Guide des Techniques de Commercialisation des Céréales

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Guide des Techniques de Commercialisation des Céréales"

Transcription

1 Guide des Techniques de Commercialisation des Céréales INTRODUCTION Adapté du document A Guide to Maize Marketing for Extension Officers préparé par Andrew W. Shepherd Service de la commercialisation et des financements ruraux Division des systèmes de soutien àl agriculture de la FAO par le Projet d Appui au Système Décentralisé du Marché Agricole (PASIDMA) de l Assemblée Permanente des Chambres d Agriculture du Mali (APCAM) et Michigan State University (MSU) en collaboration avec l Observatoire du Marché Agricole du Mali (OMA) avec l appui financier de l USAID/Mali dans le cadre de l Accord de Coopération no. 2 entre USAID et MSU sur la Sécurité Alimentaire Les personnes suivantes ont contribué à l adaptation, la traduction et la mise en page de ce document: Sarmoye Hamadoun, Niama Nango Dembélé, Abdramane Traoré, James Tefft, Kadidia Konaré, Margaret Weaver, John Staatz et Yacouba Sidibé. Les opinions contenues dans le présent module ne reflètent pas nécessairement les positions officielles de la FAO ni de l USAID. Bamako 2000

2 INTRODUCTION Ces modules ont été conçu pour assister les encadreurs agricoles dans leur travail avec les agriculteurs. Partout dans les pays d Afrique de l Ouest et ailleurs en Afrique, des changements sont faits aux dispositifs de commercialisation pour les cultures vivrières, plus précisément les céréales. Les offices céréaliers et, dans certains cas, les coopératives sont abolies ou, leurs fonctions d approvisionnement en céréales et de gestion ont été radicalement réduites. Les commerçants privés sont actuellement appelés à acheter les céréales avec les agriculteurs, les transporter dans les villes et les vendre aux transformateurs et consommateurs. Dans la plupart des pays, les moulins et les industries de transformation agricoles ont été vendus au secteur privé. Les changements du système de commercialisation signifient que les encadreurs de terrain auront à développer de nouvelles aptitudes. Par le passé, ils n étaient pas réellement concernés par la commercialisation des cultures vivrières. Les offices céréaliers ou les coopératives recevaient les céréales des producteurs dans les magasins ou autres points de vente et, tôt ou tard, les agriculteurs étaient payés. Dans quelques cas, l octroi de crédit était lié à l obligation de commercialiser les céréales aux offices céréaliers, de sorte que les offices céréaliers déduisaient les remboursements de crédit du produit de la vente des céréales des agriculteurs et reversait les montants aux banques. Les encadreurs agricoles pouvaient être appelés à conseiller les offices céréaliers sur le degré de solvabilité des agriculteurs, mais ils avaient rarement à s inquiéter sur comment aider les producteurs à commercialiser leurs céréales, puisqu il n y avait qu un seul réseau de commercialisation disponible. Comme résultat des changements récents, les agriculteurs ne pourront pas du tout compter sur la découverte d un acheteur potentiel au niveau des entrepôts des offices céréaliers ou des coopératives. Ils devront maintenant chercher des acheteurs d où le besoin d une connaissance des mécanismes de fonctionnement du marché et des conditions actuelles des marchés. Quand les céréales sont en surplus, les agriculteurs ne peuvent même pas être sûrs de trouver d acheteurs. Sous les anciens systèmes, les offices céréaliers achetaient les céréales aussitôt après les récoltes. Sous le nouveau système, les commerçants achèteront seulement pour satisfaire les besoins immédiats de leurs ventes. Ceci veut dire que les agriculteurs devront stocker les céréales qu ils ont planifiées pour des ventes ultérieures plus longtemps qu avant. Sous l ancien système, il y avait souvent juste un prix d achat qui s appliquait dans tout le pays pendant toute l année. Sous le nouveau système, les prix varient en fonction de la localité et de la saison. Au même endroit, les prix offerts par différents commerçants peuvent sensiblement varier. Dans la plupart des pays il y avait tant de problèmes avec la commercialisation au niveau des offices et coopératives que les changements récents intervenus dans les systèmes de commercialisation sont probablement justifiés. Mais le changement peut être pénible et ces changements sont plus pénibles pour les agriculteurs. Il est, par conséquent, nécessaire pour les encadreurs agricoles d assister les cultivateurs en les conseillant sur les types de cultures à produire, comment et où vendre leurs céréales. Ils auront besoin de répondre aux questions des agriculteurs sur les prix, s il faut stocker les céréales ou les vendre immédiatement après les récoltes et où et comment acheter les intrants tels que l engrais et les semences. Ces modules fournissent aux encadreurs l information de base sur le fonctionnement de ce nouveau, ou comme souvent appelé, système de commercialisation libéralisé et sur le stockage des céréales. Il peut cependant fournir seulement une information générale de base comme les conditions varient dans chaque pays. Par exemple, les encadreurs agricoles pourront utiliser le guide pour les aider à comprendre comment est-ce que le prix des céréales varient sous un système de marché libre, mais pour des informations spécifiques sur les prix, ils auront besoin de contacter les sources d information nationales. Le guide aiderai les (voir page 5) 2

3 Différentes questions que doivent se poser les encadreurs pour assister les producteurs dans un système de commercialisation libéralisé 2 Comment les producteurs obtiennent-ils les semences et les engrais? Qui sont les fournisseurs d intrants agricoles? Quels sont les prix pratiqués par eux? Offrent-ils des crédits? Pourrait-on organiser des achats groupés et/ou le transport groupé des intrants agricoles? 4 Comment la libéralisation a- t-elle changé les besoins de stockage des producteurs? Les céréales peuvent-elles être immédiatement vendues ou faut-il nécessairement les stocker pendant un certain temps? Quel ordre de priorité faut-il observé pour le stockage des grains entre les variétés améliorées (maïs hybride par exemple) et les variétés traditionnelles? Comment calculer les gains du stockage? 1 Qu est ce que les producteurs doivent-ils semer? Quels sont les facteurs susceptibles d influencer la demande des différentes céréales pour la campagne à venir? (il s agit ici d une prévision d évènements susceptibles d influer sur la demande de telle ou telle céréale sur le plan local ou national). Quelles sont les opportunités de vente qui se présentent pour les céréales que le paysan veut cultiver? Comment calculer la demande du marché? Comment calculer les coûts de commercialisation? Comment calculer les coûts de production? Quelles sont les méthodes appropriées de stockage ou de traitement des stocks des céréales concernées? 3 Comment les producteurs financent-ils leurs achats d intrants agricoles? Les producteurs ont-ils de la liquidité pour leurs achats d intrants? Pourrait-on promouvoir des épargnes à leur niveau? Quelles sont les opportunités de crédit sur place? (banques locales de crédit agricole, banques commerciales, organes mutualistes de crédit, commerçants privés etc.) Quelles sont les conditions de crédit pratiquées par les différents opérateurs? 5 Quelles sont les techniques les mieux adaptées pour le séchage et le stockage? Quelles sont les exigences de séchage et de stockage de la céréale concernée? Où peut-on obtenir l information relative aux techniques de séchage et de stockage? Quels sont les coûts des techniques envisagées? 3

4 7 6 Comment les producteurs comprennent-ils les nouvelles exigences de la commercialisation? Comment aider les producteurs à comprendre que : ils auront désormais des affaires avec plusiers acheteurs au lieu d un seul acheteur officiel habituel? il n y a plus un prix officiel fixé pour leurs produits? ils devront être plus actifs pour trouver des acheteurs à un prix avantageux? les coûts de commercialisation peuvent représenter une grande part du prix? Comment calculer les coûts de commercialisation? Comment peut-on aider les producteurs à vendre les céréales? Les producteurs devront-ils vendre euxmêmes les céréales sur les marchés ou devront-ils les céder aux commerçants? Les producteurs pourront-ils s organiser en groupes informels pour : regrouper en un point convenu une quantité de céréales susceptible d intéresser un commerçant? louer un véhicule pour transporter les céréales sur le marché de la ville (ou aux unités de transformation)? 8 9 Qui est-ce qui achète actuellement les céréales? Quels sont les prix d achat? Les acheteurs voudront-ils venir au champ et quelle quantité minimum de céréales exigeront-ils pour faire ce déplacement? Leurs prix d achat comportent-ils le coût des sacs? Paieront-ils les produits au comptant? Si non quels peuvent être les délais de paiement? Comment les producteurs vendent-ils les céréales et quand font-ils la mise en vente? Devront-ils stocker et attendre que les prix montent? Les informations sur le marché sont-elles disponibles? Les possibilités de stockage sontelles disponibles? Comment calculer la rentabilité du stockage? LES OBJECTIFS A ACHEVER : Aider les agriculteurs à comprendre le nouveau système... S assurer qu ils connaissent d autres cultures... S assurer que les agriculteurs pourront obtenir et acheter les intrants nécessaires... Aider les agriculteurs à vendre leurs céréales ou autres cultures... Réduire leurs pertes de stockage... Obtenir le maximum possible de revenus pour les agriculteurs... 4

5 agents de l encadrement à savoir si les agriculteurs devront investir dans de nouveaux types de magasins, mais l information spécifique sur les techniques de stockage les plus appropriées pour une zone particulière devrait être obtenue auprès des institutions specialisées des secteurs privé et Public. Adapté du document A Guide to Maize Marketing for Extension Officers préparé par Andrew W. Shepherd Service de la commercialisation et des financements ruraux Division des systèmes de soutien à l agriculture de la FAO par le Projet d Appui au Système d Information Décentralisé du Marché Agricole (PASIDMA) de l Assemblée Permanente des Chanbres d Agriculture du Mali (APCAM) et Michigan State University (MSU) en collaboration avec l Observatoire du Marché Agricole du Mali (OMA) 5

6

Guide des Techniques de Commercialisation des Céréales

Guide des Techniques de Commercialisation des Céréales Guide des Techniques de Commercialisation des Céréales Module 6 : INTRANTS, ET LEUR ACHAT Adapté du document A Guide to Maize Marketing for Extension Officers préparé par Andrew W. Shepherd Service de

Plus en détail

COOPERATIVE AGRICOLE DES CEREALES: C.A.C

COOPERATIVE AGRICOLE DES CEREALES: C.A.C COOPERATIVE AGRICOLE DES CEREALES: C.A.C L agriculture est par nature une activité spéculative, car les besoins alimentaires et la production agricole sont décalés dans le temps. En effet les besoins alimentaires

Plus en détail

********************* Par

********************* Par ********************* Par Salifou B DIARRA Dr Niama Nango DEMBELE : OMA : PROMISAM Mai 2006 1 PERSPECTIVES D EVOLUTION DES MARCHES CEREALIERS POUR LA PERIODE DE SOUDURE 2005/06 Introduction On ne parlerait

Plus en détail

Plateforme d Appui au Développement Rural et à la Sécurité Alimentaire en Afrique de l Ouest et du Centre

Plateforme d Appui au Développement Rural et à la Sécurité Alimentaire en Afrique de l Ouest et du Centre COMMISSION DE LA CEDEAO Note méthodologique Task Force «Instrument de financement des intrants» Plateforme d Appui au Développement Rural et à la Sécurité Alimentaire en Afrique de l Ouest et du Centre

Plus en détail

4e Partie: Le rôle des réseaux de groupes associatifs

4e Partie: Le rôle des réseaux de groupes associatifs 4e Partie: Le rôle des réseaux de groupes associatifs Un réseau de groupes associatifs (RGA) est une fédération informelle réunissant un certain nombre de groupes qui veulent s entraider dans des domaines

Plus en détail

L utilité des Banques Céréalières

L utilité des Banques Céréalières L utilité des Banques Céréalières Au Sahel Octobre 2011 2 Les Banques Céréalières Suite à la sécheresse et la grande crise de 1973, les BC se sont développées dans les pays du Sahel. Au Burkina, en 2002

Plus en détail

EST-CE QUE LA MICROFINANCE REPOND AUX BESOINS DES. Mamy RAJOHANESA PCA de FIFATA MADAGASCAR

EST-CE QUE LA MICROFINANCE REPOND AUX BESOINS DES. Mamy RAJOHANESA PCA de FIFATA MADAGASCAR EST-CE QUE LA MICROFINANCE REPOND AUX BESOINS DES AGRICULTEURS MALGACHES? Mamy RAJOHANESA PCA de FIFATA MADAGASCAR Madagascar en chiffres 19 millions d habitants 587 000 km2 Un PIB de 250 $ US par habitant

Plus en détail

FUCOPRI. Séminaire «Filières Céréalières Ouaga 23 25 novembre 2010. III. Place du riz dans la sécurité alimentaire

FUCOPRI. Séminaire «Filières Céréalières Ouaga 23 25 novembre 2010. III. Place du riz dans la sécurité alimentaire FUCOPRI M. Ayouba HASSANE, Directeur Séminaire «Filières Céréalières Ouaga 23 25 novembre 2010 I. Présentation de la FUCOPRI II. Présentation très rapide de la zone de production rizicole III. Place du

Plus en détail

Fiches Techniques un outil pour faciliter l évaluation du crédit agricole

Fiches Techniques un outil pour faciliter l évaluation du crédit agricole Fiches Techniques un outil pour faciliter l évaluation du crédit agricole Michael Marx, Centre d investissement Organisation des Nations Unies pour l Agriculture et l Alimentation Date: 18 mars 2015 AgriFin

Plus en détail

Des semences produites par les agriculteurs pour les agriculteurs

Des semences produites par les agriculteurs pour les agriculteurs apport annuel O 1998 es semences produites par les agriculteurs pour les agriculteurs L POUCTIO et la distribution de semences sont de véritables contraintes pour la diffusion de nouvelles variétés culturales.

Plus en détail

EXPERIENCE DE WARRANTAGE DU PODV ET DE LA CPC TOGO

EXPERIENCE DE WARRANTAGE DU PODV ET DE LA CPC TOGO INADES-Formation Togo B.P. 12 472 Lomé TEL. (228) 225-92-16 FAX : (228) 225-92-17 inadesformation@if-togo.net EXPERIENCE DE WARRANTAGE DU PODV ET DE LA CPC TOGO Présentée par N Key Kwami AMONA Directeur

Plus en détail

EXPÉRIENCES DE RÉCÉPISSÉS D ENTREPOSAGE ET DE WARRANTAGE POUR LE FINANCEMENT EN AFRIQUE DE L OUEST

EXPÉRIENCES DE RÉCÉPISSÉS D ENTREPOSAGE ET DE WARRANTAGE POUR LE FINANCEMENT EN AFRIQUE DE L OUEST REGIONAL CAPACITY BUILDING WORKSHOP ENHANCING THE FUNCTIONING OF CEREALS MARKETS IN WEST AFRICA 9-11 December, 2010 Accra, Ghana EXPÉRIENCES DE RÉCÉPISSÉS D ENTREPOSAGE ET DE WARRANTAGE POUR LE FINANCEMENT

Plus en détail

FMB Forum 2012 sur le financement de l agriculture (Du 28 au 30 mars 2012) Kampala - Ouganda

FMB Forum 2012 sur le financement de l agriculture (Du 28 au 30 mars 2012) Kampala - Ouganda FMB Forum 2012 sur le financement de l agriculture (Du 28 au 30 mars 2012) Kampala - Ouganda Plan 1. À propos de la FMB 2. Évolution de la FMB 3. Présentation et caractéristiques des produits 4. Facteurs

Plus en détail

Le warrantage. Réseau National des Chambres d'agriculture du Niger Note d information / Filière céréales n 6

Le warrantage. Réseau National des Chambres d'agriculture du Niger Note d information / Filière céréales n 6 Note d information / Filière céréales n 6 Renforcer les capacités des réseaux d organisations agricoles par l analyse de l évolution du prix des céréales locales au Burkina, Mali et Niger durant la période

Plus en détail

Document d information. Programme du DCC de la FIPA en matière de capacités commerciales (2003-2006)

Document d information. Programme du DCC de la FIPA en matière de capacités commerciales (2003-2006) DCC/3 français Fédération Internationale des Producteurs Agricoles Comité de Coopération au Développement (DCC) Afrique, Bamako (Mali), le 27 mars 2003 Document d information Programme du DCC de la FIPA

Plus en détail

RAPPORT SUR LE PLAIDOYER POUR UN MEILLEUR ACCÈS DE L AGRICULTURE RAPPORT DU PLAIDOYER POUR UN MEILLEUR ACCES DE

RAPPORT SUR LE PLAIDOYER POUR UN MEILLEUR ACCÈS DE L AGRICULTURE RAPPORT DU PLAIDOYER POUR UN MEILLEUR ACCES DE Institut Africain de Gestion Urbaine Bureau Agriculture Urbaine INITIATIVE «PROMOTION DES FILIERES AGRICOLES URBAINES PORTEUSES» (PROFAUP) RAPPORT SUR LE PLAIDOYER POUR UN MEILLEUR ACCÈS DE L AGRICULTURE

Plus en détail

3 ème CONGRES DU RIZ EN AFRIQUE

3 ème CONGRES DU RIZ EN AFRIQUE 3 ème CONGRES DU RIZ EN AFRIQUE ALLOCUTION DU Dr Oumar NIANGADO Délégué de la Fondation YAOUNDE/CAMEROUN, 21-24 OCTOBRE 2013 Mesdames/Messieurs les Ministres (etc.) Permettez-moi tout d abord, au nom du

Plus en détail

Guide des Techniques de Commercialisation des Céréales

Guide des Techniques de Commercialisation des Céréales Guide des Techniques de Commercialisation des Céréales Module 4 : COÛTS DE COMMERCIALISATION DES CÉRÉALES Adapté du document A Guide to Maize Marketing for Extension Officers préparé par Andrew W. Shepherd

Plus en détail

FINANCEMENT DU FONDS DE ROULEMENT DES ENTREPRISES AGRICOLES :

FINANCEMENT DU FONDS DE ROULEMENT DES ENTREPRISES AGRICOLES : FINANCEMENT DU FONDS DE ROULEMENT DES ENTREPRISES AGRICOLES : EXPERIENCE DU RCPB Du 27 au 30 mars 2012 0 KAMPALA/OUGANDA PLAN 1- Contexte 2- Entreprises agricoles au Burkina 3- Besoins de financement des

Plus en détail

Micro doses d engrais et système de crédit warranté pour les petits exploitants agricoles du Sahel

Micro doses d engrais et système de crédit warranté pour les petits exploitants agricoles du Sahel Micro doses d engrais et système de crédit warranté pour les petits exploitants agricoles du Sahel INFORMATIONS GÉNÉRALES Sources d information Rapport final sur les Micro doses d engrais pour la prospérité

Plus en détail

BTS Amartey Président, Ghana Agri-Input Dealer Association (l Association des distributeurs d intrants agricoles du Ghana)

BTS Amartey Président, Ghana Agri-Input Dealer Association (l Association des distributeurs d intrants agricoles du Ghana) Statut actuel des petites et moyennes entreprises qui se lancent dans l'agroalimentaire et questions que les gouvernements africains doivent aborder pour promouvoir les petites et moyennes entreprises

Plus en détail

Contexte : le développement du warrantage au Niger et la problématique du refinancement.

Contexte : le développement du warrantage au Niger et la problématique du refinancement. 1 Contexte : le développement du warrantage au Niger et la problématique du refinancement. 1999, première expérience : une technique intéressante mais des IMF sous-liquides Le crédit warranté s est développé

Plus en détail

Les contrats institutionnels d achat de produits vivriers en Afrique de l Ouest : des enjeux forts pour les organisations de producteurs

Les contrats institutionnels d achat de produits vivriers en Afrique de l Ouest : des enjeux forts pour les organisations de producteurs 22 novembre 2011 Les contrats institutionnels d achat de produits vivriers en Afrique de l Ouest : des enjeux forts pour les organisations de producteurs La diversification et la consolidation des débouchés

Plus en détail

Faire coïncider l'offre et la demande en matière de transport rural

Faire coïncider l'offre et la demande en matière de transport rural SUPPORTS DE FORMATION EN MATIÈRE DE TRANSPORT RURAL Module 4: Mobilité rurale Faire coïncider l'offre et la demande en matière de transport rural Séance 4.4 Partie 1 Présentation: 4.4a Les modules de formation

Plus en détail

FORUM INTERNATIONAL DU DAKAR-AGRICOLE

FORUM INTERNATIONAL DU DAKAR-AGRICOLE FORUM INTERNATIONAL DU DAKAR-AGRICOLE La fracture agricole mondiale : «Ouvrir des perspectives pour les espaces en développement» 4 et 5 février 2005 Rapport - ATELIER 2A Thème : Les modèles économiques

Plus en détail

LE CREDIT WARRANTAGE PRINCIPES, AVANTAGES ET LIMITES

LE CREDIT WARRANTAGE PRINCIPES, AVANTAGES ET LIMITES Atelier Régional des chargés de programme du du 11 au 18 décembre 2006 à Niamey LE CREDIT WARRANTAGE PRINCIPES, AVANTAGES ET LIMITES Djibril M. MBENGUE Gestionnaire Technique de Portefeuille URM-AOC/ PLAN

Plus en détail

CREER UNE ENTREPRISE A JERSEY

CREER UNE ENTREPRISE A JERSEY CREER UNE ENTREPRISE A JERSEY Avant toute autre démarche, il faut avoir un «business plan» (projet professionnel) solide et bien conçu. Pour cela, il vous suffit de suivre les instructions ci-dessous :

Plus en détail

Innovations en microfinance - le «crédit-stockage»

Innovations en microfinance - le «crédit-stockage» Innovations en microfinance - le «crédit-stockage» BIM n 107-13 février 2001 Karin BARLET et Anne-Claude CREUSOT Champ d expérimentations, le secteur de la microfinance évolue en donnant naissance à de

Plus en détail

Présenté par Stephanie Diakité, CATEK

Présenté par Stephanie Diakité, CATEK Présenté par Stephanie Diakité, CATEK FINANCEMENT A COURT TERME Le financement nécessaire pour couvrir le coût d achat ou de production, de conditionnement et d expédition des produits finis pour livraison

Plus en détail

Le warrantage : un moyen efficace pour une meilleure commercialisation des produits au profit des petits agriculteurs

Le warrantage : un moyen efficace pour une meilleure commercialisation des produits au profit des petits agriculteurs Le warrantage : un moyen efficace pour une meilleure commercialisation des produits au profit des petits agriculteurs Diakalia SOGODOGO, André BATIONO, Béjamé COULIBALY et Boubacar S. Camara I. INTRODUCTION

Plus en détail

Afrique Verte Niger BP: 11751 Niamey Niger Tél. : (227) 72 22 93 Fax : (227) 75 54 60 E-mail : avniger@intnet.ne http ://www.afriqueverte.

Afrique Verte Niger BP: 11751 Niamey Niger Tél. : (227) 72 22 93 Fax : (227) 75 54 60 E-mail : avniger@intnet.ne http ://www.afriqueverte. Afrique Verte Niger BP: 11751 Niamey Niger Tél. : (227) 72 22 93 Fax : (227) 75 54 60 E-mail : avniger@intnet.ne http ://www.afriqueverte.org Les Sahéliens peuvent nourrir le Sahel MANUEL D INFORMATION

Plus en détail

FORUM AGRIBUSINESS 2012

FORUM AGRIBUSINESS 2012 FORUM AGRIBUSINESS 2012 «Partenariat Investissement Technologie pour relancer l Agriculture africaine» CREDIT MUTUEL DU SENEGAL THEME : FINANCER L AGRICULTURE AFRICAINE : MECANISMES STRATEGIES MODELES

Plus en détail

FICHE 5 FACILITATION PAR L OP DE L ACCÈS AU CRÉDIT DES MEMBRES POUR MIEUX COMMERCIALISER

FICHE 5 FACILITATION PAR L OP DE L ACCÈS AU CRÉDIT DES MEMBRES POUR MIEUX COMMERCIALISER FICHE 5 FACILITATION PAR L OP DE L ACCÈS AU CRÉDIT DES MEMBRES POUR MIEUX COMMERCIALISER Crédit de campagne et crédit de commercialisation La facilitation de l accès au crédit de campagne par l OP pour

Plus en détail

Agrotosh Mookerjee FIA, Principal Actuary, MicroEnsure

Agrotosh Mookerjee FIA, Principal Actuary, MicroEnsure L importance des données pertinentes pour faciliter l accès des petits exploitants à l assurance agricole, 2 ème Briefing continental africain Nairobi, 14 juillet 2014 Agrotosh Mookerjee FIA, Principal

Plus en détail

République de Maurice

République de Maurice Cote du document: EB 2009/96/R.18 Point de l ordre du jour: 10 b) iii) Date: 25 mars 2009 Distribution: Publique Original: Anglais F République de Maurice Mémorandum du Président Programme de diversification

Plus en détail

Le warrantage de l union Toungakai Ni bonga de Saboudey Carré

Le warrantage de l union Toungakai Ni bonga de Saboudey Carré Fiche d expérience Niger Novembre 2012 Le warrantage de l union Toungakai Ni bonga de Saboudey Carré Auteur: Zara M. Inoussa, IARBIC Introduction Cette fiche couvre l expérience de l union Toungakai Ni

Plus en détail

NOTE DE PRESENTATION PROGRAMME REGIONAL D APPUI ACCES AUX MARCHES

NOTE DE PRESENTATION PROGRAMME REGIONAL D APPUI ACCES AUX MARCHES COMITE PERMANENT INTER-ETATS DE LUTTE CONTRE LA SECHERESSE DANS LE SAHEL PERMANENT INTERSTATE COMMITTEE FOR DROUGHT CONTROL IN THE SAHEL Secrétariat Exécutif NOTE DE PRESENTATION PROGRAMME REGIONAL D APPUI

Plus en détail

Leçon 6. Juste à temps : principes

Leçon 6. Juste à temps : principes Leçon 6 Juste à temps : principes L'objectif principal de la leçon est de connaître et de comprendre la philosophie du juste à temps A l'issue de la leçon l'étudiant doit être capable de : définir les

Plus en détail

LA FONDATION POUR LE DEVELOPPEMENT EN AFRIQUE

LA FONDATION POUR LE DEVELOPPEMENT EN AFRIQUE Demande de financement B (PME) LA FONDATION POUR LE DEVELOPPEMENT EN AFRIQUE Eliminer la pauvreté en Afrique en investissant dans les Africains et dans leurs idées. www.usadf.gov FORMULAIRE DE DEMANDE

Plus en détail

Des conditions de travail décentes

Des conditions de travail décentes LISTE D IDEÉS POUR LE PLAN DE DEVELOPPEMENT FAIRTRADE POUR LES ORGANISATIONS DE PETITS PRODUCTEURS Toutes les organisations sont différentes et auront des priorités ainsi que des stratégies de développement

Plus en détail

Accès au financement pour la mise en valeur de cultures de diversification dans les régions de caféiculture CFC/ICO/30 (AEP : FGCCC/OCIBU)

Accès au financement pour la mise en valeur de cultures de diversification dans les régions de caféiculture CFC/ICO/30 (AEP : FGCCC/OCIBU) PJ 39/12 Add. 1 (F) 21 septembre 2012 Original: anglais F Comité des projets Conseil international du Café 24 28 septembre 2012 Londres, Royaume Uni Résumé du rapport de situation soumis par les Agences

Plus en détail

Stratégies fiscales pour la succession d une entreprise agricole

Stratégies fiscales pour la succession d une entreprise agricole Stratégies fiscales pour la succession d une entreprise agricole Le secteur agricole représente une partie importante de l économie canadienne. Il s agit d un secteur où la plupart des entreprises sont

Plus en détail

Module de formation sur la Chaîne de Valeur Agricole à travers une approche gestion des risques Guide du formateur

Module de formation sur la Chaîne de Valeur Agricole à travers une approche gestion des risques Guide du formateur Module de formation sur la Chaîne de Valeur Agricole à travers une approche gestion des risques Guide du formateur 1. Module Amont de la filière : 1.1. Introduction sur l utilisation du module : Ce module

Plus en détail

Marc VARCHAVSKY Conseil National CER FRANCE Olivier BOUCHONNEAU Président de CER FRANCE 49

Marc VARCHAVSKY Conseil National CER FRANCE Olivier BOUCHONNEAU Président de CER FRANCE 49 Impact de la variabilité des prix des produits agricoles et des intrants sur les exploitations en France Marc VARCHAVSKY Conseil National CER FRANCE Olivier BOUCHONNEAU Président de CER FRANCE 49 Colloque

Plus en détail

Impact de la gestion des stocks publics des produits vivriers sur le warrantage au Burkina Faso

Impact de la gestion des stocks publics des produits vivriers sur le warrantage au Burkina Faso MINISTERE DE L AGRICULTURE ET DE LA SECURITE ALIMENTAIRE =-=-=-=-=--=-=-=- SECRETARIAT GENERAL =-=-=-=-=--=-=-=- DIRECTION GENERALE DES ETUDES ET DES STATISTIQUES SECTORIELLES -=-=-=-=-=--=-=-= DIRECTION

Plus en détail

L EXPÉRIENCE DE LA CENTENARY BANK DANS LE FINANCEMENT DU SECTEUR AGRICOLE

L EXPÉRIENCE DE LA CENTENARY BANK DANS LE FINANCEMENT DU SECTEUR AGRICOLE L EXPÉRIENCE DE LA CENTENARY BANK DANS LE FINANCEMENT DU SECTEUR AGRICOLE ABDUL KYANIKA NSIBAMBI CENTENARY BANK UGANDA 28 30 mars 2012 KAMPALA, OUGANDA Présentation générale L histoire de la Centenary

Plus en détail

P4P Questionnaire Commerçants [Enquête base et Suivi, pays d impact et non d impact]

P4P Questionnaire Commerçants [Enquête base et Suivi, pays d impact et non d impact] 1 P4P Questionnaire Commerçants [Enquête base et Suivi, pays d impact et non d impact] Introduction Je m appelle et je travaille pour le Programme Alimentaire Mondial (PAM) au Mali. Nous menons une enquête

Plus en détail

Liste des Tableaux Tableau

Liste des Tableaux Tableau Liste des Tableaux Tableau 1 Dynamique entrepreneuriale des acteurs d un système privé de 37 distribution d engrais dans le processus de marché 2 Relations entre fonctions/flux de marketing, contraintes

Plus en détail

INANCEMENT À TRAVERS LES SYSTÈMES DE ÉCÉPISSÉS D ENTREPÔT EXPÉRIENCE DE LA HOUSING FINANCE BANK EN OUGANDA

INANCEMENT À TRAVERS LES SYSTÈMES DE ÉCÉPISSÉS D ENTREPÔT EXPÉRIENCE DE LA HOUSING FINANCE BANK EN OUGANDA INANCEMENT À TRAVERS LES SYSTÈMES DE ÉCÉPISSÉS D ENTREPÔT EXPÉRIENCE DE LA HOUSING FINANCE BANK EN OUGANDA FORUM SUR LE FINANCEMENT DE L AGRICULTURE Du 28 au 30 mars 2012 Kampala, Ouganda HOUSING FINANCE

Plus en détail

Assurance Récolte Sahel

Assurance Récolte Sahel Assurance Récolte Sahel L ASSURANCE INDICIELLE EN AFRIQUE DE L OUEST EXPÉRIENCE DU BURKINA Conference FARM - Pluriagri 18 décembre 2012 Contents I. Contexte II. Eléments clés d ARS III. L Expérience au

Plus en détail

Les Associations de Cautionnement Mutuel en Guinée. Expérience du PASAL avec les institutions de micro finance

Les Associations de Cautionnement Mutuel en Guinée. Expérience du PASAL avec les institutions de micro finance Le financement de l agriculture familiale dans le contexte de libéralisation : quelle contribution de la microfinance?/ Séminaire de Dakar, 21-24 janvier 2002 / Contribution MINISTERE DE L AGRICULTURE

Plus en détail

Sasakawa Africa Association/ Global 2000

Sasakawa Africa Association/ Global 2000 Sasakawa Africa Association/ Global 2000 Programme Agricole SG2000 au Mali et Nouvelles Orientations Par Mlle. SARAN DIANE, Coordinatrice PPP Dr. Abou BERTHE SAA/Mali - Directeur PLAN I. INTRODUCTION II.

Plus en détail

Le programme-cadre de développement des SADA

Le programme-cadre de développement des SADA 4 Le programme-cadre de développement SADA L étude de cas ne saurait être complète sans présenter une méthode d élaboration programmes de développement SADA. Les sections suivantes montrent les étapes

Plus en détail

Vision cultures. Substitutions de maturités d hybrides basées sur la recherche à long terme. par Mark Jeschke et Steve Paszkiewicz.

Vision cultures. Substitutions de maturités d hybrides basées sur la recherche à long terme. par Mark Jeschke et Steve Paszkiewicz. Vision cultures Substitutions de maturités d hybrides basées sur la recherche à long terme par k Jeschke et Steve Paszkiewicz Sommaire Lorsque la pluie retarde sensiblement les travaux aux champs et les

Plus en détail

VOUS SOUHAITEZ maîtriser

VOUS SOUHAITEZ maîtriser Agriculteurs assurance préviris VOUS SOUHAITEZ maîtriser VOS risques de prix, VOTRE BANQUE a la solution pour accéder aux marchés à terme. Préviris Blé, orge, colza ou maïs Dans un contexte d instabilité

Plus en détail

La crise mondiale des revenus agricoles

La crise mondiale des revenus agricoles Le marché a perdu la clé des champs André D Beaudoin Secrétaire Général UPA DI La crise mondiale des revenus agricoles Forum Souveraineté alimentaire Niamey/ novembre 2006 Depuis plus de quatre décennies:

Plus en détail

Accès au crédit et foncier

Accès au crédit et foncier Réseau National des Chambres d'agriculture du Niger Note d information Accès au crédit et foncier RECA Réseau National des Chambres N d Agriculture du Niger iger 22 mai 2015 / Rédaction : Florence Bron-Saïdatou

Plus en détail

I. PRESENTATION DES FACTURES DE DOIT

I. PRESENTATION DES FACTURES DE DOIT CHAPITRE 05 : LES OPERATIONS D ACHATS ET DE VENTES I. PRESENTATION DES FACTURES DE DOIT A. Définition La facture est un écrit dressé par un commerçant et constatant les conditions auxquelles il a vendu

Plus en détail

Comprendre l expérience néozélandaise : leçons à tirer pour la production laitière de demain.

Comprendre l expérience néozélandaise : leçons à tirer pour la production laitière de demain. Comprendre l expérience néozélandaise : leçons à tirer pour la production laitière de demain. Professeur Hugh Campbell Université d Otago, Nouvelle-Zélande La politique agricole avant la Deuxième guerre

Plus en détail

L ACCOMPAGNEMENT BANCAIRE DES ENTREPRISES CANADIENNES DANS LEUR EXPANSION EN EUROPE

L ACCOMPAGNEMENT BANCAIRE DES ENTREPRISES CANADIENNES DANS LEUR EXPANSION EN EUROPE L ACCOMPAGNEMENT BANCAIRE DES ENTREPRISES CANADIENNES DANS LEUR EXPANSION EN EUROPE CARREFOUR EUROPE 6 NOVEMBRE 2013 Présenté par: Équipe internationale, Banque Nationale du Canada 1 Contexte Situation

Plus en détail

Techniques des prévisions de ventes

Techniques des prévisions de ventes Techniques des prévisions de ventes Introduction Les techniques des prévisions de ventes servent à : Anticiper, à éviter les risques et à maitriser au mieux l avenir dans un contexte concurrentiel. PLAN

Plus en détail

Etude de la stratégie de gestion des risques d insécurité alimentaire. Groupe 3

Etude de la stratégie de gestion des risques d insécurité alimentaire. Groupe 3 Etude de la stratégie de gestion des risques d insécurité alimentaire Groupe 3 Plan de l exposl exposé Introduction Méthodologie Résultats : Présentation de l Union paysanne Diagnostic sur les changements

Plus en détail

Les entreprises qui exercent des activités commerciales et qui sont inscrites aux

Les entreprises qui exercent des activités commerciales et qui sont inscrites aux NUMÉRO 2014-10 WWW.BDO.CA LE FACTEUR FISCAL POSSÉDEZ-VOUS LA DOCUMENTATION REQUISE POUR JUSTIFIER VOTRE DEMANDE DE REMBOURSEMENT DE LA TPS/TVH ET DE LA TVQ? Les entreprises qui exercent des activités commerciales

Plus en détail

FONDS D ÉCONOMIE SOCIALE DU CLD DE LA MRC DE CHARLEVOIX-EST

FONDS D ÉCONOMIE SOCIALE DU CLD DE LA MRC DE CHARLEVOIX-EST FONDS D ÉCONOMIE SOCIALE DU CLD DE LA MRC DE CHARLEVOIX-EST GUIDE DE RÉDACTION DU PLAN D AFFAIRES Nom de l organisme : Montant total du projet : Montant demandé au FES : Nombre d emplois créés ou maintenus

Plus en détail

Warrantage. Contribution de Monsieur Breyne Christophe FAO Sénégal/Régional

Warrantage. Contribution de Monsieur Breyne Christophe FAO Sénégal/Régional Warrantage Contribution de Monsieur Breyne Christophe FAO Sénégal/Régional Plan Définition Etapes clés du Warrantage & approvisionnement en intrants Résultats et Avantages 12 Règles d or Limites Perspectives

Plus en détail

Rapport d activités 2001 et Perspectives pour 2002

Rapport d activités 2001 et Perspectives pour 2002 APCAM/PASIDMA Projet d Appui au Système D Information Décentralisé du Marché Agricole (PASIDMA) Rapport d activités 2001 et Perspectives pour 2002 Version actualisée Bamako, le 7 Mars 2002 Plan d action

Plus en détail

Les domaines d application du marketing. Marketing des achats. Marketing industriel

Les domaines d application du marketing. Marketing des achats. Marketing industriel Les domaines d application du marketing Marketing des achats Marketing industriel Ecole Doctorale-Université Pascal Paoli - 1 - Sommaire Introduction I. Analogies entre achat et marketing II. La démarche

Plus en détail

La commande groupée d intrants agricoles : un mécanisme d approvisionnement

La commande groupée d intrants agricoles : un mécanisme d approvisionnement Capitalisation des bonnes pratiques en appui à la production agricole et à la sécurité alimentaire Fiche de bonne pratique Niger Juillet 2012 La commande groupée d intrants agricoles : un mécanisme d approvisionnement

Plus en détail

ACCES AU FINANCEMENT POUR LE DEVELOPPEMENT DES CULTURES DE DIVERSIFICATION DANS LES ZONES DE PRODUCTION DE CAFE AU BURUNDI ET EN

ACCES AU FINANCEMENT POUR LE DEVELOPPEMENT DES CULTURES DE DIVERSIFICATION DANS LES ZONES DE PRODUCTION DE CAFE AU BURUNDI ET EN ACCES AU FINANCEMENT POUR LE DEVELOPPEMENT DES CULTURES DE DIVERSIFICATION DANS LES ZONES DE PRODUCTION DE CAFE AU BURUNDI ET EN COTE D IVOIRE PROJECT N : CFC/ICO/30 ICO, Londres, Septembre 2010 INTRODUCTION

Plus en détail

Cahier de charges Biodia

Cahier de charges Biodia Cahier de charges Biodia Produits biologiques locaux et équitables Auteur : Lieve Vercauteren - VREDESEILANDEN Adaptations version 2 : Gert Engelen - Vredeseilanden Cahier de charges Biodia version 2 novembre

Plus en détail

Les marchés à terme, plus d une raison de s y intéresser

Les marchés à terme, plus d une raison de s y intéresser Les marchés à terme, plus d une raison de s y intéresser MICHEL MORIN, AGR. AGROÉCONOMISTE (CDPQ) COLLABORATEURS: STÉPHANE D AMATO, AGR., AXIS AGRICULTURE JEAN-DENIS LABRECQUE, CTA 2003 RÉJEAN LEBLANC,

Plus en détail

WARRANTAGE POUR SECURISER ET VALORISER LES CEREALES

WARRANTAGE POUR SECURISER ET VALORISER LES CEREALES PROGRAMME PROMOTION DE L AGRICULTURE FAMILIALE EN AFRIQUE DE L OUEST FICHE INNOVATION AU SENEGAL WARRANTAGE POUR SECURISER ET VALORISER LES CEREALES Grâce à l obtention d un crédit garanti par le stockage

Plus en détail

PRÉPARATION DE DIRECTIVES JURIDIQUES INTERNATIONALES POUR L AGRICULTURE SOUS CONTRAT. Note de projet

PRÉPARATION DE DIRECTIVES JURIDIQUES INTERNATIONALES POUR L AGRICULTURE SOUS CONTRAT. Note de projet www.unidroit.org PRÉPARATION DE DIRECTIVES JURIDIQUES INTERNATIONALES POUR L AGRICULTURE SOUS CONTRAT Le Guide UNIDROIT/FAO sur l agriculture sous contrat Note de projet SOMMAIRE Qu est-ce que l agriculture

Plus en détail

Constat de départ. Le «magasinage et warrantage» s inscrit dans une politique plus large

Constat de départ. Le «magasinage et warrantage» s inscrit dans une politique plus large Les services de magasinage et warrantage ; que peuvent-ils faire pour mitiger la volatilité des cours des produits vivriers en Afrique (version provisoire) Jonathan Coulter Spécialiste en marchés agricoles

Plus en détail

BONJOUR! GESTION DES STOCKS DE CÉRÉALES

BONJOUR! GESTION DES STOCKS DE CÉRÉALES BONJOUR! GESTION DES STOCKS DE CÉRÉALES GESTION DES STOCKS DE CÉRÉALES ET POLITIQUE DE LA STABILISATION DES PRIX Sources de variation / d'instabilité des prix Variations saisonnières des prix (1 an ou

Plus en détail

THEME 5: CONDITIONS DE VIABILITE FINANCIERE DE LA MICROFINANCE AGRICOLE

THEME 5: CONDITIONS DE VIABILITE FINANCIERE DE LA MICROFINANCE AGRICOLE RESEAU DES CAISSES POPULAIRES DU BURKINA ********************************* Fédération des Caisses Populaires du Burkina (F.C.P.B.) Tél.: 50.30.48.41, Fax : 50.30.49.10 ; E-mail : fcpb@fasonet.bf ; Adresse

Plus en détail

(Union des caisses mutuelles d épargne et de crédit du Mali BP: E4213, TEL 20 29 51 25 BAMAKO)

(Union des caisses mutuelles d épargne et de crédit du Mali BP: E4213, TEL 20 29 51 25 BAMAKO) Kafo Jiginew (Union des caisses mutuelles d épargne et de crédit du Mali BP: E4213, TEL 20 29 51 25 BAMAKO) Salon de financement de l agriculture à Sikasso du 06 au 08 mars 2014 THEME : «Le financement

Plus en détail

MODULE 4 - Exploitation

MODULE 4 - Exploitation - Introduction 54 Résultats visés... 54 Compétences en recherche 55 Notes à l intention du formateur 56 Production 57 Stocks... 57 Planification 59 Frais d administration. 59 Ressources humaines.. 60 Distribution

Plus en détail

PLAN D AFFAIRE PROJET AUTEUR. Date. Modèle de plan d affaire 1 welcome@efcom-conseil.com

PLAN D AFFAIRE PROJET AUTEUR. Date. Modèle de plan d affaire 1 welcome@efcom-conseil.com PLAN D AFFAIRE PROJET AUTEUR Date Modèle de plan d affaire 1 welcome@efcomconseil.com SOMMAIRE SOMMAIRE...2 LE PORTEUR...4 L IDEE DE DEPART...5 L ETUDE DE MARCHE...6 Le marché et son environnement...6

Plus en détail

COMISSÂO DA CEDEAO ECOWAS COMMISSION COMMISSION DE LA CEDEAO

COMISSÂO DA CEDEAO ECOWAS COMMISSION COMMISSION DE LA CEDEAO COMISSÂO DA CEDEAO ECOWAS COMMISSION COMMISSION DE LA CEDEAO Note méthodologique Task Force «Instrument d appui au stockage et commercialisation par les OP» Plateforme d Appui au Développement Rural et

Plus en détail

Politique Internationale d Achat de Cacao

Politique Internationale d Achat de Cacao Politique Internationale d Achat de Cacao Version : Juillet 2015 Nos exigences Le Groupe ALDI Nord (ci-après : «ALDI Nord») revendique d agir de manière honnête, responsable et fiable. Nos valeurs de commerce

Plus en détail

Forum 2013 sur le financement de l agriculture : activité bancaire agricole rentable Colombo, Sri Lanka. Florence Kariuki Août 2013

Forum 2013 sur le financement de l agriculture : activité bancaire agricole rentable Colombo, Sri Lanka. Florence Kariuki Août 2013 Forum 2013 sur le financement de l agriculture : activité bancaire agricole rentable Colombo, Sri Lanka Florence Kariuki Août 2013 Introduction Equity Bank a été fondée sous le nom d Equity Building Society

Plus en détail

Rapport de réunion Richmond 10 juin 2002

Rapport de réunion Richmond 10 juin 2002 1. Sommaire statistique Rapport de réunion Richmond 10 juin 2002 1.1 Vue d ensemble Nombre de groupes Participants par catégorie 34 Producteurs 4 5 Transformateurs 1 Distributeur Nombre de participants

Plus en détail

Rôle de Banques de céréales dans le dispositif de stockage de céréales au Mali. Par : Dr. Niama N. DEMBELE et Salifou B. DIARRA

Rôle de Banques de céréales dans le dispositif de stockage de céréales au Mali. Par : Dr. Niama N. DEMBELE et Salifou B. DIARRA Rôle de Banques de céréales dans le dispositif de stockage de céréales au Mali Par : Dr. Niama N. DEMBELE et Salifou B. DIARRA Novembre 2007 1 Introduction Depuis la libéralisation du marché céréalier

Plus en détail

Leçon 12. Le tableau de bord de la gestion des stocks

Leçon 12. Le tableau de bord de la gestion des stocks CANEGE Leçon 12 Le tableau de bord de la gestion des stocks Objectif : A l'issue de la leçon l'étudiant doit être capable de : s initier au suivi et au contrôle de la réalisation des objectifs fixés au

Plus en détail

La globalisation agricole inversée e : L'impact de la crise alimentaire. d Afrique de l Ouest l

La globalisation agricole inversée e : L'impact de la crise alimentaire. d Afrique de l Ouest l La globalisation agricole inversée e : L'impact de la crise alimentaire en Afrique de l Ouestl par John M. Staatz, Niama Nango Dembélé,, Valerie Kelly, et Ramziath Adjao Département d éd économie agro-alimentaire

Plus en détail

Théorie standard du commerce international: Supposons que. P A Y :PrixdeY au pays A. Prix relatifs de X par rapport à Y en autarcie: Pays B: Pays A:

Théorie standard du commerce international: Supposons que. P A Y :PrixdeY au pays A. Prix relatifs de X par rapport à Y en autarcie: Pays B: Pays A: 4 Le commerce international Canada-É-U, 1945-1973 4.1 L avantage comparé Théorie standard du commerce international: Supposons que PX:PrixdeX A au pays A P B X :PrixdeX au pays B P A Y :PrixdeY au pays

Plus en détail

Les règles de base de fonctionnement d un marché

Les règles de base de fonctionnement d un marché C HAPITRE 1 Les règles de base de fonctionnement d un marché Qu est-ce qu un marché? Un marché est un endroit matérialisé ou non où peuvent se rencontrer des agents économiques qui ont des besoins complémentaires,

Plus en détail

Regroupement tdes exploitants t et accès au financement

Regroupement tdes exploitants t et accès au financement Regroupement tdes exploitants t et accès au financement 10 septembre 2013 Dalberg is an advisory firm dedicated to global development NOTRE MISSION Notre mission est de trouver des réponses efficaces aux

Plus en détail

Accès au financement

Accès au financement Accès au financement Objectif de cette enquête L accès au financement est d une importance cruciale pour la réussite d une entreprise et un facteur important de la croissance économique en Europe suite

Plus en détail

II. LE PRINCIPE DE LA BASE

II. LE PRINCIPE DE LA BASE II. LE PRINCIPE DE LA BASE Le comportement des opérateurs (position longue ou courte) prend généralement en compte l évolution du cours au comptant et celle du cours à terme. Bien qu ils n évoluent pas

Plus en détail

Examen de baccalauréat 2004,

Examen de baccalauréat 2004, Examen de baccalauréat 2004, Sciences économiques et droit (partie comptabilité et gestion) (durée 4h) Matériel autorisé : calculatrice de poche Structure de l examen durée prévisible points attribués

Plus en détail

Crédit d impôt de l Ontario pour les produits multimédias interactifs numériques Bulletin

Crédit d impôt de l Ontario pour les produits multimédias interactifs numériques Bulletin Crédit d impôt de l Ontario pour les produits multimédias interactifs numériques Bulletin Ministère des Finances Le 2 novembre 2015 Le 23 avril 2015, le gouvernement a annoncé des changements proposés

Plus en détail

Consultation du HLPE sur l instabilité des prix alimentaires. Synthèse

Consultation du HLPE sur l instabilité des prix alimentaires. Synthèse Consultation du HLPE sur l instabilité des prix alimentaires A propos de ce document Ce document résume les résultats d une discussion en ligne organisé sur le Forum Global sur la Sécurité alimentaire

Plus en détail

- VISION DE LA CEDEAO -

- VISION DE LA CEDEAO - STOCK REGIONAL DE SECURITE ALIMENTAIRE - VISION DE LA CEDEAO - Dakar, 3-5 octobre 2011 Dr. Rui Silva Plan de Presentation Instruments Objectifs Articulation avec ECOWAP Approche de la CEDEAO Principes

Plus en détail

Gestion des unités de transformation : réalisation de l activité

Gestion des unités de transformation : réalisation de l activité Gestion des unités de transformation : réalisation de l activité Guide des apprenants 1 Ce module a été conçu avec l appui financier de la Commission de l Union Européenne Guide des aprenants sur la gestion

Plus en détail

Rapport de la Banque Mondiale sur le développement dans le monde : le monde du travail dans une économie sans frontières

Rapport de la Banque Mondiale sur le développement dans le monde : le monde du travail dans une économie sans frontières Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Rapport de la Banque Mondiale sur le développement dans le monde : le monde du travail dans une économie sans frontières Février 1996

Plus en détail

Commerce International des Céréales et Production Céréalière au Mali

Commerce International des Céréales et Production Céréalière au Mali Commerce International des Céréales et Production Céréalière au Mali Par Niama Nango DEMBELE Coordinateur Projet PASIDMA, APCAM_MSU_USAID APCAM/MSU Document de Travail no. 5 Bamako, Avril 12, 2003 Introduction

Plus en détail

Agricultures paysannes, mondialisation et développement agricole durable

Agricultures paysannes, mondialisation et développement agricole durable Agricultures paysannes, mondialisation et développement agricole durable Marcel MAZOYER professeur à La Paz juillet 2 007 Contenu 1. Une situation agricole et alimentaire mondiale inacceptable 2. Développement

Plus en détail

Projet de Croissance Agricole et de Sécurisation Foncière. Conférence-débat sur les investissements nécessitant de grandes superficies foncières,

Projet de Croissance Agricole et de Sécurisation Foncière. Conférence-débat sur les investissements nécessitant de grandes superficies foncières, Projet de Croissance Agricole et de Sécurisation Foncière Conférence-débat sur les investissements nécessitant de grandes superficies foncières, Objectifs et bénéficiaires Objectifs: 1. Accroître les revenus

Plus en détail