Université Libanaise Faculté des Sciences II Département de physique. Mémoire de Maîtrise Option : Physique

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Université Libanaise Faculté des Sciences II Département de physique. Mémoire de Maîtrise Option : Physique"

Transcription

1 Université Libanaise Faculté des Sciences II Département de physique Mémoire de Maîtrise Option : Physique Titre du mémoire : La Dosimétrie Individuelle au Liban Présenté par : HABIB Bouchra & GERYES Tony Soutenu le 06/07/2005 Devant le jury composé de : Dr. ASSAFIRI Youssef Dr. NSOULI Bilal Dr. BECHARA Joseph Dr. MIKIRDITSIAN Mikirdits

2 - 2 - TABLE DES MATIERES Remerciements...5 Résumé...6 Summary 7 Introduction Chapitre I : Interaction Rayonnements Matière...9 I.1- Sources et Expositions I.1.a- Sources naturelles de rayonnements I.1.b- Sources artificielles de rayonnements I.2- Interaction des rayonnements électromagnétiques avec la matière I.2.a- l'effet photoélectrique..12 I.2.b- l'effet Compton.. 13 I.2.c- l'effet de production de paire I.2.d- Importance relative des trois effets Chapitre II : Effets biologiques des rayonnements ionisants sur l être humain...20 II.1- La contamination.. 20 II.2- L irradiation.. 21 II.3 - Effets biologiques des rayonnements ionisants au niveau cellulaire..21 II.4- Effets biologiques des rayonnements ionisants sur les tissus ou organes.. humains II.4.a- Les effets déterministes (précoces ou immédiats) II.4.b- Les effets stochastiques (tardifs ou à long terme) II.5- Dangers particuliers: Exposition durant la grossesse...28 Chapitre III : Dosimétrie individuelle III.1- Types de dosimètres III.1.a- Dosimètre photographique ou film-badge III.1.b- Stylo dosimètre à lecture directe III.1.c- Dosimètre électronique III.1.d- Dosimètre thermoluminescent

3 - 3 - III.2- Unités utilisées en dosimétrie individuelle et radioprotection III.2.a- Dose absorbée..38 III.2.b- Dose équivalente..39 III.2.c- Dose efficace Chapitre IV : Lecteurs et Irradiateur...41 IV.1- Lecteurs des dosimètres thermoluminescents IV.1.a- Lecteur «HARSHAW» IV.1.b- Lecteur «SOLARO» IV.2- Irradiateur à Césium Chapitre V : Etude Expérimentale V.1- Plan du travail V.2- Classification des dosimètres thermoluminescents en sous groupes V.2.a- Calcul de l écart type. 50 V.3- Groupement des cartes dosimétriques V.3.a- Discussion V.4- Facteur de calibration V.4.a- Application V.5- Stabilité du système..55 Chapitre VI : Statistiques et Analyse des données VI.1- Statistiques VI.2- Analyses des résultats VI.2.a- Moyenne nationale, Nombre de surdosage, Moyenne de surdosage...57 VI.2.b- Variation de la dose annuelle moyenne des hôpitaux critiques au Liban...60 VI.2.c- Comparaison entre un hôpital systématique et un hôpital non systématique du point de vue durée de surveillance...63 VI.2.d- Cas particuliers évaluant le développement de la surveillance Chapitre VII : Système réglementaire de radioprotection...67 VII.1- Experts en radioprotection. 67 VII.2- Classification des zones de travail et des travailleurs VII.3- Principes de la Radioprotection VII.3.a- Justification des pratiques

4 - 4 - VII.3.b- Optimisation VII.3.c- Limitation VII.4- Protection contre l'irradiation externe dans le milieu hospitalier..69 VII.5- Protection contre la contamination interne dans le milieu hospitalier..70 VII.6- Consignes de sécurité VII.7- Normes internationales de radioprotection VII.7.a- Limites de dose pour les personnes professionnellement exposées VII.7.b- Limites de dose pour les apprenti(e)s et les étudiant(e)s Conclusions Annexe Références...79

5 - 5 - REMERCIEMENTS Nous tenons à remercier ici tous ceux qui, directement ou indirectement, nous ont permis de mener à son terme ce projet. Plus particulièrement : M. Bilal Nsouli, directeur de la Commission Libanaise de l'energie Atomique qui nous a offert la possibilité d'y travailler et pour ses encouragements et l'intérêt qu'il a marqué dès l'origine. Notre directeur M. Youssef Assafiri, Chef du département de radioprotection, pour l aide précieuse qu il nous a apportée, et pour le climat de sympathie et de bonne humeur qu il a instauré lors de nos diverses rencontres. Melle Roula Bou-Khozam dont les critiques amicales et les conseils judicieux nous ont permis d'améliorer notre travail. Melle Samia Zein-Eddeine qui a supporté les perturbations et le travail supplémentaire occasionné. l'effort. Ainsi que les membres du centre LAEC qui nous ont encouragés et soutenus dans

6 - 6 - RESUME Dans ce mémoire, nous traitons la radioprotection au Liban où la dosimétrie individuelle est une partie principale. La radioprotection est l ensemble des mesures prises pour protéger les employés, des dangers des rayonnements ionisants tout en permettant leur utilisation. Et la dosimétrie individuelle est la mesure de l'exposition professionnelle du corps humain aux radiations ionisantes. Après l étude expérimentale faite sur les dosimètres thermoluminescents utilisés pour la surveillance des employés dans les hôpitaux libanais, nous avons classé ces dosimètres en neuf groupes compte tenu de leur précision sur la dose mesurée, cette classification sert à diminuer l'incertitude sur la dose mesurée. Après l analyse des données, nous avons déduit que la surveillance faite par la Commission Libanaise de l Energie Atomique devient de plus en plus utile, compte tenu de la stabilité de la dose moyenne nationale et de la diminution du survenu de surdosage depuis l année 1997 jusqu à l année MOTS CLES Interaction rayonnements matière, dosimétrie individuelle, radioprotection, thermoluminescence, source de rayonnements, normes de base de radioprotection

7 - 7 - SUMMARY In this report, we study the individual radiation monitoring system in Lebanon. The radiation protection system in the LAEC is a range of measures taken for the protection and safety of radiation workers from ionizing radiation. Individual monitoring system (IMS) is one of these measures taken to monitor occupational radiation exposure of individuals, especially in medical sectors. Following the experimental studies on the thermoluminescent dosimetry system, used to monitor the occupational exposure of radiation workers in Lebanon, a classification of the thermoluminescent dosimeters into nine groups according to the value of the measured predetermined dose is achieved. This classification helps the LAEC to improve the precision of the measured dose received by radiation workers while exposed to ionizing radiation. In conclusion, as a result of the IMS and the proper supervisory program, an improvement in the national average dose and a reduction of the frequency of overdose since the year 1997 until the year 2004, is observed. KEYWORDS Interaction of radiation with matters, individual radiation monitoring, radioprotection, thermo luminescence, radiation source, radioprotection norms

8 - 8 - INTRODUCTION Les sources de rayonnements ionisants sont répandues dans la nature, dans les industries et dans les hôpitaux. Les rayonnements ionisants produisent l ionisation des atomes ou molécules constituant le corps humain. Après une cascade d évènements dans les cellules, l individu exposé présentera les différents types d effets (déterministes ou stochastiques) comme conséquence à cette exposition. Compte tenu des dangers des rayonnements ionisants sur la santé, la Commission Libanaise de l Energie Atomique a pris en charge la surveillance des employés exposés professionnellement aux radiations ionisantes en milieu hospitalier au Liban par le programme IMS (Individual Monitoring Service) qui nécessite à échanger des dosimètres thermoluminescents (TLD) continuellement chaque deux mois pour mesurer la dose efficace reçue par chaque employé durant cette période. D où la nécessité de calibrer ces dosimètres thermoluminescents destinés à cette surveillance avant de les utiliser pour diminuer l erreur sur la dose efficace mesurée. Les données indiquant les doses efficaces reçues par les employés suite à leur exposition professionnelle depuis l année 1997 jusqu à l année 2004, nous aident à étudier la variation de la moyenne nationale de dose, du nombre de surdosage et de la moyenne de surdosage. Et par suite l évaluation du développement du programme.

9 - 9 - Chapitre I INTERACTION RAYONNEMENTS MATIERE I.1- SOURCES ET EXPOSITIONS Les rayonnements ionisants proviennent de deux sortes de sources: les sources naturelles et les sources artificielles. (Figure I.1) Figure I.1: Sources de rayonnements ionisants [31] I.1.a- Sources naturelles de rayonnements L'Homme vit en permanence dans l'ambiance de la radioactivité naturelle. Celleci est due à trois principaux facteurs :

10 Les rayonnements cosmiques constitués par des photons et diverses particules d'une très grande énergie (noyaux d'hydrogène (proton) pour 90%, noyaux d'hélium pour 9% et le reste comprend des noyaux de divers éléments plus lourds); - les rayonnements telluriques dus aux substances radioactives contenues dans la terre (lithosphère), l'eau (hydrosphère) et dans l'air (atmosphère). Lors de la formation de la terre, il y a 4.5 milliards d'années, les trois familles naturelles radioactives qui s'y trouvent sont celles de : l'uranium 235, l'uranium 238 et le thorium Les substances radioactives contenues dans le corps humain (potassium 40, et d'autres) qui proviennent de la nutrition agro-alimentaire. L'humanité subit donc depuis toujours une exposition naturelle aux rayonnements dont le niveau, bien que variable d'un lieu à l'autre de notre planète, est resté approximativement constant. Cette exposition se fait selon deux voies: exposition externe et exposition interne. [11], [18], [21] I.1.b- Sources artificielles de rayonnements L'utilisation des rayonnements en médecine représente la première source artificielle d'exposition de la population. Cette utilisation médicale est présentée par les procédures diagnostiques et thérapeutiques, en médecine nucléaire, en radiodiagnostic et en radiothérapie. Les rayonnements utilisés en médecine dans un but diagnostique et/ou thérapeutique sont: - les rayons X en radiologie et en radiothérapie; - les faisceaux d'électrons produits par les accélérateurs linéaires de particules en radiothérapie; - les rayonnements particulaires α, β en radiothérapie interne, neutrons, protons, particules lourdes en radiothérapie externe;

11 les rayonnements γ émis par certains radionucléides en radiothérapie externe ( 60 Co) et interne ( 131 I, 32 P, 153m Sm, 89 Sr) et en médecine nucléaire ( 131 I, 99m Tc). Les usages industriels des rayonnements et des radionucléides constituent la deuxième source artificielle d'exposition de la population. Cette utilisation industrielle est présentée par la production d'énergie nucléaire (électricité nucléaire), la production des radio-isotopes (par réacteur nucléaire ou par cyclotron) et la radiographie industrielle (utilisant des sources d'iridium 192 ou de cobalt 60). [11], [18], [21] Les accidents au niveau des centrales nucléaires constituent une autre source artificielle d'exposition de la population : Le plus célèbre est l'accident de Tchernobyl: le 26 avril 1986, deux explosions survienne au niveau de l'unité 4 de la centrale nucléaire de Tchernobyl, au nord de l'ukraine, ces deux explosions mettent le réacteur directement dans l'air libre. Bien que les opérations d'extinction du réacteur aient rapidement été entreprises, l'extension à longue distance s'est produite vers la Suède, la Finlande, la Pologne, l'europe, les Pays-Bas, la Grande Bretagne, la Grèce, l'israël, la Turquie et beaucoup d'autres régions de la terre. Il existe également des accidents radiologiques, des accidents dus au transport aérien d'armes nucléaires ainsi que les retombées des tirs atmosphériques (essais nucléaires atmosphériques). [11], [18] I.2- INTERACTION DES RAYONNEMENTS ELECTROMAGNETIQUES AVEC LA MATIERE L'interaction des rayonnements ionisants (en particulier: rayonnements électromagnétiques) avec la matière va produire une ionisation des atomes du milieu et leur transférer de l'énergie.

12 Les trois processus d'interaction des rayonnements électromagnétiques (photons) avec la matière sont l effet photoélectrique, l effet Compton et l effet de production de paire. I.2.a- Effet photoélectrique Figure I.2 : Effet photoélectrique [11] C'est l'interaction du photon avec un électron fortement lié de l'atome constituant la matière, cet électron appelé photoélectron est éjecté avec une énergie cinétique: Ec = Eγ E L (I.1) Où Eγ = hυ est l'énergie du photon et E L est l'énergie de liaison de l'électron. En toute rigueur, l'énergie hυ se partage entre l'électron et l'atome ionisé suivant le rapport inverse des masses. Cependant, l'atome étant plus lourd que l'électron, son énergie peut être négligée (Figure I.2).

13 Pour qu'il se produise un effet photoélectrique entre un photon incident d'énergie hυ et un électron se trouvant sur la couche i de l'atome d'énergie de liaison E L,i, il faut que : hυ E L,i La probabilité d'avoir un effet photoélectrique entre le rayonnement électromagnétique et la matière est équivalente à la section efficace de l'effet photoélectrique qui dépend fortement de l'énergie du photon incident et du numéro atomique Z du milieu absorbeur. La dépendance est approximativement en E -3.5 Z 4.5. L'effet photoélectrique est très favorisé dans les milieux de numéro atomique élevé, en effet quand Z augmente, la probabilité de présence de l'électron dans les couches proches du noyau (c'est-à-dire fortement lié) augmente. L'effet photoélectrique est le mode d'interaction prédominant des rayonnements γ ou X de faible énergie ( 100 KeV). [1], [2], [3], [8], [15] En bref: Si hυ < E L,i, pas d'effet photoélectrique quelque soit l'intensité du rayonnement incident. Si hυ = E L,i, le photoélectron est émis par effet photoélectrique sans énergie cinétique. Quand hυ augmente à partir de cette valeur, le nombre d'électrons susceptibles de participer à l'effet photoélectrique augmente. I.2.b- Effet Compton Figure I.3 : Effet Compton [11]

14 C'est l'interaction d'un photon avec un électron peu lié du milieu absorbeur (presque libre). Le photon de fréquence υ est diffusé sous un angle θ par rapport à la direction incidente, avec une fréquence υ' inférieure à υ, cette fraction d'énergie perdue est cédée à l'électron, appelé électron Compton, qui recule dans une direction Ф par rapport à la direction incidente (Figure I.3). I.2.b.i- Etude théorique de l'effet Compton Ce phénomène, appelé diffusion Compton, fut observé la première fois, par les deux physiciens Compton et Debye, s'interprète en supposant que les photons sont des particules qui font des chocs élastiques et relativistes sur les électrons des couches externes peu liés au noyaux. Ces électrons assimilés à des électrons libres sont supposés initialement au repos puisque l'énergie du photon est généralement très grande par rapport à l'énergie de liaison des électrons considérés. La loi de conservation de l'énergie s'écrit: E + m o c 2 = E' + E e Avec E e 2 = (m o c 2 ) 2 + (P e c) 2 (I.2) (I.3) Où E = hυ est l'énergie du photon incident, E' = hυ' est l'énergie du photon diffusé, E e est l'énergie totale de l'électron Compton et m o c 2 est l'énergie au repos de l'électron. La loi de conservation de l'impulsion s'écrit: p ρ ρ ρ = p + p e (I.4)

15 Où p ρ ρ ρ, p et p e sont les vecteurs impulsions du photon incident, du photon diffusé et de l'électron respectivement. Ce qui implique que: ( p ρ ρ p ) 2 = p ρ e 2 Donc (Pc) 2 + (P'c) 2 2 (Pc)(P'c)cosθ = (P e c) 2 Avec E = Pc et E' = P'c pour les photons. (I.6) (I.5) D'après (I.3), (P e c) 2 = E 2 + E' 2 2 EE' + 2 m o c 2 (E E') Donc (I.6) donne: EE' (1 cosθ) = m o c 2 (E E') (I.7) (I.8) Ce qui permet d'écrire: υ υ' = hνν ' (1 cosθ) m0 c 2 (I.9) L'énergie du photon diffusé est donnée par: hυ' = hν 1+ α(1 cosθ) hυ α = hν m0 c 2 (I.10) - Pour θ 0, l'énergie du photon diffusé est maximale, hυ'(max) = hυ. hν - Pour θ = 90, l'énergie du photon diffusé est minimale, hυ'(min) =, c'est le 1+ 2α phénomène de retrodiffusion. - Lorsque l'énergie du photon incident est très grande (α >> 1), l'énergie du photon retrodiffusé tend vers hυ' = m 0c 2 2 = MeV. La différence des longueurs d'onde est donnée par: Δλ = λ' λ = λ c (1 cosθ) (I.11)

16 Où λ c = h m0 c = A, appelée la longueur d'onde Compton. Pour une diffusion θ donné, la différence des longueurs d'onde est indépendante de l'énergie du photon incident. (I.10) par: L'énergie cinétique de l'électron après la diffusion Compton est donnée d'après E c = h (υ υ') = hυ α(1 cosθ ) 1+ α(1 cosθ) (I.12) - L'énergie de l'électron Compton est maximale pour θ = 180, c'est-à-dire lorsque le photon subira la retrodiffusion, E c (max) = hυ 2α 1+ 2α. - L'énergie de l'électron Compton est minimale pour θ 0, résultat prévisible compte tenu de la loi de conservation de l'énergie, E c (min) 0. Les projections de l'équation de conservation de l'impulsion, sur la direction initiale et la direction perpendiculaire, donnent : hν h ν ' = cosθ + p'2 cosф c c 0 = h ν ' sinθ + p'2 sinф c (I.13) (I.14) Ce qui entraîne que tanф = sin θ cosθ ν / ν ' gdgdfgdfgdgdgdddgddgdgdddf (I.15) Quand θ augmente de zéro à 180, Ф diminue de 90 à zéro: l'électron est toujours projeté vers l'avant tandis que le photon est diffusé dans toutes les directions de l'espace, mais avec une direction préférentielle qui dépend de la section efficace de l'effet

17 Compton qui à son tour dépend de l'énergie hυ du photon incident. [1], [2], [3], [7], [8], [15] En bref: L'énergie du photon diffusé par effet Compton est toujours inférieures à celle du photon incident, hυ' hυ. Si θ tend vers zéro, υ' tend vers υ'(max) = υ, Ф tend vers (-Π/2), E c tend vers E c (min) 0. Si θ tend vers 180, υ' tend vers υ'(min) = υ/(1 + 2α), Ф tend vers zéro, E c tend vers 2α E c (max) = hυ. 1+ 2α I.2.c- Effet de production de paire Figure I.4 : Effet de création de paire [11] L'effet de production de paire ou matérialisation consiste en la création d'une paire électron- positon lorsqu'un photon pénètre dans le champ coulombien d'un noyau. Le photon disparaît et son énergie est utilisée pour créer la paire et communiquer de l'énergie cinétique à l'électron et au positon.

18 L'effet de production de paire donne lieu à l'émission de rayonnements secondaires. En effet, en fin de ralentissement, le positon s'annihile avec un électron au repos du milieu, avec émission de deux photons d'annihilation d'énergie 511 KeV chacun. (Figure I.4). La création de paire ne se fait qu'en présence d'une cible "lourde", pour la raison de la conservation de l'impulsion. De plus si hυ est l'énergie du photon, la conservation de l'énergie s'écrira: hυ = 2m o c 2 + E e- + E e+ (I.16) Où m o c 2 = 511 KeV, est l'équivalent énergétique de la masse au repos de l'électron et du positon, E e- est l'énergie cinétique de l'électron et E e+ est l'énergie cinétique du positon. (I.16) implique que hυ 2m o c 2, donc la création de paire n'est possible que si l'énergie du photon est au moins égale à une énergie seuil, qui est l'énergie nécessaire pour créer la paire, soit: hυ = 2m o c 2 = = 1022 KeV. [1], [2], [3], [8], [15] En bref: Si hυ < 2m o c 2, la section efficace pour la création de paire est nulle. Au delà de cette énergie seuil, si hυ 2m o c 2, il y a création de paire. La section efficace de création de paire dépend de l'énergie du photon et du numéro atomique Z des noyaux constituants le milieu absorbeur. La dépendance est en Z 2.Log hυ, donc: Quand hυ augmente la section efficace de production de paire augmente, de même quand Z augmente, cette section augmente.

19 I.2.d- Importance relative des trois effets Figure I.5: Importance relative des trois effets en fonction de l'énergie du photon incident hυ et du numéro atomique du milieu Z La figure I.5 montre l'importance relative des trois effets en fonction de l'énergie hυ du photon et du numéro atomique Z du milieu. L'effet photoélectrique est dominant à basse énergie. Dans les matériaux lourds, il cesse de l'être à partir de 500 KeV. A haute énergie, c'est l'effet de production de paire qui est prédominant, il commence à le devenir à partir de 5 MeV dans les matériaux de Z élevé. Entre les deux, se situe un domaine où c'est l'effet Compton qui domine. Pour les milieux de faible Z (carbone, air, eau, tissus humains), ce domaine est extrêmement large (de 20 KeV à 3 MeV). [8], [15]

20 Chapitre II EFFETS BIOLOGIQUES DES RAYONNEMENTS IONISANTS SUR L'ETRE HUMAIN Lorsqu on s intéresse aux rayonnements ionisants et à leurs effets sur la santé, il y a deux phénomènes que l on doit distinguer, ce sont la contamination et l irradiation. II.1- LA CONTAMINATION La contamination consiste à entrer en contact avec des sources radioactives et ce, de deux manières différentes, mais parfois simultanées : - par dépôt de substances radioactives (poussières) au niveau de l épiderme ou des cheveux : c est la contamination externe. - par incorporation d éléments radioactifs à l intérieur de l organisme : c est la contamination interne. Les principales voies de pénétration sont : o la voie respiratoire o la voie directe par blessure o la voie digestive Elles peuvent ensuite être transportées par le sang jusqu'à tous les organes. On devient alors porteur de la source qui émet ses rayonnements à partir de l'endroit du corps où elle se trouve. Ces sources sont à l'origine de plusieurs types de radiations parmi lesquelles les rayonnements α qui provoquent de nombreuses ionisations dans les tissus voisins et sont alors les plus dangereux puisqu'ils délivrent de façon certaine toute leur énergie dans la matière qu ils rencontrent et qui les arrête, les rayonnements β qui ont un parcours un peu plus long mais ils transmettent également leur énergie sous forme d'ionisations dans les tissus du corps et les rayonnements γ qui produisent aussi des ionisations, mais ils ne sont

21 pas totalement arrêtés et sont transmis à l'extérieur du corps. La personne fortement contaminée devient une source d'irradiation pour les autres. Ce phénomène reste actif dans le temps. La source continue d'émettre et de provoquer des ionisations autour d'elle. Une source très faible peut ainsi provoquer des effets importants au bout d'un certain temps jusqu'à son évacuation totale du corps humain. [18], [19], [22] II.2- L'IRRADIATION L irradiation se présente sous deux formes externe et interne. L irradiation externe : lorsque l'irradiation de l'organisme est due à une source située à l'extérieur du corps. Ce risque existe lors de travaux avec des sources de radiations ionisantes relativement pénétrantes: β, X, γ, neutrons. L'irradiation externe peut être partielle (au niveau d'un seul organe) ou totale (irradiation du corps entier). Les risques encourus sont liés à la partie du corps exposée à la radiation. L irradiation interne accompagne souvent la contamination et ce, à cause des corps radioactifs ingérés ou inhalés qui irradient de l intérieur les organes sur lesquels ils se sont temporairement fixés. d effets. L irradiation des tissus, qu elle soit interne ou externe, produit le même type II.3- EFFETS BIOLOGIQUES DES RAYONNEMENTS IONISANTS AU NIVEAU CELLULAIRE Les rayonnements ionisants contribuent à une ionisation des molécules présentes dans les organismes vivants. Selon la dose reçue et le type de rayonnements, ces effets peuvent être plus ou moins néfastes pour la santé. Deux approches sont utilisées pour

22 étudier leurs différents effets biologiques : l épidémiologie et l expérimentation sur des molécules ou cellules d organismes vivants. L épidémiologie consiste à observer les effets sur des populations qui ont subi des irradiations d origine naturelle ou artificielle (population d Hiroshima et Nagasaki, premiers radiologues et travailleurs dans les mines d uranium ). Grâce à l expérimentation, les chercheurs observent, en particulier, les dégâts et perturbations engendrés par les rayonnements ionisants sur l ADN. Les chercheurs analysent aussi les mécanismes de réparation qu une cellule est capable de mettre en jeu lorsque sa molécule d ADN a été détériorée. L épidémiologie et l expérimentation permettent de mieux connaître les effets des rayonnements ionisants afin de définir des règles et des normes de radioprotection et de soigner les personnes ayant subi des irradiations accidentelles. [6] Que se passe t'il dans les cellules humaines lors d'une irradiation? Certaines cellules de l'organisme sont particulièrement sensibles à l'irradiation, ce sont ceux qui se renouvellent le plus vite, donc, où les divisions cellulaires sont les plus nombreuses. Il s'agit des cellules souches hématopoïétiques de la moelle osseuse, des cellules de la muqueuse de l'intestin, ou des cellules de la peau, par exemple. Il s'agit aussi des cellules sexuelles. [18], [22]

23 Figure II.1: Altérations possibles de l ADN consécutives à une exposition à des rayonnements ionisants [20] Dans la cellule vivante, les facteurs héréditaires sont portés par les chromosomes, constitués d'une double hélice d'adn (acide désoxyribonucléique), qui se trouvent au niveau du noyau. Ces chromosomes portent le code génétique définissant l'ensemble des caractéristiques innées de l'individu: c'est le centre de commande de la vie biologique. Les molécules les plus grosses seront logiquement des cibles privilégiées pour le rayonnement, puisqu'elles occupent davantage d'espace, parmi elles, l'adn. Une petite erreur de code produite par l'ionisation d'un atome se traduira par une modification de la réaction déterminée par ce code, pouvant alors modifier des caractéristiques importantes de la cellule. L'effet des rayonnements ionisants au niveau des chromosomes se définit sous forme de lésions simple brin ou double brin de la chaîne d ADN dépendant de la qualité du rayonnement, et en particulier de son énergie (figure II.1). Les zones lésées vont être la plupart du temps réparées, redonnant un chromosome apparemment normal. Un échec de réparation peut cependant apparaître sous forme d effets déterministes ou stochastiques dépendant du nombre de lésions en cause, de leur situation et de la cinétique de réparation. [8], [21], [22] Nous allons discuter dans le présent paragraphe l'impact de ces effets sur les cellules vivantes au niveau des assemblages complexes de cellules qui constituent les tissus ou les organes humains. [8], [21], [22]

24 II.4- EFFETS BIOLOGIQUES DES RAYONNEMENTS IONISANTS SUR LES TISSUS OU ORGANES HUMAINS Figure II.2 : Courbe dose-effet Il est connu depuis le début de l'utilisation des rayons X, dans les premières années du siècle, que lorsqu'un individu est irradié, l'ionisation des atomes peut provoquer l'altération ou la mort des cellules touchées. Selon la gravité de l'irradiation, l'action sur l'organisme est très différente, on distingue deux effets : Les effets déterministes et les effets stochastiques. II.4.a- Effets déterministes (précoces ou immédiats) Une forte irradiation par des rayonnements ionisants provoque des effets immédiats sur les organismes vivants comme des brûlures plus ou moins importantes, dans les semaines ou dans les six mois suivant l'irradiation. Pour ces effets, les relations de causalité étaient déterminées, on savait qu'une irradiation donnée entraînait un certain dommage pour une certaine dose. Ces effets apparaissent toujours (effets obligatoires) à partir d une dose seuil (0.1 sievert délivrés en une seule fois) au-delà de laquelle, la gravité de l effet est proportionnelle à la dose. Parfois, une réversibilité est possible si les lésions ne sont pas trop importantes. (Figure II.2)

25 Les rayonnements électromagnétiques (X et γ) peuvent néanmoins être à l origine de lésions relativement importantes. Les effets résultants de ces lésions dépendent de la dose reçue, de l étendue de l irradiation et de la nature de l organe ou du tissu irradié. [17], [18], [21] Ceci nous amène donc à classer certains tissus en fonction de leur sensibilité visà-vis des rayonnements ionisants. D une manière générale, les tissus à renouvellement rapide sont les plus sensibles aux radiations et les effets produits sont alors précoces. Les tissus suivants sont classés selon leur radiosensibilité décroissante: [19] -les tissus embryonnaires - les organes hématopoïétiques (à l origine des cellules sanguines) - les gonades - l épiderme - la muqueuse intestinale - le tissu conjonctif - le tissu musculaire - le tissu nerveux + radiosensibles - radiosensibles Le tableau II.1 présente les effets déterministes décrits pour des expositions à des rayonnements γ ou X en fonction de la dose d'irradiation.

26 Tableau II.1 : les effets déterministes décrits pour des expositions à des rayonnements γ ou X en fonction de la dose d'irradiation. [20] Effets déterministes recensés pour des expositions à des rayonnements γ ou X Stérilité masculine temporaire Diminution temporaire des leucocytes (famille de globules blancs) Nausée, asthénie Modification de la formule sanguine Effet immunodépresseur (risques d infections) Sous surveillance médicale, le retour à la normale se produit rapidement. Risque de stérilité féminine Stérilité masculine définitive Aplasie (arrêt ou insuffisance du développement d un tissu ou d un organe). En l absence de traitement, au moins la moitié des personnes irradiées meurent et il existe des risques de séquelles Atteinte oculaire (survenue possible de cataracte de 1 à 10 ans après l irradiation) Atteinte gastro-intestinale Atteinte pulmonaire Coma, mort cérébrale Mort inévitable Dose d irradiation à partir de 0,15 Gy de 0,2 à 1 Gy de 1 à 2 Gy à partir de 2,5 Gy de 3,5 à 6 Gy à partir de 4,5 Gy à partir de 5 Gy 6 Gy 8 Gy au delà de 10 Gy L'irradiation aiguë de la peau produit dès 3 Gy une rougeur que l'on appelle érythème. A des doses plus élevées l'irradiation produit successivement, en fonction des doses reçues: la pigmentation, l'épilation, l'ulcération et la nécrose (à partir de 50 Gy). II.4.b- Effets stochastiques (tardifs ou à long terme) Après avoir vu les effets précoces d une irradiation sur l organisme, il convient de s arrêter sur un deuxième type d effets qui sont appelés stochastiques ou aléatoires. Ces effets, pour lesquels il n'existe pas de seuil d'apparition, se manifestent longtemps après l'irradiation (plusieurs années) et peuvent être causés par une exposition chronique à de faibles doses d'irradiation. Leur apparition chez un individu est d'autant moins probable

Interactions des rayonnements avec la matière

Interactions des rayonnements avec la matière UE3-1 : Biophysique Chapitre 2 : Interactions des rayonnements avec la matière Professeur Jean-Philippe VUILLEZ Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés.

Plus en détail

La Radioprotection. UE Santé Société Humanité Module Santé Publique

La Radioprotection. UE Santé Société Humanité Module Santé Publique La Radioprotection UE Santé Société Humanité Module Santé Publique La Radioprotection La radioprotection est la discipline qui coordonne les recherches, les travaux et les techniques concernant les moyens

Plus en détail

LESIONS DUES AUX RAYONNEMENTS IONISANTS =

LESIONS DUES AUX RAYONNEMENTS IONISANTS = LESIONS DUES AUX RAYONNEMENTS IONISANTS = Effets biologiques des rayonnements et voies d atteinte. Irradiation localisée : Radiodermites. Service de chirurgie plastique-h.i.a. PERCY RAYONNEMEMTS IONISANTS

Plus en détail

Présentation de la technologie OSL ou Luminescence stimulée optiquement

Présentation de la technologie OSL ou Luminescence stimulée optiquement Présentation de la technologie OSL ou Luminescence stimulée optiquement L'OSL (Luminescence Stimulée Optiquement) est une technologie utilisée à travers le monde depuis plus de 10 ans, pour assurer le

Plus en détail

Chapitre n 6 MASSE ET ÉNERGIE DES NOYAUX

Chapitre n 6 MASSE ET ÉNERGIE DES NOYAUX Chapitre n 6 MASSE ET ÉNERGIE DES NOYAUX T ale S Introduction : Une réaction nucléaire est Une réaction nucléaire provoquée est L'unité de masse atomique est une unité permettant de manipuler aisément

Plus en détail

LES RAYONNEMENTS IONISANTS

LES RAYONNEMENTS IONISANTS P o u r l a s a n t é a u t r a v a i l LES RAYONNEMENTS IONISANTS L'homme est soumis aux rayonnements ionisants émis par la radioactivité naturelle de l'environnement : rayonnement cosmique, rayonnement

Plus en détail

La radioprotection appliquée à la radiologie en quelques mots. Pierre NAULET

La radioprotection appliquée à la radiologie en quelques mots. Pierre NAULET La radioprotection appliquée à la radiologie en quelques mots Pierre NAULET Quelques QCM L'irradiation naturelle par an en France est de l'ordre de : Ø A : 3 Gy Ø B : 3,5 msv Ø C : 3500 Bq Ø D : 10 msv

Plus en détail

Complément: Sources naturelles de rayonnement

Complément: Sources naturelles de rayonnement Complément: Sources naturelles de rayonnement 1 Notions de dose Dose absorbée en 1 point (D) unité: Jkg -1 ou gray (Gy) valeur moyenne de l énergie impartie (déposée) à la matière par unité de masse à

Plus en détail

Formation obligatoire depuis juin 2009. But : Fournir les éléments permettant d améliorer l optimisation des doses délivrées aux patients

Formation obligatoire depuis juin 2009. But : Fournir les éléments permettant d améliorer l optimisation des doses délivrées aux patients Formation obligatoire depuis juin 2009 (L.1333-11, R.1333-74 du Code de la Santé) But : Fournir les éléments permettant d améliorer l optimisation des doses délivrées aux patients Programme de la formation

Plus en détail

INFORMATION CHAPITRE 3 GÉNÉTIQUE CE QUE JE SAIS...

INFORMATION CHAPITRE 3 GÉNÉTIQUE CE QUE JE SAIS... GÉNÉTIQUE CHAPITRE 3 INFORMATION Fœtus de trois mois (il mesure environ 10 cm). La division cellulaire est indispensable au développement embryonnaire mais aussi à la croissance de l enfant, de l'adolescent

Plus en détail

Mesure de Température par Caméra Infrarouge

Mesure de Température par Caméra Infrarouge Mesure de Température par Caméra Infrarouge INTRODUCTION La caméra infrarouge capte au travers d un milieu transmetteur (ex : l atmosphère) les rayonnements émis par une scène thermique. Le système radiométrique

Plus en détail

LES EFFETS DES RAYONNEMENTS ET LEURS APPLICATIONS

LES EFFETS DES RAYONNEMENTS ET LEURS APPLICATIONS LES EFFETS DES RAYONNEMENTS ET LEURS APPLICATIONS Afin d adapter cette brochure numérique à tous les navigateurs, nous en avons figé les thèmes en sept rubriques : la matière (R-1), la radioactivité (R-2),

Plus en détail

LE RISQUE NUCLEAIRE et RADIOLOGIQUE. Dr F.VALLI - SAMU 06 - CHU de Nice Mars 2009 1

LE RISQUE NUCLEAIRE et RADIOLOGIQUE. Dr F.VALLI - SAMU 06 - CHU de Nice Mars 2009 1 LE RISQUE NUCLEAIRE et RADIOLOGIQUE Mars 2009 1 Le Risque NR Probabilité d être exposé aux effets d un radioélément qui va : - Irradier et/ou - Contaminer N : Nucléaire (INB) R : Radiologique Mars 2009

Plus en détail

Le but de la radioprotection est d empêcher ou de réduire les LES PRINCIPES DE LA RADIOPROTECTION

Le but de la radioprotection est d empêcher ou de réduire les LES PRINCIPES DE LA RADIOPROTECTION LES PRINCIPES DE LA RADIOPROTECTION TOUT PUBLIC 1. Source de rayonnements ionisants 2. Les différents rayonnements ionisants et leur capacité à traverser le corps humain 3. Ecran de protection absorbant

Plus en détail

Sensibilisation à la Radioprotection

Sensibilisation à la Radioprotection Sensibilisation à la Radioprotection Version du 11/2011 Xavier Fléchard/Jean-Louis Gabriel Service de Radioprotection LPC CAEN Sensibilisation à la Radioprotection 11/2011 LPC 1 Pourquoi cette sensibilisation

Plus en détail

FISSION ET SECURITE NUCLEAIRE

FISSION ET SECURITE NUCLEAIRE Séance n 4 : FISSION ET SECURITE NUCLEAIRE A. QUE SE PASSE-T-IL AU CŒUR DU REACTEUR D UNE CENTRALE NUCLEAIRE? 1. LA REACTION DE FISSION C est grâce à l uranium, un métal relativement abondant dans l écorce

Plus en détail

CONTRÔLE DES INSTRUMENTS DE MESURE MENTIONNÉS À L'ARTICLE R. 1333-7 DU CODE DE LA SANTÉ PUBLIQUE ET À L'ARTICLE R. 231-84 DU CODE DU TRAVAIL

CONTRÔLE DES INSTRUMENTS DE MESURE MENTIONNÉS À L'ARTICLE R. 1333-7 DU CODE DE LA SANTÉ PUBLIQUE ET À L'ARTICLE R. 231-84 DU CODE DU TRAVAIL Article ANNEXE 2 En savoir plus sur cet article... CONTRÔLE DES INSTRUMENTS DE MESURE MENTIONNÉS À L'ARTICLE R. 1333-7 DU CODE DE LA SANTÉ PUBLIQUE ET À L'ARTICLE R. 231-84 DU CODE DU TRAVAIL 1 Cadre du

Plus en détail

LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE

LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE 1 EMISSION THERMIQUE DE LA MATIERE 2 1.1 LE RAYONNEMENT ELECTROMAGNETIQUE 2 1.2 LES CORPS NOIRS 2 1.3 LES CORPS GRIS 3 2 APPLICATION A LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE 4 2.1 DISPOSITIF

Plus en détail

Rayonnements ionisants - Notions fondamentales

Rayonnements ionisants - Notions fondamentales 2 Rayonnements ionisants - Notions fondamentales 2.1 Manifestation de la radioactivité Les éléments radioactifs, d origine naturelle ou artificielle, sont caractérisés par l instabilité de leur noyau.

Plus en détail

OBLIGATIONS REGLEMENTAIRES ET MOYENS DE RADIOPROTECTION. Pierre FAU et Fabien DURAND (IPC)

OBLIGATIONS REGLEMENTAIRES ET MOYENS DE RADIOPROTECTION. Pierre FAU et Fabien DURAND (IPC) OBLIGATIONS REGLEMENTAIRES ET MOYENS DE RADIOPROTECTION Pierre FAU et Fabien DURAND (IPC) SOMMAIRE I. Réglementation II. Radioprotection du personnel III. Effets des rayonnements ionisants I. Réglementation

Plus en détail

cpgedupuydelome.fr -PC Lorient

cpgedupuydelome.fr -PC Lorient Première partie Modèle scalaire des ondes lumineuses On se place dans le cadre de l optique géométrique 1 Modèle de propagation 1.1 Aspect ondulatoire Notion d onde électromagnétique On considère une onde

Plus en détail

PARTIE B : TRANSFORMATIONS NUCLEAIRES

PARTIE B : TRANSFORMATIONS NUCLEAIRES PARTIE B : TRANSFORMATIONS NUCLEAIRES (1) Chapitre 4 : Radioactivité, décroissance radioactive Pré requis : La structure de l atome et de son noyau vue en nde et en 1 ère S (composition, ordre de grandeur

Plus en détail

Annexe 1 Rappels sur la radioactivité et ses effets sur l organisme

Annexe 1 Rappels sur la radioactivité et ses effets sur l organisme Annexe 1 Rappels sur la radioactivité et ses effets sur l organisme André Aurengo Académie nationale de médecine Les rayonnements émis par les substances radioactives sont dits «rayonnements ionisants»

Plus en détail

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section Orthoptiste / stage i-prépa intensif -

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section Orthoptiste / stage i-prépa intensif - POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux - Section Orthoptiste / stage i-prépa intensif - 1 Suite énoncé des exos du Chapitre 14 : Noyaux-masse-énergie I. Fission nucléaire induite (provoquée)

Plus en détail

I) Radiations ionisantes

I) Radiations ionisantes I) Radiations ionisantes Le but de cette première leçon est de rappeler quelques notions de base, telles que la constitution de la matière et la notion d'énergie. Les mécanismes d'émission de radiations

Plus en détail

DIFFRACTion des ondes

DIFFRACTion des ondes DIFFRACTion des ondes I DIFFRACTION DES ONDES PAR LA CUVE À ONDES Lorsqu'une onde plane traverse un trou, elle se transforme en onde circulaire. On dit que l'onde plane est diffractée par le trou. Ce phénomène

Plus en détail

Ch5 : L énergie interne de la Terre et son exploitation par l Homme

Ch5 : L énergie interne de la Terre et son exploitation par l Homme T3 : Enjeux planétaires contemporains U1 : Géothermie et propriétés thermique de la Terre Ch5 : L énergie interne de la Terre et son exploitation par l Homme I. La géothermie Les hommes recherchent des

Plus en détail

COURS DE RADIOBIOLOGIE ET DE RADIOPATHOLOGIE POUR LE PACES

COURS DE RADIOBIOLOGIE ET DE RADIOPATHOLOGIE POUR LE PACES COURS DE RADIOBIOLOGIE ET DE RADIOPATHOLOGIE POUR LE PACES Professeur Michel ROSSI Biophysique et Médecine Nucléaire INTRODUCTION 1) Objectifs du cours : comprendre les mécanismes (depuis les particules

Plus en détail

LUMIERE BLANCHE - LUMIERE MONOCHROMATIQUE

LUMIERE BLANCHE - LUMIERE MONOCHROMATIQUE LUMIERE BLANCHE - LUMIERE MONOCHROMATIQUE I LE PHENOMENE DE DISPERSION 1 Expérience 2 Observation La lumière émise par la source traverse le prisme, on observe sur l'écran le spectre de la lumière blanche.

Plus en détail

C - LES REACTIONS NUCLEAIRES

C - LES REACTIONS NUCLEAIRES C - LES RECTIONS NUCLEIRES Toute réaction nucléaire met en jeu la transformation spontanée ou provoquée de noyaux atomiques. C - I EQUIVLENCE MSSE ENERGIE I - 1 MISE EN EVIDENCE Les ondes électromagnétiques

Plus en détail

Choix des instruments de mesure

Choix des instruments de mesure Amélioration des processus grâce à une gestion des techniques de mesure L'évaluation des valeurs d un processus est plus qu uniquement l'intégration du capteur et la lecture des indications. Afin de faire

Plus en détail

La dosimétrie physique, mesurer pour optimiser

La dosimétrie physique, mesurer pour optimiser Evaluer et prévenir le risque radiologique professionnel dans les opérations de radiographie industrielle La dosimétrie physique, mesurer pour optimiser Pr Didier PAUL Faculté de Médecine, Service de Médecine

Plus en détail

Décret n 2003-296 du 31 mars 2003 relatif à la protection des travailleurs contre les dangers des rayonnements ionisants

Décret n 2003-296 du 31 mars 2003 relatif à la protection des travailleurs contre les dangers des rayonnements ionisants Institut National de Physique Nucléaire et de Physique des Particules Décret n 2003-296 du 31 mars 2003 relatif à la protection des travailleurs contre les dangers des rayonnements ionisants Principaux

Plus en détail

Scanner X. Intervenant : E. Baudrier baudrier@unistra.fr

Scanner X. Intervenant : E. Baudrier baudrier@unistra.fr Scanner X Intervenant : E. Baudrier baudrier@unistra.fr Les rayons X Production des rayons X Interaction avec la matière Détection des rayons X Les scanners X Reconstruction de l image L image Ondes électromagnétiques

Plus en détail

NOR : SANC0323527A. (Journal officiel du 13 novembre 2003)

NOR : SANC0323527A. (Journal officiel du 13 novembre 2003) Arrêté du 1er septembre 2003 définissant les modalités de calcul des doses efficaces et des doses équivalentes résultant de l'exposition des personnes aux rayonnements ionisants SP 4 436 354 NOR : SANC0323527A

Plus en détail

EFFETS BIOLOGIQUES DES RAYONNEMENTS. Marc AMMERICH 2015 Mise à jour Domino

EFFETS BIOLOGIQUES DES RAYONNEMENTS. Marc AMMERICH 2015 Mise à jour Domino EFFETS BIOLOGIQUES DES RAYONNEMENTS Marc AMMERICH 2015 Mise à jour Domino 1 Effets cellulaires Effets liés à l exposition Effets déterministes Effets stochastiques Les sources d exposition de l être humain

Plus en détail

L énergie solaire DOSSIER RESSOURCE

L énergie solaire DOSSIER RESSOURCE DOSSIER RESSOURCE SOMMAIRE 1. Pourquoi les énergies renouvelables?... 3 2. L'énergie solaire... 4 3. Principe de fonctionnement du panneau solaire... 5 4. Pourquoi orienter les panneaux solaires?... 6-2

Plus en détail

Sommaire MILIEU INTERIEUR

Sommaire MILIEU INTERIEUR Sommaire Préfaces, par François GREMY XI MILIEU INTERIEUR Chapitre 1. Compartiments liquidiens de l organisme 3 Liquides et solutions 3 L eau et les solutés dans l organisme 9 Mesure des stocks d eau et

Plus en détail

FORMATION A LA RADIOPROTECTION. ( en application de l article R4451-47 du code du travail )

FORMATION A LA RADIOPROTECTION. ( en application de l article R4451-47 du code du travail ) FORMATION A LA RADIOPROTECTION ( en application de l article R4451-47 du code du travail ) Sommaire 1- La radioactivité 2- Les rayonnements ionisants 3- Les rayons X 4- Grandeurs et unités 5- Les effets

Plus en détail

A retenir : A Z m n. m noyau MASSE ET ÉNERGIE RÉACTIONS NUCLÉAIRES I) EQUIVALENCE MASSE-ÉNERGIE

A retenir : A Z m n. m noyau MASSE ET ÉNERGIE RÉACTIONS NUCLÉAIRES I) EQUIVALENCE MASSE-ÉNERGIE CP7 MASSE ET ÉNERGIE RÉACTIONS NUCLÉAIRES I) EQUIVALENCE MASSE-ÉNERGIE 1 ) Relation d'équivalence entre la masse et l'énergie -énergie de liaison 2 ) Une unité d énergie mieux adaptée 3 ) application 4

Plus en détail

dies, Besançon les 07 et 08 Mars 2008

dies, Besançon les 07 et 08 Mars 2008 Synthèse du rapport IPSN-INVS INVS Décembre 2000 L accident de Tchernobyl du 26 Avril 1986 a donné lieu à d importants rejets radioactifs dans l atmosphl atmosphère, qui se sont déposd posés s de façon

Plus en détail

DOSIMETRIE ANNULE ET REMPLACE LES DOCUMENTS SUIVANTS

DOSIMETRIE ANNULE ET REMPLACE LES DOCUMENTS SUIVANTS Page 1 sur 5 ANNULE ET REMPLACE LES DOCUMENTS SUIVANTS référence 06/M0/003/09/V01 06/M0/003/09/V02 06/M0/003/09/V03 06/M0/003/09/V04 06/M0/003/09/V05 06/M0/003/09/V06 Titre et objet de la révision DOSIMETRIE

Plus en détail

Exposition médicale aux rayonnements ionisants en radiodiagnostic

Exposition médicale aux rayonnements ionisants en radiodiagnostic Exposition médicale aux rayonnements ionisants en radiodiagnostic Les rayonnements ionisants, c est quoi? Dans le domaine du radiodiagnostic, les rayonnements ionisants sont des rayons X produits à partir

Plus en détail

4. Microscopie électronique à balayage

4. Microscopie électronique à balayage 4. Microscopie électronique à balayage 4.1. Principe de formation des images en MEB 4.2. Mise en œuvre 4.3. Les différents modes d imagerie 4.4. Les différents types de contraste 4.5. Performances 4.5.1.

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DE LA PROTECTION SOCIALE Arrêté du 18 mai 2004 relatif aux programmes de formation portant sur la radioprotection des patients exposés

Plus en détail

première S 1S7 Géothermie

première S 1S7 Géothermie FICHE 1 Fiche à destination des enseignants Type d'activité Activité documentaire Notions et contenus du programme de première S Radioactivité naturelle et artificielle. Activité. Lois de conservation

Plus en détail

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices :

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices : Chapitre 02 La lumière des étoiles. I- Lumière monochromatique et lumière polychromatique. )- Expérience de Newton (642 727). 2)- Expérience avec la lumière émise par un Laser. 3)- Radiation et longueur

Plus en détail

Chapitre 5 : Noyaux, masse et énergie

Chapitre 5 : Noyaux, masse et énergie Chapitre 5 : Noyaux, masse et énergie Connaissances et savoir-faire exigibles : () () (3) () (5) (6) (7) (8) Définir et calculer un défaut de masse et une énergie de liaison. Définir et calculer l énergie

Plus en détail

La vie des étoiles. La vie des étoiles. Mardi 7 août

La vie des étoiles. La vie des étoiles. Mardi 7 août La vie des étoiles La vie des étoiles Mardi 7 août A l échelle d une ou plusieurs vies humaines, les étoiles, que l on retrouve toujours à la même place dans le ciel, au fil des saisons ; nous paraissent

Plus en détail

Dates partiel MASC : Mardi 29/04, 8h-9h30 Documents autorisés : 3 feuilles A4 recto-verso Programme limité au premier fascicule

Dates partiel MASC : Mardi 29/04, 8h-9h30 Documents autorisés : 3 feuilles A4 recto-verso Programme limité au premier fascicule Dates partiel MASC : Mardi 29/04, 8h-9h30 Documents autorisés : 3 feuilles A4 recto-verso Programme limité au premier fascicule Déplacement d un TD : ven 18/04, 14h-15h30 (groupe II) Créneau de remplacement

Plus en détail

Bases physiques et biologiques de la radiothérapie

Bases physiques et biologiques de la radiothérapie Bases physiques et biologiques de la radiothérapie L3 : UE cancérologie Pr I. Peretti Service de Biophysique et Médecine Nucléaire CHU Lariboisière Université Paris 7 1. Les rayonnements utilisés en médecine

Plus en détail

Chapitre VII: Chambres d ionisation

Chapitre VII: Chambres d ionisation Chapitre VII: Chambres d ionisation 1 Types de chambres d ionisation Volume sensible: gaz (la plus souvent de l air mesure directe de l exposition) chambre d ionisation Volume sensible: semiconducteur

Plus en détail

Chapitre 12 Physique quantique

Chapitre 12 Physique quantique DERNIÈRE IMPRESSION LE 29 août 2013 à 13:52 Chapitre 12 Physique quantique Table des matières 1 Les niveaux d énergie 2 1.1 Une énergie quantifiée.......................... 2 1.2 Énergie de rayonnement

Plus en détail

Compétences pour la Reconnaissance / Enregistrement Professionnelle de l ACRP

Compétences pour la Reconnaissance / Enregistrement Professionnelle de l ACRP Guide du curriculum Ce document peut être utilisé comme guide lors de l'élaboration de matériel didactique afin de satisfaire les compétences requises. Ce n est pas l intention de l association de dicter

Plus en détail

2010-2011. Guide de l éclairage CI 3. Document élaboré par le GTD 91

2010-2011. Guide de l éclairage CI 3. Document élaboré par le GTD 91 2010-2011 Guide de l éclairage Document élaboré par le GTD 91 Page 1 : Sommaire Page 2 : Historique Page : Lampe à incandescence Page 4 : Lampe halogène Page 5 : Lampe fluocompacte Page 6 : Lampe à LEDs

Plus en détail

Formation à l intervention médicale en cas d événement radiologique ou nucléaire

Formation à l intervention médicale en cas d événement radiologique ou nucléaire Formation à l intervention médicale en cas d événement radiologique ou nucléaire Pr Michel Bourguignon Commissaire ASN michel.bourguignon@asn.fr ------ www.asn.fr Autorité de Sûreté Nucléaire SAMU de Paris

Plus en détail

Approche documentaire : «Oscillateur optique, Laser»

Approche documentaire : «Oscillateur optique, Laser» Approche documentaire : «Oscillateur optique, Laser» Objectifs : en relation avec le cours sur les ondes, les documents suivants permettent de décrire le fonctionnement d un laser en termes de système

Plus en détail

Leçon N 1 : Capacités Connaissances Expériences Relever des températures. transfert de l énergie.

Leçon N 1 : Capacités Connaissances Expériences Relever des températures. transfert de l énergie. Leçon N 1 : Température et chaleur Capacités Connaissances Expériences Relever des températures. Connaître l'existence des échelles de Etalonnage d'un thermomètre. Vérifier expérimentalement que lors d

Plus en détail

Chapitre II : Propriétés thermiques de la matière

Chapitre II : Propriétés thermiques de la matière II.1. La dilatation thermique Chapitre II : Propriétés thermiques de la matière Lorsqu on chauffe une substance, on provoque l augmentation de l énergie cinétique des atomes et des molécules, ce qui accroît

Plus en détail

- I - Fonctionnement d'un détecteur γ de scintillation

- I - Fonctionnement d'un détecteur γ de scintillation U t i l i s a t i o n d u n s c i n t i l l a t e u r N a I M e s u r e d e c o e ffi c i e n t s d a t t é n u a t i o n Objectifs : Le but de ce TP est d étudier les performances d un scintillateur pour

Plus en détail

Expression de la Concession et de l Opposition in. La photographie scientifique Par Gérard BETTON (PUF, 1975) 04/06/2015

Expression de la Concession et de l Opposition in. La photographie scientifique Par Gérard BETTON (PUF, 1975) 04/06/2015 1 Expression de la Concession et de l Opposition in La photographie scientifique Par Gérard BETTON (PUF, 1975) 2 Concession /Opposition Compléter avec un des mots ou expressions suivantes : au lieu de

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS Arrêté du 21 mai 2010 portant homologation de la décision n o 2010-DC-0175 de l Autorité de sûreté nucléaire du 4 février

Plus en détail

χ : pénétration importante, quelques centaines de mètres dans l air, traverse le corps, atténué par des écrans protecteurs (plomb, béton, etc.).

χ : pénétration importante, quelques centaines de mètres dans l air, traverse le corps, atténué par des écrans protecteurs (plomb, béton, etc.). Direction des études Mission Santé-sécurité au travail dans les fonctions publiques (MSSTFP) LES RADIATIONS IONISANTES Introduction La radioactivité La radioactivité est un phénomène naturel lié à la structure

Plus en détail

5 mars 2013. Note d information

5 mars 2013. Note d information 5 mars 2013 Note d information Bilan des incidents de transport de matières radioactives à usage civil : l IRSN tire les enseignements des événements déclarés entre 1999 et 2011 Quelque 900 000 colis de

Plus en détail

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière Seconde / P4 Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière 1/ EXPLORATION DE L UNIVERS Dans notre environnement quotidien, les dimensions, les distances sont à l échelle humaine : quelques mètres,

Plus en détail

PRINCIPE MICROSCOPIE CONFOCALE

PRINCIPE MICROSCOPIE CONFOCALE PRINCIPE MICROSCOPIE CONFOCALE Un microscope confocal est un système pour lequel l'illumination et la détection sont limités à un même volume de taille réduite (1). L'image confocale (ou coupe optique)

Plus en détail

Transformations nucléaires

Transformations nucléaires I Introduction Activité p286 du livre Transformations nucléaires II Les transformations nucléaires II.a Définition La désintégration radioactive d un noyau est une transformation nucléaire particulière

Plus en détail

Chapitre II : La force centripète

Chapitre II : La force centripète 33 Chapitre II : La force centripète = une force un peu particulière! 1. Explication 1 Il convient de savoir ce que ces deux termes expriment : force et centripète. Une force est, familièrement, la sensation

Plus en détail

Ecole des Accélérateurs BENODET. Jean-François LE DU SPR IPN Orsay

Ecole des Accélérateurs BENODET. Jean-François LE DU SPR IPN Orsay Ecole des Accélérateurs BENODET Jean-François LE DU SPR IPN Orsay Définition du dictionnaire LAROUSSE Radioprotection : ensemble des moyens utilisés pour se protéger contre les rayonnements ionisants.

Plus en détail

AMAMI Anaïs 3 C LORDEL Maryne. Les dons de cellules & de tissus.

AMAMI Anaïs 3 C LORDEL Maryne. Les dons de cellules & de tissus. AMAMI Anaïs 3 C LORDEL Maryne Les dons de cellules & de tissus. Introduction : Une greffe (don) de cellules consiste à administrer à un patient dont un organe vital ne fonctionne plus correctement, une

Plus en détail

Optimisation de la Dose en Radiologie. C. SALVAT, A. JEAN-PIERRE, J. RAGOT Service de Radioprotection et de Physique Médicale AP-HP

Optimisation de la Dose en Radiologie. C. SALVAT, A. JEAN-PIERRE, J. RAGOT Service de Radioprotection et de Physique Médicale AP-HP Optimisation de la Dose en Radiologie C. SALVAT, A. JEAN-PIERRE, J. RAGOT Service de Radioprotection et de Physique Médicale AP-HP Principes en radioprotection du patient Toute exposition du patient aux

Plus en détail

FUSION THERMONUCLEAIRE

FUSION THERMONUCLEAIRE FUSION THERMONUCLEAIRE Le cœur du Soleil est un plasma chaud totalement ionisé à très haute pression condition nécessaire à la réaction de fusion de l hydrogène en hélium 1 dont le bilan est : 4 1 H 4

Plus en détail

GESTION DES INCIDENTS en INB CONTAMINATION-IRRADIATION

GESTION DES INCIDENTS en INB CONTAMINATION-IRRADIATION GESTION DES INCIDENTS en INB CONTAMINATION-IRRADIATION CNPE DAMPIERRE en BURLY Rudi Hauser SPR Dr Frédérique LEVRAY SST 1 Principes de Surveillance Radioprotection 2 Principe de fonctionnement d une centrale

Plus en détail

UE 3A. Aspects fonctionnels et méthodes d étude. Dr Tristan Richard. L1 santé année universitaire 2009/10

UE 3A. Aspects fonctionnels et méthodes d étude. Dr Tristan Richard. L1 santé année universitaire 2009/10 UE 3A Organisationdesappareilset appareils et dessystèmes systèmes : Aspects fonctionnels et méthodes d étude Dr Tristan Richard L1 santé année universitaire 2009/10 Rayons X et gamma Rayonnements particulaires

Plus en détail

Les pertes à vide dàns l industrie

Les pertes à vide dàns l industrie Les pertes à vide dàns l industrie Que ce soit au sein d'une PME comme dans les grandes industries, les pertes à vide représentent souvent une fraction très significative de la consommation globale d'une

Plus en détail

MESURE DE LA TEMPERATURE

MESURE DE LA TEMPERATURE 145 T2 MESURE DE LA TEMPERATURE I. INTRODUCTION Dans la majorité des phénomènes physiques, la température joue un rôle prépondérant. Pour la mesurer, les moyens les plus couramment utilisés sont : les

Plus en détail

L ÉNERGIE I. TRANFORMATIONS, TRANFERT, CONSERVATION ET RENDEMENT.

L ÉNERGIE I. TRANFORMATIONS, TRANFERT, CONSERVATION ET RENDEMENT. L ÉNERGIE L énergie n est ni visible ni palpable. C est une grandeur mesurable qui désigne ce que possède un système (capital) pour fournir un travail en vue de produire un effet. La transformation peut

Plus en détail

Les conséquences sanitaires de l accident de Fukushima Dai-ichi : point de situation en février 2012

Les conséquences sanitaires de l accident de Fukushima Dai-ichi : point de situation en février 2012 Les conséquences sanitaires de l accident de Fukushima Dai-ichi : point de situation en février 2012 Faire avancer la sûreté nucléaire Jean-René Jourdain Paris, 28 février 2012 Comment évaluer les conséquences

Plus en détail

Formation à la radioprotection du niveau «personnes exposées» au niveau PCR. Modèle de questionnaire d évaluation. Marc AMMERICH

Formation à la radioprotection du niveau «personnes exposées» au niveau PCR. Modèle de questionnaire d évaluation. Marc AMMERICH Formation à la radioprotection du niveau «personnes exposées» au niveau PCR Modèle de questionnaire d évaluation Marc AMMERICH Vous allez trouver un certain nombre de questions qui vont vous permettre

Plus en détail

Chap 2 : Noyaux, masse, énergie.

Chap 2 : Noyaux, masse, énergie. Physique. Partie 2 : Transformations nucléaires. Dans le chapitre précédent, nous avons étudié les réactions nucléaires spontanées (radioactivité). Dans ce nouveau chapitre, après avoir abordé le problème

Plus en détail

LES CAPTEURS PLAN : MARTINO Mickaël Élève manipulateur Service de coronarographie, clinique Claude Bernard.

LES CAPTEURS PLAN : MARTINO Mickaël Élève manipulateur Service de coronarographie, clinique Claude Bernard. LES CAPTEURS PLAN : MARTINO Mickaël Élève manipulateur Service de coronarographie, clinique Claude Bernard. GENERALITES : La radiologie standard a connu d importantes évolutions vers sa numérisation grâce

Plus en détail

Introduction 11 1 Quelques points de repère historiques... 12 2 Etendue de la physique nucléaire... 13 3 Découverte de la radioactivité...

Introduction 11 1 Quelques points de repère historiques... 12 2 Etendue de la physique nucléaire... 13 3 Découverte de la radioactivité... Table des matières Introduction 11 1 Quelques points de repère historiques................... 12 2 Etendue de la physique nucléaire..................... 13 3 Découverte de la radioactivité.......................

Plus en détail

Équivalence masse-énergie

Équivalence masse-énergie CHPITRE 5 NOYUX, MSSE ET ÉNERGIE Équivalence masse-énergie. Équivalence masse-énergie Einstein a montré que la masse constitue une forme d énergie appelée énergie de masse. La relation entre la masse (en

Plus en détail

8/10/10. Les réactions nucléaires

8/10/10. Les réactions nucléaires Les réactions nucléaires En 1900, à Montréal, Rutherford observa un effet curieux, lors de mesures de l'intensité du rayonnement d'une source de thorium [...]. L'intensité n'était pas la même selon que

Plus en détail

Les sources de lumière.

Les sources de lumière. Les sources de lumière. 1. La lumière. La lumière fait partie des ondes électromagnétiques qui vont des rayons cosmiques aux ondes radar. Ces ondes se différencient par leur longueur d onde et par l énergie

Plus en détail

La caméra bolométrique des Travaux Pratiques de l Ecole Supérieure d Optique

La caméra bolométrique des Travaux Pratiques de l Ecole Supérieure d Optique Présentation réalisée par des étudiants de SupOptique : Jean-Baptiste Frossard, Julien Saby,, Thierry Lautier Encadrés par : Marc Bondiou La caméra bolométrique des Travaux Pratiques de l Ecole Supérieure

Plus en détail

CHAPITRE 14. CHAMP MAGNETIQUE

CHAPITRE 14. CHAMP MAGNETIQUE CHAPITRE 14. CHAMP MAGNETIQUE 1. Notion de champ Si en un endroit à la surface de la Terre une boussole s'oriente en pointant plus ou moins vers le nord, c'est qu'il existe à l'endroit où elle se trouve,

Plus en détail

Electrodynamique. Moteur monte-charge. Ref : 302 194. Français p 1. Version : 1004

Electrodynamique. Moteur monte-charge. Ref : 302 194. Français p 1. Version : 1004 Français p 1 Version : 1004 1 Description Le monte-charge est constitué des éléments suivants : 1 moteur avec moto-réducteur commandé par un bouton poussoir une poulie solidaire de l'axe du moteur permettant

Plus en détail

ECHANGE DE CHALEUR: LA CONDUCTION

ECHANGE DE CHALEUR: LA CONDUCTION ECHANGE DE CHALEUR: LA CONDUCTION Nous n étudierons dans ce chapitre que la conduction en régime permanent, c'est-à-dire lorsque l équilibre thermique est atteint ce qui se caractérise par des températures

Plus en détail

DANGERS DE L ÉLECTRICITÉ

DANGERS DE L ÉLECTRICITÉ DANGERS DE L ÉLECTRICITÉ 1 Introduction...2 2 Risques électriques...3 2.1 Pour les personnes...3 2.2 Pour les équipements...3 3 Liens entre les risques et les paramètres électriques...3 3.1 Tension...3

Plus en détail

DM n o 5 TS1 2011 La fusion : énergie des étoiles, énergie d avenir. 1 Fusion dans le Soleil

DM n o 5 TS1 2011 La fusion : énergie des étoiles, énergie d avenir. 1 Fusion dans le Soleil DM n o 5 TS1 11 La fusion : énergie des étoiles, énergie d avenir 1 Fusion dans le Soleil 1.1 Le Soleil Les premiers scientifiques à s interroger sur l origine de l énergie du Soleil furent W. Thomson

Plus en détail

Risque Radiologique AFGSU 2

Risque Radiologique AFGSU 2 Risque Radiologique AFGSU 2 Risque radiologique ou nucléaire En préhospitalier : plan Piratome Hospitalier : annexe NRBC plan Blanc En cas de risque de contamination: Organisation zonale des secours Dr

Plus en détail

T5 CHAPITRE 11 GEOTHERMIE ET PROPRIETES THERMIQUES DE LA TERRE

T5 CHAPITRE 11 GEOTHERMIE ET PROPRIETES THERMIQUES DE LA TERRE T5 CHAPITRE 11 GEOTHERMIE ET PROPRIETES THERMIQUES DE LA TERRE Source du Par (82 c) : la source la plus chaude d Europe continentale Premier plan : corps cellulaire d un neurone. 1,5 semaine Cours Approche

Plus en détail

Nous nous intéresserons ici à une version simplifiée du modèle corpusculaire pour décrire l optique géométrique.

Nous nous intéresserons ici à une version simplifiée du modèle corpusculaire pour décrire l optique géométrique. OPTIQUE GEOMETRIQUE Définitions : L optique est la science qui décrit les propriétés de la propagation de la lumière. La lumière est un concept extrêmement compliqué et dont la réalité physique n est pas

Plus en détail

1ere S THEME 1A CHAPITRE N 2: VARIABILITE GENETIQUE ET MUTATION DE L ADN

1ere S THEME 1A CHAPITRE N 2: VARIABILITE GENETIQUE ET MUTATION DE L ADN 1ere S THEME 1A CHAPITRE N 2: VARIABILITE GENETIQUE ET MUTATION DE L ADN Introduction Toutes ces coccinelles appartiennent au même genre cependant elles présentent toutes des différences. Ces différences

Plus en détail

SUPPORT PÉDAGOGIQUE POUR LA FORMATION DES PERSONNELS PAR LA PCR

SUPPORT PÉDAGOGIQUE POUR LA FORMATION DES PERSONNELS PAR LA PCR SUPPORT PÉDAGOGIQUE POUR LA FORMATION DES PERSONNELS PAR LA PCR MD. Chancelier,P. Dupouy, E. Aptecar, M. Auguste,JP. Convard P. Gignier, C. Hovasse, D. Hovasse, JM. Pernes, B. Perret. Hopital privé d Antony

Plus en détail

Utilisation des symboles de dangers sur les fiches des portes

Utilisation des symboles de dangers sur les fiches des portes FACULTE DES SCIENCES DE BASE SERVICE SECURITE ET SANTE AU TRAVAIL EPFL SB-SST Bât CH Station nº 6 CH-1015 Lausanne Site web : http://sb-sst.epfl.ch/ Utilisation des symboles de dangers sur les fiches des

Plus en détail

L'IMAGERIE MEDICALE. III)Radioprojection en radiologie conventionnelle. C)Les différents types d'exposition aux rayonnements

L'IMAGERIE MEDICALE. III)Radioprojection en radiologie conventionnelle. C)Les différents types d'exposition aux rayonnements 15.10.08 Mr Bouzaïd Anatomie-Physiologie-Pharmacologie L'IMAGERIE MEDICALE I)Présentation de l'imagerie A)Historique des rayons X B)Début de la radiologie II)Les différents types d'appareils A)Le radiodiagnostic

Plus en détail

1.Fondements de la radioprotection. Faculté de Médecine P2. Les RI peuvent être dangereux!

1.Fondements de la radioprotection. Faculté de Médecine P2. Les RI peuvent être dangereux! Faculté de Médecine P2 Radioprotection Année Universitaire it i 2007/2008 1. Fondements de la radioprotection 2. Les rayonnements ionisants : natures et origines La radioactivité Les rayons X Sources d

Plus en détail

LE SPECTROSCOPE À PRISME. ANALYSE DES SPECTRES D ÉMISSION ET D ABSORBTION

LE SPECTROSCOPE À PRISME. ANALYSE DES SPECTRES D ÉMISSION ET D ABSORBTION LE SPECTROSCOPE À PRISME. ANALYSE DES SPECTRES D ÉMISSION ET D ABSORBTION 1. Le but du travail 1.1. Mise en evidence du phénomène de dispersion de la lumière par l observation des spectres d émission et

Plus en détail