Applications mobiles. Afrique de l Est : création locale d applications grâce à un laboratoire

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Applications mobiles. Afrique de l Est : création locale d applications grâce à un laboratoire"

Transcription

1 Numéro 57 Décembre 2010 ICTUn bulletin d alerte pour l agriculture ACP Un système multiapplications pour portables bon marché au Kenya En Afrique du Sud, des services essentiels passent par le «chat» Afrique de l Est : création locale d applications grâce à un laboratoire Applications mobiles

2 Éditorial Sommaire 2 Éditorial Applications pratiques 3 Perspectives Le défi des nouvelles technologies Dr Towela Nyirenda-Jere 4 Dossier Mise en commun des ressources Joshua Haynes Études de cas 7 Une solution opportune Chris Sang 8 Centre d appel pour portables Marlon Parker 10 Incubateur de talents Laurens Cloete 11 Développement communautaire Jessica Colaço 12 Ressources 13 TechTip Les facteurs de réussite d un projet 14 Dépêches 16 Q&R Le potentiel des applications Matthew de Gale ICT Update ICT Update numéro 57, décembre ICT Update est un magazine multimédia disponible à la fois sur Internet (http://ictupdate.cta.int), en version papier et sous forme d une newsletter diffusée par courriel. Parution du prochain numéro en février Le CTA, Centre technique de coopération agricole et rurale (ACP-UE), est un institut du Groupe des États ACP et de l UE, créé dans le cadre de l Accord de Cotonou. Il est financé par l UE. Postbus 380, 6700 AJ Wageningen, Pays-Bas (www.cta.int) Production et gestion du contenu web : Contactivity bv, Stationsweg 28, 2312 AV Leiden, Pays-Bas (www.contactivity.com) Rédacteur : Jim Dempsey / Recherchiste : Cédric Jeanneret Correction : Sharon Montgomery (anglais), Jacques Bodichon (français) / Réalisation graphique : Anita Toebosch / Traduction : Patrice Deladrier / Photo de couverture : Roel Burgler / HH / Conseillers scientifiques : Peter Ballantyne, Oumy Ndiaye, Dorothy Okello, Kevin Painting Copyright : 2010 CTA, Wageningen, Pays-Bas Ce permis s applique seulement à la partie des textes de cette publication. Applications pratiques Les applications mobiles sont entrées en scène en 2008 au moment où Apple a lancé son App Store, un service de téléchargement en ligne d applications surtout logicielles destinées à l iphone. Depuis pas mal de temps déjà, les programmeurs créaient des applications pour appareils nomades (portables et PDA), mais l envolée exponentielle de ce marché s est concentrée sur les deux dernières années. Il s ensuit que les applications sont généralement associées à des appareils haut de gamme très coûteux, les smartphones. De nombreux programmeurs s évertuent cependant à créer des applications pour les portables à bas coût. Ces appareils faisant fureur dans les pays ACP, les applications mobiles deviennent un moyen utile et peu coûteux d accès aux services d information et de communication dans les zones rurales. Les applications mobiles sont des logiciels développés pour les systèmes d exploitation des appareils nomades. Les applications destinées aux portables bon marché utilisent soit les SMS, soit la compatibilité Java. La plupart des portables ayant une fonction SMS, les applications basées sur les SMS concernent un large public. Ces applications servent souvent à communiquer les prix du marché ou des données de livraison aux paysans, mais comme le souligne Joshua Haynes, dans notre dossier consacré à Masawa, elles requièrent un certain niveau d éducation, surtout si l usager veut renvoyer des messages au système. Écrire un SMS sur un portable qui ne compte que 12 touches peut s avérer plus complexe que de taper sur un clavier et, même avec la saisie prédictive, l usager doit orthographier correctement chaque mot. Les SMS se prêtent aussi aux erreurs et coûtent cher à l envoi. Conseil visuel Tous les portables ne sont pas compatibles Java. Ceux qui le sont offrent plus de possibilités et trouvent plus d acquéreurs quand les prix baissent. L utilisateur a désormais l habitude de télécharger des sonneries, ou d utiliser des applications de «chat» pour rester en contact avec ses amis. Développé par des programmeurs sudafricains, JamiiX surfe sur la vague du «chat» pour fournir des services d information et de conseil. Les abonnés peuvent dialoguer directement avec des experts du pays ou d ailleurs, aussi facilement qu ils accosteraient leur voisin, et obtenir une réponse immédiate. Cela ne résout pas le problème de l illettrisme, mais les applications peuvent acheminer l information par d autres moyens. Le système Masawa, par exemple, utilise des petits clips d animation pour dispenser des conseils sanitaires, mais il pourrait tout aussi bien servir à une campagne de prévention contre les nuisibles. Le développement des applications reste problématique. La même application ne fonctionnera pas sur tous les portables compatibles Java. Les programmeurs doivent adapter le logiciel et travailler pour chaque type d appareil, y compris d un même fabricant. Les organisations qui veulent développer une application pour un projet doivent donc savoir si elles la destinent à un nombre limité d appareils ou si elles sont prêtes à payer son adaptation pour chaque modèle de portable. Deux laboratoires régionaux d applications mobiles regroupant des instituts de recherche, des agences de financement et des entreprises ont récemment été créés en Afrique, l un au Kenya, l autre en Afrique du Sud, afin de favoriser le développement des applications mobiles. Dotés d équipements dernier cri, ces mlabs, comme on les appelle, proposeront des formations et un soutien aux programmeurs et aux entrepreneurs qui veulent développer des applications et des services mobiles pour les usagers à faible revenu. Ces initiatives, de même que celles prises par d autres organisations et entreprises, permettront à cette nouvelle industrie de continuer de croître et de générer des revenus. La prolifération des applications, conjuguée à la baisse de prix des portables plus sophistiqués, offre de nouvelles perspectives aux communautés rurales, et une plus grande chance d accéder à l information et à des services essentiels. 2 Décembre 2010 ı ICT Update ı numéro 57

3 Perspectives Dr Towela Nyirenda-Jere ) est gestionnaire de programmes pour le programme e-africa du NEPAD ( d information agricole...), et presque toujours dans le cadre d un projet mené par une ONG ou une autre organisation. De nombreux projets prennent en charge le coût des services durant la phase pilote, pour montrer aux paysans tout le parti qu ils peuvent tirer des nouvelles technologies. L expérience révèle néanmoins qu après la phase pilote les usagers doivent acquitter le coût total d accès au service. Le projet prouvera sans doute l utilité de l application pour les usagers, mais aussi Applications adéquates L immense avantage de ces applications, c est qu elles utilisent une technologie facile à acquérir ou déjà acquise. Les portables sont en outre très pratiques : on peut les emmener partout. Personnellement, je ne peux plus me passer du mien et je suis loin d être la seule dans ce cas. Même ceux qui possèdent un petit laptop ne l ont pas toujours avec eux. Le portable, oui. Notre portable nous suit donc partout et ce n est pas demain que nous Le défi des nouvelles technologies Accéder à Internet via un ordinateur reste peu évident dans de nombreux pays ACP. Les services sont souvent hors de prix et guère fiables. À l inverse, les réseaux de mobilophonie ne cessent de s étendre, y compris dans les zones les plus reculées, faisant du portable le sésame de l information et des applications mobiles le bon moyen d acheminer celle-ci. Le coût prohibitif de la téléphonie oblige toutefois nombre d habitants à faire un choix : acheter du temps de communication ou utiliser cet argent à d autres fins. Les personnes à faible revenu n utiliseront donc les applications que pour des choses utiles et qui correspondent à leurs besoins. Dans les zones rurales, on ne trouve généralement que des applications pratiques (bancaires, météo, Les applications mobiles sont pratiques ; elles apportent des services et des informations qui peuvent changer la vie des populations Les applications mobiles n auront de sens pour les populations rurales qu en tenant compte des problèmes d illettrisme, de langue et de prix. STR New / Reuters qu en l absence de subventions un problème de rentabilité se pose. Les projets devraient mieux préparer les usagers à la prise en charge du prix plein, les aider à inclure ce coût dans leur budget pour vérifier qu un accès permanent se justifie. Il faut aussi améliorer la planification. Certaines organisations essaient d obtenir quelques milliers de textos gratuits de l opérateur ; cela peut paraître énorme, mais ce quota est vite épuisé, au bout d un ou deux mois. Si l application est bien conçue, facile d emploi et répond à un besoin, l utilisateur sera disposé à en payer le prix. Un meilleur accès aux informations agricoles profitera avant tout aux paysans. En connaissant la demande pour un produit, par exemple, afin de choisir les cultures les plus rentables et de savoir où vendre leur récolte. Mieux connaître les marchés, c est également le moyen d éviter la surproduction qui les met à la merci du marché et du prix proposé. Au Malawi, pour ne citer que cet exemple, les paysans ont des applications portables qui les relient à leur compte en banque de même que des systèmes de carte à puce qui transfèrent directement le produit de la vente aux enchères sur leur compte. Ils peuvent ensuite utiliser leur carte à puce et leur portable pour acheter des marchandises en magasin, sans sortir un seul billet ni transférer la moindre somme (à des fournisseurs, des personnes à charge, etc.). Le système de carte à puce a profondément changé la vie des paysans en leur permettant d effectuer des transactions instantanées. Plus récente, l application mobile procure des avantages supplémentaires, mais à un coût nettement plus élevé. allons nous en défaire. C est la raison pour laquelle je pense que nous allons continuer d utiliser des applications mobiles. Ce n est pas une passade. Ces applications sont pratiques, nous offrent des services et des informations qui changent notre vie, surtout dans les zones rurales où l accès aux TIC demeure très limité. Ces applications doivent néanmoins être adaptées aux besoins de leurs utilisateurs. Elles supposent trop souvent qu on sache lire et écrire. Pour concevoir des applications qui conviennent à la majorité de la population africaine, il faudra trouver le moyen de contourner cet obstacle. Les applications vocales pourraient apporter une solution, mais elles soulèvent un autre problème : celui de la langue. Elles se cantonnent souvent aux principales langues européennes, ce qui exclut à nouveau une large frange de la population. Bien que des milliers d applications soient disponibles, beaucoup reste à faire pour les adapter aux besoins des populations ACP. Leur utilité dépendra de la prise en compte des langues locales, de l illettrisme, des contenus locaux, de la facilité d accès et d un prix abordable. Nous n en sommes qu au premier pas. L industrie des applications n existe que depuis quelques années, mais je reste optimiste, pour avoir vu les avantages que procure cette technologie. Des commentaires? Une réaction? Écrivez-nous : Courriel : Web : Facebook : Twitter 3

4 Dossier Pour des millions de pauvres, le portable est devenu la principale source d information et un outil de communication indispensable. Un outil dont on est cependant loin d avoir exploité tout le potentiel pour les usagers à faible revenu. Dans de nombreux pays ACP, plusieurs opérateurs se partagent généralement le marché de la téléphonie mobile : un marché fragmenté, où les besoins des usagers varient. L offre des producteurs de portables et de services correspond rarement à ces besoins, car elle reproduit généralement ce qui existe déjà, plutôt que de proposer des produits sur mesure au consommateur. Les services disponibles sont généralement des applications texte, peu attrayantes pour qui sait à peine lire et écrire. Les TIC ne leur servent généralement qu à rester en contact avec le siège.» C est toutefois en Haïti que Haynes s est rendu compte du véritable pouvoir et des difficultés liés à l utilisation du portable. Avec d autres étudiants de Fletcher, il avait développé une application SMS pour aider des groupes d épargne et de microfinance à gérer les comptes-épargne via un portable. «Le principal problème tenait à la méthode comptable, qui limitait les possibilités d épargne cumulative. Si une femme voulait augmenter son épargne, le trésorier du groupe devait calculer l intérêt proportionnel, ce qui est loin d être simple. Nous avons donc développé une application pour essayer de résoudre ce problème et nous avons vu un intérêt supplémentaire à développer une application d épargne faut programmer le système en sorte qu il gère les éventuelles erreurs de saisie. Un usager qui reçoit sans cesse des réponses insolites abandonne rapidement le service. Les SMS ne permettent en outre que d envoyer un très petit nombre d informations, non visuelles : pas de vidéo ni de petites animations, par exemple. Le SMS s avère en outre relativement coûteux. Dans la plupart des pays, le prix d envoi des SMS n a pas baissé autant que celui des appels vocaux.» Le SMS soulève aussi des questions de vie privée. Les messages envoyés sont stockés dans le portable, sauf à ce que l utilisateur sache comment les effacer. Cela peut poser des problèmes à une femme qui signale des violences conjugales, par exemple, ou à celui qui rapporte des fraudes électorales. Mise en commun des ressources Une équipe de développeurs a élaboré le système Masawa afin de favoriser la création et la diffusion d informations vers les portables bon marché via des applications nomades. Avec l aide d ONG et de développeurs locaux, Masawa sera testé au Kenya en Cette limite, Joshua Haynes en a fait l expérience alors qu il testait une application d informations agricoles par SMS auprès de paysans nigériens. Cet ancien diplômé de la Fletcher School at Tufts University constate : «Le projet marchait bien parce qu il s inscrivait dans un programme d alphabétisation ; les utilisateurs savaient donc lire et écrire. Mais il aurait été difficilement transposable à d autres organisations, que ce soit au Niger ou ailleurs, faute de personnel technique qualifié sur le terrain. De plus en plus conscientes de ce problème, certaines ONG recrutent des spécialistes en TIC pour leur siège, mais beaucoup ne réussissent pas à intégrer le portable dans leur travail de projet. Joshua Haynes est cofondateur de Masawa (www.masawa.org) groupée. Les groupes disposaient alors d un historique des épargnes et des prêts qui pouvait servir d historique de crédit», ajoute Haynes. «Mais dès les premiers tests sur le terrain, nous nous sommes aperçu que le choix du SMS était une erreur : trop compliqué.» «Lorsqu on crée un nouveau groupe d épargne local avec une application SMS, il faut prévoir un SMS pour chaque nouvel épargnant, reprenant son nom et ses coordonnées. Imaginez qu il y en ait 20 : cela prend du temps, les sources d erreur sont multiples et il est difficile de les corriger une fois le SMS envoyé.» L usage des applications SMS a révélé bien d autres problèmes plus généraux. «Il ne suffit pas de savoir lire et écrire pour envoyer des SMS», dit Haynes, «encore faut-il maîtriser les fonctions, surtout si vous voulez obtenir des informations par l envoi d un code spécifique. Ce code doit être exact, ou il Fourniture coordonnée Les tests en Haïti et d autres travaux ont appris à l équipe que les applications SMS n avaient pas le monopole des problèmes. «Nous avons constaté que de nombreuses organisations créaient des applications sectorielles, destinées à un public restreint. L organisation de santé créait une application de santé pour ses bénéficiaires et l organisation de microfinance une application financière pour ses clients. Un individu peut avoir besoin d informations sanitaires ou financières, mais plus probablement des deux et de plus encore.» L équipe a donc élaboré un système permettant de créer et de diffuser facilement des informations vers des portables bon marché. Forte de sa connaissance des applications SMS, l équipe se concentre désormais sur des applications écrites en langage de programmation Java, ce qui suppose 4 Décembre 2010 ı ICT Update ı numéro 57

5 Antony Njuguna / Reuters des portables compatibles. «On compte aujourd hui plus de deux milliards d appareils compatibles dans le monde», explique Haynes, «pour la plupart situés dans les PED et dont le coût ne cesse de baisser. La plupart des programmeurs connaissent Java. Nous voulions associer les développeurs et la technologie pour créer des applications nomades qui répondent aux besoins de la population des PED.» L équipe a créé une organisation à but non lucratif, Masawa (dérivé du mot arabe signifiant «égalité»), qui, avec l aide d ONG, d organisations d aide internationales et d institutions de microfinance, s emploie à déterminer précisément les besoins des publics cibles. Masawa contacte ensuite des développeurs locaux pour créer les applications correspondantes et les fournit au travers d un seul système. «Pour l instant, il y a peu de coordination entre les projets sur lesquels les développeurs travaillent ou pourraient travailler et les besoins du public», déclare Haynes. «Pas moyen non plus de monnayer le développement et la distribution des applications pour rétribuer le travail des créateurs et couvrir les frais des organisations prêtes à diffuser des informations par ce moyen.» Avec l aide d ONG et d écoles techniques, Masawa cherche des développeurs prêts à plancher sur son système. L équipe veut les amener à développer des applications pour les portables compatibles Java. Beaucoup de développeurs travaillent aujourd hui en Android et sur les plates-formes iphone, parce que cela rapporte plus. Masawa veut être une source alternative de revenus pour les talents locaux. Les développeurs pourraient gagner de l argent en créant des applications que les ONG, d autres organisations et le public sont prêts à payer. Masawa est également un canal de distribution. La distribution des applications mobiles n est pas évidente. En principe, l utilisateur peut télécharger l application directement via le réseau de son opérateur. Dans de nombreux pays, les réseaux ne sont toutefois pas capables de gérer ces téléchargements. On peut également télécharger l application sur Internet et l installer sur son portable, mais trop peu de personnes ont accès à Internet dans les zones que Masawa veut desservir. De toute façon, la majorité des applications que l on trouve sur Internet pour les compatibles Java sont des jeux ; rien à voir avec des services d information. Pour surmonter ces problèmes, Masawa utilise les réseaux mis en place par ses organisations partenaires. Les agents de terrain reçoivent une formation de base pour savoir comment installer le système sur les portables et former le public cible au maniement des applications. Quand ils En regroupant plusieurs applications dans un seul système, Masawa permet d envoyer des informations vers des portables situés dans des zones où il n existe aucune autre modalité de téléchargement. 5

6 Liens corrélés Projet d alphabétisation IMAC : Information sur les Marchés Agricoles par Cellulaire Dans le cadre d un programme d alphabétisation, cette application d informations agricoles par SMS aide les paysans nigériens à entretenir leur niveau de lecture et d écriture. Getty Images se déplacent pour leur activité normale, ils emmènent un netbook pour télécharger Masawa sur les portables des utilisateurs. Une actualisation du système et l installation de nouvelles applications sont toujours possibles ultérieurement. Les utilisateurs ont accès à toutes les applications via une seule et même icône sur leur portable. Médias adaptables La plupart des applications seront créées par des développeurs locaux à partir d un simple cahier des charges assurant leur compatibilité avec l ensemble du système. La distribution et l actualisation des applications sur «Ces applications montrent qu on peut fournir des informations générales, agricoles, sanitaires et éducatives par le biais de divers médias mobiles» les portables des utilisateurs sont faciles. Masawa a déjà créé quelques services d information de base, tout en révélant le potentiel des applications destinées aux portables bon marché compatibles Java. L application de santé, par exemple, utilise des animations pour montrer la bonne façon d allaiter un bébé ou de mélanger des sels de réhydratation orale. Il y a aussi une application équivalant à un panneau d affichage à la demande. Le ministère de la Santé, une coopérative agricole ou un commerçant local peuvent, moyennant finance, afficher leur message sur ce panneau, pour annoncer une campagne de vaccination des enfants dans la région, par exemple, donner des informations sur la lutte intégrée ou encore diffuser un bulletin météo. Il y aussi une application de comparaison des prêts de microfinance et un jeu éducatif pour les enfants. Sans oublier une application agricole, dont toutes les informations (notamment comment combattre le mildiou de la tomate) sont stockées sur le portable sans nécessiter l envoi ni la réception de données supplémentaires. «Ces applications montrent qu on peut fournir des informations générales, agricoles, éducatives et de santé par le biais de divers médias mobiles», dit Haynes. «Elles prouvent combien le système est souple et ouvert à divers modes d information.» Masawa est gratuit mais, suivant la demande, on peut y inclure des applications payantes pour des services très prisés comme les résultats de foot. Le coût d envoi et de réception des informations dépend des tarifs de l opérateur, mais le coût du transfert des données, c est-à-dire la façon dont les applications échangent les informations, est généralement moins cher que l envoi d un SMS. Évaluation serrée «Nous allons tester le système avec nos partenaires kényans», dit Haynes. «L équipe a déjà travaillé avec plusieurs personnes et organisations de ce pays, où de nombreux développeurs créatifs et talentueux sont prêts à ajouter des applications au système. Le prix des SMS et du transfert de données y est en outre comparativement bas.» Masawa et ses partenaires de terrain suivront de près les progrès accomplis par le site pilote, sachant par expérience combien il importe de tirer les leçons de ses erreurs. «Au départ, nous travaillerons avec le petit nombre d applications que nous avons déjà développées, puis nous chercherons à en développer d autres avec nos partenaires. Une fois les choses en place, nous verrons comment les gens se servent du système, comment le réseau de distribution fonctionne et comment assurer sa viabilité financière.» «L équipe suivra étroitement et méthodiquement le projet», dit Haynes. «Nous devons absolument voir comment les populations rurales consomment l information, l utilisent, l obtiennent et dans quelle mesure elle est efficace. Nous progresserons très lentement, car nous ne voulons pas étendre le système avant d avoir déterminé le meilleur moyen d informer les utilisateurs.» Même en allant «lentement», l équipe estime que son système sera disponible partout dans le monde en 2013, et que d ici 2015 il pourrait être installé sur 10 millions de portables. Masawa est déjà une réussite : il a remporté le prix de l entreprenariat social du concours Business plan 2010 de la Tufts University. Haynes a beau voir l avenir du système en rose, il sait que le chemin sera parsemé d embûches. «Il reste quelques barrières technologiques : chaque modèle de portable, y compris d un même fabricant, requiert un logiciel spécifique. Sauf à ce que les fabricants s emparent de la question, la seule solution consiste à écrire des logiciels adaptés à chaque portable, ou à se concentrer sur un nombre limité de modèles.» Haynes demeure réaliste quant au potentiel de Masawa et aux effets que d autres projets d applications nomades pourraient avoir sur la vie des populations des PED. «Peu de projets de ce type aboutissent ; on entend plus souvent parler d échec que de réussite. La technologie est rarement en cause ; c est plus souvent l exécutant qui ne dispose ni du personnel ni des ressources nécessaires pour intégrer convenablement les TIC dans son projet. Je ne dis pas que Masawa est la solution qui va régler tous les problèmes, mais c est une chance à saisir. Rappelons-nous que la technologie seule n éradiquera pas la pauvreté, mais qu elle peut contribuer à son éradication.» 6 Décembre 2010 ı ICT Update ı numéro 57

7 Une solution opportune La société kényane Virtual City, spécialisée dans les applications mobiles pour l e-commerce, a créé plusieurs outils qui accroissent l efficacité des filières d approvisionnement. Études de cas Les applications mobiles AgriManagr offrent un moyen simple et rentable d améliorer la transparence et l efficacité des filières agricoles. L acheminement de marchandises d une ferme reculée au marché citadin s avère parfois compliqué. Il faut synchroniser les agendas de plusieurs intervenants pour collecter, livrer, organiser le transport et négocier les prix. Vu le nombre de transactions, l efficacité et la transparence du système ne sont pas garanties ; on ne compte plus les déplacements inutiles et les fermiers ignorent souvent s ils ont obtenu le meilleur prix. Chez Virtual City, une entreprise technologique de Nairobi (Kenya), plusieurs développeurs ont connu ce genre de problème dans leur parcours professionnel. C est ce qui les a conduits à développer plus d une douzaine d applications mobiles pour optimiser la chaîne d approvisionnement. AgriManagr est l une d entre elles, conçue pour les agents qui achètent directement à la ferme. Une fois installée sur un appareil nomade, un PDA par exemple, elle permet à l agent d enregistrer les types de produits vendus, leur poids exact, et de consigner les montants dus. Pour Antony Kaminju/ Africanpictures Chris Sang est chef des opérations à Virtual City (www.virtualcity.co.ke) réduire les erreurs de saisie manuelle, les agents ont une balance électronique qui communique le poids exact des marchandises à l appareil via Bluetooth. Grâce à son imprimante portable, l agent délivre ensuite un reçu au fermier. AgriManagr peut également fournir des rapports individualisés reprenant le détail précis et imprimé des transactions de chaque fermier, lequel peut s en servir pour les échanges, les demandes de crédit et le suivi de sa productivité. Lorsqu une connexion réseau est disponible, l application envoie toutes les données au bureau de l agent via un réseau privé virtuel (VPN) sécurisé. Le bureau peut ainsi donner la localisation des produits et un volume indicatif aux entrepôts, transporteurs et acheteurs. Tous les intervenants privés ou professionnels de la filière savent quelles marchandises sont disponibles, où et en quelle quantité. Avantage concurrentiel Virtual City sait que chaque maillon de la chaîne d approvisionnement a son utilité et des besoins particuliers dès lors qu il s agit de le rationaliser. L entreprise a donc développé plusieurs applications : Routr et Haulr pour les transporteurs, Auditr pour recueillir les données du marché, et Membr pour tenir les comptes clients. C est toutefois l application Mobile Distributor Solution qui a récemment mis la société sous les feux de la rampe, en décrochant le million de dollars du Growth Economy Venture Challenge de Nokia. Cette application destinée aux portables bon marché compatibles Java (autour des 50 US$) permet aux entreprises de toute taille d automatiser leurs commandes, leurs ventes et leurs livraisons. Cette application peut stocker le catalogue d une entreprise et indique les types de produits vendus, les tailles et les volumes disponibles. Les vendeurs qui se rendent chez le client peuvent directement passer leur commande au siège : l application envoie les données au système informatique de la société via le réseau de téléphonie mobile. L entrepôt peut ensuite préparer la commande et organiser la livraison. Auparavant, le vendeur devait retourner chez l acheteur pour livrer la marchandise. Avec l application, les vendeurs peuvent directement passer chez le client suivant et se concentrer sur la vente. L application accepte aussi les paiements par m-banking, ce qui dispense les vendeurs de se promener avec de grosses sommes en liquide. Les vendeurs trouvent cette méthode de paiement plus sûre et ils apprécient le fait que chaque vente soit enregistrée instantanément et précisément, d où un reversement exact des commissions. Les entreprises qui utilisent cette application ont augmenté leurs revenus car leurs vendeurs voient plus de clients et les transactions sont traitées plus rapidement. Virtual City affine ses produits pour répondre aux exigences de la clientèle. Le prix Nokia va l aider à trouver de nouveaux débouchés et à développer d autres applications destinées aux entreprises, fermiers et PME. Virtual City considère qu il faut impérativement améliorer la chaîne d approvisionnement, car plus on commercialise les marchandises rapidement, plus on dispose d un avantage concurrentiel. Dans de nombreux pays, le suivi et le dénombrement précis des marchandises tout au long de leur acheminement, de la ferme au marché, sont devenus des obligations légales et le passage obligé vers la certification sur des marchés profitables comme le commerce équitable et le bio. Les applications mobiles sont un moyen facile et efficace de satisfaire ces exigences, grâce à la téléphonie mobile, une technologie accessible et largement maîtrisée. Liens corrélés Nokia Growth Economy Venture Challenge venture_challenge.aspx 7

8 Getty Images Centre d appel pour portables JamiiX, système de chat sur portable et moyen d information et de conseil très rentable pour les communautés rurales. Études de cas En 2007, l organisation communautaire sud-africaine Impact Direct cherchait une solution d information alternative pour les toxicomanes du Cap-Occidental. À l époque, ceux-ci devaient souvent attendre un an avant de bénéficier d une aide socio-psychologique. Souhaitant intervenir plus tôt, Impact Direct a demandé à l entreprise sociale Reconstructed Living Lab (RLabs) de lui trouver une solution. Marlon Parker, professeur d informatique à l université de technologie de la péninsule du Cap, a connu les débuts du projet. «Nous nous sommes dit que beaucoup de Sud-Africains chattaient sur leur portable, qu ils maîtrisaient cette Marlon Parker (http://marlonparker.co.za) est professeur d informatique à l université de technologie de la péninsule du Cap (www.cput.ac.za) et fondateur de RLabs technique, et que nous pourrions donc nous en servir pour leur proposer des services d assistance.» L équipe de RLabs a développé un système sécurisé permettant à chacun d utiliser sa plate-forme de chat préférée, notamment MXit, la plus connue d Afrique du Sud, pour contacter les thérapeutes et leur demander conseil. Ces plates-formes n utilisent pas de SMS mais transfèrent les données vers le web par GPRS, 3G ou wifi. Pour tester ce nouveau système, baptisé JamiiX, RLabs a travaillé avec dix étudiants d une école supérieure locale. «Le bouche à oreille a vite fonctionné», dit Parker, «si bien qu au bout d une semaine une cinquantaine de gamins utilisaient la plate-forme pour obtenir une aide sociopsychologique Au bout d un mois, ils étaient 100 et aujourd hui, deux ans plus tard, nous aidons plus de jeunes au travers de JamiiX et d autres plates-formes similaires. Ils peuvent se connecter pour aborder leurs problèmes avec des thérapeutes professionnels ayant souvent une expérience de première main de la toxicomanie.» Multitâches JamiiX fonctionne avec la plupart des systèmes de chat ou de messagerie instantanée, où chacun envoie et reçoit des messages de ses «amis» connectés. Les étudiants participant au projet d aide socio-psychologique pour toxicomanes, par exemple, n ont fait qu ajouter ce service à leur liste de contacts, comme ils auraient ajouté un ami sur un site de réseau social tel que Facebook. Ils ont ensuite pu utiliser leur application de chat préférée pour demander des conseils aux thérapeutes et obtenir rapidement une réponse. Comme la plupart des plates-formes de chat, JamiiX autorise les conversations simultanées. Un thérapeute peut donc ouvrir plusieurs sessions et conseiller plusieurs personnes à la fois. Le système l aide à 8 Décembre 2010 ı ICT Update ı numéro 57

9 Avec le portable, on a accès à bien plus de services que ceux offerts à proximité Liens corrélés JamiiX gérer ses conversations, évite au jeune les délais d attente et lui donne un accès plus rapide aux services. Autre avantage : le système fonctionne sur la toile, c.-à-.d. «dans les nuages». Le thérapeute ne doit pas installer de logiciel sur son ordinateur ou son portable. Il peut se connecter de n importe où dans le monde via un navigateur Internet. Des psychologues britanniques, par exemple, apportent leurs connaissances d experts à ce service d aide socio-psychologique pour toxicomanes. «Grâce à cette technologie», dit Parker, «un habitant de la campagne peut consulter virtuellement un expert de la ville, voire d un autre pays. Avec le portable, il a accès à bien plus de services que dans son village. Or les personnes à faible revenu ont rarement accès à ce type de service.» Appui rural Pour utiliser ce service, il faut avoir un portable capable de se connecter à Internet, ce qui est le cas de nombreux appareils bas de gamme. Près de 25 millions de Sud-africains utilisent déjà des plates-formes de chat. C est moins cher que les SMS. En Afrique du Sud, l envoi d un SMS revient en moyenne à sept eurocentimes ; pour le même prix, les abonnés peuvent envoyer jusqu à messages avec JamiiX, parce que les messages de chat passent par Internet. Ces messages sont généralement très courts et sous forme de texte. Il y a peu de données à transférer. Comme JamiiX utilise la toile, n importe quel internaute peut s enregistrer. Une organisation qui veut offrir ses services, par exemple, s enregistre comme échange social et invite des personnes à devenir conseillers thérapeutiques. «Nous sommes en train de mettre au point une application», dit Parker, «avec laquelle des sociétés ou des associations pourront créer un centre de contact sans ordinateur. Tous les échanges se feront via des portables ou une combinaison de téléphones et d ordinateur.» Des associations ont rapidement mué JamiiX en centre de prestations et d information. Le numéro national d assistance sud-africain pour le sida passe par JamiiX pour envoyer des informations vers des portables afin de toucher un plus large public. Les appels vers ce numéro sont gratuits depuis une ligne fixe, mais il n y a que cinq millions de lignes fixes dans tout le pays, contre 36 millions de portables. Depuis qu il utilise JamiiX, ce service parvient à traiter plus de demandes en deux heures qu auparavant en une semaine avec un centre d appel traditionnel. Le système protège en outre l anonymat. JamiiX héberge le service, mais son personnel n a pas accès aux données. Toutes les informations sont cryptées, et dans le cas de la ligne sida, seul le personnel autorisé est habilité à lire les messages. Les clavardages ne sont pas stockés sur le portable, pour protéger la vie privée du jeune qui n aurait accès qu au portable d un parent. En Ouganda, une société développe un système d assistance pour les clients qui n ont pas accès à Internet ou qui n ont pas les moyens d appeler une ligne d assistance traditionnelle. Cette société peut mieux informer ses clients sur l utilisation de ses produits et savoir exactement ce qu ils veulent. Conseils agricoles D autres organisations testent JamiiX pour fournir des informations agricoles, car cette plate-forme permet aussi l envoi massif de messages pour un coût relativement faible. Ainsi, une ONG ou une coopérative agricole peut envoyer des informations météo à ses adhérents. Ou mieux encore, des paysans peuvent appeler un centre d information via ce service pour obtenir des conseils spécifiques auprès d opérateurs formés, d experts basés ailleurs, voire d autres paysans locaux abonnés au système. Au départ, la plate-forme relie un petit groupe de paysans qui s associent pour informer leurs congénères, puis se mue progressivement en un réseau avec l arrivée de nouveaux membres. On peut rapidement se renseigner auprès de paysans de pays voisins pour savoir comment ils ont affronté des situations de sécheresse ou lutté contre les nuisibles. Les développeurs s attendent à ce que la plate-forme serve à collecter des informations par portable. Des organisations ou des sociétés peuvent aisément préparer une enquête sur JamiiX, et l effectuer via leur plateforme de chat préférée. Ces enquêtes peuvent être relativement complexes, prévoir des réponses plus étoffées qu un simple «oui» ou «non», et recueillir des informations directement dans les zones rurales. Pour Parker, les applications mobiles sont un instrument de rêve pour les organisations qui veulent diffuser de l information dans les zones rurales en général et agricoles en particulier. Les services peuvent être développés à partir de la technologie existante et avec le savoir disponible sur place, sans devoir acheter d équipements ni investir dans la création et le fonctionnement coûteux d un centre d appel. Des paysans aident d autres paysans et peuvent facilement prendre contact avec des conseillers situés ailleurs dans le pays, voire à l étranger. «JamiiX profite du manque d information et de services destinés aux communautés rurales dans de nombreux pays», déclare Parker. «Même les services d appui parrainés par les gouvernements ont du mal à atteindre les zones reculées. Ce service constitue une alternative peu coûteuse aux services d information traditionnels basés sur les lignes fixes ou Internet, qui sont souvent chers dans les pays ACP.» Eric Nathan / Alamy Reconstructed Living Lab Impact Direct MXit ww.mxit.com JamiiX, une application mobile de plus, mais qui marche parce qu elle utilise un moyen de communication le portable déjà largement répandu. 9

10 Incubateur de talents Situé à Pretoria, le laboratoire régional des applications mobiles d Afrique australe propose des formations et des contacts professionnels aux créateurs d applications mobiles. Études de cas Les deux laboratoires régionaux africains d applications mobiles vont participer au développement de cette filière sur le continent. En septembre 2010, dans le cadre du programme Creating Sustainable Businesses for the Knowledge Economy, deux organisations ont été invitées à héberger les laboratoires régionaux africains d applications mobiles (mlabs), l une en Afrique du Sud, l autre en Afrique de l Est. Ce programme est une initiative conjointe d infodev, une organisation financée par la Banque mondiale, le ministère finlandais des Affaires étrangères et le fabricant Nokia afin de mettre les TIC au service du développement. Les membres du consortium sudafricain qui héberge le mlab sont l Institut Meraka du Conseil de recherche scientifique et industrielle (CSIR, chef de file), Innovation Hub, InnovationLab et Ungana-Afrika. La mission du mlab est «d accroître la compétitivité des entreprises qui innovent dans le domaine des applications et contenus mobiles et de veiller à la création d applications locales correspondant à la demande croissante des utilisateurs des PED.» Laurens Cloete est directeur exécutif f.f. de l Institut Meraka du Conseil pour la recherche scientifique et industrielle (www.csir.co.za) Stephane De Sakutin / ANP Inauguré début 2011, le mlab travaillera avec des entrepreneurs locaux et mettra ses ressources à la disposition des développeurs d applications mobiles des régions concernées. Il fera de la formation, des tests, du tutorat et de l appui dans ses locaux, et fournira des services virtuels, notamment un site web de ressources pour les créateurs d applications mobiles de toute la région. Ces services vont accroître la compétitivité et faciliter la vie des développeurs qui veulent créer et commercialiser des applications et du contenu mobiles. Le laboratoire favorisera le développement et l acquisition de compétences en production d applications et de contenu mobiles destinés aux personnes à faible revenu. Tuteurs experts Le mlab d Afrique australe couvrira tous les pays de la SADC (Communauté de développement de l Afrique australe). Basé à Pretoria, il travaillera en partenariat avec d autres institutions sud-africaines et des pays voisins. Les améliorations récemment apportées à la connectivité de la région devraient faciliter la fourniture de services virtuels aux développeurs et aux entrepreneurs. Pour bénéficier des services du mlab, les programmeurs, concepteurs de sites et développeurs locaux doivent s affilier. Ils auront alors accès à des formations techniques, à des ateliers de gestion d entreprise et à des équipements dernier cri pour développer, tester et calibrer les logiciels. Ils pourront également utiliser les espaces de bureau, l accès à Internet et les ressources partagées, notamment les salles de réunion ainsi que les équipements de conférence et de vidéoconférence. Ils pourront travailler dans un environnement de développement et de test high-tech probablement hors de prix pour une startup. Qu ils soient débutants ou chevronnés, les développeurs auront accès aux équipements ; les universités partenaires dispenseront la formation de base. Le mlab pourra se concentrer sur l accompagnement des développeurs et des entrepreneurs dans la commercialisation de leurs applications. Pour ce faire, le mlab dispensera des formations aux entrepreneurs pour qu ils appréhendent mieux le monde des applications mobiles, les stratégies, concepts et architectures mobiles qui marchent, le développement multiplates-formes et les diverses questions liées à la création d une entreprise. La plate-forme en ligne permettra d accéder au matériel de formation et de communiquer virtuellement avec les formateurs et les experts techniques, les entrepreneurs industriels locaux, afin de profiter de leur expérience. Le laboratoire servira d entrepôt pour les applications mobiles afin d en faciliter la distribution et cherchera à promouvoir l usage des appareils nomades au service du développement. Il sera le point focal des concepts mobiles commercialisables et donnera aux programmeurs l occasion de travailler sur des applications mobiles au travers de missions contractuelles. Le mlab doit servir de passerelle vers les marchés locaux, régionaux et internationaux et faire le lien entre les entrepreneurs et les investisseurs. Ses membres pourront voir comment les usagers interagissent avec leurs applications. Le laboratoire incitera les développeurs à trouver des applications qui répondent à des besoins particuliers, correspondant à de véritables marchés, y compris pour les personnes à faible revenu. Les développeurs et formateurs du mlab se plaisent à souligner qu un portable n est pas qu un outil d information, mais une plate-forme informatique, un capteur, un outil d identification, un appareil qui sait se localiser, une plate-forme de transactions, etc. Les possibilités offertes par cette technologie sont immenses, aussi le mlab espère-t-il en exploiter certaines et concourir à l essor de l industrie des applications mobiles dans toute l Afrique australe. 10 Décembre 2010 ı ICT Update ı numéro 57

11 Développement communautaire Les développeurs est-africains bénéficient d un nouveau laboratoire régional d applications mobiles pour se former et trouver des solutions innovantes à des problèmes quotidiens. Études de cas Très répandus et récemment dotés de nouvelles fonctionnalités informatiques, les téléphones portables sont devenus le substitut idéal au PC sur tout le continent. Les applications individualisées pourraient profondément affecter le développement économique des communautés africaines les plus pauvres. Or ces applications sont rares, malgré un essor sans précédent du téléphone portable. Le développement d applications pertinentes pour les divers groupes d usagers africains suppose une connaissance approfondie de la vie et des besoins locaux. Le marché africain de la mobilophonie est celui qui croît le plus rapidement au monde. Le Kenya compte plus de 15 millions d abonnés, alors que ménages kényans à peine sont raccordés à l électricité. Le Kenya est confronté à une myriade de problèmes sociaux comme le chômage, la pauvreté et des manifestations de violence telles qu on en a connu lors des dernières élections législatives. La question est de savoir comment convertir ces problèmes en opportunités et si les développeurs d applications peuvent apporter des solutions. Contrairement à l usage qui en est fait dans le monde développé, au Kenya, les portables remplissent des missions aussi diverses que l envoi d argent aux membres de la famille ou l envoi de rapports citoyens aux médias. Les hommes d affaires, les paysans et la population du pays trouvent sans cesse de nouveaux usages à cet appareil que beaucoup ne considéraient que comme un simple outil de communication vocale, et apportent à travers lui des solutions originales à leurs problèmes. Promouvoir le potentiel Le laboratoire régional d Afrique de l Est est dirigé par un consortium formé de Nairobi s ihub, emobilis, World Jessica Colaço est directrice de ihub, Kenya (www.ihub.co.ke) Wide Web Foundation et la School of Computing and Informatics de l université de Nairobi. Ce centre permettra aux développeurs de vérifier la viabilité économique de leurs applications et soutiendra l innovation et l entreprenariat au sein de la communauté est-africaine. Les programmeurs pourront tester la faisabilité de leurs produits et créer des modèles d entreprise qui déboucheront sur la création de nouvelles entreprises technologiques et de nouveaux emplois dans la région. Il servira aussi d incubateur pour des projets développés par des acteurs locaux. L un d entre eux se nomme Amos Gichamba : il a grandi dans une exploitation laitière du centre du Kenya. Amos dit avoir vu les éleveurs se faire exploiter par les intermédiaires qui venaient acheter leur lait pour le revendre à l industrie laitière. Ces intermédiaires profitaient avant tout d un problème d information : l éleveur ne savait pas à quel prix vendre son lait. Il ignorait le prix payé aux éleveurs des autres villages. N ayant aucune idée des conditions du marché, il ne savait pas non plus à quel moment augmenter ou diminuer sa production. Partant de ce constat, Gichamba a décidé de créer la solution technologique idéale pour les éleveurs : une application mobile. Il a mis au point un système basé sur des SMS avec lequel les éleveurs interrogent une base de données des marchés laitiers locaux. La base de données leur renvoie la réponse en 140 caractères ou moins. Il y a aussi d autres applications mobiles comme M-Farm, développée par Susan Oguya et Jamila Abass. M-Farm est un centre d information mobile en temps réel qui envoie aux paysans les cours des marchés, des alertes météo, des données sur les fournitures agricoles et leur propose un forum d entraide. Cette application les aide à partager les informations commerciales via des SMS et un système de réponse vocale interactif. Le laboratoire d applications d Afrique de l Est disposera de nombreuses ressources pour accompagner les Ismail Taxta / Reuters Liens corrélés ihub emobilis World Wide Web Foundation Les paysans se partagent les informations commerciales via des SMS et des applications vocales. inventeurs et les entrepreneurs dans le développement de produits et de services innovants. Parmi ces ressources, citons des formations en développement d applications mobiles pour diverses plates-formes et une application mobile dernier cri pour tester l environnement et la connectivité de l Internet à haut débit. Le laboratoire leur offrira aussi des services comptables, juridiques et de développement d entreprise communs. La principale mission du laboratoire sera d offrir aux techniciens de la mobilophonie un lieu d incubation et de formation où ils pourront donner corps à leurs idées. Il suscitera des changements dans l élaboration des produits et des services mobiles et sera une vitrine pour les technologies appelées à révolutionner le paysage africain de la mobilophonie. 11

12 Ressources Documents Ressources web Projets Les applications mobiles personnalisables permettent de recueillir et de diffuser des informations à peu de frais. «Mobile phones and economic development in Africa» par Jenny C. Aker et Isaac M. Mbiti Ce rapport décrit l évolution de la mobilophonie en Afrique subsaharienne depuis dix ans. À partir d exemples nigériens, ougandais et indiens, il explique en quoi cette technologie a permis d améliorer l efficacité des marchés agricoles des PED. Il relève cinq domaines où les portables s avèrent économiquement profitables pour les producteurs et les consommateurs : amélioration de l accès à l information ; de l efficacité des filières ; création de nouveaux emplois et génération de revenus ; maintien de réseaux sociaux pour réduire l exposition aux risques ; amélioration des services agricoles, éducatifs, financiers et de santé. file_aker_mobile_wp211_final.pdf «The Innovative Use of Mobile Applications in East Africa» par Johan Hellström, pour l agence suédoise de développement international (Sida). Fin 2009, on comptait plus de 50 millions d abonnés au portable en Afrique de l Est, soit près de 40 % de la population. Le portable est devenu le moyen de diffusion d informations et de communication interactive le plus répandu. Les progrès en ont fait l appareil tout-en-un qui s emporte et s utilise partout. Internet devient nomade, du desktop au pocket, et des applications simples et innovantes ouvrent aux entreprises, associations et gouvernements de nouvelles possibilités d action et d interaction avec des publics cibles. com/2010/06/sr _sida_hellstrom. pdf Joerg Boethling / Lineair Motribe Deux entrepreneurs sud-africains, Nicholas Haralambous et Vincent Maher, ont fondé Motribe, une plate-forme de création de réseaux sociaux sur web mobile. Les utilisateurs peuvent créer leurs réseaux sociaux pour portables. Motribe propose des fonctions de chat, de partage de photos, de messagerie privée et de blogues mobiles. Les six premiers mois, les sites sont gratuits mais limités à 100 membres pour permettre le démarrage du réseau. Les prix de mise à niveau varient de 10 à 50 US$, en fonction des options supplémentaires offertes pour la personnalisation des sites. Il existe un niveau entreprise pour les grosses sociétés. L application établit des rapports statistiques détaillés sur le nombre d abonnés, de fichiers téléchargés, de messages envoyés et sur la localisation et l âge des utilisateurs. Mobisoko Mobisoko est une vitrine pour applications mobiles développée par des programmateurs africains. Elle veut aider les étudiants et programmateurs africains à distribuer et à faire connaître leurs applications mobiles du public. Beaucoup d applications conçues pour les portables (surtout par des étudiants et des universités) ne sont pas distribuées faute de ressources, notamment en matière d hébergement et de commercialisation. La plupart finissent au placard, sans jamais trouver leur public cible. Ce site web permet de trouver et de télécharger des applications mobiles, et d héberger celles de développeurs indépendants. Mobisoko teste et analyse les applications proposées par les développeurs avant de les mettre en ligne. Open Data Kit ODK est une suite d applications nomades en open-source qui aide les organisations à recueillir, agréger et traiter leurs données. Chaque application est conçue pour être facile d emploi, s adapter à des besoins spécifiques et permettre l échange de données entre utilisateurs sans passer par des serveurs. Parmi les applications disponibles, citons ODK Collect, qui remplace les formulaires papier pour le recueil des données (texte, localisation, photos, vidéo, audio et codes-barres) et ODK Clinic, avec lequel les soignants peuvent télécharger une liste personnalisable de patients sur leur portable et consulter leurs dossiers. FrontlineSMS:Medic FrontlineSMS:Medic exploite des technologies mobiles innovantes et adaptées à l extension des réseaux sanitaires dans les communautés peu desservies. Il s appuie sur FrontlineSMS, une plate-forme logicielle en open-source permettant l envoi et la réception massifs de SMS via un laptop, un portable équipé d un modem ou un portable bon marché. Medic élargit la plate-forme FrontlineSMS pour répondre aux besoins spécifiques des centres médicaux, mieux gérer les patients, leurs dossiers médicaux électroniques, poser des diagnostics via le téléphone portable et dresser la carte des services de santé. Ce projet a démarré au Malawi grâce au don d un laptop, d une centaine de téléphones recyclés et d une copie de FrontlineSMS. L initiative Jokko Cette initiative sénégalaise parrainée par l Unicef et Tostan, une organisation présente dans toute l Afrique de l Ouest, inventorie les services de mobilophonie en mesure de répondre aux besoins des communautés rurales et développe de nouvelles applications mobiles là où elles s avèrent nécessaires. Grâce à l expansion des téléphones portables, elle espère améliorer les connexions entre les femmes et leurs communautés, participer à la définition consensuelle des priorités de développement locales, faire entendre les groupes de jeunes et de marginalisés et ainsi influencer les processus décisionnels de la communauté, être une plate-forme d échange d informations, de diffusion des idées et d organisation du plaidoyer, accélérer l interaction sociale et faciliter la coopération à grande échelle. M-Agriculture Wiki Ce Wiki rassemble des exemples et des études de cas sur l utilisation des téléphones portables dans l agriculture à travers le monde. Ces dernières années, plus d un milliard de personnes ont découvert les TIC, en grande partie grâce à l essor des portables. Mais de nombreuses autres méthodes d accès et d échange d information ont récemment fait leur apparition. Le Wiki analyse les nouveaux modèles de services et en quoi les systèmes d informations commerciales sur portable ou le m-banking pourraient influencer d autres services, surtout dans les zones rurales page/ /m-agriculture%20wiki 12 Décembre 2010 ı ICT Update ı numéro 57

13 Les facteurs de réussite d un projet TechTip RapidSMS permet de gérer la communication, le recueil de données et l appui logistique à partir de portables. Ce système qui s adapte à toutes sortes de situations s est révélé efficace dans l agriculture, la santé et l urgence. Téléchargement RapidSMS est un logiciel gratuit et «open source» que l on télécharge et paramètre. Rien à installer sur les ordinateurs ou téléphones avec lesquels le système interagit : l utilisateur n a besoin que d un portable capable d envoyer et de recevoir des SMS. Téléchargez le logiciel sur le site de RapidSMS : ou depuis https://github.com/rapidsms/rapidsms feuille Excel ou d interroger des bases de données - d effectuer des actions prédéfinies en fonction de certaines circonstances - de transférer de petits ou de gros volumes de données, d un village vers le reste du pays. Mise en œuvre Les développeurs de RapidSMS insistent sur une bonne préparation et une bonne planification avant de mettre leur logiciel au service d un projet. Les gestionnaires doivent déterminer si l emploi de RapidSMS est faisable. La réussite d un projet utilisant RapidSMS est conditionnée par dix facteurs qui, pour la plupart, s appliquent à tout projet TIC : Liens corrélés TechTip : publipostage de textos par ordinateur Comment configurer et utiliser le logiciel FrontlineSMS. Group-text-messages-by-computer Le projet Mwana Ce projet utilise RapidSMS pour apporter des services de santé aux mères et aux nouveau-nés de Zambie. L initiative Jokko Utilise RapidSMS pour favoriser les prises de décision collectives dans les villages sénégalais. Équipement Le système est prévu pour s adapter aux besoins divers et variés des organisations. Il n y a pas de paramétrage universel. Ci-dessous, l équipement nécessaire pour un paramétrage standard. Une certaine maîtrise technique est nécessaire pour installer et personnaliser le logiciel. Serveur - avec système d exploitation Linux (la dernière version d Ubuntu est recommandée) - avec une alimentation électrique fiable ou branché sur une alimentation de secours - sur un hôte sécurisé - auquel vous avez accès pour installer des modems - avec une connexion Internet pour l accès et la mise à niveau à distance - éventuellement un vieux desktop bas de gamme Modem(s) GSM - un par réseau de mobilophonie via lequel transiteront les messages - une carte SIM par modem REMARQUE : le modem doit être compatible RapidSMS. Un Multitech MTCBA-G-U-F4 est recommandé, mais vérifiez la liste complète sur github.com/adammck/pygsm/ Capacités Un système RapidSMS permet - à des milliers d utilisateurs d interagir en même temps - de fournir instantanément des données pour peu que l utilisateur soit connecté - d intégrer les logiciels existants, notamment de convertir les données en Contexte : le projet doit tenir compte du contexte culturel, technologique et social de la communauté visée. Par exemple, tous les utilisateurs ont-ils régulièrement accès à un portable, peuvent-ils facilement recharger la batterie sur un réseau électrique? Étudiez soigneusement le rôle des autorités, les pratiques religieuses, les coutumes, la participation sexo-spécifique et les technologies disponibles. Motivation : les personnes doivent avoir une bonne raison de participer. Le projet peut enrichir leurs compétences, apporter des informations utiles ou une compensation financière de l argent, un crédit d appel Comportement : le projet ne doit pas devenir un élément perturbateur. Veillez à ce qu il soit facile à comprendre et entre facilement dans la routine quotidienne des usagers. Masse critique : il faut un nombre de personnes et de données suffisant. Voyez comment susciter la participation, surtout parmi les premiers à utiliser le réseau. Durabilité : le flux d information doit se poursuivre après la phase initiale. Motivez les participants, gardez un œil sur le niveau d adhésion et cherchez de nouveaux moyens de pérenniser la participation. Sensibilisation : relancez les participants, par des visites régulières du gestionnaire local ou l envoi de messages. Distribuez des condensés des documents de formation des petites cartes ou des posters et un numéro d appel pour toute question relative au processus. Dépenses : essayez de déterminer le coût d installation et de maintenance Roel Burgler / HH du système pour votre organisation. Envisagez aussi le coût pour les participants. S ils doivent payer pour chaque SMS, ils seront moins enclins à participer. Allez voir les opérateurs locaux de téléphonie mobile pour obtenir la gratuité ou un tarif avantageux pour vos utilisateurs. Utilité : les utilisateurs doivent pouvoir s engager sans trop de formation. Les apports demandés doivent correspondre à leurs aptitudes. Qualité : suivez le projet de bout en bout pour vérifier que les utilisateurs fournissent le type de données requis, et que le logiciel fonctionne comme prévu. Appui : les participants doivent être rapidement informés en cas de défaillance. Les gestionnaires du projet doivent établir des liens avec les développeurs locaux de logiciels pour veiller à ce que la technologie fonctionne convenablement. Pour en savoir plus sur les facteurs critiques de RapidSMS et la façon d évaluer votre projet, voyez : io/howtorapidsms La réussite d un projet utilisant RapidSMS est conditionnée par des facteurs qui, pour la plupart, s appliquent à tout projet TIC. 13

14 Dépêches Téléphoner hors réseau Accès égalitaire Un réseau de chercheurs de 20 pays d Afrique, Research ICT Africa, vient de publier un rapport sur le genre et l utilisation des TIC. Intitulé «Gender Assessment of ICT Access and Usage in Africa», son document politique s appuie sur les données collectées auprès de particuliers et de ménages de 17 pays et de groupes spécialisés de cinq pays. D après les auteurs, «la diffusion des TIC est très inégale : très dense dans les zones urbaines et pratiquement absente de certaines zones rurales». Et d ajouter : «Nous avons été surpris de constater qu en Afrique du Sud et au Mozambique il y a plus de femmes que d hommes qui possèdent un portable et qu au Cameroun les femmes maîtrisent mieux Internet. Plus généralement, notre enquête confirme cependant que les femmes n ont pas autant accès aux TIC que les hommes, surtout quand cet accès est public.» Les stratégies qui promeuvent l accès universel aux technologies bénéficient certes aux femmes, mais les politiques devraient s atteler aux causes premières de l inégalité des genres. De nombreuses sociétés seraient plus égalitaires si l on cherchait à réduire la pauvreté et à offrir à l ensemble de la population des services de communication à un prix abordable. Pour lire le rapport complet, voyez www. researchictafrica.net/new/images/uploads/gender_paper_may_2010.pdf. Pour plus d informations sur le réseau Research ICT Africa, voyez www. researchictafrica.net Bart Eijgenhuijsen / HH Les opérateurs de téléphonie mobile invoquent souvent le coût des infrastructures pour expliquer la faible couverture des zones rurales. C est ce qui a conduit des Australiens à développer un système, Serval Project, qui évite les réseaux traditionnels en créant un réseau composite par wifi, ainsi qu un portable, le Batphone, qui utilise des fréquences libres. Les portables compatibles peuvent accéder au réseau via leur numéro habituel. Paul Gardner-Stephen, directeur du projet, déclare que son système permettra «aux habitants des zones reculées ou isolées ou aux ouvriers agricoles de rester en communication là où il n y a pas de réseau». Idem dans les zones de catastrophe, pour prévenir les amis ou la famille et mieux coordonner les secours. Outre son logiciel DNA (Distributed Numbering Architecture), le système Serval utilise un logiciel de réseau composite développé par Village Telco. Pour en savoir plus : powderkeg stock / Alamy Faire de la musique sur son portable Le rêve de tout musicien : enregistrer sa musique et la faire écouter au plus grand nombre. Avec des applications sociales comme MySpace et YouTube, les artistes en herbe peuvent plus facilement diffuser leur musique, mais ces applications restent inaccessibles aux millions de personnes dont le territoire n est pas raccordé à Internet. Une publication récente, intitulée «Exploiting Mobile Technology in the African Urban Low-Income Informal Music Industry» et inspirée d une étude de Nokia Research Africa, entend muer le téléphone portable en instrument de musique. Les auteurs-compositeurs, par exemple, pourront noter et diffuser leurs paroles par SMS, ou se servir d un téléphone ayant des fonctions d enregistrement de base pour sauvegarder des notes ou des bouts de chanson qu ils pourront réécouter et améliorer. Les musiciens d un groupe pourront partager leurs maquettes avec leurs amis via des portables équipés du Bluetooth ou de l infrarouge. Les auteurs dressent la liste des applications musicales qui ont été développées pour les portables et qui peuvent aider les jeunes à cultiver leur talent et, qui sait, à gagner de l argent. Ils entrevoient pour les développeurs de logiciels un marché d applications nomades destinées aux jeunes musiciens privés d autres moyens technologiques. Pour télécharger le rapport complet (fichier pdf) : Mobile Technology for Informal Music Industry in Africa.pdf 14 Décembre 2010 ı ICT Update ı numéro 57

15 Des portables dans les nuages Ceux qui n ont pas les moyens ou l envie de se payer un portable pourraient bientôt avoir accès aux réseaux de mobilophonie. Développé par Movritu, MXShare est une formule qui octroie aux abonnés des numéros utilisables depuis n importe quel portable. Il suffit d emprunter un appareil, puis de se connecter au système pour appeler ou envoyer un texto avec son propre numéro. Le compte de l utilisateur est en effet «dans les nuages», c.-à-d. stocké chez l opérateur et non sur la carte SIM du téléphone. Le système gère aussi l activité hors ligne de l abonné, recense les appels en absence, envoie des messages de notification à des amis ou aux opérateurs téléphoniques d un village voisin. Celui qui partage son téléphone se voit récompensé sous la forme d une ristourne forfaitaire, d un pourcentage ou de l équivalent du coût de la transaction. Movritu teste actuellement ce service dans plusieurs PED et cible essentiellement les utilisateurs à bas revenus. Application plus intelligente Mikkel Ostergaard / HH Roel Burgler / HH Microsoft sort OneApp, le sésame pour portable des applications web les plus prisées. OneApp permet d accéder à des comptes Twitter et Facebook, de lire des fils RSS ou de connaître la météo ou l actu des célébrités et des sports. On sent que Microsoft l a conçu pour les économies émergentes en limitant son poids à 150 ko afin de tourner sur des appareils à la mémoire et à la capacité de traitement limitées. Ce service, actuellement disponible en Afrique du Sud via Blue Label Telecoms, sera élargi en OneApp est compatible avec plus de 70 appareils, dont les Nokia, Samsung, LG et Sony Erikson les plus vendus. «Les consommateurs équipés de portables GPRS peuvent expérimenter cette application qui ouvre de nouveaux horizons à tous nos abonnés, annonceurs et développeurs», déclare Mark Levy, co-président de Blue Label Telecoms. «Nous n avons pas fini de découvrir cette technologie qui transforme n importe quel portable en un outil de transaction convivial, sophistiqué et rentable.» Un web neutre pour tous La neutralité de la toile est devenue un sujet d actualité ces derniers mois, depuis que Google et la société de télécoms Verizon ont soumis une proposition commune pour la réglementation des services Internet aux USA. Bien que Google se dise neutre, le fait que ces deux sociétés s intéressent à la question a de quoi inquiéter. Même Sir Tim Berners-Lee, inventeur de la toile mondiale, s en est ému lors de la conférence Nokia World à Londres. «Des pays ou des entreprises voudraient contrôler certaines données en fonction de leurs propres objectifs. Sans neutralité, la toile n existe plus.» Mais qu entend-on exactement par neutralité de la toile et avec quelles répercussions pour les pays ACP? Pour l heure, les pages web sont fournies de la même manière à tous (ceux qui ont accès à Internet). C est cela, la neutralité de la toile. Or certains fournisseurs d accès, surtout de grosses entreprises de télécoms, voudraient introduire des services prioritaires qui seraient fournis plus rapidement aux sociétés et aux particuliers prêts à en payer le prix. Des fournisseurs de contenu paieraient les entreprises de télécoms pour qu elles fournissent leurs services web plus rapidement que leurs concurrents. Un journal paierait pour que ses articles soient fournis plus rapidement aux moteurs de recherche que ceux de son rival. Les analystes craignent donc l avènement d un système à deux vitesses où les services payants passeraient par une toile plus rapide, tandis que le contenu des particuliers et des associations passerait par un réseau plus lent. L utilisation de ce web plus rapide serait payante, c.-à-d. prohibitive pour les internautes plus pauvres. Bien que l introduction d un tel système ne soit pas pour demain, de nombreuses entreprises de télécoms en rêvent pour aprèsdemain. McPhoto / Lineair shillings kényan (100 US$) : prix du smartphone IDEOS Android récemment commercialisé au Kenya. pays subsahariens Maurice et l Afrique du Sud sont entrés dans le top 100 des économies les plus maillées, d après le dernier Global Information Technology Report. millions : prix de la première phase (sud-africaine) d un projet de l UE visant à installer Internet à haut débit et sans fil dans les zones rurales d Afrique. 15

16 Q&R Matthew de Gale est gestionnaire de programmes chez SANGONet, Mobiles4Agriculture Services (www.ngopulse.org) Y a-t-il beaucoup d utilisateurs d applications mobiles dans les pays ACP? Je ne peux parler que de la situation en Afrique de l Est et australe. En dehors de la petite élite citadine équipée de smartphones ou de portables haut de gamme, peu d applications mobiles connaissent une large diffusion et elles sont généralement préinstallées. Certaines sont tellement prisées que d aucuns vont jusqu à les transférer par Bluetooth. Mais dans les pays en développement, on utilise peu les magasins d applications en ligne, comme ceux que l on associe aux smartphones comme iphone. Mettre une application sur son portable n est pas simple. Chaque fois que nous avons eu besoin d une application dans un projet, nous avons dû avoir accès à l appareil proprement dit, pour installer ou préinstaller l application. Ce qui veut dire rencontrer l utilisateur ou être distributeur. Aucune de ces deux méthodes ne convient à un projet d envergure. Sans parler de l adaptation de l application à différents types d appareil, problème que peu de développeurs ont réussi à résoudre. Beaucoup d applications sont en mode texte et dans des langues européennes. Est-ce un problème pour les utilisateurs des ACP? Le potentiel des applications George Esiri / Reuters Le portable lui-même fonctionne souvent dans une langue étrangère au commun des mortels et plusieurs fonctionnalités nécessitent la maîtrise du langage, or cela ne semble pas être une barrière pour les utilisateurs. Plusieurs projets de développement ont utilisé des SMS en plusieurs langues, y compris vernaculaires, mais il semble que les utilisateurs réagissent mieux aux messages en anglais. Peut-être parce qu ils considèrent le langage SMS comme du jargon d anglais, de français, etc. Quand on parle d applications, l éducation ou la langue ne figure pas dans le top cinq des problèmes. Ce n est le cas que lorsque l application ou ce que nous appelons une variante d application connaît une large distribution. Quels sont les principaux problèmes liés aux applications? Outre la question de la distribution et de la disponibilité d appareils adéquats, je dirais que le prix et l accès aux services de données sont particulièrement problématiques. Si l application installée sur le portable doit régulièrement interroger un service distant, le coût du transfert de données dépasse les moyens du citoyen ordinaire. Et comme ce transfert se fait souvent en arrière-plan, l utilisateur peut difficilement en contrôler le coût. C est le problème n 1 sur les smartphones bas de gamme qui débarquent en ce moment en Afrique. Une fois allumés, ces appareils ne cessent de télécharger des informations et d alourdir la facture de l utilisateur. Les opérateurs proposent néanmoins des plans tarifaires allégés pour remédier à la question. La plupart des réseaux de mobilophonie sont en outre sous-calibrés par rapport à une large utilisation des services de données. Nous avons consacré les premières heures de certains projets de formation à expliquer comment on configure son portable pour qu il accepte les données. Bien que la situation s améliore et que de nombreux réseaux se tournent vers les services de données auto-configurés, l effet peut être dissuasif. À votre connaissance, quelles sont les applications les plus populaires? Les applications de réseau social, et surtout la messagerie instantanée. Certains services, comme MXit en Afrique du Sud, ont réussi à surmonter les problèmes de distribution et tournent sur des milliers de modèles. Le coût est leur atout majeur : la messagerie instantanée est nettement moins chère que les appels et les SMS. Les applications non connectées sont également en vogue. Elles sont préinstallées sur le portable et ne nécessitent aucun transfert de données via le réseau. Qui n utilise pas les applications de photo, de musique et de calendrier? Bien qu elles n aient pas de lien évident avec le développement, elles font néanmoins franchir un cap technologique à leurs utilisateurs. Ces applications seront-elles démodées dès qu on aura accès au web via son portable? Il faudra encore un certain temps avant qu une part significative des portables supportent une large utilisation des applications. Mais ces applications arrivent déjà dans les communautés rurales. De nombreuses opérations autrefois réservées aux télécentres peuvent désormais se faire par téléphone, pour un paramétrage et un coût de fonctionnement moindres un portable nécessite beaucoup moins d électricité, par exemple. Le portable peut donc être le vecteur d une extension des services TIC de base. Dans l avenir, il se peut que ces services passent par le web plutôt que par une application. Mais comme de nombreuses communautés rurales ne sont pas du tout connectées à Internet, le web mobile ne leur serait d aucune utilité car il serait impossible d accéder aux services depuis son portable. Ressources corrélées Open Data Kit ODK est un ensemble d outils permettant à une organisation de recueillir, d agréger et de visualiser ses données sur des portables Android. opendatakit/ 16 Décembre 2010 ı ICT Update ı numéro 57

Gestion des approvisionnements avec SAP Business One Optimisation des approvisionnements grâce à l intégration de la logistique et de la comptabilité

Gestion des approvisionnements avec SAP Business One Optimisation des approvisionnements grâce à l intégration de la logistique et de la comptabilité distributeur des solutions FICHE TECHNIQUE Module : Gestion des achats Gestion des approvisionnements avec SAP Business One Optimisation des approvisionnements grâce à l intégration de la logistique et

Plus en détail

Présentation de la solution SAP SAP Technology SAP Afaria. La mobilité d entreprise comme vecteur d avantage concurrentiel

Présentation de la solution SAP SAP Technology SAP Afaria. La mobilité d entreprise comme vecteur d avantage concurrentiel Présentation de la solution SAP SAP Technology SAP Afaria La mobilité d entreprise comme vecteur d avantage concurrentiel des périphériques et des applications des périphériques et des applications La

Plus en détail

LIVRE BLANC COMMUNICATIONS MARKETING ET CRM

LIVRE BLANC COMMUNICATIONS MARKETING ET CRM LIVRE BLANC COMMUNICATIONS MARKETING ET CRM LIVRE BLANC COMMUNICATIONS MARKETING ET CRM 2 À PROPOS De nos jours, il est essentiel pour les entreprises de définir une stratégie marketing précise et efficace.

Plus en détail

Les médias sociaux : Facebook et Linkedin. Réalisé en janvier 2012 Par Mamadou Ndiaye

Les médias sociaux : Facebook et Linkedin. Réalisé en janvier 2012 Par Mamadou Ndiaye Les médias sociaux : Facebook et Linkedin Réalisé en janvier 2012 Par Mamadou Ndiaye Avant de commencer Veuillez S.V.P. tester votre matériel audio en utilisant l assistant d installation audio. Plan Qu

Plus en détail

Station Pizza- 1. Presentation de votre ApplicatiON

Station Pizza- 1. Presentation de votre ApplicatiON AMBITIVE Station Pizza- 1 Presentation de votre ApplicatiON 2 - Qui sommes-nous - 3 Sommaire Qui sommes-nous? Objectifs Intérêts du client Quelques fonctions phares Accueil & Vue Principale Menus & Carte

Plus en détail

UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE

UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE LIVRE BLANC UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE Comment choisir un CRM qui répondra à toutes les attentes de vos commerciaux www.aptean..fr LIVRE BLANC UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE

Plus en détail

NISSANCONNECT MS FOIRE AUX QUESTIONS

NISSANCONNECT MS FOIRE AUX QUESTIONS NISSANCONNECT MS FOIRE AUX QUESTIONS 1. Qu est ce que NissanConnect? NissanConnect est la solution de Nissan en matière de services de connectivité. Il utilise le téléphone cellulaire du conducteur pour

Plus en détail

L ecoute, Le service, l echange,

L ecoute, Le service, l echange, L ecoute, Le service, l accompagnement, L assistance, l echange, la formation, le partenariat Acquérir nos solutions, ce n est pas seulement obtenir un outil informatique, c est également accéder à de

Plus en détail

Éducation Manitoba. Services aux élèves. aveugles ou malvoyants

Éducation Manitoba. Services aux élèves. aveugles ou malvoyants Éducation Manitoba Services aux élèves aveugles ou malvoyants Données de catalogage avant publication Éducation Manitoba Services aux élèves aveugles ou malvoyants [ressource électronique] ISBN: 978-0-7711-4982-5

Plus en détail

DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011

DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011 DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011 VISION De nos jours, l éducation postsecondaire offre plus de choix et de possibilités qu auparavant. En outre, les besoins

Plus en détail

Crédit d impôt de l Ontario pour les produits multimédias interactifs numériques Bulletin

Crédit d impôt de l Ontario pour les produits multimédias interactifs numériques Bulletin Crédit d impôt de l Ontario pour les produits multimédias interactifs numériques Bulletin Ministère des Finances Le 2 novembre 2015 Le 23 avril 2015, le gouvernement a annoncé des changements proposés

Plus en détail

AgriShop Boutique en ligne

AgriShop Boutique en ligne AgriShop Boutique en ligne Version 1.1 du 02/02/2010 EDUTER-CNERTA. Ce document est propriété d EDUTER-CNERTA et ne peut être copié, reproduit par quelque procédé que ce soit, utilisé ou transmis à des

Plus en détail

Innovations des statistiques officielles

Innovations des statistiques officielles MINISTERE DU PLAN ET DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE ------------------- CENTRE NATIONAL DE LA STATISTIQUE ET DES ETUDES ECONOMIQUES DIRECTION DES STATISTIQUES ECONOMIQUES ---------------- SERVICE DES STATISTIQUES

Plus en détail

Le secteur de la santé. Votre guide SMS

Le secteur de la santé. Votre guide SMS Le secteur de la santé Votre guide SMS Pourquoi utiliser le SMS? Le secteur médical est un milieu où l information doit circuler très rapidement et où les rapports entre médecins et patients sont primordiaux.

Plus en détail

PACK ON DEMAND. Solution SaaS pour PME

PACK ON DEMAND. Solution SaaS pour PME PACK ON DEMAND Solution SaaS pour PME 1 Yourcegid RH Pack On Demand : Solution de gestion de la Paie et des Ressources Humaines, dédiée aux PME, en mode SaaS. Un grand souffle sur les ressources humaines

Plus en détail

En proposant une formation souvent moins onéreuse et plus

En proposant une formation souvent moins onéreuse et plus CHAPITRE UN EXEMPLES DE FORMATIONS EN LIGNE En proposant une formation souvent moins onéreuse et plus pratique que les autres méthodes, l apprentissage en ligne est aujourd hui en train de transformer

Plus en détail

stimuler son développement commercial grâce au digital ETUDE DE CAS NORAKER

stimuler son développement commercial grâce au digital ETUDE DE CAS NORAKER stimuler son développement commercial grâce au digital ETUDE DE CAS NORAKER QUELS ENJEUX POUR NORAKER? UNE JEUNE ENTREPRISE DE POINTE EN QUÊTE DE DÉVELOPPEMENT Noraker est une entreprise scientifique :

Plus en détail

Gestion multi-stocks

Gestion multi-stocks Gestion multi-stocks Dans l architecture initiale du logiciel IDH-STOCK, 11 champs obligatoires sont constitués. Ces champs ne peuvent être supprimés. Ils constituent l ossature de base de la base de données

Plus en détail

Le concept. Des prestations «chic à prix mini» proposées dans des espaces Beauté Bien Être

Le concept. Des prestations «chic à prix mini» proposées dans des espaces Beauté Bien Être Le concept Des prestations «chic à prix mini» proposées dans des espaces Beauté Bien Être 1 Séduction, Evasion et Performance sont réunis dans un cadre haut de gamme pour accueillir aussi bien les femmes

Plus en détail

Le programme numéro un au Canada de collecte de fonds par la vente de cartescadeaux. Aperçu du programme

Le programme numéro un au Canada de collecte de fonds par la vente de cartescadeaux. Aperçu du programme Le programme numéro un au Canada de collecte de fonds par la vente de cartescadeaux Aperçu du programme mars 2014 Comment fonctionne FundScrip? Aucun don Pas besoin de demander à la famille, aux amis,

Plus en détail

3 façons de Gagner de l'argent sur Internet

3 façons de Gagner de l'argent sur Internet 3 façons de Gagner de l'argent sur Internet Ce livre numérique vous est offert par : Sébastien Laude (Pour en savoir plus sur l'auteur cliquez sur : A propos de l'auteur ) 1 Avertissement légal Le simple

Plus en détail

Le concept FAH (ou ASP en anglais)

Le concept FAH (ou ASP en anglais) Le concept FAH (ou ASP en anglais) Présentation FAH signifie Fournisseur d Application Hébergé ASP signifie Application Service Provider L utilisation d un logiciel de gestion classique peut se révéler

Plus en détail

Etude des outils du Cloud Computing

Etude des outils du Cloud Computing Etude des outils du Cloud Computing Sommaire : Présentation générale.. 2 Définitions. 2 Avantage.. 2 Inconvénients. 3 Types d offres de service Cloud.. 3 Comparaison des services Cloud 4 Conclusion 5 Présentation

Plus en détail

Se former à l usage des TIC et à la gestion de l information

Se former à l usage des TIC et à la gestion de l information Se former à l usage des TIC et à la gestion de l information Agriculteurs, agricultrices, groupements, organisations professionnelles agricoles Vous souhaitez profiter des nouvelles technologies pour mieux

Plus en détail

Foire aux questions. 2. Quand MusicMark a- t- elle été lancée?

Foire aux questions. 2. Quand MusicMark a- t- elle été lancée? Foire aux questions MUSICMARK 1. Qu est- ce que MusicMark? MusicMark est une collaboration entre l ASCAP, BMI et la SOCAN dans le but d améliorer leur efficacité et l expérience générale des membres. 2.

Plus en détail

PLAN DE LEÇON TITRE : Qu est-ce que le crédit? Résultats d apprentissage de la littératie financière. Attentes et contenus d apprentissage

PLAN DE LEÇON TITRE : Qu est-ce que le crédit? Résultats d apprentissage de la littératie financière. Attentes et contenus d apprentissage 70 minutes Résultats d apprentissage de la littératie financière À la fin de la leçon, les élèves pourront : expliquer l objectif du crédit; analyser le rôle et l importance du crédit en ce qui concerne

Plus en détail

envoyez! c est déjà là-bas

envoyez! c est déjà là-bas envoyez! c est déjà là-bas concept n LA SOLIDARITÉ MaîtrisÉe En réunissant dans un même espace «virtuel» et mondialisé les principaux biens de consommation et services, le concept Sowin Express est LA

Plus en détail

Qu est-ce que le crédit?

Qu est-ce que le crédit? Qu est-ce que le crédit? NIVEAU 9 11 Dans cette leçon, les élèves examineront les différents types de cartes de crédit offertes ainsi que les avantages et les inconvénients d acheter à crédit. Cours Initiation

Plus en détail

Un outil de communication et de Formation Agricole au service des jeunes ruraux

Un outil de communication et de Formation Agricole au service des jeunes ruraux Un outil de communication et de Formation Agricole au service des jeunes ruraux Tablette Verte Plan Contexte Présentation de la Tablette Verte Objectifs Consistance Avantages Contexte Une forte affluence

Plus en détail

Le retard en matière de marketing en ligne» dans l industrie hôtelière: une tendance inquiétante

Le retard en matière de marketing en ligne» dans l industrie hôtelière: une tendance inquiétante Septembre 2009 Le retard en matière de marketing en ligne» dans l industrie hôtelière: une tendance inquiétante par Max Starkov Comme spécialistes du marketing hôtelier en ligne depuis bientôt 15 ans,

Plus en détail

Faites parler de votre entreprise

Faites parler de votre entreprise Faites parler de votre entreprise Pourquoi annoncer sur Internet? 70 % des consommateurs font confiance aux commentaires laissés sur Internet. 85 % de la population a accès à Internet. 75 % des gens consultent

Plus en détail

ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION ENQUÊTE 2014 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES ENQUÊTE 2014 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

Plus en détail

Présentation du Réseau de Revendeurs & Intégrateurs Informatiques

Présentation du Réseau de Revendeurs & Intégrateurs Informatiques Présentation du Réseau de Revendeurs & Intégrateurs Informatiques Dossier de présentation Page 1 sur 6 La Franchise INFOLYS Vous souhaitez exploiter un magasin de vente de matériel informatique, nous vous

Plus en détail

Le Cercle Vertueux du Cloud Public

Le Cercle Vertueux du Cloud Public Le Cercle Vertueux du Cloud Public Le Cercle Vertueux du Cloud Public Le Cloud public rencontre un intérêt croissant auprès de tous les directeurs IT voulant planifier les stratégies informatiques de leur

Plus en détail

L ACCOMPAGNEMENT BANCAIRE DES ENTREPRISES CANADIENNES DANS LEUR EXPANSION EN EUROPE

L ACCOMPAGNEMENT BANCAIRE DES ENTREPRISES CANADIENNES DANS LEUR EXPANSION EN EUROPE L ACCOMPAGNEMENT BANCAIRE DES ENTREPRISES CANADIENNES DANS LEUR EXPANSION EN EUROPE CARREFOUR EUROPE 6 NOVEMBRE 2013 Présenté par: Équipe internationale, Banque Nationale du Canada 1 Contexte Situation

Plus en détail

À quoi vous attendre si vous devez présenter une demande de règlement

À quoi vous attendre si vous devez présenter une demande de règlement À quoi vous attendre si vous devez présenter une demande de règlement Votre assurance protection du revenu RBC Assurances reconnaît qu une maladie ou une blessure invalidante peut poser des défis sur les

Plus en détail

SUR LE PLAN COMMUNAUTAIRE

SUR LE PLAN COMMUNAUTAIRE Description de programme PROMOUVOIR L AUTONOMIE ÉCONOMIQUE SUR LE PLAN COMMUNAUTAIRE 1125, promenade Colonel By, Ottawa (Ontario) K1S 5B6 Tél. : (613) 520-2600, poste1588 Téléc. : (613) 529-3561 Courriel

Plus en détail

Ce que tous les Canadiens âgés devraient savoir au sujet de la. planification financière. planification financière ISSD-043(1)-05-10

Ce que tous les Canadiens âgés devraient savoir au sujet de la. planification financière. planification financière ISSD-043(1)-05-10 Ce que tous les Canadiens âgés devraient savoir au sujet de la planification financière 1 planification financière ISSD-043(1)-05-10 Préparer un plan financier est une façon de prendre en main votre avenir

Plus en détail

Proposition d un service de conférence téléphonique

Proposition d un service de conférence téléphonique Proposition d un service de conférence téléphonique Société OSIMATIC Contact : Benoît GUIRAUDOU Tél : 01 30 61 27 28 Email : guiraudou@osimatic.com Web : www.myconf.com I - Présentation de OSIMATIC Créée

Plus en détail

SERVICE PUBLIC & ORGANISMES GOUVERNEMENTAUX

SERVICE PUBLIC & ORGANISMES GOUVERNEMENTAUX LES SECTEURS Leader Européen sur le marché des contrôleurs d accès haute performance, Communications sécurise les réseaux IP à destination des utilisateurs nomades, visiteurs ou employés (BYOD). Les solutions

Plus en détail

Mieux gérer le personnel. 6 manières d optimiser le personnel et la rentabilité grâce aux données de trafic

Mieux gérer le personnel. 6 manières d optimiser le personnel et la rentabilité grâce aux données de trafic Mieux gérer le personnel 6 manières d optimiser le personnel et la rentabilité grâce aux données de trafic Améliorer la gestion du personnel et obtenir des résultats financiers en contrôlant le trafic

Plus en détail

SmartCaisse, depuis 2005. Prise de Commande IPhone, IPad (2, 3 et mini), IPod et tablette Android SmartCaisse

SmartCaisse, depuis 2005. Prise de Commande IPhone, IPad (2, 3 et mini), IPod et tablette Android SmartCaisse SmartCaisse, depuis 2005 Prise de Commande IPhone, IPad (2, 3 et mini), IPod et tablette Android SmartCaisse Présentation : Les logiciels de prise de commande téléchargeables sur Android Market sous le

Plus en détail

Questions & Réponses

Questions & Réponses Questions & Réponses Il y a plusieurs modèles d ipad lequel choisir? Vous pouvez choisir le plus simple : 16 GO WIFI IOS 4.3. L ipad version 2 uniquement. Je n ai pas d ipad est-ce que vous en vendez?

Plus en détail

Méré Aurélien FIIFO1 RAPPORT DE STAGE

Méré Aurélien FIIFO1 RAPPORT DE STAGE Méré Aurélien FIIFO1 RAPPORT DE STAGE Avril 2001 Préambule J ai effectué un stage du 1 er au 23 avril 2001, dans l entreprise E.C.E.L.I. dont le siège se situe à Luisant (Eure-Et-Loir). Ce rapport détaillera

Plus en détail

Un seul compte pour votre retraite. M a n u v i e u n

Un seul compte pour votre retraite. M a n u v i e u n Un seul compte pour votre retraite M a n u v i e u n Avant de prendre leur retraite, la plupart des Canadiens prennent les mesures qui s imposent pour se garantir un revenu mensuel stable. Ils peuvent

Plus en détail

Ateliers du mercredi 9 février 2011

Ateliers du mercredi 9 février 2011 Ateliers du mercredi 9 février 2011 Barcamp Webmaster Webmasters, la technologie progresse de façon exponentielle dans un environnement marketing en perpétuel mutation. Que vous soyez technicien ou rédacteur,

Plus en détail

Les 21 et 22 novembre 2014

Les 21 et 22 novembre 2014 Présentation du 1 er Salon virtuel des mobilités Contexte du projet Le Collectif Ville Campagne et Evid@nce (Marque Innov 3d) ont choisi d unir leurs compétences et ressources pour réaliser et animer le

Plus en détail

Les affaires électroniques au service de votre entreprise

Les affaires électroniques au service de votre entreprise Les affaires électroniques au service de votre entreprise En quoi consistent les affaires électroniques? Lorsqu on évoque la notion d affaires électroniques, on pense souvent aux sites Web, qu ils soient

Plus en détail

DIAGNOSTIC NUMERIQUE 2013 DOUE LA FONTAINE ET SA REGION

DIAGNOSTIC NUMERIQUE 2013 DOUE LA FONTAINE ET SA REGION DIAGNOSTIC NUMERIQUE 2013 DOUE LA FONTAINE ET SA REGION 1 Sommaire Le contexte.. p.3 Pourquoi un diagnostic p.3 Rétroplanning.. p.3 Caractéristiques des répondants p.4 L adresse e-mail. P.5 La Google adresse.

Plus en détail

La Politique Qualité des Agences Selectour

La Politique Qualité des Agences Selectour La Politique Qualité des Agences Selectour Les agences Selectour : Avec près de 550 agences de voyages et 2 000 experts, nous offrons la garantie pour nos clients d être proches d un de nos points de vente

Plus en détail

4e Partie: Le rôle des réseaux de groupes associatifs

4e Partie: Le rôle des réseaux de groupes associatifs 4e Partie: Le rôle des réseaux de groupes associatifs Un réseau de groupes associatifs (RGA) est une fédération informelle réunissant un certain nombre de groupes qui veulent s entraider dans des domaines

Plus en détail

Les approches d enseignement supporté dans l ingénierie

Les approches d enseignement supporté dans l ingénierie Les approches d enseignement supporté dans l ingénierie Jan Bujnak Université de Zilina Slovaquie La parole dite et le texte écrit sur papier étaient la base ainsi que le seul moyen de transférer les informations

Plus en détail

INSCRIPTION EN LIGNE COMMENT ÇA MARCHE?

INSCRIPTION EN LIGNE COMMENT ÇA MARCHE? INSCRIPTION EN LIGNE COMMENT ÇA MARCHE? Une version haute définition de ce document sera prochainement publiée pour une meilleure qualité d affichage. L APSAP-VP modernise son processus d inscription et

Plus en détail

Fonctionnement de Windows XP Mode avec Windows Virtual PC

Fonctionnement de Windows XP Mode avec Windows Virtual PC Fonctionnement de Windows XP Mode avec Windows Virtual PC Guide pratique pour les petites entreprises Table des matières Section 1 : présentation de Windows XP Mode pour Windows 7 2 Section 2 : démarrage

Plus en détail

Déploiement de l iphone et de l ipad Apple Configurator

Déploiement de l iphone et de l ipad Apple Configurator Déploiement de l iphone et de l ipad Apple Configurator Les appareils ios peuvent être configurés pour un déploiement en entreprise à l aide d un large éventail d outils et de méthodes. L utilisateur final

Plus en détail

Vincent Lemaire Président du Directoire Tél : 01 55 80 58 58 Email : vincent.lemaire@empruntis.com

Vincent Lemaire Président du Directoire Tél : 01 55 80 58 58 Email : vincent.lemaire@empruntis.com Vincent Lemaire Président du Directoire Tél : 01 55 80 58 58 Email : vincent.lemaire@empruntis.com Maël Resch Attachée de Presse Tél : 01 55 80 58 66 Email : mael.resch@empruntis.com CRÉDIT OU ASSURANCE

Plus en détail

Lignes Directrices. Date limite de dépôt de candidature: 20 octobre 2012-12:00 (GMT +1)

Lignes Directrices. Date limite de dépôt de candidature: 20 octobre 2012-12:00 (GMT +1) Formation et mise en réseau en marketing, distribution, financement et media numériques pour producteurs méditerranéens de documentaires et de longmétrages Lignes Directrices Date limite de dépôt de candidature:

Plus en détail

PLAN D AFFAIRE PROJET AUTEUR. Date. Modèle de plan d affaire 1 welcome@efcom-conseil.com

PLAN D AFFAIRE PROJET AUTEUR. Date. Modèle de plan d affaire 1 welcome@efcom-conseil.com PLAN D AFFAIRE PROJET AUTEUR Date Modèle de plan d affaire 1 welcome@efcomconseil.com SOMMAIRE SOMMAIRE...2 LE PORTEUR...4 L IDEE DE DEPART...5 L ETUDE DE MARCHE...6 Le marché et son environnement...6

Plus en détail

MO-Call pour les Ordinateurs. Guide de l utilisateur

MO-Call pour les Ordinateurs. Guide de l utilisateur MO-Call pour les Ordinateurs Guide de l utilisateur Sommaire MO-CALL POUR ORDINATEURS...1 GUIDE DE L UTILISATEUR...1 SOMMAIRE...2 BIENVENUE CHEZ MO-CALL...4 MISE EN ROUTE...5 CONNEXION...5 APPELS...7 COMPOSITION

Plus en détail

Solutions SMART pour la formation Optez pour des sessions de formation interactives et collaboratives

Solutions SMART pour la formation Optez pour des sessions de formation interactives et collaboratives Solutions SMART pour la formation Optez pour des sessions de formation interactives et collaboratives Dynamisez vos formations! Boostez votre productivité Fonctionnement de la formation SMART Les solutions

Plus en détail

Présenté par Stephanie Diakité, CATEK

Présenté par Stephanie Diakité, CATEK Présenté par Stephanie Diakité, CATEK FINANCEMENT A COURT TERME Le financement nécessaire pour couvrir le coût d achat ou de production, de conditionnement et d expédition des produits finis pour livraison

Plus en détail

Introduction. pour ANTICIPER > Développement d un logiciel de gestion des actions de prévention pour les professionnels préventionnistes.

Introduction. pour ANTICIPER > Développement d un logiciel de gestion des actions de prévention pour les professionnels préventionnistes. Pour un meilleur accompagnement de votre parcours à domicile Introduction Mutualité Française Puy-de-Dôme a développé un nouveau système d information santé favorisant la coordination des acteurs de santé

Plus en détail

Plateforme AnaXagora. Guide d utilisation

Plateforme AnaXagora. Guide d utilisation Table des matières 1. PRESENTATION DE LA PLATE-FORME D APPRENTISSAGE ANAXAGORA... 3 2. ARCHITECTURE FONCTIONNELLE... 4 3. L APPRENTISSAGE... 5 3.1. L ESPACE DE TRAVAIL... 5 3.1.1. Le calendrier... 5 4.

Plus en détail

La perspective du secteur privé sur l accès au financement des TPE et des PME en croissance

La perspective du secteur privé sur l accès au financement des TPE et des PME en croissance 5 ème RÉUNION DU GROUPE DE TRAVAIL SUR LES POLITIQUES EN FAVEUR DES PME, DE L ENTREPRENARIAT ET DU CAPITAL HUMAIN ACCOMPAGNER LA CROISSANCE DES MICRO ET PETITES ENTREPRISES : RÉSOUDRE LES OBSTACLES FINANCIERS

Plus en détail

PRIMAVERA CONTRACTOR FONCTIONNALITÉS DE GESTION DE PROJET SIMPLES ET ABORDABLES.

PRIMAVERA CONTRACTOR FONCTIONNALITÉS DE GESTION DE PROJET SIMPLES ET ABORDABLES. PRIMAVERA CONTRACTOR FONCTIONNALITÉS DE GESTION DE PROJET SIMPLES ET ABORDABLES. Affichage en surbrillance des tâches et des ressources à venir Gestion des références du projet pour gérer les modifications

Plus en détail

Mini Mobile Story Dossier de presse - Juillet 2013

Mini Mobile Story Dossier de presse - Juillet 2013 Dossier de presse - Juillet 2013 «Racontez de petites histoires sur vos smartphones» Introduction «Avez-vous déjà flashé un Qr Code avec votre smartphone?» «Vous êtes tombés sur un site fait pour un écran

Plus en détail

ASSISTANCE. jdscenter. Centre d Affaires. jdscenter

ASSISTANCE. jdscenter. Centre d Affaires. jdscenter Centre d Affaires ASSISTANCE accueil@.com jdslink Relation client Gestion commerciale Communication visuelle Création Visuelle Site Internet E-mailing Référencement Assistance administrative Vous avez

Plus en détail

Les 9 points-clé pour réussir votre activité de ecommerce

Les 9 points-clé pour réussir votre activité de ecommerce Les 9 points-clé pour réussir votre activité de ecommerce Ce document vous permettra de vous poser les bonnes questions avant de vous lancer dans une démarche de création d un site ou d une boutique de

Plus en détail

TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR A PROPOS DE LA FORMATION DES AGENTS TERRITORIAUX

TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR A PROPOS DE LA FORMATION DES AGENTS TERRITORIAUX TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR A PROPOS DE LA FORMATION DES AGENTS TERRITORIAUX o Les enjeux du système de formation. o Que peut apporter la formation à votre vie professionnelle? o Les formations que vous

Plus en détail

FMB Forum 2012 sur le financement de l agriculture (Du 28 au 30 mars 2012) Kampala - Ouganda

FMB Forum 2012 sur le financement de l agriculture (Du 28 au 30 mars 2012) Kampala - Ouganda FMB Forum 2012 sur le financement de l agriculture (Du 28 au 30 mars 2012) Kampala - Ouganda Plan 1. À propos de la FMB 2. Évolution de la FMB 3. Présentation et caractéristiques des produits 4. Facteurs

Plus en détail

Points saillants du plan libéral pour la première politique alimentaire nationale du Canada

Points saillants du plan libéral pour la première politique alimentaire nationale du Canada 1 Points saillants du plan libéral pour la première politique alimentaire nationale du Canada «Il ne s agit pas seulement d une bonne politique pour le monde rural, il s agit d une bonne politique publique

Plus en détail

FEUILLET D INFORMATION! " Savoir comment protéger les informations personnelles publiées sur votre compte Facebook.

FEUILLET D INFORMATION!  Savoir comment protéger les informations personnelles publiées sur votre compte Facebook. AOÛT 2012 FEUILLET D INFORMATION " Savoir comment protéger les informations personnelles publiées sur votre compte Facebook. À chaque fois que vous utilisez Facebook, votre photo de profil vous suit. CONSEIL

Plus en détail

Renforcez votre entreprise grâce à l expertise d Applied

Renforcez votre entreprise grâce à l expertise d Applied : : A P P L I E D S U P P O R T : : Renforcez votre entreprise grâce à l expertise d Applied Maximisez votre investissement technologique LE SUCCÈS DE VOTRE ENTREPRISE DÉPEND DE LA PERFORMANCE DE VOS CAPACITÉS

Plus en détail

1 P a g e Outil de gestion des connaissances : Visites sur le terrain

1 P a g e Outil de gestion des connaissances : Visites sur le terrain 1 P a g e Outil de gestion des connaissances : Visites sur le terrain DÉFINITION : Une visite sur le terrain survient quand un membre du personnel se rend dans un autre bureau de Plan International pour

Plus en détail

Les médias sociaux. Source : http://www.clickz.com/

Les médias sociaux. Source : http://www.clickz.com/ Offre de service! Les médias sociaux Facebook attire plus de clics que Google. Facebook a attiré plus de 200 millions de nouveaux usagers l an passé. 80% des compagnies utilisent Facebook. Source : http://www.clickz.com/

Plus en détail

Avec l Assistance Intégrale et les forfaits Darty Mobile, DartyBox propose une gamme complète de solutions multimédia.

Avec l Assistance Intégrale et les forfaits Darty Mobile, DartyBox propose une gamme complète de solutions multimédia. Bondy, le 23 août 2011 Communiqué de presse «DartyBox et Darty Mobile» Nouveautés DartyBox : avec l Assistance Intégrale et Darty Mobile, DARTY lance le 4P à Prix DARTY Services compris DARTY annonce le

Plus en détail

90% Le Réseau. des mandataires immobiliers. de commission d agence! Nous recrutons! Rejoignez-nous sur : www.ebusiness-immobilier.

90% Le Réseau. des mandataires immobiliers. de commission d agence! Nous recrutons! Rejoignez-nous sur : www.ebusiness-immobilier. Le Réseau 90% de commission d agence! Indépendance Accompagnement Évolution Diminution des coûts Outils Communication Nous recrutons! 10 ans d expérience dans l immobilier au service du réseau d agents

Plus en détail

Obtenez jusqu à 1 000 visiteurs ciblés par jour, en provenance de Google!

Obtenez jusqu à 1 000 visiteurs ciblés par jour, en provenance de Google! Obtenez jusqu à 1 000 visiteurs ciblés par jour, en provenance de Google! En seulement 2 étapes faciles! Imprimez ce document 1 Mention Légale Tous les efforts ont été déployés afin de représenter avec

Plus en détail

AdunoAccess: gérez facilement votre affaire en ligne.

AdunoAccess: gérez facilement votre affaire en ligne. Clair: un aperçu vous donne toutes les informations. Votre partenaire de confiance pour les solutions de terminaux et bien plus. Vous trouverez le login à votre AdunoAccess sur www.aduno.ch. A propos de

Plus en détail

La Bourse Régionale des produits de base. Document didactique de formation destiné aux vendeurs/dépositaires

La Bourse Régionale des produits de base. Document didactique de formation destiné aux vendeurs/dépositaires La Bourse Régionale des produits de base Document didactique de formation destiné aux vendeurs/dépositaires 11 1 Sommaire Introduction générale...3 1- Choix de l'entrepôt...5 2- Dépôt de la marchandise...5

Plus en détail

ENQUÊTE 2013 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

ENQUÊTE 2013 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES ENQUÊTE 2013 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION Principales constatations de l Enquête 2013 auprès des emprunteurs hypothécaires Lorsqu ils

Plus en détail

Lumesse Avis d expert. Agile Learning Etes-vous prêt au changement?

Lumesse Avis d expert. Agile Learning Etes-vous prêt au changement? Lumesse Avis d expert Agile Learning Etes-vous prêt au changement? Dans l univers sans cesse mouvant de la Gestion des Talents, nous observons un nouveau changement fondamental en matière de développement

Plus en détail

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION Rapport d évaluation final de l Initiative de la nouvelle économie (INÉ) Date : le 17 mars 2010 Programme de l INÉ : contexte Dans le cadre du plan du gouvernement

Plus en détail

Constat Actuel 1. TELECOLLECTES ET DEMANDES D AUTORISATIONS

Constat Actuel 1. TELECOLLECTES ET DEMANDES D AUTORISATIONS Constat Actuel 1. TELECOLLECTES ET DEMANDES D AUTORISATIONS Les transactions bancaires (demande d autorisation et télécollecte) via Internet (connections IP) transitent grâce à un opérateur monétique,

Plus en détail

FORMATION «SE DOTER D UN SITE WEB» FÉVRIER 2016. 565, avenue Buckingham Gatineau (Québec) J8L 2H2 819-986-1747 1-888-986-SADC www.sadcpapineau.

FORMATION «SE DOTER D UN SITE WEB» FÉVRIER 2016. 565, avenue Buckingham Gatineau (Québec) J8L 2H2 819-986-1747 1-888-986-SADC www.sadcpapineau. FORMATION «SE DOTER D UN SITE WEB» FÉVRIER 2016 TABLE DES MATIÈRES Étapes #1 : La théorie 1 Pourquoi avoir un site web 2 Définitions 3 Le commerce électronique 4 Les indispensables Étape #2 : Création

Plus en détail

Le 1 er juin 2010, ouverture d AchatVille Loir-et-Cher

Le 1 er juin 2010, ouverture d AchatVille Loir-et-Cher Le 1 er juin 2010, ouverture d AchatVille Loir-et-Cher le portail internet regroupant les commerçants du Loir-et-Cher Dossier de presse Sommaire : - Communiqué de presse p.2 - AchatVille, côté commerçant

Plus en détail

Consulting Communication des organisations

Consulting Communication des organisations Nicolas Roux Master 2 Ingénierie des Médias Année 2006 / 2007 Consulting Communication des organisations Stage réalisé du 29 janvier au 30 juin 2007 Tuteur de stage : M. Christophe Queval Enseignante tutrice

Plus en détail

VENDRE SUR INTERNET : C EST FACILE!

VENDRE SUR INTERNET : C EST FACILE! VENDRE SUR INTERNET : C EST FACILE! e-commerce : des perspectives prodigieuses de croissance! De plus en plus d internautes achètent sur Internet. C est ainsi que le marché du commerce électronique ne

Plus en détail

LE CRM À L ÈRE DU CLIENT. façons de satisfaire vos clients et de stimuler la croissance de votre entreprise grâce à un CRM moderne.

LE CRM À L ÈRE DU CLIENT. façons de satisfaire vos clients et de stimuler la croissance de votre entreprise grâce à un CRM moderne. LE CRM À L ÈRE DU CLIENT façons de satisfaire vos clients et de stimuler la croissance de votre entreprise grâce à un CRM moderne ebook 1 SOMMAIRE Résumé analytique Mieux aligner les ventes et le marketing

Plus en détail

Exemples d utilisation

Exemples d utilisation Exemples d utilisation Afin de vous donner une indication de la puissance de Librex, voici quelques exemples de la façon dont le logiciel peut être utilisé. Ces exemples sont des cas réels provenant de

Plus en détail

Veuillez trouver ci-dessous les principales étapes à suivre ainsi que quelques conseils pratiques pour vous aider à soumettre la demande en ligne.

Veuillez trouver ci-dessous les principales étapes à suivre ainsi que quelques conseils pratiques pour vous aider à soumettre la demande en ligne. Bienvenus dans le Système de demande de subvention en ligne du Fonds de contributions volontaires des Nations Unies, disponible chaque année entre le 1 er janvier et le 1 er avril pour recevoir les demandes

Plus en détail

Examen des politiques de passation des marchés et des contrats Plan de consultation

Examen des politiques de passation des marchés et des contrats Plan de consultation Examen des politiques de passation des marchés et des contrats Plan de consultation La Banque mondiale a entrepris de revoir ses politiques de passation des marchés et des contrats dans le cadre de ses

Plus en détail

Copyright 2006 Rockwell Automation, Inc. Tous droits réservés. Imprimé aux Etats-Unis.

Copyright 2006 Rockwell Automation, Inc. Tous droits réservés. Imprimé aux Etats-Unis. Publication EMSE00-BR371A-FR-E Avril 2006 Copyright 2006 Rockwell Automation, Inc. Tous droits réservés. Imprimé aux Etats-Unis. EXPERTISE EN GESTION DE PROJET VOUS POUVEZ COMPTER SUR DES SERVICES DE GESTION

Plus en détail

En outre, son architecture logicielle moderne lui confère une stabilité, une rapidité de traitement ainsi qu ergonomie optimale.

En outre, son architecture logicielle moderne lui confère une stabilité, une rapidité de traitement ainsi qu ergonomie optimale. LE PRODUIT Maitrisez la gestion de votre activité Integral deviendra votre partenaire privilégié dans la gestion de votre activité et de votre comptabilité. Sa large couverture fonctionnelle vous permettra

Plus en détail

Vision d Eptica sur la relation client et son évolution

Vision d Eptica sur la relation client et son évolution Vision d Eptica sur la relation client et son évolution Petit-déjeuner Eptica/CNAMTS Pavillon Ledoyen 14 Juin 2011 Sommaire L évolution du service client Les tendances de demain Présentation Eptica L évolution

Plus en détail

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité 1 Le droit à l éducation est un droit fondamental dans notre société. Cette exigence démocratique d une meilleure formation générale et d un haut niveau de qualification pour tous correspond aux besoins

Plus en détail

Le scénario pédagogique des formations AgriTic

Le scénario pédagogique des formations AgriTic Le scénario pédagogique des s AgriTic Guide à l attention des formateurs pour la mise en œuvre locale des s AgriTic. Un projet porté, au sein de Préférence FORMATIONS, par le CFPPA de Melle Niort. I. Le

Plus en détail

DEVREZ VOUS RÉAPPRENDRE À TRAVAILLER AVEC VOTRE SUITE PRIMMO?

DEVREZ VOUS RÉAPPRENDRE À TRAVAILLER AVEC VOTRE SUITE PRIMMO? POURQUOI UNE VERSION SQL? Pour certains d entre vous, cette version est attendue depuis longtemps. Pour d autres, la version actuelle répond très bien à vos besoins. Alors pourquoi une version SQL? La

Plus en détail

PROCEDURE INSTALLATION ET PARAMETRAGE D UN SERVEUR TSE

PROCEDURE INSTALLATION ET PARAMETRAGE D UN SERVEUR TSE PROCEDURE INSTALLATION ET PARAMETRAGE D UN SERVEUR TSE Table des matières 1) Un serveur TSE, c est quoi?... 1 2) Prérequis technique... 1 3) Comment louer un serveur?... 1 4) Ou acheter des licences?...

Plus en détail

Travaux pratiques. avec. WordPress. Karine Warbesson

Travaux pratiques. avec. WordPress. Karine Warbesson Travaux pratiques avec WordPress Karine Warbesson Toutes les marques citées dans cet ouvrage sont des marques déposées par leurs propriétaires respectifs. Mise en pages réalisée par ARCLEMAX Illustration

Plus en détail