Dans la troisième vague du baromètre

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Dans la troisième vague du baromètre"

Transcription

1 20 dossier L ŒIL DU POLITOLOGUE PASCAL PERRINEAU Le vote, un acte de plus en plus individualiste C est dans une atmosphère de «défiance démocratique» que se déroule une campagne électorale qui semble intéresser une part croissante des électeurs même s ils en apprécient différemment l intérêt et la qualité. Cette défiance est un symptôme, parmi d autres, d une crise de la démocratie représentative. Dans la troisième vague du baromètre politique français, réalisée en décembre 2006, le malaise des citoyens par rapport au monde politique est majeur 1. À quatre mois de l échéance présidentielle, 63 % des personnes interrogées «ne font confiance ni à la gauche, ni à la droite pour gouverner», 53 % des mêmes personnes pensent que «le résultat de l élection présidentielle de 2007 ne permettra peu ou pas du tout d améliorer les choses en France». En même temps, 76 % des électeurs interrogés disent qu ils sont «tout à fait certains d aller voter» le 22 avril. C est dans cette atmosphère de «défiance démocratique» que se déroule une campagne électorale qui semble intéresser une part croissante des électeurs même s ils en apprécient différemment l intérêt et la qualité. Cette défiance est un symptôme, parmi d autres, d une crise de la démocratie représentative. Interrogés par la Sofres en mars 2006, 43 % seulement des Français estiment que «la démocratie fonctionne actuellement bien en France», ils étaient encore 51 % 1 Vague 3 du baromètre politique français, étude par sondage réalisée par l Ifop pour le Cevipof et le ministère de l Intérieur. Interrogation de personnes représentatives de la population âgée de 18 ans et plus, inscrites sur les listes électorales. trois ans plus tôt. Les manifestations de ce dysfonctionnement sont aujourd hui nombreuses. Le développement des abstentions et des votes blancs ou nuls Les comportements de retrait des urnes ou de participation protestataire ne cessent de croître. Tous les records d abstention aux élections, qu elles soient locales, nationales ou européennes, ont été battus au cours des quinze dernières années : 28,4 % des électeurs se sont abstenus au premier tour de l élection présidentielle de 2002, 35,6 % ont fait de même au premier tour des législatives de la même année, 57,2 % ont boudé les urnes lors des élections D.R. européennes de Lorsqu on analyse cette poussée de l abstention, on s aperçoit que deux types d abstentionnisme cohabitent. D un côté, un abstentionnisme d indifférence qui rassemble des citoyens très éloignés du système politique, souvent peu éduqués, de condition sociale défavorisée (66 % par exemple des électeurs français sans diplôme se sont abstenus aux élections européennes de juin 2004). Leur abstentionnisme ne fait que refléter la distance sociale et culturelle qui les sépare d un système politique à leurs yeux réservé aux «gens d en haut». Cet abstentionnisme à forte composante sociologique n est pas en forte croissance. En revanche, d un autre côté, se développe un abstentionnisme de protestation qui peut toucher des citoyens éduqués, jeunes, de statut social moyen ou même supérieur, et parfois politisés. Ces citoyens ne se retrouvent plus dans le système politique tel qu il fonctionne et leur abstention n est que le reflet d une protestation vis-à-vis de la démocratie représentative, du système des partis et des hommes politiques. C est ce volant d abstentionnistes protestataires qui ne cesse de croître dans nos démocraties européennes. Faute d utiliser la «grève des urnes», certains de ces citoyens peuvent se rendre aux urnes et y déposer un bulletin blanc ou nul, signe de leur malai-

2 L ŒIL DU POLITOLOGUE dossier 21 se vis-à-vis de la représentation politique officielle : 3,4 % des votants ont emprunté cette voie au premier tour de l élection présidentielle de 2002, 3,3 % ont fait de même lors des élections européennes de On voit bien comment dans cette population d abstentionnistes protestataires, se construit un nouveau type de rapport au vote, beaucoup moins permanent qu auparavant, moins valorisé et plus intermittent. Le vote n est plus qu un moyen parmi d autres de participer à la politique, il n est utilisé qu épisodiquement et peut être rejeté pour privilégier d autres modes plus protestataires de participation politique (manifestations, pétitions, occupation de locaux, violences ). En 2004, année où les Français étaient convoqués aux urnes pour les élections régionales et les élections européennes, une étude de l Insee montre que seuls 36,7 % des électeurs ont participé systématiquement à toutes les élections, 25,5 % se sont abstenus systématiquement et, surtout, 37,8 % ont voté par intermittence 2. Le repli sur le privé Albert O. Hirschmann avait montré, il y a plusieurs années, dans un livre intitulé Bonheur privé, action publique, comment les sociétés démocratiques connaissaient des alternances cycliques entre des phases de fort investissement dans l action publique et des phases de désinvestissement de celle-ci et de repli sur les «bonheurs privés». Cette grille de lecture pourrait être appliquée à nombre de nos sociétés européennes qui ont pu connaître, dans les années soixante-dix et jusqu au début des années quatre-vingt, un mouvement de croyance dans les vertus de l action publique et de sa capacité à changer les choses puis qui, à des moments divers des années quatre-vingt-dix, ont enregistré de profondes désillusions et un mouvement de 2 Aline Désesquelles, «La participation électorale au printemps 2004», Insee Première, n 997, décembre repli sur le privé. La démocratie ne fait alors plus l objet d un puissant investissement et l intérêt pour la chose publique s étiole. La politisation négative Cette phase de retrait des affaires publiques peut ici et là montrer des signes d épuisement pour laisser la place à un retour vers l action publique mais sur un mode protestataire. C est ce qu un sociologue français, Jean-Louis Missika, a appelé le début d un cycle de «politisation négative» où les citoyens reviennent à la politique et à l action publique mais surtout sur un mode protestataire. Le cortège de manifestations et de violences urbaines qui ont secoué la France au cours des dernières années est là pour le prouver : manifestations de mars 2005 contre la loi Fillon, émeutes urbaines de novembre 2005, manifestations anti-cpe du printemps 2006 Cette forme de «nouvelle politisation» n est pas toujours aisément intégrable dans le système démocratique classique. Pascal Perrineau (PES 74, Doct. d État de Sc Po 81) Professeur des universités à Sciences Po Paris, Pascal Perrineau dirige le Centre de recherches politiques de Sciences Po (Cevipof FNSP/CNRS). Il enseigne la vie politique en Europe, l analyse des attitudes et des forces politiques et le vote (avec Anne Muxel). Il est en charge, avec Janine Mossuz-Lavau, du domaine Fait politique aux Presses de Sciences Po et dirige, avec Anne Muxel, la collection Cevipof aux Éditions Autrement. Ses recherches portent principalement sur la sociologie électorale, l analyse de l extrême droite en France et en Europe ainsi que sur l interprétation des nouveaux clivages à l œuvre dans les sociétés européennes. Il remplit plusieurs missions d expertise auprès, entre autres, du Conseil de l Europe, du Fonds national suisse pour la recherche ou encore de Radio France. Vers un vote de désélection Cette démocratie de la défiance s exprime, selon Pierre Rosanvallon, dans trois figures ; celle du «peuple-surveillant», qui par sa vigilance traquerait toutes les dérives de ses représentants ; celle du «peuple-veto», qui se manifeste beaucoup plus par la puissance de son refus que par son souci d autoriser et de légitimer et, enfin, celle du «peuple-juge», où les citoyens obtiendraient des procès les résultats qu ils désespèrent d obtenir par l élection 3. Toutes ces figures de la «contre-démocratie», au-delà de leur contestation de la démocratie du vote, ont investi cette dernière pour la changer en profondeur. Nous sommes entrés dans l âge de la désélection. Les formes protestataires de la participation défiante n ont cessé de se développer et se sont mêlées au vote. Depuis 1981, toutes les majorités sortantes ont été battues. Les pouvoirs d empêchement ont pris une importance démesurée et le blocage, le refus, la résistance et l obstruction sont aujourd hui les comportements qui jouent le plus grand rôle dans les champs politique et social. Les électeurs agissent comme autant de veto players. On est passé d une politique des idées à une politique de la défiance, dans le cadre d une désillusion par rapport à la politique et d un affadissement des antagonismes politiques. Les majorités politiques de réaction deviennent ainsi de plus en plus faciles à former dans un univers où les affrontements idéologiques se sont étiolés. Cette tendance est renforcée dans le cas français par l héritage de la «culture révolutionnaire» où la vision de l élection comme expression de la volonté générale coexiste avec «une culture de l insurrection, forme radicalisée de la politique négative». Ce «citoyen négatif» n est pas un citoyen passif mais plutôt un citoyen sceptique, désarçonné, parfois 3 Pierre Rosanvallon, La contre-démocratie. La politique à l âge de la défiance, Seuil, 2006.

3 22 dossier L ŒIL DU POLITOLOGUE cynique et qui reste présent dans l espace public 4. Dans l arsenal de ses modes de participation à cet espace public, le vote n est plus qu un moyen parmi d autres, utilisé par éclipses. Un vote instable et intermittent Le vote, indépendamment de son érosion et de la mutation de ses usages a connu une rupture de stabilité (volatilité, usage à éclipses, choix de dernier moment). Le vote semble aujourd hui touché par une volatilité qui l émancipe partiellement des préférences partisanes et idéologiques de l électeur : 48 % des électeurs proches du Parti socialiste ont voté pour un autre candidat que Lionel Jospin au premier tour de l élection présidentielle de 2002 (sondage Cevipof-CIDSP-Cecop, effectué par la Sofres du 15 mai au 3 juin 2002) ; 24 % des électeurs qui se situent à gauche fin 2006 Logiques et limites de la percée de François Bayrou Logiques Toutes les enquêtes réalisées depuis le début de la campagne montrent un électorat en majorité (61 %) 1 défiant vis-à-vis de la politique, qui n a confiance ni dans la gauche ni dans la droite pour gouverner Or, François Bayrou a axé toute sa campagne sur la dénonciation de ce clivage et sur la volonté de créer un gouvernement d union nationale qui verrait la participation d hommes politiques de droite et de gauche. Une partie de l électorat de gauche doute des capacités de la candidate socialiste à exercer pleinement la fonction présidentielle. Certains de ses électeurs se réfugient, pour l instant, dans une intention de vote en faveur de François Bayrou. François Bayrou récupère l essentiel de l «électorat naturel» de l UDF (70 % mi-mars) qui jadis se retrouvait derrière des candidats comme Raymond Barre en 1988 ou Édouard Balladur en Enfin, François Bayrou fait une campagne très protestataire et capte une partie du tempérament protestataire qui traverse le corps électoral depuis plusieurs années. Limites Une partie importante de ses électeurs potentiels n est pas sûre de son choix : 47 % seulement déclarent leur choix définitif «tout à fait» ou «plutôt fait». Son grand défi est de solidifier une base électorale pour l instant fragile. Sa stratégie gouvernementale reste floue. Les élections législatives suivront l élection présidentielle. Celles-ci ont toujours été sous la Ve République, particulièrement depuis 1962, bipolarisées avec une opposition entre une gauche unie et une droite unie (incluant l essentiel du centre). S il était élu, François Bayrou serait obligé de sortir de cette logique bipolaire qu il condamne. On voit mal pour l instant comment il pourrait en quelques semaines bouleverser cette logique et faire élire ses candidats contre la droite (UMP et alliés UDF) et la gauche (PS, Verts et communistes). Pour le moment, il ne dispose du soutien que d une trentaine de députés UDF ; or, il y a 577 circonscriptions à gagner dans le cadre d élections législatives. Enfin, les solutions de gouvernement au centre ou de collaboration entre une partie de la droite et une partie de la gauche, peuvent rappeler aux Français les mauvais souvenirs de la IV e République qui avait vu de 1947 à 1958 se succéder nombre de gouvernements très instables (21 gouvernements en 12 ans soit une moyenne de presque deux gouvernements par an). P. P. 1 Baromètre politique français, Cevipof-ministère de l Intérieur-Ifop, début février déclarent qu il est plutôt ou tout à fait probable qu ils voteront pour Nicolas Sarkozy en 2007 ; il en est de même pour 24 % des électeurs de droite vis-à-vis de Ségolène Royal (baromètre politique français Cevipof-ministère de l Intérieur, enquête réalisée par l Ifop, décembre 2006). Ce vote volatil est souvent choisi dans le dernier instant : à l élection présidentielle de 2002, 39 % des électeurs ont fait leur choix le jour même de l élection ou dans les deux ou trois jours qui l ont précédée (sondage «sortie des urnes» de l Institut CSA). Ce vote davantage volatil et incertain fait l objet d un usage de plus en plus intermittent : interrogés par l Insee en 2002, 55 % des électeurs déclarent avoir participé à tous les tours de scrutin (présidentielle + législatives) mais 40 % n ont voté qu à certains tours et 13 % se sont toujours abstenus 5. D une certaine manière, le vote s est banalisé et a été partiellement désinvesti. Selon le sondage «sortie des urnes» de l Institut CSA, 49 % des électeurs pensent en 2002 que l élection du candidat qu ils ont choisi ne «changera que peu ou pas du tout leur situation personnelle» (contre 35 % seulement qui croient que cela changera beaucoup ou assez leur situation, 16 % ne répondant pas). Le vote est de moins en moins un devoir et de plus en plus un droit dont on décide librement l usage. Comme bien d autres pratiques politiques, le vote est devenu l acte individualiste par excellence, un acte politique dont la nécessité se mesure à l efficacité qu on peut en attendre et qui est utilisé comme un moyen parmi d autres au sein d un répertoire d action de plus en plus diversifié 6. 4 Pippa Norris, Critical Citizens. Global Support for Democratic Gouvernance, Oxford University Press, François Héran, Voter toujours, parfois ou jamais, p dans Bruno Cautrès, Nonna Mayer, dir., Le nouveau désordre électoral, Presses de Sciences Po, Pascal Perrineau, dir., L engagement politique. Déclin ou mutation?, Presses de Sciences Po, 1994.

4 L ŒIL DU PHILOSOPHE dossier 23 MARCEL GAUCHET La politique sans médiations? L affaiblissement des médiations est au centre du marasme démocratique. Il est l un des principaux facteurs qui ouvrent la porte à la protestation populiste. Il mérite à ce titre un examen un tant soit peu systématique. Une remarque préliminaire, afin de prendre la juste mesure du phénomène et de ne pas se tromper de diagnostic. Ces médiations qui articulent le social et le politique, la société civile et la sphère publique ne sont pas ou ne sont plus contestées dans leur principe. Personne ne réclame plus sérieusement la suppression des partis politiques, les syndicats sont généralement acceptés et leur fonction reconnue, les associations jouissent d une large popularité. Le problème est que ces médiations acceptées dans leur principe sont désertées en pratique. Et il faut préciser, pour éviter des disputes inutiles : désertées en esprit, lorsqu elles ne le sont pas dans les faits. Le volume des adhésions, ici, n est pas un indicateur suffisant. Il est très faible en France, comme on sait. Le fait qu il soit plus élevé ailleurs ne signifie pas que les choses y soient substantiellement différentes sur le fond. On peut adhérer sans y croire, pour toutes sortes de motifs. Là où les taux de syndicalisation restent élevés, la foi des adhérents de base dans les vertus de leur organisation n en est pas plus intense pour autant. C est bien entendu ce lien de confiance et de reconnaissance qui compte et qu il convient de scruter. Un consentement à des médiations tenues en même temps pour défaillantes, voilà très exactement ce que nous avons à essayer de comprendre. L idée de s en passer a disparu, mais pour autant, un nombre croissant d acteurs sociaux ne parvient pas à s y retrouver. Par rapport à cette situation singulière, trois registres d explication au moins me semblent devoir être allégués. J. SASSIER Des raisons internes Il y a à cette situation des raisons internes qui tiennent à l évolution de nos systèmes institutionnels. Pour résumer le phénomène d une formule générale, on pourrait dire : l enracinement de la démocratie se paie de son désenchantement. Dans le cas précis je durcis le trait, selon la loi du genre les médiations politiques et sociales ont été institutionnalisées, et dans l opération elles ont perdu leur âme. Leur reconnaissance à la fois officielle et officieuse tend à les réduire à des rouages fonctionnels, d autant plus enfermés dans leur fonction spécialisée que cette fonction est généralement reconnue comme indispensable. C est ainsi que les partis, dans le cadre d une démocratie devenant toujours davantage une démocratie des partis, tendent à se restreindre à des machines électorales hautement professionnalisées. Ils prétendent de moins en moins exprimer et organiser politiquement des groupes sociaux, ce qui veut dire aussi concrètement qu ils sont de plus en plus déconnectés de quelque base sociale que ce soit (autrement qu au titre de la captation conjoncturelle du suffrage). Leurs ambitions idéologiques (au sens noble du terme) ou doctrinales, pour employer un terme neutre, se sont limitées de la même manière : ils ne prétendent plus guère apporter une doctrine compréhensive du mouvement des sociétés et une vision plausible de l avenir. Ils vivent sur un héritage intellectuel plus ou moins dégradé en slogans. Il faut dire qu ils ne sont pas aidés sur ce chapitre par une conjoncture historique caractérisée par une crise de l avenir qui met spectaculairement en question la capacité de nos sociétés à déchiffrer le futur vers lequel elles se projettent. La tâche ne leur est pas facilitée non plus par le rétrécissement de la gamme des options, dans un monde où les alternatives radicales que condensaient les noms de révolution et de tradition ont perdu leur crédibilité. Évidemment, en fonction de ce rétrécissement du plausible, une vaste carrière s ouvre à une protestation sans programmes si solutions, invoquant un mystérieux potentiel de rechange dont on ne sait en quoi il consiste. C est dans le cas des syndicats que

5 24 dossier L ŒIL DU PHILOSOPHE 1 Voir le bilan dressé par Dominique Andolfatto et Dominique Labbé dans le dernier chapitre de leur récente Histoire des syndicats (Paris, Seuil, 2006). Marcel Gauchet Philosophe, Marcel Gauchet est directeur d études à l EHESS, rédacteur en chef et cofondateur, avec Pierre Nora, de la revue Le Débat. S intéressant à l État, la laïcité et la religion, il publie, en 1985, Le désenchantement du monde (Gallimard), ouvrage majeur qui le rend célèbre. Il est également le père de l expression «fracture sociale», reprise en 1994 par Emmanuel Todd, et qui devient le thème central de la campagne présidentielle de Jacques Chirac. Dernières Publications : La Démocratie de notre temps (avec Pierre Manent et Alain Finkielkraut), Éditions du Tricorne/Répliques, France Culture, Genève, 2003 ; Le Religieux après la religion (avec Luc Ferry), Grasset, Paris, 2004 ; Un Monde désenchanté?, Éditions de l Atelier, 2004 ; La Condition politique, Gallimard, Paris, cette rançon de l institutionnalisation a son illustration la plus spectaculaire. Ce qu ils ont gagné en place dans la négociation sociale, ils l ont perdu en enthousiasme combatif et en dynamisme propositionnel. La légitimité des partenaires sociaux n a pas le pouvoir d appel de l alternative sociale dont les luttes ouvrières étaient porteuses jusqu à une date récente. Il ne reste plus guère que les batailles défensives ou de retardement menées contre les inéluctables ajustements de l État-providence pour ranimer fugacement l esprit des anciennes mobilisations. Nulle part ce choc en retour de l institutionnalisation n est mieux lisible que dans la situation française 1. Ce qui joue en défaveur des partis consacrés et des syndicats installés favorise, en revanche, l association, ouverte par principe à une création permanente, moins formelle, plus proche par nature des préoccupations de ses membres. Sa popularité n a pas d autre origine. Encore les réalités de son fonctionnement, lorsqu on va y regarder de près, sont-elles fort loin de ce tableau idéal. Hors des phases de création et des effervescences ponctuelles liées à l urgence d une cause, la vie interne des associations ne se présente pas d une manière substantiellement différente de celle des partis ou des syndicats, l exigence de contrôle démocratique y étant même souvent beaucoup plus faible, et les effets pervers de la reconnaissance institutionnelle s y révélant plus ravageurs encore. L association n est pas la panacée qu on nous annonce aux maux de l implication démocratique. J ajouterai même que l association, par la ponctualité de son objet, est davantage un problème qu une solution. La faveur dont elle jouit est le signe d une difficulté majeure du fonctionnement démocratique aujourd hui, le refus ou la peine des acteurs d adopter le point de vue de l ensemble et par conséquent de relativiser leur particularité de conviction ou d intérêt. Cette intégration de la pluralité des composantes du collectif dans la cohérence d une politique globale est ce qu assurent tant bien que mal les partis et même les syndicats et c est ce qui leur vaut le reproche de distance, de méconnaissance des situations singulières des acteurs sociaux. La proximité dont les associations peuvent se targuer est sans doute en revanche à la fois la marque et le ferment de la difficulté grandissante à rendre lisible la cohérence globale d une politique démocratique. Des raisons externes À ces raisons internes, s en ajoutent d autres, externes celles-là, qui tiennent à l évolution de nos sociétés. On peut les ramener à un seul et même facteur, à savoir l avancée du processus d individualisation considéré dans ses deux faces négative et positive. Versant négatif, cette avancée se traduit par l effritement des appartenances et des encadrements collectifs. Le plus visible de ces effritements étant celui de l appartenance et de la conscience de classe la propension des acteurs individuels à se définir et à déterminer leurs choix politiques en fonction de leur appartenance reconnue à une classe. Cela ne signifie pas que les classes n ont plus d existence objective mais que ces individus qui les composent ont moins tendance à se définir sur leur base. Inutile là aussi de s enfermer dans de faux débats : la structure objective de classe peut se durcir, et la conscience subjective de classe s affaiblir. Ce sont deux phénomènes distincts. Mais cela veut dire qu il est de plus en plus

6 L ŒIL DU PHILOSOPHE dossier 25 difficile, du point de vue des appareils de médiation, de correspondre à un groupe social quel qu il soit et, a fortiori, de coller à une classe sociale. Versant positif du processus d individualisation, maintenant, l affirmation du point de vue individuel pousse dans le sens de la recherche d une expression directe ou d un lien direct personnel entre dirigeants et dirigés qui entame le travail de médiation dans son principe, au point de le rendre virtuellement impossible. Les individus montrent une impatience considérable visà-vis des formules généralisantes et des définitions collectives. Ils ne se reconnaissent que dans ce qui leur paraît réfracter directement la singularité de leur cas, de leur situation ou de leurs identités. Les médias J en arrive à mon troisième et dernier registre d explication, qui se rattache à la vérité au précédent, aux transformations des conditions sociales dans lesquelles doit s effectuer le travail de médiation, mais qui a pris dans la période récente une importance qui justifie de l examiner à part. Je veux parler du développement d une médiation d un rang supérieur, celle des médias, justement, qui a pour effet de déclasser les autres, tout en étant essentiellement déceptive. Développement, et non apparition, car les médias accompagnent le déploiement du régime représentatif et de la démocratie représentative depuis le départ, ils en sont inséparables (au titre de l espace public et de l opinion). Mais ils ne faisaient même pas figure d appareils de médiation à proprement parler, à tort ou à raison. Ils étaient généralement tenus pour des instruments auxiliaires des institutions ou des forces médiatrices qu ils aidaient à remplir leur rôle. Avec la montée en puissance de la télévision, la situation a changé du tout au tout. Les conditions d exercice de la fonction médiatrice ont été bouleversées. La médiation communicationnelle est passée en surplomb des autres. Elle les conditionne La médiation communicationnelle confirme l individu dans ses prétentions de compter seul au milieu de ses pareils, sans le secours d intermédiaires. C est par là qu elle est spontanément vouée à entretenir un populisme endémique nos populismes sont des télépopulismes. dans une très large mesure, avec des effets remarquables. Elle tend en effet à les invalider, en nourrissant l illusion de la relation directe et personnelle entre le spectateur et la réalité du monde ou la personne des dirigeants et en faisant paraître du même coup les pesanteurs institutionnelles ou les langages officiels pour des héritages obsolètes. Cette médiation-là possède la propriété extraordinaire de paraître ne pas exister, de créer un rapport immédiat et transparent entre l individuel et le collectif. C est pourquoi elle se met si aisément au service des autres, elle ne cherche pas à les supplanter, sauf qu elle les remet radicalement en question en semant le doute sur leur utilité. Elle confirme l individu dans ses prétentions de compter seul au milieu de ses pareils, sans le secours d intermédiaires. C est par là qu elle est spontanément vouée à entretenir un populisme endémique nos populismes sont des télépopulismes. Mais cependant cette médiation, qui a l air de ne pas en être une, existe, et c est en cela qu elle est déceptive. Confusément la conscience de son rôle caché s impose. D où d autre part le soupçon qui l accompagne, la fortune renaissante de la thématique de la manipulation et du complot sur laquelle elle débouche. D où aussi les attentes investies dans ce nouveau média à l expansion fulgurante et aux conséquences encore inconnues que représente l Internet. Pas de mise en scène cette fois : rien que la relation directe et horizontale des individus entre eux. Donc peut-être la forme idéale enfin trouvée de la communication immédiate des égaux. Le remède, en vérité, pourrait se révéler pire que le mal en rendant plus problématique encore le lien de l individu et de l ensemble. Peut-être est-ce sur ce théâtre que la crise de la médiation et des médiations est destinée à trouver son expression la plus complète. Est-il encore possible de lier le particulier et l universel autrement que sur le mode de la résolution fantasmagorique procurés par les différents populismes? Telle est la difficulté avec laquelle les démocraties vont devoir apprendre à vivre.

7 26 dossier L ŒIL DU POLITOLOGUE NICOLAS SAUGER Des partis de militants aux partis de supporters Les adhérents deviennent des acteurs de premier plan, supplantant délégués et cadres intermédiaires, en étant dorénavant systématiquement consultés tant pour l adoption des programmes que pour la désignation des candidats, notamment le candidat présidentiel. Le désamour entre les Français et les partis politiques est patent. Moins du quart d entre eux font confiance aux partis (24 % suivant les données du panel électoral français de 2002). Le fait n est bien sûr pas nouveau. Base du dissensus démocratique, les partis sont régulièrement remis en question parce qu ils représentent le constat de la pluralité (celle des appartenances mais également celle des intérêts) contre une vision d une Nation incarnée plutôt que représentée ou bien parce que, centrés sur leurs propres objectifs de conquête ou de conservation du pouvoir, ils agiraient plus comme courtiers d intérêts divers que dans une logique de représentation. La perspective des élections de 2007 pourrait sembler avoir changé la donne. L UMP ainsi que le Parti socialiste se sont lancés, avec succès, dans des campagnes de recrutement de nouveaux adhérents, multipliant par deux, voire par trois, le nombre de leurs membres pour atteindre, pour l UMP, le seuil symbolique des adhérents. Sans atteindre encore les niveaux de recrutement de nos voisins européens, la France abandonnerait ainsi néanmoins son modèle traditionnel de partis de notables, caractérisés par leur faiblesse, avec des effectifs militants étiques et principalement composés par un réseau d élus locaux. Au-delà de ces chiffres, ce sont les modèles mêmes d organisation des principaux partis français qui ont été repensés. Les adhérents deviennent des acteurs de premier plan, supplantant délégués et cadres intermédiaires, en étant dorénavant systématiquement consultés tant pour l adoption des programmes que pour la désignation des candidats, notamment le candidat présidentiel. PS et UMP, même combat La concomitance de ces transformations est frappante entre Parti socialiste et UMP. Les premiers signes en ont été donnés en , avec la primaire organisée à l intérieur du Parti socialiste pour la désignation de son candidat à l élection présidentielle, dont Lionel Jospin est finalement sorti vainqueur contre Henri Emmanuelli. D.R. Elles se sont diffusées ensuite rapidement à l ensemble des partis français, RPR et UDF adoptant dès 1998 une procédure d élection du chef du parti par l ensemble des adhérents. Le changement s est encore accéléré avec l arrivée à la tête de l UMP de Nicolas Sarkozy, dont la politique active de recrutement militant a obligé le Parti socialiste, également, à entreprendre une vaste campagne d adhésion. Si les logiques de concurrence et d imitation organisationnelles jouent ainsi un rôle moteur dans la transformation que connaissent aujourd hui les partis français, il est également possible de faire l hypothèse d une logique autonome dans ce processus : la démocratisation des organisations (avec la multiplication des votes) incitant les adhésions, l arrivée de ces nouveaux adhérents peut elle-même bousculer le rapport des forces internes des partis et, de ce fait, approfondir la logique de la démocratisation. La démocratisation des partis reste en effet à ce jour un phénomène partiel et inachevé. Pour les programmes, le rôle des grands élus et des cabinets de conseil en analyse de l opinion, en stratégie et en communication reste déterminant en ce qu il représente souvent l étape préalable à la constitution de tout programme soumis au suffrage des adhérents. Les compétitions internes aux partis restent le plus souvent limitées à un can-

Sondage national auprès des primo-votants à l élection présidentielle 2012

Sondage national auprès des primo-votants à l élection présidentielle 2012 Sondage national auprès des primo-votants à l élection présidentielle 2012 Un sondage Anacej / Ifop L Anacej a lancé en novembre 2011 la campagne 2012, je vote pour inciter les jeunes à vérifier leur inscription

Plus en détail

29 mai 2005, un paysage dynamité

29 mai 2005, un paysage dynamité 29 2005, un paysage dynamité Par Dominique Reynié, Professeur des Universités à l Institut d études politiques de Paris L exercice démocratique du 29 2005 confirme amplement que le référendum demeure un

Plus en détail

Loïc Blondiaux Le Nouvel Esprit de la démocratie Actualité de la démocratie participative Le Seuil, coll. «La République des Idées», 2008

Loïc Blondiaux Le Nouvel Esprit de la démocratie Actualité de la démocratie participative Le Seuil, coll. «La République des Idées», 2008 1 Loïc Blondiaux Le Nouvel Esprit de la démocratie Actualité de la démocratie participative Le Seuil, coll. «La République des Idées», 2008 L auteur Loïc Blondiaux est professeur des Universités à l Institut

Plus en détail

Barack Obama a gagné la bataille... sur les médias sociaux aussi!

Barack Obama a gagné la bataille... sur les médias sociaux aussi! Think... Edition Spéciale Barack Obama a gagné la bataille... sur les médias sociaux aussi! Le 4 avril 2011, Barack Obama annonçait sa candidature à l élection présidentielle américaine de 2012 sur Youtube.

Plus en détail

A quoi sert un plan de communication

A quoi sert un plan de communication Séminaire-atelier Bujumbura 8-9 Octobre 2014 La Communication Parlementaire A quoi sert un plan de communication 1. La communication c est quoi? Même si ces concepts sont connus il n est pas inutile de

Plus en détail

SIMULATION ELECTORALE

SIMULATION ELECTORALE SIMULATION ELECTORALE COMMUNICATION - PROGIS - JOURNALISME IEP Grenoble - Présidentielle 2012 SIMULATION ELECTORALE PRÉSIDENTIELLE 2012 A l initiative de l Association des Diplômés, cette simulation du

Plus en détail

La Constitution et l exercice des pouvoirs

La Constitution et l exercice des pouvoirs Thème La Constitution et l exercice des pouvoirs Instituée par le général de Gaulle en 958, et toujours en vigueur aujourd hui grâce à la souplesse des institutions qui ont su s adapter au fil du temps,

Plus en détail

Sondage national auprès des primo-votants à l élection présidentielle de 2012

Sondage national auprès des primo-votants à l élection présidentielle de 2012 Sondage national auprès des primo-votants à l élection présidentielle de 2012 Un sondage Anacej / Ifop L Anacej a lancé en novembre 2011 la campagne 2012, je vote pour inciter les jeunes à voter en 2012.

Plus en détail

LA RECONNAISSANCE AU TRAVAIL: DES PRATIQUES À VISAGE HUMAIN

LA RECONNAISSANCE AU TRAVAIL: DES PRATIQUES À VISAGE HUMAIN LA RECONNAISSANCE AU TRAVAIL: DES PRATIQUES À VISAGE HUMAIN JEAN-PIERRE BRUN PROFESSEUR CHAIRE EN GESTION DE LA SANTÉ ET DE LA SÉCURITÉ DU TRAVAIL UNIVERSITÉ LAVAL http://cgsst.fsa.ulaval.ca Dans quatre

Plus en détail

Les défauts et «fautes impardonnables» des candidats à l élection présidentielle

Les défauts et «fautes impardonnables» des candidats à l élection présidentielle COMMUNIQUE DE PRESSE Les défauts et «fautes impardonnables» des candidats à l élection présidentielle Sondage Harris Interactive pour M6-MSN-RTL Enquête réalisée en ligne par l'institut Harris Interactive

Plus en détail

SÉNAT PROPOSITION DE LOI

SÉNAT PROPOSITION DE LOI N 61 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2010-2011 Enregistré à la Présidence du Sénat le 25 octobre 2010 PROPOSITION DE LOI sur les sondages visant à mieux garantir la sincérité du débat politique et électoral,

Plus en détail

Charte de la laïcité à l École Charte commentée

Charte de la laïcité à l École Charte commentée Charte de la laïcité à l École Charte commentée Ce document propose un commentaire de la phrase de préambule et de chacun des articles de la Charte de la laïcité à l École. Il explicite le sens des principales

Plus en détail

13 NOVEMBRE 2007. Synthèse des contributions des militants MOUVEMENT DEMOCRATE sur proposition de la

13 NOVEMBRE 2007. Synthèse des contributions des militants MOUVEMENT DEMOCRATE sur proposition de la 13 NOVEMBRE 2007 Synthèse des contributions des militants MOUVEMENT DEMOCRATE sur proposition de la C H A R T E E T H I Q U E présentée par François Bayrou au Forum des Démocrates Seignosse 13-16 septembre

Plus en détail

GUIDE DE SENSIBILISATION DES ELECTEURS

GUIDE DE SENSIBILISATION DES ELECTEURS 1 République de Guinée Commission Electorale Nationale Indépendante GUIDE DE SENSIBILISATION DES ELECTEURS Election Présidentielle, octobre 2015 Conakry, Août 2015 1 2 Introduction Les organisations de

Plus en détail

L acceptation de l homosexualité et de l adoption par les couples homosexuels à six mois de l élection présidentielle de 2012

L acceptation de l homosexualité et de l adoption par les couples homosexuels à six mois de l élection présidentielle de 2012 L acceptation de l homosexualité et de l adoption par les couples homosexuels à six mois de l élection présidentielle de 2012 Léa Morabito, Centre d Etudes Européennes, Sciences Po Paris. Manon Réguer-Petit,

Plus en détail

Un contrat de respect mutuel au collège

Un contrat de respect mutuel au collège Apprentissage du respect - Fiche outil 01 Un contrat de respect mutuel au collège Objectifs : Décrire une action coopérative amenant élèves et adultes à s interroger sur leurs propres comportements en

Plus en détail

TITRE I DISPOSITIONS GÉNÉRALES

TITRE I DISPOSITIONS GÉNÉRALES TITRE I DISPOSITIONS GÉNÉRALES Article 1 er CONSTITUTION Il est fondé entre les personnes physiques adhérant aux présents statuts un parti politique dénommé «L Union pour un Mouvement Populaire» (UMP),

Plus en détail

MANAGEMENT SITUATIONNEL VERS L AUTONOMIE ET LA RESPONSABILISATION

MANAGEMENT SITUATIONNEL VERS L AUTONOMIE ET LA RESPONSABILISATION Fiche de lecture : MANAGEMENT SITUATIONNEL VERS L AUTONOMIE ET LA RESPONSABILISATION I. PRESENTATION GENERALE «Management situationnel Vers l autonomie et la responsabilisation» (nouvelle édition enrichie),

Plus en détail

La stratégie européenne de l Alliance rouge-verte danoise et le Parti de la gauche européenne *

La stratégie européenne de l Alliance rouge-verte danoise et le Parti de la gauche européenne * 42 La stratégie européenne de l Alliance rouge-verte danoise et le Parti de la gauche européenne * Inger V. Johansen Membre du comité des affaires européennes de l Alliance rouge-verte danoise intégration

Plus en détail

AZ A^kgZi Yj 8^idnZc

AZ A^kgZi Yj 8^idnZc Bienvenue à l âge de la majorité! l État vous présente vos droits et devoirs ainsi que les principes fondamentaux de la République à travers «Le Livret du Citoyen» Nom... Prénom... Date de naissance...

Plus en détail

I. L étude Usages & Attitudes

I. L étude Usages & Attitudes I. L étude Usages & Attitudes 1. Historique En 1997, entreprise leader de la distribution de boissons sur le marché hors domicile, France Boissons souhaite réaliser un état des lieux de son secteur d activité

Plus en détail

Comment faire parler les chiffres

Comment faire parler les chiffres Sondages d opinions Comment faire parler les chiffres Sept règles d or à l usage des journalistes et des communicants pour utiliser les données d un sondage d opinions sans se tromper ni tromper son audience

Plus en détail

Les Principes fondamentaux

Les Principes fondamentaux Les Principes fondamentaux DU MOUVEMENT INTERNATIONAL DE LA CROIX-ROUGE ET DU CROISSANT-ROUGE Christoph von Toggenburg/CICR Les Principes fondamentaux du Mouvement international de la Croix-Rouge et du

Plus en détail

Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH)

Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH) Paris, 8 novembre 2013 Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH) Allocution de S.E. M. Abdou Diouf, Secrétaire général

Plus en détail

LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand

LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand Guillaume Wicker Professeur à l Université Montesquieu - Bordeaux IV 1 Je commencerais par cette interrogation : est-il

Plus en détail

PRÉFACE. représenter le roi ou la nation? Préface

PRÉFACE. représenter le roi ou la nation? Préface PRÉFACE Avaient-ils le don d ubiquité? Aux origines de ce livre, il y a une constatation qui a suscité la curiosité du chercheur : parmi les représentants de l Angleterre à l étranger, certains appartiennent

Plus en détail

Le Baromètre de l économie. BVA - BFM - La Tribune - The Phone House

Le Baromètre de l économie. BVA - BFM - La Tribune - The Phone House Mai 2008 Le Baromètre de l économie BVA - BFM - La Tribune - The Phone House Les indices de confiance BVA - BFM - La Tribune - The Phone House Impact de la crise financière internationale sur l attitude

Plus en détail

Miroslav Marcelli. Partage citoyen: vivre sur l horizon du monde commun

Miroslav Marcelli. Partage citoyen: vivre sur l horizon du monde commun Miroslav Marcelli Partage citoyen: vivre sur l horizon du monde commun «Aujourd hui, le partage évolue vers un nouveau concept le partage citoyen. Audelà des clivages politiques, idéologiques ou religieux,

Plus en détail

Le Livret du Citoyen

Le Livret du Citoyen Le Livret du Citoyen Bienvenue à l âge de la majorité! Vous venez d avoir 18 ans et à l occasion de la remise de votre carte d électeur, l État vous présente vos droits et devoirs ainsi que les principes

Plus en détail

CECOP. Centre d études et de connaissances sur l opinion publique LES FRANCAIS ET LEUR RETRAITE. Une enquête CECOP/CSA pour Le Cercle des épargnants

CECOP. Centre d études et de connaissances sur l opinion publique LES FRANCAIS ET LEUR RETRAITE. Une enquête CECOP/CSA pour Le Cercle des épargnants Centre d études et de connaissances sur l opinion publique LES FRANCAIS ET LEUR RETRAITE Une enquête /CSA pour Le Cercle des épargnants Note d analyse Février 2009 S.A. au capital de 38.112,25 euros Siège

Plus en détail

Nous avons besoin de passeurs

Nous avons besoin de passeurs 1 Nous avons besoin de passeurs «Lier pratiques culturelles et artistiques, formation tout au long de la vie et citoyenneté» François Vercoutère Du point de vue où je parle, militant d éducation populaire

Plus en détail

RÈGLEMENTINTÉRIEUR MAI 2015. Éditions de l Union

RÈGLEMENTINTÉRIEUR MAI 2015. Éditions de l Union RÈGLEMENTINTÉRIEUR Éditions de l Union TITRE I ADHÉRENTS Article 1 er DEMANDE D ADHÉSION 1. Toute personne physique souscrivant à l objet et aux valeurs du Mouvement peut adresser une demande d adhésion,

Plus en détail

Les Français et le libéralisme

Les Français et le libéralisme Les Français et le libéralisme Vague 2 Sondage Ifop pour L Opinion/Génération Libre/i>TELE Mai 2015 Contacts Ifop : Frédéric Dabi / Guillaume Marchal Département Opinion et Stratégies d Entreprise 01 45

Plus en détail

Traduire dans l aide sociale

Traduire dans l aide sociale Traduire dans l aide sociale Droits des personnes de langue étrangère et obligations de l état Résumé Jörg Künzli, docteur en droit et professeur, LL.M., avocat, Berne Alberto Achermann, docteur en droit,

Plus en détail

des valeurs 2006 PRINCIPES VALEURS FONDEMENTS

des valeurs 2006 PRINCIPES VALEURS FONDEMENTS L arbre des valeurs 2006 le fondement philosophique de l éthique /// les valeurs clés de notre éthique /// les principes issus des valeurs clés PRINCIPES VALEURS FONDEMENTS L ARBRE des valeurs Au cœur

Plus en détail

Règlement intérieur. Document de travail non mis en forme GRAND GENEVE FORUM D AGGLOMERATION FRANCO-VALDO-GENEVOIS

Règlement intérieur. Document de travail non mis en forme GRAND GENEVE FORUM D AGGLOMERATION FRANCO-VALDO-GENEVOIS Règlement intérieur Introduction Document de travail non mis en forme Le 28 juin 2012 a été signé le Projet d agglomération 2012 au travers duquel les partenaires français, genevois et vaudois ont renforcé

Plus en détail

Attirez-vous les Manipulateurs? 5 Indices

Attirez-vous les Manipulateurs? 5 Indices Attirez-vous les Manipulateurs? Claire Parent 1 Attirez-vous les Manipulateurs? Claire Parent Mini livre gratuit Sherpa Consult Bruxelles, Mai 2012 Tous droits de reproduction, d'adaptation et de traduction

Plus en détail

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients résidentiels

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients résidentiels L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients résidentiels Baromètre annuel vague Septembre 2011 Baromètre annuel vague - 1 - PRESENTATION DE L ETUDE Baromètre annuel vague

Plus en détail

Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49

Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49 Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49 Fiche pédagogique Le thème du 49 e épisode dirige l attention sur une question fondamentale lorsqu il s agit de développer la pensée des enfants,

Plus en détail

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.277/ESP/4 (Add.1) 277 e session Conseil d administration Genève, mars 2000 Commission de l'emploi et de la politique sociale ESP QUATRIÈME QUESTION À L ORDRE DU JOUR

Plus en détail

LA CPU ET L UNIVERSITE FRANCAISE

LA CPU ET L UNIVERSITE FRANCAISE LA CPU ET L UNIVERSITE FRANCAISE En 2012, toutes les universités françaises seront autonomes ; elles le seront dans un contexte mondial où leur rôle est à la fois fortement réaffirmé et sujet à de profondes

Plus en détail

CANDIDATURE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR GENERAL DE L ENSAM

CANDIDATURE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR GENERAL DE L ENSAM CANDIDATURE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR GENERAL DE L ENSAM 1 ère partie Déclaration d intention JEAN-PAUL HAUTIER ADMINISTRATEUR PROVISOIRE ET DIRECTEUR DE LA RECHERCHE DE L ENSAM DIRECTEUR ES QUALITE DE

Plus en détail

«Selon les chiffres de la BNS, l évasion fiscale prospère»

«Selon les chiffres de la BNS, l évasion fiscale prospère» «Selon les chiffres de la BNS, l évasion fiscale prospère» * Précision apportée par l auteur, publiée le 26 novembre. Voir en fin d'article Gabriel Zucman vient de publier un livre, «La Richesse cachée

Plus en détail

Partie I. Le principe de bonne administration construit par la pluralité des sources de l espace administratif européen... 49

Partie I. Le principe de bonne administration construit par la pluralité des sources de l espace administratif européen... 49 Table des matières Remerciements... 11 Sommaire... 13 Liste des principales abréviations... 15 Préface... 19 Introduction générale... 23 I. L enrichissement de la conception de l administration au sein

Plus en détail

Définir le collectif : retour d expérience du G20 sur la sécurité alimentaire

Définir le collectif : retour d expérience du G20 sur la sécurité alimentaire Pierre Jacquet Pierre Jacquet est chef économiste de l Agence Française de Développement (AFD). Il est membre du Conseil économique pour le développement durable (CEDD). Définir le collectif : retour d

Plus en détail

Conseil Municipal des Enfants à Thionville. Livret de l électeur et du candidat

Conseil Municipal des Enfants à Thionville. Livret de l électeur et du candidat Conseil Municipal des Enfants à Thionville Livret de l électeur et du candidat Elections du vendredi 18 novembre 2011 Mot du Maire Le Conseil Municipal des Enfants fait sa rentrée. Il joue un rôle essentiel

Plus en détail

N 518 SÉNAT QUATRIÈME SESSION EXTRAORDINAIRE DE 1991-1992

N 518 SÉNAT QUATRIÈME SESSION EXTRAORDINAIRE DE 1991-1992 N 518 SÉNAT QUATRIÈME SESSION EXTRAORDINAIRE DE 1991-1992 Rattache pour ordre au procès-verbal de la séance du 8 juillet 1992. Enregistre a la Présidence du Senat le 28 septembre 1992. PROPOSITION DE LOI

Plus en détail

Baromètre d intention de vote pour l élection présidentielle

Baromètre d intention de vote pour l élection présidentielle Baromètre d intention de vote pour l élection présidentielle Une étude Ipsos - Logica Business Consulting pour France Télévisions, Radio France et Le Monde Jeudi mai 0- Vague Nobody s Unpredictable Ipsos

Plus en détail

NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE

NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE - Note de synthèse de l'institut CSA - N 1100760 Juin 2011 2, rue de Choiseul CS 70215 75086 Paris cedex 02 Tél. (33) 01 44 94 59 11

Plus en détail

1958-1962, une nouvelle république

1958-1962, une nouvelle république Première S, histoire LMA, 2011-2012 Thème 5 Les Français et la République Question 1 La République, trois républiques Cours 3 1958-1962, une nouvelle république I La fin de la IV e République et l adoption

Plus en détail

Baromètre: les Français et la confiance numérique Vague 2

Baromètre: les Français et la confiance numérique Vague 2 Baromètre: les Français et la confiance numérique Vague 2 Juin 2014 Contact - BVA Opinion Erwan LESTROHAN, directeur d études erwan.lestrohan@bva.fr - 01 71 16 90 9 Victor CHAPUIS, chargé d études Victor.chapuis@bva.fr

Plus en détail

de presse PLANÈTE COURTIER, Syndicat Français du Courtage d Assurance Juin 2015

de presse PLANÈTE COURTIER, Syndicat Français du Courtage d Assurance Juin 2015 Dossier de presse PLANÈTE COURTIER, Juin 2015 Contact presse Agence C3M - Tél. : 01 47 34 01 15 Michelle AMIARD - 06 60 97 24 00 - michelle@agence-c3m.com Laurence DELVAL - laurence@agence-c3m.com Sommaire

Plus en détail

Le Baromètre Politique Français (2006-2007) CEVIPOF - Ministère de l Intérieur

Le Baromètre Politique Français (2006-2007) CEVIPOF - Ministère de l Intérieur Le Baromètre Politique Français (2006-2007) CEVIPOF - Ministère de l Intérieur 1 ère vague Printemps 2006 Les électeurs français et l information télévisée Thierry Vedel Centre de Recherches Politiques

Plus en détail

Réseau des présidents des cours suprêmes judiciaires de l Union Européenne

Réseau des présidents des cours suprêmes judiciaires de l Union Européenne Réseau des présidents des cours suprêmes judiciaires de l Union Européenne Colloque de Dublin, vendredi 19 Mars 2010 ASPECTS PRATIQUES DE L INDEPENDANCE DE LA JUSTICE Rapport Introductif Partie III Relations

Plus en détail

SOUS RÉSERVE DE MODIFICATIONS

SOUS RÉSERVE DE MODIFICATIONS DÉCLARATION AUX MÉDIAS POUR LA PUBLICATION DU Rapport annuel 2013-2014 par François Boileau Commissaire aux services en français de l Ontario Jeudi 10 juillet 2014 11 h 00 Salle des médias Édifice de l

Plus en détail

LA SCENE MEDIATIQUE AU MOYEN-ORIENT

LA SCENE MEDIATIQUE AU MOYEN-ORIENT LA SCENE MEDIATIQUE AU MOYEN-ORIENT A LA LUMIERE DU PRINTEMPS ARABE Paloma Haschke* Le rôle «révolutionnaire» joué par les médias sociaux dans les événements du Printemps arabe semble évident. Ce phénomène

Plus en détail

L ouverture du mariage et de l adoption aux couples composés de personnes de même sexe n est pas un choix sans conséquences

L ouverture du mariage et de l adoption aux couples composés de personnes de même sexe n est pas un choix sans conséquences L ouverture du mariage et de l adoption aux couples composés de personnes de même sexe n est pas un choix sans conséquences En présentant son projet de loi «ouvrant, selon ses propres termes, le mariage

Plus en détail

Qu est-ce qu une problématique?

Qu est-ce qu une problématique? Fiche méthodologique préparée par Cécile Vigour octobre 2006 1 Qu est-ce qu une problématique? Trois étapes : 1. Définition de la problématique 2. Qu est-ce qu une bonne problématique? 3. Comment problématiser?

Plus en détail

Introduction : histoire et concept de l économie sociale Lucile Manoury

Introduction : histoire et concept de l économie sociale Lucile Manoury Introduction : histoire et concept de l économie sociale Lucile Manoury Lucile Manoury Chargée d études, Collège coopératif, Aix-en-Provence Bonjour à tous. Je vais vous faire une présentation un peu théorique

Plus en détail

Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre?

Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre? Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre? Note réalisée par l Observatoire Régional de l Intégration et de la Ville (ORIV) septembre 2014 Eléments de contexte

Plus en détail

La pertinence du choix français de la question préjudicielle de constitutionnalité. Marie Pierre ROUSSEAU

La pertinence du choix français de la question préjudicielle de constitutionnalité. Marie Pierre ROUSSEAU La pertinence du choix français de la question préjudicielle de constitutionnalité Marie Pierre ROUSSEAU Avec l existence du seul contrôle a priori des lois l ordre juridique français n a jusqu à présent

Plus en détail

NOUVEAUXSTATUTS MAI 2015. Éditions de l Union

NOUVEAUXSTATUTS MAI 2015. Éditions de l Union NOUVEAUXSTATUTS Éditions de l Union TITRE I DISPOSITIONS GÉNÉRALES ARTICLE 1 ER CONSTITUTION Il est fondé entre les personnes physiques adhérant aux présents statuts un parti politique dénommé «Les Républicains»,

Plus en détail

Principles Impératif Juillet 2009. Les principes de gestion et de «leadership» chez Nestlé

Principles Impératif Juillet 2009. Les principes de gestion et de «leadership» chez Nestlé Principles Impératif Juillet 2009 Les principes de gestion et de «leadership» chez Nestlé Principles Impératif Juillet 2009 Fonction émettrice Département des Ressources humaines Auteur/département émetteur

Plus en détail

Le monitoring des médias

Le monitoring des médias Rapport Général de l Instance Nationale pour la Réforme de l Information & de la Communication 2012 Chapitre 10 Le monitoring des médias 221 Rapport Général de l Instance Nationale pour la Réforme de l

Plus en détail

LES INSTITUTIONS DE LA REPUBLIQUE FRANCAISE

LES INSTITUTIONS DE LA REPUBLIQUE FRANCAISE LES INSTITUTIONS DE LA REPUBLIQUE FRANCAISE Introduction générale Qu est ce qu une Constitution? Les Institutions de la République Française Introduction : Rappels sur l histoire constitutionnelle de la

Plus en détail

Sites internet des partis politiques, Facebook et Twitter : Les grands perdants de l élection présidentielle 2012

Sites internet des partis politiques, Facebook et Twitter : Les grands perdants de l élection présidentielle 2012 Sites internet des partis politiques, Facebook et Twitter : Les grands perdants de l élection présidentielle 2012 La dernière étude de Lightspeed Research décrypte comment les Français suivent et participent

Plus en détail

Après la Grèce, l Italie doit désigner son nouveau président de la République

Après la Grèce, l Italie doit désigner son nouveau président de la République PRÉSIDENTIELLE EN ITALIE 29 janvier 2015 Observatoire des Élections en Europe Après la Grèce, l Italie doit désigner son nouveau président de la République Corinne Deloy Analyse Résumé : Le président de

Plus en détail

La fraude fiscale : Une procédure pénale dérogatoire au droit commun. Par Roman Pinösch Avocat au barreau de Paris

La fraude fiscale : Une procédure pénale dérogatoire au droit commun. Par Roman Pinösch Avocat au barreau de Paris La fraude fiscale : Une procédure pénale dérogatoire au droit commun Par Roman Pinösch Avocat au barreau de Paris La volonté affichée au printemps 2013 par le Président de la République d intensifier la

Plus en détail

Programme CNRS-ERC- IREMAM- CERI. When Authoritarianism Fails in the Arab World (WAFAW) APPEL A CANDIDATURES

Programme CNRS-ERC- IREMAM- CERI. When Authoritarianism Fails in the Arab World (WAFAW) APPEL A CANDIDATURES Programme CNRS-ERC- IREMAM- CERI When Authoritarianism Fails in the Arab World (WAFAW) APPEL A CANDIDATURES Chercheurs doctorants et post-doctorants en sciences politiques/relations internationales/économie

Plus en détail

RÈGLEMENT INTÉRIEUR RÈGLEMENT INTÉRIEUR DE LA CROIX-ROUGE FRANÇAISE

RÈGLEMENT INTÉRIEUR RÈGLEMENT INTÉRIEUR DE LA CROIX-ROUGE FRANÇAISE RÈGLEMENT INTÉRIEUR Règlement intérieur de la Croix-Rouge française adopté par l assemblée générale extraordinaire du 20 janvier 2012 et approuvé par le ministre de l Intérieur RÈGLEMENT INTÉRIEUR DE LA

Plus en détail

ACTEURS DE LA DÉFENSE ET FACTEURS DE SÉCURITÉ

ACTEURS DE LA DÉFENSE ET FACTEURS DE SÉCURITÉ INSTITUT DE MANAGEMENT PUBLIC ET GOUVERNANCE TERRITORIALE 21 RUE GASTON DE SAPORTA 13100 AIX EN PROVENCE DIPLOME UNIVERSITAIRE (DU) ACTEURS DE LA DÉFENSE ET FACTEURS DE SÉCURITÉ OBJECTIFS Faire comprendre

Plus en détail

Intervention de M. de Lamotte, président de la section sur l école et son interdépendance avec le marché

Intervention de M. de Lamotte, président de la section sur l école et son interdépendance avec le marché XXIII ème Assemblée régionale Europe Erevan, Arménie 3 au 7 mai 2010 Intervention de M. de Lamotte, président de la section sur l école et son interdépendance avec le marché Section Belgique/Communauté

Plus en détail

L autorité dans l entreprise et les fictions managériales

L autorité dans l entreprise et les fictions managériales Collège des Bernardins, Séminaire sur l autorité Département Sociétés humaines et responsabilités éducatives Séance du 15 Mai 2012 Intervenant et compte rendu : Malik Bozzo-Rey L autorité dans l entreprise

Plus en détail

A vertissement de l auteur

A vertissement de l auteur A vertissement de l auteur Attention, ce livre n est pas à mettre entre toutes mains ; il est strictement déconseillé aux parents sensibles. Merci à Madame Jeanne Van den Brouck 1 qui m a donné l idée

Plus en détail

DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO

DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO SUR LA DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO SUR LA DIVERSITE CULTURELLE CULTURELLE Adoptée par la 31 e session de la Conférence Générale de l UNESCO PARIS, 2 NOVEMBRE

Plus en détail

CHARTE D ÉTHIQUE PROFESSIONNELLE DU GROUPE AFD

CHARTE D ÉTHIQUE PROFESSIONNELLE DU GROUPE AFD CHARTE D ÉTHIQUE PROFESSIONNELLE DU GROUPE AFD AVANT-PROPOS Établissement public, l Agence Française de Développement exerce une mission d intérêt public, principalement à l international. CHARTE D ÉTHIQUE

Plus en détail

CE : comment obtenir vos budgets

CE : comment obtenir vos budgets Droit en du pratique CE Pour fonctionner ou proposer des ASC aux salariés, le CE a forcément besoin de moyens financiers! Or sa principale ressource en la matière, c est l employeur, puisque c est lui

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

Le 22 septembre, le peuple se prononce

Le 22 septembre, le peuple se prononce INTERVIEW «Le Neinsager n existe pas» Le 22 septembre, le peuple se prononce sur le projet de Fondation Suisse solidaire. Il pourrait être refusé par les forces conservatrices, confortant l idée que le

Plus en détail

TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT POITIERS

TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT POITIERS TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT POITIERS Synthèse des débats rédigée par : 26 janvier 2012 Dans le cadre de son Tour de France du Dialogue, la CFE-CGC a organisé à Poitiers, le 26 janvier 2012,

Plus en détail

Enquête commandée par le Jeune Théâtre National Réalisée par l institut de sondages ISL Analyse réalisée en collaboration avec le CESTA (EHESS-CNRS)

Enquête commandée par le Jeune Théâtre National Réalisée par l institut de sondages ISL Analyse réalisée en collaboration avec le CESTA (EHESS-CNRS) Analyse de l enquête sur le devenir professionnel des artistes issus des écoles supérieures d art dramatique signataires de la plateforme de l enseignement supérieur pour la formation du comédien Enquête

Plus en détail

Annexe au document intitulé Communication relative à certaines questions de politique concernant le Bureau de Procureur : renvois et communications

Annexe au document intitulé Communication relative à certaines questions de politique concernant le Bureau de Procureur : renvois et communications Annexe au document intitulé Communication relative à certaines questions de politique concernant le Bureau de Procureur : renvois et communications La présente annexe au document de politique du Procureur

Plus en détail

Jaurès. et la réforme fiscale. Benoît Kermoal* UN LONG DÉBAT : L IMPÔT SUR LE REVENU

Jaurès. et la réforme fiscale. Benoît Kermoal* UN LONG DÉBAT : L IMPÔT SUR LE REVENU NOTE n 7 - Fondation Jean- / 2014 année - 28 février 2014 - page 1 Benoît Kermoal* * Doctorant à l EHESS, enseignant en histoire au lycée Saint-Exupéry, Mantes-la-Jolie Dans l Humanité du 7 mars 1914,

Plus en détail

Introduction Frédéric PETITBON Un contexte difficile Nicolas PERNOT

Introduction Frédéric PETITBON Un contexte difficile Nicolas PERNOT Introduction Frédéric PETITBON Directeur général délégué, IDRH Les collectivités doivent à la fois respecter des engagements vis-à-vis des citoyens, poursuivre des démarches managériales et tenir compte

Plus en détail

LA CRISE GAGNE LES CÔTES FRANÇAISES

LA CRISE GAGNE LES CÔTES FRANÇAISES Acte II LA CRISE GAGNE LES CÔTES FRANÇAISES Scène 1 Les Français craignent pour leur épargne Je ne compte plus les personnes qui, depuis la fin du mois de septembre, m ont demandé si elles devaient retirer

Plus en détail

NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE

NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE - Note de synthèse de l'institut CSA - N 1100760 Juin 2011 2, rue de Choiseul CS 70215 75086 Paris cedex 02 Tél. (33) 01 44 94 59 11

Plus en détail

QUELQUES CONSEILS AU PROFESSEUR STAGIAIRE POUR ASSEOIR SON AUTORITE

QUELQUES CONSEILS AU PROFESSEUR STAGIAIRE POUR ASSEOIR SON AUTORITE QUELQUES CONSEILS AU PROFESSEUR STAGIAIRE POUR ASSEOIR SON AUTORITE Le premier contact avec vos élèves est déterminant, il y a de nombreux éléments à prendre en compte pour le réussir. Un professeur doit

Plus en détail

Les chefs d entreprises de PME-PMI face à la propriété industrielle

Les chefs d entreprises de PME-PMI face à la propriété industrielle INSTITUT DE RECHERCHE EN PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE HENRI-DESBOIS Octobre 2005 Les chefs d entreprises de PME-PMI face à la propriété industrielle Dans un contexte de mondialisation, face à une compétitivité

Plus en détail

Le nouvel espace politique européen

Le nouvel espace politique européen Frédéric Lebaron à l issue de la séquence électorale récente, en particulier en France et en Grèce, le nouveau champ politique issu de la crise financière se dessine plus clairement en Europe. L Union

Plus en détail

Comment un. accident. peut-il engager la. responsabilité pénale. des élus locaux et des fonctionnaires territoriaux?

Comment un. accident. peut-il engager la. responsabilité pénale. des élus locaux et des fonctionnaires territoriaux? Les cahiers de l Observatoire Comment un accident peut-il engager la responsabilité pénale des élus locaux et des fonctionnaires territoriaux? table des matières Avant-propos de Bernard Bellec... P. 5

Plus en détail

Quand un franc-maçon dit «Non» à Denis Sassou Nguesso

Quand un franc-maçon dit «Non» à Denis Sassou Nguesso Document mensuel No 1 : Quand un franc-maçon dit «Non» à Denis Sassou Nguesso Connu au Congo et ailleurs en Afrique, ainsi qu en France, comme étant l un des rares Francs-Maçons africains qui se dévoilent,

Plus en détail

La musique au service du marketing

La musique au service du marketing Laurent DELASSUS La musique au service du marketing L impact de la musique dans la relation client, 2012 ISBN : 978-2-212-55263-8 Introduction La musique est-elle un langage? S il est évident qu elle est

Plus en détail

FD/YMC N 1-5961 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Yves-Marie Cann POUR

FD/YMC N 1-5961 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Yves-Marie Cann POUR FD/YMC N 1-5961 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Yves-Marie Cann POUR Enquête sur la responsabilité sociale du scientifique Résultats détaillés Février 2007 Annexes La publication des données qui fondent

Plus en détail

La presse en ligne au service de la démocratie locale. Sylvain Parasie (Latts) & Jean-Philippe Cointet (INRA Sens)

La presse en ligne au service de la démocratie locale. Sylvain Parasie (Latts) & Jean-Philippe Cointet (INRA Sens) La presse en ligne au service de la démocratie locale Sylvain Parasie (Latts) & Jean-Philippe Cointet (INRA Sens) Les sciences sociales critiques du rôle démocratique de la presse locale. Nouveaux espoirs

Plus en détail

«LE ROLE DE LA BONNE FOI EN DROIT DES CONTRATS»

«LE ROLE DE LA BONNE FOI EN DROIT DES CONTRATS» Composition sur un sujet de droit civil ou de procédure civile (1 er concours) Note : 16/20 «LE ROLE DE LA BONNE FOI EN DROIT DES CONTRATS» A la suite de l Avant Projet de réforme du droit des obligations

Plus en détail

La crise économique vue par les salariés français

La crise économique vue par les salariés français La crise économique vue par les salariés français Étude du lien entre la performance sociale et le contexte socioéconomique Baggio, S. et Sutter, P.-E. La présente étude s intéresse au lien entre cette

Plus en détail

Les promesses politiques de l Internet : une utopie participative?

Les promesses politiques de l Internet : une utopie participative? Les promesses politiques de l Internet : une utopie participative? Tom Bakker, titulaire d un doctorat Ecole d Amsterdam de recherche en communication Université d Amsterdam Amsterdam, Pays-Bas T.P.Bakker@uva.nl

Plus en détail

UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE

UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE Le regroupement du Palais de la découverte et de la Cité des sciences et de l industrie en un seul établissement apporte les atouts

Plus en détail

E-PARTICIPATION AND THE FUTURE OF DEMOCRACY

E-PARTICIPATION AND THE FUTURE OF DEMOCRACY E-PARTICIPATION AND THE FUTURE OF DEMOCRACY par Andrew Acland Résumé version longue L auteur estime que les imperfections de la démocratie citées le plus fréquemment sont entre autres le faible taux de

Plus en détail