Université Libanaise Faculté des Sciences II Département de physique. Mémoire de Maîtrise Option : Physique

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Université Libanaise Faculté des Sciences II Département de physique. Mémoire de Maîtrise Option : Physique"

Transcription

1 Université Libanaise Faculté des Sciences II Département de physique Mémoire de Maîtrise Option : Physique Titre du mémoire : La Dosimétrie Individuelle au Liban Présenté par : HABIB Bouchra & GERYES Tony Soutenu le 06/07/2005 Devant le jury composé de : Dr. ASSAFIRI Youssef Dr. NSOULI Bilal Dr. BECHARA Joseph Dr. MIKIRDITSIAN Mikirdits

2 - 2 - TABLE DES MATIERES Remerciements...5 Résumé...6 Summary 7 Introduction Chapitre I : Interaction Rayonnements Matière...9 I.1- Sources et Expositions I.1.a- Sources naturelles de rayonnements I.1.b- Sources artificielles de rayonnements I.2- Interaction des rayonnements électromagnétiques avec la matière I.2.a- l'effet photoélectrique..12 I.2.b- l'effet Compton.. 13 I.2.c- l'effet de production de paire I.2.d- Importance relative des trois effets Chapitre II : Effets biologiques des rayonnements ionisants sur l être humain...20 II.1- La contamination.. 20 II.2- L irradiation.. 21 II.3 - Effets biologiques des rayonnements ionisants au niveau cellulaire..21 II.4- Effets biologiques des rayonnements ionisants sur les tissus ou organes.. humains II.4.a- Les effets déterministes (précoces ou immédiats) II.4.b- Les effets stochastiques (tardifs ou à long terme) II.5- Dangers particuliers: Exposition durant la grossesse...28 Chapitre III : Dosimétrie individuelle III.1- Types de dosimètres III.1.a- Dosimètre photographique ou film-badge III.1.b- Stylo dosimètre à lecture directe III.1.c- Dosimètre électronique III.1.d- Dosimètre thermoluminescent

3 - 3 - III.2- Unités utilisées en dosimétrie individuelle et radioprotection III.2.a- Dose absorbée..38 III.2.b- Dose équivalente..39 III.2.c- Dose efficace Chapitre IV : Lecteurs et Irradiateur...41 IV.1- Lecteurs des dosimètres thermoluminescents IV.1.a- Lecteur «HARSHAW» IV.1.b- Lecteur «SOLARO» IV.2- Irradiateur à Césium Chapitre V : Etude Expérimentale V.1- Plan du travail V.2- Classification des dosimètres thermoluminescents en sous groupes V.2.a- Calcul de l écart type. 50 V.3- Groupement des cartes dosimétriques V.3.a- Discussion V.4- Facteur de calibration V.4.a- Application V.5- Stabilité du système..55 Chapitre VI : Statistiques et Analyse des données VI.1- Statistiques VI.2- Analyses des résultats VI.2.a- Moyenne nationale, Nombre de surdosage, Moyenne de surdosage...57 VI.2.b- Variation de la dose annuelle moyenne des hôpitaux critiques au Liban...60 VI.2.c- Comparaison entre un hôpital systématique et un hôpital non systématique du point de vue durée de surveillance...63 VI.2.d- Cas particuliers évaluant le développement de la surveillance Chapitre VII : Système réglementaire de radioprotection...67 VII.1- Experts en radioprotection. 67 VII.2- Classification des zones de travail et des travailleurs VII.3- Principes de la Radioprotection VII.3.a- Justification des pratiques

4 - 4 - VII.3.b- Optimisation VII.3.c- Limitation VII.4- Protection contre l'irradiation externe dans le milieu hospitalier..69 VII.5- Protection contre la contamination interne dans le milieu hospitalier..70 VII.6- Consignes de sécurité VII.7- Normes internationales de radioprotection VII.7.a- Limites de dose pour les personnes professionnellement exposées VII.7.b- Limites de dose pour les apprenti(e)s et les étudiant(e)s Conclusions Annexe Références...79

5 - 5 - REMERCIEMENTS Nous tenons à remercier ici tous ceux qui, directement ou indirectement, nous ont permis de mener à son terme ce projet. Plus particulièrement : M. Bilal Nsouli, directeur de la Commission Libanaise de l'energie Atomique qui nous a offert la possibilité d'y travailler et pour ses encouragements et l'intérêt qu'il a marqué dès l'origine. Notre directeur M. Youssef Assafiri, Chef du département de radioprotection, pour l aide précieuse qu il nous a apportée, et pour le climat de sympathie et de bonne humeur qu il a instauré lors de nos diverses rencontres. Melle Roula Bou-Khozam dont les critiques amicales et les conseils judicieux nous ont permis d'améliorer notre travail. Melle Samia Zein-Eddeine qui a supporté les perturbations et le travail supplémentaire occasionné. l'effort. Ainsi que les membres du centre LAEC qui nous ont encouragés et soutenus dans

6 - 6 - RESUME Dans ce mémoire, nous traitons la radioprotection au Liban où la dosimétrie individuelle est une partie principale. La radioprotection est l ensemble des mesures prises pour protéger les employés, des dangers des rayonnements ionisants tout en permettant leur utilisation. Et la dosimétrie individuelle est la mesure de l'exposition professionnelle du corps humain aux radiations ionisantes. Après l étude expérimentale faite sur les dosimètres thermoluminescents utilisés pour la surveillance des employés dans les hôpitaux libanais, nous avons classé ces dosimètres en neuf groupes compte tenu de leur précision sur la dose mesurée, cette classification sert à diminuer l'incertitude sur la dose mesurée. Après l analyse des données, nous avons déduit que la surveillance faite par la Commission Libanaise de l Energie Atomique devient de plus en plus utile, compte tenu de la stabilité de la dose moyenne nationale et de la diminution du survenu de surdosage depuis l année 1997 jusqu à l année MOTS CLES Interaction rayonnements matière, dosimétrie individuelle, radioprotection, thermoluminescence, source de rayonnements, normes de base de radioprotection

7 - 7 - SUMMARY In this report, we study the individual radiation monitoring system in Lebanon. The radiation protection system in the LAEC is a range of measures taken for the protection and safety of radiation workers from ionizing radiation. Individual monitoring system (IMS) is one of these measures taken to monitor occupational radiation exposure of individuals, especially in medical sectors. Following the experimental studies on the thermoluminescent dosimetry system, used to monitor the occupational exposure of radiation workers in Lebanon, a classification of the thermoluminescent dosimeters into nine groups according to the value of the measured predetermined dose is achieved. This classification helps the LAEC to improve the precision of the measured dose received by radiation workers while exposed to ionizing radiation. In conclusion, as a result of the IMS and the proper supervisory program, an improvement in the national average dose and a reduction of the frequency of overdose since the year 1997 until the year 2004, is observed. KEYWORDS Interaction of radiation with matters, individual radiation monitoring, radioprotection, thermo luminescence, radiation source, radioprotection norms

8 - 8 - INTRODUCTION Les sources de rayonnements ionisants sont répandues dans la nature, dans les industries et dans les hôpitaux. Les rayonnements ionisants produisent l ionisation des atomes ou molécules constituant le corps humain. Après une cascade d évènements dans les cellules, l individu exposé présentera les différents types d effets (déterministes ou stochastiques) comme conséquence à cette exposition. Compte tenu des dangers des rayonnements ionisants sur la santé, la Commission Libanaise de l Energie Atomique a pris en charge la surveillance des employés exposés professionnellement aux radiations ionisantes en milieu hospitalier au Liban par le programme IMS (Individual Monitoring Service) qui nécessite à échanger des dosimètres thermoluminescents (TLD) continuellement chaque deux mois pour mesurer la dose efficace reçue par chaque employé durant cette période. D où la nécessité de calibrer ces dosimètres thermoluminescents destinés à cette surveillance avant de les utiliser pour diminuer l erreur sur la dose efficace mesurée. Les données indiquant les doses efficaces reçues par les employés suite à leur exposition professionnelle depuis l année 1997 jusqu à l année 2004, nous aident à étudier la variation de la moyenne nationale de dose, du nombre de surdosage et de la moyenne de surdosage. Et par suite l évaluation du développement du programme.

9 - 9 - Chapitre I INTERACTION RAYONNEMENTS MATIERE I.1- SOURCES ET EXPOSITIONS Les rayonnements ionisants proviennent de deux sortes de sources: les sources naturelles et les sources artificielles. (Figure I.1) Figure I.1: Sources de rayonnements ionisants [31] I.1.a- Sources naturelles de rayonnements L'Homme vit en permanence dans l'ambiance de la radioactivité naturelle. Celleci est due à trois principaux facteurs :

10 Les rayonnements cosmiques constitués par des photons et diverses particules d'une très grande énergie (noyaux d'hydrogène (proton) pour 90%, noyaux d'hélium pour 9% et le reste comprend des noyaux de divers éléments plus lourds); - les rayonnements telluriques dus aux substances radioactives contenues dans la terre (lithosphère), l'eau (hydrosphère) et dans l'air (atmosphère). Lors de la formation de la terre, il y a 4.5 milliards d'années, les trois familles naturelles radioactives qui s'y trouvent sont celles de : l'uranium 235, l'uranium 238 et le thorium Les substances radioactives contenues dans le corps humain (potassium 40, et d'autres) qui proviennent de la nutrition agro-alimentaire. L'humanité subit donc depuis toujours une exposition naturelle aux rayonnements dont le niveau, bien que variable d'un lieu à l'autre de notre planète, est resté approximativement constant. Cette exposition se fait selon deux voies: exposition externe et exposition interne. [11], [18], [21] I.1.b- Sources artificielles de rayonnements L'utilisation des rayonnements en médecine représente la première source artificielle d'exposition de la population. Cette utilisation médicale est présentée par les procédures diagnostiques et thérapeutiques, en médecine nucléaire, en radiodiagnostic et en radiothérapie. Les rayonnements utilisés en médecine dans un but diagnostique et/ou thérapeutique sont: - les rayons X en radiologie et en radiothérapie; - les faisceaux d'électrons produits par les accélérateurs linéaires de particules en radiothérapie; - les rayonnements particulaires α, β en radiothérapie interne, neutrons, protons, particules lourdes en radiothérapie externe;

11 les rayonnements γ émis par certains radionucléides en radiothérapie externe ( 60 Co) et interne ( 131 I, 32 P, 153m Sm, 89 Sr) et en médecine nucléaire ( 131 I, 99m Tc). Les usages industriels des rayonnements et des radionucléides constituent la deuxième source artificielle d'exposition de la population. Cette utilisation industrielle est présentée par la production d'énergie nucléaire (électricité nucléaire), la production des radio-isotopes (par réacteur nucléaire ou par cyclotron) et la radiographie industrielle (utilisant des sources d'iridium 192 ou de cobalt 60). [11], [18], [21] Les accidents au niveau des centrales nucléaires constituent une autre source artificielle d'exposition de la population : Le plus célèbre est l'accident de Tchernobyl: le 26 avril 1986, deux explosions survienne au niveau de l'unité 4 de la centrale nucléaire de Tchernobyl, au nord de l'ukraine, ces deux explosions mettent le réacteur directement dans l'air libre. Bien que les opérations d'extinction du réacteur aient rapidement été entreprises, l'extension à longue distance s'est produite vers la Suède, la Finlande, la Pologne, l'europe, les Pays-Bas, la Grande Bretagne, la Grèce, l'israël, la Turquie et beaucoup d'autres régions de la terre. Il existe également des accidents radiologiques, des accidents dus au transport aérien d'armes nucléaires ainsi que les retombées des tirs atmosphériques (essais nucléaires atmosphériques). [11], [18] I.2- INTERACTION DES RAYONNEMENTS ELECTROMAGNETIQUES AVEC LA MATIERE L'interaction des rayonnements ionisants (en particulier: rayonnements électromagnétiques) avec la matière va produire une ionisation des atomes du milieu et leur transférer de l'énergie.

12 Les trois processus d'interaction des rayonnements électromagnétiques (photons) avec la matière sont l effet photoélectrique, l effet Compton et l effet de production de paire. I.2.a- Effet photoélectrique Figure I.2 : Effet photoélectrique [11] C'est l'interaction du photon avec un électron fortement lié de l'atome constituant la matière, cet électron appelé photoélectron est éjecté avec une énergie cinétique: Ec = Eγ E L (I.1) Où Eγ = hυ est l'énergie du photon et E L est l'énergie de liaison de l'électron. En toute rigueur, l'énergie hυ se partage entre l'électron et l'atome ionisé suivant le rapport inverse des masses. Cependant, l'atome étant plus lourd que l'électron, son énergie peut être négligée (Figure I.2).

13 Pour qu'il se produise un effet photoélectrique entre un photon incident d'énergie hυ et un électron se trouvant sur la couche i de l'atome d'énergie de liaison E L,i, il faut que : hυ E L,i La probabilité d'avoir un effet photoélectrique entre le rayonnement électromagnétique et la matière est équivalente à la section efficace de l'effet photoélectrique qui dépend fortement de l'énergie du photon incident et du numéro atomique Z du milieu absorbeur. La dépendance est approximativement en E -3.5 Z 4.5. L'effet photoélectrique est très favorisé dans les milieux de numéro atomique élevé, en effet quand Z augmente, la probabilité de présence de l'électron dans les couches proches du noyau (c'est-à-dire fortement lié) augmente. L'effet photoélectrique est le mode d'interaction prédominant des rayonnements γ ou X de faible énergie ( 100 KeV). [1], [2], [3], [8], [15] En bref: Si hυ < E L,i, pas d'effet photoélectrique quelque soit l'intensité du rayonnement incident. Si hυ = E L,i, le photoélectron est émis par effet photoélectrique sans énergie cinétique. Quand hυ augmente à partir de cette valeur, le nombre d'électrons susceptibles de participer à l'effet photoélectrique augmente. I.2.b- Effet Compton Figure I.3 : Effet Compton [11]

14 C'est l'interaction d'un photon avec un électron peu lié du milieu absorbeur (presque libre). Le photon de fréquence υ est diffusé sous un angle θ par rapport à la direction incidente, avec une fréquence υ' inférieure à υ, cette fraction d'énergie perdue est cédée à l'électron, appelé électron Compton, qui recule dans une direction Ф par rapport à la direction incidente (Figure I.3). I.2.b.i- Etude théorique de l'effet Compton Ce phénomène, appelé diffusion Compton, fut observé la première fois, par les deux physiciens Compton et Debye, s'interprète en supposant que les photons sont des particules qui font des chocs élastiques et relativistes sur les électrons des couches externes peu liés au noyaux. Ces électrons assimilés à des électrons libres sont supposés initialement au repos puisque l'énergie du photon est généralement très grande par rapport à l'énergie de liaison des électrons considérés. La loi de conservation de l'énergie s'écrit: E + m o c 2 = E' + E e Avec E e 2 = (m o c 2 ) 2 + (P e c) 2 (I.2) (I.3) Où E = hυ est l'énergie du photon incident, E' = hυ' est l'énergie du photon diffusé, E e est l'énergie totale de l'électron Compton et m o c 2 est l'énergie au repos de l'électron. La loi de conservation de l'impulsion s'écrit: p ρ ρ ρ = p + p e (I.4)

15 Où p ρ ρ ρ, p et p e sont les vecteurs impulsions du photon incident, du photon diffusé et de l'électron respectivement. Ce qui implique que: ( p ρ ρ p ) 2 = p ρ e 2 Donc (Pc) 2 + (P'c) 2 2 (Pc)(P'c)cosθ = (P e c) 2 Avec E = Pc et E' = P'c pour les photons. (I.6) (I.5) D'après (I.3), (P e c) 2 = E 2 + E' 2 2 EE' + 2 m o c 2 (E E') Donc (I.6) donne: EE' (1 cosθ) = m o c 2 (E E') (I.7) (I.8) Ce qui permet d'écrire: υ υ' = hνν ' (1 cosθ) m0 c 2 (I.9) L'énergie du photon diffusé est donnée par: hυ' = hν 1+ α(1 cosθ) hυ α = hν m0 c 2 (I.10) - Pour θ 0, l'énergie du photon diffusé est maximale, hυ'(max) = hυ. hν - Pour θ = 90, l'énergie du photon diffusé est minimale, hυ'(min) =, c'est le 1+ 2α phénomène de retrodiffusion. - Lorsque l'énergie du photon incident est très grande (α >> 1), l'énergie du photon retrodiffusé tend vers hυ' = m 0c 2 2 = MeV. La différence des longueurs d'onde est donnée par: Δλ = λ' λ = λ c (1 cosθ) (I.11)

16 Où λ c = h m0 c = A, appelée la longueur d'onde Compton. Pour une diffusion θ donné, la différence des longueurs d'onde est indépendante de l'énergie du photon incident. (I.10) par: L'énergie cinétique de l'électron après la diffusion Compton est donnée d'après E c = h (υ υ') = hυ α(1 cosθ ) 1+ α(1 cosθ) (I.12) - L'énergie de l'électron Compton est maximale pour θ = 180, c'est-à-dire lorsque le photon subira la retrodiffusion, E c (max) = hυ 2α 1+ 2α. - L'énergie de l'électron Compton est minimale pour θ 0, résultat prévisible compte tenu de la loi de conservation de l'énergie, E c (min) 0. Les projections de l'équation de conservation de l'impulsion, sur la direction initiale et la direction perpendiculaire, donnent : hν h ν ' = cosθ + p'2 cosф c c 0 = h ν ' sinθ + p'2 sinф c (I.13) (I.14) Ce qui entraîne que tanф = sin θ cosθ ν / ν ' gdgdfgdfgdgdgdddgddgdgdddf (I.15) Quand θ augmente de zéro à 180, Ф diminue de 90 à zéro: l'électron est toujours projeté vers l'avant tandis que le photon est diffusé dans toutes les directions de l'espace, mais avec une direction préférentielle qui dépend de la section efficace de l'effet

17 Compton qui à son tour dépend de l'énergie hυ du photon incident. [1], [2], [3], [7], [8], [15] En bref: L'énergie du photon diffusé par effet Compton est toujours inférieures à celle du photon incident, hυ' hυ. Si θ tend vers zéro, υ' tend vers υ'(max) = υ, Ф tend vers (-Π/2), E c tend vers E c (min) 0. Si θ tend vers 180, υ' tend vers υ'(min) = υ/(1 + 2α), Ф tend vers zéro, E c tend vers 2α E c (max) = hυ. 1+ 2α I.2.c- Effet de production de paire Figure I.4 : Effet de création de paire [11] L'effet de production de paire ou matérialisation consiste en la création d'une paire électron- positon lorsqu'un photon pénètre dans le champ coulombien d'un noyau. Le photon disparaît et son énergie est utilisée pour créer la paire et communiquer de l'énergie cinétique à l'électron et au positon.

18 L'effet de production de paire donne lieu à l'émission de rayonnements secondaires. En effet, en fin de ralentissement, le positon s'annihile avec un électron au repos du milieu, avec émission de deux photons d'annihilation d'énergie 511 KeV chacun. (Figure I.4). La création de paire ne se fait qu'en présence d'une cible "lourde", pour la raison de la conservation de l'impulsion. De plus si hυ est l'énergie du photon, la conservation de l'énergie s'écrira: hυ = 2m o c 2 + E e- + E e+ (I.16) Où m o c 2 = 511 KeV, est l'équivalent énergétique de la masse au repos de l'électron et du positon, E e- est l'énergie cinétique de l'électron et E e+ est l'énergie cinétique du positon. (I.16) implique que hυ 2m o c 2, donc la création de paire n'est possible que si l'énergie du photon est au moins égale à une énergie seuil, qui est l'énergie nécessaire pour créer la paire, soit: hυ = 2m o c 2 = = 1022 KeV. [1], [2], [3], [8], [15] En bref: Si hυ < 2m o c 2, la section efficace pour la création de paire est nulle. Au delà de cette énergie seuil, si hυ 2m o c 2, il y a création de paire. La section efficace de création de paire dépend de l'énergie du photon et du numéro atomique Z des noyaux constituants le milieu absorbeur. La dépendance est en Z 2.Log hυ, donc: Quand hυ augmente la section efficace de production de paire augmente, de même quand Z augmente, cette section augmente.

19 I.2.d- Importance relative des trois effets Figure I.5: Importance relative des trois effets en fonction de l'énergie du photon incident hυ et du numéro atomique du milieu Z La figure I.5 montre l'importance relative des trois effets en fonction de l'énergie hυ du photon et du numéro atomique Z du milieu. L'effet photoélectrique est dominant à basse énergie. Dans les matériaux lourds, il cesse de l'être à partir de 500 KeV. A haute énergie, c'est l'effet de production de paire qui est prédominant, il commence à le devenir à partir de 5 MeV dans les matériaux de Z élevé. Entre les deux, se situe un domaine où c'est l'effet Compton qui domine. Pour les milieux de faible Z (carbone, air, eau, tissus humains), ce domaine est extrêmement large (de 20 KeV à 3 MeV). [8], [15]

20 Chapitre II EFFETS BIOLOGIQUES DES RAYONNEMENTS IONISANTS SUR L'ETRE HUMAIN Lorsqu on s intéresse aux rayonnements ionisants et à leurs effets sur la santé, il y a deux phénomènes que l on doit distinguer, ce sont la contamination et l irradiation. II.1- LA CONTAMINATION La contamination consiste à entrer en contact avec des sources radioactives et ce, de deux manières différentes, mais parfois simultanées : - par dépôt de substances radioactives (poussières) au niveau de l épiderme ou des cheveux : c est la contamination externe. - par incorporation d éléments radioactifs à l intérieur de l organisme : c est la contamination interne. Les principales voies de pénétration sont : o la voie respiratoire o la voie directe par blessure o la voie digestive Elles peuvent ensuite être transportées par le sang jusqu'à tous les organes. On devient alors porteur de la source qui émet ses rayonnements à partir de l'endroit du corps où elle se trouve. Ces sources sont à l'origine de plusieurs types de radiations parmi lesquelles les rayonnements α qui provoquent de nombreuses ionisations dans les tissus voisins et sont alors les plus dangereux puisqu'ils délivrent de façon certaine toute leur énergie dans la matière qu ils rencontrent et qui les arrête, les rayonnements β qui ont un parcours un peu plus long mais ils transmettent également leur énergie sous forme d'ionisations dans les tissus du corps et les rayonnements γ qui produisent aussi des ionisations, mais ils ne sont

21 pas totalement arrêtés et sont transmis à l'extérieur du corps. La personne fortement contaminée devient une source d'irradiation pour les autres. Ce phénomène reste actif dans le temps. La source continue d'émettre et de provoquer des ionisations autour d'elle. Une source très faible peut ainsi provoquer des effets importants au bout d'un certain temps jusqu'à son évacuation totale du corps humain. [18], [19], [22] II.2- L'IRRADIATION L irradiation se présente sous deux formes externe et interne. L irradiation externe : lorsque l'irradiation de l'organisme est due à une source située à l'extérieur du corps. Ce risque existe lors de travaux avec des sources de radiations ionisantes relativement pénétrantes: β, X, γ, neutrons. L'irradiation externe peut être partielle (au niveau d'un seul organe) ou totale (irradiation du corps entier). Les risques encourus sont liés à la partie du corps exposée à la radiation. L irradiation interne accompagne souvent la contamination et ce, à cause des corps radioactifs ingérés ou inhalés qui irradient de l intérieur les organes sur lesquels ils se sont temporairement fixés. d effets. L irradiation des tissus, qu elle soit interne ou externe, produit le même type II.3- EFFETS BIOLOGIQUES DES RAYONNEMENTS IONISANTS AU NIVEAU CELLULAIRE Les rayonnements ionisants contribuent à une ionisation des molécules présentes dans les organismes vivants. Selon la dose reçue et le type de rayonnements, ces effets peuvent être plus ou moins néfastes pour la santé. Deux approches sont utilisées pour

22 étudier leurs différents effets biologiques : l épidémiologie et l expérimentation sur des molécules ou cellules d organismes vivants. L épidémiologie consiste à observer les effets sur des populations qui ont subi des irradiations d origine naturelle ou artificielle (population d Hiroshima et Nagasaki, premiers radiologues et travailleurs dans les mines d uranium ). Grâce à l expérimentation, les chercheurs observent, en particulier, les dégâts et perturbations engendrés par les rayonnements ionisants sur l ADN. Les chercheurs analysent aussi les mécanismes de réparation qu une cellule est capable de mettre en jeu lorsque sa molécule d ADN a été détériorée. L épidémiologie et l expérimentation permettent de mieux connaître les effets des rayonnements ionisants afin de définir des règles et des normes de radioprotection et de soigner les personnes ayant subi des irradiations accidentelles. [6] Que se passe t'il dans les cellules humaines lors d'une irradiation? Certaines cellules de l'organisme sont particulièrement sensibles à l'irradiation, ce sont ceux qui se renouvellent le plus vite, donc, où les divisions cellulaires sont les plus nombreuses. Il s'agit des cellules souches hématopoïétiques de la moelle osseuse, des cellules de la muqueuse de l'intestin, ou des cellules de la peau, par exemple. Il s'agit aussi des cellules sexuelles. [18], [22]

23 Figure II.1: Altérations possibles de l ADN consécutives à une exposition à des rayonnements ionisants [20] Dans la cellule vivante, les facteurs héréditaires sont portés par les chromosomes, constitués d'une double hélice d'adn (acide désoxyribonucléique), qui se trouvent au niveau du noyau. Ces chromosomes portent le code génétique définissant l'ensemble des caractéristiques innées de l'individu: c'est le centre de commande de la vie biologique. Les molécules les plus grosses seront logiquement des cibles privilégiées pour le rayonnement, puisqu'elles occupent davantage d'espace, parmi elles, l'adn. Une petite erreur de code produite par l'ionisation d'un atome se traduira par une modification de la réaction déterminée par ce code, pouvant alors modifier des caractéristiques importantes de la cellule. L'effet des rayonnements ionisants au niveau des chromosomes se définit sous forme de lésions simple brin ou double brin de la chaîne d ADN dépendant de la qualité du rayonnement, et en particulier de son énergie (figure II.1). Les zones lésées vont être la plupart du temps réparées, redonnant un chromosome apparemment normal. Un échec de réparation peut cependant apparaître sous forme d effets déterministes ou stochastiques dépendant du nombre de lésions en cause, de leur situation et de la cinétique de réparation. [8], [21], [22] Nous allons discuter dans le présent paragraphe l'impact de ces effets sur les cellules vivantes au niveau des assemblages complexes de cellules qui constituent les tissus ou les organes humains. [8], [21], [22]

24 II.4- EFFETS BIOLOGIQUES DES RAYONNEMENTS IONISANTS SUR LES TISSUS OU ORGANES HUMAINS Figure II.2 : Courbe dose-effet Il est connu depuis le début de l'utilisation des rayons X, dans les premières années du siècle, que lorsqu'un individu est irradié, l'ionisation des atomes peut provoquer l'altération ou la mort des cellules touchées. Selon la gravité de l'irradiation, l'action sur l'organisme est très différente, on distingue deux effets : Les effets déterministes et les effets stochastiques. II.4.a- Effets déterministes (précoces ou immédiats) Une forte irradiation par des rayonnements ionisants provoque des effets immédiats sur les organismes vivants comme des brûlures plus ou moins importantes, dans les semaines ou dans les six mois suivant l'irradiation. Pour ces effets, les relations de causalité étaient déterminées, on savait qu'une irradiation donnée entraînait un certain dommage pour une certaine dose. Ces effets apparaissent toujours (effets obligatoires) à partir d une dose seuil (0.1 sievert délivrés en une seule fois) au-delà de laquelle, la gravité de l effet est proportionnelle à la dose. Parfois, une réversibilité est possible si les lésions ne sont pas trop importantes. (Figure II.2)

25 Les rayonnements électromagnétiques (X et γ) peuvent néanmoins être à l origine de lésions relativement importantes. Les effets résultants de ces lésions dépendent de la dose reçue, de l étendue de l irradiation et de la nature de l organe ou du tissu irradié. [17], [18], [21] Ceci nous amène donc à classer certains tissus en fonction de leur sensibilité visà-vis des rayonnements ionisants. D une manière générale, les tissus à renouvellement rapide sont les plus sensibles aux radiations et les effets produits sont alors précoces. Les tissus suivants sont classés selon leur radiosensibilité décroissante: [19] -les tissus embryonnaires - les organes hématopoïétiques (à l origine des cellules sanguines) - les gonades - l épiderme - la muqueuse intestinale - le tissu conjonctif - le tissu musculaire - le tissu nerveux + radiosensibles - radiosensibles Le tableau II.1 présente les effets déterministes décrits pour des expositions à des rayonnements γ ou X en fonction de la dose d'irradiation.

26 Tableau II.1 : les effets déterministes décrits pour des expositions à des rayonnements γ ou X en fonction de la dose d'irradiation. [20] Effets déterministes recensés pour des expositions à des rayonnements γ ou X Stérilité masculine temporaire Diminution temporaire des leucocytes (famille de globules blancs) Nausée, asthénie Modification de la formule sanguine Effet immunodépresseur (risques d infections) Sous surveillance médicale, le retour à la normale se produit rapidement. Risque de stérilité féminine Stérilité masculine définitive Aplasie (arrêt ou insuffisance du développement d un tissu ou d un organe). En l absence de traitement, au moins la moitié des personnes irradiées meurent et il existe des risques de séquelles Atteinte oculaire (survenue possible de cataracte de 1 à 10 ans après l irradiation) Atteinte gastro-intestinale Atteinte pulmonaire Coma, mort cérébrale Mort inévitable Dose d irradiation à partir de 0,15 Gy de 0,2 à 1 Gy de 1 à 2 Gy à partir de 2,5 Gy de 3,5 à 6 Gy à partir de 4,5 Gy à partir de 5 Gy 6 Gy 8 Gy au delà de 10 Gy L'irradiation aiguë de la peau produit dès 3 Gy une rougeur que l'on appelle érythème. A des doses plus élevées l'irradiation produit successivement, en fonction des doses reçues: la pigmentation, l'épilation, l'ulcération et la nécrose (à partir de 50 Gy). II.4.b- Effets stochastiques (tardifs ou à long terme) Après avoir vu les effets précoces d une irradiation sur l organisme, il convient de s arrêter sur un deuxième type d effets qui sont appelés stochastiques ou aléatoires. Ces effets, pour lesquels il n'existe pas de seuil d'apparition, se manifestent longtemps après l'irradiation (plusieurs années) et peuvent être causés par une exposition chronique à de faibles doses d'irradiation. Leur apparition chez un individu est d'autant moins probable

Interactions des rayonnements avec la matière

Interactions des rayonnements avec la matière UE3-1 : Biophysique Chapitre 2 : Interactions des rayonnements avec la matière Professeur Jean-Philippe VUILLEZ Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés.

Plus en détail

- I - Fonctionnement d'un détecteur γ de scintillation

- I - Fonctionnement d'un détecteur γ de scintillation U t i l i s a t i o n d u n s c i n t i l l a t e u r N a I M e s u r e d e c o e ffi c i e n t s d a t t é n u a t i o n Objectifs : Le but de ce TP est d étudier les performances d un scintillateur pour

Plus en détail

DIFFRACTion des ondes

DIFFRACTion des ondes DIFFRACTion des ondes I DIFFRACTION DES ONDES PAR LA CUVE À ONDES Lorsqu'une onde plane traverse un trou, elle se transforme en onde circulaire. On dit que l'onde plane est diffractée par le trou. Ce phénomène

Plus en détail

Le but de la radioprotection est d empêcher ou de réduire les LES PRINCIPES DE LA RADIOPROTECTION

Le but de la radioprotection est d empêcher ou de réduire les LES PRINCIPES DE LA RADIOPROTECTION LES PRINCIPES DE LA RADIOPROTECTION TOUT PUBLIC 1. Source de rayonnements ionisants 2. Les différents rayonnements ionisants et leur capacité à traverser le corps humain 3. Ecran de protection absorbant

Plus en détail

La physique nucléaire et ses applications

La physique nucléaire et ses applications La physique nucléaire et ses applications I. Rappels et compléments sur les noyaux. Sa constitution La représentation symbolique d'un noyau est, dans laquelle : o X est le symbole du noyau et par extension

Plus en détail

Complément: Sources naturelles de rayonnement

Complément: Sources naturelles de rayonnement Complément: Sources naturelles de rayonnement 1 Notions de dose Dose absorbée en 1 point (D) unité: Jkg -1 ou gray (Gy) valeur moyenne de l énergie impartie (déposée) à la matière par unité de masse à

Plus en détail

Chapitre n 6 MASSE ET ÉNERGIE DES NOYAUX

Chapitre n 6 MASSE ET ÉNERGIE DES NOYAUX Chapitre n 6 MASSE ET ÉNERGIE DES NOYAUX T ale S Introduction : Une réaction nucléaire est Une réaction nucléaire provoquée est L'unité de masse atomique est une unité permettant de manipuler aisément

Plus en détail

8/10/10. Les réactions nucléaires

8/10/10. Les réactions nucléaires Les réactions nucléaires En 1900, à Montréal, Rutherford observa un effet curieux, lors de mesures de l'intensité du rayonnement d'une source de thorium [...]. L'intensité n'était pas la même selon que

Plus en détail

Chapitre 10 : Radioactivité et réactions nucléaires (chapitre 11 du livre)

Chapitre 10 : Radioactivité et réactions nucléaires (chapitre 11 du livre) Chapitre 10 : Radioactivité et réactions nucléaires (chapitre 11 du livre) 1. A la découverte de la radioactivité. Un noyau père radioactif est un noyau INSTABLE. Il se transforme en un noyau fils STABLE

Plus en détail

La dosimétrie physique, mesurer pour optimiser

La dosimétrie physique, mesurer pour optimiser Evaluer et prévenir le risque radiologique professionnel dans les opérations de radiographie industrielle La dosimétrie physique, mesurer pour optimiser Pr Didier PAUL Faculté de Médecine, Service de Médecine

Plus en détail

Chapitre 11: Réactions nucléaires, radioactivité et fission

Chapitre 11: Réactions nucléaires, radioactivité et fission 1re B et C 11 Réactions nucléaires, radioactivité et fission 129 Chapitre 11: Réactions nucléaires, radioactivité et fission 1. Définitions a) Nucléides (= noyaux atomiques) Les nucléides renferment les

Plus en détail

Parcours de visite, lycée Exposition: LA RADIOACTIVITÉ De Homer à oppenheimer

Parcours de visite, lycée Exposition: LA RADIOACTIVITÉ De Homer à oppenheimer Complétez le schéma de gestion des déchets nucléaires en vous aidant du panneau, les surfaces des cercles sont proportionnelles à leur importance Parcours de visite, lycée Exposition: LA RADIOACTIVITÉ

Plus en détail

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices :

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices : Chapitre 02 La lumière des étoiles. I- Lumière monochromatique et lumière polychromatique. )- Expérience de Newton (642 727). 2)- Expérience avec la lumière émise par un Laser. 3)- Radiation et longueur

Plus en détail

Les rayons X. Olivier Ernst

Les rayons X. Olivier Ernst Les rayons X Olivier Ernst Lille La physique pour les nuls 1 Une onde est caractérisée par : Sa fréquence F en Hertz (Hz) : nombre de cycle par seconde Sa longueur λ : distance entre 2 maximum Sa vitesse

Plus en détail

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section Orthoptiste / stage i-prépa intensif -

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section Orthoptiste / stage i-prépa intensif - POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux - Section Orthoptiste / stage i-prépa intensif - 1 Suite énoncé des exos du Chapitre 14 : Noyaux-masse-énergie I. Fission nucléaire induite (provoquée)

Plus en détail

première S 1S7 Géothermie

première S 1S7 Géothermie FICHE 1 Fiche à destination des enseignants Type d'activité Activité documentaire Notions et contenus du programme de première S Radioactivité naturelle et artificielle. Activité. Lois de conservation

Plus en détail

AMAMI Anaïs 3 C LORDEL Maryne. Les dons de cellules & de tissus.

AMAMI Anaïs 3 C LORDEL Maryne. Les dons de cellules & de tissus. AMAMI Anaïs 3 C LORDEL Maryne Les dons de cellules & de tissus. Introduction : Une greffe (don) de cellules consiste à administrer à un patient dont un organe vital ne fonctionne plus correctement, une

Plus en détail

A retenir : A Z m n. m noyau MASSE ET ÉNERGIE RÉACTIONS NUCLÉAIRES I) EQUIVALENCE MASSE-ÉNERGIE

A retenir : A Z m n. m noyau MASSE ET ÉNERGIE RÉACTIONS NUCLÉAIRES I) EQUIVALENCE MASSE-ÉNERGIE CP7 MASSE ET ÉNERGIE RÉACTIONS NUCLÉAIRES I) EQUIVALENCE MASSE-ÉNERGIE 1 ) Relation d'équivalence entre la masse et l'énergie -énergie de liaison 2 ) Une unité d énergie mieux adaptée 3 ) application 4

Plus en détail

EXERCICES SUPPLÉMENTAIRES

EXERCICES SUPPLÉMENTAIRES Questionnaire EXERCICES SUPPLÉMENTAIRES SCP 4010-2 LE NUCLÉAIRE, DE L'ÉNERGIE DANS LA MATIÈRE /263 FORME C Version corrigée: Équipe sciences LeMoyne d'iberville, septembre 2006. QUESTION 1 (5 pts) 1. La

Plus en détail

LE COSMODETECTEUR : UN EXEMPLE DE CHAÎNE DE MESURE

LE COSMODETECTEUR : UN EXEMPLE DE CHAÎNE DE MESURE LE COSMODETECTEUR : UN EXEMPLE DE CHAÎNE DE MESURE Enseignement : 1 ère STL Mesures et instrumentation Thème : Instrumentation : Instruments de mesure, chaîne de mesure numérique Notions et contenus :

Plus en détail

Chap 2 : Noyaux, masse, énergie.

Chap 2 : Noyaux, masse, énergie. Physique. Partie 2 : Transformations nucléaires. Dans le chapitre précédent, nous avons étudié les réactions nucléaires spontanées (radioactivité). Dans ce nouveau chapitre, après avoir abordé le problème

Plus en détail

Origine du courant électrique Constitution d un atome

Origine du courant électrique Constitution d un atome Origine du courant électrique Constitution d un atome Electron - Neutron ORIGINE DU COURANT Proton + ELECTRIQUE MATERIAUX CONDUCTEURS Électrons libres CORPS ISOLANTS ET CORPS CONDUCTEURS L électricité

Plus en détail

PHY113 : Cours de Radioactivité 2009-2010

PHY113 : Cours de Radioactivité 2009-2010 Cours de Radioactivité Le but de ce cours est de permettre aux étudiants qui seront amenés à utiliser des sources radioactives d acquérir les bases de la radioactivité. Aussi bien au niveau du vocabulaire

Plus en détail

FUSION PAR CONFINEMENT MAGNÉTIQUE

FUSION PAR CONFINEMENT MAGNÉTIQUE FUSION PAR CONFINEMENT MAGNÉTIQUE Séminaire de Xavier GARBET pour le FIP 06/01/2009 Anthony Perret Michel Woné «La production d'énergie par fusion thermonucléaire contrôlée est un des grands défis scientifiques

Plus en détail

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière Seconde / P4 Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière 1/ EXPLORATION DE L UNIVERS Dans notre environnement quotidien, les dimensions, les distances sont à l échelle humaine : quelques mètres,

Plus en détail

L énergie solaire DOSSIER RESSOURCE

L énergie solaire DOSSIER RESSOURCE DOSSIER RESSOURCE SOMMAIRE 1. Pourquoi les énergies renouvelables?... 3 2. L'énergie solaire... 4 3. Principe de fonctionnement du panneau solaire... 5 4. Pourquoi orienter les panneaux solaires?... 6-2

Plus en détail

LAMPES FLUORESCENTES BASSE CONSOMMATION A CATHODE FROIDE CCFL

LAMPES FLUORESCENTES BASSE CONSOMMATION A CATHODE FROIDE CCFL LAMPES FLUORESCENTES BASSE CONSOMMATION A CATHODE FROIDE CCFL Economisons notre énergie et sauvons la planète Présentation générale 2013 PRESENTATION I. Principes de fonctionnement d une ampoule basse

Plus en détail

Olympiades de physique 2014-2015 22ème édition. Peut-on recharger un téléphone portable avec une flamme?

Olympiades de physique 2014-2015 22ème édition. Peut-on recharger un téléphone portable avec une flamme? Olympiades de physique 2014-2015 22ème édition Peut-on recharger un téléphone portable avec une flamme? Elèves participants: FLOUQUET Hugo DECAUCHY Antoine DESREUMAUX Maxime Jacques Lycée Saint- Sommaire

Plus en détail

La vie des étoiles. La vie des étoiles. Mardi 7 août

La vie des étoiles. La vie des étoiles. Mardi 7 août La vie des étoiles La vie des étoiles Mardi 7 août A l échelle d une ou plusieurs vies humaines, les étoiles, que l on retrouve toujours à la même place dans le ciel, au fil des saisons ; nous paraissent

Plus en détail

Dr E. CHEVRET UE2.1 2013-2014. Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires

Dr E. CHEVRET UE2.1 2013-2014. Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires I. Introduction II. Les microscopes 1. Le microscope optique 2. Le microscope à fluorescence 3. Le microscope confocal 4. Le microscope électronique

Plus en détail

SOLUTIONS TECHNOLOGIQUES D AVENIR

SOLUTIONS TECHNOLOGIQUES D AVENIR CPTF et CSC CYCLES COMBINES A GAZ (CCG) COGÉNÉRATION DÉVELOPPEMENT DES RENOUVELABLES SOLUTIONS DE STOCKAGE CPTF ET CSC Le parc thermique est un outil essentiel pour ajuster l offre et la demande, indispensable

Plus en détail

Résonance Magnétique Nucléaire : RMN

Résonance Magnétique Nucléaire : RMN 21 Résonance Magnétique Nucléaire : RMN Salle de TP de Génie Analytique Ce document résume les principaux aspects de la RMN nécessaires à la réalisation des TP de Génie Analytique de 2ème année d IUT de

Plus en détail

Transformations nucléaires

Transformations nucléaires I Introduction Activité p286 du livre Transformations nucléaires II Les transformations nucléaires II.a Définition La désintégration radioactive d un noyau est une transformation nucléaire particulière

Plus en détail

Les ondes au service du diagnostic médical

Les ondes au service du diagnostic médical Chapitre 12 Les ondes au service du diagnostic médical A la fin de ce chapitre Notions et contenus SAV APP ANA VAL REA Je maitrise Je ne maitrise pas Signaux périodiques : période, fréquence, tension maximale,

Plus en détail

Acquisition et conditionnement de l information Les capteurs

Acquisition et conditionnement de l information Les capteurs Acquisition et conditionnement de l information Les capteurs COURS 1. Exemple d une chaîne d acquisition d une information L'acquisition de la grandeur physique est réalisée par un capteur qui traduit

Plus en détail

P17- REACTIONS NUCLEAIRES

P17- REACTIONS NUCLEAIRES PC A DOMICILE - 779165576 P17- REACTIONS NUCLEAIRES TRAVAUX DIRIGES TERMINALE S 1 Questions de cours 1) Définir le phénomène de la radioactivité. 2) Quelles sont les différentes catégories de particules

Plus en détail

Lycée Galilée Gennevilliers. chap. 6. JALLU Laurent. I. Introduction... 2 La source d énergie nucléaire... 2

Lycée Galilée Gennevilliers. chap. 6. JALLU Laurent. I. Introduction... 2 La source d énergie nucléaire... 2 Lycée Galilée Gennevilliers L'énergie nucléaire : fusion et fission chap. 6 JALLU Laurent I. Introduction... 2 La source d énergie nucléaire... 2 II. Équivalence masse-énergie... 3 Bilan de masse de la

Plus en détail

Utilisation des symboles de dangers sur les fiches des portes

Utilisation des symboles de dangers sur les fiches des portes FACULTE DES SCIENCES DE BASE SERVICE SECURITE ET SANTE AU TRAVAIL EPFL SB-SST Bât CH Station nº 6 CH-1015 Lausanne Site web : http://sb-sst.epfl.ch/ Utilisation des symboles de dangers sur les fiches des

Plus en détail

Activité 1 : Rayonnements et absorption par l'atmosphère - Correction

Activité 1 : Rayonnements et absorption par l'atmosphère - Correction Activité 1 : Rayonnements et absorption par l'atmosphère - Correction Objectifs : Extraire et exploiter des informations sur l'absorption des rayonnements par l'atmosphère terrestre. Connaitre des sources

Plus en détail

L ÉNERGIE C EST QUOI?

L ÉNERGIE C EST QUOI? L ÉNERGIE C EST QUOI? L énergie c est la vie! Pourquoi à chaque fois qu on fait quelque chose on dit qu on a besoin d énergie? Parce que l énergie est à l origine de tout! Rien ne peut se faire sans elle.

Plus en détail

DYNAMIQUE DE FORMATION DES ÉTOILES

DYNAMIQUE DE FORMATION DES ÉTOILES A 99 PHYS. II ÉCOLE NATIONALE DES PONTS ET CHAUSSÉES, ÉCOLES NATIONALES SUPÉRIEURES DE L'AÉRONAUTIQUE ET DE L'ESPACE, DE TECHNIQUES AVANCÉES, DES TÉLÉCOMMUNICATIONS, DES MINES DE PARIS, DES MINES DE SAINT-ÉTIENNE,

Plus en détail

Champ électromagnétique?

Champ électromagnétique? Qu est-ce qu un Champ électromagnétique? Alain Azoulay Consultant, www.radiocem.com 3 décembre 2013. 1 Définition trouvée à l article 2 de la Directive «champs électromagnétiques» : des champs électriques

Plus en détail

La cytométrie de flux

La cytométrie de flux TD5 La cytométrie de flux Air sous-pression Signal de formation des gouttes Signal de charge des gouttes Cellules en suspension Liquide de Gaine Vibrateur Ultrason Dˇtecteur de Lumi re Arrt du Faisceau

Plus en détail

Chapitre 5 : Noyaux, masse et énergie

Chapitre 5 : Noyaux, masse et énergie Chapitre 5 : Noyaux, masse et énergie Connaissances et savoir-faire exigibles : () () (3) () (5) (6) (7) (8) Définir et calculer un défaut de masse et une énergie de liaison. Définir et calculer l énergie

Plus en détail

Chauffage par inertie Caladia

Chauffage par inertie Caladia www.caladia.at Chauffage par inertie Caladia Plus qu'un chauffage. Innovateur Ecologique Economique Plus qu'un chauffage. Le nouveau chauffage par inertie Caladia H12 (1500x500x80 mm, 1500 W) Detail H12

Plus en détail

I/ L information génétique se trouve dans les chromosomes du noyau.

I/ L information génétique se trouve dans les chromosomes du noyau. Chapitre 2 : localisation et organisation de l information génétique Mais, que dois-je savoir? Pour rattraper un cours manquant, retrouve-le sur le site du collège dans la rubrique «enseignements» : http://colleges.acrouen.fr/courbet/spipuser/

Plus en détail

Chapitre 6. Réactions nucléaires. 6.1 Généralités. 6.1.1 Définitions. 6.1.2 Lois de conservation

Chapitre 6. Réactions nucléaires. 6.1 Généralités. 6.1.1 Définitions. 6.1.2 Lois de conservation Chapitre 6 Réactions nucléaires 6.1 Généralités 6.1.1 Définitions Un atome est constitué d électrons et d un noyau, lui-même constitué de nucléons (protons et neutrons). Le nombre de masse, noté, est le

Plus en détail

Application à l astrophysique ACTIVITE

Application à l astrophysique ACTIVITE Application à l astrophysique Seconde ACTIVITE I ) But : Le but de l activité est de donner quelques exemples d'utilisations pratiques de l analyse spectrale permettant de connaître un peu mieux les étoiles.

Plus en détail

- MANIP 2 - APPLICATION À LA MESURE DE LA VITESSE DE LA LUMIÈRE

- MANIP 2 - APPLICATION À LA MESURE DE LA VITESSE DE LA LUMIÈRE - MANIP 2 - - COÏNCIDENCES ET MESURES DE TEMPS - APPLICATION À LA MESURE DE LA VITESSE DE LA LUMIÈRE L objectif de cette manipulation est d effectuer une mesure de la vitesse de la lumière sur une «base

Plus en détail

Sensibilisation à la protection contre les rayonnements ionisants

Sensibilisation à la protection contre les rayonnements ionisants Sensibilisation à la protection contre les rayonnements ionisants version 2010 Formateur: Patrice Charbonneau Pourquoi une sensibilisation Code du travail 2008 (ex 2003-296) relatif à la protection des

Plus en détail

Jauges nucléaires et sécurité au travail

Jauges nucléaires et sécurité au travail Jauges nucléaires et sécurité au travail Jauges nucléaires et sécurité au travail Jauges nucléaires et sécurité au travail INFO-9999-4 (F) Révision 2 Publié par la Commission canadienne de sûreté nucléaire

Plus en détail

',5(&7,9((85$720'8&216(,/ GXPDL

',5(&7,9((85$720'8&216(,/ GXPDL ',5(&7,9((85$720'8&216(,/ GXPDL IL[DQWOHVQRUPHVGHEDVHUHODWLYHVjODSURWHFWLRQVDQLWDLUHGHODSRSXODWLRQHWGHVWUDYDLOOHXUVFRQWUHOHV GDQJHUVUpVXOWDQWGHVUD\RQQHPHQWVLRQLVDQWV LE CONSEIL DE L'UNION EUROPÉENNE, vu

Plus en détail

Capacité Métal-Isolant-Semiconducteur (MIS)

Capacité Métal-Isolant-Semiconducteur (MIS) apacité Métal-solant-Semiconducteur (MS) 1-onstitution Une structure Métal-solant-Semiconducteur (MS) est constituée d'un empilement de trois couches : un substrat semiconducteur sur lequel on a déposé

Plus en détail

Leucémie. Causes, Facteurs de risques

Leucémie. Causes, Facteurs de risques Leucémie La leucémie ou cancer du sang ou leucose aiguë des organes hématopoïétiques(sang, rate, ganglions, moelle osseuse) est un type de cancer qui entraîne la fabrication par l organisme d un trop grand

Plus en détail

Chapitre 1: Facteurs d'échelle

Chapitre 1: Facteurs d'échelle Chapitre 1: Facteurs d'échelle Des considérations générales sur la taille des objets ou des êtres vivants et leur influence sur différents paramètres, permettent d'établir simplement quelques lois ou tendances,

Plus en détail

Historique. Les radiations nucléaires 1

Historique. Les radiations nucléaires 1 Les radiations nucléaires Dans notre vie de tous les jours, nous sommes continuellement bombardés de radiations de toutes sortes. Certaines sont naturelles et d autres, artificielles. Les premières proviennent

Plus en détail

Équivalence masse-énergie

Équivalence masse-énergie CHPITRE 5 NOYUX, MSSE ET ÉNERGIE Équivalence masse-énergie. Équivalence masse-énergie Einstein a montré que la masse constitue une forme d énergie appelée énergie de masse. La relation entre la masse (en

Plus en détail

PRINCIPE MICROSCOPIE CONFOCALE

PRINCIPE MICROSCOPIE CONFOCALE PRINCIPE MICROSCOPIE CONFOCALE Un microscope confocal est un système pour lequel l'illumination et la détection sont limités à un même volume de taille réduite (1). L'image confocale (ou coupe optique)

Plus en détail

CHAPITRE I Modélisation d un panneau solaire 2012

CHAPITRE I Modélisation d un panneau solaire 2012 1 I.Généralités sur les cellules photovoltaïques I.1.Introduction : Les énergies renouvelables sont des énergies à ressource illimitée. Les énergies renouvelables regroupent un certain nombre de filières

Plus en détail

Recuit sous hydrogène des couches du silicium poreux

Recuit sous hydrogène des couches du silicium poreux Revue des Energies Renouvelables ICRESD-07 Tlemcen (2007) 47 52 Recuit sous hydrogène des couches du silicium poreux F. Otmani *, Z. Fekih, N. Ghellai, K. Rahmoun et N.E. Chabane-Sari Unité de Recherche

Plus en détail

LA RADIOACTIVITE NATURELLE RENFORCEE CAS DE LA MESURE DU RADON - A L G A D E

LA RADIOACTIVITE NATURELLE RENFORCEE CAS DE LA MESURE DU RADON - A L G A D E LA RADIOACTIVITE NATURELLE RENFORCEE CAS DE LA MESURE DU RADON Sylvain BERNHARD - Marion DESRAY - A L G A D E Membre de l UPRAD, Union Nationale des Professionnels du Radon LES EXPOSITIONS PROFESSIONNELLES

Plus en détail

Diplôme de Qualification en Physique Radiologique et Médicale

Diplôme de Qualification en Physique Radiologique et Médicale Diplôme de Qualification en Physique Radiologique et Médicale Règlement du concours de janvier 2010 pour le recrutement de septembre 2010 Sommaire Conditions d inscription au concours... page 1 Date du

Plus en détail

MESURE DE LA TEMPERATURE

MESURE DE LA TEMPERATURE 145 T2 MESURE DE LA TEMPERATURE I. INTRODUCTION Dans la majorité des phénomènes physiques, la température joue un rôle prépondérant. Pour la mesurer, les moyens les plus couramment utilisés sont : les

Plus en détail

Compétence 3-1 S EXPRIMER A L ECRIT Fiche professeur

Compétence 3-1 S EXPRIMER A L ECRIT Fiche professeur Compétence 3-1 S EXPRIMER A L ECRIT Fiche professeur Nature de l activité : Réaliser 3 types de productions écrites (réécriture de notes, production d une synthèse de documents, production d une argumentation)

Plus en détail

L énergie sous toutes ses formes : définitions

L énergie sous toutes ses formes : définitions L énergie sous toutes ses formes : définitions primaire, énergie secondaire, utile ou finale. Quelles sont les formes et les déclinaisons de l énergie? D après le dictionnaire de l Académie française,

Plus en détail

ÉNERGIE : DÉFINITIONS ET PRINCIPES

ÉNERGIE : DÉFINITIONS ET PRINCIPES DÉFINITION DE L ÉNERGIE FORMES D ÉNERGIE LES GRANDS PRINCIPES DE L ÉNERGIE DÉCLINAISONS DE L ÉNERGIE RENDEMENT ET EFFICACITÉ DÉFINITION DE L ÉNERGIE L énergie (du grec : force en action) est ce qui permet

Plus en détail

L'apport de la physique au diagnostic médical

L'apport de la physique au diagnostic médical L'apport de la physique au diagnostic médical L'application des découvertes de la physique à l'exploration du corps humain fournit aux médecins des informations essentielles pour leurs diagnostics. Ils

Plus en détail

3 > L homme et les rayonnements

3 > L homme et les rayonnements DE LA RECHERCHE À L INDUSTRIE > 3 > L homme et les rayonnements La diversité des rayonnements Les effets biologiques des rayonnements La radioprotection Exemples d applications des rayonnements 2 > SOMMAIRE

Plus en détail

ALARME DOMESTIQUE FILAIRE

ALARME DOMESTIQUE FILAIRE ALARME DOMESTIQUE FILAIRE DOSSIER RESSOURCES Académie de LYON BAC Pro Électrotechnique, Énergie, Équipements Communicants Page 1 sur 15 SOMMAIRE Introduction... page 3/15 Le sous-système : maquette alarme

Plus en détail

Thermodynamique (Échange thermique)

Thermodynamique (Échange thermique) Thermodynamique (Échange thermique) Introduction : Cette activité est mise en ligne sur le site du CNRMAO avec l autorisation de la société ERM Automatismes Industriels, détentrice des droits de publication

Plus en détail

Energie nucléaire. Quelques éléments de physique

Energie nucléaire. Quelques éléments de physique Energie nucléaire Quelques éléments de physique Comment produire 1 GW électrique Nucléaire (rendement 33%) Thermique (38%) Hydraulique (85%) Solaire (10%) Vent : 27t d uranium par an : 170 t de fuel par

Plus en détail

Le Laser et ses applications dans la médecine. Réalisé par : Ouerghi khalil & Benyahia Adil

Le Laser et ses applications dans la médecine. Réalisé par : Ouerghi khalil & Benyahia Adil Le Laser et ses applications dans la médecine Réalisé par : Ouerghi khalil & Benyahia Adil Année Universitaire : 2011/2012 Plan de l exposé Principe du fonctionnement du laser Différents types de laser.

Plus en détail

SOMMAIRE Thématique : Prévention des risques professionnels - Environnement

SOMMAIRE Thématique : Prévention des risques professionnels - Environnement SOMMAIRE Thématique : Prévention des risques professionnels - Environnement Rubrique : Fonctionnels de la prévention du ministère... 2... 4 Rubrique : Risques psychosociaux...12 1 SOMMAIRE Rubrique : Fonctionnels

Plus en détail

LE CHAUFFAGE. Peu d entretien. Entretien. fréquent. Peu d entretien. Pas d entretien. Pas d entretien. Entretien. fréquent. Peu d entretien.

LE CHAUFFAGE. Peu d entretien. Entretien. fréquent. Peu d entretien. Pas d entretien. Pas d entretien. Entretien. fréquent. Peu d entretien. LE CHAUFFAGE 1. LE CHAUFFAGE ELECTRIQUE Le chauffage électrique direct ne devrait être utilisé que dans les locaux dont l isolation thermique est particulièrement efficace. En effet il faut savoir que

Plus en détail

SOMMAIRE : Sommaire page 1. Introduction page 2. L'énergie solaire page 2. Le panneaux solaires thermiques page 3

SOMMAIRE : Sommaire page 1. Introduction page 2. L'énergie solaire page 2. Le panneaux solaires thermiques page 3 SOMMAIRE : Sommaire page 1 Introduction page 2 L'énergie solaire page 2 Le panneaux solaires thermiques page 3 Les panneaux solaires photovoltaïques page 4 Glossaire page 5 Conclusion page 7 Bibliographie

Plus en détail

TP 2: LES SPECTRES, MESSAGES DE LA LUMIERE

TP 2: LES SPECTRES, MESSAGES DE LA LUMIERE TP 2: LES SPECTRES, MESSAGES DE LA LUMIERE OBJECTIFS : - Distinguer un spectre d émission d un spectre d absorption. - Reconnaître et interpréter un spectre d émission d origine thermique - Savoir qu un

Plus en détail

1) Explications (Expert) :

1) Explications (Expert) : 1) Explications (Expert) : Mesures expérimentales : Dans nos conditions d expérience, nous avons obtenu les résultats suivants : Les dimensions des récipients sont : 1) bocal vide : épaisseur de verre

Plus en détail

Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique

Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique Elisabeth Vangioni Institut d Astrophysique de Paris Fleurance, 8 Août 2005 Une calculatrice, une règle et du papier quadrillé sont nécessaires au bon fonctionnement

Plus en détail

Fluorescent ou phosphorescent?

Fluorescent ou phosphorescent? Fluorescent ou phosphorescent? On entend régulièrement ces deux termes, et on ne se préoccupe pas souvent de la différence entre les deux. Cela nous semble tellement complexe que nous préférons rester

Plus en détail

TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR. confort = équilibre entre l'homme et l'ambiance

TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR. confort = équilibre entre l'homme et l'ambiance TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR Tâche T4.2 : Mise en service des installations Compétence C1.2 : Classer, interpréter, analyser Thème : S5 : Technologie des installations frigorifiques

Plus en détail

La surveillance biologique des salariés Surveiller pour prévenir

La surveillance biologique des salariés Surveiller pour prévenir Evaluer et prévenir le risque radiologique professionnel dans les opérations de radiographie industrielle La surveillance biologique des salariés Surveiller pour prévenir Dr Irène Sari-Minodier Service

Plus en détail

Sensibilisation à la Sécurité LASER. Aspet, le 26/06/2013

Sensibilisation à la Sécurité LASER. Aspet, le 26/06/2013 Sensibilisation à la Sécurité LASER Aspet, le 26/06/2013 Modes d émission LASER P c P 0 P moy 0 Emission pulsée Salve ou train de N impulsions Emission continue Q i t i t Longueur d onde λ Emission continue

Plus en détail

MODULE NATIONAL D ENSEIGNEMENT DE RADIOPROTECTION DU DES DE RADIOLOGIE

MODULE NATIONAL D ENSEIGNEMENT DE RADIOPROTECTION DU DES DE RADIOLOGIE Collège des Enseignants en Radiologie de France MODULE NATIONAL D ENSEIGNEMENT DE RADIOPROTECTION DU DES DE RADIOLOGIE Paris, 3 et 4 Février 2015 PROTECTION DES OPERATEURS EN RADIOLOGIE INTERVENTIONNELLE

Plus en détail

1S9 Balances des blancs

1S9 Balances des blancs FICHE 1 Fiche à destination des enseignants 1S9 Balances des blancs Type d'activité Étude documentaire Notions et contenus Compétences attendues Couleurs des corps chauffés. Loi de Wien. Synthèse additive.

Plus en détail

Analyse des erreurs de mesure lors d une opération de soudage ; Définition d une instrumentation optimale.

Analyse des erreurs de mesure lors d une opération de soudage ; Définition d une instrumentation optimale. Analyse des erreurs de mesure lors d une opération de soudage ; Définition d une instrumentation optimale. Morgan DAL 1, Philippe LE MASSON 1, Michel DUMONS 1, Didier LAWRJANIEC 2 1 LIMATB, Université

Plus en détail

20 ans après l accident nucléaire de Tchernobyl: Les conséquences en Suisse

20 ans après l accident nucléaire de Tchernobyl: Les conséquences en Suisse 20 ans après l accident nucléaire de Tchernobyl: Les conséquences en 1. L accident Il y a 20 ans, le 26 avril 1986 à 01h24 heure locale, se produisait l accident le plus grave jamais survenu dans une installation

Plus en détail

De la physico-chimie à la radiobiologie: nouveaux acquis (I)

De la physico-chimie à la radiobiologie: nouveaux acquis (I) De la physico-chimie à la radiobiologie: nouveaux acquis (I) Collaboration: - Laboratoire de Radiotoxicologie et Oncologie (L. Sabatier) CEA, DSV - Laboratoire de Génotoxicité et Modulation de l Expression

Plus en détail

C3. Produire de l électricité

C3. Produire de l électricité C3. Produire de l électricité a. Electricité : définition et génération i. Définition La matière est constituée d. Au centre de l atome, se trouve un noyau constitué de charges positives (.) et neutres

Plus en détail

Au programme. Vision par ordinateur: Formation d image et Photographie. Formation de l image. Introduction

Au programme. Vision par ordinateur: Formation d image et Photographie. Formation de l image. Introduction Au programme Vision par ordinateur: Formation d image et Photographie Sébastien Roy Jean-Philippe Tardif Marc-Antoine Drouin Département d Informatique et de recherche opérationnelle Université de Montréal

Plus en détail

L'UTILISATION DU MICRO-ORDINATEUR EN TP

L'UTILISATION DU MICRO-ORDINATEUR EN TP 63 L'UTILISATION DU MICRO-ORDINATEUR EN TRAVAUX PRATIQUES DE SCIENCES NATURELLES Perspectives pour une Expérimentation Assistée par Ordinateur (EX.A.O.) Serge CESARANO, André VIDEAUD I- OBJECTIFS DE L'EXPÉRIMENTATION

Plus en détail

Figure 1 : Diagramme énergétique de la photo émission. E B = hν - E C

Figure 1 : Diagramme énergétique de la photo émission. E B = hν - E C ANALYSE XPS (ESCA) I - Principe La spectroscopie XPS (X-Ray Photoelectron Spectroscopy) ou ESCA (Electron Spectroscopy for Chemical Analysis) est basée sur la photo émission. Lors de l'irradiation par

Plus en détail

Les tests génétiques à des fins médicales

Les tests génétiques à des fins médicales Les tests génétiques à des fins médicales Les tests génétiques à des fins médicales Nous avons tous hérité d une combinaison unique de gènes de la part de nos parents. Cette constitution originale et l

Plus en détail

PROTECTION EN CAS D URGENCE DANS L ENVIRONNEMENT DE LA CENTRALE NUCLEAIRE DE CATTENOM

PROTECTION EN CAS D URGENCE DANS L ENVIRONNEMENT DE LA CENTRALE NUCLEAIRE DE CATTENOM PROTECTION EN CAS D URGENCE DANS L ENVIRONNEMENT DE LA CENTRALE NUCLEAIRE DE CATTENOM Informations pour la population de Rhénanie-Palatinat Editeur: Aufsichts- und Dienstleistungsdirektion Willy- Brandt-

Plus en détail

Principe et fonctionnement des bombes atomiques

Principe et fonctionnement des bombes atomiques Principe et fonctionnement des bombes atomiques Ouvrage collectif Aurélien Croc Fabien Salicis Loïc Bleibel http ://www.groupe-apc.fr.fm/sciences/bombe_atomique/ Avril 2001 Table des matières Introduction

Plus en détail

ELECTRICITE. Introduction

ELECTRICITE. Introduction Direction des études Mission Santé-sécurité au travail dans les fonctions publiques (MSSTFP) Introduction ELECTRICITE L'utilisation de l'énergie électrique est devenue tellement courante que nul ne saurait

Plus en détail

Utilisation des médicaments au niveau des soins primaires dans les pays en développement et en transition

Utilisation des médicaments au niveau des soins primaires dans les pays en développement et en transition 09-0749 1 WHO/EMP/MAR/2009.3 Utilisation des médicaments au niveau des soins primaires dans les pays en développement et en transition Synthèse des résultats des études publiées entre 1990 et 2006 Organisation

Plus en détail

Chapitre 7: Dynamique des fluides

Chapitre 7: Dynamique des fluides Chapitre 7: Dynamique des fluides But du chapitre: comprendre les principes qui permettent de décrire la circulation sanguine. Ceci revient à étudier la manière dont les fluides circulent dans les tuyaux.

Plus en détail

Professeur Eva PEBAY-PEYROULA

Professeur Eva PEBAY-PEYROULA 3-1 : Physique Chapitre 8 : Le noyau et les réactions nucléaires Professeur Eva PEBAY-PEYROULA Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés. Finalité du chapitre

Plus en détail

GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG

GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG Version 1.0 1 Avant-propos Ce guide de bonnes pratiques a été préparé pour fournir des informations concernant la collecte

Plus en détail