

FICHE PRATIQUE : LA DECISION UNILATERALE DE L EMPLOYEUR (DUE) (Version Frais de santé - Salariés cadres) FICHE PRATIQUE : LA DECISION UNILATERALE DE L EMPLOYEUR (DUE) (Version Frais de santé - Salariés cadres) Avant toute communication de la DUE aux salariés bénéficiaires, vous devez la compléter à l aide

Plus en détail

NOTE D INFORMATION COMPTE EPARGNE-TEMPS (C.E.T)

NOTE D INFORMATION COMPTE EPARGNE-TEMPS (C.E.T) NOTE D INFORMATION CV Réf. : II-6-1-14 Pôle des services 1 er avril 2011 Tel : 05 63 60 16 66 1-3 Temps de travail Mail : services@cdg81.fr COMPTE EPARGNE-TEMPS (C.E.T) Décret n 2004-878 du 26 août 2004

Plus en détail

Accord portant sur les mesures d accompagnement de la mobilité au sein de la Caisse d Epargne Loire-Centre

Accord portant sur les mesures d accompagnement de la mobilité au sein de la Caisse d Epargne Loire-Centre Accord portant sur les mesures d accompagnement de la mobilité au sein de la Caisse d Epargne Loire-Centre Entre les soussignés La Caisse d'epargne Loire-Centre dont le siège social est situé à ORLEANS,

Plus en détail

Convention d entreprise n 86

Convention d entreprise n 86 relative au régime de remboursement de frais de santé collectif et obligatoire du personnel de la société des Entre la Société, représentée par M. Josiane Costantino, Directeur des Ressources Humaines

Plus en détail

Les évolutions de vos régimes au cours des prochaines années

Les évolutions de vos régimes au cours des prochaines années Les évolutions de vos régimes au cours des prochaines années La généralisation de la couverture complémentaire santé à tous les salariés La loi relative à la sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 prévoit

Plus en détail

Pour en savoir plus : http://www.cabinetfeurgard.com/_infos/dossiers/article.asp?rub=social&sousrub=ct2&art=k4_5380587

Pour en savoir plus : http://www.cabinetfeurgard.com/_infos/dossiers/article.asp?rub=social&sousrub=ct2&art=k4_5380587 L environnement social de votre entreprise va être profondément modifié dans les six prochains mois. Nous souhaitons vous en parler et vous expliquer ces nouvelles mesures et leurs impacts. La mutuelle

Plus en détail

Circulaire du 10 novembre 2009 STATUT DES DIRECTEURS DES OFFICES PUBLICS DE L HABITAT (OPH)

Circulaire du 10 novembre 2009 STATUT DES DIRECTEURS DES OFFICES PUBLICS DE L HABITAT (OPH) Circulaire du 10 novembre 2009 STATUT DES DIRECTEURS DES OFFICES PUBLICS DE L HABITAT (OPH) MODALITES DE RECRUTEMENT, DE REMUNERATION, ET DE CESSATION DE FONCTIONS Réf. : - Décret 2009-1218 du 12 octobre

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE n 2015 0000045

LETTRE CIRCULAIRE n 2015 0000045 LETTRE CIRCULAIRE n 2015 0000045 GRANDE DIFFUSION Réf Classement 1;010;04 Montreuil, le 12/08/2015 12/08/2015 DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE SOUS DIRECTION REGLEMENTATION

Plus en détail

12A. Liste des accords nationaux applicables à la métallurgie 12.101 R. 1 - Généralités... 12.102. 2 - Index... 12.102

12A. Liste des accords nationaux applicables à la métallurgie 12.101 R. 1 - Généralités... 12.102. 2 - Index... 12.102 12A Liste des accords nationaux applicables à la métallurgie 1 - Généralités... 12.102 2 - Index... 12.102 SOCIAL MÉTALLURGIE - EDITIONS TISSOT -MARS 2003 12.101 R 12A 1 - Généralités On trouvera ci-après

Plus en détail

COMPLEMENTAIRES SANTE ET DEDUCTIONS SOCIALES ET FISCALES : LES MUTUELLES UMC ET FIDAL VOUS EXPLIQUENT LES CONTRATS «RESPONSABLES»

COMPLEMENTAIRES SANTE ET DEDUCTIONS SOCIALES ET FISCALES : LES MUTUELLES UMC ET FIDAL VOUS EXPLIQUENT LES CONTRATS «RESPONSABLES» COMPLEMENTAIRES SANTE ET DEDUCTIONS SOCIALES ET FISCALES : LES MUTUELLES UMC ET FIDAL VOUS EXPLIQUENT LES CONTRATS «RESPONSABLES» Le système interprofessionnel de Sécurité Sociale est obligatoire : le

Plus en détail

PROTOCOLE D ACCORD CONCERNANT LE COMPTE EPARGNE TEMPS

PROTOCOLE D ACCORD CONCERNANT LE COMPTE EPARGNE TEMPS PROTOCOLE D ACCORD CONCERNANT LE COMPTE EPARGNE TEMPS Le présent protocole d accord crée un Compte Epargne Temps au sein de SGS et en définit les règles de fonctionnement et de gestion. Ce dispositif s

Plus en détail

le flash actualité Avril 2014

le flash actualité Avril 2014 le flash actualité Avril 2014 Thème : Conformité des contrats collectifs santé prévoyance retraite Une période transitoire a été instituée par le décret du 9 janvier 2012 pour la mise en conformité des

Plus en détail

CE : comment obtenir vos budgets

CE : comment obtenir vos budgets Droit en du pratique CE Pour fonctionner ou proposer des ASC aux salariés, le CE a forcément besoin de moyens financiers! Or sa principale ressource en la matière, c est l employeur, puisque c est lui

Plus en détail

(r) assurez-vous sur LA COMPLÉMENTAIRE SANTÉ OBLIGATOIRE DANS TOUTES ENTREPRISES. Plus de temps à perdre! GUIDE PRATIQUE SPÉCIAL «SANTÉ COLLECTIVE»

(r) assurez-vous sur LA COMPLÉMENTAIRE SANTÉ OBLIGATOIRE DANS TOUTES ENTREPRISES. Plus de temps à perdre! GUIDE PRATIQUE SPÉCIAL «SANTÉ COLLECTIVE» (r) assurez-vous sur LA COMPLÉMENTAIRE SANTÉ OBLIGATOIRE DANS TOUTES ENTREPRISES Plus de temps à perdre! GUIDE PRATIQUE SPÉCIAL «SANTÉ COLLECTIVE» 2 INTRODUCTION SOMMAIRE SOMMAIRE INTRO Transformez une

Plus en détail

Fiche Portabilité des droits des salariés

Fiche Portabilité des droits des salariés Fiche Portabilité des droits des salariés L article 14 de l Accord National Interprofessionnel (ANI) du 11 janvier 2008 avait mis en place un mécanisme de portabilité des droits pour les anciens salariés

Plus en détail

AVENANT N 18-2014 DU 29 OCTOBRE 2014

AVENANT N 18-2014 DU 29 OCTOBRE 2014 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3381 Convention collective nationale IDCC : 2941. AIDE, ACCOMPAGNEMENT, SOINS

Plus en détail

LES APPORTS DE LA LOI DE MOBILITE POUR LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE

LES APPORTS DE LA LOI DE MOBILITE POUR LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE F I C H E P R A T I Q U E C D G 5 0 LES APPORTS DE LA LOI DE MOBILITE POUR LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE L E S S E N T I E L La loi n 2009-972 du 3 août 2009 relative à la mobilité et aux parcours

Plus en détail

LE MAINTIEN DES COTISATIONS VIEILLESSES ET RETRAITE

LE MAINTIEN DES COTISATIONS VIEILLESSES ET RETRAITE LE MAINTIEN DES COTISATIONS VIEILLESSES ET RETRAITE COMPLEMENTAIRE SUR UN SALAIRE A TEMPS PLEIN Ludivine LEROUX, juriste au sein des équipes du pôle Veille d ADP, nous propose une lecture synthétique des

Plus en détail

Impact d une restructuration sur l adhésion aux institutions de retraite complémentaire

Impact d une restructuration sur l adhésion aux institutions de retraite complémentaire Mois AAAA Mois AAAA sur l adhésion aux institutions En bref Mise à jour décembre 2008 Cette fiche a un caractère informatif et permettra de mieux cerner les conséquences qu une restructuration peut engendrer

Plus en détail

ACCORD SUR LE COMPTE EPARGNE TEMPS

ACCORD SUR LE COMPTE EPARGNE TEMPS ACCORD SUR LE COMPTE EPARGNE TEMPS ARTICLE 1 - OBJET Le Compte Epargne Temps permet au salarié, à son initiative, d accumuler des droits à congés rémunérés ou de bénéficier d une rémunération, immédiate

Plus en détail

Mieux connaître le licenciement économique. 2 ème partie : Les principes du licenciement pour motif économique

Mieux connaître le licenciement économique. 2 ème partie : Les principes du licenciement pour motif économique Mieux connaître le licenciement économique 2 ème partie : Les principes du licenciement pour motif économique I. L obligation préalable d adaptation et de reclassement «Le licenciement pour motif économique

Plus en détail

Les obligations de l employeur prévoyance complémentaire collective et obligatoire. Transformez vos nouvelles obligations en opportunité!

Les obligations de l employeur prévoyance complémentaire collective et obligatoire. Transformez vos nouvelles obligations en opportunité! Les obligations de l employeur prévoyance complémentaire collective et obligatoire Transformez vos nouvelles obligations en opportunité! Sommaire PRESENTATION DU GROUPE AG2R LA MONDIALE LA PREVOYANCE SOCIALE

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE n 2012 0000063

LETTRE CIRCULAIRE n 2012 0000063 LETTRE CIRCULAIRE n 2012 0000063 GRANDE DIFFUSION Réf Classement 1.028 Montreuil, le 24/05/2012 24/05/2012 DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE POLE GESTION DES COMPTES COTISANTS

Plus en détail

ANIMATION / Prévoyance

ANIMATION / Prévoyance ANIMATION / Prévoyance C5-012 Remplace C5-010 et C5-011 La mise en place de la complémentaire santé dans la branche Animation La loi du 14 juin 2013 de Sécurisation de l emploi a généralisé la couverture

Plus en détail

Accord relatif à l activité de portage salarial

Accord relatif à l activité de portage salarial Accord relatif à l activité de portage salarial Préambule Le présent accord a pour finalité d organiser l activité du portage salarial et s applique aux personnes titulaires d un contrat de travail en

Plus en détail

LA COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE : QUESTIONS/REPONSES

LA COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE : QUESTIONS/REPONSES LA COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE : QUESTIONS/REPONSES UFT 68, rue CARDINET 75017 PARIS Tel : 01.47.66.49.68. SOMMAIRE I. Les obligations à l égard des entreprises... 2 À partir de quand les entreprises

Plus en détail

25 MARS 2014 N 45 JANVIER FÉVRIER 2014 LES NOUVELLES DU DROIT SOCIAL EN BREF DOSSIER / LA COUVERTURE COMPLÉMENTAIRE DES FRAIS DE SANTÉ EN ENTREPRISE

25 MARS 2014 N 45 JANVIER FÉVRIER 2014 LES NOUVELLES DU DROIT SOCIAL EN BREF DOSSIER / LA COUVERTURE COMPLÉMENTAIRE DES FRAIS DE SANTÉ EN ENTREPRISE DOSSIER / LA COUVERTURE COMPLÉMENTAIRE DES FRAIS DE SANTÉ EN ENTREPRISE PAGE 2 L ACTUALITÉ DU DROIT SOCIAL COLLECTIF ET INDIVIDUEL N 45 JANVIER FÉVRIER 2014 LES NOUVELLES DU DROIT SOCIAL EN BREF Réintégration

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE. Les obligations des entreprises en faveur de l emploi vis-à-vis des salariés âgés : plan senior/contrat de génération

FICHE TECHNIQUE. Les obligations des entreprises en faveur de l emploi vis-à-vis des salariés âgés : plan senior/contrat de génération FICHE TECHNIQUE Les obligations des entreprises en faveur de l emploi vis-à-vis des salariés âgés : plan senior/contrat de génération SOMMAIRE : I) LES ACCORDS ET PLANS D ACTION EN FAVEUR DES SALARIES

Plus en détail

Bienvenue au Petit Déjeuner débat. La loi de sécurisation de l emploi. les nouveaux enjeux

Bienvenue au Petit Déjeuner débat. La loi de sécurisation de l emploi. les nouveaux enjeux Bienvenue au Petit Déjeuner débat La loi de sécurisation de l emploi les nouveaux enjeux Programme 9h00-10h30 Présentation des nouveaux enjeux Mme Gonzalez CDD : les nouvelles règles de cotisations Me

Plus en détail

SANTÉ VOYANCE. Votre Guide Entreprise. La Portabilité

SANTÉ VOYANCE. Votre Guide Entreprise. La Portabilité SANTÉ PRÉVOYANCE ÉPARGNE VOYANCE Votre Guide Entreprise PRÉ- La Portabilité 2 Portabilité, votre Guide Entreprise Sommaire 1 Le dispositif de portabilité... p. 4 Date d effet et champ d application de

Plus en détail

CHAPITRE I ER NÉGOCIATION DE BRANCHE

CHAPITRE I ER NÉGOCIATION DE BRANCHE MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Convention collective IDCC : 1468. CRÉDIT MUTUEL (29 juin 1987) AVENANT DU 24 SEPTEMBRE

Plus en détail

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE LA MUTUALITE ACCORD DE BRANCHE SUR L EGALITE PROFESSIONNELLE

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE LA MUTUALITE ACCORD DE BRANCHE SUR L EGALITE PROFESSIONNELLE CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE LA MUTUALITE ACCORD DE BRANCHE SUR L EGALITE PROFESSIONNELLE PREAMBULE L égalité professionnelle doit être un axe fort de la politique des ressources humaines au sein

Plus en détail

ACCORD DU 3 DÉCEMBRE 2009

ACCORD DU 3 DÉCEMBRE 2009 MINISTÈRE DE L ALIMENTATION, DE L AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE CONVENTIONS COLLECTIVES Accord collectif national PROTECTION SOCIALE COMPLÉMENTAIRE FRAIS DE SANTÉ DANS LA COOPÉRATION BÉTAIL ET VIANDE ACCORD

Plus en détail

CATÉGORIES OBJECTIVES

CATÉGORIES OBJECTIVES CATÉGORIES OBJECTIVES Les régimes de protection sociale mis en place par les employeurs sont soumis à une nouvelle réglementation concernant la définition de leurs catégories de personnel. Le décret du

Plus en détail

Modèle de décision unilatérale instituant un système de garanties collectives complémentaire obligatoire frais de santé

Modèle de décision unilatérale instituant un système de garanties collectives complémentaire obligatoire frais de santé Modèle de décision unilatérale instituant un système de garanties collectives complémentaire obligatoire frais de santé La direction de l entreprise.. (forme juridique et dénomination sociale) dont le

Plus en détail

Pratique. Égalité professionnelle entre les femmes et les hommes. Guide destiné aux entreprises

Pratique. Égalité professionnelle entre les femmes et les hommes. Guide destiné aux entreprises UIDE Pratique Égalité professionnelle entre les femmes et les hommes Guide destiné aux entreprises P GUIDE Pratique p.2 - Égalité professionnelle entre les femmes et les hommes RÉAMBULE L égalité professionnelle

Plus en détail

PROJET. Accord cadre relatif à l activité de portage salarial

PROJET. Accord cadre relatif à l activité de portage salarial PROJET Accord cadre relatif à l activité de portage salarial Préambule Le présent accord cadre a pour finalité de fixer un cadre général de l activité du portage salarial et sera complété, en tant que

Plus en détail

ACCORD DE COMPTE EPARGNE TEMPS

ACCORD DE COMPTE EPARGNE TEMPS (7BB) ACCORD DE COMPTE EPARGNE TEMPS Entre les parties L UNITE ECONOMIQUE ET SOCIALE UES du GROUPE MALAKOFF représentée par Monsieur Stéphane ROSTAND Directeur des Ressources Humaines Et Les représentants

Plus en détail

A LA UNE JANVIER 2015

A LA UNE JANVIER 2015 JANVIER 2015 Toute notre équipe vous souhaite une belle et heureuse année 2015 et vous remercie, toutes et tous, pour votre fidélité sans laquelle nous ne serions pas là. Nous voici donc repartis pour

Plus en détail

PROTOCOLE D ACCORD SUR LES NEGOCIATIONS ANNUELLES OBLIGATOIRES 2014. C.S.F. France 1/9

PROTOCOLE D ACCORD SUR LES NEGOCIATIONS ANNUELLES OBLIGATOIRES 2014. C.S.F. France 1/9 PROTOCOLE D ACCORD SUR LES NEGOCIATIONS ANNUELLES OBLIGATOIRES 2014 C.S.F. France 1/9 En préambule, il est rappelé que la négociation annuelle obligatoire prévue par les articles L.2242-1 et suivants du

Plus en détail

Les impacts sociaux des fusions

Les impacts sociaux des fusions Les impacts sociaux des fusions Le cadre juridique La négociation Les impacts sur le comité d entreprise Conférence - 2012 Le transfert d entreprise Article L1224-1 du code du travail «Lorsque survient

Plus en détail